Group Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Title: Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00052
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Publication Date: February 9, 2006
Copyright Date: 2006
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00088914
Volume ID: VID00052
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373

Full Text


HiNr/ON COMA\


Pour la Responsabilit et le Dveloppement vritable.


ww
- '~
rp0
PIXtPi,I \ -


L'action unie

peut faire avancer


la


cause


de la


Responsabilit

Martiniquaise


,997 leon releffi


DISCRIMINATION
Les
fonctionnaires
originaires
des DOM
saisissent
la court
europenne
Contract
Premire
Embauche
ON PEUT
FAIRE MIEUX
POUR LA
JEUNESSE








SA KA FRS


Jeudi 9 Fvrer 2006 Justice n 6 Page 2


SA KA PAS .................. .p.2
EDITO .........................p. 3
Pour la responsabilit martiniquaise,
continuous l'action unitaire
SANT .................. ........ 4
Epidmie de Chikungunya la Runion
LUTTES SOCIALES .............p. 5
Inquitude des fonctionnaires
Les fonctionnaires originaires des DOM
saisissent la Cour Europenne des
Droits de l'Homme
SOCIT .................. ....p. 6
Violence faite aux femmes : Rpondre
l'urgence
Je rclame le droit de savoir : Aurlie
Bayimbi 1er prix des plaidoiries
POLITIQUE ................ .p. 7
Conseil Gnral : Quel avenir ?
Activity PCM
ECONOMIE .................p. 8
Contrat Premire Embauche: Des pro-
positions alternatives sont avances
Notre Rgion
Mmoire du Peuple
Fvrier 1974 : Une date important de
notre histoire
FRANCE ..................p. 10
Les forces populaires organisent la
riposte
68 % des Franais mcontents du gou-
verement
ANNONCES LGALES .....p. 11 14
CULTURE ....................p. 16
Colloque international : Quel modle pour
la Caraibe ?

JUSTICE
Administration : 71 86 83
Rdaction : 63 13 20
Fax : 63 13 20
Ed.Justice @ wanadoo.fr




Fondateur: Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France Tl. 71 86 83
Commission Paritaire n" 54.026
7 Janvier 1977
Directeur de la Publication :
Femand PAPAYA
Maquette Impression:
NIM 7314 54


Les procureurs
caribens
en sminaire

Aprs s'tre consacr la formation
des policies et gendarmes et la
cooperation avec Sainte-Lucie et la
Dominique, le Centre interministriel
de formation anti-drogue (CIFAD)
uvre pour la synergie des procureurs
caribens. Ils viennent de plus d'une
quinzaine de pays de la zone, de la
Colombie Saint-Vincent en passant
par Cuba.
Etaient galement presents les repr-
sentants amricains des gardes ctes
comptents sur la zone, l'occasion
d'changer avec les Cubains, ce qui est
plutt rare.
Les saisies de drogues de plus en plus
importantes, des mthodes dignes du
grand banditisme, obligent les respon-
sables judiciaires une approche diff-
rente pour rendre la repression plus
efficace. Ils se sont rencontrs Fort-
de-France, la semaine dernire afin de
faire le point sur la menace constitute
par ce traffic de stupfiants et sur les
moyens de lutte judiciaire mis en
uvre. Cette cooperation devrait per-
mettre une lutte plus efficace pour le
dmantlement des rseaux dans la
region.




Volcan sous bonne
surveillance

Vendredi 3 Fvrier dernier s'est tenue
la reunion annuelle du Comit de liai-
son de la convention entire le Conseil
Gnral, l'Institut national des
Sciences de l'Univers et l'Institut
Physique du globe de Paris afin de
fire le bilan scientifique et technique
de l'anne 2005 et les provisions 2006.
Parmi ces dernires, un programme de
connaissance du fonctionnement de la
subduction et du volcanisme associ,
ainsi qu'un programme relatif aux
catastrophes telluriques et tsunami.
Ces diffrentes institutions ont sign
une convention pour la gestion de l'ob-
servatoire du Morne des Cadets afin
d'assurer la surveillance oprationnel-
le volcanique. Elle prcise les contribu-
tions de chacun et dfinit les modalits
de cooperation entire les parties pour
l'exploitation et le enforcement des
moyens de cet observatoire.


Second priode
des soldes

La second priode des soldes tait
sujette dsaccord entire l'administra-
tion et les associations de commer-
ants. La date envisage selon les pro-
fessionnels tait trop proche d'une
priode de forte consommation et trop
longue. Suite une concertation entire
les reprsentants des commerants et
de l'administration prfectorale, un
accord a t trouv : la second priode
des soldes est fixe eu 02 au 29 octobre;
elle durera donc quatre semaines.



Clinique
Sainte-Marie:
La justice prend
son temps

Les 217 salaries de la Clinique Sainte-
Marie place en redressement judiciai-
re depuis fvrier 2004 attendent de
savoir quel sera leur future employer.
En novembre se terminait la priode
de transition, soit pour designer un
nouveau repreneur soit pour autoriser
un plan de continuation labor par les
actuels dirigeants.
Depuis, la justice ne s'est pas pronon-
ce, attendant d'avoir toutes les cartes
en sa possession.
Vendredi 3 fvrier, les actuels diri-
geants ont bnfici d'un renvoi pour
retrouver un autre partenaire finan-
cier, car la socit mutualiste martini-
quaise UFR ne peut, au regard de la
loi, tre actionnaire d'une clinique de
cette catgorie.
Les salaries sont favorables au plan de
continuation car celui-ci preserve l'in-
tgralit des emplois, contrairement
aux deux autres offres de reprise.
L'une mane de capitaux venant de la
Guadeloupe ayant un a prior favo-
rable des employs. L'autre, venant
des actionnaires de la Clinique Saint-
Paul, est accompagn d'un plan social
destin en faire une unit compl-
mentaire de Saint-Paul.
Les salaries seront fixs sur leur ave-
nir le 16 Fvrier prochain.







Jemil 9 Fvrier 2006 Justice n" 6 Page 3


Pour la responsabilit

martiniquaise,


continuous



r action unitaire


La mobilisation unitaire des
organizations progressistes
en France et dans les DOM
a fait reculer Chirac sur la
"loi de la honte" proclamant
les bienfaits de la colonisa-
tion et vote l'Assemble
National par une majority
de droite UMP. Par ailleurs,
la lutte des peuples d'outre-
mer associs aux forces
dmocratiques de France a
obtenu que la proposition
du "Comit pour la mmoire
de l'esclavage" de comm-
morer la mmoire de la trai-
te ngrire et de l'esclavage
et de leurs abolitions soit
fixe au 10 Mai. Ces deux
victoires doivent encoura-
ger ceux qui luttent pour
faire connatre cette histoi-
re soigneusement laisse
dans l'ombre par le colonisa-
teur.
La mobilisation ne doit pas
faiblir, car il serait naf de
croire que le racism et les
discrimination don't sont
victims nos compatriotes
vont cesser aprs les
rcentes dclarations du
chef de l'Etat. H faudra
veiller galement ce que
les coliers de France
dcouvrent dans leurs livres
d'histoire la vrit sur la
colonisation, grce au tra-
vail des historians.
Agir pour ne pas subir, c'est


aussi lutter contre la poli-
tique ultra-librale qui ins-
taure la prcarit pour les
salaries et enforce la toute-
puissance de la bourgeoisie.
C'est ce qu'ont ralis les
organizations syndicales
qui ont fait descendre dans
la rue les fonctionnaires
pour les salaires, les effectifs
et pour la defense des ser-
vices publics. Elles sont
engages dans une mobilisa-
tion croissante pour faire
reculer le gouvernement
Villepin Sarkozy sur la
question du "Contrat
Premire Embauche" (CPE)
autorisant le patronat
licencier un jeune sans
avoir donner de justifica-
tion. Ce mme ultra-libra-
lisme qui ici ruine les petits
planteurs de banane et
abandonne les ouvriers
agricoles sur le bord de la
route a t vigoureusement
dnonc par les 100.000 par-
ticipants du VIe Forum
Social de Caracas, au
Vnzula. La lutte des
peuples contre le capitalis-
me exploiteur ainsi que la
resistance contre l'impria-
lisme et la guerre patient.
Pour s'en convaincre, il suf-
fit d'numrer les pays
d'Amrique Latine qui ont
bascul vers le movement
progressiste au course des


R. Riam


dix dernires annes.
Certains d'entre eux,
comme le Vnzula et la
Bolivies se sont engags aux
cts de Cuba dans une vri-
table revolution social en
faveur de leur people, mal-
gr les arrogantes menaces
de l'imprialisme amricain.
Un autre monde est pos-
sible. Les lecteurs devront
s'en souvenir lors des pro-
chaines chances lecto-
rales.
Aussi il faut qu'en
Martinique mme nous rete-
nions ces enseignements.
Par le rassemblement uni-
taire et l'action nous pou-
vons faire avancer la cause
de la Responsabilit marti-
niquaise en 2006.
Ce qui a t possible pour
faire abroger la notion de
rle positif de la colonisa-
tion dans la "loi de la honte"
et pour faire reconnatre
par la France la ncessit de
commmorer l'abolition de
l'esclavage sur son territoire
l'est aussi pour arracher un
pouvoir politique martini-
quais et sortir le pays de
l'impasse.
Plus que jamais, les forces
de progrs ont une grande
responsabilit devant notre
people : trouver les voies de
l'entente et de l'action unie.


EDITOR








SANT


lJedi 9 Fvrier 2006 Justice n 6 Page 4


LA RUNION


Epidmie de Chikungunya,


Smaladie virale.


Un vaccin existerait...


Depuis le 22 Fvrier 2005, donc bientt
une anne, les Runionnais sont
confronts la Chikungunya, qui a
touch ce jour prs de 50.000 per-
sonnes. Cette maladie propage par un
moustique, est redoutable : impossibi-
lit de se mouvoir, poignets, chevilles,
genoux enfls, accs de fivre s'talant
sur plus de 7 mois ; maux de tte, dis-
parition de la sensation de soif, du
got, apparition d'encphalite, etc.
Cette maladie ne cesse de s'amplifier
et frappe bien sr l'conomie de la
Runion dans tous ses secteurs. Selon
le ministry de la Sant aucun vaccin
n'existerait. Cette affirmation a t
dmentie par le Dr Catherine Gaud,
vice-prsidente du Conseil Rgional
runionnais. Ce vaccin existe ; il est
mme utilis par l'arme amricaine.
Mais n'est pas commercialism pour le
public !
Cette information important a t
transmise par Paul Vergs, Prsident
de la Rgion, Dominique de Villepin.
L'heure n'est pas la polmique, mais
la prevention et l'arrt de la propa-
gation de la maladie qui produit des
ravages humans. Il faut que tous les
moyens de lutte contre le chikingunya
soient dploys, que toutes les pistes
soient tudies.
En ce sens la dpute communist de
la Runion, Huguette Bello, a deman-
d la creation d'une Commission d'en-
qute parlementaire "sur l'pidmie du
virus chikungunya la Runion, sur
les problmes sanitaires lis cette
maladie et sur les moyens mettre en
uvre pour l'radiquer".
Cette demand a t accompagne
d'une proposition de resolution.
Dans cette douloureuse preuve, nous
disons aux amis Runionnais
'Tchimb raid, nou la pi zot"; pi
l bab canmarad-ou ka pri dif, foc
rouz taw.

S A.C.


Recommendations visant
prvenir l'introduction du
virus Chikungunya en
Martinique

Une pidmie due au virus
Chikungunya svit actuellement sur
l'le de la Runion. Ce virus est trans-
mis par un moustique du genre Aedes
(qui est galement vecteur de la
dengue). Les personnel infectes par
ce virus, peuvent prsenter une fivre
leve d'apparition brutale ainsi que
de douleurs articulaires et musculaires
touchant les extrmits des membres
(poignets, chevilles, phalanges), des
maux de tte et, parfois, une ruption
cutane. Des hmorragies bnignes
peuvent survenir, surtout chez les


Un virus transmis par un
moustique du genre Aedes...


enfants. Dans certain cas l'infection
est inapparente. L'volution sponta-
nee de la maladie est le plus souvent
rapidement favorable en moins de 10
jours. Des formes chroniques existent
cependant, caractrises par des dou-
leurs articulaires persistantes et par-
fois invalidantes. Aucun cas mortel
d'infection Chikungunya n'a t rap-
port ce jour. Il n'y a pas de traite-
ment spcifique, la prise en charge th-
rapeutique a pour objectif de soulager
les douleurs.
A cejour, aucun cas de transmission de
la maladie n'a t observ en
Martinique.
Cependant, les autorits sanitaires ont
t informes qu'au moins une person-
ne de retour d'un sjour la Runion a
prsent, son arrive en Martinique,


certain des signes cliniques voca-
teurs de la fivre Chikungunya.
Compte tenu de la presence en
Martinique du moustique Aedes
aegypti, vecteur du virus
Chinkungunya, il existe un risque d'in-
troduction de ce virus en Martinique et
de dveloppement de foyers de trans-
mission.
Il est donc demand toute personnel
de retour d'un sjour sur l'le de la
Runion d'appliquer de manire imp-
rative les rgles suivantes, ds son
arrive en Martinique et au moins
durant les 15 jours suivant son dpart
de la Runion :
- Se protger individuellement contre
les piqres de moustiques : utilisation
de moustiquaires, port de vtements
longs, utilisation de rpulsifs et de pro-
duits insecticides...
- Eliminer tous les gtes susceptibles
d'hberger des larves de moustiques
(vieux pneus, bidons...), surveiller ce
que l'on ne peut ni ranger ni protger,
en changeant l'eau au moins 2 fois par
semaine (boutures, vases fleurs, des-
sous de pots, abreuvoirs...) et protger
les reserves d'eau avec une toile mous-
tiquaire ;
- Prendre contact avec le service de
Dmoustication afin qu'une recherche
de moustiques Aedes aegypti soit effec-
tue et que des traitements adapts
soient mis en place (Service de
D6moustication /Lutte anti-vectorelle
- Conseil Gnral de la Martinique /
SDDS 05 96 59 85 44).
Ces measures sont indispensable pour
viter l'introduction de ce virus en
Martinique.
D'autre part, touted personnel revenant
d'un sjour sur l'le do la Runion et
qui prsente, dans les 2 semaines sui-
vant son retour; do la fitvre et/ou des
douleurs articulaires, doit immdiate-
ment :
> Prendre contact avec la cellule de
veille sanitaire de la DSDS de
Martinique (05 96 39 42 53 ou 05 96 39
42 54) pour la mise en place de
measures de prevention ;
> Consulter son mdecin traitant.








LUTTES SOCIALES


Jeudi 9 Fvrier 2006 justice n" 6 Page 5


Inquitude des fonctionnaires
Ils taient peu nombreux dans les rues l'Acadmie de la Martinique. tion, il a intrt se mfier, on ne peut
de la ville capital lors de cette journe Sur l'utilit de cette dmarche revendi- pas faire une politique contre l'en-
d'action lance par les syndicats fran- tative dans la rue, Marie-Michelle semble d'une population. Il y a un
ais de la function publique et relaye Tbussaint estime "qu'il faut que le gou- mcontentement bien rel et il faudra
plus particulirement par les syndi- vernement entende le mcontente- que l'on en tienne compete .
cats des enseignants chez nous. e Cette mobilisation est le
"Cela ne veut pas dire qu'ils nedbut d'une rie d'ac-
sont pas en colre", declare tions pour l'UNSA et le
Joseph Henri, le Secrtaire de SE, puisque ds le 8
la FSU. .A. fvrier, ils organiseront
"Comme d'habitude, si les ensei- une operation molokoy
giants font grve, ils rechignent pour protester centre les
un peu plus descendre dans la suppressions de posters.
rue", explique-t-il. "Ceux qui La FSU se mobilize pour
sont dans la rue sont dtermins la journe du 7 fvrier
et prts dfendre leurs condi- contre le contract premi-
tions de travail et de salaire", re embauche (CPE). Si
enchane la Secrtaire gnrale rien n'est fait pour appor-
du SE-UNSA, Marie-Michelle ter des rponses aux
Toussaint. k revendications ensei-
Les deux syndicate se rejoi- gnantes, il est clair que
gnent pour affirmer que cette l'on les entendra souvent
grve est un premier avertisse- dans la rue.
ment. L'objet de la colre porte -. <:, .' .. Les Martiniquais ne peu-
sur les propositions minist- Les plus dtermins etaient dans la rue vent se dsintresser de
rielles relatives aux salaires, un ce problme qui concern
contentieux qui remote deux ans. ment des fonctionnaires et plus parti- l'avenir de leurs enfants, ni de la ques-
Et les dernires annonces sont loin de culirement des enseignants ; nous tion "Quelle cole pour demain ?".
satisfaire les personnel de l'Etat n'allons pas abandonner la rue, mais
employer. Ils disent "non" cette poli- l'occuper chaque fois que cela s'avre M C.B.
tique rgressive qui puise toutes les ncessaire".
forces du pays, encourage la prcarit Le Secrtaire de la FSU pense que "le
qui dmantle le statut du salari et gouvernement aurait tort de ne pas
"non" aux suppressions de postes dans prendre en compete ce type de mobilisa-


Discrimination des fonctionnaires originaires d'outre-mer

La CGT saisit la Cour Europenne des Droits de l'Homme


Face l'obstruction systmatique des
administrations dans l'accs aux
congs bonifis et la prime d'loigne-
ment des agents originaires d'outre-
mer en France, la CGT a dcid de por-
ter deux dossiers lis la function
publique hospitalire devant la Cour
Europenne des droits de l'homme.
Le Conseil d'Etat franais les a dj
examins et rejets :
L'un au motif que l'indemnit d'loi-
gnement ne serait eligible dans les
hpitaux qu' dater de l'integration de
ces dermuer, la function publique, en
1986;
L'autre en raison de la prescription
quadriennale, qui permet d'annuler le
droit l'indemnit s'il n'est pas reven-
dique dans les quatre ans.
Pour la CGT Sant, "'Etat n'informe
pas les agents venus d'outre-mer de
leur droit, et s'appuie ensuite sur cette


carence pour ne pas payer l'ndemnit".
A l'inverse, les mtropolitains qui par-
tent outre-mer sont sur-informs.
Il y a donc clairement discrimination,
selon l'Union CGT des fonctionnaires.
Et c'est sous cet angle que la CGT por-
tera l'attaque.
L'enjeu est de taille : 12.000 dossiers
d'hospitaliers sont devant les tribu-
naux administratifs ; 6.000 sont en
souffrance dans la function publique
d'Etat.
Des milliers de compatriotes sont
concerns.
Un group de travail, malgr tout, a
t install par le ministre de la
Fonction publique avec l'aval de
Matignon.
La CGT souhaite qu'il aboutisse des
textes communs toute la function
publique, qu'il acte le pavement de l'in-
demnit d'loignement tous les


ayants droit et qu'il dicte des rgles
objectives et lisibles pour les congs
bon ifis.
L'action juridique devant la Cour euro-
penne des droits de l'homme est des-
tine montrer que la CGT est prte
aller jusqu'au bout dans cette affaire
de discrimination touchant les agents
originaires d'outre-mer.
Une fois de plus, pour fire respecter
leurs droits, les agents d'outre-mer doi-
vent agir et se mobiliser
Jamais la France n'a accept facile-
ment que les avantages crs pour ses
fonctionnaires aux colonies dparte-
mentales soient rciproquement appli-
qus aux fonctionnaires autochtones.
C'est une constant depuis 1946 avec
notamment la fameuse question des
40 % dits de "vie chre".
M Michel Branchi







jeudi 9 Fvrler 2006 Justice n" 6 Page 6


Violence faite aux femmes

Rpondre l'urgence


La violence faite aux femmes est
l'image de notre socit, une socit de
plus en plus violent.
L'an dernier, ce phnomne a subi une
augmentation trs significative. En
2005, plus de 943 actes ont t recen-
ss tant dans la zone police que dans
celle de la gendarmerie : homicides,
viols sur majeurs et mineurs, violence
physiques et conjugales, coups et bles-
sures. Cela, malgr de nouvelles
measures rpressives envers les
conjoints violent (en 2005, 5 vic-
tions du domicile conjugal ont t
ordonnes par le juge aux affaires
familiales).
Une solution pas vidente au
regard de la mentality et du droit '
de proprit. Faute d'tudes fines
sur la recrudescence de cette vio- i
lence, les responsables tentent de
l'expliquer par une parole qui se n
libre plus facilement et davanta- ['c
gedede faitsport la connaissan- I
ce des forces de l'ordre. C'est
notamment le cas en matire
d'agressions sexuelles.
Runies le ler fvrier dans le
cadre de la commission dparte-
mentale de lutte centre les vio-
lences faites aux femmes, autorits
et associations ne font pas seulement
le constat de cette hausse ; elles pr-
sentent des projects et prennent des ini-


tiatives pour sensibiliser et trouver des
remdes ces comportements. Ainsi,
l'un des points noirs est la question de
l'hbergement de ces femmes victims
de violence : actuellement, seulement
26 places sont disponibles dans deux
centres d'hbergement et de rinser-
tion social, alors qu'il y a une forte
demand. Un troisime devrait voir le
jour au mois de mars l'initiative du


*"S::ff siER(
-


Les viols sur les majeurs et mineurs
sont en constant augmentation.

Conseil Gnral pour une dizaine de
families. Il a inscrit son budget 2006,
50.000 pour les projects associatifs.


L'Union des Femmes part la sensibi-
lisation des jeunes garons et filles
dans les tablissements scolaires. Une
initiative consiste former des bri-
gades d'acteurs dans les communes,
susceptibles de rencontrer ces femmes
en dtresse et de rpondre leurs
attentes.
Une nouveaut dans l'arsenal contre
les auteurs de violence conjugales et
familiales : ils pourront de
manire volontaire ou par dci-
sion judiciaire s'adresser au
centre d'coute et d'accompagne-
ment psychologique.
Il s'agit, selon la prsidente de
l'association Rosannie Soleil,
Yvette Ebion, de dvelopper chez
les auteurs l'acceptation des
soins et d'une prise en charge
EnE ~ psychothrapeutique.
I Car se sont des malades que l'on
retrouve dans toutes les couches
Sde la socit et qu'il faut
NM-t entendre, explique-t-elle.
Sans montrer de pessimisme, la
PUF. dlgue rgionale aux droits
des femmes, Josette Augustin,
lance : "On fera au mieux pour
juguler toute cette dtresse, mais
on n'en aura jamais fini".

M C.B.


"Je rclame


le droit de savoir"*

Aurelie Bayimbi, Lycenne du Lyce public intgralement son texte intitul: -'
Pemock au Lorrain, a remport le 27 "Brisons ce silence trop longtemps main-


janvier le premier prix du concours de
plaidories la 9e dition du concours
lycens des droits de l'homme organis
par le Mmorial de Caen.
Ce jour-l, vingt-neuf lycens venus de
toute la France, des DOM et de lyces
franais 'tranger ont dfendu
come de vrais avocats des cas rels
d'ateintes aux droits de l'homme. Le
jury compos de journalists, davocats
et de personnalits impliques dans la
dfense des droits de l'homme, prsid
par le prosseurAlain Deloche, a choisi
la plaidoirie d'Aurlie Bayimbi.
"L'Humanit" du 2 Fvrier 2006 a


tenu", o la lycenne martiniquaise
dnonce la volont colonialiste d"'oubli
forc" de l'histoire, d'assimilation sui-
vant l'abolition de l'esclavage qui
conduit "une alination culturelle et
historique", une "cole rpublicaine qui
fut le haut lieu de l'excution de l'me
martiniquaise"
Elle crit notamment: "L'acquisition de
connaissances quant la priode escla-
vagiste est donc crucial pour que les
langues se dlient, que les traumatismes
soient dpasss et vaincus (...)"
Et de conclure : "Au nom de tous et en
tant que lycenne d'origine antillaise


Aurlie Bayimbi a dignement
reprsent son pays.
(suite en page 7)


SOCIT


- i I I- I I








POLITIQUE

et africaine, engage dans une
construction cohrente de ma person-
ne, je rclame la mise en place de dis-
positions ncessaires quant un rel
enseignement de notre histoire.
Je rclame "le soleil de la conscience".
Je rclame le droit de savoir !"
Cette lycenne montre qu'il n'y a pas
dsesprer de notre jeunesse. A
nous, aux enseignants conscients de
leur rle, de l'duquer pour les teaches
de construction de notre future marti-
niquais. Le combat contre l'alination
et la perte d'identit n'est pas perdu.
"Justice" qui a tant ouvr pour fair
connatre le rle des esclaves martini-
quais pour leur propre liberation le 22
Mai 1848 pisode voqu parAurlie
Bayimbi prsente ses trs sincres
flicitations et ses encouragements
la laurate, sa famille et ses pro-
fesseurs.


a A.G.etA.C.


Le menu de la dernire sance plnire
tait compos d'avis sur divers projects
de loi. Comme le soulignent les
conseillers gnraux, ces avis sont sou-
vent de pure forme, car la plupart du
temps les gouvernants n'attendent pas
les rponses des collectivits pour pro-
mulguer la loi.
Ainsi, le seul dossier sur lequel on pou-
vait s'attendre une
vritable discussion
tait celui relatif la
demand de finalisa-
tion du plan de
redressement de la
S o c i t
d'Amnagement de la
Martinique
(SODEM), cre
l'initiative des lus
pour leurs projects
d'amnagement.
Ce "bb" des collecti-
vits territoriales a -
rclam la collectivi- i .
t dpartementale
une augmentation de
capital hauteur de ._.e
425.000 E, une sub- Pierre
vention exceptionnelle Prsident
de 360.000 E et le
renoncement du
Conseil Gnral aux products finan-
ciers gnrs par la construction de
1'Atrium.
Soulignons que la collectivit rgionale
a adopt des measures similaires en
dcembre dernier au profit de la
SODEM.
Cette decision a t adopte positive-
ment par l'assemble plnire dparte-
mentale avec 23 pour, 7 abstentions et
4 votes contre, aprs un long dbat sur
les SEM sans vraiment aller au fond de
la rflexion.
Ainsi, Fred Lordinot, Conseiller
Gnral de Sainte-Marie, a fait remar-
quer que cette SEM, structurellement
en deficit depuis quelques annes, et
malgr trois plans de redressement,
n'est pas en tat d'tre performance.
Selon ses responsables, si la SODEM
en est l, c'est la faute aux donneurs
d'ordres municipaux et la crise de
l'immobilier.
Pierre Sudile, son actuel president, a
pour sa part considr que les lus


Su
de l


n'ont pas t vigilants sur la march de
la socit. Le conseiller gnral de
Sainte-Marie interrogera sur la strat-
gie politique suivie par les actionnaires
et sur le rle de la Caisse de Dpt et
Consignations.
Fred Lordinot devait rclamer aussi la
vente des actions de la collectivit.
Yann Monplaisir proposal une solution
plus radical : la disso-
lution de cette socit,
car sa situation est
catastrophique et
continuera de l'tre.
Une voie 'librale
l'extrme" que les lus
ont rejete.
Il faut favoriser le
regroupement des
SEM, a propos Jean-
j Philippe Nilor.
Le President de la
structure allait dmon-
g trer qu'aujourd'hui la
structure est viable
sans dette, mais que
c'est aux collectivits de
la faire vivre pour
dile, qu'elle ne soit pas
a SODEM. nouveau dans le rouge.
En fin de compete, le
dbat aura mis nu la
ncessit d'un vrai dbat de fond. Pour
certain, il y a trop de SEM, pour
d'autres il y a la concurrence dloyale
d'un service de l'Etat, la DDE, avec des
outils et des cerveaux martiniquais per-
formants. Des SEM pour quoi faire ?
Les pistes d'une rflexion en profon-
deur sont l, il faut l'entamer. La pro-
position de tenue d'Etats gnraux
pour mettre sur pied un project pour ce
pays se rvle de plus en plus pertinen-
te.
Au course de cette sance, les conseillers
ont adopt une decision de l'excutif
d'intgrer 27 emplois-jeunes consolids
au sein du personnel dpartemental.
Ils ont galement vot la dernire
phase du plan de rsorption de l'emploi
prcaire avec la titularisation de 40
agents. Avec la creation d'une centaine
de postes don't celui d'ingnieur, ce sont
plusieurs jeunes martiniquais que la
collectivit a plac au service du pays.


M C.B.


Jeudi 9 Fvrer 2006 Justice n 6 Page 7


Conseil Gnral


SODEM : Quel avenir ?








ECOMOMIE


Jeudi 9 Fvier 2006 Justice a" 6 Page 8


Contract Dremire embauche (CPEl

Des propositions alternatives sont

avancees pour la jeunesse


Face au Contrat Premire Embauche
(CPE) de Dominique de Villepin
concernant les jeunes de moins de
vingt-six ans avec une priode dite "de
consolidation" de deux ans, des contre-
propositions existent pour faire reculer
la prcarisation du travail qui frappe
aussi la Martinique (1 emploi salari
sur 5 en 2003).
Pour Villepin et Sarkozy, la lutte
contre le chmage justifie toutes sortes
d'emplois ds lors qu'ils sont assortis
du maximum de liberts pour les
entreprises et du minimum de garan-
ties pour les salaries : le contract nou-
velle embauche aujourd'hui, le CPE si
possible demain, tout comme hier le
CDD ou l'intrim. Le project de contractt
de travail unique" s'inscrit dans la
mme philosophies.
Au-del de la nature du contract ce qui
est dterminant pour la scurisation
du travail, c'est d'abord l'engagement
d'une politique conomique favorisant,
par l'augmentation des salaires et des
dpenses sociales, la consommation et
la production, moteurs plus srs d'une
vritable croissance et donc de cra-
tions d'emplois. Particulirement en
Martinique o les activits endognes
doivent tre stimules.
Face aux mobilits justifies par les
volutions techniques, la scurisation
des parcours professionnels implique
d'instituer de nouveaux droits : en
matire de formation continue et de


droulement de carrire, de protection
social. Des droits qui seraient dsor-
mais attachs au salari, transfrables
d'une entreprise l'autre. C'est ce que
demandent des degrs divers l'en-
semble des syndicats.


Avectk .
AecC : EXlgehu le retrait da SPEI


Le Parti Socialiste en France propose
un "Contrat scurit formation" garan-
tissant une rmunration en mme
temps qu'une formation aux jeunes fai-
blement qualifies dans le cadre d'un
contract aid.
Les Verts proposent des emplois dans
le secteur non marchand ou "tiers sec-
teur" constitu par la sphre associati-
ve. Des emplois non rentables qui


devraient donc tre subventionns.
Le PCF s'appuie, lui, sur l'enjeu des
dparts massifs la retraite attendus
en France entire 2005 et 2010, soit de
l'ordre de 600.000 emplois par an.
Il s'agit de permettre l'embauche de
jeunes dans des conditions scurises,
d'occuper les 7 millions et demi d'em-
plois qui seront pourvoir d'ici 2015 et
pour lesquels le patronat de toute
faon sera contraint d'embaucher.
En Martinique, on estime quelque
30.000 le nombre d'emplois publics et
privs qui seront librs d'ici 2010.
L'enjeu est qu'ils soient occups par
des Martiniquais. Car le taux de ch-
mage des jeunes de moins de trente
ans est de 40 % contre 22 % pour l'en-
semble de la population active.

Il faut embaucher des jeunes sur des
contracts stables et durables et ngocier
avec le patronat et les
Administrations.
Enfin, il faut mettre en place une autre
utilisation de l'argent public en remo-
bilisant les subventions et exonra-
tions verses fonds perdus au patro-
nat et abaisser le cot du credit aux
entreprises qui, en contre-partie, s'en-
gageraient des embauches stables et
chiffres. Particulirement dans le sec-
teur des PME et TPE.

M Michel Branchi


Notre region

Visite du Secrtaire
gnral de rAEC

Le Secrtaire gnral de l'Association
des Etats de la Caraibe (AEC), Rubens
Sill Valds, a rendu visit au
President de la Rgion Alfred Marie-
Jeanne. Visite trs important que
celle du secrtaire gnral, une illus-
tration de la politique rgionale en
matire de cooperation.
L'AEC est la principal organisation
avec laquelle la region coopre depuis
1998. Elle compete 25 Etats membres
et 8 pays associs.
Le President de la Rgion Martinique
n'a pas abandonn l'ide de faire de la


Martinique un pays associ part
entire.


Rubens Sill Valds,
historien et sociologue.


Cette tentative avait chou en 2000,
faute d'accord avec la Rgion
Guadeloupe.
Actuellement, notre pays est associ
aux travaux de l'AEC au nom de la
France. Ce statut ne l'empche cepen-
dant pas d'tre un important contribu-
teur tant au niveau financier qu'au
niveau de l'assistance technique. Ce
faisant la Martinique montre son int-
rt pour la cooperation caribenne et
sa solidarity, comme l'a soulign le
Secrtaire gnral.
Dans ce 6me continent en pleine
mutation, la volont de trouver des
passerelles communes sur des sujets
d'avenir cruciaux pour la region est
une vision politique fire partager
par le plus grand nombre : tel est le
message dlivr par Rubens Sill
Valdez.


- ----c- --'- -- --








MMOIRE DU PEOPLE


Jeudi 9 Fwler 2006 Instice n 6 Page


Fvrier 1974 :


Une date important


de l'histoire du movement


ouvrier martiniquais


La sanglante repression du 14
Fvrier 1974 contre les ouvriers agri-
coles a profondment heurt les
consciences, et la brutalit avec
laquelle les forces dites de l'ordre ont
svi a montr que le systme colonial
est bas sur la domination.
Chaque anne, pareille poque, il
est bon de rappeler ce qu'tait la vie
des ouvriers agricoles de
la banane sur les habita-
tions cette poque et
l'exploitation froce don't
ils taient victims ; de
dnoncer le comporte-
ment de certain com-
mandeurs et greurs
souvent convertis en '
agents lectoraux.
n1 convient aussi de rap- -
peler leurs luttes pour
de meilleures conditions
de vie.
N'ayant pas de conven-
tion collective, les tches
n'taient pas rglemen-
tes, ce qui laissait libre
course aux interprta-
tions des greurs et com-
mandeurs dsireux de
"plaire aux patrons".
Travailler le dimanche tait chose
courante, pour soi-disant prendre de
l'avance, et ceux qui pour des raisons
familiales ne venaient pas au travail
(mme en avertissant) taient sanc-
tionns le lundi par un refus d'em-
bauche.
La CGTM a fait un travail important
pour organiser les travailleurs et
mener des actions afin d'amliorer les
conditions de travail sur les habita-
tions.
Les families d'ouvriers agricoles
taient trs nombreuses (8 10
enfants par famille), les difficults
importantes pour nourrir les enfants
et leur assurer une scolarit dcente.
Certains commanders ou greurs
profitaient de cette grande misre
pour obliger les femmes leur accor-


der des faveurs sexuelles en change
de travail.
'butes ces injustices, cette terrible
exploitation, la grande misre des
masses laborieuses conduisirent
l'explosion de janvier-fvrier 1974 :
une rvolte des ouvriers agricoles,
rprime dans le sang, avec l'assassi-
nat de notre camarade Renor Ilmany


Un mfait du colonialism : Chalvet 1974

et du jeune Georges Marie-Louise, et
de nombreux blesss qui portent
encore aujourd'hui les squelles de la
repression colonial.
32 ans aprs, les conditions de travail
ont certes change avec une conven-
tion collective qui fixe les modalits
de travail et les salaires rmunrs
au SMIC, rviss chaque anne par
dcret. Mais la production bananire
est sans cesse menace par les coups
de boutoir de lOrganisation Mondiale
du Commerce qui fixe les rgles en
matire de tarification des importa-
tions de bananes dollars.
Cette menace inquite au plus haut
point les ouvriers agricoles et le
monde rural en gnral dans un pays
o le chmage ne cesse de crotre mal-
gr les manipulations statistiques.
De nombreux petits planteurs ont vu


leurs exploitations mises en redresse-
ment judiciaire ou tout simplement
liquides, ce qui a entran prs de
2.000 licenciements en 2004 et 2005.
Et la fusion des groupements bana-
niers va accentuer la disparition
d'autres petits planteurs don't les
terres sont pollues, et donc compro-
mettre toute reconversion agricole.
Dans une rcente inter-
view (FA. du 30.01.06),
Eric de Lucy, Prsident
de l'Union des
Groupements, dclare :
' "Nous mettons en place
notre dispositif permet-
tant de dialogue avec
Bruxelles de faon ce
que d'ici Juin 2006, la
Commission ait sur son
bureau un project de rfor-
me qui nous convienne et
S amliore notre situation
par rapport l'actuelle. Il
; s'agit d'obtenir une aide
fixe l'hectare inspire de
la politique agricole com-
mune de baisser la pro-
duction de 20 30 % tout
en maintenant la recet-
te..."
Cet aveu sur une baisse deproduction
programme montre que les liquida-
tions d'exploitations n'taient pas que
conjoncturelles, mais participaient
bien d'une stratgie des gros plan-
teurs pour s'accaparer toute la pro-
duction bananire et toutes les
recettes en liminant les petits plan-
teurs.
Et dans cette guerre impitoyable les
ouvriers agricoles de la banane conti-
nuent tre l'objet de pressions.
Le 14 Fvrier 1974 le pouvoir colonial
s'est mis au service des gros poss-
dants en rprimant, une fois de plus,
pour empcher d'aboutir les justes et
lgitimes revendications des ouvriers
agricoles.

Fernand Papaya








NOTRE RGION


leudi 9 Fvrier 2006 Justice n 6 Page 10


Forum Social Mondial de Caracas


La Martinique
organisera
le forum cariben
en juillet

La dlgation martiniquaise de 14
personnel qui s'tait rendue au [
Forum Social Mondial de Caracas
est revenue "revigore" de son
voyage. l s'agit de membres du
Comit d'initiative martiniquais
pour la preparation d'un forum
cariben sur notre terre.
Cet vnement tait plac dans un
context particulier : d'une part
l'exprience vnzulienne, et de
l'autre la progression des forces
progressistes de la Rgion.
Les alter mondialistes sont
convaincus que face aux modles
libraux "un autre monde est pos-
sible"; ils l'ont dclin au travers
des multiples rencontres sur des
thmes divers tels l'anti-imprialis-
me, la dette ou les questions sociales.
Aujourd'hui, explique Philippe Pierre-
Charles, "l'ide de la solidarity entire
les peuples est un lment qui s'instal-
le de faon definitive dans les forums
sociauxd.
Les Martiniquais ont profit de l'occa-
sion pour remettre en mains propres
au president Hugo Chavez, trs pr-
sent, une lettre de remerciement pour


son attitude et celui de son people lors santes pour un forum digne de ce
du crash du 16 aot dernier. nom", affirme Philippe Pierre-Charles.
Lors de l'assemble des movements En effet, ce fut pour eux l'occasion de
sociaux, la dlgation martiniquaise a rencontrer les diffrentes dlgations
fait inscrire la ncessaire dnonciation caribennes parties prenante. ce
du colonialisme et le rappel du droit forum. Ils ont confirm la tenue de
l'autodtermination des peuples dans cette important manifestation en
Martinique du ler au 4 juillet
9' 2006.
D'emble, le comit, par la
:voix de Rita Bonheur, fait un
appel a toutes les forces int-
resses par ce grand vne-
ment. Cette preparation n'est
Spas l'affaire du Comit mais
Scelle de la Martinique,
-.. appuie-t-elle.Le Comit sou-
haite que les dmocrates et la
jeunesse de ce pays ne restent
"- .pas dans l'attitude strile de
S- spectateur.
Les membres du Comit d'initiative martiniquais De leur ct, plusieurs pays
attendent le soutien de la socit martiniquaise caribens et du continent pr-
4-. parent activement leur dpla-


pour ce Ier oIUI U cariL U n
ses resolutions.
Malgr les problmes d'organisation,
pas moins de 80.000 participants y
taient presents. En participant "ce
moment historique" comme le dclare
Philippe Pierre-Charles, notre dlga-
tion a pris conscience de l'norme
tche qui l'attend en juillet.
Aprs des moments de doute "les pers-
pectives de raliser ce vaste space
d'change et de discussion sont suffi-


cement de juillet, un intense
travail de vulgarisation est entam.
Ds fin fvrier, les diffrents thmes
seront proposs, en avril une premiere
valuation budgtaire et logistique
aura lieu La Havane. Les difficults
sont l, mais la volont d'y faire face
est prsente, proclament en chour les
membres du Comit d'initiative marti-
niquais.

M C.B.


Hati l'heure du choix


Au moment o nous crivons ces
lignes, les citoyens de la premiere
Rpublique noire du monde vivent un
moment important de leur histoire.
Jacques Bernard, le directeur gnral
du Conseil electoral provisoire a dcla-
r : "l'avenir d'Hati dpend de ce vote".
Un enjeu crucial qu'il rsume ainsi :
"De bones lections sont la seule solu-
tion pour sauver notre nation"
D'autant que selon le reprsentant de
I'ONU, le chilien Juan Gabriel Valds
"si ces elections se terminaient en fias-
co, Hati se convertirait en protectorat;
le Conseil de scurit (de l'ONU) n'au-
rait d'autre choix que de confier la
direction du pays un commande-
ment tranger, ce qui pourrait provo-
quer une resistance".
Les 3,5 millions d'lecteurs sont appe-
ls se choisir un chef d'Etat parmi 33


candidates et lire 129 parlemen-
taires. Plus de 1.500 observateurs
trangers sont sur place pour contr-
_.f ~~ : I ""


Ren Prval,
grand favor de ces lections.

ler la sincrit de ce scrutiny.
D'aprs les informations, le processus
se droule dans un climate relative-
ment sous tension, alors que la violen-
ce a connue une accalmie ces derniers
jours. Les lecteurs manifestent un


"engouement et de l'enthousiasme"
pour ces scrutiny.
Le nouveau president devrait sucder
Jean Bertrand Aristide chass du
pouvoir en 2004. Les Hatiens atten-
dent de ce successeur qu'il mette un
terme la violence et l'inscurit, et
changer les conditions prcaires du
Pays. Pouvoir vivre dcemment est
l'espoir de toute une population ballot-
te depuis des dcennies entire corrup-
teurs, dictateurs et assoiffs de pou-
voirs et une communaut internatio-
nale incapable de peser sur une desti-
ne plus favorable.
Les rsultats du scrutiny devraient tre
connus la sortie de ce numro. Si
aucun candidate ne recueille 50 % des
suffrages, un second tour est prvu le
19 mars.

Mardi 7 Fvrier 2006
C.B.


I _








Jeudi 9 Fvrier 2006 justice n 6 Page 11


Malgr la partialit
des mdias,
les forces
populaires
organisent
la riposte

Le "Non" du people franais la
Constitution europenne le 29 mai
2005 n'a pas attnu le pilonnage des
mdias en faveur de la droite et de sa
politique librale.
Ainsi, les reportages sur les manifesta-
tions syndicales unitaires contre le
contract CPE et la prcarit, n'ont pas
dur une minute en Tl !
Quant au movement des fonction-
naires pour dfendre les salaires et
l'emploi, les mdias mettent davanta-
ge l'accent sur le nombre de partici-
pants avanc par la police que sur les
chiffres des centrales syndicales.
Les mdias taisent tout ce qui ne va
pas dans le sens du courant Sarkozy-
Villepin ou, au mieux, ironisent sur la
gauche et ses candidatures ven-
tuelles. ls font l'impasse total quand
cette gauche se runit, comme c'tait le
cas le 31janvier Paris. Huit organi-
sations (PCF, LCR, Alter-Ecolo, PRS,
Alternatifs, M.A.R.S., Alternative-
Citoyenne) avaient rassembl plu-
sieurs centaiens de citoyens l'issue
d'une semaine de forums co-organiss
par elles.
Les mdias n'ont rien vu, rien entendu

Et pour cause : cette gauche antilb-
rale, dans sa resolution finale, affirme
que la victoire au rfrendum du 29
mai n'est pas un coup de colre irrfl-
chie et souligne : "On sait comment il
est possible de gagner" Elle propose "la
construction unitaire d'un project avec
la mise en chantier d'une "charte anti-
librale" et des candidatess unitaires de
cette gauche antilibrale pour le cycle
lectoral venir".
Programme qui gne les mdias (pres-
se tl-radio) d'autant qu'au course de
cette 2e semaine de fvrier sont pr-
vues des manifestations syndicales
revendicatives travers toute la
France.
Les organizations d'tudiants (UNEF),
de lycens (UNL) et les six principaux
syndicats de salaries ont fait une
declaration commune confirmant leur
opposition au CPE (Contrat Premire
Embauche) et l'engagement d'une
semaine d'actions partir du 7 fvrier.
De plus, la rencontre prvue entire


PCF-PS-Verts se tiendra bien avec un
programme l'ordre du jour.
L'attitude negative des mdias
tmoigne de leur partialit et de leur
soumission aux puissances d'argent.
Mais loin de dcourager les forces
dmocratiques et populaires fran-
aises, elle enforce l'ide d'un nces-
saire changement pour une politique
alternative et l'arrt de la casse de la
protection social.

M A.C.



Selon un sondage CSA -
L'Humanit NVO
68 % des Franais
mcontents du
gouvernement

L'quipe Villepin-Sarkozy runit
contre elle 68 % des Franais (+2 %
par rapport au baromtre prcdent),
selon un sondage CSA-L'Humanit -
La Nouvelle Vie Ouvrire ralis par
tlphone les 25 et 26 janvier 2006.
Le pourcentage des personnel "pas
satisfaites du tout" passe de 25 % le 4
janvier 30 % les 25/26 janvier 2006,
soit plus 5 % en moins d'un mois.
Le taux de satisfaction vis--vis de la
politique conomique et social du gou-
vernement chute de 28 % 25 %, soit
moins 3 points.
Ce nouveau record d'impopularit de
la politique suivie par la droite inter-
vient au moment o Dominique de
Villepin veut faire avaliser par le
Parlement franais l'instauration du
contract prcarit special jeunes, le
CPE, qui provoque une leve de bou-
cliers dans les syndicats et les organi-
sations de jeunesse.
Le rejet des choix conomiques et
sociaux du pouvoir traverse toutes les
trenches d'ge et toutes les categories
socio-professionnelles avec des taux de
mcontentement de 61 % pour les
retraits 78 % pour les salaries du
secteur public.
Les plus hostiles la politique gouver-
nementale sont les lecteurs proches
du Parti Communiste (92 %) suivis des
socialists (85 %), des sympathisants
de l'extrme gauche (79 %) et des Verts
(70%).
A droite mme taux de satisfaction
I'UMP et I'TDF (56 % d'opinions
favorables).


Dans le monde

Islam Occident
A qui profit le
crime ?

La publication, il y a quatre mois
dj, d'une srie de caricatures
du prophte Mahomet, a brus-
quement mis le feu aux poudres
dans le monde musulman. l faut
savoir d'abord que l'Islam prohi-
be toute representation iconogra-
phique de Mahomet. La trans-
gression de ce tabou relve ds
lors, pour les musulmans, de
blasphme.
Le fait que ces caricatures aient
t publies dans un journal
danois conservateur, proche du
pouvoir, lui-mme alli d'un parti
d'extrme droite, n'est pas fortuit
et laisse subodorer une vaste pro-
vocation qui a d'abord fait long
feu avant d'tre finalement
relance ces jours-ci.
Les ultras occidentaux et les
intgristes islamiques (qui par
ailleurs bafouent allgrement les
principles de l'Islam, religion qui
prne la tolerance) ont sans
doute besoin, chacun pour des
raisons peu avouables qui leur
sont propres, de jeter de l'huile
sur le feu et d'attiser la haine et
la xnophobie.
La vritable question souleve,
au-del de la problmatique de la
"libert d'expression", est qui
profit le crime ?".

SK Solaris

"Les gens riches sont bien
injustes et bien comiqI rs-
qu'ils se font juges dMdFgneux
de tous les pchs et crimes
commis pour de l'argent ".


SA.G.


FRANCE


STENDHLu










ANNONCES LIGALES


Jeudi 9 Fvrier 2006 justice n 6 Page 12


AVIS DE MISE EN SOMMEIL

Suite l'A.G. du 31.12.05 il a t dcid la
mise en sommeil de la socit HOME
ALARME SYSTEM SARL don't le sige
est situ: Les Hauts de Madiana, 14 chemin
la Valle 97233 SCHOELCHER.
Pour avis, le Grant
FA 5857

ADDITIF AU JOURNAL "JUSTICE" N 5
DU 02.02.06

SARL LEADER BEAUTE
ZI Les Mangles Acajou LAMENTIN

Capital social lire : 20 000 C.
FA 5858

AVIS DE DISSOLUTION
DE MARTINIQUE ENSEIGNE SARL

Suivant Assemble Gnrale Extraordinaire
du 17.12.2005, la dissolution anticipe de la
Socit Martinique Enseigne SARL, sise ZI
Champigny 97224 DUCOS RCS 394 633
689 a t dcide.
A t nomm liquidateur: M. CLERY Vincent
demeurant : Glotin GROS-MORNE.
Adresse pour les opposition : ZI de
Champigny 97224 DUCOS.
FA 5859

OCCITANIA
Socit Civile
au capital de 1 500 euros
Sige social : ZI Gnipa
Immeuble ADI 97224 DUCOS

AVIS DE CONSTITUTION

Aux terms d'un acte sous seing priv en
date du 26 Janvier 2006 Sainte-Luce, il a
t constitu une socit prsentant les
caractristiques suivantes:
Denomination social: OCCITANIA
Forme social: Socit Civile
Sige social : ZI Gnipa Immeuble ADI -
97224 DUCOS
Objet social : La location de bureaux
Dure de la Socit : 50 ans computer de la
date de l'immatriculation de la Socit au
Registre du commerce et des socits
Capital social : 1.500 euros, constitu uni-
quement d'apports en numraire
Grante : Mme Christine SALVADOR,
demeurant 137, Rsidence Les Moubins
97228 SAINTE-LUCE.
Clauses relatives aux cessions de parts :
agrment obtenu l'unanimit des associs,
requis dans tous les cas.
Immatriculation de la Socit au Registre du
commerce et des socits de Fort-de-
France.
Pour la Grance
Le mandadaire
Cabinet JPT Consultant
FA 5860

AVIS DE CONSTITUTION

PATRIMOINE PRESTIGE ANTILLES
Socit par actions simplifie
au capital de quatre-vingt quinze mille
euros (95 000,00 C)
Sige social : 10, Route de l'Union
Appart. 3 Didier
97200 FORT-DE-FRANCE

Aux terms d'un acte sous seings privs en
date Fort-de-France du 10 janvier 2006,
enregistr la Recette des Impts de Fort-
de-France, le 30 janvier 2006, n 2006/101
case 18, il a t constilu une socit pr-
sentant les caractristiques suivantes :
- Denomination : Patrimolne Prestige Antilles
- Forme : Socit par actions simplifie
- Sige: 10 Route de l'Union -Appt 3 Didier
97200 FORT-DE-FRANCE
- Dure : 50 ans computer de son immatri-
culation au Registre du commerce et des
socits.
- Capital : 95 000 C (quatre vingt quinze
mille euros)
- Objet : La gestion de patrimoine au moyen
de l'analyse de leur composition et de la
recherche des solutions et products adapls
la satisfaction des objectifs de leur litulaire.
Acet effect, la socit assurera le courage de


tout produit financier, de capitalis
surance-vie, de prvoyance et di
dfiscalisation, de crdits de fir
tant l'adresse du particulier que
sionnel.
Exercice du droit de vote : Tout a:
participer aux decisions collective
fiction de son identity et de l'int
compete de ses actions.
Sous reserve des disposition
chaque associ dispose d'autant i
possde ou reprsente d'actions.
Inalinabilit des actions : Les a
inalinables pendant une dure
computer de l'immatriculation de la
Registre du commerce et des so
computer de leur souscription en
mentation de capital.
Agrment : Les cessions d'actior
d'associs ou de tiers sont s
l'agrment de la collectivit des a
President : M. Jean Paul TERN
Roule de l'Union Appt. 3 Didi
FORT-DE-FRANCE
Commissaire aux competes tilt
Michal MLOIS Centre d'
Baobab, Rue Lon Gontrand Dar
d'Armes 97232 LE LAMENTIN.
Commissaire aux comptes si
Gescomex SAS 34 BId de Nesl
CHAMPS SUR MARNE, reprsel
Michel VANTELOT.
La socit sera immatricule au
Fort-de-France.
Pour avis
Le President


SARL DG SERVICES

Suivant Assemble Gnrale Ex
du 17 dcembre 2005, la dissol
pe de la socit DG SERVICE E
Champigny 97224 DUCOS, a
A t nomm liquidateur :
Dominique GUACIDE Mari
octobre 1954 FORT-DE-FRAN(
DENOMINATION: DG SERVICE
OBJET : Prestation de services,
ment de courriers, relev en tout
GRANCE : Monsieur Dominique
CAPITAL SOCIAL: 7 623 C
SIGE SOCIAL : ZI de Champig
DUCOS
ADRESSE POUR LES OPPOSI1
de Champigny 97224 DUCOS.
Pour avis
Le Grant


AVIS DE CONSTITUTIC

Aux terms d'un acte sous seir
date Fort-de-France le 25/1/20
constitu une SCI, prsentant les
tiques suivantes:
Denomination : TERRA CASA
Sige social : Cit Camp Chazea
- 97260 MORNE-ROUGE
Capital: 1000,00 C
Objet social : Location apparteme
immeuble
Dure de la socit : 99 ans
Grance : ALCINDOR Didie
demeurant 8 Cit Camp Chazet
MORNE-ROUGE
Immatriculation au RCS en course
Pour avis, le Grant


FA 5863

AVIS DE CONSTITUTION

Avis est donn de la constitution de la SARL:
"TENDRESSE TURINOISE" au capital de
8.000 euros
Sige social : Avenue Wanakaera (lieu dit
Wanakaera) 97211 RIVIRE-PILOTE
Objet : Vente de dtail de products de
Ptisserie et de Boulangerie
Dure : 99 ans computer de I'immatricula-
tion au Registre du commerce et des soci-
ts de la Martinique
Co-Grant: M. MARIE-ROSE Louis Flix, n
le 20/06/1958 Saint-Esprit, demeurant
Rivire Moquette, 97270 SAINT-ESPRIT et
M. MARIE-ROSE Simon, n le 18/02/1960
Saint-Esprit, demeurant Rivire Moquette -
97270 SAINT-ESPRIT, nomms pour une
dure indtermine.


action, d'as- Fait le 14 Janvier 2006
e sant, de Le Grant
nancement, FA 5864
du profes-
AVIS DE CONSTITUTION
ssoci peut
is sur justi- Par acte sous seing priv, il a t constitu
cription en une socit prsentant les caractristiques
suivantes :
s lgales, Dnomination social : SARL NOUVELLE
je voix qu'il SOCIT DE MENUISERIE
Capital social: 5.000 euros
actions sont Sige social : Barrire la Croix 97227 SAIN-
de 5 ans TE-ANNE
i socit au Objet social : Conception Ralisation -
cits ou Pose, menuiserie aluminium et bois
cas d'aug- Dure : 99 ans computer de son immatricu-
lation au registre du commerce et des soci-
ns au profit ls de Fort-de-France.
oumises Grance : Monsieur GUILLOU Luc. demeu-
ssocis. rant Barrire La Croix 97227 SAINTE-
OISE 10, ANNE.
ier 97200 Pour avis, le Grant
FA 5865
ilaire : M.
affaires le SOCIT DE GESTION HOTELIERE
nas Place ET TOURISTIQUE INTERNATIONAL
"S.G.H.T.I."
upplant : Socit responsabilit limite
les 77420 au capital de 174 000 euros
nte par M. Sige social :
262, Avenue Albert EINSTEIN
i R.C.S. de TechnopBle de Chteau Gombert
13 013 MARSEILLE
444 197 800 RCS MARSEILLE
2002 B 02602
FA 5861
AVIS DE PUBLICITY

Aux terms du procs-verbal de l'assemble
Iraordinaire gnrale extraordinaire du 19 Janvier 2006,
ltion antici- il rsulte que:
ard, sise ZI 1 computer du 1er Janvier 2006, le sige
l dcide, social a t transfr de MARSEILLE
Monsieur (13013) 262 Avenue Albert Einstein
N le 12 (97229) MARTINIQUE Htel Carayou La
CE (97200) Pointe du Bout Les Trois-llets.
SARL 2 la denomination de la socit est:
achemine- SOCIT DE GESTION HOTELIRE ET
genre. TOURISTIQUE INTERNATIONAL
GUACIDE "S.G.H.T. International"
FORME: Socit responsabilit limite
ny 97224 3 OBJET: la gestion d'tablissements d'h-
lellerie et de restauration et gnralement
'IONS : Z.I. toutes operations annexes et connexes pou-
vant se rapporter directement ou indirecte-
ment l'objet social. La formation du per-
sonnel des tablissements sous contrais,
FA 5862 routes operations industrielles, commer-
ciales et financires, mobilires et immobi-
)N lires pouvant se rattacher directement ou
indirectement l'objet social et tous objets
ig priv en similaires ou connexes,
06, il a t la participation de la socit par tous
caractris- moyens, toutes entreprises ou socits
cres ou crer, pouvant se rattacher
l'objet social, notamment par voie de cra-
u Lol n 8 lion de socit nouvelle, d'apport, comman-
dite, souscription ou rachat de litres ou droits
sociaux, fusion, alliance ou association en
ent dans un participation ou groupement d'intrt cono-
mique ou de location-grance.
4 DURE: 99 annes
*r Hugues 5 CAPITAL: 174 000 euros
au 97260 Linscription modficalive sera dpose au
RCS de FORT-DE-FRANCE. dsormais
Scomptent son gard.
Pour avis


FA 5866

AVIS DE CHANGEMENT DE GRANT

RECEPTION 2000
Soclt Responsabilit Limite
au capital de 8.000,00 C
Sige social : 90, Route de TSF
97200 FORT-DE-FRANCE
SIRET: 408 405 595 00013 APE : 714 B

Suivant dlibration d'une assemble gn-
rale extraordinaire en date du 02 Janvier
2006, les associs de la SARL RECEPTION
2000 ont dcid:
De nommer un nouveau Grant suite la
dmission de l'ancien
En consequence, la mention antrieurement
publie relative la grance est ainsi modi-
fie :
Ancienne mention: Monsieur Pierre GEISEN


est nomm Grant de la socit
Nouvelle mention: Madame Valrie GEISEN
pouse JOS est nomme Grante de la
socit.
Pour avis, La Grance
FA 5867

OUVERETURE
D'UNE ENQUETE PUBLIQUE

Par arrt prfectoral n" 06-0251 du 20
Janvier 2006, est prescrite dans les mairies
du MORNE-ROUGE et d'AJOUPA-
BOUILLON l'ouverture d'une enqute
publique d'un mois, le jeudi 23 fvrier 2006,
sur la demand de rgularisation prsent
par Madame Catherine MALIDOR pour la
EARL SOPRODA, en vue d'obtenir l'autori-
sation d'exploiter un levage de 670 quiva-
lents-porcs au quarter "Mac Intosh" sur le
territoire de la commune du MORNE-
ROUGE.
Les pieces du dossier, ainsi qu'un registry
d'enqute seront dposs dans les mairies
du MORNE-ROUGE et d'AJOUPA-
BOUILLON du JEUDI 23 FVRIER au
JEUDI 23 MARS 2006, afin que les per-
sonnes intresses puissent en prendre
connaissance et consigner ventuellement
leurs observations.
Le Commissaire-enquteur dsign,
Monsieur Serge LAUHON, sigera la mai-
rie du MORNE-ROUGE chaque JEUDI DE 9
HEURES A 12 HEURES selon le calendrier
suivant :
* LE JEUDI 23 FVRIER 2006,
* LES JEUDIS 2, 9, 16 ET 23 MARS 2006.
Le Commissaire-enquteur procdera ga-
lement l'ouverture de l'enqute publique le
jeudi 23 fvrier 2006 9 heures et la cltu-
re de celle-ci, le jeudi 23 mars 2006 12
heures la Mairie du MORNE-ROUGE.
Toute personnel pourra, trente-cinq jours
aprs la clture de l'enqute et durant une
anne, prendre connaissance la Prfecture
- Bureau de l'Environnement et du Littoral -
et dans les mairies du MORNE-ROUGE et
d'AJOUPA-BOUILLON, du rapport et des
conclusions motives du commissaire-
enquteur.

FORT-DE-FRANCE, le 23 Janvier 2006
Pour le Prfet et par dlgation
Le Chef du Bureau de l'Environnement
et du Littoral
E. MIEVILLY
FA 5868

Liberty Egalit Fraternit
RPUBLIQUE FRANCHISE
PREFECTURE
DE LA REGION MARTINIQUE
SECRETARIAT GNRAL

DIRECTION DE L'ENVIRONNEMENT
DU CONTENTIEUX DES FINANCES ET
DES AFFAIRS DCENTRALISES

BUREAU DE L'ENVIRONNEMENT
ET DU LITTORAL

AVIS DE PUBLICITY
de l'arrt prfectoral n 06-0092 du 10
Janvier 2006 portant prolongation de la
dure d'exploitation du centre de stocka-
ge de dchets situ au lieudit "FOND
CANONVILLE" A ST-PIERRE

Par arrt prfectoral n" 06-0092 du 10 JAN-
VIER 2006, le prfet a prorog jusqu'au 30
juin 2006, la dure d'exploitation de la
dcharge de FOND CANONVILLE, en modi-
fiant les dispositions de l'article 2 de l'arrt
01-179 du 18 janvier 2001, portant change-
ment d'exploitant, demand de constitution
des garanties financires, mise en conformi-
t et rehabilitation de la dcharge de FOND
CANONVILLE, situe sur le territoire de la
ville de SAINT-PIERRE.
Fort-de-France, le 13 Janvier 2006
Pour le Prfet et par dlgation
le Chef du Bureau
de l'Environnement et du Littoral
E. MIEVILLY
FA 5869










ANNONCES LGALES


Jeudi 9 Fvrier 2006 Justice n 6 Page 13


AVIS D'ATTRIBUTION

1/IDENTIFICATION DU POUVOIR ADJUDI-
CATEUR
DPARTEMENT DE LA MARTINIQUE.
Personne responsible du march :
President du Conseil Gnral Avenue des
Caraibes B.P. 679 97200 FORT-DE-
FRANCE Tlphone : 0596 55 26 00 -
Tlcopieur : 05 96 73 59 32 Adresse
Intemet : www.cg972.fr
2/ OBJET DU MARCH:
Fourniture, montage et installation de mobi-
lier pour le Conseil Gnral de la Martinique.
3/ MODE DE PASSATION
Appel d'offres Ouvert soumis aux disposi-
tions des articles 33 et 58 59 du Code des
Marchs Publics
4/CRITRES D'ATTRIBUTION
5 La valeur technique quality des products,
ergonomie) 40 %
6. Qualits fonctionnelles et esthtiques, 30 %
7. Le Prix, 20 %
8. Les dlais de livraison, 10 %
5/ATTRIBUTION DU MARCH
MARCH n" 05 093 Fourniture, montage et
installation de mobilier pour le Conseil
Gnral de la Martinique.
Montant minimum : 100 000 C HT
Montant maximum :400 000 HT
Organisme :
MARTINIQUE EQUIPMENT IMMEUBLE
GOUYER ZONE DE CALIFORNIE 97232
LAMENTIN MARTINIQUE Tlphone:
05 96 70 53 83.
6/DATE DE L'ATTRIBUTION DU MARCH:
17/01/06
7/ NOMBRE D'OFFRES RESCUES : 8
8/ LE MARCH EST-IL SUSCEPTIBLE
D'TRE SOUS-TRAIT : NON
9/ NUMRO DE L'AVIS PUBLIC JUSTICE:
N" 19 DU 12/05/05
10/ DATE D'ENVOI DU PRESENT AVIS :
31/01/2006.
FA 5870

AVIS D'APPEL PUBLIC
LA CONCURRENCE

March public de TRAVAUX

IDENTIFICATION DE LORGANISME QUI
PASSE LE MARCH
Type d'organisme : Dpartement
Nom et adresse officials de l'organisme
acheteur :
Dpartement de la Martinique Htel du
Dpartement -Avenue des Caraibes 97200
Fort-de-France.
OBJET DU MARCH :
Objet du march : TRAVAUX D'ESPACES
VERTS DANS LES COLLEGES ET EQUI-
PEMENTS DPARTEMENTAUX
Type de march de travaux : Excution
Lieu d'excution : DPARTEMENT DE LA
MARTINIQUE
CARACTRISTIQUES PRINCIPALS:
Marchs spars
Nature et tendue:
March fractionn bons de command
Refus de variantes
Prestations divises en lots : Oui. Les pres-
tations sont divises en 3 lots identiques.
Cependant, cette prsente consultation est
lance pour un seul lot.
Description succinct :
Travaux d'espaces verts
Nature et tendue :
Le montant total des commander pour la
priode initial du lot est compris entire un
minimum et un maximum, dfinis comme
suit:
Seuil minimum : 50 000,00 Euros H.T.
Seuil maximum :200 000,00 Euros H.T.
Dure du march ou dlai d'excution:
Le march est conclu pour une priode ini-
tiale de 1 an computer de la notification du
march. Le march est renouvelable pour 3
priodes de un an.
CONDITIONS RELATIVES AU MARCH :
Cautionnement et garanties exigs :
Le dossier de consultation sera remis
chaque candidate contre le paiement par
chque libell I'ordre du Payeur
Dpartemental de 15.00 , reprsentant une
participation aux frais de reprographie,
conformment l'article 41 du Code des
Marchs Publics.
Modalits essentielles de financement et de
paiement :


Le dlai global de paiement est de 45 jours.
Modalits de financement : Celle operation
est finance par le budget dpartemental.
Ce march est couvert par l'accord sur les
marchs publics (APM).
Forme juridique que devra revtir le groupe-
ment d'entrepreneurs, de foumisseurs ou de
prestataires de services (le cas chant) :
Aucune forme de groupement impose
l'attributaire.
CONDITIONS DE PARTICIPATION:
Renseignement en vue de la selection des
candidatures :
Critres de selection des candidates :
Garanties et capacits techniques et finan-
cieres
Rfrences professionnelles
Situation juridique Capacit conomique et
capacity technique rfrences requises :
Voir les renseignements et documents non-
cs dans le rglement de la consultation.
CRITRES D'ATTRIBUTION:
Offre conomiquement la plus avantageuse
apprcie en function :
des critres pondrs comme suit:
Valeur technique = 60 %
Prix des prestations = 40 %
PROCEDURES:
Mode de passation : Appel d'offres ouvert
pass en application des Articles 33 3"al. et
57 59 du CMP.
CONDITIONS DE DLAI :
Date limited de reception des offres
28/03/2006 12H00
Dlai minimumde validit des offres : 120
jours
AUTRES RENSEIGNEMENTS :
La collectivit propose le mode de transmis-
sion lectronique pour la consultation (remi-
se des candidatures et remise des offres).
Cependant, les candidates restent libres de
choisir le mode de transmission paper.
Transmission lectronique : les candidates
trouveront sur le site : www.cg972.fr, les
modalits permettant de s'inscrire. Aprs
l'inscription, les candidates devront se procu-
rer un certificate numrique leur permetlant
de transmettre leur pli.
Transmission paper : les plis seront adres-
ss par tout type d'envoi clos permettant de
dterminer de faon certain la date et l'heu-
re de leur reception notamment : lettre
recommande avec accus de reception ou
remise contre rcpiss.
Les modalits d'envoi sont prcises dans le
rglement de la consultation.
Le dossier de consultation des entreprises
pourra tre tlcharg sur le site internet :
www.cg972.fr.
Date d'envoi du present avis la publication:
31/01/2006
ANNEXE I Adresses complmentaires
Adresse pour renseignements d'ordre admi-
nistratif :
Administratifs :
Direction Gnrale Adjointe charge des
Services Techniques et Economiques -
Bureau des Marchs et Conventions -
Immeuble Concorde Route de la Folie -
97200 Fort-de-France
Auprs de:
Tl. : 0596 59 65 05
Adresse pour renseignements d'ordre tech-
nique :
Techniques :
Direction Gnrale Adjointe charge des
Services Techniques et Economiques -
Direction des Btliments et Collges -
Immeuble Concorde Rouge de la Folie -
97200 Fort-de-France
Auprs de :
M. Eddy MARIE SAINTE
T. : 0596 59 41 08
Adresse auprs de laquelle les documents
peuvent tre obtenus :
Direction Gnrale Adjoihte charge des
Services Techniques et Economiques -
Bureau des Marchs et Conventions -
Immeuble Concorde Route de la Folie -
97200 Fort-de-France
Adresse laquelle doivent tre envoys les
plis :
Direction Gnrale Adjointe charge des
Services Techniques et Economiques -
Bureau des Marchs et Conventions -
Immeuble concorde Roule de la Folie -
97200 Fort-de-France.
Les offres peuvent tre transmises par lettre
recommande avec accuse de reception ou
dposes contre rcpiss.
FA 5871


AVIS D'APPEL PUBLIC
LA CONCURRENCE

1/Nom et adresse officials de la personnel
publique :
DPARTEMENT DE LA MARTINIQUE.
Personne responsible du march :
President du Conseil Gnral Avenue des
Caraibes B.P. 679 97200 FORT-DE-
FRANCE Tlphone : 0596 55 26 00 -
Tlcopieur: 0596 73 59 32
mail : achals@cg972.fr, site : www cg972.lr
2/ Objet du march :
Mission d'assistance la mise en place
d'une structure de gestion unique de l'asso-
ciation CMAC Scne Nationale et de la
rgie autonome ATRIUM.
3/ Nomenclature CPV:
74.13.11.00-7
4/ Lieu de livraison:
Fort-de-France
5/ Les candidatures et les offres seront enti-
rement rdiges en langue franaise ainsi
que les documents de presentation asso-
cls.
6/ Division en lots : NON
7/ Quantit global:
Se reporter au cahier des charges
8/Modalits essentielles de financement et
de paiement et/ou rfrences des disposi-
tions applicable :
Mandate administratif dans un dlai de 45
jours aprs service faith et reception des fac-
tures conformment l'article 96 du dcret
n" 2004-15 du 7.01.2004 portant Code des
Marchs Publics. Budget du dpartement
sur resources propres.
9/ Dure du march ou dlai d'excution:
Le dlai d'excution est de quatre (4) mois
maximum computer de la notification du
march.
10/ Justifications produire quant aux quali-
ts et capacits du candidate :
- La lettre de candidature DC4,
- Imprim DC5 nouvelle version disponible
sur le site du Ministre de l'Economie des
Finances et de l'nduslrie l'adresse suivan-
te: www.mineli.gouv.fr,
- Les pouvoirs de la personnel habilite pour
engager le candidate,
- si le candidate est en redressement judiciai-
re, la copie du ou des jugements prononcs
cet effect,
- la declaration que le candidate ne lait pas
l'objet d'une interdiction de concourir,
- Le candidate, pour justilier qu'il a satisfait
aux obligations fiscales et sociales au 31
dcembre 2005 produit une declaration sur
l'honneur dment date et signe. Le mar-
ch ne pourra tre attribu au candidate que
sous rserve que celui-ci produise dans un
dlai de 10 jours les certificates dlivrs par
les administrations et organismes comp-
tents,
- Les entreprises de plus de 20 salaries
devront fournir une attestation sur l'honneur
indiquant qu'elles ont satisfait l'ensemble
de leurs obligations au regard de l'article 44-
1 (soit une declaration annuelle relative aux
emplois de personnel handicapes, soit une
declaration indiquant l'acquittement d'une
contribution au "fonds de dveloppement
pour l'insertion professionnelle des handica-
ps").
- L'attestation sur l'honneur du candidate indi-
quant qu'il n'a pas fait l'objet, au course des 5
dernires annes, d'une condemnation ins-
crite au bulletin n" 2 du easier judiciaire pour
les infractions vises aux articles L. 324-9, L.
324-10, L. 341-6, L. 125-1 et L. 125-3 du
code du travail,
- La presentation de la socit avec l'indica-
tion des moyens humans et matriels, du
chiffre d'affaires global et du chiffre d'affaires
pour la catgorie de services prvues au
march pour les 3 derniers exercices,
- La liste des rfrences quivalentes de
moins de 3 ans.
11i Critres de jugement des offres :
Offre conomiquement la plus avantageuse
apprcie en function des critres noncs
dans le cahier des charges (et rglement de
consultation).
12/ Mode de passation:
March procedure adapte, soumis aux
dispositions de l'article 28 du Code des
Marchs Publics.
13/ Date limited de reception des offres:
17 Fvrier 2006 12 heures.


14/ Dlai de validit des offres :
150 jours computer de la date limited de
reception des offres
15/ Date d'envoi du present avis la publi-
cation :
2 Fvrier 2006
16/ Adresse auprs de laquelle des rensei-
gnements d'ordre administratif et technique
peuvent tre obtenus:
Dpartement de la Martinique Direction
Gnrale Adjointe charge des Finances et
des Moyens Cellule Achats 19 Rue
Jacques Cazotte B.P. 679 97264 Fort-de-
France Cedex Tl. : 0596 55 37 86 Fax :
0596 55 37 87 e-mail : achals@cg972.fr.
Les documents sont tlchargeables sur le
site Internet du Conseil Gnral
http://www.cg972.fr rubrique marchs
publics marchs procedure adapte.
17/ Adresse auprs de laquelle les docu-
ments peuvent tre obtenus :
Les dossiers de consultation peuvent tre
demands ou retirs, gracieusement jusqu'
la date limited de remise des offres l'adres-
se figurant au point 16.
FA 5872

CHANGEMENT DE LA GRANCE
ET DE LA DENOMINATION

Par Assemble Gnrale Extraordinaire du
22/11/2005, de la SARL CROISSANCE N" 1,
capital 200 euros, immatricule au RCS de
FdeF 48476205900018, sige social 132
Rue Pr. Roy Camille 97200 F-DE-F, la
denomination social de la socit devient
DE GARRIGUES-STROTHMAN, le grant
dmissionnaire Erc VIGNERON est rempla-
c par Mme Naima STROTHMAN demeu-
rant 26 rue SAINT CLAUDE 75003 PARIS
et l'objet social devient "Toutes activits
d'amnagement et de dcoration d'intrieur,
d'achat, d'import, d'export et de vente de
tous products y attachs". Les articles 2, 3, 8
et 16 sont modifis en consequence.
La Grance
FA 5873

SARL ALTIC
Socit Responsabilit Limite
au capital de 29 147 Euros
Port 74 147 euros
Sige social : Angle des rues Pasteur
et Flix Ebou 2me Etage
97215 RIVIRE-SALE
R.C.S. : 2002 B 803
SIREN : 443.449.293

AVIS RECTIFICATIF
A L'ANNONCE DU 19 JANVIER 2006

Une rectification est apporter l'annonce
ci-dessus cite comme suit:
Ancienne mention :
Il rsulte du procs-verbal de l'Assemble
Gnrale Extraordinaire des associs du 20
dcembre 2004
Nouvelle mention:
II rsulte du procs-verbal de l'Assemble
Gnrale Extraordinaire des associs du 20
Dcembre 2005.
Pour avis
LA GRANTE
FA 5874

EURL "RESTO TI MANGLE"
Entreprise Unipersonnelle
responsabilit limite
au capital de 7 500 euros
Sige social : 29 ZI Les Mangles Acajou
97232 LE LAMENTIN

AVIS DE TRANSFORMATION
D'UNE ENTREPRISE INDIVIDUELLE
EN SARL

Aux terms d'un acte sous seing priv en
date du 19/01/2006, il a t constitu une
socit par apport d'une entreprise indivi-
duelle. Cette socit prsente les caractris-
tiques suivantes :
Denomination social: RESTO TI MANGLE
Forme social: Entreprise Unipersonnelle
Responsabilit Limite
Sige social: 29 ZI Les Mangles Acajou -
97232 LE LAMENTIN
Objet social : Toute activity de Restauration
rapide
Dure de la Socit : 99 ans computer de la
date de l'immatriculation de la Socit au










f "= *. . --~


ANNOUNCES LGALES


Jeudi 9 Fvrier 2006 Justice n" 6 Page 14


Registre du commerce et des socits
Capital social: 7500 EUROS en nature
Apport: Madame Marie-Une PHAROSE faith
apport la socit d'un fonds de commerce
de Restauration rapide situ au 29 ZI Les
Mangles Acajou 97232 LE LAMENTIN,
d'une valeur de 67200 EUROS.
Grance : Madame Marie-Une PHAROSE
demeurant Acajou 97232 LE LAMENTIN
est nomme premiere Grante de la socit
pour une dure indtermine.
Immatriculation de la Socit au Registre du
commerce et des socits de Fort-de-
France MARTINIQUE.
Pour avis
LA GRANTE
FA 5875
ANTILL'IMMO
Sigle : "ACCIMMO"
Socit Responsabilit Limite
au capital de 1.000 Euros
Sige Social : Villa n 9 Rsidence les
Chaumettes 51 Route de Didier
97200 FORT-DE-FRANCE

AVIS DE CONSTITUTION

Aux terms d'un acte sous seing priv en
date Fort-de-France du 10 Janvier 2006, il
a t constitu une socit prsentant les
caractristiques suivantes :
Denomination social: ANTILLIMMO
Sigle: 'ACCIMMO"
Former social : Socit Responsabilit
Umite
Sige social : Villa n"9 Rsidence les
Chaumettes 51 Route de Didier 97200
FORT-DE-FRANCE
Objet social : Toute activity d'agence immo-
bilire Transactions, ventes, locations, ges-
tion de tout bien immobilier.
Dure de la Socit : 99 ans computer de la
date de l'immatriculation de la Socit au
Registre du commerce et des socits
Capital social: 1000 euros
Grance: Monsieur Nicolas BODIN, demeu-
rant 13- Alle de la Louisiane -- Route de
didier 97200 FORT-DE-FRANCE
Immatriculation de la Socit au Registre du
commerce et des socits de FORT-DE-
FRANCE.
Pour AVIS
LE GRANT
FA 5876
SCI G.N.A.G.
Socit Civile Immobillre
au capital de 1.000,00 euros
Sige social : Lotissement Madkaud n" 5
Fond Capot
97221 LE CARBET

AVIS DE CONSTITUTION

Aux terms d'un acte sous seing priv en
date au Carbel du 12/01/2006, il a t consti-
tu une socit prsentant les caractris-
tiques suivantes :
Denomination social : G.N.A.G.
Forme social : Socit Civile Immobilire
Sige social : Lotissement Madkaud n" 5 -
Fond Capot 97221 LE CARBET
Objet social : Acquisition de terrains et d'im-
meubles, l'exploitation et la mise en valeur
de ces terrains pour l'dification d'immeubles
et l'exploitation par bail, ou autrement de ces
constructions qui resteront la proprit de la
Socit, Achat et Vente d'immeubles.
Dure de la Socit : 99 ans computer de la
date de l'immatriculation de la Socit au
Registre du commerce et des socits
Capital social: 1.000,00 euros constitu uni-
quement d'apports en numraire.
Grance : Monsieur Guy AUGUSTIN-LUCI-
LE, demeurant Lotissement Madkaud n 5 -
Fond Capot 97221 LE CARBET, est nomm
premier grant de la socit pour une dure
indtermine.
Clauses relatives aux cessions de parts :
Dispense d'agrment pour cessions asso-
cls, conjoints d'associs, ascendants ou
descendants du cdant.
Agrment des associs reprsentant au
moins les trois quarts des parts sociales.
Immatriculation de la Socit au Registre du
commerce et des socits de Fort-de-
France.
GuyAUGUSTIN-LUCILE
LE GRANT
FA 5877


BANETTE CONAN GAUTHIER GRIZET
AVOCATS LA ROCHELLE


Avis est donn de la constitution
dure de 10 annes, de la Soci
Collectif "SNC CATANA 2005" au
2.328.868 , don't le sige soc
MARIN (Martinique) chez "DREA
CARIBBEAN" Port de Plaisanc
Tortue, ayant pour objet l'acquisiti(
station par le biais de l'affrtement
puis la vente de six navires de
don't le grant non associ est 01
CIN 119 Avenue Andr Moriz
LOGNE BILLANCOURT (92),
Et don't les associs sont : M.
BAULT, 100 Rue Jean Jaurs 923
LOIS PERRET M. Olivier BOUT
av. Vige Lebrun 92500 RUEIL
SON M. Jacques BENGUIGUI, 7
Dsirade 92500 RUEIL MALMAI
Alain BOUTEILLER, 12 bis av. c
Consul 92500 RUEIL MALMAISC
BANANADRIVE, 4 Rue Berteai
92200 NEUILLY SUR SEINE EL
NAFARM, 4 Rue Berteaux Dur
NEUILLY SUR SEINE EURL BAI
4 Rue Berteaux Dumas 92200
SUR SEINE EURL BANANASP
Berteaux Dumas 92200 NEUI
SEINE EURL BANANAWA
Berleaux Dumas 92200 NEU
SEINE EURL BIPA MARINE
Beausjour 75016 PARIS.
El qui sera immatricule au RCS
DE-FRANCE.


CABINET de Matre Ren H
Avocat la Cour
Centre d'Affaires Dillon Vain
Bat. A- 1er tage
97200 FORT-DE-FRANC
Tl.: 0596 55 60 60 (rf. 201

VENTE AUX ENCHRES PUB

II sera procd le MERCREDI
2006 A 09H00 l'audience des
Tribunal de Grande Instance de
FRANCE, Cit Judiciaire, 35, Bd
Gaulle, la vente aux enchres pi
plus offrant et dernier enchrisse
Un terrain avec accs au n" 1 de
Avocatiers FORT-DE-FRANCI
section AL n 749 rue Beausjoui
37 ca, quarter "Sainte-Thrse",
est difie une maison abandon
cupe, en dur avec toiture en t
utile : 165,35 m2) comprenant
chausse : terrasse couverte ave
en tuiles devant l'entre, local WC
m2) en entrant, grande pice en
avec porte donnant sur la court
escalier condamn par un mur en
cd d'une grille en fer forg (mer
ge) et l'tage accessible par un
bton en faade arrire : cuisii
sans huisserie cloisonne par ui
1,20m de hauteur, salon (20 m2)
series, couloir, chambre (15 m2)
d'accs l'entre, salle de bain
lavabo, WC), escalier menant
chausse, chambre (15 m2) ave
bains attenante (WC, bac de dou
terrasse (2 m2) avec garde co
forg, grille en ler forg devant k
faade avant et droite, petit d
(10 m2) avec fentre clayettes.
Le cahier des charges a t
Greffe du TGI de Fort-de-l
20/09/2005 o toute personni
prendre connaissance.
Les enchres sont portes pai
d'Avocat et s'ouvriront sur la mis
QUATRE VINGT MILLE Euros (8
dfaut d'enchres, la vente sera
baisses de mise prix de 20 %.
Pour toute visit des lieux, se
AVANT LE 02/03/2006 de la SCP
MARTINVALET OZIER-LAF
VIGNERAS Huissiers de Justice
SCHCELCHER Tl. : 0596 61 09


AVIS D'APPEL PUBLIC
LA CONCURRENCE

March public de TRAVAUX


capital de IDENTIFICATION DE LORGANISME QUI
ial est au PASSE LE MARCH:
iM YACHT Type d'organisme: Dpartement
e Bassin Nom et adresse officials de l'organisme
on, l'exploi- acheteur:
coque nue, Dpartement de la Martinique Htel du
plaisance, Dpartement Avenue des Caraibes 97200
ivier PON- Fort-de-France
et BOU- OBJET DU MARCH
Olbjet du march : TRAVAUX
Alain THI- D'AMNAGEMENT ET DE SCURIT AU
00 LEVAL- COLLEGE DE DILLON I
'EILLER, 8 Type de march de travaux: Excution
MALMAI- Estimation: 575.370,51 HT
Rue de la Lieu d'excution: FORT-DE-FRANCE
ISON M. CARACTRISTIQUES PRINCIPALS:
lu Premier March unique
)N EURL refuse de variantes
ux Dumas Prestations divises en lots: Non
IRL BANA- Dure du march ou dlai d'excution:
nas 92200 Dure: 22 semaines computer de la rcep-
NANAJAC, lion de l'ordre de service
NEUILLY CONDITIONS RELATIVES AU MARCH:
LIT, 4 Rue Cautionnement et garanties exigs :
LLY SUR Le dossier de consultation sera remis
,Y, 4 Rue chaque candidate contre le paiement par
ILLY SUR chque libell l'ordre du Payeur
E, 5 Villa Dpartemental de 20.00 , reprsentant une
participation aux frais de reprographie,
de FORT- conformment l'article 41 du Code des
Marchs Publics.
FA 5878 Modalits essentielles de financement et de
paiement :
LNON Le dlai global de paiement est de 45 jours.
Modalits de financement : Celle operation
nenlre est finance par le budget dpartemental.
Ce march est couvert par l'accord sur les
;E marchs publics.
350046) Forme juridique que devra revtir le groupe-
ment d'entrepreneurs, de foumisseurs ou de
LIGUES prestataires de services (le cas chant) :
Aucune forme de groupement impose l'at-
15 MARS tributaire
Crimes du CONDITIONS DE PARTICIPATION
FORT-DE- Renseignements en vue de la selection des
Gnral de candidatures
ibliques au Critres de selection des candidates :
jr de: Garanties et capacits techniques et finan-
la rue des cires
E cadastr Rfrences professionnelles
r pour 02 a Situation juridique Capacit conomique et
sur lequel capacity technique Rlrences requises :
e et inoc- Voir les renseignements et documents non-
le (surface cs dans le rglement de la consultation.
au rez-de- CRITRES D'ATTRIBUTION
c avant toit Offre conomiquement la plus avantageuse
pice (14 apprcie en function: des critres pondrs
L (40 m2) comme suit:
arrire et Dlai d'exculion = 60 %
brique pr- Prix = 40 %
nan l'la- PROCDURES
escalier en Mode de passation : Appel d'offres ouvert
ie (20 m2) pass en application des Articles 33 3"al. et
i muret de 57 59 du CMP.
sans huis- CONDITIONS DE DLAI
avec porte Date limile de reception des offres:
s (douche, 30/03/2006 12H00
au rez-de- Dlai minimum de validity des offres : 120
ec salle de jours
che), petite AUTRES RENSEIGNEMENTS
rps en fer La collectivit propose le mode de transmis-
es vitres en sion lectronique pour la consultation (remi-
gagement se des candidatures et remise des offres).
Cependant, les candidates restenl libres de
dpos au choisir le mode de transmission paper.
France le Transmission lectronique : les candidates
e peut en trouveront sur le site : www.cg972.fr, les
modalits permettant de s'inscrire. Aprs
r Ministre l'inscription, les candidates devront se procu-
e prix de rer un certifical numrique leur permettant de
0.000 ). A transmeltre leur pli.
requise sur Transmission paper : les plis seront adres-
ss par tout type d'envoi clos permettant de
rapprocher dterminer de faon certain la date et l'heu-
MONIER / re de leur reception notamment : lettre
ONTAINE- recommande avec accus de reception ou
associs remise contre rcpiss.
S62. Les modalits d'envoi sont prcises dans le
FA 5879 rglement de la consultation.
Le dossier de consultation des entreprises
pourra tre tlcharg sur le site Internet :
www.cg972.fr. l'exception des plans qui
pourront tre retirs sur support paper au
bureau des marchs et conventions.


Date d'envoi du present avis la publication:
03/02/2006
ANNEXE I Adresses complmentaires
Adresse pour renseignements d'ordre admi-
nistratif :
Administratifs :
Direction Gnrale Adjointe charge des
Services Techniques et Economiques -
Bureau des Marchs et Conventions -
Immeuble Concorde Route de la Folie -
97200 Fort-de-France
Auprs de:
Tl.: 0596 59 65 05
Adresse pour renseignements d'ordre tech-
niques :
Techniques :
Direction Gnrale Adjointe charge des
Services Techniques et Economiques -
Direction des Btiments et Collges
Immeuble Concorde Route de la Folie -
97200 Fort-de-France
Auprs de :
M. LAURENT Jean Marc
Tl.: 0596 59 85 86
Adresse auprs de laquelle les documents
peuvent tre obtenus:
Direction Gnrale Adjointe charge des
Services Techniques et Economiques -
Bureau des Marchs et Conventions -
Immeuble Concorde Route de la Folie -
97200 Fort-de-France.
Adresse laquelle doivent tre envoys les
plis:
Direction Gnrale Adjointe charge des
Services Techniques et Economiques
Bureau des Marchs et Conventions
Immeuble Concorde Route de la Folie -
97200 Fort-de-France.
Les offres peuvent tre transmises par lettre
recommande avec accus de reception ou
dposes contre rcpiss.
La transmission des offres par voie lectro-
nique est autorise.
FA 5882

AVIS D'APPEL PUBLIC
LA CONCURRENCE

Identification de l'organisme qui passe le
march :
CONSEIL REGIONAL DE LA MARTINIQUE
Service des Marchs et de la command
publique Rue Gaston Defferre Cluny -
97200 Fort-de-France Martinique Tl. :
0596 59 63 00 Tlcopie : 0596 72 68 10
Adresse Internme: http//www.cr-martinique.fr
- rubrique "marchs publics"
Personne responsible du march :
Le President du Conseil Rgional
Procedure de passation:
Procedure adapte en vertu de l'article 28 du
code des Marchs Publics (CMP)
Objet de la consultation Allotissemen :
Cette consultation a pour objet de pr-slec-
tionner des candidates que la Rgion mettra
en competition, pendant une priode d'un
an, pour l'achat des lments informatiques
ci-dessous dsigns:
- lot 1 : Licences de progiciels (code nomen-
clature 67.04) :
Notamment : Areserve, Oracle, TOAD,
UltraEdit. Acrobal professionnel, MS Project,
Antivirus
- lot 2 : Progiciel de gestion de parc informa-
tique (code numenclature 67.04)
- lot 3 : Serveurs informatiques (code
nomenclature 36.03)
- lot 4 : Priphriques hors imprimantes -
(Code nomenclature 36.05)
Notamment : Clefs USB, souris, claviers,
scanners, graveurs DVD, Disque Dur
externes
- loi 5 Equipements de rseaux informa-
tiques (code nomenclature 36.06)
Notamment : swilchs 10/100/1000. routeurs,
carte pour commutateurs Cisco 6509 et
4006, cables informatiques
Contenu du dossier de candidature produi-
re:
- les rfrences du candidate portant sur des
prestations similaires ralises au course des
Irois dernires annes,
- Tous les lments permettant d'apprcier la
capacity du prestataire foumir les presta-
tions dans les dlais raisonnables et des
prix intressants.
- Indication du ou des lots pour le(s)quel(s) le

Suite en page 15











- ANNOUNCES LGULES


Jeudi 9 Fvrier 2006 Justice u 6 Pige 15


candidate souhaite tre consult pendant un march, raliss au course des tr
an. exercices ;
Date limited et lieu de reception du dossier de # Les rfrences du candidate.
candidature: Adresse auprs de laquelle
LE 20 FVRIER 206 A 12H00. reception des Dossier de Consultation :
candidatures par pli recommand ou dpt Communaut d'Agglomration di
contre rcpiss au Conseil Rgional de la la Martinique (CACEM) St
Marches Publics Immeuble G
Martinique Service des Marchs et de la Mchs ubliEs B.P. 47 -
Chateauboeuf Est B.P. 407 97
Commande Publique avec la mention sui- DE-FRANCE Cedex Tl.: 0596
vante : CANDIDATUREE POUR LACQUISI- Fax: 0596 75 54 58
TION DE MATRIEL INFORMATIQUE". Adresse auprs de laquelle les ofn
Date d'envoi de l'avis la publication : tre dposes :
Le 03 Fvrier 2006 Communaut d'Agglomration di
FA 5883 la Martinique (CACEM) Se
Marchs Publics Immeuble C
CACEM Chateaubeul Est B.P. 407 97
COMMUNAUT D'AGGLOMRATION DE-FRANCE Cedex
DU CENTRE DE LA MARTINIQUE Adresse pour renseignements :
d'ordre administration:
AVIS D'APPEL PUBLIC CACEM Service Achats Tl. :
A LA CONCURRENCE 72; Fax: 0596 75 54 58
'd'ordre technique :
Nom et adresse officials de l'organisme CACEM Direction de I'Environnel
acheteur: 0596 75 38 05 Fax : 0596 75 21
Communaut d'Agglomration du Centre de Dlai de validit des offres : 60 jo
la Martinique (CACEM) Immeuble Cardinal Date d'envoi du present avis la 1
Chateauboeuf Est B.P. 407 97204 Fort-de- 03 Fvrier 2006
France Cedex
Objet du march:
Affaire n" 2006/04/1/DENV/MAPA CABINET de Maitre Ren HE
Acquisition d'quipements vestimentaires de Avocat la cour
travail pour la rgie communautaire d'acco- Centre d'Affaires Dillon Valr
tements et les services techniques de la Bt. 1 1er Etage
CACEM. 97200 FORT-DE-FRANI
Caractristiques principles: Tl.: 0596 55 60 60 (rf. 20(
* March public de fournitures ;
* Uniformes, chaussures de scurit, vte- VENTE SUR SURENCHE
ments haute visibility.
* Ueu de livraison : CACEM II sera procd le MERCREDI
* Variantes autorises 2006 A 09H00 l'audience des
* Dlai de livraison: 3 semaines maximum Tribunal de Grande Instance de
Mode de passation : Procdure adapte FRANCE, Cit Judiciaire, 35, Bd
(article 28 du CMP) Gaulle, la vente sur surenchi
Modalits de financement : Autofinancement offrant et dernier enchrisseur de
Date limited de reception des offres : 20 DEUXIME LOT : un terrain
Fvrier 2006 12 heures FRANCE cadastr section A
Critres de selection des candidates et de Avenue Maurice Bishop n" 110 p
jugement des offres : ca sur lequel existent un blimei
Garanties et capacits techniques et finan- simple rez-de-chausse couve
cires (salle d'exposition) actuellemen
Rfrences professionnelles libre de toute occupation (n "a"
- Dlai de livraison: 60 % cadastral) ; une maisonnette (
- Prix : 40 % couverte en tle, inoccupe c
- Les justifications produire quant aux qua- deux pices (n "b" sur le plan) ; i
lits et capacits du candidate. En application en dur couverte en tle (chamb
de l'article 45 du Code des Marchs Publics sjour) occupe par un particulie
(CMP), le dossier comprendra les renseigne- le plan).
ments suivants: Le cahier des charges a t
* Si le candidate est en redressement judiciai- Greffe du TGI de Fort-de-
re, la copie du ou des jugements prononcs 29/10/2002 o toute personnn
cet effet; prendre connaissance.
* la declaration dment date et signe du Cet immeuble a t adjug l'au
candidate pour justifier: cries du Tribunal de cans du
- qu'il a satisfait ses obligations fiscales et pour le prix principal de 39 400
sociales la date du 31 dcembre 2005; l'objet d'une surencre du dixi
- qu'il ne fait pas l'objet d'une interdiction de par le Tribunal selon jugement
concourir; 18/01/2006.
- qu'il n'a pas fait l'objet, au course des cinq Les enchres sont portes pa
dernires annes, d'une condemnation ins- d'Avocat et s'ouvriront sur la nou
crite au bulletin n" 2 du easier judiciaire pour prix de QUARANTE TROIS MIt
les infractions vises aux articles L. 324-9, CENT QUARANTE Euros (43.34
L324-10, L.341-6, L.125-1 et L.125-3 du Pour toute visit des lieux se
code du travail AVANT LE 02/03/2006 de la : SCF
- que le travail sera ralis avec des salaries MARTINVALET / OZIER-LAF
employs rgulirement au regard des VIGNERAS- Huissiers de Justice
articles L143-3 et L.620-3 du code du travail SCHOELCHER TL : 0596 61 0f
*pour les entreprises de plus de 20 salaries:
la declaration annuelle obligatoire d'emploi
des travailleurs handicaps, des mutils de
guerre ou assimils pour l'anne 2004 ; CABINET de Matre Ren H
" ou l'attestation de versement de la contri- Avocat la cour
bution annuelle un fonds de dveloppe- Centre d'Affares Dillon Vali
ment de l'insertion professionnelle des han- Bat. 1 1er Etage
dicaps. 97200 FORT-DE-FRANI
* les attestations d'assurance en course de Tl.: 0596 55 60 60 (rf. 20(
validity et relatives la responsabilit civil
du candidate; VENTE AUX ENCHRES PUE
* En application du 2" de l'article R.324-4 du
code du travail, le numro d'inscription au II sera procd le MERCREDI
registre de la profession (registre du com- 2006 09H00. l'audience des
merce, registre des mtiers...) pour les per- Tribunal de Grande Instance de
sonnes physiques ou morales nouvellement FRANCE, Cit Judiciaire, 35 Bd
cres, un rcpiss de dpt de declaration Gaulle, la vente aux enchres p
auprs d'un centre de formalits des entre- plus offrant et demier enchisse
praises. Un terrain arbor accessible p
# La declaration concernant le chiffre d'af- dpartementale menant "Pali
fires global et le chiffre d'affaires concer- par un chemin btonn en ct de
nant les prestations auxquelles se rfre le existed un portal mtallique, S;


>is derniers PH. "Habitation La Jambette," cadastr sec-
tion Y n 503 lieudit "VC n 3 de Bois Neuf
pour 39 a 64 ca, sur lequel existed UNE MAI-
obtenir le SON D'HABITATION en dur, de plein pied
avec toiture en tuiles (grand sjour avec
i Centre de portes-fentres entour d'une terrasse cou-
ervice des verte, cuisine en course de construction et de
lors Bec renovation avec parties amricaine el salle
204 FORT- manger, terrasse en pierres de Bavire, cou-
75 82 72 loir, salle de bains avec douche. WC et lava-
bo, WC, 2 chambres en course de construc-
ires doivent lion, une 3me chambre avec sol plancher et
salle de bains (WC, douche, lavabo, bidet),
i Centre de une 4me chambre avec salle de bains (bai-
ervice des gnoire, budget, WC, douche), placard de ran-
iros Bec gement et grande pice en sol plancher) ;
204 FORT- UNE DPENDANCE (charpente en bois, toi-
ture en tuile) comprenant un sous-sol (ossa-
ture en bton, sol en carrelage) et un rez-de-
chausse (en bois, sol en carrelage) ; UNE
0596 75 82 PISCINE en "haricot". Les lieux sont occu-
ps par le propritaire.
Le cahier des charges a t dpos au
nent Tl.: Greffe du TGI de Fort-de-France le
186 04/11/2005 o toute personnel peut en
ours prendre connaissance.
publication: Les enchres sont portes par Ministre
d'Avocat et s'ouvriront sur la mise en prix de
FA 5884 CENT SOIXANTE MILLE Euros (160.000 ).
A dlaut d'enchres, la vente sera requise
;LENON sur baisse de mise prix de 20 %.
Pour toute visit des lieux, se rapprocher
menire AVANT LE 02.03.2006 de la SCP MONIER /
MARTINVALET / OZIER-LAFONTAINE-
CE VIGNERAS Huissiers de Justice associs
120087) SCHCELCHER Tl.: 0596 61 09 62.
FA 5886
IRE
CABINET de Maitre Ren HELENON
15 MARS Avocat la cour
Cries du Centre d'Affaires Dillon Valmenlre
FORT-DE- Bt. 1 1er Etage
Gnral de 97200 FORT-DE-FRANCE
;re au plus Tl.: 0596 55 60 60 (rf. 20030556)

FORT-DE- VENTE AUX ENCHRES PUBLIQUES
,M n" 576
our 02 a 50 II sera procd le MERCREDI 15 MARS
nt en dur 2006 09H00, l'audience des Cries du
rt en tle Tribunal de Grande Instance de FORT-DE-
t ferm et FRANCE, Cit Judiciaire, 35 Bd Gnral de
sur le plan Gaulle, la venle aux enchres publiques au
mn briques, plus offrant et dernier enchrisseur de :
:omprenant Un terrain formant le lot n" 32 d'un ensemble
une maison dnomm "Les Rsidences des Everglades"
re. cuisine, FORT-DE-FRANCE cadastr section P n"
r (n "c" sur 849 lieudit "Lot. Les Everglades n 32" pour
06 a 71 ca sur lequel repose une maison de
dpos au plein pied, couverte en tle ondule avec
France le des murs couverts d'un crpi usag, entou-
e peut en re d'un jardin clos par un portail et un por-
tillon mtalliques, comprenant une terrasse
idience des carrele (30 m2) ct Nord, une salle de
23/11/2005 sjour (30 m2), une cuisine (12 m2), trois
6 et a fait chambres (une de 12 m2 et deux de 9 m2) et
me valide une salle de douches. Le sol est carrel et
en date du les lieux sont occups et lous.
Le cahier des charges a t dpos au
r Ministre Greffe du TGI de Fort-de-France le
relle mise 21/11/2005 o toute personnel peut en
.LE TROIS prendre connaissance.
0 6). Les enchres sont portes par Ministre
rapprocher d'Avocat et s'ouvriront sur la mise prix de
i MONIER / VINGT CINQ MILLE Euros (25 000 ).
ONTAINE- Pour toute visit des lieux, se rapprocher
associs AVANT LE 02/03/2006 de la SCM SEILHAN
9 62. SILLON LAVIGNE Huissiers de Justice
FA 5885 associs TRINITE Tl. : 0596 58 67 67.
FA 5887

ELENON
PRFECTURE
nenlre DE LA REGION MARTINIQUE
SOUS-PRFECTURE DE LA TRINITY
CE
140170) Le Sous Prfet de La Trinit
COMMUNIQUE
ILIQUES
AVIS D'OUVERTURE
15 MARS D'ENQUETE PUBLIQUE
Crimes du
FORT-DE- Le public est inform que, conformment aux
Gnral de dispositions de l'arrt n 2006-01 du 05
ubliques au Janvier 2006, il sera procd l'ouverture :
ur de : d'une enqute publique au titre de la loi sur
ar la route l'eau pour une demand d'autorisation
miste" puis d'amnagement et d'exploitation d'une pico-
.vant lequel central reconstruire l'intrieur de la sta-
OINT-JOSE- tion de traitement d'eau brute de Viv sur le


territoire de la commune du Lorrain;
Sur la demand prsente par la socit
Force Hydraulique Antillaise.
Cette enqute se droulera du mercredi 1
Fvrier 2006 au Jeudi 02 mars 2006 inclus
la mairie du Lorrain.
Le dossier d'enqute pourra tre consult
aux services techniques de la commune du
Lorrain dans les dlais susviss, aux heures
d'ouverture des bureaux.
Durant cette priode, les observations du
public pourront:
- soit tre consignes sur le registre d'en-
qute ouvert, sur place, cet effect,
* soit tre adresses par crit au commissai-
re enquteur, M. Christian TROUDART, qui
sigera la mairie du Lorrain comme suit:
- MERCREDI 01 FVRIER 2006 de 09h
12h
- MERCREDI 08 FVRIER 2006 de 09h
12h
- MERCREDI 15 FVRIER 2006 de 09h
12h
- MERCREDI 22 FVRIER 2006 de 09h
12h
- JEUDI 02 MARS 2006 de 09h 12h.
Les conclusions motives du commissaire
enquteur pourront tre communiques pen-
dant un dlai d'un an computer du quaran-
time jour suivant la clture de l'enqute
toute personnel en faisant la demand au
sous-prfet. Elles seront en outre dposes
en mairie du Lorrain, pour la consultation du
public.
La Trinit, le 6 Janvier 2006
Le Sous Prfet
Xavier BRUNETIERE
FA 5888

Grald SA
Avocat la Cour
40 Rue Perrinon
97200 FORT-DE-FRANCE
Tl. : 0596 70 21 19 Fax : 0596 60 94 73

CHANGEMENT
DE REGIME MATRIMONIAL

Suivant acte reu le 18Janvier 2006 par
Matre Henri DUVAL, Notaire Associ de la
Socit Civile Professionnelle "Henri et
Serge DUVAL", Notaires associs, titulaire
d'un Office Notarial, don't le sige est Fort-
de-France, 31 rue Moreau de Jonnes,
M. Moise Luc FILA, n le 26 Janvier 1956
Fort-de-France (Martinique), de nationalit
franaise et son pouse Mme Marie Louise
Elienne ne SAINT ALBIN le 26 dcembre
1960 Fort-de-France (Martinique), de
nationalit franaise demeurant ensemble
au Saint-Esprit Martinique au lieudit Morne
Vents, ont dcid de changer leur rgime
matrimonial et d'adopter celui de la
SEPARATION DES BIENS TEL QU'IL EST
TABLI PAR LES ARTICLES 1536 1543
DU CODE CIVIL.
En vertu de l'article 1397 du code civil, la
convention notarie sera soumise l'homo-
logation du Tribunal de Grande Instance de
Fort-de-France.
Pour avis
Me SA
FA 5889


AVIS DE CONSTITUTION

Par acte S.S.P. il a t constitu la SARL
dnomme :
"J.C.F. TRANSPORT"
Enseigne : "J.C.F. Transport" au capital de
10.000 euros
Le sige social est situ : Cit Dillon, 327
Avenue Judes Turaf, 97200 Fort-de-France.
Son objet est : Transport de personnel, de
marchandises, de matriaux.
Dure de la socit : 99 ans computer de
l'immatriculation au registre du commerce et
des socits de la Martinique.
Le Grant est : Monsieur Jean-Claude
FATNA, n le 15/07/1956, demeurant
l'adresse 11 Rue Eugne Revert, 1,8 km
Route de Schoelcher, 97200 Fort-de-France.
Fait le 06 Fvrier 2006
Le Grant
FA 5890








CULTURE


Jeudi 9 Fvier 2006 lustce n 6 Page 16


Rpublique Dominicaine :

Colloque international

"Quels modles pour la Carabe ?"

PONTIFICIA UNIVERSIDAD CATOLICA MADRE Y MAESTRA ,
RECINTO SANTO TOMAS DE AQUINO T

..... ~~n ,-m .'t -' .i'T


Du 1 au 3 fvrier s'est tenu en
Rpublique Dominicaine un colloque
international sur le thme "Quels
modles pour la Carabe ?" Cette
manifestation scientifique est le fruit
de la collaboration de lUniversit de
Bordeaux III, de l'Universit des
Antilles et de la Guyane, de la
"Pontificia Universidad Catlica
Madre y Maestra" (PUCMM), de
Santo Domingo et du "Centre Lebn" de
Santiago.
La Rpublique Dominicaine est un
pays assez singulier qui, pour des rai-
sons historiques, a longtemps vcu en
tournant le dos sa region naturelle,
la Carabe, et qui maintenant entend
combler rapidement cette lacune, en
acceptant notamment de reconnatre
enfin son heritage africain.
Le colloque a eu lieu symboliquement
dans la capital Santo Domingo et
dans la ville de Santiago o le "Centro
Lon" dispose d'un magnifique bti-
ment ultramoderne ouvert tout


public dsireux de connatre le pass
et le present du pays.
Il a t surtout question de littrature
: de celle de la Carabe insulaire essen-
tiellement, mais sans que soit oublie
la Carabe continental. Un atelier
trs intressant a trait de l'architec-
ture carabe et permis de mettre en
evidence de nombreuses similitudes
entire les diffrents pays de la Carabe,
similitudes dues aussi bien au climate
Squ' l'histoire prcolombienne et colo-
niale.
L'TAG tait reprsente par cinq
membres du group de recherche
CELCAAH dirig par le professeur
Lionel Davidas. Ces enseignants-cher-
cheurs ont trait la fois de la Carabe
francophone, anglophone et hispano-
phone.
Nos htes dominicains ont organis,
en marge du colloque, des activits cul-
turelles du plus haut intrt : visit de
muses et de la ville colonial; rcep-
tion par le Ministre de la Culture


avec un trs beau spectacle suivi d'un
dlicieux dner crole ; reception
l'Ambassade de France o taient
exposs des tableaux raliss par des
peintres de diffrents pays de la
Carabe, don't la Martinique (Alain
Dumbardon et Abdaphae).
Le moment le plus charge de symbol
et d'motion a t celui o le Ministre
de la Culture a rendu hommage
lAfrique en parlant de "nos anctres
africains", chose assez insolite dans un
pays o la grande majority de la popu-
lation, bien qu'ayant des ascendants
africains, refuse de se considrer
comme des noirs, prfrant se dire
"indiens".
Le Colloque "Quels modles pour la
Carabe ?" continuera en Martinique
au mois d'avril, avec des intervenants
de Bordeaux Im, de 1UAG et d'autres
pays caribens.
M M. Belrose


,"r3 a /a4oie

Pome d'Henri Corbin (Indit)

Gloire la lumire
gloire l'ocan incommensurable
gloire au soleil du petit matin
gloire tout ce qui s'enracine
la voile qui guide
la respiration des vagues 4
la fraicher des montagnes
au pain rv qui constelle
aux aveugles qui, en liesse dcouvrent le ciel,
gloire aux intrpides
qui euvrent pour ressusciter la justice.


II
Mer, toi qui prolonges les frontires
tu confonds l'ombre et son soleil
mais ne reste pas muette
sur les naufrages
Droute les vents malfiques
noyant les miles, tes parures
laisse survoler la colombe messagre.

Je vis sur une montagne
o s'panouit la fleur de paix
Je ne crains ni la cendre
ni le tonnerre.
Je m'vade des chemins hasardeux
soumis la frule des vents
Je voyage sur l'arc-en-ciel
que le ciel propose




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - Version 2.9.9 - mvs