Group Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Title: Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00034
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Publication Date: September 22, 2005
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00088914
Volume ID: VID00034
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373

Full Text

DO/'HEBDOMA4AI COM'JN2


Pour la Responsabilit et le Dveloppement vritable.


le chaos social
"Vers le chaos social ?
. ..' ....*** ; . ..'. "'....... " "' .. ...


I 1957- 2005:
48 ans de lune du PCM
pour la responsabilit
t et la dignit

L ALLEMAGNE,
Le libralisme contest


c LITERATURE
Le, nier
Confiant
Idoile etla








SA KA PAS


Jeudi 22 Segiembre 2005- Justice n 38 Page 2


SA KA PAS ....................p.2
EDITO .........................p. 3
Big bang fiscal : vers le chaos social ?
LUTTES SOCIALES .............p. 4
Le 4 octobre 2005 : Mobilisation syndicale
contre l'inscurit social
Brves sociales : Peugeot : Toujours
mobilise
EVEA: Dialogue au point mort
ECONOMIE ....................p. 5
Banane : L'Union europenne recule et
propose un tarif unique de 187 euros.
Un nouveau president la tte de
Banamart
POLITIQUE ............ . .p. 6
1957-2005 : Il y a 48 ans, naissait le
Parti Communiste Martiniquais
POLITIQUE....................p. 7
L'insurrection du Sud de la Martinique.
Septembre 1870 Une page importan-
te de l'histoire de notre pays
Allemagne : Le libralisme contest
Dcs de Ren Lancry
NOTRE RGION .............p. 8
Hati : Des lections dans un climate de
chaos
USA : Katrina a fait tomber le masque
du libralisme capitalist
DANS LE MONDE ............p. 9
Les "cent jours" de Villepin : Une poli-
tique favorable aux nantis
ONU : Un Sommet dcevant
ANNONCES LGALES .....p. 10 11
LITTRATURE ................p. 12
Raphal Confiant : "Adle et la pacotilleu-
se"


JUSTICE
Administration : 71 86 83
Rdaction : 63 13 20
Fax: 63 13 20
Ed.Justice @ wanadoo.fr




Fondateur: Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France Tl. 71 86 83
Commission Paritaire n0 54.026
7 Janvier 1977
Directeur de la Publication :
Femand PAPAYA
Maquette Impression :
NIM 7314 54


Accueil des jeunes
enfants

Les structures prives d'accueil des
enfants rencontrent de grosses dif-
ficults financires pour pallier le
manque de structures publiques en
la matire, ce qui fait que les
parents ont du mal placer leurs
enfants. Afin de mener une
rflexion sur ce problme, une com-
mission dpartementale d'accueil
des jeunes enfants a t mise en
place le 14 Septembre dernier.
C'est un organe de concertation et
de rflexion sur les structures de la
petite enfance. C'est galement une
instance de conseil, de proposition,
d'appui et de suivi pour les institu-
tions et les organismes qui inter-
viennent dans le domaine de l'ac-
cueil des jeunes enfants. Ce group
de travail est prsid par
Christiane Bauras, prsidente de
la commission solidarity et affaires
sociales du Conseil gnral. Et
Paulette Edmond, prsidente de la
CAF, fait function de vice-prsiden-
te. L'objectif de cette commission
est de favoriser entire autres : la
cohrence des politiques et des
actions en faveur des jeunes
enfants du pays ; le dveloppement
des modes d'accueil ainsi que leur
adaptation aux besoins et
contraintes des parents ; l'informa-
tion et l'orientation des parents sur
l'ensemble des dispositifs et presta-
tions pour les aider concilier vie
familiale et professionnelle.

Une nouvelle offre
de soins

Un centre priv pour les dialyss a
ouvert ses portes au Marin. Cette
structure reprsente une opportu-
nit pour les malades du sud, qui
bnficient de la proximity et vi-
tent le stress des embouteillages.
Dirige par le nphrologue Thomas
Sadreux, elle a cot la bagatelle
de deux millions d'euros, et dispose
de 14 posters de traitement. En
Martinique, le nombre de per-
sonnes dialyses est en constant
augmentation. Un dialys subit en
gnral trois traitements d'pura-
tion par semaine.


Que vaut la vie de
cinq ouvriers ?

En premiere instance, EDF avait
t condamne 200.000 euros
d'amende. Le coordinateur de la
scurit avait cop d'un an de pri-
son avec sursis et 1.500 E d'amen-
de. La Cour d'appel vient de dci-
der qu'ils ne sont pas coupables. Il
sagit de l'accident intervenu sur un
chantier du Franois, en mars
1998. Ce chantier EDF avait fait
neuf victims, don't cinq morts.
Cinq personnel avaient t cities
devant le tribunal correctionnel en
dcembre 2004 aprs six ans de
procedure. Trois avaient fait appel
de leur condemnation. Deux ont
reconnu leur culpabilit dans cette
affaire : le chef d'entreprise Etil
effectuant les travaux pour le
compete d'EDF avait t puni de
trois ans de prison, don't un an
ferme, et 10.000 E d'amende.
Egalement la socit d'intrim
avait cop de 1.500 E d'amende.
Elle n'a pas contest la decision.
L'ingnieur en bton s'tait retrou-
v avec deux ans de prison avec
sursis et 5.000 E d'amende. Sa
peine a t confirme par la Cour
d'appel. La vie d'un ouvrier sur la
balance judiciaire pse peu.



Condolances :
Plis Fos pour
notre camarade
Georges Ossou

Le Parti Communiste
Martiniquais, le Journal "Justice"
prsentent a notre camarade
Georges Ossou leurs trs sincres
condolances l'occasion du dces
de sa compagne Morne Andre
l'ge de 92 ans, des suites d'une
longue maladie.


"Quand l'ordre
est injustice, le dsordre
est d 'j un coinmence-
m7ent de justice."

Romain Rolland







Jeudi 22 Septembre 2005 Justice n 38 Page 3


Big bang fiscal:


Vers le chaos social ?


Une des causes majeures de
la Revolution franaise de
1789 a t la rvolte du
people contre les imposi-
tions injustes et crasantes
de la monarchie et des fo-
daux.
Et l'galit devant l'impt a
t une de ses conqutes
essentielles.
L'enjeu de l'impt est l'objet
d'une lutte de classes inces-
sante au course du 19e sicle.
A la fin de ce sicle et au
dbut du vingtime sicle, la
bataille s'est focalise sur un
principle: l'impt sur le reve-
nu devait-il tre proportion-
nel pour tout le monde, des
plus pauvres aux plus
riches, ou son taux devait-il
tre progressif, autrement
dit la contribution des plus
riches devait-elle s'accrotre
en proportion du revenue ?
Le principle de la progressi-
vit a t impos par les
forces de progrs de
l'poque afin de permettre
une redistribution des reve-
nus par les services publics
de 'Etat (Education, Sant,
aide social, etc) des plus
fortunes vers les moins favo-
riss, c'est--dire vers les
exploits.
C'est sur ce principle qu'a t
bti l'Impt sur le Revenu.
C'est ce systme que le pou-
voir de droite en France a
dcid de jeter bas sous
prtexte de rforme fiscal.
Il veut importer la rforme
Reagan d'il y a 20 ans qui a
about accrotre les inga-
lits aux USA.


La rforme prsente par
Thierry Breton, Ministre de
l'Economie et Jean-Franois
Cop, Ministre dlgu au
Budget, le 14 septembre der-
nier se prsente comme une
"baisse" de l'impt sur le
revenue, don't le nombre de
trenches passe de sept
quatre. Son cot pour l'Etat
serait de 3,5 milliards d'eu-
ros sur les 50 milliards que
rapporte cet impt. Elle
s'appliquerait en 2007,
anne du scrutiny prsiden-
tiel, sur les revenues perus
en 2006. On fonce vers le
moins d'Etat type systme
amricain Reagan-Bush et
le chaos social.
Quand on compare l'ancien
et les nouveaux barmes,
deux conclusions s'imposent
tous les observateurs
srieux.
Premirement la diminu-
tion du nombre de trenches
revient par definition res-
treindre aspect progressif,
et donc redistributif de cet
impt.
D'ailleurs, si comme il est
claironn, une parties des
classes moyennes voient
effectivement baisser leur
taux d'imposition, d'impor-
tantes ingalits vont se
creuser entire celles qui tou-
chent des revenues trs
moyens, voire assez bas, et
les couches moyennes sup-
rieures.
Selon l'Observatoire fran-
ais des conjonctures cono-
miques (OFCE) seront vrai-
ment gagnants ceux qui


M. Branchi


gagnent entire 1.800 et
2.500 euros par mois et au-
del de 12.000 euros par
mois.
l faut savoir que la moiti
des salaries gagnent moins
de 1.500 par mois (1.250
en Martinique).
Ceux qui gagnent moins de
1.000 euros par mois (le
SMIC environ) ne gagnent
rien. De mme, pour ceux
qui gagnent entire 2.500 E et
5.000 euros par mois, ce sera
la dception assure.
Deuximement, l'autre l-
ment frappant c'est que le
taux maximum frappant les
plus hauts revenues est
ramen de 48% 40%. Et
enfin un 'bouclier fiscal"
consistent bloquer la fisca-
lit directed (impt sur le
revenue + impts de solidari-
t sur la fortune + impts
locaux) 60% des revenues
permettra aussi de favoriser
les plus gros revenues qui
seront les grands bnfi-
ciaires de cette contre-rfor-
me. Cela va baisser l'impt
sur les grandes fortunes
pay par 215 personnel en
Martinique en 2003 et qui a
rapport 1,8 million d'euros.
Enfin, le gouvernement
announce le plafonnement
des "niches fiscales"


Suite en page 5


EDITO








LUTTES SOCIALES


leoufi 22 Seutmbr 2005 Justic no 38 Page 4


En France, les confdrations syn-
dicales CFDT, CFE, CGC, CGT et
CGT-FO ont appel l'ensemble des
salaries du public et du priv, les
chmeurs et retraits une jour-
ne national d'action et de mobili-
sation. Cette journe unitaire pour
la defense de l'emploi et du pouvoir
d'achat est
une riposte ,
aux measures J
Villepin. En .
effet, les syn- e.
dicats sont
particulire-
ment remon-
ts contre le
bilan des cent
jours du -
P r e m i e r Les travailleurs serc
ministry. La
mobilisation doit conduire, selon
les cinq centrales, des ngocia-
tions et des rponses du gouverne-
ment et du patronat. Elle vise
notamment obtenir le dveloppe-
ment de l'emploi, lutter contre la
prcarit que vient renforcer le
Contrat nouvelles embauches
(CNE) ; amliorer le pouvoir
d'achat des salaires ; dfendre les
droits collectifs et individuals. Pour
Bernard Thibault, secrtaire de la
CGT, "la surdit gouvernementale
face aux revendications des salaries


ont d


s'illustre aussi de la manire don't
sont considres les organizations
syndicales". Et il prend en example
l'instauration du CNE malgr l'op-
position unanime des organisa-
tions syndicales, le gouvernement
l'a maintenu. Celles-ci l'ont
d'ailleurs attaqu devant le Conseil
Sd'Etat. Pour
les salaries
martini -
quais, la
situation est
aussi critique
et le mcon-
tentement
e social est
grandissant.
Le dialogue
ans la rue le 4 Octobre social est
malmen
dans plusieurs entreprises les sala-
ris rclament leur part dans les
profits raliss grce leur travail.
Le chmage est toujours un
niveau effrayant. L'offensive s'im-
pose selon les organizations
(CGTM SNES CGT FO) ayant
annonc leur participation cette
journe du 4 octobre. Elles s'atten-
dent ce que salaries, chmeurs et
retraits du public et du priv
envoient un signal fort en direction
du gouvernement et du Medef.
M C.B.


Le 4 Octobre 2005

Mobilisation syndicale

contre 'inscurit social


EVEA: Dialogue au point mort


Les salaries de l'entreprise de valo-
risation et de l'environnement aux
Antilles (EVEA), branch du grou-
pe SEEN de Yan Monplaisir, sont
parties en grve le 12 septembre et
le conflict est toujours en course. Les
causes de ce movement dclench
pour des questions salariales des
NAO entire autres n'ont toujours
pas t voques. Les ngociations
ont d'abord achopp sur la prsen-
ce d'un salari licenci, reprsen-
tant du personnel CSTM la table
de ngociation.
Il n'a pas t licenci dans les
rgles jugent les travailleurs, qui


rclament sa rintgration. La lec-
ture de la direction est diffrente,
le salari aurait t licenci au
mois de juin et ne serait reprsen-
tant du personnel qu'aprs cette
date. Finalement la direction a
accept sa presence lors de nou-
velles discussions, mais refuse de
le rintgrer. Pour les salaries, la
reprise du travail ne saurait inter-
venir avant la satisfaction des
revendications salariales et la rin-
tgration de leur collgue. Le bras
de fer se pousuit.

19/09/05


.Frdric
y^ : De Reynal
banane. Banamart est ne de la
fusion entire le Gipam et la Sicabam.
Le nouveau president devrait s'atta-
cher dfendre les producteurs
confronts une situation de plus en
plus inextricable. Les aides compen-
satoires, la chute des course avec la
suppression du contingentement
sont quelques uns des dossiers qu'il
aura dfendre aux cts du prsi-
dent des groupements antillais Eric
de Lucy.


Brves sociales



Toujours
mobilise

Les salaries de l'entreprise Crocquet
SA sont toujours mobiliss aprs 16
jours de grve. Les travailleurs
dnoncent la logique de pourrisse-
ment de la direction de l'tablisse-
ment. Les permiers pourparlers
n'ont pas about. Ils se sont poursui-
vis sous l'ceil d'un inspecteur du tra-
vail, mais la direction y a mis fin.
Elle a dcid, selon elle, devant
l'chec de la mediation de l'inspec-
tion du travail, de poursuivre les
ngociations en interne. Une dci-
sion non comprise et admise par les
salaries syndiqus la CSTM. Le
point d'achoppement porte sur la
diminution des objectifs pour les ven-
deurs reprsentants du personnel et
le paiement des jours de grve. On
veut remettre en question l'action
syndicale en n'accordant pas cette
pondration aux reprsentants des
travailleurs, s'indignent les
employs. La grve continue.
19/09/05

Un nouveau
president la tte
de Banamart

Frdric de Reynal replace
Fernand Clrence la prsidence du
groupement de producteurs de








Jo.lZS 22 S hitef 2605 .sftet ir 38 Pmg 5


Banane


L'Union europenne recule

et propose un tarif unique de 187 euros


L'Union europenne (UE) a propo-
s le 11 septembre un tarif doua-
nier de 187 euros la tonne sur les
importations de bananes aprs le
rejet par l'organisation mondiale
du commerce (OMC), sur plainte de
neuf pays latino-amricains, du
montant de 230 euros la tonne (cf
Justice n" 32 du 11 aot 2005).
Les experts mandates par 1'OMC
avaient prtendu le 1er aot que le
tarif unique propos par Bruxelles
pour remplacer au 1er janvier 2006
un systme complex fond sur une
combinaison de tarifs et de contin-
gents pour les bananes des pays
fournisseurs de la clause de la
nation la plus favorise (NPF) ne
permettait pas aux producteurs de
"bananes dollars" de maintenir
leur part du march europen dj
prpondrante.
La Commission a propos de main-
tenir le quota annuel de 775.000
tonnes sans droit de douanes pour
les pays ACP (Afrique, Carabes,
Pacifique) qui bnficient d'un
accs privilgi au march euro-
pen dans le cadre des accords de
Cotonou.
Il faut rappeler que, conformment


un accord sign en 2001 avec les
Etats-Unis et l'Equateur, l'UE
avait accept de modifier son rgi-
me d'importation bas sur des
contingents (limitation de quanti-
ts) en passant un rgime uni-
quement tarifaire ("tariffs only").
Cette capitulation est l'origine
des difficults actuelles.
L'UE applique aujourd'hui un droit
de douane de 75 euros par tonne
pour les importations de bananes
d'Amrique Latine dans un quota
de 2,2 millions de tonnes et de 680
euros par tonne pour les importa-
tions hors quota. Elle avait propos
en janvier 2005 de les remplacer
par un tarif unique de 230 .
La Commission estime que sa nou-
velle proposition de 187 euros la
tonne au lieu de 230 la tonne res-
pecte la mthode de l'cart de prix
pour calculer un quivalent tarifai-
re et prend en compete les critiques
formules par les arbitres de
l'OMC.
Elle estime que cela maintient
totalement l'accs des marchs aux
bananes dollars qui dtiennent
dj 60 % du march europen.
Pour les producteurs antillais "il


s'agit du "sacrifice de la banane sur
l'autel de la finance mondialise"
(J. Remir).
L'Equateur, premier exportateur
mondial de banane, a rejet l'offre
de l'Union Europenne (UE) de 187
par tonne, ce qui laisse prsager
d'une nouvelle plainte devant
l'Organisation Mondiale du
Commerce (OMC).
Par ailleurs, comme s'ils ne
croyaient plus la capacity de
resistance de l'Europe, les trois
ministres de l'Agriculture de la
France, de l'Espagne et du
Portugal devaient signer et rendre
public le 19 septembre un mmo-
rendum relatif un nouveau rgi-
me d'aide aux revenues des produc-
teurs "communautaires" dans le
cadre de l'organisation commune
de march de la Banane (OCM
banane) appliquer partir du ler
janvier 2006.
Dans cette bataille mondiale le sort
de milliers d'emplois en
Martinique et en Guadeloupe se
joue, ainsi que l'quilibre social de
ces pays pour les annes venir.

M Antoine Gilles


Suite de la page 3

8.000 euros plus 750 euros
par personnel.
Cela conduit soit diminuer
les dpenses publiques, soit
majorer un impt injuste
comme la CSG.
A la Martinique et dans les
autres DOM, la fiscalit
franaise a t applique
avec la dpartementalisa-
tion, mais avec un ensemble
de drogations, car on n'a
pu ignorer totalement la
ralit du sous-dveloppe-
ment conomique et social:
25 % des mnages sont impo-


sables contre 52 % en
France.
Les recettes de lEtat sont
loin de couvrir ses dpenses,
ce qui traduit en grande
parties la faiblesse des reve-
nus et le mal dveloppement
ainsi que certain privileges
accords aux gros contri-
buables dfiscaliss.
Depuis plusieurs annes,
des dputs de droite UMP,
tels Mhaignerie ou
Laffineur, veulent suppri-
mer cette fiscalit droga-
toire pour raliser des
recettes supplmentaires et
soi-disant "faire la chasse


aux privileges fiscaux", en
particulier l'abattement de
30 % plafonn sur l'impt
sur le revenue.
Certes, il y a lieu d'tre vigi-
lants pour que ce ne soient
pas les travailleurs salaries
qui eux n'chappent pas
l'impt qui en fassent les
frais encore une fois.
Mais cela ne dispense pas de
rflchir une fiscalit sp-
cifique avec le double souci
de la justice et du
Dveloppement cono-
mique dans le cadre de
l'Autonomie.
Michel BRANCH


ECONOMIE








POUTIMM


JuiZZ Semoubfr 2005 Justce a" 38 Fgee 6


1957-2005 :

Il y a 48 ans, naissait le

Parti Communiste Martiniquais


En 1957, l'option prise par les mili-
tants communists d'riger le mou-
vement communist n en 1920 en
Parti Communiste indpendant
rpondait au besoin de concevoir
notre combat pour l'mancipation
partir de nos propres ralits, sans
tre soumis une quelconque
tutelle.
La resolution du Congrs constitu-
tif des 21 et 22 septembre 1957 est
trs prcise :
"La creation du Parti Communiste
Martiniquais tait de toute viden-
ce inscrite parmi les exigences de
l'histoire de notre pays. Elle
marque un progrs dans la voie de
l'examen et de la resolution correct
de nos problmes propres.
Dornavant nos analyses se devront
d'tre plus concrtes, plus colles
la ralit martiniquaise, plus axes
sur notre histoire selon les principles
du matrialisme historique...
La creation du Parti Communiste
Martiniquais, donne naissance
un type de Communiste
Martiniquais plus rsolu, plus res-
ponsable dans la pense et dans
l'action.
Ce faisant, les communists
fixaient des objectifs prcis :
m Pour la gestion des affaires de la
Martinique par les Martiniquais
eux-mmes ;
w Pour la ralisation pratique du
Front Martiniquais Anticolonia-
liste ;
r Pour la transformation de notre
fdration en Parti Communiste
Martiniquais qui fut de ce fait le
premier parti martiniquais consti-
tu.
48 ans aprs, le combat pour la res-
ponsabilit martiniquaise est d'une
urgente ncessit si nous voulons
rpondre avec efficacit aux
attentes de nos concitoyens.
Le colonialisme franais, qui s'est
si souvent inspir du fameux
article 73 de sa constitution pour
disqualifier la revendication de
l'Autonomie et de l'identit marti-
niquaise porte par les commu-


nistes et les authentiques anticolo-
nialistes, a t contraint, plus de
40 ans aprs, de le modifier.
Il a utilis toute sa machine politi-
cire et judiciaire contre les com-
munistes pour asseoir sa domina-
tion sur notre people.
Ds 1960, ayant fait le constat de
l'chec de la dpartementalisation,
les communists prconisaient la
voie de l'autonomie pour notre
pays. En 1963, l'occasion de son


Camille Sylvestre,
1er secrtaire gnral du PCM.
3me congrs, le Parti Communiste
Martiniquais faisait le constat: "Le
rgime de l'assimilation don't nous
faisons l'exprience depuis 16 ans,
est une forme de rgime colonial".
Dfendre les intrts immdiats
des travailleurs, conduire l'veil
des consciences pour s'assumer en
tant que people : des gnrations
de communists se sont acquittes
de ces tches rvolutionnaires.
Comme le soulignait avec justesse
Ren Mnil : "Les marxistes ont d
faire un retour sur eux-mmes pour
transformer leur propre conscience
d'assimil en une conscience libre
des illusions assimilationnistes de
faon saisir la vrit de leur
propre vie de colonis antillais".
Si aujourd'hui le Parti
Communiste Martiniquais est
affaibli lectoralement par les divi-


sion et, les trahisons qui ont jalon-
n son histoire, l'idal Communiste
d'une socit plus just et plus
humaine est plus actuel que
jamais.
Comme le dmontre la faillite du
libralisme capitalist aux Etats-
Unis l'occasion du cyclone
Katrina et de ses douloureuses
consequences sur la population
noire de la Nouvelle-Orlans.
Le capitalism qui se pare des
habits pompeux de l'ultralibralis-
me dfend les intrts de classes des
nantis au dtriment des masses
laborieuses. Les attaques contre
les acquis sociaux sont le tmoi-
gnage d'un pouvoir au service de la
haute finance.
Nous, Communistes, nous esti-
mons que pour s'attaquer au mal
dveloppement engendr par le
colonialisme franais, la question
d'un pouvoir martiniquais s'avre
indispensable.
Pourtant nous observons que loin
de chercher l'efficacit, certain de
nos lus multiplient les lieux de
decisions pour satisfaire leurs
apptits de pouvoir.
Le colonialisme se nourrit de nos
divisions, de nos querelles dri-
soires pour asseoir encore davanta-
ge sa domination et poursuivre sa
politique de dculturation, d'ali-
nation, de soumission.
La force communist a toujours t
l'appel la resistance, au refus de
la resignation, pour montrer qu'il
n'y a pas de petit pays et de petit
people, mais que l'engagement
rsolu est de nature crer les
conditions d'un rel changement
vers la responsabilit martiniquai-
se.
La Responsabilit Martiniquaise,
l'Autonomie doivent tre une
conqute de notre people, d'o la
recherche indispensable du ras-
semblement des forces populaires
pour construire une Alternative
martiniquaise de progrs.

a Fernand PAPAYA








MuIM 22 ptmbrs 2605 Insdcur 8 Pami


L'insurrection du
Sud de la
Martinique
Septembre 1870
Une page importan-
te de l'histoire de
notre pays



SArmand NICOLAS


I FORT-DE-FRAcE
1871

Il y a 135 ans, le 22 septembre 1870,
un soulvement d'ouvriers, de pay-
sans tout just sortis de l'odieux syst-
me esclavagiste de 1848, mettait le
sud de la Martinique en bullition.
L'indignation a accentu la colre de
tous ceux qui subissaient l'exploitation
froce des bks et de la bourgeoisie
blanche et ne pouvaient supporter l'in-
justice.
L'origine de cette flambe de colre est
la provocation d'un blanc dnomm
Augier de Maintenon ayant cravach
sauvagement un cultivateur noir,
Lopold Lubin, qui avait eu "l'audace
de ne pas le saluer".
Ce dernier dcide de faire justice lui-
mme et corrige son tour son agres-
seur.
Malheureusement, la justice reste au
service des possdants et la condam-
nation de Lubin devient ds lors
insupportable ; la riposte est la hau-
teur de la provocation subie.
La repression est froce. Plus de 500
insurgs seront jets en prison et plu-
sieurs responsables seront fusills
Fort-de-France au polygone (Jardin
Desclieux).
L'insurrection du sud de 1870 s'inscrit
dans la longue lutte de notre people
contre l'arbitraire, le racism et l'in-


justice.
Armand Nicolas, ancien Secrtaire
gnral du PCM, historien, nous offre
un travail de recherche pour mieux
nous approprier notre propre histoire
avec la brochure : "L'insurrection du
sud de la Martinique (septembre
1870)".

Allemagne :
Le libralisme
contest

L'lection legislative allemande du
week-end dernier est marque par
deux vnements important gnra-
lement occults par les mdias.
D'un ct, ni la CDU (Droite) ni le
SPD (Sociaux dmocrates) n'obtien-
nent la majority et sont donc sanction-
ns.


Oskar
Lafontaine
0 Oskar Lafontaine : porte parole
de l'espoir en Allemagne
De l'autre, le nouveau parti de gauche,
le Linkspartei, constitu par le PDS
(ex-communistes), des dissidents du
SPD, des syndicalistes et alter mon-
dialistes obtient plus de 8 % des voix
et devient la quatrime force politique
allemande.
Cela traduit la monte de la contesta-
tion du libralisme.
La politique social-dmocrate de
Shroeder est dsavoue.
Avec le Linkspartei un espoir est n
gauche. Ce parti propose une politique
ambitieuse de redistribution, de justi-
ce social, de mobilisation des res-
sources pour une nouvelle croissance
par l'emploi et le pouvoir d'achat, le
refus de la guerre. La force du "non"
antilibral en France et aux Pays-Bas
a t contagieuse.
Ces rsultats dpassent le cadre de la


seule Allemagne et concernent
l'Europe : l'irruption des peuples se
fait sur la base de l'antilibralisme et
de nouvelles ambitions gauche.
La social dmocratie doit choisir : ou
poursuivre dans la voie nolibrale et
se fondre avec la droite ou rompre avec
le libralisme pour mener une vraie
politique de gauche en faveur des
couches laborieuses.

Ncrologie

Dcs de
Ren Lancry

Il fut parmi ces entrepreneurs
martiniquais ayant russi dans le
commerce.
Prothsiste dentaire, puis comp-
table, il dbute dans le commerce
de gros en 1950, notamment en
tant qu'importateur de farine des
Grands Moulins de Paris.
Visionnaire commercial, il est l'un
des premiers sur la zone de la
Lzarde la tte de la SA Ren
Lancry, une holding familiale.
Cette activity commercial n'a
jamais loign Ren Lancry de la
lutte des travailleurs pour une
socit plus just. Il a t l'un de
ces hommes qui ont apport leur
soutien financier au Parti
Communiste Martiniquais et
adhr ses combats. La rupture
s'est effectue l'occasion de l'ap-
plication de la politique du Parti
sur la taxation des products
imports (farines) par l'octroi de
mer. Ren Lancry a attaqu la col-
lectivit rgionale et gagn avec
un jugement de la Cour de Justice
europenne traitant de l'octroi de
mer et de la libre circulation des
marchandises entire les Etats
membres de l'Union Europenne.
Une libre circulation que combat
le Parti. Contradiction politique
que chacun comprendra nan-
moins et qui ne porta pas atteinte
l'affection et la reconnaissance
que nous portions Ren Lancry
notre camarade des mauvais
jours.
Ren Lancry tait g de 92 ans.
Ses enfants perptuent son
uvre. A son pouse, ses enfants
et sa famille Justice adresse ses
sincres condolances.


POUTMMUE


L'insurrection du Sud
la Martinique
(Septembre 1870)








K.nME BIGN


WioU 22 SMouom M05 -iutic s8 Pam 8


Hati : Des lections dans un climate de chaos


Le people hatien est confront quoti-
diennement l'inscurit, la destruc-
tion de son pays sur les plans social,
conomique et politique.
La situation est toujours trs proccu-
pante. Un rapport de la MINUSTAH
fait tat de 120 enlvements ces der-
niers mois et de 6 millions de dollars
verss en ranon. Depuis le dpart
mouvement de Jean-Bertrand
Aristide en 2004, le pays peine trou-
ver ses marques.
Les Nations Unies n'ont jamais pu
rtablir l'ordre. C'est dans ce cadre
qu'Hati se prpare aux lections. La
communaut international tient la
tenue d'lections pour en finir avec
cette transition politique.
Toutefois certain se posent la question
de la crdibilit des lections dans un
tel climate. Aprs avoir report par
deux fois les dates des lections, le
Conseil Electoral provisoire (CEP),
organisme charge de les organiser, a
annonc un calendrier dfinitif. Les
dates du 20 novembre 2005 et du 3jan-
vier 2006 pour les deux tours de la pr-
sidentielle et des lgislatives (83 dpu-
ts et 30 snateurs), le 11 dcembre
2005 tant dvolu l'lection des 133


conseils municipaux. L'investiture du
nouveau chef de l'Etat est prvue le 7
fvrier 2006. Plus de 2,3 millions de
citoyens se sont inscrits sur les listes
lectorales. Le CEP tablait sur l'ins-
cription d'au moins 4,5 millions de per-
sonnes en ge de voter. Egalement


* L'espoir d'un avenir meilleur ...

charge de la procedure d'habilitation
des parties politiques et des candidates
aux lections, il a rendu publique la
liste des parties autoriss y prendre
part. Sur 65 parties inscrits, plus qua-
rante cinq ont t retenus, les autres
n'ayant pas pu fournir la liste de 5.000
noms valides pour tre habilits.
S'agissant de la prsidentielle, cin-
quante quatre candidates se sont ins-


crits pour briguer la magistrature
supreme.
Parmi ceux-ci plusieurs anciens diri-
geants hatiens, tels Leslie Manigat ou
Ren Prval, Jean Marc Bazin repr-
sentant de Fanmi Lavalas et autres
personnalits politiques et cono-
miques du pays. Fanmi Lavalas, le
parti de Jean-Bertrand Aristide, qui se
considre comme la principal force
politique du pays, avait dsign le cur
Grard Jean-Juste, incarcr depuis
deux mois sans motif prcis. Sa candi-
dature a t carte, il ne pouvait pas
se prsenter en personnel au bureau
des inscriptions comme l'exige la loi.
Le CEP a men la premiere parties du
processus lectoral sans trop soulever
de contestations intrieures et interna-
tionales. La communaut internatio-
nale assisted le pays au plan financier,
dans le processus lectoral, par le biais
de pays donateurs dans le cadre du
Programme des Nations Unies pour le
dveloppement international. Avec ce
nouveau parcours, le people hatien
accdera-t-il un jour un dbut de
scurit et de bien-tre ?
M CB.


USA: Katrina a fait tomber le masque


L'impact de Katrina sur
Louisiane, le Missipi et l'Alab
aura t tout la fois terrible
rvlateur. Terrible, car cet ourn
de force 5, c'est--dire un cycl
tueur, a littralement dvast
territoire grand comme la moiti
la France, annihilant des v
entires comme Biloxi. Rvla
car la stupfaction gnrale,
des Nord-Amricains eux-m
que du reste du monde, les E
Unis, la plus grande puissanci
monde comme ils aiment tant
prvaloir, n'ont pas t capable
faire face au dsastre, ni mme
ganiser promptement les seco
Plus de quinze jours aprs la c
trophe, Washington ne pouvait
jours pas tablir le moindre t
human. Selon les sources
nombre de morts varirait de
sieurs centaines plusieurs mill
Les secours n'ont commenc
manifester que plusieurs jours a
le drame, et principalement


du libralisme capitalist
la forme d'units de combat, le doigt ne vo
ama sur la dtente de leurs armes et tratio
le et appuyes par des blinds. "Nous ne outre
agan savons pas ce qui nous attend l- result
ne- bas", ont plaid les militaires. Tels s
un Le cas de la Nouvelle Orlans lui des p
i de seul est hautement significatif. Etats
illes Cette ville situe sous le niveau des Bouse
teur, eaux du lac Pontchartrain est tait comm
tant serait plus just protge par des qu'un
mes digues, lesquelles ncessitaient des image
tats- travaux d'entretien et de renovation son i
e du depuis plus de 30 ans. Travaux sans poing
se cesse reports faute de crdits suffi- d'ouvi
s de sants. Pire, le Prsident George W. des ca
d'or- Bush n'avait pas hsit y faire des Tout
urs. coupes sombres afin de pouvoir toujou
itas- finance l'installation des forces US les fai
tou- d'occupation en Irak et en dmu
ilan Afghanistan. Cette fois les digues payai
le n'ont pas rsist et la Nouvelle polite
plu- Orlans s'est retrouve submerge nanti,
iers. prs de 70 %. Comme les sinistrs se Au-de
se competent essentiellement parmi la moins
prs population pauvre et de surcroit
sous noire don'tt l'lectorat gnralement


te pas rpublicain), l'adminis-
n Bush ne s'est pas dmene
measure. On sait ce qui en est
.
ont les faits qui accablent l'un
lus ineptes presidents que les
-Unis se soient jamais donn.
:ul par ses "conseillers en
iunication", Bush n'a plus
souci en tte, redorer son
de marque et se ddouaner de
ncomptence en tapant du
sur la table et en ordonnant
rir une enqute sur les causes
Irences constates...
cela prterait rire si, comme
irs en pareil cas, ce n'taient
nilles les plus pauvres, les plus
nies et donc les Noirs, qui
ent le plus lourd tribute de ces
blues de nantis, faites pour les
S.
l c'est le systme liberal du
d'Etat qui rvle sa nocivit.
W K. Solaris








DANS LE MONDE


Jeiudi22 SotoubreO25 iuste n" 38 Page 9


Les "cent jours" de Villepin :

Une politique favorable aux nantis


Aprs la dfaite du "oui l'Europe
librale", pour remplacer Jean-
Pierre Raffarin, Jacques Chirac a
nomm Dominique de Villepin, qui
se donnait cent jours pour redon-
ner confiance aux Franais. Qu'en
est-il ?
Selon un institute de sondage
(CSA), les Franais sont pessi-
mistes sur la situation conomique.
Depuis 1995, la confiance et le
moral n'ont jamais t aussi bas.
Mme les cadres, professions lib-
rales et intermdiaires sont
atteints.
Et pour cause.
En dpit des deux checs gouverne-
mentaux (succs de la gauche aux
lections rgionales, rejet du rf-
rendum liberal du 28 mai), la
mme politique de droite faite au
dtriment des travailleurs conti-
nue avec la triplette Chirac de


Villepin Sarkozy. Les privatisa-
tions s'acclrent (France-Tlcom,
EDF-GDF).
Mais on pratique la baisse de
rmunration du populaire livret A
de la Caisse d'Epargne ramene 2


Cent jours de Villepin :
II creuse le sillon liberal
%. La creation d'un nouveau type
de contract de travail contractt nou-
velles embauches, CNE) abandon-


ne pour deux ans les demandeurs
d'emploi au bon vouloir du patro-
nat. L'Etat qui touche 66 % des
taxes sur le prix du litre d'essence
(pas dans les DOM) ne baisse pas
ses taux mais demand aux multi-
nationales du ptrole de faire un
geste... symbolique. Les dlocalisa-
tions et licenciements se multi-
plient.
Telle est la situation du march du
travail et de l'emploi aprs les cent
jours. Tout ceci accompagn d'une
propaganda audiovisuelle des plus
extravagant.
Dans ces conditions; il est vident
que la riposte du monde du travail
se fera, d'autant plus forte qu'elle
sera unie, ainsi que l'annoncent les
principaux syndicats pour la jour-
ne d'action du 4 octobre.

SA.C.


ONU:

Un sommet dcevant


A l'occasion de son soixantime
anniversaire, l'ONU a ouvert le 14
septembre, le plus grand sommet
mondial jamais organis, runis-
sant plus de 150 chefs d'Etat et de
gouvernement.


Deux points taient l'ordre du
jour : la rforme de l'institution et
la lutte contre la pauvret dans le
tiers-monde, thme dj abord en
2000, lors du sommet du Millnaire
(la pauvret devait tre rduite de
moiti d'ici 2015).
Le moins que l'on puisse dire, c'est
que cette prestigieuse runion n'a


pas rpondu aux attentes que l'on
pouvait en esprer. La rforme de
l'ONU s'est littralement dilue
dans un laborieux consensus
minima, tandis que la lutte contre
la pauvret s'est heurte la rali-
t du capitalism
dans sa version
nan, secrtaire no-librale. Les
NU: faits sont 1,
ous est donne
es dizaines de indiscutables.
rie dans les 10 Quarante annes
her des millions de cooperationn
le les dcevons au dveloppe-
as. ment" n'ont pu
empcher que la
moiti de la population mon-
diale vive dans la pauvret,
don't plus d'un milliard d'tres
humans dans l'extrme pauvret.
Les conditions drastiques imposes
par le FMI et la Banque mondiale
aux pays les plus pauvres sont
l'origine de la pauvret. Elles ne
peuvent donc la rsoudre. Les pays
riches font d'ailleurs preuve d'une
belle hypocrisie en la matire, eux
qui ne versent que 0,07 % de leur


PNB alors qu'ils s'taient engags
en verser 0,7 %. Et ce n'est l
qu'un example.
Mais ne nous y trompons pas. Nous
nous acheminons peu peu vers
une situation o la pauvret crois-
sante face l'talage courant de
la richesse insolente d'une infime
minority de nantis devient un dan-
ger rel pour la scurit du monde.
Les terrorism, islamiste ou autre,
n'a pas d'autre origine qui y trouve
son terreau de predilection.
Il est plus que temps d'envisager
une vritable alternative plus sou-
cieuse des intrts des hommes que
des marchs financiers. Demain, il
sera peut tre trop tard.
Les tentatives de la superpuissan-
ce tasunienne de marginaliser et
d'amoindrir le rle de l'ONU joi-
vent tre combattues pour en faire
un instrument de progrs social, de
paix et de solidarity.

M K. Solaris












ANNOUNCES LGALES


eung 22 Seotfijre2005 justice n0 38 Pau 1O


AVIS DE CONSTITUTION

Par acte sous seing priv le 18 Ac
a t constitu une Entreprise Int
responsabilit limite L'PICE Cl
capital de 4400 E don't le sige
situ au Quartier Berthout t
ROBERT.
Grant : CORANSON-BEAUDU f
Objet : Traiteur
Dure: 99 ans
Capital: 4 400 (10 parts)


AVIS DE CONSTITUTION

Par acte du 23 Mai 2005, il a t
une socit prsentant les carac
suivantes :
FORME : Socit responsabilitt
DENOMINATION SOCIAL
Associs
CAITAL: 1 600 euros
SIGE SOCIAL: Quartier Thorail
97215 RIVIRE-SALE
OBJET SOCIAL : Consiste prin
en des activits de construction d
ments, Travaux Publics, et acce
de transport de matriaux, de local
gins et matriels divers.
GRANTE : Marie-Alberte EVRI
rant au Quartier Thoraille la Vall
RIVIRE-SALE.
DURE :99 annes computer de
triculation au RCS.
La socit sera immatricule a
FORT-DE-FRANCE.

Pour avis, le Grant


AVIS

Aux terms de l'assemble gnr
dinaire du 24 mars 2005.
Les associs de la SARL SETB ai
10.671,43 don't le sige social e
la Lzarde vole 1 Immeuble les FI
97232 Lamentin (Martinique), RI
85B90, ont dcid la mise jour
consecutive :
* Au versement d'une indemnit
grant : montant 500 e avec effi
au 1er janvier 2005.
* A la dmission de la co-gr
Valrie ALEXANDRE demeurant
Etoile 97230 SAINTE-MARIE
II est noter que jusqu' la prse
sion, la grance de la socit
assure par : M. Daniel PERI
Valrie ALEXANDRE.
Dsormais, la grance sera assu
Daniel PERIAN.

Pour avis, Le Grant


AVIS DE CONSTITUTION

Aux terms d'un acte sous sein
date Fort-de-France du 09
2005, il a t constitu une soci
tant les caractristiques suivantes
Denomination social: TRALOM.
Forme social: Socit response
te
Sige social : 24, Lot. Les
Redoute, 97200 Fort-de-France
Objet social : Activit de loueur i
professionnels telle qu'elle est rI
156-1-1bis du CGI et des tex
quents,
- La gestion et l'administration de
et droits immobiliers don't la so
propritaire.
- L'emprunt des fonds nces
acquisitions et la constitution des
relatives
Dure de la Socit : 50 ans co
date de l'immatriculation de la
Registre du commerce et des soi
Capital social : 8000
Grance : Monsieur TRAVERS
Ren, Michel, demeurant Fort
(97200), au 24 Lotissement Let
Redoute est nomm premier g
socit.
Immatriculation de la Socit au
Commerce de Fort-de-France.


N

ot 2005, il
dividuelle
ROLE au
social est


Pour le Grant,
Le Mandataire,
Cabinet JPT Consultant


97231 LE Cabinet de SELARL
MARCELINE & ASSOCIES
Aartino Avocats Associs la Cour
88 rue Victor Svre
97200 FORT-DE-FRANCE
Tl. :0596 60 63 07 Fax : 0596 63 59 25
FA 5233 accuell.marcellne@wanadoo.fr

IN CHANGEMENT
DE REGIME MATRIMONIAL
6 constitu
ctristiques Par jugement en date du 21 Juillet 2005
rendu par la Chambre du Conseil du Tribunal
S limite de Grande Instance de Fort-de-France, il
HPM & apparat que le Tribunal a homologu l'acte
de Maitre Micheline CONSTANTIN, notaire
associ Fort-de-France de la Socit
le la Valle dnomme "Micheline CONSTANTIN et
Monique CONSTANTIN, Notaires Associs
cipalement d'une Socit Civile Professionnelle titulaire
e tous bti- d'un office notarial", tabli le 9 Juin 2004, par
ssoirement lequel
itions d'en- Madame Pierre Flicie BAUBANT pouse
LAFONTAINE, ne le 20 novembre 1964
WY demeu- Saint-Joseph (Martinique), de nationality
e 97215 franaise, infirmire librale,
ET:
son imma- Monsieur Patrick Tiburce LAFONTAINE, n
le 14 Avril 1964 Fort-de-France
u RCS de (Martinique), de nationality franaise, ptis-
sier
demeurant ensemble Mome Coco Didier -
Appt. 195 Delta V 97200 FORT-DE-
FA 5234 FRANCE,
les poux LAFONTAINE/BAUBANT ont
adopt le regime de la separation de biens
rgi par les dispositions de l'article 1397 et
aie extraor- suivants du Code Civil.

u capital de Pour extrait:
st Z.I. de Matre Danielle MARCELINE
amboyants FA 5237
CS gestion
des status Matre Grard GRANVORKA
Avocat la Cour
alloue au 28, Avenue des Arawacks Chateauboeuf
et rtroactif 97200 FORT-DE-FRANCE
Tl. : 0596 75 05 15 Fax: 0596 75 70 27
ante : Mlle
& Cit Belle AVIS DE CONSTITUTION
SARL MAXI BAZAR
ente dmis-
SETB tait Par acte sous seing priv en date Fort-de-
AN et Mlle France du 06.06.2005, enregistr la
Recette Principale des Impts du Marin le
re par M. 13.09.2005 Bordereau n" 2005/263 Case n"
2, il a t constitu une socit responsa-
bilit limite don't les caractristiques sont les
FA 5235 suivantes :
Denomination : MAXI BAZAR
Forme : Socit Responsabilit Limite
)N Capital : 3.000 , constitu uniquement au
moyen d'apports en numraires, divis en
g priv en 200 parts de 15 chacune, entirement
septembre souscrites et libres
t prsen- Sige social : 22, Zone Artisanale de Trianon
s: 97240 LE FRANCOIS
A Objet : Achat, vente, commercialization sous
sabilit limi- toutes ses formes d'articles de bazar en
France et dans le monde
Mimosas, Dure : 99 ans computer de l'immatricula-
tion au registre du commerce et des soci-
en meubls ts.
gie par l'art. Grant : Par acte spar, tabli sous seing
tes subs- priv, en date Fort-de-France du 07.06.05
enregistr la Recette Principale des Impts
tous biens du Marin le 13.09.05 Bordereau n" 2005/263
cit serait Case n" 3, M. ZHU Xudong, n le
30.08.1965 Zhejiang (Chine), de nationali-
saires aux t Chinoise, demeurant 5, rue Case Ngre -
garanties y Hauts de Villeneuve 97230 SAINTE-
MARIE, a t dsign en quality de Grant
mpter de la pour une dure indtermine.
Socit au La socit sera immatricule au Registre du
:its. Commerce et des Socits de Fort-de-
France.
SON Jen,
-de-France Pour avis, le Grant
l Mimosas, FA 5238
rant de la

Registre de


Maitre Grard GRANVORKA
Avocat la Cour
28, Avenue des Arawacks Chateaubouf
97200 FORT-DE-FRANCE
Tl.: 0596 75 05 15 Fax : 0596 75 70 27

AVIS DE CONSTITUTION
SCM INFADOM

Par acte sous seing priv en date Fort-de-
France du 18.07.2005, enregistr la
Recette Principale des Impts du Marin le
13.09.2005 Bordereau n" 2005/263 Case n"
1, il a t constitu une socit civil de
moyens don't les caractristiques sont les
suivantes :
Denomination : "Socit Civile de Moyens
INFADOM"
Forme: Socit civil
Capital : 1.200 , constitu uniquement au
moyen d'apports en numraires
Sige social : 72, rue de la Libert Petit
Bourg 97215 RIVIRE-SALE
Objet : Faciliter chacun de ses membres
l'exercice de son activity par la mise en com-
mun de tous les moyens (locaux, matriel,
personnel, etc.) utile l'exercice de leur pro-
fession, sans que la socit puisse elle-me
exercer celle-ci.
Dure : 99 ans
Grants: un college de grance a t dsi-
gn dans les status, compos de :
- Mme BALLANDONNE Odile, Pierrette,
Veuve THOMAS, ne le 02.07.1965
Montivilliers (76), demeurant 14, Lot. Anse
Bleue 97223 LE DIAMANT
- Mlle ALVAREZ Sabine Fabienne Sophie,
ne le 30.09.1975 Versailles (76), demeu-
rant Anse Caffard 97223 LE DIAMANT
- Mme GALY-MALAC Nadine, ne le
29.08.1962 Fort-de-France (97200),
demeurant Anse Mitan 97229 TROIS-
ILETS.
Cession de parts : les cessions de parts
sociales doivent tre constates par crit.
Les parts sociales sont librement cessibles
entire associs. Toutes autres cessions,
mme au profit du conjoint, d'ascendants ou
de descendants, ne peuvent intervenir
qu'avec l'agrment de tous les associs.
La socit sera immatricule au Registre du
Commerce et des Socits de Fort-de-
France.

Pour avis, la Grance
FA 5239






AVIS D'APPEL PUBLIC
LA CONCURRENCE

Identification de l'organisme qui passe le
march :
CONSEIL REGIONAL DE LA MARTINIQUE
Service des Marchs et de la command
publique Rue Gaston Defferre Cluny -
97200 Fort-de-France Martinique Tl.:
0596 59 63 00 Tlcopie : 0596 72 68 10
Adresse Internet: http://www.cr-martinique.fr
rubrique "Marchs Publics"
Personne responsible du march :
Le President du Conseil Rgional de
Martinique
Procedure de passation :
Appel d'offres ouvert (art. 33, 57 59 du
Code des Marchs Publics (CMP)
Objet du march :
TRAVAUX DE REHABILITATION AU LYCE
DE PLACE D'ARMES
Rfrence d'identification du march :
PLAD-03-OP1
Caractristiques principles :
Etendue de la prestation. Notamment:
II s'agit de raliser des travaux de creation
d'accs au rez-de-jardin du btiment 4, et de
procder au replacement des toitures et
faux plafonds des btiments 2 4.
Autres :
- Variantes : autorises
- Transmission par voie dmatrialise :
autorise
Prestation divises en lots :
La prestation est divise en sept lots :
Lot 1 : Terrassement Gros-oeuvre Voirie
Rseaux Divers


Lot 2: Charpente Couverture Divers
Lot 3 : Electricit
Lot 4: Carrelage,
Lot 5: Menuiseries extrieures
Lot 6: Peinture
Lot 7 : Monte handicaps
Modalit d'attribution:
L'attribution se fera par marchs spars (lot
par lot).
Lieu d'excution des travaux :
VILLE DU LAMENTIN (MARTINIQUE)
Dlai d'excution du march :
PRIODE DE PREPARATION :30 JOURS
TRAVAUX: DLAI DE 3 MOIS (POUR L'EN-
SEMBLE DES LOTS).
Modalits de financement du march :
Budget du Conseil Rgional de Martinique +
FEDER
Adresse auprs de laquelle le dossier de
consultation peut tre obtenu:
Ce dossier sera remis gratuitement par le
Conseil Rgional Service des Marchs et
de la Commande Publique Rue Gaston
Defferre Cluny 97200 Fort-de-France -
Tl. : 0596 59 63 91.
Lors du retrait du DCE le candidate devra
fournir tout lment d'identification permet-
tant de le contacter en cas de besoin.
Ce dossier peut tre galement tlcharg
l'adresse Intemet sus indique.
Conditions de participation:
Critres de selection des candidatures:
- les garanties et capacits techniques et
financires
- les rfrences professionnelles des candi-
dats
- moyens
Pices requises:
- Liste correspondante dcrite dans le rgle-
ment de consultation, notamment:
* Lettre de candidature et declaration du can-
didat (modles joints au dossier de consulta-
tion)
SMoyens techniques affects l'opration,
* Rfrences pour des travaux similaires
effectus durant les 3 dernires annes,
* Elements permettant d'apprcier les capa-
cits techniques et financires du candidate.
Dlai de validity des offres : 180 jours
Adresse auprs de laquelle les renseigne-
ments d'ordre administratif et technique peu-
vent tre obtenus :
Conseil Rgional de la Martinique (Service
des Marchs et de la Commande Publique)
ou en ligne l'adresse Internet sus indique
Adresse auprs de laquelle les renseigne-
ments d'ordre technique peuvent tre obte-
nus :
Service Technique du Conseil Rgional -
(Tl. : 0596 59 64 24) ou en ligne l'adresse
Internet sus indique
Date limited de reception des offres:
LE 10 OCTOBRE 2005 12H00 (heure de
Martinique)
Adresse laquelle les offres doivent tre
envoyes:
Reception des offres, par pli recommand ou
contre rcpiss au Conseil Rgional de la
Martinique Service des Marchs et de la
command publique Rue Gaston Defferre
cluny 97200 Fort-de-France MARTI-
NIQUE ou en ligne l'adresse Internet sus
indique
Langue pouvant tre utilise:
Franais uniquement
Dlai laiss au candidate attributaire pour pro-
duire les attestations sociales et fiscales:
8 jours calendaires
Autres renseignements:
Procedure dmatrialise
Le Conseil Rgional de Martinique met gra-
tuitement la disposition des candidates une
plate-forme de dmatrialisation accessible
via l'adresse Internet suivante :
http://www.cr-martinique.fr rubrique "mar-
chs publics"
Cette plate-forme permet notamment (muni
de la rfrence d'identification du march
porte au present avis d'appel public la
concurrence) :
- la recherche des consultations passes par
la Region Martinique
- le tlchargement des avis, rglement de
consultation et DCE
- la transmission par voie lectronique des
dossiers d'offre
Pour le tlchargement du DCE les candi-

Suite en page 11











ANNOUNCES LGALES


JudI 22 Septembre 2005 lu0slco na 38 Pue 1l


Modalits essentielles de financement et de
Suite de la page 10 pavement :
Le dlai global de paiement est de 45 jours.
dais sont invits bien renseigner le champ Modalits de financement:
"e-mail" en ce sens que cette adresse pour- Ce march est covert par 'accord sur les
ra tre utilise afin de les informer des ven- march public et ra inanc par le bud-
tuelles modifications apportes au DCE. get dpartemental
S'agissant de la transmission des offres par Forme juridique que devra revtir le groupe-
voie dmatrialise, la personnel habilite ment d'entrepreneurs, de foumisseurs ou de
engager l'entit candidate doit tre titulaire prestataires de service (le cas chant):
d'un certificate lectronique de classes 2 ou 3 Groupement solidaire
dlivr par un prestataire agr afin de CONDITIONS DE PARTICIPATION:
signer son offre (voir liste des prestataires Renseignements en vue de la selection des
agrs en page d'accueil de la plate-forme), candidatures
Lenvoi en deux temps des dossiers d'offre Critres de selection des candidates:
est autoris : les candidates ayant adress Garanties et capacits techniques et finan-
l'empreinte de leur offre avant la date limited cires
de remise des offres auront un dlai de Rfrences professionnelles
16H00 compt partir de l'envoi de l'em- Situation jurdique- Capacit conomique et
preinte pour faire parvenir leur dossier d'offre capacity technique rfrences requires :
lui-mme dans le "coffre-fort lectronique" de Voir les renseignements et documents non-
la Region. cs dans le rglement de la consultation.
Date d'envoi de l'avis la publication : CRITRES D'ATTRIBUTION :
Le 15 Septembre 2005. Offre conomiquement la plus avantageuse
FA 5240 apprcie en function des critres pondrs
comme suit:
AVIS DE CONSTITUTION Rabais consenti: 60%
Dispositions que le titulaire devra prendre
Acte sous seing priv en date Fort-de- pour un approvisionnement ininterrompu en
France du 01 aot 2005. cas de grve rsultant d'un conflict de travail
Enregistrement : Recette Divisionnaire de au sein de son entreprise ou de ses relations
Fort-de-France Ouest le 25/08/05 Bordereau avec ses dtaillants: 40 %
avec ses dtaillans : 40 %
n 2005/691 Case n* 19 Ext 5773. PROCDURES:
Forme juridique : SARL Mode de passation : Appel d'offres ouvert
Denomination: MARTINIQUE TRANS'IMMO
Nomination: MARTINIQUE TRANS'IMM pass en application des Articles 33 3"al. et
Sige social : 15 Rue Georges Eucharis 57 59 du CMP
Espace PoseTdon Lotissement Dillon Stade CONDITIONS DE DLAI :
97200 FORT-DE-FRANCE Date limited de reception des offres
Objet : L'acquisition, la transaction et la ges- 09/11/2005 12H00
tion de biens immobiliers et fonciers DBlai minimum de validity des offres : 90
Capital social : 7 623 euros jours
Dure: 99 annes AUTRES RENSEIGNEMENTS:
Grance: Mademoiselle Chantal CEPISUL La collectivit propose le mode de transmis-
mmatriculation : R.C.S. de Fort-de-France sion lectronique pour la consultation (remi-
se des candidatures et remise des offres).
Pour avis, la Grance Cependant, les candidates restent libres de
choisir le mode de transmission paper.
Transmission lectronique : les candidates
AVIS D'APPEL PUBC trouveront sur le site : www.cg972.fr. les
LA CONCURRENCE modalits permettant de s'inscrire. Aprs
l'inscription, les candidates devront se procu-
March public de FOURNITURES rer un certificate numrique leur permettant
IDENTIFICATION DE L'ORGANISME OUI de transmettre leur pli.
PASSE LE MARCH: de transmettre leur pli.
PASSE LE MARCH: Transmission paper : les plis seront adres-
Type d'organisme: Etablissement public ter- ss par tout type d'envoi close permettant de
itorial dterminer de faon certain la date et I'heu-
Nom et adresse officials de l'organisme re de leur reception notamment : lettre
acheteurn: recommande avec accuse de reception ou
Dpartement de la Martinique Boulevard premise centre rcpiss.
Chavalier Sainte Marthe 97200 Fort-de- Les modalits d'envoi sont prcises dans le
France.
OBJET DU MARCH rglement de la consultation.
Objet du march : FOURNITURE DE PRO- Le dossier de consultation des entreprises
DUITS PTROLIERS AU DETAIL, A LA pourra tre tlcharg sur le site intemet :
POMP DETAIL, LA www.cg972.fr, l'exception des plans qui
POMPE" pourront tre retires sur support paper au
Type de march de fournitures : Achats bureau des marchs et conventions.
Classification CPV (Vocabulaire common Date d'envoi du present avis la publication:
des marchs) : 16/09/2005
Objet principal : 23300000-0 ANNEXE I Adresses complmentaires:
Darten a Mrtinique Adresse pour renseignements d'ordre admi-
Dpartement de la Martinique nistratif:
CARACTERISTIQUES PRINCIPALES: Direction Gnrale Adjoint des Services
March unique Techniques et Economiques Bureau des
Quantits : Marchs et Conventions Immeuble
March fraction ons de commae. Concorde Route de la Folie 97200 Fort-
Le montant total des commander pour la de-France
priode initial du march est comprise entire Auprs de
un minimum et un maximum, dfini comme Tl.: 0596 59 65 05
Tl6. :0596 59 65 05
suit :
euil minimum : 200 000,00 uros H.T. Adresse pour renseignements d'ordre tech-
Seuil minaximum : 800 000,00 euros H.T. unique:
Seuil maxim : 80 0 0 euros H. Direction de la Gestion Financire et
Ces montants seront identiques pour les Administrative Bureau des Moyens,
priodes de reconductin. Information des Usagers, Plan de Secours -
Refus de variantes Immeuble Concorde Route de la Folie -
Prestations divises en lots : Non 97200 Fortde-France
Dure du march ou dlai d'excution : Auprs de
Le march est conclu pour une priode ini- T. : 0596 59 65 38
tiale de 1 an computer de la notification du Adresse auprs de laquelle les documents
march. Le march est renouvelable pour 3 peuvent tre obtenus :
priodes de un an. Direction
CONDITIONS RELATIVES AU MARCH: Direction Gnrale Adjointe des Services
C TIONS RELATIVESTechniques et Economiques Bureau des
Cautionnement et garanties exigs: Marchs et Conventions Immeuble
Le dossier de consultation sera remis M et Conetin -I
Le dossier de consultation sera reis Concorde Rcute de la Folie 97200 Fort-
chaque candidate contre le paiement par de-France
chque libell l'ordre du Payeur Adresse laquelle doivent tre envoys les
Dpartemental de 15 , reprsentant une pl
participation aux frais de reprographie, plis:
S auxa rpro p Direction Gnrale Adjointe des Services
conformment l'article 41 du Code des l3'"-0"0" Gnrate Ad)ointe des ervKes
Marh c 4 d lic Techniques et Economiques Bureau des
Marches Publics. Marchs et Conventions Immeuble


Concorde Route de la Folie 97200 Fort-
de-France.
Les offres peuvent tre transmises par lettre
recommande avec accus de reception ou
dposs contre rcpiss.
La transmission des offres par voie lectro-
nique est autorise.
FA 5242

SARL LA BONNE BOUCHE TRADITION
8-ter Rue Fllx Ebou
97200 FORT-DE-FRANCE

AVIS DE MODIFICATION

Aux terms de l'Assemble Gnrale
Extraordinaire du 8 aot 2005, la collectivit
des actionnaires a dsign Monsieur
Sylvestre Toussaint en quality de co-grant
de la socit gre par Monsieur Rodrigue
Toussaint, avec effet computer du 1er sep-
tembre 2005.
Pour avis
FA 5243

AVIS DE CHANGEMENT DE GRANT

CONSEIL GESTION
ET SUIVI EN MILIEU RURAL
C.G.S.R.
SARL au capital de 7 620 C
SIge social : Calvaire Jouvence
97213 GROS-MORNE
N' SIRET: 440 0359 470 0017

Aux terms du procs verbal de l'Assemble
Gnrale Extraordinaire du 17 aot 2005 de
la socit CGSR SARL, les associs accep-
tent la dmission de l'actuelle grante,
Mademoiselle Nadine PIERRE-CHARLES.
L'assemble gnrale extraordinaire nomme
comme nouveau grant : Monsieur Charles
EREPMOC. n le 06/10/1966 Pointe--
Pitre, demeurant Calvaire Jouvence -
97213 GROS-MORNE.
Pour avis, le nouveau Grant
FA 5244

AUGMENTATION DE CAPITAL
S.C.I. "G.3.C"
Capital: 96.750 euros
Sige: SAINT-JOSEPH, Quartier Choco

AUGMENTATION DE CAPITAL
PAR APPORT EN NATURE

D'un acte reu par Me Franck MATHIEU,
notaire associ FORT-DE-FRANCE
(97200), 19 rue Victor Hugo, le 24 Novembre
2003, public & enregistr la Conservation
des Hypothques de FORT-DE-FRANCE, le
15 Janvier 2004, volume 2004 P n 210,
Il rsulte que le capital de la Socit Civile
Immobilire dnomme "G3C, don't le sige
est SAINT-JOSEPH (97212). immatricule
au RCS de FORT-DE-FRANCE sous le n
449143213 qui tait de 54.000,00 Euros divi-
s en 360 parts de 150,00 Euros chacune a
t augment pour tre port 96.750,00
Euros, par la creation et l'mission de 285
parts nouvelles de 150,00 Euros chacune,
entirement libres, ayant les mmes droits
que les anciennes, attributes M. Claude
Henri Jean Marie Flix PETIT, en rmunra-
tion de l'apport en nature faite par lui la
socit, d'un immeuble sis SAINT-JOSE-
PH (97212), cadastr section R n" 468, lieu-
dit "Choco".
En consequence de cette operation, l'article
7 des status s'est trouv modifi.

Pour avis
F. MATHIEU
FA 5545

SARL ELECT SECURITY
Socit responsabilit limite
au capital de 8000 Euros
don't le sige est Centre d'Affaires
du Btiment Immeuble Hexagone
ZI de Petite Cocotte
97224 DUCOS

ANNOUNCE MODIFICATIVE

Par decision prise en Assemble Gnrale
extraordinaire du 01 Juillet 2005, les asso-
cis de la socit ELECT SECURITE, ont
dcid l'unanimit de modifier les status


de la SARL qui existe entire eux de la mani-
re suivante:
Article 4 : Sige social
A computer du 1er Juillet 2005, le sige social
de la socit ELECT SCURIT est transf-
r au 7 rue des Amarreuses, ZA La
Fabrique, 97224 DUCOS.
Article 7: Capital
Aprs accord donn par les associs en
AGE, Madame DEJOUY Franoise a cd
Monsieur HILLAIRET Gilbert deux parts
sociales qu'elles dtenait leur valeur nomi-
nale.
Suite cette cession, le capital de la socit
est donc rparti ainsi:
Madame DEJOUY Franoise : 39 parts
Monsieur HILLAIRET Gilbert: 41 parts.
Article 15 : Grance
Le grant tant dmissionnaire, les associs
ont nomm computer du 1er juillet 2005
Madame DEJOUY Franoise comme gran-
te de la socit jusqu'au terme du dixime
exercise.
Le reste sans changement.
Pour avis, la grance
FA 5246

AVIS DE NOMINATION D'UN GRANT

GRAPHIK PLUS SARL
Socit responsabilit limite
au capital de 8.000,00 euros
Sige social: Vieux Pont
97232 LE LAMENTIN
SIRET: n 447 448 123 00012

Aux terms d'un procs-verbal de dlibra-
tion des associs en date du 1er Septembre
2005, la collectivit des associs accepted la
dmission de Messieurs MIEVILLY Paul et
ADESIR Alex de leurs functions de grants
computer du 31 Aot 2005 et don't la nomina-
tion avait t publie au Journal d'annonces
lgales "FRANCE ANTILLES" du 06
Novembre 2002.
La collectivit des associs decide de nom-
mer en quality de grants : M. JEAN
ERNEST Renaud, demeurant Route de
Redoute 97200 FORT-DE-FRANCE, et M.
SOLBIAC Hugues, demeurant 78, Bis
Route de l'Entraide 97200 FORT-DE-FRAN-
CE en replacement de Messieurs MIEVIL-
LY Paul et ADESIR Alex.
L'assemble extraordinaire des associs
dcide de transfrer, computer de ce jour, le
sige social Vieux Pont 97232 LE LAMEN-
TIN.
Pour avis, la Grance
FA 5247

ALTA TECNICA
SARL "en liquidation"
au capital variable de 7 500 euros
Sige social : MBE 132 Mangot Vulcln
97232 LAMENTIN
RCS de Fort-de-France 2004 B 795
SIRET: 477 563 829 00019

DISSOLUTION ANTICIPE
DE LA SOCIT

Aux terms d'une dlibration en date du 5
septembre 2005, la collectivit des associs
a dcid la dissolution anticipe de la soci-
t computer du mme jour et sa mise en
liquidation amiable sous le regime conven-
tionnel en conformity des dispositions statu-
taires pour cause de cessation d'activits.
Elle a nomm comme liquidateur Mme
FAGES Batrice demeurant Chemin
Berrault, Quartier Glotin, 97213 GROS-
MORNE.
Et lui a confr les pouvoirs les plus tendus
pour terminer les operations sociales en
course, raliser l'actif, acquitter le passif.
Le sige de la liquidation est fix chez Mme
FAGES Batrice, Chemin Berrault, Quartier
Glotin, 97213 GROS-MORNE.
C'est cette adresse que la correspondence
devra tre envoye et que les actes et docu-
ments concernant la liquidation devront tre
notifis.
Le dpt des actes et pieces relatifs la
liquidation sera effectu au greffe du Tribunal
de commerce de Fort-de-France.

Le Liquidateur
FA 5248









LIlTEIATUI RE


Jeudi 22 Septembre 2005 Justice n" 38 Page 12


Raphal CONFIANT :


"Adle et la pacotilleuse"


Raphal Confiant, crivain l'imagi-
nation intarissable, vient de publier
au Mercure de France un dernier
roman intitul "Adle et la pacotilleu-
se".
Cette euvre captivante raconte l'his-
toire poignante d'Adle, fille de l'cri-
vain romantique Victor Hugo parties
en Amrique la recherche de l'officier
britannique Albert Pinson don't elle est
follement amoureuse.
Folle d'amour, Adle l'est en effet, au
point de parcourir de longues dis-
tances, allant de garnison en garnison,
bravant mille dangers pour un homme
qui ne l'aime pas et don't le lecteur finit
par se demander s'il n'est pas qu'une
pure chimre.
Dans l'le de la Barbade, la pacotilleu-
se Cline Alvarez B, femme-mata-
dor d'ascendance la fois africaine,
espagnole et carabe, femme au grand
coeur galement, la prend sous sa pro-
tection et l'amne vivre avec elle
Saint-Pierre de la Martinique.
Aprs bien des pripties, Cline par-
vient entrer en contact avec Victor
Hugo, qui elle ramne Adle, don't la
folie, hlas est irrmdiable. Cline,
bien que devenue la matresse de
Victor Hugo, homme l'apptit sexuel
dmesur, se voit contrainte de rega-
gner les Antilles, d'o elle repartira
plus tard pour un second voyage
Paris afin de soulager la dtresse
morale et psychologique de sa "fille"
Adle.
Raphal Confiant confirm son
immense talent de romancier avec


"Adle et la pacotilleuse". Outre le por-
trait de ces deux femmes au destin
hors du commun, il nous offre une
magnifique fresque de la Carabe au
XIXe sicle. La pacotilleuse, symboli-
se par Cline Alvarez B, mais
reprsente aussi par d'autres figures
non moins attachantes est, cette
poque, un lien puissant entire les dif-
frentes les des Antilles d'une part, et


Raphal confiant, l'un de nos
auteurs les plus prolifiques.


entire celles-ci et le continent amri-
cain, d'autre part.
Sous la plume de Confiant, la grande
Carabe devient ralit vivante, uni-
vers la fois htrogne et homogne,
avec sa diversity linguistique, une
diversity perue comme un atout plus
que comme un obstacle, du moins par


Cline Alvarez B, qui passe ais-
ment de l'anglais l'espagnol, de l'es-
pagnol au franais ou au crole.
Bien que le thme de l'errance domine
le roman, l'action se droule en grande
parties dans la ville de Saint-Pierre, le
"Petit Paris" des Antilles. L, on
dcouvre la socit colonial, avec sa
division en castes, ses prjugs
raciaux, mais aussi sa joie de vivre,
son penchant pour le sexe et la posie.
Pour faire revivre ce XIXe sicle, l'au-
teur choisit de laisser la parole ses
personnages principaux, lesquels sont
promus narrateurs, au mme titre que
ce narrateur la troisime personnel
don't la voix semble se confondre avec
celle de Confiant lui-mme.
La narration est non linaire, c'est--
dire que l'on fait de frquents sauts
dans le temps et aussi dans l'espace -
ce qui demand au lecteur un certain
effort pour suivre l'histoire raconte,
mais interdit toute monotonie.
La langue est belle, avec quelques
expressions croles francises et cr-
tains mots invents la manire cro-
le, ce qui aboutit un franais littrai-
re singulier, non dnu de charme.
Un point mrite d'tre soulign pro-
pos de ce roman et des autres romans
de Confiant : ils sont certes tous le
fruit d'une imagination fertile, mais
cette imagination ne pourrait s'pa-
nouir sans un norme travail de docu-
mentation tourn essentiellement
vers le pass.

M M.Belrose


ANNONCES LGALES


AVIS D'APPEL PUBLIC
LA CONCURRENCE
1 Identification de l'organisme qui passe le
march :
CONSEIL REGIONAL DE LA MARTINIQUE
Service des Marchs et de la command
publique Rue Gaston Defferre Cluny -
97200 Fort-de-Frane Martinique Tl. :
0596 59 63 00 Tlcopie : 0596 72 68 10
2 Procdure de passation :
March procedure adapte (article 28 et 74
du Code des Marchs Publics)
3 Objet du March :
MAITRISE D'UVRE RELATIVE AUX
PRESTATIONS D'AMNAGEMENT PAYSA-
GER DU GIRATOIRE DE GASCHETTE
SUR LA RN1.
4 Lieu d'excution:
Commune eu ROBERT
5 N* de nomenclature:
Famille n* 71-01 (Matrise d'oeuvre)


6 Caractristiques de l'tude:
L'tude porte sur l'amnagement paysager
du site devant intgrer notamment la scuri-
t des usagers (meilleure lisibilit du carre-
four) et le cheminement piton.
7 Contenu de la mission :
- Etudes d'Avant-Projet (AVP),
- Etudes de Projet (PRO),
- Assistance pour la passation des contracts
de travaux (ACT),
- Direction de l'excution des contracts de tra-
vaux,
- Assistance lors des operations de reception
et pendant la priode de parfait achvement
(AOR).
8 Comptences requires:
- Le candidate doit avoir les comptences
dans le domaine de l'amnagement paysa-
ger.
9 Justifications produire:
S- la declaration du candidate conforme notam-
ment au modle DC5,


- la lettre de candidature en cas de groupe-
ment, conforme notamment au modle DC4,
- une declaration sur l'honneur date et
signe par le candidate justifiant que celui-ci a
satisfait ses obligations sociales et fiscales
au 31 dcembre 2004,
- les comptences et moyens
10 Prsentation des plis :
Le dossier de candidature constitu de l'en-
semble des justifications mentionnes au 9
ci-dessus sera mis sous pli cachet portant
l'adresse et les mentions suivantes :
M. le Prsident du Conseil Rgional de la
Martinique
A l'attention du Service des Marchs et de la
Commande Publique Rue Gaston Defferre
- Cluny 97200 Fort-de-France Martinique
Objet : Matrise d'oeuvre relative aux presta-
tions d'amnagement paysager du giratoire
de Gaschette sur la RN1" "Ne pas ouvrir".
11 Dlai laiss au candidate attributaire du
march pour remettre ses attestations


sociales et fiscales :
1 semaine
12 Dlai de validity des offres : 180 jours
13 Les renseignemens d'ordre administratif
et/ou technique peuvent tre obtenus auprs :
Du Service des marchs du Conseil
Regional de la Martinique ou des services de
I'Equipement, Subdivision Etude et Travaux
n 2 Pointe de Jaham 97233 SCHCEL-
CHER Tl. : 0596 59 57 93.
14 Date limited de reception des offres:
LE MARDI 4 OCTOBRE 2005 12 HEURES
Reception des candidatures, par pli recom-
mand ou contre rcpiss au Service des
Marchs et de la Commande Publique du
Conseil Rgional Rue Gaston Defferre -
Cluny 97200 FORT-DE-FRANCE.
16 Date d'envoi de l'avis la publication :
Lundi 19 septembre 2005
FA 5249




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - Version 2.9.9 - mvs