Group Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Title: Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00007
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Publication Date: February 24, 2005
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00088914
Volume ID: VID00007
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373

Full Text
DAHEBDOMADAIRE COMHBA2
NUR teFR IN tx


Pour la Responsabilit et le Dveloppement vritable.


VIOLENCE
DES JEUNES:


j>


FORUM PCM
de Basse-Pointe:
"OU VA LA
MARTINIQUE"
Un franc succs


LAREINTY
OU L MMOIRE
ASSASSINE
Par Georges
ERICHOT


CHAMPAGNE
SUCRIRE 2005:
Provisions
pessimistes


UIEST

)NSAB


5P


R








SA KA PAS


jeudi 24 Fvrier 2005 justice n 8 Page 2


SA KA PAS ....................p.2
EDTO .. .......................p. 3
Dlinquance et violence : Faut-il en
vouloir la socit ?
EDUCATION ................p. 4
Les lycens martiniquais contestent la
loi Fillon.
Education : Grogne syndicale et boy-
cott du CTPA
SOCIT .................. .p. 5
Une prime rgionale pour la construc-
tion parasismique.
Campagne sucrire 2005 : Prvisions
pessimistes
Consommation : Crise des vhicules
disel. Premiers rsultatts des ana-
lyses de la SARA
POLITIQUE .................p. 6
Forum communist de Basse-Pointe:
O va la Martinique. Quel avenir ?
POLITIQUE ................ .p. 7
Alfred Marie-Jeanne rpond Guy
Lordinot
DANS LE MONDE ............ p. 8
Polynsie La plante en danger -
Coopration accrue entire la Chine et la
Carabe
ANNONCES LGALES ... .p. 9 11
POLITIQUE ................p. 12
Lareinty ou la mmoire assassine.
"Noirs dans les camps nazis" de S. Bil



JUSTICE
Administration : 71 86 83
Rdaction : 63 13 20
Fax : 63 13 20
Ed.Justice @ wanadoo.fr




Fondateur: Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France Tl. 71 86 83
Commission Paritaire n 54.026
7 Janvier 1977
Directeur de la Publication :
Femand PAPAYA
Maquette Impression:
NIM -73 14 54


Justice

Report au 8

avril du procs

du Maire du

Macouba

Sainte-Rose

Cakin
Ils taient nombreux se presser le
vendredi 18 fvrier au Palais de
Justice pour suivre le procs du
Maire du Macouba poursuivi pour
homicide involontaire et mise en dan-
ger de la vie d'autrui et construction
sans permis. Une mise en examen
faisant suite la noyade d'une fillet-
te dans la piscine municipal du
Verger, au Macouba, en janvier 2004.
Outre certain habitants de la com-
mune, de nombreux amis politiques
de l'lu avaient fait le dplacement.
On a galement vu des maires de
tous les bords de l'chiquier politique,
don't le Prsident de l'Association des
Maires, Serge Larcher, le ler adjoint
de la ville capital Saint-Louis-
Augustin, Maurice Antiste et
Raymond Occolier, pour ne citer que
ceux-l.
De l'autre ct, la mre de la fillette
paraissait bien seule. La defense et la
parties civil ont rclam et obtenu le
renvoi de l'affaire. Elle sera plaide le
8 avril prochain. Les deux parties ont
estim que le Parquet avait agi avec
prcipitation. Les avocats de la dfen-
se souhaitent avoir les moyens de
dfendre leur client, critiquant les
conditions dans lesquelles a t
mene l'enqute. La parties civil n'en
dit pas moins et rclame la citation
des reprsentants de l'Etat en fonc-
tion cette date.
Notons que l'Assaupamar s'est gale-
ment porte parties civil dans cette
affaire.

CACEM

Inondations

de la Jambette

Dbut de solution pour les usagers
des zones d'activits longeant la rivi-
re Jambette, qui doivent faire face,
chaque pisode pluvieux important,
des dgts considrables. Suite ces


diverse inondations, subies notam-
ment par les commerants et arti-
sans de la zone d'activit de Rivire
Roche, la CACEM a entrepris de
mettre hors d'eau le primtre situ
de part et d'autre de la rivire.
Plusieurs operations ont t entre-
prises afin de rsoudre le problme
moyen terme : une tude hydraulique
sur les bassins versants de la rivire
Jambette est en course, complte par
une cartographie des rseaux d'eau
pluviale pour trouver des solutions
d'amnagement.
A court terme, une entreprise man-
date par la communaut d'agglom-
ration assure depuis ce mois de
fvrier le courage de la rivire
Jambette entire la dcharge et la ZAC
de Rivire-Roche.

Conseil Rgional
Reception

du giratoire et

de la passerelle

de Gaschette

au Robert

La collectivit rgionale, en presence
de son Prsident Alfred Marie-
Jeanne, a rceptionn le vendredi 18
fvrier au Robert l'amnagement en
giratoire du carrefour Gaschette
ainsi que la passerelle pour pitons le
surplombant. La solution du giratoire
a t retenue pour amliorer les
conditions de scurit des usagers,
car de nombreux accidents, don't cer-
tains mortels, ont eu lieu cet
endroit.
Une ralisation entirement finance
sur les fonds rgionaux, tant pour le
giratoire que pour la passerelle.

Nomination

Claude Lise, Prsident du Conseil
Gnral, a t nomm membre du
Conseil national de l'amnagement
et du dveloppement du territoire
(CNADT) par le 1er Ministre le 25
Janvier dernier. Il s'agit d'une ins-
tance consultative qui contribute
l'laboration des politiques d'amna-
gement et du dveloppement durable
du territoire.








Jeudi 24 Fvrier 2005 Justice n" 8 Page 3


Dlinquance

et violence :

Faut-il en vouloir

la socit ?


Le pre du jeune Mickal
Maximin, assassin au Robert
pendant le Carnaval par un
autre jeune de 16 ans qui lui a
port un coup de couteau, a
dclar "France-Antilles" le
11 fvrier : (...) Je n'ai pour-
tant pas de haine envers qui
que ce soit. Mais j'en veux la
Socit de ne pas parvenir
grer cette violence gratuite
(...)".
Et le Procureur de la
Rpublique Serge Samuel de
s'inquiter que c'est le troisi-
me meurtre en deux ans impli-
quant un auteur mineur.
L'motion dans le pays est
monte d'un cran.
Et chacun de se demander
pourquoi cette monte de la
violence et de la dlinquance
des jeunes.
On peut se dire que l'affaire
concern le drapage d'un
jeune dans la chaleur du
Carnaval et que mettre en
cause la socit est aller vite
en besogne. Et cela a t -
avouons-le notre premiere
reaction en pregnant connais-
sance des propos du pre du
jeune robertin tragiquement
enlev l'affection des siens.
Ecoutons cependant les socio-
logues et les ducateurs.
Que disent-ils ?
D'abord cette dlinquance
touche principalement mais
pas exclusivement des jeunes
en tat d'chec scolaire, ayant
peine acquis les savoirs
basiques et qui ont d'im-
menses difficults pour abor-


der les difficults de la vie et
de l'insertion professionnelle,
voire faire des dmarches
administrative simples.
Cela signe la faillite du syst-
me d'ducation.
Ensuite sont concerns des
jeunes de families monoparen-
tales diriges le plus souvent
par des mres ayant gale-
ment vcu une situation
d'chec scolaire et social.
Quant aux pres... ?
Nous sommes en presence
d'une gnration voire de plu-
sieurs gnrations de parents
ayant connu le chmage per-
manent et massif et de mres
qui ont eu des enfants sans
avoir jamais (ou presque) tra-
vaill.
Nous cueillons les fruits amers
de la crise de mutation des
annes 1960-1970 qui a vu la
Martinique basculer de la
socit de plantation qui pro-
duisait la socit capitalist
et colonial de consommation
importe base sur l'assista-
nat.
Autrement dit, on a affaire
aujourd'hui beaucoup de
jeunes qui n'ont vu que des
adults au chmage et vivant
sans travailler.
Sans parler du dsert cultural
que tout cela implique.
La rupture dans la socit
martiniquaise s'est sans doute
produite dans ces annes-l.
Le tmoin des valeurs de l'du-
cation traditionnelle n'a pas
t transmis. Une parties de ces
parents ne peuvent trans-


M. Branchi


mettre ce qu'ils n'ont pas
acquis: le sens de l'effort li au
travail.
Comment une telle jeunesse
peut-elle croire que tudier,
travailler permet de se
construire une vie ?
Acculturation, dculturation,
sur fond de dsespoir provo-
quent une violence d'abord
rentre mais qui se manifeste
la premiere occasion. Frantz
Fanon nous a dcrit cette vio-
lence du colonis qui se
retourne contre lui-mme.
Qu'est-ce qui se substitute alors
?
Rappelons qu'un jeune sur
deux est demandeur d'emploi
en Martinique.
Comment ne pas avoir le senti-
ment que l'avenir est bouch ?
C'est dans ce context que les
sociologues et ducateurs
nous disent qu'intervient la
"mondialisation" au plan cul-
turel, c'est--dire l'imposition
du modle cultural unique
amricain version black vhi-
cul par la Tlvision, la
musique : coca-cola, macdo,
chaussures Nike, alcohol,
drogue et violence.
La violence, l'assassinat, le
cynisme, l'appt du gain, le
culte de l'argent-roi sont bana-
liss voire levs au rang de
vraies valeurs d'aujourd'hui.
Le capitalism le plus immoral
dicte les sept pchs capitaux


Suite en page 7


EDITO








LUTTES SOCIALES


Jeudi 24 Fvrier 2005 Justice n 8 Page 4


Les lycens martiniquais

contestent la loi Fillon


"Non la diversion.
Tu ne nous auras -.s
pas Fillon", ont
scand les lycens .L.
martiniquais mobili-
ss contre la rforme
du ministry de .'
1' E education `
National.
Les 16, 17 et 18
fvrier derniers, des ..
lves des diffrents .
lyces sont descen- -
dus dans la rue pour
dire leur opposition
ce project de rfor-
me. Devant l'am-
pleur de la mobilisa-
tion en France,
Franois Fillon a
retir le volet
concernant sa rfor-
me du Bac. Un recul ..'
partiel du ministry
et du gouvernement
pour tenter de faire
passer le project de loi d'orientation
pour l'cole.
Hlas, le gouvernement est oblig
de constater que les lves ne veu-
lent pas de sa rforme et qu'ils ont
compris que le retrait ne signifie
pas que le project ne sera pas remis
en discussion plus tard.
Pour les lycens, il ne s'agit pas de
refuser le contrle continue, comme
l'explique un des porte-paroles ;


Les lycens dfendent leur avenir


"mais ce contrle continu-l, o
l'anonymat et le caractre national
ne sont pas pris en compete .
Malgr la pression de la rue, le
gouvernement veut faire passer sa
rforme vaille que vaille. Il a dci-
d d'acclrer les choses et ainsi
empcher que la mobilisation
n'enfle.
Bien d'autres aspects de cette
rforme qui ferait de l'cole une
merchandise sont contests, tels le


manque de moyens, le non rempla-
cement des profs partant la
retraite, le retrait des travaux pra-
tiques encadrs (TPE), les puni-
tions collectives.
Les tudiants ne veulent pas se
laisser abuser par le retrait du
volet relatif au Bac ; ils entendent
obtenir le retrait pur et simple de
la loi.
La mobilisation continue.
C.B.


Education


Grogne syndicale et boycott du CTPA


Pour la rentre scolaire 2005, 124
emplois d'enseignants et d'ITAOSS
seront supprims dans l'acadmie.
Les syndicats poursuivent leur
combat afin d'inverser la tendance.
Selon le Secrtaire gnral du SE-
UNSA, Marie-Michelle Toussaint,
administrationn prend le risque
d'aggraver les conditions de travail


des enseignants et personnel admi-
nistratifs et des lves au seul pr-
texte de raliser des conomies bud-
gtaires".
Le syndicate utilise tous les moyens
en sa possession pour amener l'ou-
verture "de relles ngociations
pour la prise en compete des attentes
et des revendications du personnel".


Pour la second fois aprs le 28 jan-
vier dernier, la dlgation syndica-
le a quitt le CTPA (commission
technique paritaire acadmique,
instance charge de prparer la
prochaine rentre) du 14 fvrier.
Soulignons que l'ensemble des syn-
dicats enseignants boycott les
runions de cette instance.








eudi 24 Fvrier 2005 Justice n 8 Page 5


Parasismique

Une prime

rgionale

pour la

construction
Le 17 Fvrier dernier, la collectivi-
t rgionale a lanc une champagne
d'incitation la construction para-
sismique. Tout un chacun sait que
notre region est une zone risques.
Il s'agit donc d'intgrer ce risque
dans nos comportements.
Parmi les measures prconises, il y
a la construction parasismique,
possible pour toutes les nouvelles
constructions.
Selon les statistiques, seule une
maison sur cinq est construite
selon les plans d'un architect et 80
% ne respectent aucune norme. En
2004, sur 2.000 maisons, 33 seule-
ment ont t construites selon les
normes parasismiques.
C'est cet immense chantier que la
Region s'est attele. La collectivit
a donn l'exemple avec la construc-
tion sur isolateur parasismique de
tous les btiments relevant de sa
competence (lyces de Ducos et de
Bellefontaine, etc). Elle a t au-
del des normes europennes en
vigueur (PS 92) sur lesquelles sont
construits par example la cit hos-
pitalire de Mangot Vulcin et
l'Hpital de la femme, de la mre et
de l'enfant.
Selon le Prsident Alfred Marie-
Jeanne, "il s'agit d'une volont poli-
tique dtermine de faire du dve-
loppement durable".
Les professionnels parasismiques
martiniquais sont forms ; ils sont
actuellement au nombre de 38.
Alerts par la nature, aujourd'hui
davantage de Martiniquais se pr-
sentent leur cabinet. Pour per-
mettre tout Martiniquais qui
construct d'avoir recours ces pro-
fessionnels, la Rgion a instaur
une prime de dpart de 7.000 ,
pouvant aller jusqu' 12.000
lorsque la maison est construite
sur isolateur. Cette prime permet
de contribuer l'intervention de
ces professionnels architectse,
bureaux d'tudes et contrleurs
techniques), sans alourdir la char-


ge financire du constructeur.
Il faut savoir que construire selon
la norme parasismique avec des
professionnels ne retarde pas la
construction.
Au travers de la champagne mdia-
tique (3 films en crole), la Rgion
souhaite tripler le nombre de mai-
sons construites selon le mode
parasismique. D'autant que tout
est fait pour simplifier la procdu-
re, prcise la collectivit.
C.B.

Campagne sucrire 2005

Provisions
pessimistes
La champagne sucrire 2004 a t
catastrophique pour les planteurs
cause des intempries. Beaucoup
de planteurs n'ont pu rcolter leur
production. Pour ceux qui l'ont fait,
la richesse en saccharine a t des
plus faibles. Le rendement n'tait
pas au rendez-vous.
Or la canne est paye la richesse.
A cause de la pluie, prs de 34.000
tonnes de cannes sont restes dans
les champs.
Le climate de ce dbut d'anne ne
laisse pas prvoir une hausse sub-
stantielle du tonnage et de la
richesse de la canne.
Avant le dbut de la champagne
sucrire 2005, les petits planteurs
ont fait part de leurs inquitudes
aux autorits. Les trsoreries sont
exsangues, les traites courent et les
indemnisations promises par l'Etat
pour pallier l'importante pluvio-
mtrie ne sont toujours pas arri-
ves.
Les planteurs attendent cette
some pour dmarrer la rcolte.
Selon le Directeur de la Direction
de l'Agriculture et de la Foret
(DAF), l'argent serait dbloqu
avant le dbut de la rcolte.
Par ailleurs, les planteurs rcla-
ment une revalorisation du prix de
la canne pay l'usine du Gallion,
bloqu depuis 13 ans 380 F/T.
La champagne devrait dbuter cette
semaine (lundi 28 fvrier) si la
scheresse est au rendez-vous.
Pour cette anne la production
devrait avoisiner les 230.000
tonnes, mais avec une quality
moindre.
C.B.


Consommation


Crise des

vhicules

disel

Premiers

rsultats

des analyses

de la SARA

La SARA a rendu publics les premiers
rsultats de ses analyses dans l'affaire
des fuites de joints de pompes injec-
tion de vhicules disel.
Ibut d'abord, elle indique que son
gazole est "conforme aux specifications
rglementaires en vigueur.
I s'agit d'une rglementation euro-
penne qui entire autres impose la
reduction de la teneur en soufre du
gazole afin de prserver l'environne-
ment.
Par ailleurs, la SARA rend compete des
tests effectus sur les joints de pompes
injection. Elle mentionne : "Ces
essais ont montr une lgre tendance
une moindre expansion des joints
sans que soit observe, dans les condi-
tions de ces tests, une cote infrieure
la tolerance de la cote d'origine du joint
neuf.
En clair, le gazole dsoufr conduit
un moindre gonflement des joints sans
que cela soit infrieur la variation
tolre.
La SARA ajoute qu'elle va "approfon-
dir" les tests avec la collaboration des
fabricants spcialistes de joints pour
pompes diesel.
Il s'agit, selon elle, de dterminer les
causes des incidents qui se sont pro-
duits et ont pnalis des centaines de
propritaires de vhicules diesel ces
derniers mois.
Ces derniers attendent lgitimement
d'tre indemniss.
On attend les rsultats des analyses
entreprises par les services de 1'Etat
(Concurrence, Consommation et
Repression des Fraudes).
La question reste pose : les normes
europennes pour les carburants ont-
elles t tudies pour tenir compete du
climate de la Martinique ?
AB.


SOCIT












Forum communist de Basse-Pointe


O va la Martinique

Quel avenir ?


Dimanche 20 fvrier 2005, le Parti
Communiste Martiniquais
accueillait militants, sympathi-
sants, invits au Forum-Dbat
tenu chez le camarade Florent
Vderine Basse-Pointe.
Aprs une introduction de Fernand
Papaya, le camarade Michel
Branchi, conomiste, membre du
Bureau Politique du PCM, a bross
un tableau de la Martinique qui
contrairement au discours official,
vit une crise sans prcdent.
Dans son intervention, Michel
Branchi a dmontr comment cette
crise conomique, social, culturel-
le et politique tait le rsultat
d'une politique capitalist au servi-


de son propre dveloppement, d'o
la ncessit d'avoir un Parti
Communiste fort".
Juvnal Rmir, Prsident du
CODEMA MODEF, invit s'expri-
mer sur la situation de la banane,
s'est dit inquiet.
A Basse-Pointe, nous sommes au
cour de la production bananire.
Le Prsident du CODEMA
MODEF fait l'amer constat de voir
la disparition de nombreuses
exploitations entranant beaucoup
de licenciements.
Il announce par ailleurs la liquida-
tion prochaine d'exploitations et le
licenciement d'une cinquantaine
d'ouvriers agricoles. Tout cela se


Fy F'--- -)ir Ci i(lBSI

-. -- i M ~
grc
'*M


Une assistance nombreuse et implique.

ce des puissances d'argent.
Elle est responsible du climate de
violence, car elle frappe d'abord la
jeunesse. Un jeune sur deux est au
chmage, dira-t-il, et c'est l'chec
des politiques mises en place
depuis des annes.
Michel Branchi ajoutera : "non la
Martinique n'est pas un pays dve-
lopp, mais il a de l'avenir condi-
tion d'avoir les moyens politiques


fait, dit-il, dans le silence des lus
de ce pays.
Dans un long plaidoyer, il a port
la connaissance des invits cette
situation de crise, les espoirs avec
le regroupement des planteurs
condition que la transparence dans
la gestion, dans la communication
soit faite au niveau de tous les
planteurs et des petits en particu-
lier.


Aprs une minute de silence obser-
ve la mmoire des ouvriers agri-
coles tus Chalvet en Fvrier
1974 la demand de notre cama-
rade Guy Manikon, le dbat s'est
engag.
Toutes les interventions ont mis en
evidence le grand dcalage entire le
discours official des autorits
publiques et de la Chambre de
Commerce (Rapport Sudrie) qui
claironnent que tout va bien, et la
ralit vcue sur le terrain (mal
dveloppement et mal vivre).
Le Parti Communiste Martiniquais
tire une grande satisfaction de
cette rencontre avec la population.
Cette politique ultralibrale dou-
ble d'une integration
l'Europe qui nous
impose des directives
toujours plus contrai-
S gnantes, les commu-
nistes ne cessent de la
dnoncer avec force,
car elle est porteuse de
violence, de colre.
:'L En conclusion, Michel
Branchi dira qu'aller
l a rencontre des
citoyens, couter les
dolances taient le
plus sr moyen de
prendre le pouls de la

Tirant un premier
bilan, il a montr dj
S la ncessit de refor-
'. : muler l'exigence de la
-i tenue des Etats
Gnraux du people
Martiniquais pour le
dvel oppement
durable, solidaire, l'emploi et la
responsabilit.
La solidarity et le rassemblement
de tous ceux qui souffrent de ce
systme capitalist et colonial, c'est
un objectif que le PCM doit
atteindre.
La runion s'est termine par un
tinain more prpar par la famil-
le Vderine que nous remercions
chaleureusement.
Fernand Papaya


POLITIQUE


Jeudi 24 Fvrer 2005 Justice n 8 Page 6











Alfred Marie-Jeanne

rpond Guy Lordinot


Le President du Conseil Rgional nous fait parvenir
une rponse aux propos tenus par Guy Lordinot dans
"France-Antilles" du 27janvier 2005, suite la dci-
sion de la Rgion de se retire notamment de la
Socit d'Economie Mixte de Sainte-Marie (SEMA) et
affirmant : "Alfred Marie-Jeanne invented une raison".
Nous en publions des extraits.


(...) Les travaux du carrefour giratoire
entire la RN1 et la RD24 sur le terri-
toire de la commune de Sainte-Marie,
ont t entrepris le 22 octobre 2003
dans la plus total illgalit, dans l'ir-
respect des rgles rgissant l'occupa-
tion et la ralisation de travaux sur le
domaine public routier national, ainsi
qu'en mconnaissance des normes
techniques de conception routire.
Un procs-verbal de contravention de
grande voirie a t dress l'encontre
de l'entreprise le jour mme des tra-
vaux, celle-ci intervenant dans l'illga-
lit et sans permission de voirie. Les
travaux se sont malgr tout poursui-
vis, en dpit du procs verbal.
M. Lordinot lui-mme et ses services


ont t avertis du caractre illegal des
travaux la veille de leur dmarrage et
ont eu copie du procs-verbal (...)
(...) Cette ralisation non profession-
nelle a t source de dysfonctionne-
ments come en tmoignent le cour-
rier du 3 novembre 2003 de la socit
Texaco mon attention et celui du 5
novembre 2003 de la pharmacie
Nopoly reu par la DDE : les travaux
raliss par la commune ont t sour-
ce de prjudices pour les activits com-
merciales riveraines de la RN1 du fait
de la mise en place de bordures infran-
chissables l'axe de la route nationa-
le.
Cette situation aurait pu tre vite si
ce project avait t conduit selon la


dmarche habituelle consistent d'une
part recueillir les observations des
riverains intresss par le project et
d'autre part raliser des plans de
project rpondant aux questions de pro-
fil de chausse, d'assainissement, de
signalisation, de scurit routire et
de gestion de la circulation, notam-
ment en milieu urbain (...)
(...) Les services de la DDE examinent
dsormais les diffrentes solutions
permettant de concevoir l'amnage-
ment d'ensemble initialement prvu.
Compte tenu des travaux dj raliss
qui ignorent les rgles lmentaires
d'amnagement, la ralisation d'un
giratoire dans les rgles de l'art va tre
plus complique car il faudra dtruire
l'ancien amnagement avant d'en ra-
liser un neuf et ceci sous circulation.
Cette situation ne va dans le sens ni
des conomies pour le contribuable, ni
de la scurit et du confort de l'usager
sans computer la gne occasionne pen-
dant les travaux (...).

Le President du Conseil Rgional
de la Martinique
Alfred Marie-Jeanne


Dlinquance et violence :

Faut-il en vouloir la socit ?
Suite Edito


de sa bible mondialiste consis-
tant faire de l'argent par tous
les moyens.
Sous couvert de rvolte contre
une socit qui ne leur offre
aucune perspective ces adoles-
cents se fabriquent une
contre-culture de refus et de
fausse rvolte contre cette
socit de consommation don't
ils veulent possder les signes
: voitures, motos, chaines hi-fi,
grosses chaines en or massif,
etc.
Classique phnomne
d'amour-rpulsion que le sys-
tme intgre parfaitement car
il n'en attaque pas les fonde-


ments.
Louis-Flix Ozier-Lafontaine,
Sociologue, Antropologue et
Educateur spcialis, ne
craint pas de lancer un cri
d'alarme: "On court la catas-
trophe", dclare-t-il "France-
Antilles" du 17 fvrier.
Dcidment la socit martini-
quaise est vraiment malade.
Il est temps que tous les
acteurs de la socit martini-
quaise (ducateurs, ensei-
gnants, policies, magistrats,
lus, confessions religieuses,
coles de pense, les respon-
sables politiques, etc.) se mobi-
lisent bien sr pour endiguer


le flot montant de la violence
par la coordination des
moyens existants.
Mais on ne saurait faire l'co-
nomie d'une rflexion sur le
changement de socit et les
valeurs qui doivent la fonder,
en d'autres terms dpasser le
capitalism et sa vision mar-
chande des rapports humans
sous couvert de "modernit".
Le pre du jeune Maximin
avait raison d'en vouloir
cette socit de lui avoir pris
son fils. La justice devra aussi
passer sur le meurtrier.


POLITIQUE


leud 24 Fvrier 2005 Justice n 8 Page 7








DANS LE MONDE


Jeudi 24 Fvrier 2005- Justice n 8 Page 8


Cooperation

accrue

entire la Chine

et la Carabe

En novembre 2004, lors de son priple
latino-amricain, le president chinois,
Hu Jintao, n'avait pas cach l'inten-
tion de la Chine d'approfondir ses rela-
tions avec ensemble des pays de
l'Amrique latine et de la Carabe. Ce
n'tait pas une promesse en l'air
comme le dmontre la tenue du pre-
mier Forum de cooperation Chine-
Carabe, qui s'est droul du 2 au 5
fvrier Kingston, en Jamaique.
Cette manifestation inaugure
conjointement par le premier ministry
jamacain Percival Patterson et le
vice-prsident Zeng Quinghong, s'est
conclue par le signature d'un impor-
tant accord multilatral concernant
entire autres la science, la technologies,
l'agriculture, la pche, le tourism, le
dveloppement des infrastructures, la
formation des resources humaines et
de l'aviation civil.
Les Etats caribens presents se sont
montrs particulirement intresss
par le dveloppement de relations co-
nomiques avec la Chine du fait
qu'elles excluent toute condition poli-
tique, qu'elles offrent des possibilits
concrtes d'une cooperation de grande
ampleur et d'intressantes perspec-
tives d'investissements. Le ministre
du commerce de Chine a d'ailleurs
confirm que l'Amrique Latine et la
Carabe taient effectivement deve-
nues les principaux rcepteurs des
investissements chinois qui ont
atteint en 2004 un volume de 890 mil-
lions de dollars, notamment dans le
domaine des mines, du commerce, des
services et de l'industrie manufactu-
rire.
La Carabe est fortement intresse
par la participation chinoise au touris-
me qui reprsente la source principal
de revenues en devises dans la region
et par la modernisation de ses activi-
ts agricoles.
La Chine don't la vigueur et le dyna-
misme ne sont plus dmontrer appa-
rait de plus en plus comme une alter-
native ne pas ngliger face l'es-
soufflement gnralis des conomies
occidentales, US ou europennes.


Polynsie
Nouvelle re
pour la
Polynsie
Vendredi 18 fvrier, les lus de l'Union
pour la dmocratie (UPLD) d'Oscar
Tmaru et ceux de 'Alliance pour une
dmocratie nouvelle (ADN) de Nicole
Bouteau ont mis fin la crise politique
en Polynsie. Les 30 lus ont adopt
une motion de censure renversant
Gaston Flosse. Mettant ainsi fin sa
prsidence et ses vingt ans de rgne.
Ce dernier, battu aux elections de mai
2004, tait revenue la prsidence de
l'assemble polynsienne le 9 octobre
dernier aprs avoir achet un lu de la
liste UPLD et renvers Tmaru par
une motion de censure.
L'annulation d'une parties des lections
par le Conseil d'Etat a de nouveau per-
mis au leader indpendantiste de rem-
porter une nette victoire sur son adver-
saire Gaston Flosse sans toutefois avoir
la majority absolue.
Candidat la prsidence, il dispose
d'une court majority de 28 lus sur les
57 que compete l'Assemble. Cette cour-
te majority devrait pouvoir lui suffire
regagner la prsidence de l'Excutif,
don't le vote est fix pour le lundi 28
fvrier.
En effet, les deux lus de l'ADN ont
annonc qu'ils ne lui apporteraient pas
leur voix. Il sait toutefois que sa majo-
rit reste fragile et devra djouer les
piges de l'ex-homme fort du pays, don't
la capacity de nuisance est intacte, fort
de ses 20 ans de rgne la tte du pays.
Oscar Tmaru s'est dclar "confiant et
mfiant la fois" s'agissant de l'lection
du 28 fvrier. Il est temps de turnerr la
page de la dmagogie, du clientlisme et
de l'conomie de comptoir" a affirm le
chef de file de l'UPLD. Il s'est prononc
en faveur d'une revision du statut de la
Polynsie estimant que la loi orga-
nique comportait pas mal d'imperfec-
tions, notamment le mode de scrutiny
avec la prime majoritaire.
Quant Gaston Flosse, snateur, le
judiciaire va-t-il le rattraper ou la pro-
tection lysenne jouera-t-elle ? Il est
mis en examen depuis octobre 2003
pour "dtournement de fonds publics".
Egalement une enqute est ouverte
pour assassinate sur la disparition en
1997 d'un journalist qui lui tait hosti-
le.


La plante en danger
Le Protocole de
Kyoto :

Un premier pas

Le protocole de Kyoto sur le changement
climatique est entr en vigueur le mer-
credi 16 Fvrier 2005.
Il s'agit pour les pays signataires de
ramener d'ici 2012 les missions de gaz
effet de serre au niveau de 1990.
Le rchauffement de la terre a des cons-
quences dramatiques sur le climate. Nous
observons des pluies abondantes, voire
des inondations dans certaines rgions,
alors que la scheresse frappe svre-
ment d'autres pays. Les cyclones et oura-
gans sont plus violent. La fonte des gla-
ciers entrane une monte important
du niveau de la mer et on estime que d'ici
50 ans certaines les proches du ple sud
sont menaces de disparition.
Les gaz effet de serre products par les
socits humaines et mis en excs dans
l'atmosphre sont responsables des
modifications climatiques. Ils ont pour
nom gaz carbonique (C02), Mthane
(CH4), protoxyde d'azote (NZO), ozone
(03). On les retrouve dans les gaz des
voitures, les arosols, la production
d'nergie, etc...
Ce protocole ngoci Kyoto en 1997 la
suite du Sommet de la Terre Rio en
1992 a t ratifi par 141 pays.
Les Etats-Unis, responsables de la pollu-
tion mondiale hauteur de 36 %, refu-
sent toujours de signer ce protocole pour
"sauver leur industries .
L'Inde, la Chine, le Brsil bnficient
d'un sursis jusqu'en 2012 pour se confor-
mer aux directives du protocole.
Le Secrtaire gnral de l'ONU, Kofi
Annan, estime que "c'est ungrandpas en
avant dans notre lutte contre ce qui
constitute l'un des plus grands dfis-du
21e sicle".
La Martinique, son chelle, doit parti-
ciper l'effort plantaire, car nous
sommes situs en zone risques et nous
devons faire preuve de responsabilit.
Nous assistons chaque anne des ph-
nomnes cycloniques de plus en plus vio-
lents et au drglement de notre climate.
Ibute dgradation de notre environne-
ment sous prtexte de dveloppement
fragilise l'quilibre des cosystmes et a
des consequences sur le climate, la biodi-
versit et notre cadre de vie.
Le protocole de Kyoto est un appel mon-
dial pour sauver la plante.


K. Solaris











ANNOUNCES LGALES


Jeudi 24 Fvrier 2005 Justice n 8 Page 9


Socit Centrale d'Investissement
SARL au Capital de 7622.45 euros
Sige social : Immeuble ASTYNHAX
Zone Industrielle de la Lzarde
97232 LAMENTIN

CHANGEMENT DE GRANT

Aux terms d'un procs verbal de dlibra-
tion des associs en date du 2 fvrier 2005,
la collectivit des associs a nomm Donald
Monplaisir grant de la socit en remplace-
ment de Olin Monplaisir computer du 2
fvrier 2005.
Le Grant
Donald Monplaisir FA 4391

AVIS

Avis est donn de la constitution de I'EURL
CORAIL COMMUNICATION au capital de
1.500 don't le sige social est Lot. La
Caraibe 97222 CASE-PILOTE. Son objet est
la conception, ralisation et commercialisa-
tion de products et services de communica-
tion, promotion et publicity. Sa dure est de
99 ans computer de l'immatriculation au
RCS de FDF. Son grant est Fushia MARIE-
JOSEPH.
FA 4392

SNC KARA
Cit Dillon 483, Avenue Victor Coridun
97200 FORT-DE-FRANCE
Capital : 200 euros
RCS: FORT-DE-FRANCE B 439 036 443

AVIS DE PUBLICITY

Aux terms du procs-verbal de l'assemble
gnrale extraordinaire du 01 Janvier 2005,
il rsulte que: les associs ont dcid la dis-
solution anticipe de la Socit computer du
01 Janvier 2005 et sa mise en liquidation.
L'assemble gnrale susvise a nomm
comme liquidateur Monsieur Grard MARAN
demeurant Cit Batelire Bt. C4 Apt. 739
- 97200 FORT-DE-FRANCE, avec les pou-
voirs les plus tendus pour raliser les op-
rations de liquidation et parvenir la clture
de celle-ci.
Le sige de la liquidation est fix Cit Dillon
- 483, Avenue Victor Coridun 97200 FORT-
DE-FRANCE, adresse laquelle toute cor-
respondance devra tre envoye, et, actes
et documents relatifs la liquidation devront
tre notifis.
Le dpt des actes et pieces relatifs la
liquidation sera effectu au greffe du tribunal
de commerce de Fort-de-France.
Mention sera faite au RCS de Fort-de-
France.

Pour avis, le liquidateur FA 4393

AVIS DE CONSTITUTION

Avis est donn de la constitution d'une
Association : A.E.M.C.E.M. (Association
Entraide de la Mission Evanglique de la
Martinique) Fond conformment aux dispo-
sitions de la loi du 1.07.1901.
Objet : Venir en aide aux membres de la
M.C.E.M. qui rencontrent des difficults
caractre social, sanitaire, judiciaire, selon
les principles de la charit Biblique ainsi elle
joue le rle d'interface.
Sige social : Centre Evanglique Zone
Ind. de la Lzarde 97232 LAMENTIN
(Martinique)
Dure: 99 ans
Reprsent par son Prsident : Ralph
ANDR demeurant : Rio de Balata 43
Chemin Jules Beaunes 97234 FORT-DE-
FRANCE.
Date de la declaration : le 15.02.05

Pour avis, le Prsident FA 4394

AVIS DE CONSTITUTION

Sous seing priv en date du 31 janvier 2005
il a t constitu une SARL capital variable
de 7 500 , dnomme MIS' O POINT
Sige social : Quartier Fond Destreille 97212
SAINT-JOSEPH
Objet : Production audiovisuelle
Dure : 99 ans
Grant : Mlle GUITTEAUD Suzy demeurant
au 129 D3 Langellier Bellevue 97200 FORT-
DE-FRANCE.


La socit sera immatricule au RCS de Cette declaration, comme le prvoit la rgle-
Fort-de-France. mentation a t transmise au maire du
Robert et l'inspection des installations clas-
Le Grant FA 4395 ses de la Direction Rgionale de l'Industrie
de la Recherche et de l'Environnement.


AVIS DE CONSTITUTION

Avis est donn de la constitution d'une
Socit prsentant les caractristiques sui-
vantes :
DENOMINATION: HAIR ONE SARL
FORME : Socit responsabilit limite
SIGE SOCIAL: 2. Trous au Chai 97232 LE
LAMENTIN
OBJET : La coiffure mixte, la vente de pro-
duits capillaires el esthtiques, la vente de
matriel de coiffure
DURE : 99 ans
CAPITAL : 7.630 euros en nature pour la
totalit
GRANCE : M. Jean-Hugues PORRO
demeurant Rsidence Bellevue Palmiste
97232 LE LAMENTIN
IMMATRICULATION : au RCS de Fort-de-
France.


Pour avis


FA 4396


AVIS DE CONSTITUTION

Avis est donn de la constitution des soci-
ts suivantes :
DENOMINATION :
SNC R5H INDUSTRIES
SNC R5J INDUSTRIES
SNC R5K INDUSTRIES
SNC A5F INDUSTRIES
SNC A5G INDUSTRIES
SNC A5H INDUSTRIES
SNC A5J INDUSTRIES
SNC A5K INDUSTRIES
FORME : Socit en nom collectif
CAPITAL: 100 EUROS
OBJET: Location simple de longue dure de
vhicules et biens d'quipements profes-
sionnels
SIGE SOCIAL: Le Lamentin (97232)
DURE: 10 annes
ASSOCIS EN NOM :
- La socit ACI Financement Outre Mer
SARL au capital de 7 622 , don't le sige
social est 6 Lotissement Manhity Four
Chaux Sud, 97232 Le Lamentin immatricu-
le au RCS de Fort-de-France sous le num-
ro 392 962 726 reprsente par Monsieur de
REYNAL agissant es quality de grant
- Monsieur Stphane de REYNAL domicili
c/o ACI Immeuble Sera Zone de Manhily
97232 Le Lamentin Maritnique
GRANCE:
- La socit ACI Financement Outre Mer
SARL au capital de 7 622 , don't le sige
social est 6 Lotissement Manhity Four
Chaux Sud, 97232 Le Lamentin immalricu-
le au RCS de Fort-de-France sous le num-
ro 392 962 726 reprsente par Monsieur de
REYNAL agissant es qualil de grant
IMMATRICULATION : au RCS de Fort-de-
France.

Pour avis FA 4397

Libert Egalit Fraternit

RPUBLIQUE FRANCHISE
PREFECTURE
DE LA REGION MARTINIQUE
SECRETARIAT GNRAL
DIRECTION DE L'ADMINISTRATION
GNRALE ET DE LA
RGLEMENTATION
BUREAU DE L'URBANISME
ET DU CADRE DE VIE

AVIS DE DPOT DE DECLARATION
DE DBUT D'EXPLOITATION

EXPLOITATION D'UNE CARRIER
AU LIEUDIT "PETIT GALLION"
SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNE
DU ROBERT

Le Prfet de la Rgion Martinique certified
avoir reu le 15 octobre 2004, la declaration
par la socil GRAVILLONORD reprsente
par son Directeur Monsieur Christophe
GOUYER, du dbut d'exploitation d'une car-
rire au lieudit "Petit Galion" sur le territoire
de la commune du Robert, autoris par arr-
t prfectoral 04-3166 du 28 octobre 2004.


Fort-de-France, le 10 Fvrier 2005


Pour le Prfet,
l'Attach Dlgu
Olivier GOURDON

PREFECTURE
DE LA REGION MARTINI

SECRETARIAT GNRA

DIRECTION DE L'ADMINISTF
GNRALE ET DE LA
RGLEMENTATION

BUREAU DE L'URBANIS
ET DU CADRE DE VIE

AVIS RELATIF L'ARR
PRFECTORAL N' 05-0182 DU
VIER 2005, POUR INFORMANT
PUBLIC

AUTORISANT
LA SOCIT LA SEIGNEU
EXPLOITER UNE USII
DE FABRICATION DE REVT
DE PEINTURES, DE VER
ET DE DILUANTS
ZAC DE RIVIRE ROCH
FORT-DE-FRANCE

N 206

Par arrt prfectoral 05-0182 du
2005, la socit LA SEIGNEUR
sige social est situ ZAC de Rivi
- 97200 FORT-DE-FRANCE est
sous reserve de la strict obser
dispositions contenu dans l'arrt
exploiter sur le terriloire de la coi
FORT-DE-FRANCE, ZAC de Rivi
une usine de fabrication de revt
peinture, de vemis et de dilluani
nant les installations classes
rubriques 1432-2-a, 14336A-a,
2640-b, 2920.
Les installations sont implante
ges et exploites conformment
sitions dcrites dans le dossier de
de, lesquelles seront si ncessaire
de telle faon qu'il soit satisfait au
tions de l'arrt d'autorisation du
2005 prcil.
Cet arrl d'autorisation dfinit les
d'exploitation et les measures juge
saires pour la protection de I'envi
afin de prvenir les inconvnienis
gers que ces quipements seraie
libles d'entrainer et d'assurer le res
rglementalion en vigueur.
Copie de l'arrt 05-0182 du
2005, est dpose la Mairie de
FRANCE pour y tre consulte pai
sonne intresse.
Un extrait de l'arrl d'aulorisalio
tionn numrant notamment les
tions auxquelles l'installation est
est affich ladite mairie pendant
minimum d'un mois.
Un avis est insr par les soins d
aux frais de l'exploitant dans deu
locaux diffuss dans le dparteme

Fort-de-France, le 27 Janvier 200!
Pour le Prfet et par dlgation
Le Directeur de l'Administration
Gnrale el de la Rglemenlation
E. MIEVILLY

PREFECTURE
DE LA REGION MARTINIS

SECRETARIAT GNRA

DIRECTION DE L'ADMINISTR
GNRALE ET DE LA
RGLEMENTATION

BUREAU DE L'URBANISI
ET DU CADRE DE VIE

AVIS RELATIF L'ARR
PRFECTORAL N" 04-39
DU 31 DCEMBRE 2004


PORTANT CREATION
ET AUTORISATION D'EXPLOITER
LE CENTRE DE STOCKAGE DE DCETS
DE "CRON" SAINTE-LUCE

N' 129


Par arrt prfectoral n 04-3954 du 31
Dcembre 2004, la Communaut de
FA 4398 l'Espace Sud de la Martinique est autorise
exploiter jusqu'en 2012, un centre de stoc-
kage de dchets au lieudit "Cron" sur la
QUE commune de Sainte-Luce. Ce centre pourra
accueillir 70.000 tonnes de dchets par an,
AL 500.000 m3 (+10 %).
L'activit vise par la prsente autorisation
RATION est la suivante :
DESIGNATION:
Stockage et traitement des ordures mna-
gres et autres rsidus urbains
ME B. Traitement
2. Dcharge ou dposante
RUBRIQUE:
;T 322-B-2
1 25 JAN- SUPERFICIE :
ION DU 8 Ha + 6 Ha (extension)
*RGIME:
Autorisation
L'exploitation du site doit tre conduit
IRIE conformment aux plans et informations
NE continues dans le dossier et les compl-
EMENT, ments, en tout ce qui n'est pas contraire aux
NIS dispositions de l'arrt d'autorisation.
Cet arrt d'autorisation dfini les modalits
IE d'exploitation et les measures juges nces-
saires pour la protection de l'environnement
afin de prvenir les inconvnients et les dan-
gers que ces quipements seraient suscep-
tibles d'entrainer el d'assurer le respect de la
25 Janvier rglementation en vigueur, notamment sur
IE don't le les points suivants : conditions d'admission
re Roche des dchets, amnagement du site, prven-
autorise lion des nuisances sonores et des vibrations
ovation des mcaniques, rgles gnrales d'exploitation,
Sprcit, Eau, Contrle des eaux et biogaz, informa-
mmune de tion sur I'exploilation, couverture des parties
re Roche, combles et fin d'exploitation, garanties
imenls, de financires, fin de la priode el suivi de I'ins-
Is compre- tallalion, contrle et analyses.
sous les Copie de I'arrt 04-3954 du 31/12/2004
1131-2-c, sera dpose la mairie de Sainte-Luce,
Diamant, Rivire-Sale pour consultation.
s, amna- Un extrait de l'arrt susmentionn sera affi-
aux dispo- ch en mairie pendant une dure minimum
la deman- d'un mois ; procs-verbal de I'accomplisse-
e adaples ment de ces formalits est dress par le soin
x prescrip- des Maires. Ce mme extrait sera affich en
25 janvier permanence de faon lisible dans l'installa-
tion par les soins du bnficiaire de l'autori-
modalits station.
les nces-
ronnement Fort-de-France, le 20 Janvier 2005
et les dan- Pour le Prfet
nt suscep- l'Attach Dlgu,
spect de la Olivier GOURDON FA 4400

25 janvier CONSEIL REGIONAL MARTINIQUE
FORT-DE-
r toute per- RECTIFICATIF

n susmen- AVIS D'APPEL PUBLIC
s prescrip- LA CONCURRENCE
soumise,
une dure 1 Identification de l'organisme qui passe le
march :
u prfet et CONSEIL REGIONAL DE LA MARTINIQUE
x journaux Service des Marchs et de la command
nt. publique Rue Gaston Defferre Cluny -
97200 Fort-de-France Martinique Tl. :
5 0596 59 63 00 Fax : 0596 72 68 10
2 Personne responsible de march :
Le President du Conseil Rgional
3 Procdure de passation :
FA 4399 Appel d'offres ouvert articles 33 et 57 59
du Code des Marchs Publics (CMP)
4 Objet du March:
>UE Dans le cadre de la mise en ouvre de son
Schma d'Amnagement Rgional et son
.L Schma de Dveloppement et
d'Amnagement Touristique, la Rgion
IATION entend raliser les tudes pralables
l'amnagement des zones touristiques de la
Martinique.
5 Date limited de reception des offres :
ME LIRE LE 28 FVRIER 2005 au lieu du 21
fvrier 2005.
6 Date d'envoi de l'avis rectificatif la publi-
T cation : 16 Fvrier 2005


Alfred MARIE-JEANNE


FA 4401











ANNONCES LGALES


Jeudi 24 Fvrier 2005 Justice n 8 Page 10


CONSEIL REGIONAL MARTINIQUE

AVIS D'APPEL PUBLIC
LA CONCURRENCE

Identification de l'organisme qui passe le
march :
CONSEIL REGIONAL DE LA MARTINIQUE
Service des Marchs et de la command
publique Rue Gaston Defferre Cluny -
97200 Fort-de-France Martinique Tl. :
0596726810
Adresse Intemet: http://www.cr-martinique.fr
rubrique "Marchs Publics"
Personne responsible du march :
Le President du Conseil Rgional de
Martinique.
Procedure de passation:
Appel d'offres ouvert (art. 33, 57 59 du
Code des Marchs Publics (CMP)
Objet du march :
TRAVAUX D'AMNAGEMENT DU CARRE-
FOUR GIRATOIRE "LOURDES" DUCOS
(RN8)
Rfrence d'identification du march :
N8LOURDES-04-01
Caractristiques principles:
Etendue de la prestation. Notamment:
travaux prparatoires d'installation et de
signalisation de chantier;
preparation des emprises : dbrousaillage
du terrain, demolition de chausse et clture;
les terrassements gnraux ; dblais et
remblais ;
la ralisation de travaux d'assainissement:
canalisation PVC, regards de visit;
la construction de chausses et trottoirs :
couche de forme, bton pour trottoirs, bor-
dures;
la construction d'un ouvrage de soutne-
ment en bton arm ;
la fourniture et la pose de fourreaux d'clai-
rage public;
des travaux d'engazonnement;
des travaux d'entretien des spaces enga-
zonns.
Autres :
Variantes : autorises
Transmission par voie dmalrialise :
autorise
Prestation divise en lots: Non
Lieu d'excution des travaux
COMMUNE DE DUCOS
Dlai d'excution du march:
Priode de preparation : 30 jours
Travaux: Dlai de 4 mois
Entretien spaces engazonns: Dlai de 12
mois
Modalits de financement du march :
Budget FIRT du Conseil Rgional de
Martinique.
Adresse auprs de laquelle le dossier de
consultation peut tre obtenu:
Ce dossier sera remis gratuitement par la
D.D.E. Subdivision Territoriale et Maritime
de Rivire-Sale 2 rue du Commandant
Varasse 97215 RIVIRE-SALE Tl. :
0596 68 03 25 Fax : 0596 68 21 90, tous
les jours ouvrables de 7h30 13h00.
Lors du retrait du DCE le candidate devra
foumir tout lment d'identification permet-
tant de le contacter en cas de besoin.
Ce dossier peut tre galement tlcharg
l'adresse Internet indique en rubrique 1
Conditions de participation :
Critres de selection des candidatures :
Rfrences professionnelles du candidate
Garanties techniques et financires
Moyens
Pices requises:
Liste correspondante dcrite dans le rgle-
ment de consultation, notamment:
Lettre de candidature et declaration du
candidate (modles joints au dossier de
consultation),
Moyens techniques affects l'opration,
Rfrences pour des travaux similaires
effectus durant les 3 demires annes,
Elements permettant d'apprcier les capa-
cits techniques et financires du candidate.
Dlai de validity des offres: 180 jours
Adresse auprs de laquelle les renseigne-
ments d'ordre administration peuvent tre
obtenus:
Conseil Rgional de la Martinique (Service
des Marcs et de la Commande Publique)
ou en ligne l'adresse Intemet indique en
rubrique 1
Adresse auprs de laquelle les renseigne-


ments d'ordre technique peuvent tre obte-
nus :
Service de I'Equipement, Subdivision
Territorial et Maritime de RIVIRE-SALE
l'adresse susvise ou en ligne l'adresse
Intemet sus-indique.
Date limited de reception des offres:
LE LUNDI 14 MARS 2005 17H00 (heure
de Martinique)
Adresse laquelle les offres doivent tre
envoyes :
Reception des offres, par pli recommand ou
contre rcpiss au Conseil Rgional de la
Martinique, Service des Marchs et de la
Commande Publique Rue Gaston Defferre
Cluny 97200 Fort-de-France MARTI-
NIQUE ou en ligne l'adresse Internet en
rubrique 1.
Langue pouvant tre utilise:
Franais uniquement
Dlai laiss au candidate attributaire pour pro-
duire les attestations sociales et fiscales:
8 jours calendaires
Autres renseignements:
Procedure dmatrialise:
Le Conseil Rgional de Martinique met gra-
tuitement la disposition des candidates une
plate-forme de dmatrialisation accessible
via l'adresse Internet suivante :
http://www.cr-martinique.fr rubrique "mar-
chs publics"
Cette plate-forme permit notamment (muni
de la rlfrence d'identification du march
porte au present avis d'appel public la
concurrence) :
- la recherche des consultations passes par
la Region Martinique .
- le tlchargement des avis, rglement de
consultation et DCE
- la transmission par voie lectronique des
dossiers d'offre.
Pour le tlchargement du DCE les candi-
dats sont invits bien renseigner le champ
"e-mail" en ce sens que cette adresse pour-
ra tre utilise afin de les informer des ven-
tuelles modifications apportes au DCE.
S'agissant de la transmission des offres par
voie dmatrialise, la personnel habilite
engager l'entit candidate doit tre titulaire
d'un certificate lectronique de classes 2 ou 3
dlivr par un prestataire agr afin de
signer son offre (voir liste des prestataires
agrs en page d'accueil de la plate-forme)
L'envoi en deux temps des dossiers d'offre
est autorise : les candidates ayant adress
l'empreinte de leur offre avant la date limited
de remise des offres auront un dlai de
16h00 compt partir de l'envoi de l'em-
preinte pour faire parvenir leur dossier d'offre
lui-mme dans le "coffre-fort lectronique" de
la Region.
Date d'envoi de l'avis la publication:
Le Mercredi 16 Fvrier 2005
FA 4402

CONSEIL REGIONAL MARTINIQUE

AVIS D'ATTRIBUTION

Identification de la collectivit qui a pass le
march :
Conseil Rgional de la Martinique Service
des Marchs Rue Gaston Defferre Cluny
- 97200 Fort-de-France.
Objet du March:
Assurer la scurit de personnel, la sur-
veillance ou le gardiennage de biens pour
compete du Conseil Rgional.
L'avis a t-il fait l'objet d'une publication au
BOAMP? : Oui
L'avis a t-il fait l'objet de rectificatif au
BOAMP ? : Non
Date d'attribution du march: le 27/10/04
Nombre total d'offres reues : 06
' N DU LOT: 1
SNOM DU TITULAIRE:
ANTILLES PROTECTION/ANTEL
* MONTANT EN TTC:
Mini: 800 00,00
Maxi : 2 800 000,00
* N DU LOT: 2
* NOM DU TITULAIRE :
ANTILLES PROTECTION/ANTEL
*MONTANT EN TTC:
Mini: 700000.00
Maxi : 2 245 000,00
Date de l'envoi du present avis la publica-
tion: 16 Fvrier 2005
FA 4403


CONSEIL REGIONAL MARTINIQUE

AVIS D'ATTRIBUTION

Identification de la collectivit qui a pass le
march :
Conseil Rgional de la Martinique Service
des Marchs Rue Gaston Defferre Cluny
- 97200 Fort-de-France
Objet du March:
ASSURANCE
L'avis a t-il fait l'objet d'une publication au
BOAMP ? : Oui
L'avis a t-il fait l'objet de rectificatif au
BOAMP ? : Non
Date d'attribution du march : le 24/11/2004
Nombre total d'offres reues : 01
N DU LOT: 3
* NOM DU TITULAIRE:
GRAS SAVOYE
*MONTANT EN TTC:
3 286,00
* N DU LOT: 8
*NOM DU TITULAIRE :
GRAS SAVOYE
* MONTANT EN TTC:
1 962,00
Date de l'envoi du present avis la publica-
tion: 16 Fvrier 2005
FA 4404


AVIS D'APPEL PUBLIC
LA CONCURRENCE

TRAVAUX

Identification de l'organisme qui passe le
march :
Etablissement public Territorial
Nom et adresse officials de l'organisme
acheteur:
Nom de l'organisme : CACEM -
COMMUNAUT D'AGGLOMRATION DU
CENTRE DE LA MARTINIQUE
Personne responsible du march : Mr Serge
LETCHIMY, President de la CACEM
Adresse : Immeuble Cardinal
Chateauboauf Est BP 407 Code postal :
97204 Ville : Fort-de-France Tlphone:
0596 75 82 72 Tlcopieur: 0596 75 87 06
Objet du march :
Travaux de mise en conformit et d'amlio-
ration de l'Usine d'Incinration des dchets
managers et assimils de la CACEM
Execution :
Objet principal : 45252300-1
Lieu d'excution : Usine d'Incinration des
dchets managers et assimils de la
CACEM.
Caractristiques principles:
Quantits (fournitures et services), nature et
tendue (travaux) :
Les travaux envisags l'usine d'incinra-
tion des dchets managers et assimils de la
CACEM sont relatifs la mise en conformit
des quipements aux prescriptions de l'arr-
t ministriel du 20 septembre 2002 et des
travaux d'amlioration des conditions d'hy-
gine et de scurit.
L'opration comporte 8 lots de travaux:
1/ Travaux de mise en conformity
Lot 1 : detection de radioactivity
Etude, furniture et mise en place d'un por-
tique de dtection de radioactivil
Execution :
Objet principal: 45 30 00 00-0
Objectif secondaire: 45 31 12 00-2
Lot 2 : Bassin de confinement et systme
d'vaporalion des eaux de lagune
Etudes et ralisation d'un bassin de confine-
ment complmentaire
Eludes, furniture et mise en place d'un sys-
tme d'vaporation des eaux de lagune
Objet principal: 45 22 32 20-4
Objet secondaire : 45 11 25 00-0 ; 45 33 00
00-9
Lot 3: analyse des pollutants gazeux
Complements aux analyseurs exislants et
adaptations des programmes informatiques
Objet principal : 45 31 00 00-0
Objet secondaire : 45 11 12 00-2
2/ Travaux d'amlioration
Lot 4 : Aspirateur centralis
Etudes, furniture et mise en place d'un
aspirateur centralis avec rseau de tuyau-
teries et prises de raccordement
Objet principal : 45 33 12 12-1
Objet secondaire : 45 33 20 00-3 ; 45 31 12


00-2
Lot 5: Ecran de protection / Hall machefers
Etudes, furniture et mise en place d'un
cran de protection en lments prfabri-
qus de bton arm
Objet principal : 45 26 23 11-4
Objet secondaire : 45 26 23 10-7
Lot 6: Portes souples ouverture rapide
Etudes, furniture et mise en place de 2
portes souples ouverture rapide au quai de
dchargement
Objet principal : 45 42 00 00-7
Objet secondaire : 45 42 11 24-9
Lot 7: 2me pesage accs haut
Eludes, furniture et mise en place d'un
2me pont bascule de 18 m de long par 3 m
de large avec logiciel d'acquisition de don-
nes correspondent
Objet principal : 45 30 00 00-0
Objet secondaire : 45 31 12 00-2
Lot 8 : Camras de surveillance
Fourniture et mise en place de camras de
surveillance avec moniteurs et logiciel de
sauvegarde
Objet principal : 45 31 00 00-3
Objet secondaire : 45 31 12 00-2
Les marchs de travaux sont traits prix
global et forfaitaire
Le montant de l'opration est estim 1,4 M
E TTC
Option : non
Refus des variantes
Prestations divises en lots: Oui
Possibility de presenter une offre pour : Un
lot Plusieurs lots L'ensemble des lots
Dure du march ou dlai d'excution;
21 mois computer de la notification du mar-
ch.
Date prvisionnelle de commencement des
travaux : avril 2005
Date prvisionnelle de date de fin des tra-
vaux : 28/12/2006 (Les travaux se termine-
ront la fin du dlai de garantie de parfait
achvement y compris prolongation ven-
tuelle de dlai)
Conditions relatives au march :
Cautionnement et garanties exiges:
- Pas de caution
- Une retenue de garantie de 5 % sera exer-
ce sur les acomptes par les comptable assi-
gnataire des paiements en application des
articles 99 et 101 du code des marchs
publics.
- Dans les conditions prvues l'article 100
du code des marchs publics, celle retenue
de garantie pourra tre remplace au gr du
titulaire par une garantie premiere deman-
de du mme montant.
2 Modalits essentielles de financement el
de paiement et/ou rfrences aux textes qui
les rglementent:
- Le march est prix global, forfaitaire et
non rvisable
- Suivant les dispositions de l'article 87 du
code des marches publics une garantie
premiere demand sera constitute en
contrepartie de l'avance forfaitaire.
- Suivant les dispositions de l'article 96 du
code des marchs publics, le paiement est
effectu dans un dlai de 45 jours.
- Le financement sera assur en parties par la
CACEM sur ses fonds propres.
Les candidates peuvent se prsenter seuls ou
en groupement. Le march sera conclu
selon l'offre qui sera revenue soit avec une
entreprise unique, soit avec un groupement
d'entreprise.
Les ventuels groupements seront obligatoi-
rement solidaires.
Il est interdit de participer plusieurs offres
comme membre d'un groupement pour un
mme march en vertu de l'article 51-IV du
code des marchs publics.
Condition de participation:
Conformment l'article 45 du code des
marchs publics et l'arrt du 28 aot
2001, les candidates auront produire l'en-
semble des lments viss cl-aprs. Les
candidates pourront produire galement ces
documents pour les sous-traitants qu'ils pr-
senteront afin que soit pris en compete leurs
capacits professionnelles, techniques et
financires.
Le candidate devra foumir:
- la lettre de candidature tabie au moyen de
I'imprim DC4
- la declaration du candidate tablie au moyen
de l'imprim DC5
Situation juridique rfrences requises :











ANNOUNCES LGALES


Jeudi 24 Fvrier 2005 Justice n 8 Page 11


- A l'appui de la lettre de candidature, si le
candidate est en redressement judiciaire
copie du ou des jugements prononcs cet
effect;
- declaration sur l'honneur dment date et
signe du candidate pour justifier
qu'il a satisfait aux obligations fiscales et
sociales,
" qu'il n'a pas fait l'objet d'une interdiction de
concourir,
qu'il n'a pas fait l'objet au course des cinq
demires annes d'une condemnation ins-
crite au bulletin n" 2 du easier judiciaire pour
les infractions vises aux articles L.324-9,
L.324-10, L.341-6, L.125-1, et L.125-3 du
code du travail.
Capacity conomique et financire rfren-
ce requires :
- Un justificatif de l'inscription au registre de
la profession ou au registre du commerce, le
cas chant, un rcpiss de dpt de
declaration auprs d'un centre de formalits
des entreprises pour les candidate ayant com-
menc leur activity depuis moins d'un an ;
- Declaration concernant le chiffre d'affaires
blogal et le chiffre d'affaires concernant les
travaux auxquels se rfrent le march rali-
ss au course des trois derniers exercices.
Rfrence professionnelle et capacity tech-
nique rfrences requises:
- Declaration indiquant les effectifs du candi-
dat et l'importance du personnel d'encadre-
ment pour chacune des 3 dernires annes ;
- Certificats de qualification professionnelle
adapts aux prestations du march ou certi-
ficats d'identit professionnelle ou rf-
rences de travaux en course d'excution ou
excuts au course des 5 demires annes,
indiquant notamment le montant, la date et le
destinataire public ou priv :
- Declaration indiquant l'outillage, le materiel
et l'quipement technique don't l'entrepre-
neur dispose pour l'excution de l'ouvrage et
declaration mentionnant les technicians ou
les organismes don't l'entrepreneur dispose-
ra pour l'excution de l'ouvrage.
Critres d'attribution:
Offre conomiquement la plus avantageuse
apprcie en function des critres dans le
cahier des charges
Type de procedure:
Appel d'offre ouvert
Date d'envoi du present avis JOUE : 11
Fvrier 2005
Date limited de reception des offres : 30 mars
2005 12 heures
Dlai minimum de validit des offres : 120
jours computer de la date limited de reception
des offres
Renseignements complmentaires :
- Date limited d'obtention des renseignements
complmentaires : 6 jours avant la date de
remise des offres
- Le dossier de consultation peut tre rcu-
pr par voie lectronique ou peut tre remis
gratuitement chaque entreprise qui en fait
la demand
- Les offres peuvent tre transmises par voie
lectronique ou remises par dpt contre
rcpiss ou envoy sous pli cachet
Monsieur le Prsident de la CACEM
l'adresse indique au point 23.
- Les plis doivent porter obligatoirement la
mention suivante :
"Offre pour les travaux de mise en conformi-
t et d'amlioration de l'usine d'incinration
des dchets managers et assimils de la
CACEM"
NE PAS OUVRIR avant la sance d'ouvertu-
re.
Adresse auprs de laquelle des renseigne-
ments peuvent etre obtenus:
- d'ordre administratif :
Nom de l'organisme : CACEM -
COMMUNAUT D'AGGLOMRATION DU
CENTRE DE LA MARTINIQUE
Correspondent: Service des marchs
Adresse: Immeuble Cardinal Chateaubeuf
Est BP 407 Code postal : 97204 Ville :
Fort-de-France
- d'ordre technique :
Nom de l'organisme: TIRU INGENIERIE
Correspondent: Monsieur Alain DANNEVIL-
LE
Adresse : 38, rue de Berri 75008 PARIS -
Tlphone : 01 40 76 38 89 Tlcopieur :
01 40763976
Adresse auprs de laquelle les documents
peuvent tre obtenus :


Nom de l'organisme : CACEM -
COMMUNAUT D'AGGLOMRATION DU
CENTRE DE LA MARTINIQUE
Correspondent: Service des Marchs
Adresse: Imeuble Cardinal Chateauboeu
Est BP 407 97204 FORT-DE-FRANCE.
Adresse plate-forme dmatrialise.:
http.l/demat.marchespublics.net/97-cacem
Adresse auprs de laquelle les offres/candi-
datures/demandes de participation doivent
tre envoyes :
Nom de l'organisme : CACEM -
COMMUNAUT D'AGGLOMRATION DU
CENTRE DE LA MARTINIQUE
Correspondent : Service des marchs
Adresse: Immeuble Cardinal Chaleauboeuf
Est BP 407 97204 FORT DE FRANCE -
Tlphone : 0596 75 82 72 Tlcopieur :
0596 75 87 06
Adresse plate-forme dmatrialise:
http.J/demat.marchespublics.net/97-cacem
FA 4405

CAISSE DE CREDIT MUTUEL
PLACE D'ARMES
98/99 Avenue Georges Gratiant
97232 LAMENTIN
Siret : 404 151 359 00019 APE 651 D

Les socitaires de la CCM Place d'Armes
sont convis l'Assemble Gnrale
Extraordinaire qui se tiendra le 03 mars 2005
16 heures 30 dans les locaux de la Caisse
sis Avenue Georges Graliant 97232
LAMENTIN.
Afin de dlibrer sur l'ordre du jour suivant :
- Constitution du bureau de l'Assemble
- Modification des status
- Questions diverse
Dans le cas o le quorum ne serait pas
atteint, une second Assemble Gnrale
est convoque d'ores et dj sur le mme
ordre du jour, la suite immediate de
l'Assemble Ordinaire qui se droulera la
date suivante: le Dimanche 20 mars 2005
9 heures I'ATRIUM.

Le Conseil d'Administration de la Caisse
FA 4406

S.A.R.L. "ALDO"
Socit Responsabilit Limite
au capital de 15.245 C
Sige social : Lotissement Case Navire
53 BIS RUE DU GALLION
97233 SCH(ELCHER
SIREN 331.386.359
RCS : 85 B 30

AVIS DE MODIFICATION
DE LA GRANCE

Aux terms d'une dlibration en date du
Mercredi 15 Dcembre 2004, l'Assemble
Gnrale Ordinaire a nom :
Mademoiselle Caroline REBECCAI, demeu-
rant 53 Bis Rue du Gallion 97233
SCHCELCHER, en quality de co-grante
associe de la socit pour une dure ind-
termine.
Les status ont t modifis en consquen-
ce.

Pour avis
LES CO-GRANTS FA 4407

AVIS DE CONSTITUTION

Par acte sous seing priv en date du 17
fvrier 2005 il a t constitu une socit
civil immobilire capital variable, laquelle
prsente les caractres ci-aprs:
DENOMINATION : S.C.I. MARIMMAX
OBJET: Gestion d'immeuble
SIGE SOCIAL : Zac de Rivire Roche -
97200 FORT-DE-FRANCE
DURE : 99 ans
CAPITAL: 1 000 euros
GRANT: Monsieur MAGLOIRE Max Albert,
de nationality franaise
Demeurant Quartier Mathilde
97270 SAINT-ESPRIT.
PARTS: 100 parts

Pour avis FA 4408


AVIS DE CONSTIUTTION

Par acte sous seing priv en date du 15
dcembre 2004
II a t constitu une Socit
Responsabilit Limite
A capital fixe, laquelle prsente les caract-
ristiques ci-aprs :
DENOMINATION :
PEINTURE MAGLOIRE
OBJET: PEINTURE AUTOMOBILE
SIGE SOCIAL : ZAC de Rivire Roche
97200 FORT-DE-FRANCE
DURE: 99 ans
CAPITAL:1 000 euros
GRANT: Monsieur MAGLOIRE Max Albert
PARTS: 10 parts
Valeurs: 100 euros

Pour avis FA 4409

SCIDOUVYL
Socit Civile
Au capital de 400 C
Sige social : 20, Rue Ren Maran
97200 FORT-DE-FRANCE

AVIS DE CONSTITUTION

Denomination social: SCI DOUVYL
Forme social : Socit Civile
Sige social : 20, Rue Ren Maran 97200
FORT-DE-FRANCE
Objet social: Construction-location
Dure de la Socit : 99 ans computer de la
date de l'immatriculation de la Socit au
Registre du commerce et des socits.
Capital social: 400 C
Grance : M. ANATOLE Antoine demeuran-
tau 25 rue Coquelicots 97200 FORT-DE-
FRANCE.
Immatriculation de la Socit au Registre du
commerce et des socits de Fort-de-
France.

La Grance FA 4410

VILLE DE FORT-DE-FRANCE

AVIS AU PUBLIC

ENQUTE PUBLIQUE
RELATIVE A 6* MODIFICATION DU PLAN
D'OCCUPATION DES SOLS
DE FORT-DE-FRANCE

DGA-AT/DPUIRMM/AAP/JFR

Par arrt n" 00085 du 1er fvrier 2005 est
ouverte une enqute publique du Lundi 28
Fvrier 2005 au Vendredi 1er Avril 2005
inclus, sur la 6 modification du Plan
d'Occupation des Sols de Fort-de-France.
Pendant la dure de l'enqute, les observa-
tions sur celle modification pourront tre
consignes sur le registre d'enqute dpo-
se en Mairie. Elles pourront galement tre
transmises par crit l'adresse suivante :
Monsieur le Maire de Fort-de-France -
Direction de la Planification et de
l'Urbanisme Rue Victor Svre 97200
Fort-de-France
Monsieur Pauline CAMBERVEL, commissai-
re-enquteur, sigera la Direction de la
Planification et de l'Urbanisme au 5" tage
du bltiment administratif de la Mairie de
Fort-de-France de 8h00 11h00 :
- le MARDI 1" MARS 2005,
- le MARDI 8 MARS 2005,
- le MARDI 22 MARS 2005,
- le MARDI 29 MARS 2005.

Fort-de-France
Le Maire FA 4411

AVIS DE CONSTITUTION

Avis est donn de la constitution d'une soci-
t prsentant les caractristiques suivantes:
Forme : SARL
Denomination: WISYS EURL
Sige social : 8 Immeuble Marsan Kerlys -
97200 FORT-DE-FRANCE
Objet :
La socit a pour objet :
L'achat, la vente, la location de matriels et
de fournitures informatiques.
La prestation de services informatiques et la
mise disposition de personnel.


Le conseil, les ludes et ralisations, la for-
mation en informatique ainsi que la presta-
tion de Services dans le secteur des nou-
velles technologies affrentes et plus gn-
ralement, toutes operations, de quelque
nature qu'elles soient, juridiques, cono-
miques et financires, civiles et commer-
ciales, se rattachant l'objet sus-indiqu ou
tous autres objets similaires ou connexes,
de nature favoriser directement ou indirec-
tement, le but poursuivi par la socit, son
extension ou son dveloppement.
Dure : 99 ans computer de son immatricu-
lation au registre du commerce et des soci-
ts.
Capital 7500 euros
Grance : Monsieur Guy LAUZA demeu-
rant Croix Rivail 97232 LAMENTIN
La socit sera immatricule au registre du
commerce et des socits de Fort-de-
France.

Pour avis, le Grant FA 4412

Etude de Maitres Evelyne GUATEL et
Sandra GERMAIN-PORSAN-CLEMENTE,
Notaires associs FORT-DE-FRANCE
(Martinique),
Immeuble le Trident, Btiment A,
2me Etage, Lotissement Montgralde

AVIS DE CONSTITUTION

Suivant acte reu par Matre Evelyne GUA-
TEL, Notaire Associ FORT-DE-FRANCE,
le 14 janvier 2005, enregistr la recette
divisionnaire de Fort-de-France, le 20 janvier
2005, a t constitute une socit civil
ayant les caractristiques suivantes :
La Socit a pour objet : L'acquisition d'un
bien immobilier sis au DIAMANT
(Martinique) lieu dit Ravine Gens Bois.
La mise en valeur, la transformation, l'am-
nagement, l'administration et la location de
tous biens et droits immobiliers, de tous
biens et droits pouvant constituer l'accessoi-
re, l'annexe ou le complement des biens et
droits immobiliers en question.
Et ce, soit au moyen de ses capitaux propres
soit au moyen de capitaux d'emprunt, ainsi
que de l'octroi, tlire accessoire et excep-
tionnel, de routes garanties des operations
conformes au present objet civil et suscep-
tibles d'en favoriser le dveloppement.
Et, gnralement toutes operations civiles
pouvant se rattacher directement ou indirec-
tement cet objet ou susceptibles d'en favo-
riser le dveloppement, et ne modifiant pas
le caractre civil de la socit.
La Socit est dnomme : S.C.. TOMUGO
Le sige social est fix : LE DIAMANT
(97233), Pharmacie SERRE Ravine Gens
Bois.
La Socit est constitute pour une dure de
99 annes
Le capital social est fix la some de :
MILLE CINQ CENTS EUROS (1.500,00
EUR). Les apports sont en numraires.
Les parts sont librement cessibles au profit
d'un ou plusieurs associs ou au profit du ou
des conjoints d'eux, toutes les autres ces-
sions sont soumises l'agrment pralable
l'unanimit des associs.
L'exercice social commence le ler Janvicr et
finit le 31 Dcembre de chaque anne.
Les associs nomment pour premier grant
de la socit : Monsieur SERRE Grgory
Louis, demeurant aux TROIS-ILETS (97229)
4 Lotissement Poinsettia.
La socit sera immatricule au registre du
commerce et des socits de FORT-DE-
FRANCE.

Pour avis
Le Notaire FA 4413








POLITIQUE


leudi 24 Fvrier 2005 Justice n 8 Page 12


Lareinty ou la mmoire assassine

Par Georges Erichot, Conseiller municipal d'opposition


De trs nombreux Martiniquais
sont rests abasourdis l'annonce
de la vente des terrains d'assiette
de l'ancienne usine de Lareinty
des concessionnaires de marques
automobiles.
Georges Gratiant, Pierre Zobda-
Quitman et Victor Lamon doivent
se retourner dans leurs tombes.
Eux qui, ct du Parti
Communiste Martiniquais, de la
CGTM, des commerants du
Lamentin et des ouvriers agricoles
s'taient tant battus pour que ces
lieux hautement symboliques et si
charges de mmoire restent dans le
patrimoine public. L'opration
Lamentin-ville morte organise en
novembre 1979 par toutes les
forces vives du pays avait connu un
extraordinaire succs populaire.
Elle avait permis de maintenir
l'usine en activity pendant plu-
sieurs annes encore avant sa fer-
meture definitive en 1981.
Face la volont des bks de bra-
der le patrimoine de la SICAAP du
Lareinty, la municipalit commu-
niste dirige par G. Gratiant avait
consent un important effort finan-
cier pour acqurir ces terrains et
les mettre l'abri des apptits pri-
vs.
Aujourd'hui, le maire et president
de la SEMAVIL a dcid de vendre
ces terrains des privs et en par-
ticulier des concessionnaires
automobiles la recherche des
sites les mieux placs pour instal-
ler leurs commerce. Car il faut
tout faire pour sauver la SEMA-
VIL, veritable sangsue, porte
bout de bras par le budget commu-
nal et qui, depuis quelques annes,
sous prtexte d'amnagement, s'est
lance dans de basses operations
de speculation immobilire avec le
patrimoine municipal.
Ainsi, la fin de l'exercice 2002, la
SEMAVIL devait la ville quelques
3.361.996 sur des acquisitions de
terrains la ville. Mais loin de
rembourser ses dettes, elle exigeait
et obtenait de la ville trois avances
en acompte courant d'associs pour
un montant total de 3.500.000
(22.000.000 DE F). Avec une clause


de remboursement des 2/3 de cette
some en actions, par une aug-
mentation de la participation de la
ville son capital !
Aujourd'hui, que reste-t-il du project
pharaonique de muse des Arts et
des Amriques pour lequel la
SMAVIL a dj englouti tant d'ar-
gent ? Des sommes importantes qui
ont servi payer bien cher, finan-
cer des tudes et des audits au
cabinet anglais Price an Waters et
Open Soft System pour dmon-
trer la viability de l'opration.
Le btiment principal qui devait
constituer le cour du project et qui
avait t baptis "Thtre de
mmoires" a t ras par les bull-
dozers.
Certes, ce project paraissait peu
raliste, mais fallait-il pour autant
saccager de la sorte un lieu charge
de tant d'histoire ?
Fallait-il revendre ce patrimoine
communal la mme oligarchie
des mains de laquelle elle avait t
soustraite par la volont de la
municipalit communist de
l'poque ?
Pourquoi, le Conseil Municipal du
Lamentin n'a-t-il pas t consult
sur l'usage dfinitif de ces ter-
rains ? Il est vrai que depuis fort
longtemps dj, c'est la SMAVIL
qui dcide de la politique d'amna-
gement de la ville en lieu et place
du Conseil municipal rduit au
simple rang de bailleur de fonds et
de foncier.
Pourquoi la SEMAVIL qui s'est
investie dans le tourism et la ville
qui a cr un office de tourism
n'ont-elles pas cherch implanter
une structure htelire sur ce site
proximity immediate de l'aro-
port ?
Equipment qui fait tant dfaut en
cas de panne ou de retard d'avion ?
Cet example illustre une nouvelle
fois les drives d'une gestion qui a
dj conduit la ville des deficits
de son budget en 2001 et en 2002.
Elle illustre le caractre irrationnel
et immoral de l'important patri-
moine acquis par la municipalit
communist du Lamentin.
Mais plus symboliquement encore,


elle montre quel point l'affairis-
me conduit certain brler ce
qu'ils avaient ador.
Non, on ne peut pas se parer du
titre pompeux de "btisseur" en
rasant purement et simplement un
tel patrimoine historique, en assas-
sinant la mmoire de tout un
people.
Cela n'est pas sans rappeler les
Talibans dtruisant coups d'ex-
plosifs les Bouddhas millnaires.
Que pense Edouard Glissant de ce
sacrilge ?



Note de lecture


"Noirs dans

les camps

nazis"

de Serge Bil

A lire

Le livre "Noirs dans les camps
nazis" de Serge Bil mrite d'tre
lu. Il jette un lourd pav dans la
mare des oublis des victims des
nazis. Il rvle des faits historiques
volontairement tus ou ignors par
les historians et les mdias.
L'auteur-journaliste ouvre une
brche dans le mur du silence sur
les relles conditions qui firent des
ngres les cobayes des premiers
camps de concentration-extermina-
tion difis ds 1905 en Namibie
(Afrique) par l'Allemagne.
Serge Bil nous transmet le tmoi-
gnage des derniers survivants
noirs (il en reste) des camps de
concentration difis par les nazis
dans l'Allemagne du IIIme Reich,
d'Hitler.
Des tmoignages mouvants expri-
ms en toute simplicity et dignit
par ces rescaps Noirs (antillais,
africains) de la barbarie et de l'ho-
locauste perptr par Hitler dans
les camps de la mort.
A.C:




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - Version 2.9.9 - mvs