• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Half Title
 Justification du tirage de...
 Title Page
 Patriae
 Table of Contents
 Avertissement au Lecteur
 Preface de la seconde edition
 Lettre de M. Schoelcher, Senat...
 Lettre de M. Le Dr. Betanges
 Article de M. C. Denis (1)
 Letter de M. Le Dr. Janvier
 Etude de M. Le Dr. Janvier
 Article de M. Devost
 Replique de M. Devost
 Article de M. J. Auguste
 Etude de M. J. Auguste
 Article de M. Bowler
 Opinion de la Presse
 Presse Haitienne






Group Title: Détracteurs de la race noire et de la République d'Haïti; réponses á M. Léo Quesnel (de la Revue politique et littéraire)
Title: Les détracteurs de la race noire et de la République d'Haïti
CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00085547/00001
 Material Information
Title: Les détracteurs de la race noire et de la République d'Haïti réponses á M. Léo Quesnel (de la Revue politique et littéraire)
Physical Description: 4 p. l., ii p., 1 l., 185 p. : ; 17 cm.
Language: French
Creator: Auguste, Jules
Denis, Clément
Bowler, Arthur
Dévost, Justin
Janvier, Louis Joseph, 1855-1911
Publisher: Marpon et Flammarion
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1882
Edition: 2. éd.
 Subjects
Subject: Blacks -- Haiti   ( lcsh )
Haiti   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Statement of Responsibility: par Jules Auguste, Arthur Bowler, Clément Denis, Justin Dévost et Louis-Joseph Janvier, précédées de lettres de M. Schoelcher, sénateur, et de M. le dr. Bétancès ...
 Record Information
Bibliographic ID: UF00085547
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000588243
oclc - 24238072
notis - ADB6983

Downloads

This item has the following downloads:

UF00085547 ( PDF )


Table of Contents
    Half Title
        Half Title
    Justification du tirage de luxe
        Unnumbered ( 2 )
        Unnumbered ( 3 )
        Unnumbered ( 4 )
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Patriae
        Unnumbered ( 7 )
        Unnumbered ( 8 )
        Unnumbered ( 9 )
        Unnumbered ( 10 )
    Table of Contents
        Table of Contents 1
        Table of Contents 2
        Table of Contents 3
        Table of Contents 4
    Avertissement au Lecteur
        Unnumbered ( 15 )
        Unnumbered ( 16 )
    Preface de la seconde edition
        Unnumbered ( 17 )
        Unnumbered ( 18 )
    Lettre de M. Schoelcher, Senateur
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
    Lettre de M. Le Dr. Betanges
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
    Article de M. C. Denis (1)
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
    Letter de M. Le Dr. Janvier
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
    Etude de M. Le Dr. Janvier
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
    Article de M. Devost
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
    Replique de M. Devost
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
    Article de M. J. Auguste
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
    Etude de M. J. Auguste
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
    Article de M. Bowler
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
    Opinion de la Presse
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
    Presse Haitienne
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
Full Text



















LES D'LT R AC I EURS

[L

LA RACE NOIRE

LT i '

LA REPUBLIQUE D'HAITI


















JUSTIFICATION DU TIRAGE DE LUXE





I1 a 6t0 tir4 lI,.',:i.l..uiLn(. pour les
souscripteurs h ce livre 40 exemplaires
sur paper de Hollande. Nos 1 a 40.


I r III 1





I




II I









LES DETRACTBEURS


LA RACE NOIRE
sr ine

LA REPUBLIQUE D HALTI

AtPONSES A*.b M. TLEO QUESNEL


JULES AUGUST A RRTHUJI POWVLER
PLENMENT PENIS i USTIN PFVOST

JOUIS-dJOSEPH JANVIER

de Lettres de Jvl. PCHCELCHEFP, Senateur,
ot de JI. LE pr P3BTANCfS.
L'homme ne s'improvise pas.
La nation, come ]'individu, est
'aboutissant d'un long passed d'ef-
forts, de sacritfies et de d6vouement.
Ernest RENAN.
a Q11'est-ce ul'une nation ? >

D EUXIiEIE EDITION

PARIS
MARPON ET FLAMMARION
Libraires -Editeurs
1 A 9, GALERIE DE L'ODEON, ET RUE RACINE, 2(

1882





m



















PATROL




Plus on te calomnie
Plus nous t'aimons.




__~___l_~lr__~_l _1~X _i ~_ _~__~~_~I__~_


I __























TABLE DES MATIERES






Avertissement........................ .
Pr6face de la second edition.......... III
Lettre de M. SCHCELCHER, senateur ..... 1
Lettre de M. le Dr BETANCES.......... 5
Article de M. C. DENIS ............ . 11
Lettre de M. le Dr JANVIER .......... 15
Etude de M. le Dr Janvier............ 31
Article de M. DEVOST.......... ...... 9
Replique de M. DEVOST .............. 93
Article de M. J. AUGUSTE ............. 101
Etude de M. J. AUGLISTE ............. 107
Article de M. A. BOWLER .............. 137
Opinion de la Presse .......... ...... 149







L




__~ 1 __ ~


~m











AVERTISSEMENT AU LECTEUR




La patrie, ce n'est pas seulomPent
un terrain plus ou monms gr lid don't
on voit i'iimarg sur unl rart,. c'est
un ensemble d'nmsitutiions, d'habi-
tudis, de micurs; c'est une asso-
ciation d'homuses qu, cit6 d'autres
associations, revendique sa part de
dipnit6, dinfilience politique, de
puissance ] -:r....
C'est l1 '. 1 I ..I apprendre de
bonne heure a tous, aimer, a sou-
tenir, a d6fendre.
C'est 1'dduction qui dolt itre la
nourrice du patriotism.
Charles BIGOT
( L'idWe de la Patrie. >

Qui n'aime sa patrie n'aime rien
et personnel ne Ie dolt aimer.
Lcuis-J. JANVIER.




Nous avons cru devoir reunir, pour les pu-
blier en volume, les articles que l'on va lire.
On dolt les consider comme absolument
distincts les uns des autres.
La plupart d'entre eux ont dejA paru, soit
en totalit&, soit en parties, dans les different
journaux quotidiens ou p6riodiques de Paris,
Ils sont tous responsifs A deux articles de
M. Leo Quesnel, publiis dans les numeros de
la Revue politique et littdraire des 21 Janvier et
4 Fevrier 1882.









II -

Les redites que 1'on pourra rencontrer dans
ce livre 6taient necessaires. Elles ne prouvent
que mieux l'unanimit6 de 1'explosion d'indi-
gnation et de colere qui a remu6 l'Ame des
jeunes Ha'tiens, actuellement A Paris, i& la
lecture des appreciations malveillantes et des
calomnieuses assertions de M. Leo Qdesnel.
Nous remercions avec toute 1'effusion du
ccenr M. le s6nateur V. Schcelcher et M. le
Dr R. Bftancs. d'avoir bien voulu preter a
notre oeuvre le concurs de lear nom illustre
et glorieux.
Nous remercions aussi les directeurs de
journaux qui ont si gendreusement mis a no-
tre disposition les organes de publicity don't
ils disposaient.
Nous saisissons cette occasion, opportune
ou jamais, pour declarer ici que nous ne per-
mettrons plus a l'avenir que la Republique
d'Haiti, notre bien-aimee patrie, soit impunD-
mcnt insultee par personnel au monde.

Le comitd de publication,

Jules AUGUSTE, Dantbs SA"
BOURIN, Arthur BOWLER,
Clement DENIS, Dr Louis-
Joseph JANVIER.


- ", -














PREFACE DE LA SECOND EDITION.




Les plus courts pr6faces sont les meil-
leures, dit-on.
Soyons concis.
La premiere edition a ete 6puis6e en un
mois. Nous en donnons une second.
Bis repetita placent.


LE COMITE.


Paris, Aoit 1882.




O















LETTRE DE M. SCH(ELCHER, SENATEUR





Paris, no 1, rue Hipnolyte Lebas,
28 F6vrier 1882.



MES CHERS JEUNES AMIS,

Vous me demanded une lettre qui servirait
d'introduction a la reponse que vousallez pu-
blier A une attaque contre Haiti. Le temps
me manquant absolument pour prendre con-
naissance de votre ouvrage, je ne puis y don-
ner mon adhesion, mais je veux vous feliciter
de votre entreprise. DLfendre son pays par la
plume comme par ]'p4,e est toujours un de-
voir en mmme temps qu'un honneur. Vous
avez d'ailleurs mille bonnes raisons de d6fen-
dre le v6tre.
Haiti est un pays d'avenir ot une race trop
longtemps opprimbe a jou6 un r6le glorieux en
conquerant l'independance. Ce que j'en ai vu


M









-2 -

durant un sejour de plusieurs mois, me donne
la conviction que l'ecrivain don't vous me
communique 'article et que vous voulez re-
futer a juge sur de fausses donnees une na-
tion encore jeune, int6ressante, luttant avec
courage contre les prejughs qui dominaient a
sa naissance et qui out ralenti son 6mancipa-
tion morale. Elle est digne de la sympathie
des partisans du progr&s et des amis de I'hu-
manit&.
Mon coeur sera toujours avec vous pour
soutenir la cause de la race noire qui a pro-
duit le grand Toussaint-Louverture et tant
d'hommes remarquables par leur intelligence,
leurs vertus, leur dignity et leur d6sir d'61e-
vation.
L'experience des malheurs du passe vous le
dit A tous : il n'y a de bonheur pour la R6pu-
blique noire que dans l'union, dans la paix et
dans l'oubli des distinctions de classes qui
n'ont pas la moindre raison d'6tre. TrOve A
ces revolutions p6riodiques, A ces discussions
intestines qui ont d6cime la Reine des Antilles.
Vous, jeunes gens, reprenez l'ceuvre de vos
intr6pides ancetres, reported chez vous la lu-
miere que la sagesse de vos peres vous envoie
puiser en Europe, prichez la fraternity, ne
songez qu'aux grands interets de la civilisa-
tion; ne faites la guerre qu'aux criminals qui
veulent exploiter l'ignorance du people et a
quiconque cherche a entretenir la passion de


___


~___









-3-

caste et attachez-vous particulierement h r&-
pandre jusqu'au fond de vos luxuriantes cam-
pagnes et de vos mornes I'instruction primaire,
laYque et obligatoire. Des bcoles, des ecoles,
tel doit etre aujourd'hui le mot d'ordre de
tout bon Ha'tien. Que les ecoles, la concorde
et le travail fassent grandir Haiti dans I'avenir
prospere qui l'attend et qu'elle m6rite, c'est le
rceu ardent de

Votre ami ddeouid,

V. SCH(ELCHER.





_11_(1

















LETTRE DE M. LE Dr BETANCES


Paris, 18 Fdvrier 1882.



MONSIEUR JULES AUGUSTE,


Cher ami, vous me demandcz ce que je pense
d'un article sur Haiti public dernierement dans
la .Reuue politique et littiraire.
Je ne le trouve ni bien mechant, ni bien ma-
lin; mais il donne la preuve d'une ignorance
< potentielle >. II a cela d'original que l'au-
teur a la pietention sincere de faire de l'his-
toire avec les caricatures de Cham et les car-
navalesques boutades du Charivari (voir l'e-
poque de 1'Empire) qui emurent si vivement
son empereur Napoleon III. A ces donnees, il
ajoute quelques appreciations tirees des jour-
naux esclavagistes de Puerto-Rico ctde Cuba,
oh il dit avoir habit et od la catholique Es-
pagne, engourdie dans la crainte de Dieu et








-6-
de 1'abolition, sent peser sur ses colonies 'in-
fluencedes liberties naissantes des republiques
voisines.
< 11 n'est pas surprenant que M. L. Quesnel
ne prenne pas les n6gres au serieux. > Peut-
etre s'est-il habitue & voir impassible, sur les
plantations, ce surmenage qui, au temps de
la traite, retirait des forces d'un homme, en
cinq ans; tout le profit qu'il eat dd donner en
vingt-cinq ou trente annres de travail; peut-
etre s'est-il fait h voir, sans fr6mir, comment
on crave un negre sans violer la loi qui le pro-
tege.
Cela dit, on s'explique que M. Quesnel peu-
ple Haiti de Congos, de Caplaous, d'Aradqs et
d'lbos. S'il y a e des examples rares de talent
et m&me de vertu >, c'est que c plus has est le
niveau d'une society, plus haut s'6levent les
individualites exceptionnelles o; principle qui
nous conduirait infailliblement s'il Atait
autre chose qu'une phrase de rh6torique A
desesperer des societes europ6ennes ol les in-
dividualit6s exceptionnelles sont, dans tous les
temps, si marquees.
Il serait bien trop long de refuter tout cet
article ot, dans chaque phrase, semble s'&tre
refugibe une erreur. M. Quesnel s'6tonne que
pendant trois generations, Haiti n'ait pas
relev6 les ruines que l'emancipation a fai-
tes. >
Tout autre est le jugement de l'illustre ora-


__1_


I_










-7i-

teur americain Wendell Phillips et je me sou-
viens de ces paroles:
c BrOlez New-York cette nuit, comblez ses
canaux, coulez ses navires, d6truisez ses rails,
effacez tout ce qui brille de l'6ducation de ses
enfants, plongez-les dans la misere et l'igno-
rance, ne leur laissez rien, rien que leurs bras
pour recommencer ce monde... Que pour-
ront-ils faire en soixante ans? Et encore etes-
vous sdrs que 1'Europe vous pretera son ar-
gent ?
< Pourtant Haiti, sortant des ruines de la d6-
pendance c.luonrale, est dcrenu un Etat civilis6;
il est le septieme sur le catalogue du com-
merce avec notre pays, et il n'est inf6rieur,
par i'education et la morality de ses habi-
tants, A aucune des iles de l'Oc6an indien
d'Occident. Le commerce stranger pr&te aussi
volontiers confiance A ses tribunaux qu'aux
nStres. Jusqu'ici ce people a d6jou6 aussi bien
l'ambition de I'Espagne et la cupidity de 1'An-
gleterre que la politique malicieuse de Cal-
houm. >)
Combien de generations se sont entassies
d'ailleurs les unes sur les autres de 465
(Clovis) & 1789 (Revolution)? J'estime qu'Haiti
est en degh.
L'auteur dit avec certain ironie que 4 ce
temps maudit (de l'esclavage) n'a pas ete si
fecond en crimes et en douleurs que la nou-
velle periode de liberty. ,









-8-
L'histoire dit ceci:
< On y important environ vingt-cinq mille
noirs par an et cette importation suffisait a
peine A remplir les vides que laissait dans
leurs rangs la culture mortelle de la canine,
pour la production d'une ann6e. >
Multipliez seulement par cent ce chiffre de
chaque ann6e et demandez A M. Quesnel si,
depuis l'ind6pendance qui prit Ha'ti avec cinq
cent mille habitants, il y a eu deux millions
et demi de victims dans le pays qui compete
aujourd'hui au moins.huit cent mille Ames. Et
je ne parole pas de I'absorption des Indiens,
premiers habitants de l'ile.
Ainsi du reste. Je ne r6siste pourtant pas au
plaisir de citer, A propos de < la lAchet6 de la
race noire >, les paroles de Wendell Phillips:
c Quelques-uns doutent encore du courage
du noir. Allez A Haiti; arratez-vous sur la
tombe des cinquante mille soldats, les meil-
leurs que la France ait jamais eus et deman-
dez-leur ce qu'ils pensent des armes du noir.
Et si cela ne vous satisfait pas, allez en France,
au splendid mausol6e des comtes de Rocham-
beau et a la tombe de huit mille v6etrans qui
regagnerent leurs foyers A l'ombre du pavilion
anglais, et interrogez-les. Et si cela ne vous
satisfait point, rentrez chez nous, et si nous
6tions en Octobre 1859, vous pourriez parcou-
rir la Virginie tremblante et lui demander ce
qu'elle pense du courage du noir. *


_ ______ _









-9-

Et plus loin:
claves couronnee de success, et elle a eu lieu h
Saint-Domingue. Toutes les races ont g6mi, a
diff6rentes ~poques, dans les chaines; mais il
n'y en a jamais eu qu'une seule qui: affaiblie,
sans secours, degrade par l'esclavage le plus
lourd, ait bris6 ses fers, les ait transforms en
epees, et ait conquis sa liberty sur les champs
de bataille, une seule : la race noire de Saint-
Domingue. >
En effet :
< Avec cette masse informe et dedaignee,
Toussaint forgea pourtant la foudre et il la d&-
chargea, sur qui? sur la race la plus orgueil-
leuse de 1'Europe, les Espagnols; et il les fit
rentrer chez eux humbles et soumis; sur la
race ]a plus guerriere de 1'Europe, les Fran-
gais, et il les terrassa h ses pieds; sur la race
la plus audacieuse de l'Europe, les Anglais, et
il les jeta h la mer, sur la Jamaique. >
Certes, il n'y a pas de people qui possede
des sympathies plus profondes, je ne dis
pas seulement en Ha'ti, mais dans toute 1'A-
merique du Sud, que les Frangais. Elles
valent, je crois, la peine d'&tre cultivees parmi
ces quarante-cinq millions d'hommes.
Aussi volt-on avec surprise des ecrivains,
don't les articles sont accepts dans des pu-
blications estimees, se trainer dans des criti-
ques aussi legeres qu'injustes et injurieuses,








10 -
et I'on s'indignerait de leurs insultes si on
n'6tait plut6t dispose a rire de leur igno-
rance.
Le debat soutenu par Devost et Janvier
n'aura pas et< sterile :, si les journalists
soucieux de leur reputation commencent par
6tudier les sujets sur lesquels ils veulent ins-
truire le public, et ne prennent pas pour de
I'histoire les < charges > d'un caricaturiste,
les cauchemars d'un ennemi ou les triviales
fantaisies de reporters affam6s d'annonces.
Mais ma lettre devient longue. Je m'ar-
rAte et

Toujours cordialement,

(El Antillano.)

Dr R. B cTANCiS.


"-


















ARTICLE DE M. C. DENIS (1)





HAITI


Depuis longtemps on insulte la race noire
et le seul pays de la terre oh elle se soit con-
stituee en Etat independant... II est temps que
nous autres, nigres d'Haiti, nous nous justi-
fiions et rectifiions cette erreur que nous
vivons dans une demi-barbarie.
Je n'entreprendrai pas de reliever scientifi-
quement l'assertion que la race noire est in-
capable de perfectionnement. La solution de
ce grand problem de la perfectibilite de la
race noire sera donn6e par nous autres, negres
libres; mais ce ne peut 6tre que I'ceuvre de
plusieurs generations heritant successivement
du d6veloppement acquis.

(1) Cet article a paru dans le numdro du Rappel
du 29 Janvier 1882. Nous remercions ici la Direc-
tion du journal. C. D.









12 -
Les chroniqueurs, qui parent de nous dans
un style ironique, me font l'effet d'individus
se moquant des premiers pas et des premiers
begaiements d'un enfant. Cerles, nous taton-
nons encore, mais nos membres se fortifient
de plus en plus; et, patience, nous marche-
rons droit.
Pour juger le people haitien, il faut, ce
qu'on semble ne pas vouloir faire, se bien
rappeler les conditions exceptionnelles dans
lesquelles il a pris naissance. Quatre-vingts
ans seulement nous separent de 1'6poque oi
ceux qui on constitu6 ce people formaient un
troupeau d'esclaves, abrutis par des si&cles de
servitude et courbes du matin au soir sous le
fouet des colons. Les giants de 89, qui ont
affranchi le monde, leur donnerent la liberty,
et d&s lors ces affranchis ne demanderent qu'h
vivre soumis h la mere-patrie.
Napol6on, qu'il nous est bien permis, je
crois, de hair, de concert avec les d6mocrates
frangais, voulut les faire retourner h leur pre-
mier etat d'esclavage.
Devant un tel mepris des droits les plus
sacr6s de l'homme, ils so r&volterent, et,
comme dit le po&te, briserent leurs chaines
sur la t&te de leurs opresseurs. Ils furent
cruels dans leur vengeance, c'est vrai, mais
ils le furent parce qu'ils tenaient de leurs an-
ciens maitres le secret des cruautes les plus
horribles. Ils rendirent meurtre pour meurtre,


I


I I










13 -

outrage pour outrage. Ce fut le souvenir des
atrocit6s commises par les colons, ]a pens6e
de leurs fr&res, de leurs femmes, de leurs
enfants pendus, crucifies ou vendus, qui arma
leurs bras.
De ce que nous avons tue ceux qui nous
tuaient et rase les edifices qui nous rappe-
laient notre ancien esclavage, il ne s'ensuit
pas que nous soyons barbares et vandales. De
pareils faits se rencontrent dans l'histoire de
tous les peuples aux 6poques des grandes re-
novations sociales.
A peine remis de la lutte, ceux desHaitiens
qui avaient eu le bonheur de jouir des bien-
faits de l'instruction se mirent A police et a
instruire leurs freres ignorants. Ils posurent
ainsi les premieres bases sur lesquelles s'6-
lIve dejh, quoi qu'on en dise, la civilisation
des noirs ind4pendants.
En ce moment les jeunes Haitiens viennent
en foule 6tudier en France.
On en voit partout: sur les bans des lycees,
des facult6s de droit et de medecine, au Con-
servatoire et dans toutes les ecoles sup6-
rieures. Ils viennent travailler dans ce centre
de luminres, bravant le climate europeen, si
meurtrier pour eux, puis s'en retournent avec
des connaissances serieuses, et non certes
avec la haine des blancs, comme disent nos
ennemis.
Non, les Haitiens ne sont ni cruels ni inso-










14 -

lents. Notre hospitality pour les strangers est
presque proverbiale. Dans nos mornes les
plus recules, les campagnards la pratiquent,
temoin, Rosier By. Ne niez pas que les HaY-
tiens soient progressistes. Dites que leur em-
pereur a jou6 la comedie du pouvoir, per-
sonne ne vous contredira. II a fait en cela ce
que nous avons vu et voyons faire encore
chez les peuples les plus civilises. II a sans
doute singe Napoleon Ier, mais demandez a
Victor Hugo si quelqu'un n'a pas singe Sou-
louqut'! I n'a pas sacrifi& au.Vaudoux; loin
de &1: consulicz Theophile Guerin. Ces su-
perstitions africaines ont d'ailleurs disparu,
elles sont remplac6es par celles du catholi-
cisme.
Un dernier mot: Haiti que nous a legu6e
nos peres nops.restera et jamais nous ne nous
deciderons a porter un autre Lom que celui
d'Haitiens.
i CLEMENT DENIS.


24, rue Monge, Paris.


_I
















LETTRE DE M. LE Dr JANVIER


Paris, n- 4, rue de 1 Ecole-de -Mbdecine,
ce 22 Janvier 1882.


A MONSIEUR EUGENE YOUNG, directeur de la
Revue politique et littiraire.


HONORABLE MONSIEUR (1),

Je ne vous apprends rien, sans doute, en
vous disant que le dernier numero paru de la
Revue politique et littdraire celui d'hier -
contient un article sur HaYti 6crit par M. Leo
Quesnel, d'aprbs un livre recent.


(1) Cette lettre a kt6 publiee, en parties, dans
I'Union rdublicaine (num6ro du 6 fivrier), sous
cc titre : Hafti et ses detracteurs Elle a aussi
paru, en parties, dans le Sauveteur (nudmro de
Janvier), sous ce titre: < les Contempteurs de la
race noire i.
Je remercie ici, du meilleur de moi, M. le Direc-









16 -
Cet article, j'en suis aux regrets de le con-
stater, est aussi agressif en la forme qu'il est
injuste au fond.
Depuis nombre d'ann6es, il n'avait rien
paru dans les journaux, et surtout dans un
journal frangais r6dig6 par des savants et des
homes serieux, d'aussi attentatoire a la v6-
rite et d'aussi blessant pour l'honneur et la
dignity d'une jeune nation, fille et amie de la
nation frangaise.
J'ai le bonheur d'etre Haitien, Monsieur, et
j'aime ma patrie d'une amour profonde et
passionn6e, pareille a celle que vous devez
ressentir pour la France; et je viens A vous,
avec confiance, connaissant votre haute im-
partialite, et vous sachant un philosophy, un
homme de science, pour vous demander de
bien vouloir donner insertion dans ies colon-
nes de la Revue que vous dirigez avec tant de
talent, aux lignes suivantes que j'ai 6crites
en refutation de 1'articie de M. Leo Quesnel.
Ce faisant, Monsieur, vous aurez a la fois
accompli une bonne action et fait une bonne
ceuvre: accompli une bonne action, en per-


teur de I'Union rdpublicaine. J'adresse les plus
vifs remerciements au Directeur du Sauveteur,
M. Alphonse Huard, don't la grandeur d'ime et la
haute philantrophie m'ont toujours inspire la plus
sincere admiration et la vuneration la plus pro-
fonde et la plus legitime.


____ ~


I -.II.-. -.. I~









17 -

mettant que soit r6parI le mal que pourrait
causer l'6tude de M. Quesnel; fait une bonne
oeuvre, en aidant les Haitiens h se laver des
calomnies auxquelles ils ont ete trop long-
temps en butte et don't ils ont trop longtemps
souffert sans protester et sans se plaindre
jamais.



M. Quesnel commence son article en decla-
rant que : < si la th6orie de l'inegalit6 des
races avait besoin d'etre confirmed, elle le
serait par 1'inanit6 des efforts que font, depuis
an sicle, les noirs d'Haiti pour constituer
une societY. > Et il ajoute avec les scolas-
tiques, dit-il, < ce qui a lieu dans le temps
a lieu dans I'6ternite; en d'autres terms la
loi de la nature est immuable. > La scolasti-
que, tissu de pr6jug6s et de vieilles erreurs,
product d'inductions fantaisistes et disparate,
philosophies d'une epoque oiu la science 6tait
encore muette, la scolastique a fait son temps.
Pour ma part, je vois d'une maniere absolu-
ment oppose A celle de M. Quesnel, et, pour
repondre A la maxime doctrinale des scolasti-
ques don't la consequence force serait le fata-
lisme, j'aliegue les faits developpes, avec
autant de nettet6 que d'abondance d'argu-
ments d&cisifs et de preuves convaincantes,
par Darwin, Herbert Spencer et toute l'ecole
evolutionniste.









18 -
La loi de selection et la doctrine du trans-
formisme, tant consolantes, tant reconfor-
tantes pour l'humanite, et si vraies, sont pour
recevoir pleine confirmation en Haiti. Pour
preuve premiere, je citerai 1'amelioration du
type noir dans cette ile, amelioration qui est
telle que l'6minent Broca, le plus savant des
anthropologists frangais, disait encore, il y a
a peine deux ans, a l'h6pital Necker, devant
tous ses eleves, qu'il reconnaissait un Haitien,
a premiere vue, autant & son regard qui est
franc, fier et plein d'eclairs, qu'a son front
large et bomb et a son maintien assure,
signes certain, continuait-il, d'une grande
capacity de la boite crAnienne et d'un esprit h
la fois ferme et intelligent.
Depuis que 1'esclavage a Wte aboli dans les
colonies francaises et aux Etats-Unis, les
noirs de ces pays ont tout fait pour d6mon-
trer cette v6rit6, a savoir que la scolastique
pouvait quelquefois se tromper.
Aux Etats-Unis, par example, on voit les.
noirs economes, actifs, ranges, pensant &
l'avenir; ils sont membres du Congres, on
voit leurs enfants entrer a l'ecole de West-
Point et dans les universities, ot ils 6tudient
aussi bien que leurs freres blancs les sciences
mathbmatiques, qu'on avait suppose devoir
leur rester inaccessibles.
L'annee derniere, a la Soci6t6 de geogra-
phie de Paris, M. L. Simonin, don't nul ne


~_~~_~I _


1










contestera la parole autorisie, a d6clari re-
venir des opinions erron6es qu'il avait autre-
fois 6mises sur la race noire en general et sur
les noirs des Etats-Unis en particulier.
Au moment ofi j'ecris, il y a deux noirs, ori-
ginaires des colonies frangaises, qui sont ~leves
A l'Ecole Polytechnique de Paris.
Les Haitiens aussi peuplent les hautes
6'oles de Paris. On les rencontre sur les bancs
du College de France. A l'cole de Medecine,
h l'cole de droit, a l'cole Centrale, h la
Sorbonne, ils passent de brillants examens et
emerveillent leurs professeurs par leurs apti-
tudes multiples et par leur ardeur au travail.
Nos adversaires objecteront que ce sont la
des faits isol6s, mais je repondrai qu'en
Haiti le fait se gen6ralise : les enfants des
autres villes de la R6pnblique se rendent en
foule t Port-au-Prince, la capital, pour y
achever leurs etudes. Un people qui s'impose
de dures privations pour faire clever ses en-
fants a l'etranger ou qui consent a se separer
d'eux pendant plusieurs ann6es cons&cutives
prouve, par 1b, qu'il n'est point paresseux et
qu'il ne se complain pas dans l'ignorance.
Les Haitiens d'ailleurs ne sont inddpendants
que depuis 1804. 11 est excellent de remarquer
que, pour parvenir i cette independence, ils
avaient fait le sacrifice magnanime de toutes
les richesses de lile ; que, durant la guerre,
toutes les villes du littoral avaient 6t6 prises,








20 -
reprises, brdlees, bombard6es ou saccagees
par les deux armies qui se trouvaient en pre-
sence; que, libres en 1804, les Haitiens ne
pouvaient songer A organiser serieusement et
definitivement le travail, ayant toujours sus-
pendue sur leurs totes, come une epee de
Damocles, la menace d'une nouvelle invasion
frangaise.
En 1825, le gouvernement frangaisreconnut
I'independance d'Haiti, mais les Haitiens fu-
rent en meme temps ecrases sous le poids
d'une indemnity territorial de 150 millions
qu'ils consentaient a payer en cinq terms au
gouvernement du roi Charles X. Pour verser
le premier terme, il fallut contractor un em-
prunt de 30 millions A Paris.
Le budget d'Haiti, qui s'l6evait a 15 ou 20
millions en moyenne de 1820 h 1840, fut pres-
que tout entier employee A l'amortissement de
la double dette. Le service de cette double
dette epuisa l'6pargne haitienne, qui naissait
a peine.
En 1838, le cabinet Mole, s'6tant convaincu
de 1'impossibilit6 dans laquelle se trouvaient
les Haitiens de payer une dette don't ils au-
raient pu de l'avis de M. Schoelcher et de
l'abb6 de Pradt ne jamais reconnaitre le
principal, < attend que d'esclaves, en vertu
du droit de la force, ils s'6taient faits libres
par force apris avoir acheti cette liberty au
prix de deux siecles de sueurs, de larmes et


II











do sang >> en 1838, dis-je, la monarchic de
Juillet accept de reduire a 60 millions le chif-
fre de l'indemnite de 1825.
Malgr6 cela, des revoltes 6claterent en
Halti; et, en 1843, le president Boyer, qui
otait au pouvoir depuis vingt-cinq ans, en fat
reverse.
L'ancience parties espagnole s'etait scpar6e
de la frangaise, laissant h celle-ci le fardcau
de la double dette don't le service, repris en
1848, par le gouvernement du president Sou-
louque, se continue encore.
Les Haitiens avaient vecu pauvres, se sai-
guant A blanc, pour tenir leurs engagements.
Les r6voltes qui ont eu lieu en Haiti depuis
1843, et don't d'ailleurs I'importance est tou-
jours singuliSrement exag6ree en Europe, ont
presque toutes etn occasionnees par les souf-
frances d'un people surcharge d'imp6ts et ne
pouvant parfaire pourtant son outillage cono-
mique.
Au milieu de cet etat de choses, qui bientot
va prendre fin, les Haitiens, meme ceux des
couches sociales inferieures, n'avaient jamais
laiss6 de reclamer l'instruction a grands cris
pour leurs enfants et de teacher, par tous
les moyens possibles, de la leur faire ac-
querir.
Aujourd'hui, les progres realis6s par le
people haitien sont consid6rables ktant
donnees Ics mauvaises conditions dans les-








22 -
quelles il s'etait trouv6 pour se librement de-
velopper; les 6coles ruiales couvrent 'ile,
et des jeunes filles m&me traversent le large
Atlantique pour venir complete leur education
en France.
Depuis quelque temps Haiti fait parties de
l'Union postal, de 1'Union monitaire latine,
de l'Union du metre frangais. La Republique
p, ssede aussi une Banque national en plein
fonctionnement.
Haiti est actuellement gouvern6e par des
homes d'Etat probes, eminents, et qui ont
d6j& fait leurs preuves comme patriots et
comme administrateurs. Ils ont lanc6 leur pays,
pour toujours, esp6rons-le, dans la voie de
la civilisation ininterrompue, de la paix et du
travail.
Vous voyez done que le voyageur frangais
don't parole M. Quesnel a raison de prendre au
serieux les noirs d'Haiti.
De meme qu'il n'y a plus en France ni Sain-
tongeois, ni Berrichons, ni Gascons, ni Juifs,
mais qu'il y a des Frangais, cela depuis le
14 juillet 1790, depuis que la France s'est
cherchee et s'est retrouv6e auChamp-de-Mars,
daus la grande journ6e de la Federation fran-
gaise, de m&me en Haiti, depuis que les Ha'-
tiens se sont li6s par un solennel serment,
sur la place des Gonalves, le ier Janvier 1804,
depuis cette splendid et memorable Journee
de la FBderation haitienne, il n'y a plus, en


I








23 -
Haiti, ni Ibos, ni Congos, ni Aradas: il y a
des Haitiens.
M. Quesnel rapporte que les journaux hai-
tiens sont r6diges avec une vraie sup6riorit6
et en excellent frangais. II salt qu'il y a des
poetes haltiens de 23 ans, faisant 6diter leurs
posies a Paris, et il conclut a l'immuabilit6
des choses, et ii se refuse a croire que la
race noire puisse evoluer vers le mieux en ci-
vilisation. 11 edt et6 bien plus simple et bien
plus logique, a mon avis, de penser le con-
traire.
Les Haitiens n'ont pas seulement des jour-
nalistes sup6rieurs; ils ont aussi des histo-
riens de grand m6rite et des poetes qui ont'
acrit dans un style souple, splendide et char-
mant, des oeuvres d'une r6elle et puissante
originality.
Je renvoie M. Quesnel au livre intitule la
Littdrature noire. II y verra avec quelle admi-
ration respectueuse et avec quels eloges sont
cites les noms des artistes et des ecrivains
hai'tiens.
J'ajoute que les hommes d'fItat de mon pays
ont souvent fait preuve d'un incontestable ta-
lent d'organisation et d'administration, et
que des diplomates haitiens ont fait briller,
dans bien des grandes course europeennes,
leurs facult6s pleines de charges et de s6duc-
tions, en m6me temps que, dans bien d'epi-
neuses affairs, ils montraient un tact rare,


0 M M








34 -
une tenue parfaite et une connaissance appro-
fondle de l'art diplomatique.
Pour cequi est des chefs haitiens: Toassaint-
Louverture, Dessalines, Christophe et Faus-
tin Ier que l'on s'est plu a couvrir d'un ridi-
cule imm6rit6 ou h charger d'atroces forfaits,
je r6ponds que les neuf dixiemes des actes de
cruaut6 ou de sottise don't on les accuse et des
mots absurdes qu'on leur prete sont des fa-
bles inventees par des 6crivains malveillants,
remplis de pr6jug6s ou peu soucieux d'etre vP-
ridiques et n'ayant pas un esprit assez phi-
losophique et assez 6tendu pour pouvoir etu-
dier a fond'une society qui nait et se trans-
forme.
Les esprits impartiaux, ceux qui ont voyag
en observateurs sagaces et instruits, entrL
autres MM. Schoelcher et Paul d'Hormoys
rendent pleine justice aux chefs haltiens et les
pr6sentent, dans leurs livres, sous un jour tres
favorable.
Henry Ier, quoique despite, fut un grand
organisateur; l'empereur Faustin Ier, qu'on a
tant caricature, fut loin d'etre aussi inintelli-
gent et aussi ignorant qu'on l'a voulu faire
croire. L'un et I'autre n'6taient pas plus cruels,
en some, que tel souveraind'Europe. Chris-
tophe resemble beaucoup a Pierre-le-Grand;
et tout le monde salt que, dans & les Ch&ti-
ments >>, Victor Hugo reproche & Napoleon III
d'imiter Faustin Ier. A qui parole de Toussaint-


_ )_ _X _~ ~~~~1_1_~ _~____1~ ~~_~__


L_ U_










25 -

Louverture on de Dessalines, on peut repli-
quer en lui opposant les examples suivants:
Louis XI et Tristan L'Hermite; Charles IX et
la Saint-Barth!lemy; Henri III et l'assassinat
du duc de Guise; Louis XIV et la revocation
de l'Edit de Nantes, les dragonnades des
Cevennes, et les protestants, qui pourtant
etaient de loyaux et faux sujets du Roi, en-
voyes sur les galeres; la Terreur rouge, la Ter-
reur blanche, etc... J'en passe... et de pires,
Un r6publicain frangais qui veut 6tre conse-
quent avec lui-mime ne saurait reprocher aux
noirs d'Haiti d'avoir anergiquement revendi-
que les principles de la Revolution franqaise.
Observez que la Constituante avait discut6
et vote non pas la Declaration des Droits du
citoyen francais, mais bien la Declaration des
Droits de l'Homme.
On peut aussi repondre que les noirs et les
mulAtres demandaient seulement la liberty et
qu'ils voulurent toujours demeurer Francais
encore que 1'Angleterre leur edt maintes fois
offert de les aider a maintenir leur indepen-
dance s'ils la proclamaient ; que ce furent les
generaux indigenes qui aiderent le general
Leclerc a reconquerir Haiti, en 1802; que
Maurepas, L'un d'eux, celui don't parle
M. Quesnel, -fut, pour sa recompense, atta-
che A une vergue par des marines de la metro-
pole, insult -on lui cracha au visage puis
jet6 i la mer; que ce farent Rochambeau et









26 -
Noailles qui faisaient devorer leurs prison-
niers noirs par des chiens qu'ils avaient fait
venir expres de Cuba (voir Schoelcher) et que,
lorsque les noirs reprirent les armes, en 1802,
ils ne le firent que parce que fe Premier Con-
sul voulait retablir l'esclavage aboli dbj& de-
puis sept ans par la Convention.
Quand l'insurrection eut eclate, dans les
villes de la colonie, et par ordre des chefs eu-
rop6ens, on fusillait et on pendait toutes les
nuits, sans pitit, sans merci. Un g6enral fran-
gais, digne de foi, estime que, dans la seule
rade du Cap, quinze cents personnel fu-
rent noyees par decision des autorites colo-
niales.
Pamphile de Lacroix et M. Schnelcher
avouent que les violence des noirs sont excu-
sees par les crimes des colons anterieurs a ces
violence.
Et pourtant les Haitiens ne garden aucune
rancune aux Frangais.
C'est tout a fait A tort que M. Quesnel a
6crit cette phrase : a Les Haitiens sont les
seuls negres du monde qui n'aient pas garden
un souvenir affectueux de la domination fran-
caise. > Celui qui ecrit ces lignes, ancient
6elve de MM. Jules Neff, Jean Droit, Guyot
et Fargues, Frangais tous quatre, a conserve
d'eux un souvenir tout affectueux et tout re-
connaissant. L'HaYtien aime beaucoup le Fran-
gais. Et vraiment il faut ne rien savoir de ce


_~_~_1~1 ~~1_1.1


i li-(










27 -

qui se passe en Haiti pour pretendre le con-
traire.
Actuellement, toutes les paroisses d'Haiti
sont desservies par des pretres bretons; plu-
sieurs maisons d'6ducation, entire autres le
Seminaire-College de Port-au-Prince et le cou-
vent des sceurs de Saint-Joseph de Cluny, sont
tenues par des Francais. Les Francais sont
professeurs partout : on les rencontre meme
en quality d'instituteurs primaires dans les
montagnes de l'interieur.
La langue franqaise est la langue courante,
la seule en usage, et tous les paysans la com-
prennent.
Les mceurs, les coutumes, les fates, le droit,
les institutions, le costume, tout est francais:
on se module en tout sur la France.
Et, gnearalement, quand on hait les gens,
on ne cherche pas a les imiter.
Je veux appuyer mes dires de faits qui sont
d'une eloquence significative. D'abord plu-
sieurs Haitiens ont pris part a la guerre de
1870-1871, en servant en quality de volon-
taires dans les rangs de l'armee frangaise.
Un Haitien que je connais fut bless6e Buzen-
val.
Durant la guerre aussi, il y eut, en Haiti,
plusieurs manifestations sympathiques en fa-
veur de la France. On le sut en Allemagne.
Les hostilities finies, en 1873, M. de Bismarck
voulut montrer aux Haitiens qu'il savait ne
2.









28 -

pas oublier. I1 envoya deux navires rdclamer
pavement de deux creances qui 6taient dues A
deux sujets allemands. Ces creances s'1ee-
vaient A la minime some de 75,000 francs.
On ne deplace pas deux vaisseaux, on n'orga-
nise pas une expedition don't les frais peuvent
s'elever & 100,000 francs pour en recouvrer
75,000.
Les navires allemands commandos par le
capitaine Batch arrivent dans la rade de Port-
au-Prince, le 11 Juin au soir. Pendant la
nuit, ils se saisissent par surprise, et au me-
pris de toute justice, de deux navires de
guerre haitiens don't its font debarquer les
equipages.
Le lendemain, les creances furent payees
par le gouvernement haitien.
Les representants des puissances accreditds
en Haiti, celui de la France en t&te, blAm&rent
hautement I'acte inqualifiable commis par le
marin allemand et m&lIrent leurs voix indi-
gnees A celles des Haitiens.
Autre example tout recent. Mes compa-
triotes, voulant concourir & l'&rection de la
statue de Victor Hugo, out overt une sous-
cription. Deux conferences out det faites au
theatre national de Port-au-Prince, le 27 No-
vembre de I'ann6e derni&re, par deux Ha'tiens
du plus grand merite. Le nom du porte a 6te
acclama pendant deux heures entieres. Confe-
rences et souscription ont produit la some


i~ ~1 ~ ___


II I_










29 -

de six mille francs dans la seule ville de
Port-au-Prince.
Voilh comment les Haitiens haissent les
Frangais!...
Si les Haitiens n'aimaient pas ]a gentile
France, au lieu d'envoyer leurs enfants L Paris,
ils les enverraient A Londres, A Berlin ou A
Washington, ce qu'ils ne font point.
M. Quesnel est Frangais et collaborateur -
une Revue serieuse. Ce sont lb deux qualitis
qui me font augurer qu'il est b la fois home
de coeur et d'esprit philosophique. De plus il
n'a aucun motif particulier do haine contre les
Haitiens.
Je suis fond hB croire qu'il voudra exprimer,
de bonne grace, le regret qu'il 6prouve d'avoir
6t6 induit A erreur et d'avoir induit en erreur
sur le compete des Haitiens, et qu'il voudra,
sinon sc d6clarer leur ami, mais, tout au moins,
retire les expressions blessantes et les asser-
tions non fondees don't son article estquelque
peu semi.
M. Quesnel desire que la France soit aim&e
en Haiti : c'est d6ej fait.
Mais je veux lui rappeler qu'on aime une
nation d'autant plus que ceux qui sont les
porte-parole de cette nation la font aimer; et,
tout en l'assurant que je ne lui veux garder de
rancune aucune, je veux lui r6epter que le
meilleur moyen de se faire aimer des gens ce
n'est pas de leur dire des injures.










30 -
Je vous prie, Monsieur le Directeur, de bien
vouloir agr6er I'expression la meilleuie des
sentiment de haute estime et de profonde con-
sideration avec lesquels je suis, et veux de-
meurer,

Votre tout honored serviteur,

LOUIS-JOSEPH JANVIER,
Docteur en m6decine de la Facult6 de Paris,
El6ve A l'Ecole des Sciences Politiques.
















ETUDE DE M. LE Dr JANVIER


UNE REPLIQUE INDISPENSABLE


A M. LEO QUESNEL.

SS'ils te mordent, mords-les.
(Devise de MORLAIX).


A la lettre que l'on vient de lire, M. Ques-
nel fit une r6ponse court, evasive, insigni-
fiante et qui fut inseree dans le num6ro de la
Revue politique et litteraire du 4 F6vrier.
Cette reponse ne contenait ni toutes les
rectifications que J'ftais legitimement en droit
d'esperer d'y voir figure, non plus qu'aucune
retractation des assertions mensongeres et des
appreciations diffamantes pour ma patrie que
M. Quesnel avait accumulees comme A plaisir
dans son premier article.
Au lieu de d6clarer qu'il avait Wte induit t


~I









32 -
erreur par un voyageur ignorant et rancuneux,
M. Quesnel a mieux aimed se derober, donnant
par ainsi le spectacle d'un manque de loyaut6
et de grandeur d'Ame.
Le denigreur de la. race noire s'est bien
voulu donner la peine de nous faire des com-
pliments a M. D6vost et h moi. Nous ne lui en
demandions point et n'en avions nut besoin:
nous savous ce que nous sommes. Nous re-
poussons dedaigneusement du pied les com-
pliments qui nous viennent d'un insulteur de
notre pays et de notre race.
M. Quesnel, vaincu sur le chemin de l'his-
toire, s'est r6fugie sur celui de l'anthropologie
et de la physiologie social pures. Je vais le
suivre sur ce terrain scientifique. Je le fais
avec d'autant plus de plaisir que cela me per-
mettra d'exposer, en m6me temps, en parties,
I'histoire du d6veloppement du people haltien
et, par ainsi, de dissiper les nuages et les 1e-
gendes qui obscurcissent encore le cerveau de
ceux qui ne connaissent pas, dans leurs details
intimes, l'histoire de la sociWte ha'tienne et
la vie actuelle de cette jeune et int6ressante
nation.


M. Quesnel s'exprime ainsi: cc Qu'avons-
nous dit, en some? Que la race africaine
< livree a elle-mmme tournerait dans un cercle
> vicieux et qu'elle ne s'el6verait que par le


_ I I_









33 -

< contact et la fusion avec la race blanche:
< fusion d'id6es, fusion de coeur, fusion de
< sapg. >>
Je reponds.
La fusion d'idees s'est op6ree et s'opere
chaque jour davantage, lentement, comme
toutes ]es fusions qui doivent durer, mais
sirement. C'est pour que cette fusion soit.
clue les Ha'tiens voyagent beaucoup, tant en
Europe qu'aux Etats-Unis, et que dans les
ecoles sup6rieures, en Haiti, on enseigne a la
fois les langues franCaise, anglaise et espa-
gnole.
Certes, il faut qu'il y ait fusion d'id6es entire
deux peuples, don't 'un se nourrit de la litt6-
rature de l'autre.
On n'est tant r6publicain et tant frondeur
en Haiti que parce qu'on y lit beaucoup de li-
vres frangais: ceux qui retracent les grandes
scenes de la Revolution frangaise, ceux des
auteurs du grand siecle et du siecle dix-hui-
titme aussi bien que ceux meiodieux ou char-
mants des auteurs contemporains.
La science, en Haiti, est toute europ6enne;
et les idles des ecoles de Paris priment aussi
bien en jurisprudence qu'en m6decine et en
sciences naturelles ou philosophiques.
Depuis que les theories, exposees dans les
livres des illustres penseurs anglais de l'Ecole
Darwin Spencer, ont commence de pientrer
en Haiti ainsi que les theories d'Auguste








34 -
Comte, de Littre et de l'Ecole positiviste fran-
gaise, elles ont fait du chemin. Les journaux
frangais,lus lh-bas vingt jours apr&s qu'ils ont
paru en Europe, tiennent ]es Ha ltens au cou-
rant de toute la politique du vieux continent.
VoilA pour la fusion d'id6es.
La fusion de cceur n'a jamais cess6 d'exister
avec la gentile France. La raison en est sim-
ple : fusion d'id6es entraine in6luctablement
fusion de cceur. Fusion de coeur entraine sou-
vent fusion de sang ...
Le redacteur de la Revuepolitique et littdraire
a raison de croire que la fusion de sang est
considerable en Haiti; on peut meme ajouter
qu'elle est presque complete.
II n'y a peut-6tre pas, dans la plus monta-
gneuse des Antilles, une seule goutte de sang
chamitique pur. Le noir Ha'tien est presque
toujours un Sacatra (1). Aussi l'ceuvre de la

(1) La signification exacte de ce mot ne se trouve
que dans Saint-Remy. La definition qu'en donne
le Dictionnaire de Littre est inexacte.
Le sacatra pent avoir depuis 8 jusqu'a 16 parties
blanches et depuis 112 parties jusqu'a 120 parties
noires.
Le sacatra est l'enfant qui nait de l'union d'un
sacatra avecune nigresse, de l'union de deux saca-
tras, de 1'union d'un noir et d'une griffonne.r (Mo-
reau de Saint-MIry. Description de la parties fran-
gaise de Saint-Domingue, t. 1, 1797.)
Toutes ces niaises distinctions qui donnent une








35 -
s6lection se fera-elle toute seule : par repro-
duction, par croisement entire indigenes.


Visant mon compatricte et Pmi M. Justin
Devost et moi, M. Quesnel ecrit ceci : < Des
< hommes don't le language temoigne de fortes
o convictions darwiniennes se revoltent &
< I'id6e de selection par absorption. >
Ici, il faut s'entendre. II y a deux sortes
d'absorptions anthropologiques : 10 'absorp-
tion au profit de la race autochtone ou de la
race indigene; 20 l'absorption au profit de
l'immigrant. Exemples : I'immigration armee
des Visigoths en Italie et en Espagne, celle
des Normands en Angleterre, celle des An-
glais au Chili, les immigrations periodiques
des Tartares en Chine ont 6et des immigra-
tions qui ont produit des selections au profit
de'l'indigene ou de l'autochtone de ces divers
pays, parce que les conquerants, devenus co-
lons, se sont fondus dans la masse de la po-
pulation dejh existante, apportant un contin-
gent nouveau de courage ou d'intelligence au

idde de l'otroitesse d'esprit des colons da Saint
Dominmue, ont si bien disparu dans la Republique
d'llalti de nos jours que le mot sacatra est absolu-
ment tombn en d6suetude, Aujonr.l'hui, cet ar-
clai'sme n'est connu que des 1Haitiens qui s'occu-
pent d'lne maniere spiciale de l'histoire de leur
pays.


__








36 -
milieu de populations qui avaient besoin de
'un ou de l'autre de ces leviers moraux.
On n'en peut pas dire autant de la coloni-
sation espagnole en Haiti, de la colonisation
anglo-saxonne aux Etats-Unis. Celles-ci ont
amend la destruction des autochtones caraibes
dans I'ile d'Haiti et la destruction des autoch-
tones indiens sur le continent americain, parce
que les 6migr6s et les colons n'ont pens6 qu'A
exploiter les Caraibes A Quisqueya ou qu'a
detruire les Indiens sur le continent.
Les Haitiens actuels ont tout lieu de penser
et its ont raison qu'une immigration
blanche en masse serait fatale a leur autono-
mie, a leur existence come nation. Ils ad-
meltent tres bien immigration blanche spo-
radique, individuelle, lente; par celle. ci, 1'~~6-
ment blanc a le temps de se fondre dans
l'6elment noir et d'epouser les intre~ts de la
nationality haitienne, en un mot, I'absorption
se fait au profit de la race indigene d'Ha'ti.
Mais nous nous r&voltons A l'id6e d'une selec-
tion par absorption qui aurait lieu au profit
des immigrants et cela pour deux raisons mai-
tresses, capitals : 10 pour une raison philo-
sophique, physiologique et historique; 20 pour
une raison politique.


10 La raison physiologique, philosophique et
historique, je pourrais dire d'un mot la raison









37 -
purement biologique pour laquelle nous nous
rivoltons a I'id6e d'une selection par ab-
sorption qui aurait lieu au profit des immi-
grants est que nous poursuivons en ce mo-
ment une experience anthropologique en
Haiti.
En nous, nous avons A lutter contre 1'6le-
ment africain don't les ardeurs et les appetits
sont connus; nous avons aussi a lutter contre
Ja turbulence et les impatiences de ce sang
des aventuriers francais qui peuplerent Haiti.
Nous avons a letter, autour de nous, contre
les conditions climatologiques : chaleurs ex-
tremes, pluies diluviennes, secheresses pro-
long6es, vents violent, orages, etc. Autant
d'~61ments qu'il faut vaincre ou discipliner h
l'aide d'une forte dose d'energie morale et phy-
sique, d'esprit de suite et d'ordre,
Avons-nous riussi?.... Un peu, j'ose le
dire.
Nous avons evolui et je vais le demontrer.

+
Au point de vue intellectuel. Je mention-
nerai, a 1'appui de ma these, la faculty grande
de comprehension qu'ont acquise les Hai-
tiens: aucune science, aucun art ne leur est
ferme. Des qu'ils se mettent en ttte d'6tudier
et de s'assimiler quelcue chose, on est etonne
de voir avec quelle facility et qu'elle rapidity
c'est fait.









38 -

Musiciens, ils le sont dans l'ame. C'est
d'ailleurs un trait distinctif de la race noire :
elle a l'instinct de la musique. Peintres, on
les voit le devenir sans maitres; et, encore que
nous n'ayons jusqu'ici qu'un seul sculpteur
ii se fait connaitre comme cent. Le Danemark
n'a qu'un seul sculpteur connu : c'est Thor-
waldsen.
Les langues sont apprises aussi avec une
merveilleuse promptitude par les enfants de
I'ile que Michelet denommait la France
noire. C'est A peine si, pour l'espagnol et pour
le francais, un Haitien qui possede ces lan-
gues, les prononce avec un leger accent a
cause de la lettre r qui n'est pas dans son la-
rynx, ce qui fait son parler trainent et doux
come une musique.
Dans les colleges, en Haiti, it est curieux de
constater les progress que la stimulation,
I'amour-propre excite peuvent faire r6aliser
en peu de temps. Tous ces cerveaux que
croient d6biles les anthropologists de cabi-
net, comme M. Dailly, sont conforms de la
fagon a s'emplir sans eclater et sont contenus
dans des crAnes susceptible de devenir tres
capaces.
On voit les jeunes Haitiens venir a Paris
et, avec une souplesse admirable, quitter les
etudes historiques et sociales pour embrasser
les mathbmatiques, passer de celles-ci &
l'etude de la botanique, de la g6ologie et des


I I









39 -
autres sciences naturelles, entrer dans le do-
maine de la mttaphysique, de la linguislique
ou des legislations comparees, tout en s'attar-
dant en route a rimer des sonnets, cela sans
effort et sans que rien ne fasse pr6sumer
qu'ils se livrent & un travail qui rendrait fou
tel home n6 au-dessus du 550 degree de lati-
tude bor6ale.
+

Au point de vue moral. La bravoure des
HaYtiens est proverbial; et M. Quesnel a eu
tort de la nier. Qu'6taient nos peres? De pau-
vres parias qui, nu-pieds, sans armes, en
haillons, sans tactique savante, mais t6mi-
raires au feu, ont vaincu les vieilles bandes de
l'armbe du Rhin et de l'armee d'Italie.
Les veterans qui avaient ete a Jemmapes,
a Lodi, & Hohenlinden ou a Marengo admi-
raient, enthousiasmes, la farouche bravoure
de ces quinze cents Ha'tiens qui, A la Crkte-Ah
Pierrot, lutterent pros d'un mois contre quatre
divisions frangaises. L'evacuation mime du
fort fut un triomphe. Je vais citer ici l'opinion
d'un historian digne de foi et qui se connais-
salt en bravoure: le general franqais Pam-
phile de Lacroix: < La retraite qu'osa conce-
< voir et executer le commandant de la Crete-
(c A-Pierrot est un fait d'armes remarquable.
A Nous entourions son post au nombre de
< plus de douze mille hommes ; il se sauva,


0 M M









40 -

< ne perdit pas la moitie de sa garnison, et
< ne nous laissa que ses morts et ses bles-
<< ss. >, (P. de Lacroix. Revolution de Saint-
Domingue.) Page 311 du m6me ouvrage, le
meme auteur s'exprime ainsi: c Aucun de
< nos artisans ou de nos laboureurs, passant
o subitement de sa condition & un rang eleven,
< ne saurait atteindre aussi vite et aussi bien
< que les hommes d'Haiti aux habitudes exte-
< rieures de l'exercice du pouvoir. >> S'il en
6tait ainsi en 1818, au moment ou Pamphile
de Lacroix ecrivait son livre, on peut juger de
ce qu'il doit en etre A present.
Au moment de la capitulation de la ville du
Cap en 1803, le commandant en chef de
l'armee frangaise, le general Rochambeau,
celui qui devait mourir A la bataille de Leip-
sick en 1813, envoya complimenter le general
haitien Capois de I'intr6pidite duquel it avait
et6 6merveill] durant les assauts furieux que
les troupes noires donnaient aux positions oc-
cupies par les Frangais autour de la ville. Ce
sont 1i deux traits entire mille qu'on pourrait
rappeler.
Aujourd'hui le courage au feu n'est nulle-
ment &teint dans 1'ame des Haitiens. A c6te
de loi a grand le courage civique. Les subli-
mes vertus du citoyen sont pratiquees chez
nous avec une abnegation et une grandeur
toutes romaines. Et si cela n'etait pas, ver-
rait-on les revolutions si fr6quentes?









41 -

Quand on a l'Ame enfoncee dans la matiere,
songe-t-on jamais a s'insurger contre 1'auto-
rite ou h defendre son pays attaque? Ceux-lh
seuls qui viventsur les sommets de la terre et
sur les sommets de la pensee sont amants
farouches de la liberty, du d6vouereent et de
l'abnegation, ceux-lh seuls ne sont pas les
contemnpteurs de l'enthousiasme et du patrio-
tisme!...
Le difficile mime, c'a toujours et6 de regler
ce patriotism si exalted et de lul faire enten-
dre qu'il 6tait pr6efrable pour la patrie que le
citoyen flt toujours pacifique et tranquille et
qu'il etait dangereux pour elle qu'on eit une
seule fois recours a la force pour la revendi-
cation d'aucun droit et d'aucune liberty.
Mais nous n'avons pas la sagesse des An-
glais, lesquels, depuis 1688, par le Bill des
Droits complete, en 1701, par l'Acte d'Etablis-
sement, ont conquis leurs libert6s les unes
apres les autres, sans revolution sanglante.
Si nous ne l'avons pas cette sagesse, c'est qu'il
est difficile de l'acquirir et qu'elle est le fruit
d'une longue suite de transformations cere-
brales qui n'ont pas encore eu lieu dans le cer-
veau de l'Haitien; et que, de plus, nous sommes
des Latino-Africains vivant par les 17-21"me
degrns de latitude au-dessus de l'equateur.
Est-ce a dire qu'elle ne naitra pas, cette sa-
gesse? Si; elle naitra, inais tout le monde sait
que l'enfant s'assbgit a measure qu'il grandit









42 -
et que l'heredit6 psychologique est autrement
difficile A vaincre que I'heredite physiologique;
que tout progres est suivi de reaction, et que,
nulle part, la civilisation n'a 6t& I'oeuvre d'un
our ni m&me d'un siecle. Prosper Lucas, Caro,
Th. Ribot, Guizot, Herbert Spencer, Darwin,
de Nadailhac, John Lubbock ont assez fouill6
et creuse ces questions pour permettre d'affir-
mer ces verites.
ii-


S'il faut parler de l'6volution des croyances
*eligieuses en Haiti, il est pour que je fasse
remarquer que, dans les temps de la colonisa-
tion europ6enne, les noirs ne pouvaient avoir
d'autres conceptions religieuses que celles
qu'ils avaient apportees d'Afrique. Les colons
s'occupaient peu d'eux-memes sur ce chapi-
tre; ils s'occupaient le moius qu'ils le pou-
vaient faire de la nourriture materielle de
leurs esclaves; ils ne s'occupaient jamais des
croyances religieuses que pouvaient professor
ces remueurs de la glebe que ponr torturer
cruellement ces homes don't le seul crime
avait 6te d'btre faits chr6tiens rien que parce
qu'on leur donnait un nom tire de la Bible ou
de I'histoire ancienne.
Sit6t que les noirs furent gouvern6s par
eux-m6mes, nous voyons le sentiment religieux
eclore et se gnefraliser, encore que la conduit


II II









43 -
de leurs pasteurs spirituels fot fort peu 6di-
fiante. Toussaint-Louverture et. apres lui,
Dessalines et Christophe, empechent, par tous
les moyens en leur pouvoir, la pratique des
anciennes coutumes superstitieuses d'Afrique;
ils se font aider dans cette ceuvre par les
pretres catholiques. Petion, profound politique,
ouvre le pays au protestantisme. Depuis 1861,
il existe un Concordat entire la Cour Homaine
et la RFpublique d'Hai'ti. Le Concordat va
etre revise afin que les empiktements du clergy
ne soient plus nuisibles au.pouvoir tempore:
du gouvernement haitien. Je crois, moi, qu'il
eut kt6 tres sage de saisir cette occasion pour
declarer l'Eglise separ6e de l'Eat et pour ten-
ter la Reformation de la Republique d'Halti
en favorisant I'entree des pasteurs de toutes
les Eglises protestantes.
La religion protestante permettant la libre
discussion, ayant l'individualisme pour une
de ses bases, agrandissant l'homme en ne lui
demandant pas l'obbissance absolue comme la
communion catholique, developpant outre me-
sure la force d'initiative prive, la religion
protestante est un puissant facteur du progris
et est elle-m6me un progr~s sur le vieux dogme
catholique.
En attendant, il y a evolution ascendante,
progris marqu6 dans les idees, car la libre-
pensee en matiere de religion, de morale et
de philosophies est la regle en Haiti. La libre-


__M









44 -
pensee en religion est encore plut6t 1'excep-
tion que la ragle en Estramadure, dans les Al-
garves, dans les Asturies et dans quelques
autres Espagnes.
+

Pour donner un example d'evolution dans le
domain politique, j'appellerai l'attentioi sur
des faits peu connus, mais tres interessants :
c'est A savoir, la transformation qui s'est ope-
ree dans la vie parlementaire depuis que la
Constitution de 1816 a 6t6 votee et mise en
vigueur en Haiti.
Sous l'empire de cette Constitution, le pou-
voir executif seul avait l'initiative des lois;
en matiere budg6taire,le pouvoir de la Cham-
bre etait presque illusoire et le d6pute n'avait
pas latitude de presenter un project de loi finan-
ciere, comme c'est encore la coutume en An-
gleterre, en 1882.
La Constitution de 1843 s¶ l'autorit&
militaire de I'autorite administrative et crea
de toutes pieces un regime administratif sur
le module du regime administratif francais
d'alots: prefectures, sous-prefectures, mai-
ries, etc. IL y eut reaction les r6formes furent
balayees ainsi qu'il en a Wte de beaucoup des
reformes civiles faites par la Constituante de
1789, la Legislative et la Convention en France,
lesquelles, confisquees par le Consulat, I'Em-
pire et la Restauration, ne se reconquierent


- -- -- -- --


111.1...11-11









45

que une a une depuis le gouvernement de
Louis-Philippe et depuis surtout la Revolution
du 4 Septembre 1870.
La vie parlementaire en Haiti est devenue
plus intense qu'elle ne l'6tait sous Boyer ou
sous Geffrard; la Chambre et le Senat haitiens
de nos jours possedent des orateurs d'affaires
autant que des parlementaires rompus aux
luttes et aux finesses de la politique. Nous
avons aussi en Haiti une codification des
lois : chose qui n'existe pas encore en Angle-
terre.
La civilisation grecque a ete en grande par-
tie empruntee h l'Egypte. Quand les Romains
voulurent se police, ils envoyerent leurs en-
lants dans les eco!es grecques.
La Renaissance italienne, commence avec
les voyages des Venitiens et des G6nois en
Orient, a batta son plein sous Leon X et les
Medicis, A la suite de la chute du Bas-Em-
pire et de l'emigration des Byzantins en Italie.
En France, la Renaissance est l'ceuvre de
Francois Ier, qui attire a sa cour les artistes
italiens en petit nombre; nais le movement
commence sera continue, malgr6 les guerres
de Religion, malgr6 la Fronde et les mazari-
nades, par l'immigration des Italiens en
France, par Sully, par Richelieu, par Maza-
rin, de tell fagon que le siecle de Louis XIVet
de Colbert, epoque de la maturity complete du
genie franqais, est l'cxplosion 6blouissante









46 -
d'un mouvemeot latent qui se continuait de-
puis la Renaissance de Frangois Ier.
La Revolution de 1789, qui a tout change
en France et qui est une renovation du monde
entier, couvait dans les cerveaux depuis la Re-
gence et surtout depuis la publication de I'En-
cyclop6die. Or, l'Encyclopedie est un oeuvre
qui fut redig6 ou cause un peu par des
hommes venus des quatre coins de l'Europe.
C'est sachant cela, c'est s'inpiiant de ces
verit6s historiques qu'Haiti envoie ses enfants
A l'etranger et leur dit : < Allez! A votre re-
tour, vous precherez la bonne parole et le bon
example; et, lentement, sagement, nous ferons
des r6formes; lentement, par generations suc-
cessives, nous monterons la route Apre, diffi-
cile et tres longue qui conduit au point cul-
minant de la civilisation!.... >>
Ceci est pour r6pondre particulierement A
cette phrase de M. Quesnel (numero du
21 Janvier) : < II n'y a rien a faire avec une
socie66 uniquement composer d'hommes noirs.
Envoyer les jeunes negres faire leur education
en Europe est a peine un remede, car ils
amansent plus de rancunes centre les blancs
qu'ils ne leur empruntent de connaissances, et
la defiance a l'egard des blancs fait le malheur
permanent d'Haiti. >
J'ai voulu prouver qu'il y avait beaucoup
A faire avec une sociWte form6e comme l'est
la soci6et haitienne; j'ai voulu demontrer


L









47 -
qu'envoyer les jeunes Haitiens A l'6tranger
6tait une chose Excellente pour l'avenir de la
nation haitienne.
J'espere avoir reussi dans ma d6monstra-
tion.
Avant que de d6monlrer le non-fond& de
cette assertion < la' defiance a 1'6gard des
blancs fait le malheur permanent d'Haiti, >> je
veux dire deux mots de la selection physique
qui s'opere dans la R6publique haitienne.


+

Pour ce qui a trait au pointde vue physique,
j'ai dej& dit plus haut que la beauty plastique
du type noir en Haiti 6tait la regle A cause de
la liberty don't nous jouissons depuis quatre-
vingts ans.
Beauty est signe de liberty et d'intelligence.
.'ajoute que cette selection naturelle s'est
produite par transformation intrinseque du
type haitien par melange du sang africain
avec le sang europeen qui se trouvait dans
I'ile aprts que les Haltiens eurent pro.lame
leur Independance en 1804.
L'n16ment stranger qui a penetre en Haiti
depuis lors a pris ]e type haitien, type par-
ticulier que ne connaissent pas les anthropo-
logistes de cabinet comme M. Dailly, mais que
l'illustre Broca connaissait bien.
Presque tous les strangers qui arrivent en












48 -

HaYti dans un but de negoce y font souche: les
Haitiennes sont tant excellentes m6nageres et
si d6vouees compagnes.
Les Ha'tiens, de leur cote, sont tant hospi-
taliers, tant accueillants qn'on pourrait m~me
leur reprocher de l'etre trop pour quelques
aventuriers sans vergogAe et sans valeur -
heureusement rares qui vont chez eux se-
mer la discord au lieu de songer a travailler
et a ne s'occuper que de ce qui les regarded on
.qui y vont en exploiteurs plut6t qu'en amis.
.\ii., n)onobstant le contingent frangais qui
vient s'ajouter tous les ours au sang francais
d'autrefois, les Anglais, les Allemands, les
Espagnols, les Yankees, et m6me les Italiens
fusionnent avec nous, et m&lent leur sang au
n6tre.
Le plus souvent, les enfants qu'ils font se
d6clarent, se naturalisent JT,;ien;. Cesen-
fants d'ailleurs prennent toujours le type, le
cachet haitien, le milieu social ambiant exer-
gant autant son influence sur le physique que
sur le moral. On sait que l'Europ6en, d'of
qu'il vienne, qui a passe une dizaine d'annbes,
A Paris, par exemple, et 1'6tranger de sang
japh6tique qui y est n6 s'approprient insensi-
blement, et quelquetois tout a fait, le type
parisien.
D'un autre c6te, en Haiti, les subtiles dis-
tinctions de castes et de couleurs qui avaient
6et soigneusement 6tablies dans un but poli-


I ____~^_ _1_~___~ __








49 -
tique par les colons francais, et machiav6li-
quernent maintenues par les agents de la
metropole dans l'ancienne Saint-Domingue -
par I'agent Hidouville, entres autres ces
pu6riles, mesquines et absurdes distinctions
de castes ou de couleurs ont presque comple-
tement disparu.
Elles ont disparu devant la lumiere qui s'est
faite dans les cerveaux r6sultat di a la
propagation de l'instruction publique et
devant l'unification du type ha'iien, unifica-
tion qui est I'ceuvre du croisement qui s'est
op6er et s'opere chaque jour davantage entire
!es enfants de Quisqueya, entire les membres
qui composaient la majority et la minority de
la famille ha'tienne au moment de la formation
politi'que de l'Etat d'Ha'ti.
Aujonrd'hui dans la grande R4publique
noire de la mer des Antilles, c'est A peine si
le sociologue, ce physiologiste de la socite6,
peut, d'une oreille exercee et attentive, arriver
h percevoir, en auscultant le poumon du
people, les rales affaiblis, rales de conva-
lescence, crepitans redux --- de cette maladie
qui s'est nomme prdjugodle caste. C'est a peine
si I'ceil sagace de I'homme d'Etat, ce psy-
chiitre d'une nation, peut rencontrer et ob-
server dans les moments de crises politiques
aigu&s (elections legislatives, election pr6si-
dentielle) des cas sporadiques de cette curieuse
ct singuliere maladie de l'intelligence qu'on


"'''








50 -
appelle prdjuge de couleur. Cela ne se peut plus
observer que chez quelques rares esprits bor-
nes, superficiels, ignorants ou monstrueuse-
ment'pervers quoique 6claires, ou encore dans
quelques Ames faibles, emplies de visions on
de chimrres et affolees par la peur de dangers
imaginaires.
Aujourd'hui si les Haitiens instruits
pouvaient avoir des prejug6s on pourrait
dire qu'il n'y a plus A Quisqueya qu'un seul
prejuge: celui du savoir.

+

Done, et pour me resumer, les selections
morale et intellectuelle se font dans la Repu-
blique d'Haiti par contact avec les homes,
les idles et les choses transatlantiques, mais
la transformation, la selection physique se
fait et se fera dans l'ancienne Saint-Domin-
gue par multiplication des Haitiens entire eux
et par croisement des Ha'tiens avec les 6tran-
gers arrivant dans le pays individuellement,
isol6ment, au fur et A measure.
Ces divers r6sultats doivent Atre poursuivis
et obtenus dans un but d'interet general, a
cause d'un int6ert politique majeur et don't je
vais parler.


2 La raison politique. Ici je crois devoir
copier la phrase que M. Quesnelecrivait, dans


I_~_ ___ ~ ___~_~~__1____ ~~_ ~


I M









51 -

la Revue politique et littiraire du 4 Fevrier, a
l'adresse de mon ami, M. Devost, et a la
mienne : < Ont-ils done pens6 que le centre
africain et qu'Hatti resteront des terres fer-
mres, que le type noir persistera eternelle-
ment sur le globe? Et croient-ils qu'une race
qui est ils nous accorderont au moins
cela en retard de plusieurs milliers d'an-
n6es sur la race blanche ne subira pas le me-
lange inevitable, et, pour son propre bien,
l'ascendant de cette derniere? >>
Pas plus que moi M. Devost ne croit que le
type noir persistera 6ternel. L'un et l'autre,
nous savons assez l'histoire anthropologique
de l'Europe et du monde pour ne pas croire
ainsi. Nous savons que tel Espagnol, par
example, peut avoir dans sea veines un peu
de sang phenicien, un peu de sang carthagi-
nois, un peu de sang remain, un peu de sang
wisigotl, et malgre l'Inquisition un peu
de sang arabe, ou maure, ou israilite et que
ce melange a certainement transform le type
de I'autochtone de la Betique, de l'aborigene
Ibere.
Il en est de I'Espagne comme de tous les
pays of la race blanche habite, ou pour pres-
que tous, tous ou presque tous ayant 6et tour
a tour envahis et conquis par des races plus
violentes et plus rushes.
Au contraire nous croyons fermement A la
venue du jour apnonce par Michelet o0 la


Is ^









52 -

race noire ]a race aimante rajeunira la
race blanche en infusant & celle-ci son sang
non 6puis6 et m6me encore vierge.
Le centre africain commence a s'ouvrir et
nous souhaitons qu'il continue de s'ouvrir, mais
devant des Livingtons, devant des philan-
thropes et non devant des exploiteurs d'hom-
mes. Deji le continent noir n'est plus I'Africa
portentosa, l'Afrique mysterieuse des Romains.
Elle laisse non seulement deviner mais voir ses
mystrres. Sielle atant tard6 s'ouvrir toute,la
faute en est auxnations... esclavagistes, cares
Portugais, entire autres, talentt bien accueillis
A Benguela et & Angola, aucommencementdu
xve siecle, et y avaient fond6 des comptoirs
florissants. D&s qu'ils commencrrent de faire
la traite, les noirs devinrent leurs mortels en-
nemis et ces comptoirs furent ruins, puis d6-
truits.
Nous ne croyons pas non plus qu'H'iti
puisse rester une terre fermie-j'ai d6montre,
plus baut, que depuis longtemps dejh elle
6tait ouverte, mais, il y a un mais, -
nous la voulons ouvrir lentement, en politi-
ques, en gens prudents et avis6s qui savent
1'histoire du d6veloppement graduel des na-
tions et qui veulent garder leur autonomie.
Que dirait-on d'un paysan qui, apres avoir
travaille cinquante ans pour acquerir un lopin
de terre, qui l'aurait paye deux ou trois fois,
qui se serait btti dessus une petite cabane, se


_ ~_ _i


__









53 -
disant: c Mon fils bhtira mason, a que
dirait-on de lui si, peu apres, sous le falla-
cieux pretexte d'enrichir son fils encore mineur,
il lotissait le terrain et mettait les lots en
vente lorsqu'il sait qu'un voisin riche, fort
et peu scrupuleux, ne demand qu'h I'ache-
ter?
II y aurait 99 chances sur 100 pour l'h6ritier
de cet homme d'etre d6possed6 cntierement
du domaine paternelet d'etre r6duit a devenir
le domestique & jamais de son puissant et
vigoureux voisin, Vaut-il pas mieux que le
pere meure, laissant son enfant pauvre, mais
maitre du lopin de terre, quite pour celui-ci
A le faire fiuctifier plus tard et'a s'enrichir en
le travaillant de ses bras?
UnEtat est un homme tire a un million etplus
d'exemplaires. Avant que de devenir homme
l'enfant titonne, se traine, essaie de marcher,
piktine sur place, tombe, se relive, march, se
tient droit, march encore et march toujours.
Nons avons essuy6 toutes les douleurs,
avalI toute les avanies, bu toutes les hontes
et souffert des plus monstrueuses calomnies;
nous sommes tombs plusieurs fois, nous
nous sommes relev6s, nous marchons, nous
sentons nos jambes qui s'affermissent, nos
muscles qui se durcissent, nous nous sommes
mis hors de page et nous voulons aller par
le monde tout seuls.
D'aucuns nous trouvent prtentieux et nous









54 -

voudraient mettre en tutelle. Merci! nous
sortons d'en prendre.
Nous connaissous d'ailleurs quelque peu
i'histoire de ces pays qui se nomment Aus,
tralie, lies Sandwich, Taiti, les Philippines,
le Paraguay, le Transvaal.
Nous savons que la race australienne a etW
Agorg6e; qu'aux Iles Sandwich, la population
decroit chaque jour et qu'on n'y fait plus
d'enfants; qu'aux iles Gambler il a fallu que
l'autorite militaire francaise allt de Taitifaire
des menaces aux pretres catholiques de cet
archipel pour qu'ils cessassent les vexations
inquisitoriales qu'ils commettaient sur les in-
digenes de ces iles auxquels ils ont impose
un government theocratique, (Revue nou -
velle 1881).
Nous savons qu' Ta'iti la population est
descendue depuis un siecle, que Bougainville
l'a decouverte, de 80.000 Ames a 8.000 cela,
grAce a la pche des perles, au tabac, h l'alcool
et A l'opium.
Dans la Nouvelle-Z6lande, l'extermination
de la race maorie a 6t0 syst6matiquement et
froidement xecuthe par les Anglais.
La chose s'est faite en quarante ans de
1840 & nos jours a ce que nous apprend
M. Emile Blanchard, de l'Institut.
Je passe la parole A cpt Aminent savant
frangais doot l'impartialit6 est consolante -
encore qu'inefficace malheureusement au


I









55 -

milieu des injustes attaques don't sont victims
les petits peuples qui ne peuvent se d6fendre
par la plume et qui sont impitoyablement
massacres lorsqu'ils veulent se d6fendre par
les armes. Voici cc que dit ce membre de
l'Institut de France : < N'est-elle pas lugubre
cette histoire de la conquete des miles australes >?
(Cette conquete ne fut au debut qu'une humble
colonisation provoquee par les Maoris meme.)
< De pretendus sauvages, remarquables par
intelligence, avaient aspire a la civilisation.
N'ayant de fanatisme d'aucun genre, ils of-
fraient amiti6 aux Europeens qui venaient
s'6tablir sur leur sol, et ces Europ6ens, qui
devaient les instruire et les proteger les ont
blesses, depouilles, massacres. C'est un hon-
neur pour les missionnaires protestants et
pour certain hommes politiques d'avoir pris
la defense des Maoris et d'avoir subi les in-
jures des colons, qui ne revaient que 1'exter-
mination. Sur les terres oi le capitaine Cook
trouvait des peuplades nombreuses, apres
moins d'un siecle could& on en cherche les
debris. > (Revue des Deux Alondes, numero
du 15 Janvier 1882.)
N'avons-nous pas le droit de hausser les
&paules quand quelques voyageurs, d'ailleurs
tres ignorants. nous viennent dire niaisement
que les Haitiens auraient du ouvrir leur pays
A une colonisation blanche en masse? N'avons-
nous pas le droit de sourire de faqon m6pri-









56 -
sante quand quelque publicist superficie]
nous vient dire A la l16gre que < la defiance a
l'6gard des blancs fait le malheur permanent
d'Haiti?... >
Depuis que ra Chine est devenue le grand
debouch6 del'opium recolt& dans les Indes An-
glaises, la mortality ya augment, la natalit6
a diminu6 et les sujets de 1'Empire du Milieu
n'ont pas lieu de se feliciter d'avoir Wet forces
d'ouvrir brusquemeut leurs portes au com-
merce anglais.
Nous savons toutes ces choses et quel-
ques autres encore et nous ainions a nous
ramentevoir que l'ile d'Halti meme fut trans-
form6e en un veritable champ de carnage
quand la race indienne de cette Ile, a race
en retard de plusieurs milliers d'annees sur la
race blanche espagnole > eft subi, pour son
propre bien, l'ascendant de cette dernibre.
C'ert justement parce que M. Devost et moi
nous avons de fortes convictions darwiniennes;
parce que nous savons que dans la lutte pour
la vie il y a un terrible < Malheur au pauvre!
Malheur au faible! ) tres ressemblant au
< Malleur aux vaincus > de Brennus; c'est
parce que nous avons la modestie de croire
que le paysan d'Halti est moins bien armed
pourla lutte quele paysan des Etats-Unis, que
nous voulons eviter au premier le contact trop
intime du second.
Les Haitiens n'ont plus a apprchender qu'ua








57 -

orage transoceanien, un orage part d'Europe
vienne fondre sur leur ile.
L'Angleterre a tant de colonies qu'elle ne
sait plus qu'en faire. L'Ail.:,n .:e a & peine
une flotte, et on peut affirmer sans crainte
que l'Haltien ne laisserait jamais confisquer
son autonomie par un people si ditlerent de
lui, si eloign6 de lui et don't les soldats quel-
qu'excellents qu'ils soient nepourraient jamais
se tenir debout au soleil lorsque le thermo-
metre marquerait 40 degres de chaleur i
I'ombre. Les Frangais auxquels nous devons
encore quelqu'argent pour la terre que nous
avons achetee d'eux apr6s I'avoir conquise et
ponr un emprunt fait en 1875, les FranDais ne
sauraient penser a revenir en Haiti, cela pour
cent mille raisons don't l'une des bonnes il
y en a de meilleures est que la France
n'aime plus coloniser. Une preuve : l'Algerie
qui est a la porte de la France, encore qu'elle
ait recu des convois d'.migres alsaciens apres
1871, possede plus de colons strangers que de
colons frangais, et les colonies frangaises du
golfeduMexique ne regoiventplus d'6migrants
de la mere-patrie.
La France, actuellement, fait moins d'en fants
qu'elle n'en faisait sous Louis XIV.
L'Espagne? Pour conserver Cuba elle est
oblige d'y entretenir 80,000 hommes. S'il lui
prenait fantaisie d'entrer en Haiti, ii lui fau-
drait :e.dvouble de cet effectif et le ddcuple de








58 -
l'argent qu'elle d6pense A Cuba pour la solde
de ces troupes. Or l'Espagne a peu d'argent et
les Cortes ne sont plus tres conciliantes, et
don Carlos, d'un c6te, et M. Ruiz Znrilla, de
l'autre, guettent B la porte. D'ailleurs nous
sommqs proteges contre l'Europe par la doc-
trine de Monroe : < L'Am6rique aux Ameri-
cains >
Mais nous avons besoin d'etre proteges par
I'Europe contre la doctrine de Monroe.
En effet, tout autre que la situation de
l'Espagne est celle des Etats-Unis. Les Am&-
ricains de la R6publique Etoilee ont des capi-
taux qu'ils voudraient exporter depuis que
leur dette est presque 6teinte et que le Sud ne
songe plus A la revanche. A cette heure, ils
font la conqu6te economique du Mexique; ils
ont un Congres singulierement facile A la d6-
tente quand il s'agit de voter des credits pour
donner une extension A la puissance des
Etats-Unis au dehors. Dans le Pacifique et
dans l'Atlantique, ils cherchent des colonies
a tout prix. Haiti leur sourirait d'autant plus
que les navires americains auront maintenant
A c6toyer cette ile tous les jours pour se
rendre a Panama. Et M. Quesnel choisit just
ce moment pour nous dire que a la defiance a
l'Agard des blancs fait Ie malheur permanent
d'HaYti. s
Malheur permanent 1 a DIabord nous ne
sommes pas aussi malheureux que l'oIcroitl..









59 --

Et puis (de meme que, dans le Medecin
malgrd lui, il plait a la femme de Sganarelle
d'6tre battue par son mari) s'il nous plai-
sait d'6tre malheureux..... pour garder notre
autonomie!...
La misere au milieu des richesses soit, mais
la misere avec l'ind6pendance!
C'est d6jA meilleur que la richesse sans
l'ind6pendance! Et puis encore qui nous dit
que nous deviendrions riches du jour au len-
demain, meme en compromettant notre ind6-
pendance?
C est pour conserver cette independance
que nous refusons d'accorder droit de pro-
pri6t6 aux strangers de rencontre et de pas-
sage et que nous ne le voulons accorder, ce
droit, qn'A ceux quf aprs s'etre haitiannisds
par le ccour se veulent faire Haitiens de fait
en consenlant a se naturaliser en Haiti, a de-
venir citoyens haitiens.
Nous ne sommes pas sans savoir quelque
pen les extremes du droit constitutionnel des
nations. Nous n'ignorons pas que si, aux
Etats-Unis, des centaines d'emigres dbbarques
le matin peuvent faire leur declaration de na-
turalisation et peuvent prendre part aux ilec-
tions legislative le jour meme, en Belgique,
au contraire, un stranger n'obtient la na-
turalisation qu'aprls un vote du Parlement.
Cette dL;ipu.aition est tellement important


_









60 -
qu'elle est consignee dans le texte m6me de la
Constitution belge,
Dans tous les pays de la terre, la loi est
l'expression et le thermometre des mceurs et
le criterium des besoins de ce pays.
L'ile d'Haiti a 5.200 lieues carries de super-
ficie. Nous la voulons peupler nous-m&mes et
dans le temps le plus court possible; voilh
pourquoi la loi n'est pas trop severe pour les
unions libres; unions libres qui font rire les
sots et les superficiels; unions qte nous avons
empruntees auxanciens colons fraonais et qui
sont pratiquees, nous dit M. Schoelcher (Colo-
nies franchises et Haiti, 1841), dans toutes les
colonies du Tropique du Cancer, meme dans cel-
les de la puritaine Angleterre et par les colons
eux-memes; unions libres, qui sont approu-
vies et pr6nees par de savants juriconsultes,
entire autres par 1'erudit professeur E. Acco-
las; unions libres, qui sont tout ce qu'il y a
de plus natural, de plus normal, dans les pays
chauds, oh il y a dqux femmes, et plus quelque-
fois, pour un homme; unions libres enfin, qui,
au point de vue politique, peuvent rendre les
plus grands services A une june nation, at-
tendu que les enfants naturels valent bien les
enfants legitim's lorsqu'il s'agit de d6fendre
le territoire et que lespremiers valent sou-
vent mieux que les derniers lorsqu'il s'agit de
porter au loin la gloire et le renomn e la pa-
trie. I


li __1 __


j/__ _I_ C I ___









61 -

Tout en ne sortant pas du cadre de la ques-
tion de selection, j'arrive a traiter de la ques-
tion des marriages et des unions libres en Haiti.
Cette second question est tellement connexe,
tellement contingent h la premiere, que l'une
se complete par l'autre et que je ne les spare
pas dans mon esprit.
11 est bon qu'on refute les erreurs de quel-
ques pietres ccrivains, teis que Gustave d'A-
laux, MM. Meignan et Lasselve, observateurs
mediocres, dou6s d'une logique plus qu'insuffi-
sante, aussi prudhommesques que pedantes-
ques et burlesques et qui croient, dans leur
candeur naive, que le marriage a toujours 6t6
de regle en Europe, et qu'il aurait dui &tre de
regle dans les pays chauds.
Je vais exposer des idees qui ne sont pas
exclusivement miennes, mais que je ferais
miennes, s'il en 6tait besoin, pour en reven-
diquer toute la paternity et toute la responsa-
bilit6.
Je cite d'abord les lignessuivantes dues A la
plume de M. L&o Quesnel (Revue du 21 Jan-
vier). Voici: < Et oh en est, dans la belle terre
< d'Haiti, la morality publique? Le manage,
< de l'aveu de M. Lasselve, y est rested le pri-
< vilege des classes levees, si tant est qu'il y
< ait des classes 6lev6es parmi les negres.
< Une femme pauvre ne se marie pas: elle
< se place, Un homme demand une fille a ses
c( p.irnt i.u A elle-m6me. Moyennant certai-








62 -

nes conditions, l'accord est fait. L'amoureux
I'amene A sa case, ott ille s'occupe du me-
< nage et partage sa natte...
c Quand un personnage (noir) se marie, les
< choses se passent a l'instar de l'Europe.
< M. Lasselve eut l'occasion d'assister au ma-
< riage de Mile Elise Elie, petite-fille du duc
< de Tiburon, ministry de Soulouque. ,
Voill bien le scolastiquel Un condottiere
des lettres, un de ces juifs errants de la plume
qu'Alphonse Daudet eit appel4 un ratd (1),
et Emile Augier, un Giboyer; une de ces es-
peces que Francisque Sarcey eft baptism un
homme fort (2) et que moi je surnomme le pla-
giat incarnd et pour cause un condot-
tiere des lettres lui dit qu'il y a des classes
levees en Haiti comme partout ailleurs, il re-
pond: < Si tant est qu'il y a des classes ele-
vees chez les negres. > Comme c'est fin, spiri-
tuel, debordant d'atticisme, et comme c'est
bien la le trait distinctif d'un cerveau nourri
de scolaslique! Tout le premier article de
M. Quesnel est de ce ton et de cette force.
Aussi ai-je d6daign6 d'en critiquer la forme
de mhme que je n'ai eu cure de reliever toutes
les fautes d'histoire et de geographie qui y
foisonnent.
Je ne m'attache qu' la parties philosophique

(1) Voir Jack.
(2) Voir Le Mot et la Chose.


_____ ~~ _C_










63 -

et politique des deux articles dans lesquels ce
tAcheron des lettres a insult ma patrie.
Maintenant ecoutons parler un veritable
penseur, un savant, un irudit, un philosophy
hors ligne, 6coutons Arthur Schopenhauer
exprimer son opinion sur le marriage en Eu-
rope.
11 dit: < Les lois qui r6gissent le marriage
< en Europe supposent la femme gale de
< l'homme, et ont ainsi un point de depart
< faux... L'avantage que la monogamie et
< les lois qui en resultent accordent A la
< femme, en la proclamant 1'egale de hommee,
< ce qu'elle n'est A aucun point de vue, pro-
(( duit cette consequence que les hommes sen-
< s6s et prudents h6sitent souvent A se laisser
<< entrainer A un si grand sacrifice, A un pact
<< si inegal.
< Chez les peuples polygames, chaque femme
< trouve quelqu'un qui se charge d'elle ; chez
< nous, au contraire, le nombre des femmes
< marines est bien restraint et il ya un nom-
< bre infini de femmes qui restent sans pro-
a section, vieilles filles v6egtant tristement,
a dans les classes &levees de la soci6te, pau-
< vres creatures soumises h de rudes et peni-
< bles travaux, dans les rangs iuf6rieurs. Ou
< bien encore elles deviennent de miserables
<< prostitutes, trainant une vie honteuse et
S<< denies, par la force des choses, a former
a iuni sorte de classes publique et reconnue,
4.









64 -

d don't le but special est de preserver de la sk-
" duction les heureuses femmes qui ont trouv6
< des maris ou qui peuvent en esp6rer. Dans
a la seule ville de Londres, il y a 80,000 filles
< publiques: vraies victims de la monnga-
mie, cruellement immolees sur l'autel du
<< marriage. Toutes ces malheureuses sont la
* compensation inevitable de la dame euro-
< peenne, avec son arrogance et ses pr6ten-
( tions.
Aussi la polygamie est-elle un veritable
< bienfait pour les femmes considerees dans
(c leur ensemble. De plus, au point de vue ra-
< tionnel, on ne voit pas pourquoi, lorsqu'une
" femme souffre de quelque mal chronique, ou
< qu'elle n'a pas d'enfants, ou qu'elle est h la
< longue devenue trop vieille, son mari n'en
a prendrait pas une second.
c Ce qui a fait le success des Mormons, c'est
a justement la suppression de cette mons-
a trueuse monogamie. En accordant a la
< femme des droits au-dessas de sa nature,
< on lui a impose egalement des devoirs au-
a dessus de sa nature; il en decoule pour elle
<< une source de malbeurs. Ces exigences de
c classes et de fortune sont en effet d'un si
c grand poids que l'homme qui se marie com-
met une imprudence s'il ne fait pas un ma-
a femme qui lui plaise parfaitemenl la cher-
c chera en dehors du marriage et se contentera


_1









65 -

< d'assurer le sort de sa maitresse et celui de
< ses enfants. S'il peut le faire d'une fagon
< just raisonnable suffisante et que la
< femme cede, sans exiger rigoureusement les
< droits exageris que le marriage seul lui ac-
a corde, elle perd alors 1'honneurparce que le
a marriage est la base de la society civil, et
* elle se prepare une triste vie, car il est dans
' la nature de l'homme de se preoccuper outre
a measure de l'opinion des autres. Si au con-
a traire, la femme r6siste, elle court risque
a d'6pouser un mari qui lui d6plaise ou de
c secher sur place en restant vieille fille ; car
a elle a peu d'ann6es pour se decider.
< C'est A ce point de vue de la monogamie
a qu'il faut lire le profound et savant traits de
< Thomasius: De concubinatu.
a On y volt que chez tous les peuples civi-
a lises de tous les temps, jusqu' la Reforme,
c le concubinat a Wte une institution admise,
( jusqu'A un certain point 16galementreconnue
a et nullement d6shonorante. C'est la Rfforme
< lutherienne qui l'a fait descendrede son rang,
<< parce qu'elle y trouvait une justification du
a marriage des pretres, et I'Eglise catholique
a n'a pu rester en arriare.
<< 11 est inutile de dispute sur la polygamie,
a puisqu'en fait elle existe partout et qu'il ne
a s'agit que de l'organiser.
<< Oui trouve-t-on de veritables monogames?
<< Tous, du moins pendant un temps, et la


M









66 -
a plupart presque toujours, nous vivons dans
< plusieurs femmes, il est tout A fait just
a qu'il soit libre, et meme qu'il soit oblige de
K se charger de plusieurs femmes; celles-ci
< seront par li meme ramenees a leur vrai
r6le, et l'on verra disparaitre de ce monde la
dame, ce monstrum de la civilisation euro-
< penne et de la b6tise germano-chr6tienne,
a avec ses ridicules pr6tentions au respect el A
< l'honneur; plus de dames, mais aussi plus
de ces malheureuses femmes, qui remplis-
a sent maintenant 1'Europe! s (Schopenhauer,
Pensdes et fragments.)
Ainsi parole Schopenhauer devant lequel les
penseurs de toute l'Allemagne et d'une bonne
moitie de l'Europe et du monde s'inclinent en
ce moment, entendez-vous, Meignan, Lasselve
et autres esprits pu6rils?...
II y a assez longtemps que Pascal a dit que
ce qui 6tait la verit6 en degh pouvait bien ne
pas 6tre la verite en delM; et il y a longtemps
aussi que Montesquieu est venu, avec une
masse de faits, prouver la vWracitW du prin-
cipe pose par Pascal.
Le marriage est une institution qui, jusqu'a
un certain point, peut avoir sa raison d'6tre
dans les pays froids et meme tempers, mais
qui peut aussi n'avoir aucune raison d'etre
dans les pays chauds, cela pour plusieurs rai-
sons que je vais exposer.









67 -

Une des fins 'de 1'homme ici-bas est la re-
production de 1'espece. C'est pourquoi tout in-
dividu jeune quiva mourir, le jeune phtisique
surtout, est trs..salace. L'instinct de la con-
servation de l'espece crie en lui et il regrette
d'autant plus la vie qu'il n'a pas encore pro-
cr66. Le mot d'Andre Ch6niermarchant A 1'6-
chafaud et disant, en touchant son front:
a Pourtant j'avais quelque chose lh s, est celui
d'un crbateur qui sent que son oeuvre concue,
mais non n6e, va p6rir avec lui. L'homme qui
n'a pas encore fait oeuvre de paternity physi-
que se dit la meme chose au point de vue ma-
teriel, quand it se voit lentement mourir.
Ceci pose, nous admettrons comme conse-
quence que l'homme doit a la nature, A son
pays, a lui-meme de laisser apres lui des h6-
ritiers de son nom. Ce qui est un simple de-
voir dans un pays peupl6 devient une obliga-
tion formelle, absolue dans un pays non peu-
ple, car ici la patrie a besoin de bras, ces
facteurs de la richesse et ces d6fenseurs du
sol,
Les lois de Lycurgue accordaient des avan-
tages aux citoyens qui donnaient beaucoup
d'enfants A la patrie. (Glasson. Mariageet Di-
vorce.)
Dans un pays qui a besoin d'etre peuple, si
un homme ayant plusieurs femmes peut ktre
le pere de cinquante enfants, il est absurde de
lui imposer une seule femme qui ne li don-









-68 -

nerait qne dix enfants ou meme ne lui en don-
nerait pas du tout. S'il se marie et reste sterile,
ne commet-il pas un crime de lese-patrie? La
population de la parties frangaise de File d'Halti
a triple depuis l'ind6pendance. Si la monoga-
mie avait 6t6 la regle en Haiti, la population
y aurait diminu6, 6tant donn6 l'habitude que
les Haitiennes ont d'allaiter elles-m6mes
leurs enfants, la mortality plus grande des en-
fants dans les pays chauds et les gtierres qui
ont eu lieu dans cette ile depuis 1804.
Si la monogamie 6tait la regle dans le monde
entier, l'univers irait se d6peuplant au lieu de
se peupler chaque jour davantage.
Au Bresil, par example, ou il y a onze mil-
lions d'habitants sur une superficie gale A
celle de 4/5 de i'Europe, ne serait-il pas mau-
vais qne la monogamie fdt la regle? Si les
Br6siliens tenaient a peupler eux-m6mes leur
pays, combien de siecle mettraient-ils A le
faire si l'union catholique sans le divorce y
6tait rigoureusement imposee ?
Au point de vue politique, le marriage catho-
lique st6rilise un Etat. Voyez les Mormons.
En trente-quatre ans, ils ont peupl6 1'Utah.
Voyez I'Espagne, pays catholique et A peu
pros monogame il se d6peuple au con-
traire.
Le Mormon polygame aime-t-il moins ses
cent enfants et les eleve-t-il moins bien que
ne le fait des siens le catholique orthodox,









69 -

lequel, apres avoir fait longtemps de son al-
c6ve un cimetiere, se paie le luxe dedeux en-
fants rabougris, cacochymes, cachectiques,
dans les deux dernieres decades de sa vie?...
Les enfants naturels sont-ils moins bons ci-
toyens que les enfants legitimes? Au contraire.
L'union naturelle ayant eu lieu per libre con-
sentement des parties, par choix, le produit
qui en r6sulte, enfant de l'amour, est aussi
1'enfant de la selection.
Aussi voit-on, en moyenne, les enfants na-
turels etre plus intelligent, plus actifs, plus
vigoureux, plus hardis que les enfants legiti-
mes. Je cite en courant quelques noms: Du-
nois, d'Alembert, le marechal de Saxe, E. de
Girardin. Pour qu'ils naquissent, ii a fall
qu'il y edt communion d'Ames entire les deux
facteurs; il a fall que le pere ne fdt ni un
cacochyme, ni un sot, que la femme ne fat pas
une grossiere et laide personnel.
Enfin les deux geniteurs se sont voulus. En
est-il de meme dans le marriage regutier? Non.
C'est meme trop souvent l'exception. La rtgle
c'est qu'on s'epouse dans un but d'ineret vil
et sordide, interet qui n'est nullement celui
de la reproduction de 'espece. On s spouse
pour la dot, pour les relations de famille; on
fait des marriages de raison, des manages de
convenance, des marriages d'argent. Le cceur
et la nature n'ayant pas preside i ces unions,
n'ayant pas signs au contract, n'ayant pas &et








70 -
pries A ces noces, se retirent aussi quand
doit venir l'enfant ; aussi celui-ci nait-il
souvent rachitique, phtisique, mal batt, 6goiste
et devient traitre A sa famille, traitre a son
pays au moment du danger.
Dans les pays temp6res, la polygamie a de
tout temps 6t6 de constnnte et commune
pratique. On prenait quelquefois plusieurs
femmes en Israel. Apres le deluge de Noe, en
Judee, et apres le deluge de Deucalion en
Grace, les patriarches n'eurent d'autre pr&oc-
cupation que de peupler. On 6tait estim6
d'autant plus qu'on avait de femmes et qu'on
faisait d'enfants. En Grace Danails a cin-
quante enfants. En Israel, Jair a trente fils,
tous soldats. Jacob aurait Wet un inconnu et
il edt manqu6 & son but sur terre s'il se fut
content d'une seule femme et de procr6er ses
dix premiers enfants. Car, n'eWt e6t Joseph,
que serait devenue l'humanit6 pendant la
fameuse famine don't parole la Bible?
La plurality des femmes 6tait un fait si
commun au moyen age que l'un des nom-
breux conciles de Tolede fut oblige de d6cider
qu'aucun laique ou ecclesiastique ne pourrait
avoir plus d'une femme ou concubine & la fois.
Ni ecclesiastiques ni laiques netinrent compete
de cette decision. Au xile siecle, en 1204, don
Pedro, roi d'Aragon, en epousant Marie de
Montpellier, s'engage dans le contract a ne pas
avoir d'autre femme qu'elle, ce qui prouve


____ __ ~i


I








-71 -
qu'en ce temps-la on Ltlit accoutume d'avoir
plusieurs femmes
Louis XIV et Louis XV ne se grnaient pas
pour avoirplusieurs spouses A la fois, et on
salt que le Roi-Soleil, le fils aine de 1'Eglise,
s'il.vous plait, legitima ses enfants naturels,
- ce don't nous lui faisons compliment. II est
vrai de dire quo bien des personnel qui trou-
vent admirable que Louis XIV aitpris Mme de
Montespan a son maria, n'admettraient pas
qu'un noir d Haiti ait deux femmes au lieu
d'une. Logique, ma mie, jusques a quad co:n-
tinueras-tu de rester lettre morte pour les
gens de part pris,poor lisi moralilses a pr..-
juges, scolastiques, phil-tins et prudhommrs,
surtout quand, ils se mu,'Int de phil.-uopher
ou de parler. de choose d,-'.ult k ne saernt pas
le premier mot !... Moise, Mahomet, Confucius,
Zoroastre ont taus admis la plurality des fem-
mes. Et le Coran, les lois de Manou, la Bible
valent bien on le conviendra les decisions
du Concile de Trente (1563) on d'un Concile
de Tol::Je.
La loi de nature est tellement imperieuse
que, m&me dans les' pays ou ii subsiste des
prbjuges contre les enfants nas en dehors du
mariage,ces prejus; commencent h tre fouls
au pied. L'ann6e derniere, la statistique ac-
cusait, si je ne me trompe, une proportion de
50 o/0 de naissances naturelles dans le IVe
arrundisem.rjnt deBaris, et le jury de la Seine


"









72 -
ne condamne presque plus les meres infanti-
cides.
It faut observer aussi que le marriage est
peut-etre moins moral que l'union libre, at-
tendu que dans les pays of le marriage existe
avec les prejuges qu'il engendre, l"infanticide
est tres commun ainsi que les suicides de
meres. En HaYti, une mere qui tuerait son en-
fant serait honnie et conspuae par les autres
meres.
La dot, cette institution des peuples qui
veulent restreindre le nombre des naissances,
n'est pas dans les usages du people haYtien.
Pourtant un infant chez nous n'est jamais
une charge m&me pour sa mbre si elle est tr6s
pauvre et si c'est elle qui dolt pour-oir a sa
propre subsistence et A celle de I'enlant. D'ail-
leurs, qu'on ne vienne pas nous jeter la
poudre aux yeux! Croit-on, par hasard, que
les enfants 16gitimes des pauvres & Londres,
A Lile, a Paris, i Lyon, A Berlin et surtout en
Irlande, croit-on qu'ils soient plus heureux
que lcs enfants naturels despauvres en Haiti?
[Dans un pays chaud on peut toujours Cle-
ver un enfant. II vit d'air, de soleil, de fruits,
d'eau, etc., et toutes ces choses font solvent
defaut au pauvre people dans les villes et
countries d'Europe que j'ai plus haut nomm6es.
Dans les pays chauds, il est de regle, et
Haiti encore que pays de montagnes et re-
lativement tempre -i ne fait pas exception a


___ F1 ~~ ~ _~


_(I









73 --
cette regle, dans les pays chauds, il est d
norme qu'il nait deux filles centre un gargon.
Toute creature en ce monde a droit h sa part
de jouissance ou de douleur, et il n'est jamais
bon de creer des moeurs factices, descoutumes
contraires A la justice, & la raison et a la mo-
rale vraie. Rousseau voulait qu'on ramenit
l'homme a la nature. Les Haitiens sont petits-
fils de Rousseau par la Revolution frangaise.
A c6te du marriage, nous gardens l'union libre
et latrouvons bonne, parce qu'elle n'est pas
contraire a la morale; parce qu'un pere ou
une mere, en Ha'ti, n'abandonne jamais ses
enfani, si nombreux soient-ils; parce que
nous arons beo;n, poar raison politique ma-
jeure, de pEuplernotre pays; et parce qu'en-
in la morale o'a 6t& inventee que come
auxiliaire de la politique et que, si une morale
est contraire a la politique d'un people, cette
morale est mauvaise pour ce people.
La population du Chili a double depuis cin-
quante ans, Ce sont les Chiliens eux-memes
qui ont peupl6 leur pays. .En France sur
1000 habitanis, on compete 26 naissances par
an. En Europe, pour 1000 habitants, il y a
36 naissances. Au Chili, sur 1000 habitants,
il y a 43 naissances, dent un cinquieme sont
des naissances illegitimes.... La population
du Chili ayant double, sa richesse et sa puis-
sance militaire ont augment en proportion.
Aussi, il y a deux ans, en meme temps que


__ ~__


Ilill-iit.li.. ..- i.. l^i _I









74 -
les Chiliens battaient sur terre et sur mer les
Pbruviens et les Boliviens & Tacna, A Antofa-
gasta, a Iquique, A Mejilones, a Chorillos, a
Miraflores, bloquaient le Callao et occupaient
Lima, ils ngociaientavecla R1publique Argen-
tine, don't ils viennentd'obtenir ui trait avan-
tageux qui leur donne la moitfi,occidentale
de ia Patagonie. (College de Frqnce. Cours
de M. Levasseur. Notes personnelles.)
Haitiens, mes compalriotes, gaussez-vous
des abstracteurs subtils ou p6dants; ne vous
souciez mie de ce que peuvent dire les j6suites
en robe court et faites beaucoup d'enfants.
La patrie en a besoin et c'est elle quivous en
demand.
La politique scientifique et raisonn~e de nos
jours n'a absolument rien & demeler avec .la
theologie scolastique.
Quant Haiti sera peuplee, il sera toujours
temps pour qu'on d&cr&te cette hypocrisie qu'on
nomme la monogamie officielle. Mais je d6fie
qu'on la fasse jamais passer dans les moeurs.
La loi physiologique est que l'homme,, dans
les pays chauds, secr&te en plus grande abon-
dance la matiere s6minale et que la femme y
support moins que dans les pays froids la
continence et la chastet&.
Cette loi physiologique primera toujours la
morale faite par les hommes. D'ailleurs, dans
les pays froids mnme, cette morale n'est pas
suivie.


___~_*_1_~ ___








75 -
Quand l'ancienne parties frangaise d'Haiti
aura double de population ce qui, d'apres
mon calcul, sera d'ici trente ans, A moins d'6-
venements graves elle d6versera son trop
plein de population sur l'ancienne parties espa-
gnole, soit en faisant alliance ave' celle-ci,
soit.en obtenant d'elle indemnity territorial
pour les millions que nous payons pour elle a
la France depuis 1848, soit apres qu'elles au-
ront form toutes deux la Republique federale
d'Haiti.
Haiti doit 6tre aux HaYtiens!..
Et j'ajoute avec orgueil et confiance : Haiti
se fera d'elle-m6me. Haiti farA da se.


Coutrairement h ce qu'a ecrit M. Quesnel
(Revue du 4 Fevrier 1882), le debat n'aura pas
6t6 sterile. II s'en est d6gag6 les v6rites sui-
vantes que, pour me r6sumer, je formula ici,
A nouveau, en maniere de conclusions:
to Les Haitiens ont beaucoup de sympathie
pour la France, mais ils disent aussi < Franche
Amiti6l a A tout stranger, de quelque nation
qu'il soit et A quelque race qu'il appartienne,
des que cet stranger aime reellement Haiti.
20 Haiti n'est pas urne terre ferme : elle est
ouverte a tous ceux qui apres s'4tre haitian-
nisds par le coeur s'haitiannisent de fait en de-
mandant et en obtenant la naturalisation
ha'itienne.


I








76 -
30 Toutes les institutions ha'tiennes sont
tres sagement 6tablies pour sauvegarder l'au-
tonomie de la nation.
,40 Les Haitiens font tous leurs efforts pour
parvenir & une civilisation, la plus prompted
possible, et au peuplement le plus rapid pos-
sible de leur pays sans que leur ind6pendance
puisse courir des risques.
50 Cette civilisation sera chose realis6e dans
un temps relativement court si on veut le com-
parer au temps qu'aura mis tel people de
race soi-disant superieure pour arriver a I'a-
pogee ou a la maturity de son d6veloppement.
6 L'avenir d'Halti est des plus brillants; il
y a tout lieu d'esp6rer que le people ha'tien ne
faillira pas A ses destinies, et qu'il saura se
montrer digne de lui-m6me et digne de toute
la race noire.
7 L'ile d'Haiti est aujourd'hui un champ
d'experimentation sociologique; la s6elction
physique, intellectulelle et morale d'une race
y'v f.iit en ce moment avec une sage gradation,
ure admirable progression; et les doctrines de
1'ecu! philosophique contemporaine cole
rvolutionniste vont recevoir pleine confir-
mation & Quisqueya la Maravilla.
8 La jeune nationality haitienne m6rite a
tous 6gards la sympathie et I'amiti6 des peu-
ples am6rico-europeens, ses devanciers, ains
que le respect des voyageurs v&ridiques; et
I'etat social de la r6publique d'Haiti est digne


I








77 -

des etudes muries, approfondies et impartiales
des historians consciencieux, des observateurs
sagaces, des sociologues s6rieux et v&ritables,
des vrais philosophes, des vrais savants et
des vrais penseurs.

Louis-Joseph JANVIER.

Paris, 6 Fdvrier 1882.


Addenda. Au course d'une conference
qu'il a faite hier, dans la grande salle de la
Sorbonne, M. Ernest Renan a esquiss6e grands
traits, et avec le talent hors pair qu'on lui
connait, l'histoirede la formation si longue et
si difficile de la nation frangaise.
Je sors de la conference que vient de don-
ner tout a I'heure, a la salle Gerson, le savant
continuateur d'Auguste Comte, M. Pierre La-
fitte. L'6minent penseur a fait I'&loge, sans
restriction, d'un homme de genie qui demeu-
rera 1'orgueil d'Ha'ti et de la race noire :
Toussaint Louverture. M, Pierre Laffitte a
rappele, en des phrases magistrales, les
opinions de Blumembach, de Volney, de
Faidherbe et de Schelcher, touchant la race
6thiopienne; il a 6tabli avec eux que la civili-
sation 6gyptienne, de laquelle procede toutes
les civilations occidentales, a &te l'ceuvre
d'un people chamitique. Ainsi que l'avait d6jh
fait Michelet, il a montr6, avec une profondeur








78 -
et une saret6 de vue -sans pareilles, quelles
6taient les brillantes destinees qui 6taient re-
serv6es a la race noire,
C'est pour l'allegeance de l'humanite que
naissent les Victor Hugo, les Pierre Lafitte,
les Renan et les Victor Schcelcher.
Les dires de ces illustres penseurs, de ces
philosophes d'l6ite out pour but la reconci-
liation des hommes entire eux. Leur parole
est un baume spiritual et moral qui chasse de
l'Ame toute amertume et toute haine, de m6me
que le remede du m6decin came la douleur
physique.
Ce n'est plus qu'un sentiment de piti6 d6dai-
gneuse qui me reste au coeur centre les insul-
teurs de mon pays. Je veux croire que
M. Lasselve, pour lequel Haiti a Aet tant hos-
pitalibre, est un 6cervel6 et un ignorant plut6t
qu'un m6chant; j'aime mieuX me figure que
M. Quesnel a agi en 6tourdi, en incompetent
plutAt que comme un hamme A pr6jug6s,
comme un d6nigreur systematique de la race
noire.
Ilvaut mieux pardonner une injure que d'a-
voir a s'en souvenir.

Dr Louis-Joseph JANVIER,
Laur6at de la Facultd de Paris.


Paris, 12 Mars 1882.


_ I~__I~l_(_; __ ____


i I _~__*_















ARTICLE DE M. DEVOST


HAITI (1i.


SLETTRE A M. EUGENE YUNG,
Directeur de la Revue politique et littdraire


Monsieur,

La Revue politique et littiraire de samedi
dernier a public un article sur Haiti L'article

(1) Cette lettre a paru sous forme d'article -
dans le num6ro de l'Evenement du le- Fivrier
dernier. Le signataire en avait retranch6 quelques
passages qu'il croit utile de r6tablir ici.
Dans la discussion que nous soutenons contre
M. Quesnel, le droit et la raison sont de notre cOld.
Des adhesions nombreuses auxquelles nous at-
tachons le plus haut prix le prouvent surabon-
damment.
Nous adressons nos remerciements-les plus sin-
e &res a M. Besson, qui nous a spontandment fait A
I'Evenement 1'accueil le plus gracieux et le plus
bienveillant. J. D.








80 -
est sign de M. Leo Quesnel, et fait sur des
donn6es fournies par M. Edgard Lasselve, un
Francais qui a voyage aux Antilles. Il est aise
de s'apercevoir, a premiere vue, que M. Ques-
nel ne connalt pas le pays don't il parole. Son
article est sem6d'inexactitudes, et, chose plus
grave, denature profond6ment les traits gend-
raux de notre physionomie national. Je n'en-
treprendrai pas de refuter, par le menu, routes
les allegations de M. Quesnel. L'espace me
manquerait. Je me contenterai, A grandes li-
gnes, de retablir les faits dans leur v6rit6 his-
torique et social.
M. Leo Quesnel se met tout d'abord sur le
terrain de l'inegalit4 des races. Sans tenir
compete de la lenteur des evolutions histori-
ques et des id6es Amises, A ce sujet, par des
esprits d'une sup6rioritA incontestable, il croit
la race noire frappe d'une incapacity c&r6-
brale qui l'empechera de s'Alever, par ses
propres forces, au niveau de la civilisation
europ6enne.
Cette fagon fort sommaire de trancher la
question est, en verit&, peu s6rieuse, et l'on
comprendra que je n'insiste pas. J'exprime-
rai seulemert mon regret de voir une pareille
thborie se reproduire au sujet de mon pays.
Elle serait depuis longtemps enterree, n'6tait
la tres grande difficullb, je dirais I'impossi-
bilit6 d'insitiuer, en la matiare, une exp6ri-
mentat:in r lellement scientltiiue. Des exem-


I I








81 -

ples cclatants, irrefutables, prouvent que la
race haitienne, en d6pit de ses d6tracteurs, a
realis., dans l'ordre intellectual, des progress
considerables, etonnants m&me, 6tantdonnees
les circonstances malheureuses qui ont pes6
sur son existence politique et entrav6 la mar-
che reg-uliere de sa civilisation. La lutte h6-
roiqe .Ie 1803 etles ruines-radicales -qui en
6taient r6sult6es; la forte et 6crasante indem-
nite de 1825; les oscillations de la politique
intBrieure, les luttes intestines pour arriver A
asseoir le gouvernement sur une base vrai-
ment d6mocratique...., telles sont les causes
qui nous ont emp6ch6s de nous d6velopper
avec toute 1'aisance et toute la rapidity desi-
rables.
11 r6sulte, d'ailleurs, de l'histoire de la for-
mation des peuple, que le progr'i ne se ma-
nifeste que tres difficilement che.' les nations
jeunes, h l'aurore surtout de leur existence
national. C'est une loi nettement mise en re-
lief par Bagehot, et que ne doivent jamais
perdre de vue ceux qui s'occupent de traiter
les questions touchant A I'histoire politiqueet
social des peuples. Les vieilles nations, sous
la pouss6e des idees du moment, s'avancent
dans la voie du progrbs avec toute la force et
la vitessE prc,',lcmmrent acqui;~.. L'effort est
moins p'niblI: Lt le r.'siilu.t plui sensible.
Tel n'i-_t mn3ibureusement pas notre cas.
Notre avrJjEmo nt I la hbert& ne date que de








82 -
soixante-dix-huit anD...! Combien n'a-t-il pas
fall de sixeles aIX nations europ&ennes pour
arriver au developpement qu'elles ont atteint
aujourd'bui* Ce di-eloppement a-t-il et6
continue et n'a-t-il pas subi come un temps
d'arret pendant une grande parties du moyen
age?
It manque & 1'inspirateur de 1'article de la
Revue ce que les philosophes appellent c puissance d'abstraction. M. Lasselve a con-
serv', pour juger les moeurs et les idees de la
classes populaire d'Haiti, la notion et la me-
sure des choses parisiennes. I1 n'a pas su faire
ce qu'on pourrait appeler, suivant une expres-
sion pittoresque, ( la mise au point. D'un pareil
proc6ed de critique social, it ne peut r6sulter
que des vues d6nubes d'6quilibre et de tout
cachet >ci.ntiGque. Certes, il ne saurait 6tre
interdit & un voyageur de noter sur son cale-
pin les faits originaux et particuliers qui le
frappent A l'6tranger; mais quand un publi-
ciste, venant derriere lui, n6glige l'ensemble
des ph6nomenes sociologiques par lesquels se
manifeste la vie d'un people, pour fairede ces
menus faits, d'une port-e tout 1 fait insigni-
fiante, la base exclusive d'une appreciation
generale, on a le droit de l'arreter et de lui
crier: halte! au nom de la justice universelle
et du respect que tout ecrivain doit A la v6-
rit6. II y a bien lh, si je ne me trompe, une
question de conscience litt6raire.


_________I~ _~__i_~




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs