• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Front Matter
 Commission nationale de verite...
 Table of Contents
 Lettre au President Jean-Bertrand...
 Remerciements
 Foreword
 I. Rappel historique
 II. Le mandat et son interpret...
 III. Methodologie
 Sources secondaires
 IV. Analyse chronologique des violations...
 Le 29 et 30 septembre 1991 et les...
 Octobre - decembre 1991
 Janvier 1992 - juillet 1993
 Aout 1993 - 15 octobre 1994
 V. Presentation generale des...
 Les differentes categories de violations...
 Enquetes speciales
 VI. Modele et pratiques de...
 VII. Les structures de la...
 VIII. Recommandations
 Viols et violences sexuelles contre...
 Refomes de institutions judici...
 Poursuites et sanctions
 Autres recommandations
 Epilogue
 Back Matter






Group Title: Occasional paper / University of Kansas Institute of Haitian Studies ;, no. 14, 15, 19
Title: Si m pa rele
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00085926/00001
 Material Information
Title: Si m pa rele 29 septembre 1991-14 octobre 1994
Series Title: Occasional paper University of Kansas Institute of Haitian Studies
Alternate Title: Rapport de la Commission nationale de vérité et de justice
Physical Description: 4 v. in 3. : ; 28 cm.
Language: French
Creator: Commission nationale de vérité et de justice (Haiti)
University of Kansas -- Institute of Haitian Studies
Publisher: Institute of Haitian Studies, University of Kansas
Place of Publication: Lawrence Kan
Publication Date: 1998
 Subjects
Subject: Human rights -- Haiti   ( lcsh )
Civil rights -- Haiti   ( lcsh )
Politics and government -- Haiti -- 1986-   ( lcsh )
Genre: government publication (state, provincial, terriorial, dependent)   ( marcgt )
bibliography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
Summary: Annex I contains official documents concerning the Commission's work as well as the detailed questionnaire used in interviewing victims. Annex II has statistics from the morgue of the Hôpital de l'Université de l'État d'Haïti (in Port-au-Prince), and those of the Commission recording by month and place crimes inflicted upon the Haitian people 1991-94. Annex III is the official list of the names of 8650 victims of the de facto regime, 29 Sept. 1991-14 Oct. 1994. It includes the affiliations of victims and of perpetrators, and types of offenses.
Summary: "Annexe IV, containing the names of those accused of the crimes described, was not divulged either by the Commission or by the Haitian government ... However it was somehow obtained and published, amid much controversy, in three consecutive numbers of the weekly Haïti Progrès, published in Brooklyn, New York, on 11, 18 and 25 February 1998"--V. 2, p. iv.
Bibliography: Includes bibliographical references (p. 144-146).
Language: Text in French, introd. in English.
Statement of Responsibility: Commission nationale de vérité et de justice.
General Note: Contains the main body of the official report of Haiti's National Truth and Justice Commission and includes Annexes I-III.
Funding: Occasional paper (University of Kansas. Institute of Haitian Studies) ;
 Record Information
Bibliographic ID: UF00085926
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 42452513

Table of Contents
    Title Page
        Page i
    Front Matter
        Page ii
    Commission nationale de verite et de justice
        Page iii
        Page iv
        Page v
        Page vi
    Table of Contents
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
    Lettre au President Jean-Bertrand ARISTIDE
        Page xi
        Page xii
    Remerciements
        Page xiii
        Page xiv
    Foreword
        Page xv
        Page xvi
        Page xvii
        Page xviii
    I. Rappel historique
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
    II. Le mandat et son interpretation
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
    III. Methodologie
        Page 15 (MULTIPLE)
        Page 16
    Sources secondaires
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
    IV. Analyse chronologique des violations des droits de l'homme sous le regime de facto
        Page 21
        Page 22
    Le 29 et 30 septembre 1991 et les premiers jours du coup d'Etat
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
    Octobre - decembre 1991
        Page 27
        Page 28
        Page 29
    Janvier 1992 - juillet 1993
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
    Aout 1993 - 15 octobre 1994
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
    V. Presentation generale des cas
        Page 39 (MULTIPLE)
    Les differentes categories de violations graves
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
    Enquetes speciales
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
    VI. Modele et pratiques de la repression
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
    VII. Les structures de la repression
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
    VIII. Recommandations
        Page 196 (MULTIPLE)
        Page 197
    Viols et violences sexuelles contre les femmes
        Page 198
    Refomes de institutions judiciaires
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
    Poursuites et sanctions
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
    Autres recommandations
        Page 242
    Epilogue
        Page 243
        Page 244
    Back Matter
        Page 245
        Page 246
Full Text
f ~A1i61
i ~~'"I!~


Occasional Paper N 14
Bryant C. Freeman, Ph.D.
Series Editor


Si mpa rele:


29 septembre


1991


- 14 octobre


1994


Commission


Verite


et


National


de


Justice


Institute of Haitian Studies
University of Kansas
1998


0"


de








University of Kansas Institute of Haitian Studies
Occasional Papers
Bryant C. Freeman, Ph.D. Series Editor

No 1 Konstitisyon Repiblik Ayiti, 29 mas 1987. 1994. Pp. vi-106. Haitian-language version (official
orthography) of the present Constitution, as translated by Paul Dejean with the collaboration of Yves
Dejean. Introduction in English.

No 2 Toussaint's Constitution (1801), with Introduction. 1994. Pp. ix-20. In French. Introduction (in
English) by Series editor places Constitution in its historic context and analyzes salient features.

N' 3 Bryant C. Freeman, Selected Critical Bibliography of English-Language Books on Haiti. 1998
(Updated). Pp. 22. Contains 169 entries, with brief description of each; special list of "Top Ten."
Introduction and text in English. Updated periodically.

No 4 Strategy of Aristide Government for Social and Economic Reconstruction (August 1994). 1994.
Pp. iv-9. Official document setting forth recovery plan for Haiti. Introduction and text in English.

N? 5 Robert Earl Maguire, Bottom-Up Development in Haiti. 1995. Pp. iv-63. Keynote: develop people
rather than things, with case study as carried out in Le Borgne. Introduction and text in English.

N' 6 Robert Earl Maguire, Devlopman Ki Soti nan Baz nan Peyi Dayiti. 1995. Pp. v-71. Haitian-
language version of N 5, in Pressoir-Faublas orthography. Introduction in English.

N 7 Samuel G. Perkins, "On the Margin of Vesuvius": Sketches of St. Domingo, 1785-1793. 1995. Pp.
vi-75. First-hand account by an American merchant living in Saint-Domingue during onset of the
Haitian Revolution. Introduction by Series editor analyzes strong and weak points of narrative. Index
of Proper Names.

N 8 Official Spelling System for the Haitian Language. 1995. Pp. 27. Text of official Haitian
government edict of 28 September 1979, in Haitian. Remarks by Series editor in English on
subsequent contemporary usage and brief pronunciation guide. Eleven pages chosen to illustrate good
usage of official system, plus brief examples of the three major preceding orthographies. Introduction
traces development of the four major systems.

N0 9 Organization Charts of the Haitian Judiciary and Military. 1995. Pp. 10. Two charts of Haitian
judicial system one in French and English, other in French only. Three charts in French of Armed
Forces of Haiti (1993) and one of Port-au-Prince police; officer and enlisted ranks with insignia (in
French and English). Introduction in English.

N 10 Tet Kole Ti Peyizan Ayisyen, Dosye Chef Seksyon: Chbf Seksyon Yon Sistem Ki Merite Elimine.
1995. Pp. vi-52. Detailed, scathing account of the institution of section chiefs as of March 1991,
compiled by a leading Haitian peasant group. Much exact information. Introduction in English, text in
Haitian (official orthography).

No 11 Sara Lechtenberg, An Overview of the Haitian Justice System. 1996. Pp. iv-25. Based upon
written sources, as well as 18 personal interviews with Haitian judges and lawyers, and foreign
observers highly knowledgeable concerning the Haitian justice system.

No 12 Mari Dyevela Seza, Ref6m nan Lajistis / Judicial Reform. 1996. Pp. iv-18. A down-to-earth look
at the practical problems involved in the judicial system of today's Haiti, by a Port-au-Prince journalist
and jurist. In the original Haitian-language text, with an English-language translation by Series editor.

-c No 13 Jennie Marcelle Smith, Family Planning Initiatives and Kalfoun6 Peasants: What's Going
Wrong? 1998. Pp. iv-27. Practical problems involved in effective family planning, as seen by a
SLATIN Haitian-speaking US anthropologist living for three years in a remote community.
If AMERICM

Available through: Mount Oread Bookshop
University of Kansas
S R, Lawrence, Kansas 66045
Tel.: (785) 864-4431
!')








Occasional Paper No 14


SI M PA RELE: 29 septembre 1991 14 octobre 1994

COMMISSION NATIONAL DE VERITE ET DE JUSTICE



Just as the series of Occasional Papers of the Institute of Haitian Studies of the University of
Kansas reproduced for wider distribution one of Haiti's most important public documents of this
century, the Haitian-language version of the Constitution of 1987, we are reproducing here
another important public document, "Si m pa rele" ("If I don't cry out"), which, unlike the
Constitution, seems to have been "swept under the carpet" (kase fey bliye sa) from the very
moment of its release. Given its great importance, it has had an extremely curious fate.
Presented to President Aristide on 5 February 1996, just two days before the end of his term of
office, the Preval administration eventually released only 75 copies, and without the fourth Annex
containing the names of the supposed perpetrators. We obtained a copy of the main body of the
Report only after learning quite accidentally that it was on the Internet. Even then it required
first some sleuthing on our part to obtain the Internet address, only to discover that the Report
was presented in a greatly reduced format requiring a special decompressor program (PKZIP) to
be read, which even our large university did not possess. Finally a colleague in Chinese Studies,
Wallace Johnson, furnished the necessary program and we were able to download the body of
the Report, but none of its four Annexes. The first two Annexes, containing various working
documents of the Commission and statistical reports, were kindly lent us by Merrill Smith of
Haiti Advocacy Inc., and the third Annex containing the list of the victims has been promised us
by the head of the Commission, Frangoise Boucard. As for the fourth and most sensitive of the
Annexes, containing the names of those accused of the crimes described and hitherto kept entirely
confidential, it was published amid much controversy in three consecutive numbers of the weekly
Harti Progres, published in Brooklyn, New York, on 11, 18 and 25 February 1998.

We present here the complete text of the main body of the Report, with minor typographical
corrections involving no substantive changes, especially in the sections which must have been
translated from interviews certainly conducted in Haitian Creole, Chapitre V: "B.I.1. Cas
illustratifs" and "B.2. Droit a la liberty et A l'intdgritM physique." Annexes I and II, followed later
by Annex III, will be reproduced in this same Series. Our fervent hope is that both now and in
the future these annals of the suffering of the Haitian people will be easier to consult and less
easily forgotten.

The Commission Report calls for action within 30 days of its submission. Yet now, more than
two years later, no action whatever appears to have been taken and it appears that none ever will
be. It is becoming painfully apparent that Haiti will never have its equivalent of the Nuremberg
trials. Is Haiti too small and too poor? Does the world care about the thousands robbed, raped,
tortured, and murdered? Perhaps the world cares little, but Haitians care greatly. In his
nationally televised address of 15 September 1994 President Clinton, four days before the US


March 1998









'intervasion,' declared: "Haitian dreams of democracy became a nightmare of bloodshed. The
dictators launched a horrible campaign of rape, torture and mutilation... C6dras and his armed
thugs have conducted a reign of terror, executing children, raping women, killing priests." Yet
none of the great powers, and the United States first of all, seem to be in any way pushing for
a call to justice, and the present Haitian administration is said to feel its judicial machinery would
not be up to the task. The catharsis necessary for national healing, as a good faith effort to try
and end the cycle of impunity, and which so many have called for, seems an improbable dream.
Thus it may well be that the present document will have to serve as the sole memorial to so
many whose only 'crime' was to attempt to create a better Haiti.

There have reportedly been fifteen Truth Commissions in the world, the first in Uganda in 1974,
and thereafter most notably in El Salvador, Argentina, Chile, and South Africa. The idea of a
Truth Commission for Haiti originated in January 1994 during President Aristide's visit to
Montreal, with the Canadian International Centre for Human Rights and Development, under
Edward Broadbent, charged with preparing a detailed proposal. This was completed by 1
November 1994, with William O'Neill of the National Coalition for Haitian Rights contributing
several excellent option papers. The principle of the creation of a Truth Commission was agreed
to by the Haitian Senate and welcomed by the country's human rights organizations. On 17
December 1994 President Aristide signed a decree creating the Commission and appointing the
Haitian sociologist Frangoise Boucard as its head, but without specifying its concrete mandate or
appointing its other members. According to the 31 December 1994 Miami Herald this decree
received little or no publicity, and was seen as a decidedly negative sign. However, a later
presidential decree on 28 March 1995 spelled out in 26 Articles the composition and mandate of
the Commission, and received somewhat greater publicity.

Not unexpectedly, the Commission's work met with criticism, firstly from those segments of the
political spectrum who had much to hide, and secondly because of the discretion the Commission
found necessary to adopt in order better to protect those victims who had the courage to come
forth and testify concerning abuses in a country where the perpetrators of these abuses were free,
and still are free, to circulate at will. Lack of proper funding, and delays in funding, were a
factor affecting the work of the Commission's 13 members, 8 temporary collaborators, and 44
Haitian and foreign human rights investigators. One would have liked to have some indication
of the level of competency in the Haitian language of these foreign investigators, since based
upon our experience with the MICIVIH, observers with only a minimal command of the language
were all but useless. Nevertheless some 7,000 interviews with victims were successfully carried
out in the nine Departments of Haiti. In addition to first-hand testimony, information was often
verified through local human rights organizations and especially through reports from the
UN/OAS Civilian Mission in Haiti (MICIVIH), under the able direction of Colin Granderson.
Unfortunately the Commission did not have access to the voluminous archives of FRAPH (Front
Rdvolutionnaire pour l'Avancement et le Progres Haitiens) or the FAD'H (Forces Arm6es d'Ha'ti)
which had been seized by the US Army and are still being held by the US government, and
which could undoubtedly furnish invaluable information concerning the atrocities inflicted upon
the Haitian people during the defacto period. The failure to return these documents in full only
gives credence to those who accuse the United States of having fomented the coup against








Aristide and even of having masterminded the workings of FRAPH in spite of the often cited
reluctance of the present Haitian administration to receive what could well be a political
bombshell.

In closing, I would like to add a personal note to the horrors described in the Commission Report.
After the violent overthrow 29-30 September 1991 of Haiti's first truly democratically-elected
government, I served in late 1991 and early 1992 as an interpreter for the many thousands of
Haitian boat people seeking refuge from C6dras' Haiti who were interned at the US Navy Base
at Guantinamo, Cuba, hearing first-hand for often 14 hours a day the heart-rending accounts of
those who had been fortunate enough to escape if in many cases only temporarily, and in spite
of our best efforts the inferno created by the "defactos." Later I participated in a small semi-
clandestine Pax Christi human rights investigation team gathering first-hand testimony from
victims in the North of Haiti. In 1993 I served as instructor for the UN/OAS incoming observers
with the MICIVIH, where on the road leading up to our initial headquarters were regularly
deposited victims, with faces hacked away, of the C6dras-Biamby-Fran9ois oppression. Earlier
I had personally accompanied Colson Dorm6 (see p. 139) into the inner recesses of the notorious
Anti-Gang headquarters upon his semi-miraculous release after having been kidnapped by in all
probability the very parties to whom he was now obliged to make an official report and saw
up close the faces and instruments of torture of those whom ex-President Jimmy Carter was later
to term "honorable gentleman." Typical was the experience of one of my UN colleagues who
had a Haitian literally throw himself around his body to avoid being beaten to death in broad
daylight on a Port-au-Prince street by a FRAPH band. After the expulsion of MICIVIH from
Haiti by the C6dras government 15 October 1993, I returned in 1994 as one of the few foreigners
to observe the ever-mounting oppression. The detailed events described in the Report's most
moving sections, pages 41-90, 99-101, and 154-167, can give only a small indication of the terror
which resulted in the death of at least 3,000 human beings, not to mention those tortured and
scarred for life, or those driven to risking their lives on the high seas to escape, or the many
thousands compelled to forsake family, home and job to go into hiding in the brush for fear of
being killed.

Experiences such as dining with Antoine Izmiry only days before he was dragged out of church
and shot down (see pp. 61-64), give a very personal meaning to the abominations recorded here.
Such things one never forgets, nor forgives. And I lived under the safety of a white face and a
UN diplomatic passport. What of those who did not? Truth can lead to justice, but it cannot be
a substitute for justice. "La reconciliation doit passer par la justice" (p. 243).

Bryant Freeman









TABLE DES MATIERES


Lettre au Pr6sident Jean-Bertrand ARISTIDE ...............


Remerciements .................................................

Avant-propos ..................................................

Chapitre I : Rappel Historique ..................................

Chapitre II : Le Mandat et son Interpretation .........................

Chapitre III : M 6thodologie .....................................

1. Sources primaires .............................
1.1 La Preuve testimoniale recueillie en Haiti .....
1.2 La Preuve testimonial reque A l'ext6rieur d'Haiti
2. Sources secondaires. ..................... .....
2.1 Autres Types de Preuve .................
2.2 Degr6 de la Preuve ...................

Chapitre IV :Analyse chronologique des Violations des Droits
de l'Homme sous le Regime de facto ..................

Introduction ......................................
1. Les 29 et 30 septembre 1991 et les premiers Jours
du Coup d'Etat ...............................
1.1 Port-au-Prince ........................
1.2 Dans le Reste du Pays ..................
1.3 Sur la Scene international ...............
2. Octobre d6cembre 1991 ........................
2.1 En Haiti .......................... .
2.2 Sur la Scene international ...............
3. Janvier 1992 -juillet 1993 .......................
3.1 En Haiti......... ..................
3.2 Sur la Scene international ...............
4. Aofit 1993 15 octobre 1994 .....................
4.1 En H aiti ............................
4.2 Sur la Scene international ...............

Chapitre V : Presentation gendrale des Cas ..........................

A. Vue d'ensemble .................................


B. Les diff6rentes Categories de Violations graves


. xi

xiii

. xv

.. 1

. 6

. 15

. 15
. 15
. 17
. 17
. 17
. 18


. 21

. 21

. 23
. 24
. 25
. 26
. 27
. 27
. 29
. 30
. 30
. 32
. 34
. 34
. 36

. 39

. 39


... .. ... ..40










1. Les violations au droit A la vie ........................ 40
1.1 Cas illustratifs ....... ................... 41
1.2 Cas de Massacres ....................... 49
1.2.1. Massacre de Carrefour Vincent ... ...... 49
1.2.2. Massacre de Lamentin 54 ............. 50
1.2.3. Massacre de Martissant ............... 51
1.3 Rapport d'Enqu8tes approfondies .............. 52
1.3.1 Execution sommaire d'Etienne Janvier .... 52
1.3.2 Execution sommaire d'Andral Fortune ..... 54
1.3.3 Execution sommaire d'Oriol
Charpentier ....................... 55
1.3.4 Disparition force des six Membres de
1'Organisation Populaire 17 septembre ..... 57
1.4 Cas "c6lbres" ............... ........... 61
1.4.1 Execution sommaire d'Antoine Izmery .... 61
1.4.2 Execution sommaire de Jean-Claude
M useau .......................... 64
1.4.3 Tentative d'exdcution sommaire d'Alerte
Belance ......................... 65
1.4.4 Execution sommaire de Jean-Marie
Vincent ......................... 66
1.4.5 Execution sommaire de Guy Malary ...... 67


2. Droit A
2.1
2.2
3.
4.

5.
6.


la liberty et A l'int6grit6 physique ................
Cas illustratifs ...........................
Cas d'Enquetes approfondies ............. .......
Le Droit A la Propri6t6 .....................
La Liberty d'Expression, d'Association et de
R union ...............................
Les Crimes centre I'Humanit6 ....... .........
Liste des Victimes ........................


68
68
80
85

88
90
90


Chapitre VI :


C. Enqu8tes sp6ciales .................................. 91

1. Enqu8te speciale sur les Viols perpdtr6s
contre les Femmes sous le R6gime de facto ....... 91
2. Enqu8te sp6ciale: Fouilles et Anthropologie
m6dico-l1gale ........................... 104
3. Enquete sp6ciale sur la R6pression centre les
M6dias et les Journalistes haltiens sous le
Regime de fact ......................... 127
4. Enqu8te sp6ciale sur le Massacre de Raboteau
(22 avril 1994) .......................... 147

Module et Pratiques de la R6pression ..................... 168








Chapitre VII : Les Structures de la R6pression ........................ .179

Chapitre VIII : Recommandations ................................... 196

A. Mesures de R6paration ......................... 196

B. Viols et Violences sexuelles contre les Femmes ........ 198

C. R6fomes des Institutions judiciaires ................. .199

D. Poursuites et Sanctions ......................... 238

E. Autres Recommandations ........................ 242

Epilogue ....................................................... 243






4p1OtaL& VERIrT
SKOMISYON NASYONAL VERITE AI JISTIS
COMMISSION NATIONAL DE VERITE ET DE JUSTICE




Monsieur Jean-Bertrand ARISTIDE
President de la R6publique d'Haiti


Monsieur le Pr6sident,

I1 y a de cela dix mois, vous avez confie a la Commission Nationale de Verite
et de Justice la difficile tache de faire la lumiere sur les graves violations des
droits de l'homme commises dans notre pays entire le 29 septembre 1991 et le
15 octobre 1994.

Monsieur le Pr6sident, lorsque nous nous sommes engages a honorer ce mandate,
c'6tait, pour les Commissaires et moi, une maniere de dire que nous partagions
avec vous la certitude que la V6rit6 est porteuse de Justice et qu'associees
l'une l'autre, elles auront la vertu de nous ouvrir les portes de I'Etat de droit
que le people haitien appelle de tous ses voeux.

Monsieur le President, pour la Verit6 et pour la Justice, je d6pose entire vos
mains l'original du rapport final de la Commission don't vous m'aviez confie
la responsabilit6. II est le fruit de dix mois de travail au cceur de la resistance
du people ha'tien. Reflet de cette aspiration a la dignity et a la liberty qui fit et
fera Haiti, ce rapport est un long cri, non de haine mais de souffrance et
d'indignation; un vibrant appel non pas a la vengeance mais a une justice aussi
exigeante aujourd'hui qu'elle fut hier foul6e aux pieds..

Monsieur le Pr6sident, au nom de la Commission, de ses 6quipes de travail et
au nom de toutes celles et tous ceux qui ont apport6 leurs t6moignages, je vous
dis simplement merci.

Frangoise BOUCARD
Pr6sidente de la Commission
Lundi 5 f6vrier 1996

Boite Postale No 15395 Pdtion Ville HAITI tel (509) 57-5077 / 8861








REMERCIEMENTS


La Commission Nationale de VWrit6 et de Justice (CNVJ) veut remercier le people haltien
tout entier pour la g6n6rosit6 avec laquelle il a constamment aliment6 ses travaux, en d6pit du
caractere recent et p6nible des violations des droits qu'il devait rapporter et d'une situation de
s6curit6 relativement pr6caire qui aurait pu en d6courager plusieurs. D'un m8me souffle, elle tient
A lui manifester toute son admiration pour le courage exemplaire don't il a constamment fait
preuve et pour cet ideal de justice qui l'anime au quotidien. Puisse ce rapport contribuer
modestement A garder cette flamme toujours vivante!

La Commission exprime dgalement sa vive gratitude aux differents organismes,
associations, movements de defense et de promotion des droits humans qui, dans une solidarity
jamais d6mentie, ont mis A sa disposition tant leurs propres compilations et rapports que leur
engagement sur le terrain. Sans leur apport, la Commission aurait Wt6 priv6e d'informations
pr6cieuses et certes plus avare en terme de recommendations.

L'ampleur du mandate de la Commission commandait un financement apte A soutenir des
travaux diversifies et de nature multidisciplinaire. La Commission tient A remercier : la Mission
civil interationale de l'Organisation des ttats amrnicains (OEA) et de l'Onu en Haiti (Micivih),
le Centre des droits de 1'homme des Nations unies, le Centre interamfricain pour les droits de
l'homme de l'OEA (CIDH), le gouverement du Canada, la Confederation helv6tique, I'Union
europ6enne, le Programme des Nations unies pour le d6veloppement (PNUD), le Conseil
oecum.nique des 6glises, I'ambassade de Chine, le gouvernement des Pays-Bas et le
gouvernement haitien pour leurs contributions.

La Commission tient A remercier sp6cialement le Centre international des droits de la
personnel et du d6veloppement d6mocratique (CIDPDD), la section des droits humans de
l'Association am6ricaine pour l'avancement de la science (AAAS), Me Juanita Westmoreland-
Traor6, Me Maryse Alcindor, ainsi que Mme Patricia Valdez pour leur fructueuse collaboration.

Enfin, la Commission ne saurait passer sous silence le travail remarquable accompli par
tous les membres de son 6quipe qui n'ont jamais marchand6 les nombreuses heures
suppl6mentaires de travail. Outre l'expertise et la competence personnelles A mettre au credit de
chacun d'eux, 1'engagement et la ferveur avec lesquels ils ont constamment accompli leurs tiches
ont contribu6 A faire de ce document un plaidoyer vibrant pour une Haiti just et libre, oi ne se
marchandera plus impun6ment le respect des droits humans.








AVANT-PROPOS


La Commission Nationale de V6rit6 et de Justice (CNVJ) a 6t6 cr66e le 28 mars 1995 par
un Arret6 pr6sidentiel et a commence A fonctionner le ler avril 1995. Les sept commissaires, don't
trois furent choisis en 6troite collaboration avec les secr6taires g6n6raux de l'Organisation des
Nations unies (Onu) et de l'Organisation des Etats am6ricains (OEA), ont tenu dix sessions
officielles de travail.

Apres une phase preliminaire consacr6e A l'interpretation du mandate, au choix de la
m6thodologie, A l'6tablissement d'un calendrier de travail et A la mise en place de l'infrastructure,
les membres de 1'unit6 d'investigation ont commence en juin 1995. Les pr6paratifs de la phase
de reception des plaintes eurent lieu durant quatre semaines : formation, 61aboration du
questionnaire, mise sur pied de la base de donnees, visits priliminaires sur le terrain. La
reception des plaintes se fit simultan6ment dans toutes les regions d'Haiti du 17 juillet au 31 aofit
1995. Cette tape de nos travaux dut 8tre prolong6e dans deux d6partements, I'Ouest et
1'Artibonite, en raison principalement du grand nombre de personnel d6sirant porter plainte et qui
n'avaient pas eu le temps de le fire. En septembre, des travaux d'anthropologie m6dico-16gale
furent realis6s avec l'appui de la section des droits humans de l'Association am6ricaine pour le
progres de la science et de la Micivih. Puis ce fut 1'analyse des donn6es recueillies et des
investigations plus pouss6es sur certain cas-types et certain dossiers prevus par le mandate. Les
huit chapitres et les quatre annexes de ce rapport pr6sentent les r6sultats de ces travaux.

Le Chapitre I situe l'activit6 de la Commission dans une perspective historique en
rappelant des grands ev6nements de l'histoire d'Haiti et les motifs justifiant la creation de cette
Commission.

Le Chapitre II est consacr6 & l'interpretation du mandate et le Chapitre III A la
m6thodologie utilis6e.

Le Chapitre IV pr6sente une analyse chronologique de la repression durant la pdriode
couverte en relation avec des d6vnements se d6roulant sur la sc6ne international.

Le Chapitre V constitute le coeur du rapport et pr6sente diff6rents cas-types pour les
grandes categories de violations des droits de l'homme commises durant la p6riode couverte par
le mandate. Des dossiers sp6ciaux y sont egalement inclus.

Le Chapitre VI tente de d6gager les pratiques syst6matiques et le module de la repression
durant la p6riode de r6f6rence, et le Chapitre VII est consacr6 a l'6tude des structures de cette
repression.

Les recommendations se retrouvent au Chapitre VIII.









L'Annexe I content l'arret6 pr6sidentiel du 28 mars 1995 ainsi que des documents
connexes, de meme que certain documents de travail de la Commission, comme les reglements
de r6gie interne et le formulaire d'entrevue.

L'Annexe II est consacr6e A deux 6tudes statistiques, la premiere portant sur des registres
de la morgue de l'H6pital de l'universit6 de l'Etat d'HaYti et la deuxieme sur les donnees
recueillies par la Commission.

L'Annexe III pr6sente la liste des victims rencontr6es par la Commission et 1'annexe 4
celle de diff6rents auteurs presumes des graves violations des droits de 1'homme commises durant
la p6riode de r6f6rence

A ce sujet, la Commission tient A attirer l'attention sur ce qui suit:

Selon les terms de l'ArrWt6 pr6sidentiel du 28 mars 1995 (article 4), le mandate de la
Commission lui enjoignait de chercher A identifier les auteurs mat6riels, complices et instigateurs
des graves violations des droits de l'homme et des crimes centre 1'humanit6 commis depuis le
coup d'Itat du 29 septembre 1991.

Compte tenu des implications 16gales, particulibrement la n6cessit6 de preserver les droits
fondamentaux des personnel en cause, quelque soit le poids des accusations port6es contre elles,
la Commission a accord la plus grande attention aux modalit6s d'identification de ces personnel.

La Commission a 6galement pris en consideration les circonstances particulibres dans
lesquelles ses enquates ont dt6 conduites. A cause des limits de temps et de resources et en
raison de son d6sir d'obtenir la meilleure image possible de l'incidence des violations des droits
de A travers 1'ensemble du territoire national, la Commission n'a pu offrir aux presumes
coupables la possibility d'etre entendus et, dans les cas appropri6s, d'6mettre leur point de vue
sur les accusations portdes contre elles.

De plus, comme indiqu6 sp6cifiquement a l'article 9 de l'arrt&6 pr6sidentiel, la
Commission n'est pas une instance judiciaire. Elle n'a done aucun pouvoir contraignant en
matiere 16gale sur les sujets relevant de sa competence, son r61e 6tant d'enqu8ter, de faire rapport
et de recommander les actions appropriees.

Pour ces motifs et sur la base des informations recueillies, la Commission a soumis A
attention du gouvernement, aux fins de poursuite judiciaire, une listed de personnel sur lesquelles
present de graves prdsomptions, souvent pr6cises et concordantes, de violations des droits de
l'homme. Les noms de ces personnel seront rendus publics quand les autorit6s comp6tentes auront
pris A leur endroit les measures judiciaires et administrative que requierent les exigences de
l'instruction et le respect des droits de la defense.

Ce faisant, la Commission s'acquitte de son mandate d'identifier les auteurs des-violations
constat6es.






,l~pSIONAL VERlrc^


ON AroAj DE VE"AS SA




SI M PA RELE


29 septembre 1991-14 octobre 1994




COMMISSION NATIONAL DE VERITE ET DE JUSTICE
1995










CHAPITRE I : RAPPEL HISTORIQUE


De septembre 1991 A octobre 1994, des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants ont
6t6 victims de tres graves violations des droits de l'homme a travers tout le territoire haYtien. La
vague de repression initide par le coup d'ltat du 29 septembre 1991 a d6ferl6 avec une ampleur
et une intensity sans pr6c6dent. Elle ne doit cependant pas faire oublier que les vingt-neuf ann6es
de la dictature des Duvalier ont entrain6 environ 40 000 pertes de vies humaines. Que de 1986
A 1990, le pays a connu des episodes sanglants comme le massacre de paysans A Jean-Rabel en
avril 1987, 1'6pisode du 29 novembre 1987 qui freina le processus electoral, celui de f'6glise
Saint-Jean-Bosco le 11 septembre 1988 ainsi que plusieurs assassinats spectaculaires, come par
example ceux de Jean-Marie Montis, Serge Villard, Yves Volel, Lafontant Joseph, et Jacques
Philippe. Depuis 1986, les appeals A la justice se font r6gulibrement entendre et, aujourd'hui, de
moins en moins de voix se prononcent en faveur de 1'oubli.

Ce besoin d'6tablir clairement la v6rit6 des faits t6moigne du chemin parcouru depuis le
7 f6vrier 1986, quand certain c6daient A la tentation de croire qu'il suffirait du depart d'un
dictateur pour faire naitre des conditions irr6versibles d'6mergence d'une soci6t6 d6mocratique
et prospere. La Commission tient A souligner ici les efforts de structuration et de regroupement
des organismes haitiens de defense des droits humans, particulierement au course de 1'ann6e 1991.
Par leur tenacity, ces organismes ont permis au pays de disposer, au moment du coup d'Etat,
d'une structure capable d'effectuer un relev6 quotidien des multiples violations commises durant
les trois ann6es de regime issu du coup d'Etat. S'associant aux efforts de leurs homologues
strangers et de la Micivih, don't la solidarity avec le people haYtien est salute ici, le travail de ces
organismes a grandement contribu6 a tenir en 6chec une puissante champagne de disinformation,
visant A faire croire, au monde enter, que les cris de d6tresse du people haYtien n'6taient que pure
invention de groups partisans. Ce travail a, 6galement, grandement contribu6 A existence de
cette Commission.

