• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Frontispiece
 Table of Contents
 Dedication
 Front Matter
 Preface
 Foreword
 La prevention de la deliquance...
 Etude de droit compare sur l'institution...
 Rapport presente a l'o.n.u. sur...
 Appendice
 Bibliography
 Table of Contents






Group Title: problème de la délinquance juvénile et l'institution du juge des enfants
Title: Le problème de la délinquance juvénile et l'institution du juge des enfants
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081477/00001
 Material Information
Title: Le problème de la délinquance juvénile et l'institution du juge des enfants
Physical Description: xxiv, 168 p. : illus., port. ; 21cm.
Language: French
Creator: Gourgue, Gérard
Publisher: Impr. de l'État
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1955
Copyright Date: 1955
 Subjects
Subject: Juvenile delinquency   ( lcsh )
Juvenile delinquency -- Haiti   ( lcsh )
Juvenile courts   ( lcsh )
Juvenile courts -- Haiti   ( lcsh )
Genre: federal government publication   ( marcgt )
bibliography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
Bibliography: Bibliography: p. 161-163.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00081477
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltuf - AAQ3749
oclc - 01808942
alephbibnum - 000137673
lccn - 56035795

Table of Contents
    Title Page
        Page i
        Page ii
    Frontispiece
        Page iii
        Page iv
        Page v
        Page vi
    Table of Contents
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
    Dedication
        Page xi
        Page xii
    Front Matter
        Page xiii
        Page xiv
        Page xv
        Page xvi
    Preface
        Page xvii
        Page xviii
        Page xix
        Page xx
        Page xxi
        Page xxii
    Foreword
        Page xxiii
        Page xxiv
    La prevention de la deliquance juvenile
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
    Etude de droit compare sur l'institution du juge des enfants dans les legislations modernes en France, en Belgique, au Portugal et en Grece
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
    Rapport presente a l'o.n.u. sur la deliquance juvenile, la prevention du crime et l'administration penitentiaire
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
    Appendice
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
    Bibliography
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
    Table of Contents
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
Full Text



GRARD GOURGUm
AVOCAT
DIPL)M DE L'INSTITUT DE CRIMINOLOGIE DE PARIS
MEMBRE DE LA SOCITI INTERNATIONAL DE CRIMINOLOGIE






LE PROBLEM DE LA

DELINQUANCE JUVENILE

ET L'INSTITUTION

DU JUGE DES ENFANTS











IMPRIMERIE DE L'TAT
RUK HAMMERTON KILLIC.
PORT-AU-PRINCE, HAITI
1955
























LATIN
AME '.
























































GERARD GOURGUE
Avocat
Diplm de l'Institut de Criminologie de Paris
Membre de la Socit Internationale de Criminologie.






































































*





















~fiCa C Li,















LE PROBLEM DE LA DELINQUANCE JUVE-
NILE ET L'INSTITUTION DU JUGE DES ENFANTS


PREMIERE PARTIES
La Prevention de la dlinquance juvenile.
Considerations sur un project de loi relatif la protec-
tion de l'enfance et de l'adolescence en danger.


DEUXIEME PARTIES
Etude de droit compar sur l'institution du juge des
enfants dans les lgislations modernes en France, en Bel-
gique, au Portugal et en Grce.


TROISIEME PARTIES
Rapport prsent l'O.N.U. sur la dlinquance juvenile,
la prevention du crime et administration pnitentiaire.


APPENDICE
Regards sur l'Amrique.
Deux lois protectrices de l'enfance appliques au Gua-
temala et en Equateur.





























SGouverner, c'est choisir.

PIEBRE MENDES-FRANCE








































































































































































i

















Je ddie cet ouvrage l'Enfance de
nos villes et campagnes qui se dve-
loppe en plein milieu criminogne.
Que la Justice hatienne se tourne
vers elle avec un Code Moderne qui
consacre sa pleine irresponsabilit
pnale!
G. G.



















CONSTITUTION
DE LA REPUBLIQUE D'HAITI
25 Novembre 1950

CHAPITRE IV

Du Pouvoir Judiciaire.
Article 102:
l pourra tre galement constitu des Tribu-
naux Terriens, des Tribunaux, du Travail et des
Tribunaux pour ENFANTS don't l'Organisation,
le nombre, le sige, le fonctionnement seront fixs
par la loi















LOI DU 16 JUILLET 1952
Considrant qu'un Gouvernement don't l'un
dts plus constants soucis est d'organiser l'avenir de
lIjeunesse, se doit galement lorsque celle-ci a
lemalheur de s'engager dans la voie du crime, de
lui manager une atmosphere judiciaire particu-
lire et de la soustraire la promiscuit des
prions;
Sar le rapport du Secrtaire d'Etat de la Jus-
tice
Elaprs dlibration en Conseil des Secrtaires
d'Eti;
A propose

Etles Chambres Lgislatives ont vot la Loi sui-
vante:
Article ler. Il est institu, partir du ler.
Octobre 1952, dans chacun des Tribunaux Civils
de la Rpublique une section spciale dite Sec-
ton de la jeunesse dlinquante, appele con-
natre des crimes et dlits commis par les mineurs
de moins de 16 ans.
Extrait du Moniteur
Journal Officiel de la Rpublique d'Haiti
No. 66, Jeudi 31 Juillet 1952
107me. Anme













PREFACE


Voici un livre d'une haute porte morale et social:
LE PROBLEM DE LA DELINQUANCE JUVENILE
ET L'INSTITUTION DU JUGE DES ENFANTS que
prsente M. Grard Gourgue l'attention du public.
Ecrit dans le style clair et prcis du juriste sans quoi
les ides les plus heureuses s'emptrent dans des formules
maladroites et obscures, il intressera et incitera aux plus
nobles dmarches de l'esprit non seulement ceux qui scru-
tent chaque jour le problme hatien mais tous les
hommes de bonne foi que hante la peur d'une rgression
continue du monde.
C'est sans doute la dliquescence de nos meurs, l'tat
de notre milieu social, l'insuffisance ou 'inefficience de
nos institutions en gnral qui nous vaut cette forte tude
de notre jeune compatriote. M. Gourgue a t ainsi attir,
parmi les pineuses questions sociales et juridiques que
soulve l'avenir d'une humanity bouleverse par la der-
nire guerre, par celle qui rpondait le mieux sa pers-
picacit et son patriotism. Il a entrevu tout le pril
que court la Nation si sa jeunesse n'est protge et
favorise dans sa formation et son education par des ins-
titutions adquates et durables. Il l'affirme sa manire
en ddiant son effort l'enfance de nos villes et cam-
pagnes qui se dveloppe en plein milieu criminogne.
Ceux oui connaissent M. Gourgue ne seront point ton-
ns de son choix. Nous l'avons vu et suivi pendant sa
scolarit la Facult de Droit. Il se distinguait par son
assiduit, sa tenue irrprochable. Son air placide et m-
ditatif qu'estompait souvent un expressif sourire quand
l'abordait un ami, annoncait dj son orientation dans la
vie.
A peine licenci, il fut stagiaire de l'Organisation des
Nations Unies. L'apprciation de son intelligent et intense


xvn







PREFACE


labeur ne se fit pas attendre: il fut diplm de l'Institut
de Criminologie de Paris et devint membre de la Socit
International de Criminologie. Ces titres et sa position
de stagiaire lui permirent de visiter les Ecoles, les Centres
de sant et de rducation et les Administrations Pni-
tentiaires des Etats-Unis, de l'Europe et du Proche-Orient.
Il put, ds lors, constater de visu les progrs raliss dans
ces domaines et recueillir les donnes les plus sres sur
les modes de traitement des mineurs. Aussi avec quelle
lucidit et quel ralisme de bon aloi a-t-il approfondi,
critiqu et apprci sur le triple plan juridique, lgislatif
et administratif tous les systmes de protection de l'en-
fance et de prevention de la dlinquance prconiss ou
admis par les lgislations amricaine, franaise, belge,
portugaise et grecque.
Travail la fois d'analyse et de synthse o l'auteur ne
s'est pas arrt la dlinquance en soi. La prdlinquance
et ses constituents, le danger moral ou physique, proche
ou lointain de l'enfance ou de l'adolescence, les conditions
de leur rducation et adaptation, les organismes auxi-
liaires de rtablissement de leur sant, la creation de
Conseils et Tribunaux pour enfants, l'organisation d'une
Police spcialise plutt preventive qu'uniquement r-
pressive, un ample programme de prophylaxie social
propre l'assainissement des families, des coles, des
professions et du corps social en gnral, bref, toutes les
measures conduisant la prevention de la criminalit juv-
nile et son mode de traitement quand elle se manifeste,
voil le fcond champ d'tudes o M. Gourgue a ouvr,
magistralement uvr pour le grand profit du Pays. Les
gouvernants y puiseront d'utiles indications pour combler
ventuellement les insuffisances de notre legislation sur
la matire, entreprendre l'organisation d'une police so-
ciale et d'un Conseil ducatif. Des lgislateurs, juristes,
sociologues, ducateurs et mdecins il rclame l'effet
de parvenir la codification des rgles protectrices de la
jeunesse, l'examen fond des facteurs biologiques exo-
gnes et endognes, des inclinations morbides congnitales


XVIII





tPREFACU


ou acquises, des hrdismes qui sont des causes mdiates,
difficilement dmontrables sans doute, mais les plus
relles de la criminalit et de la dlinquance. Enfin il
signal tout ce qui dans le domain conomique, social,
juridique et ducatif doit non seulement prvenir la d-
linquance mais prparer une jeunesse saine et vigoureuse,
afin d'asseoir le pays sur de solides foundations, assurer sa
continuity dans l'ordre.
Faire l'ducation de l'enfant, c'est du mme coup faire
l'ducation de la Nation. L'enfant est l'avenir du monde,
disait dj Jos Marti. N'oublions pas que c'est de la va-
leur des gnrations, opine Donnedieu de Vabres, cit par
l'auteur, que dpend l'avenir d'un pays. Et. M. Gourgue
renchrit en mettant cette vrit sociologique incontes-
table: Une nation, dclare-t-il avec justesse, ne se dfend
pas seulement par sa puissance militaire, mais aussi par
le respect scrupuleux de ses forces morales et des valeurs
humaines sans lesquelles elle se dcompose et s'ban-
donne.
Plus que jamais la formation et la rducation des
jeunes s'avrent ncessaires. Il est mme de haute sagesse
pour l'lite dirigeante des nations de s'y consacrer avec
amour et intelligence considrer le dsquilibre actuel
du monde don't un large secteur a pris dlibrment parti
pour le vice ou la btise. Par une fausse interpretation
du dveloppement des richesses et des progrs techniques
il en est arriv un mpris total des valeurs morales et
spirituelles, une complete ngation de leur primaut et
de leur efficience dans toute volution individuelle ou
collective. D'o une recrudescence affligeante des gnies
de la dgnrescence tels que l'alcoolisme, la syphilis,
l'opiomanie, la superstition et des maux pouvantables
comme la dbauche, l'inversion, la course effrne l'ar-
gent, le vol, la cupidit, la dlation, toutes les turpitudes,
toutes les ignominies don't l'affreux tableau inspire la
crainte ou le dcouragement plus d'un. Les sources
des troubles caractriels, intellectuals, sensoriels, men-






*PREFACE


taux de l'enfance ou de l'adolescence ne sont que l, pas
ailleurs.
Malheureusement les hommes d'Etat ne ralisent pas
toujours que la raison et la fin supreme de toute institu-
tion sont l'amlioration et le perfectionnement de l'homme.
l leur chappe que la position de dirigeant ne se justified
que pour son service. C'est parce que cette just con-
ception n'est pas du tout ou ne l'est que par incidence
dans la ligne de leur actuation que le politician a le champ
libre pour batailler victorieusement, qu'avortent les r-
formes les plus urgentes, que les problmes naissent et
renaissent au grand dam de paix et de la civilisation.
Defense sociale...! Allons-y carrment. Mais faible sera-
t-elle certainement, incomplete, voue mme l'insuccs
si le concept de l'humain ne la transcende, ne la com-
mande.
Etant donn la tension inhrente l'homme vers le plus
grand bien-tre, individual ou collectif, la succession des
gnrations est sans contest parmi les causes provoca-
trices des coactions et mutations constantes des forces
sociales. L'pisode de la mort inevitable qui l'explique et
la justifie, les phnomnes imprvisibles et incontrlables
de la nature, les guerres, amenant les troubles conomi-
ques et les incessants remous dmographiques, en mme
temps qu'une perversion de la notion du droit et des li-
berts, interdisent toute fixit, toute prennit aux insti-
tutions terrestres. C'est pourquoi l'Humanit louvoiera
toujours dans l'incertitude et le perptuel recommence-
ment. En presence de telles puissances de destruction,
elle n'a pour tenir et avancer qu'un moyen, une unique
manire d'agir: opposer avec opinitret aux progrs ma-
triels ou techniques les progrs de la spiritualisation.
Aussi restera-t-elle ce qu'elle est dans sa plus grande par-
tie, instable, vellitaire, goste, guerrire, subversive,
injuste, inapte atteindre sa ralisation ultime qui est le
bien commun, s'acheminant plutt vers une fin apocalyp-
tique si les gnrations ne doivent grandir et se former





PREFACE


que parmi les oripeaux et les dchets de la civilisation
matrielle. La spirituality est le climate natural de 'en-
fance et de adolescence; elle seule peut les dignifier et
satisfaire leurs aspirations. Rendons donc nos enfants
aptes recueillir de nous le flambeau, pour qu'ils l'avi-
vent par leur foi, leurs talents et leur gnrosit. L'avenir
du monde dpend de cet effort.
On peroit aisment travers les considerations socio-
logiques et les problmes socio-juridiques poss par
L. Gourgue l'apaisant souffle patriotique qui l'anime et
son ardent dsir d'apporter sa pierre aux constructions
qu'appelle le dveloppement de notre communaut dans
un climate rgnrateur.
Avec chaleur et enthousiasme nous l'en flicitons et
souhaitons que son magnifique ouvrage soit lamorce d'un
programme de bienfaisante politique social o domine
le souci permanent de la personnalit, de l'me de l'en-
fant qui n'a t cre, some toute, que pour tre aime
et respecte.
JOUBERT DOUGE
Professeur la Facult de Droit
de Port-au-Prince.


XXI















AVANT-PROPOS


En ce vingtime sicle o les vocables de droits de
l'homme, de libert, de scurit sociale sont devenus des
ralits dans toutes les communauts humaines volues, la
mission de lEtat ne s'arrte plus une simple gestion de la
chose publique. Dsormais, il se trouve plac devant des
obligations sociales impratives qui largissent chaque jour
le cadre de ses attributions. Notre poque, si fertile en
luttes sociales, politiques et conomiques, a consacr ce
droit devenu inalinable, celui d'exiger beaucoup des gou-
vernants.
En ce qui concern lEnfance, c'est lEtat qu'il revient
de garantir son education par des lgislations adquates et
des institutions avances, de veiller sa formation et de lui
procurer les moyens propres assurer son panouissement
natural.
Quand les conditions d'un tel programme ne se trouvent
pas ralises, renfant, livr lui-mme, abandonn par
ceux-l mmes qui en ont la garde naturelle, s'engage fa-
cilement dans les sentiers de la dlinquance.
C'est ce tournant dlicat que doit se faire sentir 'action
humaine du juge des enfants don't intervention opportune
et claire dcidera de orientation et de la rducation
du mineur.
C'est en vue d'aboutir au fonctionnement d'une pareille
institution qui fait dfaut chez nous que nous demandons
au Gouvernement de la Rpublique d'appliquer la loi du
16 Juillet 1952.
Pour accomplir cette ouvre minemment social et pa-
triotique, nous lanons avec fai et optimism un appel
AUX OFFICERS DE LA POLICE JUDICIAIRE QUI
COLLABORENT A L'OEUVRE DE LA JUSTICE,


xxwI







XXIV AVANT-PROPOS

AUX RESPONSABLES DE L'ADMINISTRATION ET
DE LA SURVEILLANCE DE NOS PRISONS DON'T LES
PORTES SE REFERMENT TOUJOURS SUR DES MI-
NEURS,
AUX JURISTES SOUCIEUX DE REFORMS HAR-
DIES DANS LE DOMAINE DE LA JUSTICE CIVIL ET
PENALE,
AUX EDUCATEURS, ENFIN, QUI DANS LEUR SA-
CERDOCE QUOTIDIEN, FAONNENT L'AME COM.
BIEN DELICATE DE L'ENFANT.

Port-au-Prince, le 19 Juillet 1955

G.G.

















PREMIERE PARTIES


LA PREVENTION
DE LA DELINQUANCE JUVENILE

CONSIDERATIONS SUR UN PROJECT DE LOI
RELATIF A LA PROTECTION DE
L'ENFANCE ET DE L'ADOLESCENCE
EN DANGER














LA PREVENTION
DE LA DELINQUANCE JUVENILE


CONSIDERATIONS SUR UN PROJECT DE LOI
RELATIF A LA PROTECTION DE L'ENFANCE
ET DE L'ADOLESCENCE EN DANGER

Ce project de loi sur la protection des enfants en danger
a t dpos par le Gouvernement Franais sur les bu-
reaux de l'Assemble Nationale au course de la deuxime
legislature de la Session de 1952. (Procs-verbal de la
Sance du 12 Juin 1952).
Dans l'expos des motifs, on peut lire ce qui suit: Ce
texte, prpar par le Comit de coordination des services
assurant la protection des mineurs en danger moral, dfi-
cients ou dlinquants, a t approuv, dans son ensemble,
par le Conseil Suprieur de l'entraide social et par le
Conseil Suprieur de l'Education Nationale. Son impor-
tance a t constate par diffrentes instances, telles que
par le Haut Comit consultatif de la population et la
Socit Gnrale des prisons et de legislation criminelle
qui ont insist sur la ncessit d'obtenir un vote rapide.>
Il demeure vident que le vote d'un tel project de loi,
tout en assurant son entire application, apparait comme
la condition d'une protection plus efficace, sur le plan
administratif et sur le plan judiciaire, de tous les mineurs
en danger physique ou moral.














CHAPrIIE PREMIER


INTRODUCTION

I. CONSIDERATIONS SUR LA DELINQUANCE
JUVENILE.

Dans toute socit organise et police, les efforts des
dirigeants tendent assurer la jeunesse une education
convenable et une formation complete. L'enfance et l'a-
dolescence doivent surtout tre l'objet de constantes pr-
occupations de la part de ceux qui ont la lourde et p-
rilleuse mission d'tre appels au timon des affaires pu-
bliques, puisque c'est cette jeunesse d'aujourd'hui qui sera
le potential human de demain o se recrutera inlucta-
blement l'lite pensante et dynamique don't le rle pri-
mordial sera, tout en perptuant et entretenant la flamme
des traditions reues, de travailler au progrs social et
la grandeur de la patrie commune.
Le rle que la jeunesse est appele remplir dans
l'avenir revt donc une importance qui n'chappe, certes,
personnel. C'est pourquoi il imported de travailler la
sauvergarde de l'enfance et de l'adolescence afin d'as-
surer cet avenir.
Goethe ne disait-il pas que c'est bien de sauver un
homme, mais que, sauver un enfant, c'est sauver une
table de multiplication. Et le Docteur Gilbert Robin a
crit que les enfants sont l'expression du milieu qui les
fait vivre. L'ducation de l'enfant et l'ducation de la
nation constituent un mme problme. C'est dire par l
qu'il se pose en faveur de l'enfant un problme d'duca-
tion qui aidera corriger les tendances parfois morbides
qui se manifestent chez lui. Ces dispositions morbides
traduisent chez l'enfant ou chez l'adolescent un tat pa-
thologique qui fait de lui un inadapt et parfois l'amne








6 LE PROBLEM DE LA -DELINQUANCE JUVENILE

sur la pente de la dlinquance. Ainsi apparat la notion
de la dlinquance. Il est bon de rappeler, ce sujet, que
la dlinquance ne nat pas un beau matin du caprice
d'un enfant pervers, elle est le rsultat d'une combinai-
son de forces. Le problme de la dlinquance juvenile
ou plus prcisment de la criminalit juvenile se pose
donc. Pour trouver une explication ce genre de flau
social, faut-il bien que nous recherchions du moins les
grandes causes habituelles?
Quand l'histoire de demain fera le bilan des ralisa-
tions humaines de cette premiere moiti du vingtime
sicle qui aura t l'poque la plus trpidante de l'his-
toire du monde, elle retiendra bien des vnements et bien
des dates qui auront jalonn le course de ce demi-sicle.
Cinquante annes d'histoire bouleversante se sont d-
roules et deux grandes conflagrations mondiales, celles
de 1914 et de 1939, ont fait natre chez les nations qui se
sont releves peine, meurtries et dmembres, d'angois-
sants problmes qui rclamaient des solutions adquates
et urgentes. Ces problmes se sont poss sur tous les
plans et certain d'entre eux, par leur acuit et leur ex-
ceptionnelle gravit, ont t envisags par presque tous
les pays qui ont propos des solutions et appliqu des
mthodes.
En ce qui concern la dlinquance juvenile qui a cons-
titu la matire essentielle de mon programme d'tudes
en tant que stagiaire de l'organisation des Nations-Unies,
en France, les spcialistes de la question de mme que
les sociologues sont unanimes reconnatre son caractre
international.
L'humanit juvenile qui doit tre une promesse d'a-
venir et cette jeunesse saine et vigoureuse don't il nous
est rest, dans le pass, un example si difiant chez les
Athniens et les Spartiates, n'ont pas toujours conserv
cette puret d'me ni observ cette conduite irrprochable
qui devraient constituer leur apanage. On a, hlas, cons-
tat par le fait de causes diverse, imputables en parties






ET L'INSTITUTION DU JUGE IDES ENFANTS


la guerre, au pauprisme, en parties aussi la famille,
cellule fondamentale du corps social, certaines dforma-
tions, des inadaptations inquitantes et souvent des actes
rprhensibles commis par des enfants ou des adolescents
et qui traduisent une attitude anti-sociale ou une prise
de position manifestement dangereuse pour l'ordre social.
Dans la prface du remarquable ouvrage de Mademoi-
selle Odette Philippon, La Jeunesse coupable vous
accuse, Monsieur le Professeur Louis Hugueney
crit: La criminalit juvenile est un flau mon-
dial, son dveloppement, notre poque, une source d'an-
goisse mondiale... La Socit pour se dfendre contre le
crime, a besoin d'autres armes que celles don't elle use
vis--vis des animaux malfaisants. Avant de frapper le
dlinquant, et surtout le dlinquant mineur, il faut qu'elle
fasse elle-mme son examen de conscience et se demand
si elle s'est acquitte de tous les devoirs qu'elle avait
vis--vis de lui.
De son ct, Monsieur Pierre Ceccaldi, au course d'une
conference prononce l'intention des boursiers de l'O.
N.U. en Octobre 1952 l'Ecole Nationale de la Sant pu-
blique, Paris, considrait ainsi la question: La dlin-
quance juvenile est un problme universal. C'est un mal
de notre poque. Les Nations civilises ont pris cons-
cience du problme et s'attachent le rsoudre dans un
autre esprit que par le pass. Les lgislations s'huma-
nisent, des institutions spciales sont consacres aux mi-
neurs, un quipement se cre, les mthodes de traitement
s'organisent. L'O.N.U. a mis au premier plan de ses
tudes sociales celle de la criminalit juvenile. La France
qui, depuis quelques annes, tait entre dans la voie de
dcisives rformes a rpondu volontiers son appel.
A bien considrer le dveloppement gnral des socits
humaines et compete tenu, sur le plan mondial, des diffi-
cults nes de la guerre, on peut affirmer que de srieux
efforts ont t tents dans le domaine social, conomique,
juridique et ducatif en vue de combattre cette crise que
confront l'humanit juvenile.






X LE PROBLEM DE LA DELINQUANCE JUVENILE

La France elle-mme qui a toujours donn au monde
un example vivant d'un pays de measure et de libert,
a organis le traitement et la prevention de la dlin-
quance juvenile dans le cadre et dans l'esprit de ses
institutions traditionnelles.
Naturellement il ne me revient pas d'aborder dans
cette premiere parties une tude gnrale de la dlin-
quance des jeunes, mais il est bon de noter qu'il existe
d'importants textes lgislatifs relatifs l'enfance dlin-
quante; en France, plus particulirement, toute une l-
gislation avance tmoigne du constant souci de protec-
tion de l'enfance et de l'adolescence qui domine le lgis-
lateur.
Cette legislation traduit, dans son essence mme, la
puissance spirituelle et la vitalit toujours accrue de ce
people franais don't les manifestations culturelles et
politico-sociales les plus diverse ont toujours constitu
sur le plan human l'indice sr d'une civilisation sans
cesse en march.

H. LA PREVENTION DE LA DELINQUANCE JU-
VENILE CONSIDERED SOUS L'ANGLE DE LA
PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE L'ADOLES-
CENCE EN DANGER PHYSIQUE ET MORAL.
En me plaant dans une large perspective qui embras-
serait les problmes multiples et immense que pose la
prevention de la dlinquance, j'ai toujours pens aux
nombreuses measures de traitement et de prophylaxie so-
ciale qui pourraient tre prises mais qui exigeraient la
mise en oeuvre de diffrents organismes de l'Etat. D'au-
tres solutions urgentes surgissent aussi, quand on en-
visage sur le triple plan social, administratif et lgislatif
la question de l'enfance et de l'adolescence en danger
physique et moral qu'il s'agit de protger.
A ce sujet, Monsieur Jean-Louis Costa, dans son rap-
port sur la dlinquance juvenile en Europe public par
le Dpartement des questions sociales de l'Organisation
des Nations Unies, fait la judicieuse remarque suivante:






ET L'INSTITUTION DU JUGE DES ENFANTS


L'tude gnrale des systmes de prevention se con-
fondrait pratiquement avec l'tude des measures destines
protger l'enfance, directement ou indirectement. Il
faudrait border le problme de l'habitat, du cinma, de
la press, de la politique sanitaire et social, de la poli-
tique scolaire. Rien dans la politique d'une nation n'est
absolument sans influence sur l'enfance, et ce qui agit
sur l'enfance peut tre un facteur criminogne ou un
moyen de prevention.
En ce qui concern l'enfance en danger, examinons
dans quelle measure on peut arriver lui assurer une
large protection dans le cadre lgislatif et rglementaire.
C'est un truisme de rpter qu'il faut essayer de sauver
l'enfant en danger, avant qu'il ne soit trop tard. Ds lors
on peut distinguer deux states bien diffrents de ce que
les criminologues appellent l'tat dangereux: tout d'abord
le stade prcoce, o le danger est encore diffus et o le
comportement de l'enfant ne permet pas de considrer
celui-ci comme dj engag dans la voie de la dlinquance;
ensuite le stade pr-criminel, o le comportement, sans
tre encore nettement contraire la loi pnale, est dj
anti-social ou tout au moins normal.
Le sujet en tat dangereux, d'aprs O. Loudet, est
celui qui, tant donn des conditions psychiques cons-
tituant ou non des entits msologiques, ou bien de sim-
ples dsquilibres permanents ou transitoires, ou tant
donn des habitudes acquises ou imposes par la vie col-
lective, ou encore d'autres causes simples ou associes, se
trouve dans la probability transitoire ou permanent d'a-
voir des reactions anti-sociales immdiates.
S'agissant ici de l'enfant ou de l'adolescent en danger
qu'il imported de protger et don't l'avenir exige qu'on
prenne dans son intrt toutes les measures prventives
susceptibles de l'empcher d'aboutir au fait dlictueux,
on peut dire que le danger apparat, soit en raison de la
dficience du milieu dans lequel il vit, soit en raison
des troubles de caractre qu'il prsente. Il demeure en-






10 LE PROBLEM DE LA DELINQUANCE JUVENILE

tendu qu'un milieu dficient aggrave, en gnral, les
difficults caractrielles originelles ou acquises.
La notion de l'tat dangereux se dgageant ainsi d'une
analyse criminologique qui recueille tous les lments
constitutifs d'une personnalit dangereuse, il nous parat
ncessaire de considrer, la lumire du project de loi
du Gouvernement franais le problme de la protection
de l'enfance en danger physique et moral.
Une tude en profondeur de ce texte nous amnera
dans le fond du problme de l'enfance et de son milieu
environnant et nous portera considrer, travers le
prisme des sciences humaines psychiatrice, pdiatrie, ty-
pologie, psychologie, psychanalyse) l'influence des fac-
teurs endognes, biologiques (troubles de l'volution, d-
ficiences caractrielles, psychiques ou physiques, anoma-
lies pathologique), et des facteurs exognes, (familiaux,
sociaux, accidentels) sur l'enfant. Afin de bien situer dans
la legislation franaise ce project de loi par rapport l'ar-
senal de lois qui sont dj en application, un regard sur
la legislation antrieure qui nous conduira considrer
certaines lois protectrices de l'enfant, s'avre indispen-
sables pour la conduite du dveloppement.

*
*

Le chapitre II embrasse la legislation protectrice de
l'enfance sous son aspect juridique et considre au regard
de cette legislation le pouvoir du juge des enfants.
Il faut noter que les textes lgislatifs considrs sont
antrieurs au project de loi et sont limits strictement aux
trois lois: celle du 24 juillet 1889 dite loi Thophile Rous-
sel, celle du 19 Avril 1898 et enfin le dcret-loi du 30
Octobre 1935.











CHAPITRI II


I. ETAT DE LA LEGISLATION ANTERIEURE SUR
L'ENFANCE NON DELINQUANTE.

II. LE POUVOIR DU JUGE DES ENFANTS DANS
CETTE LEGISLATION PROTECTRICE DE L'EN-
FANCE.

Le project de loi tend assurer l'enfance et l'adoles-
cence en danger une protection suffisante puisqu'il em-
brasse un grand nombre de mineurs qui ne sont ni
dlinquants, ni vagabonds, ni prostitus, ni victims de
svices, ni maltraits ou moralement abandonns par des
parents indignes, ni soumis la correction paternelle. Les
mineurs qui se trouvent en danger en raison de leur
propre dficience ou en pril pour une cause tenant
eux-mmes ou au milieu dans lequel ils vivent seront,
par cette nouvelle loi, efficacement secourus.
Pour ce qui a trait l'enfance non dlinquante, on peut
affirmer qu'elle a fait l'objet de plusieurs textes lgis-
latifs; la jurisprudence elle-mme a t appele dire son
mot dans des hypotheses que le lgislateur n'avait pas
prvues. Les situations dans lesquelles l'autorit judi-
ciaire a d intervenir sont nombreuses.
Tout d'abord le milieu familial peut exister, au moins
en faade, mais l'enfant, pour des motifs qui restent
dterminer, ragit contre ce milieu; ou encore, l'enfant est
victim d'un milieu familial dficient; ou enfin, les v-
nements, plus que le fait de l'enfant ou de ses parents,
sont causes de sa situation.







12 LE PROBLEM DE LA DELINQUANCE JUVENILE

I. L'ENFANCE NON DELINQUANTE ET LA LEGIS-
LATION ANTERIEURE AU PROJECT DE LOL

Lois importantes -
A-La loi du 24 juillet 1889 sur la protection des
enfants maltraits ou moralement abandonns, mo-
difie par la loi du 15 Novembre 1921. Dchance
de la puissance paternelle.
B La loi du 19 Avril 1898 sur la repression des vio-
lences, voies de fait, actes de cruaut et attentats
commis envers les enfants.
C- Le dcret-loi du 30 Octobre 1935 sur les enfants
vagabonds.
En vue de protger les enfants en danger physique ou
moral, le lgislateur confie aux tribunaux ordinaires civils
ou rpressifs le soin de statuer sur les measures prendre.
Le tribunal civil est appel se prononcer dans le cas o
l'enfant priv de famille doit tre confi une personnel
digne de confiance; le tribunal rpressif de son ct,
charge de juger l'auteur de mauvais traitements infligs
un enfant dcidera en mme temps du sort de l'enfant.
Dans leur ouvrage sur l'enfance dite coupable, Mes-
sieurs Henri et Fernand Joubrel apprcient en ces terms
la loi du 24 Juillet 1889 et celle du 30 Octobre 1935, aprs
qu'ils eurent reconnu leur effet protecteur:
Le 24 Juillet 1889, une loi a institu la dchance de
la puissance paternelle. Celle-ci donne le droit, soit au
tribunal civil, soit au tribunal correctionnel, d'ter des
parents indignes le pouvoir d'administrer les biens de
leurs enfants, de les diriger au point de vue moral, reli-
gieux, scolaire et professionnel, d'user leur gard de la
facult dite de correction.
Loi excellent dans ses intentions, poursuivent-ils,
mais laquelle on pouvait adresser deux reproches: d'une
part: elle retirait aux parents dchus l'ensemble de
leurs droits sur leurs enfants, d'autre part, elle les leur







ET L'INSTITUTION DU JUGE SDES ENFANTS


retirait sur tous leurs enfants. Or, souvent les juges au-
raient prfr ne retire ces parents que leur droit de
garde, et encore l'gard d'un seul enfant, si un seul se
trouvait maltrait.

Le dcret-loi du 30 Octobre 1935 a ajout l'article 2
de la loi du 24 juillet 1889 un septime paragraphe, ex-
trmement intressant, mais d'une porte malheureuse-
ment trop restreinte cause des pouvoirs insuffisants ac-
cords au president du tribunal civil. Ce paragraphe est
ainsi stipul:

Dcret-loi 30 Octobre 1935. En dehors des cas prvus
par l'article 1er. et les six premiers paragraphes du pr-
sent article, lorsque la sant, la scurit, la morality ou
l'ducation de l'enfant sont compromises ou insuffisam-
ment sauvegardes par le fait des pre et mre, une me-
sure de surveillance ou d'assistance ducative peut tre
prise par le president du tribunal, sur requte du minis-
tre public.

Cette surveillance ou cette assistance sera exerce par
le personnel soit des services sociaux, soit des institutions
agres par l'autorit administrative ou le tribunal, ou
encore par des particuliers qualifis, notamment par les
assistance sociales ou les visiteuses de l'enfance.
Aux terms de ce dcret-loi du 30 Octobre 1935, le
president du tribunal civil n'a pas le pouvoir de retire
l'enfant sa famille, mme provisoirement, en cas d'ur-
gence. Le domaine d'application de ce nouveau texte est,
en fait, bien restreint, puisqu'il ne cre que la surveillance
et l'assistance ducative.
En ce qui regarded les enfants en danger, la loi doit
pouvoir mettre la disposition du tribunal des moyens
beaucoup plus large, quand il s'agit surtout d'assurer
cette protection efficace dans tous les cas ou un mineur
se trouverait en pril pour une cause tenant lui-mme
ou au milieu dans lequel il vit.







14 LE PROBLEM DE LA DELINQUANCE JUVENILE

I. LE POUVOIR DU JUGE DES ENFANTS DANS
CETTE LEGISLATION PROTECTRICE DE L'EN-
FANCE.
La decision du juge des enfants n'est just que dans
la measure o elle prsente une valeur ducative et elle
n'est ducative que si elle est adapte la personnalit
du mineur. L'volution qui s'est produite dans la lgis-
lation a amen le juge des enfants assurer la pro-
tection judiciaire de l'enfance tant sur le plan civil que
sur le plan pnal. D'ailleurs, en raison de la spcialisation
qui assure aux jurisdictions pour enfants une competence
particulirement claire, le lgislateur leur confie le
soin de rgler le sort de toutes les categories d'enfants en
danger. En France plus particulirement, les tribunaux
pour enfants peuvent juger les jeunes vagabonds, de
mme les enfants frapps d'une measure de correction pa-
ternelle, par application de l'ordonnance du ler. Septem-
bre 1945 qui a modifi les articles 375 et suivants du Code
Civil.
On considre gnralement que la rforme apporte au
droit civil par l'ordonnance du ler. Septembre 1945 fa-
vorise l'exercice d'une procedure don't l'intrt social est
incontestable.
Un minent juge des enfants, Monsieur Jean Chazal a
crit: Confier un magistrat spcialis le soin d'assurer
le placement ducatif d'un enfant difficile, c'est viter
qu'il ne devienne, un jour, un dlinquant.
Donc l'ide d'tendre la competence des tribunaux pour
enfants au stade du danger encore lointain n'est admise
que depuis peu d'annes en France, et le project de loi
relatif la protection de l'enfance en danger, actuelle-
ment dpos devant le Parlement, tmoigne de cette ini-
tiative toute rcente.
On veut que la competence du juge des enfants ne soit
plus limite au mineur dlinquant, mais qu'elle s'tende
galement au mineur en danger. Il se pose ici le pro-
blme de la prevention de la dlinquance juvenile qui,






ET L'INSTITUTION DU JUGE DES ENFANTS


pris en soi, demeure beaucoup plus complex et beaucoup
plus vaste que celui du traitement.
L'auteur de l'esprit des lois disait que le lgislateur
doit s'occuper davantage de la prevention criminelle que
de la repression. La peine exerce une mauvaise influence
sur les mours de la socit.
L'attribution de competence qui permet au juge des
enfants d'assurer la protection des enfants en danger est
encore insuffisante. Ainsi le proclamait la XIIme. ses-
sion de l'Association international pour la Protection de
l'enfance, organise Paris en 1937, le juge des enfants
belges, Monsieur Wets. Ce qu'il faut pouvoir obtenir,
disait-il, c'est une possibility d'intervention, en faveur de
l'enfant en danger de chute prochaine et cela avant
qu'elle ne soit ralise. Nous ne pouvons gure intervenir
actuellement l'gard du moralement abandonn que
grce des expdients lgaux discutables.
L'volution s'est faite depuis dans ce domaine. Le juge
des enfants apparat de plus en plus comme le magistrat
spcialis auquel sont soumises toutes les questions rela-
tives la protection physique, morale et civil des mi-
neurs. Il devient ainsi un juge tutlaire.
La loi du 24 juillet 1889 et le dcret-loi du 30 Octobre
1935 s'inscrivent dans un courant bien net: celui de la
comprehension et de la protection de l'enfance. Sous la
pousse des sciences psychologiques, pdagogiques et m-
dicales, le lgislateur est arriv une conception trs
large des problmes que posent l'enfance et l'adolescence
en danger. Le project de loi don't l'analyse dtaille fera
apparatre son double intrt juridique et pratique et
que nous examinerons au chapitre IV, contribute sup-
pler certaines carences lgislatives qui s'taient mani-
festes jusque-l.
Par example, quand le juge des enfants ne croit pas
devoir mettre en ouvre, pour protger un enfant victim
de la carence familiale, la lourde procedure de la dch-
ance de la puissance paternelle, le project de loi peut y







16 LE PROBLEM DE LA DELINQUANCE JUVENILE

remdier puisqu'il donne, soit au juge des enfants, soit
au tribunal des enfants le pouvoir d'ordonner des me-
sures provisoires ou dfinitives don't la diversity et la
graduation permettent l'adaptation aux multiples situa-
tions vises par le texte.
Il resort du dcret-loi du 30 Octobre 1935, instituant
la surveillance ducative, que le juge ne peut pas l'ap-
pliquer quand il se trouve en presence de mineurs en
danger en raison de leur propre dficience. Ce dcret-loi
prvoit des measures insuffisantes, car la seule rellement
efficace dans certain cas, qui et pu contribuer plus di-
rectement sur le plan prventif, est exclue: le placement.
Il fallait donc qu'une loi vnt y supplier. Le project
de loi prsente d'autant plus d'importance social et d'in-
trt human qu'il accord au juge des pouvoirs plus
tendus en largissant son champ d'action et entranant
ainsi la modification de l'instance judiciaire. La measure
de placement est prvue l'article 5 (Chapitre IV).
La dchance de la puissance paternelle, qu'elle soit
de plein droit ou facultative, total ou partielle, est une
measure trs grave qui constitute une vritable atteinte
aux droits les plus sacrs de la personnel humaine. Avec
la nouvelle loi, l'enfant n'est plus spar de sa famille et,
ds lors, apparat la possibility de protger, d'duquer et
de soigner tous les enfants en danger, avec la collabora-
tion de leurs parents.
L'article 28 du project de loi dispose:
Les dispositions de l'alina 7 de l'article 2 de la loi
du 24 Juillet 1889, compltes par le dcret du 30 Octobre
1935, sont abroges.
Les procedures en course seront poursuivies conform-
ment aux dispositions du titre II de la prsente loi.
En 1948, le problme tait dj pos sous un jour trs
objectif et trs raliste dans l'ouvrage de Monsieur Jean
Chazal: Le Juge des Enfants. C'est, sans doute, cet
aboutissant sur le plan juridique que voulait arriver le
magistrat Chazal quand il crivait: Le juge des enfants







ET L'INSTITUTION DU JUGE DES ENFANTS


doit tre appel dcider de la surveillance et du place-
ment de tous les mineurs qu'il imported de rduquer en
raison, soit de leurs troubles caractriels ou intellectuals
se manifestant par un comportement normal, soit de la
dficience ou de la carence ducative du milieu familial.
Tous ces mineurs sont inadapts aux conditions d'une
vie social normal ou menacs dans leur adaptation. Si
la justice ne les protge pas, ils deviendront immanqua-
blement un jour, dlinquants ou vagabonds. Il est nees-
saire de faire assurer leur surveillance ou leur rduca-
tion ds que se rvlent les premiers signes de leur ina-
daptation social ou ds que leurs parents, par leur in-
capacit certain de les lever, les mettent en danger
moral ou mme physique. Ncessit d'autant plus im-
prieuse que la rducation du pr-dlinquant sera sou-
vent plus facilement obtenue que celle du dlinquant. Il
est plus jeune, et sa personnalit n'est pas encore fige
dans une attitude anti-sociale.
Il serait de mme opportun, pursuit le juge Chazal,
qu'un texte autorise le juge prendre une measure de
placement l'gard des enfants don't la sant morale ou
physique est compromise dans leur famille. Les measures
de surveillance ou d'assistance ducative dcides en ap-
plication du dcret-loi du 30 Octobre 1935 peuvent, en
effet, se rvler inefficaces dans les situations o les faite
reprochs aux parents ne sont pas cependant assez graves
ou insuffisamment volontaires pour motiver une action
en dchance de puissance paternelle.
Compltons donc le dcret-loi du 30 Octobre 1935 en
permettant au magistrat de faire assurer autant le pla-
cement que la surveillance des mineurs en danger.
C'est un droit de haute tutelle que nous voulons voir
exercer par le juge des enfants dans tous les cas o le
mineur est menac dans son avenir social et dans son
volution humaine, soit par le fait des troubles psychiques
don't il est atteint, soit par le fait de la carence ou sim-
plement de l'inaction familiale.







18 LE PROBLEM DE LA DELINQUANCE JUVENILE

Ce project de loi que l'on peut considrer comme un
complement juridique ncessaire a vu enfin le jour. Il
reprsente le pilier dans le systme de prevention de la
dlinquance juvenile. On peut affirmer que le lgislateur,
considrant sous une optique trs large la prevention et
tout en s'levant la hauteur des solutions qui s'imposent,
s'est attaqu vritablement l'ensemble du problme.
Arrivant aux terms d'une unification, la nouvelle loi fait
sortir du cadre du droit pnal les enfants en danger phy-
sique et moral et permet de contrler de plus tout ce qui
se rapporte l'enfance et aux parents. La prevention et
le traitement se rejoignent ainsi.
Entre l'enfant dlinquant et l'enfant en danger moral,
entire celui qui a t pris et celui qui ne l'a pas t, il
n'existe pas de difference de nature. Tous deux exigent
la mme intervention de l'ducateur spcialis et, ven-
tuellement, du mdecin...
En dcoupant dans la ralit deux groups factices,
on a trop fait prvaloir le point de vue de technique judi-
Eiaire sur le point de vue social et human. Aussi le cri-
trium auquel on doit se rfrer de plus en plus est celui
de l'inadaptation sociale.
SSelon le professeur Heuyer, est inadapt l'enfant don't
le deficit (physique, affectif ou intellectual) oblige la
Socit l'assister, ou don't les tendances affectives qui
constituent son caractre le rendent, des degrs varis
et sous des formes diverse, nocif son milieu.
Ce n'est pas seulement l'enfant qui a enfreint les rgles
pnales que la Socit doit prendre en charge pour le
radapter... Ce sont tous les enfants don't le comportement
trahit qu'ils ne s'insrent, comme tenon et mortaise, dans
le milieu familial, scolaire ou professionnel o ils
vivent ordinairement.
C'est donc sur le plan de l'inadaptation social que le
project de loi permettra d'assurer une protection efficace
tous les enfants et adolescents qui se trouveraient en
pril un titre quelconque physique, sensoriel, carac-
triel et moral.











CHAPITRE HI


LES ORGANISMES DE DETECTION PREVENTIVE
LEUR IMPORTANCE ET LEUR ROLE
DANS L'APPLICATION DE LA LOI

Il semble natural que le project de loi ait entran une
profonde modification des organes de dtection, puisqu'il
traduit une volution au terme de laquelle il n'y a plus
qu'une jurisdiction, comptente la fois pour les jeunes
dlinquants, pour les jeunes prdlinquants et pour les
enfants en danger plus lointain. La prdominance de la
jurisdiction spcialise est manifestement admise et ra-
lise, et elle devient dsormais comptente pour statuer
sur les measures prendre en vue de protger tous les
enfants en danger.
En France, le juge est le protecteur des droits et de la
personnel. Dans le cadre judiciaire, c'est donc au Tribunal
pour enfants qu'on s'en remet en ce qui concern la dci-
sion prendre en faveur de l'enfance et de l'adolescence
en danger.
Cette unification de la jurisdiction occasionne son tour
une unification, ou tout au moins une meilleure coordina-
tion des organes de dtection. Les diffrents organismes
de dtection preventive par le libre jeu de l'interaction
qui en rsulte, exercent dans le cadre de leurs attribu-
tions administrative respective leur rle. Les services
de police contribuent la dtection preventive et les ser-
vices sociaux spcialiss par leur action'prcoce dans les
families, dans les coles, dans les rues mme, peuvent
dceler, plus aisment que la police, ces symptmes in-
quitants souvent annonciateurs d'un dlit. Ce travail
de prevention qui choit au travailleur social doit, pour
porter ses fruits, se raliser dans un climate o prdomine
surtout l'intrt du mineur.






20 LE PROBLEM DE LA DELINQUANCE JUVENILE

Tout ici est affaire de measure, de nuances, d'exp-
rience. Il est peu de rles aussi dlicats a crit Monsieur
Costa.
L'action des services de police est plus sensible en
matire de prdlinquance caractrise qu'en matire de
danger lointain. Cela se conoit aisment. Cependant,
l'existence, depuis quelques annes, d'une police spcia-
lise en France se trouve chaque jour justifie par l'action
humaine et protectrice qu'elle accomplit.
C'est en 1942, en effet, qu'il a t institu Paris, par
un arrt du prfet de police, dans le cadre du service de
la protection des mineurs et de la natalit, un corps de
trente assistants de police. Ce service relve lui-mme
de la Direction de la police judiciaire et comprend une
brigade masculine ct de cette brigade fminine. Les
attributions de cette brigade sont large; elles ne se limi-
tent pas seulement la dtection de la dlinquance ju-
vnile, mais s'tendent, aussi bien la protection des mi-
neurs qu' la protection de la natalit. Il faut galement
signaler l'action efficace que peuvent mener d'autres or-
ganismes tels que ceux de protection maternelle et in-
fantile, de contrle medical et social scolaires. Ils cons-
tituent sur le plan de la protection de l'enfance de pr-
cieux agents de dtection des dangers courus par les en-
fants.
Au oours d'une visit la Prfecture de Police, j'eus
l'avantage de prendre contact avec le chef du Service
de la protection des mineurs, M. F. Zamaron, qui m'ex-
pliqua le fonctionnement de son service et le rle de
cette brigade de police. Nous nous occupons, a-t-il dit,
de tous les cas d'enfants maltraits ou en danger moral
ou physique. C'est galement un service de protection
de l'enfance et de prevention de la dlinquance. Les ins-
pecteurs et les assistants de police ont des attributions
diverse qui peuvent se rsumer dans les activits con-
cernant:
lo.) la voie publique (police de meurs).
2o.) la recherche des mineurs disparus.






ET L'INSTITUTION DU JUGE IDES ENFANTS


3o.) le tribunal pour enfants.
4o.) les enqutes dans les familles.
Ce service s'occupe de toutes les questions d'ordre so-
cial et c'est en troite liaison avec l'organisation des ser-
vices sociaux de la region parisienne qu'il ralise sa tche
essentiellement protectrice et preventive.
D'ailleurs ne parle-t-on pas de la conception d'une po-
lice social? A ce propos, Monsieur F. Zamaron a fait le
point sur cette question dans un article public par la
revue Sauvegarde de 1'Enfance, Septembre-Octobre
1951.
Longtemps, crit-il, on a pu croire que le rle de la
police se bornait la repression: sa raison d'tre. Aussi,
craignant sans doute d'tre critique dans son travail, la
police a-t-elle toujours souhait produire des statistiques
de rsultats rpressifs plus impressionnants d'une anne
sur l'autre.
Or, une police qui attribuerait la prevention un rle
aussi important qu' la repression devrait s'enorgueillir
rapidement de statistiques courbe descendante. On dira
que cette prevention est l'affaire de bien d'autres services
dpendant de dpartements divers (lutte contre l'alcoo-
lisme, le taudis, la dbauche, le dfaut d'hygine, 'igno-
rance; organisation acheve de l'enseignement scolaire,
post-scolaire, des loisirs des jeunes, etc...) Toujours est-il
que dans bien des cas, l'arme la plus efficace restera la
voie autoritaire reprsente par une contrainte intelli-
gente, nuance et faite de comprehension toutes les si-
tuations.
Cette pression utile, la police est mme, mieux que
tout autre de l'entreprendre et de la dvelopper car elle
est mme de tout voir... ou presque, et sous le jour le
plus rapide, le plus complete et le plus vrai.
Une bonne police devrait se nuire elle-mme, c'est--
dire ruiner l'avance son propre achalandage. On pourrait
dire que la justification de son existence est trouve, non
dans son rle de protection banale contre les malfaisants,
mais dans celui d'un organisme de base s'intressant aux







22 LE PROBLEM DE LA -DELINQUANCE JUVENILE

causes et non seulement aux effects et travaillant plus en-
core pour l'avenir que pour le present.
Consacr empcher la dlinquance de natre, il con-
tribuerait soit par son action propre, soit par l'alerte
donne d'autres organismes i redresser, en temps utile
toute situation (de jeunes surtout) en danger. On par-
viendrait ainsi la conception d'une police essentielle-
ment social, la seule logique, la seule rentable, la seule
pouvoir dresser un hard visage.
Dans la Revue de Criminologie et de Police technique
de Genve, (Avril-Juin 1952), Monsieur Jean Pinatel a
galement mis en lumire l'aspect nouveau du rle de la
police social dans une important tude intitule: Cri-
minologie et Police Sociale:
Dj l'ide d'une police social a fait du chemin, crit-
il. Un movement en faveur d'une police spcialise,
voire fminine, se dessinait en France comme ailleurs, en
matire d'enfance et de prostitution, avant le Ime Con-
grs International de Criminologie. Il n'est pas sans in-
trt de prciser comment, au lendemain de ses travaux,
la conception d'une police social se profile sur le terrain
prventif, pnal et post-pnal.
Le Congrs de Paris a donc souhait que les men-
diants, les vagabonds, les enfants moralement abandon-
ns, les anormaux de l'esprit, (insuffisants mentaux ou
dsquilibrs profonds) qui se sont rvls comme n'ayant
pas le contrle de leurs actions, soient soumis des me-
sures de protection, de garde et d'ducation qui les pr-
servent de commettre crimes ou dlits.
Ces measures de prophylaxie criminelle doivent avoir
pour support une organisation mdico-policire adequate
place sous le signe de la liaison troite du psychitre et
des organismes charges de l'ordre public.
Le Congrs de Paris a donc postul l'organisation d'une
police spcialise: la police social qui doit tre prven-
tive et non plus uniquement rpressive.
Monsieur Jean Pinatel conclut en ces terms: Le
champ d'action de cette police social apparait pre-






ET L'INSTITUTION DU JUGE DES ENFANTS 23

mire vue extrmement vaste: enfance dlinquante, pros-
titution, probation, surveillance des librs et des indi-
vidus dangereux. Et cette importance quantitative ne
saurait faire oublier son importance qualitative. La po-
lice social sera la police preventive de demain.
Bien des conceptions du pass ont t abandonnes, en
effet, aujourd'hui. Toutes les nations qui se rclament
des ides de progrs et de civilisation ont opt pour une
politique criminelle qui, loin de combattre le crime aprs
qu'il s'est manifest, intervient au moment o le crime
est encore dans son noyau et mme dj au moment o
peuvent se crer des conditions favorables au crime.













CHAPITRE IV


LE PROJECT DE LOI
CONSIDERATIONS JURIDIQUES ET PRATIQUES

PLAN

Dans son ensemble, le project de loi comprend vingt-huit
articles rpartis sous les quatre titres suivants:
A- Titre Premier: Articles 2 6. Des conseils de pro-


B-Titre II


C Titre III

D-Titre IV


tection de l'enfance et de l'adoles-
cence en danger et de leurs attribu-
tions.
: Articles 7 23. Des attributions du
juge des enfants et du tribunal pour
enfants.
: Articles 24 25. Dispositions finan-
cires.
:Articles 26 28. Dispositions di-
verses.


L'article 1er. stipule que la protection de l'enfance et
de l'adolescence en danger est assure conformment aux
dispositions de la prsente loi.

-o-

A -TITRE PREMIER
L'article 2, en instituant le Conseil dpartemental de
protection de l'enfance et de l'adolescence en danger
dfinit le rle qu'il est appel jouer. Ce conseil a mission de proposer des measures destines assumer la
protection des mineurs de 21 ans don't la sant, la scurit,






26 LE PROBLEM DE LA DELNQUANCE JUVENILE

la morality ou l'ducation sont mises en danger, soit par
leurs dficiences intellectuelles ou sensorielles, ou les
troubles de leur caractre, soit par leur milieu familial
ou leurs conditions de vie.
L'action du Conseil Dpartemental s'exerce donc sur
des mineurs en danger en raison de certaines causes qu'il
s'agit de considrer, si l'on veut bien dgager la tche
combien immense des membres de ce conseil.
lo. Considrons les mineurs en danger en raison de
leurs dficiences intellectuelles ou sensorielles, ou des
troubles de leur caractre:
Le professeur Georges Heuyer, dans une enqute sans
prcdent sur 100.000 coliers a prsent une tude sur
le recensement des enfants dficients en France parue
dans un remarquable ouvrage, des enfants d'ge scolaire. Il pense que les categories de
classement des filles et des garons atteints de dficience
mental ou sensorielle des degrs divers devaient tre
les suivantes.
A Inducables Enfants atteints d'idiotie ou d'im-
bcillit proprement dite et congnitalement incapables de
se diriger dans l'existence, de recevoir une education ou
d'exercer un mtier quelconque.
B- Educables lo.) Dbiles intellectuals, retards
ou arrirs mais susceptibles de recevoir un enseignement
et d'tre utilisables socialement en faisant un travail ma-
nuel.
Io.) Dficients sensoriels de l'oue ou de la vue (sauf
les aveugles ou sourds-muets).
IIIo.) Enfants atteints de troubles du caractre. Ins-
tables, pileptiques et pervers.
. Le plus souvent, les troubles sensoriels ne sont pas vi-
dents: l'enfant ne sait pas tudier et ne se rend pas compete
qu'il entend mal ou qu'il ne voit pas suffisamment. Les
troubles ne seront dcels que de faon indirecte, et sou-
vent sous la forme d'un trouble psychique, d'ordre in-
tellectuel et affectif.






ET 'INSTITUTION DU JUGE DES ENFANTS


Les troubles du caractre sont de leur ct, nombreux
chez l'enfant et chez l'adolescent et entrent, pour une
grande part, dans le comportement anti-social ou dange-
reux. Le professeur Heuyer les a classs sous sept ru-
briques. Ce sont: 1) les motifs, 2) les dprims, 3) les
excits, 4) les instables, 5) les impulsifs, 6) les paranola-
ques, 7) les pervers.
Mademoiselle Odette Philippon qui a public dans son
ouvrage La jeunesse coupable vous accuse les rsultats
d'une enqute mondiale portant sur 18.376 cas de jeunes
filles et femmes mineures dlinquantes des Instituts ae
rforme de vingt cinq nations des cinq continents, consi-
dre les measures prendre en vue d'assurer de manire
efficace le dpistage et le redressement de l'enfance pr-
dlinquante. On peut lire, en effet, sous sa plume:
Il y a de nombreux enfants dans les coles qui don-
nent des signes de dbilit mental, d'instabilit grave,
d'inaptitude social; ils tiennent toujours la queue de leur
classes, sont dissimuls, menteurs, paresseux, imaginatifs,
enclins au vol, agressifs, ils manquent d'assiduit. Le
mdecin scolaire les vaccine, examine leurs poumons, leur
dveloppement gnral; il faudrait qu'il surveillt aussi
leur comportement mental, s'enqut du milieu familial o
ils vivent. Autrement dit, il faudrait tendre aux enfants
des coles, d'abord ceux qui prsentent des troubles
spciaux de dveloppement mental, ensuite tous, les
examens mdico-psychologiques que subissent les petits
dlinquants. Ces troubles peuvent provenir d'une dg-
nrescence congnitale ou de conditions extrieures nor-
males.
Le Conseil de protection de l'enfance, prsid par le
juge des enfants qui, dans les decisions prises la ma-
jorit absolue des voix des membres presents, a voix pr-
pondrante (article 3), a le pouvoir de proposer cet exa-
men mdico-psychologique tous les mineurs qu'il estime
en danger. Le lgislateur, dans sa sagesse, a institu toute
une varit de measures propres assurer la protection







28 LE PROBLEM DE LA DELINQUANCE JUVENILE

du mineur. L'article 5 que nous reproduisons in extenso
remdie cette lacune que nous avons signale dans le
dcret-loi du 30 Octobre 1935: le placement.
Article 5.-Aprs enqute social, examen mdico-
psychologique, s'il y a lieu examen d'orientation profes-
sionnelle, et, le cas chant, avec le consentement des pa-
rents ou garden, placement provisoire dans un centre
d'accueil ou d'observation, le conseil peut proposer:
soit la visit rgulire du mineur laiss sa famille
par une assistant social,
soit le traitement du mineur dans un centre de cure
ne comportant pas d'internat agr conformment aux dis-
positions qui seront dtermines par arrt ministriel,
soit la remise du mineur:
lo.) A un autre parent ou une personnel digne de
confiance;
2o.) A un tablissement d'enseignement scolaire ou pro-
fessionnel;
3o.) A l'assistance l'enfance;
4o.) A un tablissement ou centre de cure ou de rdu-
cation et notamment une cole de perfectionne-
ment avec internal, publique ou prive, l'exclu-
sion des institutions publiques d'ducation profes-
sionnelle, surveille ou corrective.
Si les parents ou garden, dment convoqus, donnent
leur accord la measure envisage, il en est immdiate-
ment dress acte sur un registre special. Cet acte est
sign par les parents ou garden du mineur et par le juge
des enfants, president du conseil dpartemental. La si-
gnature du juge des enfants donne l'accord force ex-
cutoire.
Si les parents ou garden du mineur n'acceptent pas la
measure propose par le conseil, l'affaire est porte, par
les soins du conseil, dans un dlai de trois jours, devant
le juge des enfants competent pour tre procd ainsi
qu'il est dit l'article 7, alina premier.







ET L'INSTITUTION DU JUGE DES ENFANTS


Cet article 5 oriented dfinitivement, peut-on dire, la
legislation non plus sur un terrain socio-pnal, mais socio-
civil.
2o. L'article 2 prvoit aussi que le milieu familial
ou les conditions de vie peuvent contribuer dans une trs
large measure mettre en danger la sant, la scurit, la
morality ou l'ducation des mineurs.
En effet, la famille, cellule fondamentale du corps social,
contribute la formation et l'ducation de tous les mem-
bres qui la composent quand elle est normalement cons-
titue. Mais, il n'en est pas toujours ainsi et nombreux
sont les foyers dissocis o se recrutent des mineurs d-
linquants ou en danger.
Une enqute poursuivie par le Docteur Heuyer sur
quatre cents dossiers d'enfants de justice, et par un de
ses lves, le Docteur Menut, avec huit cent trente neuf
enfants, a permis de conclure qu'environ 60 65% des
mineurs traduits devant le juge sortent d'un foyer dis-
soci.
Si nous consultons le sixime rapport annuel public
par la Direction de l'Education Surveille pour la
priode du 31 juillet 1951 au 31 dcembre 1952, nous
constatons que le nombre des mineurs en danger, soit un
total de 24.499 l'emporte considrablement sur celui des
dlinquants qui accuse le chiffre de 14.971. Il y a donc
une difference de 9.528. Naturellement la comparison du
chiffre des dlinquants avec ceux des annes 1949, 1950
montre que la dcroissance de la dlinquance juvenile
s'est poursuivie en 1951:
Anne IDlinquants jugs (Mtropole) Total
Province Paris
1949................................. 15.932 5253 21.185
1950............................. ..... 13.182 4.762 17.944
1951.................................... 12.105 2.866 14.971
Bien que ce tableau traduise une baisse de la dlin-
quance des mineurs en France, ce qui suppose sans doute
un retour des conditions d'existence plus normales et
une plus grande stability familiale, il reste encore le pro-
blme de l'enfance en danger.







LE PROBLEM DE LA DELINQUANCE JUVENILE


On peut lire, en effet, dans le cinquime rapport annuel
de l'Education surveille (31 juillet 1950 31 juillet 1951),
la page 21:
Il faut cependant se dfendre d'un optimism trop
grand aussi longtemps qu'il n'existera pas d'organismes
de dtection des jeunes en danger. Du point de vue po-
licier notamment, la creation de services spcialiss de
police parait s'imposer dans toutes les grandes villes. Il
semble bien que l'action de la police en presence de l'im-
possibilit de faire face aux exigences de la rducation,
d'un trop grand nombre de mineurs, ait quelque peu di-
minu dans son intensit.
Les chiffres publis par la Direction de l'Education
Surveille traduisent loquemment la situation des mi-
neurs en danger puisque nous trouvons, la page 16 du
sixime rapport, un tableau indicatif de toutes les me-
sures prises soit directement leur profit, soit l'gard
de leurs parents:
lo. Mineurs de 18 ans vagabonds................. 1.290
20. Mineurs de 21 ans, objet d'une measure de
correction paternelle ............................ 1.178
3o. Mineurs de 21 ans don't les parents ont fait
l'objet d'une tutelle aux allocations fami-
liales .................................................. 5.016
4o. Mineurs de 21 ans don't les parents ont fait
l'objet d'une dchance ou d'un retrait des
droits de puissance paternelle et mineurs
de 16 ans sur lesquels ces droits ont t
dlgus ............................... ............. 11.975
5o. Mineurs de 21 ans don't les parents ont fait
l'objet d'une measure d'assistance ducative 4.597
60. Mineurs de 21 ans victims de svices...... 443
Total.............................................. 24.499
Il resort de ces donnes officielles que le milieu fa-
milial aussi bien que les conditions de vie peuvent cons-
tituer des facteurs propres mettre en danger un mi-
neur. Dans une tude publie par la Commission des







ET L'INSTITUTION DU JUGE DES ENFANTS


questions sociales de l'Organisation des Nations-Unies sur
les Enfants privs d'un milieit familial normal,, on peut
lire ces considerations fort propos:
On reconnat en gnral que l'enfant doit tre con-
sidr comme faisant parties d'un group: la famille, et
non comme un individu indpendant don't on pourrait
satisfaire les besoins physiques, psychologiques et sociaux
sans tenir compete des liens qui l'unissent la famille.
On admet aussi gnralement que le milieu le plus fa-
vorable au dveloppement d'un enfant est un foyer nor-
mal. Mme si l'on tient compete du sens trs different que
peut avoir le terme foyer normal dans les diverse par-
ties du monde, selon les conditions sociales, conomiques
et culturelles, il existe un certain nombre de principles
fondamentaux que l'on considre comme caractristiques
d'une famille normal, bien adapte socialement.
Il demeure vident que l'enfant, priv d'un milieu fa-
milial normal est vulnerable, non seulement quant sa
sant, mais aussi en ce qui concern sa sant mental,
son education et son adaptation la socit. Ainsi le com-
prend le lgislateur franais qui fait reposer la loi sur
la protection de l'enfance en danger sur le principle g-
nral que chaque enfant a droit une protection spciale
et que l'Etat, tant la plus haute autorit responsible de
ses enfants, s'attribue le pouvoir d'intervenir dans l'exer-
cice des droits des parents, lorsque le bien-tre de l'en-
fant l'exige.
B-TITRE II
Le juge des enfants est le president du conseil de pro-
tection de l'enfance. Ses attributions sont trs tendues
en raison du rle qu'il est appel jouer dans l'organisa-
tion judiciaire concernant les mineurs. Le project de loi
largit plus considrablement son champ d'action et tend
les limits de son pouvoir. Dans cette organisation ju-
diciaire, on peut mme dire qu'il en est la cheville ou-
vrire.







32 LE PROBLEM DE LA DELINQUANCE JUVENILE

Dans l'une de ses dernires tudes parue quelque temps
avant sa mort, dans la Revue de Science Criminelle et
de Droit Pnal Compar (1951) et relative la loi du 24
Mai 1951 modifiant l'ordonnance du 2 Fvrier 1945, Joseph
Magnol crivait: Non seulement les juges des enfants
doivent possder, cela va de soi, de solides connaissances
juridiques dans le domaine pnal, mais ils doivent tre
au courant de la legislation social et familiale, des dif-
frents services qui assurent la protection de l'enfance
et de la famille avec lesquels ils sont en rapports cons-
tants.
De plus comme le disent MM. Chazal et Delacroix
ayant pour mission de juger un mineur non seulement
sur le fait qu'il a commis, mais plus encore sur sa per-
sonnalit, le juge des enfants doit avoir une large infor-
mation sur tous les problmes sociaux ou psychologiques,
psycho-pathologiques, pdagogiques, que pose l'enfant
dans son volution. Il doit savoir se mouvoir aisment
dans la connaissance des rapports'de personnalit que,
pour chaque affaire, lui fournissent les technicians qui
sont ses collaborateurs, mdecins spcialiss, assistants
sociales, psycho-techniciens, ducateurs spcialiss.
En effet, le president qui a voix prpondrante dans les
decisions prises par le conseil dpartemental dispose de
tous les moyens prvus aux articles 8, 9, 10, 11, 12, 14, 15.
Quand, dfaut d'un accord sur la modification de la
measure prise en application de l'article 5, le conseil, le
mineur, ses parents ou son garden saisissent le juge des
enfants, ce dernier peut soit procder conformment aux
dispositions des articles 8 15 inclus, soit renvoyer imm-
diatement le mineur devant le tribunal pour enfants.
(Article 7, alina 1).
La pratique administrative apparat trs simple et la
procedure judiciaire elle-mme se rvle d'une grande
souplesse dans l'intrt mme du mineur et de ses pa-
rents.








ET L'INSTITUTION DU JUGE DES ENFANTS


L'article 7, en son deuxime alina, permet au juge des
enfants d'exercer une action directed, preventive et pro-
tectrice la fois:
I1 peut tre saisi directement par une requte du pro-
cureur de la Rpublique ou de la personnel investie du
droit de garde ou agir d'office dans les cas o la sant,
la scurit, la morality ou l'ducation d'un mineur de 21
ans se trouve gravement compromise en raison de l'im-
moralit ou de l'incapacit des parents ou garden, ou
si le mineur, par son inconduite ou son indiscipline, met
ceux-ci dans l'impossibilit d'exercer leur droit de direc-
tion ncessaire. Il procde, dans les cas prvus au present
alina, conformment aux dispositions des articles 8 15
inclus.
Nous avons fait ressortir toute la gravit de la situation
qui est faite un mineur quand il a affaire un milieu
immoral ou quand il rencontre une relle incapacit chez
ceux qui sont charges de son education et de sa forma-
tion.
Quelques cas concrets peuvent illustrer ces diffrentes si-
tuations.
I.-Nous lisons dans la Revue Esprit du mois de
Juillet 1950, un documentaire fort intressant, prsent
par Henri Michard, dans lequel nous extrayons les cas
suivants:
1. C... Elise, 16 ans, inculpation: prostitution.
J'ai une drle de famille, mon pre et ma mre sont
spars mais ils se voient quand mme et mon pre parle
l'amant de ma mre. Je les aime bien quand mme.
2. Extraits du rapport d'observation de Charles A...
inculp de vols de fils de cuivre avec un complice (son
frre) 16 ans.
Localisation des causes de la dficience.
Milieu familial: dissoci. Le pre est alcoolique, brutal.
Le divorce a t prononc ses torts en 1939. La mre
est femme de mnage, mre de cinq enfants don't un qui
est n d'un ami disparu en Allemagne. Les enfants sont








34 LE PROBLEM DE LA DELINQUANCE JUVENILE

fragiles, l'an (19 ans) aux dires de la mre n'est pas
normal et manque de srieux. Une petite de 8 ans est
voue au prventorium. L'appartement se compose d'une
pice l'usage de 6 personnel, type du taudis.
II.-En plein milieu dlinquant.
Les examples sont tirs de l'Ouvrage de Mademoiselle
Odette Philippon; ce sont des cas individuals, concrets
et reprsentatifs:
1. Victims de l'alcool: J. M... l'ge de 7 ans a t
victim de mauvais traitements de sa mre qui se livrait
l'alcoolisme. Elle a l'apparence d'une enfant chtive
et son corps porte la trace de coups violent. Ayant trop
souffert dans les premires annes, la pauvre petite res-
tera rachitique. Elle a maintenant 15 ans, on lui en don-
nerait 10. Frquemment malade, elle va tre envoye en
prventorium car la tuberculose la guette.
2. Le pre de la jeune M... s'adonnait journellement
la boisson, maltraitait femme et enfants et les laissait
coucher la belle toile. Aprs separation, la mre vcut
en concubinage avec un divorc. M... fut trouve er-
rante l'ge de 12 ans.
3. M. L... tait fille de parents alcooliques. Elle s'en-
fuit du taudis o rgnaient la misre et la discorde.
Arrte pour vagabondage, elle fut interne pour un an.
Son anne termine, elle refusa de partir Je veux rester
srieuse, dit-elle, si je retourne dans ma famille, je re-
commencerai. Je prfre rester ici jusqu' ma majority,
je m'y trouve si heureuse!. M. L... est une gentille en-
fant qui exerce une influence salutaire sur ses compa-
gnons.
III.-Parents corrupteurs de leurs enfants:
1. J... a 8 ans. Les parents sont en instance de di-
vorce. La mre de J... fait la leon sa fille pour qu'elle
accuse son pre d'avoir abus d'elle. En ralit, cette
mre infme a dj initi sa fille aux vices les plus hon-
teux.






ET L'INSTITUTION DU JUGE DES ENFANTS


2. M... 12 ans, fut victim d'attentat la pudeur par
son propre pre. Elle eut sous les yeux les plus lamen-
tables examples. Ses parents furent arrts, dchus de
leurs droits. Dsormais sans famille, M... ne gardera du
foyer qu'un souvenir assombri et effray.
IV.-Mesures de dchance prises contre les parents:
Nous extrayons de quelques dossiers qui nous furent
communiqus au Service de la Protection des mineurs
des examples qui traduisent des situations de mineurs en
danger don't les parents se sont rvls nettement inca-
pables. Ce sont des cas qui chappent la loi et que
seules l'action et l'intervention du Conseil dpartemental
et du juge des enfants pourraient empcher. Il est tabli
que les measures de dchance prises contre les parents
n'apportent pas le remde ncessaire. Bien au contraire,
le juge creuse un foss entire l'enfant et ses parents; et
il arrive parfois que l'attachement de l'enfant ses pa-
rents mme si ce sont de mauvais parents est en
gnral si grand qu'il peut l'empcher de s'adapter par-
faitement un autre milieu. Il s'agit au contraire de con-
cilier la possibility de protger, d'duquer et soigner, avec
la collaboration des parents, l'enfant en danger. Voici
quelques cas auxquels le project de loi peut remdier:
1. Communication d'un dossier tablissant les faits sui-
vants:
Trois enfants respectivement gs de 10, 12 et 13 ans,
fils des poux L. G... s'amusent en l'absence de ces der-
niers, ivrognes invtrs, incapables de les duquer,
jeter du paper enflanmm par la fentre. L'enqute de
l'assistante social a rvl que les poux L. G... rentrent
trs tard la nuit et ngligent la surveillance de leurs
enfants.
2. Le mari M... met sa femme la porte avec un enfant
de huit ans aprs l'avoir brutalement frappe.
L'article 12 permet au juge des enfants de rvoquer
ou de modifier tout moment les measures provisoires
qu'il a ordonnes. Il en a t de mme de l'article 6 en






36 LE PROBLEM DE LA DELINQUANCE JUVENILE

ce qui concern la measure prise par le conseil qui est
un organisme administratif. Cette rvocation ou cette
modification peut tre faite par le juge soit d'office,
soit la requte du mineur, des parents ou garden ou du
procureur de la Rpublique.
L'article 13 prvoit que cette decision est susceptible
d'appel don't le dlai est de trois jours. L'appel interjet
est port devant la Chambre spciale de la Cour d'appel
institute par l'article 24 de l'ordonnance du 2 Fvrier
1945.
Quand le juge des enfants a termin l'enqute social
prvue l'article 5, il peut, grce aux rsultats, saisir
le tribunal pour enfants s'il pense que le placement doit
tre envisag. Dans le cas contraire, il recourt l'au-
dience de cabinet au course de laquelle il statue aprs
avoir entendu le mineur, les parents ou garden et toute
autre personnel don't l'audition lui parat utile. Articles
14 et 15.
V.-Procdure, Mode de saisine du Tribunal pour en-
fants.
Le deuxime alina de l'article 15 dispose que le juge
des enfants saisit le tribunal pour enfants si les dbats
ont fait apparatre qu'une measure de placement doit tre
envisage.
Article 16: Le tribunal pour enfants statue en chambre
du conseil et peut, soit prononcer les measures prvues
l'article 15 alina premier, soit dcider la remise du mi-
neur jusqu' sa majority ou pour une priode de moindre
dure:
lo. A un autre parent ou une personnel digne de con-
fiance;
2o. A un tablissement d'enseignement scolaire ou pro-
fessionnel;
30. A l'assistance l'enfance;
4o. A un tablissement ou un centre de cure ou d'du-
cation spcialise, et notamment une cole de perfection-
nement avec internal, publique ou prive;






ET L'INSTITUTION DU JUDGE DES ENFANTS


5o. Par decision spcialement motive, un tablisse-
ment de rducation.
L'excution provisoire des decisions rendues en appli-
cation des articles 11, 15 et 16 peut tre ordonne, nonobs-
tant opposition ou appel Article 17.
L'opposition, l'appel, le pourvoi en cassation forment
les voies de recours don't sont susceptibles les ordonnan-
ces rendues par le juge des enfants ou le tribunal pour
enfants. D'aprs le ler. alina de l'article 24 de la loi du
24 Mai 1951, les dispositions de l'article 135 C.I.Cr. seront
applicables aux ordonnances du juge des enfants et du
juge d'instruction. Ces ordonnances sont donc suscep-
tibles d'appel devant la Chambre des mises en accusation,
don't, d'ailleurs fait alors parties le tonseiller dlgu la
protection de l'enfance (article 23, 3me. alina), dans les
dlais, dans les formes et d'une faon gnrale, dans les
conditions fixes par ce texte, tel est le principle. Toute-
fois, l'alina ler. de l'article 24 pose des rgles spciales
pour l'appel des ordonnances du juge des enfants et du
juge d'instruction, measures qui visent la garde du mineur.
Peuvent se pourvoir le ministre public, le mineur ou son
reprsentant lgal. Pour ces ordonnances l'appel est port
non pas devant la Chambre des mises en accusation dans
les formes et dans les dlais de l'article 135 C.I.Cr., mais
dans les dlais de l'article 203 C.I.Cr., c'est--dire dans
les dix jours de la signification de l'ordonnance et devant
la Chambre spciale institute dans chaque Cour d'Appel.
Article 18.
Le juge des enfants ou le Tribunal pour enfants ayant
primitivement statu peut, tout moment, se saisir
nouveau en vue de modifier sa decision. Article 19.
Les parents ou garden qui le mineur a t retir
en application des dispositions de l'article 16 conservent
amnsam eI ap uoqieaUpoui ano .xa!T.nios ap a~l3nej q
adopte. Article 20.
Mais, pour permettre au mineur de bnficier des bien-
faits que peut procurer tant son tat physique que







38 LE PROBLEM DE LA DELINQUANCE JUVENILE

moral la measure de protection prise son gard, cette
modification de la measure ne peut tre envisage qu'
l'expiration d'un dlai d'un an computer du jour de sa
mise en execution.
Telles sont les phases de cette procedure judiciaire
institute au titre II du project de loi. A ct de la pratique
administrative que l'on trouve dans les attributions du
conseil dpartemental, il est hors de doute que la pro-
cdure, allge de tout formalisme excessif qui la rendrait
tortueuse, s'inspire d'une ide trs comprehensive et sur-
tout trs librale. Dsormais et c'est surtout par l
que le project de loi atteindra son objectif le lien fami-
lial ne sera pas si brutalement rompu, tort le plus sou-
vent. Le mineur en danger dans l'intrt de qui le place-
ment a t dcid souffrira moins de l'absence ou de ce
divorce qu'on lui impose avec ses parents et sera demain
en measure de btir lui-mme la propre citadelle de sa vie
quand les notions et les connaissances qu'il aura acquises
durant ce placement porteront leurs fruits.

C TITRE III

Avec le titre III on aborde les dispositions financires.
Les articles 24 et 25 qui traitent de cette matire refltent
l'esprit comprhensif et conciliant qui prside la rdac-
tion du texte. L encore l'intrt du mineur doit prva-
loir, mme quand ses parents sont dmunis de resources
suffisantes.
L'article 24 en son premier alina dispose: Les frais
d'entretien et de rducation des mineurs qui sont l'objet
d'une des measures de placement prvues par les articles
5, 11 et 16, ainsi que les frais d'enqute et d'examens ex-
poss en application de l'article 5, sont, dans la measure o
les parents de l'enfant sont dmunis de resources suffi-
santes, la charge du service de l'assistance l'enfance
et rgls dans les conditions fixes par la loi valide No.
372 du 5 Juillet 1944.






3m L'INSTiTUTION DU JUGE DES ENFANTS


L'article 25 prcise que des decisions rendues en vertu
des articles 5, 11, 15, 16, 18, 19, 20 et 21 dterminent la
part des frais d'enqute et d'examens, des frais d'entretien
et de rducation du mineur, et, ventuellement, des frais
de justice incombant aux parents ou garden. En ce qui
concern les frais d'entretien et de rducation, cette part
ne peut tre infrieure au montant des allocations fami-
liales auxquelles l'enfant ouvre droit.
Lorsque le mineur est soumis la visit rgulire d'une
assistant social prvue aux articles 5, 11 et 15, ou la
surveillance prvue l'article 15, la famille peut tre
tenue de verser une some fixe forfaitairement.
Il va de soi que la famille doit contribuer dans la me-
sure de ses moyens la protection du mineur don't le
Gouvernement entend garantir l'avenir.

D TITRE IV
Parmi les dispositions diverse que contiennent les ar-
ticles 26, 27 et 28, il y a lieu de retenir que la souplesse
don't a fait preuve le lgislateur n'exclue pas une certain
fermet qui doit assurer l'excution de la loi. Tout texte
lgislatif doit contenir cette force de coercition, si on
ne veut pas qu'il reste lettre morte. Gladius custos legis.
C'est pourquoi le lgislateur a plac cette force coerci-
tive l'article 26 qui est ainsi rdig:
Les parents ou garden qui mettront obstacle ou tente-
ront de mettre obstacle l'excution des measures or-
donnes en vertu du titre II de la prsente loi seront
dfrs devant le tribunal correctionnel et condamns
une amende de 6.000 francs 50.000 francs. En cas de
rcidive, une peine d'emprisonnement de quinze jours
un mois pourra tre prononce.
La poursuite sera exerce conformment au droit com-
mun.













CHAPITRE V


CONCLUSION

La conclusion laquelle nous nous arrtons au term
de cette tude se renferme donc dans cette ide que le
problme de la prevention de la dlinquance juvenile se
trouve rattach aux questions de nature conomique, so-
ciale et ducative qui, seules, quand elles reoivent les
solutions qui conviennent, permettent de lutter efficace-
ment contre la criminalit juvenile don't il s'agit de tarir
la source.
Il est certain que les remdes contre les causes qui
poussent les hommes commettre des dlits sont pour
les neuf-diximes hors du Code pnal. Ils sont dans le
Code Civil, dans la legislation conomique, dans l'orga-
nisation scolaire et ducative; ils sont dans toutes ces dis-
positions de la vie social qui liminent, qui attnuent les
causes de la criminalit.
En ce qui concern l'enfance et l'adolescence, une du-
cation saine et pacifique dispense dans un climate propre
l'panouissement des facults peut contribuer non seu-
lement la rgression des dlits, mais constituer aussi
une efficace prevention. Sans trop vouloir donner la
thse du Philosophe de Genve toute la rigueur et toute
la gnralisation qu'on semble lui reconnatre, on peut
affirmer que certain hommes ne naissent pas toujours
bons et que la Socit doit trs souvent combattre cer-
tains germes de vices qui peuvent se dvelopper chez eux.
Dans le domaine de la prevention de la dlinquance, l'-
ducation ou la rducation du mineur en danger constitute
la clef de vote de tout le systme de reclassement ou de
radaptation. La tche de l'ducateur demeure immense







42 L PROBLEM DE LA DELINQUANCE JUVENILE

et, pour tre fructueuse, exige une competence allie
l'exprience.

Je pense que c'est par l'ducation qu'on peut arriver
agir sur l'enfant et le faonner. Je me souviens de cette
parole empreinte d'humanisme, que pronona l'un des
fondateurs de la patrie haitienne: L'ducation lve
l'homme la dignit de son tre.

















DEUXIEME PARTIES

ETUDE DE DROIT COMPARE SUR
L'INSTITUTION DU JUGE DES EN-
FANTS DANS LES LEGISLATION
MODERNES EN FRANCE,
EN BELGIQUE,
AU PORTUGAL
ET EN GRECE.








































* t,
t -i

w ~





















La grandeur de la justice, c'est de
devenir d'autant plus efficace come
defense social qu'elle est plus relle-
ment protectrice et prservatrice.
ADOLPHE PRINS
in .La defense social et les transformations
du droit pnal (1910)
















Cette tude sur l'Institution du Juge des enfants dans
les lgislations franaise, belge, portugaise et grecque> est
un tmoignage en mme temps qu'une illustration de
l'importance attache au destin de la jeunesse dans ces
pays de l'Europe o les problmes que soulve la crimi-
nalit juvenile ont retenu l'attention des gouvernants.
Dans un domaine aussi vaste et o diffrentes solutions
sont parfois proposes pour des situations complexes, une
tude de droit compar, ncessitant obligatoirement un
rapprochement scientifique des diffrents systmes et
concepts lgislatifs en vigueur, prsente un intrt indis-
cutable pour l'observateur dsireux de possder tous les
lments constitutifs d'un tel problme.

L'effort international entrepris par l'Organisation des
Nations Unies pour la prevention et la repression de la
criminalit en gnral a rencontr I'unanime collabora-
tion de tous les pays qui ont reconnu les dangers d'un
pareil flau.

La politique criminelle des Etats s'oriente dsormais
vers cet esprit d'action et de dmarches communes, seul
capable d'apporter des rsultats fconds sur le plan de.la
defense et de la scurit collectives.

En matire de dlinquance juvenile, cette constatation
parait davantage plus vidente. A travers les lgislations
nationals se dessine avec nettet le rle du juge des en-
fants. C'est avec intrt que j'entreprends cette tude
comparative afin de dgager les caractristiques propres
de ces diffrentes lgislations et de voir dans quelle me-
sure les decisions rserves au mineur dlinquant se sont
ralises ces dernires annes dans le sens d'un renfor-






48 LE PROBLEM DE LA DELINQUANCE JUVENILE

cement des facteurs prevention et reclassement au dtri-
ment de l'lment punition, qui subsiste mais passe au
second plan.
HAITI, l'unique rpublique de langue franaise, place
au centre des deux Amriques, constitute par sa presence
un centre de rayonnement de cette culture latine don't
on retrouve la marque dans sa legislation et ses institu-
tions. Sa position gographique rvle la conjunction de
deux courants nettement distincts mais non inconciliables:
celui de la pense latine et de la culture anglo-saxonne.
Intresse aux progrs scientifiques qui caractrisent l'-
volution du monde au course de ces cinquante dernires
annes, elle s'est oriente dans la voie de l'organisation
d'une jurisdiction spciale pour les mineurs.
Ayant tudi en France un des multiples aspects de la
Defense Sociale, la prevention de la dlinquance juv-
nile, l'institution du juge des enfants m'intresse au pre-
mier chef. J'estime que nul autre thme ne pourrait
prsenter un intrt d'actualit plus brlante.
Le stage d'observation que j'ai effectu dans le cadre
de l'Assistance technique de l'O.N.U. sur cette terre clas-
sique des Droits de l'homme et du citoyen m'a permis
d'approfondir cet aspect nouveau du droit pnal qui, cha-
que jour, largit ses limits trop strictes pour s'inscrire
dans une politique criminelle plus large que Monsieur le
Conseiller Marc Ancel appelle la defense social nou-
velle ou un movement de politique criminelle huma-
niste.
Puissent tous mes efforts permettre de saisir, travers
les lgislations signales, la physionomie entire de ce
magistrat qui, dans son contact quotidien avec l'enfance
dlinquante, a pour devoir de mettre le droit au service
d l'humain afin d'aboutir une protection complete de
la Socit par la protection mme de l'individu!














La Socit actuelle doit se proccu-
per de l'avenir de tous les enfants qui,
soit en raison de leurs troubles ou de
leurs dficiences, soit en raison de l'in-
suffisance de leur milieu, ou pour les
deux causes la fois, requirent sp-
cialement son attention, parce qu'ils
doivent devenir de bons citoyens: si on
ne fait rien, ils rempliront plus tard les
prisons, les hpitaux, les sana, les asi-
les pour asociaux: il faut les aider
dvelopper leurs facults et s'adap-
ter la vie en socit.
Mr. KNUTJEL, juge des enfants Amsterdam
Mr. MAURICE DUBOIS, juge des enfants Nivelles
in .Rapport gnral prsent au mme Congrs
International de Lige. (17-20 Juillet 1950)








APERU HISTORIQUE DES TRIBUNAUX
POUR ENFANTS
Parmi les problmes sociaux qui ont proccup les es-
prits la fin du dix-neuxime sicle et conserv, aprs
cinquante ans d'histoire au course desquels deux grande
conflagrations mondiales ont laiss aprs elles les tristes
squelles d'un profound dsquilibre, un caractre de plus
en plus aigu, se dtache celui de la criminalit juvenile.
Question aux proportions immense qui a intress tous
ceux qui, sociologues, ducateurs, juristes et gouvernants,
s'interrogent sur les lendemains de l'humanit juvenile.
De nos jours, les solutions lgislatives qui y ont t ap-
portes visent dans leur ensemble un objectif commur i
qui est, avant tout, l'intrt du mineur, alors mme qu'el-
les accusent des differences essentielles imposes par des
conditions de vie, par les meurs et les traditions propres
chaque pays.
Dans le course de Droit criminal profess en 1936 la
Facult de Droit de Paris, Donnedieu de Vabres s'expri-
mait ainsi: Le problme de la criminalit juvnile:est le
problme assurment le plus important et le plus angois-
sant du droit criminal. Le plus important parce que c'est
videmment de la valeur morale des gnrations gran-
dissantes que depend l'avenir d'un pays et, en mme
temps, il est un des plus angoissants depuis longtemps,
parce que le dveloppement de la criminalit juvenile
a t un des phnomnes les plus attristants qui a marqu
la deuxime moiti du dix-neuvime sicle et les pre-
mires annes du vingtime.
La creation de tribunaux pour enfants est devenue ainsi
un des aspects les plus caractristiques du movement
lgislatif contemporain en faveur de l'enfance coupable.
Depuis un demi-sicle, le problme de l'organisation et
de l'amlioration d'institutions judiciaires spciales aux
mineurs dlinquants ou malheureux est d'une constant
actualit.
En effet les premiers tribunaux pour enfants ont t
ers aux Etats-Unis en 1890. Ce sont les Juvenile

51






52 LE PROBLEM DE LA DELINQUANCE JUVENILE

Courts, jurisdictions qui connaissent des affaires de mi-
neurs dlinquants, unadjusted, neglected and depen-
dant. C'est Benjamin Lindsey, juge des enfants Denver,
qui a inspir et dclench ce movement, et l'institution
fut adopte d'abord au Massachusetts et en Illinois (Chi-
cago), puis rpandue dans la plupart des autres Etats
de l'Union.
Comme toutes les ides nobles et gnreuses qui ho-
norent et enrichissent l'esprit human, elles ne pouvaient
laisser indiffrents ceux-l qui, l'poque, se penchaient
avec sollicitude sur le sort et le destin d'une enfance mal-
heureuse engage dans les sentiers de la criminalit.
Pareilles aux impondrables qu'aucune force ne saurait
arrter, les ides du juge Lindsey avaient dpass les
frontires amricaines et, franchissant l'immense Atlan-
tique, gagn l'Europe continental par un phnomne de
contagion legislative don't il existe assez peu d'exemples
aussi vivants.
Ainsi cette pense humaine si magnifique se traduisant
dans des ralisations concrtes dmontra, aprs une ex-
prience d'un demi-sicle de fonctionnement non inter-
rompu la puissante vitalit qui l'animait et l'utilit indis-
cutable de pareils organismes dans le corps social. Les
institutions du tribunal pour enfants et du juge des en-
fants ont pntr de nombreuses lgislations anglo-
saxonnes et latines. La plupart des pays, en adoptant les
principles qui se trouvent la base de la legislation am-
ricaine, les ont adapts leurs institutions, leurs lgis-
lations nationals, leurs habitudes de procedure et
leurs conceptions sociales et morales.
Dj, Paul Wets, juge des enfants Bruxelles, disait,
dans une communication publie par le Bulletin inter-
national de l'enfance d'Octobre 1931, que l'exprience des
Tribunaux pour enfants a t poursuivie avec succs
dans le monde entier. On peut dire, l'heure actuelle,
qu'il n'existe aucun pays qui n'ait pris des dispositions en
vue de rserver un traitement special aux jeunes dlin-






ET L'INSTITUTION DU JUGE DES ENFANTS


quants. Depuis quelques annes, les sciences de l'duca-
tion et les ralisations d'ducation nouvelle ont apport
une contribution considerable aux solutions des multiples
problmes de l'enfance dficiente, abandonne et coupa-:
ble. Dans le monde moderne, les Tribunaux pour enfants
connaissent autant que les institutions d'ducation d'un
people un dveloppement parallle.

ASPECT ACTUEL ET DIVISIONS DU SUJET
Le dveloppement des relations internationales, le nom-
bre croissant des congrs et des conferences o l'on tudie
les questions relatives l'enfance dlinquante ont tabli
une certain unit de vue et d'action, et ont eu l'immense
advantage de fair bnficier les pays qui sont en train d'or-
ganiser la protection de l'enfance des experiences des au-
tres et d'empcher les Etats, soucieux de raliser une
rforme heureuse, de s'engager dans des experiences qui
pourraient se rvler infructueuses ou dcevantes dans
leurs rsultats.
Cette tude comparative portera donc sur les tribunaux
pour enfants ou plus exactement sur celui qui, dans le
fonctionnement de cette institution, reprsente la cheville
ouvrire. Partout o s'est difie une uvre legislative
en faveur de l'enfance, se dtache cette figure central
qui est celle du juge des enfants.
Dans ce domaine, on a about par une sorte d'interpn-
tration des ides qui demeure, certes, l'une des caract-
ristiques inluctables de l'aprs-guerre, une vritable.
vulgarisation des lgislations des diffrents pays, si bien
que le champ du droit pnal compar se trouva consid-
rablement largi. L'tude comparative permet de cons-
tater que la legislation d'un pays rappelle celle d'un autre,:
bien que des contingencies nationals entranent parfois-
des modifications dans l'application des grands principles
qui sont la base de toutes ces lgislations sur l'enfance.
Ce qui caractrise enfin de compete, affirme Monsieur







54 LE PROBLEM DE LA DELINQUANCE JUVENILE

le Conseiller Ancel, le movement de rforme de l'en-
fance dlinquante, envisag du point de vue non seule-
ment du droit compar proprement dit, mais mme du
point de vue de la sociologie juridique, c'est de s'tre
pos finalement dans des terms peu prs gaux dans
tous les systmes malgr et en quelque sorte par-dessus
les differences techniques de ces systmes.
Vue travers les lgislations franaise, belge, portu-
gaise et grecque, l'institution du juge des enfants mon-
trera, d'une part, dans quelle measure ces diffrents sys-
tmes, s'inspirant d'ides communes, laissent apparatre
des caractres qui se rapprochent dans la pratique et,
d'autre part, comment les donnes de la sociologie juri-
dique peuvent expliquer les differences techniques de
ces systmes.
Puisque toute tude de droit compar suppose une tude
pralable de droit tranger, il parat indispensable, pour
la conduite des dveloppements ultrieurs, de tracer un
aspect gnral de chacune de ces lgislations afin de si-
tuer la place du juge des enfants, de dterminer son rle et
les attributions que lui confre la loi. Il est hors de doute
que l'action exerce par ce magistrat aura une influence
considerable sur le devenir du mineur et constitute un
indice dterminant dans son orientation definitive.
Le plan adopt comporte donc quatre chapitres essen-
tiels qui seront consacrs respectivement chaque lgis-
lation et une conclusion gnrale dans laquelle nous ten-
terons d'tablir dans une esquisse brve et rapide l'tat
actuel de la jurisdiction des mineurs en Hati avec les
rapprochements lgislatifs qu'elle suggre, puis l'intrt
et la porte d'une pareille tude.
Nous nous efforcerons toujours de montrer, travers
ce movement lgislatif qui demeure le tmoignage de
l'volution des ides et des conceptions dans cette civili-
sation occidentale, comment ce droit moderne de l'enfance
dlinquante traduit tant dans ses moyens que dans ses
fins les tendances nettes de cette dfense social nou-
velle dans ce qu'elle a d'universel et d'humaniste.









oHMME 1PBSmfla


LE JUGE FRANAIS

I.-LA LEGISLATION FRANAISE
EVOLUTION ET CARACTERES

En France, grce aux efforts de MM. Rollet et Julhiet,
la loi du 22 juillet 1912 a adopt les principles amricains
du Tribunal pour enfants, tout en les adaptant l'orga-
nisation judiciaire et aux exigences de l'poque. On peut
dire que la premiere organisation dans le domaine de
l'enfance coupable date de cette poque.
Si l'on veut remonter cette loi, on remarquera que le
tribunal pour enfants et adolescents n'tait autre que le
tribunal correctionnel sigeant en chambre du conseil.
La jurisdiction de droit commun, changeant de nom, avait
la mission d'examiner les affaires concernant les mineurs
en dehors des audiences ordinaires et en observant cer-
taines rgles particulires de procedure. Procd qui ne
donna pas tous les rsultats qu'on esprait puisque les
mmes magistrats aux attributions multiples, civiles et
pnales, composaient alors le tribunal pour mineurs. Un
nouveau systme s'affirma alors: le recrutement des juges
charges de composer la jurisdiction pour mineurs dans la
magistrature ordinaire mais en exigeant toutefois des
candidates des connaissances techniques supplmentaires
ou des garanties particulires et en assurant la spcialisa-
tion de ce corps de magistrats.
Dans un souci d'amlioration legislative et sous la pres-
sion des impratifs ns au lendemain de la guerre, est
apparue l'ordonnance du 2 fvrier 1945, due l'initiative
de Madame Hlne Campinchi et modifie plus tard par
la loi du 24 mai 1951. Cette legislation nouvelle, par
l'organisation qu'elle postule, marque un point d'aboutis-






ET L'INSTITUTION DU JUGE DES ENFANTS


segment et constitute l'indice d'une volution et du progrs
raliss conjointement dans ce domaine. En effect, si l'un
des objets principaux de cette loi a t d'instituer le Tri-
bunal dpartemental pour enfants, c'est que cette insti-
tution tait la condition premiere d'une vritable spcia-
lisation. Alors que les lgislations de nombreux pays pr-
voyaient la spcialisation du juge avant la guerre de 1914,
la France n'a reconnu cette ncessit qu'en 1945. L'article
4 de cette ordonnance de 1945 stipule en son alina 3
qu'un magistrat du tribunal de premiere instance du
sige du tribunal pour enfants est dlgu pour trois ans
au moins dans les functions du juge des enfants.

Cration heureuse et qui s'est montre trs fconde,
affirme Joseph Magnol, cette ordonnance a institu un
mnagistrat spcialis, le juge des enfants, la fois enqu-
teur, jurisdiction de jugement et president n du tribunal
pour enfants avec pour assesseurs des personnel non ma-
strats, connues pour s'intresser au relvement de l'en-
faice inadaptes. Le lgislateur a voulu assurer la sta-
bjlit du juge des enfants, en vue de sa plus complete
spcialisation qui s'acquiert surtout par l'exprience. Les
taits dominant du systme judiciaire apparaissent dans
le souci de donner aux mineurs la garantie d'autorits
spcialises. Ce qui imported d'abord, c'est la spcialisa-
tipn sans laquelle le juge ne saurait tre techniquement
competent.

Dans les systmes lgislatifs des diffrents pays qui ren-
trent dans le cadre de cette tude, l'importance des ju-
ridictions spcialises s'affirme de plus en plus. Certaines
sont constitutes par un juge unique spcialis, c'est
l'exemple qui est fourni par la Belgique; d'autres sont
collgiales, c'est--dire que des assesseurs chevins sont
adjoints au magistrat, c'est l'exemple franais.

Cependant ces differences techniques qui existent dans
la composition mme du tribunal ne suppriment pas, pour
autant, certain points qui se rapprochent dans la pra-







LE PROBLEM DE LA IDELINQUANCE JUVENILE


tique. Si l'on part de la competence ratione materiae,
on peut considrer un systme franco-belge dans lequel
l'examen du mineur et l'tude du dlit sont simultans.
L'infraction n'est retenue que pour justifier l'intervention
du juge dans la vie de l'enfant.
Il existe cependant l'appui de ces deux systmes qui,
s'ils se sparent sur le terrain de leur organisation res-
pective, s'identifient quant leurs buts, des arguments
que l'on invoque selon que l'on admet le juge unique ou
la collgialit. Certaines lgislations considrent qu'un
seul juge peut plus facilement entrer en contact avec le
mineur, l'observer plus paternellement, en cartant tout
apparat et tout formalisme. L'ide que le juge unique a
davantage le sens de sa responsabilit est mise en avant,
et sa decision n'est pas couverte par l'anonymat collectif
du dlibr. Ce systme se retrouve avec des nuances de
dtail particulirement en Belgique, en Grce et au Por-
tugal.
En revanche, la legislation franaise s'en tient au sys-
tme de la collgialit parce que le lgislateur a pens
qu'il pourrait paratre, dans le domaine de la spcialisa-
tion impossible une seule personnel de possder l'en-
semble des connaissances techniques ncessaires l'exa-
men des affaires concernant les mineurs.
Mais ce ne sont l que de simples questions d'ordre
interne. Par-dessus ces differences techniques que ces
systmes accusent, le caractre judiciaire qui constitute
l'armature mme de l'institution don't nous abordons
l'tude sur le plan comparatif s'est nettement affirm et
se justifie aisment pour des raisons que seules peuvent
offrir les garanties inhrentes la justice mme. Rien ne
parat plus efficace que l'existence d'une jurisdiction obli-
ge de se conformer aux impratifs d'une procedure.
Dans toute dmocratie acheve o le principle, si cher
Montesquieu, de la separation des pouvoirs est respect,
l'une des attributions fondamentales du pouvoir judi-






ET L'INSTITUTION DU JUGE DES ENFANTS


ciaire est de garantir et de prserver les liberts ci-
toyennes contre les empitements possibles d'un excutif
qui s'gare. C'est galement la justice qu'incombe la
mission de sanctionner les atteintes portes l'ordre pu-
blic par l'acte dlictueux.
A ce propos, l'opinion claire mise par le juge des
enfants franais, Monsieur Jean Chazal, au douzime Con-
grs Pnal et Pnitentiaire, enforce davantage la thse
du systme judiciaire. La competence judiciaire, crit-il,
nous parat galement se justifier aisment l'gard des
mineurs qu'il est d'usage d'appeler prdlinquants, soit
parce que leur conduite announce dj une dlinquance
prochaine, soit parce que leur tat d'inconduite est cons-
tat sans qu'un dlit caractris puisse tre relev. Nous
faisons plus spcialement ici allusion aux mineurs vaga-
bonds, aux jeunes prostitutes. Par leurs agissements dj
inti-sociaux, ils perturbent l'ordre public. A ce titre,
l'intervention judiciaire se justifie, sous condition qu'elle
aboutisse une decision ducative et non repressive, ren-
due par la jurisdiction des mineurs.


I.-LE JUGE FRANAIS
SES ATTRIBUTIONS AU REGARD DE LA LOI

L'une des tches essentielles que la loi assigned au juge
des enfants est d'obtenir par des measures appropries et
humaines la radaptation du mineur la vie communau-
taire, tout en sauvegardant son panouissement human.
Cette action judiciaire s'inscrit dans le cadre d'une poli-
tique de defense social qui montre bien que le juge, tout
en ne perdant pas de vue la haute mission qui lui est
confie, utilise toutes les donnes de la science qui, d-
sormais, pntre son euvre. Ainsi l'aspect human que
revt cette tendance judiciaire s'ajoute un apport scien-
tifique. Le droit moderne de l'enfance se place l'avant-
garde des lgislations que les sciences criminologiques






ET L'INSTITUTION DU JUGIE DES ENFANTS


ont dfinitivement marques et dans lesquelles s'est af-
firme et cristallise cette doctrine si chre Saleilles,
celle de l'individualisation de la peine. Chaque jour, la
jurisdiction des mineurs s'claire des nombreuses techni-
ques scientifiques et il est maintenant unanimement ta-
bli et admis que la personnalit du jeune dlinquant cons-
titue l'un des lments dterminants de la decision judi-
ciaire. Elle en est mme le centre et le pivot.

De cette faon, le juge des enfants se trouve ml
tous les rythmes de la vie, proccup davantage d'exis-
tence que d'essence, de concrete que d'abstrait. < ne
saurait vivre, crit le juge Chazal, dans le silence de son
cabinet et appliquer seulement la rgle de droit des
justiciables anonymes. Les ralits humaines le present
de toutes parts. I doit y rpondre par ses decisions et
par son action. Sous les normes qu'applique le juge, il y
a la vie.

Sous l'influence de la legislation de 1945, les services
auxiliaires des tribunaux se sont dvelopps, les institu-
tions publiques d'ducation surveille ont t modernises
et adaptes aux mthodes les plus rcentes d'observa-
tion et de rducation. Ainsi que l'affirmait nagure l'-
minent juriste, Emile Garon, ed'un consentement una-
nime, l'enfant est sorti du droit pnal. Monsieur Puzin,
juge des enfants franais, a dmontr d'une faon magis-
trale qu' travers tous les organismes de prevention et de
protection que la loi a institus, le rle du juge demeure
prdominant.

A travers les cas concrets que le juge est appel
tudier, affirme ce magistrat, deux groups de mineurs
pourraient tre distingus: les enfants traiter et les en-
fants protger. A l'gard de l'enfant traiter ou pro-
tger, il revient au juge des enfants de conclure et d'or-
donner une measure don't il portera la responsabilit. Le
mdecin, son examen ou son expertise termine n'a pas
tranch et il ne le pourrait. L'Assistante social, en rdi-






60 LE PROBLEM DE LA DELINQUANCE JUVENILE

geant les conclusions de son enqute, n'a formul que des
propositions subordonnes aux rsultats de l'observation
mdico-psychologique en course. Le Dlgu la libert
surveille s'est astreint rechercher une solution con-
forme l'intrt de son pupille pendant la priode d'-
preuve, sans prtendre l'imposer. Mais, au sommet du
dispositif, le jugement doit organiser l'avenir de l'enfant
en sauvegardant, la fois, cette personnel en devenir et
les intrts sociaux.
Au regard de la loi, le juge franais dispose de pouvoirs
trs tendus, et des attributions immense lui sont dvo-
lues. Dans le rapport annuel prsent le 1er. janvier 1953
par la Direction de l'Education Surveille, on peut lire
sous la plume de Monsieur Jacques Simon ces paroles
qui traduisent cette extension progressive des pouvoirs
que la loi accord au juge des mineurs: I1 convient d'ail-
leurs de ne pas perdre de vue que c'est en participant per-
sonnellement l'instruction ou au jugement de certaines
affaires que le juge des enfants tendra utilement son ac-
tivit des matires o il est desirable que sa competence
soit mise profit (adoption, dchance de la puissance
paternelle) en attendant que des dispositions lgislatives
nouvelles lui attribuent formellement une competence
particulire en ces matires.
Cette participation personnelle l'instruction et au ju-
gement nous ramne considrer, selon les dispositions
de la loi du 24 mai 1951, les actes que le juge peut accom-
plir non seulement en quality de magistrat instructeur
mais aussi comme jurisdiction de jugement. Le procureur
de la Rpublique prs le tribunal pour enfants est charge
de la poursuite des crimes et dlits commis par les mi-
neurs de 18 ans. Tel est le principle pos par l'article 7,
alina 1. Cependant, quand le juge des enfants est saisi
par une requte du procureur de la Rpublique, l'article
8 lui donne une double function. Il est d'abord un en-
quteur et il constitute aussi une vritable jurisdiction sta-
tuant au fond. En tant qu'enquteur il effectuera, dit le





ET L'INSTITUTION DU JUGE I>ES ENFANTS


texte, toutes diligence et investigations utiles pour par-
venir la manifestation de la vrit et la connaissance
de la personnalit du mineur, ainsi que des moyens ap-
propris sa rducation. Quant la suite qu'il pourra
donner la poursuite, il aura la libert de laisser l'affaire
suivre son course, ou statuer au fond comme jurisdiction
de jugement. Si le juge des enfants statue comme enqu-
teur, ses decisions portent le nom d'ordonnances; s'il
dcide au fond, elles portent le nom de jugements.
En France, la tendance rcente est d'accorder au juge
des enfants la facult d'informer le plus souvent possible,
contrairement aux dispositions lgislatives sur l'enfance
dlinquante en Belgique et au Portugal. Dans ces deux
pays, ce mme magistrat, reprsentant lui seul toute la
jurisdiction, assure avec une competence gale les fonc-
tions d'instruction et de jugement. Jamais, depuis 1810,
crit Monsieur Jean Pinatel, les juges n'ont eu autant
de pouvoirs en matire pnale qu' l'gard des mineurs
dlinquants.


III.-DES MEASURES PRISES A L'EGARD
DES MINEURS PAR LE JUGE FRANAIS

A.-Action judiciaire

B.-Action ducative et social

Lorsqu'on tudie, en droit compar, les lgislations re-
latives l'enfance, il est indispensable de s'arrter sur
la question de la majority pnale. Elle doit tre fixe par
la loi d'une manire prcise, car elle n'est pas la mme
dans tous les pays; en France, le mineur parvient la
majority pnale partir de sa dix-huitime anne; en
Grce, partir de dix-sept ans, et partir de seize ans en
Belgique et au Portugal. Une difference d'un an n'est
pas ngligeable en pareille matire, pense Monsieur Cos-
ta. Le fait de considrer comme adulte un mineur ayant






62 LE PROBLEM DE LA DELINQUANCE JUVENILE

commis une infraction au-del de 16, 17 ou 18 ans ne
conduit pas du tout un mme rsultat, tant en ce qui
concern le mineur lui-mme que les rsultats gnraux
d'une politique de rducation.
A.-Nous avons montr que les pouvoirs du juge
des enfants taient tendus. La condition juridique des
mineurs dlinquants se dtachant de plus en plus des
normes traditionnelles du droit pnal commun revt, dans
l'ordre judiciaire une physionomie autonome et particu-
lariste. Cette technicit propre du droit de l'enfance a
conduit le lgislateur prvoir des measures particulires.
Il pourra ainsi tre prononc contre le mineur une con-
damnation pnale lorsque les circonstances et la person-
nalit de ce dernier paratront l'exiger (article 2, alinas
1 et 2). On peut dire qu'il n'est pas de legislation qui
ait abandonn entirement l'ide de l'application ven-
tuelle de sanctions pnales aux mineurs. Cependant elles
ne sont pas toujours compltement dpourvues de carac-
tre ducatif. La non application de certaines rgles de
la loi du 8 dcembre 1897, l'abandon de quelques-unes des
garanties considres comme traditionnelles dans la pro-
cdure criminelle des majeurs apparaissent comme les
protections efficaces de la personnalit du jeune dlin-
quant.
Si une affaire est retenue par le juge des enfants, celui-
ci, quel que soit l'ge de l'inculp, que ce soit un mineur
ae 13 ans ou un mineur de 13 18 ans, peut, par jugement,
ordonner une measure de rducation; mais il ne peut que,
ou bien l'admonester, ou bien le remettre ses parents,
tuteur ou garden, ou bien le confier une personnel digne
de confiance et le placer, s'il y a lieu, sous le rgime de
la libert surveille jusqu' l'ge de 21 ans. Toutefois
cette facult ne lui est accorde que si le fait imput au
mineur est un dlit, car, si c'est un crime, il doit y avoir
lieu obligatoirement une instruction et l'affaire doit tre
porte soit devant le tribunal pour enfants, s'il s'agit d'un
mineur de 16 ans, soit devant la Cour d'Assises des mi-






T L'INSTITUION DU JUGE DE ENFANTS


neurs, s'il s'agit d'un mineur de 16 18 ans. Dans ce cas,
le mineur sera soumis un rgime rpressif ou une
action ducative selon le choix qui aura t fait.
B.-Le lgislateur franais a mis la disposition du
juge des enfants une varit de measures et certaines d'en-
tre elles, si elles sont mal appliques, peuvent se rvler
dsastreuses. A la vrit, le juge franais est port l'a-
bandon presque total des measures pnales au bnfice
d'une action ducative, social et humaine. Reprenant
l'intitul d'une instructive conference prononce le 17
fvrier 1954 sous les auspices de L'Association pour la
Sauvegarde de l'Enfance par le Prsident du Tribunal
pour enfants de la Seine, M. Coxtet de Andris, et qui
fait apparatre l'ide mme de ce dveloppement, nous
pouvons parler maintenant d'un vritable engagement
du juge des enfants dans l'action sociale. Cette action
social qui doit s'entendre comme l'un des moyens offers
par la Socit pour permettre l'panouissement de ses
membres prend l'gard de l'enfant le caractre d'un
imprieux devoir. A ct des lois pnales qui violent au
secours de l'enfance, l'engagement du juge franais se
traduit sous une forme d'action individualise qui tend
l'panouissement total du mineur dans son milieu. En
effet, il n'applique pas mcaniquement la loi pnale, mais
il cherche donner leur valeur psychologique et humaine
aux dispositions lgales en conservant toujours une atti-
tude que commandent des proccupations ducatives et
sociales. On peut voir dans cette action du juge franais
l'exercice d'une vritable tutelle morale qui se traduit
dans une forme de pdagogie personnaliste don't les ef-
fets se situent dans l'axe des sciences criminologiques ac-
tuelles. Il n'est pas os d'affirmer que le juge des enfants
franais, anim par cette pense criminologique qui s'in-
filtre dans le prtoire, finira par orienter la magistrature
tout entire en transformant la physionomie de la justice
rpressive actuelle par l'efficacit de son action humaine.
La jurisdiction pnale des mineurs en France constitute,
ce titre, un tmoignage irrcusable de l'apport que four-







64 LE PROBLEM DE LA DELINQUANCE JUVENILE

nit la criminologie lorsqu'elle est utilise au service du
droit dans le but de sauvegarder cette minente dignit
de la personnel humaine.
Telles sont donc les donnes de base qui se dgagent de
l'tude gnrale du juge des enfants franais. Elles
constituent les premiers lments indispensables cette
tude comparative que nous nous sommes propos de
prsenter. Pour la complter, nous allons faire appel
d'autres terms de comparison qu'il convient de recher-
cher en abordant dans le Chapitre I l'tude du juge des
enfants dans la legislation belge.











La Belgique est un pays d'exprien-
ces pnitentiaires. Ducptiaux, Ado-
phe Prins et le Docteur Vervaeck
appartinrent l'administration pni-
tentiaire; aujourd'hui encore, c'est
dans le haut personnel du Minis-
tre de la Justice que nous trouvons
les esprits lucides qui, collaborant
d'ailleurs avec leurs collgues crimi-
nologues thoriciens l'laboration
d'un droit pnal nouveau, ralisent
rapidement ce qui leur apparat com-
me suffisamment mr dans les propo-
sitions de renouvellement.
Mr. NICO GUNSBURG,
Professeur la Facult de Droit de Gand, Belgique.
in Rapport prsent au XIlme. Congrs Pnal et
Pnitentiaire International de La Haye (1950)













CHAPITRE H


LE JUGE BELGE

LA LEGISLATION BELGE

LOI DU 15 MAI 1912
Le comparatiste qui se penche avec attention sur la
legislation pour mineurs dlinquants en Belgique avec le
souci de dgager le rle du magistrat belge peut tre
amen cette opinion que ce dernier, l'instar de son
collgue franais, est en measure d'assurer aux jeunes d-
linquants un traitement base ducative et, selon le cas,
une vritable cure du corps et de l'esprit. C'est l un
jugement de valeur d'une vrit incontestable.
En effet, s'inspirant de la rforme amricaine, la Bel-
gique adoptait, deux mois avant la France, la loi du 15
mai 1912 sur la protection de l'enfance, due l'initiative
heureuse du ministry de la justice d'alors, M. H. Carton
de Viart. Le mineur belge chappait ainsi aux peines r-
pressives du droit commun pour se voir appliquer des
measures d'ducation et de preservation par le tribunal.


L-CARACTERES DE CETTE LEGISLATION
ET COMPETENCE DU JUGE
Il n'est pas sans intrt de signaler les nombreux com-
mentaires que peut inspire la loi du 15 mai 1912. Pro-
tectrice de l'enfance, cette loi institute, en son article II,
le juge des enfants. Dsign par le roi, il est choisi parmi
les juges de carrire du tribunal de premiere instance au
sige duquel il est appel exercer ses functions (article
11 de la loi du 15 mai 1912, modifi par l'article 4 de la
loi du 2 juillet 1930). Le juge des enfants est la fois







68 LE PROBLEM DE LA DELINQUANCE JUVENILE

jurisdiction d'instruction et jurisdiction de jugement. Ainsi
que nous l'avons signal dans les dveloppements prc-
dents, la legislation belge a consacr le principle du juge
unique, affirmant ainsi l'tablissement d'un systme don't
nous retrouverons l'application dans les lgislations por-
tugaise et grecque.

Les critiques adresses au systme du magistrat unique
et qui se rsument dans l'impossibilit de possder tout
un ensemble de connaissances techniques suffisantes ne
doivent pas laisser mconnatre qu'il est toujours loisible
au juge des mineurs de recourir l'assistance des experts,
tels des mdecins, des psychologues ou des pdagogues.
D'ailleurs l'article 27 de la loi ne fait-il pas obligation au
juge de faire une enqute sur l'tat physique et mental
du mineur ainsi que sur les conditions sociales et morales
dans lesquelles il vit?

Le mdecin et l'ducateur deviennent alors les colla-
borateurs indispensables du juge: le mdecin, pour tout
ce qui concern l'tude des anomalies physiques ou men-
tales, pour la prescription des traitements lorsqu'il y a
rpercussion de l'tat physique sur l'tat moral; l'duca-
teur, pour une connaissance approfondie de l'enfant et
l'application d'un traitement individual en relation avec
les donnes du mdecin et du psychitre. On assisted ainsi
une observation approfondie des mineurs qui permet de
contrler leurs facults intellectuelles et morales, leurs
dficiences physiques ou mentales, d'apprcier leurs pos-
sibilits de rducation, le traitement leur appliquer et
les espoirs de reclassement social qu'ils donnent.

Contrairement la tendance franaise, l'enqute s'im-
pose au juge belge et, dans cette tche, la loi du 20 mai
1949 a mis la disposition du tribunal des dlgus per-
manents ou bnvoles qui assurent le service de la li-
bert surveille en mme temps qu'ils tablissent des en-
qutes familiales et sociales (Articles 25 et 26). L'action
du juge qui ne dispose que de measures ducatives, tou-







ET L'INSTITUTION DU JUGE IS ENFANTS


jtrs-modifiables, est oriente vers l'unique bien de l'en-
fant. On peut se demander ds lors si le juge peut tervenir toutes les fois que son action spcifique et g-
nreuse s'avre indispensable ou utile.
Tout en insistant sur l'aspect rducatif, pdagogique
et humanitaire de cette legislation, il parat ncessaire
de dterminer d'une manire prcise les cas dans lesquels
des mineurs pourront tre dfrs au Tribunal. Nous
nous efforcerons de prsenter une analyse juridique afin
d'tudier la competence du juge belge la lumire des
articles 13 16 de la loi du 15 mai 1912.
En tudiant les attributions que la loi accord au juge
franais, nous avons fait ressortir que celui-ci ne pouvait
gure dpasser les limits qui lui taient assignes. De
mme le juge belge n'est competent que dans les hypo-
thses dtermines par la loi. Cette attribution de com-
ptence est exerce dans les circonstances suivantes:
lo. Article 13: Les enfants de moins de 16 ans, qui ont
commis un fait qualifi infraction par la loi pnale;
2o. Article 14: Les enfants de moins de 16 ans qui se
livrent la prostitution, la dbauche ou qui cherchent
leurs resources dans le jeu, le traffic ou dans des occu-
pations qui les exposent la prostitution, la mendicit,
au vagabondage ou la criminalit;
3o. Article 15: Les mineurs de moins de 18 ans, qui sont
trouvs mendiants ou vagabonds ou qui se livrent habi-
tuellement. la mendicit ou au vagabondage;
4o. Article 16: Enfin les mineurs de moins de 18 ans,
qui par leur inconduite ou leur indiscipline motivent une
plainte en correction paternelle.
Dans chacune de ces hypotheses, la loi subordonne l'in-
tervention du juge un comportement personnel et bl-
mable du mineur qui trouble ou met en danger l'ordre
public ou qui enfreint gravement la discipline familial.
Il convient, rappui de ces textes, de distinguer deux







70 LE PROBLEM DE LA DELINQUANCE JUVENILE

states ou plutt deux moments diffrents dans l'interven-
tion du tribunal. En premier lieu, une question purement
juridique se prsente quand il s'agit de dterminer les
possibilits lgales d'intervention, le juriste s'efface dans
un deuxime temps devant le technician de la rduca-
tion, lorsqu'il s'agit de choisir la measure la mieux appro-
prie l'enfant.
Envisages dans cette double perspective juridique et
ducative, les dispositions lgales que l'on retrouve tant
en France qu'en Belgique permettent d'accomplir en fa-
veur du mineur une ouvre qui demeure commune par
les rsultats auxquels elle doit tendre.

H.-MESURES PENALES OU EDUCATIVES
Il n'est pas de legislation, avons-nous dit, qui ait cart
totalement la possibility d'infliger ventuellement une
sanction pnale un mineur coupable. Il existe cepen-
dant des mineurs don't le dlit est occasionnel et en faveur
de qui aucune measure de rducation ne s'impose. Une
peine mitige par l'application de la loi de sursis est sus-
ceptible parfois de constituer un salutaire avertissement
dans la measure o elle s'excute dans des conditions du.
catives.

A.-Article 17 de la loi belge
Si la loi belge du 15 mai 1912 sur la protection de l'en-
fance supprime les peines l'gard des mineurs, elle
accord, en revanche, au juge le pouvoir de prendre leur
gard des measures de garde, d'ducation et de prserva-
tion. Ces measures sont de dure indtermine et leur
execution peut se poursuivre jusqu' la majority du dlin-
quant et, parfois mme, au-del de cet ge. C'est le juge
lui-mme qui procde l'excution de ces decisions et
qui les modifie son gr.
L'article 17 est ainsi stipul: lification pnale du fait commis, le juge des enfants pour-






ET L'INSTITUTION DU JUGE DES ENFANTS


ra, selon les circonstances, rprimander l'enfant et le
rendre aux personnel qui en avaient la garde, avec l'in-
jonction de mieux le surveiller l'avenir, ou le confier
jusqu' sa majority une personnel, une socit, une
institution de charit, ou d'enseignement public ou priv,
ou le mettre jusqu' sa majority la disposition du gou-
vernement.
Il parat vident que cette mise la disposition du
gouvernement constitute une measure svre pour des ado-
lescents de plus de seize ans. L'article 22 prvoit en effect
que ces derniers peuvent tre interns dans un tablisse-
ment disciplinaire de l'Etat. C'est pourquoi l'ouvre com-
bien admirable de l'Administration pnitentiaire a t
oriente vers la creation des prisons-coles. n n'entre pas
dans le cadre de ce dveloppement de discuter la concep-
tion qui a prsid de semblables dmarches, encore
moins de dvelopper les ides directrices qui ont inspir
les crateurs. Il imported de souligner surtout, pour la
beaut mme de l'euvre et les rsultats auxquels elle a
about, les experiences entreprises dans les prisons-coles
de Merksplas d'abord, puis Hoogstraten et Marneffe
(province de Lige). L'opinion claire de Monsieur Paul
Cornil nous renseigne d'ailleurs sur les fins auxquelles
elles tendent: La creation des prisons-coles, crit cet
minent pnaliste belge, marque une tape important
dans la transformation du systme pnitentiaire belge,
mais encore une fois le but de rducation profession-
nelle et morale qui est assign ces institutions ne peut
tre atteint que si la dure de la peine est calcule non
plus seulement en function de la gravit de l'infraction,
mais aussi et surtout en raison des ncessites de la r-
ducation.
Dans la poursuite de la defense social par l'tude et
le traitement individual du dlinquant, le juge belge qui
assure l'excution des decisions de cette nature, saura,
tout en les modifiant, adapter la dure de l'internement
aux impratifs poss par les modalits de la rducation
ou du reclassement.






72 LE PROBLEM DE LA DELINQUANCE JUVENILE

B.-Dcret du 12 avril 1952
Du ct francais un immense effort a t vigoureuse-
ment entrepris dans ce sens. Dans le domaine lgislatif,
une lacune a t comble. L'excellente rforme institute
par le dcret du 12 avril 1952 pris en application de la
loi du 24 mai 1951, dispose que les mineurs ou adoles-
cents, condamns des peines d'un an d'emprisonnement
et plus, seront dirigs sur des tablissements spciaux de
l'ducation surveille.
L'article premier est ainsi stipul: Les mineurs dlin-
quants condamns l'emprisonnement par application de
l'alina 2 de l'article 2 de l'ordonnance du 2 fvrier 1945
et des articles 67 et 69 du Code pnal, excutent leur
peine dans les conditions fixes par le present dcret.
Ce dcret, crit Monsieur Costa, a pour objet essential
de donner aux peines infliges aux jeunes dlinquants un
caractre essentiellement ducatif, et de placer dans des
tablissements spciaux, l'cart de l'ensemble des mi-
neurs ducables, les jeunes dlinquants qui, primitive-
ment confis une institution de rducation, ont, par
leur mauvaise conduite opinitre, dcourag les efforts
de leurs ducateurs et se sont ainsi manifests comme
nuisibles leurs camarades. Il s'agit en some d'ins-
tituer en France ce qui existe dans les nations les plus
volues, c'est--dire l'indispensable tablissement ferm
qui vite l'incarcration pure et simple, o une rdu-
cation est assure et qui permet tous les autres tablis-
sements de rducation de demeurer largement ouverts.
C'est donc cette fin que l'Administration pnitentiaire
franaise a ouvert Oermigen dans la Moselle une prison-
cole pour les jeunes condamns de 18 22 ans et
Doullens pour les jeunes filles. Se situant toujours dans
la ligne d'une politique d'ducation, le dcret du 12 avril
1952 donne au parquet et au juge des enfants un rle
important de surveillance constant sur ce rgime com-
plmentaire o la peine subsiste, mais en pregnant un ca-
ractre ducatif trs accentu.








ET L'INSTITUTION DU JUGE DES ENFANTS


Les articles 6 et 8 du dcret font ressortir avec tant de
nettet la participation du juge ce stade si crucial de
la vie du jeune condamn qu'il parat indispensable de les
reproduire ici mme en vue d'une illustration plus sai-
sissante:

Article 6: Le juge des enfants suit l'excution des
peines par les jeunes condamns dtenus en application
du present dcret dans les institutions spciales d'du-
cation surveille ou dans les quarters spciaux de mai-
sons d'arrt ou de correction situes dans son resort. 1l
est membre de droit de la commission de surveillance de
la prison.

Article 8: Le juge des enfants vis l'article 6 a quali-
t pour proposer l'administration pnitentiaire ou
l'administration de l'ducation surveille toutes measures
que lui parat commander la rducation du jeune con-
damn.

Il suit la situation matrielle et morale de la famille, il
veille la protection des droits du mineur.
Son avis est recueilli l'occasion de toute measure pro-
pre modifier la situation pnitentiaire ou pnale de
celui-ci telle que transfer dans un autre tablissement,
octroi ou rvocation d'une liberation conditionnelle, octroi
d'une grce.

Il coopre avec administration au reclassement social
du jeune dtenu.

Dans l'excution des decisions, l'analogie des rles que
les lgislateurs franais et belge assignment au juge parat
frappante. Il s'agit, en effet, d'un ct, de la mise la
disposition du gouvernement ou d'internement dans un
tablissement disciplinaire, de l'autre, de l'excution
d'une peine dans une institution spciale de l'ducation
surveille. Dans les deux pays, la legislation a t ali-
mente par un mme courant de pense qui se concrtise







74 LE PROBLEM DE LA DELINQUANCE JUVENILE

dans cette sollicitude don't est entoure l'humanit juv-
nile.

Comme on le voit, l'tude comparative des lgislations
nous amne la conclusion que les ides modernes sur
l'enfance et l'adolescence coupables reoivent par del les
frontires une application qui, loin de se rvler nfaste
ou infructueuse, en assure au contraire la permanence et
la continuity.










Fidle son inspiration chrtienne,
l'Etat portugais admet sa subordina-
tion aux impratifs d'une justice uni-
verselle et aux prescriptions d'un
droit antrieur et suprieur lui, et
c'est pourquoi il y a dans sa structure
politique, comme dans ses lois pna-
les, la formule d'quilibre qui lui per-
met d'assurer l'ordre juridique, con-
dition fondamentale de la vie collec-
tive, sans dtruire la libert indivi-
duelle, qui est une ncessit de la di-
gnit de l'homme et la condition de
son perfectionnement.
Dput ULISSES CRUZ DE AGUIAE COBTES
in .Discours prononc le 1er. avril 1944
la sance de l'Assemble Nationale..







University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs