• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Frontispiece
 Du meme auteur
 Preface
 Les annees de formation de Joseph...
 La politique une science et un...
 L'action politique de Joseph...
 La politique du juste milieu et...
 Sommaire














Title: Etudes politiques
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081497/00001
 Material Information
Title: Etudes politiques Joseph Jérémie, la 3 éme. force nationale, et les lignes ermanentes de la politique haitienne
Physical Description: 6 p. ℓ., 92 p. : illus. ; 20cm.
Language: French
Creator: Salomon, René
Publisher: Collection du Bre´viaire,
Collection du Bréviaire
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1948
Copyright Date: 1949
 Subjects
Subject: Politics and government -- Haiti   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Record Information
Bibliographic ID: UF00081497
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltuf - AAQ9775
oclc - 01904946
alephbibnum - 000143589

Table of Contents
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Frontispiece
        Frontispiece
    Du meme auteur
        Page i
        Page ii
        Page iii
        Page iv
    Preface
        Preface 1
        Preface 2
        Preface 3
        Preface 4
    Les annees de formation de Joseph Jeremie 1878-1882
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
    La politique une science et un art
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
    L'action politique de Joseph Jeremie
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
    La politique du juste milieu et les lignes permanentes de la politique Haitienne
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
    Sommaire
        Page 93
        Page 94
Full Text





DR. REN SALOMON


LA VIE POLITIQUE DE
JOSEPH JEREMIE

LA 3eme. FORCE NATIONAL

ET LES
LINES PERMANENTES
DE LA
POLITIQUE HAITIENNE









Collection du Brviaire

1948





















































Le Gnral-MANIGAT
Un Eminent National













DU MEME AUTEUR


Un Livre pour ceux qui pensent et veulent d'une
Politique Nouvelle:

ENTIRE NATIONAUX ET LIBERAUX:

La 3me. Force: L'AUTHENTIQUE

Sous presse.- ( Collection du Brviaire)

Cele Conference introduil ce Nouoeau Liore qui expose
largement la Doctrine et la Pratique de la 3bme. Force, en
proposal au Pays UN NOUVEL EVANGILE POLITI-
QUE, construif et fcond.- La 3bne. Force n'st pas a
base UNION STERILE. mais de COLLABORATION
qui noue quitablement les intrts laissant a l'Exprience
et au Temps le soin de nouer les Sentiments.
Ridamer des "EXTRAITS" aux principles libraries
de la ille.
Egalement sous press;
LE CHANTIER SECRET

Aux Confins du Voudou:
L'ACONSCIENCE
Une Philosophie Nouvelle de l'aconsaence'"











EUUDE DE
LA VIE POLITIQUE DE
JOSEPH JEREMIE
ET LA 3me. FORCE


II CONFERENCE
Prononce le 9 Mai 1948

par le Docteur RENE SALOMON
AVOCAT

Sous les Auspices de l'Association Mixte de
l'Oeuvre Chrtienne l'occasion
DU JUBILE DE JOSEPH JEREMIE
President dHonneur de l'Association


PRIX -- 1 & 300
300 400
400 500








Une Lettre--Preface
Il faut que la majority de ce pays comprenne
enfin, qu'entre la suprmotie d'une classes ho.:- le
et l'existence dans le bonheur, des classes associes
en vue d'une action fconde, il y a place pour une
Politique bienfaisante de la 3eme. Force en fonc-
tion de nos Masses: Dr. R. Salomon
En guise de prface nous publions pour la"
dlectation du lecteur cetle important lettre de
Me. J.JEREMIE, le Doyen de nos Hommes d'tat
Dans cette atmosphere nouvelle d'aujourd'hui
o la Table Ronde et entente des intrts sem-
blent les deux fortes bases de la Rorganisation du
nouveau Monde Universel, il n'est pas sans pro-
fit pour le politique de lre l'opmion de Me. JE-
REMIE sur la Troisime Force" qui comme
prologue prolongera faction politique et social
du Doyen et ouvrira un horizon actuel au lecteur
en lui laissant quelque chose penser, le dernier
feuillet de cette Confrence une fois lue et tourne
Voici la lettre :
Port-au-Prince le 29 juillet 1949
Lettre au Docteur Ren SALOMON, ex-doyen
des Facults de Mdecine de Pharmacie et de Chi-
rurgie dentaire,
Mon cher Docteur
Vous m'avez accord une attention inoubliable
occasion du quatre vingt-dixime anniversaire








de ma naissance. Podr justifier la sympathie qui
m'entourait ce jour-l, vous -aez prsent ainsi
votre Confirence;

LA VIE PUBLIQUE DU JUBILAIRE

Ca a t pour vous un triomphe, non par rap-
port la personnel que vous croyez digne de votre
admiration, mais par rapport l'ampleur des ides
mises par le sociologue en presence de 'auditoire
qui remplissait le Palais de Justice.
Votre outrage actuellement sous press; d'a-
prs Correctif va prcder le livre qui doit contenir
tous les discours du Jubil. Il est donc sant que
je vous adresse particulirement un merci parti du
plus profound de mon coeur.
Mais, si je suis le Doyen rhonneur en raison
de mon grand ge, je suis surtout un simple cito-
yen interpell cause des circonstances qui exi-
gent de chaque haitien une opinion rflchie sur
l'tat social et politique de notre Pays vis--vis
d'un Monde Nouveau.
Vous avez bati un systme qu'on appelle de-
puis La Thorie du Docteur Ren Salomon ou la
3me Force Mdiatrice. Vous pensez quel'heure
est venue de fire la fusion des deux parties qui
luttent chez nous pour conqurir le pouvoir. En
ralit il ne rest de ces parties que des fragments.
Cest pourquoi il est souvent difficile de fixer la
position de l'opinion majeure. Sans renier sa foi,
il, imported, cependant de rsoudre ensemble les








problmes d'hier et d'aujourd'hui: Gouverner est
une mission collective dans un Etat moderne,
Vous vous gardez de fire tomber toutes les
fautes d'un seul ct. En reconnaissant qu'il y a
fautes, vous cherchez le remde au mal.
La mthode d'observation que, par devoir pro-
fessionnel vous appliquez la mdecine, vous
donne une aptitude particulire dans la recherche
des causes et dans [application des remdes.
L'orateur est un thoricien; mais ilforme par
ses conseils des hommes politiques, des hommes
d'action qui sont fiers de se dire ses lves. Vous
avez faith mieux qu'mettre une Thorie: Vous avez
jetles bases d'une Ecole Politique, Coordonner les
lans patriotiques, agir ensemble avec une volont
ferme, sans violence, mettre en commun les Res.
sources Nationales pour un nouvel quilibre poli-
Stique, c'est ce que Vous appelez; mon cher docteur
la Troisime Force. L'organisation de cette Troi-
sime Force est, selon vous, le meilleur moyen de
Gouvernement, car elle arrive la mediation aux
environs du centre pour un novel vangile poli-
tique plus just.
Vous ne croyez pas possible l'limination de tous
ceux qui ne pensent pas come vous, car il y a
des.forces qu'on ne supprime pas facilemenL-Vous
demandez la suppression de certaines causes i- -
loignement en vue du rapprochement don't le
retard engendre la faiblesse et la ruine.
Une lite rorganise, consciente de sa mission,








peut seule entreprendre la liberation des masses,
Une lite qui n'aurait pas comme but la liberation
de la majority des citoyens ne serait pas respecte.
La liberation des Masses est ncessaire l'Exis-
tence et la Suprmatie de fElite. Ceux qui sont
venus mprisables de FOrient doivent connatre la
dignity, la joie et le bonheur fOccident.
Voire esprit se meut dans l'idal politique de
l'heure actuelle: la fusion des intrts la place
des-sentiments. Vous mettez les intrts gnraux
au dessus des sentiments mesquins. Vous jetez
dans le mme moule la question social et l'cono-
mie politique. Il ne peut en sortir, qu'une vraie
Dmocratie.

JEREMIE












-A-


LES ANNES DE FORMATION
DE JOSEPH JEREMIE
LA POLITIQUE : LE MILIEU
& LES HOMMES
PSYCHOLOGIE POLITIQUE
HAITIENNE
LES NATIONAUX & LES LIBERAUX
DEUX IDEOLOGIES COMPLEMEN-
TAIRES
UNE FEMME HISTORIQUE:
MARIE-LOUISE URSULE
IRMA SALOMON
LA POLITIQUE OPPORTUNISTE
SALOMON REFORMATEUR DU
NATIONAL TRADITIONNEL ABSOLU
DE DESSALINES, CHEF DU
NATIONAL NOVATEUR &MEDIATEUR













Deux Forces
Politiques et
Economiques
Compl6men-
taire : La 3me
Force.


FELICITE SALOMON JEUNE
Praident d'HaTti
Chef du Parti National et Rformateur du
National traditional, absolu de DesBalints.


Boyer Bazelais
CHef du Parti Libral.












LA POLITIQUE
Une Science et un Art


La modest bourgade de l'Hellade, en bor-
dure d'un bois d'Oliviers, "ceinturs de Jardins,"
d'ombrages verdoyants et frais, fut l'humble cit
o la politique devait natre, et l'Ide, et la Chose
et le Mot.--Depuis, les villes sont revenues gan-'
tes avec les gratte-ciel, les points suspendus, les
autostrats. Et lentement aussi mais srement, la
Politique qui, l'origine, tait le Gouvernement
de la Cit, s'est largie considrablement au course
des sicles pour devenir de nos jours "un Empire
Colossal," s'tendant, de sa base minuscule, sur
les deux mondes et aux confins de la vie organi-
se. La politique est, en effet, partout : dans les
champs cultivs que sillonne le fleuve-intermina-
ble ruban mouvant et fertilisant ou dans le lopin
de terre que dpare le ruisseau bourbeux; dans l'u-
sine ou le hangar, dans la ville norme ou dans le
village; sur la mer libre-ou le lac intrieur; dans le
palais ou dans la chaumire; dans les mtropoles
puissantes ou dans les colonies, appauvries, chez
tous les peuples, chez toutes les races humaines, la









Politique a tabli son Empire, et mobilis son
service des millions d'hommes de toutes conditions
etde toutes les croyances, les meilleurs et les'pires,
pour leur bonheur ou pour leur infortune.
Vous n'avez pas chapp, Mr. le Jubilaire,
cette investiture presque Universelle. -La Politique
s'est empare totalement de Vous--et c'estl votre
veine une des poques les plus belles de notre
existence de Peuple, durant l'Eternelle et His torque
lutte des Nationaux et des Libraux, du Conser-
vateur progressiste et du Libralisme novateur, de
la tradition modifie contre les ides nouvelles.
Un tel climate surchauff ne fut pourtant pas
toujours celui de la Politique. Jadis, le citoyen libre
d'Athnes ou de Rome, pasteur ou berger, petit
artisan, laboureur ou Rhteur, librs des proccu-
pations de la journe, aux approaches de ce moment
crpusculaire qu'immortalisa le Pote, se runis-
saient dans la paix sereine du couchant qui s'teint, -
et, contemplant sur l'Agora
"Ce reste d jour don't s'claire
La dernire heure du Travail"
discutaient sans intermdiairedes affaires publiques,
des droits et des devoirs des peuples et leur.
exercise.
La Politique est fille de l'aisance et des loisirs:
-- C'est sans doute pourquoi, aujourd'hui, les pau-
vres ou, tout au moins, les affairs que nous som-








-mes ou sommes devenus, n'ont pas le loisir de fai-
re de la Politique. La trs grande majority des
Nations plaident leur cause par procureur, faute
de temps ou de moyens, et remettent des man-
dataires le soin de les dfendre. Evolution capital
et dangereuse de la Petite Rpublique Antique
aux puissants Etats modernes et qui expli-
que sans la justifier, les nombreuses acceptions du
mot "POLITIQUE", ses definitions nombreuses et
contradictoires, sa notion incertaine et dforme,
son sens multiple et dcevant, ,voire pjoratif.
Nous dfinirons cependant la Politique: La
Science du Gouvernement qui .imprime l'ordre.
le movement et T aisance aux homes assembls,
et vivant librement en Socits Cette definition
n'a rien voir avec celle qui cornviendrait aux fic-
tions politiques haitiennes pour ne s'tre presque
jamais leves la hauteur d'un Gouvernement
moderne et responsible. La definition qui leur
conviendrait est la suivante: La Politiqueest la
pratique des measures de police tenrdant viter
l'Insurrection contre le Gouvernement/
Pour la commodity de cette tude, nous la
divisions en 3 parties:
a) .- Les aimnes de formation Politique du
Jubilaire.
b) .- Son action et sa vie politique.-
c) .-Les lines permanentes de la vie poli-









tique hatienne au regard de la position de
Jrmie au pouvoir.-
Nous dirons galement:- Comment un moder-
ne revoit cette poque Une politique rno-
vatrice nouvelle est-elle possible?
Nous montrerons Salomon, Prcurseur de la
Troisime Force: Entre Nationaux et Lib-
raux.
Et, analysant brivement la Politique d'aujour-
d'hui et de demain, nous dirons la place du Jubi-
bilaire dans la vie politique haitienne.
La definition que j'ai donne de la Politique
fait d'elle une Science et un Art, qui peuvent
aboutir 3 institutions politiques de valeur in-
gale: La coterie, le parti et le gouvernement.
Elle est une science: Celle du gouvernement des
hommes, et elle a pour reprsentants les sages, les
penseurs et les thoriciens ou doctrinaires dans
sa parties thorique; les Hommes libres assembles
en socit, dans son action pratique. Voici pourquoi
votre vie politique, Monsieur, se confond presque
avec votre vie littraire: Car au lendemain
des pratiques politiques ardues, vous prouviez,
le besoin de revenir la thorie pour souligner
vos observations, codifier vos principles et vos
dogmes; diffuser votre propre experience. Vous
placiez dans vos articles vos apprehensions et vos








espoirs, vous y retraciez vos luttes, pour en dga-
ger les leons. N'est-il pas vrai que la Politique Prati-
que et la Politique Thorique influent l'une sur
l'autre et grandissent en importance aufur et me-
sure que esprit public devient plus conscient et
le citoyen mieux inform
Si par l'ordre et l'aisance qu'elle imprime, la
Politique est une science qui a un objet, une m-
thode, des lois, par le movement qui en reprsen-
te le ct pratique et d'application, la politique
*est un art. Elle est donc une notion dualiste, et n-
cessite un homme complete et instruit, profondment
humaniste, et, la fois, essentiellement apte 'la
conduite des affaires publiques, l'art pratique
du gouvernement, l'action pratique du moment,
car l'Homme d'Etat a pour devoir d'agir sur des
Hommes et par des Hommes. Son art du Gou-
vernement pratique et experimental measure ses
actes l'intelligence et aux aptitudes moyennes de
l'Homme moyen du people sans devancer son
poque, ni tre en retard sur elle.- A cet gard,
'Monsieur le Jubilaire, vous tes un modle de
l'Homme Public. tel que je le conois et viens de
le dfinir.
Maisla politique a des principles et des lois.
En tant que science, elle postule imprativement,
ct des dons personnel d'intuition, de flair,
de l'action favorable, de la minutieuse information,









du got du risque et de la vie dangereuse- cette
obligation premiere de l'analyste: aller du simple
au compos; cette base logique d'volution et cet-
te dialectique que Port-Royal immortalisa. Et aus-
si cette casuistique que Jansnistes et Jsuites por-
teront l'apoge des spculations de l'Intellect.
Cette mthode surtout que Descartes nous lguera
comme un incomparable enseignement et don't voi-
ci quelques rgles appliques la Politique:
lo).-Ce qui est moins clair doit s'expliquer par
ce qui est-plus clair:
2o).-N'imputer qu' soi et non aux circonstances
les fautes et les disgrces;
3o) .-Connatre totalement chaque espce afin
d'agir avec precision et sans danger;
4o),-Ne recevoir jamaisaucune chose pour vraie
que tu ne la connaisses videmment telle. Par con-
squent vite soigneusement la precipitation et la
prevention et mfie-toi de l'imagination et de
la propaganda.
5o).-Diviser les difficults en divisant les hom-
mes qui les causent:
60).-Choisir le moment, l'tendue et la techni-
que de l'action:
7o) .-Ne rien omettre dans les synthses, les vues
d'ensemble, les revues gnrales: les causes appa-
remment lgres ont des repercussions profondes:
80) Ne jamais oublier que la Politique est une
science d'volution. Elle postule la flexibility et le








changement. Rechercher le bien collectif et refuser
toute concession de principle, sont des leviers
puissants en politique
9o).-Dans l'informaticn, viter les intermdiaires.
10).-Le plaisir et la douleur rglent l'action Poli-
tique et rgente toute philosophie de l'action.
A la faculty d'analyser, il faut un don de syn-
thse pour les solutions d'ensemble,les vues gn-
rales; l'agencement des orincipes et des docu-
ments. Voici pour la thorie gnrale.
L'action et la connaissance profonde de lPhistoire
National, l'Intelligence des situations et-la volon,
t d'aider; la -prparation de l'action. Le tempra-
ment, la circonstance: la reaction et le movement;
l'attente et l'observation persvrente et continue;
La Force et la Ruse; la connaissance de la psy-
chologie du milieu, des ides en course, des
Hommes qui sont dans l'arne; l'utilisation des
intermdiaires et la recherche de l'action collective
et majoritaire dans la tolerance; voici pour laPra-
tique: Car la Politique est function du cerveau
du Destin et du Temps! Son but supreme est le
bonheur et l'aisance du citoyen.
Idaliste ou Raliste, la Politique vraie doit s'a-
dresser aux intrts communs et gnraux des
citoyens. La ntre est-- sauf sous Salomon, reste
une coterie intransigeante aux mains des conserva-
teurs politiques et conomiques de notre histoire,
une coterie o il n'y a point de place pour les par-








ties et la libert. Quels taient les principles et
les doctrines qui taient en honneur au moment
o notre Jubilaire part sur la scne politique
haitienne ?

NATIONAUX ET LIBERAUX
DEUX IDEOLOGIES COMPLEMENTAIRES

Pasteur a dit: en chacun de nous, il y a deux
hommes: fHomme de Science qui fait table rase et
est novateur, et lhomme sensible de tradition, de
foi ou de doute. Et Fouill pursuit sur le mme
ton: "Il y a en nous un double besoit de croire et de
douter." Dans l'ordre Physiologique, cette pousse
intrieure %a donn naissance deux instincts:
Celui de la conservation et celui de la creation de
l'espce nouvelle. En psychologie: Obissance et
soumission aveugle d'une part; commandement et
instability, d'autre part. En politique, ces tendan-
ces se traduisent par volont d'Ordre et volont de
Libert ; Rsistance au changement et movement
de rformes; attachment au Pass et attraction
vers l'avenir. En Politique Haitienne: Conser-
vation et Tradition d'une part; Novation et Lib-
ralisme de l'autre. Fatalit et Initiative. D'o
le movement National et le movement Lib-
ral; les Nationaux et les Libraux, deux formes
d'un mme processes: La recherche de TEqui-
libre Vital.








Que ces deux tendances aient t dominants
l'poque et dans un mme pays: c'est bien natu-
rel, car nous en retrouvons les lments premiers, le
principle dans l'Homme, dans sa psychologie et dans
sa physiologie. Mais que ces principles qui s'affron-
tent en silence dans les profondeurs de la conscience
humaine et qui se nomment: le scepticisme et la foi;
le repos et l'agitation; la stability et l'effort; l'inertie
et le movement; la fatalit et l'initiative reports en
Politique aient donn les Nationaux et les Libraux,
il faut demander la nature mme du milieu,
aux antriorits politiques coloniales, la division
de notre pr-histoire, aux passions politiques violen-
tes, les raisons de ces luttes entire deux principles
complmentaires, deux comportements historiques
qui sont la progression l'une de l'autre. Comment
notre Jubilaire va-t-il s'orienter entire Nationaux &
Libraux? Entre les conservateurs et les novateurs?
entire l'ordre et la libert? entire la Minorit Noire,
conservatrice politique, la minority Multre conser-
vatrice conomique et novatrice politique ?

LA POLITIQUE OPPORTUNISTE
Monsieur, vous avez choisi la politique du just
milieu qui est toute de pondration, de modra-
tion et d'observation entire les deux movements
puissants de droite et de gauche, du National con-
servateur et du Libral rnovateur: respectivement








droite et gauche du centre, contrairement
ce qu'on a l'habitude de dire ou d'enseigner.
Si, les extrmistes de ces deux parties taient hos-
tiles tout empirisme, la tolerance donc
la Dmocratie vritable et l'esprit qui l'ani-
me, au centre, et de part et d'autre, se retrou-
veraient des hommes qui taient les Nationaux
et les Libraux authentiques du parti; c'est--dire
les leaders qui incarnaient--sans dviation ni excs--
le National et le Libral en Politique, le dogmatis-
me modr et mdiateur cot de l'Empirisme to-
lrant et libre.-- John Locke, qui est le vrai fonda-
teur de l'Empirisme moderne souligne avec bonheur
l'troite corrlationqui existe entire sa philosophie et
la Liberation de l'Homme dans les Socits Riches.
Il avait vcu les maux de toutes sortes: politiques
et sociaux; Economiques et commerciaux: culturels
et financiers, qu'avaient engendrs l'enthousiasme
des sectaires 'sdentaires et les dogmes des empires
et les Royauts absolues. Aux deux, Locke refusait
le bnfice d'une conception politique favorable, et
leur opposait "une doctrine et une philosophie po-
litique faite de pieces et de morceaux," don't chaque
point mritait une analyse profonde et minutieuse,
avec le succs dans la pratique comme critrium
certain. Si dans un sens trs large le national tradi-
tionnel et absolu suppose un dogmatisme troit et
immuable comme attitude mental, le Nationalau-








thentique par contre est le rsultat de l'ordre m-
thodique dans la libert etdela discipline mental
cratrice et fconde dans le changement. De cette
Politique aussiqui n'est pas la violence ni la dicta-
ture mais qui accord la liberation total de
l'Homme toute la valeur d'un programme inflexible,
toujours contrl, jamais dmenti par les faits
D'autre part, ce qu'pn peut appeler thorie lib-
raleauthentique, en politique, est un produit
constant et libre du commerce et de l'Economie."
Les cits Ioniennes d'Asie Mineure, qui vivaient du
ngoce avec l'Egypte des Pharaons en fournissent,
nous dit Bertrand Russel, le premier example con-
-nu. Quand Athnes, l'poque de Pricls, devint
commerante, les Athniens devinrent libraux.
Aprs une longue clipse, les ides librales revi-
rent le jour dans les cts lombardes du Moyen-
Age et rgnrent en Italie,- Puis elles furent an-
anties par les Espagnols du XVIe. Sicle. Mais les
Espagnols ne russirent pas conqurir la Hollande
ni subjuguer l'Angleterre et ces deux pays devaient
tre les champions du libralisme, en mme temps
que les grands commerants du XVIIe Sicle. Le
vrai libralisme, en Economie tout comme en Po-
litique, s'accompagne donc d'une Force militaire et
de police restreinte et mesure. Aussi le libralis-
me authentique postule toujours la richesse et la
libert et s'appuie fortement sur le principle de
Roosevelt, l'Illustre Dmocrate, "Vivre et laisser








Vivre" dans un ordre public et social compatible avec
la Paix et la tolerance et trouvant en ces deux force
les vrais levains des Socits heureuses. National et
Liberal authentiques sont voisins du centre, loin de
l'intransigeance dogmatique qui perscute toujours
les hommes de valeur et du libralisme excessif qui
finit dans la dictature, comme ce fut le cas en Haiti.
Etiez-vous au centre, Monsieur? Certes non, pas
exactement au centre, mais droite du centre, sui-
vant en cela les Lois de votre origine et de votre for-
mation.- Mais les Nationaux non plus ne furent pas
toujours droite, ni les libraux toujours gauche.-
Il existait entire ces deux idologies complmentaires
mais paradoxalement opposes, entire ces deux cou-
rants primordiaux, des degrs, une tendance mo-
yenne e t intermdiaire, des transactions, des com-
promis. Singuliers rapprochements, mais processus
historique et classique: Salomon et Bazelais taient
plus proches l'un de l'autre que les Extremistes de
leurs parties, cette coterie des Ultras, plus royalistes
que le Roi, et qui taient les intransigeants de l'aile
droite des Nationaux et d e l'aile gauche des Lib-
raux. Du ct des Nationaux, il y avait cette dou-
blure qui ne pouvait vivre que de la division de
l'authentique noir ou multre, et du ct des Lib-
raux, cet intransigeant pour lequel l'ide nime
d'une politique conjointe tait unacceptable. Nous
tions pourtant au 19e. sicle, o la tendance in-








termdiaire et le compromise triomphaient en Fran-
ce, en Angleterre et en Allemagne mme. La ten-
dance de l'Ecole Historique Philosophique du just
milieu avec Thiers, Guizot, Mod venaient de
triompher. C'est d'ailleurs une Loi: Au lendemain
des priodes de crises et d'angoisse o les parties
extremes et absolus se heurtent en vain, prisonniers
de formules rigides que le caractre experimental
de la Politique auiant que le movement de son
cadre vivant rprouvent, les majorits Nationales
cherchent toujours leur voie entire les parties ex-
trmes et accordent leur confiance au parti du
just milieu."
Il y a plus:les ides d'volution,--si chres au XIXe
sicle,---venaient de ruiner le credit des formules ab-
solues tant de l'Ecole traditionaliste que de l'Ecole
Rvolutionnaire. Le mot de Gambetta est clbre:
"Je suis d'une Ecole qui ne croit qu'au relatif." Et
Raymond Poincar de renchrir: "A ct de la divi-
sion en deux grands parties les conservateurs et
les socialists, il serait possible de se figure entire
les extrmits contraires, un seul parti central trs
large, mais encore homogne ..... qui travail-
lerait la conciliation pratique de ces deux no-
tions corrlatives? ... Mr. Combes au Snat
Franais devait reprendre cette mme ide.
Votre position, Monsieur le Jubilaire, tait donc
en parfaite harmonie avec les ides de l'poque,








avec celles du Sicle, Mais Hati tait encore
en retard comme toujours, sur le sicle, et le
climate autant que la vogue tait favorable aux
deux parties extremes, nettement spars, suivant
en cela le conseil de Jules Ferry: "Pour rester
uni, le vritable moyen est de rester distinct.
Dans la pratique politique orthodox, cepen-
dant, les extremes n'oprent que par action des
lments intermdiaires, des Hommes du centre.
La Politique du just milieu est pourtant diffi-
cile maintenir longtemps, quand elle implique
une extraordinaire habilet de ses tenants faire
des compromise entire deux croyances parfois con-
tradictoires don't les violent remous viennent agiter
lecentre et le dsorganiser. La tche d'un tiers part
ou 3me Force est en Haiti cer tainement diffrente et
plus nette en restant distinct du National absolu et
du Liberal intransigeant. C'est la position politique
de l'opportunisme quin'est pas -- comme on pour-
rait le croire -- la volont de se plier toutes les
servitudes ou celle de turner tous les vents.
C'estau servilisme qu'une telledfinition convient.
Le 20 Fvrier 1876 -- Bordeaux, Gambetta d-
finissait pour la premiere fois l'opportunisme: "Je
suis d'une Ecole qui ne croit qu'au relatif, qu'
l'analyse, l'observation"-- l'Etude de s faits;
d'une Ecole qui tient compete du milieu,-des ten-
dances, desprjugs, des hostilits mme, car il









faut tenir comptede tout." Le 5 juillet 1911, Mr.
Raymond Poincar dclarait: "Nous serions bien
prsomptueux et bien fats, nous "autres Lgis-
lateurs de. nous croire omnipotents et, sous pei-
ne de nous en tenir des gestes vains et impuis-
sants, nous devons toujours avoir soin de com-
poser avec les moeurs, avec les traditions, avec
" les prjugs mmes du pays. Vous n'avez pas
fait autre chose, Monsieur, car cette attitude cou-
rageuse, entire deux parties tout puissants, tait cel-
le de leurs chefs! Elle leur valut la confiance de la
Nation et la Gloire d'avoir laiss une priode de
vie politique suprieure, qui, parcequ'elle tait
conforme la vrit historique, devait dfier le
temps et devenir immortelle.

MACHIAVEL : LA MORALE EN POLITIQUE

Mais vos convictions de chrtien pratiquant, de-
vaient modifier davantage votre position politique
la prciser un peu plus. Tenant de la Politique du
just milieu, il vous fallout pourtant faire un choix.
Machia el fut le premier sparer la Politique
de la morale. Depuis, le mot connut un sens pjora-
tif don't l'Excutif totalitaire allait profiter pour
disloquer les institutions, se perptuer au pouvoir,
corrompre le parlementaire et le juge, violer la consti-
tution, assassiner ses adversaires politiques, faire les








lections officielles, rduire le Parlement au rle
d'une machine enregistrer les Lois tortionnaires
et l'Arme politique en un instrument de perscu-
tion de l'Homme libre. La violence tait lgalise.
La press: une industries de phonographe ou de Pick-
up: sans le moindre dsir d'tre libre! Nicolo Ma-
chiavelli, l'homme au nom duquel tant de crimes al-
laient se commettre froid, se doutait-il de l'im-
portance que la raison d'Etat allait prendre? Tant
de vies humaines sacrifices pour assurer le rgne
de l'anarchiste politique, briser les parties, et car-
ter toute honntet de la Politique au nom du tri-
omphe tout prix et immdiatement de la Force.
de la Politique de faction; et d'improbit? "Nul
loge n'gale la gloire d'un tel nom", crira-t-on
pourtant sur la tombe de Machiavel.
Mais tandis qu'il achve de consolider sa formule
de violence, les partisans de la Morale en Politi-
que lanaient la thorie de la non violence, et, la
politique de rlection tout prix, ils opposaient
celle du bonheur des communauts; la dictature
et l'oppression, la liberation de l'homme; enfin
l'illusion du triomphe immdiat, fruit d'une po-
litique personnelle de faction: la politique de lin-
trt gnral du pays entier, du plus grand bien au
plus grandnombre. Le Traditionalisme modr no-
vateur nettement hostile au Traditionalisme despoti-
que de Dessalines tait n en Hati et allait donner









grce Salomon et ses partisans, le plus grand
government de notre histoire, le seul qui eut rai-
son de la misre haitienne par L'instauration de
la dmocratie conomique et social. Votre choix
tait fait, Vous vouliez de la non-violence et vous
recherchiez le bonheur de ce pays. Vous avez d,
cause de cela, dmissionner plus d'une fois. Vous avez
gagn l'exil avec Lgitime,en Europe.Vous dmission-
niez lors de l'affaire de Killick, et sous Nord-Alexis
lui-mme. Avec Simon, nouvel Exil la jamaique;
puis le cabinet du Juge d'Instruction, comme vio-
lateur des-lois, sous Leconte. Enfin, sous Davilmar
Thodore vous avez d encore vous garer contre
et vous mettre l'abri del'meute dchaine.

L'ECRIVAIN POLITIQUE
Durant ces salutaires disgrces, vous poursuivez
votre mission d'Ecrivain Politique. Vous publiez
lors de votre Exil Paris "UNE COURTE GES-
TION. Puis ensuite "MISSION DE L'HOMME
DANS LA VIE," "L'EFFORT," pour ne citer
que ceux-ci. Ces livres illustrent jusqu' la dernire
evidence, l'ingalit de l'Ecrivain devant la loi et
le danger. De tous les crivains, en effet, l'crivain po-
litique est le plus menac Il crit au pril de sa vie
dans le pays ou svit la dictature et en Hati tout par-
ticulirement Son rle est de conduire en prcdant.
Il animera les luttes et relvera les Forces Nationales








en defendant la Libert. L'crivain politique-est
le phare dans la nuit, le guide sr dans les com-
bats, l'animateur dans les dfaillances, le martyr
de ses convictions et de sa foi. L'amour ou la haine
la corruption et l'argent, la vengeance ou la terreur
la prison ou la mort doivent le laisser indifferent.
Il est rectiligne, et sa propret morale donne la
lutte qu'il mne, le sens d'un actisme profane, ou
seul competent le triomphe des ides et la gloire de
la politique qu'il dfend.
Vous tes, Monsieur le jubilaire, essentiellement
un crivain politique. La masse des ides remues
est considerable. Ds 1881,vous dfendez le Gou-
vernement attaqu et par des articles aussi clairs
que justes, vous insisted sur le bien qui natrait
pour notre communaut si la Politique de Tous-
saint Louverture qui consiste lever le niveau
intellectual et moral des fils du paysan, tait appli-
que avec persvrance. C'tait courageux de votre
part: outre qu'ils en ont encore grand besoin, mais
vous alliez l'encontre de l'opinion librale qui de-
mandait que l'Instruction soit rpandue avec measure
pour viter par une diffusion inopportune du sa-
voir faire du bnficiaire insuffisamment prpa-
r, un littraire, un rvolt ou un anarchiste, clien-
telle habituelle des Rvolutions sociales. Vous insis-
tiez en 1882 sur la ncessit du contrle de l'Educa-
tion populaire intensifie. Votre confrnce maille








de considerations politico-sociales vous vaudront
un brevet de colonel et une commission de chef de
Bureau l'Intrieur. Vous tes dj un parti-
san convaincu de la gratuit de l'Enseignement a
tous les degrs, principle que 8 ans aprs vous
ferez triompher, au poste de premier Secrtaire de
l'Assemble Nationale.
En attendant vous faites de la polmique et vous
attaquez sans relche les adversaires du Gouverne-
ment de Salomon. On retrouve vos crits dans le
Moniteur, ds l'anne 1883. Avec une ardeur pa-
triotique digne d'loges, vous confondez vos adver-
saires en unesrie d'articles ou percent dj votre
position politique future, vos convictions et votre
personnalit. L'anne est decisive pour le gouver-
nement de Salomon que les libraux ouvertement
attaquent, les armes la main, transgressant ainsi
leurs principles et leur foi politique sans raison suf-
fisante- et pour la troisime fois Vous n'acca-
blez pourtant pas les Libraux: Vous expliquez
leurs dfauts et justifiez le triomphe de votre par-
ti. Vous pressentez dj note psychologie politique
haitienne o le triomphe succde la dfaite et la
vengeance aux reprsailles. Mais cette psychologie
politique haitienne mrite qu'on s'y arrte un ins-
tant. Elle aidera mieux comprendre votre posi-
tion politique, et fera bien -saisir les raisons, de
votre trs grande moderation dans l'action, de votre








tolerance, dans un pays aussi paradoxal que le
ntre.

PSYCHOLOGIE POLITIQUE HAITIENNE

"Dans dcadence des Races Latines, Giuseppe
Sergi crit : L'Italie est la plus chinoise de toutes
les nations et la plus malheureuse. En parodiant
l'Illustre crivain, sa remarque conviendrait totale-
ment Haiti. La psychologie politique de ces
Nations est extrmement proche au point de se
confondre.
A (origine de leur existence Nationale, en effet,
se troupe un fait historique glorieux et tellement
considerable, qu'il semble suffire leur
grandeur passe, prsente et venir.
Un fait dmesur et extraordinaire, auprs# duquel
les autres actes de leur vie semblent minuscules et
sans grandeur. Nous ne fmes jamais si grands qu'en
1804, et toute notre vie, avant et aprs, semble
la preparation ou la suite logique mais secondaire
de ce fait principal. Grande et dangereuse illu-
sion, e n vrit! Vanit historique demesure
qui est une arme deux tranchants, un tat d'me
improductif parce que compensateur, une cause
d'espoir "et une cause de suffisance, un acte neutre
qui donne et retient. Tel est le cas de la Chine,
de l'Italie, de la Russie : la splendeur des gloires








passes pse" comme une ombre sur la vitalit de
leur present et la rgente dans les rapports troits
de cause effet. Comme si cet effort une fois ac-
compli avait, pour russir, puis toute notre
vitalit et tel le hraut de Marathon, nous n'an-
noncions cet vnement historique au monde, que
pour nous vanouir ensuite.
Artifice dans la gloire, ou mieux gloire d'Artifice
semblable au spectaculaire dployement du feu
d'artifice, qui n'est rien avant et aprs l'panouis-
sement supreme, comme si tout l'artifice tait
dans la splendeur de l'phmre clat. Gne do-
minante mue en gne rcessive, comme l'or en
plomb vil.
Nous savons cependant que la gne dominant
est immuable, et si l'on peut ainsi dire.... ternel-
lement stable.... et ce sont l nos raisons d'esprer.
Mais ....Alors Alors il faut chercher dans la dic-
tature chronique qui a rgent ces peuples, la
raison profonde de cet abrutissant heritage histo-
rique, de cette politique personnelle sans continuity
et de ce Gouvernement sans programme et sans
une politique gouvernementale continue, aux lines
permanentes et progressistes pendant au moins 25
ans.
La dictature sculaire en Haiti a immobilis des
hros et. ce regime dgradant de toute gloire nation
nale avec comme contre-thse, la ncessaire revolution








d'quilibre qui dsorganise ce qu'elle a trouv' de
bon, a dtremp les mes d'acier de nos anctres
et a amenuis celles de leurs descendants lgiti-
mes. Tourne vers la routine des petitess choses"
la misre fut le logique aboutissement de l'inaction
et des entreprises de second ordre. Hati est
devenu un pays sans importance. Un peuple de
conqurants, qui a fait l'histoire, ne s'arrte que
pour dgnrer et s'abatardir. A sa fivre de con-
qute militaire, il fallait offrir un objectif capable
de hanter ses rves, d'alerter sa relche, de domp-
ter sa fougueuse nature mouvemente, d'occuper
ses loisirs princiers. Ce drivatif c'tait, non plus
uniquement le travail agricole, (et cet gard,
Toussaint Louverture mme manqua de psycholo-
gie) mais l'effort industrial, l'aventure maritime,
l'exploitation et les conqutes commercials, la re-
construction des villes dtruites et l'dification'des
monuments, telle cette Citadelle- o le Gnie de
Christophe, retrouva dans le surhumain, l'adquate
et ncessaire transition aux popes militaires et
la gloire des conbats hroiques.
Faute d'y avoir russi, ou song, le pas fut don-
n la politique sur l'Economie et lesfulguran ts ex-
ploits de 1804 aboutirent la honte du politician
vreux et corrupteur, du coup de main de l'arme
politique, de la routine des petites choses. D'o cette
longue suite de guerres civiles, o la vengeance de la
veille tait quilibre par les rpresailles du lende-








main. C'tait la revanche de la. doublure et de
l'intransigeant. Les authentiques, races de gant,
disparurent graduellement de- la sene politique :
Dportations, assassinats, jeu de poisons ou perfi-
die froide de la corruption etdu vice. La volont
de paix, par la force d'inaction et d'apaisement
laissa la main libre au politician de second ordre :
car 'un des caractres psychologiques invariables
des dcadences nationals, c'est la dictature du
politician mdiocre de la contre-rvolution.- En
effect, 1804 et sa contre-rvolution comme 1946
et dans des conditions presqu'identiques. Ceux qui
firent la Rvolution de 1804 n'organisrent pas le
pays qu'ils venaient de librer de la plus effroya-
ble des servitudes. Ils furent carts par les con-
tre-rvolutionnaires de notre pass politiqe come
le furent ceux qui forgrent 1946, tout frmissant
de l'idal dps 4 Liberts et de cette Dmocratie
vritable qui devait, selon eux, changer la face des
choses, L'Histoire a recommenc avec une pr i-
sion impeccable. L'aboutissant de la Rvolution
doit-il toujours tre le contre-rvolutionnaire, po-
liticien vreux et froid, ce combinard qui attend
dans l'ombre propice l'instant du coup de couteau
dans le dos des vrais pionniers des Liberts et de
leur exercise ?
Ce qu'on doit reprocher de plus grave ces bn-
ficiaires d'une Rvolution qu'il n'ont ni faite ni









dsire, ces contre-roolutionnaires d'hier ce
n'est point seulement leur corruption, leur tyran-
nie mesquine, leur despotisme, leur tracasserie
policire. C'est leur complete incapacit gou-
verner honntement, tre des chefs comme on en
rencontre ailleurs. En 1941, Jacques Leyburndans
'The Haytian People" soutient que c'est surtout
l'art de gouverner qui a totalement fait dfaut ds
1804 notre pays. Sauf dans 2 ou 3 cas dit-il tout
chef d'Etat est improvis et apprend comme il peut
ou n'apprend pas du tout son mtier." Aussi le gou-
vernement en Haiti, quelle que soit la couleur de son
chef, a tendance demeurer une faction politique.
une coterie improbe au dessus de l'Etat, au dessus
des lois, au dessus de la justice, donc au dessous du
gouvernement rgulier, partageant la Fortune Natio-
nale sans se gner entire ses partisans et ses amis, ba-
fouant le people, et perscutant ceux qui rclament
le contrle, l'honntet et la Libert.
Comme en Chine, l'improbit de l'HommePoliti-
que de second plan devait aboutir en Hiati 3 cra-
tions que nous trainons encore depuis 1804 comme
des forats leurs boulets et leurs chaines:
1). L'Arme politique grce laquelle on touffe
toute vie national, toute honntet lectorale, tout
lan vers le progrs, toute ascension vers les liberts
renovatrices. Elle est l'arme profession-
nelle et rgulire ce que le Politicien est au Politi-









que. 2) La famille tentaculaire qui partagea ce pays
come un fromage de Hollande se tailla des fiefs
et des dynasties sans blasons, 3). une masse impro-
ductrice esclave sans le mot, ruine par la maladie
impropre au travail, sans formation technique, d-
gnre et, croupissant durant plus d'un sicle et %,
dans la misre et l'impuissance. Tout cela est pass
dans nos moeurs et c'est pour viter que tout cela ne
prenne fin que la contre-rvolution se pursuit avec
la mme tactique du National conservateur tradition
nel: se perptuer au pouvoir en essayant de contrler
les masses ou de les asservir au leu de les librer.
.Spectacle traditionnel qui n'meut plus personnel
ici ou ailleurs, et que la revolution seule peut entre-
prendre de changer: Car il faut, come en Chine,
un choc motionnel de dpart cette Cit antique
hatienne, cit patriarcale et moderne la fois sans
joie et sans fortune!
Sans expression classifiable, ni modle parmi les
Nations parce que voluant retardement, en plein
20me. sicle, avec les formules, les moeurs, les cou-
tumes des premiers ges, au milieu d'une civi-
lisation d'emprunt. Avec en moins ce people labou-
reur de la Rome antique qui frquentait le forum
et votait sur la place publique; ou celui de la Grce
des premiers ges et don't on pouvait dire avec en-
vie, avec raison, avec orgueil." O fortunatos... Oh
trop heureux l'habitant des campagnes, s'ils connais-








sait son bonheur!" Ce people laboureur de la Rome
antique faisait la politique et l'histoire. Notre la-
boureur est indifferent toute politique: celle
qui doit le sauver comme celle qui la perdu. Il
est trop pauvre, et toutson effort lui suffit pei-
ne pour se procurer, lui et sa famille, unique
et maigre repas de chaque jour. La politique dans
un Pays pauvre, majority ignorante et sans clas-
se moyenne accdant au credit et au profit, est
devenue un luxe de minorits, heureuse et nantie.
Celui qui mange mal, n'a pas le temps de s'y
adonner.-" Panem et Circences "du pain et des
jeux:rclamait le Romain de la dcadence. Il- ne
rclamait pas :la politique; cette politique qui lui
enlevait le pain de chaque jour, qu'il fit originel-
lement lui-mme, puis par cette representation na-
tionale laquelle il dlgua ses pouvoirs; et, don't il
ne devait enfin s'occuper sporadiquement que du-
rant les priodes rvolutionnaires.--
Le Gouvernement dictatorial est dans les com-
munauts pauvres ou qu'il appauvrit, appel faire
et organiser facilement la politique, grce
tapathie et I gosme de ceux qui possdent.
Pouvoir sans contrepoids sans measure et sans
provision, que rien ne force rflchir et quigrce
l'absence de contrle du Parlement, vit d'excs et
d'impunit. Cette longue habitude de mal faire,
reste impunie, quand elle n'est pas approu've et









loue, a beaucoup influence la psychologie Politique
de l'hatien et a fini par acculer le people profiteur
des plus pauvres une resignation force, un
conformisme de defense qui paralyse presque touted
organisation de opposition politique; un tradi-
tionalisme dgradant, au cepticisme. la peur et
la trahison.
Sorte de Nichievo russe, mortel " quoi bon",
ivresse dsabuse des choses de la vie qui pousse les
mystiques vers le clotre ou vers la prison.Tristes-
se demesure, fatal abandon d'une me impuissante
se venger et don't la vision endolorie s'accroche
quelque chtiment future et ncessaire que rend
ce "Bon.Dieu bon de nos paysans "rs igns.
Solution de paresse ou croyance aussi en une justi-
ce immanente; o, peut-tre, mieux encore.
Maladie du midi de l'existence quand, l'homme
arriv sur le fate regarded l'horizon et comprend
qu'il faudra mourir sans avoir p, par fiert, ac-
cder aux biens, aux honneurs, au pouvoir pour
lesquels il est plus digne et plus capable que d'autres.
Prudence instinctive; instinct de conservation; Vo-
lont d'tre, de russir aussi, tout come ce m-
diocre qui force de flatter a fini par arriverr
Arrivisme, opportunisme cnscient ou prmdit,
got natural ou volont du compromise, de la vri-
t refoule pour ce message qui sera productif et
fructueux, Dmarche fatale d'ine me qui cherche








sa voie. Psychologie politique de la souffrance: car.
il faut avoir souffert pour vouloir de toutes ses for-
ces arriver au fate des splendeurs. Celui qui n'a
jamais lutt, ne peut tendre toutes les fibres de son
tre vers le succs, ce succs qui va le mettre dsor-
mais l'abri des difficults, des incertitudes, des hu-
miliations et des dceptions de la vie improductive.
Souffrance, ranon et levain de la gloire!
Mais aussi, mais surtout, architect implacable
des mtamorphoses morales. Le politician mdiocre
qui est arriv est dur, d'une duret instinctive et
d'une cruaut implacable et inconsciente Le sup-
plice chinois est proverbial, proverbial aussi, la
cruaut Russe ou la violence et soudaine reaction
italienne. La vie normal est pourtant mdiane.
En Haiti, c'est la froide cruaut de dtruire tout
ce qui est grand et beau, qui est un des traits de
notre psychologie politique: Dlire d'iconoclaste!
Envie! Haine des supriorits, nivlement par en
bas. Machiavel enfermait la politique dans ce di-
lemme troit: "favoriser ou dtruire ",- L'instinct
de destruction et la haine du mieux tre des autres,
du modle respect, est si puissant chez nous, que
nous avons travesti faphorisme de fillustre Floren-
tin "Favoriser et dtruire" disons nous! crant ainsi
une neutralit par compensation et une sorte d'qui-
libre ngatif si telle chose pouvait s'imaginer.- Ne
sommes-nous pas, en effet, le Sige de deux civili-








stations opposes: la civilisation occidentale, faite d'i-
nitiative et la civilisation orientale faite de fatalit et
de conformisme? A cause de cela, l'opposition en Hai-
ti est peu sre, elle hsite, s'agite, se vend, fataliste et
conformiste; plus orientale qu'occidentale, incapable
d'initiative coordonne,de resistance concerte. L'op-
position est regarde comme un dlit; L'opposant est
toujours prt se vendre, moins qu'il ait de la Race
ou de la Fiert. On la regarded comme irrgulire et
illgale, mme quand elle est autorise par la loi. Aus-
si l'opposant est un citoyen isol pris entire la dloyau-
t du gouvernement, la trahison de ses partisans, la
haine des modrs, l'hostilit et la dsapprobation de
ses amis-- Il est seul et si- d'aventure, il se group,
l'ingalit des courage l'expose la trahison et au d-
got. Tout cela a sa source dans cette psychologie
mle de l'Haitien, qui accule toute lutte politique
vers le guerrillas et toute association vers l'A.B.C.
Psychologie dualiste, confuse, ambivalente, issue
d'esprits superficiels,plus brillants que solides. Adres-
se et dextrit de fossoyeurs pour lesquels la gense,
le Substratum, les causes, les principles, les fonde-
ments ternels, les bases slides de la connaissance
sont des attriLuts secondaires et mprisables de la
personnalit humaine. Ce conflict de deux civilisations
opposes fait de l'haitien un rvolutionnaire et un fa-
taliste la.fois et souvent sans transition apprcia-
ble. Il faut faire un choix, sans tarder:









Car ce dualisme sans demarcation est incontrlable
et rend peu sre la dangereuse vie politique Hatien-
ne et mme la vie tout simplement. Et quand une telle
inscurit psychologique se double d'un idalisme
grandiloquent, d'un besoin de phrasologie strile.
en marge de l'action obligatoire elle engendre dans
fme haitienne ce conflict entire le tempramment
et la culture, ce dsaccordsi souvent constat eitre
les paroles et les actes, entire la resolution ou l'ex-
cution, entire la thorie et la pratique, entire la d-
cision et l'action. D'o cette mfiance rciproque
qu'ont entire eux les meilleurs associs politiques
agissant ensemble. D'o aussi, la banalit de la tra-
hison inattendue et quotidienne, entire ceux qui
ont longtemps lutt cte cte, mais .qui, sans rai-
son apparent, au mpris de la plus lmentaire lo-
gique et de leur propre scurit, trahissent pour des
miettes de fortune, par got de la trahison, par be-
soin de dvier, sans raison profonde, donc sans cau-
se ou sans excuse possible.
Par vanit et par impunit, pour jouer l'homme
avis qui a russi un triste coup de iratre, quilui
vaudra cette reputation d'homme fort, et, grce
cette venture mdiocre et sans relief, une galerie
et des imitateurs.
Triste illogisme. Gnrateur de division, de l'ab-
sentisme en politique, de la dsolidarit, entire
ceux qui luttent pour la mme cause et de cetindi-







eidualisme qui n'est autre chose que la centre par
tie lucide de Tinscurit hai tienne, de la trahison
sans motif, du lchage inconscient par peur ou par
envie, de cette politique en chambre qui ne passe
pas l'action. A cet gard le comportement des -
libraux est exceptionnel et s'est rpt tant de
fois dans notre histoire qu'rl est impossible d'enfaire
une attitude accidentelle. Elle est opposable cet-
te dviation profonde de la personnalit politique
de l'haitien, gnratrice d'une sorte 'de muraille
de Chine, de tassement dans l'action: muraille
morale derrire laquelle il abrite son isolationism
politique, son goisme et son ignorance des vrais
atouts de la civilisation militant et de la force su-
prme du civilis: la jonction, le faisceau, le bloc,
l'unit. Nous n'avons jamais eu d'unit natiQnale et
* la communaut existe peine en Haiti.
Halder, cl're philosophy autrichien, glorieux
mule de Freud, dfinit la supercompensation: une
reaction de compensation psychologique chez 1adulte
du fait vcu durant ses premiers ges. Sa thse se
vrifie trangement en nous: car dans nos chants
patriotiques, nos hymnes nationaux, nous ne cessons
ae rclamer, d'instinct, dans un lan logique du sub-
conscient, prcisment ce qui nous manque le plus
dans l'action dangereuse: l'union, la loyaut, le got
du risque et de la vie intgrale, la lutte et l'effort
en commun, la possession total du sol don't nous


35








voulons rester seuls matres, l'amour dsintress
du Pays et le culte natural des anctres.
Aussi, la jonction politique fut tout le long de
notre histoire dtermine non par le calcul ou la
froide raison, mais par la force des choses la peur
ou la misre collective! Ainsi, 1804, fut pour l'au-
thentique une revolution d'quilibre sous l'aiguil-
lon de la souffrance contre cette doublure qu'tait
le commander et cet intransigeant qu'tait le co-
lon. C'est de cette lutte rdemptrice en commun,
de cet effort collectif des meilleurs, qu'est sortie
l'Indpendance territorial Mais la division devait
reprendre le dessus moins de deux ans anrs. D'o
nos malheurs passs et notre misre prsente.
Un tel climate, Mr. le Jubilaire, cette psycholo-
gie Haitienne que je viens de dcrire, postule im-
prativement l'opportunisme en politique, cette
doctrine relative et intermdiaire qui peut se dfi-
nir : Fobligation dans l'action de tenir compete
de tout car rien n'est certain ni absolu ni stable.
A condition que cet opportunisme soit constructif,
positif et n'aboutit pas au servilisme ngatif
qui en est la dformation et le contraire de l'effort.
Car, pour vous, Monsieur le Jubilaire, comme pour
le philosophy de Stagyre : "Le bonheur nait de
l'effort, comme la fleur de la tige........








EN NOUANT LES INTERESTS.


L'effort! Voici selon vous, le but de l'action de
l'homme, la raison d'tre de sa mission. Vous pu-
bliez l'EFFORT, tandis que Mr. Firmin intitulera
son livre: "L'EFFORT DANSLE MAL" prcisant
votre pense, notre pense tous qui ont agi sur les
27.000.00 kms. carrs de la Rpublique Haitienne.
Tous ceux qui ont agi dans l'intrt de tous et dans
le sens du bien ont fait un effort malheureux.
Haiti, jadis plus civilise, est loin d'tre aujourd'hui
la plus modernedes Antilles. Nos gouvernements
en ont fait un pays sans importance. "L'EFFORT "
et "L'EFFORT DANS LE MAL" voici entire Mr.
Firmin, l'Illustre liberal et vous, le distingu Na-
tional, un bnfice qui vous est commun, vous deux
que Nmsis, la desse de la Mesure, semble pla-
cer sur la Route l'un de l'autre pour rduire les chan
ces de triomphe de notre commune Patrie. Votre cas
n'est pas une exception, songez donc:Toussaint-Lou-
verture contre Rigaud; Dessalines contre Ption--
Ption contre Christophe, Hrard Dumesle, Dumai
Lespinasse, Cauvin Ain, Dominique contre Rivire
Hrard; Bazelais contre Salomon et...... hier encore
Jolibois contre Mayard... pour ne citer que les morts.
Comme si, en nouant schement leurs intrts,je
ne dis pas leurs sentiments, ils n'auraient pas fait
ensemble la grandeur de leur pays.- Les fortes per-
sonnalits Haitiennes sont si souvent opposes par-
ce que, sauf quelques exceptions don't vous tes,








Monsieur le jubilaire elles ont suivi les Lois implaca-
bles du clan ou de la Faction don't la mission est de d
chirer leur patrie dans une strile opposition de per-
sonnes alors queles problmes d'hier et d'aujourd'hui
sont en souffrance.ll est bien temps que l'opportunis-
me dans la liber t,topportunisme rnovateur tel que
nous ravions dfini, jointe une philosophie per-
sonnaliste viennent rendre la Politique par la cr-
ation de la troisime force, ses lines permanentes et
au Gouvernement son caractre dmocratique uni-
versel et national, afin de donner aux homes
comptents et capable de ce pays, la chance d'ap-
pliquer leur programme rdempteur au pouvoir su-
prme ou au gouvernement.
UNE FEMME HISTORIQUE
MARIE-LOUISE URSULE
IRMA SALOMON
Vous tes heureusement, Monsieur, un tenant de
la politique "Opportuniste" qui, lorsqu'elle pousse
sur un terrain fertile et rencontre une me fire
et noble, comme la vtre donne lieu une philoso-
phie sereine don't la moderation et le compromise
sont les deux fortes bases. Toute votre action po-
litique va s'en ressentir.
Vous tes, Monsieur le jubilaire, un National
convaincu, mais pondr, comme Emile Pierre,
beau-frre du president Salomon et qui prit soin
de vos annes de formation la vie politique. On
vous retrouve en effet en 1880, son cabinet par-









ticulier. Il est snateur pour le Sud, car il naquit
l'Acul. Il fait office de vice-prsident de la Rpu-
blique par son marriage avec Marie-Louise Ursule
SIrma Salomon-- soeur du chef d'Etat.-- Emile Pierre
n'tait donc pas un intransigeant, mais un pondr
et une de ses filles devait donner naissance Me.
Ed. Nr Numa.
La grande Animatrice du Cabinet politique du
Snateur Emile Pierre o mieux de la politique de
Salomon tait Mme Emile Pierre, benjamin de la
famille, mais rme de la Rsistance Nationale.
Elle n'et pas de 'peine mener le mnage Emile
Pierre et si nous nous arrtons pour en parler un
peu, c'est qu'elle exera sur la politique de son
poque une influence considerable.
Le fait n'est pas nouveau: A ct de tous les
grands Gouvernements ou derrire les grands Hom-
mes, il y a toujours eu une Femme clbre.
Irma Salomon fut dans ce cas. Elle voulut avec
une force singulire, la liberation total du Peuple
et, pour y parvenir .risqua maintes fois sa robuste
'vie. Aussi l'origine et la fin du Parti National
d'alors se trouvait l'indomptable volont de cette
intraitable femme, qui resta rfractaire au com-
promis, et qui avait de sa mission une mystique
rarement retrouve chez une femme politique.
Redoutable Investiture et Harassante Tyrannie I
Irma Salomon vivait de la politique et pour la. politi-









que. Bien plus que les deux pouses que son frre se
donna successivement, elle incarna avec clat l'ascen
sion de sa famille, voulut irrsistiblement la gran-
deur de sa race et travailla sans relche sa gloire.
Cette gloire que d'instinct elle sentait clatante, qui
tait toute son ambition et qui durant 20 ans
resta l'impossible et prilleux triomphe! Quand
l'Heure H sonnera pour le Gouvernement don't elle
fut l'Ame et l'inexpugnable rempart, elle dcidera
du sort du rgime branl Journe bien remplie et
longue .. trs longue, qui mesurait plus d'un
quart de sicle de luttes, de dceptions, de pers-
cutions, de prils, de decision, d'espoirs, de foi
ardente, de triomphe, de grandeur et de puissance.
Journe mle mais unique, palpitante d'motions
et froide de ralits; o la ncessit de vaincre
imposa l'obligation de se laisser momentanment
vaincre; ou la volont impavide devait anantir
l'enthousiasme facile et vulgaire; o force de
vivre l'insaisissable instant, on dsire mourir, prci-
sment, parce qu'aux confins de la vie vritable,
sous les impratifs des grands branlements de
l'tre human, au rythme vertigineux de la grande
ambition, le phnomne psychologique ordinaire
perd son identity sereine et mdiane; pour se parer
d'une grandeur, exceptionnelle et contradictoire,
qui reverse les dmarcations impeccable et li-
vresques de la philosophie classique, se dploie de
telles manires, qu'aux marges du surhumain, la








grande douleur engendre cette paradoxale volupt
qu'est le plaisir; le grand amour ce contraire
quest la haine; la foi ardente cette dfaillance
quest le doute; la volont positive de vivre, cette
ngation qu'est le dsir de mourir.- Heureux ceux
qui peuvent vivre cette altitude douloureuse et
sublime; trop heureux ceux qui n'entrevoient mme
pas l'existence d'une telle existence, o les jour-
nes valent des sicles
Irma Salomon maintint son frre durant les
luttes implacables qui aboutirent son bannisse-
ment. En exil durant 20 ans environ, elle le rem-
plaa ici, connut elle-mme l'exil, le consulate, la
prison, et n'chappa que par miracle l'excution
capital.
Excellente amazone, elle parcourait de nuit la
plaine des Cayes! Castel-Per, Dantan, Colette,
Bagatelle puis, plus loin Torbeck: la Hatte Es-
mangard et Corail, soit au total 3.000 carreaux de
terre environ taient un vrai reservoir d'Hommes
dvous Salomon, de travailleurs, de partisans,
de conspirateurs, de leaders, enfin, qu'elle entrete-
nait dans le culte du Grand Chef, et, par un sys-
tme de relais de signes conventionnels, de chan-
sons o elle prchait la resistance, l'attente et
l'esprance, elle rendit possible le retour de son
Illustre frre, don't le noyau politique ne s'tait
jamais dsorganis malgr son absence du Pays,









puis son bannissement qui devait entrainer comme
consequence escompte la dsorganisation invi-
table de ses forces politiques.
Les historians n'ont jamais expliqu comment
aprs 20 annes d'exil, Salomon dj avanc en
ge a pu ds son a r r i v e Port-au-Prince,
prendre la direction d'un movement Politique,
retrouver Ta fleur des militants de son future parti,
aux postes de combat et prte l'action.
Ils n'ont pas essay non plus de comprendre
ou d'expliquer tout au moins pourquoi les mini-
tieuses precautions de ses ennemis, les perscutions
don't Salomon fut l'objet, au lieu de le ruiner, lui
prparrent les voies en lui assurant la matrise
des avenues qui mnent au Pouvoir.
Les Historiens n'oni pas enfin expliqu com-
ment Salomon en exil Paris, gagna la Ja-
maque d'o avec une precision mathmatique il
devait partir pour arriver temps et faire parties
du Gouvernement Provisoire.
Derrire son succs, ses dplacements sur horaire,
son ascension politique finale, se trouvait la Vo-
lont d'une femme race, adroit et infatigable,
qui ne se reposait ni jour, ni nuit; qui menait la
plus savante et la plus subtile conspiration de
notre Histoire et que pour punir de son dvou-
ment la cause du people, un Commandant d'A-







rondissement don't je veux taire le nom devait fair
conduire pieds nus, sous forte escorted, pieds et
au pas de charge, de Torbeck aux Cayes o on de-
vait l'crouer en attendant 1 e peloton d'excution!
Derrire Emile Pierre et Salomon se trouvait une
femme historique: Marie Louise Ursule Irma
Salomon.











4



















S-B-


L'ACTION POLITIQUE DE

JOSEPH JEREMIE

PENDANT ET APRES

LE CONFLICT HISTORIQUE

DES NATIONAUX ET DES LIBERAUX

1882 1915
1






































JOSEPH JEREMIE
Doyen de nos Hommes Politiques
de nos parlementaires
de nos ministres
de nos journalistes
Orateur et Ecrioain aninent.










L'ACTION POLITIQUE DEJEREMIE

C'est dans ce climate, Monsieur le Jubilaire que
vous deviez passer vos annes de formation Politi-
que. Les Hommes et Les Femmes de cette poque.
taient d'une autre trempe. A cote deux, nous
sommes devenus des hommes moyens" selon la
belle expression dAuguste Magloire. Issus de la
mentality de l'acte de Rsistance l'oppression, de
celle de la Constitution de 1867 qui lgalisait l'ins-
surrection, de l'adresse au Prsidentde la Rpubli-
que, d'Hrard Dumesle, sorte de "Remontrances"
rplique Antillaise de l'autre que Boyer accept aus-
si philosophiquement que Charles d'Angleterrre; du
Manifeste de Praslin auquel Salomon ne fut pas
tranger, ces Hommes, nos anctres, savaient rcla-
mer la Libert ou rclamer la Mort, et se montrer
dignes de l'une et de l'autre. Ah Monsieur, vous
tes n sous une belle toile, d'avoir eu de tels
guides et de tels modles; d'avoir respir le mme
air qu'eux et de pouvoir dire, nous qui marchons
dsempars vers notre devoir viril, nous, don't la
chair pouvante a horreur du grandiose: J'ai vu
les Nationaux et les Libraux, C'taient des au-
thentiques don't nous avons le droit d'tr fiers 1"







SALOMON REFORMATEUR DU NATIONAL
TRADITIONNEL DE DESSALINES !

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

Nous sommes en 1881: Notre fge d'Or Poltiquel
Salomon est au pouvoir depuis deux ans, lu libre-
ment, au course d'une des lections les plus honn-
tes que ce pays a connues. Fidle ses promesses,
il ralise un programme politique large. 11 veut
changer les choses: Il est instruit, pondr, comp-
tent, appel par tous les parties et acclam come
le Sauveur et le Librateur Sa personnalit est
Neutre. Pendant 20 ans, il a souffert tant du
Noir de doublure que du Mulatre intransigeanL-
I1 a s attendre le succs. Instruit par l'exprience
et le malheur, Il sait bien qu'un gouvernement
compos exclusivement de Noirs est aussi impossible
qu'un Gouvernement compost exclusivement de
Multres.- Hritier du Traditionalisme politique
troit du Pass, Il est, Lui, National progressiste et
prconise" l'Effort dans l'Ordre et dans la Libert
Oui dans la Libert et l'Honntet Administra-
tive, rejoignant ainsi les Libraux et formant un
gouvernement de jonction, battant le rappel de tous
les authentiques quels que soient leur couleur et
leur rang. A preuve: Pour la premiere fois dans
l'Histoire de ce Pays, le Gouvernement n'tait pas








une coterie ou une faction, mais un parti large
avec come devise: "Le plus grand bien au
plus grand nombre". Or, tous les Hom-
mes Politiques savent que les parties politiques
se montrent partout o la vie politique se meut
librement. 'Ils ne disparaissent ou n'arriaent
pas niatre que chez les Peuples opprims par un
Pouvoir violent et asservis par la misre des dic-
tatures. Salomon rforma donc. dans le sens d-
mocratique, le Traditionalime absolu et despotique
de Dessalines.
Les parties se manifestent d'autant plus libre-
ment que la vie politique est plus libre et le Pays
plus riche. Cette remarque fait loi, En ces temps
heureux et bienfaisants, l'Homme tait donc libre.
group derriere des parties et des programmes,
et non plus derriere des Hommes.- Deux grands-
partis se partageaient la vie Politique du Pays :
Le Parti National don't Salomon tait le chef, et le
parti Libral avait comme chef Boyer Bazelais. La
bataille des ides tait prpondrante et s'exerait
dans la plus grande libert d'expresssion possible.
Quelles taient donc les ides en course, ces ideologies
que votre frre et Vous, Monsieur le Jubilaire,
en compagnie d'une quipe de lettrs, alliez sou-
tenir ou combattre dans le "PERSEVERANT"
Journal de combat que vous veniez de fonder ?
Les tenaces hritiers de notre Libralisme poli-
tique d'avant 1881 n'taient pas dcourags ni








hsitants, malgr les dures leons d'Histoire que
les Libraux authentiques s'taient charges d'ensei-
gner aux partisans mme du Libralisme. A cet
gard leur Histoire est tout un enseignement d-
concertant.

L'EXPERIENCE DU LIBERALISME

Dessalines, Christophe et Ption pour ne citer
que ces chefs, brennent les armes pour librer leurs
frres d'un servage ho n t e u x. A l'esclaoage, la
plus grande de toutes les injustices sociales, le
droit sacr de l'insurrection rpond, cette raison
dernire des peuples et des races opprims contre
les abus de la force.-- Ils triomphent et fondent
en 1804 une Nation base sur la Libert Dessa-
lines et Christophe, tenant de la Force tradition-
nelle et de l'Arme politique comme instruments de
rgne, renoncent ds l'abord la Libert.... pour les
autres.
Ils osent devenir Empereur et Roi absolus.
Ption, par contre, va les combattre l'un et
l'autre. A la mort de Dessalines, Christophe ne
pouvant s'entendre avec Ption sur le principle du
Libralisme politique, se spare de son rival, re-
nonce cette prsidence trique. qui lui estoffer-
te et va dans le nord fonder un Royaume absolu
sa taille et sa con enance. Ption rest mai-








tre de l'Ouest et du Sud, devient Prsident de
cette parties du Pays, et par une Constitution Li-
rale se donne dans la personnel d'un Snat fori,
un contrleur capable de le siore dan s ses excs
C'est de l'orthodoxie Librale quitable : car le
Parlement librement lu et jouant son rle de con-
trleur de l'Excutif r 6 a 1 i s e un des objectifs
principaux de la conception politique des Li-
braux, en Haiti.
Nous sommes en 1806.- Peu de temps aprs,
Ption dtruisant lui-mme son oeuvre librale se
lasse du contrle du Snat, I'ignore et comme
Christophe gouverne en Dictateur ses partisans
tonns.
Boyer lui succde.-- En 1820 il refait la mort
de Christophe-lUnit national et par tage le pouvoit
aoec le Snat. Mais moins de 5 ans aprs, ce lib-
ral avant la lettre fait du Snat un objet de rise et
atteint la Dictature. lui aussi. L'opposition Par-
lementaire grandit soutenue par la jeunesse et les
rformateurs Libraux. Il avilit la Presse don't la
Constitution de 1816 garantissait les droits. En
1838, il, combat le Parlememt ouvertement aprs
les remontrances d'Hrard Dumesle. Il viole la
Constitution, chasse les Parlementaires de leurs
siges et comme ils sont rlus, leur refuse,
l'exemple de Cromwell, l'entre du Parlement.








Rivire Hrard, liberal lui succde: Les Libraux
sont au ponu oir et attendent de profondes rformes
librales des ides rvolutionnaires de 1843.11s furent
dus. Par une Constitution inapte et ridicule, H-
rard se montre incapable, est renvers dans l'anne.
sans avoiraid le Libralisme imposer un parlement
fort, les droits de l'homme et les liberts du citoyen.
Geffrard, le champion du Parlementarisme et du
Libralisme s'empresse de dissoudre le Snat, en at-
tendant que la Rvolution dissolve son tour le Par-
lement Libral.
S Salnave et Nissage Saget, Libraux se lassent du
ParlementarismeLibralet finissent dans l'anarchie.
Et Boisrond Canal, Libral, convaincu de l'chec
du Parlementarisme Libral, dmissionne dgout
aprs avoir t pris parti par l'insurrection Lib-
rale et laiss Salomon les mains libres pour s'lever
au Pouvoir Suprme.Depuis rien n'a chang.Si,donc,
nous nous en tenons aux faits, le Programme Libral
dans son action parlementaire,fi t condamn par les
leaders libraux eux-mmes come impraticable. Ils
crrent dans la Personne du Parlement une Dicta-
ture en face de la Dictature de l'Excutif et par des
discussions oiseuses et sans objet--perdirent enjou tes
parlementaires le temps dvolu 'action centre
l'Excutif et aux Riformes indispensables, destines
a garantir les droits malinables du citoyen contre
l'absolutisme du Traditionalisme Dessahnien.
Boyer-Bazelais, cependant n'entendit pas les choses
de cette faon. Il s'ingnia croire aux principles








du Libralisme. Pour son pari comme pour beau-
coup d'hatliens, minents d'hier et d'aujourd'hui
le meilleur Chef d'Etat est ce Policien Profession-
nel amateur de promesses astronomiques, faute de
mieux, et don't le gouvernement, strile comme un
figuier, finit toujours dans la violence politique.
Comme si le bonheur National pouvait jamais d-
pendre de la Politique d'abord.- Boyer Bazelais
tait autrement orient: mais il fut le prisnnier de
son part. Il venait de mener et de terminer victo-
rieusement d'importantes Rformes conomiques
et Financires. Il est respect et assez, cout pour
arriver un accord avec les Nationaux sur les pro-
blmes communs aux deux partis--Il ne le fit pas.
JEREMIE NATIONAL MODERE
Salomon-- conomiste galement-- prparait sa tri-
ple rforme conomique, financireet montaire.
Nous sommes en 1882. Votre journal, Monsieur le
Jubilaire, a fait champagne pour les Nationaux et
vous vous appliquez dvelopper le Programme
Politique et Educationnel de Toussaint-Louverture
qui consiste lever le niveau intellectual et moral
des fils de paysans. Etape ncessaire sans laquelle
ils risquent aux affaires publiques, d'tre des aven-
turiers politiques sans foi ni loi, inaptes, et incapables
Vous prononcez alors une'importante Confrence sur
l'Education populaire. Vous luttez pour votre Idal
'Le plus Grand bien au plus grand nombre"auquel les
Libraux rpondaient implacablement dans leur press
se par cet autre slogan:" Le pouvoir au plus capable








Vous pressentiez dj que si ces deux formules
taien assocides, le Gouvernement qui en serait le
dpositaire, serait grand et prospre. Or, c'est l'E-
ducation qui pouvait faire des hommes capable.
c'est l'Education qui doit tout changer mais c'est
l'Education que les Libraux. refusaient aux masses
et don't les Nationaux ont t incapables de leur assu-
rer les bienfaits. C'est selon ous, par l'Education r-
pandue largement que les ingalits de base et d'en-
semble seront rduites et que les lites Nationales et
Librales devaient deoenir quivalenles, condition-
et Salomon le soulignait avec vigueur aux Audiences
du dimanche- que lEducation ne vise pas seule-
ment le nombre, la quantit oufoissonnent les litt-
raires sans base ni formation et les doublures sans
foi hi loi mais aspire aussi ds l'Enseignement
Secondaire et Suprieur la Slection, la Qua-
lit, a crer l'authentique enformant ct de
l'esprit, le caractre. la fiert, l'efficience. l'Hon-
ntet.

SALOMON ET BAZELAIS DEUX FORCES
COMPLEMENT IRES
Position

L Salomon et Bazelais se retrouvaient et
taient parfaitement d'accord, un accord qui fut
tout considrer funeste aux Libraux extrmistes et








par tisans.- Car l'chec du parti Libeal qui, nous
l'avons tabli, n'a cess de letter contre ses
propres leaders infidles leur foi et leurs serments,
n'tait pas d Miragane seul o ils deoaient
puiser par la lutte arme prmature, leur deuxime
manire intransigeante de combat :L'Insurrection.
Leur chec tait en grande parties le rsultat d'une
Poltique Nationale lucide o Salomon totalement
d'accord avec les vrais Libraux sous certain
angles et le d c la r a n t d'ailleurs dans sa
" brochure" UNE DE FENSE", devait
agrandir et rvolutionner la conception conserva-
trice et Traditionnelle du Gouvernement autocra-
tique lgu par Dessalines, cette conception strile
et dsute base uniquement sur la couleur, cette
politique ethnique de l'homme fort, prconise g-
nralement par des Noirs Extrmistes et despotes
et reposant sur : L'Arme Politique, la dictature
absolue, l'absence de contrle parlementaire, et de
decision du Juge libre, les violence politiques, la
dmagogie o les Masses sontflattes, trompes et
gruges, le nivellementpar en bas, la corruption de
la Presse et de l'Opinion, la destruction de la Li-
bert et de l'honnteiAdministrative que tous ces
gouvernements ont pratiqus, que les Libraux eux
mmes ont malencontreusement adopts priodi-
quement et contre lesquels Boyer-Bazelais.menait
la lutte, cete lutte pour rhonntet politique et ad-
ministrative qui valut Salomon hostility deSou-
louqu et de son quipe, mais qui--par contre-fai-
sat de son nom une garantie pour le credit Haitien.









Par une manoeuvre politique consomme, sous
les impratifs de son intelligence hours pair, Salo-
mon renona ces anciens privileges' politiques
aussi dangereux que striles et auxquels se cram-
ponnent encore de nos jours, ses faux imitateurs
qui, par erreur ou ignorance, croient reprendre
ainsi son oeuvre rnovatrice. Salomon en effet,
adopt trs largement les Rformes librales,
crant ainsi- par cette volution en profondeur et
savante un gouvernement de jonction large et
Mdian ou au nouveau programme National Tra-
ditionnel rform, il ajouta les idaux les plus chers
au parti liberal: L'Honntet, Administrative, la
Liberty d'Opinion et le parti distinct, opposs la
coterie et la faction qui disparurent durant son
mandate: l'Honntet la competence et le fair-play,
la probit, le respect des deniers publics, le con-
trle parlementaire raisonnable plus large qu'aucun
President Libral avant ou aprs lui ne l'admit, le
pas donn l'Economie sur la Politique, la rpres-
sion systmatique'du favoritisme, du vol et de la
corruption, la collaboration avec les meilleurs noirs:
Deslormes, Manigat, Janvier, Monplaisir, Proph-
te, Piquant, j'en passe. Par cette manoeuvre enve-
loppante, Salomon crait une doctrine nouvelle, la
3me. Force II tait l'opposition librale ses ba-
ses lesplus solides, laissant aux libraux seulement
deux issues de valeur. ingale: Partager avec lui le








Pouvoir pour y dfendre leur propre programme de
Gouvernement, ou poursuivre une opposition sterile
don't l'abou issant ne pou ait-tre que lInsurrection.
Nous sommes en 1883- Les Libraux firent l'un et
l'autre avec une liberty de decision jamais dmentie
et un courage auquel il nous plait de rendre au-
jourd'hui un public hommage.
PRINCIPLE
Cet hommage rendu parce que mrit, qu'il nous
soit permis de regretter que les Libraux, qui
n'avaient aucun moment avant Miragoane connu
les rigeurs du gouyernement de Salomon, n'aient pas
profit de la presence d'un homme aussi proche
d'eux que possible, par l'Education et la Culture,
la position S o c i a le et la formation Politique, le
genre de vie et une conception foncirement hon-
nte du gouvernement, pour raliser ce qui pouvait
l'tre de l'idal liberal. Pourquoi les Libraux non
partisans et non intransigeants ne se sont-ils pas ap-
pys sur un homme qui comme eux, avait beau-
coup voyag, vu et adopt les principles de gou-
vernement en l'honneur chez les Occidentaux pour
asseoir avec lui et dfinitivement les bases adminis-
tratives d'un gouvernement libral,de progrs avec
le contrle parlementaire et la libert de l'homme. On
sait que la vie publique hatienne a oscill invaria-
blement de 1804 1949 enfre 3 groups de conser-
vateurs invtrs et froces: Le noir, conservateur
politique traditionnel: le multre, conservateur co-









nomique et social, et la masse, gardienne aveugle
des traditions primitives. Contre eux, se heurtent
tout lan de civilisation, tout effort novateur en
liberation, toute initiative des hommes de bonne
volont et de progrs qui veulent changer les hoses,
Salomon avait rompu avec cet odieux systme, et
entrevit la 3me. force. Pourquoi les L i b raux
d'alors n'ont-ils pas profit de sa presence au pou-
voir pour abandonner des privileges conomiques
et sociaux improductifs, dsuets et dangereux, afin
d'acqurir de nouveaux privileges c onom i q u e s
productifs pour le pays, grce la collaboration
des Leaders, Salomon et Bazelais conomistes d'en-
vergure tous les deux? Telle est aujourd'hui la po-
sition neuve et fconde de la 3me. force entire Na-
tionaux et Libraux Intransigeants ou extrmistes.
Cette position nous la dfendrons, car il ne saurait
tre question pour des hommes libres, en plein
20me sicle, 150 ans aprs Dessalines et Ption,d'op-
ter pour tel conservateur ou pour tel autre; d'oscil-
ler de l'un 'autre, consolidant ainsi, un statu quo
politique ou conomique d'autant plus dgradant
et honteux que tous ces conservateurs cartent les
masses de la politique ou de l'conomie et les gar-
dent dans une dmoralisante servitude, avec comme
aboutissants : d'une part l'incomptence, le chaos,
l'anarchie et le vol; de l'autre une misre dore au
sein des richesses. Un tel quilibre politique est
prim Si Salomon tait le Leader National








avec lequel les Libraux avaient le plus de chances
de s'entendre, il tait aussi le Leader natural des
masses, et absolument capable de les librer. Fils
de grand planteur .et grand planteur lui-mme,
aristocrate, autant que gagn la cause du plus
grand nombre, Salomon tait un Leader complete.
Aussi Boisrond Canal conscient qu'il ne pouvait
garder le pouvoir, et que Boyer Bazelais qu'il
venait de vaincre, ne pouvait gure le prendre,
en politique habile il facility le succs de. Sa-
lomon, sentant que c'tait l'homme avec lequel,
les Libraux pouvaient et devaient s'entendre,
celui qui pour n'avoir jamais souffert de la-tra-
ditionnelle misre haitienne, tait sans rvendi-
cation conomique et sans haine aveugle. Il avait
des adversaires: Il les connaissait; mais I11 avait aus-
si des amis, parmi les libraux, et aussi des parents:
Les Roberts, les Clodius... Et c'est cela Haiti. Il
sut dfendre cependant ses convictions avec ferme-
t. accept les perscutions, la prison, et fut sou-
vent accul au mme coin que les Libraux cause
de leur similitude de vue sur certain problmes
communs, et pour leur faon identique de com-
prendre et de dfendre l'onntet administrative.
Tels sont les faits. Or, lorsque les ides en course,
les movements populaires, les opinions sont tels
que l'action librale ne peut se comprendri et a
besoin d'un National mdiateur pour la faire
admettre, il faut cder le pas des fkommes avec








lesquels on peut s'entendre et qui peuvent assu-
rer et la liberation des masses et le maintien des
lites au gouvernement. Bazelais ne le comprit pas
ainsi. La Rvolution de 1946 non plus.
La dfaite des Libraux Miragone, la mort de
Bazelais, la dissolution ouverte du parti Libral de-
vaient, bien considrer, tre funeste au parti na-
tional, ds que Salomon cessa d'en tre le chef, et
marquer ds 1887 la fin de prestige des Nationaux
en Politique.- La priode qui va de 1890 1948
est politiquement la pire de toute notre Histoire:
Car elle donna lieu une suite de Gouvernements
Nationaux phmres, inaptes ou bicphales que
l'Historien impartial qualifier de cterie ou de fac-
tion politiques traditionnelles et rivals. Les parties
ont disparu et avec eux la prosprit proverbial du
Gouvernement de Salomon et la libert. Or, rien
n'est grand sans laLibert, rien ne vaut sans FI-
NANCE.
L'explication de cette infortune national qui en
se perptuant prend les proportions d'un dsastre
historique, se trouve entirement dans la vrit
politique s u i v a n t e qui a la rigidit d'une
Loi: L'idologie Nationale Traditionnelle d o n t
Salomon n'a pas voulu et auquel Il substitua une
formule nouvelle et conjointe, de jonction, au-
tant que le libralisme chevel que Ption, Boyer,
Rivire Hrard, Geffrard, Boisrond Canal, Borno








ou Vincent n'ont pas pu tolrer et qui deoait
perdre Boyer-Bazelais lui-mme, pris sparment
et isolment, reprsentent l'une et l'autre deux doc-
trines politiques incompltes, dangereuses et st-
riles: Car les ideologies nationals et librales
sont complmentaires, forment un tout homogne
auquel il appartiendra un parti de jonction
entire Nationaux et Libraux, une troisime
Force d'offrir un cadre politique adquat, et une
formule relative et opportune, jamais absolue
encore moins oppose.

JEREMIE OPPORTUNISTE

Toute votre vie politique, Monsieur le Jubilaire,
devait souffrir de l'absence d'un tel part et avec
Vous, le Pays tout enter qui de 1889 ce
jour, avec une volont inlassable, cherche sa voie
entire deux conceptions rigides et absolues, dnues
de toute vertu exprimentale et charges de mal-
heur et d'inutile opposition. C'est dans ce climate
difficile qu'il Vous faudra voluer, Vous, l'homme
du centre, le partisan de la politique du just
milieu, de cet opportuniste chrtien enfin don't
Gambetta, Raymond Poincar, Combes, toute la
Politique Anglaise entire les Tories et les Wigs,
aujourd'hui entire les Conservateurs et les Libraux,
la Politique Amricaine avec F. D. Roosevelt
donnrent au monde l'exemple victorieux et ra-








liste, d'o devait natre et la grandeur et la pros-
prit de ces Nations.
Nous vous retrouvons Colonel en 1882 et Chef de
Bureau l'Intrieur. En 1883, Chef de Division
la Marine, provisoirement: function qu'en 1884
vous deviez dfinitivement assumer. En 1885 r1n-
surrection du Cap-Haitien mate, vous accolt-
gnez en mission spciale, le Gnral Btefior
Prophte dans le Nord. Vous tes son priiipal
Conseiller. Vous gagnez de plus en plus la
confiance du parti National et du Gouvernement
qui en 1887 vous envoient siger au ParKement
comme premier Dput de Port-au-Prince.
L vous faites crer la Commission du Budget
come elle fonctionne de nos jours, et laites confier
la Banque Nationale que Salomon avait cre-
le Service de Trsorerie du gouver~ement. Ceci
vous vaut un hommage publique du Prsident
Salomon don't vous renforciez par cette measure la
politique de probit et d'honntet administrative,
vritable plateforme de jonction des deux parties
d'alors. Salomon est rlu pour son malheur, et
renvers deux ans aprs: avec lui les liberts et la:
prosprit Nationale. Et avec lui, vous aussi. Car:
comme en 1946, la Rvolution chassait de leurs
siges les parlementaires du rgime dchu.








JEREMIE ET LA GRATUITE DE
L'ENSEIGNEMENT.

Vous vous prsentez une nouvelle fois hono-
rablement devant le Peuple et Vous tes lu
de u x i me Constituant de Port-au-Prince
et premier Secrtaire de l'Assemble Nationale.
A ce poste, vous faites triompher le principle
de la gratuit de l'Instruction Publique tous
les degrs, car Vous n'oubliez pas que les ido-
logies Nationiles et Librales sont complmentai-
res et que les deux lites Librales et Nationales
doivent s'unir pour diriger ce pays avec competence
et faire le plus grand bien au plus grand nombre.
Le problme fundamental d'Haiti est de savoir
dans quelle measure les authentiques Nationaux et
Libraux peuvent se mettre d'accord pour rsoudre
enfin les problmes d'hier et d'aujourd'hui au pro-
fit des Masses Urbaines et Rurales, en provoquant
les changements ncessaires.

EXIL

En 1888, lgitime succde Salomon.
La Revolution fait rage dans 1e Nord,que
le Ministre de la Guerre et de la Marine Anselme
Prophte investit courageusement, mais en vain. La
Revolution triomphe, mais Vous aviez quitt le








Ministre trois mois avant. Vous gagnez quand
mme l'Exil.
En 1892, Vous tes Prsident de l'Association
du Centenaire. Puis Directeur de l'Ecole du soir, o
dans un nouvel apostolat, vous enseignez l'adul-
te: Officiers illtrs de garnison Port-au-Prince,
homme de la Rue qui aspire l'Etude.
La Politique Vous reprend en' 1902. Le Comit
Central du Salut Public vous lit membre du
Gouvernement provisoire. L Vous aidez la jeu-
nesse contrairement ce que fit Boyer. Par un
Dcret, Vous rtablissez le Conseil Suprieur de
l'Universit et vous I i b r e z des Etudiants en
Mdecine qu'une measure disciplinaire avait frappe.

JEREMIE, FIRMIN ET L'AFFAIRE
DE LA CRETE-A-PIERROT

Ministre de l'Education Nationale et des Rela-
tions Extrieures Vous y ralisiez votre Programme
large quand on vous charge, par intrim, des
portefeuilles de la Guerre et de la Marine en lieu
et place du Gnral Nord Alexis, en mission dans
le Nord o il va assurer la Libert Electorale con-
trairement l'orthodoxie Traditionnelle du Natio-
nal, et ses propres convictions politiques.- Pour
Nord Alexis en effet, comme pour les tenants de la
Dictature, toute election doit tre officielle, car seule








l'Arme Politique compete et peut. Le plus grand
ennemi de l'honntet lectorale c'est l'Arme Po-
litique.-Mais ce moment l le firministe secouait
encore ce pays profondment et devenait une me-
nace pour le candicrat N6rd Alexis.
Firmin tait Libral. Ses premiers contacts avec
Bazelais dataient sans doute du 30 Juin, lors du s-
jour de celui-ci aux Gonaives. Il se signal au public
par une clbre correspondence avec Deslormes.
qui le secoue vivement. Sa grande amiti pour
Edmond Paul autant que les tendances de son
esprit et sa formation politique le conduisirent
sans doute au parti Libral'
Sam dmissionne le 12 Mai 1902. Le Gouvernement
provisiore que prside Boisrond-Canal est constitu.
Firmin et Nord Alexis sont Port-au-Prince qui,
comme toujours, est le sige des vnements. Nord
veut y entrer avec son arme politique, y imposer sa
candidature et forcer une decision comme ce fut en-
core le cas en 1946-Protestation de Fouchard et de
Snque qu'appuie le Gouvernement provisoire.
Au surplus, Albert Salnave, beau-frre de Fir-
min, est Commandant de l'Arrondissement du
Nord. Firmin s'y rend pour, y faire des lections
favorables suivi de Nord-Alexis qui, malgr les eft
forts de Killick galement au Cap, est hostile
tout arrangement. Bagarres:- Firmin vaincu prend
place bord de la Crte--Pierrot, se rend aux









Gonaives et s'y fait lire Dput.- On connait le
reste. Le drame de la Crte--Pierrot qui refuse de re-,
gagner Port-au-Prince malgr vos injonctions, Mon-
sieur le Jubilaire.- Vous tiez Ministre des Relations
Extrieures- Dpche Firmin qui vous rpond
qu'il prira avec le navire hatien si Boisrond Canal
s'obstine le fair capture par une unit navale
trangre- Firmin prend les armes aux Gonaives.
Devant cette decision, Vous quittez le Gouverne-
ment Provisoire, pour viter Votre Pays le sort
'de la Pologne partage par la faute des parties aux
ordres de l'Etranger.

JEREMIE AU POUVOIR

Nord Alexis est Prsident d'Haiti. Il vous rap-
pelle aux Relations Extrieures comme Ministre.
Vous n'y restez que quelques jours: Le Snat de-
vait renverser le Cabinet par un vote.
Vous ne reviendrez sur la scne politique qu'a-
vec Antoine Simon comme Secrtair d'Etat de
l'Intrieur. Firmin alors ministre d'Haiti Londres
voulu regagner son Pays- Simon s'y opposa- Saio-
mon connut le mme sort. Vous tiez malheureu-
sement aux cts de Simon qui- en personne- re-
dingote grise, pantalon drill blanc, botte noire, di-
rigeait cheval les operations militaires devant les
douanes et face au littoral. Firmin bord d'un bateau
franais dt regagner l'tranger dans le plus com-









plet dcouragement. Comme les Libraux il fut victi-
me de la precipitation. En Politique, il faut savoir
attendre: cette force est suprieure l'action inop-
portune.
Le pays tait profondment divis- Gouverne-
ment bicphale ou de doublure, faction politique
aux ordres de l'Etranger, R v o 1 u t i o n aprs
Revolution, Nord contre Sud, Libraux contre Na-
tionaux; N o i r s contre Multres, intellectuals
contre militaires; la Province contre Port-Prince,
l'Elite contre la Masse; le Gouvernement contre
l'honntet, la libert et la competence; les villes
contre les campagnes, le bel-air et le morne--turf
contre turgeau,- et la Misre la grande niveleuse,
contre tout cela. La guerre civil tait latente: elle
l'est demeure pour indiquer nettement nos gou-
vernements que l'opposition entire le Totalitarisme
et le Fdralisme- en Haiti- doit tre rsolue en fa-
veur d'une Fdration des Dpartements dans un
systme gouvernemental de Dcentralisation Eco-
nomique. Autrement la politique d'opposition fera
face la politique de repression et les vengeances
aux rpresailles, laissant sans solution les pro-
blmes d'hier e t d'aujourd'hui. N'importe qui
serait dcourag moins. Vous ne l'tes pas.








JEREMIE CHARGE DE TOUS
LES MINISTERS

Vous persvrez et Votre ascension Politique se
pursuit. Nous sommes en 1911. Vous terminez
heureusement la champagne de Vallires qui vous
vaut une reputation d'Homme d'Etat. Nouvelles
prises d'armes dans le N o r d o Simon mne le
Sud l'assaut et dirige les operations en per-
sonne. Vous avez toute sa confiance. Il vous laisse
au sige du Gouvernement charge de tous les
Portefeuilles Ministriels. Vous tes au fate des
Honneurs et de la Puissance et comme c'est la
guerre civil, matre des vies et des biens.
Sans excs d'aucune sorte, Vous maintenez
l'ordre, malgr les progrs de l'insurection, la
dfaite "des troupes du Sud, la panique Port-au-
Prince q u e regagne Simon puis e t prs
quitter le Pouvoir. L'Ennemi est Ption-Ville. On
vous confie le portefeuille des Relations Extrieures,
avec Mission d'immiscer l'Etranger dans nos affairs
intrieures, en plaant le Gouvernement et l'Ar-
me sous la protection du Corps Consulaire. Con-
servant ce moment d'extrmes prils, votre
courage et votre tte quand tous les autres les
perdaient, vous refuserez firement: je ne peux pas
reconnaitre au C o r p s Diplomatique le dr oi t
de concourir a la Formation du Comit de Salut
/'








Public. Nous nous embarquerons plutt les armes
la main". Vous le faites Ce furent vos derniers
beaux jours, au Service du pays.
Les Nationaux, en effet avaient fait leur
temps.- Depuis Salomon, qui leur laissa ce fameux
cigare incandescent aux deux bouts, ils furent sans
cesse harcels et impuissants aux affaires politiques
qu'ils dirigrent plus mal, que bien, sans jamais oser
fconder la pense politique haitienne par des r-
formes en profondeur.Vous aviez crit MISSION DE
L'HOMME DANS LA VIE" sans vous apercev'oir
peut-tre que vous aviez votre propre mission poli-
tique; soutenir la troisime Force entire Nationaux et
Libraux et au dessus d'eux. Cette troisimeForce
de Jonction, force intermdiaire et conjointe don't
Salomon posa les bases en revitalisant le Tradition-
nalisme Conservateur par des rformes librales no-
vatrices et complmentaires sous le signe de l'Effort
dans l'Ordre, la Libert et l'Aisance.

LA REACTION CONTRE JEREMIE

Les Libraux ressucits sous Hyppolyte et Sani,
redeviennent agissants a v e c la chute de Simon
pour renatre totalement avec Dartiguenave la
faveur de l'Occupation Etrangre de ce Pays.
Ce serait miracle si aprs les 5 mois d'exil la
Jamaque vous deviez chapper leurs represailles.








Vous tes, en effet, sous Leconte. poursuivi comme
violateur des lois pour avoir- comme Ministre int-
rimaire des Finances sous Simon, remis en circula-
tiom les pices de nickel de 50 centimes.
L'Ordonnance du Juge d'instruction qui vous
renvoie au Criminel reconnat que vous n'avez pas
gard un centime de ces fonds pour vous-mme. Le
Tribunal Suprme cassa cette Ordonnance et vous
- renvoya au Correctionnel pour n'avoir pas excut
une loi de Finance. C'est ainsi que vous avez
obtenu la libert provisoire sous caution. Nous
sommes en 1915- Davilmar Thodore, phmre
comme ses devanciers pursuit une ple ges-
tion laquelle l'insurrection des Cacos avec Vil-
brum Guillaume devait mettre un terme. Ceux-ci
sont Ption-Ville. Borno dmissionne comme
Ministre des Relations Extrieures et de la Justice
six jours avant la chute de Thodore. Vous le
remplacez et par cet expdient in entremis vous
convertissez la libert provisoire en libert dfini-
tive et mettez ainsi un baton de distance entire
vos adversaires politiques et Vous.


















-C-

LA POLITIQUE DU JUST MILIEU
ET LA PHILOSOPHIE POLITIQUE
DE JEREMIE
LA 3eme. FORCE D'AUTHENTIQUES
AU REGARD DE LA
LINE PERMANENT DE LA
POLITIQUE HAITIENNE











































DR. RENE SALOMON
Il est des moments dcisifs dans la vie des Nations ou
pour rester fidles au glorieux heritage historique des Fon-
dateurs de la Patrie, au prestige et la vocation de la Race
les leaders conscients du pays en regression sont obligs de
briser dlibrment des traditions qui ont eu leur valeur et
leur utility, mais qui ne conviennent plus aux besoins les
plus lmentaires d'un pays fatigu& et pauvre, qui sont de
continue vivre.
Dr. Remn SALOMON
Extrait de "Pages de Dochtrws
et de Combats."








LA POLITIQUE DU JUST MILIEU
OU LA 3e. FORCE

Ainsi donc, durant 35 ans, tous les tournants
de notre vie politique, nous vous retrouvons luttant
pour le bien de notre Patrie et prconisant cette
politique du just milieu qui ne vous empcha ni
de dmissionner volontairement des nombreux mi-
nistres occups ni de gagner l'exil quand vous
n'approuviez pas la politique du moment. Servir,
voici votre principal atout et l'intelligence des si-
tuations votre principal force. Les annes de for-
mation furent pour vous d'une importance consi-
drable. Elles vous apprirent connatre les
- Hommes, connatre surtout leurs faiblesses,
computer avec leurs dfauts:
Homme politique, vous avez votre
actif plusieurs actes important. En 1902, tandis
qu'au Couvernement provisoire vous vous tiriez
avec bonheur d'une suite de mauvais pas, Cuba
conqurait son Indpendance et Son Excellence
Estrada Palma en devenait le premier Prsident. A
Scette occasion en tant qu'Excutif Haitien, Vous
avez sign au Livre d'Or de cette Rpublique
l'acte de reconnaissance de son Indpendance.
Deux ans plus tard, en 1904 aux ftes du
Centenaire vous deviez prononcer aprs avoir









travaill inlassablement sa ralisation, le dis-
cours d'inauguration de la Statue de Dessalines au
champ de Mars telle qu'on la voit aujourd'hui.
Sous Simon, Vous faites clairer Port-au-Prince,
le Cap et les Gonaves- et vous dressez le bilan de
la commune de Port-au-Prince. Votre oeuvre nefut
donc pas negative et nous sommes encore tributai-
re de ce que vous avez laiss y a 45 ans.
Monsieur le Prsident, Mesdames,
Mesdemoiselles, Messieurs,
J'ai essay aussi brivement que je l'ai pu, de d-
gager quelques faits saillants de la vie politique de
Mr. Jrmie qui tant donn sa participation la
lutte entire Nationaux et Libraux, tant lui-mme
un National Noyateur, remote plus d'un sicle
grce la gense.de cet historique conflict qu'il a
fallu prciser devant vous. Cette vie politiquen'est
pas termine.
Elle comporte cependant un enseignement qui,
tendue sur plus d'un sicle d'Histoire Nationale, a
toutes les chances, d'tre solide, et just dans ses
principles et dans ses conclusions.

PHILOSOPHIE DE LA POLITIQUE DE
JEREMIE
Il me reste donc indiquer devant vous, et, en
vrit il me tarde de le faire, la philosophie de cet-








te vie politique, vue par un moderne- et, l'aide
de ces donnes tablir, pour mieux mettre cette
philosophie en relief, les lignes permanentes de
la politique hatienne don't on a dit tant de mal,
faute d'en avoir suffisamment dgag les causes et
les lois.
La Philosophie de la politique de Mr. Jrmie repo-
se sur la Connaissance, et se ramne a 3 points:-
a).- savoir servir
b).- savoir comprendre les situations
c).- savoir attendre.
Joseph Jrmie, le Public en convaincra, fut un
homme luicide. Il l'est rest. Or, en Politique, ce-
lui qui sait servir et se laisser exploiter au besoin
russit toujours- Tous les cheers d'Etat que j'ai ap-
prochs depuis 20 ans se sont toujours plaints de leurs
collaborateurs- Cela signifie, selon eux, qu'ils ne sont
pas aids par des hommes intelligent qui savent
servir. Quelque soit le chef d'tat Haitien, ignorant
ou gnial, incapable de gouverner ou rendant son pays
prospre par 1 tablissement de la dmocratie cono-
mique et de la vie bon march, il se croit un
personnage extraordinaire qui on doit tout et qui
ne vous doit rien. C'est un monarque sans couron-
ne, motionnel et ombrageux qui croit tout savoir
et est sr d'avoir eu en partage cet attribut Royal:
L'Intelligence.
Au fond, en Hati, tout au moins, (et Jacques
Leyburn explique impartialement pourquoi), ces ont








des personnages que souvent la function crase ou d-
borde, qui gnralement ont peu de compten-
ce au Gouvernement, et n'ont pas mme le bn-
fice de l'hrdit administrative qui fit la force et
la majest instinctives des monarchies hrditai-
res du vieux monde. -- En ralit, et cause de
cette carence, le Chef d'Etat a besoin d'tre aid
et servi -- aussi longtemps que notre pays n'aura
pas cr et duqu des Hommes d'Etat capable
de gouverner, diploms d'une Facult des Scien-
ces politiques et sociales, par example,
Mais il faut savoir aider, et savoir servir: Car
les services rendus aux grands sont en politique
une arme deux tranchants. Il faut les oublier
pour parvenir. En les rappelant on tombe tou-
jours en disgrace. L'ingratitude est une vertu
royale et prsidentielle. Aussi la Formule
suivante me parait just: "Ne contredis jamais
les souverains: aide-les et impose-toi. Ne leur
montre pas leurs fautes, aide-les les viter, et
souviens-toi que la disgrace viendra toujours
quand tu ne voudras plus aider on n'aura plus
rien offrir. Ton remplaant c'est celui auquel tu
auras fait le plus de bien et aid sortir du puits
Renard et Bouc, c'est cela la Politique.
Pour viter d'tre le bouc de cette ample comdie
aux cents actes divers qu'est le Gouvernement, il
faut ajouter Servir, l'Intelligence des situations.








Parce que Vous saviez servir, Mr. le jubilaire, on
vous a toujours cras de besogne en vous con-
fiant per intrim- 2, 3 et mme tous les porte-
feuilles ministriels la fois. Ce dernier tas arrival
en 1911.- Mais vous aviez intelligence des situa-
tions et jamais votre vigilance ne fut prise en d-
faut. A preuve: L'Affaire Killick Le malentendu
entire Boisrond Canal ex-libral, Prsident du Gou-
vernement provisoire et Firmin, Libral en hausse
et candidate la Prsidence, tait latent mais vir
dent Killick tait en outre une figure sympathi-
que et respecte. Nord Alexis enfin.tenant de la
politique traditionnelle et absolue -- tait candidate
la Prsidence aussi et Membre du Gouvernement
provisoire. Il avait une arme politique, pouvait
faire un coup d'Etat tous moments et s'emparer
de la Prsidence.- Il venait de dfaire Firmin dans
le Nord, mais n'avait pas russi l'empcher
d'tre Dput des Gonaives.-- Ministre des Rela-
tions Extrieures, vous ne vouliez pas, cependant,
que l'Histoire allia votre nom au dsastre qui r-
sulterait si, par vos soins, la Crte--Pierrot tait
captur par un navire de guerre tranger- ou ce
qui tait pire mais plus probable-- si Killick refu-
sait de se-rendre et excutait sa menace de fair
sauter le bateau avec Firmin - son bord.
Boisrond Canal, vous press d'agir. Selon vous
Firmin et Killick ont tort; Nord Alexis et Boisrond








Canal ont raison. Vous dmissionne7 cependant
comme Ministre et comme Membre du Gouverne-
ment provisoire avec vos deux collgues qui rejoi-
gnent Firmin aux Gonaves. iMais vous, vous res-
tez Port-au-Prince et refuse d'aller aussi loin
qu'eux. Politique du just Milieu qui tient compete
de tout. Nord Alexis apprcie votre indpendance.
Il est chef d'Etat, et vous rappelle aux Relations
Extrieures comme Ministre. Ce que vous avez
fait tait la solution just et bonne la fois, car
en Politique opportuniste, il faut tenir compete de
tout: tout y est relatif et contingent. Qu'advien-
drait-il de Vous si Firmin tait Prsident en lieu
et place de Nord Alexis ?
Vous auriez attend, car et c'est l la 3me.
base de votre philosophie. Vous savez attendre et
en politique opportuniste, attendre c'est tout.
Dans les pseudo-Dmocralies, autant que dans les
Dmocraties vritables important est d'attendre
sant tre compromise, et de reprsenter quelque
jour, la Rserve, la Sagesse et la Modration don't
les peuples et les mandataires finissent toujours
par sentir le besoin.
SAttendre, c'est lutter activement contre l'adver-
saire au pouvoir: Attendre, c'est rectifier l'aligne-
ment et viter des dsastres futurs; Attendre, c'est
comprendre mieux, c'est s'organiser mieux, c'est
vaincre plus surement; Attendre, c'est prparer la









nouvelle offensive plus rlaiset Attendre, c'est re-
garder la ralit bien en face et reprendre son sa-
lutaire contact; Attendre, c'est rpartir sous de
meilleurs auspices, et en plus saine compagnie;
Attendre, c'est marcher plus surement, sans pre-
cipitation, au rythme qu'il faut, en sachant bien
o l'on va; Attendre, c'est laisser passer l'averse
et sourire encore au soleil radieux qui redore le
le nuage qu'il disperse; Attendre, c'est laisser aux
adversaires le temps de tomber dans leur propre
pige, Attendre, c'est se refuser volontairement.
c'est se reprendre; Attendre, c'est s'appartenir,
Attendre, c'est ragir; Attendre c'est s'imposer,
Attendre, c'est tre plus fort; Attendre, c'est tre
plus grand, Attendre c'est aider son destin ren-
dre possible l'apothose; Attendre, c'est tre sr de
soi; A ttendre, c'est tre matre des autres; Attendre,
c'est avoir confiance en son toile; Attendre, c'est
rsister la panique; Attendre, c'est dominer le
malheur et le dsespoir; Attendre, c'est devenir
attractif; c'est polariser l'vnement; Attendre,
c'est mriter la gloire et ne s'en emparer que len-
tement; Attendre, c'est vivre intensment; Atten-
dre, c'est croire; Attendre, c'est se librer; Atten-
dre, c'est comprendre et connatre; Attendre, c'est
agir en silence et choisir le moment propice;
Attendre, c'est connaitre l'Histoire; Attendre, c'est
se connaitre soi-mme. Et ce qui est plus grand








encore, ce qui est plus sublime, c'est tre un Hom-
me que d'attendre !
Vous savez attendre, Mr. le Jubilaire Vous
n'hsitez pas dmissionner, pour attendre! Et, a
chaque effort vers cette solitude qui regnre et
revitalise, vous rcoltez de nouveaux succs.
En sachant attendre, vous avez vit la prcipita-
tion qui fut si funeste aux Libraux et qui leur
valut tant de dsillusions tout le long de notre his-
toire incertaine, qui complique les difficults politi-
ques classiques et normales d'un double foss: Celui
qui est entire l'lite et la Masse et celui qu'on trouve
exitre les deux lites.

LES LIGNES PERMANANTES DE
LA POLITIQUE HAITIENNE

Cest travers ces cueils cependant que nous
gallons essayer de retrouver succintement les lines
permanentes de la Politique Haitienne. Ce que
les historians n'ont jamais voulu admettre, c'est que
les Nationaux et les Libraux de 1879 ont suivi
les Lois de leur origine durant les luttes qui marqu-
rent leur action politique respective.-
Pour un moderne qui en 1948- revoit cette
poque et- pour la mieux comprendre recherche
avant- 1804 sa gense et ses origins historiques,
un fait saisissant se dgage de ses observations









impartiales: Le rsultat positif de cette longue lut-
te plus que sculaire peut se ramener 5 observa-
tions fondamentales:
lo).- Nationaux et Libraux se sont affronts
sans cesse, ouvertement ou non. durant un sicle 2
sans arriver s'vincer l'un l'autre.-
2o) .- Leurs luttes ont t plus funestes que pro-
fitables ce pays et au total le bilan est un deficit
certain. 96% de ce pays sont encore dans un tat
voisin de l'esclavage: or 95% c'est la nationmme!
3o) .- Historiquement, le libralisme haitien n'a ja-
mais russi s'organiser en un corps de doctrine ca-
pable de servir de base un Couvernement Libral
agissant souverainement et voulant d'une politique
librale. Historiquement aussi la dictature tradi-
tionnelle du National, accdant au pouvoir par
l'arme Politique, les cletions officielles et gouver
nant contre la libert, en repoussant tout contrle
parlementaire et toute probit dans l'administration
des fonds de l'Etat est une faillite aussi important
que celle du prtendu libralisme. Cette forme clas-
sique du National dogmatique conservateur, Sal-
lomon lui-mme n'en pas voulu.
4o) .- Il n'est pas possible de convertir une doctrine
en l'autre, chacune d'elle ayant des bases histori-
ques respectable et coirmlimentaires don't la mise
en pratique dans un systme politique clectique et








median, peut permettre de retrouver les lines nor-
males et permanentes du gouvernement dmocra-
tique tel qu'il s'entend habituellement et crer ainsi
un nouvel quilibre des forces politiques haitiennes.
5o).- En cartant les extrmistes nationaux et
libraux que l'on retrouve parmi la doublure noire et
le liberal intransigent, il reste une 3me force voi-
sine du centre et de part et d'autre qui, par une poli-
tique opportuniste, progressiste et renovatrice peut
reprsenter l e noyau authentiquement haitien,
capable de polariser l longue les extr.in>s vers
une forme politique et conomique stable et pros-
pre. EntreNationaux et Libraux, la 3me Force:
l'authentique, postule donc un Gouvernement clec-
tique de jonction ou le programme National est
tempr dans le sens de la dmocratie par le pro-
gramme Parlementaire et Administratif du Libral
derrire une formule semblable celle-ci par exem-
ple: "Le plus grand bien au plus grand nombre et
le pouvoir au plus capable, dans un ordre opportu-
niste nouveau, progressiste et dmocratique, base
de libert et d'honntet Administrative et au pro-
fit des Masses Urbaines et Rurales. Cette formule
reprsente la pense de Salomon quand il crivit:
"Un Gouvernement compos exclusivement de
Noirs est aussi impossible qu'un Gouvernement
compos exclusivement de Multre."
La formule du Gouvernement Haitien est donc








multipartite mais pour ne pas l'admettre, on affir-
me le contraire!
Cette observation est intgre dans les faits. J'ai
examine 78 formations ministrielles diffrentes,
elles routes reprsentaient des combinaisons de
coalition et taient toutesformes de Nationaux et
de Libraux dans des proportions variables. Il y a
plus: de nos 32 chefs d'Etats 15 sont noirs; 11
sont multres et 6 de nuances imprcises. La 3eme
force est donc historique. Aucun chef d'Etat n'a
drog cette rgle. Ils l'ont cependant mal appli-
que, en l'enfermant'dans des idologies aussi abso-
lues que celles des Nationaux Traditionnels et des
Libraux, allumant ainsi, selon la belle expression,
un cigare aux deux bout et se plaignant ensuite de
ne savoir comment le fumer.
Nulle part au monde plus qu'en Haiti, ou l'an-
tagonisme est dans la couleur des hommes, dans leurs
ides, leur milieu social, dans la nature mme des
choses; ou de la colonie nos jours, il fut sans cesse
raviv, la politique du just milieu ou du tiers
parti" qui n'exclut arbitrairement personnel et tient
compete de tout," ne s'impose avec plus de nettet,
dvidence et d'injonction catgorique base sur
notre histoire.
La 3me. force est gnratrice de Paix social
fconde et agissante, de c e t t e paix ncessaire
dans la -collaboration des meilleurs, au profit des








Masse, dans la liberty, dans le pacte librement con-
senti au bnfice de tous, dans le bien-tre et
le progrs National. La 3me Force offre, enfin
l'avantage de grouper dans un systme de modra-
tion politique- distinct du vieil absolutisme mili-
taire et du Libralisme verbeux un bloc National
et Liberal de Jonction, assez homogne sous l'angle
de la Doctrine, de la selection, des forces quivalen-
tes et semblables, du caractre et des moeurs, de la
Finance et de 1'Economie, de l'action populaire et
de la puissance des Masses, des impratifs de notre
histoire et de ses leons, des tendances dmocra-
tiques actuelles, des besoins de changement d'un
pays fatigu, de l'Enseignement historique que nos
moeurs politiques depuis un sicle et demi ont codi-
fi et intgr dans les faits.
Le tiers parti ou la 3me. force est donc appel
lgaliser un ordre de chose dj accept par nos
moeurs politiques et la pratique de gouvernement
en Haiti.- Salomon le ralisa dans des conditions
trop difficiles pour le faire vivre. Borno et Pradel le
prconisrent timidement sans le rendre lgal ni en
faire l'objet d'un parti dmocratique, de jonction et
de centre, paul par le enforcement des institutions
de sauvegarde de la Libert: Car la 3me. force
n'est pas une dictaturk, mais un part dmocra-
tique rnovateur et populaire. A ce titre elle est
l'instrument des changements profonds don't ce







pays fatigu a besoin.
* Telle sont Mesdames, Mesdemoiselles, et Mes-
sieurs, les lignes pernanntes de la Politique Hai-
tienne conditions de se souvenir des quatre re-
marques suivantes:

QUATRE REMARQUES POUR UNE
POLITIQUE NOUVELLE

lo).-Le parti liberal ne fut pas un part dmo-
cratique mais une application local du libralisme
parlementaire du 19me. sicle franais. Ses chefs
ont tous fini au pouvoir dans la Dictature.
2o).-Le Libralisme ne fait pas la Libert, mais
il la suppose. La Libert ne s'impose ni pa r le
verbe, ni par la discussion mais en crant ou en
consolidant les institutions de soutien sans les-
quelles elle n'est qu'une triste parodie.
3o) -L'action parlementaire -suppose un parle-
ment fort qui peut aujourd'hui se concevoir ais-
ment par une jonction avec le syndicalisme pour
les rformes conomiques; et, avec la jeunesse et
les forces de Libert, de Finance et de Production
de l'autre par l'instauration d'une politique. de la
3me. force.
4o).-La 3me. force -est appele . combattre
avec les dernires rigueurs toute dictature, et tout
spcialement le traditionalisme dictatorial qui de








Dessalines nos ours accda 14 fois au pouvoir et
gouverna ce pays pendant 68 ans sansjamais rus-
sir a librer l'esclave d'hier, ni laisser un embry-
on de gouvernement qui ait l'apparence dune oeu-
vre honnte et propre, colore de civilisation et de
progrs. Cette dictature traditionnelle eut sans
cesse recours l'improbit administrative, a la
corruption, aux violence et aux turpitudes de
toutesnatures contre ceuxqui rclamaient le rgne
de l'honntet, de la libert et le contrle du Par-
lement. Elle est comparable cette faction chinoi-
se des Seigneurs de la Guerre de la vieille Chine,
la perversit grotesque: lments de confusion et
d'enfantine naivet, qui passrent leur temps
s'asseoir sur des bayonnettes et que la jeune Chine
a rejet dans les marches d'Asie Centrale ou d'ici
quelques annes, ils sont destins disparatre.
N'est-il pas just de souhaiter le mme sort aux
partisans de la dictature par l'arme politique en
Haiti?
La 3me. force, doit galement combattre ce li-
bralisme h a t i e n qui est le dsordre mental
et non la libert de penser, qui a sans cesse sombr
dans la dictature sans russir durant les 13 prsi-
dences, soit 81 ans que leurs chefs dirigrent ce
pays librer l'homme de la misre, de la servitu-
de morale, de la peur et de l'incomptence adminis-
trative, ni donner une base definitive au Parle-








mentarisme ou augmenter leur force politique en li-
brant et en instruisant le paysan. Telle tait cepen-
dant la tche imprieuse du libralisme politique et
doctrinale. Une masse instruite et libre tait et de-
meure le plus grand adversaire de la dictature,le plus
fermesoutien du Libralisme autant quedu Natio-
nal non partisan qui l'un et Pautre vivent de Libert.
C'est contre le National absolu et dictatorial que les
Libraux se sont surtout dresss tout comme-c'est la
dictature du Libral qui fut pour eux l'obstacle
leur panouissement au pouvoir. L encore la 3me
force est l'aise, car pour le National novateur et
modr autant que pour le, liberal du centre, la li-
bert est ncessaire aux rformes dmocratiques
instaurer. Quand l'un et l'autre auront compris que
TEducation des Masses par l'lite est un bnfice qui
leur est commun, que la premiere tche d'une R-
publique d'anciens esclaves et d'affranchis est de
former des hommes libres, Haiti aura fait un pas
dcisif vers la collaboration national et interna-
tionale, et la libert aura gagn sa plus important
victoire depuis 1804 au profit du people libr et
d'une opinion libre et forte.
Parlant des institutions de soutien de la plus'
grande des liberts: la libert de la press, Wickham
Steed, de l'Universit de Londres, s'exprime com-
me suit: Je n'ai pas parl de la Presse des Pays
don't la forme du gouvernement est dictatoriale ou










totalitaire puisque dans ces pays la Presse est d'or-
dinaire le porte-parole de l'opinion officielle et
qu'aucune autre opinion n'y est tolre. Dans la
measure o elle est une industries, la press ten-
dance ressembler .une industries de phonogra-
phe destine reproduire mcaniquement lesides
du pouvoir. Elle n'a aucune libert et peut-tre,
n'en souhaite aucune. Mais dans les pays rgime
de libert et qui dsirent le conserver, les principles
exprims il y a un demi-sicle par le grand historien
Franais Charles Seignobos conservent toute leur va-
leur.
"Ecrivant en 1895 sur les garanties de la Li-
bert telles que Montesquieu les avaient dfinies au
18me, sicle, Seignobos concluait que l'histoire du
19me, sicle avait rvl qu'il existe seulement deux
garanties effective que Montesquieu n'avait pu pr-
voir ni l'une ni l'autre. La premiere, c'est un people
politiquement duqu, exigeant vis--vis de ses re-
prsentants, mais rsolu les soutenir, si besoin est,
contre n'importe quel gouvernement." La second
est une Presse active, informe de tout, dcide
passer au crible, rendre public, critiquer tous les
actes des hommes au pouvoir, une press trop ind-
pendante des officials et mme des juges, pour se
laisser imposer le silence, et trop riche ou trop nom-
breuse pour tre tout fait corruptible. Avec un
tel people et une telle press, un Etat serait garanti,
contre toute espce de dictature."








Au 20me. sicle ces deux garanties sont rci-
proques et interdpendantes, car la libert de press
est l'instrument le plus capable d'assurer l'duca-
tion politique d'un pays et c'est la vigilance 'un
people duqu qui peut le mieux assurer la libert
de la Presse.

HIER ET AUJOURD'HUI !

Tous nos problmes dHier et d'Aujourd'hui sont
donc encore poss avec une acuit angoissante et
pami eux celui de l'arme politique qui, comme en
Chine, gouverne ce pays fatigu et puis, ce peu-
ple qui a faim, et cette lite qui a peur. La politi-
que sculairement a tourn autour de ces trois ten-
dance, dans un cercle vicieux sanglant et tragique
qui, n'tant jamais revitalis, existed dans une d-
gradante routine que le populaire a dj rsum par
ces mots: "Plus cela change, plus c'est la mme
chose. Nous avons tous le sentiment d'avoir vu
tout cela dj et la conviction que cela ne prsage
rien de bon. A cette stagnation sculaire, il faut
opposer une politique base sur le changement et
qui commence par changer ce qui a exist hier,
tandis que le monde d'aujourd'hui march rapide-
ment vers un destin nouveau, que-la civilisation p-
ntre les passes et les rgnre et que partout
ailleurs les lites unies et renouveles par les doc-
trines nouvelles s'ordonnent, se dploient et s'bran-




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs