Group Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Title: Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00062
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Publication Date: May 4, 2006
Copyright Date: 2006
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00088914
Volume ID: VID00062
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373

Full Text


PlN. HEBDOMaLO4i DINFopMpION COMMUtiNls




Pour la Responsabilit'et le Dveloppement vritable.


Marlinique-Caral :








coop0rer



vraiooen



Sw liS
0 mOoir


l :.S.-.,
b, a b
S d *. 6'
r
-- ', i.'
.- \Ca ma..'
^ri*< *. **

'. b, .,
r%4 - -'
j'.,.' W B .
*1 "'t- ,"' *^
; *lle* ..^" "
ic. uq '... i.; .*
-i'i i .. *w
._. i:C. . '3 !1*1
*^ ( -. w .^ -1 *. 9
^,^
_I ii *. ,
'smi~P~? ~


~< j'


i.i
ipn
i~**wr
slau
i s


*rcu
*ri *h~~:
~scli ~,""
i ...k
L,


8 Mai 1920- 8 Mai 2006
86 ans au service
de l'mancipation
de notre people


BOLIVIE CUBA- VENEZUELA
unis par un
TRAIT COMMERCIAL
DES PEUPLES"
(T-C~>P)


t j:

~ tC.Itt


-,I


* *








SA KA PAS


Jeudi 4 Mal 2006 justice n0 18 Page 2


SA KA PAS ...................p.2
EDITO .........................p. 3
Notre avenir est dans la Carabe
SOCIAL ....................... p. 4
1er Mai : Journe international de la
lutte des travailleurs
ECONOMIE ...................p. 5
Des mtiers d'avenir attendent les
femmes.
POLITIQUE ................ .p. 6
Justice : 86 ans de lutte pour l'manci-
pation
POLITIQUE....................p. 7
Remise des cartes du Diamant : Suite
de l'allocution du Secrtaire Gnral
POLITIQUE .... ............ p. 8
P.S. : Le dbat institutionnel outre-mer
non prioritaire
Le Snateur Serge Larcher interroge le
gouvernement
POLITIQUE ............... .p. 10
Conseil Rgional': Poursuivre le Projet
w.-
Martinique
Cooperation rgionale tous azimuts
DANS LE MONDE ........... p. 10
Bernard Thibault rlu la tte de la
CGT'
Iran : La menace amricaine toujours
prsente
DANS LE MONDE ........... .p. 11
Tchernobil : 20 ans dj
ANNOUNCES LGALES .... p. 12 15
SPORT/CINEMA .............p. 16
Un meeting en demi teinte

JUSTICE
Administration : 71 86 83
Rdaction : 63 13 20
Fax : 63 13 20
Ed.Justice@wanadoo.fr




Fondateur: Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A Aliker & E. Zola
Fort-de-France Tl. 71 86 83
Commission Paritaire n 0111 I 87526
26 Janvier 2006
Directeur de la Publication :
Femand PAPAYA
Maquette : Frdric Antiste
Impression:
Nouvelle Imprimerie Martiniquaise
37, Rue E. Zola 97200 FdeF
Tl.: 0596 73 14 54


Faux papers
et corruption
la Prfecturwe

Le service des trangers de la
Prfecture est depuis plus d'un an sur
la selette.
Suite l'arrestation d'individus munis
de faux titres de sjour, une enqute a
t diligente pour connatre les
tenants et aboutissants de cette affai-
re. Dbut fvrier, une perquisition
avait eu lieu dans ce service prfectoral
avec la saisie de 2.600 documents pour
les passer au peigne fin. Deux mois
plus tard, le 25 avril, 15 personnel ont
t places en garde vue par la gen-
darmerie. Parmi elles, des agents du
service, deux policies et deux agents
du Conseil Gnral.
A l'issue de la garde vue, trois per-
sonnes ont t dfres Ducos et six
autres places sous contrle judiciaire.
Elles sont toutes mises en examen
pour aide aux, sjours irrguliers .en
bandes organises et corruption.
Dans cette affaire, le juge a ordonn
une second enqute pour violation du
secret de l'instruction, certaines per-
sonnes tant dj au courant de leur
interpellation.
l semble que des pots de vins aient t
perus pour la dlivrance des faux
papers.
En tout tat de cause, ces faits, s'ils
sont avrs, doivent tre punis sans
management. La corruption ne doit
pas faire parties de l'arsenal d'un fonc-
tionnaire au service des plus humbles
et encore moins au dtriment de per-
sonnes en dtresse.




Epidmie debutante
de syphilis

L'Institut de veille sanitaire, dans son
bulletin d'alerte et de surveillance
destination des professionnels de
sant, vient d'attirer l'attention sur un
brusque accroissement des cas de
syphilis, maladie sexuellement trans-
missible et trs contagieuse.
14 cas ont t diagnostiqus entire jan-
vier 2004 et dcembre 2005 alors que,
selon une tude de 2001, en trois ans
un seul cas avait t recens en
Martinique.
l s'agit d'une "pidmie dbutante" qui
touche prfrentiellement les per-
sonnes contamines par le VIH (Sida)


soit 10 des 14 cas recenss et qui doit
tre touffe dans l'oeuf par des
measures de prevention.
Un des patients a avou avoir eu
autour de 100 partenaires en douze
mois...
Parmi les patients on note 3 femmes,
deux hommes htrosexuels et un
homme bisexuel.
Pour toutes informations : consulter
un dermatologue ou le service des
maladies infectieuses du CHU de la
Meynard.


Attention
la scheresse

Dans un communique, la Prfecture
incite les usagers modrer leur
consommation d'eau durant les
semaines qui viennent. D'aprs le
point fait avec les services de l'environ-
nement et de Mto France, "la situa-
tion, sans tre alarmante, mrite la
vigilance de tous". L'objectif tant de
passer le carme sans adoption de
measures plus restrictives.



L'AM4 a vingt ans

Pour marquer son vingtime anniver-
saire, l'Association Mi Ms Manmay
Matinik organise plusieurs manifesta-
tions autour des musiques et danses
traditionnelles de champagne, notam-
ment le damy, le kalenda et le bl.
Une journe portes ouvertes aura lieu
le 7 mai dans la salle des ftes du
Franois-pour prsenter le travail
accompli par l'association durant sa
jeune existence.
Un grand spectacle devrait rsumer
l'esprit AM4 le samedi 27 Mai sous le
Grand Carbet.
L'association devrait, au course du mois
d'octobre, sortir un livre sur toutes ses
actions pour la preservation du patri-
moine cultural.


"Le gouvernement
n'coute que les
employers.
Dans les entreprises,
le dialogue social
devient du
monologue patronal."

a Jacques Voisin







Jeudi 4 Mal 2006 Justice no 18 Page 3


Cessons nos

eux derislmres


Pendant que les analysts
essaient de scruter avec
dlectation les consequences
des derniers soubresauts de
la querelle Lise-Letchimy, la
Martinique continue cher-
cher des raisons d'esprer en
l'avenir.
C'est ainsi que 'Etat franais
a organis la 3e Confrence
de cooperation rgionale les
27 et 28 avril Madiana. Ce
fut l'occasion de constater
que, malgr tous les efforts,
le commerce avec les pays et
la Carabe ne dpasse pas 4,5
% du total de nos importa-
tions et un peu plus de 1 % de
nos exportations.
Certes, des progrs ont t
raliss dans le domaine des
changes culturels, sani-
taires, de l'environnement.
Des actions de cooperation
ont t menes sur la ques-
tion des catastrophes natu-
relles (Grenade), de la lutte
contre le traffic des stup-
fiants, l'agronomie, la
recherche voire, dit la
Prfecture, le dveloppe-
ment conomique. D'autres
projects sont envisags,
notamment des transferts de
savoir-faire et de technolo-
gies, la protection civil et la
prevention des risques
majeurs, etc.
Mais cela reste modest.
Malgr les quelques ouver-
tures de la loi d'orientation
socialist (LOOM), c'est
'Etat franais qui mne la
cooperation rgionale pour
l'essentiel. Et nous ne
sommes que des compares
troitement cornaqus par
la puissance colonial.


On ne peut se contenter,
comme l'a dclar Claude
Lise, de jouer le rle d"'inter-
face" entire l'Europe d'un
ct et la Carabe et le conti-
nent amricain de l'autre.
On ne peut se limiter tre
le "relais" de la France dans
la zone, ainsi que l'a soutenu
le President du Conseil
Gnral.
Cette conception s'intgre
dans la vision quelque peu
colonialiste et imprialiste
de l'Europe et de la France
en matire de cooperation
avec notre environnement
gographique.
Et si nous voulons reliever
vritablement le dfi d'une
"vritable integration des
pays de la Carabe" que com-
mandent notre histoire et
notre gographie, comme le
reconnat justement le
President du Conseil
Gnral, nous devrons
acqurir d'autres pouvoirs
que ceux accords parcimo-
nieusement par la LOOM.
Cela est dterminant pour
notre dveloppement
l'heure o l'Alternative boli-
varienne pour les Amriques
(ALBA) vient de marquer
des points avec la signature
le 29 avril du Trait commer-
cial des Peuples entire Evo
Morales, Hugo Chavez et
Fidel Castro.
Et cela passe par la revendi-
cation sans fard d'une volu-
tion institutionnelle auda-
cieuse, ainsi que le Prsident
de la Rgion Guyane,
Antoine Karam, l'a raffirm
avec force face aux officials
franais de cette 3e


yi
-Y'


M. Branchi

Conference de Coopration
Rgionale.
Cela est d'autant plus nces-
saire que le Premier
Secrtaire du Parti
Socialiste, Franois
Hollande, est venu aux
Antilles le dernier week-end
chercher des voix pour la
prochaine Prsidentielle
franaise et a eu le front de
dclarer que la question ins-
titutionnelle n'tait pas
"prioritaire". Par contre, il
s'est dit prt offrir un poste
de Ministre d'Etat de l'Outre-
mer un originaire de nos
pays dans un grand minist-
re de plein exercise. Cela
veut dire qu'au 21me sicle
une certain gauche franai-
se est indcrottablement -
assimilationniste et croit
encore qu'on peut dvelop-
per nos pays depuis Paris.
Alors, de grce, il faut cesser
nos jeux drisoires et se
dresser face tous les pr-
tendants la prsidence de
la Rpublique franaise et
leur signifier qu'ils n'auront
pas nos voix s'ils ne s'enga-
gent pas oeuvrer pour faci-
liter un processus d'volu-
tion institutionnelle et statu-
taire sans chantage aux
acquis sociaux conquis de
haute lutte et just rpara-
tion des mfaits du colonia-
lisme.


EDITO







SOCIAL


Jeudi 4 Mal 2006 Justce n" 18 Page 4


1 MM :


Journe international de


lutte des travailleurs


La lutte contre la prcarit, pour le
retrait du CPE, l'emploi et la solidarity
des travailleurs tait au centre des
revendications des manifestants lors
de ce 1er Mai Fort-de-France.


j ALLIEUR5 M RTFffJ/QyJ
HTa f*am crr, or aC m C 'an. sus' W16 gI1 rf



L'unit des travailleurs, condition
indispensable pour les victoires
futures.

Cette anne 2006 correspond la 68'
manifestation des travailleurs marti-
niquais pour raffirmer leur volont
d'un autre monde bas sur plus de jus-
tice social.
Malgr l'appel commun des centrales
syndicales, cette journe de lutte n'a


pas attir la grande foule. Cela n'a pas
dcourag les centaines de personnel
qui ont parcouru les rues de la ville. La
CGTM-FSM a ouvert le cortge en
rappelant l'historique de cette journe
symbolique. Pour beaucoup les cen-
trales syndicales sont dans la bonne
direction, celle de l'unit. Unit ne veut
pas dire pour autant fusion : chacun
garde ses modes d'action, mais tous se
rejoignent pour porter l'essentiel des
revendications des
salaries. Les mili- ~
tants syndicaux ont
donn de la voix
pour dnoncer les .
atteintes au droit du
travail. Les manifes- -
tants ont affich leur -
solidarit envers les '
employs affilis la
CGTM du Casino : ,.,
Plazza en grve
depuis un mois. Une
poigne de jeunes du
un vn
collectif lycens, tu- un v
diants et travailleurs
encourages par la victoire contre le
CPE, sont venus crier leur refus de la


itre
ai cc


prcarit. Aux cts des travailleurs on
a remarqu les dirigeants du PCM, et
plus loin, derrire une banderole "la
force de regarder remain", le PPM. Le
MIM avec Alfred Marie-Jeanne en tte
a dfil comme depuis quelques
annes just derrire 1'UGTM venue
en force. L'Union des Femmes de la
Martinique accompagne d'une dl-
gation de femmes caribennes est
venue dire "non la prcarisation des
femmes".
S- Le 1er Mai est gale-
S ment l'occasion pour
S mettre en avant des
luttes socitales.
C'est le cas du
i Comit d'organisa-
tion de la march de
l'eau, qui lutte pour
la protection de cette
S richesse naturelle
en danger, ou de
la prcari, 'APASSE qui rcla-
a at me une justice qui-
mbattable.


a C.B.


La Bolivie, le Vnzula et Cuba signent le

Trait de Commerce des Peuples


Les Prsidents Hugo
(Vnzula), Evo Morales (B
Fidel Castro (Cuba), l'oc-
casion de leur rencontre
Cuba les 28 et 29 Avril
2006 et dans le cadre du
premier anniversaire des
accords de mise en place de
l'Alternative bolivarienne
pour les peuples de notre
Amrique (ALBA) ont
sign le Trait de
Commerce des Peuples
(TCP).
Les Traits de Commerce
des Peuples (TCP) proposs
Morales s'avrent des insi
,:', i!: r.!- solitaire et comply
entire pays visant favo
peuplee, en opposition aux t


Chavez
olivie) et


libre-change don't l'objectif est de ren-
forcer le pouvoir et la mainmise des


tique de
excden


ESCUCHA, BUSH: ,.I ias 0 -
8 Lat *8t-l.A..i ^li, Ul18te'W^ P^










mentaire assistance cubaine dans les secteurs na]isati
y



r '^ "":^ ^




par Evo socits transnationales. r, est p
truments Ptrole vnzulien prix prfrentiel, dent Ev
mentaire assistance cubaine dans les secteurs nalisati
riser les de la sant et de l'ducation, contribu- secteurs
raits de tion de la Bolivie la scurit nerg- coles.


s trois pays avec sa production
taire d'hydrocarbures seront
les piliers des relations tri-
angulaires La Paz Caracas
La Havane. Avantages
douaniers et investisse-
Sments libres d'impts sur
les bnfices sont galement
prvus.
Les USA et leur fameux
ALCA (ZLEA) encaissent
un nouveau coup.
De mme, la Communaut
Andine des Nations (CAN)
don't le Vnzula s'est reti-
longe dans la cruise. Le prsi-
o Morales a annonc la natio-
on des hydrocarbures et des
miniers, forestiers et agri-








ECONOMIC


leudl 4 Mal 2006 Justice n 18 Page 5


Agriculture

Des mtiers d'avenir Une agricultrice instal-


attendent les femmes le au Morne-Rouge,
Montjean Vronique,


Les hommes dominant l'agriculture
martiniquaise, mais petit petit les
femmes grignotent des places. Avec 17
% des agriculteurs, la femme martini-
quaise occupe une place important
dans l'agriculture martiniquaise, c'est
ce que vient de confirmer l'tude "Le
dveloppement d'activit pour les
femmes dans l'agriculture martiniquai-
se" commande par la dlgation aux
droits des femmes et ralise par le ser-
vice formation et dveloppement de la
Direction de l'Agriculture et de la Fort.
Pour la dlgue aux droits des femmes
Josette Augustin, "il fallait faire un tat
des lieux pour mieux faire connatre les
filires existantes. Nous avons la volont
de diversifier l'orientation desjeunes".


Alain Brenand et Lydie Pol
du service formation et dveloppe
ont ralis l'tude.

Le prix de la vocation technicienne agri-
cole vient pour inciter les jeunes filles
se diriger vers ces filires. "Les femmes
jouent un rle conomique extrmement
fort, malgr les blocages lis leur situa-
tion de femmes chef d'entreprise agrico-
le et mres de families et femmes au
foyer", explique Alain Brmard, chef du
service formation et dveloppement.
Le profile type de la femme chef d'exploi-
tation est le suivant : ge entire 30 et
40 ans, marie, d'un niveau d'tude Bac
et souvent positionne sur des parcours
innovants de diversification. Elles sont
778 prsentes dans le dispositif de for-
mation diplmante du ministre de
l'Agriculture (initial, continue ou par


apprentissage) soit 53 % de l'effectif. Et
elles font valoir d'abord leur statut
d'agricultrice.
C'est pour cela qu'elles dnoncent les
seconds rles auxquels on les cantonne
dans le dispositif et elles doivent tou-
jours se battre contre une certain
representation.
Il reste beaucoup faire pour leur don-
ner la capacity d'assumer leur rle de
chef d'entreprise mais aussi de mre,
constate Lydie Polomaque, charge
d'tude.
Quelques pistes de prconisation sont
avances. : la mise en place des services
de replacement lors des maternits,
l'amnagement des postes de travail
dangereux ou pnibles en les adaptant

Certains chefs
d'exploitation
regrettent l'ab-
sence de suivi
et d'accompa-
S gnement lors
de leur installa-
tion. Beaucoup
considrent
que l'on peut
vivre dcem-
ment de l'agri-
coles, ..u l culture.
siem r Les femmes
,lc croient dans le
r as dveloppement
omaque de l'agriculture
ment de la DAF biologique, la
valorisation des
products agri-
coles, ou l'agritourisme.
Dans l'enseignement agricole les filles
sont sureprsentes. Si 60 % d'entre
elles arrivant dans le secteur jouissent
d'un prjug dfavorable, elles, s'ins-
rent sans difficult et russissent mieux
que les garons.
Cette tude sera suivie de la mise en
place de fiches mtier pour pouvoir
aider les filles (et les garons) s'orien-
ter. "Il s'agit surtout d'viter cette canni-
balisation des mtiers de service et d'ou-
vrir la palette des possibles au niveau de
l'orientation des jeunes", indique Josette
Augustin.


M C.B.


nous fait part de son
vcu :


Montjean Vronique :
"On peut s'panouir
et s'accomplir en tant
qu'agricultrice ".
"Les mentalits ayant un peu vo-
lu, il faut accepter que l'on soit
active dans cette branch. Les pro-
blmes que nous rencontrons dans
l'agriculture sont d'abord celui du
foncier. Que les instances telles la
SAFER puissent accompagner les
femmes lors de l'installation, car
beaucoup, au bout de trois ans, se
dcouragent et laissent tomber. Le
second obstacle est la formation. Il
faut qu'elle soit la plus complete
afin que nous soyons opration-
nelles sur l'exploitation. Ensuite,
celui de la commercialization : sou-
vent les femmes ont de petites
exploitations et ce qu'elles en tirent
va vers des petits marchs. Il faut
une valorisation de ces products
qui leur permeate d'avoir un revenue
pour que l'activit soit viable et
prenne. Pour l'instant, ma com-
mercialisation se fait sur march
itinrant, mieux adapted ma pro-
duction. Je crois en la dimension
social de l'agricultrice ; elle per-
met un rquilibrage des valeurs.
Ensuite, l'ducation des enfants
autour de l'agriculture permet la
conservation du patrimoine. 11 est
ncessaire que les femmes s'instal-
lent en agriculture ; c'est fonda-
mental pour l'avenir".

a C.B.








Jeudi 4 Mal 2006 Justice n" 18 Page 6


8 mai 1920 8 mai 2006


"Justice",

un tmoin de rfrence dans la longue march

pour I'emancipation du people martiniquais


Le 8 mai 1920 Jules Monnerot lanait
le lernumro de "Justice". Il s'enga-
geait avec conviction en affirmant que
ce journal devait tre l'expression des
luttes des travailleurs et un instru-
ment pour l'organisation syndicale et
politique.
Tous les continuateurs de l'oeure de J..
Monnerot ont eu coeur de poursuivre
la tLche avec la mme determination.
fire en sorte que la voLX des masses
laborieuses soit entendue.
A 86 ans, le doyen de la press marti-
niquaise 'Justice" est un outil incon-
tournable pour tous ceux, tudiants ou
chercheurs, qui veulent comprendre
]histoire du monde ouvrier de notre
pays ou tout simplement l'volution
conomique, politique, social et cultu-
relle.
Mme si certain journalistss ou poli-
tiques) tentent d'ignorer les commu-
nistes, et essaient d'escamoter les vi-
dentes vrits pour ne pas reconnatre
l'apport de "Justice" et des commu-
nistes dans le combat pour la justice
social.
C'est toujours avec plaisir que nous


ouvrons nos archives aux tudiants
la recherche de faits marquants de
notre histoire.
D'autres citoyens, anonymes, n'hsi-
tent pas a venir nous consulter sur des
priodes bien prcises ou pour interro-
ger nos mmoires vivantes.
Tous les rdacteurs qui se sont succ-
ds depuis 1920, ont fait la dmonstra-
tion qu'un journal pouvait rsister au
temps ds lors qu'ils taient anims de
la mme passion, celle d't re au servi-
ce d'une cause et d'y croire.
L'adhsion des masses qui se sont
retrouvs dans "Justice" a t dtermi-
nante dans le long cheminement avec
le people martiniquais.
86 ans aprs, en dpit de l'extraordi-
naire dveloppement des moyens de
communication, la press crite et
singulierement "Justice" continue
tre un outil indispensable grce aux
analyses sans concession de nos rdac-
teurs qui mettent gnreusement
leurs comptences au service de leur
journal.
Sur les sujets de notre socit (dbat
institutionnel, emploi, conomie,


L'oeuvre de Jules Monnerot et
du movement communist
toujours debout.
social, faits de-socit, etc) et sur les
grands problems du monde. notre
pres-e continue c o ir- ses lecteurs le
trujt de ses rtlexions pour le nece-sai-
re debate dmocratique.
"Justice" c'est. surtout le combat per-
manent centre toutes les injustices,
l'expression des luttes ouvrires avec
la "lutte des classes" que l'on tente
d'ignorer mais qui maiheureusement
aiguise les conflicts sociaux face un
patronat avide de profits.
Pour continue l'euvre de J. Monnerot
notre journal a besoin de la confiance
renouvele de ses lecteurs itrices de
leurs observations afin d'apporter les
ameliorations indispensable pour tre
cet outil de rfrence.
Il est de la responsabilit de nos mili-
tants et de nos diffuseurs de conqurir
de nouveaux lecteurs, de solliciter de
nouveaux abonnements et de donner
ainsi "Justice" les moyens financiers
pour la defense d'une press libre et
mdependante.

M Fernand Papaya


Nicolas Sarkozy chasse sur

les terres de Le Pen


Nicolas Sarkozy, par son nou-
veau project de loi sur l'immi-
gration, rvle clairement le
fond de sa pense. Dj l'uti-
lisation de mots extrmistes
tels que "dbarrasser le pays
de la racaille" avait pour but
de grapiller les voix de l'ex-
trme-droite, du Front
National.
Avec son project de loi, il se
lance dans une surenchre
discriminatoire sur des
thmes xnophobes et scuri-
taires, esprant ainsi"esca-


mother les problmes de l'em-
ploi, du chmage et autres
questions sociales lies la
politique librale du gouver-
nement.
N'oublions surtout pas que
Nicolas Sarkozy se pronounce
pour une "rupture" avec le
'modle social franais", tout
en prconisant celui "made in
USA".
Ce project, est si dangereux
que de nombreuses organisa-
tions chrtiennes ont mani-
fest Paris leur rprobation


et dsapprouvent son conte-
nu slectif.
Petit-fils d'un noble hongrois
migr en France, IMr
Sarkozy est bien plac pour
savoir que tous les migrants
ne sont pas petits fils de
nobles. Il sait pertinemment
qu'ils viennent du Tiers-
Monde, de pays qui ont t
pills par le colonialism
franais et qui continent
d'tre exploits par l'impria-
lisme occidental.
0 A.C.


POLITIQUE








POLITIQUE


Jeudi 4 Mai 2006 Justice no 18 Page 7


Remise des cartes du

Parti Communiste Martiniquais
Dimanche 23 avril 2006 Diamant
(Suite de l'allocution du Secrtaire Georges Erichot)


(...) Voil pourquoi le PCM pursuit,
sans dvier de sa route, la mission que
lui ont assigne ses glorieux fonda-
teurs, celle de lutter pour le progrs
social et pour l'mancipation politique
du people martiniquais. C'est cela qui
nous distingue de ces parties et de ces
movements sans idologie, sans
ambition pour le pays, qui ont comme
unique objectif de faire lire tel ou tel
candidate. Le combat lectoral est
important. Mais est-ce vraiment l'es-
sentiel ?
Nous disons avec solennit que, face
la gravit de la situation, le plus
important, le plus urgent, c'est la
mobilisation de toutes les nergies
pour gagner la bataille de l'emploi,
pour gagner le pouvoir de dcider en
Martinique.
Certes notre Parti est affaibli, victim
de la repression colonial, des mul-
tiples scissions et des trahisons de
ceux qui il avait imprudemment fait
confiance. Mais la Martinique a et
aura besoin de l'exprience, de la
determination et de la lucidit des
communists dans la recherche des
solutions pour la sortir de la crise dans
laquelle elle se dbat depuis si long-
temps.
Une crise qui est la consequence de
plusieurs facteurs don't l'un des plus
important reste le poids de notre his-
toire qui nous a lgu un lourd hrita-
ge.
Car, contrairement aux espoirs des
communists de 1946 qui avaient
mandat leurs deux dputs Bissol et
Csaire pour rclamer leurs droits
l'galit et la dignit, la
Dpartementalisation n'a pas apport
le dveloppement conomique tant
espr.
Certes, grce aux luttes opinitres
conduites par nos vaillants prdces-
seurs tels Camille Sylvestre, Gratiant,
Lamon, Zobda, Cerland, Guitteaud,
Dufal... et don't l'oeuvre est aujour-
d'hui systmatiquement ignore par
certain, de belles conqutes sociales
ont t ralises. Elles ont considra-
blement amlior le sort de la classes
ouvrire qui vivait alors dans la plus
grande misre.
Mais cette dpartementalisation n'a
entran la disparition ni des struc-
tures ni du fonctionnement de l'cono-


mie colonial.
Pire, avec la dpartementalisation,
des pans entiers de notre production
se sont effondrs. Les milliards verss
ceux qui contrlaient cette conomie,
au lieu d'tre investis bon escient,
n'ont servi qu' dvelopper les secteurs
rentabilit immediate comme les
grandes surfaces, le commerce auto-
mobile.
Ainsi s'est installe, une conomie no-
coloniale de non production et qui a
gangren tous les secteurs; une cono-
mie de consommation contrle par
quelques-uns qui rcoltent au passage
une parties des transferts sociaux.
Ce sont souvent les mmes qui profi-
tent de tous les avantages sociaux et
fiscaux largement accords par tous
les gouvernements de droite comme de
gauche.
Ce sont les mmes qui rclament tou-
jours plus de dfiscalisation sans aucu-
ne contrepartie en terme de creation
d'emplois.
Ce sont les mmes qui s'engraissent de
cette speculation effrne qui provque
la flambe du prix de l'immobilier.
Ce sont les mmes qui dfendent le
systme dpartemental actuel.
Oui, notre pays est confront une
situation d'une gravit exceptionnelle
et qui empire de jour en jour.
Une conomie totalement dsquili-
bre, avec un secteur productif trs
faible et de plus en plus marginalis
par la concurrence de products impor-
ts au point que les exportations ne
couvrent que 9 % seulement des
importations.
L'ancienne conomie colonial qui a
tant enrichi la France et les grandes
families bks de la Martinique est
aujourd'hui moribonde. La production
de canne decline d'anne en anne.
Notre banane, en dpit des efforts de
productivity et de quality faits par nos
producteurs, affronte difficilement la
concurrence dloyale des multinatio-
nales amricaines qui exploitent scan-
daleusement les travailleurs de
l'Amrique latine. Au nom du libra-
lisme et de la libre concurrence, elles
ont pratiquement fait disparatre les
timides protections de l'organisation
commune du march en Europe.
Le tourism sur lequel certain
avaient fond de si grands espoirs ne


donne toujours pas les rsultats
escompts.
L'conomie martiniquaise, c'est
aujourd'hui une consommation effr-
ne de biens venus d'ailleurs soutenue
par une publicity tapageuse et des
offres de credit de plus en plus all-
chantes qui poussent les particuliers
s'endetter au-del du raisonnable.
Comme nous l'avons maintes fois
dmontr, notre pays vit sous la perfu-
sion des flux financiers des salaires de
la function publique et des transferts
sociaux qui entretiennent la consom-
mation intrieure, font turner les
entreprises franaises et trangres,
gnrent des profits colossaux qui ne
sont jamais investis chez nous !

Ce systme, personnel ne peut le nier,
a des consequences sociales drama-
tiques :

- Un chmage structure permanent
qui touche au moins 25 % de la popu-
lation active soit environ 38.000 per-
sonnes, malgr la manipulation
dnonce par tous les partenaires
sociaux et en particulier par le syndi-
cat CDMT de 1'ANPE Martinique.
Un chmage qui touche toutes les
trenches d'ge et en particulier les
plus gs, les femmes et surtout les
plus jeunes.
Et c'est pour cette catgorie que la
situation est la plus dramatique
puisque un jeune Martiniquais sur
deux de moins de 26 ans est au ch-
mage, contre un sur quatre "seule-
ment" en France o la situation est
dj juge unacceptable.
Et dans tous les domaines, la prcari-
t gagne du terrain.
- 32.000 de nos compatriotes doivent
se contenter du RMI.
- Environ 60.000 Martiniquais vivent
en dessous du seuil de pauvret.
Dj, dans le secteur priv, le patronat
n'employait plus qu'en contract dure
dtermine ou par des socits d'int-
rim.
L'Etat lui-mme a amplifi l'inscurit
social avec la multiplication depuis
deux dcennies des contracts prcaires
sous prtexte de favoriser l'embauche
des jeunes (...)

(Suite et fin au prochain numro)







Jeudi 14 Mal 2006 Justice no 18 Page 8


Parti Socialiste de France


Le dbat institutionnel outre-mer
Selon notre confrre "France-Antilles" toires qui souffrent d'un retard de dve-
du 12 avril, le Parti Socialiste de loppement et de handicaps structures
France devait adopter le 29 avril en permanents que seule une action volon-
Guadeloupe son project pour les outre- tariste et une politique assume de dis-
mers l'occasion de l'chance prsi- crimination positive territorial sont en
dentielle. measure de traiter..."
88 measures sont prvues. En d'autres terms, on en reviendrait
Ce project s'intitule : "Des outre-mers la fameuse dissociation entire la
plus forts dans une rpublique plus question institutionnelle et celle du
fire de sa diversity", dveloppement conomique et social
C'est ce que la convention du PS tenue pratique l'poque Jospin-
en Guadeloupe le samedi 29 avril sous Queyranne et aussi par la droite
dparte-
S' -" mentalis-
S'. ...te.
S, Or, il n'y a
S' .... pas de
BI &_.. r a ., ........ .-''- L. , *' . '"",, 4d veo1n -_


& L ..:-.:;!, :..., ,


Hollande croit-il qu'un Ministre des DOM antilla
va changer la nature colonial du systme ?


la houlette de Franois Hollande a
confirm.
Le project du PS refuse la primaut du
dbat institutionnel et indique :
"... la politique en faveur des outre-
mers a trop longtemps t rduite au
dbat institutionnel. Le parti socialist
considre certes qu'il convient de rester
l'coute des demands de modernisa-
tion institutionnelle qui pourraient
maner des lus d'outre-mer, notam-
ment dans les DOM (..) l'panouisse-
ment cnomique, social et cultural des
socits d'outre-mer constitute la priori-
t, car les outre-mers sont des terri-


-- -
pement
1 vritable
sans res-
ponsabili-
t poli-
tique et
is l'objet de
l'volution
institution-


nelle est de promouvoir un autre type
de dveloppement pour combattre non
pas le "retard de dveloppement", mais
le "mal dveloppement".
A noter que le PS dit rester l'coute
de demands de modernisationn insti-
tutionnelle". Jusqu'o va la dite
modernisationn institutionnelle" ?
Le project socialist pour l'outre-mer,
appliquant le principle dit d'une "dis-
crimination positive" cher N.
Sarkozy, s'engage nommer un
"ministre rgalien" un originaire
d'outre-men
Victorin Lurel, Responsable socialist


non prioritaire
l'outre-mer, chacun le sait, rve
d'tre ministry.
Ainsi, le PS ne considre pas l'autono-
mie des DOM comme prioritaire, mais
est prt faire ministry un originaire
des DOM...
Satisfaire l'amour propre d'un
Guadeloupen, d'un Martiniquais,
d'un Guyanais ou d'un Runionnais
serait un objectif majeur mais accorder
leurs peuples la capacity de diriger
eux-mmes leurs propres affaires dans
le cadre de la Rpublique franaise ne
serait pas important. Le jacobinisme
de gauche a la vie dure.
A noter que le project socialist, comme
Sarkozy, se prononce en faveur de la
transformation des DOM en zones
branches globales. C'est la nouvelle
panace alors que la loi-programme
Girardin pour l'outre-mer (LOPOM)
prvue pour 15 ans est rgulirement
mise en cause en raison de son cot
budgtaire pour l'Etat franais au
regard de son efficacit en matire
d'investissements et de crations d'em-
plois. C'est pourquoi le patron martini-
quais du MEDEF, Patrick Lecurieux-
Durival, refuse de "se prononcer de
faon prcise" et formule un avis rser-
v. (Cf FA. du 4/04/2006). Paradoxal,
n'est-ce pas ?
Il apparat de la plus haute importan-
ce que les forces de progrs de la
Martinique et de l'ensemble des DOM
se rassemblent pour exiger de tous les
candidates l'lection prsidentielles de
se prononcer clairement sur l'volution
institutionnelle et statutaire des
DOM.

M A.G.


Le Snateur Serge Larcher interroge trois ministres sur
d'importants dossiers concernant la Martinique et formule des
S-~~':i propositions (extrait communique).


"Le snateur Serge Larcher propose qu'une
unit de production de biocarburant soit
cre en Martinique et demand la ministry
de l'Ecologie et du dveloppement durable
d'inscrire son financement au PO 2007-2013
(programme oprationnel qui remplacera le
DOCUP). En effet, l'article 13 du project de loi
de Finances pour 2006 relatif au biocarbu-
rant inclut la Martinique dans le champ
d'application de la TGAP taxese gnrale sur-
les activits polluantes). Le snateur estime


que notre dpartement doit mettre profit ce
dlai pour se prparer la production locale
de biocarburant fabriqu partir de la
bagasse comme au Brsil. Notre pays poss-
de toutes les capacits techniques en la mati-
re. De plus, cette initiative prsenterait des
atouts pour la Martinique : ce carburant ne
nuit pas l'environnement, sa production
relancerait la filire canne et permettrait
l'utilisation des nombreuses terres pollues
par le chlordcone.


POLITIQUE


Serge Larcher,
Snateur
de Martinique.








Jeudi 4 Mal 2006 Justice n 18 Page 9


Poursuivi
Le president du Conseil Rgional
entend reprendre la main pour
avancer sur le chantier de l'volu-
tion institutionnelle. Six ans aprs
la mise en place du Projet
Martinique et face aux dfis de
l'avenir, il l'a dclar dans son dis-
cours : "Le Conseil Rgional sou-
haite poursuivre l'action coordon-
ne et concerte initie pour le dve-
loppement durable, social et soli-
daire de la Martinique". Pour cela,
la concertation et l'anticipation au
coeur du dveloppement devien-
nent le credo regional, aprs avoir
mis en place les conditions de la
qualification de l'Homme martini-
quais. Les 3 et 4 mai sera organis
Madiana "La conference rgiona-
le des acteurs du dveloppement
conomique, social et cultural". La
Region se saisit de l'opportunit
offerte par la loi sur les Liberts
locales du 28 mars 2003 sur l'exp-
rimentation d'un Schma
Martiniquais de Dveloppement
Economique (SMDE).


Conseil Rgional

:e le projectt Martinique"

I ~I ,
.1 j ; j i,


, =, ^-: .. :,,, '' ., f,', % :,,, ', --- , , f :.

Marie-Thrse Lotin, Alfred Marie-Jeanne, Vincent Duville
et Jean-Claude Soumbo
ont galement prsent un bilan de l'action mene la Rgion.


Au contraire de cette exprimenta-
tion prvue sur cinq ans, la collec-
tivit entend faire du durable. Il
s'agit dans "ce cadre permanent,
structure de concertation, de dia-
logue et d'change ncessaire pour
btir et mettre en ouvre et faire
vivre le project "Martinique 2025".
Anticiper l'avenir, identifier les
changements critiques, balayer les


choix des possibles, dfinirles
options stratgiques du SMDE
sont les objectifs fixs la conf-
rence. Des runions de travail ont
permis d'approcher bon nombre
d'acteurs du terrain et ils seront
nombreux tre presents, promet
le president.

a C.B.


Cooperation rgionale tous azimuts


La senai;ie dernuere a vu une intense
activity au niveau de la cooperation
rgi'onale. Lundi 24 ainl. la Rgion
Martinique faisait le point sur la
conferencee rgionale ex-port 2005
Nlartirique". Cette entite sert de point
d'appui pour le- obijectit rKgionaux au
nitveau de la ciooperatiun -conornTiqlj.-
a\ ec nos \ oisms.
Les 27 et 28 avril, I'Etat organjsait la
3e conference rgionale Antilles-
Guyane. Son objectif est de favoriser
l'intgration des collectivits territo-
riale d'outre-mer dans leur environne-
ment. Cette rencontre s'ouvrait aux
presidents des collectivits pour la
premiere fois. Seuls Antoine Karam et
Claude Lise avaient fait le dplace-
ment, les autres s'tant fait reprsen-
ter ou etaient absents, comme le
President Aifred Marie-Jeanne, qui a
expliqu son absence par une certain
cacophonie sur le sujet.
Sa demand, dit-il, tant dj rpte
plus d'une fois aux autorits fran-
aises : obtenir le statut de pays asso-
ci dans les organismes de coopra-
tion de la region, tandis que la France


aurait celui d'observateur.


Antoine Karam Yves
Dassonville : "Nous sommes au
ceur de problmes que nous ne
pouvons pas rgler : immigra-
tion, dveloppement cono-
miquei, etc..."
Antoine Karam se faisait le relais de
cette demand. Il ne cachait pas ses
multiples dceptions et frustrations
sur la manire don't la France envisa-
ge la cooperation. "Nous sommes insti-
tutionnellement le Nord, la France et
l'Europe, dans un environnement
Sud", a-t-il ajout. D'emble, il a esti-
m que la cooperation ne peut se faire
sans un peu plus de pouvoir politique
et donc a revendiqu une volution


institutionnelle. "On ne peut rtigr l/.s
problri 'es de la cooperation notre
place pour justifier cette demand.
Nous ne pouvons pas tre mis sous
tutelle", a-t-il indiqu.
Selon Claude Lise, "cette 3e conference
marque une volution dans l'approche
franaise au niveau de la cooperation
avec un cadre important pas suffisam-
ment utilis, car l'Etat franais freine".
Les uns et les autres ont dnonc ce
jacobinisme qui persiste.
Le President de la Collectivit dpar-
tementale ne cache pas son optimis-
me et pense qu'au course de cette
conference "nous avons fait avancer
l'ide d'une revolution culturelle nces-
saire" "Il y a une demand de la zone
et nous faisons de la vraie coopra-
tion", ajoute-t-il. Il plaide "pour un peu
plus de capacity faire dans notre
zone naturelle". Un nouvel lan dans
la cooperation, oui, mais pour cela
vigilance et combativit restent d'ac-
tualit.

M C.B.


POLITIQUE








DANS LE MONDE


Jeudi 4 Mai 2006 Justice n 18 Page 10


France

Congrs de la C.G.T. :

Vibrant d'espoir et de luttes conqurantes


Le 48" Congrs de la central syndicale CGT
s'est tenu Lille. I a rlu Bernard Thibault
secrtaire gnral. Durant cinq jours, les 989
congressistes et leurs invits, 80 dlgations
trangres (la Martinique tait reprsente par
Georges Almont du Bureau excutif de la
CGTM-FSM) ont discut des moyens de renfor-
cer la dmocratie social. Pour ce faire, le mou-
vement syndical doit s'largir et s'implanter
davantage dans les PME-PMI et les Services, l
o se pose le plus l'angoissant problme de la
prcarit des jeunes et des moins jeunes.
D'entre de jeu, Bernard Thibault, fort du suc-
cs remport par les jeunes associs aux tra-
vailleurs, a dclar : "Ceux qui voudraient
que la CGT s'accommode d'un capitalism
triomphant et destructeur peuvent
attendre longtemps". l rappelle que "la
cohsion et la convergence relative des
salaries pour le progrs social forment le
ciment de la CGT La meilleure attitude
qu'entend adopter la CGT pour que de


vritables alternatives politiques soient au
cur du dbat public, c'est de faire son tra-
vail syndical et occuper mieux encore la
place qui est la sienne o personnel ne peut
la remplacer"
Les congressistes ont dbattu en ce sens,
recherchant les voies et moyens pour y aboutir.
Ce congrs de la CGT a aussi manifest la
volont d'un rajeunissement et d'une fminisa-
tion des cadres.
Enfin, face la mondialisation et la globalisa-
tion du systme liberal, il a t pos le principle
de la convocation en novembre 2006 d'une nou-
velle reunion syndicale mondiale. C'est d'une
urgente ncessit car les travailleurs du monde
sont confronts au mme dfi: celui de la mon-
dialisation dbride prne par le libralisme.
L'unification du syndicalisme l'chelle mon-
diale est une ncessit pour qu'il soit efficace et
fructueux.

M A.C.


Iran


: La menace nord-amricaine

plane plus que jamais


On se rappelle qu'en mars dernier,
'Iran,'suspect de vouloir enrichir
l'uranium non pas des fins paci-
fiques mais pour se doter de l'arme
atomique, avait reu un ultimatum
du Conseil de Scurit de l'ONU le
sommant d'arrter son programme
dans un dlai de 30 jours. Cet ulti-
matum est arriv chance le 28
avril, sans que le gouvernement ira-
nien n'ait cd l'injonction.
Le 27 avril, Scott Mc Clellan, l'ancien
porte-parole de la Maison Blanche,
pour accroitre la pression sur l'Iran
et prparer l'opinion international
accepted l'ide d'une guerre contre le
people iranien, a dclar qu'il conve-
nait d'empcher l'Iran d'"acqurir des
armes nucldires ou le savoir-faire
pour fabriquer des armes nuclaires".
Tl t en affirmant que les Etats-Unis
eherchaient "une solution diploma-
tique ~ la risee, il a clairement mani-
fst, parr ailleurs, la volont de Bush
de reeourir l'article sept de la
hfSte des NationaJ-nies qui per-
fet de pr re des sanctions coerci-
t s in ont 'u sage de la force.


Tout laisse penser donc que Bush
envisage froidement de dclencher, si
possible avec l'aval de l'ONU, une
guerre dvastatrice contre le people
iranien, comme il l'a fait contre le
people irakien, avec les rsultats que
l'on sait.
Bush qui est au plus bas dans les
sondages d'opinion et veut tout prix
redorer son blason, est prt passer
l'action, convaincu qu'une nouvelle
guerre contre "l'axe du Mal" augmen-
tera son prestige au plan national. Il
est d'autant plus convaincu et dcid
que le lobby ptrolier tasunien aspi-
re prendre le contrle total du
ptrole du Moyen Orient.
Quoi qu'on puisse penser de l'actuel
rgime islamiste iranien, on ne peut
accepter que les Etats-Unis dclen-
chent une guerre contre le people ira-
nien, pour le punir de soutenir son
gouvernement.
Un reportage diffus dimanche 30
avril par une tlvision franaise
rvle que l'opinion publique iranien-
ne est majoritairement favorable au
programme nuclaire national, tel


qu'il est prsent par le gouverne-
ment.
De quel droit priver l'Iran de l'ner-
gie nuclaire, alors que d'autres pays
l'utilisent pour leur dveloppement ?
Le nuclaire pose deux problmes
fondamentaux l'chelle mondiale :
celui de la menace que reprsentent
pour l'environnement les centrales
nuclaires d'une part, et celui de
l'existence de milliers de bombes ato-
miques au pouvoir destructif incalcu-
lable, d'autre part.
Les puissances nuclaires devraient
commencer par dtruire toutes leurs
armes nuclaires pour tre crdibles.
Quant la "communaut internatio-
nale", elle devrait se proccuper du
dveloppement harmonieux de tous
les pays de la plante au lieu de tout
soumettre la "loi du march, d'en-
courager l'crasement du plus faible
par le plus fort, au nom du libralis-
me, le plus grand danger des temps
actuels et venir.

a M. Belrose


- as -
Bernard Thibault :
Un troisime
mandate de 3 ans
pour le Secrtaire
gnral de la
premiere
organisation
syndicale de
France.


1









Jeudi 4 Mal 2006 Justice no 18 Page 11


F Tchernobil







20 ans d



On se souvient de la catastrophe nuclaire survenue
en 1986 Tchernobyl en Ukraine (pays de l'ex-
URSS), qui rvla au monde entier le danger que
peuvent reprsenter les centrales nuclaires
vtustes ou mal entretenues.
L'explosion qui s'est produite alors a eu des effects
la fois immdiats et long terme, comme cela a t
le cas au Japon, la fin de la second guerre mon-
diale, quand les Etats-Unis ont eu recours, pour la
premiere fois dans l'histoire de l'humanit, la
bombe atomique : un nombre dtermin de per-
sonnes ont t tues sur le coup, tandis que d'autres
sont mortes et continent de mourir par la suite,
atteintes de diffrents types de cancer.
Si l'Ukraine a t le pays le plus touch, le nuage


T radioactif n'a pas pargn le reste de
g l'Europe. La France en particulier a reu
son lot de radioactivity, sauf que le gouver-
nement de l'poque a sciemment menti la
population, la laissant continue consom-
Tr mer des products agricoles, des fruits et des
champignons contamins et dangereux
pour la sant.
Le mensonge d'Etat, les victims (civiles ou
militaires) de radiations nuclaires
d'Algrie et de Polynsie le connaissent
bien, qui ont toutes les peines du monde obtenir
rparation.
A l'heure o le ptrole et le gaz sont en train de
s'puiser, o l'on s'interroge sur les risques du
nuclaire, o les nergies de substitution ne sont
qu'au stade des balbutiements, se pose la question
lancinante de savoir quelles seront les sources
d'nergie du future dans un monde don't la population
ne cesse d'augmenter et qui dtruit le milieu natural
un rythme effrn:
Tchernobyl est loin de nous gographiquement, mais
nous sommes concerns, individuellement et collecti-
vement, par les problmes voqus ci-dessus.

M M. Belrose


ANNONCES LGALES


AVIS D'APPEL PUBLIC
A LA CONCURRENCE

Nom et adresse officials de l'organisme
acheteur : Dpartement de la Martinique
Personne responsible du march ::
President du Conseil Gnral de la
Martinique Avenue des Carabes B.P.
679 97264 Fort-de-France Tl. : 0596
55 26 00 Tlcopieur : 0596 55 37 87
courier : achats@cg972.fr, adresse
Intemet : http://www.cg972.fr
Objet du march : ACQUISITION ET
MAINTENANCE DE MATERIALS INFOR-
MATIQUES POUR LES SERVICES DU
CONSEIL GENERAL DE LA MARTI-
NIQUE
Type de march de fournitures : achat
CPV : Objet princiapl : 30200000.
Lieu de livraison : Dpartement de la
Martinique. 97200
Des variantes seront-elles prises en comp-
te : Oui
Le march est couvert par l'accord sur les
marchs publics (A.M.P.)
Prestations divises en lots : Oui
Possibility de prsenter une offre pour un
ou plusieurs lots.
Dure du march ou dlai d'excution : 12
mois computer de la notification du mar-
ch.
Modalits essentielles de financement et
de paiement et/ou rfrences aux textes
qui les rglementent: mandate administratif
dans un dlai de 45 jours aprs service fait
et reception des factures conformment
l'article 96 du dcret n" 2004-15 du
7.01.2004 portant Code des Marchs
Publics. Budget du dpartement sur res-
sources propres.
Langues pouvant tre utilises dans l'offre
ou la candidature : franais.
Unit montaire utilise : l'euro.
Conditions de participation :
Critres de selection des candidatures :
capacits techniques et financires.
Justifications produire quant aux qualits
et capacits du candidate :
- Declaration sur l'honneur prvue aux


articles 45 et 46 du code des marchs
publics :
- Celles fixes dans le rglement de
consultation ;
- Lettre de candidature DC4 ;
- Attestation de non condemnation pour
infraction au code du travail ;
- Attestation sur l'honneur du candidate indi-
quant qu'il n'a pas fait l'objet, au course des
5 dernires annes, d'une condemnation
inscrite au bulletin n* 2 du easier judiciaire
pour les infractions vises aux articles
L324-9, L.324-10, L.341-6, L.125-1 et
L.125-3 du code du travail ;
- Attestation d'assurances;
- Rfrences des prestations similaires de
moins de trois ans :
- Declaration du candidate DC5;
- La copie du (ou des) jugement(s) pro-
nonc(s), si le caniddat est en redresse-
ment judiciaire ;
- Declaration indiquant l'outillage, le mat-
riel et l'quipement technique don't le pres-
tataire ou l'entrepreneur dispose ;
- Declaration des chiffres d'affaires rali-
ss au course des 3 derniers exercices ;
- Les entreprises de plus de 20 salaries
devront foumir une attestation sur l'hon-
neur indiquant qu'elles ont satisfait l'en-
semble de leurs obligations au regard de
l'article 44-1 (soit une declaration annuelle
relative aux emplois de personnel handi-
capes, soit une declaration indiquant l'ac-
quittement d'une contribution au 'fonds de
dveloppement pour l'insertion profession-
nelle des handicaps ;
- Pouvoir de la personnel habilite pour
engager le candidate.
Critres d'attribution :
Offre conomiquement la plus avantageu-
se apprcie en function des critres
noncs dans le cahier des charges
(rglement de la consultation, lettre d'invi-
tation).
Type de procedure : appel d'offres ouvert.
Publications relatives la mme consulta-
tion :
Date d'envoi du present avis au J.O.U.E.:
29 avril 2006


Date limited de reception des offres : 23 juin
2006, 12 heures.
Renseignements complmentaires : Le
march peut tre reconduit expressment
2 fois par priode successive de 1 an. La
dure total du march ne pourra excder
3 ans.
Les dossiers de consultation peuvent tre
demands ou retirs, gracieusement jus-
qu' la date limited de remise des offres -
Dpartement de la Martinique Direction
gnrale adjointe charge des finances et
des moyens cellule Achats 19 rue
Jacques Cazotte B.P. 679 97264 Fort-
de-France Cedex Tl. : 0596 55 37 86 -
Tlcopieur : 0596 55 37 87.
La collectivit propose le mode de trans-
mission lectronique pour la consultation
(remise des candidatures et remise des
offres). Cependant, les candidates restent
libres de choisir le mode de transmission.
Transmission lectronique : les candidates
trouveront sur le site : www.cg972.fr -
rubrique marchs publics appeals d'offres-,
les modalits permettant de s'inscrire.
Aprs l'inscription, les candidates devront
se procurer un certificate numrique leur
permettant de transmettre leur pli. Ce cer-
tificat peut tre obtenu auprs d'une auto-
rit de certification rfrence (pour plus
d'informations :
http://minefi.gouv.fr/dematerialisation-
icp/dematerialisation:declar.htm).
Transmission paper: les plis seront adres-
ss par envoi clos permettant de dtermi-
ner de faon certain la date et l'heure de
leur reception : lettre recommande avec
avis de reception ou remise contre rc-
piss.
Les modalits d'envoi sont prcises dans
le rglement de la consultation.
Le dossier de consultation des entreprises
pourra tre tlcharg sur le site Internet :
www.cg972.fr rubrique marchs publics
appeals d'offres
Les candidates qui ont tlcharg leurs
DCE peuvent utiliser le portail pour toute
demand de renseignements complmen-
taires.


Date d'envoi du present avis la publica-
tion : 29 avril 2006.
Adresse auprs de laquelle des rensei-
gnements d'ordre administratif et tech-
nique peuvent tre obtenus: Dpartement
de la Martinique Direction gnrale
adjointe charge des finances et des
moyens Cellule Achats 19 rue Jacques
Cazotte B.P. 679 97264 Fort-de-France
Cedex Tl. : 0596 55 37 86 Tlcopieur:
0596 55 37 87.
Instance charge des procedures de
recours : Tribunal administratif Immeuble
Roy Camille Croix de Bellevue B.P. 683 -
97264 Fort-de-France Martinique -
Tl. : 0596 71 66 67 courriel : greffe.ta-
fort-de-france@juradm.fr tlcopieur :
0596 63 10 08.
Prcisions concernant le(s) dlai(s) d'intro-
duction des recours : conformment l'ar-
ticle R.421-1 du code de Justice adminis-
trative la jurisdictionn administrative ne peut
tre saisie que par voie de recours form
contre une decision, et ce, dans les deux
mois partir de la notification ou de la
publication de la decision attaque".
Renseignements relatifs aux lots:
Lot 1 -
Fourniture de micro-ordinateur standard
Lot 2 -
Fourniture et maintenance de micro-ordi-
nateurs bureautique avance et stations
de travail graphiques
Lot 3 -
Fourniture de micro-ordinateurs portables
Lot 4 -
Fourniture d'imprimantes pour petits
groups de travail
Lot 5 -
Fourniture et maintenance d'imprimantes
pour group de travail et de production
Lot 6 -
Fourniture et maintenance de scanners de
production
Lot 7 -
Fourniture de priphriques divers et d'ac-
cessoires d'exploitation informatique.
FA 6263


POLITIQUE











ANNONCES LGALES


Jeudi 4 Mai 2006 Justice n 18 Page 12


AVIS DE CONSTITUTION

Suivant acte sous seing priv au LAMENTIN
en date du 28 mars 2006 a t constitu une
socit ayant les caractristiques suivantes:
Denomination : SCI DULA
Forme : Socit Civile Immobilire
Sige social : N" 15 Lot. Les Hauts de
Palmiste Acajou Nord 97232 LAMENTIN
Dure : 99 ans
Capital: 800 euros
Objet : La proprit, 'administration et l'ex-
ploitation par bail, location ou autrement de
tous immeubles btis ou non btis don't elle
pourrait devenir propritaire ultrieurement
par voie d'acquisition, construction, chan-
ge, apport ou autrement, ventuellement et
exceptionnellement, l'alination de ceux de
ces immeubles devenus inutiles la socit
au moyen de vente, change, apport en
socit. Pour la ralisation de cet objet, la
grance peut effectuer toutes operations non
susceptibles de porter atteinte la nature
civil de l'activit social. Plus gnralement
toutes operations civiles de quelque nature
qu'elles soient, se rattachant l'objet sus-
indiqu, de nature favoriser directement ou
indirectement le but poursuivi par la socit,
son existence ou son dveloppement.
Grant: Les associs nomment pour grant
Monsieur Rgis PAVIOT, demeurant: 15 Lot.
Les Hauts de Palmiste -Acajou Nord 97232
LAMENTIN
Les functions du grant sont d'une dure
indtermine.
La Socit sera immatricule au registre du
commerce et des socits de Fort-de-
France.
Pour avis, le Grant
FA 6238

AVIS DE PUBLICATION

Au terme d'un acte sous seing priv en date
du 06 Fvrier 2006, a t constitu une
SARL prsentant les caractristiques sui-
vantes :
FORME: SARL
OBJgT: La socit a pour objet, en France
y compris les dpartements d'outre-mer:
* l-tiansport occasionnel et scolaire de per-
sonnes ;
- et plus gnralement, toutes operations
indL(srielles, commercials et financires,
mobilires et immobilires pouvant se ratta-
che..irectement ou indirectement l'objet
o.et tous objets similaires ou connexes
povnt favoriser son extension ou son
d&eebppement.
CAPITAL: 7 500,00 euros en numraire
DENOMINATION : TRANSPORT MARCE-
L(.ARL
SiE E SOCIAL : Le Parc 97222 CASE-
PiLOTE
'DURE : 99 ans
,GANCE : Monsieur MARCELIN Helier,
Alfxis; Lucien demeurant Le Parc 97222
CASE-PILOTE.
CO-GRANT ATTESTATAIRE : Monsieur
MARCELIN Charles Alfred demeurant
Quarter Mont Joli 97226 MORNE-VERT.
FA 6239

AVIS DE CONSTITUTION

II a t constitu en date du 24 avril 2006
une socit responsabilit limite prsen-
tant les caractristiques suivantes:
- Raison social: PRIMMO
-Adresse: Immeuble Marie-Sainte Zone de
Gros de la Jambette 97232 LE LAMENTIN
- Objet : Transaction sur immeubles et fonds
de commerce, gestion locative.
- Grant: Karl Joseph DESBORDES demeu-
rant Quartier Chapelle SAINT-JOSEPH
- Capital : Quatre mille euros
- Dure : Quatre vingt annes
- Immatriculation au RCS en course.
Pour avis, le Grant
FA 6240

AVIS DE CONSTITUTION

Le 24 Avril 2006, il a t cr une SARL don't
les caractristiques sont les suivantes:
Denomination : DVELOPPEMENT INVES-
TISSEMENTS PROJECTS
Sigle : D.I.P.
Capital Social : 200,00 euros


Adresse : Quartier Caf 97231 LE VERT-
PR
Objet : Conseil en Entreprise et aux
Particuliers, Montage de dossiers d'aides et
de subventions. Prospection commercial,
Travaux de renovation et de rehabilitation du
btiment ainsi que toutes operations finan-
cires, mobilires et immobilires se ratta-
chant directement ou indirectement l'objet
sus indiqu.
Dure : 99 ans
Grant : Robert DWORACKI Quartier Caf
- 97231 LE VERT-PR
Pour avis,
Le Grant
R. DWORCKI
FA 6241

TRANSFER DE SIGE
MADIA SANT

Ancienne mention : 24b Route du Petit
Florentin 97233 SCHOELCHER
Nouvelle mention : Lotissement Girard -
Ravine Vilaine 97200 FORT-DE-FRANCE
Pour avis, le Prsident
FA 6242

TRANSFER DE SIGE

ALYSSA MDICA

Ancienne mention : 17 Anse Belgarde
97220 TRINIT
Nouvelle mention : Lotissement Girard -
Ravine Vilaine 97200 FORT-DE-FRAN-
CE.
Pour avis, la Grante
FA 6243

CONSTITUTION SCI JULIANA

II a t constitu une socit civil prsen-
tant les caractristiques suivantes :
Denomination : SOCIT CIVIL IMMO-
BILIRTE 'JULIANA"
Sige social : Fort-de-France (Martinique),
31 Rue Jacques Cazotte.
Objet social : Lacquisition, la construction,
la proprit, la gestion, administration et
l'exploitation par bail ou autrement d'im-
meubles en France mtropolitaine et dans
les Dpartements et Territoires d'Outre-
Mer. Et gnralement toutes operations
quelconques pouvant se rattacher directe-
ment ou indirectement son objet, pourvu
que ces operations ne modifient pas le
caractre civil de la socit.
Dure : 99 ans
Capital : TROIS CENT euros (300.00 )
La socit sera immatricule au greffe du
Tribunal de commerce de Fort-de-France.
La grance est assure par Mme LUTE-
CETTE Nicole demeurant au Quartier
Coridon 97200 FORT-DE-FRANCE.
La Grante
FA 6244

AVIS DE CONSTITUTION

En date du : 24.04.06, il a t constitu
une SARL prsentant les caractristiques
suivantes :
Denomination : NOCTA BOULANGERIE
PATISSERIE EPICERIE (Sigle NOCTA)
Adresse: 44 Route des Religieuses 97200
FORT-DE-FRANCE
Objet : Exploitation d'une boulangerie,
patisserie, snack, picerie, bazar.
Dure : 40 ans ( computer de sa date d'im-
matriculation au RCS)
Capital: 7.623.44 (divis en 100 parts de
76.2354 chacune, souscrites en totalit
par les associs et attribups chacun
d'eux dans la proportion de leurs apports
respectifs).
Les grants sont:
M. Jol BOUTRIN, demeurant :44 Rte des
Religieuses 97200 FORT-DE-FRANCE
M. Nathanal CLAIRICIA, demeurant :
ZAC n" 23 Chateauboeuf 97200 F-de-F
Immatriculation au Registre du Commerce
en course.
Pour avis, les Grants
FA 6245

AVIS DE CONSTITUTION

Le 10 fvrier 2006, a t constitu une


EARL ayant les caractristiques suivantes :
Objet: Production, vente de products agri-
coles et toutes les activits agricoles
conexes.
Denomination : EURL BS AGRICULTURE
Sige social : Quartier La Boissire -
97270 SAINT-ESPRIT
Dure : 99 ans
Capital social: 7 616 -Apports en num-
raire 7 616
Grants:
- Monsieur FLIX-THODOSE Bruno
demeurant, Quartier La Boissire 97270
SAINT-ESPRIT
- Mademoiselle MARIE-ANTOINETTE
Solange demeurant Morne La Valeur -
97270 SAINT-ESPRIT
La socit sera immatricule au R.C.S. de
Fort-de-France.
FA 6246

HO HIO HEN IMPORT
Socit responsabilit limite
au capital de 15.000
Sige social : 2 Avenue des Arawaks
97200 FORT-DE-FRANCE

AVIS DE CONSTITUTION

Aux terms d'un acte sous seing priv en
date du 19 avril 2006.
Il a t constitu une socit responsa-
bilit limite ayant les caractristiques sui-
vantes :
Denomination social : HO HIO HEN
IMPORT
Capital : 15.000 C divis en 1.000 parts
sociales d'un montant de 15 chacune,
entirement souscrites et libres en tota-
lit.
Sige : 2 Avenue des Arawaks 97200
FORT-DE-FRANCE
Objet : Le commerce de gros de tous pro-
duits alimentaires et autres, de tous
articles et marchandises divers.
Dure : 99 annes computer de I'immatri-
culation de la socit au Registre du com-
merce et des socits.
Grant: Mr Charles HO HIO HEN est dsi-
gn statutairement en quality de grant
non associ pour une dure illimite. -
Immatriculation au Registre du commerce
et des socits : La socit sera immatri-
cule au Registre du commerce et des
socits tenu au greffe du tribunal de com-
merce de Fort-de-France.
Pour avis et mention
Le Grant
FA 6247

AVIS DE NOMINATION
D'UN LIOUIDATEUR

Denomination social: NOUVELLE CITE
Forme social : Socit civil immobilire
Sige social : Crozanville, Voie n" 2,
97200 FORT-DE-FRANCE
Objet social : Promotion immobilire
Immatriculation de la socit : Sous le
numro D 340 594 217 (numro de ges-
tion 87 D 9) au registre du commerce et
des socits de Fort-de-France.
Liquidateur : Monsieur Alain Gilbert
LEROY demeurant C/O Monsieur Pierre
FATIER, Habitation Bois Carr, 97232
LAMENTIN dsign en vertu d'une ordon-
nance de Monsieur le Prsident du
Tribunal de Grande Instance de Fort-de-
France rendue en date du 3 Avril 2006.
Motif de la liquidation : Terme de la soci-
t
Adresse de transmission des correspon-
dances el notifications :
A l'attention de Monsieur Alain Gilbert
LEROY Chez Monsieur Pierre FATIER -
Habitation Bois Carr 97232 LAMENTIN.
FA 6248

SCP Catherine SCHIN-OUA-SIRON-
SCHAPIRA et Renaud NIRDE
Notaires associs
Plateau Roy Cluny
97200 FORT-DE-FRANCE

Aux terms d'une dlibration des asso-
cis, en date du 5 mars 2006. les associs
de la socit dnomme "ROY DE
CLUNY", socit civil immobilire au
capital de 138.728,61 Euros, don't le sige


est FORT-DE-FRANCE (97200) 1km
Route de Didier 'La vie en rose", chez
NAYARADOU, identifie au SIREN sous le
numro 378 487 235 et immatricule au
registre du commerce et des socits de
FORT-DE-FRANCE sous le numro 90 D
88,
Ont dcid, computer du :
1") de transfrer le sige social de ladite
socit SCHCELCHER (Martinique) 93-
94 Rue de la Comtesse Anne, Plateau Roy
Cluny, chez Monsieur Alex NAYARADOU.
2) et de nommer comme co-grant,
Mademoiselle Caroline NAYARADOU,
sans limitation de dure.
En consequence, les articles 2.2 et 2.7 des
status seront modifis en consequence.
Article 2.2- Sige social RCS:
Le sige de la socit est fix SCHCEL-
CHER (Martinique) 93-94 Rue de la
Comtesse Anne, Plateau Roy-Cluny, chez
Monsieur Alex NAYARADOU.
Le reste sans changement.
Article 2.7. Nomination de la grance :
Les grants de la socit, nomms pour
une dure illimite, sont:
- Monsieur Alex NAYARADOU
- Mademoiselle Caroline NAYARADOU.
Pour avis
FA 6249

Grard GRANVORKA
Avocat la Cour
Centre d'Affaires de Dillon-Stade
16, Rue Georges Eucharis
Immeuble Hisso
97200 FORT-DE-FRANCE
Tl. 0596 75 60 64
Fax : 0596 75 70 27

AVIS RECTIFICATIF
D'UNE CONSTITUTION : SARL GADE

Editions Justice du Jeudi 06 Avril
86e anne N 14 Martinique
Pages 13 et 14 : Annonce n* FA 6139

Il fallait lire :
Par le mme acte, Monsieur Jean-Pierre
PRALES, n le 27.09.62 Fort-de-France
(972), de nationalit franaise, demeurant
n" 2, Lot. Bellance Acajou Nord 97232
LE LAMENTIN a apport la SARL
G.A.D.E., en formation, un fonds de com-
merce d'achat et vente de vtements,
articles de mode et de maison exploit au
26, rue Homre Clment 97240 LE
FRANCOIS pour l'exploitation duquel il est
immatricul au R.C.S. de Fort-de-France
sous le numro 347 454 878, estim
67.523 et apport au capital de la soci-
t moyennant l'attribution de 600 parts de
100 chacune, reprsentant la valeur de
ce fonds, tant prcis que l'entreprise
bnficie galement d'une cession de bail
dans un immeuble sis 17, rue Homre
Clment 97240 LE FRANCOIS, qui est
son sige et son tablissement pricnipal.
Pour avis
Le Grant
FA 6250



"SCP" Alphonse BELHUMEUR
et Bruno HAYOT
Notaires associs
56, Rue Fernand Clerc
97220 TRINITE

Suivant acte reu par Me Bruno HAYOT
notaire TRINITE le 13 Avril 2006, Mme
Franoise FABRE a fait apport en nature
la socit dnomme "FRANCOISE", au
capital de MILLE EUROS (1.000 C), don't
le sige est SAINTE-LUCE (Martinique),
C/O Htel AMYRIS, Quartier Dsert,
immatricule au RCS de FORT-DE-FRAN-
CE sous le numro SIREN 488 237 686.
D'une proprit sise sur la commune du
FRANCOIS (Martinique), lieudit "Pointe
Cerisier", comprenant trois constructions
usage d'habitation, un garage, un hangar
bateau, piscine et terrain attenant, cadas-
tre section AC, N 1032 et 1034, d'une
contenance total de 1 hectare 14 ares 06
centiares.

Suite en page 13












AmimamjI


Sti]>'n|o;i oi r)Hi'in i:o.J C sa l




cjHii' rai nrrtdieg
1.. rif. B utia J ri tt J Ia:.di
S t-T .."f 'i.tT' :1ttltES&-i



't(fl.riu;int ,i'ui c tsni :.a ddt ;
uie'fmt t-i pr rpt-,ci" te1






i t .I rnllOQ citerci of.: r






rir iFA lrtl A S l,~a t .
Frnn r nns e L itt l cr i ra t r(',JI t Ii
Prui :.'r C. i i .re e '
AKI aS)IECCSDIJiCREl








icrrtcnriiu-r .is v a i T-an r t
F;iitrIei I ] o re stn. i .s!,i.o









CODE'TiLRBZEhfEi'pLE: E L
"rl" li Lottttci'J^T iv[,'ar i ,'d t ,S




.raut~t'ue LtiiGatud i.

ASFIS- 2PEE6 EPB9












mtatuqp :
DNoUE 'IASSLiULOdLEE rt-



icop m eri'til a llliTq -l
COies'EIELFBEoeIJI CDpy ?Fh
Ite-DU r iimoc- -T cI t :0lI 5i'5t

T Arltiric, e IliiSma:ri ; i~~.p; Fi'hw

Pmibni"ersrimein aitd~uE;ar~
LBePFRidAm iuniOCrtuii REBi
fTa.irciqiqu Cre i
Picadii.uarWpipltin :B





COLISSELEiBGORSADESS3Sa 3 'i
RBEllfeaurtirar tdatrildiridned idr r

0i9aEerFiFBisePetLEe-e L u
Cbsatci Lirnltqius ctpir s


D ra3i Itslfidirai s1ne ari -tatmc
ppadntri rtestloeiatvrisatsrsntic
P R1i o iia4 l aiblR fgitja;id c



trml huei'lide ttuii ctePBBsFPt E
mCriirtscEEscidscitslSriainai
ridd triStbiStlddFfcnstatrc Se

Lkeratrcieasritirdici-t ldeci
-hPRasea t AniiSedddalcaisse



ddptiltg.stpp a
Dcsic e Isqlnp s -pisiti r iiepit l :


A lsttre :
TFrniiselipl'arvateKaroiedtat

dnoippacpi.irllpptxa :'
Lbprf alitihcasami'ldiarlieu


)tdd J B3ltdid'id'ad.t i d Eair idi't
lidtdd 6rit tiai]LdtisisFnn :
Lidrtlboutunreisdaervr3tpnSmai >
9IlobppnIduq)
udde iiodtujEl^nieitsrrorSob
Lseriaskissreea.rivdrirpaetidei


c-ia i crl '. rsat.as juteer c t-tiiqll. tJ i






i. ... ..'.
r! t -i Ol : it,

ilSiiCrl t lia. i
E12L10'2 tIi.
. vJ t; E~;~ dirsx tttit~~~ i-- -'



c -W .d i
t ri' Ci. I
lii-~cIa c 4coatir r r, ta;.idlJ -i9 ,tetlltu.
occs v rtiuueC
i ulas- tiEruruin~ a cii'.&t bty P-iiE ;r+iIsii
i ruesi: ct s;e trat i.rrsli8vI.vr W
z[-1 i var3:JC4~r ict.ti taFiiiij

















I~` innirnili
vnr iordc. tnic.S iis.'t
i ~ ~ ~ ~ r;l prr I t:u. Lc'




~:s eracte t~ir
l 'tei uspftivrs t:li ire' 1 -rIcl 4'

















i4 % s dCrzmu ) 1aort. t e ni.iI cesa ir s ftP LI < ti
i rlisu.iscr rider..





















-opru-i idda rl
l(Wrioc ... ..i .. -l -,




















a'pr-: uL Ic .','-:t ri' u.. ri mm
:1-~LiC ['lit




























1C i arc nf~:
,itctr.msa qpr Cl.ter.l tt.~-uaItltl; udt'i:'iP Ii4

r:CEt~di F kip'sccun ritlca,c.lltirrrrpin .l~dtul~B ~lyiirrtEW
aiGLJ~a cm-lrii~qrn cp an.3itIt hr!Hr



s-ast-rd t. r '.ticrri q .uirr i 'Irrra I r I: ctteesrrt
i. ar tss utc e inqu iai iii~r .ii

428 GOii. Fuicatdcw~receitn.atltiri4ritedi L~Ilt'~, j
wsr p cul c rtsO-i .' ,'*

ettrnl r 8 cicccesir;o t.dtjE~~rir~tdltdlttitletl-
;4"I) rite~a paie>3~itup agf:- bitct9


QUIS) >E r ralthcr;i$e:iriciaiii'iu~epnrsiat cales ibipt

11978?E OD[U pprtR itqrii\telrtm 7gev~gqe
Wluiflooldt. r-:ruteur~iiir~i-p~icmndeaarEa, ta~ sywrtl
narritie ciBpririelatre r tiu-oC E
hsu trtmetrinao.triivi~oe-ii ltiitnIti.ui'8rsZ


delar tsrcnnitritWru's sir blutn iro lFterre Il?
ta.UitstLttti cir~isivrp`~'enrtes.l"vnn -ce .anaos piOsa cM'tW
i/9'ssbnlqqpi tmf3~epraeattri~urdescdvaaiuert mSdlliitrlI
o lailuecittEoit i r~iip5;rtets'ai~uapulfiDDCE. 01Ycli~ iiJ
ttrtiicdcanitzs SS;yFgcagiZUdtk.'tmrtsatfdoi
scarcrnnr., pr~t-fld?!divea lImrrvtall 'i 4tprtnriectilP

1IWllSaaisux a.a fis4Jitj~itt f irai oecndolalo'ia.to
c$ri stranrnsrs oa.2Ze. ~~ia dajotim ri rpnunmetatttrca5fl
ah8lie ele.pgqrtisisartm ltlir4acl itattoiepRate-
cupiErrsareri stats trgiittres eanppqn' omnicsalrlct ue Eti
steaK rrlarri- plptatlrt'ncQ)

sri'd'uritotasns estsrari.triisaej ldsastdcliMientttsyflbatitsi
priasslsu~ l'dirtp~iu-l ei~rittvledcurnffbasat-ac tt
I ridieEisero' aaa8eaavttfrssautcrtardti lta
lit .'lhCl~tcam;sse4pa idu8oo nri di bLraI-
arrlsittiaav. piram~ueppouurrlJcp~~oriopraour i ducs clriisar

'salxcav rlrf~aiaie'rkrdndijmantonl y~ret dct
irtriniq 20'Slt diriEa8goOb


rlI'IEEBv:
rctdilFe-lSI

rerap.prais.


rurdeailutats.


F7W BI


Jeudi 4 Mai 2006 Justice n 18 Page 13


:- hB)i' P'UBLI
.t (INeUUIIENC



-. i I 'ta i l q
.

ne :* NAL DE L,
0- iien Marchr
t i uiia Ru
., 3tc10 F Fort-
,l 0596 59
-- 2 t10,
r i i tble du marc
~i. n i l Rgi


t iait. 33. 5
Pubices)

1' -. -i.ial Voirie

-, -"at. tranispo

S- .1ii. nrb s


i l . ii :



e 1 lirti d'ouverture
S- i /iii i le03 nai 200
il hdi. .itnlar.

i- I' l dlobtlention du d
i le entreprises :

-, I ~~td tception de
-' i i l,0OO0 12 HEU
i,: .a r'It lou d'ouverture
n iltiil l- PnrVUE LE 17
'' '' ,"NSEIL REGION
'') i Etblile l'avis la public
It&ill ig AIill 2006.


Wi~ DE CHANGEMENT DU (

LA KASA SAVEURS
D D LE BlIstol Bat. A Po
I ie Martin Luther Kin
11200 FORT-DE-FRAN
Capital : 1.500
ffl : 484 899 414 000

nSl] t V l n dale du 01.04.20l
WiPStd@ au changement de g

' iWin mIention : M. Peteur
A CA DUVIGNY. demeurant 12
i(4!ii@ 0 ?7232 LE LAMENTIN
' 1^. = mention : Grante Mn
de=, demeurant Rs. Le Bri
Pt 1 Rue Martin Luther-K
IF&DTI-DE FRANCE.
i e= .' '.;. '- i :,.,t ,' G9
," '. *i, i.r,,..,i Oir, :am....rt 9

PfLWf avis, le Grant


AVIS D'APPEL PUBLIC
LA CONCURRENCE

March public de TRAVW

JLfNiTIFICATION DE ORGAN
It'iE LE MARCH :
1 rip( d'organisme : Dpartemen
lut, t ot adresse officials de 1'
ai.steour :
trriatioment de la Martinique
Itilpartlement Avenue des C
97200 Fort-de-France.
SiJrET DU MARCH :
C iet du march : TRAVAUX Dl
TiD0N DES COUVERTURES
ILES BATIMENTS, LA CONST
5414 PREAU ET DE PASSER
COLLEGE DU SAINT-ESPRIT.
Ttype de march de travaux : Ex
Etsirtiation : 599.190,00 C HT
Liieu d'excution : SAINT ESPRI
;4~IICTERISTIQUES PRINCIF
rar nh unique
IReiscs de variantes
Pristations divises en lots: No
lurcra du march ou dlai d'ex


C Dure : 28 Semaines computer de la
E reception de l'ordre de service
Les candidates pourront proposer un autre
delai, sans toutefois dpasser le dlai
maximum prcit.
i passe le CONDITIONS RELATIVESAU MARCH:
Cautionnement et garanties exigs :
A MARTI- Le dossier de consultation sera remis
s et de la chaque candidate contre le pavement par
e Gaston chque libell l'ordre du Payeur
-de-France Dpartemental de 15.00 C. reprsentant
9 63 00 une participation aux frais de reprographie,
conformment l'article 41 du Code des
:h : Marchs Publics.
onal de la Modalits essentielles de financement et
de pavement :
Le deai global de pavement est de 45
7 59 du jours.
Modalits de financement : Cette opera-
tion est finance par le budget dparte-
et quipe- mental.
ionaux Ce march est covert par l'accord sur les
rt et mise marches publics (AMP).
Saux giants Forme juridique que devra revtir le grou-
pement d'entrepreneurs, de fournisseurs
ou de prestataires de services (le cas
: :.er de chant) :
- 1-8 avrl Aucune forme de groupement impose
l'attributaire.
; Mardi CONDITIONS DE PARTICIPATION :
Renseignements en vue de la selection
des offres : des candidatures :
6S 10H00 Critres de selection des candidates:
Garanties et capacits techniques et finan-
cires
lossier de Rfrences professionnelles
LE 12 MAI Situation juridique Capacit economique
et capacity technique rfrences
s offres : requires:
RES" Voir les renseignements et documents
des offres : noncs dans le rglement de la consulta-
MAI 2006 tion.
(AL". CRITERES D'ATTRIBUTION:
action : Offre conomiquement la plus avantageu-
se apprcie en function des critres pon-
FA 6254 drs come suit :
Delai de iivraison = 60 %
GRANT Prix des prestations = 40 %
PROCEDURES
Mode de passation : Appel d'aoflres ouvert
rte 21 pass en application des Articles 33 3al.
g et 57 59 du CMP.
CE CONDITIONS DE DELAI :
DATE LIMITED DE RECEPTION DES
29 OFFRES : 3'05'2006 12H00
DLAI MINIMUM DE VALIDITY DES
06. il a t OFFRES : 120 jours
rant de la AUTRES RENSEIGNEMENTS:
La collectivit propose le mode de trans-
LAHOUS- mission lectronique pour la consultation
Rs. Petit (remise des candidatures et premise des
offres). Cependant, les candidates restent
ne ZEBUT libres de choiisir Ile mode de transmission
stol Bt. A paper.
ing 97200 Transmission lectronique: Les candidates
trouveront sur le site : www.cg972.fr. les
UION-FIR- modailts permettant de s'inscrire. Aprs
17220 TRI- l'inscription, les candidates devront se pro-
curer un certificate numrique leur permet-
tant de transmettre leur pli.
FA6255 Transmission paper : Les plis seront
adress par tout type d'envoi clos permet-
C tant de dterminer de faon certain la
E date et l'heure de leur reception notam-
ment : lettre recommande avec accus
AUX de reception ou premise contre rcpiss.
Les modalits d"envoi sont prcises dans
ISME OUI le rglement de la consultation.
Le dossier de consultation des entreprises
t pourra tre tlcharg sur le site Internet :
organism %wvw.cg972.fr.
Date d'envoi du present avis la publica-
- Hltel du ton : 27/04/2006.
arafbes ANNEXE I Adresses complmentaires
Adresse pour renseignements d'ordre
administratif :
E REFEC- Direction Gnrale Adjointe charge de
DE TOUS 'Equipement, de l'eau, des Affaires
RUCTION Economiques et des Transports Bureau
ELLES AU des Marchs et Conventions Immeuble
Concorde Route de la Folie 97200 Fort-
cution de-France
Auprs de :
T Tl. : 0596 59 65 05
'ALES: Adresse pour renseignements d'ordre'
technique :
Direction Gnrale Adjointe charge de
n l'Equipement, de l'Eau, des Affaires
caution : Economiques et des Transports Direction










ANNONCES LGALES


Jeudi 4 Mai 2006 Justice n 18 Page 14


des Btiments et Collges Immeuble
Concorde Route de la Folie 97200 Fort-
de-France
Auprs de:
Monsieur ETIENNE Jean Marc
Tl. : 0596 59 85 91
Adresse auprs de laquelle les documents
peuvent tre obtenus :
Direction Gnrale Adjointe charge de
l'Equipement, de l'Eau, des Affaires
Economiques et des Transports Bureau
des Marchs et Conventions Immeuble
Concorde Route de la Folie 97200 Fort-
de-France.
Adresse laquelle doivent tre envoys
les plis :
Direction Gnrale Adjointe charge de
l'Equipement, de l'Eau, des Affaires
Economiques et des Transports Bureau
des Marchs et Conventions Immeuble
Concorde Route de la Folie 97200 Fort-
de-France.
Les offres peuvent tre transmises par
lettre recommande avec accus de
reception ou dposes contre rcpiss.
La transmission des offres par voie lec-
tronique est autorise.
FA 6256

Rpublique Franaise
DPARTEMENT DE LA MARTINIQUE

VILLE DE SAINT-PIERRE

PROCS-VERBAL D'ABANDON
MANIFESTE PROVISOIRE

Le vingt deux octobre deux mil cinq
Nous, Maire de la Ville de SAINT-PIERRE,
VU la loi n* 89-550 du 2 aot 1989 notam-
ment son article 7 et la loi n 95-101 du 2
fvrier 1995 en son article 89 ;
VU la dlibration du Conseil Municipal de
Saint-Pierre en date du 17 fvrier 2005 ;
Avons, aprs rapport des services tech-
niques communaux, procd aux consta-
tations suivantes :
CONSTRUCTIONS EN ETAT D'ABAN-
DON MANIFESTO
N 1 Maison R + 1 Rue d'Enfer -
Section B 238 de 150m2 et B n 239 de
179 m2 Propritaire : Hiers DUCHEVEU
- Travaux indispensable : Reprise enduit
murs extrieurs et plafond : rfection
menuiseries ; dpose garde-corps RDC -
Ravalement et peinture Nettoyage terrain
et clture.
N 2 Maison rue Victor Hugo Section B
n 295 de 81 m2 propritaire : PRUFER
Claude Travaux indispensables :
Demolition du btiment, reconstruction
dans les rgles de l'art.
N 3 Maison Rue Victor Hugo Section
B n* 297 de 96 m2 et B 894 de 102 m2 -
Propritaire : ERIN Sabas Fernand -
Travaux indispensable : demolition du
btiment et de la clture, reconstruction
dans les rgles de l'art.
N 4 Maison Rue Longchamps Section
B n" 333 de 187 m2 Propritaire : PIER-
RE-CHARLES Andr Travaux indispen-
sables: Rfection menuiseries; reparation
toiture ; reprise enduits ; travaux peinture.
N 5 Maison Rue Pesset Section B n
339 de 179 m2 Propritaire : DORMIER
Ernest MAIZEROI Maurice Travaux
indispensables : Dmolition murs ; va-
cuation gravats la dcharge ; clture de
la parcelle.
N 6 Maison rue Saint-Jean de Dieu -
Section B n* 342 de 285 m2 Propritaire
prsum : Mr BARBE Albanie Travaux
indispensables : Dmolition, evacuation
gravats la dcharge, reconstruction dans
les rgles de l'art.
N 7 Maison Rue St-Jean de Dieu -
Section B n" 351 de 144 m2 Propritaire :
RAVILLON Auguste Travaux indispen-
sables : Rfection menuiseries, toiture ;
enduit murs extrieurs et peinture.
N 8 Maison Rue Saint Jean de Dieu -
Section B n 352 de 85 m2 Propritaire :
Mme THOMAS-NELSON Emmanuel -
Travaux indispensables : Dmolition et
vacuation gravats la dcharge ; recons-
truction dans les rgles de l'art.
N 9 Maison Rue Saint-Jean de Dieu -
Section B n" 354 de 135 m2 Propritaire :
M. GONIER Jules Travaux indispen-


sables : Dmolition murs et evacuation
gravats la dcharge Clture terrain.
N 10 Maison Rue Bouill Section B n"
392 de 69 m2 Propritaire : BERTRAND
Maurice Travaux indispensables :
Demolition du btiment, reconstruction
dnas les rgles de l'art.
N 11 Maisons Rue St-Jean de Dieu -
Section B n 441 de 102 m2 Propritaires:
Families LABEAU/HYPPIAS/BUSSY -
Travaux indispensable : Dmolition des
murs et vacuation gravats la dcharge,
reconstruction dans les rgles de l'art.
N 12 Maison Rue St-Jean-de-Dieu -
Section B n 443 de 93 m2 Propritaire:
VALENTIN Paul Travaux indispensable :
Demolition des murs et evacuation des
gravats la dcharge ; reconstruction
dans les rgles de l'art.
N 13 Maison Rue St-Jean de Dieu -
Section B n" 450 de 44 m2 Propritaire :
Mr CHAULEAU Emmanuel Travaux
indispensables : Reconstruction lucarne,
enduit murs extrieurs, du chneau et
pose de descentes, rfection menuiseries,
rparation toiture.
N 14 Maison Rue Landais Section B
n 470 de 210 m2 Propritaire : PANOR
Abel -Travaux indispensables: Dmolition
et evacuation gravats la dcharge ;
reconstruction du btiment dans les rgles
de l'art.
N 15 Maison Rue St-Jean-de-Dieu -
Section B n* 473 de 89 m2 Propritaires:
Mme FELIX ne MOONCA, Mr FLIX
Bernard Travaux indispensables :
Rfection couverture, reparation menuise-
ries, enduit murs en pignon.
N 16 Maison Rue Longchamps -
Section B n* 495 de 123 m2 Propritaire
prsum : Mme PONTHONNIER Sylvanie
- Travaux indispensables : Rparation
couverture, rfection menuiseries, achve-
ment enduits.
N 17 Maison Angle rues Petit Versailes
et Amitis Section B n* 505 de 333 m2 -
Propritaire : Mr JEAN-BAPTISTE Michel
Mr ALMANDIN Travaux indispensables :
Rehabilitation menuiseries ; travaux de
ravalement ; demolition garage.
N0 18 Maison Rue des Amitis Section
B n* 515 de 95 m2 Propritaires prsu-
ms : Htiers MARIE-ROSE Pierre Paul dit
Julien Travaux indispensables :
Rfection toiture, replacement menuise-
ries extrieures, reprise enduits.
N 19 Maison Rue du Petit Versailles -
Section B n* 620 de 134 m2 Propritaire :
Mr CHAULEAU Emmanuel Travaux
indispensable : Dmolition des murs et
evacuation la dcharge, clture.
N 20 Maison Rue Gouverneur Ponton
- Section B n* 662 de 67 m2 Propritaire
Mme SALLERON Rolande et Mr SALACS
Marcel Travaux indispensables :
Rfection menuiseries, demolition et
reconstruction balcon dans les rgles de
l'art.
N 21 Maison Rue Victor Hugo Section
B n* 664 de 43 m2 et B 665 de 8 m2 -
Propritaire : Mr DEPAZ Denis Marie
Joseph Henri Travaux indispensables :
Demolition balcon et casquette en bton
arm ; rfection menuiseries, enduit des
mitoyennets.
N 22 Maison Rue Victor Hugo Section
B n* 677 de 78 m2 Propritaire : BOU-
LANGER Louis Edward dit FAFA) -
Travaux indispensable : demolition du
btiment et reconstruction suivant rgle-
ment du POS.
N 23 Maison Rue Victor Hugo Section
B n* 686 de 54 m2 et n 687 de 62 m2 -
Propritaire : Htiers SIVAGER Travaux
indispensables : Confortement murs ext-
rieurs, reprise enduits, rfection balcons et
balustrades, pose couverture, planchers et
revtements.
N 24 Maison Rue Bouill Section B n"
705 de 85 m2 Propritaire prsum :
JANVIER Jean-Claude Travaux indispen-
sables : Rhabilitation menuiseries, rfec-
tion couverture, enduit murs en mitoyen-
net.
N 25 Maison Angle rues Victor Hugo et
Justine Section B n" 753 de 73 m2 et B
754 de 39 m2 Propritaire: Succ. CADE-
NET Victor Travaux indispensables :
Demolition casquette en bton, rfection


murs extrieurs Rparation toiture tuiles, Martinique
reconstruction lucarne. Procedure de passation :
N 26 Maison Rue Victor Hugo Section Appel d'offres ouvert (article 30 du Code
B n" 755 de 59 m2 et n" 756 de 108 m2 des Marchs Publics (CMP)
Propritaire : Melle SALINIERE Lonce Objet du march :
Travaux indispensable : Rfection cou- ACTIONS DE FORMATION AU TITRE DU
verture, enduit murs en mitoyennet, PROGRAMME RGIONAL DE FORMA-
rfection menuiseries extrieures; dmoli- TION PROFESSIONNELLE 2006-2007,
tion dpendance et evacuation gravats DESTINATION DES DEMANDEURS
la dcharge. D'EMPLOI.
N 27 Maison Rue Justine Section B Rfrence d'identification du march :
n 759 de 105 m2 Propritaire : Htiers FP-ADU-0602
JOSEPHINE Thophile Stanislas Modalits de financement du march :
Travaux indispensable : Rfection toiture Budget du Conseil Rgional de la
en tuiles, rparation menuiseries. Martinique et les credits du Fonds Social
Europen (FSE).
N 28 Maisons Rue du Gouverneur Dlai d'excution du march :
Ponton Section B n" 768 de 50 m2, n 2 ans maximum
769 de 113 m2 et n* 770 de 408 m2 Adresse auprs de laquelle le dossier de
Propritaire : Mme RENAUBIT Camille consultation peut tre obtenu :
Travaux Indispensables : Dmolition, Ce dossier sera remis gratuitement par le
reconstruction dans les rgles de l'art. Conseil Rgional Service de la formation
N 29 Maison Rue Damas Section B professionnelle Rue Gaston Defferre -
n 778 de 128 m2 Propritaire : Cluny 97200 Fort-de-France Tl. : 0596
BEGRANGER Honorat dit Symphor 59 6485.
Travaux indispensable : Dmolition Lors du retrait du dossier de consultation,
dpendance et garage Reconstruction du le candidate devra fournir tout lment
btiment suivant le rglement du POS. d'identification permettant de le contacter
N 30 Maison Rue Damas Section B en cas de besoin.
n 779 de 85 m2 Propritaire : Mlle TEM- Ce dossier peut tre galement tlcharg
PLET Docthorine Marie Ange Travaux l'adresse Internet sus indique.
indispensable : Dmolition du btiment et Conditions de participation :
evacuation gravats la dcharge Critres de selection des candidatures:
Clture. garanties et les capacits techniques et
N 31 Maison Rue Damas Section B financires
n 780 de 210 m2 Propritaire : Mme rfrences professionnelles des candi-
MARIE-OLIVE CARNIER Jenny Travaux dats
indispensable: Dmolition du btiment et comptences
vacuation gravats la dcharge, recons- moyens
truction dans les rgles de l'art. Critres de jugement des offres:
N 32 Maison Rue Damas Section B Enoncs dans le dossier de consultation
n 781 de 250 m2 Propritaire : BEMOL des entreprises, savoir:
Flicien dit Edouard Travaux indispen- la valeur technique de l'offre;
sables: Dmolition du btiment et vacua- le dlai d'excution ;
tion gravats la dcharge le prix de la prestation
Reconstruction dans les rgles de l'art. Pices requises:
N 33 Maison Rue Saint-Jean-de-Dieu Liste correspondante dcrite dans le rgle-
Section B n" 827 de 107 m2 Propritaire ment de consultation, notamment:
prsum : Mme POLYDORE Nicaise declaration du candidate (conforme au
Travaux indispensables : Dpose de l'abri modle joint au dossier de consultation)
vtuste et evacuation la dcharge lments permettant d'apprcier les
Clture de la parcelle. capacits techniques et financires du
N 34 Maison Rue du Petit Versailles candidate
Section B n 909 de 176 m2 Propritaire : tableau rcapitulatif des activits (bilan
FERRATY ne JEAN-BAPTISTE Paulette pdagogique et financier) effectues par le
- Travaux indispensable : Dmolition et candidate au course des 2 dernires annes.
evacuation gravats la dcharge, clture Adresse auprs de laquelle les renseigne-
de la parcelle. ments d'ordre administratif et technique
TERRAINS NUS peuvent tre obtenus :
N 1 Adresse : Rue St-Jean de Dieu Conseil Rgional de Martinique (Service
Section B n 444 de 205 m2 Propritaire: de la formation professionnelle) ou en
Mme FELIX Marie-Claire Travaux indis- ligne l'adresse Internet sus indique.
pensables : Nettoyage, clture. Date limited de reception des offres :
N 2 Rue Saint Jean-de-Dieu Section B LE LUNDI 29 MAI 2006 16 HEURESOO
n 896 de 73 m2 Propritaire : Mr et Mme (heure de Martinique)
VILAR Jean-Luc Travaux indispensables: Adresse laquelle les offres doivent tre
Nettoyage et clture, envoyes :
Ces constatations tablissent nettement Rception des offres, par pli recommand
que les maisons, installations et terrains ou contre rcpiss au Conseil Rgional
don't il s'agit ne font plus l'objet d'aucun de la Martinique Service de la formation
entretien, professionnelle Rue Gaston Defferre -
Si l'issu d'un dlai de six (6) mois les tra- Cluny 97200 Fort-de-France MARTI-
vaux indispensables n'ont pas t rali- NIQUE ou en ligne l'adresse Internet sus
ss, un procs-verbal dfinitif constatera indique.
l'tat d'abandon manifeste de l'immeuble Langue pouvant tre utilise :
don't l'acquisition se poursuivra par expro- Franais uniquement.
priation au profit de la commune pour Autres renseignements:
cause d'utilit publique. Procedure dmatrialise:
De tout quoi, Nous avons dress le pr- Le Conseil Rgional de Martinique met
sent procs-verbal provisoire, gratuitement la disposition des candidates
Fait et clos le 20 avril 2006 une plate-forme de dmatrialisation
Le Maire, accessible via l'adresse Internet suivante :
R. MARTINE http://www.cr-martinique.fr rubrique "mar-
FA 6257 chs publics"
Cette plate-forme permet notamment
AVIS D'APPEL PUBLIC (muni de la rfrence d'identification du
LA CONCURRENCE march porte au present avis d'appel
public la concurrence) :
Identification de l'organisme qui passe le la recherche des consultations passes
march : par la Rgion Martinique
CONSEIL RGIONAL DE LA MARTI- le tlchargement des avis, le rglement
NIQUE Service de la formation profes- de consultation, le dossier de consultation
sionnelle Rue Gaston Defferre Cluny la transmission par voie lectronique des
97200 Fort-de-France Martinique Tl. : dossiers d'offre.
0596 59 63 00 Tlcopie: 0596 72 68 10 Pour le tlchargement du dossier de
Adresse Internet : http://www.cr-marti- consultation, les candidates sont invits
nique.fr rubrique "Marchs Publics". bien renseigner le champ "e-mail" en ce
Personne responsible du march :
Le President du Conseil Rgional de Suite en page 15











ANNONCES LGALES


Jeudi 4 Mai 2006 Justice n 18 Page 15


sens que cette adresse pourra tre utilise tion de 2 places : 3 ans
afin de les informer des ventuelles modi- Adresse auprs de laquelle des rensei-
fications apportes audit dossier de gnements d'ordre administratif peuvent
consultation. tre obtenus :
S'agissant de la transmission des offres Conseil Rgional de la Martinique (Service
par voie dmatrialise, la personnel habi- des Marchs et de la Commande
lite engager l'entit candidate doit tre Publique) ou en ligne l'adresse Internet
titulaire d'un certificate lectronique de clas- sus-indique.
se 2 ou 3 dlivr par un prestataire agr Adresse auprs de laquelle les renseigne-
afin de signer son offre (voirliste des pres- ments d'ordre technique peuvent tre
tataires agrs en page d'accueil de la obtenus:
plate-forme). Services de l'Equipement. Parc
Lenvoi en deux temps des dossiers d'offre Dpartemental l'adresse susvise ou en
est autoris : les candidates ayant adress ligne l'adresse Internet prcite.
l'empreinte de leur offre avant la date limi- Conditions de participation :
te de remise des offres auront un dlai de Critres de selection des candidatures:
16H00 compt partir de l'envoi de l'em- Rfrences professionnelles du candidate
preinte pour faire parvenir leur dossier Garanties techniques et financiers
d'offre lui-mme dans le "coffre-fort lec- Moyens
tronique" de la Rgion. Critres d'attribution des offres des trois
Date d'envoi de l'avis la publication : lots :
Le jeudi 27 avril 2006. Enoncs ci-dessous avec leur pondration
FA 6258 Prix des prestations : 60 %
Valeur technique des prestations : 30 %
AVIS D'APPEL PUBLIC Dlai: 10 ,
LA CONCURRENCE Pices requises
II s'agit en particulier:
Identification de I organisme qui passe le De la lettre de candidature et declaration
march : du candidate (conforme aux modles joints
CONSEIL RGIONAL DE LA MARTI- au dossier de consultation)
NIQUE Service des Marchs et de la Des moyens techniques affects I'op-
commande publique Rue Gaston ration,
Defferre Cluny 97200 Fort-de-France Des rfrences pour des prestations
Martinique Tl. : 0596 59 63 00 similaires effectues durant les 3 dernires
Tlcopie : 0596 72 68 10 annes
Adresse Internet : http://www.cr-marti- Des lments permettant d'apprcier les
nique.fr rubrique "Marchs Publics" capacits techniques et financires du
Personne Responsable du march : candidate.
Le President du Conseil Rgional de la Dlai de validit des offres : 180 jours
Martinique Date limited de reception des offres :
Procedure de passation : LE LUNDI 15 MAI 2006 12H00 (HEURE
Procedure adapte (art. 28 du Code des MARTINIQUE)
Marchs Publics) Adresse laquelle les offres doivent tre
Objet du march : envoyes :
ACQUISITION DE VHICULES AUTO- Rception des offres, par pli recommand
MOBILES DESTINS L'ENTRETIEN ou contre rcpiss au Conseil Rgional
DU RSEAU ROUTIER NATIONAL. de la Martinique Service des marchs et
Numro de rfrence du dossier : de la command publique Rue Gaston
"MAT.EXPLOIT-06-01" Defferre Cluny 97200 Fort-de-France -
Caractristiques principles : MARTINIQUE ou en ligne l'adresse
Il s'agit de la furniture de divers vhicules Internet sus-indique.
sur la base des lots rcapituls ci-aprs : Dlai laiss au candidate attributaire pour
LOT N 1 :1 BERLINE DE 5 PLACES produire les attestations sociales et fis-
LOT N" 2 : 3 VHICULES D'INTERVEN- cales : 8 jours calendaires
TION DE 5 PLACES Autres renseignements :
LOT N 3 : 3 VHICULES UTILITAIRES Procdure dmatrialise
D'INTERVENTION DE 2 PLACES. Le Conseil Rgional de Martinique met
Modalits d'attribution des marchs : Lots gratuitement la disposition des candidates
traits par marchs spars une plate-forme de dmatrialisation
Variantes : Autorises accessible via l'adresse Internet suivante :
Transmission par voie dmatrialise : http://www.cr-martinique.fr rubrique "mar-
autorise. chs publics"
Lieu de livraison : Cette plate-forme permet notamment
Commune du Lamentin (muni de la rfrence d'identification du
Dlai d'excution du march : march porte au present avis d'appel
Dlai laiss l'initiative des candidates public la concurrence) :
avec cependant un dlai plafond fix la recherche des consultations passes
comme suit : par la Rgion Martinique
LOT N" 1 : 1 BERLINE DE 5 PLACES: 12 le tlchargement des avis, rglement de
SEMAINES consultation et DCE
LOT N" 2 : 3 VHICULES D'INTERVEN- la transmission par voie lectronique des
TION DE 5 PLACES : 12 SEMAINES dossiers d'offre.
LOT N" 3 : 3 VHICULES UTILITAIRES Pour le tlchargement du DCE les candi-
D'INTERVENTION DE 2 PLACES : 12 dates sont invits bien renseigner le
SEMAINES. champ "e-mail" en ce sens que cette
Adresse auprs de laquelle le dossier de adresse pourra tre utilise afin de les
consultation peut tre obtenu : informer des ventuelles modifications
Ce dossier sera remis gratuitement par la apportes au DCE.
D.D.E. Parc Dpartemental ZI La S'agissant de la transmission des offres
Lzarde 97232 LAMENTIN Tl.: 0596 par voie dmatrialise, la personnel habi-
57 27 00 Fax : 0596 51 42 22, tous les lite engager l'entit candidate doit tre
jours ouvrables de 7h30 13h00. titulaire d'un certificate lectronique de clas-
Lors du retrait du DCE le candidate devra se 2 ou 3 dlivr par un prestataire agr
fournir tout lment d'identification permet- afin de signer son offre (voir liste des pres-
tant de le contacter en cas de besoin. tataires agrs en page d'accueil de la
Ce dossier peut tre galement tlcharg plate-forme)
l'adresse Internet sus-indique. L'envoi en deux temps des dossiers d'offre
Modalits de financement du march : est autoris : les candidates ayant adress
- Budget FIRT du Conseil regional de l'empreinte de leur cffre avant la date limi-
Martinique te de remise des offres auront un dlai de
- Dlai global de paiement : 45 jours 16H00 compt partir de l'envoi de l'em-
- Avance forfaitaire de 5 % : non prvue preinte pour faire parvenir leur dossier
Cautionnement et garanties exiges : d'offre lui-mme dans le "coffre-fort lec-
Cautionnement : Nant tronique" de la Rgion.
Garantie minimal exige : Date d'envoi de l'avis la publication:
Lot n" 1 : Berline de 5 place : 3 ans Vendredi 28 avril 2006.
Lot n" 2 : Vhicules utilitaires d'interven- FA 6259
tion de 5 places : 3 ans
Lot n" 3 : Vhicules utilitaires d'interven-


AVIS D'APPEL PUBLIC
LA CONCURRENCE

RECTIFICATIF

NOM ET ADRESSE DE LA PERSONNEL
PUBLIQUE :
DEPARTMENT DE LA MARTINIQUE -
AVENUE DES CARAIBES B.P. 679 -
97264 FORT-DE-FRANCE TL. : 0596
552600
MODE DE PASSATION :
Appel d'Offres Ouvert.
OBJET DU MARCH:
GARDIENNAGE ET SERVICE DE SECU-
RITE DES BATIMENTS ET DES MANI-
FESTATIONS DU CONSEIL GENERAL
DE LA MARTINIQUE
ANNOUNCE N" FA 6064, JUSTICE DU 23
MARS 2006
RECTIFICATIF
DANS LA RUBRIQUE 14: "DATE LIMITED
DE RECEPTION DES OFFRES" : AU
LIEU de "05 mai 2006 12 heures", lire
"19 mai 2006 12 heures".
FA 6260

AVIS D'APPEL PUBLIC
LA CONCURRENCE

Nom et adresse officials de l'organisme
acheteur: Dpartement de la Martinique.
Personne responsible du march :
President du Conseil Gnral de la
Martinique Avenue des Carabes B.P.
679 97264 Fort-de-France Tl. : 0596
55 2600 Tlcopieur : 0596 55 37
87Courriel : achats@cg972.fr, adresse
Internet : http://www.cg972.fr.
Objet du march : FOURNITURE DE
LICENCES LOGICIELS DIVERSE
POUR LES SERVICES DU CONSEIL
GNRAL DE LA MARTINIQUE
Type de march de fournitures : achat
CPV: Objet principal : 30248200
Lieu de livraison : Fort-de-France, 97200
Caractristiques principles :
Des variantes seront-elles prises en comp-
te : oui
Prestations divises en lots : oui
Possibility de prsenter une offre pour un
ou plusieurs lots.
Dure du march ou dlai d'excution : 30
jours computer de la notification du mar-
ch.
Modalits essentielles de financement et
de paiement et/ou rfrences aux textes
qui les rglementent: mandate administratif
Sdans un dlai de 45 jours aprs service fait
et reception des factures conformment
l'article 96 du dcret n" 2004-15 du
7.01.2004 portant Code des Marchs
Publics. Budget du dpartement sur res-
sources propres.
Langues pouvant tre utilises dans l'offre
ou la candidature: franais.
Unit montaire utilise : I'euro.
Conditions de participation :
Critres de selection des candidatures :
capacits techniques et financires.
Justifications produire quant aux qualits
et capacits du candidate : La lettre de
candidature DC4,
- imprim DC5 nouvelle version disponible
sur le site du Ministre de l'conomie des
Finances et de l'Industrie l'adresse sui-
vante: www.minefi.gouv.fr,
- les pouvoirs de la personnel habilite
pour engager le candidate,
- si le candidate est en redressement judi-
ciaire, la copie du ou des jugements pro-
noncs cet effect,
- la declaration que le candidate ne fait pas
l'objet d'une interdiction de concourir,
- le candidate, pour justifier qu'il a satisfait
aux obligations fiscales et sociales au 31
dcembre 2005 produit une declaration
sur l'honneur dment date et signe. Le
march ne pourra tre attribu au candidate
que sous reserve que celui-ci produise
dans un dlai de 10 jours les certificates
dlivrs par les administrations et orga-
nismes comptents,
- les entreprises de plus de 20 salaries
devront fournir une attestation sur I'hon-
neur indiquant qu'elles ont satisfait l'en-
semble de leurs obligations au regard de
l'article 44-1 du code des marchs publics
(soit une declaration annuelle relative aux


emplois de personnel handicapes, soit
une declaration indiquant l'acquittement
d'une contribution au "fonds de dveloppe-
ment pour l'insertion professionnelle des
handicaps").
- l'attestation sur l'honneur du candidate
indiquant qu'il n'a pas fait l'objet, au course
des 5 dernires annes, d'une condamna-
tion inscrite au bulletin n 2 du easier judi-
ciaire pour les infractions vises aux
articles L. 324-9, L. 324-10, L. 341-6, L.
125-1 et L. 125-3 du code du travail,
- la presentation de la socit avec l'indi-
cation des moyens humans et matriels,
du chiffre d'affaires global et du chiffre d'af-
faires pour la catgorie de fournitures pr-
vues au march pour les 3 derniers exer-
cices,
- la liste des rfrences quivalentes de
moins de 3 ans.
Critres d'attribution :
Offre conomiquement la plus avantageu-
se apprcie en function des critres
noncs dans le cahier des charges
(rglement de la consultation, lettre d'invi-
tation).
Type de procedure : procedure adapte.
Date limited de reception des offres : 23 mai
2006, 12 heures.
Renseignements complmentaires : les
documents sont tlchargeables sur le site
Internet du Conseil Gnral
http://www.cg972.fr rubrique marchs
publics marchs procedure adapte.
Adresse auprs de laquelle les documents
peuvent tre obtenus :
Les dossiers de consultation peuvent tre
demands ou retirs, gracieusement jus-
qu' la date limited de remise des offres
l'adresse suivante : Dpartement de la
Martinique Direction gnrale adjointe
charge des finances et des moyens -
Cellule Achats 19 Rue Jacques Cazotte -
B.P. 679 97264 Fort-de-France Cedex -
Tl. : 0596 55 37 86 Tlcopieur : 0596
55 37 87 email : achats@cg972.fr.
Renseignements relatifs aux lots :
Lot 1 -
Fourniture de licences logiciels systmes
Lot 2 -
Fourniture de licences logiciels de gestion
de bases de donnes
Lot 3 -
Fourniture de logiciels pour le dveloppe-
ment de sites Web et de divers logiciels
bureautiques spcialiss.
FA 6261

Me Batrice DUFRESNE
Avocat au Barreau de Fort-de-France
Immeuble les Amandiers Voie n" 1
ZI de la Lzarde 97232 Lamentin
Tl.: 0596 63 45 37 Fax : 0596 63 45 73

HOMOLOGATION D'UN CHANGEMENT
DE REGIME MATRIMONIAL

Par jugement rendu le 23 fvrier 2006 sur
requte, la Chambre du Conseil du
Tribunal de Grande Instance de Fort-de-
France a homologu purement et simple-
ment l'acte dress par Matre Robert
CEAUX, Notaire associ, membre de la
SCP Franois et Charles GALLET de
SAINT AURIN, Robert CEAUX et Philippe
PERIE Fort-de-France (Martinique), le
28 octobre 2004, aux terms duquel
Monsieur Bernard Jean LESCLIDE, retrai-
t, n le 9 janvier 1936 Rabat (Maroc) et
Madame Dolores CORTES, son pouse,
sans profession, ne le 12 dcembre 1943
Rabat (Maroc), demeurant ensemble au
Trois-Ilets (97229), 9 rue des Armes,
Anse Mitan, ont dcid de changer leur
rgime matrimonial et d'adopter, pour
l'avenir, le rgime de la communaut uni-
verselle des biens meubles et immeubles,
presents et venir, tel qu'il est tabli par
l'article 1526 du Code Civil.
POUR AVIS
FA 62 62








SPORTS


Jeudi 4 Mai 2006 Justice no 18 Page 16


12me Meeting du Conseil Gnral


La fte en demi-teinte


Au sortir de ce qui devrait tre la fte
de l'athltisme, un petit
got amer se dgageait
malgr "le cadeau" de
Ronald Pognon sur le
100m. En sus, le clash
du President de Rgion
Alfred Marie-Jeanne
mcontent de n'avoir
pas vu le logo de sa col- .
lectivit sur la coupe
Herman Panzo pour le
100m, qu'il finance " : .
depuis 8 ans. Une gran-
de parties du public mar- Audrey Ca
tiniquais avait dsert manifest
les traves de Dillon 10
pour suivre le match de
football Olympique de
Marseille PSG devant
son cran de tlvision.
Pour Lucien Sainte- '. ,"
Rose, Directeur du
meeting, cela a t "un
aprs-midi mitig mal-
gr un plateau de bonne
facture avec de grands
et de bons athletes".
Quelques dsistements
d'athltes de premier .
plan en dernire minu-
te ont ajout la moro- :. :,
sit. On a eu tout de Tori Edward
mme assister de sur une pis1
belles bagarres sur la


Au Cinema


L'Affaire Josey Aimes:
Remarquablement
jou et mouvant

L'affaire Josey Aimes est un film
voir absolument.
Il s'agit d'une affaire de harclement
sexuel relle s'tant passe dans les
annes 1970 au Nord des Etats-Unis
dans l'Etat du Minnesota.
Divorce, mre de deux enfants don't
l'amn a t conu suite un viol,
Josey Aimes a regagn sa ville natale
au Minnesota.
Elle cherche un emploi et est embau-
che la mine. Mais l, les hommes
considrent qu'il s'agit d'un mtier


ikin,
tion
1m h








, ,'2 ,,


piste, qui ont permis aux amoureux de
la premiere
discipline
olympique de
s'enthousias-
mer. Les per-
formances ont
t de haut
niveau pour
un dbut de
saison, mais
.ont manqu de
densit, selon
l'analyse du
la marraine de la directeur.
championne de Le meeting est
andisport. galement une
cole pour nos
S-'athltes qui en
ce dbut de
saison, mis
part Pognon,
.. sont rests en
[.. de de leurs
capacits.
Un aprs-midi
some toute
positive pour
le president
Claude Lise,


qui craignait le
.. pire, vu la pas-
est reste victorieuse sion des
te qu'elle connat bien. Martiniquais
pour le foot-ball.


masculin. Qu'une femme y occupe un
emploi, ils estiment qu'elle le leur
vole. Ils sont hostiles son arrive
mais la subissent en raison d'une
decision de la Cour Suprme US sur
la non discrimination des femmes
dans l'emploi.
D'o des brimades, des plaisanteries
douteuses et mme des agressions
sexuelles.
Josey Aimes a contre elle au dpart
son propre pre mineur qui la traite
de "traine".
Elle dcide de porter l'affaire devant
les tribunaux. Pour que sa plainte
soit recevable il faut qu'elle soit
signe par au moins trois personnel.
L commence le calvaire car mme
les femmes de l'entreprise et le syndi-
cat domin par les hommes refusent
de soutenir Josey Aimes.


Il n'a pas manqu de saluer la remar-
quable performance du Martiniquais
Ronald Pognon sur 100m devant
l'Amricain Bernard Williams.
Cet investissement important pour la


Ronald Pognon n'a pas du ses
nombreux supporters. -
collectivit et ses partenaires sera
reconduit en 2007 pour la 13e anne. Il
s'agit d'attirer nos jeunes vers le sport.
Le sport est une cole de formation des
hommes, du citoyen," et une socit
ayant le got du sport est une socit
qui a de l'avenir, considre l'lu dpar-
temental. I faut tout de mme. prpa-
rer la transition, pignale Lucien
Sainte-Rose, qui avoue vouloir passer
la main.
M C.B.


Peu peu, elle obtiendra le soutien de
son pre, des femmes mineurs et
mme de certain mineurs dans son
procs contre le grand patron de la
compagnie propritaire de la mine.
Emouvant et remarquablement jou
par l'actrice Charlize Theron, ce film
amricain de Niki Caro a obtenu
deux nominations aux Oscars de
2006, celui de la meilleure actrice
pour Charlize Theron et celui de la
meilleure actrice dans un second rle
pour Frances Mc Dormand.
Un film qui rappelle qu'il ne suffit pas
de dcrter l'galit des sexes mais,
qu'il faut aussi lutter pour la faire
appliquer et faire voluer les mentali-
ts. Dans la salle la fin, on a aplau-
di.

M M.B.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - Version 2.9.9 - mvs