• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Front Matter
 Acknowledgement
 Preface
 Introduction
 Haiti et les tendances Panamer...
 Les affranchis de St. Dominigue...
 Comment Toussaint Louverture entendait...
 Comment dessalines concevait le...
 Un aspect du Panamericanisme en...
 Le Panamericanisme agissant sous...
 L'esprit Panamericain de Cristophe...
 Les presidents Boyer et Geffrard...
 Haiti et la celebre doctrine de...
 Le Congres de Panama en 1826 la...
 Notions historiques sur l'Amerique...
 La guerre de secession
 Le president Franklin D. Roosevelt...
 L'amitie Haitiane-Cubaine
 Le president Stenio Vincent et...
 Les conference Panamericaines et...
 Un Panamericanisme prometteur
 Devoirs Panamericains de la jeunesse...
 Le Panamericanisme apres l'hec...
 Bibliography
 Table of Contents
 Back Matter
 Back Cover














Group Title: panaméricanisme a` travers l'histoire d'Haïti
Title: Le panaméricanisme à travers l'histoire d'Haïti
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081490/00001
 Material Information
Title: Le panaméricanisme à travers l'histoire d'Haïti
Physical Description: 4 p. l., 3-126, 2 p. : ; 21 cm.
Language: French
Creator: Chaumette, Max Gustave
Liautaud, André ( Introduction )
Publisher: Imprimerie Telhomme
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1944
 Subjects
Subject: Pan-Americanism   ( lcsh )
History -- Haiti   ( lcsh )
Diplomacy -- Haiti -- 20th Century
Genre: bibliography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
Bibliography: "Bibliographie": p. 125-126.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00081490
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltuf - ADL1516
oclc - 13508023
alephbibnum - 000670949

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Front Matter
        Front Matter 1
        Front Matter 2
        Front Matter 3
        Front Matter 4
    Acknowledgement
        Page 1
        Page 2
    Preface
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
    Introduction
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
    Haiti et les tendances Panamericaines
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
    Les affranchis de St. Dominigue et la guerre de l'Independance Americaine
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
    Comment Toussaint Louverture entendait le Panamericanisme
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
    Comment dessalines concevait le Panamericanisme
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
    Un aspect du Panamericanisme en 1805 et en 1808
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
    Le Panamericanisme agissant sous petion
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
    L'esprit Panamericain de Cristophe et de Petion en 1814
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
    Les presidents Boyer et Geffrard au service du Panamericanisme
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
    Haiti et la celebre doctrine de Monroe
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
    Le Congres de Panama en 1826 la Republique d'Haiti et la Republique du Venezuela
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
    Notions historiques sur l'Amerique et les Etats-Unis
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
    La guerre de secession
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
    Le president Franklin D. Roosevelt et le Panamericanisme
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
    L'amitie Haitiane-Cubaine
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
    Le president Stenio Vincent et le Panamericanisme
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
    Les conference Panamericaines et leurs influences
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
    Un Panamericanisme prometteur
        Page 115
        Page 116
        Page 117
    Devoirs Panamericains de la jeunesse Haitienne
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
    Le Panamericanisme apres l'hecatombe
        Page 123
        Page 124
    Bibliography
        Page 125
        Page 126
    Table of Contents
        Page 127
    Back Matter
        Page 128
    Back Cover
        Page 129
        Page 130
Full Text


Gustave CHAUMETTE




LE PAdlMEHRIEHISME

A TRAVERS


L'HISTOIRE D'HAITI



CE DE Andr LIAUTAUD
;SADEUR D'HAITI A WASHINGTON





Le Panamricanisme n'est pas seulement une
institution ou un system. C'est un tat d'ame,
un courant d'opinion cr par une srie de fac-
teurs : la continuity gographique, la similitude
d'institutions, les intrets conomiques, l'amour
des principles dmocratiques, la communaut des
besoins internationaux ... Ce sentiment conti-
nental n'engendre pas des buts politiques. Il se
traduit simplement en actes tendant a resserrer
les liens sociaux, conomiques et culturels des
trois Amriaues.
(Dr. RICARDO J. ALFARO)
Ex-prsident de la Rpublique de Panama.





= PORT-AU-PRINCE, HAITI 1944







' -7 a 9-



t,rTIN ~L








Du mme Auteur :


Considerations historiques sur l'Idal
Pananm ricain


















Ce livre constitute le dveloppement d'une Confren-
ce prononce par l'auteur le 16 avril 1943, l'occa-
sion de la clbration du Jour Panamricain .
Le manuscrit, soumis au Dpartement de l'Intrieur,
a t approuv par le SousSecrtaire d'Etat l'Infor-
mation et la Police Gnrale dans sa lettre du 29
juin 1943.




Tous drots rservs























Ce n'est pas aimer la vrit que de ne l'aimer que
flatteuse et agrable: 11 faut l'aimer pre et dure,
affligeante et svre ; il faut en aimer les preuves et
les blessures .
MONTAIGNE











Renmetrceements


Dans l'impossibilit de trouver dans la langue fran-
aise un vocable plus adquat pour exprimer ma re-
connaissance aux nombreux amis de la Capitale et
de la Province qui, avec une spontanit dsintresse,
m'ont soutenu de leur encouragement moral et finan-
cier pour l'impression de cet ouvrage, je me plais
leur adresser un cordial MERCI. Ce terme familiar
et envelopp d'une profonde signification transmit
fidlement, malgr sa simplicity et son laconisme, le
puissant cho de mon cur reconnaissant.
Je liens proclamer la gratitude particulire qui
est ne dans mon caur pour l'honorable Ambassadeur
d'Halti Washington. Il a consent se distraire mo-
mentanment de Ses hautes et importantes occupations
ou sacrifier de Ses moments de loisir pour rdiger
ce livre la prface que je lui avais demande.
A tous donc et chacun je dis sincremnt:
MERCI beaucoup .


M. G. C.






PREFACE



Monsieur Chaumtte a pens bien tort, selon moi -
qu'une prface de l'Ambassadeur d'Hati Washington ajou-
terait quelque clat son ouvrage sur lePan-Amricanisme et,
comme il a l'imptuosit de la jeunesse, il a demand que
cette prface soit crite toute affaire cessante et que je tienne
pour ainsi dire immdiatement, l'enfant sur les fonts baptis-
maux. Me voici donc oblig de reprendre...
... en galre une rame a la main,
d'oublier, pour quelques instants, que le silence est d'or et que
la premiere vertu des gens de mon mtier consist ne pas
faire connatre d'emble leurs sentiments, mais hocher plu-
tt la tte d'un petit air complice ou vaguement entendu.
11 est vrai que le point de vue auquel Monsieur Chaumette
s'est plac dans son ouvrage me plat infiniment et que, pour
cette raison, il ne lui a pas t difficile d'obtenir sa prface.
Je pense, en effet, que cette espce de pudeur ou de retenue
dans laquelle nous semblons nous complaire quand il s'agit de
nous-mmes, encore qu'elle puisse avoir son charme et sa
grandeur, nous fait plus de tort que de bien dans un monde o,
le nationalism sous sa forme la plus troite continuant s-
vir, chacun s'efforce de son mieux vanter les vertus de son
people et la noblesse de sa race. En gardant le silence sur
les vnements mmorables de notre Histoire, nous courons
le risque qu'ils soient oublis et prcisment par ceux-l qui
auraient pour devoir absolu de se les rappeler et de se dire
que la petite Rpublique noire des Antilles a jou, dans le
Continent Amricain, un rle don't la grandeur se prcise et
s'accentue la lumire des circonstances actuelles.
C'est une thse que Monsieur Chaumette soutient dans son
ouvrage. Mais il la peut soutenir sans avoir besoin de faire
sauter quelques muscades ,. Le Pan Amricanisme , crit-il
dans son introduction, a est une doctrine essentiellement ha-
tienne, qui a germ sur le sol d'Hati et qui est profondment
enracine dans l'esprit de chaque citoyen . Vrit que l'cri-
vain s'efforce de dmontrer et il y parvient avec un rare
bonheur en recourant l'Histoire et en soulignant que,
de Dessalines au Prsident Lescot, notre pays a toujours res-






-4 -


pect les obligations qui dcoulaient pour lui de l'esprit ou
de la lettre d'une doctrine, l'dification de laquelle il a
d'ailleurs puissamment contribu.
Comme il fallait s'y attendre, Monsieur Chaumette insis-
te particulirement sur l'aide accorde par le Prsident Ption
Bolivar, en 1815 et en 181f. Nous ne devons pas oublier qu'
ce moment-l nous n'tions pas encore libres de nos mouve-
ments. La reconnaissance de notre indpendance par l'ancienne
Mtropole se faisant attendre, nous vivions dans la crainte d'un
retour offensif des franais et la prudence commandait peut-
tre que notre pays ne se mit point l'Espagne sur le dos et
qu'il s'occupt avant tout de ses propres affaires. Mais l'on ne
fait rien de grand avec la prudence qui reste une quality bour-
pooise dans la pire acception du terme. Ption accueillit donc
Bnlivar, lui donna des armes et des munitions, l'aidant ainsi
reprendre la lutte pour la liberation de son pays. On ne
saurait sous-estimer les consequences de l'intervention ha-
tienne en l'occurrence. La russite du Libertador allait mettre
le feu aux poudres, provoquer ou ranimer, en Amrique La-
tine, l'incendie bienfaisant de la rvolte contre l'Espagne et
il serait, a peine exag~r de prtendre que l'arrt de mort (le
la colonisation dans le Nouveau Monde a t sign aux Cayes,
ville de notre presqu'Ile du Sud, en 181(i.
Et ce n'est pas tout. En retour (le l'aide si genreusement ap-
porte Bolivar, Ption n'avait demand qu'une chose: la
liberation immediate des esclaves dans les territoires qui se-
raient enlevs a l'Espagne. On sait que le Libertador devait te-
nir parole et commencer par briser les chaines de ceux qui se
trouvaient sur ses propres terres. Grce l'intervention du
Fondateur de notre Rpublique, l'on s'attaquait donc, ds 1816,
sur le Continent Amricain, l'odieuse institution. Fait d'au-
tant plus digne d'tre retenu par l'Histoire impartiale que l'es-
clavage ne devait tre aboli aux Etats-Unis qu'en 1865 et au
Brsil qu'en 1888.
Si donc le Panamricanisme est autre chose qu'un nonc
abstrait de principles touchant l'galit juridique des Etats du
Continent Amricain ; s'il est une doctrine dynamique de col-
laboration mutuelle et d'entr'aide pour le plus grand bnfice
de ceux, quelle que soit leur race ou leur condition, qui vi-






-5 -


vont sur ce Continent; nous pouvons, sans crainte de nous
tromper et comme je le faisais, moi-mme, en une autre occa-
sion, affirmer qu'Hati a, en quelque sorte, pos la premiere
pierre de l'difice que devaient parachever les efforts succes-
sifs de Bolivar lui-mme, de Monroe, de Blaine et de Frank-
lin Delano Roosevelt.
Le livre de Monsieur Chaumette, en rappelant le rle de
prcurseur que notre pays a jou dans la lente laboration
d'une doctrine bienfaisante se garde bien d'exciter inuti-
lement notre vanit. L'un de ses derniers chapitres est ddi
notre Jeunesse qui se doit de creuser plus avant le sillon
trac par les anctres, de travailler, chaque jour davantage,
consolider l'amiti qui unit aujourd'hui, en face de l'ennemi
common, vingt des vingt-et-une Rpubliques seurs de notre
Continent.
ANDR LIAUTAUD
A mbassadeur d'Haili
Washinglon, D. C Dcembre 1943.














InttrodcCtion


Il ne se joue pas l'heure prsente le Destin d'un
people, d'une race ; mais celui d'un monde: le Ntre.
La guerre, ce flau don't les horreurs devraient
crotre avec le dveloppement de l'intelligence et de
la science humaines ; la guerre faith craquer la chane
qui relie celle humanity son Origine en sapant avec
fracas les fondements de la Civilisation.
Comme le voyageur qui, attard sur les sables
brlants du Dsert, scrutant les horizons qui bornent
sa vue. dcouvre une oasis, ainsi, l'esprit, inquiet de
la lourmente rvolutionnaire, s'arrte au devant de
l'Amrique Unie volant la sauvegarde des valeurs
essentielles de la Civilisation menace, l'esprit s'arrte,
souffle et s'abreuve :
De ce ct des mers, il n'y a, il n'y aura non plus
aucun effort de la part d'aucune race, d'aucun peu-
ple, d'aucune nation de contrler un autre. Le seul
attachment recherch est celui de la bonne et vieille
amiti des voisins.
Ainsi unis, nous sommes capable de rsister
routes attaques venant de l'Est ou de lOuest. Unis,
nous sommes capable d'enrayer toute infiltration






-8-


d'trangers, d'ides politiques et conomiques, qui
pourraient dtruire notre Libert et notre Dmocratie.


L'arc de notre defense est la foi que nous avons
dans l'Institution que nous dfendons. Les Amriques
ne seront pas effrayes ou entranes dans la voie
que les dictateurs veulent que nous suivions.
Aucune Association des pays totalitaires, pays
totalitaires d'Europe ou d'Asie, n'arrtera notre ascen-
sion vers les chemins que nous entrevoyons pour
nous et pour la dmocratie. "
La force des Etats Amricains rside dans l'excel-
lence des principles purs et des ides humanitaires et
philanthropiques auxquels ils se cramponnent. Il est
consolant pour nous, Hatiens, de nous dsaltrer aux
sources vives et rafrachissantes qui rconfortent les
mes assoiffes de Justice, de Paix et de Libert.
Nous avons t les premiers inspirs de ce grand
movement Coopralif qu'est le Panamricanisme.
Nous nous en orgueillissons d'en tre les protagonists,
eu gard a la main gnreuse et compatissante que
nous avons tendue aux Rpubliques de ce Continent,
alors que nous ne jouissions mme pas du Statut de
people libre exerant son autonomie ; au moment o
nous n'tions qu'un agrgat d'hommes portant en soi
le Culte de la Libert et anxieux du devenir de
prsider sa propre destine.
Dans ce modest opuscule, nous dmontrons sobre-
ment, mais avec precision et l'appui de faits et de
documents historiques authentiques, que le Panam-
ricanisme, actuellement adopt par tous les Etals de

Discours du Prsident Roosevelt Dayton, Ohio, pro-
nonc le 12 octobre 1940.






-9-


cet hmisphre, est une doctrine essentiellement
hatienne, qui a germ sur le sol d'Haiti et qui est
profondment enracine dans l'esprit de chaque
citoyen. Haili, par sa contribution efficace rtablis-
sement et au maintien de l'Idal Panamricain, tant
dans le Pass que dans le Prsent, est un solide pilier
sur lequel peuvent s'appuyer avec confiance les
revendications amricaines.
Puisse ce petit outrage faire mieux connaitre aux
lrangers le pays d'Hati et apprcier les mles vertus
des fils de la Rpublique Noire. Puisse-t-il les porter
l'aimer, la visiter, afin d'admirer les sites
merveilleux, les paysages harmonieux qui embellissent
notre ravissant pays. Que les hatiens eux-mmes y
trouvent les motifs de tous les sacrifices consentis et
consentir au nom de ce Noble Idal! Qu'ils y
puisent les raisons d'esprer dans le Destin suprieur
de cette nation don't l'me est bien cheville au
corps de la Patrie ..
M. G. C.











Hati et les Tendances
Panamricaines




L'lle d'Hati est situe entire le 71"em degr 20' et
77.me degr 40' de longitude Ouest du mridien de
Paris et entire 20 degrs et 18 degrs latitude Nord.
Elle est admirablement place au centre de
l'Archipel des Antilles, dans l'Ocan Atlantique et
l'entre du Golfe du Mexique. De l'Est l'Ouest,
elle measure environ 640 kms. Son pourtour, non
compris les Anses, est valu 1.200 kms. et sa
superficie a 78.250 km2.
Elle est l'une des quatre Grandes Antilles et tient
le premier rang aprs Cuba don't elle n'est distant
que d'environ 86 kms. au Nord-Ouest. Au Nord
se trouvent les Iles Turques et les autres dbou-
quements ; au Sud'Ouest, la Jamaque don't elle
est distance de 180 kms.; l'Est, Porto-Rico qui en
est loigne de 80 kms. Au Sud, seulement 1000
kilomtres la sparent de la Rpublique de
Colombie. La richesse de son sous-sol, la fertilit
de son sol et sa position exceptionnellement
avantageuse lui valurent d'tre de toutes les Antilles,
la premiere Ile colonise par les Espagnols.
Dcouverte par Christophe Colomb le 6dcembre
1492, elle fut ds lors occupe par l'Espagae-Elle
tait peuple d'environ deux millions d'Aborigoes
appels Chms ou Chemis, qui furent extermins
par les colonisateurs. Ceux-ci la repeuplrent de
ngres que, dans des conditions atroces, ils enle-
vaient des ctes occidentales de l'Afrique.






-12-


Avant l'arrive des Europens, l'lle portait
plusieurs noms indiens qui sont tous significatifs:
Quisqueya, grande terre ; Bohio, riche en villages;
Haiti ou Bahiti. terre montagneuse. Le dcouvreur
gnois la dnomma Ilispagnola ou petite
Espagne en souvenir de la Patrie de ses bienfaiteurs,
Ferdinand d'Aragon et Isabelle la Catholique, car
elle lui rappelait les verdoyantes planes de Cordoue
en Espagne. An point de vue politique, elle tait
divise en cinq royaumes ou caciquals, indpen-
dants l'un de l'autre et qui taient admirablement
administrs chacun par un cacique. Le plus remar-
quable d'entre eux fut Caonabo, cacique de la
Maguana, au centre, qui symbolisail la resistance
indienne.
En 1630, le pays fut envahi par des aventuriers
franais et anglais. Les premiers l'emportrent
sur leurs rivaux et les chassrent des ctes de l'Ile.
Ils commencrent donc contre les vrais occupants,
les espagnols, une srie de combats auxquels mil
fin le trait de Ryswick conclu entire les belligrants
en 1697, en vue de mettre fin la guerre de la
coalition de la Ligue d'Augshourg. Aux termes de
ce trait, l'Espagne cda la France la parties occi-
dentale de l'Ile, devenue St. Iomingue, actuellement
la Rpublique d'Haiti, et, en 1776, furent dfinitive-
ment traces les limits frontalires des deux
colonies.
En 1793, par suite de dissensions intestines entire
les colons franais, St. Domingue fut envahie par
quelques aventuriers anglais et l'anne suivante
par des corsaires espagnols. Les Anglais ne purent
s'y maintenir que pendant cinq ans. Ils en furent
dlogs par l'nergie et le dvouement des troupes
noires. Le sort des espagnols ne fut pas meilleur.
Rduits l'impuissance, ils fuient obligs de cesser






-13-


toute hostility et d'abandonner aux franais les
rares positions qu'ils occupaient. Plus tard, en vertu
des stipulations du trait de Ble, sign le 22 juillet
1795, la France acquit d'eux la parties orientale qui
constituait leur dernier et unique bastion.
A peu prs la mme poque avait clat en
France un formidable movement repercussions
mondiales. La Rvolution Franaise proclamait
l'galit entire toutes les races humaines et rcla-
mait la Libert et la Justice pour tous. L'esprit de
Liberty qui hantait dj les classes opprimes de
St. Domingue fit de la colonie un champ bien dfri-
ch pour recevoir les semences de la revolution. A
la faveur de la grande rvolte gnrale des esclaves
du 22 aot 1791, une reaction violent avait
succd ces vnements prolongs. Ces dshrits
du sort, ces exploits de toujours tenaient inau-
gurer sur la terre qu'ils enrichissaient par leur
travail un ordre nouveau qui tendrait changer
compltement leur statute politique, social, cono-
mique.
A la fin du I8cme sicle, crass sous le poids des
ignominies de l'esclavage, torturs, dsesprs, et
par apprehension de la vie, ils s'en allaient, pour
attnuer leurs souffrances, exhaler leurs colres,
des assembles nocturnes, y faisaient des conjura-
tions contre leurs matres, absolument comme au
moyen-ge, les paysans de la France, humilis,
crass, brutaliss par le seigneur fodal, s'en
allaient au sabbat par haine du manoir.
Un homme extraordinaire surgit de ces convul-
sions politico-sociales et influena par ses aptitudes
naturelles, les trois classes qui formaient la socit
St. Domingue. Par une administration sage, probe,
honnte, marque au coin du progrs, il releva la
colonie de ses ruines et ramena l'ordre, la paix, le





-14-


travail, le bien-tre. Ce singulier gnie qu'tait
Toussaint Louverture surnomm just titre le
PRECURSEUR pensa srieusement anantir la
domination franaise et affranchir la colonie du
joug affreux de l'esclavage. Ce chef noir avait mis
le comble sa prosprit rcente par l'occupation
hardie de la parties espagnole de St. Domingue.
Celte Ile, dans sa longueur, se trouvait partage
en deux portions, don't l'une, place l'Est, se
prsentant la premiere en venant d'Europe, appar-
tenait aux Espagnols et l'autre, place l'Ouest,
tourne vers Cuba et l'intrieur du golfe du
Mexique, appartenait aux Franais. Cetle parties
Ouest compose de deux promontoires avancs qui
forment outre un vaste golfe intrieur, celui de la
Gonve, une multitude de rades et de petits ports,
tait plus propre que l'autre aux plantations,
lesquelles ont besoin d'tre situes prs des points
d'embarquement. Aussi tait-elle couverte de riches
plantations. La parties espagnole, au contraire, peu
montagneuse, prsentant peu de golfes, contenait
moins de sucreries et de cafteries, mais en revan-
che, elle nourrissait un btail vari et nombreux.
Runies, ces deux parties pouvaient se rendre de
grands services, tandis que, spares par un rgime
colonial exclusif, elles taient come deux Iles
loignes, ayant l'une ce qui manque l'autre, et
ne pouvant se le donner cause de la distance et
des lois prohibitives.
Toussaint fit ensuite laborer un project de
Constitution en 1801. Cette Charte colonial lui
octroyait en son article 30 le titre de Gouverneur
vie de Saint-Domingue, avec le droit de se choisir
un successeur. Cet acte dplut la Mtropole. Le
Consul Bonaparte qui dirigeait alors les destines
de la France, fit prparer la plus formidable flotte






-15-


expditionnaire, la lana contre les trop audaeieux
rvolutionnaires, afin de rtablir dans la possession
franaise l'autorit du Consulat.
Grce ces forces imposantes et la suite de
rencontres meurtrires, l'arme indigne fit sa
reddition. Aprs avoir abandonn la lutte le 5 mai
1802, le Gouverneur Toussaint se retira paisiblement
sur une de ses habitations Ennery o il se livrait
exclusivement des occupations champtres. Mais
le 7 juin 1802, il fut victim d'une ruse ignoble de la
part du gnral franais, Brunet. Il fut tratreuse-
ment arrt sur l'habitation Georges, prs des
Gonaves, dans la maison mme qu'habitait Brunet,
et conduit cette dernire ville et de l au
Cap-Hatieii, ci-devant Cap-Franais, d'o il fut
embarqu bord du vaisseau LE HEROS . En
montant board, l'illustre martyr pronona, l'oue
de l'Univers, cette parole prophtique qui montre
sa foi dans le devenir de la race noire et sa
certitude de l'affranchissement de ses frres : En
me renversant Saint-Domingue, on n'a abattu
que le tronc de l'arbre de la libert des Noirs ; il
.repoussera par ses racines, parce qu'elles sont
profondes et vivaces. Enlev du sol natal, et
emmen prisonnier en France, le clbre homme
d'Etat fut incarcr dans un cachot humide du fort
de Joux, dans le Jura, en France, o il mourut dans
la nuit du 6 au 7 avril 1803.
Cette prdiclion ne tarda pas s'accomplir.
Toussaint tait peine dport que la guerre entire
les Noirs et les Franais se ralluma plus terrible,
plus cruelle, sous la conduite du gnral Dessalines
qui, aprs son alliance avec Ption, avait tir
le premier coup de canon d'alarme le 17 octobre
1802, la Petite-Rivire de l'Artibonite, annonant
ainsi le commencement de la guerre de l'Indpen-






-16-


dance. Aprs 14 mois de luttes acharnes, au course
desquelles nos troupes marchrent de victoire en
victoire, les Indigenes vainquirent les troupes
aguerries de Napolon. Rests maitres du sol, ils
proclamrent solennellement leur Indpendance le
le janvier 1804, sur la Place d'Armes de l'actuel
chef-lieu du dpartement de l'Arlibonite. Ils resti-
turent aussitt au Pays son nom original d'Hati
et prirent le litre d'Hatiens. Le mme jour, en
tmoignage de haute reconnaissance, les officers
de l'arme confrrent au victorieux guerrier le
titre de Gouverneur vie d'Hili. Mais le 20 mai
1805, la raison d'Etat reconnut Dessalines la
Dignit d'Empereur, sous le nom de Jacques er.
Aprs Toissaint-Louverture, sous Dessalines, la
race noire leva crnement la tte, osa regarder
firement l'avenir ; la race blanche senlit mieux
que l'exploitation de l'Africain, de l'Amricain par
l'Europen tait chose ignoble, dgradante, mons-
trueuse; du Mexique au Chili. les populations
autochtones ou indignes de l'Amrique du Sud
s'habiturent peu peu l'ide de vivre indpen-
dantes de leurs mtropoles ; Ilurbide, au Mexique;
Bolivar, Sucre, dans le Vnzuela, au Prou, en
Bolivie ; O'Higgins et Saint-Martin au Chili ;
Belgrano, Moreno, Pueyrredon au Buenos-Ayres,
surent mieux comment il fallait commander, com-
battre pour lasser la patience des dominateurs
don't ils abhorraient le joug troit, pour lectriser
les soldais, pour reporter les dcisives victoires
qui consacreraient leur affranchissement de
l'Europe.
Hati est actuellement une Rpublique dmocra-
tique d'environ cinq millions d'habitants, reconnue
par la France le 17 avril 1825. par l'Angleterre
et l'Espagne en 1825, par les Etats-Unis d'Amrique





-17-


du Nord, le 26 avril 1862. Elle entretient des rap-
ports avec les nations civilises du globe et joue
un rle important dans le concert des nations
amricaines.
On comprend aisment qu'une nation issue des
commotions politico-sociales aussi aigus, compose
d'lments aussi htrognes, qui a eu une histoire
si mouvemente et si prilleuse, don't les habitants
autochtones ont eu toujours ptir de l'injustice
et de tous les prjugs invtrs don't s'est souill
le 18eme sicle, que cette nation, dis-je, veuille
porter le flambeau de la Libert partout o ses
moyens le lui permettent et secouer ainsi le joug de
l'oppression et de la servitude non seulement parmi
ses fils, mais aussi chez d'autres peuples o son
aide peut tre efficace favoriser l'expansion de
la Libert et de l'Indpendance. Aussi, grce
son idalisme, son haut espril de philanthropic
et son altruisme, de foyer de l'esclavage et des
souffrances que les tyrans avaient fait d'elle, elle
est devenue, la grande admiration du monde
entier et la satisfaction de ses gnreux enfants,
la terre classique de la Libert, de l'Indpendance
et de la Justice qui se sont adresss tous les
Aptres de l'mancipation de ce Continent.



Hati fait un commerce lucratif avec les Etats-
Unis, la France, l'Angleterre, l'Italie, le Canada,
la Belgique, la Russie, le Mexique, la Suisse et
d'autres pays de l'Europe et de l'Amrique. Le
commerce extrieur est aussi considerable que
celui de l'intrieur. Celui-ci fonctionne par le
cabotage, par le camionnage, et par le transport
dos d'animaux. Celui de l'extrieur est assur par
de grands navires vapeur et par des golettes qui






-18-


relient les plus importantes villes d'Hati celles
des grands pays d'Europe et d'Amrique. Un cble
sous-marin relie le Pays au Continent Amricain
et l'Europe.
Les principles denres d'exportation sont : le
caf, le coton, la figue-banane, le sure, don't une
compagnie amricaine assure la production, le
cacao, le miel, la cire, les peaux de chvre, les
cailles de caret, le gaac, le sisal et le torchon ou
lufacylindra.
L'Industrie est reprsente par les tanneries, les
imprimeries, l'orfvrerie, la poterie. la briqueterie,
la cordonnerie, la coupe. la parfumerie, la rhume-
rie, la distillerie de l'alcool, du taln a, a manufacture
de tabac, la ferblanterie, le charronage, la tonnelle-
rie, la chapellerie, etc. Une usine lectrique
distribute l'nergie lectrique el des usines glace,
huiles, miantque fonctionnent plein rendement
dans quelques grades villes lelles que: Cap-Hatien,
Port-au-Prince, Gonaves, St. Marc, etc...
L'industrie de la pile se dveloppe prodigieusement
et prend actuellement une extension encourageante
qui se remarque par l'activit fbrile don't elle
anime le pays. Tout en quilibrant le budget de
l'Etat, elle augmente la circulation montaire,
amliore le standard de vie de la population et
rsorbe ainsi graduellement le chmage. De nom-
breux ateliers o sont occups des milliers de bras
fabriquent avec art divers articles lgants tels que :
bourses, sacs main, souliers, chapeaux, etc. qui
sont destins soil l'exportation, soit la consom-
mation locale. Tous ces products, de premiere
quality, sont trs priss l'tranger, particulire-
ment aux Etats-Unis de l'Amrique du Nord, aux
Etats-Unis du Mexique et Porto-Rico.











Les Affranchis de St.-Domingue
et la Guerre de l'Indpendance
Amricaine




Vers 1775, alors qu'une re nouvelle apparaissait
en Europe, re de Rformes politiques, sociales et
conomiques, le Royaume Uni d'Angleterre rclama
des taxes prohibitives de ses treize colonies de
l'Amrique du Nord. Les colons protestrent ner-
giquement contre ces abus de la mtropole,
d'autant plus que celle-ci, malgr leurs revendica-
tions ritres, leur avait refus en 1774, la Libert
politique et le droit de fixer eux mmes leurs
impts, la nature et le montant des taxes payer.
Ils rsistrent militairement avec l'ide d'braaler
pour toujours la puissance de la mtropole et de se
librer du joug d'oppression qui s'appesantissait
sur eux. Pendant huit ans, de 1775-1783, ils tinrent
en chec l'arme mtropolitaine. Leur vaillance et
l'intrpidit de leurs capitaines leur valurent de
proclamer leur indpendance le 4 juillet 1776. Par
le trait du 3 septembre, le Cabinet de Londres,
dsillusionn, dut reconnailre en 1783, la souve-
rainet des Etats-Unis de l'Amrique du Nord, don't
le leader Washington fut le premier Prsident. Le
17 septembre 1787, ils adoptrent une Constitution
fdrale.
La nouvelle de la revolution de ces colonies
anglaises s'tait rpandue comme une traine de
poudre et avait communique un certain enthousias-
me aux populations asservies de St. Domingue.






-20-


Dj les esprits taient surrexcils et aspiraient
srieusement la Libert. Si insignificant ft-il, un
simple vnement sufiirait pour accroitre l'ardeur
de la classes opprime, augmenter ses rancoeurs et
lui fournir enfin l'occasion de manifester ses vrais
sentiments.
D'un geste spontan, anims de l'unique dsir
de commencer l'affranchissement des populations
amricaine de la servitude intolrable que leur
imposaient les nations de l'Europe, 1.500 affranchis,
don't 800 restrent sur les champs de bataille, se
portrent au secours de leurs voisins du Nord dans
cette phase exceptionnelle de l'histoire d'un people.
Ils appartenaient aux rgiments les plus invulnra-
bles de la colonie : les Chasseurs volontaires de
Saint-Domingue et les Chasseurs royaux de
Saint-Domingue . Ils partirent du Cap, capital
de la colonie, le 15 aot 1779. Parmi ces volontaires
se trouvaient : Christophe, Rigaud, Lambert,
Jean-Baptiste Chavannes, Beauvais, Doyon, Laurent
Frou, Pierre Faubert, Louis-Jacques, Jrme
Thoby, Martial Besse. Christophe Mornel, Jean-
Louis Villate, Csaire Savary, Pierre Cang,
Jean-Baptiste Mars Belley et d'autres figures impo-
santes qui encadraient les milices amricaines d'une
solide ceinture. Ils combattirent avec succs la
bataille decisive de Savannah o s'tait spcialement
distingu le noir Henry Christophe qui devait tre
plus tard roi d'Hati et le premier et le seul de ce
titre. Ils avaient compris que l'occasion tait propice
d'avoir une nation europenne de moins en
Amrique et de travailler ainsi l'instauration d'une
idologie continental. 11 y a mieux. A Saint-
Domingue, qui devint dans la suite Hati,,tait tabli
le quarter gnral de l'arme franaise oprant
contre l'Angleterre en faveur des rvolutionnaires.
Au Cap-Franais furent construites des casernes






-21-


destines loger les soldats franais en garnison.
C'est cette rade qui servait de port d'attache aux
vaisseaux employs dans le blocus contre l'empire
Britannique dans la Mer des Antilles et ceux
charges de provisions, de soldats, de matriels de
guerre de tous genres qui devaient tre achemins
l'arme combattanle en Amrique du Nord.
On peut encore admirer les vestiges de ces
casernes qui constituent des tmoins irrcusables
du rle important jou par Haiti la premiere
guerre d'Indpendance conduite sur le continent
amricain. Et, part la correspondence change
entire le gnral Washington et l'Amiral de Grasse
et adresse au Cap franais et du Cap franais,
correspondence qu'on peut contrler au muse
national, il y a le tmoignage loquent et recent
d'un reprsentant qualifi du gouvernement des
Etats-Unis d'Amrique qui confirm le fait histori-
que. Du discours prononc au Palais National,
Porl-au-Prince, le 7 novembre 1932, par Son
Excellence Mr. Norman Armour, Envoy Extraor-
dinaire et Minisire Plnipotentiaire des Etats-Unis
d'Amrique en Hati, nous extrayons ce convaincant
passage :
Tandis que mon pays tout entier clbre le
200e"" anniversaire de la naissance de Washington,
cela a t une source de grande satisfaction pour
le people des Etats-Unis d'Amrique de se rmmo-
rer le concours matriel mme donn par le people
d'Hiti la cause de la Libert amricaine. Non
seulement plusieurs centaines des fils d'Hati
offrirent leurs services et se joignirent l'amiral
franais, le comte d'Estaing, participant plus tard
au combat de Savannah, mais beaucoup d'entre
eux qui firent le supreme sacrifice dorment main-
tenant du sommeil -ternel dans mon pays, gage






-22-


solennel de l'amiti qui doit toujours rgner entire
les deux plus vieilles rpubliques de l'hmisphre
occidental.
Et voici ce que dit John Quincy Adams, prsi-
dent des Etats-Unis d'Amrique, lorsqu'il faisait ses
adieux la Lafayette dans la Capitale de la
Rpublique, le 7 septembre 1825 et que, en toute
modestie, nous pouvons nous approprier:
Nous vous regarderons toujours comme un des
ntres, pendant toute notre vie, et come un de
nos enfants qui viendront aprs nous. Vous les
des ntres par ce dvouement inn et plus que
patriotique, grce auquel vous avez vol au secours
de nos pres l'heure critique de notre destine,
vous tes des ntres par celte reconnaissance
inbranlable envers vos services, qui est une part
prcieuse de notre heritage ; vous tes des ntres
par ce lien d'amour, plus fort que la mort, qui a
uni votre nom pour la suite sans fin des ges au
nom de Washington.
Si Washington fonda l'indpendance des Elats-
Unis, et ce faisant, fil progressed la libert du
monde, il faut admettre que les Noirs de Saint-
Domingue firent proclamer dans une forme accep-
table l'Ancien Monde les droits inalinables du
Nouveau Continent, incorpors dans la declaration
de Virginie et dan.s les dispositions des constitutions
amricaines. Ils ont persvr jusqu'au dernier
soupir dans cette mission rpublicaine et dmo-
cratique qu'ils accomplissaient ds que s'agitait en
eux le souffle de la libert.
Par ces gestes tisss de sentiments de fraternity,
nous prouvons que l'Idal panamricain circulait
dans nos veines et que nous l'avions grav sur les
terres amricaines et inscrit avec notre SANG





-23-


avant mme qu'il ait t conu et divulgu. Nous
pratiquions le panamricanisme sans que le terme
ft cr et les buts prciss. Et, dans toutes les
manifestations de notre vie de people, nous, de
cette gnreuse terre d'Hati, nous avons toujours
eu des larmes pour toutes les misres et de la
sympathie pour tous les hommes.
Retenons pour notre encouragement que nous
avons contribu matriellement, militairement et
efficacement au succs de l'Indpendance amri-
caine. Voici qu'aujourd'hui, l'Amrique, charge
de toutes les rprobations contre le vieux Monde,
s'attitre le Boulevard des Liberts Dmocratiques.
Elle pose, pour assurer la march ascendante
des dmocraties amricaines, un principle: LE
PANAMRICANISME. Nous y avons notre part
de gloire et nous en prouvons une lgitime fiert.










Comment Toussaint Louverture
entendait le Panamricanisme




L'Illustre Chef Noir ne restait pas indifferent
l'ide de consacrer la portion de l'Amrique qu'il
administrait ceux qui, par le sacrifice de leur
force, de leur sant, de leur vie, devraient tre les
seuls propritaires de la terre qu'ils habilaient et
qu'ils cultivaient. Si jamais une ide obsdt le
gnial Toussaint, ce fui celle de dbarrasser
St.-Domingue de la presence inopportune des
Europens qui y exeraient le pouvoir avec cruaut.
Par le trait de Bile sign le 22 juillet 1795, la
parties orientale de l'lle tait rattache la parties
occidentale, et ainsi s'oprait l'unification de l'lle.
Mais des circonstances d'ordre technique internes
qui naissaient de l'organisation rationnelle de
St.-Doiningue et que ncessitait l'tat de dlabre-
ment et de ruine dans lequel l'avait jet la
Revolution politico-sociale des esclaves, empch-
rent que ce trait ret sa pleine execution. Si-
tt qu'il eut rendu la parties occidentale sa
splendeur d'autan et sa prosprit d'avant 1791,
le Gouverneur gnral Toussaint Louverture
dcida de concrtiser le Irait de Bile en s'emparant
de l'Audience de Santo-Domingo, pour devenir
ainsi le maitre incontest de toute l'lle et le repr-
sentant avou de la classes laborieuse, de la
classes spolie.
Toussaint, aprs avoir chass les Anglais, avait
tourn toutes ses ides vers l'occupation de la
parties espagnole. Affectant une soumission scru-






-25-


puleuse envers la Mtropole tout en se conduisant
d'aprs sa seule volont, il s'tait arm du trait
de Ble et il avait somm les autorits espagnoles
de lui liver la province qu'elles dtenaient encore.
Il se trouvait dans le moment un commissaire
franais dans la colonie, car depuis l'immortelle
revolution des esclaves, la mtropole n'tait plus
reprsente St.-Domingue que par des commis-
saires peine couts. Cet agent, Roume,
craignant les complications qui pouvaient rsulter
en Europe de cette operation, n'ayant d'ailleurs
reu aucun ordre de France, avait inutilen:ent
combattu la resolution du trop opinitre Toussaint.
Celui-ci, ne tenant aucun compete des objections
qu'on lui adressait, avait mis en movement routes
les divisions de son arme et avait exig des
autorits espagnoles, incapables de rsister, les
clefs de Santo-Domingo.
Ds le dbut de janvier 1801, il avait pris de
srieuses dispositions en vue de raliser ce point
important de son programme politique. Avec une
arme forte de 25.000 homes, il envahit la parties
orientale de l'Ile o il ne rencontra qu'une rsis-
tance passagre, et le 26 janvier de la mme
anne, il entrait triomphalement la capital o
le gouverneur Don Joaquim Garcia Moreno qui
exerait l'autorit au nom de la Couronne
d'Espagne, lui remit les clefs de la ville de Santo-
Domingo sur un plateau d'argent et lui rendit les
honneurs dus son Haut rang. Le premief acte du
Conqurant fut de proclamer la Libert gnrale
des esclaves sur toute l'tendue de l'lle.
La runion des deux parties de l'Ile sous une
mme autorit avait produit pour le commerce et
l'ordre intrieur des rsultats excellent et instan-
tans. La parties franaise, actuellement la
Rpublique d'Hati, abondamment pourvue de tous






-26-


les products des deux mondes en avait donn une
quantit considerable aux colons espagnols en
change des mulets, des chevaux et des autres
bestiaux don't elle avait grand besoin. En mme
temps, les nouveaux libres qui voulaient se
soustraire au travail agricole par le vagabondage,
ne trouvaient plus dans la parties espagnole un
asile contre les recherches incessantes de.la Police
St.-Domingue.
De retour de son expedition fructueuse, Toussaint
crut le moment opportun d'asseoir dfinitivement
sa puissance et son autorit sur l'le et la soulager
ainsi de la domination et de l'influence de l'Europe.
Pour parvenir celle fin, il fut assez hard pour
laborer un project de Constitution qui, tacitement,
accordait l'Ile son Indpendance. Cette Constitu-
tion, vote le 9 mai 1801 par les Constituants de
l'Assemble central, fut solennellement promul-
gue au Cap le 8 juillet de la dite anne. Par
certaines stipulations audacieuses el tmraires,
elle signifiait, sans ambages, la France,
l'expiration des droits de la mtropole sur la
colonie. Elle reconnaissait, en outre, l'adroit
Toussaint, en son article 30, le tire glorieux de
Gouverneur vie de St.-Domingue avec le
privilege de se choisir un successeur.
C'est par tous ses moyens runis dans une harmo-
nieuse combinaison que le clbre Noir avait fait
refleurir St.-Domingue en deux ans. On n'aurait pas
une ide exacte de sa politique, si on ne savait
pas aussi comment il se conduisait entire la France
et l'Angleterre. Cet ancient esclave, devenu libre
et souverain, rpugnait voir les Anglais dans. la
colonie et il avait faith de notables efforts pour les
en expulser. Son intelligence politique, la sagacit
profonde don't il tait dou le confirmaient dans
ses sentiments naturels et lui faisaient comprendre






-27-


que les Anglais taient les matres les plus dange-
reux, car ils possdaient une puissance maritime
qui rendrait leur domination sur l'ile effective et
absolue. A aucun prix, il ne voulait subir leur
influence. En vacuant Port-au-Prince, les Anglais
lui avaient offert la Royaut de St.-Domingue et
la reconnaissance immediate de celte royaut, s'il
consentait leur assurer le monopole exclusif du
commerce de la colonie. Il s'y tait refus. Les
tenir distance en vivant pacifiquement avec eux;
reconnatre l'autorit nominale de la France et lui
obir tout just assez pour ne pas provoquer le
dploiement de ses forces, telle tait la politique
mystrieuse de ce Gnie extraordinaire. Il avait
reu les commissaires du Directoire et puis il les
avait successivement renvoys, notamment le
gnral Hdouville qui jetait de la perturbation
dans la colonie, en avanant qu'ils mconnaissaient
les intrts de la mre patrie et lui demandaient
des choses inexcutables ou funestes pour elle.
Aux yeux du lecteur superficiel, ces merveilleuses
ralisations du Premier des Noirs ne trahiront que
de l'Ambition et l'Amour du Pouvoir. Mais l'obser-
vateur scrupuleux qui tudie les faits historiques
la lumire de certaines disciplines scientifiques
contemporaines et de la mthode dialectique,
dcouvrira dans ces sublimes actes de la vie
administrative du Gnral Toussaint Louverture
plus qu'une tendance la centralisation des
Pouvoirs, puisqu'il avait refus la royaut qui lui
tait propose par le reprsentant du Gouverne-
ment Britannique, le Major Maitland. L'ancien
esclave de Brda avait des vises plus hautes, plus
nobles ; des vises nationals, une intention
patriotique : RENDRE LA TERRE AUX
RGNICOLES, LIBRER CETTE PARTIES DE






-28-


L'AMRIQUE DES TENTACULES DE LA FRANCE,
DE L'EMPRISE EUROPENNE ET ACCOMPLIR
CETTE ADMIRABLE DEVISE PROPOSE VINGT
DEUX ANS PLUS TARD AUX ETATS INDPEN-
IANTS DE L'AMRIQUE : L'AMRIQUE AUX
AMRICAINS, ce qui signifie : Les terres d'Am-
rique chacun des habitants de l'Amrique.
C'est prcisment cause de cette conception
profonde sur le Panamricanisme que Celui don't
s'enorgueillit B just titre la race noire a mril
ce tmoignage logieux de l'minent historian
amricain Wendell Philipps :
Je l'appellerais Napolon, mais Napolon fonda
son empire en parjurant des serments dans une
mer de sang. Cet home ne manqua jamais sa
parole. Pas de rprsailles telle tait sa grande
devise et la rgle de sa vie. Je l'appellerais
Cromwell, mais Cromwell ne fut qu'un soldat. Je
l'appellerais Washington, mais le grand home
de la Virginie tait possesseur d'esclaves. Cet
home risqua son Pouvoir plutt que de permettre
la traite des noirs dans le plus humble village
de son pays. Vous me prendrez pour un fanatique,
parce que vous lisez l'Histoire moins avec vos
yeux qu'avec vos prjugs. Mais lorsque la Vrit
se fera entendre, la Muse de l'Histoire choisira
Phocion pour les Grecs, Brutus pour les Romains,
Hampden pour l'Angleterre, Lafayette pour la
France. Elle choisira Washington comme la fleur
la plus clatante de notre civilisation naissante
et John Brown comme le fruit parfait de note
maturity, et alors plongeant sa plume dans les
rayons lumineux du soleil, elle crira dans le ciel
clair et bleu, au-dessus d'eux tous, le nom du soldat,
de l'homme d'Etat et du martyr : TOUSSAINT
LOUVERTURE .










Comment Dessalines concevait
le Panamricanisme




Le Panamricanisme est un sujet actuel qui
revt pour nous une importance national. Aucun
hatien ne peut en parler sans que ne vibrent en
lui les chos retentissaats d'un pass glorieux;
sans qu'il n'voque la mmoire auguste de ceux
qui l'histoire, quoique juge impartial, mais par
hesitation ou par timidit, n'a pas encore dcern
le tire de promoters de l'Ide Panamricaine.
Avec des donnes historiques pertinentes et des
faits historiques patents, nous allons ressusciter le
Pass, tmoin de nos prouesses hroques ; dfinir
et analyser le Panamricanisme, prciser les buts
que, leur insu, s'taient proposs ceux qui
accordaient l'action la priority sur la parole : les
Immortels Fondateurs de la Nation Hatienne.
En tant que premier people noir de cet hmis-
phre et un minuscule point dentel de la mer des
Carabes, demeur isol et mconnu malgr les
prodiges de valeur et les actes de gnrosit qu'ont
accomplish nos courageux anctres, nous tirons une
lgitime satisfaction constater l'essor gigantes-
que qu'a pris le Panamricanisme travers ce
Continent et l'influence salutaire qu'il exerce dans
le monde entier.
Cette doctrine politico-socio.conomique a t
pratique par le Fondateur de la Nation hatienne,
second par ses habiles collaborateurs. Nous
n'apprendrons rien de nouveau nos compatriotes
en leur rappelant la grande pense de Dessalines






-30-


de porter le flambeau de la Libert et de l'Ind-
pendance dans toutes les miles de la mer des Antilles.
Malgr le temperament violent du proclamateur
de l'Indpendance, manifestation brutale et exagre
de son ardent patriolisme transform en chauvi-
nisme, il cachait sous les dehors d'un homme
rugueux des sentiments nobles et magnanimes.
Nos aeux, tous hommes de culture au-dessous de
la moyenne, mais dous d'une prise de conscience
national et racial trs veille, ne tardrent pas
comprendre, grce aux souffrances indescriptibles
qu'ils enduraient de leurs oppresseurs blancs, que
ce petit coin de terre qu'ils arrosaient de leur sueur,
fertilisaient de leur sang, enrichissaient de leur
force et d'un labeur pnible, ne pouvait tre le sige
de l'esclavage du Noir par le Blanc, de la domina-
tion de l'homme par l'homme. Sourdement,
clandestinement, ils levrent l'tendard de la
rvolte et la Providence, ayant bni leur Revendi-
cation qui tait base sur la Justice et l'galit, ils
parvinrent dcamper du sol l'tranger qui les
opprimait.
La premiere et unique ide de Dessalines en
purifiant St.-Domingue des exacleurs qui la
souillaient de leurs crimes sociaux et moraux fut
de dbarasser cette terre, baigne du sang de ses
frres et qui reut leurs larmes et leurs plaintes,
de l'treinle trangre et de faire jouir ce people
import d'Afrique dans des conditions humiliantes,
inimaginables, de ce bien prcieux, supreme, qu'est
la Libert. Inluctablement cette Libert devait
tre suivie et accompagne de l'Indpendance
politique, conomique, intellectuelle.
Ce comportement phnomnal tonna l'Univers.
11 suscita l'admiration et la curiosity de beaucoup
de peuples qui, notre example, commencrent






-31-


crer chez eux une prise de conscience national.
Et, comme jadis, la splendeur et la magnificence
du riche Roi Salomon avaient attir en Palestine
tous les peuples de l'Orient et beaucoup de Souve-
rains particulirement la reine de Shba, clbre
par sa beaut captivante et par ses immense
richesses, qui sortit de chez elle, entoure d'une
suite nombreuse, pour admirer la sagesse du grand
Roi et lui apporter son tribute de flicitations,
l'oeuvre grandiose de Dessalines se rpandit dans
tous les pays o le sort des indignes ne fut pas
meilleur que le ntre. Son cho se rpercuta
puissant, sonore, lugubre, dans la jungle, dans
les planes, sur les montagnes, dans les pampas
des pays sud-amricains sous l'lreinte insuppor-
table des bottes despotiques d'un ennemi commun.
Dessalines pensait avec motion ceux qui, prs
de lui, gmissaient sous les fers. Dans sa procla-
mation du 24 avril 1804, il peignait l'tat de son
me d'aptre : Infortuns Martiniquais, que ne
puis-je voler votre secours et briser vos fers !
Hlas! un obstacle invincible nous spare, mais
peut-tre une tincelle du feu qui nous embrase
jaillira de votre me, mais peut-tre au bruit de
cette commotion, rveills en sursaut de votre
lthargie, revendiquerez-vous, les armes la main,
vos droits sacrs et imprescriplibles ?
Au courant du mois d'aot 1804, une dlgation
vnzulienne partit de Caracas pour ren:plir une
mission d'ordre patriotique auprs du premier
Chef d'Etat Hatien en faveur de l'Indpendance
du Vnzula et de l'Amrique du Sud. 11 s'agissait
de demander de l'aide matrielle aux Hitiens. Mais
celle dlgation n'arriva pas destination, contre-
carre qu'elle fut par le Foreing Office anglais
qui taient parvenues des informations prcises





-32-


sur l'intention que nourrissaient certain patriots
vnzuliens de s'affranchir de la tyrannie de
l'Espagne. Car, a ce moment, la politique extrieure
de l'Angleterre veillait ce que le statute politique
et social des colonies espagnoles de l'Amrique du
Sud ne fit point change, de crainte que le nouveau
monde ne ft embras du feu de la Rvolution.
Aussi, avait-elle handicap tous les efforts vers
l'Indpendance des patrioles de ces contres.
Questionn sur ce chef, Miranda avait ni sa parti-
cipation cette combine, se rservant de frapper
un coup terrible au moment psychologique.
En 1807, Napolon 1er s'empara de la couronne
d'Espagne au profit de son frre Joseph. Ce geste
impolitique de l'Empereur provoqua le mconten-
tement parmi l'aristocratie colonial de l'Amrique
du Sud qui se souleva contre l'ambitieux monarque.
Alors commena sonner le glas crpusculaire
qui devail aboutir au renversement du joug mons-
trueux qui avait atteint les limits de l'exacerbation
et qu'entretenaient encore des hommes dpourvus
de tout scrupule.
Mais dj le 19 fvrier 1806, Francisco de
Miranda avait rendu visit a l'Empire d'Hali come
message de bonne volont. Il tenait s'informer
auprs du gnial conqurant des moyens de succs
don't jusqu'ici Dessalines gardait le secret. L'officier
vnzulien avait dbarqu Jacnel, mais il n'eut
pas le privilege de voir la face de l'empereur.
Nanmoins, ds que Dessalines fut avis de la
presence du patriote vnzulien sur le territoire
de l'empire, il ordonna au gnral Magloire
Ambroise, Commandant de l'Arrondissement de
Jacmel, de recevoir son hte avec beaucoup de
distinction. C'est ainsi que Miranda reut d'impor-
tants secours en argent, en armes, en munitions





-33-


et en provisions alimentaires. Il fut l'objet d'un
accueil sympathique et bienveillant de la part de
l'hospitalire population de Jacmel et des hauts
dignitaires de l'empire. Et mme cinq membres de
l'quipage d'une corvette qui se trouvaient malades
board, reurent les soins mdicaux ncessaires
jusqu' leur complete rtablissement.
Cette expedition comprenait la corvette LEANDER,
bateau Amiral command par Thomas Lewis,
suivie de deux schooners BEE el Bacchus et de la
frgate L'EMPEROR commande par Jacob Lewis
et qui devait transporter les volontaires hatiens.
Elle comptait un effectif de deux cents hommes.
C'est sur le sol hatien, sous le gouvernement
de Dessalines et dans la baie de Jacmel que fut
cr, le 12 mars 1806, le drapeau des insurgs de
l'Amrique du Sud que devaient adopter dans la
suite la Colombie et le Vnzula. Imitant le glo-
rieux example qu'avait offert aux peuples opprims
le fondateur de la Nation Hatienne et touch des
services apprciables don't il avait bnfici de
l'aimable population jacmlienne, le gnral
Francisco de Miranda se servit des couleurs natio-
nales et de leur disposition pour crer l'emblme
de la Rvolution. Seulement, il y ajouta le jaune
qu'il avait retranch du pavillon espagnol qui
flottait encore aux mts des navires l'ancre.
Une pieuse et patriotique crmonie eut lieu
cette occasion et, au milieu des acclamations
dlirantes et enthousiastes des soldats et des marines,
le novel tendard fut hiss au grand mt, tandis
que des corvettes retentissaient les coups de canon
annonant la rjouissante nouvelle aux amis des
opprims et lanant le dfi la mtropole. Les
fonctionnaires de l'Empire qui rsidaient Jacmel
et des notables de cette ville avaient pris part






-34-


cette mouvante manifestation d'un people enchain
qui soupirail aprs la libert. Aussi, la victoire
qui suivit toutes les pripties de ces populations
asservies n'est pas l'oeuvre du hasard : elle fut le
triomphe mrit de la volont et de la persvrance
et la rcompense d'un effort intensif et continue.
Miranda regagna la mer le 28 mars 1806, plein
de confiance dans le succs de ses armes. Quelques
Haitiens, amoureux d'aventure, pousrent sa
cause et voyagrent avec lui. Mais il choua dans
celle premiere tentative de librer son people,
parce que les procds qu'il prconisait et qu'il
avait employs laient trop catharliques: savoir,
prparer des meetings, prononcer des discours
fulminants pour exciter le patriotism et rveiller le
zle endormi de ses congnres. C'est Simon
Bolivar que le Destin, immuable dans ses arrts,
avait rserv l'insigne honneur d'affranchir l'Am-
rique du Sud de l'esclavege.
Dessalines fut trs populaire l'tranger et
surlout aux Etats-Uuis de l'Amrique du Nord.
Aux ftes de son couronnement comme premier
Empereur d'Hati, le Gouvernement Amricain
avait t officiellement reprsent et, cetle occa-
sion, il reut des commerants de Philadelphie le
diadme imperial, d'une riche parure, orne de
belles et rares pierreries et fabriqu spcialement
pour la circonstance. S'il n'tait pas tomb prma-
turment du Pouvoir lors du guet--pens de Pont
Rouge, il et certainement poursuivi avec le mme
dvouement, le mme altruisme l'oeuvre d'manci-
pation de l'Amrique du Sud.
De tout ce qui prcde dcoule un principle
qui constitute la foundation basique, sur laquelle
doit se reposer toute IDE PANAMRICAINE :
lo.- l'Exclusion de l'tranger o sa presence est






-35-


incompatible l'exercice absolu et la jouissance
pleine et entire des droits et prrogatives attachs
la Libert et l'Indpendance d'un people sou-
vererain ; 2o.- l'Aide morale et matrielle
apporter aux peuples voisins qui tentent de briser
le joug de la tyrannie et de l'oppression.
Remarquons qu'il n'entrait point dans l'intention
du Fondateur de notre Indpendance de s'riger
en conqurant d'outre mer. Pas la moindre ombre
d'extension territorial ne se dessine dans ses
mobiles, si l'on except son rve cher de voir flotter
le bicolore du Cap Engano au Cap Tiburon, ce
qu'expliquent les vnements politiques de 1803-
1804 et que corroborent des donnes historiques,
gographiques et ethnographiques. Il voulait sim-
plement que chaque people individuellement prit
conscience de son tat, sentt sa souffrance et
suivt la rgle de conduite que lui prescrirait son
patriotism. En d'autres ternies, il offrait son Acte
en example ceux qui gmissaient sous la honte
de l'esclavage. Il dclarait premptoirement dans
sa proclamation de 1er janviei 1804 :
Gardons-nous, cependant, que l'esprit de pro-
slytisme ne dtruise notre ouvrage ; laissons en
paix respirer nos voisins, qu'ils vivent paisiblement
sous l'empire des lois qu'ils se sont faites, et
n'allons pas, boutefeux rvolutionnaires, nous
rigeant en lgislateurs des Antilles, faire consis-
ter notre gloire trouble le repos des les qui
nous avoisinent. Elles n'ont point, comme celle
que nous habitons, t arroses du sang innocent
de leurs habitants ; elles n'ont point de ven-
geance exercer contre l'autorit qui les protge.
S Paix nos voisins I
Plus tard, pour anantir l'esprance de ceux qui
tramaient la ruine de la nationalit naissante,






-36-


l'instar de Napolon 1er, il se fit proclamer
Empereur sous le nom de Jacques 1er. Par l'acqui-
sition de ce titre dignitaire, il signifiait tacitement
l'ancienne mtropole qu'il ne reviendrait pas sur
la proclamation de l'Indpendance.
C'est donc des causes trs gnrales, trs
profondes et aussi trs concrtes que, ce que, de
nos jours, on convient d'appeler le movement
panamricain doitson origine et sa force croissante.
Le moment parat venu de l'tudier avec suite et
de montrer comment il tend dj renouveler
d'une faon admirable la structure politique,
conomique, social et culturelle de l'Amrique et
l'aspect des problmes qui peuvent surgir entire
les 21 Etats Indpendants de ce Continent.










Un Aspect du Panamricanisme
en 1805 et en 1808



A l'issue de la reddition de la ville du Cap en
novembre 1803, le gnral franais Ferrand qui
commandait Monte Chrisli, se transport htive-
ment Santo-Domingo o, par son astuce, il
s'empara illgalement du commandement qu'y
exerait le gnral Kerverseau au nom de la France.
Il fortifia toute l'ancienne frontire et prit une
attitude hostile et provocatrice envers le nouvel
Etat de l'Ouest.
Au point de vue juridique et au regard du Droit
International public, depuis le 22 juillet 1795 et
par l'heureux trait de Bale, la France obtenait
de l'Espagne la parties orientale de l'ile d'Haiti en
change de la Navarre, du Guipuzcoa et de la
Catalogne. En 1803, la victoire de l'arme indigne
sur les troupes franaises n'assurait pas seulement
nos pres l'Indpendance de la parties occidentale,
mais s'tendait la possession de toute portion de
terre occupe par les Fraiais et comprenait par
consquent l'occupation en due forme de la parties
orientale par les intrpides vainqueurs. C'est la
logique qui dcoule des commotions de 1803-1804.
Aussi, le premier empereur d'Hatli s'empressa-t-il
de ne reconnatre come limits ses domaines
que cells traces par la nature et par les mers.
L'acte sublime du fer janvier 1804 s'expliquerait
difficilement sans la soumission au gouvernement
hatien de l'ancienne colonie espagnole, actuelle-
ment la Rpublique dominicaine.






-38-


C'est pourquoi, la fin (le fvrier 1805, Dessalines
lana la champagne de l'Est qui, quoique marque
au bbut par quelques victoires Hinche, Las-
Matas, Neyba, San Juan de la Magunna, Azua et
Santiago, se terminal en queue de poisson et
demeura infructueuse. Pendant vingt jours cons-
cutifs, la Capitale fut troitement assige et fut
sur le point de capituler. Mais une combinaison
habilement monte fit dire l'empereur qui com-
mandait en personnel l'arme assigeante qu'une
escadre franaise avec des renforts menaait les
ctes d'Hati. Dessalines dut renoncer l'investis-
sement de la ville et il rentra prcipitamment
dans l'Ouest le 27 mars. Cet insuccs n'avait pas
empch l'empereur de dclarer dans sa proclama-
tion du 12 avril qu'il avait voulu incorporer
l'Empire la portion intgrante de ses Etals.
Entre temps, la regrettable msintelligence qui
divisait malheureusement Christophe et Plion,
successeurs de Dessalines, fournissait au gnral
Ferrand qui continuait exercer au nom de la
France le pouvoir qu'il avait usurp, le prtexte
d'offrir Ption son aide matrielle et militaire
centre Christophe. Le Prsident de la Rpublique
avait catgoriquement refus.
Plus tard, aprs la dfaite de l'arme de Napolon
en juillet 1808, au fond de l'Andalousie, en
Espagne, les Indignes de l'Est, imitant le coura-
geux example des troupes espagnoles qui venaient
de rsister hroquement l'arme de Napolon,
se rvoltrent contre les Franais. Les deux Chefs
d'Etat hatiens paulrent chacun de leur ct, les
chefs de l'isurrection, esprant ainsi raliser l'unit
territorial de l'lle. Aprs l'clalanle victoire de
Palo-Hincado, le 17 novembre 1809, of le fameux
gnral Ferrand fut vaincu, l'occupation franaise





-39-


ne fut qu'un souvenir et le gouverneur se suicida.Mais
Hamirez et Sanchez, ainsi que Basquez, Carabajal,
Sarmiento, les frres Huber et d'autres meneurs
de la Rvolution triomphante, se trouvrent dans
l'embarras.du choix. Auquel des deux Chefs d'Etal
'hatiens devaient-ils s'unir ? Les uns optaient pour
Christophe de qui ils avaient reu des secours,
d'autres dsiraient une alliance avec Plion pour
la mme raison. On ne s'entendait point. Le
schisme qui rgnait chez nous avait provoqu cette
hsitation.
Sur ces entrefaites, un dcret de la Junte de
Bondilla, promulgu le 18 dcembre 1809, proclama
que les Indignes de l'Est avaient pris les armes au
nom de leur Souverain Ferdinand Vil. Celte
decision fut sanctionne plus tard dans l'accord
du 20 juillet 1814 intervenu entire Louis XVIII et
l'Espagne. Par cet accord, le gouvernement franais
rtrocdait sa Majest d'Espagne la parties
orientale de l'ile d'Hati. Encore une fois, nous
rations une occasion excellent d'appliquer le
Panamricanisme sous son aspect territorial et,
nouveau, l'Espagne rentrait en possession de son
ancienne colonie.
Il tait dans la norme d'un Pannmricanisme
d'un bon aloi que ces Chefs d'Elat haliens consa-
crassent leurs efforts, leur habilet et les resources
inpuisables de leur patriotism chasser de l'le
les derniers vestiges de l'occupation trangre.
Ces tentatives et ces dmarches en vue de raliser
l'unit politique et terriloriale de l'lle tmoignent
de leur haute et large conception sur le
Panamricanisme.
Leur attitude est digne d'loges: Ils avaient
comprise que quant aux Gouvernen:ents qui ont
proclam leur Indpendance et don't l'autonomie






-40-


a t reconnue pour des motifs nobles et justes,
l'intervention de n'importe quelle puissance euro-
penne dans le but de les opprimer ou de diriger
d'une faon quelconque leur destine, serait
considre comme une manifestation hostile aux
Elats-Unis de l'Amrique du Nord. Voil le fond
du Panamricanisme.
C'est pourquoi, si au point de vue social,
agricultural et financier, le trait de Ryswick,
sign en 1697 et qui accordait la France seulement
le tiers occidental de l'lle d'Hati, avait apport
dans la Colonie certain changements amlioratifs,
ces avantages conomiques et sociaux se trouvent
neutraliss par les calamiteux effects que devait
produire le morcellement du territoire qu'il autori-
sait et qu'il avait opr. Et, come en 843,'le
trait de Verdun avait jet de la confusion en
Europe entire les Germains, les Italiens et les Gallo-
Francs, il plaa comme une pierre d'achoppement
sur la petite I!e de la mer des Carabes contre
laquelle se heurtent le Patriotisme des uns et
l'ambition des autres. Il est toujours dangereux de
contrecarrer la Nature dans son oeuvre. Aussi,
jamais l'homme ne devrait penser diviser ce que
la Nature a uni et que des vnements historiques
avaient consacr.










Le Panamricanisme
agissant sous Ption



A l'heure actuelle o le Panamricanisme est
arriv son panouissement et l'apoge de
sa gloire, o l'on en parle avec loquence, o il est
reconnu comme une measure prophylactique contre
l'esprit belliqueux qui s'est infiltr parmi les nations,
n'est-il pas quitable que nous rendions honneur
qui honneur est d? La grandeur, le gnie, la
vertu ne sont pas le monopole d'une race ou l'apa-
nage d'un people. Nous devons apprendre juger
sainement et impartialement des hommes et des
Institutions. Les Citoyens illustres,les philanthropes,
les bienfaiteurs de l'humanit closent partout,
sous toutes les latitudes, sous tous les climats, chez
tous les peuples, parmi toutes les nations et toutes
les races et dans toutes les couches sociales. Seule-
ment, chacun agit sa manire, selon ses aptitudes,
selon l'ambiance o il a volu, suivant les occasions
qu'il a eues de faire valoir ses talents : de servir.
Alexandre Ption, fondaleur de la Rpublique
d'Hati, est un de ces noms que l'on prononce
toujours avec un frisson d'motion et un soupir de
reconnaissance. C'est un vrai hros international.
Il s'est montr magnanime et gnreux, aimable
et dsintress dans la pl atique du Panamrica-
nisme. C'est surtout lui qui posa les bases d'un
Panamricanisme agissant et efficient, qui en rgla
l'assise fondamentale. C'est sur ce qu'il a accompli
en 1808 et en 1813 en faveur des dlgus mexicains
et en 1815-1816 en faveur de Bolivar que doit se





-42-


conformer aujourd'hui la conduite des 21 Etals de
l'Amrique, l'un vis- vis de l'autre, don't ils doivert
s'inspirer quant aux rapports amicaux et fraternels
qui les caractriseront.
C'est dans le succs des armes des anciens
esclaves de Saint-Domingue que les colonies
espagnoles de l'Amrique du Sud puisrent la
hardiesse de vouloir s'manciper. Aussi, la voix
des Hidalgo, des Iturbide, des Artigas, des Miranda,
des Mina et des Bolivar, elles bandrent leur
nergie, se soulevrent et mirent le feu l'Amri-
que latine. Les dbuts furent pnibles et les
premiers efforts infructueux. Bolivar, le plus
constant et le plus entreprenant, un moment'
vaincu, se dcida, aprs diverse prgrinations,
solliciter du secours du Gouvernement Hatien.
Les va-nu-pieds sublimes qui ne furent aids
que par eux-mmes, qui ne furent soutenus que
par leur vaillance, qui ne vainquirent que parce
que leur profound amour de la libert les avait
rendus invincibles, s'associrent sa dtresse et
embrassrent sa cause cour ouvert. La Rpubli-
que prit carrment position en faveur de's
rvolutionnaires et ranima leur courage.
Le President Ption fit mieux. Dj en 1812,
alors que la famine menaait les colonies anglaises"
des Antilles, en raison directed de l'lal de guerre'
qui existait entire la Grande Bretagne et les Etats-
Unis de l'Amrique du Nord, il conut la noble
pense de venir en aide ces populations exposes
mourir d'inanition. Il pril, le 27 aot 1812, un
arrt par lequel il autorisait l'exportalion des
vivres alimentaires. Car,,depuis 1808, l'Angleterre,
redoutant l'influence de la victorieuse Rvolution
des titans lgendaires de Saint-Domingue sur ses






-43-


possessions antillennes encore gruges et asser-
vies par elle, avait interdit tout rapport official
entre l'lle d'Hati et elles.
Envisageant le ct pratique de son dvouement
et les avantages pcuniaires que pourrait en tirer
la Rpublique, Ption profit de cette excellent
occasion pour remplir les arsenaux de l'Ouest et
augmenter les revenues du fisc. Aussi exigea-t-il
que chaque btiment, avant le chargement, lui
vendt une quantit minimum de dix livres de
poudre canon par chaque tonneau. Et, par un
arrt promulgu le 16 fvrier 1813, il permettait
de rexporter vers les Iles anglaises certaines
denres alimentaires reues des Elals-Unis, moyen-
S nant le paiement d'une surlaxe additionnelle d'une
piastre par sac de 100 kilos.
Ces deux considrants de l'arrt du 27 aot 1812
' expliquent le but hautement humanitaire et phi-
lanthropique que se proposait d'atteindre le
trsident de la Rpublique :
Considrant que la guerre qui vient d'tre
dclare entire les Etats Unis de l'Amrique du
Nord et la Grande Bretagne peut occasionner
dans les les voisines une telle raret de provisions
qti'il dviendra ncessaire l'existence de leur
population de recourir aux productions de noire
pays, telles que: riz, pois, mas et ignames don't
l'exportation a t jusqu'ici dfendue, les rser-
vant pour le ravitaillement de l'arme de la
Rpublique ;
Considrant que les principles d'humanit qui
ont toujours dirig. le Gouvernement depuis la
foundation de la Rpublique lui commandant en ce
moment de lever un ordre don't l'existence pour-
rait tre nuisible aux habitants des dites les qui





-44-


seraient bien aise de recevoir chez eux le surplus
des grains qui sont rcolts chez nous ; mais aussi
qu'il convient aux intrts de la Nation, que le
Gouvernement, en permettant l'exportation des
grains, en tire un advantage quelconque pour ses
operations et remplacer le vide que la guerre
civil pourra occasionner dans nos arsenaux ; etc.
Aprs que les Espagnols se furent empars de
la ville de Carthagne, Bolivar et les principaux
chefs de la Rvolution Vnzulienne, parmi
lesquels on distinguait les gnraux Bermudez,
Palaeios, Marino, Piar et Mac-Grgor, le colonel
Ducoudray-Holstein, les commodores Louis Brion
et Louis Aury, s'empressrent de se rendre
Port-au-Prince auprs du Prsident Ption don't la
bont devenait proverbiale. La premiere entrevue
entire eux et le Prsident Hailien eut lieu le 4
janvier 1816. Mais ils avaient peine dbarqu
dans la ville des Cayes que, inforn- de leur
arrive et du motif de leur voyage, le Chef d'Etat
Hatien ordonna au gnral Marion, Commandant
de l'Arrondissen'ent des Caves, de dlivrer aux
insurgs, chaque jour et durant les trois mois que
devait durer leur sjour, une ration de pain, de
denres alimentaires et de salaison.
Touch de ce geste bienveillant, Bolivar crivit
la lettre suivante Ption, le 8 fvrier 1816: Je
suis accabl du poids de vos bienfails... Dans ma
proclamation aux'habitants du Vnzula et dans
les dcr6ts que je dois expdier pour la Libert
des esclaves, je ne sais pas s'il me sera permis de
tmoigner les sentiments de mon ceur pour votre
Excellence et de laisser la postrit un monu-
ment irrcusable de votre philanthropic.
.e ne sais, dis-je, si je deviai vous nommer





-45-


comme l'auteur de notre Libert. Je prie Votre
Excellence de m'exprimer sa volont cet gard...
(Sign) BOLIVAR
Le 18 fvrier, le Prsident Ption lui rpondit
en ces terms: Vous connaissez, Gnral, mes
sentiments pour ce que vous avez coeur de
dfendre et pour vous personnellement ; vous
devez donc tre pntr combien je dsire voir
sortir du joug de l'esclavage, ceux qui y gmissent
mais des motifs qui se rapportent aux mnagements
que je dois une Ration qui ne s'est pas encore
prononce contre la Rpublique d'une manire
offensive, m'obligent vous prier de ne rien
proclamer, dans l'tendue de la Rpublique, ou de
mentionner mon nom dans aucun de vos actes;
et je compete cet gard sur les sentiments qui
vous caractrisent.
(Sign ) PETION
Toutefois, le Prsident d'Hati consenlit aider
Bolivar la condition que le chef Vnzulien
lui promit de proclamer la Libert gnrale des
esclaves de la province du Vnzula el de foutes
les autres qu'il russirait enrler sous les dra-
peaux de l'Indpendance. A part de l'argent et des
provisions de bouche que reul Bolivar, Ption
lui fit dlivrer 4.000 fusils avec leurs baonnettes,
15.000 livres de poudre canon, aulant de plomb
et de pierres fusil, une press imprimer et des
products alimentaires suffisants pour une expedition.
Bolivar put ainsi quiper une flottille de 10 navires
qu'il avait sous ses ordres dans le port des Cayes,
et alla recommencer avec plus de succs la guerre
contre les Espagnols. Le Chef d'Etat Hatien lui
permit en outre d'emmener avec lui quelques
Hatiens qui voulaient concourir la russite de
cette entreprise. Le corps expditionnaire compre-






-46-


nait 1.000 soldats et 500 volontaires recruts parmi
les jeunes gens hatiens. Deux capitaines hatiens
prirent part cette expedition. Le commandement
de deux navires leur fut confi. Ce furent les
capitaines Dubouille, d'Aquin et Delatour, des
Cayes. Aucun soin, susceptible d'accorder la
victoire la petite troupe, ne fut nglig.
Les htes de Ption reurent plus qu'une aide
matrielle. Esprit conciliateur par excellence, le
President raccorda les chefs de l'expdition :
Bolivar, Aury et Bormudez qu'une simple question
d'argent faillit diviser. Il empcha virilement les
corvettes de laisser la rade des Cayes, jusqu' ce
que l'entente la plus parfaite ait rgn entire eux.
Il fit verser Aury don't les intrts paraissaient
lss, par les soins de l'Administrateur des Finances
des Cayes, la some de deux mille piastres (2.000)
tirs du trsor de la Rpublique.
Cette premiere expedition partit pleine d'espoir
de la baie des Cayes le 10 avril 1816, mais fut
vaincue. A la fin de mai 1816, elle opra un dbar-
quement Curapano, mais en juillet, elle fut
dfaite par les troupes espagnoles suprieures en
nombre et en armement. Cet chec n'empcha
pas Bolivar de s'acquitter de sa promesse : entr
au Vnzula, il proclama la libert gnrale des
esclaves et libra 1.500 esclaves qu'il possdait sur
sa vaste habitation de San-Maleo, prs de Caracas.
Tout cela, grce la petite Hati. Voici sa procla-
mation d'Ocumare du 6 juillet 1816 au people
Vnzulien : Vos malheureux frres qui endurent
l'esclavage sont, ds ce moment, delars libres.
Les lois de la nature et de l'Humanit, le Gouver-
nement lui-mme, rclament leur libert. Dsormais,
il n'y aura dans le Vnzula qu'une seule classes
d'habitants ; tous seront des citoyens.






-47-


Le hros vnzulien avait d regagner la terre
enchanteresse d'Hati en septembre 1816 et deman-
der nouveau asile nos rives hospitalires.
Le President Ption fut affect des preuves qui
accablaient son ami. II lui prodigua de nouveaux
secours qui assurrent le triomphe dfinitif des
insurgs sur les Espagnols. Bolivar repartit le 28
dcembre 1816 sur la golette La Diane . L'aide
enthousiaste et l'aecueil charmant qu'il avait reus
de la population des Cayes lui inspirrent ces
paroles qu'il adressa au gnral Marion le 4
dcembre 1816: ... Si les bienfaits attachent les
hommes, les autres chefs de l'expdition et moi
aimerons toujours le people hatien et les dignes
chefs qui le rendent heureux.
Dbarqu successivement Margarita et
Barcelona, Bolivar battit le gnral espagnol
Morillo et continue ses conqutes. Le 17 dcembre
1809 il proclama officiellement l'Indpendance du
Vnzula qui, rattach la Nouvelle Grenade,
format la Rpublique de Colombie. Celle-ci absorba
l'Equateur et aida le Prou se librer de la tutelle
espagnole. Enfin, par la Convention de Callao,
signe le 20 fvrier 1820, l'Espagne reconnut
l'Indpendance de l'Amrique du Sud.
A peu prs la mme poque, un patriote Mexi-
cain, le gnral Mina, avait organis contre
l'Espagne une revolution qui s'tait rpandue dans
tout le Mexique. Il se prsenta dans les eaux
hatiennes, Port-au-Prince, en octobre 1816. Deux
bateaux, Le Calypso et le Caledonien ,
charges de volontaires anglais et italiens et de
quelques indignes mexicains, l'accompagnaient
S dans son xpdition. Ption usa de la mme bout
envers cet illumin en lui fournissant des munitions,
de l'argent et des provisions.






-48-


Les Hatiens qui ont et le grand honneur de
visiter le Mexique affirment avoir vu la Biblio-
thque Nationale de Mexico, une lettre du Prsident
Ption, portant la date du 12 aot 1S14 et adresse
au gnral Don 1). Joseph Bernard Guttierez qui
commandait la province de Bajar, actuellement
l'Etat de Tamulipas Cette lettre du Chef d'Etat
Hatien, conserve come une relique historique,
est la rponse une demand de secours qu'avait
formule ce gnral par un exprs qu'il avait
dpch auprs du Prsident Ption.
Dans la suite, aprs la proclamation de leur
Indpendance, en 1820, les Mexicains voulurent
contribuer celle des Cubains. C'est du Prsident
Hatien, Jean-Pierre Boyer qu'ils sollicitrent un
concours pcuniaire en vue de faciliter l'expdition
militaire qu'ils projetaient. A cet effel, un message
de bonne volont fui envoy en Hati avec mission
d'entrer en pourparlers avec le gouvernement de
ce pays sur l'Indpendance de Cuba.
11 est donc facile de dduire que, dans l'Amrique
du sud, c'est par nous que le premier chainon
s'tait tout jamais dtach de la chaine appesan-
tissante de l'esclavage, que c'est grce la
gnrosit, la bont des Chefs d'Etat Hatiens et
au prcieux concours qu'ils fournissent sans lsiner
aux insurgs que le Continent sud-amricain dut
l'encouragement qui facility la concrtisation de
ses aspirations nationals.
N'est-il pas rconfortant pour nous, Hatiens,
trop longtemps mpriss et souvent calomnis,
que notre nom est intimement li aux premieres
manifestations patriotiques de ce Continent ? N'est-
ce pas un motif d'encouragement et de fiert pour
nous, une raison d'esprer en notre pays et de
croire en un avenir meilleur, que la grande





-49-


Revolution des Noirs de Saint-Domingue exera
sur le Continent Amricain une influence identique
celle de 1789 sur le Continent Europen. A
l'poque o de nos plages ravissantes nous chas-
sions les dbris pars d'une arme due,
dsquilibre, en dmence, l'esclavage tait encore
en honneur en Amrique du Nord. A quel example
les peuples de l'Amrique latine doivent-ils le
soulvement qui entraina leur mancipation des
mtropoles europennes, aux colonies anglaises de
l'Amrique qui firent 1776 ou aux anciens
esclaves de Saint-Domingue qui immortalisrent
1804 ? Nous affirmons que c'est ces derniers.
C'est pourquoi, 1804 demeure plus populaire, plus
grandiose, plus human que 1776.
Considrons un peu : Les colons anglais s'taient
rcris contre l'injustice don't ils furent victims
de la part de la mre-patrie qui exigeait d'eux des
taxes prohibitives. Ils s'taient rvolts pour
protester contre cet tat de choses normal ; donc,
ils taient mus par un motif d'intrt. Au contraire,
les Indignes de l'le de la Mer des Antilles agirent
dans un geste dgag de toute question pcuniaire,
de tout esprit de lucre. Vivre libre ou mourir tait
leur seule devise, l'unique slogan de l'heure. Aussi,
brisrent-ils sur la tte de leurs anciens maitres la
chane enchevtre de cet infme esclavage qui les
enlaait dans l'abrutissement le plus abject. Ils ont
t les premiers abolir l'esclavage et proclamer
les droits de l'homme; les premiers, ils ont com-
muniqu l'tre human la conscience de sa
dignit, de ses faculls morales et de ses capacits
intellectuelles. Ils ont restitu l'homme les droits
inalinables que lui prescrit la nature et don't
l'avaient priv des ngrophobes et des esclavagistes
ambitieux, aveugls par une cupidit honte et
par le dsir immodr de s'enrichir. En Amrique






-50 -


du Nord, il avait fallu une guerre, la formidable
guerre de Scession qui dura de 1861-1864, soil 85
ans aprs la proclamation de l'Indpendance, pour
que ft aboli et condamn dans les Etats du Sud
l'esclavage qui les rendait prospres. Le people
haitien s'oublie, pense aux autres, fait siennes
leurs souffrances, les secourt, partir du moment
o ses armes victorieuses lui permettent de respirer
au grand soleil de la Libert et de l'Indpendance.
Il faith de son Idal un sacerdoce. Il exerce un
ministre tiss de dvouement, d'amour, de renon-
cement et de sacrifice o il s'emploie avec
abngation accorder la Libert ses congnres
luttant pour leur Indpendance politique. Toutes
ces gnreuses contributions font du people hatien
L'MANCIPATEUR DES AMRIQUES.
Cette second tape de l'histoire hatienne
tablit un second principle qui doit assurer au
Panamricanisme 'sa prennit et crer entire les
habitants du Continent une conscience collective
commune par la consolidation de leurs intrls
rciproques et par le sentiment de solidaril et
d'troite collaboration qui les anime. Les Etals de
cet Hmisphre doivent s'entr'aider moralement
et matriellement. 11 ne s'agit pas pour eux de
jouir paisiblement, gostement de leur libert, de
leur culture, de leurs richesses; en un mot, de se
complaire des avantages naturels qu'ils possdent.
Aucun d'eux ne doit vivre dans l'isolement, repli
sur soi-mme, se contentant de ses aises ou con-
templant ses lauriers. Chacun d'eux a pour devoir
sacr de s'intresser l'volution et au progrs des
autres et tre dispos les secourir au besoin.
Les lRpubliques amricaines appartiennent une
grande famille : L'AMRIQUE. Leur conservation
et leurs intrts leur commandant de s'entr'aider,






-51-


de se soutenir, de se protger, de s'instruire, de
s'aimer d'une affection tendre, fraternelle, agissante.
Ainsi compris, le Panamricanisme devient un
arbre majestueux plant prs des eaux courantes
et don't les racines sont profondes dans le sol. Son
feuillage est toujours vert. 11 tend ses rameaux
verdoyants dans toutes les directions et abrite
contre le hle et la tourmente tous ceux qui se
rfugient, confiants, sous son ombre reposante,
rafraichissante, protectrice.
Mais pour que ces leons soient efficaces, pour
que ces prceptes se traduisent en actes, pour que
le sentiment de solidarity se determine en une
volont ferme et durable, pour que se ralise un
tat suprieur de l'Idal panamricain, il ne suffit
pas d'une vue d'ensemble sur le Panamricanisme,
d'une sorte de conception purement philosophique
de l'Amrique et de la Socit amricaine. Une
telle conception peut favoriser les penchants
gnreux, amener d'heureux raprochements, mul-
tiplier le nombre des bonnes actions, des
dvouements, des sacrifices; rendre l'altruisme
plus tendu, plus agissant. Elle peut, en some,
resserrer entire les Elats du Nouveau-Monde les
liens de la vie morale, intellectuelle et politique,
mais elle ne petit prtendre fonder entire eux
une rgle nouvelle de droit social.
Ce qu'il faut savoir et ce qu'une analyse prcise
des conditions objectives de la solidarity inter-
amricaine peut seule nous enseigner, c'est si les
lois de cette solidarity reposent sur le fondement
d'un vritable droit humain; si leur application
peut conduire une organisation rationnelle o
l'accomplissement des obligations sociales mutuelles
prendra l'imprieuse evidence d'un acte de strict
honntet, o leur inexcution quivaudra la






-52-


violation d'un trait ou d'un contract et pourra
entraner, suivant la rgle ordinaire de justice et
d'arbitrage, des sanctions comminatoires, expres-
sion lgale des reactions naturelles d'un pays ls
par d'autres pays, comme il en existe dj en cas
d'inexcution des obligations de droit civil.
Par ces experiences deviendra possible l'tude
des conditions dans lesquelles pourrait voluer
pour l'ensenble des activits amricaines un tat
de mutualit et de solidarity o la justice et la
libert ne s'opposeraient plus l'une l'autre,
n'agiraient plus comme des forces contraires. Et,
dans chacune des 21 Rpubliques on sentirait
crotre la volont rflchie de poursuivre, par une
mthode positive, l'organisation d'une telle structure
vraiment social. Par ce moyen, l'Amrique sera
transforme en un vritable palladium de la libert,
de la justice et de la fraternity.











L'Esprit Panamricain de
Christopbe et de Ption en 1814




Depuis 1804 et malgr les victoires clatantes
qui avaient entrain leur Indpendance, nos
anctres vivaient haletants, dans un tat de cons-
tantes inquitudes, obsds qu'ils laient par la
crainte d'tre nouveau la proie d'une expedition
franaise. Aussi, n'avaient-ils nglig aucun soin
pour rendre le pays apte se dfendre en cas d'une
aggression militaire. Les colons franais, aprs leur
exode de Saint-Domingue, guellaient une occasion
favorable o la France, dbari'asse de ses guerres
avec les Puissances coalises d'Europe, serait assez
forte pour les rintgrer dans leurs habitations
respective.
L'abdication de Napolon lr", le l avril 1814,
qui fut suivie du rtablissement des Bourbons sur
le trne de France. leur fournit l'occasion tant
recherche. Ils s'empressrent donc de rdiger une
petition par laquelle ils demandaient leur patrie
de ressaisir son autorit Saint-Domingue, soit
par la voie diplomalique, soit par les armes. Mais
ces cupides mercenaires s'taienl enfantinement
tromps sur le patriotism des ngres d'Hati et
n'avaient pas compris la porte psychologique et
le but politico-social de la revolution de grande
envergure qu'ils venaient d'oprer. Une ambition
peu saine les avait empchs de dceler les mobiles
de ces valeureux Hatiens qui, aprs avoir soutenu
victorieusement une lutte titanesque contre leurs






-54-


oppresseurs, jouissaient pleinement des bienfaits
de la libert. Ce people de hros, n'aurait-il pas
prfr disparatre un un et jusqu'au dernier
plutt que de subir encore l'humiliation de l'escla-
vage et de s'exposer ainsi aux sarcasmes et au
ridietle de ses admirateurs ?
Il ne s'coula pas beaucoup de temps pour que
les Chefs d'Etat Hatiens fussent renseigns sur les
rcents vnements d'Europe et sur les dispositions
peu amicales de la Restauration. Ignorant l'un et
l'autre que la Grande Bretagne, amie des Bourhons,
stipulait en faveur de la France le privilege de
continue la traite des Noirs et partant de
roccuper leur ancienne colonie, Christophe et
Ption conurent une mme pense patriotique,
celle d'employer la mediation de l'Angleterre pour
demander au Gouvernement Franais les conditions
auxquelles il consentirait 9 reconnaitre l'Ind-
pendance d'Hati.
Ils choisirent les dlgus qui devaient enter
en pourparlers avec le Gouvernement Britannique.
)barqus en Europe, ceux-ci ne reurent pas un
accueil sympathique Londres. Ils n'avaient
entam aucune ngociation que trois agents fran-
ais taient envoys en Hati par le baron Malouet,
ministry de la Marine et des colonies, ancien colon
et ordonnateurdu Cap-Franais. Dauxion-Lavaysse,
Dravermann et Franco de Mdina, membres de
cette occulte mission, dbarqurent Port-an-
Prince le 24 octobre 1814. Lavaysse qui en tait
le president dissimula les vritables instructions
don't il tait porter. Dans un language flatter, il
invita le Prsident Ption proclamer la souve-
rainet du roi de France dans le pays et se
constituer, lui Ption, et les principaux fonction-
naires de son gouvernement, le president et les





-55-


membres du gouvernement provisoire d'Haiti au
nom de Sa Majest Louis XVIII.
Ption dclina cet honneur qui tait en flagrante
opposition avec l'acte mmorable du 1er janvier
1804. Il exigea la reconnaissance par la France de
l'Indpendance d'Hati, tout en promettant de
rtablir les relations commercials entire les deux
pays et de fixer les bases d'une indemnit que tous
les Hatiens s'engageraient payer avec toute
garantie qu'on leur proposerait . Le point de vue
prsidentiel n'ayant pas plu Lavaysse, la ngo-
ciation n'aboutit aucun rsultat positif.
Ds le 1er novembre, Franco de Mdina tait
dans le royaume du Nord. Averti qu'il fut de la
pertidie de la mission, le roi se montra intransi-
geant. Il convoqua un conseil gnral de la Nation
qui, aprs s'tre runi, dlibra qu' avant que le
Franais puisse asseoir ici sa puissance, qu'Haiti
devienne un vaste dsert, que nos villes, nos
manufactures, nos maisons soient la proie des
flames. Qu'elle ne reprsente qu'un monceau de
ruines, que les regards effrays ne rencontrent que
l'aspect de la mort, de la destruction, de la ven-
geance Ds qu'il eut lu cette decision, Christophe
se sentit fortifi dans sa resolution. Il charge le
ministry des Affaires Etrangres du royaume de
prsenter cette note Lavaysse : Jamais nous ne
laisserons renverser l'difice que nous avons lev
et ciment de notre sang, du moins sans nous
ensevelir sous ses ruines. Nous dclarons solennel-
lement que nous n'accepterons jamais aucun trait,
ni aucune condition susceptible de compromettre
l'honneur, la libert et l'indpendance du people
d'Hati. Ce style sans quivoque est clair,
explicit, expressif. Fervent ami de la paix, le roi
ne l'tait pas l'extrme, au point de sacrifier






-56-


note tranquillit et nos aises l'honneur et l'ind-
pendance de la patrie, la scurit et le bien-tre de
ses sujets. Il ne se montra pas avide de cette
barbarie savante que les jouisseuis baptisent du
nom pompeux de civilisation pour mieux Irom
per les peuples naife. Il comprit que toute nation
jeune, come Haiti, qui, au lieu de grau(cir par
elle-mme, se laisse mener, exploiler par des
trangers sous le prlexte de se civiliser la
vapeur creuse elle-mme son tombeau.
Il largit le cadre des revendications nationals
et de la vengeance populaire. Franco de Mdina
fut arrt et livr une commission militaire
prside par le duc de la Marmelade. Celle com-
mission, aprs l'avoir publiquement interrog, le
12 novembre, le reconnut coupable d'espionnage
et le condamna mort. Celte sentence fut excute.
Car les papers confisqus sur le dlinquant avaient
rvl la secrte intention de la France de rtablir
l'esclavage. Si la violence n'est pas loujours un.
facteur positif de succs, il y a, cependant, certaines
circonstances dans l'histoire d'un people ou dans
la vie d'un individu qui rendent son application
indispensable. Car le Panamricnisme ne consist
pas uniquement secourir ses voisins, se sacrifier
pour eux, porter constamment sur ses paules.
et sur son coeur les fardeaux el les misres d'autrui.
Il prconise aussi et surtout le self defense . Il
vise surtout conserver le patrinoine national,
reliever la diguit, l'honneur et le prestige de
chacun des peuples de ce Continent.
Lorsqu'un Etat quelconque de cet hmisphre
est menac dans son indpendance politique ou
dans l'exercice de l'un de ses droits de Peuple
souverain, l'instinct de conservation, illumin par
la larger de vue qui dcoule du Panamricanisme,






-57-


doit lui dicter les measures mme drastiques, pour
carter, sinon enrayer le danger d'une colonisation,
ou les possibilits d'une annexion ou d'une simple
invasion. C'est ce principle qui explique l'attitude
ferme et rsolue de la noble nation de Washinglon
au moment de la guerre mondiale de 1914-1918.
Ce n'est que quand le Continent Amricain tait
srieusement expos une invasion allemande,
grce aux sous-marins qui sillonnaient l'Atlantique
et semaient la terreur dans les milieux commer-
ciaux et industries amricains et la panique parmi
la population affole, que l'honorable Prsident
Wilson dcida de mettre un frein la fureur de
ces cumeurs de mer en dclarant la guerre au
Grand Empire d'Allemagne ; c'est encore lorsque
le Petit Mikado lana lchement et brutalement
une attaque-surprise contre Pearl Harbour, pos-
session amricaine du Pacifique et que la scurit
politique du Continent s'en trouva menace, que
l'minent home d'Etat amricain' Franklin Delano
Roosevelt, Prsident de la Rpublique des Etats-
Unis, opposa la force la force et souleva
unanimement et dans un merveilleux lan d'enthou-
siasme toute l'Amrique dmocratique contre les
Puissances totalitaires. Le principle est donc
netlement pos : Si une aggression ou une tentative
d'agression menace de briser l'unit qui caractrise
les vingt-et-une Rpubliques de l'Amrique; si
l'Indpendance de l'un de ces Etats est susceptible
d'tre compromise par une immixion trangre, ce
dit Etat a pour devoir imprieux de se dfendre
avec machiavlisme jusqu' la limited de ses possi-
bilits malrielles ou morales.
Longtemps dj, Christophe et Ption avaient
cette vision relle du Panamricanisme. Aprs
l'chcc de la mission de 1814, le roi avait public un






-58-


plan de defense dans son royaume; le president
faisait remplir de torches incendiaires les arsenaux
de la Rpublique et annonait aux populations
inquites les dispositions belliqueuses qa'il avait
arrtes: EN CAS DE DANGER. les villes devaient
tre livres aux flames et les habitants se retran-
cher dans les montagnes.
Cette here tragique avait inspir au Chef du
Gouvernement du Nord de proposer son collgue
de l'Ouest de mettre un term la scission
qu'exploitaient leur profit les ternels adversaires
du pays : Plus que jamais, nous devons nous
runir et effacer le souvenir de nos divisions pour
ne penser qu' nous entendre pour combattre
l'ennemi common, soit qu'il descende dans le Nord,
soit qu'il descende dans l'Ouest, soit enfin qu'il
descende dans le Sud.
De son cl, Ption, dans sa vibrant proclama-
lion du 3 dcembre raffirmait au people sa
determination et l'invita se prparer la
rdition de l'hrosme de 1803 : Ne craignant
pas la guerre, vous avez voulu prouver que vous
dsiriez la paix et viter vos families ce qu'elle
entrane d'affligeant aprs elle, en offrant des
sacrifices pcuniaires pour imposer silence i nos
perscuteurs don't les plaintes et les cris impor-
tunent le trne franais pour la restauration de
leurs biens qu'ils craindraient d'aborder, s'ils
pouvaient se convaincre qu'ils seraient leur
approche transforms en cendres brlantes. La
victoire accompagne toujours une cause just; c'est
vous dire qu'elle vous est assure, si l'on prtend
vous trouble. Dans ce cas, vous me verrez toujours
voire tte, fier de vous y conduire ou de mourir
avec vous.






-59-


Dans la suite, lors de la mission de Fontanges-
Esmangart, en 1816, aucun des deux Chefs d'Etat
ne dvia de cetle ligne de conduite, puisque dans
sa lettre du 25 octobre, Plion crivait de
Fonlanges et Esinangart ces paroles pleines de
vhmence : Nons la possdons, cette indpen-
dance; nous nous croyons dignes de la conserver;
pour nous l'enlever, il faudrail nous exterminer
tous. Eux deux conservrent envers les agents
franais la mme farouche atlilude et gardaient
intact le serment sacr prononc par un people
indign et qui tait le palladium de la libert
publique. Ils venaient d'largir le cadre de ce qui,
plus tard, devait s'intituler la Doctrine de
Monroe : L'AMRIQUE AUX AMRICAINS. Ils
entendaient refouler toute doctrine o l'asservis-
soment de l'individu, l'oppression de la libert,
sous quelque forme que ce soit, deviendrait la
croyance immediate de dirigeants de l'un quelcon-
que des pays de cet hmisphre. L'intention qui a
prsid la creation du Panamricanisme est d'une
haute valeur morale. En voulant garanlir le respect
et les droits des peuples de notre Continent come
base de toute dmocratie, celle institution touche
par son principle et par son but un systme
philosophique rationnel et mme un Evangile :
LA JUSTICE ET L'GALIT ENTIRE LES PEU-
PLES . Au tire de vertu, l'Idal dmocratique
synthtise la force morale du Panamricanisme.










Les Prsidents Boyer et Geffrard
au Service du Panamricanisme



A dessein, nous sautons pieds joints sur
certain faits secondaires pour considrer deux
autres faits principaux: l'incorporation de la parties
orientale de l'lle la Rpublique d'Haiti, en 1822,
l'aide du Prsident Geffrard la Rpublique
Dominicaine.
Vers l'anne 1863, notre voisine de l'Est traversait
une crise politique chronique. Nous avons dj vu
que .de 1808-1821, nos malheureuses discordes
intestines survenues aprs la catastrophe du Pont-
Rouge, contriburent dans une large measure
faciliter le retour l'Espagne de la parties oriental
de l'lle, actuellement et depuis 1844 la Rpublique
Dominicaine. A la fin de 1821, une dputation
envoye par la Junte central provisoire de San
Yague, compose des ciloyens : Nunez Bianco,
Morel de Santa Cruz,Jos Peralto et Maria Solicedo,
sollicita, sans ambages, nos secours et exprima le
dsir des habitants de l'Est d'tre rgis par la
Constitution d'Hati. Puerto-Plata, la Vga, Coluy,
Macoris, San Juan, Las Matas, Banica, Hinche,
Neyba, Azua adhrrent successivement ce mou-
vement et se soumirent l'autorit du Prsident
Boyer. Dj, partir du 15 novembre 1821, les
villes de Dajabon el de Monte-Christi avaient
arbor le pavilion hatien au moment o le gnral
Nunez Cacerez qui voulait incorporer le pays la
Confdration de Colombie, chassait de Santo-
Domingo le gouverneur espagnol Pascual Real. La






-61-


popularity d'Hati s'accroissait, vivace, dans le cour
de tous les habitants de l'Est.
Le gouvernement hatien ne resta pas sourd ce
pressant appel. Il saisit celle occasion providen-
tielle pour rendre rel et effectif l'article 40 de la
Constitution qui incluait la parties de l'Est dans
notre territoire. NUNEZ CACEREZ se ravisa et
suivit aussitt l'opinion populaire et le 19 janvier
1822, le drapeau hatien flottait Santo-Domingo.
Il en informa immdialement le Prsident Boyer.
Celui-ci qui tait dj en roule la tte d'une arme.
de 14.000 hommes, poursuivit sa march, entra
Santo-Domingo le 9 fvrier, vers 6 heures du matin.
Au carillonnement des cloches, au son de la
musique,au bruit des tambours et des dtonations du
canon se mlaient les applaudissements frntiques
de la population en dlire. De routes les poitines
rsonnaient ces cris harmonieux : Viva el Senor
President I Nunez Cacerez, dans un geste nou-
vant, remitl l'heureux triomphateur les clefs de
la ville de Sanlo-Domingo dans un plat d'argent ;
et, par un discourse bien tourn, il s'excusa auprs
du President Royer d'avoir arbor tout d'abord le
pavilion colombien. C'tait, ajoutail-il, pour
honorer la mmoire de Christophe Colomb qui
dcouvrit l'Amrique. C'est ainsi que de 1822-1844,
il n'y eut qu'un gouvernement sur toute 'ile. Le
rve de Dessalines. de Plion et de Christophe
tait pleinement ralis. Et, gisant inerles dans
leurs cendres, ils contemplaient avec satisfaction
la concrtisation de l'oeuvre grandiose laquelle
ils avaient consacr leurs meilleurs efforts et une
parties apprciable de leur temps.
Celle priode de paix qui rgnait sur toute
l'tendue.de l'le favorisa l'tablissement des insti-
tutions rpublicaines dans l'Est et dans l'ancien
royaume de Christophe. Notre Ile fortune allait






-62 -


reconqurir sa couronne de Reine des Antilles
qu'elle avait perdue dans la tourmente rvolution-
naire qui mit fin l'affreux rgime colonial.
Mais en 1844 et le 22 fvrier, la suite de nos
dprimants troubles civil, la parties orientale
s'tait dtache de nous et avait proclam son
Indpendance. Elle ttonnait encore dans sa vie
politique qi.and, en 1863, l'Espagne, appuye sur
le concours du gnral Santana, Prsident de la
Rpublique, pensa reconqurir son ancienne
possession. Ce geste mut porofondnent les Hatiens
et jeta la panique parmi la population ; car la
presence sur l'Ile d'une grande Puissance tran-
gre constituerait un danger constant pour
l'Indpendance de la petite Rpublique occidental.
Le President Hatien d'alors, le gnral Geffrard,
fut la hauleur de sa tche. Il se montra conscient
de ses responsabilits de Chef responsible. Il
protest mililairement contre cet acte anti-patrio-
tique de la Rpublique sur et favorisa de tout
son pouvoir le Parti National Dominicain qui ne
partageait pas les vues mercantiles de Santana.
Il lui fournit (les armes, des munitions et des vivres.
Battis en 1J61. les insurgs de l'Est .e rfugirent
en Hati o, aprs avoir reu de nouveaux renforts,
ils parent reprendre l'offensive en 1863 et livrer
l'occupant une guerre de gurillas tellement
meurtrire que les Corlez de Madrid dcidrent en
1865 l'vacuation de la ville de Santo-Domingo.
Celle dernire victoire de notre diplomnatie nous
valut un nouveau titre de gloire et fait d'Hati le
Boulevard oi se renconirent tous les dfenseurs de
la liberl en Amrique. Mais qu'arriva-t-il ?
L'Espagne opulente, n-ais vaincue, assouvit contre
nous une vengeance exacerbe. L'Amiral Rubalcava,
de la Marine espagnole, se prsenta dans nos eaux






-63-


la tte d'une imposante flotte, au nom de son
Gouvernement. Il exigea du Gouvernement Hatien
le paiement d'une indemnit de 200.000 piastres et
un salut de 21 coups de canon sans rponse. Ceci
se passait Porl-au-Prince le 6 juillet 1861. Que
voulez-vous? La raison du plus fort a t, est et
sera toujours la meilleure en ce monde o la force
prime le droit. Mais la reconnaissance du people
dominicain se manifesta envers le Prsident d'Hati,
conservateur de l'Indpendance Dominicaine. Une
belle rue de Santo-Domingo, maintenant Ciudad-
Trujillo, porte le nom de Rue Fabre Nicolas
Geffrard .
Toujours est-il que cette experience de la petite
Rpublique afro-latine des Antilles fait connaitre le
Panamricanisme sous un angle nouveau et intro-
duit un autre principle qui en largit la structure:
C'est que les Etals amricains se doivent mutuelle-
mnt aide et assistance ; quand l'un d'eux est
attaqu par une Puissance trangre quelconque,
les autres doivent voler son secours et lui fournir
l'aide que ncessite son cas. Si l'un d'eux, petit ou
grand, riche on pauvre, faible ou puissant, traverse
une impasse, confront une difficult don't il ne
puisse sortir tout seul, le devoir des autres est de se
concerter, de conjuguer leurs efforts en vue
d'apporter la sour prouve l'aide morale,
financire ou militaire don't elle peut avoir besoin
pour se remettre de ses misres... Convenons tous
que c'est ce Panamricanisme qui est pratique,
vital, efficace, vertueux; que c'est ce genre de
Panamricanisme que nous, Hatiens, avons toujours
suivi. Et le Prsident Roosevelt, le dfenseur intrai-
table des liberts humaines, dans son discours au
Mexique, lors de sa visit l'honorable Avila
Camacho, Prsident de la Rpublique du Mexique,





-64-


a dclar que la politique de Bon Voisinage
s'explique ainsi : Si on fait un mal un des pays
de l'Amrique, c'est eux tous qu'on le fait et ils
s'uniront tous come un seul homme pour se
venger, s'riger en justiciers et se dfendre.












Ha'ti et la Clbre Doctrine
de Monroe




Mais, me demandera-t-on, sur quel tai vous
appuyez-vous pour attribuer tous ces faits au Pana-
mricanisme ? Eh bien I Je rponds volontiers
cette question qui semble une objection srieuse
la thse que je soutiens. Aprs la clbre bataille
de Waterloo, le 8 juin 1815, o venait de s'abmer
la merveilleuse carrire militaire de Napolon, sur
l'initiative du Chancelier autrichien Metternich, un
pace fut form par la Prusse, l'Autriche et la Russie
pour le maintien des traits de 1815 en face des
aspirations nationalists et des tendances librales
des petils Elats d'Allemagne et d'Italie. C'est la
Sainte Alliance. En 1817, le tsar de Russie,
Alexandre er, voulut en faire un instrument diplo-
matique capable de protger les intrts russes en
Asie et d'entraver les efforts vers l'Indpendance
des populations de l'Amrique du Sud. La Russie
voulait s'tendre dans les Balkans. Pour dtourner
l'attention des peuples de l'Europe de son vrai but,
le tsar de Russie encourage le roi d'Espagne
Ferdinand VII jeter de nouvelles troupes en
Amrique du Sud qui tait feu et sang. Mais la
vigilante Albion ne s'tait pas laisse surprendre
par ce stratagme. Elle djoua adroitement cette
tactique pernicieuse qui serait prjudiciable ses
intrts commerciaux. A son instigation, la question
des colonies espagnoles ne fut pas porte au
programme de la conference d'Aix-la-Chapelle en






-6ti-


1818, ni discute au congrs d'Opava ; et au congrs
de Vrone en 1822 o fut dcide la guerre d'Espa-
gne, elle a t encore carte.
Tandis que pour dominer la Baltique, les Anglais,
sans declaration de guerre, bombardaient brutale-
ment Copenhague, Napolon songea placer sous
sa domination la pninsule Ibrique. Mais l'empe-
reur rencontra de grandes difficults dans cette
entreprise hasardeuse. EI, en 1823, la Restauration
en reprit l'ide et prpara l'expdition d'Espagne.
Les Anglais profitrent de cet vnement pour
calmer les prtentions de la Sainte Alliance et
annihiler les victoires que les Franais remportaient
dans la Pninsule Ibrique. Par l'intermdiaire de
l'minent home d'Etat anglais, Sir George Canning,
ministry des Affaires Etrangres, ils inaugurrent
un principle positif: L'Europe ne doit plus
songer intervenir en Amrique par la force des
armes I Cependant, ce principle de non-interven-
tion avait t dj pos et nonc en 1818, quand
le tsar de Russie chauffait les peuples de l'Europe
contre les insurgs de l'Amrique latine. Le
Secrtaire d'Etat des Etats-Unis de l'Amrique du
Nord, Monsieur John-Quincy Adams, avait pass
ces instructions prcises son reprsentant
Londres, Mr. Bagot : Aucune intervention des
Puissances europennes ne sera heureuse que si
elle dcide l'Espagne reconnatre l'Indpendance
des peuples de l'Amrique latine. Il s'ensuit de
ce qui prcde que l'opinion qui prvalait alors en
Europe tait que les nations de ce continent ne
dussent point penser changer leur profit la
condition politique des Etats Amricains ; ce qui
justifie pleinement la conduit intransigeante de
ces Chefs d'Eiat hatiens...
Mais il ne suffit pas de dmontrer l'existence
d'une loi gnrale d'unit territorial amricaine






-67-


et de donner ainsi une simple direction aux esprits
et aux consciences. Tous les Etats de l'Amrique
doivent se considrer, non pas come des isols,
comme des individus ayant le droit de mettre en
eux-mmes le but de leur propre existence, niais
comme des associs, membres de droit et de fait,
d'une socit, le Panamricanisme, o toutes les
responsabilits sont mutuelles. Ils doivent
prendre dsormais conscience de la conscience
commune amricaine et juger leurs actes particu-
liers du point de vue nouveau de cette conscience
inlernationale.
Nous trouvons encore une explication ces
donnes, une corroboration noire opinion dans
le plus ancien document official qui stabilise
neltement le Panamricanisme comme Idologie
continental et dfinit l'Idal dmocratique des
Rpubliques amricaines; savoir : la Doctrine de
Monroe. Voici dans quelles circonstances fortuites
celte fameuse doctrine prit naissance.
La Sainte Alliance, comprenant la Russie,
l'Autriche et la Prusse, menaait l'Amrique du
Sud. La recolonisalion devenait probable. Alors
surgit come un Messie l'illustre Prsident des
Etats-Unis d'Amrique du Nord, Mr. James Monroe.
Il opposa la valeur de l'loquence des traditions
librales et des nouveaux principles aux ambitions
malsaines et la cupidit de l'Europe. Dans son
substantial message du 2 dcembre 1823 au Congrs
Amricain, il raffirma son inbranlable volont
de garder intact l'Amrique aux Amricains.
( Lisez aux Etals de l'Amrique. )
Les Etats Amricains, vu leurs conditions
actuelles, libres et indpendants, ne peuvent tre
considrs dsormais comme un but de colonisa-
tion future de la part d'une Puissance europenne






-68-


quelconque. Les citoyens des Etats Unis nourris-
sent des sentiments d'une vive sympathie envers
la libert et le bien tre de leurs frres d'Amrique;
tant donn la franchise et les bons rapports
d'amiti qui existent entire les Etats-Unis et ces
pays allis, nous devons dclarer que nous consi-
drerions toute tentative de leur part qui aurait en
vue de prolonger leur systme dans cet hmisphre
come dangereuse pour noire paix et pour notre
scurit. Nous ne sommes pas intervenus et nous
n'interviendrons jamais dans les colonies et dpen-
dances dj existantes d'une Puissance europenne
quelconque; mais quant aux Gouvernements qui
ont proclam et maintenu leur Indpendance et
don't nous avons reconnu l'autonomie pour des
motifs nobles et jusles, nous ne pouvons considrer
que comme une manifestation hostile aux Etats-
Unis, l'intervention de n'importe quelle Puissance
europenne dans le but de les opprimer ou de
diriger d'une faon quelconque leur destine...
On constate aisnent que cette doctrine est une
arme tranchante qui, au dire de son fabricant
devait empcher l'Ancien Monde de s'immiscer
dans les affaires politiques du Nouveau Monde.
Cette digne et ferme attitude du Prsident Monroe
dans la defense des intrts des Rpubliques de
l'Amrique passait l'histoire avec la force et
l'influence d'une sentence mdo-persone. C'est de
cette declaration que se sert le Panamricanisnwe
pour poser l'assise fondamentale, les bases in-
branlables de la politique continental du present
et de l'avenir.
Il n'est pas ncessaire d'tre dou d'une profonde
perspicacit pour remarquer que les principles
prconiss et recommands dans ce fameux message
avaient t dj observs par les Hatiens, avant





-69-


leur promulgation et mme leur existence. La
doctrine de Monro n'a fait que consacrer un tal
de choses qui existait chez nous. C'est pourquoi,
la lumire de ce qui prcde, nous, Hatiens, ne
devons pas nourrir la fausse humilit de cacher
que nous sommes les Champions du Panamrica-
nisme. Proclamons ex cathedra que c'est notre
comportement envers chacun des autres peuples
de cet hmisphre qui a servi de critrium pour
asseoir dfinitivement le Panamricanisme sur une
base politique, social, conomique et dmocrati-
que. En vertu de cette assertion, le Panamricanisme
revt le caractre d'une idologie inter-amricaine.
conservatrice qui a pour but essential la sauvegarde
du patrimoine national, la terre des Aeux, contre
toute emprise traugre, contre toute intervention
extrieure, de faon que chaque people amricain,
si petit, si impuissant soit-il, soit matre et seigneur
de son coin de terre et dirige ses destines come
il l'entend. Et, rappelons-le nous : l'tranger, c'est
un individual ou un people autre que soi-mme.
Hostes, hostius.
Au titre de vertu, l'Idal dmocratique synthtise
la force morale du Panamricanisme. Au retour
d'une poque o l'galit des hommes et des races
est encore conteste, poque o, avec une ingnio-
sit sduisante, dans les discourse, dans les
conferences, des conducteurs de peuples proclament
la sgrgation racial et l'infriorit de la race
noire, notre race, si le Panamricanisme tend son
puissant et attractif rameau d'aujourd'hui pour
nous ombrager, pourquoi ne l'accepterions-nous
pas? En lui seul, l'homme de ce Continent ne
perdra de sa valeur intrisque ou extrisque, ne
fera montre d'une obissance passive la violence
totalement anti-nature. Le Panamricanisme






-70-


s'affirme principle spiritualiste qui dcil tie l'me
de toutes les Rpubliques amricaines. Il est un
frein solide la tyrannie et, dans sa comprehension
gnrale tant par les individus que par les entits
politiques, il est le plus sr garant des liberts
dmocratiques: Libert individuelle sacre, Libert
de Conscience, Libert de penser. Oppos routes
doctrines ou idologies qui, malgr les protestations
habiles, sont despotiques, le Panamricanisn:e,
appliqu dans le sens de sa conception vraie, cons-
titue la pierre angulaire du Continent Amricain.
Aussi, le 14 avril, date commemorative .de cet
lieureux vnement, consacr le 7 mai 1930 l'une
des sances du Congrs Inter-Amricain par le
Conseil de Direction de l'Union Panamricaine,
sur la proposition du clbre home d'Etat
Brsilien, Doclor Gurgel de Amral, et officiellement
accept par le people hatien eu vertu d'un dcret
prsidentiel du 20 mars 1931, devient un jour
solennel de recueillement collectif des 21 Rpubli-
ques de l'Amrique dans le religieux esprit de
concorde et d'entr'aide sur les principles fondamen-
taux qui se trouvent la racine mme de leur
existence et qui entendent que les citoyens de
chacun de ces pays respectifs vivent libres, fiers,
quiets en Amrique.
Qu'ils vivent sans crainte l'intrieur de leurs
propres pays, sans crainte l'extrieur, sur ce
continent ou ailleurs, des attaques, des menes
subversives, des exploitations ou des sols prjugs
des pays voisins, pour que dans chaque coeur et
travers tout le continent se ralisent dans toute
leur plnitude ses immortelles paroles du plus
liberal home d'Etat amricain de ce vingtime
sicle :
Nous veillerons pour que soient sauvegardes






-71-


dans l'avenir les quatre liberts essentielles de
l'tre human :
a ) La Libert de parole et d'expression;
b ) La Libert de Conscience;
c ) La Dfense de l'homme contre le besoin;
d ) La Dfense de l'homme contre la crainte.
Cette declaration qui constitute le fond de la
Charte de l'Atlantique est confirme parcette autre:
Nous faisons maintenant une grande guerre.
Nous luttons aux cts des nations unies et chacun
de nous a souscrit aux principles de la Charte. Nous
sommes dtermins reporter la victoire total
sur nos ennemis et nous devons reconnatre que
nos ennemis ne sont pas seulement l'Allemagne,
l'Italie et le Japon. Ce sont aussi toutes les forces
d'oppression, d'intolrance, d'inscurit et d'injus-
tice qui handicapent notre march ascendante vers
le progrs et la civilisation.
Declaration du Prsident Roosevelt.
En effet, c'est par la discussion que l'homme
s'mancipe, qu'une nation se dveloppe, qu'un
gouvernement se fortifie et impose ses subordon-
ns. Quand un gouvernement est appuy, surveill
par une press libre, patriote, impartiale, il ne peut
commettre de fautes lourdes. Car une press
instruile claire le pays, lui permet de s'appartenir,
de se faire respecter, de ne pas devenir le dupe,
le jouet et la rise des trangers qui dsireraient
le gruger.












Le Congrs de Panama en 1826
La Rpublique d'Hati et la Rpublique
du Vnzula



Les brillantes victoires de Bolivar auxquelles
avait about l'Indpendance de l'Amrique du Sud
l'avaient revtu d'une autorit irrfragable sur les
peuples de ce continent. A peine l'Indpendance
fut elle acquise, qu'il tenta d'associer l'Amrique
du Sud en une vaste confdration forme l'image
des Etats-Unis de l'Amrique du Nord. Cette
sublime ide s'tendit sur toute l'Amrique et le
Congrs de Panama fut convoqu en 1826. Le succs
de cette conference, la premiere des Etals Amri-
cains, devrait entrainer le dlogement dfinitif des
peuples de l'Europe du Continent Amricain. Mais
la pense du Libertador ne ful pas comprise; on
accusa son ambition et seulement les dlgus de
quatre Rpubliques l'honorrent de leur presence
cette important assemble. La conference de
Panama avait chou.
Pour des raisons politiques souleves cause de
l'acceptation par le Gouvernement Halien de l'or-
donnance du 17 avril 1825 par laquelle le roi de
France, Charles X, concdait l'Indpendance aux
Hatiens, la gnreuse Rpublique d'Hati, bienfai-
trice des trois Amriques, n'y fut pas invite. On
avait vite oubli les sacrifices immense auxquels
nous avions consent pour contribuer largement a
la liberation des peuples amricains de la domina-






-73-


tion europenne. Certain dlgus qui prenaient
part au dbat lors des pourparlers prliminaires du
Congrs, n'ont pas pu contenir leur colre et leur
indignation contre nous : ils ont pouss leurs
prjugs raciaux jusqu' avancer que la presence
dans notre sang d'une abondante quantit de
pigment ne les autorisait pas nous admettre au
mme rang qu'eux. Qu'ils avaient vite oubli, nos
protgs d'hier, ceux qui taient redevables envers
nous pour leur libert et leur indpndance 1 ...
Ainsi, en rcompense de son abngation et de
sa gnrosit, lu patrie de Ption moissonnait l'in-
gratitude. Elle faisait l'exprience douloureuse pein-
te avec une concise exactitude par l'minent cri-
vain franais. Lon Datdet :
L'ingratitude, complete dite noire, est le fait
des princes comme des lites, comme des foules.
Quiconque, dans sa sphre vaste ou troite, se d-
voue, se sacrifice, consacre son temps, son effort
dsintress, sa fortune, un homme ou une cau-
se, doit savoir que, sauf exception rarissime, cet
homme le reniera, cette cause s'cartera de lui et
qu'il devra rester seul en face de ses illusions, tel
le fermier devant sa rcolte sous la grle. Il faut
savoir, en avanant dans la vie, que le service ren-
du cre chez celui qui vous l'avez rendu, moins
qu'il ait une nature exceptionnelle, une sourde irri-
tation et rancune, que la premiere occasion fera
turner en envie et en haine. Dans les quatre cin-
quimes des cas, il est enfantin et mme comique
de computer sur le moindre atonie de reconnaissan-
ce. Le fait est accepter sans amertume, et mme,
l'occasion, avec un bon rire. L'ingratitude n'est
pas un stimulant la bienveillance, ni la cha-
rit. Elle ne doit pas non plus leur tre un obsta-
cle . Voil ce qui nous a toujours rconforts et






-74-


qui nous a encourages, aprs cette pnible leon,
continue nos largesses.
Cependant, la reconnaissance populaire leva sur
la Place Ption, Caracas, un monument la mmoire
du Bienfaiteur du Venzuela. Le 10 juillet 1911, il y
eut cette occasion une pieuse et mouvante cr-
monie laquelle se fit reprsenter le gnral Antoi-
ne Simon, president de la Rpublique d'Haili, et au
course de laquelle notre distingu compatriote, Mr.
Flix Magloire, reprsentant special du Gouverne-
ment Hatien, pronona un beau discourse don't
nous reproduisons cette parties avec un indicible
plaisir :
... La scne qui marqua l'entrevue de Bolivar et
de Ption, de ces deux tres privilgis, de ces deux
favors de la Fortune, attend un Pole qui la chan-
te, un Peintre et un Sculpteur qui l'immortalisent
sur la toile et dans le marbre! A peine si ma paro-
le peut traduire la. signification de la minute histo-
rique de cette anne 1816 qui vit se sceller la concor-
de perptuelle entire deux peuples par le baiser fra-
ternel de deux hommes.
... Le people de Vnzuela s'est souvenu.
Ici va s'lever le monument de Ption; cette
place porter son nom; le granit et le bronze di-
ront aux enfants et la foule de demain la part
que le Grand Haitien prit dans la Chanson de Ges-
tes Bolivienne I
Aujourd'hui, jour faste, s'il en fut jamais, mar-
quer d'une pierre d'or dans le via-crucis des peu-
ples tristes en route pour la Terre Promise de la
libert et du progrs; aujourd'hui 10 juillet 1911,
les Hatiens, par leur Illustre Anclre, reoivent droit
de cit dans une des plus belles et des plus attrayan-
tes capitals amricaines; aujourd'hui les bras de
la famille de Colomb s'ouvrent lout grads pour






-75-


accueillir Alexandre Ption et ce bel exemplaire
de la race humane il est rendu un hommage solen-
nel qui va toucher tous et chacun des membres
qui forment la Nation Hatienne!
Au nom du Prsident Anloine Simon, fils de la
ville des Cayes d'o partit l'expdition de Bolivar et
qui revient tout l'honneur de la participation
d'Haiti aux ftes de ce centenaire, nous offrons
Mr. le Gnral Gomez, president du Vnzula, aux
Membres du Gouvernement, Mr, le Gouverneur
du District Fdral, au Conseil Municipal et la
population tout entire de Caracas, l'expression
mue de la vive gratitude du people haitien I












Notions historiques sur l'Amrique
et les Etats-'nis



Vu l'unit qui caractrise les vingt-et-une Rpubli-
ques amricaines et les bons rapports qui existent
entire nous et la Grande Rpublique Eloile, nous
croons obir une sainte inspiration et remplir
un devoir patriotique en soumettant nos lecteurs
quelques brves notions sur ce continent et sur les
Etats-Unis en particulier. Ceci est important, puis-
que nous venons de dmonitrer que l'nmmortelle
Revolution des esclaves de Saint-Domingue, join-
te aux vnements politiques et sociaux qui sui-
virent, a t un stimulant, l'inspiratrice, le guide
de tous les movements libraux qui ont pris nais-
sance en Amrique.
De tous les pays de l'Amrique, le Brsil seul avait
t colonis par les Portugais au XVIe. sicle. Mais
en 1807, le gnral franais Andoche Junot, duc
d'Abrants et aide de camp de Napolon r". enva-
hit le Portugal et prit Lisbonne. Jean VI, le souve-
rain alors rgnant dut s'enfuir au Brsil. Dans l'in-
trt de leur commerce, les Anglais s'taient ins-
talls Lisbonne pour y gouverner. Mais l'irrita-
tion croissante de la population les fora se rem-
barquer en 1820. En 1821, Jean accoiiut .en toute
hte du Brsil et ralifia une Constitution qui y avait
t proclame et il inaugural au Portugal le rgime
constitutionnel. Mais les Brsiliens, ne voulant pas,
aprs avoir eu un roi, retomber au rang subalterne
de colonie, se sparrent de la Mre-patrie et se






-77-


donnrent pour empereur constitutionnel et hrdi-
taire Don Pedro, fils an de Jean VI. De retour au
Portugal, Jean avait en computer avec son second
fils Miguel autour duquel s'lait group le Parti Ab-
solutiste; il mourut en 1826 et la Couronne chut
la fille de Don Pedro, Doua Maria, qui fut fiance
son oncle Don Miguel. Ce dernier, avec l'appui de
Ferdinaud d'Espagne, usurpa le pouvoir en 1826 et
se fit couronner roi sous le nom de Miguel 1er. Le
Brsil, s'tant rendu indpendant depuis 1822, pro-
clama la Rpublique en 1889 aprs la rvolutiou
qui y bouleversa les assises politiques.
Pendant que le Portugal perdait le Brsil, les co-
lonies espagnoles de l'Amrique central et mri-
dionale, stimules par les salutaires examples
d'Hati,achevaient l'oeuvre de leur mancipation com-
mence ds 1810. Nous avons dj expliqu que cet
vnement, gros de consequences, fut le contre-
coup de l'invasion franaise dans la Pninsule Ib-
rique. Certaines lois liberticides avaient empch
les colons d'exercer aucune industries. Ils se voyaient
interdire la plupart des cultures. Leur rle se bor-
nait exploiter les mines au profit du Gouverne-
ment de Madrid..Entrav par la prohibition, le com-
merce avec les trangers ne leur tait pas permis.
Ils payaient des prix exagrs tous les products
manufactures qu'ils taient obligs d'importer d'Es-
pagne. Au service de cette tyrannie odieuse, inhu-
maine et absurde, l'inquisition frappait de mort les
contrebandiers come les hrtiques.
En 1810 et en 1811, Hidalgo, cur de Dolors, et
son ami le cur Morelos soulevrent le Mexique.
Le gnral Iturbide y fut proclam Empereur. Mais
en 1823, le gnral Antonio Lopez de Santa-Anna y
proclama la Rpublique, et en 1825, le gnral Villo-
ria y organisa une Rpublique fdrative. Mais en
1864, la France essaya de fonder un empire en fa.






-78-


veur de Maximilien d'Aulriche. Celui-ci, impopu-
laire et abandonn en 1867 par Napolon III, fut
renvers par le patriote Benito Juarez, Restaura-
teur de la Rpublique, qui devint president de la
Rpublique Mexicaine. Pris Querelaro, il fut fusil-
1 Tacubava en 1867, avec ses partisans Miranon
et Mejia. Le gnral Porlirio Diaz qui fut lu Chef
d'Etat en 1884, gouverna le pays pendant vingt-sept
ans. Il fut renvers par la revolution de 1911. Son
gouvernement favorisa le dveloppement conomi-
que et industrial du pays.
Vers 1810, le gnral Francisco Miranda, aprs
avoir sollicit et oblenu du secours de l'Empereur
Dessalines, excitait le Vnzula la rvolte et en
1812, la Nouvelle Grenade el Quito se secourent
aussi. Le hros de l'Indpendance de ces contres
lut, sans contest, Bolivar, le Washington de l'Am-
rique du Nord, et le Dessaiines de l'Amrique Lati-
ne, trs populaire,A Caracas, New-Yolk et Paris.
Aprs ses victoires, il fonda la Rpublique des Etats-
Unis de Colombie qui, la mort du Librateur, en
1830, fut dmembre en trois rpubliques: le Vn-
zula, la Nouvelle Grenade et l'Equateur. Bolivar
dut ses succs militaires et l'indpendance de son
pays l'aide que lui avait porte en deux occasions
l'Illustre Prsident de la Rpublique Hatienne,
Alexandre Ption. Celui-ci lui fournit tout ce qui
tait indispensable la russite de cette entreprise
national.
Le Paraguay, soumis aux Jsuites, s'affranchit de
la domination espagnole en 1811, sous le docteur
Francia. L'Amrique Centrale se dbarassa du joug
espagnol en 1821, dpendit un instant de l'Empire
d'lturbide, mais se partagea enfin en six rpubliques
indpendantes.
La Plata, le Chili, le Prou conquirent leur ind-






-79-


pendance vers la mme poque. Saint-Martin parti
de Buenos Ayres pour librer ces deux dernires
contres. II fut soutenu au Prou par Bolivar don-
l'infatigable activity le rendait redoutable et s'ten-
dait partout. Aussi, quand, en 1825, le Haut Prou
fut constitu en Rpublique part, il prit le nom de
Bolivie en l'honneur de l'mancipateur. Montevi-
deo, dtach de la Plata, fut d'abord assujetti au
Brsil, mais en 1828, il devint la capital de l'Uru-
guay.
Depuis leur affranchissement, les anciens colons
espagnols travaillent pour eux-mmes, sans que leur
commerce, leur industries et la culture de leurs
terres soient entravs. Ils exploitent avantageuse-
ment les resources de leur riche territoire. Le com-
merce mondial y trouve d'importants dbouchs et
chaque jour se dveloppent avec les ports les rela-
tions de l'Europe et des Etats-Unis. L'Amrique du
Sud, par la magnifique fertilit de son sol et les
avantages que lui procurent sa vaste tendue et ses
richesses naturelles, attire en foule des migrants
europens et asiatiques et accrot sa prosprit. De-
puis le percement de l'Isthme de Panama, en 1914,
par les Amricains, sa situation conomique s'est
beaucoup amliore.
LES ETATS-UNIS.- Cet tat de l'Amrique du
Nord surpasse de beaucoup, par son essor prodi-
gieux, tous ces pays latins. Lors de l'Indpendance
en 1776, il ne comprenait que 13 Etats peupls de
3 millions d'mes. En 1860, il comptait dj 35
Etats avec 31 millions d'habitants. Les Amricains
achetrent la Louisiane de la France en 1803, la
Floride de l'Espagne en 1819, l'Alaska de la Russie
en 1867. En 1864, ils s'agrandirent d'Orgon, de
Washington, d'ldao et de tous les spaces illimits
qu'ils colonisaient dans le Far West et sur les bords





-80-


du Pacifique. Enfin, aprs une guerre sanglante en-
tre eux et le Mexique, ils annexrent trois des plus
riches provinces du pays des Aztques: le Texas,
le Nouveau-Mexique et la Californie.
En 1783, aprs que l'Indpendance des Etats-Unis
eut t reconnue par la Grande Brelagne, il n'y
avait que trois millions d'habitants dans les vastes
domaines ue la Rpublique Amricaine; en cons-
quence, des trangers honorables furent invits
coloniser dans les limits de son immense territoi-
re. Plusieurs millions d'individus sont venus vers
les rives amricaines cause de cette sage politi-
que. Ils ont t naturaliss conformment aux lois
des Etals-Unis et, ventuellement, leur naturalisa-
tion a t reconnue par leurs pays natals. Leurs
enfants sont ns aux Etats-Unis et, en vertu di jus
soli, c'est--dire par leur naissance dans les limits
du territoire soumis la jurisdiction des Etals-Unis,
ils sont ns citoyens amricains.
L'acceptation du lieu de naissance comme prin-
cipe de la nationalit et de la citoyennet et le re-
jet de la doctrine qui veut que les individus ve-
nant d'Europe restent nationaux du pays d'o
ils sont parties, et que leurs enfants ns aux Etats-
Unis conservent la nationalit deleurs parents, ont
permis au people amricain de construire une na-
tionalit unique et une citoyennet uniform dans
les Etats-Unis, ce qui autrement et t impossi-
ble.
Attirs par la promesse de concessions de terres,
par l'espoir d'un travail rmunrateur et d'une
existence aise, des migrants accouraient des
pays pauvres et surpeupls de l'Europe et y
affluaient. Il en vint 7 millions de 1820-1870. La
dcouverte des mines d'or de la Californie,- en
1848, avait acclr ce movement et dtermin le





-81-


peuplement de ces contres lointaines. Par les
course d'eau, par les nombreuses routes ouvertes
travers les paisses forts et les montagnes; par
les nombreux chemins de fer qui facilitent l'inter-
pntration entire les Etats, ce colossal pays est le
pre de la civilisation en Amrique. C'est le pays
de la libert et de la tolerance par excellence. Les
Amricains sont de fervents partisans de l'exercice
des droits souverains du people et du citoyen. La
Constitution laisse chaque citoyen la plus grande
libert; chaque Etat son autonomie pour l'admi-
nistration des affaires locales. Elle tablit au cen-
tre un sage quilibre des pouvoirs entire le Prsi-
(lent de la Rpublique, les deux Chambres du Con-
grs et la Cour Suprme de Justice. Actuellement,
les Etals-Unis competent environ 150 millions d'ha-
bitants et 49 Etats don't les Iles Hawai. C'est ce que
reprsentent les toiles qui ornent symboliquement
le pavilion amricain. Tous les Hatiens, quelle
que soit l'activit laquelle ils se livrent, gagne-
raient visiler ce pays.












La Guerre de Scession


11 est difficile de parler des Etats-Unis et du Pan-
amricanisme sans mentionner cette guerre qui
mit en pril la prosprit amricaine et faillit han-
dicaper les notables progrs des industries et des
agriculteurs. Toujours est-il que ceite guerre a t
une ncessit historique et social, une ncessit
national rpondant aux vues profondes de l'Idal
Panamricain, puisque nous avons dj prouv
l'aide de faits irrcusables que l'un des buts essen-
tiels auxquels rpond le Panamricanisme, c'est
la libert pour les peoples come pour les indivi-
dus. Il tait donc incompatible avec ces grands
principles de libert et d'galit que l'esclavage
continut fleurir dans toute sa beauty dans le
noble pays de Washington et de Franklin.
Depuis longtemps, il existait deux parties: le par-
ti dmocrate qui tendait rendre plus complete
l'indpendance des Etats et le parti rpublicain
favorable une extension de pouvoirs pour le gou-
vernement fdral. Le Sud :ait dmocrate et le
Nord rpublicain. Les citoyens du Sud taient de
grands propritaires, aristocrats, partisans du li-
bre-change qui permettait l'coulement de leurs
products; les autres taient de petits cultivateurs,
industries, commerants, laborieux, endurants.
qui rclamaient le systme-protecteur. Au Sud, des
millions d'esclaves taient employs sur les planta-
tions de coton et 'le canne sucre ; tandis que le
Nord s'opposait l'esclavage et comptait de nom-






-83-


breux abolitionnistes. Pendant longtemps, leurflo-
rissante situation conomique dtermina la pr-
pondrance des Etats du Sud et fit lire des Prsi-
dents Dmocrates.
Mais, lorsqu'en 1860, sonna l'heure de la rpara-
tion social, un home du Nord, Abraham Lincoln,
avantageusement connu comme anti-esclavagiste,
fut lu. Aussitt, la Caroline Sud, prtextant que
le pace fdral avait t viol, ne reconnut pas le
nouveau Chef et se dclara spare de l'Union.
Dix autres Etals imitrent ce funeste example. La
Guerre de Scession eut pour cause principal: la
pendaison de Charles Browm Charlestown, dans
l'Etat de Virginie, parce qu'il avait foment la r-
volte des esclaves du Sud par les armes.
Les Scessionnistes s'taient donn la ville de
Richmond pour Capitale et Jefferson Davis peur
president. Ils attaqurent aussitt le Fort Sumter
Charlestown. Les Etats du Nord avaient d'immen-
ses reserves en hommes et en argent, une marine
puissante et une population quatre fois plus nom-
brense; mais les Etats du Sud possdaient d'habi-
les cavaliers et d'adroits chasseurs; la plupart
taient officers de l'arme fdrale: ils devinrent
vite d'excellents soldats. En 1861, ils menacrent
la ville de Washington aprs avoir battu les milices
du Nord. Cette dfaite passagre rveilla l'ardeur
du Gnral Mac Clelan qui commandait une ar-
me du Nord. Il contre-attaqua et s'avana sur
Richmond, la Capitale des Etats du Sud. Mais ap-
prenant que Washington tait nouveau expose
aux rudes coups de l'ennemi, il rebroussa chemin.
L'nergique Prsident Lincoln recruta de nouveaux
soldats et aprs des alternatives de revers et de
succs, il parvint abolir l'esclavage.
Le blocus des principaux ports avait paralys






- 84-


l'exportation du coton et l'importation des den-
res. Les confdrs ne purent maintenir aucune
liaison entire eux. Les approvisionnements en hom-
mes et en munitions qu'on leurdestinait n'arrivaient
pas jusqu' eux. Dfaits Gettysburg, au Nord de
Washington, ils se replirent sur Richmond et Pe-
tersburg. Aprs une hroque resistance, leur vail-
lant chef, Robert Lee, capitula devant l'arme du
66nral Grant en avril 1865. En rcompense de son
acte de courage. Abraham Lincoln fut rlu en
1864 contre Mac-Clelan. Malheureusement, il vit
peine le triomphe de sa cause, car 5 jours aprs
la capitulation de Lee, il fut lchement assassin
le 14 avril 1865 par un fanatique esclavagiste, J. W.
Booth. Il semble que tel est le destiny commun des
hommes de coeur, des grands bienfaiteurs de l'Hu-
manit, des dfenseurs des faibles et des opprims...
La Rpublique d'Hati, pour marquer son appr-
ciation de l'oeuvre rdemptrice de Lincoln, donna
son nom l'une des principles artres de la Capi-
lale. N'est-ce pas du Panamricanisme? Certes.
Plus tard, en 1870, quand l'honorable Charles Sum-
ner, Snateur du Massachussets, protest nergique-
ment devant le Snat Amricain contre le trait
d'annexion de la Rpublique Dominicaine, sign
entire Mr. Grant, Prsident de la Rpublique des
Etats-Unis et Mr. Baez, Prsident de la Rpublique
Dominicaine, nous approuvmes le geste hautement
philanthropique du snaleuramricain en lui offrant
gracieusement une mdaille d'or et, par la loi du
27 juillet 1871, son portrait orne la salle des san-
ces de la Chambre des Dputs. Dans la suite une
belle Avenue, celle de Turgeau reut son nom;
aprs ce fut le tour de l'abolitioniste John Brown
qui avait soulev les esclaves du sud: son nom fut
donn l'Avenue de Lalue.





-85-


Voici les mmorables paroles que, pour dfendre
Hati, l'llustre Charles Sumner adressa au Snat
Amricain le 23 mars 1871 : L'Egalit des peuples
est un principle du droit international, au mme ti-
tre que l'Egalit des citoyens est un axiome de notre
declaration d'indpendance. On ne doit pas fire
un people petit et faible ce qu'on ne ferait pas un
people grand et puissant, ou ce que nous ne souffri-
rions pas, si cela tait fail contre nous-mmes .
Par toutes ces contributions heureuses, la Rpubli-
que d'Hati, malgr sa petite tendue, mrite le res-
pect, la consideration et l'appui de ses sours. Elle
y a lgitimement et lgalement droit.












Le President Franllin D Roosevelt
et Le Panamnricanisme



Comment omettre le nom d'une personnalit
aussi minente que le Prsident Roosevelt, quand
on parle du Panamricanisme, ce sujet palpitant
d'intrt et cher au cour de tous les Hatiens, qui
leur apporte l'encouragement et le rconfort; qui
leur communique la joie de vivre et l'esprance
d'un devenir meilleur, rassurant et prospre pour
le pays. Mr. Roossevell est, jusqu'ici, le seul Chef
d'Etat amricain qui ait exercer trois mandals
prsidentiels conscutifs. Ce grand vneneni
lui seul suffit pour tablir que celui qui tient en main
les destines de la Rpublique des Etats-Unis est
un home extraordinaire. Il n'est pas seulement le
Citoyen de l'Amrique que choice chaque nation de
cet hmisphre: c'est l'homme de tous les Conti-
nents que vnrent tous les peuples de toutes les
races, don't la voix est trs coute et les conseils
hautement apprcis.
Nous rendons ici un hommage public celui qui
a fait du Panamricanisme une ralit vivante et
agissante et qui dfend avec ferveur les liberls d-
mocratiques. Nous admirons le zle et le dvoue-
ment coulumiers de ce up io date man pour unir
les uns aux autres les peoples de ce Continent, en
vue de former des Etats Amricains un bloc indis-
soluble sur les bases immuable.s de solidarity, de
concorde, d'entr'aide et d'amiti iater amricaine.






-87-


C'est sous l'gide de ce Reprsentant authentique
et qualifi du Parti Dmocrate que le Panamrica-
nisme volue et se dveloppe entre les peoples
de ce continent en exposant les preuves indnia-
bles des bienfaits qu'il rpand et de l'influence
constructive qu'il exerce dans l'administration
politique et les relations internationales des rpu-
bliques amricaines. Dfenseur intraitable des int-
rts matriels et moraux des trois Amriques,
dou d'une volont tenace et d'un esprit de con-
centration invariable que n'branlent pas les cir-
constances les plus inextricables, il a endoss la lour
de et delicate responsabilit d'orienter les desti-
nes de ses voisins, de leur indiquer les measures
sages prendre, afin d'viter les conflicts prilleux
qui sment la mort, la destruction et la ruine; qui
font couler flots le sang de leurs victims et en
abreuvent jet continue le sol d'autres continents
don't la civilisation est antrieure la leur.
Alors que le monde traverse une poque trou-
ble de sa prcaire existence, les nations amri-
caines doivent trouver leur consolation, leur for-
ce et leur virilit dans la contemplation ininterrom-
pue de ce Messie international; elles doivent se
grouper autour de sa prestigieuse personnel pour
former une conscience collective commune, uni-
fie, ayant les mmes buts. cultivant les mmes as-
pirations; et tendre une paix parfaite, une
harmonie heureuse, une prosprit gnrale sur
tout cet hmisphre. Que leur sincere et ouverte
collaboration fasse disparatre de leurs relations
toute fissure dangereuse et barre le passage aux
intrus qui, par une propaganda insidieuse, s'ver-
tuent introduire parmi elles des ides saugre,
nues, dpourvues dessentiments chrtiens les plus
lmentaires.






-88-


Monsieur Roosevelt s'est appliqu effacer routes
les maculations regrellables qui constiluaient des
souillures pour le Panamricanisme et un dmenti
formel ses principles. Ce qui inspire encore plus
de confiance, c'est qu'il admet qu'il est du devoir
de tout Etat, de reconnatre tout individu le droit
gal la vie, la libert et la prospril, et d'ac-
corder tous, sur son territoire, pleine et entire
protection de ce droit, sans distinction de natio-
nalit, de sexe, de race, de langue et de religion .
Il s'ingnie galement tudier scrupuleusement
la situation qui est faite au monde la faveur de
l'gosme et de la cupidit de certain leaders politi-
ques. Avec sagesse, tact et pondration, tout cela
joint une fermet rsolue et opinitre, il rsout
les diflrents problmes complexes, il tranche les
questions vitales qui sont soumis sa perspicacit;
il prend les decisions favorable l'panouissement
des relations culturelles entire tous les Etats Am-
ricains. Tout le Continent voue une affection filiale
ce compatissant pre des Amriques qui, non seu-
lement par des ides exprimes dans ses discourse,
mais surtout par des faits dignes d'apprciation,
concrtise en des actes matriels celle belle Ins-
titution qu'est le Panamricanisme, destine tre
un flambeau puissant qui devra clairer l'Humani-
t de demain; dissiper les tnbres paisses qui
couvrent les nations; rapprocher les individus et
les peuples l'un de l'autre par le crucifiement du
moi et l'abngation, par le dsintressement et
l'amour.
Par sa conception continental sur le Panamri-
canisme, l'actuel Prsident des Etats-Unis se rvle
plus grand, plus positif que Monsieur Monroe. Celui-
ci s'est born fixer les limits que ne devaient pas





- 89-


franchir les peuples de l'Europe. 11 leur interdisait
implement de s'occuper des affaires de l'Amri-
que. Aprs avoir refoul les trangers sur leurs
territoires respectifs, il ne btit aucun statut, ne
pose aucun principle auxquels les Etats Amricains
devraient se conformer pour rgler leur compor-
tement les uns envers les autres. Celui-l se proc-
cupe du dveloppement harmonieux de l'amiti
inter-amricaine. 11 dsire unifier l'Amrique et
sauver de la division. Par sa politique de Bon
Voisinage il calme les inquitudes de chacun et
fait rgner une atmosphere de scurit qui plane
parmi les nations. Il a inaugur une politique re-
posant sur la morale international, sur l'galit
politique et juridique des Etats, sur le respect ab-
solu de l'intgrit Lerritoriale et de l'intgrit ad-
ministrative des 21 Rpubliques de l'Hmisphre
Occidental.
Deux sublimes dclarations expliquent la nature
de sa politique : 1 Sa declaration du 12 avril
1933 faisant de la doctrine de Monroe une doctri-
ne Panamricaine, c'est--dire constituent la Pan-
America comme la garantie collective de chacune
des 21 nations amricaines contre les convoitises
extra-continentales; 2 Son message aux Chefs res-
ponsables des Etats amricains relatif un pacte de
non-agression don't l'adoption parles peuples ind-
pendants de l'Amrique garantirait chacun d'eux
contre toute aggression de son voisin.
Demain le verdict impartial de l'Histoire fera de
cette doctrine inter-amricaine la DOCTRINE
FRANKLIN ROOSEVELT qui sera le complement
indispensable de la doctrine de Monroe. Ce sera
la voix de la communaut amricaine, puisqu'elle
existe, cette communaut, non pas en raison d'un
acte former des Etats, mais cause de sa co-exis-
tence des Etats que rgit une loi de communaut






-90-


pour sauvegarder l'indpendance des Etats qui la
composent. Et la communaut, au-dessus des Etats,
traverse les frontires pour prolger les hommes,
les femmes, les enfants qui la composent.
La communaut inter-amricaine n'est pas une
dcouverte de nos jours. Elle a exist, nous l'avons
dj expliqu, avec la naissanee et la reconnais-
sance des Etats et depuis, elle augment en ten-
due et en puissance. Il en est ainsi cause de l'iden -
tification des 21 Rpubliques de l'Amrique avec
la chrtient, avec cette chrtient pntre de
sentiments d'Egalit et de Fraternit. Cette asser-
tion est avantageusement confirme par cet aveu
loyal d'un spiritual homme d'Etat: Nourri de
l'Evangile et form dans la catholicit, j'en ai du
moins retenu le sens, le got, la foi de l'humanit.
J'estime que toutes les nations sont soeurs et tous
les homes frres .
Cette doctrine continental a reu d'emble un
de ces noms clatants qui s'imposent d'abord com-
me si leurs syllabes mmes contenaient la solution
des problmes internationaux. Elle se ramne clai-
rement celle pense fondamentale: il ya entire
chacun des 21 Etats un lien ncessaire de solida-
rit qui seul pourra fixer la measure des droils et
des devoirs de chacun envers tous et de tous en-
vers chacun des 21 pays, et qui assurera les con-
clusions scientifiques et morales des problmes
sociaux et politiques qui sont soulevs en Amri-
que. C'est, pntres de ces sentiments, maes par
cette ide, que les Rpubliques amricaines, troi-
tement unies, pourront ragir avantageusement
contre les forces exotiques qui prtendraient les
soumeltre des normes de civilisation et d'duca-
tion, de culture et de religion auxquelles elles sont
irrmdiablement rfractaires.
On ne pouvait s'attendre moins de la part de






-91-


l'Honorable Prsident Roosevelt qui est un chr-
tien fervent et convaincu. Aussi, nous nous em-
pressons de proclamer qu'il est le champion
du Panamricanisme moderne qui prconise la
solidarity, l'union, la fraternity entire les 21
SEtats indpendants de l'Amrique. Grce lui,
le Panamricanisme est une agrafe d'or qui unit
entire elles les 21 rpubliques amricaines; une
chane de mtal massif don't les 21 chanons sont
fortement relis l'un l'autre.
Pour montrer cet illustre Chef la vive gratitu-
de qu'a engendre en lui celle bienfaisante politi-
que de Bon Voisinage , le people hailien, dment
reprsent par ses gouvernants, a donn une
belle Avenue de la Capitale celle qui relief Port-
au-Prince aux villes du Sud le nom historique
et dsormais aurol de gloire: Avenue Franklin
D. Roosevelt. Emouvant tmoignage de reconnais-
sance don't l'histoire se charge d'expliquer le sens
et la haute porte international.








L'amiti Hatiano-Cubaine


Bien que le Panama ne se soit dtach de la Co-
lombie qu'en 1903 pour proclamer son indpendan-
ce, pour des raisons qui sautent aux yeux, Cuba
peut tre considre come la benjamin de cette
noble famille amricaine. Cetle Ile eut trimer
pniblement avant d'obtenir son indpendance.
Nombreuses ont t les tentatives de ce people
fier, laborieux et brave pour se dbarasser du joug
dtestable de l'tranger. A plusieurs reprises, il
avait tch de s'affranchir de l'odieuse tyrannie
espagnole. Beaucoup de ses fils se montrrent
constants dans leurs revendications et puisaient
leur courage et leur intrpidit dans la justice de
leur cause et dans les victoires retentissantes des
habitants autochtones de l'ancienne Saint-Domin-
gue sur les troupes napoloniennes.
La premiere revolution cubaine digne de ce nom
est celle de Yara, connue dans l'Histoire sous le
nom de guerre de dix ans. Elle clata le 10 octo-
bre 1868 et fut organise par un dynamique cito-
yen, Carlos Manuel de Cespedes. Celle lutte pi-
que o les Cubains se signalrent par leur hrosme,
sema la ruine et la dsolation, cotfa des sacrifices
incommensurables de vies et de biens, sans chan-
ger le sort lamentable des insurgs, sans leur ap-
porter l'objet ultime de leurs efforts colossaux: la
libert, cette libert chrie et adore, bien inesti-
mable qui est l'apanage de tout tre human. Vain-
cus, ils consentirent signer l'onreux trait de
Zanjon qui les condamnait retourner la glbe,
courber le front devant l'inique oppresseur.
Aprs lui, un patriote ardent jusqu'au chauvinis-
me, rempli d'idalisme et actionn par un dyna-
misme invincible, recommena la lutte avec un




-93-


zle incroyable. A l'instar du Mackandal de Saint-
Domingue, ce fut une mystique. Il symbolise toutes
les luttes de l'indpendance cubaine. 11 souleva les
habitations et les embrasa du feu sacr de la r-
volte. Jos Marli, un nom, clbre entire tous, qui
brille avec un clat particulier et dans toute sa
splendeur dans le coeur de chaque Cubain, fut pot-
te. avocat, journalist, orateur. Il avait l'toffe d'un
super-homme d'Etat, grce aux fortes ides politi-
ques don't il nourrissait son puissant cerveau. 11
sut vaincre par son enthousiasme et son inlassa-
ble activity patriotique, les hsitations et les dcou-
ragements qui plongeaient son people dans une
profonde lthargie. Il apparut comme le Rdemp-
teur aprs lequel soupirait le patriotism de ses
congnres. Il domina les consciences, raviva les
volonts chancelantes, galvanisa les esprances la-
tentes, secoua l'apathie de ses compatriotes qui
somnolaient encore. Par la parole, par la plume,
par les sacrifices pcuniaires personnel, il rpandit
pleines mains la semence incorruptible et vivi-
fiante de la revolution. 11 s'rigea en Chef, se mit
la tte de ses concitoyens et les arma. Chaque
jour s'animait cette guerre sainte et chaque jour les
fulgurances meurtrires traversaient le Canal du
Vent et retentissaient plaintives sur nos douces pla-
ges. Elles imploraient avec instance le secours de
ce people bon et compatissant. L'attitude hroque
de ce grand patriot mut la sensibility naturelle
de l'Halien et attira sa sympathie pour la cause
cubaine.
Certains vnements politiques internes nous
avaient empchs d'offrir une aide militaire effec-
tive celle vaillante Ile de la Mer des Antilles qui
devait complter en 1902 le nombre des Etats li-
bres et souverains du Continent Amricain. Mais





-94-


vers 1892, une souscription qui reut l'approbation
du public et du haut commerce fut lance par le
gouvernement hatien travers les diffrentes villes
du pays en faveur des rvolutionnaires. On donna
spontanment et avec empressement. Des sommes
considrables furent recueillies et achemines
ceux qui promenaient le flambeau de la libert et
de l'indpendance.
Au course de cette fulminante revolution, une
pense de ralliement servait de slogan aux peuples
et d'pigraphe aux recueils de biographies. Le
grand aptre cubain s'exprimait ainsi: "Les hros
sont proprit humane, commensaux de toutes les
tables et families de toutes les maisons . C'tait
une invitation indirecte aux peuples libres d'ap-
porter aux ractionnaires leur contribution de
sang et d'argent. Jos Marti tait un illumin. 11 eut
l'occasion de visiter Hati. Aprs cette vie de d-
vonemeni. 11 fconda de son sang le sol de la pa-
trie, s'offrant ainsi sur l'autel du sacrifice. 11 mou-
rut le 19 mars 1895. Ses efforts dsintresss taient
des semences qui, arroses par le patriotisme de
ses imitateurs, devaient produire les fruits savou-
reux de liberl et d'indpendance. Or, pour que
la semence germe et produise, elle doit mourir.
Tout rcemment, le Gouvernement Hatien honor
la mmoire de ce clbre patriole ew donnant une
arlre de la Capitale le nom de: Avenue Jos
Marti ".
Il est bon de retenir un troisime nom tout aussi
remarquable dans la guerre de l'indpendance cu-
baine: Antonio Maceo fui la personification tangi-
ble et relle de la revolution cubaine. Rude com-
me un Teuton, fier come un Sicambre, il rchauf-
fait les coeurs, ranimait les courage, bandait les
nergies et rveillait de leur torpeur les popula-




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs