• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Acknowledgement
 Table of Contents
 Historique de l'association
 Introduction
 Ouverture du colloque
 Allocutions
 La lecture publique en Martini...
 Debat
 Synthese des travaux realises en...
 Conclusion
 Back Cover






Title: 1eres assises de la lecture publique en Martinique ; publication des actes vendredi 17 novembre 2000 : colloque sur la lecture publique en Martinique
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00083259/00001
 Material Information
Title: 1eres assises de la lecture publique en Martinique ; publication des actes vendredi 17 novembre 2000 : colloque sur la lecture publique en Martinique
Physical Description: Book
Creator: Association des Bibliotheques Publiques de Martinique
Publisher: Association des Bibliotheques Publiques de Martinique
Publication Date: 2003
 Subjects
Subject: Caribbean   ( lcsh )
Spatial Coverage: Martinique -- Caribbean
 Record Information
Bibliographic ID: UF00083259
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Title Page
        Page 1
        Page 2
    Acknowledgement
        Page 3
        Page 4
    Table of Contents
        Page 5
        Page 6
    Historique de l'association
        Page 7
        Page 8
    Introduction
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
    Ouverture du colloque
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
    Allocutions
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
    La lecture publique en Martinique
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
    Debat
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
    Synthese des travaux realises en ateuers
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
    Conclusion
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
    Back Cover
        Page 89
Full Text









'~u 1Y 'C~~ Y""'




~pzlnuhulu~s


L~CI-l.lI IbII-r rIlrTi,


Ilb



-:i-














~kl: "
IP~i~BaS~ -i
u..
.


i~~
~*21,,
Je
~bb.
hun; ~~o~~~L~:~i4~ 4~ In-TIUr
8~ ~Q~
m, ~E'*
d_~e
L~nu
Illylh 'I
~i~~.~4 bh 12rdoa~.
~e101.
~IR(
p;,~--~"~"
t~~ry
~~p~~r~U D`IPW-
~~Pgs~p-p,
~"~;"~,;ds~;c,~-~,~:~4~ il;l
a~ak
k irr :Ili~BI~



i
r .



. ".'
:
~ 1 . r -WL~7Ui:;Fil
i.
~ 'P
'1I, r ~:~l~nur~-~-i:
I ~~I : 1:: -. I -
;r
rr B
.~ ~:' )*C~UPI ~
1" . .,... -.
I.: rl r
;e .s~~g .
! -s r j'
~ ~71 ~Y ::1;Y ' cgir
; ~n P~~~``'''' '~--i`~:..

~~,,ul!,i' ''';~'r21
..
! ~ 1


Ir iff A1 /A\ 11 lI I ftlow








/ I I L. L .J LJ I ~ L L. LrL Ll- I JI l. I L.JIJ.I'1. I-
EN MARTINIQUE
Fort de France, 2000










COLLOQUE
SUR LA LECTURE PUBLIQUE
EN MARTINIQUE



Etats des lieux
Perspectives










Prkcheur
ASSOCIATION DES BIBLIOTHEQUES PUBLIQUES DE MARTINIQUE (A.B.P.M)
D6cembre 2003






































































2 ASSOCIATION DES BIBLIOTHEQUES PUBLIQUES DE LA MARTINIQUE / A.B.P.M.
Publication D6cembre 2003


















CEMENTS





iinceres remerciements vont A

RAC Martinique, pour attention soutenue qu'elle nous a t6moign6e
soutien financier sans failles,

:onseil General de la Martinique, qui a manifesto trbs t6t son int6r8t
nos travaux,

Region Martinique, pour avoir r6pondu a nos sollicitations,

SocietW informatique de Ducos qui nous a permis de r6aliser
.ssises de la lecture publique en Martinique.



























ASSOCIATIONN DES BIBLIOTHEQUES PUBLIQUES DE LA MARTINIQUE / A.B.P.M.
Piihliirpftinn nr -mkh r 9002.






































































ASSOCIATION DES BIBLIOTHEQUES PUBLIQUES DE LA MARTINIQUE / A.B.P.M.
Publication D6cembre 2003









SOMMAIRE


HISTORIQUE DE I'A.B.P.M 7

INTRODUCTION 9

OUVERTURE DU COLLOQUE 13
Monsieur Marcellin BERTRAND, 1" vice president de I'A.B.P.M, Moderateur du Colloque
Madame Anique SYLVESTRE, Prisidente de I'A.B.P.M

ALLOCUTIONS 21
Monsieur Jean-Claude DUVERGER, President de la commission culture et sport du Conseil General
Representant de Monsieur le President Claude LISE 22
Monsieur Michel CHALAUX, Directeur regional des affaires culturelles de Martinique
Representant de Monsieur le Prefet de Martinique 25

INTERVENTIONS 31
ETAT DES LIEUX DE LA LECTURE PUBLIQUE EN MARTINIQUE 32
Madame Armelle TESSIER, Conseillere aux livres et a la lecture (DRAC Martinique)

LA BIBLIOTHEQUE DU 3i MILLIONAIRE 38
Monsieur Bertrand CALLENGE, Conservateur en chef des bibliotheques,
redacteur en chef du Bulletin des bibliotheques de France

L'ENFANT NON LECTEUR 44
Madame Marie-Chantal LEONARD, Educatrice spdcialisie

LA PLACE DE L'tCRIT DANS LA CULTURE EN GENERAL ET EN MARTINIQUE 46
Monsieur Lambert-F6lix PRUDENT,
Professeur des sciences du language a l'Universite des Antilles Guyane,
formateur a l'Institut de formation des mattres

DEBATE 55

SYNTHESE DES TRAVAUX REALISES EN ATELIERS 77
Monsieur Rudy RABATHALY, journalist a France Antilles

CONCLUSION 83
Madame Anique SYLVESTRE 84
Monsieur Jean-Claude DUVERGER 85
Madame Anique SYLVESTRE 87


ASSOCIATION DES BIBLIOTHEQUES PUBLIQUES DE LA MARTINIQUE / A.B.P.M.
Publication D6cembre 2003







































































6 ASSOCIATION DES BIBLIOTHEQUES PUBLIQUES DE LA MARTINIQUE / A.B.P.M.
Publication D6cembre 2003








HISTORIQUE DE L'ASSOCIATION (A.B.P.M)




L es Bibliotheques Municipales de la Martinique ont 6t6 cr66es vers la fin des
ann6es 70, avec le soutien d'un dynamique conservateur, en charge 6 I'6poque
de la Biblioth6que Centrale de Pr&t, Bertrand CALENGE.
Leur souci quotidien du d6veloppement de la lecture publique et leur preoccupation
permanent de faire connaTtre la litt6rature antillaise en particulier aux publics martini-
quais ont conduit les Biblioth6ques Municipales, tout naturellement, 6 regrouper leurs
efforts et leurs volont6s au sein d'une association.
C'est ainsi done qu'est n6e I'Association des BibliothBques Municipales de la
Martinique dans les locaux de la jeune biblioth6que municipal de Sainte-Luce.
En 1983, les BibliothBques Municipales 6taient au nombre de 14 (Carbet, Ducos,
Francois, Lamentin, Lorrain, Marin, Rivi6re-Pilote o6 il y avait une bibliotheque popu-
laire et une bibliotheque enfantine des Francs et Franches Camarades, Rivi6re-Salee,
Sainte-Luce, Sainte-Marie, Schoelcher, Trinit6, Vauclin) desservies en majeure parties par
la B.C.P. (Biblioth6que Centrale de Pr6t) qui en constituaient la tate de r6seau.
Elles remplissaient alors les conditions pour 6tre des biblioth6ques municipales :
un local sp6cifique, amenag6 pour la bibliotheque, avec la possibility de lecture sur
place,
un budget d'acquisitions, et done un accroissement r6gulier du fonds,
I'ouverture de la biblioth6que 6 I'ensemble de la population, a
le fonctionnement sur des fonds publics, done la gratuity de la biblioth6que (ou une .
cotisation annuelle modique).
Elles totalisaient alors 18287 volumes, 6119 lecteurs, et pretaient 74010 ouvrages 6
des publics d'adultes et d'enfants ; dans le meme temps, la B.C.P. y d6posait 27837 .r
ouvrages.
Telle 6tait la r6alit6 des biblioth6ques municipales de 1'6poque.
Vingt ans apr6s, les B.M. sont au nombre de 26 et envisagent autrement leur present
et leur avenir.
Et pr6cis6ment parce qu'elles ne sont pas les seules 6 avoir en charge le livre et la
lecture publique, elles se sont 6rig6es en Association des Biblioth6ques Publiques, ouvrant
la porte 6 deux ain6es d'importance : la B.C.P. revenue B.D.P. (Bibliotheque
D6partementale de Pret) depuis les lois de decentralisation et la Biblioth6que Schoelcher.




ASSOCIATION DES BIBLIOTHEQUES PUBLIQUES DE LA MARTINIQUE / A.B.P.M.
Publication D6cembre 2003





SOCIATION DES BIBLIOTHEQUES PUBLIQUES DE LA MARTINIQUE / A.B.P.M.
Publication D6cembre 2003








INTRODUCTION


Les Assises de la lecture publique
se sont tenues le vendredi 17
novembre 2000 6 I'Atrium, 6 I'initiative
de I'Association des Bibliotheques
Municipales de la Martinique, avec le
partenariat de la DRAC Martinique
(Direction R6gionale aux Affaires
Culturelles) et du Conseil G6n6ral.


Elles ont eu lieu suite 6 une premiere journ6e de r6flexion qui s'6tait d6roulee a
I'Office Municipal de la Culture du Robert, en presence des bibliotheques municipales,
de la conseillere r6gionale au livre et 6 la lecture (DRAC) et de quelques elus qui
avaient repondu 6 I'invitation de I'Association des Biblioth6ques Municipales de la
Martinique.

Cette reunion avait soulev6 une s6rie de questions autour du livre et de la lecture en
Martinique, de I'importance pour les Blus de ces structures.

La reunion avait conclu une decision majeure : la tenue d'Assises de la lecture au
course desquelles les professionnels discuteraient des questions qui les tiennent 6 coeur.














ASSOCIATION DES BIBLIOTHEQUES PUBLIQUES DE LA MARTINIQUE / A.B.P.M.
Publication D6cembre 2003






































































ASSOCIATION DES BIBLIOTHEQUES PUBLIQUES DE LA MARTINIQUE / A.B.P.M.
Publication D6cembre 2003






















L es Assises d6butent au milieu d'un parterre de pres de 300 invites
venus de divers milieux : des bibliotheques, de I'Education Nationale,
des l6us, de la DRAC et de ses repr6sentants, de quelques centres specialists.

A la tribune :
Anique SYLVESTRE, Pr6sidente de I'Association des Bibliotheques Municipales,
Marcellin BERTRAND, Vice-pr6sident et mod6rateur des travaux de la journee,
Sonia BOISFER, Membre de I'A.B.M. et secr6taire de stance des travaux,
Armelle TESSIER, Conseillbre R6gionale au livre et a la lecture,
Jean-Claude DUVERGER, President de la Commission Culture du Conseil General,
repr6sentant du President Claude Lise,
Michel CHALAUX, Directeur Regional des Affaires Culturelles,
repr6sentant de Monsieur le. Pr6fet de R6gion.



















ASSOCIATION DES BIBLIOTHEQUES PUBLIQUES DE LA MARTINIQUE / A.B.P.M.
Publication D6cembre 2003


1-







































































12 ASSOCIATION DES BIBLIOTHEQUES PUBUQUES DE LA MARTINIQUE / A.B.P.M.
Publication D6cembre 2003























OUVERTURE DES TRAVAUX PAR


Monsieur Marcellin BERTRAND, ler vice president de I'A.B.P.M,


Monsieur Marcellin BERTRAND, 17" vice president de I'A.B.PM,
mod6rateur du colloque,


Madame Anique SYLVESTRE, Pr6sidente de I'A.B.PM.


ASSOCIATION DES BIBLIOTHEQUES PUBLIQUES DE LA MARTINIQUE / A.B.P.M.
Publication D6cembre 2003





































































ASSOCIATION DES BIBLIOTHEQUES PUBLIQUES DE LA MARTINIQUE / A.B.P.M.
Publication D6cembre 2003









INTERVENTION DE MONSIEUR MARCELLIN BERTRAND ( ER VICE PRESIDENT DE L'A.B.P.M)

"Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, je souhaiterais tout d'abord souhaiter ]
bienvenue et vous remercier de vous avoir avec nous.
Avant de rentrer dans le vif du sujet qui nous pr6occupe aujourd'hui, je voudra
pr6ciser que nous sommes r6unis autour de la question de la lecture publique dans notre pay
que nous passerons la matin6e A 6couter quelques interventions qui situeront le d6bat tel qu
nous l'avons souhait6. Plusieurs personnalit6s prendront la parole et d6velopperont de
propos, avanceront des solutions que nous aurons A d6battre ce matin. Apres la paus
d6jeuner, nous proposerons une s6rie d'ateliers que nous vous invitons a rejoindre selon vc
preoccupations.
En fin d'apres-midi, nous reviendrons en pl6niere afin que Monsieur Rud
RABATHALY, journalist, charge de veiller aux travaux des ateliers, en fasse la synth6s
ainsi que celle des questions qui y ont 6t6 d6battues. Apres discussion, nous conclurons afi
de restituer la salle.
Permettez-moi de vous souhaiter, de nous souhaiter un bon travail. Merci.
Je passe la parole maintenant A Madame Anique SYLVESTRE, Pr6sidente d
1'Association des Bibliotheques Municipales."





INTERVENTION DE MADAME ANIQUE SYLVESTRE PRESIDENTE DE L'A.B.P.M)

"Permettez-moi, suite A mon collgue Marcellin BERTRAND, de vous souhaiter la bier
venue A ces Assises de la lecture publique.


ASSOCIATION DES BIBLIOTHEQUES PUBLIQUES DE LA MARTINIQUE / A.B.P.Nt
Publication Decembre 2003












































que associative, g6r6e par 1'U


Ut~IIIfI L (JY tA iL~ D(JL V %IItIVIIIIt'LttUflf pttllVIJkpL4 1 It. IU~lIUIV


ION DES BIBLIOTHEQUES PUBLIQUES DE LA MARTINIQUE / A.B.P.M.
Publication D6cembre 2003









Les d6penses en documentation des communes pour leurs bibliotheques s'61event
1 566 360 francs soit 6,92 francs par habitant.
Les fonds documentaires (tous documents confondus) totalisent 252. 423 documents, sc
1,12 documents par habitant.
Pendant l'ann6e 1998, les communes ont achet6 11 899 documents soit 526 document
par centaine d'habitants.
Concernant la fr6quentation des bibliotheques et si l'on se r6fere au nombre de lecteu
inscrits dans les lieux de lecture, on compete 13 591 lecteurs don't 7 316 enfants et jeune
(ce qui represente 54% des inscrits) et 6% de la population total des 24 commune
d6clar6es.
Concernant le nombre de documents communiques, ils sont au nombre de 210 11
ce qui repr6sente 0,93 pr&t par habitant et 15,46 prets par lecteur.
Si l'on tient compete de la moyenne national, la superficie des structures <
lecture en France atteint les 4,92 (2,82 pour nous); la d6pense en personnel par habitat
atteint 82,56 francs. (54,81 pour nous) alors que la d6pense en documentation par habitat
est de 14,10 francs (et pour noiis de 6,92).
Les fonds documentaires par habitant s'61lvent & 2,7 ouvrages (pour nous 1,12) et li
bibliotheques franqaises ont achet6 15 documents en 98 lorsque nous, nous en achetol
3,37.
Les lecteurs de l'hexagone sont au nombre de 18,3% alors que notre moyenne avoisine b
6%, soit 4,2% lI-bas pour 0,93% ici soit 27 prets par lecteur franqais contre 15,46
Martinique.
Enfin si l'on examine la situation des personnel des bibliotheques, nous comptabilisons si
81 emplois des divers employs 23,5 emplois non professionnels dans 10 bibliotheques si
les 24.
Les chiffres que nous soumettons A votre r6flexion sont les chiffres bruts, extraits des raj
ports annuels d6livr6s par les municipalit6s au regard des activit6s de leurs structures c
lecture. Ils ne tiennent pas compete, bien sir, de I'histoire du livre et de la lecture e
Martinique, mais ils refl6tent singulierement le retard pris, sinon la stagnation, du mouvi
ment de la lecture, malgr6 une r6elle prise de conscience des personnel des bibliothequ(
et des efforts accumul6s.

Cependant, la seule lecture des chiffres ne suffit pas. II faudrait parallelement analyst
ligne apres ligne la situation de chaque bibliotheque prise individuellement afin de comprend
les fonctionnements, voire les dysfonctionnements, les politiques mises en place ou 1h
manquements A une politique du livre et de la lecture dans les municipalities.

En effet, quelques remarques peuvent 8tre avanc6es :
Par example, le montant 6lev6 des d6penses des municipalities en personnel comparat
vement aux d6penses totales consacr6es aux structures elles-m8mes : Ducos mais aus
Grand-Rivibre oui le montant des d6penses totales est strictement le meme que celui d(
d6penses en personnel alors que deux agents sont en poste dans la bibliotheque ; un agei
auxiliaire et un b6n6vole ; mais aussi le Lamentin oi les d6penses totales avoisinent les
millions de francs alors que les frais en personnel s'61lvent A 6 millions de francs et plus. Ma
c'est aussi le cas du Lorrain, du Marigot, du Marin, du Precheur et de bien d'autres. L(
bibliotheques seraient-elles aussi un lieu oiu se r6alise la politique social des municipalities



ASSOCIATION DES BIBLIOTHEQUES PUBLIQUES DE LA MARTINIQUE / A.B.P.M.
Publication D6cembre 2003









Loin de nous l'id6e de remettre en cause les politiques mumcipales que nous comprenons
fort bien en particulier devant l'avanc6e du ch6mage que nous constatons. Cependant il sem-
ble pr6occupant de faire ce choix au detriment des acquisitions d'ouvrages, notamment.
Parallelement il nous semble pr6occupant de ne pas voir s'encourager les formations,
concours et dipl6mes obtenus.
Les cas de Riviere Sal6e et Trinit6 sont significatifs: 42 m2 1l oil il devrait en avoir 613
pour Riviere Sal6e par example alors que la population sal6enne atteint les 8 758 habitants.
Des d6penses de personnel 6gales aux d6penses totales consacr6es a la structure. Mais aucun
budget pour la documentation, ce qui donne z6ro achat II faut enfin ajouter qu'un demi
emploi est r6serv6 a la biblioth6que. Comment faut-il lire cet affichage municipal?

Les assises d'aujourd'hui, l'Association des Bibliotheques Municipales, les souhaitaient
doublement. D'une part, parce que la collaboration inter bibliotheques nous incitait a aller de
1'avant c'est-a-dire a ne pas nous cantonner dans nos seules activit6s d'animation mais
deuxiemement, parce que nous constations que association, plus more aujourd'hui, avait
besoin d'un grand moment de r6flexion plus large, c'est-a-dire, plus ouvert aux autres
structures de la lecture. Bibliotheque D6partementale de Pr8t et Bibliotheque Schaelcher
notamment. Parallelement, il important enfin de connaitre les attentes des politiques, de
discuter du sort des bibliotheques, de la politique a laborer avec elles, des measures a prend-
re avec elles. Cela veut dire que nous attendons beaucoup de cette rencontre d'aujourd'hui
avec les professionnels du livre et les collectivit6s parce que nous croyons dans l'importance
de notre mission ainsi qu'en la grandeur de notre tache. Mais il imported aussi que les bases et
le cadre d'une politique de d6veloppement du livre et de la lecture soient jets, pr6cis6s afin
que les drives soient redress6es ou que d'autres ne surgissent. A cette epoque, ou il est
question tout azimut de nouvelles technologies de l'information et de la communication, il
imported que le livre et la lecture aient toute leur place dans la measure oi, a c6t6 des autres
supports, ils participent de la formation, de l'information, de l'6ducation de l'homme de
demain pour que celui-ci soit toujours plus au fait de l'information et toujours plus responsa-
ble de ses decisions.


Nous pensions qu'aujourd'hui le jour est venu et qu'ensemble nous pouvons envisager un
avenir meilleur. A tous, donc, un grand merci d'tre avec nous. Je ne saurais cependant ter-
miner ce mot de bienvenue sans ajouter nos remerciements particuliers a Bertrand
CALLENGE, un complice privil6gi6 qui a ceuvr6 a la creation de ces bibliotheques munici-
pales. A cette 6poque, il occupait les functions de Directeur de la Bibliotheque Centrale de
Pret de la Martinique. C'est done a ce titre, un peu affectif, qu'il est convie, mais aussi au titre
de Conservateur de 1'ENSIB et de Directeur du bulletin des Bibliotheques de France, qu'il
accompagnera ces travaux.

Enfin, merci a Monsieur Jean-Baptiste REY, bibliotheque-informaticien, d'avoir
r6pondu positivement a notre sollicitation. Mais il est temps maintenant d'entrer dans cette
journ6e qu'ouvrira officiellement Monsieur le Pr6sident du Conseil G6n6ral de la Martinique.
Je vous souhaite de nouveau qu'elle soit riche et fructueuse. Encore merci."




ASSOCIATION DES BIBLIOTHEQUES PUBLIQUES DE LA MARTINIQUE / A.B.P.M.
Publication D6cembre 2003

















INTERVENTION DE MONSIEUR MARCELLIN BERTRAND

"Je vous remercie beaucoup. Maintenant la parole est A Monsie
Claude LISE, Pr6sident du Conseil G6n6ral et Senateur ou son repr6senta
Monsieur le Pr6sident de la Commission Culture et Spi
du Conseil G6n6ral, c'est-A-dire Monsieur Jean-Claude DUVERGE
ici present."







































ASSOCIATION DES BIBLIOTHEQUES PUBLIQUES DE LA MARTINIQUE / A.B.P.M.
Publication Decembre 2003




































































ASSOCIATION DES BIBLIOTHEQUES PUBLIQUES DE LA MARTINIQUE / A.B.P.M.
Publication D6cembre 2003





































































ASSOCIATION DES BIBLIOTHEQUES PUBLIQUES DE LA N
Publication D6cembre 2003
































voir vous dire


i1ipu1acca a yuILu uc ucEt LL NLULi;uiC, jC ValS icnuoiuimer entire autres, la section au Ionas
ce fonds documentaire consacr6 aux Antilles -, la section consacr6e plus sp6cifiquemen
jeunes a partir de 4 ans qui, a c6t6 d'autres secteurs r6pondent a la demand multiple



22 ASSOCIATION DES BIBLIOTHEQUES PUBLIQUES DE LA MARTINIQUE / A.B.P.M.
Publication D6cembre 2003













usagers de 1'6tablissement. Et
ouvrages.

Pour ce qui est des supports, i:
,r r'nmnnro .cro rora tA Cl ,lllao r


structures (creches, masons de retra
de son v6hicule de liaison, elle ache
tout le territoire de la Martinique. Ell
A nos citoyens un 6gal acc6s a la lecti
On vnit one oner p. lP. ntivitP. min~








coll6giens et contribute A r6duire les situ
Et pour en revenir A la Bibliotheque
l'ann6e 2001 tels que :
'am6nagement du Pavilion Bot
prioritaire. Ce batiment qui au d
compete tenu de l'exiguit6 et de la
G6n6ral a accept que ce batimei
pour l'extension de ses activit6s ;
la creation d'un space multim6dj
l'dition en collaboration avec les
ancienne et moderne microfilm6e
le project de num6risation et de mis
et documents patrimoniaux ;
et puis, il y aura une expositic
l'occasion des 50 ans du roman "I,
la num6risation des fonds de p6rii
collaboration, avec les Archives ]
m6moration de l'6ruption de 190,

Afin de diversifier son offre el
bibliotheques municipales, la Bibliott
proposer les services suivants :
conseil en am6nagement, en inform
aide aux choix et aux acquisitions
reunion de presentation ;
journ6es de formation.

Elle jouera le r61e de centre de ressol
Mesdames, Messieurs, vous me pen
notre collectivit6 en vue d'aider la prom
culture et de notre quotidien. C'est ainsi









de votre collaboration. Je connais
Martinique. Je sais qu'il s'agit non se
d'un int6ret en tant que femmes et h4
pour apporter une contribution active
critiquer. J'attends de vous une critiqt
Conseil G6n6ral qui, comme vous le
ment des femmes et des hommes de r
citer une recommendation de 1'UNES
doivent etre largement ouvertes A toi
librement sans distinction de race, d
langue, d'6tat civil et de niveau intell






INTERVENTION DE M,

"Merci M. le Pr6s
CADOT ou A son
Martinique, Michel






INTERVENTION DE MONSIEUR MICHEL C
(Directeur regional des affaires culturelle

"Merci, M. le Pr6sident du Conse
content d'etre parmi vous, je voudrai:
Pr6fet de R6gion est convoqu6 pa
-l;-nll-Akl,,l; Arr" i na "noiit Axir;Amry









1'ouverture progressive a tous les put
bibliotheques municipales a 6t6 long
lecture publique public en 1968 pr6coi
et annexes don't I'architecture devait e
livre. II pr6conisait 6galement de cr6e
les horaires d'ouverture et la nature d
en 1972 avait d6clar6 1'ann6e 1972,
l'information et A la culture en affin
publique 6tait avant tout d'offrir A tous
p6riode que la bibliotheque n'est plus
systeme cultural. Elle n'est plus con
communiquer parcimonieusement ah
public ouvert A tous, permettant d'acc
envies A la lecture et A l'ensemb
documentation et la culture.
Cette definition de la bibliotheque
tale oiI le public et non plus le d(
nouvelle politique de la lecture public
collectivit6s locales. Partenariat qui ne
au fil des ans l'ouverture de nombreu:
grandes villes, mais aussi avec l'aide d
D6partementales de Pret, dans les plu
centres promoters de propositions cu
L'Etat, comme les collectivit6s terr
A la culture. Une approche qui permit
potential a la fois une activity de loisir
Ce grand bouleversement repose en
bibliotheques, lieu de rencontre entire i
sont aussi des lieux de socialisation d,
Alors, je laisserais au Conseiller 1
faire l'6tat des lieux de la lecture pul
certain signes positifs que j'ai observe









discut6s en ce moment et devr
projects.

Secondement. l'implantatioi
communication :
C'est un domaine dans leque]
politiques nationals et je m'(
faciliter l'acces du public marti
le fait que, plus important encor
et a de nouvelles competence:
essential. La mise en r6seau in
faudra poursuivre dans les am
travail, des resources docume
soient pr6vus d'embl6e comm
des martiniquais.

En troisieme lieu, la format
besoin. Le travail de partenarial
le CNFPT, les professionnels d
une mise A jour des connaissanc
lue rapidement et aussi les con
recrut6s sur place sans formatic
personnel depend bien 6videm

Enfin. il faut noter le d6ve
bibliotheques :
Quelles aient pour ambition 1';
paraissent 6tre un facteur de di
des communes, 616ments aussi
cultural communal.
Si ces quatre points ne sont sar
travail d6ja effectu6 autour du livre
-'-. I 1 -1 1









cier de faire des lecteurs. Nous nous p(
se vide, mais en nous f6licitant qu'il soi
pie, ce n'est pas une function, c'est un
ve dans tous les secteurs de la culture
reusement, pr6ferent 8tre des passeurs.
qu'un role, c'est une maniere d'etre. La
qu'il nourrit la vie et qu'il se nou
sommes les agents."
Je vous souhaite A tous, chers profe
Merci."





INTERVENTION DE MO

"Merci, Monsieur
d'entendre Madami
l'Association des B
Commission Culturn
DUVERGER, et IV
Martinique, Monsieu
Nous allons tout de
Conseillre au Livre
des lieux."




























LA LECTURE PL
EC


COMMUNIC









IINIrlV-I 'l-IIN UC IVYILJMIVIL /FUIVICLLE I L.J'


Theme: "ETAT DES LIEUX DE LA I


Je voudrais dire A quel point je suis
vous. Comme je vais dire des choses qi
mais j'ai essay de parler un petit peu (
lieux, autant que j'ai pu le faire et ce qu
ressenti comme des v6rit6s premieres el
"La liberty, la prosp6rit6 et le d6vel
fondamentales. Elles ne peuvent s'acqt
sion des informations qui leur permette
actif dans la soci6t6. La bibliotheque p
les functions fondamentales n6cessaires
decision en toute ind6pendance et au
sociaux."
Ainsi commence le manifeste de 1'L
re de ce manifeste que je souhaite fai
Martinique. Je souhaite, dans un deuxiR
ce qui ne permet pas encore un develop
region et voir avec vous, 61us et professic
de faire fonctionner des m6diatheques I
texte de r6f6rence parce qu'il est assez
crisp sur les choses compl6tement m6
au niveau international et qui permet pe



Donc, je voudrais interroger la r6alit6
la bibliotheque accessible A tous,
les missions-cl6s de la bibliotheqi









La deuxieme accessibility conc<
"Toute personnel, quel que soit
besoins. Les collections et les sen
les technologies modernes, de me
citation du manifeste. L'analyse des
documentaires des bibliotheques 1
d'achat documentaire, quatorze dis
seulement ont un budget de cinqua
Treize bibliotheques municipales ]
ach6tent moins de cent document
municipales ont des fonds qui m(
public. Combien d'encyclop6dies
dans les plus petites communes pa
bien de p6riodiques adults et jeu
documents r6cents d'ici ou d'aille
estimer l'apport documentaire de I
des lecteurs attendre un an ou plus
lI pour r6pondre a la demand imr
mauvais 6tat, pas assez renouvel6s
S'il est evident que dans les deux
ments doivent 8tre adapts a la pc
commune, petite ou moyenne, ne I

LES MISSIONS DE LA BIBLIOTHI
L'UNESCO dit la chose suivan
publique relative a l'informatisati
difficile aujourd'hui, a moins de
d'examiner les douze 616ments di
paraissent fondamentaux :
le premier, c'est cr6er et renfoi
Il n'est pas question sur ce poin
et a ses prerogatives d'apprentissa
I 1- -1-- J A-5 --.. -









semble qu'il y ait unanimity comme pet
municipales et ceux qui sont li6s au cad
associatifs.
FONCTIONNEMENT ET GESTION :
Dans tous ces domaines, il faut bien
taires minima. Mais il faut en plu
service public. Pour qu'un fonctionnen
objectifs d6finis par la collectivit6. Un b
priorit6s et les services doivent 8tre claim
communaut6. Cela signifie done d'at
politique d6partementale et r6gionale ai
municipal et la compl6mentarit6 recher
locaux. Cela signifie aussi un r6seat
prendraient leur place peut-8tre avec d
resources pourraient aussi s'int6grer.
c'est-a-dire de l'ensemble des projects p
la documentation, a l'animation, a la foi
r6seau informatique.

Enfin, la derniere chose, et non la 1
comme interm6diaire actif et indispensa
ou en r6seau.

On a trop souvent vu, je crois, le ti
remplissage de fiches et de rangement d;
re qu'a cela, je voudrais rappeler 1'
visits en communes, m'ont permis d'(
nombre de personnel en grande difficult
vice public. En dehors d'un certain nor
la n6cessit6 de formation professionnel
pertinence du service public et garant
collogues martiniquais le ressentent bie
ont 6t6 demand6es. Hormis la biblioth6
orofessionnel A ou B Dour auarante six











u autIus lleux u appreiCstsagSge : kuiiuIneii pouruiiu-IIS acqueri
les motiver pour un apprentissage difficile ?
La deuxieme r6flexion entendue tres fr6quemment c'est "1
C'est vrai que le service public, s'il s'agit bien de service public(
que les autres services communaux. La part communale pour la i
20% sous reserve de programmation pr6alable. Pour le fonctii
majority A la charge de la commune. Toutefois, j'aimerais bie
1'OMC demand six millions de francs par an et la bibliotheqi
qui est trop chere Comment comprendre que l'on consacn
I ..... 1 << 1 1 1 -T ..T11 A *


it ou plus grand et que la Bibliotheque D6parte
tribu6s ensuite par du personnel sans formation
:61e future de la Bibliotheque D6partementale de
serait en measure d'assumer seule et sans relais
services n6cessaires et attendus de chaaue bib]


Pret, 1.








* Le premier pourrait etre : S'APPUYER SUR UN MODELE COMMUN
Ce module pourrait 8tre attractif, ouvert, assez grand, bien
aux collections, la diversification des supports 6crits, audi(
r6seau local et regional, une animation culturelle et du pe
rappelle Anne-Marie Bertrand dans "les villes et leurs biblic
doit pas 8tre seulement une collection de documents, mren
unifi6e et diversifi6e. Elle doit aussi 8tre un lieu vivant, un li
* Deuxieme chose possible, c'est INSCRIRE LE PROJET DE BIBLI
communale et ce, A quatre titres :
Le premier titre, c'est la d6mocratisation culturelle reve
communes et qui doit etre li6e A une politique d'offre. Inch
dans une politique culturelle et socioculturelle municipal
conjunction d'un discours et des moyens correspondents.
Le deuxieme titre, c'est une politique d'6quipement. Inclure
urbaine qui soit susceptible de participer A l'am6lioration
comme peuvent 8tre le d6veloppement et la r6habilitatioi
quarters qui est assez largement entreprise en ce moment.
Le troisieme titre c'est la politique de territorialisation. A ce
le fait qu'autant le r6seau, y compris le r6seau informatiq
politique A 1'6chelle de la Martinique, autant il est illusoire c
m6diatheques bien pourvues vont permettre une dessert effi
Je rappelle que deux d'entre elles sont sur Fort-de-Franc(
habite Grand-Riviere, c'est pas franchement la solution.
Dernier titre, c'est prouver l'existence d'un besoin. La me:
celle donn6e par le public martiniquais : "Quand un 6quipe
plus dynamique se met en place." Six bibliotheques municip;
10% de la population.
Le troisieme point m'a 6t6 donn6 hier soir, dans un journal I
Hebdo" que j'avais enfin le temps de lire. Selon une en(
command6e par la F6d6ration national des communes pour
ressortent comme des 6quipements culturels prioritaires poui
g6es contre 17% pour les centres socioculturels, 14% pour
mus6es. J'aimerais bien qu'on se pose des questions quand
mus6e contre la bibliotheque. J'aimerais bien m8me, qu'on
deux, a vrai dire.









pour le livre, la litt6rature et la creation. Tout ce qui le r6tr6ci
comme toujours, dans quelques evidences simples que je ne r
les bibliotheques font les lecteurs, que parmi toutes les tentatii
dans le domaine de la democratisation culturelle, 1'institution 1I
la moins 61itiste, la mieux adapt6e a tous les terrains socia
bibliotheque. Qu'il faut se r6jouir de cette utopie r6alis6e qui p
fois le lieu de la solitude, de 1'6change, de la recherche et c
contradiction, de la coexistence pacifique des savants et des ign
toutes les initiatives qui permettront de sauvegarder et de d6
bienvenues. M6moire et imaginaire doivent etre les grand(
bibliotheques ins6r6es dans les multiples r6seaux du livre." Je








INTERVENTION DE MONSIEUR MARCELLIN BERTF


"Nous venons d'entendre Madame TESSIER
de la lecture publique en Martinique. E
1'UNESCO a partir duquel elle s'est pose
Tout d'abord la bibliotheque est-elle accessil
aussi documentaire. Ensuite elle a 6voqu6 les
Elle propose tout d'abord de cr6er les habitat
faciliter l'acces a l'information, de d6veloppe
6galement 6voqu6 le role des biblioth6cai:
formation des biblioth6caires. Enfin, elle
16gitimit6 des bibliotheques en Martinique. E
le project bibliotheque dans une politique cu
d6veloppement urbaine, puis prouver I'existe
Nous allons tout de suite passer la parole a I
Directeur du Bulletin des Bibliotheques de F
bibliotheque du troisieme mill6naire. La i









INTERVENTION DE MONSIEUR BERTRAND CHALLENGE


Theme: "LA BIBLIOTHEQUE DU 3'" MILLENAIRE"


"Merci beaucoup. Bonjour chers collogues et chers amis. J'a
qu'Anique SYLVESTRE a t6moign6e envers moi a propos de m
Martinique et de mes retours r6guliers, car c'est bien 'ile des
revenir en Martinique. Jen ai 6t6 tres heureux. J'avais meme pens
texte en 6voquant les ann6es que j'ai pass 1h et puis j'ai fais le cc
suis dit que si j'6voquais cela, j'allais passer pour un vieux gatel
quel moment c'6tait. Et puis de toute facon la demand qui m'6ta
le troisieme mill6naire. La, on n'est plus dans le pass, il faut po
Et j'avoue que sur le moment, le sujet de cette conference '
mill6naire" m'a fait dire "bigre, voila un programme tout A fait am
une confiance exag6r6e que de me penser capable d'imaginer
mill6naire". J'ai d6ej du mal h imaginer clairement ce qui va se ]
Georges Bush ou Al Gore ? Alors, vous pensez bien que le tro
meme un peu compliqu6. Ceci dit, j'accepte tout de m8me de
soutiens, d'une part une devise des Shaddocks que vous connais,
on va, il faut y aller et le plus vite possible" et d'autre part, un
troisieme mill6naire commencerait, selon certaines arithm6tiques,
ann6e initial. Le troisieme mill6naire, c'est done aussi 2001, je
me parait suffisamment futuriste et peut-etre plus vraisemblable.
Et pour parler de cette bibliotheque du troisieme mill6naire,
des bibliotheques un peu partout dans le monde. Alors, avec ce qu
pas si c'est 1'6volution des bibliotheques martiniquaises, mais on
qu'in61uctablement, de meme que 9a se passe en Europe, en
bibliotheques martiniquaises vont 8tre embarqu6es, elles aussi I
bibliotheques du troisieme mill6naire. Poser les questions du tro
se lancer dans un monceau d'incertitude, toutes les interrogation
incertitudes que l'on vit dans le present. Et Dieu sait que nous N
n'est-ce pas ? Georges Bush ou Al Gore, hein ? Pour rester au
notre preoccupation d'aujourd'hui, on constate en g6n6ral, dans cc
irruption constamment envahissante de la technologies, une mu
pratiques et demands de la population, parallelement A une mu









une evolution. Est-ce une mutation ? Je ne sais pas. En t,
profonde, avec l'6mergence de information num6rique et des
pour dire en un mot. Ecoutons d'abord les futurologues plus
moins d'ailleurs et plus ou moins informs, souvent moins
mill6naire ? Leur troisieme mill6naire, c'est d'abord pass
num6riques largement disponibles. Il existe des liens entire
nombreuses ann6es : le traitement de texte, on le connait
actuelle est que la forme num6rique d'une part se suffit a
l'imprim6 n'est plus qu'un d6riv6 du num6rique et d'autre pa
qu'il s'agisse du texte, de l'image ou du son. Le troisieme n
document localis6 dans une bibliotheque par example, aux r6s
Varlot qui 6tait autrefois Directeur des Bibliotheques et
Technique donnait l'image qu'on passait du puits au robinet. I
r6seaux sur les bibliotheques ? Point d'interrogation Le ti
passer, dans la suite logique des choses, du document rare
jalouses, de la limitation par le cofit du paper, de l'impressio:
bilit6 int6grale. Grace a la duplication infinie des formes nu
de celles-ci, le troisieme mill6naire ce serait de passer d'un s&
de ce savoir, suite A une reduction des cofits et ajoutons a cela
se pr6senterait comme l'espace de liberty des changes d'in
passerait de la reception passive du texte la lecture du te:
interactivity de lecture par l'univers de voyage rendu possib
interactivity en 6criture par la capacity de rendre accessible
sans aucun filtre editorial. Bref, une vision qu'on peut qualifit
me permettre cette litote.


Est-ce que nous avons aujourd'hui des signes de cet aveni
Les fondements technologiques existent sans nul doute m
tent encore A d6montrer. D'une part, information trouv6e su
mais c'est une monstrueuse pagaille, trop d'informations
moyen de la retrouver. I1 faut savoir que les meilleurs moteul
que 16% des pages web disponibles dans le monde. Deuxibrn
tions ne signifie pas avoir une information utile. On peut dire i
y trouver n'importe quoi, on peut y croire n'importe quoi. Tr
qui est volatile, 6ph6mbre. Internet ne garde pas de traces de c
I - J AI_- -__1__ __ 1 '_ _1 __ ^_ -It' YI -- _C ------ _A









forme du livre imprim6, sa structure interne, telle que nous la conna
bilis6e.
Les gens n'ont pas fini de jongler entire le livre imprim6 et un 6c
En outre, troisikme objection, la divine accessibility universelli
fique originelle d'Internet fait place a une froide analyse de profit 6c
payer le t616chargement de l'oeuvre num6rique, veillent par des cl6s
soient pas transmises A d'autres, etc. La part de l'Internet march,
Enfin, la democratisation annoncee parait bien compromise.
Internet sont bien mal r6partis, on sait que l'ile de Manhattan a New
dinateurs que toute l'Afrique Noire. Socialement, non seulement
retraite, mais s'y ajoute ce qu'on appelle aujourd'hui, un vilain
Maitriser Internet, c'est maitriser un language, un code de navigation
informations d6couvertes dans une structure de la pens6e. Il n'y a p
il peut y avoir une mal6diction de l'6cran. Donc, on le voit bien,
peut-etre lieu, mais sous d'autres couleurs que celles chant6es par s
il que cette mutation interroge profond6ment les bibliotheques dar
acqu6rir, conserver et mettre a disposition des ceuvres et des docum
pas aussi radieux qu'on le voudrait, aura-t-on encore besoin des bil
Pour cela, il faut se poser la question : A quoi servent les bibli4
d'imaginer l'avenir, il ne faut jamais r8ver sur le d6veloppement tech
rechercher avec obstination les functions permanentes. Je ne sais pas
6lectrique dans cent ans, qa sera peut-8tre un rayon laser, mais je sais
pour les individus de pratiquer l'acte de scier. Pour les bil
technologiques sont une bonne occasion de se pencher sur leurs
servent-elles ? De nombreux chercheurs de tous ordres se sont
concluent a une r6elle n6cessit6 de la bibliotheque.

J'en citerais deux :
Roger Chartier, historien du livre et de la lecture, a qui I'on
1'avenir des bibliotheques en d6gageait trois particulibrement fortes
conservation, notamment de l'imprim6 pour les g6n6rations a venii
de mediation vis-a-vis de tous les acc6s 6lectroniques et de leurs c
pour elles de reconstituer un space de sociability autour de 1'6cril
devenue un acte individual et que la lecture 6lectronique est encore
Un autre chercheur Daniel Paroquio, philosophy, compare le n









donn6es doublent tous les dix-huit mois. Il y a sfrement une limited mais oi ? Aujourd'hui notre
vision du troisieme mill6naire technologique s'arr8te au maximum a dix ans. Inconnue de
l'6volution de l'6dition au sens large, au sens de la production des documents. Il y a une
recomposition du paysage editorial, a cause, notamment, des questions de droits, droits d'auteur
qui font qu'aujourd'hui c'est un peu la bouteille a l'encre. Inconnue enfin, peut-8tre plus grave,
sur la capacity de nos soci6t6s a affirmer la primaut6 du collectif, de I'int6ret g6n6ral, sur les
communautarismes ou la soumission aux logiques de profit. Mais soyons optimistes, et voyons
quelles priorit6s risquent d'intervenir dans les bibliotheques pour ce d6but de troisieme
mill6naire et comment elles vont s'organiser.
D'une part, la profusion de l'information disponible va encourager, encourage d6ja -, une
r6flexion sur la selection des textes a acqu6rir ou a rendre accessible. Les bibliotheques
devraient se recentrer dans les ann6es a venir sur les contenus de leurs collections et le d6velop-
pement de politiques documentaires va aller en croissant. Qu'est ce qui peut int6resser, s6duire,
tre utile a nos concitoyens dans leur ensemble. Le probleme de demain va etre que choisir ?
Le deuxieme point, c'est que ce travail sur les contenus des collections ne va pas se faire
pour le plaisir des collections a se replier sur elles-m8me. Je pr6vois, je ne suis pas seul a pr6-
voir, une intensification de toutes les actions de mediation. Mediation directed de 1'aide a la
manipulation des outils a la formation de l'utilisateur et mediation indirecte de la mise en
space, du libre aces, des itin6raires proposes dans les catalogues, dans les bibliographies, etc.
Troisi*me evolution a pr6voir ou pr6visible : une affirmation forte de la function m6moire de
la bibliotheque avec une information de plus en plus volatile, de plus en plus 6ph6mere. On
attendra des bibliotheques et on attend d6ja d'elles qu'elles sachent conserver en rendant
accessible ce qui n'est pas evident pour l'information numerique : conserver en sachant
s6lectionner. Umberto Eco disait : "la m6moire est n6cessaire et elle est n6cessairement filtr6e".
Quatrieme piste qui est peut-8tre une mutation forte aujourd'hui : l'6mergence d'une double
r6alit6 de la bibliotheque comme lieu virtuel et 9a c'est nouveau. Done une bibliotheque
num6rique accessible a distance. LA, le territoire de la bibliotheque va aller hors ses murs et
rejoindre le territoire de ses lecteurs. D'oi la question de la mediation a distance. Et puis, lieu
r6el du batiment comme space indispensable de sociability et de partage visible du savoir. Si
l'information devient virtuelle, les lecteurs restent bien physiquement concrets. D'oti une
complexification 6norme a pr6voir de la gestion et de la logistique des bibliotheques. Toutes ces
exigences vont entrainer une monte en puissance des r6seaux, sous de multiples formes : r6seau
informatique partag6 par example, entire bibliotheques municipales et bibliotheques universitaires,
mutualisation des resources documentaires dans les universit6s, cooperation des bibliotheques
publiques pour les acquisitions et la conservation. Cette mise en r6seau va en fait accompagner
ce qui se passe de plus en plus dans les collectivit6s, qui est un travail de n6gociation et de
contractualisation entire les divers niveaux de comp6tences. Elle devrait aussi, cette mise en
r6seau, faire merger des outils collectifs plus puissants comme le catalogue collectif de France
en est une pr6misse et peut-8tre demain un r6seau carib6en, qui sait ?
Et les lecteurs enfin ? Car, rappelons-le, une bibliotheque vit de ses publics. Paradoxalement,
je me sens plus h 1'aise pour 6voquer ces publics de demain. Car si les techniques changent vite,
si les institutions connaissent des 6volutions visible au course d'une vie, les cultures humaines
progressent plus lentement. Et davantage par stratification que par mutation brutale. Que dire des
publics de demain ? Tout d'abord que meme si les images et la musique vont connaitre un


ASSOCIATION DES BIBLIOTHEQUES PUBLIQUES DE LA MARTINIQUE / A.B.P.M. 41
Publication D6cembre 2003









6norme d6veloppement, grace aux outils numeriques, l'6crit a de tres fortes chances de demeurer
central et la maitrise de l'6crit de plus en plus important. D'oa, hl6as, ne revons pas, des
fractures sociales vis-a-vis desquelles, les bibliotheques auront de plus en plus un r61e h jouer,
plus un r61e discret.
Car c'est le deuxieme point vis-a-vis des publics, on peut pr6dire sans crainte que ce public
sera de plus en plus demandeur de formation ou d'outils utiles a sa formation. On va tres
nettement vers un d6veloppement de la formation permanent, ce que les Anglais appellent le
life long learning. Les bibliotheques sont l1 des lieux privil6gi6s car elles forment des spaces a
la fois r6els et virtuels, traditionnellement ouverts A tous. Ce public sera exigeant en terme
d'acces aux documents. De l'acces ergonomique au catalogue jusqu'A la furniture des
documents par t616chargement, qa va venir. Avec toute la game des services : portage A
domicile, fournitures de titres par navette dans un service de proximity, un vrai service public A
domicile qui reste a inventer avec des partenaires. Et ce public continuera d'envahir les spaces
des bibliotheques pour rencontrer ses semblables, pour toucher du doigt la r6alit6 du savoir, pour
faire des d6couvertes, pour s'offrir un moment de concentration, pour dialogue avec des experts
ou avec des consultants. Bref, la bibliotheque du troisieme mill6naire, comme vous le voyez, elle
est nouvelle peut-8tre, mais elle n'est pas en rupture total avec la bibliotheque d'aujourd'hui.
Elle est li d6ja, en germe. Saint-Exup6ry disait : "I'avenir n'est que du present a mettre en
ordre".

J'ai une certitude aujourd'hui, c'est que cinq axes essentiels demeurent pour inventer,
mettre en oeuvre, d6velopper la bibliotheque du troisieme mill6naire.
D'une part, il faut 6tre ambitieux dans le temps et dans l'espace. Dans le temps, accepter,
revendiquer cette function de conservatoire que repr6sente la bibliotheque. Et pour la
Martinique, la m6moire de tous ceux qui ont pens6 et construit la Martinique. Et 1'espace c'est
l'ouverture sur le monde. A commencer par le monde le plus proche : la Caraibe. Cette ambition
n6cessite plus que jamais des acquisitions, des acquisitions nombreuses pour offrir toute
l'ouverture du monde et toute l'ouverture martiniquaise au public de la Martinique.
Le deuxieme point, c'est que cette m6moire et cette ouverture sur le monde ne sont pas
donn6es. Ce n'est pas parce qu'on met dans les bibliotheques un million de livres que pour autant
ces livres sont accessible. Ou un million d'ordinateurs que pour autant tout le monde se pr6ci-
pite dessus, ou du moins, en tire quelques chose. De plus en plus il va falloir conduire un travail
de mediation. Mais ce travail de mediation et c'est peut-8tre ce qui va intervenir de plus en plus
fort, dans les ann6es A venir, c'est un travail de mediation qui se fera toujours en
partenariat, et de plus en plus en partenariat avec d'autres. Partenariat avec les 6coles, les
services culturels, les services touristiques, au niveau d6partemental avec le CMAC, etc.
Le troisieme point, c'est qu'il faudra des biblioth6caires de plus en plus comp6tents, je ne
fais que suivre ce que disait Armelle TESSIER, il faudra d6velopper la formation et pas
seulement la formation A l'informatique, il va falloir inventer les moyens de cette formation.
Votre association des bibliotheques municipales, la Bibliotheque D6partementale de Pret, devra
impliquer l'Universit6, impliquer le CNFPT, aller voir ailleurs aussi.
Evidemment, quatrieme point, ces bibliotheques martiniquaises ne pourront pas chacune,
faire cela toute seule, il va falloir jouer la carte du r6seau. C6t6 conservation, vous avez la
chance d'avoir une Bibliotheque Schoelcher qui a d6ja fondamentalement une function de



42 ASSOCIATION DES BIBLIOTHEQUES PUBLIQUES DE LA MARTINIQUE / A.B.P.M.
Publication Dcembre 2003









conservation. Mais qui va s'occuper d'ouvrir demain un
accessible a tous les Martiniquais ? Qui va s'occuper demail
documents qui ne sont pas dans les bibliotheques martiniquais
le monde ? Il y a dans cet aspect de r6seau, un probleme de
faire pour I'ensemble de la Martinique. Par tous ces acteurs. La
ne pourra pas fonctionner en vase clos.
Enfin, et 9a c'est particulierement important et je rejoins c
falloir investor dans des lieux de proximity, il va falloir des loc
tique et des livres et des revues et des animations, il faut
l'information virtuelle n'existe pas sans les hommes, les femm
6changent et partagent. Il faut un vrai r6seau d'6quipements I
qu'en Martinique, oh les bibliotheques sont d6jA nombreuses
des niveaux de d6veloppement in6gal une fois les collectivil
actif, les biblioth6caires motives -vous en 8tes la preuve et le
pas le moindre doute le troisieme mill6naire puisse s'am
Ces Assises de la Lecture Publique permettent dans doute de
l'occasion de construire l'avenir. Un troisieme mill6naire, (
pratiquement commence. Je vous souhaite bon courage et vou:








INTERVENTION DE MONSIEUR MARCELLIN BERTI


"Nous venons d'entendre Bertrand CALLE]
du troisieme mill6naire. II est parti de 1'6vc
monde, de la position de ce qu'il a appel6 le
qu'il entend par bibliotheque du troisieme ir
passer la parole A Madame Marie-Chantal L
centre m6dico-psycho-social du Lamentin (
non-lecteur."









INTERVENTION DE MADAME MARIE-CHANTAL LEONARD


Theme: "L'ENFANT NON LECTEUR"


"J'aimerais rendre hommage tout d'abord A Monsieur l'Inspecteur Roland Tell, de
l'Education Nationale, charge de l'adaptation scolaire, que je trouve formidable car il permet A
des centaines d'enfants non-lecteurs de pouvoir retrouver la possibility de lire grace a des aides
sp6cifiques qu'il a su mettre en place. Alliant souplesse et rigueur dans le systeme scolaire. Sans
cela les enfants seraient ballott6s et on compterait beaucoup de depressions chez les instituteurs.
Et j'aimerais aussi rendre un hommage particulier A Simonne HENRI-VALMOREE qui
redonne beaucoup de sa richesse int6rieure aux autres et qui a pens6 aux plus d6munis que sont
les enfants non-lecteurs.
Ces premieres Assises de la Lecture Publique ont beaucoup de sens pour nous, car sans cela,
pourquoi se donner tant de mal pour apprendre A lire. Qu'est-ce qui en some prouve que l'on
peut apprendre A lire et que l'on ait besoin de bibliotheques ?

L'enfant est extremement logique. De meme qu'il salt qu'il doit respirer, qu'il doit parler, qu'il
doit aller A l'6cole, il salt qu'il doit apprendre A lire et A 6crire. On ne lui demand pas son avis.
Dans toutes les activit6s humaines, le symbolique va faire de l'enfant un etre fondamentalement
r6gi et subverti par le language. Le fait symbolique remote A la plus haute m6moire de la
relation de l'homme au language, il est attest par les monuments, par les manifestations les plus
humbles et primitives des groups sociaux. Les gravures murales, signes marquis dans la
pierre, et maintenant les bibliotheques, tout ce qui est lieu public de lecture. Tout cela t6moigne
de la relation universelle et premiere de l'homme au significant, done de sa reconnaissance
comme etre de language. Je vais vous parler du language. Prenons l'exemple de la bobine que tout
le monde connait. Lorsqu'on montre une bobine a l'enfant et qu'on la cache, on va lui dire avec
des mots "ah, mais oi elle est la bobine, qu'est-ce qu'elle est devenue ? Ah... la voila !". Et bien,
c'est par ce fondement d'absence de negation que va s'61aborer le symbolique. Et, c'est une
function signifiante qui d6signe une perte en g6n6ral. Et c'est dans le mot que le symbol va
prendre sa valeur achev6e. Puisque la chose disparait c'est en mettant un mot dessus que
l'homme va se d6tacher du rapport imm6diat A la chose. Lacan, permettez-moi de le citer, dit tres
bien que "le mot est le meurtre de la chose, mais en meme temps, il la fait subsister" et c'est bien
de cela que l'on parle dans le symbolique.
Comment l'enfant y accede-t-il? Ici par anticipation de ce que fait la mere. Ce qu'elle envoie
sous forme interrogative, elle suppose qu'il est capable de l'entendre. La maman fait un "coup
de force". Par example, elle lui dit "je vais te recouvrir, tu vas avoir froid, il faut que je ferme la
fen8tre". L'enfant tombe, "mais tu t'es fait mal, mais qu'est-ce que 9a veut dire, fais attention"...
Et bien, c'est beaucoup plus important qu'on ne le pense car lorsque la maman ne fait pas 9a
pour l'enfant, elle peut le rendre psychotique. Elle met un significant sur son affect. Et si vous
voulez, pour moi, la bibliotheque devient comme un "coup de force" 6galement. Elle donne un
credit, elle apporte un credit A ce que 1'homme doit faire et dire et a ce que l'enfant doit faire
c'est-A-dire la lecture. Je vous donnerai un cas d'enfant tout A l'heure, mais je vais continue un
petit peu la th6orie. Pourquoi je vous parle de symbolique ? Parce que la lecture n'a pas
tellement affaire avec l'imaginaire.


44 ASSOCIATION DES BIBLIOTHEQUES PUBLIQUES DE LA MARTINIQUE / A.B.P.M.
Publication D6cembre 2003









Je donne un example. En lecture lorsque l'on dit : "le S, c(
bien l'enfant lui on lui donne l'exemple "S comme Suzanne"
l'enfant : "mais qu'est-ce qu'elle me dit la maitresse, S c'e
Suzanne". Et c'est la confusion. II faut faire attention a cela.
dans un discours tres logique, la logique dans laquelle l'en
logique implacable. Pour les enfants la lecture vient faire effrn
lecture a A voir avec le symbolique pas tellement avec l'imag:
c'est pourquoi les Premieres Assises de la bibliotheque donne
Parlons a present de la lettre. La lettre est une lettre dans h
pour 6tre lu. Pour qu'il y ait lecture il faut qu'il y ait 6criture
Comment passer du figuratif au symbolique ?
L'acte d'6crire est de l'ordre du symbolique. L'apprenti lec
qu'il lit aura un sens. Il en va ainsi de la bibliotheque. Dans ni
Comment peut-on amener A la lecture un enfant non-]
exemple. Celui d'une enfant qui n'arrivait pas a articuler ce qu
ne parlait pas et de la sorte d6rangeait les autres 616ves. L'admi
heures par semaine de la classes. J'ai eu cette enfant en th6rapie
elle a appris A parler ? En 6crivant! Au d6but, avec moi, elle
propose des jeux logico-math6matiques comme on dit, qui
losanges et avec ces formes et selon un module, elle devait
temps, j'avais une autre boite de lettres avec lesquelles j'ai 6c
parce qu'elle parlait quand m8me un petit peu : "Mais j'ai c(
un ensemble qui donne et qui a du sens" et elle a appris a lire
C'est un cas sp6cifique parce qu'il s'agit d'un enfant dyspha,
articuler ce qu'il entend mais grace a l'6criture, elle a pu pas,
mise a parler. Cela illustre combien il est important de pouvo
ment les enfants afin qu'on puisse les aider au lieu de les laiss
Je peux vous donner lexemple d'un autre enfant qui ne pE
tres important. On se demandait r6ellement s'il allait pouvoir r
mois, je l'ai pris en charge. Je lui faisais un credit, le fair
permettait de savoir qu'il entendait et comprenait ce que je di
lui donnais des activities, je lui r6p6tais "je sais que tu m'ente
parl6 comme si de rien. Au bout de ces six mois il s'est en
On peut done constater que l'6criture, la lecture et la parole s
chez l'enfant.










INTERVENTION DE MONSIEUR MARCELLIN BERTRA


"C'est au tour maintenant de Monsieur Laml
parler de la place de 1'6crit dans la culture en g








INTERVENTION DE MONSIEUR LAMBERT-FELIX PRUDENT


Theme: "LA PLACE DE L'ECRIT DANS LA CULTURE El
ET EN MARTINIQUE"


"Merci monsieur le Pr6sident.
Bien, mesdames, messieurs je vais peut-&tre d'abord me pc
professeur de sciences du language sur un Campus qui reqoit c
formateur A 1'IUFM des Antilles et de la Guyane Centre Martin
des 6coles et des professeurs de frangais. Je vais profiter pour
pr6ciser le lieu d'oti je parle en indiquant que j'ai depuis ur
d'autres A des animations de soir6es lecture dans des lieux dive
Fort-de-France, la Bibliotheque du Lamentin en Martinique, la
Guadeloupe, la M6diatheque du Lamentin, et puis avec des amis
6diteurs, j'ai essay de presenter quelques aspects du livre d
continue A 61argir le point de vue. Je suis pere d'un 6tudiant (
quinze ans. Et puis je vais me presenter comme un citoyen et pr6t
parce que je crois qu'il faut savoir adopter cette posture-la. Et je
aujourd'hui c'est parce que j'ai rencontr6 dans mon enfance vraisi
- celle de ma mere et celle de mon grand-pere -que j'ai aim6 le 1
important chez moi, que j'essaie de faire celle de mes 6tudiants
mprc pnfnntc Cp rldvl1nnpr Pt nii nnp. i'dnrp. 1P. livrp. P.n crpnpral








vis-A-vis de cette opposition, je vais essayer de voir ce qui st
l'6crit en Martinique et puis je vais peut-8tre me permettre, puis
le risque de me donner un micro, de sugg6rer quelques attitude.

On distingue deux grands types de soci6t6s en rapport avec 1
le premier serait la soci&te A tradition orale. On avant
Antilles sans mesurer ce qu'elle veut dire. On en parole en 6)
quand un vieillard meurt, c'est une bibliotheque qui brile" dit 1
h tradition orale ce n'est pourtant pas simplement le poids des i
le poids de la parole donn6e et reque, ce n'est pas seulemen
veritable mode de transmission du savoir qui contest 1'6cole ai
Antilles. C'est une organisation social dans laquelle le livre,
cheque, la carte de credit, l'acte de lire et d'6crire, tout cela est
C'est une soci6t6 oiI le t6moignage, done l'histoire et la m6mo
dans les appareils 6valuatifs de la vie quotidienne. La m6moi
sp6cialistes qu'on appelle parleurs, orateurs, griots, conteurs, rn
rh6torique. La structure du texte oral en rapport avec la m6m
fid6lit6 de la transmission. Je pense que la Martinique a 6t6 une
David est arrive en 1952 en Martinique et, fr6quentant des j
reconnu mille proverbes. II a recueilli mille proverbes martiniqu
en Martinique, je commence un proverbe pour un jeune de dix-
quatre ans, il ne salt pas le terminer. Je dis la moiti6 du prov
terminer et meme quand je le termine, il ne salt pas toujours 14
une plaisanterie. C'est li6 h la gestualit6, c'est li6 au corps, on
de march, on trouve des symbolismes avec les doigts de la ma
on dit "comme les cheveux sur la t&te". On measure le temps en
1'autre type de society, c'est la soci6te de la script
rapidement A ce que l'on appelle en g6n6ral 1'Occident, c'esl
am6ricains qui disposent d'une 6conomie riche. Abordant ce qu'
Jack Goody 6tudie les effects de l'6criture sur l'organisation sociu
certain nombre de secteurs de la soci6t6 sont affects par ce rap
- lorsqu'il y a une religion r6v616e et continue dans un livre 1'
et des registres -, le systeme politique a cause de toute la lot
dans les dossiers, les papers administratifs, la bureaucratic -
6crite c'est la loi avec un code, dans une soci6t6 a tradition or,
d6jA 6tabli dans des travaux pr6c6dents, notamment dans son ]
l'6crit affected les choses de maniere encore plus profonde. Notar









En r6alit6 Goody montre que
Grace ou Rome dans la repr6
moderne, le systeme scolaire f
systeme anglais ou celui qui est
A 1'6crit de maniere diff6rente
cnicrifinmc r dlan nnp 6rTnnnmip


n. a lttern


1'6crit qui joue au moins pour une minority i
les soci6t6s dites A tradition orale, il n'y a p:
crit qui joue quelque chose d'important. Doi
movements.

Qu'en est-il de la Martinique ?









appliques dans leurs principles au plh
siccle, des avocats, des maitres d'6col
entam6 un combat parfois laique, en toi
je m'abriterais volontiers derriere le li'
Zobel pour illustrer l'immense soif d'
d6fendre l'id6e qu'au fur et A measure d
la construction des batiments, se sont t
petit, nous avons compt6 des docteurs, (
consid6rablement change le paysage. I
colonie sucriere en quarter latin. Mi
l'6volution.
Prenons par example Gratiant, C6saii
C6saire 6tant une esp6ce d'initiateur de
de relais intellectuals, passation par 1'6c
aujourd'hui sont grosso modo ceux d'i
l'6cole, cinq mille enseignants, une fact
l'heure cinq mille 61lves sur un Campu
de la lecture dans leurs actes quotidien
qu'ils ne lisent pas assez. Et dans ce
formation, qu'ils lisent mal. Comme s'il
possibilities et qu'ils les gachaient. Deu
atavisme, n'h6sitons pas le dire africain
comme on dirait que les Antillais ne sa'
ne sont pas s6rieux, qu'ils ont de me
conjugal, parce que la, la liste va &tre ti
st6r6otype que vous connaissez... J'esi
prononce ou on ne prononce pas le mol
sombrer dans un d6bat dangereux, mais
en dire deux mots. Je vous signal que
Saint-Denis, A celles de Terre Sainville c
et les stagiaires qui s6journent un certain:
vous pouvez savoir si vous vous posez
il n'est pas un cr6olophone unilingue. 1
leur langue premiere. Dans le meilleu
premiere des martiniquais c'est le fran9
premier, fundamental, radical et essenti6









Quelle est done la place du livre en I
deuxieme guerre mondiale, A C6saire, A
teur, A Internet, A notre taux de soixant
Schcelcher, nous sommes entr6s, semble
fait. Et c'est 1A, je crois, qu'il faut risque
maniere que le creole, reculant, ne laisse


c'est Man Margrit', c'est Eulalie Dor
les m6dias m6langent les deux cod
alterner, les font cumuler dans une r
que j'ai essay6e d'avancer, il y a


quelques anndes,
rme traditionnel, i












depuis le septennat de Giscard, une
ment accentu6e. Mon hypoth6se c'esl
ration des routes, de l'habitat, la disi
1'automobile, I'accroissement du par
des changes, les voyages en Europi
cr6ant un nouvel 6quilibre a indiscul
pass au fast-food, au pr8t a jeter. Pli
tives, on a eu soudain besoin d'une te
jolis modules. Le respect port h
instituteur aux Terres Sainville garda
moyen deuxibme ann6e, il faisait t
sixieme, il ne touchait pas un centim
heure de plus en faisant travailler les
sa m6thode, on devait garder aussi b
que ceux qui n'6taient pas sOrs. Oii
plus pendant des heures, A la pr6par
aux questions, avez-vous vu hier a la
"Et les chiens se taisaient" de C6sairn
incomprehension de la demarche, 9a
je crois ?". Mais qui a d6cid6 d'admi
Sune progression, a une explication
liberty que nous devons nous faire pl
savoir ? Le livre 6tait un objet sacr6,
Les Martiniquais ont appris h lirn
Rouen, chaque fois qu'un livre relatil
encore de mon copain, Georges M6
Perse, le dernier Maryse Cond6 trait,
C6saire et vibr6 aux accents de Fano
livres de C6saire, quatre livres de GI
nous sentions que quelque chose al]
aucun observateur attentif ne peut su
livres sortent chaque mois, chaque se
la litt6rature de c6t6, rien cue l'6cor









bibliographie qui compete plus de de
demand de fouiller les sujets, m8me ]
renseignements trouv6s et ne vont pas ]
6gal beaucoup moins et, je r6pete que
1'attente social autour du livre est tra
6galement transform.

Quelques mots sur la politique. Je pe
apres la revolution cubaine et qu'elle
t'apprend a lire ne pourra jamais te m
m'ait invite ici. Je veux dire dans un lie
et les quelques politiques qu'il y en a
Messieurs les l6us, il faut penser, conci
politique linguistique, il faut 6crire une ]
pas A la faire a votre place mais je suis p
dire qu'elle est votre image du martiniq
doit avoir dans sa bibliotheque. Vous
composer sa bibliotheque mais vous d(
vous 8tes prets A l'aider h lire et A 6cri








































































.r~g~:


~ 't



r'. "

~4:~'



il~.









-1.






















Intervention du public


.M









INTERVENTION 1

"Je suis martiniquais en
Les effects b6n6fiques de
usagers ont-ils 6t6 mesu
rpAlicp ?"


bataille pour une certain quality du lin
une part assez important dans la forr
Je crois que votre question c'est un p(
savoir c'est quantifier les gens qui fre












vacances, conc, et a:
populations les plus 1
milieux moins riches <
les enfants deviennent
en France, qui lance i
pourrait-on imagine
mill6naire pouvant att
ont peur d'aller vers i
livres, qu'ils sont moi
bibliotheques don't on
je ne pense pas que
qu'elles attirent surtou
secondaire ou en univ(



REPONSE DE MADAME ARMELLE TESSIER

"Moi je veux bien commencer a r6po
que sur la pr6c6dente. Dans votre expre:
parl6 de "populations n6cessiteuses" en (
gene quelque part, ce n'est pas parce qi
trouve le n6cessit6 ? Ceci 6tant, je voudi
qu'Anique SYLVESTRE pourrait r6pon
on a une politique en direction des quart
a Fort-de-France me paraisse etre un c
d'&tre 6conomiquement moins ais6, ne
la culture.
Deuxieme question, c'est lorsque vc
alors j'espere que c'6tait de votre part ui
de construire un r6seau de bibliotheques
hypothese, je la connais puisque je suis
serait-ce que la semaine derniere... Poi








INTERVENTION 3 MONSIEUR FRANCOIS KICHENASSAMY

"Je suis monsieur KICHENASSAMY, enseignant et 6crivain. Je m'6tonne de
ce que le monde enseignant soit si peu repr6sent6 ici. Pour moi, cette
manifestation semble d'utilit6 publique et j'aimerais savoir si l'Education
National avait 6t6 associ6e et si le milieu politique avait 6t6 alert comme il
se doit... parce que 1'absence des politiques me pose probl6me. Une question
a Madame LEONARD, j'avais pour habitude de penser naivement que la
lecture 6tait un d6clencheur chez l'enfant et qu'il revenait par le biais de la
lecture a son symbolisme propre. Ou bien je n'ai pas tres bien compris ce que
vous avez dit, si vous voulez expliciter de nouveau pour me conforter dans
mon jugement ou bien pour me faire le r6viser. Et Monsieur F61ix Lambert-
Prudent, que je f6licite pour son immense expos, je voudrais qu'il revienne
sur sa phrase "le creole recule". Est-ce que Monsieur F61ix veut expliciter un
peu ? Merci."



REPONSE DE MADAME LEONARD

"C'est strement moi qui me suis mal expliqu6e. Je me souviens que je vous ai vu dans une
activity de lecture a l'6cole de Gachette a la Sainte-Famille, et nous avions 6t6 trbs tres contents
de votre intervention. Je n'ai pas parl6 de symbolisme, j'ai parl6 du symbolique, ce qui n'est pas
du tout pareil a mon sens. Je vais redire un peu ce qu'est le fait symbolique. Je suis un peu
intimid6e mais vous me posez une question et je suis oblige de me remettre a r6flichir et je ne
suis plus dans cela en ce moment. Le symbolique c'est ce qui fait de l'enfant un parle-etre.
Qu'est-ce que qa veut dire ? Et bien lorsque j'ai donn6 l'exemple de la bobine qui apparait et
disparait... C'est 1A que le parent va mettre un mot sur ce qui apparait et disparait et c'est de 1l
que vient ce que j'appelle le symbolique dans la tete de l'enfant. Et c'est a partir de cela qu'il va
pouvoir apprendre a lire. Il y a le symbolique 1l et en plus il y a le transitivisme qui s'ajoute au
symbolique. Qu'est-ce que c'est que ce transitivisme qui est tres bien expliqu6 dans les livres de
Jean Bergere. C'est une espece de "coup de force" qui fait que la mere ou le parent anticipe sur
le language m8me si l'enfant ne parle pas. Il dit a son enfant par example : "fais attention, tu vas
tomber dans l'escalier" parce que l'enfant regarded ailleurs. Si le parent ne met pas de paroles ni
de mots sur cela, l'enfant ne pourra pas parler. C'est ce qui se passe chez les enfants psycho-
tiques c'est ce symbolique-l qui fait que l'enfant est un parle-etre. Lorsqu'on met des mots sur
ce qui disparait, c'est le d6but du language. C'est compliqu6 le symbolique mais c'est extraordi-
naire dans notre nature humaine. VoilA."



REPONSE DE MONSIEUR LAMBERT-FELIX PRUDENT

"Bien, les choses sont compliqu6es. On va essayer de les prendre de maniere simple. Lorsque
j'6tais a l'6cole aux Terres Sainville entire 1956 et 1963, avec l'ensemble de mes petits camarades,
a l'6cole primaire, on parlait creole dans la cour et on parlait frangais dans la salle de classes.
Dans l'ensemble de la soci6t6 martiniquaise, on parlait le creole. Sociologiquement parlant, il


ASSOCIATION DES BIBLIOTHEQUES PUBLIQUES DE LA MARTINIQUE / A.B.P.M.
Publication Dkcembre 2003









n'y a pas eu d'6tudes dessus, mais v(
intuition bienveillante et le critere que
arrive en 1952, il est aux Terres Sail
cr6olophone et il dit "moi, je suis franc
met A se faire un dictionnaire creole.
Diamant, comme vous le savez.
Donc, il a recueilli des proverbes, d(
parce que les adults lui disaient "le
cinquante ans, le creole 6tait une langu
en 6nonciation de tous les jours, ce qui 1
se servaient d'un systeme de commur
1'6cole, ils l'apprenaient dans leur fami
A l'6cole une langue qui leur permettait
Zobel. C'est-a-dire que d'une certain
des cols-blancs. Ii fallait qu'on devienn
mamans 6taient contents que nous de'
que nos enfants continent. Autremen
1'6cole, un certain nombre de valeurs ci












INTERVENTION 4 MADAM

"Je suis Simone HENR
coutume, d'avoir un espr
cultural du Conseil G6n61
qui en est le Directeur
compris l'int6ret de ces
publique a la Martinique.
F61ix PRUDENT et a N
simple lectrice, je le reco:
"Les marrons du syllaba;
souscris a Lambert-F61ix
croit parce que l'6crit es
souvenir, selon les r6cits i
rem6morer les esclaves si
pill6 sur leurs 6paules ou
en entier. Done l'6crit est
du syllabaire, c'est j
l'esclave, a quatre heure
lui-meme un maitre de I
lecture. Done qa je crois
dire que nous ne serons j
ca me parait 8tre un poin
toires sur l'oralit6, sur no
faut pas se tromper de di
coup de coeur que j'ai eu
"La pluie d'te"" de Marg
de la lecture". C'est un li
Duras et qui A mon hur
famille immigr6e A Evry,
les trav6es des supermar
personnel ne sait pas oii i
tout. Parce qu'il vaut mi
Emesto, enfant fou ou
n'aime pas l'6cole, parc
Voila."









il a fallu faire un choix, parce que le mercrc
majority des colleagues n'aurait pas pu 8tre 1A.
Une deuxieme chose qui r6pond aussi a la
de discuter sur les problemes de la lecture pt
de maniere g6n6rale, qui a rapport avec ce q
scolaire et m8me si c'est aussi un gros problem
National n'est pas un mince partenaire.
Autre chose, pour r6pondre A la deuxien
j'avoue aussi que 1a, 1'actualit6 politique est c
il y a le budget qui se vote, il y a une reunion
res done 9a fait beaucoup. Cela dit, il y a qua,
presence de Madame Suriam, derriere moi, je
moi, je vois la presence de Monsieur Marie-
dire aussi qu'un des partenaires principaux <
G6n6ral...Ce qui est tres important pour
introductif, l'ann6e derniere nous n'avions r
cette ann6e d'avoir les collectivit6s locales et
de la question qui nous imported aujourd'hui.









INTERVENTION 5 MADAM
"Je suis Antoinette GA1V
qu'on appelle les institutri
National, po6tesse et 61
1'6cole en premier ? Parce
bien institutrice, pas profe
m'a amen6 a l'6criture,
longtemps institutrice en i
de la famille dans 1'6vei
parler du language, mais je
Je conseillais toujours au
berceau des enfants. C'e
l'enfant n'ait justement at
lecture a un niveau plus
lecture et le r61e d'6veill
autant que possible. Done
r6le de l'6cole c'est un r
longtemps a la materelle
l'ext6rieur. Et les enfants
que qa joue un r61e tres
ensuite l'habitude. L'habi
lire et du plaisir. Avant n
lecture, a la lecture des n
lire, parce qu'il passe son
tout ce qui lui tombe sous
revues. Les enfants de la 1
bandes dessin6es dans la
justement la production d
scolaire parce qu'il fa'
correspondre avec ceux q
force de produire de 1'6ci
fundamental mais en part
pour d6velopper ce gofit
de lire.
Et puis je poserais qua
bibliotheques. Il y a un e)








REPONSE DE MONSIEUR MICHEL CHALAUX

"Juste une petite information pour Man
central et comme vous dites des relais qui :
malgr6 tout, c'est aussi parce que c'est un syl
strictement parler des communes ind6penda
administrative de syndicats d'agglom6rations



RESPONSE DE MADAME ARMELLE TESSIER

"Je vais peut-8tre compl6ter en deux me
evoqu6 tout A l'heure le r6seau, c'est tout ce
D6partementale de Pr8t c'est un r6seau. Pou
qu'il soit plus performant ou plus ouvert A i
probleme de la lecture et de la documentation
ne vois pas pourquoi ga serait seulement A IE
r81e aupres des communes. Pourquoi les ger
moment, de la Bibliotheque Universitaire p
quand meme un gros p81e documentaire en I
non des moindres, qui disait "on va cr6er un
venir toutes les theses qui concernent la M
Bibliotheque Universitaire recevaient toutes
Martinique mais sur quelques autres sujets. E
services suffisants a la taille des besoins dans
pour Fort-de-France ce qu'on va faire pou
quelque chose pour Grand-Riviere. Le prol
qa derriere."



INTERVENTION DE MADAME I

"Je voudrais simplement 1
Parce que je reconnais que
formidable. Ne serait-ce qi
lecture. Elle a un livre, elle





Le deuxieme point c'est qui
colibri ou du cochon de lai
racine de sa personnalit6. (
C'est ce qui fait sa dignity
l'alimenter. Et on le nourrit
que l'6cole peut lui apporte:
nous allons peut-tre diverg
mene psychologique. Et s'il
ter jusqu'aux racines de cet
saisir l'id6e a exprimer dans
Or, les problemes, je les co:
Martinique depuis 1964, je
milieux populaires. Le pi
maternelle de 1'enfant martin


INTERVENTION 6 -

"Quand Gulliver
group d'6tudiant
essayer d'abolir
l'int6rt de design
fatigueraient pas
fatiguer, fatiguer
"voilA la fleur, vo
nous montre d6jA
l'6cole. Parce que
le mot 6crit, c'
second signalisal
enfants de la Mar
Martinique sont d
un pays donn6, qt
de soci6t6 donn6.
A tous, de deve
PRUDENT, c'est
pays de la Martin
pays du monde. L
est une cole uni


MONSIEUR

se rend a
ts du langs
tous les i
ler les cho
leurs pot
ses poumc
ila l'oisea
Scombien
d6ja, le f
est lire
tion. Et ce
tinique. Je
les enfant!
ii a connu
Ces enfan
nir ce qi
de deveni
ique. Mai
'universal
verselle. N








mes petits enfants de Vol1
probl6me c'est que quelq
faut dans la langue de r
francais. Et il y a 1a un p
parole qui va 8tre prof6rr
partage et cette situation i
que les concepts en franqi
en m8me temps qu'on ens
la langue socialis6e qui es
ce travail du course pr6par,
l'6cole 616mentaire. C'e!
frangaise A ces enfants. Et
tres bien. Et puis fine
evaluations au course 616m
60 % de r6ussite a 1'6ci
d'6ducation prioritaire, al
tres mauvais. Donc, effe
enseignants, pour a la foil
frangais devienne une lan
Le deuxieme point c'est 1
et celle d'aujourd'hui. No
tu dois me d6passer", c
c'6tait le d6passement et
la d6mesure chez certain
apprendre a controler. Il 1
que nous sommes". Et pu
maison, on nous battait (
parler le creole. Done c'6
Et puis il y avait la chan
chanson creole. C'est pai
langue creole s'enrichiss,
Les chansons cr6oles 6tai
der la langue creole. Et pi
le cas avec le zouk. C'esi
I1 n'y a plus ces r6cits cr<
la chanson creole d'autre
bien que creole et francai








ajouter un "f" a son sigl
finalement pour conforter c
je veux dire, c'est que les
langues peuvent cohabiter,
aussi en m8me temps. C'es
Je ne voudrais pas cantonr
peut aussi avoir une val
voulais dire.
Et c'est vrai que je regr
davantage de repr6sentants
dans les 6coles des biblioi
lieux vivants dans les cole
1, je suis venu. Mais je n
colleagues, et je vois 1l un c<
d6partement, Roland Jean-]
collegues inspecteurs.
Je vais conclure tout simple
Le tableau qui a 6t6 brossi
tableau accablant. Il faudraj
politique culturelle dans ce
de mes voeux. Je vous reme








INTERVENTION 7


"Moi, je suis insatisfaite, j'ai 6t6 invite aux premieres Assises de la Lecture
Publique et j'ai pos6 une question sur la lecture publique. J'ai demand A
Madame TESSIER comment le livre va A la rencontre des gens. J'ai peut-etre
employ un mot qui lui a d6plu, le mot "n6cessiteux". N6cessiteux au niveau
du livre, le besoin du livre. Elle ne m'a pas r6pondu. J'ai demand 6galement
comment imaginer une bibliotheque qui pourrait attirer du monde parce que
meme si j'ai dit que je suis en vacances ici, je suis une enseignante aussi. Et
j'ai enseign6 aux Antilles il n'y a pas longtemps. Et j'ai enseign6 en commune
aussi, donc je connais tres bien l'histoire du livre en Martinique, je sais de quoi
je parole et c'est la raison pour laquelle j'ai demand quelles actions sont
men6es pour que les enfants deviennent lecteurs. J'ai donn6 l'exemple de
Monsieur Jardin, ce n'est pas parce que je connais Jardin que j'ai eu envie de
montrer que je connais, etc....J'ai pos6 la question pour savoir si au niveau de
la Martinique il y avait une r6flexion et des actions men6es... J'ai parl6 des
retrait6s, c'est vrai. Mais je me demandais aussi si, ici, on a pens6 A ce qu'on
pourrait faire pour que nos enfants puissent acc6der A cette lecture, arrivent A
lire. Est-ce que nous sommes, nous les anciens, citoyens actifs pour que les
enfants accident A la lecture ? Et j'ai demand ce qui est fait parce que je ne
suis pas ici et j'aimerais quand m8me avoir des r6ponses et j'ai l'impression
que vous m'avez exp6di6e. Je sais qu'on est toujours vex6 quand on dit les
choses, il ne faut jamais etre franc, on froisse les susceptibilit6s, moi je dis ce
que je pense."



RESPONSE DE MADAME ARMELLE TESSIER

"Je vous rassure, depuis le temps que je fais ce genre d'exercices, je ne suis pas du genre A
me vexer aussi facilement. Je vais done faire un embryon de r6ponse. Je pense qu'il y a eu une
petite incomprehension. Peut-8tre aussi des petits d6rapages verbaux. C'est vrai que quand on
parole de n6cessiteux, 9a me gene quelque part. Ceci 6tant, je n'avais pas compris que vous nous
demandiez dans le detail les actions qui sont men6es. Done je vais 6baucher un certain nombre
de pistes pour qu'au moins vous sachiez, mais je crois que beaucoup de gens ici vivent en
Martinique au quotidien, et sont au courant des actions, et apres je vais laisser la parole A ma
coll6gue de la Bibliotheque D6partementale de Pr8t parce que je crois qu'elle aura aussi
beaucoup de choses A vous r6pondre. Je dis que l'6tat des lieux est mauvais mais le dire c'est
reconnaitre des choses et si on est lA aujourd'hui c'est pour essayer de voir comment 9a peut
6voluer et 9a ne me parait pas 8tre une attitude negative. Ce qui a 6t6 fait jusqu'A present c'est
de cr6er dans un certain nombre de communes des lieux oii on peut se procurer des livres, c'est
de cr6er dans les 6coles, des BCD et des CDI. Moi, ce que je regrette en ce moment, c'est qu'on
n'ait pas encore r6ussi A cr6er une politique un petit peu A long terme. On vit un petit peu trop
dans le quotidien et on gere un petit peu trop la p6nurie et nos espoirs aujourd'hui c'est
d'arriver A 6tablir en commun une politique, un programme de lecture publique.




68 ASSOCIATION DES BIBLIOTHEQUES PUBLIQUES DE LA MARTINIQUE / A.B.P.M.
Publication Dkcembre 2003









La deuxieme chose, c'est je crois, qu'il faut s'interroger sur les documents que les gens ont
envie de trouver. (a me parait 8tre un premier r6flexe, c'est pas une nouveaut6, je crois qu'une
parties des collogues le font ou cherchent A le faire. Quand on leur en donne les moyens! Il est
evident que dans un pays qui est autant port par la musique, on peut discuter sur 1'6tat et le
contenu du zouk mais bon, il faudra mettre les outils et apprendre aux gens A s'en servir qu'ils
soient petits ou grands. Mais je vais laisser la parole A Annie DESIRE qui est responsible de la
Bibliotheque D6partementale de Prt et qui pourra compl6ter tout Ca. Mais je ne voudrais pas
avoir eu l'air de jeter vos questions."



INTERVENTION DE MADAME ANNIE DESIRE

"Je voudrais un peu rappeler le r61e de la Bibliotheque D6partementale de Pret. Parce qu'au
regard de votre question, vous avez peut-8tre l'impression qu'on ne fait pas grand chose pour la
lecture en Martinique. Je voudrais vous dire que la Bibliotheque D6partementale de Pr8t, et c'est
le r61e qui lui a 6t6 d6volu par les lois de 1945 et pr6cis6 ult6rieurement, la Bibliotheque
D6partementale de Pret donc, est l1 tout d'abord pour assurer la dessert en livres et autres
documents dans l'ensemble de la Martinique. Donc, elle irrigue le d6partement et le r6seau
scolaire, rl1e qu'elle occupe jusqu'A present alors qu'il n'est plus assure par les bibliotheques
d6partementales de pret au niveau national, que se soit des 6coles primaires, des colleges et un
petit peu des lyc6es. Je rappelle qu'il s'agit d'un r61e exceptionnel de la Bibliotheque
D6partementale de Pr8t de Martinique parce que depuis les ann6es 80 la plupart des
bibliotheques d6partementales de pret de France se sont d6sengag6es de la dessert en livres des
6coles. Parce qu'on a estim6 que c'6tait le r6le de l'Education Nationale. Ici, il y a un probleme,
alors, on continue A desservir les 6coles et je suis tres fibre de pouvoir dire que la Bibliotheque
D6partementale de Pr8t est un des rares services culturels qui va dans les campagnes en
Martinique. Parce que je crois que le bibliobus de la Bibliotheque D6partementale de Pret est le
seul service cultural que des tas d'enfants de communes connaissent, par example de la
Montagne Vauclin ou de Duchene au Robert. Ils ne connaissent pas les expositions du CMAC,
ils ne connaissent pas ceci, ils ne connaissent pas cela. Mais ce service-la, ils le connaissent et
quand ils voient le bibliobus arriver, ils disent "voilA le bibliobus, on aura des livres".
Mais par ailleurs, il y a une question qui se pose : nous d6posons des livres, nous faisons une
dessert en livres, mais qu'est-ce qui est fait de ces livres ? Parce qu'en fait nous, ce que nous
voulons, comme toutes les bibliotheques publiques, on n'a pas le m8me rl1e que l'Education
National par rapport au livre. Nous, notre int6ret c'est de d6velopper la lecture-loisir et la
formation continue or nous ne savons pas exactement ce qui est fait des livres dans les 6coles.
Madame TESSIER parlait tout A l'heure de l'acc6s aux jeunes dans les bibliotheques aux
disques, aux nouveaux supports et c'est vrai que nous avons mis en place un secteur discotheque.
Mais il est destiny aux bibliotheques municipales et je pense que, d'apres mon coll6gue qui
s'occupe de la discotheque, c'est un secteur qui a pas mal de succes dans les bibliotheques oi il
est implants. Ca attire des jeunes, mais en fait ce qu'il faut, ce n'est pas just mettre des disques
dans une bibliotheque, c'est mettre des livres A c6t6, inciter les gens A lire des livres de musique,
sur la musique, sur les auteurs, les compositeurs etc.... A mon avis donc, madame, je crois qu'il
y a un travail qui est fait. Et ce n'est pas seulement un travail qui est destiny A des gens qui sont
socialement ais6s ou intellectuellement au-dessus du lot, c'est destiny A tout le monde. Et le


ASSOCIATION DES BIBLIOTHEQUES PUBLIQUES DE IA MARTINIQUE / A.B.P.M. 69
Publication Decembre 2003









probleme de nos bibliotheques municipales,
Bibliotheque D6partementale de Pr8t, c'est ]
problbme de locaux et ga c'est un problem
une piscine municipal ou un stade, mettre
fr6quente une piscine municipal oai tous le,
qu'on construit une bibliotheque municipal
bibliotheque municipal et qu'on trouve norn
comp6tences professionnelles, et bien la, c'es
Merci. Je passe la parole h Madame SYLVE;



INTERVENTION DE MONSIEUR MARCELLIN BERTF

"Je voudrais pr6ciser pour r6pondre a la q
a des collogues, qu'il y des bibliotheques mi
en milieu rural, meme au Lamentin, et je vai:
en Martinique on fait des actions justement I
veulent bien on verra ce qu'on fait d6ja pour
h Madame Anique SYLVESTRE."



INTERVENTION DE MADAME ANIQUE SYLVESTF

"J'ai pas tres bien compris le pourquoi de
de se justifier et je ne vois pas tres bien pot
Madame, parce qu'en fait, elle vient d'arrivel
des bibliotheques. C'est vrai qu'il y a un
bibliotheques, on 1'a d6ja dit, qui sont au
collections qu'il faut, etc.... et les financeme
une flop6e, et il me semble que c'est la r
compete et c'est ce pourquoi nous sommes
coherent de bibliothbques, je r6pete encore, (
Autre chose, je suis sortie puis rentr6e <
sembl6 que vous posiez la question de la tra
animations que l'on peut faire autour des jei





































Il y a des 6crivains qui sont la aujourc
et ils fr6quentent les bibliotheques parce i
pu, eux aussi dire, quelles sont ces structi
git de mettre sur pied un r6seau de biblic
troisieme fois qu'on le dit mais il faut le
r6seau de bibliotheques coherent, avec de
d6centes, avec du personnel qualifi6, avec
et puis de 1'argent pour faire fonctionne
aussi pour faire des animations, etc., et(
nous sommes 1l aujourd'hui. Done nous
d'ailleurs en majority pour lui et certaines
nations autour de la petite enfance. Nous










INTERVENTION 8

"Juste pour apporter de l'ee
Bibliotheque Centrale de Pr
du St-Esprit, qui b6n6ficie 1
Pret et je connais beaucoul
nous envoie les avis de p,
besoin, dans la measure ot] I
sent pas leur r61e et le rl1e
de se d6pr6cier. Il faut abs(
chose en tant qu'6crivain, pi
l'ann6e et je ne demand ]
bibliotheques de Martiniqu
Merci."



8 INTERVENTION 9 MONSIEUR
"Je suis M. FITTE-DUVAL
un mot rapidement au suj
PRUDENT qui a 6t6 le pre
nous avons commence ne
courageuse autant qu'61oqu
interventions branches, qui
peuvent paraitre pol6mique
de la culture est une chc
Martinique. J'ai sur la tabli
garder du dogmatisme et d<
Ceci 6tant pr6cis6, je voud
diligent cette manifestatio:
des enquetes n6cessaires. P
des bibliotheques dans tout
Deuxiemement, est-ce que
sinon est-ce qu'on pourra 1
Tricwimpmpnt pct-o_ n1ir








leur bibliotheque, et les e
qu'ils ont eu l'occasion c
Est-ce qu'ils en sont satis
La derniere question que
ont eu l'occasion de fa
assemble ? Parce qu'on
qu'il y ait un l6u dans ci
reunion oi l'on puisse
celle-ci avec l'ensemble
change avec 1'ensemble
l'ensemble des conseiller
C'est cela, je crois, qui pe:
des 1lus.
Je sais que certaines per
d'autres sont limit6es mai
si l'on permet, sont du c(
ils sont du c6t6 des parent
r6seaux, le plus possible
maximum, j'ai m8me c<
mardi du mois de se r6ur
ici de multiplier les effort:
dans les derniers recoins
donne satisfaction en lii
partant que je voulais inte
la lecture, parce que nou
livres qui ne parent pas
pas de ce qui les int6res
seulement comme on cr
po6sie n'est pas seulemer
un champ beaucoup plus
livre oh il y a pour la prn
la prose."



INTERVENTION 10 MONS








meme a Kaz a Titin'. Notr
ticit6, nous cherchions le
dit, permettez-moi de d
bibliotheque sonore pour ]
don't je defends l'action. I
nous avons 2500 ouvrage
quais et antillais que la 1i
quoiqu'il y ait une avan
mal-voyants, c'est encore
m8me qu'il y a un peu de
la lecture. Ca serait bier
enregistrer leurs oeuvres (
mettrait h leur disposition
monde de la nuit mais on



I INTERVENTION 11 MONSI
"J'essaierais d'etre bref,
FORTUNE, je suis 1'61u
justement. Je ne vais entri
n'est pas ma raison d'8tre
entendu la plupart des i
l'intervention de Madame
contenu. Je remercie d'av
Je voudrais cependant
cr6olophone, je ne pol6mi
vrai, sur le plan 6conomi
parler frangais. Dans leur
moi, premierement ma mi
parlait pas franqais. Toul
francais pour pouvoir s'e3
De pouvoir parler cr6ole.
accessoire. C'est vrai, d,
d'autres enfants, moi j'ai
en creole a son enfant, m;
nanui A rPa nlAni ia










21'


les populations vers les bible
Et enfin, est-ce qu'il y a
collectivit6s r6gionales en d
Est-ce qu'au niveau justem(
est-ce qu'on a r6gionalis6 le
donne l'ordre ? La DRAC ri
de la Region ou est-ce une



RESPONSE DE MADAME ARMELLE TESSIER

"Je suis d6sol6e, mais comme on me pose
que sur les deux premieres questions, a savoi


INTERVENTION 12

"Bonjour, je suis
du Diamant. Le i
J'ai trois question
discours, vise en
politique culture
association des
organe ou une c
puisque eux sont
La deuxieme qt
publique subit d
autres, est-ce qu'
initi6e avec la dis
culturelle qui est
puisse pour incil
formes de loisir,
quality, mais il
int6ressant qu'on
pense a des artist
textes forts. On i


- MADAM

Yvette GU
naire Serf
ns : l'Assc
priority,
lle. Est-c
bibliotheq
:ellule de
au coeur i
lestion c'
es autres :
il ne serai
cotheque
bien pr6se
ter justem
associer 1h
nous rest
Spuisse d(
es comme
,nurrait leI








tout A l'heure, c'est quelque chose qui se fi
pour les contest, en frangais ou en creole, h
cement quand 9a rentre dans une politique
Done au niveau de la concertation entire 1
qu'il y a un certain nombre d'61us qui sont
sollicite je r6ponds et que je n'ai pas trop 1
et n'8tre pas d'accord on n'en reste pas moi
le r61e des uns et des autres. La deuxieme
des repr6sentants de 1'Etat et monsieur MA
Peut-8tre qu'on pourrait avoir une politique
il est evident que la R6gion est 1A pour met
essayer d'adapter des propositions national
evident que si on envoie des repr6sentants
peut prendre dans la politique de 1'Etat pou
la Martinique. J'ai travaill6 en Bretagne, v<
d'adaptation, les problmes de r6gionalisi
nouveau...
Je voudrais dire quand m8me, je peux vw
que nous avons reques au niveau national,
publics empach6s et moi j'ai r6pondu que c
empech6 pour des tas de raisons sur lesquel
il fallait que j'encourage la lecture dans le!
mon ministere en invitant madame ...Je ne
encore madame Tasca, A venir lire dans les 1
au niveau des affaires culturelles est 1 poui
d'initiatives A prendre, sauf A discuter a\
colleagues, que le Directeur ou moi. Mais c
dimension de politique culturelle appartien
fait normal. Nous, nous sommes 1A pour ac
que si on envoie, ou si on met en charge d(
certain nombre de choses en Martinique c
faire bien ou mal, je vous laisse juges, en
propositions et qu'on est pret h se d6plac
Martinique. Mais de toutes fagons, je cro
arrivera A faire avancer les choses dans les i














Apr6s la pause d6jeun
programmes de 14 heu
restitution des travaux e







SYNTHESE DES TRAVW









INTERVENTION DE MONSIEUR RUDY RABATHAL


"...Je me dis "vraiment, ils ont beaucoup i
carences que j'ai entendu m'a fait moi-mem(
apres 16 ans d'avoir organism ces premieres A

Alors, la pr6sidente de 1'Association a c
c'est-A-dire comment arriver A mettre en place
Je crois qu'elle a dit plusieurs fois que c'est
que l'association prend les choses par le bon
dans les ateliers, c'est-a-dire qu'il ne faut pas
culturelle qui va tomber comme 9a sur un pla
politiques d6cident du jour au lendemain "
donner et que nous allons A la limited vous in
culturels eux-m8mes que doit venir la r6flexi
Alors, les constats ont 6t6 assez criants. On a
livre et de la lecture. Personnellement, j'ai trol
m6prisants, peut-tre qu'il y avait une manier
animateurs culturels eux-memes pouvaient 1
militant pour dire "voila ce que nous voulons'
fassiez". Et cette r6flexion ne peut 8tre que c
"voila une politique du livre, une politique c
politique du livre ne peut exister en temps qi
puis dire "il y a une politique du livre et pas d'
global. Le livre ne peut que s'int6grer et fair
Ainsi, je crois qu'on ne peut aujourd'hui, on
quelle que soit la taille d'une commune, conc(
une bibliothbque par-ci, un foyer rural par-la,
pas un jeu de dames qu'on d6place... on ne i
politique martiniquais d'une certain maniere
a horreur du vide. Alors, il remplit, sans '
L'essentiel c'est qu'on a mis quelque chose ]
sait pas ce qu'on va faire dedans, a quoi 9a v;
dire "il faut profiter de telle ou telle subven
connaitre ce genre de dossier mont6 a la va-v
va le prendre", mais on ne sait pas encore. Y









bibliotheque ou dans cette m6diatheque (
commune ou un lieu privil6gi6 d'anima
support, Ca ne peut pas 8tre le seul 616mel
bien dit dans l'atelier dans lequel je suis
c'est d'abord un space social, un espac
fr6quentent les bibliotheques sans jamais
6galement dans les communes, on a pai
bibliotheques qui sont remplies par des
dominos ou simplement pour des raiso
passage, c'est d6ja une action culturelle
parce qu'on va y prendre un livre et sorti
fait quelque chose de s6rieux. Done le ft
c'est d6ja quelque chose d'int6ressant. C
On se rend compete 6galement qu'un
par example, A la m6diatheque du Lamen
livre A la bibliotheque et ne savent memt
preuve aujourd'hui que l'on peut faire de
livre. Je disais done que association des
r6flexion g6n6rale, d'une politique non s,
maniere g6n6rale. Cette notion de catalyst
6tait l'objet d'un autre atelier. Parce qu'
quelque niveau que se soit sans person
formation et la qualification, bien entei
infrastructures et comme le fait de constr
formation 6galement, c'est quelque cho,
sp6cialiste de la formation professionnel]
lorsqu'il n6gociait dans le bUtiment et
quelque chose qui cofite cher et qu'un ou
ouvrier qualifi6 ou un contre-maitre. Au
limited donne, que la formation et la quali

Donc, il est certain qu'il ne s'agit pas
ou des ordinateurs et en y mettant des I
qu'on ne va pas prendre des gens qu'on
mettre dans une bibliotheque, sinon on n'
faire de la politique culturelle avec ce typ
nvi. dnit Atrp 1le. ntalv-Pnur cdp rott- nntin









charges de la diffusion de l'information, on e
des lecteurs", sous-entendu, "ce n'est pas ave
lecteurs". C'est quand m8me assez grave.
Tout 9a pour dire qu'il faut d6charger les
ce type de r6flexions malheureuses. Alors, poi
qu'il est clair que la qualification des pers
rapport marchand A la culture d'une certain
du savoir, voire m8me le vendre, parce que c'
vend du saucisson sec ou des sardines A l'huj
cantine j'ai rien contre les employs de can
Qes bibliotheques, je suis d6sol1 on va col
function d'animateur ou d'animatrice de bibli
1'atelier formation m'a totalement rassur6 en
de concours, de qualifications pr6cises pour 1
les diff6rentes qualifications dans les m6tiers
formation initial, une formation compl6mer
choses. Il m'a 6t6 d6velopp6 par les rapt
notamment un certain nombre de d6faillan(
certaines am6liorations possibles par exempl
on parle notamment de professionnalisatioi
nombre de dispositifs pour les emplois-jet
notamment tres bien appliques et tres bien g6
matiere. Done il y a une s6rie de choses qui
ment se battre pour que ce soit des gens forn
dans ces organismes culturels. Il y a encore
r6ussi, qui ont eu leur concours et qui tout de
sans qualification, vont etres mut6s. Je ni
heureusement, mais enfin on les a mut6s a
qualification qui leur donnait justement le po
certaines aberrations comme celles-lA qui lai:

Pour terminer rapidement, je vais faire le li
de l'information et de la qualification et 1A e
de ces nouveaux r6seaux. Si on a fait ce mat-
de l'existant, peut-etre faut-il avoir espoir poi
nouvelles technologies de l'information et dc









pensions pas d'embl6e. On en parole certes,
dedans. Je ne fais pas allusion seulement
1'actualit6 de tous les jours nous montre 4
mais sur le plan du transport urbain ou in
lit6. On pense chacun pour soi. Et qu'on
r6seaux, a penser en diffusion. On a parl6
bien ga, on ne peut pas faire ga tout sei
C'est-a-dire qu'on ne peut pas se mettre
Internet dans ma bibliotheque, et puis ba
Internet et puis etc.>. Ce sera une politiqu
intranet ou Internet, ce sera la maniere (
concerter sur les fonds des diff6rentes bib:
la aussi, je crois que association doit
l'association doit etre en quelque part, pei
sur ce net, sur ce portail du pays Martinic








INTERVENTION DE MONSI


"Apres le rapport de M
A Madame la Pr6sident
donnera les orientation!











Repr6sentatioi
de la Lect
en M(
Ann6
UAAC
OD- M\PE
/"-~ 1 -kC JBSE-PO M^ --


PREC EU MA



ST-PP NE- E

]-' ED&T-gEN
OROS-M
CAR T ,M-VERT


SELLEFONTA^I\ ST-JOSEP
CASE-PtILE E KR

CFOR
Sr- CHOEL HE
FRANCE








ANSES-D'ARD T





Sans Biblioth6que 1



4 Bibliotheque < 2 n



















CO


JSION









INTERVENTION DE MADAME ANTIQUE SYLVESTR


"Bon, lI, je pense que ce sont des grande
peut peut-tre proposer A partir de ce qui a
particulierement pench6 cet apres-midi dans ]
Alors, .ce matin on s'6tait r6uni afin de
publique et pour trouver des points commu
rappel6 ce matin encore 1'existence du droit
avant l'affirmation de 1'UNESCO selon laque
avant tout d'offrir A tous les citoyens un serv
d6part pour jeter les bases d'un plan de d6vel
II consisterait en la construction et en l'e)
lesquelles les sections d'enfance et de jeun(
v6ritables services publics, permettraient a i
formation, de ses besoins, d'acc6der a la lecti
l'information, la documentation et la culture.
indispensables et par consequent l'acc6s A ce!
La formation des personnel me semble i
formation et des comp6tences des personnel
vice au public. Aussi, il s'agira, comme il a 6
la mise a jour des comp6tences des profes;
formations n6cessaires aux personnel recrut
Une attention particulibre doit 8tre accor
nouvelles technologies de l'information et (
pr6cis et de rendre coh6rents les r6seaux A cr
embryonnaire devrait 8tre pr6vu comme une
des martiniquais.
D6velopper des activit6s culturelles autour
d6veloppement de la lecture publique. L'a
communale" avait pour objectif de r6fl6chir A
politique du livre et de la lecture et politiqt
publiques s'integrent dans des projects culture
1'animation culturelle des communes.
L'expos6 de Lambert-F6lix PRUDENT a

























































u aujouru nul parcel que peut-etue qu n la
premieres Assises ne peuvent pas attend









professionnels d'abord et avec les 61us apr6
de travailler chacun de notre c6t6 nous emt
je vous invite A une reunion sur les arts pla!
qu'il y a des choses A faire et qui doivent s
theatre et c'est un peu cela. On a toujol
1'impression de d6marrer, au contraire, j'ai
en pleine activity, et que ce movement doi
Je voudrais dire qu'il y a un moment pr6
a pas longtemps, il y a A peu pros quinze ai
center, ni faire du theatre, ni battre du tam
plus quelque chose de "nag soubaou" ou d(
Je ne pense pas que tu aies parl6 m6chan
que tu l'as dit comme ca, c'est pas m6chan
cantine et avec une grand-mere qui 6tait mi
souvent en classes mais qui m8me en tenant
devoirs de l'6poque. C'est vrai qu'il a y eu c
et les personnel de cantine ne sont pas plu
nence doivent encadrer autour de la lecture
font peur. Et si les niveaux techniques font
et de notre education, on peut assister a un
faire au quotidien mais qui ne se pensent p;
niveau le soin de faire ce qui doit se faire at
Par ailleurs, j'entends souvent "c'est du 1
statut d'61us, je voudrais m'enfermer dans i
un certain nombre de choses. Je voudrais qi
l'existant et dans ce qui existe, essayer de
d'une r6ponse positive de l'61u. J'ai l'impre
ensemble. Ca m'embeterait, malgr6 les diff
et qu'il entende dire demain que le maire rr
aussi d'entendre que tous les 61us se sont r6
J'aurais consid6r6 que c'est du m6pris par r;
veut dire en quelque part qu'il faut faire bW
ont une formation, que peut-8tre l'61u n'a p
Morin capable de faire tout. Et lui faire des ]
phase concrete et A une phase de decision,









des choses se font. Par centre, ce qu'A
pouvons travailler ensemble, c'est comm.
progresser et mettre A la port6e de tout ui
en permanence dire que rien ne se fait
gagnons, nous n'avons meme pas le b6ni
quinze dernieres ann6es des efforts cons
tous ses d6partements soit accessible &
Done, je souhaite A ces journ6es une
sa place, une vie oii la technicit6 va se me
allons faire avancer 16gerement les chose
notre pratique va nous montrer que telle i
tel 6tait le cas, qa s'est d6jA fait. Mais
mettre a la port6e des gens, pourquoi les
ne sais pas si tous les gens savent qu'auj
ne le savent pas puisque tous les gens ne
les ont organis6es se sont donn6 un mal f,
sont absents de dire que les journ6es n'o:
Done je vous souhaite A tous une bor
pr8ts A une tres bonne collaboration. Ne
votre place mais ne reprochez pas A ceu
r6flexions d'attendre sur cette richesse. ]
c'est ce que je souhaite A la Martinique."








INTERVENTION DE MADAME ANIQUE SYLVI


"Bon, et bien apres l'intervention et 1
et Environnement du Conseil G6n6ral, je
d'autant qu'on nous demand la salle
DUVERGER est retenu, le contact est b




































































-"
1


























1

._r


11-1



1


'" V%; 1~




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs