• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Preface
 Foreword
 Half Title
 La decouverte les dubuts de la...
 Les Caraibes
 Les prefets apostoliques
 Tableau des paroisses en 1763 les...
 Les paroisses de la Grande-Ter...
 Les paroisses des dependances
 La vie paroissiale avant 1789
 L'epoque revolutionnaire
 La Charite, l'enseignement
 Le concordat, la separation
 Rapport de S.E. Mgr Genoud
 Appendice
 Table of Contents
 Back Matter






Group Title: étapes de la Guadeloupe religieuse
Title: Les étapes de la Guadeloupe religieuse
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081491/00001
 Material Information
Title: Les étapes de la Guadeloupe religieuse
Physical Description: xvi, 228 p. : illus. ; 23 cm.
Language: French
Creator: Genoud, Pierre
Publisher: Imprimerie Catholique
Place of Publication: Basse-Terre, Guadeloupe
Publication Date: 1936
Copyright Date: 1936
 Subjects
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Guadeloupe
 Notes
Statement of Responsibility: par Abbé Guilbaud ... Préf. de ... Pierre Genoud ...
 Record Information
Bibliographic ID: UF00081491
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltuf - AFN8416
oclc - 16788286
alephbibnum - 001139137

Table of Contents
    Front Cover
        Page i
        Page ii
    Title Page
        Page iii
        Page iv
    Preface
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
    Foreword
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
        Page xv
        Page xvi
    Half Title
        Page 1
        Page 2
    La decouverte les dubuts de la colonisation
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 14a
        Page 14b
        Page 15
        Page 16
    Les Caraibes
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
    Les prefets apostoliques
        Page 29
        Page 30
        Page 30a
        Page 30b
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
    Tableau des paroisses en 1763 les paroisses de la Guadeloupe
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 62a
        Page 62b
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 78a
        Page 80
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
    Les paroisses de la Grande-Terre
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
    Les paroisses des dependances
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 126a
        Page 126b
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
    La vie paroissiale avant 1789
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 142a
        Page 142b
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
    L'epoque revolutionnaire
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
    La Charite, l'enseignement
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 174a
        Page 174b
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
    Le concordat, la separation
        Page 189
        Page 190
        Page 190a
        Page 190b
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
    Rapport de S.E. Mgr Genoud
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
    Appendice
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
    Table of Contents
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
    Back Matter
        Page 229
Full Text








LES 9THESE DE U N ELOUIIIPE BELIPEU18 E








Abb GDILBADD
Curi du )4orne--l'Eau
El


LIS TAPES


DE LA GUADELOUPE


RELIGIEUSE

PRFACE de

S. E. Mgr P. GOEm
Evque de la Guadeloupe


....._ ......,....
-**-.......:




PUBLIC A L'OCCASION DU TRICENTENAIRE DES ANTILLES
.. .. .. .. .. 1935 .. .. .. .. ..

El


IMPRIMERIE CATHOLIQUE
PA I ETERRT E (QUADEL.OlJrE)







?Ez1 7























PRFACE


Une prface peut tre considre comme une pierre
d'angle d'un difice. Or, le seul capable d'en faire connaitre
la valeur, sa raison d'tre, c'est l'architecte qui a donn le
plan de l'difice.
Un livre est galement une construction o tous les
chapitres ont leur place bien marque. L'un appelle l'autre,
et l'on ne pourrait pas plus en supprimer un qu'on ne pour-
rait dtacher une pierre d'angle, car, dans ce cas, ltiut
croulerait. Ceci dit, on constate que l'auteur d'un lire est le
seul capable d'en fire la prface.
Mais, d'aprs des conventions acceptes sans tre dis-
cutes, l'auteur trouve non seulement une satisfaction, mais
un honneur que son livre soit prfac par autrui.
Acceptons, bien que cette acceptation ne done pas nces-
sairement la science comptente pour remplir une tell charge,
car c'en est une !









- VI -


La plume finement taille du cher et vnr chanoine
Guilbaud, cur du Mlorne--l'Eau, qui laisse couler, comme
d'une source intarissable, des faits historiques, n'est pas
implement une plume, mais un pincean mis entire les mains
d'un artiste.
Grice ce pinceau, qui marie la perfection les diff-
rentes couleurs, les chapitres, comme autant de toiles, pr-
sentent, leur nanire, les froides vrits historiques sous une
forme littraire impeccable qui les rend lucides et attirantes.
Di.r chapitres ou mieux dix tableaux se succdent,
s'rclairent les uns les autres, de telle sorte qu' la fin on se
trouve non en face d'un livre, mais d'un personnage vivant
de sa vie, personnage connu et firement aim : la chre
(uadeloupe chrtienne et franaise.
Les deux premiers chapitres, fouillant dans la nuit des
temps, come l'on dit, pour connaltre les origins et les
mieurs des Carabes, maUires alors du sol, donnent au tableau
une couleur un peu sombre qui, cependant, a son charge.
Mais, voici qu' l'horizon une lumire pntrante pierce
la nue, et laisse apercevoir un visage refltant la bont : c'est
relui de la Douce France. Elle a dpos ses armes et a pris
possession de l1sle en levant sur son sol la Croix du Sau-
reur, signed pacificateur, et en U faisant cooler le Sang
rdempteur du Fils de Dieu.
Elle apporte aux habitants de 'Isle les bienfaits d'une
cirilisation chrtienne.



La France c'est un fait possde, de par la volont
de Dieu, une prrogative des plus belles et des plus bienfai-









- VIt -


sanies: celle de missionnaire. Prrogative nullement conteste
par les autres puissances, mais constate au contraire, l'oc-
casion se prsentant, comme l'a fait le clbre aviateur italien,
le marchal Italo Balbo.
On lit, en effect, dans son journal du bord, lorsqu'il
survole Montral :

Samuel de Champlain est le type le plus parfait du
marchand missionnaire. Pendant onze ans, il travaille
tablir la domination franaise au Canada...
<. Le charge de 1627, qui porte le grand nom de Riche-
lieu, a consolid les droits de la France vis--vis des Anglais
et des Espagnols. Dans tous les documents qui, par la suite,
ont fix plus exactement le statute de la Colonie, se retrouve
toujours la recommendation d'amener les peuples les
peuples habitant la nouvelle France la connaissance de
Dieu, et les faire se police. Cela explique la puissance du-
rable de l'empire catholique sur cette terre du Canada. (1)

Samuel de Champlain est donc, d'aprs Balbo, le plus
parfait du marchand missionnaire .
Rien de plus vrai, de plus chrtien et de plus franais
que cette heureuse definition, que cette association de ces deux
mots : marchand et missionnaire.
Marchand et missionnaire. Pour se convaincre de la
justesse de cette definition, il suffit de rappeler que Richelieu
et ses successeurs, grands maitres de la Navigation, traitant
avec des companies de commerce prives, leur enjoignaient


(I) BALBo,









- VIII -


de s'engager fournir tant de colons, dvelopper dans les
Isles : commerce, agriculture, industries. Elles s'engageaient
ainsi et c'est l'une des causes essentielles convertir
les paens, et, cette fin, ;i emmener avec elles des
prtres. C'est ce qui e.rplique la presence des quatre Pres
dominicains lors de la prise de possession de la Guadeloupe
par les Franais, il y a trois sicles.
Le marchat Balbo n'a donc rien exagr en disant que
Samuel Champlain est le type du marchand missionnaire.
C'est d'ailleurs ce qu'affirme M. G. Goyau, en d'autres
terms, lorsqu'il crit, dans son livre sur les origins reli-
gieuses du Canada : L'ide de mission aida l'ide de la
colonisation devenir populaire, et la France colonial
naquit dans l'atmosphre cre par l'ide de mission.

El

Laissons maintenant au Lecteur la profonde satisfaction
de contempler tous ces tableaux points par l'habile pinceau
de l'artiste ; il verra, dans les dernires toiles, la Religion
chrtienne prendre corps par la creation de paroisses cano-
niquement riges... Religion que ni la guillotine de 93, ni
la separation de l'Eglise et de l'Etat (1905) n'ont pu fire
disparatre de la chrlienne et franaise Guadeloupe.



Le dernier mot de la prface ?
Toutes nos sincres flicitations au cher et vnr chanoine
Guilbaud, cur du Morne--l'Eau, pour son beau et instructif
travail.
Travail admirablement conu et admirablement rendu.









IX -

C'est une pierre d'angle solide qu'il a place dans l'di-
fice de l'histoire religieuse de la Guadeloupe, et sur laquelle
pourront s'appuyer, sans crainte, ses continuateurs en cette
uvre historique.
Flicitations sincres au.rquelles nous joignons une
affectueuse et reconnaissance bndiction.


Pierre GENOUD,
Evque de la Guadeloupe.


























A VAST-PROPOS


Nous sommes surprise et content de presenter ce travail
au public : surprise d'en avoir accept l'entreprise, et heureux
de l'avoir acheve.
Quand on nous demand, au mois de novembre 1934,
d'crire sur la Guadeloupe religieuse, pour les ftes du
Tricentenaire, nous acceptmes cette Idche plutt par obis-
sance que par enchantement.
Nous savions bien que du Tertre avait ouvert la voie,
mais le livre du savant Dominicain tait de 1667, et ne pou-
vait nous donner que 30 ans d'histoire. Par ailleurs, o tait
l'ouvrage ? Pour le remplacer, on nous remit un beau travail
de l'abb Rennard, du Clerg de la Martinique, habitt aux
recherches du pass. Le volume avait pour litre : Les
Carabes, la Guadeloupe ; Histoire des vingt premieres
annes de lIr Colonisation, d'aprs les Relations du R.
P. Breton. La lecture de ces documents, qu'on a tirs de leur










- Xll -


sommeil depuis cinq ans seulement, nous a permits de fire
le point sur les origins de la vie religieuse la Guadeloupe.
Sous avons l une information definitive : nos deux premiers
chapitres l'ont erploite.


El


Notre souci principal tait d'enchainer les tapes, pour
arriver f nos jours. .ous contenter de faits divers et de
tableaux isols, ne pouvait rpondre nos dsirs ni nos
modestes habitudes de travail. C'est l que se prsenta la
difficult. L'organisation religieuse fut presque toujours
conduit simultanment par Borne et le Pouvoir royal, et,
aprs lui, par le Gouvernement de la Rpublique. C'est donc
une patient visit aux Archives nationals, come aux
Archives de la Propagande qui semblait s'imposer; et nous
avions, devant nous, une lettre peu enthousiaste de l'abb
Rennird, pressenti pour crire le travail, qui priait l'Evch
de la Guadeloupe d'attendre une dizaine d'annes pour la
c,,mposition de l'ouvrage tant souhait.
Xotre Confrre n'a pas tort. Notre petit livre s'incline
d'o es et dj, devant celui qu'il entreprend.
Cependant, la Guadeloupe a eu, en son temps, la chance
d'avoir Ballet qui, dans les moments libres que lui laissait
sa function dans l'Enregistrement du Timbre et du Do-
maine , a consacr sa vie collectionner tous les documents
qui rappelaient la gloire de son pays natal. Dans les notes
recueillies en 18 volumes in-4o, don't malheureusement cinq
seulement ont vu l'impression, notre nergique Compilateur
a peu retenu les vnements religieux. Il nous a fourni, malgr









- xMII -


tout, des dits royaux et des decisions de la Propagande qui
nous ont aid lier notre rcit.
Quand nous citons Ballet, nous ne pouvons pas toujours
dire quelle dition nous en rfrons, tellement ses pr-
cieuses pages menacent ruine! Elles sont mme allges de
la couverture qui porte les titres.




11 fallait btir. On nous confia tous les numros mensuels
du bulletin religieux du Diocse: L'Eclo de la Reine, prc-
demment l'Echo des Antilles. Il part de l'anne 1913;
donc, nos jours, 22 ans d'ge, avec plus de deux cents
fascicules.
Tout le monde sait que, pour une relation suivie, come
doit itre celle d'un livre, les priodiques sont des auxiliaires
agaants. On retrouve, not la cinquime anne, des faits
qui parurent la premiere anne. C'est le bulletin mensuel !
Le chroniqueur ne revient pas toujours ses vieux papers
pour viter des redites que le Lecteur oublie lui-mme. Il nous
fallout procder par fiches. Nous doublmes l'importance de
notre bureau de travail, et les traits au crayon rouge tinrent
sous leur garden des dates et des vnements parmi lesquels
notre mmoire voltigea avec une jeunesse renouvele.
Celui qui crivit et crit encore l'histoire de Nos Pa-
roisses dans L'Echo de la Reine fut le chanoine Ballivel,
qui connut Ballet, hrita des recherches de son ami, etdonna
sa plume un aliment fort riche, et un style plein de noblesse.
Au voisinage de pareils homes, on a quelque timidit
parler. Et voil pourquoi, nous avons aim garder le










- XIV -


style de 'Historien de Nos Paroisses tant que nous
l'avons pu.
Nous savons, en Guadeloupe, que le chanoine Ballivet
dcd, celui qui mit en valeur ses documents fut le I.
P. Foubert, don't la mmoire est encore vivante et honore
parmi nous. Ds que l'on voque son nom, on ajoute : finesse,
clart et gai savoir.




De Paris, notre ancien suprieur de Sminaire, le R. P.
Cabon qui, lui-mme, a crit une solide histoire religieuse de
la Rpublique d'Haiti, o il professa vingt ans, prit piti de
son lve, et nous envoya des notes sur la Guadeloupe. Elles
ont fait notre chapitre troisime.
Diverses plaquettes de l'abb Rennard : Origines des
Paroisses et des Quartiers de la Martinique; Le Pre Labat
aux Antilles, articles de la Revue d'listoire des Missions,
ont combl quelques lacunes, et faith disparaitre certaines
incertitudes.
Nous devons encore an Rl. P. Cabon une srie de bul-
letins de la Congrgation du Saint-Esprit, qui ont mis au
clair la vie du Collge diocsain de la Basse-Terre, et
prcis certain venements de l'Episcopat de nos Ecvques
coloniaux.
A tous ceux qui nous ont aid, nous disons le merci
lquadresse le passage au maitre du board, quand on va
toucher terre.










XV -


A dessein, nous avons attend pour nommer le Pre
Labat. Dans les citations que nous faisons de lui, nous avons
renvoy, sauf deux exceptions, aux Editions Duchartre
(1930), prfaces par A. t'Serstevens. C'est le livre moderne
des Voyages aux Isles de l'Amrique, et notre gratitude
pour le merveilleux Jacobin ne peut se traduire que par
un vu : celui de voir nos Lecteurs enter en possession de
ce splendid et savoureux ouvrage.


El


Noire travail est une uvre de sincrit et de charit.
Quand, dans notre rcit, sont venus les noms d'esclaves, de
mulitres et de ngres, nous en avons t gn nous-mme.
Le plus souvent, ces noms entraient dans des citations, et
toujours nous les avons pris au style de l'Histoire. Il est
impossible de se mprendre sur nos sentiments, et nous nous
refusons, ds present, accepted les mauvaises grces
qu'on pourrait peut-tre nous opposer.
C'est avec confiance que nous publions notre esquisse
religieuse. Nous avons suffisamment indiqu les conditions
dans lesquelles fut entrepris le travail, pour attendre et
mriter l'absolution de ses imperfections.





Notre bonheur est d'offrir, en homage, notre petit
livre premier-n Son Excellence Monseigneur
l'Evque, pour ses noces d'or sacerdotales, l'aube de ses
noces d'argent piscopales.










XVI

loici la ddicace que le chanoine Ballivet, au mois de
mars 19 13, adressait Mgr l'Evoque. Nous la faisons nlre :


A Sa Grandeur Monseigneur Pierre-Louis Genoud,
vque de la Basse-Terre,
L'Auteur ddie ce modest Essai sur Nos Paroisses
de la Guadeloupe. C'est pour rpondre au dsir de Sa Gran-
deur que nous l'avons prpar, avec l'espoir que d'autres,
plus tard, rectifieront, largiront, embelliront, mieux que
nous ne l'avons su fair, la route don't nous esquissons le
trac.

Le pass fait l'avenir.












LES ftHES DE Li MiDEMEUOPE HELMIEISE








...".
S...................... : CHAPITRE IR ." ".. .. ...
,: ..********H PT.................. ..... ...... .. ..


I: ha dcouverte

fhes debuts de la colonisation

.................... .....-




La dcouverte. Premiers Religieux massacrs par les Ca-
rabes. -- La prise de possession par les Franais. De
l'Olive et du Plessis, 29 juin 1635. Colonisation : difficults,
premieres assises. Les Missionnaires.


L'AUBE DE LA CROIX
' '"* E 4 novembre 1493 son deuxime voyage,
*:* '.* toujours sur le chemin occidental des mers
qui, selon lui, devait le conduire aux Indes
.... de l'or et des pices Christophe Colomb,
aprs avoir dcouvert la Dominique, long Marie-Galante,
qu'il n'oublie pas de ddier la Vierge, et vient planter la
Croix la terre plus importance qui s'offrait ses yeux :
Karukra.
Il descend de sa caravelle Sanla-Maria, et aborde au
rivage, cet endroit qui, plus tard, sera appel Sainte-
Marie de la Capesterre.
Le pays tait couvert d'immenses forts. Partout, la
vgtation montrait une vie exubrante. Toutes les forces
de la nature et toutes les flores de la terre s'y manifes-
taient dans leur splendeur.
Karukra cda son nom barbare au nom bni et plus
doux de Notre-Dame de Guadeloupe. C'est le vocable que
portait l'un des plus clbres couvents d'Espagne : Notre-









-4-


Daine de Guadeloupe d'Estramadure, monastre o s'tait
rendu Colomb, en execution d'un veu fait au Ciel, au
course d'une violent tempte qui avait failli briser ses
vaisseaux, au retour de son premier voyage, trois jours
de Sainte-Marie des Aores.
Depuis longtemps, on a dit que les Antilles taient
come les grains d'un chapelet; et l'Amiral gnois se plut
multiplier les Ave Maria la prise des terres nouvelles
don't il enrichissait la couronne des rois catholiques. Nous
avons : Sainte-Marie-Galante, Notre-Dame de Guadeloupe,
Sainte-Marie d'Antigua, Sainte-Marie la Rodonda qui
est Montserrat, Sainte-Marie des Neiges : l'lot qu'on ap-
pelle Nives . (1)
Le 4 novembre 1493, les couleurs d'Espagne ne furent
pas seules briller sur cette terre que nous habitons.
L'ami de Christophe Colomb, le Pre Juan de Marchna,
prieur du Couvent de Santa-Maria de Palos, avait enfin
triomph des hsitations de ses Suprieurs, et s'il n'avait
pu participer la premiere expedition de 1492 bord
de la Nina qui dcouvrit laJamaque et Saint-Domingue,
il tait, cette fois, sur la Santa-Maria, et les premires
lueurs de la Croix rdemptrice s'tendirent sur la myst-
rieuse Karukra. C'tait l'aube de la Croix.
Trois ans aprs, le 20 avril 1496, avant de retourner en
Europe, Christophe Colomb revint voir sa Guadeloupe
d'enchantement. (2)


L'EFFUSION DU SANG CHRTIEH

La Guadeloupe tait acquise, en principle, la Chrtient.
Il lui fallait le baptme de la foi ; d'abord celui du sang.


(1) Abb ZIMMER, Histoire de N.-D. de Guadeloupe, p. 279.
(2) Idem, p. 278.









-5-


Tertullien a crit : Le sang des Martyrs est une semence
de chrtiens.
Le Pre Raymond Breton, dans sa Relation des vingt
premires annes de la Colonisation franaise (1), nous dit
que l'ile de la Guadeloupe tait le rendez-vous de la flotte
espagnole, pour prendre des eaux la rivire de la Basse-
Terre qui, cause de cela, est appele la Riiire de la
Pointe des Galions.
A l'une de ces descentes, en 1603, rapporte le Pre
Michel Pio, historien de l'Ordre de Saint-Dominique,
six Religieux de ce mme ordre, des Missions du Japon,
cherchant, par l'Occident, un passage qui leur taittou-
jours ferm puisque le Canal de Panama n'existait
pas mirent pied terre sur notre ile.
Les Caraibes les transpercrent de leurs flcl.es, et il
n'est pas douteux qu'ils les firent loucaner en vue
d'un repas de cannibales.
Quelques annes plus tard en 1626 les sauvages
remettaient d'Esnambuc, gouverneur de Saint-Chris-
tophe, le saint habit respect de ces Religieux dvors.
Ils avaient noms : les PP. Jean de Montalla, Vincent
Palau, Jean Martinez, Hyacinthe Cisternez, Jean de Naya,
Pierre Mori no.
Gloire leur mmoire Ils ne sont pas inscrits au
martyrologe de cette terre; mais, dans le Ciel, ils portent
des palmes.
A Saint-Jean de Porto-Rico, un autre Missionnaire subit
le mme sort ; cependant, dit la chronique (2), la chair
des chrtiens suscitait un tel contre-coeur ces primitifs
que, bientt, ils n'y osrent plus toucher.



(1) Abb RENNARD, p. 76.
(2) Idem, p. 70,









- 6 -


LES TROIS COMPANIES

Les rcentes dcouvertes avaient largu les voiles,
et le vieux monde rivalisait d'audace l'assaut des isles
d'Amrique, l'entre du Prou , come l'on disait alors.
En 1625, Belin d'Esnambuc colonise Saint-Christophe.
L'anne suivante, il obtient, du cardinal de Richelieu, la
creation de la Compagnie du mme nom qui, pendant
20 ans, devait avoir le monopole du commerce sur les
isles , mais, en fait, fit faillite, et fut remplace, en
1635, par la Compagnie des Iles d'Amrique, place sous
le patronage du Grand Cardinal. C'est l'anne de l'arrive
(les Francais la Guadeloupe. Disons vite qu'une troisime
compagnie : celle des Indes Occidendales, cre le 29 jan-
vier 1649, essaya, en vain, de mieux fire que les deux
prcdentes, et sombra l'heure de l'incorporation de la
Guadeloupe au Domaine royal, en 1674.


SAINT CHRISTOPHE COMMAND

Martinique et Guadeloupe ont des lieutenants-gouver-
neurs. C'est le Rgime seigneurial.
Ce regime fut inaugur la Guadeloupe en 1635, par de
l'Olive, lieutenant de d'Esnambuc, et par du Plessis, colon
de Saint-Christophe.
Les deux associs se trouvent Dieppe, aux premiers
mois de 1635; ils sont nomms gouverneurs de la Guade-
loupe. Ils la connaissent dj : la distance entire notre
actuel Saint-Kitts et notre Colonie ne compete pas pour des
marines. Ils l'ont trouve belle et digne d'envie. C'est un
champ d'action de premier choix qui peut s'ouvrir leur
ambition. La crainte des Carabes, l'tendue du territoire
les incident monter en grand leur expedition.
C'est une colonisation total qu'ils veulent entreprendre









- 7 -


avec la Religion, l'Arme, l'Industrie, la Justice et les
autres rouages administratifs.


LA PLANTATION DE LA CROIX

Le Couvent des Dominicains de la rue Saint-Jacques,
Paris, don't le Pre Carr est prieur, a maintes fois bn-
fici des largesses du cardinal de Richelieu. Le Ministre
est donc l'aise pour demander un retour ses bienfaits.
Sa parole est d'ailleurs parole d'Etat; et, malgr les dif-
cults de recrutement de l'heure, le Pre Carr s'excute (1).
Il dcide que quatre de ses Pres iront porter la Croix
en ces terres nouvelles, dcouvertes depuis 140 ans, et que
les Espagnols n'ont jamais, ou du moins n'ont pas srieu-
sement occupes. (2)
C'est le jour de la Saint-Mathias que le sort, come au
temps de saint Pierre, dsignera les Aptres. Des quatre
lus, on retient deux noms, et l'on substitute deux noms
nouveaux deux autres Pres trop ncessaires au Couvent.
Ceux qui vont partir s'appellent : le R. P. Plican, sup-
rieur de la Maison et docteur en Sorbonne; le Pre Ray-
mond Breton, bachelier de la mme Universit; le Pre
Nicolas Breschet et le Pre Griffon. (1)
Le R. P. Plican est prfet apostolique ; les lettres de
pouvoirs, demandes Rome, arriveront en septembre,
signes du pape Urbain VIII et du cardinal-prfet de la
Propagande : Barberinus.
Pour l'instant, on est Dieppe, face l'Ocan. Comme
l'on fut prs de s'embarquer, les Pres eurent soin de
fire confesser et communier tous leurs passages : ce
qu'ils firent au jour de l'Ascension, auquel jour aussi, le


(1) RENNARD, p. 1.18.
(2) Idem, p. 76.









-8-


P. Plican parla en l'glise Saint-Jacques, avec applau-
dissements. Ils partirent le dimanche suivant, 25 mai, avec
la flottille commande par M. de l'Olive et M. du Plessis.
Le premier navire Capitaine Fel portait les chefs :
deux Religieux et quatre cents homes engags pour
trois ans travailler dans la Colonie. L'autre vaisseau,
plus petit Capitaine David Michel -- portrait deux Reli-
gieux et cent cinquante personnel. La traverse fut
heureuse ; dplorer seulement la perte d'un passage. (1)
Le 25 juin, on touchait la Martinique o, en dbarquant,
on plant une croix, au chant du Vexilla Jiegis. Quand
.1sus-Christ eut pris possession de cette terre nouvelle, le
Roi de France s'en rendit maitre son tour : les Chefs de
la flottille attachrent, de leurs mains, les armes du Roi
de France la hampe de la Croix. Un Te Deum terminal. (2)
Les Caraibes assistaient respectueusement cette cr-
monie don't le sens leur chappait, mais don't, distance,
ils rptaient les gestes.
Les Chefs franais se rembarqurent le lendemain mme,
pour passer la Guadeloupe que l'on croyait distant de
25 lieues, alors qu'il s'agit de 180 kilomtres.
Le 28 juin, selon le Pre du Tertre (3), le 29 juin, selon
le Pre Breton, missionnaire de la premiere heure, on
mouillait au nord de Sainte-Rose. On mit en tat de defense
le coin de terre o l'on descendit, qui fut appel Fort
Saint-Pierre, cause du jour ddi aux bienheureux
Aptres.
On improvise une chapelle de branchages un ajoupa
carabe on dressa un autel de pierre et de gazon, une
vote de verdure, et le Pre Plican official, on pense avec
quelle motion. (3)


(1) RENNARD, p. 119.
(2) Idem, p. 79.
(3) Echo des Antilles, 1913, p. 158.









-9 -


Tel est l'vnement, vieux de 300 ans, que nous ftons
en cette anne 1935.
De l'Olive et du Plessis, accompagns des Pres Plican
et Griffon (1) vont prsenter leurs devoirs d'Esnambuc
qui, nous l'avons vu, commandait Saint-Christophe au
nom du Roi. Dans la quinzaine, fin juillet, des colons de
Saint-Christophe partaient pour la Martinique, d'autres
pour la Dominique ces derniers au nombre de quarante
- et la chronique nous dit qu'on ne put pntrer la
Dominique tant la resistance des Carabes se prparait
froce et sans merci.
Les Gouverneurs et les Missionnaires guadeloupens
prirent cong du lieutenant-gnral d'Esnambuc, et
revinrent leur terre de rve et de misre.


LA VIE AVENTUREUSE DES PREMIERS COLONS

Cinq cent cinquante hommes de la vieille Europe Qui
taient-ils ? Il est facile de dclamer : repris de justice,
cadets de famille indsirables, banqueroutiers, chevaliers
d'aventure et d'industrie : certes, il y en eut. Le Pouvoir
royal tait un pouvoir absolu, et la rclusion et le bannis-
sement taient la mode dans le code pnal. Mais il est
certaines fautes qui permettent de recommencer sa vie.
D'ailleurs, nos premiers colons n'taient pas gibier de
potence , puisque, leur dpart de Dieppe, ils s'taient
fortifis en s'approchant des sacrements.
Ils viennent de dbarquer la cte Sous-le-Vent. Il leur
faut porter le poids de la zone torride . Inutile de songer
au pain de froment ni au vin de la vigne. Pas mme de
champs de manioc, puisque les Carabes habitent et cul-
tivent l'autre versant de l'Ile. Les provisions d'un vaisseau


(I) RENNARD, p. 80,









- 10 -


s'puisent vite, et quand on passe au partage rglement
des derniers vivres avaris et pourris, les colres montent
rapidement Pas de routes ni d'habitations Une race
ennemie apaiser; elle est peu nombreuse; elle est partout
sans tre vraiment nulle part. Il restait la resource de la
pche et la cueillette des fruits. Le Pre Breton parole
dj de nos bananes. Ajoutez la chasse, et la vie d'aven-
tures continue, i moins qu'il soit prfrable de dire qu'elle
commence.


En 1635, les Carabes taient en petit nombre sur notre
ile d'Emeraude. Nous parlerons d'eux plus tard. Qu'il
suffise de dire que, depuis 1493, les navigateurs les avaient
presque tous extermins. Les montagnes et les gorges de
la Dominique taient revenues leur forteresse.
Le Pre Breton crit (1) que les Espagnols ont mas-
sacr, par deux fois, tous les sauvages de l'ile de Saint-
Christophe, une fois ceux de la Guadeloupe don't il
n'chappa qu'une femme et ses enfants qui se sauvrent
aux montagnes, et y ont peupl come ils disent : ce
(lui veut dire que les enfants, tout come au temps de la
premiere famille d'Adam et d'Eve, s'unirent entire eux pour
un repeuplement qui devait tre faible l'arrive des
Franais, si l'on tient compete des victims des guerres
incessantes entire les Carnbes et les Allouagues, leurs
mortels ennemis.


Cinq cent cinquante homes de la vieille Europe
Quelques annes plus tard, le mme Pre Breton disait
qu' la Guadeloupe se trouvaient des hrtiques de tout
Sgenre, don't beaucoup avaient fait retour au vrai bercail


(i) RE-".%RD, verse F., p. 18.









- 11 -


de l'unique foi. On numrait : Franais, Espagnols,
Belges, Ilollandais, Marocains, Danois, Sudois, Grecs,
Turcs et des Juifs mercantis et voyageurs.
Cinq cent cinquante hommes de la vieille Europe : les
chefs, les missionnaires, quelques families qui avaient
voyag leurs frais, en vue de s'tablir pour leur compete,
et surtout 500 engags qui devaient servir pendant
36 mois, pour rembourser leur passage. Leur service
-j'allais dire leur esclavage temporaire pregnant fin,
ils recevaient une concession de terre de deux cents pas
de large sur mille de longueur. Ce furent les premiers
habitants. Leur nom est rest; l'une de nos paroisses n'est-
elle pas dnomme les Vieux-Habitants ?
L'expdition descendit la cte vers le sud et le sud-est.
Aprs quelques ttonnements, les Gouverneurs tablirent
deux quarters. De l'Olive se fixa la Basse-Terre qui, du
Baillif, allait aux limits des Trois-Rivires. Du Plessis
choisit la plane de la Capesterre, centre des Carbets
carabes.

PREMIERES ASSISES DE VIE CHRTIENNE

Les Dominicains reurent quelques concessions de
terrain. Leur premiere chapelle se dressa au village de la
Pintade, au nord de Basse-Terre, mais les inondations la
dmolirent. Ils transportrent leur couvent plus dans les
hauteurs, l'actuelle montagne Saint-Louis : c'est d'ailleurs
dans cette region que l'on trouve les plus beaux tmoi-
gnages des ruines. Fils de Saint-Dominique, nos premiers
Missionnaires placrent leur apostolat sous la protection
de N.-D. du Saint-Rosaire. Ils difirent, sous ce titre, la
premiere vritable glise qui ait exist et qui occupait la
Place d'Armes de la Basse-Terre, emplacement actuel de
l'Imprimerie officielle. Il n'est pas encore question de
l'glise du Carmel.
La deuxime glise, leve sur les terres concdes par
du Plessis, fut Saint-llyacinthe de Capesterre.









- 1-2 -


Dieu bnit les commencements et les semailles de nos
chers Religieux. Cinquante hrtiques reviennent la
religion catholique, et la guerre est faite aux jurons et aux
blasphmes. Chose cusieuse : les sauvages, qui ne con-
naissaient rien la langue d'Europe, avaient retenu les
gros mots des envahisseurs... L'histoire continue : ap-
prenez le lexique d'une langue : le collgien collect, en
premier lieu, les mots gras.

E

Cinq cent cinquante homes de la vieille Europe, aux-
quels s'ajoutrent, en septembre de cette mme anne 1635,
620 immigrants qui descendirent des vaisseaux du capi-
taine l'Ab (1)
M1'" de l'Olive s'occupe spcialement des esclaves noirs
et des petits enfants; elle leur apprend le catchisme la
perfection. Elle peut mme prsenter au baptme et la
premiere conmunion une petite Carabe qu'un Flamand
lui avait amene de Sainte-Lucie.
Un autre Carabe, qui avait pass 10 ans Sville la
ville religieuse par excellence de l'Espagne et qui tait
retourn la terre natale, entendait la messe, les deux
genoux en terre, faisant la bndiction de la table avant et
aprs les repas... et prparait sa famille au baptme,
quand, un jour, surprise en mer par les Anglais, il y prit.
Ce fut un dsastre. Son temps pass en Europe lui permet-
tait d'tre interprte entire ceux de sa race et les Pres. Lui
disparu, il fallut une quinzaine d'annes d'acharnement
au Pre Breton pour tablir les lments d'un dictionnaire
de cette langue qui ne s'crivait pas et qui n'tait pas en
tout la mme pour les homes et pour les femmes.
On pourra noter, vers 1644, deux autres conversions de


(:) RENNARD, p. 81.











sauvages. Mais l'espoir n'tait plus l; il tait dans les
pauvres esclaves noirs.
Dj, l'esclavage existait dans les possessions espa-
gnoles et anglaises, avant l'tablissement des Franais.
Depuis plus d'un sicle, ces nations se livraient la
traite. (1)
Les Franais profitrent de ce commerce qu'ils firent en
contrebande jusqu'en 1673 cruaut des mots et de
la chose poque laquelle Louis XIV reconnut offi-
ciellement ce march pouvantable, n d'une grande et
charitable erreur.
Quand le Pre Breton quitta la Colonie, aprs 18 ans de
sjour et de souffrances sans arrt, avec l'espoir d'y
revenir, sa mission comptait plus de 500 hrtiques blancs
convertis la foi, et plus de 2.000 noirs baptiss.

El

La Guadeloupe, dans les homes come dans la flore,
est un parterre aux teintes les plus varies et les plus
riches. Nous pouvons dire que notre Tricentenaire nous
appartient aux uns comme aux autres : nos anctres
taient l. Sans doute, les noms ont t changes pour
ceux qui sont devenus libres. En feuilletant l'histoire, les
noms demeurent souvent les mmes pour ceux qui vinrent
de France, et pour les families qui firent souche, et que
nous saluons dans leurs descendants l'heure actuelle.
En l'anne 1653, notre ile compete 12.000 franais,
3.000 noirs. Les Caraibes s'teignent aux territoires
rservs de l'Anse-Bertrand. Les Hollandais, chasss du
Brsil, apportent leur renfort... et pour dvelopper les
families, les maisons d'assistance de la Mtropole envoient
500 femmes, tant volontaires qu'orphelines, aux engages


(r) Maurice MARTIN, Prcis d'Histoire de la Guadeloupe,
p. 25.


- 13 -










- 14 -


lilr chaliarm nlerceni dle l'pouse, aiige du foyer.
La prostitution itit s\iremient punie. La; source de
nos families est pure. Trois siecless de f s oiit souvent
terni sa transparence cristalline.
En 165:, 2.000 demeures taient deboul Lahat. (lui vint aux isles > e 169:1. on verra facileiientt
que toutes ces deiiiures i'taieiit pas des cliauiunibes.

El

Nous avons quitt v\olotairement aluiiinne 1ii:35, l'aiume
de la fainiie o Fou' enterrait quatre par quatre, dans la
inine fosse, ceux qui succmninaient, piiss de priva-
tions. Sans doute que, dans le dlire de la fi\ re. i l'Fcran
de leur cerveau bhrulant, les scnes de la Patrie venaient
danser, nmessagi'res de la m de l'pope o les Missionnaires, le plus souvent, n'avaient
pour nourriture que les feuilles de ptattes cuites i l'eau
de ier ,,, car le sel manquait, et pour boisson que Feau
sauimtre des rivibres, jaunie par la corruption des 1iban-
chalgues, et infeste des mille insects assassins.
Six moiss aprs leur arrive,. les l'I. l'lican et Griffon,
plus imports que ivants, retourneit clercher ilu renfor leur couvent de Paris. Au liiie temps, le sieur du Plessis
allait td mal en pis. t il mourut le jour de la Sainte-
lIarle. qul'il avait choisie pour sa patro'lnne avec les sen-
tillenlts d'iune ie chritieinne et risignce aux volonits de
sol )iDeu. Lui-mmlle conlsolait les domestiqulies en sonl
extriiit. Il vivait in home de ieii. fort pieux et
aireable oen sa conversation. Il lfut regrett de tous. et
enseveli avec l'honneur qu'on pit alors. 1.
De f Olive, de caractre mobile et colreux, raimasse ei


[ Ru:E.No.1; ) p. 83.

































Basse-Terre (9.268 hab.) La Cathdrale.
Elle a t rige en basilique mineure, sous le vocable de N.-D. de Guadeloupe, en 1877,
durant l'piscopat de Mgr Blanger. La faade date de 1736.








'


Basso-Terre. Monument rig la gloire du Sacr-Coeur
par S. E. Mgr Genoud, vque de la Guadeloupe.
A gauche : 'glise. A droite : l'vch.









- 15 -


ses mains le pouvoir qu'il garde 5 ans : 5 annes de ruine!
Malgr les ardentes prires du Pre Breton, il fait la
guerre aux Carabes qui ne se privent pas de massacre
les colons et de dvaster leurs champs. Pris de convulsions
ressemblant fort au haut mal, il devient aveugle, grce
au traitement de son oprateur , dit la chronique. On le
dpossde de son autorit, et il s'teint Saint-Christophe,
et ainsi ira le regime seigneurial qui se poursuivra jusqu'
l'arrive de M. du Lion, premier gouverneur pour le Roi,
en 1674.
L'Eglise jouera son rle sculaire : la defense de
l'esclave, et sa voix justicire l'gard des Grands. Elle
imposera ses trves de Dieu ; elle construira sa cit;
elle fera le people guadeloupen.
Le Pre Breton fermera les brches; son corps criera la
faim, et sa grande me distribuera tous la nourriture
ternelle.
B

Tel est l'Arbre de la Croix, grand au milieu des larmes,
des sueurs et du sang Nous sommes assis l'ombre
bienfaisante de son feuillage, et la foi que nous devons
ces pionniers nous permet dsormais de regarder le
Ciel : destine de tout home venant en ce monde .









...'--.
................... .. CHAPITRE II """* ............
........................: ....


Les Carabes


S .................................................................. "



Origine. Genre de vie. Murs et croyances.


D'OU VENAIENT LES CARAIBES ?

"" .UAND les Francais dbarqurent, le 29juin 1635,
:-. Q :a au Fort Saint-Pierre, au nord-ouest de Sainte-
:. Rose, le pays tait habit par les Carabes.
*** '**.. Ils n'taient pas nombreux. Nous l'avons
dj dit, ils prfraient la region de la Capesterre celle
de Sous-le-Vent , plus visite par les incursions des
Anglais, des Espagnols et des Franais : ces derniers
rcemment installs Saint-Christophe.
D'o venaient les Carabes ? Des peuples les plus
voisins des les qui sont la terre ferme , dit le Pre
Breton. Nous disons aujourd'hui qu'ils descendaient des
Gallybis de la Guyane.
Ils n'taient point fixs eux-mmes sur leurs origins.
La mythologie avait tram ses lgendes : sort common
des Primitifs. L'anctre tait Kallinago, si vieux qu'on ne
pouvait computer ses ans ; martyris par les siens, et
transform en poisson redoutable : vengeance perptuelle
de son esprit appel Akaiouman.
Ils avaient pris eux-mmes, possession de Karukra,
par le nombre de leurs flches, en exterminant les premiers
habitants de l'Ile, dnomms Allouages, blancs de peau,










- 18 -


grce l'air froid des montagnes, leur repair, diss-
mins et traqus, survivant en leur dernire bastille : la
Dominique.

COMMENT VIVAIENT-ILS ?

Ces caraibes taient forts, robustes et gras , de teinte
olivtre, et si leur front tait large et sans relief, cela
venait du premier traitement qu'ils subissaient petits : la
mre aplatissait la tte de l'enfant; s'ils taient rouges,
cela tenait leur got du tatouage :ils se peignaient de
roucou. Ils taient d'humeur mlancolique et sombre,
qu'accentuait leur vie de coureurs des mers.
En fait d'arts, ils se limitaient aux ncessits du mnage,
de la chasse, de la guerre et du sol ; ils fabriquaient paniers
et hottes, hamacs et cotonnades appeles rassades. C'est
tout.
Leur cruaut ne s'exer -ait qu' la guerre :les prison-
niers devenaient pture de festin ; les femmes augmen-
taient le troupeau des esclaves.
Parfois, ils se laissaient apprivoiser, consentant quel-
ques changes en nature avec les Europens. Experts dans
le talent de mendier, ils n'taient pas plus voleurs que les
premiers Co'ons, affirmed leur missionnaire : le Pre Breton.
Ils vivaient par tribus : ensemble de families sous l'au-
torit de l'Ancien.
Au centre du village, il y avait la grande demeure com-
mune : le Carbet. On plantait des pieux sur une longueur
de 30 mitres ; on les reliait la tte par des rondins.
C'tait le faite, auquel on ligaturait, spaces rgulihrs,
droite et gauche, d'autres rondins qui se penchaient vers
la terre pour la toucher; le tout tait recouvert de lataniers
et de branchages; pas d'autre ouverture que celle d'entre.
C'tait, pour les homes, le salon de conversation, la salle
de conferences et le rfectoire principal. 'La nuit, ils se









- 19 -


retiraient dans leurs cases resrectives, 'e mme s:yle, o
ils retrouvaient les leurs.
Pour mobilier : le matoutou tabouret d joncs leurs
paniers et leurs toiles de c(ton, servant delits ou amacs.

El

Amateurs de cheveux longs except pour les
esclaves ils les voulaient tout noirs, et les rendaient tels
par une couche de janipas; ils avaient ainsi le sommet des
paules couvert; mais c'tait tout. Le nudisme ne les
effrayait pas.
Lvres, oreilles, nez taient agrments de breloques
d'un prix d'achat peu lev : dents de chat et d'agouti,
osselets prlevs sur leurs ennemis. Les jours de danse,
ils s'ajoutaient des grelots aux pieds et aux reins, les
messieurs portant, en outre, bracelets de cotonnade au haut
du bras, et trousse de plumes aux cleveux, les dames ayant
bracelets aux poignets et ceinture lgre l o il convient.
A noter que le beau sexe portait bottines de coton et de
paille, d'un demi-mtre, enveloppant orteilles, cheville,
mollet, pour s'arrter au genou. Pour cirage, du roucou :
chaussure delicate et pressurante qui faisait le pied petit
et fin, et quand il fallait passer une rivire, la dame, pour
prserver ses souliers, pirouettait tte en bas, marchait
sur les mains, et sortait de l'onde aussi sche, quand aux
pieds, qu'aprs une march sur la rocaille.

El

Aprs avoir abord notre le, en 1493, Christophe Colomb
y laissa quelques specimens de porcs qui se multi-
plirent avec rapidit. A la prise de possession, en 16:?5,
leur nombre ne se pouvait computer. Les Carabes n'y tou-
chaient pas, pas plus qu'ils n'usaient de volailles, de
beurre, de fromage, de lait, d'huile ou de graisse,









- 20 -


Leur menu tait de poisson, de crabes et d'oiseaux : ces
derniers boucans avec leur plumage, et dbarrasss de
leur trop plein, au moment de servir.
Enfin, il y avait cette fameuse cassave de manioc. Quand
on la prsentait l'invit large et ronde, cela voulait dire
qu'il pouvait toute la manger; quand elle tait offerte
plie, le visiteur devait en laisser le centre pour les htes
qui recevaient.
On ne mange pas sans boire, et la calebasse de ouicou
accompagnait la galette. Ce ouicou tait de la cassave fer-
mente dans de l'eau : boisson enivrante qui tait le baume
de la douleur et le nerf du combat.
La maitresse de maison, habitue frictionner d'huile
tte et corps de son mari, rendait le mme devoir tout
visiteur. On peut dire que ces primitifs vivaient toujours
peinturs : ce qui explique leur souplesse et leur endu-
rance au soleil.
In seul repas par jour, avec la permission de grignoter
toute heure.




Le travail de l'homme n'tait jamais celui de la femme.
Tous les matins, il y avait rendez-vous la rivire, et quand
le bain tait termin, on grageait le manioc, on cassait la
crote, et chacun s'en allait de son board.
L'homme faisait des paniers, prparait le jardin, abattait
du bois, sanglait sa flche, ou s'en allait sa pirogue ; la
femme, de son Ibton point, plantait manioc et patates.
Les Carabes avaient des cordages de lines qui rece-
vaient.le nom de pites . Ne serait-ce pas l'origine de
l'expression pitt coqs ? Le pitt est la corde tendue
qui encercle le lieu du combat : le ring , dirions-nous
de nos jours. Cela ne veut pas dire que les Carabes con-
naissaient les combats de coqs, don't l'origine est flamande









- 21 -


pour les uns, espagnole pour les autres, l'une et l'autre
pour ceux qui n'oublient pas les longues occupations
espagnoles au pays des Flandres.
La houe n'tait pas connue, et il tait indigne du mon-
sieur de travailler la terre; il se contentait d'en manger les
products. Les Carabes n'avaient pas d'outils travaills,
et les quelques lines d'un mtal non identifi, en forme
de croissant, don't ils taient parfois munis, ils les devaient
au butin de guerre. Ils appelaient ces lames karakoulis .
Il est donc inutile, de nos jours, de chercher les vestiges
pr-colombiens, malgr toutes les invitations de la Presse
locale; et si l'on vous parle de pierres graves, l'Anse-
Bertrand, aux Trois-Rivires, Sainte-Rose, donnez-leur
une date postrieure la colonisation franaise: poque
o le fer ouvrag permit l'inscription du monument.





Le Carabe tait marin : vocation qui l'loignait du sol.
Son art tait celui de son kanaoa , de son cannot, com-
parable la pirogue. Il empruntait les procds de tous les
peuples jeunes : on abattait un arbre, on le creusait, on
lui donnait la forme d'un berceau, on rehaussait les bords
en liant des planches, et le tout tait calfat avec de l'corce
de mahot pile.
Les pirogues avaient 10, 15 et mme 20 mtres de lon-
gueur. Les pagayeurs regardaient toujours le but ; ils ne
rainaient pas en tournant le dos au terme du voyage. Le
jour, ils se gouvernaient sur le soleil; le soir, surles toiles,
tant il est vrai qu'au milieu des tnbres de la barbarie,
Dieu a toujours voulu filtrer sa lumire.
Le capitaine tait matre bord ; son esquif avait belle
allure, fine, allonge; la poupe tait peinte d'une matire
rouge qui, d'aprs eux tait l'excrnlent d'une colssale









- 22 -


couleuvre, qu'on ne voyait jamais et qui avait come
logis une effroyable caverne,




Quand sonnait la guerre, on faisait choix, pour chef,
d'un home d'ge. Les jeunes n'avaient point de grades.
Une harangue rassemblait les gens. On ne prenait que des
volontaires. On mnageait une pirogue ou deux pour le
convoi des femmes charges du ravitaillement, et les autres
pirogues voguaient de l'avant. Pas de batailles ranges:
la surprise avant tout On n'attaquait pas de nuit, (le peur
de la.confusion, mais l'aube, un hurlement sacr donnait
le signal. On aimait aussi les engagements au clair de
lune... La lgret de la pirogue tait la supreme resource
de la fuite, en cas d'infriorit.
Il n'tait fait aucun quarter aux prisonniers mles, et
les femmes subissaient l'esclavage. Les armes nationals
taient le bouton ou, si vous voulez, la matraque -
et surtout l'arc et la flche. Celle-ci avait sa pointe en
forme de scie, et quand on devait la retire de la plaie,
elle largissait tragiquement la blessure... Enfin, cette
flche tait empoisonne : on ne sortait pas vivant de sa
violence.
Des vins et des orgies couronnaient la victoire, tandis
que les prisonniers de marque attendaient, dans des tor-
tures, le feu et les coups de dents de leurs maitres.




Tel tait le genre de vie des Carabes, ce qui faisait la
trame habituelle de leurs journes et de leur existence.
Il faut dire quelques mots, maintenant, de leurs murs
familiales, et de leurs croyances religieuses,












LEURS MURS ET LEURS CROYANCES

Quel tait le degr et quelle tait la valeur de la loi natu-
relle, en ces primitifs qui mangeaient, sans records, la
chair humane ? qui n'avaient ni loi, ni code pour rgir leur
vie morale ?
Il faut observer, cependant, que l'adultre de la femme
tait puni de mort, et que le vol tait quasi inconnu,
puisqu'il n'y avait rien piller nulle part.
Les Carabes avaient quelques ides sur la vie future,
sur la puissance de l'esprit, maitre de toutes choses, et ils
n'ignoraient pas la loi de la retribution definitive : une
rcompense pour les vertueux, un chtiment pour les
coupables. Cette retribution, ils la souponnaient ternelle.
C'est une preuve qui fait nombre avec tant d'autres de la
croyance universelle inscrite au cour de l'homme, si
barbare ait-il t, l'existence de l'Etre qui command:
l'Etre supreme.
Voici maintenant quelques dtails.




Aucun empchement dirimant ou prohibant dans leurs
marriages : parents et enfants, sours et frres fondaient
parfois famille entire eux. C'tait l'exception, mais une
exception qui rvle leur dchance.
Les cousins germaines, issues de surs, appartenaient
de droit leurs cousins. Inutile de fabriquer ailleurs un
roman d'amour. Celles qui taient filles de frres taient
considres come sours, et cherchaient en dehors de la
famille leurs pousailles.
Le Carabe pouvait avoir autant de femmes qu'il l'enten-
dait. Il avait le droit de rpudier ses pouses quand il lui
plaisait, et la femme rpudie pouvait se prparer une


- 23 -









- 24 -


autre union, mais jamais la femme n'avait le droit de con-
gdier son protecteur, et s'il lui arrivait de le tromper, on
lui enlevait la vie.
Le gendre ne parlait jamais ses beaux-parents, ni aux
frres de sa femme. S'il les rencontrait, il s'empressait de
fire un circuit pour ne pas tre sur leur passage; donc,
impossible les querelles avec les belles-mres.



A la naissance d'un fils, le pre et la mre s'astreignaient
un grand jene, surtout le pre.
Les cinq premiers jours, aucune nourriture ; du cin-
quime au dixime jour, que du ouicou : l'ivresse du
bonheur, et, pendant un mois, que de la cassave. Pas de
viandes ni de poissons ni de lgumes.
Le jene pregnant fin, les amis se runissaient. On dcou-
pait la peau du pnitent avec des dents d'agouti ; aprs
quoi, on le frottait nergiquement avec de l'eau pimente,
et l'assistance s'enivrait a ses dpens.
Le pauvre pre continuait quelques jours ses privations...
Sa premiere nourriture tait la chair de crabe, et de crabe
femelle obligatoirement ; il lui tait dfendu de manger du
poisson ou d'un autre mets d'animal. C'tait exposer l'en-
fant une resemblance avec ces poissons ou ces animaux.
Aprs leur dlivrance, les mamans aplatissaient le front
de leurs enfants. Elles obligeaient leurs rejetons une
pose douloureuse : l'enfant tait comme blotti et courb,
la tte sur les genoux. Les genoux devenaient masse de
resistance, et on ptrissait la tte.
A quelques jours de la naissance, parrain et marraine
venaient percer oreilles, nez et lvres de leurs filleuls, et
quand ils marchaient tout seuls, les garonnets parta-
geaient la table du papa, et les fillettes, celle de lamaman.
A l'heure de l'adolescence, les rites reprenaient leur









- 25 -


exigence sanglante : le corps du jeune home tait tail-
lad ; on tuait sur sa tte un oiseau ; on broyait cet oiseau,
on obtenait un bouillon que l'on pimentait, et qui servait
aux purifications et au massage total. Le jeune home
mangeait enfin le cur de l'oiseau, et, pour viter les
difformits corporelles, il restait tendu sur le dos jusqu'
sa gurison complete.
La jeune fille pubre subissait le mme sort.



Malgr une existence pauvre en bien-tre, le Carale
vivait longtemps. Les saignes et les tatouages en taient
sans doute cause.
Quand il tombait malade, ni ses enfants ni sa parent
ne le visitaient, par peur de contagion ou d'un passport
prcipit pour l'au-del. La femme seule soignait l'infor-
tun. La mort venue, on creusait une fosse, et, aprs avoir
huil et peint le cadavre, on le mettait dans la tombe,
dans la pose d'un individu accroupi : ainsi avait-il t
dans le sein de sa mre. Les pleureuses jetaient, inter-
valles rythms, la terre de l'ensevelissement, faisaient
brler, sur le trou, les objets families du dfunt. Femmes
et enfants se coupaient les cheveux, et commencaient le
long jene de l'affliction. On tuait les esclaves de celui qui
n'tait plus. Il faut dire que l'esclave prvoyant avait soin
de gagner du pied, avant la fin finale de son matre.
A quelque temps de l, un anniversaire runissait,
auprs de la tombe, parents et amis. Chants et ouicou
activaient la douleur.
Aprs le trpas, disaient-ils, les trois mes, que chaque
home portait, s'en allaient leur sort.
L'me du cour montait vers le ciel.
L'me du bras et l'mie de la tte devenaient esprits
redoutables, gardant l'humeur guerrire de toujours ;









- 26 --


elles prenaient le ncm de Mapoya : diables griffes
inquitantes.
Les mchants et il fallait une forte dose d'iniquit
pour tre jug tel les mchants taient relgus au fond
de la terre, dans un enfer appel Touvalik .

El

La divinit des Carail es tait un grossier mlange de
superstitions. Le pays de leurs dieux tait une copie de
l'Olympe qu'ils ne connaissaient pas. On y trouvait femmes
et homes, don't le moindre souci tait la continence et
le respect. Sur la terre on n'entendait aucune prire de la
part des hommes ; on ne remarquait aucun culte, et il n'y
avait ni chapelle, ni temple.
Le grand Carbet ou chaque carbet particulier
taient le thtre des offrandes et des manigances aux es-
prits. Sur le matoutou le tabouret de la case on offrait
l'esprit, qui sans doute avait des entrailles, une calebasse
de ouicou et les cassaves les mieux cuites. Conume le
dieu ne touchait jamais cette pitance, que l'on voyait
sans cesse installe sur le matoutou , les sauvages
avaient imagine que l'esprit, rassasi, redonnait la
famille l'offrande qu'elle lui avait faite : ce qui n'tait pas
pour dplaire des ventures affams, plus rels que ceux
des dieux.
L'intermdiaire entire la divinit et l'homme tait le
Bo ou Boako : devin retors, au courant des que-
relles des uns et des autres, portant ses sentences au
mieux de ses intrts personnel, prtendant gurir mala-
dies et prophtiser sur l'issue des guerres, intervenant
seul ou en compagnie de son dieu.
Chaque bo tait le serviteur d'un ou de deux esprits :
ce qui revient dire que le nombre des dieux invoqus
taitdouble de celui des sorciers, etde mme queles sorciers
se jalousaient sans tendresse, il en tait ainsi des dieux.










27 -

Quelquefois, on conversait directement avec les dieux,
sans l'entremise du sorcier, et, pour cela, on dterrait les
ossements, on les enfermait dans des calebasses. Le
souffle diabolique parlait par ces os, et se vengeait des
ennemis.
Quand la lune n'apparaissait plus, elle avait t dvore
par le gnie Mapoya qui, dans sa misricorde, la rejetait
par quarters, en attendant qu'elle devint pleine.



Mais en parlant de la lune, il serait peut-tre bon de
terminer ce chapitre, si nous ne voulons pas rver la
lune.
Oui, tranchons court.
Pauvre humanity sans Dieu o tout tait dieu, except
Dieu lui-mme effondrement de la raison, en dehors
de la rvlation ; dchance de l'homme, tnbres !
Et nous avons la foi, la lumire, la connaissanc3 de
Dieu et de son Christ, notre sauveur Civiliss, nous
l'avons t par l'Evangile.
Pourrions-nous, sans trahison, renier l'Evangile, et
l'Eglise, messagre de l'Evangila ?
Vous pouvez rpandre, vous qui ave- lu ce chapitre. (1)




I"....C


(1) Ref. RENNARD, 44-74.










. ...................... CHAPITRE III """"..........
S.........................


Les Prfets apostoliques


......! ..................................................................... *.
* t




Dbuts d'organisation religieuse. Le bref d'Urbain VIII. -
Religieux de divers Ordres. Les Prfets apostoliques. -
Le travail des Missionnaires. Tentatives de creation
d'Evchs aux Colonies.


LA MIssION DES ISLES

* '* E cardinal de Richelieu, pour organiser cano-
:* I. ** niquement la Mission des Isles, sollicita du
Saint-Sige un bref, qu'il obtint en date du
'...* ***. 12 juillet 1635, et que les premiers mission-
naires reurent, en septembre, la Guadeloupe.
Ce bref d'Urbain VIII commettait, au Pre Plican et
ses confrres, le soin des Colonies formes au nom et
sous la protection du Roi trs chrtien, et les tablissait
pasteurs tant des Franais de ces rgions que des sau-
vages qui se convertiraient.
Comme le bref apostolique, dit du Tertre, tait une
drogation implicite la bulle d'Alexandre VI, du 12 mai
1493, par laquelle le Pape donnait aux roys catholiques
Ferdinand et Isabelle et leurs successeurs, la proprit
des terres fermes et des isles de l'Amrique dcouvertes
et dcouvrir, avec dffenses, sous peine d'excom-
munication, toutes personnel, de quelque quality et
conditions qu'elles puissent estre, quand mesme ils










- 30 -


seraient roys ou empereurs, d'y aller ou trafiquer sans
la permission des roys catholiques .
M. le Cardinal garda l'original du bref, comme un titre
qui levait les defenses et les censures portes par la bullet
d'Alexandre VI, et se content d'envoyer une copie nos
Pres. (1)
Les historians ont tous reconnu que cette mission, don-
ne par le Pape des Religieux franais, fut la meilleure
sauvegarde de nos colons contre la jalousie des espagnols
qui, avec quelque bon droit, pouvaient se considrer
come les premiers maitres des isles d'Amrique qui
taient l'entre du Prou .
Il n'est pas inutile de rappeler l'influence de la Religion
qui, cherchant avant tout le royaume de Dieu, affermit et
dveloppe, par surcrot, les intrts de la Patrie.
Le cardinal de Richelieu, actionnaire lui-mme de la
Compagnie de Saint-Chistophe, la raison religieuse
alliait la raison d'Etat.


DOMINICAINS, CAPUCINS, JSUITES ET CARMES

La jurisdiction sur la mission de la Guadeloupe fut donc,
la premiere here, confie aux Pres Dominicains:
Jacobins come on disait en France, Moines blancs come
on les appelait aux isles ,.
Le rgime seigneurial, qui se poursuivra jusqu' l'anne
1674, voulut imposer cette nouvelle possession des lois
inspires par l'intrt et le despotisme.
Les premiers Missionnaires cn pouvaient pas, en cons-
cience, partager ces measures arbitraires. Entre Seigneurs,
propritaires et Religieux, les ides diffraient, on le


(I) Notes du P. C.\ioN.





y -'^^^^BHBB'^ I^ ^^^-'^^^P
w'' *-*r -i-"aSS P ^' *-"Sw ?
^ : ' ^ A ; i d
a 'H^^Mti^dH


Basse-Terre. Eglise de N.-D. du Mont-Carmel.
C'est la plus ancienne des glises qui existent actuellement. Elle fut leve par Houl,
touverneur et senchal de l'lle, vers 1655. Sa faade, inacheve, porte le blason de son fondateus.
































Basse-Terre. Petit Versailles "
Intrieur de la Chapelle
du Pensionnat des Surs de Saint-Joseph de Cluny.


Basse-Terre. Petit Versailles ": chapelle du Pensionnat.
L'autel qui renferme la chsse de saint Victor, martyr.









- 31 -


comprend, sur l'esclavage, la brutale autorit des maitres
et la guerre d'extermination poursuivie contre les Carabes.
Ce fut un mchant plaisir pour les Seigneurs de crer
competitions et querelles entire les Missionnaires de dif-
frents Ordres.
De l'Olive commena les tracasseries, et Iloul en fit
son principle : diviser pour rgner .
Ds 1637, deux Capucins arrivent en Guadeloupe; ils
meurent en touchant son sol ; d'autres suivent, que nous
voyons tenir plus longtemps. Les Jsuites font leur appa-
rition, rendue facile par leur voisinage de la Martinique
qui tait leur terre d'vanglisation.
Capucins et Jsuites vcurent d'ordinaire en bonne
intelligence avec les Jacobins ; il n'en fut pas de mme de
quelques Carmes indsirables, survenant en 1652.
Labat plaisante les Carmes don't les btiments, la
Guadeloupe, se ressentent de la vieillesse de leur Ordre ,
et qui ne sont pas mieux fourni d'arbres pour bitir que
de titres pour justifier leur origine prophtique . (1)
Les Dominicains demandaient aux nouveaux venus
leurs lettres de pouvoirs, et ceux-ci, leur tour, rcla-
maient le constat du bref de jurisdiction accord aux
Jacobins. Or, ces derniers ne pouvaient presenter que la
copie du bref d'Urbain VIII, don't l'original tait dtenu par
Richelieu.
Voici ce que Labat crit ce sujet :
A la Guadeloupe, il y a Capucins, Jacobins et Carmes
dchausss de la province de Touraine. M. Iloul avait
appel ces derniers dans le temps qu'il tait seigneur et
propritaire de cette ile, pendant un procs que nos Pres
furent contraints d'avoir avec lui au sujet des terres qui


(I) Cit par RENNARD : < Le P. Labat aux Antilles , Revue
d'Histoire des Missions du ier juin 1926.











nous avaient t concdes par la premiere Compagnie
qui fit l'tablissement de la Guadeloupe en 1635.
Quoique les Carmes n'eussent aucun bref du Pape, ils
ne laissaient pas, par tolerance (les autres- Religieux,
d'exercer les functions curiales ldans la paroisse du bourg
de la Basse-Terre, dans colle du Vieux-Fort et des Trois-
Rivires qui leur avait t c'dee par les Jsuites. Ils avaient
aussi soin des paroisses de Marie-Galante et des Saintes,
fondes seulement sur une prtendue bulle de Communi-
cation des privileges des Religieux mendiants, don't ils
prtendent que tous peuvent jouir quand ils ont t une
fois accords i un (le ces Ordres. (l)
La premiere jurisdiction romaine qui rgit les commien-
cements religieux de la Guadeloupe tait, sans contredit,
aux mains des Dominicains.
Guadeloupe et Martinique faisant parties de la Compagnie
de Saint-Christophe, Capucins et Jsuites, qui travaillaient
Saint-Christophe et la Martinique, avaient, en Guade-
loupe, des droits qui semillent incontestables. D'ailleurs,
c'est en vertu de l'interdpendance de ces trois les:
Saint-Christophe, Martinique et Guadeloupe, que les
Dominicains, leur tour, s'tabliront la Martinique.
En aot 17,3i, une Commission de Vicaire apostolique
(sic) aux miles franchises du Vent de l'Amrique est ac-
corde au R. P. Emilien, de l'Ordre des Carmes, par son
Suprieur gnral. Cette nomination n'est pas une insti-
tution ; elle continue un ordre de choses tabli depuis 1710.


LEs PRFETS APOSTOLIQUES

Le:- Religieux des diffrents Ordres, qui vinrent s'tablir
ou chouer la Guadeloupe, tenaient leur jurisdiction de
leurs Suprieurs respectifs.


(i L.BrT, t. I, chap. X, p. o16.


- 32 -









- 33 -


Les Missions des Isles taient divises en autant de
districts qu'il y avait d'Ordres religieux les desservir.
A la Guadeloupe, chaque district avait sa tte un
prfet ou vice-prfet apostolique, vice-prfet, principale-
ment l'poque o notre colonies dpendit du Gouverne-
ment gnral de la Martinique, c'est--dire de 1674 1775.
Nous parlerons principalement des Prfets apostoliques
de la Mission des Dominicains.
Le Pre Plican ouvre la march en 1635. Aprs six mois
de sjour aux iles, il est remplac par son missionnaire :
le Pre Nicolas Breschet (1636-1637).
Le Pre Breton fait d'abord des intrims. Le Pre de la
Mare, prdicateur rput en France, occupe la charge en
1641-1642. Vient ensuite, en 1646, le Pre Armand Jacquinot
ou de la Paix qui, bien que jeune et peu muni d'exp-
rience remarque notre Pre Breton fut la hauteur
de sa tche.
Les vexations de Charles IIoul amnent quelques
confusions dans l'organisation religieuse. Le Pre Breton
fait face aux exigences et aux dangers.
Il part pour France en 1654.
Quatre ans plus tard, en 1658, nous relevons le nom du
Pre Pierre Fontaine, qui dirige jusqu'en 1666 la Mission
des Pres Jacobins. Il mourut accidentellement. 11 se
rendait dans un cannot, de la Capesterre la Basse-'erre.
Le cannot coula ; les passagers et le Prfet apostolique
furent noys.
Son successeur fut le Pre La Forcade. C'est alors que
commence le Gouvernement gnral de la Martinique. Il
nous faut continue la liste en recourant i l'Ile voisine. Le
Pre Labat nous y conduit.

E

Voici le Pre Raymond Carbonire, qui dut, vers 1685,
rprimer le zle du Pre Paul, alors suprieur de la Mar-









- 34 -


tinique, et restreindre ses aumnes, sur la plainte que lui
en firent le Gouverneur et l'Intendant.
Vient le Pre Caumels. C'tait un hommie de mrite et
de naissance. Son pre tait capitol de Toulouse, alli
quantit de maisons considrables, et, entire autres,
celle de M. le commander de Guitaut. Il avait t prieur
au Couvent de Toulouse, quoi qu'il n'et alors que 35 ans.
Aprs quoi, il avait t nomm vicaire gnral et prfet
apostolique de nos Missions. On l'avait flatt que cette
dernire quality tait peu diffrente (le cell des vicaires
apostoliques, et il s'tait imagine que sa jurisdiction
s'tendait non seulement sur les Religieux de son Ordre,
mais encore sur les Jsuites, les Carmes et les Capucins;
mais il s'tait trouv loin de son compete. Ce fut le premier
chagrin qu'il eut en arrivant, mais ce ne fut pas le moindre,
puisque la dtresse de nos affaires temporelles, tant
la Martinique qu' la Guadeloupe qui venait d'tre pille
par les Anglais, qu' Sainte-Croix et Saint-Domingue,
lui en fournissait de bien plus considrables. (1)
Ce pillage de la Guadeloupe, don't parle le P. Labat, eut
lieu en 1691.
Le Pre Caumels eut pine trois ans de supriorat aux
Isles ; il mourut, en effet, en octobre 1694, Saint-Thomas,
comme il se disposait passer Saint-Domingue.
A sa mort, il y eut embarras dans le choix du succes-
seur. Le P. Caumels ne l'avait pas dsign. La Guadeloupe
voulut prsenter son Suprieur local, mais elle n'avait
alors que 5 Religieux dominicains. Son anciennet ne suffit
pas i imposer des droits branls par la presence de
10 Dominicains la Martinique ; le nombre l'emporta, et
le Pre Cabasson, suprieur particulier de la Martinique,
fut lu, par les Missionnaires, suprieur gnral des


(), P. L.aB.iT, ditions de 1722 et 1721, t. I, p. 117.









- 35 -


Missions, par interim : titre qui n'avait pas toujours pour
corollaire celui de prfet apostolique. (1)




Le Pre Paul, rentr en France, la suite de la dnon-
ciation de ses dangereuses largesses, revint aux Isles, en
1696, pour succder au Pre Caumels. Un conseil de
surveillance s'organisa autour de sa personnel : on avait
toujours peur qu'il dilapidt les resources des Missions.
Gn, il s'empressa de nommer le P. Cabasson pro-vicaire
gnral et vice-prfet pendant son absence et en cas de
mort.
Il partit pour Sainte-Croix et Saint-Domingue, fut fait
prisonnier en 1697, Carthagne, par les Anglais. On le
crut mort.
Cependant, la paix de Ryswick lui rendit la libert. Il
revint la Martinique avant que son successeur n'y fit
arrive. Il se montra trs heureux du course que les vne-
ments avaient pris, et cda volontiers ses functions.
Le Pre Pierre la Fresche prit la succession, avec
residence a la Martinique. Il meurt le 8 septembre 1698.
Le Pre Carbasson, lu aux dignits pour la troisime
fois, est enfin nomm prfet apostolique, le 27 avril 1699.
En 1703, dit le Pre Labat, il se flattait d'tre continue
son poste pour quatre autres annes, mais il eut pour
remplaant le Pre Bdarides.
C'est vers ce temps que le Pre Labat quitta les Isles
(1705), et avec lui finissent des notes sur les Missions,
particulirement intressantes.

E


(i) Notes du P. CABON.










- 36 -


Vers 1740, nous trouvons le nom d'un autre prfet
apostolique : le Pre Mane. Depuis 1720, il a occup
plusieurs fois cette charge.
Des lettres-patentes du Roi 29 aot 1763 concer-
nant les Prfets apostoliques, exigrent que les Eccl-
siastiques, commis par le Saint-Sige pour exercer les
functions de prfet dans les Colonies, seraient tenus de
prendre des lettres d'attache royales, sur les pouvoirs
eux donns cet effet, et de les fair enregistrer aux
Conseils suprieurs dans le resort desquels ils devaient
exercer leurs functions.
On a relev les noms qui suivent, avec la date d'enre-
gistrement. (1)
5 septembre 1764 : le Pre Louis Bernard, probablement
en charge avant les lettres-patentes mentionnes plus
haut. Il sera vice-prfet en Guadeloupe en 1785.
9 mars 177 : le Pre Bertrand Faget.
4 janvier 1770 : le Pre Saint-Jean-Baptiste Briant,
come vice-prfet la Guadeloupe.
3 mars 1772 : le Pre Melclior Cazeneude.
1" mai 1775 : le Pre Josepl Raymond Aycardy.
13 mai 1784 :le Pre Roug, come vice-prfet la
Guadeloupe.
Le 13 novembre 1787 : le Pre Franois Auguste
Crepsac, avec le Pre Karroque, come vice-prfet iL la
(uadeloupe.
En sortant de charge, les Prfets taient tout dsigns
pour occuper la place de vice-prfet dans une des deux
iles : Martinique ou Guadeloupe. Aussi, les PP. Cazeneuve
et Aycardy furent vice-prfets de la Guadeloupe, aprs
avoir t prfets des Missions.


(1i BALLET, t. III, p. 515.









- 37 -


L'UVRE DES MISSIONNAIRES

En 1784, on trouve la Colonie trois districts ou Mis-
sions : Jacobins, Carmes, Capucins. Les .Isuites ont
disparu depuis 1764.
L'effectif global done 33 Missionnaires, sculiers ou
rguliers, ceux-ci en bien plus grand nombre, pour une
population total de 101.971 habitants, composes de
13.466 blancs, 3.044 libres de couleur et 85.461 esclaves.
Un recensement de 1686, qui nous ramne d'avantage
l'poque que nous voulons fixer, portrait seulement
22 Religieux le nombre des Prtres attaches aux Missions
de la Guadeloupe.
Malgr le ple-mle des jurisdictions, les Religieux des
Isles firent un bien immense. Les premiers habitants: cor-
saires, flibustiers, boucaniers, venus d'un peu partout,
obliges de lutter pied pied, dans un pays vierge, contre
la nature, contre les savages, contre les btes, ne recon-
naissaient pas toujours les lois divines ou humaines. Les
Moines furent, parmi eux, les reprsentants de la civilisa-
tion en mme temps que ceux de l'Eglise.
Ils eurent une influence puissante et salutaire. Plus tard,
lorsqu'on coimmena s'Stablir, ils furent des premiers i
Ibtir et dfricher, donnant it tous l'exemple du travail
mthodique et de l'nergie persvrante. En mme temps,
ils prchaient la Religion et la Morale, s'interposaient pour
apaiser les conflicts, s'effor(aient de fair adoucir, selon le
droit chrtien, le sort des esclaves qui commenaient
arriver dans la Colonie. Leur rle fut bienfaisant non seu-
lement au point de vue religieux, mais au point de vue
social et franais. (I)
Le Pre Breton s'occupa des Carabes avec enttement.


(I) Notes du P. CABOX,










- 38 -


De ses voyages la Dominique, come de son sjour la
Guadeloupe, il recueillit des notes, et il publia, en 1665,
une Grammaire et un Dictionnaire carabe, avec la traduc-
tion, en cette langue, du Catchisme et des prires ordinaires
(lu matin et du soir.
Le Pre Jean-Baptiste du Tertre, cur aux Vieux-
labitants d'abord, la Capesterre ensuite, a crit l'Histoire
gnrale des Antilles; il y a consign, avec les documents
officials qu'il a pu se procurer, les traditions orales des
premiers temps de la Colonie.
Le Pre Labat, dans son nouveau Voyage aux Isles de
l'Amriqure, public en 1722, a donn un essai d'encyclopdie
de toutes les connaissances utiles aux Colons.


LES PRIVILEGES DES PRFETS

Les pouvoirs des Prfets apostoliques taient trs
tendus. A cause de la difficult de recourir Rome, ils
avaient le droit d'accorder peu prs toutes les dispenses
possibles, d'absoudre de tous les cas rservs, de concder
bon nombre de faveurs spirituelles.
Nous avons le tableau de leurs privileges en 26 articles.
Nous ne les donnerons pas tous, puisque d'aucuns appar-
tiennent encore, avec plus de precision et de largesse,
Nos Seigneurs les Evques coloniaux.
Retenons quelques articles : ils n'ont rien du style
limpide.

Art. III. Absoudre et dispenser de toutes sortes de
simonies, mme de la relle, pourvu que l'on quittt les
Ibnfices ; dispenser de la restitution des fruits perus
in)justement, en imposant quelque aumne ou autre p-
nitence salutaire, selon la volont de celui qui donne
l'absolution ; ou, si les bnfices sont paroissiaux, et
qu'il ne se trouve personnel capable de les remplir, on









- 39 -


peut absoudre les coupables, et leur permettre de les
garder.
Art. IX. Permettre aux gentils et aux infidles qui se
convertissent la foi, et qui ont plusieurs femmes de
garder, aprs leur baptme, celle qui leur plaira, moins
que la premiere de toutes les femmes qu'ils ont prises
ne voult recevoir le baptme : auquel cas elle doit avoir
la prfrence.
Art. X. Absoudre de l'hrsie, du schisme et de l'apos-
tasie de la foi toutes sortes de personnel, mme les
ecclsiastiques sculiers ou rguliers except ceux qui
sont des lieux o l'inquisition est tablie, moins qu'ils
ne fussent tombs dans ces crimes dans les lieux des
Missions et o l'hrsie est dominant. Et encore except
ceux qui, ayant abjur juridiquement, sont retombs
dans l'hrsie, moins qu'tant ns dans un pays hr-
tique et y tant retombs, la faiblesse ne les et fait
retomber, et cette absolution ne 'peut servir que dans
le for intrieur.
Art. XI. Absoudre de tous les cas rservs au Saint-
Sige, et mme de ceux qui sont contenus dans la bulle
In Coena Domini.
Art. XIV. Rconcilier les glises profanes, avec de
l'eau bnite par un Evque, ou, dans la ncessit, avec
de l'eau bnite ordinaire, et communique ce pouvoir
aux simples prtres.
Art. XVI. Permettre de manger de la viande, des oufs
et du laitage pendant le carme, et autres temps de
jene, lorsqu'on le jugera propos.
Art. XVII. Clbrer la messe deux fois le jour, s'il y a
pour cela une grande ncessit, pourvu qu'on n'ait pas
pris l'ablution la premiere messe, qui a d tre cl-
bre une heure avant l'aurore, et la second aprs midi.
On pourra mme clbrer sur un autel portatif, sans









- 40 -


ministry, en pleine champagne, sur terre, pourvu que ce
soit un lieu decent ; sur un autel, quoiqu'il ft rompu
et qu'il n'y et aucune relique ; en presence des hr-
tiques ou excommunis, schismatiques ou infidles,
pourvu que le ministry ne soit pas hrtique ou excom-
munii, et qu'on ne puisse clbrer autrement. Il n'est
pourtant permits de se servir du pouvoir de dire lamiesse
deux fois en un jour que trs rarement, et pour des
raisons trs fortes et trs pressantes, et, en cela, on
charge la conscience du clbrant.
Art. XX. Pouvoir s'appliquer soi-mme les indul-
gences.
Art. XXII. Porter le Saint-Sacrement aux malades,
sans crmonie et sans lumire, et le garder de la mme
manire pour la mme fin, pourvu cependant que ce
soit en un lieu dcent, et cela quand il y a quelque
danger l'un sacrilge du ct des hrtiques ou des
infidles.
Art. XXIV. Garder dans leur maison et lire les livres
des hrtiques qui traitent de leur religion, afin de les
combattre, et tous les autres lives dfendus, except
les ouvrages de Charles Du Moulin, de Nicolas Machiavel
et tous ceux qui traitent de l'astrologie judiciaire, prin-
cipalement ou incidemment, ou de quelque manire que
ce soit, condition que ces lives ne pourront tre
transports hors des lieux des Missions, et que les
Missionnaires ne pourront donner d'autres la permis-
sion de les lire.
Art. XXVI. Administrer tous les Sacrements qui sont
de la competence des Curs ou Ordinaires, exept ceux
de l'ordre et de la confirmation ; enfin, se servir de ces
privileges et les administer a ceux qui en auront besoin,
sans retribution. (1)


(i) LABAT, t. I, chap. X, pp. III-112.









- 41 -


Pour avoir le droit de confirmer, les Prfets firent de
multiples instances Rome. Il leur fut toujours refus, et
ce refus venait moins d'une obstination de Rome que
.d'une decision du Gouvernement royal, peu soucieux de
grandir l'autorit des Chefs religieux qui, aux Isles ,
taient non seulement les tmoins, mais les juges du R-
gime. Ce fut, d'ailleurs, la grande raison des checs des
tentatives faites pour la nomination des Evques aux
Colonies.

TENTATIVES INFRUCTUEUSES DE CREATION D'EVCHS

Ds le commencement du rgne de Louis XIV, on lana
l'ide de crer un Evcl pour les isles de l'Amrique.
Iloul, ds 1650, en parle dans l'une de ses lettres. Il y
avait alors, Paris, un abb Biet qui avait voyag en
Guyane, et que du Tertre malmne fort cause de ses
ides utopiques. Il eut t volontiers candidate, et les appuis
ne lui manquaient pas.
Le project s'labore plus nettement en 1681. Louis XIV
en crit au comte de Blnac, gouverneur gnral des Isles.
L'Evque, rsidant la Martinique eut eu, sous sajuridic-
tion, toutes les les franaises aux Antilles... Il ne fut pas
donn de suite ce project.
En 1727, on parle d'un Evch aux Isles du Vent. Le
Gouvernement gnral des Isles a t partag, en 1714, en
deux Gouvernements gnraux : celui des Isles Sous-le-
Vent (Saint-Domingue), et celui des Isles du Vent (Marti-
nique, Guadeloupe, Dominique). Deux Evchs sont
proposs : un pour chaque Gouvernement gnral. Le
sige de l'Evch des Isles du Vent eut t fix la Mar-
tinique.
Un troisime project, en 1773, faillit russir. L'abb Per-
raud avait dj, du Roi, ses lettres de nomination, mais
Rome ne lui envoya pas ses bulles. Il se content de
partir pour la Martinique come prfet apostolique.









- 42 -


LES RAISONS DE CES CHECS

Quelles furent les causes de ces checs rpts ? Elles.
furent multiples ; mais les deux principles paraissentles
suivantes, que l'on devine la lecture de nombreuses
lettres de Gouverneurs et d'Intendants.
Les Administrateurs avaient peur que l'influence de
l'Evque ne devint un danger pour leur autorit. Suivant
l'usage du temps, on et choisi sans doute le Prlat dans
une famille noble, et celui-ci, par ses relations avec les
colons de sa caste, par ses attaches a la Cour, aurait
gn l'Autorit militaire et civil ; tandis que le Prfet
apostolique, appartenant un Ordre religieux, devait
computer avec le Gouverneur, faute de prestige auprs des
habitants, et parce que le Gouverneur pouvait agir sur lui
par l'intermdiaire des Suprieurs de France.
Nous trouvons l'cho de cette inquitude des Gouver-
neurs dans un mmoire du Roi, remis, en 1775, au come
d'Arbaud, gouverneur de la Guadeloupe.
Sa Majest a reconnu que la dignit de l'Episcopat,
sans rien ajouter aux pouvoirs ncessaires aux prfets
apostoliques, ne tendrait qu' lever une autorit nouvelle
plus difficile rprimer que toutes les autres, et Elle a
dcid que les choses resteraient dans leur ancient tat.

El

La second raison tait la difficult de trouver des
prtres sculiers donner l'Evque. Il eut fallu une
euvre pour les recruter et les former, sous peine de
s'exposer de cruels mcomptes.
On en fit l'exprience quand l'abb Perraud vint dans
l'le de la Martinique avec des prtres choisis l'aventure.
C'tait, dit un contemporain, un assemblage des plus









- 43 -


mauvais sujets qui eussent encore paru dans les Colonies.
Comment pouvaient-ils occuper les cures ? Le choix ne
dpendant d'aucun Suprieur ecclsiastique, le bureau des
Colonies avait fait embarquer indistinctement ceux qui se
prsentaient. On reconnut combien la surveillance d'un
Ordre et l'esprit de corps taient ncessaires au maintien
de la discipline religieuse. Les Couvents avaient t utiles
aux Colonies.
Il se trouvait d'ailleurs aux Colonies et depuis long-
temps une classes de prtres indpendants des Prfets,
qui entravaient le ministre du Clerg paroissial, et gnait
mme le Chef militaire de la Colonie : c'taient les Chape-
lains d'habitations. Ils ne dpendaient de personnel, pas
mme de l'Evque, puisqu'il n'y en avait pas; pas des
Prfets, puisque ceux-ci n'avaient d'autorit que sur leurs
Religieux. Forts de l'amiti des colons chez qui ils vivaient,
ils pouvaient tenir tte la fois l'Autorit civil et l'Au-
torit religieuse; tandis que le Religieux-Cur dpendait
troitement de son Suprieur, qui pouvait le diriger et le
surveiller. Ds que l'un d'eux commenait mal turner,
on l'expdiait dans son monastre d'o il ne sortait plus.
C'est ce que voulait dire le mmoire royal dj cit plus
haut : Sa Majest a pens que les Religieux avaient un
frein de plus dans la discipline de leur Ordre.

El

Une dernire raison, qu'on trouve nonce timidement,
mais qui eut une grande influence dans les Conseils du
Roi, explique encore qu'on ait cart l'ide de nommer un
Evque aux Colonies : c'est la crainte de l'ascendant que
l'Evque et exerc sur les esclaves, s'il s'tait avis, lui,
l'gal du Gouverneur et de l'Intendant, de condamner
l'esclavage, et de dnoncer l'odieux de certaines pratiques
que l'esclavage autorisait. On n'eut pu expulser un Evque
comme on expulsait un Religieux qui ne faisait pas silence









- 44 -


sur cette brlante question du plus haut intrt, dans
l'organisation social des Colonies.



Notons, en passant, l'acte du Conseil national de 1797
- que l'on retienne l'anne qui rige un Evch la
Martinique. L'Ile tait alors au pouvoir des Anglais ; les
Evques constitutionnels de France ne songrent pas
pourvoir d'un titulaire le sige qu'ils venaient de crer.
Enfin, en 180-2, la signature du Concordat, il fut ques-
tion d'Evchs coloniaux, sans que l'on ait pouss bien loin
ce nouveau project. (1)
El

Pendant les deux premiers sicles de notre histoire reli-
gieuse 1635-1851, les Prfets apostoliques garderont une
jurisdiction qu'ils consacreront vaillamment au dveloppe-
ment moral de notre Guadeloupe.





:..*... :*.


i1 NOtes du P. CABoN.










......................CHAPITRE IV .".. *". ......
S....................... ...............

S Tableau des Paroisses en 1763

i les Paroisses de la Guadeloupe
jusqu' la Rvolution
."................... .... ................... .................... "..




Nomenclatur.e des paroisses en 1763. L'Etat du Clerg en
1781. Sur les pas du Pre Labat ; reprise de son voyage de
l'an 1696. Monographies, jusqu' la Rvolution, des pa-
roisses de la Guadeloupe proprement dite.


LES PAROISSES EN 1763
:"*. ..**e:
*:* .ES Prfets apostoliques taient, la vrit,
*, L .*' Prfets de Missions. Mais on ne disait pas de
:: leurs Religieux qu'ils taient la tte : un tel
''* ...... de la Mission Sainte-Marie, un autre de la
Mission Saint-Joseph, un troisime de la Mission Saint-
Hyacinthe. Ils taient desservants de cures, et le champ
d'action confi chacun d'eux s'appelait la paroisse. Ce
mot convenait mieux des colons qui, en France, avaient
t habitus une march rgulire et parfaitement orga-
nise du Culte.
Le Pre Raymond Breton nous parle de la paroisse de la
Basse-Terre, de la paroisse de la Capesterre. On disait
aussi le quarter : quarter du Marigot du Baillif, quar-
tier des Vieux-llabitants, et mme quarter de la Basse-
Terre.
Le Pre du Tertre fut cur, et cela tait en 1642.
Celui qui nous promnera de paroisse en paroisse, dans
la Guadeloupe proprement dite, au course du voyage d'ins-









- 46 -


section qu'il fit en 1696, pour fortifier l'Ile contre les
attaques toujours possibles des Anglais, fut le l're Labat
qui, lui-mme, fut cur au Macouba de la Martinique. Le
stage antillais de l'infatigable Jacobin dura 12 ans (1693-
1705).
Nous avons un lal reliyieux des Colonies franaises aux
Antilles, en /17 -3 ; il y est constamment parl de paroisses :
paroisses desservies par les Dominicains ; paroisses des-
secrvies par les .Jsuites ; paroisses desservies par les
Cares ; paroisses desservies par les Capucins...
Nous pouvons donner le tableau gnral et quasi-complet
(les paroisses en 1763. Leurs noms, quelques modifi-
cations prs, sont les noms d'aujourd'hui. Quand nous
aurons marqu cette vue d'ensemble, nous ferons, sur
les pas du Pre Labat , une ronde petites galopes sur
le littoral de la Guadeloupe, essayant de crayonner la vie
de chaque paroisse, jusqu'aux approaches de la Rvolution.



Voici d'abord la nomenclature des paroisses en 1763 : (1l
Dans l'arrondissement actuel de la Basse-Terre, on
trouvait : Notre-Dame du Mont-Carmel et la chapelle
Saint-Franois. Ces deux paroisses taient dans la ville:
la premiere, tenue par les Jsuites; la deuxime, par les
Capucins.
Puis viennent :
Au Baillif, l'glise paroissiale de Saint-Dominique;
Les Vieux-Hlabitants, l'une des plus anciennes de nos
paroisses, sous le patronage e e saint Joseph, et qui a
gard toujours le mme emplacement et quelques vestiges
de ses bastions.


(1) Echo desAntilles, 1913, pp. 189 et 218.









- 47 -


La paroisse de Saint-Louis ou de 'Ilet--Goyaves ,
aujourd'hui Bouillante, cause de ses sources d'eau,
place pendant prs de trois sicles sous le vocable dl
saint Louis, roi de France, pour passer, en 1913, sous le
patronage du Sacr-Coeur de Jsus ;
La paroisse du Caillou, alias de Pointe-Noire ou N.-D.
de Bon-Port ;
La paroisse de Deshayes (sic), dplace de l'Ance-Ferry,
avec les aptres saints Pierre et Paul pour patrons ;
La paroisse du Grand-Cul-de-Sac, aujourd'hui Sainte-
Rose, qui remplaa l'glise de Saint-Pierre dans le comt
de Lohac. Les ruines de cette glise sont encore visible,
mais informed;
La paroisse du Lamentin, primitivement appele pa-
roisse de Iloulbourg, qui, aprs avoir eu saint Louis, n'a
plus de patron en cette anne 1763 ;
L'glise de la Baie-Mahault ; patron: saint Jean-Baptiste;
Dans le petit cul-de-sac marin, qui forme la belle rade
de Pointe--Pitre, la paroisse de N.-D. de Bon-Port,
aujourd'hui le Petit-Bourg ;
L'glise de la Goyave, ou Petite Goyave, sous le vocable
de sainte Anne (on sait qu'Anne d'Autriche tait la mre
de Louis XIV : ce qui peut servir dater cette glise);
La Capesterre, sur le territoire de laquelle se trouvait
la chapelle Sainte-Marie, aujourd'hui disparue, qui avait,
pour patron de son glise, saint Hyacinthe, religieux domi-
nicain de nationalit polonaise;
L'glise des Trois-Rivires, ddie saint Franois
Xavier, et maintenant l'Assomption de Notre-Dami ;
Le Vieux-Fort-Saint-Louis, appel tout court Vieux-Fort,
ou Vieux-Fort-Royal de 'Olive, avec saint Albert pour
patron ;
La paroisse du Parc, englobe aujourd'hui dans Saint-
Claude ; patron : saint Pierre;











Terre-de-llaut (Saintes), qui a pour patronne N.-D. de
l'Assomption;
Terre-de-Bas (Saintes), qui a pour patron saint Nicolas
de Myre ;
Saint-Barthlemy ; patron : d'abord l'aptre du nime
nom. C'est aujourd'hui l'Assomption qui est fte patronale
de l')rient et de Gustavia ;
Saint-Martin (France et Hollande); patron : saint Martin
de Tours ;
Le Vieux-Fort-Saint-Louis de Marie-Galante ; patron:
saint Joseph, un peu oubli de nos jours, semble-t-il ;
Le Grand-Bourg (Marie-Galante), qui fut Joinville sous
le Gouvernement de Juillet, et qui clbre sa fte patro-
nale le 8 dcembre.




Dans l'arrondissement de la Pointc-i-Pitre, on comptait:
Les Abymes Grands-Fonds , don't l'glise avait pour
patrons saint Pierre et saint Paul. Cette paroisse a servi
de berceau la Pointe--Pitre, fonde seulement en cette
mme anne 1763 ;
Sainte-Anne patronnee de mme nom), avant 1789, sige
de l'Administration civil et de la Snchausse, montre
encore les restes de son ancienne splendeur ;
Saint-Franois, paroisse desservie, ds l'origine, par les
Plres Capucins ;
Le Moule, autrefois port frquent, avec saint Jean-
Baptiste pour patron ;
Au nord : l'Ance (sic) Saint-llertrand, que nous appelons
maintenant l'Anse-Bertrand, et don't le patron, saint Denis,
porte la tte entire les mains ;
L-t paroisse de Notre-Dame de Bon-Secours (ou de la
Visitation), aujourd'hui Port-Louis ; Port-Libre en 1893;


- 48 -










- 49 -


L'glise du Mancenillier, sous le patronage des aptres
saint Philippe et saint Jacques. C'est maintenant le Petit-
Canal ;
La paroisse du Gozier (sic) ou du Plican, dit Gosier ou
Grand-Gosier, place sous l'invocation de saint Louis, roi
de France.

LE CLERG EN 1784

Nous avons dit plus haut (chapitre III) qu'en 1784 on
comptait, la Colonie, trois Districts ou Missions: Jacobins,
Carmes, Capucins.
Qu'il suffise, pour mmoire, de partager leurs domaines.
Le District ou Mission des Dominicains avait pour su-
prieur gnral et prfet apostolique, en residence la
Martinique, le II. P. Trepsac. Le District comprenait : le
Baillif, Bouillante, la Pointe-Noire, Deshaies, Sainte-Rose,
le Lamentin, la Baie-Mahault, la Petite-Goyave et la Capes-
terre. Il comptait 4 Prtres sculiers et 4 Dominicains. Un
mime Religieux desservait le Baillif et la Pointe-Noire.
La Mission des Carmes avait pour suprieur, vice-prfet
apostolique, le R. P. Rmi le Roy. Elle comprenait la
Basse-Terre (paroisse du Mont-Carmel, qui fut, pendant un
temps, la paroisse des Noirs), o il y avait deux Curs : un
pour les Blancs, un pour les Esclaves ; le Parc (Matouba),
le Vieux-Fort, les Trois-Rivires depuis 1764, les Saintes,
le Grand-Bourg de Marie-Galante, la Capesterre (Marie-
Galante) et le Vieux-Fort (Saint-Louis Marie-Galante):
7 Religieux seulement.
Enfin, le District des Capucins tait dirig par le R.
P. Archange, prfet apostolique, suprieur et cur de
Saint-Francois (Basse-Terre) qui est la Cathdrale d'aujour-
d'hui. Cette mission comprenait les paroisses des Vieux-
lhabitants et du Petit-Bourg, pour le dpartement de
la Basse-Terre, avec un vicaire et un cur pour les Noirs.
Dans le dpartement de la Grande-Terre : les paroisses









- 50 -


du Moule; cell, en second lieu, de la Pointe--Pitre; celles
de Sainte-Anne, du Gosier, de Saint-Francois, du Petit-
Canal, de l'Ance (sic) Saint-leertrand, du Port-Louis et du
Morne--1'Eau (Vieux-Bourg) : en tout 9 Religieux, don't
un Fransciscain Rcollet. Le Cur du Moule avait le titre
de vice-prfet apostolique; le vicaire de Pointe--Pitre
desservait aussi le Gosier. Deux Prtres sculiers faisaient
le service de la Dsirade et celui de Saint-Martin.

E

Tel tait l'tat du Clerg pour la Guadeloupe, sous le
Gouvernement de M. le baron de Clugny, capitaine des
vaisseaux du Roi, gouverneur de la Colonie en 1784.


LES PAROISSES DE LA GUADELOUPE

Les notes qui viennent vont s'occuper de chacune de
nos paroisses, et glaner d'abord, pour la Guadeloupe
proprement dite, les renseignements retenus par l'histoire,
depuis les origins jusqu'au seuil de l'poque rvolu-
tionnaire.

BASSE-TERRE

Du temps du Pre du Tertre, elle rie peut prtendre
au titre de ville, ni nmme de bourg. On y voit quelques
ranges de magasins, btis en pierres et en planches, o
les marchands trangers vendent ce qu'ils apportent. On
n'aperoit pas encore de veritable glise ; le service reli-
gieux s'accomplit dans la chapelle, comprise dans l'en-
ceinte de ce qu'tait alors le Fort. Elle est si petite que
presque tous les fidles assistant la messe en dehors. (1)


(i) BALLET, t. I, p. 142.









- 51 -


Extra muros, la paroisse embrasse toute la contre
comprise entire les montagnes du Palmiste, celles du
Iloulmont et la Rivire Saint-Louis ou des Pres, au-
del du quarter de la Pintade.
L'tendue qui allait du Galion la Rivire-aux-llerbes
avait nom : Montagne de Beausoleil. Nombre d'habitations
de notre actuel Saint-Claude en faisaient parties. Les dno-
minations n'ont pas change : on trouve les proprits de
Galard et de l'Esprance.
L'actuelle distillerie Ducharmoy occupe l'emplacement
d'une sucrerie cre par les Jsuites, et baptise du nom
de Saint-Claude. Une autre sucrerie, appartenant au
sieur abb Gueston, se trouvait l'habitation Boulogne.
Les terres situes entire la Rivire-aux-lerbes et la
Rivire des Pres formaient la montagne Bellevue. Le nom
est rest, du moins pour une section de notre Baillif
contemporain.
El

IIloul, qui se flattait de mettre les Jacobins au
dsespoir , appelle des Religieux de diffrents Ordres a
travailler sous sa protection.
Les Carmes exercent le service paroissial la chapelle
construite et desservie par les Dominicains, la Place
d'Armes. Leur glise, mal entretenue, dit le P. Labat, prit
le nom de paroisse du Fort.
Dans le quarter Saint-Franois, les Dominicains avaient
t les premiers missionnaires ; ils sont dpossds. Les
Carmes y apparaissent et laissent la place aux Capucins.
Cela se passe en 1683.
Les Jsuites batissent la plus belle glise de l'endroit,
qu'ils mettent sous les hospices de N.-D. du Mont-Carmel.
Son emplacement n'a pas change. C'tait la paroisse des
Noirs, et elle sera exclusivement rserve aux Esclaves,
jusqu' la disparition des Jsuites eux-mmes, en 1764.









- 52 -


Au fronton, l'glise du Carmel portait les armes de lloul,
sans doute, dit le Pre Labat, pour entretenir les bonnes
graces de ce Seigneur, et l'amener verser les fonds
ncessaires pour l'achvement de l'difice.
En 1703, quand les Anglais brleront, pour la deuxime
fois, la Basse-Terre, le Carmel restera debout. Les docu-
ments assurent que l'glise fut respecte parce qu'elle
renfermait la tombe d'un colonel anglais catholique.
Des richesses de l'glise des Jsuites, on enleva, dans
la crainte de l'incendie, deux statues de prix : saint Louis
et saint Ignace; on les cacha au fort voisin, et, depuis ce
lointain pass, jamais plus on ne les retrouva.
La lgende, toujours plus riche que l'histoire, a en-
velopp le plerinage dj sculaire de N.-D. du Mont-
Carmel d'une clbrit de bon aloi que sanctionne, de ses
graces, la Vierge bnie.
L'incendie de 1703 ne touch pas, non plus, l'glise
Saint-Franois, qui avait t utilise come magasin de
poudre.



Quand le Pre Labat fit, en 1696, la Guadeloupe, sa
premiere tourne d'inspection, en compagnie du gouver-
neur Auger, il dcrivit comme il suit notre Basse-Terre
initra muros :
Le bourg commence au-dessous de la hauteur sur
laquelle le Fort Saint-Charles est situ ; c'est une longue
rue qui va depuis cet endroit jusqu' une ravine appele
la Ravine Billau. Elle est couple environ, aux deux tiers
de sa longueur, par la Rivire-aux-lerbes. La parties la
plus grande et la plus considerable est entire cette rivire
et le fort, et retient le nom de bourg de la Basse-Terre.
Celle qui est depuis la Rivire-aux-Herbes jusqu' la
Ravine Billau se nomme le bourg de Saint-Francois, parce
que les Capucins y ont une glise et un couvent.









- 53 -


Il y a, dans ces deux quarters, 5 ou 6 petites rues de
traverse, et 4 glises principles : les Cannes, avec la
paroisse du Fort; les Jsuites, avec l'glise du Carmel ; la
chapelle de l'Ipital de la Charit, fonde en 1664 et
desservie par les Religieux de Saint-Jean de Dieu ; l'glise
Saint-Franois, confie aux Capucins.
Les Carmes ont leur couvent tout prs de l'Hpital
Saint-Louis, fond plus tard actuellement, bureaux du
Gouvernement ; ils dbouchent sur la rue Saint-Ignace.
Les Jsuites ont leur habitation en hauteur de leur
glise, l'emplacement actuel du palais du Gouverneur.
Les Religieux de Saint-Jean de Dieu resident l'angle
occup par le palais de justice.
Les Capucins dominant leur glise la rue montante
de la Cit.
Les quatre Communauts susdites et les Dominicains
font un heritage' important, racont par Labat qui en fut
l'excuteur testamentaire.
M. de Morache, frre du gouverneur Hincelin, leur
abandonne les biens lgus aux Religieux par le dit Gou-
verneur.
L'HIpital de la Charit reoit la moiti de la succession;
les autres Communauts se partagent le reste.


El

Au dpart des Jsuites (1764), la paroisse du Carmel
passe quelque temps sous la direction des Capucins, et la
paroisse de Saint-Franois sous l'autorit des Carmes. On
voyait, ces dernires annes, au mur du logis des pompes
d'incendie de la ville, ces trois mots : Place des Carmes.
C'est le parvis de Notre-Dame. Mais les Capucins qui, en
1736, avaient lev la faade de l'actuelle cathdrale,









- 54 -


revinrent chez eux, et les Carmes retournrent leur
Carmel : chacun chez soi.
A cette poque, la petite place de l'glise Saint-Franois
tait un cimetire, de mme que le Carmel avait le sien,
tout prs de son ruisseau, et qui fut dsaffect en 1830.
Le baron de Clugny, en 1784, dfendit d'inhumer place
Saint-Francois. C'est l le dernier fait signaler avant la
Revolution : il tait dj question des morts.


LE BAILLIF

La paroisse du Baillif avait reu les tablissements
des premiers Colons. Elle avait t riche, prospre et
peuple, et avait hrit de son nom lors du passage, la
Guadeloupe, du baillif de Poincy qui, se rendant
Saint-Christophe, pour prendre les functions de lieutenant-
gnral du Roi sur toutes les Isles , s'y tait arrt le
17 janvier 1639.
Deux bourgs avaient t rigs successivement sur la
Rivire des Pres. Ils avaient t emports par des dbor-
dements imptueux. Des propritaires avaient transport
leurs foyers la Basse-Terre; mais d'autres avaient lev
un nouveau bourg sur les deux rives de la Rivire du
Baillif.
L'glise avait t construite derrire le bourg, sur un
morne qui le domine, et avait, en arrire, au lieu appel
encore Saint-Dominique, un couvent fort incommode,
soutenu par de grosses maonneries.
La portion du pays entire la Rivire des Pres et celle
(lu Baillif s'appelle Montagne Saint-Louis, mais, on dsi-
gnait, cependant, sous le nom de Marigot, toute la parties
qui long la rive droite de la Rivire des Pres, et qui
appartenait, en totalit, aux Dominicains, qui ne culti-
vaient que deux habitations : celle du Grand-Marigot Saint-
Robert, adosse au Morne Blair ; celle du Petit-Marigot,











situe au bord de la mer : distillerie actuelle des Pres-
Blancs, o se trouvait la chapelle Saint-Patrice don't on
aperoit encore les ruines.
Les Dominicains avaient obtenu concession de ce terrain
important, dans les stipulations arrtes entire la Com-
pagnie Saint-Christophe et les Chefs de l'Olive et du
Plessis. Leurs droits furent confirms en 1637, contests
et rduits sous le Gouvernement de Houl, rtablis en
parties en 1664, par l'autorit de M. de Tracy.
En 1696, la chapelle du Couvent servait de lieu de culte,
l'glise Saint-Dominique ayant, come le bourg, t
brle par les Anglais.
C'est au Baillif que l'on trouve les vestiges les plus
nombreux des travaux des premiers Pres blancs. Les
murs de leur maison du quarter Saint-Robert sont encore
debout. Au nord, de la Rivire du Baillif au carrefour
de la route des Vieux-Habitants et du chemin Saint-
Robert se trouvait le Fort de la Madeleine, o s'illustra
le Pre Labat dans la lutte contre les Anglais, en 1703, au
temps o M. Auger tait gouverneur, et la Malmaison
commandant du Fort Saint-Charles.
Parmi les noms des anciens Curs, nous relevons celui
du Pre Dassier. Il faisait les functions curiales dans
l'glise paroissiale. Le Pre Vidal tait alors suprieur
local de la Mission des Jacobins, la Guadeloupe.
En 1740, on reconstruisait l'glise, ouvrage de maon-
nerie de 40 pieds de long, mais un terrible ouragan,
survenant la mme anne, en recula la charpente.
Comme biens de fabrique, on peut voir encore une croix
de procession, date de ce XVIIIC sicle.

LES VIEUX-HABITANTS

Le Fonds des IIabitants, dit Labat, a t ainsi appel,
parce que, du temps de la premiere Compagnie qui peupla


- E5-









- 56 -


l'Isle, tous ceux qui avaient achev les trois ans de service
qu'ils devaient la Compagnie se retiraient dans cet
endroit pour n'tre plus confondus avec les serviteurs et
les engages de la Compagnie, et s'appelaient habitants.
L'glise se voit sur la carte du Pre du Tertre, dresse
vers 1667. Nous savons qu'elle fut fonde et desservie
d'abord par les premiers Dominicains. Peu aprs, elle
pass sous la direction des Capucins ; elle tenait son
emplacement actuel au pied du Morne Val d'Orge, au
dbouche de la (rande-Rivire.
lne vingtaine le maisons, occupes par des artisans et
des cabaretiers, constituait le bourg ; mais, come tous
les bourgs rigs sur cette cte, il tait trs malsain,
cause des miasmes d'eaux croupissantes qui ne se dver-
saient que trs difficilement i la mer.
Au temps du Pre Labat, le l're Romain dirigeait la
paroisse. C'tait un trs honnte home, bon religieux
lui s'tait acquis l'estime et l'amiti de tout le monde par
ses manires douces et pleines de candeur. Sa maison et
son jardin taient trs propres. Son glise avait t
epargne dans les incendies allums par les Anglais, en
1691; elle tait vieille, et toute de bois, mais bien entre-
tenue et orne avec zgot. (On a bien lu : elle tait toute
de bois ; oui, malgr son air de forteresse, l'glise
actuelle est, presque d'un sicle, postrieure aux premiers
temps de l'occupation.


L'ILET-A-GOYAVE OU BOUILLANTE

A la pointe nord-ouest de l'Anse--la-Barque, commence
la paroisse de l'Ilet-i-(ovyave ou Fontaines-Bouillantes ou
Bouillante.
En 1691, les Anglais y firent un dbarquement. Ils ne
pouvaient pas choisir un endroit plus propre, remarque
le Pre Lahat, pour se fire tailler en pices.









- 57 -


Le quarter de l'Ilet-aux-Goyaves prit, de bonne here,
le nom de Fontaines-Bouillantes, cause des sources
sous-marines qui jaillissent 20 ou 30 mtres du bord.
Aprs la dconfiture de la Compagnie des Isles, en 1649,
au temps de M. de Boisseret, propritaire de ces contres,
les premiers colons franais fondrent l un bourg. Le
Pre du Tertre a parl des qualits des sources chaudes
de l'Ilet-aux-Goyaves, et, aprs lui, le Pre Labat. Nous
n'insistons pas. Visitons Bouillante, dirait M. le chanoine
Ballivet, qui, sous le titre de cette paroisse, parle de toutes
les richesses naturelles de la Guadeloupe.
L'glise paroissiale fut ddie, ds l'origine, au roi saint
Louis de France. Depuis le 5 avril 1913, elle a come pa-
tron primaire le Sacr-Coeur de .sus. (1) Elle tait, la
fin du XVIIe sicle, presque masque par les halliers, les
roseaux et les mahotiers, et cela pour la cacher de la vue
des Anglais, toujours prts aux descentes, incendies et
pillages. Son portail regardait la mer, et le presbytre
tait auxtrois quarts du morne auquel est adosse l'glise.
En 1696, le Pre Labat rendit visit son confrre le Pre
Cassot; il loue l'installation, se plaint seulement de la
monte... qu'il fit d'ailleurs cheval.
En 1703, glise et presbytre subissent le sort common
de tous ceux de cette cte : ils sont brls par l'ennemi,
et on sait qui il est.
En 1740, nouveaux dgts : l'ouragan, dj mentionn,
reverse l'glise. On se content, pour quelque temps,
d'une petite maison pour le service divin. Il y a, cette
poque, 150 Feux, 450 Blancs ou personnel libres et
1.000 Ngres. (2)
En 1788, nous relevons le nom de M. Foulquier, que
nous retrouverons Sainte-Anne, aux heures sombres de


(i) Echo des Antilles, 1913, p. 203.
(2) Revue des Missions, dcembre 1931, p. 568.









- 58 -


la Revolution. Nous le verrons devenir, en 1805, vice-
prfet apostolique.

POINTE-NOIRE

C'est en 1696 que fut cre la paroisse de Pointe-
Noire qui devait tre remplie par le Pbre Noguet (ou
Ngret), dominicain. C'tait l'application du rglement
fixant les limits des districts paroissiaux. L'ordonnance
tait signe de Colbert, en 1681, de Colbert, l'organisateur
des Colonies franaises.
Pointe-Noire, avant d'tre paroisse, s'appelait section
Caillou . On trouve, dans Ballet, le pourquoi de la
chose. Aprs la Petite-Plaine, se creuse l'Anse Guyon-
neau, qui se termine la Pointe Cailloux ; la rivire du
nom se jette dans cette Anse Guyonneau. Le nom de
Pointe-Noire a prvalu, grce la pointe situe au nord du
bourg, et don't les rochers, d'un noir bleutre, terminent
un grand courant de lave cornenne. Pointe-Noire s'est
forme de la reunion des quarters Caillou, Marigot et
Saint-Jean.
Les habitants y avaient btati une assez belle glise de
maonnerie, (le 80 pieds de long, ddie la sainte Vierge,
mais elle fut renverse parles ouragans et les tremblements
de terre. En 1735, le culte divin se faisait dans une vast
grange, couverte de paille. On comptait, en 1743, 150 mai-
sons, 00 Blancs et 1.200 Noirs. Le Pre Bergeron (tait
cur.
Le missionnaire apostolique Boudran administre, de
1773 1777, la Pointe-Noire, mais il a soin de signer tous
les actes officials, en ajoutant it son nom la mention:
cur de Desliaies . En 1783, un franciscain nomm
Laillet dirige la paroisse. A la fin de cette anne 1783, le
Pre Magubs, dominicain et cur de Bouillante, est charge
de la Pointe-Noire. L'an d'apres, meurt l'abb Koffmann
d'Ifgostadt on Bavire ; il fut enterr dans le sanctuaire










- 59 -


de l'ancienne glise, le 17 septembre 1784. Le dernier titu-
laire, avant la Terreur, est M. Mulard (1792).
Le culte public ne tarde pas tre interrompu. Nous
sommes l'Epoque rvolutionnaire, et nous savons que
Victor Hugues eut de tristes prfrences pour Pointe-
Noire. Ses Commissaires ordonnrent des fusillades don't
nous parlerons en leur temps, cependant que le petit
Pre Girolani, dguis et cach, faisait bonne besogne au
service des mes.
Les archives paroissiales sont parmi les plus riches
que nous ayons lues. Nous les quittons quasi regret,
pour les utiliser encore au chapitre de l'Epoque rvolu-
tionnaire.

DESHAIES

A l'origine, le quarter de Ferry desservait les habitants
du Caillou. Le Pre Labat nous dcrit, avec plaisir, l'ajoupa-
chapelle que mit sa disposition, Ferry, le sieur Litard,
l'un des deux Blancs de nos Antilles, maris lgitimement
des Ngresses. Ce Litard tait lieutenant de Milice du
Grand-Cul-de-Sac, don't le sieur Pompe tait capitaine. Sa
chapelle prsentait l'aspect qui suit : des fourches
d'arbres non quarris, fiches en terre de distance en dis-
tance, jouaient le rle de colonnes ; les murs taient en
palissades de bambous et de roseaux ; la vote et la toi-
ture, en feuilles de paliiste. C'est l que les fidles se
runissaient pour la prire et les offices religieux ; point
de cloche, encore moins d'horloge publique. Une conque
marine lambi convoquait les chrtiens des environs.
M. Litard tenait le rle de catchiste ; il avait sa
disposition le Catchisme de Grenade et la Vie des Saints.
Ceux qui ne pouvaient entendre la messe Goyave, le di-
manche, se rassemblaient en cet ajoupa. On dveloppait
quelques chapitres sur la vie chrtienne, on rcitait le cha-
pelet, et le lecteur annonait les ftes, les vigiles et les
jenes de l'Eglise. Le Pre Labat y fit les pques, en mars-









- 60 -


avril 1696. Il regretta d'tre en temps de jene, car on lui
eut fait bonne chre.
Mh"' Litard le servit avec beaucoup d'honntet. C'tait
une ngresse d'environ quarante ans, qui tait encore belle
et bienfaisante , quoiqu'elle fit un peu grosse. Elle avait
de l'esprit et mme une politesse qu'il n'aurait pas cru
devoir rencontrer dans des gens de sa couleur. (1)
)n comprendra que nous signalions le dtail come t-
moignage de l'heureuse volution des pauvres Noirs.
A l'emplacement mme de cet dicule, on construisit
une vraie glise, aux proportions plus importantes, ainsi
qu'un couvent avec ses dpendances. La date exacte est de
1731. L'glise fut ddie saint Pierre. Il y avait l 50 Feux,
150 Blancs ou personnel libres et 5 600 Ngres. Le Cur
y jouissait d'une pension de 12.000 livres de sucre brut
qui, rduite en argent, faisait la some de 540 livres. Son
cazuel pouvait aller tous les ans 100 lives.
La paroisse se transport, en 1763, a 5 kilomtres de
Ferry, l'Anse Deshayes.
Deshaies porte le nom du notable, dput par la Guade-
loupe Londres, en 1763, l'hiure o se prparait le trait
qui nous rendait les Antilles. L'Assemble colonial, qui
sigeait Petit-Bourg, nomma le sieur Robert Deshayes
ou d'Eshayes, propritaire Marie-Galante, en quality
d'agent de la Colonie auprs de la Cour de Londres.
Aucune archive locale ne nous parle du dveloppement
du nouveau bourg. Ferry est donc son pass de gloire.


SAINTE-ROSE

Le nom propre de Sainte-Rose tait jadis le Grand-Cul-
de-Sac. Nous avons vu les Francais y dbarquer, la


(1) Ch. I, p. 273.









- 61 -


Pointe-Allgre, en 1635. M. le chanoine Ballivet assure
avoir vu, de claque ct de la rivire, les dbris de deux
campements : l'est, le Petit-Fort ; l'ouest, le Vieux-
Fort Saint-Pierre. Petit-Fort et Vieux-Fort sont points
cet endroit, dans la carte de du Tertre.
De guerre las, contre la difficult des lieux, les premiers
Colons descendirent sans tarder vers le Sud de l'Ile. Les
Dominicains obtiennent des concessions au Baillif et la
Capesterre. Du Plessis pousse lui-mme jusqu' la Capes-
terre; de l'Olive se retranche au Vieux-Fort-Royal, qui
portera son nom, et le Grand-Cul-de-Sac-Marin se vide
peu peu.
Toute cette contre nord de la Guadeloupe, de Deshaies
la Rivire Sale, constituait les reserves que les Seigneurs
propritaires de la Guadeloupe s'taient gardes, en ven-
dant l'Ile au Domaine royal, en 1674. Leurs successeurs et
hritiers levaient de telles prtentions dans la cession ou
la vente de ces terres, que peu de colons purent s'y fixer.
De plus, cette cte tait face Monserrat et Antigues :
repairs d'Anglais qui, par leurs descentes et pillages, ne
laissaient gure en paix les riverains du Grand-Cul-de-Sac.
En 1696, au voyage du Pre Labat, IIoul de Varennes,
fils du trop fameux Charles Iloul, tait maitre de ces
lieux. Un certain Van Despigne tait capitaine de ce quar-
tier, descendant des migrs du Brsil, bon catholique et
de souche hollandaise.
Nous ne trouvons mention ni d'glise ni de cure. Les
quelques colons demandaient le service religieux la
chapelle de Ferry; mais, en juin 1710, Louis XIV rigea, par
lettres-patentes, le Comt de Lohac, en faveur de Pierre
Francois Gilbert Je Caprado. Il imposa au titulaire et
ses successeurs l'obligation de payer, pour chaque muta-
tion testamentaire, une redevance de 150 livres, en faveur
de l'glise du Comt, pour achat de vases, lampes et
autres destins au service divin ; item, une haute messe
annuelle qui serait clbre le jour de la Saint-Louis
(25 aot).










- 62 -


Cette glise, qui fut la preniire paroisse du bourg,
avait pour patron saint Pierre. Les ruines, assez tendues
pour y voir autre chose qu'une simple chapelle domes-
tique, existent dans les bois qui entourent l'habitation
actuelle du Comt. Quand le bourg se fut dvelopp le
long du littoral, on transfra le centre de la paroisse sur
le more oit nous la voyous encore. C'est probablement
alors qu'on choisit sainte Rose pour patronne. >
En 1743, la Relation du Suprieur des Jacobins, sur l'tat
ldes paroisses confies it ses Religieux, relation laquelle
nous avons dj fait des emprunts, nous apprend que
sainte Rose tait bien le seul vocable de l'glise, bien que
la paroisse fut encore dnomime (irand-Cul-de-Sac-
Marin . A cette date, l'glise, commence depuis 9
10 ans, n'tait pas encore acheve, tant elle avait t
malmene par les ouragans. Le service divin se faisait
dans de longues cases couvertes de paille. Le presbytre,
Ssans exhaussenment , ce qui veut dire sans tage, tait
assez bien rtabli. Le Cur jouissait d'un terrain et d'une
savane, et, pour ne rien oublier ce qui a son prix son
traitement montait i 12.000 lives de sucre brut, autre-
ment de Ferry. Le revenue cazuel tait pourtant un peu plus
fort : 150 lives '

LE LAMENTIN

Tout le terrain entire la Grando-Rivire it (oyaves
et. la Rivire Sale, aipparteinait, en 1696, M. Iloul,
calitaine aux (ardes, frbre ain de M. de la Varenue. djit
connu. (ii avait toujours appel cette terre : Saint-
(erniain, jusqu'en 1707, date laquelle le Roi f'rigea en
Marquisat, 'en faveur de M. Iloul, sous le nom d'lloul-
bourg, quoiqu'il n'y et ni bourg ni village. (1)


[Ij L.\BAT, t. I, p. 30l.


















j;


Eglise des Vieux-Habitants (6.011 hab.)

Elle remote aux dernires annes du XVII" sicle.
D'normes contreforts tayent les murs latraux.
La porte principal est surmonte des amoiries de l'Ordre de Saint-Franois
la paroisse fut desservie autrefois par les Pres Capucins.


iil ~
. ;.'
-i` : :I






-A _-i~
Ec -


Eglise de Saint-Claude (8.287 hab.)
La nef principal date de 1850. Les chapelles latrales furent ajoutes en 1877-79. Le clocher, endommag par la foudre.
a t reconstruit en 1910. Sur la faade, on remarque les statues des saints Pierre et Paul. et, au milieu, celle de saint Augustin.


k1









- 63 -


Aprs la vente de e iiarquisat, en 172I!, le IWourg du
Lamentin se cra. Il conmmenl a dans les marais, au bord
de la Rivire , prs de l'tang oi digue de Gemiilliac. Il
s'accrut sur la branch du canal (qui 'icoule i la 1mer, a
Blachon, travers les paltuviers. C'est sur le bord de ces
eaux qu'il faut chercher, sans grand espoir de les trouver,
les traces des premires cases du bourg et de sa premiere
glise.
Cinq carrs de cent pas furent vendus par Mathieu
Flachon, con jointement avec ses frres et seur, l'(Eiuvre
et Falrique (le la paroisse Trinit , lit-on dans le contract
pass par Maitre l'Official, notaire royal (2 juillet 1755i.
L'insalubrit et, surtout lorsque les sucreries particuliEres
se furent tablies, l'insuffisance du petit port qui existed
encore au bas du bourg, firent chercher un autre dbouch,
et le bourg monta jusqu' son emplacement actuel.
La toute premiere glise avait t place sous l'invo-
cation de saint Louis, roi de France. Nous venons de voir
que la donation Flachon avait lu le vocable de la saints
Trinit. Cependant, en 1743, la paroisse avait encore
retenu le nomo de llouiilbourg. Limitrophe avec le Petit-
Bourg, desservi par les Capucins, et avec le Grand-Cul-de-
Sac, desservi par les Jacobins, il y eut diflicult dans le
choix d'un Religieux (le l'un ou l'autre Ordre, pour
gouverner cette paroisse.
Les Capucins manquaient de sjets; les habitants de
llouill)borg dlibrrent et sollicitbrent fortement le Su-
pi'irieur des Prcholurs de leur ldoniier l'lun des siens.
II s'engagea i le fire, pou:rv\ que le loov l'ordomlit et
qu'il autorist I'btblissemtent de cette paroisse. Sa Ma-
jest donna avis favorable, et le Suprieum attendit encore
lin peu de temps les dcrets lotcax ; il ni connaissait
rien du nombre des habitants ni dles Nigres esclaves ;
il savait seulement qu'on y trouvait un grand nombre
de manufactures lde sure.
Si l'on nous demand pouirquJi le nom de Lamentin









- 64 -


prvalut, il suffit de rappeller que le marquisat du Iloul-
bourg fut dissous en 1726, que seule une habitation de ce
nom existed encore sur le territoire de la Baie-Mahault, et
que la pche du lamentin tait nagure abondante
dans ces parages.
Les noms de nos paroisses empruntrent leur origin
la gnrosit des grands saint Louis, sainite Anne ;
it la valeur de quelques homes : Deslhaes, Gourbeyre,
le baillif ; i leur situation gographique : Trois-Rivires,
Capesterre, Basse-Terre, Pointe-Noire ; la richesse du
terroir : Goyave, Mahault ; leur mer poisonneuse:
Gosier, Lamentin , etc., etc.
En 1767, les habitants du Laiientin profitrent de la
rcente creation de la snchausse de la Pointe--Pitre
pour dresser au Roi une petition, l'effet de se voir
rattachs la nouvelle jurisdiction, en consideration de
leur loignement de la Basse-Terre, et de l'extrme diffi-
cult matrielle des communications . En juin 1769, leur
demand fut agre. Et, depuis lors, la parties est de lile
Basse-Terre fait civilement et religieusement parties du
district de la Pointe--Pitre.

BAIE-MA HAULT

Les quarters de Petit-Bourg, Berville (depuis Baie-
M:tault, Laiiientin et Grand-Cul-de-Sac, si admirable-
ment cultivs aujourd'hui, tirent donc, l'origine, parties
du lot chu lloul, lors du partage des terres ayant
appartenu la Compagnie des Isles. Ils furent les premiers
dfrichs sur ce point de la Colonie. L'autre board de la
Rivire-Sale conserve ses paltuviers.
Mahaut n'est pas un noim d'homme, mais celui d'un
bel arbre du genre des paltuviers : le aliot ou mahaud.
L'orthographe mahaut ou mahault a prvalu : en fait de
noms, l'usage dcrte. La Baie-Mahault est l'une des trois
babies qui vont du large estuaire de la Grande-Rivire-aux-










- 65 -


Goyaves l'eiblourclure de la Rivire Sale. On compete,
en effet, la baie du Lamentin, l'anse de Cercelle et enfin
la baie Mahault : la plus vaste.
Le premier bourg du quarter avait t bti sur l'habi-
tation Petite-Terre, appartenant M. de Berville, puis au
marquis de la Jaille. (1)
L'histoire de l'actuelle paroisse de Saint-Jean-Baptiste
commence s'crire l'poque de la Rvolution.
L'Echo des Antilles de 1914 nous offre quatre coupures
d'un vif intrt, qui, groupes, nous renseigneraient sur
l'origine, faits et gestes des flibustiers, corsaires et bou-
caniers : gens de lgende autant que d'histoire, cumeurs
du Golfe des Antilles et de la Mer Carabe, chasseurs (le
buffles sauvages, volontiers pirates, loups de mer i la
conscience habituellement sans records, mais capable de
magnanimit, trappeurs des bois et forbans. Le littoral
du Lamentin et de la Baie-Mahault les attira et les retint.
Quelques-uns, enrichis Dieu sait come devinrent
habitants, c'est--dire colons. Il y eut des colons avant
que Richelieu patronat la premiere Compagnie.
De 1674 1815, la lollande et l'Angleterre furent, sur
mer, les constants ennemis de la France. C'tait donc la
lutte au plus habile, aux exploits singuliers, o la loi du
plus fort tait toujours la meilleure.
Dvelopper ce sujet serait sortir de notre cadre, et, en
compagnie de nos papers jaunis, nous irons directement,
come jadis, du Lamentin au Petit-Cul-de-Sac : nom
propre, lui aussi, de l'actuel Petit-Bourg.

PETIT-BOURG

La paroisse du Petit-Cul-de-Sac, appele ensuite Petit-
Bourg, commence sur la rive droite de Rivire du Coin et


(I) BALLET, t. II, p. 503.










- 66 -


se termine, pour tre spare de la Goyave la Rivire
(ercelle ou Sarcelle. Au milieu du XVIIe sicle, elle
possdait l'une des plus belles habitations de l'Ile : l'habi-
tation Arnouville, assise de la paroisse, appartenant au
sieur de Rochefort, grand ami du Pre Labat. Cette habi-
tation, qui longeait la Rivire du Coin jusqu' la mer, et
montait 7.000 pas de hauteur, avait 12.000 pas de larger.
Les cannes taient plantes en carrs de 150 pas chacun.
On disait que ces terres avaient du tre cultives par les
Carabes, parce qu'on n'y trouvait que fort peu de gros
arbres, quoique le sol fut bon et profound. Cette habitation
avait t rige en fief par lloul, le 8janvier 1664. C'est la
date la plus ancienne que nous ayons sur les origins du
Petit-Cul-de-Sac. L'un des dmembrements de cette vaste
proprit former, en 1780, l'habitation Versailles .
A son tour, le gouverneur Auger possda l'habitation
Trianon, traverse par la Rivire Saint-Paul, et don't les
terres s'tendent jusqu' la Rivire aux Lzards, appele,
par corruption, Lzarde.
La rade du Petit-Cul-de-Sac tait forme par une srie
d'ilets, et la Petite Rivire d'Onze-lleures, qui prend sa
source habitationn Saint-Jean, traversait le bourg de la
paroisse. L'tat des lieux est le mme de nos jours : Ver-
sailles, Trianon, cte Mazarin: noms royaux pour le Petit-
Cul-de-Sac !
Son b)on port Notre-Dame de Bon-Port : le vocable de
la paroisse, aujourd'hui l'Assomption son bon port
pouvait recevoirles grands voiliers, et, aprs 1765, sa situa-
tion favorable entire la lointaine Basse-Terre et la proche
ville de la Pointe--Pitre, nouvellement fonde, en avait
fait et continue en faire une agglomration populeuse et
active.
L'Assembile colonial qui, en 1763, envoya Londres
Robert Deshayes, avait choisi le Petit-Cul-de-Sac pour
tenir ses seances.
En 1696, le Pre Labat et son ami le gouverneur Auger,









- 67 -


continuant leur laborieuse randonne, se prsentrent au
Pre Capucin qui tait cur de la paroisse. Le cher Reli-
gieux ne manqua pas d'haranguer le Gouverneur, et lui
prsenta l'eau bnite la porte de son glise. Nous di-
nimes chez le Pre Capucin, et, ajoute notre caustique
Jacobin, il est croire que les officers du quarter avaient
fait porter ce qui tait ncessaire pour le repas. Pareilles
precautions seraient offensantes, de nos jours.
S'il faut en croire une tradition locale, l'glise primitive
se trouvait dans le haut du bourg , prs de la source,
non loin du cimetire actuel. La second glise fut difie it
l'emplacement occup par la troisime. Elle avait deux
fentres au chur, et deux dans la nef . En sortant (le
l'glise, par la chapelle de gauche, on n'avait qu' traverser
le chemin qui montait au presbytre, pour enter dans
l'ancien cimetire. On n'enterre plus dans ce cimetire ou
les pierres tombales, en particulier celle de la mre du
gnral de Sonis, parent seules de la mort.


LA GOYAVE

La paroisse de Goyave est la plus petite de la Guade-
loupe proprement dite. Son territoire, en se rendant
Basse-Terre, part de la Rivire Sarcelle, pour s'arrter
la Ravine Briqueterie, par corruption Bqueterie. C'est l
son point de rencontre avec Capesterre.
En 1696, elle tait peuple et bien dfriche. Il ne faut
pas la confondre, nous avertit le Pre Labat, avec l'Ilet-
aux-Goyaves (Bouillante), ni avec la Grande Rivire--
Goyaves du Grand-Cul-de-Sac. Ce sont l trois endroits
diffrents qui l'abondance des arbres de cette espce
qu'on y a trouvs, a fait donner le mme nom.
Fonde vraisemblablement vers 1660, la paroisse de
Goyave fut, ds ses dbuts, confie aux Capucins. Son titre
official devrait tre : Sainte-Anne de la Petite Rivire-









- 68 -


aux-Goyaves . C'est un peu long. On l'a dsigne long-
temps sous le vocable raccourci de Petite-Goyave. Aujour-
d'hui, nous l'avons sous sa plus simple expression :
Goyave.
Quelques cases parses sur la cte de l'Anse de la
Petite-Goyave qu'arrosent les eaux de la Ravine Ferr :
voil ce que l'on disait d'elle au dbut du XVIII sicle.
Cette paroisse, pour le service religieux, fut souvent
rattache au Petit-Bourg. L'histoire est un perptuel recom-
mencement... et l'on sait ce que cela veut dire.
Le Pre du Tertre appelait la Goyave le Paradis des
Rivires . Le Pre Labat, en son clbre voyage, a surtout
illustr les lieux par ses rcits de chasse aux ramiers, de
mme qu'il s'tait attard au Baillif nous parler. de
l'agouti. Dans L'Echo de la Reine de 1926, on voit ce sport
trait au long et au large, avec des citations latines et des
rappels potiques, par le Pre Foubert, qui ne le cdait
pas au premier classeur de documents de Nos Paroisses :
le Chanoine Ballivet, en finesse, en malicieuse et delicate
taquinerie et en dsarmante lenteur. Il est dommage que
ces belles pages, et toutes celles parses dans les volumes
de nos Echos. ne soient pas ramasses, groupes et offertes
un plus large public !
Mais l n'est point le souci du present travail, et de la
Goyave, on peut redire cet adage si pratique : Les peuples
heureux sont les peuples sans histoire.


LA CAPESTERRE

Aprs la dissolution de la premiere Compagnie, don't
Iloul et son beau-frre Boisseret taient actionnaires, on
liquid; et les deux Seigneurs don't nous parlons se port-
rent acqureurs des terres de la Compagnie. Nous en avons
touch un mot pour expliquer le petit nombre de colons
Sainte-Rose, et nous achevons. Ils achetrent la Guade-









- 69 -


loupe pour la some de 500.000 livres. Aprs six semaines
de dbats, ils la partagrent en deux lots.
Le premier lot, celui de Boisseret, comprenait Marie-
Galante, les ilots du Grand-Cul-de-Sac, et la parties de la
Guadeloupe qui, du Baillif, en allant vers l'ouest, s'tend
jusqu' la Grande-Rivire-aux-Goyaves. Une ligne imagi-
naire fixait, comme limited mdiane, les sommets de la
chaine central.
Le second lot, chu Iloul, comprenait la Grande-
Terre, les Saintes et la parties de la Guadeloupe qui, du
Baillif en allant l'est, se prolonge jusqu'au del du
Lamentin, l'embouchure de la mme Grande-Rivire-
aux-Goyaves.
Le tirage au sort eut lieu le 13 septembre 1659. Cepen-
dant, il y eut une reserve : bien que le marquisat de
Sainte-Marie se trouvt dans les territoires du lot de
IIoul, Boisseret se l'tait expressment gard. Nous
aurons donc Sainte-Marie appartenant aux Boisseret, et
la Capesterre-Bananier, aux descendants de Iloul.

El

Nous connaissons ce que la tradition nous dit de l'abor-
dage de Christophe Colomb 4 novembre 1493 la
plage Sainte-Marie.
Lors de la colonisation, les Jacobins de Paris crrent
d'abord deux centres religieux : en 1636, au Baillif, et la
mme poque au Grand-Carbet de la Capesterre.
Quand l'listorien de Nos Paroisses marquait son rcit
dans notre bulletin religieux, la publication de l'abb
Rennard : Les vingt premires annes de la Colonisation
la Guadeloupe, n'avait pas paru. Or, nous y voyons qu'au
mois d'octobre 1636, les Sauvages lisez : les Carabes
- firent une descent au Grand-Carbet, le jour de Saint-
Simon et Saint-Jude, et surprirent quelques colons. Ils
ep blessrent trois ou quatre, don't deux moururent. On en









- 70 -


tua l'un des leurs, qui portrait un tison pour brler la
chapelle. Soulignons le mot.
Ds les premiers mois de prise de possession de 1'lle
par les Franais, la Capesterre eut sa mission. Le Pre
Nicolas Breschet en prit le premier la charge, et pour tre
plus libre dans son rle de missionnaire, il pria un certain
M. de Saint-Gervais, du Clerg sculier, de garder la
residence : ce quoi l'excellent prtre acquiesa, bien
qu'il y ptit beaucoup, tant de la ncessit que de l'in-
solence de quelques libertins . (1)
Dans la site, M. de Saint-Gervais devait servir bien
utilement l'ile Saint-Christophe, en l'absence des Pres
Capucins qui en avaient t chasss indignement en 1635.
La premiere chapelle de la Colonie non pas un simple
ajoupa ou autel portatif fut voue N.-D. du Saint-
Rosaire, au camp de M. de l'Olive (Fort Saint-Charles) (2),
et la deuxime chapelle, qui est qualifie du titre d'glise,
fut cell de Saint-llyacinthe de la Capesterre.

E

Les Franais ne camprent pas plus de trois mois au
Petit-Fort et au Vieux-Fort Saint-Pierre de Sainte-Rose.
N'est-ce pas au jour de la Sainte-Barbe 1635 que Duplessis
mourut, la Capesterre, assist du Pre Nicolas de Saint-
Dominique, le Pre Raymond tant all, pour un temps,
assister les malades de Saint-Christophe ? (3) -
S'il est vrai que les engags ne se rendirent au fonds
des Vieux-Habitants qu'aprs leur temps de service, il faut
donc reculer de trois ans les essais de foundation de cette



(i) RENNARD, p. 88.
(2) Idem, p. 144.
(3) Idem, p. 8.2









- 71 -


paroisse, et les Vieux-labitants ne sont plus la premiere
glise de la Colonie . Et pourtant, que de fois on l'entend
dire !
Dans le vicariat de Saint-llyacinthe se trouvait la cha-
pelle Sainte-Marie. Le marquisat Sainte-Marie, plus tard
habitation Poyer ou des Poiriers, appartenait, mme
avant 1659, M. de Boisseret. On trouve le blason de
famille, grav sur une pierre mutile en 1848, l'habitation
Longueteau, de l'Esprance .
Au rivage de Sainte-Marie, nous pouvons supposed que
le Pre Jean de Marchna, compagnon de Christophe
Colomb, ait clbr une messe de 142 ans antrieure
celle du Pre Plican, Sainte-Rose. Et le fait est d'autant
plus plausible que le Pape n'avait pas permis de dire la
messe sur les caravelles de l'Explorateur, du moins aux
deux premiers voyages. A terre, la defense n'existait plus.
Le Pre Jean de Marchna est le premier prtre catholique
qui ait abord le nouveau monde, et il tait seul.
La toile qui, actuellement, est derrire l'autel de l'glise
de Capesterre veut rappeler cet vnement. Cette peinture,
d'un certain docteur Mattei, est loin d'tre un chef-d'oeuvre,
et nous nous demandons pourquoi on y voit une demi-
douzaine de moines.

El

Capesterre pourrait honorer avec plus d'exactitude la
mmoire du Pre du Tertre qui y sjourna, comme cur,
de 1642 1647, tout en tenant compete, dans ces annes,
d'un stage aux Vieux-labitants et d'un voyage en France.
Une simple plaque, au moins l'glise, rappelant son nom,
son sjour et ses oeuvres, et l'oubli serait facilement rpar
peu de frais.
Du Tertre (1610-1687) est la plus belle gloire religieuse
de la premiere Capesterre. Par son Histoire gnrale des
Antilles habites par les Franais, il a mrit d'tre appel









- 72 -


un Ilrodote. Chateaubriand, crivant son Voyage en Am-
rilue, doit beaucoup au Pre Jean-Baptiste du Tertre, et
fait de lui un loge de bonne marque.
A l'Histoire du Pre du Tertre, collabora le R. P. Feuillet,
son confrre, religieux de la Mission de Capesterre. On
lui doit le 2e volume : Histoire naturelle des Antilles. En
1658, il avait form une collection d'insectes tropicaux.
Les deux derniers volumes de l'Histoire gnrale des An-
tilles traitent : le premier, des vicissitudes des diffrentes
Companies qui rgirent la Guadeloupe, et le deuxime,
des faits mmorables qui se sont passs jusqu' la paix de
Brda (1667).
Trente Missionnaires la Guadeloupe taient dj morts
en odeur de saintet.
C'est une oeuvre bien assise qu'a livre la postrit le
clbre Cur de la Capesterre. Labat lui dcoche quelques
critiques, mais l'on disait Labat gourmand : c'est ce qui
explique qu'il aime i mordre.




Au temps du Pre du Tertre, les protestants hollandais
taient nombreux la Capesterre ; ils ne tardrent pas
se convertir et se disperser.
En 1696, la Capesterre ne comptait qu'une trentaine de
maisons ou magasins. L'glise avait 120 pieds de long sur
30 de large, avec deux chapelles qui en faisaient la croise.
La chapelle de droite appartenait Iloul de la Varenne.
Le Pre Romanet tait le cur de ce temps ; son presbytre
tait bas, mal entendu, mal perc, sans got et sans
commodity .
Comme on le pense, c'est le btisseur Labat qui parle.
La petite Rivire des Pres sparait la Mission du terrain
appartenant Iloul. On voulut priver la Mission de ce
petit course d'eau, mais Labat sut manager les intrts de









- 73 -


IIoul en lui crant un moulin, et ceux de ses confrres
en leur laissant la Rivire des Pres (1).




En 1713, l'glise perd de sa longueur : 80 pieds seule-
ment ; de sa larger : 26 pieds. Elle est assez bien en
ornements.
Le presbytre, vis--vis de l'glise, bti de pierre, est
assez logeable ; il a un jardin et une savane.
La paroisse est trs tendue. Elle a trois lieues d'une
extrmit l'autre, du ct de la mer. Par le haut, elle n'a
pas d'autres bornes que les grandes montagnes. Elle
compete un grand nombre de manufactures considrables
de sucre. Mais les habitants n'y sont pas fort nombreux :
70 Feux, 180 Blancs; en revanche, 3.000 Ngres.
La paroisse est trs difficile desservir par les fortes et
dangereuses rivires qu'il faut passer pour aller d'une
habitation l'autre. Le Suprieur y entretient deux Mission-
naires, quand il y en a un assez grand nombre pour pouvoir
les y mettre. En 1743, ils sont deux. Le Cur y jouit d'une
pension de 9.000 livres de sucre, qui font 405 livres en ar-
gent, et le casuel du cur et de l'glise peut aller 3 ou
400 livres.


LES TROIS-RIVIRES

La paroisse des Trois-Rivires, dit notre Ballet, forme
un contrast saisissant avec celle de la Capesterre. Les
catastrophes volcaniques y ont imprim des traces inef-



(I) Revue d'Histoire des Missions, dcembre 1931, p. 567.









- 74 -


faables. Elle est hache, tourmente, accidente. Son sol,
rougetre, est convert de larves d'un bleu-noir, et il est
d'une grande fertility.
La route colonial n'existait pas au voyage du Pre
Labat, et on n'tait gure dispos en dessiner le trac.
Cette region dchiquete tait, a elle seule, la plus sre
forteresse contre l'Anglais. Le quarter des Trois-Rivires
avait 4.000 pas de large. Le sieur Rigolet tait lieutenant
de Milice, et le Pre Imbert, jsuite, recteur dc l'glise
ddie saint Francois Xavier.
Le Cur recut et compliment M. Auger. Le Pre Labat
dit la messe. Un peu aprs, on fit visit au Pre Imbert.
Le savant Jacobin nous a laiss du Pre Imbert un portrait
avantageux que s'appliquent reproduire ses successeurs :
- Il tait dans une vnration extraordinaire dans tout le
pays, et c'tait bon titre, car c'tait un trs digne reli-
gieux, d'une vie dure et austre,fort appliqu ses devoirs,
trs zl pour le salut dc son people, si dtach de toutes
choses que je n'en ai jamais vu un si dnu de tout. Le
Seigneur a voulu fire clater son mrite et sa vertu en lui
donnant l'occasion de pratiquer la vertu de patience d'une
manire la plus hroque. Il mourut quelques mois aprs,
come il avait vcu. Son glise, moiti de bois et moiti
de maonnerie, tait trs propre et trs orne. Pour sa
maison, la propret y tenait lieu de toutes choses.
Le Pre Imbert eut lui succder un Carme, come on
va le voir par la citation suivante. La presence de ce
Carme n'tait que temporaire, car ce fut seulement en
1764: date de leur dpart de l'Ile, que les Jsuites cdrent
leur paroisse aux Carmes.

El

Il est dit et nous le rappelons pour donner un
example du rle gnant et aventureux de ces Prtres libres










- 75 -


don't nous avons parl au chapitre IIIP, et qui n'avaient pas
de jurisdiction aux Isles il est dit que M. de Machault,
gouverneur gnral des Isles, prit come aumnier un
certain abb Signier.
Tout d'abord came, puis bndictin, l'abb Signier,
come la plupart des ex-Religieux qui vinrent aux Antilles,
parait n'avoir t qu'un prtre de mdiocre quality. Il se
trouvait la Capesterre de la Guadeloupe pendant la
guerre avec les Anglais, et, pour soixante-sept louis d'or,
il s'avisa de marier deux personnel allies au second
degr d'affinit sans pouvoirs, sans autorit, l'insu du
Cur, sans proclamations de bans, sans dispense ni per-
mission, dans une maison particulire : en un mot, clan-
destinement. Cette affaire demeura secrte jusqu'au dpart
des Anglais; alors, le sieur Greffier (c'est le nom du
prtendu mari), qui tait de la paroisse des Trois-
Rivires, desservie par les Pres Carmes, amena chez lui
la demoiselle Poyen, sa femme prtendue, qui tait de la
paroisse de la Capesterre.
Les deux Curs furent extrmement surprise de cette
union illgitime don't ils ne savaient rien, et qu'ils regar-
drent come un concubinage public et scandaleux; ils
en firent leurs plaintes au Gouverneur, et ensuite
M. Mithon, ordonnateur, qui faisait les functions d'intendant
depuis le dpart de M. Robert. Celui-ci ordonna que la fille
retournerait chez ses parents, jusqu' ce que l'affaire et
t examine. Cependant, l'abb Signier, tant devenu
aumnier de M. Machault, il lui fut facile de persuader son
maitre qu'il avait pu faire ce marriage sans blesser les lois
ni sa conscience, et que les Religieux ne s'y opposaient
que par intrt sordide, pour n'avoir pas t satisfaits de
leurs droits curiaux.
Cette affaire rveilla les prventions que le Gouverneur
avait contre les Religieux. Ce fut sur ce pied-l qu'il
crivit une lettre fort dure au Pre Cabasson, qui tait
encore prfet apostolique des Missions.










- 76 -


Sur ces entrefaites, le Pre Bdarides succda au Pre
Cabasson. M. de Machault ne manqua pas de lui demander
une prompted solution de cette affaire. Le Pre Bdarides
ignorait la question ; il s'en fit instruire par le Pre Labat,
et, en sa compagnie, il se rendit chez le Gnral pour lui
exposer, pieces en mains, qu'il n'avait pas le pouvoir de
dispenser au-del du troisime au quatrime degr.
Cette rponse aigrit fort M. de Machault. Il recommena
ses vieilles plaintes sur l'avarice des Moines, qui lui fai-
saient souhaiter de bons Prtres de l'oratoire pour gou-
verner les paroisses, et de bonnes Soeurs grises pour avoir
soin des hpitaux.
Le sieur Greffier fit alors, en Cour de Rome, les
dmarches pour se munir des dispenses ncessaires, et,
deux ans plus tard, il put contractor un lgitime marriage.
Dans l'intervalle, les Dominicains avaient inform le
Roi de la conduite de l'abb Signier. Ordre fut immdiate-
ment donn de l'arrter et de lui faire son procs. Pour
viter une condemnation qui l'aurait conduit droit aux
galres, l'ex-Religieux prit le parti de s'enfuir au plus vite.
Ce dnouement n'tait pas de nature rconcilier
M. de Machault avec les Religieux. (1)
Cet incident illustre les difficults que rencontraient,
trop souvent, les Prfets apostoliques et leurs Religieux
dans l'exercice de leur saint ministre, et voil pourquoi
nous l'avons retenu.



Avant de quitter Trois-Rivires, nous rappelons la magni-
fique resistance que ce quarter oppose l'Anglais qui, en



(i) Cit par l'abb RENNARD : Le Pre Labat aux Antilles,
p. 25.









- 77 -


1703, des Vieux-llabitants aux Trois-Rivires, se plut
incendier couvents et glises.
Les Carmes, derniers desservants de la paroisse, mirent
en valeur leur vaste exploitation de la Savane-Dol, jus-
qu'au jour o Religieux et biens furent malmens par la
Revolution.

GOURBEYRE

En quittant les Trois-Rivires, nous n'aurons pas
vaincre les difficults de la route que rencontra le Pre
Labat : ravinages perptuels, montes et descentes qui
font peur, dfils troits que 20 homes pouvaient garder
contre une arme . (1)
Notre passage Gourbeyre sera rapide, puisque, cette
poque, cette paroisse n'existait pas officiellement.
Ses actes de naissance et de baptme ne sont que de
mars 1844. Gourbeyre est la toute petite dernire dans la
famille de nos paroisses. A ses place et lieu, se trouvait
jadis le Dos-d'Ane, quarter de Basse-Terre extra muros,
rduit o l'on avait retir les femmes, les enfants, les
vieillards et ce qu'il y avait de meilleur, come dans un
lieu fort et hors d'insulte, pendant que les Anglais atta-
quaient le fort de la Basse-Terre, en 1691 .
Les Carmes, peu en faveur auprs du Pre Labat, y
avaient une petite chapelle si dgarnie de portes et de
fentres, que ls bestiaux de deux ou trois habitants
voisins l'avaient remplie d'ordures . Au Dos-d'Ane, se
trouvaient les concessions accordes aux Carmes, aux
Jsuites et aux Frres de Saint-Jean de Dieu.
La sucrerie Bisdary, des Jsuites, a une histoire ef-
frayante de procedures pour succession, partir du jour
o les premiers propritaires, expulss en 1764, come


(1) LABAT, t. 1, p. 317.












]'on sait, crurent la vendre M. Thoiiimas Lpreux, pour la
jolie somini de 550.000 lives, suprieure la vented de la
Guadeloupe entire, faite jadis IIoul et Boisseret.
Soixante-deux ans de procs dans le maquis tropical (1)
La sucrerie Saint-Charles chue, au partage Ilincelin
Morache (1701), aux Frres de la Charit, comptait, la
lvolution, 600 esclaves, et reprsentait une valeur de
deux millions de francs.
Cette region de la Basse-Terre exrra muios fut, ds l'ori-
gine, l'une des plus riches de la Colonie. En 1671, la
Montagine Saint-Charles et les Palmistes comprenait
42 habitations : prosprit peu ordinaire pour l'poque.
Au quarter de la Rivire Sence, des ruines parses nous
rappellent l'ancienne splendeur de la luxueuse demeure
d'Aubert, deuxime gouverneur de la Colonie, poux de la
veuve du Plessis.
En 1643, ces messieurs de la Compagnie, dit le l're du
Tertre, s'taient aviss de tirer (les filles de 'hospital Saint-
Joseph dle Paris, pour les envoyer aux Isles, afin d'y
arrester les habitans qui en venaient chercher en France,
pour se marier. Elles y furent conduites, cette anne 1643,
par Mil" la Fayolle. dans le navire du capitaine Boudard, et
y arrivrent pendant que M. lou;l tait occup son nou-
veau manage ; il envoya le sieurde Marivet pour amener chez
lui la conductrice de ces filles ; elle lui prsenta quantity
de lettres de la Reyne et d'autres dames de quality, (lui
l'blouirent et fit qu'il la re:ut avec resp]ot, la trait avec
autant de civility que si elle et t princess. 3M"e de
la Fayolle fut provisoirement installe, avec ses protges.
dans le nmagnifique logeinent d'Au'iert, malgr les rpu-
gunances de sa femme, M"'. Aubert, qui tait une personnel
fort sage et fort retire.


i E liv dec la Reine, 1922, p. ii;.


- 78 -




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs