• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 De Saint-Domingue
 Quatrieme habitation
 Culture du cacao
 Ialogue entre un Americain et un...
 Maladies de Saint-Domingue, et...
 Avis
 Causes et indications des maladies...
 Principes generaux
 Traitement du mal de Siam
 Traitement des fievres compliquees...
 Traitement des fievres double-tierces...
 Traitement de la Cachexie
 Traitement de la Cachexie...
 Traitement du scorbut et de l'obstruction...
 Affection hypochondriaque...
 Traitment de la verole
 Traitment des flux de ventre
 Du tenesme - De la dyssenterie
 De la lienterie - Du flux...
 Traitement du flux chyleux...
 Traitement de l'hydropisie
 Traitement des dartres
 Traitement des rhumes, catarrheset...
 Traitement de la pulmonie
 Traitement du spasme
 Pharmacopee de de Saint-Doming...
 Traite des plantes usuelles de...
 Vocabulaire francais et creole
 Conversation entre un capitaine...
 Table of Contents






Group Title: Manuel des habitans de Saint-Domingue : contenant un précis de l'histoire de cette Ile depuis sa découverte, la description topographique et statist
Title: Manuel des habitans de Saint-Domingue : contenant un precis de l'histoire de cette Ile depuis sa decouverte, la description topographique et statist ...
ALL VOLUMES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00083437/00002
 Material Information
Title: Manuel des habitans de Saint-Domingue : contenant un precis de l'histoire de cette Ile depuis sa decouverte, la description topographique et statist ...
Physical Description: Archival
Language: Spanish
Creator: Ducoeurjoly, S. J.
Publisher: Arthus-Bertrand
Publication Date: 1802
 Record Information
Bibliographic ID: UF00083437
Volume ID: VID00002
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 164927690

Downloads

This item has the following downloads:

UF00083437 ( PDF )


Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Half Title
        Half Title
    De Saint-Domingue
        Unnumbered ( 3 )
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
    Quatrieme habitation
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
    Culture du cacao
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
    Ialogue entre un Americain et un Europeen sur le passage a Dt. Domingue, et la maniere d'y vivre
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
    Maladies de Saint-Domingue, et leurs remedes preservatifs et curaties
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
    Avis
        Page 122
    Causes et indications des maladies des habitans de Saint-Domingue
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
    Principes generaux
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
    Traitement du mal de Siam
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
    Traitement des fievres compliquees de la maladie de Siam
        Page 160
        Page 161
    Traitement des fievres double-tierces de St.-Domingue
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
    Traitement de la Cachexie
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
    Traitement de la Cachexie compliquee
        Page 175
    Traitement du scorbut et de l'obstruction de la rate
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
    Affection hypochondriaque scorbutique
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
    Traitment de la verole
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
    Traitment des flux de ventre
        Page 201
    Du tenesme - De la dyssenterie
        Page 202
    De la lienterie - Du flux hepatique
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
    Traitement du flux chyleux ou coeliaque
        Page 208
    Traitement de l'hydropisie
        Page 209
        Page 210
        Page 211
    Traitement des dartres
        Page 212
        Page 213
    Traitement des rhumes, catarrheset fluxion de poitrine
        Page 214
        Page 215
        Page 216
    Traitement de la pulmonie
        Page 217
        Page 218
        Page 219
    Traitement du spasme
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
    Pharmacopee de de Saint-Domingue
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
    Traite des plantes usuelles de Saint-Domingue
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
    Vocabulaire francais et creole
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
    Conversation entre un capitaine de navire, arrivant d'Europe, et un maitre acconier
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
    Table of Contents
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
Full Text








MA NUEL

DES HABITANS

DE SAINT-DOMINGUE.




















PJB L'iM P I M ER IE DE~l1AE.CUA1 T.






MANU EL

DES AABITANS


DE. SAINT-DOMINGUE,

CONTENANT

UN pr6cis del'ristoire de cette Ile, depuis sa d6couverte; Ia
Description Topographique et Statistique des parties Fran-
caise et Espagnole i le Tableau des productions naturelles
et des cultures Coloniales; L'Art de fabriquer le Sucre et
l'Indigo, de r6colter et preparer le Cafd, le Coton et le
Cacao jusqu'a leur embarquement, et de faire le Rum i la
manikre Anglaise :
SUIVI
D'lo Traito de Mi~nDera DOMSTlQUZ appropri6e aux Iles, d'une
Pan nAcoPe AMaezCAzx"; do premier VoCAinLAZRa FNAItAIS-
CAoe.s et de CosxvnSATrons FRAn AlsES-CEOL.Spour donner unn
idde de ce langage, et se faire entendre des Negres; Ouvrage utile &
tons ceux qui desirent se procurer des notions exactes sur la manikre
de se conduire dans in traverse, et les moyens de fortune que pri-
sentent les cultures et le Commerce de Saint-Domingue; ornu d'une
carte de cette Ile, et de Tableaux concernant sa population et ses
productions.
PAR S. J. DUCCEURJOLY, Ancien Habitant
de Saint Domingue.

TOME SEC ND.




A PARIS,
CtEZ LENOIR, LIRRAIREt RUE DE SAVOIE, no. 4.

M. DCCCII. As X.






2 MANUEL DES HABITAts
dans des bois neufs. Les terrains des mornes sont
de peu de durde, attend que la chute des eaux de
pluie entraine avec elle la superficie de la lerre,
la degrade, et y fait des fosses qui I'amaiglissent
et la rendent si~rile. De pareils accident ohfigent
de planter un certain nombre de pieds de cfi,
ious les ans, pour maintenir le revenue eu ptopor-
tion des pertes qui sont inevitable.
11 est ais6 de comprendre, par ce que je viens de
dire, que le terrain des mornes ne dure pas long-
temps : aussi, pour en prolonger la jouissance, il
faut tres-severement d4eendre aux negres d'arra-
cher en d6frichant les bois, aucune de cesracines,
qui, rampant sur ]a terre, et l'entrelacant en tout
sens, servent a 'affermir. On concoit la grande
utilit6decetteprecaution pur conserve le terrain;
car, tant que ces racines subsistent et lient la terre,
les eaux n'ont aucune prise sur elle les pieds de
cafi ont le temps de croitre, et, a leur tour, de
couvrir de racines la terre qui les environne avant
rentiere consommation des autres; ce qui leur
donne lieu de resister quelques annkes de plus.
On ne doit jamais sarcler A la houe, de crainte
de becher la terre, qui, 6tant ainsi fouill6e, part
au moindre grain de pluie, et se trouve usee
avant que 'axbre ait le temps de fluctifier.






DE ST.-5)OMI]N GUE. 3
ARTICLE PREMIER.
Maniere de planter le Cafe.
La facqon de planter le cafr est assez simple;
nmais erle demand de 'attention. D'abord, bien net-
loyer le terrain o P'on vent le nietire, et fouiller
d'avance tons les trous : cette preparation est in-
dispensable; car la pluie penLrre plus facilement
la terre. II y a mUme pltsiems trous o1 Pleau
sajourne, et ce bain salutaire scrt a conserveri la
fiaicheur a la jeune plante, qui alors a le temps
de former de nouvelles racines avant que la cha-
lemu du soleil y ait faith impression.
J'ai I'habitude de contribuer a 1'entretien de
celte fraicheur, par un pelit mortier do biue
clairedont je fais envelopper le chevelU de chaque
pied de caf4; par ce moyen il reprend facilement,
la plante et les feuilles 6tant d'une consistance
naturelement forte, risitent loug-lemps a la cha-
leur. Au moyen de ceite pr&aution, il h'cn perit
que foit peu, ou point du tout.
En arrachant les pieds de cafes pour les planter,
je fais fouiller, a la houe, la terre oi its sont : par ca
procd6, le chevelu rest entier, et se maintient
dans son 6tat nature; car ii est ddmontrd que le
caf6, arrachd h la main, sort tordu ou dbranei;
que la meilleure parties de son chevelu rest danw
la terre; et 'est cependant ce don't il a Ie p!us
besoin,





4 MANUEL DES HABITA Ss
ARTICLE II.
A quell distance on plante le Caf.
Les sentimenssur,la distance qu'on doitdonner
aux plants du caf6, sont tr&s-partags : quelques
habitans ne leur donnent que quatre pieds de
distance;.d'autres moins encore. Quant h moi, je
pense qu'il faut tracer les rangs de six en six pieds,
et planter Parbre de cinq en cinq : cela s'entend
dans une terre mediocre. II est vrai qu'il en coite
bien plus d'entretien; mais cette perte est com-
pensie par bien des avantages: d'abord, on retire
plusieurs sortes de vivres pendant les deux ou trois
premieres anntes. D'ailleurs, l'arbre devient bien
plus beau, et rapporte au quadruple, parce que
lesbranches trouvent moyen de s'tendre en pleine
liberty ; enfin, les rangs de cafes ayant un space
convenable, les nigres ne sont pas sujets A 6tre
mouills on le cueillant; ce qui merite la plus
serieuse attention.
Pour satifaire la curiosity& du lecteur je vais
donner une table de la quantile de cafiers qui
eentnt dam un carreau de terre, suivant la dis;
tance qui se trouve entire cheque pied.







DE ST.-DOMINGuJ. 5.

TA B LEA U dut nombre de pieds de Cafr
contenCus dazs lun carreal de terre.

A 3 pieds, sur 3 pieds de distance, x3,6fi Cafers
3 ..... 4 .... .. o,633
4 ....... 4 ........ ... 7,636
4 ..... 5 ... .....6,278
5..... 5.. .... ... 4,9
5 6 ....- 4,i51
6...... 6 ........ .- ....3,40o
6....... 7 ..... .... .. ,90Z
7 ... .. 7 ...... 2,500
7 ..... 8 ........ ... 2o7-
8.... 8 ........... 1,914
8 ... .9. .. 1,713
9 ..... .... .. .. 1,5
9.... 10 .. .........,368
0 .... 1 ....... ,225

o .... I .. ... ,38
z..... 12s..... 932
12 .. .... 850,

ART ICLE III

Projondeur des trous.

La profondeur des trous ne doit pas exc'der
six a sept pouces, et la hauteur du plant dix-huit.
Plus petits, ils occasionnent souvent une annCe

AS







6 ? ,fAN EL DES HABITATS
de reard; plus grands, ils reussissent mal. Avant
de poser les plans dans lcs trous, on a soin de
leur coupe 1'extr6mmit du pied, qui, a son ordi-
3aire, cherche toujours h creuser; de sore que si
]e roc on la terre glaise sont pres de la racine, elle
les atteint et I'arbreperit dans le temps qu'on le
croit affermi.
ARTICLE IV.

En quell season on on plante le Cafe.
11 cst de l'intirdt de l'habitant de choisir un
temps pluvieux; afin quela plante soit bien arro-
see. Le mois de'novembre etant la saison la plus
humide, et o'l les nords sont plus ifrquens, il
convient d'en' profiter; car il est absolument nE-
cessaire que les cafiers recoivent la pluie quelques
joursaprbs qu'ils ont ktd plants; mais come les
travaux d'une habitation ne se font que par de-
'grs, et. elon qu'ils se pr6sentent, il y a aussi
plusieurs mois de l'arme equi sont propres a cet
ouvrage, lorsque les saisons sont pluvieuses.
Ainr, r.q s',:.riupe j plante-, depuis novembre
jusqu 'au iii:,s ,j.- mai. ii measure qti'on trove du
ri din pr`par6i car tout ne saurojt l'Atre a la fois:
Les derniers plants croissent bien plus vite que
aueir parce qu'on les plante dans le fort du
pnmirnip;, oil la terre travaille plus qu'en toute
aurl'e sadloiI, an lieai q~uen hiver elle est comme







DE ST.-DOTMINGU. 7
s~rile par l'abondance des pluies qui la rendent
trop froidepour la v4g6tation des caliers;mais quoi-
qu'elles soient plus de trois ou quatre mois sans
vegdter, lorsqu'on les plante en hiver, on est au
moins certain que la plantation est faite avec plus
de succes qu'en dtd; car alors on est oblige de la
r6it6rer plusieurs fois; ce qu'on appelle recou-
vrage, et ce qui fait qu'ils ne produisent pas tous
ensemble.
ARTICLE V.

Vivres qu'on peut plant r dans les rangs de
CaJds pendant leur croissance.

Pendant le temps de la crue de l'arhre, la terre
ne reste pas oisive; habitantt en retire de grandes
douceurs, attend qu'on a sodi de la remplir de
pois, de mais, et de riz, don't on fait d'abondantes
moissons pendant les deux p-emieres annees, sur-
tout lorsqu'on plante ,les caf6s a une bone dis-
tance; mais il faut observer de n'y mettre aucun
pois qui rame, et les oloigner des pieds de cafd,
au\qu-L \ "..'"... 'oinlt iuin Jd, in.me, l,-,qiu'ol
y veut planter du riz, on n'en doit mettre qu'un
seul rang entire les cafes. 11 n'y a que ces seuls.
vivres qu'on puiSse fructueusement planter entire
chaque rang: ceux qui en place dt'autres n'en-
tendent pas leurs int&rets.
flusieurs, par exemple, plantent un rang-de,
A4




8 MA UIs nzrs HABITS
manioc entire deux rangs de cafd. J'accorde qu'un
seulrang de manioc n'y sauroit prdjudicier; mais
lorsqu'on viendra A le fouiller, n'est-il pas clair
que la racine du manioc se trouvera si pros de
celle du cafr, qu'on ne pourra arracher 'une sans
muire a Pautre ?Autre inconvenient, et pire que
le premier : cette terre ainsi fouille, 6tant em-
portge au moindre grain de pluie, occasionne des
fosses,, et se trouve us6e dans le temps oi P'arbre
commence a fructifier.
Je ne parole pas de ceux qui mdlent les patates
aux cafds, parce qu'il faut 6tre fou pour s'ea
adviser, ou n'avoir aucune experience.

ARTICLE VL
'Moyens de conserver les pieds de Cqfds.
Le moyen le plus efficace pour conserver les
pieds de cafes, est de les maintenir A une hauteur
proportionn6e a la quality du terrain qu'ils occu-
pent; dans un terrain mediocre, A trois pieds
seulement; dans une terre profonde, a quatre; et
dans la meilleure, A einq. Ge pied do cafe ainsi
arrrd, tout le corps de i'arbre doit necessairement
en recevoir plus de nourriture; la seve ayant fort
pen a monster, et les branches ne pouvant multi-
plier davantage, elles se convertissent en un. bois
presque aussi solid que [e trone mdie. L'arbre
apporte moins de fruits; et ses branches, sB





BE ST.-DOMINGUs. r
trouvant plus fortes, sout en 6tat de supporter
le peu qu'elles produisent; ce qui doit incontesta-,
blement les maintenir.
ARTICLE VII.

3'Ianiere d'arrnter les Cafts.
Chacun arrete les caf6s a sa maniere. II y en a
qui pritendent qu'il faut les laisser produire leur
premier rapport; c'est un abus. Pour moi, sit6t
qu'un care est parvenu l]a hauteur que je viens
de designer, je casse l'extrimit6 de la tige, qui est
fort tendre; ce qui l'empbche de hausser davan-
tage, et donne lieu aux branches de s'6tendre en
long et en large, et de multiplier leurs scions.
Cette operation fait que l'arbre se forme en rose;
degag6 d'un superflu incommode il n'est pas
surcharge, et d&s lors les fruits en sont mieux
nourris, et moins sujets h couler. Il en resulte
meme un autre advantage, c'est la commodity de
pouvoir les cueillir sans endommager les bran-
ches, comme il arrive h ceux qui, croissant ea
liberty, out le trone si foible faute de substance,
que le seul poids de leurs fruits fait pencher touted
la tige. Dans cet 6tat, l'arbre accabl6 sous soa
propre fair, perit dans le temps oai il promettoit
le plus.







To MAlUEBL DES HABI'I'ANS
ARTICLE VIII.
Ddclin de l'Arbre.
A measure que l'arbre vieillit, cette abondance
cesse, et le cafe en est plus beau et plus estimie
On croira peut-6tre qu'il vient plus gros parce qu'il
produit peu; c'est tout le contraire. Il est tout
petit; et c'est en cela seul que consist sa quality.
Tel pied qui, A son second rapport, produisoit
deux livres de cafI, aura de la peine, A son cin-
qui6me, d'en fournir un quarferon; ensuite il ne
produit plus que tous les deux ans; car ii y a une
annde oh il rapporte peu, et I'autre quelque chose
de plus. D'apres cela, il est facile de concevoir
combien ii est important d'en multiplier le nombre
tous les ans, afin de prdvenir le detriment ou le
dcdhet de ceux qui se d4dtriorent,

ARTICLE IX.

Description de fArbre.
L'aspect d'un pied dd cafe de dix-huit mois ou
deux ans, a quelque chose de charmant: vous le
royez alors dans toute sa viguetr.
_ Sas feuilles sontd'un vert vif et fonce, fort
lisses, un peu recourbdes, et come denteldes tout
autour; Parbre est touffu, et approche, pour la
Cflgre, de te d u laurieer iil roit naturellement







DE ST.- DoMINGvS. I
fort rond, et pousse ses branches r6gulierement
depuis le has jusqu'en haut, oh ellesvont toujours
en diminuant jusqu'h l'exlrdmit6 de la tige; les
branches sortent du tronc, deux h deux, et oppo-
sees les unes aux autres; les premieres commencent
a un pied de terre, lorsque l'arbre est form, et les
autres se succedent, de trois en trois pouces; mais
elles se rapprochent h measure que Farbre vieillit,
et elles grossissent proportionnellement.
La figure r6guliere de 1'arbre se perd sittt qu'il
est arret6 ; alors les branches d'en haut s'allongent
comme celles d'en has, et se garnissent de scions
(qu'en lerme du pays nous appelons pates d'oie),
qui tous produisent successivement, et qui n'ont
d'abord qu'un pied de long, la premiere ann6e de
leur crue, mais qui augmentent tous les ans, pour
remplacer la strilit0 des premieres branches; par
ii est a remarquer que I'arbre ne product pas deux
annees de suite, dans les memes endroits de son
bois, mqis qu'il fructifie imm6dialement aprls
ceux qu l'on vient de cueillir, jusqu'h l'extremite
des branches, et aux nouvelles que le pied a
coutume de multiplier tous les ans.
Les feuilles sortent, de deux en deux par
chaque nceud des branches, et c'est dans ces
noeuds que se forment les fruits qui y sont atta-
ches par un p.dicule fort court, ainsi que le raisin
l'est sur la grappe. Quoique ces noeudssoient fort
pres les ins des autres, on y compete souvent jus-






2 MIASCUEL DES HABITATS
qu'a quinze et vingt fruits, et presque autaot A
m oads a chaque branch; ce qui fait que lorsque
I'arbre fleurit, les fleurs sont si pros les. unes d,
autres que chaque branch pourroit fournir une
guirlande bien garnie. II n'est point de saison er
Amirique, qui rappelle plus celle du printemps
&'Eui-op, ni qui l'imite advantage, que quand
ces arbrisseaux sont en fleur; aussi fleurissent-il
en mars et avril; mais les jeunes cafes de deux
ans fleurissent quelquefois six fois dans une annie,
a measure qu'ils croissent, et qu'ils ont le temps faE
vorable.
ARTICLE X.

Fleur dr Cafed.
La flenr d' caf4 est une petite 4tole blanche,
diceupbe en cinq parties, don't chaque s6para-
tion et garnie d'une dramine de la meme cou-
leur, avee one antre dans son milieu, qui se
terrine en fourche, et reste assez long-temps
ollde sur son fruit. La fleur ne dure que deut
fois vingt-quatre heures, apres quoi elle com-
naence a se faner, et tomhe quelques jours aEprS.
C'tst i ceate fleur que suec&de le fruit.

ARTICLE XI
Former de son fruit.
La former so fruit imite celle de rolivc





DE ST.-DOMINGUE. 13
avec laquelle ii a bien de la resemblance, jus-
qu'h ce qu'il ait acquis sa grosseur naturelle. A
measure quil approche de sa maturity, sa cou-
leur verte se change en unjaune p6le : celui-ci, h
son tour, fait place au beau rouge incarnat qui
lui succide.
Aiors ii resemble h une cerise oblongue; sa
chair est une espice de pulpe, assez insipide au
goft. A cette pulpe succedent deux petites feves
jumelles, accollies, couveries d'in fort parche-
min qui precede une pellicule extremement fine
et adherente, qui la couvre dans son entier.
Ce n'est qu'environ un mois avant la matu-
rit6 du fruit, qu'on s'appercoit combien l'arbre
en est charge. Cette belle verdure change de cou-
leur, toutes les ieuilles jaunissent, et semblent
annoncer .la langueur de l'arbre. I1 paroit nous
avertir qu'il a besoin d'etre dechargi. C'est ce
qu'il ne faut pas nigliger, sit6t que son fruit
rougit, ni d'6monder les branches gourmands
qui repoussent vivement apres qu'on a arret6 on
it&k le pied. A cette 6poque; ii sort aussi une
quantity de bourgeons, don't ii faut le dilivrer.
Chaque fois qu'on sarcle, on ne manque pas de
'elaguer, en ne lui laissant simplement que sa
maitresse tige; par ce moyen, le pied devient
plus vigoureux, et se soutient iufiulment da-
yantage.
A mersre qu'on delivre arbre de son fruit,





14 MANUEL DES HABrIT..-s
on le voit renaitre, et reprendre une n
force. C'est principalement dans ce temps
a besoin que les rosees de pluie le secoure.nt''
vent; car le cafe demand beaucoup d'hunitL1;
et un terrain qui soit toujouzs frais; ce qui rI't
qu'il ne rdussit pas dans la plane, ou !es ilai
sont extr~mement rares, et qu'il n'y a que j
mornes qui lui sot propres, et sur-tout ILe ter
rains nouvellement difrichds.

ART ICLE XII.

Le Cafe net m7iritjamais ensemble.
Lefruit du caf6 ne mhrit jamais tout a la fais,
tt c'est en quoi on est tris-heureux; car, sam
cela, on perdroit une partie de son revenue,
puisqu'on est occupy, le quart de i'aune, a re-
cueilir. Cela provient de ce que 1'arbre lleurit
en diffrens temps, et que les fruits etant exitri
mement serrfs les uns centre les autres, ily en
a un quart qui press tellement le rest que
ceux-ci sont forces d'attendre la rdcolte des pre-
miers, pour pouvoir jomur de la mEme liberty.
Cest ce qui procure quatre ou ciuq r6colhes, qui,
toutes ensemble, n'en ifnt qu'une, parcel qu'elles
se suivent immxdiatement, sans aucune inter-
rupton et mnme sans qu'il soit possible d'dviter
une perte de temps considerable, quelque dili-
ngace qu'oi fa c.






DE ST.-DOMINsGUE r5
ARTICLE XIII.

En quelle saison on cueille Ic Cafd.
Le fruit est mnr lorsque son rouge commence
a brunir; c'est ordinairement a la fin de sep-
tembre, et la rdcolte continue jusqu'a la fin de
I'ann6e: mais lorsque 'arbre est a son premier
et second rapport, d&s le mois de juillet on pent
commencer; alors il y a un intervalle de quelques
semaines, que I'on emploie a bien nettoyer la
place; car lorsqu'on est dans le fort de la cueille,
on ne peut se ddtourner un moment sans perte.
Les negres qui y sont occupds, se munissent
chacun d'un panier, dans lequel its font tomber
le cafe, A measure qu'ils ddpouillent P'arbre. Sit6t
que ce panier est rempli, on le vide dans un
autre plus grand, don't chaque nrgre est dgale-
ment pourvu, qui peut contenir sa charge, et
sert A porter le caf6 au moulin. On fait observer
aux nigres de n'arracher que le fruit seulement,
et de laisser la queue adhdrente A la branch,
pour ne point entamer son ecorce; ce qui porte-
roit prejudice a 'arbre.
ARTICLE XIV.

Trois espEces de Cafds infdrieurs.
II y a trois especes de cards infdrieurs, qu'i
faut vviter de meler ensemble. Premirement celui




x6 MANUrE DES 'HABITAN~s
qui est echaud6, ou prematur6, par le dfaut d
pluie, qui sbcheroit plut6t sur i'arbre que de
rougir, et qu'on est oblige de cueillir quand i
commence a jaunir et a se teacher. 11 convient
done de ne pas le maler aveo le bon. II y
encore une autre esp6ce de caf6 dchaudd, pire
quela premiere, qui seche sur I'arbre avant de
parvenir A la moitid de sa maturity ; c'est ce qui
arrive ordinairement aux pieds des cafes qu'on
laisse croitre en toute liberty. Celui-ci s'appelle
crocros. Enfin il y a une troisiBme espece, qu'on
nomme les dcumes : on ne la d6couvre que
lorsqi'on lave le cafe, et apres qu'iI a pass au
moulin. Ce sont autant de cafes faux, qui sur-
nagent, et qu'on a soin d'gcumer.

ARTICLE XV.

Arrangement de la case d moulin.
Apres que les paniers sont remplis, chaque
negre.emporte le sien et le vide dans des es-
pbces de separations en forme de coffre, qu'on
pratique aux c6tes de la case, et qui peuvent
contenir autant de cafe, et m6me beaucoup au
del& de ce que les nbgres en peuvent cueillir dans
la journde.
A la nuit tombante, on dispose le nombre do
nigres n&essaires pour le passer au moulin : sept
Wdffent, et tois le soirs is doivent tre relev6
par




DB ST.-DOM INGUE 17
par le mrme nonmbre, pendant que les autres
s nt a leur case pour appreter la nourriture de
reux-ci; de facon que lorsque 'ouvrage est fini,
ils trouvent leur repas tout pret. C'est ordinaire-
ment les femmes qui ont ce soil. Decetle ma-
ni6re, personnel ne sauroit se plaindre,' et le tra-
vail va rondement. En mnins d'uae here et
demie toute la cueillette de la journee a pass au
moulin; et voici en quoi consste cet ouvrage ,
qui est le plus rude.

ARTICLE XVI.
Comment on passe le Cafd au moulin.
11 y a deux n.igres destin4s h turner le mou-
lin du c6te du grand r61e, et un autre -a petit
rouleau. Le premier de ces moulins comime le
plus rude, a deux manivelles, et le petit n'eri-a
qu'une. I! y a un quattrime negre posi au haut
dela trnmie, pour donner h manger au moulin,
Set pousser le caf6 h measure que le moulin I'en-
gloutit. Un cinquieme, devant le moulin, recoit
les cerises.qui tombent A terre, et qu'il a soin
d'ecarter avec un petit rabot, parce qu'il faut
qu'elles repassent une second fois pour les purger
des restes de caf6 qui out dchapp6 aux rou-
leaux.Les deux autres negres ont employes, I'un
a vider le caf6 dans la tremie, pendant que Pautre
remplit le panier de celui qui l'y porte. Ceux-
Tome II. B




i8 MANUEL DES HTABITANS
ci rel]vent, de temps en temps, les negres du
grand rouleau qui reprennent alternativemert
la place des travailleurs qu'on vient d'y mettre;
par ce moyen, ils se soulagent tour a tour.
Le cafd est naturellement envelopp6 d'un sue
extremement gluant, de faqon que, pour peu
qu'on le press, il quite sa cerise avec preci-
pitation. C'est l'effet que produisent les rouleaux,
apris quoi les cerises et le cafe tombent pale-
male sur 1'h~bichet, qui est une espBce de crible,
don't les maites sont de fil de laiton, propor-
tionn6es A la grosseur du cafr. Ce fruit dirig4 par
le movement de l'hebichet et par sa propre glue,
se pricipite a travers les mailles, pendant que ce
nouvement second par une pente douce qu'on
done A l'hebichet, chasse devant lui les cerises,
trop grosses pour pouvoir passer au travers des
mailles: elles tombent necessairement sur le petit
rouleau, et ces cerises passes par l'un et I'autre,
-tombent au pied du moulin par le movement
du petit hibichet, don't le petit rouleau est 6ga-
lement pourvu.
ARTICLE X.VIL.
Observations sur le travail du moulin.

'AprIs quelque tours du moulin, il convient
de visiter le cafe, et voir s'il est A son point:
trop serre, il s'crase; on s'en appercoil aussit6t,




DE ST.-DOMINGU 1.
par son parchemin qui se 1ve en ecailles, et
c'est une marque certain que le rouleau ap-
proche de trop prbs les gencives de la piece mobile.
En ce cas, on arr&te un moment pour donner de
Pouverture au caf6, par le moyen des coins de
bois qui sent aux extrdmit6s de la piece mobile,
et qui servent A resserrer ou A 1dcher le moulin,
selon que le cas l'exige; et c'est A quoi il faut
etre exact A chaque fois qu'on met au moulin,
parce que le cafr n'est pas toujours d'6gale gros-
seur.
Quand on a trouv6 le point fixe, on continue
le ti avail jusqu'a ce que le coffre du moulin soit
rempli; pour lors on I'arrete, pour le vider dans
des bassins, canots, ou barriques, qu'on a pour
cet usage. On continue ainsi jusqu'a la fin, aprbs
quoi l'on passe les mgmes cerises une second
fois, pour achever de les purger du reste de cafr
qui y 4toit. demeurd. C'est le moment d'ouvrir
une petite porle, pratiqude vis-A-vis le moulin,
par oh les cerises passent A measure qu'elles
tombent, et que les n6gres poussent A quatre pas
de la pour n'en &tre pas incommodes.
On laisse ainsi le cafr dans Je bassin toute la
nuit, au moyen de quoi il se detache plus faci-
lement de sa gomme; ce qui donne une grande
facility pour le laver.
On a soin de batir la case a moulin pros da
quelque ravine, pour tviter la multiplicity das
Bz





SB MAStEL DES HABITATS
Iravaux. On se sert d'un bassin de macdnnerie,
dans lequel on remue un rabot pour en detached
la glue. D'aulres font usage d'une espece d'auge,
ou canot; et ceox qui h'ont ni l'un ni 'autre, so
servent de grands paniers qui font le mnme eflet,
mais qu'on est oblige de changer solvent.

ART.CIL :E X I I.

De.sc r.tc'n des glacs.
Les glacis sont fails de maconnerie, 6leves cde
eirre d'eriviron six pouees,-avec des boards a
]'entbur, de hime hauteur, datnslesquels on pra-
lilqjiL d&e uIirLi.: ldeJlii alne en distance, pour
donper lieu au eaux de ~aouile. Leur grandeur
n'6stipaslirnirie;mais ipopOr :n1 r..l qu. iiiii.:
de caf quel'habitant doit cueillir; ainsi il y en a de
diff6reite grandeur, les uns'de:ceit pieds carris,
lesg autres de:naifs. Aprls :lavoir: bien caillout6
dansldfe nd d-on passe dessus. ui bon enduit,
de la'-on qu'il pEloilir'ul 10om d'uil': piece sans
'les separations qu'on est obli;e d's faire. Elles
servent a privenir les accident -q'tine pluie trop
abondarie pourroir 'eauser en.entrainarit, dans
un moment, loul le cafr qu'oa y auroit mis.,Les
cwuans de I'eau sont bornes par le moyen de
tous ces compartimens qui en arratent la rapi-
dilc, el dounenl aux eaux.le temps de s'6couler
par les soupilux de cheque eiduit,.h wesure







DE ST.-DOMir.G Bt.
qu'il les recoit, sans avoir celui de frnmer au-
cun courant, pour en faciliter I'vacuatimn; on
donne nu glacis une petite pente doucc, qui con-
duit les eaux vers les soupiraux sans aucune
violence.
C'est sur ces glacis qu'on expose le caod, pour
ttre seche, et on a soin de le remuer snuvont,
pour en presser I'avancement. Trois on quatre
journdes de bon solcil suflisent, si on a soin de
le meltre a I'abri tois les soirs, et d'dviler qu'il
ne se mouille ; alors on le serre a demeure dans le
inagasin, d'oi on ne le sort que quand on le vcut
piler; c'est ce qu'on appelle cafd slchd en par-
chemin.
--1 y a une autre facon de le fire s6cler, qui
patroit bien plus exp6ditive, attend qu'on n'a pas
besoin de moulins ; mais cette maniere est su-
jetle h beaucoup d'inconv6niens.
Sit6t qu'il est cueilli on le jette sur le glacis,
oil il reste jusqu'a ce qu'il soit entierement sec,
nuit et jour, sans s'inquieter meme de la pluie.
On pent bien juger que, de cette maniere, il est
fort long.h secher, et fort sujet a s'avarier, 6tant
sans cesse expose aux injures du temps. D'ailleurs
,il faut:n6cessairement que, parmi le grandtnom-
bre, il y ait des grains qui scehent en langueur,
parce qu'ils se trouvent couverts par les autres,
quelque precaution.qu'on prenne de les remuer;
.t.s'ils ne sont pas mouill6s de jour,-ils ne san-
B3





'21 MANUEL DES HABITANS
raient manquer de l'tre la nuit. A force mrne
de les remuer, plusieurs se depouillent de leurs
cerises : ceux-ci ne sauroient manquer de blan-
chir, et d'autres de noircir. C'est autant de cafis
iaferieurs qui augmentent le triage, diminuent
la revenue, et occupent un temps infini, qu'ou
emploiroitbien plus utilement A d'autres travaux.
I1 faut encore observer que ce cafd a besoin
d'etre sich6 au double de lautre, parce que la
cerise conserve toujours un certain sel qui le rend
moite, pour peu qu'il contract d'humidit4; or,
it est bien difficile de 1'en garantir, sur-tout dans
les mornes ou le nitre est tris-abondant, et les
brouillards tres-frequens. Si on manque a cepoint,
on court grand risque que le cafd ne s'dchauffe,
et ne tombe en pourriture.
Pour prevenir cet accident, il convient de le
sonder souvent, et si on s'appercoit de la moindre
chaleur, il ne faut pas balancer de le mettre au
soleil. Dans quelle peine ne se trouve-t-on pas en
pareil cas, si le glacis est covert de caf6 vert ?
II faut ndcessairement que l'un fasse place a I'autre;
voili A quoi on est expose quand on le faith secher
en cerise, an lieu que celai qui seche dans son
parchemin, itant lav,, se conserve des annees en-
tibres en mdme 6tat, parce que 1'eau le purge de
son sue glutineux, et il n'est aucunement sujet a
changer si on a soin de le garantir de toute hual-




DE ST.-DOMINGUE. 23
ditd, car il est extremement susceptible d'impres-
sion.
ARTICLE XIX.

En quel temps on pile le Caf'.
Comme ordinairement dans la r6colte on est
trop occupy, on attend qu'elle soit finie pour piler
le cafU. Les travaux se suivent rapidement, et le
passage P'un nuit nicessairement h l'autre.
II faut savoir partager son temps, chaqne jour
doit 4tre employ a propos;par cette sage conduite
tout est en ordre. C'est ce qui fait que bien desha-
bitans font plus d'ouvrage avec peu de monde,
que d'autres avec beaucoup, parce que ces der-
niers entreprennent trop a la fois. Sur ce prin-
cipe on ne doit piler le caf6 que lorsque le tout
est serrd, A moins que ce ne soit par nicessit6,
ou qu'on ne trouve quelque intervalle pendant la
rdcolte. En ce cas il faut en profiler, car les pre-
miers caf6s sont souvent les plus beaux parce
qu'ils n'ont pas eu le temps de s'avarier; mais il ne
faut rien omeltre pour le faire bien s6cher, et re-
doubler ce soin lorsqu'on vet# piler, car le caf6
nouveau est sujet banger, n'ayant pas eu le
temps de s'affermir. II est alors d'un vert de corne
transparent, et tout-a-fait propre a tromper le plus
habile connoisseur; aussi, quelque sec qu'il pa-
roisse, je conseille a ceux qui en front acquisi-
B4







24 MANuEL DES HASBITANS
lion, de l'exposer quelques jours au soleilavant de
l'embarquer; par ce moyen i]s pourront lui con.
server sa quaiite.

ARTICLE XX.

Comment on pile le Cafd

Avant de piler le cafe, it convient de l'exposer
au soleil pendant deux jours, et ne commence
que le iroisieme; encore faut-il attendre que le
soleil 'ait 6chauff~. C'eot ce qu'il faut bien obser-
ver; car i plus beau cafd blanchhia sous le pilol
s'il n'a pas le degrd de sdcheresse qui lui convient, it
s'np! tira mnme; en uu mot, le cafe ne sauroit 6tre
timp sec, et plus il 'est, plus on a de iacilit6 L
le piler.
Chaquehabitant le pile diffdremment; P'un par
le royen d'un moulin, l'autre dans un cannot, un
troisinme dans de grands mortiers de bois. J1 est
assez indifferent de quele maniere on le pile,
p:,urvu qu'il le soit; mais jetrouve que ]a derniale
milh;deestla plusavant&geuse.En effet,lescoups
de pilons sout bie us stars et plus reglis; le cafe
en eft moinssujet a ri e 6cras6, il en dchappe hien
moins au r- p.n et it se Irouve qu'on avaace da-
vanlage. Cela s'entend du cafd sdch6 en parcbe-
min; pour etui qui F'est en cerise, je pense que Ie
cannot et le moulin lui conviennent meux parcel






oE. ST.-D o MI -GIUE. 25
qu'dtant plus dur a piler, il faut que les coups de
pilons portent avec plus de force.
Sil6t que le soleil'commence a &tre chaud, les
negres se mettent 1'ouvrage; ils sent deix a deux
a chaque mortier; chacun ayant un pilon a la
main, frappe a coups mesurds, et alternative-
ment Pun apris Plautre. C'est ainsi qu'on ddlivre
le cafe de son parchemin, et de sa pellicule, qui
se d6tachent sans beaucoup de peine, puisque
quinze nigres en peuvent piler deux milliers par
jour. Celle' facility A le piler, prouve bien que la
defense d'un moulin est assez superflue; cepen-
dant ceux qui s'en servent peuvent occuperleurs
negres ailleurs.

ARTICLE XXI.

Comment le Cafe se vanne.
Pendant que les uns pilent, les autress'occupent
a vanner. II y a encore un troisimne moulin qul
en fair les fonctions, et qui est tr-s-ulile, sur-tout
lorsqu'on manque de vent, ce qui n'est pouriant
pas common ; mais il arrive quelquefois qu'll est
trop foible; alors le moulin est d'un grand secours,
et nettoie le caf6 infiniment mieux que le van or-
dinaire, car, outre qu'il eri 6te entibrement la
poussiere, et le parchemin pulvcrise, il le purge
encore des petits graviers auxquels il est fort sujet;
et, jettant A part le cafe qui avoit dchapp, aux





26 MANUEL DES HABITATS
pilons, ainsi cue celui que les pilons dcrasent, on
a m6me Irouve le secret aujourd'hui de r4unir ces
trois moulins en un seul, qu'on emploie a ces trois
difftrens travaux, par le moyen d'un cheval ou
d'un mulet.
SApres que le cafa est.vanne, et tried de ce
qu'iI avoit de directueux, on l'expose de nouveau
au soleil jusque vers le midi, que le soleil darde
]e plus vivement ses rayons. On le transvase
lout b Ailant come il est, dans dei fulaillEs qu'on
a soin de bien couvrir; cette precaution lui est
hicessaire, elle affermit le grain, en bouche les
pores, le rend moins susceptible des impressions
de Pair, et lui rend sa premiere couleur que le so-
leil avolt lerne; on Ie laisse cinq h six jours dans
cet 6tat, ensuite encore une journde de soleil pour
lui donuer la dernire rcaton.
Apris plant de preparations, el aprts avoir mis
lout en usage pour le perfectionner, on ~e trom-
peroil si on s'imaginoit qu'il est h I'abri de toute
impression, il conserve toujours un certain sel,
qui, i la moindre humidile, le dilate et le rend
flexible; apris quoi, venant ale ternir d'abord, il
le bTanchit ensuile totalement. En contractant
cette humidity, toute son huile s'evapore; it con-
vient doac deluichoisir I'endroit le plus sec. Cette
ddlicatesse est cause que les habilans ne le font
pil.r qu'h fur et A measure qu'ils veulent le dbi-






DE ST.-DOMISNGOE. 27
ter, et pas plus 4 la fois qu'ils n'en peuvent char-
royer, pour n'en pas courir les risques. On
observe aussi de ne le pas piler dans un temps
humide. Voilh tous les travaux relatifs a la
cafeteria.





28 MA.NUEL DES HABITANS


C H A P I T RE I I.
COTONNERIE.

Quatrimine Habitation.

LE cotonnier est un arbusle qui s'6lIve a ]a hau-
teur de six h sept pieds; il s'etend en buisson ; il
a L'ecorce brune; la couleur de sa fleur varie se-
lon la ql1 liit do terror, tanlit violelle, tanl6t cl'un
jaunc dore; sa gousse se noircit e ntnm rissa l. S(s
l-ul;;, sont A peu pres de la grandeur de <. -!.' de
]a vigne, (t chaque tige porte une on plulicurs
gousses vertes, qui succdent & une fleur blanched,
et qui s'ouvrent en quatre lorsqu'elles sont parve-
nues a leur maturity ; alorsle colon, qui dloit extr6-
meoent resserr~, sort, s'dtend; et si on ne se hAle
dele cueillir, le vent en enl&ve une parlie conside-
rable, Ie disperse entire les feuilles et les branches
de l'arbrc, oil il s'attache et se perd.
Le colonnier vient 'galemennt Lien par-tout,
dans les mornes, dans les terrains sees on humides;
ceux m&mes oil les autres planes pdrissent lui ontt
propres. On le plane ordinairement en quill-
eonce, h huit on dir pieds de distance, un peu de
pluie *ull;l pour fire sortir la graine de terre. An
bout de trois semaines, ou un mois, suivant 10
temps s coupluvieux que I'arbrea essuyd depuis




DE ST.-DOMINGUE. 29
sa plantation, on le sarcle, et on arrache les
plants superflues, en ne laissant, dans chaque
trou, que deux ou trois tiges. Lorsqu'elles out
atteint la hauteur de quatre A cinq pieds, on les
arr6ie pour contraindre la s6ve de se porter vers
les branches collat6rales, qui sont cells qui portent
le plus de fruit. 11 faut rompre routes le tLr -.n.. hes
verticales parcel qu'elles absorbent la seve e'i
pure perte; on doit mrnme arreter les branches
laterales, lorsqu'clles poussent des jets trop longs.
Ces retranchemens, sagement executls forceit
les branches a se subdiviser; c'est par ce znioyen
qu'on procure A cette plante toute' la fTcondit6
don't elle est susceptible. : ::
Au bout de sept Ahuitmois que'la grain a tfe
mise en terre, pourv ique la saison, ait te tfavo-
rable, on commence a recu-illir les gouLses. La
recolle dure trois mois. Quand elle est 'aie', on
coupe l'arbre au pied, dans un temps'de pluie, et
la souche qui' est restle en lerre pousse des reje-
tons qui portent du fruit plus promiptement que
les jeunes plantes. :
Le coton doit se cueillir fort sec; I'humidit6.Ie
feroit fermenter, et la.graine germeroit. Le pre-
mier soin ensuite, c'est de i'plucher, c'est-i-dire
de sdparer le duvet d'aveo la graine. On se sert,
pour c"t effet, d'unemachine composde de dcu.
roulcoux, d'environ iquatorze A quinze pouces
de longueur, et -d'un pouce de diamitre, ran-





3o IMArTREt vES ITIA n It
uels dans toute eur longueur, et poses hor
zontalrmeni |'un sur i'autre. Une manivelle
Ie negre met en movement avec le pied, fait
turner ces rouleaux sur leur axe, dans un ses
contraire. Is sont suffisamment bloignds I'un de
1'autre, pour laisser passer le cotton qu'on leur
prdsente, et qu'ils atlirent par leur mouvement
de rotation; mais ils sont en nmem temps trop
serrs pour laisser passer les graines : edes soilt
obliges de se drtacher du coton qui les enve-
loppe ; elles tombent a terre devant les rou-
leaux, et le coton est requ dans un sac qu'ou
tieni ouvert par derriere. Cette machine ''jI..: i..
moulin a colon. Un n*gre habile en 6pluche or-
dinairement vingi 3 vingt-cinq livres par jour.
Lorsque le coton est bien dpluch6, on Pem-
balle. Voici comment on procede A cette opera-
tion: On prend. un sac fait de grosse toile, bien
cousu, de six i sept pieds de hauteur; on le
suspend en l'air, en 'attachant par en haut A
des Iraverses de bois, port.es sur des poteaux de
sept a huit pieds de hauteur : on le mouille, afin
que le colon s'y attache, et ne glisse point. Un
s igre entire dans le sac, y foule le colon avec ses
pieds, et avee une pince de fer. Par-dessus la pre-
. mire couche on en met une second.
Pendant ce travail, -an autre nugre a soin d'as-
perger, de temps en temps, le sac avec dL l'eau,
S tau qai.le colon ne seroit.point arritl, et re-




DI ST.-DUmlINcr F. .34
monteroit malgrt le foulage. Quand le coton a
6 l suffisannuent fouled, on could le sac avec de
la ficelle, et oi pralique aux quatre coins des
poigndes, pour pouvoir le remuer. Un sac ainsi
prepar" se nomme balle de eaton; ilen con-
tient plus on moins, selon qu'il est plus on
moins foul. La ball pise ordinairement trois
cents h trois cents cinquante lives.
Le cotonnier, depuis l'instant de sa planta-
tion jusqu'au ionlent de la parfaitc maturity de
ses r'uits, est attaqu6, dans ses diffTrens Ages,
par une multitude d'insecles qui se succbdent les
uns aux autres, et qui semblent avoir entire eux
conjure sa perte.
Les vers,lescloportes, diverse petitesmouches4
scarab6es pinitrent jusques dans l'int&rieur des
trous oh la graine a 6t6 ddposde, et ils en.
rongent la substance que le d6veloppement du
gene a attendrie. Les graines, echappes A ce
premier danger, produisent bient6t de jeunes
plants qu'on volt sorlir de terre.
Alors les criquets ou grillons les attaquent du-
rant la nuit, et les jeunes feuilles sont divordes en
plein jour par des diables ou diablotins. Le disable
est un scarabde de la grosseur d'un petit hanneton
du pays, mais don't le cbrps allongd est diverse-
ment bigarr6 de noir et de jaune, ou ray6 de
rouge et de noir. Sa tate, fort menue, est garnie
de deulongues antenues; ses pattes sont dtelidc






3& MANUEL DES HABIITANS
et arn6es de crochets, par lesquels il s'altache
fortement aui endroitsoa il se pose. Le diablotin
est unautre scarab6e beaucoup plus petit; sa cou-
leur est d'an vert pale;
Les chenilles printaniires viennent A la suite
des diables et des diablotins, pour d6vorer leurs
resles.
Le cotonnier, a qui la dent meurtribre de ces
insectes a fait grace,s'6leve en trois mois A la hau
teur de dix-huit A vingt pouces. Deux erinemis
redoutables attaquernt alors comme de concert:
ce sont le maoka et 1'crevisse. Le premier est un
gros ver blanc qui rouge sa'patine et fait sicher la
jeune plante; le second nait d'une mouche qui
pique l'coice, y deposeun' ceuf d'od sort un pelit
ver d6nt Ia formnest spirale-: c'est sans doute ce
qui lui a faith donier'le nom d'gcrevisse. Ce ver,
aussit6t qu'ilest 6clos, ronge la parties ligneuse de
i aibre; ii -s'y forime unchancie, et la parties
attaquce devienit si fragile, que le-moindre vent
suffit pour la rompre.
L'arbre, va;irueur de c :le foule d'ennemis,
spare e ses fleurs; hais les punaises vertes, ou
deitouies~uleuIs, .ienni:It I'attqu r; lorsqu'elles
se trouven en grand nombr, elie en font tomiber
les flers, el le, i'ruis Jorertl. Le puceron vient
aussi qullquefoi se'ecoider les purnaises; I'arbre
laniguii, dereni sterile, er p&it &la firi
Le punaises Iouges t -noires d6daiguentt les
feuilles





DE ST.-DOMINGUE. 33
feuilles et les fleurs du cotonnier; elles attendent
que la gousse vienne a s'ouvrir pour en sucer les
grains, qui sont alors vertes et tendres. Les grains
altdrees, n'ayant plus de substance, passent entikres
en s'aplatissant, ou s'ecrasent a travers les ba-
guettes. Le coton se trouve tach6 par la fiente
jaune et huileuse de cet insecte; ce qui le faith mettre
au rebut.
Mais Fennemi le plus redoutable pour une habi-
tation plantle en colon est sans contredit la
chenille A coton. Cet insecte se jette quelquefois
avee tant de voracite sur les pieds des cotonniers,
qu'en deux ou trois jours, et quelquefois meme
en vingt-quatre heures, il les ddpouille de routes
Ieurs feuilles.
Le cotton, apris sa r4colte, est depose dans des
nagasins qu'il est bien dificile de preserver de
l'approche des rats. Ils tirent part du coton qui
leur sert a garnir les endroits oa ils font leurs nids;
mais la perte qu'ils occasionnent est de peu de
valeur.
Je ne puis entire J.1 anlage rlalviremrn une
habitation planted en colonniers :cette culture
n'est point difficile A exploiter; elle ne craint seu-
Jement que les accidens que je viens de dd-
tailler.


Tome I.





B4 MANOEL DBS HABITATS


CHAPITRE III.

CuLtiJlE DU CACAO.

IE cacao est le fruit d'un arbre appeal cacaoyer.
Apr s le coton, c'est la denrde don't ]a culture
exige le moins de travail. II se plante de graine;
toute terre ne lui est.pas indiffirente, come
au coton.; i faut, avant que de planter une ca-
caoyhre, sonder le terrain qu'on y destine. La
naitresse racine du cacao- pousse avant dans la
terre, perpendiculairement a son tronc. Un li de
pierre on de tuf qu'elle rencontre la faith rebrous-
ser, er l'arbre, ne trouvant plus de nourriture,
pdrit bientSt. Ii faut que la terre ait au moins
quatre A cinq pieds de profondeur.
Lorsqu'on a troiuv un terrain de cette nature,
et qu'nn 'a neltoyv, on divisd et on trace I'dtendue
qu'on veut y employer ; a cet effet on se sert de
cordeaux, de la longueur du terrain, divises par
des noeuds a la distance de huit pieds ; on plants
am piquet A chaque nceud.
.Lorsque le premier alignement est fait, on re-
porle le cordeau h huit pieds de distance, et on
continue ainsi de suite. II y a plusieurs raisons
de prendre cet alignment; i pour I'agr nenct,
I'rdre eit pre6frable & Ja coDfusion; o. da"






DE ST.-DOMING E. 35
une cacaoylre bien alignee, les negres au travail
ne peuvent 6chapper aux yeux du colunandeur;
30. dans le temps de la cueille, on suit les allies
les unes apres les autres et ainsi on ne laisse
point de fruit aux arbres.
Les cacaoyers se plaisent ordinairement sur
des colline pres des ruisseaux dans des lieux
qui ne sont ni trop sees, ni trop humides.
Plusieurs personnel croient que le vent fait du
tort aux cacaos, je ne connois que les ouragans
qui puissent leur nuire; au surplus, il est facila
d'y rem6dier, en plantant des lisieres autour de
la cacaoykre, on en laissant, autour, des bouquets
de bois. II est bien plus important de les abriter
du soleil, lorsque les arbres sont jeunes; ce qu'on
fait en plantant des bananiers aupr6s d'eux.
Le terrain 6tant align et divisd, on porte i
chaque piquet ui petit panier dans lequel on a
fait germer des graines de cacao; on les enfouit
en terre selon l'alignement des piquets.
La ddlicatesse de ce jeune arbre exige, dans
les terres qi il y a des fourmis, criquets, ou autres
petits insects, la precaution de planter la graine
dans des paniers de la forme d'ui cul de chla-
peau; un nigre en faith trente par jour. On fait
lever la graine dans un endroit choisi oil les
fourmis ne donnent pas; lorsque les plants ont
acquis une certain force, ils sont mains expose
C a




A6 MA UEtL DES IHABITANS
auX torts que peIn enl leur faire les insects; on
les plante alors en pleine terre, et le panier s'y
pourrit.
Lorsque la nature du terrain n'exige pas ces
precautions, on seme les graines dans des trous
creuse A la profondeur de quatre -cinq pouces.
L'amande doit y &tre mise droite, le gros en
bas; on en met trois dans chaque trou. Lors-
que les arbres ont un pied et demi de hauteur,
on laisse le plus beau, et on lve les deux autres
s'ils sont venus. Les p6pinieres de cacao ne con-
viennent nullement, car la racine de ce jeune
arbreest si delicate, qu'ei le levant de terre, et
le replantant, il est impossible de ne la pas of-
fenser. Le panier rem6die A cet inconvenient.
On plante, comme je 'ai ddja dit, des bana-
niers ou do mauioc dans les allies, pour pr6-
server ce jeune arbre di rayons du soleil, et on
entretient la terre bien propre, en la sarclant.
Lemanioc ne s'arrachant qu'au bout de dix mois
ou d'un an, et poussant plus rapidement que le
cacao, fait I'office d'un parasol h cette plante dB-
licate pendant ce temps 16.
Au bout dA deux ans et demi, le cacaoyer a
quatre pieds de haul, et commence A fleurir. Le
fruit qu'il rend alors est si peu de chose, que
bien des personnel font tomber les premieres
fleus, poar que farbre se fortifi dcavantage; a





DE ST.-DOMTIGUE. 37
'trois ans on cueille du fruit: a six ans le cacaoyer
est dans toute sa force.
Lorsqu'il est parvenu a une certain hauteur,
il n'exige aucun soin de sarclage ; l'ombre qu'il
donne a la terre, empeche I'herbe de venir et
ses feuilles qui tombent servent a le fumer.
Lorsqu'on cueille le cacao, il faut avoir atten-
lion d'en 6ter les guis d'arracher ou de faire
tomber les vieilles cabosses et de couper les
branches sbches, ainsi que les branches gour-
mandes.
La precaution de tailler le bout des branches
de cet arbre me paroit n6cessaire; le temps de le
faire est quinze jours avant 1'hivernage; les Espa-
gnols de Carraque en usent ainsi, et je crois que
c'est a cette pratique que le cacao de cette pro-
vince doit la reputation don't il jouit.
SLa forte recolte du cacao se fait au mois de
juin; il est bon alors de visiter souvent le ca-
caoyer, dans la crainte de laisser germer on
noircir les cabosses qui tombent quelquefois
d'elles-mdmes, lorsqu'on laisse trop long-temps
le fruit sur l'arbre.
Lorsque les negres cueillent les cabosses de
cacao, il faut emp6cher qu'ils ne secouent trop
les arbres avec leurs serpettes emmanchbes: ils
font tomber alors quantity de fleurs, don't Parbre
C3
^-





38 MA VUEL DES HABITANS
est souvent charge lors de la recolte, et .ppa.
vrissent par aT la recolle a venir, dans laquell
ces fleurs tombees .eussent donn6 des fru;s,
Chaque negre a son panier qu'il remplit de ca-
bosses, pour les porter de ak cacaoyre a a ease
destinwe A les recevoir. Lorsqu'il fait beau temps,
on case la cabosse sous le cacaoyer mmee, et on
la jette an pied de 'arbhe qui I'a produite ; elle lu
sert de fumier, et on ne porte que tes grains h
kt case. Dans le cas oiz on y porte les cabosses,
it ne faut pas que les grainesy restent plus de trois
jours, sur-tout dans le temps des pluies, car elles
sont suelttes i germer.
Les eabosses ant neuf dix pouces de long sur
trois A quatre de diam~tre; elles ressemblent A des
concombres parlags par des cBles; ellcs renfer-
ment commun~ment vingt-cinq amandes. Aussi-
t6t que les amandes sont rendues A ia case, on
les met soit dans des cuves, soit dans des vases,
on des canots pour en exprimer le vin; on les
couvre de feuilles de balizier, on mel des plan-
chcs et des pierres dessus pour les charger et aider
la fermentation qui s'y excite. Elles fermenente
ainsi pendant quatre a cinq jours, on a soin de
les brasser et de les remuer tous les matins.
Lorsque les amandes ont acquis une couleur
ruge i.LIur, on les tire de la cuve et on les
t p:-e au solely pi ur secher. On les met ensuite
en nicdni, d'oix on les sort de temps en temps




bE ST.-DoMIxN Gt. 34
pour les sicher; elles ont I'avantage de ne se point
rancir.
On retire du cacao une huile en consistance de
beurre qu'on nomme beurre de cacao. Cette
buile reunit la vertu anodine des autres huiles,
elle a 1'avantage de ne point contractor d'odeur
et de s&cher promptement; c'est un bon cosm6-
tique qui rend la peau douce et police sans qu'il y
paroisse rien de gras nm de luisant. On faith avec les
amandes de cacao, prdpardes a peu pros come
les noix de Rouen,une excellent confiture, propre
A fortifier l'estomac, sans trop l'echauffer.
Lorsqu'on veut prdparer les amandes de cacao
pour en faire du chocolate, on les d4pouille de
leur 6corce par le moyen du feu, on les pele, on
les r6tit dans une bassine A feu mod&r6, on les
pile dans nn mortier bien chaud, et on en forme
une pdte qu'on m~le avcc un poids presque egal
de sucre. Le chocolate, ainsi prdpard, s'appelle
chocolate de sante; onl peut y inmEer une legbro
quantity de vanille, qui en facility la digestion,
par sa vertu stomachique et cordial.
Dans nos Colonies on fait des pains de cacao
pur et sans addition; et lorsqu'on vent prendre du
chocolate, on riduit ces pains en poudre et on y
ajoute plus on moins de cannelle, de sucre en
poudre, et de fleur d'orange. Le chocolate ainsi
prepare, est d'un parfum exquis et d'une grande
C4





4 M MANUAL DES HABITANS
delicale.me. Quoique la vanille soit commune ar n
fles, on n'y en fait point du tout usage dans le
chocolate.
Voila tout ce qu'on peut dire concernant la
culture du cacao; il n'y a point d'autres details
qui lui soient relatifs; cette plantation ne demand
qu'un pen de soin,sans causer beaucoup de peine,
ni exiger de grandes ddpenses.
Je ne parlerai point de la culture du tabac, les
babitans de St.-Domingue ne s'en occupent point.
I1 n'y a que les gens de couleur qui le cultivent
en petite quantity, pour se procurer celui don't
ils ont besoin; ils vendent'seulement ce qu'ils en
ont de trop pour leur consommation.




Df ST.-DOmINrrGE.


CHAPITIEE IV.
IALOGU EENTRBI UN AMwRICAIN ET UN EURO-
PEEN SUR LE PASSAGE ST.-DOMiN i, ET LA
MANIkRE D'Y VIVRE.
JE parlerai dans ce chapitre de la temperature
de Pile de Saint-Domingue; du passage; des
moyens de fortune; de la manibre d'y vivre;
des plaisirs qu'on peut y gofiter;- de la nourri-
ture et de l'entretien; de l'hospiqaiit qu'on y
exerce; et enfin du retour de cette Colonie en
Europe.
Je ne pretends pas prendre le titre d'ecrivain,
je me borne h presenter les objets dans lestyle
le plus simple de peur de m'Cgarer, et de
me rendre unintelligible, en voulant entreprendre
au dessus de mes forces. Je vais ex&cuter ce que
je viens d'annoncer, et le presenter en former
de dialogue, entire un Amricain et un Europden.
Ce petit tableau pourra fire plaisir aux per-
sonnes qui, n'ayant point ete dans les Colonies,
desirent en avoir connoissance par un Sdble rap-
port. Mais comme tout est change depuis la
revolution, je ne puis presenter qu'une pein-
ture de i'tat anterieur a cetre epoque.






4a MANIsE DES HABITANS
ARTICLE PREMIER.

Geographic de rile.
L'Europeen. J'ai si favorablement entendu
parler de Pile de Saint-Domingue, que je brile
du desir d'y passer. Je vous prie de me douner
Jes inslructiu.n; relatives A cette Colonie. On dit
qut File est une des plus grandes des Antilles.
L'.tmenric :in. Ell~ t-t effectivement la plus
andJ, apr s celle de Cuba.
L'Europden. Quelle longueur, quelle larger,
j ,l.-!Ie circonfdrence pent-elle avoir ?
L'Amrniicain. Elle a cent soixante lieues de
1- "., trente dans sa moyenne larger et cin-
quante de c6les.
L'Eitoeer,. Quellu estla partie habite par
les Francai ?
L'Am'ricain. C'est celle d'occident.

ARTICLE II.
Climax de Saint-Domingue.
L'Eurotpden. Qurl est le climat de cette fle?
L'jir qu'on y respire esl-il alJubre, et y fait-it
aussi chaud qu',n le dit ?
SL' Amricain. L'air y est assez ain; i ny a
poin' comee en Euripe, debrouillaids; leciel.et





DE ST.- DoMiNati. 43
plus net l'azur plus brilliant, et si le soleil y
parolt quelquefois obscurci, cela ne dure pas
long-temps. La chaleur h peu pres la minle
pendant toute lann6e, y est supportable :elle
n'augmente que lorsque 'air n'est point rafraichi
par les brises qui rggnent presque toujours dans
File.
L'Europden. Qu'entendez vous par le mot
rise ?
L'Americain. Ce sont des vents rcglis, qui
se succ.dent alternativement, et qu'on di-lingue
par brise de mer, et brise de terre. Celle de mer
oulile pendant le jour ; celle de terre reprend
ensuite, et se fait sentir durant la nuit. Ces brises
sont quelquefois tres-fortes, et onles nomme alors
brises carabindes.
L 'Europden. Mais lorsque ces brises ne se font
point sentir, qu'6prouvcz-vous alors?
L'Ameiicain. Nous 6prouvons, dans celte cir-
constance des chaleurs consid6rables qui, fort
heureusement, ne durent pas l.ing .-inp-.
L'Europden. Les jours y sont-ils susceptible
d'augmentation et de diminution ?
,L'mdricain. Les jours y sent prcsqu ipa u ,
et il n'y a, dans le course de I'anne, qu'une de-
mi-heure de dill'-reinc entire le levar et le cnu-
cher du soleil. L'aurore et le crfpuscule y sont





44 MANULr DES IIABITANS
peu sensible; mais il y a quatre heures et dcn1ic
de difference B 1'igard du course solaire. ,,
example, lorsqu'il est quatre heures et demie cn
France, il n'est que midi a Saint-Domingue.
L'Europden. Y a-t-il des pluies abondanles,
et iprouve-t-on des revolutions par les variations
des temps ?
L'Amin'cain. II y a une saison ou les pluies
se dfclarent en abondance, et c'est ce qu'on
appelle hivernage. Ce temps vient ordinairement
aux approaches, et pendant 1'quinoxe de sep-
tembre. 11 y a aussi des annies oi I'on 6prouve
des ouragans et des coups de vent furieux, ve-
nant de la parties du sud, ou du nord, et qui
font des ravages considerables, tant sur mer que
sur terre. Les pluies qui tombent, quelquelois
pendant le course de randnee, viennent par grains;
les gouttes d'eau sont fort large, et tombent sou-
vent par avalasses.
ARTICLE IL.
Ouragans et tremblemens de terre.
L'Eunpeien. Pendant le sombre d'ann6es que
vous avez demeuri A Saint-Domingue, vous avez
sans doute vu de ces furieux ouragans ?
L'Ame'rcain. Un des plus terrible que j'Y
aie \ u c' st celui de 1772. En voici la descriP-
. tion:




)E S T.I-IUMI ,,
Ce fut la nuit du 4 ai 5 aotll q ce i.l. I
table fldau rdpandit l'pouvant~ t ,l dioluim,,
dans la parlie du sud, et 1iniilpi w tlci del s
les quarters de Saint L,iiw d, C, ,, des
Cayes, de Torbek, et de Tibuimmi.
11 s'annonqa, d&s le 3, par un vent du nord
tres-violent, et par un deluge d'eati upouvan-
table. La journey du 4 fut cointammnent si plu-
vieuse, que les uigres ne parent aller au iarin.
Vers les neui' heures du soir, le vent tourna au
nord-est. Ce fut alors que les fortes bourasqmucs
se firent sentir, et qu'on entendit de toutes parts
un sifflement horrible.
La case oi je m'ltois retired avoit soixante pieds
de longueur, sur vingt-quatre de large : elle 6toit
couverte en essentes, et soutenue sur de gros
poteaux de bois de fer qui entroient cinq h six
pieds en terre. A la premiere bourasque, elle fut
dhfaite: la second emporta la moiti6 de la ga-
lerie situee a l'est. Le vent n'6toit pas uniform;
il mollissoit de temps en temps, et au bout do
quelques minutes, ii se d6chainoit avec fureur,
et remplissoit l'air d'un bruit effroyable, caus6
par la chute des arbres trop foibles pour resister
S-son imp6tuosit6. Chaque coup de vent 6bran-
loit la case, et ]a faisoit plier en tout sens. Comme
elle 6toit d6faitde; la pluie y tomboit de tous colts;
le tonnerre grondoit sourdement ; le bruit da
vent 'emportoit et les eclairs 6toient terrible.






46 MANUEL DES HABITANS
Vers les deux heures du malin, le vent corn
menca A mollir, les bourasques devinrent mr;
frequentes et moins violentes. Durant l'espace d
cinq heares que dura ce furieux ouragan, des
arbres, d'une grosseur enorme ont t detra
cinus; d'autres bris&s; quelques uns fendus daa,
toute leur longueur; les autres, depouillis de leurs
branches, ne conserverent que le tronc. Tous
les cbemiris furent bouches; on ne pouvoit p&_
nitrer dans les bois que la bache A la main.
'Avant la nuit, les forts etoient orndes d'une
agrdable verdure, le lendemain, elles represeui
toient les horreurs d'un hiver inconnu dans ces
brilans climats. Les bananiers furent tous brisms;
quantitis de pieds de cafes arrach6s ou fracassms;
des pieces de cannes couches a terre et d6ra-
cin6es; des jardins plants en indigo, culbut&s et
entrainds par les torrens. Aucune case, soit
pour ngres-, soit pour blancs, n'est restee in-
tacte. Les unes ont 6t6 decomblIes; d'autres ren-
'eri&e ; toutes endommagees; ce qui a caus6
de trbs-grandes pertes plusieurs habitans, sur-
tout h ceux don't les magasins (toient remplis.
La plupart des navires qui Itoient en rade,
aux Cayesdu fond,ainsi que les goiIettes, cha-
korpes, canots, etc., ant d6 bris6s contre les
rdeil; et la 6te itoit couverte de debris. La
ife des Cayes a &i preque inond.e; dans plu-
ass maWons, sar-tout du a6t6 de l'wppital





DE ST. -D I N G 47
Sy a eu jusqu'a quatre pieds d'eau. Les ri-
vi res, gonflees par les torrens, sont sorties de
leurs lits, et ont charri6, durant pkisieurs jours,
des arbres enters, avec leurs branches et leurs
racines, qui en entrainuient d'autres dans leur
passage, avec la terre qui les portoit.
La journee du 5 fut assez semblable a celle du
3; le vent souffla avec violence, et la pluie fut
continuelle. Les animaux domestiques dispa-
rurent durant ces trois jours. On trouva, dans
les bois et dans les savanes, plusieurs oiseaux
tuas on noyds.
Apres ces temps de calamity, le soleil darda
ses rayons; la nature se ranima. Les troncs
d'arbres qui avoient resist6 i la violence de la
tempkte, commencerent a bourgeonner, en tra-
Sant a nos yeux i'image du printemps, qu'on
dprouve en France; et its furent, quelques jours
apr6s, couverts de verdure.
L'Europden. On dit que cette ile est souvent
exposee A des tremblemens de terre.
L'Amdricain. Ces 6vknemens ne sont pas fr&-
quens; le tremblement de terre le plus cousidd-
rable fut celui qui se fit ressentir, au Poit as
Prince, en 1770. Je vous en ferai Ie r4eit avec
d'autant plus de vWrite, que j'~ is nouvellement
arrive de France, et debarqud dans ]a ville Ie
to mai de cette an&e.-

I






48 MANVEL DES HIABITANS
Le 3 juin 1770, jour de la Pentec6t., .
Jorng-temps grav6 dans la mrmoire des habi)la
de Saint-Domingue. On eprouva, dans la a
tinec, uine chaleur drouflante, qui fut suivie
dans quelques quarters, d'une grosse pluie, aprs
laquclle la chaleur devint aussi incommode que
s'll n'avit pas plu. Les bruises, loujours rlgu.
li;res, ne se firent presque point sentir durajt
la journey.
A sept heures et un quart du soir, il regnoit
par-tout le plus grand calme qui n'6toit troublI
par aucun souffle de vent. Le ciel sans nuages,
J'almosphere chargee de vapeurs qui dclipsoient
les dtoiles, la lumiure pale de la lune, tout Wins-
piroit que le deuil et I'effioi.
La terre commence a s'6branler assez douce-
ment; mais tout A coup elle semble sortir de son
assielte : des secousses violentes dirigdes d'abord
de 1'est A l'ouest, et qui font ensuite le tour du
compas, se succddent avec rapidity, toute la na-
ture parott proche de sa fin; le sol est come
fotlant; les rochers se fendent, s'entrouvent,
et font rejaillir les eaux souterraines; des arbres
monstrueux sont detachbs de leur base; ceux
que leurs racines etendues afaermissent, plient et
font toucher leurs branches ju.qu'A Ierre.
Des parties de montagnes s'Acroulent; les eaux
al.gantes devienneunt des mrs agities, qui fran-
dhissent lurs acres, et inodent les lieux quiles
avoisinent ;






E ST.- OM ING U E.
,,,-,l; les idifices (ll paroisent les plus so-
ide s'eb rallent, percent leur h-plomb, se dd-
coloposent t s'ecrroulent avec fracas; les ani-
na1v cde toule espece ne se reconnoissent plus, its
c imCenI cat Ih dans les savanes, tombent lour-
d.incn se relevent avec inquietude, et se tour-
ienueel'. '
Un repos de cinq A six minutes fait esperer que
les feux souterrains, qui ont cause ces desastres,
sout 6teints. Espoir illusoire! Les secousses recom-
icllcent avec aulant de violence que les pre-
njiires; et, ce qui les rend plus terrible, c'est
qu'elles sont accompagnies de certaines commo-
tions inlrrieures de la terre qui semblent repousser
en haut tout ce qui touche a sa surface.
A ce choc combine aucun ouvrage human no
risiste que foiblement : ce qui n'avoit 6t6 qu'6-
branzI par les premiers mouvemens est houle-
vers6 par ceux-ci. La chute de tant d'edifioes r&-
pand dans l'air une poussiere 4paisse qui gene la
respiration. Toute la nuit se passe dans une agita-
tion continuelle ; des bruits souterrains, qu'on ap-
pelle le gouffre, se font entendre de temps en
temps; chacun est dans I'incerlitude du sort qui
l'attend; personnel n'a jamais rien vu de sem-
blable, et l'on appr6hende que 'ile entire ne soit
submerge.
Le jour enfin paroit, et vient eclairer, par gra-
dation, les desastres de k unit. Quel coup-dswil,
Torne 1 D





50 MANUEL DES IABITANS
grand Dieu, et sur-tout dans les villes! Ce qu
appelloitleGouvernement, I'intendance, j,,
I'Hopital, tout cela n'est plus qu'un amas conf,
de pierres, de bois, et de meubles fracasss; cha.
cun met la main a I'ceuvre, et tdche de sauver le
debris de sa fortune. Legouffre sefait cependant
toujours enlendre, la terre est de temps en temps
agitde, et permet A peine aux mains laborieuses
1'exercice de leur courage.
Les villes du Port-au-Prince, de L6ogane, et
au petit Goave, ont 6td renvers6es de fond en
comble; desbourgs assez considdrables, ont 6t4 plus
ou moins maltraites. On a vu paroltre des sources
d'eau chaude dans plusieurs endroits des mores
oi il n'y avoit point eu d'eau auparavant; elles
ont tari depuis. Les parties du nord et du sud oat
resu peu de dommages: lesquartiers du Port-au-
Prince, du cul-de-sac de L4ogane, du petit
Goave, de Nippes, et d'Aquin, out le plus souf-
feet, la plain du Cul-de-sac sur-tout, que l'o
cFit voisine du foyer, 6toit mdconnoissable, le
lendnmain de cette affreuse nuit.
La terre s'toit entr'ouverte dans quelques ha-
bitations ,et il sembloit que la charrue y eit passe.
Desmornes trbs-1ev6s, comme la Selle--cheval,
oat t tellement agit6s, qu'il n'y restoit plus que
e tuf et que plusieurs chemins publics sont deve-
nus impraticables. Heureusemei qu'alors la plu-
Jpat des habitauns ioienl I se promener sous leurs





E ST.-Do I N G U E.
oleries et qu'ils ont eu le temps de se jetter au
n des rues, qui slnt tres-larges. Si cet 6ven-
ent ltoit arri\ 6 plus t6t lesIglises auroient servi
Storbeau a un grand nombre de citoyens, que
la solemnity du iour y avoit rassembles; quelques
heares plus tard ils auroient presque tous p6ris
sous les d6combres de leurs masons.
lalg'rB les circonstances heureuses du jour et
de l'heure qui les en tenolent eloigns plusieurs
depend an t 6out victims de ce terrible flau; et,
qt.iqu'on n'en ait pas su le nombre au just, on
peur assurer qu'il monte au moins a quarante
personaes a Liogane, et h deux cents au Port-au-
Prince.
Les ours ui suivirent ce ddsastre, ne se pas-
serentpastranquillement.La terre fut,darantleieste
du mois, plus ou mrins agit6e; et legoufres'est fait
souvent entendrea Durant le mois de juillet, il y
cut une vingtaine de secousses: on n'en -compta
que neufdurant tout le mois d'aofit; le nombre et
la violence ont toujours 6td en dectoissant,-le re-te
de I'annde.
En 1771 la terre n'6prouva qu'une douzaine
de secousses en diff4rens temps, mais sans cause
de dommage parce qu'elles furent mHoins vid-
lentes, et que les habitans avoient pris la pr&eau-
lion de ne bAtir qu'en bais. .
Lann e 1772 fut encore plus tranquille. On no
remarqua, dans le quarter du Porr-au-Prince,
D




SO MANUEL DES HABITASt
que sept secousses, savoir, le 14 f6vi er, le :
avril, le 12 et le 17 mai, le 13, le 14, et le lg
juin.
En 1773, il n'y eut qu'un tremblementdeierre
remerqua bie, au coninencement de juin. Les exha.
liaisons, qui so sonu fhil jour par les crevasses qu'oa
trouroit part-lout, ont corroinpu la masse de 'air,
et ont cause une espece d'epidimie, qui s'est &een.
due jusqu'au Cap. Elle a enlev6 un grand n"lmbre
d'habitans, sur-lout au Port-au-Prince, et au
Cul-de-sac.
ARTIC L E IV.

Passage d Saint-Domingue.

LPEuropden. Dites-moi, je vous prie, comment
on doit s'y prendre pour se procurer un embar-
cjii' en- l ; quelle est ]a season la plus favorable
pour le faire; et sil 'on trotlve, dans tous les ports
de France, des navires qui fassent voile pour I'ile
ad St.-Domingue ?
L'Americain. Lorsqu'on se dispose a passer
dans ce pays, il faut faire choix du port dans
kleuel on veut s'embarquer. Ceux o l'on trouve
le plus commun6rnent des navires, pour cette des-
tiJation,sonl Burdeaux, Naines, et le Havre; les
porIs de la Rochelle, de Mar eille, er de Dun-
Lerque, arment ausi quFlques \aisseaux pour
ctte colonie. Les embarquemeni les plus nom-




DE ST.-DOMINGVT. 53
bt Se font en avril ct septembre, parce que
.esee te lmps le plus convemnble a cette naviga-
po''es profiter des vents alizes.
ion Pour un des ports ci-dessus dgsignes, on
Va a Bourse pour s'informer des navires qui
va n*s 5a partir; on demand quel peut aIre le
on c laode pour on passage; ii faut deman-
eP -si le navie qu'on vous indiquera est bon
voilier sil n'est pas trop vieux de service, et si
1.-voil; "' mmandent sont experiment s;
car le sat d'un vaisseau depend souvent de la
car ire de manoeuvrer. D'apres tous ces rensei-
gnemens; on va chez l'armateur pour fixer le prix
du passage.
L'Europeen. Quel est le prix qu'on paie poum
aller a St.-Domingue?
L'Americain. Pour 6tre nourri h la table du
capitaine, le prix ordinaire est de cinq h six cents
lirres; mais si les moyens ne permettent pas de
donner cette some, on peut vivre a la table des
officers mariners qui sont le maitre d'equi-
page, le contre-maitre, le charpentier et le ton-
nelier; dans ce cas, il n'en coite que deux cent cin-
quante h trois cents lives pour le passage.
L'Europden. Est-on oblig6, lorsqu'on retient
une place pour son passage, de payer a larmnateur
la totality du prix convenu avec lui ?
4Amndricain. Non; mais. on done ordinaita.
D3





$4 MA V.rtL DES HABITANS
meant la moitig de la some convene, attend~
qu'on peut changer de faqon de penser, en cher
chant A passer sur un autre iavire que l'ou coir,
plus commode et plus srw. Alors la moiti6 du pIj.
donndi l'armateur lui reste pour le dddoninane
de la dcpensequ'ilest senseavoirit oblige defaire
pour les provisions de bouche.
L'Europden.Est-on bien nourri pendant la tra-
versde?
L'Amenicain. II y a des capitaines qui font
meilleure chire les uns que les autres; mais pour
F'oidinaire on vit assez bien.
L'Europien. Quelles sont les provisions que le
le capitaine embarque ordinairement pour sa
table?
L'Americain. Avant que de parlir du port, oa
embarque de la viande fraiche, pour quelqucs
ours;et, lorsqu'elle esl consomme, on fait usage
des autres provisions.
11 y a ordinairement a bord du navire deux ou
trois cents volailles, poules, dindons, oies, et ca-
nards; le reste consiste en boeuf salJ, en jambons,
langues fourries, saucissons, morues rz, cufs,
et fives. Le dessert est compose de fromage et de
fruits sees ; on met aussi une couple de cochons et
qnelques moutons a bord du savire, pour Otre
tuis durant la traversee. Les capitaines nantais
mat asses dans I'usage d'embarquer quelques m





VE ST.-DOMINGUE. ;5L
pour vendre en Amrnrique; ce qui fait
vacbesr tire du lait qu'elles peuvent donner.
Lqu reopen. Quelle est la nourriture ordinaire
des niatelots
L'miricain. Erle consist enbiscuits, qui sont
des alettes de pain, passes deux fois au fou'r- du
b f said, de la orue, et des fives.
L'Euiropen. Avez-vous des cuisiniers hLord
du vaisseau ?
L'mdricain. II y en a ordinairement deux;,
Fun qu'on noipme detyer ou chef; celui-l, sert
rftat-major, et les passagers. Le second s'appelle
coq, il sert de cuisinier a rl'quipage. L'cuyer est
ordinairement boulanger; il p6trit, tous les deux
o trois jours,pour fournir dupain frais a la table
du capitaine.
L'Europten. En outre des provisions du navire
est-il n6cessaire d'avoir en particulier quelques
petites douceurs ?
L'Amricain. On peut se munir de quelques
sirops, come d'orgeat, de limon, et de vinaigre.
II est bon aussi d'avoir quelques pots de confi-
tures, ainsi que despraneaux; car ce fruit reliche
beaucoup lorsqu'on en prend l'infusion et qu'ou
est echauff6.
L'Europden. Les heurea du reps sont-, ier
'A,;ne a board?
D4





56 MARstas n ISIUAsBT*ANS
.L'Amdiricain. Le main on fait la pri&re en
conimun,on dejenne a hui heu res, on dine a mnidi,
on soupe "sept beues, etJa priere du soir se dit
i huir heutes ; ensuile chacun se couche, si bon
lui semble, obslcivant cependaut deonepoint faire
de bruil, pour Idis.'er aux gens 4e 1'dquipage le
temps convenubli- ; rleu reps.
L'Europl'cn. Avez-vous un chiiurgin sur le
nJavile ?
L',tA r'ficin, T1 y en auntur cheque vaisseau,
quil Clonlient ine pelile phalmacie.
L'.Air':FiI-i, ld.It-il rdltil tl'a.voiL uIn pet uquier
duii la iat ,i r e ?
I'.lmenrl at. L. pIupart des nayires n'ont
point de peijurljiieil bord; on est oblig6, pour
cet ( Et, d'avoir iccouti u plus adroit 4natelot;
c'est pourquoi je Lo eille a Lrlul qui vefut S'eim-
barquer; d'apprendid a s riser lui-mniie; il
ircte par ce mouycn le disagrimelt de onrlier sa
tele A des mains iauveint mal-propres.
L'Europ'en. Trouvez-vous uu lit gaioti I'l Jl
du nasirc ?
L'4Anrricain. Ce n'est poini I'usage, il F-.it
faire preparer, avani que de s'embarquer i'l
couple de malelas dehord. 1s sont ol dil i;eni. li
de 18 b pouces de large, sti ewviroi 6 pieds
de long. On se mniil aSi d'unioreillcr, d'uin





DE ST.-DOMINGIUE 57
ITgere couverlure, et d'uue couple de padres de
draps.
Le lit se place dans une cabane pratiquee ex-
pres, soit dans une petite chambre particuliere,
soit dans la grand'chambre, le long des bordages
du navire; mais si P'on pouvoit se procurer un
cadre, au lieu d'une cabane, on seroit moins in-
commode cu voulis dans les mauvais Iemps; ii n'y
auroit que le desagriment de ne pouvoir sc co-,
cher dans le courant de la journ e, parce qu'on
dimonte ces cidres pendant le jour, pour qu'ils ne
g9nent point.
L'Europden. De quelle maniare l'dquipage fait-
il le service A bord du vaisseau ?
L'A4meriain. L'quipage estpartagi en deux
bandes ; 'une que l'on nonimme tribord, c'est-A-
dire le c6ti a droite du navire, et l'autre Labo d,
du cotd a gauche. Chaque c61t est de service tour 4
tour pendant quatre heures; c'est ce qu'on nomme
fire le quart. Le c6te qui n'est point de service,
se rtpose en attendant son tour; mais dans les mo-
mens de danger ou de n6cessilt, lout le monde
de P'equipage est sur le pont, pour travailler a la
manceuvre. Les passageirs pr6tent aussi la main
dans des cas urgens.
L'Europden. Est-il permits d'emharquer ce
qu'oa veunt l'EfT I4, et le port en est-ilfranc ?
SL'Amdricain. On peut embarquer deux on






.:1 MANTVEL Dxi HABITAINr
tros males, qui sont senses contentr les cho3e
propres i son usage; mais si on avo'i beaocu,
d'objers i embarquer, il faudroit en pa1)yer
fret, suivant la quantity de tonneaux quils pour.
roient contenir.
L'Europien. Qu'entendez-vous par tonneau
L'Amdricain. Un tonneau pse ordinairement
drui milliers, et c'est pour designer la grandeur
d'un vaisean qe'on dit tel batiment content tris
ou quatre cents tonneatlx.
L'Europien. Aves-vous la jouissance de tout-
vos males A board du navire?
L'Ameicain. Non; ii faut en garnir une de
routes les choses dont on peut avoigbesoin pen-
dant la traversee; et lorsqu'on est oblige de l'ou-
vrir,il ne faut rien laisser trainer dehors, pour
iviter aux matelots les occasions de prendre. Les
aurres malls sont series dans la cale, pour ne
point emharrasser.
L'Eurpplen? Quel genre de ve mine-t-on pea.
dant la traversee?
L'Amdricaim. On s'occupe i la lecture, ainsi
gu'it la muique, loIsqul y a des amaaters; et
les personnesinstruiles serassemblent pour passer
ageblement le tempsi
L'Europ -a. e navire aibil reliche en allad
& Sain-Domingue ?




DE ST.-DOMT-IGtE. E9
J'Am/ricain. U n'y a que les ivenemens fj-
cheux qtii puissent 'Py oblip'.r, telle qu'une voice
d'au, k- deemnparement des manouvres, et la
frcture d-s ruits.
L'Europden. Combien met-on de temps pour
la traversee?
L'Amdricain. Cela depend du vent; lorsqu'il
est favorable, la Iraversee est alors de quarante
a quarante-cinq jours.
L'Europden. Avez-vous, durant le voyage,
'amusement dela p&che?
L'Amdricain. Lorsque le navire est en pleine
mer, on met des lignes dehors, et 1'on prend
quelquefois des thons, des bonites, des dorades,
et des requins; on harponne aussi des marsouins.

ARTICLE V.

Pacotille.

Z'EurWopen. Est-il avantageux pour la per-
sonne qui a de 1'argent comptant, de le porter
avec elle dans la Colonie ?
L'Amricain. II vaut beaucoup mienx le con-
vertir en une pacotife bien assortie, et don't la
vente soit convenable au pays; pa r ce moyvn,
Pargent profit et d6dommage des frais qu'oa
peat avoir faits pour Iembarquement






6o MANTUEL DES HABITAiS
L'Europdfn. Indiquez-moi je vous pPi,
quelle esp&ce de pacotille on peut emporler pou
Saint-Domingue ?
L'Almericain. 1I v en a de deux sorts; ,
premier e consist en buile, savon, chandeiles
froinagcs, beurre, jarnbous, farine, vins, eau
consommation pour la bouche; c'est ce qu'o
appelle comestibles. La second espece est coin,
pose de marchandises, conmme toils de toues
qualitls, mouchoirs de lous prix, has de fil blanc
chapeaux, basin, souliers, tant pour hoamnes
que pour femmes. des modes faites dans le der-
nier goAt pieces de draps de diverse cou-
leurs, soierie, indiennes a meubles, mousselines,
taffetas unis, rubans, parasols ligers, un pea
de parfurerieet de bijouterie, et de la petite clin-
caillerie. I1 faut principalement que-les objets de
luxe soient des plus beaux et des plus a la mode.
Voil, ce qui forme la plus grande partie de
la cargaiso- d'unnavire; mais lorsque c'est une
paticotille paticulibre, il vaut mieux se charger
d'un assorliment en marchandises de la second
sorte; et i aut les acheter deJa premiere main,
afin que les b'ni6ces soient plus considdrables
L'Eurr,-n. S'il arrivoit que la pacotille se
Itouvl avariCe dons le navire, sur qui peut-do
Paoir son retours ?






t)E ST.-DOMISTNGE. 6
.me'riciaii. Si les marrchaudise, etoient ava.
ar les evenenmns de la mer, come ter.i
r'es e ut mauVa ps le capitaine alors n'en
P1Ies e t. ', 'la, pace que, dans une pareille
et "tance iI dressed un proces-verbal de la
position dans laquelle il s'est trouv6; mais si elles
etoiet ga6es faute de soin on d'attention, elles
deneureot alors a sa charge.
L'Europeen. Si la pacotille est considerable,
n'" a-t-il pas des moyens certain pour 6viter
de la perdre, dans tous les cas possibles ?
L'Ainricain. Dans chaque part de France
il v a une chambre d'assurance, oih les assureurs
r6pondent detous les 6venemens moyennant une
taxes mediocre qui varie du plus au moins,
suivant la loogueur des voyages et la quality des
navires. Cetle taxe augmente de beaucoup en
temps de guerre, en raison des risques qu'il faut
courier.
ARTICLE VL

Mlfoens de fortune.

L'Europden. Me voila parfaitement instruit
pour ce qui concern 'einbarquement; dites-mnni
maintenant de qn,-lle maniere on peut s'emplover
utilement dans la Coonie?
L'Amiricain. II y a plusieur moyens qLi




66 MAnWhrA DES RHABITAS
peuvent conduire A la fortune. II faut d'abor
oe procurer de bones lettres de recommandati,,
pourles personnel qui sont en place dans le pa,.
ces recommendations vous procurent un pied
terre en y arrivant, Si l'on est home de lo,
on peut se placer chez un praticien; cet dtat
est des plus lucratifs, sur-tout lorsqu'on peut parl
venir a obtenir une commission d'officier de
justice, attend qu'il n'y a pas de charges v4.
nales, ni de maitrise a payer dans les Colonies,
Si l'on a du goit pour la culture, on peut
faire alors un apprentissage dans cette parties;
cela vousconduit ~ Ere Econome, ensuite Ghrent.
et la confiance que vous pouvez acquerir dan
cet ,tat, vous procure souvent des procurations
ad Negotia.
Si, au contraire, on ne veut pas prendre on
de ces deux parties, et qu'on veuille se determiner
a fire le commerce, on peut alors louer un
magasin, qu'on garnit de sa pacotille, et loa
prend, par la suite, des marchandises a compete
ouvert chez les capitaines; ce qui augmentein-
sensiblement votre commerce, au point de de-
wenir ce qu'on appelle negocians; et la bonne
reputation que vous pouvez vous faire, vous met
quelquefois dans Ie cas de correspondre avec des
maisons de commerce etabies en France, qui
pourrnt vous charger de lers affairs dans c
py-s. '.L




Dr ST.-DOMINGUE. 6

Si 1ous entreprenez le commerce, it faut que
ous socz surveillant A la rentrre de vos fonds&
t ne pas trop vous livrer au credit avec le pre-
nier venu; car, dans ce pays, chacun est fort
Side d'achbeer; mais aussi beaucoup de per-
0nnes sont peu jalouses de payer.
L'Europeen. Quel est le terme de credit que
es capitaines accordent ?
L'Amiricain. Ils accordent ordinairement six
os,apris lesquels ils entrent en recouvremeni;
et i soot les seuls, dans le commerce, auxquels
on accord la contrainte par corps.
L'EuropFen. Les personnel qui savent un dtat
trouvent-elles facilement de 'occupation dans la
Colonie ?
L'Amdricain. Ceux qui sont chapentiers,
menuisiers, masons, tonneliers, serruriers, char-
rous, sellers, carrossiers, horlogers, orfevres,
bijoutiers, tailleurs, perruquiers, y trouvent ai-
sement de l'emploi. La main-d'ouvre s'y pale
trs-cher, et elles peuvent, par une bonne con-
duite, se faire un sort tris-honnete.
11 y a encore deux autres 6tats qui y sont trs-
atiles et trs-lucratifs; ce sont ceux de midecin
et de chirurgien. Le premier est souvent oblig6
de n'exercer que la chirurgie, parce qu'iI trouve
pls facilement fair des abonnemens avec les
habitans, pour soigner lears nIgres.





64 MAHNuE DES HABITANS
ARTICLE VII.
Influence du clirat sur les Europe'ens anriva-
dans les colonies.
J,'Europden. Faut-il absolunient que les nou,
veaux debarques patient un tribut au pays, et les
maladies y sont-elles frequentes?
L'.mericain. II y a beaucoup de personnel
qui se trouvent exentptes de ce tribute qui est
peu de chose, lorsqu'on a attention de se fire
bien soigner. A l'egard des maladies, on peut
les dviter, en tenant un bonne conduite; car
la majeure parties des Europ6ens n'y pdeissent
que par leur faute et leurs exces. II ne faut point
s'y livrer aux veillIes, en passant les nilts, soi
dans les assemblies, soit dans les tripots. On doit
eviter la d&bauche en boissons et particulie-
rement en liqueurs fortes. 11 faut aussi 6tre sore
sur Particle des femmes. On ne doit point im-
prudemment courier de la blanche a a nugresse,
de la nigresse A la mulitresse, et de la mula-
tresse successivement aux difflrens degrds de cou-
leur. Ces femmes, lubriques par temperament,
knervent, en peu de temps, hommee indiscret,
,t le plus grand nombre de ces femmes,- com-
mnniquent les maux don't elles sont infectiesf *
Le sang se dessrhce chez la plupart des noi-
veamx debarquti; il s'allume iI:s'embrase; un
S pasme s'1lend dans iouuie 'organisation; aucune
parlie





DE ST.-DOMINGUE. 65
Sne faith plus sesfonctions, parce que routes
Srtdu lear souplesse. Ces personnel sont
on liauffl'es par line traversee qui les a come
tr-ees d'un sel nuisible. II faut alors faire
irae deboissons ra raichissantes; mais a measure
lU'OO est plus acclimated, se prescrire le vin petit

A -ropjen, De quelle couleur sont les crdoles,
et veut dire le mot crole ?
LAmdricain. II y a des creoles de toutes cou-
leurs, depuis le plus noir jusqu'au plus blanc;
et on appelle creoles, les personnel qui naissent
dans le pays, n'importe de quelle couleur elles
saient, afin de les distinguer des strangers qui
iennent s'y dtablir. On dit, par exemnpie, en
France, un Parisien, un Breton, un Normand,
par la mtme raison, on dit 6galement un creole
de Saint-Domlngue, de la Guadeloupe, de la
Martinique, etc.
ARTICLE VIII.

Villes et. Tribunaitx.

L'Europden. Y a-t-il des villes un ped consi-
d6rables A Saint-Domingue ?
L'Amrnicain. 11 y en a quelques unes; celles
du.premier ordre sont le Cap Francais, le Port
au Prince, les Cayes, et LUogane; les autres sons
Tome 11 Ei





66 MVIANUEL DES I TABITANK
Saint-Marc, le Port de Pair, le Fort Dauphi,,
Jacmel, Jgrgmie, Saint-Louis, le M61e Sai,'
Nicolas, et plusieurs bourgs.
L'Europden. Ii y a sArement des Conseils s.
perieurs dans la Colonie ?
L'Amiricain. 1 y en avoit autrefois deux.
savoir: un au Cap, et 1'autre au Port au Prince.
mais celui du Cap a 6t6 rduni a celui du Port
au Prince.
L'Europden. En outre de ce Conseil supi-
rieur, il doit sflrement y avoir des Jurisdictions
particuliires, ainsi que plusieurs paroisses ?
L'Amdricain. On y compete dix Jurisdictions
particulieres; savoir: trois dans la parties du nord;
quatre dans celle de 'ouest; et trois dans la parlie
du sud. A ]'gard des paroisses, quarante-six
cures partagent le territoire de la parties Fran-
cai.e; savoir : vingt-cinq dans le resort du Port
an Prince, et vingt-une dans la dependance du
Cap.
Les premieres sont desservies par des Reli-
gieux Dominiclins, sous l'autoritA d'un Prefet
Apostolique du meme ordre; et les autres sont
dirigees par des Capuoins, qui ont ausi lear
Prefet Apostolique.




DE ST.- D oA I NG 7G
ARTICLE IX.
Intirieur des Villes.

'Eltropden. Les villes de Saint-Domingue
,ont-elles baries A peu prbs sur le m&ne plan que
celles de France ?
L'Americain. Elles en different beaucoup;
les rues y sont plus large elles sont divisdes en
petits lets. 11 ya trbs-peu de maisons a double
stage, et elles sont entourees d'une galerie, qui
arantit du soleil et de la pluie. La construction
des batimens est fort simple, attend qu'on ne
s'occupe que des distributions convenables pour
se longer, sans employer ni l'ornement ni la dd-
coration.
L'Europeen. L'interieur des maisons est 1
aussi richement meubl que les apparteniens en
France?
L',Americain. II n'est point aussi garni de meu-
bles; la plupart de ceux don't on se sert sont de
bois d'acajou, ou de bois de cedre; mais le tout
est entretenu avee la plus grande pprc.i. Ceux
qum&ritent le plus d'attention, ce south les lits, les
bureau, et les armoires.
ARTICLE X.
Propretd et blanchissage.
L'Europ/en. Je crois que dans ce pays, tout le
monde doit Etre fort propre ?







68 MANUEL DES IlABITANS
L'Amdricain. La proprei6 y est mime nLce~
saire pour la sant6; on est dans l'usage de
baigner presque tous les jours, et on ne se nle
jamais au lit sans s'6tre fait laver les pieds.
L'Europden. II faut sans doute, dansun pays
aussi chaud, changer tous les jours de line?
L'Amdricain. C'est ce qu'on fait aussi; et c'est
un vrai plaisir, parce que le line y est du plus
beau blanc possible, et qu'il a une c ,..:il. ,,.
a odeur.
L'Europden. Quels sont done les moyens que
lesblanchisseuses emploient pour cet effet ?
L'Amdricain. Elles se servent de lines qu'ois
nomme ianes & savon, ainsi que des oranges et
des citrons, pour nettoyer le linge; et lorsqu'il est
repass6, elles y mGlent des fleurs d'orangers, de
citronniers, et de franchipanniers.
L'Europden. Y a-t-il dans la Colonie des
femmes couturibrre ?
L'Amdricain.Ilya, parmi les gens de couleur,
des nigresses et des mulatresses qui cousent dans
la derniire perfection; mais leur 6uvrage est tris-
cher; il en coite, pour la facon d'une chemise,
six lives, et meme jusqu'a huit lives cinq sous.





DE ST.-DOMNGUE. 69
ARTICLE XI.
Gens de couleur.

L'Europien. Qu'entendez-vous par les gens de
couleur ?
L'Amiricain. Ce sont les negres, les mulatres,
]es quarterons, etautres sangs meles, qui sont nes
libres, ou auxquels on a donnA ]a liberty.
L'Europden. I1y a probablement de ces gens-
16 qui sont A leur aise?
L'Amdricain. 11 y en a qui possedent de tres-
belles habitations, et meritent par leur ma-
nitre de se comporter, 'estime et l'amiti6 des
personneshonngtes parmi les blancs.
L'Europden. Les blancs peuvent-ils, comme en
France, se mettre en service ?
L'Americain. Le blanc n'est point domestique
dans ce pays: ce sie sont que les negres ou mu-
lttres esclaves qui y servent; et ]a premiere d&-
pensequ'unEuropeen doit fire, en arrivant danm
la Colonie, est d'acheler un negre pour le servir.

ARTICLE XII.

Hospitality.
L'Europen. 11 a sans doue des auberge
Atablies dans rile?





70 MANtEL DES HABITANS
L'Amdlica n. 11 n'y a que les villes et le
bourgs qui en so ent pourvus; mais lorsqu,,
voyage d'une ville a l'autre, ce qtu ne se fait ordi
nairlemle qu'A cheval, on en voiture, on s'arr6te
aux heures des repas et du coucher, sur la preumiire
habitation qui se prdsente; les habitans se font uo
vrai plaisir de recevoir les personnel honnites; et
s'il arriveque les domestiques, ou les chevaux,
soient trop fatigues, ils ea pretent des leurs pour
continue la route.
ARTICLE XIII.

Animaux domestiques, et Fabriques.
L'Europden. II y a sans doute, dans l'e,
beaucoup d'animaux domestiques?
L'Amdricain. Iln'y manque point de chevaux,
de mules, et de bur F. LesEspagnols en aminent
beaucoup; la Nouvelle-A gler ie. re fournit pareil-
tement une grande quantity de chevaux anorgl;,
et elle y transport aussi beaucoup de planches et
de bois de construction.
L'Europeen. Trouve-t-on, dans la Colonie,
quelques fabriques b I ins'ar de celles d'Europe?
SL'Am 'ricain.a l n'y en a aucune, except cel es
qui sot a.nalogues au productions du pays; telles
1.e ucre te, mndigienoe, t afteYre, et cotonnerie.
1 faut absolument que tout ce qui est n6cessaire





DE ST. -DOMINGUE. 71
la vie et le vetement, y soit apport6 d'Europe;
iPO e qui entretient le commerce, par change,
t les Colonies et la Terre Ferme.
ARTICLE XIV.
Nourriture.

L'Europden. Quel regime de vie observe-t-on
a Saint-Domingue? Les tables y sont-elles bien
services, et les mets y sont-ils bons ?
L Amtdricain. Dans ce pays, oi l'on perd beau-
coup par les transpirations abondantes, il est abso-
lument necessaire de s'y hien nourrir; et ce seroit
&tre victim de soi-meme que de liner sur cette
dgpense.
Les tables, pour l'ordinaire, y sont toujours
bie series, tant en gras qu'en maigre. La viande
la moins bonne, c'est celle du boeuf; aussi n'en
fait-on usage que pour se procurer du bouillon;
mais, en recompense, le mouton, le cabri, le
dinde, le pigeon, et le canard, y sont infiniment
,upF'i;euii ceux de France. La menue volaile
est aussi tres-bonne, et l'on y mange des poules
pintades qui sont ddicieuses, sur-tout lorsqu'elles
sont tues maronnes, c'est-h-dire sauvages.
On y fait aussi beaucoup usage de viande de
tortue, don't le goir approche de la chair du veau.
Les posns, qui s'y trouvent en abondance, sont
E4





72 MAN rEL DES IHA ITANS
bons; ils sont d'espices diffirentes de ceux I
France, et il y en a plus de mer que de rivi,,e.
L'on y mange aussi beaucoup de crabes: le
buifres soll plus petites qu'en France; mai
elles sont plus delicates au goit.
Le pain y est le plus beau et le meilleur possible
pace que les armateurs de France n'envoient [
Saint-Domingue que la plus belle farine, qu'ils
tirent de Moissac et de Montauban.
Les navires Bordelais y fournissent la boisson;
leurs vins sont souvent preferables au bon Bou.-
gogne, sur-tout lorsqu ils ont pass la mer.
Onysert aussi sur les tables les petites friandises,
tant en patisserie qu'en sucrerie ; le dessert est
compose des fruits du pays ou naturels ou
confits. Ces fruits sont Porange, 'ananas, la sapo.
ille, l'abricot, les pommescannelles, la grenade,
et les noix d'acajpu preparees en cerneaux.
1 y a aussi un fruil qu'on nomme avocat; mais
ce fruit ne se sert qu'avec les enlries. II resemble
beancoup s nos plus grosses poires; la couleur de
sa peau est d'un vert fonc6, on bien lirant sur le
violet; il renferme un gros noyau que 'on nomme
par drisionprocureur; ce noyauestrev6tud'une
chair jaune qui s'6tend come du beurre, selon
quil est mir, et don't le goi1i a pproche de celuide
la noisefe. *
L'orange y est excellent, et elle vaut celle de
3..






DE ST.-DOMIHiGU. 73
F1alte. L'ananas est le fruit le plus beau, le plus
suave, et le meilleur qu'on puisse servir; ii ren-
ferme un parfum qui se r6pand dans toute la
maison lorsqu'on le coupe par rouelles; on le coupe
ainsi, pare qu'on est dans I'usage de le tremper
dans le vin, on l'eau-de-vie sucrde, pour lui Oter
sa grande acidity.
La sapolille resemble assez a une pomme de
reinette grise : sa chair, qui est d6licieuse, tAt un
peu rougeatre; elle renferme deux ou trois graines
noires, qui sont utiles dans les retentions d'urine,
en en faisant un lait d'amandes.
L'abricot y est ordinairement gros come un
petit melon; il est covert d'une peau 6paisse de
couleur jaunAtre; sa chair, qui est tres-serre,
est d'un jaune fonc et a un peu le goit et
I'odeur de 1'abricot de France; il renferme trois
gros noyaux, don't l'amande ne vaut rien : ce
fruit se mange de meme que l'ananas, parcel qu'il
est acide.
Les melons francais et espagnols y sont excel-
lens. I y a aussi des melons d'eau; mais on n'en
faith usage que dans le courant de l'aprks-midi,
pour se rafraichir. Ily a encore beaucoup d'autres
petits fruits don't je ne parole pas, parce qu'ils sont
peu estim6s.






74 MANUE DES fHADITANS
ARTICLE XV.
La Chasse.
L'Europden. La chasse est-elle un delassemnen
agr6able dans ce pays, et le gibier y est-il abon.
dant ?
L'Amdricain. Les blanks y chassent fbrt peu
parcequee'estan exercice trop atigant, cause de
la chalear. II n'y a que les homes de couleur qui
iuissent s'en amuser : ils chassent particuliere.
inent le cochon marron, qui habite les montagnes
lesplus levies. A l'gard des volatiles, on y trouve
de laperdrixgrise, des ortolans, des ramiers, des
bcassines ,des jingeons,des pluviers, des calqons
a queue rouge, des perroquets, et d'autres petits
oiseaux; mais il n'y a aucune bete fauve dans
iile.
L'Eturopedn. 11 n'y a done point d'animaux
qui swint dangereu x ?
L'Amdricain. II n'y a que le cayman, qui est
true espice de crocodile, don't il est facile de se
garantir; les reptiles y sont pen communs, et ne
aonl pas dangereux.

A R TiCLIE VI.,
Auberges,
L'Europ/en. Diles.moi, i vous price, ce qu'il
, pent cooler h la perionne qui, ne faJsail point






DE ST.-DOMINGUE. e5
,;I,- chez elle, veut manger a l'auberge, ou
,. pension bourgeois ?
L./tmeirlcain. Si P'on mange a l'auberge, il en
coirteordinairement huit ivres cinq souspar repas;
et si c'est au mois, on pale de cent cinquante A
cent soixante lives par mois. Si 'on veut se nourrir
danS une mnaison bourgeoise, la pension coite
alors deux cents livres par mois.
ARTICLE XVII.
Logement.
L'Europden. Combien cofite un logement, et
quelle est la depense qu'on peut faire pour le per-
ruquier et la blanchisseuse ?
L'Amnricain. Si l'on se determine a faire le
commerce, il faut alors se longer dans les quarters
convenables A cet 6tat; les loyers y sont de trois a
quatre mille livres par an; mais si on veut habiter
un quarter dloign6 du commerce, on peut y 6tre
logipourla some de douze A quinze cents lives
par an. On trouve aussi des chambres garnies;
ellei content depuis soixante-six livres jusqu'.
cent livres par mois, selon la commodity du lo-
gement.
Pour ce qui est du perruquier, il en cofite
quinze lives par mois, et il fournit tout. La blan-
chisseuse prend ordinairement dix-huit i, vingt
livres par mois.





.6 MAnl UEL DES IHAB-TANS
ARTICLE XVIIL
IHaillemens.

L'Eiropden. Les chaleurs 4tant a peu pr;,
epales a Saint-Domingue, quels sont les vtemeis
qu'on y porte ?
L'Amdricain On se sert ordinairement de
drapstres-lIgers,de soierie, de toiles canaddrises,
de batiste dcrue, de basin, et de nankin.
L'article de la garde-robe y est trs dispen-
dieux; les 6toffes et les toilesy content fort cher,
le drap y vant de quatre-vingt a cent livres l'aune;
la belle toile coite quinze A seize livres I'aune;
la baptiste 4crue dix A douze livres l'aune; et le
nankin de dix-huit A vingt livres la pi&ce; mais la
soierie, soit en piece, soit travaillde, y coOte fort
cher.
L'Europ/en. Quel peut &tre le prix pour la fa.
qof des 'veemens ?
L'Amdricain. 11 en corte pour la faqon d'un
habir irenle-lrois lives; pour celle d'une veste
seize livres; et pour facon de culotte neuf livres :
L'Europen. Ne peut-on pass'y vetir A meilleur
mahrbh?
L'Amdricaib. On le pent, en achetant des ha-
hits rout fairs chen les cnpiaines qui en apportent
qIdequefois de Fiance; et si 'on veut profiter do




DE ST.-DOMINGUE. 77
bon march, il faut aller sussi aux ventes de l'am:-
r C'est dans cet endroit que les capitaines,
ui sont prits A partir de la colonie,pour revenir
en France, font porter les queues de leurs cargai-
6S, pour y Wtre vendues publiquement.
L'Europden. La chapellerie, et la cordonnerie
doivenlt y tre aussi fort chores ?
LAmdricain. Les chapeliers vendent ordinai-
renent un chapeau un peu fin, quarante a qua-
rante cinq lives; etles cordon niers font payer une
paire de souliers seize livres dix sols; il est vrai
qu'ilssont mieux faits et qu'ils durent plus long-
tempsqueceux qu'on achble tout faits dans les ma-
gasins, pour le prix de huit a neuf livres.
ARTICLE XIX.

Monnoies.

L'Europlen. L'argent, don't on se sert dans la
colonie, est-il le meme que celul de France?
L'Amdricain. II n'y a que le louis d'or, l'ucn
de six lives, et celui de trois livres qui y aient
course; et cet argent y augrneite de la rnitid de
sa valeur, parce que la livre tournois y vaut uns
livre dix sous, par consequent le louisd'or compete
pour trente-six livres; maisl'argent des colonial
diuinue d'un tiers lorsqu'on veUt le converir en
argent de France.





78 MANUEL DES ITABITANS
L'argent dout on se sert ordinairement I Saint.
Domingue, est celui d'Espagne et de Portugal,
On n'y volt aucune uonnoie de billon; la plus
petite, et ]a moindre piece, est d'argent; elle y
vaut sept soJs six deniers.
II ya en monnoie d'Espagne, le quadruple d'or
qui vaut cent vingt-six livres; le demi-quadruple
S. ianle-trnis liyres ;le louis d'or, trente-une lives
dix sols; le demi-louis d'or, quinze livres quinze
sous ; et le quart de louis d'or, sept lives sept sols
six deniers.
A l'gard des pieces d'argent, on se sert de la
gourde autrement dite piastre forte, elle vaut
huit livres cinq sols; la demi- gourde vaut quatre
livres deux sols six deniers; le gourdin vaut.deux
livres un sol trois deniers; le demi- gourdin vaut
une livre sept deniers et demi; et le quart de
gourdin passe ordinairement pour sept sols six
deniers.
II y a aussi la piastre simple qui vaut six livres;
]a demi piastre vaut trois livres; le double esca-
lin vau une livre dix sols; Pescalin simple vaut
quinze sols; et le demi-escalin vaut sept sols six
deniers.
Sny a en monuoie de Portugal que des pieces
d'ur; sa oir. la &uble porlugaise cordonnie, elle
"ut cent Irenle-deulx lvres; la parlugaisx simple
aut soizante-six livres; la demi- porlugaise vaut




DE ST.-DoMING UE. 7
tetrois livres ; le quart de porlugaise vaut
seen ;ivres dix sols; et le demi-quart de portugaise,
est la plus petite piece d'or, vaut huit livres
cinq sous.
ARTICLE XX.
Bois.

L'EuropenI. Les bois qui viennent de la colo-
ie, sont-ils seniblables a ceux de France ?
L'mdrricain. 1ls sont d'especes differentes, et
je vais vous en donner une 16gbre connoissance.
Ceux quel'on trouve dans File sont : le bois d'aca-
jou ond6 et mouchete ; il sert a fire de trds-
beaux meubles; le bois cochon, et le bois blanc,
servent a faire du terrain et des essentes; lebois de
fer, celui d'acoma, et le bois enivrd servent pour
les batimens et les moulins; le bois d'atnandier
sert au charronnage ; la racine de figuier maudit
sert hfairedes gamelles;le bois palmiste est propre
a faire des planches; le bois monbain, le rai-
sineux, ainsi que le bois cotelette soot bons pour
fire des entourages. Il y en a encore d'au res que
que l'on nomme gris-gris, tavernon, mapou, et
bois trompettes, etc. etc. VoilA les principaux bois
de St. Domingue.





80 MANUEL DES HABITATS
ARTICLES XXI.

Spectacles.

L'Europden. Y a-t-il des sales de spectacles a
St.-Domingue, les habitans y sont-ili joueurs, ct
y joue-t-on gros jeu.
L'Amdricain. Il y a quatre sales de spectacle
assez jolies; la premiere est au Cap-Francais, la
second au Port-au-Prince, la troisieme h Saint-
Marc, et la quatrieme aux Cayes.
Les troupes de cotnddiens y sont assez bonnes.
II n'y a que deux sortes de places pour les blancs,
savoir, les premieres, loges et le parquet; les per-
sonnes de couleurs, et qui sont libres, se mettent
aux seconds loges. Les premieres loges se patient
seize livres dix sols; le parquet huit livres, cinq
sols; et les seconds loges, quatrelivres dix sols six
deniers; mais on ala facility de s'abonner au mois
ou a l'annde, alors iken cofte moins.
A P'gard du jeu, il n'y a pas de pays oh 1'on
joue plus gros jeu; maisil faut y tre tris-surveil-
lant, car if n'y manque pas de gens qui savent
corriger la fortune; on doit aussi dviter de jouer
dansles tripots, attend que ces endroits sont per-
ancieux tant pour la santd que pour la bourse.


A RTIC.LE






DE S T.- D o :,i i t ,
ARTICLE XXII.

Promenades.
L'Europden. Les villes de St.-Domingue ont-
elles des promenades particulieres?
L'Amdricain. L'usage est de se promener sur
le soir le iong des bords de la mer ou bien dans
les grands chemins, qui sont ordinairement bord6s
d'habitations hien entretenues.
L'Europeen. Le pittoresque du pays doit tre
bien agr6able ?
L'Amdricain. II Pest en effect, et c'est une vraie
jouissance que d'y voir les jardins des habitations;
ils sont toujours des mieux peignes, et parfai-
lement entretenus. On y voit en tout temps,
feuilles, fleurs et fruits ; 1'odeur qu'on respire
est des plus suaves, attend que les haies vives
qui ceignent les habitations, sont faites de citron-
niers ou de bois de campeche, et que ]a teTre y
produit beaucoup d'aromates.

ARTICLE XXIII

Femmes,
Li'Europden. On dit que les femmes n'y sont
pas difficiles, et qu'elles aiment les biancs ?
Z'Americain. Le sexe, de quelque couleui
Tome I. Ff





E2 MIANUEL DES HFABITANS
qu'il soit, n'y est eftbctivement point farouche
Les homines, pour se mettre a la mode du pays,
vivent ordinairement avec une femme de couleu
qu'on nomme mdnagere ; mais c'est souvent le
moyen d'envoyer son menage d lous les diables;
car ces sortes de femmes ne vous sont attaches
qu'autant que vous faites des dpenses pour elles.
sit6t que les moyens de pouvoir satisfaire leu1
caprkes qui sont aussi fr6quens qu'excessifs
manquent; adieu la mnnagere; elle cherche for.
tune ailleurs, et elle vous quite sans regret,
moins que vous n'ayez une second fortune a lui
sacrifier. On doit done faire son choix, et ne
s'adresser qu'A une femme qui puisse veiller h vos
intdrsts; il s'en trouve quelques unes de cette
trempe, mais elles sont rares.

ARTICLE XXIV.
Esclaves.
L'Europden. N'y a-t-il dans Pile que les nigres
qui travaillent h la terre ?
L'Amdricain. On n'y emploie que ces sorts
d'hommes, parce que les Europeens ne pour-
roient pas r6sister destravaux aussi pdnibles,
dans un climate si chnud.
L'Europeen. On dit que les esclaves y sont
tis-malbeureux, Ce qu'on exerce A leur ega'd
de rudes chatimens






Ds ST.-DOMINGUE. 8 1
jrAme'ricain. L'esclave y est moins a plaindre
qiie le 1 sotl les paysans en racenc. Ce pre-
11jer, lorsqu'il est bon sujet, est himn de son
matltre, i est assured de son logement et de sa
silbsistance; et s'il a une petite famille, elle est A
la charge de son maitre, qui en a tout le soin
possible'
A 1'gard des chatimens qu'on leur inflige
lorsqu'ils ne se comportent pas bien, ii n'y a qua
des inaitres injustes et inhumains qui passent
les bornes. Lorsqu'on connoit des hommes aussi
barbares il faut les dnnoncer A la justice ; c'est a
elle A veiller et a empdcher ces sortes de vexa-
tions; elle doit meme ddfendre l'achat des negres
Aceux qui ne savent pas les gouverner; car quoi-
que ces esclaves soient votre propridt vous
n'en ,tes cependant que le principal chef, et
vous iie devez vous regarder que comme pere
d'une grande famille, A laquelle tous vos soias
Font acquis.
ARTICLE XXV.

Fortune des Habitans.
L'Puropeen. Les habitans de ce pays doi% eat
"tre tres-riches ?
L'Ameiicain. Une grande partle des habitans
de, St-Domingue sont fort riches en apparence;
mais ils doivent beaucoup aux negocians, parce

Fa *





84 MANUEL DES HABITANS
qu'ils ne savent point se moderer dans leur .
pense. I y a des habitans qui possedent plusie,
habitations, et qui out jusqu'A sept a huit ccn'
nigres A eux appartenant.

ARTICLE XXVI.

Retour en Europe.

L'Europden. Lorsqu'on veut quitter ]a colonip
pour revenir dans sa patrie, de quelle maniire
faut-il s'y prendre ?
L'Amdricain. Quand on se dispose A partir
de P'ile, pour revenir en France il faut'avoir
soin de ramasser tous ses fonds, et ne laisser que
le moins possible de recouvrement A faire apris
son depart, parce qu'dtant 6loignd du pays, il
est fort difficile de s'en procurer la rentr6e. Si ce-
pehdant vous avez des habitations que vous ne
vouliez pas vendre, attend que leur produit est
considerable, el vous assure une ex iqleinceagrIablc.
don't vous vous proposed de jouir dans votre
patrie, vous devez aloes charger de votre procu-
ration une personnel honnrte, qui m6rite votre
confiance, et don't les tales soient convenables h
administration de vos biens.
A W'gard de i'argent comptant quevous potvel
avoir, vous prenez des lelltres de change tires
'fLles meilleures maisons de commerce dtablies





DE ST.-DOMIN GUE. 85
d es les ports de France, ou bien vous convert,
lisez cet argent en achats de sucre, d'indigo,
de card, et de colon don't vous charge le
nlavire que vous avez choisi pour revenir ,
vant sur-tout Ic soin de fire assurer ces den-
ees. I eat auss d'usage de fair publier, trois
fois de suite, de huitaiie en huilaine, dans les
,,azettes ail'ricaines ,son depart, pour en donner
.onnoissanee aux personnel auxquelles on peut
devoir elles ont le droit de fire opposition A
votre depart, si elles ne sont point satisfaites;
cesont ces moyens-la qui 6tablissent la confiance
dans le credit qu'on peut fire.
L'Europeen. Pour revenir en France, le prix
du passage est-il le meme que celui qu'on paie
pour aller A Saint-Domingue ?
L'Amdricain. 11 en cote, pour revenir en
France, mille a douze cents livres, argent des
Colonies.
L'Europeen Revient-on de l'Amerique par la
minme route qu'on a tenue pour y aller ?
L'Amdricain. On y va en faisant toujours
route vers le sud; mais, pour revenir, on fait
route vers le nord, en passant A peu de distance
du bane de Terre-Neuve, et quelquefois meme
sur le bane; parce que les vents du nord sont
plus convenables pour le retour. La traverse est
souvent tris s-longue, parce qu'on eprouve quel-
F3






fii MANUEL P"tr HABITAxs
quefois des coups de vent furieux, dons difL'renm
parages.
Vous voilh sunlsanment instruit suer les objell
les plus int6ressans rMalifs In Cojonie de Saillt.
Domingue. Dans le cns ohi vous vous d~te,,
tuineriez A y aller, souvenez-vous quavec ulle
bonune conduite, on peut ois56ieii y faire for-
tune,





Dr ST.-flOMINGUE.


C( A P T 11 E V.
M.I.sr: D E SAINT-DOMINcGUE, ET TLEUlRS
ritMfDES I'IRSERVATIFS ET CURATIFS.
JE termine mon travail par le chapitre le plus
intlressant. J'Y parole des maladies commnuies h
Saint Uou,',AguL et des noyens (Ie les guerir,
simples ct naturels, don't lmon experience per-
solnelle, et la voix publique, dans la Colonie,
allestent I'eflicacit6. Ce dernier tableau est d'au-
tlan plus essential, que, malheureusement, il n'est
pas rare de voir, dans les Antilles, 'ignorance
ou la cupidil6 tde I'empyrisme substituer opi-
II,,,,uinit aux remrdes indigenes et prompts,
de mnhbodes, deroutines, compliqu6es, longues,
pernicieuses, et trop souvent suivies des accideas
les plus funestes.
Je ne puis trop exhorter les personnel qui se
disposent A passer dans 'ile les jeunes gens sur-
tout, A se bien p6nttrer des principles d'hygibne
locale, que je vais sommairement developper.

ARTICLE PREMIER.

Salubritd du climate.
Ia sobridtd est, plus qu'ailleurs, n6cessaire
ans les Colonies, Ce n'est point A 'air de Saint-,
F4





88 1\MAl.N L DES HIABITANS
Domingue qu'il faut impuler les mortalit6s fr4.
quentes qu'on y voit. Cet air est salubre; il ne
porte avec lui aucune influence maligue. Cela
est si vrai, que les pulmoniques, et les per.
sonnes attaqu6es des maladies qui, ailleurs,
conduisent a la mort, s'y r6tablissent, lorsqu'elles
veulent observer un regime exact, mais moins
genant encore qu'en Europe. Les sant6s ddlicates,
les temperamensfaibles et valetudinaires, y vivent
bien plus long-temps qu'ils ne feroient dans des
cliHats r6puids meilleurs.
Les anciens out m&me fait une remarque sire;
c'est que les personnel qui arrivent d'Europe,
avec la complexion la moins robuste, resistent
ordinairement mieux au climate, que ceux qui
apportent une constitution forte et vigoureuse. Les
tempiramens sees, peu charges d'embonpoint
on de graisse, paroissent aussi plus propres au
climate. Les peisonnes sanguines, don't le visage
empourpre denole une abond~rce desang portl
Al'iinfammanlon, suril enio e dans le mame cas.
Les maladies ordinaireas Samut-Domingue y
sont sipeu compiqudes,si faciles a gudrir,quand
le malade est assez raisonnable pour vouloir s'aider
lui-mbee,.qu les 4sthitans, charges du soin de
gudrirou d'aider la nature, se c,..ienlenI d'ordon-
nr" de remedes fort simple, don't on ne se doute"
rOit preque pas; des rafraichissan.,, des boissons
gites, Ie t compos6 eyee lceeains \egCaLj





DE ST.-DOMINGUE. 89
du pays ont long-temps form toute la medicine
don't on faisoit usage, et il mouroit bien moins
de mode.
ARTICLE II.

L'air.

L'air de Saint-Domingue n'est pas aussi perni-
cieux qu'cn le croit communiment, et la salu-
brite est due A sa position entire les deux tropiques.
II est assez chaud pour exciter d'abondantes trans-
pirations; mais, en m&me temps, assez tempir6
pour ne pas produire ies mauvais effects des cli-
mats brIlans. Les bruises, ou vents journaliers
quiyrignent, en rafraichissaut I'air, 1 e condensent
d'une manisre tres-sensible. Le vent qui s'616ve
la nuit est ordinairement frais, t celui du jour,
s'il l'est moins, a cause du soleil qui l'echauffe
vivement, a un autre advantage, celui de dissiper
les vapeurs malignes que les premiers rayons
leIvent de la terre. II est done impossible que
l'on respire long-temps- un mauvais air, puis-
qu'il est sans cesse purifi6, et par le vent, et par
]a chaleur.
L'air de la plane est bon; mais i n'est pas
par-tout le meilleur; ce qui depend de la posi-
tion et de la nature du vent qui y Argne ordi-
airement, et da plus ou moins d'doignement
da mer. Le vent du sud est trop chaud; il






go MANUETL DES HABItANS
brile et desseche les corps comme les planes.
Les montagnes recoivent aussi, de leur situation,
le bon ou le mauvais air qu'on y respire; la plu-
part sont pricieuses pour la culture, et la de-
meure en est fraiche, sur-tout durant la nuit;
car alors il faut se couvrir comme dans les pays
froids.
ARTICLE III.
Les Eaux.

Les eaux sont plus ou moins bones, selon les
terrains qu'elles traversent : elles passent souvent
par des veines de mines qui leur communiquent
un levain pernicieux; ce qui se remarque, a la
longue, par I'usage qu'on en fait. Les trois quarts
des obstructions, dent les habitans se plaignent,
ne proviennent que de cette cause. I] y en a h St.-
Domingue de toules les especes, et elles sont tres-
communes. Les eallx ferrugineuses, on simple-
meni rouillkes, font un effet bien prompt et bien
salulire danm cis sortei de maladies.

ARTICLE IV.

Salubritd des Suears.
Les sueurs sont ires-salutaires dans ce pays;
mais je crois que la Irop grande abondance con-
tinue delient nuisible, et qu'elle precipite peu






i ST.-DOMINC-JE. 9v
a peu dans la phthisie, la diarrhde, et les autres
maladies qui naissent de 1'affaissement des solides.
I1 n'est pas moins certain que les sueurs font, en
plusieurs occasions, un bien infini: elles gud-
rissent meme l'hydropisie, sans employer autre
chose qu'un regime bien simple. On ne nourrit
les personnel attaquies de ceite maladie, qu'aveo
du biscuit, de la viande grille, et du tafia, a
discretion.
ARTICLE VI.

Dangers de la saignee.

La saignee est, sous ce ciel, le plus dangereux
de tous les reindes. Je pense que si on la sup-
primoit entibrement, on conserveroit la vie a
beaucoup plus de nouveaux arrives. J'ai observe
quil n'en est presque point, que le libertinage
public du pays ne s6duise, a leur arrive. Les n6-
gresses, auant pour gagner de 1'argent, que par
esprit de d6bauche, les viennent trouver, et font
routes les avances; ceux-ci s'y livrent avec d'au-
tant plus d'ardeur, que la mer qu'ils viennent
de quitter, dchauffeextraordinairement: la fire
murvient bientat, on les saigne, et la mort, en ce
cas, est la suite inevitable.
Quant au danger de la saigne, il est par-tout
le mwme, dans presque toutes les maladies, don't
les homes sont attaques sous ce climate. Ca




92 MANUEL DES HABITANS
remide est pernicieux et mortie pour tous ie
scorbutiques, maladie que I'air du pays sermbl
donner; mais qui, au vrai, vient plut6t des uau.
vaises' oissons et des mauvais aliens. Le moiind e
sijou que P'on fiit a Saint-Domingue, a la suite
d'un voyage (jui n'y contribute pas moins, occa.
sionne, dans tout le corps, le d6veloppcment et
la fermentation de cet affreux levain, quiy germin
sans cesse, et ne se declare au dehors, que long.
temps apres.
ARTICLE VT.
Le Scorbut.
II y a deux especes de scorbut; I'un de terre,
et I'auire de mer. Lescorbut de mer n'est presque
rien; on le dissipe aisdment par 'usage du citron,
de l'oseille du vinaigre de la moutarde, de
tous les acides, et m4pe avec les plus lgers
alli-scorbutiques, lorsqu'ils sont appliques A
temps el d' le plincipe.
Le progris du scorbut de terre est plus ou
moins lent, selon la difference des constitutions;
mais comme celui de mer en pourroit bien &tre
la premiere cause, je dois remarqur que la mer
res ctje i. Iirt, et que tout ceque 1'on mange dans
les traverses 4chauffe tellement, que les per-
6Mines qui ne sont point. accoulumin6e a ces
'oy4geos s'en ressentent lorsqu'elles sont dibar-
*teCL





: ST.-D o 1N r.. 93
A RT ICLE VII.

Remi',de et regime centre le Scorbut.

pour prcveni les suites que pourroit occa-
*,ionler un si grand dchauffement, ii lie s'agit
que d'user de lavemens, qui sont ici tres-salu-
iaires; de recommnander un peu la diete; d'ordon-
ner des bouillons ralraichissans; et pour boisson
ordinaire une limonade l6gere faile avec l'oranga
,'e on aigre. La fi&vre, qui n'est qu'accidentelle,
cesse pour lors : il ne faut mnime pas attendre
qu'eJle prenne aux passagers. Aussit6t apres leur
ariv6e, on doit les faire traiter come je viens
de dire.
Voici le regime que je conseillerois i ceux qui
viennent A Saint-Domingue. 11 faut premie-
rement qu'ils ne fassent aucune attention A
des discours qui ne tendent qu'. leur inspire
une terreur panique, tels que ceux-ci ; Que le
bonhommeSaint-Domingue nepardonnegutire;
qu'il faut que tout le monde luipaie un tribute.
C'est une imposture grossiere,-dont on devroit
bien s'abstenir.
Car, combien y a-t-il de personnel dans rile
qui n'ont jamais dtd maladeS ? La fraveur qu'on
aspire h Ja plupart, rend souvent tr&s-dange-
reusela plus l6gere indisposition qu'ils 4prouvent.
Au moindre mal de t&te, i la migraine qui les





94 MA Ut; Di)ES HABITARS
saisit, ils se croient djah morts, s'ahandonne0 .
au dsespoir, et deviennent veritablement m.
lades. Les remedes n'agissent plus, parce qued
routess les maladies. la pire est celle qui frappe
'imagination. J'ai vu mourir des hahitans, sur.
tout les Provencaux, qui n'avoient que 1'imn.
gination frappee.
ARTICLE VIII.

Ndcessitd des rafratchans.

II faut, je le repite, se rafraichir en arrivant;
par des bans, des lavemens simples, des me-
decines legeres, composees de casse et de manne;
boire meme, s'il est possible de vaincre la-dessus
sa repugnance, de l'eau de casse: c'est peut-&trele
plus excellent specifique qu'il y ait sous ce del,
pour temperer Peffervescence du sang. Mais il
est singulier combien le temperament y change.
Au bout de quelques annies de residence, ilfaut
quitter la casse; son frequent usage deviendrait
mrme dangereux elle refroidit trop Pestomac,
qui, alors, a besoin d'etre r6chaufld.

ARTICLE IX.

Rdgine pour les anciens habitans.
On ne sauroit itre trop circonspect sur le train
tement des maladies don't se trouvent attaqui





)E ST.-DOMINtGU t 95
les personnel qui ont djah fait quelque s6jour
dans la Colonie. Si leur estomac a besoin d'Wtre
dbarrasse, il est n6cessaire, et meme essential,
dene point employer les remedes refrig6rans,
,i tout ce qui est aperitif froid; mais d'user de
cordiaux et de diuritiques chauds, qui font ici
un effect merveilleux.
ARTICLE X.

Regime pour les nouveaux debarquds.

Je conseille sur-tout aux nouveaux d6barques
de s'abstenir de tout ce qui peut les dchauffer ,
come 1'exces du vin, des femmes, des liqueurs,
dout on fair ici un trop grand usage. Ils ne doi-
vent pas mains fair les veilles, le jeu continue,
l'ardeur du soleil, en un mot, tout ce qui est
capable d'exciter le principle de chaleur qu'ils ont
en eux.
Mais autant un exercise violent leur est con-
traire, autant celui qui est mod6re leur convient;
car il n'y a point de pays au monde oi1 il soit
plus funeste de demeurer oisif. Tous ceux qui
s'occupent d'un travail regl6, s'y portent ordi-
nairement bien; au lieu que ceux qi s'y livrent
a une nonchalance absolue, accumulent une
luantittd'humeurs qui se rCpandenit dans toutes
e parties du corps.





96 MANUEL DES IIABITANH
ARTICLE XI.

Age avaned desfemmes.

Les femmes sont la preuve de la bontd du
climate de Saint-Domingue : elles y atteignent un
age trks-avance, et la chaleur du pays fait que
leurs accouchemens sont rarement laborieux. On
peut dire que c'est leur vrai paradise. La pro-
pretg, si'salutaire sous ce climate, pour s'y bien
porler,ainsi que dans tous les pays chauds, y est
leur veritable apanage : elles portent m6me ce
soin jusqu'aux minutes Les femmes creoles, par
dessus lout, se lavent continuellement, et chan-
gent A tout moment de linge. Ces attentions con-
trihuent a la santk, et les hommes doivent gale.
ment s'en piquer, s'ils veulent vivre sains et tres-
vieux. La malpropretd y est si fort nuisible, que
les Espagnols y sent presque tous attaquds des
maladies de la pcau.

ARTICLE XII.

Les Dartres.
Ce n'est pas que ces maladies soient rares chez
nous; mais elles n'y sont que de la moindre es-
p6ce, que l'on fait passer ais6ment sans le se-
cours de la midecine. Une seule de ces maladies,
commune a Saint-Domingue, I laqudle on ae
sauroit




DE ST.-DOM INGU E. 97
,stront s'emp chcr de prendre garde sans cese,
poUie I anr s'exposer a son attente ce sont
S.dartres dnt quelques unes deviennent si
teviaces, que toute la pharlmacie n'y peut rien.
C'est un malheur qui n'arrive qu'A ceux don't
Je sang est vicle ou corrompu. On en voit sou-
vent passer en France pour se faire gudrir, et
qui en reviennent d6barrasss, sans s'&tve fait
tralter; pace que le seul changement de climate
les leur a emportees : mais a peine sout-ils de
retour dans la Colonie, qu'elles reparoissent avec
autant d'activit6.
Lorsqu'un principle vindrien en est la cause,
elles passent sans retour, en supprimant la source
du mal. Quand l'acrct6 du sang, qui est, en ce
pays, un inconvenient tres-ordinaire, vient A
s'y joindre, il faut bien se donner de garde de
traiter le sujet par les grands remedes. Cette cure
y est si oppose, que, faisant passer les dartres
dans le sang, elle les rend presque incurables.

ARTICLE XIII..

RemIde et regime centre les dartres.

Toutes es personnel attaquees de ce mal fA
cheux et fort
s le irrit commode dovent reoncoer &
areu e foi"n; se settre au lait, don't on ri
Tee fort bons effects se urger de teeps e
SI. g r G




8 MA uEL DZSH ABITANS
temps, etse servir d'un opiat souverain pour I
guirison;, en voici la recette :
Prenez une quantity suffisante d'huile de e,
pahu; le jus exprimd d'un citron ; une poigne d,
sel marin; du soufre vif ou de la fleur; miezle
tout ensemble, et oignez la parties affligde, r ,
en frottant cette parties jusqu'a en fire sortir du
sang. On ne fera pas mal de commencer p,
prendre des bouillons rafratchissans, et se purge
avant et apres.
II est inconceivable combien la conduite qu'oa
mene i Saint-Domingue occasionne de maladies,
au lieu qu'avec plus de sobridtd, et un certain
regime, on y jouiroit d'une santd inaltirable.

ARTICLE XIV.

Spasme.
Le cdiat, 1'air, sont excusee de tous nos in;
impirans. II semble qu'on ne travaille ici qun
pour se salisfaire en lous genres d'exc6s; aussien
nait-il des suites aussi fatales au physique qu'ai
moral. Les cruelles operations manuelles de la chi-
rurgie deviennent souvent indispensables et fa-
nestes, car la plus Idgire amputation y cause l
mort.
Ce que Pon apprhendele plus, dans touts c
operations, cest le spasme. On sait que c'st 1M




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs