• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Frontispiece
 Title Page
 Aux societes philantropiques, et...
 Premiere partie
 Seconde partie
 Table of Contents






Title: Le more-lack; ou, Essai sur les moyens les plus doux & les plus e´quitables d'abolir la traite & l'esclavage des Ne`gres d'Afrique, en conservant aux
CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00084164/00001
 Material Information
Title: Le more-lack; ou, Essai sur les moyens les plus doux & les plus e´quitables d'abolir la traite & l'esclavage des Ne`gres d'Afrique, en conservant aux
Physical Description: Book
Language: English
Publication Date: 1789
 Record Information
Bibliographic ID: UF00084164
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.

Downloads

This item has the following downloads:

PDF ( 19 MBs ) ( PDF )


Table of Contents
    Frontispiece
        Frontispiece
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Aux societes philantropiques, et a toutes les ames sensibles
        Page i
        Page ii
        Page iii
        Page iv
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
        Page xv
        Page xvi
        Page xvii
        Page xviii
        Page xix
        Page xx
        Page xxi
        Page xxii
        Page xxiii
        Page xxiv
        Page xxv
        Page xxvi
        Page xxvii
        Page xxviii
        Page xxix
        Page xxx
        Page xxxi
        Page xxxii
    Premiere partie
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
    Seconde partie
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
    Table of Contents
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
Full Text
































M 4 4 4L(~ ,













'fit!




LE


M O.RE E-L A C K,

0

ESSAI


S u l 'moyens lee plus doux & les pwlus quitables
d'abolir La traite & 'efrclavage des Ncgres d'Afrique,
en conf rvant aux Colonies tous les advantages d'une
population agricole.
.. .. m - i -- u
.................... Amnd with ns:c.fity,
7 9 Tri'tt's Plea, ercref hi dad Jish Did.
Ainfi Ie Tyra n ptic.ndent exculrr Icoan aionu infcrasilat
gn dilanc: La niccdiirb m'y foria.
Paradij Perdu de Mfimn



-mbun I.

A LO N D RE S,
ft Je trouwe PA RI s,
CNNm PRAUL"T, IMPrRxMEa oU Rot,
quai dcs Auguftins,
S7 8 9.















4 IF
a~~~r~
S.03- ''


I -






AUX


SOCIDTtS PHILANTROPIQUES,

ET

A TOUTES LES AMES SENSIBLE.



Do routes nos errcurs, la plus fimefte
h aI flltoird humane, cft celle d'avoir
Itljours confiddrtd e grandes richefres
co0mnre la rdalitd du bonheur; jadis la
loil de Ilor, fit maffacrer les habians du
Nomveau Monde; aujourdhui la m6me
cipiillkt nous entraine h fire 6gorger
ulnl piarric des peuples de 'Afrique, &
, Icur cnlever des enclaves pour cultiver
I'Amdrique. En fommesnous plus heu-
ticx ? L'Efpagnc pour envahir des
nontcaux d'or a ddpeuplD fes provinces,
a


L. --- -- --




tj Avx Soc trts
& laiffl fes terres en ftiche. L'Europe a
regorge de defirs, d'ambition, de ri-
chTeIs?-; dcs fortunes rapides fe font
Clevdeb fur lLs debris fanglans de I'efprce
humaine; un, millionaire ne peut depen-
fer fans prodigalilts un rcvenu immenfe
capable de fuflire a I'exifience de deux cents
perfonnes, il fe crde mille jouiffances fac-
tices qui prenncnt la place des befoinsles
'plus ndceffaires; des trfrors confumbs par
un luxe fans bornes cqffent d'dtre fuffifans,
& Ic voilA devenu Ic martyr de fa propre
cupidity & la jufte vi&ime de la cupidird
infenfde don't ii a malheurcufcment donna
I'exemple I toute la colonie.

Des v6temens fimples, mais falutaires,
ont faith place k des modes frivolcs & a
des coftumes ruincux les toits paifibles
do nos phres one Crt rcnverfes pour




P I~I LANTR PI Q E,S j
*lever dcs bAtimens fuperbes, leur nour-
riurc iiine & frugalc, a dcr remplacie
pit des repas fplendides, & des apprtrs
Itmptucux. Enfin, les vrais plaifirs de
I'lirurcure innocence ont ece dddaignts
par I'orgucil, ou avilis par des ecres cor-
iompus.

Le nonibre des favors de la forhtne
gal reorgcnt de tout, a apgmentc la
fIole dik mlalhcureux enfans de l'indi-
ic ce qui n'ont pas de pain, & les
ti4 hr emux-mn6mcs n'ont gouid de la fli-
sl6t qite les apparences trompeufes. Les
$;sfftM ont tourncnti routes Ics clafhes
4d I& f(ocik6t, flins les rendre heureufes ;
l pour let obtenir, nous leur facrifions
IM mtourd, depuis plus de deux cents
p*, f bI ehtrw, fa lbcrtc, le fing, la
ut & I polidrir6 de dix millions de
,,




iv Avx SocxtTEs
creatures innocentes qui font nos fem-
blables, nos fr:res. Enfin, apr6s avoir
rcmpli kes quatre parties du monde de
ncurtres & de calamities, nous mourrons
6godifls, malhcureux, diteftM s de tous
ceux qui nous environment fouvent
mrnme de nos propres enfans, fans avoir
ricn fair pour la poftlritd, que de mul-
tiplier les vices & Ics misbres du genre
human. Tels font les trifles effects de
rinfatiable avarice & de la foif toujours
rcnaillinte de 'or.

Quclques hommcs fenfiblcs, tdmoins
de ces horreurs, ont fait fencir c JlEu-
rope les cruautes qu'elle avoit exercees fans
relache contre les Noirs, dcpuis plus de
deuxfi&cles. La durctd des traitans, des fac-
teurs homicides & des habitans impi-
toyables, a revolt tous les cours hon-




P I LA T ROPIQU E5. V
nctes; &.lorfque les colons ont voulu
juiifier les brigandages, les affaffinats
qu'ils font commettre en Afrique & en
Amerique, Pindignation gdndrae s'eft
foulcvce conrr'eux.

Ifs fcntent, ils avouent mnme la nd6
ceflitc d'une rdforme dans les abus ;
mais P'habitant defpote abfolu dans fon
imbitarion refufe impuncdmnt tous les
jours A fes N~gres, les adouciffemens qui
leur ont dtd accords par le Code Noir.
Leur mi&sre s'accroit fans ceffe ils la
f~uffrent & fe taifent. Si par malheur ils
ofbient fe plaindre, ils recevroicnt bien-
ott cent coups de fouet, & rifqueroicnt
d'avoir Icur corps dechire par lambeaux.
11 n'cxitc dans cls colonies aucun pror
teacur qui veille h la confcrvation de ces
infortutis, ni qui prenne eI moindre
a iij




vj Avx Soc I Tt
intrert a ce qu'on leur fourniffe feulement
le vrai nceffaire.

On ne peut parcourir lee -habitations
Angloifes de 1'Amdrique, fans 6tre navre
de douleur: on y voit prcfque par-tout
I'homme dcrafd fois le joug de la ty-
rannie mis au rang des b6tes de charge
& fouvent plus maltraitd qu'elfes. Ce
cruel ufage, autorifd par des loix bar-
'bares furprifes la ppilTance 'des Rois,
pratique par des htres impitoyables, s'eft
perpdrue jufques k ce jour, malgr6 tou-
tes les reclamations de ia raifon & des
iumibres de notre fi6cle, malgred 'in-
fluence des priceptes religieux, malgrd
Ics fcntimens intdricurs de P'ame, cni ne
ccTfe de dire Celui que tu foules 'aix
piedS eft ton frre. La foif de or, & le
defir effrend de gagncr en dix ans de




Pl I I .ANT RO P 1 IQU S. vWi
sr>m daulcr Ic fifle le plus infolerit, font
en munils qui cncouragcnt cet odieuw:
ium!nitLr.c, & rcduifcnt le Mortamalhea
*'nli au degrd d'aviliffncmenc k. plus
tlklourcux. Non, jc ne rains pas de
I dire on no boic pas eCn Europe unn
ieu t tfl dc calf qui ne renfermceque l
IucrG go ItIL dU ratng des Africains. La
(i:le culture du Tucre abcrge de moitiU
I& diied d,4ur cxiAence.

Quc olOtrvnteur impartial ne fntira
(4tN 411al dccllir'd, lorfque, quictant-Pha-
|I,.u.alt dJu naitrcl, il parcourra feul les
el. tbncb nes dIef .cfdlaves ? Tandis
qoU hi polnp & 'abondance font r-
pmnd~sl avoe proflion at logis du colon,
4b tlim .crmtures, mourant de faim,
e Ib I rw corps iqne deux annes do
iN fu lltU pour couvrir leurs nuditds, &
a iV




vij A Aux S,o cT tr s
qu'une mifcrable natte pour fe coacher fa
nuit. L'indigence la plus affreufe les pour"
fuit & les poignarde depuis l'cpoque de
leur ervitude jufqu'- celc de leur morr. Ils
travaillent nuit & jour pour accroitre la
fortune du mature. Tandis que Ics Noirs
Me, refpircnr quc pour la doulcur, &
.f6uffiint.dcs premiers bcfoins de la vie,
dcs colons durs & colIrcs n'ont plus de
pitie pour cux: Icurs occurs font de pierre,
& la mort mrme de ces infortunds ceffe
de les aflc&cr des qu'ils y trouvent
quelque avancagc.

Leur infentfibilite meurtrikre fe com-
munique bicntbt h tous ccux qui les
environment; pour plaire au tyran on
6poufe fa durcta ; on parole des Noirs
avec mcdpris; les ycux s'accoutument au
fpe&aclc de la cruautd, & on trouve




PU ILA NT ROPIQUES. Lt
raremcnt des Europdens qui, ayant vdcu
un :In cn Amdrique, prennent intedrt k
leurs fbuffrances. ls contemplent'en riant
cl% coups de fouet qui font quelquefbis
ruillbler Ic fang de ces malheureux. Les
cris de cos infortun~s, lorfqu'on met da
1c1 & dlt poivrc dans leurs plaics, exci--
tilt Icurs fouris moqucurs. ..Monflres!
tpl vous ont fait ccs peuplcs opprimds
puwr lin rnity r avcc tant de rigueur?...
Itaipcljlerzvous quc c'cft par la trahifon,
I1. Ii;rcL & la tyrannic, quc vous avez
t.laIi vos droits fur cux en fes ar.
rtliiant avcc violence du fein de leur
ptart Soiigcz que c'cft h votre politiquc
ternirnaolc que vous etes redevable de Jeurs
iravaux & de votrc opulence; rappellez-
vote enfin qu'il exifce un &tre immortel
lqui vott & Jtuge vos cuvrcs, & dormez
nII I|,ix, i1 vous l'oficz




x Aux Soc I t T Is
Tyrans cruels, perfecuceurs farouchcsJ
vous que .a Nature ne fir naitre quc
pour devenir les bourreaux du genre hu-
main, quittez vos tables fomptueufes,
&vifitez les cafes de vos NMgres, oa tout
annoncc la peine & ta douloureue in-
digence Voyez-Ies dans la duretd dcs
travaux, nuds, foutfrans expofes a la
rigueur d'un folcil brulant, degouitans
de fueurs & quelquefois de fang, male
des larmes du dcdrelpoir! Voyez-les s'-
puifer de fatigues fur une tcrrc qui ne
produit tant dc richeffes quc pour vous
feuls ;. & s'il vous refle encore une
ame, conremplez eIur defiinde affreuf ,
fans ddtourner Ics yeux avec horreur....
Vous n'oferiez... vous craignez m6me
d'etre fcnfibles ... vous encourage une
administration meurtribre donE la barbaie
contribute a votre opulence. Vous avez,




PHILA TRO PI QUS. Xi
il eft vrai, le beau droit de leur fair grace
quand vous voulez; mais pour ne pas
jouir dun privilege contraire a votre
fortune, pour priver de vos bienfaits
ces iufortunds, vous fortez rarement ;
vous &ces prefquc toujours invifiblespour
cux; vous reffemblez a ces froides idoles
de bois ou d'argile, qui ne quittent ja-
mais la place oh le flupide vulgaire les
a ddpofds.

Malgr6d is vines ddclamations que
l'impofture & ]a cupidity font profdrer
encore aux colons, I'opinion gendrale a
prononce contr'eux; elle rtclame l'aboli-
tion de la traite des Nbgres: elle re-
cherche avec emprcffement cous les
moyens de leur reudre une Iiberte que
leur accord la Nature.... que la four-
bcrie & la violence Icur ont ravie. ...




xij Xux Soc I TA s
mais h laquellc ils n'ont jamais re-
noncd.

Par quels moyens heureux y pour-
roit-on parvenir, fans exciter des orages,
fans porter antcinte h la proprictd des
colons', fans les priver des bras accou-
tumes a cultivcr leurs rcrres ?..

Rendre fubitement la libcrtd t rous
les efclavcs Nigrcs, feroit un ade d'au-
torite arbitraire qui ruineroit les colonies ,
& exciteroit une revolution dangereufe
dans des cocurs ulcdrds de pines & de
d6fefpoirn Les habitans ne connoiffant
d'autres moyens de culture que les bras
du More, feroienc fans fecours, fahs
efpoir, fans rcoltes fi on les affran-
chiffoit tout-i-coup. La cafe des Nhgres,
fes meubles, fcs outils appartenans au




PUILAN^TROPIQ UE. x;yj
maltre, rendre I ces enclaves la liberty furle
champ avant de leur avoir aflurd des mbyens
d'exiftence, feroit les reduire h la der-
nihrc miserc, & n'ca fire que des bri-
gands toujours pr6&s nous devorcr.

Eteindrc ninfiblcment 'cfclavage, par
des moyens doux, faciles & peu difpcn-
dieux, qui affurent dans tons les teams la
culture des tcrrcs, l'cxifetncc des NLbgres
& la- fortune des colons, feroicnt des
a&es de justice conformes h tous les droits
de fhumanit6, & m6me avantageux H
- la profptrice future des colons: iUs ne
pourroiern rdvolter que ces ames feroces
& avides qui cheriffent les meurtres ,
I'iniquitd & Ics revolutions, dans Pefpoir
d'y trouver de quoi fatisfaire avec moins
de lentcur ]a cupidicr la plus cffr6ne.e




xiv A x So c ETr s
Abolir enfin la traite des Negres, dbs
qu'elle ne fera plus neceflaire, andantir
eIs caufcs de iefclavage rendre la paix
Sl'Afrique, & la libert6 l'Atunriquc;
Ce font des a&es d'dquite & de bien-
faifance, que toutes les opinions reli-
gienfes, la juflice & 'Phumanitd rkcla-
ment depuis long-tcms.

Ces trois observations detailfdes vont
former Ie cannevas de cet Ouvrage ;
mais avant de Ic commencer, il faut que
je rende compete des motifs qui m'ont
d6termin nd le mettre au jour.

I y a environ un an, qu'ayant &e
obliged de me rcndre P'lfle de Gucrne-
fcy, je fus contraint, h mon retour en
France, de relAcher i PIfle de Jcrfcy,
oi les vents contraircs me retinrent pros




) II LANTR OPI QUT S. X1
dc trois jours. Quoiquc Ia mer fit vive-
ment agirde, le fibleil eclairoit l'hotifon,
& rdpandoit fa douce lumirre fur les
6itura;gcs, les jardins & les riantcs ha-
hitations de I'Ilce. Ne pouvant achever
nma routc, Poifivet me porta A Ja par-
courir. Scmblable i la plupart des Ifles
te P'Ocdan, elle m'offiit Pafpe& de plu-
ficurs montagncs qui, fortant du fein
dc la mcr, fembloient y former un afyle
contie fcs orages. Je dirigeai mes pas
vcrs fon centre ; & parades chemins tor-
IucuK, bordes dun grand combre d'ar-
hrcs jeunes & vigoureux, je parvins au
limmet de 'Iflc, & m'afis fur le bord
d'un rochcr.

J'y contemplois dans une tendre
nddiration e. fpccbclc terrible &;na-
icll iux d'une mcr en courroux, qui




xij Aux Soc tTris
fembloit voaloir fapper & engloutir ce Ibl
riant & bien cultiv ; Iles roches qui
m'enironnoicnt, charges de coquillages
incruftds & de pdtrifications maritimcs,
m'attcftoient l'dvidence des premiers de-
luges du monde ... les vents impe-
tucux qui foulevoient les floors avec vio-
lence.... les vngues qui, en fe com-
battant, fe confondocent fans ccffe, ve-
noient brifer leurs dernimres lames aux
pieds d'un roc qui fert de fondement
4 un vieux chitcau bAti (dit-on) par
Jules Ccfar. la Nature dans fes
vives agitations, pdndtroit mon cccur de
craince & de refpe& .... & dans IPin-
tirieur de mon Ctre, j'admirai dans un
refpe&ueux filence la puiffance motrice
qui dirigeoit I fon gr6 Ic movement des
cieux, des vents, des mers & de la
terre.
j'etois




PRT LANTROPI QUES. XVj
J'rois encore dmu de ces magnifiques
talucanx, lorfque j'apperqus a deux cents
p.I. dc moi, un homme couch fur la
tetrre; la tite appuyde fur fa main, il
conremploit comme moi Ics convulfions
td I'Ocdan. L'analogie du lieu ,du items,
des circonflanccs, peut-trre m6me cette
I'mnpathie fi douce qui attire Phomme
vers onm'remblablc, m'cxcita h m'appro-
chlcr de ltui: je quittai mon rocher, &
je fus le joindre.

Apris avoir vaguement parlk des
Venw &c il m'apprit qut fa mere dtoit
*wiguln.ire d'Afriquc; qu'il avoit ete ef-
ilavr en Am6riquc;... qu'affranchi de
luHnew hcurc, ii avoit faith un voyage en
(uItnd;. . quc les horfeurs de la traite
lul iy;int ft'a redouter d'tre aufli la vici




xviij A ux Soc t rt3
time de nos furcurs fanguinaires, ii avoit
abandoned une paerie oh prefque tous fes
parcns avoicnt dt 6 gorges ou vendus;
& qu'chfin, ii dtoit venu chercher en
Europe un afyle paifible oh fon travail
put fuffire aux bcfoins de fon exiftcnce.

Le ton don't il s'exprimoit me frappa.
Je lui fis beaucoup de questions fur I'ef-
clavage, la traire dcs Noirs, leIr tranf-
port dans cs Ifles, leurs traitemens
journalicrs, &c. II repondit a tout avec
une prdcifion une dncrgie & un fenti-
ment de vdrit6 qui m'infpir'rent de l'ef-
time pour lui. Ye fentis qu'il dtoir par-
faitement infhruit; & fon difcours redou-
bla la vive horreur que j'avois concue
depuis long-tems pour un traffic aufli dd-
nature.




PHILA NT RO P IQ UES


Ses tableaux 6toient points avec certe
chaleur qui, cara6trifant bien les fairs
don't il avoic &te tdmoin, annongoient
une ame fenfible, courageufe & fup.-
ricure aux revers. It invoquoit k la fois
Ie Grand-Efprit & le Soleil come fes
phrcs, les Rois & les Magiftrats come
fes prote&eurs; it finit par m'apprendre
qu'il avoit compofC un m6moire ou tous
fes griefs droient depol~s; je lui tdmoi-
gnai Ic defir d'en prendre le&ure if
promit de me fatisfaire & de me l'ap-
porter le lendemain matirt... Je le
Iquittai,cn ferrant affe&ueufemeht fa main
dnws les miennes.

Cct homme avoit la taille haute, la
Itgnrc animlle le regard indignd. Soic
wu e tit un jcu de la Nature, ou que


xIx




Aux SocirTiS


fa mCre eCit frquentd des Europdens, foan
vifage ne paroiffoit pas avoir une origin
Africaine; fon tcint n'dtoit gueres plus
brun que celui des Efpagnols ou des
Portugais; fes cheveux couLts n'6toient pas
crdpus, & fa manihre de s'inoncer an-
noncoic de la pdnatration, du jugement
& meme du genic.

Le lendemain il arriva chez moi avec
un rouleau de vieux papers fous fon
bras; il le ddploya fur ma table, & Ic
lut en anglois avec vdhmecnce. Tout d6-
voiloit en lui un home pkin de fon
fujet, & capable de grades chores. Je
me cenois en garden contre une chafeur
que je crooyis outrde; mais la force de
fes raifons m'entraina: elles, toient con-
formes tout ce que j'avois rcffenti moi-


xx




PHI LA-NTROPIQV ES. XXj
meme, je ne pus m'emprcher de pa,.
rager fcs peines.

1 me raconta Phiftoire d'un' Nhgre
june encore, mais dpuifd par l'exc=s
ties travaux qu'on lui avoit impof4i. Cet
homme extenud, maigre come ua
fquelecte, abandoned de fon maitre qui
rcfi)foir de le nourrir, parcel qu'il n'avoit
plus la force do travailler, fut rcdult I
une fi grande misre., qu'il mangea de la
clh;ir cruel & corrompue des boeufs ot
dlcs animaux morts de maladies jettes
atl milieu des champs. Ce malheureux
Noir, preffd d'une faim devorante par-
toimrut les habitations en anendiant. II
virt un jour fe prdfenter devant un riche
tolon, parent de fon maitre, & pour
itLqtel it avoic jadis travailld: il le trouva

WHEDU rE

^^^ RA lTr I




.xxij Aux SocI.Tris
pregnant fon cafd fur une terraffe, vwtu
d'un habit fuperbe & environne de
gens qui le fcrvoient. Ilimplora fon affif-
tance; mais it fuc cruellement rcfufd: &
parcel qu'il ne fe retire pas affez promp-
tement, if le livra fes domeftiques qui
'outragereut avec violence. Ce Nbgre
infortund, en fe retirant, ne put s'em-
picher de lui dire (Toi, qui boire mon
fang, refufer la vie h moi, & faire
batcre moi.) Cc qui, dans Ie genie
de notre languc, me paroic dire; Celui
qui boit morn f!ng, mes fueurs & mes
larmes, me rcifjl un morceau de p~in,
& m'afobm me.

Je defirai qu'il me faifsat fon manuf-
crit; mais il n'y confenti pas il he
permit fculement d'en extraire ce qui ie-




PHI LANTROPIQQUES, Xlij
roit utile a moo Ouvragc: cj profirai de
fes offres, & traduifis en franqois qucl-
ques paffages qui me parurent inccreffans.
Malgrd tous mes efforts pour leur confer-
ver leur teinte original, je fens qu'ils
ont pcrdu do leur Cncrgic : mais ce qui
leur en rcfic, fuffira pcuct-tre pour fair
connoicre que, fous une dcorce noire, iL
fe trouve fouvent des ames fcnfiblcs qui
ont du cara'Rre & de la vigucur.

La feconde pa tie de cct Ouvrage rcn-
ferwiera un corps d'obfervations relatives
aux moyens les plus doux d'opercr infcn-
fiblement Pabolition de la traire (en la
.rendant inutile,) & l'cxtintion progref-
five de r'cclavage, fans nuire A la pro-
pricdt des colons ni a l'cxploitation ter-
ritorialer




xxiv Avx Soc it
Je ne fuis ni un frondeur, ni un cnr-
ttoufiaftc : mais par-tout oi je vois la
tyrannie & [a cupidity de qqueques indi-
vidus fouler & dcrafer fans remords des
millions de creatures humaincs; offer
mrnme combattre ceux qui ont Ic courage
de danoncer leurs crimes 'a PEurope ...
rmon ccur indignd g6mic.... Je fouffre
& je nc puis me tairc ; ami de la paix &
de la feIicicE de tons mes femblables, ii
faut quc ma doulcur s'dpanche dans le
fein de tous les ktres fenfibles.

J'ai queftionnd une foule de Ntgrcs:
prefque tons m'ont tenu cc langagc ...
Moi foJbjfrir bcaucoup parcel que' maitre'
fait trop travaitlcr moi, nourrir mal
moi. ... & fair pcrir mzoi de fim 6* dc
coups... Les fairs rapportes dans cet
ft




P H IL ATROP I QUt S. XXV
Ouvrage, devoileront cette cnrelle' vritd,
& en conflateront l'vidence par le feul
expofd de la manitre don't ils font traits
chcz leurs propridtaires: les voyages des
obfervateurs, & I'Hiitoire du More-Lack,
repandront quelques luminres fur cette
grande caufc, ude des plus fublimes fans
doute qui ait jamais mdrite d'intdreffer
la fenfibilirt & la compaflion des hu-
mains.... J'y joindrai mes rdponfcs
prdliminaires aux partifans de Pefclavage
& a Ieurs injuftes r6clamations. Jc fou-
mets enfin le tour au jugement des per-
fonnes 6clairces & des Soci6tds Philan-
tropiques qui recherchent aved Ic zkle
intrdpide de la verit6, tous les moyens
d'abolir la traite & l'efclavage des Ncgres.

On attaquera fans doute mon flyle,




xyc) A x SocziTr ts
& on aura raifon; car j'dprouve qu'il eft
bien au-deflous de ce que je fens dans
mon cceur: mais je reclame l'indulgence
de mes le&teurs. e fuis jeune, Militaire;
voillmon excuft: j'ai beaucoup vooyagi,
fouvenc reflechi & dans le course d& mes
voyages, je n'ai eu ni Ic items, ni ravan-
tage piAcieux de pouvoir m'dclairer par la
leaurc des ouvragcs de ccs hommes c6-
RMbres qui auroient di &ere & tnes mal-
tres & mcs guides.

Quoique bien convaincu de ma foi-
bleffe, le sentiment don't mon cmur &doit
plein, m'a entraind malgrd moi & 6crire
& A hazarder (en tremblant) de mettre ,
au jour cp premier fruit de mes obferva-
tions dans ce genre.




PHILANTROPIQUE S. XXVq
En reliant attentivement mon ouvrage,
j'ai toujours 6rt indigne contre moi de me
trouver fi inferieur au fujet fublimc que
j'entreprends de trailer. Puiffe Paveu de
ma foibleffe exciter quelque homme c&
Ifbre le trailer plus dignement! Pu'ffe-
t-if attendrir tous les ccurs fair ceffer
les crimes de l'Europe, nos forfaits en
Afrique, nos mcurtres en Amdrique, "&
rcndre l'exiflencc la libcrtd & le bon-
Lcur h cinq millions cinq cent mille
N6gres, refles infortunds de plus de vingt
millions .de creatures humaines, arrachdes
des c6tes efclaves, pour les prdcipiter
dans des tourmens fans fin.

On fait fans ceffe des voyages autour
du monde, pour rcconnoltre un ddtroi ,
on decouvrir quelques tles dcfcrtcs. On




mxvej Aux SocrS rts
n'en a pas encore faith un feut pour conf-
tarcr les fouffrances des Nbgres efclaves,
& s'affurer des moyens les plus prompts
de remidier h Icurs maux. La gloire &
Pimmortalit6 front la r6compenfc des
proteaeurs bienfaifans qui parviendront
h rendre la liberty a cette' claffe la plus
fouffrante de tous les homes Icurs
ndms, confacrds dans Ics annales de
I'Hiftoire, front toujours memorables .
I'hunanitd .... toujours cites d'age en
age h nos g6dnrations futures, & tou-
jours mis au premier rang dans les fates
de la bienfaifance;. I'efpoir de rendre
la paix & la felicite h cent peuples
divers, leur offre un triomphe plus
eclatant, que toutes les vi&oires fanglan-
tes d'un Alexandre ou. d'un Tamcrlan.




P HI ANT o r QUEV xxi
En peignant les fouffranccs de cette
clafie infortunde de I'cfpEce humane, fi
je repkte quelquerois les memcs idecs,
c'eft qu'elles s'offrent mille fois par jour i
mon cmur; c'el que des cruautdscxtrfmcs
execurtes de fang froid, & reitrdes mille
fois par heure, font intoldrables .,
c'eft que le teams, loin d'affoiblir Phor-
reur qu'cles infpirent, les rend rououors
nouvellcs & toujours pIus'afflcufes....
Puis-je me raiie un infant, tandis que la
cupiditr de quclques &tres fdroccs gorge
tous les ans plus de cent mille Noirs en
Afrique ou en Amdrique ?... Puis-je me
taire, lorfque tout me retrace fans ceffe
les cruels traitemens de tant d'infortu-
nds?.... Non, je ferois coupable, fi je
n'levois pas ma foible voix, quand je
fonge que, dans Finflant ou j'dcris, une




xxx A J x So ci T t s
foule de Noirs qui font mes femblables,
fouffrcnt ou font cxpirans : jufqu'i ce que
la bonte des Monarques & la fenfibilit6
des humans aicnr foulagd leurs maux,
i'oublicrai mon infuffifance, & je ne me
Tlafferai jamais d'dcrire. Je ne connois
.qu'une claffe d'hommes plus vile & plus'
odieufe encore, quc celle des iconomcs qui
Sfont les impitoyablcs bourreaux des Noirs:
celle des colors barbares qui comman-
dent de telles horrcurs, ou qui les tol&ren :
ce font eux qui Ics font egorger fur les
c6tes d'Afriquc.... eux qui achitent ks
prifonniers des vainqueurs & des vain-
cus... & cc font cux qui les font pe"
rir aux extr6mitis de la there.

Oui mes trifles & malheurcux amis,
mon coeur vous plaint, vous eftime & vous





PHILANTRO P IQU ES. XkXj
aime: je voudrois, au prix de mon fang,
atcendrir la durete de vos maitres, rarir la
force de vos pines, & vous fair gou-
ter un rayon de felicit-; dans la fitua-
cton ot Ie deflin vous a rdduits, je ne fuis
pas furpris quc vous predfriez fouvent la
mort h la vie: 'exiflence Americaine eft
pour vous une mort lente, un fupplice
fans fin; & Ic doux rcpos de la, combe
fut long-tems le fcul afyle o& vous efpd-
ricz trouver la fin de vos douleurs; mais,,
foyez toujours fidtles h vos malires, &
prouvez-clur par votre conduite que vous
mdrircz notre eftime; ii exitec en Europe
des ames knfibles qui vousaiment, qui
parent pour vous, qui icttront au jour
vos fouffrances, & foulageront vos tour-
mens. Vos fers font deja brifes dans plu-
ficurs Etats Amdricains: oui, n'cn doutez





CxxIj Aux SocItTrs, &C;
pas; fi vous continue k le mdriter, le
Grand-Efprit qui vous protege vous ren-
dra tous libres lorfque les teams fixds
par fa fageffe front accomplish.

*


LE













LE


MORE-LACK.



PREMIERE PARTIES.
__ ,- -- !

CHAPITRE PREMIER.

Voyage de Guine'e.

SENS B rL E s & vertueux habtahs de 1'Eu-
rope qui ne connoiifez pas les rigueurs
crueltes dc I'cclavage, fouffrcz qu'un NMgre
d'Ami6riue, nd aufil blanc quc vous par un jeu
d, la nature, qui n'4;1 pas fans exclnple dans fon
(. Panti. A




2 LE M or E-LA C .
pays, ofe vous peindre ici 'affreufe fituation oi
vous nous rcduifez depuis f long-tems.
Parce que le deflin nous donne une couleur
d'edbne, avcz-vous le droit de nous charger
de fers?... Parce que nos pares, nos fummes
& nos enfans font hors d'etat de fe d6fendr ,
pouvez vous fans ffrocit5 nous acheter,
nous enchainer, nous vendre dans un march
public, comme des animaux deflines la bou-
cheric, pour nous fairc cprouver aux extrd-
mit6s de la terre toutes lcs horrcurs rdunies
de la faim, de la misire, du ddfCepoir, & fou-
vent mime les fupplices Is plus aflreux?

Lefeurs compatiffans ce n'ef point ici
un roman dbauchi dans I'fpoir d'amulur vos
loiirs; c'eft hifolrc vc'ritable des traitemens
barbares don't vos fembIables nous accablent
depuis plus de deux Cicles ; c'eil le cri de
rhumanit6 gdmifante & pcrfccutce qui ofe s'e-
lever jufqu'a vous, & dcnoncer i touts Ios
nations la. cruautd de vos fadeurs & de vos co-
lons: ce font los N&grcs de 1'Afrique & de IA-




* PnEMIrEIE PARTIES 3
"mirique qui invoquent les jugemons des ma-
giftrats & des fouvcrains do 1'Europe, & qui
leur demandent juflice des perfccutions atroces
don't on les accable en leur nom.. Diff6rcrcz-
vous ou refuferez-vous toujours d'etre les pro-
tetcurs de notre douloureure existence? Nous
que la providence a fourris a votre empire, ne
connoitrans nous nos maitres quc par des fup-
plices & n'aurons-nous jamals de part i votre
bienfiifance ?
Qu'il me Coit au moins permit d'cntrer en
lice avec vos colons Europdens,& deleur prouver
que, de toutes les a&ions de cruautc qui dtsho-
norent I'epice humaine, la plus odieufc, la
plus fanguinaire, la plus injuef, cell qui md-
vite le plus la haine de tous les hommes & 1'ekd-
cration de tous les fi'cIes, c'efl l trairt des
Ncgres.
Grace aux bontds d'un maitre gindreux, j'ai
ttd affranchi a trentc ahs. Le vii defir de'revoir
nia family me fit emrbarquer au commencement
d'O6tobr& fur le vaifleau le Liverpool, deflimn
fa hire in traite des NMgres fur les c6tes d'A-
A ij





4 L Al Mo -L Ac KX.
fiique. La traverrte fut heureufe. Nous n'prou..
vamnes d'autri perte que cell d'un matelopt un-
prudent qui, s'ctant endormi fur le bord du
til[ac, tomba dans la mer par un coup de vent
qui fit prodigieutfEmnt penchcr le vaiflau du
c6t oai ii s'dtoit malhcureufcment couches. On
arreta long-toms pour le echerieri mis on
perdit de vue le lieu o~ il dtoit tombE &
comme la mcr dtoit forte, it ne repitrut point
f nos yeux.
Apres avoir croilf les ikes Canaries & cells
du cap Verd, Ie 27 D&cembre 1764, nous
apperqFumes les cotes d'Afrique. Pluficurs ma-
telots crirent: Terre! terre avec ces cris de
joic & de raviflement qu'on 6prouve en revoyant
Ic foleil i la fin d'unot affrcufe tempcetc. Je de-
mandai au Capitaine quelle terre nous appcr-
cevions. -Morelack c'efl la Guinic, me dit-il.
A ces mots, tout mon fang trcflillit dans mes
vines, & je brfilai de voir ces beaux climats
ou mon pere a recu le joyr. Je reft-i Icpt heures
fur le tillac, fans que mes yeux puffeTfi e lafier
de contempler les cotes fertiles de ma pa-
trie.




P Mr S PAn Trr r


Le lendemain 28, nous doublmcs le cap
Corfe, & nous primes tcrre a Bafalia. Le com-
mandant du vaifflau envoy fin lieutenant dans
une chaloupe, fire part de fon atrivee au roi
de ctte contrcc, lui offrir de l'cau- de-lie en
prifent, & I'nformcr qu'il vcnoit dans fcs &tats
charger cinq cents cflaves pour I'Am6rique.
Quoique je fulfe arfranchi il me 'pria de
fuivre fon lieutenant, & de me charger de
plufteurs pre ens dcftinss au fouverain de cette
coatrce; lorfque nous fines dans fon palais, ces
pr6fcns farent depofls aux pieds du monarque
Africain.
II nous rerin avec dignity, nous accueflit avec
orgueil, & nous pronitt qu'il fourniroit en peu
de tens cent fois plus d'efclaves que nous n'en
demandions; le lieutenant nous reconduitit I
bord, ou nous attendtmcs pailiblemcnt la r6altte
des promuffes qui avoient Wt faites ah Lieu,
tenant

-?


A ij


y




6 LE M o nt -L Ae .



CH AP I T R E I

Comment Jc faith la traire dcs efclaves ?

L E 29 Dcemibre,,nous entendcmeses s bords
de la mer Ie bruit affreux des armes; nousvimes.
Ie mnme foir quatre villes qui toute la nuit &
lcs deux jours fuivans furcnt fans interruption
devordes par les flammcs. Dans le Gilence & Lrhor-
reur d'une nuit 6clairce part de fi grands feux on-
entendoit au loin Ics bruits confus des combat-
tans & les cris affreux des vi&imes infortunces,
don't les trois quarts, egorg6s ou confanms, ne
laiffoient apris eux qu'un trZs-petit nombre de
prifonniers deftines a porter deq fers.
L. capitaine ndgrier & les gens de fon Equi-
page contemploicnt de fang-froid cet odieux
fpecacle; Splam & moi nous en gcmiflions;
fon fang ctoit'ft agit, qu'il ine put manger un
morceau, lrepandit quelques larmeS, & voyant
combien je fouffrois,, il me dit: MoreLack noup




PREMIrTE PARTIES. 7
fommes mal ici, allons nous coucher; nous
defcendimes dans fa cabane, i la ferma & m'en-
gagea a paffer la nuit pr6s de lui, fous prCtexto
qu'il etoit malade; j'y confentis A regret, mais
je vis bien qu'il vouloit m'empzcher d'&re tb
moin des mLurtres quc des chrdtiens commettent
dans ce belles contrres, pour fatisfaire leur
avidlte & charger de chaines toui ceux qui
auroicnt le trifle bonheur de furvivre au rnaf-
facrc de Icurs families,
Le 30 Dcecmbre, plufleurs Africains vinrent
a notre bord, nous apprendre que le roi avoit
envoy fon people fire la guerre a fes voifins,
qu'il avoit &t6 repoufflavec beaucoup de perte,
mais qu'il alloit lcs attaquer encore, q'ifi efpe
roit fous deux jours nous amener beaucoup de
prifonnicrs; le capitaine r6pondit que fur I'fe
poir de cette promeffe it no quitteroit pas la.
tote.
Lc jour & tes deu. nuits fuivantes, nous
imces encore des villages conTumes entieremcnt.
.Le J atvier, la ville de Seflro dtoit en proi_
,l1s flames les plus ardentes, & elle en
A iv




8 L E MOR -L AC TK
fut divorce le lendemain i dix heures d
foir.
Lc quatre Janvier le terns fut trs-beau, mais
il ny cut aucun traffic, parce que nos commct-
taps' Aous informrcnt qu'a la vcrit6 Ie roi. avoit
fat briler trois viltfe, faccagcr tous les habi-
tans, & mis beaucoup de Nigres a itort; mais
qu'ayant 6t6 repoufln par les villec voifines,
dont les pcuples lcs avoicnt fecourues centre
fon attentc, fes propres gens avoicnt dt& con-
traints de s'enfuir dans les montagnes, fans avoir
eu le terms dcrmmcncr afl1z de prifonniers pour
fornir le nombre d'efclaves que le capitaine
avoit demands.
1I cef i propos de remarquer ici, que dans
ces contbats particulicrs, d'apr Ie rapport des
Africains qui vinrent a notre board; il y avoit
eu plays de quatre mile homes mis a mort,
& cela pour parvenir fans fucces a nous fournir
quatre ou cinq cents prifonniers, tant ii ecl vrai
que tous Ics N mgres en general, preftrent la
mort a un efclavage dternet. .
Le capitaine Atkinfon, ne voyant plus d'cf-




P R TI tE R i P A r T rT
poir do pouvoir compedter fa traite fur cette
contrde; fit mettre A la voile le cinq Janvier,
& nous partimes A fept heurcs du mitin, fans
autre fucces que d'avoir port lffroi, le mI urtre
& la difolation dans ces riches contr&es dy
fire frdmir tous les labitans au feul pon,
des Eyropdens en les confiddrant comrne
des bourreaux qui vicnnent les fairek egorger
jufques dans leurs c!iaumi&res rcduird leurs
habitations, en cendres, charger de chalncs teur$
femmes & leurs enfnvs, Icurs frtres & leurs
peres, poa~r I:ur fire fouffrir 'lfclavage Ie plus
inliumain qui ait jamais exifV fur toute la taor
depuis deux mille ans.
Ce que je viens de tracer n'efl encore qu'une
foible image des rigucurs cruelles qu'on nous
imporL; nous qu'on appelle des fauvages, nous
plions tranquillement fous le poids des Fers,
& nous nous foumettons A la firocitd do
nos pcrfrcuteurs mais vobs qui prdtendea
cire civilifis, 6clairds & favorifds des con-
noIiltinces fublimes & ineftimables d'une reli-
cii diviec, don't une des premieres Ibsx ef la




to 1 E M 0 I -L A C .
paix, la douceur, Iamour de vos femblables,
le pardon des injures, & Flamour mcme de vos
ennemis~pourquoi oubliez-vous de fi beaux prd4
ceptes? cette morale fi pure & fi confolante,
nlt done pour vous qu'un jeu d'enfant deftine
A amufer vcs lofirs ? Ellc n'exifte done plus
dans la pratique, dis qu'lle contrarie vos deGrs
Prnbiticux, & cette cupidity cruelle qui revolte
la rairon, la nature & V'humanith?
Pourquoi faites-vous foulfrir tous ls flesaux
de a guerre & de 1'efclavage i une partic inno-
cente des peuples de la terre, qui jamais ne vous
ont faith dc mal ? Nous qui vous avions accucilli
dans nos terres avec tous les timoignages de la
plus fincdre amitid I




P RgE t: I Er R E PA n T I II



CHAPITRE III,

Mqajb cres fur ls bards de la rivicre
der Gambia,

L r lendemain, nous rencontr3mes le vaiau
le New-York, qui revenoit de la rivi&re de
Gambia Ol il fe faith tous les aus un tr&s-grand
commerce d'efclaves. Le commandant y avoit
trouvd lcs memes obfltcles que nous venions d'6-
prouverdevant la ville de Seifro, Le Roide Bar-
fally qui gouvernc cette contrde, lui avoit promiq
de luifournirtous les. clicaves qu'il defireroicpouc
Ics dchanger contre des marchandiIes d'Europe.
Dans cette intention, il avoit envoyd fon peuple
faccager quelques villes enemies, avec ordre
de prendre & d'enchatner tous ceux qu'ils pour-
roicnt fire prifonniers. Ayant dtr repouflk plu-
CIeurs fois par fes ennemis, il avoit dto- forc6
de fe battle en rafe champagne; il y avoit eu
un carnage horrible qui avoit duri deux jours




S L E M o n R -LA c .
enters, & durant tout ce items, les attaqued
avoicnt td fi fanguinaires, que quatre mille
cinq cents homes dcoient reflls morts ou expi-
rans jur le champ de bataille. Le lendemain,
pOn voit vu le fol enranglante covert de veuves
qui venoient y pleurer leurs maris, de mircs
qui arrofoient do lurmes leurs enfans egorges,
8?des orphclins qui couvroient de Ileurs & de
cris les cadlavres fnglansde leurs pres.... L
Chirurgien du vaifeau le New-York, t(!moin de
toutes ces d.folations., avoit t6 voir leur champ
de bataille & avoit vu le flo covert dos
morts & des agonifans; il nous dit que jamais
aucun fpcdacle ne lui avoit paru auffi affreux,
& que, dans toute fa vie, il nIavoit jamais eft
aufli douloureufement attriftl.
0 Magiftrats! 6 fouverains de PEurope
vous qui dormcz paifiblement dans vos pa-
lais, tandis qu'on nous gorge, vous ignore
toutes ces atrocits; c'fci cependant en votre
nom qu'elles font commifes fur les c6tes d'A-
friquc. Avant d'avoir vu vos vaifeaux frequcn-
ter nos ports, nous ne connoifllons pas !hor%




PBHEJrIaE, PARTIr T
reur de ces guerres intefCines que vos flIeurs
inhumains vienncnt tous les an exciter parmi
nous; avant de vous avoir connus,&. d'avoir
goat de vos liqueurs meurtribres nos.p.rinces
ne facriiolient pas le fang de leurs peuples A
votre cupidit & no s'emprolloient pas de mai-
facrer leurs propres rujets pour vous procurer
des efclaves. HommeCs pprans, de queque nati o
que vous puifllez etre, vous ne favez pas fans
doute comment on s'y prend pour f tisfaire vos
defirs I vous ne Ic favez pas mais je vais
vous I'apprendre, non par des paroles, mais cn
vous citant des fits connus dans toutes nos iles.
& quo j'ofe dlier aucun habitant de d6favoucr.
Francis Moor, fa&~ur de la companies d'A-.
frique, arrival dant la rivikre de Gambia, pour y *
fire la traite des N'gres. II fit annoncer au roi,
qu'il ,toit entr6 dans les 'tats, pour y charger
des efclaves, & lui cnvoya en mime tems deux
barils d'eau-de vie. Le roi Iui ft z:pondre, pat
L; gouverneur Anglois qui refide Au fort Saint-
James, que, s'il avoit af1iz de marchandifes ou
de mcubles d'Europe, il lui fburniroit tr4s-certai-





W E r oAt o R -L X C K.
sirete. It combla le general .de carefFes, Ie f
fumer dans fa propre pipe, & le reconduifit
lui-mcme jufu'i la porte de la fall.
Deux officers qui etoient A I'attcndre le mfi
ttient enfuite ia audiencee des reines & des
princeffes filles du roi; il fit a toutes ces dames
des prtvns mioins conTiddabfes par le prix que
par I'agrement & Ja nouveaut&.
Une des rdcnes ayagt obfervd que, pendant
1'audicnce du Siratik, Bruc avoit regard avec
beaucoup d'attention une princeffe de dix-fept
-ans qui ctoit fa fille, s'imagina qu'il avoit pris
do I'amotrrt pour tlle, & propofa au roi de la
lui donner en marinage. Ce prince y confentit,
& fit oQrir a Andrc Brue (qu'il avoit connu
depuis long-tcms & pour lequel 11 avoit une
'tendre affection) de lui donner les premiers
poflcs de fon royaume avec un grand normbre
d'erclaves, s'il vouloic refer avcc lui. Brue
s'Vxcufa fur cc qu'6tant mariL, fa religion ne:lui
permcttoit d'avoirqu'une femme, Les princetfes
repnndircnt que les femmes d'Europe etoient
bi)n hoatrufes i elles demandirent naivemont a





-P 7y r E Z RE PARTIES. rf 4
B3rue comment il pouvoit vivre 1i long-tems id-
pari de la fienne, c co qu'll ponfoit de fa fidd-
lite durant fon ablf ce.
Le Icndemain, Ie Siratik fe rcndit i la fall
d'audience, pour y administer la juffice fes
fujets. Brue, curieux d'affiftcr a cc nouveau
fpcfacle, obtint d'etre placed dans un lieu d'o4
il pouvoit tout voir fans ctre apperqu. II trouva
le Siratik environne de dix vieillards qucico.-.
toient les parties feparument, &' qui lui rap-
portolenr ce qu'ils avoient batendu ; aprs quoi
cc prince, fur I'avis des mcmes confillcrs, pro-
nonqoit la dccilion ello dtoit ex6cutde fur lI
champ. Chacun plaidoit fa propre caufe ; fans
avocat ni procureur ; dans lesacauaes civiles, U
rjvicnt un tiers de dommcges au roi.
II y a peu de crimes parmi les NMgres. Le
meurtre & la trahifon font les feuls qui foient
p;nis de mort: la punition ordinaire eft Ic
banniffement pour les autres crimes; c'eftr
dire quc le roi vend les couipables a Ja cimpa-
gnie, & dilpofe de leurs effects a fon gr&
Quoique ce canton ne foit pas le lIus fertile




T LR Mon 0 E LA i C c.,


SC APITRE IV.
-4 &
T"oy.g d'Andrd' Bfu e fur Ics ctkes
du Senc'gal.

A n D.R BErre, don't j'aurai occasion de pat-
ter dans la fuite., Stoit un home honncte,
human & dou6 de beaucoup de connoifrances
tiles au gouvernement & au commerce mari-
time. 11 aborda LRuitfco-dans le Sedngal, fur
les dtats du roi de Cayor appellc Damel, & y
paya Ics droits d'ufage que chaque vaiffeau
arranger donne aux Alkadis pour avoir la per-
riillion d'y prcndre du bois, de Feau douce &
Ies autres approvifionnemens d'un vaifnau.
11 parcourut les campagncs dcs environs,
qui lui parurcnt fertile, bien cultivdcs, & beau-
coup de prairies couvertes de bhcufs & d'autrcs
belliaux; iL vifitu plufieurs mailbns particulibcre
du' roi de Cayor, oh les gardens N'grcs & les
furveillants de I'intericur, le rezurcat avec lai
plus grande difination.




VZnM I ER E P r r 17
il vifita le pays des Foulis oi rigne un em-
percur nommd Siratik; cc prince inlftuit de
I'arrivee de Bruc dans fes etats; luii~.6cha up
courier pour lui dire qu'il defiroit de le voir.
Les comefibles les marchandifes de cette dili-
cieufe contrde, y fdnt au prix eI plus moddr&
.Un bcuf antier, au rapport dos voyagers &
der hiftoriens, n'y coute que trente ftois uno
ch&yre ou un mouton, trois fols; les dents d'd~
Jlphans font: raifon dedeux.liards ha'ivre pefant,
& tous les autres objets de commerce en pro-
portion.
Brue ayant avancd avec fon vajuf,Fufques
au port de Ghiorel, fit better I'ancre & tircr trois
coups de canon. Le Farba du canton, qui otoit
I'oncle du Siratik, vint auflit6t lui fire une
vilite & lui dohna beaucoup de marques d'a-
rmitid; le foir mnme unkdcs fils du Siratik fe
rcndit d f0n bord, & I'afflura que fon pfre avoit
Ia pnls radie eflime pour les Franois, & qu'il
.uroit grand plaifir A le voir. Ce compliment
lut accom'pagnd d'un pr6frent de deux bceuCs
gias, & L'une petite boitc d'or pefant une once,
4A Prt .




s L L M o t-L it e f.
Le general fit auffi fes prdfens au prindc
'Aricain, & le' flua de plufieurs coups da
canon ;. V ite aaynnt fait defcendre fes fac-
teurs. pour commencer le cOmmercc, il trouva
dans Ic village tant davidit6 pour tes m'arch;n-
.lfes, que fes barques furtht bicnt6t charges
de ct~les du pays.
Le Siratik n'eit pas plut t appris farrlvce d&s
Frangois, qu'i* fit complimentcr Brue par fort
Bouiuenet; c'efi-dire, par le grand-maitre do"
fi maifon.
Cet officer ctokl un vicillard venerabtl d'une
fort blle taille, ayant la barbt & les cheveux
gris ce qui marque parmi les Negres" uno
vici!leffi fort :ivancce: ma-s iil n'en paroiflbit
pas moirds vigoureux, moms vil & moins poll
fan nom r t6it Baba Mdi/, Aprbs les premiers
compliment, ii rqut6les prifens accoutum6s;
c'toic dcs etofiT:s noires & blanches de cotton,
quelqucs pieces de drap & de ferge jcarlate,
du ccwil de ambre jaune, du fer en"barre,
des chaudrons de *cuivre, du rucre, de 'eau-
tie-vic, des spices, de la vaifelle & quelques




P r 1 E R E PA T t E
p1ces de monnoie, d'argent au coin de Hol-
lande, avec Un furtout de .drap ['carlate A !a
ipaniare du Brandebourg, & deug boctcs pour
renfermer la parties la plus prtcieute des pr-.
fens: le Bouquenet recbt aufi Ics droits qui
revenoient aux femmes du prince, & qui inon-
toient A la moitid des premiers, fans oubliet
te qui lui revenoit A lui-m~nmei
Le Kamalinge, ou le lieutenant~g-gnrai du
roi: vint recevoir A fon tour le prifent ou droit
annuel qui devoid lui 6tre payF, tous ces droits
Jouvoilnt enfembic fe montr a la formme dc
quinze A dix-huit cents livres. Le Bouquenet
offrit au general trois grands bceurs de la part'
du roi; P f'ayant invite a fe rendre a la court,
il fit proitre les oficicrs deftini pour l' con-
duire: on avoit d4ja pr par6 un grand nomnbr
o de chevauN pour Ics gens de fa faite & des cha-
mcaux pour tranfporter fes bagages.
Le jour fuivant, Brue rit terre au bruit do
fon canon, & fe mit en marche- pour la court
du Siratik, tuivi de fes fa&eurs, de deux inter-
prctes, de deiux trompetcs, deshautbois, de fes
rfi





en LE MZ 4 L E
domeftLques & de douze Ng-yes libres & bWei
arms: il tr:kiyr un pays uni & bien cultiv6,
ylcin de villages & de petits bdis. En appro-
chant de Bu1ar, ii ddcouvrit de vafles prairies
tcllement rempli:s de toutes fortes de befliaux,
q~Ue les guides du general avoient pine a trou-
ver un libre pafflag ; le convoi.ne put arrive
& Bukar qu'A L'entree de la nuir.
Le prince de Sir', a qui le village appar-
atnoit, vint au dcvant des Franiois a la tate do
trente chevaux. Lorfqu'ils furent prbs 1'un de
I'autre, its mirent pied a terre & s'embrafsirent:;
cnfuite ?tant rcmontis ia clihval, ils entrerent
Scldans le village, & cc prince conr'uifit fon h6te
dans une mairon q',it wvait fit preparer pour
iui, ians le inune unclos de PIhabitation de fes
femm:s. AprG s I'avoir inr roduit dans fon appar-
tement, ii le l Ia feul un inftapt; pCeu de temA
sprhs, Ic ge'iral fatt conduit audience de la
prircenft : fes traits etoient rdguliers, fes yeux
wifs & hicn 'endus, fa bouche petite & fesdents
trbs-blanches; fon feint couecur d'olive auroit
Lcaucoup diminuc les agrcmens de fa figure, ii




TREMTD Er PArTIr, 24
tile n'elt pris foin dc la reliever uavec un peu de
-3
rouge,
Elle requt Brue fort civilement, & le rcmer-
cia de fcs prdfens avec beaucoup de grace; it
lit fucceflivement fa vifite deul* ou trois autres
femmes du prince: apvts quoa retournant auprcs
de lui, ii fut reconduit A I'heure du fouper dans
fon appartement ou ii trouva plufieurs plats de
kuskus, du fanglet, des fruits & du lait en
abondance qul lui utoient envoys par les femmes
du prince, Quoiqu'il fe f ft fit preparer A fou-
per par fon cuifinier, la civility jui fit godter
de tous les metsAfricains.
Vers la fin de ce repas, le prince vint s'affeoir
fans cdrdmonie, mangca du deffett., but plu-
fieurs coups de vin & d'eau-d-vie, :& fe mit 4.
fumner avec lui, jufqu'A ce qu'on fut venu I'avec-e
tir que tout dtoit prft pour le folgar ou le bal.
Ils aiment, as'y entretenir agrdablcmem t de tout ce
qui les interefle, & cette conversation fait un de
kurs plus grands plailirs.
C'ef dans ces ccrclcs qu'on remarq4q, dicrnt
lIs Voyageurs, I'itendue furprenante de leuj



S-AI-P- HAtr 1'
ab





SLIE AT R RE-L AC K,
msmoirc, & combien ils fcroient de program
dans les Ofqnccs, ii ley efprit naIurel dtoit
icultive par I'ctude.
Le lendemain le prince accompagna Brue
pur fc rond.r i palais du roi, qui eRt a une
dLmi lieue du village de Gumel, La demeuro
0, ce prince eli compose d'urr gtand nombre
de cabancs qui font environn&es d'un enclos do
wofeaux vrts, entrelacis & difendus par des
hales vives.d'dpines noires, & it ferrces, que
le p ailge en eft irnpo~ilf. apx b~tes fauves, Le
roi, irnf rma de 'approche du gdnerat, envoya
les principaux feigneurs'de fa oour au-devant do
lui;'de fort qu'encarrivant au palais, fon train
droit d'environ trois cents chevaux.. Tout co
co-i'tge defccndi .d la premiere porter, except
I gindral le prince de Sire, & le kamalinge
qui.eCptrirnt l .heval & no mirent pied A
terre qAi'Oux pas do la fille d'audicnce,
BruL trouva le Siratik allis fur un lit avec
quolques-unes de fes femmes qui rtoient A terre
fur dsu-.attes. Ce prince fe eva, fit quelques
pas au- dant de lui la tote d4couvcrte. 1i(
"4 .\^




REt Mr ERE P A AT I r
donna ptu(i;urs FQis la main, & Ic fit ;affoir 4
ts cc6ts.
On appella un interpr4te, Alors Brue d clara
qu'il dtoit venu pour renpuveller alliancee qui
lhblifloit depuis un teams immemorial entire: Ic
Siratik & la compagnie Frangoif. II fit valoir
Iks avantages que le Prinice pouvoit rprcr de
cct heurcux commerce ; &. pour conclufion,
I'affiira de fes fbntimens particlliers de refpet &:
dce zlc. Pendant que l'interprete expliquoit ce
difcours Brue obferva quc la fatisfation du
Siratik s'cxprimoit rur fon vifage. II prit plu-
fieurs fois la main du gdnaral pour la prefer
centre fa poitrine. Ses femmes & fes courti(ans
r tp4coient avec la m6me joie : Les Franpoisf/ona
unc bone atriqrn is fonit .nos amis.
Le Sirarik repondit au gEneral d'un ton fort
civil, qu'il tui rendoit graces d'6tre venu de fi
loin pour le voir; qu'il avoit une veritable affec-
tion pour fa cpmpagnie & pour fa perfonne ca
particulier i qu'il lui accordbit la liberty d'6ta-
blir des comptoirs dans toute I'~tendue de fec
etats ; & mime d'y btir des forts pour !put
B iv




SoL rx o E-L x c r.
sUiret. II comhla le general .do careffes, le 4t
fumer dans fa propre pipe, & le reconduifi
lui-mnme jufqu'a la porte de la fall.
Deux officicrs qui itoient A L'attehdre le mne
nb itt cnruite a I'audience des rcines & det
princeffis illes du roi; ii fit i toutes ces dames
des prteis moins contid6rabtes par Ic prix que
par r1agr6ment & Ja nouveaut&.
Une des raines ayaqt obferve que, pendant
I'andience du Siratik, Brue avoit tegard6 avec
beaucoup d'attention une princefre do dix-fept
ans qui toit fa fille, simagina qu'il avoit pris
de I'amoun pour clle, & propofa au roi de la
lui donner en mariagc. Ce prince y confentit,
& fit oOrir a Andre Brue ( qu'i avoit connu
depuis-long-tcms & pour lequel il avoit une
tendre affe&ion) de lui donner les premiers
poltcs de fon royayme avec un grand nombre
d'efclaves, s'il vouloit rcfler avec lui. Brue
s'excufafur ce qu'dtant maric, fa religion ne lui
pcrinettoit d'avoir qu'une femmei Les princetTes
r6pondircnt que les femmes d'Europe dtoient
btin hliceukcs elles demandirent naivement a





R t tT r E nt P A n 2%r T f, 2t.
EBrue comment ii puvonit vivre fi long-'tems lh-
pard de la lienne & cc qu'il pentit de fa fide-
lto durant fon .abfcqce.
Le lendemain, le Siratik fe rendit a la fille
d'audience, pour y adminiflrer la juRice A fes
fujets. Brue, curiepx d'aflifcr a cc nouveau
fpctade, obtint d'tre placC dans un lieu d'oti
ii pouvoit tout voir fans ctre apper9u.1 t trouva
Ie Siratik environne de dix vieillards qul.ecouw.
toient les parties fipardment, &' qui lui rap-
portoienf ce qu'ils avoient &ntendu ; aprms quoi
cc prince, fur I'avis des mcmes confeiUers, pro-
nongoit Ja dcicfion: clle l toit execute fur le
champ. Chacun plaidoit fa propre caufe fans
avocat ni procureur; dans les caufes civiles, it
revient un tiers de dommages auroi.
I1 y a peu de crimes parmi les Ntgres. Le
meurtre & la trahifon font Ics feuls qui foient
punis de mort: la punition ordinaire eft le
banniffement pour les autres crimes ; c'el.l
dire que le roi vend les coipables a Ja qompa-
gnie, & difpofe de leurs effets A ion gre6
,Quoique cc ,anton ne fpit pas Ic 'lus fertile




S E 0 M o I E-L A .KT I
du pays, la culture y fait regner Pabondance S
Tes habitans en font beaucoup plus indutrieuo
que Ie common des Negrie; its font un com-
merceconfiderable avec les Mores du d6tert.Ils
ailment la chalTe, & I'exercent avec beaucoup
d4habictf : its TI fervent fort adroitement du
fibre, de la zagae, de i'arc & des flleches; &
ceau qui ont .appris des Frangois Pufage des
armce A feu, s'en fervent avec une adreffe fur-
prenante. lls'ont I'rfprit plus vif cue les Jalors,
& leurs manires fofit plus civiles. Ils aiment la
mufique ,.& joucnt de plurleurs infhrumens; leur
fimphonic n'ep. pP6s fans agrmeant: ils ontaaufli
beaucoup d'inclination pour la danfe, fur-tout
ku rctour du trayail des chimps ou d'Ono chaffe
fatigante.
Brue aftwir' aulT A une chaffe au lion.que lo
roi pourfuivit en pcrfonne. Les chaTcurs Fatta-
qulrents i f~, df ndh vec tout Ic courage
qu'il a reu: .de la nature il tua deux Ncgres,
en-blefla deLgkremfemient un troili~eme, qu'il au-
* roit achevd fi, par le coup Ic plus heureux un
4s Laptos ncr 'ect tfu fur le champ, II fui





PR E M I ER 1 PA R Tr E


17,


porter au palais come en triomphli, & le roi
lit prdfent de fa peau au geadral.Brue. C'dtoit
un des plus grands lions qu'on 4 jamais vis
dans le pays,

La fuite du voyage de Bruc dans Ic Seingalt
annonce qu'il a obfcrvd par-touc des peuplcs ci.
vilifds, laborieur, cultivateurs & cornmerqpRi
dans toutes les production de leurs pays; des
homes fpirituels, capable d'acqutrir toutes
les connoifances ouropecnnes, & fi bicn orgaci-
fds, qu'ifs rculiffient parfaitement 4dans tout cQ
qu'ils entreprennent. On remarqu en firr dars
leurs etabliflfmcns, leurs loix, leur jaftico, 8
jufques dans leurs plaiirs, une fageffe & iuns
pdndtration qui ont toujours firpris les Euro-
pCens, fur-tout ceux qui, trompds par eIs fauflcs
relations des colons Amcricains, ne s'atten-
doicnt t trouver parmi eux quedes Ctres brutes
ou des animaux deffituLs de jugement & ale rat

J'ai cru ndcefnTire de rapporter les obfcrva"
lions de cet illuftre voyageur, fur cette grande




M Lo Mo0R -LK eA Ci
parties d'Afrique o" l'on fait un commerce Irrf
menfe d'e~fc es, afin d'expofer tu grand jou'
les calomtii que nous leur imputons fans autrv
fondement que colui de jufifier notre tyrannies
& pour faire voir i leurs opprefeurs que s'ils ont
#erdu la raifon ous'ils font deflitucs de fentiment
'dans nos ties', c'eft unerfuite naturelle des hor-
reurs do Icfclavage & des trairpmens barbaret
qui dnervcnt Ic corps, "ditruifent les organes i
aviliflent Iame, & uctoufftnt quelqucfois dansr
I'homme les plus belles fon&ions de fon 6tre.

Ce chapitre n'cfl prefqu'entilremenrt qu'unt
opic littiralo extradite des vovyages de Brue,
taller qu'elle a dtc publi'e par M. de laIHarpe.
Comina etle ftifoit partie des memoirs dui
More-Lack; que fes dc6tails Ctoient parfiitement
diaccord avcc tous les faits annonces par note fa-
vant Acad6micien ; que Brue les avoit rendus d'uno
maniee prolihxe,& qu'il iifiit par-tout fentit
avec une Affetation exagrde eI contrafte de lz
edouceur, I'.ffabilite & le genie du prince 8
des peuples de fa nation, avc l'ingratitde dora




MPa TZMIt. PAILA T IB
nous avons payc leurs bienFaits... J'ai prifird
de fuppriner des repetitions & des exclamations
unnuyeufs, pour fuivre rexafte narration d'urt
auteur eftimable, cdclbre par beaucoup d'ou-
vrages intereflans qui lui oni acqtis une -rputa-
Lion diftipgude
Je continue mainteqant les extraits du Mofao
Lark.
-- I _. -[ . .I-- - = I __ . ,- -

CHAPITRE V.

Lcs volcurs d'cnfimns.

V A L G R la calomnie & les prcjug6s ink
juftes qui veulent t;ous. fiparer de refpece, huic
maine; 6 Eurpp6ens, nous rommes des homrmec
flits comme vous, fujets aux m'mes pallions &a
aux.mcmes fpiblcifes, douds dcs mcmes oaf-
ganes, des mimes facultis, & poffidant une ame
I'nfible, rtflchie & intelligente; nous fommes
vos fri'cs, vo gaux vos amis, & nous n'i-
gnorons p.Ls' qu'il cxille encore fur la terre des
lonmmcs julis & vcrtueux qui gemifient deu





6 L Mo b o -L Ac i k
ilxlheurs de notre existence, & en ont fouvcnt
public les tcioignages Ies plus frappans. Jonh
Hum,:Wlhitefield, Adanfon, William Smith
ia R~6e Elizabeth, Montefquiou Louis XIII
t& 2imperatrice des Runies font des noms chi-
ils qluiont fait fouvent treflaillir nos ames.
Dans le fafle des cours,.ils ont ofi former des
vitux cn notre faveur; & dans le fein mnme de
vds tribunaux, ces grands hommes oht fait-re-
tcntir leurs voix pour fair adoucir nos malheurs.
Qudique nos maTtres barbares cherchent a nous
le catcher, il n'el pas un ae. nous qui 'ignore,
'dIs qu'il eft home; & les noms immortels de
nos proteaeurs bienfaifans font fi bich graves
Idans nos cours, qu'ils n$auroient pas befoi ,
'du' fecours' des livres ou de l'hiftoire pour 6tre
'tranfmis A la poftlritd du phre aux enfans,
* Nous favons aufli qu'il fe for.ne de toutes
parts des focietes philanttopiques qui, par Jeurs
ecrits, leurs ddmarches & Icurs genercux fe-
cours, tentent tous les moyeft qui leur pa-
roiffent proprcs i nous rendre f'la vie & au
vrai bonhcur s'ils avoient vus comme moi




PRE tM 1 EHtE A rf TT rIA
toutes les barbaries des fateurs Europdens &
ls traitemens des colons Amdricaips, ils au-
voijt dcrit & parld bien diffdremmr nt encores
Lcurs examples de cruaut6, pouffs A leuI
comble, font parvenus, A 1'aide des prifens
& des promeffes, A corromppe & fdduiie plu.
fieurs d4o nos habitans. Us cmploient Ics mau.
vais fujets qui fe trouvent fouveit fur nos c6tes
i fire ufage de toutes leg voices do lintriguc,
de la fineffe & de la trahifon, pour enlever des
Nagres a leurs families, Ics attirer dans les ports
& Ics vendre furtivement ifans qu'ils s'cn dou-
'tent. Le voleur difparoft un infant. Le Nkgre
vcndu le cherche.; il eft arr-td par les Anglois
come enclave: il a beau s'dcrier qu'il eft libre #
perfonne ne prend fon part, dbs qu'on voit Ie
trait paRS papr crit entire le Capitaine & Io
marcland qui 1'a vcndu frauduleufement.
11 n'eft point de rufes que ccs ddtefablos
courtiers ne mcttent en ufage pour voler des en-
fans A leurs peres, & les livror aux'capitaines
nCgries.
Tandis qu leurs parcns font opFupIs A Ia

i




t2 L E MOR 0 i-LA c C..
garde des bleds & du foin des moiffons, ces
malheureux attirent les enfans en leur offrant
des jeu .des fruits, des petits couteaux. oir
'd'autres amorces flatteufes; & lorfqu'iis font
icartes des habitations ils leur mettent un
znouchoir fur la bouche, & les enlivent pour
les pricipiter tous vivans au fond de vos vaif-
'feaux, en les abimant de coups, ouIeur errant
deurs petites jambos avec beaucoup de force,
lorfqu'ils font le moindre mouvcment pour fe
ddbattre ou s'cnfuir. Afin de n'Etrc pas decou-
verts, ils ne marchent que la nuit; & par des
chemins dctournes, ils les conduifent jufques.
au port ou les vaiffeaux Europdens font en
rade d'autrcs s'y prennent plus adroiteqtnt
encore. Cumme I'opprobrc, ]a honte & la
vengeance publique puniroient cos infames bri-
gands, atin de fe foutraire a la fureur des habi-
tans, & continue ce commerce A I'abri de tous
les dangers dent ils fcroient bientft eIs vifimes,
ils porteht ordinaircment ivcc eux une certaine
quantity d'dtoffcs & de bijoux d'Europ.e: ils
yont jufqucs a lix ou fept cents mills dans Pit-
tCrivcu




PnaMIXTR PAltTPr.
t6rieur des terres chez plufieurs princes de nos
voifins: lorfqu'ils en ont I'occafion, ils les ven-
dent avec binfice ; mais ils ne vendent jamais
la toiaiEil, afin de pouvoir julifier qu'ils font
des marchands.
Ils dirigent leur march vers les lieux ccartes
o0~ ils cfprent pouvoir cnicver des cnGais; &
lorfqu'lls Ics ott attirds adruitcment v rs 1'en-
droit ifolc o& leur affocid les attend avc: 'e pe-
tic chariot couvert qui pOrce Icurs'marchandifes,
ils ferment la bouche A ces primits infortutis avec
un morcenI de toile bicn fcrre, leu donncnt cinq
on fix foulflets vigoureufement appliques fur les
orcilles pour les itourdir, & les jetcent dans cet
dEit au fond di leur petit chariot, avec menace
dc les tuer, s'ils font le moindre movement.
Ces innocents vi6imcs, an6antics des coups
qu'clles ont requs & de la frayeur qu'on leur
infpire, refl~nt immobilcs les unes couches fur
Ics autres, & font ainfi conduites fans Wtre
apperqucs jufques aux vaifeaux negricrs, Qui
roiroit quc de tclles actions font tol]rces, en
couragees & rdcompenfies par die's Europdens ?
1. Partic. .C





34 tL M o a -L c .
Qui croiroil enfin que nos princes ne fe font
prefque plus la guerre entr'eux, que lorfqu'ls
ont 'flpoir de vendre leurs prifonners A des
eapitaincs Amdricains Frangois, Anglois, &c?
C'ft u la fuite de ces expeditions fanguinaireA
ou tant de malheureux font maffacres, que lo
petit nombre des prifonniers font conduits dans
les villas Ics plus prochaines. Cell dans des
trcks.r, qui font des falls de putrefa&ion ol,
crainte de les voirs'cnfuir, on Ics tient renfor-
mes nuit & jour; qu'ils font obligds de con*
fondre tous Ieurs excrdmens: c'ell I qu'on
cprouve ces odcurs infeftes qui font dvanoiir
les Europdens qui y entrent fculement un quart-
d'heurc, & qu'on fait fubir aux malkhureux qu'on
y retient jufqucs a leur depart un fupplice conti-
nucl qui.6puife en peu de jours clur fantm & leur
vigueur.
C'cft dans ces lieux d'horreur & de confter-
nation ou font expofds en vente Ies Ncgres
deflin6s a la traite; c'&-A-dire a etre vendus
au plus offrant, a tre mis a la chaine,-& &A voir
;ondamnes i 'elfclavage powrl rete de leurs ours




PR MXI rRBs PA RTIE. 3
dans les Indes ou en Ameirique. C'ft dans ces
marches affrcux, oil nos phrcs, nos femmes, nos
vicillards,nos enfans, nus comme des vers', font
vcndus:-.ux Europeens, comme' on vend en
France un cheval, un bceuf, un Ane ott des
agneaux deftinds &a tre igorgcs pour la nourri-
rteA-hUtrne;c dft-If que, focus de limplcs han-
gardsv 6Ri -voit mille creatures fcirdfbiel ; d6-
pouill es de tous vecrmens, divores par le de,
fceoir;.-fd fondre enasmces, implorer vainea-
ment vbtre pitid,fiT;itni tenir un foupir, expo-
fCus naucontraire A des railleries brutales & grof-i
fiDerc. ans :-prouvdrd'autre adouciffemcit A.
Icurs douleurs cruelles, que la certitude d'cttre
bicnt6t. jendues pour porter vos chains, &
arrofer PAmnrique de leurs fueurs, de feurs
lbrmes, & fouvent I 'rIpandre leur fang dans ler.
(Jourmen d'une mort lente & prdmaturde.4


C ii




16 Lx Mo E-L.AcK.
-" --- __l .. .

CHAPITRE VI.

Transport des cfclaves. Vifice des ciki-
rurgLcns.

L o a s Q u E les fateurs ou capitaines Eurq~
pens. ont deiermind le nombre des eklaves qul
leur eft nccekfire, & fixA, le prix odu les t~ar-
chandifes qu'ils vculentidonner en ccbinge, let
officers du roi, chargdi.dstles faire, garder, les
font enchainer deux i deux, & conduire a leurs
fraissjufques & la c6to oil les vaifeaux'qui les'
ont achlctes font cn rade..
Ces pauvres efclaves, arrives fur 1es c6tes:
de l met ou les faifeurs Europtcns jlcs
a:tendent pour 4viter la ddpcnfe de les
nourrir. A terre, font -oepofds par le fadeur.
Nhgre aux yeux de tous les Blancs, & fans
aucune diftindion d'lge ni de fex nous
fommes obliges alors de fouffrir encore la
vifite cruelle des chirurgicns & des chefs du
vaiffeau. Durant leurs observations, tandis quc




PREMIERE PARTITL 37
nos ccurs font ddchirds de nouveau par 'le
direfpoir Ie plus accablant, & fur-tout par 1i-
dde afreufe & naturelle qu'on n'examine fi nous
fommes fans & bien p6rtans, qu'afin de novs
detiner I &tre 6gorgds & mangos par les
blancs, nous avons encore A effuycr des in-
fultes groflires, des railleries inddcentes, &
des frayeurs cruelles qui s'augmentent fur-tout
lorfqu'on palpe nos chairs pour voir fi nous
fommes gra,, de la meme manirre que nous
examinons un veau ou un mouton dans nos
marchEs publics.
Quand vos chirurgiens nous ont attentive-
ment examines, ceux d'entre nous qu'ils jugent
fains, agiles, robulles & bien contituds ils
les approuvent comme bons, les reqoivent au
compte.du capitaine; &,ain#que des chevaux
ou des bceufs, il les fait aufli-tot marquer avec
un fer brulantr, qui imprime fur leurs epaules
ou leur poitrine, les lettrcs initiales du nom
du vaifl~au ou du commandant qui ces a ache-
tCs. Aufli-t6t, encchainis deux deux, nous
fommes conduits au fond du navire, qui, du.
C iij





38 L.-e M io n -L A r.
rtnt deux ou trois mois, doit nous Tervir de pri-
fon, & fouvent de tombeau.
Mai. l tranfport dcA efilaves depuis la c6te
jufques au vaifeau ne pouvant s'executer quc
par ces voyages multiplies des chaloupes, Ie
ddfefpoir qui nous accable porte fouvent quelques-
uns do nous i tromper la vigilance des gardens qui
les environment, & A fauter du cannot dans Ia mer.
Beaucoup de Nagres ont fouvent prd fri de refer
au fonddcs lots, jufjiu'a ce que i'cau cls etouffat,
plut6t que de fe fauver jufqu'a terre ~a la nage,
dats la crainte qu'dtant repris, ils ne fuffent
traits plus rigoureufement encore. Dans la
derni&cr trrait: quu le capitaine Philipps a faite
en Guinde chez le roi de.luilda, il prdit douze
Negrcs qui re noycrent voJotntaircment dans la
mer, fans qu'or&es a;it jamais vus reparoltre:
tant et fort leur averfion naturlle pour Pefcla-
vage.
Cependant comme ils font furvcilics de pris,
le plus gtnd!nionbre airive ordintirement dans
le vailfrau, & font auhi-t6t defcendus i fond de
cale. C'et-lI quc cinq ou fix cents malhlureux,




PaJMAtERF PA Tr 39
entafidspele & mdle dans un efpace rrcs-rfXitrrd,
ne voyent la lumire quo par I'ouverture des
6coutilles, refpircnt nuit & jour un air pcffifedr
qui, nidtant jamais renouvelli, reie fans cefie
corrompu.par Ie fdjour conffantAes exhalaifons
blumaines, des aliens qu'on nous donne & des
excrdmebs qui y fdjourient: du melange de
touts ces exhalaifons putrides refulte une in-
fe&ion doutoureufe qui corrwlnpt notre fang &
nous donne une foule de maladies inflammatoires
qui font pdrir le'quart & quelqucfois letters do
tous les enclaves dans Ic fiul efpace de deux
moiso ou deux mois & demi que. dure ordi-
nairement la traverf e.

O mon cher te&eur, fOit que lo deflin t'ait
place une couronne fur la tete ou une bi3che a la
main, rentre au fond de ton ccur, .& jett un
coup-d'ccil fur la trifle situation oi tes fadcurs
Europ6ens nous plongent depuis fi long-tems I
Tandis que tu lis cet ouvrage, fonge que dans
cc mime infant tes capitaines ngriers cxtcutent
dans ma patric toutes les horreurs qbe je vicns
C iv





40 Li M on E-LAC K.
de peindre; que c'eft en ton nom &,*fous Ie
regime de tcs loix, qu'ils commettcnt fans
remords une foule de crimes atrocesl
Examine toi.-mme s'il peut exifter jamaiun
fort plus affreux & une condition plus nifrrable
que celle que la cupidity nous fait dprouver
auit & jour dans les horreurs de l'rfclavage!
" re diever ta voix, & fire rougir au pioins
une fois nos impboy*bles bourreaux!
Europcens dclair&s, ne croycz pas aux fables
que ces homes denaturEs vous debitent froi-
dement en Europe. pour cacher leurs forfaits;
gardez vous d'ajouter foi ai leurs calomnis,
lorfqu'ils prdtendent que nous bommes des an-
maux privds de feniment & de raifon : la feule
relation des voyages de Brue & de pluficurs
autres navigateurs fincdres, temoignages confir-
mds par tous les obfervateurs & voyageurs
impartiaux, vous prouvent 6videmment Ie con-
traire. Sachez qu'il n'cn el pas un feul de tous
ceux que vous arrachez 1 notre patric qui n'ait
quelque tendre attachment de ccur que vous
avez rompu ; pas un enfant, qui ne regretted




PREMII!E ^A RTIX. 4
douloureufement fes parents ou fon pre'; point
de femme, qui ne pleura une merc, une femur,
une amie ; point d'homme, qui no d6yore .au
fond de fon cearulctre le ddfefpoir des .tndrcs
liens qoe vous avez brifds par une f(paracion
violent & cruclle; oui, j'ofc Vrous le dire avcc
franchise, if n'eft pas un de vos. enclaves qui,
dans la vcrite de fon cceur, no vous regarded
comme des bourreaui homicides qui maffacrez
& fouled fous vos pieds tous les fentimens les
plus doux do la nature.
Hornmms cruels & implacablos, i vous fiaviL
lire au fond de nos ames, & quf nos jufies
plaintes ne fuTfent pas rCduites au ilence le plus
rigoureux, ou punics'des plus terrible chati-
mens; IR, vous verriez un phre expirant qui
vous diroit Tu m'as fdpare d'un troupeau
d'enfans encore jeunes que mon travail nourrif-
fait, & qui vont perir de faim & de mis6re.
Plus bas, vous trouveriez une mtre au dififpoir
que vous avez arrachde des bras d'un 6poux ou
d'unc fille clhrie qui touchoit au moment de
ft marier. Plus loin, de jcunes enfans derob AI





,42 L A Mo nR -LA c K.
leurs families qui, en .verfant des torrens do
larmes entrecoupdes de fanglots, s'dcrient.:
Paou, paou bulla : ( Mon pyre mon pre ,
donne-moi ta main. ) A c6te d'oux, une jeun,
fille conflernde qui pleure la tendreffe d'une
mire ou d'un attant don't elle ctoit fincirement
aimee: par-tout des creatures ddfolees de nra-
voir pas eu la trifle consolation de mnier leurs
farmes i cells de leurs pares ou de leurs parents
en les quittant pour jamais; dans tous les cccurs
vous trouveriez enfin la honte & 'indignation
concentries, capables de toutes les extrimitts
oa Ic deir& oir peut porter.
II elt vrai que, fur vos vaifTeaux, les moin-
dres murmures & la pfrs Idgere difobdifiance y
font punies avec la derni&re rigueur. Lorfque le
capitaine Philipps eut fini le chargement de fes
Nigres d'Afrique, it y en cut beaucoup qui
refusarent de manger, danf re'poir de finir
leurs tourmens par une mort. plus prompted.
Quelques ofliciers du vaiflcau confqillrent au
capitaine de fiire couper les bras & les jambes
aj plus ent&tts, afin d'effrayer tous les,autres.




Pn a M I PAn T E. 41
Ce commandant human rcfuaf de te faite,
difait : 1r nt bier n atiJ malc ureux jans leur
fJaufr foufrr encore dtes j/pplces aijf crucis.
C'it avec joie que je rends jullice i cet home
honndte, en publiant fa gencrofit d: mais c'e
avec douleur que je Cuis reduit a ne connoitre
que lui qui ait eu cette hunanitd, & & docla.
rer ici, que plus de cent fadeurs ont fait fubir
cet horrible tourment A beaucoup da Nbgres,
fur le feul refus de manger. Cc fupplice eft
certainement plus douloureux. fur dcs ctrcs
vivans, que celui d'etre rompu en Europe, oa
les criminals font ordinairinent etrangles avant
d'dtre frappes. II s'exicute fur mer avoc une
barrc de for, don't les coups rcittrdse brifent en
pluficurs endroits les bras & -ls jambes des
Ncgres tout-vifs: dans Ia violence des doulcurs
qu'ils eprouvent, ils poufflnt des cris effioya-
bles qui ripandent I'effroi & la 'conflcrnation
parmi tous les NMgres enchainis, & les obligent
a faire de force (dans la crainte de fubir le: n~ime
trit.rment) ce gu'ils refuloient avec autant de
raiflo que de force.





44 L x M o a -L A c K.
Lorfque, fur chacun de vos vaifTeaux, vor
retenez quatre ou cinq cents efctaves entafrf
malades ou mourans, penfez-vous que tous v
forfaits foient oublids en Guinee ? ~. N
comptez pas; je le fais mieux que vous; car j
ai vdcu Jong-tems.... Je ne crains pas L
vous dire que la fraycur & des preffentime
douloureux 'cmparent de toutes nos ames, Aa
feule approche d'un de vos vaiffaux.... Not
favons quc'n retour de quelques bagatelles d'Et
rope, vous postez tous les ans des fers & 1'ef
clavage le plus rigoureux a cent mille de nos
habitans.... Votre feule arrive nous annonce
que beaucoup de nos parents, de nos enfans &
de nos amis, front bient6t cgorgis fur nos
terres pour fatisfaire a votre cupidity barbare,
& que nous n'avons a efperer de vous que des
tourmens, la mis&re & une mort prochaine....
Votre prFfence dans nos climats efl un coup de
poignard dans le c4ur de routes nos mares.
Ceft de vous Europdcns, que nos princes
c:nt appris I'art de faccager leCis propres fujets,
& ai les enchainer pour vous les vendre. It n') l




P aE I MI SPA RT TII 4S
ucun N1gre d'Afrique qui ne tremble de tom-
er un jour dans vos fers, & d'etre la trifle
time du plus cruel efclavage qui ait jamais
dftc fur la terer. -Eaminons A prfent com-
nent vous nous traitez, lorfque nous fommes
cn pleine mer I
0*




La M 0 E-L A C K.


CH APIT RE VII.

Trtai du Vaiffncat Amiral Ogles Squa.
dron, public,. p.r John Atkins.

L plus grand crime don't nous puifions
6tre coupablcs aux yeux de nos opprefflurs,
c'eft lorfque nous cherchons, par le plus Idger
artifice i recouvrer une liberty a laquelle
nous n'avons jamais renoncd; Itfqu'on a pu
nous fuppofIr feulcmcnt la plus l1gbre idie
de voIloir dchapper aux rigueurs de I'fcla-
vage, ii n'ef point de touimens, de fupplices
& do tortures cruelles qu'on nc ipette en ufage
pour nous en punir.
Un simple foupqon a toujours fuffi pour nous
condamner a la mort; ii n'el jamais question
de procedure ni d'infIruoion. Sans nous enten-
dre, fouvent m6me fans nous dire un mot, un
final du capitaine ou de fon'lieutenant a dd-
cidd notre fupplicc, & pricipit5 dans les plus


46




PII X aMR E PA ITr. z4
horribles doulcurs un nombre infini de vitimes
infi -uncds qui ont tdi marryrifdes avec la der-
nix cruautd.
Le6ieurs honntces & compatiQans, tout ce
que j'ai va vous dire ell fi rdvoltant, que je fens
bien que vous ne me croirez pas, fi je ne vous
cite des perfonnages connus, & des faits pofi-
tifs faciles a c"claircir. En voici deux ou trois
que vous pourrcz verifier.
Le premier a dtd vu, icrit & public par
John Atkins chirurgicn a bord du vaifieau
admiral Ogles Squadron, charge de Ncgres de
Guinee. John Harding qui le commandoit, i
(on retour d'Afrique s'appergut que pluiieurs
cfclves fe parloient uvt oue l'oreille; que
plufiers femmes auoient Iair d'etre dans leurs
fecrets; il s'imagina enlin que quelques-uns de
fes Noirs avoient deffcin de recouvrer leur
liberty. C Mais comment des gens enchat-
nrs qu'on furveille fans cefe peuvent ils
rompre leurs fers fans etre apperqus ? Comment
peuvent-ils vouloir s'emparer d'un vailfeau don't
ils ignorent abfoluoent les manaouvres & la




49 L E M o --LA c i.
conduit ? Quand mime ils auroient eu leur li-
bertc qu'auroicnt-ils pu fair en pleine mer ?)
Toutes ces coniddrations ne furent d'a n
poids; Ic Capitaine Harding, de fa eule auto-
rict privie, fars examen, fans autre jugement
que fa volonti, en condamna fur le champ deux
Sla mort. 11 commenqa l'exdcution par en fire
tucr un qu'il ddigna de la main: ii fit igorge
deviant tous s fs frcres; il lui fit enfilte arra-
cher le ccur, le foic & les entrailles qui furent
repandus par terre. On coupa fon cceur & fon
foie encore palpitant, en trois cents morceaux,
& il obligea, par les menaces les plus effroya-
bles, chacun dcs autres efclavcs de manger un
morccau de ce cccur declir & crifanglantcdeleur
camarade, Icur jurant, par les fermens les'plus
affreux, qu'il feroit fubir 1.n mime fupplice i
tous ceux qui refuferoient d'en manger. Catte
crainte ls y obIligca tous (a).
Harding ne fut pas fatisfuit dc cctce premiere


(a) Voyez ls Voyages de Guin6e & du SVntgal par
Ie Cipitauia John Harding on sT74.
expedition:




PR h THERE PARTIr E 4L
expedition : pour que Ca vengeance lut pl6s ecla-
tante iU ddtigna une femme don't il etoit mi-
content; il la fit attached avec dis cordes par
les deux pouces, & fufpendre A un matt jufqdl'
cc que fes pieds cuifent perdu terre. On lui
enleva quelques haillons qui la couvroient, &
on la fouetta d'abord jufqu'" cc que le Chng
coultt de plulieurs c6tes. Enfuite avec des cou-
tcaux trLs-tranchans ii lui fit decouper la
peau, & enlever fur tout fon corps plus db
cent morceaux de chair devant tous les aurres
efclaves, jufqu'a cc quo fes os fudflnt U dicCu-
vert, & qu'clie cit expire dant los plus cruelles
douleurs.
O barbaric! 6 f0rodt humaines I tout inft
fang Cc glace d'horreur & d'efftrol Ce vairTcau,
vcnu des Ifles Barbades, avoit fit fCon charge-
ment de Ntgres en Guinde, dans la rivikre de'
Gambia, en J7-4; & ces aftes de crua ti. font
tellemcnt connus des peuples mcmes de ma
patrie, qu'on me I'a racontne dans 1o pys',
ivec tous les details kes plus circonffancies.
Auli les Negres de Guinde, qui croient gd-
l. )rari. D




Lo L M B E-LA C K.
riralement que c'eft I'uage ordinaire des vaif-
fcqux des Ifles Barbades, aiment mieux fe prE-
cipiter dans la mer que d'tre embarqus pour
cette dcftination.

Long-tems aprs' cette execution ranguinaire,
je iencontrai Ic Capitaine Harding; il dtnoit
paifiblement dans une habitation, & parlok fort
tranquillement de tous fes voyages. On lui de-
manda quel fucc s avoit ou fa traite de 1724:
- Mauvaife annie, rEpondit-il: j'ai perdu beau-
coup d'dclaves dans la traverfie, p0rce que la
plus grande parties refufoient de manger mon
b*. Ces mMchantas creatures furent (eflfrayces
du fupplice guo j'avois fait fouffrir f un Nigre
& f uie Ncgrelrc, qu'ils prcf~roient de fe laifier
mourir de faim & de foif, plutot que d'aller
avec moi aux Illes Barbades.
On lui demand quel pari if avoit pris pour
les obliger a prendae des alimens. Le moyen
le plus sftr & le plus facile ( rdpondit.il) Tous
ceux qui refufoient encore de manger, je les
faifois monster fur le point; j'ordonnois A met




PR MI1R'nn PAR ATI. f1
valets d'en mettre un A mort, de Ic couper en
cinquant: morceaux; & je foryois agtands coups
tous les enttes A manger la chair f;anglante &
chaude de Jeur camarade, en leur jurint d'une
ma;ni rke ia les perfuader, que Ie premier qui
Ic refuferoit feroit coupE tout vivant par lain.
beaux, & mange par fes camarades. Le plus
leuraux fucces me favorifa : tous mangrent en
rechignant leur ami avec ls grimaces ks plus
plaifantes & les plus rifibles ; & depijs ce mo-
moet,,atcun n'a rcfuaf des aliens que je flifois
difribuer chaquu jour.

0 comble d'horreur & de firocit nV-
criois-je tout has, & c'ft un home qui parl
ainfi de fes femblables I... Europens honnttes
qui verfez peut-tre des lamnesd'indignation & de
inflibilitr, c'eft fur votre propwe ouvrage quevous
pleurez; car vos loix do fang fubfiftent encore
& peut-etre dans cat infant ell s'cxecutent
avec la mcme rigueur. Voill des faits poliifs
ils font connus de tous vos traitans: sils ofent
to difavouer, ouvrca flurs journaux... lifcs
D ij




52 L Mo E -L A cx.
los Voyages de John Atkins (a), & vous y
varrez non-f4ulement Ics traits que je viens de
vous anmoncer, & mille autres fits d'une ri-
gueui femblable, vous y trouverez aufli confi-
g~nd le trait de ce Capitaine Negrier qui, r6-
veilld par les cris d'un june enfant qui fouffroit
aupr4s de fa mere e pirante, fe leva & battit
la mare & 'enfant pour le fire tire. La. ptuvre
ifmme fupplioit le Capitaine de lui pardonner;
elle fe mir 4 fes genoux, baira fes pieds, fondit
en larmes pour l'appaifer, mais en vain....
Le barbare, d6folW de ne pouvoir fire taire (on
enfant, l'arracha dcs bras de fa mcre, le prit
par une jambe, Ie jetta tout vivant dans lamer,
& puis alia tf coucher tranquillement, & dor-
mit.
0 nos amis d'Europe, tels font avec vdritd
tes traitcmens qu'on nous fait fouffrir & qu'on
vous cache. Serez-vous toujours nos tyrans
cruels, tandis que vous pouvez ctre nos pro-
teeurs bienfaifans ? Nous fommes cependant


(a) VoyageC de Guin6Ce, par Jihn Atkin.




PREMIE E PA RT E.
congus & nds comme vous dans eI corps d'une
femmed; elle nous a ports neuf mois dans fon
fein, nous a mis au jour avec les minmes dan-
gets & les mnmes doulcurs que vos'fcmmcs
d'Europe, nous a aalliris de fon hit, &c dlcvis
avec la mEme t3idreffc que vos mnres; noe fm-
ms-nous pas des hommcs ainfl que vous?...
N'el-ce pas le mEme crcateur quigaos a tous
forns.... la minme terre qui nS ~.rtie &
qui nous noutrit... le mCme foleil qui nous
dclalre.... Ie m* me prec de Punivors que nous
adbrons tous ? N'avons nous pas come vous,
un cceur, une ame, les mmmes fentimens d'af-
fetioh, de tendrefre & d'humanihd? Si vous
ofez en douter, rappellez-vous 'accueil frater-
nel que vous avez requ parmi nous, lorfque
vous parttes dans nos contries le fiTcle der-
nier, & que nous ignorians encore le fort &
'aflreufe destination A laquelle vous nous rdfer-
viez!... Parce que Ia coulour de notre peau
n'eft pas femtlable I la v6tre;s eft-ce un titre
Idgitime pour nous fair mainacrer, pour en-
lever nos femmes, voler nos enfans, cnchainer
D iij





4 L M0 R -L A C K.
nos peres, & nous fair fouffrir fur terre &8
fur mer les cruautes les plus odicufes ? Vos
chiens & vos animaux domefliqucs font beau-
coup mieux trait6s que nous; combicn de fois
n'avons-nous pas cnvid leur fort!
Lifez I'hifoire de tous les euples &c de tou-
tes les nations de la terre Dans aucun empi te
ni dans'.aqun fi&cle, meme des pIus.barbaras,
vous n'y trWerez point d'excmples d'une firo-
citi aufli rdflechic & aufi conlfante. Dans un
teams o6 la fine philofophie, & les connoilances
Ics plus ctenducs viennent rclairer l'Europe
par les dccouvcrtes les plus fublimes;... pour-
quoi faut-it que vous foycz encore leffroi des
Africains, 'horrcur de vos femblables & les
plus cruels perficuteurs du genre human? Oui,
croyez-en I'inutridc More Lack ; j ne fuis
pas Ie feul NMgre dou6 d'une ame 'enfible &
couragcufe: ftites oublier tant de cruautis, en
dormant I toute la tcrre Pexemple de I'huma-
nird & de Ia bienfaifance I rendz-nous libres !
brifez nos fers 1.. Rendez notre condition fup-
portable, & foyez stirs que vous ferez mieux




P EMr nI R PA RTIt I
fervis par des affianchis qui vous chlriront
comme leurs pares, que par des cfclavcs qui
vous diteftent comme Icurs bourreaux!
Et toi, Peuple Anglois, qui te filicites tant
d'6tre g6adreux & libre de quel ceil pourras-
tu envifager la mort violent & primaturic do
plus de dix millions de NWgrcs que tu as cnle-
v6s i lAfrique depuis pr~s de deux cents ans ?
Si tu ne peux tout-A-coup abolir des cruautis
aufi revoltantcs, pourquoi donnes-tu le com-
mandemcnt des valifeaux negriers A des monfires
mpitoyables qui nous cntaflent les uns fur les
autrcs, fe plaifent i dichirer nos corps a coups
de couteau, & fur un simple foupqon, fans
preuves, nous condamnent aux fupplices les
plus cruels !..
Pourquoi les dtablis-tu les fouverains arbitres
de notre vie & de notre mort, & ne punis-tu
pas des bourreaux mercenaires don't les forfaits
multiplies ne pcuvent ktre rapport fans honte
& rfns horreur? Songe que tu as tout facrifid
pour confervcr cette liberty fI chire a tous les
caurs I Par quel injufle contrafle pretends-tu
D iv




f6 L E Mo n rE-L A c K.
nous ravir la n6tre, & impoler des chatnes & des
fupplices. affreux i une fi grande portion des habi-
tans de l:terre? Quel compete rendras-tu aufou-
verain Juge de I'univers d'ane conduit aufli
criminllc ?. .. Oui, n'en doutez pas, Euro-.
peens, ce glaive dp la juflice ne vous a d6 con-
fie que pour punir les crimes & rmcompcnfer la
vertu; au lieu d e'cmployer a un fi noble ufage,
vous nutorifve les mourtres, les brigandages &
les affTainats par des loix de carnage & de
ling; vous n'ignorez cependant pas que celui
qui ~rot'ge lhomicidc eft aufTi coupable que
calui qui r'exEcutc, puifque, fans les ordres
d'un people (buverain & l'autorite de fes arrdts,
jamais des fa&eurs n'suroient of6 pouffer fi loin
leurs cruautes contre lefpece humaine.
Princes, MMigiqlrats & Citoyens de tous les
Empires, nous implorons votre clemence & vos
bienfaits; & cf'ct au jugement de touts les
ames fenfiblev & vertucufes -qui n'ont pas en.
core 6ti endurcies par ce commerce infime,
que nous confions notre caufe.




PREM ERE PART I E.


f7


CHAPITRE VI I.

Calcul des Ndgres enevies r I'Afriquc.

P o apprdcier fTinement leur conduit,
voyons Phiftoire de vos Navigateurs, --& exa-
minons les journaux mcme des Amniraut4s &
des vaifrauxn6griers, pour calculer exa&ement
le nombre des vi&imes que vous entevez teus
les ans fur les feules tcrres d'Afrique,
Le meilleur ouvrage quc nous ayons ce
fujet, c'eft le Journal de la ville de Liverpool;
(tIhM Liverpool memorandum Bok ). Celt do
tous les ports d'Angleterre celui qui fait le plus
grand commerce d'cfclaves. Parmi beaucoup de
Iairs important au trafi de ce port, on y trouve
une life trs-exa&e de tous les vaifleaux cm-
ployds A la traite des NMgrcs, & le nombre
prids des efclaves qui ont etc embarquis tous
les ans fur chaque vaifflau.
D'apris ce Journal, qui fe trouve conftatid 8




f8 L MA o' E-L A cxK
confirm= par les rcgifIrcs mcme de 'Amiraute,
il refulte de tous ces ates que, dans la feule
annee 17x3., Ie nonibre des claves imports
en Amfrique par lcs vaifflaux du port de Li-
verpopl, oft alld au- delay de trente mille
Noirs; &, fuivant I'etat dcs vaiffeaux employs
i la traite par la compagnie d'Afrique de Londres
& de Briflol, fuivant les livres de leur Ami-
rautd, on volt encore que les feuls vaiffeaux
Anglois achktent & cmmeincnt efclavcs plus de
cent mille Nigres tous les ans.
Ce calcul pour 1'Angleterre feule n'ef pas
exageri ; tous les a6es, journaux de voyages
& documents publics l'on approved dans plu-
ficurs circonflaaccs, come le plus julte & le
plus avdrd. II vient d'etre encore rdcemment
confirmed par Anderfon, dans fon Hiftoire fur le
Tralic des Nigres, imprimdc en 1764, oU il
dit (page 68 dc I'Appandix) : L'Angleterre
, entretient la culture de fes colonies, en lui
, envoyant tous les ans au-dela de cent millo
N Ncgres enlev's fur les c6tes d'Afrique. ,
Or, dcpuis plus de dcux cents as que cc




PREMIERE PARTIES, J9
commerce dure dans cc royaume voltA plus
de vingt millions de nifrables efccaves qui ont
6tI facrifi6s A votre cupiditY. Ajoutem a ce cal-
cut toutes les traites qui fe font faites par eIs au-
tres puifliances d'Europe, pour la culture de
I'Amdrique & de Afiie, & vous concevrez
alors que la tOtalite des mcurtres qui (b com-
mettent tous les ans dans les quatro parties du *e
monde, fur les Ieuls Africains, ef innombrable
par fes exc4s,




0o L E M o R z.L A c K.



C H A PIT RE IX.

Traitemcnt. ds efJlaves malades fur mer.

LORSQ I. u s vaifleaux d'Europe font en-
* ftidrement charges d'efclaves, ils partent pour
les colonies, & font plus ou noins de teams dans
tour traverfine.
Les NMgres cntalfts pcle- m le, exports &
mile corruption au fond d'un navire inted"',
eprouvcnt prefjue tous une livre peffilentielle
appellde lefeafoning, don't les fympt6mestag-
gravs par le d~fefpoir qui ronge nos ames &
les traitemens durs don't on nous accable ,
prennent bientBt des cara&~tres violens & mor-
tels.
C'eft-lI que tant de. matheurcufes vi&imes fa-
crilites & P'ambition d'un feul homme,.. fouf-
frant des douleurs aigiies & prives de fecours
fuffifins, foupirent apris la mort. Les Chirur-
giens qui no voient autour d'eux que des ago-




PA M I B PA R T I


nifans ne favent auquel entendre ; is craignent
eux-memes de refpirer un air pelilentiel: ils
n'y reftent que quelques inflans) & nous pref-
crivqnt au hazard des midicamens qui, tou-
jours mal indiqu6s & mal adminiftrs nous
font plus de mal quo de bien. C'el dans le fond
de ces cavernes homicides, que cinq ou fix cents
mifdrbles fc voient mutuellement fouffrir &
mourir f chaque infant du jour, fans confola-
tions, fans fecours & fans efpoir de revoir ja-
mais ni leurs parents, ni leur patrie.
A grands coups do fouet on nous force
d'avaler des remndes mal ctnpof6s qui aug-
mentent nos doulcurs cruelles, & nous 6ont
bientoc pnrir. Cell enfin dans ces fipulcres do
corruptions infc&es, que toutes les horreurs des
convulsions, de la putrdfation, du defefpoir
& des misres [cs plus douloureufes de la fitr de
I'homme, femblent fe reunir pour ofrir aux
ames fenfibles le fpefacic lI plus r6voltant des
fouffrances humaines ; non, I'Enfer n'dll pas
plus affreux.
*


61




6L La M o n E-L A c x.


C H A P I T RE X.

Mortalite des eftlaves far mer

D'A PA s les Journaux de voyage des navired
Europiens definds la tratte des NMgres, on
voit qi'il mnurt tous les ars dans la tri'erfde
au moins La cinquinmo partic des efclaves fur
Ies vaifleaux les plus favori ds, & que ceux qui
ont idt les plus maltrait6s ont fouvcnt perdu le
tietts de leurs Noirs durant leur voyage., I1 nreft
point de fa&cur fincere qui puifli dire quie ee
caleul fIit exag&dr. En pregnant le term moyen
entire ces deux pertes, c' c donc le quait des
erclaves qui meurent en mar avant d'arriver a
leur deftination.
Sur cent mille NWgres quc I'Angleterie fteule
exporte d'Afrique tous les ans en voila done
vingt & cinq mille par an qui, avant d'avoirvu
1'Amnrique, font aufli vifiblement cgorgis que
fi on les avoit toufifs tout-vivans au food de
la mer.




PREMIERE PA TRfI. 6;
ArrivE dans vos Ifles Amdricaincs, if meurt
encore un quart des efclaves, du fcorbut, de
l'6thiie, de fiRvres putrides, ou d'une efpck
de fiivre aiglie qui attaque indilfin&ement tous
les strangers. C'ef un tribtit que Ie climate
impose tous ceux qui palfint aux Indes Ocef-
dentales'; fur foixante & quin2e mille Noirs qui
vou$ reofent, vous en perdez au mains quinze
mille (a) : c'eft done environ quarante millb
Noirs que I'Angletetre Fait perir tous les ans ,
pour en donner foiante mille aux Colonies.
Depiis deux cents ans que dure ce commerce
homicide, calculez qucl nombre immenfe de
vifimes les Anglois ont faic p'rir fans en reti-
rer aucun bdn6fice. Ajoutons. ce douloureux
calcul, tous les cfcltves que les autves royaumes
d'Europe out dgalement perdus fur tcrre & fur
mer, & concevez, s'il eft poflible, combien ide
torrents de fang innocent vous avez fait ruifl'ler
fur touted la terre.

(a) Les Rehtions diverres de b porte des Negres en
d,!,iJrquant aux Ifles de J'Ambrique porte le nombre des
iLtes vc moru du Sac/naing au-dela du itarr.




64. LI Mt Ea-L A C K.
La jufte horreur que vos fa&eurs infpirent
aux tres fenfiblcs, ne peut &tre portie i fa
Icgitime.valeuir, qu'cn obfervant quo chacun de
vos vaifheaux charges de quatre ou cinq.cents
N0gres, a couitC la vie A trois ou quatre mille
Noirs tuis en Guinde ou au Sc'ndgal dans les
guerres intelines que'vous excitez dans notre
patrie, pour achicr tous nos prifonricrs. Ajou-
tez a ce tableau de mort, tous cctx qui en on
itd les vidimes, depuis quc la trait fubfifle,
& vous aurez aflez dc cadavrcs i entafler pour
furpafTer peut4trc la plus haute montgne dt
I'Amnrique, & former un fleuve de fang qu
coulcroit long-tems fur la terre.
Princes Europdens, Magiftrats & Gouverneurs
de la terre, laiffez vos cciars s'attendrir fiurnos
peines; fongez qu'il exifte au-deffus de vous un
1tfrc fuprcme qui vous voit, vous entend, &
juge vos ordres & vos actions; que Ic plus bel
attribut du pouvoir qu'il vous a conlie, eft de
prot6ger les malhcureux, & favorifer le bon-
heur des peuples, & non de les fire cgorgcr
au grd de votre ambition criminelle.
Si




Pa rMTran PAsTrr. 6f
Si vous pouviez voir d'un coup-d'cil les
millions de creatures humaines que vos ordres
ont pr6cipities au tombeau, vous gnmiriez cent-
fois par jour d'y avoir pu contribuer. S'il oft
vrai que vous foycz jaloux de votre gloire & de
la fdlicit des mortels, abrogez les loix de fang
& de carnage qui font la honte de ces deux
fikcls: rcndez-nous au bonhcur don't nousjouif-
fions avant de vous avoir connus donnez un
bel exemple A humanityr fouffrante; rondez la
paix aux Ntgres de l'Afrique.... la liberty~ aux
efclaves de 'Alic & de l'Amdrique P& tous les
peuples de la terre bdoiront alors les Princes
& les Magiftrats bienfaifans qui auront mis fli
A nos tourmens & fait la fdlicitd do tant do
martyrs innocent.


L Panic.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs