Group Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Title: Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00055
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Publication Date: March 16, 2006
Copyright Date: 2006
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00088914
Volume ID: VID00055
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373

Full Text


Pour la Responsabilit et le Dveloppement vritable.


Aprs la tourne de 'illusionniste
$ % arkozy





Construire ensemble
un project martiniquais

VIIIEPIN PIEGE, IE BET AIT EST POSSIBLE

DEBATE : VENDRED17 MARS 18H30 A F 0..L
POUR UNE AL TERNA TIVE MARTINIQUAISE DE PROGRS


,.^\N_ HEBDOM.RDA (








SA KA PAs


Jeudi 16 Mars 2006 Justice n 11i Page 2


SA KA PAS ...................p.2
EDITO ........................p. 3
Nicolas Sarkozy, un matre illusionniste
ECO SOCIAL ................. p. 4
Contrat Premire Embauche
Aprs la giffle du 7 mars, la mobilisation
continue
LUTTES SOCIALES ............p. 5
Les municipaux sur la brche
SE-UNSA : Les propositions minist-
rielles ne sont pas de nature rsoudre
les problmes
SOCIT .................... p. 6
Affaire Laouchez
REVUE DE PRESSE ..........p. 7
Solange Fitt-Duval : "Grand tmoin"
Dlinquance en 2005
Regarder le pass avec lucidit
POLITIQUE ...............8 10
L'opration Sarkozy : Spectacles et
promesses
ANNONCES LGALES .....p. 12 16
DANS LE MONDE .............p. 11
Irak ou France: La dmystification par les
faits
Meurtre d'Halimi




JUSTICE
Administration : 71 86 83
Rdaction : 63 13 20
Fax : 63 13 20
Ed.Justice @wanadoo.fr




Fondateur: Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France Tl. 71 86 83
Commission Paritaire n 54.026
7 Janvier 1977
Directeur de la Publication :
Femand PAPAYA
Maquette Impression:
NIM 73 14 54


Sus aux moustiques

Aujourd'hui plus que jamais l'heure
est la prevention en matire de lutte
contre les moustiques. L'actuelle pi-
dmie de Chikungunya de la Runion
et celle de la dengue chez nous l'an der-
nier en sont des examples vivants.
Le Conseil Gnral, autorit comp-
tente en la matire, veut s'inscrire
dans une optique de prevention dans
l'hypothse d'une crise sanitaire forte.
Certaiens actions sont dj menes sur
le terrain; pour l'avenir, il s'agit de les
mettre en synergie pour lutter contre
la proliferation des moustiques.
L'implication de la population pour
que chacun soit un acteur dans cette
bataille sanitaire est une des pre-
mires proccupations. A ce titre, des
campagnes d'information sont organi-
ses son intention sur la conduite
tenir pour viter l'installation et la pro-
lifration des moustiques.
Il s'agit d'viter toute pidmie d'en-
vergure.
Concernant l'pidmie de
Chikungunya, les snateurs Claude
Lise, Serge Larcher de la Martinique,
Jacques Gillot de la Guadeloupe et
Dominique Voynet de France deman-
dent la creation d'une commission
d'enqute parlementaire sur la gestion
de la crise la Runion.
Quels sont les enseignements tirer
pour les autres rgions o existe le vec-
teur du virus ? Ils insistent sur l'atten-
tion particulire qui devra tre porte
aux procds utiliss dans la lutte
contre les moustiques de faon pr-
venir tout risque pour la sant humai-
ne et pour l'environnement.


Dclaraflon
du Journal
"As Plr annou lit"

Le samedi 4 mars, dans la matine, les
gendarmes de Saint-Pierre ont tent
d'empcher nos militants de diffuser
notre mensuel "As Plr Annou Lit",
exigeant qu'ils prsentent une autori-
sation administrative. Ce prtexte fal-
lacieux est totalement irrecevable
puisqu'il s'agit d'un journal d'opinion
rgulirement dclar diffus de faon
bnvole par les membres du mouve-
ment qui le public. Ils ont mme tent
d'arrter un militant qui protestait
centre cette intervention.
Est-ce une directive donne pour fair
pression et museler toute opposition


avant l'arrive de Nicolas Sarkozy ?
Est-ce la panique lie aux progrs de
conscience dans notre people li au
travail de notre journal ? On est en
droit de le penser puisque cette prov-
cation a lieu alors que cela fait 26 ans
que nos militants diffusent "As Plr
annou lit" tous les mois.
Nous tenons affirmer que nous
dfendrons sans concessions notre
droit de nous exprimer et de porter la
vrit au sein du people martiniquais.
Nous appelons d'ores et dj tous nos
sympathisants et tous les dmocrates
se tenir prts se mobiliser pour
dfendre ce droit inalinable.

Robert Sae
Directeur de publication de
"As plr annou lit"

NB : "Justice" s'associe la pro-
testation de "Asplr annou lit"



Ncrologie

Disparition de Marie-Olga Ancet, mili-
tante de la cause des personnel ges

Marie-Olga Ancet, Prsidente de la
Fdration martiniquaise des associa-
tions et clubs du 3e ge (FMAC), est
dcde 71 ans le 8 mars des suites
d'une longue maladie.
Marie-Olga Ancet, depuis prs de 10
ans la tte de la FMAC a men une
action rsolue au service des per-
sonnes ges et au plan social. Cette
militant qui s'est beaucoup donn au
service des autres tait titulaire de
nombreuses decorations : Lgion
d'Honneur, Palmes Acadmiques,
Mrite National, etc.
Marie-Olga Ancet tait Professeur des
colleges.
Claude Lise, Prsident du Conseil
Gnral, a rendu hommage "une
femme de courage et d'inlassable
dvouement".
"Justice" prsente son frre et ses
seurs ainsi qu' sa famille ses trs sin-
cres condolances

"L'approfondissement
des ingalits, en tous
domaines et sur tous les
continents, est l'origine
de dsquilibres
qui se rsolvent,
dans la brutalit ".

JEAN FERRAT


_ ... ..... .... ",.







Jeudi 16 Mars 2006 Justice n 11 Page 3


Nicolas Sarkozy:



un matre illusionniste


Nicolas Sarkozy est connu
pour l'habilit avec laquelle il
utilise les moyens de commu-
nication pour se crer dans
l'opinion publique franaise
une image favorable la
concrtisation de son ambi-
tion politique majeure : deve-
nir tout prix le prochain pr-
sident de la Rpublique l'oc-
casion des lections de 2007.
Sa mthode privilgie consis-
te occuper le terrain et se
placer devant l'objectif des
camras de tlvision en
toutes occasions, dmarche
facilite par sa double cas-
quette de "Ministre de
l'Intrieur et de
l'Amnagement du Territoire"
et de president de I'UMP.
Se prsentant comme un
adepte du franc parler, il est
en competition permanent,
dans sa course l'Elyse, non
seulement avec les futurs can-
didats de l'opposition qu'ils
soient de droite ou de gauche
- mais encore et surtout avec
le premier ministry
Dominique de Villepin.
Toute la classes politique fran-
aise connat le poids lecto-
ral de 1"'Outre-Mer" et l'im-
portance decisive que peu-
vent revtir ses voix au cas o
en France l'cart serait faible
entire les candidates les mieux
placs en fin de competition.
C'est pourquoi nous avons
commenc voir dbarquer
en Martinique certain lea-
ders franais : Bayrou, Fabius
et Sarkozy.
Mais Sarkozy lui est arriv
avec ses gendarmes (150), avec
54 collaborateurs et amis poli-
tiques, tous aux frais de l'Etat,
c'est--dire du contribuable. Il
a voulu manifestement don-
ner sa visite de travail"


l'apparence et l'impact psy-
chologique d'une visit de
chef d'Etat, sans ngliger le
ct rpressif, comme on a pu
le constater en voyant la dex-
trit avec laquelle les "forces
de l'ordre" ont fait le mnage.
Le president de l'UMP a rus-
si runir toute la droite mar-
tiniquaise derrire lui
Schoelcher.
L'opration peut s'avrer
dangereusement efficace si la
gauche, en France et ici, ne
ragit pas intelligemment,
c'est--dire ne s'entend pas
sur un project authentique-
ment de gauche, susceptible
de mobiliser l'lectorat contre
le libralisme.
Sarkozy a vu beaucoup de
monde en Martinique, don't le
"leader fundamental" Aim
Csaire. Il faut dplorer
qu'Aim Csaire l'ait reu et
ait cru devoir qualifier
Sarkozy d'"homme du nou-
veau monde".
Le president de l'UMP a fait
semblant de faire un pas en
arrire sur la question de l'as-
pect positif de la colonisation.
Pour abuser l'opinion, il a pr-
tendu avoir peru le lien qui
a pu tre fait entire le colonia-
lisme et l'esclavage" Ce n'est
pas le lien existant histori-
quement entire le colonialis-
me et esclavage. Il a claironn
sa volont de lutter contre les
trafiquants de drogues, de
rduire la dlinquance, ser-
monnant au passage de
manire dmagogique les
policies qui seraient trop
souvent absents de leur poste
pour raison de sant. Il a
aussi et surtout fait une srie
de promesses que seul pouvait
faire le candidate la prsiden-
ce de la Rpublique, c'est--


L.r

M. Belrose

dire des promesses qui n'en-
gagent en ralit que ceux qui
y croient.
Les mdias aux ordres ont t
charms par Sarkozy. Quant
la droite martiniquaise, qui
avait dj commenc faire
allgeance celui qu'elle voit
comme le future homme fort de
la France, elle a t enchan-
te.
Nous communists, qui
sommes habitus ne pas
croire au Pre Nol et
dfendre les intrts du
people travailleur, des exploi-
ts laisss-pour-compte de la
socit bourgeoise, nous
continuerons notre combat
pour la conqute de plus
grands spaces de libert et
de responsabilit.
L'autonomie est notre choix.
Elle est possible, en vertu de
l'article 74 de la Constitution.
Nous invitons les organisa-
tions politiques et syndicales
ainsi que les personnalits se
rclamant des idaux de la
gauche se runir, sans exclu-
sive, afin de proposer au
people martiniquais un project
raliste et porteur d'avenir
pour sortir le pays de la grave
crise dans laquelle il sombre
jour aprs jour.
Si nous sommes unis et forts,
le future president de la
Rpublique, quel qu'il soit,
devra faire cas de nous.
Nicolas Sarkozy a donn
voir l'oeuvre un matre dans
l'art de la manipulation et de
l'illusion.


EDITO








ECO-SOCIML


Jeudi 16 Mars 2006 Justice n" 11 Page 4


Contrat Premire Embauche (CPE)

Aprs la gifle du 7 Mars, la mobilisation continue


Malgr l'adoption du Contrat premiere
embauche (CPE) par le Parlement, la
mobilisation contre cette entreprise de
demolition du Code du Travail est
croissante en France. En Martinique,
malheureusement, il en est autre-
ment.
Le 7 Mars en France on a compt plus
d'un million de manifestants dans la
rue, c'est--dire deux fois plus de
monde que le 7 fvrier. Les lycens et
tudiants, bien plus nombreux, conti-
nuent la mobilisation et de nom-
breuses universits sont entres en
grve.
Une journe de mobilisation et d'action
est organise le 16 mars par les mou-
vements de jeunes, lycens et tu-
diants, tandis que les
organizations syndi-
cales et tudiantes
appellent une nou-
velle journe de
manifestations le
samedi 18 mars.
L'affaire n'est donc
pas conclue
Dominique de
Villepin perd 11
points d'opinions
favorables en un
mois. Pourtant il pr-
tend "acclrer" le
movement au
moment o nombre
de dputs de droite
craignent la rpti-
tion du scenario de
1995 ayant conduit la dissolution
catastrophique pour la droite de
l'Assemble et la chute de Jupp.
Pendant ce temps-l, les lieutenants
de Sarkozy tentent de se dmarquer.
Herv de Charette (UMP, Maine et
Loire) appelle "suspendre" le project
de CPE. Patrick Devadjian, conseiller
politique de Sarkozy, souhaite un
"ajustement". Et le ministry de
l'Emploi, Jean-Louis Borloo, qui se dit
fidle de Chirac-Villepin, dit rflchir
des "amnagements".
Excluant toute ide d'abandon du
CPE, Dominique de Villepin se dit prt
ouvrir la voie un "enrichissement"
de ce contract destin aux jeunes de
moins de 26 ans et assorti d'une prio-
de d'essai de deux ans. Il prtend com-
plter le "parcours d'embauche des


jeunes" et faire entrer dans le jeu les
partenaires sociaux, exclus jusqu'ici.
En fait, la radicalisation du dbat
amne de Villepin s'efforcer de "sor-
tir du pige" du CPE (Le Monde du
10 mars 2006).
Sur TF1 le 12 mars, le Premier
Ministre a prtendu complter le CPE
par de "nouvelles garanties".I ne s'agit
pas de revenir sur la flexibility offerte
aux employers.
Dans les deux premires annes de
son contract, le jeune aurait la possibili-
t "d'tre accompagn par un rfrent".
En cas de licenciement, il pourrait
bnficier d'un complement de rmu-
nration s'ajoutant l'allocation ch-
mage, par example pendant trois mois.


Le retrait du w r nest pas negociable.


L'ensemble des syndicats a exig le
retrait du CPE avant toute discussion
avec le Gouvernement.
La CGT rappelle que "ce qu'exigent tu-
diants, lycens, salaries (..) c'est l'aban-
don pur et simple d'une measure qui ins-
titue la possibility pour les employers
de licencier les salaries sans avoir en
prciser le motif. Elle dnonce les
pseudo-garanties qui visent plus
accompagner le chmage qu' stabili-
ser l'emploi.
Selon un sondage CSA public le 9
mars, un Franais sur quatre seule-
ment invite Villepin et les siens
"tenir", plus d'un sur deux estime qu'il
doit retire son dangereux dispositif ;
un sympathisant sur trois de 'UMP a
ralli le camp de l'abandon du CPE.
Aucune loi n'est immuable, sauf les


lois de la nature : ce qu'une assemble
a fait une assemble peut le dfaire.
Les Snateurs communists ont
demand Jacques Chirac de ne pas
promulguer le project de loi relatif
l'galit des chances et de permettre
ainsi le retrait du project de CPE qui en
constitute l'article 4. L'article 10 de la
Constitution laisse en effet, au chef de
1'Etat franais la possiblit, plutt que
de promulguer un texte dans les quin-
ze jours suivant son adoption dfiniti-
ve par le Parlement, d'en demander
une nouvelle dlibration. "Avec le
CPE, c'est le retour au XIXe sicle dans
les rapports entire le patron et le sala-
ri", argument Nicole Borvo,
Prsidente du group communist au
Snat.
En France, le pouvoir
a perdu la bataille de
l'opinion publique qui
ne croit pas que l'ex-
tension de l'esclavage
moderne apportera le
moindre espoir d'am-
lioration de la socit.
Mais surtout la jeu-
nesse lui a signifi son
refuse d'tre sacrifice
sur l'autel d'une nou-
velle adaptation du
capitalism et des
impratifs du CAC 40.
Le libralisme subit
un nouveau revers
idologique aprs le
reject de la
Constitution europenne.
Le dbat sur le CPE pose vraiment la
question : Dans quelle socit voulons-
nous vivre ?"
En Martinique, malgr la relative fai-
blesse de la mobilisation de la jeunesse
tudiante et lycenne, avec un taux de
chmage bien suprieur celui de la
France, une prcarit plus tendue, et
un patronat des plus rapaces, la lutte
centre la demolition des garanties col-
lectives du Code du Travail nous
concern au plus haut point.
La relative dpolitisation de la jeunes-
se martiniquaise doit interpeller
toutes les forces politiques et syndi-
cales de notre pays, y compris le PCM.

a Michel Branchi








LUTTES SOCIAL JI



SE-UNSA:

Les propositions ministrielles

ne sont pas de nature rsoudre

les problmes


Le syndicate SE-UNSA n'est pas du
tout satisfait des decisions de reliance
de l'ducation prioritaire et son corol-
laire, le plan "ambition russite". Ses
dirigeants l'ont fait savoir le 8 fvrier
dernier lors d'une conference de pres-
se.
Selon Marie-Michelle Toussaint,
Secrtaire gnrale du syndicate, cette
reliance est hypothque par quatre
dfauts majeurs. D'abord, le context
de pnurie dans lequel s'installe
l'Education Nationale, un budget en
rgression et des suppressions de
postes tout va. 71 sont d'ores et dj


est une supercherie, remarque le syn-
dicat, car aucune tude n'a jamais
prouv sa quality.
Sagissant des personnel enseignants
dans les rseaux "ambition russite",
le SE-UNSA estime qu'ils sont les
grands oublis des propositions minis-
trielles. Toutes ces decisions ne tien-
nent pas compete du pays Martinique,
s'insurge Patrick Bellune.
Autre preoccupation du syndicate, l'ap-
prentissage des fondamentaux avec
"la mthode semi global mise mal".
"L'autonomie professionnelle des
enseignants, leur libert pdagogique


annonces pour l'Acadmie. Les 21
postes annoncs par la rectrice pour le
plan "ambition russite" ne sont que
des redploiements. "Cela va pnali-
ser les autres colleges dj handica-
ps.
Le syndicate dnonce le manque de
cohrence entire les diffrents acteurs
qui agissent pour l'Education sur un
territoire donn. On s'achemine vers
une fracture scolaire en dcidant
d'orienter les meilleurs lves des col-
lges de Zone d'Education Prioritaire.
vers les lyces.
En outre, la promotion de l'cole pri-
ve au dtriment de l'cole publique


sont menaces", affirmed la Secrtaire
gnrale du syndicate.
L'exemple recent de la loi du 23
Fvrier 2005 et son article 4 ne sont
pas uniquement des points de vue
syndicale.
Par ailleurs, le syndicate continue sa
lutte pour protester contre les sup-
pressions des postes dans l'Acadmie.
Son combat a permis d'en viter
quelques unes, mais d'autres ont t
maintenues dans les brigades de rem-
placement.
M C.B.


Il 16 Mars 2006 Justice n 11 Page 5



Les Municipaux

sur la brche
Les travailleurs municipaux affilis
au syndicate CGTM/SOEM sont repar-
tis l'assaut des maires pour faire
aboutir leurs revendications.
Jeudi 9 mars, dbrayage et operation
molocoy taient au programme. C'est
la rcurrente question de la titularisa-
tion qui provoque la colre des muni-
cipaux. Si pour certaines communes
des plans de titularisation sont en
place, en revanche d'autres jouent la
"montre", souligne le Secrtaire gn-
ral Daniel Gromat.
Les agents syndiqus ont entam
voil cinq ans un "combat contre la
politique de certain maires qui ne
veulent pas titulariser leurs agents".
Ils dnoncent galement les bas
salaires et le temps non complete qui
existent dans les municipalits.
Selon Daniel Gromat "on ne peut plus
accepter que des travailleurs ne
gagnent que 530 E par mois et ceci
pendant trente ans".


Les agents municipaux sont en
colre contre les politiques muni-
cipales en matire de titularisation.

Ces employs sont doublement lss :
d'une part, ils travaillent en prcaire,
d'autre part ils doivent vivre aprs
avec une retraite minore, explique-t-
il.
Pour certaines categories, le temps
partial est la rgle jusqu' la retraite.
Pour les municipaux, ce dbut de
mobilisation qui a rassembl une
grande parties du personnel des res-
taurants scolaires est le dbut d'une
dynamique. Le syndicate souhaite que
sa rencontre avec les conseillers du
ministry de l'intrieur porte des fruits.
Il est vrai que les maires ont rclam
du gouvernement une augmentation
de la dotation global pour rsoudre ce
problme de titularisation dans un
pays min par le chmage et la prca-
rit, et ce, sans rsultat jusqu'
aujourd'hui.
a C.B.


Adaine Marc, Marie Michelle Toussaint, Yvon Bissol,
proccups par les propositions ministrielles.








soCiT


Jeudi 16 Mars 2006 Justice n 11l Page 6


Affaire Laouchez


Acharnement du Crdit Agricole
Malgr un non lieu, le Crdit Agricole se porte parties civil et fait appel


Notre Rdaction a reu
de M. Maurice Laouchez
un communique substan-
tiel intitul
"Communiqu de
Maurice Laouchez,
Ancien directeur Gnral
du Credit Agricole de la
Martinique.
Le loup sort du bois :
Credit Agricole S.A.
se constitute parties
civil contre
moi, dix ans
aprs mon 4
dpart de la I
Martinique.
Je saisis la
Cour euro-
penne des
droits de
l'Homme"

Dans son communique, M.
Maurice Laouchez indique que
le 17 Janvier 2006 le Crdit
Agricole S.A. a fait appel de l'or-
donnance de non lieu du Juge
d'instruction et cela contre l'avis
du Procureur de la Rpublique et
du Procureur Gnral, galement
favorables au non lieu.
En effet, dans l'affaire de la plain-
te de la Caisse Rgionale de
Credit Agricole de la Martinique
contre Maurice Laouchez le 30
Juin 1997 pour "escroquerie et
abus de biens sociaux", le 8 Juin
2005, le juge d'instruction Albert
Cantinol, troisime juge d'instruc-
tion dans cette affaire aprs les
juges Tamalet et Persico, a ordon-
n le non-lieu et la main leve
total du contrle judiciaire plus
de cinq ans aprs. En d'autres
terms, les faits reprochs ne sont
pas suffisamment tays pour
poursuivre en correctionnelle.
Ainsi plus de 10 ans aprs, le


dpart de M. Maurice La
du Credit Agricole, le
Agricole SA "CASA" se coi
parties civil et demand la
nation de l'enqute.
Pourquoi cet acharnement
Selon Maurice Laouchez, la
te de l'organe central ("CAS
Credit Agricole est desti


Maurice Laouchez est mem
Collectif "Justice" et rclar
comptes aux autorits judi

cacher les responsabilits
organisme dans la faillite d
les dossiers que la CASA a
depuis Paris partir de
1993.
Il s'agirait de cacher leurs p
erreurs.
D'aprs Maurice Laouchez
100 Millions d'euros qui au
t dilapids au dtrime]
promoters, de la
Rgionale de Crdit Agricol
l'conomie de la Martinique
Exemple : le sous-marin de
Pierre, construit pour 50 m
de F, vendu par le Crdit A
un ferrailleur canadien 5
F et revendu des invest


ouchez 13 millions de francs et qui sert de
Credit catalyseur du tourism aux Iles
nstitue Maldives.
Sconti- La Cour d'Appel de Fort-de-
France doit se prononcer le 21
? mars 2006 sur l'appel du Crdit
plain- Agricole et confirmer ou non le
A") du non lieu requis en premiere ins-
ne tance par le Procureur de la
Rpublique, ordonn par le Juge
d'instruction et de nouveau
requis en appel par le
Procureur Gnral.
JUStice ? Sinon Maurice
paroles i Vri USe ~ju Laouchez serait
p ro, ei renvoy devant le
Sa np.:-'",'1 5'" rul "" ". tribunal correc-
.. .. tionnel de Fort-
de-France.
Mau rice
Laouchez,
compete tenu
parole c d i, du prejudice
1 moral et mat-
i:, eit ir d' ,, . riel subi par sa
,,. s:..n pes-~. famille et lui-
l'v-i mme, a dcid de
saisir la Cour
Europenne des Droits
de l'Homme.
En effet, le 21 mars 2006, l'affaire
aura dur 8 ans et 8 mois, alors
ibre du que l'Union europenne considre
me des que cinq ans est une dure maxi-
ciaires. mum raisonnable pour une proc-
dure judiciaire.
de cet Au-del de son cas personnel,
le tous Maurice Laouchez tente de mon-
grs trer que, dans cette affaire, l'on
juillet n'accepte pas que des decisions
favorables au dveloppement
ropres soient prises localement contre
l'avis des dcideurs de Paris.
, c'est Serait-ce l le vritable .enjeu de
Lraient cette torture morale et judiciaire ?
nt des
Caisse M Antoine Gilles
e et de
NB : Notre confrre "Le Naf'
Saint- (n" 132 de fvrier 2006)
millions consacre un article cette
gricole affaire sous le titre '"e Crdit
00.000 Agricole manipule-t-il lajustice
sseurs ?y








Jeudi 16 Mars 2006 Justice n 11 Page 7


Revue de Presse

Solange Fitte-Duval,
"grand tmoin"


Je suis toujours communist

Notre camarade Solange Fitt-Duval,
ancienne Prsidente de l'Union des
Femmes, est la deuxime invite de
la rubrique "Grand Tmoin" inaugu-
re par "France-Antilles" avec Pierre
Aliker.
Le journal, dans son dition du 8
mars 2006, relve la declaration de
Solange: "Mon idal communist n'a
pas change"
Elle precise, la question "Le com-
munisme est-il toujours d'actualit ?"
: "Oui le communism est un idal. i
est valuable pour la Martinique et
d'autres pays come l'Afrique
quand on voit toute cette misre et
l'opulence de quelques-uns, je ne
renonce pas mon idal. Je suis tou-
jours communiste.
Dans son entretien avec Rudy
Rabathaly et Ghislaine Burac,
Solange Fitt-Duval retrace le com-
bat des femmes. A la question
"Qu'est-ce qui vous chagrin le plus
dans la socit martiniquaise ?", elle
rpond : "La violence. Le fait que la
personnel humaine ne soit pas suffi-
samment respecte. L'ducation ne
convent pas du tout. Elle est trop
libertaire.."
Age de 85 ans, Solange Fitt-Duval
a t enseignante.
Le quotidien crit : "Solange Fitt-
Duval, combattante des families,
combattante de l'ducation, de l'ac-
tion laique et culturelle, combattan-
te politique".
Un choix judicieux qui honore bon
droit notre camarade et son action.
a M.B.


Dlinquance 2005

L'augmentation des

violence aux personnel

traduit la crise de la socit


En 2005, la dlinquance aurait diminu
de 6,35 % en Martinique: il y a eu 1454
faits constats en moins, c'est--dire
21.439 faits constats au lieu de 22.893
en 2004. Voil le diagnostic official.
Cela est d la baisse du nombre de
cambriolages (- 332), de vols de voitures
(- 250) et de vols l'intrieur des voi-
tures (- 343).
Cette baisse est aussi attribue aux
infractions sur les stupfiants don't la
constatation dpend plus des initiatives
des services d'enqute que de ce qui se
passe rellement. On ne peut croire que
la consommation des stupfiants ait
rellement recul en Martinique.
La baisse de la dlinquance annonce
pour 2005 est donc artificielle.
Par contre, les chiffres officials mon-
trent qu'il y a plus de violence.
Les violence faites aux personnel aug-
mentent de 11,38 % en 2005.
C'est ainsi que les coups et blessures
volontaires (+ 13,98 %) et les viols (+
31,96 %) ont encore fortement progres-


s l'an dernier.
Les atteintes aux personnel reprsen-
tent 13,08 % de la dlinquance contre
8,8 % en France.
On relve 24,75 viols pour 100.000 habi-
tants en Martinique contre 17 pour
100.000 habitants en France. Soit 128
viols en 2005 en Martinique.
Enfin, les homicides (meurtres et assas-
sinats) et les tentatives de coups et bles-
sures mortels reprsentent ici 9,75 pour
100.000 habitants contre 3,82 pour
100.000 habitants en
France.Dcidment, la Martinique est
en crise morale profonde.
C'est la socit qu'il faut changer. Les
remdes la Sarkozy en librant les
forces du capitalism sauvage ne peu-
vent qu'accrotre le mal.
Il faut que le pays retrouve ses vraies
valeurs et se reconstruise partir d'un
project collectif.

A.G.


bureau po
tif Resp-
"L'Hum

Le
ministry
de
I'Intrieur
prelend avoir
t l'un des premiers penser que
la rfrence au 'rle positif' de la
colonisatin dans la loi du 23 fvrier
2005 posait problme. Que vous ins-
pire cette rflexion ?
Anthony Toussaint. Cette affirmation
est dnue de tout fondement. Ce sont
les fermes protestations des peuples
concerns, notamment du people marti-
niquais, et notre resistance intellectuelle
qui ont fait reculer le gouvernement
franais. Le ministry franais de
l'Intrieur est galement president de
1'UMP, principal group de l'Assemble
national, qui avait inscrit dans la loi


ilitique du PCM, et membre du collec-
dnonciation du colonialisme a donn
anit" du 9 mars l'interview qui suit :

que la colonisation malgr ses hor-
reurs, ses actes proprement criminals -
avait t un fait glorieux, un bienfait, en
quelque sorte, pour les victims du colo-
nialisme. Ensuite, le Parlement, domin
par ITUMP, n'a pas reni le vote de la loi,
puisque le president de la Rpublique a
d recourir la procedure de dclasse-
ment de l'article 4, sans passer par
l'preuve de la vrit parlementaire qui
aurait mis les amis du ministry de
l'Intrieur au pied du mur. Enfin, des
dputs don't les amis de Monsieur
Sarkozy -, se livrant une bien singuli-
re comptabilit, proclament encore que
la colonisation a comport des aspects
positifs. La vieille idologie colonialiste
et racist refait surface.(...)

SUITE EN PAGE 16


SOCIT


"Regarder le pass avec lucidit"

Notre camarade Anthonv Toussaint, membre du








POLITIQUE


Jeudi 16 Mars 2006 Justice n" 11 Page 8


L'opration Sarkozy

Un candidat-ministre en champagne:

spectacle et promesses


Il est venu, a fait son show et est repar-
ti pour continue sa mise sur rail de
2007. Il a russi sa mise en scne
devant la cinquantaine de journalists
emmens dans ses bagages. Il a res-
sass les antiennes sur la scurit et
l'migration, domaines o la sensibili-
t des populations est exacerbe ;
donn au patronat le gage de sa dter-
mination "casser le modle social
franais".
Les photos mises en bote, ayant rus-
si raccoler le patronat et ressouder
la droite martiniquaise derrire son
tendard, Nicolas Sarkozy peut passer
autre chose en attendant l'chance.
Car, ne nous trompons pas : le candi-


Ce qui attend travailleurs et oppo
laisse le champ libre Sari

dat-ministre fait et balaie tout pour
arriver son "destin".
Aprs sa dconvenue du mois de
dcembre, rien n'a t laiss au
hasard. Les traces de la loi du 23
fvrier 2005 sont toujours prsentes
dans les esprits. Ce pourquoi aucun
bain de foule, aucun contact avec la
population n'tait au programme,
contrairement la Guadeloupe.
D'ailleurs, les Foyalais n'ont pas fait
grand cas de la presence de Sarkozy.
Ils ont plutt montr de l'agacement
face ces dploiements policies.
Depuis longtemps aucune visit minis-
trielle ne s'tait droule avec une
telle omniprsence des forces de l'ordre
et de repression. Celles-ci n'ont pas


d'ailleurs hsit se mettre
l'oeuvre et faire place
nette pour viter tout
contact de leur ministry
avec les manifestants qui .
s'taient mobiliss pour l'oc-
casion.
Que ce soit les membres de
l'Assaupamar, du collectif
"Justice", ou les militants
syndicaux et politiques, ils
ont t vacus sans mna-
gement loin des yeux de la
dlgation ministrielle. U
Une attitude condamne,
qui rvle la vraie nature de
ce qui nous attend en re
Sarkozy, a soulign
S-Philippe Pierre-
Charles du collectif.
Dans cette optique,
les travailleurs
S auront du souci se
S.. faire, car ds l'aprs-
midi Sarkozy se fai-
S sait applaudir chau-
dement au Club Med
par le patronat aprs
avoir annonc qu'il
donnait au prfet
toute latitude pour
faire cesser cette pra-
sition, si on tique des barrages
Qozy. routiers qui paraly-
sent lle et la fin des
piquets de grve.


Visites au pas

de course

Le ministry a vit la gaffe de son pro-
gramme prvisionnel de dcembre en
programmant cette fois une rencontre
avec les responsables politiques en
poste. Des rencontres politiques et
courtoises. Le premier le recevoir a
t Alfred Marie-Jeanne, en compa-
gnie de membres de sa majority.
S'agissant de la loi de fvrier 2005, il a
rappel au ministry sa presence dans
la rue et que si aujourd'hui il n'y est
plus, c'est "parce j'ai fait tout ce qu'il


.-.




ie image qui fait mal tout
iticolonialiste consquent.

fallait pour que certain obstacles
soient levs et qu'il y ait un apaise-
ment". Il a souhait que les barrires
d'incomprhension tombent et a dcla-
r propos du statut : "Quel que soit le
candidate, l'volution institutionnelle
(devrait tre) poursuivie, car au monde
il ne peut pas avoir de constitution blo-
que dfinitivement".
Le President de la Rgion a remis
son hte les trois tomes de l'Histoire de
la Martinique d'Armand Nicolas. Il a
reu en change "La Paix" de Clara
Walter, parce qu'il est selon Sarkozy,
"un homme de conviction".
Le ministry a pris ensuite la direction
de l'avenue des Carabes o l'attendait
Claude Lise, fiddle au principle de l'ac-
cueil rpublicain.
Le candidat-ministre a fait la promes-
se de 1,8 million d'euros xour les caser-
nements des pompiers.
L'un des hauts lieux doe li resistancee
martiniquai. ", la miirie de Fort-de-
France tnit barricald par 'ls forces de
l'ordre. C'est dans et context que
Serge Lot.chimy a reu Nicolas
Sarkozy. Il a oblroerv, lie pa(i fait. par son
visiteur et It.lpp)l a fl ir, conocience i ,llh'ctitte 't h li trconnais-
sance du pvupl/ trtiWiqitiin, (1av1c son
hisoitv",
Im domlo ri pirocci<' pti;nI |iour la ville
n'ont pati 4 a4 djiln ti de vo't.te ren-
contre.








Jeudi 16 Mars 2006 Justice n 11 Page 9


En dcembre, Aim Csaire avait refu-
s de recevoir Sarkozy. Ce 10 mars,
"l'autorit morale" a pris le temps de
lui assner une leon d'histoire sur la
naissance de ce people. Le Prsident
de l1UMP est ressorti satisfait de sa
visit, puisqu'aprs le titre de "marti-
niquais" dcern Franois Bayrou,
voil qu'Aim Csaire le qualified
d"homme de la gnration nouvelle" et
"d'homme d'un nouveau monde"'
Propos surprenant et dcevant de l'au-
teur du "Discours sur le colonialisme".
Le ministre-candidat prendra-t-il le
temps de lire le "Discours sur le colo-
nialisme" remis par son auteur ? On
en doute, car le personnage n'a pas
change, malgr sa pseudo-confession
sur son "cheminement personnel".



Inscurit :

Des rsultats !

Aux forces de l'ordre, le ministry de
l'Intrieur a rclam des rsultats et
demand une culture de la responsabi-
lit, sans toutefois annoncer de
moyens, jugeant suffisantes les dota-
tions actuelles. Dlinquance, immigra-
tion clandestine, lutte contre les narco-
trafics, scurit routire et dans les
tablissements scolaires, ont t les
thmes abords par le ministry.
L'annonce de dotations de pistolets
impulsion lectrique, de l'installation
de systmes de go-localisation bord
des vhicules, ainsi que d'un commis-
sariat l'horizon 2008 a t faite lors
de sa rencontre avec les forces de
l'ordre et les pompiers.



Tapis rouge pour

le libralisme

C'est dans le cadre rnov du "Club
Med" que le candidat-ministre s'est
adress au monde conomique venu en
nombre l'couter. Il a promise aux chefs
d'entreprises des garanties pour entre-
prendre, en annonant un combat
contre l'inscurit et la fin des troubles
l'ordre public.
Des dispositions nouvelles sur la conti-
nuit territorial et le prix des billets
d'avion, ainsi que le rtablissement de
la ligne arienne au dpart de Roissy
font parties du catalogue des pro-
messes.


Nicolas Sarkozy a enfin reconnu
l'vidence en dclarant vouloir
"donner l'conomie locale les
moyens d'un dveloppement plus
endogne, la possibility d'un dve-
loppement ancr dans son context
regional".
C'est la premiere fois qu'un repr-
sentant de la droite franaise
reconnat la notion de "dveloppe-
ment endogne" dfendue par les
communists depuis les annes
1960. C'est l'hommage du vice la
vertu.


Finie

la chiraquie ?

Le president de l'UMP aura russi
l'espace d'une soire, et peut-tre
pour un plus long terme, mettre
en miette la chiraquie. La droite
martiniquaise s'est retrouve
comme un seul homme derrire lui
qui prne une "nouvelle politique
pour l'outre-mer". Il a exhort les
uns et les autres "s'unir, s'addi-
tionner et cesser les divisions". Le
candidate sait que toutes les voix
compteront et que celles de la droi-


s>,. .



h
, . ,

Scurit et dveloppement conomique pour ne pas heurter la frange la
plus oxyde de la droite.


Mais la solution du candidate UMP
pour y arriver est de faire de ce
pays "une zone franche global
durant 10 ou 15 ans".
Il prend soin d'avancer que l'ide
n'est pas de faire du pays "un para-
dis artificial", et que "les acquis
sociaux seront respects".Pawol en
bouch pa chaj. Lorsqu'on sait qu'il
estime que le modle social fran-
ais est "essouffl et lzard", on
peut pronostiquer ce qui attend les
salaries. Sans parler du fait que
depuis les annes 1950 les capita-
listes dans les DOM ont dj bn-
fici d'exonrations fiscales et
sociales de plus en plus tendues
sans rsultat en terms d'conomie
de production.
Maintenant il promet impts zro
l'heure o la France est en deficit
et somme par Bruxelles de respec-
ter le pacte de stability.


te martiniquaise ne doivent pas se
disperser.
Somm par la fraction FMP de
Turinay, Laventure et Lesieur d'en-
terrer toute ide d'volution insti-
tutionnelle, Nicolas Sarkozy n'a
trait que des questions de scurit
et de dveloppement conomique en
vitant celle majeure de la
Responsabilit martiniquaise.
Avant la visit de Dominique de
Villepin, attend pour les mois pro-
chains (on announce le 10 mai), il
aura balis son terrain et fait le
premier pas. Reste voir comment
les forces de progrs vont se mettre
en ordre de bataille pour proposer
au pays une alternative qui ne
fasse pas le lit du libralisme et de
la perptuation du colonialisme
dpartemental.

3" Claude Bougrainville


POLITIQUE







Jeudi 16 Mars 2006 Justice n 11 Page 10


j Bec & Plumes

Sarkozy :

Djol f
Nicolas Sarkozy ne manque
pas de toupet.
Devant un parterre de capita-
listes et autres "socio-profes-
sionnels" au Club Med le 10
Mars, il a lanc : "'o di mwen
kay... Kok djenm pa ka kay".
En franais de France : "On a
dit que je me suis dculott, un
coq de combat ne recule
jamais".
Cela montre que Sarkozy a eu
du mal digrer sa dconve-
nue de dcembre dernier.
Il n'en rest pas moins que
l'ambitieux personnage n'avait
pas voulu affronter la colre
des Martiniquais centre un
reprsentant de la persistence
de l'esprit colonialiste franais.
Ainsi il a t le bwa bwa de
Vaval 2006.
Il est revenue vite, trop vite...
pour faire son show... l'abri de
150 gendarmes mobiles et
grce il faut le dire au
manque de cohsion des forces
de progrs pour lui dire son
fait.
En fait, il a t accueilli par les
siens : la bourgeoisie martini-
quaise et les cadres des soci-
ts franaises qui dominant
l'conomie du pays. La bonne
socit colonial.
Le kok djenm n'a pas combat-
tu. Il avait pris soin d'tre seul
dans le pitt entour de ses
seuls supporters dans les gra-
dins.
Hbleur mais pas tmraire.
Rien ki djol f. Un bwa bwa
bouffi de suffisance et d'arro-
gance.


M A.G.


Declaration du
Parti Communiste
Martiniquais : M.
Nicolas Sarkozy
n'a "rien appris ni
rien oubli"

M. Nicolas Sarkozy, comme les
nobles de l'Ancien rgime, n'a "rien
apris ni rien oubli".
Il continue de considrer que la
mobilisation des Martiniquais contre
la "loi de la honte" affirmant le "rle
positif de la colonisation" rsulte
d'"incomprhensions", d"erreurs
d'apprciation" et de reactions senti-
mentales des Martiniquais.
M. Sarkozy persiste refuser de
reconnatre que la colonisation a
constitu une grave atteinte l'int-
grit, l'identit et la dignit de
notre people.
Son attitude montre que la droite
franaise UMP n'est pas prte
favoriser le ncessaire devoir de
mmoire du people franais sur la
colonisation et l'esclavage afin d'ex-
tirper les racines du racism et des
discrimination qui frappent nos
compatriotes en France.
Sur la question de la scurit et de la
dlinquance, M. Sarkozy, maintient
un discours populiste d'extrme droi-
te, tente de se prsenter comme le
"sauveur" des Martiniquais.
Or, la monte de l'inscurit et de la
violence en Martinique est essentiel-
lement le produit de la cruise de la
socit martiniquaise engendre par
le systme colonial dpartemental et
la politique no-librale du gouver-
nement.
M. Sarkozy, Ministre de l'ntrieur et
numro deux de ce gouvernement,
en est personnellement comptable.
La solution de cette crise dpend
d'abord de la mobilisation et du
Rassemblement des Martiniquais
eux-mmes.
Nos concitoyens ne sont pas dupes
du fait que M. Sarkozy ne rve que
d'une chose : devenir tout prix et
n'importe quel prix Prsident de la
Rpublique franaise sur un pro-
gramme ultra-libral au service de la
bourgeoisie et du MEDEF.
Ils savent que son voyage, en ralit,
n'est qu'une tourne lectorale.
Le PCM demand aux Martiniquais
d'exiger de Nicolas Sarkozy, comme
de tous les candidates la prsidence
de la Rpublique franaise, de se pro-


noncer clairement sur le droit des
Martiniquais de diriger eux-mmes
leurs propres affaires dans le cadre
d'une nouvelle Collectivit disposant
de pouvoirs nouveaux.
Il n'y aura pas de vritable dvelop-
pement et de crations d'emplois
durables sans responsabilit marti-
niquaise.

Fort-de-France, le 8 mars 2006
Pr le Bureau Politique du PCM
Fernand Papaya
Secrtaire du PCM

Nota bene: Ce communique a t
boycott par "France-Antilles" et
RCI. Nos lecteurs apprcieront.
J.",,


PART

COMMUNIST

MARTINIQUAIS

CONFERENCE-DEBAT

VENDREDI
17 MARS 2006
18H30
F.O.L. Route de Didier -
Fort-de-France

Thme:
Dpasser la
Dpartementalisation
Pour la construction
d'une alternative
martiniquaise de progrs

Quel bilan conomique et
social, et quelles perspec-
tives aujourd'hui ?

Intervenants :
F. Papaya Maurice
Belrose Miclel Branchi

Venez
dbattre avec les
communists !!


POLITIQUE








DANS LE MONDE


Jeudi 16 Mars 2006 Justice n 11 Page 11


Irak ou France

La dmystification par les faits


Deux vnements rcents mritent
d'tre relevs. Le dclenchement en
Irak de l'ainsi dite "guerre des mos-
ques", tout d'abord, qui illustre l'effa-
rante incapacit de Washington d'im-
poser sa Pax Americana (c'est--dire la
mise en place durable d'un vritable
pouvoir politique sa solde) aprs trois
annes de guerre et d'occupation, en
mme temps que le jeu machiavlique
d'al-Quada visant entretenir le
chaos en exacerbant les haines confes-
sionnelles afin d'"entraner l'ennemi
dans un conflict long et rintant" (1) en
l'obligeant s'enliser sur un terrain de
plus en plus hostile.
Ensuite, la fusion Gaz-de-France -
Suez officiellement dcide pour


contrer une tentative de rachat italien-
ne. Admirons au passage l'aberration
consistent dmanteler dans un pre-
mier temps le puissant ple nerg-
tique existant, EDF-GDF, pour finir
par vouloir constituer avec la fusion
prcite un puissant soi-disant ple
nergtique ncessaire au dveloppe-
ment du pays. Cela semble reliever de
la dbilit mental ou de la plus pro-
fonde duplicit s'il s'avrait que cette
operation n'avait d'autre but que de
procder en catimini une privatisa-
tion honteuse au mpris le plus total
de l'opinion publique.
De plus, on peut difficilement faire
mieux pour dmontrer l'inanit des
grands principles proclams par les


champions de l'europanisme. L'Union
europenne devait en effet permettre
d'unir les moyens, les comptences et
les potentialits des pays qui la com-
posent afin d'difier une puissance co-
nomique de premier plan capable de
rivaliser avec n'importe quel autre
gant actuel ou future (Etats-Unis,
Chine ou Inde par example). Or, ce que
nous constatons de visu, c'est tout au
contraire une vritable foire d'em-
poigne o tous les coups sont permits
au sein mme de lUnion, pour tenter
de dominer l'autre par n'importe quel
moyen. Pas trs europen certes, mais
tellement capitaliste...

SK. Solaris


Meurtre d'lan Halimi :
O finit le crime crapuleux et o commence l'antismitisme ?


L'odieux assassinate d'lan Halimi a
provoqu une vive indignation en
France et singulirement au sein de la
communaut juive, laquelle apparte-
nait la malheureuse victim. Suite
l'arrestation d'un certain nombre de
membres prsums du "Gang des bar-
bares" et se basant sur les premiers
lments de l'enqute policire,
Nicolas Sarkozy, ministry de
l'Intrieur, a dclar le mardi 21
fvrier : "La vrit c'est que ces voyoux
ont d'abord agi pour des motifs crapu-
leux et sordides, l'argent, mais qu'ils
avaient la conviction, entire guillemets,
que les juifs ont de l'argent et que si
ceux qu'ils enlevaient n'avaient pas
d'argent, sa famille et sa communaut
seraient solidaires. Cela s'appelle de
l'antismitisme par de l'amalgame".
Le mme 31 fvrier se tenait dans les
alles du Bois de Boulogne, le 21e
dner du CRIF (Conseil Reprsentatif
des Institutions Juives de France) qui
a runi "le tout Paris politique et cultu-
rel": 800 personnalits, don't "tous les
dirigeants des parties politiques, une
bonne parties du gouvernement, les
ambassadeurs de nombreux pays,
parmi lesquels, ceux d'Algrie,
d'Egypte, de Jordanie, du Maroc, de
Mauritanie, du Pakistan, de hunisie et
de lTrquie", selon un communique de
News Press. A cette occasion, le pre-
mier ministry, Dominique de Villepin,
a dclar notamment: "La lutte contre


l'antismitisme est un devoir moral.
Elle doit aussi nous aider construire
une socit de la Rpublique et non des
communautarismes".
Finalement, le dimanche gras, Ilan
Halimi a reu un hommage qu'on peut
qualifier de national, en presence du
chefde 'Etat, Jacques Chirac, au course
d'une manifestation o l'on a dnonc
la fois le racism et l'antismitisme,
lequel n'est en fait qu'une forme singu-
lire de racism dirig contre les juifs.
Mme si Youssouf Fofana, le chef pr-
sum du "Gand des barbares" n'avait
pas encore t arrt cette date-l, et
mme si les motifs rels du meurtre ne
sont pas encore tablis avec certitude
par la justice, on ne peut que se rjouir
de voir la France officielle se mobiliser
contre toutes les formes de racism et
contre la drive communautariste.
Cependant, on ne peut s'empcher de
se demander o, dans une telle affaire,
finit le crime crapuleux et o commen-
ce I'antismitisme.
La socit franaise, on le sait, est
malade du chmage et de l'exclusion
social, ronge par un racism crois-
sant qui vise aussi bien les blancs (les
Juifs et les Arabes, par example, mais
aussi les Franais de base) que les non-
blancs (les Noirs, en particulier).
L'inscurit social augmente les frus-
trations et nourrit le racism, lequel a
des racines profondes lies la coloni-
sation. Alors que des millions de gens


vivent dans la pauvret, la socit de
consommation tale en tous lieux des
products plus allchants les uns que les
autres, aide en cela par des medias
fonctionnant comme des instruments
d'alination ; la tlvision propose des
jeux permettant de gagner des mil-
liers, voire des centaines de milliers
d'euros, en rpondant simplement
des questions ou en ouvrant une srie
de botes, sans effort, sans avoir tra-
vailler.
L'enqute le prcisera, mais il est vi-
dent que c'est d'abord l'argent qui a
motiv les meurtriers dllan Halimi.
C'est aussi l'argent qui explique le
meurtre de ce Franais du dparte-
ment du Doubs don't les medias ont
prfr ne pas parler longuement et
qui n'a pas mu autrement le gouver-
nement : squestr parce qu'on le
croyait riche, il a t tortur mort,
exactement comme Ilan Halimi. Mais
Franais de base tu par d'autres
Franais de base, il n'a pas t jug
digne de l'intrt des mdias ni de la
classes politique.
Et pourtant, son cas est exemplaire en
ce sens qu'il rvle la profondeur du
mal qui ronge la socit franaise, une
socit dboussole, obsde par lar-
gent, o le racism et l'antismitisme
apparaissent en ralit non pas
comme une cause mais comme une
consequence.
M M. Belrose











ANNOUNCES LIGALES


Jeudi 16 Mars 2006 Justice n 11 Page 12


SECURITY GENERAL SARL
Domaine de Bellevue Bt. Mayero
Pte 2 Route de Balata
97200 FORT-DE-FRANCE
RCS : 440 715 548 00010 APE : 746 Z
SARL au capital de 7622.45 euros

Avis est donn par dlibration de l'AGE de
la SARL Scurit Gnrale runie le
23/02/2006, il a t dcid de :
" Nommer un nouveau grant : Mr DUMAI-
SON Patrick demeurant Balata 97200 FDF
ce computer du 23/02/06 en replacement
de Mlle TROBRILLANT Tania.
Les status ont donc t modifies en cons-
quence.
LE GRANT: DUMAISON Patrick
FA 6000

SODIVIC DISTRIBUTION EURL
Au capital de 7.625.00 C
C/O SODIVIC 97224 DUCOS

Suite la dmission du grant Monsieur
Jean-Philippe MICHEL, l'associ unique a
nomm Monsieur Pierre-Philippe EVIN, nou-
veau grant computer du 1er Mars 2006.
L'inscription modificative sera faite au greffe
du Tribunal de Commerce de Fort-de-
France.
L'associ unique.
FA 6001

AVIS DE CLTURE DE LIQUIDATION

ANTILLES RH
Socit responsabilit limite
au capital de 10 000 C
11 Rue des Arts et Mtiers
97200 FORT-DE-FRANCE
SIREN 483 840 310 RCS Fort-de-France

Aux terms de l'assemble gnrale en date
du 27 Fvrier 2006, les associs ont:
- approuv les comptes dfinitifs de liquida-
tion
- dcharg M. Jean Luc BERNARD de son
mandate de liquidateur
- donn ce dernier quitus de sa gestion
- ont constat la clture de la liquidation
computer du jour de ladite assemble.
La socit sera radie du registre du com-
merce et des socits de FORT-DE-FRAN-
CE.
Pour avis et mention
M. Jean Luc BERNARD
Liquidateur
FA 6002

AVIS DE LIQUIDATION

Le 15 Fvrier 2006 Monsieur LUSBEC
Claude a dcid de la liquidation de la EARL
GALLINA don't le sige social est Fonds
Nicolas 97231 LE ROBERT don't il est I'as-
soci et le grant unique.
Adresse du liquidateur: Mr LUSBEC Claude
Fonds Nicolas 97231 LE ROBERT.
FA 6003

AVIS DE CLOTURE DE LIQUIDATION

LE FOURNIL PILOTIN
SARL au capital de 30.000
Avenue F. Fanon 97211 RIVIRE-PILOTE
RCS N* B 303 388 524

Suite l'assemble gnrale du 28/01/06,
les associs ont:
Approuv les comptes dfinitifs de liquida-
tion
- Dcharg Mr FONTAINE Frantz de son
mandate de liquidateur
- Donn ce demier quitus de sa gestion
- Ont constat la clture de la liquidation
computer du jour de ladite assemble.
La socit sera radie du registre du com-
merce et des socits de Fort-de-France.
Pour avis et mention
Le liquidateur
FA 6004

AVIS DE CONSTITUTION

Par acte sous seing priv en date au
Lamentin du 07 Mars 2006, il a t constitu
une socit responsabilit limite, aux
caractristiques suivantes:
Denomination : CERES


Objet : Toutes operations d'achat en vue de
leur revente, de biens immobiliers
Dure : 99 ans
Capital social: 7 500 euros
Sige social : c/o Ets MUSSARD ZI La
Lzarde 97232 LAMENTIN
Grant: Monsieur Marc LABAYE, demeurant
Residence Saint Kitts Appt. 22 Acajou -
97232 LE LAMENTIN
La socit sera immatricule au Registre du
Commerce et des socits tenu au greffe du
Tribunal de commerce de Fort-de-France.
Pour avis
FA 6005

AVIS DE DISSOLUTION

Par AGE du 15/02/06, il a t dcid la dis-
solution anticipe de l'EURL BRANDIVAL.
Pour avis
La grance
FA 6006

AVIS DE DISSOLUTION

Par AGE du 15/02/06, il a t dcid la dis-
solution anticipe de l'EURL TROPICAL
IMMOBILIER.
Pour avis
La Grance
6007

AVIS DE DISSOLUTION

Par AGE du 150/006, il a t dcid la dis-
solution anticipe de la SARL BAL FINI
ADVENTURE.
Pour avis
La grance
FA 6008

AVIS DE MISE EN SOMMEIL

Suite I'A.G. du 17.02.06 il a t dcid la
mise en sommeil de la socit GUETTO
BEAUT don't le sige est situ : Rue de la
Reine Hortense 97229 TROIS-ILETS.
Pour avis, le Grant
FA 6009

AVIS DE CONSTITUTION

Aux terms d'un acte sous seing priv en
date Fort-de-France du 30 janvier 2006, il
a t constitu une socit prsentant les
caractristiques suivantes :
Denomination social : SECURITE SER-
VICES
Forme social : Socit responsabilit limi-
te
Sige social : Quatre Croises Runion Sud
97240 LE FRANCOIS
Objet social : La surveillance, la protection
des personnel et des biens, la recherche, le
conseil, le gardiennage, la scurit, le trans-
port de fonds, la scurit et la sret portuai-
re et aroportuaire, la vente de matriel de
scurit et de protection.
Dure de la Socit: 99 ans computer de la
date de I'immatriculation de la Socit au
Registre du commerce et des socits.
Capital social: 8 000 euros
Grance : Monsieur Pierre Laurent TITUS,
demeurant Quatre Croises Runion Sud
97240 LE FRANCOIS.
Immatriculation de la Socit au Registre du
commerce et des socits de Fort-de-
France.
Pour avis,
La Grance
FA 6010

AVIS DE CONSTITUTION

Par acte sous seing priv en date du 13
Fvrier 2006, il a t constitu une socit
responsabilit limite:
Denomination social : CARAIBES LOISIRS
SERVICES
Capital de 2.000 euros
Sige social: Thoraille Massy
C/O Mr LESUEUR Andr 97215 RIVIRE-
SALE
Objet: Vente achat l'importation l'expor-
tation de vhicules maritime et roulants, de
pices dtaches de Jet-ski, Quades, de Jet
boat, de motos, bateaux, poids lourds.
Dure: Quatre vingt dix neuf ans (99 ans)
Grante : Leslie LESUEUR demeurant


Thoraille Massy 97215 RIVIRE-SALE
La socit sera immatricule au registre du
commerce et des socits de Fort-de-
France.
FA 6011
AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donn de la constitution au terme
d'un acte sous seing priv, en date du 14
Novembre 2005 et 10 Fvrier 2006, enregis-
tr le 20 fvrier 2006 Fort-de-France, de la
socit civil immobilire.
Sige social : C/ SETIM CARAIBE 15
Rue Georges Eucharis Lotissement Dillon
Stade 97200 FORT-DE-FRANCE.
Objet social : La socit a pour objet, en
France et l'tranger, l'acquisition, l'adminis-
tration et la disposition, sous toutes formes,
de tous immeubles, biens et droits immobi-
liers et notamment d'un ensemble immobilier
sis sur la commune de Fort-de-France.
Et toutes operations quelconques se ratta-
chant directement ou indirectement cet
objet et susceptibles d'en favoriser la rali-
sation, pourvu qu'elles n'en modifient pas le
caractre civil de la socit.
Denomination : SCI MAURICE EUCHER
Dure : 99 ans computer de son immatricu-
lation au Registre du Commerce et des
Socits.
Capital: 1.000,00 C
Grants: Mme Monique SEPHOCLE et M.
Marcel SEPHOCLE.
L'immatriculation sera effectue au Registre
du Commerce et des Socits.
Pour avis
Les Grants
FA 6012
AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donn de la constitution au terme
d'un acte sous seing priv en date du 13
fvrier 2006 enregistr le 17 fvrier 2006
Fort-de-France de la socit civil immobili-
re NEW DIL
Sige social : 15 Rue Georges Eucharis -
Lotissement Dillon Stade 97200 FORT-DE-
FRANCE
Objet social: L'acquisition, l'administration et
la disposition sous toutes les formes de tous
immeubles biens et droits immobiliers et
notamment d'un ensemble immobilier de lots
de coproprits usage de bureaux et
locaux d'activits situs au Lotissement
Dillon Stade Fort-de-France.
Eventuellement et exceptionnellement l'ali-
nation de deux de ces immeubles devenus
inutiles la socit au moyen de vente,
change ou apport en socit.
Et toutes operations financires, mobilires
et immobilires se rattachant directement ou
indirectement cet objet et susceptibles d'en
favoriser la ralisation, pourvu qu'elles ne
modifient pas le caractre civil de la socit.
Denomination: SCI NEW DIL
Dure : 99 ans computer de son immatricu-
lation au RCS
Capital :1 000,00 c
Grant: SCI G3M PATRIMOINE
L'immatriculation sera effectue au Registre
du Commerce et des Socits.
Pour avis
Le Grant
FA 6013
AVIS DE CONSTITUTION
Avis est donn de la constitution au terme
d'un acte sous seing priv, en date du 10
fvrier 2006, enregistr le 13 fvrier 2006
Fort-de-France, de la socit civil immobi-
lire.
Sige social: C/O SETIM CARAIBE 15 rue
Georges Eucharis Lotissement Dillon Stade
97200 Fort-de-France.
Objet social : La socit a pour objet l'acqui-
sition d'un terrain btir sis sur le territoire
de la Commune de Fort-de-France, pour y
construire une operation usage d'habita-
tion.
Et plus gnralement toutes operations
financires, mobilires et immobilires se
rattachant directement ou indirectement
cet objet et susceptible d'en favoriser la
ralisation, condition toutefois d'en respec-
ter le caractre social.
Denomination : SCI CLAIR DE LUNE
Dure: 99 ans computer de son immatricu-
lation au Registre du Commerce et des
Socits.
Capital: 1.000,00


Grant : Mme Monique SEPHOCLE
L'immatriculation sera effectue au Registre
du Commerce et des Socits.
Pour avis
La grante
FA 6014

Matre Grard GRANVORKA
Avocat la Cour
16, Rue Georges Eucharls
Centre d'Affaires de Dillon Stade
97200 FORT-DE-FRANCE
Tl. : 0596 75 60 64 Fax : 0596 75 70 27

AVIS DE CONSTITUTION
SARL MIG'TRANSPORTS

Par acte sous seing priv en date Fort-de-
France du 23.11.05, enregistr la Recette
Principale des Impts de Fort-de-France
Bordereau n* 2006/206 Case n" 1, il a t
constitu une socit responsabilit limite
don't les caractristiques sont les suivantes:
Denomination : MIG'TRANSPORTS
Forme : Socit Responsabilit Limite
Capital : 2.000 C, constitu uniquement au
moyen d'apports en numraires, divis en 20
parts de 100 chacune, entirement sous-
crites et libres.
Sige social : Rdce Orchide Sauvage Appt
n 3 Quartier Rivire-Pierre 97224
DUCOS
Objet : Achat et transport de matriaux
divers, lagage, abattage d'arbres, entre-
tiens d'espaces verts, tous travaux de terras-
sement, entretien des abords des voices de
circulation publique et/ou prives.
Dure : 99 ans computer de l'immatricula-
tion au registre du commerce et des soci-
ts.
Grant : M. ARNAUD Miguel Casimir, n le
04.03.1975 Fort-de-France (972) de natio-
nalite Franaise, demeurant Rdce Orchide
Sauvage -Appt n 3 Quartier Rivire-Pierre
97224 DUCOS, a t dsign en quality de
Grant statutaire pour une dure indtermi-
ne.
La socit sera immatricule au Registre du
Commerce et des socits de Fort-de-
France.

Pour avis, le Grant
FA 6015

Matre Grard GRANVORKA
Avocat la Cour
16, Rue Georges Eucharls
Centre d'Affaires de Dillon Stade
97200 FORT-DE-FRANCE
Tl. : 0596 75 60 64 Fax : 0596 75 70 27

AVIS DE CONSTITUTION
SARL TRANSPORT
NALLAMOUTOU-SANCHO

Par acte sous seing priv en date Fort-de-
France du 08.02.06, enregistr la Recette
Principale des Impts de Saint-Pierre le
22.02.06 Bordereau n* 2006/53 Case n* 3, il
a t constitu une socit responsabilit
limite don't les caractristiques sont les sui-
vantes:
Denomination : TRANSPORT NALLAMOU-
TOU-SANCHO
Forme : Socit A Responsabilit Limite
Capital : 7 500 , constitu uniquement au
moyen d'apports en numraires, divis en
100 parts de 75 C chacune, entirement
souscrites et libres concurrence du cin-
quime de leur montant la date de signatu-
re des status.
Sige social : Quartier Abymes 97250 LE
PRECHEUR
Objet : Transport de voyageurs, transport
divers et travaux de terrassement.
Dure : 99 ans computer de l'immatricula-
tion au registre du commerce et des soci-
ts.
Grant : M. NALLAMOUTOU-SANCHO
Marie-Jos n le 03.05.1946 au Prcheur
(972), de nationalit Franaise, demeurant
quarter Abymes 97250 LE PRECHEUR, a
t dsign en quality de Grant statutaire
pour une dure indtermine.
La socit sera immatricule au Registre du
Commerce et des socits de Fort-de-
France.
Pour avis, le Grant
FA 6016











ANNOUNCES LGALES


Jeudi 16 Mars 2006 Justice n 11 Page 13


Matre Grard GRANVORKA
Avocat la Cour
16, Rue Georges Eucharls
Centre d'Affaires Dillon Stade
97200 FORT-DE-FRANCE
Tl.: 0596 75 60 64 Fax : 0596 75 70 27

AVIS DE CONSTITUTION
SARL BAZAR C K DO

Par acte sous seing priv en date Fort-
de-France du 23.02.06, enregistr la
Recette Principale des Impts du Marin le
03.03.06 Bordereau n* 2006/63 Case n* 2,
il a t constitu une socit responsabi-
lit limite don't les caractristiques sont
les suivantes :
Denomination : Bazar C K DO
Forme : Socit Responsabilit Limite
Capital: 7.500 , constitu uniquement au
moyen d'apports en numraires, divis en
100 parts de 75 C chacune, entirement
souscrites et libres
Sige social : 10, Zone Artisanale La
Laugier 97215 RIVIERE-SALEE
Objet : Achat, vente, commercialization
sous toutes ses former, en France et dans
le monde, d'articles de bazar et d'articles
de mode.
Dure : 99 ans computer de l'immatricula-
tion au registre du commerce et des soci-
ts.
Grant : Mme LIN Yili Joanne, pouse
ZHANG, ne le 23.11.1977 Wenzhou
Zhejiang (Chine), de nationality Franaise,
demeurant Bd de la Voie Lacte 1, Cit
Etoile 2 97230 SAINTE-MARIE, a t
dsigne en quality de Grant statutaire
pour une dure indtermine.
La socit sera immatricule au Registre
du Commerce et des socits de Fort-de-
France.
Pour avis, le Grant
FA 6017

Cabinet de Michel LANGERON
Avocat
88, Rue Vlctor Svre
97200 FORT-DE-FRANCE
Tl. : 0596 70 20 98

SCI MAHYA DIAM'S
CHANGEMENT DE GRANT
CHANGEMENT DE SIGE SOCIAL

Aux terms d'une assemble gnrale
extraordinaire en date du 17 Fvrier 2006,
il a t dcid ce qui suit:
* Grance : Monsieur Jimmy LANCRY,
demeurant Rsidence Plate Forme -
97222 CASE PILOTE est nomm pour la
dure de la Socit en replacement de
Monsieur Marc BEREAU, ayant cess ses
functions. Le replacement de grant est
effectif computer du 17 Fvrier 2006.
* Sige social : Lotissement du Stade de
Dillon 16, rue Eugne Eucharis 97200
FORT-DE-FRANCE.
Pour avis et mention
Le Grant
FA 6018

Catherine
SCHIN-OUA-SIRON-SCHARPIRA
& Renaud NIRDE
Notaires Associs
Plateau Roy Cluny
97200 FORT-DE-FRANCE (Martinique)
Tl. : 0596 63 92 92 Fax : 0596 63 66 05

INSERTION
CESSION DE FONDS DE COMMERCE

Suivant acte reu par Mattre Renaud
NIRDE, Notaire soussign, le 13 Fvrier
2006, enregistr FORT-DE-FRANCE
(Martinique), le 22 Fvrier 2006, borde-
reau n* 2006/180, case n 3,
Madame Kossiwa TETE, commerante,
pouse de Monsieur Thierry Georges
MAREZ, demeurant SAINTE LUCE
(97228), 12, Lotissement Anse Mabouyas
A VENDU A:
Monsieur Philibert Franois LAVIOLETTE,
conducteur d'engins, demeurant LE
FRANCOIS (97240) Desrose, clibataire
Le fonds de commerce de location et de
vente de cassettes et DVD exploit LE
FRANCOIS (97240), 53, rue Lubin, lui
appartenant, connu sous le nom commer-


cial VIDEO PHONE anci
"VIDEO WORLD CENTER-, et p
le cdant est immatricul au r
commerce et des socits de
FRANCE (Martinique), sous I
447 851 619.
Le cessionnaire est propritaire
vendu computer du jour de la si
l'acte.
Lentre en jouissance a t fix
de la signature.
La cession est consentie et
moyennant le prix principal de
TE QUATRE MILLE EUROS
EUR), s'appliquant:
- aux lments incorporels po
NEUF MILLE EUROS (29.000,0
- au matriel pour VINGT CIl
EUROS (25.000,00 EUR)
Les opposition, s'il y a lieu, ser
en la forme lgale dans les dix j
publication lgale, au sige o
t lu cet effect.
Pour unique insertion
Le Notaire


"SCP" Alphonse BELHUM
et Bruno HAYOT
Notaires associs
56 Rue Fernand Clerc 97220

Suivant acte reu par Me Brun
notaire TRINITE le 22 Fvrier
t fait les apports ci-aprs ds
socit EKAMIG, socit res|
limite, au capital de SEPT h
CENT VINGT DEUX EUROS
RANTE CINQ CENTIMES (7.1
don't le sige social est Croz
Rue Thodore Baude, 97200
FRANCE, Immatricule au re
Commerce et des Socits de
FRANCE sous le N* 402 074 44
1) La socit dnomme
MORIN BETON", Socit Resi
Limite, au capital de UN MILL
CENT UN MILLE CENT
(1.501.100 C), ayant son sigi
FORT-DE-FRANCE (Martiniqui
ZAC de Rivire Roche, C/O
BETON, immatricule au Re
Commerce et des Socits de
FRANCE (Martinique), sous I
SIREN 408 980 720.
A effectu un apport en nun
CENT CINQUANTE DEUX
QUATRE CENT QUARANT
EUROS (152.449 C).
2) Mr Miguel EUCHARIS a eff
port en nature ci-aprs :
Deux parcelles de terrain sises s
mune de FORT-DE-FRANCE (M
Quarter Crozanville, Derrire G
figurant au cadastre de ladite a
la section AS, N* 1061 et 1083
contenance total de 13 ares 90
Lesdits biens valus CENT
TE DEUX MILLE QUATRE CE
RANTE NEUF EUROS (152.44
Suivant dlibration de I'asseml
raie extraordinaire des assoc
socit EKAMIG en date du
2006, il a t dcid de procd
mentation de capitia par les a
numraire et en nature ci-dea
gns.
Le capital social a t augment
CENT QUATRE MILLE HU
QUATRE VINGT DIX HUIT
(304.898 C) par la creation
parts nouvelles de 15,24 C
numrotes de 5001 20.500.
Cette mme dlibration a
transfrer le sige social l'ad
vante :
Chez GMB, Centre d'Affaire
entre Coralie, ZI Californie,
LAMENTIN.
La socit est gre par Mr Lou
demeurant Habitation Bois Bria
LE MORNE VERT, nomm cet
suivant une dlibration des ae
date du 22 Fvrier 2006.
Pour avis, Me Bruno HAYOT


ennement AVIS D'APPEL PUBLIC
)our lequel LA CONCURRENCE
egistre du
FORT-DE- March public de TRAVAUX
e numro
IDENTIFICATION DE L'ORGANISME
du fonds QUI PASSE LE MARCH
nature de
Type d'organisme: Dpartement
e au jour Nom et adresse officials de l'organisme
acheteur :
accepte Dpartement de la Martinique Htel du
CINOUAN- Dpartement Avenue des Caraibes -
(54.000,00 97200 Fort-de-France
OBJET DU MARCH:
ur VINGT Objet du march : TRAVAUX DE
0 EUR). CONSTRUCTION DU CENTRE MEDICO
NQ MILLE SOCIAL ET SAINTE LUCE
Type de march de travaux: Excution
ont reues Classification CPV (Vocabulaire commun
jours de la des marchs)
domicile a Objet principal
Descripteur principal : 45215200-9
Estimation : 769.000,00 C HT
019 Lieu d'excution : Place des Cocotiers -
S Commune de SAINTE-LUCE
R CARACTRISTIQUES PRINCIPALS:
March unique
Refus de variantes
STRINITE Prestations divises en lots : Non
Dure du march ou dlai d'excution :
o HAYOT Dure : 44 semaines computer de la
2006, il a reception de l'ordre de service
igns la CONDITIONS RELATIVES AU MARCH:
ponsabilit Cautionnement et garanties exigs:
AILLE SIX Le dossier de consultation sera remis
ET QUA- chaque candidate contre le pavement par
622.45 ), chque libell l'ordre du Payeur
anville, 13 Dpartemental de 20.00 reprsentant
FORT-DE- une participation aux frais de reprographie,
egistre du conformment l'article 41 du Code des
FORT-DE- Marchs Publics.
17. Modalits essentielles de financement et
"GROUPE de paiement:
ponsabilit Le dlai global de pavement est de 45
ION CINQ jours.
EUROS Modalits de financement: Ce march est
s social couvert par l'accord sur les marchs
e), 97200, publics. Cette operation est finance par le
FRANCE budget dpartemental.
gistre du Forme juridique que devra revtir le grou-
FORT-DE- pement d'entrepreneurs, de fournisseurs
e numro ou de prestataires de services (le cas
chant) :
traire de Aucune forme de groupement impose
MILLE l'attributaire.
E NEUF CONDITIONS DE PARTICIPATION:
Renseignements en vue de la selection
ectu '1ap- des candidatures:
Critres de selection des candidates :
sur la com-
lartinique) Garanties et capacits techniques et finan-
lartinique), cires
erbault, et
immune Rfrences professionnelles
pour une Situation juridique Capacit conomique
centiares. et capacity technique rfrences
CINQUAN- requires:
ENT QUA- Dclaration sur l'honneur dment date
9 C). et signe par le candidate pour justifier :
blie gn- a) Qu'il satisfait aux obligations fiscales et
ls de la sociales;
22 Fvrier b) Qu'il ne fait pas l'objet d'une Interdiction
er l'aug- de concourir;
ipports en c) Qu'il n'a pas fait l'objet au course des
ssus dsl- cinq dernires annes, d'une condamna-
tion inscrite au bulletin n* 2 du easier judi-
de TROIS ciaire pour les Infractions vises aux art.
IT CENT L324-9, L324-10, 341-6, L125-1, L125-3
EUROS du Code du Travail ;
de 20.000 d) Qu'il a satisfait aux dispositions des
chacune articles L.323-1, L.323-8-2, L.323-8-5 du
code de travail, pour les entreprises de 20
dcid de salaries et plus
Iresse sul- si le candidate est en redressement judi-
ciaire, la copie du ou des jugements pro-
Califomie, noncs;
97232 LE les documents relatifs aux pouvoirs de la
personnel habilite pour engager le candi-
is MORIN, dat ;
nd, 97226 le ou les renseignements permettant
te function d'valuer les capacits professionnelles,
ssocis en techniques et financires du candidate :
Sdclaration Indiquant les effectifs du can-
didat et l'importance du personnel d'enca-
FA 6020 drement, pour chacune des trois dernires
annes;
declaration concemant le chiffre d'af-


fires global et le chiffre d'affaires concer-
nant les travaux auxquels se rfre le mar-
ch, raliss au course des trois derniers
exercices ;
liste de rfrences de travaux quiva-
lents en course d'excution ou excuts au
course des cinq dernires annes, indi-
quant notamment le montant, la date et le
destinataire ;
declaration indiquant l'outillage, le mat-
riel et l'quipement technique mais aussi
les technicians ou les organismes tech-
niques don't l'entrepreneur disposera pour
l'excution de l'ouvrage;
ou
la declaration du candidate (DC5) dment
remplie et signe (les candidates sont invi-
ts pour des raisons pratiques privilgier
ce document, qui regroupe la totalit des
attestations vises l'article 46 du code
des marchs publics).
CRITRES D'ATTRIBUTION
Offre conomiquement la plus avantageu-
se apprcie en function :
du critre unique du prix le plus bas
PROCEDURES
Mode de passation : Marchs ngocis
avec mise en concurrence pass en appli-
cation de l'Article 35-1.1 du CMP.
CONDITIONS DE DLAI
Date limited de reception des candidatures:
20/04/2006 12H00
Dlai minimum de validity des offres : 120
jours
AUTRTES RENSEIGNEMENTS :
La collectivit propose le mode de trans-
mission lectronique pour la consultation
(remise des candidatures et remise des
offres). Cepenant, les candidates restent
libres de choisir le mode de transmission
paper.
Transmission lectronique : les candidates
trouveront sur le site : www.cg972.fr, les
modalits permettant de s'inscrire. Aprs
l'inscription, les candidates devront se pro-
curer un certificate numrique leur permet-
tant de transmettre leur pli.
Transmission paper: les plis seront adres-
ss par tout type d'envoi clos permettant
de dterminer de faon certain la date et
l'heure de leur reception notamment : lettre
recommande avec accus de reception
ou remise contre rcpiss.
Les modalits d'envol sont prcises dans
le rglement de la consultation.
Le dossier de consultation des entreprises
pourra tre tlcharg sur le site nternet :
www.cg972.fr, l'exception des plans qui
pourront tre retirs sur support paper au
bureau des marchs et conventions.
Date d'envol du present avis la publica-
tion : 08/03/2006.
ANNEXE I Adresses complmentaires
Adresse pour renseignements d'ordre
administratif :
Direction Gnrale Adjointe charge de
l'Equipement, de l'Eau, des Affaires
Economiques et des Transports Bureau
des Marchs et Conventions Immeuble
Concorde Route de la Folie 97200 Fort-
de-France
Auprs de:
Tl. : 0596 59 65 05/ 0596 59 83 70
Adresse pour renseignements d'ordre
technique :
Direction des Btiments et Collges -
Immeuble Delgrs Les Hauts de Dillon -
97200 Fort-de-France
Auprs de :
Tl.: 0596 59 41 21
Adresse laquelle les candidatures et les
plis doivent tre envoyes:
Direction Gnrale Adjointe charge de
l'Equipement, de l'Eau, des Affaires
Economiques et des Transports Bureau
des Marchs et Conventions Immeuble
Concorde Route de la Folie 97200 Fort-
de-France.
Les candidatures peuvent tre transmises
par lettre recommande avec accus de
reception ou dposes contre rcpiss.
La transmission des candidatures par voie
lectronique est autorise.
FA 6021











ANNONCES LIGALES


Jeudi 16 Mars 2006 Justice n" 11 Page 14


AVIS D'APPEL PUBLIC
LA CONCURRENCE

Identification de l'organisme qui passe le
march :
CONSEIL REGIONAL DE LA MARTINIQUE
Service des Marchs et de la command
publique Rue Gaston Defferre Cluny -
97200 Fort-de-France Martinique Tl. :
0596 59 63 00 Tlcopie : 0596 72 68 10
Adresse Internet: http://www.cr-martinique.fr
- rubrique "Marchs Publics"
Personne Responsable du march :
Le President du Conseil Rgional de
Martinique
Procedure de passation :
March procedure adapte (art. 28 du
Code des Marchs Publics (CMP)
Objet du march :
TRAVAUX DE REHABILITATION AU LEGT
DU FRANOIS (5me CONSULTATION)
Rfrence d'identification du march :
FRA-03-OP1E
Caractristiques principles:
Etendue de la prestation.
Il s'agit de raliser:
- des travaux de rehabilitation aux btiments
D et F, l'ancien btiment administratif et
dans l'atelier lve
- des travaux de construction d'un atelier de
type R+1 destiny aux agents T.O.S.
Autres :
Transmission par voie dmatrialise : auto-
rise
Prestation divise en lots:
La prestation est divise en deux lots:
Lot 1 D : Faux plafond Cloisons sches
Lot 04 : Escaliers mtalliques Btiment
Atelier
Les lots 2, 3, 5 ont t attribus
Les lots 1-A, 1-B, 1-C, et 1-E sont en course
d'attribution
Modalit d'attribution:
L'attribution se fera pas marches spars (lot
par lot)
Modalits de financement du march :
Budget du Conseil Rgional de Martinque +
FEDER
Lieu d'excution des travaux :
VILLE DU FRANCOIS
Dlai d'excution du march:
PRIODE DE PREPARATION : 30 JOURS
TRAVAUX: DLAI DE 5 MOIS (POUR L'EN-
SEMBLE DES LOTS)
Adresse auprs de laquelle le dossier de
consultation peut tre obtenu :
Ce dossier sera remis gratuitement par le
Conseil Rgional Service des Marchs et
de la Commande Publique Rue Gaston
Defferre Cluny 97200 Fort-de-France -
Tl. : 0596 59 63 91
Lors du retrait du DCE le candidate devra
fournir tout lment d'identification permet-
tant de le contacter en cas de besoin.
Ce dossier peut tre galement tlcharg
l'adresse Intemet sus indique.
Conditions de participation :
Critres de jugement des offres :
- valeur techniques des offres
- prix de la prestation
Pices requises
Il s'agit en particulier de:
* Lettre de candidature et declaration du can-
didat (modles joints au dossier de consulta-
tion),
" Moyens techniques affects l'opration,
* Rfrences pour des travaux similaires
effectus durant les 3 dernires annes,
* Elements permettant d'apprcier les capa-
cits techniques et financires du candidate.
Dlai de validity des offres: 180 jours
Adresse auprs de laquelle les renseigne-
ments d'ordre administratif et technique peu-
vent tre obtenus :
Conseil Rgional de la Martinique (Service
des Marchs et de la Commande Publique)
ou en ligne l'adresse Internmet sus indique
Adresse auprs de laquelle les renseigne-
ments d'ordre technique peuvent tre obte-
nus :
Service Technique du Conseil Rgional -
(Tl. 0596 59 64 24) ou en ligne l'adresse
Internet sus indique.
Date limited de reception des offres:
27 MARS 2006 12H00 (heure de
Martinique)
Adresse laquelle les offres doivent tre
envoyes:
Reception des offres, par pli recommand ou


contre rcpiss au Conseil Rgional de la
Martinique Service des Marchs et de la
command publique Rue Gaston Defferre -
Cluny 97200 Fort-de-France MARTI-
NIQUE ou en ligne l'adresse Internet sus
indique
Dlai laiss au candidate attributaire pour pro-
duire les attestations sociales et fiscales : 8
jours calendaires.
Autres renseignements:
Procedure dmatrialise
Le Conseil Rgional de Martinique met gra-
tuitement la disposition des candidates une
plate-forme de dmatrialisation accessible
via l'adresse Internet suivante :
httpJ//www.cr-martinique.fr rubrique "mar-
chs publics"
Cette plate-forme permet notamment (muni
de la rfrence d'identification du march
porte au present avis d'appel public la
concurrence) :
- la recherche des consultations passes par
la Region Martinique
- le tlchargement des avis, rglement de
consultation et DCE
- la transmission par voie lectronique des
dossiers d'offre
Pour le tlchargement du DCE les candi-
dats sont invits bien renseigner le champ
"e-mail" en ce sens que cette adresse pour-
ra tre utilise afin de les informer des ven-
tuelles modifications apportes au DCE.
S'agissant de la transmission des offres par
voie dmatrialise, la personnel habille
engager l'entit candidate doit tre titulaire
d'un certificate lectronique de classes 2 ou 3
dlivr par un prestataire agr afin de
signer son offre (voir listed des prestataires
agrs en page d'accueil de la plate-forme).
Lenvoi en deux temps des dossiers d'offre
est autoris : les candidates ayant adress
l'empreinte de leur offre avant la date limited
de remise des offres auront un dlai de
16H00 compt partir de l'envoi de l'em-
preinte pour faire parvenir leur dossier d'offre
lui-mme dans le "coffre-fort lectronique" de
la Region.
Date d'envoi de l'avis la publication :
Le 8 mars 2006.
FA 6022

AVIS D'APPEL PUBLIC
LA CONCURRENCE

March public de TRAVAUX

IDENTIFICATION DE L'ORGANISME OUI
PASSE LE MARCH:
Type d'organisme: Etablissement public ter-
ritorial
Nom et adresse officials de l'organisme
acheteur :
Dpartement de la Martinique Avenue des
Carabes 97200 Fort-de-France
OBJET DU MARCH:
Objet du march : TRAVAUX DE
CONSTRUCTION DU CENTRE MEDICO
SOCIAL DU ROBERT
Estimation des travaux : 750.000 HT
Type de march de travaux: Excution
Lieu d'excution : Lotissement Moulin Vent
* Commune du Robert
CARACTRISTIQUS PRINCIPALS:
March unique
Variantes : des variantes limites sont auto-
rises
Options: des options sont dfinies au cahier
des charges.
Prestations divises en lots : Non
Dure du march ou dlai d'excution:
Dure : 44 semaines computer de la rcep-
tion de l'ordre de service.
CONDITIONS RELATIVES AU MARCH :
Cautionnement et garanties exigs :
Le dossier de consultation sera remis
chaque candidate contre le paioment par
chque libell l'ordre du Payeur
Dpartemental de 20 , reprsentant une
participation aux frais de reprographie.
Modalits essentielles de financement et de
paiement :
Le dlai global de paiement est de 45 jours.
Modalits de financement : Cette operation
est finance par le budget dpartemental.
Ce march est couvert par l'accord sur les
marchs publics
Forme juridique que devra revtir le groupe-
ment d'entrepreneurs, de fournisseurs ou de
prestataires de services (le cas chant) :


Aucune forme de groupement impose l'at-
tributaire
CONDITIONS DE PARTICIPATION
Renseignements en vue de la selection des
candidatures
Critres de selection des candidates:
Garanties et capacits techniques et finan-
cires
Moyens et rfrences professionnelles
Situation juridique Capacit conomique et
capacity technique rfrences requires :
Declaration sur l'honneur dment date et
signe par le candidate pour justifier :
a) Qu'il satisfait aux obligations fiscales et
sociales ;
b) Qu'il ne fait pas l'objet d'une interdiction
de concourir;
c) Qu'il n'a pas fait l'objet au course des cinq
demires annes, d'une condemnation ins-
crite au bulletin n" 2 du easier judiciaire pour
les infractions vises aux art. L.324-9, L324-
10, 341-6, L125-1, L125-3 du Code du
Travail ;
d) Qu'il a satisfait aux dispositions des
articles L.323-1, L.323-8-2, L.323-8-5 du
code du travail, pour les entreprises de 20
salaries et plus
" si le candidate est en redressement judiciai-
re, la copie du ou des jugements prononcs ;
" les documents relatifs aux pouvoirs de la
personnel habilite pour engager le candidate;
"le ou les renseignements permettant d'va-
luer les capacits professionnelles, tech-
niques et financires du candidate :
* declaration indiquant les effectifs du candi-
dat et l'importance du personnel d'encadre-
ment, pour chacune des trois dernires
annes ;
O declaration concernant le chiffre d'affaires
global et le chiffre d'affaires concernant les
travaux auxquels se rfre le march, rali-
ss au course des trois derniers exercices ;
* liste de rfrences de travaux quivalents
en course d'excution ou excuts au course
des cinq demires annes, indiquant notam-
ment le montant, la date et le destinataire;
OU
* la declaration du candidate (DC5) dment
remplie et signe (les candidates sont invits
pour des raisons pratiques privilgier ce
document, qui regroupe la totalit des attes-
tations vises l'article 46 du code des mar-
chs publics).
Rfrence professionnelle et capacity tech-
nique rfrences requises:
Prestations similaire avec un montant qui-
valent sur les cinq demires annes.
Chacune des rfrences ou qualifications
prcites pourra faire l'objet d'quivalence.
CRITRES D'ATTRIBUTION:
Offre conomiquement la plus avantageuse
apprcie en function du critre unique du
prix le plus bas.
PROCEDURES:
Mode de passation : March ngoci pass
en application de l'article 35-1-5" du CMP
CONDITION DE DLAI:
Date limited de reception des offres:
20/04/2006 12H00
Dlai minimum de validity des offrres : 120
jours
AUTRES RENSEIGNEMENTS:
La collectivit propose le mode de transmis-
sion lectronique pour la consultation (remi-
se des candidatures et remise des offres).
Cependant, les candidates restent libres de
choisir le mode de transmission paper.
Il est prciser que le choix du mode de
transmission est irreversible. Ainsi, l'utilisa-
tion d'un mode de transmission diffrenci
entire la candidature et l'offre n'est pas auto-
rise, tout comme l'envoi d'un mme pli sur
support paper et par voie lectronique. Dans
ces deux cas, les plis seront considrs
comme non recevables.
Transmission lectronique : les candidates
trouveront sur le site : www.cg972.fr. les
modalils permettant de s'inscrire. Aprs
l'inscription, les candidates devront se procu-
rer un certificate numrique leur permettant de
transmettre leur pli.
Transmission paper : les plis seront adres-
ss par tout type d'envoi clos permettant de
dterminer de faon certain la date et l'heu-
re de leur reception notamment : lettre
recommande avec accus de reception ou
remise contre rcpiss.
Date d'envoi du present aivs la publication :
08/03/2006


ANNEXE I Adresses complmentaires
Adresse pour renseignements d'ordre admi-
nistratif et technique:
Administratif :
Direction Gnrale Adjointe charge de
l'Equipement, de l'Eau, des Affaires
Economiques et des Transports Bureau
des Marchs et Conventions Immeuble
Concorde Route de la Folie 97200 Fort-
de-France Tl. : 0596 59 65 05 / 0596
598370
Technique:
Direction des Btiments et Collges -
Immeuble Delgrs Les Hauts de Dillon -
97200 Fort-de-France
Auprs de :
Madame Pierre-Dominique Francine
Tl.: 0596 59 41 21
Adresse auprs de laquelle les documents
peuvent tre obtenus et les plis reus :
Direction Gnrale Adjointe charge de
l'Equipement, de l'Eau, des Affaires
Economiques et des Transports Bureau
des Marchs et Conventions Immeuble
Concorde Route de la Folie 97200 Fort-
de-France.
Les candidatures peuvent tre transmises
par lettre recommande avec accus de
reception ou dposes contre rcpiss.
FA 6023

AVIS DE CONSTITUTION

Par acte SSP en date FdeF du 16 Fvrier
2006
Forme: SARL
Dnmination : DAL B.T.P.
Sige social : Cit Lassale BTM. Anguilla -
Pte 1 97230 SAINTE-MARIE
Objet: BTP Rnovation Construction
Capital : 7.000 euros don't 7.000 en nature
Dure : 99 ans
Grant : Mr DALPHRASE Antoine demeu-
rant Quart. Carabin 97214 LORRAIN.
Immatriculation de la Socit la Chambre
des Mtiers de FdeF.
Pour avis
FA 6024

AVIS DE CONSTITUTION

Aux terms d'un acte sous seing priv en
date SAINTE-MARIE du 16 Fvrier 2006, il
a t constitu une socit prsentant les
caractristiques suivantes:
Denomination social : 972 TOP PROD
Forme social : Socit A Responsabilit
Limite
Sige social : 88, Rue du Pav Saint
Jacques 97230 SAINTE MARIE
Objet social: Lorganisation de manifestation
sportive et culturelle
Dure de la Socit : 50 ans computer de la
date de l'immatriculation de la Socit au
Registre du Commerce et des Socits
Capital social : 500,00 euros
Grance : Monsieur Jean Marie LORTE, 88,.
rue du Pav Saint Jacques 97230 SAINTE
MARIE.
IMMATRICULATION au Registre du
Commerce et des Socits de FORT-DE-
FRANCE.
FA 6025

SARL ZONE HAUTE TECHNOLOGIES
56, Rue Etlenne Sicot Enclos
97233 SCHELCHER

ADJONCTION D'ACTIVIT

Suite I'AGE du 17/02/06 il a t convenu
les adjonctions suivantes l'objet social:
- Production de musique et vido
- Ventes et revenues de modles rduits.
Les formalits au RCS seront effectus par
la grante.
Pour avis
FA 6026



LisEZ

ET FAiTES [iRE

JUSTiCE











AN NONCES LGALES 2, .


Jeudi 16 Mars 2006 justice n" 11 Page 15


AVIS D'APPEL PUBUC
LA CONCURRENCE

Type de march :
Travaux d'excution
Le march est-il covert par l'Accord sur les
marchs publics (AMP) ? OUI
Identification de I'organisme qui passe le
march :
CONSEIL REGIONAL DE LA MARTINIQUE
Service des Marchs et de la command
publique Rue Gaston Defferre Cluny -
97200 Fort-de-France Martinique Tl.:
0596 59 63 00 Tlcopie : 0596 72 68 10
Adresse Intemet: http//www.dr-martinique.fr
- rubrique "Marchs Publics"
Personne Responsable du March:
Le President du Conseil Rgional de
Martinique
Procedure de passation :
Appel d'offres ouvert (art. 33, 57 59 et 71.1
du Code des Marchs Publics) avec obliga-
tion de publicity au JOUE.
Objet du march :
Rseau routier national Voirie et quipe-
ments des btiments rgionaux
Fabrication, fourniture, transport et mise en
ouvre de matriaux enrobs aux liants
hydrocarbons.
Numro de rfrence du dossier:
ENROBES-06-10
Caractristiques principals:
Etendue de la prestation.
La prestation conceme comprend notam-
ment:
- Amnagement et entretien des installations
de fabrication,
- Fourniture et stockage des matriaux
entrant dans la composition des btons bitu-
mineux et graves bitume,
- Fabrication des btons bitumineux et des
graves bitume, ainsi que transport aux lieux
de mise en couvre.
- Ralisation d'engravures au raccordement
de la nouvelle chausse avec l'ancienne,
- Rabotage en rive ou en pleine larger
lorsque celui-ci s'avre ncessaire,
- Suppression des flaches et reprofilage
ventuel de l'ancienne chausse,
- Ralisation d'une couche d'accrochage
l'mulsion de bitume sur les supports et
entire les diffrentes couches d'enrobs,
- Mise en oeuvre et compactage des btons
bitumineux et graves bitumes,
- Nettoyage et remise en tat des voies
aprs le repliement du chantier,
- Signalisation temporaire de chantier et sa
maintenance pendant toute la dure des tra-
vaux,
- Dposes et reposes des lments de mobi-
lier et quipements divers dans le cadre des
chantiers sur btiments rgionaux,
- Etudes techniques pralables la dpose
et repose des lments de mobilier et qipe-
ments sportifs ou autres ci-dessus.
Variantes: autorises
Transmission par voie dmatrialise : auto-
rise
Allotissement:
Les travaux sont rpartis en 2 lots dsigns
ci-aprs qui aboutissent la passation de
deux marches bons de command:
- Lot n* 1 "Secteur Ouest" :
Montant minimum annuel de :
4.000.000,00 E TTC
Montant maximum annuel de
16.000.000,00 TTC
- Lot n* 2 "Secteur Est":
Montant minimum annuel de
3.000.000,00 TTC
Montant maximum annuel de
12.000.000,00 C TTC
Modalits d'attribution des lots:
Les lots seront attribus par marchs spa-
rs decisionss prises lot par lot)
Lieu d'excution:
Sur le rseau routier national de la
Martinique voirie et btiments de la Rgion
Martinique
Dure d'excution du march :
QUATRE ANS MAXIMUM (soit une priode
d'un an avec possibility d'tre renouvel trois
fois)
Le march a-t-il un caractre priodique ?
Oui. Ce march sera renouvel l'expiration
de la priode de 4 ans maximum prcite.
Classification CPV:
45233210-2 "Travaux de revtement d'au-
toroutes" et 45233220-7 "Travaux de revte-


ment de routes"
Adresse auprs de laquelle le dossier de
consultation peut tre obtenu:
Ce dossier sera remis gratuitement par la
D.D.E. Service des Routes Pointe de
Jaham 97233 SCHOELCHER Tl. : 0596
59 59 79 Fax: 0596 59 59 78, tous les jours
ouvrables de 7h30 13h00.
Lors du retrait du DCE le candidate devra
foumir tout lment d'identification permet-
tant de le contacter en cas de besoin.
Ce dossier peut -etre galement tlcharg
l'adresse Intemet sus-indique.
Modalits de financement du march :
- Budget FIRT du Conseil Rgional de
Martinique
- Dlai global de pavement : 45 jours
-Avance forfaitaire de 5 % prvue
Cautionnement et garanties exiges :
Nant
Forme juridique que devra respecter le grou-
pement d'entrepreneurs le cas chant:
Groupement solidaire momentan
Adresse auprs de laquelle des renseigne-
ments d'ordre administratif peuvent tre
obtenus :
Conseil Rgional de Martinique (Service des
Marchs et de la Commande Publique) ou
en ligne l'adresse Intemet sus-indique.
Adresse auprs de laquelle les renseigne-
ments d'ordre technique peuvent tre obte-
nus:
D.D.E.. Service des Routes l'adresse sus-
vise ou en ligne l'adresse Intemet prci-
te
Conditions d'obtention des documents
contractuels et des documents additionnels :
Obtention gratuite
Conditions de participation:
Critres de selection des candidatures
- Rfrences professionnelles du candidate
- Garanties techniques et financires
- Moyens
Critres d'attribution des offres
Enoncs dans le dossier de consultation des
entreprises savoir:
- Valeur technique des prestations : 55 %
SPrix des prestations : 45 %
Pices requises
- Liste correspondante dcrite dans le rgle-
ment de consultation, notamment:
* Lettre de candidature et declaration du can-
didat (conformes aux modles joints au dos-
sier de consultation),
* Moyens techniques affects l'opration,
* Rfrences pour des prestations similaire
effectues durant les 3 demires annes, en
particulier celles relatives aux travaux rali-
ss sous un traffic suprieur 35.000 vhi-
cules/jour,
* Elements permettant d'apprcier les capa-
cits techniques et financires du candidate.
Date limited d'obtention du dossier de consul-
tation des entreprises: Le 28 avril 2006
Dlai de validity des offres: 180 jours
Date limited de reception des offres:
MARDI 2 MAI 2006 A 12H00 (heure de
Martinique)
Adresse laquelle les offres doivent tre
envoyes:
Reception des offres, par pli recommand ou
contre rcpiss au Conseil Rgional de la
Martinique Service des Marchs et de la
command publique Rue Gaston Defferre -
Cluny 97200 Fort-de-France MARTI-
NIQUE ou en ligne l'adresse Intemet sus-
indique.
Date, heure et lieu d'ouverture des offres:
Ouverture prvue le 3 mai 2006 10H00 au
Conseil Rgional de Martinique
S'agit-il d'un avis obligatoire ? OUI
Dlai laiss au candidate attributaire pour pro-
duire les attestations sociales et fiscales:
08 jours calendaires
Autres renseignements:
Procedure dmatrialise
Le Conseil Rgional de Martinique met gra-
tuitement la disposition des candidates une
plate-forme de dmatrialisation accessible
via l'adresse Internet suivante
"http://www.cr-martinique.fr rubrique "mar-
chs publics"
Cette plate-forme permet notamment (muni
de la rfrence d'identification du march
porte au present avis d'appel public la
concurrence) :
- la recherche des consultations passes par
la Region Martinique
- le tlchargement des avis, rglement de


consultation et DCE
- la transmission par voie lectronique des
dossiers d'offre
Pour le tlchargement du DCE les candi-
dats sont invits bien renseigner le champ
"e-mair en ce sens que cette adresse pour-
ra tre utilise afin de les informer des ven-
tuelles modifications apportes au DCE.
S'agissant de la transmission des offres par
voie dmatrialise, la personnel habilite
engager l'entit candidate doit tre titulaire
d'un certificate lectronique de classes 2 ou 3
dlivr par un prestataire agr afin de
signer son offre (voir liste des prestataires
agrs en page d'accueil de la plate-forme).
L'envoi en deux temps des dossiers d'offre
est autorise : les candidates ayant adress
l'empreinte de leur offre avant la date limited
de remise des offres auront un dlai de
16H00 compt partir de l'envoi de I'em-
preinte pour faire parvenir leur dossier d'offre
lui-mme dans le "coffre-fort lectronique" de
la Region.
Date d'envol de l'avis la publication au
JOUE:
Le jeudi 9 mars 2006
Date d'envol de l'avis la publication aux
organes autres que le JOUE:
Le Vendredi 10 mars 2006.
FA 6027

AVIS D'ATTRIBUTION DE MARCH

L'avis d'appel public la concurrence a-t-il
fait l'objet d'une publication ?
Parution n : 98A rf. 367 du 07/06/2005
NOM ET ADRESSE OFFICIALS DE L'OR-
GANISME ACHETEUR :
Dpartement de la Martinique Htel du
Dpartement -Avenue des Caraibes 97200
Fort-de-France
OBJET DU MARCH:
Objet du march :
TRAVAUX DE CARRELAGE ET DE
REVTEMENT DE SOLS ET DE MURS
DANS LES COLLEGES ET QUIPEMENTS
DPARTEMENTAUX
Type de march de travaux: Excution
CRITRES D'ATTRIBUTION RETENUS:
Offre conomiquement la plus avantageuse
apprcie en function des critres noncs
ci-dessous
Prix des prestations = 60 %
Valeur technique = 40 %
PROCEDURES
Type de procedure
Appel d'offres ouvert pass en application
des Articles 33 3al. et 57 59 du CMP.
ATTRIBUTION DU MARCH:
LOT 01 : Travaux de carrelage et de revte-
ment de sols et murs
TITULAIRE : EUROBAT PEINTURE 97200
FORT-DE-FRANCE
MARCH N* 05097
MONTANT : Mini 62 500,00 Euros H.T. -
Maxi 250 000,00 Euros H.T.
LOT 02 : Travaux de carrelage et de revte-
ment de sols et murs
TITULAIRES : URITY MOISE 97240 LE
FRANCOIS
MARCH N : 05102
MONTANT : Mini 62500,00 Euros H.T. -
Maxi 250 000,00 Euros H.T.
LOT 03: Travaux de carrelage et de revte-
ment de sols et murs
TITULAIRE : S.M.T.P. (SOCIT MARTINI-
QUAISE DE TRAVAUX DE PLOMBERIE)
97200 FORT-DE-FRANCE
MARCH N : 05103
MONTANT : Mini 62500,00 Euros H.T. -
Maxi 250 000,00 Euros H.T.
LOT: 04 Travaux de carrelage et de revte-
ment de sols et murs
TITULAIRE : FLORAL B.T.P. FORT-DE-
FRANCE
MARCH N : 05104
MONTANT : Mini 62500,00 Euros H.T. -
Maxi 250 000,00 Euros H.T.
RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES
Date d'attribution du march : 28/10/2005
Date de notification du march :
LOT N 01 :16/02/06 LOT N 02:13/02/06
LOT N 03: 15/02/06 LOT N 04 : 17/02/06
Date d'envoi du present avis la publication:
10 Mars 2006
FA 6028


AVIS D'ATTRIBUTION DE MARCH

L'avis d'appel public la concurrence a-t-il
fait l'objet d'une publication ?
Parution n : 92A rf.281 du 28/05/2005
NOM ET ADRESSE OFFICIALS DE L'OR-
GANISME ACHETEUR :
Dpartement de la Martinique Htel du
Dpartement Avenue des Caraibes 97200
Fort-de-France
OBJET DU MARCH :
Objet du march:
TRAVAUX DE REHABILITATION ET DE
MISE EN CONFORMITY DE LA CUISINE
DU COLLEGE TRIANON AU FRANCOIS
Type de march de travaux : Excution
CRITRES D'ATTRIBUTION RETENUS
Offres conomiquement la plus avantageuse
apprcie en function des critres noncs
ci-dessous
* Dlai d'excution = 60%
* Prix des prestations = 40 %
PROCEDURES
Type de procedure
Appel d'offres ouvert pass en application
des Articles 33 3*al et 57 59 du CMP
ATTRIBUTION DU MARCH
Titulaire: GROUPEMENT D'ENTREPRISES
LE PRIME, ALIZELEC, SCTS, FAIC 97224
DUCOS
MARCH N : 05105
MONTANT: 481 940,11 Euros H.T.
RENSEIGNEMENTS COMPLMENTAIRES
Date d'attribution du march : 28/10/2005
Date de notification du march : 01/02/2006
Date d'envoi du present avis la publication :
13 Mars 2006
FA 6029

PREFECTURE
DE LA REGION MARTINIQUE

SOUS-PRFECTURE DU MARIN

AVIS D'OUVERTURE D'ENQUETE
PUBLIQUE

Le public est inform que conformment aux
dispositions de I'arrt prfectoral n*
2006/12, il sera procd l'ouverture:
- d'une enqute publique sur la demand
d'autorisation au titre des articles L214-1 L
214-6 de la loi sur l'eau du 03 janvier 1992
concemant le rejet des eaux pluviales du
project d'amnagement de l'opration SIGY
OZANAM et du lotissement du Stade dans
les eaux superficielles;
Cette enqute pblique se droulera du lundi
03 avril au mardi 09 mai 2006 inclus, sur le
territoire de la commune du VAUCLIN;
Le dossier d'enqute pourra tre consult du
lundi 03 avril 2006 au mardi 09 mai 2006
inclus la mairie ci-dessus mentionne, aux
heures d'ouverture des bureaux.
Durant cette priode, les observations du
public pourront:
- soit tre consignes sur le registre d'en-
qute mis sa disposition,
- soit tre adresses par crit M. Jean-
Pierre SECROUN, commissaire enquteur,
qui sigera la mairie du VAUCLIN, comme
suit :
- lundi 03 avril 2006 de 9H 11H
- mardi 18 avril 2006 de 9H 11H
- mardi 09 mai 2006 de 9H 11H
Les conclusions motives du commissaire
enquteur pourront tre communiques pen-
dant un dlai d'un an computer du quaran-
time jour suivant la clture de l'enqute
toute personnel en faisant la demand la
Sous-Prfte du MARIN. Elles seront en
outre dposes en mairie du VAUCLIN, pour
la consultation du public.

Marin, le 13 Mars 2006 <
La Sous-Prfte du MARIN
Alice ROZIE
FA 6030









Jeudi 16 Mars 2006 Justice n" 11 Page 16


(SUITE DE LA PAGE 7)

Dans sa Lettre aux Antillais",
Nicolas Sarkozy suggre le
dclassement d'une parties de l'ar-
ticle 4, le dbat est clos...
Anthony ToIbussaint. l veut viter un
dbat fundamental. C'est son probl-
me. Ce n'est pas le ntre. Par contre, il
nous revient de visiter tranquillement
notre histoire, de la connatre comme
le lieu fondateur de notre experience
collective en tant que people. Personne


ne peut nous intimer l'ordre d'oublier
les crimes inhrents l'entreprise
colonial et l'esclavage, qui ont tent
de dshumaniser des femmes et des
hommes sur cette terre, qui en garde
les traces. Sans haine, mais avec luci-
dit et fermet, nous devons regarder
le pass, les horreurs subies, et en tirer
toutes les leons d'humanit.

Entretien ralis par
Rosa Moussaoui


COMMUNIQUE

L'association d'amiti Martinique Cuba

invite tous ses adhrents son assemble

gnrale le samedi 18 mars 2006 16h30

l'immeuble "Justice"

Angle des rues Andr Aliker et Emile Zola *

Terres-Sainville Fort-de-France.




ANNOUNCES LGALES


MEMCRUN E Ir E mUSE ENi VALEUR
MU OaMiMaIEE ME LESIaIPULT
MWMISItM M MIE- nLA MlE


.affinhtttiiisttiiiusa


cmmmminws
il -1ljFfx dt5wPMMrEum :: 4eal dmres tes-
Itrmint laitldes 45 ( M 64 di ode des mat-
2 1ritpe dmirtmrmm e Parc Naturel
Ri0ar1 die lie MUMhiqlwB Drnane de
Tirifli OWP 4R7 97295 Fc-Gie-fance
C&Iex liTiOlhme .1 5GU 64 42 59 -
1TrEieooiw::RmE6 4 64 72 27 Adiresse de
amier ati igSr ule. U*r.l> dpnp-

1 Fensmrni e du Mi B w arch
Fffln):: a lwie l iter du Parc

,# 04Wstl1w dist4seds I C sradtiques
e arise h: Aremusjeervg estt mise en
9atiaurd1iw Ckwsiire de IEscrtfpult Maison
e lia iartm rimihirarni s
(srotesmi dtrn bamoerd d'accueil et
nsturmttn d1 ida fli maisEon de la nature;

An)-jri;o--u ps ~ aya-9-n
5- iitiramunmn Sne ie sur le site:

14 a 4ayrs de laquelle des ren-
Moften*ift pqefflt tre obtenus:is
1151twem de rEquipement
dia le 4tti1~ri e Serve Ingnierie et
~Ode.rcm rrra Plie uaa Cellule
mulrtcffinise Pd~blRiubiF W 2 Pointe de
Wt"fam -972M S*kW Tl.: 0596 59
M IC.459 M59 57 77

Par fftlstlrrd lirIIo de ta Martinique -
09nwm de l'cTiieo 97205 Fort-de-
friri -T4idii oroea 0596 64 42 59,
lf(OWwp*w Of59564 72 27


7 Date limited de reception des candida-
tures (quel que soit le mode de dpt) : 07
avril 2006 12 heures.
8 Date d'envoi de l'avis d'appel public
la concurrence : 13 mars 2006.
FA 6031

PARC NATURAL REGIONAL
DE LA MARTINIQUE
AMENAGEMENT ET MISE EN VALEUR
DU DOMAINE DE L'ESTRIPAULT
MAISON DE LA NATURE
MARTINIQUAISE
TRAVAUX D'AMENAGEMENT
MUSEOGRAPHIQUE
AVIS D'APPEL PUBLIC
CANDIDATURES

1 Type de procedure : Appel d'offres res-
treint (articles 60 64 du code des mar-
chs publics)
2 Type d'organisme : Parc Naturel
Regional de la Martinique Domaine de
Tivoli BP 437 97205 Fort-de-France
Cedex Tlphone : 0596 6442 59 -
Tlcopieur : 0596 64 72 27 Adresse de
courier lectronique (courrel) : dpnp-
pnrm@wanadoo.fr
3 Personne Responsable du march
(PRM) : Madame la Prsidente du Parc
Regional Naturel de la Martinique
4 Objet du March / Caractristiques
principles : Amnagement et mise en
valeur du Domaine de l'Estripault Maison
de la nature martiniquaise.
Travaux d'amnagement musogra-
phique.
March divis en 2 lots :
Lot N 1 : Amnagement scnographique
Lot N 2 : Production audiovisuelle
5 Voir announce complete sur le site :
www.annoncemarchepublic.fr
6 Adresse auprs de laquelle des rensei-
gnements peuvent tre obtenus :
Direction Dpartementale de l'Equipement
de la Martinique Service Ingnierie et
Constructions Publiques Cellule


Constructions Publiques N* 2 Pointq de
Jaham 97233 Schoelcher Tl. :0596 59 58
13 fax : 0596 59 57 77
ou
Parc Naturel Rgional de la Martinique -
Domaine de Tivoli 97205 Fort-de-France -
Tlphone : 0596 64 42 59, Tlcopieur :
0596 64 72 27
7 Date limited de reception des candida-
tures (quel que soit le mode de dpt) : 07
avril 2006 12 heures
8 Date d'envoi de l'avis d'appel public
la concurrence : 13 mars 2006.
FA 6032
AVIS D'ATTRIBUTION

Identification de la collectivit qui a pass
le march :
CONSEIL REGIONAL DE LA MARTI-
NIQUE Service des Marchs Rue
Gaston Defferre Cluny 97200 Fort-de-
France
Objet du march:
Objet : Travaux de clture aux lyces ACA-
JOU II et PETIT-MANOIR
- Operation n* ACA2-PEM-05-OP12
L'avis a-t-il fait l'objet d'une publication au
BOAMP? : NON
L'avis a-t-il fait l'objet de rectificatif au
BOAMP ? : Non
Date d'attribution du march : 08
FEVRIER 2006
Nombre total d'offres reues : 6
* N" DU LOT: 1
NOM DU TITULAIRE : LES CHANTIERS
DE TRENELLE
MONTANT EN TTC : 239 343,51
N DU LOT : 2
NOM DU TITULAIRE : LES CHANTIERS
DE TRENELLE
MONTANT EN TTC: 47 552,84
Date de 'enol du present avis la publica-
tion : 13 mars 2006.
FA 6033
SARL SOFINPAR
Socit responsabilit limite
au capital de 7 623 euros
Sige social : Immeuble SEEN


Z.I. La Lzarde
97232 LE LAMENTIN
RCS de Fort-de-France 343 585 055

Aux terms d'une assemble gnrale extra-
ordinaire du 15/12/2005 les associs de la
SARL SOFINPAR, immatricule au RCS DE
FORT-DE-FRANCE, n* 343.585.055, sige
social Immeuble SEEN, ZI La Lzarde -
97232 LE LAMENTIN, ont dcid :
- d'augmenter le capital social en numraires
de 7.623 37.000 , par lvation de la
valeur nominale des parts de 15,24 C 74 ;
et de modifier en consequence les articles 6
"Apports" et 7 "Capital Social" des status ;
- de transformer la socit en Socit par
Actions Simplifie computer du 15/12/2005.
Cette transformation entrane la publication
des mentions suivantes:
1/ Capital : Ancienne mention : Le capital
social est fix 7.623 divis en 500 parts
sociales, de 15,24 chacune. Nouvelle
mention : Le capital social est fix 37.000
et divis en 500 actions, de 74 chacune
entirement libres. 2/ Forme. Ancienne
mention : Socit responsabilit limite.
Nouvelle mention : Socit par actions sim-
plifie. 3/Administration: Ancienne mention:
GRANT : Monsieur Yan MONPLAISIR
Immeuble SEEN, Z.I. La Lzarde 97232 LE
LAMENTIN. Nouvelles mentions
PRESIDENT : Monsieur Yan MONPLAISIR
Immeuble SEEN, Z.I. La Lzarde 97232 LE
LAMENTIN. 4/Admission aux assemblies et
droit de vote : Tout actionnaire peut participer
aux assembles sur justification de son iden-
tit et de l'inscription en compete de ses
actions, et chaque actionnaire dispose
autant de voix qu'il possde ou reprsente
d'actions. 5/ Agrment : Les cessions d'ac-
tions sont soumises l'agrment de la col-
lectivit des actionnaires statuant la majo-
rit.
Les commissaires aux comptes de la socit
demeurent inchangs.
Mention sera faite au RCS de FORT-DE-
FRANCE.
POUR AVIS
FA 6034


POUTIODE


CONFRENCE-DBAT


Vendredi 17 Mars 2006

18h30

AMEP



Association Martiniquaise

des Professeurs de

Sciences Economiques et

Sociales



THEME

Travail et emploi

en Martinique



Participation :
Albric Marcelin, Secrtaire CDMT-ANPE
Femand Odonnat, CGMPE
Un Inspecteur du Travail
Un Professeur de Sciences
Economiques et Sociales




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - Version 2.9.9 - mvs