Group Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Title: Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00032
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Publication Date: September 1, 2005
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00088914
Volume ID: VID00032
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373

Full Text
g-E HEBDOM,
ph ll


4ATION COMMA


Pour la Responsabilit et le Dveloppement vritable.


Il a un an,
Mon "e
M6nil1
une pense
toujours vivace


Ptrle


toujours plus cher

l flAOkE


---~---- ----- -I







SA KA PrAS


Jeudi 1" Septembre 2005 Justice n35 Page 2


SA KA PAS ....................p.2
* Mmorandum Ren Mnil,
une pense toujours vivace
* Rentre scolaire 2005-2006 : a sonne

EDITO .........................p. 3
Douleur et solidarity caribennes


EVENEMENT ...............p. 4 et 5
Mercredi 24 Aot
Hommage aux 160 victims :
Dignit et motion


ENQUETE ..................p. 6et 7
Suite au crash arien :
Accompagner le deuil

POLmQUE ................p. 7 et 8
* Aprs l'hommage aux victims
Questions sur une catastrophe
* Palestine : Isral cde Gaza, mais
continue la colonisation de la Cisjordanie

BREVES de notre Amrique ........p. 9

ANNONCES LGALES .....p. 10 et 11

ECONOMIE ...................p. 12
Ptrole : LE RACKET


JUSTICE
Administration : 71 86 83
Rdaction : 63 13 20
Fax : 63 13 20
Ed.Justice@wanadoo.fr


Mmorandum

Ren Mnil,

toujours present

I y a un an, le 29 aot 2004, dcdait
notre camarade Ren Mnil.
L'minent penseur communist mar-
tiniquais qu'il tait reste un example
pour la Martinique. Fidlit et probit
ont marqu sa vie. Il a symbolis toute
une gnration par sa recherche inlas-
sable travers une lecture marxiste
de la ralit de l'identit martiniquai-
se et des voies de notre mancipation.
A l'occasion de l'hommage funbre
Georges Erichot, secrtaire gnral du
PCM dclarait:
"L'un des grands mrites de Ren
Mnil, c'est d'avoir su habilement et
fructueusement marier cette puissance
intellectuelle, sa grandee capacity
d'abstraction avec cette exigence de
simplicity, de concision, de clart, de
concrete, du sens des ralits et de la
ncessaire proximity avec les masses
populaires qu'il s'est appliqu du-


Rentre scolaire
2005-2006 :
a sonne !

L'heure de la rentre scolaire
a sonn pour les personnel
de l'ducation national, soit
plus de 10 000 salaries. Pour
prs de 97 000 lves des
secteurs public et priv dans
le premier et second degr, la
rentre s'chelonnera durant
toute la semaine partir du
5 septembre dans un peu
plus de 350 tablissements.
Les collectivits locales n'ont
pas lsin sur les travaux
durant la priode des
grandes vacances, mais des
tablissements seront tou-
jours en chantier pour cette
rentre. Quelques tablisse-
ments primaires ne rouvri-
ront pas leur porte cette
anne soit pour trop de
vtust ou des redploie-


quer et guider" I ajoutait : "Ren, un
humaniste, un veilleur de conscience
pour les gnrations passes, prsentes
et futures. Une vie d'engagement, d'ab-
ngation, de gnrosit au service de
son pays, de ses damns de la terre, de
son parti". Sa pense est toujours viva-
ce parmi les communists martini-
quais et autres progressistes.
Ren, nous ne t'oublions pas.


* Ren Mnil en compagnie d'Armand
Nicolas et Georges Gratiant reoit une
mdaille pour 50 ans de combat et de fid-
lit au PCM, en 1985.


ments. Le Lyce du Nord
Carabe devrait ouvrir ces
portes en principle cette
anne, mme s'il subsiste
quelques problmes sur le
site. Aprs avoir supprim
les emplois jeunes et autres
emplois aids tel les CES, le
gouvernement prvoit le
recrutement de 25000 jeunes
par le biais de Contrats d'ac-
compagnement l'emploi,
l'un des dispositifs du plan
Borloo d'ici au 31 dcembre
2005 Ce contract est en de
de celui des emplois jeunes
puisqu'il n'est que de six
mois minimum renouvelable
dans la limited de 36 mois. Il
est destin des jeunes en
difficult sans qualification,
ce qui parait assez problma-
tique face d'ventuelles
missions pdagogiques. Quel
sera le quota de la
Martinique ? Les syndicats
franais rservs voire
(suite en page 10)


Fondateur: Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France Tl. 71 86 83
Commission Paritaire n 54.026
7 Janvier 1977
Directeur de la Publication :
Femand PAPAYA
Maquette Impression:
NIM -73 14 54







Jeudi 1" Septembre 2005 Justice n35 Page 3


Douleur et



solidarity



caribennes


La terrible catastrophe
arienne du 16 aot, qui a
cout la vie 152 martini-
quais et 8 colombiens, reste-
ra jamais grave dans
notre mmoire collective.
Ces 160 hommes et femmes
ont t victims d'un syst-
me qui privilgie la rentabi-
lit financire et fait peu de
cas de la vie humaine, qu'il
s'agisse de celle des passa-
gers ou de celle des
membres d'quipage.

Certes, voyager en avion
comporte un risque que
les companies ariennes
srieuses s'efforcent de limi-
ter au maximum, tandis
que d'autres le sous-estime
sciemment presses par la
ncessit de faire rapide-
ment de l'argent, dans un
context international o la
drglementation tend se
gnraliser et o la course
au profit se fait de plus en
plus pre.

Ce mois d'aot 2005 a t
marqu par cinq accidents
d'avion. On peut voquer la
fatalit ou la loi des series
pour les expliquer, ou mme
parler de la volont de Dieu
rappelant l'homme sa
condition de mortel et la fra-
gilit de la vie sur terre.


Mais ces explicationss" ne
rsistent pas une analyse
objective des causes ayant
entran la mort de tant de
personnel.

En ce qui concern l'avion
colombien tomb au
Vnzula, il faut esprer
que les experts parviennent
dterminer les causes
exactes de sa chute et que
les responsabilits soient
clairement tablies afin que
les families des victims
aient le soulagement de voir
la justice frapper les cou-
pables et peroivent les
indmnits prvues par les
lois internationales.

Cette tragdie qui a
endeuill la Martinique et la
Colombie a boulevers au
plus profound de leur cour
des gens vivant sur tous les
continents. La mdiatisa-
tion a t intense et efficace.
A l'hommage "national" aux
disparus rendu Fort-de-
France mercredi dernier se
sont associes des personna-
lits venues de diffrents
pays avec une forte partici-
pation caribenne. La pr-
sence du president de la
Rpublique Bolivarienne du
Vnzula Hugo CHAVEZ, a
t un signe particulire-


ment fort. Bien qu'elle soit
arrive aprs la crmonie,
la ministry colombienne de
la culture mrite d'tre
remercie pour avoir fait le
dplacement.
Panama, Colombie, et
Vnzula : trois noms de
pays que les Martiniquais
auront presents l'esprit
pendant longtemps.

Ces trois pays latino-amri-
cain, de langue espagnole,
ont aussi une dimension
caribenne ; ils font parties
de la grande Caraibe,
au mme titre que
la Martinique et la
Guadeloupe. Du sang marti-
niquais y a coul par
le pass, notamment au
Vnzula et au Panama.

Puissent nos disparus du 16
aot, morts en terre vn-
zulienne aprs un voyage
de retrouvailles au Panama,
contribuer renforcer nos
liens avec cette parties de
l'Amrique qui nous est si
proche, mais que nous
connaissons insuffisam-
ment.
Justice et le Partie
Communiste Martiniquais
renouvellent leurs condo-
lances aux families de tous
les disparus.


EDITO







VTiaif 11 Septuembre 2005 JustiO n035 Page 4


Mercredi 24 aot

HOMMAGE AUX 160 VICTIMS :

Dignity et motion


Sur la pelouse "Les morts ne
sont pas morts. Ils sont dans
l'arbre qui frmit : ils sont dans
la foule. Ils sont l". Ces
quelques vers extraits du texte
"Souffles" du pote sngalais
Birago Diop (1906-1986), crits
au milieu d'un cour gant
ctoient les 160 noms des vic-
times. Plus loin, une immense
chapelle ardente avec la photo


des victims, et partout des
fleurs. Au centre, un podium
sur lequel volue l'orchestre
symphonique de la Martinique
sous la houlette de Manuel
Csaire. Les grands absents : le
tambour et le crole. Ils taient
des milliers venus des quatre
coins de l'le arborant des
habits de deuil, bravant le
chaud soleil cinq heures durant
sssss ss ; 1


eY r : ^ ^ -^ ^





0 La stle ddie aux victims au stade de Dillon.


Hommage nos deux camarades


Uliane

& Jeanine
Fille et pouse de notre camarade
Emmanuel Jean-Franois


Jean-Franois
Vllane


* . '
Esther
Jeanlne


* Hugo Chavez et Jacques Chirac durant
l'hommage.
dans les tribunes du stade de
Dillon et sur la pelouse. A
l'unisson, les Martiniquais et
au del les hommes emplis
d'humanit ont communi, ce
jour, avec les families des 160
disparus de la catastrophe du 16
aot dernier. Un immense mes-
sage d'espoir pour les families
endeuilles. Avant les hommes,
le ciel avait largu des tonnes
de pleurs avant de les scher
pour permettre de rendre un
hommage national aux chers
disparus. Tout s'tait arrt :
commerce et autres adminis-
trations avaient laiss portes
closes. Plusieurs reprsenta-
tions de divers pays avaient
tenu s'associer cet hommage :
Guadeloupe, Guyane,
Dominique, Sainte-Lucie,
Runion et des personnalits
franaises. Arriv trs tt le
matin, le chef de l'Etat franais


EBVEbrEMERT








EVINEMENT


Jeudi 1" Septembre 2005 Justice n35 Page 5


Jacques Chirac, dans une allo-
cution prononce l'aroport,
dclarait : "c'est le cur serr
que je m'incline devant la dou-
leur immense des families et des
proches". En tmoignant de "la


de musique classique ou de
Negro spiritual.
L'archevque de l'Eglise catho-
lique Monseigneur Michel
Mranville exhorte chacun
"construire une Martinique plus


M L'instant le plus mouvant-: le dfl des jeunes

* L'instant le plus mouvant : le dfil des jeunes


solidarity profonde et la com-
passion de la nation entiree.
Un peu plus tard, il s'est
entretenu avec les families en
leur prodiguant ici une parole
rconfortante, l une main
tendue ou la promesse de tout
faire "pour que la lumire
soit faite et trouver les respon-
sables de cette tragdie". Le
chef de l'Etat vnzulien
Hugo Chavez est venu "soute-
nir ses frres de la Carabe en
souffrance" Une visit trs
apprcie. Hugo Chavez a
dmontr que la solidarity
caribenne n'est pas un vain
mot, et ce malgr les menaces
de mort don't il fait l'objet.
Comme l'ont voulu les autori-
ts la crmonie a revtu
un caractre "sobre et
humble". L'animateur Jean
Emmanuel Emile a dirig
avec pondration la manifes-
tation. Seules les diverse
confessions religieuses ont eu
droit la parole, entrecoupe


aux couleurs de son pays au
pied du ceur, se signe en se
recueillant. Puis Jacques
Chirac, Franois Baroin, Alfred
Marie Jeanne, Claude Lise et
Serge Letchimy front le mme
acte avec une gerbe bleu, blanc
et rouge. Pendant une minute
le temps s'arrte, tous ont une
pense pour les disparus en se
tenant par la main. Geste que
n'ont pas os nos lus. Arrive
Sl'un des moments poignants de
Scet hommage : le dfil intermi-
nable de 160 jeunes vtus de
blanc, symbolisant les victims.
Ils dposeront une bougie au
pied de la chapelle ardente.
L'motion franchit un pallier
avec le dpt d'un bouquet de
roses blanches au pied de la
Sstle par les families. La cr-
monie s'achve sur une chan-
... son d'un artiste martiniquais,
Eddy Marc, "motion", une
chanson qui rsume cette mati-
ne du 24 aot qui restera gra-
ve dans nos mmoires.
C.B.


responsible et plus fraternelle".
Hugo Chavez dpose une gerbe


M Le dfil des families le jour de l'hommage


s~: ui;
-
b-








EVENEMENT


Jeudi 1" Septembre 2005 Justice n35 Page 6


Suite du crash arien :


Accompagner le deuil

La crmonie d'hommage national acheve, la vie reprend son course avec des
meurtrissures. Plus rien ne sera comme avant.
Dj se pose la question "et maintenant ?"


Des measures oui, mais ?
Au conseil des ministres, Le president
de la Rpublique souhait mettre en
euvre des measures gouvernementales
pour renforcer la scurit aprs ces
catastrophes. Trois measures phares
ont t annonces :
+ / Augmenter significativement les
contrles pralables l'attribution des
droits de traffic et les contrles en esca-
le. Mais la politique de l'emploi gou-
vernementale contredit cela, les fonc-
tionnaires ne sont mmes plus rem-
placs.
+ 2/ Publier partir du 29 aot une
"liste noire" des companies interdites
sur le sol franais. Si cette initiative
parat de bon augure, elle n'est pas
suffisante au vu du nombre de
contrles effectus. Il faudrait que
chaque Etat assume ses responsabili-
ts en matire de scurit, avancent
les spcialistes.
+ 3/La mise en place d'un "label bleu"
se trouve confront la mme exigen-
ce de moyens humans. L'enclavement
arien de notre pays, doit conduire
une rflexion plus soutenue et trouver
des solutions spcifiques.

Recueillement
Les Martiniquais se sont rendus en
masse Dillon o la chapelle ardente
est reste en place jusqu'au 31 aot.

Soulager la douleur des proches
Le conseil gnral a inform sur les
measures prises par son president et la
commission solidarity et affaires
sociales en faveur des families vic-
times de la catastrophe arienne. "La
situation appelle une rponse urgent
pour la collectivit, don't le cur de
mtier est le social", souligne Claude
Lise. Aprs une valuation affine des
services sociaux, il s'avre que la
demand la plus forte des families
concern l'aide psychologique et finan-
cire. Pour la premiere, la collectivit


fn

IIP L y .; .
o.. .. -" ... ,d

.

ak i U 1 *f i e di Te ]
M Une foule recueillie et digne.


va renforcer l'quipe de 12 psycho-
logues de trois nouveaux ; il est prvu
galement le recrutement de 4 assis-
tantes sociales pour conforter les 81
dj en place. Pour chapeauter ce dis-
positif et continue la formation des
quipes mdico-sociales, un spcialiste
du traitement des traumatismes lis
aux grandes catastrophes fera le
dplacement depuis la France. Le sou-
tien psychologique restera en place
autant de temps qu'il faudra pour le
suivi de chaque cas. Des aides finan-
cires formalises pour plusieurs cat-
gories ont t communiques. Pour
tous les jeunes scolariss, 150 pour
les frais d'habillement, la prise en
charge total des frais de scolarit et
de transport scolaire et arien pour les
tudiants. Les orphelins, au nombre
de 29 don't 2 de moins de 10 ans,
auront droit un suivi particulier au
niveau des tudes. Pour la rentre sco-
laire 200o sont allous aux enfants du
primaire et 300E pour le secondaire et
l'Universit. Les quatorze tudiants
bnficieront d'une prise en charge
total de leurs frais d'inscription uni-
versitaire, des dpenses de loyers et
charges locatives et d'quipement de
premiere ncessit. Le president affir-
me ne pas avoir reu de demand de
placement pour les orphelins. La soli-


darit familiale n'a pas perdu son
sens. Les personnel ges ne sont pas
en reste. Quatre recevront une some
forfaitaire de 400E : elles se retrouvent
soutien de famille aprs la catas-
trophe.
Neuf d'entres elles ayant perdu leur
soutien familial recevront le mme
montant. Cinq recevront par la suite
'allocation personnalise d'autonomie
(APA), une aide mnagre pour quatre
autres et un besoin de tl assistance.
Ibutes ces measures sont des aides
ecxptionnelles immdiates pour les
families en dtresse, indique le prsi-
dent. Avec le suivi personnalis de
chaque cas par ses services sociaux,
des ajustements seront apports par
la suite. Tbut ceci a un cot. Le prsi-
dent de la collectivit a promise de tout
faire pour ne pas pnaliser les contri-
buables. Ceci passe aussi par des
rationalisations et des conomies ici et
l. Cela passe par l'augmentation sur
les tabacs condition que la
Guadeloupe harmonise ses taux avec
la Martinique. Les orphelins ont rcla-
m du president du conseil gnral de
les runir pour se connatre. Cette ren-
contre sera programme prochaine-
ment. Cela pourrait tre un lment de
thrapie dans leur volution, explique
le mdecin Lise.
(suite en page 7)







EVENEMENT


Rapatriement
Plusieurs dizaines de families
s'taient runies le 26 aot au palais
de Madiana pour monter un collectif
de victims. Ils n'ont pu se dpartager
sur le but final de l'association. Tout de
mme, elle a reu un nom :
"L'Association des families des
victims de la catastrophe du 16
aot 2005". La recherche d'un
consensus va se poursuivre. Dix corps
ont t identifies et sept vont tre
rapatris, c'est l'annonce faite par le
prfet Yves Dassonville vendredi 26
aot en presence du procureur de la
rpublique. Les sept families ont t
prvenues par les autorits. Les trois
autres sont en attente du permis d'in-
humer dlivr par le juge. La procdu-
re d'identification se decline en quatre
phases :
-> 1 : Un rapport d'identification
Maracabo.
- 2: Le rapport est transmis au juge
qui l'examine et dlivre un permis
d'inhumer.
-> 3: Un certificate de dcs est dlivr
par le Consulat de France
Maracabo.
-4: Les families sont contactes par
la gendarmerie pour remplir une
demand d'autorisation de rapatrie-
ment des corps. Les families pourront
entamer leur deuil, ce qui n'est pas
vident, car certain ne reoivent
qu'une parties de leurs parents dcds
C.B.


Jeudi 1" Seliembre 2005- Justice ir35 Page 7


O Aprs le 16 aot :

La CGTM rvolte


SLuc T t, Ghislaine Jachim Arnaud et un
Luc Thibot, Ghislaine Joachim Arnaud et un


secrtaire CGTM de la Scu .
Aprs l'motion et le recueillement
provoqus par le crash du 16 aot.
l'heure est la rvolte du cte de la
CGTM. Ce syndicate est d'autant plus
en colre qu'il a perdu 17 de ses mili-
tants dans la catastrophe. Selon Louis
Mauge, "ce crash n'est pas d la
fatality, beaucoup d'indices montrent
que 160 personnel ont peri pour des
profits". 1 pursuit "c'est une question
socitale, le problme de fond est la
pauvret grandissante qui oblige
chercher le moins cher pour un peu de
bonheur. Elle ne nous permit pas de


vivre diffirniment'" C'est
le fonctionnement de la
socit capitalist qui
conduit ce genre de
catastrophe et non pas le
jeune ge d'un copilote de
21 ans, renchrit la secr-
taire gnrale Ghislaine
Joachim-Arnaud. Et le
syndicate de mettre en
exergue les conditions de
travail inhumaines impo-
ses aux travailleurs.
"Quand ils refitsent des


conditions de travail o la
scurit n'est pas respecte
,ils sont points dudoigt tant par les
employers que le quidam qui est
drang dans ses activits. E l'indiff-
rence conduit ce genre d'irresponsa-
bilit", souligne la secrtaire gnrale.
La central enjoint les salaries s'im-
pliquer pour une culture de la scuri-
t. Pour les dirigeants cgtistes, au-
del de la listed noire mise en place par
le gouvernement, il faudrait une
rglementation international qui
impose des rgles strictes l'ensemble
des companies.
*C.B.


Aprs le crash du MD-82 de la West Caribbean
Airways et alors que les families des victims tentent
de surmonter leur souffrances et leur deuil, les
langues se dlient.
Ainsi dans France-Antilles du 27-28 Aot, Georges
YSSA, Prsident du Syndicat des agents de voyages
de la Martinique, dnonce : "A ma connaissance, la
date d'aujourdhui, l'aviation civil n'a refus aucune
autorisation de dsserte arienne de et vers la
Martinique". On est aussi surprise que "l'organisateur
du voyage (NDLR: l'agence Globe Trotter de Rivire-
Sale) n'ait pas cherch en savoir plus sur la com-
pagnie arienne ne serait-ce que par le bouche oreille
ou son reprsentant Panama". (suite en page 8)


a La vrit, exigence de toute une Nation.


+ Aprs l'hommage aux victims :

QUESTIONS SUR UNE CATASTROPHE


asa~s~8~sss .
~s~

-I
~dhi~e








EVENEMENT


Jeudi 1" Septembre 2005 Justice n"35 Page 8


Raphal Nayaradou, Directeur gnral
et grant de Roger Albert Voyages,
ancien Prsident du Syndicat. des
agents de voyages de la Martinique,
dclare au "Monde" du 26
Aot : "On ne peut jamais
prvoir un accident. Mais on
a t taquiner le mammoth
en allant chercher, au prix le
plus bas, des avions-pou-
belles pour dsservir la
Carabe. Nous allons la
catastrophe et au bout d'un
moment je crois qu'il faut
parler... Jamais je n'aurai
recours une compagnie
colombienne. De toutes celles
celles d'Amrique latine,
nous savons qu'elles sont les
pires (...) je prends mes res-
ponsabilits et je le dis :je .
n'ai jamais vu l'aviation civi- ;'*.
le refuser un charter, saufs'il
vient faire concurrence une :
line d'une compagnie fran- .
aise. Or l'aviation civil est... :,
matre du territoire..."
Quant au Syndicat des Pilotes de Air
France, il est virulent et explique que
les ingredients de catastrophes annon-
ces sont runis et met en cause la
drglementation : "(...) Deplus, avec la
globalisation de l'conomie, les Etats se
sont dsengags du transport arien


tout en drgulant le march laissant le
champ libre de nouveaux oprateurs.
Certains d'entres eux sont tout fait
srieux (c'est le cas de la plupart des


."


o r'r .. :
' ; ..-... .:. ..".



"low cost" ou charter europen),
d'autres ne sont que des prdateurs
allchs par de nouvelles sources de
profit, totalement trangers la culture
de scurit qui est la rsultante de
dcennies d'exprience acquise au prix
du sang. Ce sont ces pirates, ayant leur


base dans des pays o ils peuvent
chapper aux vrifications pousses,
forcment les moins chers, que sont ten-
ts d'utiliser les marchands de rve
moindre prix qui se transfor-
ment ainsi en marchands de
mort (...)". (FA des 27-28/08/05)
Le journal "Le Monde" du 22
Aot consacre son ditorial
la question de la scurit
arienne sous le titre : "Des
S: avions plus srs". Il conclut :
"Les Statistiques sont claires:
'- pour l'essentiel les accidents
proviennent de ces Etats
dfaillants. La Communaut
Internationale doit prendre
les moyens de contraindre les
companies de ces pays se
j soumettre aux normes tech-
niques de l'OACI ou bien les
interdire de vol international.
.' Au-del, la mondialisation
Sarienne soulve la question
de la creation d'un autorit
mondiale dote de pouvoir de
coercition".
Cela rejoint notre proposition d'un ser-
vice public de contrle au plan interna-
tional pour ne plus voir un pays, une
nation frapps par le malheur et la
mort.

0 Michel BRANCH


PALESTINE : Isral cde Gaza, mais

continue la colonisation de la Cisjordanie


Ariel Sharon, tenant fermemement
tte aux extrmistes religieux juifs a
rclam l'vacuation des colonies
israliennes de la bande de Gaza.
L'opration a donn lieu des scnes
de resistance d'une parties des
colons, scnes largement retrans-
mises par les tlvisions occiden-
tales. Ce faisant, le premier ministry
isralien a voulu donner l'image
d'un homme poilitique responsible,
qui sait tenir ses promesses. En ra-
lit, son geste, outre qu'il soit le fruit
du combat des patriots palesti-
niens, vise donner des gages
l'opinion publique international
d'un part, et permettre Isral d'ac-
crotre la colonisation d'un autre ter-


ritoire pris aux Palestiniens c'est
dire la Cisjordanie, d'autre part.
Certes, Sharon a fait vacuer gale-
ment quatre implantations juives
au nord de la cisjordanie, mais le 17


aot, il a dclar qu'il entendait
conserver en Cisjordanie "des zones
qui ont une grande importance stra-
tgique", zone qu'il appelle par
ailleurs "les grands blocs d'implan-
tations".
S'il s'entte dans sa politique de colo-
nisation, il met en pril le processus
de paix amorc rcemment.
Il doit admettre que les palestiniens
ont le droit un Etat viable et le
droit de vivre en paix l'intrieur de
frontires sres et reconnues,
comme tous les peuples de la region.
L'vacuation de toute la Cisjordanie,
territoire palestinien, est une condi-
tion de paix entire les deux peuples.
0 M. BELROSE








BREVES de notre Amrique


iougil 1" etnimhre 2005 Jusiled n035 Page O


Vnzula :
Chavez remporte
80% des conseils
municipaux

Les partisans du president du
Vnzula et ses allis ont confort
leurs positions politiques suite aux
lections municipales du 7 aot der-
nier. Ils ont remport 80% des conseils
municipaux. Hugo Chavez rcolte les
fruits d'une politique dirige en faveur
des classes sociales dfavorises. Le
Parti Communiste vnzulien qui
concourait seul ces lections bnfi-
cie d'une pousse substancielle. Avec
plus de 30 "conseillers" il gagne plus
de 20 lus par rapport au dernier scru-
tin local. Il se hisse au deuxime rang
des formations politiques de Caracas.
L'opposition s'tant compltement
dvalorise aux yeux du people pour
son acharnement vouloir favoriser
l'immixtion des Etats-Unis dans la
politique national. "La vie est devenue
plus facile et la situation conomique
offre plus de possibilits de trouver un
emploi", explique une vnzulienne.
Lors des prochaines lections prvues
en dcembre prochain pour lire les
156 dputs de l'assemble national,
Hugo Chavez et ses allis se battront
pour conserver la confiance du people.


16me festival de la
jeunesse et des tu-
diants Caracas

Le 16me Festival de la jeunesse et
des tudiants s'est droul dans la
capital Vnzulienne Caracas du 7
au 15 aot en presence de plus de
15.000 jeunes de plus de 140 pays. Ce
festival, plac sous le thme "Pour la
paix et pour la solidarity ; contre la
guerre et l'imprialisme", est le troisi-
me organis sur le continent amri-
cain. Cuba avait dj eu l'honneur
d'organiser ceux de 1978 et 1997. Le
premier festival avait t organis au
sortir de la second guerre mondiale
en 1947 Prague. Ils taient un peu
plus de 30 millions rassembls au sein
de la Fdration mondiale de la jeu-
nesse dmocratique. Son but : "pro-
mouvoir la paix mondiale et informer
les jeunes du travail raliser pour
construire un avenir meilleur".


La physionomie du monde s'est boule-
verse, mais cet objectif est plus que
jamais d'actualit. La bataille pour la
vrit s'avre l'un des objectifs primor-
dial face une humanit en danger.
C'est cela qu'ont raffirm ces jeunes
venus d'horizons divers au pays de
Bolivar, une des figures rvolutionnai-
re du Continent. Lors de l'ouverture
Hugo Chavez a dclar : "bien des
esprances sont mortes, bien, des pro-
jets et des batailles ont t intromp-
pus, mais ils ne seront pas les matres
du monde, les matres du monde
seront les peuples qui ont dcid d'tre
libres.(..) En ce moment l'ide de la
paix, de l'galit et de la lutte contre
l'exploitation de l'homme par l'homme
renat dans l'tre human. (...) La pla-
nte a besoin d'une revolution politique
qui impulse de vritables dmocraties
et non pas les fausses dmocraties des
lites qui parent tous les jours de ce
concept tout en poignardant les droits
de l'homme"."De nouveaux courants
rvolutionnaires parcourent la plan-
te" a assur le president de la
Rpublique Bolivarienne. Cette ren-
contre de Caracas a t ponctue de
multiples conferences, ateliers, mani-
festations sportives et culturelles. Les
participants ont act la volont de se
battre pour un monde meilleur o pr-
valent la justice social, la paix et les
valeurs humaines.


Etats-Unis

Le movement citoyen contre la guer-
re en Irak aux Etats-Unis est de nou-
veau ractif. Ce movement a repris
de l'ampleur depuis le 6 aot. Une de
ses militants campe devant le ranch
de Georges W. Bush pour demander
au president qu'il explique cette guer-
re et ordonne le retour des soldats
chez eux. Cette mre de famille de
Californie de 48 ans a perdu son fils en
Irak. Elle envisage de rester l tant
que le president ne la recevra pas, et
portera la protestation la porte de la
Maison Blanche avec le mme objectif.
Grce internet, plus de 1700 mani-
festations ont t ralises dans le
pays avec de trs fortes affluences. La
mobilisation prend de l'ampleur
chaque jour devant la triste ralit,
l'Amrique avec toute son armada ne
parvient pas tablir la scurit en
Irak. Ses soldats patient un lourd
tribute cette invasion cruelle.


Enforcement des
relations
CARICOM-AMERIQUE
LATINE

Cinq chefs de gouvernement caribens
des Petites Antilles ont fait le dplace-
ment Cuba l'autre semaine pour
rencontrer les presidents Fidel Castro
et Hugo Chavez ainsi que leurs homo-
logues du Panama et d'Equateur.
Il s'agit de Baldwin Spencer, Premier
ministry d'Antigua, de Roosevelt
Skerrit (Dominique), Denzel Douglas
(Fdration de St-Kitts-Nevis), Ralph
Gonsalves (St Vincent) et Keith
Mitchell (Grenade).
ls ont voqu le enforcement des
relations entres les pays membres de
la communaut des carabes
(Caricom) et l'Amrique Latine au tra-
vers de deux initiatives : l'accord
Ptrocaribe et l'opration Miracle.
Le contract Petrocaribe garantit la
furniture de ptrole vnzulien aux
Carabes des conditions prfren-
tielles. Il sera formellement inaugur
le 8 septembre prochain la
Jamaque. L'opration "Miracle" ou
"Vision Now" a dj permis 40.000
citoyens du Vnzula et des Petites
Antilles de bnficier de soins ophtal-
miques gratuits Cuba.
Un sommet Caricom-Cuba sera orga-
nis le 8 dcembre la Barbade entire
Castro et les leaders caribens.


Vnzula : Chavez
nouveau menace

Le tlvangliste amricain Pat
Robertson a appel le 23 aot dernier
assassiner le Prsident du
Vnzula, Hugo Chavez.
Fondateur de la Christian Coalition,
ce dernier n'a pas hsit dclarer que
"puisque Chavez croit que nous
essayons de le tuer, je pense que nous
devrions le faire" Le prdicateur a
affirm que Chavez voulait "faire de
son pays un tremplin pour l'infiltra-
tion communist et l'extrmisme
musulman".
Bush n'a pas comment ces propos
haineux. Interrog pour savoir si l'as-
sassinat de Chavez avait t envisag,
Donald Rumsfeld, secrtaire la
(suite en page 12)










SAKAPS wsille sifnni


Jeudi 1 Septembre 2005 Justice n35 Page 10


Rentre scolaire 2005-2006 :
a sonne !(suite de la page 2)



critiques jugent que "s'il ne
faut pas cracher sur ces
emplois, cela s'apparente
un tour de passe passe, du
bricolage. Pour l'heure ce
contract c'est du flou et de la
prcarit. C'est une solution
de court terme pour les
jeunes". Parmi les proccu-
pations des syndicats marti-
niquais, les nombreuses sup-
pressions de postes d'duca-
teurs dans l'acadmie.
L'UGTM et la CSTM duca-


tion mettent en avant comme

pour la dernire rentre, "la
question des non-originaires
et ses consequences ngatives
sur l'emploi des jeunes marti-
niquais non titulaire". Pour
les families, rentre gale
soucis financier, fournitures
scolaires, restaurants sco-
laires, transports sans comp-
ter les dpenses extras sco-
laires. Le paiement de l'allo-
cation de rentre scolaire ne
compense pas une rentre
qui s'avre toujours trop
chre pour les bourses.
Families de France rclame
la modulation de l'allocation
scolaire, un enfant du CP n'a


pas les mmes dpenses que
celui qui est en premiere.
Egalement son paiement sur
trois trimestres afin que les
families puissent subvenir
aux besoins de l'lve tout au
long de l'anne. Quelles
seront les repercussions psy-
chologiques sur le monde de
l'ducation aprs le drame
vcu en aot, don't on est loin
de sortir ? Souhaitons une
bonne rentre tous, pour
un panouissement person-
nel, et l'avenir du pays
Martinique. Cela ne sera pas
sans embches.


C.B.


ANNONCES LGALES


AVIS DE CONSTITUTION

Avis est donn de la constitution de la sarl
SDVL5:
* capital social : 8.000 euros
* sige social : 41 rue Victor Hugo, 97200
Fort-de-France
a objet social : Commerce au dtail de vte-
ments et lingerie
a dure: 99 ans computer de l'immatricula-
tion au registre de commerce et des socits
a grant : M. Grard PILLET, de nationality
europenne, demeurant route de Didier,
97200 Fort de France
* Immatriculation au registre du commerce
et des socits : de Fort de France.
Pour avis et mention
FA 5166


AVIS DE TRANSFER

Les associs de la sari SDVL3, au capital de
7.622,45 , divis en 50 parts de 152,45 E
chacune, se sont runis le 25 juillet 2005 au
sige social en Assemble Gnrale
Extraordinaire sur convocation de la
Grance.
La collectivit des associs decide que le
sige social sera transfr de Centre com-
mercial La Galria, 97232 Le Lamentin 22
rue Blnac, 97200 Fort de France.
La raison social anciennement BOUCHE B
devient SDVL3.
Les status seront modifls en consequence.
FA 5167

AVIS DE TRANSFER

Les associs de la sari SDVL4, au capital de
7.622,45 , divis en 500 parts sociales de
15,25 E chacune, se sont runis le 25 juillet
2005 au sige social en Assemble
Gnrale Extraordinaire sur convocation de
la Grance.
La collectivit des associs decide que le
sige social sera transfr6 de Centre
Commercial Rond-Point, 97200 Fort de
France 22 rue Blnac, 97200 Fort de
France.
La raison social anciennement FOLIES
D'EVE RP devient SDVL4.
Les status seront modifis en consequence.
FA 5168

AVIS DE TRANSFER


Les associs de la sari SDVL2. au capital de
7.622,45 E, divis en 50 parts sociales de
152,45 chacune, se sont runis le 25 juillet
2005 au sige social en Assemble
Gnrale Extraordinaire sur convocation de
la Grance.
La collectivit des associs decide que le
sige social sera transfr de Centre
Commercial La Galria, 97232 Le Lamentin
22 rue Blnac, 97200 Fort de France.
La raison social anciennement FOLIE
D'EVE devient SDVL2.
Les status seront modifis en consequence.
FA 5169

Catherine RODAP
Avocat
35 rue Schoelcher
97200 FORT DE FRANCE
Tl.:05 96 73 78 48 Fax 05 96 73 78 08

VENTES AUX ENCHERES PUBLIQUES

Il sera procd le MERCREDI 21 SEP-
TEMBRE 2005 9 HEURES, l'audience
des crimes du Tribunal de Grande Instance
de Fort de France, Cit Judiciaire 35
Boulevard du Gnral de Gaulle 97200
FORT DE FRANCE, la vente aux
enchres publiques, au plus offrant et der-
nier enchrisseur l'extinction des feux de :
* Une parcelle de terre sise DIllon, lieu-
dit "DIllon Nord" cadastre section S n'76
pour 26a 52ca et 110 pour 64 m' et des
constructions difes.
Selon le procs verbal de description dress
par Matre LAURE, Huissier, on accde aux
dites parcelles en quittant le sens giratoire
situ entire le lot. Bardinet et le lot.
Montgrald, sur cette parcelle repose :
Un BMtiment principal : comprenant : un
rez-de-chausse et un tage, il est vtuste et
n'est pas occup ; il ncessite d'important
travaux de rehabilitation.
La construction est en tle, les faades ext-
rieures en pierres, les fermetures scurises
par des grilles, la surface au sol est de
200m' environ.
L'huissier a dclar "faute de clefs, il n'a pas
pu pntrer dans les lieux".
Batlment annexe : immeuble en dur, A
simple rez-de-chausse, couverture tuile,
agency en bureau, il est lou la socit
BATIMO moyennant un loyer mensuel de
760 Euros environ, surface au sol 75m'
Autour de ces deux bAtiments existent des
places de parking non matrialises.


L'huissier not qu'un container rfrigrant
est adoss sur la faade de l'immeuble prin-
cipal avec bureau attenant mais n'a pas pu
obtenir plus de renseignement.
Le cahier des charges a t dpos au
Greffe du Tribunal de Grande Instance de
Fort de France le 4 mars 2005 ou toute per-
sonne peut en prendre connaissance.
Les enchres s'ouvriront sur baisse de mise
prix en un seul lot de : TROIS CENT
TRENTE SEPT MILLE CINQ CENT
EUROS (337.500 E).
Les enchres se front par ministre d'avo-
cat.
Pour tout renseignement s'adresser au
Cabinet de Me RODAP, 35 rue Schoelcher -
97200 FORT DE FRANCE tl. 0596 73 78
48 / Fax 0596 73 78 08
FA 5170


AUGMENTATION DE CAPITAL

Par decision en date du 08 aot 2005, les
associs de la sarl CARIB'FRUITS don't le
sige social est situ quarter Belfort,
97232 Lamentin, ont dcid :
a d'augmenter le capital social et de le por-
ter de 11.433,68 E 41.422,33 E
* les parts initialement de 100FF passent
15,24 chacune
Pour avis le grant
FA 5171

AVIS DE CONSTITUTION

Suivant acte sous seing priv, en date du
27/06/2005 TRINITE, il a t constitu une
socit don't les caractristiques sont les sui-
vantes :
Denomination social : vertdco-lepaysa-
glste
Forme social : socit resonsabilit limi-
te
Adresse du Sige social : clo scl le doux-
refuge Bonin 97220 TRINITE
Objet social : Entreprise en parcs et Jar-
dins, paysagiste, ralisatlon et entretien
de plantations ornementales.'
Dure : 99 ans computer de la date de I'im-
matriculation de la Socit au RCS,
Capital social : 7.600 Euro
Grance : Mr Jean-Marc PRAJET demeu-
rant Trace 97213 Le GROS-MORNE
Immatriculation de la Socit au Regitre du
Commerce et des Socits de Fort-de-


France (97200).
Pour avis La Grance


FA 5172


AVIS DE DISSOLUTION
ANTICIPE

Selon le procs verbal du 16/08/05 il a t
confirm la dissolution de 'eurl MAURICE-
BELAY avec un effet rtroactif du 21/12/00.
Mr MAURICE-BELAY Jol est nomm liqui-
dateur.
Pour avis la grance
FA 5173

AVIS DE DISSOLUTION

Racing Sailing Services
Socit Responsabilit limite en liquida-
tion
Au capital de 7622.42 euros
Sige social : chezlMr BARAY Pierre che-
min Daubert 97232 Lamentin
Lassemble gnrale extraordinaire du 16
aot 2005, dcid la dissolution anticipe
de la socit computer du 16 aot 2005, et
sa liquidation amiable sous le regime
conventionnel,
Conformment aux dispositions statutaires.
Mr BARAY Eric demeurant: Chemin Daubert
- 97232 Lamentin est le liquidateur
FA 5174

AVIS DE CONSTITUTION

Par acte sous seing priv, il a t constitu
une socit
Denomination: FOTO COLOR
Adresse du sige social : QUARTIER SOLI-
TUDE 97270 ST ESPRIT
Objet social: L'ACHAT ET L'EXPLOITATION
D'UN FONDS DE COMMERCE DE LABO-
RATOIRE ET DE DVELOPPEMENT ET DE
TIRAGES PHOTOGRAPHIQUE ET DE
REPORTAGE PHOTO
Dure : 50 ans
Capital 4000
Grant: Monsieur Sully Alexandrine Frdric
Demeurant : Quartier SOLITUDE ST
ESPRIT
Immatriculation au registry du Commerce :
en course
Pour avis le Grant
FA 5175
suite en page 11 ..











ANNOUNCES LGALES


Jeud 1" Septembre 2005 Justice n35 Page 11


SNC MT SOLAR PRODUCTION
Avis de constitution

Aux terms d'un acte sous seing priv en
date du 01 juillet 05, il a t constitu une
socit prsentant les caractristiques sui-
vantes :
Denomination social : SNC MT SOLAR
PRODUCTION
Forme social : Socit en nom collectif
Capital social: 200 Euros
Sige social : CIO ERPEM
7 rue des amareuses
Za La Fabrique/La Marie
97224 DUCOS
Objet social : La production d'lectricit, la
vente d'nergie, partir des nergies renou-
velables, et plus particulirement photovol-
taques.
Dure de la socit : 99 ans computer de
son immatriculation au rcs de Fort de France
Grance : Mr Prudent Charles, n le
08/05/1943 Rivire Pilote (Martinique)
domicilie Rsidence en Came, N"1
Rivire Pilote
Immatriculation au rcs de Fort de France
Pour avis la grance
FA 5176

SNC ERPEM SOLAR PRODUCTION
Avis de constitution

Aux terms d'un acte sous seing priv en
date du 01 juillet 05, il a t constitu une
socit prsentant les caractristiques sui-
vantes :
Denomination social : SNC ERPEM
SOLAR PRODUCTION
Forme social : Socit en nom collectif
Capital social : 200 Euros
Sige social : CIO ERPEM
7 rue des amareuses
Za La Fabrique/La Marie
97224 DUCOS
Objet social : La production d'lectricit, la
vente d'nergie, partir des nergies renou-
velables, et plus particulirement photovol-
taques.
Dure de la socit : 99 ans computer de
son immatriculation au rcs de Fort de France
Grance : Mr Prudent Charles, n le
08/05/1943 Rivire Pilote (Martinique)
domicilie Rsidence en Came, N"1
Rivire Pilote
Immatriculation au rcs de Fort de France
Pour avis la grance
FA 5177

SNC SIGY SOLAR PRODUCTION
Avis de constitution

Aux terms d'un acte sous seing priv en
date du 01 juillet 05, il a t constitu une
socit prsentant les caractristiques sui-
vantes : .
Denomination social: SNC SIGY SOLAR
PRODUCTION
Forme social : Socit en nom collectif
Capital social :200 Euros
Sige social : C/O ERPEM
7 rue des amareuses
Za La Fabrique/La Marie
97224 DUCOS
Objet social : La production d'lectricit, la
vente d'nergie, partir des nergies renou-
velables, et plus particulirement photovol-
taques.
Dure de la socit : 99 ans computer de
son immatriculation au rcs de Fort de France
Grance : Mr Prudent Charles, n le
08/05/1943 Rivire Pilote (Martinique)
domicilie Rsidence en Came, N"1
Rivire Pilote
Immatriculation au rcs de Fort de France
Pour avis la grance
FA 5180

AVIS DE CONSTITUTION

Par acte sous seeing priv en date du
8 Aot 2005
II a t constitu une S.A.R.L.
Prsentant les caractristiques sulvantes :
Commerce de dtail products de beauty et
dittiques
Denomination : SPORTS PASSIONS
ACCESSOIRES ALIMENTATION S.P.A.A'
Adresse du sige social: Villa TARA, quarter


carrire 97280 VAUCLIN
Dure : 99 ans
Capital : 2000 euros
Grant: Mlle BILLON Maryline
Demeurant : Quartier Carrire 97280 LE
VAUCLIN
Immatriculation au registre du Commerce:
en course
Pour avis le Grant
FA 5181

Maitre Grard GRANVORKA
Avocat la Cour
Imm. Espace PAT 1er tage
28, avenue des Arawacks Chateaubeuf
97200 Fort-de-France
TEL.: 0596 75.05.15
FAX. : 0596 75.70.27

Avis de declaration d'absence

Mmes SAXEMARD Nicole Michel, pouse
PARTOCLE, ROCHART Annie Cline,
pouse BERTRAC
Mlle SAXEMARD Marie-Jeanne
MM ROCHART Alain et SAXEMARD
Landre
Ont dpos au Tribunal de Grande Instance
de Fort-de-France le 2 juin 2005 une requ-
te afin de faire dclarer l'absence de leur
frre ROCHART Georges Biaise,
Dessinateur en btiment, n le 3 fvrier 1952
Saint-Pierre 97250, clibataire, disparu
depuis le 20 fvrier 1985 de son dernier
domincile connu sis : 0,900 km rue Martin
Luther King 97200 Fort-de-France.
FA 5182

GWENN HA D

Socit responsabilit limite
Au capital de 7.600 EUROS

Sige social :
QUARTER BELVEDERE
SANS PAREIL
97215 RIVIERE SALE

AVIS DE CONSTITUTION

Aux terms d'un acte sous seing priv en
date du 21 juillet 2005, il a t constitu une
socit prsentent les caractristiques sui-
vantes :
Denomination social : GWENN HA D
Forme social: Socit responsabilit limi-
te,
Sige social : QUARTER BELVEDERE,
SANS PAREIL, 97215 RIVIERE SALEE
Objet social : La production, transforma-
tion, commercialization, distribution,
Importation et exportations de tous les
products de la mer et aquacole,
* L'avitallement de navires
* L'achat et la vente de navires de pche
* Toute activity de conseil lie au monde
de la pche,
Dure de la socit : 99 ans computer de la
date de l'immatriculation de la Socit au
Registre du commerce et des socits,
Capital social : 7600 EUROS,
Grance: Monsieur Charles HENRY demeu-
rant 44 Voie des grives, Cit Bazeilles,
97216 RIVIERE-SALEE, assure la grance.
Immatriculation de la socit au Registre du
commerce et des socits de Fort-de-
France.
La Grance
FA 5183

REPUBLIQUE FRANCHISE
Libert Egallt Fraternit

COMMUNE DE MACOUBA

AVIS D'OUVERTURE D'UNE
ENQUETE PUBLIQUE


Le public est inform que par Arrt
Municipal n15/07/05 du 28 juillet 2005, le
Maire de la Commune de MACOUBA a
ordonn l'ouverture de l'enqute publique
sur le project de revision simplifi du POS en
vue de la construction d'une soixantaine de
logements sociaux Case-Paul dans le
cadre de la Rsorption de l'Habitat Insalubre
(RHI) de Nord-Plage.
Monsieur Jean de Dieu ARMEDE, demeu-
rant Fond Masson 97215 Rivire-Sale, a


t dsign par Monsieur le Prsident du
Tribunal Administratif de Fort-de-France
cone commissaire enquteur.
'enqute publique se droulera la mai-
rie de MACOUBA du mardi 30 aot 2005 au
vendredi 30 septembre 2005 aux jours d'ou-
verture des bureaux o chacun pourra
prendre connaissance du dossier et, soit
consigner ses observations sur le registre de
l'enqute, soit les adresser par crit au com-
missaire enquteur.
Le commissaire enquteur sigera en mai-
rie les mardis 06, 13.20, 27 septembre 2005
de 09H00 12H00.
Son rapport et ses conclusions transmis au
Maire dans un dlai de trente (30) l'expira-
tion de l'enqute, seront tenus la disposi-
tion du public en mairie.
Les personnel intresses pourront en obte-
nir communication.
Fait Macouba, le 09 aot 2005
Le Maire de Macouba
S.R. CAKIN
FA 5184

ANNOUNCE LEGAL

Aux terms d'un acte sous seing priv dans
la ville du Vauclin sign le 19 aot 2005 et
enregsitr le 22 aot la recette des impts
du Marin, Mademoiselle BAILLARD
Francine, LIBRE SERVICE DE LA CITE,
propritaire d'un fond de commerce de fruits
et lgumes et d'alimentation gnrale don't le
sige social est la Rsidence Concorde,
Bt.36, C5, 97280 Le Vauclin RCS N"
402670186 a donn en location grance la
SARL EXPANSION+ au capital de 12.000
euros don't le sige social est Ravine Plate
97280 Le Vauclin, RCS 482797933 N'GES-
TION 2005 B 621, ce dit fond de commerce
- sis exploit la Rsidence Condorde et
comprenant la clientele et l'achalandage, le
nom commercial "Libre service de la cit", le
matriel et mobilier servant l'exploitation
de fond, le droit d'occupation des locaux
dans lequel le fond est exploit pour une
dure de deux ans. La date d'entre en
jouissance a t fixe le 1" Septembre 2005.
A computer de cette date la SARL EXPAN-
SION+ exploitera ledit fond de commerce
sous sa seule responsabilit.
Pour avis
FA 5185

AVIS DE CONSTITUTION
Additif l'annonce

SARL "ING +", Date d'enregistrement: lire
24/01/2005 au lieu de 24/10/2005
Pour avis,
la Grance.
FA 5186

IMPEK.C. SARL
Socit Responsabilit Limite
au capital de 7.500 Euros
Sige social : Anse Madame
97233 SCHOELCHER

AVIS DE CONSTITUTION

Suivant acte sous seing priv en date Fort-
de-France du 29/04/2005, il a t institu
une Socit Responsabilit Limite pr-
sentant les caractristiques suivantes :
DENOMINATION SOCIAL: IMPEK.C.
CAPITAL : 7.500 euros divis en 750 parts
sociales de 10 euros chacune numrotes
de 1 500 et libres du cinquime
SIEGE SOCIAL : Anse Madame 97233 -
SCHOELCHER
OBJET : L'acquisition de titres de toutes
socits, la gestion de ces participation, la
furniture de prestations administrative,
financires, la gestion du personnel et des
resources humaines, la furniture des pres-
tations commercials, techniques et autres,
la furniture de moyens de productions, la
ralisation d'tudes, l'acquisition et la ges-
tion de tout patrimoine immobilier.
DUREE : 99 annes computer de son
immatriculation au Registre du Commerce et
des Socits.
GERANT : Monsieur Emmanuel DUBE
demeurant 10, Rs. Attal Habitation Case
Navire 97233 SCHOELCHER nomm sans
limitation de dure.
CESSION DES PARTS SOCIALES: soumi-
se agrment conformment aux stipulation


de l'article 11 des status
La socit sera immatricule au Registre de
Commerce et des Socits de Fort de
France.
LA GERANCE
FA 5187


AVIS DE VENTE
D'UN FONDS DE COMMERCE

Par acte sous seing priv en date du 26 mai
2005, enregistr le 23 aot 2005 la Recette
des Impts de Fort de France sous le borde-
reau 2005/685 Case 26 Ext 5727
La socit DE LA HOUSSAYE, SA au capital
de 158.928 euros, domicilie ZI de la
Jambette, Immeuble Laroc 97232 LE
LAMENTIN, immatricule au registre du
commerce et des socits de Fort de France
sous le numro 303 157 721, reprsente
par son Prsident
a cd :
La socit MAXICAR, SARL, au capital de
7622 E, domicilie zone de la Semair 97231
LE ROBERT, immatricule au registre de
commerce et des socits de Fort de France
sous le numro 414 861 807, reprsente
par son grant.
Un fonds de commerce de distribution d'ac-
cessoires automobiles connu sous l'en-
seigne AUTO ACCESSOIRES DIFFUSION
exploit sur le territoire de la Martinique,
moyennant le prix de 530.000 euros
L'entre en jouissance est fixe au : 5 avril
2005
Les opposition seront reues la SCP
DUBOIS & ASSOCIES, Zone de Dillon
Stade, 11 rue des Arts et Mtiers 97200'
FORT DE FRANCE, o il a t fait election
de domicile. Elles devront tre faites au plus
tard dans les dix jours qui suivront la derni-
re en date des publications prvues par la
loi.
Pour insertion.
FA 5188

AVIS DE CONSTITUTION

Par acte sous seing priv, il a t constitu
une SARL
Denomination: FOTO FUSION
Adresse du sige social : Quartier MENA -
97231 LE ROBERT
Objet social : Vente de films, d'appareils,
photos sociales, traitement de la photo
numrique, argentique, vente de products
divers et toutes activits et services se ratta-
chant la profession.
Dure : 99 ans
Capital : 4000 E
Grant : SAINT-JUST Jean-Yves
Demeurant: bt Gaillard rs les Donjons de
Cosmy 97220 TRINITE
Immatriculation au registre de commerce :
en course
Pour avis le Grant
FA 5189

Dpartement de la Martinique
Direction Gnrale Adjointe des Services
Techniques et Economique
BUREAU DES MARCHES
ET CONVENTIONS

RECTIFICATIF A L'AVIS D'APPEL
PUBLIC A LA CONCURRENCE
envoy la publication le 02 juin 2005,
Public le 09 juin 2005,
dans le numro 23, rfrence FA 4852

Identification de l'organisme qui passe le
march:
Dpartement de la Martinique
Htel du Dpartement .
Avenue des Carabes
97200 FORT DE FRANCE
Procedure de passation :
Appel d'offres ouvert Articles 33 al. 3, 57
59 du Code des Marchs Publics
Objet: TRAVAUX DE MISE A NIVEAU DE
L'ABATTOIR DEPARTMENTAL DE LA
MARTINIQUE
Date limited de reception des offres :
Au lieu de "26 aot 2005", lire "12 sep-
tembre 2005 ", 12H00, dlai de rigueur
Date d'envol de la prsente modification:
le 25 aot 2005.
FA 5190


... suite de la page 10








ECONOMIE


Jeiudi 1" Soptmbre 2005 Justice n35 Page 12


SPtrole : LE RACKET

POUR UNE GESTION PUBLIQUE

ET UN PARTAGE EQUITABLE DES RESOURCES


Le ptrole toujours plus cher cre
des inquitudes de plus en plus
vives pour l'conomie mondiale. A
67 dollars le baril, il pse lourde-
ment, soit +23,5% d'augmentation
en trois ans. Le Fonds montaire
international (FMI) vient d'ailleurs
de sonner l'alarme : la croissance
des grandes conomies asiatiques
est menace. L'Europe et les Etats-
Unis ne seront pas pargns.
En France, Dominique de Villepin
n'a annonc aucune measure concr-
te alors que le prix la pompe
explose (+16% en un an en juillet
2005). Il s'est content de prendre
l'engagement que "l'Etat ne bnfi-
cie pas de recettes d'opportunit"
sur les taxes sur le ptrole.
Un ventuel surplus de recettes fis-
cales serait "rtrocd aux franais
les plus directement exposs" en
citant les professionnels (routiers,
agriculteurs, pcheurs, taxis, etc...)
ainsi que les salaries aux revenues
proches du smic.
De Villepin a demand Total et
aux autres entrepris.es ptrolires
de raliser des investissements
pour accrotre les capacits de raf-
finage don't la faiblesse constitute
un des facteurs de hausse des course
du ptrole brut. En Martinique, la
SARA ne couvre que 60% des
besoins. Mais rien n'a t dit sur
les decisions des actionnaires des
groups ptroliers comme Total qui
s'engraissent sans aucun effort en
raison de la speculation sur les prix
du ptrole.
Le pouvoir en fait veut engranger
les recettes fiscales accrues du fait


de la hausse du ptrole pour com-
penser les cadeaux qu'il fait aux
grands groups en diminuant la
fiscalit du capital.
Certes, la hausse du brut est due
en parties la demand de pays en
pleine industrialisation comme la
Chine, mais il ne faut pas oublier
que le champion du gaspillage du
ptrole sont les Etat-Unis. C'est la


speculation au profit des grandes
firmes capitalistes qui explique
l'essentiel de la flambe des course
du ptrole.
En plus, les companies ont dcid
sciemment de ne raffiner que des
quantits proches de la consomma-
tion pour accentuer la tension sur
les prix. A cela s'ajoute l'achat par


des fonds spculatifs et de grands
groups capitalistes de "stocks fic-
tifs" vil prix et revendus avec de
substantiels profits sur les bourses
mondiales. C'est un vritable rac-
kett international. Enfin, la guerre
en Irak a aliment la crise ptroli-
re : gostratgie oblige. L'Energie
doit tre reconnue et protge
come un bien commun de l'huma-
nit. Elle ne doit pas tre le mono-
pole de quelques spculateurs.
Il faut donc prlever sur les profits
raliss par les companies ptro-
lires pour finance la recherche
sur les nergies alternatives, sur la
construction d'une nouvelle gn-
ration de moteurs propres, pour
dvelopper les transports publics.
Le dbat fiscal est engag : faut-il
diminuer les taxes pour diminuer
les prix des carburants ou laisser la
hausse des prix inciter au dvelop-
pement des nergies renouvelables
(hydrolectricit, olien, bio-carbu-
rant, solaire) ? D'autant que dans
les DOM, les taxes sont entire-
ment perues par les Rgions.
A chaque nouvelle barre de 10 dol-
lars franchise, le prix du baril enl-
ve un demi-point de croissance du
Produit Intrieur Brut (PIB =
richesse globale.
Le ptrole et la question de l'avenir ?
nergtique imposent une maitrise
publique et social de tout ce sec-
teur. En Martinique comme en
France.

M Antoine Gilles


(suite en page 9)
Defense s'est content de rpondre :
"Pas queje sache", qualifiant le leader
de la charte vanglique de "sifnple
citoyen. "C'est assurment contraire
la loi" a-t-il ajout. l faut rappeler que
Bush est revenue, aprs le 11 sep-
tembre 2001, sur l'interdiction de la
C.IA. dans les annes 70 de pratiquer
des assassinats politiques.
Washington craint de plus en plus de


voir un axe regional se substituer sa
tutelle sculaire.
Les initiatives visant renforcer la
cooperation interrgionale se sont en
effet multiplies ces derniers temps.
Le project amricain d'ALCA (Zone de
libre-change des Amriques) s'est vu
concurrenc par le project alternatif
d'ALBA (Alternative Bolivarienne
pour les Amriques) lanc par le
Vnzula et Cuba.


En juin, Chavez annonait la creation
de Petrocaribe destin livrer du
ptrole des conditions prfrentielles
aux pays caribens, puis celle de
Petroandine.
Chavez a prfr ignorer les propose de
Robertson, mais a pris des disposi-
tions au cas o il serait assassin.

M Antoine-Gilles


p~e




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - Version 2.9.9 - mvs