Group Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Title: Justice
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00088914/00003
 Material Information
Title: Justice hebdomadaire du Parti communiste martiniquais
Uniform Title: Justice (Fort-de-France, Martinique)
Physical Description: v. : ill. ; 36 cm.
Language: French
Creator: Parti communiste martiniquais
Publisher: Le Parti
Place of Publication: Fort-de-France, Martinique
Publication Date: January 27, 2005
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: World politics -- Periodicals -- 1945-1989   ( lcsh )
Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Politics and government -- Periodicals -- Martinique   ( lcsh )
Genre: review   ( marcgt )
newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: Martinique
 Notes
General Note: Description based on: 65e. année, no. 17 (26 avril 1984); title from caption.
General Note: Latest issue consulted: 70. année, no 8 (22 févr. 1990).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00088914
Volume ID: VID00003
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 15715741
lccn - 90641373

Full Text

,Nt4 HEBDOMqIDi


Pour la Responsabilit et le Dveloppement vritable.


*t.


Ai


PCM

Russite
du lancement
de la remise
de cartes 2005


LUNDI
DEPENTECTE
TRAVAILLE

Une farce
et une insulte


SANTE

Plus de la moiti
des Martiniauais
en surpoids
ou obses


1


DI O 70 O \ DV5


i\ i i~--~--~


, :


... ;rruJ. ~ll.Laslllr 1iPr~illiil~kir.


!


U01
.. .V
i


:~j i~








sva Mil AS


Jeudi 27 anvier 2005 Justice no 4 Page 2


SA KA PAS ................... .p.2
EDITO ........................ p.3
Non l'tranglement des services
publics
ECONOMIE ................ .p. 4
A propos d'un article de Patrick
Planchenault
LUTTES SOCIALES .......... p. 5
Le collectif diesel bloque la SARA
Lundi de Pentecte "travaill"
Les salaries de la function publique ne
grve
POLITIQUE ....................p.6
Lancement de la champagne de remise des
cartes du PCM
POLITIQUE....................p. 7
La remise de cartes en images
SOCIT .....................p. 8
Sant : l'obsit
ANNONCES LGALES ........p. 9-11
SOCIT ....................p. 12
Tribune: Secte (suite)


JUSTICE
Administration : 71 86 83
Rdaction : 63 13 20
Fax : 63 13 20
Ed.Justice@wanadoo.fr




Fondateur: Jules MONNEROT
(8 Mai 1920)
Angle rues A. Aliker & E. Zola
Fort-de-France Tl. 71 86 83
Commission Paritaire n" 54.026
7 Janvier 1977
Directeur de la Publication:
Femand PAPAYA
Maquette Impression:
NIM 73 1454


Dlinquance :
Nouvelle
augmentation
en 2004

Les chiffres de la dlinquance pour
l'anne 2004 sont connus. Avec
22.875 crimes et dlits constats en
Martinique elle augmente de +
4,39 %.
A signaler qu'en France le pouvoir
announce une baisse de la dlin-
quance en 2004 de 4,2 %.
Le Prfet lui-mme reconnat que
ce sont des "rsultats mdiocres".
Mais c'est pour tout de suite dire
que le taux de criminalit (nombre
de faits divis par le nombre d'ha-
bitants) est infrieur Paris, les
Bouches du Rhne et les Alpes
Maritimes.
Mais pour autant cette criminalit
en hausse n'exprime-t-elle pas la
crise d'une socit malade ? Ce sont
les cambriolages qui poussent les
chiffres la hausse : 3.496 vols
avec effractions en 2004, soit + 8,4
%. Cela fait 10 cambriolages par
jour!
Comment le sentiment d'inscurit
ne peut-il pas progresser ?
Par contre, il faut reliever la baisse
de 9,23 % des vols main arme
(177 en 2004 contre 195 en 2003) et
celle des vols avec arme blanche
(237 contre 242 soit 2,07 %). Il
faut souhaiter que cela continue.
Le nombre de faits lucids, tout
en augmentant de + 2,5 % avec
8.714, demeure trs en dessous du
nombre de crimes et dlits consta-
ts (22.875).
Il faut aussi s'inquiter du fait que
le nombre de mineurs mis en cause
augmente une nouvelle fois : +
11,66 % soit 1.015 mineurs en 2004
contre 909 en 2003.
Quant au nombre de viols il atteint
le chiffre abominable de 99, soit +
3,13 %.
Il est question pour mieux endi-
guer le flot de la dlinquance de
mieux impliquer les maires et les
polices municipales.
C'est probablement utile, mais il
faut surtout agir sur les causes
profondes du malaise social qu'ex-
prime la monte de la dlinquance
dans notre socit.


Le Conseil
Gnral
et la filire Canne

La Commission Agriculture-Pche
et Amnagement rural que prside
Charles-Andr Menc tait en visi-
te de terrain le mardi 18 janvier
dernier.
Au course de cette premiere ren-
contre avec les professionnels de la
filire canned, ont t abordes des
questions comme l'aide la balan-
ce, les dommages lis l'excs
d'eau durant la champagne 2004.
Diffrents partenaires (SAEM,
DAF, le CTCS, la Chambre
d'Agriculture, etc) y ont t asso-
cis.
Une deuxime visit tait au pro-
gramme avec les marins-pcheurs
de Trinit.


Elections
la Chambre
de Mtiers et
de l'Artisanat
9 Mars 2005

Les dclarations de candidature
pour les lections la Chambre des
Mtiers et de l'Artisanat seront
reues la Prfecture du 24
Janvier au 7 Fvrier 2005, 12
heures dernier dlai.


Raz-de-Mare :
Pour un
systme d'alerte
prcoce


Le Snateur Claude Lise a attir
l'attention du Ministre de
l'Ecologie et du Dveloppement
durable, l'occasion d'une question
crite, sur la ncessit de mettre en
place un rseau d'alerte prcoce
aux raz-de-mare dans les Antilles.
Par ailleurs, il rappelle que "les
Antilles sont des zones sismiques
similaires celles de l'Ocan Indien
et un sisme sous-marin de magni-
tude gale celui du 26 dcembre
provoquerait un raz-de-mare aussi
destructeur".








Jeudi 27 Janvier 2005 Justice n 4 Page 3


Non


l'tranglement


des services publics


Face aux dsordres du monde
actuel, la Martinique a encore
besoin d'un Parti communist
fort, organis, capable de
peser d'un poids significatif
sur les destines de notre
people. Car aucun observa-
teur objectif, c'est--dire non
infod aux intrts des puis-
sances d'argent, ne peut nier
que le monde va de plus en
plus mal.
Dans tous les domaines, le
capitalism, au mpris des
intrts des peuples et des
masses laborieuses, impose
ses rgles inhumaines. C'est
en vertu de cette idologie
dicte par les puissances d'ar-
gent, que le libralisme telle
une pieuvre, enfonce ses ten-
tacules dans tous les secteurs
de l'conomie et dans tous les
rouages de la socit. C'est au
nom de cette idologie qu'en
France, les tenants du libra-
lisme imposent systmatique-
ment l'tranglement des ser-
vices publics pour justifier,
au nom de la recherche de la
comptitivit, leur privatisa-
tion.
Et nous Martiniquais nous ne
sommes pas pargns par
cette politique-l.
Dj, nombre de grandes
entreprises publiques don't la
plupart sont prsentes en
Martinique sont passes dans
le secteur priv avec des
consequences sociales trs
graves pour leurs salaries.
Reduction des salaires,
emplois prcaires, perte de
certain avantages. Hier,
c'tait dj France Tlcom,
la Poste ou encore Air France.
Aujourd'hui, c'est l'ANPE qui,
pour le placement des deman-
deurs d'emplois est mise en


concurrence avec des cabi-
nets privs, trs chrement
pays alors que cette ANPE
manque cruellement de per-
sonnel.
C'est cette logique librale
qui a conduit l'abandon de
l'hpital public au profit des
cliniques prives et qui a pro-
voqu le mcontentement
gnralis de tous les person-
nels hospitaliers : internes,
urgentistes, chirurgiens,
pdiatres, infirmiers don't
nous saluons la combativit.
C'est cette politique de priva-
tisation rampant qui a jet
de nouveau dans la rue des
milliers de travailleurs du
secteur public, bientt
rejoints par ceux du priv.
C'est toujours cette mme
logique d'abandon des ser-
vices vitaux jusqu'ici assurs
par l'Etat qui conduira la
privatization de l'EDF avec le
risque d'une augmentation,
pour nous, du prix de l'lec-
tricit.
Il suffit de voir avec quel
cynisme l'Etat rduit les
moyens don't l'Education
National a tant besoin pour
assurer sa mission dans un
context de plus en plus diffi-
cile.
Dans ce secteur particulire-
ment sensible, comme dans
tant d'autres, nous assistons
la multiplication des emplois
prcaires.
C'est cette politique de res-
triction des dpenses
publiques qui a entran la
mise au chmage de cen-
taines de jeunes enseignants
et la mise en ouvre de la
rforme Fillon don't le princi-
pal objectif est de permettre
encore l'Etat de raliser de


G. Erichot


nouvelles conomies, l o il
devait investor massivement
pour l'avenir.
C'est l'Etat lui-mme qui
prive notre jeunesse de toute
perspective d'avenir quand,
d'un ct, les jeunes sont
pousss vers des tudes de
plus en plus longues et qu'ils
en sortent de plus en plus
diplms, alors que de l'autre
ct, l'Etat rduit de manire
draconienne les recrute-
ments dans le secteur public
(...)
(...) Non, camarades, mme s'il
parat triomphant, le capita-
lisme demeure ce qu'il a tou-
jours t. C'est--dire la
volont d'un petit nombre de
concentrer entire leurs mains
le maximum de richesses, et
par l'exploitation de l'homme
par l'homme. Comment peut-
on accepter que moins de 20
% de la population de la pla-
nte disposent de plus de 80 %
des richesses, tandis que des
milliards d'hommes vivent
encore dans le plus grand
dnuement ?
La situation actuelle du
monde montre que les idaux
de partage quitable des
richesses, de solidarity entire
les peuples et de justice socia-
le qui sont ceux des vrais
communists sont plus que
jamais d'actualit (...)

Georges Erichot
(Intervention remise des Cartes PCM
23 Janvier 2005)


EDITO








ECONOMIC


Jeudi 27 Janvier 2005 Justice n 4 Page 4


France-Martinique

A propos d'un article de Patrick Planchenault

"Assistance rcurrente"

ou nouvelle exploitation colonial ?


Dans l"'Atlas conomique 2005", Patrick Planchenault,
Rdacteur en Chef de "France-Antilles", nous l'avons vu,
argument pour un "changement de cap" vers plus d'au-
tonomie et pour le dveloppement des activits produc-
tives en ayant recours au besoin une certain dose de
protectionnisme pour rguler les importations et prot-
ger le march intrieur.


Il rompt ainsi avec le dogme de l'ou-
verture et de la libre circulation des
marchandises et parat se rallier
l'Autonomie et a un dveloppement
plus quilibr.
Cependant il le fait partir d'une ana-
lyse cartiriste empreinte de mpris
colonialiste.
Patrick Planchenault juge que lEtat
colonial est considr comme le "bouc
missaire face tous les maux cono-
miques, sociaux et culturels" de "nos
les domiennes". Autrement dit tort.
L'Etat franais n'aurait aucune res-
ponsabilit dans l'impasse dans
laquelle se trouve le pays. Incroyable.
Notons la creation du curieux nolo-
gisme consistent nommer la
Martinique la Guadeloupe, etc, "nos
les domiennes" en faisant de la cat-
gorie institutionnelle et administrati-
ve "dpartement d'outre-mer" une enti-
t nouvelle gographique.
En ralit, estime-t-il, ces "les pays",
malgr les "cris" de leurs reprsen-
tants contre "cet Etat tutlaire quasi
colonial", n'ont qu' lever le petit doigt
pour obtenir de ce dernier une "assis-
tance rcurrente".
Incroyable mpris.
Mais, avertit-il, pour rduire la dpen-
dance conomique et politique, il ne
faut pas "tout attendre d'une progres-
sion de dcentralisation avec toujours
plus de transferts de fonds publics, des
exonrations fiscales et de nouvelles
measures sociales" (loi programme
Girardin).
D'autant que cette dpendance entre-
tient frustration, humiliation et res-
sentiment, souligne M. Planchenault.
Il faut, dit-il, que cette petite terre de
"lot b" cherche un "ailleurs cono-


mique en mme temps que politique" :
il faut rapatrier les "activits produc-
tives" dans ces "appendices continen-
taux" et inventer une autonomie qui
est irrmdiablement en marche.
En d'autres terms, la Martinique
cote trop cher la France et elle doit
dsormais fonder sa croissance sur la
creation de richesses propres et non
sur la poursuite de la hausse sans fin
des transferts publics. Elle doit
apprendre se dbrouiller.
Nous ne sommes pas dupes.
L'autonomisme nouveau de
Planchenault n'est point l'effet de la
gnrosit subite d'un dmocrate fran-
ais voulant aider l'mancipation de
pays qu'il aime et respect, mais le
rsultat du froid calcul politique d'un
colonialiste qui juge que les "appen-
dices" de la France ternelle lui co-
tent trop cher.
Et pourtant si l'on en croit la rcente
tude faite par l'conomiste Olivier
Sudrie de la St DME pour le compete
de la CCIM (Chambre de Commerce)
et intitule "50 ans de progrs cono-
mique et social la Martinique", la
France rcupre une bonne par des
transferts nets qu'elle alloue la
Martinique.
En 2000 la France a transfr en net
1,4 milliard d'euros en Martinique. La
Martinique a import de France pour
1,3 milliards d'euros, ce qui a cr une
croissance conomique supplmentai-
re en France de 630 millions d'euros et
gnr 300 millions d'euros d'impts
pour l'Etat franais.
Au total, sur 1,4 milliard d'euros la
France a rcupr 930 millions d'eu-
ros. Elle n'a "donn" que 470 millions
d'euros. La Martinique n'est donc pas


si assiste que le dit le Rdacteur en
Chef de "France-Antilles".
Le nouveau mcanisme du colonialis-
me dpartemental mis jour par les
communists dans les annes 1970 est
sous nos yeux : transfers publics et
sociaux importations profits pour
l'import-export bnfices pour l'co-
nomie et 'Etat franais.
Il a remplace le vieux systme de
l'conomie de plantation. Il trouve ici
son illustration chiffre.
N'en dplaise M. Planchenault.
Les Martiniquais doivent apprendre
s'assumer et prendre leurs respon-
sabilits sans que la France se croite
quite de son devoir de rparation.

Michel Branchi




Elections
Cantonales
partielles
du Diamant

Gilbert Eustache, divers gauche,
ancien ler Adjoint de Serge Larcher,
remporte la lre manche des canto-
nales partielles du Diamant
dimanche 23 janvier.
Avec 978 voix il devance de 73 voix
Yvette Galot, la candidate de la majo-
rit municipal.
Le second tour du dimanche 30 s'an-
nonce trs serr et il est difficile pour
l'heure de prvoir les reports de voix
des autres candidates et la capacity de
mobilisation dans les deux camps.

Rsultats
Inscrits : 3.484 Votants : 2.141
Nuls : 53 Exprims : 2.088
- Gilbert Eustache D.G. : 978 voix
Yvette Galot D.G.: 905 voix
- Roger Pierre-Charles FMP: 111 voix
- Bertrand Cambusy Modemas : 82
voix
- Emmanuel Optaly UMP: 22 voix








LUTTES SOCIALES


Jeudi 27 Janvier 2005 Justice no 4 Page 5


Diesel:

Le collectif

bloque

la SARA

Le Collectif des utilisateurs de vhi-
cules diesel a bloqu la SARA de jeudi
20janvier dans la nuit vendredi 21
janvier trs tard.
Son Prsident, Thierry Bosqui, estime
que les choses ne vont pas assez vite,
en particulier les analyses faites en
France sur le carburant et les joints
des pompes injection.
Pour lui la cause est entendue : la
SARA est responsible et doit rem-
bourser les automobilistes victims de
pannes de leurs vhicules diesel.
La SARA prtend attendre le rsultat
des analyses demandes.
Dans un communique dat du 22jan-
vier la Prfecture indique au contraire
qu'"en l'absence de rsultats prcis il
est actuellement difficile de dterminer
les causes des pannes, d'en dfinir les
responsabilits et donc de prvoir les
indemnisations immdiats".
Elle ajoute qu"'une cellule a t ouver-
te dans les locaux de la DDCCRF afin
de permettre au "Collectif diesel" de
rceptionner et d'analyser les
plaintes".
Le Prfet a fait librer les accs de la
SARA le samedi 22 janvier 2H du
matin "dans le calme, sans violence
et sans heurts" estimant runies les
conditions d'ouverture, de dialogue et
de transparence.
Il est clair que des questions restent
poses : Les normes europennes en
matire de gazole sont-elles respectes
par la SARA et sont-elles adaptes la
Martinique ? Les vhicules commer-
cialiss sont-ils adapts au carburant
fabriqu localement ?

Education Nationale

Le lundi de
Pentecte

"travaill" est

une farce et

une insulte
la culture

martiniquaise

La loi du 30 juin 2004 relative la soli-
darit pour l'Autonomie des personnel
ges et des personnel handicapes


prvoit qu'un jour fri sera "travaill"
pour la premiere fois cette anne.
I s'avre que ce jour est le lundi de
Pentecte, comme l'a dcid finale-
ment le gouvernement.
La Martinique tant un dpartement
franais, et la loi s'y appliquant
comme dans tous les dpartements
franais, Madame le Recteur Jolle le
Morzellec a annonc la bonnee nouvel-
le" au dbut de la semaine dernire au
personnel de l'Education Nationale et
la population toute entire.
Alors qu'une drogation est accorde
pour deux dpartements "mtropoli-
tains" (le Territoire de Belfort et le
Gard) ainsi que pour quelques com-
munes de "mtropole", pour nous pas
question de drogation Elves, pro-
fesseurs et autres personnel sont
somms de renoncer leur tradition-
nel matoutou sur les plages et de
prendre docilement le chemin de l'co-
le.
Cette loi vise trouver de l'argent
pour aider les personnel ges et han-
dicapes.
Elle parat donc gnreuse dans son
principle. Mais si on considre le cas
des personnel de l'Education
National et des agents de 'Etat en
gnral, on se rend vite compete que
son application mcanique constitute
une farce. Mme si une nouvelle cais-
se national de solidarity sera cre et
percevra une augmentation de 0,3 %
des cotisations patronales dans les
secteurs public et priv.
En effet, qu'ils travaillent ou qu'ils ne
travaillent pas le lundi de Pentecte,
les fonctionnaires et autres personnel
employes par l'Etat touchent le
mme salaire.
Cela veut dire que le sacrifice de ce
jour fri n'aide en rien soulager la
dtresse des personnel ges et han-
dicapes. L'Etat n'tant pas une entre-
prise capitalist prive, le travail de
ses millions d'employs le lundi de
Pentecte ne le fait pas gagner un
euro de plus verser la caisse des
personnel ges et handicapes.
Le "sacrifice" s'apparente un sacrifi-
ce rituel, de porte symbolique.
Puisqu'il en est ainsi, pourquoi ne pas
choisir un autre jour pour la
Martinique, pays o le lundi de
Pentecte a une valeur culturelle sp-
cifique ?
Parmi les Martiniquais interrogs par
"France-Antilles" le 18janvier dernier,
deux ont propos que l'on travaille plu-
tt le 14 Juillet ou le 11 novembre.
On peut penser qu'ils ignorent pour-
quoi ces deux jours sont fris, ou croi-
re qu'ils ont voulu jouer les provoca-
teurs. Toujours est-il qu'ils refltent
bien l'attachement profound du people
martiniquais ses traditions, fussent-
elles d'origine catholique, occidentale.
Les syndicats et les parties politiques


martiniquais ont leur mot dire dans
cette affaire.
M. Beirose


Les salaries

de la function

publique
experiment leur

exaspration

Les travailleurs de la function
publique ont manifest la semaine
dernire leur mcontentement face
l'entreprise de dmantellement du
service public (Education, EDF, Poste,
France Tlcom, etc).
Face la mobilisation, Raffarin, avec
un cynisme droutant, dit "mesurer
l'inquitude qui s'exprime".
Malgr tout il pursuit sa mme
logique de drglementation et de pri-
vatisation inspire par le MEDEF.
Par milliers tant Paris que dans les
grandes villes de France, les tra-
vailleurs ont cess le travail pour dire
non cette politique le jeudi 20jan-
vier.
A la Martinique le movement a t
relay par une grande mobilisation
des enseignants, des lycens, fort
mcontents des orientations scolaires.
Dans l'Education o la gestion pure-
ment comptable et statistique est la
priority des pouvoirs publics, les orga-
nisations syndicales dnoncent avec
force la politique de reduction de
postes la rentre 2005 :
- 29 postes dans le ler degr
- 79 postes dans le 2e degr.
Le deficit de 71 postes de personnel
TOS sera prjudiciable au bon fonc-
tionnement des tablissements, sans
oublier les assistants sociales (en
nombre insuffisant pour rpondre
l'attente de la communaut scolaire et
des families).
En plus du dmantlement du service
public, les travailleurs de la function
publique observent une baisse rguli-
re de leur pouvoir d'achat (- 5 % en 5
ans). Et l'annonce de Raffarin d'une
augmentation de 3,2 % en 2005 est
contredite par un dcret public au
Journal Officiel du mardi 18janvier
qui fait tat d'une revalorisation de 0,5
% en fvrier et 0,5 % en novembre
2005.
Cette journe de mobilisation
tmoigne de la capacity des salaries de
la function publique de refuser la poli-
tique du gouvernement Raffarin.
F.P.








POLITIQUE


Jeudi 27 lanvier 2005 justice n" 4 Page 6


23 Janvier 2005 Ducos

Lancement de la champagne

de remise de cartes 2005 du PCM


Georges Erichot, Secrtaire Gnral du PCM a pro-
nonc une allocution mobilisatrice et tonique don't
nous reprenons les extraits ci-aprs.


Dans un monde

cras par le capitalism,
l'idal communist

est plus actuel que jamais


(...) Les communists
doivent se mobiliser
pour un Parti plus fort
et plus efficace

La vrit, camarades, est que la
rponse toutes ces interrogations
ne dpend que de nous-mmes.
Elle dpend d'abord de notre capa-
cit redonner notre Parti
Communiste la base populaire et la
force qui lui font dfaut. Car de
l'existence de notre Parti dpend la
poursuite de la lutte pour la
conqute d'un pouvoir martini-
quais sans lequel aucune vritable
politique de dveloppement ne peut
tre mise en uvre. Car seul notre
Parti a toujours port haut le dra-
peau de la lutte pour l'mancipa-
tion du people martiniquais.
C'est pourquoi notre manifestation
de ce matin n'est que le lancement
de notre champagne d'adhsions et
de remises de cartes.
La perspective que nous nous
sommes fixe est parfaitement clai-
re, elle est ralisable parce qu'elle
est parfaitement lisible. Elle est
exaltante pour ceux qui aiment
leur Parti communist et qui ne
veulent pas abandonner leur pays
un tel sort.
C'est donc le dbut du processus de
redynamisation de notre Parti, de
reconqute de nos anciens mili-
tants et aussi de conqute d'adh-
rents nouveaux de tous les hori-
zons. Cette remise de cartes n'est


qu'un dbut, elle doit se poursuivre
toute l'anne.
Pour reprendre une expression la
mode, la direction du Parti a trac
une "feuille de route" qui dfinit les
tches propritaires accomplir
dans les mois prochains.
Il s'agira, pour tous les militants
d'aller la rencontre des
Martiniquaises et des
Martiniquais pour populariser nos
propositions sur les grands pro-
blmes auxquels le pays se trouve
confront.
Il s'agira pour nous de faire en
sorte que le dbat sur l'volution
institutionnelle ne soit pas dfiniti-
vement enterr.
L'chec relatif de la consultation du
7 dcembre ne signifie nullement
la fin de l'histoire. Nous devons
nous atteler faire encore progres-
ser cette ide de la responsabilit
pour la conqute d'un vritable
pouvoir martiniquais.
Une autre tche immediate consis-
tera informer nos compatriotes
sur les enjeux du referendum sur
la Constitution europenne que
nous rejetons catgoriquement.
Cette question peut paratre loi-
gne des proccupations des
Martiniquais. Pourtant, elle nous
concern tous, puisqu'il s'agira de
dire si oui ou non nous acceptons
de nous laisser imposer un modle
de socit qui consacrerait la victoi-
re definitive du capitalism, du
libralisme et de la mondialisation.
Qui d'autre, pourra clairer les


Martiniquais sinon les commu-
nistes ?
Sur toutes ces grandes questions
mais aussi sur celles qui condition-
nent notre quotidien, notre Parti
devra partout dans le pays faire
entendre sa voix.
Ce contact avec la population devra
se faire de diverse faons : distri-
butions de tracts sur la voie
publique, vente de masse, presence
du Parti lors des grands rassemble-
ments comme le ler Mai ou le 22
Mai. Partout, les Communistes
devront se faire voir pour tre vus
et entendus.
C'est dans cet esprit que nous
avons prvu la tenue de plusieurs
forums qui seront des spaces de
dbats sur ces grandes questions
que j'ai voques sur le thme : "O
en est la Martinique ?", jusqu' la
tenue de notre Confrence
National probablement au mois
de juin, tape vers le prochain
congrs (...)
(...) Le geste que vous allez faire
n'est pas un engagement impos
mais volontaire, en toute lucidit,
en toute connaissance de cause.
Notre Parti demand beaucoup
ses militants. Il a peu de choses
leur offrir sinon cette camaraderie
et cette fraternity qui doit rassem-
bler tous ceux qui ont confiance
dans l'idal communist et qui
croient qu'un autre monde est pos-
sible. Un monde o rgnera un jour
une vritable dmocratie, la paix,
le partage quitable des richesses
et la fraternity entire les peuples.
Je dclare solennellement lance la
champagne de remise des cartes du
Parti.
Faisons en sorte que notre Parti
redevienne la flame qui clairera la
route vers la responsabilit et le
dveloppement.
Vive le Parti Communiste
Martiniquais !
23 Janvier 2005
Georges Erichot,
Secrtaire Gnral du PCM








POLITIQUE


leudi 2005- Justice n" Page 7


Lancement de la remise des Cartes 2005 du PCM

Une grande russite

"L'idal communist plus actuel que jamais"


Dimanche 23 Janvier 2005, le lan-
cement official de la Remise des
Cartes 2005 du PCM s'est droul
dans une ambiance empreinte de
solennit, d'enthousiasme et de fra-
ternit, l'Office de la Culture de
Ducos.
Lambert Christine, res-
ponsable de la Section
de Ducos, a remerci
tous les camarades pr-
sents et la municipality
de Ducos qui a mis la
salle notre disposi-
tion. Puis le Secrtaire
Gnral, Georges
Erichot. nous a clair,
entire autres, sur la
situation du monde: un


table et solidaire"
De nombreux camarades ont pris
la parole leur tour pour souhaiter
une plus grande implication du
parti sur les grands dossiers du
moment: transports, socits d'co-


,jr" , ': "' **'' ... -.''s :... .. I ... .
l e -:'. ... s '. ,














lo"sme r-.. ._ageur. '; ' ",
.. 1 1 11 : le











par le capital



amric:ine quif i
inimente doimixte loca
par le piten- I .. --.
sin lirm e Edite dit;ior l-



et article e s! '* .


un tat de la fa --- -=--


officiel qui se veut rassurant. "La logement, etc.
Martinique a besoin d'un veritable Aprs la premise c
pouvoir politique, dira-t-il, pour cartes et le pot d
prendre bras-le-corps la question runion s'est term
de son dvelopement durable, vri- vibrant Internationa


Le Secrtaire Gnral Georges
Erichot a renouvell les remercie-
ments la Municipalit de Ducos
et Messieurs Narcissot et Cinna
pour leur disponibilit.
Signe de renouveau : une vingtaine


, -a., . ;,,aAE . B : ~ I- ^.#
Ren Bramban, une fidlit communist.
les
e l'amiti, la de femmes taient prs
ine par une dimanche 23 Ducos.
le".


sentes ce

F.P.








SOCiT


Sant

Premirs rsultats de l'enq

Plus de la moiti des Ma

en surpoids ou obc


L'Observatoire de la Sant de la
Martinique a ralis une enqute sur
l'tat de sant de la population marti-
niquaise dnomme ESCAL (Enqute
sur la Sant et les Comportements
Alimentaires). Cette enqute s'est
droule en deux phases : du 17
novembre au 5 dcembre 2003 et du
27 janvier au 13 Fvrier 2004.
1965 personnel ont accept de
rpondre au questionnaire. Elles
reprsentent approximativement la
composition de la population et sa
rpartition gographique.
Les premiers rsultats de ESCAL sont
consternants : plus de la moiti de la
population adulte est en surpoids ou
obse.
Prs d'un enfant sur 4 (24 %) souffre
d'un problme de surcharge pondra-
le.
Les filles sont plus nombreuses que les
garons : 27 % contre 20 %.
Concernant les adults, 33 % sont en
surpoids et 20 % sont obses.
Si le surpoids touche autant les


hommes que les femmes, l'obsit est
cependant plus frquente chez les
femmes (26% contre 14% pour les
hommes).
S'agissant de l'hypertension artrielle
elle est prsente chez 22 % des plus de
16 ans (20 % chez les hommes et 25 %
ches les femmes). La prvalence de
l'hypertension artrielle augmente en
function de l'ge. Les hommes suivent
moins un traitement que les femmes
(55 % contre 84 %).
En Martinique, 6,5 % des personnel
de 16 ans et plus dclarent tre diab-
tiques. La population de femmes est
plus forte que celle des hommes (8 %
contre 5 %).
L'excs de tissu adipeux abdominal
touche 31% des personnel de 16 ans
et plus, ce qui est un marqueur
majeur pour les maladies mtabo-
liques et vasculaires.
Cet excs est plus marqu chez les
femmes (44 %) que chez les homes
(15 %).
9 % des jeunes de 3 17 ans ont pr-


127 Janvier 2005 lusice n 4 Page 8




ute "Escal":

rtiniquais

:ses !
sent une cruise d'asthme dans les 12
mois prcdant l'enqute. Pour les
plus de 18 ans la prevalence de l'asth-
me actuel est de 3 %.
Bonne nouvelle : la majority des 16
ans et plus sont des non fumeurs (77
%).
La population de fumeurs rguliers
n'est que de 10 %.
Le surpoids et l'obsit rpandus
expliquent la proportion leve de per-
sonnes diabtiques ou hypertendues.
La Martinique imite les grands pays
dvelopps : USA, Allemagne, France,
etc.
On attend les programmes de prven-
tion et/ou d'accompagnement ncessi-
ts pour une situation pas brillante du
tout sur le plan sant.
Bien sr, l'alimentation et l'insuffisan-
ce d'activit physique sont en cause.
Le pays adopted les tares de l'Occident
capitalist. Il faut ragir.

Antoine Gilles


Notre Rgion

Carabe : Tension diplomatique

entire le Vnzuela et la Colombie


Une vive tension diplomatique rgne
entire le Vnzuela et la Colombie
suite l'enlvement, Caracas, le 12
dcembre 2004, du dirigeant de la
FARC Rodrigo Granda.
Le jeudi 13 janvier, le president vn-
zuelien Hugo Chavez a exig des
excuses du gouvernement colombien
pour cet enlvement, disant que tous
les accords et affaires bilatraux
seraient paralyss tant qu'il n'aurait
pas reu ces excuses.
Rodrigo Granda, gurillero des
Forces Armes Rvolutionnaires de
Colombie (FARC), qui se trouvait
Caracas, a t squestr par des mili-
taires vnzueliens agissant en quali-
t de mercenaires pour le compete du
gouvernement colombien prsid par
Alvaro Uribe. C'est--dire qu'ils ont


t pays pour cela ; et ils ont t
aids dans leur "travail" par des
agents colombiens oprant sur le sol
vnzuelien.
Alvaro Uribe prtend que Granda a
t arrt, non pas le 13 mais le 15
dcembre dans la ville colombienne
de Cucuta, situe prs de la frontire
entire les deux pays, dans les Andes.
S'il admet avoir pay pour obtenir
des informations sur le leader de la
guerilla, il nie avoir "achet" des mili-
taires vnzueliens et avoir viol la
souverainet du Vnzuela.
Devant la ferme reaction de Chavez,
il s'est dclar dispose s'entretenir
avec lui du problme, mais devant
une instance international et non en
tte tte.
En fait, Uribe, conseill par la CIA et


Bush, entend accuser Chavez d'avoir
transform le Vnzuela en "sanc-
tuaire" pour les rvolutionnaires
colombiens, qualifis de terroristses.
Il veut faire admettre la thse selon
laquelle le Vnzuela est un Etat
"voyou", faisant parties de l"axe du
Mal", donc pouvant tre attaqu mili-
tairement par les Etats-Unis et,
pourquoi pas, par la Colombie elle-
mme.
Mais Chavez qui a su djouer
d'autres complots et qui bnficie
d'une lgitimit dmocratique incon-
testable et enviable, aura gain de
cause dans cette regrettable affaire.
Il saura prserver l'amiti entire les
deux peuples frres de Colombie et
du Vnzuela.
M. Belrose











ANNONCES LGALES


leudi 27 janvier 2005 Justice n 4 Page 9


AVIS DE CONSTITUTION

Par acte SSP en date FdeF du 17 Janvier
2005
Forme: SARL
Denomination : CONSTRUCTION ET PRO-
MOTION IMMOBILIERE
Sigle: CEPI
Sige social : Rue Antoine Vitez Cit Dillon
97200 FORT-DE-FRANCE
Objet: Promotion Immobilire
Capital : 7000,00 euros don't 5000,00 en
nature
Dure : 99 ans
Grant : Mr BUCHET Grald 24 rue du
Colibri 97200 FORT-DE-FRANCE
Immatriculation de la socit au RCS de
FdeF.

Pour avis FA 4285

HORIZON.MQ

Aux terms d'un acte sous seing priv en
date du 11 Janvier 2005, il a t constitu
une socit prsentant les caractristiques
suivantes :
Forme : Socit Responsabilit Limite.
Denomination: Horizon.mq
Sige social : Quartier Beausjour Rgale
97270 SAINT-ESPRIT
Objet restreint : La socit a pour objet, en
tous lieux, tous travaux de terrassement
notamment la voirie et les rseaux divers.
Dure : 99 ans computer de l'immatricula-
tion au RCS
Capital : 7000 euros constitu d'apports en
numraire, libr hauteur de 100 %.
Grance : M. Frantz VERNON demeurant
Rgale 97270 SAINT-ESPRIT.

La Grance FA 4286

DEPARTMENT DE LA MARTINIUQE

COMMUNAUT DE LESPACE SUD
DE LA MARTINIQUE

AVIS D'ATTRIBUTION

I DENOMINATION ET ADRESSE DE LA
COLLECTIVIT QUI A PASSE LE MARCH :
Communaut de l'Espace Sud de la
Martinique Lolissement Frangipaniers -
97228 SAINTE-LUCE
Tlphone : 0596 62 53 53 Tlcopie :
0596625610
II OBJET DU MARCH : Foumiture de
repas scolaire en liaison chaude pour les
ville du Franois et de Sainte-Anne
III PROCDURE : Appel d'Offre ouvert -
Marchs bons de command en application
des Articles 57 et 71 du Code des Marchs
Publics.
IV DURE DU MARCH : du 3 Janvier
2005 au 16 Dcembre 2005.
V NOM DU TITULAIRE ET MONTANT DU
MARCH :
- CAISSE DES ECOLES DU LAMENTIN
* MONTANT:
* Menu journalier "Maternelles Primaires -
Collges": 3,80 TTC
* Menu Pique-nique "Matemelles Primaires
- Colleges": 3,80 TTC
- Menu journalier "Adulte Agent" : 6,30
TIC
- QUANTITY :
Minimum : 392.000 couverts/an
Maximum : 448.000 couverts/an
VI DATE D'ENVOI DE L'AVIS LA PUBLI-
CATION : 18 Janvier 2005

Le President
Amaud RENE-CORAIL FA 4287

AVIS D'APPEL PUBLIC
LA CONCURRENCE

SERVICES

ETABLISSEMENT PUBLIC TERRITORIAL

Nom et adresse officials de l'organisme
acheteur :
Nom de l'organisme : CACEM -
COMMUNAUT D'AGGLOMRATION DU
CENTRE DE LA MARTINIQUE
Personne responsible du march: Mr Serge
LETCHIMY, President de la CACEM


Adresse: Immeuble Cardinal Chateauboeuf
Est BP 407
Code Postal : 97204
Ville: Fort-de-France
Tlphone : 0596 75 82 72
Tlcopieur: 0596 75 87 06
OBJET DU MARCH :
Dpollution et compactage du flux de vhi-
cules hors d'usage arrivant sur le site du
Centre d'Enfouissement Technique.
CARACTRISTIQUES PRINCIPALS:
Quantits (fournitures et services), nature et
tendue (travaux) :
La prestation conceme:
* Le dshabillage et la dpollution,
* Le tri slectif et le stockage des dchets
(liquides balleries, plastiques/pneus, siges,
pare-brises et vitres)
SLe compactage des VHU dpollus,
* Le stockage des VHU compacts sur le
site.
Toutes ces operations se drouleront au
Centre d'Enfouissement Technique Rivire
Roche sur un site mis disposition par la
CACEM.
Prestation divis en lots : Non
Dure du march ou dlai d'excution:
Soit en 12 mois computer de la notification
du march.
CONDITIONS RELATIVES AU MARCH:
Modalits essentielles de financement et de
pavement et/ou rlrences aux textes qui les
rglementent :
Une advance forfailaire est accorde selon les
dispositions de l'article 87 du code des mar-
chs publics.
CONDITION DE PARTICIPATION:
Renseignements concernant la situation
propre de l'entrepreneur, du fournisseur ou
du prestataire de services et renseignements
et formalits ncessaires pour l'valuation
de la capacity conomique, financire et
technique minimales require en vue de la
selection des candidatures (Application des
articles 43, 44,45, 46 et 52 du code des mar-
chs publics) :
1. Critres de selection des candidatures:
2. Situation juridique rfrences requises:
A l'appui de la lettre de candidature, si le
candidate est en redressement judiciaire
copie du ou des jugements prononcs cet
effect ; declaration sur l'honneur dment
date et signe du candidate pour justifier
qu'il a satisfait aux obligations fiscales et
sociales, qu'il n'a pas faith l'objet au course des
cinq dernires annes d'une condemnation
inscrite au bulletin n 2 du easier judiciaire
pour les infractions vises aux articles L.324-
9, L.324-10, L.341-6, L.125-1, et L.125-3 du
code du travail.
3. Capacity conomique et financire rf-
rences requises:
Declaration concernant le chiffre d'affaires
global et chiffre d'affaires concernant les ser-
vices auxquels se rfrent le march raliss
au course des Irois derniers exercices.
Liste des principaux services fournis prci-
sant leur date de ralisation et leur montant
en relations avec l'objet du march.
Declaration indiquant le matriel et l'quipe-
ment technique don't dispose le prestalaire
pour l'excution des services.
4. Rfrence professionnelle et capacity
technique rlrences requises :
Indication des moyens humans don't dispose
lo candidate ; effectif du candida ; importance
du personnel d'encadrement, effectif spci-
fique affecte pour la ralisation de la pres-
tation.
CRITERES D'ATTRIBUTION:
Offre conomique la plus avantageuse
apprcie en function:
Des critres noncs ci-dessous (par ordre
de priority dcroissante :
1. Les capacits professionnelles, lech-
niques et financires juges suffisantes par
rapport au march.
2. Le prix.
PROCEDURES:
Procedure adapte (article 28 du CMP)
CONDITIONS DE DLAI :
Date limited de reception des offres : 11
Fvrier 2005 12 heures
Date prvue pour l'envoi de l'invitation pr-
senter une offre aux candidates slectionns :
90 jours computer de la date limited de rcep-
lion des offres.
RENSEIGNEMENTS COMPLMENTAIRES:
Les offres devront tre remises contre rc-


piss l'adresse indique n" 23 de la
rubrique "Adresses complmentaires" avant
les date et heure limits de reception des
offres, ou si elles sont envoyes par voie
postal, devront l'tre la mme adresse
par pli recommand avec avis de reception
postal et parvenir avant ces mmes dates et
heures.
Les dossiers qui parviendront aprs la date
et l'heure limits fixes, ainsi que ceux par-
venus sous enveloppes non cachete et/ou
portant le nom de l'entreprise ne seront pas
retenus, seront renvoys leurs auteurs.
Les mentions suivantes devront tre impra-
tivement indiques sur l'enveloppe conte-
nant l'offre:
"M. le Prsident de la CACEM
Service des Marchs Publics
Immeuble Cardinal
Chateauboeuf EST
BP 407
97204 FORT-DE-FRANCE"
"Dpollution et compaclage du flux de vhi-
cules hours d'usage arrivant sur le site du
Centre d'Enfouissement Technique"
"Ne pas ouvrir"
Toutes ces mentions sont exiges, sous
peine de declaration d'irrecevabilit des plis
concerns.
Les plis omettant une de ces indications ne
sont pas retenus et sont renvoyes leurs
auteurs sans avoir t ouverts.
Date d'envoi du present avis la publication :
13 Janvier 2005
Adresse auprs de laquelle des renseigne-
ments peuvent tre obtenus :
- d'ordre administratif et technique
* D'ordre administratif :
Nom de l'organisme : CACEM -
COMMUNAUT D'AGGLOMRATION DU
CENTRE DE LA MARTINIQUE.
Correspondent: Service des Marchs
Adresse: Immeuble Cardinal Chateauboeuf
Est BP 407
Code postal : 97204 Ville: Fort-de-France
* D'ordre technique :
Nom de l'organisme : CACEM -
COMMUNAUT D'AGGLOMRATION DU
CENTRE DE LA MARTINIQUE
Correspondent : Centre d'enfouissement
technique de la CACEM
Adresse: Rivire Roche
Code postal : 97200 Ville: Fort-de-France
Tlphone : 0596 42 56 48 Tlcopieur :
0596 63 97 54
Adresse auprs de laquelle les documents
peuvent tre obtenus :
Nom de l'organisme : CACEM -
COMMUNAUT D'AGGLOMRATION DU
CENTRE DE LA MARTINIQUE
Correspondent: Service des Marchs
Adresse: Immeuble Cardinal Chateaubceuf
Est BP 407
Code postal : 97204 Ville: Fort-de-France
Adresse auprs de laquelle les offres/candi-
datures/demandes de participation doivent
tre envoyes :
Nom de l'organisme : CACEM
COMMUNAUT D'AGGLOMRATION DU
CENTRE DE LA MARTINIQUE
Correspondent : Service des marchs
Adresse: Immeuble Cardinal Chateaubceuf
Est BP 407
Code postal : 97204 Ville : Fort-de-France
Tlphone : 0596 75 82 72 Tlcopieur :
0596 75 87 06.
FA 4288

CONSEIL REGIONAL MARTINIQUE

AVIS D'APPEL PUBLIC
LA CONCURRENCE

Identification de l'organisme qui passe le
march :
Conseil Rgional de la Martinique Service
des Marchs et de la command publique -
Rue Gaston Defferre Cluny 97200 Fort-
de-France Martinique Tl.: 0596 59 63 00
Tlcopie : 0596 72 68 10.
Personne responsible du march:
Le President du Conseil Rgional
Procedure de passation:
Procedure adapte en vertu de l'article 28 et
40 du code des Marchs publics (CMP)
Objet de la Consultation Allotissemen :
Cette consultation a pour objet de pr-slec-
tionner des candidates que la Rgion mettra
en competition, pendant une priode d'un


an, pour l'achat des fournitures de bureau ci-
dessous dsignes:
- LOT 1 : PAPERS ET CARTONS EN
L'TAT (code nomenclature 15-02)
- LOT 2 : CONSOMMABLES INFORMA-
TIQUES (supports informatiques : dis-
quettes, CD-ROM, DVD ; consommables
pour imprimante sauf paper ; autres
consommables techniques tels que tapis de
souris, filtres pour cran; pices dtaches ;
lments de connectique, etc) (code nomen-
clature 36-07) ;
- LOT 3 : PETITES FOURNITURES DE
BUREAU : enveloppes, tiquettes, papterie
scolaire et commercial, encre de bureau et
de dessins, articles divers en matires plas-
tiques, stylos et crayons billes, fournitures
mtalliques de bureau, articles ornements
mtalliques, articles de maroquinerie pour
bureau, etc (Code nomenclature 38-01).
Contenu du dossier de candidature produi-
re:
- les rfrences du candidate portant sur des
prestations similaires ralises au course des
trois dernires annes,
- Tous les lments permettant d'apprcier la
capacity du prestataire fournir les presta-
tions dans les dlais raisonnables et des
prix intressants,
- Indication du ou des lots pour le(s)quel(s) le
candidate souhaite tre consult pendant un
an.
Date limited et lieu de reception du dossier de
candidature :
LE 14 FVRIER 2005 17HOO, reception
des candidatures par pli recommand ou
dpt contre rcpiss au Conseil Rgional
de la Martinique Service des Marchs et de
la Commande Publique avec la mention sui-
vante : candidaturee pour l'acquisition de
fournitures de bureau".
Date d'envoi de l'avis la publication:
Mercredi 19 Janvier 2005.
FA 42 89

CONSEIL REGIONAL MARTINIQUE

AVIS D'APPEL PUBLIC
LA CONCURRENCE

Identification de l'organisme qui passe le
march :
Conseil Rgional de la Martinique Service
des Marchs et de la command publique -
Rue Gaston Defferre Cluny 97200 Fort-
de-France Martinique Tl. : 0596 59 63 00
Tlcopie : 0596 72 68 10.
Personne responsible du march :
Le President du Conseil Rgional
Procedure de passation:
Procedure adapte en vertu de l'article 28 et
40 du code des Marchs publics (CMP)
Objet de la Consultation :
Celte consultation a pour objet de pr-slec-
tionner des candidates que la Rgion mettra
en competition, pendant une priode d'un
an, pour L'ACHAT DE PRODUCTS D'EN-
TRETIEN paperss sanitaires-nappos en
papier-vaisselles en carton-gobelets-cou-
verts-savons-produits de nettoyage-cires-
brosserie-produits pour surface alimentaire-
serpillres, etc...)
Contenu du dossier de candidature produi-
re:
- les rfrences du candidate portant sur des
prestations similaires ralises au course des
trois dernires annes,
- Tous les lments permettant d'apprcier la
capacity du prestataire fournir les presta-
tions dans les dlais raisonnables et des
prix intressants,
- Indication du ou des lots pour le(s)quel(s) le
candidate souhaite tre consult pendant un
an.
Date limited et lieu de reception du dossier de
candidature :
LE 14 FVRIER 2005 17H00, reception
des candidatures par pli recommand ou
dpt contre rcpiss au Conseil Rgional
de la Martinique Service des Marchs et de
la Commande Publique avec la mention sui-
vante : candidaturee pour l'achat de products
d'entretien".
Date d'envoi de l'avis la publication:
Mercredi 19 Janvier 2005.
FA 4290











ANNONCES LGALES


leudi 27 Janvier 2005 justice no 4 Page 10


AVIS DE CHANGEMENT DE GRANT

Au terme d'une dlibration en date du
24.12.04, l'assemble gnrale extraordinai-
re a nomm M.Jean Paul NAROYANIN,
demeurant au quarter Mansarde 97240 LE
FRANCOIS en quality de Grant en rempla-
cement de M. Jean-Aristide ARMA.

Pour avis, le Grant FA 4291

SERDIM
Socit responsabilit limite
Capital social : 10.000 C
Sige social : Immeuble COTTRELL
Z.I. La Lzarde
97232 LE LAMENTIN
408 559 110 RCS Fort-de-France
(96 B 673)

L'assemble gnrale extraordinaire du 30
juin 2004 rgulirement a dcid de modifier
l'objet social :
L'article 2 des status a t modifi en cons-
quence.
Cette decision entrane la publication des
mentions suivantes:
OBJET:
Ancienne mention : Toutes operations
d'achat, vente en gros ou au dtail, location,
importation, exportation, representation,
commission et courage de tous matriels,
products, articles et denres, la creation, l'ac-
quisition, la prise en location-grance, l'ex-
ploitation par tous moyens de tous fonds de
commerce, toutes prestations de services
aux entreprises, et plus gnralement toutes
operations de quelque nature qu'elles soient,
juridiques, conomiques et financires,
civiles et commercials, pouvant se ratta-
cher directement ou indirectement l'objet
spcifi ou tous autres objets similaires ou
connexes, ou de nature favoriser le but
poursuivi par la socit, son extension ou
son dveloppement.
Nouvelle mention : La prise de participation
dans toutes socits ou groupements quel
que soit leur objet, par voie de souscription,
fusion, achat de tires ou autre, la direction,
l'administration, la gestion, l'animation et le
contrle des filiales ainsi dtenues, toutes
prestations de services ses filiales, le
conseil aux entreprises, et, plus gnrale-
ment, toutes operations de quelque nature
qu'elles soient, industrielles, juridiques, co-
nomiques, financires, civiles et commer-
ciales pouvant se rattacher directement ou
indirectement l'objet spcifi ou tous
autres objets similaires ou connexes ou, de
nature favoriser le but poursuivi par la
socit, son extension ou son dveloppe-
ment.
FA4292

Matre Grard GRANVORKA
Avocat la Cour
28, Avenue des Arawaks
Chateauboeuf
97200 FORT-DE-FRANCE
Tl. : 0596 75 05 15 Fax : 0596 75 70 27

AVIS DE CONSTITUTION

"LAMENITN DIET"

Aux terms d'un acte sous seing priv en
date au Lamentin du 19 Janvier 2005 enre-
gistr la Recette divisionnaire de Fort-de-
France Ouest le 19 Janvier 2005, Bordereau
n 2005/54 Case n" 4 Ext. 373 il a t
constitu une socit responsabilit limite
rgie par les articles L. 223-1 et suivants du
Code de commerce et la rglementation en
vigueur, prsentant les caractristiques sui-
vantes :
Denomination social : LAMENTIN DIET
Capital : 15.300,00 , divis en 100 parts
sociales de 153,00 chacune intgralement
souscrites et libres.
Dure : 99 ans computer de l'immatricula-
tion au registre du Commerce et des
Socits.
Objet social : Vente de products dittiques,
au dtail, en gros, et demi-gros, en libre-ser-
vice ou tout autre mode de distribution.
Sige social : N" 66, rue Lotissement
Hibiscus Place d'Armes 97232 LE
LAMENTIN
Grance: M. Jol Grard GOURTAUD, n le


2 Fvrier 1953 au Marin 97290 (Martinique),
demeurant 66, Lotissement Hibiscus Place
d'Armes 97232 LE LAMENTIN.
L'immatriculation sera effectu au Registre
du Commerce et des Socits de Fort-de-
France (Martinique).

Pour avis
Le Grant FA 4293


AVIS

Suivant acte sous SSP sous condition sus-
pensive en date PARIS le 21 dcembre
2004 enregistr la RECETTE DIVISION-
NAIRE DE FORT-DE-FRANCE OUEST, le
28 dcembre 2004, Bordereau N' 2004/1
007, Case N' 11, Ext. 8642. Monsieur Pierre,
Grald ALIVON et Madame Vronique,
Marie, Rene BONNARD, son pouse
demeurant ensemble FORT-DE-FRANCE
(97200) Villa Fan Cottage, Rue du Btonnier
Hector ANDR, Croix de Bellevue, immatri-
cule au RCS de FORT-DE-FRANCE sous
le N" 351 656 368 ont vendu I'EURL
PHARMACIE ALIVON dnomme "PHAR-
MACIE DE L'AROPORT' Entreprise
Unipersonnelle Responsabilit Limite au
capital de 8.000 C ayant son sige social LE
LAMENTIN (97232) Aroport de FORT-DE-
FRANCE LE LAMENTIN, un fonds de com-
merce d'officine de pharmacie exploil LE
LAMENTIN (97232) Aroport de FORT-DE-
FRANCE LE LAMENTIN, moyennant le prix
de 1.770.000,00 C stock en sus reprendre
par l'acqureur. L'entre en jouissance a t
fix au 1er avril 2005.
Les opposition vises par l'article 3, alina
5 de la loi du 17 mars 1909 seront reues
dans les dix jours de la dernire en date des
publications lgales, domicile est lu chez
Matre Louis Victor FIRMIN, Huissier de
Justice y demeurant 80 rue Lopold Bissol
97232 LE LAMENTIN MARTINIQUE.
FA 4294

COMMUNE DE FORT-DE-FRANCE

ARRETE D'ENQUTE PUBLIQUE N* 0058

EN VUE DU DCLASSEMENT DU
DOMAINE PUBLIC COMMUNAL
PARCELLES BC 252/253/257/406

REF : DGA-AT/DPU/BR/RMM

LE MAIRE DE LA VILLE
DE FORT-DE-FRANCE

- VU le Code de la voirie routire, notamment
dans son litre IV, art. L 141-1 et suivants, R
141-4 et suivants :
- VU les dlibrations du Conseil Municipal
de la Ville de Fort-de-France :
Du 17 Dcembre 1994 et 25 Mars 1995 por-
tant creation de la Zone d'Amnagement
Concert Perrinon centre ville;
Du 21 Novembre 1995 approuvant le PAZ de
la ZAC Perrinon Centre ville et le programme
des quipements publics ;
Du 25 Fvrier 1997 approuvant le dossier de
ralisation, le PAZ de la ZAC et les quipe-
ments ;
Du 27 Juin 2000 approuvant la modification
du PAZ;
- VU la ncessit de dclasser les parcelles
BC 252, 253, 257, 406 du Domaine Public
Communal sises rue Perrinon, en vue de
raliser le project Z.A.C. Perrinon Centre Ville
ARRETE
ARTICLE ler: II sera procd une enqu-
te publique pour une dure de quinze jours
(15) du JEUDI 10 FVRIER 2005 AU JEUDI
24 FVRIER 2005 INCLUS, en vue du
dclassement de quatre parcelles du domai-
ne public communal, rue Perrinon, Z.A.C.
Perrinon Centre Ville.
ARTICLE 2 : EST DSIGN EN QUALITY
DE COMMISSAIRE-ENQUTEUR, MON-
SIEUR EUGNE GOLD DALG, demeurant
15 Lotissement Duplan, voie N" 3 Roule de
Didier 97200 FORT-DE-FRANCE.
ARTICLE 3 : Les pieces du dossier ainsi que
le registre d'enqute seront dposs en mai-
rie de Fort-de-France afin que chacun puis-
se en prendre connaissance aux jours el
heures d'ouverture habituels des bureaux.


Le public intress pourra consigner ses
ventuelles observations sur le registry
ouvert cet effet ou les adresser par crit au
commissaire-enquteur.
ARTICLE 4 : LE COMMISSAIRE-
ENQUTEUR sigera la Mairie de Fort-de-
France, Direction de la planification et de
l'urbanisme, 5me tage du Btiment admi-
nistratif et recevra le public les jeudi 10 et 24
fvrier 2005 de 9H 12H.
ARTICLE 5 : L'avis de l'ouverture d'enqute
sera affich par les soins du Maire de Fort-
de-France la mairie, 15 jours avant le
dbut de l'enqute et pendant toute la dure
de celle-ci.
Cet avis sera en outre, public par tous pro-
cds en usage et insr en caractres
apparent dans deux journaux locaux diffu-
ss dans le Dpartement.
ARTICLE 6 : Aprs avoir close et sign le
registre d'enqute, le commissaire-enqu-
teur transmettra au Maire, dans un dlai d'un
mois computer de la date de clture de l'en-
qute, le dossier et le registre accompagns
de ses conclusions motives.
ARTICLE 7 Les personnel intresses
pourront consulter le rapport d'enqute et les
conclusion du commissaire-enquteur qui
seront tenus leur disposition la mairie de
Fort-de-France, Direction de la planification
et de l'urbanisme pendant un dlai d'un an
computer de la date de clture de l'enqute.
ARTICLE 8 : Le Maire de Fort-de-France est
charge de l'excution du present arrt qui
sera public au recueil des actes administra-
tifs de la mairie.

Fort-de-France, le 19 Janvier 2005
Le Maire FA 42 95

Grald SA
Avocat la Cour
40 Rue Perrinon
97200 FORT-DE-FRANCE
Tl.: 0596 70 21 19 Fax : 0596 60 94 73

AVIS DE CHANGEMENT
DE RGIME MATRIMONIAL

D'un jugement rendu par le Tribunal de
Grande Instance de Fort-de-France, le 18
dcembre 2003 la requte de Monsieur
Madeleine Jean Bernard Antoine PRECART,
n le 22 Juillet 1917 au Lorrain (Martinique),
de nationalit franaise et Madame Lonie
Rose Marie VERTUEUX, ne le 24 Fvrier
1924 au Lorrain, de nationalit franaise,
Demeurant ensemble : 12 Lot Athanase -
Route des Rochers 97200 FORT-DE-
FRANCE
Maris le 27 dcembre 1947, en la ville du
LORRAIN (MARTINIQUE)
II a extrait ce qui suit:
Le Tribunal de Grande Instance de Fort-de-
France a homologu l'acte reu le 25 Fvrier
2002 par Matre Monique LEPELLETIER-
BEAUFOND-DUVAL, Notaire Associ de la
Socit Civile Professionnelle "Dominique
MODOCK et Monique LEPELLETIER-
BEAUFOND-DUVAL. Notaires associs, titu-
laire d'un Office Notarial, don't le sige social
est FORT-DE-FRANCE, 10 rue Joseph
Compre en date du 18/03/1972, contenant
adoption par les poux PRECART/ VER-
TUEUX du rgime matrimonial de la spara-
tion de biens tel qu'il rgit par les articles
1536 et suivant du Code Civil.

Pour avis FA 4296


AVIS D'ATTRIBUTION

Identification de la collectivit qui a pass le
march :
CONSEIL REGIONAL DE LA MARTINIQUE
Service des Marchs Rue Gaston Defferre
- Cluny 97200 Fort-de-France.
Objet du march :
TRAVAUX DE MISE EN CONFORMITY
DES INSTALLATIONS ELECTRIQUES, DE
SCURIT INCENDIE ET DES PLANS DE
SCURIT INCENDIE AU LYCE DE
SAINT-JAMES ( OPERATION N" SJM-03-
OP2)
L'avis a t-il lait l'objet d'une publication au
BOAMP ? Oui
L'avis a t-il fait l'objet de rectificatif au
BOAMP: Non


Date d'attribution du march : 10 novembre
2004
Nombre total d'offres reues : 2
* N DU LOT: 1
- Nom du titulaire:
ALGER Jocelyn
- Montant en TTC:
138744,38
* N DU LOT: 2
- Nom du titulaire:
ALGER Jocelyn
- Montant en C TTC :
36515,68
* N DU LOT: 3
- Nom du titulaire:
ALGER Jocelyn
- Montant en TTC : 5 560,63
Date de l'envoi du present avis la publica-
tion : 02 Janvier 2005
FA 42 97

AVIS D'ATTRIBUTION

Identification de la collectivit qui a pass le
march :
CONSEIL REGIONAL DE LA MARTINIQUE
Service des Marchs Rue Gaston Defferre
- Cluny 97200 Fort-de-France.
Objet du march :
Objet : TRAVAUX DE REHABILITATION AU
LYCE DE PETIT-MANOIR (PEM-03-OP1)
L'avis a t-il fait l'objet d'une publication au
BOAMP ? Oui
L'avis a t-il fait l'objet de rectificatif au
BOAMP: Non
Date d'attribution du march : 10 novembre
2004
Nombre total d'offres reues: 11
* N" DU LOT: 2
- Nom du titulaire:
E.R. TECH SARL
- Montant en 8 TTC:
103935,72
* N DU LOT: 3
- Nom du titulaire:
ENT. ALGER Jocelyn
- Montant en C TTC:
135 228,98
* N DU LOT: 6
- Nom du titulaire:
B. J-CL
- Montant en TTC:
41 486,06 C
* N DU LOT: 7
- Nom du titulaire:
TRAV BTP
Montant en C TTC:
83 337,90
Date de l'envoi du present avis la
Publication : 20 JANVIER 2005
FA 4298


AVIS D'ATTRIBUTION

Identification de la collectivit qui a pass le
march :
CONSEIL REGIONAL DE LA MARTINIQUE
Service des Marchs et de la Commande
Publique Rue Gaston Defferre Cluny -
97200 Fort-de-France Martinique Tl. :
0596 59 63 00 Tlcopie: 0596 72 68 10
Personne responsible du march :
Le President du Conseil Rgional de la
Martinique
Objet du march:
TRAVAUX DE REHABILITATION AU LYCE
DE RIVIRE-SALE.
LOT 6: PEINTURE
L'avis a t-il fait l'objet d'une publication au
BOAMP 7 OUI
(BOAMP..., avis n" 355 du 14 Octobre 2004)
L'avis a I-il fait l'objet de rectificatif 7 NON
Date d'attribution du march : 10 novembre
2004
Nombre total d'offres reues : 3
* N DU LOT: 6
- Nom du titulaire:
EPH SARL
- Montant en C TTC:
6 324.67
Date d'envoi du present avis la publication:
20 Janvier 2005

Pour le Prsident
du Conseil Rgional de la Martinique
et par dlgation
Le Directeur de l'Administration
Lon MASTAIL FA 4299











ANNONCES LGALES


Jeudi 27 Janvier 2005 Justice n 4 Page 1l


AVIS D'ATTRIBUTION

Identification de la collectivit qui a pass le
march :
CONSEIL REGIONAL DE LA MARTINIQUE
Service des Marchs Rue Gaston Defferre
- Cluny 97200 FORT-DE-FRANCE.
Objet du March:
TRAVAUX D'LAGAGE, DE DESSOUCHA-
GE ET D'RADICATION DES ARBRES ET
VGTAUX SUR ET HORS LE DPRN :
Lot n 1 : Subdivision de Saint-Pierre
Lot n" 2: Subdivision de Trinit
Lot n" 3: Subdivision de Fort-de-France
Lot n" 4: Subdivision du Franois
Lot n" 5: Subdivision de Riivre-Sale
Lot n" 6 : Subdivision du Marin
L'avis a I-il fail I'objet d'une publication au
BOAMP? : OUI
L'avis a t-il fait l'objet de rectificatif au
BOAMP? : NON
Date d'attribution du march : 13 Octobre
2004
Nombre total d'offres reues : 06
TREMPLIN'S
Mini Maxi
Lot n 1: 40 000 160 000,00
Lot n* 2: 40 000 C 160 000,00
Lot n 3: 40 000 160 000,00
Lot n 4 : 40 000 160000,00
Lot n" 5: 40 000 160 000.00
Lot n 6: 40 000 160 000,00
Date de l'envoi du present avis la publica-
lion : 20 Janvier 2005
FA 4300

AVIS DE CONSTITUTION

Avis est donn de la constitution des soci-
ts suivantes :
DENOMINATION:
SCI IMMOBILIRE OUTRE-MER
SCI ACAJOU LOGEMENT
FORME: Socit civil Immobilire
CAPITAL: 100 euros
OBJET : Acquisition et construction, l'am-
nagement et la location d'un immeuble neuf
destin l'exploitation par bail, location d'un
ou plusieurs immeubles btis ou non btis.
SIGE SOCIAL: Le Lamentin (97232)
DURE : 99 annes
ASSOCIS EN NOM:
- La socit ACI Financement Outre Mer
SARL au capital de 7 622 , don't le sige
social est 6 Lotissement Manhity Four
Chaux Sud, 97232 Le Lamentin immatricu-
le au RCS de Fort-de-France sous le num-
ro 392 962 726 reprsente par Monsieur de
REYNAL agissant es quality de grant
* La socit INVESTISSEMENTS
CONSEILS domicili c/oACI Immeuble Sera
- Zone de Manhity 97232 Lamenlin
Martinique immatricule au RCS de Fort-de-
France sous le numro 389 418 526 repr-
sente par Monsieur ARMINJON Eloi agis-
sant en quality de grant-associ.
GRANCE:
- La socit ACI Financement Outre Mer
SARL au capital de 7 622 , don't le sige
social esl 6 Lotissement Manhity Four
Chaux Sud, 97232 Le Lamentin immatricu-
le au RCS de Fort-de-France sous le num-
ro 392 962 726 reprsente par Monsieur de
REYNAL agissant es quality de grant.
IMMATRICULATION : au RCS de Fort-de-
France.

Pour avis FA 4301

VENTE D'UN FONDS DE COMMERCE

Par acle sous seing priv en date du 3
dcembre 2004, enregistr la Recette des
Impts de Fort-de-France le 31 dcembre
2004 sous le bordereau 2004/1078, case n
35, Ext. 9066, autoris par jugement du
Tribunal de Commerce du 13 janvier 2004, la
socit MAGIC AUTO, SARL, au capital de
7622 euros don't le sige est la ZI de Petite
Cocotte 97224 DUCOS, immatricule au
RCS de Fort-de-France sous le numro 384
029 906, assiste de Maitre Didier
SEGARD, administrateur judiciaire, domicili
Lotissement Hardy Dessources Route de la
Pointe des Sables 97200 FORT-DE-FRAN-
CE
a cd :
La socit UNN'AUTO. SARL, au capital de
7622 euros, immatricule au RCS de Fort-


de-France sous le numro 414 727 776 don't
le sige social est situ ZI de Petite Cocolte
97224 DUCOS, reprsente par son Grant
Monsieur Uriel UNN'TOC
Un fonds de commerce de vente de vhi-
cules automobiles d'occasion connu sous
l'enseigne MAGIC AUTO, situ ZI de Petite
Cocotte 97224 DUCOS, moyennant le prix
de 15.616 euros.
L'entre en jouissance est fixe au : 15
Janvier 2004
Il est fait election de domicile au sige et
adresse respectif de chacun.

Pour insertion
LACQUEREUR FA 4302


PETITE TERRE
Socit Civile Immobilire
au capital de 120.100 euros
Sige social : 58 Immeuble Panorama
97200 FORT-DE-FRANCE

AVIS DE CONSTITUTION

Avis est donn de la constitution d'une
Socit prsentant les caractristiques sui-
vantes :
FORME : Socit Civile Immobilire
DENOMINATION : SCI PETITE TERRE
SIGE SOCIAL : 58, Immeuble Panorama
97200 FORT-DE-FRANCE
OBJET: L'acquisition de terrain, la construc-
tion, l'administration et la gestion par location
ou autrement de tous immeubles et biens
immobiliers.
DURE : 50 annes
CAPITAL: 120.100 euros
APPORTS EN NUMRAIRE: 120.100 euros
GRANCE : Monsieur Pierre BERNEZ
demeurant Villa Misaine Jeanne d'Arc 97232
LAMENTIN
CESSION DE PARTS : Les parts sociales
sont librement cessibles entire associs et au
profit du conjoint, des ascendants ou des-
cendants du cdant. Elles ne peuvent tre
cdes d'autres personnel qu'avec l'auto-
risation pralable de l'assemble gnrale
extraordinaire des associs.
IMMATRICULATION : au RCS de Fort-de-
France.

Pour avis FA 4303

CABINET de Matre Ren HELENON
Avocat la Cour
Centre d'Affaires Dillon Valmenire
Bt. A- 1er tage
97200 FORT-DE-FRANCE
Tl. : 0596 55 60 60 (rf. 20030568)

VENTE AUX ENCHRES PUBLIQUES

II sera procd le MERCREDI 02 MARS
2005 09 H 00, l'audience des Cries du
Tribunal de Grande Instance de FORT-DE-
FRANCE, Cit Judiciaire, 35, BId Gal de
Gaulle, la vente aux enchres publiques au
plus offrant et dernier enchrisseur de:
Un terrain arbor et cltur FORT-DE-
FPANCE, quarter Beausjour Jambette,
cadastr section P n" 581 rue Monsieur pour
09 a 48 ca sur lequel est difie une maison
d'habitation simple rez-de-chausse (salle
de sjour, cuisine, loggia, 3 chambres, salle
d'eau, WC) construile en bois, couverte de
tle, sans terrasse. Les lieux sont occups et
lous depuis le 01.12.1999 (bail du
19/08/1999, loyer mensuel: 792,73 ).
Le cahier des charges a t dpos au
Greffe du TGI de Fort-de-France le
04/10/2004 o toule personnel peut en
prendre connaissance.
Les enchres sont portes par Ministre
d'Avocat et s'ouvriront sur la mise prix de
CENT MILLE euros (100.000 C). En cas de
carence d'enchres, la vente sera requise
sur baisse de celle mise prix de 25 %.
Pour toute visit des lieux, se rapprocher
avant le 16/02/2005 de la SCP MONIER /
MARTINVALET Huissiers de Justice asso-
cis SCH(ELCHER Tl. : 0596 61 09 62.
FA 4304


Matre Marlne SALOMON
Avocat
97200 FORT-DE-FRANCE
Tl.: 0596 60 58 75 / Fax : 0596 71 83 24

VENTE AUX ENCHRES PUBLIQUES

II sera procd le MERCREDI 16 FVRIER
2005 A 9 HEURES, l'audience des cries
du Tribunal de Grande Instance de Fort-de-
France, Cit Judiciaire 35 Boulevard du
Gnral de Gaulle 97200 FORT-DE-FRAN-
CE, la vente aux enchres publiques, au
plus offrant et dernier enchrisseur l'ex-
tinction des feux de :
Un terrain sis FORT-DE-FRANCE, quarter
Redoute "La Ferme", cadast section P n"
149, rue de la Ferme, Voie n" 34 pour 7 a 81
ca, et de l'immeuble y difi.
Selon procs verbal de description de la
SCP MONIER/MARTINVALET, Huissiers
associs SCHOELCHER, du 23/11/02
Sur le terrain sus rfrenc, existe une mai-
son en dur, toilure plate, couverture tle, di-
fie sur pilots au 3/4 comprenant : 1 sous-
sol, 1 tage, 1 jardin, le tout portant le n" 21
du lieudit.
Etage : Une pice usage de sjour/salle
manger, une cuisine, quatre chambres don't
une avec salle de bains, une salle d'eau, une
vranda en faade principal, une terrasse
couverte l'arrire.
Le cahier des charges a t dpos au
Greffe du Tribunal de Grande Instance de
Fort-de-France le 3/12/2002 o toute per-
sonne peut en prendre connaissance.
Les enchres s'ouvriront sur la mise prix
de : 75.000 euros.
Les enchres se font par ministre d'avo-
cats.
Pour tout renseignement s'adresser au
Cabinet de Me Marlne SALOMON
l'adresse et au numro de tlphone ci-des-
sus.

Pour avis FA 4305

CACEM

AVIS D'APPEL PUBLIC
LA CONCURRENCE

1. Identification de l'organisme qui passe le
march :
CACEM Communaut d'Agglomration du
Centre de la Martinique Immeuble CARDI-
NAL Chateauboeuf Est BP 407 97204
FORT-DE-FRANCE CEDEX Tl. : 0596 75
82 72 Fax : 0596 75 87 06
2. Objet du march:
Mission de matrise d'ouvrage dlgue pour
l'amnagement de la plade de Californie, sur
la commune du Lamentin.
6. Caractristiques de la mission:
La mission comprend:
- la ractualisation du dossier existent
- l'assistance pour le cadrage de l'opration
- la consultation des habitants et autres orga-
nismes
- la consultation de diffrents organismes
- les ngociations foncires
- l'laboration de tous les documents rgle-
menlaires et supports ncessaires pour la
ralisation des enqutes publiques
- l'assistance au droulement des enqutes
publiques
- le dpt des demands de permits de
construire


- les procedures d'appel d'offre
- le lancement du chantier jusqu' la rcep-
tion de l'ouvrage.
L'enveloppe prvisionnelle des travaux est
de 800.000 HT.
6. Critres de selection des candidatures:
Produire les pieces justificatives ncessaires
l'valuation de la capacity conomique,
financire et technique minimal requise en
vue de la selection des candidatures,
savoir:
- Lettre de candidature,
- Attestation sur l'honneur dment date et
signe par laquelle le candidate certified qu'il a
satisfait l'ensemble de ses obligations fis-
cales et sociales,
- Si l'entreprise est en redressement judiciai-
re, joindre la copie de jugement prononc
cet effect,
- Liste des rfrences rcentes ayant trait
aux missions objet de la prsente consulta-
tion,
- Le chiffre d'affaire de la socit, ayant trait
aux missions objets de la prsente consulta-
tion,
- Note mthodologique
3. Critres de selection des offres:
Offre conomiquement et mthodologique la
plus avantageuse apprcie en function des
critres nonces ci-dessous :
- Quality de la note mthodologique
-Prix
4. Procedure de passation choisie:
March pass selon la procedure adapte
en application de l'article 28 du code des
marchs publics issue du dcret 2004-15 du
07 janvier 2004.
5. Dure du march :
La mission sera d'une dure maximum de 18
mois et dbutera la notification du march
pour s'achever la reception des ouvrages
constituent l'opration.
5. Date limited de reception des offres:
Le 28 Fvrier 12 heures.
9. Dlais de validit des offres:
90 jours computer de la reception des offres
7. Conditions d'envoi des plis :
Les organismes intresss peuvent adresser
leur offre :
CACEM "Communaut d'Agglomration du
Centre de la Martinique"
Monsieur le Prsident
Service des Marchs
Immeuble Cardinal
Chaleauboeuf Est BP 407
97204 Fort-de-France Tl. : 0596 75 82 72
Fax: 0596 75 87 06
Les enveloppes devront porter la mention
"Offre pour la matrise d'ouvrage dlgue
pour l'amnagement de la plage de
Californie sur la commune du Lamentin"
NE PAS OUVRIR.
La transmission des offres par voie lectro-
nique n'est pas autorise.
7. Renseignements complmentaires:
Pour tout renseignement technique, s'adres-
ser la Direction du dveloppement de la
CACEM Tl. : 0596 75 82 72
9. Date d'envoi de l'avis:
Le 24 Janvier 2005.

Pour le Prsident et par dlgation
Le Directeur Gnral des Services
Yves MAUVOIS

FA 4306


Collectivits Avocats Notaires

Hpitaux Particuliers

Confiez-nous

vos annonces lgales et judiciaire,

vos avis de constitution de socits.


"JUSTICE" est votre disposition

Tl.: 0596 71 86 83 Fax: 0596 63 13 20

e-mail : ed.justice@wanadoo.fr








socIT


leudi 27 lanvier 2005 Justice n 4 Page 12


Tribune

Sectes, sectarisme, communauts sectaires.

Quelle est la vraie question pous nous,

les A.D.F.I. ?

(Suite!


Nous publions la suite de
Zcler, Prsident de 1'ADFI.


Nous plaant au-dessus de toutes
considerations d'ordre spiritual,
religieux, philosophique ou autres,
nous, dans les A.D.F.I., nous atta-
chons dfinir les groups sec-
taires partir de critres plus
mme d'tre compris par Monsieur
tout le monde et surtout en fonc-
tion de leur dangerosit.
Le choix de la doctrine, du rituel,
de la relation avec le "Divin" ou
avec les "Divinits" de rfrence, ne
nous regarded pas. C'est une affaire
personnelle lie au context "civili-
sationnel", la race, l'origine eth-
nique, la tradition hrite des
anctres... Lacit oblige et n'ou-
blions pas que la France est un
pays de Droit.
Par contre ce qui nous proccupe
en tant qu'association de defense
contre les drives sectaires, ce sont
les mthodes, les pratiques, les
strategies, les techniques utilises
pour allcher, attirer, retenir et
assujettir celles et ceux qui sont en
recherche d'un mieux-tre moral
ou matriel ou mieux d'une solu-
tion leurs problmes.
En fait, une coute pour informer,
aider, voil un de nos rles
majeurs.
Les mthodes utilises dans les
groups sectaires varient l'infini ;
impossible de les numrer toutes.
Elles font souvent appel la per-
suasion muscle, la coercition,
la violence, aux pressions de la part
des dirigeants de groups qui
entendent empcher toutes velli-
ts de rvolte et tout dsir d'aban-
don de la part des rcalcitrants, des
tides et des non convaincus de la
vracit des rvlations.
Un de nos rles qui n'est pas le
moindre, consiste mettre en
garde contre les mythes et gale-


la tribune de M. Lucien



ment de dmasquer partir des
tmoignages et signalement reus,
les prtendus messies, prophtes,
prophtesses, (car ces dernires
existent), les vendeurs de rves et
d'illusions qui affirment avoir reu,
dans l'intimit, comme par hasard,
des instructions, des directives, des
recettes miraculeuses directement
ou de la part du Trs Haut ou d'un
quelconque rfrentiel spiritual ou,
plus prosaquement, d'un Grand
Matre bienveillant, soucieux de la
survive de l'espce humaine.
Ce noble souci relay par des lus
et autres messagers choisis par les
"Dieux" mrite attention. En effet,
l'examen, on s'aperoit que ces
leaders, ces rvlateurs, ces coach
sont loin d'avoir toujours t des
personnel quilibres ou qu'on
ignore, trs souvent, tout de leur
pass. On mconnat bien des
aspects de leur vie avant les rv-
lations qu'ils prtendent avoir eues
et surtout leurs dmls avec les
autorits de police ou de Justice.
Le rle des A.D.F.I. est encore de
bien mettre en evidence la place
trs important qu'occupent les
proccupations mercantiles de ces
manipulateurs redoutables,
habiles commercialiser les
croyances, les doctrines et les ido-
logies.
C'est trs vite, aprs la phase dite
de sduction, qu'ils annoncent la
couleur et placent au tout premier
rang les considerations d'argent ou
de profit ayant adroitement rel-
gu l'arrire plan les problmes
de redemption, de purification des
mes et de liberation des esprits.
Point n'est besoin de faire un gros
effort, pour dcouvrir quel est le
train de vie de ces dirigeants
dnomms gourous ou gurus dans


le jargon consacr aux sectes.
Point n'est besoin non plus dans
notre petit dpartement d'espion-
ner ou d'pier pour dterminer la
classes des vhicules qu'ils utilisent.
Quant leur residence ou
demeures, elles sont gnralement
loin d'tre du style des logements
de type HLM.
Alors, et c'est l le fonds de la ques-
tion, d'o proviennent ces richesses
? Comment s'difient ces fortunes
don't le chiffre laisse parfois rveur ?
Il suffirait d'infiltrer ces structures
ou groups dviants et de prendre
connaissance des rglements
concernant les moyens mis en
euvre pour se procurer les res-
sources indispensables au fonction-
nement et au dveloppement de la
communaut tout aussi bien
qu'aux appointments gnraux
des dirigeants, et alors, vous aurez
tout compris.
A vrai dire, et c'est en cela que rsi-
de l'inacceptable, la rgle n 1 dans
ce genre de communaut, et qui est
trs intelligemment mise en pra-
tique, est le principle des vases com-
municants avec, bien entendu, une
nuance de taille qui est celle de l'ir-
rversibilit de la manoevre :
Ce que tu donnes ou qu'on t'oblige
donner, ne te sera jamais restitu
car c'est pour plaire Dieu ou son
reprsentant et afin d'acheter ton
salut que tu le fais. C'est ton choix
; il n'y a rien y redire. Sois heu-
reux d'tre ruin et tais-toi.
Alors comment abandonner et par-
tir lorsqu'on se rend compete de la
tromperie ?
L est une tout autre question car
quand on est dpersonnalis, sans
repres, perturb au plan du men-
tal, culpabilis par les frres et
soeurs en religion et menac de
tomber entire les griffes de Satan et
des pires calamits, il ne reste
gure de solution.
A SUIVRE (...)




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - Version 2.9.9 - mvs