C'est en janvier 1994 que le president Jean-Bertrand Aristide, de passage a Montr6al,
demand au Centre international des droits de la personnel et du d6veloppement d6mocratique
de lui soumettre une proposition pour l'6tablissement d'une Commission de v6rit6 en Haiti. A ce
moment lA, une quinzaine de commissions avaient deja et6 mises sur pied dans diff6rents pays,
la premiere ayant vu le jour en Ouganda, en 1974. Elles se r6clament toutes d'objectifs communs
: faire la lumiere sur des 6vdnements traumatisants d'une histoire r6cente, proposer des measures
susceptibles d'6viter la r6p6tition des atrocities commises, essayer de r6parer, dans la measure du
possible, les torts subis, et presenter des propositions de r6forme de nature A favoriser le virage
resolu vers la d6mocratie. La decision de cr6er la Commission national de v6rit6 et de justice
fut prise apres le retour A 1'ordre constitutionnel. L'arr&t6 du 28 mars 1995 est sign par tous les
members d'un gouvernement de consensus au sein duquel 6taient repr6sent6es differentes
tendances politiques.

Une commission de v6rit6 n'est pas une garantie de reconciliation national mais l'apaisement
social est plus susceptible de survenir A l'interieur d'un processus d6mocratique et d'un leadership











qui proclame rapidement sa volont6 de justice et la conforte par des m6canismes institutionnels.
La cohesion social passe par l'acceptation de r6gles valables pour tous et par le fonctionnement
de m6canismes de gestion des conflicts A l'int6rieur de la soci6t6. II faut aussi r6concilier l'Itat
haYtien avec ses obligations face A ses citoyens car c'est toute l'histoire d'Haiti qui est traverse
par un rapport de lutte entire la violence 6tatique et la resistance populaire A cette violence d'itat.

Au commencement de l'actuelle Haiti est 1'esclavage colonial. Tout eslavage est au depart
une forme de violence extreme. II consiste dans le rapt de la liberty et de la dignity inali6nables
d'un 6tre human. Les esclaves sont des < ennemis domestiques > et il faut mettre en place un
systeme de repression capable de les contenir et de pr6venir leur r6volte. La colonies est une
r6alit6 6clat6e. Hors la ville colonial, vivent les plantations attaches directement A leur port
d'embarquement tout le long des c6tes, entit6s closes sur elles-memes, autonomes et exergant
souverainement un pouvoir absolu sur tous ceux qui s'y trouvent. Ce type d'organisation enforce
la supr6matie du planteur sur sa plantation et vise A empecher les esclaves de se regrouper
autrement que de maniere artificielle. De plus, la colonies n'existe que par et pour la m6tropole
; elle est simplement le lieu oi transient les products A destination ou en provenance de la France.

L'esclavage 6tant contre-nature, il conduit A la resistance permanent et multiforme des
esclaves des les premiers moments de la captivity. Pour se lib6rer, il faut briser l'isolement et les
spaces fermis imagines par les colons sont soumis A rude 6preuve. La premiere r6volte arm6e
dans l'lle qui s'appelait alors Hispaniola a lieu d&s 1522, trois ou quatre ans apres
1'introduction du premier contingent important d'esclaves. Le marronnage est pratiqu6 d&s les
premiers jours de l'esclavage. Le soul6vement g6n6ral de 1791 marque la fin de l'isolement,
I'6clatement des plantations ferm6es sur elles-m8mes, et mane A l'abolition g6n6rale de
l'esclavage en 1793. Le premier pouvoir noir autonome est constitu6 en 1801 avec Toussaint
Louverture. Apr6s la guerre d'ind6pendance des ann6es 1802 et 1803, l'ind6pendance d'Haiti est
proclam6e le ler janvier 1804. L'esclave d'hier reimpose sa condition essentielle d'homme ou
de femme et s'offre, pour la seule fois dans l'histoire moderne et A la stupdfaction du monde
entier, le project d'un pays ind6pendant. Le nouvel ttat devra faire face a d'6normes difficulties
pour se faire accepter dans le concert des nations.

L'arm6e, qui ajou6 le r6le principal dans la lutte pour l'ind6pendance, se pergoit comme
la seule source de 16gitimit6 politique et va par la suite dominer toutes les autres institutions. Sur
les 22 chefs d'Itat que connait Haiti de 1804 A 1915, seuls quatre d'entre eux sont des civils. I1
faut d'ailleurs noter que deux de ces civils prennent le titre et l'uniforme de g6n6ral une fois
ports au pouvoir. Le pays reste sur le pied de guerre apres l'ind6pendance et ses resources sont,
dans les premiers temps, consacrdes A la construction de forts pour pr6venir un 6ventuel retour
offensif des Frangais ou de toute autre puissance colonial.

Pour lever cette menace, Haiti, vainqueur de la glorieuse arm6e de Napoldon Bonaparte,
doit malgr6 tout accepter de payer d'importantes reparations A la France vaincue. Le pays mettra
plus d'un si6cle A s'en acquitter, ce qui hypothdquera lourdement son d6veloppement 6conomique.
La d6pendance vis-a-vis de 1'ext6rieur demeure, malgr6 1'ind6pendance politique et malgr6










1'isolement dans lequel se retrouve HaYti en d6pit de son appui a differents movements de
liberation en Am6rique et dans le monde.

Sur le plan interieur, un nouveau systeme de servage, adopt apres l'abolition de
l'esclavage en 1793 et qui remplagait formellement le syst6me esclavagiste, est repris par
Toussaint Louverture en 1801, avant d'8tre remis en application par Dessalines en 1804. Les
successeurs de ce dernier le maintiendront. C'est le caporalisme agraire. La grande majority des
nouveaux citoyens libres est exclue de toute forme d'accession A la propri6t6. La production se
redistribue de maniere regionalis6e, avec au premier plan les oligarchies r6gionales. Les groups
sociaux qui ont acquis le contr6le des circuits de commercialization raffermissent leur pouvoir
financier et deviennent des factions dominantes en controlant les activities d'import-export de leurs
regions. Les masses ainsi opprim6es assisteront pendant longtemps, en spectateurs, aux jeux de
coulisses pour l'obtention du pouvoir entire les factions dominantes. Le syst6me provoque d'abord
la resistance des paysans et ensuite de toutes les couches opprim6es, suivants les principles
formes connues et exp6rimentees pendant la p6riode de 1'esclavage colonial.

De 1915 A 1934, le pays est occupy par les Etats-Unis d'Am6rique dans le cadre de
I'application de la doctrine Monroe. C'est la plus longue occupation amdricaine de la Cara'be,
qui peut etre expliqu6e par l'importance de la resistance qu'elle suscite, particulibrement dans le
milieu paysan. De grandes vagues de migrations de travail vers d'autres territoires de la Caraibe
se d6veloppent durant cette p6riode.

L'occupant ambricain abolit 1'arm6e traditionnelle et la replace par une gendarmerie qui
continuera A dominer la vie politique du pays jusqu'a I'arriv6e au pouvoir de Francois Duvalier
en 1957. Ce dernier r6ussira A contrebalancer l'influence de l'arm6e en devenant lui-meme un
chef militaire par la creation d'une milice civil, les < tontons macoutes >, qui vise A s'octroyer
les privileges traditionnellement r6serv6s aux militaires. Des le d6but de 1'occupation, le
marronnage ressurgit. Comme A l'6poque esclavagiste, le marronnage est liH aux r6voltes
sporadiques qui s'y associent. Des vagues de migrations successives viennent diversifier le
paysage urbain et donnent de nouvelles couleurs A la resistance. A cela se greffera le phenomene
nouveau de l'dmigration massive des boat people, A partir de l'arrivee au pouvoir de Jean-Claude
Duvalier qui succede A son pare en 1971.

Dans la capital, qui, des la fin du dix-neuvieme sikcle, s'6tait d6marqu6e des villes de
province revenues de simples relais de 1'activit6 marchande, la structuration des movements
sociaux de revendication s'organise progressivement depuis 1' occupation am6ricaine: movements
6tudiants (1930, 1946, 1956 A 1960, 1986 A aujourd'hui), movements syndicaux (1946, 1956,
1986), et movements sociaux divers (1946, 1980 A aujourd'hui). On assisted de plus en plus A
l'expression d'une volont6 de changement. Ces movements, auxquels il faut ajouter les initiatives
des associations paysannes, des groups de femmes, des communaut6s religieuses de base, et de
la press ind6pendante, exercent une forte pression en faveur d'une soci6t6 d'6galit6 et de non-
exclusion.











Apres le depart de Jean-Claude Duvalier en 1986, I'espoir d'une society d6mocratique
renait et un consensus tacite semble se dessiner autour du commandant en chef de l'arm6e qui
dirige le gouvernement de transition. Malheureusement, les pratiques d'oppression et
d'enrichissement illicites des dirigeants ne changent pas. La r6ouverture des ports interieurs,
ferm6s depuis Frangois Duvalier, s'accompagne d'un laxisme des services douaniers qui favorite
le d6veloppement de toutes sortes d'activites illdgales : contrebande, importation de products non
autoris6s, de d6chets toxiques, traffic de drogue, etc. Les voies normales de la justice 6tant
inefficientes, de l6gitimes revendications de petits proprietaires sont battues en breche lors de
sanglants conflicts terriens les opposant aux grands propri6taires fonciers.

Les coups d'itat se succedent avec des gouvernements de plus en plus 6ph6mbres. En
m8me temps, le processus d'expression et de enforcement d'une soci6et civil face a un regime
r6pressif (militaire et macoute) se enforce. Le dynamisme des diff6rents movements pour le
changement devient effervescent. Les divers secteurs de la soci6te (milieux d'affaires, professions
lib6rales, enseignants, ouvriers, paysans, 6tudiants, etc.), continent A s'organiser. Un space
public de discussion et de dialogue prend place. On assisted a des debats dans les m6dias, A des
forums de discussion, A des congres de movements sociaux ou de regroupements politiques. II
y a multiplication et diversification des organes d'expression et des m6dias d'information (centres
de recherche et d'analyse, bulletins d'information, tracts de revendication, affiches murales,
chansons, etc.). Partout, les citoyens discutent des affaires du pays.

Les conditions de vie de la grande masse besogneuse ne s'amdliorent pas
fondamentalement mais leur participation A la vie politique se fait n6anmoins sentir. Les
diff6rentes interventions que suscitent I'l6aboration d'une Constitution d6mocratique, en 1987,
accroissent le d6sir d'actualiser ce project de soci6et plus 6galitaire, respectueux des droits et des
libert6s. Apres avoir participe A la mobilisation qui a conduit au depart de Duvalier en 1986, a
la lutte centre I'appareil duvalibriste rest en place, en denongant la repression et en manifestant
dans les rues, la population se prepare aux prochaines elections. Le rendez-vous manqu6 de
novembre 1987, malgre son caractere sanglant, n'aneantit pas sa revendication de d6mocratie.

Les elections du 16 decembre 1990 repr6sentent un moment de rupture avec la longue
histoire de domination et de repression qui s'est jusque-la 6crite en Haiti. Elles constituent un
point culminant du processus d'expression et de enforcement d'une soci6et civil dans la
construction de la nation. Vu l'importance numerique de la majority traditionnellement exclue
(plus de 80%), le seul jeu d6mocratique des m6canismes de representation lui confere un poids
politique considerable dans la vie national. Le nouveau gouverement entreprend d'enrayer la
corruption, d'assainir les finances publiques en exigeant le paiement des taxes et des imp6ts, de
redresser l'appareil judiciaire, de favoriser la participation des citoyens aux affaires publiques,
d'inviter 1'arm6e A changer ses pratiques vis-a-vis de la population civil. Mais le 29 septembre
1991, le coup d'Etat militaire tente de rejeter cette majority en dehors de la scene politique. Les
partisans du putsch affirment, avec un m6pris double de paternalisme, que ( le people n'est pas
pret pour la d6mocratie >. Le pays connait alors la periode la plus sanglante de son histoire
recent, mais le coup echouera.








5

Il s'agit aujourd'hui, a partir de 1'analyse de la p6riode de reference, de prendre la measure du
pass afin d'en tirer les lemons pour 1'avenir.











CHAPITRE II: LE MANDATE ET SON
INTERPRETATION


Le mandate de la Commission national de v6rit6 et de justice (CNVJ) a et6 6tabli par
arrWt6 en date du 28 mars 1995 (voir annexe I). L'arr&t6 comporte un pr6ambule de treize (13)
paragraphes et une parties op6rationnelle de vingt-six (26) paragraphes. Dans le but de remplir son
mandate, la Commission a estim6 n6cessaire d'en d6gager une comprehension claire. Par
consequent, d6s le d6but de ses travaux, elle a consacr6 plusieurs sessions A l'interprdtation de
l'arr&t6 d6finissant son mandate. Ce chapitre refl6te le consensus qui s'est d6gag6 au sein de la
Commission sur ce point. La Commission n'a pas entendu interpreter son mandate de fagon
exhaustive. Elle a plutot tent6 de se concentrer sur les aspects les plus important de ce mandate.

Le pr6ambule

Le preambule est important pour bien saisir le mandate. II reprdsente la toile de fond et le
context dans lequel il a vu le jour.

II rappelle la D6claration universelle des droits de l'homme et les traits internationaux
signs par Haiti. La Commission interprete ces r6f6rences comme d6finissant le cadre A l'int6rieur
duquel les allegations de violations doivent &tre 6valu6es, a la lumiere des obligations de l'Etat
haitien en droit international, dans le domaine des droits de l'homme.

Le pr6ambule fait aussi reference A l'amnistie accord6e par le president de la R6publique,
conform6ment A l'article 147 de la Constitution haitienne. L'amnistie fera l'objet de commentaires
ult6rieurs.

Le preambule met I'accent sur la necessit6 d'un ttat de droit en Haiti. L'ttat de droit ne
peut 8tre fond6 sur l'impunit6. Il souligne le besoin de confiance du people haitien dans le
fonctionnement ad6quat de toutes ses institutions, en particulier de l'institution judiciaire. Cette
perspective est refldt6e d'ailleurs par l'article 8c qui demand A la Commission de formuler des
recommendations en vue de mettre fin A l'impunit6.

Il souligne le besoin de reconciliation national, en indiquant que la reconciliation ne peut
intervenir qu'apres l'dtablissement de la v6rit6 complete sur les violations des droits de I'homme
commises entire le 29 septembre 1991 et le 14 octobre 1994. Par consequent, selon la
Commission, l'accomplissement de son mandate devient une tape indispensable A la realisation
de cette reconciliation, apres les trois ans de regime militaire.

Parmi les 616ments du preambule qui ont retenu specialement I'attention pour
l'interpr6tation du mandate figurent les questions de l'amnistie, de l'impunit6 et de la
reconciliation. Des nuances conceptuelles importantes ont 6t6 d6gag6es afin de bien cerner
d'abord chacune des notions, et, ensuite, d'dtudier leur interaction.










L'amnistie doit 8tre interpr6tde a la lumiere de 1'article 147 de la Constitution haitienne
en vertu duquel le president de la R6publique < ne peut accorder d'amnistie qu'en matiere
politique et selon les prescriptions de la loi >>.

Quant a l'impuniti, 6voqu6e au troisieme consid6rant, la Commission estime que si,
exceptionnellement, un gouvernement donnd peut consentir A exempter de peines les auteurs de
certain crimes, I'amnistie ne doit pas pour autant entrainer le recel de la v6rit6 et la 16galisation
de l'impunit6. Elle ne doit pas en particulier annuler l'obligation de 1'ttat d'ouvrir des enquetes
sur les violations des droits de l'homme afin d'6tablir les faits, d'accorder reparation aux victims
ou A leur famille et de prendre des measures visant a prdvenir la r6p6tition de telles violations. A
defaut, l'objectif de reconciliation national souvent invoqu6 pour justifier la loi d'amnistie
n'aurait aucune chance d'8tre atteint. Aussi la Commission pense que son r61e est de reveler les
faits sans se preoccuper de la loi d'amnistie et de laisser aux auteurs, le cas 6ch6ant, la charge
de l'invoquer si une suite judiciaire devait intervenir.

La Commission considere done que la verit6 est essentielle et prdalable a la reconciliation
et qu'un Etat de droit ne saurait cautionner l'impunit6. De fait, les criteres juridiques de definition
des graves violations des droits de l'homme sont la Constitution de 1987, les lois haYtiennes, les
traits et accords internationaux sur les droits de I'homme signs et ratifies par Haiti (art 276.2
de la Constitution de 1987), et, de maniere g6enrale, les coutumes du droit international
actuellement en vigueur.

Un rapport public, objectif, impartial, et 6tablissant la verit6 est n6cessaire pour placer les
individus et I'Etat devant leurs droits et obligations.


Article 2

<< I1 est cr6e une Commission national de verite et de justice en vue d'etablir globalement
la v6rite sur les plus graves violations des droits de l'homme commises entire le 29 septembre
1991 et le 14 octobre 1994 A l'int6rieur et A l'exterieur du pays et d'aider A la reconciliation de
tous les Haitiens et ce, sans prejudice aux recours judiciaires pouvant naitre de telles violations.

<< On entend par graves violations des droits de l'homme, les situations de disparitions
forces, de detentions arbitraires, d'ex6cutions, de tortures de d6tenus ayant entrain6 la mort, de
traitements cruels, inhumains, et d6gradants, dans lesquelles il apparait que la responsabilit6 de
1'Etat est engage A travers des actes commis par ses fonctionnaires ou par des personnel A son
service, de meme que les sequestrations et les attentats A la vie et centre les biens de particuliers
pour des motifs politiques. >

L'analyse de la Commission par rapport aux principaux terms de cet article est la
suivante :











- < tablir globalement la vdrit >>

La v6rit6 sur les violations les plus s6rieuses des droits de I'homme, commises durant la
p6riode de r6f6rence, ne signifie pas l'6num6ration des violations mais renvoie plut6t a une
comprehension multidimensionnelle du ph6nomene.

< les plus graves violations des droits de l'homme >>

Le mandate se limited aux plus graves violations des droits de l'homme ; par consequent,
certaines violations, qui peuvent etre graves sans pour autant correspondre A cette qualification,
ne seront pas revenues parmi les cas qui ont fait l'objet d'enquetes par la Commission.

La Commission note que son mandate l'oblige A ne pas mesurer la gravity des violations
in abstract, mais plut6t A examiner chaque cas sp6cifique eu 6gard A la situation concrete des
droits de l'homme en Haiti pendant la p6riode de r6f6rence. Elle demeure persuade que les
violations ainsi r6pertori6es, qui ne se limitent pas aux terms employs A 'article 2, et qui se
retrouvent au chapitre V de ce rapport, rencontrent les normes requises pour etre qualifies de
< graves violations des droits de I'homme >.

commises entire le 29 septembre 1991 et le 14 octobre 1994 >

En ce qui concern la p6riode de r6f6rence couverte par le mandate, la Commission estime
que la mise en context requiert qu'elle se penche sur la p6riode pr6c6dant le 29 septembre, ainsi
que, dans certain cas, sur celle postdrieure au 15 octobre 1994. C'est d'ailleurs pour cette raison
que le chapitre I brosse un rapide tableau de la situation socio-politique en Haiti, A la veille du
coup d'etat du 29 septembre 1991.

< a l'intirieur et t 1'extirieur du pays >>

Le mandate couvre les violations commises A l'int6rieur et A l'ext6rieur du pays. L'int6rieur
du pays inclut non seulement le territoire, oif la majority des violations a 6t6 commise, mais
dgalement la mer territorial. Les violations A l'ext6rieur d'Haiti englobent la haute mer et les
autres pays.

Une difficult& particulibre surgit dans le cas des r6fugi6s ayant pris la mer. La vaste
majority des violations commises dans ce context ne semblent pas le fait des fonctionnaires ou
de personnel au service de l'Etat haitien (voir plus loin pour la definition de la notion d'auteur
de violations).

Par ailleurs, la Commission s'est int6ress6e aux victims, qui, suite aux violations, ont
cherch6 refuge dans un autre pays. La m6thodologie expose au chapitre III 6voque la fagon
d'obtenir des t6moignages A l'ext6rieur d'Haiti.










La Commission a done, pendant ses travaux, tent6 de joindre des victims r6fugi6es a
l'ext6rieur du pays et don't les droits auraient 6t6 viol6s pendant la p6riode de reference. De plus,
la Commission a r6solu, ind6pendamment de cette question et en raison de l'ampleur des
problemes des r6fugi6s et de leur caractere indissociable du context politique social et historique
dans lequel ces problemes ont surgi, d'y faire r6f6rence dans le rapport.

Une sous-section du chapitre VII traitant des consequences de la repression s'int6resse A
cette question.

< aider a la reconciliation de tous les Haitiens >>

Une des iddes A la base de la creation de la Commission est qu'elle devrait faciliter
l'6tablissement de m6canismes de resolution des conflicts et renforcer la cohesion social. La v6rit6
est done un pr6alable en meme temps qu'un moyen au service de l'objectif plus large de <<
reconciliation national >>. La Commission a constamment 6t6 inspire par cet aspect central de
son mandate et a tout fait pour essayer de I'actualiser, notamment dans la formulation des
recommendations pr6vues aux articles 7 et 8 de l'arret6 et qui se retrouvent au chapitre IX du
rapport.

< sans prejudice aux recours judiciaires pouvant naitre de telles violations >>

La Commission interpr6te ces dispositions comme n'interfdrant d'aucune fagon avec les
recours judiciaires des victims.

Cette approche trouve par ailleurs un echo A 1'article 9 de l'arret6 qui consacre le caractere
non judiciaire et non juridictionnel des travaux de la Commission, qui ne peut par consequent
determiner les droits et obligations des parties int6ress6es.

- < on entend par graves violations des droits de l'homme... > (categories de violations)

Les violations les plus s6rieuses dnumdr6es A l'article 2 sont : les situations de disparitions
forces, de detentions arbitraires, d'ex6cutions sommaires, de mauvais traitements de d6tenus
ayant entrain6 la mort, de traitements cruels, inhumains et d6gradants, de meme que les
s6questrations et les attentats A la vie et centre les biens de particuliers pour des motifs politiques.

Cette liste n'a pas 6t6 consid6r6e comme exhaustive par la Commission, parce que l'Etat
haitien a contract des obligations plus large dans le domaine des droits de l'homme, d6coulant
d'abord du droit international coutumier et ensuite des traits que le gouvernement ha'tien a
signss et ratifies, notamment le Pacte international sur les droits civils et politiques et la
Convention am6ricaine sur les droits de l'homme. A la double lumiere du droit international et
du droit conventionnel traitss signss, 1'Etat haYtien est forc6 de garantir A chaque individu sur
son territoire la jouissance et la protection de ses droits, par example le droit A la liberty
d'expression et A la liberty d'association, qui ne se retrouvent pas dans l'article 2. En











consequence, la Commission a 6tabli une liste de violations qui, tout en les englobant, ne se
restreint pas aux violations 6num6r6es a cet article.

<< les actes commis par sesfonctionnaires ou par des personnel i son service >> (auteurs
de violations)

L'article 6voque les << actes commis par ses fonctionnaires (de 1'Itat) ou par des personnel
A son service >>.

La responsabilit6 de l'Etat est consid6r6e comme engagee non seulement du fait des actes
de personnel qui 6taient formellement ses employs, comme les membres de I'arm6e, incluant
la police et les chefs de section, mais 6galement de personnel qui 6taient informellement relies
aux structures r6pressives, agissant sous le couvert ou avec la complicity ou le consentement tacite
de I'Etat attachess, macoutes, membres du Fraph et meme zenglendos sont inclus dans cette
cat6gorie).

Le droit applicable

La qualification d'une violation des droits de l'homme tire son autorit6 d'un cadre 16gal.
Le mandate est silencieux sur le cadre 16gal. Selon la Commission, ce cadre 16gal est doublement
d6fini par les traits internationaux signs et ratifies par le gouvemement haitien, mais 6galement
par le droit international coutumier en matiere de droits de I'homme.

De plus, il faut noter que l'article 276.2 de la Constitution haitienne sp6cifie que les traits
auxquels Haiti a adh6r6 font parties de 1'ordre juridique interne et ont pr6s6ance sur toute loi qui
leur serait contraire. Ainsi le Pacte sur les droits civils et politiques et la Convention
interam6ricaine sur les droits de l'homme constituent-ils des bases formelles pour la determination
des violations des droits de I'homme durant la p6riode de r6f6rence.

De meme, dans le cadre de ses travaux, la Commission fera r6f6rence a la definition de
la torture retenue par la Convention des Nations unies centre la torture et autres peines ou
traitements cruels, inhumains, ou d6gradants, adopt6e le 10 d6cembre 1984. Dans le meme ordre
d'id6e, la D6claration sur la protection de toutes les personnel centre les disparitions forces,
adopt6e par les Nations unies le 10 d6cembre 1992, servira A apprehender le ph6nomene des
disparitions.

I1 faut aussi noter, dans ce context, que la Constitution ha'tienne offre de6j une protection
globalement 6quivalente a celle des instruments des droits de 1'homme internationalement
reconnus.










Article 3

< La Commission devra porter une attention particulibre aux violations et crimes centre
l'humanit6 commis par les memes personnel ou groups de personnel, notamment contre les
femmes victims de crimes et d'agressions de nature sexuelle pour des motifs politiques. >

Cet article met I'accent sur la nature syst6matique de la conduite criminelle et attire
attention sur l'utilisation de la violence sexuelle comme instrument politique. A cet effet, la
Commission a consacr6 une parties du chapitre V du rapport A I'analyse de ce ph6nomene.

En outre, comme aucune definition sp6cifique des << crimes contre l'humanit6 > n'6tait
incluse dans le texte de l'arret6, la Commission a unanimement d6cid6 de suivre les normes
internationales afin de determiner, parmi les actes qui engagent la responsabilit6 de l'Itat (selon
les terms pr6c6demment explicit6s de 1'article 2), lesquels devraient 8tre qualifies de << crimes
contre l'humanit6 >.

La definition originelle du concept de < crimes contre l'humanit6 >>, en droit international,
remote a la Charte du Tribunal de Nuremberg (18 aofit 1945), 6tabli A la fin de la second
guerre mondiale pour juger les criminals de guerre nazis. Cette definition, qui, a cause des
circonstances particulibres de l'6poque, faisait r6f6rence a des actes commis en temps de guerre,
a 6t6 confirm6e par la resolution 95(1) de l'Assembl6e g6n6rale des Nations unies le 11 d6cembre
1946 et ainsi incorpor6e dans le corps des principles de droit international.

Dans sa phase d'investigation, la Commission, comme instrument opdrationnel, a 6t6
guide par la definition de < crimes contre I'humanit6 > utilis6e par la Commission d'experts sur
le Rwanda. La Commission a tenu compete des 616ments suivants a une tape ult6rieure de son
travail :

1. Les status du Tribunal p6nal international pour 1'ancienne Yougoslavie et le Rwanda ont
identifi6 les actes suivants comme des < crimes contre l'humanit6 > dans le cadre de lajuridiction
de ces tribunaux respectifs, lorsque ces actes ont 6t6 perp6tr6s lors d'attaques syst6matiques ou
g6n6ralis6es contre toute population civil pour des motifs nationaux, politiques, ethniques,
raciaux, ou religieux :

a. Le meurtre
b. L'extermination
c. La reduction en esclavage
d. La deportation
e. L'emprisonnement
f. La torture
g. Le viol
h. La persecution pour des motifs raciaux, politiques, ou religieux
i. Les autres actes inhumains.











2. Le caractere massif (gdneralis6) ou syst6matique de l'acte consid6r6 constitute g6ndralement une
condition pr6alable A la qualification de < crime centre l'humanit >>. La Commission a note,
cependant, qu'il existe un d6bat important au sein de la communaut6 international quant au fait
de savoir si les actes en question devraient etre A la fois massifs (gdn6ralis6s) et syst6matiques
pour etre consid6r6s comme des < crimes centre l'humanit >>.

3. Si 1'on considere le caractbre syst6matique de l'acte consider, un < crime contre l'humanit6
>> peut 8tre constitute par un acte unique et il peut etre perp6tr6 contre une seule victim.

4. Un crime contre l'humanit6 peut 8tre commis en temps de guerre comme en temps de paix.

Toujours pour mieux cerner la definition de < crimes contre l'humanit6 >, la Commission
national de v6rit6 et de justice a Wte attentive A la doctrine, 6nonc6e d'abord au Tribunal de
Nuremberg, selon laquelle < les crimes contre l'humanit6 sont commis par des hommes et non
par des entit6s abstraites >. De plus, la Commission a adopt le point de vue du Tribunal qui
stipulait qu'il << n'dtait pas n6cessaire de produire un 616ment particulier de preuve ou un
document sp6cifique sign par une autorit6 sup6rieure afin d'6tablir la responsabilit6 de cette
autorit6 en lien avec un acte criminal particulier. La responsabilit6 de cette autorite superieure se
trouve directement 6tablie par le fait qu'un acte criminal s'est produit comme r6sultat de l'action
administrative d'un service don't 1'autorit6 en question se trouve 8tre le chef hi6rarchique >.

Que la notion de o crimes contre l'humanit6 > constitute une parties dujus cogens comme
le pr6tendent certain ou non, il est clair que la communaut6 international a assign une place
sp6ciale aux tres graves violations des droits de l'homme qui rencontraient les caract6ristiques
6voqudes pr6c6demment. En outre, un nombre croissant de pays a accept les principles de base
et s'est engage, par le biais de l'adoption de resolutions pertinentes adopt6es par les Nations
Unies et, dans plusieurs cas, par traits, A agir, pour 61iminer et punir de telles violations. Ainsi,
par example, certaines conventions stipulent que les Etats parties s'obligent ou A poursuivre sur
leur propre territoire ou a extrader les personnel soupgonn6es d'avoir commis des crimes contre
I'humanit6. D'autres instruments internationaux 6tablissent le caractere imprescriptible de tels
crimes.

Forte de ces principles et de ces engagements pris au niveau international, la Commission
espere que, le cas 6ch6ant, les membres de la communaut6 international n'h6siteront pas A aider
le gouvernement haYtien pour faire comparaitre devant la justice des personnel qui auraient 6t6
dfiment identifies dans ce rapport comme auteurs pr6sum6s de crimes contre l'humanit6 pendant
la p6riode de r6f6rence.

Article 4

< Pour une meilleure comprehension et connaissance publique et approfondie de la v6rit6,
la Commission devra enqueter sur ces graves violations des droits de l'homme et crimes contre
l'humanit6 commis depuis le coup d'etat du 29 septembre 1991. En consequence, la Commission










devra chercher A identifier les auteurs mat6riels et/ou les complices de ces actes, leurs instigateurs
et faire la lumiere sur les m6thodes et moyens utilis6s. >>

L'obligation d'identifier les auteurs des violations, continue a l'article 6, a fait I'objet
d'une recommendation quant aux modalit6s de publication.

Par ailleurs, le chapitre III, portant sur la m6thodologie, explicit plus loin dans le rapport
les degr6s de preuve requis pour determiner l'existence d'une violation.

La Commission a d6cid6 que pour identifier I'auteur d'une violation, le degr6 de preuve
requis devait 8tre determinant ou substantial, plutot que simplement suffisant.

Article 5

<< La Commission enquetera sur l'existence passe de groups paramilitaires et de groups
arms ill6gaux ou groups de personnel agissant en toute impunity, sous le couvert de l'ltat
haYtien, A son instigation ou avec sa tolerance, et se livrant de maniere syst6matique A des actes
de violations des droits de l'homme et A des crimes contre l'humanit6. >

L'obligation faite A la Commission d'enquiter sp6cialement sur des groups paramilitaires
ou des groups arms ill6gaux ayant de maniere formelle ou informelle des liens avec le regime
de fact, se retrouve actualis6e au chapitre VII du rapport. La Commission a estim6 6galement
que l'enquete sur < l'existence passe > de ces groups comme englobant des groups ayant 6t6
actifs pendant la p6riode de r6f6rence et ceux qui pourraient encore continue leurs activities dans
la clandestinit6. La p6riode de r6f6rence a done acquis des contours plus 61astiques pour faciliter
une comprehension plus large et plus dynamique du ph6nomene de la repression.

Article 9

<< Les travaux de la Commission ne sont pas de nature judiciaire ni de nature
juridictionnelle.

La Commission n'6tant pas un organe judiciaire, les faits qui seront consigns dans son
rapport ne d6termineront pas 16galement les droits et obligations des personnel don't il sera fait
mention A titre de victim ou d'auteur, par example. Particulierement, 1'6tablissement d'une
violation par un auteur identifi6 ne fera pas de cet auteur un coupable, au sens du droit p6nal.
Seul un tribunal competent et dfiuent constitute pourra reconnaitre la culpability ou l'innocence
d'un accuse. Le r61e de la Commission est de fournir au gouverement haYtien un rapport sur les
violations des droits de l'homme les plus graves commises durant la p6riode de reference. Elle
recommandera, de plus, que soient traduites devant les tribunaux les personnel identifies comme
6tant les auteurs pr6sum6s de ces violations.

C'est pourquoi les travaux de la Commission seront sans prejudice pour les recours
judiciaires 6ventuels (voir article 2 plus haut).









14
Article 23

<< Le rapport sera remis au president, de la R6publique qui le rendra public. En outre, il
appartiendra au president et au gouverement d'adopter les recommendations formul6es par la
Commission et de mettre en oeuvre les measures n6cessaires pour leur r6alisation. >

La Commission attache une grande importance a deux (2) aspects essentiels de l'article
23. D'abord, I'arr&t6 oblige le president A publier le rapport. Ensuite, il l'invite, ainsi que le
gouvernement, A mettre en oeuvre les recommendations qu'ils auront pr6alablement adopt6es. Il
s'agit 1A d'une tres s6rieuse attribution conf6r6e au gouvernement haYtien qui requiert
simultan6ment de la Commission qu'elle apporte le plus grand soin A 1'l6aboration et A la
formulation de ses recommendations.










CHAPITRE III : METHODOLOGIE


La Commission a adopt des r6gles de procedures pour la conduite de ses travaux,
rassembl6es dans un r6glement de r6gie interne. Ce reglement se retrouve A 1'annexe II. Certaines
de ces regles de procedure, d'application plus constant, m6ritent d' tre expliqu6es, tant au niveau
de leur libell6 que de leur application.

Ainsi, 1'article 8 du r6glement stipule que les decisions seront prises par consensus, ou sur
simple majority, chaque fois que l'unanimit6 ne serait pas possible.En fait, toutes les decisions
ont 6t6 prises par consensus. Il imported de souligner la proche collaboration et l'harmonie qui ont
r6gn6 entire les membres de la Commission tout au long des travaux. Les relations tissues entire
les commissaires ont permis de d6velopper un excellent climate de travail dans l'int6ret de la
Commission. Trois des membres 6tant des strangers, avec des engagements dans leurs pays
respectifs, il ne leur a pas 6t6 possible de singer formellement (de fagon permanent) en Haiti.
En d6pit de ces contraintes, la Commission a cependant r6ussi a tenir un grand nombre de
sessions; de travail afin de remplir la tache qui lui avait 6t6 confine.

L'unit6 d'investigation constituait le coeur du secretariat de la Commission et comprenait
treize (13) personnel, don't six (6) analystes.La Commission a fait 6galement appel A huit (8)
collaborateurs temporaires qui ont renforc6 l'unit6 d'investigation dans le cadre de certain
travaux. Une composante important de 1'unit6 d'investigation 6tait la section informatique, qui
a servi au traitement et au classement des donn6es et A l'61aboration des analyses statistiques.

Les travaux de la Commission ont 6t6 handicaps par deux facteurs. D'une part, une
insuffisance et un retard dans I'attribution des fonds, qui a occasionn6 d'importants retards et
l'impossibilit6 pour la Commission d'engager en temps opportun le personnel n6cessaire et de
se doter de resources initialement pr6vues A son budget. D'autre part, les nombreux changements
dans le personnel de l'unit6 d'investigation ont provoqu6 de s6rieuses secousses dans le
d6roulement des travaux. La Commission, cependant, a r6ussi malgr6 tout A maintenir un degr6
constant de coherence.

La Commission se devait d'6tablir une m6thodologie lui permettant de faire 6clater la
v6rit6 sur les violations les plus graves commises durant la p6riode de r6f6rence. Son souci
principal a 6t6 de mettre en place une strat6gie efficace pour recueillir les informations lui
permettant de documenter ces violations, conform6ment A son mandate.

1. Sources primaires


1.1. La preuve testimoniale recueillie en Haiti











La principal m6thode pour recueillir des informations portant sur les violations des droits
de l'homme se retrouve A 1'article 12 du reglement, qui r6git la preuve testimoniale recueillie en
Haiti.

Pour solliciter et recevoir les t6moignages pertinents, la Commission disposait d'un
personnel de quarante-quatre (44) enqueteurs qui, apres avoir regu une formation initial en
rapport avec les teaches attendues d'eux, furent ddpcch6s dans les neuf (9) d6partements du pays.
Le pari 6tait de taille : susciter la participation la plus large des citoyens a l'Atablissement de
donn6es factuelles sur les violations de droits de l'homme pendant la periode de r6f6rence, tout
en garantissant la s6curitd des plaignants, des victims et des enqueteurs sur le terrain. A la
recherche de la strategic la plus opportune, la Commission devait moduler la publicity en tenant
compete A chaque fois des risques de ddrapage, des questions de sdcurit6,des possibilities de
traumatismes renouvelds par les victims.

Soucieuse 6galement de concilier la confidentiality dans les dossiers avec ses propres
exigences d'efficacit6, elle a choisi par moments de sacrifier la visibility t une approche plus
discrete. C'est pourquoi elle n'a pas v6ritablement opt6 pour une champagne m6diatique A grande
6chelle. Par centre, elle a mis a contribution l'appui et les informations qui lui parvenaient des
organizations locales des droits de l'homme et de diffdrents groups. Elle a 6galement diffuse des
invitations et des informations, en creole et en frangais, sur le terrain, par I'entremise de ces
canaux privil6gi6s qui lui permettaient d'entrer en relation de confiance et de respect mutuel avec
l'ensemble de la population. Par ailleurs, la Commission s'est constamment rendue disponible a
tous les m6dias et a r6gulierement public des communiques de press sur ses activities.

La collect des t6moignages devait initialement s'6tendre sur six (6) semaines. Au d6but
les r6ponses furent timides, mais, peu A peu, elles se firent plus r6gulibres et soutenues.La
Commission dut prolonger d'un mois cette p6riode. Environ sept mille (7000) plaintes furent
reques par les enqueteurs.

Les enqueteurs ont travaill gA partir d'un formulaire prepar6 d cet effet par la
Commission. D'une fagon g6ndrale, le formulaire permettait de recueillir des informations variees
sur la nature de la violation, le prejudice subi par la victim et l'identit6 de 1'auteur ou des
auteurs. A l'usage, le formulaire s'est r6v616 insuffisamment d6taill6 (par example au niveau de
la description d'un agresseur). Des instructions compl6mentaires ont 6t6 donn6es aux enqueteurs
pour en tenir compete. Pour faciliter et standardiser le travail des enqueteurs, un guide et un
glossaire, entire autres, furent mis A leur disposition.

Une fois remplis, les formulaires 6taient d'abord soumis A un contr6le de la quality men6
par une section de 1'unit6 d'investigation. La fiabilit6 des informations transmises 6tait dvalu6e
dans une deuxieme tape.

Les donn6es ont Wt6 finalement soumises A la section d'analyse de l'unit6 d'investigation
qui s'est charge de les traiter de maniere A les integrer au rapport de la Commission. Devant la
perspective d'avoir A presenter des milliers de cas dans son rapport, la Commission a conclu qu'il










serait malaise d'en presenter une description d6taill6e et a pr6f6r6 en faire r6f6rence en annexe.
Quelques cas illustratifs de diff6rentes violations se retrouvent cependant au chapitre V, avec une
description d6taill6e. La m6thodologie relative i la base de donn6es figure 6galement en annexe.

La Commission a aussi consacr6 une parties de ses travaux A des enquetes sp6ciales (par
example sur la violence sexuelle contre les femmes, comme stipul6 dans l'arrat6). Les enquetes
sp6ciales sont caract6ris6es, entire autres, par le caract6re plus approfondi de l'analyse des
situation rapport6es. Les enquetes sp6ciales figurent 6galement au chapitre V.

1.2. La preuve testimoniale revue a I'exterieur d'HaYti

De nombreuses victims de graves violations des droits de l'homme durant la p6riode
couverte par le mandate sont revenues des r6fugi6s(ou des demandeurs d'asile) durant la crise.
Depuis, un certain nombre d'entre eux sont revenues en Haiti mais beaucoup sont encore a
l'ext6rieur. La Commission n'a malheureusement pu avoir A temps les possibilities de mener une
collect de donn6es syst6matique au sein de cette population, sauf dans le cas de Montr6al d'oi
lui sont parvenues une quarantine de formulaires, suite A une champagne parrainee par le Centre
international des droits de la personnel et du d6veloppement d6mocratique (CIDPDD).

2. Sources secondaires

2.1. Autres types de preuve

L'article 15 des r6gles de procedures d6finit les criteres d'admissibilit6 et d'appr6ciation
des sources de preuve (primaire et secondaire).

Pour determiner si une violation a 6t6 commise, la Commission s'appuie prioritairement
sur la preuve provenant des plaintes reques conform6ment aux articles 12, 13 et 14 des r6gles de
procedures, c'est-A-dire sur les t6moignages recueillis par les enqueteurs sur le terrain en Haiti
et ceux provenant de I'extdrieur. Mais la Commission peut aussi se baser sur les preuves et les
informations provenant d'autres sources (sources secondaires). Ainsi, la Commission prend en
compete les renseignements documents provenant des organizations des droits de l'homme et des
organizations non gouverementales (ONG). Dans la pratique, les principles sources
d'information de ce genre sont issues de la Mission civil international en Haiti (Micivih), la
Commission interamericaine des droits de I'homme, la Plate-forme des organizations haitiennes
des droits de l'homme et la Commission justice et paix.

La Commission a decid6 que les sources secondaires seraient utilis6es pour 6tablir une
violation suivant la valeur intrins6que de la preuve apport6e ou en conjunction avec les
t6moignages recueillis par les enqueteurs en Haiti ou A 1'6tranger.

II 6tait tout natural que la Commission travaille en 6troite collaboration avec la Micivih,
pr6sente en Haiti depuis deux ans, et qui a accumul6 une quantity considerable d'informations sur











les violations commises pendant la p6riode concerne. En fait, la Commission a l6abor6 un
protocole d'accord A cet effet avec la Micivih (voir l'annexe IV), a partir duquel, sur requite de
la Commission, la Micivih s'est engage A foumir les informations continues dans ses dossiers.

Cependant, avant la transmission de ces informations, la Micivih devait n6cessairement
obtenir I'autorisation de la victim concern6e. Cette tape indispensable n'a pas toujours pu etre
franchise, certaines victims n'ayant pas 6t6 retrouv6es. Il en r6sulte que la Commission n'a pu
avoir aces A tous les dossiers don't disposait la Micivih.

A l'issue de ses d6marches aupres du ministere de l'Int6rieur, la Commission a eu A
d6plorer les conditions d'acces aux archives de l'arm6e, que ses enqueteurs n'ont 6t6 autoris6s
A consulter qu'a la mi-novembre 1995 et seulement pendant quinze jours.Entrepos6s en vrac dans
les d6p6ts d'une entreprise priv6e d'emballage, les documents n'ont pu faire I'objet d'aucun
examen m6thodique. Pour I'acccs A d'autres sources, la Commission avait, des le 26 avril
1995,pris contact, mais sans succes, avec le department d'Itat am6ricain. La Commission a
6galement eu A d6plorer le fait que le d6partement de la Defense A Washington n'ait pas donn6
suite A sa demand relative aux archives du Fraph. Ces documents auraient 6t6 d'un grand interat
pour l'etude des structures de la repression qui, dans le present rapport, n'ont pu 8tre abord6es
qu'a I'aide des t6moignages et de quelques informations recueillies par des enquateurs de la
Commission.

Finalement, il faut souligner que la Commission n'a jamais mis6 uniquement sur les
sources secondaires pour 6tablir les violations. L'6tablissement de la preuve a toujours 6t6 bas6
prioritairement sur les sources primaires. Les sources secondaires venaient ensuite les confirmer
ou les infirmer.

2.2. Degree de la preuve

La Commission a d6cid6 d'adopter l'approche retenue par la Commission de v6rit6 du
Salvador (voir rapport de la Commission de v6rit6 du Salvador, p.8), qui constitute en quelque
sorte une 6chelle gradu6e pour 6valuer la preuve recueillie.

La preuve est diterminante lorsque I'ensemble des faits prouv6s ne laisse aucune place
A une conclusion contraire.

La preuve est substantielle lorsque l'ensemble des faits prouv6s supportent solidement
la conclusion.

La preuve est suffisante lorsqu'il y a advantage de faits prouv6s en faveur que contre la
conclusion (pr6pond6rance).

II a 6t6 6tabli que la Commission comprenait son mandate comme lui faisant obligation de
citer les noms des auteurs pr6sum6s des violations de droits de I'homme. En determinant le degr6
de la preuve n6cessaire A cet effet, la Commission a tenu compete des deux points suivants. D'une










part, les contraintes de temps et de resources ont rendu impossible des enquetes completes et
approfondies sur les allegations de violations. D'autre part, les personnel identifies par les
victims ou les t6moins comme 6tant des auteurs pr6sum6s des violations n'ont pas eu
l'opportunit6 de confronter leurs accusateurs. Pour toutes ces raisons, la Commission a d6cid6 que
les noms des auteurs seraient cit6s dans les seuls cas oi la preuve aura 6t6 diterminante, ou
substantielle. En pratique, la Commission aura utilis6 les sources secondaires pour confirmer
l'identit6 des auteurs dans la plupart des cas ouf elle aura A citer les noms.

En ce qui concern les regles utilis6es par la Commission pour I'obtention des
informations et l'identification des auteurs pr6sum6s de violations, il faut rappeler que, selon les
terms de l'arrit6 (article 9), la Commission ne constitute pas un organe judiciaire et qu'elle ne
determine done pas 16galement les droits et obligations. La procedure choisie est done conforme
au r6le et aux functions assigns dans son mandate et cons6quente avec la volont6 de faire cesser
l'impunit6.

II faut noter en outre que meme dans les cas ofi il n'existe pas de preuve suffisante
permettant d'identifier formellement l'auteur d'une violation, l'existence de la violation n'en 6tait
pas ni6e pour autant. La Commission se r6servait toujours le droit, A la lumibre de l'ensemble des
faits r6v6l6s (satisfaisant I'un des degr6s de preuve requis), de conclure qu'une telle violation
avait eu lieu et qu'elle avait 6t6 le fait d'un agent de I'Etat ou au service de l'Etat (par example,
la police, l'arm6e, les attaches, les chefs de section, le Fraph).

Une autre facette important du mandate confi6 A la Commission consiste a produire des
recommendations en function des situations et lacunes observes, tel qu'il est stipul6 notamment
aux articles 7 et 8 de 1'arrt&6.

Pour ce faire, la Commission a voulu 61argir autant que possible la concertation. Les
moyens utilis6s ont 6t6 les suivants :

Rencontres avec des organizations des droits de l'homme, oeuvrant aux niveaux local,
national et international.

Invitations 6crites adress6es A plusieurs organismes pour leur demander de formuler des
suggestions.

Rencontres avec des personnalit6s oeuvrant dans plusieurs secteurs cl6s oi des r6formes
s'annoncent n6cessaires ou sont d6jA en course.

Obtention d'informations de la part d'organismes engages dans des secteurs cl6s, au niveau
de la conceptualisation ou de l'implantation de projects ou de r6formes...

Tout autre moyen ponctuel permettant d'l6argir les bases de la r6flexion ou de stimuler
l'imagination au service de recommendations adaptdes et opportunes.










20
En r6sum6, la Commission a voulu, dans 1'ex6cution de tous ses travaux, adopter une
demarche souple, efficace et respectueuse des droits de chacun. Soucieuse de mettre en place les
616ments d'une veritable concertation, elle a tout fait simultan6ment pour que les victims, les
plaignants et les enqueteurs jouissent d'une s6curit6 physique essentielle A l'expression de la
v6rit6. Le droit A la confidentiality des dossiers des victims, des t6moins, et des sources
d'information, a 6galement 6t6 pr6serv6 pendant toute la dur6e des travaux et respect dans la
publication du rapport.










CHAPITRE IV: ANALYSE

CHRONOLOGIQUE
DES VIOLATIONS DES
DROITS DE L'HOMME SOUS
LE REGIME DE FACTO



Introduction

Ce chapitre met I'accent sur les temps forts et le lien qu'il convient d'6tablir entire
l'intensit6 des violations des droits de l'homme et certain 6v6nements, incluant les tapes de
n6gociation, pendant le d6roulement de la repression, soit toute la p6riode allant du 29 septembre
1991 au 15 octobre 1994. Les faits 6voqu6s sont pour la plupart tir6s des t6moignages recueillis
directement (sources primaires) par la Commission national de v6rit6 et de justice (CNVJ). La
chronologie comporte 6galement des informations communiques A la Commission par diff6rents
organismes, haitiens et strangers, oeuvrant dans le domaine des droits de 1'homme (sources
secondaires). Les graphiques pr6sent6s aux chapitres suivants et en annexe aident A visualiser la
concordance entire les moments d'intense repression politique et le d6roulement des 6v6nements
comme le coup d'Itat A proprement parler, la signature du Protocole d'accord de Washington,
l'Accord de Governors Island, et I'approche de la date du retour du president Aristide.

Pour situer les faits dans leur context, diff6rentes considerations doivent entrer en ligne
de compete :

1. Le profile de certain personnages civils et militaires qui controlent le pouvoir.

Entre le haut commandement de l'arm6e, assure par le g6n6ral Raoul Cedras, et le quarter
general de la police, plac6 par C6dras sous les ordres de Michel Frangois, le jeu des relations
est tel qu'il fait osciller la strat6gie du putsch entire celle d'un coup d'Etat militaire classique et
celle d'une operation A vis6es pr6tendument conformes A la Constitution. A noter que, suite a la
vague de violence meurtriere qui a s6vi apres la signature de l'Accord de Governors Island,
Michel Frangois est ouvertement blim6 par Dante Caputo, m6diateur de l'Onu. Parlant des
militaires, il faut aussi noter le r6le relativement obscure de l'ex-g6n6ral Philippe Biamby rappel6
par C6dras d6s les premiers moments du coup. A signaler 6galement que par l'augmentation de
l'effectif des attaches (civils directement employs et arms par les militaires), par la
multiplication des adjoints aux ex-chefs de section en milieu rural et par 1'6tablissement de liens
fonctionnels avec les paramilitaires du Front r6volutionnaire pour l'avancement et le progres
haitiens (Fraph), l'arm6e parvient A un accroissement considerable de sa capacity de repression.











La conduite des militaires et des formations paramilitaires est publiquement appuyee par
certain parlementaires, des autorit6s judiciaires et quelques grandes personnalites de la socidtds
civil. Trois gouvernements civils se succedent en trois ans. Le 7 octobre 1991, dans un moment
de violence intense, une session irr6gulibre de l'Assembl6e national aboutit au choix du plus
ancien juge de la Cour de cassation, le Juge Joseph C. Ndrette, pour remplir la function de
president provisoire. A celui-ci est adjoint un Premier ministry, l'agronome Jean-Jacques Honorat,
alors dirigeant de l'une des organizations de defense des droits de 1'homme les plus connues en
HaYti. Dirigeant d'un parti politique, Marc Bazin devient ensuite Premier ministry (sans president).
La d6mission de Bazin coincide avec une tape des n6gociations internationales qui menent A la
signature de 1'Accord de Governors Island et A la nomination par le president Jean-Bertrand
Aristide, en aoft 1993, de Robert Malval, comme Premier ministry constitutionnel remplagant
Rend Pr6val. Le regime defacto se donne ensuite un second president provisoire en la personnel
d'un juriste, Me Emile Jonassaint (sans Premier ministry).

2. L'accomplissement, dans la plus parfaite impunity, de la quasi totality des actes
de graves violations des droits de 1'homme.

Sous le regime de facto, la plupart des autorites judiciaires se taisent et certaines sont
ouvertement impliqudes. La conduite inqualifiable du pouvoir judiciaire est confort6e par celle
des parlementaires qui regoivent des directives de 1'arm6e. Face aux centaines de cas d'ex6cutions
sommaires et de disparitions forces, la machine judiciaire n'a pratiquement pas 6t6 mise en
movement, meme dans les cas d'assassinats spectaculaires de notables et d'hommes politiques
tels qu'Antoine Izmery, Guy Malary, et Jean-Marie Vincent...

3. Les effects variables des divers types de pression exercdes par les hautes instances
internationales et les quatre pays amis (Etats-Unis, Canada, France,
V6n6zuela).

Aux premieres heures du 30 septembre, des declarations condamnant le coup d'Etat sont
prononc6es partout. Des resolutions sont votes d'abord par I'Organisation des Etats amdricains
(OEA), puis par l'Organisation des Nations unies (Onu). Mais, de par les int6rets fluctuants des
divers partenaires internationaux impliqu6s dans les efforts de denouement de la crise, les measures
6conomiques atteignent difficilement leur plein effet. Le laxisme observe dans application de
1'embargo est plutot favorable aux putschistes, et, inversement, affected gravement les conditions
de survive de la population. Envoyde dans le pays par les hautes instances internationales, la
Mission civil a du mal A jouer son role et, a deux reprises, se voit dans l'obligation de quitter
le pays. Dans le denouement de la crise, certain facteurs, comme les enjeux de la champagne
l6ectorale aux Etats-Unis, finissent cependant par peser de tout leur poids dans la radicalisation
des measures dconomiques, I'envoi d'une force multinational et le retour en HaYti du president
Aristide.


4. La determination du people haitien A faire obstacle au coup d'ltat.










Le people haitien a manifesto une resistance exemplaire au coup d'ttat, au prix de
sacrifices de toutes sortes, consid6rablement alourdis par les manoeuvres de violation de l'embargo
et par les peripeties du marronnage ou de l'exil forc6. A noter que, tout en refldtant l'ampleur
et l'intensit6 de la repression, les migrations massive vers 1'exterieur ont eu aussi un effet
d'acc6leration sur la politique extdrieure des pays d'accueil, en particulier des Etats-Unis
d'Am6rique.


1. Les 29 et 30 septembre 1991 et les premiers jours du coup d'Etat

Les 29 et 30 septembre sont de loin les jours les plus sanglants de toute la periode du
regime militaire. Au moment du coup d'Etat, une repression brutale et sauvage s'abat sur le pays
et, en premier lieu, sur la capital. De nombreux manifestants sortent spontandment dans les rues
pour exprimer leur appui au gouvernement constitutionnel, crier leur m6contentement, lever des
barricades. Nombre d'entre eux ne reviendront jamais.

Les assassinats massifs et indiscriminds se produisent en pleine rue dans une atmosphere
caract6ris6e notamment par les l66ments suivants :

1. La presence de blinds aux abords du Palais national et une forte presence de
militaires munis d'armes automatiques tirant aveuglement sur des manifestants et
des passants.

2. Des groups d'hommes arms, en uniform ou en civil, circulant a bord de
v6hicules identifiables ou sans plaques d'immatriculation et faisant feu sur tout ce
qui bouge.

3. Des 6quipes de militaires et de civils attaches A leur service, ramassant les
cadavres pour les faire disparaitre et montant la garde autour des hopitaux oi
morts et blesses sont acheminds.

4. Des executions sommaires en pleine rue, dans plusieurs quarters de Port-au-Prince
et A l'interieur des bidonvilles.

Apres la nuit du coup, pendant les deux premieres semaines d'octobre 1991, on enregistre
un nombre tres l6ev6 d'ex6cutions sommaires et de disparitions forces. La repression vise dejA
plus particulierement les membres d'organisations populaires, les habitants des quarters pauvres,
les jeunes, les journalists, les membres des parties politiques solidaires des elections de 1990, les
6lus issues de ces elections, les organizations non-gouverementales (ONG) appuyant les groups
de base et, d'une manibre g6ndrale, tous les collaborateurs du president Aristide ainsi que tous
les militants et sympathisants du movement Lavalas.











1.1. Port-au-Prince

La repression devant le Palais national

Des personnel pr6sentes devant le Palais national dans la nuit du 29 au 30 septembre
1991 ont t6moign6 devant les enqueteurs de la Commission. Toutes font 6tat d'ex6cutions
sommaires et d'autres actes de violence sauvage qui ont eu lieu, ainsi que du caractere
indiscrimin6 de la violence don't ils ont ete t6moins ce jour 1A.

La repression dans d'autres quarters de la capital

Durant toute la journme du 30 septembre ainsi que les jours suivants, des v6hicules
circulent dans les rues de Port-au-Prince en tirant sur les passants, semant la terreur dans la
population. Certains quarters populaires, comme Cite Soleil, Martissant, Lamentin et d'autres
identifies par les auteurs du coup d'Etat comme des zones de soutien au president Aristide, sont
particulierement cibl6s.

Le profile des victims est variable : personnel se d6plaqant en groups, individus ne
disposant pas de moyens de transport, manifestants, jeunes, reporters-cameramen, militants ou
sympathisants du movement Lavalas.

Parmi les v6hicules transportant des hommes arms, on compete des pick-up et des jeeps
de la police et de l'armie, mais aussi des voitures priv6es sans plaques d'immatriculation. Durant
les premiers jours du regime de facto, contrairement aux p6riodes suivantes, une parties
significative des violations est commise par des agents de l'Etat, circulant dans des v6hicules
dfiment identifies et appartenant A l'tat. Des pick-up de la police et d'autres services de 1'arm6e,
l'anti-gang en particulier, sillonnent notamment Cite Soleil, Martissant, et Carrefour-Feuille. Des
les premiers instants du putsch, les autorit6s en place mettent beaucoup de soin A dissimuler leur
participation aux commander des operations et adoptent des measures pour tenter de cacher
l'ampleur de la repression. Ils tentent de cr6er l'impression qu'ils ont du mal A contr61er une
violence occasionn6e par sept mois de tribulations imposees A un people dor6navant
m6content de la gestion du gouvemement Aristide/Pr6val.

Le contrile de la destination des victims et I'enlevement des cadavres

Pour mieux dissimuler les faits, militaires et attaches s'appliquent A 6liminer les
t6moins. L'exemple le plus dramatique est l'achevement des blesses A 1'H8pital de l'universit6
d'Etat. Tres m6diatis6, un cas illustratif de cette barbaric est celui du jeune Philogene, achev6 sur
son lit, A l'hopital du Canap6 Vert, en presence de sa grand-mere. De plus, les families des
victims font l'objet de menaces dans plusieurs circonstances et tout sp6cialement lorsqu'elles
tentent de r6clamer le corps de leurs morts. La nouvelle du sort fait aux blesses dans l'enceinte
meme de l'h6pital se r6pand vite. Des centaines de personnel gravement atteintes par balles
6vitent d'y aller et ne regoivent aucun soin.









Dans les rues, les cadavres sont rapidement ramass6s, et, pour la plupart, amen6s dans un
lieu comme Titanyen oi ils sont hativement enterr6s ou laiss6s en plein air. En tentant de
r6cup6rer le corps d'un proche, certaines personnel sont accuses de vol de cadavres et sont
assassindes A leur tour.

En consequence de ces pratiques enregistr6es les 29 et 30 septembre 1991, les parents des
victims n'ont souvent pas os6 faire de d6marches pour retrouver les disparus. La plupart des
t6moins entendus par la Commission pr6sument que toute personnel disparue le 30 septembre
1991, et non revue depuis, a 6t6 ex6cut6e.


1.2. Dans le reste du pays

La repression est moins intense qu'a Port-au-Prince, mais ne tarde pas A prendre de
l'ampleur. Les 29 et 30 septembre, on enregistre peu de cas dans les villes situ6es A proximity
de la capital. A noter cependant qu'a Tomazeau, Cabaret, Petit-Goave et Grand-Goave, les cas
recens6s figurent toutefois parmi les plus graves.

Dans le d6partement du Sud-Est, des manifestations de m6contentement sont durement
r6prim6es, notamment A C8tes de Fer. L'instauration d'un couvre-feu apres 18 heures devient le
pr6texte pour arreter quiconque est soup9onn6 de ne pas appuyer le coup d'Itat.

D6s 1'annonce du putsch, dans le d6partement du Sud, les sympathisants Lavalas
organisent des manifestations de soutien au president Aristide. Ils sortent dans les rues aux cris
de vive Aristide, A bas l'arm6e ". Le 30 septembre 1991, aux Cayes, chef-lieu du d6partement
du Sud, des centaines de personnel tentent ainsi de manifester. Les militaires arretent les
organisateurs ainsi qu'une trentaine d'autres personnel. Conduits A la caserne de Gabion, des
manifestants sont tortures. Sept d'entre eux meurent des suites de leurs blessures.

A Laborde, on fait sonner les cloches de l'6glise pour r6unir les gens. Une manifestation
a lieu pr&s de 1'avant-poste situ6 aux abords du terrain d'aviation. Les militaires des Cayes
viennent disperser la foule. Dans la nuit, les militaires se rendent chez les dirigeants et les
sympathisants Lavalas, ainsi que chez des responsables d'organisations populaires, paysannes et
religieuses. Les maisons sont fouill6es et leurs occupants violemment battus. Certaines personnel
sont emmnen6es A l'avant-poste ou a la caserne des Cayes oi elles seront d6tenues pour des
periodes allant de un jour A trois mois.

Dans le d6partement du Nord, les regions rurales et urbaines sont 6galement touches. Les
arrestations et les detentions ill6gales accompagn6es de tortures (bastonnades sur les lieux de
l'arrestation, suivies d'autres formes de s6vices au lieu de detention) se succ6dent d6s les premiers
jours. On note le saccage et le pillage du domicile des victims de ces arrestations ill6gales, don't
certaines n'ont encore jamais .6t revues. De nombreuses personnel se voient dans l'obligation
de prendre le maquis.











Aux GonaYves, I'annonce du putsch d6clenche une forte mobilisation, particulibrement
dans les quarters populaires ofi sont organis6es de nombreuses manifestations. Les militaires
sement la terreur. Les tirs d'armes automatiques fusent de partout et l'air est irrespirable sous
l'effet des gaz lacrymog6nes. Manifestants et passants sont arr8tes sans distinction et incarc6r6s
A la caserne Toussaint Louverture. Les manifestants sont forces de d6monter les barricades
enflamm6es de leurs mains nues. Les bidonvilles de Raboteau, Trou-Sable et Nan-Dattes sont les
plus cibl6s. Par ailleurs, la plupart des responsables d6partementaux du gouvernement renvers6
sont obliges de se cacher. II en est de meme de tous les partisans du movement Lavalas et des
membres de parties politiques solidaires de ce dernier. Cette premiere vague de repression culmine
dans le massacre du 2 octobre 1991.

A Petite-Riviere de l'Artibonite, la repression fait rage des le 30 septembre. Les militaires
proc6dent & des bastonnades et des arrestations en pleine rue. Militaires et attaches p6netrent de
force chez les membres d'organisations populaires. Victims ensuite d'arrestations arbitraires,
leurs maisons sont pill6es et leur b6tail massacre pendant leur detention ill6gale.

A Marchand-Dessalines, la repression vise les secteurs de la population engages soit au
sein d'organisations populaires, de parties politiques, ou de communaut6s religieuses de base telles
Ti kominote legliz (TKL). De nombreux militants sont contraints au marronnage des le 30
septembre.

A Gros-Morne, des pressions sont exerc6es sur ceux qui refusent de remplir le rl1e
d'adjoint au chef de section. Par ailleurs, on procede A des arrestations ill6gales, avec pour
chef d'accusation celui d'tre lavalassien ". Les victims sont d6tenus ill6galement A la
caserne.

Loin d'8tre exhaustive, cette 6num6ration de faits montre combien cette premiere vague
de graves violations des droits de l'homme d6ferle brusquement sur l'ensemble du pays. La
function r6cemment abolie de chef de section est rapidement r6institu6e de fait, et, revenues A leurs
postes respectifs, les anciens chefs multiplient leurs d6marches de recrutement de nombreux
adjoints. Dans le m8me temps, officers et soldats procedent d I'enr6lement de nouveaux attaches.
La press tente de faire passer des informations et de relayer les cris de protestation, mais se
retrouve imm6diatement sous la mitraille. L'un des cas les plus tragiques est celui du directeur
de Radio Cara'bes, Jacques Gary Sim6on, connu sous le pseudonyme de Jacky Caraibes, enlev6
par des militaires dans la nuit du 29 au 30 septembre 1991. Son corps cribl de balles et
affreusement mutil6 sera retrouv6 dans la journ6e du 30 septembre dans le district de Delmas 31.


1.3. Sur la scene international


La condemnation du coup d'Itat est unanime.










Le 30 septembre 1991, le conseil permanent de 1'OEA adopted une resolution condamnant
le coup. La resolution demand le retour a 1'ordre constitutionnel et la r6int6gration du president
Aristide dans ses functions.


2. Octobre decembre 1991

2.1. En Haiti

Les premiers jours d'octobre sont marquis par I'arriv6e dans le pays d'une d6~lgation de
I'OEA, conduite par le secr6taire general de cette organisation, M. Jose Baena Soares, et
comprenant les ministres des Affaires 6trangeres de 6 pays membres. Venue pour rencontrer les
responsables et amorcer des n6gociations, la d6lgation n'est pas acceuillie par les autorit6s
illdgitimes qui lui intiment 1'ordre de ne pas d6passer les limits de l'aeroport. Sur ces lieux, la
d6~lgation regoit le Premier ministry Ren6 Pr6val, alors r6fugi6 a I'ambassade de France.

Le meme jour, r6unie sur ordre de l'armee, l'Assembl6e national convoque M. Rend
Pr6val qui ne r6pond pas. PrMtextant I'article 149 de la Constitution, des parlementaires entendent
combler la vacance pr6sidentielle ". Le lendemain, le president de la Cour de cassation, le juge
Joseph C. Nerette est, defacto, nomm6 president provisoire. Le 11 octobre, Jean-Jacques Honorat
devient son Premier ministry.

Pendant les trois premiers mois d'exercice du pouvoir militaire sous facade civil, et plus
particulierement au course du mois d'octobre, la situation des droits de l'homme se r6vele
particulierement critique dans tout le pays. Tres vite, sympathisants et militants du movement
Lavalas (ou seulement presumes tels) sont pourchassds et sont victims de multiples violations
de leurs droits. Dans le but de leur infliger une legon ou de leur arracher des informations, les
militaires emploient tous les moyens. La torture alliee a la detention devient chose courante.
Intimidations, menaces de mort et persecutions se multiplient de jour en jour.

La pratique des viols pour raison politique fait son apparition et prend d'embl6e une
ampleur considerable, observe tout au course du mois d'octobre 1991. Les disparitions forces
atteignent leur plus haut niveau enregistr6 sur les trois ans. Combine aux temoignages recus A la
CNVJ, le traitement des donnies tirees des registres de l'H6pital de l'universit6 d'ltat plaide en
faveur de I'hypoth6se selon laquelle la plupart des cas de disparitions cacherait en r6alit6 des
executions sommaires, les cadavres 6tant le plus souvent subtilis6s afin d'occulter I'ampleur de
la repression.

Les attaques sur les biens augmentent aussi de fagon dramatique et g6ndralis6e sur
I'ensemble du territoire, bien qu'on enregistre une relative baisse des violations de ce type au
course du mois de novembre. A noter qu'au course de ce premier trimestre, tous les types de
violation pr6sentent cette meme fluctuation, exception faite du viol oif la baisse enregistr6e en
novembre se maintiendra pour connaltre une nouvelle recrudescence en octobre 1994.











La press et les stations de radio en particulier subissent des attaques multiples (mitraillage
de locaux, destruction des 6quipements, menaces, intimidations, arrestations de journalists,
attaques centre les vendeurs de journaux, etc).

La courbe des violations pr6sente 1'allure d'un pic traduisant une tres forte intensity des
violations du droit A la vie et commises au course de ce premier trimestre.

Port-au-Prince est particulibrement vis6, surtout les quarters populaires ofi la vie de
chacun est des lors quotidiennement en danger. Par ailleurs, on assisted A I'arrestation de plusieurs
personnalit6s de diff6rents milieux comme Antoine Izm6ry (grand commer9ant et financier de
la champagne l6ectorale du pore Aristide) et Manno Charlemagne (chanteur engage, partisan du
president Aristide) ainsi qu'A des actes d'intimidation dirig6s contre la famille de ces victims.

Dans les d6partements du Nord, du Nord-Est, du Nord-Ouest, du Sud, de la Grande-Anse,
les violations sur les jeunes commencent a se syst6matiser. Les membres des movements paysans
et ceux des organizations populaires urbaines sont tout sp6cialement cibl6s.

A partir de la deuxieme semaine d'octobre, le coup d'Etat se consolide avec des vagues
de detentions associ6es A des actes de torture. Au Plateau Central, les plus cibl6s sont les
dirigeants et membres du Mouvement paysan de Papaye (MPP), les membres du Syndicat des
travailleurs de Savanette (STAS), les personnel employees dans administration publique sous
le gouvernement Aristide/Pr6val et les l6us issues des elections de d6cembre 1990. Les cas de
personnel d6tenues et tortures en m8me temps apparaissent au mois d'octobre. Leur nombre
diminue quelque peu en novembre, augmente en d6cembre oil il devient encore plus alarmant
qu'en octobre.

Les vis6es de la repression se pr6cisent. Au course de ce premier trimestre se manifesto
de6j une nette volont6 d'occasionner la destruction des liens organisationnels et de la fragile base
6conomique de groupements g6n6ralement d6munis. La pratique de l'extorsion commence alors
A se syst6matiser, et, de ce fait, elle vient aggraver les consequences de divers autres attentats
contre les biens subis par ces m8mes groups. Le cas du MPP est A ce titre tres illustratif : les
biens collectifs sont pills, saccag6s, ou brfil6s. II en est de meme des biens priv6s de nombreux
membres qui, pers6cut6s, se voient contraints au marronnage et condamn6s a demeurer isol6s les
uns des autres. L'escalade de la violence au Plateau Central coincide avec le transfer, A Hinche,
par le quarter g6n6ral de l'arm6e, du major Josel Charles, surnomm6 commandant Z ".

Dans l'ensemble du pays, la violence diminue quelque peu en novembre et augmente A
nouveau en d6cembre, sans pour autant atteindre les niveaux d'octobre.

Dans l'Artibonite, et plus pr6cis6ment aux Gonaives, la pratique des arrestations et des
detentions de supposes participants aux manifestations continue. Plus cibl6es, les victims sont
principalement des membres d'organisations populaires et de communaut6s eccl6siales de base
(TKL), des religieux et des membres d'organisations offrant des services A celles pr6c6demment










mentionn6es, ainsi que des membres de parties politiques comme le Front national pour le
changement et la d6mocratie (FNCD) et d'autres.

Durant les deux derniers mois de I'ann6e 1991, dans tout le d6partement, les detentions
arbitraires se multiplient et sont accompagn6es d'interrogatoires et de tortures. Partout, la
repression vise les secteurs Lavalas. Les gens sont contraints de fuir, abandonnant leurs maisons
et leurs activities. Le nombre des d6plac6s augmente chaque jour. Par ailleurs, des contingents de
personnel s'enfuyant A bord d'embarcations de fortune (boat people) atteignent les cotes de la
Floride, lorsqu'ils ne sont pas intercepts au large des c8tes d'Haiti ou en haute mer.

2.2. Sur la scene international

Le 3 octobre 1991, les ministres des Affaires 6trangeres de 1'OEA adoptent une resolution
demandant la r6int6gration du president Aristide dans ses functions, son retour en Haiti, et, dans
1'intervalle, I'isolement financier, 6conomique et diplomatique des autorit6s ill6gitimes, avec
suspension de 1'aide non-humanitaire A Haiti.

Les Nations unies condamnent 6galement le coup d'Itat mais ne se prononcent sur les
measures A prendre qu'apres le discours du president Aristide devant le Conseil de s6curit6, le 3
octobre 1991. L'Onu s'engage alors A soutenir les efforts entrepris par I'OEA en vue du retour
A l'ordre constitutionnel.

Le 8 octobre 1991, les ministres des Affaires 6trang6res de I'OEA adoptent une autre
resolution, condamnant la nomination ill6gale d'un president provisoire par l'Assembl6e national.
Ils present alors les Etats membres de I'OEA de consid6rer la n6c6ssit6 d'un embargo
commercial sur Haiti.

Le 11 octobre 1991, 1'Assembl6e g6n6rale des Nations unies invite ses Etats membres A
appuyer les resolutions de 1'OEA.

Un envoy special de I'OEA, Augusto Ramirez Ocampo, ancien ministry des Affaires
6trangeres de Colombie, est d6pech6 en Haiti en vue des n6gociations qui vont s'6chelonner sur
plusieurs mois.

Le 22 octobre 1991, un premier contingent de r6fugi6s hai'tiens atteint les c6tes de Floride.

La Commission interam6ricaine des droits de 1'homme (CIDH), apres une breve visit en
Haiti du 5 au 7 d6cembre 1991, pr6sente son rapport au Conseil permanent de 1'OEA qui y fait
suite par une resolution 6tablissant une commission sp6ciale charge de surveiller I'application
des measures de l'embargo demeurant encore lettres mortes.

Des n6gociations mendes par Ramirez Ocampo entire le president en exil et le Parlement
haitien pour la nomination d'un Premier ministry agr6ant aux deux parties occupent le devant de
la sc6ne pendant cette pdriode.











3. Janvier 1992 juillet 1993

3.1. En Haiti

On assisted A une consolidation de la repression. Le 3 f6vrier 1992, en violation de 'article
28-1 de la Constitution, le gouvernement Honorat exige des jouralistes, haYtiens et strangers,
qu'ils se munissent d'une accreditation d6livr6e par le ministbre de l'Information. Le 12 mai,
devant le Comit6 de protection des joumalistes (CPJ), une ONG am6ricaine, Honorat compare
les professionnels de la press A de bons petits diables et des damn6s menteurs ". Plus direct,
G6rard Bissainthe, alors ministry de facto de l'Information, declare devant cette meme
commission que le gouvernement ne tolerera pas de press subversive ".

De leur c6t6, les militaires entretiennent la confusion au sein des n6gociations et
continent d'imposer leur volont6 aux pouvoirs 16gislatif et judiciaire. Suite a la signature de
l'Accord de Washington (23 f6vrier 1992), lors d'une stance particuli6rement houleuse et en
presence de plusieurs civils arms, la Cour de cassation declare cet accord inconstitutionnel,
6voquant les articles 60, 60-1 et 60-2 de la Constitution. Viol6 par les parlementaires signataires,
l'6chec de l'Accord de Washington favorite l'installation, de facto, de Marc Bazin au poste de
Premier ministry. La c6r6monie a lieu le 19 juin 1992, en I'absence du corps diplomatique,
exception faite du nonce apostolique.

Du 18 au 21 aofit, une d616gation de I'OEA s6journe dans le pays et rencontre les
repr6sentants de diffdrents secteurs de la soci6t6.

Entre temps, sur l'ensemble du territoire, les associations populaires et paysannes font
toujours l'objet d'une persecution constant. Leurs dirigeants continent d'8tre fr6quemment
arret6s, tortures et relach6s sur paiement de sommes allant de 25 gourdes A des milliers de
gourdes. L'extorsion se fait nettement syst6matique. Le marronnage se r6pand de plus en plus.
Misant sur les reflexes de I'individu pourchass6, le marronnage est, en quelque sorte,
d6lib6r6ment provoqu6 en vue de pr6venir toute vell6it6 de rassemblement et de movement de
contestation.

Le harcelement de la press ind6pendante continue. Arrestations, detentions ill6gales et
menaces sont le lot des jouralistes. Certains sont contraints au marronnage ou A I'exil. Les radios
attaqu6es lors du coup d'Itat ne parviennent pas A reprendre leur programmation. En r6gle
g6n6rale, les radios n'6mettent qu'en pratiquant I'autocensure, a moins, comme dans le cas de
Radio Libert6, d'assurer ouvertement la propaganda du regime.

Entre novembre 1991 et juillet 1993, certaines constantes de la repression A Port-au-Prince
peuvent se r6sumer comme suit :

1. Un taux relativement fixe d'ex6cutions sommaires et de disparitions forces A
partir de janvier 1992. Les disparitions ne coincident plus avec l'6limination des


1 _










cadavres. Les victims sont arrit6es ill6galement et ne figurent sur aucune liste de
d6tenus.

La victim est g6n6ralement arr8t6e soit A son domicile, soit sur la voie publique, par des
civils arms (le plus souvent des attaches ") qui la conduisent vers un lieu inconnu.
Contrairement A ce qui se passait en 1991, quelques parents tentent des recherches pour retrouver
les victims. Ces d6marches restent cependant assez rares, par crainte des repr6sailles.

2. Les partisans du gouvernement renvers6 sont toujours vis6s, et, en particulier, ceux
qui prennent des initiatives en vue du retour du president Aristide. Pour la plupart,
les victims sont encore des membres de parties politiques, d'organisations
populaires ou de militants de la d6mocratie. Est pourchass6e toute personnel
pregnant part A des reunions ou proc6dant T l'affichage de photos du president
Aristide et A la distribution de tracts. Les violations des droits de l'homme sont
commises par des militaires et des attaches souvent baptis6s zenglendos (bandits).
Le mot Fraph merge dans le vocabulaire et devient nettement associ6 A une
cat6gorie d'agents de repression. Dans un grand nombre de cas, les agresseurs
p6netrent de force dans les maisons et procedent, sur place, A l'ex6cution
sommaire de leurs victims lorsque celles-ci ne font pas l'objet d'une detention
ill6gale dans une prison ou dans un centre clandestine. Ces violations
s'accompagnent g6n6ralement d'extorsion et, parfois, de pillage et d'incendie.

3. A la recherche d'informations, les autorit6s militaires proc6dent A des
interrogatoires sous la torture.

L'ann6e 1992 a 6t6 g6n6ralement marque par l'annulation des actions de r6formes
introduites par le president Aristide et par la consolidation de measures de control du pouvoir par
les militaires. Au mois d'aofit et de septembre 1992, les violations du droit A la vie tendent A
augmenter.

Les six premiers mois de 1993 pr6sentent A peu pros les memes caractdristiques que
l'ann6e 1992. Les pressions pour trouver une solution A la crise s'intensifient et les cas de
violations ont une relation claire avec ce qui se produit pendant les n6gociations avec la
communaut6 international.

Le 18 janvier 1993, des elections ill6gales et frauduleuses renouvellent le tiers du S6nat
et sont suivies de repr6sailles contre les abstentionnistes.

En f6vrier 1993, une mission civil conjointe de I'OEA et de l'Onu replace la mission
pr6alablement envoyde par I'OEA en 1992. La Mission civil international de 1'OEA et de l'Onu
en Haiti (Micivih) a un mandate plus large que la pr6c6dente et exerce une influence non
n6gligeable.










Le climate de terreur ne disparait pas pour autant et la repression prend des allures de
routine. Ponctue d'actes parfois spectaculaires, cette p6riode est caract6ris6e par tous les types de
violations des droits de l'homme. C'est ainsi que le 25 f6vrier 1993 l'6veque de J6r6mie, Mgr.
Rom6lus, est frapp6 par des attaches sous les yeux de l'arm6e et de la police A la sortie de la
messe c61ebr6e A la m6moire des victims du naufrage du navire Neptune, qui avait cause la mort
de centaines de victims.

Dans le Sud-Est, on enregistre des assassinats dans une atmosphere d'accusations de
sorcellerie A l'endroit de lavalassiens.

Partout ailleurs, le vol de b6tail devient soudain un chef d'accusation utilis6 pour justifier
des crimes d'extorsion et des arrestations illegales accompagn6es de tortures exerc6es sur des
opposants au coup d'Etat.


3.2. Sur la scene international

L'ann6e 1992 est marquee par un pidtinement des n6gociations et par une nouvelle vigueur
dans les manifestations de protestation des Haitiens de la diaspora.

Le 23 f6vrier 1992, le Protocole d'accord de Washington est sign. II pr6voit la
restauration du president Aristide dans ses functions, la professionnalisation de l'arm6e et le
maintien du chef d'6tat-major. Le tout apres l'execution d'un programme don't Ren6 Theodore
aurait la charge, a titre de Premier ministry.

Le ler avril 1992, le Conseil permanent de 1'OEA invite ses membres a renforcer les
measures d'embargo et r6clame le gel des avoirs des putschistes. Par la suite, les ministres des
Affaires dtrangeres de l'OEA se r6unissent aux Bahamas et pr6conisent de nouvelles measures
visant a renforcer 1'embargo qui ne connait que des semblants d'application.

Les 26 et 29 juin 1992, A l'issue de la Rencontre de Floride, le president Aristide announce
la formation d'une Commission pr6sidentielle compose de 10 membres. Coordonnie par le pbre
Antoine Adrien, cette Commission est charge des n6gociations, en Haiti, avec les principaux
responsables du coup d'Etat.

Le 29 septembre 1992 (date anniversaire du coup d'Etat), le president Aristide s'adresse
S1l'Assembl6e g6nerale des Nations unies, demandant un soutien reel aux sanctions economiques
initides par I'OEA.

Le meme jour, des dizaines de milliers de manifestants r6affirment leur soutien a la
d6mocratie et marchent de Brooklyn jusqu'au siege des Nations unies.

L'accession du president Clinton A la prdsidence des Etats-Unis semble appporter un
nouveau souffle aux efforts de n6gociation. Les Nations unies font le choix de l'ancien ministry










argentin Dante Caputo comme envoy special en Haiti du secr6taire general Boutros Boutros-
Ghali. En janvier 1993, M. Caputo ajoute a ce titre celui d'envoy6 special du secretaire g6ndral
de I'OEA.

La pression international s'intensifie durant les premieres semaines de 1993. Les Etats-
Unis, le Canada, la France et le V6n6zuela, les quatre pays amis d'Haiti mettent en commun
leurs efforts en vue d'une solution A la crise. Le president Aristide propose au secr6taire g6n6ral
Boutros Boutros Ghali, qui accepted, I'envoi d'une mission conjointe OEA-Onu afin de surveiller
la situation des droits de l'homme, de faciliter le enforcement des institutions d6mocratiques et
d'encourager une reprise 6conomique.

En mars 1993, Lawrence Pezzullo est nomm6 repr6sentant special du president Bill
Clinton pour Haiti et visit le pays avec le general John Sheehan. Entre temps, le president
Aristide est regu officiellement A la Maison Blanche par le president Clinton.

Au mois d'avril et de mai 1992, plusieurs visits de Dante Caputo et de Lawrence
Pezzullo ont lieu en Haiti dans le cadre des n6gociations.

Le 4 juin 1992, le president Clinton announce le gel des avoirs financiers aux Itats-Unis
de quatre-vingt-trois (83) particuliers ayant des liens avec les auteurs du coup d'Etat.

Le 16 juin 1993, le Conseil de s6curit6 de l'Onu adopted la resolution 841, imposant un
embargo sur l'essence et les armes ainsi que le gel des avoirs des autorites de fact.

Le 3 juillet 1993, A New York, le president Aristide et le g6ndral Cedras signent l'Accord
de Governors Island. L'accord fait implicitement reference aux droits de l'homme et precise les
tapes du retour du president Aristide, fix6 alors au 30 octobre 1993 et prcdd6d de la lev6e des
sanctions 6conomiques. Ce meme 3 juillet, le president Aristide obtient de Dante Caputo
I'engagement d'inclure des informations concernant la situation des droits de l'homme dans ses
rapports aux Nations unies et A I'OEA.

Le 16 juillet 1993, en complement de l'Accord de Governors Island, le Pacte de New
York comprend I'engagement de respecter les droits de 1'homme. En presence de Dante Caputo,
il est sign par trente-neuf personnalit6s et parlementaires haitiens.

Le 22 juillet 1993, les presidents Clinton et Aristide se rencontrent A la Maison Blanche.

Le 23 juillet 1993, lors d'un sommet 6conomique des repr6sentants du secteur priv6
ha'tien a Miami, le president Aristide, parlant du prochain Premier ministry, cite le nom Robert
Malval.











4. Aofit 1993 15 octobre 1994

4.1. En Haiti

Le 2 septembre 1993, le gouvernement Malval entire en function. Manifestant leur appui
A cette initiative, un group de personnel se fait matraquer par I'arm6e pendant le d6roulement
de la c6r6monie qui a lieu au Palais national. La meme scene se reproduit devant les minist6res
et au moment meme de l'installation des ministres. L'un d'eux sera bless quelques jours plus
tard par des jets de pierres lances sur les personnalit6s venues prendre part A la reinstallation du
maire de Port-au-Prince, M. Evans Paul. D'une fagon g6n6rale, le gouvernement Malval reste sans
pouvoir r6el.

Le 11 octobre 1993, une manifestation est organis6e pour empecher I'accostage du navire
am6ricain Harlan County qui report sans avoir d6barqu6 le premier contingent de militaires de
la future Mission des Nations unies en Haiti (Minuha).

L'approche du 30 octobre 1993, date pr6vue pour le retour du president Aristide par
l'Accord de Governors Island, marque une recrudescence de la repression. L'6chec de 1'accord
est marque par une hausse des violations des droits de 1'homme dans la ville de Port au Prince.
Pendant les mois de septembre et d'octobre 1993, on enregistre un nombre de plaintes similaires
aux deux derniers mois de 1991.

Les attaques sur les biens sont 16gion et prennent des formes plus varies. Les incendies
se multiplient. Celui de Cit6 Soleil, le 27 d6cembre 1994, s'apparente a un massacre.

Dans 1'ensemble, la p6riode qui s'6tend du mois de juillet 1993 au 15 octobre 1994
pr6sente les caract6ristiques suivantes :

1. Une intensification de la violence lide aux reactions face a 1'Accord de Governors
Island. De cet accord, les autorit6s civilo-militaires semblent n'avoir retenu que
la levee des sanctions 6conomiques.

2. Une succession d'actes terrorists servent d'avertissements A tous les secteurs :
assassinate de Georges Izm6ry, puis d'Antoine Izm6ry, assassinate de Guy Malary,
de Claudy Museau, du pere Jean Marie Vincent ; incendie de Cite Soleil ;
intimidations violentes, arrestations et bastonnades au terme de c6r6monies
religieuses (funerailles symboliques du Neptune, enterrement d'Antoine Izm6ry...)
; interruptions brutales de reunions de travail ; intimidations bruyantes de
journalists strangers ; appeals tel6phoniques anonymes ; multiplication des rafales
d'armes pendant la nuit ; fun6railles symboliques de Jean-Bertrand Aristide ; etc.
Le 11 septembre 1993, le jour m8me de I'assassinat d'Antoine Izmdry, 25
personnel sont fusill6es a la file indienne A Titanyen.










3. La formation du Fraph au mois de septembre 1993. Cette apparition au grand jour
de ce group paramilitaire s'accompagne d'une vague d'attentats contre les biens,
surtout a Port-au-Prince. D'octobre a d6cembre 1993, on enregistre une forte
augmentation des violations du droit A la propridtd.

4. La sophistication et la multiplication d'actes de terreur comme I'abandon, dans les
rues, de cadavres de personnel victims d'ex6cutions sommaires. Des cadavres au
visage mutilM, done non identifiables, sont ainsi tres couramment livrds aux chiens
et aux porcs qui les d6vorent. II arrive 6galement qu'apres des arrestations
accompagndes de torture et d'extorsion, des victims encore en vie soient
reconduites en voiture et balances au passage sur des tas d'ordures laissant
6chapper des parties de corps humans d6coup6s en morceaux.

5. Le viol des femmes, qui r6apparait de maniere massive et syst6matique, comme
a la fin de 1991.

6. Les va-et-vient de la Micivih, d6ployde initialement au mois de f6vrier 1993. La
Micivih est contrainte A deux reprises de sortir du pays, d'octobre 1993 a janvier
1994 et de juillet 1994 jusqu'au retour du president Aristide.

Alors que la Micivih tente d'obtenir que les d6tenus soient amends devant les tribunaux,
la torture hors des centres de repression augmente, comme cela s'est vu, par example, au Plateau
Central. Elle a lieu alors plus couramment, dans des terrains vagues ou meme au domicile des
victims. Ce ph6nomene est observe lors les deux s6jours de la Micivih sus-mentionn6s.

A l'approche du 30 octobre 1993, le Fraph, se manifestant d6sormais publiquement,
promene un cercueil dans les rues pour c6Clbrer les funerailles d'Aristide. De nouvelles pressions
sont exerc6es sur la population pour tenter, en vain, de donner un effet de foule aux
manifestations que les autorit6s souhaiteraient pouvoir d6clencher contre l'embargo.

Les r6fugies et d6plac6s internes donnent des signes de volont6 de retour chez eux. Assez
timide vers le milieu de l'ann6e 1993, cette tendance s'accentue en 1994. Le regime ajuste ses
mecanismes de reperage et trouve rapidement les moyens de freiner ce movement. Les personnel
cibl6es sont victims de graves violations ex6cut6es en un bref laps de temps.

Partout, la cadence des violations s'acc6l6re. Les detentions se font de moins en moins
courantes, torture et extorsion se pratiquant sur les lieux memes des arrestations ill6gales. Des
reunions de preparation du retour du president Aristide sont violemment interrompues. Les
arrestations collectives mettent en oeuvre une technique plus exp6ditive de ligotage of plusieurs
victims sont attaches ensembles, battues puis trainees vers des centres de detention pour subir
d'autres s6vices avant d'etre relach6es. Un sort analogue est fait A ceux qui participent aux
manifestations qui s'organisent petit A petit pour annoncer le jour prochain de la liberation.
L'6coute des emissions en creole de la Voix de l'Am6rique est plus que jamais violemment










r6prim6e. Des groups d'auditeurs et des families entikres sont arraties pour cela. Le temps de
detention de certain militants s'allonge consid6rablement.

Le rythme de certaines violations s'acc616re, notamment dans les d6partements de la
Grande-Anse executionss, detentions, tortures), du Nord-Ouest detentionss), du Sud, du Sud-Est
et du Centre executionss). Par ailleurs, plusieurs massacres ont lieu au course de 1994 : i Lepr8tre,
dans le Sud ; A Bassin-Caiman dans le Nord ainsi qu'A Raboteau aux Gonaives. Ce dernier,
particulibrement tragique, se d6roule le 22 avril sous les ordres du responsible militaire du
d6partement, le capitaine Castera Cenafils, qui estime que l'arm6e a pour mission de d6barasser
le pays des lavalassiens.

L'embargo est enfin applique et le 25 juin 1994 les companies a6riennes suspendent leurs
vols, a l'exception d'Air France qui maintiendra les siens jusqu'au ler aoit.

Dans la capital, toute manifestation est r6prim6e dans le sang et le Fraph sert de paravent
aux responsables militaires. La march pacifique qui fait suite A une messe cl66br6e A la
cath6drale, le 30 septembre, est dramatiquement interrompue par des civils arms qui blessent et
tuent des participants.

Le 19 septembre, I'arriv6e des troupes americaines est marque par des actes d'une
extreme violence, orchestras par les actions conjointes de l'arm6e et du Fraph qui s'en prennent
aux foules manifestant leur joie. Au Cap-Haltien, les soldats am6ricains s'emparent de la caserne.
La population du Cap aide au d6sarmement et remet les fusils aux troupes 6trang6res. A Port-au-
Prince et partout ailleurs, les habitants se montrent disposes a aiguiller les soldats de la force
multinational vers des caches d'armes qu'ils ont d6pist6es. Mais la volont6 de d6sarmement ne
semble pas tres pr6sente. Partout, surtout en province et dans les campagnes les plus recul6es,
soldats, attaches, chefs de section, adjoints, et macoutes profitent de chaque instant pour agir hours
la vue des militaires de la force multinational qui se d6ploie in6galement sur le territoire.


4.2. Sur la scene international

Face aux graves violations r6p6tees dans un laps de temps trbs court et suite A l'assassinat
d'Antoine Izmery le 11 septembre 1993, Caputo 6crit une lettre au general Raoul C6dras pour
d6noncer le non-respect des engagements pris par l'arm6e.

Le 23 septembre 1993, le Conseil de sdcurit6 de 1'Onu, par la resolution 867, autorise le
d6ploiement imm6diat de mille trois cent (1300) policies et militaires de la Minuha. Le depart
de Dante Caputo et son replacement par un m6diateur americain est de plus en plus reclam6 par
le Fraph.

Les sanctions levies suite A l'Accord de Governors Island sont r6imposees par 1'Onu le
16 octobre 1993.










Le 6 d6cembre, l'Assembl6e g6n6rale de 1'Onu r6affirme que l'Accord de Governors
Island constitute le seul cadre acceptable de n6gociations et r6itere son soutien au president
Aristide.

En reaction A l'6chec d'une mission de militaires hauts grades des quatre pays amis
d'Haiti ", ces derniers demandent une reunion sp6ciale du Conseil de security en vue de
l'adoption de nouvelles measures centre les autorit6s de facto (incluant I'arret des vols non-
commerciaux) qu'ils tiennent pour responsables de 1'6chec de l'Accord de Governors Island.

Du 14 au 16 janvier 1994, la Conf6rence de Miami r6unit plus de 400 personnel pour
d6battre de la restauration de la d6mocratie en HaYti.

En mars 1994, le Black Caucus am6ricain impose une ligne de n6gociation plus 6nergique,
plaidant pour un embargo total (sauf sur les vivres et les m6dicaments), le gel des avoirs des
putschistes, I'interdiction de valider ou de d6livrer des visas am6ricains aux militaires, et le
d6ploiement d'une force de contr6le le long de la frontiere dominicaine pour garantir l'application
des measures d'embargo.

Le 23 mars 1994, le Conseil de s6curit6 adopted a l'unanimit6 une resolution prolongeant
le mandate de la Minuha jusqu'au 30 juin 1994.

Le mois d'avril 1994 marque un tournant dans la politique des Etats-Unis et des Nations
unies A 1'6gard d'Haiti. Dor6navant, les discours se raffermissent et d6noncent tres franchement
les abus commis par les autorit6s de facto.

De son c6t6, le president Aristide avise les Etat-Unis de son intention de se d6solidariser
de l'accord sur les r6fugi6s, si ces derniers devaient etre rapatrids de force.

Les pressions s'accentuent sur la communaut6 international. Les groups de defense des
droits de I'homme d6noncent le manque de fermet6 du mediateur Lawrence Pezzullo et r6clament
son replacement par une personnel connue pour son engagement dans le domaine des droits de
l'homme. Pezzullo d6missionne le 26 avril 1994 et est remplac6 par un ancien parlementaire
am6ricain membre du Black Caucus, William H. Gray.

Le 6 mai 1994, la resolution 917 du Conseil de s6curit6, adopt6e A l'unanimit6, amplifie
les sanctions a l'6gard d'Haiti. Elle implique un embargo commercial complete et des restrictions
financibres imposes aux militaires. De nouvelles sanctions sur la dl6ivrance de visas aux
militaires et A leurs allies civils s'ajoutent a ces measures. Des bateaux canadiens, frangais,
am6ricains et v6n6zul6iens patrouillent au large des c6tes d'Haiti et contr6lent I'application de
l'embargo.

On constate un assouplissement des measures americaines relatives aux r6fugids, qui sera
suivi d'une politique dite d' "asile temporaire", annonc6e le 5 juillet 1994.










Le 28 juin 1994, le gouvernement am6ricain annule tout visa aux Haitiens qui n'ont pas
le statut de resident permanent aux Etats-Unis.

Le 30 juin 1994, le mandate de la Minuha est prolong.

Le 5 juillet 1994, les autorites de facto d'Emile Jonassaint exigent que la Micivih arr&te
A nouveau ses activities. Le 12 juillet, la mission est d6cr6tee ind6sirable et regoit l'ordre de
partir dans les quarante-huit heures. Les secr6taires generaux de l'Onu et de I'OEA ordonnent en
consequence son evacuation. Le 8 juillet, le president en exil ecrit au secr6taire g6n6ral de 1'Onu
pour d6noncer la deterioration alarmante des conditions de vie du people hadtien, demandant que
la communaut6 international intervienne pour que soit enfin applique 1'Accord de Governors
Island.

Les Etats-Unis commencent ostensiblement des manoeuvres militaires qui constituent
autant de messages lanc6s au haut-commandement de 1'arm6e.

Le 15 septembre 1994, dans un discours tedlvis6, le president am6ricain Bill Clinton
demand officiellement aux autorites militaires de se retire du pouvoir. Apres avoir mis l'accent
sur la situation alarmante des droits de l'homme en Haiti, il announce l'intention des Etats-Unis
d'utiliser la force, si necessaire, pour mettre fin A cette situation.

Deux jours plus tard, une d6l6gation form6e de trois personnalit6s politiques am6ricaines,
l'ancien president Jimmy Carter, le s6nateur Sam Nunn et l'ancien chef d'6tat-major interarmnes
Colin Powell, tentent une n6gociation de derniere heure. Un accord sera sign alors que les avions
militaires amdricains ont dedj ddcollM vers Haiti.

Le 19 septembre 1994, la force multinational entire en Haiti et prend possession des
installations militaires. Le 3 octobre 1994, la police militaire amdricaine perquisitionne dans les
locaux du Fraph, proc6de A des arrestations, et saisit les archives.

Le 10 octobre 1994, le general Raoul Cddras d6missionne.

Le 15 octobre 1994, le president Aristide rentre en Hayti et retrouve sa place au Palais
national.










CHAPITRE V : PRESENTATION GENERAL DES CAS


A. Vue d'ensemble

Ce chapitre pr6sente le compete rendu general des differentes categories de graves
violations des droits de l'homme survenues pendant la periode de reference. Il se base
principalement, comme l'ensemble du rapport, sur les sources primaires de preuves recueillies.
Avant de l'aborder, il peut etre utile de rappeler les conditions dans lesquelles s'est effectuee la
reception des plaintes, de la mi-juillet A septembre 1995.
Les 6quipes sur le terrain, composes d'enqu&teurs haYtiens et strangers, ont eu A faire face
A toutes sortes de difficulties. Le choix avait 6t6 fait de rencontrer les t6moins dans leurs localit6s
respective et de passer par les structures locales pour les rejoindre. Cependant, la collect
s'effectuait durant la saison pluvieuse ce qui rendait plusieurs routes impraticables et certaines
localit6s pratiquement inaccessibles. C'6tait 6galement une p6riode 6lectorale et des rivalites
politiques ont parfois rendu plus difficile la participation de 1'ensemble des associations dans
certaines villes, comme par example, Jacmel. De plus, la peur regne encore dans bien des
localit6s, ce qui explique une participation relativement faible de la population au niveau de
certain bourgs et villes, les bourreaux d'hier faisant encore sentir leur presence menagante et
meme, dans certain cas, demeuraient en measure d'exercer des represailles. Des responsables
d'associations locales ont clairement exprim6 leurs craintes quant a la security des victims. De
plus, le mandate de la Commission a du etre souvent r6explique, certain jugeant peu satisfaisante
la seule production d'un rapport.
Les 6quipes ont aussi eu a faire face a des probl6mes logistiques de toutes sortes: radio-
communications, h6bergement, v6hicules, etc... ainsi que dans certain cas, aux frictions
qu'engendrent ces situations difficiles. Elles ont pu cependant atteindre et meme d6passer les
objectifs fixes au depart (soit complete 5000 formulaires n6cessitant en moyenne une heure
d'entrevue chacun). Ces r6sultats ne donnent qu'une vue imparfaite des efforts foumis. Par
example, 1'6quipe du Nord-Ouest, pour complete 202 formulaires (et 107 fiches
compl6mentaires) a rencontr6 1166 personnel dans trois (3) villes, six (6) Bourgs et vingt six (26)
localit6s; celle de la Grand-Anse a regu 1310 personnel pour enregistrer 253 cas.
La Commission a retenu au total 5450 formulaires, repr6sentant 8650 victims ayant subi
19308 violations. La Commission estime avoir enregistre un nombre tres en deq9 des violations
commises pendant la p6riode de reference. Ces donn6es prennent done valeur d'6chantillon don't
la repr6sentativit6, sur les plans temporel, g6ographique et d6mographique, a 6t6 verifi6e par
diff6rents tests statistiques (voir annexe II). Les disparit6s dans le nombre de t6moignages
recueillis par d6partement n'ont pas affected la validity de cet 6chantillon. Bien qu'importants, les
carts observes refl6tent la distribution de la population sur le territoire et la concentration des
forces r6pressives dans les villes principles et plus particulibrement dans I'aire m6tropolitaine.
De plus, chaque fois que c'etait possible, les donnees recueillies ont 6t6 corrobor6es par des
sources secondaires. II faut aussi ajouter le poids des donn6es recueillies a la morgue de l'H6pital
de l'universite d'Ha'ti qui viennent appuyer la parole des victims interrog6es.










Dans les moments de pointe de la repression (septembre et octobre 1991, octobre 1993),
tous les types de violations des droits de l'homme augmentent consid6rablement. Cependant, la
repression demeure constant durant toute la pdriode. Une presentation g6ndrale de ces violations
se retrouve dans la section B, avec une description r6sum6e de quelques cas illustratifs.

Degree de la preuve

A la lumiere des dispositions de 1'article 16 des r6gles de procedure et des dispositions
du chapitre III (mdthodologie) du rapport, la Commisssion affirme que, dans tous les cas cites
dans ce chapitre, A savoir cas illustratifs, cas approfondis, cas en annexe, et enqu&tes sp6ciales,
oiu elle conclut a une violation sans pour autant indiquer le nom de son auteur, elle estime que
la preuve de cette violation est suffisamment 6tablie. Pour la Commission, il y a preuve suffisante
quand il existe plus de preuves qui supportent ses conclusions que le contraire.
Cependant, la Commission tient A clarifier que l'existence d'une preuve au moins
suffisante des violations qu'elle relate ne signifie pas que certaines violations ne sont pas
confirmees par des preuves don't le degree va au-delA de la preuve suffisante.
En r6alit6, de l'avis de la Commission, certaines violations sont confirm6es par l'existence
de preuves d'un degr6 substantial ou determinant.

B. LES DIFFERENTES CATEGORIES DE VIOLATIONS GRAVES

B.1. Les violations au droit i la vie

Les violations du droit a la vie regroupent, dans le cadre des t6moignages recueillis, les
executions sommaires ou extrajudiciaires, les massacres que la Commission a d6fini
op6rationnellement comme l'ex6cution sommaire d'au moins trois personnel dans un m8me
dv6nement unit6 de temps et de lieu) que l'on retrouve compiles statistiquement sous la
rubrique executions ainsi que les disparitions forces qui peuvent 8tre assimilkes a des
executions sommaires. Elles constituent, de meme que les menaces de mort, des atteintes du droit
A la vie. Les consequences des tentatives d'ex6cutions constituent dgalement une atteinte au droit
a l'int6grit6 physique dans la plupart des cas. La victim qui a surv6cu A l'attentat est souvent
bless, voire mutil6.
La Commission a analyst 1348 cas de violations du droit A la vie, soit 333 disparitions
forces et 576 executions sommaires, et 439 tentatives d'exdcutions sommaires. Dans tous les
d6partements, on d6couvre des cas d'ex6cution extrajudiciaires, de morts par torture, ou de
disparitions. Cet aspect soutenu de la repression illustre le context de tous les autres cas de
violations et indique l'absence de frein aux violations des droits de l'homme. Les d6partements
de l'Ouest (principalement Port-au-Prince), du Nord et de l'Artibonite (surtout Raboteau) ont et6
les plus durement touches. C'est dans la region de Port-au-Prince que le droit A la vie a t6 le
plus atteint : on y retrouve les trois quarts des cas de disparitions et pros de la moitie des cas
d'ex6cutions sommaires denonc6es.
Une 6tude statistique (voir annexe II) fut men6e A partir des registres de 1'H8pital de
l'universitd d'Etat d'Haiti sur une periode de dix ans (1985-1995). Cet h8pital est le seul de la










region de Port-au-Prince A disposer d'une morgue publique. L'expdrience d'autres pays ayant
connu de sombres pdriodes de repression indique que certain regimes dictatoriaux laissent
davantage de dossiers sur leurs crimes qu'on ne l'aurait cru. Dans le cas d'Haiti, les registres de
l'h6pital furent une source d'information providentielle.
L'analyse statistique de ces dossiers indique comment, durant la p6riode de r6efrence, le
nombre d'assassinats politiques a augment sensiblement comparativement aux annees
prec6dentes. Sur le plan statistique, la difference est hautement significative et montre que le
nombre moyen de victims a plus que double passant d'une moyenne de 10 deces par mois
durant les annees precedentes A environ 24 d6ecs par mois. De plus cette p6riode compete le
nombre le plus eleven d'assassinats des dix dernieres annees, durant lesquelles il y a eu en Haiti
un certain nombre de regimes non-d6mocratiques.
Cette etude montre aussi que les deux braves experiences d6mocratiques dirigees par le
president Aristide connurent une baisse considerable dans le nombre d'assassinats, compares aux
p6riodes prce6dentes. En effet, de mars A aofit 1991, on observe un renversement d'une tendance,
apparemment lente mais soutenue, A la hausse qui avait commence sous le regime de Jean-Claude
Duvalier. De meme, le retour du president Aristide en 1994 permet de constater une reduction
considerable des assassinats frequents qui ont marque la p6riode de r6f6rence. Il y a beaucoup de
raisons de croire que ces chiffres ne repr6sentent qu'une parties de la r6alite et de I'ampleur reelle
et des violations du droit A la vie qui est probablement beaucoup plus grande durant la periode
couverte par le mandate que ce qui a 6t6 r6ve16.

B.I.1. Cas illustratifs

1. Formulaire no. 5418
Nom: Celita Antoine
Profession: non disponible
Affiliation: Le fils de la victim appartient A un movement populaire de jeunes (Comit6
d'experience des jeunes populaire)
Jean-Luc Milicent, 23 ans, pere de 3 enfants est membre du Comit6 d'expdrience des
jeunes populaire (CEJP). II habitat A Cit6-Soleil avec sa compagne, ses enfants et sa mere, Celita
Antoine. Le 30 septembre 1991, en rentrant d'une manifestation contre le coup d'etat, sa mere
Celita Antoine, commergante, avait 6et ex6cutee chez lui. Elle avait regu trois (3) balles tires par
un attach identified. II porta plainte quelques jours apres le coup d'etat contre l'attache
responsible de l'ex6cution de sa mere, aupres du tribunal de la Croix des Missions, sans resultat.
Le 20 octobre 1991, vers 11 heures du matin, un group de six personnel armies ont d6barqu6
chez Jean-Luc Milcent. Ils ont p6netre chez lui et ont saccag6 sa maison. II dut fuir en province
pour toute la period du regime de facto.
Violation(s): execution sommaire, destruction de biens
Droit(s) viole(s): droit a la vie, atteinte au droit de propriety
Responsable(s): attache identified


2. Formulaire no. 5383
Nom: Jean-Ronald et Paul Ddrival










Profession: non disponible
Affiliation: Partisans du president Aristide

Les freres Andre Derival, 24 ans, Paul D6rival, 32 ans, et Jean-Ronald Derival, 17 ans,
habitaient avec leur mere a Port-au-Prince. Le 30 septembre 1991 les trois (3) freres 6taient en
train de crier "Vive Aristide" quand dix (10) hommes, certain en civil et d'autres en uniform
militaire, sont arrives chez eux pour les arr8ter. La plaignante a pu identifier quatre d'entre eux.
I1 s'agit de deux attaches et de deux militaires.
Les hommes ont bastonn6 un des freres, Jean-Ronald Derival. Par la suite, ils ont vol6 tout
ce qu'il y avait A la maison et ont amend Jean-Ronald D6rival et Paul Drival dans un lieu
inconnu. Ils ne sont jamais revenues et jusqu'a present ils sont portes disparus.
Violation: Disparition force de personnel
Droit violet: droit A la vie, droit A l'int6grit6 physique
Responsables: Militaires et attaches


3. Formulaire no. 3278
Nom: Zephyr Moncl6s
Profession: Juge de paix
Affiliation: non disponible

Le 30 septembre 1991 vers 7 heures du matin, un group de militaires est alley chez
Monsieur Z6phyr Moncles, juge de paix supplant aux Cayes. Sa femme, Manite Berger, est allie
chercher de 1'aide A la caserne. A son retour elle trouva son mari mort dans sa maison, que les
militaires et civils arms ont incendi6e. Sa fille, Marcelle Zephyr, qui etait present rapporte que
son pere a et6 frapp6 au venture et au visage A coups de machette et de pic A glace. Ils avaient
passe une corde au cou de la victim et mis le feu A la maison.
Violationss: execution sommaire
Droit viold(s): droit A la vie, atteinte au droit A la propri6te
Responsable(s): militaires et civils arms


4. Formulaire no. 3289
Nom: Adrien Dessalines et Diken
Profession: chauffeur et employ des acieries d'Haiti
Affiliation: non disponible

Sauveur F6nelus est sorti dans la nuit du 29 au 30 septembre, apres avoir entendu
1'annonce du coup d'etat pour manifester avec un group d'amis. En arrivant au carrefour de
l'aroport, un group de militaires A bord d'une jeep Rocky rouge, a commence A tirer sur la
foule. Deux de ses amis, Adrien Dessalines, 30 ans, chauffeur, et le nomme Diken, 33 ans,
employ des aci6ries d'Haiti, ont Wte tus sur le champ. Sauveur F6nelus a requ plusieurs balles
aux jambes. II s'est dirige vers 1'h6pital general, mais quelqu'un l'avertit que les militaires y
6taient en train d'achever les blesses. II a alors pris un "tap-tap" pour les Gonaives, oi il









connaissait un membre du personnel de 1'h6pital la Providence. II fut hospitalis6 pendant quatre
jours.
Violationss: executions sommaires et tentative d'ex6cution sommaire
Droit(s) viole(s): Droit A la vie
Responsable(s): Membres des FADH


5. Formulaire no.5871
Nom: Yvon Admeus
Profession: non disponible
Affiliation: non disponible

Le 30 septembre 1991, Yvon Admeus avait aid6 les habitants de Delmas 34 A monster des
barricades. Vers 20 heures, une Rocky rouge est sortie de Delmas 37 pour traverser la route de
Delmas et entrer dans Delmas 34. Les vitres 6taient fermees et les occupants n'ont pas pu 6tre
identifies. Plusieurs coups de feu ont et6 tir6s du vWhicule et Yvon Admeus fut tu6 sur le coup
par plusieurs balles. II fut transport par son frere A la morgue de l'H6pital de l'Universit6 d'Etat
d'Ha'ti. Des balles de fusil M16 furent trouv6es sur le cadavre, qui fut remis A son frere pour
inhumation apres ddlivrance d'un constat de d6c6s.
Violationss: execution sommaire
Droit(s) viole(s): droit A la vie
Responsable(s): Membres des FADH


6. Formulaire no. 1742
Nom: Jean-Frangois Cl6ment
Profession: instituteur
Affiliation: Mandataire du FNCD en 1990
Lieu: Miragoine, Grande-Anse

Trois semaines apres le coup d'etat, deux freres, Andr6 et Jean-Frangois Clement parlaient
avec un habitant, qu'il identifia plus tard comme dtant un attache, devant chez eux quand un
sergent est arrive et a demand si Jean-Frangois 6tait lA. Ce dernier s'est identified. II regut
immddiatement un coup de crosse de revolver administr6 par le sergent tandis que 1'attachd s'dtait
mis A le frapper A la tate avec un baton. Andr6 Clement eut le temps de fuir les assailants qui
s'6taient mis A le battre. II a aperqu la voiture de ces demiers partir avec son frere, ligot6. Jean-
Frangois Clement n'est pas r6apparu pendant trois jours. Andre C16ment n'a fait aucune demarche
pendant ces trois jours, par peur d'8tre A son tour enlev6. Il trouva le cadavre de son frere trois
jours plus tard, au lieu dit carrefour Ti Kalbas, marque de trois impacts de balles, un au cou et
deux A la hauteur des hanches.
Violation(s): enl6vement suivi d'execution sommaire
Droit(s) viol6(s): droit A la vie
Responsable(s): un sergent des FADH et un attach










7. Formulaire no. 000255
Nom des victims: Rosina Joseph et Alcena Saintil
Professions: Cultivateurs
Affiliations: Mouvement Paysan Papaye, group religieux Dieu Devant

Le 7 novembre 1991, vers 22 heures, un commando d'environ 10 personnel don't deux
agents de la police rurale, arreta sans mandate judiciaire M. Saintil, 70 ans, et sa femme, Rosina
Joseph. Les mains lies, ils furent amends A la caserne de Cerca-la-Source, oi on leur fit subir
le djack, des kalots marassa, et une bastonnade. Detenus pendant 15 jours, il furent lib6res apres
avoir paye 3300 gourdes. Mme Joseph ddc6da 15 jours apres sa liberation des suites de tortures
subies. En 1990, M. Saintil avait 6t6 president du Bureau d'Inscription et de Vote de sa locality.
Violations: Torture suivie de ddces, torture, detention illigale, extorsion
Droits violds: Droit A la vie, droit A la liberty, droit A I'int6grit6 de la personnel
Responsables: Deux agents de la police rurale, plusieurs attaches et militaires de la
caserne de Cerca-la-Source.

Le 11 novembre 1991, dans la matin6e, un group de plus de 300 militaires en uniform
vert olive et d'attach6s en civil a pill6 11 maisons de la locality de Balthazar, commune de Cerca-
la-Sourcce, et y ont mis le feu. Ils ont tu6 trois personnel; les autres ont fait semblant d'etre
morts. Un agent de la police rurale donna l'ordre de computer le nombre de morts, puis le group
se retira. Le lendemain, des attaches sont returns sur les lieux. Lors de l'enterrement des trois
victims mortes, ils exigerent que personnel ne pleure. Le group d'agresseurs comprenait des
membres de l'Association Communautaire Kapas (AKP), responsible de plusieurs pillages dans
la region.
Liste de victims:
Georges Ronaster, 30 ans, membre du MPP, TKL et movement Lavalas, tentative
d'ex6cution
Izierlus Clavin, 70 ans, mutil A coups de machette, a survecu A l'attaque
S Dicene Sainvil, 29 ans, mort par armes blanches (machettes et piques)
Clorius Jacques, 35 ans, membre du MPP et movement Lavalas, mort par balle
S Oleker Dubr6us, 70 ans, membre du MPP mort par balle
Augustin Charles, 55 ans, maison d6truite, a fait le mort
S Fleurisnor Fleurimon, 60 ans, maison d6truite, b6tail vol6, a fait le mort
Belanoi Benjamin, 40 ans, maison d6truite, a fait le mort
S Alouze Ch6restin, 30 ans, maison d6truite, a fait le mort
Ines Cherenfent, 23 ans, maison d6truite, a fait le mort
S Bernard Jean, 32 ans, maison d6truite, a fait le mort
Sainphael Sterlin, 65 ans, maison d6truite, a fait le mort
S Dubuisson Iram, 40 ans, maison d6truite, a fait le mort
Semistoir Clavin, 35 ans, maison d6truite, a fait le mort
S Semius Clavin, 33 ans, maison d6truite, a fait le mort
Violations: massacre, incendies volontaires, destruction de biens
Droit violds: droit A la vie, droit A la propridt6
Responsables: Militaires et attaches










9. Formulaire no. 2894
Nom: Ption Antoine, Michelet Antoine, mineur de 7 ans, Fabienne Antoine, mineure de
4 ans.
Profession: cultivateur
Affiliation: partisan du president Aristide

A Gros-Morne, 56me section de Moulin, la famille du cultivateur P6tion Antoine, 41 ans,
a 6t pers6cut6e d&s le 30 septembre 1991. Le 22 octobre 1991 a minuit, 4 individus en civil
masqu6s et arms ont p6n6tr6 au domicile familial et emmen6 de force le pare P6tion Antoine en
l'accusant d'8tre Lavalas. La famille ne l'a jamais revu.
Le 26 octobre 1991, 4 individus masques don't deux 6taient arms, p6n6trent A nouveau
au domicile du disparu et violent sa femme, Rose-Marie Petidieu, A tour de r8le. Le 29 octobre
vers 3 heures de l'aprbs-midi, 2 individus incendient la maison en I'absence de la femme de
PNtion Antoine. Les deux enfants de Rose-Marie Petidieu, Fabienne Antoine, 4 ans et Michelet
Antoine, 7 ans, ont 6tW tu6s dans l'incendie.
Violationss: disparition force de personnel, viol pour motifs politiques, execution
sommaire d'enfants
Droits viole(s): droit A la vie, droit a 1'int6grit6 physique
Responsable(s): affiliation inconnue


10. Formulaire no. 6544
Noms: Antoine Paul6us et B6rilus Julien
Profession: cultivateurs
Affiliation: non disponible

Le 13/02/92 vers 11 heures du soir, en bas Bourg a Marchand-Dessalines, Antoine
Paul6us, 42 ans, entend tirer dans son quarter. II entend frapper A sa porte, et ouvre. Le
commandant de la caserne de Marchand et deux attaches identifies l'arretent sur le champ ainsi
qu'un de ses voisins, B6rilus Julien. Antoine Paul6us les supplies de le juger avant de l'ex6cuter.
Le lendemain matin, la femme de Antoine Paul6us va demander aux deux attaches ofi se trouvent
les deux d6tenus. Ils lui r6pondent qu'ils ne sont pas strs qu'ils soient a la caserne. Elle n'entre
pas A la caserne par peur des militaires. Le lendemain 14 juin, dans l'apr6s-midi, une parties de
la population est attroup6e au cimetiere. Plusieurs habitants apergoivent les cadavres de Antoine
Paul6us et Berilus Julien, dans une fosse en train d'etre creusee par les militaires dans laquelle
ils furent jets.
Violationss: Enl6vement suivi d'ex6cution sommaire
Droit viole(s): Droit A la vie
Responsable(s): deux attaches et plusieurs militaires de la caserne de Marchand-Dessalines


11. Formulaire no. 5426
Nom: Arnold Gustave
Profession: Marchand










Affiliation: non disponible

Arnold Gustave, un marchand de 26 ans, habitat A Cit6-Soleil, Delmas, Port-au-Prince, avec sa
compagne, Louise Marise, 18 ans, qui attendait un enfant.
Le 13 janvier 1993, vers 10 heures du matin, des hommes arms, en civil, parmi lesquels
deux attaches identifies, sont arrives A son domicile pour I'arreter. Les hommes ont commence
A battre Arnold Gustave sur place, A coups de baton et de crosse de revolver, et A l'interroger sur
le retour du president Aristide. Apres, les hommes l'ont conduit A l'avant-poste de Cite-Soleil.
Par la suite, Arnold Gustave a 6te transfer A Fort-Dimanche oi il a 6t6 sauvagement bastonn6.
Arnold Gustave a 6et transfer d'urgence A l'H6pital General mais est mort en chemin. Son corps
n'a pas 6t6 rendu A sa famille.
Violationss: torture et execution sommaire
Droit(s) viold(s): droit A I'int6grite physique et droit A la vie
Responsable(s): militaires et attaches


12. Formulaire no. 5796
Nom: Lefranc-San Hermane
Profession: Inconnue
Affiliation: Militant Lavalas

Le 30 septembre 1993, Ariane Dominique, 32 ans, mere de 3 enfants, habitant A Bon
Repos a et6 bril6e par de I'eau bouillante jetde par un membre du FRAPH identifi6, en guise de
repr6sailles A des critiques qu'elle avait faites au FRAPH. Le mari d'Ariane Dominique, Lefranc-
San Hermane, Ag6 de 36 ans, 6tait un partisan du president Aristide. Le 3 octobre 1993 il est sorti
de son domicile vers six heures du soir pour aller coller des photos du president Aristide en bas-
ville, A Port-au-Prince, et n'est jamais revenue.
Violationss: disparition force, torture
Droit(s) viole(s): droit A la vie, droit A l'int6grite physique
Responsable(s): affiliation inconnue


13. Formulaire no. 5812
Nom: Hugues Bertrand
Profession: N/A.
Affiliation: un membre de sa famille etait un militant politique

Hugues Bertrand, 39 ans, etait le frere de Georges Bertrand, un militant politique et
president d'un Bureau d'Inscription et de Vote aux elections 1990, habitant Soleil 7. Georges
Bertrand avait pris le maquis depuis le coup d'6tat et s'etait r6fugid A Ldogane chez son frere.
Georges Bertrand 4tait activement recherche par des membres du FRAPH depuis 1993.
Le 17 mai 1993 un group d'hommes arms, parmi lesquels le Commandant du FRAPH
de Soleil 7 et d'autres membres du FRAPH sont arrives chez M. Hugues Bertrand A la recherche










de son frtre. Ne trouvant pas ce dernier A la maison, ils ont arr8t6 M. Hugues Bertrand A sa place
et I'ont ex6cut6 sur la route de l'aeroport dans la zone de Batimat.
La famille a pu retrouver le corps de M. Hugues Bertrand.
Violationss: execution sommaire
Droit(s) viole(s): droit a la vie
Responsable(s): membres du FRAPH


14. Formulaire no. 5811
Nom: Jean-Baptiste Emmanuel
Profession: non disponible
Affiliation: non disponible

Le 11 octobre 1993, jour de I'arriv6e du navire de guerre amrricain "Harlan County", un
group d'hommes arms, en civil, est arrive A Cit6-Soleil et a commence A tirer dans tous les
sens. Apr6s leur depart, les habitants ont trouvd le corps de M. Jean-Baptiste Emmanuel 6tendu
par terre. II avait 6t6 touch par quatre balles, une dans la bouche, qui avait perform la gorge, une
au cou, une au dos et une A la jambe. Le lendemain matin, sa mere a requ l'autorisation du
Sergent de l'avant-poste de Cite-Soleil de retire le cadavre. Les fun6railles eurent lieu le 19
octobre 1993. Un attache connu a Wt6 identified par les habitants pendant I'attaque.
Violationss: execution sommaire
Droit(s) viole(s): droit a la vie
Responsable(s): Attaches


15. Formulaire no. 1589
Nom: Josue Thermidor
Profession: non communique
Affiliation: membre du FNCD

Josue Thermidor ag6 de 25 ans et pere de 4 enfants, etait membre du FNCD et habitat
A Soleil 7.
Le 9 fevrier 1994 vers 23 heures, un group d'environ une vingtaine de membres du
FRAPH, don't certain identifies, sont entr6s de force A son domicile. Les agresseurs ont battu la
compagne de Josu6 Thermidor, Mireille "Dada", et, apres avoir bastonn6 et ligot6 Josu6, 1'ont
amend dans un lieu inconnu.
Le lendemain matin les membres de sa famille ont entendu dire que deux personnel
avaient 6te tu6es et que les cadavres 6taient A Soleil 17. Ils ont trouv6 son cadavre ligot6 et
couvert de marques de coups de pierre, pic et bAton. Le cadavre n'ajamais 6td remis A sa famille.
Violation(s): torture, enl6vement et execution
Droit(s) viold(s): droit A l'int6grit6 physique, droit A la vie
Responsable(s): membres du FRAPH











16. Formulaire no. 6564
Noms: Michelle-Ange et Josepha Noel
Profession: non disponible
Affiliation: Leur pere est un militant du Mouvement Paysan de Papaye

Serjuste Noel, un cultivateur et membre du Mouvement Paysan Papaye (M.P.P.), de Petite-
Riviere-de-Bayonnais, est arrt6 le 23 aoft 1992 par un caporal et un sergent de I'avant-poste de
Petite-Riviere-de-Bayonnais. II est emmen6 A l'avant-poste de Bayonnais. II est immediatement
roue de coups de baton, et de coups de poing aux yeux. Apres deux jours de detention, il est
envoy au tribunal de paix de Bayonnais, ramen6 A l'avant-poste et lib6r6 sans explication. II est
A nouveau menace verbalement le 31 d6cembre 1993. Le 8 janvier 1994, le m8me sergent
accompagn6 d'un commando de membres du FRAPH, se rend au domicile familial, et brise la
porte d'entrde en I'absence de la famille ce jour-lA. Le 13 janvier, un commando militaire d'une
douzaine de personnel identifies don't les memes sergent et caporal et le chef de section,
d6barquent A nouveau au domicile familial. Ils tuent un taureau et un dne dans la court et forcent
un ami de la famille A les mener A l'endroit of se trouvent les deux filles de Serjuste Noel. Ils
kidnappent alors Michelle-Ange Noel et Josepha Noel. Elles ont 6t6 ex6cut6es A Savanne D6sol6e
pros du Carrefour de Brunette oi leurs restes ont 6t6 trouv6s, lac6r6s de coups de machette.
Violation: torture, enl6vement et executions sommaires, destruction de b6tail et de biens
Droits violds: droit A l'int6grite physique, droit A la vie, droit de propri6t6
Responsables: militaires et membres du FRAPH


17. Formulaire no. 3879
Nom: Asceme Paul
Profession: cultivateur
Affiliation: non disponible

En janvier 1994, A Quartier-Morin, d6partement du Nord, deux attaches identifies se sont
rendus chez Asc6me Paul, pour proc6der A son arrestation, alors qu'il 6tait absent. M. Asceme
Paul s'est rendu plus tard dans la journe A 1'avant-poste de Quartier-Morin pour recevoir des
explications concernant cette descent chez lui. II fut imm6diatement battu par un sergent qui lui
demand de l'argent. Son frere qui 6tait present sur les lieux, proposal $10 au sergent qui jugea
que la some 6tait insuffisante, et Asc6me Paul fut gard6 en detention. Le lendemain, la femme
et le frere de la victim se sont rendus A l'avant-poste, pour porter du caf6 A la victim. Ils ont
trouv6 le corps de la victim sur la route.
Violationss: detention ill6gale, torture, extorsion et execution sommaire
Droit(s) viold(s): droit a la vie, droit A l'int6grit6 physique, atteinte au droit A la propri6t6
Responsables: deux attaches et un sergent











B.1.2. Cas de massacres

1.2.1. Massacre de Carrefour Vincent

Noms: Losmane D6sir6, Jean-Marie Alexis, Michelet D6sir6, Brunel Elisse, Frisnel
Lacombe, Fran9ois Jack, Yves Charles
Affiliation.: membres de groupements politiques de Cit6-Soleil, don't le group Base
Normale Revolutionnaire
Dans la nuit du 2 au 3 f6vrier 1994, A Carrefour Vincent, un nombre ind6termin6 de
militaires et attaches de Cit6-Soleil et de Fort Dimanche, arms de fusils M16 et de revolvers de
gros calibre (38 et 45), d6barque A Carrefour Vincent, bloque I'acces A une maison occup6e par
9 personnel ce soir IA, et les forcent A sortir de la maison en langant A l'interieur du batiment des
grenades lacrymogenes et offensives. Alors que les occupants se pr6cipitent au dehors, les
assailants font feu et abattent 6 personnel, dans la cour et A l'interieur de la maison. Un des
occupants, Yves Charles reussit A s'enfuir, mais est poursuivi et abattu. Son corps a 6et retrouve
sur la route de Batimat, route Nationale # 1 A Port-au-Prince. Les victims 6taient des jeunes gens
de 20 a 30 ans, membres de differentes organizations politiques de Cit6-Soleil, qui avaient fui le
quarter et avaient trouve refuge dans une maison mise a leur disposition par un ami oh ils se
trouvaient de fagon plus ou moins permanent depuis environ un mois. Selon certain
t6moignages de voisins, les corps des victims ont et6 enlev6s par les autorit6s dans l'aprbs-midi
du 3 f6vrier.
Des observateurs de la MICIVIH se sont rendus sur les lieux dans la journe du 3 f6vrier,
et ont constat6 une forte odeur de gaz lacrymog6ne, un trou d'environ 50 cm pres d'une des
fenetres situ6e A I'avant de la maison pouvant 8tre le r6sultat de l'explosion d'une grenade lance
de l'exterieur, plusieurs fenetres bris6es, des traces de sang et des douilles dans plusieurs endroits
a l'int6rieur et A l'exterieur de la maison. Selon les observateurs, les douilles proviendraient de
fusils d'assault M 16 et de revolvers 38 et 45. Les constatations sur place ont permis aux
observateurs de la MICIVIH de conclude que "cet assassinate collectif semblait avoir 6et une
operation bien planifiee et execute par des participants dans un style d'operation de commando".
L'enquete men6e par la Commission r6vele que le registre de la morgue de 1'H6pital
General mentionnait que les corps de six (6) hommes non identifies, et de Fritznel Charles
Lacombe, Yves Charles, Ernst Theodule, et d'une femme, Mme Pierre Joseph, tous tues par
balles, y avaient 6te amends le 3 fevrier. Le juge de paix de la Croix des Missions, M. Civil Jean
Anix, a 6galement d6clar6 A la MICIVIH, avoir constat6 la presence de 6 cadavres, tous des
hommes, et a d6crit I'emplacement des corps, qui a 6et confirmed par les observateurs de la
MICIVIH d'apres les traces de sang.
L'enquete de la Commission r6v6la que plusieurs de ces jeunes avaient fui A la mi-janvier
A la suite d'une altercation avec les membres du Fraph cantonn6s A 1'avant-poste du "Wharf" de
la Cite, au course de laquelle un attache avait 6te battu par des jeunes de Soleil 9 et les militaires
avaient tire de nombreux coups de feu. Les militaires auraient egalement eu entire leurs mains une
liste de personnel A eliminer. Le 2 f6vrier, jour du massacre de Carrefour Vincent, un jeune du
group de soleil 9, Miguel Tidor avait 6et ex6cut6 a Cite-Soleil, par les militaires de I'avant-
poste. Le group a 6te ddnonc6 le jour m8me par une personnel identifiee par plusieurs sources











de la Commission et les informations concernant la cache des jeunes gens ont 6t6 transmises a
un attach charge d'organiser le massacre avec des militaires. Dans la nuit du 2 au 3 fdvrier, les
habitants de la Cit6 ont entendu vers 3 heures du matin le cr6pitement d'armes automatiques des
militaires, attaches, et membres du FRAPH, qui c6Clbraient la r6ussite de la descentt" a
Carrefour Vincent.
Des parents et amis des victims se sont rendus A l'entr6e de la morgue, dans les jours qui
ont suivi les 6v6nements, mais d'apres leurs t6moignages, des soldats de Fort Dimanche et de la
caserne de la Cafeteria montaient la garde et ils n'ont pas pu recup6rer les corps. Seul le corps
de Yves Charles a 6t6 remis A sa famille environ 15 jours apres sa mort, et des fun6railles ont 6t6
organis6es par la famille.
Violationss: massacre
Droit(s) viold(s): droit A la vie
Responsables: militaires et attaches
Nombre de victims: 7

1.2.2. Massacre de Lamentin 54

Le 30 septembre 1991 le sergent Jean-Robert Samedi de la caserne de Lamentin 54 a 6t6
tu6 par quatre personnel non identifies. L'assassinat du sergent Samedi a d6clench6 une repression
sauvage et indiscriminde qui a vis6 tous les habitants du quarter. La repression a dur6 entire deux
et trois semaines, pendant lesquelles les militaires de la caserne de Lamentin 54 ont encercl6 et
ferm6 la zone. Les militaires ont interdit aux gens de circuler dans la rue et auraient tu6 des
dizaines de personnel.
Apres la mort de Jean-Robert Samedi, dans l'apres-midi du 30 septembre 1991, un
commando militaire est arrive dans la zone derriere la caserne de Lamentin 54 et a entrepris une
s6rie de measures de repr6sailles centre la population. Les militaires ont incendi6 des maisons avec
des grenades et ont jet6 des bombes de gaz lacrymog6ne. Pendant plus de deux semaines les
militaires ont tir6 jour et nuit sur les maisons du quarter et sur tout ce qui bougeait. Certaines
personnel de la region auraient meme fini par dormir sur des arbres pour essayer de se prot6ger.
Dans une des rues de la zone les militaires auraient tu6 quatre hommes qui jouaient aux
dominos. Ils auraient aussi battu une dame infirme, ainsi que ses enfants.
Un t6moin a d6clar6 qu'il venait de rentrer a son domicile a Lamentin quand il a entendu
quelqu'un dire "tou sa nou jwenn, n ap touye", "on va tuer tous ceux qu'on rencontre." IL est
sorti de sa maison et a vu un group de plus de 30 militaires en uniform vert olive et en bleu.
Les militaires lui ont ordonn6 de ne pas bouger et puis deux d'entre eux se sont mis A le battre.
Au moment oh il a commence courir sur ordre des militaires ceux-ci lui ont tir6 dessus. II a 6t6
atteint d'une balle A l'6paule et est tomb6 6vanoui. Les militaires L'ont laiss6 pour mort.
Un autre temoin a d6clar6 qu'un de ses cousins avait 6t6 tud par les militaires A son
domicile. La soeur de la victim, qui 6tait pr6sente au moment de l'ex6cution, aurait 6t6 battue
et les militaires l'aurait incarc6rde pendant quelques jours A Lamentin 54. Selon son cousin, elle
a perdu l'usage de son oeil droit et depuis lors, a perdu la raison. (Selon un autre t6moignage,
son frere aurait 6t6 un des responsables de la mort du sergent Samedi.)
Les militaires seraient aussi entr6s de force dans plusieurs maisons des habitants de la
region et, sous pr6texte de mettre leurs biens en s6curit6, auraient vole tous les objets de valeur.










Plusieurs habitants ont abandonn6 la zone pendant quelque temps et a leur retour ont retrouv6
leurs maisons saccag6es.
Pendant la dur6e du massacre, les militaires auraient oblige les habitants de la region, et
surtout les jeunes, A creuser des fosses pour enterrer les cadavres. Plusieurs d'entre eux auraient
Wte tu6s apres avoir termin6 leur travail et enterrds dans les fosses. D'autres auraient 6t6 forces
de ramasser les cadavres et de les mettre sur des v6hicules pour les amener ailleurs.
Selon les habitants du quarter, les corps des victims du massacre sont rests dans la rue
pendant plusieurs jours et ont 6t6 d6vor6s par des chiens. L'odeur des cadavres pourris se fit
sentir pendant plusieurs mois et de nombreux habitants ont fui la zone pendant plusieurs
semaines.
Violationss: executions sommaires don't des mineurs, maisons pill6es et cribl6es de balles,
tentatives d'ex6cution sommaire, detention arbitraire
Droit(s) viold(s): droit A la vie, atteinte au droit A la propri6t6, droit a la liberty
Responsables: militaires et attaches


1.2.3. Massacre de Martissant

Dans les premieres heures qui ont suivi le coup d'6tat, une jeep Rocky rouge et une pick-
up Toyota blanche ayant A bord des militaires en uniform vert olive et des policies en uniform
bleu, sont arrives A Martissant. Les hommes 6taient arms de fusils fal et ghalil et tiraient dans
tous les sens.
Pendant les deux jours qui ont suivi, ils ont tu6 7 jeunes habitants de la zone: Jules
Delpeche, Didi St-Villier (17 ans), Dieujuste Mervilus (24 ans), Giordani Maignan, et deux
d6nomm6s Fanfan, don't un 6tait en compagnie de Giordani et I'autre se trouvait a Martissant 25.
Dieujuste Mervilus, un vendeur de borlette de 25 ans, habitat a Martissant avec sa
compagne et ses 2 enfants. II a 6t6 tu6 par 3 balles dans le dos.
Didi St-Villier, un 6tudiant mineur de 17 ans, a 6t6 tu6 par un policies vers midi le ler
octobre 1991.
Jules Delpeche, un ami de Didi St-Villier, a 6t6 abattu le ler octobre 1991 d'une rafale
de mitraillette par un policies qui l'a accuse d'avoir vol6 le cadavre de Didi St-Villier. Le corps
de Jules Delpeche a 6t6 mis dans une ambulance qui est parties en direction de l'Hopital de
l'Universit6 d'Etat d'Haiti (HUEH).
Le pere de Jules Delpeche a demand A un ami de suivre l'ambulance pour essayer
d'empecher que le cadavre ne soit jet6 dans une fosse, faute d'identification. L'ami a r6ussi A
s'introduire A 1'HUEH et A 6pingler le nom de Jules sur ses v8tements, ce qui a permis A la
famille de r6clamer le corps.
Les fundrailles ont eu lieu A l'Eglise Baptiste et il fut inhum6 au Cimetikre de Port-au-
Prince le 17 octobre 1991.
Giordani Maignan, un musicien de 28 ans, habitat avec sa femme a Martissant. II faisait
parties d'un movement populaire de la region et 6tait musicien du Koudja, un group partisan
du president Aristide.
Le 30 septembre 1991 il se dirigeait A la maison de sa femme, A la rue Martissant, avec
deux amis, Ti Hdri et Fanfan. A la rue Dessalines les trois hommes ont crois6 une pick-up











militaire garde sous un arbre. En les voyant les militaires ont commence A tirer. Ils ont d'abord
atteint Giordani Maignan et puis ont poursuivi les deux autres hommes et les ont tu6s.
Giordani Maignan n'est pas mort sur le champ. Des amis ont essay de le transporter A
l'H6pital, mais il est mort en chemin.
Le lendemain sa famille est venue retrouver son corps A la morgue de l'H6pital Gdn6ral.
Le cadavre a 6t6 transport A une morgue priv6e ofi il a pu 6tre identifi6.
Le massacre de Martissant a 6td orchestra par un lieutenant en repr6saille A l'incendie de
sa maison A Martissant la nuit du 29-30 septembre 1991.
Violations: massacre faisant 7 victims don't un mineur
Droit(s) viold(s): droit A la vie
Responsables: militaires

B.1.3. Rapport d'enquetes approfondies

1.3.1. Execution sommaire d'Etienne Janvier

Le 25 septembre 1993, au course d'une descent des lieux au Club El Caribeno par un
commando dirig6 par le lieutenant X et plusieurs attaches, identifies par les victims, l'adjudant
r6form6 (ou ex-adjudant) Etienne Janvier fut tu6 et le lance-caporal Frisner Jacob fut grievement
bless.
Description des faits:
Le 25 septembre 1993 au soir, Etienne Janvier et Frisner Jacob se trouvaient avec deux
HaYtiennes et un ami de la diaspora pour boire de la biere A El Caribeno, propridt6 d'un nomm6
Phito. El Caribeno est un bar et lieu de prostitution situ6 a Martissant 2.
Un commando compose d'attach6s et de militaires lourdement arms, dirigd par un
lieutenant, est arrive A bord de quatre pick-ups de couleur creme et blanche, propri6t6 de l'itat.
Un attached qui se trouvait dans les parages aurait inform sa base, la 406me compagnie (Anti-
gang), de la presence de l'ex-adjudant Etienne Janvier.
Le lieutenant 6tait accompagn6 d'attachds et d'autres acolytes en civil qui portaient tous
des vetements noirs.
Le commando essaya de s'emparer d'Etienne Janvier qui appelait Frisner Jacob A son
secours. Celui-ci intervint: "Ce Monsieur est un ancien officer, si vous devez l'arrater, allez-y!
Je ne pense pas que vous puissiez faire quoi que ce soit". Le lieutenant Charles lui r6pondit: "Si
vous le ddsirez, Etienne et vous-meme allez subir le meme sort". Suite A cet entretien, les
assailants ont contact leur base pour instruction. Un ordre passa: Exdcutez! Fiddles aux
instructions, les militaires et attaches ont cribl de balles Etienne Janvier, qui est mort sur le coup.
Frisner, qui tenta de s'6chapper, regut trois balles. Feignant la mort, il s'est abrit6 derriere une
voiture qui se trouvait sur le lieu du drame. Le commando est reparti avec le corps de Janvier
pour une destination inconnue.
Quelques minutes apris cet incident, un autre lieutenant arriva sur les lieux et transport
le soldat Jacob A l'H6pital Militaire.
Selon le certificate medical signed par le Dr Frantz Bijoux dat6 du 23 novembre 1993,
Frisner Jacob pr6senta, lors de son arrive A l'H6pital Militaire, "un dtat de choc h6morragique










assez intense et un abdomen r6agissant... On pouvait 6galement noter: qu'un ler projectile a eu
une trajectoire d'arrimre en avant avec port6e d'entr6e (p.e.) A la fosse lombaire droite et port6e
de sortie (p.s.) A la fosse iliaque droite; qu'un 26me projectile traversa le 1/3 inf6rieur du bras
gauche pour rentrer au flanc gauche sur la ligne auxiliaire moyenne et sortir sur la ligne m6diane
en sous ombilical; qu'un 36me enfin aurait atteint la cuisse avec p.e.. A la face externe de l'union
entire les 1/3 sup6rieur et moyen et p.s. A la face interne du 1/3 moyen avec possibility d'atteinte
franche du nerf grand sciatique droit."
Jacob fut op6r6 le jour meme de son aggression. Le service d'urgence de l'H6pital
1'informa qu'un group d'hommes arms le recherchait pendant qu'il 6tait dans la salle
d'op6ration.
Le 8 d6cembre 1993, il sortit de l'h6pital. Son etat de sant6 fut suivi par les m6decins
des services d'Orthop6die, de Neurologie et de Physioth6rapie quijugerent ses 1~sions d6finitives.
Cependant, il fut r6admis le 9 janvier 1994 pour la r6int6gration de sa colostomie sigmoidienne.
A cause de probl6mes logistiques tels que le manque d'l6ectricit6, Jacob ne fut op6r6 que le 20
janvier 1994. I1 ressortit de l'h6pital 8 A 10 jours apres. Le suivi de son 6tat continue jusqu'en
avril 1994.
Apr6s le retour du president Aristide, le soldat Jacob informa le major Lesly Mendez
P6tion, alors responsible de la 43eme compagnie, des incidents du 25 septembre 1993. Le major
P6tion deconseilla A Jacob de d6poser une plainte au Grand Quartier-G6neral.
En decembre 1994, Jacob adressa une lettre au commandant en chef des FADH avec des
copies au Commissaire du Gouvernement et le Ministre de la Justice. Le texte de la plainte suit:
Quartier-General de la 43Rme compagnie
Port-au-Prince, R6publique d'Ha'ti
Le-d6cembre 1994

Du : Soldat Jacob Frisner
Au : Commandant en Chef des FAd H
Via : Officiel
Objet : Demande d'Ester en Justice

1. Le soussign6 informed le Commandant en Chef des Forces Armies d'Haiti que le 25
septembre 1993, vers les 10 h 30 pm, qu'il s'installait paisiblement buvant des bires A El
Caribeno il a 6t6 victim de cinq cartouches tires par I'adjudant X, FADH, et un group
d'hommes attaches et militaires (sic).
2. L'officier en question etait cantonn6 au Q.G. de la 40eme compagnie lors de cet
incident malhonnate. Cet incident a caus6 la mort A l'adjudant r6form6 Etienne Janvier qui 6tait
ce jour-la assis A c6t6 de moi (illisible) venant just de boire une biere (sic).
3. En consequence, je sollicite le Commandant en Chef de bien vouloir passer des
instructions sur son cas.
4. Dans l'espoir que vous donnerez une suite positive A ma demand, je vous remercie
d'ores et deji et vous prie de recevoir l'expression de mes considerations distingues (sic).

Sign6-----------Sd. Jacob Frisner
(45219) 46me Cie











Apres avoir envoy cette lettre, le soldat Jacob regut un appel t6lphonique: "Si vous
continue a tergiverser pour rien, vous serez r6voqu6". Des contacts ont 6t6 etablis entire la
victim et le lieutenant X, par interm6diaire d'un officer de la 406me compagnie (anti-gang). Le
lieutenant X offrit de payer 3.000 dollars haltiens au soldat Jacob pour laisser tomber 1'affaire.
Le 12 octobre 1995, le soldat Jacob adressa une lettre au Commissaire du Gouvernement
prbs le Tribunal Civil de Port-au-Prince, Me Jean-Auguste Brutus.

Ant6c6dents:
Etienne Janvier, nd A Bossier, locality de Ravine Normande, section communale de Cayes-
Jacmel, a int6gr6 les rangs des Forces Armies d'Haiti au grade de soldat (39174), suite A la
formation reque au Camp d'Application des FADH. Il sera promu adjudant quelque peu apres
l'av6nement du gouverement militaire de Henri Namphy en juin 1988. Le 30 septembre 1991
au soir, Etienne Janvier 6tait officer de permanence A son poste de cantonnement, 226me
compagnie (Delmas 33). Ses superieurs lui ont demand de d6pecher des troupes dans les
quarters populeux pour r6primer les manifestations contre le coup. I1 refusa d'ob6ir et fut
d6nonc6 aux hauts grades comme lavalassien agissant contre les FAd'H. En guise de sanction,
il fut transf&r6 A M61e Saint-Nicolas, Port-A-Piment, Petit-GoAve et Grande-Riviere-du-Nord. De
ce dernier poste, il a 6t6 rfform6 au mois d'aoft 1992, accuse d'etre partisan du Pr6sident
Aristide. Une autre version indique qu'Etienne Janvier serait suspect d'actes de banditisme.

1.3.2. Execution sommaire d'Andral Fortune

1. Le 16 aout 1993, Andral Fortune, alias "Tidou", ag6 de 29 ans, mari6 et pare d'un enfant,
a 6t6 abattu par le caporal B.

2. Selon les declarations du caporal devant une Commission Militaire d'Enquete, le caporal
aurait 6t6 envoy en service par le commandant du Sous-District de Lascahobas, l'adjudant X,
en vue de proc6der A l'arrestation de Andral Fortune qui venait d'agresser le sergent Robert Jean-
Tiberus tout en tentant de s'emparer de son arme. Arrive sur les lieux et n'ayant pas trouvd M.
Fortune, il prit un sentier pour regagner la caserne. Brusquement, Andral Fortune se jeta sur le
caporal et essaya de le d6sarmer. Pendant le corps A corps, le caporal press sur la detente de son
fusil.

3. Selon les declarations des t6moins oculaires, Andral Fortune essayait de se sauver quand
il fut mortellement atteint d'une balle dans le dos.

4. Le certificate medical, sign par le Dr Louis G6rard, indique que le corps pr6sentait un
orifice de deux centimetres dans le dos et un autre de cinq centimetres dans le thorax, pouvant
indiquer 1'entree et sortie de la balle, respectivement, discr6ditant ainsi la version du caporal.

5. La Commission d'Enquete recommend que "le soldat de premiere-classe -Y, Forces
Armies d'Haiti, soit traduit par devant une cour martial g6narale pour homicide.










6. La CNVJ ignore si la cour martial a status sur ce cas. Cependant, le Caporal B est
maintenant dans la prison de Hinche; son proc&s aura lieu pendant la prochaine session d'assises
criminelles.

7. Andral Fortune 6tait membre de 1'Assembl6e Populaire Rdgionale de Lascahobas.

1.3.3. Execution sommaire d'Oriol Charpentier

Oriol Charpentier, 21 ans, fut arrt6 le 19 avril 1993 sous accusation de vol d'une paire
de souliers et d'une lampe Tropigas appartenant A sa cousine. II fut amend A la caserne de
Thiotte, ofi il subit plusieurs heures de bastonnade de la part du Caporal A et du soldat B.
Charpentier mourut A la suite d'un coup de baton mortel aux testicules. II fut enterr6 par les
militaires qui ne permirent pas A sa famille de voir le cadavre. Un faux proces-verbal sur son
interrogatoire fut dress par le juge de paix supplant du tribunal de Thiotte.

Description des faits

1. Le 19 avril 1993, Oriol Charpentier fut arret6 par le Caporal A A Thiotte sous
accusation d'avoir vol le 9 avril 1993 une paire de souliers et une lampe Tropigas appartenant
A la cousine de Charpentier, concubine d'un propri6taire terrien.
2. Suite a la plainte du concubin de la cousine de Charpentier, une autre personnel fut
arrt6ee le 15 avril 1993 vers 14:00 heures. Cette dernire accusa Charpentier au course d'une
stance d'interrogatoire et bastonnade. Un ordre d'arrestation fut alors 6mis par le commandant
de la caserne de Thiotte contre Oriol Charpentier.
3. Le Caporal A se pr6senta chez Oriol Charpentier le 19 avril 1993 mais ne le trouva
pas. Sa tante essaya de le prot6ger: "Oriol est un enfant. Si vous avez un probleme avec lui, c'est
avec moi qu'il faut le r6gler". A ces mots le caporal riposta "Laissez-moi le trouver et vous
verrez si je ne vais pas le tuer". Le caporal rencontra plus tard Oriol au march de Thiotte et
1'arr8ta. Au moment de 1'arrestation, Oriol recut un coup de crosse de fusil au niveau des cotes
et quelques gifles.
4. Oriol fut amend A la caserne de Thiotte. A son arrive, et sans avoir eu la chance de
se d6fendre contre les accusations port6es contre lui, le Caporal A lui ordonna de s'allonger sur
le dos et monta sur sa poitrine. Ensuite, il subit plusieurs heures de bastonnade de la part du
Caporal A et du soldat B sous les ordres du Commandant. Un dernier coup de baton aux
testicules aurait 6t6 mortel.
5. Apres la seance de bastonnade, les militaires de la caserne, anxieux a propos de I'6tat
de sant6 de Charpentier, lui firent amener une boisson et de la nourriture. Oriol mourut vers 18
heures.
6. Apres sa mort, le Commandant fit chercher le juge de paix supplant de Thiotte qui
r6digea un faux proces-verbal sur I'interrogatoire de Perquis et de Charpentier date du 15 avril
1993, selon un ex-attach6 de la caserne t6moin direct de toute 1'affaire, ayant, en particulier,
amend de la nourriture A Oriol Charpentier dans sa cellule quelques heures avant sa mort. Le texte
du procs-verbal suit:











Republique d'Ha'iti

L'an mil neuf cent quatre-vingt-treize, an 190 de l'ind6pendance et jeudi quinze avril, A
deux heures de 1'apr6s-midi.
Nous C., juge de paix supplIant de la commune de Thiotte, officer de police judiciaire,
auxiliaire du commissaire du gouvemement du resort de Jacmel, assist de M. D, notre greffier
ordinaire.
Vu le dossier du bureau de la police de Thiotte en date du 15 avril 1993, avons proc6d6
A l'interrogatoire des nommn s Stoniel Perquis et Oriol Charpentier, arret6s par la police sous
1'inculpation de vol et escalade dans la maison de la femme E ; avons proc6d6 A 1 interrogatoire
du ler pr6venu A la caserne de Thiotte.
Q. Quels sont vos nom, pr6nom, age, profession, lieu de naissance, demeure et domicile?
R. Stoniel Perquis, n6 A l'Asile demeurant a Marie-Madeleine, majeur, cultivateur.
Q. Vous etes pr6venu d'avoir escalad6 la maison de la dame E en pregnant tout ce que
vous avez voulu. Qu'en dites-vous?
R. J'ai vu Oriol avec un Tropigas appartenant A la dame E pendant que j'ai et6 chez
Mme Fontus; je l'ai vu avec un sac de souliers, vendredi vers huit heures du soir; hier,
j'ai 6t6 battu, mais je ne me souvenais pas de dire que c'6tait Oriol qui a pris ce
Tropigas. Pendant que je me suis couch dans la maison de la dame E, j'ai entendu
Evans venir me demander des chadeques; je n'ai rien dit A Oriol, lorsque j'ai vu ce
Tropigas entire ses mains. Requis de signer: il ne l'a pas fait avec nous I'avons seuls
fait juge et greffier.

Interrogatoire du 2eme pr6venu A la caserne de Thiotte:

Q. Quels sont vos nom, pr6nom, age, profession, lieu de naissance, demeure et domicile?
R. Oriol Charpentier, majeur, n6 a Thiotte y demeurant et domicili6.
Q. Vous etes prevenu et impliqu6 d'apr6s la declaration de Stoniel Perquis en disant qu'il
vous a vu avec un Tropigas de la dame E, vendredi vers 8 heures du soir. Qu'en
dites-vous?
R. Magistrat, vendredi vers 8 heures du soir, Stoniel dtait dans cette maison, je lui ai
demand de l'eau dans un bol; il m'en a donn6 et je suis all chez moi. Apres quoi,
je n'en sais rien. Plus rien n'est entendu, etc. requis de signer: il ne l'a pas fait avec
nous l'avons seuls fait juge et greffier.

7. Un proche informa les parents d'Oriol de sa mort et, lorsqu'ils commencerent A faire pression
pour la remise du corps d'Oriol, les militaires demandbrent au juge supplant de dresser le constat
de d6ces; il refusa. Les militaires firent venir alors le juge de paix titulaire, qui ordonna que le
cadavre soit remis aux parents. Le texte du constat suit:

R6publique d'Haiti

L'an mil neuf cent quatre-vingt-treize, an 190 de l'ind6pendance et le jeudi quinze (15)
du mois d'avril, A quatre heures de l'apres-midi.










Nous, F, juge de paix de la commune de Thiotte, officer de police judiciaire, auxiliaire
du commissaire du gouvernement du resort de Jacmel, assist de notre greffier ad hoc, M. G.,
huissier du tribunal de paix de Thiotte.
Sur la requisition qui nous a 6t6 faite par le commandant de sous-district de Thiotte,
sommes expres transports A la caserne de Thiotte, A l'effet de constater le cadavre de Oriol
Charpentier dans la prison de Thiotte. Arrives sur les lieux, accompagn6s des soldats des FADH
de Thiotte, M. I et J, sergent des FAd'H et M.G, huissier du tribunal de paix de Thiotte.
Constat-
Avons constat6 le cadavre du pr6venu Oriol Charpentier 6tendu sur le dos, sa tate 6tendue
au coucher du soleil, ses pieds A l'Est, son bras droit au sud et son bras gauche au nord.
N'avons trouv6 aucune 6gratignure sur cette d6pouille mortelle; avons ordonn6 au
commandant du sous-district de Thiotte d'enlever ce cadavre pour etre remis A ses parents et pour
etre inhume.
En foi de quoi, les jour, date, mois et an que dessus, avons dress et clos ce present
proces-verbal de constat qui a 6t6 sign par le commandant du sous-district de Thiotte et par tous
ceux qui veulent le faire.
Les militaires n'ont pas remis le cadavre A la famille; ils reclambrent d'eux un cercueil
et fixerent la date des fun6railles. Le cadavre fut enterr6 pendant la nuit au cimetiere de Thiotte,
discretement par les militaires, et les fun6railles eurent lieu le lendemain sans le cadavre.
Personne ne pouvait pleurer, meme pas les parents. Certains membres de la famille Charpentier
se sentirent menac6s par les militaires et partirent dans le maquis, notamment son frere, Gesner
Charpentier.

1.3.4. Disparition forcee des six membres de l'Organisation Populaire
17 septembre

R6sum= des faits:
Six membres de l'Organisation populaire 17 septembre ( OP-17) ont disparu dans la nuit
du 25 au 26 mars 1994 A Port-au-Prince. Amnesty International a lanc6 plusieurs appeals,
notamment le 8 avril 1994, pour des actions urgentes au sujet de la disparition des 6 membres
de l'OP-17. La MICIVIH a fait une enqu8te approfondie sur ces disparitions et a 6mis un
communique de press en date du 12 avril 1994, concernant, entire autre, la disparition des 6
membres de 1'OP-17. Les informations recueillies par la CNVJ 6tablissent que les membres de
l'OP-17 ont 6t6 enlev6s dans la nuit du 25 au 26 mars 1994. Ils devaient participer A une reunion
de membres de l'OP-17 en d6but de soir6e et rencontrer plus tard des militaires du Palais
national. Un v6hicule A bord duquel se trouvaient certain des disparus et appartenant A F'un
d'entre eux, a 6t6 retrouv6 le 26 mars sur le boulevard Harry Truman, A la hauteur du bureau du
Fraph situ6 au Bicentenaire. Un t6moin a d6clar6 que les occupants du v6hicule ont 6t6 arret6s
et emmends par des hommes arms qui avaient barr6 la route devant eux. Malgr6 toutes les
d6marches effectudes le sort des disparus est A ce jour non 6clairci.
L'organisation OP-17 avait 6t6 cr66e en 1988 par d'anciens militaires qui avaient
auparavant appuy6 le coup militaire du g6n6ral Prosper Avril. Apres le coup, ils avaient toutefois
continue A revendiquer des changements radicaux et avaient 6t6 pers6cut6s. Plusieurs membres











avaient 6td arrit6s et incarc6r6s par les Fad'H. Ils avaient 6t6 dcartds de l'armde et le group avait
Wt6 form a 1'Apoque.


Nom: Jean P6ralte
Profession: Chauffeur
Affiliation: Sympathisant de l'organisation populaire OP-17 (Organisation populaire 17
septembre); membre du syndicate CATH

M. Jean Peralte a disparu le 25 mars apres avoir quitt6 son domicile dans 1'apres-midi
pour se rendre A une reunion de i'organisation OP-17. Cinq autres membres de l'organisation ont
disparu le meme jour.
Droit violet: droit A la liberty et A la sfret6 de la personnel, droit A la vie
Type de violation: disparition force de personnel
Auteurs prisumis de la violation: militaires et membres du Fraph
Timoins desfaits: non disponibles
Documents et elements de preuve:
1. Fax du coordonateur de l'OP-17 A Amnesty International, dat6 du 7 avril 1994.
2. Appel lanc6 le 8 avril 1994 par Amnesty International pour une action urgente en
faveur de la victim.
3. Communique de la MICIVIH du 12 avril 1994.


Nom: Ars6ne Coicou
Profession: 6tudiant en 4&me annie de sciences 6conomiques
Affiliation: membre du FNCD, membre de OP-17

Le soir du 25 mars 1994, Arsene Coicou est sorti de chez lui en compagnie de son ami
Jean Salomon Erase dans la voiture de ce dernier, une Isuzu trooper. Selon un proche parent de
la victim, ils avaient 1'habitude de se r6unir chez une militant avec d'autres Lavalassiens. La
militant en question a affirm que deux militaires en civil, arms, don't 1'un d'entre eux faisait
parties du group OP-17 selon elle, 6taient venus et avaient attend plus de 2 heures I'arriv6e de
Ars&ne Coicou et Jean Salomon Erase. Lorsqu'ils sont arrives vers 6 heures 30 ou 7 heures du
soir, 1'un d'entre eux leur a demand de les accompagner quelque part en ville. Ils sont months
dans la voiture de Jean Salomon Erase. Le group s'est arret6 bribvement chez le cousin de Jean
Salomon Erase, et en est sorti vers 20 heures. Le 26 mars, vers 6 heures du matin, quelqu'un
contact la militant chez qui les deux hommes s'6taient rendus la veille, pour lui apprendre qu'il
avait vu la voiture de Jean Salomon Erase au Bicentenaire, vers cinq heures du matin, les portes
ouvertes, entouree d'hommes arms qui interdisaient de s'en approcher. Le parent de la victim
fut contact par cette personnel et se rendit sur les lieux vers 10 heures du matin, pour constater
qu'il s'agissait bien de la voiture de Jean Salomon Erase. II s'est rendu directement A 1'Anti-
Gang, ofi il a trouv6 les parents et le cousin de Salomon, auxquels un officer de l'anti-Gang avait
r6pondu que les noms des personnel recherchdes ne paraissaient pas sur leurs registres. Le parent
de Arsene Coicou a ensuite effectu6 des d6marches dans tous les centres de detention de Port-au-










Prince et a la morgue, en vain. Il s'est meme rendu jusqu'A Titanyen, mais n'a pu retrouver la
trace ou le cadavre des disparus.
Apres ces 6venements, il regut r6gulifrement des menaces au t6lCphone. Un mois apres
ces disparitions, un colonel des FADH a demand $1300 aux parents de Salomon Erase pour la
liberation des deux disparus. Le colonel leur a appris que les deux hommes etaient accuses
d'avoir complote pour placer une bombe au quartier-g6ndral. II a conseill aux parents de
Salomon Erase de ne faire aucune demarche, ce qui pourrait compromettre ses propres efforts.
II a dit qu'il solliciterait Michel Frangois pour "leur donner une chance" mais que de toute fagon,
ils ne seraient pas libdr6s de si t6t. Les parents de Salomon ont demand des garanties avant de
se d6cider A fournir l'argent. La famille d'Arsene Coicou ne disposait pas de la some d'argent
demandee. La famille de Salomon ne s'est pas d6cidde A verser l'argent car la date du retour du
president Aristide approchait. A cette 6poque, la MICIVIH a requ des informations faisant 6tat
de la presence de plusieurs des disparus dans l'enceinte de l'Anti-Gang, ce qu'a formellement ni6
le capitaine Jackson Joanis. Un militant du FNCD a inform la famille de Arsene Coicou qu'il
avait des renseignements qui indiquaient que les deux victims 6taient vivantes jusqu'au depart
de Michel Frangois, ofi elles auraient 6t6 ex6cut6es.
Droit violet: droit a la liberty et A la siret6 de la personnel
Type de violation: disparition force de personnel
Auteurs prisumis de la violation: militaires et Fraph
Temoins des faits: proche parent de la victim
militant amie de la victim
famille de Jean Salomon Erase
Documents et elements de preuve:
1. Fax du coordonateur de l'OP-17 A Amnesty International, dat6 du 7 avril 1994.
2. Appel lancd le 8 avril 1994 pour une action urgente en faveur de la victim.
3. Communique de la MICIVIH du 12 avril 1994.
4. T6moignage A la Commission de la soeur de la victim.


Nom: Jean Salomon Erase
Profession: ing6nieur
Affiliation: OP-17, OPL, CTH

Jean Salomon Erase a disparu le 25 mars 1994. I1 s'6tait rendu chez une militant en
compagnie de Jean P6ralte, vers 18 h 30, A bord de son v6hicule. Ils se seraient ensuite rendus
A bord de la voiture de Jean Salomon Erase chez un cousin de ce dernier, don't ils auraient quitt6
le domicile vers 20 heures, en compagnie de deux militaires en civil arms qui les avaient
attendus chez la militant. Le lendemain, la famille de la victim s'est rendue au Bicentenaire
pour faire le constat du v6hicule de Jean Salomon Erase trouv6 abandonn6, accompagnd du juge
Cirinas. Des membres de la famille de Jean Salomon Erase se rendent ensuite A l'Anti-Gang oil
ils apprennent par une source sur place que 1'ing6nieur 6tait present la veille au soir. Jean
Salomon Erase est A ce jour porter disparu.
Droit viold: droit A la liberty et A la sfrete de la personnel, droit A la vie
Type de violation: disparition force de personnel











Auteurs presumes de la violation: militaires et membres du Fraph
Timoins des faits: famille de la victim
Documents et ildments de preuve:
1. Fax du coordonateur de l'OP-17 a Amnesty International, date du 7 avril 1994.
2. Appel lance le 8 avril 1994 pour une action urgente par Amnesty International en
faveur de la victim.
3. Communique de la MICIVIH du 12 avril 1994.
4. T6moignage A la CNVJ d'un membre de la famille de la victim.


Nom: Antoine P6tigny
Profession: M6canicien, ex-Caporal de l'arm6e ha'tienne
Affiliation: membre fondateur de 1'OP-17 et son tr6sorier

Le 25 mars 1994, vers quatre heures de 1'apres-midi, Antoine Petigny est sorti de chez
lui a pied et seul, sans dire oui il allait. Il est port disparu depuis ce jour. Sa soeur a fait des
recherches auprbs du p6nitencier national, de 1'H6pital g6n6ral, de I'anti-gang, de la caserne
"Cafeteria", et de la morgue, en vain. Le 28 mars, la soeur de la victim a regu la visit de cinq
civils inconnus qui demandaient A voir son frere et un ami de celui-ci. Les inconnus ne 1'ont pas
menace, neanmoins, elle a eu peur, et a d6cid6 de quitter la maison le jour meme avec ses
enfants et la fille de son frere. M. P6tigny a disparu le jour meme oil il devait y avoir une
reunion avec certain de ses camarades du group OP-17.
Droit viold: droit A la liberty et A la sfret6 de la personnel
Type de violation: disparition force de personnel
Auteursprisumes de la violation: militaires et membres du Fraph
Temoins desfaits: membres de la famille de la victim
Documents et ildments de preuve:
1. Fax du coordonateur de l'OP-17 A Amnesty International, date du 7 avril 1994.
2. Appel lance le 8 avril 1994 pour une action urgente en faveur de la victim.
3. Communique de la MICIVIH du 12 avril 1994.
4. T6moignage A la CNVJ d'un membre de la victim.


Nom: Jean Joseph Franck Thimoth6
Profession: Ferronnier, ex-caporal des FADH
Affiliation: Membre fondateur de l'OP-17

M. Jean Joseph Franck Thimothe, a disparu dans des circonstances inconnues le 25 mars
1994. M. Franck sortit de chez lui pour aller A une reunion avec cinq autres membres et
sympathisants de l'OP-17. Depuis ce jour, personnel ne I'a revu. L'6pouse de la victim a rapport
que son mari avait quitt6 le domicile familial vers 16 heures le 25 mars, et qu'elle- tait sans
nouvelle depuis lors. Elle a d6cid6 de quitter son domicile le 27 mars lorsqu'elle a 6t6 avertie que
son mari 6tait port disparu, inquidete par les rondes que les policies faisaient autour de son










domicile. Elle s'est cache a la plaine, ouf des inconnus ont continue A la chercher. Elle a contact
la MICIVIH, et a d6nonc6 les faits A Amnesty International.
Droit viold: droit A la liberty et A la stret6 de la personnel
Type de violation: disparition force de personnel
Auteurs presumes de la violation: militaires et Fraph
Temoins desfaits: non disponibles
Documents et ildments de preuve:
1. Fax du coordonateur de l'OP-17 A Amnesty International, dat6 du 7 avril 1994.
2. Appel lanc6 le 8 avril 1994 pour une action urgente en faveur de la victim.
3. Communique de la MICIVIH du 12 avril 1994.
4. Dossier de la MICIVIH concernant la victim.


Nom: Lionel-Raoul Dorl6ans
Profession: Employ6
Affiliation: Sympathisant de l'OP-17

Le 25 mars 1994, vers 7 heures, Lionel Dorl6ans est sorti de chez lui accompagn6 de son ami
Pierre P6tigny. Il n'est jamais r6apparu. Des d6marches ont 6t6 effectu6es aupr6s de l'h6pital
g6n6ral, du p6nitencier national, de la caserne "Cafeteria", et A Fort-Dimanche, en vain. M.
P6tigny a disparu le jour m8me oiu il devait y avoir une reunion avec certain des membres du
group OP-17 don't il est sympathisant.
Droit violet: droit A la liberty et A la sfret6 de la personnel
Type de violation: disparition force de personnel
Auteurs presumes de la violation: Militaires et Fraph
Timoins desfaits: non disponibles
Documents et ildments de preuve:
1. Fax du coordonateur de l'OP-17 A Amnesty International, dat6 du 7 avril 1994.
2. Appel lanc6 le 8 avril 1994 pour une action urgente en faveur de la victim.
3. Communique de la MICIVIH du 12 avril 1994.
4. Dossier de la MICIVIH concernant la victim.

B.1.4. Cas "celebres"

1.4.1. Execution sommaire d'Antoine Izmbry

1. Le 11 septembre 1993, A environ 9 heures 30 du matin, Antoine Izm6ry, un homme d'affaires
haYtien d'origine palestinienne Ag6 de 50 ans, un partisan de premier plan du president Jean-
Bertrand Aristide, 6tait abattu dans la rue, devant l'Eglise du Sacr6-Coeur, A Port-au-Prince. II
assistant A une messe organis6e par le KOMEVEB (Komite Mete Men pou Verite Blayi), en
commemoration du massacre qui eut lieu le 11 septembre 1989, A l'6glise Saint-Jean-Bosco, oi
le cure d'alors, le p6re Jean-Bertrand Aristide, faillit perdre la vie.











2. Plusieurs t6moins oculaires, incluant des observateurs de la Mission conjointe ONU-OEA en
Haiti (MICIVIH) ont donn6 des t6moignages sur les circonstances de ce meurtre. Le rapport
official de la MICIVIH, prdpar6 sur la base de t6moignages directs d'observateurs de la MICIVIH
presents sur les lieux, a l'intdrieur et autour de l'Eglise du Sacr6-Coeur, ainsi que d'abondants
t6moignages d'autres t6moins occulaires, note ce qui suit:

"Vers 9hres25 AM, cinq (5) hommes arms sont entris dans l'dglise par la
porte latdrale situee ia 'extrimiti sud, devant laquelle etait stationni un vehicule
de la MICIVIH. Au mOme moment, un homme avec un appareil de radio-
communication, qui itait sorti d'une Renault beige un moment plus t6t, entra dans
I 'glise par la porte principal.
Dans diffdrentes parties de 1'Eglise, pros des portes est et ouest, des hommes
criaient aux participants "Dehors! Dehors!" et agressaient les personnel.
A un certain moment, I'un d'eux, portant un Colt 45 ai la ceinture et un
appareil de radio-communication dans la main droite, prit le photograph Daniel
Morel pour Izmery. Un membre du group point du doigt Izmery qui essaya de
se rifugier derribre l'autel. Alors, I'un d'eux point son arme sur Izmery et le fit
prisonnier...
Un group de cinq (5) i huit (8) hommes arms quitta 1'Eglise par la porte
situee ia 'extremiti sud, tirant deforce Antoine Izmery. Ils I 'emmenerent sur la rue
Jose Marti, en direction de l'avenue Jean-Paul II. A quelques m&tres de
l'intersection, ils le forcerent i se mettre i genoux, les mains derriere la tote.
Environ une douzaine d'hommes l'entouraient.
Selon des timoins, un homme sortit d'une Renault blanche ou creme stationnee
a c6te de Pax Villa, et abattit Izmery a bout portant.
Les assassins partirent alors vers 'avenue Jean-Paul II, en tirant des coups
defeu. L 'un deux revint avec une grosse pierre avec laquelle ilfrappa violemment
le cadavre d'Izmery a deux reprises."

Les Antecedents

1. M. Izmdry 6tait une personnalit6 tres connue de la sc6ne politique haitienne. II avait
finance la champagne pr6sidentielle de Jean-Bertrand Aristide.lors des elections de d6cembre 1990.
AprBs le coup d'itat de septembre 1991, il milita ouvertement pour la restauration du Pr6sident
Aristide. En d6pit de la mort de son frere Georges Izm6ry dans des circonstances qui demeurent
obscures et la conscience des graves dangers auxquels ses activities pro-Aristide l'exposaient,
Antoine Izm6ry continue A critiquer publiquement le regime de facto et A r6clamer la restauration
du president constitutionnel.
2. Peu apres la signature de l'Accord de l'Ile des Gouverneurs, qui pr6voyait le retour du
President Aristide en Haiti le 30 octobre 1993, M. Izm6ry, avec d'autres partisans du Pr6sident
Aristide, mit sur pied une association, le KOMEVEB en vue de promouvoir le retour au pouvoir
civil. Parmi les activities proposes par ce group, on peut mentionner la tenue de rassemblements
publics, la distribution et I'affichage de photos du Pr6sident Aristide.










3. Le 17 aoit 1993, une reunion publique du group A P6tion-Ville fut disperse par la
police et trois des participants, incluant le pare Yvon Massac, I'un des co-fondateurs, furent
arr8t6s et relach6s au bout de quelques jours. M. Izm6ry d6nonga les actions de la police et de
leurs auxiliaires dans diff6rents communiques de press.
4. Un mois plus tard, lors d'une entrevue au quotidien Le Nouvelliste (23 septembre
1993), le chef de la Police, le lieutenant-colonel Michel Frangois s'inscrivit en faux contre le fait
que la reunion publique du 17 aofit ait 6t6 disperse A cause de la tentative d'afficher des photos
du President Aristide. L'intervention de la Police, dit-il, 6tait de nature "preventive", pour
empecher A la manifestation de "d6g6n6rer en un soulevement populaire".
5. Les tensions qu'a connues Haiti A la mi-aoft semblent provenir de le tentative du
regime de facto et de ses partisans d'empecher l'application de 1'Accord de l'ile des Gouverneurs.
II y a des preuves 6tablissant que, des le mois de mai de la meme annee, des collaborateurs de
M. Izmery avaient et6 arret6s par les autorit6s et s6questrds dans des centres de detention
clandestins, oA ils furent interrog6s sur les activit6s politiques de M. Izm6ry et du pare Massac.
Vers le mois d'aoft 1993, des membres d'autres organizations poursuivant des objectifs similaires
furent aussi ciblds par les autorit6s.

Le r61e des autorites

1. Il y a abondance de preuves, tant de la MICIVIH que d'autres t6moins oculaires, que
d6s 6 heures du matin, le jour de 1'assassinat d'Izmery, un nombre considerable de policies et
de para-militaires sous le control des autorit6s de facto commenga a se rassembler autour de
l'Eglise du Sacr6-Coeur. Quelques minutes avant I'assassinat, un group d'hommes obligea les
occupants de la voiture de la MICIVIH, stationn6e pres de 1'Iglise, A partir. A peu pres au meme
moment, deux journalists haltiens furent battus, mis de force dans une voiture et conduits a
l'"Antigang". I1 y avait des journalists parmi ceux qui furent attaqu6s A l'int6rieur de l'Iglise,
et contraints de sortir, par des hommes arms.
2. Des hommes lourdement arms furent d6ploy6s de fagon strat6gique aux abords de
l'Eglise, dans l'intention manifeste d'intimider les membres du KOMEVEB, la press ainsi que
les autres observateurs et de d6courager la participation A la messe et A la manifestation qui devait
suivre. Plusieurs de ces hommes 6taient connus comme attachess", d'autres furent identifies par
des t6moins comme 6tant des membres dirigeants du FRAPH; d'autres enfin comme des militaires
en civil. Un ex-ministre du gouvernement Honorat se trouvait parmi les personnel dirigeant ce
d6ploiement.

Conclusions

1. Tous les indices d6montrent que l'assassinat d'Antoine Izm6ry fut orchestra de fagon
tres 61aborde par les plus hauts responsables du regime de facto. Il ne peut y avoir d'autres
explications A la presence de tant de personnel appartenant A diff6rentes composantes de 1'appareil
d'Etat.
2. Le fait que l'incident se soit d6roul6 en plein jour est la preuve du sentiment d'impunit6
total avec lequel les assassins ont op6r6, et de l'existence d'une structure de repression agissant











de fagon impitoyable dans la r6alisation de ses objectifs, meme apres que le regime a ratifi6 un
accord formel pour la restauration du president constitutionnel.
3. Ce sont la des facteurs qui distinguent 1'assassinat d'Antoine Izm6ry d'un simple
homicide et le place dans le cadre d'une politique syst6matique d'l6imination selective
d'adversaires politiques, au profit d'un regime illegal et en vue de terroriser la population toute
entire.

1.4.2. Execution sommaire de Jean-Claude Museau

Nom: Jean-Claude Museau
Profession: dducateur
Affiliation: Ti Kominote Legliz, militant Lavalas

Le 30 d6cembre 1991, Jean-Claude Museau est sorti de chez lui, dans la ville des Cayes
dans la soir6e en pr6venant son pere qu'il rentrerait dormir. Le lendemain matin, 31 d6cembre,
le pere de Jean-Claude Museau, Joseph Museau, remarqua 1'absence de son fils. Vers 8 heures
du matin, le commandant Pyram et le militaire Eliscar se sont rendus chez Joseph Museau en
uniform militaire, sur une motocyclette de 1'arm6e. Ils ont demand a ce dernier si c'6tait bien
la maison de Jean-Claude Museau. Le pere de Jean-Claude Museau a r6pondu par l'affirmative
mais a ajout6 que son fils 6tait sorti. Les militaires ont alors d6clard que Jean-Claude Museau dtait
entire leur mains. Ils ont ouvert devant le pere de la victim, une valise remplie de photos
d'Aristide en d6clarant "voici le travail de votre fils". Joseph Museau s'est ensuite rendu a la
ddl6gation et a rencontr6 le de16gu6 de la ville des Cayes pour lui signaler I'arrestation de son
fils. Le d616gu6 r6pondit qu'il etait au courant de l'arrestation de Jean-Claude Museau. Jean-
Claude Museau a Wt6 d6tenu pendant 5 jours A la prison de Gabion. Au course de sa detention, un
collogue, membre du m8me movement populaire que J.Claude Museau, Mr Amazan Joseph
Boni, a assist A 1'arriv6e de J.C. Museau A la caserne. Il ne pouvait pas se tenir debout et les
militaires l'ont train jusqu'A sa cellule. Plus tard alors que Museau se rendait aux toilettes, il a
pu changer quelques mots avec ce dernier, et a constat6 qu'il respirait avec beaucoup de
difficult. Le jour de sa liberation, le d6lgu6 est venu chez Joseph Museau accompagn6 de
J.Claude Museau a bord du v6hicule de la d61lgation. II aurait d6clar6 au pere de ce dernier que
c'6tait la dernire fois qu'il intervenait "pour une personnel qui fait des choses malpropres". J.
Claude Museau, a ensuite racont6 A son pere qu'il avait 6t6 tellement battu dans le bureau de
police par Eliscar et Pyram qu'il a, A plusieurs reprises, perdu connaissance. Ils 1'ont battu A
coups de baton aux fesses, tout en le pi6tinant. Ils I'ont forc6 A manger des photos du president
Aristide. J.Claude Museau a dormi chez lui la premiere nuit apres sa liberation. II avait les fesses
comme "pourries" et ses c6tes dtaient enfonc6es. II portait des plaies profondes aux fesses et A
la tate oii il avait 6te frapp6 trbs violemment. Le lendemain, voyant que son fils 6tait dans un 6tat
critique, qu'il etait incapable de se nourrir, ou de faire ses besoins normalement, Joseph Museau
accompagn6 d'amis de son fils, don't Guy Delva, a accompagn6 son fils A I'h8pital Bonnefin des
Cayes. II a et6 op6rd le surlendemain, et est d6c6d6 le meme jour, apres l'op6ration. Les
fun6railles furent cl16brdes le 8 janvier, vers 14 heures, au course desquelles, selon le pere de la
victim, des militaires arms posts autour de l'6glise, auraient tent6 de rdcup6rer le corps de










Jean-Claude Museau, mais sans succ6s en raison de la forte pression de la foule assemble A
l'Nglise pour les fundrailles.
Violation: execution sommaire
Droits violas: droit A la vie
Responsables: ex-commandant de la police des Cayes, un caporal et deux ex-colonels des
Cayes, ex-colonel
Documents/Elements de preuve:
Plaintes reques par la Commission (2)
Enquete approfondie r6alisde par la Commission
Elements du dossier judiciaire:
Le 3 janvier 1992: plainte de Maralon Joseph Museau d6pos6e au doyen du tribunal de premiere
instance, Me Jacques Pierre, visant A obtenir la delivrance d'une ordonnance du juge d6clarant
la detention de J.Claude Museau ill6gale et arbitraire et ordonner sa liberation immediate.
Le 2 juin 1995: Lettre du parquet du tribunal civil des Cayes au ministry de la Justice, Me
Jean-Joseph Exum6, joignant l'ordonnance de renvoi devant les assises criminelles concernant les
trois inculp6s, Jean Emery Pyram, ex-commandant de la police des Cayes, Eliscar Edm6, caporal,
l'ex-colonel Jos6 Eugene.
Le 14 juin 1995: Lettre du parquet du tribunal civil des Cayes au ministry de la Justice,
Me Jean-Joseph Exum6, signalant le d6but de la procedure par contumace contre les inculp6s,
joignant l'ordonnance introductive de la procedure par contumace entreprise contre 1'ex-
commandant de la police des Cayes, Jean Emery Pyram.

1.4.3. Tentative d'execution sommaire d'Alerte Belance

Nom: Alerte Belance
Profession: Commergante
Affiliation: Comit6 de quarter

Dans la nuit du 14 au 15 octobre 1993, un group d'individus arms ont d6barqu6 au
domicile d'Alerte Belance de Mariani, Port-au-Prince, oh elle vivait avec son mari Evenson
Cariolan et ses 2 enfants de 4 et 3 ans. Ils ont invest la maison apres avoir bris6 la porte. Ils lui
ont demand oii se trouvait son mari, qui venait de prendre la fuite par une fenetre sp6cialement
am6nagee a cet effet, en pensant que les individus 6taient a sa recherche en raison de ses
orientations politiques. Alerte Belance a r6pondu que son mari ne dormait pas chez elle. Les
individus ont r6pondu qu'il ne dormait pas chez lui parce qu'il savait que son Papa Aristide allait
revenir. Ils ont alors train Alerte Belance par les pieds et 1'ont jet6e sur le venture dans un pick-
up. En chemin, elle pouvait les entendre parler et certain d'entre eux sont descendus du pick-up,
en disant que "ces jours-ci, ils vont vraiment prendre tout ce qu'ils trouvent". Le pick-up s'est
arret6 A Titanyen, oi Alerte Belance a 6td pouss6e hors du v6hicule. Elle regut un premier coup
de machette au visage, qui trancha son oreille droite et un deuxieme coup de machette au visage
qui coupa sa langue et brisa ses dents. Elle tomba, en essayant de lever les bras, et recut un autre
coup de machette au bras. Elle regut plusieurs autres coups a la nuque, d'un homme qui avait son
pied sur son dos. Un autre demandait si elle 6tait morte, et on lui r6pondit que oui. On la jeta
alors dans une fosse, oi elle entendit des g6missements d'autres victims qui s'y trouvaient. Elle











perdit connaissance mais se r6veilla au petit matin et se traina jusqu'au bord de la route. Elle
tenta d'arreter une voiture, qui alla chercher la police. Elle indiqua alors aux policies la fosse
oh elle avait 6t6 jet6e. Apres de longues tractations, ces derniers accepterent de mener Alerte
Belance a l'h6pital g6ndral de Port-au-Prince, a bord d'un pick-up gris de la police. Alerte
Belance avait le bras droit tranch6, de nombreuses blessures au bras gauche, le majeur de la main
gauche coupe, de nombreuses blessures au dos, au cou, A la tete et A la bouche. Lors de son
s6jour A I'hopital, plusieurs membres du personnel hospitalier craignaient que l'on vienne achever
Alerte Belance, et un des m6decins en chef a pris l'initiative de la faire sortir rapidement du
service.
Peu de temps avant la tentative d'ex6cution d'Alerte Belance, 1'atelier de son mari avait
6t6 pill6 par des membres du FRAPH. A sa sortie de l'h6pital, Alerte Belance entama une
procedure aupres du bureau de I'OIM A Port-au-Prince. L'employ6 qui la regut mit
imm6diatement son t6moignage en doute, et lui sugg6ra que les personnel qui avaient p6ndtr6
chez elle n'6taient sirement que des bandits. Lors de son deuxieme entretien, on lui dit que ce
sont en r6alit6 surtout les membres du movement Lavalas, qui sont responsables de meurtres.
Comment pouvait-elle done affirmer que des membres du FRAPH avaient essay de la tuer.
Quand finalement elle obtint un visa pour se rendre aux USA, on lui dit encore qu'elle ne devrait
pas continue A parler autant de politique, car c'6tait vraiment la cause de tout ce qui lui 6tait
arrive.
Violation: torture et tentative d'ex6cution sommaire
Droit viold: droit a la vie, droit A l'int6grit6 physique
Responsables: Non identifies
Documents:
T6moignage d'Alerte Belance A la CNVJ
Alerte Belance v. Front pour 1'Avancement et le Progres Haitien (FRAPH), Cas no.
94-2619, United States District Court, Eastern District of NewYork, vol I& II, Beta
Reporting ed., Washington D.C.

1.4.4. Execution sommaire de Jean-Marie Vincent

Le pere Jean-Marie Vincent a 6t6 assassin dans la soir6e du dimanche 28 aofit 1994 a 8
heures 30 du soir, A I'entr6e de sa residence, au si6ge de la congregation des peres Monfortins,
rue Baussan, A Port-au-Prince, alors qu'il s'appr8tait A rentrer chez lui. Des t6moins ont affirm
avoir remarqud en d6but d'apr6s-midi les va et vient de trois individus en civil aux abords de
1'6glise. Ces individus ont accost6 un habitant de la zone qui circulait dans une jeep identique A
celle dans laquelle se trouvait le p&re Vincent quelques heures auparavant. Ils ont fait le tour du
v6hicule et ont regard A l'intdrieur. Quinze minutes plus tard, alors que le pere Vincent rentrait
chez lui, on l'a interpel6 en l'appelant par son nom. II s'est arret6 a l'entr6e de la barrier pour
s'entretenir avec la personnel qui l'avait appel et c'est A ce moment pr6cis qu'il a 6t6 abattu.
L'agresseur s'est approch6 et lui a coll6 son pistolet au flanc gauche et l'a tum de deux balles au
coeur. Une rafale d'arme automatique a simultan6ment 6t6 tire dans la zone pour intimider les
t6moins 6ventuels, et permettre aux assassins de se retire immediatement. Ils ont quitt6 les lieux
A bord d'un mini-bus qui les attendait au carrefour. Cinq minutes plus tard, le chef du service
d'investigation et de recherches de l'Antigang, le capitaine Joanis Jackson, accompagn6 d'une










unite de militaires de ce service, de civils arms, d'un juge de paix et d'un ambulancier 6taient
d6ji sur les lieux. Le corps du r6v6rend Vincent a 6t6 tout de suite ramass6 sur une civiere et
achemin6 a la morgue de l'Hopital g6ndral malgr6 les protestations des peres Monfortins. La
voiture qu'il conduisait ainsi que son porte-document ont 6t6 confisqu6s par les militaires. Jusqu'A
cette date, les p6res Monfortins n'ont jamais pu les r6cup6rer.
Jean-Marie Vincent, ag6 de 49 ans, ami personnel du president Aristide, 6tait I'un des
principaux fondateurs et responsables du movement << peyizan tUt ansanm > de Jean-Rabel. Le
mouvernent avait 6t6 mortellement vis6 lors du massacre de Jean-Rabel du 23 juillet 1987, faisant
255 morts d'apres un bilan official provisoire. Absent lors de ce massacre, le pere Vincent avait
6t6 6pargn6. Un mois plus tard, le 23 aoft 1987, se trouvant a bord d'un vehicule en compagnie
du r6v6rend pere Aristide, il a 6t6 bl6ss6 lors d'une embuscade A Freycineau, en Artibonite. Le
p6re Vincent travailla par la suite au Cap-Haitien, ofi, jusqu'en septembre 1991, il a 6t6 directeur
du Caritas Nord, organisme humanitaire catholique. Transf6r6 A Port-au-Prince, il a crd6 le
FONHADES (Fondation haitienne pour le d6veloppement 6conomique et social), et s'est occupy
de cette institution jusqu'a la date de son assassinate.
Violation: execution sommaire
Droit Viole: droit A la vie
Responsables: non-identifi6s
Documents/Elements de preuve: Haiti: R6sistance et D6mocratie, bulletin, vol 2 no 41
Project de Communication Sociale, bulletin du 28 aoft au 11 septembre 1994

1.4.5. Execution sommaire de Guy Malary

Synthese des faits

Guy Malary, alors ministry de la Justice, deux de ses gardes du corps et son chauffeur,
furent assassins le 13 octobre par un group d'hommes arms qui ont pris son vehicule en
embuscade pros du ministere, apris qu'il a 6t6 averti de la presence d'hommes arms dans le
secteur. Les habitants de la zone de l'6glise du Sacr6-Coeur entendirent des tirs nourris pendant
plusieurs minutes. Le v6hicule de Guy Malary, une grosse Jeep Landcruiser, a 6t6 prise en chasse
par une autre voiture don't les occupants se sont mis d tirer. Le chauffeur de Guy Malary perdit
le control du vehicule et la jeep de Malary atteinte de plusieurs projectiles a percut6 un mur et
s'est couch6e sur le c6te. Les agresseurs ont alors cribl de balles la voiture ainsi que ses quatre
occupants. Les corps de trois d'entre eux, don't M. Guy Malary, ont 6t 6tendus sur le trottoir.
Les cadavres pr6sentaient de tres nombreux impacts de balles.
La MICIVIH fut empech6e de s'approcher des lieux du crime pendant plus d'une heure.
Quand la permission leur fut finalement donn6e, les observateurs de la MICIVIH trouverent le
Commandant du service d'investigation et de recherches Antigang sur les lieux. Ils remarquerent
les nombreux impacts de balles de petit calibre et plusieurs impacts de balles de large diametre
provenant d'armes lourdes.
Guy Malary 6tait un avocat 6tabli A Port-au-Prince, qui, avant d'avoir accept le poste de
ministry de la Justice, avait assist plusieurs victims du coup d'Itat dans leurs d6marches pour
acceder au systeme judiciaire.
Violations: execution sommaire











Droit violet: droit A la vie
Responsables: non identifies

B.2. Droit a la liberty et a l'integrit6 physique

Les cas de violations du droit A la liberty et A la sfiret6 de la personnel se sont manifests
pendant la p6riode de r6f6rence par les detentions arbitraires, et les arrestations ill6gales (4307
plaintes ont 6t6 reques par la Commission Nationale de V6rit6 et de Justice). Les mois d'octobre
1991 et d'octobre 1993 pr6sentent des records pour ce type de violations que l'on observe, de
fagon constant, A travers l'ensemble du territoire national et ce, durant toute la p6riode de
r6f6rence.
Les violations du droit A l'int6grit6 physique se sont produites sous forme de tortures,
blessures, traumatismes divers, amputations, traitements cruels et d6gradants. II faut rappeler ici
qu'une victim peut avoir 6t6 torture et arrat6e A plusieurs reprises et subir chaque fois des
violations diverse. La torture a 0t6 la violation la plus fr6quemment signaled A attention
de la Commission (4342 cas). Encore une fois, ce sont les mois d'octobre 1991 et d'octobre
1993 qui battent les records pour ce type de violations.
On peut 6galement ranger sous la rubrique violations du droit A l'int6grit6 les tentatives
d'execution qui atteignent le chiffre de 439 plaintes qui ont provoqu6 des blessures ou
traumatismes, ainsi que les menaces et persecutions qu'on chiffre A 3940 plaintes et don't on ne
peut mesurer avec exactitude l'effet sur les victims. De plus, le viol et toute la question de la
violence sexuelle exerc6e contre les femmes pendant la p6riode de r6f6rence sont abord6es plus
en detail dans une autre section de ce chapitre.

2.1 Cas illustratifs

1. Formulaire no. 4699

Nom de la victim: Joseph Hernand Pierre
Profession: Ch8meur
Affiliation: Mouvement de Jeunes R6sistance Populaire 14

Le ler octobre 1991, vers 18 heures, M. Pierre, 41 ans, fut arret6 Portail-L6ogane a Port-
au-Prince et conduit A la caserne de Caf6teria dans un camion de police avec une quinzaine de
gendarmes en uniform. Dans la caserne, il regut plusieurs gifles; il fut accuse d'8tre "un
lavalassien qui cr6ait des problemes pour le pays". Ce m8me jour, il fut transfer A 1'Antigang
car la caserne de la Caf6t6ria 6tait surpeupl6e. A l'Antigang, il subit une bastonnade et des coups
de poing. II perdit trois dents et eut un abc6s A la hanche droite. M. Pierre fut lib6r6 le 8 octobre
sans aucune procedure judiciaire.
Violations: detention illegal, torture
Droits violas: droit A la liberty, droit A l'int6grit6 physique, droit A la propri6t6
Responsables: gendarmes de la caserne de la Caf6t6ria en uniform











2. Formulaire no. 1724

Nom de la victim: Willy Maxi
Profession: Cultivateur
Affiliation: Partisan du president Aristide

Le 8 octobre 1991, six soldats firent irruption au domicile de M. Maxi, A 1'Azile,
d6partement de la Grande-Anse. Les militaires le bastonnerent tout en l'accusant d'8tre un colleur
de photos du president Aristide. La victim, ag6e de 60 ans, regut aussi des coups de crosse de
fusil et des militaires le pietinerent. Ensuite, les agresseurs partirent. M. Maxi a maintenant une
deformation au pied droit et souffre de douleurs A 1'&paule.
Violations: torture
Droits violas: droit a 1'int6gritW physique
Responsables: six membres des FADH


3. Formulaire no. 2783

Nom de la victim: Cius Roudel
Profession: Magon
Affiliation: Mouvement Paysan de Papaye

Le 28 octobre 1991, M. Roudel, 27 ans, fut arret6 au march de Mare Rouge, A M6le St
Nicolas dans le d6partement du Nord-Ouest par un militaire, sous accusation de soulever les
jeunes de la region. II fut conduit A l'avant-poste, oi il subit le djack et regut une bastonnade et
des coups de bottes. Transfer pieds nus A la caserne de M61e St-Nicolas, M. Roudel fut aussi
maltrait6 pendant le parcours. A la caserne, alors qu'il vomissait du sang, on le forca A 16cher ce
sang. M. Roudel paya 1375 gourdes pour 8tre relach6 47 jours apres son arrestation.
Violations: D6tention illegal, torture, extorsion
Droits violes: Droit A la liberty, droit a l'int6grit6 physique, droit A la propri6t6
Responsables: Militaire de la caserne de M61e St-Nicolas


4. Formulaire no. 5471

Nom de la victim: Innocent Jean
Profession: Magon
Affiliation: Aucune

Le 30 octobre 1991, vers 10 heures, des militaires en uniform vert olive et kaki
d6barquerent dans la Citd-Lescot, au Cap-Haitien, et commencerent A tirer en 1'air. Ils firent
irruption au domicile de M. Jean, 27 ans, le ligoterent et le bastonnerent. Ensuite, ils saccag6rent
sa mason. La victim fut conduite A la prison Rue 21, oi elle passa un mois sans etre battue.
Aucune accusation ne fut portde contre lui.











Violation: dMtention ill6gale, torture, attentat aux biens
Droits violas: droit A la liberty, droit A l'int6grit6 physique, droit A la propri6t6
Responsables: militaires


5. Formulaire no. 4335

Nom de la victim: Wilfrid Mony
Profession: Cultivateur
Affiliation: Mouvement T&t Kole

Le 28 novembre 1991, vers 4 heures, un group d'une cinquantaine d'individus don't le
chef de section et ses adjoints se rendit chez M. Mony, 39 ans, A Platanna, locality de la
commune de St-Michel-de-l'Attalaye en Artibonite. Deux d'entre eux p6n6trerent chez lui. Ligot6,
il fut battu et conduit chez un adjoint pendant que sa femme et ses enfant prenaient la fuite.
Ensuite, il fut transf6r6 chez le chef de section, oii il rencontra trois membres de T&t Kole. 11 fut
bastonnd par deux gendarmes en uniform qui lui cassfrent le bras droit. Pendant l'aprbs-midi,
M. Mony fut transfdr6 a la caserne de St-Michel-de-l'Attalaye, oi il passa trois jours. I1 fut lib6r6
grace a l'intervention d'un avocat qu'il avait engage.
Violations: detention ill6gale, torture
Droits violds: droit A la liberty, droit A l'int6grit6 physique
Responsables: chefs et adjoints de section, militaires, attaches


6. Formulaire No. 1591

Nom de la victim: Jean-Claude Voltaire
Profession: Ch6meur
Affiliation: Alliance des Jeunes de Cit6-Soleil

Le 4 d6cembre 1991, vers 5 heures, un attach arrita M. Voltaire, 23 ans, chez lui, A
Soleil 7, A Port-au-Prince. II fut mis dans une Jeep Rocky avec deux amis, et tous les trois furent
conduits A 1'avant-poste de la Route Nationale No. 1. Arrives A 1'avant-poste, M. Voltaire fut
djackd; il regut aussi des kalots marassa. Le lendemain, les trois jeunes furent amen6s A la caserne
de Delmas 33, oi ils passhrent une semaine.

Violations: detention illigale, torture
Droits violds: droit A la liberty, droit A 1'intdgrit6 physique
Responsables: attaches et militaires de l'avant-poste de la route Nationale #1.


7. Formulaire no. 2605


Nom de la victim: Jacques Simen











Profession: Practicien du droit
Affiliation: Mouvement de Defense des Droits des Paysans et Mouvement Tet Kole de
Fond Jean-Noel

Le 14 decembre 1991, vers minuit, M. Simen, 47 ans, fut arrWt6 par deux militaires A
bicyclette. I1 fut conduit A la caserne et remis A 10 membres de l'Unitd Tactique de Jacmel. Les
mains lies, la victim fut interrog6e sur 1'identit6 des lavalassiens de la region, des participants
A la manifestation du 3 juin 1991 centre les autorit6s locales et des membres du Mouvement Tet
Kole de Fond Jean-Noel; et sur les m6thodes utilis6es pour la distribution des tracts. Le
lendemain, M. Simen fut rou6 de coups, gifles et bastonnades, devant la population qui sortait
de la messe par les 10 membres de l'Unit6 Tactique. Ensuite, M. Simen fut transfer A la caserne
de Cayes-Jacmel, et, le 16 d6cembre 1991, A la caserne de Jacmel. Ce mrme jour, sa maison fut
fouillde par deux militaires accompagn6s du juge de paix supplant. Toutes ses affaires furent
vol6es et sa biblioth6que et ses documents d6truits. Sous les pressions du S6nateur Bob Martinez,
la victim fut envoy6e A l'h6pital, oft elle fut trait6e pour une fracture. Elle y sortit 36 jours apres
pour etre a nouveau incarcedre. Le ler f6vrier 1992, M. Simen fut d6f6r6 au Parquet et, le 2
f6vrier 1992, il fut lib6r6.
Violations: detention arbitraire, torture, attentat aux biens
Droits violas: droit A la liberty, droit A l'int6grite physique, droit a la propridt6
Responsables: militaires de la caserne de Jacmel et des Cayes-Jacmel, complicity d'un
juge


8. Formulaire no. 4940

Nom des victims: Jacquelin M6t6lus; Ti Paul J6r6me
Professions: Tailleur; photograph
Affiliations: Comit6 de quarter de Port-Margot (Rue Quibidon); inconnue

Le 11 d6cembre 1991, vers 1 heure, une vingtaine de militaires arriva chez M. M6t6lus,
Grand Bourg de Port-Margot, dans le d6partement du Nord. Cinq d'entre eux briserent la porte
et y p6n6trerent. M. M6tl6us, 38 ans, se trouvait avec son ami, M. J6r6me, 21 ans. Tous les deux
furent battus A coups de crosse de fusil et coups de casque sur la tate. A pied, les victims furent
conduites A la caserne de Port Margot, ofi elles furent bastonnees aux jambes. LA, les deux
hommes rencontrerent quatre amis qui avaient aussi 6t6 arr8t6s la nuit du 11 d6cembre. Apres
trois jours, tous les six furent transf6r6s en tap-tap A la caserne du Limbs, accompagn6s du chef
de section et deux militaires. Ils furent lib6r6s apres 14 jours sans aucune procedure judiciaire.
Violations: detention arbitraire, torture
Droits violds: droit A la liberty, droit A l'int6grit6 physique
Responsables: certain d'entre eux ont 6t6 identifies











9. Formulaire no. 3453

Nom de la victim: Den6 Pierre
Profession: Cultivateur
Affiliation: Mouvement Paysan Papaye

Le 19 d6cembre 1991, vers 10 heures, un group de plus de 16 personnel don't plusieurs
agents de police rurale, arr8ta sans mandate judiciaire Den6 Pierre, au course d'une manifestation
A Angoman, commune d'Hinche, dans le d6partement du Centre. Les mains lies, il fut conduit
A 1'avant-poste d'Angoman puis A I'avant-poste de Los Palis. Deux attaches lui administrerent une
bastonnade s6vere. Ensuite, il fut amen6d la caserne d'Hinche, oa il passa 5 jours. La, il subit
a nouveau une bastonnade sauvage et de nombreuses kalots marassa. Le Commandant de la
caserne 1'interrogea A propos de Chavannes Jean-Baptiste, leader du MPP, et de la date du retour
du president Aristide.
Violations: detention illegal, torture
Droits violas: droit a la liberty, droit A l'int6grit6 physique
Responsables: militaires de 1'avant-poste d'Angoman, section de la commune d'Hinche
et de la caserne d'Hinche


10. Formulaire no. 5062

Noms des victims: Adrien Jean Renet, Adrien Ansy, Ernst Jeudy
Professions: Musicien, soudeur, ch6meur
Affiliations: Association des Chbmeurs, inconnue, inconnue

Le 7 f6vrier 92, Adrien Jean Renet, 37 ans, fut arret6 par un caporal A Desdunes, locality
de la commune de l'Estere (Artibonite). Amen6 a l'avant-poste Desdunes, il rencontra 1l son frere
Adrien Ansy, 27 ans, et son cousin Ernst Jeudy, 28 ans. Tous les trois furent accuses de travailler
pour le president Aristide. Le lendemain, ils comparurent devant le commandant, qui les accusa
d'6tre des "briseurs de caserne" et ordonna A un attache de les djacker et de les bastonner. Ils
furent ensuite forces de remplir des sacs de pierres devant la caserne. Ils charg6rent le sac dans
une voiture les menant A la caserne de St-Marc, pour servir de preuve aux accusations. A St-
Marc, un capitaine ordonna de les djacker. Ils furent ensuite roues de coups de biton par plusieurs
militaires. Le 9 f6vrier, ils furent d6fir6s au parquet, mais incarc6r6s A nouveau. Le 12 f6vrier,
leur famille acheta leur liberty pour 20.000 gourdes.
Violations: detention illegale, torture, extorsion
Droits violas: droit & la liberty, droit A l'int6grit6 physique, droit A la propri6td
Responsables: militaires de l'avant-poste de Desdunes et de la caserne de St-Marc


11. Formulaire no. 3847


Nom de la victim: Suzanne Lebrun










Profession: Marchande
Affiliation: Association des Jeunes Paysans de Bois-de-Lance

Le 28 avril 1992, vers minuit, Mme Lebrun, 43 ans, fut arrat6e sans mandate A son
domicile a Bois-de-Lance, locality de la commune de Limonade, dans le d6partement du Nord,
par une dizaine de militaires et civils. Ses agresseurs la frappbrent A coups de crosse de fusil et
A coups de pied tout en lui exigeant les noms des membres de son organisation. Les mains lies
derriere le dos, elle fut mise dans un pick-up blanc des Forces Arm6es d'HaYti et amen6e A la
caserne de Limonade, oi elle fut battue A coups de crosse de fusil et A coups de pied. Elle fut
oblige de crier "A bas Aristide". Ensuite, elle fut transf6r6e A la prison du Cap-Haitien, of elle
fut d6tenue pendant six mois. La victim a df payer 1000 gourdes pour acheter sa liberty.
Violations: detention ill6gale, torture, extorsion
Droits violas: droit A la liberty, droit A l'int6grit6 physique, droit A la propri6t6
Responsables: militaires de la caserne de Limonade


12. Formulaire no. 5282

Nom de la victim: Jean-Bertrand Chantigny
Profession: Mdcanicien
Affiliation: organisation populaire de Savane Pistache presidentt section Carrefour-
Feuilles)

Le 2 mai 1992, M. Chantigny, 27 ans, fut arret6 sans mandate par deux civils arms devant
la T616co de la rue Capois, A Port-au-Prince. Ses deux agresseurs appelerent des attaches de
I'Anti-gang qui le frapperent A coups de baton, A coups de pied, A coups de crosse de fusil et par
des jets de pierre. Ensuite, ils le firent s'allonger A 1'arriere d'un pick-up et le pi6tinerent. Arrives
A 1'Anti-gang, les militaires lui proposerent de collaborer avec eux. Le Commandant de 1'Anti-
gang lui aurait dit qu'il pourrait avoir la vie belle, que sa situation pourrait s'am61iorer, que les
portes de l'universit6 lui seraient ouvertes. Comme il refusa, il fut bastonn6 et frapp6 a coups de
revolver. II fut enferm6 dans une cellule avec une quarantine de prisonniers. II passa 7 jours en
detention pendant lesquels il fut interrog6 au moins trois fois. II fut libdr6, sans aucune procedure
judiciaire, suite aux d6marches de deux religieux.
Droits violas: droit A la liberty, droit A I'int6grit6 physique
Violations: detention ill6gale, torture
Responsables: Attaches et militaires de l'Anti-gang


13. Formulaire no. 6507

Nom des victims: Mendos Souffrant; Thdolon Manass6
Professions: Employ6 de 1'Etat; professeur
Affiliations: FNCD, TKL; inconnue











Le 6 juin 92, vers 23 heures, un lieutenant, un sergent et des caporaux firent irruption au
domicile d'un ami de M. Manass6 et M. Souffrant, 29 ans, A Marchand-Dessalines dans le
d6partement de l'Artibonite, oi ces deux derniers allaient passer la nuit en l'absence du
propridtaire de la maison. Les militaires fouillerent la maison A la recherche d'armes mais n'en
trouverent pas. M. Manass6 et M. Souffrant furent forces de sortir pour etre battus sur place. Les
deux hommes regurent des dizaines de kalots marassa et des coups A la ceinture. Ils furent ensuite
conduits A la caserne de Marchand-Dessalines. Mis le lendemain en liberty provisoire, ils furent
d6ferds devant le juge le mardi 9 juin. Ils furent accuses d'etre des fauteurs de trouble organisant
des reunions clandestines. Le juge de paix titulaire les libdra le m8me jour. Dans la soir6e du 6
juin, les militaires arreterent Rdmy Dorc6ly, maire dlu, et Hoadsen Dorcent, receveur d'imp6ts,
sous les memes accusations.
Violations: dMtention arbitraire, torture
Droits violas: droit a la liberty, droit A l'integritd physique
Responsables: militaires de la caserne de Marchand-Dessalines


14. Formulaire no. 2785

Nom de la victim: Jean-Ricot Faugue
Profession: Tailleur-musicien FNCD
Affiliation: Membre du FNCD

Le 30 mars 1993, vers 7 heures, M. Faugue, 35 ans, fut arrest A son domicile de M61e St-
Nicolas dans le d6partement du Nord-Ouest par deux soldats. La victim fut amen6e a la caserne
de M81e St-Nicolas, oi elle regut des jets de pierres A l'estomac et des kalots marasa. Elle fut
aussi oblige de manger son carnet de poche contenant ses notes sur le retour A l'ordre
constitutionnel. Les militaires lui raserent le crane et les sourcils. En le faisant, ils blesserent la
victim qui porte encore une cicatrice a la sourcilibre gauche. M. Faugue fut relach6 apres
quelques heures de detention. Le 29 mars 1993, les membres du FNCD de M61e St-Nicolas
avaient d6clenchd une vaste operation de distribution de tracts pro-Aristide.
Violations: detention ill6gale, torture
Droits violhs: droit A la liberty, droit A I'int6grit6 physique
Responsables: militaires de la caserne de M81e St-Nicolas


15. Formulaire no. 3481

Nom de la victim: Amos Jonas
Profession: Cultivateur
Affiliation: Mouvement Paysan Papaye (coordinateur)

Le ler mai 1993, vers 8 heures, un group d'environ 6 A 10 hommes en uniform, don't
plusieurs attaches, a fait irruption chez M. Jonas, 40 ans, A Angoman, locality de la commune
d'Hinche dans le d6partement du Centre. Ils attacherent ses bras et le conduisirent A l'avant-poste










de Los Palis. Le lendemain, il fut transf&r6 au domicile d'un agent de police rurale, qui l'accusa
de distribuer des tracts pro-Aristide. Apres, il fut transfer A la caserne d'Hinche, ofi un caporal
lui administra une bastonnade s6v6re. II dut payer 500 gourdes A l'agent de police rurale pour ne
pas etre battu. II passa 3 jours A la caserne; ses agresseurs exigerent qu'il n'aille pas les d6noncer
A la MICIVIH.
Violations: detention ill6gale, torture, extorsion
Droits violas: droit A la liberty, droit A l'int6grit6 physique
Responsables: militaires et attaches de l'avant-poste de Los Palis et de la caserne de
Hinche


16. Formulaire no. 3495

Nom de la victim: Gusman Emmanuel
Profession: Houngan
Affiliation: Mouvement Paysan Papaye et Ti Kominote Legliz

Le 27 juin 1993, trois individus don't un agent de police rurale arr&terent M. Emmanuel,
35 ans, sans mandate judiciaire dans la locality de Zabrico, Commune de Hinche dans le
d6partement du Centre, et le conduisirent A la caserne de Hinche, oi il passa 8 jours. II fut accuse
d'etre lavalassien et ddchoukeur. Un lieutenant le bastonna; il fut aussi djack6 et pi6tin6.
L'interrogatoire porta sur les cachettes de deux animateurs du MPP. Sa femme paya 1960 gourdes
pour sa liberation. Pendant sa detention deux attaches volerent ses animaux.
Violations: detention ill6gale, torture, extorsion, vol de b6tail
Droits violas: droit A la liberty, droit A l'int6grit6 de la personnel, droit A la propri6t6
Responsables: agents de police rurale et militaires


17. Formulaire no. 000217

Nom de la victim: Louiselin Joseph
Profession: Scieur, cultivateur
Affiliation: Membre Mouvement Paysan Papaye et Ti Kominote Legliz

Le 9 septembre 1993, Louiselin JOSEPH, 56 ans, fut arr&td sans mandate judiciaire par
deux agents de police rurale, lorsqu'il reparait une route entire Saltadere et Los Cacahos, dans le
d6partement du Centre. Les deux l'accuserent de r6parer la route pour permettre au president
Aristide de visiter les paysans de Papaye. Les mains lies, il fut conduit A l'avant-poste de Los
Cacahos. Le lendemain, la victim paya 150 gourdes A l'agent de police rurale pour etre lib6ree.
Violations: detention ill6gale, mauvais traitements, extorsion
Droits violas: droit A la liberty, droit A la propri6t6
Responsables: agents de police rurale











18. Formulaire no. 3436

Nom de la victim: Piercus Frangois
Profession: Cultivateur
Affiliation: Mouvement Paysan de Papaye

Le 18 septembre 1993, M. Frangois, 68 ans, fut arrWt6 sans mandatjudiciaire par un agent
de police rurale et conduit A la caserne de Maissade dans le D6partement du Centre. Apres 8
jours, il fut transf&r6 A la caserne d'Hinche, oi il passa 12 jours. II vendit son carreau de terre
et deux boeufs pour payer 3500 gourdes au Commissaire du Gouvernement et 250 gourdes A un
agent de la police rurale pour sa liberation.
Violations: D6tention ill6gale, extorsion
Droits violds: Droit A la liberty, droit a la propri6t6
Responsables: Agents de police rurale, commissaire du gouvernement et militaires


19. Formulaire no. 000140

Nom des victims: Solange Joseph et sa femme Edilene Joseph
Professions: Charpentier, professeur
Affiliations: Proches des freres de Pandiason

Le 17 octobre 1993, vers minuit, un group masqu6 de plus de 16 personnel armies de
piques, couteaux et batons d6barquerent chez M. Joseph, 36 ans, et sa femme Edilene, A
Pandiason, locality de la commune d'Hinche et les conduisirent, les yeux bands, A un terrain
vague, oi ils furent interrog6s sur leurs relations avec les frbres de Pandiason et les activities du
Mouvement Paysan Papaye. N'obtenant pas les renseignements voulus, les agresseurs exigerent
de I'argent pour les relacher; ils furent pays 750 dollars haYtiens. Vers le 20 octobre, un agent
de police rurale leur demand de se rendre A la caserne pour porter plainte centre une femme
soupgonn6e d'avoir organism la descent du 17 octobre a leur domicile. Un lieutenant leur a dit
qu'ils 6taient des lavalas et qu'il relacherait la pr6venue car son concubin, un attache bien connu
de la zone, faisait du bon travail contre les lavalassiens.
Violation: Torture, extorsion
Droit violds: Droit A l'int6grit6 physique, droit A la propri6te
Responsables: Militaires et attaches


20. Formulaire no. 002000

Nom de la victim: Clairan Jean
Profession: Charbonnier
Affiliation: Partisan du president Aristide











Le 21 octobre 1993, vers 22 heures, un group de militaires et d'attach6s d6barqua chez
M. Jean a Trou-du-Nord, dans le d6partement du Nord-Est. Un caporal, debout sur son thorax,
le forga A avaler une photo du Pr6sident Aristide. Un autre agresseur lui administra un coup de
crosse de fusil A la t8te. I1 regut 6galement une bastonnade. Les assailants partirent en le laissant
pour mort. La victim, Ag6e de 70 ans, urina du sang pendant environ 9 jours. Elle prit refuge
A Limonade, ofi elle d6pensa tout son avoir pour des soins A l'h6pital. Les s6quelles de tortures
sont encore visible.
Droits violds: droit A l'intigrit6 physique
Violations: torture
Responsables: militaires et attaches


21. Formulaire no. 4107

Nom de la victim: Termino Pierre
Profession: Cultivateur
Affiliation: Membre T6t Kole

Le 29 octobre 1993, vers 22 heures, trois membres du FRAPH, arms de batons, cordes
et piques, d6barqu6rent chez M. Pierre, 39 ans, A Palma, locality de la commune de Savanette
dans le d6partement du Centre, le ligoterent et le conduisirent A la caserne de Savanette. Pendant
le parcours, on le forga A crier: "voici un lavalassien". A la caserne, un caporal lui donna deux
kalots marassa et ordonna A deux autres de le bastonner. 11 fut ensuite relich6 tard dans la nuit.
Pendant l'interrogatoire, il fut interrog6 sur 1'identit6 du chef du groupement dans son quarter.
La victim pr6sente des 16sions sur la peau. Elle rapporta le cas devant le juge de paix qui
d6cera un mandate pour la comparution des cinq responsables. Rien n'a 6t6 fait pour arr&ter ceux-
ci.
Violations: detention ill6gale, torture
Droits violds: droit a la liberty, droit a l'int6grit6 physique
Responsables: membres du Fraph


22. Formulaire no. 3393

Nom des victims: Oberman Virgile, sa femme et ses deux enfants
Profession: Cultivateur
Affiliation: Mouvement Paysan Papaye (secr6taire)

Le 29 octobre 1993, vers 23:00 heures, un adjoint de section et trois membres du FRAPH
d6barqu6rent chez M. Virgile, 50 ans, A Maissade, dans le d6partement du Centre. Il se cacha
dans un jardin voisin. Ne le trouvant pas, les agresseurs menacerent sa femme Alice et ses enfants
Alice, 23 ans, et Venius, 18 ans, de les bastonner et les arr8ter ensuite. T6moin de la scene, M.
Virgile revint. Parmi les assailants, un membre du FRAPH ordonna qu'il soit bastonn6; deux
autres ex6cuterent l'ordre. Mme Virgile dut payer 200 gourdes pour faire arreter la bastonnade.











La victim porta plainte centre un agent de police rurale qui nia toute participation dans cette
affaire mais reconnut avoir donn6 l'ordre d'arreter tous les lavalassiens et les membres du MPP.
Violation: Torture, extorsion
Droits violds: Droit a la liberty, attentat aux biens, droit A l'int6grit6 physique
Responsables: Adjoint de section et membres du FRAPH


23. Formulaire no. 5061

Nom de la victim: Charles Suffrard; Wilfrance Louis
Profession: Cultivateur; 6tudiant
Affiliation: FNCD, Mouvement D6veloppement Petit Jardin de l'Estere presidentt)

Le 30 octobre 1993, vers minuit, un group de membres du FRAPH, attaches et militaires
p6n6trerent chez M. Suffrard, 37 ans, A L'Estere, dans le d6partement de l'Artibonite pendant son
absence, menotterent son frere Wilfrance Louis, 23 ans, et cribl6rent la maison de balles. M.
Suffrard se rendit chez lui imm6diatement pour faire lib6rer son frare. En sa presence, le group
retrouva des photos du president Aristide. M. Suffrard fut forc6 d'avaler une des photos et il regut
un coup de crosse de fusil A la tete. Ligot6, il fut amen6d l'avant-poste de l'Estere; en course de
route, il fut interrog6 sur l'identit6 des militants de la zone. Arrives A l'avant-poste, M. Suffrard
fut bastonn6 par un homme portant une cagoule. II fut lib6r6 pendant la nuit A la demand d'une
personnalit6 locale. M. Suffrard partit en marronage. Wilfrance Louis paya 7500 gourdes A un
lieutenant pour que M. Suffrard puisse se d6placer sans danger.
Violations: detention ill6gale, torture, extorsion
Droits violds: droit A la liberty, droit a l'int6grit6 physique, droit A la propri6t6
Responsables: membres du FRAPH, attaches et militaires


24. Formulaire no. 4840

Nom de la victim: M6antis Olizard
Profession: Cultivateur
Affiliation: Association de Paysans de Acul Samedi

Le 31 octobre 1993, vers minuit, un group d'agents de la police rurale et de membres
de FRAPH descendirent chez M. Olizard A Acul Samedi, dans le d6partement du Nord-Est. La
victim, 53 ans, fut ligot6e et conduite sans mandate judiciaire A l'avant-poste de Acul Samedi,
o~ il fut djack6. M. Olizard acheta sa liberty apres 8 jours de detention en payant 600 gourdes
A un juge de paix.
Violations: Detention ill6gale, torture, extorsion par un juge
Droits violds: Droit A la liberty, droit A l'int6grit6 physique, droit A la propri6t6
Responsables: agents de police rurale et membres du Fraph











25. Formulaire no. 1523

Nom de la victim: Nobert St-Jean
Profession: Cultivateur
Affiliation: Inconnue

Le 25 juillet 1994, vers 19:30 heures, M. St-Jean, 43 ans, se trouvait chez un ami lorsque
un group de plus d'une vingtaine de membres de FRAPH fit irruption dans la maison de cet ami
A Marfranc, commune de la locality de J6r6mie dans le d6partement de la Grand-Anse. Son ami
6tant absent, les agresseurs giflerent M. St-Jean, et ensuite le conduisirent A un bureau du
FRAPH, ofi il fut bastonne et pi6tin6. Les mains et les pieds lies, il fut enferm6 dans une toilette
qui servait de cellule. Le lendemain, vers 16 heures, la victim fut lib6r6e apres avoir pay6 600
gourdes.
Violations: detention arbitraire dans un centre de detention illegal, torture, extorsion
Droits violas: droit a la liberty, droit a 1'int6grit6 physique, droit a la propri6t6
Responsables: civils arms, membres du Fraph et militaires de I'anti-gang


26. Formulaire no. 000460

Nom de la victim: Jansly Alexis
Profession: Boulanger
Affiliation: Comit6 de Quartier de rue Frere Portier et Nouvelle Route

Le 16 septembre 1994, M. Alexis, 22 ans, fut arret6 par un membre du FRAPH sous
l'accusation d'avoir distribud des tracts pro-Aristide. Il fut amend A la caserne de Dame-Marie,
d6partement de la Grand-Anse, ou il passa 7 jours. M. Alexis acheta sa liberty en payant 300
gourdes A un lieutenant et A un chef de section.
Violations: detention ill6gale, extorsion
Droits violas: droit A la liberty, droit A la propri6td
Responsables: membres du Fraph, militaires, agent de police rurale


27. Formulaire no. 5596

Nom de la victim: Donatieu Presendieu
Profession: Cultivateur
Affiliation: Membre du movement lavalas

Le 2 octobre 1994, vers 20 heures, trois individus arms de fusils, habills en noir,
certain enjupe et portant des casques, se pr6sentbrent au domicile de M. Pr6sendieu, 54 ans, pros
du march de Bas-Limb6, dans le d6partement du Nord. I1 fut amend a la place du march, ofi
il regut 50 coups de bAton aux fesses. Les agresseurs le laisserent sur le sol et partirent.
Droits violas: droit A l'int6grit6 physique











Violations: torture et enlvement
Responsables: civils arms

2.2 Cas d'Enquetes Approfondies

Nom: Sony Lefort
Age: 43 ans
Profession: ouvrier magon, message au Palais National en 1991, employed A la sdcurit6
du President Aristide durant la pr6sidence de ce demier en 1991
Affiliation: membre TKL de St Jean Bosco.

R6sum6 des faits:
Le jeudi 28 avril 94, Sony Lefort est arrat6 a Bon-Repos, vers 18 heures, par deux soldats
de l'avant-poste de Bon-Repos. Il est interrog6 par le caporal sur la dur6e de sa residence dans
la zone et ses d6placements A 1'ext6rieur de celle-ci par le caporal vers 8 h du soir, et enferm6
pour la nuit. Le lendemain matin, il est transf6r6 A la caserne de Croix-des-Bouquets. Le sergent
de garde refuse tout d'abord de le garder prisonnier A la caserne car il ignore tout le concernant,
et requiert "l'ordre de conduit" ou proces-verbal de I'arrestation. Il est laiss6 dans la salle de
garde, jusqu'A ce que les militaires de la caserne regoivent des "informations" le concemant. Il
est ensuite men6 devant le colonel. Celui-ci est en compagnie d'un civil qui confirm, A la
requ6te du colonel, que Sony Lefort est bien un d6choukeur, tueur de gendarmes, qui brile des
postes de police et colle des photos d'Aristide. Le colonel lui demand de d6noncer oi se cachent
les Lavalassiens de la zone. Il r6pond qu'il ne connait pas oiu ils se trouvent. Le colonel lui dit
qu'il va le tuer. Il regoit des kalots, assendes par le colonel et un autre militaire. Il est ensuite
djacke, bastonn6 et gifle. Il est frapp6 durement A l'oreille droite par le colonel avec une chausette
remplie de pierres. Le jour m8me, sa concubine, venue lui porter de la nourriture, est alarm6e en
voyant les consequences des mauvais traitements sur Sony. II passe la nuit dans une petite cellule
avec 16 autres prisonniers. Le samedi 30 avril, il est transf6r6 dans une petite cellule avec un toit
de tl1e, don't le sol est couvert de sang et d'urine. Vers le 15 mai, suite A des d6marches de sa
compagne et d'un ami auprbs de la MICIVIH et d'une visit de la MICIVIH aupres du juge du
tribunal de Paix de Croix-des-Bouquets, ce dernier se rend A la caserne et inspect les conditions
de detention des prisonniers. Arrive A la cellule de Sony Lefort, les militaires auraient dit au juge
qu'elle 6tait vide. Apres avoir insistS, le juge a pu voir Sony Lefort. II lui a demand s'il 6tait
bien Sony Lefort, et aprbs une r6ponse affirmative de celui-ci, a d6clar6 que la justice 6tait
d6sormais saisie de son dossier. Imm6diatement Sony Lefort a 6t6 transfe6r6 une autre cellule
dans laquelle se trouvaient 16 autres prisonniers. Le 2 juin Sony Lefort est appel6 au bureau du
colonel qui lui reproche son refus de collaborer. Le 8 juin, Sony est interrog6 A nouveau par un
lieutenant, il est accuse d'avoir eu des liens avec une personnel recherche par la police pour
terrorism. Le 9 juin, il est d6fe6r devant le tribunal de Croix-des-Bouquets, mais son cas n'est
pas entendu ce jour-l1. Le 13 juin, il est d6f6r6 A nouveau devant le juge, qui lui dit que le
proces-verbal content de telles accusations centre lui, que si elles sont justifies, il risque de finir
sa vie en prison. Le juge ne trouva aucun fondement aux accusations port6es par l'arm6e contre
Sony Lefort, qui fut lib6r6 le jour m8me. La MICIVIH lui indiqua un m6decin qui diagnostiqua










une perforation du tympan et recommanda un traitement chirurgical qui ne pouvait 8tre r6alis6
en Haiti a ce moment.
Auteurs des violations: Colonel de la caserne de Croix-des-Bouquets, soldat affect A la
caserne de Croix-des-Bouquets
Sources des informations et 616ments de preuves:
Timoins: Concubine et ami de la victim
documents/616ments de preuves: certificate medical du docteur Frantz Large, Port-au-
Prince.
Droits violas: droit A la liberty et A la sfret6 de la personnel, droit a l'intdgrit6 physique
Violations: Detention illigale et arbitraire
Torture et/ou traitements cruels inhumains et d6gradants

Cas de Jacques Dorcean et de trois autres

Arrestation et detention arbitraire de quatre personnel accusees par les services de 1'anti-
gang de possession ill6gale d'armes A feu, association de malfaiteurs et complot centre la
siuret6 de 1'Etat, les 5 et 8 mars 1994.
R6sum6 des faits:
Le 5 mars 1994, les services de 1'anti-gang organisent une operation commando dans
diff6rents endroits de la region port-au-princienne don't Thomassin et Carrefour Marin A la Plaine.
Deux personnel sont arret6es A Thomassin le 5 mars et conduites sur le champ A l'anti-gang. Une
troisieme personnel est arret6e le 8 mars A Carrefour-Marin, 3 jours apres la descent du 5 mars
dans le quarter. Les charges pesant contre ces personnel sont la possession ill6gale d'armes A feu,
association de malfaiteurs et complot contre la sfret6 de 1'Etat. Les d6tenus furent lib6r6s du 20
avril au 10 mai apres une ordonnance de non-lieu du juge en faveur des quatre pr6venus du 20
avril 1994. Ils subirent tous des mauvais traitements ou tortures durant leur emprisonnement.


Nom: Jacques Dorcean
Profession: Ing6nieur
Affiliaton: Coordonateur des commissions Lavalas en 91 sous la pr6sidence de J.B.
Aristide.

Le 5 mars 1994, vers 5 h 30 du matin, trois v6hicules charges d'environ 40 policies
venant de la caserne de PMtion-Ville se sont rendus dans la zone de Thomassin. Le commando
a d6barqu6 dans une maison de la zone A la recherche de jeunes terroristses. Apres cette
operation, ils se sont rendus au domicile de Jacques Dorc6an, situ6 A Thomassin 25 et ont proced6
A son arrestation en presence de deux employs de maison. La victim a 6t6 conduite A l'anti
gang d'oui elle a t6elphone A un de ses freres le soir meme. Le 7 mars, dans lajourn6e, la victim
a 6t6 transferee au P6nitencier National sans avoir comparu devant un juge. Le 7 mars, I'armde
diffuse un communique de press faisant etat d'une operation anti-terroriste notamment A
Thomassin 23, au course de laquelle un lot d'armes, de munitions, d'explosifs, auraient Wt6 saisis
et des arrestations auraient 6t6 op6r6es. Jacques Dorc6an a passe une quinzaine de jours dans une
cellule de la prison r6serv6e aux prisonniers de droit commun, dans des conditions tres mauvaises.











Un grand hall contenant, selon lui, plusieurs centaines de prisonniers. Le jour de son transfer
dans une cellule pour les prisonniers politiques, il paya le ge6lier pour avoir un matelas. Ils
6taient 24 prisonniers dans la cellule don't 14 militaires.
Selon l'enquate effectu6e par des observateurs de la MICIVIH au moment des faits, le
Commissaire du gouvernement ne se serait pas pr6sent6 a trois convocations successives, les 9,
10, et 11 mars, chez le doyen. Le doyen refusa d'agir en l'absence du Commissaire du
gouvernement. Lors d'une visit au Parquet le 15 mars, des observateurs de la MICIVIH se sont
entretenus avec le Commissaire du gouvernement. II s'est plaint de l'impossibilit6 de travailler
dans les conditions de l'6poque. 11 a affirm qu'il ignorait les lieux de detention de la victim.
A la question de la date de comparution de la victim, le Commisaire du gouvernement a r6pondu
qu'il ne pouvait r6pondre A cette question car l'institution 6tait d6bord6e. Le 18 mars 1994, le
chef de service d'investigation et Anti-Gang exp6die le dossier du pr6venu, Jacques Dorc6an ainsi
que celui de deux autres pr6venus arret6s le meme jour, Maxime Val, et Jude Clerg6 au
Commissaire du gouvernement. Le document porte les accusations de complot contre la siret6
de l'Etat, complot tentant A trouble I'Etat par la guerre civil, association de malfaiteurs,
detention ill6gale d'armes A feu contre les trois accuses. Le 21 mars 1994, le Commissaire du
gouvernement saisit, par "requisitoire d'informer", le juge d'instruction, les chefs d'accusations
n'6tant pas de sa competence. Le 8 avril 1994, apres un ordre d'extraction du juge, les inculp6s
ont comparu au cabinet d'instruction pour 8tre interrog6s par le juge. Le 18 avril, le minister
public, le substitute du Commissaire du gouvernement adresse son r6quisitoire d6finitif au juge
d'instruction. Concernant Jacques Dorc6an, il apparait dans ce r6quisitoire que le seul fondement
des charges pesantes sur lui est le fait qu'il ait 6t6 charge, un voisin en exil A l'6tranger et
locataire de la maison de Thomassin 23 oi auraient Wt6 retrouv6es des armes et des munitions le
5 mars 1994, de transmettre le loyer au proprietaire de la maison. Le minister public conclut que
Jacques Dorc6an, n'a pas 6t6 ddnonc6 comme faisant parties du group terrorist ayant d6pos6 les
armes dans la demeure. Le 20 avril 1994, le juge rend une ordonnance de non-lieu et ordonne
la mise en liberty immediate des inculp6s.
Droits violds: droit A la liberty et A la stret6 de la personnel
Violations: detention ill6gale et arbitraire
Responsables: Chef du service d'investigation et anti-gang
Environ 40 militaires participant A 1'op6ration
Timoins des faits: Le garden et la bonne de la victim, t6moin oculaire des faits
Un des freres de la victim
Une des soeurs de la victim
Me X, avocat charge du cas de la victim

Elements de preuve documentaires:
1. Lettres du service d'investigation et anti-gang comprenant l'interrogatoire du prevenu.
2. Requisitoire d'informer du Commissaire du Gouvernement.
3. Requate de vie pour demander lev6e d'dcrou au profit du pr6venu.
4. Ordres d'extraction dujuge d'instruction concernant le pr6venu du 28 mars 1994 et du 8 avril
1994.
5. Deposition du pr6venu au cabinet d'instruction.
6. Ordonnance du juge du 20 avril 1994.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs