• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Front Matter
 Preface
 Table of Contents
 Annexe I. Documents officiels
 Annexe II. Statistiques
 Panorama et analyses statistiq...
 Back Matter














Group Title: Occasional paper / University of Kansas Institute of Haitian Studies ;, no. 14, 15, 19
Title: Si m pa rele
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00085926/00002
 Material Information
Title: Si m pa rele 29 septembre 1991-14 octobre 1994
Series Title: Occasional paper University of Kansas Institute of Haitian Studies
Alternate Title: Rapport de la Commission nationale de vérité et de justice
Physical Description: 4 v. in 3. : ; 28 cm.
Language: French
Creator: Commission nationale de vérité et de justice (Haiti)
University of Kansas -- Institute of Haitian Studies
Publisher: Institute of Haitian Studies, University of Kansas
Place of Publication: Lawrence Kan
Publication Date: 1998
 Subjects
Subject: Human rights -- Haiti   ( lcsh )
Civil rights -- Haiti   ( lcsh )
Politics and government -- Haiti -- 1986-   ( lcsh )
Genre: government publication (state, provincial, terriorial, dependent)   ( marcgt )
bibliography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
Summary: Annex I contains official documents concerning the Commission's work as well as the detailed questionnaire used in interviewing victims. Annex II has statistics from the morgue of the Hôpital de l'Université de l'État d'Haïti (in Port-au-Prince), and those of the Commission recording by month and place crimes inflicted upon the Haitian people 1991-94. Annex III is the official list of the names of 8650 victims of the de facto regime, 29 Sept. 1991-14 Oct. 1994. It includes the affiliations of victims and of perpetrators, and types of offenses.
Summary: "Annexe IV, containing the names of those accused of the crimes described, was not divulged either by the Commission or by the Haitian government ... However it was somehow obtained and published, amid much controversy, in three consecutive numbers of the weekly Haïti Progrès, published in Brooklyn, New York, on 11, 18 and 25 February 1998"--V. 2, p. iv.
Bibliography: Includes bibliographical references (p. 144-146).
Language: Text in French, introd. in English.
Statement of Responsibility: Commission nationale de vérité et de justice.
General Note: Contains the main body of the official report of Haiti's National Truth and Justice Commission and includes Annexes I-III.
Funding: Occasional paper (University of Kansas. Institute of Haitian Studies) ;
 Record Information
Bibliographic ID: UF00085926
Volume ID: VID00002
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 42452513

Table of Contents
    Title Page
        Page i
        Page ii
    Front Matter
        Page iii
        Page iv
    Preface
        Page v
        Page vi
    Table of Contents
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
    Annexe I. Documents officiels
        Page 1
        Page 2
        Arrêté du président Jean-Bertrand Aristide, daté du 38 mars 1995
            Page 3
            Page 4
            Page 5
            Page 6
            Page 7
            Page 8
            Page 9
            Page 10
            Page 11
            Page 12
        Arrêté du président Jean-Bertrand Aristide, daté du 20 avril 1995
            Page 13
            Page 14
            Page 15
        Communiqué du ministre de la justice, Jean-Joseph Exumé, daté du 20 septembre 1995
            Page 16
        Lettre du commissaire René Magloire, datée du 7 novembre 1995
            Page 17
        Lettre de la présidente de la Commission, Françoise Boucard, au vice-président des Etats-Unis d'Amérique, M. Albert Gore, datée du 14 novembre 1995
            Page 18
            Page 19
        Lettre de la même au ministre des Affaires Étrangères, M. Fritz Longchamps, datée du 17 novembre 1995
            Page 20
        Formulaire utilisé dans les enquêtes
            Page 21
            Page 22
            Page 23
            Page 24
            Page 25
            Page 26
        Fiche complémentaire
            Page 27
            Page 28
        Règlements de régie interne
            Page 29
            Page 30
            Page 31
            Page 32
            Page 33
            Page 34
            Page 35
            Page 36
    Annexe II. Statistiques
        Page 37
        Page 38
        Violations du droit à la vie en Haïti: de 1985 à 1995, par Mercédès Doretti et Ignacio Cano
            Page 39
            Page 40
        Première partie: la collecte des données
            Page 41
            Page 42
            Page 43
            Page 44
            Page 45
            Page 46
            Page 47
            Page 48
            Page 49
            Page 50
            Page 51
            Page 52
        Deuxième partie: L'Analyse des données
            Page 53
            Page 54
            Page 55
            Page 56
            Page 57
            Page 58
            Page 59
            Page 60
            Page 61
            Page 62
            Page 63
            Page 64
            Page 65
            Page 66
            Page 67
            Page 68
            Page 69
        Conclusions
            Page 70
            Page 71
        Recommandations
            Page 72
    Panorama et analyses statistiques
        Page 73
        Page 74
        Introduction aux jeux de tableaux
            Page 75
            Page 76
            Page 77
            Page 78
            Page 79
            Page 80
            Page 81
            Page 82
            Page 83
            Page 84
            Page 85
            Page 86
            Page 87
            Page 88
        Tableaux croisés de type de violation par mois
            Page 89
            Page 90
            Page 91
            Page 92
            Page 93
            Page 94
            Page 95
            Page 96
            Page 97
            Page 98
            Page 99
            Page 100
            Page 101
            Page 102
            Page 103
            Page 104
            Page 105
            Page 106
            Page 107
            Page 108
            Page 109
        Violations du droit à la vie
            Page 110
            Page 111
            Page 112
            Page 113
            Page 114
            Page 115
            Page 116
            Page 117
            Page 118
            Page 119
            Page 120
        Violations du droit à la liberté et à l'intégrité physique
            Page 121
            Page 122
            Page 123
            Page 124
            Page 125
            Page 126
            Page 127
            Page 128
            Page 129
            Page 130
            Page 131
        Violations du droit à la propriété
            Page 132
            Page 133
            Page 134
            Page 135
            Page 136
            Page 137
            Page 138
            Page 139
            Page 140
            Page 141
            Page 142
    Back Matter
        Page 143
        Page 144
Full Text
AMmiYcV


Occasional Paper N' 15


Bryant C. Freeman, Ph.D.
Series Editor



Si m pa rele:

ANNEXES I ET II


Commission


Verite


et


National


de


Justice


Institute of Haitian Studies
University of Kansas
1998


de






















LATIN
AMERICA


-~

3&31


1P


hK


At /! E-







University of Kansas Institute of Haitian Studies
Occasional Papers
Bryant C. Freeman, Ph.D. Series Editor

N 1 Konstitisyon Repiblik Ayiti, 29 mas 1987. 1994. Pp. vi-106. Haitian-language version
(official orthography) of the present Constitution, as translated by Paul Dejean with the
collaboration of Yves Dejean. Introduction in English.
N 2 Toussaint's Constitution (1801), with Introduction. 1994. Pp. ix-20. In French.
Introduction (in English) by Series editor places Constitution in its historic context and
analyzes salient features.

N 3 Bryant C. Freeman, Selected Critical Bibliography of English-Language Books on Haiti.
1998 (Updated). Pp. 22. Contains 169 entries, with brief description of each; special list of
"Top Ten." Introduction and text in English. Updated periodically.

No 4 Strategy of Aristide Government for Social and Economic Reconstruction (August
1994). 1994. Pp. iv-9. Official document setting forth recovery plan for Haiti. Introduction
and text in English.

N' 5 Robert Earl Maguire, Bottom-Up Development in Haiti. 1995. Pp. iv-63. Keynote:
develop people rather than things, with case study as carried out in Le Borgne. Introduction
and text in English.

N 6 Robert Earl Maguire, Devlopman Ki Soti nan Baz nan Peyi Dayiti. 1995. Pp. v-71.
Haitian-language version of N 5, in Pressoir-Faublas orthography. Introduction in English.

N 7 -Samuel G. Perkins, "On the Margin of Vesuvius": Sketches of St. Domingo, 1785-1793.
1995. Pp. vi-75. First-hand account by an American merchant living in Saint-Domingue
during onset of the Haitian Revolution. Introduction by Series editor analyzes strong and
weak points of narrative. Index of Proper Names.

No 8 -Official Spelling System for the Haitian Language. 1995. Pp. 27. Text of official Haitian
government edict of 28 September 1979, in Haitian. Remarks by Series editor in English on
subsequent contemporary usage and brief pronunciation guide. Eleven pages chosen to
illustrate good usage of official system, plus brief examples of the three major preceding
orthographies. Introduction traces development of the four major systems.

N 9 -Organization Charts of the Haitian Judiciary and Military. 1995. Pp. 10. Two charts of
Haitian judicial system one in French and English, other in French only. Three charts in
French of Armed Forces of Haiti (1993) and one of Port-au-Prince police; officer and enlisted
ranks with insignia (in French and English). Introduction in English.

N 10 Tet Kole Ti Peyizan Ayisyen, Dosye Chef Seksyon: Chef Seksyon Yon Sistem Ki Merite
Elimine. 1995. Pp. vi-52. Detailed, scathing account of the institution of section chiefs as of
March 1991, compiled by a leading Haitian peasant group. Much exact information.
Introduction in English, text in Haitian (official orthography).

No 11 Sara Lechtenberg, An Overview of the Haitian Justice System. 1996. Pp. iv-25. Based
upon written sources, as well as 18 personal interviews with Haitian judges and lawyers, and
foreign observers highly knowledgeable concerning the Haitian justice system.

No 12 Mari Dyevela Seza, Refbm nan Lajistis / Judicial Reform. 1996. Pp. iv-18. A down-to-
earth look at the practical problems involved in the judicial system of today's Haiti, by a Port-
au-Prince journalist and jurist. In the original Haitian-language text, with an English-
language translation by Series editor.









N' 13 Jennie Marcelle Smith, Family Planning Initiatives and Kalfounb Peasants: What's
Going Wrong? 1998. Pp. iv-27. Practical problems involved in effective family planning,
as seen by a Haitian-speaking US anthropologist living for three years in a remote
community.

N 14 Commission Nationale de V6rit6 et de Justice, Si m pa rele: 29 sept. 1991 14 oct. 1994.
1998. Pp. xviii-245. Official report of the Haitian Truth Commission on the crimes
committed during the defacto period. Introduction in English, text in French.

N' 15 Commission Nationale de V6rit6 et de Justice, Si m pa rele: Annexes I et II. 1998. Pp. x-
142. Annex I: Official documents concerning the Commission's work, including a request
for the FRAPH papers as well as the detailed questionnaire used in interviewing victims.
Annex II: Statistics from the Port-au-Prince morgue 1985-95, and those of the Commission
recording by month and place crimes inflicted upon the Haitian people 1991-94. Introduction
in English, text in French.

N 16 Victor-Emmanuel Holly, La Grammaire Haitienne. 1998. Pp. vi-62. The first
thoroughgoing grammar ever published of the Haitian language (1931). Today mainly of
historical interest. Introduction in English, text in French.

No 17 Fr6d6ric Doret, Les Premiers Pas dans la Grammaire. 1998. Pp. vii-75. A grammar in
Haitian (etymological orthography) and in French contrasting the two languages, with
pioneering insights concerning the former (1925). Introduction in English.

N' 18 Tet Kole Ti Peyizan Ayisyen, The Rural Police. 1998. Pp. v-33. Edition and translation by
Max Blanchet of Dosye Chef Seksyon: Chef Sekeyon Yon Sistem Ki Merite Elimine
(see Occasional Paper No 10). Introduction and text in English.

N 19 Commission Nationale de V6rit6 et de Justice, Si m pa rele: Annexe III. 1998. Pp. x-436.
Official list of names of 8,650 victims of the de facto regime, 29 September 1991 14
October 1994. Includes affiliations of victims and of perpetrators, and types of offenses.
Introduction in English, listings in French.

N 20 Bryant C. Freeman, compiler, Eighty-Eight Historical and Present-Day Maps of Saint-
Domingue/Haiti, its Sites, Towns, and Islands. 1999. Pp. x-88. Average size: 9" x 7".
Dating from 1492 to 1994. Eight sections: two general maps of the Caribbean, three of
Hispaniola, three of Saint-Domingue, twenty-three of Haiti, eleven of regions, fourteen of
Port-au-Prince, twenty-three of other towns and sites, nine of islands belonging to Haiti.
Introduction in English, maps marked in French, Haitian, or English.



Available through: Mount Oread Bookshop
University of Kansas
Lawrence, Kansas 66045
Tel.: (785) 864-4431






Occasional Paper N' 15


ANNEXES I ET II: COMMISSION NATIONAL DE VERITE ET DE JUSTICE

(29 SEPTEMBRE 1991 14 OCTOBRE 1994)



The publication immediately preceding in this Series consisted of the main body of the official
Report of Haiti's Commission Nationale de Vdrit6 et de Justice, "Si m pa rele (29 septembre
1991 14 octobre 1994)." Because of the length involved, we are presenting separately the first
two Annexes. We hope to be able to present later the even more voluminous third Annex
detailing the victims. Whereas the Report itself could be accessed on the Internet, albeit only
with the help of a special decompressor program (PKZIP), the first three Annexes have been
available only in a very limited number of printed copies. The fourth Annex, listing the names
of the alleged perpetrators of the crimes described, had been highly confidential until its
publication in three consecutive numbers of the weekly Haiti Progres, published in Brooklyn,
New York, on 11, 18 and 25 February 1998.

The most striking document in the first Annex is President Aristide's charge to the Commission.
In light of the subsequent non-action following the Commission's report and even its partial
suppression, the terms of the decree appear today cruelly ironic. In spite of pious declarations
near the start, such as "la volont6 du Peuple Haitien d'6difier un Etat de Droit," and "cet Etat de
Droit ne peut 8tre construit sur I'impunit6 mais doit necessairement reposer sur la confiance des
citoyens... notamment [sur] celle de la Justice," there is no real statement affirming that any vdritd
ascertained will necessarily lead to justice carried out in concrete form, i.e., public trials and
proper sentencing of the guilty. Only the second sentence of the rather weak Article 23, "En
outre, il appartiendra au President et au Gouvernement d'adopter les recommendations formuldes
par la Commission et de mettre en oeuvre toutes les measures necessaires pour leur r6alisation,"
could be construed in this sense. One wonders therefore if, even with the original decree, there
was any real intention of carrying out the Commission's recommendations leading to an "Etat
de Droit" and an eventual reconciliationn nationale"

Included in the subsequent documents is a letter from the Commission's President, Frangoise
Boucard, addressed to the Vice-President of the United States, Al Gore, requesting that he use
his influence in having returned to the Haitian government the some 60,000 pages of records of
the paramilitary terrorist group FRAPH (Front Revolutionnaire pour l'Avancement et le Progres
d'HaYti; changed June 1994 to Front R6volutionnaire Arme du Peuple Haitien) seized by the US
Army. These records presented in full could obviously have been invaluable to the Commission
in establishing details of the human rights crimes committed by this notorious group during the
de facto period. However, as we know from subsequent events or rather non-events this
was not to be, and the US government is still withholding these documents regarded by most
observers as the rightful property of the Haitian people.


April 1998






Lastly are presented a very thorough six-page questionnaire to be filled out by the two-member
teams of human rights investigators in the interview process, followed by a complementary form
in the case of additional informants, plus the operating rules of the Commission. Curiously, the
two questionnaires, while addressed to a Creolophone population, are drafted in French. Not
presented is any correspondence which one assumes must have taken place with leaders of local
human rights organizations or with, for example, Colin Granderson, head of the UN/OAS Civilian
Mission in Haiti (MICIVIH). This would have afforded a much clearer idea of the general
cooperation with these groups.

*************************

The second Annex consists of two complementary sets of statistics concerning the human rights
violations committed during the de facto period 1991-1994, but with the first set beginning its
findings with 1985 as a basis of comparison. We have attempted to enhance the legibility of the
only copy available, which left much to be desired.

The first set (pp. 36-67) was established by a five-person anthropological team sent from abroad
to assist the Haitian Truth Commission in examining the remains of supposed victims. Difficulty
was sometimes experienced, however, in differentiating between the remains of those arbitrarily
executed, and those who died of natural causes both during and prior to the de facto period. Far
more fruitful was the almost fortuitous discovery of records kept at Port-au-Prince's only public
morgue, at the hospital of the State University of Haiti. Obviously incomplete since not all of
the dying were taken there, they nonetheless record both date and cause of death, thus
constituting a valuable barometer of the death rate from 1985 to 1995. Analyzed by a
professional statistician, they serve as a meaningful sampling to corroborate both the dramatic
increase in violent deaths during the de facto period, and the second set of statistics.

This second more relevant set of statistics is an analysis of the 5,450 interviews conducted with
victims of the de facto regime by the 44 human rights investigators of the Haitian Commission
de Veritd et de Justice. It records 19,308 violations involving 8,650 human beings. The charts
(pp. 82-135) best summarize the findings. The first set reports for each month between
September 1991 and October 1994, comprising the entire de facto period, the type of violations
committed in each of Haiti's nine Departments, plus Port-au-Prince and Raboteau recorded
separately. The three following sets illustrate graphically, using the same divisions of time and
place, the number of: 1) people murdered; 2) people kidnapped and tortured; 3) people robbed.

Let not these cold statistics and graphs hide the human misery they represent.

Bryant Freeman








TABLE DES MATIERES


page
ANNEXE I: DOCUMENTS OFFICELS .................................. 1

Arret6 du president Jean-Bertrand Aristide,
date du 28 m ars 1995 ......................................... 3
Arr8t6 du president Jean-Bertrand Aristide,
date du 20 avril 1995 ........................................ 13
Communique du ministry de la Justice, Jean-Joseph Exum6,
date du 20 septembre 1995 ..................................... 16
Lettre du commissaire Rend Magloire,
date du 7 novembre 1995 ..................................... 17
Lettre de la pr6sidente de la Commission, Frangoise
Boucard, au vice-president des Etats-Unis
d'Am6rique, M. Albert Gore, date du 14 novembre 1995 ............... 18
Lettre de la meme au ministry des Affaires Etrangeres,
M. Fritz Longchamps, date du 17 novembre 1995 ................... 20
Formulaire utilis6 dans les Enquetes ................................ 21
Fiche compl6m entire .......................................... 27
Reglements de R6gie interne ..................................... 29

ANNEXE II: STATISTIQUES ........................................ 37
Violations du droit A la vie en Haiti: de 1985 A 1995,
par Merc6des Doretti et Ignacio Cano ............................. 39
Premiere Partie: La Collecte des Donn6es ............................ 41
1. Introduction ............................................... 41
2. O bjectifs ................................................. 42
3. Procedures d'Enregistrement des Ddces A 1'H8pital ................... 44
4. Les D6potoirs de Cadavres ..................................... 45
5. Sources d'Information disponibles A 1'H6pital de l'Universit6 ............. 46
5.A Cahiers de la M orgue ..................................... 47
5.B La Nuit du Coup ........................................ 48
5.C Donn6es provenant d'autres Villes ............................. 50
Deuxieme Partie: L'Analyse des Donn6es ............................ 53
1. Donn6es utilis6es dans 1'Analyse statistique ......................... 53
2. Principals Hypotheses ....................................... 55
3. M 6thodologie .............................................. 56
4. Rdsultats des Donn6es au Niveau individual ......................... 56
5. R6sultats des Donnees au Niveau mensuel .......................... 59


5.1 Le R6gime du g6ndral C6dras compare aux Gouvernements ant6rieurs
5.2 Comparaison entire les P6riodes d6mocratiques du president
Aristide et les Regimes autoritaires d'apres 1985 ...............
5.3 Parall6lisme des diff6rents Regimes de 1985 a 1995 .............


.... 61

.... 64
.... 67









Conclusions .................... ................ ............. 70
Recommendations ............................................. 72

PANORAMA ET ANALYSES STATISTIQUES
Source: Commission Nationale HaYtienne de V6rit6 et de Justice ............. 73


Introduction aux Jeux de Tableaux ..............
1. Analyse statistique .......................
2. Tendances au Niveau national ................
3. Tendances au Niveau d6partemental ............
4. Analyse des Victimes .....................
5. Analyse des Responsables des Violations ........
M6thodologie de la Base de Donn6es ............
Analyse de la Repr6sentativit6 de 1'Enquete de la CNVJ
Analyse de la Repr6sentativit6 de l'Enquete de la CNVJ
Analyse de la Coherence de la R6pression .........

Tahbleau crmni e d Tvnr de Vinlatinn nar Mnis


Artibonit
Centre .
Grande-l
Nord .
Nord-Es
Nord-Ou
Ouest (st
Port-au-l
Raboteau
Sud ...
Sud-Est
Violations
Artibonil
Centre .
Grande-
Nord ..
Nord-Esi
Nord-Ou
Ouest (si
Port-au-I
Raboteat
Sud...
Sud-Est


te (sans Raboteau) ...................

nse. ....................... .....


nest ............................

ans Port-au-Prince) ..................
Prince ...........................

. . . . . . . . .

du Droit a la Vie ....................
te (sans Raboteau) ............... ...

..nse ............................

neste ............................
. .t . . . . . .. . . .
t . . . . . . . .

s Port-au-Prince) ...................
'rince ...........................
1 . .. . . . . . ...

................................


Violations du Droit A la Libert6 et A l'Int6grit6 physique
Artibonite (sans Raboteau) ......................
Centre .................................


dans le Temps
dans l'Espace..
. . . .


.89
. 89
. 91
. 93
. 95
. 97
. 99
101
103
105
106
108
110
110
111
112
113
114
115
116
117
118
119
120
121
121
122








Grande-Anse ............................................. 123
N ord ............................................. ...... 124
N ord-E st ................................................ 125
N ord-O uest .............................................. 126
Ouest (sans Port-au-Prince) ................................... 127
Port-au-Prince ............................................ 128
R aboteau ................................................ 129
Sud ... . . . . . . . . . . . . 130
Sud-E st .................................................. 131
Violations du Droit A la Propri6t6 ................................. 132
Artibonite (sans Raboteau) .................................... 132
C entire .......................... .................... .... 133
Grande-A nse ............................................. 134
N ord ..................... .... .................... ..... 135
N ord-E st ................................................ 136
N ord-O uest .............................................. 137
Ouest (sans Port-au-Prince) ................................... 138
Port-au-Prince ............................................ 139
R aboteau ................................................ 140
Sud . . . . . ... . . . . . . . 14 1
Sud-E st ................................................. 142





ANNEXE I






DOCUMENTS


OFFICIALS












LIBERTY tGALITE FRATERNITY.

REPUBLUQUE D'HAlTI


ARRETE


JEAN-BERTRAND ARISTIDE
PRESIDENT

Vu le Titre III, Chapitre II, sections A, B, C, D. E, F, G, H, I, J et article 136 de la Constitution;

Vu la Declaration Universelle des Droits de l'Homme de 1948;

Vu les Conventions internationales relatives aux droits de 1'homme auxquelles l'Itat Haitien
est parties;

Vu l'Accord de 'ile des Gouverneurs et le Pacte Politique de New-York signs
respectivement les 3 et 16 juillet 1993;

Vu l'Amnistie accordee par le Pr6sident de la R6publique conform6ment a l'article. 147 de
la Constitution;

Consid6rant la necessit6 d'harmoniser les relations au Sein de la national haYtienne;

Considerant la volont6 du Peuple Haitien d'edifier un Etat de Droit dans lepays;

Considerant que cet Etat de Droit ne peut etre construit sur l'impunit6 mais doit
n6cessairement reposer sur la confiance des citoyens dans la regulation du fonctionnement
d6mocratique des Institutions, notamment celle de la Justice;

Considerant que la reconciliation pr68ne par le President ne peut devenir reality que si au
moins la v6rit6 est dite sur tous les crimes commis entire le 29 septembre 1991 et le 15
octobre 1994;

Considerant que seule la v6ritd complete et publique permettra de satisfaire aux exigences
l66mentaires des principles de Justice et de crier les conditions indispensables b la rdalisation
d'un processus r6el et effectif de transition et de reconciliation national;








Considerant que la connaissance de la v6rit6 et la reconnaissance officielle par l'~tat de ses
responsabilit6s a l'6gard des torts causes pourront rehabiliter la dignity des victims dans
1'opinion publique;

Consid6rant qu'il convient d'instituer une Commission presidentielle en vue de fair le jour
sur les graves violations des droits de l'homme survenues au course des trois dermires annees;

Sur le rapport des Ministres de la Justice, de l'Interieur, de la Defense national, de
1'Economie et des Finances, de l'Information et de la Coordination et apres d6lib6ration en
Conseil des Ministres.

ARRTET

Article 1

Est rapport 1'Arr&t en date du 17 decembre 1994 cr6ant la Commission Nationale
de Verit6 et de Justice.

Article 2

1 est cr66 une "Commission Nationale de Verite et de Justice" en vue d'6tablir
globalement la v6rit6 sur les plus graves violations des droits de l'homme commises entire
le 29 septembre 1991 et le 15 octobre 1994 a l'interieur et A l'exterieur du pays et d'aider a
la reconciliation de tous les Haitiens, et ce, sans prejudice aux recours judiciaires pouvant
naitre de telles violations.

On entend par graves violations des droits de l'homme les situations de disparitions
forces, de detentions arbitraires, d'ex6cutions, de torture de d6tenus ayant entrain^ lamort,
de traitements cruels, inhumains et d6gradants et dans lesquelles il apparait que la
responsabilit6 de l'Etat est engage a travers des actes commis par ses fonctionnaires ou par
des personnel & son service, de meme que les s6questrations et les attentats B la vie et contre
les biens de particuliers pour des motifs politiques..

Article 3

La Commission devra porter une attention particulire aux violations et crimes centre
P'humanit6 comnis par les m8mes personnel ou groups de personnel, notamment contre
les femmes victims de crimes et d'agressions de nature sexuelle pour des motifs politiques.

Article 4

Pour une meilleure comprehension et connaissance publique et approfondie de la
v6rit6, la Commission devra enqu8ter sur ces graves violations des droits de l'homme et
crimes contre l'humanit6 commis depuis le coup d'Etat du 29 septembre 1991. En





consequence, la Commission devra chercher a identifier les auteurs mattriels et\ou les
complices de ces actes, leurs instigateurs et faire la lumiere sur les m6thodes et moyens
utilis6s.

Article 5

La Commission enquatera sur l'existence' passee de groups paramilitaires et de
groups arms illegaux ou groups de personnel agissant en toute impunity, sous le couvert
de l'Etat haitien, a son instigation ou avec sa tolerance, et se livrant de manibre systimatique
h des actes de violations de droits de l'homme et a des crimes centre I'humanit6.

Article 6

La Commission devra r6unir les informations, faits, indices, tEmoignages et tout
616ment de preuve permettant d'identifier les victims de toutes les violations et de tous les
crimes d6crits ant6rieurement et de connaitre leur situation passe et pr6sente. En particulier,
d' tablir dans la measure du possible la nature et la gravit6 des s6vices et prejudices materiels
subis par les victims, les causes et circonstances entourant les tortures, traitements cruels,
inhumains ou d6gradants, disparitions, arrestations arbitraires, detentions sans process,
incarcerations et emprisonnements arbitraires ou deces eventuels et les souffrances endures.

Article 7

La Commission recommandera de justes measures de reparation et de rehabilitation
destinies h rendre la dignity aux victims et\ou h leur famille ou h leurs ayants droit, qui
pourront faire valoir leurs revendications d'ordre moral, materiel et social selon leur situation
actuelle, conform6ment au droit et aux principles de justice,

Article 8

La Commission recommandera aussi les measures d'ordre legal et administratif
destinies A prevenir la r6petition dans l'avenir des violations aux droits de l'homme et
crimes centre l'humanite.

Elle devra:

a) Recommander les reformes n6cessaires de l'Itat et de ses Institutions publiques,
en particulier du system judiciaire,.des forces de police et de s6curit6 publique, des Forces
Armdes d'Haiti;

b) Recommander les measures visant a ce que les auteurs connus et\ou leurs complices
de graves violations de droits de 1'homme et de crimes centre l'humanit6 soient remplac6s
dans leurs postes ou responsabilitts au service de l'Etat et\ou que Placcs h la function
publique soit interdit a de telles personnel, le tout conform6ment au droit et aux principles






de justice et sans prejudice aux obligations et attributions des Tribunaux haYtiens en
ces matieres;

c) Recommander 6galement des measures propres a empecher la resurgence
d'organisations ill6gales et a assurer la fin de l'impunit6 en vue de contribuer h la
creation de conditions objectives de reconciliation de la nation avec elle-meme et de
justice pour tous.

Article 9

Les travaux de la Commission ne sont pas de nature judiciaire ni de nature
juridictionnelle.

Article 10

La Commission b6neficie de tous les privileges necessaires a son organisation
et a son fonctionnement. Elle menera ses travaux de maniere ind6pendante et
impartiale et de maniere a preserver la confidentiality des dossiers des victims, des
temoins et des sources d'information.

Article 11

Aux fins de r6alisation de ses travaux, la Commission est habilit6e a:

a) Faire connaitre son mandate de maniere int6grale et de fagon la plus 6tendue
possible, sur tout le territoire haYtien, et ce, par tous les moyens jug6s n6cessaires;

b) S'6tablir librement dans n'importe quel endroit du territoire national;

c) Recueillir, pendant la dur6e de son mandate et selon la forme qu'elle aura
pr6vue a ceteffet, les t6moignages, les faits, les 616meits de preuve, les details et les
informations que lui procureront les victims, leurs repr6sentants, ayants droit,
h6ritiers 16gaux, parents ou toute autre personnel;

d) Recueillir, toujours dans le cadre de son mandate et selon la forme qu'elle
aura pr6vue a cet effet, les t6moignages, les faits, les 616ments de preuve, les details
et les informations que pourraient lui remettre, de leurpropre initiative ou sur demand
de la Commission, les organizations de promotion et de protection des droits de
l'homme, religieuses, sociales ou de d6veloppement, haitiennes ou internationales,
intergouvernementales ou non-gouvemementales, sur les matieres de sa competence;

e) R6aliser des entrevues, en priv6 et en toute liberty, avec toute personnel
ainsi que tout group, toute association, entity ou institution et\ou membre de ceux-
ci sans restriction aucune;






f) Visiter librement tout 6tablissement ou endroit public ou priv6, tout lieu, batiment,
local, dependance ou propri6t6 de i'ltat ha'tien don't la Commission jugera utile la visit ou
I'inspection pour l'accomplissement de son mandate;

g) Mener toutes les enqu&tes et d6marches qu'elle estime utiles a l'accomplissement
de son mandate. Exiger la production de tout rapport, piece, document, ant6c6dent, detail et
information pouvant faciliter la bonne march de ses travaux.

Article 12

Si dans l'accomplissement de son mandate, la Commission a connaissance de faits
qui revEtent les caract6ristiques d'actes criminals, de d6lits et de violations de droits qui
n'entrent pas dans le cadre de son mandate, elle les mettra sans delai a la disposition des
autorit6s judiciaires competentes.

Article 13

La Commission est compose de sept (7) membres choisis parmi des personnalit6s
connues pour leur engagement en faveur de la primaut6 du droit et du respect des droits de
l'homme ainsi que pour leur competence, leur integrity, leur cr6dibilit6 et leur autorit6 morale
et intellectuelle. Trois (3) de ces membres sont choisis en consultation 6troite avec
l'Organisation des Nations Unies et l'Organisation des ttats Am6ricains.

Article 14

Sont nomm6s les Commissaires suivants:

1. Madame Frangoise BOUCARD, Pr6sidente

2. Monsieur G6rard-Emmanuel DES tLES

3. Madame Ertha ELYSEE

4. Monsieur Freud JEAN

5. Monsieur Rene MAGLOIRE

6. Monsieur Bacre Waly NDIAYE

7. Monsieur Patrick ROBINSON






Article 15


Les autorit6s et services de administration de l'tat, de meme que tous ceux qui
auront 6te convoquis, seront tenus d' apporter la Commission 1'aide et la collaboration qui
lui sont n6cessaires dans 1'accomplissement de son mandate. La Commission pourra requ6rir
l'aide de toute autorit6 judiciaire ou de police pour contraindre tous ceux qui refuseraient
d'obtemperer a toute requisition de sa part.

Article 16

Aucune action ne peut 8tre intent6e contre toute personnel agissant a titre de
Commissaire ou de Commettant pour les actes poses dans le cadre de ses functions.


Article 17

La Commission est d'ordre public.

Tout recours ordinaire ou extraordinaire devant les Tribunaux visant a en empecher
le fonctionnement ou l'ex6cution de ses travaux est irrecevable.

Article 18

Tout membre demissionnaire de la Commission est remplac6 par Arr&te Pr6sidentiel.

Article 19

La Commission est assistee d'un Secretariat compose d'Hai'tiens et de consultants
strangers choisis dans un processus de consultation avec les organismes de droits de l'homme.
Le Secr6taire G6neral de la Commission a pour attributions d'organiser, de diriger le
secretariat avec le personnel requis pour 1'accomplissement de ses travaux. I1 remplit aussi
les autres teaches que lui confie la Commission.

Article 20

La Commission adoptera ses reglements de rigie interne propres a assurer son bon
fonctionnement.

Article 21

La Commission aura un dl6ai de six (6) mois pour remplir son mandate.

Ce d6lai pourra &tre prorog6 de trois (3) mois, par simple communique du Ministre
de la Justice, dans le cas oi la Commission n'aurait pas termin6 son rapport.







Article 22


La Commission devra preparer un rapport public, d6taillH et complete, sur la base des
travaux realis6s, des cas repertories, des enquates menees et des informations recueillies
dans le cadre de son mandate, qui 6nonce les conclusions et recommendations auxquelles
sont parvenus les membres de la Commission au meilleur de leurjugement et en leur Ame et
conscience.

Article 23

Le rapport sera remis au President de la Republique qui le rendra public. En outre,
il appartiendra au Pr6sident et au Gouvernement d'adopter les recommendations formul6es
par la Commission et de mettre en ceuvre toutes les measures n6cessaires pour leur r6alisation.

Article 24

Pour le fmancement des activities de la Commission, le Gouvernement d'HaYti pourra
rechercher la cooperation de la communaut6 international et des Pays l'appuyant dans
cette initiative.

Article 25

Le Ministre de I'tconomie et des Finances prendra toutes les measures n6cessaires
pour mettre h la disposition du Ministre de la Justice les moyens suffisants pour le
fonctionnement de la Commission.


Article 26

Le present Arrt&6.sera public et ex6cut6 A la diligence des Ministres de la Justice, de
1'Int6rieur, de la D6fense Nationale, de l'tconomie et des Finances, chacun en ce qui le
concede.










Donn6 au Palais National, a Port-au-Prince, le 28 mars 1995. An 1926me


de l'Ind6pendance.







Par le Pr6sident:



Le Premier Ministre:


Jean-


Le Ministre de l'Intdrieur:



Le Ministre de la Justice:



Le Ministre de 1'Economie
et des Finances:



Le Ministre de 1'Information
et de la Coordination:.



Le Ministre de la Defense:


Mondisir BEAUllBRUN


Marie


REY


f
Htqry Claude MENARD



7 7

















Le Ministre des Affaires itrangeres:



Le Ministre du Commerce
et de 1'Industrie:


Le Ministre du Plan
et de la Coop6ration Extere:


Le Ministre de I'Agriculture,
des Ressources Naturelles
et du D6veloppement Rural:



Le Ministre des Travaux Publics,
Transports et Communications:



Le Ministre de la Sant6 Publique
et de la Population:



Le Ministre de la Fonction Publique:



Le Ministre des Affaires Sociales:


Clauduet WERLEIGH




Maurice LAFORTUNE




S Jean Marie CHERESTAL


Jean Jos pMOULERE
i


















Le Ministre de 1'Education Nationale,
de la Jeunesse et des Sports:


Le Ministre de 1'Environnement:



Le Ministre de la Culture:



Le Ministre A la Condition Feminine
et des Droits de la Femme:



Le Ministre des Haitiens
vivant A 1'6tranger:


Antoine VEIDIER


rise Marie


12


S...,-- itz CASSEUS













LIBERATEE EGALITE. FRA TERNITE

REPUBLIQUE D'HAITI


ARRETE



JEAN-BERTRAND ARISTIDE
PRESIDENT


Vu 1'article 16 de la Constitution;

Vu I'Arriti du 28 mars 1995 crdant la Commission de Vdritd et de Justic-;

Consid6rant cqe I'un des membres de la Comnission est dimissionnaire et qu'il convient de
procdder i son replacement;

Sur eI rapport des Ministres de la Justice, de I'IntErieur, de la Dfense Nationale, de l'Economie
et des Finances, de t'Information et de la Coordination;

Et apras ddlib6ration en Conseil.des Miaistres:


ARRETE

Article 1. L'article 14 de I'Arr&td du 28 mars 1995 crdaat la Commission Nationale de
'&dritd et de Justice est ainsi modified:

Article 14. Sont nommds les Commissaires suivanms:

S1.- Madame Francoise BOUCARD, Prisidenre

2.- Monsieur Oliver JACKtAN

3.- Madame Enha ELYSEE

4.- Monsieur Freud JEAN













5.- Monsieur Rend MAGLOIRE

6.- Monsieur Bacre Waly NDIAYE

7.- Monsieur Patrick ROBINSON


Article 2. Le present Arrat sera public t ex ecut6 i la diligence des Ministres de la Justice,
de 'Int6iieur, de la Defense Nationale, de 1'Economei et des Finances, de
I'Information et de la Coordination, chacun en ce qui Ic concern.

Donn6 au Palais National, A Port-au-Prince, le 20 avril 1995, Ani 192e. de 1'Indipendance.







Par le President: Jcan-Be TIDE




Le Premier Ministrc: CHEL


Le Ministre e l'Intdrieur:




Le Ministry he la Justice:



Le Ministry de I'Economie
El des Finances:



Le Ministre e l'Information
Et de la Cooriination:


S-' -*







Marie Michele REY


Her.. .M -.
S*...... """ '.'-
Henry Claude MENARD


,












Le Ministr'de 1'Environncment:



Le Ministreide la Culture:



Le Ministre A la Condition Fdminine
et des Droits de la Femme:


Le Ministre 'des Haltiens
vivant A I'6tlnger:


Antoin- VERDIER


Claude BAIEUX


i/ 7" .. e
l%/ I .r 1/?: /" oi.
Lse Marie DETEAN



S. ,Fruz CASSEUS



















KEPUBUOUIE O Am


Le Mitistre de la Justice


-.9a 5 11s SEP 2 0 1995



COx MKUNTIQUV


Conformimtnt I l'articll 21 da l'Artrt PtdiiLdntiel du 28 Hars 1995
criant ta Coslaston Hationdal do Virit at de Juast


Considirant qu'un d4lai addltionnal ast niceataies pour ptrmetre i
la Oomnisvion NatLonal da Virtl et da Justi~e de Atnrnar ses travauxi

La HInisatc do la JuItieo Lnforze qu'un dilat addlcltonal do trois (3)
mois, I Coep'car du 28 Spteanbro 1993, t accord I in Co=atlion Natio-
'nala do Vriti at de Jurtic pour riaplir son mandate.


fait et d4a I Part-u-:Prnte, sl 20 Saptaebre 1995, An 192Bma de
l'dndpendancre












KOMISYON NATIONAL VE mIT AK JISTIS
COMMISSION NATIOWALf DE VR? c DE JUSTICE

SPeuy-Ville, le 7 novembre 1995




Madame Francoise BOUCARD
Prdsidente de la Commission '
National de Vdritc et do Justice


SMadame la Prdsidente,

C'est avec beaucoup do rgret quo Je vous presents ma admission en tant quw
Commissaire A la Commission Nationale de Vditd et de Justice. Ma pine est d'autant
plus grande que cela arrive A !a deridre phase do notre mandate. Je reste toutefois
convaincu qu'avec la comoptence exc.ptionnelle de mes colleagues Commissaires ct J]
d6voucment des autres membrcs de la grande famille que nous formions, le but sera
attaint. Je pars avec le sentiment d'avoir appor:t le mcilleur de moi-mm&e & la
Commission.

Comme vous e savez, j'ai t6 appeld A fair partic d'un GOoverement don't J'ai la
garantie quo lajustice sera au cocur de son action ct qui veut assurer le triomphe du droit.
La decision que j'ai prise est, croyez-moi, d&chirante. Cependant, je me console a 1'ddeo
que IA aussi je pourtri apporter ma contribution & I'6dification de cet Etat de Droit don't
Snous rvons tous.

Je no terminerai pas sans vous dire, Madame la Presidente, combien je m'estime
privildgii d'avoir travailld avec vous, mes colleagues Commissaires et tous lea autres
nembres de 1'6quipe. Jo vous e remercie.

Veuillez agrder, Madame la Prsidente, I'cxpression de moi profound respect.





a 95 Ren aPt lire






Berts thalo No15395 P4Bon VMUe HAM (d (509) 45-4862






KOMtSYON NATIONAL VERITE AK JISTIS
COMMISSION NATIONAL DE MERm7 ET PE JUSTICE


p 'No Ref: CNVJ 259
Pdguyville, Ic 14 novcmbre 1995



Monsieur Albert Gore
Vice-Pr6sident des stats Unis d'Amdrique
Maison Blanche
Washington, D. C.



Monsieur Ic Vice-Prdsident,

La Commission Nationale de Vdritd ct de Justice vous prssente ses compliments et
tient A vous souligner qu'elle a 6dt sensible A la mention que vous avez faite de ses travaux
lors de votre discourse du 15 octobre demier A Port-au-Prince.

Comme vousIle savez, Ia Commission a 6t6 crd6 par Arrnt6 Prisidentiel le 28 mars
1995 afin de contribicr ouvrir la-route a 1']dification d' un veritable ttat de droit en Haiti
et a la reconciliation social. Pour cela, la Commission doit fair la lumierr sur lis plus
graves violations aux droits survenues entire Ie 29 septembre 1991 et le 15 octobre 1994.
Au course des demierS mois, la Commission a recucilli pros de 8,000 plaintes de victims de
]a repression au course de la pdriode couverte par son mandate. Elle procede actucllement a
1'analyse de ces donnees et s'appuie sur les 6tudes rdalisees par diffdrents organisms
durant cette pdriode.

La Commission doit 6galement, selon les terms do son mandate, accorder ime
attention particuliMreaux victims d'abus scxuels pourmotifs politiques ct aux activities des
groups para-militaires. Concernant cc dernier volet do son. mandate, i est .certain que Ie
travail de la Commission serait grandement facility si elle pouvait avoir accea aux dossiers
du FRAPH (60,000 pages) actuellement en possession du Ddpartement de la Ddfense des
Atats-Unis d'Amerique du Nord, ainsi qu't 'tout aute document ddtenu par lc
Gouvernement amrricain relatif aux graves violations aux droits de 1'Homme en HaBti


18


BOIR2 .AwSnlt N 1 R199j, 19 Vo*f4^rt -A PA a 4-1 W4_







Monsieur Albert Gore
Vice-Prdsident des Etats-Unis d'Amdrique
Page 2

durant la pdriode couverte par son mandate La Commission est certain quo les experts qui
collaborent i. ses travaux sauront fair bon usage de ces dossiers et a entrepris des
d6marches en cc sens depuis le mois d'avril 1995.

Les autonts haltiennes ont galenient fait des representations aupres de votre
gouvernement pour obtcnir ces documents. Cependant, Ie mandate de la Commission expire
le 28 dicembre prochain et elle craint quo ces demarches n'aboutisscnt trop ard pour lui
tre vraiment utiles. Vu importance quo vous avez reconnu h ses travaux, elle s'adresse
done k vous aujourd'hui afin de vous demander votre appui pour une acceldration de ce
processus et lui permettre de pr6senterun rapport plus complete.



La Commission profit do I'occasion pour vous presenter, Monsieur le Vice-
Pr6sident, I'assurance de sa tres haute consideration



Pour la Commission,




Fr oise Boucard
Prisidente






KOMISYON NATIONAL VERITE AR JIST1 I
COMMISSION HATlIOALE DE VERITE ET DE JUSTICE








No Rdf: CNVJ 263
P6guyville, eI 17 novembre 1995



Mr Fritz Longchamps
Ministre des Affaires Etrangbres
de la Rdpublique d'Hadti
En ses bureau



Excellence

La Commission Nationale de Vdrit et de Justice vous prisente ses
compliments et vous price, suite h la rencontre d'hier, de bien vouloir trouver sous ce
couvcrt une lettre qu'elle souhaite fair parvenir au Vice-Pr6sident des tiAts-Unis
d'Am6rique, Mr Al Gore.

La Commission profit de 1'occasion pour vous renouveler, Excellence,
I'assurance de sa 6trs haute consideration.



Pour la Commission



FranSoise Boucard
Pr6sidente










00 NO
E N Q : I._ _

FORMULAIRE

1. Introduction i'entretien
Ddmarches suivre:

se prdenter Oes deux membres de rlquipe)
xpliquer Ie but de rentretien
Sexpliqucr 1'importnce du rale du tnmoignage
2.0

II. Information !nau smiet de |'Intervicw
Note: Rassurer interview que rinformadon donnip nt sera pas utilisEd sans sa permission.


2.1 NOM


PRENOM .


2.2 MASCULIN FEMNIN O

2.3 Age

2.4 Eut Civil: Cdlibataire marid


O divorce separd


C concubin


2.5 Mdicrer_ _

atisan cultivateur dtudiant ch6meur mnarcimd journalist
employs de Etat profession libdrale militire aunr

2.6 Avez-vous un rumwro do It4tphone?
Spicifier s'il s'git de son propre tidlphone ou de celui d'une auure personnel.

2.7 Adresse.



2.8 Document d'identit: Type: _No:

ITI. ,Rici(.ds fanitl
Notcz tous les details inqluant Ie lieu la date. herer, les causes.
3.1 "



r '

)

", ,


EQ:


victim O ddnonciateur


S"veuf









Formulaire p. .2



1~ ~ ~ ~ ____*-----____--------- ^I-














3.2 Date et lieu de la violation la plus grave.
lourr Mols Annee DEpt Commune Section Lieu


VilntionLji NOTE:iS poolble doame des carWtrietlqua cocawrnt rtponaubl do tl riollato.)
VMS massacre VAB Dabus sexuels...... ..
VES Dcxdcutipn V__T Ddtention-
VDS Eldispariion v____ B a atteinte A la libert d'association, de rEunion, etiou
VTE Tentatives d'exdcution dex rssion
VIT tomre. VMP LJmenaces / acede persecution
VVI vi vol VTE ClTentaivesd'excution
VAB b abus seucl VBN Datentat contre les biens ___

3.3 Date et lied des faits additionnels
Jour Mols Ann4e Dept Commune Section Liein


V iontion (NOTEi'S possble donna des can ttairqua cBcTas te repons bk a I rolatioa.)
VMS E)massare_ VDT Oddtention
VES 0 eCxcution VLB L antinte i la laib.:'n d'association, de reunion, et/ou
VDS Odispariton d'czpression
VTT rtonure VMP menaacs I/ ates de peirscution
VVI I ____ VTE OTentaives d'dxcuuton__
VAB l abus seucels VBN 0 attenat centre Ies biens

Jour Mois Annie Dcpt Commune Section Lieu


Violation (NOTE:t posubl doM a di ran t eiswquIecwmmasato npemabo dstlirt ia)
VMS eassacre___ VDT Uditention-
VES x exdcutibn___ VB Oai ttinte i la librtd d'association, de reunion. ct/ou
VDS C disparidan d'expression
VTr 0 torture v_____ _MP a menaces / ctea de persecution
vvI viol ... VIe OTentaivesd'dx&ution...
VAB Cabus sels V DN Nf attNentat centre les biens








iormulaire p. 3


IV. Source de Ljinformnation
4 1 i t


Svictime Imoin direct timnoin indirect


4.2 S'il y a d'autras tmoins
Nom' Prinom Adresse


*2.__
3. _
4,
5.

V. Information relative nur individu, ou h l'instiltution aui a commis la violation

5.1 Nombre de personnel ayant participd aux faits? .
1I .20 3 40 5D 6 .:I 3o .>16
5.2 Avez-vous remarqui des ddails qui permettcnt d'identiier ces personnel? Pouvez-vous donner une description de chacune
d'elles? Par example: bijoux, type de chevcux. vehement. moustache, barber, lunutes noires, etc.
CARACTERISTIQUES, NOM OU SURNOMS APPARTENANCE
(Donnt dJc caraqtristiques par peronne. (Police. Arm.e, FRAPH. macoute., aacbd. zenglendo. civil astn. giaja)
en Farais su n ca polc) NOTE: si Is penraoe parle d'atach.b demander si cUe conauil
I quelled intiuaoo on I quelle pcrone il cs attluchb
(1)_
(2)


(3)
(4)
(5)
(6) __


(MNODUS OPERAND

5.3 Comment sonm.ls arrives sur les liux?
D pied
C en motocycle!te
E dans un vdhicule privd
Sdans un L a
d dans un viacule de la police ou de 1'arnad
O dcans un vdhicule d'un service de 'ITat (spdcinie Ieque cx: T4tde. OAVCT. te. )

Pouvez-vouz d4cire le vYhicule?
type (ickup.jcei, etc.) la cduleur
-i --ri 4-n articuliare


numro des plaques minCralogiques


autre t ils hbil

5.4 Comment dtaict-ils habilids?


TYPE 1 uniforme El vtements civils
COULEUR D$S UNIFORMES l kai bleu E Nor E rt Olive
BOTTES D oui no ...
CASQUETr S lui non
VESTE on PANTALON DE POLICE O oui [ non
CAGOULE /lASQUE ~.'ou .non ..


^.*








Formulaire p. 4
5.5 Qucl type d'armes ponaient-ils?




5.6 Portaientilds de radios de communications? ..- E oui lnon

5.7. Ont-ils pald entire cux? Avez-vous entendu des noms ou des sunoms? Y avait-il quclqu'un qui donna las ordrcs?


5.8


Que s'est-il passed ensuitc?


Au nmm n dC .lan nature I v e n ictime n eu ou n t (NOTE:51 posibIe donnedesoaractIristques o desooms concranlnte
responuble de la vrolbUon.)
CML l mains lides ____ CAL 0 autres lions
CCG Cl cagoule CTV utnspond can vahicul _
CYB Q les yeux bands _CAD aOmende dans un centre de detention _
cr l frappic

Le lieu de I'lnterroentoire

OI surplace
si non, signaler l'endroit: pour Port-au.Prince
IAP O avant pose ICF Calitcia 154 E] L.arentin 54
ICS Oecasemre IAGa Ant-ag ID DFort Dimanche
Ir O centre illegal de detention 133 O IPN U Pdnitencier National
ICD O centre clandstin de detention** IOM n Omeg
IFR bureau du FRAPfH
IDV Odans un vhicule
IDP OLdans une prison

( *NOTE: Si la victim a did amence dans un centre de 'dtcntion clandestn, rnmplisr;z du 5.9 au 5.11)
5.9 Ddcrivez:
temps ou parcours
d'autres,ddails au sujet du parcours

les lieux


5.10



5.11


Avez-vdus vu ou eniendu d'autres ddenus?



Pouvez-vous donner plus de details concernat les personnas qui vous out captured?












formulaire p. 5S
Carlctritstiones de l'Interrnoatoire (NOTE:S poaiibl* done des cai(riUtqua au es num soncernmnt It rcsponublede da Uis at
NML EMaiins liics
NCG cagoule
NYB t lcs ycux iandds _


NDU
NKM
NAS
NVI
NAB


T nrtut res
M djiack NMC march su It corps
l kllot m rsa NCE 0 chocs dlactriqucs
3 asphyx'i (avec ou p. (gItailemm) "n NBS bastonnade___
[ iolv_ __ NAVUOauirc_
I Iatb. xl.. s1.


5.12 Est-ce que.la victim appardcnt hun group ou 1: (spdcifiez cquels):

Ou"1 group ou comnmunaurtArligicuse
O un group de dcnse ds droiu humains


U un IOuverinn kkri ei
El Un mouvemcn( paysan -
[l une association d'Vtudiant.___
El un pardi politique
Slun syndicate
E un de ses proches apparticnt I un group mentionnd ci-dessus
Elautrc----- _------------__

VI, Informatlon no sulet de vketimes

6.1 Nor ct pi' nom ou surnom des victims?
(1)_--
(2)
(3)
(4)
(5)

SQOTE.e Si le dinonciateur n'est pas a1 victlme ou s'il y a plusieurs victims,
remplir une fiche compI mentaire pour chacune d'elles.

VTI. Dimarche dievant fes sfttoritM


7.1 Avez-vous rapponi vote cas devant une autoritd?

(Ion d ouiq
(Sl OUI) dCevant bqueli!?


Policiare '
Ocaserne
nM ... .,


Bur Port-au-Prince
SAnd-gang l L eam tin 54
O Camdtria Puniten icr Ni
C DNlm= 33 C) utre.


-... .


I Ib


" .u4.--


Judiciaire
L comnmssre du
nr ..__ .


gouvernemen


j ,ju z s pax --
tribunal_ "m .. "- :--.--
Autres
D (si~crre______________________ _


1,_ s on1W w; -KUu


~trvPnr-p)n~ -------


'-l abu s -;=Is










S7.2 Savcz-vous si Ics autoritds ont donnd suite I votre ddmarchc?


O- non 1_ oui
(SI OUI) Quil est Ic rtsultat?


7.3 A'ez-vous priscatn votrc cas devant une auts organisation ou institution?


Formulaire p. 6


-3 non Ooul

E MICIVIH

DAITRE (spdc


(SI OUI) Devint laquclle?
[I Organisation de droits humans_
El Ambassadc(s)


ifiez)


7.4 Adtorisez-vous la CNVJ a demander votre dossier A cettc organisation?

non nloui

7.5 Ddsirez-vous garder I'anonymat?

non oui


7.6 Documents annexd? O non L oui


(SI OUI) L.squels?


7.7 Est-cc que ienquItcur a pu constatrdes cicatrices ou des mputations? O non C oui (SI OUI) Lesques


7.3 Eut-ce que la victim a subi des dommngcs matdriels?


C non loui (SIOUI) Lesquels?


LIRE AU TEMOIN TOUT CE QUI VIENT D'ETRE ECRIT,
VERIFIER QUE TOUT EST CORRECT ET
QU'IL/ELLE EST D'ACCORD AVEC CE QUI EST ECRIT.


Signature ou cmpreinic digitile













NO:


FICHE- COMPLEMENTAIRE


A. Informnton ou sleft dre Ts victlme

Al. Lien du ddnonciateur avec la victime.__

A.2. NOM PRENOM__

A.3 MASCUUN[ O FEMININE

A.4 Age

AJ I:,t civil: Ocdilbaiire Dmani OdiYvoc6 Odp3r Olvcur DOconcubit

A.6 Mdlier

artisan cultivacur tudiant ch6mcr numchand journaliste
employed de I'Etat profession libdrale militae autn

B. Rclt comnlfmentalre de faits (Dans Ie cas o0 il y a plusicurs viclime, ou si la victim n'est pas le dnonciateiv'

B.1 Notes tous les ddails incluant It lieu. la date. ieure et les causes.








i









,u1------------------------------


EQ.- ENQ:_













Formulaire p. 2


An moment de it initure 1 ykctime 2 1t ( u a ftil: OTSI poribi donnanadacurLacitrstlq ouda no cowcraast le
rapombki de is la i oa.)


CML El main s U _
CCG cceagoule :a
CYB El t yeux bands __
CFR frapppc '


CAL Q a.uucs ltsions.
crV L tans porite n vds uI
CAD 0 amnendc dans un centre de dteniion,


Le lte de P'lter~n,-taIre

E1 sur place
sl non, signaler PIndroit: pour Port-au.Prince
IAP avant poste ICF C ria 154l L.u nentin 54
ICS OB AG OL And Gang wFD L Fnrt Di.manche
IID E0cntru illegal de dtnedio 133 OD lnas 33 PrN 0L Pdnitncir National
ICD ccntrmlande tin de dention" IOM Omega
IFR bureau du FRAPH
1DV L dans un vihicul
IDP El d une prison

ICractiti de P'lnterrbntaire (NOTE: SI pofhiS donna dccarU tiristiques ou daes no concern It rspomable dt e larioton.)


- Mainsie -a
El cagoule"
Sales yeux bands
Tortures
Odjack
E kalot muasa


13 march sur Ie corps
Schocs dldcriques
L-,-asto d___________


0 asphyxie ta vec aco pt puCt lner ) m U bastonna.de.
viol _____aure
CI l sb "uels ...._________ ___ ___


Viola lon (NOTE pealibit doi des o arStriqutes a totoamt k rponsible d 1& violationt.)
VMS OVDmassr r Od_ dntnion
VES O excution CB ttei, ti la libend d'association, de reunion. et/ou
VDS l dispaition d'cxpression
VTrT FDOiur ._____ VMP E menaces /actes de perscution
VI [ viol t___ vrI Ontativwes d'dcuion_______
VAB a bus exuels VBN l attentat contre les biins


Forrnulai p. 2


- -- -C1 abus sexuds












COMMISSION NATIONAL DE VERITE ET DE JUSTICE


CNVJ .

REGLEMEN'IUDE REGIE INTERNE



Conformdmcnt h 'Article 16 dc 'Arratd stablissant la CNVJ, les Commissaires ont
adopt le r6glemcnt de ragie intmre suivant:



POUVOIRS ET ATTRIBUTIONS

Article 01
La Commission est une entitd autonomy des pouvoirs publics, indspendanic et
impartiale.
Les Commissaires coordonnent et supervisent toutcs los activists de la
Commission.

Article 02
Les Commissaires sont charges d'&tablir le calendrier des travaux de la
Commission.



Article 03

La Commission se rdunit cn priv.. Ellc peut toutefois tenir des stances publiqucs
lorsqu'elle le jige nicessaire a 'efficacitd.de ses travaux.



Article 04

La Commission se rdunit aux dates qu'elle choisit a cet effect; elle peut.,tre appelde a
sc rdunir en dehors de ccs dates par la Prisidence qui, en rggle gCndralc, lui donne un
prdavis d'au moins une scmaine.


29











Aricle 05


La Prdsidcntc declare la session ouvene lorsqu'au moins la majority des membres
de la Commission est prdscnte.



Article 06

En cas d'abscnce, ou d'incnpacite d'agir de la Prdsidente, lcs Commissaires
choisissent parmi cux un Prnsident intdrimaire pour la durde de I'abscnce ou de l'incapacitd.



Article 07

OBLIGATION DE DISCRETION

Lcs membres de la Conunission sont tenus A la discretion appropriate A leurs
functions.



Article 08


DECISIONS


La Commission prend ses decisions par consensus. A ddfaut, celles-ci sont prises
a la majority des membres.



Article 09

PARTICIPATION D'EXPERTS ET D'ORGANISATIONS

La Commission peut inviter des experts, des organizations humanitaires ou d'autres
personnel et organes a ses siances lorsqu'elle le juge ndcessaire a 'efficacit6 de ses
travaux.











30














Article 10


La Commission peut procdder a 'audition de tdmoins ou d'experts, soit sur sa
proprc initiative, soit sur proposition d'organisations humanitaircs ou d'autrcs personncs
ou organs. Daris dc tels cas, elle fixe les modalitds de convocation dcs tdmoins et dcs
experts.



Article I

REGISTRE

La Commission tient un registry de toutes les plaintes rceucs scion les modalites
qu'elle determine.



Article 12

TEMOIGNAGES

12.1. Toute personnel peut tdmoigner devant Ia Commission ou atre requise de le
firer.

12.2. Tout tdmoin peut Wtre interrogd par les mcmbrcs de la Commission ou des
pcrsonncs autorisdcs a cct cffct.

12.3. -Tout tdmoin ddsirant etrc rcprescntd doit informer la Commission du nom
et de la profession de son reprisentant etde sos liens avcc cc dernier. La
Commission prcndra une decision quant a la presence du mandataire et son
dcgrd de participation dans Ih procedure.



Article 13


TEMOIGNAGES EN DEHORS D'HAITI


13.1. Dans les cas approprids, et avec 1'approbation de la Commission, un
timoignage peur Etre recuilli hours du territire ha'tien. Avant de donner














cette approbation, la Commission devra s'assurer quc Ics conditions dans
lesquclcls cc tdmoignage sera recueilli offrcnt des garantircs de fiabilitc et dc
sccuritd.

13.2. Un tel tdmoignagc devra rtre recueilli par un membre de la Commission ou
une pcrsonne spdcialcment autorisde par elle.

13.3. Tout tdmoin ddsirant ntre reprdsenti doit informer la Commission du nom,
de la profession de son rcprcscntant ct de scs liens avec cclui-ci.

13.4. La Commission prendra unc decision quant a la presence du mandataire et
son dcgrd de participation dans la procedure.

13.5. La deposition du tdmoin devra fair objectt d'un proces-verbal qui sera
soumis h la Commission.



Article 14.

TEMOIGNAGE SUR VIDtO

14.1. Quand ii n'est pas possible au tdmoin de comparaltre ou de ddposer
c6nformrmcnt aux articles 12 et 13, ou dans toute autre circonstance
accepted par la Comunission, un tdmoignage pourra etre recucilli sur viddo.

14.2. Dans ce c:s, les conditions suivantcs devront atre rcspectdcs:

14.2.1.- L'enrcgistrement ddbutera avec une identification A I'dcran du
cameraman, du tdmoin ( A moins qu'il ne vcuille pas atre identified ,
de la personnel posant les questions et. Ie cas dchdant, de t'interprete
ainsi que de 1'ndroit ou se diroule 1'ntrevue.

14.2.2.- Un tel timoignage devra etre recueilli par un membre de la
Commission ou une personnel spdcialement autorisde par lle.

14.2.3.- Les dispositions de I'article 13, paragraph 3, s'appliquerdnt.

14.2.4.-Le tdmoin doit avoir aI possibility de visionner 'enrgistrement et
de soulever des objections's''il le desire.











14.2.5.- L'opdrateur et le timoin doivent certificr par dcrit que
I'cnrcgistrement video refltie fidlement cc qui s'est passed.

Article 15

CRITERES D'ADMISSIBILITt DE LA PREUVE

15. 1.- Pour dtermniner si une violation a td comrnmise, la Commission s'appuicra
principalcmcnt sur la preuve testimoniale obtenue conformdmcnt aux articles
articles 12, 13 ct 14.

15.2.- Cepcndant, la Commission pcut sappuycr sur des preuves provenant
d'autres sources, dans la measure ou elle estime leur crddibilitd et Icur fiabilitd
satisfaisantcs.

15.3.- Une tell preuve, ou information, peut atrc utilisde scion sa valeur probante
intrins6que ou en conjunction ave: d'autrcs. dlIments de preuve recueillis scion
Ics articles 12, 13 et 14.



Article 16

QUALITY, DE LA PREUVE



Les diffirents deerds de certitude sont:

a) In preuve prdponcdirnte, c'cst-A-dire. base sur dcs dldments solides aboutissant
a la conclusion,

b) la preuve substantiele, c'cst-h-dirc, base sur des didments solide aboutissant a
la conclusion,

c) la preuve snffisantc, c'est-h-dire, base sur davantage d'dldments qui soutiennent
la conclusion que d'dliments susceptibles de l'infirmer.

pour identifier unc personnel comme I'auteur d'une violation, la conclusion doit tre
basde au moins sur une preuve substantielic.














Article 17


SECRETARIAT EXECUTIF

Le Secrdtaire Exdcutif a pour functions d'orgnniscr ct de diriger I Sccrdtariat
general ct le personnel requis pour I'exdcution dcs travaux de la Commission.

II coordonne Ics travaux des autres units de la Commission.

Article 1.8

Lc Secrdtaire Exdcutif, sous I'autoritd dc la CNVJ et charged de prcndrc toutes Ies
dispositions nccssaircs au bon fonctionnement de celle-ci. En particulier, il organise les
rrdunions, assure la distribution de la documentation aux mcmbrcs de la Commission. II
dressc Ic procEs-vcrbal des seances et il prdsente chaque semaine un rapport d'activitds aux
'Commissaires.

Anicle 19

PROCES-VERBAUX

Les proccs-verbaux des sdances sont ridigds en franqais ct traduits en anglais.



Article 20


CONFIDENTIALITY


Aucun membre du personnel de na Commission ne ptut divulgucr ou utiliser a son
profit une information obtenue a ce titre, dans Ic cadre ou h I'occasion de ses functions.



Article 21


ARCHIVES


La Commission consultra Ics autoitds compdtentcs quant h la destination de. ses
archives.












ANNEXE


I La Commission, compostc des Commissaircs, a la responsabilitd d'dtablir toutes
les politiques de la Commission ct leur misc en application. Elle a la responsabilitd ultime
p6ur orientation gddnrale de la Commission.

Elle pcut donncr des instructions a tout membre du personnel et redresser tout
diffdrcnd survcnu entrc Ics mcmbres du personnel.

Elle peut d6i6guer ses pouvoirs tout membre du personnel mais, de faqon
gendrale, dcicguera ses pouvoirs sculcment au Secrdtaire Exdcutif.

La Commission a le pouvoir ct le devoir d'approuver touted question financibre
ou budgetairc, suite A leur presentation par le Secrdtaire Exdcutif.

II- Le Secrdtaire Exdcutif est Ic responsible de I'administration du travail de la
commission. II a done la responsabilitd g6ndrale, saur decision contraire de la
Commission, de touts les units et sections du Secretariat, ddfini comnme I'ensemble des
services de la Commission.

Le Secrdtaire Exdcutif a la responsabilitd de prdparcr tous les documents
financiers ou budgdtaires devant Wtre soumis a la Commission pour approbation.

Le Sedretaire Exccutif a ]a responsabiliti pour les questions disciplinaires, sauf
ccllcs de nature trus grave pouvant mencr au liccnciement de 'intdrcssd. Ces cas doivent
etre pons h I'attention de la Commission pour decision.

Le Secrdtaire Exdcutif doit fire tout en son pouvoir pour maintenir l'harmonie
entire le personnel, dans le meillcur intirit de la Commission.

II rccrute cs membres du personnel, sauf avis contraire de la Commission.
Dans ces cas-iA, il consultera la Commission ct recherchera son approbation.





ANNEXE II





STATISTIQUES
















VIOLATIONS DU DROIT A LA VIE EN HAITI:
DE 1985 A 1995















Par: Mercedes Doretti


Ignacio Cano






PREMIIERE PARTIES: LA COLLECT DES DONNEES


1, Introduction

0
Ce rapport: faith parties du travail accompli par une equipe d'anthroplogie
mddico-legale parrainee par le programme des Droits Humains de 1'Association
Americaine pour;l'Avancement de la Science (AAAS) basee a Washington, qui a
fourni un support: technique ? la Commission HaYtienne de Vdrite et de Justice (ci-
aprs "La Commission"). La delegation (ci-apres "l'Tquipe legiste") a sejourne en
HaYti du 28 Aout au 11 Octobre.1995.

L'6quipe a ete recrutee par la."AAAS". Elle comprenait deux membres de
1'Equipe d'Anthropologie mfidi6co-Igale Guatemalteque (EGAF), deux membres
de 1'Equipe d'Anthropologie medico-legale Argentine (EAAF) et une
anthropologue medico-16gale de l'Universite de Georgie (Etats-Unis
d'Amerique). Jusqu'au 30 septembre, l'equipe a proclde a des exhumations et a
des analyses de squelettes de personnel qui auraient et6 victims du dernier
gouvernement mi:litaire haYtien (1991-1994).

Les donnees et entrevues, constituant la base de ce rapport, ont ete
recueillies au course des deux dernieres semaines de la Mission, soit du 30
septembre au 11 octobre 1995.

Ce travail .n'etait pas initialement prevu dans le mandate qui devait etre
accompli en HaYti. Alors qu'elle se trouvait a 1'H6pital de 1'Universite, l'equipe a
decouvert l'existence de registres important. En consequence, il a ete decide de
prolonger de deux semaines le sejour de la mission.

Avec un peu plus de.temps et de planification, I'information aurait 6te, a
coup sir, plus etayee et investigation, ameliorde.. Toutes les donnees traitees
dans cc rapport n'ont ete recueillies qu'en onze jours. Il existed probablement
d'autres sources d'information l'Hopital et ailleurs.

En raison de la non-disponibilite immediate d'une photocopieuse, les
donnees ont ete :recueillies manuellement par plusieurs personnel a partir de
differentes sources d'information.

L'analyse statistique des donnees a ete. realis6e par Ignacio Cano, du
Groupe d'Evaluation pour l'Analyse des Donnees (E.G.A.D) de l'Universite
d'Arizona a Tucson.





Ignacio Cano et MercedEs Doretti out redige le rapport final.



2. Obj ectifs

Comme annoic6 pricedemment, ce n'est quz' la fin de sa mission en Haiti
que l'equipe a d6couvert d'importants registres a l'H6pital de l'Universite6 a
Port-au-Prince.

Port-au-Prince est de loin la region ou la plupart des violations des droits
de. l'homme en particulier du droit ~ la vie auraient ete commises sous le regime
militaire du General Cedras, qui est la- periode concernee par l'enquete de la
Commission. D'apres la Plate-forme des organisms haitiens de defense des
droits humans, 70 % des abus ont'ete perpetres dans la region de Port-au-Prince.

L'H6pital de 'Universite est le seul centre hospitalier dans toute I'aire de
Port-au-Prince, qui dispose d'une morgue publique. II existe bien des morgues
privies. Cependant, en regle generale, tous les cadavres d'individus morts de
fagon violent ou suspect, devraient 8tre transports a la morgue de 1'HUEH et
inscrits dans ses registres, ce qui n'6tait pas toujours le cas. Apparemment,
I'Hopital est aussi le seul endroit du pays ou sont pratiquees des autopsies.

En Haiti, les armes a feu sont largement monopolisees; par les Forces
Armees, les forces de sicurite et paramilitaires. Durant les dix dernieres annees,
aucune opposition armie n'a vu le jour. On peut done en doduire 10gitimement
qu'un fort pourcentage d'individus tues par balle, ont probablement ete victims
de la repression politique.

Pour toutes ces raisons, I'information disponible l'H6pital pouvait
constituer 1'un des meilleurs registres devaluation des violations concemant le
droit a la vie.

Cette recherche a et6 conduite a partir de 1'hypothese qu'une parties au
moins des victims de la repression politique a transit par l'H6pital avant d'etre
remis a leurs families: ou jets dans une fosse. Tres probablement, de nombreux
autres cadavres de viqtimes politiques ne sont pas passes par la morgue, et ont 6t~
jet's dans diverse fosses, echappant ainsi virtuellement a tout enregistrement ou
releve rigoureux. .






*Par consequent, les chiffres avances dans le present rapport ne representent
qu'une parties des victims de la repression politique. Le nombre rdel des cas
ddpasse probablement de beaucoup celui des donnees recueillies.

Les objectifs initiaux etaient les suivants:

1) Nous voulions yvrifier la disponibilite de renseignements adequats pour
mesurer F'impact des violations sur les droits humans, le droit a la vie en
particulier sous le regimee du G6ndral C6dras, compare a des regimes precedents
et postdricurs. Pour y parvenir, nous avions besoin de savoir quelles sources
d'information 6taient disponibles ia I'Hopital, quelle information elles contenaient
et si elles pouvaient permettre une comparison avec les regimes recent. Cette
question sera abordee dans une autre section.

--2) Le second objectif consistait a voir si les renseignements disponibles a I'Hopital
de 1'Universit seraient d'une quelconque utility en terms humanitaires, 16gaux et
historiques en:

a) comparant la liste des individus "portes disparus" ou executes
sommairement don't les corps n'ont pas etd retrouves par leurs families avec
l'information disponible 1' H6pital.
b) dtablissant un lien entire des faits specifiques contenus dans les registres
de la morgue et des incidents de repression politique specifiques, en essayant de
fournir davantage de renseignements sur le nombre, I'identit6 et le sort des
victims de ces evenements.




3. Procedures d'Enrcgistrement des Deces h I'IHopital


D'apres la declaration du personnel de I'Hopital, un bon nombre des
procedures ont change sous Ie regime du dernier gouvernement militaire ha'tien
(1991-1994).

Par example, en principle tous les corps arrivant a I'Hupital devraient. etre
examines a 1'entre, et inscrits aux sales d'urgence et d'admission. Pendant la
periode du coup d'etat, beaucoup de corps ont et envoyss directement a la
morgue. Neanmoins, certaines personnel interrogees pensaient que les corps ont
ete inscrits dans les registres de la morgue mnme pendant Ia periode du coup.

En principle; les corps ne provenant pas de l'H6pital devraient etre
accompagn6s de ce'qu'on appelle "un procEs-verbal de constat" dressed par le Juge
de Paix competent. Dans la plupart des cas, le Juge demand a 1'Hopital de
recevoir le corps a la morgue. La police appelle 1'Hopital pour qu'on vienne
ramasser le corps;; I'Hopital envoie une ambulance sur les lieux et celle-ci
transport le corps a la morgue. Pendant la periode du coup d'etat
sp6cifiquement, mais aussi a d'autres periodes, certain cadavres sont .arrives a la
morgue sans constat. Souvent la.police apportait le corps directement h la
morgue. Les families se rendaient h la morgue pour identifier les restes, et
amenaient un Juge de paix qui delivrait le constant. Souvent ii n'y avait pas de
constat du tout.

L'H6pital remet aux parents un certificate d'inhumation. On livrait ce
certificate non seulement pour les cadavres se trouvant a la morgue publique mais
aussi pour ceux des morgues privies. Malheureusement, I'H6pital ne garde
aucune copie des dits certificates.

En ce. qui concern les personnel non identifiees ou celles don't les parents
6taient dans I'incapacite de recuperer les corps, ceux-ci etaient transports A
Titanyen, locality situee a une dizaine de kilometres au Nord de Port-au-Prince
et connue dcpuis 1973. Les camions et le personnel de la Municipalite
s'occupaient du transport des corps. Actuellement, I'Hopital a arrete cette
pratique suite a l'indignation general. A notre depart d'Hal'ti en octobre 1995, la
solution alternative, n'etait pas du tout evidente. La morgue etait remplieavec
1'accumulation de pres de 800 cadavres entassis dans deux petites chambres
froides.




4. Les D6potoirs de Cadavrcs

II est de notoriety publique a Port-au-Prince que la region Titanyen, situde
a une dizaine de kilometres au Nord de la ville, servait, de depotoir pour des
cadavres,'identifies ou non, de victims de la repression politique. L'h6pital y
envoyait egalement des corps non riclanms par les families.

Sources Puantes et St-Christophe sont les deux endroits de Titanyen oh, le
plus souvent, on, disposait des cadavres. L'hopital utilisait Sources Puantes et,
apparemment, pas St-Christophe, utilise aussi comme un lieu d'execution. En
septembre 1995, 1'Equipe a travaille sur ces deux regions et a remis pour
chacune un rapport soumis a la Commission Nationale de Verite et de Justice.

A Sources Puantes, les cadavres de patients non reclames, de personnel non
identifiCes et de victims de la repression se confondaient avec les ordures venant
de la ville; ils gisaient; a ciel ouvert,.'dans des trous peu profonds. Lescorps
n'etaient done pas inhumrs et avaient ete soit devores en parties par des animaux,
soit decomposes par la pluie, I'eau et le vent. L'dquipe a obtenu des informations
du personnel de I'HUEH, selon lesquelles Sources Puanies 6tait utilise a cette fin
par 1'h6pital qui dessert toute la region Port-au-Princienne et ce, depuis 1973.
Les registries de PhOpital confirment cette declaration,

Concernant Sources Puantes, 1',quipe a aboutinia conclusion qu'il est
quasiment impossible de determiner a quelle categories (patient de I'hopital,
victim politique, criminal de.droit commun...) appartenait chaque corps.- I1 est
encore. plus difficile de determiner avec certitude lesquels de ces restes de
squelettes correspondent aux victims politiques de la periode 1991-1994, sur
laquelle travaille la Commission de Verite et de Justice. Cependant, les preuves
legales recueillies a Sources Puantes ne sont pas en contradiction avec les
temoignages qui *sont les principles pistes pour I'interpretation des elements
trouves sur ce site.

L'existence de ces depotoirs, St-Christophe et Sources Puantes, confirm
les declarations d'organisations locales des Droits de l'Homme sur les methodes
utilisdes par les Forces Hai'tiennes de Sdcurite, pendant la periode du coup d'etat,
pour se d6ba asser des corps d'opposants.




5. Sources information disponibles i I'PH6pital de l'Universite

Les experiences dans d'autres pays qui ont connu des regimes repressifs,
ont rev6le que ceux-ci laissent plus de traces bureaucratiques de leurs crimes
qu'on ne pourrait le penser. Ainsi, d'importants dossiers sur les crimes d'etat ont
etc retrouv6s dans l'Allemagne Nazie, en Argentine apr~s le depart de l'ex
gouvernement militaire, en Ethiopie souale regime de Mengistu. Dans le cas
d'HaYti, les registres trouvis a l'hopital constituent une source inesperde de
renseignements.


Registres trouves i I'hopital de 'Universitc:

A- Cahiers de Ia morgue
B- Certificats de d6pcs
C- Cahiers d'enregistrement
D- Cahiers de la salle d'urgence
E- Rapports et Resultats des autopsies medico-legales,
F- Proces-verbal de Constat

Apres I'examen de chaque source, le present rapport s'est base
principalement sur les Cahiers de la morgue. D'autres renseignements ont et6
.. tir6s du proces-verbal de constat. Dans quelques cas, les "Autopsies m6dico-
legales" et les "Cahiers de la salle d'Urgence" ont ete consults. Des donnees, de
janvier 1985 a avril 1995, ont 6te collectees. Cette parties ne developpe que
Information continue dans les "Cahiers de la morgue". Se re6frer a 1'Annexe 1
pour plus de details sur les sources B, C, D, E et F.:






A- Cahiers de la Morgue:


C'est la plus complete des sources disponibles. Les cahiers sont tenus au
Departement de Statistique et d'Archives de I'hipital. Ils contiennent toutes les
informations journalieres pour les dix dernieres anriees. Quoique leur 6tat laisse
parfois a d6siier, information continue est encore 'lisible.

Le personnel nous a fourni des explications sur chaque code et chaque
cat6gorie utilises dans les cahiers. Les cahiers contiennent une parties ou la
totality des renseignements suivants:

1- Identity de 'iindividu: Prdnom et nom de la personnel ou "non-identifid".
On trouve toujours cette information. Au cas oi une personnel ne serait pas
. prdalablcment identifide, ine fois cette formality remplie, son nomr est inscrit au-
dessus des mots "non-identifid".

2- Sexe de l'individu: masculin ou f6minin. On trouve toujours cette
information,

3- Age de la personnel au moment du deces: dans la plupart des cas, 1'age
n'etait pas mentioned.

4- Lieu du decks:; il y a deux possibilities, ou bien le defunt vient de 1'exterieur
ou bien il est more a I'hopital. Dans ce cas, les cahiers indiquent la section de
l'hopital oh a eu lieu le dcess; pour les personnel tuees par balle, on relive
souvent: chirurgie, salle d'urgence, salle d'operation et orthopedie.

5- Cause et mo:de du dices: les causes gindralement enregistrees sont:
brClure, noyade, balle (pour les blessures par balle. On pourrait y ajoutcr, deux
autres categories: utilisees come causes: homicide, accident de voiture. La
maniere ou mode de deces se refere 'i la facon don't est morte la personnel -
homicide, suicide, accident, mort naturelle ou indeterminee quoiqu'elle n'en soit
pas la cause. Par example, une personnel peut etre tuee par balle, de maniere
accidentelle, par ;homicide ou par suicide. Ce problem d'interpretation
methodologique est I'objet d'une analyse dans la parties methodologique. En
rapport avec notre.-enquEte, 1'expression assassinn" cache la cause du deces,
puisque la personnel peut avoir ete poignardee, abattue, battue a mort, noyee, ainsi
de suite. Dans d'autres cas, aucune cause de deces n'est mentionnme: ce qui
laissse supposed que I'individu est mort de cause naturelle (maladie par example).

6- Date du dcest: mentionnee dans tous les cas,





7- Destination' du corps: indique.si les proches du defunt sont venus le
chercher ou si le mort (ou la morte) etait un indigent, done le corps a 6td envoy
a Titanyen,

8- Proces-verbal de constat: Dans de -ares cas, on relive dans les cahiers, la
mention: "Au nom; de la loi", significant qu'il existe un certificatet legal" emis par
le Juge de Paix de la jurisdiction oh Ic corps a etd decouvert. De tels certificates
sont emis en cas de:mort violent, d'accidcnts'surv.nus dans la rue ou 'a domicile,
de suicides. Les renseignements contenus dans chaque "constat" varient d'un cas '.
1'autre. Ces certificates, conserves separdment au Departement Statistique et
d'Archives de l'hopital, constituent done une autre source d'information qui est
traitee en Annexe.

9- Thanatopraxice Le personnel rapport que certaines families qui peuvent se
le permettre, font embaumer les cadavres, avant de les emmener h la champagne
ou t 1'6tranger; ain-si ils pourront rdsister aux longs voyages et aux mauvaises
conditions atmospheriques.

10- L'Autopsie nmddico-ligale et 1'Autopsie Mevdicale: Sur demand d'un
official judiciaire un juge, un procureur...- ou de la police, l'hopital peut
pratiquer une autopsie mddico-legale. Celle-ci est censde fournir des preuves
dans Ic cadre d'une.enquite gale sur une mort violent ou suspect. Neanmoins,
la plupart des personnel tudes de cette facon ne sont I'objet d'aucune autopsies.
Surtout dans les cas de nature sp6cifiquement politique, tel I'assassinat de
personnalit6s notoites, en ce qui concern les autopsiesmedicales, elles sont
pratiquies pour des vraisons scientifiques a la requate de la famille du malade (par
example, Roger Lafontant, Georges et Antoine Izmery), les autopsies medico-
l6gales sont r6alisees.


8- La nuit du coup:

Selon les tmboignages d'qrganisationtlocales et internationales des droits de
I'homme, les jours Suivant le coup d'etat se sont caracterises par une repression
violent, surtout danis les milieux populaires oi' l'appui au President Aristide etait
plus fort. A Port-au-Prince dans les quarters de Lamentin (situed Carrefour au
sud de la capitale, Id'autres quarters de Carrefour, Cite Soleil (un bidonville),.
ont etd les cibles privilegiees de la repression. L'dquipe legiste et la Commission
ont proc6dd a l'examen des registres de la morgue et de la salle d'urgence de
l'hspital de 1'Universitd d'Haiti le seul disposant d'une morgue publique dans
toute l'aire de Portiau-Prince Ils enregistrent une augmentation soudaine et
impression nte du nombre de blesses ou de morts par balle. Dans la nuit du 30
septembre et au course des premiers joirs d'octobre 1991, .Ies medecins.et






infirmirres de service ia 'hapital pendant ces jours sombres ont confirm les
donndes des registres:

"Cette nuit-la. nous avons travaill sans arrkt. A chaque minute, on
apportait A la sallq d'urgence des gens bless6s par balle. II y en avait 300 dans la
salle. Nous avons essay de sauver les survivants; nous ne pouvions computer le
nombre de morts cans la salle d'urgence". Dans la nuit du ler au 2 octobre, on
aurait dinombri- a la salle d'urgence entire 80 95 personnel blesses par balle,
couches meme le sol. En raison de la carence de transport et de la situation
dangereuse qui prevalait dans les rues, le gros du personnel hospitalier n'a pas pu
se rendre a. son travail. L'hopital n'avait qu'une ambulance en service. La
Croix-Rouge dis losait d'autres ambulances qui transportaient des blesses A
1'h6pital. D'apres les temoignages, dans la plupart des cas les morts n'etaient pas
enregistres aux sales d'admission et d'urgence et etaient envoys directement a la
morgue.

On rapporte; que, pendant ]a premiere semaine, les soldats ont fait irruption
a l'h6pital a plusieurs reprises, blessant par balles un chauffeur, un conducteur
d'ambulance, et tirant en l'air ou sur les trottoirs, menagant les patients.

En ddpit de la confusion qui r6gnait, la pluphrt des patients ayant requ des
soins la prcmi.re nuiti ont appareminient et& enregistres i la salle d'urgence.
Malheureusement, les cahiers contenant les enregistrements de la matinee du 30
septembre 1991, ainsi que d'autres (concernant d'autres dates) ont disparu'.

Concernant :le problme de l'enregistrement des patients et des morts aux
sales d'admission et d'urgence, et .h la morgue de l'hopital, les temoignages
different. Mais,' ils s'accordent tous sur le fait que le problem residait
pr6cisement dans les failles relatives h 1'enregistrement des personnel blessees et
dec6ddes.












'Nous appellerons cctte Variable la "cause de dlces", mi"mc si ccllc-ci cst, tcchniquemcnt, un amalgam
c causes (coup de fcu,...) ct de modes (assassindcs....) de ddccs. Cc faith a ddjh dtd cxpliqud.




C- Donnses provenant d'autrcs.villes


Des membres de la Commission de VWrit4 ont poursuivi I'enquete dans
deux autres villes du ddpartcment de 1'Artibonite: GonaYves et St-Marc, ou, apres
Port-au-Prince, on a r6pertorid le plus de violations du droit a la vie. Dans ces
deux villes,'1'estimttion du nombre de personnel tudes par balle et/ou assassinees
semble faible comparativement aux donn6es fournies par des organizations des
droits humans. D'autres recherches devraient done &tre effectuees.


Resultats dp 1'enqu.te a Saint-Marc:

A Saint-Marc, les enquateurs out proc6dd eh examenn des registres du
principal centre hospitalier de la ville, l'h8pital Saint-Nicolas. La disparition de
la plupart des cahiers et des certificates de deces a la salle d'urgence, a rendu
difficile l'dvaluatipn des donnees existantes. En raison de travaux de
construction; la section des archives de I'h6pital cst sens dessus-dessous.

Seuls les cahiers de la morgue de 1991 a 1994 ont etd examines. uIs font
etat de deux individus tues par ball, respectivement en 1991 et en 1993, et un
autre, assassin en 1993. Les enqueteurs ont demand au personnel administratif
de l'hopital comment ils pouvaient expliquer 1'enregistrement d'un si petit
nombre des persormes tuees par ball. dans une region qui 6tait censee avoir et6
fraije par la repression. En rdponse, ils ont explique que la morgue n'etait pas
en service pendant les sept premiers mois du coup. Dans la plupart des cas, ont-
ils ajout6, les parents des victims de la repression politique ont recupere les
corps pour les mettre dans des morgues privees.


Resultats obtenus aux Gonai'ves:

L'dquipe a examine les cahiers de 1'hopital La Providence, principal centre
hospitalicr public de la ville.

Les registres de la morgue poui les dix dernieres annees y etaient
disponibles, malgre6. Iincertitude sur leur caractere complete et/ou fiabilitd. La
p6riode, allant de janvier 1985 a mai 1995, a etd considered. Entre le 2 janvier
1985 et le 29 septembre 1990, aucun cas de personnel tuees par balle n'est
recense.

L'dquipe a releve treize cas de personnel tuees par balle et/ou assassinees
pendant la pdriode du regime de facto. Certaines auraient &td tuees lors des deux
ceilbres interventions operdes par les Forces Armies le 2 octobre .1991 et le 22




avril 1994 (l'affaire Raboteau). En 1995, on a enregistred la. mort d'une personnel
tude par balle et de deux autres assassindes. Ces victims ont ete identifies.

Les cahiers dle la salle d'urgence, le constat lIgal et les certificates de D&c6s
ont disparu.' Le personnel de l'h6pital a declare n'avoir recu aucun cas de blesses
par ball; par centre, des cas d'individus maltraites par les militaires etaient
enregistres.

D'autres membres du personnel imputent la disparition des cahiers de la
salle d'urgence aux recents travaux d'am6nagement qui y ont ete effect's.
Certains ont suggcre a l'equipe de contacter I'ancien personnel pour apporter des
eclaircissements. De plus samples recherches devraient 8tre effectudes.




DEUXIENfE,PARTIE: L'ANALYSE DES DONNEES


1. Donndes utilisecs dans I'analyse statistique

Vu que nous avons tentd d'evaluer les violations graves commises par
I'Etat, en particulier celles qui portaient atteinte au droit a la vie, nos recherches
se sont concentr6es sur les cas de personnel' tues par balles. En dehors des
forces militaires et paramilitaires, peu de gens ont access aux armes a feu en Haiti.
On en deduit que bpn nombre d'individus' tues par balle ont etd victims de
personnel lies a l'appareil d'Etat. Apparemment c'est l'indice le plus fable
concernant les homicides commis par l'Etat.

Ccrtes, le mot! balll" figurait parmi les causes de deces enregistrees aux
cahiers de la morgue A Port-au-Prince. Presque toutes ces "causes"
correspondraient a des homicides dans la measure oui les deux autres mots utilis6s
comme etant des "Causes", sont: "Suicide" et "accident", ce qui est assez rare.
La cause de la plupart des deces n'a pas 6te mentionnee dans les registres. De tels
cas laisseraient penser des deces naturels ou indetermines, ou a une carence de
donn6es tout simplemeent.

Cependant, dans certain cas on s'est content' d'ecrire "AssassinF" sans
mention de la cause specifique du deces (balle, poignard, etc.). (1 sur 15), ces cas
sont minimes comparativement i ceux des personnel tuees par balle. On pourrait
supposed que ces geris ont ete tues autrement que par des armes h feu (du fait que
"balle" repr6sente une catigorie commune caracterisant souvent un homicide);
mais il n'y a aucune indication permettant d'affirmer qu'ils n'ont pas &t6 tuds par
balles.

Par consequent, nous avons decide, pour commencer, de rassembler les
deux types de "cas".: Si la proportion des'personnes vraiment tuees par balle et
codes "Assassinees", etait constant dans le temps, elle n'aurait pas d'impact sur
notre analyse concernant le nombre de victims considerees comme "tuees:par
balle. Cela aurait sensiblement rdduit le total final du nombre de victims tuees
par balles, mais n'aurait pas affect nos comparisons entire difffrentes periodes.

D'autre part, supposons qu'a un certain moment de la duree, on ait decide
de changer de critre'e et qu'au lieu d'enregistrer les victims come on faisait
avant, c'est-a-dire "tuees par balle", on ait commence a les classer "Assassindes"
ou vice versa. Ceci pourrait certainement influence nos rdsultats.
Si 1'on considre les cas classes "tue par balle", on se trouverait dans
I'eventualit6 oui I'augmentation du nombre des personnel reellement tuees par
balle'serait masquie:du fait de leur nouvelle classification comme "assassindes".





De m8rme, une reduction dans la cat6gorie "assassinees" se solderait apparemment
par une augmentation artificielle de la catigorie ballle.

Nous avons compare la proportion des cas assigns aux deux categories
dans Ie temps. 8picifiquemcent, nous avons analyst leur evolution avant et apres
septembre 1991.. Alors que le nombre de personnel "tudes par ball" a triple
apres septembre 91, celui des "assassinees" a chute. Violence politique et violence
commune (crime;, violence domestique...) entire en principle toutes deux dans. la
categorie "assassinees". Rien ne laisse penser que les- crimes imputables a la
"violence commune" devraient baisser apres septembre 91; mais ii y a des raisons
de penser que les crimes politiques seraient en hausse, tout comme le nombre de
"tuees par balle. Cette diminution soudaine peut confirmer la possibility d'un
changement de crit&re.

A la lumiere de ces considerations, nous avons decide en dernier resort de
reunir les deux "categories" en une formule condensee: "nombre total de tu6s"
par mois. Nous. savons pertinemment que certain cas de la catdgorie "balle"
pourraient Etre imputes A des suicides ou accidents: ce qui s'appliquerait a tres
peu de cas. TOujours est-il que cette formule est le meilleur indice pour
homicides don't nous disposons.

Probablement certain crimes de droit. commun sont compris dans notre
formula, mais ils ont une frequence relativement constant, qui pollue
6ventuellement nos donn6es sans grande incidence sur nos comparisons des
diff6rentes pdriodes. Au lieu de changer de critere clans 1'utilisation de ces
categories dans le temps ce qui pourrait influence 1'analyse, nous avons predfre
cet inconvenient., De plus, le nombre de cas dans la categories "assassinees" etant
de loin inferieur a celui de "tu6es par balle", cela ne pourra pas influence outre
measure notre donn6e compose.


La collect des d6nnees s'est faite dleux niveaux:

a) Au niveau mensuel, nous avons recueilli le nombre de personnel.
"assassindes" et la "tudes pat balle" pour chaque mois, de janvier 1985 a avril
1995; cette periode comprend la derhiere annee du regime de Jean-Claude
Duvalier, les r6gi-nes post-duvalieristes, le regime d'Aristide et celui du Ge6nral
Cidras.
b) Au niveau individual, nous avons,cpnsidere une victim apres 1'autre.
Pour chacune nous avons recueilli des renseignements, comme:

le nor (si son identity a edt tablie);
Ic sexe;




si le corps a 6td identified et quand"
Cause du deces2 ("balle" ou assassinne";
Si la personnel etait more a I'hSpital ou ailleurs;
Si le corps avait 6td r6cuperd par.la famille ou bien "jet6".

Faute' de temps, ces renseignements plus d6tailles n'ont "te enregistres que
pour le regime de facto du General Cedras. Precis6ment, les cas out dt6
repertorids et codds du 30 septembre 1991 au 14 octobre 1994 (la veille du retour
au pouvoir d'Aristide).

A Port-au-Prince, plusieurs enqueteurs ont assure la collect et le codage
des donnees. Popr rendre la procedure plus efficace et plus fiable, certaines
donnies ont 6td traitles en nmme temps par diffdrents codeurs. Les donnees ainsi
traitics, la marge d'erreur (la proportion des cas pour lesquels I'ensemble de
donnies mensuelles d'un codeur differ l'un autre) est estimde entire 7 et 8 %.
Ceci s'explique non seulement a cause des omissions mais aussi parce que les cas a
traiter sont tires d'une liste beaucotip plus etendue, contenant tous les cas de
personnel decedees a la morgue: ce qui n'est pas sans equivoque. Done, la
fiabilite de l'dquipe de codage est estimde a plus de 90 %.

2. Principales Hypotheses

Voici nos principases hypotheses:

a) Le pays a connu une recrudescence de violations majeures des Droits de
l'homme sous le regime du Gendral Cedras, compare aux p6riodes pr cedentes.
Plus specifiquement, le niveau de violations extreme enregistre sous le regime du
General a egalement d6passe celui qu'on enregistre pour les gouvernements anti-
democratiques post-duvalieristes d'avant 19903.

b) Les violations majeures avaient dte particulierement faibles en Haiti
pendant le bref gouverement democratique d'Aristide (avant septembre et apres
Octobre 94), compare aux regimes anti-d'mocratiques qui 1'ont pr6eced et
interrompu. Statistiquement, cette hypothese est plus difficile a verifier, vu la
brievet6 des gouvernements democratiques dans le pays.



4La personnc. qui a rdalisd Ic codange des mois pour la pdriodc de facto allant de septembre 91 & octobre 94,
s'cst rEvdice plus conscrvatrice quI Ies autres cn omettant curtains cas. Par consdquent tout binis rdsultant
dventuellemcnt dc cctte situation jouerait centre notru iypothese 'ur P'augmenttion des icurtres durant
cctte pdriodc. Par consequent, si riotre hypothsse est consomde elfe n'cn est que plus solid.
3 Consulter: Glass, G.V., Wilson, V.L. and Gottman, J.M. dans Ic livre intituld "Design and analysis of
time-series experiments". Boulder Colorado Associated University Press, 1975.






3. Mithodologie


La technique statistique employee pour verifier ces hypotheses est I'ITSA
(Interrupted Time Series Analysis), ordinairement utilis6e pour tester
l'importance d'une intervention (un programme social, une modification de loi,
etc.) sur une variable mesurde dans le temps. Dans le cas qui nous occupe,
I'intervention representera la nature du nouveau regime en question,
comparativement aux precedents. Par example, pour notre premiere hypothese,
I'intervention est Ie gouvernement de Cedras apres le "Coup" de 1991, et le
niveau de violations, pendant les mois correspondent a ce regime, est compare a
d'autres mois sous d'autres regimes.

Cette techhiique peut etre resumee de la fa9on suivante. Un module
statistique est d'abord concu pour les p6riodes de temps (les mois, dans notre
cas) precedant I'intervention, qui control les processus d'auto-correlation de
faCon a obtenir ine serie stationnaire et a modeler sa dependance sdrielle. Le
module en question peut aussi contenir d'autres variables pouvant influence notre
variable dependante. A ce propose, une breve explication est fournie plus loin.

Ensuite le mime module est appliqued l'ensemble de la serie et l'on
introduit un paramntre qui oppose les periods de temps d'avant 'ct d'apres
l'intervention. (Dans notre cas, cela diff&rencierait, par example, les mois
d'avant et d'apres le "Coup" de 1991). Les residuels du module sont examines
pour verifier si la serie est encore stationnaire 'et libre de toute ddpendance
s6rielle. On faith intervenir ce paramitre pour determiner si 1'intervention a eu
impact significatif sur la serie ou si les differences d'avant et d'apres
l'intervention pourraient atre fortuites.

Pour obleiir des estimations stables de tels paramitres, un minimum de
vingt points sonic necessaires pour chaque phase anterieure. et posterieure a
Intervention, (Blass ct al 1975)4. Or certaines de nos analyses ne pourront avoir
lieu vingt mois avant et vingt mois apres chaque regime, dans la measure oi les
pdriodes d6mocraitiques analyses n'ont pas dur6 tout ce temps. Pour ces
conjonctures, nos conclusions ne seront que provisoires. Chaque fois que le cas
se present, nous.l'indiquerons clairement.


4. Resultats, des donnees au niveau individual



* Spdcifiqucment, si nous travaillons avcc un "alpha" dont Ic nivoau d'inpurtancc est dc 5 %. une analyse
sur vingt pourrail se rdvdlcr significative, eC ccci, par hasard..




Un total de'9116 personnel "tuees par ball" on "assassinees" a dti r6pertorie
entire le 30 septembre 1991 et le 14 octobre 1994 (periode du regime Cidras).

De ce total, 816 personn6d, suit 94 %, sont catalogudes "tudes par balle" et
56, soit 6 %, come "assassinees". Comme nous l'avons explique plus haut, cette
derniere sous-categoric est include parcel qu'elle peut contenir des personnel tudes
en rdalit6 par balle. Et cela pourrait influence les r6sultats si, a. n'importe quel
moment de la serie, il y a eu un changement dains le critere de classification.

Dans I'6esante majority des cas (95 %), les personnel etaient deja mortes
en arrivant a 1'1hpital; les 5 % restantes sont mortes en recevant des soins.

Certaines victnies n'6taient pas identifies, d'autres l'avaient eit au moment
de leur admission a 1'hoppital, d'autres encore 1'avaient ete apres. Voici la
distribution entire ces trois possibilities:


STATUT D'IDENTIFICATION DES VICTIMS


Statut Frdquence % % valide %
Cum.
Non-identifiees 436 47.6 51.4
51.4
Identifies .290 31.7 34.2
85.6
Identifies apr.s .122 13.3 14.4
100.0
Carence d'informatigns 68 7.4 Nant

Total 916 100.0 100.0
Donc, pros de la moiti6 des cas recenses n'etaient pas identifies.

En plus, 571 ede ces victims representant 62 % du .total, sont classes
"indigents". Ce qui Signifie que les corps ni'ont pas ete reclames par les families
et ont -t&, par consequent, envoys a Titanyen. Evidemment, les parents
n'auraient pu reclarner des corps non-identifies; cependant le chiffre -pour' des
corps non-reclames 6epasse de loin celui des non-identifids. En d'autres terms,
15 % de plus que les .non-identifids n'ont pas -te non plus reclames. Meme si
dars les registres, its sont 6tiquetis "indigents", la r"aliti est plus complex. Le
fait est que certain proches, soit par crainte, soit par manque d'informations sur
le sort des parents disparus, n'ont pas pu soumettre des reclamations.:' C'etait, en
particulier, le cas pour certaines victims de la repression.





La grande majority parties, les victims repertoriees sont des hommes. Ceci
est compatible avec un module de repression politique, dans lequel les victimes-
cibles sont surtott des homes. Plus precisement, une proportion aussi
anormale, (plus de 12 homes pour une femme), est caractdristique d'un type de
repression politie selective. Car, quand la repression est indiscriminee, comme
dans les cas de.bombardement ou de massacres dans des villages, la proportion
des femmes, meme: si cile est plus faible que celles des hommes, est significative.

SQuant "a la proportion des femmcs (7 % de tout notre echantillon), elle est
plus levee panni les assassinse" (20 %). Ce serait la confirmation que la
catdgorie "assassinecs" comprend une plus forte proportion des victims de la
violence non-politique ou communes, pour laquelle le nombre de femmes est
plus eleven. D'un autre point de vue, la categorie "tuees par balle" serait moins
affected par la violence r-on-politiquc, et la proportion des femmes devrait &tre
alors plus faible (nobus en avons trouve 6.5 %).

Le.,lromhotion de femmes dans la catigorie "non-identifiees" (3.9 %) est
plus Taible que la moycnne, tout comme dans celle des "non-reclamees" (4.9 %).
Ces deux chiffres concordent avec. la these que les femmes sont moins
susceptibles d'etre victims de la repression politique dans la measure ofi celle-ci
tend a produire uhe plus forte proportion de personnes non-identifiees et non-
r6clamies..

La totality de ces chiffres ne sont pas concluants de par eux-meme, en
raison du nombre restraint de femmes dans notre echantillon; mais, en attendant,
ils out une valeur tres significative.

Nous avons dressed un "tableau croisd" du statut d'identification des victims
avec les causes de diccs ("tuees par balle" ou assassinees"), afin d'explorer la
nature 6ventuellement diffdrente de ces deux categories.


TABLEAU CROISI DES CAUSES DE DICES AVEC
LE STATUT IDENTIFICATION



STATUTE IDENTIFICATION




.La proportioli des "assassin6es" dans le total, est plus 6levie pour les
victiincs identilieesa l'adnmission (10.7 %), confirmant le fait que cette catcgorie
continent un plus fort ratio de victimncs non-politiques. On suppose que les
victims de la repression politique avaient peu de chance d'tre transport6es a
l'hopital par.des parents ou des amis. En consequence, leur chance d'8tre
identifiees a admission 6tait quasiment nulle.


5. Rcsultats des donn6es au niveau mensuel

Le "nombre. de tugs", comme explique plus haut, representera notre
variable. La series s!echelonne sur plus de dix ans, de janvier 1985 a avril 1995.
a) Vue d'ensemble de la period

L'evolution du "nombre de tues" par mois present de grande variations,
avcc plusicurs points saillants. Les sommets es plus accusees correspondent a
f'vricr 1986, novenibre 1987, scptmnbre et octobre 1991, Mai 1992 et septembre
1993. Le premier pic coincide avec les remous provoques par la chute du
pouvoir de Jean-Claude Duvalier, et le troisieme avec le coup d'6tat centre le
President Aristide.

La moyenne mensuelle du "nombre de tues" est de 14.3, pour un total de
1783 personnel tudes pendant toute la pdriode consideree (85-95). Le "nombre
de tuds" fluctue fortement de mois en mois; en fait 1'6cart-type de la serie est de
12.6 personnels), ce qui est tres eleven. Cependant, bien que la sdrie ait une
grande variance, celle-ci ne semble pas augmenter ou diminuer dans le temps. II
semble plut6t que la variation s'accentue brusqueient A certaines moments,
lorsque les valeurs ,de la variable augmentent de meme, meme si le nombre des
personnel tuees au!smentent brusquement a certainesphases, et semble meme
montrer une evolution croissante a certaines periodes, on ne remarque pas une
augmentation (ou diminution) tcndanicielle pour la moyenne sur 10 ans. La serie
redescend finalemei)t vers I'abcisse, apres chaque montee.

Dans cette steie, on enregistre peu ou pas de cas du tout pour la plupart des
mois. Pour 48 % des inois on a connu 10 cas ou moins, et pour 75 %, 20 cas ou
moins. Apris, la distribution decroit a droite oui il n'y a que tres peu de mois
uvec plus de 30 personnel tuees. Ces chiffres representent les sommets de la
course.

La sdrie originate fluctue enormnement, ce qui rend difficile la perception
d'une tendance. Toutefois il semblerait que la serie accusait une 16gere tendance a
la hausse (en dehors des points et extreme), jusqu'au d6but de 1991 pour
redescendre apres i'un trEs .bas niveau. Vers la fin 1991, elle fait une remontee





remnarquable. et demeure elevie. jusqu'en 1994, date tIquelle elle a chutd a
nouveau. C'est cc quc revele un premier coup d'oeil. Une strategie commune
pour dlclecer Ics tendancts dam: urine seric instable, c'est d'utiliser line technique
qui amnortisse les somnlncs c pcreette une meillcure perception de la iendance de
la sdrie a~ travers :*e temps. Dans notre cas, nous avons remplace chaque valeur
mensuclle par la moyenne de cc mois, et des deux mois cclui qui le precede et
cclui q!i le suit. De cette facon, tout point extreme est amorti par Ies valeurs
voisines et la serie ainsi assouplie revele la tendance s'il y en a.

La serie assouplie confirm encore notre premiere impression concernant
l'augmentation du nombre de meurtres de fagon constant jusqu'a fin 90 (a
I'exception des sommets du debut 86 et de la fin 87). A la fin de l'annee 90, ii y a
eu un net declin, renversd de manicre dramatique h la fin 1991. Fin 1992, on
enregistre une baisse lgeire, puis ce fut une remontee, jusqu'I la derniere
plongie a la fin 94. En principle, nous avons une confirmation visuelle de notre
hypoth&se selon laquelle ii y aurait eu un grand nombre de tuds pendant le regime
Cidras (fin 91 a fin 94) et un nombre relativement bas pendant les regnes
respectifs d'Aristide (mi-91 et fin 94). Mais ils faut une confirmation finale par
les analyses statistiques.

L.'existence possible de d6pendance s6rielle dans la s6rie (i.e. si la valeur
d'un mois quelconque est statistiquement liie a celle des mois suivants), est un
problime sdrieux dans notre cas. La dependance scrielle sape les suppositions A
partir desquelles les tests classiques de signification statistique sont realis6s. En
d'autres terms, Ics analyses qui nous permettent de fair la distinction entire les
differences significatives et. celles dues au hasard, ne peuvent etre ex6cut6es sans
un contr6le de lad6apendance serielle.

Afin de determiner existence de cette dependance serielle, on fait un
calcul d'auto-corrlation. Si I'autocorrelation est 6lev6e, cela signific que si un
mois a une valeur tris dlevde, la probability des prochains d'en avoir une autre
tres ldevie cst plus grande et vice versa. Le coefficient reel d'auto-corrl6ation
s'6tend de 1 L -1. Unc valour positive 6lev6e indiquera qu'un mois, ayant une
forte proportion de victims, sera probablement suivi par d'autres ayant aussi une
forte proportion de victims de fagon marginal; si c'est une valeur negative, les
mois ayant un nonibre lcvd e de victims precederaient des mois ayant peu de
victims, et vice-versa. Unc auto-correlation nulle indiquera que la valeur d'un
mois est statistiquemcnt ind6pendante de celle des mois suivants; dans ce cas,
connaitre la valeur pour un mois ne permet pas de deduire celle des mois
suivants. Unc auto-correlation n'est autre qu'une correlation statistique (ou
correla lO It PSt~i'r entre un mais et les. suivants. L'iato-correlation est
calculie par d~icAlages cartst) iucessis;: ntre cha que mois et le SUivlnt (ler
icart) entire cheque moik et Ics deut rniis suivants apres. (2e cartt, entire chaque





mois et les trois mois apres (3e cartt, et ainsi de suie. Toutes ces auto-
corrdlations et carts different sont prdsent6s dans un diagramme de correlation
(corr6logramme), avec des ligncs horizontales repr6sentant les intervalles de
confiance qui imonire si cos coefficients de correlation sont statistiquement
significatifs par rapport a zdro,

Le diagratnule dc correlation pour notre sdrie montre des coefficients
d'auto-corr6lation significatifs du premier au quatrieme cart.

Cependant, en contrilant I'effet-des premiers carts sur les suivants par la
"Fonction Partielle d'Auto-corrdlhiion" (Graphique 6), nous constations qu'il n'y
a le ee ee premier t le quatrinie carts qui soient vraimcnt significatifs; alors que
Ics dcuxicnie et troisieme carts n'tlaient qu'un simple reflect de l'effet du premier
cart.

Conceptuellement., I'auto-corrdlation du premier cart cst significative,
puisque les processes politico-sociaux qui expliquent I'augmentation des victims
(crises politiques, strategies spdcifiques de la part de I'etat), peuvent commencer a
Ja fin d'un mois pour finir au mois suivant, ou peuvent durer plusieurs mois
affectant de la sore plusieurs mois consecutifs. Doiic, on devait s'attendre a ce
que le niveatu de violations pour un mois quclconque ne soit pas completement
independent de celui des mois precedents. D'autre part, on ne voit pas pourquoi
le nombre de tuds pour ui mois devrait etre rapprochi de celui d'il y a quatre
mois. Cependant, le coefficient du quatrieme cart W'est que marginalement
significatif contrairencnt a celui du premier cart. Do plus, vu le grand nombre
d'6carts analyse, on devait s'attendre a ce qu'un sommet n'ait une importance
statistique (qic par lasard". Dans ce cas, il scra considdrd comme anomalie et ne
sera ni interprRt6 ni.inclus dans notre module.


5.1. L._ regime du G4n~ral Cidras compare aux gouvernements
antdrieurs

Nous cssaierbns de tester t'hypothese selon laquelle durant la dictature qui a
renverse Ie regime ddmocratique du President Aristide, contrairement aux autres
regimes recent de I'histoirc do cc pays, le nombre des crimes d'Etat a augment.
Done, nous allons compare les crimes commis de septcmbre 1991 pctobre
1994 a ceux enregistr6s de janvier 85 A aoQt 91.



A v\rnli t'ne 1.\ Is ;'t, r; ^.'.^.*.'... '"I, ;v i t: mc'(ie cn ac ; l~drl li c uut e tit" (lisn ), A une diffdnrncc
:,ni I ~.l/.i';cii, n':n !Jiif t LtsW ?(lr cfith uiif)w)< Nfb ,





Cette derniere pdriode implique plusieurs regimes que nous entreprenons
de compare plus tard. Pour le moment, nous gallons considdrer le regime de
CUdras par rapport au reste considered.

Conformement a I'ITSA (Interrupted Time Series Analysis), technique que
nous "avons expliquie plus haut, nous modelons d'abord la serie pour la p6riode
pr6cddant l"inte:vention", c'est-a-dire avant le'"coup" de septembre 91. Nous
verifions 1'auto-correlation pour deceler toute dependance s&rielle.

Les premier et quatrirme carts sont significatifs dans la function d'auto-
corr6lakion; nous.avons obciiu le mnmc r6sultat pour la srie complete. Puisque,
nous I'avons dit, le quatrime cart ne peut etre vraiment expliqud en terms
concepluels, nous n'introduirons dans notre module que .'auto-correlation du
premier (cart7.

Les resultats du modIle sur 1'ensemble de la serie (avant et apres
I'intervention), avec un paramntre d'auto-rigression du premier cart et qui nous
interesse (celui qui analyse l'effct du regime Cddras), sont les suivants.


Variables du modNe:



B SEB T-RATIO
PROB.APPROX

AR .266587 .0900977 2.9588674 .00374940

CEDRAS 14.550123 2.7941625 5.2073287 .00000086

CONSTANT 10.052744 1.5985394 6.2887058 .00000000


On peut voir que le parametre pour la period -Cedras est positif (B=14.5)
et ,res significatif (p<.000001). Tcchniquement, cela signifie que si la difference
entire les deux pdriodes (avant et apres Cedras) 6tait due au hasard, de tels
r6sul ts n'ont qu'une chance sur un million analyses de se produire. En d'autres
terms, la possibility que ces differences soient un coup. de chance est ia carter.

t Nous a..n!!:.. intr;;luit un "laux" tois, ayant dcs donnces incompItecs, entire les deux periods (avant mars
91 aprcs G 94): t!e la sortc. dces auto-corrnlation, s i'iuraient pas dtd 4ctcrminces entire le dcmicr mois bd
la prcmiern period et le premier d- la dcuxinme. qui n'dtaicnt pas vraimcnt consdcutifs.







Les residuels du. module sont libres de dependance serielle (pas d'auto-
corrdlations significatives), it 1'exception du pic d'importance marginal du
quatrieme ecart.. Cette absence g6nralis6e ce d pendance sdrielle dans les
residuels confirm Ia justesse du module.

Les valcurs rielles des paramitres peuvent ctre interpr6t6es ainsi. Une fois
controlled 1'auto-regression d'ordre 1 (c'cst-u-dirc l'influencc quc chaquc mois
exerce sur les valcurs du mois suivant), le nombre moyen de tues dans la p6riode
precedant I'intervention (avant le rIgime C6dras) est de 10 personnel par mois
environ. C'est la valeur du parametre "CONSTANT" du tableau, valuable pour les
p6riodes d'avant et d'apres C6dras. Ensuite, la difference du nombre de tues
entire le regime Cedras et les autres (le paramntre Cedras dans' la table) est
environ de 14.5 tu6s en plus, par mois. Ce qui veut dire, que Sous le regime du
General C6dras, 14 personnel en moyenne et en plus 6taient tu6es chaque mois,
chiffrc qui dpasse la moyenne mensuelle de 10 personnel tuees au course des
autres gouvernements. En terms clairs, 24.5 personnel (les 10 constantes plus
les 14.5 de la p6riode) etaient victims chaque mois sous la presidence de C6dras.

Ce qui semble confirmer notre hypothese de depart.

De plus, on' s'attendait a trouver un niveau de tugs plus l6ev6 sous le regime
Cedras que sous les gouvernements anti-democratiques de I'apres-Duvalier. Dans
notre premiere analyse, le fait que les donnees pour Ie regime d6mocratique et
des autres gouvernements post-duvali6ristes soient confondus, pourrait affected
les r6sultats; en ce sens qu'un bas niveau de violence politique sous la pr6sidence
d'Aristide, pourrait faire baisser la moyenne g6ndrale de la p6riode d'avant
septcmbre 91. Ainsi, bien que la dmiocratie n'ait pas dure longtemps, pour
compare correctement la pr6sidence de Cidras avec celle des autres regimes
anti-d6mocratiques apres 1985, nous devrions retrancher les mois correspondent
t la premiere prdsidence d'Aristide.

Donc, nous avons refait I'analyse en retranchant les mois de mars a aoit
1991'. Bien que Aristide avait et6 installed en f6vrier et que le "coup" avait eu lieu
fin septembre, nous n'avons exclu que les mois qui ont iti pleinement dirig6s par
un gouvernement ddmocratique, etant donned on pourrait enregistrer un grand
nombre de victims rien que pendant quelques jours d'un regime violent. Les
resultats de cette nouvelle analyse sont les suivants:



" Lcs dates citdes nc correspondent, pas au mnomeint d'investiture des diffirents reegimes. maiS aux moins qui
hlur sont ;ttriLbut dans nos donnci.s.






Variables du module:


B SEB T-RATIO
PROB.APPROX

AR1 ..273027 .0924099' 2.9545167
.00383749

CEDRAS -14.064663 2.9263708 4.8061792
.00000500

CONSTANT 10.418743 1.7119435 6.0859149
.00000002

Comme ori peut le voir, I'importance du paramrtre pour le regime C6dras
est encore tres grande (P<.00001). La valeur du param-1tre d'estimation (B) est
tries positive et tres 1eg6rement infirieure a la prdcidente (14). En d'autres
terms, une fois 1'auto-corr6lation contr3lde, il y a une moyenne additionnelle de
14 tues par mois pendant la pdriodc dirig4e par. Cidres, comparativcment aux
autrestigimes anti-dmiocratiques de 1'apr-s Duvalier qui 1'ont precid6.

Donc, notre hypothlse complementaire selon laquelle le gouvernement
militaire (de 91 9 94) s'est rendu coupable d'un plus grand nombre fI'abus contre
les droits de I'homme fondamentaux, que les predecdsseurs a partir de 1985 se
trouve confirmee.

5.2 Comparaison entire les Periodes Dmnocratiques
du President Aristide et les R4gimes Autoritaires d'.apris '85.

En introduisant la "mithodolbgie", nous avons dii qu'il faut un minimum
de 20 points dans une serie temporelle pour chaque phase (avant et apres
intervention) pour appliquer 1'ITSA (Interrupted Time Series Analysis). En ce
qui a trait a notre analyse, cela signifie au moins 20 mois pour une phase et 20
pour l'autre. Cependant notre sdrie est plus court pour I'unc des phases puisque
nous ne disposons que de 12 mois democratiques en. Haiti, 6 avant le "Coup" (de
mars k aoQt 91) et 6 apres la restauration .du regime dtmocratique (Novembre
1994 'a Avril :1995). Rappelons que nous n'avons considered comme
"dedmocratiques" que les mois dont le gouvernement etait ddmocratique du debut a
Ia fin, par crainte d'y inclure quelques jours d'un regime awtocratique: ce qui
pourrait influence grandement le nombre de tues pendant les rois en question.





Mcme si les:parametres eslims pour une -plus court period sont moins
stables et les differences moins fiables, il est d'un interat et d'une valeur certain
d'effecfuer cette analyse.

Cette fois, le parametre d'int&ret sera celui qui correspond aux mois de
regime democratiques. Nous avons egalement introduit un paranm tre auto-
rdgressif d'ordre 1, dtant donn6 notre connaissance sur la nature de notre sdrie9.
Lcs rdsultats sont lis suivants:




































J Nous avons rdpdtd I'analysc cn ajiutant un paranmetrc auto-rcgrcssifdc quatrime -dcart. La scule diffdrence
rcievc dtait iun accroi;ssemcnt de la'valcur et dt I'ilnportance du param6tre d'intdr&t (ddmocrltic), mais cela
n'a pas change In fitgurtc d'cnscmble.





Variables du module:


B SEB T-RATIO
PROB.APPROX

ARI 446357 .0,807880 5.5250455
-.)00000020

DEMOCRATIE -10.138751 5.0370659 -2.0128288
.00000086

CONSTANT 15.311540 1.8625491 8.2207444
.00000000


JlNIme si la valeur reelle du parametre estim6 pour les mois de regime
d6mocratique est fortement negative (-10), ceci n'a qu'une signification marginal
(niveau de contfiTnce significatif: 5 % aI peine).' Ceci est du precissment a la
durde limited de la s6rie, qui emnpeche un resultat significatif evident. Cependant,
le signe nigatif (et la grandeur) du parametre estimi indique un faible niveau de
tues durant un regimc dinuocratique. En conttrolan I' auto-corrdlation, 10
personnel de moins raient ete tuees chaque mois comparativement aux regimes
autocratiques. En ajoutant le parametre constant pour 1'ensemble de la serie, cela
ferait 15 tues par mois pendant les dictatures et seulement 5 (15 moins 10) en
regime dimocratique.

Bref, nous avons trouvd particulierement faible le nombre de meurtres
enregistres en periodes democratiques en Haiti. Ce qui corrobore notre deuxieme
hypothise, en depit du fait que la grande rarete historique de democratic en Haiti
nous a empeche d'avoir une serie plus longue qui aurait permis des conclusions
statistiques plus solides.

Cette baisse du nombre des victims est observee pendant le premier.
gouvcrncment d'Aristide en 1991 (apr6s plusieurs gquverivements post-
duvalidristes) ct sous son second government en 1994-1995 (apre le regime-
Cedras). Vu que chacune de ces dcux periodes constitute une serie trop court
pour pcrmettre une analyse statistique significative, nous nous contenterons de
presenter des gruphiques oiu la baisse peut. tre visuellement appreciee.

Le graphique 9 montre la serie du d6but 85 h octobre 91,- qui inclut la
premiere presideice d'Aristide. On.enregistre une baisse apres son investiture en
fivrier 91 ct ce bas niveau est maintenu jusqu'au coup d'etat de septembre 91: a
ce moment on observe une rcmont6e spectaculaire.





Le Graphique 10 ddcrit la serie a partir du "coup" en scptembre 91 jusqu'5a
fin avril 95 et tente de montrer la baisse du niveau de violence qui accompagne
le retour au pouvoir d'Aristide en 1994. En effet, un dcclin peut etre remarqu6
apres octobre 94 la reprise du pouvoir (d'Aristide) et la serie baisse pour les
autres mois.


5.3 Parallilisme des diftrrents rigimes de'85 '95

Certains des regimes n'ont dure que tres peu de mois. Dans ce cas, ii serait
superflu d'essayer d'appliquer une analyse de serie temporelle et de tester la
signification des paiametres correspondent. a chaque regime. 'Par consequent,
1nous nc prisenterons qu'une analyse descriptive qui. en tout cas, pourra illustrer
la performance de chaque gouvernement concernant les violations des droits de
I'homme,

Pour Ia repartition des mois entire les different regimes, nous avons
confront un s6rieux problime: certain mois correspondent a deux regimes
distinct: I'un au debut et 1'autre a la fin par suite de changement de regime
pacifique ou violent. Nous avons decide de laisser tomber ces mois de transition
en ne les attribuant a aucun regime. En faisant cela, nous avons vise un ,autre
objectif. Nous avions observe que la transition, reelle ou forcee (elections,
coups...), enregistre souvent une augmentation du nombre de victims, due
probablement a 1'agitation ct t la repression liees a la saisie du pouvoir. De ce
fait, ce sont des mois atypiques.. Done, nous avons essay de compare la
performance des diff6rents irgimes en utilisant les mois "classables", u-ne fois
qu'ils daiaent tres bien 6tablis, au lieu des situations .atypiques qui auraient fait
grimper curtains sonimcts. Ainsi nous avons exclu Ics mois de transition au course
desquels un veritable changement du regime (ou une tentative), d6mocratique
(elections) ou force '(coup d'etat), a te enregistr6. Que ce soit une tentative de
transition ou une transition reelle, elle traine derriere elle un cortege de victims.
Par example, un coup d'6tat'est cense produire de 1'instabilit6 et de la violence,
qu'il rdussisse ou pas: c'est done une p6riode atypique.

On admet que la definition d'une periode comme transitionnelle ou pas, de
mmem que le concept de periods "atypiques" sont des questions problematiques.
Le classement r6el de chaque. mois dans ces categories pourrait toujours etre
contest. Cependant, sans pretendre avoir trouv6 un critere de classification
infaillible, notre objectif a 6et tout simplement d'essayer d'evaluer chaque
regime, non pas seulement 5 partir de soudaines poussies dt violence, mais a
partir.de sa performance la plus stable.






Les mois dits de transition et qui, par consequent, ne sont attribuds 5 aucun
regime sont:

Fevrier 86: Jean-Claude Duvalier est chasse du pouvoir
De novembre 87 a janvier 88: Elections presidentielles annulees et rIalis6es
finalemcnt de maniere frauduleuse.
Juin 88: Leslie:Manigat est renverse
Septembre 88: Renversemcnt du regime Namphy
Avril 89: Coup d'etat manqu6 centre Avril
Mars 90: Chute du gouvernement du Gnderal Avril
Decembre 90: Elections prdsidentielles libres
Janvier 91: Tentative de coup d'dtat par Roger Lafontant
F6vrier 91: Investiture du Pr6sident Aristide
Septembre Octobre 91: Coup d'6tat centre Aristide
Septembre Octobre 94: Invasion americaine d'HaYti el. retour d'Aristidc

Les different regimes considers sont les suivants:

Jean-Claude Duvalier investi en 1971): De janvier 1985 janvier 1986
G6ndral Namphy (I): Premiere pdriode, de mars 86 octobre 87
Leslie Manigat: De fevrier 88 a mai 88
General Namphy (II): Deuxieme periode, de juillet 88 a aouit 88
G6ndral Avril (I): Premiere p6riode, d'octobre 88 a mars 89
General Avril (II):Deuxieme .priode (aprs- la tentative manquee), de
mai 89 at fevrier 90
Ertha Trouillot: D'avril 90 a novembre 90
Jean-Bertrand Aristide (I): Premiere periode, de mars 9:1 aoout 91
Gnedral C6dras: De novembre 91 a aoit 94
Jean-Bertrand Alistide (II): Deuxieme periode, de novembre 94,a avril 95

Certains regimes durent des annees alors que d'autres ne durent que
quelques mois. C'iest la raison pour laquelle nous ne pouvons pas realiser Une
analyse de signification statistique. Voici le nombre de mois passes par chaque
regime dans notre series:






Pc urwcen tage
0


Jean-Claude Duvalier 13 10.5
Namphy-. 20 16.1
Manigar 4 3.2
Namphy II -2 1.6
Ayril I 6 4.8
Avril II 10 8.1
Ertha Trouillot 8 6.5
Aristide I 6 4.8
Cedras 34 27.4
Aristide II 6 4.8
Pcriodes de Transitiion 15 12.1
TOTAL 124 100.0

Le graphiqtl e 11 montre la moyenne de tues par mois sous cliacutt dt ces
regimes, en laissant de c6te les mois de transition decrits plus haut. II doit .etre
interpr&td en se rappelant que certain chiffres iepresentent les moyennes de
beaucoup de mois (par consequent ils sont plus stables et plus fables) et que
d'autres ne representent que deux mois.

Les mois de transition, qui n'apparaissent pas sur le graphique, out une
moyenne mensuelle de 26 personnel tuees, chiffre qui d6passe celui de tous les
r6gimes. Cela confirm le fait que ces mois de transition ont tendance a faire
escalader la violence et la repression et done produisent des sommets dans la
serie.

Le graphique semble confirmer notre hypothese et nos pr6c6dentes
observations, cette fois-ci se concernant la performance la plus caracttristique
d'un regime en iliminaiin les sommets engendres par les piriodes de transition. II
accuse un accroissement amorti, mais I6gerement monotone, du nombre de tues
de Jean-Claude Duvalier h Ertha Pascal. Apres I'organisation des elections libres,
le gouvernement d6mocratique enregistre un brusque deClin qui n'a pas tard6 a.
re-enter apres le "coup" de Cedras. Ce regime militaire, meme apres
elimination des "sommets" des jours du "coup" (septembre-octobre 91), conserve
la plus haute moyenne des victims de tous les regimes de notre serie.

Le retour d'Aristide en 94 est marque par une baisse du nombre de
presum~s victims des fonctionnaires -de 1'Etat, niveau qui .rejpint
approximativement celui de sa premiere presidence en 1991.


R "Qim


Nronibi-e (le Mois





CONCLUSIONS


Nous avons essay dans cette etude d'dvaluer I'impact du regime
autoritaire qui a rompu la d6mocratie en Haiti (en 1991), sur le niveau extreme
des violations des Droits de l'Homme. Plus spdcifiquement, l'6tude a tent6
d'6valuer si le nombre de crimes commis par les membres du dit regime,
comparativement aux recents regimes, ont connu une hausse significative. D'un
autre c6td, on a voulu verifier si les brEves periods dmnocratiques dans i'histoire
moderne de ce pays ont enregistr6 des baisses de ces violations extremes.

En raison de nos limitations (pour trouver des documents historiques) et
des contraintes de temps, l'6tude n'a pas.6t6 menee dans des conditions iddales.
Mais nous avons pu trouver, a la morgue de l'hopital de I'Universit6 de Port-au-
Prince, des donhies continues sur les cadavres; les registres contiennent des
informations remontant tres loin dans le pass et ils nous ont permits de
construire une s6rie 6tal6e sur dix ans. Les registres ne distinguent pas entire les
victims tudes par les militaires ou les forces de police et ne fournissent pas,
mutuellement exclusives, des categories exhaustives et des modes et des causes de
dicks. Nous avons d0 biltir un index composite des personnel "tu6es par balle" et
"assassinees". Cet parametre peut contenir des cas de violence
commune ou de suicide, mais semble presenter un indice plus fiable des personnel
tudes par des fonctionnaires de l'Etat.

L'analyse statistique a redv'l que le regime CCdras a enregistre un nombre
de victims politiques sup6rieur la cclui des autres regimes. Statistiquement, cette
difference etait tres significative; en effet la moyenne du nombre de personnel
tuees a plus que double pendant ce regime (jusqu'a vingt-quatre victims par mois
alors que celle des autres regimes est de 10 par mois). De plus, pour les dix
dernieres annees, c'est. le regime qui enregistre le plus de tuds, meme
comparativement aux autres regimes non-d6mocratiques qui ont existed apres
Duvalier.

Ensuite, l'analyse a fait ressortir une baisse considerable du nombre de tuds
pendant les courts rignes ddmocratiques du President Aristide, par rapport au
periodes immediatement anterieures. De mars a aofit'91, la tendance qui avait
d6but6 sous la pr6sidence de Jean-Claude Duvalier est renversee lentement mais
continuellement. De mcme, son retour en 94 met fin.h la sdrie de tues du regime
C6dras. N6anmpins, la grande brieveti des regimes d6mocratiques, meme si
ceux-ci se differencient des regimes autoritaires de fagon significative, empeche
une analyse statistique plus performance et plus importance.

Bref, la possibility que ces differences soient dues au hasard, sont
negligeables. Dbnc, malgrd les limitations de nos registres, nos donn6es ont





fourni une preuve sans equivoque que'le regime CUdras a 6td particulierement
notoire pour ses violations.des Droits Humains.

De plus. nous avons de fortes raisons de croire que les donn6es rectillies et
la rdaliti ditectee ne sont qu'une partic du volume des violations effectivement
commises. Certaines possibilities ne sont pas .a carter; le faith que certain corps
n'ont pas eSt enregistrs a cause des surcharges des premieres nuits, les cas de
cadavres enterr6s imm6diatement apres leur execution sans passer par la morgue,
les "Constats" suspects qui n'attribuent aucune cause de d6ces certaines
personnel peut-etrelbless6es par balle. En d'autres terms, il est possible que les
rdsultats soieni si aises, mais en tout etat de cause ce serait vers le bas et la
magnitude de repression politique a etd sans doute plus Clev6e qu'il ny parait.
Des recherches plus approfondies devraient 8tre effectudes et d'autres donnees
collectees, pour confirmed ces rdsultats et fournir plus de lumnire sur les cas de
violations.






RECOMMENDATIONS

1. Utiliser les donnies du cahier de la morgue de 1'H6pital de l'Universit6 d'HaYti
a Port-au-Prince a des fins humanitaires, 16gales et historiques de faqon a:

a- Tenter de localiser des personnel disparuss ou executes arbitraipient, don't lei
corps n'oht pas 6td rendus A leurs families, a partir des listes de personnel dic6dds
arrives a I' morgue.

b- Mettre en relation des donnees specifiques d'entree a la morgue et des
conjonctures sp6cifiqucs de repression, ce qui peut fournir davantage
d'informations sur le nombre, l'identite et le sort des victims de ces
conjonctures.

En d'autres terms, on pourrait compare la chronologie des evenements
politiquesaux registres de la morgue. Meme s'il est pratiquement impossible de
recuperer les restes des corps non reclames passes h la morgue, un complement
d'information surleur sort pourrait apporter quelque soulagement aux parents des
victims.

c- Recuperer des donnees importantes sur I'histoire ricente d'Ha'iti, consignde dans
ces registres. Ils pourraient etre utilisis dans des procedures ldgales et devraient
etre preserves come des documents historiques. Nous suggerons que tou's. les
cahiers de la morgue des dernieres aiwnes soient photocopies, de fagon a les
preserver.

2. Continue cette recherche- Avec davantage de temps et de planification, des
informations compldmentaires et des ameliorations peuvent etre apport6es. II y a
probablement d'autres informations plus amples dans d'autres sources dans et
hors de I'H6pital.




















PANORAMA ET ANALYSES STATISTIQUES


Commission Nationale Haitienne de VWrit6 et de Justice


SOURCE:





INTRODUCTION AUX JEUX DE TABLEAUX


Les tableaux inclus dans ce dossier sont prdscntds en cinq groups: 1 Analyses
statistiqueq2 Tendances-au niveau national; 3 Tendances au niveau des ddpartements;
4 Analyse des victims et;-5- Analyse des responsables.


1. Analyse statistique

a. M thodolotie de la base de donndes: I! s'agit d'un resunm des idies de base ndcessaires a
la comprehension du comptage des entrevues, des victims et des violations. On y a inclus
un court paragraphe sur les types de comptage que I'on peut additionner, et ceux que I'on
ne peut pas cumuler.. Cette section se tennine avec un tableau sur eI nombre final de
victims, d'cntrevues et de violations consignees dans la base de donnies.

b. Rapport sur la rcprdsentativit6 des donndes de la CNVJ dans le temps. Dans cOtte
section on analyse les tendances qui sc digagcnt des chiffres mensuels d'exkcutions
arbitraires denoncees a la Commission, par rapport au nombre de corps retrouves par
Doretti i l'H6pital de I'Universite. On trouve une tres forte association entire les deux
comptages, ce qui constitute -un support substantial pour la validitI de I chantillon de la
Commission en ce qui concern la representation des tendances dans le lemps.

c. Rapport sur la parife de l'echantillon .d'entrevues de la CNVJ par rapport aux
populations d4partementales: Dans cctte section on examine la taille des populations
ddpartementales par rapport aux entrevues ralisdes. On trouve que le contr6le statistique
du nombre d'entrevues rdalisdes par la taille des populations departementales, a un effet
negligeable sur les conclusions que l'on peut tirer sur le plan interdipartemental.

d. Rapport sur la coherence de la repression: Dans cette section on 6tudie le degrd de
coincidence dans le temps entire les divers types de violations perp6trees, ainsi quc les
similitudes centre d6partements dans la frdquence mensuelle de chaque type de violation.
Dans cls deux cas, on constate que la violence semble avoir 6te conristante, tant sur le
plan des different types de violations, qu'au niveau de I'ahalyse interdepartementale,
encore que la consistance soit beaucoup plus forte s'agissant des differents types de
violations.



2. Tendances au niveau national

Cet ensemble de tableaux et de graphiques analyse les chiffres concemant diffdrents types
de violations, par mois et par department. Ii y a trois graphiques par mois, et trois par





department: Un sur les executions et disparitions (sous le titre de Violation du Droit A la
Vie), un sur les tortures. detentions et viols (sous Ic titre de Violation du Droit a la Liberte
et l'Intigrit6), ,t un sur les extorsions et attaques centre les biens (sons le titre de
Violation du Droit A la Propri6td). Pour chacun de cos groups de trois grnphiques on a
6galenent prcscnte un tableau qui continent lcs donndes chiffries representses dans les
graphiqucs.

A la suite des analyses par mois et par ddpartement, figurent deux tableaux et un
graphique oi est analysde la frdquence des ddtentions accompagnees d'extorsion. C'est-A-
dire, le nombrc de cas de detention, de detention ET d'extorsion, et d'extorsion. Ces
donndes sont prdscntdes par mois et par department. Le dernier graphique consider les
pourcentages rejatifs de toutes les combinaisons possibles entire tortures, detentions et
extorsions. La conclusion principal tire de ce graphique est que les detentions, les
detentions associates a la torture et les tortures, sont les forces les plus typiques d'abus.
Par contre, 1'extorsion intcrvient bcaucoup plus souvent dans les cas de detention, ou de
ddtention accompagnee de torture, que de faqon isolee ou associde a la seule torture.


3. Tendances au niveau: departemental

Chaque department est analyst sdpardment. On a separd Port-au-Prince du Departement
de l'Ouest, et Raboteau de celui de I'Artibonite. Pour chaque department on retrouve les
trois graphiques introduits dans la section precedente (Droit A la Vie, A l'Intdgritd et la
Liberty, laI ProprietY, iar mois pour chaque cat6gorie), ainsi que les tableaux
correspondents. II y a aussi un tabceau-synthese, qui prdsente le comptape de diffdrents
types de violations par commune.


4. Analyse des victims.

Les victimnes sont presentees d'apres les categories d'Age (bebes, enfants, adults et
personnel agdes), la profession, le sexe et l'appartenance'organisationnelle. Comme on I'a
signaled, les donndes sur I'appartenance organisationnelle ne sont pas solids. Car elles
n'ont pas ite enregistries systdmatiquemcnt pour les victims .qui soot elles-m&mes
ddnonciateurs et pour cells qui ne sont pas les auteurs de la denonciation. Les trois
analyses sont rtpdties pour chacun des trois graphiques (La Vie, l'Intdgritd et la Libertd, la
Proprietd, par mois pour chaque cat6gorie).

On trouve ensuite une serie de graphiques d'analyse des cas de viols, qui comprend un
histogramrne de I'age des"victimes, une autre analyse probldmatique de l'appartenance
organisationnelle, le nombre de victims femmes et le pourcentage des femmes violdes,'par
d6partemcnt ct par mois, de meme que le pourcentage des victims de viol agressees en un
lieu d6tcrmind (par example dans une caserne ou un avant-poste).







La section suivaine comprend trois graphiqucs sur Ic pourcentage des victims ayant une
certain appartenance organisationnelle, II s'agit sans doute de la meilleure analyse
presentable sur. I'appartenance organisationnellc. Une victim est class6e commc ayant une
appartenance organisationnelle si un texte quelconque figure dans le champ, descriptif (de
la base de donnees). Dans la plupart dcs analyses pour lesquelles on a suffisamment de
donnees pour presenter des estimations fables, le pourcentage des victims ayant une
appartenance organisationnelle se situe entire 50% et 70%.

La derniere parties de cette section comprend 3 graphiques sur le marronage: nombre total
des victims, et pourcentage de cas de marronage par ddpartement, cat6gorie d'Age et sexe
des victims.


5. Analyse des responsables des violations

Le dernierjeu de graphiques est constitud des trois graphiques standard (La Vie, I'Intigritd
et la Liberte, la Propridit, par mois pour chaque cat6gorie), selon l'appartenance
institutiomeille du responsible. Dans cette analyse on n'a inclus que 5 categories de
responsables (FADH, ERAPH, Police rural, Atfache, et Autre). Les violations
spdcifiques sans responsible spdcifiqucment identify dans 'une de ces categories, ne sont
pas includes dans ces analyses mime s'il y a des responsables identifies pour d'autres
violations centre Ics m8mes victims, au mume moment et au mtme endroit. II y a aussi
deux tableaux sur les organizations responsables de violations, par type de violations: 1,
par anndc, et 2, par department.

Le dernier tableau de cette section est une analyse de combinaisons de responsables. Etant
"donn qu'une violation 'peut avoir dtd commise par un ou plusieurs responsables
identifies, on doit combiner les categories de responsables de facon a determiner comment
sont commises rdellement les violations. Par example, il est clair que le gros des violations
pour lesquelles un responsible a dtd identified a .6t commis par les seules FADH. A noter
qu'il est beaucoup plus; facile d'identifier "deux soldats" que des civils quelconques.
Cependant un nombre substantial de violations a 6td perpitrd par des attaches avec le
FRAPH, par la Police rural et les FADH, et par la Police rurale seule. La remarque finale
sur ce tableau est que a. categorie la plus important prise est, de loi: (non reponse),
c'est-a-dire, un responsible non identified.




METHODOLOGIES DE LA BASE DE DONNEES,


Methodologie de la base de donnees
La base de donnies l6aboree:pour le travail de la CNVJ a suivi les criteres etablis par Ball
et al. (1994). Ce travail propose des regles fondamentales pour I'Ntablissement d'une base
de donndes sur les Droits de I'Homme.

1. La premirce regle prioritaire pour une base de donnles sur les droits huhlains est de ne
pas introduire d'ambigui'td additionnelic dans les donndes. C'est-A-dire, dans la measure oi
les sources premieres le permettcnt, Ia base de donndes doit etre absolument precise en ce
qui concern qui a commis quelle violation contre qui.

2. La second rigle prioritaire pour une base de donndes sur les droits hunains est que
celle-ci doit E&re aussi complete et flexible que possible, de fagon A refl6ter la plus ample
varidte possible d'abus, d'interventions, de personnel, d'organisations et des relations
complexes qui existent entire toutes ces variables.

La logique des informationsconsigndes dans Ies entrevues de la CNVJ cst la suivante: Une
personnel (le denonciateur) se prscnte a l'Nquipe d'enqueteurs pour donner une
information concernant un abus. L'dpisode de violence dinoncd peut avoir frappd le seul
ddnonciateur. Cependant, Ie d6nonciateur peut rapporter des abus commis contre d'autres
personnel, c'cst-A-dire que lie ddnonciateur peut ne pas &tre la victim des Aits rapportds.
D'autre part, ii pout y avoir d'autrcs victims. Par consequent, une meme entrevue peut
fournir des informations surt 1, 2, 3 ou tout autre nombre de victims.

Chaque victim peut avoir subi une ou plusieurs violations. Les violations peuvent avoir
eu lieu A un ou a divers moments dans le temps. En d'autres terms, une victim peut avoir
etd detenue ct torturee a une certain date et en un certain endroit, mais avoir dgalement
dt6 violde et assassinde A une date ultdrieure et en un endroit different.

De plus chaque violation peut avoir e6t commise par un ou plusieurs responsables
identifiable. Cest-A-dire que, bien qu'Antoine et Pierre aient 6td responsables des
detentions et tortures hypothdtiques du paragraphe antirieur, ce sont Pierre et Michel qui
ont commis le viol et le meurtre.

Du fait que chaque element d'une violation de droits humans peut avoir des relations
complexes avec tous les autres dldments de cctte violation, il est important de presenter le
modlc de collect des donndes de faown minutieusc. Le diagramme suivant prdsente la
structure du module sous une former schimatique.










On commence
avec l'cntrevuc


A chaque
entrevue
un ou
plusicurs
respon-
sables
pcuvcnt
dtre idcn-
tifits.


Dzns chaquc entrevue on entend
parler d' ou plusicurs victims







Chaque violation (execution,
detention, viol etc.) s'est pro-
duite A tel moment, en tel
endroit.


Pour chaque victim
on connatt le nom, le
sexe, 1'ige, la
profession, etc.




Chaque victim peut avoir
subi une ou plusicurs vio-
lations.


Pour chaque responsible
on peut connaitre le nom.
organisation, ou d'autres
caractdristiques.


Chaque violation peut
avoir &t commise par
un ou plusieurs responsables.


Chaque responsible peut
avoir itd accused d'une ou
de plusieurs violations.


Ce modile nous permet de representer la complexity des histoires rapporties par les
ddnonciateurs a nos dquioes d'cnqueteurs. De fait, nos 6quipes ont conduit 5450
entrevues. au course desquelles 19,308 cas de violations ont It6 ddnonces, I l'encontre de
8,650 victims. Beaucoup d'autres statistiqucs plus complexes sont prisentees dans
l'analyse qui suit. Toutes les statistiques ont dtd comptabilisees et traitees partir de Ia
structure de relations prisentei ci-dessus comme une base de calcul des types de
violations, des moments et des localisations geographiques des abus.
Une certain prudence s'impose. Notons, par example, qu'une ou plusieurs violations
peuvent avoir etd perprtrees contre une meme victim. Les sommes des violations sont
done tres diffdrentes du nombre des victims, dtant donned qu'une meme entrevue peut
avoir recueilli une violation contre la meme victim, plusieurs fois a diffdrents moments.
De meme, une meme violation peut avoir dt6 commise par 0, 1 ou, plusieurs responsables
identifies. Par consdquent-aucun chiffre de responsible ne peut *tre additionng avec
d'autres organizations resppnsables, a moins que les responsables n'aient &t6 combines
dans des categories 6tablies, comme dans le tableau "Combinaisons de responsables par
type de violation".






ANALYSE DE LA REPRESENTATIVE


DE L'ENQUETE DE LA CNVJ DANS LE TEMPS

Ce rapport present .plusichrs resultats concernant la distribution des violations dans le
temps. Par example, dans le chapitre 5 on a noted que, tant au niveau national qu'au niveau
des ddpartcmcnts, Octobre et Novcmbre 1991, et Octobre 1993 ont &td des periodes
exceptionnellement violentes, ou l'on enregistre un nombre accru de toutes sortes de
violations aux droits humans (voir figure, Violation du Droit A la Vie en Haiti, niveau
national). Le probl6me posd concernait l'vvcntualite du caractere non reprrsentatif des
groups intcrrogds, dans certain cas, dtant donnde la demarche adoptde de procdder par
entrevues. L'une des fagons de tester cette objection est de compare la distribution des
violations dans le temps pour nos rdsultats, avec d'autres donnics, sur les violations de
droits humans commises dirant la pdriode 09/91 10/94.

Pour v6rifier la probability de ce type d'erreur, on a compared les donnees de la CNVJ avec
cells concernant les cadavres a l'H6pital Universitaire (voir le texte de Doretti et Cano
dans cette annexe). On a qompt lecs cadavres trouvds chaque mois d'apr&s les sources de
la EAAF, ct on les a confrontdgraphiquement avec le comptage des executions sommaires
recucillics par notre enquEte., par mois. Le graphique de ces donnres est reprdsentd dans la
figure XX, comparisonn des donnces de la EAAF et de la CNVJ sur le nombre de
personnel tudes en HaYti, chaque mois, par mois".

Les deux series de donn6es ne mesurent pas la mime chose, done elles ne peuvent pas 8tre
tout d faith semblables. Les deux series devraient toutefois augmcntcr ct diminucr en mime
temps. Dans les moments d'augmcntatioh de la repression on devrait trouver davantage de
corps A la morgue, et davantage de denonciations postiricurcs sur des meurtres de parents.
et amis cs e'poques-lA. Ce que l'on measure, c'est la resemblance dans I'allure des
courbes, cell des.donneeside la EAAF et celle des donnies de la CNVJ, au fil des mois.

Pour mesurer cela, la technique employde a dt6 de calculer I'augmentation et la diminution
des meurtres, d'un mois A l'autre. C'est-A-dire que I'on a calculd le premier point de la
courbe come etant i difference entire le nombre de tu6s en septembre 1991 et le nombre
de tues en octobre 1991, 1a premiere rdfdrence dtant octobre 1991, A partir des donnees de
la CNVJ. Le second points represente la difference entire octobre et.novembre, et ainsi de
suite. On a effectu6 ces calculs mois apres moisjusqu'a octobre 1994. Cette technique est
appelee "analyse des premieres differences!' et chaque calcul est appeld "premiere
difference mensuelle".

Afin de determiner si les deux series reprdsentent deux perspectives diffdrentes d'un
meme phenomene (et done, que les donnees de la CNVJ sont representatives), on, a utilise
les premieres differences, pour verifier I'dvolution concordante des dcux series,






mcnsucllcment. Les deux series ont-elles tendance a augmenter, ct a diminuer, selon le
mrne patron, malgr Ila grande difference dans leurs valeurs absolues?

II y a deux falcons de rdpdndre a cette question: (1), par I'analyse visuelle du scatterplot
des premieres difTfrences plans les donndes de la CNVJ avcc cells de la EAAF, et (2), par
Ie calcul d'un coefficient de correlation, qui exprime numdriquement la force de la
correlation.

La figure XX ("scatterplot des premieres differences entire les donnies de la EAAF sur ics
cadavrcs ct celles de la CNVJ sur les meurtres rapportds") prdsente le scatterplot ; on
constate tout de suite une forte coincidence entire les augmentations dans la sdrie EAAF et
cells de la serie CNVJ, et il en est de mime pour les diminutions. De plus, il y a une
nctte tendance corrdlativedans I'amplaur des differences: A une forte augmentation dans
une serie correspond une augmentation de la meme importance dans I'autre s6rie.

On a calculC que Ic coefficient de correlation ( r) centre les deux premieres differences est
de r = .865, ce qui est relativemcnt dlevd. On trouve n>30 (n=38) points dans les series.
Pour un chanitillon de cette taille, la distribution de r est normal, ct la marge d'erreur
admise est sqrt ((1-r2)/(n-2)) dans cc cas, 0.083629. La probability d'obtenir une vtleur r
de 0.865 aussi ilevie par pur hasard, sans correlation rdelle entire les premieres differences
des deux series, est zero, car le degrd de signification est de p= 0,00000.

Tout ceci dtablit claircment la similitude entire les deux series. Pour en revenir A la question
pose, on conclut que la forte correlation vdrifide entire les donntes de la CNVJ et cells de
la EAAF implique que nos donnees sont bien representatives de 1'dvolution dans le temps
des executions sommaires.






ANALYSE DE LA REPRESENTATIVITE


DE L'ENQUETE DE LA CNVJ DANS L'ESPACE

L'kchantillon de personnel ayant accept de denoncer des violations A la CNJV n'est pas
distribute proportionnellement au nombre d'habitants de chaque endroit. Ainsi, environ
33% de l;I population hai'ticnne vit dans Ic department de l'Ouest, mais 18% sculemcnt
des entrevucs y ont ete cdnduites. 11 faut done considerer l'dventualitd que nos rdsultats
concemant les'diffdrences entire les ddpartements, en chiffres absolus de violations, soient
dus A un biais dans l'dchantillon.'

La technique utilisde pour deterniner l'importance d'un sur-ichantillonnage, ou d'un sous-
dchantillonnage par ddpanement, a 6te de calculer le rapport entire le pourcentage de tous
les Haitiens vivant dans un department donnd, ct la proportion des entravues recueillies
dans ce ddpartement; on: appelle cc rapport ',"pondiration de 1'dchantillonnagc". Les
pond6rations d'dchantillonhagc des departcments sont prescntees dans Ic tableau XX.


TABLEAU XX: RELATION ENTIRE LA TAILLE DE LA POPULATION DU
DEPARTMENT ET LE NOMBRE ET POURCENTAGE DES ENTREVUES
REALISEES PAR LA CNVJ

Departemcnt Total % Nombre % Pondrration
Population? population d'cntrevues d'entrevues d',chantillon


En utilisant ccs ponddrations d'dchantillonnage, on a recalcul le nombre de violations par
type, pour chaque ddpartement Les donndes de base sont prdsentdes dans la figure XX,
"Violations du Droit a la Vie en Haiti, 09/91 10/94, par ddpartement (Niveau national, y
compris Raboteau et Port-au-Prince)". On compare ces donnees aux chiffres ponders
relatifs au Droit A la Vie, de la page suivante.

Le r6sultat principal de I'application des ponddrations d'echantillonnage est que le
d6partement de I'Ouest acquiert une importance encore plus grande, et surtout par
rapport A I'analyse des violations du droit A la vie. M8me dans les donnees originals
I'Oucst (en gdndral sdpard'de Port-au-Prince) est 'un des d6partements ofi l'on a enregistrd
le plus grand nombre de violations. Cependant, apres 'application des ponderations

SII faut toutefois noter que nqtre analyse des dvolutions dans Ic temps ignore les difflrenccs d'ampleur, en
chiffres absolus, des series considdrdes. Par consdquent, les analyses en terms d'dvolution (de tendances)
ne sont pas affectdes par ce type particulier de problcme d'dchantillonnage.
2 Les donndes sur la population provicnncnt de "Tendances et Perspectives de la Population d'Hafti au
Niveau Rdgional, 1980-2005'", public en Juillet 1992 par la Division d'Analyse et de Recherche
Ddmographiquc du Ministere de l'Economic et des fnances, Tableau 1.1., "Population Totale d'Ha''ti par
Ddpartement". On a utilisd les estimations de 1990 et on a arrondi tes chiffres au miller le plus proche,







d'echantillonnage, i'Oucst sembic avoir encore plus de cas de violations par rapport aux
autres ddpartcments. Cet crfet sc mainticnt pour tous les types de violations, mais il est
particulierement prononcd pour les cxdcutions et les disparitions. En ce qui concern les
violations au droit d-ia Vic et A la Propridet, le Nord et I'Artibonite apparaissent dgalement
comme ayant davantage de cas que le reste des ddpartements, aprcs pondgrations;
toutefois, les violations sc rdpartisscnt de fagon plus gale entire d6partements pour cc qui
est des violations au droit a l'lntegritd et a la Libertd.

On en conclut que le contr6le' du biais de 1'echantillon par la population n'affecte pas
sdrieusement les rdsultats. Toutefois, on devra toujours augmenter de maniere
proportionnelle les estimations pour I'Ouest.






ANALYSE DE LA COHERENCE DE LA REPRESSION


Synthbse

L'analyse qui suit consid're la continuit ct la coh6renccde la repression dans Ie temps. 11
y a deux types diffdrents de considerations: 1) La tendance pour diffirents types de
violations i augmenter et A diminuer en meme temps, et 2) La tendance pour un type
particulier de violation A augmenter et. A diminuer dans Ie temps dans les divers
departements. La these sous-jacente est que 1'cxistence d'une coherence entire les types de
violations, ou entire les ddpartemcnts ddmontre que: (1) Les responsables des diffdrents
types de violations et (2) les responsables d'un m me type de violation dans different
departments, obdissent a des influences similaires qui Ics poussent A agir dans les memes
moments. Pour ces deux types d'analyse, on a trouve de solides .Idments en appui Ai notre
th&se. On cn conclut done, que la repression a Wti consistante dans le temps entire les
diffdrcnts types de violations, ct que les rr.rmcs types de violations se reproduisent a
travers different departments.

Similarit clans I'evolution de diffdrents types de repression

Quel est le dcgre de similitude dans I'volution dans le temps de differents types de
violations? Par similitude, on entend la tendance A augmenter et diminuer en mnme
temps. Si diffirents types de violence ont tendance a se produire de fagon simultande, on
pourrait en conclure que ceux qui les cammcttcnt obeissent aux mimcs influences. Si par
contre certain types de violence suivent des patrons d'6volution tres different A travers
le temps, on devrait conclude que les ressorts de la violence sont diffdrents, scion le type
de violence.

Comme on 'a dija fait pour la comparison entire les donndes recueillies A I'HI-pital
Universitaire et cells de la CNVJ, on a utilise ici I'analyse des-premieres differences des
chiffres mensuels de violations. Autrcment dit on measure, pour un type donni de
violence, la difference entire le nombre de cas rcportds pour octobre 1991 et le nombre
report pour novembre 1991. En calculant les differences pour chaquc couple 'successif do
mois, on obtient une sdrie appelde "premieres differences mensuelles" sur le type de
violation en question.

On a'calculd les premieres differences mensuelles pour.chacun des dix types de violation.
Les coefficients de correlation pour ces violations sont prdsentd' plus bas, dans la figure
XX.






Figure XX: Matrice de correlations des premieres differences mensuelles cntre
differents types d'abus aux droits de l'Homme au niveau national
Haiti, 09/91 10/94



Code des violations

VBN: Attaques contre les biens VMP: Menaces et persecutions
VDS: Disparitions VDT: Ddtention arbitraire
VES: Execution arbitraire VMS: Massacre VTT: Torture
VEX: Extorsion VSX: Viol et abus sexual
VLB: Atteintes A la liberty VTE: Tentative de meurtre

Source: Entrevues conduites par la Commission Nationale Hartienne de VWrit6 et Justice.


On a effectue un test d'hypothcse pour chacun des coefficients. de fagon A vdrifier quels
sont ceux qui sont substantiellement diff6rents de zero, au niveau de a= 0.01,
gendralcment consider comme un critere suflisamment rigoureux. Sur les 45 tests rdali.ss,
45 se sont rivelds significatifs.

Pour carter 1'6ventualitd que toutes ces corrdlations puissent 6tre dues au hasard, on a
test la probability que sut 45 essais (c'est-a-dire, 45 couples de series temporelles, en
considerant les types de violation deux par deux), il puisse se trouver que les 45 doivent
leur caractere significatif a un pur hasard.

Etant donn .que la probability pour un test d'hypothese de se revdler significatif par
hasard est de 0.01 (vu qte l'on a choisi a= 0.01), on peut traduire le procddd par un
module A distribution binomiale de 45 tests et 45 "succ6s", la probability de succs 6tant p
= 0.01.

La probabilild d'obtenir par hasard 45 succes ou plus, sur 45 tests, s'dtablit en
additionnant les probabilities binomiales p (X =45).

Le rdsultat est 0.000000000000000. II est virtuellement impossible d'obtenir autant de
correlations significatives par hasard. Cette concordance entire les series temporelles de dix
categories de violations au niveau national ne peut pas etre le fruit du hasard. Les chiffres
de violations sont la mesurd d'un phenomene sous-jacent qui leur est'commun.








Similarity des evblutions entire decartements.


Pour un type donned de violation, dans quelle measure les evolutions dans le temps sont-
elles similaires dans diffMrents d6partcmcnts? En d'autres terms, est-ce que, par example,
le nombre de detentions arbitraires augmente et diminue dans le Nord-Oucst selon les
mmecs sequences temporelles que dans l'Artibonitc?

On peut traitor cette question dans les mrmes termes que pour les similitudes dans
I'dvolution dcs differcnts types de violation. C'est-i-dire qud l'on calcule les premiercs
differences mcnsuelles pour chaquc type de violation, dans chaque departemcnt. On
construct ensuite une matrice de correlations des coefficients de corrilation,'y compris la
correlation des premieres differences mensuelles du nombre de chaque type de violation,
ceci pour chaque couple de dipartemcnt. On effectue ensuite un test d'hypothese pour
determiner quels sont les coefficients significativement differents de zdro, au niveau de a =
0.01. Pour chaque type de violation on compte le nombre de coefficients significatifs sur
45 combinaisons de departmentss. Le nombre de coefficients signifieatifs, par type de
violation. est prtsentd ci-dessous, dans la figure XX. La deuxieme colonne de la figure XX
prdsentc la probability d'obtcnir autant de coefficients significatifs par pur hasard. A noter
que dans tous les cas. sauf pour les executions arbitraires (et Ict viols??), ii est
virtucllcment impossible de trouver autant de coefficients significatifs par hasard.


FIGURE XX: NOMBRE DE COEFFICIENTS SIGNIFICATIFS DE
CORRELATIONS DES CALCULS DE PREMIEIS DIFFERENCES
MENS UELLES, POUR DES TYPES DONNES DE VIOLATIONS ENTIRE TOUS
LES DEPARTMENTS

Type de violation No de coefficients probability d'obtention de ce chiffre
significatifs (sur 45) ou plus. par hasard.

Torture
Execution arbitraire
Atteintes aux biens
Extorsion
Execution arbitraire
Viol et abus sexuel
de
Source: Entrevues conduites par In Commission Nationale Hai'tienne de Vdriti eJustice.


SPar "ddpartemcnt" on entend les 9 ddpartcments, + Port-au-Prince. En effet la capital a dtd traitde
separemncnt du ddpartnmcnt de I'Ouest.

86






Pour tous ces types de violations il serait extr.mrement iniprobable de trouver par hasard
autant de correlations significatives ( par example, pour le viol, 7 correlations
significatives sur 45 couples auraient 16 chances sur dix mille millions de tests, d'etre
dues au has'ard). Le plus frappant peut-dtre, c'est que pour les violations pour lesquelles
on a beaucoup plus de donndes (torture, detention arbitraire, atteint aux biens), on trouve
des series dipartementales beaucoup plus consistantes: Plus de la moitid de tous les
couples possibles de departements ont des correlations significatives diffdtentes de zdro
entire leurs premieres differences mensuellcs de cas de torture et de cas de detention
arbitraire.

Bien qu'avec des rdsultats p)us faiblcs, ii est dgalement vdrifid que les cas de viol et abus
sexual, extorsion et exdcution.arbitraire, prdscnte une concordance entire ddpartements. A
travers tous les types de violations examines ici, le nombre de correlations significatives
cst suffisant pour conclure que, pour ces types de violations, la violence s'est exercee de
fahon consistante dans le temps, dans difTfrents departments.





Tableau crso~i de Type de Violation par mois pour un ddpartmcnnt
Source: Commission Natiohale de Vdritd ct de Justice
Donndes miss i jour, 2 lfyricr 1996, 8:31 pm


DEPT Artibonite (sans R.j




"
Sommie tic 0 VLCNI




A. 7 -
C-
An NM01.IS '. .
91 09 6 0 3 0 2 2 9 0 0 6
10 6 1 17 4 7 14 24 2 7 32
11 6 0 17 1 2 7 12 0 2 21
12 48 0 20 5. 11 3 38 0 4 29
91 Total 66 1 57 10 22 26 83 2 13 88
92 01 8 0 17 1 2 3 1 0 13
02 I 0 19 0 6 2 12 0 0 15
03 3 0 23 1 7 3 7 0 0 17
04 2 0 6 1 1 6 5 0 3 8
05 2 0 8 2 1 5 4 0 1 I
06 0 0 23 3 2 16 5 0 0 23
07 2 0 30 0 11 15 15 0 1 5
08 1 0 5 3 1 3 0 0 3
09 11 1 25 1 8 4 19 0 0 14
10 2 0 7 0 8 4 11 0 2 12
11 2 -0 9 1 .4 8 4 0 0 6
12 I 0 5 0 2 1 4 0 1 5
92 Total 35 1 177 13 53 70 98 1 8 132
93 01 3 0 12 1 5 8 4 0 0 17
02 3 0 4 0 2 4 5 2 0 9
03 9 0 35 0 7 15 8 .0 0 26
04 5 0 16 1 5 4 7 .0 0 15
05 .1 0 10 0 2 5 7.- .0 0 5
06 7 0 14 0 .11 1 5 1 0 18
07 4 0 8 3 1 4 7 0 1 10
08 0 0 30 0 3 21 5 0 2 30
09 15 0 15 0 3 8 .14 0- 2 18
10 46 1 68 5 39 29 102 0 7 70
11 36 0 32 2 12 12 30 0 4 54
12 3 0 8 0 3 4 6 0 0 10
93 Total i 1 .132 1 252 .12 93 115 200 3 16 282


0 0 2
2 0 2
3 0 11
20 00 .10
12 0 10


0 1 0 0. 0
0 0 0 1 0
0 2. 1 4 0
3 7 6 30 0
3 5 0 5 0


0 3
0 2
0- II
7 22
1 12,


94






06
07
OS
09
10


3 0 13
1 0 12
2 0 4
8 0 36
8 0 17


0 9 4 2 0 1
0 8 2 5 0 0 15
0 6 2 6 0 0 9
0 11 10 22 0 2 42
0 6 10 .11 0 1 20


94 Total 59 0 117 6 55 35 86 0 12 142
Grand Total 292 3 603 41 223 2.16 467 6 49 644


r




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs