• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Foreword
 Du meme auteur
 Preface
 Formation ethnique
 Folk-lore
 Bibliography
 La culture Haitienne
 Bibliography














Group Title: Formation ethnique, folk-lore et culture du peuple haïtien
Title: Formation ethnique, folk-lore et culture du peuple haïtien
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081479/00001
 Material Information
Title: Formation ethnique, folk-lore et culture du peuple haïtien
Physical Description: 142 p. : ; 21 cm.
Language: French
Creator: Price-Mars, Jean, 1876-1969
Publisher: Theodore,
Theodore
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1956
Copyright Date: 1956
Edition: 2. éd.
 Subjects
Subject: Folklore -- Haiti   ( lcsh )
Nationality -- Haiti   ( lcsh )
Civilization -- Haiti   ( lcsh )
Genre: bibliography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
Bibliography: Includes bibliographical references.
Statement of Responsibility: Jean Price-Mars.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00081479
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltuf - AFE6770
oclc - 02749334
alephbibnum - 001062835

Table of Contents
    Front Cover
        Page 1
        Page 2
    Title Page
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
    Foreword
        Page 7
    Du meme auteur
        Page 8
    Preface
        Page 9
        Page 10
    Formation ethnique
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
    Folk-lore
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
    Bibliography
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
    La culture Haitienne
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
    Bibliography
        Page 141
        Page 142
Full Text



Dr. JEAN PRICE-MARS



A ma femme et mes enfants, tmoins quotidiens
de ma vie toute pleine d'indfectible sympathie
pour tous les Haitiens, mes frres
en pchs et en esprance.
P..M.



FORMATION ETHNIQUE

FOLK-LORE ET CULTURE

DU PEOPLE HAITIEN

2me. EDITION


K
2.9 -L
3sy


IMPRIMERIE N. A. THEODORE
52, RUE DANTES DESTOUCHES, 52
PORT-AU-PRINCE, HAIT(










Dr. JEAN PRItE-MARS


A ma femme et mes enfants, tmoins quotidiens
de ma vie toute pleine d'indfectible sympathie
pour tous les Hatiens, mes frres
en pchs et en esprance.
P.-M.


FORMATION ETHNIQUE


FOLK-LORE ET CULTURE


DU PEOPLE HAITIEN

2me. EDITION


IMPRIMERIE N. A. THEODORE
52, RUE DANTES DESTOUCHES, 52
PORT-AU-PRINCE, HAITI





























La vie est court, et, lorsqu'on sent la sienne
minemment fragile, on a peut-tre le droit de
dire sans trop de retard ce que l'on a cru saisir
de vrit.
LOISY















AVANT-PROPOS DE LA DEUXIEME EDITION


Il y a dj prs de vingt ans depuis que la premiere dition
de ce petit livre a paru en un nombre restreint d'exemplaires.
Cette premiere dition a t promptement puise. Cependant,
les problmes pineux que j'ai essay d'exposer dans les deux
tudes qui font la matire du livre, sont encore aujourd'hui
aussi passionnants que hier. Est-ce pourquoi je n'ai pas cru
inopportun de les offrir de nouveau la discussion puisqu'ils
sont toujours d'actualit. Au surplus, c'est pour donner la
jeunesse intellectuelle le tmoignage des efforts qu'un an
a faits pour rsoudre certain problmes de notre commu-
naut que je me suis dcid publier cette second dition
sans autre prtention que celle de servir les intrts suprieurs
de notre people en mettant en relief ce que je crois tre
l'origine de sa formation et ce don't nous pouvons nous
norgueillir d'tre sa culture.

Ptionville, 20 Fvrier 1956.


JEAN PRICE-MARS
















DU MEME AUTEUR:


La Vocation de l'lite. Epuis.

AINSI PARLA L'ONCLE... Essais d'Ethnographie tra-
ditionnelle. 2me. dition.

Une Etape de l'Evolution Hatienne. Epuis.

Jean Pierre Boyer Bazelais et le Drame de Miragone.
(Histoire).

La Contribution Hatienne la lutte des Amriques pour les
Liberts Humaines. (Histoire).

Folk-Lore et Patriotisme.

LA DEPUBLIQUE D'HAITI ET LA REPUBLIQUE
DOMINICAINE. Les aspects divers d'un problme
d'histoire, de gographie et d'ethnologie, 2 vol. in 8.

Le Bilan des Etudes ethnologiques en Hati et le Cycle du
Ngre.














PREFACE


Voici un tout petit livre qui content deux tudes don't
la gense diffrente explique certaines rptitions qu'on
retrouvera dans l'une ou 'autre. La premiere est ma part
de collaboration une euvre collective qui, sous la direc-
tion de M. Pattee devait paraitre en langue anglaise.
Certaines diffficults d'ordre financier empchent la ra-
lisation du project jusqu' present. La second, elle aussi,
fait parties de l'enqute poursuivie par la Socit haltienne
d'Etudes scientifiques sur certain problmes de notre
communaut et doit paratre dans les Annales de la Socit.

Je m'excuse de devancer lune et Fautre publication. Le
hasard a voulu que jaie lu publiquement, en parties ou en
totalit les deux manuscrits. Ils ont soulev autant d'en-
thousiasmes que de colres. C'est pour permettre mes
juges de dcider bon escient que je me suis rsolu
mettre mon texte sous leurs yeux.

Dois-je dire que c'est icy un livre de bonne foy?

'ai essay de faire valoir ce que je crois tre vrai sur
les sujets que j'ai traits en toute libert d'esprit, sans souci
de plaire ou de dplaire qui que ce soit. Ai-je russi
rsoudre les problmes qui taient poss devant moi?
Comment pourrais-je avoir cette prtention? N'est-il pas
vrai que le revers de la vrit cent mille figures et un
champ indfiny ?











En tout cas, cette recherche de la vrit est une fte
par elle-mme de quelque peine que les rsultats o elle
nous mne puissent affiger notre cur .

Au surplus, au course du laborieux examen auquel je
soumets la vie du people hatien depuis de longues annes
et don't je public les conclusions partielles de temps
autre, fai le droit de rpter le mot de Montaigne: ma
conscience ne falcifie pas un iota, mon inscience je ne
say.




















FORMATION ETHNIQUE

FORMATION ETHNIQUE

















Un des crivains les plus incisifs de ce pays, M. Louis
Joseph Janvier, a dit quelque part: Hati est un champ
d'exprimentation sociologique. Pense savoureuse et
trange qui dnonce au gr de celui qui l'a mise la posi-
tion original don't peut se prvaloir la communaut ha-
tienne dans le processus de l'histoire universelle. Pense
prtentieuse et ostentatrice si l'on considre la valeur nu-
mrique du people hatien 3 4.000.000 d'mes, l'espace
gographique dans lequel il se meut 28.000 kq en
comparison des autres peuples don't l'importance se me-
sure la puissance de leur masse, l'aire qu'ils occupent
sur la surface du globe et don't enfin les moindres mouve-
ments contribuent l'laboration de la trame mme de
l'histoire. Cependant, la proposition de Janvier se justifie
quand on considre d'un peu plus prs les conditions dans
lesquelles le people hatien naquit la vie politique et
surtout si l'on rflchit sur les obstacles, les entraves, les
prjugs qui ont alourdi et alourdissent encore son dve-
loppement.

Voici 131 ans depuis que Saint-Domingue, jadis la plus
florissante des colonies franaises, fut peu prs dtruite
et que sur les ruines de ce qui fut la plus glorieuse pos-
session de la couronne de France s'leva une nationalit
libre, autonome, indpendante.


-13-











Dire ce que fut le peuplement de Saint-Domingue, c'est
dterminer en mme temps de quoi est faite l'actuelle
population hatienne.
On sait que les premiers habitants de l'le taient des
indiens probablement de la famille des Arouagues mtis-
ss peut-tre de Carabes.
Il est difficile d'mettre une opinion absolue sur la vri-
table identity de ces aborignes. La description qui a t
donne par les premiers observateurs europens Colomb
et ses compagnons peut s'appliquer dans une grande
measure l'une et l'autre varit de types Arouagues
ou Carabes.
Don Gonalo Hernands de Oviedo, le premier chro-
niqueur espagnol du nouveau monde et l'Amiral, lui-mme,
dans ses mmoires, crivent que les naturels du pays
taient de petite taille, avaient le teint basan ou rou-
getre. (Ce dernier trait tait artificial parce que drivant
du roucou don't se teignaient les indiens.) Leur chevelure
tait longue et soyeuse. Ils avaient la tte aplatie d'avant
en arrire.
Or les types carabes survivants, ceux de la Guyane et
du Venezuela rpondent aussi bien cette description -
quant la petitesse de la taille, 1 m. 58 environ, la cou-
leur de la peau, la quality de la chevelure que les
Arouagues de la mme region, des hauts bassins de l'A-
mazone et de l'Ornoque.
En ce qui concern la conformation de la tte, les chro-
niqueurs du 18e. sicle rapportent qu'elle tait due la
coutume qu'avaient les parents de tout nouveau-n de


-14-











resserrer le front et l'occiput de l'enfant l'aide d'une
planchette place en avant et au-dessus de l'arcade sour-
cillire(1) afin que, prtendait-on, sans hausser la tte
l'individu pt voir perpendiculairement.

Les restes ostologiques trouvs Cuba et la Jamaque
confirment ces derniers renseignements puisque d'aprs
Haddon cit par Deniker, ils sont hyperbrachicphales
(indice cphalique 83.4) (2)
La mme coutume ne prvalait-elle pas chez les Aroua-
gues et chez les Carabes?
Que si les uns et les autres se faisaient la guerre les
Carabes entreprenants, cruels et audacieux les Aroua-
gues doux, indolents et pacifiques ceux-ci n'taient-ils
pas les ternels vaincus de la lutte qui subissaient la loi
des vainqueurs?
Or, parmi les traditions conserves dans quelques-unes
des Petites Antilles qui furent conquises par les Carabes
sur les Arouagues comme on sait, il en est une venue de


(1) Cf Pierre Franois-Xavier de Charlevoix S. J. Histoire de
l'Isle Espagnole ou de Saint-Domingue Paris. Franois Didot 1730
ler vol. P. 37-
Labat Les uvres Reprsentatives 4e. Rue de Vaugirard Paris
1931 P. 127.
Jean Baptiste Labat Nouveau voyage aux Isles de lAm-
rique Lucien de Rosny Les Antilles. Etude d'Ethnographie et
d'archologie amricaine Paris Maisonneuve Frres et Ch. Leclerc
1886 P. 424.
(2) J. Deniker. Les races et les peuples de la Terre. Paris Masson
et Cie 1926. 756.


-15-











la Dominique qui donne la caractristique des mours
guerrires de ces insulaires savoir que les conqurants,
aprs avoir accapar la terre et les richesses des vaincus,
exterminaient tous les sujets mles et s'appropriaient leurs
femmes et leurs filles pour en faire des concubines.
D'autre part, il est galement tabli que lorsque Colomb
dcouvrit Hati, un des plus puissants Caciques qui gou-
vernaient le pays, fut Caonabo, souverain de la Magua,
c'est--dire de toute la region montagneuse du Cibao, le
seul qui st organiser la resistance contre les envahisseurs
en groupant autour de lui tous les autres caciques, celui
du Marien except. Que si donc il avait pu s'installer au
cur du pays en matre obi, il le devait certainement
au prestige de quelque victoire lointaine, et, ses guerriers
et lui avaient ml leur sang au sang des vaincus.
Au reste, Arouagues et Carabes de l'poque ant-co-
lombienne venaient de la terre ferme et appartenaient aux
races amro-indiennes du Sud du continent qui se sub-
divisaient en groups linguistiques et ethnographiques sur
le dtail desquels nous ne pouvons pas nous attarder. Que
si tout de mme nous avons consacr ce court aperu au
peuplement de l'le avant la glorieuse venture de Co-
lomb, c'est que nous avons voulu dmontrer que depuis
cette poque lointaine le phnomne du mtissage avait
commenc sur la terre d'Hati. Et nous ajouterons tout de
suite que l'lment ngre s'y tait dj infiltr proba-
blement du moins.
L'Amiral n'a-t-il pas signal dans ses Mmoires qu'il est
inform que des hommes noirs vivaient ou avaient vcu
dans le pays? Il en avait conjectur qu'ils devaient pro-


-16-










venir des Canaries ou des ctes occidentales de l'Afrique
et avaient t jets dans les miles par quelque naufrage tout
comme Saint-Vincent, un peu plus tard, les alas de la
traite firent chouer un bateau ngrier don't les hommes
se mlrent aux Carabes et furent considrs comme des
autochtones par les premiers colons malgr la couleur dis-
tincte de leur peau noire.
Quoique il en soit, il est infiniment probable que dans
les premires dix annes qui ont suivi la dcouverte d'Haiti,
les Espagnols y avaient dj introduit des noirs. Autre-
ment, on s'expliquerait difficilement comment en 1501, la
Cour d'Espagne songea rglementer le traitement des
noirs dans la nouvelle colonie si elle ne voulait pas rgu-
lariser un fait prexistant plutt que de prvenir les con-
squences d'un fait venir. Car, lorsqu'en 1502 les Rois
Catholiques nommrent Nicolas Ovando au gouvernement
d'Hispaniola, ils lui recommandrent de ne laisser pn-
trer aucun esclave maure ou juif dans la colonie mais d'y
encourager l'importation des noirs.(1)
D'o pouvaient venir ces noirs?
Pas directement d'Afrique. La traite sur les ctes du
vieux continent vers les les n'tait pas encore organise
l'poque don't il s'agit. Mais il suffit de se rappeler qu'
la fin du 15e. sicle, l'Espagne et le Portugal regorgeaient
d'esclaves noirs pour admettre que c'est d'Europe
que partirent les premiers ngres qui furent amens en


(1) Cf Herrera, 1, 4, 12 d'aprs Georges Scelle, Histoire de la
Traite ngrire aux Indes de Castille, Paris Larose et Forcel, P- 122.


-17-











Amrique. Et ds 1503, c'est--dire une anne aprs son
installation Hispaniola, Ovando demand la suppression
des envois de ngres. Il se plaignait que les esclaves
fugitifs parmi les indiens leur enseignassent l'insubordi-
nation et les mauvaises meurs.
Dj?
Est-ce qu'en une anne seulement le nombre des noirs
imports d'Espagne, de Portugal et peut-tre aussi des Ca-
naries et de Madre pouvait tre assez important pour
inquiter le Gouverneur sur le levain de rvolte qu'ils
rpandraient parmi les inoffensifs indiens? N'est-il pas
rationnel d'admettre que avant l'arrive d'O'vando dans
le nouveau monde des esclaves noirs y avaient t ame-
ns? En petite quatit videmment.

En tout cas, c'est pour le moins, cette poque lointaine,
vers les annes 1501-1052 qu'il faut faire remonter l'ori-
gine du peuplement ngre d'Hati. Il est en effet facile
entire 1504 et 1510 de constater, travers les measures l-
gales, la presence grandissante des ngres Hispaniola.
En Janvier 1505, 17 partirent d'Espagne expdis par le
roi Ferdinand lui-mme, et, Ovando, lui aussi, revenue sur
sa decision antrieure, en sollicita une centaine. Douze ans
plus tard, en 1517, Las Casas don't on continue trs injus-
tement accabler la mmoire comme ayant t le premier
qui prconisa ce systme de peuplement, conseilla au con-
traire, une mthode d'exploitation colonial par des labou-
reurs mtropolitains auxquels on adjoindrait une douzaine
de ngres attachs au service de chacun d'eux. C'est cette
suggestion que la Casa de la Contractacion retint et am-


- 18 -











plifia.(1) D'emble elle sollicita une licence d'importation
massive de 4.000 ngres aux Grandes Antilles.
Quelle part Hispaniola tira-t-elle du butin? Il est dif-
ficile de le savoir. Les documents sont muets. En tout
cas, c'est de ce point de dpart que naquit la vritable
traite ngrire sur les ctes d'Afrique vers les les d'A-
mrique. D'ailleurs, on sait que cette licence date de
Saragosse en 1518 fut accorde par le Roi son favor.
le Majordome Laurent de Gouvenot que les Espagnols ap-
pelaient Garrevod, baron de Montinay, Gouverneur de
Brsa et Membre du Conseil, Matre de la Maison Royale.
Ce puissant seigneur ne pouvant faire la traite lui-mme
songea en tirer tout le profit possible en faisant trans-
porter les ngres des ctes d'Afrique en Amrique pour
son compete personnel. La combinaison n'obtint pas de
succs. Alors Garrevod revendit ses licences divers par-
ticuliers et en obtint 23.000 ducats.
Ds lors, le prix de la merchandise haussa et les ngres
rclams grands cris Hispaniola devenant trs chers
n'y furent amens qu'en petit nombre.

(1) Georges Scelle Op. cit. P. 135.
La Contractacion ou Real Audiencia y Casa de Contractacion
tablie Sville, est une Audience royale ou Tribunal du rang le
plus lev et une Maison de commerce qui en centralise l'adminis-
tration. Rien ne peut tre envoy aux Indes sans qu'elle en ait con-
naissance, rien ne peut en tre rapport, tant pour le compete des
particuliers que pour celui du Roi, sans qu'elle en autorise le dbar-
quement. Joseph de Vei Linage, Norte de la Contractacion de las
Indias Occidentales, L I C XXV Sville, 1672. Cit par P. Dieu-
donn Rinchon Capucin. La Traite et l'Esclavage des Congolais par
les Europens, Bruxelles 1929, chez l'auteur 110 Rue Thodore
Verhaegen, C. XVI 306, P. 45.


- 19 -











Cependant, il fallait cote que cote substituer la
main d'oeuvre indienne dcime, la main d'uvre noire
plus robuste, plus rsistante et de meilleur rendement.
Malgr tout, durant de nombreuses annes, il sera malais
que la traite fournisse aux les un contingent de grande
importance tant donn les restrictions formalistes que le
gouvernement royal mettait au traffic. Le proslytisme re-
ligieux y jouait un rle aussi capital que l'utilitarisme com-
mercial. Ainsi, non seulement il tait interdit d'introduire
des esclaves blancs, marrons ou multres dans le nouveau
monde, moins qu'ils ne fussent destins la domesticit,
mais mme parmi les ngres, il y avait des distinguos
observer. Il fallait qu'ils fussent chrtiens et de date an-
cienne. Ou encore les ngres paens devaient tre baptiss
d'office ds qu'ils dbarquaient. Puis, les maures, les juifs
et les ngres suspects de mahomtanisme, ceux qu'un long
sjour au Portugal ou en Espagne rendaient dangereux
pour la scurit de la colonie taient rigoureusement car-
ts. Dans ces conditions, les categories requises rendaient
l'opration hsitante au dbut. Tout de mme, l'exploita-
tion des mines et des terres agricoles rclamaient un envoi
de plus en plus considerable de ngres dans le nouveau
monde.
Il convient de prciser que la culture de la canne
sucre rcemment introduite Hispaniola et l'alcool qui
en drive provoqurent une mortality leve parmi les
africains. Ainsi quoique en 10 ans le traffic en et amen
9.000 aux Indes de Castille don't le plus grand nombre fut
destiny Hispaniola, il n'est pas tonnant que vers 1533,
au moment o la colonie commena dcliner, le nombre
des noirs qui s'y trouvaient fut aussi rduit proportion.

-20-










Il est vrai que la grande ile, l'instar de Cuba, de
Porto-Rico et de la Jamaque servait tout la fois de
centre de culture et de point de rayonnement pour l'ex-
ploitation des pays de la Terre ferme. C'est de ces grandes
Antilles que partirent les movements d'exploitation qui
aboutirent la dcouverte du Honduras en 1524, Sainte
Marthe, en 1525, le Venezuela et le Yucatan en 1527. On
se rappelle que bien longtemps avant ce fut de Santo
Domingo que partit Alfonso Ojeda en 1506 avec 300 hom-
mes parmi lesquels il faut citer Juan de la Cosa et Fran-
ois Pizarre qui acquit une si grande clbrit plus tard -
ce fut de notre le que cette expedition alla dcouvrir la
Colombie les ctes de Panama ayant t dj explores
auparavant.
Ces movements de navigation qui devaient s'intensifier
dans les annes venir en acqurant de nouvelles terres
la Couronne de Castille posaient en mme temps un
problme de peuplement un peu complex puisque si les
colons mtropolitains enfivrs par l'appat de l'or sacri-
fiaient sans merci les aborignes peu propres aux durs
travaux des mines et inhabiles la culture de la terre,
ils taient, eux aussi, les espagnols, insuffisants et physi-
quement inaptes faire valoir les nouveaux domaines.
Ne fallait-il point recourir une main-d'oeuvre prou-
ve quant sa capacity de resistance et d'endurance?
Alors d'instinct, on se tourna vers l'Afrique, l'antique r-
servoir d'hommes qui fournissait depuis plus d'un sicle
dj des esclaves l'Europe mditerranenne.
Ce n'est pas ici le lieu de rechercher de quelle valeur
fut la traite des ngres imports aux Indes de Castille et


-21-












sombien l'Afrique contribua par ses fils au dfrichement,
la prosprit et l'enrichissement des Amriques en deux
sicles d'un movement d'histoire qui n'a pas de paral-
lle dans l'volution de l'humanit. Nanmoins, retenons
que pendant quelque quatre-vingts ans, on value prs
de deux millions au rythme annuel de plus de 20.000
mes le nombre de ngres transports dans notre hmis-
phre don't le sang et la sueur ont fcond les Amri-
ques! (1)

Quelle part Hispaniola retint-elle de cette abominable
rapine?

Par ailleurs, il convient de remarquer qu'au fur et
measure que se droulent les dcouvertes des terres con-
tinentales, l'blouissement des richesses nouvelles amena
l'abandon progressif de la colonie-mre don't les possibilits
minires et agricoles paraissaient amoindries sinon ap-
pauvries. Il en rsulta une telle dcadence d'Hati que


(1) Ce n'est pourtant pas l le dixime de ce qu'il faut exterminer
d'Africains pour obtenir ce rsultat. Si l'on songe aux massacres
rsultant des guerres que se font entire eux les tribus noires pour se
procurer les cargaisons qu'elles vendent dans les factoreries euro-
pennes, aux tapes interminables et cruellement pnibles des cara-
vanes d'esclaves qui viennent de l'intrieur, la mortality du sjour
dans les comptoirs, aux pidmies qui dciment les ngres fond de
cale pendant le long voyage des ctes d'Afrique celles d'Amrique,
aux difficults de l'acclimatement, etc... on recule faire une com-
putation, quelque pessimiste qu'elle soit. Scelle op. cit. P. 707.
Le Rvrend Pre Dieudonn Rinchon s'est livr ce calcul pour
la region du Congo et est arriv au bilan de:
dix millions trois cents vingt mille morts,
cinq millions cinq cents soixante cinq mille travailleurs.
Nulle statistique ne l'tablit.


-22-










l'Espagne parut se dsintresser de son premier tablisse-
ment dans le nouveau monde. Cest alors, que des Fran-
ais, transfuges des guerres religieuses, dsormais anxieux
de jouer leur rle dans les ventures don't les mers antil-
ennes taient le thtre sortirent de Saint Christophe et
vinrent s'tablir l'le de la Tortue pour oprer une p-
ntration lente et progressive de la parties occidentale d'His-
paniola.
Qu'elle fut la valeur numrique de la population qu'ils
rencontrrent Hispaniola?
Nul ne peut le dterminer mme de faon approxima-
tive. Car, si le nombre des indiens dcims par la maladie
et les travaux forcs avait t rduit de deux millions
quelques milliers, voire quelques centaines d'hommes
rfugis dans les montagnes o sous la conduite de Henri,
le dernier des Caciques, ils avaient pu vivre indpendants,
il faut tout de suite complter l'information en remarquant
qu'il en a t de mme des ngres. Mieux que cela. Au
tmoignage mme d'Ovando, ce furent les ngres moins
rsigns et moins dociles qui donnrent l'exemple de l'in-
soumission et de la rvolte, ce furent eux qui inaugur-
rent l're du marronnage. Donc, ds les premires ventes
de ngres Hispaniola, leur dsertion commena. Ce ph-
nomne resta l'tat endmique et permanent depuis les
annes 1500 jusqu'aux guerres de l'indpendance hatienne,
en.1803. On en rfre que ces populations rvoltes se
multiplirent accrues, mles en des proportions qu'au-
cune statistique ne peut valuer.
Mais, lorsque peu peu, les franais prirent pied dfi-
nitivement dans la parties occidentale de l'le et qu'au Trai-


-23-











t de Riswick, en 1697, l'Espagne leur en reconnut offi-
ciellement la possession, il serait intressant de dresser le
tableau de la population d'Hispaniola devenue Saint-Do-
mingue dsormais. Malheureusement la premiere statis-
tique srieuse qui ait t faite remote 1687 et ne con-
cerne que l'ensemble des posssesions franaises du bassin
des Carabes. Elle indique les chiffres suivants:
17.888 Blancs libres
999 Engags
10.975 Ngres
9.197 Ngresses
7.086 Ngrillons et Ngrittes
838 Multres
339 Multresses
299 Carabes

Soit au total 47.321 habitants don't 18.887 blancs, 299 in-
diens et 28.135 ngres et multres.
On remarquera que dans ce chiffre global et l'poque
don't il s'agit, les populations noires ou drives du noir
l'emportaient dj de plus de la moiti sur les blancs soit
exactement 9.248 noirs de plus que les blancs dans l'en-
semble des populations. Il n'est pas non plus indifferent
de noter que les indiens qui se chiffraient plus d'un mil-
lion Hispaniola seulement en 1492 n'taient plus compts
qu'au nombre de 299 mes dans les petites et grandes An-
tilles franaises.
Mais en ce qui concern Saint-Domingue qui nous in-
tresse de faon particulire, nous n'avons de statistique


-24-










que pour le nombre des ngres et de multres valus seu-
lement 3.582 mes soit 3.358 noirs et 224 multres en
1687.
Il est vrai que cette statistique doit tre tenue en m-
diocre estime tant donn qu'elle est muette sur le nombre
des indiens don't la total disparition l'poque indique
nous parat improbable.
D'autre part, le marronnage don't nous avons signal
l'importance, devait avoir masqu le vritable movement
dmographique des populations noires puisqu'il drobait
aux statisticiens un nombre considerable d'hommes et de
femmes vivant dans les montagnes en vritables tribus
indpendantes.
Quoi qu'il en soit, un sicle plus tard, en 1787, la
veille de la Rvolution franaise, les recensements donnent
les chiffres suivants:
Ames
Blancs (de toutes categories et de
tous ges 24.192
Gens de couleur libres 19.632
Esclaves 364.196
En 1788
Blancs 27.717
Gens de couleur libres 21.808
Esclaves 405.564

Enfin, d'aprs le recensement de Barb de Marbois de
1789 qui fut on s'en souvient le dernier Intendant
des Finances de Saint-Domingue et de beaucoup le plus


-25 -











habile et le plus efficient, les rsultats statistiques des
populations en 1789 doivent tre compris comme ci-aprs:
Ames
Blancs 40.000
Gens de couleur et ngres libres 30.000
Esclaves 600.000
On notera que le nombre des ngres ne put tre qu'ap-
proximatif non seulement en raison des considerations que
nous avons dj exposes ci-dessus mais aussi parce que
les dclarations exiges en application de la taxe de capi-
tation n'taient jamais sincres. C'est pourquoi on ren-
contre une si grande variation de chiffres chez les chro-
niqueurs du 18e. sicle malgr les recensements officials.
Ainsi, entire un Ducoeurjolly qui nonce un chiffre d'es-
claves de 465.029 mes et un Malenfant qui l'value
700.000, il est raisonnable de s'arrter aux 600.000 de Barb
de Marbois.(1)
Il sied maintenant d'examiner au point de vue bio-socio-
logique les relations de ces populations entire elles et
quoi ont about les habitudes d'une vie commune de plus
de deux sicles.
Bien qu' ce propos, nous soyons oblig d'carter tout
dveloppement qui eut mis en relief le rseau des pr-
cautions et des interdictions lgales don't tait frappe
l'alliance des deux races d'hommes les blancs et les


(1) Placide Justin Histoire politique et statistique de l'lle
d'Hayti, Saint-Domingue Paris Brire 1926 P. 145.


-26-











noirs ceux-ci tant considrs comme de simples moyens
matriels de productions au profit des premiers, il n'y a
qu' envisager, cependant, la proportion des gens de cou-
leur issues du mlange des deux races 30.000 mes en-
viron pour en dduire que le mtissage entire blancs et
noirs avait t pratiqu en un rythme constant et acclr
en brisant toutes les barrires artificielles dresses par la
dcence, les lois et les prjugs. Enfin de compete, lors-
qu'en 1804, la guerre victorieuse mene par les ngres
contre la Mtropole cra une nationalit nouvelle, la deu-
xime qui naquit en Amrique, elle posa en mme temps
les donnes fondamentales d'une formation ethnique don't
le processus intresse tout la fois l'anthropologie et la
sociologie.

Masi voici que tout de suite aprs 1804, les bases nu-,
mriques des diffrents facteurs qui ont contribu la
formation du people hatien se drobent aux investiga-
tions statistiques et scientifiques. Quatorze annes de
guerre sauvage dtruisirent une bonne parties de la popu-
lation de Saint Domingue. S'il est vrai qu'on partit de
700.000 mes prs ngres, blancs et hommes de cou-
leur si les fuites vers l'Amrique du Nord et les les
avoisinantes rduisirent l'lment blanc un nombre trs
restreint, on peut dire que les ngres et les gens de couleur
supportrent plus cruellement que l'autre classes les lour-
des pertes de la guerre. N'est-il pas constant que la popu-
lation entire se rduisit 450.000 mes en 1804? Alors
comme aujourd'hui, le complex ethnique don't est faite la
nouvelle nation ne portera dsormais que la denomination
de people hatien sans distinction de caste ou de rang so-


-27-












cial sauf l'exclusion farouche et temporaire de l'lment
blanc. Cette dernire measure fut plutt politique que so-
ciale ou ethnique, tant donn qu'elle ne frappait que le
blanc franais considr comme propritaire esclavagiste,
tant donn, d'autre part, qu'elle exceptait tous les hom-
mes de race caucasique dvolus quelque tche profes-
sionnelle tels que les prtres, les mdecins, les artisans,
etc. En outre, la nouvelle nationalit engloba d'office dans
sa formation juridique les quelques contingents polonais
qui survcurent la dbacle de l'expdition napolonienne.
Mais alors, il reste acquis que l'ensemble de la population
est d'origine ngre et qu'une modest minority est mtisse
de blancs.

Or, le problme n'est simplement qu'esquiss lorsque
nous tablissons que la communaut hatienne est ngre.
Encore, faudrait-il spcifier quelle catgorie de ngres
appartient la fraction hatienne puisque l'anthropologie
moderne qui n'a pas encore fini de dbrouiller le chaos
des races africaines a cependant mis en lumire qu'il n'y
a pas qu'une race mais des races noires, et voici que l'his-
toire et la gographie confirment les donnes somatiques.
Voyons un peu.
D'aprs Moreau de Saint Mry (1) confirm par un M-

(1) Moreau de Saint Mry Description topographique, civil et
politique et historique de la parties franaise de Saint Domingue.
Grand in 40. 1797 Philadelphie chez l'auteur P. 28-29.
Peytraud L'Esclavage dans les Antilles franaises avant 1789
Paris Hachette & Cie 1897 P. 79-95.
Dr. Price-Mars Une Etape de l'Evolution hatienne: Port-au-
Prince 1929 La Presse et chez l'auteur,. vol. 1 P. 21.


- 28 -











moire official de 1785, le relev des pays o se pratiquait
la traite en Afrique s'accuse comme suit:
Depuis le 17" de latitude Nord, l'embouchure du
Sngal jusqu'au Cap de Bonne Esprance, les Comptoirs
se dveloppaient sur toute la cte que baigne le Golfe de
Guine, comprenant la cte du Sngal, la cte des Grai-
nes, la cte d'Or, la cte du Sngal, la cte des Graines,
la cte d'Or, la cte d'Ivoire, la cte des Esclaves et la
cte d'Angola.
Quant aux peuples ou tribus qui alimentaient le traffic,
on les dnombrait selon une large zone qui, dbordant la
ligne quatoriale de chaque ct du 20' de latitude Nord
du 16' de latitude Sud, comprenaient: les Sngalais m-
tins de Maures, ceux-ci en nombre trs restreint; insigni-
fiant mme, les Ouolofs, les Peuhls ou Poulards, les Bam-
baras, les Quiambaras, les Mandingues.
De la cte des Graines la cte d'Ivoire, on comptait
les Bouriquis et les Misrables incorrigibles marrons.
La cte d'Or fournissait les Achantis, les Fantins, les Ibos,
et plus particulirement les Fons, les Ngres d'Aradas ou
du Dahomey.
Enfin, sur la cte des Esclaves, du Cap Lopez au Cap
Ngre s'tend l'aire du bassin du Congo. C'est de l que
venaient les Congos qui furent trs rpandus Saint Do-
mingue.(l)
Tel est l'enseignement que nous donnent la gographie
et l'histoire. Que si nous interrogeons maintenant l'ethno-

(1) Dr. Price-Mars Une Etape de l'Evolution hatienne, Op Cit.


- 29-












logie et l'anthropologie nous apprendrons que dans l'a-
malgame des races africaines trois types mergent et se
distinguent plus ou moins aisment:
Un type trs net de nains don't la taille varie de lm.25
1 m.45. Ce sont les Ngrilles de la fort. Peau plus ou
moins claire, couleur chocolate. Chevelure elliptique, en-
roule en grains de poivre, prognathisme accentu. Pro-
ches parents des Hottentots, des Bochimans ou Bushmen:
Taille variant entire lm.44 et lm.50, statopygie marque,
quant aux Hottentots et aux Bushmen.
Purs, les Pygmes sont considrs comme les survivants
probables de la race autochtone de l'Afrique.
Sont-ils ngres?
Des anthropologues comme Georges Montandon rpon-
dent fermement par la negative. Ce n'est pas ici le lieu
d'en discuter.(1)
Sur ce fond vint se dposer une poque lointaine mais
indtermine l'lment dit hamitique d'origine asiatique
ou europenne (continuateurs prsums de la race de Cro-
magnon).
Cet lment se conserve assez pur parmi les Berbres
et se transform peut-tre sous l'influence des mlanges


Dr. Price-Mars Ainsi parla l'Oncle... Essais d'Ethnographie.
Compigne et Port-au-Prince 1928, p. 60-61.
(1) Montandon L'Ologense humaine. Paris, Flix Alcan, 1928.
p. 222-226.
La Race, Les Races, Paris, Payot 1933, p. 123 136.


- 30-










avec les ngres, en une race nouvelle analogue la race
thiopienne, et laquelle il faut rapporter le fond des an-
ciens gyptiens.(1)
Voil schmatis l'extrme ce que j'appellerai un pre-
mier complex de race. Encore, dois-je avouer le parti-pris
tranch que j'oppose toute instance de discrimination qui
eut t obligatoire s'il s'agissait d'tablir une donne fran-
che d'anthropologie.
En tout cas, aux groupements ethniques don't il s'agit
s'ajoutent et se distinguent les groupements nigritiens pro-
prement dits. Leur aire d'habitat se limited au Nord par
une ligne ondule partant de l'embouchure du Sngal
jusqu' la grande bouche du Niger, puis du 14e. paralle
Nord jusqu'au Bahi-el-Ghasal et le Nil. Au Sud, par la
cte du Golfe de Guine jusqu'au Cameroun, puis le mas-
sif de l'Adamoua, le 7e. degr de latitude Nord jusqu'aux
pays occups par les peuples du group Foulah-Sand et
plus l'Est jusqu'au bassin du Haut Nil. Ce grand fleuve
constitute la limited des Nigritiens tandis que l'Ouest cette
limited est nettement indique par l'Ocan atlantique.
On peut diviser les groups nigritiens en 4 grandes
sections lo. les Nigritiens du Soudan oriental ou ngres
nilotiques; 2o. ceux du Soudan central franais (c'est--
dire le group Haouassa-Ouada; 3o. Nigritiens du Soudan
Occidental franais et du Sngal; 4o. les Nigritiens lit-
toraux ou Ngres de Guine. (Deniker).


(1) Deniker Les races et les Peuples de la Terre Masson &
Cie, Edition de 1900, Paris, p. 521.


-31-











Ces divisions ne sont point simplement gographiques
voire artificielles. Elles sont nes de dissemblances soma-
tiques: stature, musculature, indices faciaux, cphaliques,
etc. Elles drivent galement du comportement psycho-
logique qui est aprs tout le signe supreme de discrimina-
tion des humans entire eux.
Que les types nigritiens se mlent les uns aux autres et
ragissent les uns sur les autres depuis des millnaires,
c'est ce que les moindres tudes anthropologiques rvlent
quand on examine la matire. Que, d'autre part, tous les
groups ethniques d'Afrique, blancs arabo-herbres venus
de la Mditerrane europenne, asiates frotts de mongo-
lisme, pygms errants des forts, hottentots ou bushmen
statopyges du Kalahari, se soient mls eux, aussi, aux
nigritiens au gr des voisinages, des rencontres et des af-
finits lectives ou bien encore que les caprices, les cruau-
ts et les alas de la guerre inter-tribale aient amen l'ab-
sorbption des vaincus par les vainqueurs de telle sorte
que malgr les obstacles naturels sylves impntrables
ou fleuves redoutables les africains se soient mtisss
entire eux pendant des millnaires au point de former par-
ci, par-l des ilts ethniques don't le chaos est encore mal
dbrouill c'est ce don't les explorations scientifiques
rendent compete au fur et measure que la matire jadis
rebelle est maintenant plus connue et se dpouille lente-
ment de quelques-uns de ses mystres.
Quoi qu'il en soit, cependant, des trois types raciaux
don't nous avons essay de donner les caractristiques,
c'est le group nigritien qui a fourni la traite afro-amri-
caine son plus fort contingent de btail human.


- 32 -










En ce qui concern le peuplement de Saint-Domingue
en particulier, entire 1500 et 1789, on calcule que approxi-
mativement trois millions d'hommes ont t enlevs d'A-
frique pour tre amens en esclavage. Et si l'on retient,
d'autre part, les conditions dans lesquelles la traite a t
pratique sur toute l'tendue des ctes depuis le Cap Blanc
jusqu'au Cap de Bonne Esprance, il y avait runis sur la
terre antilenne des spcimens de toutes les races d'Afrique
submergs par les types nigritiens du littoral puisque la
traite franaise se faisait surtout au Sngal, Sierra-
Leone, la Cte d'Or, dans le royaume de Juda qui n'est
autre que la region dsigne sous le nom de cte des Es-
claves; dans la Guine Septentrionale et enfin sur la cte
d'Angola dans la Guine mridionale.
C'est donc ce group qui prdomine dans la formation
ethnique du people hatien.
Mais nous avons galement vu qu'en 1789, la veille de
Revolution franaise, au moment o la rupture allait s'o-
prer entire Saint-Domingue et sa Mtropole, le nombre
des blancs de la Colonie s'levait 40.000 et celui des
affranchis 30.000. On sait que si parmi ces derniers, il y
avait un contingent respectable de noirs, le nombre de
ceux-ci tait assez restreint pour que la classes des affran-
chis pt tre galement dnomme gens de couleur,
c'est--dire mtis de ngres et de blancs.
Que cette classes se ft chiffre 30.000 individus, ce
fait dnonce assez sur quelle chelle l'alliance entire les
deux races s'est opre pendant prs de trois sicles de
vie commune sur le mme sol malgr les obstacles lgaux
et les sanctions sociales.


-33-











Il nous est interdit de promener notre curiosity scien-
tifique sur le mode de formation des gens de couleur, nous
empiterions sur le domaine de la sociologie. Mais. il
n'est pas possible non plus de traiter de la formation eth-
nique du people hatien sans nous arrter un instant sur
les deux autres lments qui ont contribu sa composi-
tion actuelle aprs nous tre pench sur les facteurs fon-
damentaux de sa constitution ethnique.

Nous savons tous que c'est de la France que sont venus
les blancs qui ont colonis la parties occidentale de Saint-
Domingue aprs avoir dlog les Espagnols l'aide des
Anglais, leurs compagnons de piraterie. Ceux-ci aussi ne
tardrent pas subir la mme viction pour laisser la
place nette aux franais qui, lentement, prirent possession
definitive du sol. Mais de quelle parties de la France
venaient ces colons et par quoi se distinguaient-ils?

La Chronique de l'poque rpond qu'ils taient Nor-
mands en trs grande majority et des corsaires endurcis.

Evidemment nous n'avons aucun tmoignage qui puisse
nous permettre de nous tayer sur les caractres physiques
de ces pionniers. Mais dfaut de critres morphologi-
ques, nous retiendrons ce que l'histoire nous enseigne sur
leurs meurs.
Qu'ils fussent boucaniers, c'est--dire des chasseurs de
sangliers et de benufs sauvages don't ils faisaient rtir ou
enfumer la chair sur des branchages enflamms, pralable-
ment disposs en claie, afin de la conserver aussi long-
temps que possible. Qu'ils fussent des flibustiers c'est--


- 34-











dire des cumeurs de mer runis en bande et months sur
de frles esquifs pour courir l'assaut des cargaisons
alourdies de richesses en route vers l'Espagne lointaine, en
definitive, en ces divers rles ils ne se montraient rien d'au-
tre qu'autant de transformations de leur tat permanent d'a-
venturiers rudes et primitifs don't la vie prilleuse et tu-
multueuse se dtendait quelque fois en des beuveries et
des ripailles de hautes graisses.

Peu ou point de femmes au dbut. Le Jsuite Le Pers
en accuse 4 ou 5 pour les 4.000 habitants qu'il y avait la
Tortue et sur la cte, vers 1660.

C'tait dangereusement maigre.

Plus tard, Bertrand d'Ogeron, l'un des premiers Gouver-
neurs, fit venir de France une cinquantaine de filles pour
adoucir les mours de ces terrible pionniers. C'est d'elles
que Wimpffen crit: On envoya aux premiers habitants
de Saint-Domingue des catins de la Salptrire, des sa-
lopes ramasses dans la boue, des gaupes effrontes don't
il est tonnant que les mours aussi dissolues que le lan-
gage ne se soient pas plus perptues qu'elles n'ont fait
chez leur postrit.(1)

A cette premiere couche, il faut ajouter celle qui pro-
vint du mode de peuplement special organis par la M-
tropole et qui consistait relguer dans la colonie les con-
damns, les gens sans moyens d'existence ou sous le coup

(1) Wimpffen. Voyage Saint Domingue, Paris Cacherie An V
1797, T. I p. 108.


-35-












de poursuites: dbiteurs insolvables, aventuriers, individus
vreux et tars. (1)
Tous les Mmoires de l'poque, correspondances des of-
ficiers du Roi, dolances des Intendants, pendant plus d'un
demi sicle se plaignent de la quality de ces dports.
Il ne vient du royaume, crit M. Ducasse en 1698-1699
que des misrables que la contagion tue ou accable ou
bien des gens impropres: les uns, uss de vieillesse et de
dbauche, les autres prisonniers, les autres, enfants charge
aux families par la crainte que leurs mchantes inclina-
tions ne les exposent au supplice. Ces peuples, made
M. Joseph Donon de Gallifet, Lieutenant du Roi au Cap,
le 22 Juillet 1699, sont un amas de garnements de toutes
les provinces, sans ducation. Et le reste l'avenant.(2)
Or cette population avait dj commenc faire souche,
se multiplier et se reproduire. Car, en 1681, un recen-
sement accuse 6.658 personnel don't 1.421 matres de ca-
ses, 435 femmes, 438 enfants, 477 serviteurs et gens libres,
1.565 engags et gens libres, (3) 1.063 ngres, 725 n-
gresses, 314 ngrillons, 210 multres.
La rapidit avec laquelle s'levaient les fortunes Saint
Domingue ne tarda pas susciter une plus vive attraction

(1) Pierre De Vaissire Saint Domingue. La Socit et la Vi<
croles sous l'ancien rgime. Paris, Perrin & Cie 1909, p. 46.
(2) Lettres de Ducasse Lieutenant du Roi. Correspondance G-
nrale de Saint Domingue. Co. Vol. IV cit par Vaissire op. cit. p. 48.
(3) Les engags ou trois ans au trente six mois taient des
dclasss du royaume auxquels les colons consentaient le prix de leur
traverse Saint Domingue condition que pendant 3 ans ils s'en-
gageassent travailler sans retribution aux ordres de leurs emplo-
yeurs- C'tait une sorte d'esclavage.

36-










parmi les hommes d'action de France et provoqua, par
consquent, un mode de peuplement plus relev. Tous
ceux qui, bourgeois ou nobles, se sentaient de taille ra-
liser une situation au-dessus du commun, par l'nergie cra-
trice d'opulence et de splendeurs, migrrent vers l'Ile
prometteuse de gloire et de flicits, et, c'est ainsi que,
de la premiere la second moiti du 18e. sicle, une v-
ritable aristocratie terrienne s'difia Saint Domingue
don't l'clat blouit encore les fastes de l'histoire.
Mais au point de vue de l'eugnisme et en ce qui con-
cerne le croisement des peoples qui se sont trouvs en
contact dans la colonie et d'o nous sont venus les 30.000
mtis que constate le dernier recensement de 1789, il tait
ncessaire de faire ressortir de quels lments fondamen-
taux tait compos le peuplement de Saint Domingue.

Esclaves ngres ramasss de partout sur les ctes afri-
caines, rebuts d'humanit blanche perdus de dettes et de
crimes et aussi cadets de France empanachs d'orgueil no-
biliaire c'est de leurs contacts sexuels que naquirent les
premiers sang-mls.
Que un moment donn ceux-ci, leur tour, aient form
un groupement intermdiaire entire la masse noire appe-
santie de servitude et les matres ptris d'outrecuidante
vanit -- vritable aristocratie d'ailleurs, drive tant des
biens amasss par la puissance de leur travail que de l'iso-
lement obligatoire auquel les contraignaient le monde
blanc qui les repoussait et le monde noir don't il ne pou-
vait pas se rclamer c'est une observation de capital
importance dans la discussion. Et encore, il faudrait dis-











tinguer que quoique cette caste intermdiaire ft oblige
de vivre sur elle-mme, elle ne s'alimentait pas moins par
l'apport sournois de la dbauche et du libertinage que lui
imposaient les meurs du temps.
A ce propos, Placide Justin relate qu'un recensement
authentique nous apprend qu'en 1774 sur 7.000 femmes de
couleur libres, Saint Domingue en comptait 5.000 qui vi-
vaient concubinairement avec les blancs et don't cepen-
dant une faible moiti seulement se livrait une prosti-
tution publique.(l)
Tel tait le mode de mtissage des divers groups de la
colonie. Il n'est donc pas tonnant que Moreau de Saint
Mry, son historiographe le plus inform ait dress un
tableau curieux de la bigarrure des nuances qu'il crut tre
la rsultante de l'interpntration des diffrents lments
raciaux en presence.
Ainsi parmi la multitude des combinaisons d'o drive
telle ou telle nuance, nous citerons les donnes suivantes,
titre d'exemple:

COMBINAISONS DU BLANC:
D'un blanc et d'une ngresse vient un multre
D'un blanc et d'une multresse vient un quarteron
D'un blanc et d'une quarteronne vient un mtis
D'un blanc et d'une mtisse vient un mamelouque


(1) Placide Justin Histoire politique et statistique de l'Ile
d'Haty, Saint Domingue crite sur des documents officials et des
notes communiques par Sir James Barsket, Agent du Gouvernement,
Paris Brire 1826.


- 38 -










D'un blanc et d'un quarteronn
D'un blanc et d'une sang-mle


D'un blanc et d'une marabout
D'un blanc et d'une griffonne
D'un blanc et d'une sacatra


vient un sang-ml
vient un sang-ml
(qui se rapproche con-
tinuellement du blanc)
vient un quarteron
vient un quarteron
vient un quarteron


COMBINAISONS DU NEGRE


D'un Ngre et d'une blanche
D'un Ngre et d'une sang-mle
D'un Ngre et d'une quarteronne
D'un Ngre et d'une mamelouque
D'un Ngre et d'une mtisse
D'un Ngre et d'une quarteronne
D'un Ngre et d'une multresse
D'un Ngre et d'une marabou
D'un Ngre et d'une griffonne
D'un Ngre et d'une sacatra


vient un multre
vient un multre
vient un multre
vient un multre
vient un multre
vient un marabou
vient un griffe
vient un griffe
vient un sacatra
vient un sacatra (1)


Il faudrait de longues pages pour suivre Moreau de
Saint Mry travers le ddale inextricable des products
du mtissage et la game des couleurs qui en rsulte.
Bien entendu, il ne s'agit ici que de simples vues de l'es-
prit, une srie d'hypothses non vrifiables par des exa-
mens de laboratoires et que les lois de Mendel viendront
dmolir si tant est que ces dernires soient rigoureusement
applicables au genre human.


(1) Moreau dz Saint Mry.-Op. citat. P. 71.


-39-











En tout cas, on a voulu dmontrer par l'exemple ci-
dessus combien la presence simultane de tant d'lments
ethniques posait ds l'poque colonial un intressant pro-
blme d'anthropo-sociologie. Mais alors quand vint en
1804, la constitution politique de la communaut hatienne
et que thoriquement l'lment blanc fut cart, quand il
n'y avait plus en presence que des hatiens de toute nuance,
il semblerait que la minority mtisse numriquement plus
faible dans la proportion de 20% dut tre absorbe et
assimile par tout le reste. La pratique d'une vie com-
mune en cent trente ans d'histoire ne l'a pas prouv.

Et c'est pourquoi, il est regrettable que des series de
mensurations sur les squelettes et les vivants n'ait pas en-
core fix le type anthropologique du ngre hatien.

Quoi qu'il en soit, rien n'est plus amusant pour l'ob-
servateur que cet effort de l'hatien renier ses origins
africaines en un geste inlgant de borarysme collectif,
c'est--dire se concevoir autre qu'il n'est selon la trou-
vaille du philosophy Jules de Gaultier. Et pourtant, toute
la dmarche de la communaut hatienne rvle l'emprise
de l'hrdit africaine aggrave par les abominations de la
traite et les horreurs de la servitude. Et pour ne citer que
des examples probants, y a-t-il quelque chose de plus sp-
cifiquement africain que cette dmission civique peu prs
total de l'hatien quand il se dcharge de toute respon-
sabilit en ce qui concern la conduite des affaires de la
communaut pour s'en remettre la bonne volont d'un
Chef pris au hasard auquel il confre les pouvoirs les
plus extravagants jusqu' en faire un dieu?


- 40 -












Y a-t-il quelque chose de plus troublant que cette bas-
sesse animal qui se rvle sur les lvres de l'hatien lors-
qu'il adresse une requte quelconque au Chef que demain
il insultera ou pitinera avec la mme rage aussitt que
pour une raison ou une autre, le colifichet de la puissance
aura gliss entire les mains du Chef?

Et le got de la palabre souligne de mimique qui pro-
longe la pense jusqu' l'interprtation mystriuse des
sous-entendus? l'hypertrophie du moi?

Si nous en avions le loisir, il serait attachant de dresser
un paralllisme du comportement africain et du compor-
tement hatien en tablissant videmment les discrimina-
tions indispensables en une matire d'une si grande com-
plexit.
Mais enfin, les tudes rcentes d'africologie ont dgag
certain attributes de la mentality africaine qui peuvent
servir de pivots pour d'utiles comparisons. Ainsi Miss
Agnes C. L. Donohugh dans sa belle tude intitule
Essentials of african culture(1) fait ressortir que:
L-bas la personnel du Chef quelque peu mystique est

(1) The person of the chief, somewhat mystical, supposedly en-
dowed with magical properties, partly acquired, partly inherited,
therefore to be feared... his aloofness, high and lifted up induces
in the minds of the people a degree of awe, of veneration, which
minister to his undisputed authority. His sanctity and his power
constitute potential danger, hence he is to be feared, in sel-defence
the people do him honour..- He is the father of his people, some-
times the mediator between the people and the spiritual beings, the
holder of the land by virtue of the stewardship he exercises by per-
mission of the spiritual forces, and through him the well-being of
the people is assured... AFRICA. Essentials of african culture July
1935 VIII.


-41 -












suppose doue de pouvoirs magiques en parties acquis et
en parties inns. Cette conception induit le people lui
vouer une certain crainte mle d'admiration et de vn.
ration d'o drive son autorit indiscute. Sa saintet et
sa puissance constituent un danger potential. C'est pour-
quoi le Chef est craint et le people dans une attitude de
self-defence lui confre tout honneur... Il est le pre de
son peuple, quelquefois le mdiateur entire lui et les tres
spirituels, le propritaire de la terre en vertu de l'admi-
nistration qu'il exerce par l'ordonnance des Forces spi-
rituelles et grce lui le bien-tre du people est assur.

Tel est le privilege du chef.

Mais, ces prrogatives ne vont pas sans de graves cons-
quences corrlatives don't C. G. Seligman nous informed
dans son livre sur l'Egypte et l'Afrique noire.(l). Si pour
une raison ou une autre, la communaut n'tait pas pros-
pre et que quelque calamit l'atteignait, c'est que le Chef
a failli ses devoirs, son efficience est doteuse.

Ds lors, il doit se suicide par sel-sacrifice ou bien il
sera mis mort. Car, sa premiere et sa plus grande utility,
c'est qu'il doit pourvoir au bien-tre de la communaut.
S'il a failli sa tche, son rle a pris fin.

Telle est la pratique usite chez les ngres nilotiques et
don't on trouve des examples dans 'Ouest si l'on s'en


(1) C. G. Seligman Egypt and Negro Africa London Routledge
cit par Africa Vol. VIII No. 3 July 1935 P. 373. Notes and News.


-42 -











rapporte Louis Tauxier dans sa Monographie sur les
peuples du Haut Sngal et du Niger.

S'il en tait besoin, nous n'aurions qu' recueillir d'autres
manifestations individuelles ou collectives notamment
dans le phnomne des croyances pour tablir la filiation
des ides, des coutumes, des pratiques qui rattachent notre
people ses anctres d'Afrique.

Sans doute, nul n'ignore que le mme stade social, l'em-
prise des contingencies historiques engendrent une cer-
taine analogie de comportement parmi la diversity des
communauts humaines de telle sorte que partout sur la
surface du globe, on assisted aux mmes manifestations in-
dividuelles ou collectives dans les conditions identiques
d'volution social. Mais, c'est la tche de l'observateur
de marquer les differences qui caractrisent la dmarche
de chacune d'elles en particulier et les similitudes qui ap-
parentent tels groupements tels autres. Or, malgr notre
jactance collective, l'inlgance de notre attitude de renie-
ment et peut tre mme cause de tout cela, notre for-
mation ethnique fait de nous une communaut ngre don't
le dveloppement sur cette le antilenne offre un double
intrt sociologique et anthropologique.

Que si pour prciser notre position, il fallait situer notre
filiation, nous dirions volontiers, que c'est de l'Afrique oc-
cidentale et plus spcialement de la cte guinenne que
nous est venue la plus forte empreinte de notre culture -
culture s'entendant au sens special que donnent ce terme


-43-











les coles sociologiques anglo-saxonnes, c'est--dire la som-
me de toutes les activits d'un people croyances et cou-
tumes. (Dixon, Building of cultures.)
Or, parmi celle-ci la plus notoire et qui marque l'origi-
nalit des peuples de cette zone Achantis, Ehous, Da-
homens, Yorubas, Egbas, Bnin c'est leur sens de l'or-
ganisation politique et social plus stable, plus durable et
plus concrete que dans tout le reste de l'Afrique noire.
Paganisme lev la hauteur d'une religion d'Etat, ap-
titude dveloppe travailler le bronze, la terre cuite, le
bois au plus haut degr sculptural, (aptitude que le ngre
hatien n'a presque plus, soit dit en passant), sens avis de
l'agencement politique sous la forme des monarchies so-
lides don't celle du Bnin compta jusqu'en 1897 une dynas-
tie de 23 rois ayant rgn 1.000 ans et celle du Dahomey
qui gouverna le pays jusqu' la conqute franaise de
1892-1893 voil ce qui caractrise ces populations gui-
nennes don't on peut dire qu'elles formrent des royau-
mes agricoles de peuples paysans(1)
Peuple paysan, n'est-ce pas la physionomie propre des
4/5 des hatiens d'aujourd'hui? Et lorsque en 1910, Sir
Harry H. Johnston, l'africologue renomm, aprs avoir vi-
sit ce pays, lui consacra les pages si pleines de chaude
sympathie qu'aucun hatien ne devrait ignorer, il a juste-
ment fait remarquer que les quatre cinquimes des ha-
tiens sont des paysans paisibles et durs au travail. Ces
quatre-cinquimes, continue-t-il, sont entirement de race

(1) Jacques Weulerse. L'Afrique noire Paris 1934 p. 116


-44 -











noire et reprsentent probablement un mlange des types
de l'Afrique occidentale, de la Sngambie, du Dahomey
et du Congo. C'est une race qui montre loin des villes
un beau dveloppement physique. Chez elle, la couleur
de la peau est plus fonce et le type ngre plus prononc
que cela ne se rencontre aux Etats-Unis.(1)

Rien n'a change depuis 1910.

Ce sont encore les mmes quatre-cinquimes qui cons-
tituent aujourd'hui l'tai conomique sur quoi repose la
communaut hatienne, ce sont ces mmes quatre-cinqui-
mes qui constituent la masse ethnique don't les traditions,
les meurs, les coutumes, les croyances portent l'empreinte
de la lointaine Afrique, la mater dolorosa, ce furent leurs
anctres qui pendant trois sicles dfrichrent le sol de ce
pays jadis couvert de fort insaluble jusqu'aux rivages de
la mer. Ce furent eux qui par des millions d'hcatombes
mlrent la chair pourrie de leurs cadavres l'humus du
sol pour l'humaniser et lui donner la physionomie enchan-
teresse don't s'merveillent les potes. Ce sont les mmes
don't les lites policies, tracassires et jouisseuses des villes
exploitent la candeur moutonnire pour mieux la trahir
et la renier selon le geste perfide et ternel des couards

(1) Four-fiths of the Haitians the _peasantry of the country,
that is to say are hard-working, peaceable country people. These
four-fiths of three millions are entirely negro in race, and probably,-
represent a migling of West african types from Segambia, Dahomey
and the Congo. It is a race which exhibits, away from the towns
a fine physical development its skin colour is much darker and the
negro type more pronounced than the United States. Sir Harry H-
Johnston THE NEGRO IN THE NEW WORLD Methuen & Co.
LTD. London 1910 P. 195.


- 45. -











et des Iscariotes de tous les temps, de toutes les races et
de tous les pays.
Ah! je sais.
L'autre cinquime se rclame de son leadership et se
pare des grces du mtissage qui l'apparente plus ou moins
la race blanche matresse du monde et protagoniste
de la civilisation occidentale si ce n'est de la civilisation
tout court. Et le moindre souci de justice condamne toute
incomprhension qui l'inclinerait plutt vers l'Afrique que
vers l'Europe puisqu'il participe de l'une et de l'autre
et quelquefois apparemment du moins il aurait le
droit de se croire plutt polaris vers la race blanche que
vers la race noire.
Troublante et dramatique position, en vrit, pour qui
rduirait tout le complex human en une simple question
de nuance pidermique. L'hrdit humaine ne se mani-
feste pas en un change rythmique de qualits et de d-
fauts ni en une transmission gale ou unilatrales de vertus
et de vices des parents leur descendance. Chaque homme
est la fois le rsultat d'un pass biologique et le point
de dpart d'une creation nouvelle. Son potential psycho-
logique se dveloppe ou se cristallise selon les prvoyances
d'un entranement appropri vers des fins idales ou les
hasards dsordonns du milieu social cependant que
le jeu subtil des combinaisons mendliennes droute sou-
vent la plus minutieuse des provisions.
En outre, le mtissage hatien se drobe l'analyse parce
que malgr l'anciennet relative de ses origins, il se con-
crtise sur un terrain exigu et sur une chelle restreinte.
Non seulement l'apport initial de la race blanche a t


-46-











minime et ne s'est pas renouvel suffisamment en puis-
sance numrique dans le temps et la dure, mais les l-
ments mtisss vivant sur eux-mmes cartent leur absorp-
tion ventuelle par la masse noire et constituent un mine
ourlet en frange de l'immense ocan.

Aussi, n'est-il pas tonnant que ce qu'on appelle aux
E.-U. de l'Amrique du Nord le New Negro le Ngre
Nouveau c'est--dire le ngre qui rsulte du croisement
des races blanche, indienne et noire don't le type plus brun
que noir se multiple sur la terre de l'Union, soit un pro-
duit assez stable pour tre different du type hatien? (1).

En fin de compete, si les 4/5 du people hatien sont au-
thentiquement ngres, l'autre cinquime reprsente un
amalgame encore instable don't le devrnir est le secret du
melting pot en pleine activity dans nos villes du littoral
et leurs faubourgs.

Voil pourquoi la pense de M. Louis Joseph Janvier
rappele au dbut de ces pages savoir qu'Hati est un
champ d'exprimentation sociologique reste profondment
vraie et attend moins de la volont formelle des hommes
que de l'oeuvre insidieuse du temps la seule solution qui
soit conforme notre destin de people et de race histo-
rique, c'est--dire l'interpntration franche des lments de
notre formation ethnique afin d'assurer le succs de notre
dmarche vers un idal d'ordre, d'harmonie et de stability.


(1) Melville J. Herskovits The anthropometry of the American
Variability and Racial Mixture. Paper reprinted from the American
naturalists.


-47-



















Il


FOLK-LORE




















Si, par definition, le folk-lore est la some des croyan-
ces, superstitions, lgendes, contest, chansons, devinettes,
coutumes sur lesquelles repose la vie primitive d'un people
et constitute les fondements de sa culture. Il n'est pas
un pays qui possde un plus riche fond de traditions orales
que le ntre. Et ces traditions sont d'autant plus profon-
des et merveilleuses qu'elles remontent aux origins mmes
de la race. Pendant des millnaires, elles incarnrent les
annales que se transmettaient les gnrations les unes aux
autres et par quoi se justifiaient les gestes du pass et les
dmarches du present. Elles entassrent avec la patience
immuable de la dure les matriaux sur lesquels l'histoire
lvera plus tard les hypothses de ses constructions. Pen-
dant des millnaires, elles furent les dpositaires de la
pense obscure de nos anctres, les gardiennes discrtes
des recettes par quoi ils s'expliquaient les nigmes de ce
monde. Et pour un people dpourvu d'archives, dnu de


Vol. LXI January-February 1927 P. 68-81.
The Negro in the New World; the statement of a New Problem-
Paper reprinted from the American anthropologist vol. 32 No. I
January-March 1930 P. 139-155.


- 50-











language crit, elles constituent en elles-mmes la valeur
inestimable de documents alourdis du secret des ges p-
rims et qui attendent leurs interprtres avertis.
Alors, on conoit bien que chacune des matires don't se
compose notre folk-lore soit capable de susciter une mo-
nographie spciale.
Nous nous contenterons d'baucher ici quelques consi-
drations gnrales sur la question et de donner quelques
examples des matires de notre folk-lore.
D'abord, il est aussi composite que le people lui-mme.
Il a ramass les lments don't il est form dans tous les
avatars de notre vie aventureuse. L'Afrique lui a donn
l'armature de nos croyances et de nos superstitions toffes
par l'animisme universal. Le monde tout entier lui a dis-
pens des resources inpuisables pour difier ses lgendes.
La France lui a cd le mode et le moule de quelques-uns
de nos contest. La vie paysanne pre, simple et frugale en
a offert le cadre. Les souvenirs douloureux et tragiques
de la traite, les horreurs de l'esclavage, les vicissitudes de
la dispersion ont fourni les personnages. Puis, l'imagina-
tion cratrice du ngre, son got du rythme, son sens du
lyrisme ont color la chanson, cadenc les bouts-rims, en-
joliv les lgendes, en fin de compete, difi un folk-lore
qui est vraiment le miroir fidle de notre vie trouble, bal-
lotte et bafoue mais malgr tout enivre d'optimisme et
de candeur infinie.
CROYANNCES
Le people hatien croit en un Dieu tout puissant don't
il gorifie la bont infaillible en strotypant dans une
formule invariable son inlassable souci d'esprance et


-51-












de justice. Chaque jour et plusieurs fois par jour, du
haut en bas de l'chelle social il murmure l'ternelle
oraison: Bon Dieu bon
C'est la concrtisation de sa foi en Celui en qui il re-
connat le dispensateur de toutes choses et le matre su-
prme du destin.
Mais est-ce que la bont et la puissance de Dieu emp-
chent le mal don't, lui, le ngre est l'ternelle victim de-
puis le commencement des temps? N'y aurait-il pas des
tres invisibles don't le monde est peupl et qui engen-
drent la maladie, la mort et les autres catastrophes? Ces
tres ne nourrissent-ils pas la constant mchancet des
hommes?
Autrefois, en Afrique occidendtale, la dualit de cette
conception de l'Univers faisait parties essentielle de cet
animisme don't la religion du Dahomey est le prototype
avec son incarnation de l'Etre supreme dans Mahou ou
Mawu, dieu androgyne du ciel, et la multiplicit des puis.
sances intermdiaires qui se manifestent dans les diffren-
tes modalits des panthons dahomens. Toutes ces dits
sont autant d'esprits ou Vodu(1) don't les cultes se mat-
rialisent en manifestations diverse. Entr'autres, le culte
du serpent en est l'une des plus caractristiques.
Il serait inoprant, en vrit, de s'arrter l'expression
rituelle de ces cultes pour en faire l'objet mprisant de je
ne sais quel ftichisme. Car, tandis que AIDA HUEDO,


(1) Membre de l'Institut International des Langues et Civilisations
Africaines, nous avons adopt l'orthographe recommande par l'Ins-
titut, le mot devant tre prononc come s'il tait crit: vdoun.


-52--











le serpent, est symbolis par les clairs qui charrient la
foudre sur la Terre dans le conflict entire le Ciel et la Terre,
il est galement le support mystrieux sur quoi repose le
poids de la Terre et, en mme temps, il est la personnifi-
cation non moins mystrieuse de tous les dieux inconnus
qui ont coexist avec Mawu au commencement du monde,
l'origine de la dure.
Par ailleurs, tous les phnomnes de la nature ont leurs
dieux majeurs ou mineurs dieu du ciel, de la terre, des
eaux, du tonnerre, etc. Tous les anctres veillent sur les
vivants comme des tres surnaturels et invisibles qui ha-
bitent l'espace impalpable. Tous sont objet de culte. Tous
sont des esprits ou des Vodu auxquels on doit hommage
et respect...
Celui qui crit ces lignes se rend bien compete lorsqu'il
essaie de pntrer et faire pntrer la complexity de la th-
ogonie dahomenne, combien il lui est difficle de traduire
en terms exacts une mtaphysique qui se droble par ses
subtilits et sa fluidit aux raideurs ambitieuses de la
logique occidentale.
Quoi qu'il en soit, la religion des esprit ou des dieux,
autrement dit la religion du vodu avec son ritualisme en-
chevtr et sa formidable puissance traditionnelle qui est
l'ossature mme de l'organisation social et politique du
Dahomey et particulirement du royaume de Ouida d'o
sont venus tant d'esclaves Saint Domingue cette reli-
gion-l a galement fourni le cadre des croyances des mas-
ses populaires hatiennes.
Il va de soi, que l'organisation religieuse tout entire du
Dahomey ne se retrouva pas intgrale Saint Domingue


- 53-











dans les conditions o la traite s'est opre et selon les
modalits de la vie de l'esclave dans la colonie. Encore
moins, pouvait-il s'agir d'une transmission unilatrale de
croyanc=s collectives du rgime de l'esclavage celui de
la libert et de l'indpendance.
D'abord, mme ce point de vue-l, comme nous l'avons
remarqu un peu plus haut, la contrainte tait de rgle.
On veut dire que le proslytisme religieux sous la forme
d'une croisade chrtienne contre le paganisme avait t
la premiere justification de la traite. Par consquent, le
ngre, son dbarquement devait tre immdiatement
intgr dans la religion catholique. Il tait baptis d'office.
Quelle pouvait tre la valeur d'une pareille conversion?
Nulle dans l'immense majority des cas si ce ne fut
dans leur totalit.
Mais la pression du milieu social n'en exera pas moins
son emprise sur l'esclave pour l'amener faire tat de
la nouvelle religion. L'imitation joua son rle insidieux de
suggestivit et le privilege de paratre semblable aux
maitres, le prestige de frquenter les mmes glises qu'eux,
la catchisation des missionnaires de la colonie oprrent
chez lui le phnomne trs intressant d'un mimtisme
des croyances. Alors, commena par juxtaposition, puis par
interpntration l'autre phnomne presque fatal le syn-
crtisme des croyances. Car, du moment que s'offrontent
dans les mes selon des circonstances de lieu et de temps
deux ou plusieurs crdos, ils finissent par ragir les uns
sur les autres jusqu' ce que naissent des compromise sur
lesquels s'difie une nouvelle expression de croyances. C'est
ainsi qu'apparut le vodu hatien.


- 54-











Creation nouvelle, il n'est ni la reproduction intangible
de l'animisme dahomen, ni la magie noire que les mer-
cantis imbciles de la plume dnoncent avec tant d'em-
phase et de malice afin de mieux accuser le people hatien
de sorcellerie, de cannibalisme et de malfices.
Certainement, il y a en Hati des adeptes de la magie.
Mais, je me demand o, dans les milieux europens et
amricains les plus fiers et les plus hautains, o n'existe-t-il
pas des gens qui sacrifient au ritualisme de la kabbale et
de la sorcellerie?
Pour moi, je peux dire avec toute la probit d'un homme
qui ne recule devant rien pour dceler la vrit o elle se
cache, depuis plus de trente ans que je m'occupe de d-
mler le complex du vodu je n'ai pas encore vu un seul
cas d'anthrophagie ou de cannibalisme rituels. Mieux que
cela, mme le culte de la couleuvre que dnonce l'vo-
cation commune du vaudosant savoir que Dambala
Oudo c'est couleuvre, je n'ai pas encore vu une seule
crmonie parmi les centaines auxquelles j'ai assist o la
couleuvre fut prsente et vnre tandis que partout
sur les autels et les objets du culte, partout sur le tertre o
les danseurs et les possds viendront rendre hommage
la puissance du dieu, son image est trace en signes adroits
ou gauches selon l'habilet de l'artiste. La couleuvre n'est
plus qu'un des symbols du vodu.
MODALITES CULTUELLES: LA DANSE
D'autre part, l'une des plus caractristiques manifes-
tations du vodu et qui lui confre sa physionomie pro-
pre parmi le rituel des croyances humaines, c'est la


- 55 -











danse, danse sacre, gnratrice d'extase o les vau-
doisants privilgis sont quelquefois l'incarnation des
dieux. Cette danse qui n'a rien de sexuel et qui est
au contraire l'une des plus dcentes qui soient (quoi-
que les reportages sensationnels et scandaleusement
ineptes de certain romanciers amricains soutiennent
l'inverse) cette danse exige de l'imptrant une agilit
des membres, une souplesse du corps, une ptulance
telle de tout l'organisme qu'elle provoque l'impression
que l'excutant est dsarticul.

Ordonne par un orchestra special de trois tambours
coniques de taille diffrente don't la percussion rgle le
rythme, inspire par la chanson qu'exhale le chour des
fidles, ponctue par le cliquetis mtallique du triangle
d'acier, souligne par le choc mat des coquilles qui se
heurtent dans l'asson(1), la danse elle toute seule syn-
thtise le vodu. Quelquefois, toute la crmonie rside
dans l'unique manifestation de la danse don't la pratique
dveloppe chez les paysans une ivresse frntique.

SACRIFICE
Cependant la performance d'une veritable crmonie
vaudouesque comporte le sacrifice rituel de poules,
de boucs, de porcs, de boeufs selon le rite, l'impor-
tance et la richesse de la crmonie. Toute crmonie
vaudouesque englobe ple-mle les plus ferventes pri-

(1) L'asson est une toute petite calebasse pralablement vide de
sa substance et dessche. Alors on la remplit de cailloux et de
menus coquilles, on la munit d'un manche l'aide duquel les vau-
*isants agitent le contenu pendant leurs crmonies.


-56-










res du catholicisme et l'invocation des dieux emprun-
ts au panthon authentique du Dahomey.

La liturgie elle-mme se compose de rites diversifis
soit qu'il s'agisse de crmonies propitiatoires et saisonni-
res o la Terre, les Eaux, le Ciel, le Tonnerre sont honors,
ce sont en gnral des modalits de rites agraires, soit qu'il
s'agisse de manifestations piaculaires pour commmorer le
souvenir des anctres.

Ainsi, titre d'exemple, je citerai une des plus impres-
sionnantes visions don't j'ai eu le privilege dans mes en-
qutes sur le vodu.

EXAMPLE DE CEREMONIES COMMEMORATIVES

C'tait quelque lointaine distance de ma residence
de Ptionville, dans un coin solitaire de la montagne,
vers l'Est, dans un habitation paysanne. On comm-
morait ce soir-l le souvenir de tous les enfants parti-
culirement de tous les jumeaux victims de la traite
et de l'esclavage. On offrait leurs mnes un sacri-
fice propitiatoire ainsi qu'aux mnes de tous les autres
petits qui, depuis l'Indpendance jusqu' nos jours,
avaient t emports par les pidmies meurtrires et
les maladies innombrables auxquelles succombe l'en-
fance rurale si honteusement abandonne.

Donc, c'tait un service collectif.

Et l'intention. qui en avait provoqu l'accomplissement
me parut infiniment touchante....


-57-











Ce soir-l, un clair de lune d'une limpidit invraisem-
blable rpandait sur les arbres gants du clos la lumire
veloute de l'astre glac dans sa royale solitude.
Sous les tonnelles, la runion s'animait de propos et de
danses. La foule plus compact dans la maison rustique
oh s'taient difis les autels de conscration tait frmis-
sante et passionne. Tout coup, l'officiant agita sa clo-
chette. La congregation s'agenouilla pieusement dans un
silence empoignant, alourdi du mystre de la nuit et du
mystre plus obscur de tout l'inconnu qui nous environne...
Et ma pense errante voqua la mlancolie du pass
lointain o sur une terre lointaine une multitude d'hommes
pourchasss comme des btes, capturs, carcans au cou,
enchans les uns aux autres, furent emmens sur des ba-
teaux mal amnags, entasss ple-mle comme on em-
pile des marchandises mal arrimes, en route pour les
Amriques. Et j'voquai la multitude de femmes et d'en-
fants anonymes qui moururent dans la torture et la pro-
miscuit des interminables traverses et engloutis dans le
vaste ocan.
Combien taient-ils?
Les plus optimistes valuent plusieurs millions le nom-
bre de ces captifs don't un tiers fut jet la mer. Et pen-
dant quatre sicles environ la race blanche poursuivit l'ac-
complissement de ce crime atroce contre la race noire en
l'enjolivant d'une justification souriante savoir qu'eux,
les blancs, avaient reu du Ciel la mission de civiliser
l'Univers videmment leur faon.
Et, pendant quatre sicles prs, au nom du Christ lapid,
bafou, crucifi sur le Golgotha pour que la justice et la

58 -










fraternity rgnassent sur la terre, des hommes camoufl-
rent le mercantilisme barbare de leur rapacit en des pr-
textes religieux pour abtardir d'autres hommes dans l'ex.
ploitation des richesses matrielles.
Et, comment, moi, le rejeton de ces opprims, pourrais-je
n'tre pas mu que de pauvres paysans, ici, cette heure,
librs enfin, de contrainte sculaire, dans la simplicity de
leurs mes, dans la bont inaltrable de la race exprimas-
sent, eux aussi, leur faon, en un geste de piti et de
pit le souvenir des martyrs qui n'avaient mme pas
l'ge pour comprendre que l'homme est un loup pour
l'homme?
Et c'est pourquoi, dans le recueillement de la foule, je
sentis planer la gratitude des morts tandis que l'officiant
entama le marmottement des prires dans lesquelles les
formules de la liturgie catholique se mlrent aux propose
inintelligibles de quelque language inconnu. Puis, l'oraison
se prolongea d'une longue litanie o en rangs presss les
saints les plus authentiques de l'Eglise Romaine s'asso-
cirent aux dits les moins douteuses de la terre d'Afrique.
Et la foule rpondait invariablement: Priez pour eux!
Enfin, vers minuit, la congregation tout entire, sous la
conduite de l'officiant, tte baisse, les vodu-unsi, les ser-
vantes consacres aux autels, vtues de blanc, un mouchoir
blanc nouant leurs cheveux, sous la lumire nacre de la
lune, se mirent les unes la suite des autres, chacune por-
tant une amphore sur l'paule gauche.
Encore une fois, l'officiant agita sa clochette et la pro-
cession s'branla en direction de la source prochaine. Alors


-59-











dans l'air limpide et frais, une notre cristalline et plaintive
tomba des lvres du choryphe:
M'pas-pas-gangnin manman
M'pas gangnin papa
Marassa Eyo!
M'pas-pas-gangnin manman
M'pas gangnin papa
Marassa Eyo!
Et l'assistance pieusement rpta:
M'pas-pas-gangnin manman
M'pas gangnin papa
Marassa Eyo!
I
M'sorti nan Gui-ne
M'pas-gain-gnin fan-mille
Refrain: Marassa Eh yo (Et l'assistance rpta:
Marassa Eh yo!)
M'pas gangnin papa
M'pas-pas-gangnin manman
Refrain: Marassa Eh yo!
II
M'pas-gan-gnin fan-ille
aq'-va par-ler pour moin
Refrain: Marassa Eh yo!
M'pas gan-gnin per-sonne
Pour par-ler-pour-moin
Refrain: Marassa Eh uo!












III

Fan-mille moin-yo toute
All-Gu-lfr
Refrain: Marassa Eh yo!
M'pas-gan-gnin
M'pas gan-gnin Zamis
Marassa Et yo! (1)


(1) II est impossible de traduire cette mlope sans en trahir la
fruste et candide saveur locale. Littralement voici comment on
pourrait essayer de la rendre.

I

Nous venons de la Guine
Nous n'avons pas de famille,
Nous les Jumeaux!
Nous n'avons ni pre
Ni mre
Nous les Jumeaux!

II

Nous n'avons pas de famille
Qui donc parlera pour nous,
Nous les Jumeaux!
Nous n'avons personnel
Pour rclamer pour nous
Nous les Jumeaux!

III

Nos parents sont tous morts
Nous les Jumeaux!
Nous sommes sans famille
Sans parents, sans amis,
Nous les Jumeaux!


-61-











Je suivis la foule jusqu' la source o l'eau murmurait,
elle aussi, sa chanson tranquille parmi les blancs cailloux,
sous le dme pais des arbres gigantesques, tandis que
l-baS, la percussion sourde des tambours ajoutait l'op-
pression des souvenirs, je ne sais quelles lamentations inar-
ticules, obscures et profondes.
La crmonie s'acheva lorsque l'officiant tendit les
mains sur l'eau et pronona, solennel et grave, des paroles
sacramentelles qui semblaient sortir du fond des sicles.
Alors, la procession reprit le chemin du retour en psalmo-
diant la mme cantilne dolente. Arrive au point du
dpart sur le tertre o les premires manifestations de la
fte piaculaire avaient commenc, devant les tambours en
frntique activity sous la baguette magique et les mains
agiles d'tonnants artistes, la congregation s'embrasa dans
le dlire collectif des danses enivrantes, et, tt, coqs blancs
et poules noires cous tordus, gisrent inanims panni la
semence blanche des farines dispenses en offrandes d'ho-
locauste aux mnes des jumeaux morts sans spulture...
Puis-je me permettre d'imaginer que cette crmonie
commemorative non seulement n'a rien d'inavouable mais
tmoigne du souci spcifiquement human que les morts
ne meurent pas tout entiers puisqu'une solidarity indestruc-
tible relie travers les sicles ceux qui furent jadis sacri-
fis aux ambitions gostes et insatiables des chercheurs
de fortune ceux qui essaient maintenant de crer une
terre hospitalire l o jadis s'leva la honte du plus pi-
toyable des charniers humains...
Et n'est-ce pas le mme sentiment de solidarity qui ins-
pira les dahomens lorsqu'en 1931, ils clbrent une c-


- 62 -











rmonie funbre en mmoire de ceux qui furent emmens
en captivit au-del des mers et laquelle les savants
ethnologues Melville J. Herskovits et Frances S. Hersko-
vits eurent l'occasion d'assister.
Enfin, pour complter notre contribution l'tude du
folk-lore hatien, il est ncessaire d'offrir au lecteur quel-
ques contest types parmi ceux qui donnent l'explication
des attitudes, des gestes ou de la raison d'tre des hommes,
des btes ou des choses. Tel est le cas de ce qu'on pourrait
trs justement appeler:
LA MESAVENTURE ET LA MEFIANCE DU CHIEN
Cric?
Crac!
En ce temps-l, le bon Dieu, le grand bon Dieu, le Juge
supreme des btes et des hommes et qui punit les pchs
de tous ceux qui n'obissent pas ses commandments,
avait rpandu la peste sur la terre.
Les hommes et les btes mouraient en masse.
D'un point l'autre du globe, du plus petit au plans grand,
les hommes et les animaux de tout genre, en grand nombre,
mouraient en grande masse. Les hommes avaient beau
chanter des hymnes de pardon et entonner des litanies de
pnitence, les animaux avaient beau se lamenter en cris
de dtresse envers le ciel, pour la premiere fois, le ciel
de partout et mme le ciel d'Hati tait agit de nuages
lourds et de terrible grondements sans jamais s'allger du
plus mince sourire de compassion envers ceux d'en-bas.


- 63-











Le bon Dieu tait mcontent de sa creation. Ses yeux
tincelaient de menaces dans la fuite des clairs et sa
voix retentissait en paroles saccades dans les hoquets du
tonnerrc.
Alors, toutes les creatures, contrites et apeures, tinrent
conseil.
Les hommes, plus coupables que les btes, ne se senti-
rent ni assez de courage, ni assez de srnit pour inter-
roger le bon Dieu. Ils lui sacrifirent en silence des tau-
reaux, des boucs, des coqs noirs et des gnisses blanches.
Dans tous les points du globe et spcialement en Hati,
l'cre odeur du sang mle la senteur apaisante de l'en-
cens monta vers le bon Dieu en hommages de supplica-
tions, l'odeur du sang et le parfum de l'encens tant
agrables l'Eternel.
Mais les btes, plus promptes l'action directed, dci-
drent que chaque group, espce ou varit d'animaux
enverrait une dlgation de cinq ou six individus plaider
sa cause devant le tribunal divin.
Ainsi, pendant des jours innombrables, les avenues du
Paradis furent encombres par les continuelles dmarches
des htes de la terre les humans except.
Lions, tigres, chats, nes, chevaux, mulets, oiseaux,
chiens... tous, vous dis-je, dfilrent devant le trne du
bon Dieu, chacun son tour.
On s'en allait par petits groups presss, inquiets, an-
xieux de prsenter les dolances collectives des espces
animals Celui qui tient compete mme d'un verre d'eau


-64-











donn en son nom. Le dfil tait solennel. Chaque dl-
gation tenait remplir sa mission avec l'minente dignit
d'un sacerdoce.
Or, la dlgation des chiens prcde dans la salle du
trne par plusieurs autres missionnaires, attendait son tour
d'audience, quand, soudain, le subtil odorat de son Pr-
sident perut la capiteuse exhalaison de quelque charogne
aux environs du Paradis.
Le Chien-Prsident prtexta de quelque incommodit
urgente, et, prestement, s'esquiva pour aller prendre une
bouche du repas inattendu. Aussitt qu'il reparut sa
place, les autres btes commencrent s'carter de lui
parce qu'il semblait porter son mufle quelque chose qui
dnonait la dmarche insolite qu'il venait d'accomplir.
Cependant, on avanait quand mme vers le trne c-
leste.
Mais, voici que quelqu'un de la foule retroussa le nez
et exprima son dgot d'une trs mauvaise odeur rpandue
dans l'auguste enceinte.
Il n'y a pas dire, opina l'Ane, quelqu'un... a fait...
un vent.
Qui donc? interrogea le Cochon suspect?
Aussitt, chacun de renifler le derrire de son voisin
pour acqurir de plus prs le tmoignage probant du pas-
sage mal odorant du gaz.
Le President de la Dlgation canine se sachant cou-
pable dtala toutes jambes avant que l'accusation le mt
au ban des Socits animals.


-65-











Les autres chiens, ses collgues, indigns le poursuivi-
rent avec ardeur sans pouvoir le rattraper...
Et il court encore...
Depuis cette poque lointaine, si la colre de Dieu s'est
apaise, celle des chiens contre le Prsident de leur Dl-
gation est encore frmissante. C'est pourquoi, chaque fois
qu'un chien en rencontre un autre, ils se sentent mutuelle-
ment le derrire pour prouver par la subtilit de leur
odorat s'ils peuvent identifier celui qui avait os faire...
un vent devant l'Eternel...
LA MEFIANCE DU CHIEN
Avez-vous remarqu combien le chien est prudent, cir-
conspect et sait flairer le danger? C'est que son anctre,
le premier des chiens, l'aeul, chappa miraculeusement
une catastrophe et transmit le geste rflexe qui le sauva
sa descendance.
Ceci se passait en des temps trs anciens et dans une
ville trs lointaine, btie en pierres: Babylone, Sodome ou
Gomorrhe. Peut-tre.
Malgr les avertissements de l'ange du Seigneur, les
hommes pchaient, en grande dpravation. Les animaux
n'en savaient rien. Pas mme le chien, l'animal le plus
attach la vie de l'homme.
Un jour qui ressemblait tous les autres jours, le chien, le
vnrable aeul de la gent canine, faisait sa promenade
habituelle quand il sentit l'irrsistible besoin... d'uriner.
Tranquillement, il s'arrta devant un mur pour remplir
cette obligation qui tait peut-tre le signe prcurseur
d'autres obligations plus importantes...


-66-











Ah! dveine! Ce jour-l, les honmmes avaient dpass la
measure des abominations et l'Eternel courrouc, frappa
du pied. La terre trembla. Le chien et le mur trembl-
rent aussi. Mais le chien, interrompu dans l'accomplisse-
ment de ses devoirs, n'y parvint que par saccades, oblig
qu'il fut de lever une de ses pattes pour parer au danger
du mur en instance d'boulement.
L'aeul ayant survcu au dsastre, s'en souvint et trans-
mit le geste rflexe toute sa ligne. Depuis, fidle l'en-
seignement des anctres, le chien, mme en l'absence de
tout mur, ne peut plus raliser le dessein que vous savez
qu'en tremblant, patte en l'air et en saccades mesures.
Plus que l'homme, il craint la colre de l'Eternel.
LA SOTTISE DE L'ONCLE BOUQUI
Bouqui s'tant lev de grand matin, n'eut rien se
mettre sous la dent. Il avait explor tous les coins et re-
coins de la maison sans avoir rien trouv manger. Quel
ennui!
Madame Bouqui eut une ide gniale.
Que ne faites-vous le mort, conseilla-t-elle l'Oncle
dsespr? Je vous exposerai sur une planche comme un
cadavre. Tous nos voisins viendront votre veille et au
moment propice, j'teindrai la lumire. Nous ferons le
massacre des invits et nous aurons ainsi de la viande
que nous mettrons au saloir pour un mois de mangeaille.
Bouqui lcha un rire formidable cette magnifique
per-pzctive, se ceignit les reins et avala sa salive pour at-
tendre la tombe de la nuit.
A l'heure convenue, toute la champagne fut branle par
les lamentations de Madame Bouqui.

67-












Au secours, hurla-t-elle. Quel malheur, mon Dieu, quel
malheur! Mon mari, l'Oncle Bouqui est mort! Au secours!
Ces plaintes et ces cris ne provoqurent d'abord aucun
movement de sympathie. On se mfiait du couple don't
nul n'ignorait la rapacit, la fourberie et la gloutonnerie.
Madame Pintade, la plus ruse des commres, piailla
pour jeter l'alarme parmi la gent aile. Mais sa voisine,
Madame Dinde, dclara qu'il serait de la plus lmentaire
courtoisie d'aller voir chez les Bouqui de quoi il retour-
nait. Monsieur Coq avec jactance habituelle lustra ses
plus beaux habits et du pas majestueux d'un personnage
qui connat son importance, il alla porter ses condolances
la veuve plore.
Or, le Commandant du District, le Capitaine Ti-Malice,
qui savait combien longues taient les dents de Bouqui,
apprhendait quelque dsordre. En outre, il avait des
raisons de croire que ni lui, ni ses soldats ne seraient par-
gns par le couple Bouqui don't il redoutait les gots d'an-
thropophagie. Cependant, comme depuis trs longtemps,
il avait les meilleures relations de camaraderie avec l'Oncle,
il donna les instructions trs prcises au peloton de cava-
lerie qui l'accompagnait au moment o il allait rendre ses
devoirs aux soi-disant dpouilles mortelles de Bouqui. C'est
pourquoi, la trompette de son escorted dans l'tincellement
du cuivre astiqu chanta l'air suivant:
Moin tand n'Oncle Bouqui mouri, oh! (bis)
C pan moin yo va prend (bis)
Nan bagaille ci-l-l
Traduction:
On dit que l'Oncle Bouqui est mort (bis)
Ce n'est pas moi qu'on prendra (bis)
A ce petit pige...
-68-











Bottes en bottes, cavaliers, serrez vos rangs s'cria
le sous-lieutenant qui commandait le peloton.
Sur le sol caillouteux, la rsonnance des sabots des che-
vaux s'avivait comme des chocs mtalliques multiplis.
Enfin, on arriva devant la maison mortuaire.
Bouqui malgr son air fig, Madame Bouqui, malgr les
lamentations qu'elle poussait, avaient compris l'avertisse-
ment trs clair de la sonnerie militaire. Aussi bien, la
veuve cria plus haut son prtendu dsespoir afin que les
invits ne s'inquitassent point du sens prcis que la trom-
pette donnait l'vnement:
Moin tand n'Oncle Bouqui mouri, oh! (bis)
C pan moin yo va prend (bis)
Nan bagaille ci-l-l...
Colonne, halte!
Ti-Malice et ses cavaliers mirent pied terre.
Madame Bouqui s'empressa d'aller au devant des htes
si minents. Elle salua le Capitaine crmonieusement et
l'invita venir contempler le visage de l'Oncle que la
mort n'avait pas dcompos.
Venez le voir, mon compre, disait-elle, la gorge
serre il vous aimait tant. Ah! quel malheur!
Oui, ma Commre, rpliqua Ti-Malice, c'est, en effect,
un grand malheur pour notre pays! Dcidment, Haiti
n'a pas de chance, ses plus illustres infants meurent sains
avoir pu rien faire pour la patrie. Car ainsi que le dissent les
sociologues et les grands journalists -de Port-au-Prince,
nous sommes les seuls reprsentants d-la mentality afro.
latine, les continuateurs incontestables- d 'la --aule ro


- 69-











maine, dans la Mditerranne amricaine. Aussi, c'est au
nom du Pays tout entier et au nom du Gouvernement que
je viens vous prsenter nos plus vives condolances pour
la perte cruelle que vous prouvez par la disparition pr-
mature de l'illustrissime citoyen que nous pleurons.
Cependant Ti-Malice, le kpi la main, restait la bar-
rire et ne pntrait pas dans l'enceinte de la maison, mal-
gr les pressantes invitations de Madame Bouqui.
Avancez, donc, mon compre, insistait-elle, pntrez...
Oui, ma commre, c'est une perte irrparable pour
le Pays et pour le Gouvernement, rpliquait le rus Capi-
taine qui ne bougeait pas d'avantage...
Bouqui, fatigu de ce colloque, fatigu surtout de faire
le mort depuis si longtemps, oblig de rester immobile
malgr le bourdonnement et la succion des mouches qu'at-
tirait l'exhalaison de sa bouche travaille par les fermen-
tations de la faim et la pourriture de ses dents carries,
Bouqui, n'y tenant plus, se redressa brusquement sur son
sant et lana l'exclamation solennelle:
Madame fermin porte! Tuez lampe! (Madame
fermez la porte! Eteignez la lumire!)
A ces mots, toute l'assistance souleve d'indignation tenta
de s'vader.
Ce fut un indescriptible sauve-qui-peut. On se poussa,
s'entrechoqua dans une effarante bousculade vers l'unique
porte de sortie.
Bouqui, un pilon la main, frappait rageusement,
i,l'aveuglette, tort et travers. Et c'est ainsi que Madame
Bouqui qui essayait d'entraner le subtil Capitaine. Ti-


-70-











Malice l'intrieur de la maison, fut repousse par celui-ci
avec un si formidable violence qu'elle tomba la reverse
et reut, elle aussi, sa racle de coups de pilon.
Cependant, l'escorte du Capitaine promptement mise en
branle, reprit le chemin de retour vers les casernes, et
allgre, dans l'air lger, la sonnerie de trompette rpta:
Moin tand n'Oncle Bouqui mouri, oh! (bis)
C pan moin yo va prend!
Nan bagaille ci-l-l.
Cavaliers, bottes en bottes, acclrez...
Et l'on entendait, au loin, qui fuyait dans la nuit le bruit
saccad des sabots...
Quand, enfin, Bouqui s'arrta de frapper et ralluma la
lampe pour contempler son exploit, il fut satisfait de la
belle boucherie qu'il avait faite: dindes, tourterelles, pi-
geons, ramiers, poules, coqs, etc. gisaient pantelants sur le
sol, mais Madame Bouqui aussi tait parmi les morts.
Seules, Madame Pintade et sa progniture s'taient rfu-
gies silencieusement, quelque part au faite de la maison.
Ds la rouverture de la porte, tire d'ailes, elles s'en-
fuirent vers les bois.
Alors, Bouqui qui n'avait pas plus de scrupules que
d'intelligence, aprs avoir consacr quelques minutes de
regrets la mort accidentelle de sa femme, la mit au saloir
avec les autres pices du carnage en s'criant: elle m'a
donn un grand tmoignage de dvouement. Puis, il al-
luma un grand feu, rtit quelques-uns des meilleurs mor-
ceaux de sa chasse et mangea de bon apptit.


-71-













LA COLERE DE MACAQUE
Que Macaque soit le plus laid des animaux, c'est ce don't
tous conviennent mme le Crapaud. Mais, jamais Maca-
Que n'a consent en faire l'aveu. si ce n'est que de faon
involontaire dans les circonstances suivantes.
Il y avait non loin de Port-au-Prince un picnic o les
gens les plus distingus se trouvaient runis.
La mangeaille tait abondante et le tafia de bonne qua-
lit. Une seule chose manquait: l'eau. On ne s'en proc-
cupait pas beaucoup puisqu'il y avait du tafia de bonne
quality. Et l'on mangeait et chacun essayait d'avoir de
l'esprit aux dpens du voisin.
C'tait le bon vieux temps o le Ngre d'Haiti tait tout
fait le maitre de sa terre et coulait doucement sa vie
entire deux picnics et une veille. La banane ne se vendait
pas cher tant il y en avait et la patate tait comme la ba-
nane et la viande tait comme la patate.
Or, dans le picnic don't je vous parle, on n'tait pas seu-
lement entire chrtiens. Par dfrence et charit, comme le
recommande notre Sainte Mre, l'Eglise, on avait invit
quelques animaux bien levs tels que Macaque, Chien,
Chat, Cochon, etc. Et l'on mangeait. Et l'on tait gais
comme il sied entire htes de bonne compagnie...
Mais, je ne sais par quelle fausse maneuvre de quelque
mauvais gosier, quelqu'un eut soif. Il n'y avait plus de
tafia. Il n'y avait pas d'eau, l'unique source o l'on pouvait


-72 -











aller en puiser tait situe trs loin. Les invits commen-
aient murmurer des propos aigres trouvant la plaisan-
terie amre.
Compre Chien qui a l'locution facile, demand et
obtint la parole. Aprs s'tre pourlch la babine, il tint
le discours suivant:
Messieurs, dit-il en substance, l'incident don't nous nous
plaignons est le plus malencontreux qui puisse survenir au
milieu d'une fte come celle-ci. J'ai appris dans les gros
livres crits par les plus anciens et les plus savants de nos
anctres, Aristote et Platon entr'autres, qu'en pareille cir-
constance, il faut que nous fassions appel l'altruisme et
la bonne volont de chacun pour que la Communaut ne
souffre pas de l'imprvoyance de quelques-uns. Cepen-
dant, comme il est difficile de designer celui qui d'entre
nous se dvouera au salut de tous, je vous propose un
moyen simple et ingnieux pour trancher la difficult. Que
le plus laid d'entre nous aille puiser l'eau la source!
Aussitt, Macaque, cumant de colre, et dans un mou-
vement d'nergique protestation rpliqua, imptieux:
Tonn boul moin, m'pas pral! (Que la foudre
m'anantisse l'instant je n'irai pas.)
Et tous d'clater de rire...
SAISON SECHE ET SAISON PLUVIEUSE
(Le plui et le sec)
Depuis plus de trois mois, pas une goutte d'eau n'avait
arros la region port-au-princienne. Le ciel limpide avait
la puret cristalline des jours sans nuage. Seul le vent frais
soufflait par bourrasque de temps autre, soulevant des


-73-











tourbillons de poussire qui rendaient l'atmosphre irres-
pirable dans la grisaille des matire tnues, impalpables,
insaisissables. La terre assoiffe se fendillait en fissures
d'appel vers d'inaccessibles roses.
C'tait la scheresse inexorable.
Dans Port-au-Prince, la population anxieuse exhalait sa
dtresse en murmures plaintiffs envers le souverain Matre
des choses. Et longueur de journe, les marchands d'eau
dfilaient dans les rues poussireuses avec leurs recipients
tranges quarts, dames-jeannes, sceaux en grande
sollicitation des bourgeois inquiets.
Min dleau, criaient les voix tranantes des vendeurs.
Et l'cho se multiplaiait l'infini, min dleau...
Ti-Malice qui tait l'un des hommes les plus respectable
de la ville, crut opportun de faire chanter une messe de
requiem en la mmoire de ses morts, un peu par tradition
puisqu'on tait la fin de l'anne et que c'tait l'poque
consacre ce genre de crmonie, un peu par besoin de
se mettre en rgle avec les Forces inconnues, puisque cette
scheresse excessive semblait tre quelque chose de sur-
naturel.
Donc Ti-Malice command la Messe et y invita tout le
monde. D'abord ses pairs, les reprsentants les plus au-
toriss de la plus haute socit, puis le menu frtin.
Cela se passait en des temps trs lointains...
Partout dans la grand'rue, la rue du Centre, la rue d'Au-
nis, des tonnelles et des tables se dressaient o l'on pr-
parat des fritures et des services de beuveries en l'hon-
neur des htes de Ti-Malice.


-74-











L'Eglise mtropolitaine dbordait d'une assistance aussi
empresse que recueillie...
Et voici que brusquement, un orage fondit sur Port-au-
Prince.
La pluie en nappes drues et denses noya la ville dans
une masse d'eau pesante. Alors, les rues transformes en
crevasses, roulrent des torrents imptueux qui emport-
rent tout sur leur passage.
Les invits de Ti-Malice d'abord discrtement satisfaits
de voir qu'une pluie bienfaisante avait t la ralisation
de leurs veux les plus chers, s'alarmrent quand deux,
trois, quatre heures conscutives d'averses semblaient me-
nacer la vieille cathdrale d'un effondrement imminent.
Et il pleuvait...
La peur se substitua la joie. La fte fut gte. La
foule assombrie et consterne quitta l'Eglise et s'en fut
pateauger dans les rues boueuses.
Ti-Malice comprit que le bon Dieu avait suspect ses
intentions et s'tait fch contre lui. Il alluma une bougie
blanche, fit son acte de contrition et... attendit sa revanche.
Or, trois mois plus tard, au moment o la verdure des
plants s'avive d'une teinte plus crue parmi l'blouisse-
ment du printemps tropical, Port-au-Prince merveill, ap-
prit que le Pre Eternel, lui-mme, en grande pompe, fai-
sait dire, lui aussi, une messe solennelle 1'Eglise Mtro-
politaine.
Vous pensez si la foule s'empressa d'accourir l'appel
divin.
L'Eglise tait comble...


-75-











Au cheur, on pouvait reconnaitre aisment quelques-uns
des plus hauts dignitaires du Paradis.
Voici Saint-Pierre et ses clefs, Saint-Antoine, l'ermite, et
son cochon, Saint-Roch et son chien, Saint-Franois d'As-
sises et ses stigmates... Puis, les vierges plus belles dans
leur nimbe royal d'immatrielle beaut.
Et enfin, voici le Pre Eternel, plus blanc que neige
avec sa barbe majestueuse, entour de ses anges, et de ses
archanges aux ailes tincelantes, assis sur un trne d'or.
On s'crasait littralement dans la nef pour jouir de ce
magnifique spectacle.
Ceci se passait en des temps trs anciens. A cette po-
que-l, le bon Dieu se mlait ses creatures et venait cau-
ser familirement avec ses enfants, n'est-ce pas, Mose?
Donc, le Pre Eternel tait sur son trne, la Cath-
drale, quand un missaire effar venu de la maison de
rceptio prpare en l'honneur du Trs-Haut, place du
Gouvernement, vint annoncer qu'il n'y avait pas une goutte
d'eau pour apprter les victuailles destines aux invits
du bon Dieu. Les chaudires clataient sur les foyers in-
candescents. Discrtement, on dpcha une dizaine d'hom-
mes avec des quarts, des dames-jeannes, des seaux vers la
source de Turgeau, l'unique reservoir d'eau de la ville.
Les missaires partirent et ne revinrent pas. On en ex-
pdia d'autres, puis d'autres... Nul ne revint.
La messe acheve, l'assistance accompagna le Pre
Eternel la maison rserve au Trs-Haut, place du


-76-











Gouvernement. Mais la foule assoiffe s'inquitait de cette
situation anormale puisque tous ceux qui avaient t ex-
pdis en diligence la source s'obstinaient n'en pas
revenir.
Le Pre Eternel frona le sourcil et ordonna aux assis-
tants du Trne d'aller contrler le phnomne pour lui en
faire rapport immdiat.
Aussitt Anges, Archanges, Saints et Saints, les uns aprs
les autres, s'empressrent d'obir aux ordres divins.
Ils s'en allrent et ne revinrent pas.
Alors, le Pre Eternel lui-mme, majestueux et solennel,
plus blanc que neige, la barbe en avant, crut qu'il tait
bon de se rendre en personnel en ce liuu mystrieux pour
se rendre compete de ce qui se passait.
Ds qu'il fut l'approche de la source, il entendit un
bamboula d'une extraordinaire puissance de sduction. Il
acclra le pas. Oh! surprise. Il fut confondu de voir
Ti-Malice, tte baisse, l'archet en vitesse sur son violon,
qui insufflait l'ivresse des balancs-dgags aux serviteurs
du Tout-Puissant.
Alors, le Pre Eternel rit dans sa barbe immense, es-
quissa, lui aussi, un entrechat divin, pardonna l'espiglerie
du plus roublard de ses enfants et levant la dextre, dcrta
que dsormais, sous le ciel d'Hati, il y aura une saison
pluvieuse, le plui et le sec.


-77-











BIBLIOGRAPHIE GENERAL


Africa-Journal of the International Institute of African languages and
Cultures. Vol. VIII No. 3, July 1935 P. 329 Oxford University
Press, London.

Charlevoix (Pierre Franois-Xavier, S. J.) Histoire de l'Isle Es-
pagnole ou de Saint-Domingue, Franois Didot, Paris M.DCC.
XXX 2 Vol. P. XXVII 482 et
XIV 489.

Deniker Les Races et les Peuples de la Terre I vol. Paris Masson
& Cie 1926 P. VIII 747.

Dorsanvil, Dr. J. C. Vodou et Nvrose, 1 Vol. Imprimerie de La
Presse Port-au-Prince 1931 P. 177.

Johnston (Sir Harry H.) The Negro in the New World, 1 Vol.
Methuen & Co. LDT, London 1910 P. XV 499.

Justin, Placide Histoire politique et statistique de l'Ile d'Hayti,
Saint-Domingue, crite sur des documents officials et des notes
communiques par Sir James Barskett, Agent du Gouvernement
Britannique dans les Antilles. Paris Brire 1826 P. 547

Herskovits, Melville J. The Anthropometry of the American Ne-
gro, 1 Vol. New-York, Columbia University Press, 1830, P. XI
283.
Variability and Racial Mixture, Paper reprinted from The Ame-
rican Naturalist, Vol. LXI, January-February 1927 P. 68-81.
The Negro in the New World: the statement of a New World:
the statement of a new problem. Paper reprinted from Ameri-
can Anthropologist Vol. 32 No. 1 January-March 1930 P. 139-
155.
Life in a Haitian Valley, N. Y. Alfred A. Knopt 1937 Pp XIV
338 XIX.


-79-











Labat (Jean-Baptiste) Nouveau Voyage aux Isles de l'Amrique
6 vol. Th. Legras Paris 1722 Pp XXXV 525, 598, 599, 558,
524, 514 Edition nouvelle Les Oeuvres Reprsentatives, 41
Rue de Vaugirard, Paris 1 vol. 1931 Pp XVI 192.

Herrera Antonio, de Descripcion de las Indias Occidentales 1 Vol.
Madrid 1730-
Traduction' franaise de Nicolas et Jean de La Coste 3 Vol.,
Paris 1659 P. 776, 784. 790.

Martin Gaston Nantes au XVIIIe. Sicle. L're des Ngriers
(1714-1774) 1 Vol. Paris Alcan 1931 P. 448.

Montandon, Dr. Georges L'Ologense humaine: Paris, Alcan
1928 P. XI 476.
La Race; Les Races: Paris, Payot, 1933 P. 299.

Peytraud, L. L'Esclavage dans les Antilles franaises avant 1789
1 vol. Paris Hachette & Cie 1897 P. XXII 472.

Parson, Elsie Clews: Spirit Cult in Hayti. Journal de la Socit
des Amricanistes de Paris, vol: XX (1928) Pp 157-79.

Price-Mars, Dr. Une Etape de l'Evolution hatienne, 1 vol. Im-
primerie de la Presse Port-au-Prince 1929 Pp. VIII 208.
Ainsi parla l'Oncle... Essais d'Ethnographie. 1 vol. Compi-
gne et Port-au-Prince 1928 Pp IV 243. :.
Rosny, Lucien de Les Antilles tudes d'Ethnolographie et d'Ar-
.chologie .amricaines 1. vol. Maisonneuve Frres et .Leclerc,
Paris 1886 P."424.

Ritichon (P. Capucin, Dieudonn) La Traite et l'Esclavage des
"Congolais par les Europens,'l vol. chez l'atlteur, Bruxell;e 110
Rue Thodor'Verliaegn, 1929Pp XVI 306. .

Saint-Mry, 4Morai* de Description toPographique;- physique- ci-
vile, politique et historique de la parties franaise de Saint-Do-












mingue. 2 Vol. Chez l'Auteur, Philadelphie 1797 et Paris Du-
pont 1798 Pp. XI 788 et 856.

Scelle, Georges Histoire de la Traite Ngrire aux Indes de Cas-
tille 2 Vol. Paris, Larose et Tenin 1906 Pp. XXVII 715.

Vaissire, Pierre de Saint-Domingue, La Socit et la Vie croles
sous l'ancien rgime. 1 vol. Paris, Perrin & Cie 1909 Pp. VIII
384.

Seligman, C. G. Les Races de l'Afrique, Paris, Payot 1935 Pp 224.

Weulerse, Jacques L'Afrique Noire, Paris, A. Fayard & Cie 1934
Pp 484.

Wimpffen Voyage Saint-Domingue pendant les annes 1788,
1789, 1790 Paris, Cocheris An V (1797).


-81 -





















LA CULTURE HAITIENNE

Communication faite la Socit Hatienne
d'Etudes Scientifiques, le 20 Janvier 1939
Hommage
Mrs. J. T. GOODRICH et Mrs. BLAIR NILES
associes l'laboration de ce travail par l'ardente
sympathie qu'elles tmoignent la culture
hatienne telle qu'elle est et telle qu'on
a essay d'en dmontrer la modalit ici.

















LA CULTURE HAITIENNE

Depuis quelque temps un grave dbat s'est lev dans
notre monde intellectual sur la culture hatienne.
D'aucuns en nient l'existence ou la mettent en doute -
ce qui est peu prs la mme chose, d'ailleurs. D'autres
se sont ingnis la dfinir en l'enfermant dans une for-
mule qui soit capable d'embrasser l'ensemble des activits
spirituelles caractristiques d'un groupement dtermin
afin de dceler qu'elles sont celles qui nous sont propres.
Certains autres, s'arcboutant au sens populaire du terme
- pris au figure et en ce qui concern seulement le
dveloppement intellectual d'un individu ou d'un group
d'individus ont dlibrment confondu culture et forma-
tion intellectuelle pour nous attribuer une culture latine,
spcifiquement franaise, cependant que quelques-uns se
rfrant l'observation faite par Goethe pendant son voya-
ge en Italie, savoir qu'il existe entre l'individu et le
milieu dans lequel il vit une certain communaut d'ha-
bitudes, de gots et de penses, qui constitute propre-
ment parler une Kultur(1) ont adopt ce critrium de la

(1) Communication du Dr. Louis Mars faite la Socit Hatienne
d'Etudes scientifiques.
C. f.-Expos de M. Tonnlat in Civilisation, le Mot et l'Ide
Centre International de Synthse. La Renaissance du Livre.


- 85 -











culture et se sont interrogs savoir si nous avons tir
parti de la correspondence qui existe entire notre milieu,
nos gots et nos habitudes de penser pour en faire uvre
d'art.
Il y a dans ces diffrentes dmarches, une telle diversity
doctrinale voire une telle contradiction d'attitudes sur un
sujet qui devait pourtant runir un ensemble cohrent de
sentiments et d'opinions, que je me permets d'apporter
dans le dbat le point de vue ethnographique qui a le
privilege de runir le plus grand nombre de suffrages
dans ce genre de discussion et qui joint la nettet de
l'expos l'appui probant de multiples examples.
Mais avant de dvelopper ma dmontration, il est n-
cessaire de faire remarquer que si tant d'hommes avertis,
tant d'crivains autoriss se sont heurts des chocs con-
tradictoires dans leur conception de la culture et si chacun
a apport dans la defense de son sentiment une impres-
sionnante ampleur d'arguments allie une ardente
combativit, c'est que ce problme de la culture hatienne
remue les fibres les plus profondes de notre sensibility,
s'attaque des considerations sous-jacentes d'aptitude de
notre people s'lever un certain niveau intellectual,
moral et matriel, c'est qu'il content le substratum de nos
plus vieilles divisions historiques, sociales et politiques.
Alors, le complex d'infriorit qui conditionne la plupart
de nos actes, nous fait surgir dans la defense de notre point
de vue en attitude d'corchs ternels que le plus lger
souffle expose la torture. C'est ainsi que de notre in-
conscient explosent de gnreuses colres pour nous aider
faire valoir ce qui parat tre la plus claire des vidences.


- 86-











N'est-il pas vrai, clame-t-on, que nous sommes des fran-
ais de culture puisque 1/10e. de notre people parle une
langue que ne dsavoueraient ni Descartes, ni Bossuet et
que les 9 autres 10es. s'expriment en language vieux nor-
mand saupoudr de picards, d'angevins et autres francis-
mes. N'est-il pas vrai que nous ne sommes ni ngres, ni
blancs, dit-on, mais quelque chose comme une entit en-
core mal connue, mal classe, puisque rien n'est plus d-
cevant que ce concept de race, qu'il est quasi inexistant
ce qu'assure la science la plus rcente et la mieux informe
- du moins lorsqu'on veut appliquer ce concept au genre
humain...
Par ailleurs, ne sommes-nous pas des catholiques, apos-
toliques et remains puisque nos Constitutions le procla-
ment depuis celle de 1805 jusqu' celle de 1935 et que
le Concordat fait de nous une Province ecclsiastique de
Rome?
Alors, nous sommes un people de culture franaise, ca-
tholique, apostolique et romaine. Par consquent, il ne
saurait y avoir de culture proprement hatienne, ajoute-
rai-je.
Telle est la thse, par example, que j'ai entendu dfen-
dre avec son brio habituel par mon minent ami M. Dants
Bellegarde, rcemment, dans une brillante Confrence sur
Race et culture.
A l'issue de la conference, j'ai vu des groups se former
et discuter les opinions qu'ils venaient d'entendre avec une
telle pret et une telle animation renouvelant ainsi la
mme attitude que j'ai souvent rencontre sur le mme


-87-











sujet dans les exposs faits la Socit hatienne d'Etudes
scientifiques qu'il m'a sembl ncessaire de rechercher le
point fundamental d'une telle divergence d'avis.
A mon gr, le dissentiment initial provient de l'obscu-
rit mme du sens attribu au mot culture. Que si on lui
donne pour attribut la mthode par laquelle nous sommes
parvenus une certain acquisition intellectuelle, en d'au-
tres terme, s'il signifie le mode de formation intellectuelle,
de notre classes dirigeante, la seule imprgnation de la
langue et des ides don't la langue est le vhicule fidle,
il n'y a pas de doute que nous soyons marqus d'un signe
franais certain. Si, par ailleurs, il fallait s'en rapporter
l'armature juridique qui enserre notre communaut pour
lui imprimer une dmarche selon des normes lgales et
s'il fallait seulement nous arrter aux principles solennels
consacrs dans nos Chartes constitutionnelles pour juger
de nos meurs et de nos croyances, je crois bien qu' la
magnificence de ce vtement somptueux, de cette parue
grandiose, il serait facile de dceler l'emprise de la ma-
jest romaine.
Mais est-ce que tout cela ne masque pas une ralit dis-
tincte de l'apparence don't s'accomodent trop prompte-
ment des observateurs polariss par des soucis de justifi-
cation affective?
Essayons donc la lumire de la discipline ethnogra-
phique de dissiper les malentendus qui enveloppent le sens
du mot culture. Nous tcherons ainsi de dfinir et de
fixer la place qu'occupe la communaut hatienne au point
de vue cultural.


-88 -











Qu'est-ce que la culture?

Roland Dixon, Professeur d'anthropologie Havard
University, dans son magistral ouvrage, Building of Cul-
tures, rpond:

Le terme de culture est employ par les anthropologues,
les sociologues et autres, comme une designation de la
totalit des productions et des activits d'un people dans
l'ordre social et religieux coutumes et croyances. C'est
ce que nous avons l'habitude d'appeler leur civilisation
quand il s'agit des peuples les plus avancs. Nous parlons
d'une civilisation gyptienne, grecque et chinoise, euro-
penne ou amricaine. Car nous regardons ces peuples et
nous-mmes comme civiliss en contrast avec la masse
des inciviliss, des barbares et des sauvages. Mais en ra-
lit ces derniers ont leur propre culture, leur (propre)
civilisation aussi dfinie, aussi caractristique que celle de
leurs parents les plus favoriss...

La culture de tout people englobe la some de toutes
ses activits coutumes et croyances. Et toutes ces cho-
ses sont comprises en trois categories: physiques, sociales
et religieuses... (1)

Voil le problme pos en donnes formelles et expli-
cites. C'est que pour l'anthropologue et le sociologue, ci-
vilisation et culture sont des terms quivalents. L'un et
l'autre ne s'entendent qu'en function des coutumes, des

(1) Roland B. Dixon Charles Scribners Sois New-York -
London 1928. P.3.


-89-












croyances et pour tout dire de la some des activits
sociales et religieuses organisation de la communaut,
techniques et systme religieux.

Mais, il me semble bien cependant que si dans le monde
anglo-saxon le problme est rsolu dans le sens d'une qui-
valence des deux terms ainsi que Dixon vient de l'non-
cer, il y a encore une certaines quivoque chez les latins.
C'est du moins ainsi que je considre la dmarche du
Centre International de Synthse don't la premiere Se-
maine tenue en 1930, Paris, l'Htel de Nevers, ins-
crivit son programme la discussion de Civilisation: le
mot et l'ide.

M. Henry Berr qui fut le Directeur et l'animateur de
ces runions consacra une prface lumineuse au fascicule
dit l'occasion de cette semaine de communications
remarquables suivies de discussions difiantes.

Ainsi Henry Berr signifie que le vocable civilisation
est un des mots de large porte qui sont le plus souvent
employs la fois dans la langue des historians, dans celle
des philosophes et dans le language courant. Les hommes
politiques, les journalists s'en servent constamment. Ils
s'en servent en des sens divers-et volontiers vagues. D'une
faon gnrale, ce mot est affect d'une preoccupation de
valeur, qui a ou qui peut tre souponne d'avoir toujours
quelque chose de subjectif. (1)


(1) Civilisation. Le mot et l'ide. Centre International de Syn-
thse. La Renaissance du Livre. Paris 1930, P. XII.


-90-











Plus loin il ajoute:
Les Franais ont civilisation et culture, les allemands
ont Kultur, Zivilisation, et Bildung: n'apparat-il pas que
chez tous les peuples, tous les hommes qui sont pris de
clart et d'accord intellectual devraient s'entendre, en pre-
mier lieu, pour faire cette distinction: la civilisation, c'est
l'ensemble des lments d'activit et de progrs mat-
riels, intellectuals, sociaux, de l'humanit; la culture,
c'est son dveloppement mental et moral tandis que la
Bildung ou l'ducation, c'est la formation de l'individu?
Cette definition n'est propose que comme une sugges-
tion. Car dans son expos M. Lucien Febvre mettra en
lumire les vicissitudes du vocable civilisation inconnu
dans la langue franaise avant la second moiti du 18e.
sicle, par consquent d'usage assez recent.
Quant la culture, il dira de faon trs nette: Sur
l'ide de culture, en France, rien n'est fait. Puis, enfin,
il fera remarquer que dans les cinquante dernires annes
du XIXe. sicle (s'est opre) la dissociation des deux no-
tions scientifique et pragmatique de la civilisation, l'une
finissant par aboutir cette notion que tout group d'tres
humans, quels que soient ses moyens d'action matriels
et intellectuals sur l'univers, possde sa civilisation; -
l'autre maintenant quand mme la vieille conception d'une
civilisation suprieure, porte, vhicule par les peuples
blancs de l'Europe occidentale et de l'Amrique septen-
trionale et s'incorporant aux faits comme une sorte d'i-
dal.(1)

(1) Centre International de Synthse 2e. fascicule P. 44-45-


-91-











Mais c'est de quoi se proccupe galement le Dr. Geor-
ges Montandon dans son magistral Trait d'Ethnologie
culturelle lorsqu'il carte dlibrment l'quivoque en
tablissant que pour distinguer la civilisation au sens
courant, populaire, restreint, de la civilisation au sens
ethnographique, tendu on disposerait bien de deux vo-
cables: civilisation et culture, civilisationn du latin civilis,
ce qui concern le civis, le citoyen, culture du latin colere
cultiver; les deux terms ont donc subi une amplification
partir de leur sens premier.
Alors, pour fixer sa position et avant d'entamer la matire
qui fait l'objet de son Trait, il dfinit ainsi l'enqute
laquelle il va se consacrer:
L'tude de la civilisation, c'est--dire l'tude de l'en-
semble des productions humaines, est le but de Fethno-
graphie lorsqu'il s'agit d'analyse, de l'ethnologie culturelle
lorsque les constructions synthtiques entrent en ligne de
compte. (1)
Et Marcel Mauss don't on connat la haute autorit par
des travaux de capital importance publis dans l'Anne
Sociologique et dans des ouvrages don't l'loge n'est plus
fair, prcise dans son expos de la Semaine de Syn-
thse Internationale (2) que les phnomnes de civili-
sation (civis, citoyen) sont par definition des phnomnes
sociaux de socits donnes. Mais tous les phnomnes
sociaux ne sont pas au sens troit du terme, des phno-


(1) Georges Montandon, Prof. d'ethnologie l'Ecole d'anthropo-
logie culturelle, Payot, Paris 1934 P. 16.
(2) Centre Intern. Loc. Cit. P. 83.


-92-











mnes de civilisation. Ils sont parfaitement spciaux
cette socit et la singularisent, l'isolent. On les rencontre
d'ordinaire dans le dialecte, dans la constitution, dans la
coutume religieuse ou esthtique, dans la mode.
Enfin, M. Alfredo Nicefero, professeur la Facult de
Droit de Messine et la Scuola Guiridico-Criminale de
la Facult de Droit de Rome, s'attaquant au problme des
valeurs, dclare que l'on peut aussi considrer le mot et
le concept de civilisation simplement comme quivalent
: tat social. Dans ce cas, civilisation a un sens stric-
tement objectif. La civilisation est l'ensemble des ma-
nires d'tre et des manires d'agir d'un group de popu-
lation; manires d'tre et manires d'agir qui sont l'ex-
pression lo. de la vie matrielle, 2o. de la vie intellectuelle,
3o. de la vie morale 4o. de l'organisation politique et so-
ciale du group en question. C'est l la conception ethno-
graphique de civilisation. (1)
Soa expos n'tait d'ailleurs que la confirmation de la
brillante enqute laquelle il s'tait livr en cherchant
fixer une dizaine d'annes auparavant les indices num-
riques de la civilisation et du progrs. Il avait alors ana-
lys le concept de civilisation tel qu'il drive de l'ty-
mologie du mot et tel qu'il tait compris et employ la
fin du 18e. et au dbut du 19e. sicle: civilitas, poli af,-
fable, affin, en opposition rusticus. Rejetant cette ac-
ception optimiste, gocentrique, il avait rclam un sens
plus objectif du terme. Il se retourna donc vers le concept
ethnographique et en donna la definition suivante: Le

(1) Centre Internat. Loc. Cit. P. 114-


-93 -












mot de civilisation indique simplement pour nous l'en-
semble des caractres (tat ou conditions) de la vie col-
lective, vie matrielle, intellectuelle, morale et organisa-
tion politique et social d'un group de population ou
d'une poque. Rpartition: vie matrielle intellectuelle,
morale, organisation politique et social, qui n'entend nul-
lement classer rigoureusement tous les faits de la vie col-
lective (faits si complexes qu'il n'en est pas un seul qui
puisse tre absolument rang dans telle catgorie plutl
que dans telle autre), mais qui entend indiquer que l'tat
de toutes ces formes possibles de vie est prcisment ce
que l'on doit appeler la civilisation d'un group ou d'une
poque. (1)
La voil donc dfinie et de faon complete du moins
je m'en flatte la discipline selon laquelle nous allons
essayer de fixer les modalits de la culture hatienne.
Et d'abord, nous entendons tablir que si le people ha-
tien a des coutumes, des mours, des croyances, des insti-
tutions qui lui sont propres, une vie matrielle, morale,
intellectuelle et social qui est caractristique de sa ma-
nire d'tre collective elle est en possession de sa propre
culture, de sa propre civilisation.
A la suite des ethnologues, des sociologues, des philoso-
phes, des anthropologues qui ont cart le problme des
valeurs, nous ne nous obstinerons pas catgoriser notre
culture en comparison d'autres cultures dans une hirar-
chie de valeurs. Sans doute, nous tiendrons compete, quoi

(1) Alfredo Niceforo. Les Indices numriques de la Civilisation
et du Progrs. Flammarion, Paris 1921, p. 30.


- 94-











qu'il en soit et dans une certain measure, de la notion
pragmatique et populaire d'une civilisation humaine, uni-
taire et cohrente comme un idal auquel tous les hom-
mes doivent travailler sans relche afin qu'il y ait sur cette
terre plus de justice, plus de fraternity, plus d'harmonie
parmi les hommes. Mais nous contesterons que ce rve
des philosophes de tous les temps et de tous les pays soit
l'apanage d'un people, d'une race, d'un pays, un mo-
ment o grce la technique et aux engines perfectionns,
la primaut de la force, la haine des races, le dpouillement
des faibles, l'assassinat collectif des femmes et des enfants
soient l'odieuse pratique de l'ge de fer si pompeusement
dnomm civilisation occidentale. Que cette forme de
barbarie raffine coexiste avec les plus hautes institutions
de charit et les plus nobles prceptes qui aient clos
dans la pense des hommes, c'est croire qu'il y a une
part irrductible d'animalit qui gt au fond des meilleurs
parmi les humans et que cte--cte avec un amnage-
ment agrable de la vie matrielle sur la croute terrestre,
avec un dveloppement acclr de la science, des lettres
et des arts voisinent les plus bas instincts de cruaut, de
rapt et de violence, tels qu'on les rencontra jadis aux pre-
mires bauches de la vie humaine sur le globe. L'homme
est rest le loup de l'homme.
Mais laissons l ces considerations philosophiques et
voyons un peu les caractristiques de notre culture.
D'abord au point de vue matriel.
Nous nous empressons de faire remarquer qu'il est im-
possible dans un expos aussi bref que le ntre, qu'on puisse
tablir et analyser toutes les modalits de la vie matrielle,


- 95 -












intellectuelle, morale et social de notre communaut. 11
faudrait consacrer la matire un plus grand soin et n'o-
mettre aucun dtail. L encore des donnes nous chap-
peraient quand mme, parce que dans la technique d'un
tel bilan, le principal lment est la statistique qui existc
peu ou prou dans la plus grande parties des domaines de
notre activity social.

Ainsi, comment envisager les diverse modalits de notre
vie social sans tablir d'abord la valeur dmographique
de notre communaut? Sommes-nous un people de trois
ou de quatre millions? O est la statistique qui en a fix
le chiffre? Admettons comme fond le chiffre donn par
les publications officielles du S.N.P.A. et E.R. (1) Nous
aurions une population de 3.000.000 vivant sur une super-
ficie de 28.250 km2, soit 106 habitants par km2. Plus de
95% de cette population pourrait tre appele rurale puis-
que Port-au-Prince n'avait, en 1929, que 79.797 habitants,
nous dit M. Atherton Lee, Conseiller agricole du Gouver-
nement hatien, dans un Memorandum confidential du
mois de Dcembre 1938. Admettons, en outre, que ce
chiffre de plus de 95% de ruraux soit un peu exagr puis-
qu'aucune statistique rigoureusement scientifique n'en a
tmoign et que dans la Gologie de la Rpublique
d'Hati de M. M. Woodring, Brown et Burbank publie en
1926, des valuations du mme genre ont considr une
proportion de 85% sans qu'on puisse dire sur quoi repose

(1) Bulletin No. 13. Conditions rurales en Hati. Quelques don-
nes bases en parties sur l'tude de 884 families par Maurice Dar-
tigue, M. A. Directeur du S. E. R. Imprimerie de l'Etat, Rapport sur
les Ressources agricoles d'Hati, etc., par Atherton Lee 1938 P. I.


-96-











la difference des deux chiffres, il n'en est pas moins vrai
et vident qu'au moins pour les 4/5 la population ha-
tienne est rurale.
Habitation. Comment vit-elle?
La maison paysanne la plus simple est quadrangulaire.
C'est une construction faite sur poteau de bois durs, quar-
ris, qui partagent nettement le corps du logis de sa toiture
qu'elle qu'en soit la dimension. Elle se compose au moins
de deux pices quand elle est suffisamment leve pour
offrir l'impression d'une habitation humaine souvent pro-
prette ou attrayante. Les panneaux clisss et bousills
de glaise blanche sont badigeonns de lait de chaux ou
vernisss d'ocre et de vermillon.(1) Elle est ouverte au
dehors par portes et fentres, meuble de chaises d'un art
un peu fruste quelquefois, mais qui dcle l'habitude de
ses htes d'tre haut perchs sur leurs siges. Le tout est
fait en chaume ou faonn en feuilles de latanier disposes
par gradation avec un sens parfait d'ajustement. Sur les
hauts plateaux o les palmeraies sont nombreuses, l'archi-
tecture paysanne se modifie un brin. Elle utilise les troncs
de palmier en planches amincies, varlopes, polies. Et les
maisons s'agrmentent des galeris careles de pierres mul-
ticolores qui en rendent l'aspect plus agrables. (1)
L'Ingnieur Louis Dcatrel du S.N.P.A. et E.R. fait la
description suivante de l'habitation rurale dans la valle
de l'Estre:

(1) Type de maison rurale dans la region de la Grande Rivire
du Nord.
(1) C. f. Price-Mars. Une Etape de l'Evolution hatienne. Impri-
merie La Presse 1939.


- 97 -












L les paysans groupent leurs demeures et les hameaux
se succdent peu de distance. Dans ces hameaux, la
demeure du paysan a gard sa rusticit traditionnelle.
Gnralement, c'est un rectangle de 3 4 mtres de long
et de 3 au plus de large. Les pans sont forms de po-
teaux verticaux entrelacs avec des gaules poses hori-
zontalement. Ce clayonnage reoit sur chaque face un
enduit de quelques centimtres d'paisseur form d'argile
ptrie avec de la paille de riz. Ces constructions sont g-
nralement basses (2m.50 au plus sans plafond). Le sol
est en terre battue, le toit double pente et constitu g-
nralement d'herbes, de paille de riz, de tiges de mas
ou de petit mil. La demeure du paysan est ordinairement
sans foundations et dans les pices d'habitation, la lumire
et l'air, ces puissants facteurs d'assainissement, ne peuvent
pas pntrer facilement: les ouvertures sont constamment
fermes. (1)

L'usage du lit est plus ou moins constant. Toutefois,
il est remarquer que le plus souvent cet usage ne s'tend
pas tous les membres de la famille.(2) En ce cas-l, les
autres personnel se servent de nattes faites en fibres des-
sches d'ajoncs ou de bananiers. D'autre part, dans la
plupart des cas, c'est par pure commodity de language que
le terme lit est employ, puisque ce meuble est compos
de caisses places l'une prs de l'autre ou de courts pieux
fichs en terre et runis par des tringles.(3)


(1, 2 et 3) Les Conditions rurales P. 3- Je dois dire que la
region lacustre de l'Estre est l'une des plus misrables parmi les
rgions campagnardes d'Hati.


-98 -










Cependant, dans les communauts rurales ou l'aisance
rpand le got du beau et o la matire premiere pier-
res, sable, chaux est la porte de la main et o surtout
la main d'uvre ouvrire s'associe en manire de coop-
ratives, comme on peut l'observer Myotte, Dupont, Mar-
lique, Digue, etc., aux environs de Ptionville, il est ais
de voir combien la maison paysanne dnote un aspect con-
fortable et esthtique tout fait remarquable. Elle est le
plus souvent construite en pierres et couverte en tles on-
dules. Parfois des guirlandes de fleurs en enjolivent la
joyeuse rusticit. Alors, ce ne sont que clochettes vases
d'hibiscus mles la pourpre des poinsettias les plus
belles euphorbes; ce ne sont que des lines odorantes
de jasmins grimpes sur les haies de cactus aux inflores-
cences onctueuses, ce ne sont que touffes pineises de
poinciades carlates soutaches d'or, tandis que et l,
l'ombre rouge du flamboyant drape l'agonie des falioles
fltries. (1)
Il est vrai que ce dernier aspect de la maison paysanne
est exceptionnel et dpend de conditions d'un milieu fa-
vorable (main d'uvre et matire premiere abondantes,
association ouvrire, etc. Il tait donc ncessaire de si-
gnaler ces particularits. Car pour le reste, en rsum, les
4/5 de la population hatienne ont un habitat fruste.
Son alimentation est-elle adequate son genre d'habitat?
Les observateurs sont d'accord pour affirmer que la fru-
galit du paysan avoisine la sous-alimentation. Un ou deux

(1) C. F. Price-Mars, Loc. cit. P. 97.


- 99 -











repas par jour, exceptionnellement trois, compos de quel-
ques morceaux de cassave, d'pis de mas boucans, de
bananes, de patates bouillies ou boucanes, de mas moulu,
de riz ou de petit-mil, de pois, de fruits principalement
de mangues et d'avocats. Il faut tout de mme faire re-
marquer qu' certaines runions de ripailles cultuelles, au
manger limba, au manger jumeaux, au gombo, il
est insens de constater quelles dbauches gargantues-
ques les paysans se livrent. J'ai not en Dcembre 1938,
l'une de ces crmonies, que le repas d'un seul individu
tait compos d'une quantit respectable de viande de
porc, de cabri, de poulet, de dinde, de mas moulu, de
petit-mil, de riz, de haricots rouges, de bananes, d'igname
et de patates le tout mlang, le tout noy dans une
sauce releve o le piment bouc, le poivre et le sel se
disputaient la primaut de l'assaisonnement. Ti-Jean P-
tro, son loa courrouc et qu'on essayait d'apaiser m'a-
vait convi y goter. Je peux en porter tmoigner ici.

A part ces assauts exceptionnels de chre lie, l'alimen-
tation peu prs vgtarienne du paysan eut t excel-
lente si elle tait prise en proportion suffisante et ordon-
ne en ce qui concern ses qualits nutritives en vitaminose.
L'abondance joyeuse de quelques heures d'vasion ne
compense pas la privation habituelle des mauvais jours de
rcolte manque ou de saisons malheureuses.

D'autre part, ses modes vestimentaires dnoncent la pr-
carit de son existence. Sauf lorsqu'il sacrifice des ins-
tances crmonielles, sauf l'occasion de voyage vers la
ville voisine, le vtement habituel du paysan est fait de


-100-




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs