• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Cover
 Title Page
 Preface
 Premier traite: Histoire naturelle...
 Second traite: Histoire naturelle...
 Table of Contents
 Approbation






Title: Histoire naturelle du cacao, et du sucre, divise´e en deux traite´s, qui contiennent plusieurs faits nouveaux, & beaucoup d'observations e´galement cu
CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00084162/00001
 Material Information
Title: Histoire naturelle du cacao, et du sucre, divise´e en deux traite´s, qui contiennent plusieurs faits nouveaux, & beaucoup d'observations e´galement cu
Physical Description: Book
Language: French
Publisher: Chez Laurent d'Houry, Imprimeur-Libraire
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1719
 Record Information
Bibliographic ID: UF00084162
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.

Downloads

This item has the following downloads:

PDF ( 10 MBs ) ( PDF )


Table of Contents
    Cover
        Page i
    Title Page
        Page ii
        Page iii
    Preface
        Page iv
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
    Premier traite: Histoire naturelle du cacao
        Page 1
        Page 2
        Page 2a
        Page 2b
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
    Second traite: Histoire naturelle du sucre
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 150a
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 158a
        Page 158b
        Page 159
        Page 160
        Page 160a
        Page 160b
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 172a
        Page 172b
        Page 173
        Page 174
        Page 174a
        Page 174b
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
    Table of Contents
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
    Approbation
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
Full Text





tit


1*17,a





HIST 0IR E
NATURELLE
D U

CACAO0)


SU CRE31
D IVJIS VE ENF DEVX TRA ITE'S
QaId Conticnncnt pluricurs fairs nouveaux
,& beaucoup d'obfcrations igalcmczic cu-
licufcs & utiles.





A PARIS, ruedelat~arpe,
(:Iin LA U RB E Nr D1-I 0 U AY, Imprimeur.
Librairc, vis N vis la rue S. Scveriii
mu Saint-Erprit.
M~DCC XIX.
dfVI-c AlpjtcLAtim1 & Privibi'f dm Rol,






P REFA CE.

S I cn faic d'Hiftoirenatu-
relic, le merice d'une re-
lation doic fe circr da cara-
dere tic verice, qu'un Auceur
degout quia v 3,eft plus ca-
pable de lui donner qu'un
aucrc ; j'ofe me flatcrquc ccl-
Ics-ci ne front pas d6fagrca-
blesau public, malgrc la rcf-
1fmblancc qu'ellcs ont par
curs fujccts aux Trair's parti-
culicrsque Saumaife ( ) Col-
mncucro (2.) Dufour (3)&plu-
ficurs aucrcs en ont donnes.
( t 1' re a tn & Sauhato.
I L ), ChOes'ord Indi
( ) Da Thc, dt Catf: & du Chocolat.
a ii




PREFACE.
On y crouvcra dans Ic fond
tant de difference, qu c ne
poutrai ctrc accuf6 d'avoir
ricn cmpruntc de ccs Ecri-
vains.
Ce petit Ouvragc n'cfl
que Ie prdcis & Ic fruit des
obfcrvations que j ai hires
aux Ifics de lAmctiquc pcn-
dant quinzc annces, quc Ie
service du Roi m'a oblige
d'y fejoutncr. Lc grand com-
crcec qui s'y faic du Cacao
& du Sucre Icmbloic m'cxci-
rer a donner un pcu plus.
d'arrcinion qu on nc faith or-,
di0aircment it 1'origilnc a la
culture, aux proprictcs &aux
ulages de deux Planucs done
on tire ranch d'utilitcs ; & mia.




PREFACE.
curiofitc Ic trouvoic d'aurant
plus piqu&c dans cecc emtu-
tie que jc decouvrois tous
Ics jours dans la nature, &
d.ans Is coucumcrs du Pays ;
u1ic i1ninitc dc fairs contrai-
rcs A des idecs, & a. dcs pre-
jugcz aufqucls ccux qui ont
crticdcccsmaticrcsont don-
lie lieu.
C'cfi cc qui m'a fair prcn-
Ir e Ic parti dc touch cxami-
ncr par moi-mnme, de ne
rl,'a decrirc qu'apres le natut-
11, tic nc ricn avancer qu'a-
prurs I'cxpericnce & de dou-
scr encore des experiences
innmcs jLifqu'ua cc que je les
A.c rcitcr Ls avec exaditude.
S.is ccs precautions, jc ne




PREFACE.
croi pas qu'on puillh comp-
tcr beaucoup fur la plufpart
des faics raportcz par ceux
qui traircnt de quclque fu-
jcc d'Hifloirc naturcllc fur
des mcmoircs qui leur font
ctrangers.
Pour cc qui eft des rai-
fonnemens quc j'ai faits fur la
nature furies vertus, & les
ufagcs du Cacao & du Cho-
colar. Je nc doure pas que,
come ils onr report a une
Science don't je ne fais point
ma profeflion, quelqucsgens
ne puiillnc les tcnir pour fuf-
pcds; mais de quelque ma-
nicre qu'on lesenvitage, les
fairs fur lcfquels ils font fon-r
dez fone crcrains, & chacun




PREFACE.
it li bre d'cn tircr telles au-
is, indudionsqu'il luiplaira
I onuine 11 seft trouve
Ia milc Trairt du Cacao quel-
|Iu-% tcrincs, ou de Plantces,
ki$ dl'Arts ufitcz dansic Pays,
eiii a.voicnt bcloin d'une cx-
i.i-hatoni un pcu ample pour
I tre compris, ( cc qui auroic
dcma.ndc dc frequencies di-
pcIllions,) pIfurc qued'inter-
,uisprc par la le fil du dif-
S4urs, j'ai jugc a propos de
iuincroccr ccs tcrmcs, pour,
lu o~ cn trouvac I'cxplica-
I ion & la fin dc cc Trairt, dans
seia rcmarqucs parciculieres
sdqucllcs jc renvoye les Le-
r'us par les numerous qui
I ig1 func rclacifs.




PREMIER









PREMIER TRAITE',

111STOIRE NATURELLE
DU

CACAO.
W M divifcrai ce Traird en
trois parties dans la pre-
micrc, apr&s la description
Ju ( 'acaoycr, j'cxpliqucrai la cul-
sitre dc ctc Arbrc, & la prepara-
tlon de fon fruit i dans la fccondc,
(i parlcr.i dcs proprietez du Ca-
* *t ,t & dans la troifieme, de fes
nl.gt.es. Mais avant que d'cncrer
1,n m.uierc, il c(lH propos de fair
SI ..irq(1 cr ici.




'z Hifoire naturelle
En premier lieu ; qu'on ecrit
caCo caoyer, & Cacaoycre ; & que
pour rondre lc fon de ces mots
moins rude, & pour en eloigner
une idWe dlagreablc,on prononce
fur les lieux Caco Cacoycr & ca-
covere.
En second lieu, qu'en parlant de
I'Arbre, on l'appclle tancoc Cacao,
& tant8c cacaoyer plus fouvenc
m8me le premier, que Ic dernier;
il paroct ncaumoins que ce dernier
etf plus propre, & qu'ilferoic plus
raifonnable de reftraindrc Ic cer-
me de cacao 'a la fignification du
feul fruic r mais I'ufage, qui eft le
tiran des langues vivantes s'eft
declared pour Ie contraire.




du Cdcdo.


PREMIERE PARTIES,
CHAPITRE PREMIER.
VDefcription du Cacaoyer.
LE Cacaoyer eft un arbre d'une
grandeur 8 d'une groffcur
mcdiocrcs,qui augmentenr ou d.
minuenc felon la quality du fond
oni il vient.
Sur la C6tce de Caraque par
cxcmple, il prend beaucoup plus
de croifTancc quc dans nos Ifles
Fri.noifecs.
sot lbois cft porcux & fort le-
pt r Soin corcc cft afcz unie, U
it i ,>ultir de candle plus ou
pM-n,1 n1 licdc fuivant flge do
I A hrc.
'. r-htillcs fion longues d'envi-
*.ei n, ul pouccs fur quatre dans le
I. It r latr I c ir qui diminue
**..* dcux cxtrcmitds. ohelles f
A q




4. I-fifoire naturelle
rcrminent en pointe Icur couleur
elt d"un verd un pen fonc mais
plus clair cn dellhs qu'cn defTousj
clIcs font attaches ades pedicules
longs dc trois pouces & d'unc lig-
ne dc diamcirc L'alongement de
ccs pedicules form le long dui mi-
licu de thaquc feuille une cote
droiec on pen rclcvdc qui depuis
ft naiflancc jufques an bour va en
diminuant ; & de part & d'autre
dc cettc c6tc, forcent alrernati-
vcmcnt trciCe A quatorze nervarcs
obliques.
Comme ces feuilles ne combenc
quc fuccclivcment & a miefure
que d'autres les rcmplaccnt, 1'ar-
bre ne parotr jamais depouille :
11 flcuric en lout teams, mais plus
abondammenc vers les deux fol-
fliccs, quodans les autrcs Saifons.
Scs flcurs qul font rcgulieres &
en rofcs, mais fort pctites & fans
odcur, forccnt par bouquets des
ailkilcs des ancicnncs fcuilles ,





du ('dedo. 5
tif-int nn app ecriic encore ( pour
A111 Litre ) Ics 'cicitricics aux en-.
ofii %~ m I larbre s'en dcoit nurrc-
I i'a dcplsni~lk. lUnc grandc quan-
I :j41 eI d vct- Rars coulent,& a1 pciric
III Milk y en 16c'i dix qui noiient;
Ir" forve qqe Is corre qui eft aLi def-
I-$$$ p.~nt c outc cotivcrte de ces
%4''I flvilts.
lt(lite fic ctir cIlartachtez A Far-
h r 1-Ar tin ptdic~ulc deiel. & long
0 i tivol A fix Iigics j & qnand iell
1,41 crIorErc cii bouron ele n'a
11"q, liv irmi cktom lipnes de dia-
000. lit'., lirdcox, & dc'mics, ou frois
111111 lit~ glitlIC Iongulctir ;pluLISIC
11 4mI v p-tr rapmrc it Jarbie L%
W14"I1iC pims Ole tn'a piru fini-
foree ft d ,incl 'arrcention.'()
'Itas (III,.1. Ieboron Viewar s*
*I '.j dit~ Itjc ecir- flr eft g'&andc &
ps, 1 I ?,, I j .-P ..I nxgavn 6 colorv i.v
0- 41. *i Omo in /.,' r mrr, t1~'tj ralm-It.
I Ija AIIIcLt itic, linfc a1 co~piC- mctce-
V1Ii.a1 ,flivi'mil dit-.il m-gn ii pd)) tape-
Sa' woo, A'Lornmsrolog, lo~rngj'. M~ile
of lot A iij




'6 Hifloire narurelle
panouimron peut confiderer le cali-
ce,lefcuillage& le cceurdelafleur.
Le calice fI forme de .'envelop-
pe du bouton divide inr cinq par-
CieC,ou feuilles de coulcur de chair
fort pale.
Les cinq vericables feuilles de
meme couleur leIr f(ucedenc, &
rempliffent les vuides ou fepara-
tions du calice 5 ces. feuilles one
deux panics l'une qui eft au de.
fous en forme de talc oblongue,
panachdc intericurementde pour.
p re, fe rccourbe vers Ic centre par
ie mo yen d'unc ctaminc qui lui
fert come de lien, d'oi. fort en-
uice anu dehors l'autre parcie de
la feuille qui tizmble en &tre fepa-
rie, & eft forme'e en maniere de
fcr de pique.
Lc ctLUr de la fleur eft compofd
de cinq filets; & de cinq aminess
avec le pillile au milieu s les filers
lont droits,de coulcur de pourpre.
& difpofcz vis-A-vis des inetrvales




dx Camd.
afors Ct-tidles ; Ics dtamines font
1-14mhiV & cotirbcsen dchorss a-
ot44 U11V efpccc e bouton au forn-
MII 41il s'cnagc dans le milieui
haa:1ic Icudic pouir la foutenir.
Aon obfcrvc ccs rncnu~s
pi ti ec It microfco pcon di-
*I. ##: V Ix polnic des filets eft ar-
fEIIi tiC & juic les 6tamines forn
4i ItI i Mal i ;i-bicn qc le Icpillile
opto I A nairc fcmble avoir placd
a u a t itrven furniede filet blanc ,
Ott pmir &crc ILcS prernices du jeunc
I' 1 11t M pouir Ict Irvirdc-ddfcnfe,
I I I c4 v ra quc ccc cz,hrion -ne fe
1 or, I I'ile & ne c feddvoloppo cqu"A
4 1 A I Ci~.
I miuc YAvoir obfexvi ces Ic
4ltspaics avec la loupe, le P.
I gir i, II oc Ica Pasdifino~lceniei
400.111Ca, ii CXJifcmcnc d6(igi'e
-tois. 1%lii qutc M. de Tourneforc
1,i~ Los a dunn~cs d'apre's lui. (b )
i I 111olmd. rei Agv1barhi 22g.6f. tab, 4 *
A ill1




8 Hifloire nattwrcle
LeCacaoycr porte prefque ton-
tc 1'annie des fruits de tout age
qui nmcuriffcnt fcceflivcmcnc .
mais qui nc viennent point au bouc
des petites branches ; comme nos
fruits en Enrope j mais lc long do
ia tige & des mercs branches, cc
qui n'cfI pas rare en ccs vis-la,
ou plufieurs arbrcs one la meme
proprie i; tcis font l's ( I) Coco-
tiers Ies ( t ) Abricoriers de S,
Domingue. Ics f 3) Caleballiers,
les ( 4 ) Papayers. &c.
Unc decoration fi nnvelcle aux
ycuxdes Europdensqui ncfont pas
accotltumlisa cet arrangement Ites
fiurprend d'abord j mais pour pen
qu'on examine la chofe, la raifon
phyficue de ctte difpofition s'of-
frc d'elle mcmc a I'elprit son voice
bicn que fi la nature avoit place de
figros fruits an bout dcs branches,
tn poid fi lourd les auroic necelahi-
remenc rompucs les fruits fe-
roienc tombez avaltt ulcermaturite.
I. J. 4. VoyeC les r(marqucs Mccs aticles.





dis Cacao.
I fr~iit dtl Cacao ca contenul
l.1 'iinlic Colic ( c ) qui d'unc ex-
Irgl r`11' petim parvientcciiuatre

v?,!io' ~thm concombrc qui feroic
I'ti'mIpar kc bas. U cloin la fur-
I...Issek ,alt W 1ecii cccdc melon'.
C-1w ,111c dans kes prcmikrS
4(1 oit rougC, OLI blanche,'
4-1111I r dlcrougc & dejautac; &
V-11 I vt tl IV coulIeursfai trois'
1 004. 1 Xa rbrcs tic Cacao quii floInC
X i t~tic ccitc fculc diffcrcn-
TI lew ne cruis pas fifififanc
r 1.11lir troiSC crecccs de Ca-
III 41 if)
&I r~i jI irc% I l~irc lUr I'Autrc & Win&f
1II 'at(~lelt UIIC gOLiGi ; MaiS VO IFIC
I to seflal *ce F~our coffic. & jcrny Cli
I P... ONt ell litsan,&('auelr~ i
0 bo*I.*dfloelftr lVr,,41Nemori~f#.Carc'J.
FO Pm eel ?tqt.aw.I Apad Anton. Atirc,, ir
.4 4110 04info, Vi 1.C.1
y I it Aipt~im icc cjuc Ics Auteurs Efpai-
#(I& 111rm111clit qiutic efjpCCes Aul mexi-
,te o P*,ir pub clics flrirn tut bJucircn




to Hifloire naturdlle
La premiere, ell d'un rouge vi-
neux & funce ( principalement
fur les c6tes ) Icqucl devient plus
clair & plus pAilc en mcuriffant.
La feconde, qui eft la blanche,
eft au commencement, d'un verd
fi clair qu'il en paroic blanc, peu
A pcu ellc prend la couleur de ci.
tron & fe colorant toujours de
plus en plus elle devicin enfin
touch A fair jaune dans fa matu-
rite,
La troifidme, qni e(t rouge &
june cout cnfemble tient un mi-
lieu entire ces deux premieres car
en meuriffant, la rouge palit, &
la jaune fe reinforce.
J'ay remarqud que les cofTes
blanches font plus trapiies que les
anrres, fur tout du cord qu'elfes
tiennent A I'arbre, & que les Ca.
caoycrs de cctce forte en rappor-
plus lolidec; & Mr de Tourncfort a laifon de dire
atpr le Pcrc Plumier, qa'il ne connoil qu'unc
feule cfrpce dc Cacao. Caca f(paiCm vniWalr
no"m. Appad rei hbrbar. pag. 660o.




dui Cdcdo. It
ten; cnflifltufluflet d'avantage.
its l'on fend une de ces coffes
Idh'.M &ILa longticur ,on trouve
-rdlva cnironquat e -ii Des
41It11N-r,& quc fa capacicd eft
L 1-mt- d 'rnandes de Cacao *donts
01 'nee4rvaic, (6nt rem pus avant
'0,e ~uisliti,ruiti5ncf~ibfta nceblazn-
krme I Inaisqul fe change
411111 1Ii tin cfpccc dc mucilige
0'" .iti, ithtt. charmanrc s c'eft
,,jim.i mn 6C donned fouvcnt
101 111 tie incre ge ccs aman-
ilk ad ( awciu avec leurs envelopea
of 4 1 1 !u~uIiL-C pour la raffraichir
ti r I'knirnt & pour Lltancber ]a
I -it msti, on he' garde bicn d'y ap.
I Attw paircc qui'ci pcrqant
p., -ms dui (Xcao on fintiroic n

I *s' oflcxamiic aveccatten-
*"'n I. rueltre intcricurc dc ces
.&- qIti'w cn anatomife ( pour
*-o .s hire ) tomtes Ics parrcis, oh
flosim; iluc Ics fibrcs dc la quctie




i 2, Hifloire naturelle
du fruit pa(fint A cravers la coffe
fe partagent en cinq branches,
quc chacune de ces branches fe
divifent en plulicrs filaments qui
fe terminent chacun an gros bout
d'une des amandcs, & que le tout
enfemblec forme,comme une cfpecc
de grappede 0o. 2 30.- 3. grains
an plos, range & appliqne. l'non
concre I'aumrc dans la codll avcc
tune ordrc mcrveillcux.
Je ne pnis m'empechlcrde remar.
qluerici le pc'u d'cxacditude ds re-
lat ions touchant le nambre des a-
mandes qu'nr trouve dans chaque
come: (f) Damnpicr, par example,
dic qu'il y en a ordinaircment pres
de cent, d'aucrcs modcrnes (g)
60. 70. So. ranges come uks
grains des grenades: (h) Thomas
(f) Nnuvc.a Voyage du moudc, comm z.
chap. ) p.a1,, 6o
(,r ) I',nct I'iftoire general dles Droguc,
liir vj i ciaI u x a p o Chumcl aireve
dc lhliift l c d&s Plaracs vblclles. Valcmin hill.
Sm,.phtr: r, f. rrn. ti'. fl (11 ch t.
Sh ] Nuuvcllc Rcl.tion des ludes Occiden-




(MCaddo. if
fat~c* ium~tc.\~o0114-0.COlrnc-
0 1 1. o c. 4)1 12. & OCexnelin
Its. tillI it. jiirJUCS A 1+.

r Witi st 14c cn avoir jarnais crouv6
IVY 104"1110 toy plus do &j. peuc-&cre
U.A .'e v do cherc her Ics plus
.al dms Ics fonds les
14- t11141% &, fijr ICS fLujCES leS
vipii ,E1rL~ on en, pourroit
Sdc qiane amandes .
V 11111111C 1'ilra jamais au-
o It tlide meme cerrtain qu'on
ohs If- OyCr.1 poc dL' coffcs cjui en
4160 uus ie aa ddic i j. A~ noins qua
1* 11 1, tiv.~ lcitdscoffes avorctes.ou
69 001 see di. IL-11,C airbre fatigud,
4 VA1 I *thrruI~dcvici11cflc,demd-
* I. -sol, ei.~ ou par dcfflaut do cul..



.9 hi. Am imu~r Couflti~cnro dcLedclkna
6 4 1,e41etibrnh A Paris c"a 1643.
11,11aicdcb Av.anturicts,tom. I.P. 4231t




14 Hifloire naturelle
Lors qu'on 6te la peau & quel-
quuiinc des grains de Cacao, oa
dccouvrc la flbflance de l'amande
qui paroit tendre, lifc, un pea
violcrtc, & comme divifdc en pli-
fieirs lobes quoi que dans la vericr
cdie n'en air que deux, mais fort
irreguliers & fore cmbaraffez F'un
dans I'autre,comme nous le ferons
voir claircmcnc, en parlant de fa
v.cgcation. (1) Oexmelin & phiu-
ficurs autres one cru quc famande
dcCacaoteoic un compoflde cinq
ou fix aucres plus petitcs come
coldes enfemble j le Pere Plumier
lui m8mnc donn? dans cceterreur,
& y a entratnd les aucrcs. (m )
Enfin coupanc Pamande en deux,
fuivanc la longucur, on trouve ?
'cxtremice du gros bour, line ef-
pccc de grain cilindriquc (n) do
(I) ibid.
( m i In mu'ltis reltti Amyigdaj flfilel.
TfUrnrffer in append. ren herbrra, pag. 6 o,
& hb. 444.
( n ) je ne pnis comprendre fur qucl fonde-
sncnt Ocxumliu s'cf all: imagiLcr que Ics El-




dA Cacao. 1
'I is% tignes de long. flir une dearie
I'Alc d.. dia 'netre LH cjui lel vrai
1-.1 111de 1.1 plante, au liecu quedans
ei.OW j.111IaIde Eutropecnn~ess cerre
joartiv rLk pjac~r. i laucre bour.
Oo ,'cut voir mmem en France
w .,e Iqrrputarkgg des lobes, M e.
Ielle du Cacao dans Ics amandep
*4Fs & monddcs pouir faire le

-161 1j. A*lasa cnnportidon dc Iear Choenlar.
1 1 II.I iki cc guiancilindiqic (qu'ilAppcllo
4 mophroo dvIeflarij amwi~udes do dGmem,
I, .u pive ti pojmoo fmi a ILY germe fort
4.04. ri. fdej~fide AioxfoiveriF 'efl dicostt fe
G a 1,(I?,4~fxo"fjv A@ crl4ru beafede
&444 OfmelhI. Moi~re des Avantuticts,
rd t tdg qit. 11 IO4m more~w C11O hts



I p~sw 4" 0del14dioflriton dm
Wi, ptaiepldnter une Cacdo~yere.
I hIraaoyer crott naturelle-
liti clanls phLifiCLUS COacrc'c
i I% banc Torridc:de l'Amerique.,




\6 -t'Iifloire naturelle
mais particulierement an Mexi.
que dans Ics Provinces de Nicara-
guc & dc Guatimalic come aufli
Ic long des bords de la riviere des
Amazones. (o) Et fur la c6re de
Caraqu, c'cll A dire, depuis Co-
mana jufqu' Cartagene (p ) & ia
lifle d'or : on en a m8me trouve
quclqucs uns dans les bois de la
Martinique.
Les EIpagnols & Ics Portugais
ont dte les premiers A qui les In-
diens ont donned connoiffance du
Cacao, ils en ont long temps usd
fans le communiqucr aux aucres
Nations. & ceflivemnent ellcs en
eoicnc fi pen infiruites dans cc
temps-lA, que Ics Corfaires Hol-
landpis, ignorant la valeur des
prifes qu'ils en faifoient, jertoient
de depic route cctic mirchandife
(o) Rclation de la rivicte dis Aiqazones.
( ) J'ay ajoutC ctte explication parcel que
Pomer faith vcrir Ic Caca.n de Caraque de la
Province dc Nicaralue dans la nouvdlle Ef-
pagnc, qui eft kligcwc de Caracas dc 600oo.
lCSt, liV, nvI dcap. .ans
dans





A: C(CiO. 17
i Nier, l'apellmiii parde'rifion
0I~, 1 .wuvai s Efijagnol.cacu-
oer'iry (H)Lic crorccsde brebis.
i(.9V). ( r) on ncconnoiffoit
r .tIux Ilics du Vciit., qtlurt
tire tic Cavio, plantei par
iii' Jens le artim d'un An-'
hst'Isant tre ITlfc dc Ste
.( I ) cit t6g. Ics Cara'ibes
mm'rcrernt ;I Mr du Parqluec
irivur d.ins Ics bois de I'lfle
Ma~rt mit~tiqc don't il dtoir Sii-
IrCAN d~couvcr donna
phibm-iattrcs dc rn~me

Ili ir (mu) dc cctc flek, &
impli'sremmvir 2tlE grai nes
im tf ira cpicl Ics Cacaoycrcs.


bM&.~ ~fore naiturell dcs Ani.
oh1w -mattuc. xcvt.
to Jro *. t. Ail1 dui Pere dui Tercrrc
#. 1 'bAl vwc% dcir Antilles,
A 1 i t 1ri 1 C 7 ih !c c;~ dl LE vcfl t~ui
1C al ckkI"ad~lj~i~I. r




18 Hifloire naturelle
qu'on y a depuis plantdes doivent
cur origin : un Juif nomme Ben-
amin y planca la premiere,vers
I'annec i660. mais ce nc fut que
vingt- mn vingt-cinq ans apr~s que
Ics habicans de la Martinique com-
menccrcnc A s'appliqucr 1 la cul-
ture du Cacao, & a planter des
Cacloyer'es.
On appellc une Cacaoye're, une
cfpecc de verger d'arbres de Cacao
plancez au cordeaau A peu pros
commc nou, difons en France une
ccriftyc une pommerayc unec
prunclayc, unc figneric &c.
-Lors qu'on veut planter une Ca-
caoyere, il faut furtouc choifir la fi-
tuation du lieu, & la nature da
terroir qui lui conviennent.
Le Cacaoyer demande un lien
pla humide, & A I'abri des vents;
une terre ncuvc [ & pour ainfi-
dire )Vicrgc micdiocrcmcnt graf-
Sudicfl. La panic fous Ic vcnc, s'appcllc baffe-




dui Cacao.. .4
Is'. meiilulc & profonde j c'&f pour-
II. I# -i s fonds nouvellcmclit def-
I--% bicz, don'tt I a icrrc cfl noire 8c

'Pakt% &- itc le s c~ttaux ou mar-
to, I &JJ enior ,( pour parker le
Ii 1,:g1"r 41to rali) nvtimf i couiverc
*It. v9'ists I r-wtnt dui lc6r6 de I&
1-mr 'ii prefcrables *.' torcC au-
III lIi tIioni & I'on ne mrnafque
lerc de lic' incttre i ccr tifige
$1-441141 on CV ff ifcz beurcux pourt
Its Avloir dc lembiables.
I -Ias -I dic k fonds nomeu'.lemews de-
c'ef A.j l dire don't Ic bols
1#06 111 dki'rc abbatu cxpr~s pour
Im1* c r il tfinc remarqucrqu on
laceencrc ujourd'hUy CoUra:
I caogrv a rniiicu dsbois*

s. .4 d.M~mki ,& ccia pour dcus
, t a ..1 Merdntielles,Ia premicrei
4#S. quo le bois debout qui reace
* 'till leor krve d'abry & ]a fie-
IIS41i~41 ifincu'dics donncnr mcius;




10o Hifoire naturelle
de peine ia (.rclcr la rcrre qui n'a
jamais produit d'hcrbe, n'en pouf
Plant que peu faicc de graines.
Aux Caca;ycres plIanes fur
des eminences la tcrre n'a ny
acffz d'humiditd, ny affcz dc pro-
fondcur &8 ordinaircmncnct Ic piv
ou la maitrefle racine [ quifeule
s'cnfonce A plomb dans la.terre )
nc pet percer Ie tuIqu'cIlle rcn-
contre bicu t6. lesventsd'ailleurs
y ont plus dc prife, font coulcr les
flcurs noiics, & pour pcu qu'ils
foient forts, abacent Ics arbres
don't prcfque wutes lecs racinas
font fiipcrficillcs.
C'cil encore pis aux c6teaux
clone la pcntc e: un pcu rude,
car outre Ics mimcs inconve-
nicnts- Ies avalaifo.s y cncrainent
la honne tcrra, & decouvrent ia-
fnfiblcment routes les racines.
.On pc ucdoncconclure quetou-
tes ccs forrcs de C.icaoveres font
long-temps :A pCIr qt ',llcs ne




(11 C.:cro. -Z. x
4ma abonclan. ~mdincs, & qu'elles
I 611m,111,t CU pcti de Leflips.
IIri ll bion auiri (autanc qU11 Cfi
1,1~4 )qli'tm Cac~aoycre loic en-
de tic boi debOUc OU s'il y
Itdickpc cC~t4 d'ouvert, on doic y
11fiicr de bonnc heure par urne
*ft 6 ptnicurs r.u~g de Bana.-

I Imee nc()requLA cC~icanycrd
1i4 thne gramndictr rn~diocre, car
I~.l4~ I lS urtOUc dans les fonds ,
will~ ~iss~al7 dair, & font comn-
e I t & les grandes jun.
4 14' XC6 font trop e~xpofdcsi aa
Ihvrulte & atix grands vents,
1i 00mm (x)Me Ouragans en

Ls, pIac de 4 C*c~oyrer &cant
"104. k Igsdimenrions dctermi..
..,.m~ 6 aw A abatrelId beis,
14 911119 1 If$ ifm8Isiques -1 1rirzclc y.
4 OwoS we'IC111 &~ Oragcnx font 1C WMtt

10 6 .* %S el L 1iI1h1.3r.




z 2. Hijhire naturldle
on commence par arracher les pe-
tites planes, & I couper les arbril-
feaux & les menus bois puis on
tronqonne les tiges & Ics groffes
branches des pctits arbres. & des
mddiocres ; on fEic des buchers, &c
on allume desfeux dc coLtes parts;
on brile m&me fur pied les plus
gros arbres pour s'6pargner la
peinede les couper.
Lors que rout et: brfid6, qu'il ne
relte plus fur ]a terre quc les troncs
des plus grands .irbres qu'on ne-
glige de faire confumer, & que
l'abbaris fe trouve parFairemcnt
netoye, on dreflfe au cordcau des
aides 6quidiftanrcs & paralclles
oh l'on planteen qiinconce des pi-
quets de dcux A crois piedsde long,
a l'intcervale de s. 6. 7. 8.9. ou 10o.
pieds, en un mot, A relle difiance
qu'on a refolu de donner aux Ca-
caoyers qu'ils reprefntenc. Enfin
on Fait une piece de Manioc de
tout 1'cpace ddfrichd, prenant




dm Cacao. 4
garde de n'en planter aucun pied
trop pres des piquets.
On obfervera quo lesCacaoyeres
plant&es A grandcs diflances de 8.
..& io pieds donnent bien plus de
peine A tenir nettles dans les pre-
mkires anndcs ( commc nous di-
rons dans la fuitce ) mais autff
quand eles font en de bons fonds
clies rduffiffent mieux de cette for-
ie rapportent & durenc beau-
coup plus.
Les habirans qui font preffez de
leurs befoins,& qui ont peu de for-
ce, (y) planet plus prts les ar-
bres, parce quc cela augment
confiderablement te nombre des
f eds, & diminue en meme items
le travail dc les tenir ners. Quand
dans la fire les arbres viennent A
fe nuire reciproquement par leur
proximity, ils ont ddja recueill'i
quelques levies do Cacao, qui ont
(y) C'eft I dire, qui ont pen dc Ncgres, les
faculty des habilans lb mcfuicmn par Ic nombre
de icurs IFblaves.




1 4 Hiftoire narmrelle
pourvuf leus ncceflitez Ics plin
urgent'ss& an pis-allcr ils coupent
alors une pacie des arbres pour
donnkr de l'air au retlc.
A la c6ce dcCaraqute,on plAnte
les Cacaoycrs A ,z. & r~. pieds
d'intcrvale, & I'on pratiquei des
rigolles pour les arrofer de rcms
en rerns dans les grandes feche-
recffes: on a faic auiF tine heureufe
experience de cetiL pratique i la
Martiniquc depulis quelqucs an-
Dics.
Au relte Ie (6) Manioc efa un
arbufle don't lcs racines eragdes &:
'cuices -fLr lc feu founifncnt la car-
fave & la farineqtiferventr dc pain
I cous les.habicano naturels de I'A.
mrnerique. On en place dans le9
nouveaux abacis non.feulement
parce qu'il en fat necefifiremenr
a un habitanc pour la nourricure
de fes Negres imais aulli pour di-
ninucr la production des mauvai-
I 6 ) Voycz Ics rcmarqucs .A l'iraclc 6.
fes




du Cacdo. z5
lis hcrbess & pour nictrre l'onm-
bre les pieds de Cacao qui levent,
don't la lume tendre ni nime les
fecondcs fcuilles ne pourrolent
refifler a I'ardcur excefllive du
Soleil: C'eft poorquoy on attend
quie Ic Manioc puifle ombrager
lcpied des piquects, avant que de
planter le Cacao, en la mnnicre
que nous dirons dans Ic Chapirre
uivant.
tr'-iw 4flflat 4A tg ** flt*Ai4t 'nS %w t w
CHAPITBRE TR.OISIEME.
De la/ maniere deplanter une Ca-'
caoyere, e de U1 cultiver jmf-
que' la maturity dea fruits.
T Out le Cacao fe plane de
grain, le bois de ccc arbre
nc pregnant point de bouturci on
ouvre une code de Cacao,& me-
fLurcqu'on en a bcfoin,on en tire les
amandcs, & on lecs plante une a
uncO commencant, par excmple,
C




2 6 Hifoire naturelle
par Ie premier piquecon l'arrache,
& avec uine force de honlette de
fer bien aftilde, alyant Falt une ef-
pcce de petit labour, & coupd,en
bequillant tout au tour, Ics petires
racines qui pourroient nuirc on
plante la graine A trois ou quatre
pouces de profondcur & Pon re-
me le piquct un pen A cr6t pour
fervir de marquee & ainlide pi-
quet en piquec, & de rang en rang
on parcourt route la Cacaoyere.
1 faut obficrver. t. De ne points
planter dans Its temps fccs i on Ie
pcnc a la vcricd cous Ics mois &
Toutes Ics les lunes vieilles ou nouvel.
les lors qua la faifon eft: fraiche,
& que la placeceft prctc ; mais on
croit commundment que plantanc
depuis le mois de Septembre juf-
ques aux Fctcs de NoEl, les arbrcs
rapportent plut6c de quclques
rnois.
o. De ne planter que de groffes
amandes, & bien nourries; car,




du Cacao. 27
puifque dans les plus belles coffes
ille trouve des graines avordecs, it
y auroit de l'imprudence de les
employer.
3. De planter le gros bout des
graines en bas, c'eft celui-l& qui
tient par un petit filet au centre
de la coffee quand on tire l'amaride
en dehors. Si on plancoic le petic
bout en bas, le pied viendroic ror-
zu & ne reufliroic point j fi on
plantoic la grain de plat, le pied
ne laifTeroi c pas de venir affez bieg.
4. De mectre deux on trois grai-
nes 1 chaque piquet, afin que fi
par malhcur les criquecs. on au-
trcs pecits infet&es coupoienc la
plume encore tendre d'un ou de
deux pieds, il en reflic un croi-
fidme, pour fupplIer au deffaut des
aucres. S'il h'arrive points d'acci-
dent, on a au moins l'avantage de
pouvoir choifir en fuice Ie brin qui
eft le plus droic & de'mcilleure ve- .
nue j mais on nc fe rdfout A couper
Cij




i.8 li{floire ndturelle
les pieds furnumeraires, que lors
quc celui qu'on a choifi, eft cou.
romi & hors de rifque felon
t utcs Ics apparcnccs.
Les grains dc Cacao event
daIus huic,dixou donze jours, plus
ou moins, felon que lc temps plus
ou moins propre advance ou recule
la vegetation Le grain cilindri.
quc du germe venant A fe gonfler
poufl ecn bas la Radicule, qui de-
vient enfuicc le pivot dc l'arbre;
& en haut la plume qui cif un ra-
courci de la tige & des branches
ces parties croiffant &cfe deve-
lp pant de plus en plus s les deux
Iobes de lamande un pen fepards
& rccourbds fortent Ics premiers
de la rcrre, & a mefurc que Ic pied
s'dlcvcfce reJreflfent & fe feparant
tout-A-fair en deux fduillesdifli-
rmilaircs, d'un verd obfcur, 6paif-
cs, inegales, & comme recoquiL.
; Ides qui fontice qu'on appelle les
or'llht de la plant: La plume pa-




du Cacao. 2.9
totc en mrnme temps & fc pi -
tage en deux fcuilles tcndrcs, &
d'un vcrd clair & naiflfnc i a ces
deux premieres fcuillcs oppofd&s
dcurx a deux en fuccedcn'i dcux anl-
ircs de m 5me,; cclle.s-cy deux tr,,i-
flmes Ic pied s'delcvc A propor-
tion, & i ainfi de fiiic dura.u unie
an'ncc, ou environ.
Toute la culture du Cacao Cc
reduic alors I la pratique de deux
chores.
Premierement A le retw rir rous
les quinze jours, c'cfl A dire plan-
icr de nouvelles graines aux lieux
oilcs premieres n ont pas level,
on bien p Lt6r, ou Ics picds onu
tc6 ronges par Ics criqucts, & an-
tres infclkci, qui font I fouvcrnt ,
digAc terrible de ces nouvclks
plants, lors mdImc qu'oan les croic
hors de tom danger. QcfquCs ha-
bicans font des pepinicrcs a par c,&
tranfplantent cnfuite des pieds de
Cacao oiu il en nmanquce ma is com-
C iij




0 o Hiftoire naturdle
me ils ne prennent pas tous 4
principalement qu'ils font un peu
grands, on quc la falfon n'cl1 pas
favorable, & quc la plus part me-
me de ccux qui prennent fonc
long-temps A. anguir il m'a tou-
jours paru plus convenabic. de re-
cowriravec la grain, & jefuis per-
fnadd que toutbien comped, il fauc
deformaiss'en cenir IA.
Secondement, A ne laiffer croi-
tre autcune hcrbc dans la Ca-
canyere, recommncnanc A s'arclcr
par tn bout, dcs qu,'on a fini par
1zutrci & pregnant garden firtouces
chofis de laiffer jamais grener au-
cune herbe s car s'il arrive une fois
qu'ou en lailfe monster en grain,
on a dans la fiice bien de la pcine
& du travail A dedruire les mau-
vaifes herbes & & tenir nets les
Cacaovers,parcc quc la vegetation
n'eflt jamais interrompue en cc
Pais la par Ic froid.
Ces Sarclaifons continucllcsdua-




du Cacdo. 31
rent jufqu'a cc que les Cacaoveycrs
devenus grands & leurs branches
fe croifant,1'ombrage emp&chc les
hcrbes de poufler j & que d'aillcurs
les feuilles rombant des arbres, &
couvrant la terre acheveoc d'd-
touffer les herbes Ainfi finiclepc.
nible cxercicc de farcler s il fuffic
alors dc fair cous les mois une re-
veue en fe promenanc dans la Ca-
caoyerc, d'arracher par cy, par la
cl peu d'herbcs qu'on y crouve, &6
d les tranfportecr loindans Ie bois,
craince des graines.
DMs que les Cacaos onE ncuf
-Moi.s on doic commicncer a arra-
cher lc Manioc & fire fi bien
qu'CiI troismois au plus tard il n'y
en air plus .i nAefuirc qu'ou larra-
che, on ptut encore en replanter
une range on deux au milieu de
chaque allee, & femer dans les au-
tres vuides des Concombwes, des
Citrouilles, des (r.) Giraumonts,
[ I] Cc font des citrouimlcs don't ia chair eft
Srt jaunc, C iiij




3 L Hifjoire naturelle
& des ( r ) choux caraibes; parce
queces planes ayant de grandcs
euillics rempanrtes, font fore pro-
pres a conferver la fraichcur de la
icrre & A drouffer les mdchances
herbes. QOuand Ics Cacaoycrs fonE
parvenus a couvrir leur terre, on
oft contraint d'arracher tout, car
lien ne pieu plus profitcr au def-
lills.
Lcs Cacaoyers d'un an ont or-
dinairement quatre picds dc tige
ou environ, & commencent a fair
lcur itce en poufLIant tout a Ia fois
cinq branches an fommniet, qui for-
mcnt cc qu'on appellelacouronne dm
cacao. 11 arrive rarement que cer-
to couroane n'ait pas cos cinq
branches, & lors que par quClque
accident, ou centre l'ordrc de la
nature cllu n'cn a que trois ou
quatre I'arbre ne viene jamais
[( ] On en peat voir la dLcripdon & la 11-
ptie dalns I'Hifloirr miurelle des Antilles du P.
tu Trcrtctoni. a. iagc y s. la figure dc [a page
ILL 3




du Cdcao. 3-
hicM, & il fcroic peuc-ecre micu\'
tic le receper d'abord, & d'actcn-
dre une nouvelle couronne qui ne
feroic pas long-temps A fe former.
Si Ala fin de l'annde Ie Manioc
n'dtoit pas encore arrachd, cela
rctardcroir la porter des arbrcs, &
Icurs igcs montant rrop haut f:-
roiCen foibles, xvcules, & plus Cx-
pofdes aux coups de vent : que fi
clies couronnoient, les couronnes
feroient trop ferrecs, & Ics meres
branches ne s'dvafant p f:.affcz, les
arbres ne feroient jamais bien de-
gagps, & n'airoient point 1'ten-
due qui Icur eft naturelle.
Quand rous Ics pieds, font cou-
ronnes on fair choix dcs plus
beaux jets & l'on coupe fans mi-
fericordc tous lesfurnumerairesj fi
'on ne prend brufquement ce par-
ti, on abien de Ia peinea s'y refou-
dre dans la fuire,cepcndaut il n'cei
pas poffible que desarbrcs ainfi ac-
coles nc s'cntrenuifenc a. la tin.





34 Hifloire naturelle
Lcs Cacaoyers nc font pas plu-
t&e couronnes qu'ils poulient de
teams en terns, tin poucc oni deux
anu dcfous dc lecr couronne, de
nouveaux jets qu on a ppelle rejet-
tonsi fi on laife agir la nature ces
rcjctrons produifent bien-t6c une
fecondc cduronnc,fous laquelic un
nouveau rcjctron venant A poufler
en form encore utic rroifinme &c.
C'cdi ainti qc fone ff its Ies Caca-
oyers natures & fans culture ,
qu'on trouve dans les bois de la
Capcflcrrc de la Martiniqucn mais
parcc que ouccsccs couIronnes l
plufieurs d ages, nc font qu'ane-
antir en quelque manicre la pre-
minire, qui eft la principle, & que
'arbre abandonne a lui-memc de-
vient crop haut & trop effild, on a
loin tous Ics mois en s arclant, ou
en cuci Ilant Ic fruit, d'6bourgeon-
ner c'ell-A-dirc, de chlcrer rous
ccs rejcttons, & c'clt cc qu'on ap-
pellc lur Ils licux Retjctfnner.




du Cacao. 3 5
Je ne fsache point qu'on fe foic
encore avif6 de taller, non plus
que de greffer les Cacaoyers il y
a cependanc une cfpcce de taille
qui a mon fens leur feroic fore
avantagcufej itl lcconflant, par
cxemple que ces forces d'arbrcs
ont coujours qucl7quc parties de
bois mort, le uns plus, les aucres
mnoins j furroui aux extremitcz des
branches : Et il n'y a pas licu de
dourer qu'il ne ]cur fur tras utile
dc rccranchcrc bois mor jufqucs
au vifavec la ferpecte: mais com-
me I'avantage qu'on en retireroic
ne feroir ni fi present, ni fi fenfible
Lque Ie temps & le travail qu'on y
employeroit il y a bien dc l'appa-
rence qi'on ncgiigera roujours
cette operation, & qu'on la trai-
tera mcme de pine inutile : Les
Efpagnols n'en jugent pas de m6-
me & ils out au contraire un
grand foin de retrancher rous ces
ois morts ; aulli leurs arbrcs font




36 H.f/oire naturelle
plus vigoureux quc les nStres ,
donnent de plus beaux fruits. Je
croi qu'ils n'ont pas la mimc ac-
tention de les greffer, & je doute
mrnemc cq perfonne air encore
tenic dele fair, jeils ne nmoins
perfuadd que les Cacaos en fe-
roicnt bien meillcurs, ce n'cftqu'A
force de reffer en pluficursmanie-
res nos fruitiers, ( qui ne font ori-
ginaircmenr que des fauvag.ons
trouves par hazard dans les bois,)
tu. ona enfin trouvc .'art de lcar
fire rapporccr des fruits fi exccl-
lents.
A mefure que les Cacaoycrs
croiffenr, ils fe dcpouillent pent i
pcu des feuilles de a tige qu'il
taut laimfcr tombcr d'ellcs memcs;
car d&s qu'ils cn font enticrement
dcpouilles ils ne fonc pas long-
remps a fleurir, mais ccs premie-
res fleurs coulent ordinairemenr,
& on no doit gucre efpcrer de fruit
necur avant trpis ans, encore faut-




du Cacao. P7
il quo ccrfoi en bonne terrc;a qua-
tre ans la levee eft mediocre, & .a
cinq ldie cit dans route fa force.
Pour lors les Cacaoyers portent ,
ordinaircrment pendant route -'ansee
$ des flcurs & des fruits de
tout ,igc; ii cl A L a veritd des mois,
oit ils n'cn ont prcfque point &
d'aurres ou ils en Iont tout charges;
vers lcs Solflices les levees font tou-
jours pluF abondantes que dans les
aui.res Sailons.
Comme dans les Ouragans le
vent fair le tour du compas en
vingt-quatrc heures, il cil malaifd
que pergant par lPendroic Ic plus
foible, & le moins covert des Ca-
caoyeres, il n'y fiffe bien du dcfor-
dre, & ileft neceflaire d'y remc-
dier lc plus promptement qu'il eft
pofllible. Si le vent n'a fir que
renverfer les arbres fans rompre
leur pivot, en ce cas Ic meilleur
pardi qu'il y air 'i prendre, furtour
dans les bonnos terres cft, do




78 Hi/oire naturelle
reliever fur le champ ces arbrcs, &
de les remectre en place les appu-
yant avec une fourche, & les re-
chauLTant bien avec de la cerred'a-
lentour : De care manicre ils font
raffcrmis en moins de fix mois, &
rapporcent come s'ils n'avoient
jamais en de mal. Dans les mast-
vaifes ccrres,il vaut micux les laif-
fer couchds, rechauflcr les racines,
& cultiver A ch.ique pied Ie rejet-
cton de plus belle venue, & leplus
proche des racincs qu'il puullera,
en recranchant avec fuin tous les
autres ; l'arbre en cet dtac ne laiffe
pas de fleurir & de porter du fruit,
& quand dans deux ans Ie rejecton
confervd elt devcnu un arbrenou-
veauon dCronjonne le vieuxarbre
i un dcmi pied du rejetcon.




dui Cacao.


CHAPITRE QUATRIE'ME
Dela cueillette du Cacao, &' de
la maniere de le fire reffler
fe) cher pourp ouVoir etre
confervi c& tranfporte en Eu-
rope.
L Es rflexions que nous avons
faites an Chapicre premier fur
le changement de coulcur des cof.
fes de Cacao, donnent A connot-
tre le temps de la maturity de cc
fruit, qui eft bon a cueillir lors
que route la coffee achang5 dccou-
Icur, & qu'il n'y a que le petit bou-
ton d'cn bas qui foic demcuri vcrd.
On va d'arbre en arbre,& de rang
cn rang,& avec dcs gaulettecs four-
chus on fair comber les cofles
miures, pregnant garden de nc point
voucher a celles qui ne le fonc pas,





4 0 Hiffoire ndtfirelle
non plus qu'aux flcurs ; on em-
ployc A cela les Ncgrcs les plus
adroits, & d'aucrcs qui les fnivenc
n wc des paniers ramallenc lea
cofes A tcrrc, & cn font A droit
& gauche dans la Cacaoycrcdes
plles qu'on laiffTu l quatre jours
Plans y toucher.
Dans les mois d'un grand rap-
port, on cucillc tons lcs quinze
jours : Dans les Saifons moins
abondantes on cucille dc mois en
ois015.
Si les grains refloicnt dans les
cofeks plus de quatre jours, elles
nc manqueroient pas de germer &
de fe gaer 3 (a ) & iI eit neceffaire
Sa ] C'ft pourquol loss que de la Martini-
que on a voulu ecivoycr aux Ifles voiTincs des
cots-i Je( ac n pour avoir de la graine 1 plainer,
on0. cu un oini cxtinime de nc Ics ccuuilii quc lors
que Ic 1!t4imL1c sic transport allioi mettcr i la
voile & tic Its cmploycl d'abord cn arrivant:
11 n'ct doinc pas poflibcl quc lsc El'pagnols you-
lant avo;r dc la 10merncer lr produirc ces at-
bics laifletic parfaitcincrt nicurir & fcchecr Ies
omilk-s qui la Ioaieserin quI'apsih ils ccent
I5I ttctC tr c ccs goufics lu'ils fout foigncufc-
dc




du Cacao. 41
de les dealer das Ic main du cin-
quieme jour au plus tard ; poar
cela on frapc fur le milicn des cof-
fes avcec un morccau de bois pour
res fendre & avec Ies mains on
achevc de lis ouvrir cn travers, &
d'en tircr les amandes qu'on met
dans des paniers, jectant dans ra.
Cacaoyere fes coles vuidcs pour
lfi fervir d'amandcmenc & d'en-
grais, quand elles font pourries ,
Apeu pres comme kIs feuill'e de la
d'pouille des arbres leurfervent
do fumier continue.
On porte cnfuite dans une cafe
tour le Cacao Ecal & on il met
en pile, (ur une cfpece de plan-
cher volant convert de fcuillks dc
I3alifier(7)qui one. environ 4 picds
dtic long ir to pouices Ld large puis
tncourant le Cacao de pfanchcs
racouvertecs des mincmcs frfuilcefSairon
merit echer i 1'ombte, pour les pla:.ter u vfi.i
enl peiniere con me le rapporte Ocrscliu., kit-
toire des avanturics term '. 414.
[ 7 ] Voy'cz Is rcmarquc& '.;tick 7.
D




4z Hiftoire naturcllc
& faifantuneefpecede d grnicrqui
puiffle conrenir route la pile de
Cacao 6endue, on couvre le touc
de fcmblables feuilles, qu'on af-
fermir avec qudlques planches: Lc
Cacao ainti entafF couvcrc, &
enveloppd de tofices parts ne man-
que pas de s'echauffer par la fer-
mentation de fes parties infenfi-
bles & c'ct ce qu'on appellc fur
les licux reIjj;cr.
On decouvrc cc Cacao fair &
martin, & I'on fair cncrer dans le
lieu oil il ell des Negres qui tra-
vaillanct force des pieds & des
mains ; le remuent bien & Ie ren-
verfent fens dc(Tus deffous, apris
quoi on le rccouvrc comme aupa-
ravantavec les m&mnes fuillcs& les
mnmes planches. On continue cet-
ec operation chaque jour jufqu'atI
cinquidcme, auqel il cft ordinaire-
ment alf es rtefe, cc qu'on connotc
4 la coulcur qli eft beaucoup plus
foncec, & cout-ai-fair rouire.




du Cacao. 45
Plus Ie Cacao reflae & plus it
perd de Ca pefanteur & de bon
amertume, mais s'll ne reffuc pas
afTez il eft plus amer, fent le vcrd,
& germe quelque fois il y a done
pour bien fairc,un certain milieu .
garder ce qui s'apprend par l'ut-
lage.
D&s que Ic Cacao a aflez rclTuc,
on le met A I'air & on I'cxpofe at
Soleil pour le faire fecher en la ma-
niere fuivance.
On a ddja drcfT' d'avance plu-
fieurs Ctablis A deux pieds, on
environ audeffus du plan d'une
cour definec A ccla, (cefont dcux
cfpeces de fablicres paralellcs A
dcux pieds I'une de l'aucre, affer-
mics fir de pecits poreaux cnfon-
cds dans la tcrre,)on dtcnd fur
ces dtablis pluficurs nattes faitcs
de brins de rofeaux refendus, al-
fcmblcz avec des liens ddcorce de
mahot. (8) Et fur ces nattcs on
[ I ] Le Maho eft tin arbifl.ean don't ks
Dij





44 Hi loire naturelle
met du Cacaoreflud environ A la-
hauteur dc deux pouces, on Ic re-.
mue & on Ic recourne fort fouvent
avec un rabot dc bois, fur rout les
deux premiers jours: Le fbir on
Iplic le Cac.in dans fes nattcs qu'on,
rdcouvrc dc quclques feuilles de
]ializier crainte deJa pluye, on en
fai aucrant le jour quand ilva pleu-
voir. Ccux qui craigncnc qu'on le
vole la nuit 'eninf-'rmcnt dans une
cazc.
11 y a des Habitans qui fe fer-
vent de cdil`Is d'environ cinq
pieds de long,. fbr deux dc large,
St rois A quatre pouches dc rcbord,
'omir fai lechcer Icur Cacao El-
lcs ont crce commodire que dans
lcs grandcs pIt.yes,ou qui furvien-
ncnc trou a coup, lorfquc Ie Ca-
0ao commence i feclher i on peIr
f'culk~ fur. r. nieS & 1-douce~ a t11 maninient .
onmllice ccll. dc la G i mauvr fubn c,)rcc qui
J l Ic 'a faci!crcrnr & l'on div;fc ct Inngs rn-
1 ills, t 1 c lil.lic & ticd co;dr aux habiltans o
anx Sauvagcs.




dv Ctc-4o. 45
vYte mettre outs cecs caifes en
pile I'une fur I'autre enforce
qn'l ne rcltc que la dernicre cou-
vrir-, cc qui efl bicntc6 fait avec
des f.uilles de Blalizicr rdcouverrcs;
d'Lune caif' vuide renvcrf&e. Mais
cc qiui rend I'ufagc des nattres prd-
fralc, eft quc Fair qui pafle par
dCALOLIs fi travers les vuides des ro-
Icaux, fait miicux frcher le Cacao i
des caifics don't Ic fonds fcroit en
rczeau fort ferret de filtde Icton fe-
roient excellentes, mais il faud'oir
les fire fair en Europe, cL''ui fe-
roit tne dcpenfec confidcrable.
QPand Ic Cacao eft aflczrcfllid,
il faLt 'cexpoferfr ics nattces qucl-
quc temps qu'il fafic: Si lion pri-.
vvooit mnicme uine pluy abondante
& dc durcc, il feroir hon de le laifl-
fr moins reduer d'un demi jour on
environ j on rcmarcuc que quel-
qucs hcures de pluyc dans Ic com-
mrncccment.bien loin de lfv nuire,
tic fervent qu'-i I rcndtc plus beau




46 Hifloire naurelle
& mieux conditions. Dans label-
le faifon an lien de centre pluye, il
n'eft pas mal de l'cxpofer les pre-
mier,'s nuits au fLrcin & a la roFde.
La pluve mnimc d'un jour on deux
ne luy fera pas for nuifible, fi l'on
obfcrve de nic e point couvrir ab-
folument jufqu'a cc qu'il air eu tin
jour, ou tout an moins un derni
jour dc Soleil j car apres on jour
dc beau emrns,on lc plie Ic foir dans.
fa nate, ( come nous avonsdir,)
& aprus tn demi jour, on fe con-
rente funs Ic plier de Ic couvrir pen-
dant la nuit de feuilles de Balizier,
arratdcs avec des picrres miles def-
fus aux deux bouts. Mais une crop
longuc pluye fair fendre le Cacao,
& parcc qu'alors il ne fe conferve
pas long-remps, on 1'employc fur
les licux A faire du Chocolar.
Si Ic Cacao n'cft pis affec reftiMu.
ou qu'on Ic plic trop t e dans fa nat-
re,iI efL:iijecc a germer cc qui le rend
fort amer, & cout-A-fair mauvais.




du Cacao. 47
Lors que le Cacao a ere une
fois plid dans fa nacre & qi'il a
commence A f ffcichr ; il nc fauc
plus fouffrir qu'il fe mouille j il ne
s'agit alors que dc le remuer de
terns en temsn, Jufqlu' ce qu'il foit
fuffifamment fec, ccqu'on connoic
fi en prcnant une poignde de Ca-
cao dans la main &8 la fcrranc,
il craque alors il eli temps de lc
mectre en magafin, & de I expofer
en vente.
Ceux qui veulent acqucrir la_
reputation de livrer de belle mar-
ch. ndife fe donncnt le foin, avanc
que d'enftiraillcr leur Cacao, de
trier,& de nictrc a part, Ics grains
trop patirs, mal nourris, & plants,
qui font feulement moins beaux A
la vuc & rendent un peu moins
en Chocolate.
C'eft de cette maniere que les
grains on amandes de Cacao fe-
chdes an Soleil nous font apporrees
en Europe, & venducs chez les




48 Hijloire naturelle
Epiciers qui les dillinguent je
ne fcai pourquoi ) en gros & pCeti
caraque, & en gros & petit Cacao
des idcs i car fur les licux il n'et
point faith mention de cette diver-
fird, & il fiwt apparcmmenc que
lcs Marchands qui en font comn-
mcrce ayent crouvd lcur compete
A fair cc triage, puifquec naturel-
Iemcnt rout Cacao proven dit
m nme arbre & de la meme cofre
n'eft jamais de la mrme groffcur ,
il clbie in vrai que comparant Line
panric entire de Cacao, avec une
autre, on peat troauver quc I'une
eft pour la plufpart compufec de
plus gros grains quc I'autre, ce
qui pent provcnir on de l^ge doe
plan, ott de la vigueur des arbrcs,
o1 bien de la feconditd particu-
licre de la terre; mais ires afiiurd-
inclt il n'y a point d'cfpece de Ca-
- cao qu'on puilfE. appeller grand
par rapport a umne aitrc qu on
puiffe appdlkr : 'ue.




du Cacao. 4 9
Le Cacao qui nous vient de Ia. & "
C6cede Caraque,cft plus on&ueux
& moins amcr que celui de nos If-
cs & on Ie prefer en Efpagne &
en France i cc dernier ; mais en Al-
lemagne & d4ns le Nord, on eft
( A cc u' on m'a dic) d'un gout tout
oppose ( fides fit penes authorem. )
Bien des gens mclenr le Cacao dc
Caraque avec celui des lies moi-" "et
tie par moitid, & prdtendenc par
ce melange rendre leur Chocolat
mcilleur. Je crois que dans le fond
la difference des Cacaos n'eft pas
fort considerable, puis qu'elle n'o-
blige qu'A augmenteroudiminuer
li dofe du Sucre pour temperer le
plus ou le moins d'amerturn de cc
fruit. Car il fauc confiderer (com-
me nous I'avons ddja di ) qu'il n'y
a qu'une efpece de Cacao,qui croit -./.
aufli natnrellement dans les bois '""-
de la Martinique,quedans ceuxde
ia C6te de Caraque; que Ie climate
de ces licux eft prefque Ic m&me.
E




5 o Hlifoire ndturedle
& par confequent la temperature
des Saifons dgalc, & qu'ainfi il ne
(fauroic y avoir centre ces fruits de
difference incrinfcque qui (oit fore
llcntidclle.
A 1'%gard.des differences extc-
ricures qu'on y remarque, diles ne
f4auroient provenir que du plus ou
du moinsdefccondite des terroirs,
du plus ou du moins de foin donnd
i la culture des arbres, du plus ou
du moins d'induflrie & d'applica-
tion de ceux qui le prcparent &
qtui Ie travaillent, depuis fa cueil-
lette jufqu'i fa livraifon ; & peut-
&6re meme de tous les trois enfem-
ble ce qu'on pent observer i la
Martinique, mntme oh il y a des
quarters ou ble Cacao ruffllt mieux
Pue dans d'autres par la feule dif-
ference des crres plus ou mnoins
graffes, plus ou moins htnides.
)'ai en la perfpnned'un de mes
amis l'cxpcrience de ce quc 'ac-
tention la culture, & A la, prepa-




da Cacao. 51
ration du Cacao, peuvent ajoucer
a fon prix cc Gentilhomme qui
y donnoit tousfes foins avec beau-
coup d'intclligence avoit par li
trouve le moyen de faire la plus
belle marchandifi dc route l'floe,
& de fc procurer la preference dc
tous les Marchands pour la vence,
& le prix du Cacao fur cous fes
voifins.
Le Cacao de Caraque ef: un pe w
plat, & reffemble affez par fou
volume, & fa figure a une de nos
groffes fdves j cclui de S. Domin-
gue, de la Jamaiquc, & de I'fle
de Cube eft generalement plus
gros que cclui des Antilles: Plus
Ic Cacao eft gros & bien nourri,
& moins il y a de dchct, aprds l'a-
voir roti & mondd, ce qui droic il
y quelques anndes unc confidcra-
tion a, fire enfaveurdu Cacao de
Caraque maiA a present que parole
Rdglement de Commerce du mois
d'Avril 1717 le Cacao de nos Co-
E ij




5. Hifloire naturelle
lonies ne paye plus que dcuxfols de
droic d'cntrei at lieu que l'E..
trainger en paye toujours quinze,
ces rrcize lois de difference de prix
dddomma.gent fi avantagcufcmenc
de ce petit d6chct quil y a tout
liet de prdfi.mcrqu'A 'avenir iln'y
aura que Ics curicux, & les gens
qui ne s'embarrailent pas de la dd-
penfi, qui cmployeront le Cacao
dc Caraquc preferablement A cclui
de nos lfics 4 & que le bon march
de cc dernier en fera redoublcr au
moins la confommadon.
Lcbon Cacaodoit avoir la peau
fort brunte & affez unie, & quand
on la 6tie 1'amandc doit fe mon,.
trer pleine, bien nourrie, & lif-
fe de coulcur de noizecte fore obf-
cure an dehors, uon peu plus rou-
gerrc en dedansid'un gou un peu
amer, & aftringent, fans fencir le
verd, ni le moifi; (b) en un mot
( b ] Ccegoft lui vicnt ou d'avoir &6 mis ep
liu lhumidL c ou d'avoi( &t6 mouilc d'cau df
mnci dans Ia ta'vcrftc.




dt Cacao. 53
fans odeur & fans dcre piqud dcs
'pors.
LeCacaocil le fruit le plusolea-
gineux que la nature produiife it r"
a cette prerogative admirable de
ne jamais rancir quelque vieux
qu'il (Oit, come font tous les an-
tres fruits qui uy font analogues
en qualitdj tels qae ls noix, les
amandes les pignons, les pilLa-
ches, les olives &c.
On nous apporre auffi de l'Ame-
rique du Cacao rdduit en pains ci-
lindriques d'environ une livrecha-
cun.,& come ccet preparation ell
la premiere, & la principal qu'on
lui Jonne pour fire le Chocolar,
il me femble A propos d'ajouter ici
]a maniere de la fire.
Les Indiens don't on la tirde n'y
failoient pas grande facon, ils fai-,a:
foient rotir leur Cacao dans dcs *.
pots de terre, puis 1 ayant monde t
de fa peau, & bicn dcrafi & broyd
entredcux pierresils en formoient
iij





54 Hifoire natrelle
des maffes avec leurs mains.
' Les Efpagnols plus induftrieux
que les Sanvages, & aujourd'hui
Ies autres Nations a leur example
font choix du mcillcur Cacao (c)
& do plus rc cnc: Us cn mctrcnl
environ deux livres dans tne gran-
de pole de fir fur un feu clair,&
its les remuent & les retournent
continucllerncnt avec une grand
fparul e, juflu'I ce quce les aman-
des foient a fzroc ics pourt re fa-
cilement dcpo.uilldes de leur pea,
cc qu'il fant fair ine ( d ) A une,
& les mectre A part, prcnant un
(i ) Comme le Cacao ncft jamats fi nclr 9e
army Ies buns grains it n'y en aic d'avorict ,
dc la torrc, dr pctrrcs &c. II fain avant itue
dc 1'employer fair paffer ces ordures k travels
un crible qui leur donnc iluc,2lans donner patlage
aux amanlci de Cacao.
(i ) Lec ouvriera pourexpedicr plus prompre-
mcntccctc uperation&gagacr du rin s, mcttcnt
ut:c groffc napp e iur uec t ablc, & y Itemdent le r
Cacao Iftrant tout chaud dc la pole,.puit ils
font coulcr Ic ronlcau de fcr dells pour fair
craqucr & dcAachet Ics pclliculcs da Cacao eln-
rin il vanntiai Ic rout dans un van d'oficr juf-
qu'1 cc qtle l Cacao Ibic -arfaiutcmcn mondk




du Cacdo. 55
foin extreme de rtjettcr les grains
caries, Ics moifis, & tome la de-
pouille desbpns, car ces pellictles_
rJefsespa rfle Cacao ne fe dilll.
vent jamais dans aucune liqueur,
pas mAme dans 1'ellomach s & fe
precipicent au fond dcs taflks de
Chocolai, don't Ic Cacao n'a pas
&td bicn mondd.
Si on a en foin de pefer le Cacao1.a-o,
chez l'Epicicr, & qu'enfuireon Ic
repefe aprds qu'il eIt r6ti&mond4,
on y rrouvera environ uan ixieme
de dechctr, un peu plus, tn peu
imoins, felqn la nature & les qua,
lites du Cacao i c'cft--dirc ( par
cxtmple ) que de trcnte livrcs d'a-
chapt, il en reflera tout monde A
peL pres vingt-cinq.
Tout Ic Cacao ctant ainfi r6ti'a'
& monde A divcrfcs rdprifes, on le'-"
nmet encore une fois rotir dans aIi
mnme pole de fcr, mais avec un
feu moins violent, on remui fans
ceffe les amandes avec la fpatule,
E iij




56 Hifloire naturelle
jufqu'a cc qu'clics Ibient rMties
egalcmenr, & au point qu'il faut
ce qu on connoic au gout favou-
reux, & A la coulcur brune fans
erre noirc l'habilete confifte vi-
tcr Ics dcux Cx"rcmit6s, de ne le
pasr6tir fuffifamment,& de lerop
r6tir ; c'cft-1-dire dc Ie briler ; fi
on nc Ics r6tit pas affcz, elles con-
kcrvent unc certain rudcffle de
gout dMfgreablei & fi on les r6tis
jufqu'a les bruler, outre I'amer-
cume & Ic dugout qu'elles con-
traftent, on les prive enticrement
de leur on&tuofit, & de la meil-
Icure parie de leurs bonnes qua-
litis.
h4e En France, oh on outre ordi-
"'"'hairement routes chofcs, on s'eft
fore cnte' du gout debriilI ,& de
la coulcur noire ; comme des qua-
lites requires au bon Chocolat, ne
conliderant pas, quccharbon pour
carbon il vaudroit aucant y
mcttrc celui du fcu que cdui du




du Cacao. 57
Cacaocette obfcrvation n'eft pas
fcoulment conforme la railon, &
au bon fens, mais elle et d'ailleurs
confirmed par le confcntemcnt
unanime de rous ceux qui ont ecrit
fur cette matiere, & je puis aflu-
rer qu'elle ft de mime authorifee
par a pratique univcrfclle de tou-
te I'Amerique.
Lorfque le Cacao eft r6ti A prpo.,.
pos & bien monde,on le pile dans
an grand morrier pour le reduire
cn mafle groflicre, qu'on paffeen-
fin fur-la pierre jufqu'a cc qu'elle
foit d'nne extreme finefrfc cc qui
demand une explication plus
dtcndue.
On, choifir une piecrre qui refile
,naturellement au feu, & dourn Ie
grain foit ferme; fans dtre ni crop
doux pour s'dgraincr, ni trop dur
pour reccvoir Ic poly. On la raillc
de feize a dix-huic pouches de large
fur vingc-fept A crentce de long, &
trois d'dpaiffeur, en forte que ft




58 fl'ioire naturelle
furfacc fbit courbe & crcufe an mi-
lieu d'cnviron un piuce & demi ;
cette pierre eft affermie fiur un
challis de bois on de fer, un pea
plus rclevd d'un c6rd que de I'an-
tre j on place deflbus un brafier
pour echauffer la pierre a fin que
ia chalcur merrttant en movement
Ics parties huilentifs du Cacao, &
le reduifant en confilincc liquid
de micl, ficilice beaucoup l'acdion
d'un roulcau de fer, don't on f( fcr
pour le travailler avec fircc,Ie br..
ycr & I'affiner jui'qu'.i cc qu'it
n'v ait ni grumcau, ni la moindre
durcrd. Cc rouleau ift: tn cilindre
de f'r poli dedcux pouces dedia-
metre fiur dix huir ou environ de
long.avantiAchaque hour in man-
chde de bois de mime groticur, &
dtie fix pouces de long, pour placer
Ics mains de l'Ouvricr.
Quand la ptecefI autant broyde
qu'on Ic juge neceffaire, on la met
route chaude dans des mouies de




du Ctaco. 59
for blanc oh llie fe figc, & fc rend
folide en tres pen de tcmsila for-
me de ces moules clf arbiurairc &
chacun les peut faire A fa fancaifie
cependant les Cilindriques qui
peuvent contenir deux A troisli-"
vres de maticrc, me paroiffen les""
plus convcnables parce quc les
pains ics plus gros fe conecrvent
plus long-tcms dans leur boned,
& font plus commodes pour le ma-
niement, cquand il s'agic de les ra-
per. On doir conferver ces bills
enveloppdesde paper dans un lieu
fcc & observer qu'elles font fore
fulceptibles de bones & des mau-
vaifcs odcurs & qu'il clt bon de
Ics garder cinq ou fix mois availt
que d'en tifer.
Ati relkclc Cacao ecant fuffifam-
ment broyd & pairT fur la pierre ,
come nous venons de I'expli-
quer, fi l'on vent achever la com-
pofition du Chocolar en maffe, il
nt; s'agic plus quc d'ajoutcr A ccEte




60 Hifoire natrrelle
pa.e, Lne poudre paflde au tamis
de foye, & compofec de Sucre, de
Candle, & fi l'on veut de Vanilla
fuivant les does, & Ics propor-
tions quc nous cnfeignerons dans
]a troifidmc partic de cc Traird;
de repafier Ic couc fur la pierre
pour le bien mrler & incorporer
enfcmble & de difiribuer entin
cecre confcetion A mericainedans
des moules de fcr blanc, en forme
de cablerccs d'environ quarre on-
ces chacune, ou demi livnrc fi 'on
Teur.




du Chcao.


HISTOIRE NATURELLE
DU

CAC AO

SECOND PARTIES,
Des- propriete's da Cacdo.

OUS n'avons confidcri
jufqu'ici le Cacao que
-b fort fuperficiellement, &
rel qu'il fe prefence aux
fens 3 1'ordre veut que nous exa-
minions A prefenc fcs qualities in-
triDfcques & que fouillant Ie
plus avant qu'il fe pourra dans
on intecrieur, nous mettions au
jour ce qu'une raifon applique,
& Line longue experience nous




6 1 iflof'oe naturelle
oac appris des proprierds falucai.
res dc cc fruit.
Cn TDrcn'acT r r r CT D r-0 T3 73 r
CHAPIT.E PREMIER.
Des anciens prejuge's contre Ie
Cacao.

P Our procederavec plus de me-
thode & de clartr dans I'exa-
men quc nous avons a fire des
proprictes du Cacao ; il femble
qu'il eft auparavant ncccfTaire de
dteromper Ie Public des faux prd-
jugds,dont une Phifique furannde
avoic prevenu tous les Aupcurs qui
ont decr fur cetce rqacriere, & don't
les impreflionsteflent encore pro.
fonddment gravdes dans 'efprit
d'unc infinite deperfonnes.
c.n Les Efipagnrlsqui ont les pre.
" ."miers eonnu le Cacao aprids la' con.
queic du nouveau monde, ont po.
Id pour fondement, & comme un




du Cacro. 63
premier Axiomc que le Cacao
c&oic froid & fc, & qu'il partici-
poic de la terre. Us n'onE accom-
pagne cette dicifion nid'examen,
ni de raifonnement ni d'ex eri-
ences I & on ne rfaic d'ou ils l'ont
tire, pent-ctrc 'ont ils reuie fur
la toi & iur la tradition des Habi-
tans du Pais i quoi qu'il en foit it
efit afTez natural quc d'un principle
auli faux ils en ayent third des
confequences erronecs, doun voi-
ci les deux principles.
La premiere.quele Cacao 6rant
froid dc fa nature on ne dcvoic en
ufcr qu'cn y mclant des Aromates,
qui ordinairement font chauds,
atin que de f'aCion & de la rdac-
tion des concraires, il en refultca
une quality temperde & incapable
de nuire, c'ecoic le jargon & la
pratiqtcdc ce rtes-l4. C'eftain-
fi par example quc Ics anciens Me-
dccins ayant mal-&-propos fuppo-
f11 que l'Opium cdoic froid au qua-




6 4 Hifloire naturelle
irieme degree ne manquoient ja-
mais, pour corriger certe prdten.
due froideur intrinfcqlue, de mnler
dans routes Icurs compoficions
Narcotiques des drogues extr8-
Memennt chaudcs.comme I'Euphor-
be, le Piretre, le Poivrc &c.
..,f. Leur ceconde consequence deoir,
Wf'7que le Cacao drtant fcc & terreftre,
& ainfi jugI d'une qualicd ftip-
tique & aftringenEc s'il n'dcoit
corrigd devoir ncceffairement
cnlgendrcr par lui-mcma des obF-
truflions dans Ics vifceres, & con-
duire A la Cacochimic,& aune in-
finitd d'autres maux incurables.
Ces prejugds ont paffd des Ef-
pagnols aux autres Nations, il fe-
roit inutile de citer fur ccla des
lives dedifferens Auteurs,car qui-
concue en a ti un les a tous
ius ; les dernicrs n'ayant faic quc
copier les premier:sils one fouvent
m6me encheri fur leurs illusions i
ainG A force d'dxagercr lc pretendu
froid




dat Cacao. 65
froid du Cacao, on a enfin pouffd
la chofe au point de dire que c'eft
uneefpecede poifon froid, & que
fi on en prenoit avec excCs,on tom-
beroic dans I'arrophic. ( i )
Mcxiari frkget native Cacai ier-
peries, antoque cxcedit frigore, ut inttx
woxia ne dubitem glandes cntfere vc-
ve na. Thorn. jlroz.e de nCnuJfiotUl CCe
de corolatis opficio lib. 3.
Hinc fi quis folo Cocolatisfomite vi-
tam extrahat argue ajeuesa neget cibi
prandia-, fenfim contrahc exuto mar-
sentem corpore tabct .
11 n'ell pas extraordinaire qoe
Ics gens qui trou vent plus facile de
croire qucd'xarniner, ('gens don?
le mondeeftrempli,) fe foient ren-
dus : f'opoinion unanimne de rane
Il'ALutenrs il detoic mal-aifd de
n'ctre pas entralnd par le torrent
d'une prevention fi encrale : mais
ce ne puis affez admirer que ce
grand decri du Cacao n'en ait pas
1 ) Ludov.. Rami. ,relat: ad Huertnd. adA
OpIni t. 4. F




66 Hifloire naturelle
entieremcnc aboli l'ufage, & il n'y
a fans doute que I'expcrience jour-
nalicre dt (f bons ef'ecs qui air p1
Ic foutcenir, & qui Pair empechd
de fliccomber focus la calomrce.
Pour ddcruire maintrnanc cet
ancient lyltdme, il fufict ( ce me
femble ) d'obfervcr avcc combien
pen de ditcernecn'ent on trairoic
alors roncc l'Hifloire naturellesen
cffct on tine s'econncra plus qu'on
ait cru que Ic Cacao froid & fec,
dans uLn (icle oh L'on regardoic
( par example ) le Camphre com-
me froid & humid, qui uft neef-
pcce de raifine done on Ine fauroic
ccrtainement rircrune fiule goutte
d'eau,done la faveur acre Ik lodeur
pcnctrante,jointes a I'extreme vo-
latilit & A l'inflammabilite de
fes parties jufqucs dans 'cani me-
me, funI des fignes fi dvidens de
tant de chakur qu'dn a pine A
comprendre par qucl travers on
avoit pi le p Lrfiadcr le contraire.




du Camcd. 67
Les qualities du Cacao ne four 1
la verite ni fi marquees, ni Il a&i-
yes que celles du Camphre, mais I
Ja moindre attention, on ne laiffT
pas de voir clairement quc la ,
quantity d'Ilmle qu'il con lent, n c ,
I'amertume qu'on y trouve en Ie
goucant, ne font point les indices
d'un Mixte froid pifque tous les
amers fon cenfes Erc chauds, &
que l'huikl et la matiere prochai-
sie & necefTaire du feu. C'cfl A pcu
prbs le raifuonemcnt qu'cn fair uni
celebreMedccin de Rome, contre
J'opinion ancienne. Pour moi ,
dit-il, je fiiis d'un fenriment con-
traireije croi cl Cacao plut& rem-
perd quc froid, & je m'en rapporre
au jugem.nt dc routes les perfon-
Ses enfecs qui Ic gouteront & I'e
xamincront avcc foinl.
Ces rdflexions front encore
conSrmies dans la premiere Scc-
PauluIi Zachbia e matle ifol hondria if. it-.
S. t. Cat xs,




68 Hifoire naturelle
tion du Chapitre fuivanc,ou nous
ferons voir par l'experience que le
la,-S Cacao ef utine fubfance fore tem-
'- perdc, un aliment doux, benin ,
& incapable de nuire; c'cl pour-
quoi fa prtcnduec froidcurintrin-
feque n'dtant plus craindre, on
te fqauroic difconvenir qu'il nefoir
ddformais non-feulement ridicule,
mais mcme pernicicux de lIi aflo-
cier des Aromares acres & chauds,
plus propres a ahicrer, & A pre(que
aneantir fes bones & veritables
qualicds qu'A en corriger des mau-
vaifes qu'il n'cut janais : Je ne
doute pas neanmoins que la fen-
fialite de I'odorat, & que le gout
favori desfaveurspiquances, trou-
vant leur compete dans ce melange
ine fe confervenr encore des partki
fans qui plus rouchis du plaifir pre-
ient, que du prejudice infenible
que ces ingredients porrent & ,la
fantd, ne pourront fe rdfoudire
s'cn pafTer ; cc nc cfra, plus fur le




du Cdcao. 69
pied de corre&ifs du Cacao mais
comme d'affaifonnemens donc-ils
flateronc leur gout fans s'embar-
rafler aurrement des confiqucn-
ces. Mais aufli tomes les perfonnes
fui fe donneront la peine de rai-
fonner, & qui front plus docile
& moins fcnfuelles, s'ablUicndront
flgcnKn de femblables cxces &
heur moderation ne fera pas fans
recompenfe;la fanrd cfl un fi grand
bien, que le ibin de I'acquerir &
de la conferver, doit prdvaloir fur
route autre confederation.
A 1'egard des obftru&ions pre-
rendues qu'on atrribuoit. I 'af-..,+V-/
tridion du Cacao, bien loin -que
l'ufage qu'on en faic Fes faMe
craindre dans nos Ifcs de 'A mc-
rique ; on a des experiences d'une
vercu toute conrraire.par Ie fe-
.cours qu'cn ont tired pluficurs De-A
moifelles, fujettes aux pales cou-
leurs, qui fe font guerics de cette
incommodued, cn mangeant tous




70 Hfloire naturelle
les matins 5 jeun douze amandes
de Cacao ; on f:aic aflT'z que les
obitr&fions font la caufe de ce
mal, & ainri le; voilt d&ruitecs ati
lieu d'& re caufJes par le Cacao.
Pour cc qui ief des maux &eran-
ges qu'on faifoic apprehender de
Ion ulage immodcre nous rap-
porterons dans ha luite, tant de
flis oppofJs a ces craintes chime-
riques.quc ous les gens de bon fens
en front defbufis, & demeure-
ront convaincus des propricces fa-
lucaires & merveilleufes decefruirt,
ellcs feronrt le fujec du Chapitre
fiji vanc.

CHAP ITRK SECOND.
Des veritable proprietes di
Cacao.
S Ans parlor tn language Peripi-
tciciicn tic qt aliccs de chaud ,




du Cacao. 71
& de froid aujoiird'hui i deccrids,il
ne fera pas difficile de prouver que
le Cacao eil Line fobfiance, I fore
temperde, 1 fort nourriflance &
de facile digcftion, 3 fort propre
a reparer lIs efprits diflipes & les
forces cpuifdcs ; 4 enfin fort con.
venabic pour conferver la fantd &
prolonger la vie des vicllards; ccs
quatre articles front come d c-
miontrrs dans les quarre Sedions
fuivantes.

PREMIERE SECTION.
Le Cacm rft fort temper.
Slen ne persuade 6 invincible-
ment que cl Froment, le Ris,
lc Mid, & le Ma niac, font des ali-
rnens tempers & falucaires, que
'uhige general qu'en font des Na-
tions entieres ; fi quclqn'unc de ces
fubfiances avoir cu quciquc mau-
vaife quality pr'dominante, ell




7z Hifloire naturelle
fe feroit bient c manifcIlec par Ye
prejudice que la fanrt en auroie
reik i ls peuples qui cn faifoien:
leur fubfiflance s'en feroient bien-
lot fevrds comme d'un aliment
dangereux & nuifib'e.
On peut fair A pen prs le m&'-
,,Z. e railoanemnent A I'dgard du Ca-
^."- cao,.les Habitans naturels de 1a
nouvelle Efpagne, & d'une bonne
panic de la Zone orrside del'Ame.
riquc en int coujours faic leurs
delices & aujourd'hui roures lest
Colonies Europecnnes htablies en
ccs conrres cn font une confom-
nmtion e&onnanw s ces pcuples en.
ufent a route here, & en route
Saifon come d'une nourricure
jpurnaliere, fans. diftin6dion d'a-
-e, de temperament, de fexe, ni
ce condition.& fans que pas un fe
foic jamais plaiiit d'en avoir rc9d
la moindre incommodird j ils
fr, eprouvent au conrraLire qu'il dcan-
r, che la (bif, qu'il rafraichic, qu'il
Scngrailfc




du Cd cdo. 7
engraflfe,qu'l procure tn fommcil
tranquil, & produir pluficurs au-
trers bons cffets, pour ne rien dire
ici de ceux don't nous devons par-
ticulicremcnt traicr dins Ics Se-
tions fuivanics.
Jc pourrois rapporter pluficurs
fairs a i'avantage de cette excel-
lence nourriture, mais je me con-
tenterai des deux fiiivans egale-
mnent cercains & d&cififs pour fair
juger de fa bontd. Le premier eft 6-Y
une experience du Cacao pris pour
feul aliment, fire par la femme
d'un Chirurgen de la Martinique;
cile avoir perdo par un accident
deplorable,la machoire infericure,
cc qui la reduifikt dans un etat I
ne c avoir comment pourvoir 'a fa
fibbillance, rile ne pouvoit plus
ufcr de mets folides, & elle n'dcoic
pas aflez riche pour fe ztourrir de
confommis de viande;dins catre
facheufc circonftancc, clle fe dd-
termina 2 prcndrc trois fuis par
G





74 HIifoire ndturelle
jour, pour touIc nourriture trois
Ccuellccs de Chocolar, prdparees
Sla maniere du Fais, une le ma-
tin une A. midi, & une autre le
foir ( or cc Chocolat n'eft autre
chore que du Cacao diffous dans
de VPeau chaude avec le Sucre, &
une pincde de Candle pour I'affai-
fonnement, ) nouveau regime de
vie qui lui rduilic li bien, qu'elle a
vccu depuis force long-temrps, plus
fraiche & plus robulte qu'clic ne
1'dcoic avant fon accident.
z Je tiens le second fait d'un Gen.
A1"-t*tilhomme de laMartiniquede mes
amis, incapable de mentir il m'a
afTur6 qu'cnfon quarrier de la Ri-
viere du Lezard un enfant de
quacre mois, perdic malheureufe-
ment fa Nourrice, &8 que fes pa-
rens n'en trouvant point pour la
remplaccr fe refolurent par ne-
ceflird a. It nourrir, de Chocolat i
Ic fucces en fur tres heureux, 'en-
fant fe porta imerveille, & nc fuc




du CdCdo. 75
ti moins fain ni moins vigoureux,
que ceux qu'on dleve avcc Ics meil-
leures Nourrices.
Tours les indu&ions que je
pourrois cirer de ccs dcux Hifloi-
rcs, fonr fi dvidcnces, & prouvent
fi dcmontlrativcmcnt, que Ic Ca-
cao n'a aucune quality ni cxcc(rve
ni nuifible, queLje ne m'y arreccrai
pas davantage, laiffant A un cha-
cun la liberce d'y ajouter fou-me-
me fes propres reflexions.

SECOND SECTION.
Le Cacao el fort nourifant, & de
facile digeflon.
C Ettc proposition eft une con.
sequence neceflaire dela pre-
ccdence,dcablic par les fairs que je
viens de rapporcer & &i nous n'a-
vons pas moinsd'expcriences, qui
nous confirment la facilicd qu'a
rcftomach A cuire cec alimenc ,
G i)




76 A/ijoirc naturelle
quc la bonit du Chile qu'il pro-
duit i mais la plus familicre qui
fe prefente.clL 1'dat d'cmbonpoinc
auquel il mut ceux qui cn ufcnt or-
din.iircmnctr.
Un fyavant Anglois a porced 1
loin I'dloge qu'il a faith de cetne
propritte particulicre du Cacao,
u'il n'a pas faith de difliculed d'a-
vancer dans une differcacion, qt'il
a publide fur cc fujec j qu'une once
Sde Cacao conicent autant de foc
huiklux & nourriflant qu'nelivre
de Bocufi quclque ou cie que (oit
fa proposition, elle nelaiffe pas de
fire comprendre qu'auciun all-
inmnt n'ell capable de fournir una
vourriture plus abondane, fi l'on
le compare A tous les auires non-
feulemenrt, pmr le'volume & par la
quantity quion en prend: mais en-
core par I tcems que l'cltomach
met A led'gercr.
Les caul, s dc la digeflion parra.
gent aujourd'hui l'colcdc Mede.




du Cacao. 77
cin CDn deux feuimens qui on :
chacun pour lcur dcfFenfe do puil-
fames ra ns & d'illultres Lcri-
vains s co. vaincu de mon inftlfi-
fance en cctre matiere qui deman-
de d'aillcurs 1n champ plus vafte,
& plans ctre obli,ge d oet urr ni dans
Ic parci dc l a tfcrmcnta.ion ni d.ns
celui dcla tricuration 11 mcfitiEr.I
de dire en dcux mors quc ces deux
opinions n'traut point abfolumunt
incompatible, il ne ferott peuc-&-
tre pas impoffiblede fair ntr'cdles
une efpcce d'alliance bicn encen-
due puis qu'en rduniffant ce que
Jes deux fyflemncs ont de plus lu-
mineux & de mieux prouve,& rc-
tranchant ce qu'il y a d'incertain,
&c mnmed'outrK de part &d'autre
on en pourroit forfhcr tin troifid-
me, qui n'tec&.n qttc raflcmblage
de ce que les deux precedens one
de meillcur, ne fliauroit dtre qu'cx.
cellent & crCs judicieux.
Ccs deux caulcs concourent in-
G iij




78 Hifjoire naturelle
conceffablement dans I'alteration,
que les aliens (ouffrcnt dans Ia
bouche, on lie peurt Aconvenir
que dans la mal ication la alive
qui Ics delaie, & qui les penectre ne
foit un ferment merveillcux, & quc
la langue qui les agire, & les denrs
qui les broyenc ne Ioient les inftru-
mens de ceace premier. tritura-
tion.
Or la nature eft ordinairement
uniforfne dans fes operations, & il
y a rouc lieu de prdfirmer qu'elle
continue, & acheve la digeflion
avec les mames moiens qu'elle I'a
commencdee fuppofons-le pour uni
moment, pour en hire I'applica-
tion au fuije que nous traitons &
nous verrons de quelle evidence il
etsi que le Cicao doit 6tre d'une
facile digceftiont
r,, -... En premier lieu les fubfiances
ameres & alKalines comme ces
amandes font ftlinachiques &
analogues Ila alive, & au ferment




dwu Cacao. 79
qui faith dans l'eftomach la diffolu-
lion des aliens 5 le moien done
qu'avec ces qualitds elles puffint
tre difficiles a digerer?
En fecond lieu, fi on confidere
avec attention le Cacao roti )'I'
broi' & alcoolifL, pourainfidire
fur la pierre, cufin fondu & diflTuc
fur le Feu dans une liqueur bouil-
lante qui lui fere de vehicle ; it
femble en veritd qu'Aprds tous ces
prdparatifs, il ne recle pas beau-
coup de travail a fair a l'cflo-
miach 5 en un mot quec'efltunedi'
geftion plus qu'a moiciefii e.
L'expericnce confirm beau-
coup ces raifonnemens, la digef-
tion du Cacao fe fair promprement
fins trouble, fans travail, & fans
que le pouix s'dleve fenfiblenient,
1cliomach bien loin d'uer fes for-
ces en acquiert de nouvelles & de
plus efficaces & je puis allurer,,,,,..
d'avoir vu plutieurs perfonnes qui
'avoicnt tres foible & rout--fa-ir
G iiij




io Hifoire naturelle
ruined, quif le Li onr parfairemcnt
bien rctabli par le frequent ullgo
du Cacao.

TROISIE'ME. SECTION.
Le Ccao,.rpare prom'tement les efrifts
daiifs 7 les fortes epifeces.
S le Cacaon1,c produifoit cet Lff&C
Squl'auranc qu'il ell fort nour-
rillint, cecte propricte6lui feroir
commune avcc lcs alimens.les plus
fucculens, & les plus propres I
fournir beaucoup de fang, & beau-
coup d'cfpritsimais fon effer eft
bien plus prompr; qn'une perfannc
,( par example) Eacigude d'un long
& penible travail du corps, ou d'u-
ne violence coutenfion d'elprit ,
prenne une bonne taffe de Choco-
at, elic s'apperqoit prefque fur
eI champ, que Con epuifcmenc ccf-
fe, & quc Ics forccsIui reviennent,
lors qti' peine la digeflion cl




du Catcao. 8
commence? cc fair qui efc certain
s'expliquc mieux par l'expcricnce
que par des raifonncmens, parcel
que Ic Cacao paro'I aux fens Lune
mnaricredouce, tranquil, & pcu
difpocfe par dcs qualitis adivis A
xncirre les ifprits en mouvemcnt:
I LColu ccpii.dt tu J dcne ritn nci!.i-
gcr pour cachcr deddvcloppLr IL
caule d'un effe fi prompt & fi mer-
veiileux;j'cntrepris un jourde fai-
re Ianalif. chimique du Cacao, &
quQique prevcnu qu on n'acquicrc
6 ordinairement par cerce voLe .
qu'une conni'ffance affcz fupcrfi-
cielle dcs Mixtes, je ne laiffaipas
de me flatter quc ma cu iofit tine
feroir pas tout. fait'infrudueufl.
Je mondai feize onces de Cacao4^"g'
fans Ie broiler jc les uilai dans in
nortier de marbre Iclesmis en-
fuice dansune cornue de verre luc-
tee, que je plasai au fourncau de
reverbere, & aprds lui avoir adap-
ti un gross balon pour fcrvir dere-




z H iftoire naturelle
cipient, & lucre cxaaement les
jointures, je donnai le feu par
dcgrds.
Le phlegme pur fortic Ie pre-
mier, & coula Igeouc A goute pen-
dant deux heures i un pVnu de ma-
tiere blanche & ondueufe furna-
geoic au defiIs.
Le feu augiment5 les gonutes
dcvinrcnt roufl'cs, & fe congele-
rent en combanc dans le balon ,
cela dura encore pendant deux
eCUres.
Le feu augmcnte le balofi fe
templic de nuagcs blancs, que je
vis fe rdfoudre en uneefpece de rd-
fec blanche c on&uetCie, qtni toic
part efprit, & partic une huile
blanche. Les goutccs rouflfs, ce-
pendanr'coQtinuercntacoulerjuC.
qu'A la fin j c^eft-a-dire pendant
deux heurcs & demic.
Ccttre operation me fic connottre
que le Cacao conrenoic dcux for-
ccs d'huile, une roufli & fixe qui




dlu Cacao. 85
fe congeloic du cocd de la cornue,
& I'autr blanche, &volatile, ma-
ticre des nuages blancs,qui ferdfol.
voir de l'aucrc c6c du balon.
Le leiademain aprds avoir delut.
r 'Ie balon & I'avoir mis dans une
baffine pline d'eau at bain Marie,
pour fire fondre Ics mantires con-
glldes,je fus agrdablcment lurpris
de le voir tourt--coup rempli de
nuages blancs j'admirai I'extr&-
me volatiliced de cctte premiere
ondtuofited, & demeurai pleine-
,ment convaincu que le Cacao
contenoi vetitablemnt ccc hui-
leux volatil fi eaimd dans la Me-
decine, & qu'on ne devoir point
chlrcher ailleurs la caufe dc la
prompre reparation des Ciprics
epuifes coInfimde par 1'expcrien-
Sce journalicrc dans l'ufage du Ca-
SAlane fepard I'efprit par le filtre
de paper gris, je fis deux portions
.de la maticre bucircufc, j'cn mis




84 If/floire naturelle
tine fans addition d.ins une petite
cucurbite de verrei, que j'cxpofai
Stin bain de riAble,pourla re&ilier,
& jc tirii par :ctte operation, de
l'huile de coulcur d'ambre, furna-
gcant fur un pen d. phlegme on
d'e'pric
Jc fis fondre i'autre partie, &
r'ayant incorporde avec de la
chaux vivc, je l, min d ins une pe-
tite cornuc de verreluc tt e, & don-
nai le fcu par dcilts ii coula pre-
micrem'lct une huile claire, les
nuagcs blancs fuccederenr,& enin
le biurre rouirfitre. Ayanc delucrt
le recipient, k mis le tout dansune
petite cucurbite au bain de fable,
les nuages blancs donnerent d'a-
bord une hukle couleur d'ambre ,
& ayanc augment le feu il diftilla
un penu d'huile, rouge, mais point
d'cfprir.
L'huilc conlcetr d'ambre, n'eft
autre chofc quc Thuile veiatile
blanche, que la violence du feu A





dt Cdc.to. S5
tin peu color c ; pour 1'huilc rou-
pge, il a bien de F'apparcnce pue
c'c ila portion d 'beurrc rouffatre
Ina plu propre a ctre exalrce. Ces
deux huiles ne fe confondcnt
point, & la rouge plus fixe que Iz
premiere te prccipite coupirs art
fonds. M' l Eoyle ( ) dit avoirtire
du fang human ," dcux forces
d'huiles routes femblables a cel-
Iks-cy & cctte conformic6 de
fiblbances fi homogencs ,me con-
firme puiffamment dans I'opinion
de la grande analogic que j'ay
) ( In hifjlor ia.i f.nriiIns hiuian ) Plhri.
rviuttabinc ainns t.rnm i' guinemr con-iV-i-s-
Ir a.i,,.Jm digridfeni r prPpairffrm p p (ft-
lirr diffliarfs tiqeore (up, rLfluenres fl .nmmA
mfamp.is r.',fifra.j'im ; inttr aima dte uasblinui
a la diverfi ormmo colors qnrirtitn ai,rrle
J4frdtturm aut p4aforrm f(tcinl, elttrVim ee-
pl intenfiffimUm lctiunC rimirjdatur ; jl-
btd al em mgjraofi/u ti-m i Ly nf4qe I-tdlfate-
ribus mifacula inflar rnt qInd lietf ambobat
e*p alib vodem anrugume cmataffeat foentqu.
urA faris (& limp idA nan rantum dilfinsdi in
waffle fb in-.cmnfnfperr innataren,frd ft agi-
tatasnt cnmenferen ur puttlrura te t rnwi.
i ram extricarent, at elOmi (& ag2lM




96 HiIfoirekl natural
coujours fuppof(e 6cre entire Ic
Cacao, & n6tre fang.
A l'dgard de 'refpric, it n'a ricn
de fort defagreabfe au gout ni i
l'odorac, il ne feLnenre point fen-
fiblemenc avec les Aljalis, & ne
change nullemcni la couleur du
paper blica avec le tces I'Acide
le manifelle nll peu & 'cfpric
aigric mais foiblement.
Alanc calcind la t&ce more qui
elc violetic, filcrd, & dvapord la
lelitve & la maniere acconcumde,
je n'cn retirai qu'une cfpcce de
cendre un pcu falec & en i pctice
Sqanti uo qu fi je m'ecois donn
la. pine de riterer la cAdcination,
la diflolucion la filtration, & I'd-
vaporation & peinc aurois-je p&
en rctircr cinqou fix grains dc fel
fixe purif M.
J'obfervai curicufement que ni
dans les barons, ni dans les chapi-
teaux des cucurbites, il nc paraut
aucun veflige de Mfl volatil con-




dac Cacao. 87
cret 3 M. Lcmery afleure pourtanc
(.*) que le Cacao en contienc
beaucoup & if fut apparemn-
ment qu'il I'air dit fur la fo d'au-
trui j car de fon chef il rolt crop
habile pour s'y mdprcndre.
On pcti done conclure de ces
deux obfcrvations que IcCacao cll
pect- tre Ic mixce, dans ]a com-
ofition duquel i centre moins de

( *) Trak dcs Drogues, pig. It-7

Q.UATRIE'ME SECTION.
.eC cacao eft tis propre A conferver la
fanti ai prolonger la vie des
viellards.

A Vant qu'on connuc en Eu-
rope cle Cacao, on y appel-
toit coimunemcntc le bon via
vicux, le lair des vieillards: mais
cc furnom s'dft appliqud avec plus
de raifon auChocolatdepuisque




88 Hifloire ndturelle
l'ufage en eil devenu commun,
au[li s'cft-on appcrquque Ic Cacao
qui en ell la bafie, eli A kur dgard,
cc qOc Ic ltIit:i[ pour la nourriture
dcsenfans. End ffUr pour pen qu'ozi
examine la nature de cc fruit par
rapport la conflitution des perc-
fonncs ages on volr fans peine,
jque I'Liu tetmble cre fair pour re-
edicranx defauts de 'autre &
_que le Cacao eli veritablement la
p in ctde de la vicillcffe.
iN6ue vie (comme remarque ua
Illultre (*) Medecin ) a eft pout
ainfi dire qu'un detfcchement,
continIel mais ccne efpece do.
Phtifie nacurelle eft comme imper-
ceptible jufqu'a in ,x c advance,
ou l'humide radical ie confume
d'une manicre plus fenCible ; alors
Ics portions les plus fulphureufes
& les plus volarilcs du fan nfe dil-
fipent peu A pulcifelsfe degagenc
I *) Baglivits m edi. Lugdun, 170a, pag.
4;4. Viv4 n nefm ruif ficctfferT oft,
des




do Cacao. 89
des foufrcs, fe ddvcloppent, & I'a-
cidefemanifcfle, ( force fcconde
des maladies chroniques. ) Les li-
ligamcns, les tendons & les carti-
lages n'ont prefque pnlIs de certt
on&uoffiE, qui Ics rendoic fi fou-
cles & 11 plianti dans la jeuncfe,
la pc.u Ic ride an dedans comme
au dehors, en un moc totices les
parties folidcs fe deflechent & fe
racornifenc.
On diroit que la nature a ren-
ferm4, dans Ic Cacao de quoi re--
niedier cous ces inconveniens i
le Volatil fulphtureux don't iI a-
bonde eft capable de rcmplaflcr
tous les jours ce que le grand
.g i en faith perdre au fang i il
.emoutTe la force des feels il les
cnveloppe it les concentre &
redonne par lt au fang fa dou-
ceur accoutum&e, a pen prcs corn-
mie I'cpric de vin encirculant avec
1'efpric de fel, form une liqueur
douce, duIa puiffant corrofif. Cct-
H




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs