• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Matter
 Title Page
 Avertissement de l'editeur
 Preface
 Des cas dans lesquels it convient...
 Des instruments de flagellation...
 Des personnes qui deivent donner...
 Des regions sur lesquelles il out...
 De le maniere de donner le fouet...
 De l'importance et de la trequence...
 Des effets du fouet et des connections...
 De la flagellation des jeunes...
 Table of Contents
 Back Matter






Title: Manuel Theorique et Practique de La Flagellation des Femmes Esclaves
CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00084163/00001
 Material Information
Title: Manuel Theorique et Practique de La Flagellation des Femmes Esclaves
Physical Description: Book
Language: French
Publisher: Libraire Franco-Anglaise
Place of Publication: Paris
 Record Information
Bibliographic ID: UF00084163
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.

Downloads

This item has the following downloads:

PDF ( 12 MBs ) ( PDF )


Table of Contents
    Front Matter
        Page 2
    Title Page
        Page 3
        Page 4
    Avertissement de l'editeur
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
    Preface
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
    Des cas dans lesquels it convient de flageller les esclaves
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
    Des instruments de flagellation feminine
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
    Des personnes qui deivent donner le fouet aux femmes
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
    Des regions sur lesquelles il out opportun de fouetter les femmes
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
    De le maniere de donner le fouet aux femmes
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
    De l'importance et de la trequence des flagellations feminines
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
    Des effets du fouet et des connections accesoires des esclaves
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
    De la flagellation des jeunes filles
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
    Table of Contents
        Page 283
        Page 284
    Back Matter
        Page 285
        Page 286
        Page 287
Full Text

Torts droas de traductiort el de reproduction
rjaervis.





MANUEL

Th6orique et Pratique -



LA FLAGELLATIO

des Femmes Esclaves
D'APRtS
Le manuscrit inddit d'un Plantour Espagnol (XVIII siocle)

Tralada scientific y exprirmntal por et ayoltaiernto dct las riardit series





LIBRAIRIE FRA.NCO-ANGLAISE
54, tVl- IpA'APTE, 54
PARIS (VI-)










AVERTISSEMENT DE L'EDITEUR




Le present ouvrage eat une traductioa d'un
manuscrit espagnol intitul6 : Tratado cientifico
y experimental por el ayotamiento de las
crindas siervas. Ce manuscript, vraisemblable-
ment in6dit, ne porte aucun nom d'auteur, mais
il est facile d'infrer de la pr6lace qu'il a 6tW
compose dans la second moitik du xviii* sicle,
par un riche planteur des Grandes Antilles, trbs
probablement de Cuba.
On ne manquera pas, en parcourant ces pages,
d'6tre frapp6 de la mentality singulibre qu'ellos
revblent. La rigueur touted didactique du plan,
la precision de la pense. la gravity du style,
autorisent a croire quo I'auteur devait 6tre un
homme instruit, pkn6ltr de la culture castillane,
assurement aimablo et empress6 aupres des
-6 -





belles creoles cubaines. Mais Io soul faith qu'il
s'occupo d'esclaves suflil ii transformer le
caballero distingu6 en un propri6taire impi-
toyable d'un b6tail dont il entend tiror tout le
profit possible. Los femmes esolaves n'ont aucun
droit au regard do l'Espagnol; ce n'est pas qu'il
soilt anim6 h leur 6gard d'aucune col6re, ni
mime qu'il venille fair do ses servantes des
joaets dociles de passions brulales. La v6rit6 est
toute autre.
Ayant pay6 les esclaves -' beaux deniers
comptants, souvent fort chler, come il le dit
lui-m6me, le planteur se considbre common
16gitime possesseur, devant Dieu et devant les
hommes, d'Mlres vivants a forme humaine, mais
d'une espece complbtement diff6rente des per-
sonnes libres. Des lors, il entend jouir de sa
propri6tc au mieux do sea int6r6ts et oblenir
des malheureuses tout le profit qu'il pent on
tirer. Astreintes au travail, les eseleves doivent
donner tout le labour compatible avec leurs
forces ; appeldes i entror au s6rail du maitre,
les lemmes doivent so soumeltre a tons ses
d6sirs el mtme dAployer pour lui toutes les
6 -




graces de leur sexe. Sinon, la servanle ne
remplit pas les devoirs do sa condition et c'est
en toute tranquillity de conscience que le planter
recourt au fouet pour supprimer ce qu'il consi-
dere come une insupportable entrave h l'exer-
cice do ses prerogatives.
Jamais, peut-Alre, les horreurs de l'esclavage
n'ont-elles 6t6 mieux d6Fcintes que dans ce
trait m6thodique de la flagellation feminine.
On y sent, a cheque page, I'impassibilitk du
maitre inaccessible a toute piti6, et en m6me
temps les angoisses terribles des femmes et des
jeunes filles condamnnes sans cesse ii tre fouet-
t&e6 sans merci. Nul repos ne leur est permis,
nulloe pudeur n'est respected, cc sont choses in-
compatibles avec l'6tat servile et qui frustrent le
possesseur do ses avantages 16gaux. Le louet
est toujours prAt, 6teignant dans la souffrance
rdpitie touted volonti et obligeant la lemme h
turner touted son intelligence vers la satisfac-
tion ies int*rels ou des plaisirs du planteur.
Nullo rAsistance nest possible et une exp6-
rience skculaire a permis a l'aut6ur do codifier
en regles scientifiques les talents barbares qui




jont des enuiines ouetLt6es des servants dociles
et soumises d'avance tous les ordres du
maitre.
A ce Litre soul, et comme resurrection d'un
6tat de chosos heureusement disparu, l'ocuvre
du plantour cubain m6ritait d'dtro connue. Son
manuscrit va s'effa&ant, rong6 par les ans, elt
l'eselavage tend do plus on plus h diminuer do
toutes parts. Mais il n'a pas complhtement pris
fin, et I'Oriont_ notammont le pratique dans
touted sa riguour. Pour comprendre 'inestimable
progrbs que nous devons la 6Revolution (rangaiso
par la proclamation du principle absolu de la
dignity humaine, il sulfit de compare la condi-
lion actuolle de la feomme, m6me de I'ouvriire la
plus miserable, avec cello des filles esclaves pour
lesquelles l'auteur rechorchait froidement les
manilleures m6thodes de les fire souffrir davan-
tage sous Ie louet impitoyable.
La lecture du present ouvrage permet done
a la fois de so reporter aunx jours sombres oi
I'hommo dominait son semhblable et d'appr6cier
aussi los bienfaits sans prix doe I'mancipation
des porsonnes. Et la lecture flnie, il on restera
8 -




une proronde pili6 pour les femmes et les jeunes
Miles donl. le fouet a rylhm6 l'existence entire,
le fouet dirig6 avec une science eflravanto par
des tortionnaires expiriment6s, le fouet qui
n'6pargnail aucune region des corps f6minins
si sensibles, Ie fouel enfin qui faisnit des infor-
Lundes victims de simples choses a Ia disposi-
tion de propri6taires e1rangers a loute commi-
s6ration.


-9-










PREFACE





Je dois tout d'abord expliquer z mes amis
(on faveur do lui, avec la protection du Ciel,
je pronds la plume), pourquoi jo m'oceuperai
exclusivemeni de la flagellation des femmes
esclaves. Depuis do longues onn6es que je
dirige' mon vast domaine et que je parcours
les plantations qui sont la parure de la Perle
dies Antilles, j'ai pu me rendre compete que la
correction des noirs Alait toujours trns conve-
nablement men6e par les surveillants. Ceux-ci
ont i'habitude do la chose et savent trWs bien
determiner le nombre de coups do bAton ou de
fount qu'il convient d'administrer aux bonis
n'gres pour les redresser des pkchbs favors de
paroese ou d'insubordination. En outre, la
It -




fustigation des d6linquants est loujours trirs
simple, puisqu'il suflit de taper dessus i
volonLt, a la seule condition do ne pas leur
casser quelque meinbre ou do les rendre indis-
ponibles. Je le r~pete, tout cela va tr6s bien et
fonctionne a la complete satisfaction de tous les
propri6taires d'eselaves qu'il m'ent donnb de con-
nalitre.
II on est tout autrement on ce qui concern
le gouvernement du sexe f6minin. II nest pas
do plantations on jo n'entendo des recrimi-
nations contre les n6gresses, mulAtresses,
quarteronnes et aulres colorbes personnel qui
forment uno portion si important do nos tra-
vailleuses et la totality do nos servantes domes-
tiques. Tant6t, les mattres ferment les yeux et
se laissent dominer par des femelles pares-
souses, bavardes et gourmandes tanl6t, au
contraire, ils font preuve d'une s6v6rit6 exces-
sive et endommagent, par des chAtiments
brutau, la valeur de la chair feminine, toujours
pr6cieuse qualle que soit la couleur de son Api-
derme. Instruit par mes regrettls parents (quo
le Seigneur leas it dane la paix 6ternelle 1) je me


- 42 -




suis toujours applique a maintenir rues servants
sous un regime combine oxpress6mant pour
m'assurer te maximum de profits et de satisfac-
tion. Je suis convaincu quo lorsque mes enfants
me succ6deront (si telle est la volont6 de Dieu),
its sauront aussi obtenir des femmes esclaves la
plus parfaite obbissance.
le crois done avoir r&alis6 dans mes domaines
l'irt6al du propriktaire de chair noire: la sou-
mission absolue et sans reserve i routes ses
volont6s. Mais je no suis pas 6goiste et jo
desire faire profiter tous mes amis des r6sultats
de mes experiences. Jo dis mes experiences.
car bien que je r6pudie tries formeliement les
n6fastes th6ories venues du royaume de France
et spicialement les attaques des philosophies
contre la Religion, je ne puis cependant m'em-
pcher de reconnaltre combien les mAthodes
scientifiques pr6n6es par les Encyclop4distes
sont utiles et profitables. Aussi ai-jo consacr6
tous mes soins a I'etude de la flagellation des
femmes, comme une chose aussi utile que mal
connue, et j'espAre 6tre arrive a des donnees
en rapport avec I'6tendue de mes recherches el


- 13 -




de mes observations. J'ai cru quo je no devais
pas garder pour moi seul le fruit do mes etudes
el j'ai cherch6 h condenser, en principles simples
el faciles a appliquer, les meilleures rbgles
permettant de donner le fouot aux femmes
esclaves avoc Loute l'utilit6 possible.
J'indiquerai biont6t les principles occasions
quoe on a d'ordinaire de fustiger les servants.
mais je tiens A affirmer d'emblte qu'il conviont
de fouetter les famines souvenir et longuement.
C'est 6galement avoc lo plus grand profit quo
I'dn flagella les osclaves sans s'ocunper de leour
Age et je montrerai mime qu'il y a do nombreux
avantages a ce quo les jounes files recoivent ]e
fouet le plus fr6quemment possible. C'est I le
vrai moyen do leur assurer une bonne education
m6nagcre, et puisque mes amis ont bien voulu
me fAliciter a plusieurs reprises de I'oxcellence
de me domesliciut f6minine, je dois leur d6clarer
ici quo je dois cette perfection A mon invariable
coutume de veiller A ce quo les jounas lilies
conservent toujours, A leurs fesses graciles, un
souvenir, tantbL cuisant, lant6t att6nue. des bons
effets du foust.


- 14 -




Tous les ennuis quo les maitres ou leurs
6pousoe roncontrent trop souvent dons la direc-
tion de leur personnel fmminin proviennent,
j'en suis convaincu, de ce quo les femmeu sont
peu ou mal fouelttes. Curtains propriktairos so
croient lout permits et n'h6sitent pas h assommer
leurs servants, ou bien ils leur font subir des
tortures qui leas mutilant d'une favon deplorable.
Jo consid6re ces tourmeans comme d'inutiles
exces, aussi iuisibles A la bourse du mattre
qua contraires 6. I'exercioe l6gitimo des droits
quo le Tout-Puissant nous a donn6s sur nos
esclaves. A la v6rit6, je ferai connaltre quelques
chtliments nccessoires a la flagellation, mais je
tions h r6p6ter qua le fouet est tout ce qu'il y a
de mieux pour corriger une famine et, quo son
usage donned touted satisfaction, h la seule condi.
tion de I'employer convenablement. Sans anti-
ciper sur le contenu de ce modest opuscute,
Jo puis cependant indiquer ioi qu'il m'a 6t0 donn6
do poss6der lee esclaves que I'on consider
unanimement comme lea plus difficiles h
dresser, jo veux dire des Europdennes achet6es
A grand prix aux Maures des Elats barba-
1 -




resques. NManmoins, le zete de mies exbcuteurs
et la bont6 de mes fouets sont toujours venus 4
bout des plus indomptables de ces files, sans
quo jamais j'aie eu b recourir i des supplies
qu'aurait r6prouv6s ma conscience de fils sou-
mis aux enseignements doe Notre Saintes Mrs
l'Eglise.
Mais j'ai tort de parler de supplies excessifs,
car jo constate plut6t une mansu6tude et une
tolerance, tout a fait injustifi6es, t l'6gard des
femmes esciaves. C'est i croiro, par moments,
que le venin perfide des philosophes de IEu-
rope empoisonne nos belles Antilles. Certain
so laissent alleor A s'attendrir sur la faiblesse
feminine, comme si le chatiment de la flagella-
tion n'6tait pas pr6cis6moent susceptible de se
graduer i volont6 suivant les forces doe la ddlin-
quante. D'autres permettent aux seductions du
beau sexe de d6sarmer leurs justes s6v6rit6s.
oublieux qu'ils sent qu'il n'est rien de plus
voluptuoux quo lea charmes d'une file fouelt6e.
D'autres enfin pr6tent I'oreille aux propos per-
nicieux do cot infAme pamphllaire Irangais qui
s'appelle Joan-Jacques Rousseau tl ils ont a la
16 -




bouche los mots creux de:dignite et de fraternitO
humaines. Ces sophismes arretent les plus justes
corrections, et, avant peu, les negresses enhardies
nous cracheroni au visage ou elles insulteront
nos 6pouses et nos lilies. Quand on aura cess6
toute flagellation, la revolution et la revolte sui-
vront aussil6t.
,le consid6re come un d6roit devoir social
la correction just, mais sans faiblesse, do nos
esclaves, c'est un devoir don't nous sommes
tenus aussi bien envers lPIternel, source de
touto autorit6, qu'envers ]e Roi (quo Dieu
garde). Plus quo jamais, au moment oi des
thAories empoisonn6es d'6mancipation et de
rebellion p6n6trent jusque dans nos miles b6nies,
nous devons assurer les droits de l'auloritO du
maitre, aulorit6 16gitime et sacr6e, base de la
famille, soutien de la soci6td et sans laquelle
les belles colonies de notre chore Espagne ne
seraient plus qu'un infernal sbjour de sang et
meurtres.
Ici encore, au risque do me r6p6ter, je no puis
m'empdcher d'insister une fois de plus sur la
nkcessit6 absolue do la flagellation feminine.
17 -




Contrairement a ce que pensent de nombreux
planleurs, ce sont les feminmes qui sont lea agents
les plus actifs do toute r6volto servile. Plus
fines ot plus intelligentes on general que leurs
compagnons du sexe fort, elles propagent en
secrol les semences du mal at cola d'autant plus
qu'elles sont oflenskes, dans leour immense orgueil
16minin, do se sentir inf6rioures it leurs mai-
Lresses, d'autant plus qu'elles sont obliges de
Jes friquentor constamment.
II est done indispensable, alors surtout que
les vicilles vertus sont 6branles par des atta-
ques hardies, de rappeler aux servants leur
condition d'esclaves et cela par Io chAtiment
servile par excellence. Les femmes doivent
Wtre fouetl6es chaque fois qu'elles Ie m6ritent
et, dans lo doute, il vaut mieux les flagellor trop
souvont que pas assez. Et si quelque plantour
a, parmi sa domesticit6, des lilies jolies, ins-
truiles, affines, d'une sensibility de grandes
dames, qu'il n'oublie pas quo ce sont do dange-
reuses creatures, rusdes et sournoises, prites a
fomenter l'insurrection sous I'aiguillon de laurs
sentiments irrit6s. GCs filled doivent rceovoir le


- 18 -




fouet aussi rr6quemmenlt que possible ot d'une
mani6re, ainsi que jo 1'expliquerai, calcu[6o pour
lour fire passer la fausse dignity don't elles sent
so parer.
Mais j'en ai assez dit, j'imagine, sur la n6ces-
sit6 de la rustigation tes esclaves et it no man-
que pas dans nos vieilles Antilles, grAce & Dieu,
do planteurs bien d6cid6s a tenir sous le sooptro
du fouet, les femmes et les jeunes files dont ils
ont la just propri6t6. 'en arrive dcs lors A
I'objet mdme da mes explications: les meilleures
m6thodes applicablos h la flagellation des
femnles.
J'ai d6ji touch un mot des dillicult6s et des
erreurs qui viciaient trop souvent 'application
du clitiment l1agellant, soit par exc6s de cl6-
mence, soit par une inutile violence, Qu'il me
soit permis de priciser ici mmn e un fait sur
lequel je reviendrai souvent : On pout donner
le fouet aux femnines aussi souvent et aussi for-
tement que cela est utile et te Iouet a toujours
raison de la plus obstin6e des filos, cola sans le
moindre inconvenient, A condition de le bien
savoir employer.
19 -




J'ai done condense, idns les pages suivantes.
routes las pratiques susceptible d'6tro utilis6es
dans la fustigation r6minine, dopuis do simples
corrections puroment intimidatrices jusqu'aux
chatimonts les plus s6v6res, compatibles avec le
souci de tout propri6taire do no pas nuire a sa
propri66 ello-minme. II me sera permits de
donner d'eombl6e quelques indications sur le
plan de mon travail, indications qui pormettront
aux lectours incrbdules do se rendre compto de
la lavon toute scientifiquedont j'ai entendu 6crire
le present traitI.
Ayant toujours a I'esprit ce que je consid6re
come une mal6diction des temps presents, A
savoir la diffusion des sophismes huinanitaires,
j'ai commenc6 par priciser los diffprentes hypo-
thbses dans lesquelles il convenait do flageller
les esclaves. A Diou ne plaise que j'aie entendu
empi6ter sur la volont6 des maitres, de chair
et de couleur, mais j'ose esp6rer leur montrer
que les femmes pouvent 4tre fouettkes fort utile-
ment a tout Age et dans toules les circonstances
de la vie. Jo me suis particulirement blev6
centre 1'espice d'impunit6 que leurs s6ductions
20 -





et lours ruses valent lrop souvent aux jonven-
cellos. Je 'ai trop souvent dit et je ne crains
pas do faflirmner it nouveau les jeunesses doi-
vent Mtre maintenues dans la discipline la plus
stride, et les dcrrii-res des jeunes files me pa-
raissent disposes pour bien recevoir le fouet.
Mais il te suffit pas de conseiller la fustiga-
tion, il convient de faire connaltre comment
['appliquer. Le choix des instruments de flagel.
nation ost aussi important quo dalicat. J'en ai
Bssay6 un grand nombre et j'ai rejet6 do ma
plantation ceux deont 'effet ost insuffisant et
coux aussi qui risquent do blesser on m6me de
mattre en danger la via de l'esclave ch6live.
Par contre, j'utilise A I'occasion des ustensiles
capable do provoquer les plus vives douleurs
eat j'en indiquorai I'emploi. L'exp6rience m'a
appris en eflet quo les femmes ouett6eos peu-
vent endurer des suuffratcos intense sans qu'il
en r6sulte d'inconviiients sw-rieux. Or il est dos
cas oii les punitiuns doivent 6tre tris s6riouses,
suit a raison doe la gravity do la faute, soil par
suite de la resistance do I'esclave. W'aillours
je domuerai sur los divers appareils de fustiga-
21 -




tion verges, martinets, lanikres, baguettes,
fouoes de lous genres, des renseignomrents
suftisants pour que la maitre puisse cioisir, en
connaissance de cause, celui qui lui plait le
mieux.
11 conviendra ensuite de chercher sur quallus
regions los servantes indociles doivent Wtre
fustig6os. Assur6ment le corps f6aiinin tout
enter est apte 4 recevoir la correction cinglante
et je meationnerai son utilisation en detail.
Mais on sait qu'il eat des regions d'6lectiun,
comme disent nos m6decins, et chacun a d6ja
nomm6 les seins, les auisses at surtout la
croupe. L'on verra qu'il n'est pas exag6r6 do
remercier la divine Providence d'avoir gratili6
les n6gresses de l'ample post6rieur qui les carac.
tlrise. Au surplus, 11 est constant de donner lI
fouet aux femmos sur leurs fesses ot do multiples
raisons jusifient la praLique courante,
Une question connoxe dtie la pr6cloento est
cell de dl6terminer dans quell position los
esclaves doivent 6tre llagellees. Cela depend
6videmment do la portion du corps fusLigee,
mais aussi, dans une certain mesuro, tant tie


- 22 -




l'instrument employ que du but du chAtiment.
Bieh souvent, on so content do liar les d6lin-
quantes n'importe comment. C'est une grave
orreur, il est des cas on la fixation do la cou-
pable modifie 6tonnammeni effectt do la correc-
tion. J'ai souvent vu dos jeunes lilies redouler
moins eI'et m4me de la flagellation quoe d'tre
places de certaines faqons pour recevoir le
fouet. Un mattre habile obtient ainsi d'excellents
rnsultats sans craindre d'ablmer le plus d6licat
des 6pidermes.
J'aurai eu ant6rieurement A donner mon mot
dans un d6bat cl4tbre. Par qui doit-on fire
fouetter les femmes ? Certains planteurs
recourent toujours a des personnel du sexe do
I'esclavo,. D'autres so servent invariablemenL
d'ex6cuteurs mAles. J'avouerai qu'il n'y a pas
Ia-dessus de ri.gles fixes ae que tout d6pond du
cas present. Parrois, par example, il y a tout prolit
6 quo co soient des homes qui donnent le foot
4 unojeune rfmme ou h une jeune tille. D'autres
fois, au contraire, le maitre aura touts raisons
til ne fair appel rq'aux talents d'ex6cutrices fe-
melles.


- 23 -




Ces points r6glAs, jo dveclopperai en quelques
pages uno chose qui parait tries facile et qui est
en r6alit6 tort peu aisce: la m6thode d'appliquer
aux servants instrument do correction choisi.
La meilleure lani6re ne vaut pas la mani&re
don't elle est employee et il est fort rare do voir
des contremaltres capable d'utiliser tous les
avantages d'une bonne flagellation. La famine
eat, en un sens, trbs commode a fustiger en
raison de sa nervosit6 naturelle, mais, d'autre
part, sa sensibility mirno rend quelquefois
difticile I'exacte graduation do la pine i infliger.
Je feral connattre comment chlaque genre d'ins-
trument cinglant doit Wtre mani6, en ayant soin
de n'indiquer quo les proc6d6s d6montr6s par
I'exparience comma los plus efficaces. Le mairoe
d6terminera ainsi, avec precision, la some de
souftrances ii infliger a la femme fouett6e ot les
executeurs sauront comment remplir facilement
sos prescriptions.
Nous serons ainsi amen6s i un point intres-
sent ou plut6t h deux points peu diff6rents
I'intensit6 d'une correction donn6e et la fr,-
quence possible de Ia flagellation r6minine.
24 -




R6pudiant ai la fois unc faiblesse excessive et
une cruautO contrairo arx liis divines, je four-
nirai des indications qui perinettront do doter-
minor Loutes leos gradations fustigatricos entire
une correction anodine et uno fouaill6e. El
comma je no saurais trop d6sapprouver la man-
suklude doni trop de planters donnent le
dangereux example, je m'6dondrai avec quel-
ques details sur la quantity de coups de rouet
qu'une femmo pout recevoir at aussi sur Io
nninbre de fois qu'une fille pout u4re fouett6o dans
uno soule journey. Comma jo n'ai jamais abhim6
la plus delicate do mes esclaves, les proprietaircs
les plus timor6s pourroni suivre mes avis en
toute conliance.
A c6t6 des maitres trop doux, il an est
d'aultres trop cruels at qui no reculent pas
devant L'usage des pires tortures. Sans doute,
la loi humaine lour done (out pouvoir sur la
chair servile, mais j'estime que Dieu defend lo
tourmont excessif de ses propres creatures. 11
est cependant certaines circonstances oh l'w(uvre
flagellante pout 6tre aide et suppl6mentae par
des dl6ments accessoires, et cola sans inconve-


- 25 -





nfent ni barharie. Jo noterai les meilleures do
ces punitions 'omplmenaires, don101 quil(eiis-
unes sent, come on le verra, d'une application
nullement d6sagreable, except pour la con.
damn6e bien entendu.
Qu'il s'agisse de fustigation simple ou com-
pliqu.e de corrections supplmentaires, il est
bon que les propri6taires d'esclaves en con.
naissent les effects usuels, tant physiques quo
moraux. C'est ]it, avouons-le, un des c6t6s les
moins connus de la flagellation des femmes;
celles-ci 6prouvant sous la cingl6e des lanitres,
des impressions mat6rielles ou sensitive com-
plbtement dilffrentes de cellos de leurs compa-
gnons du sexe fort punis par les surveillants.
Si on me permit cette expression, je dois
d6clarer quo le fouet est le moyen id6al de
gouvernement r4minin et j'esp're d6montrer
quo ses vertus s'adaptent, pour ainsi dire par
un d6cret special du Tout-Puissant, merveilleu-
semeont h la nature physique at mental de la
romme.
Si la patience de mes lecteurs me soutient
jusqu'au hout, je leur demanderai d'avoir lo
-- 28 -




courage d'aflronter les quolques r6p6titions
in6vitables do mnn dernier chapitre. J'entends
to consacrer it un cas particulier, mais do la
plus haute importance: de la direction do nos
esclaves ; je veux dire le dressage des jeunes
servants attachees i notre service personnel.
C'est h1, nul de mes amis no me contredira, co
qui pr6occupe Ja plus tout maitre et toute mal-
tresse do maison, et j'ajoute : c'esL la que la fla-
gallation feminine rend lea plus signals
services. Nous employons en eflet come
femmes do chambre les plus jolies et les plus
d6licates jeunes filles et jeunos femmoes, mais
aussi souvent les plus capriciouses et los plus
fantoaques. Heurousement, Dieu, dans sa
sagesse, a mis le remade ii c6t6 du mal ot la
lille nerveuse ressent, mieux quo toute autre,
les cuisantes caresses d'un bon fouet. Comme,
de plus, ce West pas un secret, m6me pour la
plus jalouse do nos spouses, quo nous c6dons
parfois aux charges de nos servants, it est
bon do savoir qua lA encore la correction fla-
gellanto est d'excellent profit. Je n'hisite meme
pas i dire que c'est une question de morale et
27 -




le soul moyen d'6ritor d'Mtre ensorcel6 par de
pernieiouses beautcs. La paix do foyer domes-
tique ne court aucun risque lorsque le maitre
a soin de n'accorder son attention qu'ii dlos
files auxquelles leurs croupes endolories par
les lanitres rappellent leur condition servile.
f me sera ainsi agr6able de penser qua le judi-
cieux emploi de la flagellation des fommes es-
claves pourra 6viter quelques troubles domes-
tiques dontj'ai vu des examples.
C'en est assez de pr.ambule et je ne veux pas
abuser plus longtemps do la bienvoillanik
attention de mes lidles amis. Fils sournis de
lEternel, sujet d6vou6 A mon Roi (que Dieu
garde), je no veux pas que ma vie de planteur
se soit kcoulde sans quelque utilil6 pour le
soutien de la morale divine et du bien public.
Le Tout-Puissant nous a conc6d6 I'autoriWt,
nous devons en user en toute justice et remplir
les devoirs inh6rents a notre function sur cello
terre. Charges par la Providence d'assurer la
prosp6rite des plus belles colonies de la vieilbl
Espagne, ce serait un pkch6, une impi6lt, une
lichot6 de laisser I'cdifice social chanceler ot


- 28 -




s'&crouler sous les coups d'une race inf6rieuro
et sous les atteintes perfidos de femelles rusees,
presque invariablement p6tries de tous los
vices. Quo le fouet fasso connaitre h nos ser-
vantes, qu'elles nous sont doubloment soumises,
come eselaves et comme femmines, et que les
planteurs 16gers ou insouciants se rappellent
qu'il ne taut jamais redouter de fouetter les
lilles et que nous serons perdus dks que les
lemmes se croiront Amancip6es do la royauth du
fouet.


- 29-





MANUEL THEORIQUE & PRATIQUE
de Ia
Flagellation des Femmes esclaves


CHAPITRE PREMIER


Des cas dans lesquels ir convent
lea esolaves.


de flageller


Jo commence par d6clarer quo jo n'entends
nullement attenter aux libres prerogatives des
propri6taires d'esclaves, et chacun sait mioux
que personne,- dans quelles circonstances il
doit corriger sa domesticil6 feminine. Copon-
dant, come je l'ai dit dans ]a pr6(ace de ce
potit trait6, les bones muurs so percent ela
nombro do maitres ou de maitresses h6sitent
d'une fa4on regrettable dans 1'action des puni-

34 -




tions nrcessaires. Jo dois copeidant reconnaltre
quo ce sont surtout les planters qui font preuvo
d'indolence ai ret 6gard et que les dames, voire
mnime les denmoiselles, savent parfaitement
fair fouetter leurs servantes I cheque occasion
require. Une fois de plus, je nm'adresse tout
parliculieramenti mes amis elt ils me permet-
tront de leur rappeler les principaux cas dans
losquels les femmes esclaves no devraient ja-
mais esquiver le fouet.
II faut tout d'abord ne pas perdre de vue
celle v6rit6 fondamentale que nDo esclaves
nous doivent leur travail et un travail intel-
ligent et r6mun6rateur. Nous lea avons achetes
et pays, nous leur fournissons routes les n6-
cessit6s de la vie ; ils sont done obliges, en
conscience elt en fait, a travailler pour nous et
il est do strict justice de leur imposer l'accom-
plissement do ce devoir. Or, plus encore que
les travailleurs du sexe fort, les femmes de
couleur sent disposes h la paresse, ou, du
moins, & la mauvaise besogne. Aussi tout Is
troupeau (eminin, n6gresses, mulAtresses, quar-
teronnes et autres, tout ce monde-lt doit Atre
largement fusliga sous peine d'etre vole do
nos dipenses.
-32 -




2QUe Ji nmaitre suit IieL convaiin que t ute
les leinmaes detesltan le travail, et les jeunes
illies encore plus que leurs compagnes pids
ig6us. 11 en tirera tout die suite la coiilusion
que routes los feinmes doivent (Ire foroue`1os
et que les jeunes files doivent ~tro soumisos
au rouot d'une facon touted sp&ciale, Ne nous
laissons pas prendre leurs coquetteries, ii
leurs regards sidueleurs, a leurs grAces t16ines,
et sachons exiger d'elles le labour que Dieu a
fix6 come d6volu h leur condition servile. EL
si quelque planteur trop inflammable me traite
de rigorisle intransigeant, qu'il me permetLe
de lui demander de c6der aux aturaits d'une
jolie lille apres qu'il I'aura fouett6e. Jo puis lui
assurer qu'il n'y perdra rien, bisn au contraire,
et de plus la donzelle fustigee aura go6(te les
salutaires enseignements de la discipline cin-
glante. Mais je ne veux m'occuper, en cos
debuLs, que du regime des travailleuses pro-
prernentdites, me r6servant sons peu da parler
dosservantes composant notre domesticil per-
sonnelle. Lea femmues employees aux diverse
hesognes de la plantation peuvent el doivent
fournir des r6sultals aussi considlrables que
les homes. La negresse est vigoureuse, sou-
33 -




vent ouLant que le nigre ot it conviant do ieo pas
se laisser prendre i ses airs dolents et langou-
reux. .e I'ai v6rii6 cnit fois il suflit do conve-
nabloment donner le fouet aux femmes pour
qu'elles montreil ce don't elles soLt capable.
Parfois, aux preomires tlagollations., leas co.
quines font leas ialades et travaillent encore
moins qu'avant. 11 y a lieu, tout implement, do
los lustiger encore plus fort, et quand la famine
comprend quw toute nonchalance de sa part
I'anmnera it presenter sa croupe aux verges ou
aux lanibres, olle sail fort bien s'arranger I
contenter le surveillant sons s'en porter plus mal
pour cola.
Je cite un example, I y a une dizaine d'an-
n6as, j'ach6te une jeune femme, un mulAtresse
d'une vingtaine d'ann6os, d6nomm6o Rita. Favo-
rite do son maltre pr6c6dent, elle n'est nullement
habitue aux travaux champ6tres et elle so
garde bien d'ex6cater les arrosages conlis 6
sea soins. Je fais fouetter la jeune femme, tres
doucement d'abord, une dizaine do coups do
verges appliqu6s par une n6gresse. Aucun r6-
sultat, sinon des lamentations h n'en plus finir.
Le soir mine, Rita eat fess6e A nouveau par la
n6gresse, vingt-cinq caresses des verges qui
34 -




lui piquent confortablement le postlrieur. Le
lendemain, madame continue A jouer la comindie
du d6sespoir et de la souffrance. Cette fois, je
termine par ou j'aurais d(i commencer. Deux
ntigres prennent la rkcalcitrante, I'attacheaot
touted nue, lui octroyent cinquante coups de
fouet, puis s'ofirent la particuli&re sans plus de
scrupules. Comme l'honntoe personnel jette les
hauts cris, mes gaillards se fAchent et la jeune
femme attrape cinquante nouvelles cingl6es, bien
appliques sur ses vastes fosses. LA-dessus,
elle travaille a ravir pendant quelques jours.
DOs lors il m'a suffi do fire donner A Rita une
petite fouettle pour la remeltre dans lo bon
chemin dOs qu'elle songeait A s'en carter. Je
lui avais d6montr6 que ses graces ind4niables
ne la sauvaient pas de la correction et qu'elle
n'avait qu'h ob6ir.
11 va sans dire qu'i serait d'un mauvais cal-
cul d'obliger les esclaves iA travailler au-dessus
do Iours forces, mais cela est raroment A craindre,
les diablesses h peau noire sachant so mAnager
et la fustigation les sauvant seulement du p6ehe
de paresse.
It va sans dire qu'un nombre suffisant de
conlrontmares et do surveillants attentifs et


- 37 -




d6voues doil toujours rtre nttach6 A la survoil-
lance doe trnvaillousos employees sur la plan.
station. Je pense n4heil qu'il convient d'organiser
un contr6le du labour des fCmmen usolavos,
tout particuli&remont svi're, en raison doe 1'iu-
dolence at de la ruse inn6es chez les n6gresses
et leurs cong6n&rs. II est bon quo le surveillant
puisse corriger s6ance tenant les d6linquants
ot qu'il puisse faire senlir le fouet ou la cravache
sur lo champ aux faeminies truuv6es en rfaute.
Mais celte punition est naoessairemoen L insulisante
ot olle no dispense pas de fustiger plus s6rieu-
somont les coupables ]a journ6a finie et le travail
examine. Cheque soir. le waitre doit se fair
rendre compto par les contrematLres des lautes
commisos et la correction doit Otre imm6diate-
mont ordonnee at appliquAe.
J'ai plusieurs fois 6L6 le confident des plaintos
de rmes amis sur la sAduotion qu'exergaient
parfois cortaines fmmines sur oures survoillants
au grand dommage des int6rOLs du plaiteur. Jo
dois indiquer ici que je n'ai janmais souller de
cet inconvenient, au moyon d'un proc6d6 bion
simple. Lorsque jo soup lille do chercher h captor les bonnes grAces du
contremaitre, jo m'arrangu in la raire roueiler
38 -




par cet homme lui-m(me, avee permission pour
le dit d'usor h son gr6 do la jouvencelle. It on
r6sulle lque la surveillant a tout int6rit i taire
donner le louet h la fille, puisqu'il peout ainsi la
prondre sans precautions ni ennuis. J'ai vu
ainsi des jeunes Hiles qui reeevaient I6 fonet
tous los soirs pendant des semaines entflras,
sous pr6texte de peccatiues plus ou moins prou-
v6es, mais en rdalitl6 pour satisfair-e les apptitis
do quolquo bon ntgre. Elles n'en travaillaient
que mieux le tendeniain, sachant hien qu'il no
leur serait rien pass, ot la besogne en profitait
d'autant.
Los ouvri6res qui d6butent h la plantation,
soil qu'elles n'aient pas necompli auparavant
semblable travail, soit qu'elles sortent do do-
maines oh r6gnait la desordre, ont besoin
l'6tro tout particulikroment corrig6es. Co sont
les d6buts qui d6cident de l'avenir et du bou
rendement de In nouvelle recrue et il ne faut
pas eraindre de la fair fustigor d'importlno,,
de mnaniire i lui assurer une salutaire terreur
des surveillants et de son maitre. Bion que
fjaie drjh indiqn6 que c'6tait ii mouvain caleul
d'exiger des osclavos une besogne atn-dessus
de leurs forces, jo fais exception pour les nou-
a9 -




volles venues, sans excos bien entundu. II vaut
mieux en ce cas que leos femmes soient fouett6es
trop souvent que pas assez, et il est infiniment
plus ais6 de diminuer leur activity force que
d'6tre oblige de les gourmander sans trveo.
Le plus souvent, Io fouet produit sur les
femmes 'reffet d'un extraordinaire stimulant et
certaines esolaves s'6puisoraient dons les be-
sognes les plus penibles pour en 6viter les at-
teites. ,1'ai vu ainsi de mignonnes quarleronnes
aux mains graciles soulover tid lourdes pieces
dte bois avec tiue 6nergie inexplicable pour
quiconque n'aurait pas su que ces files venaient
d'avoir tours croupes convenablement rougies
par un bon paquet de verges. D'autros fois, ce
sont des ouvriibres inexp&rimenttes qui accom-
plissent le double de la besogne de leurs com-
pagnes. L'explicalion est la mnia ['hbommago
spnntan4 que toute femmi rend A Sa MajestA le
fouet. Par cons6quont, je me permits de con-
seiller aux planters do fire fouetter et bien
fouetter les negresses qu'ils entendent affected
aux travaux des champs : si elles m6ritent la
correction, c'est parfait; si elles no la m6ritent
pas, 1'elet est excellent tout tie mmne.
11 arrive rependant que. sur certaines natures


- 40 -




f6minines, la flagellation commence par pro-
duire une sorte d'abattement et de d6sespoir.
La fustigde semble h bout de forces et refuse
tne occupation quelconque. Des maltres na'ifs
croient qu'its ont d6pass6 la measure, alors
qu'ils so trouvent tout simplement en presence
d'une comedienne ou d'une fille nerveuse ot
6pouvant6e. Dans les deux cas, le rem6de est
simple at immanquable. II suffit tout implement
de donner le fouet h la femme i nouveau et
plus fort que la premiere fois. Commae, d'apr6s
mes m6thodes, je puis garantir quo la flagella-
tion feminine ne nuit jamais h la sant6, encore
moins A la vie des esclaves, it convient de
donner du courage aux r6calcitrantes par une
nouvelle ration des lanieres. Que si ces dames
continuenti jouer leurs rhles de desesp6rhes, on
continuera h leur fair go6ter la punition cin-
glante. II est bien connu que plus une femme
est fouett6e, plus elle souflre sous les cingl6es
ot je n'ai pas encore trouv6 do n6grosse assez
obs"iade, ni do mulAtresse assez 6nergique
pour r6sister longlemps aux conseils porsuasil's
d'une bonne lanikre. Quand la coquine voit
que si elle ne vent rien faire, ce sont fes
bourreaux qui lui travaillent ia peau, elle no
41 -





tarde pas it compremidre la Vortu moralisatrice du
travail.
Los esclaves employees aux champs donnont
encore lieu a (d'nutres motifs do punitions. Co
souL notamment colles qui resent dans les cases
pour preparer la nourriture des travailleurs at
survoiUer tous les gaming en has-Age. Assex
souvent lea n6gresses se disputent entire elles
ot no font rien quo chanter et bavarder. Je me
suis Loujours bien trouv6 de lainisor dans chnque
village un contremaltre muni d'une longue
chambriere et sachant a'en servir. Aveo son
usage, la cuisine est invariablement pr6te au
moment voulu.
Paisque je parle de In marmaille, it est bon
d'indiquer ici qu'il convient do laisser aux
femmes -hargtes de la surveillance de ces
jeunes moricauds des deux sexes, In faculto6 Ia
lea corriger chaque fois que bosoin est. Jo con.
sidiro qu'il est m6me excellent quo les petites
lilies regoivent la foss60 do honna hour, cola
est tout profit pour les fustiger s6rieusomenL
plus lard, le our poteFir se dbveloppo magnili-
quement Ot doviont rort sensible, Je dois re-
connoltre d'ailleurs quo les n6groases eoin tou.
jours oxtramuinemnt dispos6es 'i employer les
4-2 -




verges sur les dorrii*ros dos fillettes indociles,
spAcialoment quand, cnrmme c'est Ia cas Lin'.'
rnml, :e ne sont pas leurs propres rejetons. 11
fauil la e veiller il co qu'il n'y ail pas d'abus et
quo los coups ne solont pas tels qu'ils puissant
nuire ha 'enfant. J'ai eu par exemptle une mulA.
tresse qui chaque fois louettait les petites lilies
jusqu'au sang et souvent mWme lour tonalt les
fesses an vif pendant plusieurs Jours do suite.
Jo !'ai ramon6e iu plus do moderation on lui
faisant 1i son tour scorcher la croupe aveo lo
mime martirel dunt elle so seorvail. Rien de
plus amusant que de voir la gaillarde geindre et
supplier pendant que les lani'res ltc-hiraient sun
gros derri6ro dle lmme. Mais, hors res cas
exceptionnels, il no raul pas craindro do laisser
los gardiennes distlibuer ii leurs drOles et dr6-
lesses les indispensable ibuaill#es.
Toujours au sujet d(0 travaux do a1 plantation.
nombre do mes amis m'out consull6 stir los en.
nuis qu'ils out avec lea manages des esclaves.
Tres fr6quemment le marl et la lemme no s'en-
tondent pas et la lemme n'obblt pas ordinaire-
tmen. a son 6poux. C(onvient.il do liisserco dcor.
nior corrigor a son gr6 son inlocile mioiti6
f'West lii une question 6dliialo, mais je poncho
43 -




vers la negative. Le negre rrappe trop fort, il
no fouette pas, mais il bat, ce qui est tout diff6.
rent. Je suis done partisan de d6fendre anx
esclaves du sexe fort de brutalisor lours spouses,
on r6gle gtn6rale du moins. Mais je ne me
prive pas de faire flageller les feiumes qui re-
fusent d'accomplir les devoirs usuels du manage,
apris verification du bien-fond6 des plaintes de
laurs 6poux. La femme doit ob6ir, partoul et
toujours, voila un principle don't je ne me d&-
partis pas et que la fustigation sait iminanquable-
ment faire passer on pratique.
II est toutefois des circonstances ou j'autorise
au contraire les n6gres A fouotter directement at
& lour gre laurs spouses. Parfois mfme je les y
encourage express6ment, ce qui n'est gu6re utile
d'ailleurs, le n6gre ayant le gomt le plus vir pour
la flagellation feminine.
Cela so rencontre d'alord lorsque je connais
les talents flagellants du mari, par example quand
celui-ci est un surveillant on un correcleur.
L'homme sail alors doser exactemont la punition
at fustiger sans ahimer. 11 n'y a des lors aucun
inconvenient bi le laisser op6rer a sa guise.
Mais la chose deviant plus intbressante lorsque
la fomme est marie ia un maria lout expros pour
44 -




&tre assiuplie par les corrections conjugalus.
C'est un provide dont j'ai frclueminmnt use
avec eto plus grand prolit dans maintes ciruons-
tances et don't j'ai oblenu des r6sultaLs surpre-
nants. Le moyon 6.tant peu connu des planteurs
en g6n6ral, je prends la libertP d'entrer dans
quelques details.
Prenons tout d'abord utn as simple, une n6-
gresse achetLie recemment et qui regretted '-
poux deont elle vient d'%tre s6par6e. Le meilleur
moyen de consoler une veuve est de la rema-
rier. Si madame la moricaude fait mine de no
pas accepter de bon gr4 les attentions de son
nouveau seigneur et maitre, rien de plus just
quo d'autoriser celui-ci h allonger quelques
bonnes cinglbes a sa peu aimable moitiA. L'har-
monio du manage est tout de suite r6tablie ot le
maitre trouvo son compto a eviter les dissenti-
ments domestiques.
Une autre fois, o'est une esclave attach6o au
service domestique de la maison d'habilation
don't il convient do so d~barrasser, notamment
parce qu'elle devient orgueilleuse ou lantasque.
Je n'h6site pas alors A envoyer la belle capri-
ciouse tenir la case d'un bravo ibigre occup6 aux
travaux champ4tres. Invariablement, la nouvelle


- 45 -




marine -s rhvolte, signitie ii son 6poux rustique
du ne pas nla toucher et manifest h son endroit
le d6gofit In plus cnractbrisr. 1'estjustoment ce
ufe j'attends et I'homme recoiL touto permission
pour donner le fouet consciencieusement A lI
jeune fetnme. Dane les premiers temps, la r6sis-
tance de l'int6ress&o n'en est que plus acharn6e.
Le n6gre deviont plus impatient la Iemme ine
tardd pas iiAdtre fouaill6e d'importance. Au bout
do quolques jours, la ricalcitranto est tout fait
assouplie at ella ne paul plus qui regretter am -
romenat d'avoir, par ses sottises, quill6 un service
ou ello ,tait si bien.
Enfin il y a des eas oit une osclavo vous agace
par ses grimaces at ses d6licatesses d6plactes.
Lea jounes quarteronnes, et d'ailleurs la plupart
des jeunes lilies, sont ainsi sujottes f de slu.
pides aces do pudibondarie. Jo no connais pas
do moyen plus radical que de romettre la jeu-
nesse indocile aux bons soins d'un travaillour
champltre. Celui-oi esl trbs flattO d'avoir une
jolie fille a sa disposition et veut on profiter.
Naturellement la donzelle repousse see hom-
mages aveo indignation et tout est parfait pour
quelquas excellentes s6ances de lustigation. En
pareille occurrence, j'invite formellement le n6gre
46 -




if loltteUr la jonU lille aussi souvont que pos-
sible at au besoin, jo le dispense de lraviil pour
qu'il rest h l case, toujours pr6t hi appliquer
la flagellation i la belle 6plor6e. Coli deviant
parfois vOritablement rnerveilleux de voir la
nombre de coups de foust, de mortinets, de
laniitres, etc., qu'une lille pout recevoi- dlans les
vingt-quatrt hours. La fuistigen deviLnt uwnitt
un module do douceur elt, si vous lui rendez
visit, elle vous supplie bien genitiment do lI
fire divorce d'avec son maria trop empress. 11
va sans dire que vous n'en raites rien, et nu
bout do pea de temps, lo claquoment du cuir
soupl et los crisdo I'int6ressBe vous apprennent
que in jeune lille appr6cle une fois de plus les
vertus 6ducatrices du fouet.
Jo recominande vivement cos m6thodes d'as-
souplissement f6minin u moas amis. Plus la fille
est jolia et de peau claire, plus le nogre la
fouette at il ne tarde pas A nous procurer une
servant absolument docile. J'en diral 6 nou-
veau queolques mots lorsque je parlerai plus
loin du dressage des esciaves domestiques.
Coci n'am6ne a quitter le sujet doe ouvribres
do la plantation pour m'occuper des femmes
attaches Ila mason m~me du maitre. Qu'on tie


- 47 -




crnie pas que cellcs-ci doivent kire ai I'ablri du lo
correction. Ce sent pricis6ment cellos qui
devraient 3tre le plus souvent flagellees et nous
avons grand tort do leur 6pargner la moindre
punition.
Plus encore, on eflet, que les Iravaux rus-
tiques, le service personnel du maitre et de sa
famille requiert do la part des esclaves la plus
absolue soumission et notre proprikt& 16gilime
nous done le droit 16gat de lout exiger de nos
domesliques. Trop souvent,. comme je le laissais
entendre d6jh, le maitre fait preuve d'une man-
su6tude des plus dangereuses, car los esclaves
attaches au logis ne soot que trop portees i
jalouser et a d6tester leurs patrons et leurs pa.
tronnes. 1 est absolument indispensable, et j'in-
siste sur ce point, que les femmes et les filles
appeleos a nous servir soient convaincues
qu'elles seront impitoyablemeni livrbes au fouet
a la moindre incartade de leur part.
J'entends parfois do mes amis ou encore
leurs Apouses so plaindre d'un mauvais service.
Les enfants sent mal soign6s, In cuisine mal-
propre, I'appel de la sonnette n'6veille que leo
silence. J'avoue que ces dol6ances mn'irritent,
car elles t6moignent de la plus fAcheuse igno-
48 -




rance des prerogatives des propriAtaires d'es-
claves. Que l'on fouetto tout ce personnel 16mi-
nin, largement et sans hisiter, et tout no tardera
pas A rentrer dans l'ordre. Sans vouloir m'6riger
en insupportable mentor, je me permets tie don-
ner quelques indications sur les mAthodes en
usage chez moi.
Ni moi, ni ma femme. no laissons rien passer.
La plus petite negligence est punie, soit imm6-
diatement, soil un peu plus tard, si cela est
preferable. Nous 6vitons de frapper nous-mgmes
la d6linquante at j'exige strictemeni de mes
enfants qu'ils se bornent h d6noncer les cou-
pables. Ce nest pas qu't l'occasion je ne fustige
pas do ma propre main. Mais c'est alors, non
sous l'aiguillon de ]a col6re, mais it titre de dis-
traction, s'il me plait, par example, de rayer
tie mon ioueL les essess d'ivoire mat d'une char-
maite quarteronne. Ce que je veoux dire, (c'est
que la correction doilt tre appliqtue pos6ment,
saos excis ni faiblesse. La remme nit faute
doit savoir d'avance qu'elle sera fouett6e, bien
fouett6e et que los laniares lui innigeront la
soiune de douleur d6lib6rtment voulue par .son
maitre onu sa mailresse. Cela convient infiniment
mieux qu'un coup brutal port6 sur un moment
49 -




d'irritation et qui es, toujours trop firt Et insuf-
fisanl.
Tandis qu aIn besogne ordinaire do la planta-
dion no roquiert on general auouno instruction
s6riouse. le obligations du service domestique
domandent an contrairo h ireo soigneusement
expliqukes aux esclaves. II serait done sol at
inutile de punir des domestiques qui no
sauraient poi ce qu'on attend (d'ux. Par
exemptoe, fustiger une aide do cuisine parcc
qu'ello a gti6 un plat, nIB Srait qu'uno Ir6s
mauvaise m6thodo d'6ducation culinaire. Male
tout aussil6t, la fustigation reprend sea excel-
lontea vertus commae moyen do perfectionnor
les enseignaments plus ou moins bien hcoutls
par les intkressoes. Aveo un peu d'exp6rienoe,
le maltre et nla maitrsse 6avent parfaitement
so rendroa ompte de ce quo pout donnur
une servauto 6 sea dbbuts ot il oet dls lors
tout indiqu( do recourir a la flagellation
pour punir la moindre paresso ou muauvaiso
volont6.
11 va sans dire qua ai on u affaire i doa as-
claves compltemoent dduquaes, los considdra-
tions pri,,dontos n'cnt que fire. On fouettera
d6bs lor s s rommes anns htsiter et avee la


- 50 -




:erIlitude d'obtenir par eo tnoyen on rsisltal
aussi parfail que possible.
Je ne n'occupcrai pas ici du dressage des
eselaves attachdies au service personnel de leurs
patrons, dans lo sens absoln dLu moti Chacun do
nuns, aussi bien quo nos spouses, ont ainoi vm
certain noWmbre de servantes charges ido
s'occuper die notre toilette, de nntro habil-
lement. des soins usuels do la vie domestique.
Certains m6mes ont, copine je Iai lajss6
entendre, une sorts de s6rail multicolor lea ur
disposition. Pour tous eas cos, kminemment
dilicats et difficiles, la flagellation feminine fait
morveille. Mais I'importance dt sujet est telle
que je demand it mos lecleurs do me permettre
d'en renvoyer I'6tude h un chapitre special,
ainsi que je I'annonauis dans ma preface.
Je roviens done au c6t. plus ext6rieur de la
domesticitA : 1a cuisine, I'entretien du linge, la
proprel6, aI garde des enfants, le service de la
table ot autres hoses du m6toe genre. Ce sont
lA routes besognes 6minemment I6minines et
pour lesquels nous pouvons en toute tranquil-
htiL exiger de nos osclaves ine veritable per-
f'ection.
Critte perfection, c'esl encore ot toujours le
Ht -




fouel qui I'assure et qui I'assure soul. Mes cui-
siniores savent que les erreurs cuiinaires sont
invariablement pay6es par une ample ration
de coups de lani&re. Une laveuse casse-.t.elle
une assiette, la femme est foual5tt sans plus
harder.
Si je d6couvre quelque poussilre insolite, je
fais dpousseter la peau do la paresseuse. Si doe
hasard, je pervois quelque accroc indf h mon
lingo ou i4 mes vtemients, je me dt6dommage en
regardant Ia lille pr6pos6 it In lingerie so d4-
battre de bon cwr sons les baisers des verges
flexibles.
Lorsque lo service devient un peu plus
compliqu quii I'ordinaire, par I'arriv6e d'h6tes
on d'amis notammont, je rais tout marcher aussi
bien qne dans Ie courani usuel. J'annonce sim-
plement aux femmes qi'elles recovront le lonet
6 la moindre plainto die mes visiteurs ou m6me
sans cola, si Je viens remonrquer un nccror
quelconque A la r6gulariteh normal de la be-
sogne.
Puisque je suis amen6e parler d'h6tes de
passage. j prendls la liherth d'ouvrir une paren-
thbse sur Ia flagellation des lemmes consid(6r4e
i titre de distraction on de passe-lemps. Per-




sonnellement, je dois ddclarer que. jo n'ai guiro
occasion de recourir i ce moyen d'amusement,
par la bonne raison que cheque Jour un nombre
respectable de femmes el do filles sont fouottees
sur mes domaines pour les motifs succinete-
ment 6nonc6s au present chapitre. Jo n'ai done
aucune raison de les fair fustiger pour le
simple plaisir, mais bien entendu, je noe 'en
priverais pas si cola me plaisait le droit de
correction, justili6 ou non, 6tant la prerogative
essentielle du propri6taire d'esecaves.
Mes visitors noe sont pas tous comme fioi.
Los uns, les plus rares heureusoment, ne recou.
rent a la punition fustigatrice que dans les
grandes circonstances. W'autres, au :ontraire,
sont f6rus de la flagellation feminine et veulent
la voir appliquer i tout propos. Je no me sens
nullemoent dispos6 a ne pas leur procurer cette
petite satisfaction et pour pou que je devine
leurs gotts, je leour permits bien volontiers de
donner le fouet h mes jeunes servants ouu
mamea de grosses n6gresses, si cela leur agr6e
davantage. Los femmes, aussi bien quo los
homines, sont fr6quemment enclines a devenir
des flagellantes infatigables. Je me rappelle
une grosse dame, un peu parent doe nma femme,
53 -




et qui n'Wvait do ceLss doe voir fustiger des
petites n6gresses. Chaijue mathi, on lii arenait
une gamine d'une dizaine d'onnres et la romme
do chambre fessait la fillelte aver une forte
verge au grand amusement de la bonne dameo.
ii est bon cependant que lo maitre ne laisse
pas libre catrrtre aux fanlisies do sos hAtes.
Certains d'entre oux liennent a fouetter les
femmes de lours propros mains et on rencontre
des maladroits qui frappent avec trop de vio-
lence et peuvent endommager la chair rfmii-
nine. Tant quoe mes amis so contentont de
laisser op&rer mes oex6uteiurs, je leur donned
care blanche, sachant par experience que oes
hourreaux peuveiil donner Ie louet A la plus
mignonne jeune (ille sans ab)imner son ,piderme
precieux, tout en .lu infligeant des soultrances
1i ravir Satan lui-mime. Mais je me mm6ie des
flagellants amateurs, novices uo trop cruels, et
j'ai soln d'6viter tout exchs qui ditninuerait la
valour de mes eselaves.
Pour on revenir h la fustigation do nla domes-
ticit6 tAminine, je l'ordonne encore touts les
fois que j'ai affaire a quelque lille trop coquette
on portee au p1ch6 de Vanil6. 11 m'est arrive
d'acheter des mulAtresses el des quarteronnes
54 -




v6ritalbloment jolies Ot le nachant, iInoleontS eat
capriciouses comme do vranes demoiselles. A
VI'gard do cos lilles, le fouut est v6ritablement
id6al. Jo leur fais appliquer les Ioni'ea 'eour leurs
resses nues, souvent dlvant laurs compagnes at
oells sent lagell6os jusqu'i ca qu'olles s'hu-
miliont oompletemoni devant leur maitre. Afsez
souvent le natural revient vite, aitI la cuisson
oubli6e, mais une soconde correction est tou-
jours prete et bientat la donzelle devient tout
h rail gentille. J'ajoutoteal encore, sauf y re-
venir plus tord, que si les circonslonces voUs
aminent H rannontrer une escloav d'une pudi.
oit6 exag6rie, la punition flagellanto devient
une folks de plus a1 remade d'Aletillo. Jen
d6jiA touclih un mat ib propos ,ltis travailleouse?4
des champs tl je puis r6pl ir it' qu'il 'y a rion
die plus curieux que doi voir disparaiLret 111La-
ment tla pudeur des jeunes filles convenableinoeil
fouottees.
11 ost encore des circoonstances, plus s6riouses
au surplus, dans tesquelles je te1 saurais trap
prbnor l'usage de la flagollntion f6minine. Ji
veux parler du cos mallhourousemont (Io plus en
plus ftItquent, ohi les esclavos ne veulient plus
accepter leur condition servile at songent h
55 -




s'm5 anciper d'une situation social a eiles d6-
volue par Ia Providence. J'FiIuierai en quelques
mots INvasion, ht la fin du present cliapitre;
actuellement je n'ai en vue quo des propos, des
conventions r6volutionnaires qu'un vent empoi-
sonn6 sembleo propager de plus en plus. Chose
curiouse, ce sont les femmes qui paraissent _tre
les ouvrires les plus actives de cetteo ruvre
infernale. Les homes s'abandonnent parfois &
un acc6s de r6volle, vite r6primke d'ailleurs.
Les femmes, au contraire, recourent aux armes
perfides, calomniant le maitre, mettant en doute
ses droits i'gitimes de proprietaire, propageant
meme d'infAmes libelles oji des malfaiteurs
sent dire que tous les 6tres i face humaine
sent 6gaux entire eux. Je no saurais jeter un
trop vif cri d'alarme et je no crains pas de
r4pAter uno fois do plus ['avertissement d6ji
donn6. Nous serons exposes aux pires malbheurs
si nous n'etouffons pas dans I'euf le serpent
redoutable. Que tous mes amis fassent come
moi, qu'ils surveillent et fassent surveiller les
femmes- de leur entourage, plus particulikre-
ment cellos qui sont jeunes et intelligentes et
its ne tarderont pas a fire des d6couveries qui
las front fr6mir.


- 56 -




Le nal mis it jour, aucune pitik ae doit en
arrfter la repression. C'est pour nous, pour nos
families, pour I'ELat. une question de vie ou
de mort. Aussi combien je m'applaudis d'avoir
amend a un haut degr6 de perfection V'emploi de
la correction flagellanLe. Nulle punition n'est
meilleure et plus oflicace el il semble quo le
Tout-Puissant, en son infinie sagesse. ait voulu
que toujours ses lideles aient une armed pr6te
pour terrasser les entreprises inspires par res-
prit d6moniaque.
Comme je le disais en effet, les esclaves on
sourde r6volte contre la servitude competent
toujours parmi les plus affin~es. Ce sont dos
jeunes femmes 6leganteos perdues par I'orgueil,
ou des jounes filles nerveuses irritIes des de-
voirs iuh6rents ii lour situation toutes excel-
lentes clients i flageller et sur lesquolles les
lauiores produisent des cinglies infiniment plus
douloureuses que sur I'6piderme de leurs com-
pagues moins delicates. Cos femmes ot ces
jeunes files doivent recavoir le fouet, non pas
une rois, mais d'une fagon rep6t6e et continue,
el, A leur 6gard, on pout employer en oulre les
procd6s de correolion accessoires d6crits plus
loin. Ii faut que los femmes soient fouelttes de
57 -




Llloe sort qu'ells u'Uiofit lilus d'auIres penshes
qua d'tehappor la souffranco at on mime temps
ilue les afutira esclaves voiont bien qIuo lo maitre
est toujourM to mattre, en d6pit do tous loo
sophismes.
Pour prendre on exemplo, j'ai achet4, il y a
d6jhi longtomps, Une jeuno quarteronne, presque
blandhe4 A qui une vieille Am6ricaino de Now*
York avail incutilqu le poison doe la liberty,
Bells fill, aux yeux ardents, A In poitrina gon-
ie parfois d'une veritable Mloquence, elle
ithercha A rApandro autour d'elle les dltes-
tabloes thorie qupi flattaient sa vnnii, J'etn run
averti aL tout aussiltt le ch'tilment vint lui
apprandre qu'il y avail encore uno justice en yo
has-monde. Jo commenai i par fair tracer mef
initinles sur les seins do la june lille, tu moyen
d'tun for roug', de faion h ce quo la nimrqua
ineffagable lui rappolit sans .*ese qu'eselave
olle 6tait el qu'esolave elle resternit. Puis je la
ris fonettor, non pant Une fats et en secret, main
d'une fn(on r6pt6e eot publique, A plusiours
reprises dans la journey, je lti ftaisoni appliquer
do vigoureux eoups de Ianiare4 et le soir, au
moment o In la dnoesticiLt respire la fraliheur
nocturne, la jeune lille Mtalt attache nue dons
Si -




une cour, devant tous, elt deux homes lui don-
naient le fouet jusqu'h I'extreme limited de la
resistance de so peau. Je n'ai pas entendu sonu-
vent une fustig6e crier aussi fortement que ceLte
quarteronne. Elle implorait grace, jurait d'dtre
la plus soumise des servantes, cc qui ne m'em-
pchait pas de faire recommencer la flagellation
d6s le lendemain matin. Que 1'on essay du
proced6 et I'on fera taire toutes les mauvaises
langues.
Enfin la fustigation trouve encore une utilisa-
tion 6vidente lorsqu'il s'agit do punir une 6va-
sion, la plus grande offense possible aux droits
du maitre. Come le savent tous les planteurs,
les esclaves femelles cherchent assez frWquem-
ment a s'enruir, mais elles sont presque invaria-
blement reprises et ramonkes a la plantation.
lei, sans doute, je n'ai pas besoin d'insister sur
la n6cessit6 d'une punition, mais je veux faire re.
marquer cepandant que la flagellation sort admi-
rablement les interts du maitre justemeit irritl.
Avec le fouet, en ofeot, on pouent faire endurer a
la coupable les atfres de tortures aussi intense
qu'on le juge utile, surtout si on fait fouetter la
femme avec certain instruments de correction
que je vais decrire. De plus, In flagellation peul

61 -




so renouveler pour ainsi dire ind6liniment, ii la
difl6rence des nutres supplies. J'ai eu des
lilies 6vade's Pat eapturfes, qui unt rvt'u le
fouet pelidant des ann6es sans aucun dommrage
pour lour -sant6, encore qu'elles jetassen loes
hauls cris i chaque nouvelle einigl6o, Je me rap-
pelle une dr6lesso do dix-huit ans, parltie un
beau matin sous prltexte, qu'on avait voulu
atlopter h sa vortu. Rainonde des le lendemain,
je lui ai fail savourer longuement lea m6rites
respectifs des divers outils flagollants, i raisoni
d'une demi-douzaino deo seances quolidiennes.
Comme je' voulais fair un oxemple, j'avais
d4sign6 un excvuteur tout exprts pour s'oocuper
de mademoiselle, et, seal ou avec un cama-
rhde, il arrival parfaitemenlt a administrer Ina
jeune fille des contains de coups de verges, de
martinet oo de fouel dans les vingt-quatre heures.
Je n'ai pas besoin d'ajouter qu'entre temps, la
pudeur de la jeune fille fouettee devail subir
quelques atteintes un peu rudes et, au bout de
quelques mois do ce regime, j'ai ou la plus fid61e
des osclaves.
Une plantation oi les femmes qui cherchent
it s'6vader sont convenablement fouettdos no tarde
pas (tre d6harrass6e do cos ennuis.
02 -




Je suis loin d'avoir indiquie to cas ou la Ilagel-
lalionu tminino constitute une n&cossitb, aulalit
qu'un bienfait pour lo maitre. Je n'ni pu 6num4-
rer que les examples les plus saillanis, auxquels
tout proprietaire d'escluves pourra ajouter A son
griL. Atais j'esp('re en avoir dit assez pour. don-
nor ii mes lecteurs lo d]air de connaitre en
detail los insLruments destin6s a appliquer les
corrections recommandbes par moi. Jo vais im-
mndiatement essayer deles satisfaire.


- 63-












CHAPITRE II



Des initrumenta de flagellation 16minine.



II eat de premiere importance d'avoir un
choix convenable d'ustensiles propres a fuetiger
les esclaves, car un bon artisan ne faith que de
la mauvaise besogae avec un oulil dtfectueux.
II ne suffit pas, en efftl, d'ordoiiner de fouetter
une femmne, il faut que le maitre puisse avoir la
certitude que la correction sera inflig6e exacte-
ment suivant sea intentions : mod6r6e, torte ou
trbs s6v.re. Or, tout d6pend, pour commencer,
de linstrumenit de flagellation oemploy6.
.I'entends assez souvent des planteurs declarer
quo la fustigatiuu des usclaves pout s'executer
fi 4i -





u'importe comment et qu'il suflit de les frapper
avec le premier objot tomIbe sous la main. C'est
la une des plus grosses h6resies que puisse
prononcer un propri6tairo do chair de couleur.
A moins d'un hasard extraordinaire, 1'objet
employ sera ou anodin ou trop brutal. Dans le
premier cas, la servants se gaussera de vous et
vous tournera on ridicule aupres des camarades.
Dans le second, on risque de blesser et d'abimer
son capital servile, souvent m6ma sans procurer
la souffrance desire A titre de punition.
La verit6, au contraire, eat qu'on ne saurait
apporter trop d'attention a constituer un choix
judicieux des divers instruments propres h la
flagellation feminine. Je dis divers, car f'oxpA-
riunce m'a convaincu du trbs grand advantage de
pouvoir varier les moyens de fustigation.
Si I'on so sort toujours du madme, d'un soul
moidle de rouet par example, iI n'est pas
toujours commode de grader les corrections.
J'ai en effet remarqu6 quo les ex6cuteurs out
une tendance h fouetter lesa emmes aussi forte-
meot que e6 permit I'instrument flagellant don't
ils so servant. II suflit de regarder un nbgre
donner Ic fouet a une june fille sur ses fesscs
pour ,tre convainru quo l'interessee sera mise
65 -




b m6me d'appr6eier loute la bont6 des baguettes
on des laniiros qul la cinglent. Lorsie I'oii
poasede un nassoriment sultisant d'ustensiles
fustigaloires, rien nest plus commode que d'or-
donner do prendre tel ou tel plus ou moins
eficace ot mordant, suivant l'importanca de la
punition.
A un autre point de vue, lea moyons do lCagel-
lation se suppl6mentent et se renforcent I'un
I'autre. Je reviendrai plus loin sur co point,
mais je puis indiquer d'ores at dn6ji qua I'action
du fouet est singuli6remoent accrue lorsque la
troupe 16minine a 6tW ichaufloe au pr6alable
par ['application d'une palette ou d'un battoir.
Do in6me, aprbs qu'une lfemm aura eu son
derri6re bien ray6 en tous sons par une lanihre
flexible, elle offrira un excellent champ de
manmuvres h uno poignhe de verges, etc.
J'ajoute, au surplus, qua la connaissance de
'sxialence d'un jou complete d'instruments cin-
giants, lis uns anodins, lea autres redoutables,
oette connaissance, dis-je, eat d'un offet tris
salutaire sur les enclaves, lesquelles redoutent
toujours d'ltre sournises A In flagellation la plus
savAre, mtme si le chAliment commence d'une
fagon tres modAr6a.
6 -




Avnnt d'entrer ilonA le detail des outils fla-
gellants, je dois indlquer qu'il oat bon doi les
faire fabriquer dans an propre plantation. J'al
Wt6 rai'ement satisfait aveo los achats quo j'ai pu
rfaire la ville, landis quo j'ai vu obtenir les
meilleurs r6sultats en me servant d'apparails
travaill6s sous mes yeux par mes ouvriers. 11[ est
excellent do fire apprandre celte fabrication a
deux ou trois negres et jo puis assurar que
I'apprantissage sara rapidament fairt Le noir
mot une Inoroyahte ardour i oonetruire lea ins-
truments do chAtimont, tout osclave devenant
bourreau aveo une 6tonnante facility, ot si, de
plus, on I'avertit qu'll s'agit da fustigation f6mi-
nine, son zels on sara encore aceru. J'ai dons
mon domain trois ouvriers uniquement coupes
h In fabrication des fouets ot verges de tous
genres ; de plus, j'ai mish leur disposition quel-
cques femines sur la peau desquelles Lls peuvent
exp6rimenler les produits de leur industries.
J'obtions ainsi, quo Dieu me pardonne cot
orguail, des instruments de correction que je
crois des inillours parmi toutes les Antilles. Jo
suis d'aillaurs prAt a en cIdor quelques.-ns i h
ceux do ines amis qui voudrout ni'honorer ds
cette demanded.


- 87 -




Pour ceux de mes lecteurs qui d6sireraient
instituar choz eux un atelier de cell esp6ce, je
prends la libertL de fire remarquor quo les
outils destines h la flagellation feminine doivent
romplir deux conditions essentielles at d'appa-
reace contradictoire : Ne pas abimer la peau et
on mhme temps infliger de vives souffrh'ances.
J'insiste brikvement sur cos conditions fonda-
mentales.
Comme joe ai dit et come j'y reviendrai
d'ailleurs, il imported queo h femmo fouettAe ne
soil pas d6chiree par l'instrument de supplice.
A la v6rit6, il est des cas o6 le maitre ne recule
pas devant rraiflure de l'6piderme de la
coupable et j'ai plusieurs fois ordonn6 de
donner lo fouet des filles jusqu'i ce qu'elles
aient les fesses au vir. Mais c'6tait alors suivant
ma voloant express, tandis qu'il m'aurait 6t6
d,'sagr6able de voir jaillir le sang des les
premiers coups si je no h'avais pas voulu. La
chair feminine, la belle chair, j'ontends, est
trup precieuse ot agr6able pour 6tre abim6o et
rendue malpropre sans n6cessitl absolue. 11 est
m4me des cas oii la flagellation capable
d'amener una bcorchure devient un non-sens. Ju
fais allusion, come on le comprond sans


- 68 -




peine, aux circonstances oi l'on vent dompter
de jolies relelles.
Lorsque j'avais i dresser des esclaves blan-
ches, aussi d6sirables que peu dociles. j'aurais
cominis un crime centre mon propre bonheur
en laissant d6chirer la peau satin6o qui excitait
mes d6sirs. Au contraire, je savais que les
jeunes filles pourraient wtre fouett4es tant qu'il
me plairait ot cela sans perdre le velout6 et la
finesse de leur 6piderme nacr6. Je laissais done
mes executeurs op6rer on toute tranquillity,
certain qu'au moment oh la fille no pourrait plus
r6sister h la puissance des fouets, nulle tache no
viendrait dl6parer un corps souvent digne des
dieux du paganisme.
D'une faoon g6n6rale, j'tvite de laisser sur
los membres de mos sorvantes des traces dura.
blues des corrections. Nos caprices sent chan-
geants et tell qui nons laisse indiflbrents
aujourd'hui, allume domain nos convoitises. IL
est done bon do no pas so trouver en pr6senco
d'une eselave couvorto do cicatrices et cot argu-
ment est partieulibrement important lorsqu'il
s'git do la correction de domestiques attaches
notre service personnel. II1 s'ensuit que les
instruments destinbs a la flagellation feminine
69 -




doivent 61tre ltablIs et prtpards avec Roin, tle
faaon a na comprendre aucune ardle, aucuno
asperite capable Ie laoe6rer l'piderme lt plus
tin, G'esit In ouplesse e la floxiblilit6 qui cons,
tiluent A ca point de vue Jeurn qualitis essen-
tielles,
Mais ce u'etl pas tout ; 1I neo suiit pas de fus-
tiger les esoluVee sans nuireo leurs charms
corporeln, II faMt encore quo la punilion agisso
sur laurs nerfs, autrement dit qu'elle cofnsituL
una peina, dalns toUs les sens tin iiut. Jo n'ii-
site pas tn6me A diro que 'action corractrice eat
priniordiale et doit passer avent les consid6ra-
lions pr6cddentes, entire quo I'ml dove tout
concilier autant qua possible.
Le outest ost en r6alit6 t moyan do procurer
la soultraince aux rammes chltides. C'est so misa
sion Iondamentalno et on sujet de laquelle il no
fault pas transiger. Commne je l'ai dclj lniss6
eliLecdre. tIOUB no domiinuOs la portioth fmiuiine
d4l' notre domesticity que par la terreur do la fla-
gellatioln el il est indispensable quo cuLte tor-
relir stit justili6e. Les UstnAlloes cinglants
doivent done fare naltre cheO In coupable des
sensations dottlourUtises aMisi prononc6es qu'on
le dehire.


- T0 -




Jo puis dire A ce propose qua la grande majo-
rit6 des plante.rs sont beaucoup trop indul-
gonte ot si ieN no paralseent pas retirer doe In
fustigation do leurs servants autant de bons
r6sultats quo j'en obtions, C'est tout implement
parcel qu'ils no font pas fouetter les fammes
d'une faCon aasez rIgoareuse. Nous aurons plue
loin I'ocoaslon d'6tudier les efletf du fount aur
lea int6rossbes et auesi l'imiportance des correc-
tion, qu'oh pout leur infliger. Gependant, dbA
naintenant, Je puis allirmer qu'lt ne faul pas
craiadre do donner le fouit aux femmes ot aut.
jeunes filled do manibro it leur faire trbs mnal.
L'Mtre f6minin a uia incroyable force de rmsis-
tahnc pour supporter la soultrance, at, par
cotilre, an mentality est extr mement difficile a
assouplir d'uno tawon durable. Non esclaves so
lamentent, crient, supplient b la premicr4 cin-
gl6e, tmais h pine la correction (orrin6e4 elles
s'etnpreisent do resteler aunse ruses at indisol-
plin6es qu'auparavint. La seule m6thode d'en
venir a bout est de laisser dans leurn esprit des
souvenirs si pr6cis dos cuisantos lanihres quo
liurs mauvals instincts soient constaimoent Is-
ius en oilvtec par la crainte du chatiiment. Doe l
I'1tiil6, mietx aIn nrcessit6 d'avoir on main die


- 71 -




instruments do Ilagellation unergiques et elli-
races. Je pense m rme qu'il convient de fouetter
les femmes plus fortement que los hominmes, et,
pour ma part, je n'ai jamais rencontr6 le moindre
inconvenient i faire nalire chez ellks des sen-
sations dle souffrances aiguis. 11 m'cst arrive do
fair fouetter des jeunes filles avec dies grands
fouets qui leur infligeaient des douleurs d'une
intensity parfois intol6rable, a en juger par
leurs burlements et leurs contorsions d6sesp6-
r(es. Le lendemain, la fille recevait le fouet de
la mtme fagon, sans prejudice de corrections
intermidiaires destinies i I'entratenir dans le
meilleur de sa sensihililt. J'oblenais parfois des
supplices que je devais reconnattre dignes de
i'enfor lui-mdme. Cependant jamais le moindre
ennui nest venu m'indiquer que j'avais d4pass6
la limit de la resistance feminine.
Je ne veux pas dire qu'il soil constamment
indispensable ni mnme utile d'etre aussi s;vbre,
mais j'afirme qu'il esl ntcessairo de pouvoir, a
l'occasion, Aire capable de briser l'obstination
du sexe perfide. On so figure diflicilement la
tAnacit6 de certaines esclaves a ne pas ceder ou
trahir leurs devoirs. J'ai pour principle que
nos servants doivent nous ob6ir de la maniere


- 72 -




ia plus absolute, quoi quo nous leur demandions,
et je puis me rendro cette justice que j'al tou-
Jours r6ussi & obtenir cette soumission com-
plAte, mais seulement par l'utilisation de toutes
les vertus du fouet.
Jo ne saurais done trap r6p6ter a tous tes
plantours d'avoir h leur disposition dos usten-
siles fustigeants gradu6s, mais don't les plus
puissants soient capable de venir a bout des
femelles les plus obstindes. MAme s'ils ne s'en
servent pas. la seule menace suffira quelque-
fois pour impressionner favorablement leurs
servantes, mais je les adjure de no pas c6der A
une fausse piti6 et do no pas s'6niuvoir devant
les supplications bruyantos des femmes fouet-
ihes, et. i man avis. on les 6pargne toujours trop.
Cos principles pos6s, nous snmmos mainte-
nanit mdme de ddcrire los principaux et lea
meilleurs instruments de flagellation feminine.
A ais, auparavant, je diis dire quelques mols de
r'emploi pur et simple do la main come moyen
de correction.
Assur6ment la main humane remplit la pre-
mikre condition examine tout ha l'heure, colle
dtie ne pas abimer I'6pidormoe fminin, mais, en
revanche, olle est singulierement anodine
73 -




comine oalot cinglanw, Cependantt o'est un tort
do la n6gligor absolumtnot et ells peout rendre
'oxecelloenti services. Je n'ai pas besoln do dire
que la main no pout sorvir quo sur la croupe
feminine, pour donner la fess6e, suivant I'el-
pression conSsor6e,
La lesa6e manuelle eat tout d'abord tits corn
mode pout j6dueation des petites files. Len
n6grillonnes et autres jeones morikiudes
iloivent Atre corrighes d6s 1' ge le plus tondre,
par lours motes ou los surveitlamtes. Ce n'est
pus que leos fillettes no soient pas foueutties avoe
des verges on des martinets, mais, surtout dans
les premiLres ann6es, quelques bones ltiques
sont parfeilemernt sufileantes.
Je fals -encore feaser de grades jeunes filles
aveo Ia main pour divers motirls. Ce pout Otre
d'aLcrd Iorsquu, sans vouloir un chAfiiment r6el
jo desire 6chauffor la croupe feminine ou, tout
simplement, voir les globes fossiers d'une ju.
v6uilo quarteronne, fr6mir at s'empourprer
sous le choc d'une paume bien ilal6o : le jeu do
main-chaude, comme dissent messieurs lea Fran-
eais. Mais jo ne m'iartite pos toujours iu xes
amusementis ot j'ai pu constater que, our cor-
tainos natures dtlfcates et uerveuses, l0 contact


- 74 -





des doigts lanc65s ovec, force produifiait les efots
d'uin veritable flagellation, colle-Ul Haha incon-
v6nient possible, ouisi longtemps qu'o11 li pro-
longe. 'ajoute enfiri quo j'ai Ogalemeni rail don-
tier Ia f'ess6e manuelle h des jounes lilies coinme
moyen d'hbAttre leur fiert6. Jo fals claquer
alors le derriere de In june fill par un negre,
ot la sensgution de Il main masculine s'abattant
sue so croupOe inu est esOtaWoMfment pinible chez
I'orgueilleuse demoiselle en muime temps qua
fort r6jouisaflte potir lea O~sistants.
'Les instrumeneu de flagellatioi proprement
dils pouvent us diviser en detax grades eat6go-
ries, suivant qu'its sont rigides ou flexibles. Le
premier group n les verges pour type fonda-
mental, et, comme accossoires moins usitls, les
baguettes,-la palette et lo battoir. La second
classes compared le rouet otdhiaire et tos dbri-
vOs: cravaches. tourroies, cordes, martinets,
foutetd de eharetlier, grands fouets et autres
dent L'tinumftatioti complete serait inutile ici.
Pour ne rien lNisser d'ohscur dans I'osprit de
meg hienveillants lecteurs, j'6tuCdiuri succossi-
verent les pritcipatix types doe ces ustensiles de
correction.
I'ttrlons deo verges, ulles duivetit rate l'objet
15 -




en eflet d'un choix particuli6rement difficile.
Lour usage est tris frequent et, mal fabriqukes,
elles sont plus nuisibles qu'utiles. Les verges
servant d'abord pour donner la fess6e aux pe-
tites fills et doivent par suite 6tre on rapport
avec la fragility de la chair juvenile, mais en
outroe, on les utilise constammnnt dans la flagel-
lation feminine ordinaire et elles constituent,
avec le fouet ordinaire, l'instrument cinglant
d'usage courant. C'est notarmment aveo elles
que ['on inflige les punitions anodines et une
fernme peut s'estimer heureuse lorsqu'elle est
seulemnont condamn6e a recevoir les verges sur
son postlrieur. Elles sent d'ailleurs en perma-
nence dans les divers appartements, d(e lagon A
ce que le maitre ou la maltresse d'eselaves n'ait
qu':'i allonger la main pour pouvoir en stimuler
FattenLion (les esclaves endorniies ou n6gli-
gentes. J'ajoute encore que l'on faith aussi appel
de pr6f6ronce aux verges pour co que j'appelle-
rai la fustigation distractive ou mi6me amicable,
autrement dit sans but do chAtiment.
Ainsi, lorsqu'il me preud fantaisie de voir
rougir la troupe d'une mulAtresse ou d'une
quarteronne, je la fais se retrousser et quelques
caresses des verges ount vite rendu kcarlato le
76 -




derriere de la june title. Enlin, si par hasard,
on contend appliquer soi-mmeo la correction,
les verges sont d'un omploi agr6able come
n'exigeant pas un grand d6ploiement du bras.
II suffit do prendre ]a conpable sous son bras
gauche par la taille, de l'incliner en avant, jupes
relevees bien entendu, et la main droite am6ne
ais6ment le faisceau cinglant en contact avec les
losses de la Hille.
A un degr6 plus 6lev6, les verges so com-
binent tries bien avec Ie fouet, on en faith fusti-
ger au pr6alable la croupe f6minine, el le fouet
produit les meilleurs eflets sur los globes ju-
meaux ainsi 6chauff6s et fnervys. Ilciproque-.
ment Faction des m6mes verges est excellent,
lorsqu'elles s'apposent sur le dorri6re d'une
femme bien ray6 et endolori par les laniv'res.
Pour tous, ces usages, U importe que les
verges remplisseont diverse conditions impor-
tantes. Elles doivent 6tre form6es avec des
branches flexibles, choisios avec soin, ni trop
vartos, ni trop seches, et, do plus, it tie faut pas
h6siter A les renouveler des qu'elles deviennent
dures et cassantes. La floxibilit6 des verges est
en effeL une quality essentieh.d, mais qu'il con-
vient de ne pas cxag6rer. Trop rigides, les
77 -




verges agissont h In i'io.n d'uin 6norme hAlon et
risfluont de meurtrir ou mnimo do blesser la
chair r6mninino. Trap souples, alias ne pincent
pas assez, mais ce second dal'ut est maoins
grave quo Ie premier. C'est ninai que pour don-
ner la fesshe a des jeunes liles. il falt hon
d'employer des verges trbs flexibles at cola pour
doux raisons: la promibrc 6lant In dilicatesse
de l'Apiderme juvenile et la second provenant
do cc qua les jeunes fills out les fesses sail-
lantes et arrondies. Seule une verge couple
pout se player sous lea rotondit6s de la troupe
et provoquer uno cingl6o sufiniamment intense.
Sur une femme plus Agbe au contraire, Is post6-
riour oat plus aplati et, par suite, nla verge n'a
pas besoin de so mouler sur des convexits.
La longuour des verges doit Atro d'environ
deux pieds. Un tiers de catte longuour consllitue
la poign6e et le surplus doit a'ouvrir ligcrement
an 6ventail. C'est cette derni6re portion qui
sort h ln correction at il convient qu'A chaque
coup, environ un pled do baguettes vienne en
contact avea to derriere do la fammo fouallte.
C'est sur cotton rigle qu'il faut so haser pour
d6terminer la longueur die l'instrnment OIL
tenant coriptce du bras du correetour. Rion
78 -




n'emp6che d'aillours d'avoir dos paquets de
vorgus do lunguours dillArentos, depuis de tries
iourtes pour la fess6o dos fillettes jusqu'i dos
longues do trois pieds pour Ilageller d'impor-
tance las grosses oroupos dos n6gresses.
Je fais toujours rendra lisses les branches
format la verge. Je ne suis pas partisan d'y
laissor des rugosittis ou des bourgeons. On
ami6no des eorchures FAchouses et qui am-
pAchent de prolonger 6 loisir la punition. Aveac
une verge au raisoeau bien uni, la poau f4mi-
nine rnsiste facilement et do plus la femme
6tant frapp6e Agileamont partout, elle 6prouve
on r6alit6 une douleur plus intense qu'avec des
branches plus ou moins Apineuses. Quant i In
grosseur des branches, il eat bon do lea choisir
nussi uniformos quo possible ot no d6passant
pas In grossaur du doigt. 11 y a minme profit A
descendre au-dossous do cette limited pour leas
verges destio6es h fouettor d&s jeunes lilies.
Les branches choisies doivant Atro places en
faisceau pas trop serrA, mais non ladlie. Ln poi-
gnoe do l'instrument doit Atra facile i6 tanir on
main, sans glisser, ni detendre les doigta, de
fagon a ce que 'op6ralour soil bien maitre des
movements do son bras. Dans quelques cas,
79 -




on fabrique des verges conipues ou en pointe,
c'est-a-dire que les baguettes centrales dt'pas-
sent notablement cells de la periphbrie. Ce
genre n'a d'inthrit quo si on veut faire p6en-
trer les brindilles correctives entire les tesses do
la femme fouett6e, mais alors un fouet rend doe
meilleurs services.
Reste h indiquer la grosseur 4 donner aux
verges. Ici encore c'est le just milieu qui est
a conseiller. Trop minces, les verges d6g6-
nerent en baguettes don't nous parlerons bien-
tt ; trop grosses, elles sont lourdes it manier et
souvent moins officaces. Il no faut pas on effect
essayer do couvrir A chaque cinglke toute l'eten-
due du post6rieur f6minin. On d6truirait vite la
resistance de la peau ot il taudrait s'arreter.
Mieux vaut de beaucoup pouvoir donner h la
femme les verges en applications regulieres,
laissant chaque fois une empreinte ne depassant
pas une 6tendue do trois ou quatre pouces don't
la moiti6 seulement est r6ollement endolorie.
Meme chez les jeunes lilies don't les globes ju-
meaux sont souvent relativement menus et
petits, lejou des verges peut durer assez long-
temps pour quo la fustig6e en ressente h loisir
les caresses cuisantes. Jo ne conseille done pos


- 80 -




d'avoir un I'aisceau de plus de quatre ou cinq
pouces de diametre A sa plus grande larger, et
souvent des dimensions moiti6 moindres seront
prefkrables, los verges ktant alors aisles i ma-
nier ot pineant a ravir.
Aprds les verges, viennent los baguettes
comma outils fusligatoires. Les omplois de ces
dernieres sent singulibrement r6duits et la plu-
part du temps, on no les utilise qu'h titre do
fantaisie pour varier les instruments do correc-
tion. Les baguettes no servant gubre qu'h fouet-
ter le derriere do jeunes files h peau claire :
quarteronnes, octavonnes ou blanches. Elles
produisent alors une s6rie de raies cramoisies
sur l'ivoire mat de la peau, raies qu'on peut
s'appliquer A dessiner d'une faqon m6thodique
at rfguliere qui amuse souvent le maitre
d6smuvr6. J'ai ainsi souvenir d'une jeune lille
sur les fesses de laquelle je tragais chaque jour
touto une s6rie de dessins au moyen d'une fine
ct souple baguette. J'ajouterai cependant que
eel ustensile n'est pas n6gligeable come
moven de correction. La baguette fait naltre en
effet uno sensation de brflure intense et pro-
fonde; do plus, elle sifle et claque sur J'epi-
derme d'uno maniroe tres impressionnanto et
Ht -




j'ai viu des filles qui redoutalent extr6mement de
la recevoir.
Loe baguettes, plus encore que los verges,
ne doivent 6Ire ni trop lines, ni trop grosses.
Trop minces, i I'instar des badines. ellos out le
d6faut do couper la peau de la flagell6e. Trop
grosses, C'est un bAton, objet don't ['usage est
g4n6ralement mauvais en matire de fustigation
feminine. Entin j'indlquerai quae les baguettes
doivent Are m oni6es avec une certain habiltot
et que leur utilii6 n'apparalt qu'aux mains do
corracteurs sachant les diriger exactement sur
in region choisie. Pour routes cos raisons, on
s'en soert pau, come je lo disais plus haul.
11 en est de m6me de l'oppos6 des baguettes :
le batloir, sorts de plancle rigide, un peu creu.
0se pour embottor lea rondeura dte la oroupo
t1minine et munie d'un manche court. Le balt
toir est principalement employ A tiltre d9 pr6
paration h trne correction s6vfre par les lanibres.
On on administre tin certain nombre do coups
sur le derrire de la lemme avant do la fouetter,
ce qui a pour r6stltat d'amener le sang souns la
peau et de meltre les nerfs en mouvement. 11
eat alors ais6 de comprendre que le fouet tombe
sur un terrain Cout dlspos6 h rocevoir ses ca-
8% -




dresses ot que la douleur inflig6e est largement
accrue. Parfois aussi Ie batloir est usit6 soul,
pour appliquer une sort de punition sp6eiale :
I'impossibilitz pour In dolinquanto doe s'asseoir
de plusieurs hours, en raison do l'endolorisse-
ment g6n6ral do son postIrieur: J'ai fait quel-
quofois fesser des jeunes files avec lo battoir,
lorsqueje les surprenais 4 n8gliger leur ouvrage,
et les paresseuses 6taient alors obligees de rester
debout, pouvant A peine supporter lo contact do
lours jupes sutir lur croupe dolente.
La palette est encore rarement en service.
C'est on r6alit6 un perfectionn6 du battoir, une
petite plaque do bois au bout d'un manche long
ot flexible. Mais tandis quo le battoir faith plus
do bruit que do mal, la palette est au contraire
un veritable instrument de supplice. Appliqu6e
sur la chair un peu molle, notamment sur les
globes fessiers ou sur les sins des femmes, one
fait naitre des, souffrances profondes et dura-
bles, qui s'irradiept dans tout le corps de la
ilagell6e, it tel point qu'on voit le coupable so
dbhattra comme sous V'6trainte d'un fouel puis-
sant. La palette est cependant I'instrument
pr6ferA d'un certain nomlbre de dames qui vei-
lent corriger leurs servantes et femmes de


- 85 -




bhambre par elles-mrmes. L'objet est facile a
mauier, agrablo mWime on raison de sa sou-
pleasse et il laisse sur la poau dos plaques bion
marques qui attostent la bont6 do la correc-
tion.
Mais il est bon do savoir quo la palette doit
6tro utilisbe avea precaution et seulement sur
les regions du corps ftminin prothgdes par la
chair. Slnon, elle risque de provoquer do v6ri-
tables pleasures.
Quelquefois la palette oat perc1e do petits
trous, dans lesquels viont so pincer Fl'piderinr
de la lustigbe. La soultrance est encore aug-
ment6e ot on ne dolt recourir h un instrument
de ce genre que si P'on veul punir trbs svbr&e.
meat una esleave. A tout bien poser, je pr6fere
alors recourir aux fouets divers don't je vais
parlor immSdiatement.
Ainsi quo je l'indiquais plus haut, leas instru-
ments de flagellation sont : les uns sensiblemCen
rigides, les autres surtout nnduleux. Ce sont
maintenant ces derniers qui vont retenir notre
attention et jo commeneorai par lo plus simple
d'entr oux : to fouet ordinaire, dit aussi fouet
court ou, plus simplomeont, lo oueot, sans autre
qualificatif.
86 -




11 n'Ost, je J'espsre, aucun de mes omis, qui
neo soil convaincu que ]e fouet ordinaire est
l'instrumont normal de la flagellation f6minino,
Pour ma part. je m'en users beaucoup plus que de
tous les nutres ustonsiles r6unis, et jo puis dire
qu'il est l'outil do correction vraiment id6al ot
adapt6 lroutes les circonstancoes. Sans la
moindre exag6ration, je puis aflirmer quo j'ai
vu donner le fouet h des milliers de femmes et
que j'ai toujours 6t6 enchant (ldes ellots de cot
excellent instrument. Le fonue pout s'appliquor
en n'importe quel endroit du corps f6minin et
sa laniero flexible sait atteindre partout. Sui-
vant la volont6 do l'opCrateur, il pout no fair
apparaitre qu'une sensation a poino p6niblu,
plus morale quo physique, ou bien il pout fair
jaillir do vdritables ondes do souffrances lortu-
rantes a chaquo cingloe. Assez souple pour res-
pector les 6pidermes dclicats, il sait aussi h
l'oacasion entrer dans la peau et vMtir de
pourpre les r&Aalcitrantes. De mime la Ianibnre
pout venir enlacer 1'esclave aussi longtomps
qu'on le de'sire, pour peu qu'on sache la manier
et son application pout 6tro rep6tile sans incon-
vdnient A do frequents intervalles. Au plus haut
point, ie fouet rumplit les deux conditions


- 87 -




essentiolles que je dlvetoppais plus haut: fire
mal sans ablmor la chair f6minino. Jo ne sais pas
quel est 1'inventeur de celt instrument admirable,
sans lequel nul propri6taire d'esclaves ne sau-
rail assurer son autoril6 16gitime, mais je puis
dire. que, par un dessein visible de la provi-
dence, la femme estfaite pour le fouet at lo foot
pour la femnie.
Aussi c'est avec une veritable gratitude que
jo remercia lo Tout-Puissant chaque fois que je
vois ma fid6Ie laniere achever d'assouplir une
fille indiscipline.
Je ne veux pas m'6otndre trop longtemps sur
les merites du foueot; aussi bien, e'est de lui don't
je parlerai toujours au course de ce modest tra-
vail, sauf indications contraires ot formelles.
Commne je no me lasserni pas do le redire aux
planteurs do nos chuires Antilles n'hAsitez pas
a fouetter femmes et jeunes lilies, fouettez-les
souvent el fortement, ot vous n'en retirerez quo
des avantages sans le moindre inconvenient.
C'est v6ritablement un moyen de correction h6ni
do Dieu.
Bien que cela soit (res probablement superflu
pour la grande majority de mes lecteurs, je
prends la liberty do pr6ciser en peu ide mots
Hit8 -




co quo j'entends par lo Iouet ordinaire uu pur et
simple. Ceux que j'emploie ot don't je n'ai qu'i
mie Iouer. so composont naturellement d'un
manche et d'une lanikre. L'une et I'autro parties
m6ritent une court description.
Le manche pout itro do longueur variable.
Court, il emp6che d'appliquer des cingl6es cui-
santes. Long, en revanche, il pince forme, mais
devient plus diflicile i manier et doil ktre reserve
pour les instruments de supplice que je dicrirai
hientti. Jo consider qu'une longueur d'un lion
pied ost une excellent moyenne. De mdme, ledit
manche peut Atre rigid ou un peu flexible.
J'incline on general it lui donner une certain
souplesse. tout on restant bien en main. Quand
en effect le bourrean abat i'instrument, 1o manche
souple s*incurve en arriro et rest en cet 6tat
jusqu'h co que la bande atteigne la d6linquante.
A ce moment, le manche tend hI redevenir droit
et la laniore s'appliquo alors plus 6troitement
sur la chair de la femme fouettLe, la douleir
subie est ainsi plus forte et surtout plus pro-
fonde. Par centre, une flexibilitP exag&rie du
manche, rend le ruban cinglant trop ondulant et
empt'che do le diriger avec precision.
La portion important du fouet est naturelle-
89' -




Dmnt la lani&ro, puisque e'est aale qui vient
apposer ses baisers sur la chair feminine. 11 con-
viont de considirer sa loiinuour, sna former o sa
composition.
La longueur du fouet n uno grande influence
sur le rbsultat de la flagellation. Un foust court
no single qu'uno 6tendue do peau limited et
avec une force r6duite : tandis qu'nuno longue
lOnitro frappe knergiquement une ample por.
tion du corps de la coupable. Toutefois. pour
le fouet ordinairo. ii est inutile que la laniroe
d6passe en longuour la larger du postkrieur
fwminin at une dimension do doux pieds envi-
ron eat trbs suffisanto, car on pout ainsi enve-
lopper d'un soul coup lee daux essess do la
famine chitiMe. Avea cette Iongueur, Ic roeat
rest lgeor et mnaniable, an m trets eflicacea ejo no saurais trop en recommandor
I'adoption.
Un point qui mi'a donn6 pas mal do difficult6s
a 6t Ina determination do la grossour de la
laniiro. I1 est clair qu'uno gross treasse produit
une douleur intense, mais cot avantago est
plus quo compens6 par son mrnque do sou-
plesse, et las laniires d6passant la grosseur
dhi doigt doivent WtrA utilis6es seulemont pour
90 -




los instruments plus a6vbreo que nous 6tu-
diorons bien6t., En sons inverse, une bande
trap fine no faith pas assez mal, ou risque do
cooper la peau. Aprau mainLes experiences, je
me suis arrkt6 a donner au fnuet ordinaire une
lani6re du diamatre d'un pouce au maximum.
Cette dimension pormet do cingler trbs conve-
nablement les lammes foueutes et la ilexibilit6
reste sufiisante pour envolopper do prbs los
rotondit6s du dorri6re f(minin. Quant h la forine
de la lanibre, je conseille dao a laissor 6 peou pr6s
uniflrme ear toute sa longuour, aveo soulament
un l1ger amincissement & ]'extr6mit6, pour
mieux assurer sa direction. Jo no suis pas partisan
d'y adjoindre une m6che do petite ficelle,
laquelle no pince pas assez en g6n6ral. Copendant,
il oest boon d'avoir des fouets Ai lanibre no d6pas-
sant pas An tiers do pouce et qui sont lort tiles
lorsqu'on veut attaindre I'esolave dans lous les
replies do corps.
Je suis 6galement d'avis d'avoir des fouets
pourvus do lani6rvs cylindriques et d'autros i4
lani6res plates. Los tines et los autros ont leurs
indications respectives. Le louat rond eat plus
uis6 ii manner et atteint mieux lendroit visb, Joe
dirais mime quo cost I'outil le plus fr6quemnient
94 -




employS, mais la laniere plato so colle mieux
sur les Fosses des femmes et arrive a so mouler
mine sur les fesses globuleuses des jeunes
lilies. Do plus, elle ne bless pas 1'6piderme et
permet de frapper plus longtomps. Dans tous les
cas, la lanicre doit ltro lisse, les n(euds et autres
asp6rit6ssontplusnuisiblos q u'utiles,ils d6chirent
la peau et font on r6aliL6 moins mat qu'une
flagellation prolonged.
Quant a la composition do la band cinglante,
on pent hesiter entire Ic cuir el la corde. Pour
les lani6res plates, je suis tIrs satislait de 'ein-
ploi du cuir de vacho, taill6 d'un soul morceau
et bion assoupli au maillot. Avec des lanibres
de ce genre, j'ai pu faire fouetter des jeunes
filles sans la moindre &corchure. Los fills
avaient le derribre rouge comme du fou et, it
chaque cingl6e, elles hurlaient A rendre sourds
les ex6cuteurs, ce qui n'empichait pas ces
derniers do continue, bion au contraire. Les
fouets cylindriques sont mieux blablis avee deux
ou trois rubhans de cuir ou do corde. roulks en
spiral, ou m6no un grand nombre, ce qui
augmiente la souplesse do ['instrument. Tout bien
consid6r6, c'est encore au cuir. graiss6 ou huilt
de temps autre, que je donned la pr6f6rence.
92 -




En voila assez sur le fouet ordinaire, d'autant
plus que j'aurai souvent occasion d'y revenir et
que je n'appesantirai surtout sur son emplui.
5MainteIant, quolques mots d'instruments moins
usit6s.
Le martinet n'est pas d'un employ courant.
Sup6rieur aux verges, il est moins actif que le
Ibuot et, dtl plus, difficile a bien manior. 11 ne
sert gucro qu'It la correction des fillettes ou
encore a donner la less6e aux jeunes Giles, cB
moyen de flagellation s'barmonisant bien avec
la dtlicatesse do leur 6piderme et Je martinet
faisant rougir de suite laurs post6rieurs graciles.
L.e martinet ne doit pas comprendre plus de
dix ou douze lanieres. Celles-ci doivent Wtre
plates, r6gulibres et large d'un tiers ou un quart
de pouce. Si on augmented ces dimensions, on a
une sort de fouet multiple, inf6rieur au land
a une application prolonged de 1'instrument
usuel. En outre, avec uine dizaine de lanihres, on
peut, sans trop do pine, les ouvrir on 6ventail
h chaque coup et couvrir ainsi d'un reseau cin-
giant le derriere de la fills fouettee, mais la
douleur n'est jamais tres cuisante ot le martinet
ne doit sei-vir que pour los corrections anodinos
ou d'amusement.


- 93 -




II en eat autrement de la oravaohe, laquelle
provoque une veritable Lorlure, lorsqu'elle est
appliqu6e avoo force. Son grand ennui eat de
fair jaillir le sang avoc une deplorable facility,
mais on y obvie en choisissant dles cravaches
souples et des bourreaux exp6rimont6,s En
revanche, la cravache est excellent pour voeir
mordre une region donn6o du corps,,f6minin, si
Atroito et dissimul6e qu'olle soit, ot j'en ai 6t6
lonjours oxtrtmemont satisfait lorsque jo voulais
infliger i une coupable une correction rapid et
s6v6re.
Les cordes sont exceptionnellement mises en
rAquisition. Comme la cravache, ellos meurtris-
sent et lactrent trop ais6ment I'6piderne f6mi-
omn. Je leur pr6lbre les courroies de cuir plates,
lesquelles no seont au fond qu'un fouet sans
manche et qui font parfois de trbs utile besogne.
Quant aux cordes, il faut los choisir de gros-
sour mod6r6e, plides en deux ou en quatre, an
chanvre fin et sans rugosit6s. J'y recours sur-
tout pour endolorir en quelques coups la croupe
feminine et encore seulement pour fouetter des
n6grosses en plains maturit6 don't la peou est
assesz paisse pour supporter une fustigation do
ce genre. La flagellation aux cordos eat bruyante
94 -





Oe impressionnani et lt spectacle id'une flemie
fouettae A coups de cordes ipouvanto vivernent
ses camarades. La doulour produite eit sourde
et Iancinante, plus supportble anu lend quo celle
des fouets.
Aussi est.co aux fouets quo ji vals revenir
pour cl6turer ce chapitre et je veux porler main-
tenant do deux instruments destin6s aux
grande corrections : le fouetl de chlrretier et le
grand fouet.
Lo premier n'est autre, comme son noma I'in-
dique, quo l'ustensile des conducteurs de che-
vaux, avec quelques modifications pour lI
rendre propre h la llagellation feminine. 11 so
compose d'un manche flexible et d'une laniire
do corde troas6o, longs I'un et 1'autre do trois
pieds environ. La lani6re est I la fois forts et
souple, prolonged par tin rubat de ctir assez
large pour domeurer eQicace, l6 tout battu at
rendu aussi liese que possible.
Le fouet do charretier doit 6tre appllqu6 par
une main habitu6o a son inaniement. Lane6 trop
forlement, il enlkvorait la chair d'embl6e. Au
lieu do cola, les bourreaux arrivent i l'appli.
quer sur Ie corps ffminin soans Arailler la
peoau 11 est just de dire quo ce rsultait et
li -




facility pour l'muilago pr6alable dIe la laniere.
Mais, mtwme appos6 avec moderation, le fouet
do charretier fait souftrir les femmes d'une
fa(;on extrimement pinible et nul ne sera mieux
convaincu de la puissance de r6sistancede l'Ntre
frminin que celui qui verra, come cela m'est
arrive souvent, line jeune fille fouett6o par
deux homnies arm6s des dits fouets de charre-
tier. Le 'poids de l'instrument, la grosseur do la
laniere, concouront a fair naltre une torture
redoutable, tandis quo la bande ondulante
d6prime la peau flagell6e sans la d6chirer. De
plus, it est commode d'utiliser tant6t le plein de
la laniore pour cr6er une brdlure profonde,
tant6t la m6che du fouet pour fair jaillir une
sensation de pincement intolerable. Je crois
pouvoir affirmer qu'en livrant une femme aux
fouets de charrelier, l'eflet produit satisfera to
maitre le plus 4v6re.
11 en sera do m4me do 1'emploi du grand
fouet, le soul qu'il me roeste it expliquer. 11
s'agit ici d'ua instrument do flagellation moins
connu, mais cependant de premier ordre,
combine tout expr6s pour le chi timent des
esclaves.
L'objet est form naturellement d'un manche
96 -




uL d'une inniiLre, mais tous deux lort lungs,
specialeanent la launire qui attleint cinq ou six
pieds sur Lne grosseur d'un potce environ. Le
manche est rigide, elt la lanireo formnbe au
conxtraire do cuir tress6 trIs miallahle, assez
flexible en faith pour s'enrouler autour du
doigL.
Le grand rovel est destiny on effet h envo-
lopper le corps entier des remmes fustig6es,
ainsi que je le montrerai plus loin. Capable
d'atteindre partout la d6linquante do sa poinle
ace6re, ce fouet peut on outre entourer la femnme
d'un cercle torturant. Si m6me on no vent l'uti-
liser ainsi, sa longueur fail que la tande cin-
glante arrive avec une grande vitesse sur la
chair do la coupable el la femme foueLtle au
grand fouet no larde pas a montrer, par ses
cris at ses contorsions, qu'elle rend hommage a
la force correctrice de l'op6ration. Jo dois m6me
avouer qua cot apparel est un terrible instru-
ient de supplice, bien que sans danger, mais
d6cbainant d'ellrayanLes flamb6es de souf-
frances chez la flagello. Aussi Ic planteur qui
on est muni no tarde pas 'a lro convaincu do ce
que j'ai souvent dit: 11 n'y a pas d'esclave, si
courageuse qu'elle soil, qui puisse resister a la
97 -




volonte du man4iro, lorsque CQolj-ci sait fouetter
la femmo d'une facou convenable, J'ose esp6rer
que los indications pr6c6dentes permottront 4
moes amis d'appliquer mes prinoipes on plaine
connaissance.


- 90 -











CHAPITiE lit




Des personnel ul doivent donner lo fouet aux
femmem.




La question do savoir quelles sont los pur-
soones qui doivoet uppliquar Ia flagellation des
esclaves eat d'une importance capital, sup6-
rioure M &amo la d6terminaUon deo instruments
do correction. 11 est on effect ais6 do comprendre
qu'une honno execution pout tirer un r6sultat
utile d'un mauvais outil deo puition, tandis quo
ae mnoilleur ustensile lustigeant no donnera quo
die a mauvaisl basogne s'il est mani6 par un
bras inhabile.


- IN -




Trop souvent, hls planters n'accurdent pas
une attention suffisante at choix de cous ii qui
ils ordonnent de chAtier leurs servantes. Los
uns onL des correcteurs attitres, a qui ils
laissent le soin do louetter les rommes en toutes
circonstances. D'autres, au contraire, so servant
pour cola du premier esclave qu'ils aperaouivent.
La promi&ro m6thode est do beaucoup a mneil-
leure, mais elle demand n6anmoins une cer-
Laine 6tuda. C'est au prix de minutes approfon-
dies que l'on oilient do la flagellation feminine
tout le profit qu'elle peut donner et j'adjure
mes lectours et amis de suivre mes conseiis.
11s doubleront ainsi la valour de leur personnel
domestique.
11 peut se faire, tout d'abord, que la question
no so pose m6me pas, parce que c'est le maitre
ou la maitresse qui procdocnt de leurs propres
mains h la correction do la coupalile. Je dois
avouer que, d'une faqon generale, jo n'aime pas
beaucoup cola, et voici mes raisons :
En premier lieu, la partnition est rarement
appliquue avec justosse. La femme fouett6e crie,
pleure, supplies, naturellement. Les larmos et
ses supplications oant souvent pour effect de d6-.
sarmer notre just irritation et de nous laisser
100 -





incliner il une laillesse excessive, Faut-il ajouter
que les jeunes files auxquelles le patron donne
le fouet en personnel, cherchent frequemment
4t attlnuer son courroux de lours grAces capti-
vantes ot y r6ussissent assez souvent ? Joe
n'ontends nullement ici me poser on rigoriste
intransigeant et j'indiquerai nettement plus
loin que lo maitre a le droil absolu d'user k sa
guise de ses esclavos en general ot des files
fouettkes en* particulior. Ce que je voux dire
ici, c'est qu'il est d6plorablo do no pas fair
subir une punition ordonn6e parce qu'on est sc-
iluit par les appas de la d6linquante. Celle-ci lo
comprend ais6ment, en bait part A ses com-
pagnes, et les rushes femelles se moquent alors
du maitre trop indulgent. Cos inconv6ntents
sonL trLs amoindris, sinon supprim6s, lorsque
la flagellation est applique par un bourreau
commander express6ment pour cela.
En sons inverse, (quanid le maltre fustige lui-
mt mo Les servantes, il oxagre parrois le chiti-
mrien el. sans le vouloir au debut, il transfornie
une punition ordinairo en un supplice pnrfois
trop rigoureux. C'est tout l'ahord l'objet fre-
quent de Ia col're, surtout clhez les dames et
les demoiselles. Celles-ci 'ral)pent lours remnies


- Jli -




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs