Group Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Title: Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00021
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Publication Date: June 2, 2005
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00088914
Volume ID: VID00021
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373

Full Text
pE HEBDOMAD4


4710N COMTINS


Pour la Responsabilit et e Dveloppement veritable.


REFERENDUM SUR LE
TRAITE CONSTITUTIONNEL


VICTOIRE H
DU PEOPLE


CONTROL


I
I


I


STORIQU
IE FRANC
EUROPE


E
E


hi BERALE


MARTINIQUE:
Le "Oui" l'emporte,
le "Non" rsiste
vaillamment


EDITO:
Rassemblons-nous
pour exiger des relations
nouvelles avec l'Europe









SA KA PAS


eudi 2 Juin 2005 Justice n" 22 Page 2


SAKAPAS ....................p.2
EDITO .........................p. 3
Se rassembler pour exiger des rela-
tions nouvelles de partenariat avec
l'Europe
SOCIT .....................p. 4
Centenaire du syndicaliste Victor
Lamon
POLITIQUE....................p. 5
"Antilla" et le statut de RUP
Manipulation rvlatrice
Bec et plumes
POLITIQUE ....................p. 6
Rfrendum du 28 Mai : Le "Oui" l'em-
porte, le "Non" rsiste.
Le "Oui" pour "l'argent de l'Europe"
POLITIQUE .................p. 7
Trait Constitutionnel : La France dit
"Non"
POLITIQUE ................. p. 8
Rfrendum : Ils ont dit
DANS LE MONDE ............p. 9
Le Plan Colombie
Chroniques des Partis communists
ANNONCES LEGALES .....p. 10 & 11
SOCIT .....................p. 12




JUSTICE
Administration : 71 86 83
Rdaction : 63 13 20
Fax : 63 13 20
Ed.Justice @ wanadoo.fr




Fondateur: Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France Tl. 71 86 83
Commission Paritaire n 54.026
7 Janvier 1977
Directeur de la Publication :
Femand PAPAYA
Maquette Impression:
NIM 73 14 54


Turbulance

sur 'ADARPA


L'Association d'aide aux retraits
et personnel ges (ADARPA) a t
mise en redressement par le
Tribunal de Commerce. Elle a 6
mois pour retrouver un fonctionne-
ment financier normal.
L'Association cumule un deficit de
plus de 8 millions d'C. Les 340
aides domicile qui n'avaient pas
t payes en avril, alors que les
cadres l'ont t, ont reu leurs
salaires aprs avoir manifest.
Par ailleurs, le tribunal a dcid
qu'elles soient payes par la CGSS
durant la recherche de solution
pour continue l'activit.
Les finances de 1'ADARPA sont en
majority abondes par la Scurit
Sociale et le Conseil Gnral.
Celui-ci a d'ailleurs dcid en avril
dernier de revaloriser le tarif
horaire des aides domicile de 15,5
18 de l'heure. Une advance de
trsorerie de 800.000 a t accor-
de l'Association.
Pour l'heure, les 2.000 personnel
ges dpendantes de ce service
n'ont pas de souci se faire.

Vie syndicale
Congress CDMT

La Central Dmocratique des
Travailleurs (CDMT) a organis
son 9e congrs les 19, 20 et 21 mai
dernier. L'heure pour les adhrents
de tirer le bilan de l'anne coule
et de tracer des perspectives pour
l'avenir.
Les responsables jugent le bilan
globalement positif. En ce qui
concern l'avenir, la central s'est
fix plusieurs objectifs don't celui
de continue la formation des sala-
ris ainsi que la reliance de la
cooperation international.
Les congressistes ont entrin le
retrait du partenariat avec la
CFDT, juge "droitire".
Flix Catherine et Flix Relautte,
secrtaires gnraux, ont dcid de
laisser la place aux jeunes. Un nou-
veau congrs est prvu en
dcembre pour asseoir la position
de la CDMT au regard des exi-
gences de la lutte syndicale dans


son environnement socital.
CFDT Martinique

Les adhrents de la CDMT qui
n'approuvent pas la rupture
avec la CFDT ont dcid de
crer une Union interprofes-
sionnelle CFDT qui regroupe
plusieurs syndicats de
branches : Caisse d'Epargne,
Defense, EDF, La Poste, CFTU,
Mairie de FdeF. Ils ont tenu un
conseil syndical du 18 au 20
mai dernier.
Arsne Nohil de La Poste a t
lu Secrtaire gnral. Au
course de ce conseil, un protoco-
le d'accord de cooperation a t
approuv avec la CFDT. Les
deux organizations s'engagent
agir pour le dveloppement
d'un syndicalisme majoritaire,
dmocratique et indpendant.
Notons que c'est la participa-
tion de militants politiques,
notamment du GRS, la tte de
la CDMT qui a t critique par
les partisans de la scission.


Runion

commune

Suite la decision des prsi-
dents des Conseils Rgional et
Gnral, Alfred Marie-Jeanne
et Claude Lise, de travailler
ensemble pour une meilleure
efficacit au service du pays, la
commission "Textes Lgislatifs
et Rglementaires" du Conseil
Gnral prside par Jean-
Philippe Nilor et celle des "Avis
et propositions caractre
lgislatifs" dirige par
Sandrine Saint-Aime la
Region ont commenc leur col-
laboration.
Diriges par deux militants du
MIM, les commissions se sont
rencontres le 24 mai dernier
pour une sance de travail en
commun.
Il s'agit pour elles de mettre en
synergie leurs rflexions face
des textes et des avis, souvent
transmis aprs leur adoption
par le gouvernement, ce qui est
souvent dnonc par les deux
collectivits.








leudi 2 luin 2005- Justice n" 22 Page 3


Se rassembler pour exiger

des relations nouvelles

de partenariat avec l'Europe


Un vritable sisme s'est pro-
duit en France : malgr le
matraquage mdiatique le
Peuple franais a dit non au
project de Constitution euro-
penne librale qui visit
enchaner la dmocratie pour
des dcennies. Le libralisme a
perdu.
C'est une formidable victoire
contre les forces du capitalism
qui, depuis Reagan et Thatcher
dans les annes 1980, ont impo-
s dans le monde la voie capita-
liste comme seule possible en
ralliant la social-dmocratie
cette vision de la socit rdui-
sant lhomme une marchandi-
se.
Au-del des arguties de ceux
qui veulent rduire le non fran-
ais un simple vote protesta-
taire contre la politique elle
aussi nolibrale faut-il le souli-
gner de rgression social de
Chirac-Raffarin, c'est un refus
net et sans bavure de la loi de la
jungle, de la mise en concurren-
ce des travailleurs et du dum-
ping social qui grossit les pro-
fits des gros capitalistes. C'est
l'exigence d'une autre Europe,
d'une Europe social et de la
solidarity.
En Martinique, le chantage la
perte de l'argent de l'Europe"
exerc massivement par la pro-
pagande officielle de Chirac-
Girardin, le ralliement honteux
l'Europe librale de la plupart
des parlementaires, de nom-
breux maires, des principaux
parties de droite et de gauche,
les faux experts et des socio-
professionnels de la banane a
arrach 69 % de oui un Peuple
fragilis par le chmage massif,
la prcarit en extension, la
pauvret en hausse et la crise
conomique et morale persis-
tante.
Il faut noter cette occasion


que l'adhsion sans nuances de
certain dirigeants du PPM,
tels que Catherine Conconne et
- de manire plus subtile Serge
Letchimy au libralisme et
l'ide qu'on ne peut rien faire
contre la "logique librale" de
la Constitution qui "s'inscrit
dans le processus de la mondia-
lisation" capitalist, alors que
ce parti se rclame dans ses
Congrs du "socialisme marti-
niquais", a profondment trou-
bl l'opinion de gauche.
Quant l'abstention, si elle
reste leve, il faut reliever
qu'elle recule de quatre points
par rapport Maastricht (1992)
et que les parties et formations
qui appelaient la "non partici-
pation" (au motif que "nous ne
sommes pas europens") sont
mal venus de tenter de l'an-
nexer comme l'expression d'un
"acte politique" conscient.
En effet, comme la plupart de
ces formations appelaient au
"Oui" lors de la consultation
populaire du 7 dcembre 2003
sur la Collectivit territorial
nouvelle, comment expliquer
son chec si la plupart des abs-
tentionnistes du 28 Mai 2005
avaient rellement exprim un
tel niveau de conscience anti-
europen et anticolonialiste ? Il
faut cesser de s'illusionner.
Les non participationnistes ont
surtout manqu l'opportunit
de faire voter non contre une
Constitution faisant de la
Martinique une colonie euro-
penne pour des dizaines d'an-
nes et lui imposant ses potions
librales mortelles d'une part et
d'autre part d'exprimer une
solidarity internationaliste
avec les couches populaires
franaises en lutte contre
l'Europe de la finance et des
multinationales.
Dans ce context, le non des


M. Branchi
21.620 Martiniquaises et
Martiniquais qui ont rejet le
project de Constitution librale
de l'Europe et le statut bancal
de region soi-disant ultrapri-
phrique attribu la
Martinique est un non de rsis-
tance, de courage et de dignit.
Au lendemain de ce rfren-
dum historique le Peuple fran-
ais va demander l'abandon du
Trait Giscard et exiger la ngo-
ciation d'un nouveau Trait.
D'autres peuples europens
peuvent s'engoufrer dans la
brche...
Le Peuple martiniquais a donc
une opportunity de faire
prendre en compete un nouveau
type de relations avec l'Union
europenne.
Le Parti Communiste
Martiniquais appelle la tenue
d'une Convention ou d'Assises
afin de s'entendre sur le conte-
nu de ces relations nouvelles,
voire d'un statut particulier vis-
-vis de l'Europe.
Notre pays doit se rassembler
pour laborer un project marti-
niquais global, tant il est vrai
que le statut vis--vis de
l'Europe renvoie au statut vis--
vis de la France et inversement.
Pour aller de l'avant, l'Europe
doit enfin reconnatre relle-
ment nos vraies spcificits et
surtout en tirer les cons-
quences en terms de droga-
tions prennes des rgles
inadaptes un pays mal dve-
lopp et dpendant. Pour agir
efficacement, la Martinique
doit obtenir la capacity de dfi-
nir et conduire une autre poli-
tique de dveloppement, c'est--
dire l'Autonomie.


EDITO








soclnI


leudi 2 Juin 2005 Justice n0 22 Page 4


Le Centenaire du syndicaliste Victor Lamon


9 Juin 1905 : Naissance de Victor Lamon

9 Juin 2005 : Victor Lamon aurait eu cent ans


N un demi-sicle aprs l'abolition
de l'esclavage, Victor Lamon a
grand dans une priode difficile
qui portait encore l'empreinte de ce
hideux systme.
Les anciens propritaires d'es-
claves devenus des patrons exploi-
teurs, possdaient tous les leviers
de l'conomie : des champs de
canne du nord au sud, comme de
l'ouest l'est, les usines et les dis-
tilleries.
Le pouvoir colonial tait leur ser-
vice et ils pouvaient fabriquer des
lus leur dvotion.
Grande tait la misre des hommes
et des femmes qui grce leurs
luttes avaient en ce 22 Mai 1848
conquis la liberty, et de leurs des-
cendants.
Les anciens esclavagistes avaient
la libert d'exploiter outrance les
travailleurs, les contraignant des
tches inhumaines sur les planta-
tions, les faisant travailler douze
heures par jour pendant six jours
dans les usines et les distilleries.


Il y eut bien sr des rvoltes pour
protester et obtenir de meilleurs
salaires et conditions de travail.
Toutes ont t noyes dans le sang,
comme la fusilladede 1900 sur le
pont Abel au Franois.
Victor Lamon, homme au grand
cour, humaniste pour qui la gn-
rosit tait symbol de sacrifice et
de disponibilit, a t un militant
rvolutionnaire, un example de
courage et d'abngation.
Il a puis sa force et son courage
dans la thorie du marxisme-lni-
nisme, dans la lutte pour l'labora-
tion d'une socit permettant l'pa-
nouissement de l'individu selon ses
capacits.
C'est donc sans forfanterie que le
Comit prsid par Thimot
Tanger se saisit de cet anniversaire
pour rappeler au people martini-
quais l'action de cet homme la
tte des masses travailleuses en
vue de les rassembler au sein de
l'organisation syndicale CGTM.
L'action unie des travailleurs leur


a permis de reporter d'impor-
tantes victoires en ce qui concern
l'application des diffrentes lois
sociales la Martinique.
Dans cette priode d'incertitude o
les patrons ont leur disposition
un gouvernement ultra-libral, le
centenaire de la naissance de
Victor Lamon est l'occasion de rap-
peler la ncessit de construire le
grand rassemblement unitaire du
people travailleur, indispensable
pour dfendre les acquis sociaux
menacs par le MEDEF et le gou-
vernement.
Le Comit pense que Victor Lamon
appartient tous les travailleurs,
tout le people Martiniquais. Il
lance un appel aux organizations
syndicales, aux militants, qu'elle
que soit leur appartenance, pour
que cette priode du centenaire soit
un moment fort d'hommage
Victor Lamon et de reconnaissance
de son ouvre.

Emile Capgras


Programme


Centenaire Victor Lamon


MERCREDI
08 JUIN 2005
16h00 Accueil l'Atrium
(Salle "Vranda")

16h30 Dbut de la mani-
festation
- Exposition de photos
Victor Lamon et divers
- Discours d'ouverture par
le President
- Divers tmoignages
20h00 Clture


JEUDI
09 JUIN 2005


16h30
Maison
rnove


- Accueil la
des Syndicats


17h00 Dpt de gerbes
- Dvoilement de la plaque
commemorative
17h30 Interventions
diverse :


i ,.


Conseil Gnral Conseil
Regional Hector Sa -
Secrtaire Gnral CGTM-
FSM

18h30 Pot convivial
- Animation musical
Le Comit Victor Lamon


------------ ---- ---~---- --


-1. *~ .-~- ---
4. I' :.;
--~:
.I
.
r>
r; ,.
h' . ~ ~
;
.1 .--
5












"Antilla" et le statut de RUP


Manipulation rvlatrice


"Antilla" (n 1144 du 25 Mai
2005) nous donne un bel
example de manipulation et de
malhonntet intellectuelle.
Dans un article intitul "Axel
Urgin et Camille Darsires.
Changes d'argument", l'hebdo-
madaire prtend prsenter les
points de vue divergents de l'an-
cien Directeur de Cabinet des
Ministres socialists de l'Outre-
Mer (voir "Justice" n* 20 du 20
Mai 2005) et de l'ancien dput
PPM sur la situation des DOM
dans le project de Constitution
europenne (article III-424).
C'est louable a priori.
Mais l'argumentation d'Axel
Urgin sur le fait que la prise en
compete de la spcificit des
Rgions ultrapriphriques est
en recul est tronque de l'essen-
tiel, savoir le sens de la sup-
pression des terms measuress
spcifiques" et majority quali-
fie".
Par contre, il est laiss
Camille Darsires tout le loisir
d'ergoter sur le fait que l'article
III-424 permettrait au Conseil
europen de prendre des
measures particulires la majo-


rit qualifie. Il qualified la
demonstration d'Axel Urgin de
"surprenante logorrhe".
Sans dfendre particulirement
Axel Urgin, rappelons que ce
dernier expose qu'au course de la
convention sur l'laboration du
Trait, le Portugal a demand la
rintroduction des terms
measuress spcifiques" et que,
sur intervention de la
Commission, cela a t refus. Il
en tire la conclusion qu'outre le
fait que la suppression du mot
"spcifique" veut bien dire que
les decisions concernant les
RUP ne sont plus spcifiques ;
au surplus, cela rsulte d'une
volont politique restrictive des
constituents europens.
Quant la suppression des
terms majority qualifie", cela
veut dire que dans trois
domaines important, savoir
aides d'Etat, fonds structures
(jusqu'en 2013) et fiscalit o le
trait prvoit un mode de dci-
sion l'unanimit, c'est ce type
de procedure qui s'imposera
concernant les dites RUP.
L'article 1-23 cit par Darsires
qui stipule : "Le Conseil statue


la majority qualifie, sauf dans
les cas o la Constitution en dis-
pose autrement" imposera le
vote l'unanimit dans les
domaines concerns o la
constitution prcisment en dis-
pose autrement.
Bonjour les dbats de juristes
en tous cas.
Quoi qu'il en en soit, il s'agit de
"fixer les conditions d'applica-
tion de la Constitution dans ces
rgions" et non de droger.
Pas plus que dans l'actuel
article 299-2. (Trait
d'Amsterdam) que dans l'article
III-424 du project de constitu-
tion, il n'est reconnu explicite-
ment aux RUP le droit de dro-
ger au libre-changisme euro-
pen.
Le combat pour un vritable
statut particulier de la
Martinique par rapport
l'Union europenne n'est pas
termin.
La manipulation d'Antilla est
rvlatrice de la volont de
brouiller les terms du dbat au
plan juridique et surtout poli-
tique.

M. Branchi


Bec et plumes


Un espoir qui ne peut s'teindre


"France-Antilles" et "Antilla",
dans la dernire ligne droite de
la champagne du rfrendum sur
le project de Constitution euro-
penne, ont prsent un panora-
ma des positions des forces poli-
tiques martiniquaises.
Sous la plume de Gabriel Gallion
"France-Antilles" du vendredi 27
mai crit notamment : "Le parti
communist, rassemblant ses
derniers militants a rejoint un
collectif du "Non martiniquais"


avec ATTAC Martinique prsid
par Joseph Virassamy (...)"
"Antilla" dans un article sign
Jean Coppet indique pour sa part
: "Le Non est dfendu par le PCM
en mal d'existence (...)"
Ce parti "rassemblant ses der-
niers militants" et "en mal d'exis-
tence" continue de donner une
leon de dignit et de lucidit
une press voue la classes
dominant, ceux qui possdent
tout dans le pays. C'est prendre


ses dsirs pour la ralit que de
croire le PCM moribond.
Le Parti Communiste continue
de tenir haut le drapeau de la
modernit, de l'avenir et de l'es-
poir de tous ceux qui ne renon-
cent pas un monde meilleur.
Cette esprance ne mourra
jamais, malgr les fossoyeurs
professionnels.

A.G.


POLITIQUE


Jeudi 2 Juin 2005 justice n" 22 Page 5








POLITIQUE


Jeudi 2 Juin 2005 Justice n" 22 Page 6


Rfrendum sur le trait constitutionnel


Martinique : Le oui l'emporte, le non rsiste
Les lecteurs martiniquais ne assner que n:tre pays
se sont pas bousculs dans les serait mort sans les fonds
bureau\ de vote ce 28 mai europens. Sachant notre
Ce. malgr l'avalanche de population fragile face ce
clips tlvisuels et de placards ... discourse alinmentaire. Sans
publicitaires dans le quoti- LE .1, .. oublier, l'appareil d'Etat
dien. Seuls 28.37 '. deE:rT u.uo, i avec en tte la ministre de
citoyens sont alls accomplir -. .- IOutre-mer et le Prsident
cet acte civique. Ils taient de la Rpublique et gale-
toutefois plus nombreux que ment la majority des
lor du dernier scrutiny au maires qui avaient appel
Parlement europen de 2004 other "Oui", don't celui de
S17.95 i et que pour la Ville capital
Maastricht en 1992 24,44 %. .. ^.- Dans cette bataille le
M -u ih ':n- "" 124,44 1. "
Une fois de plus l'abstention a ;"Non" a t lin d'tre ridi-
t trs forte pour ce scrutiny cule. il rsiste au rouleau
.71.63 i. Les partisans de la s_ . compresseur. Les 21.620
non participation ou de l'abs- plus prsente dans l'imagnatre tra- voix qui se sont exprimes
tention, mme si on peut reconnatre vers les programmes finances par les pour le "Non" ont dit entire autres, stop
que cette consigne a t suivie par une fonds structures par example les aides cette nouvelle colonisation europen-
partie des lecteurs, ne peuvent s'arro- apportes l'agriculture. Le fait pour les ne qui nous serait impose.
ger ce fort dsintrt pour ce genre de partisans du oui ou du non de se focali- Le Collectif pour le "Non", compos du
vote. ser sur ces questions a peut-tre eu un PCM, ATTAC, GRS et de personnalits,
Dcidment l'Europe parat bien loin effet mobilisateur sur l'lectorat" avec ses faibles moyens a su mobiliser
aux citoyens martiniquais. Selon le poli- Les lecteurs se sont prononcs dans des partisans pour dire "Non" cette
tologue ouiiste Justin Daniel, ce "dca- leur grande majority pour le "Oui" Europe librale.
lage entire le niveau de participation en (48.179). Un "Non" porteur d'espoir pour l'avenir.
France mtropolitaine et la Martinique" Des rsultats qui ne sont pas faits pour Ils sont nombreux croire que les alter-
s'explique par le fait que "la distance nous surprendre, tant la pression natives au nolibralisme existent, que
gographique par rapport l'Europe est mdiatique a t forte sur l'lectorat, ce n'est pas une fatalit inluctable.
aussi une distance culturelle qui induit avec une fois de plus l'ternel chantage Reste maintenant les rassembler et
une faible identification l'Europe" au plat de lentilles, les convaincre pour donner notre pays
Sur la hausse de la participation, il En effet, les socio-professionnels et une chance de survive.
advance cette explication : "L'Europe est autres "experts" n'ont cess de nous c.B.

Billet

Ce "Oui" pour "l'argent de l'Europe"


Dmocrates martiniquais de gauche que
nous sommes, nous avons respect la posi-
tion des partisans du oui. Cependant, en
ce mois de Mai, commmoratif de la
Revolution antiesclavagiste de 1848 en
Martinique, comment ce "Oui" la
Constitution europenne peut-il appa-
raitre anticolonialiste ?
Voire donc anticapitaliste, quand on sait
l'acquiesement du MEDEF et d'autres
dfenseurs du capitalism en Martinique

Hlas les lus de la "gauche" martiniquai-
se ont cd au chantage suivant : "Si vous
ne votez pas oui, vous n'aurez pas les
aides, alors adieuxvos projects municipaux
et rgionaux...". Certains, matres esclava-
gistes d'avant 1848, disaient: "Si nous les
librons, qui nourrira les esclaves et leurs
enfants. C'est pour leur bien-tre que nous


les gardons !" L'Histoire a totalement
invalid de tels raisonnements.
n en sera de mme pour nos lus "bni
oui-oui" pour l'argent de l'Europe. Parce
que la lecture de certain articles de ce
trait constitutionnel dmontre bien que
nous serions devenus encore plus une
colonie europenne o l'argent plus que
jamais dominera dans une socit dans
laquelle rgne le principle de la concurren-
ce libre et non fausse et sont interdites les
aides de l'Etat. Ce n'est pas la mention
nominative de la Martinique qui pourrait
compenser la suppression des measures s
spcifiques" et autres drogations aux
DOM.
Les partisans du "Oui" la Martinique
(UMP, UDF, PPM, MEDEF, Forces
Martiniquaises de Progrs, Btir, PS) ont
dans les faits men champagne pour affoler


les lecteurs, exploiter leur angoisse socia-
le. Ce n'tait plus de "largage" qu'il s'agis-
sait, mais de perte de crdits europens !
Ce qui est faux et archifaux. En tmoigne
- a posteriori que le rejet par le people
franais de cette constitution ne nous
prive nullement des fonds europens.
Par contre, la nomination de Pascal Lamy
la direction de l'OMC avec le soutien des
USA, n'augure rien de positif pour nos
agriculteurt qui devront redoubler de vigi-
lance, lui qui a dj trahi la banane en
2001.
La compromission d'une certain gauche
avec les "Oui" de la droite colonialiste
dmontre bien la drive dmagogique et
droitire de cerains dirigeants de ces par-
tis qui ont sacrifi l'intrt de notre
people.
A. Constant












Trait Constitutionnel


La France dit "Non"

Participation : 70 %

Non : 54,86 % Oui : 45,14 %


Les Franais ont rejet massivement
le Trait Constitutionnel qui leur tait
prsent.
Trs mobiliss durant cette champagne
rfrendaire et malgr un matraqua-
ge mdiatique sans prcdent, les
Franais, avec 70% de participation,
se sont empars du Trait et l'ont reje-
t avec une forte determination
54,86 %.


cessifs, Chirac et Raffarin sont rests
sourds en continuant leur politique
ultralibrale.
Le Peuple de France a dit "Non". Ce
"Non" prvisible a encourage les parti-
sans du "Oui" alimenter une cam-
pagne de mensonges et de peur : affai-
blissement de la France, le Trait n'est
pas ngociable, la diversity du "Non",
etc...


Ce "Non" massif est aussi l'expression Cette grande victoire du "Non" a t
d'un refus de la politique librale du salue, ds l'annonce des rsultats,
Gouvernement Chirac-Raffarin. Cette par un grand rassemblement Paris,
politique est dicte par les directives Place de la Bastille.
europennes (chmage, licenciements, Pour Marie-George Buffet, Secrtaire
dlocalisations, protection social national du PCF : "Il faut que la
livre la privatization, dsengage- Gauche travaille sur un project poli-
ment de l'Etat, etc...). tique (...) Les Franais ont dit "Non"
Toutes ces drglementations sont des politiques librales menes en plei-
durement ressenties par les tra- ne complicit entire la France et
vailleurs. l'Europe (...) Cette victoire est avant
Et malgr les checs lectoraux suc- tout celle des ouvriers, des employs,


des jeunes et des sans emploi, rassem-
bls dans les urnes pour rejeter la
camisole librale".
Jean-Luc Melenchon, partisans du
"Non" socialist, a affirm de son ct:
"Jacques Chirac doit se soumettre ou
se dmettre... S'il pense qu'il n'y a pas
de rengociation possible de la
Constitution, il faut qu'il s'en aille".
Henri Emmanuelli pour sa part a
dclar : "Ce n'est pas un vote de
peur, c'est un vote d'esprance".
Alain Krivine de la LCR a dit que
cette victoire est "celle de l'ensemble
du monde du travail, des victims
de la politique capitalist librale".
De nombreux dirigeants socialists
partisans du "Non" ont souhait
que la construction europenne se
fasse avec les peuples.
Le Parti Communiste Franais
s'est beaucoup invest au course de
cette champagne rfrendaire pour
mobiliser le people de Gauche. Il a
t l'initiative de nombreux ras-
semblements auxquels ont partici-
p Jean-Luc Melenchon, Jos Bov,
Olivier Besancenot (LCR). Il a en
plus cd une parties de son temps
de parole la tlvision aux parti-
sans du "Non" exclus de la propa-
gande officielle.
Le "Non" de la France est un cui-
sant chec pour Jacques Chirac,
pour son gouvernement et sa poli-
tique.
C'est aussi un chec pour les diri-
geants libraux d'Europe venus
faire champagne en France. Ils sont
responsables de la politique ultralib-
rale faite de chmage, d'exclusion, de
prcarit, alors que les profits s'accu-
mulent sur le dos des travailleurs.
La dmission de Jacques Chirac est de
plus en plus demande.
La Martinique pour sa part doit
construire un project dans la perspecti-
ve du changement.
Fernand Papaya


POLITIQUE


leudi 2 luin2005 Justice n 22- Page 7








leudi 2 luin 2005 Justice n" 22 Page 8


Frantz Lebon (Non)

La participation augmente par rapport
aux scrutins de mme nature. C'est une
excellent chose, cela veut dire que les
Martiniquais commencent mieux
apprhender la question europenne. Ce
rsultat tait quasiment couru d'avance
en Martinique.
Celui qui aurait pu voter "Non" a prf-
r dcouvrir qu'il tait un cariben.
L'une des erreurs des partisans du "Oui"
en France a t de vouloir faire une
dconnection entire la question pose et
la politique mene par le gouvernement.
La politique mene par le gouvernement
est la traduction d'une certain Europe.

Nausica Niasme (Oui UMP)

Les Martiniquais veulent simplement le
dveloppement du pays. Ils savent que
nous ne sommes pas directement
concerns par les dlocalisations, les
peurs du citoyen de l'Hexagone.

Anthony Toussaint
(CM Collectif du Non)

A rdene, on ne peut pas tre fch
par rapprt aux rsultats globaux. Les
couches populaires martiniquaises ne se
sont pas mobilises pour s'opposer ce
Trait qui tait videmment le cheval de
Irie du libralisme en France comme
en Martinique.
Il ne faut pas oublier qu'un certain
nombre de parties qui influencent assez
fortement les couches populaires appe-
laient les Martiniquais ne pas partici-
per ce vote.
Les parties majoritaires, ceux qui sont
amplement installs dans les municipa-
lits, appelaient dans un consensus
paradoxal voter "Oui". Par consquent,
le rsultat martiniquais rest explorer,
analyser, mais cela ne m'tonne pas.
Par ailleurs on ne va pas fair la fine
bouche quand les travailleurs franais
s'opposent un trait ultralibral parcel
qu'ils en voient dans la ralit concrete
et le vcu quotidien les consequences.
Nous ne pouvons que nous en filiciter,
Pour nous, le chemin rest faire.


Philippe Pierre-Charles
(GRS, Collectif du Non)

I faut que nous prenions contact avec
les forces progressistes de France, Ptumc


Rfrendum du 28 et 29 Mai 05

Ils ont dit
que lorsque l'on parle de cooperation,
elle doit commencer horizontalement
avec le people, avec les masses. Puisque
nous avons des ides discuter : mettre
en chantier le vritable forum social
martiniquais qui est ncessaire pour que
les forces antilibrales se retrouvent et
tracent des perspectives.

Jean-Marcel Maran (Oui, FMP)

n y a une sensibilisation progressive de
l'lecteur. Satisfaits de constater que le
"Oui" l'emporte chez nous. Par rapport
au rsultat global, la dception est au
rendez-vous.

Axel Urgin (Non, socialist)

Le score dans les DFA est infrieur aux
esprances, cela est du au fait qu'une
grande parties de la gauche se rclamant
du movement nationalist ont appel
soit abstention ou la non participa-
tion. Alors que ces movements ne sont
pas favorables structurellement la
Constitution. Cela pse videmment sur
la participation et le score du "Non".

Joseph Virassamy (ATTAC)

Ce "Non" est porteur d'espoir pour les
autres peuples dEurope. Le no-libra-
lisme a perdu une bataille trs impor-
tante. n va y avoir un coup d'arrt
cette politique nolibrale.
La Martinique devrait se mettre autour
d'une table et vritablement penser
une constituante, soit faire des proposi-
tions nouvelles ou modifier des articles
qui nous concernent, notamment le 424
et le 167 et vritablement que la popula-
tion martiniquaise dise ce qu'elle veut,
plutt que de recevoir sur la table une
constitution nolibrale.

Yan Monplaisir
(Oui, Osons Oser)

Je suis trs heureux de constater que la
Martinique vibre de manire diffrente
quand ses intrts sont diffrents de
ceux de l'ensemble national.

Christiane Taubira (Non)

C'est une trs belle victoire. Les rsulats
de la Runion font largement contre-
paids par rapport au reste de l'Outre-
mer.


Catherine Conconne
(Oui, PPM)
Une satisfaction pour le PPM d'avoir su
lutter contre la dsertion dmocratique.
Nous avons des convictions particulires,
des situations singulires. A la limited je
renvoie cette dfaite national aux actuels
tenants de ce pays et leur dit : revoyez
votre copie.C'est un "Non" au gouverne-
ment Raffarin, la politique de Jacques
Chirac. Cette malheureuse constitution a
vu cristaliser sur elle toute une srie d'in-
comprhensions, de dceptions et d'insa-
tisfactions du people franais.

Michel Branchi
(PCM, collectif du "Non)
Ce qui se passe en France, du fait que
nous sommes un dpartement-colonie a
des incidences sur la lutte du people mar-
tiniquais. Voter "Non" la Martinique,
cest prendre acte que note pays est dans
l'Union europenne, mme si on ne lui a
pas demand son avis en 1957. Cette
Europe, tous les jours, conduit des actes
qui influencent de plus en plus la vie des
Martiniquais. Par consquent nous avons
des raisons de classes en tant que tra-
vailleurs, notamment sur la question des
droits sociaux, de nous dfendre. Nous
sommes des internationalistes : avec les
travailleurs de France, nous avons contri-
bu donner un coup d'arrt la rvolu-
tion conservatrice mondiale qui consiste
remettre en cause les acquis.

Gilbert Pago (GRS)
I faut tenir compete que les gens avaient
peur d'une constitution trop librale. On
crivait dans le marbre que les politiques
consacres par ce que lon appelle la libre
concurrence, rpt 174 fois dans le texte.
Ensuite sur le plan social il y a des dcla-
rations de principle qui n'avaient mme
pas les avances que l'on trouvait dans la
constitution franaise de 1958. A mon
avis, il faut rengocier cela.

Catherine Nris (Oui, Socialiste)
On n'a pas du tout la mme position vis--
vis de lEurope que la mtropole. Nous
avons beaucoup plus d'exprience, de
maturity, plus d'objectifs mettre en
perspective dans les politiques.
Je pense que la mtropole s'est complte-
ment trompe de scrutiny. 1 fallait un vote
sanction, nous le comprenons, nous rad-
mettons mais ne pouvons le cautionner.


POLITIQUE








DANS LE MONDE


Jeudi 2 Juin 2005 Justice n" 22 Page 9


Le Plan Colombie


Un instrument de pntration yankee


Depuis plus d'un demi sicle, la
Colombie est le thtre d'une san-
glante guerre civil qui a dj fait
plus de 350.000 victims.
Issus du regroupement de l'auto-
dfense paysanne cre l'instiga-
tion des communists, les Forces
armes rvolutionnaires de
Colombie (FRAC) sont apparues en
1949-1950 et n'ont cess depuis de
remplir leur mission rvolutionnai-
re en combattant pour la rforme
agraire, le dveloppement national
et la defense des masses pay-
sannes.
Impuissant face aux FARC, le gou-
vernement colombien s'tait finale-
ment vu contraint de ngocier.
En 1998, le president Andrs
Pastrana, en dbut de mandate,
engageait des ngociations dans le
cadre de la politique de rconcilia-
tion national de son programme.
En aot de la mme anne, une
dlgation US, dirige par le sous-
secrtaire d'Etat, Thomas
Pickering, parvenait "persuader"
Pastrana d'abandonner cette
dmarche en change du quadru-
plement de l'aide militaire accor-
de par Washington la Colombie
(soit un milliard de dollars US par
an).


En 1999, le gnral Barry Mc
Caffrey, du Pentagone, arrivait
Bogota afin d'y diriger sur place la
"guerre contre la drogue".
Les attentats du 11 septembre
2001 sont le prtexte rv pour
amalgamer les FARC l'"axe du
mal" et la "guerre anti drogue" se
transform en "guerre anti terro-
riste".
En mai 2002, Alvaro Uribe succde
Pastrana et rclame publique-
ment Davos, en janvier 2003, une
intensification de la "collaboration
militaire" US contre les "terro-
ristes". La Colombie devient ds
lors le 3e Etat aprs Isral et
l'Egypte, recevoir la plus forte
aide militaire tats-unienne et le
seul bnficier des dernires
innovations de la technologies mili-
taire.
Malgr cela, les FARC (17.000 com-
battants) n'ont subi aucune dfaite
consquente face aux 300.000
hommes fortement quips de l'ar-
me rgulire.
Dbut 2004, Uribe tente de gom-
mer son chec en lanant un nou-
veau plan, l"'opration Patriote",
visant encercler, l'aide de
20.000 hommes des forces d'lite,
soutenus par 86 hlicoptres de


combat et par les tueurs des
groups paramilitaires, les dpar-
tements de Guaviare, Meta,
Putamayo et Caqueta, dans une
zone situe dans le Sud-Est du
pays o la gurilla est particulire-
ment bien implante.
S'adaptant la situation, les FARC
qui jouissent d'un soutien populai-
re sans faille se diluent aussitt en
une multitude de groups tactiques
de cinq ou six combatants qui se
dispersent dans la nature, ne se
regroupant que pour harceler sans
cesse l'arme et les paramilitaires,
leur infligeant des pertes sans com-
mune measure avec celles endures.
Les FARC ont acquis une telle ma-
trise du terrain et bnficient d'une
telle confiance des paysans qui
reconnaissent en elles leur bras
arm et leur tte politique qu'il
semble quasiment impossible de
les vaincre par la force, sauf vou-
loir "gnocider" la quasi totalit du
people colombien.
Combien de temps et combien de
morts faudra-t-il encore pour que
les autorits colombiennes et leur
tuteur yanqui finissent par retrou-
ver la raison ?

K. Solaris


Chronique des Partis communists


14me Sminaire communist en Belgique


Du 2 au 4 mai se sont runies
Bruxelles, prs de 150 organi-
sations communists reprsen-
tant les cinq continents.
Ces parties dfendent le marxis-
me-lninisme, prnent l'inter-
nationalisme proltarien et
s'opposent au rvisionisme.
Une telle rencontre est la preu-
ve que le movement commu-
niste est bien vivace, contraire-
ment aux affirmations menson-
gres des mdias acquis la


pense unique.
Le "Sminaire Communiste
International" (SCI) s'est runi
la premiere fois en 1992.
Le communique final proclame :
"Travailleurs et peuples du
monde, mobilisons-nous contre
l'imprialisme et particulire-
ment contre l'imprialisme US,
sa politique d'agression et ses
prparatifs d'une nouvelle guer-
re mondiale".
Ce 14e sminaire avait pour


thme : "Expriences et tches
internationalistes des commu-
nistes dans la lutte contre l'im-
prialisme".
Cela ne saurait tre plus d'ac-
tualit, l'heure o l'impria-
lisme se cache derrire la mon-
dialisation et prtend s'imposer
au monde entier sous le prtex-
te de combattre le terrorism.

A.C.











ANNONCES LGALES


Jeudi 2 luin 2005 Justice n 22 Page 10


AVIS DE CONSTITUTION

II a t cr une Socit civil immobilire de
construction vente par un acte sous seing
priv en date du 10/05/2005, don't les carac-
tristiques sont les suivantes :
Denomination : SCCV BEAUSOLEIL
Adresse du sige social : ZAC de Rivire-
Roche Bt E5 Bte 16 97200 Fort-de-
France
Objet social :
La socit a pour objet principal l'acquisition
d'un terrain btir dans le but de construire
un ou plusieurs immeubles en vue de leur
vente en totalit ou par fractions.
Et, gnralement toutes operations civiles
pouvant se rattacher directement ou indirec-
tement cet objet ou susceptibles d'en favo-
riser le dveloppement et ne modifiant pas le
caractre civil de la socit.
Dure : 99 ans computer de son immatricu-
lation au registre du commerce et des soci-
ts.
Nom et adresse du grant:
Monsieur Franois Frantz VERTUEUX,
Entrepreneur, demeurant Macdoine
97214 LORRAIN
Immatriculation au registry du commerce et
des socits de Fort-de-France.

Pour avis, le Grant
FA 4817

NTIC SERVICE ANTILLES SARL
Nouvelles Technologies
de l'Informatique
et de la Communication
au Capital de 4 000 t
Sige : Rosire 1
Residence Les Canneliers Villa 1
97212 SAINT-JOSEPH (Martinique)

AVIS DE CONSTITUTION

Aux terms d'un acte sous seeing priv en
date du 16 Mai 2005, Il a t constitu une
Socit Responsabilit imite (SARL)
Denomination: NTIC SERVICES ANTILLES
SARL
Capital: 4.000 euros, divis en 200 parts de
20 euros chacune, entirement souscrites et
libres.
Sige : Rosire 1 Rsidence Les
Canneliers Villa 1 97212 SAINT-JOSEPH
(Martinique)
Objet : La socit a pour objet dans les
dpartements de la Martinique, la
Guadeloupe et la Guyane. la distribution
et/ou la commercialization de tous products
de la Nouvelle Technologie et les prestations
inhrentes ainsi que la gestion directed ou
indirecte de tout matriel informatique ou
haute technologies acquis ou don't elle pour-
rait disposer par le biais d'une concession ou
d'un droit similaire.
Elle distribuera directement ou indirectement
les products qui lui seraient confis dans le
cadre d'un contract de franchise conclu avec
la socit NTIC Services. Elle assurera la
maintenance de tous les matriels vendus.
Et gnralement, toutes operations indus-
trielles, commercials, financires, civiles,
mobilires ou immobilires pouvant se ratta-
cher directement ou Indirectement l'un des
objets viss ci-dessus ou tous objets simi-
laires ou connexes.
Dure : 99 annes computer de l'immatricu-
lation de la socit au Registre du commer-
ce et des socits.
Apports en numraires: 4 000 euros
- Mr Richard GENNADE : 1.800 euros
- Mr Roger GENNADE : 600 euros
- Mr Jean Claude GENNADE : 600 euros
- M.I.E. SARL: 1.000 euros
Grant : Mr Richard GENNADE est dsign
statutairement en quality de grant pour une
dure illimite.
Pour avis
FA 4818

AVIS DE LIQUIDATION

SOS PROPRET
Maison Volumnle
Rue du Brin d'Amour
97220 TRINIT

Suite l'A.G. du 02.12.2004, il a t dcid
de la liquidation total de la socit.


MrJean Pierre PIGEONNEAU est charge de
la liquidation, don't l'adresse est : 33 rue
Vincent Placoly 97200 F-de-F.

Pour avis, le Grant
FA 4819

SOCIT CARIBENNE DE SCURIT
SARL au Capital de 7 500 C
SIGE SOCIAL: 28 Lotissement les
Flamboyants Cit Dillon
97200 FORT-DE-FRANCE
RCS de Fort-de-France : 2004 B 781
SIRET: 454 090 317 00024

MODIFICATION DE L'OBJET SOCIAL

Par assemble gnrale en date du 10 mai
2005, il a t dcid de modifier l'objet
social comme suit:
La socit a pour objet dans les DOM TOM
et en France mtropolitaine, la surveillance,
le gardiennage, la mise en place de sys-
tmes d'alarmes.
Ancien objet social:
La socit a pour objet dans les DOM TOM
et en France mtropolitaine, la surveillance,
la vido-surveillance, le gardiennage, la
mise en place de systmes d'alarmes.
Les status ont t modifis en consquen-
ce.

Pour avis, le Grant
FA 4820

AVIS DE CONSTITUTION

Avis est donn de la constitution d'une
Socit prsentant les caractristiques sui-
vantes:
DENOMINATION : SOCIT NOUVELLE
TIJUMA
FORME : Socit responsabilit limite
SIGE SOCIAL : Immeuble "MEGA-
CHAUSS Les Mangles" Zone Industrielle
Les Mangles-Acajou 97232 LE LAMENTIN
OBJET : Le commerce de chaussures,
maroquinerie, vtements, articles divers et
plus gnralement de tous products se rap-
portant la chaussure, l'habillement et
tous accessoires affrents l'quipement de
la personnel.
DURE : 99 ans computer de son immatri-
culation.
CAPITAL: 1000 euros
GRANCE : Monsieur Manuel BAUDOUIN,
demeurant Saint-Pierre (Martinique) -
Morne d'Orange Habitation Malepuce.
IMMATRICULATION : au RCS de Fort-de-
France.

Pour avis
FA 4821

AVIS DE CONSTITUTION D'UNE SARL

Aux terms d'un ASP en date du 24 Mai
2005 il a t constitu une socit respon-
sabilit limite prsentant les caractris-
tiques suivantes:
Denomination social: GP INFORMATIQUE
Sige social : Bon Air Morne des Esses
97230 SAINTE-MARIE
Dure : 99 ans computer de l'immatricula-
tion au registre du commerce et des socits
Objet social: La vente, installation, conseils
et maintenance d'quipements et rseaux
informatique.
Capital social: 11 800 eiuros
Grance: Madame Valrie ROCH
La socit sera immatricule au RCS de
Fort-de-France.

Pour avis et mention
La Grante
FA 4822

AVIS DE TRANSFER

L'assemble gnrale ordinaire de la socit
NAUTIC DOM SARL qui s'est runie le ven-
dredi 06/05/2005 prsid par son grant
Monsieur Jean-Marc CLAUDE a dcid de
transfrer le sige social de ladite socit
Bt. B Local A.Y.M. Porte 08 Cit La Jete -
97240 LE FRANCOIS.

Pour avis, le Grant
FA 4823


AVIS DE CONSTITUTION

* Aux terms d'un acte sous seing priv en
date du 25 Avril 2005, il a t constitu une
socit civil dnomme LES JARDINS DU
MONTABO.
CAPITAL SOCIAL: 999 euros
PARTS : 999 parts de 1 euro
SIGE SOCIAL : Cap-Est, La Prairie, N'
125, 97240 LE FRANCOIS
OBJET SOCIAL: L'acquistition de terrains,
la construction sur ces terrains de une ou
plusieurs maisons, la vente en tout ou parties
des immeubles
DURE : 99 annes computer de l'immatri-
culation de la socit au tribunal de com-
merce
GRANCE : M. Eric DERENNE, rsidant
Cap-Est, La Prairie, N' 125, 97240 LE
FRANCOIS, pour une dure de 3 ans
IMMATRICULATION: Tribunal de commerce


de Fort-de-France.

Pour avis


AVIS DE CONSTITUTION

Aux terms d'un acte sous sei
date du 07 Mai 2005, il a t co
socit civil dnomme LE CL
CARAPA
CAPITAL SOCIAL: 500 euros
PARTS : 500 parts de 1 euro
SIGE SOCIAL : Cap-Est. La
125, 97240 LE FRANCOIS
OBJET SOCIAL: L'acquisition de
construction sur ces terrains de
sieurs maisons, la vente en fou
des immeubles.
DURE : 99 annes comter d
culation de la socit au tribune
merce.
GRANCE : M. Eric DERENN
Cap-Est, La Prairie, N 125,
FRANCOIS, pour une dure de 3
IMMATRICULATION: Tribunal de
de Fort-de-France.

Pour avis


AVIS DE CONSTITUTE

Avis est donn de la constitute
sous seing priv d'une entreprise
les caractristiques suivantes:
Forme: Socit en nom collectif
Denomination: SNC LOISIR TRC
et son sigle : LOISIR TROIS ILE
Adresse : 123 Alles des
Lotissement Mansarde 97231 L
Objet social : Lexploitation de te
ts rcratives de tout type ayan
avec le tourism
Dure : 90 ans
Capital: 100 euros
Grant: Gisle PAMPHILE
Demeurant: 171 Tour Germaine
97234 FORT-DE-FRANCE
Immatriculation au registre du
en course

Pour avis, le Grant


AVIS DE CONSTITUTE

Avis est donn de la constitution
sous seing priv d'une entreprise
les caractristiques suivantes :
Forme : Socit en nom collectif
Denomination : SNC LOISIRS
et son sigle: LOISIR DIAMANT
Adresse : 123 Alles des
Lotissement Mandarde 97231
Objet social : L'exploitation de tf
ts rcratives de tout type ayan
avec le tourism.
Dure : 90 ans
Capital : 100 euros
Grant: Gisle PAMPHILE
Demeurant: 171 Tour Germaine
97234 FORT-DE-FRANCE.
Immatridclation au registre du
en course.

Pour avis. le Grant


Henri et Serge DUVAL
Notaires associs
31, Rue Moreau de Jonnes
97200 FORT-DE-FRANCE
Tl.: 0596 72 58 12 Fax : 0596 63 18 09

RECTIFICATIF

Aux terms d'une assemble gnrale des
associs en date du 12 Mai 2005, l'objet
social de la socit NATURAL BIO SHOMO
en course de constitution a t modifi de la
faon suivante :
Objet social : La socit a pour objet la vente
de products diltiques et products de beaut
et d'amincissement.

Pour avis,
Le Grant
FA 4828


CACEM
COMMUNAUT D'AGGLOMRATION
DU CENTRE DE LA MARTINIQUE
FA 4824
AVIS D'APEL PUBLIC
)N LA CONCURRENCE

ng priv en 1. Identification de l'organisme qui passe le
nstitu une march :
OS DE LA CACEM Communaut d'Agglomration du
Centre de la Martinique Immeuble Cardinal
Chateaubcouf Est BP 407 97204 FORT-
DE-FRANCE CEDEX Tl. : 0596 75 82 72
Prairie, N Fax: 0596 75 87 06
2. Objet du march :
Sterrains, la Assistance juridique, financire et technique
une ou plu- relative la mise en place de la dlgation
lt ou parties de service public du Port de Plaisance de
l'Etang Z'Abricots
le l'immatri- 3. Nature de la prestation:
al de com- Cette tude a pour objectif de dfinir d'assis-
ter la CACEM pour l'analyse des offres des
E, resident candidatures (au niveau technique, financier,
97240 LE juridique) jusqu' la signature du contract de
Sans. dlgation.
commerce 4. Critres de selection des candidatures:
Produire les pieces justificatives ncessaires
l'valuation de la capacity conomique,
financire et technique minimal requise en
FA 4825 vue de la selection des candidatures,
savoir :
ON Lettre de candidature,
Si le candidate est en redressement judiciai-
on par acte re copie du ou des jugements prononcs
prsentant cet effect,
Declaration sur l'honneur dment date et
signe du candidate pour justifier qu'il a salis-
)IS-ILETS 1 fait aux obligations fiscales et sociales, qu'il
TS 1 n'a pas fait l'objet au course des cinq der-
Palmiers nires annes d'une condemnation inscrite
.E ROBERT au bulletin n* 2 du easier judiciaire pour les
routes activi- infractions vises aux articles L.324-9,
t un rapport L.324-10, L341-6, L.125-1 et L125-3 du
code du travel,
Declaration concernant le chiffre d'affaires
global et chiffre d'affaires concernant les ser-
vices auxquels se rfrent le march rali-
- Godissard ss au course des trois derniers exercices
Liste des principaux services fournis prci-
commerce : sant leur date de ralisation et leur montant
en relations avec l'objet du march,
Declaration indiquant le matriel et l'qui-
pement technique don't dispose le prestatai-
FA 4826 re pour l'excution des services.
Ces justilicalifs peuvent tro foumis au
ON moyen des imprims DC4, DC5 (nouvelle
version) et DC7.
on par acte 5. Critres de selection des offres:
Sprsentant Offre conomiquement la plus avantageuse
apprcie en function des critres indiqus
dans le cahier des charges.
DIAMANT 1 6. Procedure de passation choisie:
1 March pass selon la procedure adapte
Palmiers en application de l'article 28 du code des
ROBERT marchs publics issue du dcret 2004-15 du
lutes activi- 07 janvier 2004.
t un rapport 7. Dure du march :
Le march sera conclu pour une dure d'un
an renouvelable une fois.
8. Date limited de reception des offres :
Le 3 Juin 2005 12 heures
Godissard 9. Dlais de validit des offres :
90 jours computer de la reception des offres
commerce : 10. Modalits essentielles de paiement:
Paiement par virement 45 jours.


FA 4827 Suite en page 11











ANNONCES LGALES


Jeudi 2 Juin 2005 justice n 22- Page 11


Suite de la page 10

11. Adresse auprs de laquelle le cahier des
charges peut tre obtenu :
CACEM "Communaut d'Agglomration du
Centre de la Martinique" Service des
Marchs Immeuble Cardinal
Chateaubceuf Est BP 407 97204 FORT-
DE-FRANCE Tl. : 0596 75 82 72 Fax :
0596 75 87 06
12. CONDITIONS D'ENVOI DES PLIS:
Les candidates intresss peuvent adresser
leur offre :
CACEM "Communaut d'Agglomration du
Centre de la Martinique" Monsieur le
President Service des Marchs Immeuble
Cardinal Chateauboeuf Est BP 407 -
97204 Fort-de-France Tl.: 0596 75 82 72
- Fax: 0596 75 87 06
Les enveloppes devront porter la mention :
"Offre pour Assistance juridique, financire et
technique relative la mise en place de la
dlgation de service public du Port de
Plaisance de l'Etang Z'Abricots"
NE PAS OUVRIR
La transmission des offres par voie lectro-
nique n'est pas autorise.
13. Renseignements complmentaires:
Pour tout renseignement d'ordre technique,
s'adresser au Service Dveloppement
Economique de la CACEM Tl. :0596
75 82 72 Fax: 0596 75 54 58
14. Date d'envoi de l'avis : 23 Mai 2005

Pour le Prsident et par dlgation
Le Directeur Gnral Adjoint
Jean-Claude AURORE
FA 4829

Libert Egalit Fraternit
RPUBLIQUE FRANCHISE
PRFECTURE
DE LA REGION MARTINIQUE

SECRETARIAT GNRAL

DIRECTION DE LENVIRONNEMENT
DU CONTENTIEUX DES FINANCES
ET DES AFFAIRES DECENTRALISEES

BUREAU DE L'ENVIRONNEMENT
ET DU LITTORAL

AVIS D'OUVERTURE
D'UNE ENQUETE PUBLIQUE

Unit de mise en bouteilles d'alcools et
de fabrication de chocolate au Ileudit
Domaine de l'Acajou sur le territoire de la
commune du Franois

Par arrt prfectoral n 05-1576 du 26 Mai
2005, est ouverte une enqute publique
d'une dure d'un (1) mois du VENDREDI 17
JUIN 2005 AU LUNDI 18JUILLET 2005
INCLUS, sur le territoire de la commune du
FRANCOIS, sur la demand d'autorisation
prsente par Monsieur Charles LARCHER,
Directeur de la Socit "Hritiers H.
CLMENT", en vue d'tre autoris exploi-
ter une unil de stockage, vieillissement et
mise en bouteille de rhum, comprenant une
ligne de fabrication de chocolate, sur son site
existent implant sur le territoire de la com-
mune du FRANCOIS au lieudit "Domaine
Acajou".
Les pieces du dossier seront dposes la
mairie du FRANCOIS, afin que les per-
sonnes intresses puissent en prendre
connaissance et consigner ventuellement
leurs observations sur le registre d'enqute
ouvert cet effet.
Le commissaire enquteur, M. Christian
TROUDART, sigera la mairie du FRAN-
COIS pendant la dure de l'enqute, selon le
calendrier ci-dessous indiqu :
VENDREDI 71 JUIN 2005. MERCREDI 22
JUIN 2005. MERCREDI 29JUIN 2005,
MERCREDI 06 JUILLET 2005, MERCREDI
13 JUILLET 2005 ; DE 09H 12H.
Il procdera galement l'ouverture de l'en-
qute publique le VENDREDI 17 JUIN 2005
09 H et la clture de celle-ci le LUNDI 18
JUILLET 2005 09 H la Mairie du FRAN-
COIS.
Toute personnel pourra sur demand et
aprs l'enqute, prendre connaissance du
rapport et des conclusions du commissaire


enquteur la Prfecture Bureau de
l'Environnement et du Ulloral et la mairie
du FRANCOIS.

Fort-de-France, le 26 Mai 2005
Pour le Prfet et par dlgation
Olivier GOURDON
FA 4830

PRFECTURE
DE LA REGION MARTINIQUE

SOUS-PRFECTURE DE LA TRINIT

La Sous-Prfte de Trini
COMMUNIQUE

AVIS D'OUVERTURE
D'ENQUETE PUBLIQUE

Le public est inform que, conformment
aux dispositions de l'arrt n 05-13 du 2 mai
2005, une procedure d'enqute publique est
mise en oeuvre sur le project d'autorisation de
prlvement en eau de surface, pour l'irriga-
tion, dans la Grand-Rivire sur la commune
de Grand-Rivire.
Cette enqute est ouverte pendant une
dure de trente trois jours conscutifs (33),
u VENDREDI 27 MAI 2005 AU JEUDI 30
JUIN 2005 INCLUS.
Le dossier d'enqute peut tre consult la
Mairie de Grand-Rivire et la Sous-
Prfecture de la Trinit dans les dlais susvi-
ss, aux heures d'ouverture des bureaux.
Durant cette priode, les observations du
public peuvent :
* soit tre consignes sur le registre d'en-
qute ouvert, sur place, cet effect,
* soit tre adresses par crit au commissai-
re enquteur, M. Eugne GOLD DALG, qui
sigera :
# A LA MAIRIE PRCITE, LE VENDREDI
27 MAI, LE JEUDI 2 JUIN, LE JEUDI 16
JUIN, ET LE JEUDI 30JUIN 2005, DE 9
HEURES 12 HEURES.
# A LA SOUS-PRFECTURE DE LA
TRINITY LE JEUDI 9 JUIN 2005, ET LE
JEUDI 23 JUIN 2005, DE 9 HEURES A 12
HEURES.
A l'issue de l'enqute et pendant un an,
copies du rapport et des conclusions du
commissaire enquteur seront tenues la
disposition du public, en Mairie de Grand-
Rivire, et la Sous-Prfecture de Trinit,
Service Dveloppement Local, partir du
quarantime jour suivant la clture de l'en-
qute.

Trinit, le 2 Mai 2005
La Sous-Prfte
Josette MICHEL
FA 4831

BATIMENTS MARTINIQUAIS
Socit responsabilit limite
au capital de 7622
Sige : Rue du Professeur Roi Camille
97200 FORT-DE-FRANCE
RCS :2005 B 146

Aux terms d'une dlibration en date du 30
Avril 2005. l'Assemble Gnrale Ordinaire
a nomm:
Monsieur PIAULT Franck, demeurant 16
Lotissement la Sagesse RIVIRE-SALE,
en quality de Grant associ pour une dure
indtermine en replacement de Monsieur
BERTHOLO Jocelyn.

La Grance
FA 4832

AVIS D'ANNONCE LGALE

Les associs de la SARLAGENCE DE PRO-
MOTION DES ACTIVITS RURALES ET
TOURISTIQUES, runis en AGE le 1er Mai
2005, ont dcid :
- d'tendre l'objet social aux activis sui-
vantes : l'ingnierie touristique sous toutes
ses former (activits culturelles, artistiques,
artisanales, gastronomiques, de loisirs, spor-
tives,...)
- de complter l'adresse du sige social :
Rue Vaton Mome des Esses 97230 SAIN-
TE-MARIE
- que l'exercice social commence le 1er sep-
tembre et se termine le 31 aot de l'anne


suivante. Par exception l'exercic
ouvert le 1er janvier 2005 sera c
aot 2006.
- de convertir le capital social d
euros par voie de conversion
nominal des parts. La valeur no
parts, fixe dans les status
dsormais fixe 15 C. Le capital
dans les status 50.000 F, es
fix 7 500 .
- d'augmenter le capital social d
de 52 500 C par des apports en
afin de le porter de 7.500 C 60 (
creation de 3 500 parts nouvel
chacune, intgralement libres.
- de modifier, en consequence de
ci-dessus, les articles suivants d
n" 2 Obet social, n 4 Sige s
Apports, n" 7 Capital social
Exercice social.

Pour avis, la Grance


SARL SOREST
SARL AU CAPITAL DE 15
SIGE SOCIAL:
BELFORT, 97232 LAMEI
RCS 439 169 657

Aux terms de l'Assemble
Extraordinaire du 09 Mai 2005
Sige social, Quartier Belfl
LAMENTIN, et enregistre la
sionnaire de Fort-de-France Ou
Mai 2005, Bordereau n" 2005/4;
5, les associs ont dcid l'una
- Procder la liquidation de l'er
- Nommer M. ZIE Boris demeu
Les Mahoganys, 97227 SAINT
quality de liquidateur amiable.
Le sige de liquidation est fix
97232 LAMENTIN.

Pour avis,
Le Liquidateur


MODIFICATION DE LA GI

Par Assemble Gnrale Extrai
01/04/05 de SARL FP RAGO, ca
immatricule au RCS FDF B 43
00026, sige social 132 Rue
97200 FDF le grant dmissio
Fritze RAGOO est remplac p
Eric VIGNERON, demeurant 1
Professeur Roy Camille, Dil
FORT-DE-FRANCE. Article 11
en consequence.



AVIS DE CONSTITUTION

Avis est donn de la constitution
ts suivantes :
DENOMINATION: SNC A5L IN
FORME: Socit en nom collect
CAPITAL: 100 euros
OBJET: Location simple de lon
vhicules et biens d'quipeme
sionnels
SIGE SOCIAL: Le Lamentin (9
DURE : 10 annes
ASSOCIS EN NOM:
- La socit ACI Financement
SARL au capital de 7622 C, d<
social est 6 Lotissement Manhi
Chaux Sud, 97232 Le Lamentir
le au RCS de Fort-de-France so
ro 392 962 726 reprsente par I
REYNAL agissant es quality de
- Monsieur Stphane de REYN,
c/o ACI Immeuble Sera Zone
97232 Le Lamentin Martinique
GRANCE:
- La socit ACI Financement
SARL au capital de 7622 , dc
social est 6 Lotissement Manhi
Chaux Sud 97232 Le Lamentir
le au RCS Fort-de-France sous
392 962 726 reprsente par
REYNAL agissant es quality de
IMMATRICULATION : au RCS
France.

Pour avis


e en course AVIS DE CONSTITUTION
ltur le 31
Avis est donn de la constitution des soci-
e francs en ts suivantes :
du montant DENOMINATION: SNC M5L INDUSTRIES
ominale des FORME: Socit en nom collectif
S100F est CAPITAL:100 euros
il social, fix OBJET: Location simple de longue dure de
t dsormais vhicules et biens d'quipements profes-
sionnels
e la some SIGE SOCIAL: Le Lamentin (97232)
numraire, DURE: 10 annes
000 , par la ASSOCIS EN NOM :
les de 15 C La socit ACI Financement Outre Mer
SARL au capital de 7622 , don't le sige
es decisions social est 6 Lotissement Manhity Four
es status : Chaux Sud 97232 Le Lamentin immatricu-
ocial, n" 6 Ie au RCS de Fort-de-France sous le num-
el n 30 ro 392 962 726 reprsente par Monsieur de
REYNAL agissant es quality de grant
Monsieur Stphane de REYNAL domicili
c/o ACI Immeuble Sera Zone de Manhity
FA 4833 97232 Le Lamentin Martinique
GRANCE :- La socit ACI Financement
Outre Mer, SARL au capital de 7622 , don't
250 C le sige social est 6 Lotissement Manhity -
Four Chaux Sud 97232 Le Lamentin,
NTIN immatricule au RCS de Fort-de-France
sous le numro 392 962 726 reprsente par
Monsieur de REYNAL agissant es quality de
Gnrale grant.
i tenue au IMMATRICULATION : au RCS de Fort-de-
ort, 97232 France.
Recette divi-
iest, le 27 Pour avis
29 Case N" FA 4837
animit de:
ntreprise CABINET de Maitre Ren HELENON
rant 17 Lot. Avocat la Cour
E-ANNE en Centre d'Affaires Dillon Valmenlre
Bt. A 1er tage
Belfort, 97200 FORT-DE-FRANCE
Tl. : 0596 55 60 60 (rf. 20040064)

VENTE AUX ENCHRES PUBLIQUES

FA4834 II sera procd le MERCREDI 06 JUILLET
2005 A 09H00 l'audience des Cries du
RANCE Tribunal de Grande Instance de FORT-DE-
FRANCE, Cit Judiciaire, 35 Bd Gnral de
ordinaire du Gaulle, la vente aux enchres publiques
pital 7 700 C EN DEUX LOTS au plus offrant et dernier
9 568 262 enchrisseur de:
R. Camille Dans un ensemble immobilier dnomm
.nnaire Mlle "Rsidence Amaryllis" FORT-DE-FRANCE
ar Monsieur cadastr section BM n" 344 lieudit "Rs.
132 rue du Amaryllis" rue Prof. Garcin n" 34 our 18 a
Ion, 97200 81 ca,
est modifi PREMIER LOT (en un lot): lot de copropri-
t n" UN (1) : appartement de 96,40 m2 au
rez-de-jardin du Bt. A (hall, salon, salle
FA4835 manger, cuisine amnage, chambre avec
salle d'eau donnant sur salle manger, salle
ON d'eau, dgagement avec placard et
gauche, coin WC, salle de bains au fond,
n des soci- chambre ct droit, chambre, terrasse et bal-
cons d'angle) et lots de coproprit n"
)USTRIES VINGT CINQ (25) et VINGT SIX (26) : deux
tif boxes usage de garages au sous-sol.
DEUXIME LOT (en un lot) : lot de copro-
ge dure de prit n" DEUX (2) : attenant au lot de copro-
ents profes- pril n" 1, studio de 24,94 m2 au rez-de-jar-
din du Bt A (hall avec placard, salon, pice
I7232) sjour) et lot de coproprit n" TRENTE
SEPT (37) : parking extrieur.
Tous occups litre gratuit par l'ex-pouse
Outre Mer et l'enfant du propritaire.
ont le sige Le cahier des charges a t dpos au
iy Four Greffe du TGI de Fort-de-France le
Simmatricu- 07/03/2005 o toule personnel peut en
us le num- prendre connaissance.
Monsieur de Les enchres sont portes par Ministre
grant d'Avocat et s'ouvriront sur la mise prix en
AL domicili deux lots de :
de Manhily PREMIER LOT en un lot (lots n" 1,25 et 26):
CENT MILLE Euros (100 000 )
DEUXIME LOT en un lot (lots n" 2 et 37) :
Outre Mer TRENTE MILLE Euros (30 000 )
ont le sige En cas de carence d'enchres, la vente sera
iy Four requise aprs baisse de ces mises prix de
n immatricu- 20 %.
s le numro Pour toute visit des lieux, se rapprocher
Monsieur de avant le 22/06/2005 de la SCP MONIER /
grant MARTINVALET / OZIER-LAFONTAINE-
de Fort-de- VIGNERAS Huissiers de Justice associs
SCHCELCHER Tl. : 0596 61 09 62.
FA 4838

FA 4836








SOCIT


eudi 2 luin 2005 Justice n 22 Page 12


Media


Le N 62 d'Antiane Eco est paru


Comme son habitude, la revue
conomique et social des Antilles-
Guyane nous livre des donnes sta-
tistiques et analytiques intres-
santes relatives nos socits.
Dans ce numro son prsents les
rsultats de l'enqute Budget de
Famille ralise en 2001. Une
autre enqute est en course, concer-
nant deux problmes notamment.
A la question "Comment les
mnages peroivent leur niveau de
vie", 32 % des mnages martini-
quais estiment que du point de vue
financier "a va", 41% qu'ils sont
justte, tandis que 27 % disent que
la situation est difficile.
Selon l'enqute, 40 % des mnages
dclarant un revenue lev jugent
que leur situation est justt" ;
l'inverse, les faibles revenues dcla-
rent "a va".


Le risque pour le chef de famille de
perdre son emploi est ressenti par
27 % des mnages.
Cette situation inquite fortement
les mnages faible revenue ou
ceux don't l'un des membres est
dj chmeur.
Le second article porte sur
"Comment les mnagent utilisent
leur argent".
Les plus gros postes de dpense
sont attribus au loyer et l'ali-
mentation ; viennent ensuite les
transports. Six mnages sur dix
possdent un vhicule.
En ce qui concern les dpenses ali-
mentaires, le pain occupe la pre-
mire position, suivi du poisson.
L'achat des racines pays est en lre
place et le riz est 19e sur 20.
Dans ce numro, on apprend qu'un
salari sur deux gagne plus de


1.240 /mois et qu'un cadre peroit
trois fois le salaire d'un ouvrier.
13 % des enfants martiniquais sont
pauvres, ainsi que 12 % des
mnages : ceci est le constat d'une
tude livre dans un article "Les
enfants plus pauvres que les
adultss. (Nous y reviendrons).
L'INSEE, en collaboration avec les
Conseils rgionaux de nos trois
pays, a public la second dition du
"Panorama de l'espace Carabe".
Dans ses 210 pages, nous est livre
une synthse en quatre tudes th-
matiques (volution dmogra-
phique, conomie, tourism et com-
merce extrieur) des 38 pays de la
zone.
Cet ouvrage est en vente au prix de
12 .

C.B.


Coupe de France de Karat


Lionel Nardy sacr Reims


L'Amicale Karat Shotokan doit pou-
voir s'enorgueillir de prsenter cette
anne un bilan plus que positif.
En effet, aprs le titre de Vice-
Champion de France obtenu par le
minime Quentin Agren le 06 mars
2005 Gravelines, c'est au tour des
cadets le samedi 14 mai de dfendre
les couleurs du Club schoelchrois la
Coupe de France Zone Nord.
Les rsultatssont remarquables. Sur
trois cadets prsents, deux ont accd
au podium. Dans la catgorie des plus
de 75kg, Johan Vincent-Luce accde
la mdaille de bronze aprs un par-
cours sem d'embches.
Le principal obstacle don't il a d se
dfaire pour son premier combat
n'tait rien d'autre que le troisime du
championnat d'Europe 2005.
Sur un autre tableau Lionel Nardy se
dfaisait un un de tous ses adver-
saires pour parvenir la finale de la
catgorie. Un combat quipe qui se
solda l'issue du temps rglementaire
par un score de parit. C'est donc
durant les prolongations que Lionel,


fort de sa determination, est parvenu
s'imposer.
Il confirm donc Reims ses disposi-
tions avres Calais l'an dernier et
devient pour la second fois conscuti-
ve vainqueur d'une Coupe de France.
Ces exploits vivement salus par la
Ligue de Karat de la Martinique sont
le rsultat la fois des qualis excep-
tionnels de tnacit dans l'effort de ces


jeunes Martiniquais et du travail tech-
nique en profondeur en honneur de
longue date au sein de l'Amicale
Karat Shotokan.
Ils augurent d'une bonne reprsenta-
tion de notre region au Championnat
Panamricains de Karat
Montevideo (Uruguay) en septembre
prochain.


y




De D. G. : Johan Vincent-Luce, Lionel Nardy, Quetin Agren




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - Version 2.9.9 - mvs