• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Table of Contents
 List of Tables
 List of maps
 List of figures
 Acknowledgement
 Introduction
 Methodologie des etudes de...
 Profil descriptif de l'agriculture...
 Analyse comparative de l'agriculture...
 Analyse des ensembles de techniques...
 Resume et implications
 Annexe
 Bibliographie
 African rural employment/economy...














Group Title: African rural economy paper ; no. 21
Title: L'evolution technique et le petit cultivateur en pays Haoussa, au nord du Nigeria
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00086770/00001
 Material Information
Title: L'evolution technique et le petit cultivateur en pays Haoussa, au nord du Nigeria
Series Title: African rural economy paper ; no. 21
Physical Description: x, 132 p. : ill., maps ; 28 cm.
Language: French
Creator: Norman, D. W. (David W.)
Pryor, David H.
Gibbs, Christopher J. N.
African Rural Economy Program.
Publisher: African Rural Economy Program, Dept. of Agricultural Economics, Michigan State University,
Publication Date: 1979.
 Subjects
Subject: Agriculture -- Economic aspects -- Nigeria, Northern.
Farms, Small -- Nigeria, Northern.
Agricultural innovations -- Nigeria, Northern.
Spatial Coverage: Africa -- Nigeria
 Notes
General Note: "Document publié dans le cadre d'un contrat passé par l'Agence des Etats-Unis pour le développement international avec la Michigan State University 'Agricultural Economics Services-Sahel', (AID/afr-C-1260)."
General Note: Issued also in English under title: Technical change and the small farmer in Hausaland, Northern Nigeria.
General Note: Includes bibliographical references (p. 124-132).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00086770
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 183317739

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Title Page
        Page i
        Page ii
    Table of Contents
        Page iii
        Page iv
    List of Tables
        Page v
        Page vi
    List of maps
        Page vii
    List of figures
        Page viii
    Acknowledgement
        Page ix
        Page x
    Introduction
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
    Methodologie des etudes de village
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
    Profil descriptif de l'agriculture traditionnelle en pays Haoussa
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
    Analyse comparative de l'agriculture traditionnelle dans les regions de Sokoto, Zaria et Bauchi en pays Haoussa
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
    Analyse des ensembles de techniques perfectionnees dans le village de Daudawa, region de Zaria
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
    Resume et implications
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
    Annexe
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
    Bibliographie
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
    African rural employment/economy working papers
        Page 133
        Page 134
        Page 135
Full Text






L'EVOLUTION TECHNIQUE ET LE PETIT CULTIVATEUR

EN PAYS HAOUSSA,AU NORD DU NIGERIA





par

David W. Norman
David H. Pryor
Christopher J.N. Gibbs


African Rural Economy Paper No. 21
1979




AFRICAN RURAL ECONOMY PROGRAM

Department of Agricultural Economics
Michigan State University
East Lansing, Michigan


Department of Economics
Kansas State University
Manhattan, Kansas


Institute for Agricultural Research
Ahmadu Bello University
Zaria, Nigeria













L'EVOLUTION TECHNIQUE ET LE PETIT CULTIVATEUR
EN PAYS HAOUSSA, AU NORD DU NIGERIA














par



David W. Norman**
David H. Pryor***
Christopher J.N. Gibbs****


Document public dans le cadre d'un contract passe par l'Agence des
Etats-Unis pour le developpement international avec la Michigan State Uni-
versity "Agricultural Economics Services-Sahel", (AID/afr-C-1260).

** David W. Norman est Professeur d'economie, Kansas State University,
Manhattan, Kansas.

*** David H. Pryor est Maitre adjoint de recherche, Institute for
Agricultural Research, Ahmadu Bello University, Zaria, Nigeria.

**** Christopher J.N. Gibbs est Agent de programme/SpEcialiste de project
de la Fondation Ford, Manille, Philippines.













TABLE DES MATIERES


Chapitre Page

1. INTRODUCTION .. . . . . ... 1

1.1 Renseignements d'ordre general . . ... 1
1.2 Port6e du document . . . . 4
1.3 Systame agricole . . . . 5
1.3.1 Facteurs techniques . . . 6
1.3.2 Facteurs humans . .. . 6
1.4 Description du pays Haoussa .. .. . . .. 9
1.4.1 Environnement technique . . . 9
1.4.2 Environnement human .. .. 13

2. METHODOLOGIE DES ETUDES DE VILLAGE . . .. 15

2.1 Selection des regions et des villages . 15
2.2 Selection de families agricoles ... .... 18
2.3 Methode de rassemblement des donndes . 19
2.4 Canevas du document . . . ...... 21

3. PROFILE DESCRIPTIF DE L'AGRICULTURE TRADITIONNELLE EN PAYS
HAOUSSA . . .. . ...... 24
3.1 Terre . . . . ... 24
3.2 Travail . . . . ... 29
3.2.1 Taille et organisation de la famille . 29
3.2.2 Types de travail sur l'exploitation familiale 32
3.2.3 Travail des adults du sexe masculin .. 36
3.2.4 Saisonnalite . .... .. ........ 39
3.2.5 Goulot d'etranglement en matibre de main-d'oeuvre 43
3.2.6 Sous-emploi de la main-d'oeuvre familiale 48
3.3 Capital . . .. . ... 48
3.4 CoOts de la production en espaces . . 52
3.5 Rapport entire la terre et la main-d'oeuvre . 54
3.6 Systames de culture . . .... ... 55
3.6.1 Cultures pratiquges . . .... 55
3.6.2 Cultures associes . ....... 57
3.6.3 Justification des cultures associes . 63
3.7 Revenu. .. . . . . .. 65
3.7.1 Introduction ........ . .. 65
3.7.2 Analyse de la function de production et revenue
agricole net. . . . ... 69
3.7.3 Orientation du march ........ 71
3.7.4 Repartition des revenues . . . 74

4. ANALYSE COMPARATIVE DE L'AGRICULTURE TRADITIONNELLE DANS LES
REGIONS DE SOKOTO, ZARIA ET BAUCHI EN PAYS HAOUSSA 76

4.1 Effet de la density d4mographique sur l'agriculture 76
4.2 Effet du climate sur l'agriculture . . 78









Page

4.3 Autosuffisance et revenue d'une region a 1'autre 81
4.4 Influence des bas fonds (fadama) . . .. 84
4.5 Influence de la possession de betail . . 85
4.6 Evolution de la structure familiale . .. 86
4.7 Influence de l'acces aux agglomerations urbaines 87

5. ANALYSE DES ENSEMBLES DE TECHNIQUES PERFECTIONNEES DANS LE
VILLAGE DE DAUDAWA, REGION DE ZARIA . . .. 89

5.1 Introduction . . . . 89
5.2 Essai d'ensembles techniques ameliorgs . .. 92
5.2.1 Compatibilite avec 1'6l6ment technique 94
5.3 Compatibilite avec les facteurs endogenes 97
5.3.1 Rendement par unite de terre . . 97
5.3.2 Rendement par unite de main-d'oeuvre 100
5.3.3 Fiabilit6 du rendement . . .. 104
5.4 Compatibilite avec les facteurs exogenes . .. 105

6. RESUME ET IMPLICATIONS . . . .. .107

6.1 Resume . . . . ... .. 107
6.1.1 Evolution dans le temps . ... .107
6.1.2 Renforcement du bien-fonde des ensembles
techniques . ............. .109
6.1.3 Etude speciale de deux problkmes . .. 112
6.2 Implications pour les responsables politiques du nord
du Nigeria et des pays saheliens . . .. 113
6.3 Conclusions ...... .. . . . 117

ANNEXE . . . . . . 119

BIBLIOGRAPHIE ... . . . . . 124






















iv











LISTE DES TABLEAUX


Page

1.1 Caracteristiques des trois regions a 1'etude . 11

1.2 Climat dans les regions a l'etude . . . 12

2.1 Caracteristiques des villages comprise dans les etudes
realisees sur les trois regions. . . . 16

2.2 Ensembles techniques ameliorees mises en oeuvre dans le
village de Daudawa, 1971-1974 . . . 22

3.1 Caractrristiques du regime foncier dans les trois regions
A 1'etude . . . . 26

3.2 Caract6ristiques des families agricoles dans les trois
regions 1'a tude . . . .. 31

3.3 Rapport entire le temps travaille par tous les membres de
la famille et par les adults du sexe masculin de la
famille sur l'exploitation familiale et d'autres variables 35

3.4 Temps travaille par les adults du sexe masculin de la
famille dans chaque region a l'etude et moyenne global 38

3.5 Indicateurs de saisonnalite du travail par region A
1'etude et moyenne global . . ... 42

3.6 Detail par type et valeur du capital agricole par region
a 1'etude et moyenne global . . .... 49

3.7 CoQt d'utilisation du capital dans la production agricole
et coQts en espaces par famille et par region A 1'etude
et moyenne global. . . . . .. 51

3.8 Type et superficie de cultures et d'entreprises agricoles
par region a 1'etude et moyenne global . 58

3.9 Comparaison des monocultures et des cultures associees sur
les Gona par region a l'etude. . ... .. 61

3.10 Valeur de la production de monocultures et de cultures
associees pratiquee sur les Gona par region a 1'etude 62

3.11 Facteurs de production et revenue agricole par region a
1'etude et moyenne global . . . .. 66









Page


3.12 Fonction de production pour la valeur de la production
dicoulant de la production cultural dans toutes les
regions A 1'etude ..... . . ... 67

3.13 D4terminants du rendement par hectare cultivg et par
homme-heure de la production agricole . ... 70

3.14 Estimations d'autosuffisance et pourcentage des c6rgales
commercialisges par region a l'etude et moyenne global 73

4.1 Comparaisons entire deux exploitations des cultures
associges des regions de Sokoto et Zaria . .. 79

5.1 Conditions atmospheriques au village de Daudawa, 1973-74 93

5.2 Variabilit6 du rendement des entreprises A monoculture
employant des boeufs, village de Daudawa, 1973-74 . 95

5.3 Moyenne des coGts et des rendements des entreprises a
monoculture, village de Daudawa, 1973-74 . ... 98

5.4 Changement dans les besoins de main-d'oeuvre et les
rendements nets apres adoption des ensembles techniques
amdliores, Daudawa, 1973-1974 . .. . 101

5.5 Changement dans les besoins de main-d'oeuvre et les
rendements nets apres utilisation de la traction animal
au lieu de la traction manuelle, Daudawa, 1973-74 . 103

A.1 Coefficient GINI de ventilation des terres par village 119

A.2 Coefficients de variation de la main-d'oeuvre utilise 120
par mois et par village . . . .

A.3 Coefficients de correlation de la ventilation mensuelle 121
du travail par village . . . .

A.4 Rapport entire le travail par hectare cultivE et le nombre 122
d'hectares cultivs . . . .

A.5 Coefficients GINI des measures du revenue . .. 123










LISTE DES CARTES


Page


2.1 Exploitation des terres entourant le village de Gidan
Karma, district de Kwar6, province de Sokoto . .

3.1 Village de Gidan Karma, district de Kware, province de
Sokoto, limits de champs avec numeros de s6rie .











LISTED DE FIGURES


3.2 Indices saisonniers de main-d'oeuvre pour la region a
l'6tudde Sokoto .................. 40

3.3 Composition du travail par mois et par operation sur
1'exploitation agricole, region a l'atude de Sokoto. 45

3.4 Rapport entire la main-d'oeuvre employee par hectare
cultivg et le nombre d'hectares cultives .... ... 56


viii











REMERCIEMENTS


Nous tenons & remercier tous ceux qui, au course des ans, ont contribute

directement ou indirectement aux etudes sur lesquelles ii est fait rapport

dans le present document. L'Institut de recherches agricoles de l'universite

Ahmadu Bello, les Ministares des resources naturelles dans les Etats du Nord,

les autorites locales de Sokoto, Zaria et Bauchi ainsi que la Fondation Ford

nous ont donned un appui administratif et financier considerable. Nous voudrions

remercier tout particulierement les colleagues du Service du recherches sur

1'economie rurale qui est ulterieurement devenu le Departement de l'economie

agricole et de la sociologie rurale. Parmi les cadres suprrieurs qui nous ont

directement ou indirectement aids a mener a bien nos etudes figurent : G.O.I.

Abalu, 0. Aligbe, P. Beeden, B.J. Buntjer, N. Ejiga, E. Etuk, J. Fine, A.D.

Goddard, J. Hayward, H.R. Hallam, H. Hays, W. Kroeker et E. Simmons. De plus,

un grand nombre de jeunes cadres nous ont donned un coup de main tras precieux,

et notamment dans le rassemblement des donndes primaires, leur analyse et la

dactylographie des different projects. Citons A titre d'exemple les noms de

Sabo Abubakar, Mary Adebija, Julius Adeoye, Hamza Akwanga, Joseph Alabi, John

Asaka, Craig Jagger, Danladi Jarma, Grace Michael, Rukayat Ojelade, Jeremiah

Oji, John Oji, Muili Oladejo, Marion Oladimeji, Stanley Onwuchekwe, Isa Sada,

Adamu Umaru, Jack Weaver et Adamu Yaro. Enfin, rendons homage aux cultiva-

teurs qui ont participS aux 6tudes et ont toujours accepted avec patience ce

qui aurait pQ paraltre un interrogatoire continue.

Nous tenons egalement A remercier ceux qui ont bien voulu examiner ce

document, et notamment C. Eicher, D. Byerlee, C. Liedholm, J.B. Sjo et










H.N. Hays. N6anmoins, nous assumons la pleine responsabilit6 de toutes

erreurs qui auraient pQ s'y glisser dans le present document.

Nous sommes reconnaissants au Directeur de 1'Institut de recherches

agricoles de 1'Universit6 Ahmado Bello de nous avoir autorisgs a publier

ce document. (Num6ro de contribution 79-112-B, Station d'essai agricole

de 1'Universite d'ltat du Kansas).












1. INTRODUCTION

1.1 Renseignements d'ordre general


L'agriculture joue un r61e important et meme fundamental dans l'economie

du Nigeria. Avant la d6couverte du petrole, sa production 6tait la principal

source de devises. De surcroit, l'agriculture est toujours restge le plus gros

employer de la population. La region gEographique qui fera l'objet de la plus

grande attention dans le present document la region connue sous le nom de

pays Haoussa a une population A vocation essentiellement rurale, 73 pour cent

environ de ses habitants tirant leur subsistence de l'agriculture fMinistere

du Plan 6conomique, 1966]. Il n'est done pas surprenant que le developpement

rural soit un element cle de la politique gouvernementale de developpement

economique du Nigeria.

Comme en temoigne l'appui qu'il donne depuis plusieurs annees A un

certain nombre d'instituts de recherches agricoles, le Gouvernement nigerian

est conscient de l'importance que revet l'accroissement de la production

agricole. Les travaux de recherche sur les problems agricoles ont ete entre-

pris dans le nord du Nigeria en 1924 par des experts techniques rattach6s au

Departement de l'agriculture. En 1957, ces travaux ont ete confines a la

Division de recherches et de specialisations du Ministere de l'agriculture

de l'ancienne region du nord du Nigeria. L'Institut de recherches agricoles

et des services speciaux (IAR) a 9t6 fondE en octobre 1962, lors du rattache-

ment de cette division a 1'Ahmadu Bello University (ABU).

Le mandate de recherche de 1'Institut couvre essentiellement les Etats

du nord du pays. Les priorities de 1'Institut sont determinees par un processus

d'interaction entire les representants du gouvernement et les experts de 1'IAR
1










lui-mame. Toutefois, c'est le gouvernement qui est en dernier ressort respon-

sable de 1'gtablissement de ces priorities. Depuis toujours, les disciplines

techniques dominant les travaux de 1'Institut. Toutefois, la Fondation Ford

a octroyS en 1964 A 1'ABU un don important pour encourager l'execution de

recherches dans le domaine des sciences sociales. Un des principaux objectifs

de ce don itait de faciliter la mise au point d'une mithode interdisciplinaire

de solutions des problemes auxquels se heurtaient les regions rurales. Ult6-

rieurement, A measure que le programme s'est developpg, 1'ABU s'est progressi-

vement charge de son financement et a meme incorpor6 dans le budget fundamental

de 1'IAR1 des postes pour specialistes des sciences sociales.

Dans l'elaboration du programme de recherche qui a eti entrepris par

les specialists des sciences sociales de l'IAR, deux grands principes'ont 6tg

pris en consideration [Norman, 1974a]. En premier lieu, les programmes de

developpement rural dans les Etats du nord du Nigeria ont en general mis l'accent

sur le travail avec le cultivateur dans son cadre traditionnel plut8t que de

l'envoyer participer A des projects d'irrigation, de colonisation des terres,

etc. La participation volontaire des cultivateurs au processus de developpement

et les travaux qui se deroulaient en grande parties dans le cadre traditionnel

necessitaient des recherches visant A comprendre les problemes et les contrain-

tes des cultivateurs au niveau des villages. Ces donnees peuvent faciliter la




Les organizations dans le cadre desquelles ces specialistes travaillalent
etaient initialement le service de recherches sur 1'economie rurale et, plus
tard, le Departement d'economie agraire et de sociologie rurale. Les discipli-
nes qui y etaient au debut representges comprenaient la sociologie rurale,
l'economie agraire et la geographie, laquelle fut remplacge plus tard par la
vulgarisation agricole. Le service susmentionnE a egalement facility l'execu-
tion de recherches analogues a celles qui etaient rialisEes dans d'autres
parties de 1'ABU en dehors du Departement de l'economie agraire et de la
sociologie rurale.










mise au point de meilleures techniques don't les cultivateurs tireront part.

En second lieu, le programme devait etre A une orientation micro-6conomique plut6t

que macro-iconomique. Plusieurs raisons en expliquaient ce principle : (a) le

manque de donnees precises au niveau micro-economique (village) dans les Etats

du nord du pays; (b) le travail de chercheurs techniques et de specialistes

de la vulgarisation de 1'IAR pouvait etre complete par des recherches au niveau

micro-economique de specialistes des sciences sociales; et (c) l'expertise

macro-&conomique avaient dejA lieu dans d'autres universities et institutions

de recherche nigerianes.

A la lumiere de ces considerations, le programme de recherche en

sciences sociales qui en a d6coulg se composaient de quatre phases [Norman et

Simmons, 1973) :

1. La phase positive, ou l'on determine ce que font les cultivateurs,

2. La phase d'essai des hypotheses, ou l'on determine le pourquoi de

l'action des cultivateurs,

3. La phase normative, ou l'on determine ce que devrait faire les

cultivateurs ,

4. La phase poli tique, oh l'on determine comment introduire les

changements sugggrgs. Cette phase peut egalement faire intervenir la prise en

compete de la deuxieme phase pour determiner si la politique sugggree va A

l'encontre des raisons qu'ont les cultivateurs de faire ce qu'ils font d'une

maniere traditionnelle.






1
La troisieme phase suppose une interaction entire l'agence chargee d'introduire
le changement et le cultivateur.










Les premiere et deuxiame phases portaient essentiellement sur des

etudes de villages et etaient appelges etudes de base. Plus tard, l'accent a

ete mis sur les etudes de reforme qui s'intgressaient particuliarement aux

troisieme et quatriame phases. Ces etudes ont tet articulges en evaluant la

valeur potentielle des procedes techniques mis au point, evaluant des program-

mes destines A encourager la r6forme et en experimentant plusieurs strategies

de d6veloppement sur une petite ichelle.

Pour mener A bien un tel programme de recherche, il est indispensable

d'avoir une cooperation entire les diverse disciplines. L'utiliti de cette

cooperation entire plusieurs sciences sociales est depuis longtemps reconnue.

Toutefois, c'est depuis quelques annees seulement que l'on est conscient de

l'utilite d'une cooperation entire les sciences sociales et les sciences

techniques. Il y a eu cooperation entire les differences disciplines des

sciences sociales pendant les deux premieres phases des recherches; la coope-

ration entire les disciplines sociales et techniques devenait plus courante

au course des troisieme et quatrieme phases. Ces dernieres ont 4galement eta

les temoins d'une cooperation marquee avec les organismes publics.


1.2 Portge du document


Le present document fait rapport sur les resultats d'une petite parties

seulement du programme total de recherche entrepris par les specialistes des

sciences sociales A 1'IAR et a 1'ABU. Bien qu'il soit axe sur une etude du

pays Haoussa, ii faut savoir que cette region est ecologiquement similaire a

des regions d'autres pays d'Afrique de l'Ouest, du Senegal au Cameroun. C'est

pourquoi il est prevu qu'au moyen d'ajustementsrelativement modestes,l'approche

methodologique utilise dans l'ex6cution des etudes et les resultats empiriques







5


en decoulant pourraient Atre dans une certain measure applicables A d'autres

pays de la mame zone ecologique de cette Afrique.

Les principaux objectifs du document sont les suivants :

1. Faire une analyse comparative des principles 4conomiques de la petite

agriculture dans trois regions du pays Haoussa, c'est-A-dire Sokoto, Zaria et

Bauchi.

2. Evaluer la rentabilitE et le bien-fond4 de trois ensembles techni-

ques ameliorges (coton, sorgho et mals) pour de petits cultivateurs de la

zone de Daudawa au nord-ouest de Zaria.

3. Analyser les implications des resultats obtenus pour les chercheurs

et les responsables politiques du pays Haoussa et des pays sah6liens possedant

une base ecologique similaire.


1.3 Systeme agricole


Un system agricole se compose de quatre facteurs de production, A

savoir la terre, le travail, le capital et la gestion, qui sont appliques A

un ou plusieurs de trois types de production (agriculture, elevage et activi-

tes hors-exploitation) pour produire des biens et un revenue. Le fonctionnement

du system agricole requiert qu'un certain nombre de decisions interdepen-

dantes soient prises au sujet des quantit6s, des qualities et des coefficients

de facteurs A utiliser ainsi qu'au sujet des quantities et des dosages souhaitEs

de products. Ces decisions sont subordonnges A l'environnement dans lequel le

cultivateur travaille. Cet environnement peut Atre divisg en deux parties

[Norman, 1976b; Institut d'Economie Rurale, 1976] : les facteurs techniques

et les facteurs humans. Les premiers se referent A l'environnement natural et

A ses conditions benffiques ou nuisibles qui definissent le potential

physique du systeme. Les seconds determinent la faqon don't les facteurs










techniques seront utilises et modifes en vue de mettre en oeuvre le system

agricole reel.


1.3.1 Facteurs techniques

Les facteurs techniques comprennent la fois les facteurs physiques

de 1'environnement eau, sol, rayons solaires, temperature, etc., et les

facteurs biologiques physiologie agricole-et animal, maladies, invasion

d'insectes, etc. Les experts techniques mettent au point des proceeds don't

1'objet est d'am6liorer le potential du system agricole. Citons A titre

d'exemple les 6tudes sur l'irrigation qui ont pour but de remedier A la

penurie d'eau ou de lutter contre la sEcheresse, l'6pandage des engrais pour

amiliorer la quality du sol et la creation de nouvelles varietes de plants

qui croissent rapidement et offrent une plus grande resistance A la maladie.


1.3.2 Facteurs humans

Depuis toujours, les recherches agricoles n'accordent guare d'attention

A ces facteurs. Ii est neanmoins admis que le caractere inapproprig de la

majeure parties des procedds techniques ameliorgs est en grande parties attri-

buable a l'ignorance de l'impact qu'a la technologies sur les facteurs humans.

Ces derniers peuvent 8tre considers d'un point de vue exogane et endogane.

Les facteurs exogenes qui influent sur l'le6ment human comprennent

d'abord 1'environnement social general. Ces facteurs echappent en grande parties

a l'influence ou au contrOle du cultivateur mais ils influencent ce qu'ils

peuvent faire. Le premier de ces facteurs est la structure communautaire, la

fagon don't la sociEtg est organise au niveau du village. II se developpe

d'une maniare tres particulibre au sein de chaque collectivity. A un niveau

plus ample se trouvent les facteurs de infrastructure qui influent sur les

entrants et les extrants. Dans les pays en developpement, les facteurs exogenes










sont lies & 1'Etat et en subissent 1'influence. L'Etat peut par example modifier

les facteurs de production en recueillant les opinions des cultivateurs, par

l'intermediaire notamment de ses vulgarisateurs. Ii peut fournir aux cultiva-

teurs les moyens d'acheter des proced6s techniques ameliores avec un

programme de credit. Enfin, 1'Etat peut garantir une meilleure distribution

des facteurs de production lorsque besoin y est et lorsqu'il veut obtenir dans

la measure requise les r6sultats souhait6s.

Ces facteurs exogenes ou facteurs d'infrastructure touchent non seule-

ment l'intrant mais aussi le product du systeme agricole. Le domaine dans

lequel le gouvernement peut manifestement jouer un tres grand r8le don't

l'ampleur varie est celui de la commercialization et de la fixation des prix.

Le gouvernement peut en effet contr6ler les prix directement par l'interm6diaire

des offices de commercialization qui les fixent et indirectement influer sur

1'ampleur du marchE en amiliorant les routes, les reseaux de transport, etc.

Enfin, parmi les facteurs exogenes qui influencent l'~lement human

figurent des considerations d'ordre giographique. L'emplacement du village

influera sur l'ecoulement de ces products vers le march et les possibilities

d'emploi hors-exploitation de ses habitants. La density de la population aura

une influence sur la taille des exploitations et, partant, sur le type de

techniques ameliorees qui leur seront appropriees.

En dehors des facteurs exogenes que nous venons d'examiner, il y a des

facteurs endogenes qui sont directement associgs au cultivateur en tant que

d4cideur. Chaque menage agricole a, a un certain degrg quantitatif et qualitatif,

acces aux quatre facteurs essentiels de production du system agricole: la terre,

le travail, le capital et la gestion. Le cultivateur doit decider de la fagon

don't 11 utilisera sea facteurs et les facteurs de production exogenes et

gouvernementaux pour amgliorer sa production. Sous reserve de ses contraintes











et aptitudes, le cultivateur alloue ses intrants au type de systame agricole

qu'il souhaite posseder afin d'atteindre dans la plus grande measure du possible

son objectif.

Le present document est fondamentalement axe sur le cultivateur, sur ce

qu'il fait et sur la fagon don't il prend ses-decisions, en d'autres terms sur

les facteurs endogenes. Les autres facteurs conditions de l'environnement

natural, technologies am6lioree, politique gouvernementale et intrant de l'Etat -

d6finissent les limits de l'action du cultivateur mmme si, dans ces limits,

celui-ci n'eprouve aucune difficulty a se comporter en application de ses

objectifs. C'est pourquoi l'interd6pendance des facteurs exogenes et endogenes

doit 9tre soigneusement examinee. Elle est en effet a la base de l'introduction

de meilleurs procedes techniques qui ont un but bien precis.

Jusqu'ici, les politiques gouvernementales executEes dans le nord du

Nigeria ont favoris6 l'introduction de changements modestes sur de vastes

superficies plut8t quede grands changementssur de petites. Depuis toujours, les

agencies gouvernementales fournissent les services de soutien requis en matiare

d'intrant come la vulgarisation, la distribution des facteurs de production

et les programmes de credit. Les intrants amdliores, en particulier les engrais,

ont 6t6 subventionn4s alors que la commercialization des cultures de rente

6tait contr6le par les offices de commercialization. Ces dernieres

annres, la function de taxation inherente aux politiques de fixation des prix

des cultures de rente a etg supprimee cependant quest en march un movement

progressif vers la fixation de prix minimums pour les cultures vivrieres.

Recemment, on a assist A la mise en place de projects de developpement agricole

int6grgs que finance la BIRD dans des regions spccifiques o le niveau des

services de soutien est beaucoup plus eleve que dans le passe.











1.4 Description du pays Haoussa


Pays Haoussa est le nom donn 5A la region ou vivent essentiellement

les habitants d'origine Haoussa et Fulani. Cette region couvre pros de 30 pour

cent du Nigeria, A savoir 274.000 kilometres carries [Ministare du Plan economi-

que, 1966]. Elle est populaire au nord du Niger et a l'ouest de la Republique

du Benin alors que ses frontiares sud et est correspondent grosso modo A 10

degres de latitude nord et 9 degres de longitude est.


1.4.1 Environnement technique

II y a en pays Haoussa deux grandes zones 9cologiques. Ce sont la

zone &cologique de la Guinee du Nord qui se trouve dans la parties sud de la

region et la zone ecologique soudanaise dans la parties nord [Keay, 1959]. Ces

deux zones ont un certain nombre de caracteristiques qui influent profondement

sur l'agriculture qui y est pratiquee. La zone ecologique de la Guinee nord est

dominee par un sous-sol d'origine granitique. Dans la region soudanaise, les

roches tendent A etre fondamentalement d'origine sedimentaire. Dans le sud, on

trouve frequemment des sols ferrugineux lav6s alors qu'au nord et au nord-ouest,

les changements qui se sont operas dans les roches sous-jacentes ont about A des

sols plus sablonneux qui contiennent done une fraction plus faible de limon et

d'argile. Le terrain est g6neralement ondulant encore que le sud-est de la

region tend a etre a une hauteur plus elevee (460 A 920 metres), descendant au

nord et au nord-ouest vers le bassin du fleuve Sokoto. Le paysage est de temps




1 La zone ecologique sub-soudanaise qui a 9t9 identified par Clayton [19577
a, aux effects du present document, ete incluse dans la zone de la Guine nord.
En fait, ses precipitations sont plus similaires a cells de la zone soudanaise
alors que la durge de la saison des pluies est analogue A celle de la zone de
la Guinee nord [Klinkenberg, 19757. Par consequent, c'est plutot une zone
transitoire.










A autre interrompu par des plateaux et des fractures latgritiques qui peuvent

monter jusqu'A 60 metres au-dessus de la surface generale. De plus, quelques

petits course d'eau, assortis parfois de large vallees, decoupent le territoire,

en particulier au nord et au nord-ouest. Dans ces vallges, on trouve des sols

hydromorphiques d'argile qui sont mal drains. Le nombre de ces sols qui sont

cultivables pendant la saison sache est neanmoins tres limits.

Les temperatures qui ragnent dans la region sont plus ou moins homoganes

encore que la pluviositg fasse l'objet de certaines caracteristiques tres

particulieres. La fourchette va d'une moyenne minimum de 13 degres centigrades

par mois a Bauchi A une moyenne maximale de 40 degrees centigrades A Sokoto.

Aussi, la temperature n'est-elle pas,h la difference des precipitations,un

facteur limitatif de la croissance. La region tout entire a une saison des

pluies bien nette qui atteint son point culminant en aoQt et don't la duree varie

de quatre A six mois. Toutefois, au fur et A measure que l'on va de la zone

ecologique de la Guinee nord vers la zone ecologique soudanaise, on distingue

tres nettement les caracteristiques de la quantitE des pluies. La pluviosite

diminue vers le nord (Tableau 1.1 et 1.2). Elle varie de 900 a 1400 millimetres

dans la zone ecologique de la Guinee nord et de 500 A 900 dans la zone souda-

naise. La duree de la saison des pluies diminue aussi a measure que l'on va vers

le nord. Kowal et Knabe [1972] ont estim6 qu'elle diminue d'un jour tous les

5,5 kilometres que l'on se deplace vers le nord. Cette diminution se solde par

une reduction correspondante de la duree de la saison de croissance au nord

(Tableau 1.2). Considerables sont les variations annuelles de la quantity et

de la distribution des pluies comme l'indique le Tableau 1.2. Plus preoccupante

encore est l'lrr6gularitg des pluies au debut et a la fin de la saison des

pluies. Le regime climatologique rigoureux en pays Haoussa, surtout pour ce qui





















Tableau 1.1 CARACTERISTIQUES DES TROIS REGIONS A L'ETUDE


Density demographique
Region a 1'etude Emplacement Zone 6cologique de la province
personnels km2)
1952 1963

Sokoto 13 O1'N 5 15'E Soudan 30 49

Zaria 110 11'N 70 38'E Guinde du Nord 18 31

Bauchi 100 17'N 9 49'E Guinge du Norda 13 24


Sources: Kowal et Knabe / 1972_7; Ministare du Plan economique 1966/.

a Bauchi se trouve techniquement dans la zone sub-soudanaise.












Tableau 1.2 CLIMATE DANS LES REGIONS A L'ETUDEa


Temperature Total cv des Dur6e de Saison de croissance Precipitations en mm (cv)
Region mensuelle pricipi- pr&cipi- la saison Dur6e Mois ou pour chaque mois
a moyenne stations stations des pluies (Jour- l'eau est Db ut h Maximum Fin
1'6tude Min. Max. en mm mensuel- (Journ6es) nees) D6but Fin exc6dentaire -l Mai AoGt Sep. Oct.
Avril Mai Aolt Sep. Oct.
(c.v.) les

Sokoto 15,0 40,0 752 137 120 150 juin oct. juil.-sept. 11 42 250 134 23
(18) 1-10 21-30 (255) (148) (59) (72) (223)
Zaria 13,9 35,0 1115 115 160 190 mai nov. juin-sept. 37 132 281 230 36
(15) 11-20 1-10 (133) (80) (56) (53) (193)
Bauchi 12,8 36,7 1102 127 150 180 mai nov. juin-sept. 33 91 346 185 37
(19) 21-30 1-10 (157) (90) (46) (56) (164)


Source: Kowal et Knabe / 1972 /

a
Le symbol cv repr6sente le coefficient de variation. Par debut des pluies et debut de la saison de croissance, on entend
la premiere prriode de dix jours pendant laquelle la quantity de precipitations est gale ou superieure A 25,4mm suivie
d'une periode de dix jours pendant laquelle la quantity de precipitations est au moins gale A la moiti6 de la demand
d'6vapotranspiration. La fin des pluies est cens6e se produire lorsque l'accumulation des eaux dans les dix centimhtres
sup6rieurs du sol est total. Les mois d'excident en eau sont d6finis come ceux durant lesquels la pluie excede l'evapo-
transpiration et 1'accumulation des eaux dans le sol.










eat de la court saison de croissance et une pluviositi limited et instable,

restreint fortement le nombre des types de cultures qui peuvent Stre pratiquees

dans la region.1


1.4.2 Environnement human

Les individus d'origine Haoussa et Fulani constituent 75 pour cent de

la population du pays Haoussa dans le Nigeria du Nord et 28 pour cent de la

population du pays [Minist're du Plan 6conomique, 19661.2 Toutefois, come

Hill [1972] 1'a fait remarquer, le concept du Haoussa est un terme linguistique

et non pas ethnique, se referant a ceux qui, par naissance, parent la langue

Haoussa. C'est pourquoi les individus d'un certain nombre d'origines ethniques

diff&rentes utilisent le Haoussa come premiere langue, y compris bon nombre

d'individus d'origine Fulani qui sont des cultivateurs sedentarises. La domination

du group parlant le Haoussa est illustrie par le fait que quelque 15 millions

de personnel parent cette langue dans le Nigeria du Nord et que les Haoussas

representent le group linguistique le plus important de l'Afrique sub-saharienne.

Malgr6 les differences d'origine ethnique, le people Haoussa dans son ensemble




1 Le climate et la geologie de la region agissent l'un sur l'autre pour
produire dans la zone de la Guinge du Nord une v6getation forestiere du type
savane. Les herbes se composent essentiellement de l'espace Hyperrhenia/
Andropogon alors que les principaux arbres sont du type Isoberlinia. Dans
cette region, la density demographique varie (Tableau 1.1) et dans certaines
de ces parties, l'&cologie naturelle est encore visible. Toutefois, dans le
nord de la zone soudanaise oi la density demographique est plus elevee, la
majeure parties des terres sont constamment cultivees. Lorsqu'elle existe, la
v6g6tation naturelle comprend 1'Andropogon gayanus, herbe predominante, les
espaces Combretum, Acacia et Commiphora, qui sont les arbres les plus courants.


2 On trouve igalement des individus d'origine Haoussa au Niger alors que les
Fulanis (c'est-A-dire lee FulbEs et les Peuls) sont repartis aux quatre coins
de l'Afrique de l'Ouest.










a un degree elevi d'uniformitg culturelle, linguistique et religieuse. Il a

note que les differentes structures d'organisation socio-9conomique sont une

function des modes de vie rurale et urbaine plut8t que d'une differentiation

ethnique. La region posshde une structure hierarchique depuis toujours tras

forte qui est place sous la direction d'un emir ou d'un sultan au niveau de

l'6mirat. Le pouvoir est detenu par les Fulanis, group qui, en 1804, est arrive

A un certain degree de domination apres la ihad, ou guerre sainte. Neanmoins,

le degree d'assimilation culturelle des Fulanis avec les Haoussas est eleven, ce

qui a empiche la persistence de cette exclusivity ethnique [Hill, 1972].

Les Haoussa vivent essentiellement dans les regions rurales et peuvent

btre classes en trois grands groups selon leur mode de vie. Le premier est

celui des Fulanis qui pratiquent a des degres divers la transhumance [Van Raay,

19691 et se dEplacent dans toute la region avec leurs troupeaux de bovins, de

caprins et d'ovins. Le deuxieme est celui des magazawa, cultivateurs etablis

qui n'ont pas accepted la religion islamique et sont encore fondamentalement des

animistes. Uls vivent d'ordinaire dans des 6tablissements isolis et constituent

une nette minority. Ii y a enfin des cultivateurs etablis, aussi bien Fulanis

et Haoussas,qui ont accepted la foi islamique et vivent dans des 6tablissements

noyautes. Ils representent la majeure parties du people Haoussa. Le present

document mettra 1'accent sur ces cultivateurs, en particulier pour ce qui est

de leurs pratiques agricoles.









2. METHODOLOGIE DES ETUDES DE VILLAGE

2.1 SElection des regions et des villages


Les donnees qu'analyse le present document ont 6t6 rassemblees dans

trois differentes regions du pays Haoussa ou se trouvent les villes de Sokoto,

Zaria et Bauchi. Comme nous l'avons soulignE precedemment, ces trois regions

sont culturellement plus ou moins homogenes. Toutefois, deux caracteristiques

geographiques les distinguent (Tableaux 1.1 et 1.2) : Sokoto a en effet une

pluviosite plus faible ainsi qu'une saison des pluies plus court. Sa density

d6mographique est elevge alors qu'elle est tres faible A Bauchi.

Dans chaque region, trois villages ont 6t6 choisis A propos et un gros

effort a etg fait pour s'assurer que ces villages 6taient representatifs d'autres

de la m~me region. Bien qu'il soit difficile de choisir des villages represen-

tatifs, nous sommes d'avis que ce processus est plus simple lorsque la main-

d'oeuvre manuelle est la principal source d'gnergie. Dans cette situation,

tres limitee est la possibility d'amples fluctuations de moyens de production

et de combinaisons de products [Clayton, 1964].

Deux des principaux critares utilises dans le choix des villages consi-

deres ont etd les suivants :

1. Les villages doivent avoir une facility d'acces a la principal

ville de la region differente. Ce critere supposait egalement que les villages

avaient une density demographique differente puisque dans toutes les regions,

la density demographique etait positivement lige A la facility d'acces a la

principal ville. A la base meme de l'adoption de ce critere figurait la thgorie

de l'anneau concentre de von ThUnen, reformulge plus tard par Schultz [1951].

Cette version plus perfectionnge qui tient compete A la fois des marches de

facteur et de produit suppose que le revenue des cultivateurs aura tendance A

15















Tableau 2.1 CARACTERISTIQUES DES VILLAGES COMPRIS DANS LES
ETUDES REALISEES SUR LES TROIS REGIONS


Region Hectares4 Pourcentage Pourcentage Nombre de Taille Pourcentage Annie
A 1'itude Village Resident de terres de terres terres arables Cle de d'Echantil- considered
en jachbre Fadama potentiellesb 1'echantillon lonnage

Sokoto
Takatuku 0,58 5,2 2,8 1 EP 31 23,9 avril 1967
Kauru Kimba 0,49 1,0 38,8 1 El 31 16,0 a
Gidan Karma 1,16 3,7 2,0 2 EE 38 32,2 mars 1968
Zaria
Hanwa 0,27 2,5 5,5 2 IP 38 43,2 avril 1966
Doka 0,52 26,8 12,2 3 II 44 28,8 a
Dan Mahawayi 0,76 21,2 8,4 4 IE 42 38,5 mars 1967
Bauchi
Bishi 0,60 17,6 0,0 5 BP 40 37,0 avril 1967
Nasarawa 0,47 28,0 16,2 5 BI 37 39,0 a
Nabayi 1,04 48,2 0,0 6 BE 39 49,4 mars 1968



a En raison des difficultEs rencontrees dans la definition des limits de village et dans la measure de la superficie considered,
ces chiffres reprisentent les hectares de terres agricoles par resident. On trouvera a la Figure 2.1 un example de 1'exploitation
agricole autour d'un des villages (Gidan Karma).

bC'est 1a une classification subjective des terres dans les territoires villageois ou n'existent pas actuellement de terres
cultivees ou en jachare mais qui pourraient 9tre cultivees: 1 est synonyme d'une disponibilita tras basse alors que 6
1'est d'une grande quantity de brousse qui pourrait etre eventuellement cultiv6e.

c Pour faciliter la description dans le texte, on a donng A chaque village deux lettres; la premiere fait atat de la density
demographique (elevae, intermadiaire ou basse) tandis que la second repr6sente 1'emplacement par rapport a la principal
ville de la region (proche, interm6diaire ou eloigng).



































































0 Culture ea haute plateau
iJclthe a hbaut platealu

SJrous e as hauet plateau

SCulture ea bases terre


m Irouse e bas e* terr.

Forats ea alleril
Plantations

Cultures pirlphirlque
StLerrl n rochq u
at It rtitioues


Ilaicea

?etarrle eacrpla

ttabLeeae~ux

Coyl~ax


Her

VTot ferr(e

SAxeI priacipl

Flate de b roun


.. wh*a8
-- aboune~n
"<^ Cwrur i'w


Figure 2.1 Exploitation des terres entourant le village de Gidan Karma,
district de Kwarl, province de Sokoto









9tre plus eleve pres des agglomerations urbaines du fait de la plus grande

efficacit6 des marches susmentionngs.1

2. Dans chaque region, le village qui representait un degrg intermi-

diaire d'acces a la principal ville devait posseder une quantity relativement

plus elev~e de terres qui pouvaient etre cultivees pendant la saison des pluies

(c'est-A-dire de basses terres). L'objet du choix de ce village 6tait de choisir

les differences qui marquent les systames agricoles lorsqu'il est possible de

prolonger la champagne agricole pendant la longue saison seche.

On trouvera au Tableau 2.1 les villages choisis dans chaque region

ainsi que certaines de leurs caracteristiques.

En dehors des 6tudes realisges dans les trois regions susmentionnees,

on a fait une analyse du bien-fondg de trois ensembles techniques am&liorges

dans le village de Daudawa (11038'N, 709'E), situe a pres de 80 kilometres de

Zaria.2


2.2 Selection de families agricoles


La predominance du system familial complex dans la region a fait de la
3
definition d'une unite familiale fixe un problTme important. Par famille

agricole on entend une unite don't la composition est la mame pendant toute

l'annee et don't les unites de consommation et de travail sont autant que




1 D'autres criteres utilises dans le choix de villages approprigs sont examines
plus en details dans un autre document [Norman, 1973].

2 L'ensemble technique am6lior6 pour le coton a egalement 6t6 experiments en
quatre autres endroits de la region de Zaria [Norman, Hayward et Hallam, 1974].
Toutefois, le present document met essentiellement l'accent sur les resultats
obtenus & Daudawa oi, en dehors du coton, des ensembles techniques amliores
ont 6tg experiments pour le sorgho et le mals.

3 Hill [1972/ et d'autres ont document le fait que l'unite familiale peut
avoir une composition diffErente d'une saison a l'autre.










possible synonymes. Enfin, nous considgrons come une famille "ceux qui mangent

au m&me pot".1

Les travaux sur le terrain dans chacun des villages ont commence par

un recensement de leurs habitants. Du cadre des families agricoles qui en a

resulted, on a choisi au hasard un echantillon qui a fait l'objet d'une etude

approfondie. Dans les villages, la taille des echantillons a varied entire 31 et
2
44 families (Tableau 2.1).


2.3 Methode de rassemblement des donnees


Dans le rassemblement des donnies au niveau de 1'exploitation, on a

utilise plusieurs methodes. Les caracteristiques des variables ont determine

qu'il fallait recourir a un entretien ou a une measure directed. Dans le cas du

premier, les caracteristiques ont egalement determine s'il convenait d'employer

un questionnaire structure ou non structure et si les donnees devaient etre

compilees a des intervalles frequents ou non.

On trouvera dans d'autres documents une analyse plus ditaille de la

methode utilisfe, des questionnaires employes et des nombreux problames





1 En Haussa, cela est interpreted come "suna ci daga tukunya daya". En fait,
cette definition est identique a celle qu'a adoptee le Bureau federal de la
statistique dans les etudes d'9chantillonnage agricole. Bien qu'il ne soit pas
ideal, elle est la meilleure que l'on pouvait utiliser dans la pratique. Les
terms "pot","famille" et "menage" sont consid6res comme synonymes dans le
document.
2
2Les tailles traduisent le nombre des etats sur lesquels l'analyse a te'
fondee.Ellesne traduisent pas ceux qui n'etaient pas complete (un tres petit
nombre l'Stait) ou ceux qui avaient etg rejetis pendant 1'etape analytique du
fait des incoherences constatees dans les donnees probleme plus courant). La
taille de l'echantillon choisi dans chaque village 6tait fondue sur le nombre
des families agricoles don't pouvaient s'occuper deux recenseurs ainsi que
sur la notion d'apras laquelle un degrg statistique raisonnable de precision
pouvait etre obtenu pour la plupart des variables si on limitait la taille des
echantillons de 30 a 50 [Zarkovich, 1966].











rencontres dans le rassemblement des donnees [Norman, 1967-72, 1973, 1977b;

Kearl, 1976]. En rtgle gendrale, l'accent a ete mis sur la measure directed, un

questionnaire structure et un entretien deux fois par semaine avec chaque

famille agricole.1 Des donnees quotidiennes detaillEes ont etS rassemblees

sur les moyens de production (travail, terre, semences, engrais, outils et

animaux), la production, la commercialization et les activities agricoles des

membres de la famille, etc. Les methodes de measure directed ont et6 employees

pour compiler des donnees sur la surface cultivee et le rendement des cultures.

En d'autres terms, on a rassemblg des donnees sur les aspects du system

d'agriculture.

Les cultivateurs inclus dans les etudes sur l'ensemble technique amE-

liore mis en oeuvre A Daudawa avaient tous manifesto un inter&t pour les

programmes d'utilisation de nouveaux proc6des techniques. Aussi, 1'echantillon

des families agricoles qui ont 6t6 interviews pourrait Atre considered come

axe sur les cultivateurs les meilleurs. Neanmoins, les differences marquees

d'attitude et de performance des cultivateurs ayant adoptE ces procedes semblent

montrer que la selection des cultivateurs n'a pas fait l'objet d'une partiality





1 Il ne faut pas supposed que la methode utilisee etait la meilleure. Nous
croyons qu'il serait bon d'y apporter certain changements pour les etudes
futures. La prise en compete des problems souleves par la reduction des erreurs
d'echantillonnage ou des erreurs de measure ainsi que des differences fondamen-
tales entire les types continue de donnees, enregistres ou non, nous amanent A
recommander deux niveaux d'&chantillon. Le premier consisterait A prelever un
echantillon relativement grand qui serait axe sur la reduction au maximum des
erreurs d'echantillonnage et le rassemblement de types bien precis de donnees
en un seul point alors que le second serait beaucoup plus petit, chercherait a
minimiser les erreurs de measure et s'efforcerait de rassembler des types
continues de donnees non enregistrees. Cette derniere methode a ete utilise par
Matlon 119791 dans sa recent etude sur une parties du pays Haoussa.










sgrieuse LBeeden, Norman, Pryor, Kroeker, Haus, et Huizinga, 1976].1 Les etudes

realisges A Daudawa ont fait intervenir la collect de donnees sur des champs

oh 1'ensemble technique ameliore a 6t& utilise. Des donnees ont egalement ete

collectees sur d'autres champs oi le cultivateur utilisait ses propres methode

et technique de culture (Tableau 2.2). Les cultivateurs ont ete informs de la

date approximative A laquelle il leur fallait proceder aux differentes operations

sur les parcelles ameliorees et des moyens de production amliores leur ont ete

fournis a credit. Etant donned que tous les travaux 6taient entrepris par 1'int6-

ressi, celui-ci n'a pas toujours suivi le calendrier d'execution que lui avait

recommandg 1'agent de vulgarisation. Le personnel d'encadrement et les facteurs

de production requis pour mener a bien le project ont etg fournis par le gouver-

nement de 1'Etat de Kaduna.


2.4 Canevas du document


Du fait de la complexity des systemes d'exploitation agricole, nombreux

ont ete les problemes d'ordre analytique.2 Pour que lesrrsultats des etudes des

trois regions puissent etre presents de maniere ordonnge, nous avons utilise





1 En fait, on croit que la principal raison pour laquelle la plupart des
agriculteurs souhaitaient participer au project etait d'acceder aux moyens de
production amiliorgs mis A leur disposition par les ensembles technologiques.
Les annges pendant lesquelles ces ensembles ont ete experiments, le circuit
de distribution des moyens de production a etg lgerement inadequat, en parti-
culier pour ce qui est des engrais. C'est pourquoi il est probable que le d4sir
de participer au project n'est pas seulement limit aux cultivateurs les plus
progressistes de la society. Nous n'ignorons pas que la methode utilise peut etre
a just titre critiquee et'nous preconisons qu'il soit fait recours dans de
futures etudes de nature similaire A une methode d'echantillonnage plus souple.

2 Les problemes mithodologiques rencontres dans l'analyse des donnees sont
examines plus en detail par Norman, 1967-72, 1973; Norman, Fine, Goddard,
Pryor, et Kroeker, 1976.











Tableau 2.2 ENSEMBLES TECHNIQUES AMELIOREES MISES EN OEUVRE DANS


LE VILLAGE DE DAUDAWA, 1971-1974a


1971 1972 1973 1974
Type d'ensemble Hectares Nombre de t s Nombre de Nombre de Nombre de
Rectares Hectares Hectares Hectares
cultvateur ultivateurs cultivateurs ect cultivateurs

Mals:
amrlior 8,2 19 8,8 20

'Sorgho:
amglior 18,9 19 22,0 12
indig8ne 15,9 24 20,3 9

Coton:
ameliore 12,9 5 26,0 13 27,4 19 27,9 23
intermddiaire 45,7 21 22,0 11 12,4 8 22,4 12



a La majeure parties de 1'analyse que content la Section 5 est uniquement fondue sur lea resultats obtenus pour 1973 et 1974.









le format ci-aprss :

1. Tour d'horizon de agriculture dans la region Haoussa.

2. Evaluation des differences qui caracterisent l'agriculture tradi-

tionnelle dans les trois regions a l'6tude.

3. Bref resume de l'influence de la performance des families agricoles1

de l'emplacement du village, du type de terres cultivees, du betail et de la

structure familial.

Pour simplifier autant que possible la presentation des resultats, nous

avons utilise un systeme de pondgration oi chaque village a 4ti pondErg de la

meme faqon en function des rapports susmentionngs. Pour ce qui est de l'9valua-

tion du bien-fond6 des ensembles techniques am6liords, le problem analytique

a et6 beaucoup plus simple a rEsoudre. En dehors des echantillons beaucoup plus

petits (Tableau 2.2), les donnees compilCes et analysees n'ont fait intervenir

qu'une comparison de l'ensemble technique amiliori aux methodes indigenes

pour la meme culture. En d'autres terms, on n'a pas essay d'analyser le

systeme d'exploitation tout entier.









1 Matlon [1979] et Hill [1968] ont insisted sur la nature heterogene des
families agricoles ainsi que sur les dangers 6ventuels que pouvait faire courir
l'emploi de chiffres moyens plut6t que de distributions. Bien que la ventilation
comprise dans la pr6sente section suppose une certain decomposition des
aggr4gats, il ne nous est pas possible, faut d'espace, de nous lancer dans
une analyse d6taillge de ceux-ci ou de proc6der a un examen approfondi de la
repartition des resources et des revenues. D'autres documents en discutant dans
une certain measure [Norman 1967-72; Goddard, Fine et Norman, 1971; et Norman,
Fine, Goddard, Pryor et Kroeker, 1976c]. Malheureusement, cette question distribu-
tive n'a pas regu plus d'attention pendant la phase de collect des donnees
et ce, d'autant plus que les r6cents travaux de Palmer-Jones semblent montrer
que cela pourrait devenir une question de plus en plus important. Voir
4galement Norman, Ouedraogo et Newman, 1979.










3. PROFILE DESCRIPTIF DE L'AGRICULTURE TRADITIONNELLE EN PAYS HAOUSSA


La present section decrit les grande lines de l'agriculture dans

les trois regions a 1'6tude du pays Haoussa. Elle commence par une etude de la

disponibilitS et de l'emploi des resources pour faire ensuite une analyse de

la production et du revenue. II s'en degage un profile d'une agriculture qui, a

la fin des ann6es soixante, etait encore fondue dans une large measure sur les

methodes traditionnelles.


3.1 Terre


Le regime foncier en pays Haoussa a deux ancatres- tous deux se retrou-

vent dans le concept africain traditionnel du bien communal et dans le droit

foncier islamique qui reconnalt le bien individual [Goddard, 1972]. A l'heure

actuelle, les individus ont l'usufruit de la terre au sein de la collectivite

oh ils resident [Abalu et Ogungbile, 1976]. Cela suppose que la collectivist

est encore dans une large measure proprietaire des terres et que l'individu

residant dans cette collectivite n'a pas le droit d'aliener la terre qu'il

posside. Goddard [1972] a identified quatre facteurs susceptibles d'aboutir a

un emploi inefficace des terres dans un tel syst&me. Ce sont les suivants :

1. L'absence d'un titre foncier sur peut decourager les cultivateurs

d'investir A long terme pour ameliorer leurs terres. De plus, le regime commu-

nal suppose que l'individu n'a pas le droit d'hypothequer ou de vendre la terre

sans l'assentiment d'autres membres.

2. La mobility geographique des cultivateurs est entravee, ce qui se

sold par une distribution tras inegale des terres entire les regions.

3. Les pressions d6mographiques aboutissent a une subdivision progres-

sive de 1'exploitation de chaque group de proprietes agricoles. C'est pourquoi










les exploitations tendent & devenir de plus en plus petites dans le temps, ce

qui, parallblement A l'absence de meilleures techniques dans certaines regions

provoque une diminution du niveau de vie [Oluwasanmi, 1966].

4. En cas d'heritage, les terres familiales sont morcelees. Dans les

regions a l'etude, 76 pour cent en moyenne des terres sont d6tenues par ce

systeme de transfer (Tableau 3.1).1 Le principal effet de ce systeme de

transfer des terres a 6t6 un morcellement accru des exploitations (voir par

example la Figure 3.1 de Gidan Karma). L'exploitation familiale moyenne de 3,9

hectares comprend plus de six champs differents2

Dans l'agriculture traditionnelle, le morcellement des terres presente

plusieurs avantages qui tournent tous autour de la notion de plus grande equity -

par example, dans la r6partition des terres de sol different, la reduction au

maximum de l'effet des microvariations pluviom6triques, surtout au debut et a

la fin de la saison des pluies, et dans la reduction au maximum des inconve-

nients de l'emplacement des champs puisque la plupart des families vivent en

etablissements noyautes. Le morcellement excessif des terres dans l'agriculture

traditionnelle a pour principal inconvenient qu'il oblige les cultivateurs A

consacrer beaucoup trop de temps A se rendre a pied entire sa residence et les

diffErents champs.3 Toutefois, Goddard [1972] a constate dans les regions plus





1 De plus,-les tableaux de la pr6sente section renferment des donnees pour
chaque region A l'etude. Nganmoins, on trouvera A la Section 4 seulement une
analyse des differences qui les caracterisent.

2Par exploitation on entend la somme des hectares don't la famille agricole
avait l'usufruit pendant l'ann6e considgree. Par champ, on entend un morceau
unitaire de terre que cultive une unite familiale.

3 Cleave [1974]a signals que dans certaines parties de l'Afrique, les culti-
vateurs consacrent prbs de 30 pour cent de leur temps a se rendre a pied aux
champs et a en revenir.













Tableau 3.1 CARACTERISTIQUES DU REGIME PONCIER
DANS LES TROIS REGIONS A L'ETUDEa


Region a 1'6tude Moyenne
Sokoto Zaria Bauchi global

Details de 1'exploitation en hectares :
Taille de 1'exploitation 3,9 (3,3) 3,9 (16,8) 3,9 (31,3) 3,9 (17,1)
Gona 3,5 (2,8) 3,5 (16,9) 3,7 (30,6) 3,6 (16,8)
Fadama 0,4 (101) 0,4 (18,3) 0,2 (42,7) 0,3 (23,7)

20/80 points de percentile de la taille
de l'exploitation c 2,3/6,1 1,7/5,2 1,6/5,5 1,9/5,6

Nombre moyen de champs 5,8 6,2 6,8 6,3

Regime foncier:
Terres hirit6es (%) d 70,1 64,9 92,3 75,8
Indice de mobility des terres 2,64 2,41 2,84 2,63


Dans 1'analyse comparative, outre les Tableaux
village est ponder6 sur un pied d'6galit6 dans
La taille des 6chantillons pour chaque village


3.4, 3.8, 3.9, 3.10, 3.12, 3.13, 3.14, 4.1 et A.4, chaque
la moyenne pour chaque region et dans la moyenne global.
est donn&e au Tableau 2.1.


b Les chiffres entire parentheses repr6sentent le pourcentage des terres en jachere.
c En d'autres terms, 20 pour cent des exploitations sont inf6rieurs au premier chiffre et 20 pour cent supirieurs
au second.
dLa m6thode utilisee pour calculer l'indice est d6crite dans un autre document/Norman, 1967-72/. La valeur
de l'indice peut varier de 1 A 3. Une valeur basse suppose une preponderance de types de regime foncier
plus mobiles (c'est-a-dire achat, location, bail, etc.)
















































Etude initial
at per D.W. Norusn ...
*t'J.C. Fine ; "-. -..
Etude do contr8 *




REFERENCE PD _

Complexes comprise dans le recensement .

Autres complexes---- ---- -------.

Champs cultivis par complexes recens&s -

Champs cultilvi par autrea complexes -

Cultures piriphiriques-- ---- ----
en terrains rocheux
et latiritiques


... ... ."' PD

Brousse et sutres terres non cultives.. ---

Espace villageoia ouvert -- --

Routes de latirite ----------- -

Pistes do brousse--------- -

Pente- ----- ------ ..----- ---.


Figure 3.1 Village de Gidan Karma, district de Kware, province de Sokoto,
Limites de champs avec numeros de serie


disatre)










peuplees ol le morcellement excessif devient un problame que les grands culti-

vateurs procedent A un remembrement de leurs terres par le jeu de differences

transactions come l'echange, la vente ou l'achat. Le morcellement peut soulever

des problames lorsque certain types de systemesmodernes d'agriculture sont

introduits. Mentionnons A titre d'exemple les measures d'am6lioration et de

conservation qui peuvent Atre rendues plus difficiles en raison du besoin de

cooperation entire voisins sans oublier que les petits champs peuvent empacher

1'introduction d'une mecanisation.1

Cette description du regime foncier en vigueur supposerait que les

terres sont distributes plus ou moins equitablement au sein des villages. Toute-

fols, on a constatE l'existence d'une inegalite plus prononcee qu'on ne l'avait

prevu mais beaucoup moins marquee que dans certaines sociftes. La valeur moyenne

du coefficient Gini pour les neuf villages variait entire 0,20 et 0,56 (Tableau

A.1). Cependant, lorsqu'on a pris en consideration les terres cultivees seule-

ment, ce coefficient est tombi A une fourchette oscillant entire 0,20 et 0,49,

ce qui faisait ressortir une distribution plus equitable des terres. Dans toute

la region, 17 pour cent des terres etaient d'ordinaire en jachere.

Il y a deux grands types de terres. D'une part, les hauts plateaux

(gona) oh est pratiquge une culture don't la valeur par unite de superficie

cultivge est relativement basse mil, sorgho, arachides, pois de Br6sil,

manioc et coton et d'autre part les bas fonds (fadama) ou est pratiqu6e

une culture A coefficient de main-d'oeuvre plus elev~e et don't la valeur par

unite de superficie cultive est relativement plus grande canne A sucre -


1 Cela ne veut pas dire pour autant que la mecanisation (boeufs, materiel
et tracteurs) sera forcement souhaitable. Delgado [1978] a fait etat de ce
probleme dans le cas de l'introduction d'une agriculture mixte (boeufs et
materiel) en Haute-Volta. Au Senegal, les unites d'experimentation ont veille
& ce que les cultivateurs adoptant une agriculture mixte aient des champs
d'un hectare au moins [Richard, 1978].








et, dans une moindre measure, le riz et la calabasse.

Les hauts plateaux viennent de loin au premier rang puisqu'ils represen-

tent 92 pour cent ou 3,6 hectares de l'exploitation moyenne (Tableau 3.1). On

y pratique essentiellement les cultures associates. D'ordinaire, les hauts

plateaux situgs proximity des zones residentielles sont cultiv6s en perma-

nence, la fertility des sols 4tant conserve en ajoutant des engrais organiques.

Loin de ces zones, les terres en jachere (un peu moins de 17 pour cent) sont

plus fr6quentes.

Les bas fonds peuvent etre cultivees toute l'annge, la nappe

phreatique se trouvant a proximity de la surface. Elles font normalement l'objet

d'une monoculture ou d'une culture en assolement. Logiquement, les bas

fonds devraient 8tre cultivees de maniere tres intensive. Toutefois, plusieurs

facteurs en determinent l'intensitg. Il peut par example se produire une penurie

de main-d'oeuvre requise pour les cultiver a cause des possibilities d'emploi

hors exploitation qui se presentent pendant la saison seche. Il peut aussi y

avoir des innovations durant la saison des pluies ou y avoir un manque de points

d'ecoulement. Bon nombre des cultures pratiquees sur les bas fonds sont

essentiellement des cultures de rente don't la valeur par unite de poids est

faible et don't le transport est, partant, ongreux. Par la suite pres de 24

pour cent des bas fonds 4taient en jachere (Tableau 3.1).
3.2 Travail


3.2.1 Taille et organisation de la famille.

La famille moyenne se compose de six a sept personnel qui repr4sentent

quelque cinq units de consommation (Tableau 3.2).1 Les families peuvent 8tre


Les unites de consommation ont et4 fond6es sur les besoins en aliments
suggeres l'Organisation des nations unies pour l'alimentation et l'agriculture
[1967]. Les systems de ponderation utilisgs 4taient les suivants: un adulte
du sexe masculin (plus de 14 ans) 6quivaut a une unite de consommation; une
adulte du sexe feminin (plus de 14 ans) equivaut a 0,73 unite de consommation;
un enfant plus Agg (de 7 14 ans) equivaut a 0,71 unite de consommation et
un enfant plus jeune (moins de 7 ans) equivaut a 0,43 unite de consommation.







30

divisee en deux types d'unite: une unite familiale simple ou iyali qui

comprend un homme marie avec ses 6poux et des enfants a charge, et une

famille complex ou gandu qui comprend deux ou plusieurs adults du sexe

masculin, d'ordinaire marids, leurs spouses et enfants.

En regle gen4rale, les unites familiales simples se sont revel6es plus

['r,' l nltes que les unites complexes. Dans les regions a l'tude, 30 pour cent

en moyenne des families agricoles etaient organisees en gandaye. Buntjer [1970]

et Goddard [1969] ont note que l'unite gandu 4tait depuis toujours le system

pre6fr6. Une des raisons pour lesquelles ce systeme est en voie de diminution

est que le chef de l'unite complex detient un pouvoir.consid6rable [Hill, 1972].

En effect, il supervise les activities agricoles sur la plupart des champs fami-
2
liaux, et il dit aux membres de la famille ce qu'ils doivent faire et la

quantite de travail a executer. Dans le meme temps, il a des obligations puisqu'

il est charge d'approvisionner en aliments la famille et de payer les imp6ts

eventuels. D'apres Buntjer, les membres de la famille sont de plus en plus enclins

a s'opposer au pouvoir du chef de l'unite familiale complex. De plus, dans cette



Quelques champs, c'est-a-dire moins de 10 pour cent de la superficie
cultivee dans la region de Zaria [Norman, 1967-72], connus sous le nom de
gayauna, 6taient cultiv6s par d'autres individus que le chef de famille.







Tableau 3.2 CARACTERISTIQUES DES FAMILIES AGRICOLES
DANS LES TROIS REGIONS A L'ETUDE


Region A 1'etude Moyenne
Sokoto Zaria Bauchi global

Famille
Taillea b 5,6 (1,5) 8,6 (2,2) 6,0 (1,6) 6,7 (1,8)
20:80 points de percentile 4:7 5:11 3:8 4:9
Unites de consommation 4,1 6,2 4,4 4,9

Pourcentage de families
du type iyali 71,9 51,0 64,4 62,5

Terres en hectares par:
(a) Resident 0,7 0,5 0,7 0,6
20:80 points de percentile 0,4:1,1 0,2:0,8 0,3:1,0 0,3:0,9
(b) Unit6 de consommation 1,1 0,7 0,9 0,9
20:80 points de percentile 0,6:1,4 0,4:1,0 0,4:1,3 0,4:1,3

Home -heures par an sur 1'exploita-
tion familiale 1566,3 1800,0 1316,5 1560,9

Source de la main-d'oeuvre agricole en
pourcentage du nombre total homme-heures
Famille: Adultes du sexe masculine 72,4 72,2 75,2 73,3
Adultes du sexe f6minin 1,1 0,3 3,3 1,6
Enfants plus ages 8,5 8,9 9,9 9,1

EmbaucheC: Kwadago 7,7 (3,2) 8,6 (4,3) 3,1 (5,0) 6,4 (4,2)
Jinga 3,0 (7,2) 9,1 (6,3) 1,5 (7,7) 4,5 (7,1)
Gaya 7,3 (0,9) 0,9 (1,1) 7,0 (1,3) 5,1 (1,1)

a Les chiffres entire parentheses repr6sentent le nombre moyen d'adultes du sexe masculin par famille.
b En d'autres terms, 20 pour cent des families ont une valeur inf-rieure au premier chiffre et 20 pour cent
superieure au second.
C Les chiffres entire parenthasesrefl8tent le taux moyen de r6muneration par homme-heures A Kobo.










unite, les jeunes adults marius du sexe masculin ne sont pas en measure de

jouer un r8le de gestion en matiere agricole. Aussi, 1'unite familiale complex

semble progressivement ceder la place a l'unite familiale simple.1 Le rythme

auquel cette evolution a lieu depend de plusieurs interactions complexes telles

que la quantity de terres disponibles, les debouches d'emploi hors exploitation

et le nombre de bovins detenus [Buntjer, 1970; Goddard, 1969; Norman, Pryor et

Kroeker, 1976/.


3.2.2 Types de travail sur l'exploitation familiale

La main-d'oeuvre manuelle 6tait la source d'energie sur les exploita-

tions des regions a l'etude. Cela contribute a expliquer la taille moyenne rela-

tivement basse des exploitations (3,9 hectares). Pour ce qui est du rapport

terre/main-d'oeuvre, la moyenne Etait de 0,6 hectare par resident (c'est-a-dire

0,85 hectare par unite de consommation). On a constat6 que la main-d'oeuvre

utilise chaque annee sur l'exploitation familiale s'6levait en moyenne A 1.560

homme-heures, compete non tenu du temps mis par les agriculteurs A se rendre A

pied aux champs et A en revenir (Tableau 3.2).2 Quatre vingt quatre pour cent de




1On en examiner les implications A la Section 4.6.

2 Pour faire une comparison directed entire les differents types de main-d'oeuvre,
il est necessaire d'exprimer les jours et les heures en function d'un denomina-
teur commun (c'est-a-dire homme-jours et homme-heures respectivement). Nombreuses
sont les divergences de vues que l'on retrouve dans les ouvrages portant sur les
ponderations relatives A utiliser [Collinson, 1972/. Ce problem est d'autant
plus compliqug que la productivity relative du travail varie selon le type de
tache a executer [Hall, 1970; Cleave, 1974]. La methode employee ici peut 4tre
considgrge comme trop simple mais elle n'attenuait pas les difficultis du
calcul. Les pond&rations utilises ont 9t6 les suivantes : un enfant en bas age
(moins de 7 ans) equivaut a 0,00 d'un adulte du sexe masculin; un enfant plus
age (de 7 A 14 ans) equivaut A 0,5 pour cent d'un adulte du sexe masculin; un
adulte du sexe f&minin (plus de 14 ans) equivaut A 0,75 d'un adulte du sexe
masculin; et un adulte du sexe masculin (plus de 14 ans) equivaut A 1 d'un
adult du sexe masculin. Le concept utilis6 par Spencer et Byerlee [977] qui es-
timaient que les taux de remuneration des homes et des femmes refletaient des
degres differents de productivity et qui employaient done un system de pondg-
ration y afferent, 6tait plus precis que celui auquel a recours le present
document.










la main-d'oeuvre total utilisee sur l'exploitation familiale avaient pour

origine la famille. Toutefois, les femmes y intervenaient pour moins de 2 pour

cent. La main-d'oeuvre feminine sur les exploitations etait limited a des

travaux specifiques come les semis, la separation de l'arachide de la coque

et la cueillette du coton. Le faible taux de participation des femmes A la force

de travail est imputable A la pratique musulmane de l'auren Kulle ou seclusion

des femmes [Smith, 1955]. Hill [1972] a constat6 que cette pratique chez les

femmes en pays Haoussa est plus rigoureuse que dans d'autres parties de l'Afrique

de l'Ouest musulmane rurale. Les enfants contribuaient pour 11 pour cent environ

A la main-d'oeuvre familial utilisee sur l'exploitation. C'est pourquoi les

adults du sexe masculin representent la majeure parties de la main-d'oeuvre que

fournit l'unite familial.

La main-d'oeuvre embauchge representait 16 pour cent seulement de la

main-d'oeuvre total utilisee sur l'exploitation (Tableau 3.2). Cela est dQ en

grande parties au fait qu'il n'existe en pays Haoussa aucune classes d'ouvriers

agricoles sans terres. De plus, comme l'agriculture est commercialisge en

parties seulement, il est souvent difficile d'embaucher de la main-d'oeuvre

faute d'argent. Trois categories de main-d'oeuvre salaries sont utilisees :

le kwadago, qui est payer de l'heure; le jinga, qui est payer A la tache et le

gaya qui represente la main-d'oeuvre communale. Leur remuneration peut se faire

en espaces ou en nature. Toutefois, celle de la main-d'oeuvre gaya est minime

et a lieu d'ordinaire en nature. II semble que ces trois types de main-d'oeuvre

salariee solent egalement populaires dans les regions A l'6tude encore que la

main-d'oeuvre gaya ait des liens plus Stroits avec le cadre traditionnel et la

possession de betail [Norman, Fine, Goddard, Pryor et Kroeker, 1976]. Il est

done possible de supposed qu'au fur et a measure ou le developpement prend racine

dans les villages, la main-d'oeuvre agya deviendra vraisemblablement moins










populaire. De plus, l'introduction d'une technologies perfectionnee rendra inva-

riablement l'agriculture A coefficient de main-d'oeuvre plus elevg si la source

d'energie ne passe pas de la main-d'oeuvre manuelle a la traction animal. Au cas

ou persiste une pEnurie de main-d'oeuvre salariee, il est vraisemblable que la

main-d'oeuvre jinga deviendra plus populaire que le kwadago puisque le taux de

remuneration lorsqu'il est exprimi en homme-heure resultant du travail jinga,

etait en moyenne plus gleve de 69 pour cent que le travail kwadago.

Ii est probable que la famille demeurera la principal source de main-

d'oeuvre agricole en pays Haoussa. Le Tableau 3.3 donne les resultats d'un module

de regression qui montre le rapport entire la main-d'oeuvre familiale au travail

sur 1'exploitation de la famille et plusieurs autres variables. Comme on pouvait

s'y attendre, la quantity de travail consacre a 1'exploitation etait directement

associge & la taille de la famille (c'est-a-dire le nombre total de residents)

et au nombre d'hectares de fadama et de gona cultives.1 De plus, comme on

pouvait egalement le prevoir, il y avait un rapport negatif entire la main-d'oeuvre

familiale et la quantity de main-d'oeuvre salaries utilise sur l'exploitation.

Dans 1'analyse initial, on a inclus une autre variable qui reflite le temps

consacrg par les membres de la famille A des travaux hors exploitation. Il

existait egalement un rapport negatif entire cette variable et la variable



SIl faut neanmoins faire preuve de prudence lorsqu'on interpreted ces resultats
et ce, du fait des relations implicites de cause A effet (les hectares cultives
pourraient 6tre function de la main-d'oeuvre utilisee) et du melange des varia-
bles de l'offre et de la demand parmi les variables ind6pendantes (c'est-a-
dire la taille de la famille et le nombre des hectares cultiv6s).





Tableau 3.3 RAPPORT ENTRE LE TEMPS TRAVAILLE PAR TOUS LES MEMBRES DE LA
FAMILLE ET PAR LES ADULTS DU SEXE MASCULIN DE LA FAMILLE
SUR L'EXPLOITATION FAMILIAL ET D'AUTRES VARIABLESa


Rapport entire
Nombre homme-heures Journ&es travaillees par
Variables ind6pendantes Famille consacr6 au travail adulte du sexe masculine
sur I'exploitation de la famille sur
familiale b 1'exploitation familiale

Constante 52,6405 147,2285

Taille de la famille X. 90,6812* (9,5869)

Nombre d'adultes du sexe masculin de X2 -28,9208* (4,0447)
la famille

Rectares cultives
Gona 13 157,5709* (18,9643) 6,9533* (2,0945)
Fadama X4 483,5380* (23,6897) 56,5856* (9,1995)

Main-d'oeuvre embauchee: Homme-heures X5 -0,6148* (0,0749)
Homme-jours X6 -0,2108* (0,0465)

Variables fictives: c
(a) Reprdsentant la region a 1'etude
51 (Zaria 1) X7 27,1919 (77,2779) 18,4388 (8,6849)
S2 (Sokoto 1) X8 -30,4405 (82,8956) -4,1466 (9,2588)
(b) Repr6sentant 1'emplacement du
village par rapport & la principal
ville de la region a 1'6tude:
V1 (proche du village I 1) X9 440,0466* (82,3679) 39,6604* (9,4580)
V2 (village intermidiaire = 1) 10 205,2618 (90,0740) 34,9357* (10,1170)


R 0,7444* 0,4842*
Syx 571,5868 64,1518



Les chiffres entire parentheses sont des erreurs standards.

b A 1'exclusion du temps que mettent lee intfressas A se rendre a pied aux champs et a en revenir.

c Les variables fictives sont includes pour tenir compete des differences d'emplacement entiree les regions A
1'etude et dans la facilitA d'accas). Les differences d'emplacement peuvent englober lea differences de
climate, de sol, de density d6mographique, etc.


* Trrs different de zero A 5 pour cent. N = 340.










d6pendante. Toutefois, ii n'gtait pas prononc6. Cela n'est pas surprenant

puisque la majeure parties des travaux hors exploitation ont lieu pendant la

saison seche, epoque A laquelle le travail sur l'exploitation familiale est

minime, ce qui signifie que le temps consacrg aux travaux hors exploitation ne

fait pas la concurrence au temps consacrg aux travaux sur l'exploitation.1


3.2.3 Travail des adults du sexe masculin

Les calculs ont montre qu'un adulte du sexe masculin travaille en

moyenne pros de 1.270 heures par an en pays Haoussa, ce qui comprend le temps

requis pour se rendre A pied au champs et en revenir ainsi que les travaux sur

1'exploitation et hors exploitation. Ce travail 6tait repandu sur une periode

de 244 jours d'une durge moyenne de 5,2 heures par journge de travail. Le

Tableau 3.4 donne une idle de la distribution du temps travaille par different

adults du sexe masculin. Ces resultats sont plus ou moins similaires A ceux

obtenus par d'autres chercheurs en Afrique de l'Ouest [Luning, 1963; Kohlhatkar,

1965; Mann, 1967; Galleti, Baldwin et Dina, 1956; Guillard, 1958; Haswell, 1953].

La quantity de travail entrepris par les adults du sexe masculin peut

atre considered tout simplement come une function d'un certain nombre de

facteurs, et notamment :

1. La capacity de travail qui est tributaire de la sante et de la

nutrition;





1 Etant donng que les adults du sexe masculin fournissent la plus grande
parties de la main-d'oeuvre familiale sur l'exploitation, des resultats analo-
gues ont 4te obtenus lorsque les travaux r4alises par le cultivateur 9taient
utilisescomme variable dependante(Tableau 3.2). De plus, on a constate
l'existence d'un rapport negatif entire le nombre des adults du sexe masculine
au sein de la famille et le temps qu'ils consacrent A l'exploitation.







37

2. Le desir de travailler qui est function des besoins de subsistence

et de l'obtention d'un revenue additionnel par rapport au revenue n6cessaire pour

survive;

3. Les possibilities de travail dans le cadre desquelles l'emplacement

interviendra pour beaucoup dans la determination de travail sur l'exploitation

et/ou hors exploitation. Ces possibilities de travail agricole seront function

d'un certain nombre de facteurs mentionnes pr4cedemment dans le document, come

par example la base des resources indigenes que possede la famille agricole,

base qui sera influence par des facteurs physiques climate y compris les

saisons, et le sol), des facteurs biologiques et des facteurs exogenes (la

presence de marches).

Un problem important en pays Haoussa est la nature saisonniere de

l'agriculture qui limited en grande parties la production agricole a la saison

des pluies et se solde par un sous-emploi considerable pendant la longue saison

seche. Par consequent, les habitants consacrent une grande parties de leur temps

a des travaux hors exploitation qui ont lieu tant dans le village qu'en dehors.

On a constat6 dans les regions a l'6tude que 41 pour cent en moyenne du nombre

total des journees travaillges par un adulte du sexe masculin l'etaient a des

travaux hors exploitation (Tableau 3.4). Cette definition des travaux hours

exploitation comprend le temps consacre a d'autres activities de la production

agricole sur l'exploitation familiale. C'est pourquoi le temps consacre au

paturage des animaux, au travail sur l'exploitation d'autres habitants, etc.,

serait inclus sous la rubrique des activities hors exploitation.

Les travaux hors exploitation peuvent 6tre divis6s en deux groups:

les travaux traditionnels et les travaux modernes. Les premiers sont definis

come 6tant le genre de travail qui est execut6 depuis de nombreuses generations.

Par contre, les seconds sont considers comme le resultat direct ou indirect















Tableau 3.4


TEMPS TRAVAILLE PAR LES ADULTS DU SEXE MASCULINE
DE LA FAMILLE DANS CHAQUE REGION A L'ETUDE
ET MOYENNE GLOBAL


Region A 1'etude Moyenne
Sokoto Zaria Bauchi global

Journmes travailles par lea adults du sexe
masculin de la famille par annae:
Exploitation familiale 159,3 140,1 134,2 144,5
Hors exploitation: Au village 78,3 88,6 97,0 88,0
Hora village 35,4 0,0 0,0 11,8
Total 273,0 228,7 231,2 244,3

Heures travailles:
Heures par jour travaillles:
Sur l'exploitationa 5,8 (5,0) 5,1 (4,4) 5,6 (4,7) 5,5 (4,7)
Hors exploitation 4,8 5,1 4,2 4,7
Total des heures travaillges par
annee 1484,3b 1166,4 1158,9 1269,9

Centilation du temps travaillf par
annie en joursC:
20 pour cent d
moins de 196 (670) 154 (687) 159 (671) 170 (676)
20 pour cent
plus de 340 (1607) 319 (1544) 334 (1468) 331 (1540)

Type de travail hors exploitation
(pourcentage de journdes):
Traditionnel: industries primaire 16,4 15,5 30,8 20,9
industries de
transformation 27,4 18,9 4,3 16,9
services 34,4 27,4 39,6 33,8
commerce 7,7 20,4 16,9 15)0
Moderne: services 14,1 17,8 8,4 13,4


a Lee chiffres entire parentheses excluent
champs at a en revenir.


le temps que mettent les cultivateurs a se rendre A pied Aux


SComprend l'hypothise selon laquelle, dans le travail hors village, les individus ont travailli le mime
temps chaque journ6e que dans le village horse exploitation. Si l'on exclut les estimations relatives au
travail rdalise en dehors du village, le temps moyen travaill6 eat de 1315,7 heures.
SLee chiffres entire parentheses repr6sentent des heures.

La ventilation des hommes-heures pour Sokoto ne comprend pas le temps travailld en dehors du village.










d'une amelioration des communications et du developpement des grandes villes,

des entreprises commercials et des organismes publics. L'importance et la

composition de l'emploi hors exploitation seront tributaires d'une interaction

complex de plusieurs facteurs. Lorsque le processus de developpement commence

et que les communications a'am6liorent, il est vraisemblable que l'importance

relative des activities dans le secteur moderne augmentera par rapport a celle

des activists traditionnelles. Pendant les annres considerges, ces derniares

ont n6anmoins represents 86 pour cent encore du temps consacre aux travaux

hors exploitation (Tableau 3.4).


3.2.4 Saisonnalitg

La nature saisonniare des precipitations ainsi que le coefficient

relativement bas des basses terres signifient que le niveau de l'activite agri-

cole connalt des variations saisonniares prononcges. Les valeurs des coeffi-

cients de variation calculees quant au nombre d'homme-heures passe par mois sur

l'exploitation familiale varient entire 42 et 78 pour cent (Tableau A.2). Ces

valeurs sont elevEes par rapport a celles d'autres regions ou existent des

possibilities d'une distribution plus uniform de l'activite agricole pendant

toute 1'annEe [Spencer et Byerlee, 1977/. Le mois agricole le plus charge

variait entire mai et aoQt bien que dans la plupart des cas, les mois de juin

et de juillet 6taient les mois de pointe. Une moyenne de 241 homme-heures par

mois 6tait consacree & 1'exploitation familiale pendant le mois de pointe

(Tableau 3.5), soit 85 pour cent de plus que la moyenne mensuelle de 130 homme-

heures par jour. C'est entire janvier et mars qu'a lieu le mois le plus mort.


1
De Wilde [1967] a et6 l'un des premiers auteurs a documented les problems
et les consequences des goulots d'etranglement saisonniers.










--- Homme-heures sur 1'exploitation
familiale (100 131,5)
Homme-jours sur l'exploitation
familiale (100 26,3)


(a) Travail total sur l'exploitation familiale

--- Adulte du sexe feminin (100 = 1,5)
*--.* Enfants plus ag6s (100 = 11,9)


Adulte du sexe masculin
(100 =


92,8)


(b) Homme-heures par les membres de la famille
sur l'exploitation familiale


.*--* Main d'oeuvre embauch6e
(100 = 25,3)
SMain-d'oeuvre familiale
/ '" -* .**. (100 = 106,2)


I I 5 I I I I
avr.mai juinjuil.aoGt sep.oct.nov.dec.jan.f6v.mars

(c) Nombre d'homme-heures de main-d'oeuvre familial
et embauchde sur 1'exploitation familiale


Figure 3.2 Indices saisonniers de main-d'oeuvre pour la region A l'etude de Sokoto













- Sur l'exploitation (100 = 13,0)

..--* Travail hors exploitation (100 9,5)

Total (100 = 22,6)


._ --I -

%. ~- *^


.0


- --


(d) Nombre de journees de travail des adults
du sexe masculin de la famille

Travail hors exploitation au village (100 = 6,5)
---- Travail hors exploitation en dehors du village, c'est-A-dire
cin rani (100 3,0)
0*-., Total hors exploitation (100 = 9,6)



I \
IN. //


40--.,,-


(e) Nombre de journges de travail hors exploitation des adults
du sexe masculin de la famille

--- Main-d'oeuvre embauchge sur 1'exploitation familiale (100 = 5,5)
---- Adulte du sexe masculin de la famille: hors exploitation au
village (100 = 5,0)
*-'- Adulte du sexe masculin de la famille: exploitation au
village (100 = 4,5)
ilo-
130.



10 .. ... ....4 0.%




I I I I I I I I I I I I
avr.mai juinjuil.aoutsep.oct.nov.d6c. jan. fv.mars

(f) Moyenne du nombre d'homme-heures par jour travaillge


Figure 3.2 Indices saisonniers de main-d'oeuvre pour
la region A 1'8tude de Sokoto (suite)


1 --~













Tableau 3.5 INDICATEURS DE SAISONNALITE DU TRAVAIL PAR REGION
A L'ETUDE ET MOYENNE GLOBALEa


Region & l'6tude Moyenne
Sokoto Zaria Bauchi global

Saison charge:


Quatre mois les plus charges:
Mois
Pourcentage du total homme-
heures sur l'exploitation
familiale

Mois de pointe:
Mois
Total homme-heures sur
1'exploitation familiale
Pourcentage total homme-heures
de la main-d'oeuvrq embauch4e
Adult du sexe masculine de la
famille
Heures par journde de travail
sur 1'exploitation
Journ6es: Exploitation
Hors-exploitation
Total


juin-sep. mai-aoGt juin-sep.


56,6


juillet

257,7

21,0



6,1
19,9
7,0
26,8


50,4


juin

255,5

18,6



5,0
16,8
7,6
24,4


53,2


juillet

210,0

12,1



5,3
19,2
6,5
25,7


Saison more:


Quatre mois les plus morts
Mois
Pourcentage du total homme-
heures sur 1'exploitation
familiale

Mois le plus mortt
Mois
Total homme-heures sur
1'exploitation familiale
Pourcentage du total homme-heures
de la main-d'oeuvre embauchfe
Adultes du sexe masculin de la
famille:'
Heures par journey travaillees
sur l'exploitation
Journees: Exploitation
Hors exploitation
Total

Mois moyen:

Total homme-heures sur l'exploitation
familiale
Heures par journge travaillee des
adults du sexe masculin de la
famille sur l'exploitation
familial


dec.-mars jan.-avr. dec.-mars


12,7


16,0


janvier mars

31,5 34,5

7,6 19,2


3,5
5,9
12,9
18,8


130,5



5,0


10,4


fivrier

16,9

0



4,2
3,0
8,9
11,9


150,0 110,5 130,3



4,4 4,7 4,7


a
Les mois indiqu6s dans le tableau ne s'appliquent pas A chaque village. En cas
de difference, cl mois principal a 6et donng ou, si chaque mois a gt6 mentionn6
sur un pied d'egalit6, le mois moyen a 6t6 choisi. Les heures de travail ne
comprennent pas le temps que mettent les int6ress6s A se rendre aux champs A
pied et a en revenir.


53,4




241,1

17,2



5,5
18,6
7,0
25,6


13,0


27,6

8,9



3,5
4,3
10,3
14,6










Pendant celui-ci, la main-d'oeuvre utilisee sur l'exploitation familiale s'6lve

? 28 homme-heures seulement, soit 79 pour cent de moins que la moyenne mensuelle

par an. L'ecart d'un mois A l'autre est d'autant plus prononcg que les quatre

mois les plus charges de l'annee agricole (c'est-a-dire de mai a aoQt ou de juin

i septembre) representaient plus de 53 pour cent du total de la main-d'oeuvre

utilisee chaque annie alors que les quatre mois les moins occupies (c'est-a-dire

de d6cembre A mars) en representaient 13 pour cent seulement. La distribution

saisonniere de la main-d'oeuvre au travail sur 1'exploitation familiale pour la

region de Sokoto apparait A la Figure 3.2. Cette variation saisonniere soulave

deux problemes qui seront examines dans les sections ci-apres : la period

d'etranglement de la main-d'oeuvre et la furniture d'un emploi remungrateur

a la famille pendant toute l'annee.


3.2.5 Goulot d'etranglement en matiare de main-d'oeuvre

La superficie de terre sur laquelle une famille peut travailler pendant

cette periode determine le niveau de l'activitg agricole pendant le reste de

l'annee. Le goulot d'6tranglement se produit pendant la periode de culture qui

comprend le sarclage, le desherbage et d'autres activities come en temoigne

l'histogramme construit pour la region de Sokoto (Figure 3.3). L'importance de

cette period d'etranglement a eti illustr&e par des modules de programmation

lingaire don't il a etg fait etat dans d'autres documents [Ogunfowora, 1972;

Norman, 1970] oh les estimations du rendement marginal de la main-d'oeuvre durant

cette periode etaient quatre fois plus Elevees que le taux de remunfration en

vigueur. En bref, nos recherches ont montre que les goulots d'etranglement

saisonnier en matiere de main-d'oeuvre sont une restriction important au niveau

de l'activite agricole pendant le reste de l'annee. Cette restriction, on peut

y remzdier de trois fagons au moins.










1. Accroltre la main-d'oeuvre familiale utilisee sur l'exploitation.

Les membres de la famille pourraient y consacrer plus de temps en renongant aux

loisirs et en reduisant le temps consacrg a des activities hors exploitation.

Toutefois, les normes communautaires interdisent en grande parties aux adults

du sexe feminin de consacrer une grande parties de leur temps aux travaux de

l'exploitation. De plus, la main-d'oeuvre des enfants plus ages represente de

nos jours une petite fraction seulement de la main-d'oeuvre total utilisee sur

exploitation familiale. Qui plus est, au fur et i measure que le systeme d'edu-

cation se g6neralise (c'est-a-dire par le canal du programme de l'enseignement

primaire universal r&cemment mis sur pied), il est vraisemblable que la main-

d'oeuvre assure par des enfants plus Ages diminuera. Par consequent, il est

manifeste que les adults du sexe masculin devront continue de fournir la

principal source de travail sur l'exploitation. A l'heure actuelle, ils att6-

nuent le goulot d'6tranglement de deux manieres importantes. En premier lieu,

les adults du sexe masculin travaillent plus dur sur 1'exploitation pendant la

periode d'etranglement. Mentionnons par example que le temps consacrg aux travaux

agricoles pendant le mois de pointe etait en moyenne de 5,5 heures par jour

centre 3,5 durant le mois le moins charge (Tableau 3.4).2 En second lieu,



SA premiere vue, ce chiffre ne paralt pas suffisamment gleve pour constituer
un goulot d'6tranglement. Ii convient cependant de noter que cela ne tient pas
compete du temps mispar les cultivateurs a se rendre A pied aux champs et A en
revenir ainsi que le temps consacre A des travaux hors exploitation qui sont
parfois execut6s le mame jour que le travail a la ferme. De plus, come l'a
recemment montr6 une conference sur les dimensions saisonnieres de la pauvret6
rurale tenue en juillet 1978 A 1'IDS, University of Sussex, Royaume-Uni, la
sante et la nutrition se trouvent frequemment A leur niveau le plus bas pendant
la saison des pluies lorsque l'activitg agricole est la plus grande.
2 L'6cart entire les heures travaillees chaque jour hors exploitation etait en
fait moins prononcg que dans le cas de 1'emploi A l'exploitation (c'est-A-dire
4,7 heures maximum centre un minimum de 4,2 sur une base mensuelle). Cela
signifie que la valeur moyenne du coefficient de variation des heures travaillees
chaque journge sur l'exploitation familiale par les adults du sexe masculin
etait plus elevge en dehors de l'exploitation (Tableau A.2). Cette conclusion
est egalement illustree A la Figure 3.2(f).












14 n Rgcolte
c Culture
12 ,, i Semis
S,,3 e Epandage des engrais
) 10 Preparation du sol




( 3) 'H Ti --




UExploitation agricole secondary
1 a,




















Epandage des
engrais '' -------
SSemis -- --
0 43 1










SCulture -- -










R colte ,
avr. mai juin juil.aot sep. oct. nov. dc. jan. f9v. mars


(a) Histogramme a
_r g Grande exploitation agricole
--Pr eExploitation agricole secondaire




Preparation du sol
Epandage des
engrais(b) Rh-o
Semis ------
Culture --

Rgcolte _-__ _-_
avr. mai juin juil.aoOt sep. oct. nov. d&. jan. fev. mars


a Par grande exploitation agricole on entend celle oi la main-d'oeuvre mensuelle
utilisee represente 3 pour cent ou plus du total de la main-d'oeuvre utilise
chaque annie pour toutes les operations agricoles.

b Par exploitation agricole secondaire on entend celle oii la main-d'oeuvre
utilis6e chaque mois constitute de 1 a 2,99 pour cent du total annuel de la
main-d'oeuvre utilisee pour toutes les operationsagricoles.

(b) Rheogramme

Figure 3.3 Composition du travail par mois et par operation sur
l'exploitation agricole, region A l'6tude de Sokoto.










lorsqu'ils renoncent aux loisirs ou riduisent le niveau de leurs travaux hours

exploitation, les adults du sexe masculin consacrent plus de temps A leurs

propres exploitations. Pendant le mois de pointe, un adulte du sexe masculin y

consacre pros de 26 jours, soit 26 pour cent de plus que les 20 jours travailles

pendant un mois moyen de 1'annee. De ces 26 jours, pros de 73 pour cent (19 jours)

etaient consacres A des travaux sur l'exploitation familiale. MAme pendant le

mois agricole de pointe, 7 jours etaient consacres A des travaux hors exploita-

tion. Aussi, le potential de substitution entire les travaux sur l'exploitation

et les travaux hors exploitation n'est peut-etre pas aussi grand qu'on le

souhaiterait. Cela peut etre dQ en grande parties au fait que pour obtenir de

bons resultats hors exploitation pendant la saison seche, il est necessaire

d'assurer une continuity durant 1'annee. Cela est particuliarement vrai dans

le cas des activities qui font intervenir une clientele reguliere (artisanat et

services comme le commerce) et pour les propridtaires de betail qui ont des

engagements toute l'annee. L'importance du travail hors exploitation pour de

nombreux cultivateurs est mise en valeur par le fait que les activities agricoles

ont un taux de remuneration tres faible aussi longtemps que la periode d'6tran-

glement n'est pas terminge. Les resources en esphces et en aliments tendent A

etre tres faibles durant la periode agricole de pointe puisque la plupart des

cultures sont recoltees entire aoQt et decembre. C'est pourquoi les cultivateurs

qui connaissent un 6puisement marque de ce genre de resources seraient contraints

de travailler en dehors de leurs exploitation meme si les besoins de leurs propres




1 Delgado [1978] a constat9 par le jeu d'une programmation lin6aire qu'en
Haute-Volta, il 6tait impossible de concilier l'utilisation de la main-d'oeuvre
saisonnire entire la production agricole et l'Vlevage si l'on voulait que les
cultivateurs rEalisent leur objectif, A savoir cultiver suffisamment de mil
pour la consommation familiale.










exploitations sont elev.s.

2. Accroltre le recours A la main-d'oeuvre salariee. Normalement, comme

la main-d'oeuvre est tres demandee pendant la periode d'etranglement, on pourrait

croire que la majeure parties de la main-d'oeuvre salaries ou non familiale est

utilise durant cette period. II est vrai que, en periode de pointe, les culti-

vateurs embauchent un peu plus de main-d'oeuvre. En fait, 17 pour cent du

nombre total d'homme-heures utilise sur 1'exploitation familiale pendant le

mois de pointe venaient de la main-d'oeuvre salaries et la grande quantity de

travail realisae par cette main-d'oeuvre au course de ce mois faisait intervenir

de longues heures et un nombre plus elevg de jours. Toutefois, s'il est vrai que

les cultivateurs utilisent en periode de pointe un nombre un peu plus grand

d'ouvriers salaries, par centre, ce nombre n'est pas aussi grand que prevu.

Deux raisons peuvent expliquer pourquoi les cultivateurs n'utilisent pas davan-

tage de main-d'oeuvre salaries en periode de pointe ou d'etranglement. D'une

part, il n'y a aucune categorie d'ouvriers sans terres pour satisfaire la

demand, par consequent la periode durant laquelle la main-d'oeuvre salariee est

la plus demandee est celle o les individus sont le plus occupies sur leurs

propres exploitations. D'autre part, le faible niveau des resources liquides

pendant cette periode impose une restriction A la quantity de main-d'oeuvre

susceptible d'etre embauchee par des families agricoles. Aussi, il semble que

les possibilities d'accroltre la quantity de main-d'oeuvre salariee qu'utilisent

les families agricoles soient tres limities.

3. Introduire des techniques amiliorges pour modifier la periode

d'etranglement en matiere de main-d'oeuvre. Cette question sera examinee ulti-

rieurement dans le document. Il convient cependant de mentionner que les chercheurs

n'ont pas insist come ils auraient dO le faire sur la possibility de mettre










au point de meilleures techniques soit pour surmonter cette periode, soit pour

l'6viter.


3.2.6 Sous-emploi de la main-d'oeuvre familiale

L'agriculture demeurera vraisemblablement la principal source de

travail de la grande parties de la population rurale et ce, pendant de nombreuses

annees encore. De surcrolt, il est vraisemblable que les adults du sexe masculin

continueront d'etre la principal source de main-d'oeuvre sur l'exploitation

familiale. Toutefois, la nature saisonniere de l'agriculture engendre des

problems particuliers d'emploi de la main-d'oeuvre familiale. Celle-ci est

occup6e certaines periodes de 1'annge sur l'exploitation alors qu'a d'autres le

travail agricole est quasi-inexistant. C'est pourquoi, il semble que cette main-

d'oeuvre soit sur une base annuelle sous-employee. En pays Haoussa, certaines

families agricoles ont essays de r6soudre ce problem en se livrant a des travaux

considerables hors exploitation, surtout pendant la saison seche. On trouvera a

la Figure 3.2(d) les resultats obtenus pour la region de Sokoto qui l'illustrent

parfaitement bien. Nganmoins, le principal probleme est celui d'un manque de

bonnes possibilities d'emploi hors exploitation.


3.3 Capital


Les deux principaux facteurs de production de l'agriculture tradition-

nelle sont le travail et la terre. La quantity de capital et la fraction du

revenue investis dans ce type d'agriculture sont d'ordinairement bas. La faible

formation de capital peut 6tre imputable non seulement a une capacitE limited

d'6pargne mais aussi, en parties, A un faible rendement des investissements.

C'est pourquoi il n'est pas surprenant que le montant des investissements r6ali-

ses dans le capital durable soit faible. La dependance A l'egard des outils







Tableau 3.6


DETAIL PAR TYPE ET VALEUR DU CAPITAL AGRICOLE PAR
REGION A L'ETUDE ET MODYE'NE GLOBAL


Region a 1l'tude Moyenne
Sokoto Zaria Bauchi Globale

Nombre d'animaux:

Cheptela 1,5 (38,2) 3,4 (15,8) 1,2 (12,7) 2,0 (22,2)

Autre betail:

Ovins 0,1 2,2 1,1 1,1
Caprins 4,6 2,1 2,5 3,1
Volaille 4,7 6,4 2,4 4,5
Pintards 1,4 0,9 0,8
Canards 0,1 0,1
Asins 1,0 0,2 0,1 0,4
Equins 0,2 0,1 0,1 0,1

Valeur de 1'inventaire du capital durable
Valeur en Nairab
(a) Production agricole (bAtiments,
outils et materiel) 14,25 4,51 6,12 8,29
(b) Cheptel
Bovins 49,74 95,11 26,14 57,00
Autres 17,79 15,62 9,09 14,17
Total 81,78 115,24 41,35 79,46



a Les chiffres entire parentheses representent le pourcentage moyen de families qui possadent du b6tail.

b 1 aira ( 100 kobo $1,50.
1 Naira (N) = 100 kobo = $1,50.










manuels ainsi que l'absence de batiments agricoles autres que les entrep8ts de

cEreales et une cabane occasionnelle reservee au betail ont about A une valeur

moyenne d'inventaire de l'investissement dans ces facteurs de W8,29 seulement

(Tableau 3.6). Cet investissement couvrait uniquement la production du systame

agricole.

L'elevage qui est l'autre grande source d'investissement, est dans une

large measure ind6pendant de la production agricole. Les investissements y

afferents (poulets, moutonset chevres,pintades, Anes et chevaux) sont relativement

importantsen d6pit du fait que ce betail ne joue pas un r6le important dans

les activities agricoles et n'intervient guare dans le revenue de la plupart des

families. Toutefois, l'elevage est une forme d'investissement qui peut atre

facilement transformee en especes. Le niveau moyen des investissements realises

dans ce secteur s'elevait a N14,17. Ce sont les cultivateurs possidant du betail

qui procedent aux investissements les plus grands en capital durable. L'inves-

tissement moyen global en betail 9tait de N57, soit un investissement moyen

total en capital durable de N79,46. Les cultivateurs qui possedaient du betail

en tiraient de gros avantages. Toutefois, le niveau de l'investissement requis

pour en posseder etait relativement eleven. Comme nous le verrons ulterieure-

ment, la proprigtg de bovins confare des avantages particuliers aux families

qui en tirent de l'engrais organique pour 6pandage sur les champs, une source

important de revenue additionnel, etc.




Le nombre moyen de poulets, de moutons, de chevres, de pintades, d'anes et
de chevaux detenus par les mEnages figure au Tableau 3.6. En moyenne, 22 pour
cent seulement des cultivateurs possedaient effectivement du betail. Les
cultivateurs dans cette situation en possedaient une moyenne de 11,5.











Tableau 3.7


COUT D'UTILISATION DU CAPITAL DANS LA PRODUCTION AGRICOLE
ET COURTS EN ESPECES PAR FAMILLE ET PAR REGION A
L'ETUDE ET MOYENNE GLOBAL


Region a l'itude
Moyenne
Sokoto Zaria Bauchi global

Coat estim6 d'utilisation du capital
pendant 1'annie considgrie (fl
Durable 4,13 1,44 3,16 2,91
Non-durable
Semences 8,20 13,59 4,67 8,82
Engrais: organiques 25,48 5,40 3,89 11,60
chimiques 0,03 0,17 0,06
Total (N) 37,84 20,60 11,72 23,39

Coats en especes:
Total (N) 15,86 25,04 8,33 16,41

Pourcentage
Capital:
Durable:
Terre 3,8 4,4 3,6 3,9
Autre 25,4 13,1 `34,8 24,5
Non durable a:
Semences 13,2 (16,4) 11,9 (20,4) 2,8 (6 7) 9,3 (14,5)
Engrais 4,9 (6,5) 3,3 (15,2) -) 2,7 (7,2)

Main-d'oeuvre embauchfe 49,5 63,9 57,1 56,8

Couts de commercialization 3,2 3,4 1,7 2,8


a Les chiffres entire parentheses se refirent au
organiques utilises qui ont 6tg achetis.


pourcentage moyen de la valeur total des semences ou des engrais










En moyenne, le coat du capital utilise dans la production agricole

pendant l'annee consideree etait de N23,39 par famille (Tableau 3.7). Cependant,

la majeure parties de ce coat etait impute et ne pouvait pas etre transformed

en especes.1 Les coats du capital durable s'gtablissaient A N2,91. Les autres

coats en capital 5taient destines a l'achat de semences et d'engrais. Pour ce

qui est des semences, le coat se chiffrait a #8,82 seulement par an, la majeure

parties 6tant economisee sur la r&colte de 1'annee precedente. Le coat impute

de 1'engrais 6tait de N11,60 don't 65 kobo seulement pouvaient etre attributes a
2
l'utilisation d'engrais chimiques. C'est pourquoi la majeure parties des engrais

6pandus l'a 6t6 sous la forme d'engrais organique qui 6manait du betail des

families ou des contracts passes avec les eleveurs Fulanis nomades. En vertu de

ces contracts, l'engrais produit sur les champs etait d'ordinaire consider un

versement suffisant pour donner aux Fulanis le droit de faire pattre leur betail

qui s'alimentaient des dechets de la recolte. L'6pandage d'engrais organique a

pris de plus en plus d'importance, les cultivateurs s'efforqant de preserver

la fertility du sol face a un accroissement de la density dEmographique alors

que la methode traditionnelle de jachare est forcement devenue moins courante.


3.4 Coats de la production en especes


Les coats en especes ont pour but d'obtenir les services de moyens de

production soit sur une base temporaire (location, mise en gage ou affermage de

Ces chiffres doivent Stre pris en consideration avec prudence. Cela est
particuliarement vrai dans le cas des engrais organiques. II est difficile de
mesurer le niveau d'9pandage des engrais organiques et les problTmes que
soulave leur coit ne font que le rendre plus difficile [Norman, 1967-72].
2
Ces etudes ont eu lieu en 1966 et 1968. Il est tres vraisemblable que le
recourse aux engrais chimiques ait augmented ces derniares annees.










terres, embauche de main-d'oeuvre, et achat de semences et d'engrais), soit sur

une base plus permanent (achat des droits d'usufruit sur la terre et le materiel).

Les coOts en especes de la production agricole des families s'glevaient A M16,41

en moyenne seulement (Tableau 3.7), soit 11 pour cent environ de la valeur

total de la production tire descultures.

Comme nous 1'avons vu precedemment, la terre a pour propriEtaire la

communautE; 1'individu n'en d6tient que 1'usufruit. C'est pourquoi elle n'a pas

6t6 considgree come une composante de 1'investissement en capital durable.

En fait, meme en espbces, les depenses allouees A la terre sont faibles. Quatre

pour cent seulement de ces depenses l'etaient A l'obtention des droits d'usu-

fruit, 24 pour cent a l'investissement en capital durable alors que 12 pour

cent en moyenne seulement l'etaient au capital non durable. Pour ce qui est des

deux composantes du capital non durable, 14 pour cent seulement du volume total

des semences utilisges dans la production agricole etaient achet6s. Dans le

cas de l'engrais organique, ce chiffre n'excidait pas 7 pour cent. Les frais

de commercialization representaient 3 pour cent du total des depenses en especes,

ce qui est imputable aussi bien a la tris faible fraction de la production

vendue (voir la Section 3.7.3) qu'a l'intervention d'intermediaires et de

n6gociants qui achetent souvent les products directement aux cultivateurs et

s'occupent de leur transport jusqu'au marched.

L'embauche de main-d'oeuvre etait de loin la rubrique la plus important

des d6penses en especes consacrges a la production agricole, intervenant en

moyenne pour 57 pour cent du total. Temoigne de son importance l'analyse

antgrieure oh il est montr6 que la main-d'oeuvre est a certaines periodes de

1'annge limitative. De surcrolt, King [1976] a constat6 dans une etude faite

en pays Haoussa que 74 pour cent du credit emprunte au titre de prets officieux










etaient utilisgs pour embaucher de la main-d'oeuvre. Ii faut s'attendre A ce

que 1'introduction de meilleures techniques A rendement plus Eleve sans pour

autant que cela n'entraine un changement dans la base d'energie engendrera

une augmentation du niveau absolu des depenses allouees au capital non durable

(semences ameliorees, engrais chimique) ainsi qu'un accroissement substantial

des depenses pour main-d'oeuvre salariee, Les programmes institutionnels de

credit accordent souvent du credit pour la mobilisation de capital durable et

non durable. En vue d'emp&cher une mauvaise utilisation de ce credit, ces

facteurs ont souvent eti octroyes en nature. Etant donned l'abus possible des

fonds accords en espaces et vu par ailleurs qu'il n'est pas toujours pris

conscience d'une augmentation du rendement de la main-d'oeuvre grace au recours

a des techniques perfectionnees, ces programmes de credit ont jusqu'ici rarement

prevu un poste pour l'embauche d'une main-d'oeuvre additionnelle. Cette omission

risque de devenir un serieux obstacle & l'adoption des techniques susmentionnges.


3.5 Rapport entire la terre et la main-d'oeuvre


Etant donned que la main-d'oeuvre manuelle etait la seule source d'energie,

le rapport entire la terre et la main-d'oeuvre a joue un r61e important dans la

determination de l'intensitE agricole. La main-d'oeuvre utilisee etait en

moyenne de 624 homme-heures par hectare cultivg. Il est raisonnable de supposed

que la quantity de main-d'oeuvre utilisee par hectare sera inversement propor-

tionnelle au nombre d'hectares cultives sur l'exploitation. Le rapport est

compliqug par d'autres facteurs tels que la quality de la terre. Deux indicateurs

possibles de cette quality sont la part des bas fonds cultivees et la quantity

d'engrais organique 6pandue par hectare. On gmet l'hypothese que plus la quality

de la terre est bonne, plus grand sera le nombre d'homme-heures qui y sera

consacri par hectare. On trouvera au Tableau A.4 des modules de regression qui










v6rifient les rapportssusmentionngs et a la Figure 3.4 des graphiques construits

A partir de ces modules. Comme 11 se degage des functions estimees, la quantity

de main-d'oeuvre familiale utilisee par hectare cultive a diminuE plus rapide-

ment que le total des homme-heures par hectare cultive a measure que le nombre

des hectares cultiv6s augmentait. La difference peut naturellement 9tre

attribute A l'emploi de la main-d'oeuvre salariee. Le nombre total des homme-

heures de main-d'oeuvre salariee s'est avgr6 considerable et positif par rapport

au nombre d'hectares cultives. Toutefois, ce rapport n'a pas persisted lorsque

les heures travaillees par la main-d'oeuvre salariee ont ete exprimees par

hectare cultive.2 Cela signifie que l'emploi d'une main-d'oeuvre salariee pourrait

en parties seulement neutraliser la diminution de la main-d'oeuvre familiale uti-

lise par hectare cultive au fur et a measure que le nombre des hectares cultives

augmente.


3.6 Systemes de culture


3.6.1 Cultures pratiquees

Les systems de culture qui se sont dEvelopp6s en pays Haoussa refletent

le resultat final d'une interaction des facteurs physiques, biologiques, exoganes

et endoganes. Au total, 29 cultures, d'une importance tres different, 6taient

pratiquges dans les regions a l'etude. Les cereales intervenaient pour pros de




1
Le coefficient de correlation parties entire les logarithmesde ces variables -
coefficient qui contr6le les deux variables de quality des terres etait de
0,31, chiffre tres different de zero au niveau de 5 pour cent.

2 Le coefficient de correlation partial entire les logarithmes de cette varia-
ble et de la terre cultivee coefficient qui contr8le les variables de quality
de la terre 6tait de 0,05, chiffre tres peu different de zero au niveau de
5 pour cent.










1000 r


750 -


Hpmme-heures
par
hectare
cultiv6


500


250


Homme-heures
par
hectare
cultiv6
250


Total homme-heures par hectare


Homme-heures famille par hectare


, I I I I I I l ...
S2 3 4 5 6 7
b Nombre d'hectares cultiv6s
(a) Nasarawa


Total homme-heures par hectare


- -


I Homme-heures famille par hectare
.I 1 J I I I
I. 2 3 4 5 6 7
( Nombre d'hectares cultiv6s
(b) Gidan Karma


a Construit partir de functions estimees au Tableau A.4
b 2 et X3 A moyenne, c'est-A-dire X2 = 0,1455 et X3 = 0,7432

c X et X3 a moyenne, c'est-a-dire X2 0,0150 et X3 = 1,0660


Figure 3.4 Rapport entire la main-d'oeuvre employee par hectare
cultiv6 et le nombre d'hectares cultiv6s.


~.~c
4
s,










60 pour cent dans le total des hectares corrig6s de certaines variations, les

legumes vivriers pour 24 pour cent, et les racines et les tubercules pour 6 pour

cent tandis que les 1lgumes, la canne A sucre et les cultures non vivrieres pour

le reste.

Les risultats donnas au Tableau 3.8 montrent que les principles cultu-

res pratiqugep en hauts-plateaux sont le mil (25 pour cent des hectares ajustes),

le sorgho (30 pour cent), les nie6bs (16 pour cent), 1'arachide (9 pour

cent) et le coton (3 pour cent). Le mil et le sorgho representent les principles

cultures vivrieres que pratiquert les cultivateurs en pays Haoussa [Simmons,

1976a7. Sur les bas-fonds ce sont le riz (4 pour cent) et la canne a sucre

(2,5 pour cent). Quant au manioc (4 pour cent), il est pratiqur tant sur les

hauts-plateaux qu'en bas fonds.


3.6.2 Cultures associees

On a constatE qu'en moyenne, 26 pour cent seulement des terres cultivges

6taient destinies aux monocultures, le reste l'etant essentiellement aux cultures

associees, c'est-a-dire a deux ou plusieurs cultures pratiquees simultanement

sur une parcelle donnge de terre. Etant donned que la saison des pluies est




1
On trouvera au Tableau 3.8 une definition de ce que l'on entend par hectares
corrig6s de certaines variations. L'emploi de ce systeme a 9t6 critique a just
titre [Matlon, 19791. Bien qu'il soit simple A calculer, 1'6cart inherent a son
calcul sous-estimera vraisemblablement l'importance des principles cultures
come les cereales.

2 Les differentes cultures peuvent 8tre pratiquees ensemble pour une duree de
temps court ou longue. Cette caracteristique a rendu tras controversy l'ela-
boration d'une definition acceptable des cultures associees. Aux fins du present
document, on a estimg qu'il fallait entendre par cultures associees tout degrg
de chevauchement dans le temps.

















Tableau 3.8


TYPE ET SUPERFICIE DE CULTURES ET D'ENTREPRISES AGRICOLES
PAR REGION A L'ETUDE ET MOYENNE GLOBALEa


Region A 1'6tude Moyenne
Sokoto Zaria Bauchi global


Nombre corrig6 d'hectares cultiv6sb:
Mil et mil tardif 130,6 (4,5) 78,7 (2,0) 62,2 (25,4) 90,5 (10,6)
Sorgho 70,0 (3,0) 114,0 (26,6) 143,2 (57,0) 109,1 (28,9)
Riz 4,7 (31,6) 30,9 (73,4) 8,5 (100,0) 14,7 (68,3)
Arachides 8,5 (27,7) 42,5 (15,7) 36,8 (49,9) 29,2 (31,1)
NiEb6s 108,1 (0,0) 43,7 (2,1) 26,0 (4,3) 59,2 (2,1)
Manioc 20,7 (69,0) 9,3 (65,3) 7,6 (95,1) 12,5 (76,5)
Oseille rouge 20,2 (0,0) 0,4 (0,0) 6,9 (0,0)
Canne A sucre 2,4 (90,3) 23,4 (97,7) 3,0 (82,5) 9,6 (90,2)
Coton 0,2 (81,8) 37,4 (31,3) 0,2 (100,0) 12,6 (71,0)
Total 409,5 397,0 299,2 368,6

Pourcentage d'hectares cultives
Monoculture 9,1 23,0 46,2 26,1
Valeur de 1'indice des cultures
associeesc 2,73 2,43 1,75 2,30

Principles exploitation agricoles
(hectares)d:
Sorgho 2,1 30,3 81,6 38,0
Canne A sucre 2,2 22,8 2,5 9,1
Mil/sorgho 3,3 93,1 62,4 52,9
Mil/nigb6s 65,2 21,7
Mil/sorgho/nidb6s 142,3 14,0 19,2 58,5
Mil/sorgho/ni6bes/
oseille rouge 48,5 16,2

Nombre total d'exploitations agricoles 75 200 60 111,7



a Les chiffres relatifs au nombre d'hectares sont des agregats pour chaque region; ceux-qui figurent entire
parentheses repr6sentent le pourcentage du nombre total corrig6 d'hectares pour chaque monoculture.
Pour la moyenne global, chaque region a 6t6 classEe sur un pied d'egalit6.
b Seules lea cultures pour lesquelles plus de 20 hectares corrigEs ont 6t6 cultives dans une region &
1'6tude au moins ont et6 includes dans le tableau. Le calcul du nombre corrig6 d'hectares s'est averg
necessaire en raison de 1'utilisation extensive des cultures associees. Le nombre d'hectares consacres
A chacune de ces cultures a ete calcul en divisant les hectares par le nombre de cultures figurant
dans le total. Mentionnons A titre d'exemple qu'un melange de mil et de sorgho sur deux hectares a
et6 considered comme un hectare de mil et un hectare de sorgho.
c On trouvera dans d'autres documents/Norman, 1967-72/ de plus amples details sur la methode de calcul de
l'indice des cultures mixtes et des cultures associ6es. Une valeur plus levee est synonyme de la
preponderance de certaines cultures dans le total.
dSeules les exploitationsagricoles pour lesquelles plus de 20 hectares ont et6 cultiv6s dans une region A
l'Vtude au moins ont ete includes dans le tableau.










breve, il n'est pas possible de proceder A une double culture sur les hauts-

plateaux ou sur les terres pluviales. C'est pourquoi ii a 6t9 suggerg que pour

maximiser le rendement par hectare par an, il est preferable de pratiquer les

cultures associees [Dalrymple, 1970].

Au total, 23 monocultures etaient pratiquees. De plus, 230 cultures

associees differentes ont ete identifiees. Ces associations ne tenaient pas

compete des differences qui caracterisent les semis ou la density de population

des plants. Bien que le nombre des cultures associees identifiees soit tres

Elev6, 53 pour cent de la surface cultivEe l'6taient en fait par six exploita-

tions agricoles come le montre le Tableau 3.8. De ces associations, le mil et

le sorgho d'une part et le mil, le sorgho et les pois du Bresil d'autre part

venaient de loin au premier rang.

L'indice des cultures associees qui apparalt au Tableau 3.8 nous donne

une idge du nombre relatif des cultures pratiquees en association. Bien que pour

chacune d'entre elles, de nombreuses dispositions puissent atre prises dans

l'espace, on a constat6 que certaines etaient tres populaires, en particulier

dans un village donned [Norman, 1967-72; Norman, 1974b; Norman, Fine, Goddard,

Pryor et Kroeker, 1976]. En regle gendrale, les cultivateurs suivent des schemas

syst6matiques de semis. Sur les hauts-plateaux, les cultures sont d'ordinaire

planties en billions a 1 metre de distance les unes des autres tandis qu'en basses-

terres, elles le sont normalement sur la parties plate.



1
Par centre, il est possible de le faire sur bas fonds, ce que font
les cultivateurs dans une measure limited. Six exploitations agricoles faisant
intervenir une double culture ont 9t6 identifiees mais elles n'intervenaient
que pour 1,2 pour cent seulement dans le total des terres cultivges. Il y avait
de plus quelques autres petites exploitations agricoles qui se composaient d'un
ensemble de double culture et de cultures associees.










Le Tableau 3.8 montre que certaines cultures sont pratiquees en mono-

culture davantage que d'autres. Le principal facteur A la base de la valeur

mame que reprEsentent les cultures associges est tributaire de la question de

savoir si le rapport entire celles-ci est competitif ou complementaire [Andrews,

1972], Lorsque le rapport est complementaire, il est vraisemblable que les

diff4rentes especes seront cultiv6es en association. La complementaritE sera

renforcge lorsqu'une ou plusieurs des caracteristiques suivantes compensent le

rapport de competitivite entire les especes considgrtes : cycles de croissance

different, besoins d'eau et de nutriments du sol differents, habitudes d'enra-

cinement differentes, rapport de symbiose entire les differentes especes, besoins

et pratiques de main-d'oeuvre different, etc.

Mentionnons A titre d'exemple de ce qui precede, la canne a sucre et le

riz don't la monoculture est d'ordinaire pratiquee en basses-terres. L'effet

nuisible que peut avoir l'ombre donn6e par les tiges hautes et denses de la

canne A sucre limited la valeur de la culture d'autres plants en association.

Le riz est rarement plants en ligne; c'est pourquoi le disherbage, la culture

et la r4colte seraient complexes si d'autres cultures etaient pratiquees en

association avec lui. Comme le montre le Tableau 3.8, le mil et les pois du

Bresil sont d'ordinaire cultiv6s ensemble sur les hauts-plateaux. Le premier

est recolti au milieu ou avant la fin de la saison de croissance alors que les

autres sont plants bien apres le debut seulement de la saison des pluies. De

plus, le mil eat tres frequemment cultive avec d'autres plants don't l'une des

principles est le sorgho. Le mil mfrit tres t8t et complete done le cycle de

croissance du sorgho A saison longue. Il a par ailleurs un system d'enracine-

ment qui complete celui du sorgho [Andrews, 1972, 1974]. Une autre raison qui

justifie la culture des nimb4s non arroses en association est le fait








Tableau 3.9 COMPARISON DES MNOOCLTURES ET DES CULTURES ASSOCIEES
SUR LES GONA PAR REGION A L'ETUDEa


Sokoto Zaria Bauchi Pourcentage moyen
Sde la variation
Mono- Cultures Mono- Cultures Mono- Cultures entire les mono-
cultures associees cultures associEes cultures associies cultures et les
cultures associEes

Main-d'oeuvre (homme-heures/
hectare)
Annuelle d 425,6 485,4 362,1 586,1 564,6 597,2 27,2
P6riode de pointe 232,4 237,9 122,3 157,8 247,2 247,2 10,5

Rendement (kg/ha):
Mil 736 686 366 727 393 -26,4
Sorgho 652 122 786 644 839 729 -37,5
Arachides 429 188 587 412 392 217 -43,5
Nigb4s 56 132 52

Valeur de la production (N) par:
Hectare 31,65 40,80 38,00 61,36 29,50 33,73 34,9
Homme-heure par an d,06 0,12 0,13 0,11 0,08 0,08 28,2
Homme-heure pendant la pEriode
de pointe 0,13 0,32 0,35 0,42 0,24 0,25 56,8

Rendement net (N/ha), avec
main-d'oeuvre:
Sans Evaluation du coat 30,74 38,94 36,79 59,48 30,74 35,76 34,9
Cott de la main-d'oeuvre
embauchee seulement 28,27 36,13 33,41 54,02 28,64 31,18 32,8
Tous cotts 17,96 24,36 18,31 28,37 14,80 18,68 41,2


SLe systame de pondiration utilisi
documents / Norman 1974b /.


pour obtenir lea chiffres qui figurent dans le tableau est examine par d'autres


b Le manioc est 1'une des entreprises A monoculture. Etant donng qu'il est Egalement une culture de fadama, il
ne semble pas faire parties de l'une des cultures associees qu'utilise 1'analyse. C'est un type de culture
different d'autres cultures pluviales et elle a une ventilation diff&rente en matiare de main-d'oeuvre.

c Le- chiffres relatifs-a la main-d'oeuvre ne comprennent pas le temps que mettent les cultivateurs a se rendre
8 pied aux champs et a en revenir et celui qui fait intervenir le battage et 1'6grenage.

1 7 pgt odes de pointe A Sokoto vont de juin a aout; i Zaria de juin A juillet et i Bauchi de juillet I septembre.
















Tableau 3.10 VALEUR DE LA PRODUCTION DE MONOCULTURES ET DE CULTURES ASSOCIEES
PRATIQUEES SUR LES GONA PAR REGION A L'ETUDEa


Valeur de la Sokoto Zaria Bauchi
production (N) par Variable Mono- Cultures Mono- Cultures Mono- Cultures
cultures associees cultures associes cultures associ6es


M6diane 30,15 40,03 36,08 59,11 39,18 31,38

Fourchette
Hectare interquartile 6,18-44,48 27,43-54,61 21,10-53,40 37,26-83,92 13,49-41,56 2,10-48,94

L ou M 29 33 24 17 43 42


H diane 0,06 0,10 0,07 0,09 0,06 0,07

Bomme-heure par an Fourchette
interquartile 0,01-0,11 0,07-0,16 0,03-0,17 0,07-0,14 0,03-0,08 '0,04-0,10

L ou M 13 33 32 48 44 38


MHdiane 0,08 0,23 0,29 0,33 0,12 0,16
Honmme-heure en pdriode
de pointe Fourchette
interquartile 0,02-0,20 0,12-0,36 0,09-0,43 0,02-0,65 0,07-0,20 0,09-0,29

L ou M 14 33 44 40 40 40


a
Abalu /1976_7 a montr6 que pour la region & 1'tude de Zaria les cultures associes contribuent A la stability desrevenus.

b
L = pourcentage des observations de cultures associees qui ont gtE inf6rieures a la mddiane (50 pour cent) pour les monocultures.
M pourcentage des observations de monocultures qui ont ete suprrieures A la madiane (50 pour cent) pour les cultures associees.
La valeur L apparatt sous la rubrique des monocultures et la valeur M sous celle des cultures associees.










que cela riduit les dga&ts causes par les insects [Institute for Agricultural

Research, 1972].


3.6.3 Justification des cultures associees

Lorsqu'on demand aux cultivateurs pourquoi ils pratiquent les cultures

associes, ils avancent plusieurs raisons don't la principal pourrait 9tre

interpretee comme la necessity de maximiser le rendement du facteur le plus

limitatif. Cette raison est compatible avec l'objectif qu'est la maximisation

du profit. Quelques cultivateurs voient dans le besoin de s6curite leur princi-

pale raison. Toutefois, d'autres ont mentionne le fait que la pratique des

cultures associees est traditionnelle. En fait, le desir de security est vrai-

semblablement la raison essentielle de la popularity traditionnelle de ce genre

de culture.

La present section se demand dans quelle measure ii est possible de

justifier les raisons qu'ont donnees les agriculteurs pour cultiver des plants

en association.1 Les observations ci-apres sont tires des resultats que nous

presentons aux Tableaux 3.9 et 3.10.

1. Un des principaux moyens de production de l'agriculture traditionnelle

est la main-d'oeuvre. En moyenne, la main-d'oeuvre utilise chaque annie par

hectare de cultures associees 9tait 27 pour cent plus elevEe que celle utilise

pour les monocultures. Neanmoins, cette difference est tombge A 10 pour cent

lorsque seule la main-d'oeuvre utilisee pendant la piriode agricole de pointe

6tait prise en consideration.




1 Une lacune de l'analyse est le manque de donnees qui devraient permettre de
verifier s'il y avait des carts considerables entire la fertility du sol des
terres consacrees aux monocultures et celle des terres destinies aux cultures
associees. A premiere vue, il ne semble pas qu'il y ait cart substantial mais
cela n'a pas ete verifig par measure directed.










2. Pour les regions ou les cultivateurs pratiquaient la monoculture et

les cultures associees, la diminution moyenne du rendement de chaque culture en

association variait de 26 a 43 pour cent. Parmi les raisons possibles de cette

diminution figurent les besoins en eau, en lumiere et en nutriments des autres

cultures en association ainsi que la plus faible density de population d'une

culture lorsqu'il y a association.

3. Lorsqu'on a donng aux rendements de chaque culture un denominateur

commun tel que l'argent, la valeur moyenne par hectare des cultures associees

etait supgrieure de 35 pour cent A celle des monocultures. De plus, bien que la

main-d'oeuvre utilisee chaque annge pour pratiquer les cultures associees fQt

plus elevge que celle utilise pour les monocultures, le rendement des premieres

par homme-heure (chiffre annual) etait superieur de 28 pour cent au rendement

des monocultures. Qui plus est, lorsque la main-d'oeuvre utilise durant la

periode d'etranglement a etg considgrge separgment, le rendement par homme-heure

pendant cette periode a gtg superieur de 57 pour cent pour les cultures associes.

Il semble done que ce dernier type de culture contribute A reduire les goulots

d'4tranglement de main-d'oeuvre. Les r6sultats obtenus de la programmation

lingaire fournissent un appui empirique additionnel aux cultures associees

[Ogunfowora et Norman, 1973].

4. Le rendement net par hectare etait en function du coat de la main-

d'oeuvre superieur de 32 a 41 pour cent dans le cas des cultures associees.

5. Enfin, les resultats montrent que les cultures associees donnent

un rendement plus fiable, ce qui n'est pas surprenant puisque les plants

cultivges en association reagiront sans doute d'une autre maniere aux variations

de temperature ainsi qu'aux attaques des insects et des maladies.










En r6sumf, les raisons qu'ont donnges les cultivateurs pour pratiquer un

syst;me de cultures associees ont ete verifiees par les resultats prdsentes ci-

dessus. A la lumiere de ces resultats, les implications qu'engendre l'introduc-

tion de techniques perfectionnees sont importantes. Le recours A des methodes

techniques indigenes s'avere rationnel et est bien adapted aux le6ments techniques

et humans. A cet Sgard, se sont accumuldes les preuves experimentales qui

montrent que dans de meilleures conditions technologiques, les cultures associees

peuvent 4galement Atre plus rationnelles aussi bien pour ce qui est de la maxi-

misation des profits que de la security sous reserve que ne soit pas envisage

un changement dans la source d'energie [American Society of Agronomy, 1976;

Baker, 1974; Baker et Yusuf, 1976; Kassam, 1973; Kass, 19787.

Depuis toujours, des techniques perfectionnees ont etf mises au point

pour la monoculture. L'accent de plus en important mis dans le cadre des recher-

ches sur les cultures associees A 1'IAR est justifig par les resultats que

present le document. Les conclusions d'une recente etude faite par Edache

[1978] dans la region de Kano leur donnent un appui complementaire. Edache

pr6conise en effet avec vigueur l'introduction de techniques perfectionnees qui

comprennent les cultures associees dans le programme national de production

alimentaire accelere (NAFPP), programme recemment mis sur pied au Nigeria

[Inatitut international d'agriculture tropical, 19771.


3.7 Revenu


3.7.1 Introduction

Le revenue disponible moyen pendant 1'annge considgrge 4tait d'environ #200



1 Ce chiffre porte sur la pEriode 1966-1968. L'indice synthetique des prix
(1960 100) pour les families A revenue bas etait de 131 en 1966 et de 348 en
1976.
















Tableau 3.11 FACTEURS DE PRODUCTION ET REVENUE AGRICOLE
PAR REGION A L'ETUDE ET MOYENNE GLOBAL


Region a 1'etude Moyenne
Sokoto Zaria Bauchi global

Facteurs de production par hectare cultiv6:
Homme-heurea 572,8 716,6 582,2 623,7
Engrais organique tonness) 3,71 2,74 0,53 2,31

Revenu agricole (N):
Cultures:
Brut 160,68 199,11 87,88 149,23
CoQts de production 23.60 34.42 1319 2374
Revenu agricole net des cultures 137,08 164,69 74,69 125,49

Chaptel:
Autre que lea bovine 3,28 3,08 1,35 2,57
Bovine 34.68 56.64 22.93 38,08
Revenu net de 1'elevage 37,96 59,72 24,28 40,65

Revenu total (N):
Revenu net de agriculture et de 1'elevage 175,04 224,41 98,97 166,14
Autre revenue hors-exploitationC 44,47 39,61 35,46 39,84
Taxes 6.49 8,27 6 68 7,15
Revenu disponible d 213,02 255,75 127,75 198,83

Revenu agricole net des cultures (N) par:
Hectare cultiv6 42,25 57,40 30,91 43,51
Bomme-heures de main-d'oeuvre familiala 0,17 0,12 0,07 0,12

Revenue disponible (8 1'exclusion des taxes)
par unit de consommation (N):
Exploitation: cultures 34,15 27,74 17,87 26,59
Hors-exploitation: autre que l'elevage 11,58 8,83 9,19 9,87
61evage seulement 9,66 8,11 5,34 7,70

Randement par main-d'oeuvre familiale hoame-jour (N):
Revenu agricole net des cultures 0,70 0,52 0,32 0,51
Revenu hors-exploitation 0,44 0,37 0,34 0,38



SNe comprend pas le temps que mettent lee cultivateurs a se rendre A pied aux champs et a en revenir.
SComprend uniquement les engrais pays.

c C'est-a-dire en excluant l'Elevage.

dCe chiffre reprisente le rendement pour le cultivateur et la famille du travail, de la gestion et
du capital apr8s imp6t.













Tableau 3.12 FUNCTION dE PRODUCTION POUR LA VALEUR DE LA
PRODUCTION DECOULANT DE LA PRODUCTION
AGRICOLE DANS TOUTES LES REGIONS A L'ETUDEa


Variab s is Coefficient Valeur
Variables indpendante (erreur moyenne CoGta
standard) estimie & PVM d'opportunitfi


Constant

Nombre d'hectarescultiv6s:

Gona
Fadama

Homme-heures de travailcpar:

Famille

Main-d'oeuvre embauch6e

Capital (SR)

Coats fixes

CoOts variablesd

Variables fictivese:


1,4481


Log X1

Log X2


Log X

Log X4


Log X5

Log X6


R =
yx


0,3407
(0,0379)
0,0797
(0,0266)


0,2804
(0,0368)
0,0759
(0,0098)


0,0616
(0,0314)
0,1833
(0,0312)


0,2046
(0,0257)
0,1231
(0,0234)
-0,0297
(0,0228)
0,0953
(0,0248)

0,8937
0,1586


2,91

0,26


1294,7

266,2



42,70

113,70


195,78

512,60


0,36

0,48



2,40

2,69*


27,17 to 185,25

86,45 to 587,86


0,00 to 0,37

0,37


1,05-1,70

1,05-1,70


aOn a estimE une function Cobb-Douglas. Chaque fois que cela s'est aver6 nicessaire, les variables ont
et6 estimnes en shillings (c'est-A-dire la monnaie en course A l'spoque). 10 sh. = 1N. Les productivity
A valeur marginale ont Ete estim6es aux valeurs moyennes decoulant de l'6chantillon global. La valeur
de la variable dEpendante estimee & l'aide de ces moyennes 6tait de 1671 shillings (c'est-&-dire N 167)
N 340.
b Pour le calcul des coits d'opportunite, voir Norman /-1967-72 7 et Norman et. al / 1976c_7.

SNe comprend pas le temps que mettent les cultivateurs a se rendre A pied aux champs et A en revenir.

Les costs variables excluaient les fonds allou6s A l'embauche de main-d'oeuvre qui ont 6t6 pris en
consideration dans la variable X4.

e Pour une definition des variables fictives, voir A la note b du Tableau 3.3
* Tres diff~rente du cout d'opportunite au niveau de 5 pour cent.









par famille agricole (Tableau 3.11).1 Toutefois, cela doit etre accepted avec

prudence puisque nombreux sont les problemes d'evaluation et d'interpretation
2
du revenue. Compte tenu des problemes que soulve la measure du revenue, il

semblerait.se degager des risultats du Tableau 3.11 que le revenue tire de la

production agricole s'glevait A 63 pour cent en moyenne du revenue disponible

total3 centre 20 pour cent pour 1'elevage. Nganmoins, il est important de noter

que 94 pour cent de l'elevage etaient reprEsentes par du betail. Le revenue hours

exploitation jouait aussi un r8le important, intervenant en effet pour 19 pour

cent dans le revenue disponible total.


Bien que des efforts aient tet faits pour estimer le revenue qu'obtenaient
les femmes d'activites economiques independantes, il est vraisemblable que, du
fait de l'incapacitg de contr8ler avec precision ces activities, ce revenue ait
6t6 sous-estim6 [Norman, Fine, Goddard, Pryor et Kroeker, 1976]. Simmons
[1976b] a constate dans le cadre d'une etude ultrrieure que les femmes des
villages de la region de Zaria gagnaient pros de N4,15 par mois en especes.
2
Ii convent de faire preuve de prudence lorsqu'on interpreted les chiffres
relatifs au revenue, et ce, d'autant plus qu'ils varient d'une region A l'autre.
Parmi les raisons de ces carts flgurent les suivantes :
a. Les etudes ont eu lieu dans les differentes regions A des epoques diffe-
rentes; c'est pourquol les chiffres ne peuvent pas 8tre totalement compares
les uns aux autres.
b. Les chiffres refletent le revenue et ne font pas Etat du coQt de la vie.
II est vraisemblable par example que le coOt de la vie est plus eleve dans la
region de Sokoto que dans celle de Bauchi, ce pourquoi le revenue y est en
parties plus bas que dans la premiere.
c. Un grand nombre des donnees necessaires au calcul des revenues doivent
etre tirgesde variables qui n'entrent pas dans le system de march (bon nombre
des moyens de production sont fournis par des sources agricoles ou familiales
alors qu'une grande parties du produit engendre est consomme au foyer.
d. Les engrais organiqueset l'argent provenant des emplois hours exploita-
tion posent des problems particuliers quant a l'alinea c. Dans le cas des
engrais organiques, il est difficile d'obtenir une measure precise des quantit6s
utilisees; de surcrolt, il n'existe pas sur le march de prix etabli. Il est
manifeste que l'utilisation des engrais organiques devient beaucoup plus
important A measure que la density dimographique augmente et que les possibi-
lites de mise en jachere des terres diminuent. Les engrais organiques autres
que ceux qui ont ete achetes en especes ou en nature ont done et6 omis des
chiffres relatifs au revenue. Cela se sold par une distortion de ces chiffres,
en particulier lorsqu'on procede a une etude comparative de differences regions.
II s'est egalement avgrg difficile de mesurer la quantity d'argent obtenu
d'emplois hors exploitation. C'est pourquoi les chiffres de revenue doivent etre
dans le present document considers avec prudence.

3 Par revenue disponible on entend ici le revenue avant-imp6t (Tableau 3.11).









3.7.2 Analyse de la function de production et revenue agricole net

Lee resultats de l'estimation du revenue tire de la production agricole

(Tableau 3.12) au moyen de la function de production Cobb-Douglas montrent que

les cultivateurs recevalent en regle general les resources necessaires pour

obtenir une production agricole conforme au but de la maximisation des profits.1

Les products a valeur marginale que sont la main-d'oeuvre salaries et les cots

fixes 6taient plus eleves mais pas tres different de leurs coats d'opportunite.

Toutefois, dans le cas des coats variables, les r6sultats semblent montrer qu'une

trop petite parties du capital non durable 6tait utilise puisque le produit a

valeur marginale etait nettement plus elev6 que le coQt d'opportunite. Malheu-

reusement, dans nos recherches, nous n'avons pas pris note en detail des flux

de liquidity des families agricoles pendant la totality du cycle de culture.

Neanmoins, il resort d'autres etudes faites en pays Haoussa qu'il y a effec-

tivement un manque de liquidity, en particulier durant la periode qui s'6coule

entire le debut des pluies et la recolte de la premiere culture (d'ordinaire le

mil) /King, 1976; Matlon, 1979]. Les resultats de l'estimation de la function

de production montrent que le rendement d'echelle etait virtuellement constant

(c'est-A-dire 1,02).

Nous avons essays de verifier les composantes du revenue agricole net

par hectare cultivg et par homme-heure de travail sur l'exploitation familiale.

On trouvera au Tableau 3.13 les resultats de nos modules. Lorsque les variables

fictives refletant l'emplacement au sein d'une region et de la region a l'etude




On a utilise la methode conventionnelle pour estimer et analyser la function
de production encore que nous admettions que sa validity puisse Atre mise en
doute (aucun cultivateur par example n'a un niveau d'utilisation des resources
comparable au niveau moyen donned au Tableau 3.12).











Tableau 3.13 DETERMINANTS DU RENDEMENT PAR HECTARE CULTIVE ET PAR
HOMME-HEURE DE LA PRODUCTION AGRICOLEa


Variable dependante

Revenu agricole net Revenu agricole net par
Variables ind6pendantes par hectare cultiv6 homme-heure de travail sur
exploitation familialeb


Constant 114,6481 0,8823

Total homme-heures par hectare
cultiv6 b X 0,2798* (0,0581) -0,0010* (0,0001)

Variables fictives:

Sl X2 224,3380 (23,5953) 0,3743* (0,0531)
S2 X3 114,3639* (24,7253) 0,2981* (0,0556)
Vl X4 -15,0069 (24,8847) -0,1437* (0,0560)

V2 X 54,8731 (12,4039) 0,0272 (0,0279)
R 0,7087* 0,5319*
yx 181,0422 0,4074


a Le revenue a iti exprim6 en shillings, dans la monnaie en course a l'epoque de
Pour une definition des variables fictives, voir au Tableau 3.3 N = 340.

b Ne comprend pas le temps que mettent les cultivateurs a se rendre a pied aux
ainsi que le temps consacre au battage.

* Tres diff6rente du coQt d'opportunit6 au niveau de 5 pour cent.


l'itude. I.l 10 shillings.


champs et I en revenir









ont 6t6 incorporees, la principal composante de la variable dependantc C'Itait

l'intensitg de cultures des terres. Les resultats obtenus ont montre qu'un niveau

plus glevg d'homme-heures par hectare cultive aboutissait a un revenue agricole

net plus grand par hectare egalement. Toutefois, dans le cas du revenue agricole

net par homme-heure de travail sur l'exploitation familiale, on a constate

l'existence d'un rapport n6gatif avec le nombre d'homme-heures par hectare

cultive. Cela est conforme aux provisions puisque le rendement marginal de la

main-d'oeuvre sur une parcelle donnee de terre diminue progressivement au fur

et A measure qu'augmente le coefficient de main-d'oeuvre utilisee1


3.7.3 Orientation du marched

La tradition veut que les cultivateurs vivant dans une region comme le

pays Haoussa considerent l'un de leurs principaux objectifs la production des

aliments qui leur permettront de subsister. C'est seulement lorsqu'ils atteignent

cet objectif qu'ils alloueront vraisemblablement d'autres resources A des

activities qui se soldent par la production d'articles susceptibles d'etre vendus

sur le marched 2 Les resultats du Tableau 3.14 montrent cependant que 63 pour

cent seulement en moyenne des cultivateurs produisaient suffisamment de cereales

pour subvenir A leurs besoins alors que les cereales representent le principal

article de consommation [Simmons, 1976a]. Si l'on tient compete des erreurs




1Nous avons 6galement estim6 d'autres modules a variables refletant la
quality des terres (c'est-a-dire l'engrais utilise et la parties des basses-
terres) ainsi que le total des hectares cultiv6s. Avec ces variables, nous
avons obtenu des resultats coherents mais moins bons, ce qui n'est pas
surprenant puisque les variables se sont r6velees prec6demment lies de
maniere tres etroite au nombre d'homme-heures consacrg par hectare cultive
aux travaux de l'exploitation (Tableau A.4).

2 Matlon [19791 a constant que cet objectif dolt de temps a autre 6tre modified
pour des raisons de necessity 6conomique.









d'estimation, il semblerait que pas moins de 50 pour cent peut-8tre des culti-

vateurs ne produisaient pas suffisamment de cereales aux fins de leur consom-

mation. Dans le mime temps toutefois, il y avait de fortes variations quant au

degrg relatif d'autosuffisance de sorte qu'en moyenne, une famille agricole

paraissait produire un excedent de 800 kilogrammes de ce'rales.

On a estime que 24 pour cent en moyenne de la production total de

l'exploitation 9taient vendus. La measure dans laquelle chaque culture est pro-

duite et commercialisie depend bien sQr de sa nature : subsistence (mil et

sorgho par example) ou rente (coton, canne a sucre, calebasse).1 Du fait des

variations don't font 1'objet de 1'49lment technique, il est 4galement vraisem-

blable que certaines cultures dans certaines regions peuvent etre a la fois

une culture de rente et une culture vivrire (le mil et le sorgho par example

dans la region de Sokoto). Les recettes qui decoulent de la vente des products

agricoles sur le march servent a acheter des aliments et d'autres articles

ainsi qu'a investor dans le system agricole. Toutefois, une autre source impor-

2
tante de liquidity est le revenue qui resulte des activities hors exploitation.






SDans le nord du Nigeria, on entend normalement par "culture de rente" les
cultures qui sont vendues par l'intermediaire des offices de commercialization
et qui sont d'ordinaire destinies au march d'exportation. L'arachide et le
coton relavent de cette categories. Toutefois, la canne A sucre et la calebasse
qui sont normalement vendues peuvent aux fins du present document etre consi-
der6es come des cultures de rente.

2 Comme nous l'avons mentionng precidemment (Section 3.7.1), une des princi-
pales contraintes auxquelles se sont heurtges les etudes cities dans le present
document est qu'il s'est avere impossible d'9tablir un etat complete du revenue
des femmes. Etant donng que ce revenue a pour source essentielle les activities
hors exploitation, il est probable que les chiffres relatifs au revenue hours
exploitation seront proportionnellement sous-estim6s.












Tableau 3.14 ESTIMATIONS D'AUTOSUFFISANCE ET POURCENTAGE
DES CEREALES COMMERCIALISEES PAR REGION
A L'ETUDE ET MOYENNE GLOBAL


Region A 'Itude
Sokoto Zaria Bauchi


Moyenne
global


Degrd d'autosuffisance en c~r~a1es -


Degr6 d'autosuffisance en cer6ales -
pourcentage de cultivateursa

Pas autosuffisants

Produisant:
Moins de 75% de leurs besoins
75-125% de leurs besoins
125-200% de leurs besoins
Plus de 200% de leurs besoins

Quantity moyenne de cereales produite
en sus des besoins de consommation
(kg)

Fraction estim~e de la production
commercialis6eb
Tous les products
Cereales: mil
sorgho

Cereales en pourcentage de la
valeur total de la production


17,1 61,9


13,8
13,9
28,7
43,6



1427



10,1
4,9
3,8


35,3
40,2
17,9
6,6



268



38,8
9,3
8,6


76,0 51,2


Il a 6t6 suppose que la consommation national de cereales etait
180 kg/habitant. Cette hypothese est fondue sur les chiffres de
/ 1976a/ ainsi que sur le pourcentage de dechets et de semences.


d'environ
Simmons


De gros problmes ont 6t6 rencontres dans l'obtention de chiffres estimatifs
precis sur la production commercialisee / Norman 1967-72; Norman et al., 1976a_/.
Il est vraisembable que la production commercialisee ait 6t6 sous-estim6e.
On trouvera des estimations plus precises sur la fraction de la production
cr6aalire commercialisee dans la region A 1'6tude de Zaria chez Hays / 1975_/.


32,1


20,5
28,8
23,5
27,2



740



NA
NA
NA


79,6


37,0


20,5
28,8
23,6
27,2



812



24,4
7,1
6,2


68,9


_li __ _ ; _ _










Un point interessant du Tableau 3.11 est que le rendement par homme-jour de la

main-d'oeuvre familiale utilisee sur 1'exploitation 6tait superieur au rendement

des activities hours exploitation. Cela n'est pas surprenant puisque, come nous

l'avons mentionng precedemment, une grande parties des activities precitges ont

lieu a des 6poques de l'annee ot le coQt d'opportunitg de la main-d'oeuvre est

bas, surtout durant la saison seche.


3.7.4 Repartition des revenues

Lorsqu'on les compare A ceux de la distribution des terres (Tableau A.1),

on constate que les coefficients Gini pour le revenue agricole net (Tableau A.5)

font normalement l'objet d'une distribution plus inegale que les premiers. Cela

signifie que les terres sont utilisges A des degrgs divers d'intensite comme le

confirment les r6sultats examines dans d'autres parties du document (voir Tableau

A.4). Aussi, une penurie relative de terre peut-elle 9tre compensee dans une

certain measure par un accroissement de la fraction d'autres moyens de production

traditionnels, en particulier le travail. Cela est possible mame lorsqu'on

utilise les types indigenes ou traditionnels de technologies. II va de soi que

les possibilities de cette utilisation augmentent considgrablement avec l'intro-

duction de techniques perfectionnges a coefficient de main-d'oeuvre eleve.

Toutefois, dans le cas des villages oh les basses-terres prgdominaient, 11 est

apparu que les terres sont distributes de maniere plus inegale que le revenue

agricole net. Dans les resultats pr6sentes par d'autres chercheurs [Norman, Fine,

Goddard, Pryor et Kroeker, 1976c/, on a constate que les variations de la main-

d'oeuvre utilise par hectare cultive de fadama sont moins prononcees que par

hectare cultive de gona. De surcrolt, il y aura vraisemblablement de moins grandes

variations dans la quality de ces terres que pour les gonas. Ii semble que ces

facteurs et la necessity de consacrer initialement une quantity beaucoup plus

grande de main-d'oeuvre par hectare cultive de fadama que de gona signifient










que le potential de culture des fadamas a des degrees diffirents d'intensitg

est plus reduit.

Les resultats qui apparaissent au Tableau A.5 montrent par ailleurs que

la r6partition du revenue disponible, y compris du revenue provenant des activities

hors-exploitation mais excluant le revenue de l'6levage est plus egal que celui

de la production agricole. Cela aboutit A l'implication tres intgressante que

les revenues hors-exploitation peuvent compenser et compensent dans une certain

measure les revenues agricoles nets bas. De hl, la nature plus rationnelle encore

des cultivateurs en pays Haoussa qui se sont parfaitement rendus compete de la

complgmentaritg du travail sur l'exploitation et en dehors de celle-ci.












4. ANALYSE COMPARATIVE DE L'AGRICULTURE TRADITIONNELLE DANS

LES REGIONS DE SOKOTO, ZARIA ET BAUCHI EN PAYS HAOUSSA


Etant donned que les neuf villages des trois regions n'ont pas et9

s6lectionngs au hasard, il s'est avgrE impossible de faire une analyse statis-

tique utile des differences qui caracterisent l'agriculture pratiquee dans les

trois regions. C'est pourquoi les observations que nous formuleront dans la

pr6sente section doivent 8tre considerees come pr4liminaires et come une

tendance possible plut6t que come des conclusions vrrifiees par les statistiques.

De plus, il est difficile de mesurer les effects de divers facteurs tels que la

population, l'emplacement et le climate, sur la productivity et la rentabilite

de agriculture. La density demographique par example, est plus basse a Bauchi

qu'a Sokoto alors que le climate, en particulier lorsqu'il, touche la saison de

croissance, est plus rigoureux A Sokoto qu'a Zaria ou Bauchi. Aussi, 1'analyse

ci-apres doit-elle etre prise en compete avec beaucoup de prudence.


4.1 Effet de la density d6mographique sur l'agriculture


Nous avons constat6 avec un certain etonnement peut-9tre que la taille

des exploitations dans les trois regions A 1'etude 9tait tres similaire (Tableau

3.1). Toutefois, la parties des terres en jachere variait considerablement de l'une

a l'autre, diminuant I measure que la density demographique augmentait. Deux

facteurs peuvent expliquer ce ph4nomene. Il est apparu que toutes les terres

agricoles et toutes les terres cultivges 6taient distributes plus egalement dans

les regions les plus peuplees (voir au Tableau A.1). Cela signifie que le coQt

d'opportunitg de la terre laissie en jachere dans ces regions etait relativement

76










eleven, ce qui encourageait les cultivateurs possedant un excedent de terre A

ceder leur droit d'usufruit a ceux qui en manquaient. Les chiffres du Tableau

3.1 montrent qu'une grande parties des terres de nos trois regions avaient ete

heritees mais que des types de regime foncier plus mobile etaient, semble-t-il,

utilises dans les regions de Sokoto et de Zaria que dans celle de Bauchi, contri-

buant ainsi A une distribution plus gale des terres.

S'il est vrai que la superficie des terres par resident et par unite

de consommation etait la plus Elevee en moyenne a Sokoto (Tableau 3.2), il n'en

reste pas moins que la parties plus faible des terres en jachere etait imputable

A une mauvaise fertility du sol. C'est pourquoi la periode de jachere s'est

progressivement raccourcie a cause de l'intensification des pressions exercees

sur les cultivateurs pour produire des aliments et a cause du problame techni-

que de la fertility. Des efforts ont etg faits pour preserver la fertility des

terres au moyen de l'Epandage plus intensif d'engrais par hectare cultive

(Tableau 3.11). Malheureusement, il n'a pas ete possible de determiner si cette

operation neutralisait totalement la diminution de la longueur de la periode
2
de jachere.









1 Lagemann [19771 a, lors d'une etude faite dans l'est du Nigeria, obtenu des
preuves empiriques que le rendement et la duree de la jachere etaient inter-
dependants.
2
Les chiffres indiquant le revenue agricole net par hectare cultive au Tableau
3.11 ne sont pas de bons indicateurs de ce rapport. En effet, il y a des compli-
cations dues a des differences de temperature, de culture, de coQt, de prix
et de main-d'oeuvre utilisee. De plus, on ne disposait pas de connaissances
fiableset precises sur la fertility du sol et, parfois, sur la duree de la period
de jachere, la date de la derniere mise en jachere, etc.










4.2 Effet du climate sur l'agriculture


A Sokoto oi la saison de croissance est beaucoup plus court, les agri-

culteurs cultivaient par unite de consommation des zones plus grandes que dans

les deux autres regions. Par consequent, les adults du sexe masculin consacraient

un nombre plus elevg de jours aux travaux de l'exploitation et un nombre plus

grand d'heures par jour (Tableau 3.4). Lorsqu'on les exprime en homme-heures,

ces travaux 6taient plus concentres par saison que dans les autres regions

(Tableaux3.5 et A.2). Aussi, les activities hors-exploitation etaient-elles

distributes plus inggalement, concentries qu'elles etaient essentiellement

durant la saison seche. Les activities hors-exploitation a Sokoto 6taient plus

nombreuses pour parties parce que 45 pour cent en moyenne des journges travaill6es

hors-exploitation l'taient a des activities en dehors du village pendant les

movements migratoires de court durde (cin rani). Comme on peut s'y attendre,

ces movements survenaient principalement pendant la saison seche (Figure 3.2

(e)).1

Lorsqu'on compare les systames de culture dans les trois regions, il

est manifeste qu'ils sont tous adapts aux differences caracterisant l'le6ment

technique. Le mil, le sorgho, les nie'bs et 1'arachide y sont monnaie

courante (Tableau 3.8). Toutefois, le mil et les ni4b6s don't la saison

de croissance est plus court, prEdominaient dans le climate plus rigoureux de

Sokoto alors que le sorgho et l'arachide occupaient une place plus importance

dans les regions plus favorables de Zaria et de Bauchi. Les exploitants



1 La density demographique relativement plus elevve dans les regions de Sokoto
et de Zaria ainsi que la pratique des cin rani dans la premiere [Norman, Fine,
Goddard, Pryor et Kroeker, 1976] expliquent la part plus grande de services
modernes qui sont mieux remundres, dans ces regions qu'a Bauchi (Tableau 3.4).








Tableau 4.1 COMPARISONS ENTIRE DEUX EXPLOITATIONS DES CULTURES ASSOCIEES
DES REGIONS DE SOKOTO ET ZARIA


Homme-heures par hectarea

Nombre de tiges par hectare

Rapport entire le mil et d'autres tiges

Rendement (kg/poquet
Mil
Sorgho
Ni6bes

Rendement (kg/ha):
Mil
Sorgho
Ni6bes

Valeur de la production (N) par:
Hectare
Homme-heure par an


Mil/sorgho

Sokoto

505,1

10.625 2

1,0:0,9 1,


0,16
0,04



892
186


49,94
0,11


Zaria

611,1

2.506

0:2,0


Mil/sorgho/ni bgs

Sokoto

558,5

16.272

1,0:0,5:0,4 1,


0,05
0,05



370
768


66,05
0,12


0,09
0,03
0,02


46,26
0,13


Ne comprend pas le temps que mettent les
que le temps consacre au battage.


cultivateurs a se rendre A pied au champ et A en revenir ainsi


Zaria

734,4

28.620

0:2,0:1,0


0,05
0,05
0,02


76,33
0,13










cultivent plus de mil et pratiquent davantage les cultures associees A Sokoto

et ce, en vue de neutraliser les risques d'une mauvaise rcolte. En fait, le

mil representait 66 pour cent des activities agricoles dans la region de Sokoto

centre 30 pour cent dans celle de Zaria.

Les deux melanges les plus courants dans les trois regions 9taient le

mil et le sorgho, en particulier dans cells de Bauchi et de Zaria qui ont un

climate similaire, et le mil, le sorgho et les nigbgs, qui domine dans

la region de Sokoto. On trouvera au Tableau 4.1 un 9tat comparatif de ces deux

melanges de cultures dans les regions de Sokoto et de Zaria qui revele ce qui

suit :

1. Dans la region plus seche de Sokoto, le nombre moyen de poquets1 par

hectare 6tait beaucoup plus bas que dans les deux autres regions. Cela montre

comment les cultivateurs de Sokoto s'adaptent a la faible humidity du sol et a

la plus grande variability des precipitations au debut et a la fin de la saison

de croissance. Cela peut egalement temoigner d'une reaction a la fertility plus

faible du sol que dans la region de Zaria.2

2. Les agriculteurs accordent dans les cultures associees une importance

beaucoup plus grande au mil a Sokoto que dans les autres regions. Cela est dG

vraisemblablement a l'avantage comparatif don't beneficie le mil dans la region




1 On a mesure le nombre de poquets plut6t que celui des pieds. Le nombre des
planes par pied varie d'apres l'espace et le lieu. La concurrence entire les
plants sera vraisemblablement tras vive, ce qui reduira le rendement par plante
par rapport au rendement dans le cas d'une seule plante par pied.

2 Lagemann [19777 a donned un point de vue different, concluant que dans la
region beaucoup plus humide de l'est du Nigeria, les agriculteurs tendent a
planter avec plus d'intensitg lorsque la fertility du sol diminue. Toutefois,
les possibilities de pression causes par l'humidite du sol sont beaucoup plus
grandes en pays Haoussa que dans l'est du Nigeria.











de Sokoto alors qu'a Zaria, la pratique d'autres cultures donnent de meilleurs

r6eultats.

3. Le rendement par pied de mil etait beaucoup plus glev6 dans la

region de Sokoto ot les rendements par pied d'autres cultures etaient propor-

tionnellement plus bas. Toutefois, bien que le rendement en grain d'autres

cultures dans le melange puisse 6tre plus bas, ces cultures peuvent avoir pour

le cultivateur une valeur economique considerable. Cela est particulierement

vrai dans le cas des nigbgs don't la fane fournit un aliment au betail.

4. Le nombre plus eleve de pieds par hectare ainsi que le rendement

plus grand par pied ont about A un rendement plus eleve de mil par hectare

a Sokoto qu'a Zaria.

5. La valeur global de la production par hectare etait plus basse dans

la region de Sokoto que dans celle de Zaria encore que le rendement par homme-

heure y 6tait similaire, en parties parce que le nombre d'homme-heuresutilises

par hectare etait moins eleve a Sokoto.


4.3 Autosuffisance et revenue d'une region 1'autre


Par famille, les resultats ont montre que ce sont celles de la region de

Zaria qui obtenaient le revenue le plus eleve de l'agriculture et possedaient le

revenue disponible le plus grand alors que celles de Bauchi avaient les plus bas

(Tableau 3.11).2 Deux raisons peuvent expliquer cette dernirre situation. En





1Etant donned qu'il s'est av6re impossible de mesurer la quantity de fourrage
produit, on a omis dans l'analyse de chaque activity agricole et dans les chiffres
relatifs au revenue les estimations de la valeur de ce produit.

2Toutefois, pour les raisons mentionnees a la Section 3.7.1, il convient de faire
preuve de prudence lorsqu'on interprete les commentaires de la present section.










premier lieu, les prix marchands des cultures etaient plus bas que dans les

autres regions. Le prix marchand moyen du mil et du sorgho dans la region de

Bauchi etait par example inferieur de 24 pour cent a celui de la region de

Sokoto et de 40 pour cent de celle de Zaria. Aussi, n'est-il pas surprenant

que le revenue brut tire de la production agricole dans la region de Bauchi

etait nettement inferieur 5 celui des deux autres regions, ce qui se retrouve

egalement dans le revenue agricole net. Il est vraisemblable que les prix plus

bas du mil et du sorgho refletent aussi le coQt de vie moins elevE dans cette

region que dans les deux autres. En second lieu, la parties des terres cultivees

a Bauchi don't l'objet etait de produire des cultures de rapport etaient beaucoup

plus basses que dans la zone ecologique similaire de Zaria (Tableau 3.8).

En general, les cultivateurs de la region de Sokoto etaient les plus

autosuffisants en matiere de production cerealiere. Dans cette region, les cereales

sont utilisees come cultures de subsistence et de rapport alors que dans celle

de Zaria, d'autres cultures sont pratiquees A des fins de commercialization.

II est manifesto que les cultivateurs de Zaria vendent un plus grand nombre de

leurs products, pour parties en raison des prix fixes garantis pour quelques-unes

des cultures de rapport (Tableau 3.14). Malheureusement, les donnees rassemblees

ne nous ont pas permis de faire une analyse detaillee de l'importance relative

de la subsistence et de la maximisation des profits dans les trois regions. Ce

qui est Evident est que les deux buts sont pertinents bien qu'il puisse y avoir

une l6gere difference entire leurs pondgrations dans chaque region et entire elles.

Lorsque les revenues sont exprimes sous forme de rendement par unite de

consommation, les families agricoles de la region de Zaria paraissaient atre

economiquement plus pauvres que cells de la region de Sokoto (Tableau 3.11),

les families etant en effet plus nombreuses a Zaria (Tableau 3.2). Exprime en







83



revenue par unite de consommation, l'l6evage occupait une place plus importance

dans la region de Sokoto.I Nous croyons pouvoir avancer qu'avec l'accroissement

de l'utilisation de l'engrais a measure que la density d6mographique augmente,

l'elevage jouera sans doute un r8le plus prononcE dans l'dconomie rurale2 puisqu'

il fournira l'engrais don't ont besoin les cultivateurs tout en devenant une
3
autre source de revenue,

Quelle que soit la facon don't le revenue hors-exploitation ait ete

exprimee (c'est-a-dire sous forme du revenue total hors-exploitation par unite

de consommation ou de revenue hors-exploitation par homme-jour de main-d'oeuvre

familiale), le revenue obtenu de sources hors-exploitation s'est rgvglE le plus

elev6 dans la region de Sokoto. Ii ne fait aucun doute que le climate explique

en grande parties la raison pour laquelle les cultivateurs consacrent plus de

temps aux activities hors-exploitation dans la region de Sokoto (Tableau 3.4)

mais il est probable que le revenue tire de ces activities augmentera a measure

que la density demographique monte. La pratique des cin rani (c'est-a-dire les




1 La preponderance relative de l'elevage a disparu lorsque le revenue tire de
l'elevage a 6t6 exprime en pourcentage du revenue total par unite de consommation.

2 Il convent de faire preuve de prudence dans 1'interpretation des chiffres
comparatifs. Le revenue agricole net par unite de consommation tire des cultures
lorsqu'on tient compete uniquement du cout de l'engrais paye a donned par example
un ratio pour Sokoto, Zaria et Bauchi de 1:0,81:0,52 (Tableau 3.11). Par centre,
lorsque le coft de tous les engrais a ete pris en consideration, le ratio est
passe a 1;0,97:0,61, ce qui represent un net rapprochement des trois chiffres.
Cela se poursuivra vraisemblablement dans le temps du fait d'un accroissement
de la density d6mographique. De recentes observations ont en effet montr6 que
dans la region de Sokoto les engrais deviennent un bien 6conomique qui aura
vraisemblablement, en l'absence de techniques perfectionnees A coefficient de
terre elevee, une incidence de plus en plus d6favorable sur lesyevenus dans
la region de Sokoto que dans d'autres regions.

3 Lagemann [19771 signal que dans l'est du Nigeria, ce rapport est le resultat
d'un accroissement de la density demographique et d'une diminution de la ferti-
litt des terres. Il va de soi que les principaux problames souleves par 1'eta-
blissement de rapports complementaires seront la disponibilite de capital a
investor dans l'elevage et l'approvisionnement en aliments du betail, surtout
pendant la saison seche.










movements migratoires saisonniers) dans cette region est en parties une reaction

manifeste au climate rigoureux et A l'accentuation des pressions demographiques.

Cette pratique n'est pas aussi courante dans les autres regions et peut en parties

expliquer le revenue elevg par homme-jour que l'on tire des activities hors-

exploitation a Sokoto. II faut en tenir compete puisque, avec cette pratique,

l'emplacement du village W'intervient plus come jadis dans la determination des

possibilities d'emploi hors-exploitation trbs remunerateur (c'est-a-dire dans le

secteur des services modernes).


4.4 Influence des bas fonds1


Ce sont les villages qualifies d'intermediaires en function de leur

accas aux agglomerations urbaines qui possedaient la part la plus elev6e de

basses-terres. Ces dernieres permettaient une production agricole toute l'annee.

Les adults du sexe masculin de la famille qui assurent la plus grande parties

du travail sur l'exploitation familiale y travaillaient un plus grand nombre

de jours dans ces villages.

Comme les bas fonds sont de meilleure quality& que les hauts-plateaux,

il en a result une plus grande utilisation de la main-d'oeuvre par hectare

cultivg ainsi qu'un accroissement du revenue agricole net tant par hectare cultivg

que par homme-heure que consacre la famille a exploitation. Il n'est done pas

surprenant de constater que le revenue tire de la production agricole et pastorale

represente une fraction relativement plus elevee du revenue disponible total dans



Les dernieres parties de la Section 4 font une analyse A des niveaux plus bas
que celui de la region a l'etude. Faute d'espace, nous presenterons uniquement
les faits saillants de cette analyse. C'est pourquoi il n'a pas non plus etg
possible d'inclure dans le document les tableaux qui fournissent une verifica-
tion empirique detaillie de quelques-unes des observations.










les villages ou l'on trouve plus de bas fonds que de hauts-plateaux. Nean-

moins, les premiers villages se sont averis moins autosuffisants en matiere de

production cerialiere puisque, en dehors du riz, les principles cultures

pratiquges sur les bas fonds etaient des cultures de rente come la canne

a sucre et la calebasse. Cela signifie que pour devenir autosuffisants en matiere

de cgreales, les cultivateurs des villages A vocation de bas fonds se

devaient d'avoir un aces facile aux marches urbains. La facility de cet aces

au march 9tait important car la plupart des cultures produites sur les bas

fonds 6taient par unite de poids d'une valeur basse et,partant,ongreuses A

transporter.


4.5 Influence de la possession de b6tail


La majeure parties du betail en pays Haoussa appartient A des nomades

Fulanis (Van Raay, 19691. Toutefois, a measure que la densitE demographique

augmente dans la region, la vie pastorale nomade s'effritera peu a peu et le

betail s'int4grera de plus en plus dans un systame de culture agro-pastoral.

Nous avons constat6 dans nos etudes que les cultivateurs sedentaires possedant

du bitail le considgraient come une source de lait plut8t que de viande, comme

une forme d'9pargne et peut-8tre mgme un symbol de prestige, et, enfin, come

ayant un rapport complementaire avec la production agricole par le jeu de

l'approvisionnement d'engrais. Le b4tail n'6tait pas considgrg comme une source

d'6nergie.1



1 C'est dans les annees trente par le canal de l'introduction d'un plan d'agri-
culture mixte qu'a 6tg reconnu le concept du b6tail en tant que source d'engrais
et moyen de traction [Alkali, 19707. Ce plan encourageait les cultivateurs A
acheter des boeufs et du materiel en recourant A des programmes de credit. Il
a Ete couronn6 de succas dans certaines parties du pays Haoussa mais, comme dans
les pays du Sahel, ce succes etait lie A la presence d'une culture de
rente lInstitut d'6conomie rurale, 1977; Lele, 19757.







86

Dans les families pastorales, on rencontrait plus souvent le type d'unite

familiale traditionnelle gandu (c'est-a-dire l'unite familiale complexe, ce

qui donnait lieu a des unites familiales plus grandes et a l'existence de la

main-d'oeuvre requise pour les activities d'elevage. De plus, une grande parties

de ces families 4taient autosuffisants en matiere de production cer6aliere, sans

oublier que le niveau de leur revenue etait meilleur. Cela, les families

1'obtenaient non seulement parce qu'elles possedaient du betail mais aussi en

produisant des cultures pour lesquelles l'emploi plus intensif d'engrais par

hectare cultiv4 venait compenser une utilisation moins prononc6e de main-d'oeuvre.

Le revenue agricole net par hectare cultiv4 6tait le meme alors que le revenue

net total de la production agricole sur les grandes exploitations des proprie-

taires de betail 6tait plus elev6.


4.6 Evolution de la structure familiale


Nous avons deja mentionne le fait que l'unite familiale complex tend a

ftre remplacie par l'unite familiale simple (iyali) (Section 3.2.1).1 Cette

tendance a un certain nombre d'implications pour le developpement agricole don't

nous en discuterons deux ci-dessous.

1. En regle g6nerale, les families gandaye possedaient des niveaux de

resources plus elev$s (c'est-a-dire la terre et la main-d'oeuvre) et obtenaient

de meilleurs revenues. C'est pourquoi il est possible que les families gandaye

et iyali auront besoin de techniques perfectionnees differentes. Dans ses


On retrouve cette tendance dans tous les pays du Sahel.










recherches sur une autre parties du pays Haoussa, Tiffen [1973] a constat4 par

example, que les boeufs et le materiel achetes 9taient essentiellement contr61Es

par des families gandaye qui possedalent du betail et avaient de plus grandes

exploitations. Par centre, ii est possible que les families iyali front un

meilleur usage de techniques qui encouragent la culture intensive.

2. Il est evident que l'une des principles caracteristiques du succas

de l'entreprise agricole est la capacity que 1'on a de bien la girer. Etant

donned que dans les villages des trois regions 9tudiges, les habitants n'avaient

regu pratiquement aucune education formelle, les differences qui caract&risent

la capacity de gestion seront vraisemblablement une function vitale des carac-

teristiques de chaque chef de famille que vient renforcer son experience dans

le temps. Toutefois, la rupture de l'unite familiale traditionnelle se solde

par l'existence de decideurs plus jeunes don't les resources sont modestes et

les enfants en bas age. Par consequent, ils nicessiteront de nouvelles techni-

ques assorties d'un facteur de risque bas. Heureusement, la technique d'exploi-

tation intensive du sol est "divisible" (c'est-a-dire qu'on peut l'introduire

par petites trenches) et elle semble appropriate pour les jeunes chefs des

families iyali.


4.7 Influence de l'accas aux agglomerations urbaines


Dans chaque region, nous avons silectionni trois villages don't 1'acces

a la ville principal variait de l'un a l'autre. Etant donned que le degrg



1 A la difference de ce qui se passe au Nigeria du Nord, l'emploi de boeufs
pour l'approvisionnement d'engrais ainsi que le labour est considgrg dans les
pays du Sahel non seulement comme un moyen permettant d'accroltre le rendement
de la main-d'oeuvre mais aussi de la terre (c'est-a-dire une technique d'exploi-
tation intensive du sol).










d'accessibiliti est lie a la density dimographique, il n'est pas surprenant

qu'existent des tendances analogues A celles examines dans le cadre de la

Section 4.1. Plus l'accas aux agglomerations urbaines est facile, plus petites

seront la taille des exploitations et la fraction des terres en jachare. En

consequence, les terres 6taient soumises a une culture plus intensive, ce qui

exigeait une augmentation des operations d'9pandage de 1'engrais pour preserver

la fertility du sol. Les pressions de plus en plus grandes exercees sur les

resources initiales en terre comme source de revenue semblaient atre neutralisges

par l'importance accrue des activists d'glevage et l'accroissement du revenue

tire de sources hors-exploitation. Enfin, tout portait a croire que des activities

hors-exploitations come le commerce revgtaient une importance relative de plus

en plus prononcee A measure que les villages devenaient plus inaccessibles

[Norman, 1977a].













5. ANALYSE DES ENSEMBLES DE TECHNIQUES PERFECTIONNEES

DANS LE VILLAGE DE DAUDAWA, REGION DE ZARIA


5.1 Introduction


Dans les deux sections precedentes, nous avons analyse les systhmes

de cultures que pratiquent les agriculteurs de differentes parties du pays

Haoussa. Il semble s'en degager une bonne idee de la faqon don't le cultivateur a

adapted son systame aux realites des l66ments techniques et humans. Toutefois,

l'accroissement de la density d6mographique a oblige les chercheurs A mettre au

point et A developper des techniques appropriees pour faciliter le processus

d'adaptation. Le bien-fonde de ces techniques est defini en function de leur

compatibility avec les elements aussi bien techniques qu'humains.1

Sur la base de notre analyse, il est possible de determiner l'existence

de trois problames particuliers en pays Haoussa :

1. Dans les regions de faible density d6mographique, la periode pendant

laquelle la demand de main-d'oeuvre est la plus elevfe sera vraisemblablement

le principal obstacle a une augmentation de la production.

2. Dans les regions oh la density demographique est elev6e, il est

possible que la main-d'oeuvre et la terre crgent des contraintes. La p6riode

durant laquelle la demand de main-d'oeuvre est la plus elevfe aura une influence

restrictive et la terre deviendra un problame puisque la fertility du sol diminue





i Johnson /1972] et Swift [1978] ont ecrit avec conviction sur la valeur des
connaissances indigenes, les experiences des cultivateurs et les changements
engendres grace A leur application.

89




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs