Group Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Title: Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00063
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Publication Date: May 11, 2006
Copyright Date: 2006
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00088914
Volume ID: VID00063
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373

Full Text
HEBDOMADA_


g j


CRISE
DILAPIDATION
ACClIEE
DES TERRES
FAL FRET?
30 ans !!!
TOUJOURS
UNBONHEUR


D'INFO ONAT COMN MMUN
tiG e


Pour la Responsabilit et le Dveloppement vritable.
PROPOSITION
REVANCHARDE DES
40 DPUTS DE L'UMP
ONA LA NEGATION
DE LA TRAITE
NEGRIRE






ET DE L 'ESCLA VAGE








SA KA PAS


Jeudi 11 Mal 2006 Justice nw 19 Page 2


SA KA PAS ....................p.2
EDITO .........................p. 3
Loi Taubira : Non aux tentatives de rvi-
sionnisme historique de I'UMP
SOCIAL / POLITIQUE ............p. 4
Risque d'embrasement ?
POLITIQUE : PPM : Quid aprs les
dmissions des dissidents ?
SOCIAL.......................p. 5
Originaires des DOM, ils sont lss par
la function publique
ECONOMIE ................ .p. 6
Tourisme : Le CMT advance sans
dsemparer.
25.000 emplois seraient lis au touris-
me
ECONOMIE ....................p. 7
Revue de Presse
Qui veut tuer la banane antillaise
Agriculture en crise
La dilapidation des terres continue
POLITIQUE ................. p. 8
UMP Martinique
O vont les mules locaux de Sarkozy
Remise de cartes (suite et fin)
POLITIQUE ................ p. 9
Communique du PCM
Rflchir et proposer demain
FRANCE .................. p. 10
Nos compatriotes exigent le respect de
leur identity et rejettent racism et dis-
crimination
HISTOIRE/NOTRE REGION...p. 11
13Mai 1971 :Assassinat de Grard
Nouvet
Notre Rgion : Bolivie : Un acte souve-
rain de Morales
ANNONCES LGALES .....p. 12 15
CULTURE ....................p. 16
Fall Fret a 30 ans
"Justice" et "Le Progressiste" sur "Danse
avec les mots"

JUSTICE
Administration : 71 86 83
Rdaction : 63 13 20
Fax : 63 13 20
Ed.Justice @ wanadoo.fr


Politique

Passage d'Olivier
Besancenot

Le leader de la Ligue rvolutionnaire
communist (LCR) a effectu les 3 et 4
mai derniers, une visit dans notre
pays l'invitation du Groupe rvolu-
tion socialist (GRS).
Au course de son sjour, le plus clbre
postier de France est intervenu dans
les mdias, a rencontr certaines orga-
nisations anticolonialistes et tenu un
meeting public devant un nombreux
public.
Olivier Besancenot n'tait point l
pour se faire adouber, comme il l'ex-
plique, mais pour couter et connatre
notre ralit. Il s'est dclar partisan
de l'autodtermination de notre
people. I y a une course de vitesse
entire le systme capitalist et un mou-
vement social qui se reconstruit.
L'exemple de l'Amrique latine est
frappant cet gard, estime-t-il.
Pour le responsible de la Ligue, depuis
un an plusieurs victoires ont t obte-
nues en France, mais elles ne sont pas
suffisantes. Il souhaite convertir cette
mobilisation par une candidature
unique de la gauche antilibrale, anti-
capitaliste.
En reconnaissant que son adversaire
est la droite, Olivier Besancenot consi-
dre qu'aller au gouvernement avec les
socialists, c'est nourrir l'illusion que
l'on peut changer les choses. Est-ce la
bonne voie que de ne passe bttre pour
donner un dbouch politique aux
luttes ?


Olivier Besancenot
et Philippe Pierre-Charles
(GRS): des points de vue
convergeants sur la situa-
tion franaise
et international.


A qui la Clinique ?

A qui le Tribunal d'Appel de Tartenson
confiera-t-il les rnes de la Clinique
Sainte-Marie ? Suivra-t-il la decision
du Tribunal de Commerce en fvrier
dernier de cder la structure hospita-
lire au group Kapa Sant ?
Entendra-t-il au contraire les argu-
ments apports par les anciens action-
naires de la clinique, relatifs notam-
ment aux appuis financiers nouveaux
et la volont de conserver un acquis
martiniquais ?
Les magistrats doivent dlivrer le ver-
dict le 23 juin prochain.




La Runion

Quelques donnees
sur le chikingunya

L'pidpie de chLkungun.a. don't les
mdias parent moins maintenant a.
depuis son apparntion en mars 2005,
touch 24'.000 personnel et caus la
mort d'au moins 200 d'entre elles. dans
'ile de la Runion.
L'etude ralise par I'[nstitut national
de veille sanitaire 'iIN'S? et l'Institut
national de la sant et de la recherche
mrdicale iINSERAIi a permits par
ailleurs de fire le constant suivant :
plus de deux dces sur trois c:'rncement
des personnel ges de plus de 65 ans.
et un sur quatre des personnel de plus
de 85 ans.
L'ge apparait donc clairement comme
un facteur aggra\ant. Quant d la diffe-
rence de sexe, il semble qu'elle n'ait eu
aucune importance.
A supposed que les personnel touches
par le virus aient et imunises, la
menace est. loin d'avoir disparu, comp-
te tenu de l'impossibilit d'eliminer le
moustique vecteur de la maladie.


Fondateur: Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France Tl. 71 86 83
Commission Paritaire n 0111 I 87526
26 Janvier 2006
Directeur de la Publication :
Femand PAPAYA
Maquette : Frdric Antiste
Impression :
Nouvelle Imprimerie Martiniquaise
37, Rue E. Zola 97200 FdeF
Tl.: 0596 73 14 54








Jeudi 11 Mai 2006 Justice n 19 Page 3


Loi Taubira :

non aux tentatives de rvisionnisme

historique de F'UMP !


Ik-

fl &


40 dputs UMP ont pris l'ini-
tiative rvoltante de deman-
der par crit au Prsident de
la Rpublique d'abroger l'ar-
ticle 2 de la loi du 21 mai 2001,
dite "loi Taubira" reconnais-
sant l'esclavage comme crime
contre l'humanit.
La requte est intervene le
vendredi 5 mai, soit cinq
jours avant la date retenue
par Jacques Chirac pour la
commmoration, en France,
de l'abolition de l'esclavage.
Les 40 dputs, conduits par
le sieur Lionel Luca, s'en sont
pris l'article 2 de la loi parce
qu'il prcise que "les pro-
grammes scolaires et les pro-
grammes de recherche en his-
toire et en sciences humaines
accorderont la traite ngri-
re et l'esclavage la place
consquente qu'ils mritent".
Ils l'ont fait au nom d'un soi-
disant "paralllisme des
formes" et d'un prtendu
"souci d'galit de traite-
ment" avec l'article 4 de la loi
du 23 fvrier 2005 plus
connue ici comme "loi de la
honte" -, que le gouvernement
s'est vu contraint d'abroger
face la vague d'indignation
qu'il a provoque.
Cet article, rappelons-le, pr-
nait l'aspect positif de la colo-
nisation et demandait qu'il
soit enseign l'cole et fasse
l'objet de recherches l'uni-
versit. Il a t dict par un
esprit colonialiste et racist,
ce qui n'est pas le cas de l'ar-
ticle 2 de la loi Taubira, qui
met l'accent sur la ncessit
de mieux connatre et faire
connatre l'histoire de la trai-
te ngrire et de l'esclavage,
dans un souci d'apaisement et
de reconciliation.
L'esclavage des Noirs et la
traite ngrire ont t vrita-


blement un crime contre l'hu-
manit, par leur cruaut, leur
caractre organis, mtho-
dique et systmatique.
Presque toute l'Europe occi-
dentale a particip ce
crime, singulirement le
Portugal, l'Espagne, la
France et l'Angleterre.
Partout sur le continent am-
ricain en ce qui nous concer-
ne plus particulirement les
Africains et leurs descen-
dants ont t dshumaniss,
considrs comme de vul-
gaires marchandises, traits
comme des btes, et ce bien
qu'ils fussent baptiss, selon
la volont de ceux qui prten-
daient parler au nom du
Christ.
L'exploitation des esclaves
noirs et des masses indignes
asservies d'Amrique a per-
mis au capitalism naissant
d'amorcer un processus d'ac-
cumulation du capital qui
devait conduire en Europe
surtout aux grands boule-
versements politiques, scien-
tifiques, techniques et cono-
miques du 19e sicle, et une
nouvelle vague de conqutes
coloniales en Afrique, en Asie
et en Ocanie.
Pour en revenir la France,
elle a une dette immense
envers l'Afrique qu'elle a
dpeuple, viole, pille, et
envers les descendants d'es-
claves africains qui consti-
tuent la majority des peuples
martiniquais, guadeloupen,
guyanais, sans oublier celui
d'Hati, puni d'avoir conquis
son indpendance par les
armes.
Ces peuples, comme tous
ceux d'Amrique, sont le fruit
d'une histoire douloureuse,
qu'ils doivent assumer lucide-
ment, sans rancoeurs et sans


M. Belrose

haine. Mais cette histoire,
volontairement occulte ou
dforme par le colonialisme
franais, est mal connue. Et
c'est cette mconnaissance,
source de malentendus, de
prjugs, d'alination, que
veut faire reculer la loi
Taubira, pour le bien du
people franais lui-mme et
celui des peuples coloniss
par la France.
Cela ne plat videmment pas
aux nostalgiques franais de
l'poque colonial, surtout en
ces temps de crise o la mis-
re et la guerre poussent
inexorablement les peuples
du Sud chercher de
meilleures conditions de vie
dans les pays du Nord.
En France, o le racism aug-
mente vue d'oeil, o les
Noirs (africains, antillais,
guyanais, runionnais) com-
mencent s'organiser pour
faire valoir leur droit au tra-
vail, un logement dcent, et
le respect de leur dignit
d'tres humans, la frange de
l'UMP acquise aux thses
racistes et xnophobes de Le
Pen et de Philippe de Villiers
a cru bon de tenter la
dmarche que l'on sait.
Bien qu'elle soit condamne
d'avance l'chec, cette
dmarche ne nous oblige pas
moins faire preuve de la
plus grande vigilance,
dnoncer sans complaisance
tout rvisionnisme, toute ten-
tative de nier que l'esclavage
et la traite ngrire soient un
crime contre l'humanit.


EDITO












PPM:



Quid aprs les



dmissions des



dissidents ?


Ainsi les lus dissidents du PPM en
ont dmissionno officiellement le 20
avwil dernier. Il s'agit des conseillers
gnraux Claude Cayol, Genevive
Chanteur, Claude Lise, Alexandre
Mouriesse, Maxence Deluge et Pierre
Sudile, ainsi que des conseillers
municipaux de Fort-de-France, Marie-
Elise Nebon (adjointe au Maire),
Daniel Valrius (adjoint au Maire),
Daniel Paraclet, Andr Montredon et
Genevive Chanteur (3e adjointe au
Maire).
Madeleine de Grandmaison announce
qu'elle s'loigne du PPM et
qu'elle rejoindra Claude Lise
"le moment venu".
Ds lors une question leur
est pose par les dirigeants -"
PPM: ils doivent, au nom de
l'thique politique, remettre
leur mandate au Parti. .
Les dissidents opposent la
jurisprudence Dsir qui
s'tant prsent la prsi-
dence du Conseil Gnral
contre Claude Lise en 2001
ne s'est pas vu rclamer ses
mandates de Maire,
Conseiller Gnral et
Snateur. Dsir rtorque
qu'il avait remis sa dmis-
sion du PPM au moment o
il s'tait prsent la prsidence du
Conseil Gnral contre Claude Lise.
Serge Letchimy, Prsident du PPM et
Maire de Fort-de-France, dclare que
les dmissionnaires doivent assumer
leur responsabilit et assure que Aim
Csaire n'avait pas besoin de cela (FA.
du 26/04/2006).
I voque les chances importantes
qui viennent et que " aucun moment
nous n'avons tenu une plume pour dire
aux futurs candidates aux prsiden-
tielles ce que nous voulons pour l'avenir
de la Martinique (...) Cela veut dire que


nous discuterons
ventuellement sur
des textes qui vien-
dront de Paris".
Eh oui. Le Parti
Socialiste Franais
a dj dclar la
question institu-
tionnelle non prio-
ritaire sans rac-
tion de la gauche
dite dmocratique.
Pour justifier la
non remise de


Les dissidents conservent leurs mandates.
mandate son Parti, Pierre Sudile, un
des lieutenants de Claude Lise et
ancien Secrtaire gnral du PPM,
invoque la rponse du mme Aim
Csaire ceux qui le sommaient de
remettre ses mandates, suite sa
dmission du Parti Communiste
Franais. Csaire avait dclar :
"Je rponds que nous sommes des
dmocrates, je rponds que pour nous,
l'autorit n'est pas dans le parti mais
dans le people, je rponds que je n'ai
pas reni le programme sur lequel j'ai
t lu (...)"


Jeudi 11 Mal 2006 Justice nW 19 Page 4


On pourrait reliever ironiquement
que, dcidment, les dissidents
font au PPM et Letchimy ce que
Aim Csaire a fait au Parti
Communiste.
Quant la fidlit au programme
communist, l'histoire jugera et
sera svre sans doute l'heure
du bilan politique.
Il reste que certain dissidents
S n'auraient jamais eu de mandate
sans utiliser le patronage de
Csaire et de la municipalit.
Il est clair que le people ne peut
tre que trouble et tent de s'car-
ter de la politique au vu du spec-
tacle de ceux qui se cramponnent
leurs mandates. Prochaine tape
: la creation du Rassemblement dmo-
cratique de Claude Lise.
La question essentielle n'est cepen-
dant pas l. Il s'agit de savoir si les
forces de progrs du pays sauront se
rassembler pour construire un Projet
Martiniquais et avancer ensemble sur
la voie de la Responsabilit. Un hori-
zon qui ne cesse de s'loigner et que le
PCM travaille rapprocher.

a M.B.


SOCIAJPOLITIQDE


M Risque


d'embrasement ?
Apres Wn mois de ciniflit au Casino Batelire, la CGTI\I dit
: "Cela suffit".
La secrtaire gnrale de l'organisation, G. Joachim-
.naud, a adress une missive au Prfet pour lui deman-
der 'd'user de ison j aoutonte pour que les porties &' re'nIo -
trent au plus vite U'cc pour objiectifde rIglr cc conflict au
plus tard le.jeudi 4 mai ".
Une avalanche de commununiques de plusieurs sections
syndicals CGTM est arme dans les rdactions .
Electricity, Dockers, Commerces ou Sant, etc... rcla-
ment une reprise du dialogue. Ils se declarent solidaires
de leurs camarades travailleurs et annoncent avoir dpo-
se un preavis de prve prenant effect computer du 11 mai.
A l'origine du conflict, un diffrend salarial : les grevsites
rclament 100 net tandis que la direction declare ne pas
pouvoir satisfaire cette exigence. Elle propose 105 ( brut
sur trois ans.
Par adleurs, la justice a condamn les grvistes pour
entrave. Une measure sclrate: leurs comptes ont t sai-
sis pour payer les frais d'huissier engags par l'employeur.
Devant le pourrissement de ce conilit et son risque d'em-
brasement, la direction et les grvistes trouveront-dis le
chenun d'une solution digne ?
Les parties en conflict se sont rencontres le 7 mai, les dis-
cussions se poursuivent.








SOCIAL


Jeudi Il Mal 2006 Justice n 19 Page 5


Originaires des DOM,


ils sont lss par la function publique


Droits. Les acquis lis au draci-
nement, comme les congs boni-
fis, sont l'objet d'une obstruction
des administrations. La CGT a
organis une semaine de mobili-
sation et d'action.

Sans les agents originaires d'outremer,
la function publique franaise marche-
rait sur la tte. "A Paris, Lyon, des hpi-
taux n'ont ouvert que grce eux",
raconte Monique Vatonne, responsible
du secteur priv la CGT Sant.
En dpit de leur contribution au dve-
loppement de la mtropole, les droits
qui compensent leur dracinement sont
aujourd'hui menacs. Illustration l'h-
pital de Saint-Denis (Seine-Saint-
Denis). "Avant 2003, les originaires
d'outre-mer n'avaient pas de problme
pour avoir leurs congs bonifis, qui per-
mettent, tous les trois ans, de partir 65
jours d'affile dans leur dpartement",
constate Eric Morduan, syndicaliste
CGT. Mais depuis la mise en ouvre
d'un "plan de retour l'quilibre", cens
ponger un important deficit budgtai-
re, la situation s'est corse. Trop cher,
les "avantages" des originaires d'outre-
mer. En 2004, 23 % des demands ont
t refuses. "En 2005, 25 %. Cette
anne, 30 %, comptabilise Eric
Morduan.
La nouvelle direction a clairement dci-
d de serrer la vis. Pour preuve, la note
adresse au conseil d'administration,
dbut 2005. Le document recense les
bnficiaires, pointe au passage qu'ils
sont plus nombreux que dans d'autres
hpitaux, et insisted lourdement sur le
cot de leurs vacances et de leur prime
d'loignement. (...)
(...) Les refuse sont devenus monnaie
courante. "Ceux qui les congs bonifis
sont accords depuis longtemps doivent
multiplier les justificatifs", assure
Rodolphe Landre, qui travaille pour la
direction dpartementale de
l'Equipement de Seine-Saint-Denis.
"Etre n l-bas et avoir ses parents dans
un dpartement d'outre-mer ne suffit
plus", comment, amre, Giana Calif,
agent de surveillance Paris rattache
la Prfecture de police depuis 1992.
"J'ai fait ma scolarit ici, et pour cette
raison je n'ai pas droit aux congs",
regrette-t-elle. Pour visiter ses parents


en Guadeloupe une fois par an, avec sa
fille, elle se dbrouille avec ses propres
moyens.
Dans les hpitaux, malgr des budgets
ddis au replacement des originaires
d'outre-mer, les ncessits de service
peuvent, en toute lgalit, faire barrage
l'octroi des congs bonifis. "Les auto-
rits mettent en avant la dsorganisa-
tion des services qui'ils occasionnent. Un
nombre croissant de gens ne parent
plus", rapporte Monique Vatonne, res-
ponsable du secteur priv la CGT
sant.
"Mais il y a 18.000 originaires d'outre-
mer dans les hpitaux, c'est bien sr l
quest le cour du problme" (..)
(...) Pour sortir de cette situation caco-
phonique, prjudiciable aux originaires
d'outre-mer mais tout bnfice pour les
employers publics, la CGT demand
au ministre de la Fonction publique
d'imposer pour les congs bonifis des
rgles uniforms, incontestables et
valables pour toutes les administra-
tions. Le syndicate, parties prenante de
ngociations en course, exige en particu-
lier l'abrogation de la notion de "rsi-
dence habituelle", trop souvent utilise
contre ceux qui sont depuis longtemps
en poste dans lHexagone. Et propose
un nouveau systme. Pour avoir des
congs bonifis, l'agent devrait satisfai-
re deux critres d'une liste prtablie
comprenant le lieu de naissance ou de la
scolarit, la presence des parents ou de
leur spulture sur place, l'usage de
biens fonciers ou d'une location, etc.
Le combat des originaires d'outre-mer
ne s'arrte pas la mise en ouvre
transparent des congs bonifis, qui
concrtisent le droit au retour rgulier
vers le territoire d'origine. L'indemnit
d'loignement, ddommagement du
dracinement, fait l'objet des mmes
attaques. Donc d'une lutte tout aussi
pre. L encore, conomies obligent,
l'heure est au recul.
Depuis 2001, dans une logique d'extinc-
tion des acquis, la loi a transform l'in-
demnit douze mois de traitement en
"prime spcifique d'installation", qui
s'teindra la fin de l'anne 2006. "Le
glissement a cart de nombreux origi-
naires d'outre-mer", assure Monique
Vatonne. Attribue jusqu'alors sur des
critres voisins des congs bonifis, la
prime exclut dsormais ceux qui sont
ns en mtropole (...).


(...) "A l'entre en functions, l'Etat se
garde bien de renseigner l'originaire
d'outre-mer sur son droit la prime sp-
cifique d'installation. Et une fois que
l'agent le revendique, si quatre annes
ont pass, elle lui est refuse. C'est mal-
honnte d'user de ce procd contre ses
propres employs. D'autant que la pres-
cription peut sans problme tre leve",
explique Jean-Marc Canon. "Il a fallu
cinquante ans pour que ce droit rserv
aux mtropolitains soit tendu aux origi-
naires d'outre-mer, et tout est fait
aujourd'hui pour qu'il ne soit pas appli-
qu", s'indigne encore le responsible
syndical.
Des milliers de dossiers sont en attente
dans les tribunaux administratifs pour
faire tomber l'obstacle. Les originaires
d'outre-mer remarquent avec amertu-
me que, l'oppos, les fonctionnaires
mtropolitains qui parent pour tra-
vailler dans les DOM ne rencontrent
pas de difficults. Ils sont parfaitement
au fait de leurs droits, souvent mis en
avant comme lment d'attractivit.
Ceux qui sont affects en Guyane,
Saint-Pierre-et-Miquelon, Saint-
Barthlmy ou Saint-Martin, en
Guadeloupe, bnficient mme d'une
"indemnit particulire de sujtion et
d'installation", qui quivaut 16 mois
de salaire brut, soit quatre mois de plus
que la prime spcifique d'installation.
"Rectrictive, ingalitaire et discrimina-
toire", selon la CGT, qui contest ce trai-
tement particulier.
Au-del du strict respect des droits, les
originaires d'outre-mer craignent pour
l'accs l'emploi. "Par rapport
d'autres compatriots, la Ville de
Paris, nous n'avons pas trop de difficul-
ts obtenir nos congs, mais nous
avons du mal fair aboutir une candi-
dature un nouveau poste, note Marie-
Line Promeneur, du secteur "petite
enfance" "Les responsables de service
savent que nous allons avoir plus de
congs que les autres et que, par manque
d'effectifs, ils auront du mal nous rem-
placer. C'est une forme de discrimina-
tion".
Dans ce cas, reconnat-elle, il n'est pas
rare que l'agent renonce tout ou parties
de ses droits pour pouvoir voluer dans
sa carrire.

M Anne-Sophie Stamane
(L'Humanit)







ECONOMIC


Jeudi 11 Mal 2006 Justice n 19 Page 6


Tourisme:

Le CMT advance sans dsemparer
"Cela n'a pas t plus mal, ni fortement compltement acquis et reste donc fra- organisera des campagnes de promo-
mieux" : c'est ainsi que rsume gile. Il faut le consolider et conqurir tion en direction de tous les oprateurs
Madeleine de Grandmaision, prsi- d'autres companies. La stratagie de prioritaires.
dente du Comit martiniquais du niches de march est en situation opti- La politique de dsenclavement
Tourisme (CMT) son bilan dress devrait se poursuivre avec
devant la press le mercredi 26 des synergies au niveau
avril dernier.Les chiffres du tou- de la Carabe et notam-
risme de l'anne 2005 laissent ment Barbade pour une
apparatre un rsultat pas des :uverture au monde.
plus brillants. Le tourism de Autre project annonc: des
sjour est en augmentation de vols rguliers entire Fort-
2,8 %, soit 484.127 tourists au ,de-France et Montral
total. La croisire continue sa pour la fin de l'anne.
descent aux enfers avec un recul sj' Madeleine de
de prs de 43 %. La plaisance, Grandmaison rclame
un> des orientations fortes du '- encore du temps "On ne
CMT, subit la fermeture du hub doit pas s'attendre des
de Roissy et enregistre un arrt -: : .'. ...' rsultats spectaculaires".
brutal. Les autres excursion- -:^..1 "Nous mesommes sur un ave-
nistes de moins de 24 heures affi- nir qui se construit", plai-
chent une hausse de prs 50 %. Poursuivre le dsenclavement de la Martinique, de-t-elle, optimiste. Cette
L'an dernier, la Martinique aura une des priorits du CMT. ralit est encore plus
accueilli 639.060 tourists, un vraie pour la croisire.
rsultat en baisse de 8.22 % par rap- mise. Sans crier victoire, les respon- "Nous occupons l'espace et prparons
port 2004.Trois ans aprs sa mise en sables de la structure notent un cer- les conditions d'une croissance de ce
place, le Comit achve sa restructura- tain frmissement du secteur grce secteur qui devrait s'amorcer pour la
tion interne. Il maintient le cap de sa aux efforts entrepris dans ces diff- saison 2007/2008", dclare-t-elle.
politique touristique tourne vers un rentes directions. Par ailleurs, le CMT accompagne la
tourism de quality li un dveloppe- Avec un budget de 12 millions d', ralisation d'un diagnostic approfondi
ment transversal qui fait vivre le pays. l'institution charge de "vendre" le de l'industrie htelire martiniquaise
La structure s'est engage dans plu- pays, entend consolider les diffrents en vue de donner au Conseil Rgional
sieurs axes stratgiques. D'abord celui axes actionns en 2005. "Il faut exploi- les moyens d'une vritable stratgie
de l'identit visuelle avec une signatu- ter cet ensemencement", lance la prsi- industrielle.
re base sur la diversity et l'attractivi- dente. Pour ce faire, la diversification
t de la destination Martinique. des marchs se rvle l'une des priori- M C.B.
Le dsenclavement arien entam ts. Et dans ce sens, le CMT cumera
avec les Etats-Unis n'est pas encore tous les salons potentiels porteurs et

Selon le WTTC 2,7 % en moyenne annuelle pour la
priode 2007-2016. Sainte-Lucie : 51% du PIB, 37.000
Martinique : On se demand sur quelles hypothses emplois.
25.000 emplois seraient sont bases de telles provisions sur Le tourism rapporterait 1,4 milliards
prs de 10 ans. de dollars la Martinique en 2006
lis au tourism Pour la Guadeloupe, l'impact direct et contre 5,3 milliards de dollars Cuba
indirect du tourism est estim 44,1 et 8,1 milliards de dollars Saint-
Selon le conseil mondial des voyages et % du PIB et 131.000 emplois (?). La Domingue par example, ou 587,9 mil-
du tourism (World Travel an Tourism provision de croissance 2006 est de + lions de dollars Sainte-Lucie.
Council WITC), l'activit touristique 6,3 % et + 4 % en moyenne pour 2007- Comme on le voit, malgr l'ouverture
reprsenterait toujours moins de 10 % 2016. du tourism, Cuba n'est pas aussi
du Produit Intrieur Brut (PIB = A titre de comparison dans la Rgion dpendant de cette activity que les
richesse global) de la Martinique, soit Carabe, voici les donnes du WITC : autres pays caribens. La Martinique
exactement 9,4 %. Cela inclut toutes Anguilla : 74,7 % du PIB, 5.000 peut progresser encore tout en vitant
les activits conomiques directed et emplois; une trop grande dpendance l'gard
indirectes associes. Le nombre d'em- Antigua : 85,4 % du PIB, 26.000 d'une activity alatoire par nature et
plois associs serait de 25.000. emplois; surtout en faisant en sorte que ce sec-
Rappelons que le nombre d'emplois Cuba: 14,6 % du PIB, 10.000 emplois teur entrane les autres activits


total est de 116.000 (Recensement de
1999). Ceci s'appelle l'indice TSA
(Tourism Satellite Accounting).
Le WITC prvoit une croissance de +


- Rpublique Dominicaine : 21,3 % du
PIB, 656.000 emplois;
- Haiti : 7,4 % du PIB, 201.000 emplois


internes telles que l'artisanat, l'agri-
culture, l'industrie, la culture, etc.

M.B.








ECONOMIC


Jeudi 11 Mai 2006 Justice n 19 Page 7


"e Revue de Presse:


Qui veut tuer la banane antillaise ?


"Business News", le magazine cono-
mique dirig par Eddy Marajo, public
une enqute intitule "Bananes flam-
bes qui veut tuer la banane antillaise
?" (N 17 Avril 2006).
La rponse implicite la question est:
les multinationales amricaines, l'or-
ganisation mondiale du commerce
(OMC) et la Commission Europenne.
Aprs avoir cd sur le systme de pro-
tection externe et dcid d'un droit de
douane de 176 euros la tonne, insuffi-
sant pour arrter l'invasion de la
"banane-dollars", la Commission euro-
penne n'a pas donn des garanties
sur la rforme prochaine du systme
de soutien la production de banane.
La decision finale doit tre prise en
juin 2006 pour tre applique en jan-
vier 2007 aprs passage au Conseil des
Ministres europens et au Parlement
europen en septembre 2006.
Le dossier rappelle les dgts provo-
qus par les reculs de l'Europe :
"En Martinique on est pass de 712
exploitation en 2002 569 en 2005


soit 143 exploitations de moins entra-
nant la perte de 1.500 emplois salaries.
En Guadeloupe, ce sont 208 exploita-
tions qui ont disparu provoquant le
licenciement de plus de 2.500 salaries".
En Guadeloupe, les surfaces cultives
ont diminu de 45 % entire 2001 et
2005, passant de 5.000 hectares
2.749 hectares.
En Martinique, sur la mme priode
2001-2005, le recul des surfaces culti-
ves a t de 16 %, passant de 9.300
hectares 7.785 hectares.
La production a chut de 43 % en
Guadeloupe et de 16 % en Martinique.
Le dossier se termine en montrant les
dommages conomiques et sociaux que
provoquerait un effondrement de ce
secteur conomique qualifi de bombee
retardement": monte du chmage
structure, exode rural, aggravation de
la dlinquance, destruction du tissu
social des zones rurales, etc.
Eric de Lucy de Fossarieu, Prsident
de l'Union des Groupements de
Producteurs de bananes de


Guadeloupe et Martinique, interrog
sur le "sens conomique" d'une produc-
tion soutenue coup d'aides compen-
satoires rappelle que l'ensemble de
l'agriculture europenne est subven-
tionne. Et de poser la question de
savoir si on peut imaginer une cam-
pagne sans habitant.
Et d'ajouter : "Donc en terms cono-
miques, ce n'est peut-tre pas trs satis-
faisant pour l'esprit des libraux de
savoir qu'il faut subventionner mais en
terms humans, je crois que n'importe
qui, y compris un liberal, peut com-
prendre qu'une champagne peuple, c'est
mieux qu'une champagne dsertique
(...)"
C'est l la contradiction d'Eric de Lucy
de Fossarieu : il avoue vouloir dfendre
une production et un pays alors qu'il
est liberal et dpartementaliste-assi-
milationniste. Les faits sont ttus et
s'imposent au dogmatisme liberal.

a A.G.


Agriculture en crise


La dilapidation des terres agricoles conti-
nue.
Selon une enqute de la Direction de
l'Agriculture portant sur la priode 1999-
2003, l'agriculture martiniquaise a perdu
7.710 hectares, soit un cinquime de sa sur-
face.
La surface moyenne par exploitation a aug-
ment, passant de 2,4 hectares 6,1 hec-
tares. C'est une bonne orientation pour la
viabilit de notre agriculture.
Par contre, le cheptel a considablement
chut en dehors de la volaille.
L'emploi salari permanent a augment
rfltant une rgularisation de l'emploi ill-
gal ou informel.
L'ge moyen des exploitants baisse de 56
ans 52 ans refltant plus des dparts la
retraite que l'arrive de jeunes. Et la popu-
lation active agricole baisse de 18.227 per-
sonnes.
Encore un aspect de la crise martiniquaise
que certain veulent masquer derrire les
chiffres de la consommation importe, en
particulier de vhicules automobiles et de
4X4.

a A.G.


Enqute 1989-2003 :

Direction de l'Agriculture
Agreste Martinique N 3


I Surface agricole utilise
1989 36.974 hectares
2003 29.257
Perte 7.710 ha soit 21 %

11 Superficie moyenne par
exploitation
1989 : 2,4 hectares
2003 : .6,1 hectares

III Cheptel: Variation 1989-2003
Bovins : -34,1 %
Ovins : 63,7 %
Porcins : 34,1 %
Poulets : +46,6 %

IV Nombre d'exploitations
1989: 15.600 Divis
2003 : 4.868 par 3


V Population active agricole
Diminution de... 18.227 personnel
Emplois salaries permanents :
+43,2 %
Age moyens exploitants :
56 ans 52 ans



-^ ------------- "**- y
'.


^t^ a :. '




Le cheptel a considrablement
diminu.








POLITIQUE


Jeudi 11 Mal 2006 Justice nW 19 Page 8


UMP-Martinique

O vont les mules locaux de Sarkozy ?


Yann Monplaisir a finalement t lu
President de l'TMP-Martinique contre
une reprsentante des Forces
Martiniquaises de Progrs.
II s'agit en fait d'une machine lec-
torale de la droite runissant ses
deux courants Osons Oser et Forces
Martiniquaises de Progrs au servi-
ce du candidate de droite la
Prsidence de la Rpublique.
Yan Monplaisir ne cache pas son
admiration pour Nicolas Sarkozy,
l'homme qui considre qu'il n'y a pas
lieu d'avoir une repentance ternel-
le pour l'esclavage et la colonisa-
tion.Surtout Sarkozy est le poulain
du MEDEF qui veut faire la peau
au modle social franais, ce qu'il
appelle "la rupture".
Les deux courants de la droite mar-
tiniquaise qui avaient cru ncessai-
re un temps de crer des parties
martiniquais reviennent au bercail
de leur patron franais en vacuant la
question institutionnelle.
Yan Monplaisir ne cesse de rpter que
le scrutiny du 7 dcembre 2003 aurait


clos le dbat sur l'Assemble Unique.
Mais l'UMP-Martinique est dans l'em-
barras aprs l'initiative de 40 dputs
UMP demandant le 5 mai dernier


On attend la dnonciation crite de
Yan Monplaisir du comportement
colonialiste de ses camarades.

Jacques Chirac d'abroger l'article de la
loi dite "Paubira" qui prcise que "les
programmes scolaires et les pro-
grammes de recherche en histoire et en


sciences humaines accorderont la
traite ngrire et l'esclavage la place
consquente qu'ils mritent".
Comment tre Martiniquais, descen-
dants d'esclaves, et accepter cette
forme de ngationnisme et de rvi-
sionnisme dans le Parti o l'on mili-
te ? Yan Monplaisir certes dclare
que "la dmarche des 40 membres
de l'UMP n'honore pas la France".
N'est-ce pas incompatible et man-
quer de la plus lmentaire dignit
surtout que le Prsident de lump,
Sarkozy, est rest silencieux ?
L'UMP n'est-elle pas une machine
antimartiniquaise ?
Ce n'est pas en initiant une
marche de la libert, de la rconci-
liation et de la fraternity" le 22 Mai
prochain que lump fera oublier
qu'elle a tent de rhabiliter le colo-
nialisme et que, pendant long-
temps, son anctre le RPR a
condamn le 22 M.

0 M.B.


Le Snateur Serge Larcher
interroge trois ministres sur
d'importants dossiers
concernant la Martinique
et formule des propositions

(Extrait communique)
Suite et fin

M S'agissant de la situation financire particuli-
rement difficile des communes de Martinique, le
snateur Serge Larcher formula une proposition au
ministry dlgu aux Collectivits territoriales.
Le parlementaire rappelle que nos communes conti-
nuent de jouer leur important rle du buvard social.
Mais aujourd'hui, elles doivent Ifire face de nom-
breuses contraintes noitaiunent. les plans sociaux, la
titularisation massive des agents et la rforme de la
taxe professionn(elle. ;igmiiiientation de la dotation
global de fonctionnement tenant compte des spci-
ficits de nos regions. relmeice par les lus locaux,
est indispensable mais rest instiulisante. Le sna-
teur propose que l'ltait pcricde i des allgements ou
des exonrations de ci i rges pour les collectivits sur
le modle du priv. Cette baisse de charges permet-
trait de dgager une marge de maneuvre, pendant
5 ou 6 ans, le temps d'apurer les plans de titularisa-
tion.


Remise des cartes du
~~ Parti Communiste
-' Martiniquais

-' ;^-me; rSuite et fin de l'allocution du
r Secrtaire Gnral

(...) Ces politiques ont encore chou
parce qu'il n'y a pas chez ceux qui nous
i gouvernent de volont de doter la
Martinique des moyens permettant de
Georges Erichot mettre en oeuvre ce programme de
appelle les politiques dveloppement conu par des
et Martiniquais a un Martiniquais et pour les Martiniquais
sursaut national. (...)
(...)C'est pourquoi nous lanons un nou-
vel appel solennel au rassemblement de toutes les forces de progrs,
de toutrj~es I forces vives du pays afin de mettre en chantier ce project
d dive)lpprment global et consensuel qui nous fait tant dfaut don't
le premier acte devrait tre la tenue rapide des Etats gnraux de
tfemppi prioritaire des Martiniquais en Martinique.
t iwiriit)nes tous ceux qui se disent favorables au changement
ts r e w ntretr pour relancer le processus de l'volution institution-
nfdlel~Ka A la gravity de la crise qu'il traverse, le pays attend le sur-
a de i cd qui pensent son avenir. Dans un tel context, toute
di iS;JI, touted entreprise individuelle, toute stratgie politicienne ne
peu~vet que retarder la recherche d'une solution nous permettant de
viyt-~ traailler (et de dcider en Martinique (...)


I


I








Jeudi 11Mal 2006 Justice n 19 Page 9


Communique du Parti Communiste Martiniquais

Le Parti Communiste Martiniquais

condamne fermement la tentative d'abrogation

de la loi Taubira


La proposition de 40 dputs UMP d'abroger l'article 2
de la loi Taubira reconnaissant l'esclavage comme
crime contre l'humanit et portant sur l'enseignement et
la mise en place de programmes de recherche sur la
traite ngrire est une provocation inadmissible. Elle
est d'autant plus choquante qu'elle intervient la veille
du 10 mai, premiere journe de commmoration de la
mmoire de l'esclavage.
Cette dmarche s'appuie sur un faux paralllisme avec
les raisons qui ont conduit la suppression de l'article
de la "loi de la honte" sur les aspects positifs de la colo-
nisation.
Elle constitute en fait la ngation aussi bien de la traite
ngrire que de l'esclavage des Noirs : Cela s'appelle du
ngationnisme et du rvisionnisme historiques.
Cette initiative doit rappeler aux Martiniquais qu'il
existe au sein de la droite franaise un fort courant d'es-


prit colonialiste et racist.
Une telle demand s'inscrit dans une stratgie de la
range autoritariste de l'UMP de sduire l'lectorat de
Le Pen et de De Villiers.
Elle prouve que le combat pour la dignit et le respect
des peuples est loin d'tre termin.
Le Parti Communiste Martiniquais attend une franche
condemnation de la section locale de l'UMP de cette
action rvisionniste des 40 dputs UMP
Le PCM lance un appel la vigilance et la mobilisation
du people martiniquais pour fair chec cette
manuvre indigne.

Fort-de-France, le 8 mai 2006
Pour le PCM,
Le Secrtaire Gnral
Georges Erichot


Conference rgionale des acteurs conomiques

Rflchir et proposer pour demain


La premiere phase de la conference
rgionale des acteurs conomiques,
s'est tenue les 4 et 5 mai derniers
Madiana. La finalit de cette
rflexion prospective initie par
la collectivit rgionale est la
ralisation d'un Schma
Martiniquais de dveloppement
conomique pour les 20 pro-
chaines annes.
Pour ce faire, Alfred Marie- ::-
Jeanne entend "enrler" les
intelligence, expertise et com- s
ptences martiniquaises afin
"d'viter les erreurs passes, ,
adapter les dispositifs existants .
ou en imaginer de nouvelles".
Ils ont rpondu nombreux, chefs ,
d'entreprises, acteurs sociaux,
syndicalistes et bien d'autres
pour construire ce "cadre moins
cloisonn, une stratgie d'en-
semble, une cohrence plus affirme
pregnant en compete nos atots, potentia-
lits et notre savoir-faire", prconiss
par le Prsident de la collectivit.
De la prospective conomique ne peut
tre absente la question de l'volution
institutionnelle, indique le chef de la
majority rgionale. Il s'agit d'un project


global l'instar de ce qui a t ralis
pour le "Projet Martinique" avec une
vision plus long terme.


Les grand chefs d'entreprise ont particip
aux travaux, ici Bernard Hayot et son staff.

Pour l'aider dans cette tche, la Rgion
s'est adjoint les services d'un cabinet
"Profutures" et de Michel Godet, pro-
fesseur, consultant en prospective et
stratgie.
Ce sminaire d'appropriation a permis
de passer en revue les ides reues, de
faire le diagnostic et de s'assurer de


l'implication des acteurs. La restitu-
tion de ce brassage seront remises
dans deux mois. Le comit de pilotage
politique mis en place devra
cibler les axes prioritaires. Un
\, dialogue devrait s'installer sur le
terrain afin de recueillir les pro-
positions des autres collectivits
et acteurs divers.
En septembre, le group tech-
nique d'expertise rdigera les
divers scnarios de dveloppe-
,. ment possibles. Les orientations
et actions seront proposes aux
dcideurs afin d'tablir le
Schma Martiniquais de dve-
loppement conomique en
novembre.
En dbut de l'anne 2007, ce
document devrait tre propos
aux Martiniquais.
Le President de la Rgion sou-
haite qu'il serve de support pour les
ngociations avec les diffrentes insti-
tutions : Etat franais, dirigeants poli-
tiques caribens, Europe. Il exhorte les
uns et les autres tre "les acteurs de
notre dveloppement et de notre volu-
tion".
a C.B.


POLITIQUE








Jeudi 11 Mal 2006 Justice n" 19 Page 10


Nos compatriots
exigent le respect
de leur identity et
rejettent racism et
discrimination

Un sondage ralis par l'Institut CSA
auprs de 497 Franais mtropolitains
originaires d'outre-mer et command
par le Conseil Rgional d'le-de-France
dirig par le socialist Jean-Paul
Huchon jette une lumire crue sur le
sentiment de rejet de nos compatriotes
l'gard du racism et des discrimina-
tions. Cette tude a t ralise entire
le 13 et le 24 janvier 2006.
Le journal "Le Monde" du 22 avril en
rend compete sous le titre "La France
dans les yeux de l'outre-mer".Sujet : La
France est-elle (ou non) "accueillante",
racistte, "en dclin" ? Y parle-t-on
"trop, "assez" ou "juste comme il faut"
de l'esclavage, de la colonisation, des
discrimination ?La preoccupation des
sondeurs est de vrifier s'il y a un dan-
ger de repli communautaire chez les
originaires d'outre-mer en France et
sils demeurent dans la "matrice rpu-
blicaine".
I'un" faon gnrale, les personnel
interroges "se sentent" la fois fran-
aises et du dpartement don't elles
sont originaires, explique 'Le Monde".
Un nombre non ngligeable se sentent
avant tout "Martiniquais" (27 %) ou
noirs (25 %).
Certes, la majority des sonds consid-
r e e "communautarisme" comme un
"danger" (53%) contre 34% qui y
voient un moyen de se protger. Mais
83% considrent que la creation du
CRAN (Conseil Reprsentatif des
associations noires), accus de favori-
ser le communautarisme, est une
bonnee chose" et 64 % sont favorables
" ce qu'on instaure des quotas pour
faciliter l'accs des minorits visible
certaines professions et mandates poli-
tiques".
En outre, l'attachement une mmoi-
re spcifique est trs vif.65 % consid-
rent qu'il est essentiall" de parler de
fesclavage ;68 % estiment que l'on n'en
parole pas assez;92 % sont favorables
la loi Taubira qui reconnat l'esclavage
memme "crime centre l'humanit".
l)une manire gnrale, 85 % des
cYmpatriotes interrogs trouvent que


les lus en France "devraient prendre
davantage en compete les spcificits et
les particularismes des originaires
d'outre-mer".
Cela est incontestablement le signe
que nos compatriotes, qu'ils soient de
la premiere, de la deuxime ou de la
troisime gnration, sont la
recherche de leur identity et veulent
qu'on la respect au lieu de chercher
la diluer toute force, dans l'idologie
dite "rpublicaine" qui n'est autre que
la bonne vieille assimilation et alina-
tion.
N'en dplaise Patrick Karam et son
Collectif DOM qui critique vertement
le sondage et le CRAN et veut rouler
pour Sarkosy. Si 73 % des personnel
interroges par le CSA estiment que la
France est "accueillante", 59 % la
jugent racistt" (surtout les femmes et
les jeunes).
89 % considrent que le racism est
une "chose rpandue" en France.
Les noirs, puis les arabes, sont cits
comme les principles victims.
64 % dclarent avoir t personnelle-
ment victims de discrimination (51
% plusieurs reprises), principale-
ment dans la recherche d'un logement
ou d'un emploi.
77 % estiment essentiall" de parler de
ces discrimination.
Conclusion du journal "Le Monde" :
"La balle est dans le camp du gouver-
nement et des lus pris de trouver des
rponses, notamment sur le terrain des
discriminations. Et d'avertir : "Le
temps presse.
Oui, le temps press aprs tant d'an-
nes de mpris.

M Michel Branchi







Les Noirs de France
la Une

"Le Nouvel Observateur" (n" 2162 du
13 au 19 avril 2006) consacre un dos-
sier aux "Noirs de France" crit par le
journalist Claude Askolovitch qui n'a
pas toujours manifest une bonne
comprehension de la question de l'es-
clavage et de la colonialisation dans les
dossiers prcdemment abords surI


ces thmes.
"Nous, les Noirs de France" se veut une
srie de portraits et de destins pour
montrer la diversity des parcours et
des vcus.
L'article announce : "ls sont antillais ou
enfants des anciennes colonies, fran-
ais ou trangers, ils appartiennent
tous les milieux. Ce qui les lie : la cou-
leur de la peau. Et aussi l'exprience
des prjugs et des discrimination. Le
fait nouveau ? Ces Noirs de France 2
5 millions, selon les estimations sont
de plus en plus nombreux revendi-
quer leur identity. A revendiquer leurs
droits. Des combats du Conseil
Reprsentatif des Associations Noires
(CRAN) l'mergence d'une nouvelle
lite mdiatique en passant par les
drives ethnocentriques la
Dieudonn, "l'Obs" raconte l'irruption
d'une fiert noire la franaise".
On le voit, Claude Askolovitch et le
"Nouvel Obs" ne pardonnent pas
Dieudonn d'avoir dnonc un certain
imprialisme des intellectuals juifs la
Finkielkrault et des sionistes. Mme si
c'est avec parfois de la maladresse.
Le CRAN, la tribu KA, adepte des
thses de Cheik Anta Diop sur l'ant-
riorit des civilisations noires, le club
chic Kleber des Noirs de l'lite qui veu-
lent un ministry noir (qu'est-ce que
cela changera ?), Christiane Taubira
"bloque", dit le Nouvel Obs, "sur le cr-
neau ethnique" (ou plutt par son
ambigut), etc, sont passs en revue.
De mme, les destins personnel
d'Audrey Pulvar, d'Harry Roselmack,
Olivier Laouchez, etc sont explors.
Mais, surtout, des portraits des "pres
fondateurs" sont donns : Chevalier
Saint-Georges, Jean-Baptiste Belley,
Toussaint Louverture, Behanzin,
Blaise Diagne, Flix Ebou, Gaston
Monnerville, Lopold Scdar Senghor,
Aimr C(saire.
Un dossier qui mon.tre, aprs la cruise
des banlieuc's, l'irruption (de la ques-
lion (l.s Noirs daiids la socit franai-
cs. 11 ne ii ur rest.e plus qu' trouver un
M., ii i Il la l r KiniK.
MlV;aii ptour c' ia ser les dnmons du
';i lui'm lhi F riicv nre peut viter le
dlevir dt'r iini oiiir l'Iesclavage et la
(oloiistIIIl|.I< juii is ii voque par
( liii0' Ad kto iGillvici,

M Antoine Gilles


FRANCE








NOTRE HISTOIRE


Jeudi 11 Mal 2006 Justice n 19 Page 11


Assassinat de Grard Nouvet


Il y a 35 ans, le 13 mai 1971, la visi-
te de Pierre Messmer, ministry de
"l'outre-mer" s'tait solde par une
brutale repression dans Fort-de-France
occupe et l'assassinat lche et gratuit
d'un jeune lycen de 17 ans, Grard
Nouvet.
Il faut dire que cette visit tait atten-
due, vue l'ampleur du malaise social
dans notre pays.Le PCM avait appel
manifester devant le Conseil Gnral
et la CGTM de son ct avait lanc un
mot d'ordre de grve gnrale.Dans le
mme temps, par got de la provoca-
tion, les valets du colonialisme Renard,
Petit, Emile Maurice, etc... avaient invi-
t une crmonie doudouiste devant
le monument aux morts en transpor-
tant par bus leurs lecteurs.Seulement
le colonialisme ne connat que le lan-
gage de la repression en pays domin.
L'air tait irrespirable sur la place de la
Savane avec des tirs tous azimuts de
gaz lacrymogne.


Georges Fitte-Duval, Conseiller gn-
ral du St-Esprit, membre du Bureau
Politique exposera, au nom du group
communist, la situation de dclin co-
nomique, de malaise social, les reven-
dications des travailleurs et insistera
sur la ncessit de mettre un terme la
domination colonial et la mise en
place d'un statute d'autonomie.
Dans l'aprs-midi, le calme tait reve-
nu dans Fort-de-France et chacun
commentait cette journe trs "chau-
de" de la visit de Messmer.
Les jeunes lycens avaient pris l'habi-
tude de se rassembler devant le
"Prisunic" (dbut de l're de la
consommation) rue de la Rpublique,
le jeudi aprs-midi (jour de repos sco-
laire et de permission de sortie pour les
internes).
Vers 17h45, deux cars de gardes-
mobiles passent et sans raison tirent
froidement, blessant mortellement un
jeune lycen de 17 ans qui dcdera


l'hpital.
Des tmoins n'ont pas hsit attester
sur l'honneur la vracit des faits, que
"Justice" a relats (n 20 du 20 mai
1971).
Crime rest impuni jusqu' ce jour.
Au lieu de rechercher la vrit, le pou-
voir poursuivra devant les tribunaux
des jeunes, don't Alain Bravo, qui
seront relaxs par la suite grce la
mobilisation lycenne.
Pire, de retour en France, dans une
declaration Radio Europe N 1
Messmer avec cynisme dclare : "ce
lycen n'a pas t tu en tant que
lycen mais en tant que manifestant.
En venant manifester, il devait savoir
qu'il prenait des risques, ce qui ne lui
serait pas arriv, s'il tait rest au
lyce".C'est a "le rle positif de la
presence franaise outre-mer'.

M Fernand Papaya


..;.,:. U


BOLIVIE
La nationalisation
des hydrocarbures :
un acte souverain
de Morales


Evo Morales en dcrtant la nationa-
lisation des hydrocarbures en Bolivie
a honor spectaculairement la pro-
messe essentielle de sa champagne
lectorale.
Les companies trangres en
Bolivie se sont en effet partag la
manne ptrolire et gazire durant
des dcennies sans que le pays n'en
recueille les bnfices.
Elles auront dsormais six mois pour
rgulariser leur situation en signant


de nouveaux contracts d'exploitation, production, et du contrle de la com-
faute de quoi "elles ne pourront plus mercialisation, incluant la fixation
continue oprer dans le pays", des prix, les volumes de vente et la
C'est le temps qu'a accord Morales destination. Mais il n'y a pas de
aux vingt six companies trangres confiscation des installations, regret-
dont Repsol (Espagne), Total te le president de la Centrale
(France), Exxon (Etats-Unis), Ouvrire Bolivarienne (COB) Jaime
British Gas (GB), Petrobras (Brsil). Solares.
La Bolivie dtient, aprs le La parties s'annonce extrmement
Vnzuela, les deuximes reserves delicate avec le brsilien PETRO-
de gaz d'Amrique du Sud, estimes BRAS, le Brsil dpendant pour 50
1.550 milliards de mtres cubes et % de ses besoins du gaz bolivien.
produit en outre 40.000 barils de Brasilia a ragi avec agacement, s'at-
ptrole par jour. tendant "un traitement diffrenci"
Ce pays est aussi le plus pauvre du compete tenu de l'importance des
sous-continent amricain, la misre investissements faits par Petrobras
concernant 70 % de la population. et des liens politiques entire Lula et
L'exploitation des hydrocarbures Morales.
reprsente 15 % de son PIB Une runion a eu lieu entire les pr-
(Richesse nationale. sidents bolivien et brsilien et leurs
La proprit des gisements et toute homologues vnzuelien et argentin
la production des hydrocrbures le 4 mai pour tenter d'apaiser les ten-
seront remises YPFB, la compa- sions.
gnie national bolivienne. Le dcret Les enjeux dpassent les seuls int-
de nationalisation reserve une part rts de Petrobras en Bolivie, ils sont
de 82 % des revenues ptroliers la dimension d'un ensemble sud-
l'Etat bolivien. amricain qui cherche contrer les
Cette nationalisation consiste en la coups de boutoir de Washington par
rcupration de la proprit de la une plus grande cohsion rgionale.
totalit des hydrocarbures (sol et La voie de la souverainet est escar-
sous-sol), de la participation majori- pe.
taire de l'Etat dans toute la chane de


.. .... ..
.. ... ....... ..... ... ' .










DANS LE MONDE


Jeudi 11 Mal 2006- Justice n 19 Page 12


NPAL



De fructueux


enseignements


La revolution npalaise, car il
s'agit bien d'une revolution, mri-
te qu'on s'y arrte tant elle est
riche d'enseignements.
Revolution d'abord, car aprs ce
qui vient de se passer, le Npal ne
pourra plus jamais tre gouvern
comme avant. Revolution ensui-
te, car c'est l'ensemble du syst-
me fodalo-clanique qui est remis
en cause aujourd'hui. Revolution
enfin, car le people par son action
massive et rsolue s'est appropri
l'initiative politique.
L'atout principal du people npa-
lais s'est rvl tre son Parti
communist. Un parti puissant
qui dans les brefs moments d'ac-
tivit parlementaire lgale dispu-


ANNONCES LI


tait l'alternance du pouvoir au
non moins puissant Congrs
npalais. Un parti communist
que l'on a pu voir l'oeuvre, ban-
nires dployes, frappes de la
faucille et du marteau, face aux
fusils de l'arme. Il n'tait pas le
seul le faire, mais il tait omni-
prsent, tenant toute se place
dans la lutte.


une fraction de ce parti commu-
niste s'en tait spar pour fon-
der un PC maoste adepte de la
lutte arme suivant le principle de
l'encerclement des villes par les
campagnes prn en son temps
par Mao Zadong en Chine.
Aujourd'hui, la gurilla maoste
contrle de vastes portions
rutales du pays sans pour cela
avoir russi autre chose
qu'accentuer le pourrisse-
ment du rgime monarchis-
te.
Acceptons-en l'augure, mais
pour notre part, retenons
avant tout que pour le
people, la cl du succs en
politique c'est un Parti com-
muniste puissant et l'action
rsolue des masses.


a K. Solaris


Cela c'est la premiere leon
retenir.
Suite un dsaccord stratgique,




GALES Jeudi 11 Mal 2006 Justice n( 19 Page 12


AVIS D'APPEL PUBLIC
A LA CONCURRENCE

1 Identification de l'organisme qui passe
le march :
CONSEIL REGIONAL DE LA MARTI-
NIQUE Service des Marchs et de la com-
mande publique Rue Gaston Defferre -
Cluny 97200 Fort-de-France Martinique
- Tl. : 0596 59 63 00 Tlcopie : 0596
726810
2 Objet du March :
ASSURER LA MAITRISE D'(UVRE DES
TRAVAUX DE REHABILITATION AU LP
BATELIERE 2006/2008 (BAT-06-OP1)
3 Dtail des travaux :
- AMENAGEMENT D'UN SPACE SANTE
/ SERVICE MEDICAL ET ARCHIVES /
REPROGRAPHIE
- REPLACEMENT DES GARDES DE
CORPS ET PEINTURE DES BTIMENTS
AET B
- CLOTURE ET PORTAILS
- LOGE ACCUEIL
4 Procdure de passation :
PROCDURE ADAPTE (article 28 du
Code des Marchs Publics)
5 N' de la nomenclature :
Famille n" 71-01 (matrise d'oeuvre)
6 Contenu de la mission :
Etudes d'avant project Etudes de project -
Assistance pour la passation des marchs
de travaux Etudes d'excution Direction
de l'excution des travaux OPC -
Assistance lors des operations de rcep-
tion.
7 Comptences requires :
Le candidate doit avoir des comptences en
architecture et en ingnierie (structure et
fluides). Sinon, il doit tre un groupement
solidaire compos d'un architect et d'in-
gnieurs spcialiss (structure et fluides).
Dans ce cas, chacun aura prsenter les
justifications requises au point 8.
8 Justificatifs produire :
- la declaration du candidate, conforme
notamment au module DC5
- la lettre de candidature (en cas de grou-


pement) conforme notamment au modle
DC4
- une declaration sur l'honneur date et
signe par le candidate justifiant que celui-
ci a satisfait ses obligations sociales et
fiscales au 31 dcembre 2005,
- une indication de ses comptences, de
ses moyens et de ses rfrences.
9 Prsentation des plis :
Le dossier de candidature constitu de
l'ensemble des justifications mentionnes
au 8 ci-dessus sera mis sous pli cachet
portant l'adresse et les mentions suivantes :
Monsieur le Prsident du Conseil Rgional
de la Martinique A l'attention du Service
des Marchs et de la command publique
- Rue Gaston Defferre Cluny 97200
FORT-DE-FRANCE (MARTINIQUE)
avec la mention "Maitrise d'oeuvre des tra-
vaux de rehabilitation au LP Batelire -
(BAT-06-OP1)" "Ne pas ouvrir"
10 Dlai de ralisation des documents
d'tudes :
APS : 3 semaines
APD: 4 semaines
PRO + EXE 1 + DCE : 4 semaines
EXE 2: 3 semaines
DOE : 3 semaines
11 Dlai laiss au candidate attributaire du
march pour remettre ses attestations
sociales et fiscales : 8 jours calendaires
12 Adresse auprs de laquelle des infor-
mations complmentaires peuvent tre
obtenus : Le mme qu'au point 1.
13 Critres de classement des candida-
tures :
Il sera tenu compete pour ce classement
des critres suivants :
Capacits techniques (comptences, rf-
rences et moyens)
14 Lieu et date de remise des plis :
Service des Marchs du Conseil Rgional
l'adresse prcite AU PLUS TARD LE
LUNDI 23 MAI 2006 12H00.
15 Date d'envoi de l'avis la publication :
Le 05 Mai 2006.
FA 6293


PREFECTURE
DE LA REGION MARTINIQUE
SOUS-PREFECTURE DU MARIN
AVIS D'OUVERTURE
D'ENQUETE PUBLIQUE

Le public est inform que conformment
aux dispositions de l'arrt prfectoral n'
2006/21, il sera procd l'ouverture :-
d'une enqute publique sur la demand
d'autorisation au titre des articles L 214-1
et suivants de la loi sur l'Eau du 03 janvier
1992 concernant le project d'amnagement
de la ZAC de l'Avenir au titre de la loi sur
l'Eau
Cette enqute publique se droulera du
lundi 29 mai 2006 au vendredi 30juin
2006 inclus, sur le territoire de la commu-
ne de SAINT-ESPRIT ;
Le dossier d'enqute pourra tre consult
du lundi 29 mai 2006 au vendredi 30 juin
2006 inclus la mairie ci-dessus mention-
ne, aux heures d'ouverture des bureaux.
Durant cette priode, les observations du
public pourront :
- soit tre consignes sur le registre d'en-
qute mis sa disposition,
- soit tre adresses par crit M. Robert
LOBEAU, commissaire enquteur, qui si-
gera la mairie de SAINT-ESPRIT,
comme suit :
mardi 30 mai 2006 de 9H 11H
-jeudi 15 juin 2006 de 9H 111-1
vendredi 30 juin 2006 de 9H 11H
Les conclusions motives du commissaire
enquteur pourront tre communiques
pendant un dlai d'un an computer du
quarantime jour suivant la clture de l'en-
qute toute personnel en faisant la
demand la Sous-Prfte du MARN.
Elles seront en outre dposes en mairie
de SAINT-ESPRIT, pour la consultation du
public.

Marin, le 9 Mai 2006
La Sous-Prfte du MARIN
FA 6294


Catherlne RODAP
Avocat la Cour
35 Rue Schelcher
97200 FORT-DE-FRANCE
Tl.: 0596 73 78 48 Fax : 0596 73 78 08

VENTE AUX ENCHERES PUBLIQUES

Il sera procd le MERCREDI 07 JUIN
2006 9 HEURES, l'audience des
cries du Tribunal de Grande Instance de
Fort-de-France, Cit Judiciaire 35
Boulevard du Gnral de Gaulle 97200 -
FORT-DE-FRANCE, la vente aux
enchres publiques, au plus offrant et der-
nier enchrisseur l'extinction des feux de :
Une parcelle de terre sise MARIGOT,
lieudit Lotissement "Les Filaos" pour une
superficie de 7 ares 43 centiares, cadas-
tre section B n 468 et de la villa y difie.
Selon procs verbal de Me Claude
LAURE, Huissier, dress le 12.10.05 : la
villa construite en dur simple rez de
chausse, couverture tle comprend : Un
sjour, 4 chambres, une salle d'eau, salle
de bains, un WC, une pice usage de
bureau, terrasse en faade, piscine.
Le cahier des charges a t dpos au
Greffe du Tribunal de Grande Instance de
Fort-de-France le 24/11/2005 o toute per-
sonne peut en prendre connaissance.
Les enchres s'ouvriront sur la mise prix
de : 85 000 C.Les enchres se font par
ministre d'avocat inscrit au Barreau de
Fort-de-France.
Pour tout renseignement s'adresser au
Cabinet de Me RODAP, 35 rue Schoelcher
- 97200 FORT-DE-FRANCE Tl. : 0596
73 78 48 Fax : 0596 73 78 08.
FA 6295











ANNONCES LGALES


Jeudi 11 Mai 2006 Justice nW 19 Page 13


AVIS DE CONSTITUTION D'UNE SCI

il a t cr une Socit Civile Immobilire
par un acte sous seing priv en date du 15
Avril 2006, don't les caractristiques sont les
suivantes :
Denomination : SCI TAUPEINVEST
Objet : La proprit, la gestion et plus gn-
ralement l'exploitation par bail, location ou
tout autre forme d'un immeuble que la soci-
t se propose de construire, d'acqurir ou
apport la socit.
Sige social : C/o ETP 9 ZAC Les Coteaux
- 97228 SAINTE-LUCE
Dure : 99 ans
Capital social: 1 500 euros
Grant : Monsieur Thierry PERIE -
Demeurant LE DIAMANT (97223) Villa du
Soleil Levant Haut Morne.
Pour avis, le Grant
FA 6264

AVIS DE CONSTITUTION D'UNE SARL

Par acte sous seing priv en date du 4 avril
2006, il a t constitu une socit res-
ponsabilit limite aux caractristiques sui-
vantes :
Denomination : FINANCIERE TP
CARAIBES
Objet :
- L'acquisition sous toute forme et par tous
moyens et la gestion de toutes participation
majoritaires ou minoritaires dans toutes
socits industrielles, commercials, finan-
cires et immobilires, franaises ou ran-
gres ;
- La gestion et l'exploitation de toutes soci-
ts de toutes natures ;
- L'animation du group des socits contr-
ls, la conduite de la politique du group et le
contrle des filiales, la prestation de service
spcifiques administratifs, juridiques, infor-
matiques, comptables, financiers ou immobi-
liers au sein du group.
- Ainsi uqe toutes activits commercials
directed ou indirectes ; la distribution sous
diverse former, notamment par la voie de
franchisage ; l'acquisition et l'exploitation
sous diverse former de tous brevets d'in-
vention, marques de fabrique ou de services
ou procds et techniques.
- Et gnralement toutes operations com-
merciales, industrielles, immobilires, mobi-
lires et financires se rattachant directe-
ment ou indirectement aux objets ci-dessus
spcifis et susceptibles d'en faciliter le
dveloppement ou la ralisation.Dure : 99
ans
Capital social: 10.000 euros
Sige social : C/o ETP 9 ZAC Les Coteaux
97228 SAINTE-LUCE
Grant : Monsieur Thierry PERIE, associ,
demeurant VILLA DU SOLEIL LEVANT
HAUT MORNE 97223 DIAMANT.
La socit sera immatricule au registre du
commerce et des socits tenu au Greffe du
Tribunal de commerce de Fort-de-France.
FA 6265

SCIPORTEL
SCI au capital de 3.049 C
Sige social : 63 Route de Chateauboeuf
97200 FORT-DE-FRANCE

RCS FORT-DE-FRANCE
383 450 079 (91 D 166)

CHANGEMENT DANS LA GERANCE

Les associs de la SCI PORTEL ont pris
acte de la dmission de Madame Luce POR-
TEL demeurant 63 Route de Chateaubceuf
97200 FDF (Martinique) de ses functions de
grante de la socit computer du 01
novembre 2005.
En consequence l'assemble gnrale a
dsign Mademoiselle Mlanie PORTEL
demeurant 68 Bld Gnral de Gaulle 97200
FDF (Martinique) comme nouvelle grante.
Inscription modificative sera faite au registre
de commerce et des socits de FORT-DE-
FRANCE.
La Grante
FA 6266


AVIS DE CONSTITUTION

SOCIT CIVIL IMMOBILIRE
S.C.I. SOANN

Par acte sous seing priv en date du 24 avril
2006, il a t constitu une socit civil
immobilire.
Denomination social: S.C.I. SOANN
Capital : 100euros divis en 10 parts
sociales de 10 euros chacune, entirement
souscrites et libres
Sige social : Rsidence Le Clos St Jacques
Appt n 9 Ravine Vilaine 97200 FORT-
DE-FRANCE
Objet : L'acquisition par voie d'apport ou
autrement de tous terrains ou immeubles, la
gestion et administration desdits
immeubles.
Toutes operations financires, mobilires ou
immobilires se rattachant directement ou
indirectement l'objet social et susceptibles
d'en favoriser le dveloppement ou la rali-
sation, condition d'en respecter le caract-
re civil.
Dure : 99 annes computer de l'immatri-
culation de la socit au Registre du
Commerce et des socits.
Grant : Madame Sonia Patricia Laurence
LONIS, ne le 15aot 1955 Fort-de-
France (Martinique), de nationalit franaise,
demeurant Rsidence Le Clos St Jacques
Apt. n" 9 Ravine Vilaine 97200 Fort-de-
France, divors.
La socit sera immatricule au Registre du
commerce et des socits tenu au greffe du
tribunal de commerce de Fort-de-France.
Pour avis et mention
La Grante
FA 6267

AVIS DE CONSTITUTION

Socit Responsabilit Limite
S.A.R.L. GIBALLEBE

Par acte sous seing priv en date du 25 jan-
vier 2006 modifi par assemble gnrale
extraordinaire du 1er avril 2006, il a t
constitu une socit responsabilit limite:
Denomination social: S.A.R.L. GIBALLEBE
Denomination commercial : Restaurant de
la Plage Mini Golg
Capital : 9.268 euros divis en 96 parts
sociales de 100 euros chacune plus une part
de 68 euros, entirement souscrites et lib-
res.
Sige social : Quartier Dufferet 97220 LA
TRINITE
Objet : L'exploitaiton d'un restaurant, d'un
mini golf
Dure : 99 annes computer de I'immatricu.
nation de la socit au Registre du
Commerce et des socits
Grant : Madame Marie-Antoinette ALLEBE,
ne le 7 Juin 1958 la Trinit, de nationality
franaise, demeurant Ouartier Dufferet
97220 LA TRINITE, marie sous le regime
lgal de la communaut.
La socit sera immatricule au Registre du
commerce et des socits tenu au greffe du
tribunal de commerce de Fort-de-France.
Pour avis et mention
La Grante
FA 6268

INTERNATIONAL FINANCE CONSULTING
MARTINIQUE
SARL au capital de 50.000 C
Sige social : Im. La Chapelle
Rue Case Ngre Place d'Armes
97232 LAMENTIN

AVIS DE CONSTIUTTION

Avis est donn de la constitution de la soci-
t responsabilit limite International
Finance Consulting Martinique, son sigle est
: IFC MTOE, son nom commercial est IFC
- Capital social : 50 000 C
- Sige social : Im. La Chapelle Rue Case
Ngre Place d'Armes 97232 LAMENTIN
- Objet social : Conseil pour les affaires et la
gestion
- Dure : 99 annes computer de l'immatri.
culation au registre du commerce et des
socits
- Grant : Stphane JACOB domicili Im.
Actualis Rue Forest 97122 BAIE.


MAHAULT
- Immatriculation au registre du ci
des socits de Fort-de-France.
Pour avis et mention
La Grance


AQUATECH
Entreprise Unipersonni
Responsabilit Limit
au capital de 8.000 eur
Sige social : 22 Monte du C
Pointe Savane
97231 LE ROBERT

AVIS DE CHANGEMENT DE G

Aux terms d'une assemble gn
ordinaire en date au Robert du
2006, il a t dcid la modification
Ancien grant: Madame MARIO
Nouveau grant : Monsieur MAI
Philippe demeurant 22, M
Clapotage, Pointe Savane
ROBERT.
Pour avis, le Grant


Cabinet de Maitre Moise Ci
Avocat la Cour
1 Rue de l'Ecole Hoteli
97233 SCHOELCHER
Tl. : 0596 71 27 39

AVIS DE CESSION DE PARTS

Par acte sous seint priv en dat
2006, Mr NARCISSOT Marius, a
Serge NARCISSOT la totalit de
possdait dans la SOCIETE
D'ENTREPRISES MULTIPLES (!
me entire eux, et immatricule
F-de-F sous le numro 383 301
Mr NARCISSOT Serge sera.
cette cession et partir du 3 avi
laire des droits attachs aux pa
cdes.
Les status ont t en consqu
fis.
Pour avis et mention
Le Grant


SARL SNACK GALLEY
Socit Responsabilit L
au capital de 7.600 C
Centre Commercial La Ba
97233 SCHOELCHER
RCS F-de-F B 478 569 049

AVIS DE CESSION DE PARTS

Par acte sous seing priv en
Fvrier 2006, Monsieur HO-S
Youlon, n le 24 mai 1947 Fort
de nationalit franaise, dem
Route de Schoelcher 97233 SCI
a cd Mademoiselle AGLAE
totalit des droits qu'il possd
socit SARL SNACK GALLETO
le au RCS de FORT-DE-FRAN
numro 478 569 049.
Mademoiselle AGLAE Yveline ser
de cette cession et partir du
2006 titulaire des droits attach
sociales cdes.
Mademoiselle AGLAE Yveline a
par le co-associ du cdant par
gnrale extraordinaire du 17 fv
L'article 7 des status et les statute
consequence modifis.
Pour avis et mention
Le Grant


PREFECTURE
DE LA REGION MARTINI

SOUS-PRFECTURE DE LA

Le sous prfet de La Tri
COMMUNIQUE

AVIS D'OUVERTURE D'EN(
PREALABLE LA DECLARE
D'UTILITE PUBLIOUE

Le public est inform que, cor
aux dispositions de l'arrt n" 20(


avril 2006, une procedure d'enqute
commerce et publique pralable la declaration d'utilit
publique sera mise en ceuvre pour les tra-
vaux de rectification du virage de Fond
Massacre sur la RN1 au Lorrain.
FA 6269 Cette enqute sera ouverte pendant une
dure de trente quatre (34) jours, DU VEN-
DREDI 5 MAI 2006 AU MERCREDI 07 JUIN
elle 2006 INCLUS.
e Le dossier d'enqute pourra tre consult au
os service d'urbanisme de la mairie du Lorrain
lapotage dans les dlais susviss, aux heures d'ou-
verture des bureaux.
Durant cette priode, les observations du
public pourront :
iRANCE soit tre consignes sur le registre d'en-
qute ouvert, sur place, cet effect,
rale extra- soit tre adresses par crit au commissai-
i 23 Fvrier re enquteur, M. Alain Christophe POMPIE-
n suivante : RE, qui sigera au service d'urbanisme de la
N Batrice mairie prcite DE 09 HEURES 12
RION Jean- HEURES les jours suivants :
lonte du LE VENDREDI 5 MAI 2006,
97231 LE LE MERCREDI 10 MAI 2006
LE LUNDI 15 MAI 2006
LES MERCREDI 24 MAI, 31 MAI, 07 JUIN
FA 6270 2006.
Aprs clture de l'enqute, les conclusions
ARETO motives du commissaire enquteur pour-
ront tre communiques toute personnel
re qui en fera la demand auprs du sous-pr-
fet de la Trinit. Celles-ci seront, en outre,
dposes la mairie du Lorrain pour la
consultation du public.
SOCIALES Trinit, le
Le sous prfet
e du 3 Avril Xavier BRUNETIERE
i cd Mr FA 6273
s droits qu'il
GENERAL "Catherine SCHIN-OUA-SIRO-SCHAPIRA
SGEM), for- et Renaud NIRDE, Notaires, associs
au RCS de d'une socit civil professionnelle
595 00021. titulaire d'un office notarial
la suite de sis FORT-DE-FRANCE (Martinique),
ril 2006 tilu- Plateau Roy Cluny"
ris sociales
AVIS DE CESSION DE PARTS
ence modi-
I Suivant acte reu par Matre Charles-
Robert GALLET de SAINT-AURIN, notaire
FORT-DE-FRANCE (Martinique), le 15 mai
FA 6271 2002, Monsieur George SCHIN-OUA-
SIRON a donn Madame Catherine
TO SCHIN-OUA-SIRON-SCHAPIRA 327 parts
imite sociales de la SCP dnomme "Georges
SCHIN-OUA-SIRON, Catherine SCHIN-
telire OUA-SIRON-SCHAPIRA et Laurent LOY-
TIER, notaires, associs d'une Socit Civile
00016 Professionnelle titulaire d'un office notarial"
sis FORT-DE-FRANCE (Martinique),
SOCIALES Plateau Roy Cluny", au capital de
1.097.928,00 euros, identifie au SIREN
date du 20 sous le numro 441 277 829 immatricul au
iING-MING Registre du Commerce et des Socits de
-de-France, FORT-DE-FRANCE, numrotes de 2.393
eurant 51, 2.719. Aux terms dudit acte Monsieur
-HELCHER, Georges SCHIN-OUA-SIRON lui a gale-
Yveline la ment cd 2.064 parts sociales de ladite
ait dans la SCP numrotes de 2.720 4.783. Cette
, immatircu- donation et celle cession ont t subordon-
CE sous le nes la ralisation de diverse conditions
suspensives, ralises depuis.
a, la suite Il. aux terms d'un acte reu par Matre
S20 Fvrier Charles-Robert GALLET de SAINT-AURIN,
s aux parts notaire FORT-DE-FRANCE (Martinique),
le 15 mai 2002, Monsieur Georges SCHIN-
t agre OUA-SIRON a cd Monsieur Laurent
assemble LOYTIER 2.391 parts de la SCP numrotes
rier 2006. de 4.784 7.174. Cette cession a t subor-
s ont t en donne la ralisation de diverse condi-
tions suspensives, ralises depuis.
III. Aux terms d'un acte reu par Matre
Charles GALLET de SAINT-AURIN, notaire
FA 6272 FORT-DE-FRANCE (Martinique) le 22
octobre 2004, et son rectificatif reu par ledit
notaire le 6 janvier 2005, a t constat la
QUE cession de parts sociales par Monsieur
Georges Paul Flicien SCHIN-OUA dit
TRINITE SIRON, au profit de Monsieur Renaud Max
NIRDE, de 2.392 parts de la SCP, numro-
nit tes de 1 2.392. Cette cession a t subor-
donne la ralisation de diverse condi-
tions suspensives.
QUETE IV. Ayant dcid de se retire de la SCP,
RATION Monsieur Laurent Raymond Michel LOY-
E TIER a cd ladite socit les 2.392 parts
don't il tait propritaire, numrotes de
nformment
06-04 du 10 Suite en page 14











ANNONCES LGALES


Jeudi 11 Mai 2006 Justice n 19 Page 14


4.784 7.174 et 7.176, ainsi que le constate
un acte reu par Maitre Charles GALLET de
SAINT-AURIN, notaire sus nomm le 22
octobre 2004. Cette cession a t subordon-
ne la ralisation de diverse conditions
suspensives.
V. Suivant acte reu par Matre Charles
GALLET de SAINT-AURIN, notaire FORT-
DE-FRANCE (Martinique), le 23 septembre
2005, a t constat la ralisation des condi-
tions suspensives de la cession de parts
sociales par Monsieur Georges SCHIN-
OUA-SIRON.
VI. Suivant acte reu par Maitre Robert
CEAUX, Notaire FORT-DE-FRANCE
(Martinique), le 18 juillet 2005, a t consta-
t la ralisation des conditions suspensives
de la cession de parts sociales par Monsieur
Laurent LOYTIER.
VII. Suivant procs verbal des associs de
la SCP, en date du 15 mars 2006 a t
constat la modification des status et la
reduction du capital social la some de
731.952,00 euros, par annulation de 2.392
parts.
Par suite de tout ce qui vient d'tre relat les
caractristiques de la Socit Civile
Professionnelle sont les suivantes :
DENOMINATION : "Catherine SCHIN-OUA-
SIRON-SCHAPIRA et Renaud NIRDE,
Notaires, associs d'une socit civil pro-
fessionnelle titulaire d'un office notarial"
SIGE SOCIAL : Plateau Roy Cluny,
FORT-DE-FRANCE (97200)
CAPITAL SOCIAL : SEPT CENT TRENTE
ET UN MILLE NEUF CENT CINQUANTE
DEUX EUROS (731.952,00 EUR) divis en
4.784 parts de 153,00 euros chacune
ASSOCIS :
1) Madame Catherine SCHIN-OUA dit
SIRON, notaire, pouse de Monsieur
Philippe Louis Lucien SCHAPIRA, demeu-
rant SCHELCHER (97233), Rsidence
l'Ocane, appartement 4B, 6 Impasse des
Glycines, Pointe de Jaham.
Ne PARIS (75014) le 20 juin 1960.
Propritaire de 2.932 parts sociales numro-
tes de 2.393 4.784.
2) Et Monsieur Renaud Max NIRDE, notai-
re, demeurant au MORNE ROUGE (97260),
25 avenue Jean Jaurs
N FORT-DE-FRANCE (97200) le 20 mars
1968.
Clibataire.
Propritaire de 2.392 parts sociales numro-
tes de 1 2.392.
GRANTS : Madame Catherine SCHIN-
OUA dit SIRON-SCHAPIRA et Monsieur
Renaud Max NIRDE.
Pour avis
Le Notaire
FA 6274
CACEM
COMMUNAUTE D'AGGLOMERATION
DU CENTRE DE LA MARTINIQUE

AVIS D'ATTRIBUTION
1. IDENTIFICATION DE LA COLLECTIVITE
QUI PASSE LE MARCH:
CACEM (Communaut d'Agglomration du
Centre de la Martinique) Immeuble
Cardinal Chateauboeuf Est BP 407 -
97204 Fort-de-France Tl. : 0596 75 82 72
- Fax : 0596 75 87 06
2. TYPE DE MARCH:
March de service
3. OBJET DU MARCH:
Maitrise d'oeuvre pour l'amnagement de la
voie communautaire Floraindre Bois
Quarr
4. REFERENCE DU MARCH :
Affaire n 2005 /03 /1 / DEVC / AO
5. MODE DE PASSATION :
Appel d'offres ouvert
6. REFERENCES DE L'AVIS D'APPEL
PUBLIC A LA CONCURRENCE :
Parution FA n" MO8091 du 05/08/2005
7. CRITERES D'ATTRIBUTION :
1 Valeur technique de l'offre,
2 Prix des prestations,
3 Dlai et notamment le planning propose
8. ATTRIBUTION DU MARCH :
* TITULAIRE: Groupement BERIM / MEDIA-
DEP TJP 97200 Fort-de-France
* DATE D'ATTRIBUTION : 30 mars 2006
9. DATE D'ENVOI A LA PUBLICATION DE
L'AVIS D'ATTRIBUTION : 02 mai 2006
LE PRESIDENT


Serge LETCHIMY


CACEM
COMMUNAUTE D'AGGLOME
DU CENTRE DE LA MARTIN

AVIS D'ATTRIBUTION

1. IDENTIFICATION DE LA COL
QUI PASSE LE MARCH:
CACEM (Communaut d'Agglon
Centre de la Martinique)
Cardinal Chateaubeuf Est -
97204 Fort-de-France Tl.: 059
- Fax : 0596 75 87 06
2. TYPE DE MARCH :
March de travaux
3. OBJET DU MARCH:
Travaux d'amnagement pay
ludique du Square de Montgrald
4. MODE DE PASSATION :
Appel d'offres ouvert
5. REFERENCES DE LAVIS
PUBLIC A LA CONCURRENCE :
Parution JUSTICE n 33/34 du 2!
Annonce n" FA 5165
6. CRITERES D'ATTRIBUTION :
1 La valeur technique de l'offre,
2 Le prix ;
3 Le dlai

7. ATTRIBUTION DU MARCH:
* TITULAIRE : Socit CLEAN
97200 Fort-de-France
SMONTANT H.T.: 216.373,68
DATE D'ATTRIBUTION : 31 ma
8. DATE D'ENVOI A LA PUBLIC
L'AVIS D'ATTRIBUTION : 02 mai
LE PRESIDENT
Serge LETCHIMY


AVIS D'APPORT

M. Claude SOLIS, commer
l'adresse professionnelle Quar
Charpentier 97230 SAINTE-MA
apport, en date du 24 Avril 2
fonds commercial de fabrication
animaux, la SARL SO VA E
social : Quartier Tnos Charper
SAINTE-MARIE, pour une vale
mille euros, selon rapport des a
annexe des status, rparti e
incorporelles pour cinq mille
valeurs corporelles pour mille
euros et en marchandises poui
euros.En contrepartie de cet a
reu cent parts sociales de so
euros du capital de cette socit
engag conserver pendant tro
L'acte tabli le 24 Avril 2006 a B
enregistr la Recette des Impi
NITE.
Les cranciers peuvent fair
dans le dlai de dix jours de l
insertion au BODACC, l'adres
sionnelle de I'apporteur. Les
devront tre dclares au
Tribunal Mixte de FORT-DE-FR
Pour avis, l'Apporteur.


SOCIETY DE CONSEI
ET DE NEGOCIATIOI
(S.C.N.)
Socit Responsabilit L
en liquidation
Au capital de 7.500
Sige Social : Quartier Vo
97231 LE ROBERT
N" SIRET : 450 871 173 0
CODE APE : 741 G

L'Assemble Gnrale Extr
runie le 28 Fvrier 2006 a d<
solution anticipe de la Socit
du 31 dcembre 2005 et sa mis
dation amiable sous le regime c
nel dans les conditions prvu
status et les dlibrations
assemble.
Elle a nomm comme liquidate
Christophe Vincent SULTER
Quarter Voltaire, 97231 LE ROE
toute la dure de la liquidation
pouvoirs les plus tendus tels
mins par la loi et les status pou


FA 6275


RATION
UNIQUE



LECTIVITE

"ralion du
Immeuble
BP 407 -
6 75 82 72




ysager et


aux operations de liquidation, r
til, acquitter le passif, et I'a
continue les affaires en court
engager de nouvelles pour les
la liquidation.
Le sige de la liquidation est fix
social. C'est cette adresse
respondance devra tre envoy
les actes et documents concern
dation devront tre notifis.
Ls actes et pieces relatifs la
seront dposs au Greffe du
commerce de Fort-de-France,
au Registre du commerce et de
Pour avis
Le Liquidateur


AVIS D'ATTRIBUTION DE M


ialiser l'ac-
autoris
s et en
besoins de

au sige
que la cor-
ye et que
ant la liqui-

liquidation
tribunal de
en annexe
s socits.


FA 6278

IARCH


le L'avis d'appel public la concurrence a-t-il
fait l'objet d'une publication ? NON
NOM ET ADRESSE OFFICIALS DE L'OR-
D'APPEL GANISMEACHETEUR:
Dpartement de la Martinique Htel du
5/08/2005- Dpartement Avenue des Carabes -
97200 FORT-DE-FRANCE
OBJET DU MARCH:
Objet du march :
TRAVAUX D'ETANCHEITE DANS LES
COLLEGES ET EQUIPEMENTS DEPAR-
TEMENTAUX
Type de march de travaux : Excution
GARDEN CRITERES D'ATTRIBUTION RETENUS:
Offre conomiquement la plus avantageu-
se apprcie en function des critres
rs 2006 noncs ci-dessous :
ATION DE Valeur technique 60 %
2006. Prix des prestations 40 %
PROCEDURES:
Type de procedure
FA 6276 Appel d'offres ouvert pass en application
des Articles 33 3"al. et 57 59 du CMP
ATTRIBUTION DU MARCH :
LOT 1 : TRAVAUX D'ETANCHEITE
:ant, don't TITULAIRE : A.E.C. 97220 TRINITE
tier Tnos MARCHE N : 05110
RIE, a fait MONTANT : Mini 83 000,00 Euros H.T. -
f006, d'un Maxi 250 000,00 Euros H.T.
d'aliments LOT 2: TRAVAUX D'ETANCHEITE
L Sige TITULAIRE : SAREP SARL 97200
tier 97230 FORT-DE-FRANCE
ur de sept MARCHE N: 05111
ssocis en MONTANT: MINI 83 000,00 Euros H.T. -
en valeurs Maxi 250 000,00 Euros H.T.
euros, en LOT 3: TRAVAUX D'ETANCHEITE
cinq cents TITULAIRE: S.A.T.I.S. 97200 FORT-DE-
r cinq cent FRANCE
ipport, il a MARCHE N : 05112
iixante dix MONTANT : Mini 83 000,00 Euros H.T. -
, qu'il s'est Maxi 250 000,00 Euros H.T.
is ans. RENSEIGNEMENTS COMPLEMEN-
it dment TAIRES:
Sts de TRI- DATE D'ATTRIBUTION DU MARCH
06/12/2005
opposition DATE DE NOTIFICATION DU MARCH :
a dernire Lot N 1 Notifi le 12/04/2006
ise profes- Lot N 2 Notifi le 20/04/2006
crances Lot N0 3 Notifi le 12/04/2006
Greffe du DATE D'ENVOI DU PRESENT AVIS LA
ANCE. PUBLICATION: 04 MAI 2006.
FA 6279
FA 6277
AVIS D'ATTRIBUTION DU MARCH
L
N L'avis d'appel public la concurrence a-t-il
fait l'objet d'une publication ?
imite Parution n : 207A ref 335 du 28/12/2004
NOM ET ADRESSE OFFICIALS DE L'OR-
- GANISME ACHETEUR :
>ltaire Dpartement de la Martinique Htel du
Dpartement Avenue des Carabes -
00 16 97200 Fort-de-France.
OBJET DU MARCH :
Objet du march :
aordinaire GESTION DES OUVRAGES DE SOUTE-
:id la dis- NEMENT SUR LE RESEAU ROUTIER
computer DEPARTMENTAL
se en liqui- Nomenclature
onvention- Classification CPV (Vocabulaire Commun
es par les des Marchs)
de ladite Objet principal :
Descripteur principal : 45223000-6
r Monsieur CRITERES D'ATTRIBUTION RETENUS :
demeurant Offre conomiquement la plus avantageu-
BERT. pour se apprcie en function des critres
, avec les noncs ci-dessous:
que dter- Valeur technique (coeff. 10)
r procder Comptences du personnel affect


(coeff. 8)
* Cot des prestations initiales (coeff. 6)
Cot annuel des prestations de gestion
(coeff. 4)
* Capacits d'intervention en situation d'ur-
gence (coeff. 2)
PROCEDURES:
Type de procedure
Marchs ngocis avec mise en concur-
rence pass en application de l'Article 35-
1.1 du CMP
Soumissions non conformes ou irrece-
vables en rponse une procedure ouver-
te ou restreinte.
ATTRIBUTION DU MARCH:
TITULAIRE : ETUDES BETERS O.A. -
26220 DIEULEFIT
MARCHE N" : 06013
MONTANT: 150 000,00 Euros H.T. Mini et
600.000,00 Euros H.T. Maxi
RENSEIGNEMENTS COMPLEMEN-
TAIRES:
DATE D'ATTRIBUTION DU MARCH
22/11/2005
DATE DE NOTIFICATION DU MARCH:
05/04/2006
DATE D'ENVOI DU PRESENT AVIS A LA
PUBLICATION : 04 MAI 2006
FA 6280

SAREST
SARL au capital de 1.000,00 euros
27, Rue Papin Dupont
97200 FORT-DE-FRANCE
RC Fort-de-France B 451 425 987
Objet : Restauration rapide
Dure : 99 ans

Par decision prise en assemble gnrale
extraordinaire en date du 15 Avril 2006, il a
t dcid :
1) CHANGEMENT DE GRANT:
De nommer Monsieur BOUTON Jol en
replacement de Mademoiselle Eliane
PAMPHILE, dmissionnaire.
La Grance
FA 6281

BAGUETTES CHINOISES SARL
Au capital de 7 622,45
41, Rue Isambert
97200 FORT-DE-FRANCE
Martinique
SIRET : 404 363 228 00010
APE : 553B

LIQUIDATION DE LA SARL

Aux terms de l'assemble gnrale extra-
ordinaire du 20 dcembre 2005 de la
socit BAGUETTES CHINOISES SARL
au capital de 7 622,45 , il a t dcid la
liquidation des competes de celle-ci sous le
rgime conventionnel, conformment aux
dispositions lgales et statutaires.
Le dpt dos actes et pices relatifs la
liquidation et la clture definitive des
comptes sera effectu au greffe du
Tribunal de commerce de Fort-de-France
en annexe au registre du commerce et des
socits.
Pour avis
La grance
FA 6282

SCI BEAROD
Socit Civile Immobilire
au capital de 1.500 euros
Sige social : 12 Avenue Emile Maurice
97233 SCHOELCHER

AVIS DE CONSTITUTION

Aux terms d'un acte sous seing priv, en
date du 13 avril 2006, SCHCELCHER, il
a t constitu une socit prsentant les
caractristiques suivantes :
Denomination social : S.C.I. BEAROD
Forme social : Socit Civile Immobilire
Sige social : 12 Avenue Emile Maurice -
97233 SCHELCHER
Objet social : L'acquisition et la vente de
terrains, la construction, la vente, la loca-
tion d'immeubles avec exploitation et mise
en valeur de ces terrains pour l'dification
d'immeubles et l'exploitation par bail ou
autrement de ces constructions qui reste-

Suite en page 15











ANNONCES LEGALES


Jeudi 11 Mai 2006 -Justice n 19 Page 15


ront la proprit de la Socit.
Dure de la Socit : 99 ans computer de
la date de l'immatriculation de la Socit
au Registre du commerce et des socits.
Capital social: 1.500 Euros. constitu uni-
quement d'apports en numraire.
Grance : Madame Batrice LOTAUT
pouse VOUSTAD demeurant 12 Avenu
Emile Maurice 97233 SCHOELCHER, est
nomme premiere grante de la socit
pour une dure indtermine.
Clauses relatives aux cessions de parts :
Librement cessibles entire associs ; agr-
ment des associs reprsentant au moins
les trois quarts des parts sociales.
Immatriculation de la Socit au Registre
du commerce et des socits de FORT-
DE-FRANCE.
Pour avis et mention
LA GERANTE
FA 6283

E.U.R.L. MISSION COIFFURE

AVIS DE CONSTITUTION

Par acte SSP en date Fort-de-France du
20 Mars 2006.
Forme: EURL
Denomination : MISSION COIFFURE
Sige social : N" 69 Rue Victor Schoelcher
- Croix Mission Immeuble Clos Justine -
97232 LE LAMENTIN
Objet : Coiffure
Capital: 7 500,00 euros
Dure : 99 ans
Grant : Mr CISERANE Jacques, demeu-
rant Quart. Dominant Chemin Ciserane -
97213 GROS-MORNE
Immatriculation de la socit au RCS de
FDF.
Pour avis
FA 6284

AVIS DE CONSTITUTION

En date du 04 mai 2006, il a t constitu
une SCI prsentant les caractristiques
suivantes :
Denomination : SCI NOWARA-CHEMOL-
LE
Adresse : 198 Squadra C Rue Lon
Gabriel Dillon 97200 FORT-DE-FRAN-
CE
Objet : Etudes, recherches, promotions
immobilires, acquisition, revente, admi-
nistration et gestion par location ou autre-
ment de tous immeubles et biens immobi-
liers, toutes operations financires mobi-
liers ou immobiliers se rattachant directe-
ment ou indirectement cet objet et sus-
ceptibles d'en favoriser la ralisation.
Dure : 30 ans
Capital: 1 000
L Grant : M. CHEMOLLE Fabrice
La co-Grante : Mme NOWARA Annick
Adresse : 84 Rs. Les Moubins 97228
SAINTE-LUCE
Immatriculation au Registre du Commerce
en course
Pour avis, le Grant & la co-Grante
FA 6285

SOCIETY CIVIL IMMOBILIERE
COCO 1
Socit Civile
au capital de 232.000 euros
Sige social :
8 Lotissement les Papayers
Anses l'Ane
97229 LES TROIS-ILETS
SIRET : 453 675 100 00011

AVIS DE PUBLICITY

Suivant decision collective des associs
du 12 dcembre 2005, le capital a t aug-
ment en numraire de 97.000 euros pour
tre port de 135.000 euros 232.000
euros. L'article 7 des status a t modifi
en consequence.
- Ancienne mention
Capital: 135.000 euros
- Nouvelle mention
Capital : 232.000 euros
Pour avis,
La Grance
FA 6286


AVIS DE MODIFICATI

Aux terms d'un acte sous seine
date du 27 avril 2004, (97232 L
TIN) Martinique, il a t con
socit prsentant les caractris
vantes :
II fallait lire:
Nom commercial : "LE FLORA
SDPAD
La denomination de la soc
SOCIT DE DISTRIBUTION
DUITS ALIMENTAIRES ET DIV
La Grance


AVIS DE MODIFICATIf
L'ANNONCE PRCD

Denomination : SCI "JMCR"
Sige : Ancienne mention : 12
Hugo 97228 SAINTE-LUCE
Nouvelle mention: La Agns c/l
Charlet 97290 LE MARIN.
La Grance


SELLERIE MODERN
Socit Responsabilit
au capital de 7.622,45 e
Sige social : Quartier G
97224 DUCOS
R.C.S.: 98 B 695
SIREN : 419 808 89

AVIS DE CHANGEMENT DE

Aux terms d'une dlibration
27 mars 2006, l'Assemble
Extraordinaire a pris acte de la
de Monsieur Grard Vincent MA
TE de ses functions de grant i
t et a nomm Monsieur Alex G
quality de nouveau grant, en
ment du grant dmissionnaire
Article 16 des status a t
consequence.
Le dpt lgal interviendra au
Tribunal de Commerce de Fort-
Pour avis
Le Grant


CACEM
COMMUNAUTE D'AGGLOM
DU CENTRE DE LA MART

AVIS D'APPEL PUBL
A LA CONCURRENC

NOM ET ADRESSE OFFICIAL;
GANISME ACHETEUR:
Communaut d'Agglomration
de la Martinique (CACEM) -
Cardinal Chateauboeuf Est -
97204 Fort-de-France Cedex.
OBJET DU MARCH :
Matrise d'ceuvre pour l'amnag
visoire de la boucle site Propre
et la ralisation d'un parking rel
sur la commune de Fort-de-Fra
Type de march : Prestation
tuelles
CARACTERISTIQUES PRINCI
* March comprenant le proje
Propre bus sur le boulevard du
Gaulle et parking relais Dillor
SContenu de la mission :
PRO, DET, AOR pour le traite
soire du Boulevard Gnral de
AVP, PRO, DET, AOR pour ce
ne le parking relais Dillon.
CAUTIONNEMENT ET G,
EXIGS:
Le dossier ce consultation sera
tuitement chaque candidate.
MODALITES DE FINANCEME
Les modalits de financement i
tre dfinies qu' l'issue de la p
FORME QUE DEVRA REV
CANDIDATS : Groupement sol
JUSTIFICATIFS A PRODUIRE
- Une presentation gnrale
socit (chiffre d'affaires,
humans, techniques...) et de
rences dans le domaine des
tures ;
- Pour les entreprises de plus
ris : la declaration annuelle


ON d'emploi des travailleurs handicaps, des
mutils de guerre ou assimils pour l'an-
ig priv en ne 2004 ; ou l'attestation de versement
E LAMEN- de la contribution annuelle un fonds de
istitu une dveloppement de l'insertion profession-
stiques sui- nelle des handicaps.
Pour les declarations sur l'honneur
(article 45 du Code des marchs publics)
IN"SIGLE : se reporter l'article 13 de l'acte d'enga-
gement. L'attributaire du march devra
it est : produire les documents justifiant la rgula-
DE PRO- rit de sa situation fiscal et social au 31
'ERS. dcembre 2005.
CRITERES DE SELECTION DES CANDI-
FA 6287 DATS :
Garanties et capacits techniques et finan-
3N cires
ENTE Rfrences professionnelles
Situation juridique Capacit conomique
et capacity technique Rfrences
Rue Victor requires: voir la note de presentation.
CRITRES DE JUGEMENT DES
Mr GERME OFFRES ET PONDERATION :
1. la valeur technique : celle-ci sera appr-
cie au regard de la mthode et des
FA 6288 moyens que le candidate se propose
d'adopter pour raliser les ludes et le
E suivi du project: 40 %
Limite 2. Prix global : 30 %.
uros 3. Les dlais et notamment le planning
enipa propose : 30 %
DELAI D'EXECUTION DU MARCH :
Se reporter au 2 de la note de presentation
4 du dossier de consultation.
ADRESSE AUPRES DE LAQUELLE LES
GERANT DOCUMENTS PEUVENT TRE OBTE-
NUS:
en date du Communaut d'Agglomration du Centre
Gnrale de la Martinique (CACEM) Service des
dmission Marchs Publics Immeuble Gros Bec -
ARIE-SAIN- Chateauboeuf Est B.P. 407 97204 Fort-
de la soci- de-France Cedex Site : www.cacem.org
USTAN, en Les modalits de remise des offres sont
remplace- indiques dans la note de presentation du
dossier de consultation.
modifi en MODE DE PASSATION :
Procedure adapte
Greffe du DATE LIMITED DE RECEPTION DES
de-France. OFFRES : 6 JUIN 2006 12 HEURES
DELAI MINIMUM DE VALIDITE DES
OFFRES : 90 JOURS
FA 6289 DATE D'ENVOI DU PRESENT AVIS A LA
PUBLICATION : 5 mai 2006.
FA 6290
ERATION
INIQUE AVIS DE CONSTITUTION

IC Par acte sous seing priv en date du 26
E avril 2006, il a t constitu une socit
ayant les caractristiques suivantes:
S DE L'OR- DENOMINATION: SCI EBENE
FORME :SCI
du Centre OBJET: L'acquisition de tous biens immo-
Immeuble biliers. La proprit, la gestion, l'adminis-
B.P. 407 tration par voie d'acquisition, change,
apport ou autrement, tous placements de
capitaux sous toutes ses formes, y com-
lement pro- pris la souscription ou l'acquisition de
centre ville toutes actions et obligations, parts
ais Dillon sociales. L'obtention de tous prts.
since. SIEGE : SAINT-JOSEPH (97212), 275
ns intellec- Bois du Parc, Chemin Morne Marc
DUREE: 99 ans
PALES : CAPITAL: 300 C
t d'un site GERANT : Mme Christiane MASCA-
Gnral de RILLUS
IMMATRICULATION : RCS de FORT-DE-
FRANCE
ment provi- Pour avis
Gaulle. FA 6291
qui concer-
AVIS D'APPEL PUBLIC
ARANTIES A LA CONCURRENCE

i remis gra- 1 Identification de l'organisme qui passe
le march :
NT: CONSEIL REGIONAL DE LA MARTI-
ne pourront NIQUE Service des Marchs et de la com-
'hase PRO. made publique Rue Gaston Defferre -
TIR LES Cluny 97200 Fort-de-France Martinique
idaire Tl. : 0596 59 63 00 Tlcopie : 0596
: 726810
Sde votre 2 Objet du March :
moyens ASSURER LA MAiTRISE D'CUVRE DES
vos rf- TRAVAUX DE REHABILITATION DU LP
infrastruc- SAINT-JAMES (SJM-06-OP1)
3 Dtail des travaux :
de 20 sala- DEMOLITION RECONSTRUCTION DU
obligatoire PLATEAU SPORTIF


- REHABILITATION DE LA HALLE DE
SPORT COUVERTE
- ETANCHEITE DES TOITURES / PEIN-
TURE ET MENUISERIES DES ATELIERS
ET MAGASINS
- CREATION D'UN LOCAL D'ARCHIVES
4 Procdure de passation:
PROCDURE ADAPTE (article 28 du
Code des Marchs Publics)
5 N" de la nomenclature :
Famille n" 71-01 (maitrise d'euvre)
6 Contenu de la mission :
Etudes d'avant project Etudes de project -
Assistance pour la passation des marchs
de travaux Etudes d'excution Direction
de l'excution des travaux OPC -
Assistance lors des operations de rcep-
tion.
7 Comptences requises :
Le candidate doit avoir des comptences en
architecture et en ingnierie (structure et
fluides). Sinon, il doit tre un groupement
solidaire compos d'un architect et d'in-
gnieurs spcialiss (structure et fluides).
Dans ce cas, chacun aura presenter les
justifications requires au point 8.
8 Justificatifs produire :
- la declaration du candidate, conform
notamment ua modle DC5
- la lettre de candidature (en cas de grou-
pement) conforme notamment au modle
DC4
- une declaration sur l'honneur date et
signe par le candidate justifiant que celui-
ci a satisfait ses obligations sociales et
fiscales au 31 dcembre 2005,
- une indication de ses comptences, de
ses moyens et de ses rfrences.
9 Prsentation des plis :
Le dossier de candidature constitu de
l'ensemble des justifications mentionnes
au 8 ci-dessus sera mis sous pli cachet
portant l'adresse et les mentions suivantes:
Monsieur le Prsident du Conseil Rgional
de la Martinique A l'attention du Service
des Marchs et de la command publique
- Rue Gaston Defferre Cluny 97200
FORT-DE-FRANCE (MARTINIQUE)
avec la mention "Maitrise d'uvre des tra-
vaux de rehabilitation au LP Saint-James -
(SJM-06-OP1)" "Ne pas ouvrir"
10 Dlai de ralisation des documents
d'tudes :
APS : 4 semaines
APD : 4 semaines
PRO + EXE 1 + DCE : 4 semaines
EXE 2 : 3 semaines
DOE : 3 semaines
11 Dlai laiss au candidate attributaire du
march pour remettre ses attestations
sociales et fiscales : 8 jours calendaires
12 Adresse auprs de laquelle des infor-
mations complmentaires peuvent tre
obtenus: Le mme qu'au point 1.
13 Critres de classement des candida-
tures :
II sera tenu compete pour ce classement
des critres suivants :
Capacits techniques (comptences, rf-
rences et moyens)
14 Lieu et date de remise des plis:
Service des Marchs du Conseil Rgional
l'adresse prcite AU PLUS TARD LE
LUNDI 23 MAI 2006 12H00.
15 Date d'envoi de l'avis la publication:
Le 05 Mai 2006.
FA 6292


7uit ({i







Jeudi 11 Mal 2006 Justice n 19 Page 16


Vie culturelle


Fal Frett clbre
ses 30 ans

L'ensemble musical et de
recherches, cher aux frres Bernard
et au regrett Bib Monville, a offert
un festival de son rpertoire vendre-
di 5 mai dans la grande salle de
l'Atrium.
PHO.IUS F F11
Tout comme Malavoi dans son
documenl C
domaine, Fal Frett a russi avec
maestria donner ses lettres de
noblesse au jazz cariben et la
rendre populaire.
Ce vendredi soir, Alex, Jacky, Nicol
et Guillaume Bernard, Woodvine et
leurs invits, don't. Tony Chasseur, L'OI
ont offert un rgal aux amateurs de
musique moderne et traditionnelle.
Comme l'indiquait Ren Mnil, la Qui se dr
culture (martiniquaise) ne doit pas Dogu (ex
se border celle de la canne, elle doit et le Consi
s'panouir dans tous les domaines
de la vie...
Flicitations et merci Fal Frett Accueil
dbat sur
pour cette contribution. mode Jeun
Bon anniversaire.

0 Andr Constant
Envit


___________________________________________________


IDAC organise un rendez-vous ddi aux jeunes

EXPRESSION 2006
oulera le dimanche 21 mai prochain la Salle Polyvalente Louis Joseph
-Hall des Sports) de Ducos en partenariat. avec I'Office Culturel tOCLSDI
eil Municipal des Jeunes de Ducos.

Au programme de 14h 20h :
au son des tambours Dmonstration de sports lectroniques, tournoi,
le jeu vido Jeunes talents chant. et chorale Prsentation-dfil de
e Danse Hip-Hop Vido projection de clips Karaok Crole

Entre libre.
on 100 jeunes de divers groups animeront cette manifestation.


..... /. ,.. +_.-- -. ..+ .- -,




ANTILLES TLVISION



"Justice" et "Le

Progressiste"

1'mission "Danse
avec les mots"

L'mission sur ATV "Danse avec les
mots" de Marie Denise Grangenois du
mercredi 26 Avril (rediffusion
dimanche 30 avril) a t consacre la
press d'opinion et ddie Andr
Aliker.
Michel Branchi pour "Justice" et
Camille Darsires pour "Le


Progressiste" ont dbattu sur les objec-
tifs, les principles de conception, d'di-
tion et de diffusion, les aspects donto-
logiques, la place de la censure et de
l'autocensure ainsi que assez peu -
sur les perspectives d'avenir pour ce
type d'crit.
Des numros anciens de "Justice" et
du "Progressiste" ont t prsents
l'cran, en particulier le numro Un de
Justice du 8 Mai 1920, ce qui en fait le
plus ancien journal martiniquais exis-
tant.
A la question de savoir quelle part
et/ou quelle hirarchie est faite entire
la propaganda et l'information, Michel
Branchi a pris l'exemple du CPE et a
expliqu que "Justice" s'tait attach
en dcortiquer, semaine aprs semai-
ne, les raisons pour lesquelles cette
question sur le social et l'emploi avait
t place par la jeunesse au centre du
dbat politique au dtriment de la
scurit et de l'immigration privilgis
par le pouvoir et les mdias domi-
nants. Il a soutenu que "Justice" s'im-
posait de bien exposer les faits et de


sparer les commentaires et d'viter
les mises en cause personnelles.
Camille Darsires a affirm que la
press crite avait un rle de mmoire
pour l'histoire du pays et rappel que
la censure avait frapp "Justice" avant
mme sa parution.
Aujourd'hui que la censure n'existe
plus au plan formel, elle existe dans les
faits simplement parce que les grands
mdias ne citent pas la press d'opi-
nions ont dnonc, tour tour, Michel
Branchi et Camille Darsires.
Sur l'avenir de ce type de press
Michel Branchi a dfendu sa ncessit
l'heure o la concentration capitalis-
te met sous la coupe des puissances
financires les grands mdias et a mis
en exergue son utility pour stimuler
l'esprit critique des citoyens.
Un jeune tudiant, Axel Artheron a
prsent l'oeuvre de Platon "La
Rpublique" qui prconise que la Cit
soit gouverne par les philosophes
pour viter le dvoiement de la dmo-
cratie et la dmagogie.


SOCIT




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - Version 2.9.9 - mvs