Le Charivari

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Le Charivari
Series Title:
Le Charivari
Physical Description:
Serial
Language:
French
Creator:
Le Charivari
Publication Date:

Subjects

Subjects / Keywords:
French revolution
Humour canadien-français -- Québec (Province) -- Périodiques.
Humour par l'image canadien -- Périodiques.
Canadian wit and humor (French) -- Periodicals -- Quebec (Province)
Canadian wit and humor, Pictorial -- Periodicals
Genre:
serial   ( sobekcm )
Spatial Coverage:
North America -- Canada -- Quebec -- Montreal
Europe -- France

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Holding Location:
University of Florida
Rights Management:
This item is presumed to be in the public domain. The University of Florida George A. Smathers Libraries respect the intellectual property rights of others and do not claim any copyright interest in this item. Users of this work have responsibility for determining copyright status prior to reusing, publishing or reproducing this item for purposes other than what is allowed by fair use or other copyright exemptions. Any reuse of this item in excess of fair use or other copyright exemptions may require permission of the copyright holder. The Smathers Libraries would like to learn more about this item and invite individuals or organizations to contact Digital Services (UFDC@uflib.ufl.edu) with any additional information they can provide.
Resource Identifier:
oclc - 25066540
issn - 0227-7093
Classification:
System ID:
UF00086454:00001

Full Text






-Wq 1I


- -4 --K


CA.L


F,
~


AP


a ll~1


' -NV


UNE TENTATIVEE


I 9
* .. -


*


lc~k7'n~./
-~ .&-, .h
I- -P



,J r j i


~ Jk


"* r:.


OIL-S~~;


~3i


.'L




4 *.


LE CHkBiyARI, Montreal, 23 ~mrs 1918


Le voya-e en Europe. Ca pue en Russie. On se
man e les uns les autres. Ca boit comme A Toron-
to. Labaroube perd trente sous A la roulette. -
Les Canayens a Saint-Cloud. Visite & Poincarre.
Des secrets d'etat. Borden irait au front. -
Une mission difficile. Le tank sous-marin.


Eh ben! les amis, me r'voila enfin finalement! Mais
as y ea a un p'tit qu'on reprend & afler se s'couer les posIs
par &-bas, ea ne sera pas p4pere Jos. Labarouche, je vo
er sagae an fameux de contratJ
x Non, ce que fai Wt brineueb-ln b&dr6. tirfll6. snik#,
et ee qui m'ont senti du haut en bms. visit& et gratti dans
tons les lls. ai'arais honte de le dire! Si y z'ont essay de
m'en fire dire des affaires! 'ai vu le moment--o que le
grIibe y m'ptafIole--fai vu le moment ob ees moste-M
alraent me tirer cinq cents morceaux de plomb dans la

Mals y ne savaient pas ce que e'est qu'une cooenne de
(anayen! Cest toffe en grand, et pis j'ai pas mal pas
de lard. Rien qu'en m'raidissant les morsels, b'atfe,
fanrai pa leur renvoyer ks bales dams la corporatimt
Quand un gas a fait chanquier pendant quarante ans,
aryere-os, les amis, pa 'est plus ne petite jeue po-
let g q vos foed das les bras ea suintant quad an ld
pa la main sar le riAe. No, e'est de la couena e de
pwrc-pe, e'est plV dur que de la pea de Pruss n, et via
pom u< qu*, d pa p as r i travers toutes eas bdrees
li-My NOtWier ** os
FWh.tii dire, lea i anS, que jai halt aeveax qul sont
Sk ingug boMs, et que e'st pear 1.s voir qu fal tra-
Ia eV doel didhn reter. Y avalt M
m a eb Prs V w m tr asu pMremprk
h trame smas hm Gr ee, a
%a NOsWtrs se ago Ms ss m : wa

l~bl., ~q~ est sv*


Vol 1-Nol


tique, je dois etre dans la dasse Z, et pis jai an dou dam
le fessier qui m'empecherait d'massir par terre. Ca fait
que la conscription je m'en s.... en ppre.
A present, si vous voulez savoir quel pays qul ma h
plus 6poil dans mon voyage, ben, c'est la Ruael Ca
pue lB-dedans, vieille baraque, comme les abattmir, de
1'Est! Y a 1i les Boche-au-whiskey, les Maximalits, le
Tatarenski, les Cosaques, est-re que je saist Le p'tit Pire
Niolas, ld, on Pa bougri en Sib6rie avee sa viei et ea
p'tit gas. Ca fait de mime, mes amis, qu'y s'aume tpl
come dans le temps, quand y flirtalt avec sa poulette do
danoeum.
Si je vous racontais tout ce que f'a vu de puat par-
1a, Sa me feralt IAcher en cinq minutes plus de aaer quoe _
tos les gas de chanquier de la Gatineaa ea a at Y
velent tons 6tre les maltres, y veulent tos gag1er Ies
batailles sans se battle; mais come y zoet peur de
Bodes, y se mangent les uns les autres qu'y a rie de
plus drole de voir ..
Ahl viefle torquette de tabac noirt y fat r~ir sau
come a boit dans ee pays-l, depui qu'y s'emt prnb
le vodka! Tous les jours c'est come le dimaae & MIo
rial: y a un tas de p'tts trous omus qv'em vnd tOst
sorts 4e boisons sans licece. Y a rien que Torot et
Ottawa ou Ste-Agathe pour accoter Va.


A&.


'lia ti


_ ~






LE CHARIVARI, Montieal, 28 mar 1018


S mrm. Y ftat dire que j'ai 6t aeuoapagUd per un tnad --E& beal que fy ai rpewcut4, mon viMo Paelari
as 10 are grose bedalem, qui r'gardalt C -m a dti e'est -m a*s qw al en povrat faie re mmn r ir
. o aa queue et qul me watehalt toot le temps, eomN Sam HughM's am Bordea, pis lea ar r tir' 1a 4.mm
a 4 mit ea petr que je lul eml~ae m e voai. doe so ar Is frot, V z'a maheraiedBt core bea maim Ilge,
tr am. Alerd beno J'Ta ma viele, la Jouette qu'at Is vrux de Bdck; y reevralent des bgim amW
pas iaetote por son Age, Jcvus le par Ide! F teff ear wler fair juter test le vime du er C
&dire 11 on- dit des fols, quara fal maNch Uli d doi. teae r er iuas )Juewl t Camayke-M, ta me ertsai A
Idlds fet J avals iein mes bottles. Et dire, btche, que t vcux et y smat capiaes de Ierw s oeaer les pacs da
le MadI Ba vendeat di cher & M aoriall e d iesira
B pTrtat de la Ta rqie f fait ua amut das Ia --,-4 est se ben boene im e que ta me denwe4t,
Grte, pay de restanramnt i 25 sons et de maraduai qua' a t an me r' rdant avec eS yex ronds; fars,
do cream soda, de came i la ge, d'oraage st ti cdh. ms eme JIMeaI6 viefle boDMquel Y faat que ta
-clat Jy at pas moad et Jas fti ea Pnraes a~ I I ftames mt rer q d to sera reteoru an Ca.
per Vaml ua'n tit flage qu'ett bti dans ream. Fast nada et que tu les dchpp viteent par IBte.
pas dmar d los eaves smet humides bas et d y a C'et as wervce ImporIat que t'aras read i il
des C't f ue demeutal, damt s 4 lempe, Fram t p PhumaatI e mwo teemp-; et je te 1 rlu-
is famea marehad i de Chtqi'ere, ne me e do4 rap- dral gP E attm e at press rn bn coup m d whIdey
portewr anaia. A ct qnl partt, qul deivarit veam md blam. Imlatela-t, ti1, iv la rosette de Be Ls
das te paper. d'Heoer, pam mel a dsa ta b utendmsre. Vli amr
Caomue fa pas pu trouver de coeane de lard coar Ca Criix d o em et ipaiw m aes d s... to
graimer me bottles qui preal at reasa ie me sals dpL od d t'sm pas use faeu t'e erdiar a tas,
c a de d4ealBer poor aller i Moute-Crio emqre fd P" a qu m'maue.
perua n bea trend te oes a la rolette das le temp di -'-Thak yll que fy at rdpsda ea me mdormat
rdlr. devanture. sBawce ame ptite larme d'toffe do pays, pt
Vow bnj qm r I je file tout drette pew r Ca msaa.
J'rirs ptf mvi de 1me ftaire di raimr. pa l deflat .. gja t m ft u ro
t awisr pODr km M r rrit t mop MEOMas a ecwAls .
bard poarr PariLqu'est Be pob greI
r be bs la de Sfa e g'est ae

Lkdt b e t co t taIer, & o
'PdlmL. AhI.l y mot Psm fileA k
towr easys: J ras elvent me
avant qu n sav le temas doe a
aw vrah blaedlet.. do ben yetu
taller p& rer ane p'tte vidte mwee
ear4 q'avalt ea vest de I arr6e
a es giere, Ei yae, a ier sat
TItt a nus peasnt et en fM11 -
die p udl e. L'pI s eat pas matl ps
a PUM As s gmamm e des aat ym
a. is i i,- s at arde
m emm do mearne 40 je .I -so

T ont I son


Vol 1 No i






LE CHAUftIVAIU, Moutr&L 29znars 1918


BOARDERS WANTED
OU LES VENTURES DE OUOUSSE LATREMOUILLE AUX ETATS
BO U LES A VENT~oES DE .


Ave-vous connu Guguese, Gugusse La-
trmomiIie, de la rue *ilfe? Noa, proba-
blement car ce n'est pa un personnage
oe61bre. Et ii est bien probable ausi que
Yous no savez pas la plnible venture qui
lui est arrive aux Etats-Unis. Je vais
done vous raconter cela.
Quand ce pauvre Gugusse, qui a tou-
jours Wt& tres paresseux, fut mis en ap-
prentissage par son pire, qui avait consta-
t6 l'inutilit6 de ses sacrifices pour le fire
instruire, il aavait a peine lire le francais
et ne connaimsait de la langue anglaise
que quelques mots appris par hasard dans
la rue oA il avait pass la majeure parties
de son temps. II etait bierr 6quipk, n'est-
ce pas, pour entrer dans le monde et pour
se lancer dans le "struggle for life"!
Voir alles voir-quel mauvais tour son
ignorance lui joua.
Ougum se fit un jour Canadien er-
rant et partit pour New-York, esp6rant
y trouver la soupe toute service et s'y en-
richir sans travailler, sans "frapper coup",
come il disait.
Pen de jours apris son arrive li-bas
il s'apergt que eon pcule diminuait d'unre
trUs inqui6tante fagon et jugea prudent
de se mettre i la rechee he d'une posi-
.t asociale. Il esaya_ en vain de d6-
S iffrer les petites announces des journaux
awr-yorkAis; il n'en comprenait guere
quo le premier mot: "Wanted", qu'il pro-
mroasit "vantde".
I ivide, un vide affreux ne tarda pas
A tig-r e.ns partage dana son portemon-
mat, et il se dit que, coftte que cote, il
lai fllait du travail, quel qu'il fat.
BIae d&ri-min i saisir aux chemeux la
premiAr occasion qui se prsenterait il
me sit en maeRbe dans lea rues. BientO t
ms ye~t renoatrent an 6eriteau clom
_ a awo d'ae mason de belle pparwnce.
a flspees sw eprin mdifcs: Bowreres
M(k dt wanted).
~mn affaire! Is'erie, plein d'es-

S... boxai& s. siB t
v*I e viast & boat

ib ~. p Paan i
'nr awpr'!


-Taique mi ("take me?")
-"Certainly".


VoFai on affafre! s'&rie plein d'espor
le jeame gar oe: "Boarderes vanted* (Boar
ders waute).
--Cosume tout Moreau ? ("come to nmor-
row"?)
-"All right"
Et Gugusse, jubilant, s'eloigna en se
tfrottant les mains.
- -Dix.piastres par semaine, pense-t-il;
quelle bonne aubaine! Je veux ftre or-a
dare,-puisque le metier eat si bon, pu le
diable s'en melra!


4"CLL


ti


Le lendemaizr, db sept heures du martin,
il se preentait chez la patronne dew boar-
deres.
.On le conduit dana une jolie chambre
du premier 6tage ou il depose sa valise
qui.contient tout son avoir: trois chau-
settes troupes, une chemise et deux faux-
cols en paper. Et un large sourire de
satisfaction illumi a face.
-On est bien I g., se dit-il. C'est en-
core meilleur que je ne croyais. Il ne
manque rien: tapis, lit blanc, lavabo, com-
mode, table, chaises, sofa, pendule; etcal
Pourvu, mon Dieu, que je fasse l'affai I
Et Gugusse, attendant patiemment l
orares de sa patronne qui ne se pre
point, s'allonge sur le sofa, puis pour tu
le temps, allume et fume successiveme t
--n bon nombre de pipes.
A midi on gratte & sa porte et une voix
. feminine pronounce bette phrase qu'il tra-
duit sans peine: "Dinner is ready"!
;-De mieux en mieux! s'kcrie Gugus-
se; on est log6 et nourri et i'on gagne dix
piastres par semaine. On me I'avait bien
dit qu'aux Etats il suffisait de e' baiher--
pour avoir de l'argent. Ah t les Am#ri-
cains, voila des homes intelligent!
Dou6 d'un app6tit gargantuesque il
dine avec entrain; puis, toujoura atten-
fart les -rdrbes, rer- ,anidamn et cha -*
oi il fait une longue sieste. A 6 heares
Sle son d'une clochette lui announce que Is
soup eat service. Et il va souper.
A force de rbflehir le brave garon
F'etai persuade que le metier deboardt-
re s'e erCait la rit ot, ma foi, en se le1
rant e table il se entait tout disepoa
tra ler. Cependant la soird et sla it
se rent et son'-emmeil ne fat ps
inte mpu.
II ijeuna, dina, soups, pais N e6iucha
le I in et lee inq joun aianit

de travai
Grame i ce regime le boardere oom-
memnrti &ditp irt k'teinp i mai,
i faut Iravowr, tout ea ml V bt
un pen -trange A ii derait aqi H
-A*p Biut, so diait- 1 oPar iase
surer, le Ar4riltAa out d. ib .sigi4 :
Te habitudee q'U An faht pqO tqp .' 6


WWI.


4bn;ctA aw htt


VOL I -No I


P%-




I.


LI cUAIJYA3I, Msa~rMl, 2 mis ~)S


(Corr. special an "Charivari)

ainte-Radegonde. Depuis plusieurs
moi hun des principaux "archevins" de
I--a ville vi jolie et ei proep~re, mailgr4 6a
guerre, de Sainte-Radegonde de PHerbe
& Chat, faisait courir des bruits dksagr6a-
bles sur le compete d'un policeman centre
qui le "Charivari" n'a absolument rien A
ire.
Bref, il s'agissait du policeman Bavard
que l'archevin Bloume (Anatole) accusait
d'avoir jou6 au bouchon, pendant ses
hasmu de service, dans la cour de Mme
Iar Boulanger, qui tient une maison de
p-mn dans une rue fashionable et d'a-
e l protege cette personnel en lui rem6-
St chaque semaine le jour of lee
Seurs" devaient passer pour enle-
S was ordures.
"iio emian Bavard qni, comme on
: li M ndique, n'a pas la langue dans ma
Sde veste, protestait avec v~4me ce
pr i itniocence absolue et de la pure
S mentions Mais l'archevin Blou-
S. |naotole) continuant ee. cancans et
S -l dant un cong6 de trois mois pour

Stands que le policeman se pr.ten-
tieint du cholera et Avoir plutat be-
e bismuth, on dccida, A une asem-
Mie pleinikre des mardiller aaciens et
nouveau, amsi que des im-e- re u con-
sail municipal, de faire une enquate .*-
v&re ur cette affaire don't la gravity ne
pouvait certainement 6chapper i personnel.
La situation etait d'autant plus pfnible
pour. Bavard qu'un autre archevin, M.
Visieville s6taik rang6 da cbt6 de M.
Bloume (Anatole) et parziit encore plus
fort que e dernier, ascusaht l policeman
d'avoir "fait de I'argent" en jouant au
bouchon dans l court de Mme Irma Bo-
langer.


- A


sPiew air lin luresr, mmiaca aas pa gi-
w arire. % a h o !sird -- -A -idr-- a m ~~
Is fiblesezakied. dof dlIm. .
I& fEgur. do CuguasDam pM i touts
di? fl-~ia 11 'vailt "a-


~aP,#a~slb~n I sidi~iatir d~ nk


buroI6.i pspr pl ty t it

hat.". 4* -'U.r qai b"faed a
V'ie

J 0--iII I d-I iI;


tn J10 k


mlst~


Jouer an bouchon Rtant "en devoir",
c'etait dejA une fate difficile A pardon-
ner, maia jouer pour de largent a ce jeu
de hasard--qe avarid diait Itre an jeu

auteur indigne de faire parties de is 'force
constabulaire", come disait le journal
de la paroisse.
SL'enqunte eut lieu dans la smle du con-
sell municipal et fut =!ivie avec le plus
vif ifntirt par toute Ia population.
L'un des t6moins le plus important
fut, naturellement, Mme Irma Boulanger,
une personnel tre A l'aise qui se paye le
luxe de poss6der pluiieurs logements en
ville. lle a dclr n'avoir jamais v
Barard jouer au bou:hon dans a cour et
a ajouth que led.t policeman ne l'avait ja-
mais non plus preenue du passage pro-
chain des vidangeurs, passage qd, d'ail-
leurs, ne pouvait uecunement 'inthiesser,
puisqu'elle n'avait pas d'orduree chez elle.
-En tonu cas, li a r6pondu I'archevin
Vieilleville, j'ai vu des bouchons dans
votre cour.- Pourquoi ces bochons
tfient-is i1 ? IBpondez!
L'avocat du defender s'objecta 61o-
quemment. Tout le monde, dit-il a le
droit d'avoir des bouchons dans sa oour.
-A quoi avaient ervi ces nombreux
bouchons avant d'etre dans votre court?
continue I'chevin Vieilleville.
-oue4.ll -objectio5-n d avet de-4
defense.
-Connaissez-vous Bavard ?
--Je le vois ici pour la premiere fois
de ma vie.
-On' pretend, cependant, qu'il allait
souvent prendre Ie th chez vous.
--CI'st une infta elomnie, car o no
boit que du efa hes moiI (84ao
tant): Jo demanded I protection. de l
commiasion d'eqatte I
M. Vieillevil&le 4pose uie d m6ertion
asereentde de Pdpou de Mme Irma


Boubanler diumnt quo Bavard 6t tam,
convent prendre It th6 ches MLi.
Mais 1'avacat do is-d-f dae en.- irko
une autrgi;& 1p4r' 1X Ike-u
iffge et p.6tendmnt isw -aiau Dww
n~ktait ent'4 dan as mason.
--Caet plus fort quo le jouer sa n bma
chon I s'erie d'un air fin le prbidait do
Ia, commi~ssion.
Tout le mosnde se tord.
Le pAre JOS. Labare, quo conziais
sent bien hew lteers du "Charivarr, at
appel& & donner son thmoigsge. U eon-
nalt de vuo Mmne Irma Boulanger Puft
qu'il a demeur6en faeedebusd4&k
-4Qw save-vous, lui dtabdWa YA]rdm-
vin Vieillev1ile, aw--sujet do oette affair.
de bouchows?
-1Ben, jI'v dire comme on dit des
fois, mai j'aais pea 4iiinent a C'ts C40 -_a
t.11e-ii~ gIhr~a~~r&_-"-~)~~
en grde spos. -C'que j*%*- 41WS.4" TM
vu aertir pas ion'q m pv fts .a
qui dimait les'cbemeux santir-bsSeo*
sue lese fae.
Objection de Iaivocat de, )i 46fikviv On
peut, dit-il aye raises, avoir do --.*-
bouchoza saw poudker Is m~zu&
Chen.
La viox du Pr.ienit de Is I m anismi
qui paratt *'amussr &onnbrmt, __ h iA
e-ntendre do nore~au.r

a&oir des tirebopweho sasmune at
bouchon i
On rit do n~oveu.
-C'est moanumretatl s4essie N~rust
de-I& d6fens&-
-7ALa d'allO.~ I huMk,- KIL: iai
Ville.

-Bunoos, glqpit auliimu.
Et comHas is setmidi
IhDSn out loiS..
__; -


-- -- -- ---- -- --- -- :.i --


--- -----


1
VOL i -,No r-




1


LE CHARIVAB I, Motr6al, 23 mar 1918


SVol. 1 -- o


Le Pegase au P re Chrisostome
I


11 y a une dizaine d'annes je veihais je donnais une fete j'invitais toujours
en uuumateuL e compagiue,- a 6puque des cette famille-la. 11 me sembiait que je
fetes uu jour de I an, cnez un cuitlvateur remplisisai un devoir en lem fisant proti-
-de iagrmn sno -__ ter 'in petn Pe I'ahondance. Ma d6funte
tillee par ae genkreuses et obligatoires vieille qui irous voit, ben sir, do paradise,
libations, la soci6te 6tat loin d engender aimait surtout la mere, bien que cette
l m~iancolie. deruiere eft souvent lair pr6occup6.
Seul le vieux Chrisostome, le pare de Un beau jour quand je dis un beau
notre h6te, semblait soucieux. Frequem- jour c est une fagon de parler, puisque
ment il regardait, travers les carreaux le temps etait comme celui d'aujour-
d'une fenrtre, Ia champagne deserte cou- d'hui et que la tempete durait depuis une
verte d'une 6paisae nappe blanche sous semaine un beau jour, done, la mire
Isquelle avaient disparu ees cl6tures. tomba malade, bien malade. Effra36 son
Le vent faisait rage et la neige, fine mari vint nous chercher pour- voir si ma
et compete, tombait en tourbillonnant ou, femme, qui s'y connaissait dana lee ma-
emport6e par la rafale, fouettait les vitree. ladies, re pourrait pas lui enseigner un
On apercevait devant la maieon quelques remAde.
arbres qui, en geignant, penchaient sous 11 n'y avait pas de m6decin dans le
sa tempete leur squelette pret a se rom- village, pas plus que de cure, d'ailleurs.
pre. II fallait courir i douze miller d'ici pour
-Un temps i ne pas mettre un chr& trouver l'un et I'autre.
tien dahors, grand-pire, dit un invite en Au moment o6 nous entrions dans la
posant sa main sur 1 paule ou pere Chrbi- maison, la pauvre femme pousasit des cris
sostome. a dkchirer le coeur. Elle voysit le diab'e
-Tu I'as dit, p'tit Blanc. Eh ce- qui la tirait par un bras. M&me que son
pendant me croirais-tu si je te disais que garon etait oblige de la retenir de l'au-
j'ai fait vinglt-qatre miles, par ne tern- tre c6t0 du lit!
pite "de m&me", avec un seul cheval, moi? Tout coup elle so mit i cracher du
-Par one tempkte de mime, c'est gu- sang, pis ell s'aopit Ell avait I
re poaible! figure toute rouge, toute maigre dan son
--C=est -ben e. cj_ et tiens, fat et ir brilliant les iJ-
jutemannt trente ans, jour pour our, quo vres piles. On arait er qu'elle ne ree.
e'est arrive. Je n'oublierai jamais r de pirai plus.
ma vie. J'y pensais encore tout Ai l'beu-
e. s Son film, a genoux, 6grenait un cha-
e viseiard posedait une vox sonore. le en angtant. L1 maria essayit de
Ses parolee avaient nt i entendne et fire i'homine fort, i regardit le plan-
aintemant, on format cerck autour de car pour cher les grost lane
i. qui conlaisnt sur m jooes et juae dan
-.-Oh! une histoire l Baconte-,.ow sa mostb.
dene ., t1* re Joe Vus Muwm q'oa ava t I. coeur
Pap Clhriotome no danandait pas gross, ma vieie et moi
mieux que d faire coanaitre one aven- -Q'est-e u'elle a, demands l maria P
Starl dUt 1 asait I' an des ro%, ssi BenI e'taiemt lea "broabes, ma visil-
-m. P rei ia i r aM -'irei trTiwr- w~t a.,misu Ji-.ii~ eil
Sis la~I une "ieroUsmn dama le doe. 1 n'y
.-. a rien de milmr poer air. per l
< -Dens as fcipe ~W, dt-le6m ^I NMI ffMiJM4]i
*'irl ias dt p alWy c tiote entra i4, tvoit reqardiW fi
40 Se ia. il -B en de, dit quo c'tit aerMpifr" qp vWait
4)y $VIA Mi do a Jet er 1u oeeur. Comme i y
S^3 rt. a* f ait dv kait oa fit an a t "tap Mms &i
^ki *a* tat Ole1 & h I t da p* ab na V" d


Elle cracha encore tout rough et a
reaversa, blime, sur son oreilr. Je
croyats que e'6tait fin; mais 4l* nipi
rait toujours. La vieille Baptisto pr-
tendit que le mauvais sang du coeur is'
tait rid6 pour fire place a do bon et que
le "r'sipkre" allait ftre empoisonni
Le mari, fou de douleur, as tordait la
mains de diespoir. Ma vieille me dit:
"Elle va mourir, il faut aler eberebr un
prftre!"
Aller chercher un prftret Bele corv6e,
hein, les amis, par un temps comme celui
d'aujourd'huil Vous saves quil fallait
faire douze miles pour aller et.sutant
pour revenir... Mais quoi? Vaimenrt
on ne pouvait pas laisser mourir sas con-
fession une creature do bon Dieu) D'u-
tant moins que le d6mon la tenait dt j
dans ses griffes.
Je monte dam mon tratnean et je fi-
le. Ah! mes amis je ne vous ohaite
pas unr voyage pareil I La quatre on ciq
premiers miles tout alla i pen prs blen;
mais les chevaux so fatipgent vite quand
ils enfoncent dans la neige jusqu'au vn-
tre a chaque pas. Non n'aTioUn pas fait
la moiti6 du chemin que ma bte 6abit
presque 6puiahe.
- Des fois jtais forc6 d de deendre pos
1a tirer par Ia bride. it per-doe -le
marhl, un-froi d I iMar mon hevl tt
courageux. II tombait, puis as revuit,
soufflait et repartait. 8i bin qu'a la
fin nonu avoou ruad i a atheindre ut.
II me aemblait que noae n'aurioa ps
faire un demi-mile de plus.
J'espraia metre mon pavr cdeval
dans I'6curie de M. le curt ; ma*i, qoa
naheur le vicaire Tenait de pertr n
roituri I
-Bah! dit 11 cIurt vot be ira
bien encore juuoqe Ceos ClhsAsloW M qWi
nousprltetr.. _b..._
Et wnos voi& npart'S, Nos ut-e
onions che la Is rMbodS o 'r w ui

Qr unsdi o til ade r amuW, Aa
Saiis dp'buts nt.


qua pr a vinia tiW
que in f)LI & i
quo Cbovi aH a
q a-l ;u de Ut -Mf 1. 0 I b-
,min -!gtZi


T_ ...


__ _





LE CHIVA I r, m 918
LE U'HABIVABJI, XwtreaI, $3 msi W191


bas do beige, A a qnart do mille de
ches Dowitbe, et ii m'est impossible de le
snmettre debut. 11 mt fourbn. Nous
faisn i pied le mete du chemin Dosi-
the btait cmhe luL
-Prete-nous ur cheval, que je lui die;
e mien et tomb6 ur le chemin, il ne
ppat'plu fire an pas.
--Prter an choral par un temps de
nAmne? Ben, 'pense pa!
--Mis L c'est pour slier confeaser une
-mourante!
-Non! mes deux chevaux resteront i
1'6curie.
-Pere Dosithee, dit M. le cur6, vous
Ates chrbtien, vous--ne voudres pa que.
par votre fate, une femme mere san
confession t
-Je ne veux pas fair tur ms che
vaux I
-Le temps press, pronounce M. le
cure d'une voix solennelle; si rous tar-
done peut-tre ne trouverons-nous plus
qu'un cadavre' Saint-Epiphane. 11 ne
faut pas que le dmon emporte ctte &me!
Pour l'gmour de Dieu, Dosithe, je vouF
en supplies, pretes-nous ur cheval, et hi-
tes-veons... *
-- onaoir, M. e nur C'stlbie beau
vos dicours; mais j'aime mienx mes ani-
maux. ,
-Venes, s'eclame le puetre en me rr
gFrdant; retournons votre voiture.
Et il ajoute d'une voix inspire: "Vo-
tre cheval now .enduir. I"
M. le eur6 avait dit vrai. A pine
somauee-nous instale dam I* trateau
que a bte-. rselve, e oon set part I
food d traia. En deux m i a9mo
S-rv i dwiat il miso A d Dosith&e
qui nouT mrgarde paser behi lee deu
bras on fair. Mba cheval as glope pa
i glisse sur la eige detar eqdl, il y
a ua snatat, it enfo g it lo atdemet
"P6game B devalt pas dv6orwr Pepace
p-is jpideaut," e disit M. le 4cur
qudqueUI jm ip s ted.
PJ i ui P*e auiai 'i
alut de s tsi"4. c'dtalt sranm at ur
hus p" g n Im sambletda it tot mo-
i-it (a baog alliUe falr la caumbe
il B emo he ttae esm e k seto-
B&*l"h e tre Q le'wlac. Nos
7 u. waia c 4 au axtwae. N
6i l-rW U W ^a


Mile Palette, t4nt la r6puattion est
6tkblie depuis longtnmps et qoe nous
avon ruast attacther notre r4aCtion
en lui aijant -n rnnt d nv rnnnria


avec empresaement aux questions sen6ee
qui lui aerort poe6es sur touted sortes de
sujets, et ee gratuitement Noua co-eil-
lons a nos lcWeaurs et A nos lectrices de
profiter de l'occasion pour apprendre tout
ce qu'ils 'oudront.

Q.-Quel jour 6tait le r janvier
1902 ?-A naieu do usvoir.
R.-C'ttait le jour de I'n.

Q.-En deuil de mon mari depuis un
zsmaine pUis-je porter une robe rouge
sang de boeuf et un chapeau vert anane ?
-Une V9W ffliat<
SR.-11 vaudrait peu t4tr mies atten-
dre encore un pea, masi si voua mettez
uTe robe woire par-demus rotre robe rou-
ge et Un voile uoai bien 6psis mr votrw
chapean Twt, aOe verr pea.

Q.-Je rencontre souvent dana la roe
an jeuae home qui me guard en pa-
sant, mais n m's jaasa rieA dit. Com-
ment fair pour svoir s'il m'aime?-
Ams aimeashr
'D t^ ..U>'..- .^.L 4 .' i.. 1 I.IA 4 -


de li demandw datsemt: "nI1 man-
sieur, est-ce que vous m'aimne ou si vous
no m'aimes pas" Vou aeres fiae tout
de saits


Q.-Combien faut-il de entian por
fire nM trUente a?-Mathkeati~e.
,.-Si quelqtlua'n wtt lii ,-iiadre
rut1r n^P "Ai nr r*'PAva rntrr am& nmn


drons avec plaieir.


Q.-Que veulent dire le pr*noms asi-
vants: Ag6nor, Bodolphe, Louis.-Iro-
ntnt.
R. Aginor, qui est ig; Bodophe, qui
rode; Louis, einq pistres.

Q.-Est-il bon de cirer o de ernir
ses chausire quand elle snt terma oa
sale- ?--Tr inqwuis.
B.-En hiver e'et biea intile, ear i
vous mettes des claqe on oe vwlt pa
vos chaussures.

Q.-J. dasir s enia ne pae d
servant iaa u boBm ia
tants. Pa. de Taina de
de repassg, pas debaoa m

rences de
jolsmas &t
nia- p rnish
t-os ma-dire oi mrafareaber? --r shf e
disisH -- h
Rt-A la rongoe-Points. _
AtMilu~
a-A ~l~fib


LE SANS 00s"


F tit Courrier de Fauktk
S3wowaB o owa~Lowswawfi^^


r


1 '


-- --- --- ----- -


--


- --- --~-- -~---- --






Pages
Missing
or
Unavailable






Page
Missing
or
Unavailable




I
LE C~HAsRVAHX, MonrdraI, 2~3 mars 1918


A A & -
*..*4..* *..* ~-~~ -~~ ~ ,,,~~ ,~~~--L r~~~~ L ~~~~ ~,,~ -L 1~;~~


PETITES


ANNOUNCE

~~~1 ~ ~ 1 ~4rrr rrrrrr


&. -


- # -we0 0 0W eq


- w-- --T w-w -u- wv ---~~r-,~~w


(Tarif, 10 cents le mot)

Trouvi rue Sainte-Catherine, entire
Saint-Denis et Peel un petit sac de toile
w nCn.,4 A.7 1 t A n


Eprouvte par la guerre je louerais A
un monsieur distingub qui partirait a
5 h. 30 du martin et rentrerait 11 heu-
res du soir one jolie chambre noiie 6clai-


ree a if onanueile et pourvue de routes les
autres ameliorations modernes. Le mon-
sieur devra se chauffer lui-meme. Loyer,
$45 seulement par mois. T61graphier a
Mine Vve V. 8. 0. P., 2875 rue du Re-
gard, Hochelaga.

Place votre argent dans les produit<
alimentaires, e'est ee qu'il y a de mieux
par ces temps de guerre.
Nous. sommee charge de vendre pour
le compete d'une succession, 8,749 actions
des ce6lbres mines de pIt6 de foie gra
truff6 de la Saskatchewan; 2,741 actions
de la compagnie des Banes de sardines
d'Ontario; 1,132 actions des mines de
Seidlits de PAbitibi et 41,10 actions
des tanneries de peaux de crocodile de la
Macaza, le tout au pair, soit $1 par ac-
tion. Envoyez immadiatement I'argent
la socit des Boos Gogos R&Mnis, 2575
rue Jacquot, Montreal. Vos intfrcts se-
ront ph6nomenaux.

Une demowisc u ambe, douke d'une mus-
culature puissate et dba qppendice na-
sal tris d6veIopp6, -hant joaer la gr
- to in 1 wmmj-- & IS A .^ j-


& chaussures et contenant un billet de char
et deux allumettes. Le propriktaire pour-
ra, en payant les frais de cette announce,
le r6clamer personnellement i M. Leo-
pold Ourdichon, No 250, cale de Mayo,
Buenos-Ayres, BRpublique Argentine.

Une jeune fille tris distingube qui brfi-
le depuis longtemps de se marier, d6sire-
rait faire Is connaissance d'un monsieur
mur et chauve, ayant une grosse fortune.
Ne sait pas fire la cuisine, mais joue le
trombone A coulisse et la ruie-babines A
la perfection. Est tres forte aussi sur le
phonographe. Ecrire imm6diatement A
Mile Y. L., easier 35, le "Charivari."

Un couple sans enfants, mari6 depuim
la semaine dernikre, desire une grande
chambre meubl6e, chauffee et clair6e A
l'6lectricite, avec usage du salon, du pia-
no, du thl6phone, de la glacihre, du poL-
le i gaz et des servantes de la mason dans
un quarter fashionable. Paierait jusqu'I
$5 par moist. dresserr X. 0., easier
8974, le '"iarivari."


de rendre sa collection Ia plus remaqua-
ble du monde enter, afin de fire hon-
neur A sao pays, le Oanada, prie ls per-
sonnes qui- peuvent disposer de piiee,
vieiles ou neuves, de lee lui erivoyer frn-
co A l'adrese suivante: A. A. bottle 102, le
"Clarivai."

Un Boche kvad6 d'un camp de coonen-
tritioi demamde ne place e gardin de
ntit deas ne fabrique dA manmition de
gaer du Canadad otebde -U. 8i-
B^ *_. ^_ .. ___ ":-__. **. *^ J-_ a ,-*-- --_.


Jolie Saigon de p.. &i wmndm,
i hadrbeA0o4 1- closer, "t.t4Wl dA*i
Cttreipbeba. -Twlah sob eit pieituz;
sn s eant AS mmawan aiw 'qi oitir
leN meAi'iqouin- 11ie6W *.10 psar
8%, en Ubo-wraod 4t an boomesd & e,
hle" per ax eabn k six (" the"at et an


On demanded ad changer un tricycle et
un manteau en imitation de mouton de
Perse contre me meaion en nbiqae t
trois ktagee sise dane le centre de la


ville. On paierait les taxes pour 'ann6e
prochaine. Casier 12, le "Charivari."

Terrains d vendre.--C'est le moment
od jamais d'acheter des terrains i la
Pointe Bleue qui, par le fleuve St-Lau-
rent, est en communication directed wvee
la m6tropole. Les prir sont bas, la tem-
p6rature aussi et, dans un avenir peu d6oi-
gnk, cette florissante municipality sera
probablement annex6e i Montral. Une
fabrique de baleines (i corset) doit venir
s'y 8tablir. Eivoyer $2.50 pour plan et
description i Eustache Drolichon, Poin-
te-Bleue.

Un. jeu*e home de famille extrdme-
ment distingu6e, mais peu "fonce", dbai-
rerait passer le rest de l'hiver deas une
famille tres .l'aise, comme home de
compagnie, en Floride on A Cuba. RBf-
rences exiges. Salaire modique. feri-
re easier 935, le "Charivri."

Un ancient caiaser, de retour d'mae lon-
gue vill6giature dan la jolie petite ille
de St-Vincent de Paul, ollieits nme pla-


M eo confla -aft me "oU ain an-
tre maisom of ii y7* basuup deargunt
Ecrire & M. V. 0. L, caet 349, le "Cba-

rivan.o~, 3dse~r r win

Iou illab mWuvoyer idietines doux
dollars. Dmsia il~w i wmtb. tro
tard. J.. V. 4, bd* OfQl, "Yhar.-
r)."


Pe w Is chustN#.-~gt hawl. tri
__seibbaII ML- 4 rbw
W-2b Iic~~islr


*AIM d0b-t &LOA&.. -
.SU7I


Vol 1 -No 1V


a~a.


d
I
4
4


______


I


-----


-------------


V -


~~~~- ~-~~~~-~~~ -~~ ~~~~~--~~-


sirerait fire pruti da'un orchesti esn qua-
lit de soliste. Peut ausi, au beoin, jouer
le chapeau chinoi -s. Mil Exantbhte,
easier 1142, le Charivari."


---


-- ------------ --





U OCHArIVARZ; Mootr64, S3 sem 1918


. ~Vo 1 so 1


Ua c, pis O co...

Le "p&re" Caseebraille, que Pon appe-
lait p~re pace qu'il avait les caeveux
planes, tout implement, car il nI s'ftit
jamais maria, tramilait chess in habi-
tant d'em bas do Quobe et at t.ohait
pasu n groe slire, je vruon a ponds.
Au.i "tait-il tri, prt do aw piece.
Mai ii eait beau Stre 6coamae, it tal-
lait toujours bie' qug' portit da etIs .
iAI (- t O ped aroi i. l li mo or
t-geMr ane cwturire deo e a i ,
d'Uae certaine quantity 4'
Spa, et li demand do li cobn-
an pantalon.
e_ ta M nambanu=MI tia le pm Case-
Maast a alIt d ipter detd fosb
t .chose. A.L, l' 'dit: "J'ai
il tr MIne Jaca k pit Marpe J
'J'ai pris an cosp, pis an aoup";
; Isfauce un arpent, pas -n arpent''


done Ala coaturiker Magaerwit


-Jsas bean Mowtiat, la Saad'Mcsae.
J'isgudnid t r7ebhr r iu r irt jd-A .
H.it iamrs a,!L, Cabril, fran.it


de la rue
COIUHL


8ts-Oatbeuine-E~t


i I port de ] tai, t h denan- .
dait si a "pire de calptt" tait faite..___
-Tenem, sl vR; lr'girdesoi ia si
e'et p bean oma TAiAC
-Oi, efftte, a, P fr.bea %m-
g en grand. Quis, fjempiei. VTw.
ton 6.a...
--Quoi? moan d C*a t p. In p Acu,
I'p&re, e'et an. piste. n
-Ane piate? MaiM fai dit quo ftM BARBER SA
dennerai un &ca, pi t6m cua.
-Eh bent n cua, pir n o", a" fait
ane paste l
-Mxas, ftu p wa parl d'ae paiste;
fJai dit un kcu, pI an u~t....
-C'et be ~g a'4 mer, viie i _=
VP IA, i -nate a te6 IlI adares to i
pairn.d 7:alette.
,Et 14 phre Cie.ramle dat enxtrps r d 1
fin fouid w viiaes colakottus an ca,.
pfs ua. (m Nan ia"..m
pS0-.*&1
o- It as flfllULs da:b

___ __ __r_ ____ ^ fat Ira i.. ...Jiu.a a
YVoMs A~ rSfAS T Q mN y p aoiii- -D A Ua iAM-i


S-, ii


Stistoriettes Canadiennes






Ll Of AKIT&M, Matris1, raws aIis


V*LI so.I


---*>* u u< u n m u *I p 1 I I $ 1 0 4110 1 Iill4


NOUVELLES SPECIALS DE LA GUERRE

DoSIN i iiiiii )ii it-i 04 1104

(Par t614phone sans fil)
Berlin, 21.-La situation de 1'empirn
allemand s'amiliore constamment. Nous
avons des vivres en abondainre et tout le
monde engraisse. Le pain se vend 2
cents la livre, le boeuf (filet), 4 cents;
la saucisse, 3 cents la verge; la choucrou-
te, 1 cent la livre; la biere, 20 cents le
gallon; le champagne, 10 cents la bou-
teille.
Jamais une telle prosperity n'a rigne.
Toutes les villes sont pavois6ea
Depuis le commencement de la guerre
nous n'avons perdu qu'une douzaine
d'hommes, victims d'accidenta.

Berlin, 16.-Le grand tunnel sous la
France et sous la Manche qui nous per-
mettra d'arriver inopinement & Paris et
i Loirdres est presque termin6. Une par-
tie de nos troupes (3,000,000 d'hommes)
ira A Paris et une autre (155 homes)
s'emparera facilement de Londres.

Berlin, 16.-Nos alli(e les Turcs se sont
empares de la tour de Babelle qu'ils vont
envoyer i Berlin. 'On assure que notre
bien-aim6 kaiser appr6ciera beaucoup ce
cadeau.


Ils ont rtussi a former i clef 1s por-
tes du bobpuore.

Berin, 16.-Au cours d'une reconnaia-
sauce, ier soir, un aiuimpe uiaaL ad l-
manu, hanz Lwjpauier, aunt le uom pas-
sera a a poiSLrlte, a arr t et Uefunc4
dun coup do pomg deux tauuks angial
et un tan imrangai.

Berlin, 16.-Tout indique que la guer-
re va so terniaer daus qutlyues heures
par la v.ctoire ecrasante ues troupes de
I'Entente. Une fois Varis, Lyon, Bor-
deaux et Carcassonne en notre pouvoir
ii ne nous restera plus qu'A prenure Ro-
me, Londres, New-1ork et Montreal pour
pouvoir imposer nos conditions de paix
qui comprendront I'annexion i 1'Allema-
gne de la France, de la Belgique, de
I'Angleterre, des Etats-Unis et du Cana-
da; notre protectorat sur le BrAoil, I'Ar-
gentine, le Chili et le Porou et 1occupa-
tion err permanence du Japon. L'un des
fils de notre vaillant kaiser mera nomm6
roi de Russie.
Nous allons couler d'ici a 24 heures
tous les navires de guerre ennemis et neu-
tres afin d'avo'r la mattrise absolue des
mers.


Berlin, 16.-Cet aprbe-midi A 3 h. 42
.une cinqaantaine do .oldate pruesien.
commands par le Kronprinz sont sorties
de leur tranchee aprea un arrosage des
tranch&es en-emies a I'acide prusaique
et, en cinq minutes, se eont empares do
35 miles de tranch6es sur une profondeur
de 143 miles et demi. Nous n'avons
pas perdu un seul de nos brave. soldats.
Le Kronprinz v'est specialement distin-
gu6 en faisant prisonniers 135,841 Fran-
gais et 2975 Anglais et en abattant, A
I'aide de son revolver, 25 aeroplanes.
II continue seul ea march sur Paris
oi il se fera couronner mi d'Angleterre
et de Belgique.



Vienne, 16.-Ce matin, avant leur d6-
jeuner, nos troupes se sont mparbes du
mont Assiago et 1'ont transport en ar-
riere de nos lignes avec lea divisions t- .
lienies qui s'y trouvaient. Ce beau suc-
ces a cr66 une grande impression dans la
capital. Si nous en avons 16 temps aprA
diner, nona prrmdrom. BoRn.


CEANDARIL POUR LES BOCR8ES


i1'
/ .//
L.


- r.~ mm z&; n


Oft pcwrsion de quall
-:- PPSUSOeMb



., -6


Papa. api4. Ia- pm'r., turn
-raoo.lrwa tea bs-.iues.
N(n~... fla... 133 petit...
Wseri



VA I* -u: d Son A 1 a Dp
aMW 001" & .ft
*bflk.

2 ism ul 4.-


-----






LB CHABIVARI, Montr6a, 23 ma 191S


On mouve ct'anne e


Depuis le commencement do f6vrier
une foule do bonnes dames, le nez au
rmnt, a mine prroccnp6e. arpentent les
trottoirs, seules on par groups, dans une
exultation mtBrieure et s'arrttent de
temps en temps devant le: 6criteaux oth
s'6talent ceas fots flamboyant A leurs
yeux: "Logement i loner," "Maison i
loner".
Indiffkmrtes A Is crotte of tralnent leur
robes dbja plaques de mille petits pl-
tes gluants et d'arabeques griestres, elles
vont ainsi des journeys durant, la dm&ar-
che veule ou se pavanant, le jarret tendu,
alIsJmnar 6tabt do merice.
r tes, panuresses en rupture de tau-
4- :lltee de leurs v&tements des di-
i i critiquent I'architecture des
i de la rue Sherbrooke qu'ellee vi-
'- B".e soin at dont lee pieces, prten-
71 :l' sent mal distribute on trop

to entres furettent avee un 6ral plai-
l togn les coins dee appartements,
on dnuds, oth elles penvent s'in-
: taillent avec lee femme" loqna-
termtinables bavettes, winfriment
nt. de I'occupetion, de l'fte des
Sdbonnaires; font connsatre les
raisons pour leaqnellen s'impoe Ie dkn6-
nr ement: apprtement trop chad, trop
-froei.- hir humid.. hop sec hsw wsm-
bre, trop idalir, trop rPnd on trop pe-
tit: Ie vaeaunm asaourdiaant ftit par lee
enfants d'au-demssm an d'an-desaow, le
dt~etajkle caracttre, la conAuite cawna-
leuse d'une voisine on d'un voisin: la mau-
vaise marehandise des 6piciers. des bou-
chers du quarter; s'empsrent de l'album
don't elles admirent lee occupantse puis
partet en promettant do revenir bien-
tt.


Et l soir, eo famille on entire amies.
c'eAt un long dballahe d'observations re-
u ailie s a a .con-do 4.e riaita, viritahlte-
perquisitions domiciliaire
Cea no ceae qu'aux approchee du moist
-de inai,-poar paI i-n n-ae ge-- a-
re de distractis: s prpmaratit d 6-
a eQamsnt, c'st irse boCulekt e-
m. B a nt milieu duquw .~ant,
a t, 1 a. dame, -obe1 t, .4-
.-oo,; t, .. annes A
F .. l, IM ,.,. .o.L ,


I


Epoque de jefne pour touted I mai-
sonn6s: poles, marmites, caserols, ver-
res, asiettesa cuilres, fourcbhtte, tont
est entass6 dans d'insondableo caisees so-
Tidement fermee A grand renfort de clous.
On a bien le temps de cuisiner quand
on dkm enage
L'emmhnagement arrive enfin, son-
lagement relatif aprs tout ce tracks; f-
te sans pareille pour tes dames. Le vies-
ge 6pannui, alertes encore malgr6 le sur-
menage physique auquel elles se- sont Ji-
vr6es, elles declouent, reclouent et d4-
paquettent. Tout stale, puis on range
et, pour neuf mois, Ia tranquiillit6 r-
nalt.
Jamais, depuis qu'on d6m&nige, on
n'est tomb6 sur un appartement si beau,
si comfortable, si sain; une vraie bonbour-
nibre, 'idbal du home, quoi!
Certes, cette fois on est install pour
longtemps. Si le propri4taire augmen-
tait le prior du loyer on lpr6frerait se
sonmettre i sew exigenees plutat que de
partir. Ausei bien, trois d&m&nagwments
valent an incendie, comme dit le prover-
be.
L'Vt& venu, cependant, on constate.un
~1er defaut: la chaleur sefait an pen
sentir dans cet appartement module. Ton-


UN HEROIQTUE SAUTVETEUB


t~i~t). -I


sWm


Mais o& .ira-t-on NPe IAchbra-tre pa
la troie poor Pombry .?
SLe ddmagemeit anel a


O .ise -.. ii

-h t ...
t9-b
a i naIl


~3g10$~eZ9~0I~C~


t~tl


BlaDWBMBDCMC2QK2X3D~GmBWO. xB;G


I^


to Is journ6. le soleil darde ses rayon.
on plein salon, d6colorant les tapis et Is
tapiaserie, puia dans la cuisine ou Is po*-
e tuffirait pourtant. II y fait dcid-d
ment trop chaud.
Par-deaiso l march lee maisons, do -
vant et darritre, s'oppolent au passage du
vent Izmtile do s- 1 dissimuner, c'est
un 6touffoir... & certain moments, me-
me, w ae roiurai deans tne tave, daen a
Four. I1 ne doit pas fair beancoup plus
chaud en eer.
Et puis, le soir, impossible d'ouvrir
les fenftres: lee cris des enfants vou~
entrent dans le tympan comme des ai-
guillee Cest qu'il er grtle, da infants,
dans ce quarter: tons les gamins de
Montr6al, 'sans exception, semblent s'y
&tre donn6 rendez-roas exprha pjur vous
exasprer. Ils set vbritablement 6ner-
vants. Ases acceptable, cependant, les
voimns, auf cette groese bone fmme an
nez retronus qui vous rwadeg dLt d3ft
d'air et dolt avoir mne -lartume, oh! mais
une lan el... Le gmen de cette esp-
ce-li sent lee plus dneeanre du monde,
- et oi'e i ita Pl s-ea oigner.,
En fsQteome4etu apha Bon ss, mais
on as promet bian.,dam an for inteier,
de n pua affronter le spplies dea wtt
wate un an t re 4eatrm- m Rs qat e rwm
brAlants come dei parois d cbhadite.
Et, dana le course de 1lhiver, on dimras
que ae batteries. Une vase collection
d'argamente i f anr du pageant
a M4i prbpae oigneusement: is nudason
est caMude hto ft froide n hivr etk ion-
s~paqnmmet, todt i Ait maaluine; 1 A&
chiappe parfois, DMR Wlt MCoi, bdi oour
naueo6bondea; durant des mois es harle-
menta dese j*its voyous du voisinge vTns
ont c% la tte nen faut plust-.
tout se vend plu dher qu'ailear ces tles
marchands des environs o* I'on ne trome
absolument rie de bon, tc., et,..
Conclusion: on a~magr- a mois
de- mai probdmin


"7;~yr .~,


VdL 1 2*1 1


hter







LE CHI RIVARI, Monti~al, 23 mars 1918


La "commission des sources de revenues"
de Montreal s'efforce, naturellement, de
trouver les moyens d'attirer Is dollar
dans le coffre de Concordia ol lee ari-
gniee tseent maitenant leus toiles en
toute liberty.
Elle a pen4-n'importe quel expert
anrait en cette idde-l--a augmenter cer-
taines taxes et & en imposer beaucoup de
nouvellee:
Taxes sur les ce6ibataires et le veufs
ans enfant; augmentation de la taxe pour
1'enl'vement de la neige, taxes e ar e1
certificate de -plomberie, sur les tables de
billard, lee sales de danse; augaenta-
tion de la taxe.sur lee chiens, taxes aur la
loyers, etc.
Mais elle ne semble pas avoir pensa &
maintes autres sources possibles de reve-
nus don't nous nous permettrons de li
signaler quelques-un:
Taxe sur les vieilles fille qui cat re-
fuse de se marier ($5 par annb poor
cheque proposition refusee; ^\
Taxe de $2 par chat et de $1.75 par
chatte;
Taxe de $50 par piano et de $100 par
piano automatique;
Taxe de $25 par phonograph et de 10
cents par disque;
Taxe de 5 cena par rouleos de papier
de toilette;
Taxe de $5 par chapeau de femme e
de $3 par chapeau d'homme;
Taxe de 2 sur les "gdud" qui portent
un pantalon serr6 et exhibent eun dchm-
settes;
TIxe de $10 sar cheque archevin;
Tae de $2,6" ur le aaie de Moet-
rWd;
Taxe de $5 sur les isrm s slae
seringmo ( cawe 4k 1 W I- d'ea);
&e un e tr. e m ate d5
'ed e sr he. o^r l




P'0f Lif I te t

. V 8 a di sphs b.& fi(
3A

111 ~CI~--a* X -4II r


Taxe de $100 aur cheque vieux casque
de premiere communion (mais on peut
s'attendre A une forte opposition A ce su.
jet) ;
T7x de e 10 par enfant pour le fa-
milles ayant plus d six rejetons;
Tuxe de $10 sur le belles-mnres et de
80.02 our le gendres (il tfat que ehacun
fase sa petite part);
Taxe de $75 sur les veunes et de $0.85
sur leevoeuf qui- ne se reorient pe; -
Taxe de $0.10 par mille sur ls mar-
cheurs, i part les facteur et le police-
men;
Taxe de $50 pour cheque d6oes;
Taxe de $2 pour chaque cuillmr i pot
et de $1.50 par fourchette;
Taxe de 85 pour cent sur lee salaires de
$1,000 1 $1,200 par ann6e et de 5
pour cent our lee salaires plus ev6s.

TOUJOURS EN ADVANCE
-Ce qui fait le malheur de ce pauvre
Gugusse, c'est qu'il est toujours en avan-
ce
-Ties I c'est ben curieux I
-L'autre Jior i s'e allait cherber
de outragee da an chanquier. La gr-
ve venait juste d'clater. Alors, il a'est
mis avec lea grftates avant d'avoir as
place.


L AMMe*imteftiawhe I Aff a I*fait-

lift 4W IU If ne
lamaY~";pss,utt. tel.' lowoCi, 1w
ailfier do dimwa As Mmle VerV ite*
as 1'AvuuOG Y W dams Sbiva -
1dl~pl~l4~~ Um~ eaiti M%


POURQUOI LE POETE VIVAIT
ENCORE
II se distinguait du reste des mortels
par sea longs cheveux et son front de pen-
seur. Aprs avoir 6crit un pome intitu-
14: "Pourquoi je vi," il le signs "Arthur
Anatole" et Iexpedia means retard A une
grande revue don't le r6dacteur me tar-
da pas a lui envoynr la lettre Islvate:
"Mon cher M. Arthur Anntole- T
raison qui vous permit de vivre encore,
c'est que vous aves envoy votre pokae
par la post au lieu de 1'apporter person-
nellement"

BON PETIT COEUR
-Mouman fais-y moi done gotter i
ton remede centre le rhume de cereau,
disait i as mre un petit garCo. Apf
avoir goflte 1 remade il fit une affreuse
grimace et s'hcris:
-C't'effrayant comme c'est bon, mra -
man. Gardons tout pour poupa, vux-ta,
mouman ?

ENCORE PLUS MIGNON
Lui.--Quel petit pied vous ves! Ja-
mais je n'ai rien va d'ausi pet't I
Elle.-Erreur, mon smi; mes chanasn.
res sont plus petites.
%


V.-


1 Et war os o Wfamex dftettb w S
fin tire Is bloc de g1~ce Jusqn'& "0 8p-
le d'ot so ddpgeeit, une ckhew,
sumi Quo I'qruAgrWe fumet plat d'un
rdesspfort "ishL,

P'Lk


13 FAMEUX DETECMIVE ZEPHIR ?IEZ!N


- -- -~--~-


- '~---


-------~


Vol. I N o I







Vol. I No I


LE CHARIVARI, Montreal, 28 mars 1918


aa_ AP S a -,


zmm--- inE -m -- m- --mm~-


SUu peu de cuisine Patts divers
**i******** ********** 10000006.*t


LES PLATS DU JOUR
8i vous voulez manger deux oeufs frits
n'oubliez jamais d'en fair cuire un d'un
cft* et ie second de lfatre cot6. Ainsi
vouT aDprwciercz mieur lner na mret


Sw


Si vous dheirez manger, i vote desert
on m&me entire lee reps, de bonnes confi-
tures de fraises, d'abricots, etc., prenes
une some raisomuble d'argent et allez
en acheter chess un bon Qpicier. Cela vou
coOters meilleua march que d'asdc ter une
terre, de cultiver des ftrite, de In rlol-
ter d'en fire vous-eame des coafitu-
e4, 4t vous pourre vow uatisfaire plus


PrWw fire d'exceUmtes patates fritee,
0c0 bouillir de Ia grsaie Afi de s-
'_ ir i enlle et asses chande trempes-y ane
mtu no Py huMr- pm trop long-
l.W et remplce-lao per dCsVeIns d&-
Sen petits moreaLx. Quad .elle
mMt bien r6ties erM-lM avere graiMe
md ne soupitre et laisezs -efroidir
etde ervir.
J.. wing
~~> ou t6 t u vin Prenes ou,
S~ cbet un bea gre lapin, tues-
i k p.. t irraches-lai es poils. Cer-.
a- .S personnel prt aent lea jfire gril-
ler paree que ga va plus vite, mass ia
~ WA,% V*..- I V lf


c- uuvmmg. c psu. s tea ps a
tes-le sauter dats un poon, mais pe
trop heat, eqpeadant, car veu riequerie
de le hire tomber dans le feu, ce qui le
br~lait at lai donnermit une vilaine ap-
parene. Quand il sers cuit & point, man-
ges-le en buvant une bouteille de vin.
WEW
Uwe nofeUle mndiode pour engraiasr
lee c .bE voauiste A acheter de grades
quantiise d'enfe et i lee kisser ae d6eom-
poser avant de lee offrir 4 ces meai an.
O'est, dq p.~ie, o e vi Mie t decoo-



LW* A-h


Le maire Martin, 'il est rMlu, n'mar-
gers pii.s a budget t sa job sera de re-
cevoir la viitears... Alor, que devien-
dra S6rere? Et de quoi vira notre pre-


amiteuor Inmo"ys .P1aPLe pr Aoo-
nomaImr le e.dwbea veat c t'at eiwtr
dane son litquand ti trod. Aiasi on
eoonoe suei aei h norittue.


Ais artes. t"s 4eN

0it -


-------,--~--------11


8. Mats Tater fts aettaft. 11 voulait se
rtgaler de ponding. II anrma do'be longer
branehe furchueb


---


1 71. 1


--


i,-_ A


- i ..


mier magistrat?... I a bien fait de con-
server son .casque de premiere commu-
niorwl


II eat regrettable que les commiswi.s
des vivres da Canada et nos liaslateur
nO s'acoordent point ar les moyem a em-
ployer pour diminuer Ie coat dae I vi
Tandia que lee Bas recommnadent de
manger moins de viande parm qes It
chere et doe erattrapetr er Ilea a et
le poison, qui se veadnrient mei mar-i
chh, les autres s'appliquent A sugmatsr
les taxe des Montalasa. II fandra doze
donner d'une main ce que l'or aura 6cono-
mia6 de 1'autre.


Plus de bire, de vin, de brandy, de
scotch whisky, de bolho-ws tkey..
plus rien a boire dans la province de Que-
bee apr4p I ler mai 1919 Nous pouvons
nous attendre, en consa6qence, aune for-
be augmentation de la taze d'eau
Pourquoi nos braves d6put6 n'oet-ile
pas prob Wgaement, tadis qa'is y
ftaient, le caft Itle th6 _ti nt tris dmn-
genux quand on en abuse?


Beaucoup de gene parlenr u 4 d'alter
8'etblir dans le Maine apris Ie 1r sat
1919.
MEU


1 i' t I attiUrer lid Is peoudig.
ife~eaeeaiitixif ropkentko ailsa pas .i-
si Men gl rPusrat desrx.
i alst qust'e~ e.qr at ap? 's la
boome ifiBaC. Ca aoit eaore ere oe er-
pa-d i TuIt!


LE PETIT GOURMAND PUNI





r




1. La bonne Oudle avadt fait une belle
poodlg et, afin de la mettre en suret6, elle
t'asit plaeO bien haut.
*




LE \
14 LE .OHAIIVAI,~~t, Mo~tyr, 2 main 1118


_.. Notre Journal

II n'y a pas le moindre doute que la population de langue francaise du Canada va se r6jouir comme une petite
folle en appreant la nuisance du Charivari.
Ele aura bien ran!
Notts nou& demla comment elle a pu reussir a se conserver jusqu'k present sans notre journal. I ftat
qu'ele sit une fameuse bdtf!
-- rI eusaeat pour elle uno SuOmes ne, et nouA aummes bien bAli pour durer logtemps.
Notre programme est d'amua~f le public tout en I'in tressant. Rien de plus. Et c'est beaucoup dire en peu
de mots.
S'il faut en croire ce qu'ls disent d'eux-memes nos redacteur-, et principalement Jos. Labarouche, ont de
l'esprit B revendre et une foule d'histoires gaies B raconter.
De rire un peu et m4me beaucoup, 4a ne pourra que faire du bien b nos lecteurs. Par ces temps de guerre et
de vie chre oi I'ennui se tord en crispation, ot I'on se sent come 6crase sous une chape de plomb, la lecture
du Charivari contituera un pr6edeux d6rivatif & la mdlancolie don't chacun souffre.
Rite ri ax cIatI voilk notre devise. II ne faut done pas se m6prendre sur la signification de notre "ch.-
rivarf0:ou fin~a du bruit, du tintamarre, pert&4tre, mais en riant et sans trouble la quitude des partic
Nous n'avons A Y ieft cotre personne et nous ne nous proposons d'exercer eacune vengeance, car nous n'
pas d'ennemis etep derons bien ne 3as nous en cr6er.
Ajoutons ce qui est un point important que to us nos articles seront passes au crible -de la plus
morality et que, consquemrment, le Charivari pourra etre lu par les jeunes come par les vieux.
LA Charivari est une oeuvre humanitaire, et les Canadiens-Frangais qui ne s'y abonneront pa et n'y f
abenner saim parents et Ierws anms -oh! combien nous les plaki .s! seront tout i il g
Et Oar ce, en avant l masique! L

POtR 8IN8TMUITBE A L'EOOLE
L'imlitutrice.-Mes enfants, come
vous deves tous Ii savoir, un quadraipe
Set un tre qui a quatre patto Qc i peut
mw donner zn emw ple?
-M1, jns es blel.


S--estblet~,aePApS,, pOaX






StrMe ur. *I #ir.
I~p~orr~ lC~tSp ~rki~Bnba~dt Ir elIe


i


----:---;-::
--;:
pPEa~Eze~n~nerpaslslr~P=E~ rr~, ~,_~___ ; ~ ___~___


VOL. 1 1ftr. i7`1


',,