Group Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Title: Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00076
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Publication Date: August 31, 2006
Copyright Date: 2006
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00088914
Volume ID: VID00076
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373

Full Text

pzEHEBDOMAOAlIR D'IFR,~_ p -0,~T


Pourla s .... m et v


Mettre en avant les


intrts


Martiniquais


* *L


r-T HII *
Embelli


Vacances
..2006
Pas
pour tout
le monde
1







Jeui 31 2 6 -


CETTE SEMAINE

SA KA PAS ..................... p.2
EDITO ..........................p. 3
Rentre : Mettre en avant les intrets
Martiniqais

SOCIAL ............... ........ p. 4
- Sant: Bataille pour l'emploi au CHU de
Trinit
- Ballets Ministrielle : Objectif, occuper le
terrain

EDUCATION ....................p. 5
Rentre scolaire : I'Ecole pour quelle
socit et quel avenir

NOTRE REGION .............p. 6 7
Castro et Cuba : Revue de la press
martiniquaise

ECONOMIE .................p. 8 9
- Croissance : embellie fragile en france. Et
en Martinique ?
- Le gouvemement prpare la creation d'un
chque transport

POLITIQUE ................p. 10 et 11
- 12"- assemble gnral du CNCP
- Message du Parti Communiste
Martiniquais

DANS LE MONDE ..............p. 12
- Partenariat conomique : Vnzula -
Chine
- Palestine : "Arrtez les perscutons
d'Isral"

FRANCE ....................... p.13
- Prsidentielles : rien est jou !

ANNONCES LEGALES ......p.13 15

SOCIETE ............. ........ p. 16
Vacances 2006 : pas pour tout le monde

JUSTICE
Administration : 71 86 83
Rdaction : 63 13 20
Fax : 63 13 20
Ed.Justice @ wanadoo.fr



Fondateur: Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France Tl. 71 86 83
Commission Paritaire n 0111 I 87526
26 Janvier 2006
Directeur de la Publication :
Fernand PAPAYA
Maquette :
Guennal GUIOUBLY
Impression :
Toniprint 0596 57 37 37


Ren Mnil : Deux ans dj
Le 29 Aot 2004, notre camarade
Ren Mnil tait emport l'affec-
tion des siens. Notre douleur quoi-
que attnue, est toujours prsente
pour la perte de ce penseur com-
muniste mrite martiniquais en
phase avec la ralit de sa socit.
Avec lucidit et toujours une pointe
d'humour, Ren avait su analy-
ser les mcanismes de fonction-
nement de notre socit capitalist
et colonial. La Martinique doit
emprunter les chemins qu'il a tra-
cs pour son mancipation.
Inspirons nous de ce que Ren
Mnil crivait en conclusion d'un
article intitul :
Dpartementalisation : le cot
language . La critique politique
aujourd'hui doit distinguer et spa-
rer les notions pour en dlimiter les
contours et ainsi les empcher de
glisser l'une dans l'autre dans la
confusion. Rejeter les problmes
oiseux qui retardent les transforma-
tions que nous devrons dfinir en
toute lucidit. Beaucoup de products
uss encombrent cette date nos
perspectives et nos projects. Les
identifier et les rejeter c'est une
tache de salubrit, utile sur tous les


L'association cologique Assaupamar a
crit le 11 Aot demier au prfet afin de
lui rclamer l'application d'une dci-
sion de justice. Cette intervention vise
la mise en oeuvre selon l'Assaupamar,
de la procedure d'excution de la
decision de justice l'encontre de
Monsieur de Lucy devenue definitive et
excutable . De quoi s'agit-t-il ?
L'association explique que, suite aux
prtentions de Jean Louis Lucy de
Fossarieu sur l'let Oscar, diffrents
jugement de justice, celui du Tribunal
de grande Instance de F.D.F en date du


plans de la vie social . Elle est
plus que jamais d'actualit.
Nous avons reu de l'pouse de
Ren Mnil, Genevive Sezille-
Mnil, le texte ci aprs :
2 ans < Dj, jadis que Ren
MENIL a rejoint le club des
potes et des crivains.
Toi, qui Ramassais des injures
pour en faire des diamants , est
toujours vivant dans nos coeurs et
penses.
Nous apprcierons toujours ta phi-
losophie et ton humanity.
Genevive ton pouse, Michel et
Georges tes fils, tes petits-enfants
ainsi que toute ta famille et tes
amis t'honorons ce 29 aot.


24Aot 1999, confirm par la Cour
d'Appel le 7 dcembre 1990 et la cour
de cassation en dcembre 1992, ont
rejet ses exigences sur I'let.
L'Assaupamar est d'autant plus
remonte pour rclamer l'application de
cette decision que le sieur de Lucy s'au-
torise demander la proprit de la
totalit de I'llet et la demolition d'installa-
tions touristiques d'un autre martini-
quais qui s'y trouve, en l'occurrence
Albert Mongin. Pour Henri Louis -Rgis,
president de l'association cologique,
tout cela n'est pas trs acceptable


L'Assaupamar


rclame justice


L












Rentre Mettre en avant

les interts Martinizuais
\_______-^--- ffl E -*.<


La priode des vacances n'a laiss
que peu de rpit. Les grandes
manoeuvres pour l'lection prsiden-
tielle n'ont pas cess aussi bien en
France qu'en Martinique. Car l'enjeu
pour le maintien au pouvoir est de
taille pour la droite et le patronat et
rien n'est laiss au hasard.
Les voix des DOM compteront.
Les visits ministrielles se sont
succdes dans notre pays : Jean-
Franois COPE, Lon BERTRAND,
Franois BAROIN, Christian
ESTROSI, Michle ALLIOT-MARIE,
etc. Pour s'en tenir aux plus rcen-
tes.
Les annonces aussi : baisse du
chmage en France et dans les
DOM grce la politique d'exonra-
tion de charges et la mise en place
du CNE de de Villepin et des emplois
aids de BORLOO. La CGPME mar-
tiniquaise en profit pour demander
le maintien du CNE qui permet de
licencier sans motif pendant deux
ans. Les trucages des statistiques
n'ont pas peu contribu la baisse
revendique du nombre de deman-
deurs d'emploi.
La droite martiniquaise a fait inscrire
ses exigences dans le programme
de l'UMP, en particulier son refus de
tout retour au dbat institutionnel et
la creation d'une zone franche glo-
bale. Avec quelques nuances, le
Parti socialist dit la mme chose
pour les DOM.
L'annonce du retour une certain
croissance en France (+ 1,2 % au
premier trimestre 2006) est clbre
par Dominique de Villepin et Thierry
BRETON pour persuader de l'excel-
lence de la politique de la droite pour
la rsorption du ch6mage, pour l'em-
ploi, le pouvoir d'achat et pour
convaincre qu'il ne faut surtout pas
en changer en 2007.
La rentre, dit-elle, va se faire sous
le signe de la croissance prtendu-
ment retrouve et de la soi-disant
baisse du chmage.
Le rebond- fragile d'aprs certain
experts- de l'conomie en France
n'induit pas ncessairement et auto-
matiquement la mme chose en
Martinique. En effet, croissance du
PIB et de la consommation en


Martinique ne signifie pas comme en
France croissance de la production
et de l'emploi, mais gnralement
croissance de l'importation et dmo-
lition de la production locale, dans
les conditions de l'conomie no-
coloniale dpartementale.
Il faudrait prouver, par ailleurs. que
les politiques spcifiques menes
dans les DOM ont eu des effects posi-
tifs sur la creation d'emplois et le
dveloppement rel.
Il s'agit essentiellement de la
dfiscalisation des investissements
et de l'exonration des charges
sociales de la loi-programme pour
l'outre-mer (LOPOM) lance en
2003 par Brigitte GIRARDIN pour
dmontrer que l'on pouvait vaincre le
chmage et dvelopper l'conomie
hors tout changement institutionnel.
Or c'est l que les choses se
gtent.
Ainsi, une mission d'audit de
modernisation sur l'valuation du
dispositif d'exonration de charges
sociales spcifiques l'Outre Mer a
rendu son rapport en juillet 2006 et
indique que les investigations
menes n'ont pas permis de tirer
des conclusions prcises et proban-
tes en matire de crations d'em-
plois .
La mission. compose
d'Inspecteurs de Finances, de
l'Administration et des Affaires
sociales, va plus loin et crit :
Au total. les exonrations de char-
ges apparaissent plus comme un
dispositif de transfer indiffrenci de
la mtropole vers les DOM que
comme un dispositif cibl sur la cra-
tion d'emplois .
Voil un sacr pav dans le mari-
got no-libral sur l'efficacit non
prouve des exonrations de char-
ges sociales en matire de crations
d'emplois Vu le cot lev de ces
exonrations pour le budget de
l'Etat franais (843 millions d'euros
en 2005 pour l'ensemble des DOM),
la mission laisse entendre. en outre,
qu'elle prconise une diminution des
exonrations sous couvert d'un meil-
leur ciblage.
Notons que la Scurit social en
Martinique a entam des procedures


Mlic/e/BRA,''CHI

de recouvrement des 900 millions
d'arrirs sociaux auprs des entre-
prises qui, malgr les exonrations
trs large de charges, ne patient pas
ce qu'elles doivent. Insolvabilit ou
volont de fraude ? La vrit c'est
que l'ampleur de ces arrirs
sociaux, sans exclure une part cer-
taine de mauvais payeurs, est le
signe de la crise conomique qui
couve derrire la prtendue prosp-
rit affiche officiellement.
S'agissant de la dfiscalisation des
investissements, une mission d'va-
luation doit rendre son rapport en
septembre 2006 ; mais tout le
monde, y compris Franois BAROIN,
reconnat enfin qu'elle a eu des
effects ngatifs en encourageant la
speculation sur les prix du foncier et
de 'immobilier. Sa rforme est envi-
sage car la pression de la crise
budgtaire franaise ne diminue pas.
De l aller vers une zone franche
global, il y a loin de la coupe aux
lvres, admet un certain patronat.
Ce dernier manifeste au travers de
ses lobbys, tels que la FEDOM,
EURODOM et autres MEDEF et
MPI, une grande vigilance pour
dfendre ses intrts de classes dans
le dbat prsidentiel qui s'acclre.
Les intrts populaires et ceux de
la Martinique relle ne doivent donc
pas tre absents aussi des choix
proposs et du dbat politique sur
I'aprs 2007.
Il faudra proposer des alternati-
ves : rompre radicalement avec les
politiques librales et no-coloniales
continues dans les programmes
outre-mer de I'UMP et, de manire
plus soft, du PS et se battre pour
le changement rel bas sur la
Responsabilit et le Dveloppement
vritable.








SOC IA Ju i i A il i -





rat Baleorf).,o


Le torchon brle entire la nouvelle
direction du centre hospitalier
de Trinit et des agents syndi-
qus I'UGTM. L'objet du cour-
roux des syndicalistes, le non
renouvellement du contract de 20
contractuels, la sant financire
et l'tat physique de l'tablisse-
ment. Serge Aribo, secrtaire
gnral de la section sant, expli-
que qu'au vu de la situation de
l'emploi en Martinique et en parti-
culier dans les hpitaux o les
manques de posters sont rcur-
rents, il n'est pas question de
cautionner la politique social du
nouveau directeur. Roland
Toussaint, le nouveau directeur
de l'hpital, rclame de la
"confiance et des efforts de cha-


cun". L'UGTM lui rpond "Non"
Selon la Direction, l'tablisse-
ment afficherait un surnombre de
49 personnel. On advance que la
baisse d'activit de l'hpital et la
nouvelle tarification l'acte ne
facilitent pas les choses. Le
budget se rduit d'autant. Pour
trouver I' quilibre, la direction n'a
pas renouvel le contract de 20
agents en CDD. Ces personnel
ont durant plus de deux ans
exerc leur activity en situation
de prcarit au service des mala-
des. Aujourd'hui, ces person-
nels doivent faire les frais de la
dgradation de la situation finan-
cire de la structure. Le syndicate
rclame l'augmentation de la
dotation financire alloue par


l'Etat l'tablissement comme
cela s'est fait pour d'autres struc-
tures en difficult en France. Pour
faire passer la pilule, la Direction
announce l'intgration de 14 per-
sonnes parmi les CDD. La direc-
tion souhaite relancer l'hpital
avec un nouveau project medical
comportant un hpital de jour,
une chirurgie ambulatoire et un
ple consacr aux soins de suite
et de radaptation. Les discus-
sions entames ont pris une
autre tournure. Une intersyndi-
cale s'est forme compose de
I'UGTM et de la CDMT pour
rclamer,outre le rglement de la
question des emplois, des ngi-
ciations sur l'avenir du Centre
Hospitalier de Trinit. "28/08/06"


f p,711z,1c. 1411141c#,r101e


O6jectf


occuper le terrain


En ce dbut de champagne prsi-
dentielle 2007, la majority UMP
occupe le terrain. Les ministres se
bousculent sur le pav de Fort de
France. Il s'agit pour chacune des
tendances de cette majority de ne
pas se laisser distance. Le choix
des militants UMP pour l'lection
prsidentielle aura lieu le 14 janvier
prochain. Les soutiens de
Dominique de Villepin n'ont pas
abdiqu tout en sachant que les
membres de lUMP local se sont
dj jets dans les bras de Sarkozy
sans beaucoup d'atermoiements.
Des visits clair o l'essentiel est
de faire la promotion du gouverne-
ment, tout en assnant qu'ils ne
sont plus des magiciens. Le pre-
mier samedi 26 aot, Christian
Estrosi, le ministry dlgu
l'Amnagement du territoire ,a fait
le tour en 10 heures chrono et c'est
peu dire si on retire la visit plus
qu'intresse son compare le


dput Umpiste Alfred Almont
Schoelcher. Les diffrents entre-
tiens qu'a eu le ministry avec les
responsables politiques de la ville
capital, de la Rgion ou du dpar-
tement ont tourn autour l'exten-
sion de la zone franche urbaine de
Fort de France ou la labellisation
d'un technopole, et la renovation
de l'habitat pour le chef lieu.
Claude lise a voqu les risques
naturels et Daniel Marie Sainte
l'harmonisation du territoire martini-
quais. En cette priode, on sait que
les engagements pris ne sont
tenus que par ceux qui les cou-
tent. Le ministry a pris bonne note
en proposant que les outils mis en
place par son gouvernement soient
les mieux adapts au terrain. Le
compagnon UMP > n'a pas
manqu d'indiquer que le meilleur
candidate pour la prsidentielle tait
son poulain Nicolas Sarkozy, don't il
a vant les talents. Second ministry


se payer un passage furtif dans
notre pays, marqu par la tradition-
nelle rencontre avec les compa-
gnons, celui de la Dfense, Michle
Alliot Marie. Elle est venu rendre
visit aux Forces Armes aux
Antilles soit 4700 militaires implan-
ts entire la Martinique et la
Guadeloupe dans diffrentes
armes : Terre (gendarmerie SMA,
douanes), Marine trafficc de dro-
gue, immigration clandestine), Air.
Les derniers 21 dissidents marti-
niquais rclament la reconnais-
sance de la France pour leur enga-
gement de jeunesse contre les
Allemands. Selon la ministry, neuf
recevront la Lgion d'honneur pour
leur courage cette anne.
Cette ministry, plus proche dit-on
de Dominique de Villepin, a mis
en avant l'action qu'aurait ralis le
gouvernement devant les militants
de l'UMP. Elle a t entendue avec
politesse.


.IJ L^-u l-J











Rentre scolaire .


SL 'ecolepour quelle socit et uel avenir ?


Ils seront plus ou moins 92
000 jeunes dans le public et
prs de 8000 dans le priv
pour entamer cette nouvelle
anne scolaire partir du 4
septembre 2006.
Un peu partout les tats-
majors se prparent accueil-
lir cette population scolaire.
Plusieurs municipalits ont
profit des vacances pour
rnover ou remplacer des co-
les. C'est le cas Fort de
France o
deux tablis-
sement du
premier degr,
celui d'Emilie
Fordant et du
Carnage,
vont tre
dmnags du
cot du stade
Desclieux.
Depuis 1999,
les collectivits
rgionale et
dpartementale
ont consent de
gros efforts
A quai
financiers pour
rhabiliter ou doter le pays d'in-
frastructures modernes pour son
apprentissage. L'effort est loin
d'tre termin lorsque l'on sait
que, par example, le lyce
Schoelcher devra tre recons-
truit ou qu'un autre lyce man-
que au sud. La commune du
Diamant devra accueillir un nou-
veau college. Les collectivits
locales mettent tout en uvre
pour accueillir dans de bonnes
conditions les lves. Mais, elles
ne sont pas l'abri de disfonc-
tionnements de dernire heure.
Les directeurs et proviseurs pr-
parent les derniers ajustements.
Ces derniers, vritable chefs
d'entreprise, doivent veiller
toute l'organisation inhrente
pour une rentre dans les moins
mauvaises conditions possibles.
Les parents d'lves ne sont pas


en reste, car une rentre cote
cher, malgr la prime gouverne-
mentale et la gratuit des livres
par certaines collectivits. Au
dpart l'galit des chances, leit-
motiv gouvernemental, est biai-
se. Comme chaque anne des
nouveauts sont apportes au
systme ducatif telles que : Le
socle commun de connaissan-
ces et de comptences pour les
enfants du premier degr sera
mis en euvre ; le rseau


nd une veritable cole pour le bien-tre des jeunes martini


ambition russite don't les syn-
dicats dplorent le manque de
moyens l'accompagnant ; la
note de vie scolaire pour les l-
ves des colleges chaque trimes-
tre ou la bourse au mrite pour
les lycens. Certes, le systme
ducatif a fait un grand pas en
avant. Toutefois on peut se
poser la question pour quelle
socit et quel avenir pour
notre jeunesse ? Cette anne,
comme beaucoup d'autres
avant, sera marque d'un cot
par des syndicats qui crient la
suppression continue des pos-
tes et de moyens pour assurer
leur mission. La FSU avait
annonc un movement de
grve pour le 6 septembre. La
question des non originaires
devrait ressurgir alors que des
jeunes martiniquais diplms


sont places sur liste d'attente.
Ceci devient inadmissible, lors-
que l'on sait les efforts faits pour
que ces jeunes s'accaparent de
ces emplois. (A la Runion, on
announce 850 muts en prove-
nance de France dans
l'Education national) De son
ct, la nouvelle rectrice comme
ses prdcesseurs devra mettre
en musique la mlodie entonne
par le Premier ministry lors de sa
rencontre avec les recteurs le 24
aout dernier.
Dominique de
Vilepin a fix
le la: Dans le
domaine budg-
taire, vous dispo-
sez dsormais
d'une envelope
global de cr-
dits. A vous de
a l'utiliser le plus
efficacement
possible. (...)
L Vous savez tous
que nous avons
engag depuis
un an un effort
luais.
uas. sans prcdent
de matrise des finances publi-
ques et de reduction de l'endet-
tement. (..) L'Education natio-
nale doit y prendre toute sa part.
Je sais que vous saurez faire
preuve de responsabilit et agir
dans un souci permanent de
bonne gestion de l'argent
public. L'Etat se dsengage et
ne considre plus l'cole comme
une de ses priorits malgr les
annonces du Premier ministry.
Aujourd'hui l'cole ne joue plus
le rle d'ascenseur social pour
nombre de jeunes martiniquais.
Il est urgent que les responsa-
bles de la socit martiniquaise
se mettent autour d'une table
pour donner envie aux gamins
de frquenter l'cole afin de
devenir des hommes vritables.

D C.B.


J







NOTRE. RE Judi 1 At 00-JsieQ5-. Page


t- .'


4 ,


La maladie de Fidel : rvlateu, de
L'accident de sant de Fidel Castro
dbut aot a suscit les reactions
des anticommunistes de toujours.
En Martinique aussi.
France Antilles au dbut s'est
content de reprendre les com-
mentaires, parfois acides voire
venimeux, de l'Agence France-
Presse (AFP) agrments de pho-
tos d'un Fidel CASTRO gnrale-
ment ravag.
Depuis la semaine dernire les
anticommunistes martiniquais
prennent le relais.

UN MENSONGE EHONTE :
EFFET QUASI-NUL
DE L'EMBARGO

< Antilla ,(n 1209 du 23 aot
2006) choisit de publier sur cinq
pages la tribune virulente d'un cer-
tain Henri QUARMENIL,
Martiniquais, professeur d'anglais
vivant en France, que son
Directeur de la rdaction, Henri
PIED, prsente tout de mme dans
son ditorial sous le titre quelque
peu emphatique c Regard strat-
gique... en souhaitant qu'elle
suscite c une rponse en defense
toute aussi passionne et docu-
mente . C'est en assumer quel-
que part le contenu.
Pourquoi pas une tribune dfen-
dant la Rvolution cubaine pour


I *' l. i i







immoralit des anti-communistes
provoquer des reactions ?
Que dit Henri QUARMENIL ?
Dans son article titr Fidel cer-
tes. Mais qui ? Et quoi ? , il
dplore que l'accident de sant de
Fidel CASTRO ait t trait avec
tonitruance et c abondance
des commentaires alors que la
mort de Gustavo ARCOS, le
plus vieux et le plus clbre dissi-
dent encore en dtention , a t
accueillie par le silence de la
plupart des mdias sur son cuvre
et sur sa mort . Il veut donc lui
rendre hommage, ce qui est parfai-
tement comprhensible si
M.QUARMENIL fait parties des
opposants au rgime cubain.
Toutefois, il ne devrait pas tre
surprise que la dimension historique
de la personnalit de Fidel CAS-
TRO et les enjeux politiques de
son ventuelle disparition provo-
quent plus d'intrt de la part des
mdias, don't la majority sont d'ail-
leurs hostile Fidel Castro et la
Revolution cubaine.
Mais l'auteur de la tribune veut
faire par la mme occasion un
bilan du rgime cubain.
Et l, il drape carrment. Il s'en
prend Amnesty International pour
avoir qualifi la base amricaine
de Guantanamo de Goulag
moderne . Pour lui, c'est Cuba
qu'il existe des centaines de


Centre de dtention qui sont autant
de goulags .
Poursuivant son rquisitoire,
Henri QUARMENIL nie en bloc ce
que les organismes des Nations-
Unies et la Banque mondiale
reconnaissent : les progrs de
Cuba en matire d'ducation, de
sant, d'indice de dveloppement
human, etc.
Emport par son lan, notre pro-
fesseur va jusqu' affirmer que
c les consequences de cet
embargo impos par les amri-
cains sont quasi nulles de
consequences .
C'est se demander pourquoi
l'embargo est maintenu alors qu'il
est rgulirement condamn par
l'Assemble gnrale de l'ONU
depuis quatorze ans et surtout
pourquoi le plan BUSH du 10 juillet
2006 vise, entire autres, le renfor-
cer pour provoquer la chute de la
Revolution cubaine.
Le plus ignoble n'est pas atteint.
Le sieur QUARMENIL soutient de
manire honte que grce
Castro. les valeurs morales sont
inverses : la Jinetera (pute) et le
trafiquant, figures excres avant
la Revolution sont revenues des
figures respectable puisqu'il n'y a
pas d'autre moyens d'chapper
la pauvret .
La prostitution et les trafics en
tous genres- radiques au dbut
de la Rvolution- sont combattus
sans merci Cuba depuis l'ouver-
ture au tourism, ce qui n'empche
pas les dissidents auxquels
M.QUARMENIL emprunte l'essen-
tiel de l'argumentaire -contradictoi-
rement- de prsenter ces measures
comme le signe d'un Etat policies
et des atteintes aux droits de
l'homme.
Dcidment, Antilla en pr-
sentant ce libelle, mme sous cou-
vert de la publication d'une tribune
pour susciter le dbat, confirm
sa ligne anticommuniste des origi-
nes.








eDT EIO J d 31 Ao 200 '- Jusic n3 .-Pg


STUPID : CASTRO ACCUSE
DE S'TRE "PENSE IMMORTEL"

Coup sur coup, France Antilles
public des tribunes de ractionnai-
res martiniquais patents, par ail-
leurs ultra assimilationnistes qui
s'illustrrent par des philippiques
au vitriol contre l'volution institu-
tionnelle propose le 7 dcembre
2003.
Le premier, plus cauteleux, est
l'invitable Yves- Lopold MON-
THIEUX. Il s'tonne, sous le titre
Cuba : rompre le silence (FA
du 23/08/2006) que les amis
proclams de Fidel Castro
n'aient pas comment son acci-
dent de sant. M.MONTHIEUX,
probablement, ne lit pas Justice
et en particulier son numro 32
du 10 aot dernier.Passons.
Pour lui. l'tat de sant du Lider
Maximo, qu'il reconnat tre l'un
des hommes qui ont fait le plus
rver les rvolutionnaires
martiniquais et qui ont le plus mar-
qu l'histoire de la second moiti
du XXe sicle, notamment par son
opposition frontale au gant amri-
cain , ne mrite pas un tel
silence.
Il se charge de le rompre en
admettant, lui contrairement au
sieur QUARMENIL, que la
Revolution cubaine a russi en
matire de sant et d'ducation.
Mais, c'est pour affirmer tout de
suite que le people cubain a < la
peau du cou pele , manire de
dire qu'il est en laisse.
Reprenant un certain nombre de
lieux communs contre la
Revolution cubaine, notamment le
reproche cul que les noirs et les
multres seraient carts des res-
ponsabilits, Yves-Lopold MON-
THIEUX en vient ce qui le cha-
grine: c'est que la plupart des pays
et leur intelligentsia garden un
ton trs rserv pour parler de ce
qu'ils peinent dcrire comme une
dictature .
Et de reconnatre -pour le dplo-
rer -que peu de Martiniquais ont
chapp l'admiration de la
revolution guvaro- castriste ,
du petit qui brave le plus fort .
Un brin d'honntet intellectuelle


consentie regret.
Cependant, il leur demand. sous
peine de faire preuve de
paresse ou de vieillesse intellec-
tuelles avres , de cesser de se
scotcher sur une utopie :
savoir croire qu'il est possible-en
dpit des normes difficults cres
par l'imprialisme- de crer un
autre monde, une autre socit
que le monde impitoyable du capi-
talisme ultra-libral et sa socit
invivable. Mission accomplie pour
Yves- Lopold MONTHIEUX.
Le dnomm Charles RANO, le
deuxime pourfendeur de la
Revolution cubaine de France
Antilles (FA du 26-27 aot 2006)
est beaucoup moins nuanc et a
moins de talent. Il pose avec rage
la question : Continuera-t-on
longtemps vanter Cuba ? .
Chaussant les bottes de sept
lieues de l'anticommunisme de
Papa, il n'y va pas par quatre che-
mins et taxe Fidel Castro de
bourreau de son people, de
bk espagnol , donc de
blanc descendant de colons
esclavagistes devenu communist
et dictateur qui a install un <
empire de la terreur et de la misre
.
En fait, le vrai reproche adress
par cet asssimilo- dpartementa-
liste Fidel Castro, c'est d'tre
blanc ET communist et d'avoir,
entire autres, ralis la rforme
agraire, ce qu'aucun de nos bks
ne peut imaginer, mme dans ses
cauchemars les plus fous et
mme s'il s'appelle Roger de
JAHAM. Charles RANO dcerne
d'ailleurs nos bks un satisfecit
puisque, selon lui, ils font tour-
ner l'conomie de notre le. 80 %
. Une conomie -rappelons-le-
base essentiellement sur l'import-
consommation et, de ce fait, reste
de type colonial et dpendante
troitement de la mtropole et de
l'Europe au profit des capitalists
parasites bks qui ramassent au
passage des bnfices.
La pointe de sa critique est diri-
ge toutefois contre les autono-
mistes et indpendantistes mar-
tiniquais qui auraient choisi Cuba
comme modle et qui
seraient dsempars pour n'avoir


pas prpar l'aprs Castro .
C'est mal connatre, en particulier,
la politique du PCM qui depuis
longtemps a abandonn l'ide de
modle et de prt--porter
idologique.
Notre RANO va plus loin et
accuse Fidel Castro de s'tre
pens immortel Pour ceux qui
suivent la politique cubaine, s'il est
un sujet qui est rgulirement
abord, c'est bien celui de la dispa-
rition du Chef de la Rvolution
cubaine et cela par l'intress lui-
mme.... Le plan Bush du 10 juillet
2006 (cf.Justice no 33-34 du 24
aot 2006) vise prcisment
contrecarrer toute volution consti-
tutionnelle Cuba et la
recoloniser .
De manire un peu stupid,
RANO voit dans la disparition de
Castro une second mort du
communism . Si le commu-
nisme doit mourir deux fois, c'est
qu'il est quelque part, lui, ternel.
Comment en serait-il autrement
d'une ide qui envisage le partage
entire les hommes ? De quoi ds-
esprer Charles RANO.
Charles RANO crache enfin le
morceau et rvle son dsir le plus
profound : < Les Etats-Unis enva-
hiront sans doute Cuba , crit-il.
Et d'ajouter : sans rencontrer de
grande ou de vraie resistance .
Ce qui est faire un pari audacieux,
en mme temps qu'immoral.
Mais les dfenseurs du capita-
lisme et de l'imprialisme, en dpit
de leurs grande professions de foi
hypocrites sur les droits de
l'homme, s'embarrassent-ils du
respect du droit des peuples ?


O Michel BRANCH








s i 4 Jed 1A. I2006-Justien03 -Pg


Un regain du traffic aroportuaire au premi
qui reste tout de mme le plus failbe c
Le Ministre franais de l'Economie
et des Finances, Thierry BRETON,
l'annonce depuis plusieurs semai-
nes : la croissance est au rendez-
vous en France
L'INSEE vient de confirmer que
le produit intrieur brut franais a
augment de + 1,1 1,2 % au
deuxime trimestre 2006 aprs +
0,5 % au premier trimestre de cette
anne et seulement + 0.2 % au
dernier trimestre de 2005.
Ce taux de croissance trimestriel
apparat comme un des plus
important depuis la fin 2000 et
permet au gouvernement de main-
tenir sa provision annuelle de 2,5
% de croissance.
Le Ministre de I'Economie s'en-
flamme : L'conomie franaise
va mieux. Elle va bien. Elle va
mme trs bien Et d'assurer :
c'est la raison pour laquelle le
chmage baisse autant en France
. Volontariste, Thierry BRETON a
affirm que plus de 200 000
emplois allaient tre crs en
2006, don't 80 % dans le secteur
priv, et assur que le pouvoir
d'achat des Franais tait au plus
haut depuis six ans. Ce serait donc
le triomphe de la politique gouver-
nementale et il ne faudrait pas en
changer en 2007, est-il affirm
pour rsorber le chmage de
masse.
Une affirmation conteste par


les syndi-
cats qui
competent
fire des
salaires
et du
pouvoir
d'achat
une de
le ur s
principa-
1 e s
revendi-
Scations
er semestre 2006, de la ren-
epuis dix ans
tre.
En effect, le patronat et l'Etat tra-
nent les pieds pour augmenter les
salaires. Le pouvoir d'achat des
salaires a recul en France de -
0,4 % au premier trimestre 2006 et
,selon la FSU, dans la Fonction
publique depuis 2000 la perte de
pouvoir d'achat se chiffre entire 6 et
7,3 % pour les 5 millions de fonc-
tionnaires. Or, le retour de la crois-
sance est essentiellement le fruit
de la hausse de la consommation
laquelle est nourrie par le boum du
credit et le recul de l'pargne. 52 %
des mnages franais sont endet-
ts : un record depuis quinze ans.
Que se passera-t-il lorsque les
mnages franais ne pourront plus
s'endetter ou quand ils auront vid
leur bas de laine ? Sans hausse
des salaires, il existe un risque de
gel de cette croissance, affir-
ment les syndicate. Dans ce
context d'atonie des salaires, de
train de hausses des prix- en parti-
culier des carburants, de l'lectri-
cit, du gaz et des loyers-le moteur
consommation risque de tomber
en panne.
Sachant la nature trs prcaire
d'un grand nombre des nouveaux
boulots aids Borloo, peut-on se
fliciter de ces perspectives ?
Le regain de la croissance tient
galement la reprise des expor-
tations, en particulier vers
l'Allemagne. Selon certain


experts, ces bons rsultats que
s'attribue sans vergogne le gou-
vernement sont les retombes de
la croissance mondiale menace
de flchissement terme(4eme tri-
mestre 2006). Le pouvoir veut utili-
ser la croissance pour rduire la
dette publique et aider les
employers.
La croissance est donc bien l,
mais demeure assez fragile. La
bataille pour la consolider sur des
bases srieuses et le partage de
ses fruits ne fait que commencer.
Il conviendra de rompre avec les
politiques librales qui ont chou
et leur opposer de vraies alternati-
ves.


En Martinique

qu'en est-il ?

Une tude rcente des cono-
mistes de l'Agence Franaise de
Dveloppement (lettre n 12 de
mars 2006 de I'AFD) intitule
Les DOM : fausses ides et vrais
problmes -dont nous reparle-
rons- indique que la conjoncture
conomique des DOM a t ren-
due relativement plus synchrone
(pour ne pas dire dpendante) des
politiques macro-conomiques
menes en France. Et cela du fait
de l'intgration croissante de leurs
conomies celle de la mtropole.
Cependant, on peut observer
depuis quelques annes, du fait
notamment de la dcentralisation.
une plus grande autonomie des
dynamiques conomiques loca-
les .
L'embellie- toute relative- de la
croissance en France a-t-elle une
influence sur I'activit en
Martinique ?
Le bulletin de 'IEDOM du premier
trimestre 2006 paru en mai 2006
indiquait que la conjoncture cono-
mique s'est rvle atone et
que le context n'a pas t favo-










rable l'embauche dans la plupart
des secteurs d'activit .
Pour l'heure, la lettre de l'Institut
d'Emission des DOM (IEDOM) no
164 d'aot 2006 fait tat d'un
indice des prix en juin 2006 avec
une variation annuelle de + 2,6 %,
suprieure celle des autres
dpartements d'outre-mer et de la
France (+ 1,9 %). En juillet, la
hausse des prix a t nulle en
Martinique, mais de + 2,2 % en
glissement annuel,soit suprieure
de 0,4 % la France. EDF a t
autorise augmenter ses tarifs
d'lectricit de 1,7 % pour les par-
ticuliers computer du 15 aot
2006. Cadeau des vacances.
Le traffic aroportuaire enregistre
avec 788 848 passagers au pre-
mier semestre 2006 une frquen-
tation en hausse de + 2,6 % sur
2005. C'est la plus forte depuis le
premier semestre 2001 ( 824 400
passagers). Mais cela reste la plus
faible depuis dix ans (1996).
Le montant de la recette de l'oc-
troi de mer perue entire janvier et


juin 2006 s'lve 92 millions
d'euros, soit peu prs le mme
montant qu'au premier semestre
2005. Signe d'une stagnation des
importations et donc de la consom-
mation ? Au premier trimestre
2006, le credit la consommation
des mnages a augment de + 3,5
% et ceux l'habitat de + 2,4 %.
Ceux des entreprises de + 3,3 %.
L'endettement des mnages marti-
niquais reste suprieur celui des
mnages franais. Cela peut-il
continue indfiniment, mme en
hypothquant un mme bien
immobilier plusieurs fois avec les
nouveaux crdits dits rechar-
geables ?
Et le chiffre d'affaires de la
grande distribution augmente de
2,5 % en avril en cumul annuel ;
ce qui reprsente peu prs l'infla-
tion annuelle. La banane en mai
2006, avec 48 572 tonnes exp-
dies, est en recul de 8,7 % sur la
mme priode de 2005.
Le nombre de croisiristes atteint
59 335 de janvier juin 2006, soit


une nouvelle baisse de 1,7 % sur
l'anne prcdente.
A noter une hausse des ventes de
ciment de 11,7 % sur le premier
semestre 2006 en glissement
annuel. Indication d'une reprise
dans le secteur de la construction,
ce que semble dmentir la grogne
des transporteurs de matriaux de
la SOTRAMCA ?
Enfin, le nombre des demandeurs
d'emploi enregistrs par la
Direction du Travail s'tablit 36
403 en juin 2006, soit 0,9 % en
glissement annuel ; mais le nom-
bre de Rmistes est de 31 325 le
mme mois de juin 2006, en
hausse annuelle de + 0,8 %.
Les chiffres du chmage restent
une donne politique stratgique
en cette anne prlectorale :les
manipulations (radiations abusives
et crations d'emplois prcaires ;
cf justice no 30 du 27 juillet 2006)
restent l'ordre du jour.

[ Antoine GILLES


Le Gouvernementprpare la creation

d'un chbue transport

La question dupouvoir dachat des salaries restepose


Promis depuis septembre 2005 par
Dominique de Villepin, le chque
transport pour les salaries serait
sur le point d'tre cr par le
Gouvernement. C'est ce qu'a
annonc Thierry BRETON, le
ministry de l'conomie. Il s'agirait
de ragir enfin l'amputation du
budget des mnages par la flam-
be des prix des carburants.
Selon certaines informations, la
measure prendrait la forme d'un
chque de 30 euros, vers directe-
ment par l'employeur. Les entrepri-
ses seraient toutefois libres de l'at-
tribuer ou pas. Celles qui l'adopte-
raient bnficieraient d'un allge-
ment fiscal. Ce chque serait utili-
sable dans les stations-service ou
pour les transports en commun. Le
dispositif serait applicable au 1er
janvier prochain. Reste connatre


les modalits de son financement.
Pour Thierry BRETON ce sont
l'ensemble des acteurs qui
devront mettre la main la poche.
Les patrons de la CGPME ont
dj fait savoir leur refus catgori-
que de toute augmentation des
charges.
Reste savoir si et comment ce
chque transport s'appliquera
dans les DOM.
Les syndicats franais rappellent
que la hausse du cot de l'nergie
n'est pas la seule, en effet, peser
sur le pouvoir d'achat : dpenses
de logement et de sant, prix des
fruits et lgumes, etc.
Prsenter le future chque trans-
port ou une ventuelle nouvelle
augmentation de la prime pour
l'emploi l'tude comme l'indice
de la volont du gouvernement de


placer la rentre sous le signe
de la justice sociale n'est que de
la propaganda, car ces measures
ne compenseraient pas le manque
gagner accumul par des mil-
lions de salaries ces dernires
annes.
S'agissant enfin du cot des
transports il faudrait que les dispo-
sitions prises s'inscrivent dans une
incitation l'utilisation de trans-
ports en commun pour des raisons
la fois conomiques (ptrole
durablement cher) et environne-
mentales.
Enfin, comment imaginer que le
financement d'un tel chque trans-
port s'opre sans mettre contri-
bution les groups ptroliers qui se
gavent de profits sur la hausse des
prix de l'or noir ?
EDA.G.


w2ME~


ECOMI Jeui 31 ot 006 -Justce n05 age











CNCP .'XIIeJssemle gnrale

Prenons vraiment le pouvoir

dclare Robert Sa


i ~?F~B~v
nl.' ,,U-

% P; L;'~9,J '4


De nombreuses organizations politique avait rpondu present invitation du CNC
De nombreuses organizations politique avait rpondu present I'invitation du CNCP.


Dans le cadre de la XXIlle assem-
ble gnrale des Comits popu-
laires qui s'est tenue au Franois,
notre Parti, l'instar d'autres orga-
nisations, avait rpondu present
avec deux camarades Roger Riam
et Andr Constant, membres du
B.P. Marie Hlne Lotin. 2ime
vice prsidente du conseil regional
et membre du CNCP, a une nou-
velle fois justifi l'alliance MIM -
CNCP "car c'est dans le droit fil de
notre conception du consensus
politique, dans une perspective de
dveloppement de la Martinique".
Selon, elle, cette alliance permet
d'unir le people et de faire l'appren-
tissage de la souverainet et com-
mencer rsoudre nos problmes
tout en assurant qu'il reste
beaucoup faire.
Pour sa part, Robert Sa, le porte
parole de l'organisation, a dve-
lopp le thme Prenons vrai-
ment le pouvoir pour vivre enfin...
. Il a dclar Cela ne se fera
pas magiquement, mais cela se
fera assurment, si nous ralisons
trois conditions indispensables:
surmonter les divisions qui nous


dchirent, ; extirper des conscier
ces les ides fausses ancres pa
nos ennemis et enfin nous atteler
la mise en uvre d'un proje
consensuel de reconstruction a
bnfice de notre pays et de notr
peuples II s'est dit fier du fa
que notre people de plus en plu
se dfait de toutes les alination
que l'esclavage et l'alinatio,
avaient cultiv dans notre socit
(..) Les Martiniquais sont de plu
en plus nombreux recouvrer leu
identity. Nous sommes un peupl
original qui retrouve la fiert de se
solides racines africaines et qui
su crer un modle d'humanit o
cohabitent diffrentes composai
tes. Selon le porte parole
vivre notre identity, c'est
pouvoir dcider pour nous
en function de nos besoin
et de nos valeurs de ce qui
est bon pour nous. C'est-- u
dire que nous devons pren-
dre le pouvoir pour raliser
nos objectifs (...) Donc (I
prendre le pouvoir ne veut
pas dire prendre le contrle 1
des institutions (..) .Le


CNCP a raffirm la ncessit de
relancer la lutte pour l'volution
institutionnelle de la Martinique,
dans le cadre de notre droit l'au-
todtermination et pour l'accession
du people martiniquais la souve-
rainet. Dire que notre people
se dfait de toutes alinations
parait pour le moins optimiste
aprs notamment la fte bleu-
blanc -rouge pour la coupe du
monde de football. L'alination cul-
turelle fonctionne de manire
renouvele et contradictoire qu'il
faut bien mesurer aujourd'hui.
Sur le plan international, Robert
Sa appelle la solidarity avec
tous les peuples en lutte contre
l'imprialisme, notamment au
Moyen Orient o Isral constitute
l'arme de l'imprialisme yankee.
Cette XXIlle Assemble gnrale
S du CNCP. a manifest une volont
ir d'union et d'action des forces
populaires martiniquaise II serait
t judicieux de mettre en pratique les
u resolutions et intentions qui s'y
e sont manifestes dans l'intrt de
it la Martinique et de son people. A la
s tribune du CNCP. le Parti
s Communiste Martiniquais par la
n voix de notre camarade Roger
i. Riam a lanc une fois de plus un
s appel au rassemblement de toutes
,r les forces de progrs favorables au
e changement rel selon les former
s dterminer. Il propose la tenue d'
a Etat gnraux du Peuple
Martiniquais pour la responsabilit
S et le dveloppement vritable .

E A.C


n

re
Pa

or


Dans le prochain numro,
"JUSTICE" publiera
entretien que nous accord CAVA-
TERRA Giuiliano,
sponsable politique de Batasuna
irti poloitique du Pays Basque), II
tait l'invit du CNCP
s de sa XXIle assemble gnrale.












L 'union desforces deprogris

contre le capitalism, 'imprialisme

tour l'manciration dupeuple Martiniquais

Message du Parti Communiste Martiniquais la 12e" assemble gnrale du CNCP


Camarades du Conseil National des
Comits Populaires
Le Parti Communiste Martiniquais salue
trs fraternellement les dlgus du
CNCP presents la 12 assemble
gnrale de leur organisation, il salue
aussi tous Is reprsentants des organi-
sations invites qui partagent avec nous
les mmes idaux de libert, justice. de
paix et de lutte contre le capitalism et
l'imprialisme.
Votre assemble gnrale se tient dans
une situation international des plus
dangereuses. Aujourd'hui, gris par sa
victoire de la guerre froide, l'impria-
lisme amricain entend imposer en ma-
tre absolu de l'univers pour soumettre
les peuples la doctrine capitalist et
aux rgles sauvages du libralisme co-
nomique.
Le souci des USA et des autres Etats
vassaux n'est ni la defense de la libert,
ni la satisfaction des besoins essentiels
de ces millions d'tre human victims
de la soif, de la faim de la maladies et
de la misre. Ils visent uniquement leur
fiert national et la domination militaire
et conomique du monde pour la satis-
faction des intrts de leurs multinatio-
nales.
La lutte contre le terrorism sert de pr-
texte la multiplication des operations
militaires contre tous les rgimes politi-
ques qui ne leur conviennent pas. Aprs
l'Afghanistan, ils ont envahi l'Irak qu'ils
ont plong dans un effroyable chaos. Ils
soutiennent toutes les agressions
d'lsral contre les autres peuples du
Moyen-Orient et en particulier le Liban
o le Hezbollah lutte contre la colonisa-
tion des terres palestiniennes. Il parait le
plus vident que c'est la non application
de la Rsolution N* 181 du Conseil de
Scurit de l'ONU prconisant la cra-
tion de deux Etats (Isral et Palestine)
qui cre cette tension international.
Et voila qu'ils se prparent attaquer
l'Iran au motif que ce pays se doterait de
l'arme nuclaire alors que plusieurs
Etats don't Isral. qui non pas sign la
convention de non proliferation, la pos-
sdent.
Le progressistes du monde doivent se
mobiliser pour exiger une solution politi-
que au Moyen-Orient car seule une paix
just et durable peut diminuer vraiment
la tension.
Plus prs de nous, l'imprialisme amri-
cain accentue sa pression contre Cuba
contre lequel, il multiple les manceuvres


criminelles. La rcente champagne de
dsinformation mene, occasion de
l'accident de sant de Fidel Castro,
contre le gouvernement communist de
ce pays pourtant massivement soutenu
par son people donne l'ampleur de
l'agressivit de cet imprialisme. Mais,
camarades, les peuples ne se laissent
pas toujours dominer. Dans plusieurs
pays d'Amrique, latine notamment, ils
ont retrouv leur fiert national. Ils lut-
tent pour le contrle de leurs richesses
nationals et les mettre au service de
leur propre dveloppement. Les initiati-
ves de l'Alternative bolivarienne sous
l'impulsion d'Hugo Chavez et la nationa-
lisation des richesses ptrolires par
Evo Morales en Bolivie sont des exem-
ples probants. Cette opposition l'im-
prialisme doit tre l'un des ciments de
la solidarity des organizations anticolo-
nialistes de la Martinique. des peuples
de la Carabes et monde entier.
L'autre fondement de cette solidarity
doit tre pour nous. Martiniquais. la
volont de nous rassembler pour sortir
notre pays de la dramatique situation
dans laquelle il s'enfonce chaque jour
davantage. Point n'est besoin pour nous
Martiniquais et pour les militants du
CNCP d'un tableau dtaill de la situa-
tion de l'tat de notre pays. Nous
savons qu'en dpit des affirmations offi-
cielles qui prsentent la Martinique
comme un pays riche, notre situation
conomique et social est des plus criti-
ques. Avec un chmage qui touche au
moins 30% de la population, une prca-
rit croissante et l'assistanat qui est
devenu un mode de vie permanent.
Notre agriculture est en dclin : la
banne sacrifi par l'Europe au profit des
multinationales amricaines est
condamne de mort lente ; l'ananas en
chute libre, l'levage en recul. C'est la
dilapidation des terres agricoles au pro-
fit de la speculation foncire et immobi-
lire dchane, entretenue par la dfis-
calisation. C'est la concurrence de l'im-
portation. Voila notre pays pris dans le
tourbillon de la socit capitalist de
consommation et des milliers de
Martiniquais frapps de surendette-
ment, pendant que les profiteurs du sys-
tme s'enrichissent sans oublier les
graves menaces qui pse sur notre
environnement et sur la sant de nos
compatriotes avec l'usage massif et ill-
gal de la chlordcone.
Sans computer les ravages de la dro-


gues, de la violence, de toute forme de
dlinquance, du genocide par substitu-
tion qui s'amplifie et qui menacent l'exis-
tence m^me de notre people.
Pouvons nous continue nous satis-
faire de ce systme de colonie -dpar-
tementale qui maintient une conomie
dsarticule et une organisation admi-
nistrative don't chacun connait la com-
plexit et l'inefficacit. Face ce constat
que nous partageons, le moment n'est-il
pas venu de changements don't notre
pays a tant besoin ?
L'chec de la consultation 7 dcembre
2003 sur l'volution institutionnelle de la
Martinique a prouv que c'est l'extrme
divisions des forces de progrs qui nous
a empche de gagner la bataille du
changement
Oui, camarades du CNCP, nos organi-
sations n'ont pas la mme histoire, mais
nous partageons les mmes idaux .
Nous avons aussi envie l'une que l'autre
de voir notre people s'engager sur la
voie de la souverainet et enfin maitre
de son propre destin. Nous visons le
mme objectif de gagner aujourd'hui la
bataille pour la responsabilit et pour le
dveloppement vritable. Les divergen-
ces d'apprciations tactiques qui nous
diffrencient ne sauraient tre un obsta-
cle au rassemblement de nos nergies.
L'intrt suprieur de notre pays et de
son people doit tre la principal bous-
sole de notre engagement. C'est la divi-
sion, qui dsoriente notre people et qui
pousse notre jeunesse se dtourner
de la politique.
Camarades, le Parti Communiste
Martiniquais profit de votre tribune
pour lancer, une fois de plus un appel
solennel au rassemblement de toutes
les forces de progrs favorables au
changement rel sous des formes
dterminer ensemble.
Pour notre part. nous proposons la
tenue d' Etat Gnraux du Peuple
Martiniquais pour la Responsabilit et le
Dveloppement Vritable ". C'est pro-
position dbattre. Car la survive de
notre people l'exige
Notre Parti souhaite plein succs vos
travaux et que votre organisation sorte
renforce de cette assemble gnrale.
Vive le CNCP !
Rassemblons nous pour le salut de
notre pays afin de pouvoir un jour vivre,
travailler et dcider nous-mmes en
Martinique.








DNLEM NEJu i 3Ao 20 -eJustice nc 3 Pag 12


Hugo Chavez, Prsident du Vnzu
et HU JINTAHO, Prsident de la Rpublique
Pour la 4ime fois en visit offi-
cielle en rpublique de Chine, le
president Vnzulien a sign une
trentaine d'accords de cooperation
conomique s'ajoutant aux
accords ptroliers. Ces conven-
tions portent sur le domaine de la
culture de l'agriculture, de la
construction de logement. des


infrastructures,
etc. Hugo
Chavez a dclar
l'issue de sa
rencontre avec
HU JINTAHO,
son homologue
chinois que le "
V n z uaer de
Vnzula
deviendra
term l'un des
principaux four-
la nisseurs de
de Chine ptrole de la
Chine".
Pkin et Caracas vont essayer de
crer une socit pour prospecter,
les gisements de l'Ornoque. Situ
dans I'Etat vnzulien
d'Anzoatgui, ce site est considr
comme l'une des plus importantes
reserves mondiales de ptrole.
Voici qui dplaira aux amricains


et aux trusts du ptrole. Depuis
2001, les partenariats stratgi-
ques, conomiques entire la Chine
et le Vnzula, se sont beaucoup
amplifis au point que le
Vnzula est devenu le principal
destinataire des investissements
chinois en Amrique latine. La
Chine est le partenaire commer-
cial privilgi du Vnzula.
Notons que ces rapports sont
bass sur le principle des relations
solidaires entire nations et rejettent
toute conception de vassalisation
ou de colonisation. Enfin la Chine
s'est engage soutenir la candi-
dature du Vnzula au poste de
membre non permanent du
Conseil de Scurit de l'ONU.

A.C


Palestine

Arrtez lesperscutions d'israe


Le vote de la resolution 1701 sur
l'agression d'lsral contre le
Liban, ne doit pas nous faire
oublier la dramatique situation
en Palestine. Le gouverne-
ment d'Hhud Holmert conti-
nue de bombarder GAZA,
crant des conditions de vies
inhumaines. Ici, ce n'est pas
le Hezbollah qui serait pour-
chass mais le Hamas.
L'arme isralienne pratique
des raids sanglants et crimi-
nels au nom de la lutte pour
sa scurit. Un cynisme a nul
autre pareil. Depuis le 24 juin,
les soldats de l'arme isra-
lienne ont tu 200 Paletiniens,
don't 43 enfants et 10 femmes,
blessant 715 personnel. Isral a
dnomm ces actes de barba-
ries, operation Pluie d't . Il


a alors arrt des responsables
du Hamas don't 8 ministres et
24 parlementaires Cette situa-
tion de violence cre par l'Etat




-end






La barbarie isralienne
au vu et sans reaction de la communaut internatior
sioniste est dlibre et s'ac-
compagne de la volont mani-
feste de crer le chaos Gaza et
en Cisjordanie. Sans oublier que
des sanctions financires,


accompagnes d'un blocus co-
nomique ont t prise contre le
gouvernement Palestinien aprs
les lections dmocratiques
Sremports par le Hamas. Ces
decisions engendrent une
situation conomique explo-
Ssive : les fonctionnaires et
4 salaries du privs ne isont pas
r rmunrs. Il est donc urgent
que l'ONU et la communaut
Sinternationale don't l'Union
Europenne ne se montrent
S plus complices de cette situa-
tion tragique faite au people
nale palestinien. Des consquen-
ces dramatiques sont pr-
voir et l'autorit palestinienne
n'en subira pas seule la respon-
sabilit.

3 A.C.














Prisidentielles : Rien n 'estou !


Les mdias, au service de la droite
librale au pouvoir multiplient les
sondages concernant le couple
Sgolne Royal Nicolas Sarkozy.
Pour ces mdias, point n'est
question de susciter un quelcon-
que dbat d'ide autour du project
de socit. Loin de l huit mois
de l'lection prsidentielle, ils
veulent conditioner l'lectorat,
rduire cette chance un duel,
sinon un duo, ou pire un combat
de coqs. Nous sommes inonds de
sondages et de petites phrases
Ainsi. celui de I'IFOP, largement
diffus le week-end du 19 Aot
dernier, indique que 55% des son-
ds prfrent la personnalit de
Sgolne Royal celle de Nicolas
Sarkozy. Une indication de prf-
rence, pas une intention de vote.
Mais ce que les mdias ont moins
mis en avant, c'est que la mme
enqute rvle que 51% estime
que le PS n'est pas proche des
proccupations des Franais, 54%
qu'il ne s'oppose pas suffisamment
au gouvernement et 61% qu'il n'a
pas de project pour la France.


Pourtant rien n'est encore jou. Il
suffit de se souvenir des dernires
prsidentielles. Mais mieux. en
2005 lors du rfrendum sur la
question europenne les partisans
du Oui la politique librale taient
certain de l'emporter selon les
sondages. La puissante mobilisa-
tion populaire a fait capoter en
France, cette constitution euro-
penne de conception ultra lib-
rale, hlas appuye par une parties
des socialists sous la direction de
Franois Hollande, avec Sgolne
Royal partisan du oui
Ce qui signifie qu'en dpit des son-
dages actuels, rien n'est encore
gagn d'avance. Non seulement
le vritable dbat de socit
devrait s'engager, mais surtout
l'union des forces dmocratiques
et populaires autour d'un pro-
gramme devra se raliser. Le vrai
problme n'est pas de savoir
quelle personnalit va l'emporter
mais bien quel programme vaincra
au profit de qui ? Quelle politique
la gauche entend mener et com-
ment la mener Et ce qu'il en rsul-


tera pour le people de l'outre-mer?
Faudra t-il travailler davantage,
partir plus tard la retraite, tre
soign dans des hpitaux dlabrs
ou, au contraire va-t-on border
la ncessaire dcolonisation des
dits DOM. Le Medef continuera t-il
dicter sa politique, influence
l'conomie en bnficiant d'exon-
rations (24milliards d'euros prvus
en 2006) de pratiquer les dlocali-
sations et d'engranger des profits
exorbitant. C'est sur ces choix
que la vraie gauche doit se posi-
tionner,car avec Sarkozy ou
LePen, la droite possde son pro-
gramme et ses mthodes mus-
cles. La proposition renouvele
de Marie Georges Buffet pour une
rencontre de toutes les forces de
gauche en septembre, demeure
une des seules voies d'accs pour
crer les conditions d'un succs
durable non d'une simple alterna-
tive entire droite et sociaux lib-
raux.


O A.C.


N ON i -i -i l Jusice -i.age2


AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donn de la constitutii
Socit prsentant les caract
suivantes
Forme : Socit responsabilit
Denomination : SUN ELECT
Sige social: Chez MR BEF
Flix, Desmarinlre. chemin d
ces 97215 RIVIERE SALEE
Objet : Travaux d'lectricit g
toutes operations industrielle
merciales. financires. mobll
immobiliores se rattachant
social
Dure : 99 annes
Capital 1500 Euros
Grance Monsieur BERNADINE
Demeurant Desmariniere 9721!
Sale
Immatriculation au RCS de
France
Pour avis

Avis de modification statute
Socit NET ECLAIR
Socit a responsabilit limite
tal de 7500 Euros
Sige social : 8 alle des c
97231 Le ROBERT
N' d'immatriculation au Reg
commerce et des socites
SIRET n' 48488458000016
Par dlibration en date du
2006. l'assemble gnrale e
naire des associs a modified l'ar
7 des status ainsi qu'il suit :
Modification du sige social
dsormals MOULIN Vent ai
97231


N
on d'une
ristiques
e limite
RNADINE
es sour-


Modifications des parts sociales,
Monsieur Yves SEGUIN CADICHE cde
Monsieur Xavier MANGIN 100 parts
sociales
Le dpt lgal sera effectue au greffe du
tribunal de commerce
Pour avis. le grant


nrale et SCI SOLEIL DE BELFOND
s, com- AVIS DE TRANSFER DU SIEGE
ires et SOCIAL
Sl'objet Aux terms d'une delibration on date
du 17 janvier 2006. l'assemble gnrale
extraordinaire a dcid de transfrer le
sige social :
Flix Ancienne mention : 147 Imm. Auteull
5 Rivire Les hauts de St James 97232 LE
LAMENTIN
Fort de Nouvelle mention : 149 rue du
Professeur Raymond Garcin route de
Didier 97200FORT DE France
FA 6709 En consequence l'article 4 des status
sera modifi
aire Pour avis. le Grant
FA 6711
au capi-
SARL EUROCASERV au capital varia-
ocotiers ble de 7620
Sige social : 11. Impasse de la Famille
istro du Enclos 97233 SCHOELCHER
Enregistr au R.C de Fort de France
sous le numro 480 945 898 00017
25 juillet Suivant decision unanime des associs
xtraordl- en date du 21 Aot 2006 :
article 5 et les associs ont dcid de crer une
activity secondaire :
qui sera LOCATION DE VEHICLE, computer
u Robert 21 Aot 2006.
En consequence. los status on te


modifis comme suit :
Activity secondaire
Location de vhicule
Le rested de l'article rested inchang
Pour avis. le Grant
FA 6712


AVIS DE DISSOLUTION ANTICIPEE
A.A.C.T.I
Socit responsabilit limite au
capital de 7750Euros Sige social :
Immeuble Marie Sainte, Z.l la jambette
97232 le Lamcntin.
N' SIRET: 443 856 364 00015 APE
703A -CT 157-CG 103G
Aux terms d'une assemble gnrale
extraordinaire en date du 28 Juillet 2006.
les associes ont decides de la dissolu.
tion anticipe de ladite socit comp-
ter de ce jour.
M. Karl DESBORDES est nomm liqui-
dateur.
Le siege de la liquidation est fixed l'im-
meuble Marie -Sainte. ZI la Jambette
97232 le Lamentin. C'est cette adresse
que la correspondence devra tre
adress et que les actes et document
devront tre notifis.
Les actes et les pices relatifs la liqui-
dation seront dposs au registre du
commerce et des societs de Fort De
France
Pour avis et mention
Kart DESBORDES, Liquidateur
FA 6713
Avis de constitution
Par acte SSP en date du 14 aot 2006. il
a t constitu une Entreprise
Uniporsonnello a responsabilit limitoo


(EURL) au capital de 8.000.00 Euros.
ANA B. DIFFUSION EURL
Sige social : Habitation La Michle,
97223 LE DIAMANT
Objet : Toutes activits dans le
domaine de l'import export de products
capillaires.
Dure : 99 ans computer de l'immatri-
culation au registre du Commerce et
des Socits de Fort de France
Grant : Melle Analle BAKER. demeu-
rant au 24 Habitation La Michle (97223
LE DIAMANT), nomme garanto pour
une dure indtermine
La grance
FA 6714
Avis de constitution
Par acte SSP en date du 14 aot 2006. il
a t constitu une Entreprise
Unipersonnelle responsabilit limite
(EURL) au capital de 8.000.00. NIKEL
CHROME SERVICES
Sige social : Immeuble Ginette Ozier
Lafontaine. Quarter Mondsir. 97220 LE
MARIN
Objet : Toutes activits et services
dans le domaine du lavage, du net-
toyage de tous types de vhicules.
Dure : 99 ans computer de l'Immatricu-
lation au registry du Commerce et des
Socits de Fort de France
Grant : M. Herv GONZALVE demeu-
rant Immeuble Ginette Ozier
Lafontaine. Quarter Mondsir. 97220 LE
MARIN. nomm grant pour une duress
indtermine.
La Grance
FA 6715











A EJe 3A 26J-n P


AVIS RECTIFICATIF
au Journal JUSTICE N' 23 du 8 juin
2006
ENTREPRISE' BTP Sarl
Ros. Le Levant 2 bat D n' 21 97224
DUCOS
Capital social lire : 7625 au lieu de
7622.45
Fa 6716

Etude de Matres Evelyne GUATEL
& Sandra GERMAIN -PORSAN
CLEMENTE
Notaires Associes Fort de France
(Martinique). Immeuble Trident
Btiment A, 2ime tage Lotissement
Montgralde
Avis de constitution
Suivant acte recu par Maitre Sandra
GERMAIN POSAN CLEMENTE. Notaire
Associ de la Socit Civile
Professionnelle .. Evelyne GUATEL et
Sandra GERMAIN. PORSAN CLE-
MENTE. Notaires Associs .' FORT
DE FRANCE (Martinique) Immeuble
Trident Btiment A. 21me tage
Lotissement Montgralde, le 30 mal
2005 enregistr FORT DE France. le 3
juin 2005. a t constitute une socit
civil immobilire ayant les caractristi-
ques suivantes :
La socit a pour objet : Lacquisition
par voie d'achat ou d'apport, la pro-
prit, la mise en valeur, la transforma-
tion. la construction l'amnagement,
administration et la location de tous
biens et droits immobiliers, de tous
biens et droits pouvant constituer l'ac-
cessoire, l'annexe ou le complement
des biens et droits Immobiliers en
question.
La Socit est dnomme : SCI FRAN -
CHRIS
Le sige social est fixe : SAINTE
MARIE DE LA MARTINIQUE (97230),
Saint Jacques
La socit est constitute pour une
dure de 99 annes
Le capital social est fixe la some de
: MILLE EUROS (1000.00)
Les apports sont en numraires
Toutes les cessions de parts. quelle que
soit la quality du ou des concessionnal-
res, sont soumises a l'agrment prala-
ble l'unanimit des associs.
L'exercice social comme le 1er janvier et
finit le 31 dcembre de chaque anne
Les associs nomment pour le premier
grant de la socit Mademoiselle
Christine PERASTE
En quality de co- grant : Monsieur
Frantz PERASTE
La socit sera immatricule au registre
du commerce et des socits de FORT
DE FRANCE
Pour avis, Le Notaire
FA 6717

Etude de Maitres Evelyne GUATEL &
Sandra GERMAIN -PORSAN CLE-
MENTE
Notaires Associs Fort de France
(Martinique), Immeuble Trident
Btiment A. 2ime tage Lotissement
Montgralde
Avis de constitution
Suivant acte recu par Maitre Sandra
GERMAIN POSAN CLEMENTE. Notaire
Associ de la Socit Civile
Professionnelle Evelyne GUATEL et
Sandra GERMAIN- PORSAN CLE-
MENTE. Notaires Associs .' a FORT
DE FRANCE (Martinique) Immeuble
Trident Btiment A. 21me tage
Lotissement Montgralde. le 30 mal
2005 enregistr FORT DE France. le
03/06/2005. a t constitute une socit
civil immobilire ayant les caractristi-
ques suivantes
La socit pour objet : l'acquisition
par voie d'achat ou d'apport de tous
immeubles et la construction sur ceux
-ci de tous bien de toutes destination. la
vente en totality ou par lots de ces
biens, a terme, en tat future d acheve-
ment ou aprs achvement.
La socit est dnomme SSCV
ORCHRISTZ
Le siege social est fixe a : Fonds Saint
Jacques SAINTE MARIE (Martinique)
La socit est constitute pour une
dure de 50 ans computer de son imma-
triculation au Registre du Commerce et
des Socits sauf le cas de prorogation


ou de dissolution anticipe. Le capital Caracteristiques principles : Travaux
est fix la some de mille euros de rehabilitation de 12 logements exis-
(1.000.00 ). tants et creation d'un logement suppl-
Les apports sont en parties en nature et mentaire
en parties en numraire March divise en lot : Non
Toutes les cessions de parts, quell que II sera trait a prix global et forfaitaire.
soit la quality du ou des concessionnai- Les variantes et les options sont autori-
res. sont soumises l'agrment prala- ses.
ble l'unanimit des associs. Dure du march ou dlai d'excution :
L'exercice social commence le 1er jan- 7 mois
vier et finit le 31 dcembre de chaque CONDITIONS RELATIVES AU MARCHE
anne. Modalits essentielles de financement
Le premier grant de la socit est et paiement : subventions Etat, CAF.
Monsieur Frantz PERASTE et en qua- ADI: Conseil Gnral et commune.
lite do co-grant Mademoiselle Christine CONDITIONS DE PARTICIPATION
PERASTE 1. Critres de selection des candidatu-
La socit sera immatricule au registry res : Fournir I'ensemble des pices
du requises l'appui des candidatures et
du commerce et des socits de Fort numres a l'article 46 du code des
de France marchs publics. Prsenter des garan-
Pour avis, le Notaire ties techniques et financires suffisan-
FA 6718 tes par rapport l'objet du march.
Le candidate devra fournir les renseigne-
SOCIETE INDUSTRIELLE DE TRAITE- months concernant sa situation propre et
MENT DE LINGE DE MARTINIQUE les formalits ncessaires pour l'va-
S.I.T.L.M luation de sa capacity conomique.
SARL au Capital : 331 740 euros financire et technique requise notam-
Sige social : Zone de la Jambette ment :
97232 LE LAMENTIN la lettre de candidature DC4.
R.C.S de Fort de France : B 384 678 -la declaration du candidate DCS,
927 les declarations sur l'honneur prvues
Aux terms de la decision prise par l'as- aux articles 45 et 46 du code des mar-
soci unique de la society le 16 aot chs publics,
2006. la dissolution de la socit confor- l'attestation de non condemnation
mment l'article 1844.5 du Code Civil a pour infraction au code du travail.
t prononce. SI le candidate est en redressement
Les creanciers sociaux disposent d'un judiciaire, la copie du ou des jugements
droit d'opposition a exercer dans les 30 prononcs cet effect,
jours de la prsente publication. l'extrait K bis.
Les opposition devront tre prsents les documents relatifs aux pouvoirs de
devant le tribunal de commerce du lieu la personnel habilite pour engager l'en-
du sige social de la socit. treprise.
La dissolution mettra fin au mandate du le chiffre d'affaires hors taxes ralis
grant Monsieur Francis PORRY au course des trois dernires annes,
A l'issue du dlai d'opposition. s'op- un tat des rfrences professionnel-
rera la transmission universelle de tous les au course des trois dernires annes.
les actif et passifs de la socit au pro- en rapport avec l'objet du march,
fit de la socit LOCATEX qui poursui- un tat indiquant I'outillage, le matriel
vra l'exploitation et l'quipement technique don't dispose
Le dpt lgal sera effectu au Greffe du le prestataire ou l'entrepreneur,
Tribunal de Commerce de Fort de les certificates de qualifications profes-
France sionnelles.
Pour avis, l'associ unique les attestations d'assurance,
FA 6719 un tat des moyens humans don't le
candidate dispose pour l'excution des
Society PROTEX travaux.
SARL au Capital de 375 800euros CRITERES D'ATTRIBUTION
Sige social : ZI de Trianon L'offre conomiquement la plus avanta-
97240 LE FRANCOIS geuse sera apprcie en function des
R.C.S de Fort de France : critres numrs ci-dessous avec leur
B 384 621 603 pondration:
Aux terms de la decision prise par l'as- 1- La valeur technique de 'offre (35 %)
socle unique de la socit le 16 aot 2- Le prix (35 %)
2006. la dissolution de la socit confor- 3- Le dlai d'excution (30 .%)
moment l'article 1844.5 du Code Civil a TYPE DE PROCEDURE
t prononce. Appel d'offres ouvert, suivant les arti-
Les cranciers sociaux disposent d'un cles 57 59 du CMP
droit d'opposition exercer dans les 30 CONDITIONS DE DELAI
jours de la present publication. 1. Date limited de reception des offres :
Les opposition devront tre prsents le lundi 11 septembre 2006 16 heures
devant le tribunal de commerce du lieu 2. Dlai de validit des offres : 120 jours
du sige social de la socit. computer de la date limited de reception
La dissolution mettra fin au mandate du des offres
grant Monsieur Francis PORRY AUTRES RENSEIGNEMENTS
A 'issue du dlai d'opposition, s'op- 1. Adresse auprs de laquelle des ren-
rera la transmission universelle de tous seignements administratifs peuvent tre
les actif et passifs de la socit au pro- obtenus :
fit de la socit LOCATEX qui poursui- Mlle ELBENE
vra l'exploitation Mairie du Vauclin
Le dpt lgal sera effectu au Greffe du Tl : 0596 74 40 40 / poste 223
Tribunal de Commerce de Fort de 2. Adresse auprs de laquelle des ren-
France seignements techniques peuvent tre
Pour avis. 'associ unique obtenus:
FA 6720 Les Services Techniques/ M. EBROIN
Ville du Vauclin
AVIS D'APPEL PUBLIC Tl : 0596 74 40 40 Poste : 212
A CONCURRENCE Tlcopie : 0596 74 44 11
3. Adresse auprs de laquelle les docu-
IDENTIFICATION DE LORGANISME OUI ments peuvent tre obtenus :
PASSE LE MARCHE Le dossier de consultation des entreprl-
Nom do l'organisme : Commune du ses (DCE) est retire aupres dos sorvi-
VAUCLIN ces techniques de la Ville du Vauclin.
Personne Responsable du March : Le 4. Adresse auprs de laquelle les candi-
Maire de la Ville. Raymond OCCOLIER. datures et les offres doivent tre
Adresse : Mairie 2. rue Collignon envoyes :
97280 Le VAUCLIN MARTINIQUE Mairie du VAUCLIN
Tlphone: 0596 74 40 40 2. rue Collignon
Tlcopie : 0596 74 44 11 97280 Le VAUCLIN
Date d'envol du present avis la publi-
cation : le jeudi 10 aot 2006
OBJET DU MARCH FA 6721
Objet du march : Rhabilitation des
logements de transit de Morne-Raquette
Type de march de travaux : Excution
Lieu d'excution : Le VAUCLIN


E.U.R.L VSMX COURSES
AVIS DE CONSTITUTION
Par actor SSP on date Fort de France
du 04 Aot 2006
Forme : EURL
Denomination :VSMX COURSES
Sige social : 22, lotissement Long
Pr 97232 LE LAMENTIN
Objet : L'activit de coursiers pour
entreprises et particuliers
Capital : 7 000.00 en nature
Dure : 99 ans
Grant : Monsieur VINCENT -SULLY
Max,
demeurant 22. lotissement Long Pr
97232 LAMENTIN
Immatriculation de la societ au RCS
de Fort de France
Pour avis
FA 6722

S.A.R.L CARAIBES STRUCTURES
Z.A.C. les Coteaux 97228 (SAINTE
LUCE MARTINIQUE)
R.C.S 481 495 000 2005 B 333
AANNONCE LEGAL
Aux terms d'une assemble gnrale
mixte de la socit sus nomme, en
date du 22 Juillet 2006, Il a t dcid :
De nommer comme unique Grant
pour une dure illimite Monsieur
Jean Claude RODONY. Artisan de
nationalit Franaise, n le 20 septem-
bre 1955 au Robert (MARTINIQUE) et
demeurant n" 50 Lotissement Les
Gardnias. Quarter Les Coteaux,
972228 Sainte Luce (MARTNIQUE), en
replacement de Madame LABEAU-
FIDELIN Sandra Patricia, dmission-
naire
Pour avis, le grant
FA 6723

AVIS DE CONSTITUTION
Suivant acte sous seing priv en date
24 Aot 2006, il a t constitu une
socit rgle par la loi et les disposi-
tions rglementaires en vigueur, don't
les caractristiques sont les suivantes

Denomination : Socit MG ENERGY
Forme : Socit par actions simpli-
fies
Sige social : 42 rue Garnier Pages.
97200 Fort de France
Objet succinct : Prise de participa-
tions dans toutes operation relatives
aux nergies
Dure : 99 ans
Capital social : 150 000.00 euros
Clause restreignant la libre cession
des part : Toute cession d'action est
soumise l'agrment pralable des
actionnaires
Avantages particuliers : Nant
President de la socit : Mr Ralph
MONPLAISIR. demeurant Habitation
Maniba. 97222 Schoelcher
Commissaire aux competes :
Titulaire : la socit KPMG
Entreprise, Centre d'Affaire
Valmenire, 97200 Fort de France
Supplant : Gilles DEFERT, 39 rue
Garner Pages 97200 Fort de France
RCS Fort de France le 24 Aot 2006
Pour avis
R. MONPLAISIR
FA 6724

Annonce lgale
Par acte sous seing priv du 26 juillet
a t cre une socit responsabilit
lmite prsentant les caractristiques
suivantes
Denomination : PAN Atlantic
Objet : la boulangerie, la fabrication
de pain et viennolserie
Siogo Rue Schoolchor 97214 Lorrain
Dure : 99ans
Capital :10 020 euros
Grant Meslien MENIR
Pour avis
Le grant
FA 6725

Annonce lgale
Par acted sous seeing priv du 3 juin
2006 enregistr aux Impts le 11 aout
2006. sous bordereau n' 2006 701
case n' 5. il a t constitu la socit
la society civil Immobilire :
Denomination AKWABA 2











I Je i 31 A 0 J3 P


Objet : acquisition de biens immobiliers
Sige: centre commercial Place d
Armes 97232 Lamentin
Dure : 99ans
Capital : 1500 euros
Grant : Catherine Forest
Pour avis du grant.
FA 6726

Avis
Modification des status, Changement de
Grance et Augmentation du Capital
SARL BATIMENT MARTINIQUE
Suite l'Assemble Gnrale
Extraordinaire tenue le 02 Aot 2006 en
son sige social. les associs de la
SARL BATIMENT MARTINIQUE ont pro-
cd aux modifications suivantes :
Cession des parts de Messieurs Ralph
ANDRE et Eddy OULY au profit de la
SAS ANOU
Nomination de Mademoiselle Dina
NDRE au poste de GERANT en lieu et
place de Messieurs Ralph ANDRE et
Eddy OULY co-grant.
Augmentation du capital par incorpora-
tion de reserves pour le porter de 7
700euros 30 800euros
Mentions nouvelles :
MARTINIQUE BATIMENT
SARL au capital de 30 800euros
Adresse : 15 rue Georges EUCHARIS
Immeuble POSEIDON
Lotissement stade de Dillon 97200 Fort
de France
Grante : Melle Dina ANDRE
FA 6727
AVIS D'APPEL PUBLIC A LA CONCUR-
RENCE

Identification de l'organisme qui passe le
march :
Conseil Rgional de la Martinique
Service des Marchs et de la command
publique,
Rue Gaston Defferre Cluny 97200 Fort-
De-France Martinique, tl : 05 9659-63-
00 / tlcopie : 05 96 72-68-10
Adresse Intemet : http://www.cr-martini-
que.fr rubrique Marchs publics
Personne responsible de march :
Le President du Conseil Rgional de la

Martinique
Procedure de passation :
Procedure adapte en vertu de l'article
28 du Code des Marchs Publics (CMP)
Objet du march :
Ralisation de sondages tudes go-
techniques Mission de type G12 rela-
tive la construction de l'Institut Rgional
de Formation aux Mtiers du Sport et de
la Jeunesse.
Rfrence d'indentification du march
ST-EGEO-06-029
Caractristiques principles :
Objectif gnral de la prestation
La prsente consultation a pour objet
l'excution d'une mission d'tudes go-
techniques de type G12 conformment
aux dispositions de la norme NFP 94-500
(Etude de faisabilit des ouvrages go-
techniques) sur le site d'implantation de
l'Institut Rgional de Formation aux
Mtiers du Sport et de la Jeunesse -
Parcelle de 6ha75 localise dans la com-
mune du Lamentin Quartier Mangot
Vulcin

Autre :
transmission par voie dmatrialise:
autorise
Dure d'excution du march :
Le candidate devra faire une proposition
de dlai
Adresse auprs de laquelle les docu-
ments peuvent tre obtenus:
Le dossier de consultation des entrepri-
ses sera remis gratuitement par le ser-
vice des marchs et de la command
publique
Rue Gaston Deferre Cluny 97200 Fort-
De-France
Tel : 0596 59 63 00
Lors du retrait du DCE, le candidate devra
foumir tout lment d'identification per-
mettant de le contacter en cas de besoin.
Ce document peut tre galement tl-
charg l'adresse Internet sus indique.


Conditions de participation
Critres de jugement des offres
- valeur technique des offres (notamment
la note mthodologique)
- dlai d'excution
- prix de la prestation
Pices requises
Liste numre dans le dossier de
consultation. Il s'agit en particulier de :
Lettre de candidature et declaration
du candidate (modles joints au dossier
de consultation),
Moyens techniques affects la
prestation,
Comptences et Rfrences pour
des prestations similaires effectues
durant les 3 demires annes,
Elements permettant d'apprcier les
capacits techniques et financires du
candidate.
Dlai de validit des offres :
180 jours
Adresse auprs de laquelle les rensei-
gnements d'ordre administratif peuvent
tre obtenus :
Conseil regional de la Martinique
(Service des marchs et de la com-
mande publique) ou en ligne l'adresse
sus indique
Date limited de reception des offres
LE LUNDI 11 SEPTEMBRE 2006 12
H 00 (heure de Martinique)
Adresse laquelle les offres doivent tre
envoyes :
Reception des offres par pli recommand
ou contre rcpiss au Conseil Rgional
de la Martinique Service des Marchs et
de la Commande Publique rue Gaston
Deferre -Cluny 97200 Fort-De-France
Martinique ou en ligne l'adresse
Internet sus indique
Dlai laiss au candidate attributaire pour
produire les attestations sociales et fis-
cales
8 jours calendaires
Autres renseignements
Procedure dmatrialise
Le Conseil regional de Martinique met
gratuitement la disposition des candi-
dats une plate-forme de dmatrialisa-
tion accessible via l'adresse Internet sui-
vante : http://www.cr-martinique.fr -
rubrique marchs publics
Cette plate-forme permet notamment
(muni de la rfrence d'identification du
march porte au present avis d'appel
public la concurrence) :
-la recherche des consultations passes
par la Rgion Martinique
le tlchargement des avis, rglement
de consultation et DCE
-la transmission par voie lectronique
des dossiers d'offre
Pour le tlchargement du DCE les
candidates sont invits bien renseigner
le champ e-mail en ce sens que
cette adresse pourra tre utilise afin de
les informer des ventuelles modifica-
tions apportes au DCE.
S'agissant de la transmission des offres
par voie dmatrialise, la personnel
habilite engager l'entit candidate doit
tre titulaire d'un certificate lectronique
de classes 2 ou 3 dlivr par un presta-
taire agr afin de signer son offre (voir
liste des prestataires agrs en page
d'accueil de la plate-forme)
L'envoi en deux temps des dossiers d'of-
fre est autoris : les candidates ayant
adress l'empreinte de leur offre avant la
date limited de remise des offres auront un
dlai de 16 h 00 compt partir de l'en-
voi de l'empreinte pour faire parvenir leur
dossier d'offre lui-mme dans le cof-
fre-fort lectronique de la Rgion.
Date d'envoi du present avis la publica-
tion :
VENDREDI 25 ABOUT 2006
FA 6728

Cabinet de Matre Mose CARETO
Avocat la cour
1, rue de l'cole Htelire
97233 SCHOELCHER
Tel : 0596 71 27 39
fax 0596 71 27 40
Avis de constitution
Socit Civile Immobilire
SCI GAMELO
Par acte sous seing priv en date du 4


aot 2006, il a t constitu une socit
civil immobilire
Denomination social : SCI GAMELO
Capital 2000euros divis en 200parts
sociales de 10 euros chacune, entire-
ment souscrites et libres
Sige social ; C/o Madame POMPUIS
Gabrelle 24, lotissement Ramedace -
Chemin Bois- Neuf 97212 ST JOSEPH
Objet social : La proprit, l'acquisition
la gestion de tous immeuble usage
civil, rural ou commercial
Dure : 99 annes
Grant Madame POMPUIS Gabrielle
La socit sera immatricule au Registre
du commerce et des socits tenu au
greffe du tribunal de commerce de Fort
de France
Pour avis et mention
La grante
FA 6729

Cabinet de Maitre Mose CARETO
Avocat la cour
1, rue de l'cole Htelire
97233 SCHOELCHER
Tel : 0596 71 27 39
fax 0596 71 27 40
Avis de constitution
SCI ALIVAU
Par acte sous seing priv en date du 31
juillet 2006, il a t constitu une socit
civil immobilire
Denomination social : SCI ALIVAU
Capital 2000euros divis en 200parts
sociales de 10 euros chacune, entire-
ment souscrites et libres
Sige social ; C/o Monsieur Jos JO 4,
rue Jean Jaurs 97280 Le Vauclin
Objet social : La proprit, l'acquisition
la gestion de tous immeuble usage
civil, rural ou commercial
Dure : 99 annes
Grant Monsieur Jos JO
La socit sera immatricule au Registre
du commerce et des socits tenu au
greffe du tribunal de commerce de Fort
de France
Pour avis et mention
Le grant
FA6730

GOURMANDISES PLURIELLES SARL
Socit responsabilit limite
au capital de 5. 000euros
Sige social :
112, avenue Paul Nardal
Terres Sainville
97200 Fort de France
SIRET :484 649 587 00017
AVIS DE PUBLICITY
Aux terms du procs verbal de l'assem-
ble gnrale extraordinaire du 29 juillet
200, il a t dcid de modifier l'objet
social computer du 29 juillet 2006.
En consequence l'article 2 des status
est modifi de la faon suivante :
Ancienne mention
La socit a pour objet l'achat de tous
bien, marchandises, en gros ou en dtail,
en vue de leur revente
Nouvelle mention :
La cuisson associ la vente au dtail
de pains et viennoiseries, partir de
ptes et ptons surgels et prcuits sans
possibilits de consommer sur place
Pour avis, le grant
FA 6731

AVIS D ATTRIBUTION DE MARCH
L'avis d'appel public la concurrence a-
t-il fait l'objet d'une publication ?
Parution n" : 25 ref 236 du 04/02/2006
NOM ET ADRESSE DE L ORGANISME
ACHETEUR
DEPARTMENT DE LA Martinique
Htel du dpartement Avenue des
Carabes
97200 Fort de France
OBJET DU MARCH
TRAVAUX D'ESPACES VERTS DANS
LES COLLEGES ET EQUIPEMENTS
DEPARTEMENTAUX 6 LOT N-3
Type de march de travaux : Excution
CRITERE D'ATTRIBUTION RETENUS
OFFRE ECONOMIQUEMENT LA PLUS
AVANTAGEUSE APPRECIE EN FONC-
TION DES CRITERES ENONCES CI-
DESSUS
Valeur technique = 60%


Prix des prestation = 40%
PROCEDURE
Type de procedure
Appel d'offres ouverts en application des
Articles 33 al et 57 59 du CMP
ATTRIBUTION DU MARCH
Lot : 03 Travaux d'espace verts
Titulaire : CLEAN GARDEN 97200
FORT DE France
March2 N : 06055
Montant : Mini 50 000,00euros H.T -
Maxi 200 000,00euros H.T
RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAI-
RES
Date d'attribution du march :
13/06/2006
Date de notification du march :
16/08/06
Date d'envoi la publication : 29Aout
2006
FA 6732

Avis de constitution

Au terme d'un acte sous seing prvs en
date du 31-07-06, il a t constitu sous
la domination SERVICOM une SARL
ayant pour objet la reprsenation com-
merciale, le marketing, la publicity et la
promotion des ventes, les services aux
entreprises lies l'activit et l'action
commercial, l'assistance en gestion
commercial aux entreprises et la forma-
tion dans les domaines sus mentionns.
Le sige social est tabli :
3 Anse Goureaud 97233 SCHOEL-
CHER
La socit est constitu pour une dure
de 99 ans.
Le capital social s'lve la some de
10 000 Euro divis en 100 part de 100
Euro
La socit pour grant M. Roger BUIS-
SON demeurant au 10 rue Montmar la
Colline 97233 SCHOELCHER
Elle sera immatricul au R.C.S. de Fort-
de-France.
Pour Avis
FA 6733

Avis de constitution

Au terme d'un acte sous seing privs en
date du 24-08-06, il a t constitu sous
la denomination Socit Htelire de la
Montagne Pele (S.H.M.P.) une SARL
ayant pour objet la creation, l'exploitation
de toutes structures htelires et/ou de
tourism, et plus gnralement, toutes
activits lies l'htellerie et la restau-
ration.
Le sige social est tabli :
Route l'Aileron 97260 LE MORNE
ROUGE
La socit est constitu pour une dure
de 99 ans.
Le capital entirement constitu d'apport
en numraire s'lve la some de
10 000 Euro divis en 100 part de 100
Euro
La socit pour grant Mme Chantale
ALEXANDRE-ALEXIS demeurant LE
MORNE ROUGE (97260), route de
l'Aileron
Elle sera immatrcul au R.C.S. de Fort-
de-France.
Pour Avis
FA 6734


Avis rectificatif de la FA 6680
paru dans JUSTICE N" 33/34
du 24 Aot 2006.
Denomination : lire POWER FORM'AT-
TITUDE
au lieu de POWER INFORMATIQUE
Le reste sans changement
FA 6680











Vacancies 2006 :


our tout le monde


'= -,


Iflques voix l'occasion du 4- Festival "Biguine-Jazz


tistiques prfectorales. Les organi-
sateurs institutionnels ou privs
ont propos plusieurs animations
pour gayer cette priode, per-
mettre ainsi ceux qui n'ont pas
les moyens de bnficier d'un
peu de loisirs. Le camping de la
Pointe Marin Sainte Anne n'a
pas fait le plein malgr l'attractivit
des prix. Les campagnes de sen-
sibilisation en direction des
adeptes du camping de pleine
nature commencent-elles porter
leur fruit ? On voit un plus grand
respect de l'environnement mme
si beaucoup reste faire. Ces
vacances ont t marqus par un
grand nombre de faits divers don't


voyage pilote par la
Region ,indiquait rcem-
ment que peu de person-
nes non imposables pos-
tulait pour se rendre en
France, alors qu'elles
pouvaient bnficier d'un
apport d'un tiers du prix
du billet. Au prix des billets
d'avion en cette priode, il
faut puiser dans ses co-
nomies, ce qui n'est pas
donn tout le monde.
Plusieurs grands vne-
ments festifs, sportifs et
e
culturels ont marqu cette
priode de grandes vacances. Les
crmonies de commmoration
du crash arien de
l'an dernier n'ont
gure eu de reten-
tissements
sur la priode des
vacances. Le festi-
val de Fort de
France a laiss son
empreinte, de L,
mme que le tour
des yoles, deux
manifestations i
pour lesquelles le
public tait au ren- Tour
dez vous. Les gran-
des soires laissent de plus en
plus place aux midis minuit ,,
plus apprcis au vu de l'inscu-
rit grandissante, malgr les sta-


O C.B.


id.i d Dillon
-4riI-do-Franc
veau
;i ne


aue


;.sur
e 15
1.ur-
,.du
tt
pays
"-ce
sse-
e'x-
Jour
B'de


des Yoles 2006 : Une magnifique preuve
certain tragiques. Plusieurs jeu-
nes ont perdu la vie sur la route.
Toutefois, n'oublions pas que
dans notre socit martiniquaise
beaucoup n'ont pas les moyens
de s'offrir des vacances. Ces mil-
liers de chmeurs ou de families
modestes passent la plupart de
leur temps dans le mme quar-
tier : seule une belote, la ptan-
que ou les dominos avec les amis
rythment quelques instant de dis-
traction. L aussi, la socit lib-
rale montre sa frocit pour les
plus faibles.
Le droit aux vacances reste
conqurir en Martinique




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - Version 2.9.9 - mvs