Group Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Title: Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00040
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Publication Date: November 10, 2005
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00088914
Volume ID: VID00040
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373

Full Text
,.1\4 f_ H EBDOMA0A4,,.


y/ION COM~W^xS^V
'q770Nohhn~_I
- 0, %-


Pour la Responsabilit et le Dveloppement vritable.


Rvolte

contre

les disiminations,


SOMMET DES AMRIQUES
Chavez torrasse Bush


FORUM POUR
L'EMPLOI


} -:,.. -,*
isS- .;. '.'







SA KA PAS


Jeudi 10 Novembre 2005 Justice n 45 Page 2


SA KA PAS .................. p.2
EDITO ......................... 3
Rvolte des banlieues franaises
FRONT SOCIAL ................p. 4
Leader Price en grve
La CFTU : la reprise
Chez les dockers : + 4,5 %
La banane : une resolution de Claude
Lise
ECONOMIE ...................p.5
Forum pour l'emploi
POLITQUE....................p. 6
Le Congrs du PPM (suite)
La dfiscalisation
EN FRANCE ET DANS LE MONDE p. 7
En France: Banlieues
Notre Amrique : Le Sommet des
Amriques
DANS LE MONDE ............p. 8
Etats-Unis: L'affaire Plame Wilson
La prostitution africaine
La Chine : Nouveau succs spatial
DANS LE MONDE ............p. 9
La demonstration par le cyclone.
Pologne : Victoire de la droite
ANNONCES LGALES .....p. 10 11
POLITIQUE....................p. 12
Resp pou yo !




JUSTICE
Administration : 71 86 83
Rdaction : 63 13 20
Fax : 6313 20
Ed.Justice@wanadoo.fr



Fondateur: Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France Tl. 71 86 83
Commission Paritaire n 54.026
7 Janvier 1977
Directeur de la Publication :
Femand PAPAYA
Maquette Impression:
NIM -731454


Conseil Gnral
Port de Grand-Rivire

Dans le cadre du project d'amnage-
ment du port de pche de Grand-
Rivire une runion de concertation
s'est tenue la "Maison de lAmiti" de
la commune en presence du Conseil
Gnral, matre d'oeuvre et des habi-
tants en vue d'une grande concerta-
tion.
Le project don't le cot est valu 16
Millions d'euros, dans une premiere
phase, sera finance pour 25 % par le
Conseil Gnral et 75 % par 'Union
Europenne.
Le port pourra accueillir une quaran-
taine d'embarcations de pche, une
vedette de transport et un parking de
80 places.

L'ADEME:
Contre le drglement
climatique

L'Agence de l'Environnement et de la
Matrise de l'Energie lance une cam-
pagne sur le thme : '"es gestes limi-
tatifs du drglement climatique".
I s'agit au course de cette champagne de
sensibiliser les citoyens des gestes au
quotidien qui peuvent rduire l'mis-
sion des gaz effet de serre.
Elle a commenc le 29 octobre et dure-
ra jusqu'au 17 dcembre prochain sur
l'ensemble des mdias.

La Conference Nationale
du PCM reporte

Le Parti Communiste Martiniquais
informed ses militants et sympathisans
du report de sa Confrence Nationale
initialement prvue le 20 Novembre.
Le retard pris dans sa preparation
nous oblige la diffrer.


Conseil Rgional
Orientations budg-
taires 2006

Le Conseil Rgional s'est runi en
sance plnire le mardi 8 novembre
pour dbattre des orientations budg-
taires de I'exercice 2006. Nous revien-
drons dans notre prochaine dition sur
le contenu des dbats.


Quatre radars sur six
en service

Quatre radars sur six fixes
sont en service : ceux de
Marigot, Ducos, le Robert et
dernirement (3 novembre)
Rivire-Sale.
Les deux radars de la Rocade
n'taient pas encore valids le
4 novembre.
L'arrt de mise en service
peut cependant intervenir
tout moment.
Rappelons que sont en service
ceux de :
/ Marigot : au lieu-dit
Charpentier (RN1). Vitesse
limite 90 km/h.
' Robert: au lieu-dit Cadet
(RN1). Vitesse limite 90
km/h.
/fDucos : au lieudit Bohme
(RN5). Vitesse limite 90
km/h.
/Rivire-Sale : au lieu-dit
Laugier (RN5). Vitesse limi-
te 70 km/h.

CDMT Sant CGTM
Sant FO Sant

Grande mobilisation
gnrale pour la defense
de l'hpital public

Les organizations syndicales de sant
appellent une grande mobilisation
du personnel de la sant du 14 au 17
novembre 2005.
Il s'agit de s'opposer la menace de
privatization de l'hpital plan hpital
2007) et de rclamer plus de mo\ens
pour l'hpital en Martdnique afin das-
surer des soins de quality pour les
malades de notre pays.





SVictor Hugo
Victor Hugo







Jeudi 10 Novembre 2005 Justice n 45 Page 3


Rvolte des

banlieues franaises :

le libralisme mis en cause


Les scnes de violence qui,
depuis 10 jours se rptent,
nuit aprs nuit, dans les
banlieues de la region pari-
sienne et qui embrasent
toutes les grande villes de
France, sont rvlatrices du
mal profound qui ronge la
socit franaise.
Un premier constat s'impo-
se : ceux que les medias et
les autorits dsignent par
l'expression "les jeunes" ne
sont pas des jeunes quel-
conques, en tout cas pas des
jeunes des beaux quarters
bourgeois, mais essentielle-
ment des fils de travailleurs
immigrs originaires
d'Afrique du Nord et
d'Afrique noire, vivant dans
des cits souvent dlabres,
confronts en permanence
au chmage, tents par la
dlinquance, victims de
toutes sortes de discrimina-
tions du fait de la couleur de
leur peau, de leur accent, de
leur religion, de leur atta-
chement des traditions
trangres la culture fran-
aise, etc.
Le fait qu'il s'agisse de
jeunes, parfois d'enfants,
met en evidence l'clate-
ment de ces families d'immi-
grs, l'impossibilit pour les
parents, les adults de les
empcher de sortir la nuit
en bandes organises, pour
incendier des voitures et
des btiments publics, har-
celer les forces de l'ordre, au
risque de provoquer l'irr-
parable.
On le sait, c'est la mort par


lectrocution de deux
'jeunes" fuyant la police qui
a dclench la rvolte
laquelle on assisted mainte-
nant. Mais si cette double
tragdie ainsi que les pro-
pos provocateurs de
Sarkozy parlant de "voyous"
et de "racaille" ont eu de
telles consequences, c'est
que les jeunes des banlieues
pauvres avaient et ont -
mille raisons de crier "non !"
un systme qui les discri-
mine ngativement, nie
leurs droits fondamentaux,
don't celui au travail, les
accule au dseuvrement et
la dsesprance.
l est possible que sur un
terrain aussi min, aussi
propice toutes les drives,
des groupuscules islamistes
tentent de rcuprer leur
profit le just mcontente-
ment de cette jeunesse
dboussole et prive d'ave-
nir. Mais ce serait une grave
erreur que d'attribuer la
responsabilit de cette
rvolte droutante l'agita-
tion islamiste.
Le principal responsible en
est le systme capitalist et
'Etat franais, lequel
dfend avant tout les int-
rts de la bourgeoisie.
Est-ce un hasard si les
parents de ces "jeunes" vien-
nent de pays qui ont t
coloniss et pills par la
France ?
La France qui en a besoin
pour son dveloppement
conomique, dans quelles
conditions a-t-elle accueilli


M. Belrose
et accueille-t-elle ces immi-
grs, au nombre desquels il
convient de placer les origi-
naires des DOM-TOM en
dpit de leur nationalit
franaise ? Considre-t-elle
les Arabes et les Ngres fran-
ais comme des citoyens
part entire ?
Rpondre ces question,
c'est apporter un dbut de
solution au problme qu'il y
a rsoudre maintenant.
Dans l'immdiat, il faut
trouver les moyens de rame-
ner le calme et d'viter la
contagion, autant que pos-
sible sans effusion de sang:
tche difficile mais indis-
pensable. Cela ncessite un
profound changement de
politique. l y va de la res-
ponsabilit de Jacques
Chirac en sa quality de chef
de 'Etat.
Ensuite il conviendra de
nouer le dialogue avec les
"jeunes", et surtout de com-
mencer s'attaquer avec
determination aux mul-
tiples causes de la drama-
tique fracture qui fragilise
le people franais et risque
de disloquer le corps social.
Et si Chirac se dbarrasse
du provocateur Sarkozy les
choses seront sans doute
plus faciles.

06-11-05


EDITO


le,-- -"P~sa











SSURLE FRONT SO


Leader Price
en grve
Les salaries de l'enseigne "Leader
Price" ont entam un movement de
grve suite l'chec des ngociations
annuelles obligatoires (NAO).
L'entreprise qui compete pas moins de 8
magasins emploie environ 230 sala-
ris.
Les discussions achoppent notamment
sur la revalorisation des salaires.
Les salaries qui sont dans ces entre-
prises connaissent sa situation finan-
cire relle, d'autant que dans le mme
temps l'enseigne se lance dans la tl-
phonie grand renfort de publicity fort
coteuse au demeurant.
La Direction de l'entreprise s'est enga-
ge dans une champagne de communi-
cation au prtexte que les salaries
seraient les mieux pays de la place, et
ne semble pas vouloir ngocier.
Les salaries de leur ct font ressortir
leurs fiches de paye pour justifier leur
revendication d'une augmentation de
100 par mois. Les consommateurs
qui frquentent ces magasins savent
eux aussi la grande affluence qui y
rgne.
Les dirigeants prfrent jouer la carte
du pourrissement pour ensuite "va-
luer les pertes" en dsignant les tra-
vailleurs comme responsables.
La chambre syndicale des ouvriers du
Btiment de la CGTM, qui apporte son
soutien aux travailleurs de Leader
price, se dit prte un movement de
solidarity.
Pour l'heure, la direction semble cam-
per sur ses positions, ce qui accentue la
determination des employs obtenir
satisfaction.
A dfaut de casser les prix, Leader
Price casse les salaires.

DERNIRE HERE : Un accord est
intervene sur les salaires entire
4-5%.
(Le 8.11.2005)



La CFTU:
La fin de la grve

Aprs deux semaines de mobilisation
et des actions spectaculaires, les bus


MOZAIK sont de nouveau en circula-
tion. Les chauffeurs affilis aux syndi-
cats CSTM-CGTM ont obtenu satisfac-
tion sur l'ensemble de leurs revendica-
tions.
Le cadre qui posait problme a t
dplac. Par ailleurs, le 13e mois a t
obtenu avec un chelonnement pour
tre effectif en totalit d'ici dcembre
2007.


0 Les bus Moza'k roule de nouveau
Le salaire de base horaire est revalori-
s pour tous de 5,5 % avec effet rtro-
actif.
Mme si cette grve a t prjudiciable
tous ceux qui n'ont comme seul
moyen de dplacement que le trans-
port public, le combat n'a pas t vain
car le rsultat permet d'amliorer les
conditions de travail des chauffeurs.



Chez les dockers:
+ ,5 %
Manutentionnaires et syndicate des
dockers ont conclu un accord salarial
lors de la runion de ngociations
annuelles obligatoires (NAO) du jeudi
3 novembre dernier.
Au dpart les travailleurs deman-
daient + 17 % et les patrons manuten-
tionnaires proposaient + 2,6 %.
On se rappelle que des documents
avaient circul via fax et Internet pour
discrditer les revendications des doc-
kers au prtexte que leurs salaires
taient dj levs.
Finalement les deux parties ont conve-
nu d'une augmentation de salaire de
4,5 %.


Turbulences
la CDMT

Suite la rupture du protocole
d'accord de cooperation unissant la


CFDT et la CDMT, le Syndicat
CDMT-CFDT BNP Paribas a dci-
d le 19 octobre de ne plus faire
rfrence la CDMT et de s'appe-
ler dsormais CFDT BNP PARI-
BAS.
Il affirme avoir un "fonctionnement
autonome" et dfendre "les mmes
valeurs que la CFDT.
Les turbulences continent donc
la CDMT.



Banane
Claude Lise
demand au Snat
de refuser le tarif de
187 euros la tonne

Le Snateur Claude Lise a propos
le 26 octobre l'approbation des
Snateurs une Rsolution invitant
le gouvernement s'opposer la
proposition du Conseil europen
qui fixe 187 euros la tonne, le
taux applicable aux importations
de bananes sur le march euro-
pen.
Elle est cosigne par Louis Le
Pensec, ancien Ministre de l'Outre-
Mer, les Snateurs Serge Larcher
et Jacques Gillot (Guadeloupe) et
les membres du group socialist
au Snat.




Plusieurs tudes montrent que le
maintien de l'quilibre entire bana-
ne d'origines europennes, latino-
amricaine et ACP exige que le
taux du droit de douane, quiva-
lent tarifaire du contingentement,
devrait se situer entire 197 euros la
tonne et 260 euros la tonne.
L'OMC a rejet le 27 octobre la pro-
position de 187 euros la tonne de
l'Union europenne.
Les producteurs antillais deman-
dent le maintien du statu quo pen-
dant un an, le temps de trouver
une solution.
Le 1er janvier 2006 risque de son-
ner le glas de 18.000 emplois en
Martinique et en Guadeloupe.


SOCIAL


Jeudi 10 Novembre 2005 Justice n" 45 Page 4


M"sr








ECONOMIC


Jeudi 10 Novembre 2005 Justice no 45 Page 5


SForum pour l'emploi

Penser globalement, agir localement

Le Forum Social Martiniquais aprs le premier sminaire sur "La Martinique face au chlordcone
et autres pesticides" de juillet a organis son deuxime sminaire "Le forum pour l'emploi" au
Campus de Schelcher le samedi 5 novembre toute la journe


Ce sminaire tait appel par les orga-
nisations suivantes : ASSAUPAMAR /
AT'AC / CDMT / CGTM-FSM / CSTM
/ FO / FSU / L'APASSE / LDH / OPAM
/SNETAP / UFM.
Il tait prvu en outre, des interven-
tions de la CGTM, du Journal
"Justice" et la collaboration active du
Forum Social Guadeloupen.
Le dbat tait organis en huit ate-
liers.
Finalement il a t dcid d'entendre
les responsables d'introduction des
dbats de chaque atelier en plnire et
de discuter ensemble.
Sur la "ralit de l'emploi, du chmage
et de l'activit" en Martinique, Albric
Marcellin (CDMT-ANPE), aprs avoir
rappel quelques donnes sur le ch-
mage dans le monde (6,2 %), en
Europe (6,8 %), dans la Carabe (10,1
%), en Afrique Australe (31,6 %) et en
France (9,8 % en septembre 2005), il a
dnonc le fait que depuis fvrier 2000
le pouvoir a introduit des rgles nou-
velles tendant sous-estimer et mani-
puler le nombre de chmeurs en
Martinique.
En septembre 2005 le nombre official
de demandeurs d'emplois dans notre
pays serait de 38.531, soit 23,7 % de la
population active.
Selon la CDMT-ANPE le nombre rel
de chmeurs est de 51.000 et le taux de
chmage 31 %.
Les reprsentants de la FSU et de FO
ont dnonc la politique de dmantle-
ment du service public et les privatisa-
tions qui contribuent au chmage.
Par ailleurs, les dparts la retraite
"colossaux" dans les prochaines annes
crent une urgence, notamment dans
le secteur de l'Education.
Sur le thme "agriculture, environne-
ment et emploi", Fitte-Duval (OPAM)
a rappel que historiquement notre
agriculture consacre la prdominance
des monocultures d'exportation
(canne, banane) sur les cultures
vivrires. Il se prononce pour une
"agriculture paysanne" ayant pour
objectif de nourrir la population dans
le cadre de la recherche de la "souve-
rainet alimentaire". Il a dnonc la


diminution dramatique des superficies
consacres l'agriculture et de la
population agricole. L'agriculture pay-
sanne concilie emploi et respect de l'en-
vironnement.
H. Louis-Rgis (ASSAUPAMAR) a
dnonc le fait que jusqu'ici, la proc-
cupation environnementale a t per-
ue de manire sectorielle et comme
une contrainte en matire d'emploi.
Pour lui, "il n'y a pas d'antinomie entire
cologie et conomie. Citant le cas de
Gnipa il a montr que l'installation
d'un nouvel hypermarch, loin de crer
des emplois, va dtruire les emplois
des petits commerce des bourgs et
dvitalise le pays.
Philippe Pierre-Charles (CDMT), ana-
lysant les rapports entire syndicalisme
et lutte pour l'emploi, a not que jus-
qu'ici la prise en compete de la question
de l'emploi par le syndicalisme s'opre
de manire defensive.
L'obstacle principal est idologique. Le
MEDEF a install dans les ttes que la
mondialisation et la concurrence sont
invitables. Donc la seule manire de
rsister serait d'accepter la baisse du
cot du travail, sinon c'est la dlocali-
sation examplee de l'Htel Marouba).
Il a conclu sur la ncessit d'instaurer
une autre logique et de passer d'une
attitude defensive une attitude offen-
sive, notamment en exigeant la trans-
formation des emplois prcaires en
emplois durables ou la creation d'ta-
blissements publics martiniquais.
Traitant de la question des "femmes et
l'emploi", Rita Bonheur (UFM) a dres-
s une photographic montrant que les
femmes subissent plus fortement que
les hommes le poids du chmage et
l'ingalit dans les salaires, la prcari-
t, le sous-emploi. Elle a dnonc les
violence au travail (harclement
sexuel et moral exacerb par le taux
lev de chmage en Martinique) et les
freins l'galit. Elle a appel les syn-
dicats mieux prendre en compete les
discrimination l'gard des femmes
au travail et l'embauche.
Sur la question des "non-martiniqais
et l'emploi", Ph. Pierre-Charles a esti-
m que la revendication de la priority


d'emploi dans l'embauche tait "lgiti-
me", la condition de regarder la glo-
balit du problme. Par example, en
acceptant le principle que des caribens
(hatiens) puissent travailler en
Martinique pour peu que les salaires
soient gaux ceux des Martiniquais.
Joseph Virassamy traitant que la
ncessit de "sortir de la galre sans
attendre des lendemains qui chan-
tent", partir de son experience per-
sonnelle, a montr combien il tait dif-
ficile de crer sa propre entreprise.
Il appartenait notre camarade
Michel Branchi de traiter de la "notion
de travail aujourd'hui" et des "causes
profondes du chmage dans le capita-
lisme contemporain".
fl a montr que le travail salari appa-
rat dans l'histoire au moment o nait
le capitalism (15e, 16e sicle) alors
que les Noirs sont rduits la condi-
tion servile dans notre pays.
Aujourd'hui, le travail est clat avec
la prcarit croissante et la mise en
cause du Code du Travail et la flexibi-
lit.
Puis il a prsent les grandes theories
conomiques sur les causes du chma-
ge.
Schmatiquement, il y a d'un ct les
libraux et nolibraux qui consid-
rent que le chmage est li des "rigi-
dits" structurelles, savoir salaire
minimum, allocations chmage, etc.
Le chmage serait "volontaire"
puisque les travailleurs n'acceptent
pas la baisse du salaire rel qui en
rtablissant l'quilibre permettrait
l'embauche. Le Plan Villepin pour
l'emploi s'appuie sur cette analyse
contractt nouvelle embauche).
De l'autre, l'analyse de Marx et des
marxistes considre que le chmage
est une caractristique permanent du
dveloppement du capitalism.
L'accumulation du capital tend l'li-
mination relative de la force de travail.
La cruise de l'accumulation et la finan-
ciarisation depuis le milieu des annes
1970 conduit au chmage massif,
notamment en France.
Suite en page 6







POLITIQUE


Suite de la page 5

Selon le patronat et la CCIM
(Rapport DME) la cause du chmage
en Martinique serait due au fait que
le cot de la main d'euvre est trop
lev par rapport la productivity.
En fait le chmage massif est du
l'intgration et l'assimilation la
France et l'Europe.
Michel Branchi a conclu qu'il fallait
inventer un nouveau modle de dve-
loppement afin de lutter rellement
contre le chmage et disposer d'un
pouvoir martiniquais pour le mettre
en uvre. I a appel "penser globa-
lement et agir localement".
Du large dbat qui a suivi, il en res-
sorti qu'il fallait laborer une sorte de
"charte" avec des points forts pour
proposer des solutions la crise de
l'emploi.
Le dbat n'est pas clos.

M Michel Branchi



Socit
La mangrove :
lment protecteur
des Tsunamis et
ouragans

Une tude parue dans le journal
"Science" rvle que les rgions prot-
ges par des forts ctires comme les
mangroves ont t beaucoup moins
endommages par le tsunami de
2004 que les rgions dpourvues de
vgtations.
Elle est le rsultat d'une quipe inter-
nationale compose d'environnemen-
talistes, botanistes, gographes, sp-
cialistes en vgtations et ingnieurs
en onde tsunamique.
Une moyenne de 30 arbres par 100
mtres carrs aurait pour effet de
rduire de plus de 90 % l'impact
maximum d'un tsunami dans la plu-
part des cas, exception faite des zones
qui ont t exposes l'intensit
maximale.
Ces observations sont valables pour
les autres phnomnes extrmes qui
affectent les ctes comme les tem-
ptes et les ouragans.
Par consquent, il est criminal de
dtruire la mangrove.

M A.G.


Jeudi 10 Novembre 2005 Justice n 45 Page 6


Suites du 17e Congrs du PPM

Treize lus "refondateurs"

se mettent en cong

de leur part


Les lus PPM signataires de la dcla-
ration "Pour un vrai congrs de la
refondation" ont crit et public une
lettre ouverte Serge Letchimy le 31
octobre aprs le 17e Congrs du PPM.
Ils considrent "que ce congrs n'a pas
constitu un congrs de refondation" et
"qu'il n'a pas contribu l'laboration
d'un project ambitieux pour la
Martinique".
Le seul fait marquant, aux yeux des
signataires, a t "l'lection d'un nou-
veau president du parti".
Ils notent, en outre, la designation des
membres du bureau politique du PPM
par le Prsident qui leur parat illus-
trer la "drive antidmocratique du
PPM".
Ils dnoncent enfin la "foyalisation"
des instances du PPM : 21 membres
du Comit National sur 24 sont de
Fort-de-France et une dizaine sont des
conseillers municipaux de Fort-de-
France.
S" Claude Lise

- t, :- .




Les lus en question au nombre de 13
avec Claude Lise dclarent se mettre
en cong du PPM, 'jusqu' nouvel
ordre".

Liste des lus :

- Claude Cayol : Vice-Prsident du
C.G. Conseiller regional
- Genevive Chanteur : Vice-
Prsident du Conseil Gnral
- Madeleine de Grandmaison :
Conseillre rgionale Chef du group
PPM
- Maxence Deluge : Maire de
Bellefontaine Conseiller Gnral
- Claude ise : Prsident du Conseil
Gnral Snateur de la Martinique -
Jean-Claude Madkaud : Adjoint au
Maire du Carbet Raymond Mire :
Adjoint au Maire du Carbet Andr
Montredon : Conseiller municipal de
la Ville de Fort-de-France
Alexandre Mouriesse : Maire du


Carbet Marie-Elise Nebon: Adjoint
au maire de Fort-de-France Daniel
PARACLET: Conseiller municipal de
la Ville de Fort-de-France Pierre
Sudile : Vice-Prsident du Conseil
Gnral Daniel Valerius : Adjoint
au Maire de Fort-de-France.


Economic
Dfiscalisation
Villepin promet
son maintien

Au course d'une runion le 27
novembre avec les parlementaires
d'outre-mer l'Htel Matignon le
Premier Ministre a annonc le main-
tien de la dfiscalisation.
Des amendments supprimant les
articles 61 et 73 du project de loi de
finances 2006 relatifs au plafonne-
ment de la dfiscalisation et la limi-
tation de l'abaissement des charges
sociales patronales seront dposs lors
de la discussion dans la deuxime moi-
ti de novembre l'Assemble puis au
Snat.
Le Ministre de l'Outre-Mer Franois
Barouin a aussi annonc la mise en
place d'une Commission d'valuation
des effects socio-conomiques de la loi-
programme dbut 2006.
l s'agirait de "corriger le tir" sur cer-
tains aspects de la dfiscalisation
comme "le logement social qui est
pnalis par la speculation foncire".
Le patronat des DOM a affich sa
satisfaction tout en affirmant rester
"vigilant" (CGPME et MEDEF).
A cette occasion on s'est rendu compete
qu'un pouvoir franais pouvait
remettre en cause une loi vote soi-
disant pour 15 ans "en faveur" de
l'outre-mer, ds lors que la contrainte
des finances publiques s'accrot
cause de la crise.
Le freinage des dpenses de l'Etat
dans les DOM ne s'arrtera pas l.

M A.G.







DANS LE MONDE


France B .
Banlieues


Les feRIX de la dol 'esSO


Durant des nuits et des nuits la ban-
lieue parisienne s'est enflamme et les
flames ont gagn des provinces de
France.
C'est la mort brutale de deux jeunes
enfants de families d'immigrs, qui a
littralement mis le feu aux poudres.
En effet, le jeudi 27 octobre, des poli-
ciers de la brigade anti-criminalit
interpellent des jeunes dans un sec-
teur o il y aurait eu des dgradations
sur un chantier. Mais, trois jeunes sor-
tent du group et prennent la fuite : les
contrles de police sont vcus comme
plus ou moins dangereux. On sait,
d'ailleurs, qu'ils s'exercent surtout en
direction des "immigrs": ne parle-t-on
pas en France de "dlit de facis" ? Un
"dlit" plus ou moins accept par les
citoyens franais, mme s'il ne figure
dans aucun code pnal.
Lors de leur fuite, les trois jeunes, se
croyant poursuivis, ont franchi le mur
d'enceinte d'un site EDF et, c'est l
que le drame s'est produit : deux
d'entre eux ont t mortellement lec-
trocuts.
Ainsi foudroys, Ziad 17 ans et Banou
15 ans, sont morts "pour rien".
Ce drame a, de nouveau, rvl les
effects des politiques dsastreuses qui
font des ravages profonds dans les


quarters populaires des villes de
France.
Depuis des dcennies, les commu-
nistes ont dnonc la creation de "cits-
ghettos" dans les communes qui
accueillaient les families des tra-
vailleurs immigrs.


* Un centre commercial dtruit


Aujourd'hui encore, les responsables
municipaux de Neuilly-sur-Seine -
ville du triste Sarkozy refusent publi-
quement de loger sur leur territoire
des families de travailleurs immigrs.
Donc, les politiques des dirigeants
franais ont produit des discrimina-
tions sociales, spaciales, raciales et


racistes.
Dans un tel context, le ministry de
l'Intrieur, Nicolas Sarkozy s'est livr
une provocation dlibre en affirmant
qu'il voulait nettoyer certain quar-
tiers au "Karcher" et en traitant des
jeunes de ces quarters de "racailles" et
de "voyous".
Un tel vocabulaire est tradi-
i tionnellement celui du fascis-
-' te Le Pen et a dclench la
colre des quarters popu-
laires. Il est inadmissible
S qu'un ministry traite avec
.. autant de mpris des jeunes
qui subissent mpris, discri-
minations par rapport l'em-
ploi, racism "ordinaire" et
humiliations multiples.
Un tel discours irresponsible
ne peut mme pas mouvoir
des dlinquants. Il ne fait qu'aggraver
des souffrances populaires et disquali-
fie son auteur.
Seule une politique dmocratique, res-
pectueuse de tous les citoyens et de
tous les travailleurs pourrait rtablir
la tranquillity publique en France.
Dans un premier temps, cet objectif
semble incompatible avec le maintien
au gouvernement franais du provoca-
teur Sarkozy.


Notre Amriue


Sommet des
Amriques
Mar-del-Plata :
Bush mis en chec

Le sommet des Amriques s'est tenu
Mar-del-Plata (Argentine) en presence
de 34 dirigeants du continent amri-
cain.
Ce sommet s'achve par une note de
discorde et l'isolement de Bush et de sa
politique librale.
Plusieurs manifestations contre la pr-
sence de G. W. Bush ont t organi-
ses. L'une rassemblant 10.000 per-
sonnes dfilant aux cris de "Bush fas-
ciste, c'est toi le terrorist" s'est drou-
le dans les rues de Mar del Plata mal-
gr la presence des forces de police.
Une autre de 40.000 personnel, au


stade de la ville avec Hugo Chavez, qui
a dnonc la politique imprialiste des
USA.


G. W. Bush a quitt le 4e Sommet bien
avant la clture.


Ce 4e sommet des Amriques n'a pas
entrin le project yankee de Z.L.EA.
(Zone de Libre Echange des
Amriques). La declaration finale faite
(aprs la fin programme de cette ren-
contre) indique que cinq Nations don't
les trois plus important pays
d'Amrique Latine, Argentine, Brsil,
Vnzuela n'ont pas sign cette dcla-
ration finale. Ils attendent le rsultat
des ngociations prvues en dcembre
2005 Hong-Kong, dans le cadre de
l'organisation mondiale du commerce
(OMC).
En fin de compete, les divisions et l'hos-
tilit aux USA ont empch aussi de
discuter du thme essential de ce 4e
sommet : la lutte contre la pauvret et
le chmage dans un continent dnom-
brant 222 millions de pauvres pour
une population de 512 millions d'habi-
tants.

M A.C.


Jeudi 10 Novembre 2005 Justice n" 45 Page 7







DANS LE MONDE


Jeudi 10 Novembre 2005 Justice n 45 Page 8


Etats-Unis :
Georges W. Bush
branl
par "l'affaire
Plame Wilson"

Le president des Etats-Unis, George
W. Bush, don't la cote tait dj trs
base dans les sondages vient de subir
un important revers politique avec la
mise en examen de son fidle ami
Lewis Libby.


0 Joseph Wilson


Lewis Libby, directeur de cabinet du
vice-prsident Richard Cheney, a t
inculp de faux tmoignage, obstruc-
tion la justice et parjure.
Il lui est reproch concrtement d'avoir
entrav une enqute sur une "fuite"
la Maison Blanche relative une
espionne de la CIA.
Cet agent de la CIA s'appelle Valrie
Plame-Wilson et est l'pouse du diplo-
mate Joseph Wilson.
Joseph Wilson, qui n'a jamais cach
son antipathie pour Saddam Hussein,
a eu le courage et l'honntet d'crire
dans un article public le 6 juillet 2003
dans le "New York Times" qu'il n'y
avait pas de traffic d'uranium entire le
Niger et 'Irak, et d'accuser l'adminis-
tration nord-amricaine d'avoir mani-
pul les informations fournies par les
services de renseignement "pour exa-
grer la menace irakienne".
Pour les faucons de Washington, et
singulirement pour Lewis Libby,
Wilson devait tre puni et neutralis.
Aussi ont-ils pens que la meilleure
manire de le toucher tait de dvoiler
la quality d'agent de la C.IA. de sa
femme, crime possible de 10 ans de
prison.
George W. Bush n'a pas dsavou son
complice Libby, qui a, comme lui, beau-
coup de sang innocent sur les mains.
Mais la justice semble dcide faire
toute la lumire sur cette affaire qui
jette le discrdit sur toute l'quipe gou-
vernementale.


La prostitution:
une forme
d'esclavage pour les
Africaines

L'Afrique n'arrte pas de fournir
des esclaves l'Occident. L'une des
formes modernes de cet esclavage
est la prostitution des femmes.
La misre qui frappe le continent
africain, les mdias qui offrent de
l'Europe une image paradisiaque
tous les pauvres du monde pous-
sent les Africains et les Africaines
courir tous les risques pour un peu
de bonheur en terre europenne.
Jeunes souvent, les Africaines sont
attires dans le pige mortel de la
prostitution par des offres all-
chantes de marriage diffuses dans
la press, quand ce ne sont pas des
proxntes locaux appartenant
de petits rseaux bien structures
oprant la fois en Afrique et en
Europe qui les recrutent et les
prennent en charge.
Une fois arrive en Europe, ces
filless" sont soumises toutes
sortes de pressions psychologiques,
conomiques et physiques, livres
comme du btail sur le march du
sexe", battues, obliges d'accepter
des rapports non protgs, et par-
fois assassines pour refus d'obis-
sance.


En Europe, la prostitution n'tant
pas interdite, les proxntes ont les
coudes branches pour se livrer ce
rvoltant commerce de type escla-
vagiste.
Il convient de prendre contre eux
les measures qui s'imposent et de
dmanteler les rseaux.
Les "clients" aussi doivent tre sen-
sibiliss au drame que vivent les
prostitutes et comprendre qu'ils en
sont responsables en parties.
Cependant, comme pour l'immigra-
tion clandestine, comme pour le
SIDA, la tuberculose, le paludisme,
la solution passe par l'aide au dve-
loppement de l'Afrique.


Chine
Nouveau
succs spatial

Le succs de la rcente mission spa-
tiale habite Shenzhou VI, confirm
l'entre de la Chine, aux cts de la
Russie et des Etats-Unis, dans le club
trs ferm des pays capable d'en-
voyer des hommes dans l'espace.
Les ambitions chinoises ne se limitent
d'ailleurs pas ces deux premiers vols.
Une sortie dans l'espace est prvue
pour 2007, suivie par l'amarrage de
deux vhicules spatiaux en attendant
mieux, peut-tre une station orbitale.
La Chine dveloppe dj un lanceur
lourd de nouvelle gnration qui
dpassera en performance les
actuelles "Longue Marche".


En s'affirmant sur le plan spatial, la
Chine dmontre ses capacits tant
scientifiques et technologiques qu'co-
nomiques et financires. El est vrai
qu'avec une croissance conomique
moyenne annuelle de plus de 9 % sans
interruption depuis plus de trente ans,
elle peut se le permettre. l n'en est
pas moins vrai qu'il y a soixante ans
seulement, elle mergeait pnible-
ment du fodalisme le plus rtrograde
l'issue de deux dcennies de guerre
civil.
Pas tonnant que le Parti
Communiste Chinois affiche une fier-
t fort lgitime, reconnaissons-le.


M M. Belrose


a KS.








NOTRE REGION


Jeudi 10 Novembre 2005 Justice n 45 Page 9


Cuba Etats-Unis

La demonstration
par le cyclone

"C'est au pied du mur que l'on juge le
maon". Cet adage populaire est loin
d'tre dnu de raison; et s'il s'applique
aux hommes, il s'applique tout autant
aux socits humaines.
Notre region a t confronte cette
anne aux calamits d'une saison cyclo-
nique particulirement dvastatrice. La
manire don't les Etats-Unis et Cuba
ont ragi ces vnements est on ne
peut plus rvlatrice de la difference de
nature de leur systme social. Le
President Bush n'a tout d'abord pas dai-
gn interrompre ses vacances pour si
peu, alors qu' Cuba, Fidel tait sur la
brche.
Question de personnalit, rien voir
avec les systmes sociaux, objectera-t-
on.


K KATRINA en Louisiane


Admettons et poursuivons. L'arme
amricaine est intervene la
Nouvelle-Orlans, l'arme au poing et le
doigt sur la dtente,pour "rtablir
l'ordre" et "mettre fin aux pillages".
Pillages qui, entire nous soit dit, taient
souvent le fait de policies comme l'ont
rvl maints reportages.
A Cuba, les Forces Armes
Rvolutionnaires aussi sont interve-
nues, notamment les units du Gnie
avec leur matriel lourd, pour remettre
en tat les infrastructures sinistres,
aux cts des corps de mtier concerns
par ces travaux et de la population qui
s'est spontanment mobilise pour faire
face.
C'est peut-tre dans de pareilles circons-
tances que l'on peut le mieux distinguer
ce qui peut sparer le socialisme du
capitalism.


M K. Solaris


Vie international


Pologne
Le candidate de la
droite catholique
Lech Kaczinski
lu

Les deux candidates de la droite polo-
naise le no-libral Donald Tusk et le
conservateur catholique Lech
Kaczynski, sont tous les deux des mili-
tants issues du syndicate Solidarnosk de
Lech Walesa : c'est dire si ce syndicate
tait progressiste...
Ce dernier a d'ailleurs publiquement
regrett la faible participation lecto-
rale de ce scrutiny.
Lech Kaczynski a t lu. Son election
inattendue n'enthousiasme pas les
libraux pro-union europenne. Entre
les deux tours, ce membre du parti
Droit et Justice (PIS), catholique, n'a
cess de porter des critiques contre le
programme liberal pro-europen de
Tusk. Il a aussi inflchi son discours
en prnant la defense de la protection
social.
Le principal enseignement du scrutiny
reste bien entendu le virage totale-
ment droite de la Pologne aprs le
constat de faillite de l'exprience socia-
le librale du gouvernement SLD (ex-
communistes) sortant d'Alexander
Kwasniewski.
Les drglementations et l'alignement
sur les critres libraux l'adhsion
l'Union Europenne ajouts aux scan-
dales de corruption ont la fois provo-
qu des souffrances populaires et ali-
ment une forte abstention gauche.
D'o, l'issue du premier tour de la
prsidentielle, le choix entire l'une ou
l'autre droite et l'limination de la
gauche SLD.
Ce rsultat souligne les rsistances
croissantes des Polonais la fuite en
avant dans les rformes induites par
l'entre dans le grand march euro-
pen pour satisfaire aux critres d'ad-
hsion l'euro. Le taux de chmage
polonais avec 18% figure parmi les
plus levs de 1'Union europenne.
Une fois de plus, en Pologne comme en
France ou ailleurs, quand la gauche


fait la politique de la droite elle est bat-
tue.
La voie est libre en Pologne pour une
droite catholique populiste avec des
drives nationalists et ultraraction-
naires en dpit d'un discours qui se
veut social soi-disant.

M A.C.


Enforcement
des relations
sino-
vietnamiennes

La visit officielle du president, mais
aussi secrtaire gnral du PC chinois,
Hu Jintao, effectue du 31 octobre au
3 novembre au Vietnam, marque une
nouvelle et important tape dans les
relations entire les deux pays. La
Chine et le Vietnam ont en commun
de s'tre engag, chacun de son ct,
dans un vaste processus d'ouverture
et de rformes ainsi que dans l'difica-
tion d'un systme dit d'conomie socia-
liste de march pour les uns ou d'co-
nomie planifie de march pour les
autres. Leurs relations conomiques
et commercials ne pouvaient donc
que se dvelopper et de fait, la Chine
est devenue le principal partenaire du
Vietnam. La valeur des changes com-
merciaux des deux pays a ainsi tripl
en cinq ans pour s'lever en 2004 7,2
milliards de dollars. L'objectif est
maintenant d'atteindre 10 milliards
de dollars et pour cela un project a t
conu, intitul "Deux couloirs, une
ceinture", visant crer une base soli-
de du dveloppement durable des rela-
tions sino-vietnamiennes. Mais le ren-
forcement de la cooperation entire les
deux Etats socialists ne se limitera
pas au seul domaine de l'conomie.
L'ducation, la culture, le sport, les
changes populaires et bien sr les
relations entire les deux Partis com-
munistes ont fait l'objet d'une atten-
tion toute particulire. On ne peut que
s'en fliciter.

M K. Solaris




1I -Q i U' A e 0 o i oe oe il te ooi 0











ANNONCES LIGALES


Jeudi 10 Novembre 2005 Justice n 45 Page 11


articles L 324-9, L 324-10, L 341-6, L 125-1,
L 125-3 du code du travail
* Statut juridique de l'entreprise ou de l'asso-
ciation soumissionnaire
- Tableau rcapitulatif des activits effec-
tues par le candidate au course des 3 der-
nires annes.
Date limited de reception des candidatures:
Le 25 NOVEMBRE 2005 12 heures (heure
de Martinique)
Presentation des candidatures :
Le dossier de candidature constitu de l'en-
semble des pices numres ci-dessus
sera mis sous pli cachet portant l'adresse et
les mentions suivantes :
Monsieur le Prsident du Conseil Rgional
l'attention du service de la formation profes-
sionnelle Rue Gaston Defferre Cluny -
97200 FORT-DE-FRANCE
Mention : La prestation d'accueil d'informa-
tion et d'orientation des jeunes en difficult
de 16 moins de 26 ans dans le cadre du
PRFPJ Dossier de candidature. Ne pas
ouvirr avant la sance d'ouverture.
Langue pouvant tre utilise:
Franais uniquement
Date d'envoi de l'avis la publication :
04/11/2005
FA 5450

AVIS D'ATTRIBUTION
L'avis d'appel public la concurrence a-t-il
fait l'objet d'une publication ? OUI
NOM ET ADRESSE OFFICIALS DE LOR-
GANISME ACHETEUR :
Dpartement de la Martinique Htel du
Dpartement Avenue des Caraibes 97200
FORT-DE-FRANCE
OBJET DU MARCH:
Objet du march:
MAITRISE D'(EUVRE GNRALE DE
COORDINATION ET DE PROGRAMMA-
TION DES INFRASTRUCTURES
ROUTIRES DPARTEMENTALES.
CRITRES D'ATTRIBUTION RETENUS:
Offre conomiquement la plus avantageuse
apprcie en function des critres noncs
ci-dessous
* Valeur technique de l'offre (Poids 2) :
Qualification et competence des membres
de l'quipe,
Soutils et mthodes (y compris informatiques
et infographiques),
schma organisationnel et capacity d'adap-
tation aux montes en charge,
dlai ncessaire pour tre oprationnel.
SPrix des prestations (Poids 1)
La valeur technique de l'offre sera notam-
ment apprcie l'examen des documents
produire par le candidate tels qu'ils sont sp-
cifis dans la liste des pices fournir l'ar-
ticle 3 du present rglement de la consulta-
tion.
PROCEDURES:
Type de procedure
Appel d'offres ouvert pass en application
des Articles 33 3"al. et 57 59 du CMP
ATTRIBUTION DU MARCH:
Titulaire : Groupement d'entreprises soli-
daires CETEM ANTILLES /ASCODE POLY-
TECH / S.C.E. Mandataire : CETEM
ANTILLES 97200 FORT-DE-FRANCE
March N : 05077
Montant : 250.000,00 Euros H.T. Mini et
1.000.000,00 Euros H.T. Maxi
RENSEIGNEMENTS COMPLMENTAIRES:
Date d'attribution du march : 26/07/2005
Date de notification du march : 18/10/2005
Date d'envoi du present avis la publication :
07 NOVEMBRE 2005.
FA 5451

Maitre Moise CARETO
Avocat
17, Rue Gouverneur Ponton
97200 FORT-DE-FRANCE
Tl. : 0596 71 27 39 Fax : 0596 71 27 40

VENTE AUX ENCHRES PUBLIQUES

II sera procd le MERCREDI 07
DCEMBRE 2005 9 HEURES l'audien-
ce des cries du Tribunal de Grande
Instance de Fort-de-France Cit Judiciaire,
35 Boulevard du Gnral de Gaulle, la
vente aux enchres publiques au plus offrant
et demier enchrisseur, l'extinction des


feux de : SARL OCEAN
Une parcelle de terre sise en la commune du Socit responsabilit limite
LAMENTIN, lieudit "Lotissement Domaine de au capital de 7 500
Roches Carres", cadastre section AD n Sige social: c/o ETABLISSEMENT
483 d'une contenance de 4 ares 92 centiares FABRE Vole n 1 ZI La Lzarde
et de la villa y difie. 97232 LAMENTIN
Selon procs verbal de Me LAURE, Huissier 480 655 745 RCS FORT-DE-FRANCE
de Justice dress le 11 mai 2005, il s'agit : (2004 B 1426)
d'une parcelle de terre sur laquelle repose
une villa en dur, couverte de tuiles, occupe ETABLISSEMENTS FABRE
par les propritaires comprenant : Socit par Actions Simplifie
- Un rez-de-chausse: au capital de 210 400 C
* Une loggia, une terrasse, deux chambres Sige social : Voie n 1 ZI La Lzarde
simples, une chambre avec salle de bains, 97232 LAMENTIN
une salle d'eau, un WC indpendant, une 394 066 856 RCS FORT-DE-FRANCE
buanderie, un sjour, une cuisine. (94 B 112)
- Un sous-sol:
Un appartement de type studio compos AVIS DE PROJET D'APPORT PARTEL
d'une chambre, d'une kitchenette, d'un cabi-
net de toilette. ETABLISSEMENT FABRE et SARL OCEAN,
Le cahier des charges a t dpos au sus dsignes, ont tabli le 31 Octobre 2005
Greffe du Tribunal de Grande Instance de Le Lamentin, un project d'apport partial
Fort-de-France le 27 Juin 2005 o toute per- d'acti soumis au regime juridique des scis-
sonne peut en prendre connaissance. sins (Articles L.236-22 et L.236-24 du Code
Les enchres s'ouvrront sur la mise prix de Commerce).
en un seul lot de : CENT TRENTE MILLE Aux terms de ce project, ETABLISSE-
EUROS (130.000 ). MENTS FABRE ferait apport SARL
Les enchres se font par Ministre d'Avocat. OCEAN de sa branch complete et autono-
Pour tout renseignement s'adresser au me d'activit d'import et distribution de gros
Cabinet de Me Mose CARETO. de products de consommation alimentaires et
non alimentaires, don't l'actif est valu
5452 12.622.560 euros et le passif 11.073.060
euros, soit un actif net apport de 1.549.500
AVIS D'ATTRIBUTION DE MARCH euros.
Il a t convenu que le passif pris en charge
L'avis d'appel public la concurrence a-t-il par SARL OCEAN ne serait pas garanti soli-
fait l'objet d'une publication ? OUI dairement par ETABLISSEMENTS FABRE,
NOM ET ADRESSE OFFICIELS DE L'OR- et ce, en usant de la facult prvue l'article
GANISME ACHETEUR: L.236-21 du Code de commerce.
Dpartement de la Martinique Htel du En rmunration de cet apport, il sera attri-
Dpartement -Avenue des Caraibes 97200 bu ETABLISSEMENTS FABRE 103.300
FORT-DE-FRANCE parts de 15 euros nominal, cres par SARL
OBJET DU MARCH : OCEAN au titre d'une augmentation de capi-
Objet du march: tal de 1.549.500 euros.
MARCH GNRAL DE RALISATION DE II ne sera mis aucune prime d'apport.
TRAITEMENT ANTI-GRAFFITIS SUR LA L'ensemble des operations actives et pas-
ROUTE DPARTEMENTALE N 41 sives de la branch complete d'activit
Type de march de travaux: Excution apporte sera pris en charge par SARL
CRITRES D'ATTRIBUTION RETENUS: OCEAN et rput accompli pour son compete
Offre conomiquement la plus avantageuse depuis le 1er janvier 2005.
apprcie en function des critres noncs Les cranciers des socits participants
ci-dessous : don't les crances sont antrieures au pr-
* Disposition relative la scurit plan de sent avis pourront former opposition dans les
signalisation, une note explicative (mode conditions et dlais prvus aux articles
opratoire cahier de consigne avec point L.236-14 du Code de commerce, 261 et 262
d'arrt en cas de problme not 12/20 du dcret du 23 mars 1967.
* Prix des prestations not 8/20 Le project d'apport partial d'actif a t dpos
PROCDURES au greffe du trbunal de commerce de Fort-
Type de procedure de-France au nom de ETABLISSEMENTS
Appel d'offres ouvert pass en application FABRE et de SARL OCEAN, le 08/11/2005.
des Articles 33 30al. et 57 59 du CMP Pour avis, le reprsentant lgal
ATTRIBUTION DU MARCH : FA 5455
Titulaire : Groupement d'entreprises soli- AVIS DE CLOTURE DE LIQUIDATION
daires SATRAS / E. COMPAGNIE AVIS DE CLOTURE DE LIQUIDATION
Mandataire : SATRAS 97260 MORNE- PRIM'SERVICES CARAIBES
ROUGE Socit responsabilit limite
March N: 05044 au capital social de 7.620 euros
Montant : 150.000,00 Euros H.T. Mini et Sige social: c/o Claude THALMENSY
600.000,00 Euros H.T. Maxi Rue du Gnral de Gaulle
RENSEIGNEMENTS COMPLMENTAIRES: 97250 SAINT-PIERRE
Date d'attribution du march : 26/04/2005 SIREN : 448 848 895
Datede notification du march : 18/10/2005 RCS B561 FORT-DE-FRANCE
Date d'envoi du present avis la publication : Aux terms de assemblee gnrale en date
07 NOVEMBRE 2005. du 31 octobre 2005 les associs ont approu-
FA5453 v les competes dfinitifs de la socit ;
dcharg Monsieur Olivier Pascal VERRES,
PROCS VERBALDE LASSEMBLE de son mandate de liquidateur ; donn ce
PROCS VERBALDE ASSEMBLE damier quitus de sa gestion ; ont constat la
GNRALE EXTRAORDINAIRE clture de la liquidation computer du jour de
ladite assemble.
Aux terms d'une assemble en date du 25 La socit sera radi au registre du commer-
Octobre 2005, il a t convenu ce qui suit: ce et des socits de Fort-de-France.
- La socit n'ayant jamais fonctionn, d'un
commun accord entire les associes la dis- Pour avis et mention,
solution de la SCI BLUEBIRD don't le sige Monsieur Olivier Pascal VERRES
se trouve: rue de l'Abricotier, 97270 SAINT- Liquidateur FA5456
ESPRIT, a t dcide.
- Mme SCHAMBOURG Monette resident rue AVIS DE CONSTITUTION D'UNE E.U.R.L.
de l'Abricotier 97270 SAINT-ESPRIT, est
charge en tant que liquidateur d'effectuer Aux terms d'un ASP en date du 04
toutes les dmarches utiles concemant la novembre 2005 il a t constitu une EURL
dissolution de cette socit. capital variable prsentant les caractns-
tiques suivantes :
Mme SCHAMBOURG Monette Dnomination social : INDIGO ET TOILES
Mme DECILAP Marielle Sige social: 2 Avenue Flix Ebou Pointe
Mme LHORI Line des Ngres 97200 FORT-DE-FRANCE
Pour avis Dure : 99 ans
O bjet social : La conception, creation et la
FA 5454 ralisation de supports graphiques, de pro-
duits en infographie, d'identit visuelle


Capital social : 2000 euros
Grance : Mlle PETIT Petit demeurant 2
Avenue Flix Ebou Pointe des Ngres -
97200 Fort-de-France
La socit sera immatricule au registre du
commerce et des socits de Fort-de-
France.
Pour avis et mention
Mlle PETIT
Grant
FA 5457
AVIS D'APPEL PUBLIC
LA CONCURRENCE

Identification de l'organisme qui passe le
march :
CONSEIL REGIONAL DE LA MARTINIQUE
Service des Marchs et de la command
publique Rue Gaston Defferre Cluny -
97200 Fort-de-France Martinique Tl. :
0596 59 63 00 Tlcopie: 0596 72 68 10
Adresse Interet: http://www.cr-martinique.fr
rubrique Marchs Publics"
Personne Responsable du march:
Le President du Conseil Rgional de
Martinique
Procedure de passation:
March procedure adapte (art. 28 du
Code des Marchs Publics (CMP)
Objet du march :
TRAVAUX DE DSAMIANTAGE AU LYCE
DE BELLEVUE 2me PHASE (3me
CONSULTATION) LOT 3 : FAUX-PLA-
FONDS
Rfrence d'identification du march:
BEL-03-OP3C
Caractristiques principles:
Etendue de la prestation. Notamment:
II s'agit notamment de raliser des travaux
de:
- dpose des matriaux en amiante (3.519
m2 de couverture) et de 55 m2 de bardage
- de pose de tles en bac acier nervur,
- de procder l'tanchit du btiment de la
cuisine
- de pose de faux-plafonds du gymnase
Autres :
- Transmission par voie dematrialise :
autorise
Prestation divise en lots :
La prestation est divise en trois lots:
Lot 1 : Dsamiantage
Lot 2: Rfection de l'tanchit des toitures-
terrasses
Lot 3: Faux plafond
Les lots 1, 2 ont t attribus. La prsente
consultation ne porte donc que sur le lot 3.
Lieu d'excution des travaux:
Fort-de-France
Dlai d'excution du march :
PRIODE DE PREPARATION : 30 JOURS
TRAVAUX: DLAI DE 5 MOIS (ENSEMBLE
DES LOTS)
Modalits de financement du march:
Budget du Conseil Rgional de Martinique +
FEDER
Adresse auprs de laquelle le dossier de
consultation peut tre obtenu :
Ce dossier sera remis gratuitement par le
Conseil Rgional Service des Marcs et de
la command Publique Rue Gaston
Defferre Cluny 97200 Fort-de-France -
Tl.: 0596 59 63 91.
Lors du retrait du DCE le candidate devra
foumir tout lment d'identification permet-
tant de le contacter en cas de besoin.
Ce dossier peut tre galement tlcharg
l'adresse Intemet sus indique.
Conditions de participation :
Critres de jugement des offres :
- la valeur technique des prestations affecte
d'un coefficient 5
- le pnx des prestations affect d'un coeffi-
cient 4
- le cot d'utilisation de l'ouvrage affect d'un
coefficient 3
Pices requises
Il s'agir en particulier de :
* Lettre de candidature et declaration du can-
didat (modles joints au dossier de consulta-
tion),
* Moyens techniques affects l'opration,
- Rfrences pour des travaux similaires
effectus durant les 3 demires annes,
* Elements permettant d'apprcier les capa-
cits techniques et financires du candidate.
Dlai de validit des offres: 180 jours
Adresse auprs de laquelle les renseigne-
ments d'ordre technique peuvent tre obte-
nus :








POLITIQUE


leudi 10 Novembre 2005 -ustice n' 45 Page 12


Resp pou yo


Souvenir :

Auguste Constant

Il y a trois ans, le 10 novembre 2002
disparaissait notre camarade Auguste
Constant.
Sa fidlit communist n'a jamais t
en dfaut au course de ses longues
annes au sein de son Parti defendant
l'idal de justice et de promotion
humane.
Les trs nombreux tmoignages de
sympathie adresss l'occasion de la
disparition d'Auguste Constant ont
exprim l'immense estime don't il
bnficiait en dehors de son parti.
Trois ans dj, mais le souvenir
d'Auguste est toujours present chez
nous les communists, car nous n'ou-
blions jamais l'arme de nos militants,
dirigeants ou non, qui ont consacr
beaucoup de leur temps dfendre
avec abngation et dsintrt la just
cause des travailleurs vivre mieux.
Armand Nicolas, son ami de toujours,
disait de lui : "Plus qu'un camarade,
plus qu'un compagnon de lutte, il fut
pour moi un ami, un frre. I restera
toujours dans notre cur et dans notre
mmoire. Il sera un example pour les
combattant de demain".
A sa veuve Berthe, ses enfants, son
frre Andr, le Parti Communiste
Martiniquais renouvelle toute son
amiti.

In Memoriam


M Auguste Constant


Raoul Bernabe

est dcd

Les obsques civiles de notre ami
Raoul Bernab se sont droules le
jeudi 27 octobre. Il a t inhum au
cimetire Trabaud, dans le caveau
familial.
N Sainte-Thrse (FdeF) dans
une famille de travailleurs
modestes, Raoul, trs jeune bache-
lier, s'en alla Paris faire des
tudes suprieures en lettres.
Professeur agrg au Lyce
Schoelcher, il forma de nombreuses
gnrations de martiniquais(es).
C'tait un homme d'une grande
modestie et d'une grande courtoi-
sie, sincre dans ses activits.
Marxiste-lniniste convaincu, dis-
ciple de Ren Mnil, Raoul
Bernab a t un des fondateurs-


collaborateurs, avec Armand
Nicolas, Ren Mnil, Georges
Mauvois, d'"Action", revue tho-
rique et politique du Parti
Communiste Martiniquais.
Il dfendait ses convictions philoso-
phiques et politiques avec passion
et calme.
Ses articles publis dans la revue
"Action" tmoignent de sa force de
caractre et de son attachment
nos idaux. Il maniait la perfec-
tion, mais sans aucune prciosit,
la langue franaise.



'ACTION





A propose "d'AgenorCac ul"

par Raoul BERNAB-


A son pouse Paule, ses
quatre fils, ses petits enfants,
son frre, "Justice" adresse
ses trs sincres condolances.


ANNOUNCES LGALES


Suite de la page 11
Service Technique du Conseil Rgional -
(Tl. : 0596 59 64 24) ou en ligne l'adres-
se Intemet sus indique.
Date limited de reception des offres :
LE LUNDI 28 NOVEMBRE 2005 A 12H00
(heure de Martinique)
Adresse laquelle les offres doivent tre
envoyes:
Reception des offres, par pli recommand ou
contre rcpiss au Conseil Rgional de la
Martinique Service des Marchs et de la
Commande publique Rue Gaston Defferre
- Cluny 97200 Fort-de-France MARTI-
NIQUE ou en ligne l'adresse Intemet sus
indique.
Dlai laiss au candidate attributaire pour pro-
duire les attestations sociales et fiscales:
8 jours calendaires
Autres renseignements:
Procedure dmatrialise
Le Conseil Rgional de Martinique met gra-
tuitement la disposition des candidates une
plate-forme de dmatrialisation accessible
via l'adresse Internet suivante :
http://www.cr-martinique.fr rubrique "mar-
chs publics"
Cette plate-forme permet notamment (muni


de la rfrence d'identification du march
porte au present avis d'appel public la
concurrence) :
- la recherche des consultations passes par
la Region Martinique
- le tlchargement des avis, rglement de
consultation et DCE
- la transmission par voie lectronique des
dossiers d'offre
Pour le tlchargement du DCE les candi-
dats sont invits bien renseigner le champ
"e-mail" en ce sens que cette adresse pour-
ra tre utilise afin de les informer des ven-
tuelles modifications apportes au DCE.
S'agissant de la transmission des offres par
voie dmatrialise, la personnel habilite
engager l'entit candidate doit tre titulaire
d'un certificate lectronique de classes 2 ou 3
dlivr par un prestataire agr afin de
signer son offre (voir liste des prestataires
agrs en page d'accueil de la plate-forme).
Lenvoi en deux temps des dossiers d'offre
est autoris : les candidates ayant adress
l'empreinte de leur offre avant la date limited
de remise des offres auront un dlai de
16H00 compt partir de l'envoi de l'em-
preinte pour faire parvenir leur dossier d'offre
lui-mme dans le "coffre-fort lectronique" de
la Region.


Date d'envoi de l'avis la publication:
Le lundi 07 Novembre 2005.
FA 5458
AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seing priv en date du 02
Janvier 2005 il a t constitu une SARL
prsentant les caractristiques suivantes:
Denomination: MADININA PHOTO
Adresse du sige social : Centre
Commercial Annette Mongrald 97290
MARIN
Dure: 99 ans
Capital : 2 000 C
Grant : Mr DEGRAS Frantz demeurant La
Vierge 97290 MARIN
Mr GREILLER Philippe demeurant 18 Lot.
Les Oiseaux 97227 SAINTE-ANNE
Immatriculation au registre du commerce en
course.
Pour avis, le Grant
FA 5459
Liberty Egalit Fraternit
RPUBLIQUE FRANCHISE
PRFECTURE
DE LA REGION MARTINIQUE
SECRETARIAT GNRAL


DIRECTION DE L'ENVIRONNEMENT
DU CONTENTIEUX DES FINANCES
ET DES AFFAIRES DCENTRALISES
BUREAU DE L'ENVIRONNEMENT
ET DU LITTORAL
Avis de publicity de l'arrt prfectoral
n" 05-3133 portant prorogation de dlai
d'instruction du dossier de demand de
prorogation du dlai d'autorisation
d'exploiter le centre de stockage de
dchets managers et assimils de
FOND CANONVILLE SAINT-PIERRE
Par arrt prfectoral n' 05-3133 du 10
Octobre 2005, le Prfet a prorog jusqu'au
31 dcembre 2005, la dure d'instruction de
la demand de prolongation de l'exploitation
de la dcharge de FOND CANONVILLE,
situe sur le territoire de la ville de SAINT-
PIERRE.
Fort-de-France, le 15 Octobre 2005
Pour le Prfet et par dlgation
Le Chef de Bureau
de l'Environnement et du Littoral
E. MIEVILLY
FA 5444




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - Version 2.9.9 - mvs