• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Frontispiece
 Preface
 Pour le Congres d'Anthropologie...
 Communication au Vie Congres Historique...
 Communication au seminaire sur...






Title: Problèmes haïtiens
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081476/00001
 Material Information
Title: Problèmes haïtiens essais sur la culture populaire, l'urbanisme et l'agriculture
Physical Description: 123 p. : ill. ; 24 cm.
Language: French
Creator: Aristide, Achille
Publisher: Impr. de l'Etat
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1958
Copyright Date: 1958
 Subjects
Subject: Civilization -- Haiti   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
Statement of Responsibility: Achille Aristide.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00081476
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltuf - ADS6214
oclc - 05760078
alephbibnum - 000733663
lccn - 58034327

Table of Contents
    Title Page
        Page 1
        Page 2
    Frontispiece
        Page 3
        Page 4
    Preface
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
    Pour le Congres d'Anthropologie et d'Ethnologie sur l'Homme Haitien a l'occasion du Jubile du Dr. Jean Price-Mars, October 1956
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
    Communication au Vie Congres Historique Municipal Institutionnel Interamericain Madrid, Octobre 1957
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
    Communication au seminaire sur les "Systemes de plantation du nouveau-monde" San-Juan, Porto-Rico, 17-23 Novembre 1957
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
Full Text



ACHILLE ARISTIDE
DIPLM DE L'INSTITUT D'ETHNOLOGIE D'HAITI
LICENCI EN DROIT. AVOCAT
MEMBRE DE LA SOCIT HAITIENNE D'HISTOIRE ET DE GOGRAPHIE
MEMBRE DE LA SOCIT HAITIENNE DE SOCIOLOGIE









PROBLEMS

HAITIENS

ESSAIS SUR LA CULTURE POPULAIRE
L'URBANISME ET L'AGRICULTURE
















IMPRIMERIE DE L'TAT
RUE HAMMERTON KILLICK
PORT-AU-PR!NCE HAITI
MARS 1958














LATIN AMERICA












DU MEME AUTEUR

Dj parus:

Le Racisme et le Mtissage devant la Science (1945).
Mmoire sur la Municipalit en Hati (1952).
Quelques Aspects du Problme de la Population en Hati (1955).































X.
















M. CLEMARD JOSEPH CHARLES
Commerant-Industriel,
Phyto-Pathologiste,
Ancien Administrateur et Collaborateur
du Journal L'Aurore.,
Membre du
Commerce and Industry Association of New-York ,
don't les suggestions, le concours matriel et moral
ont rendu possible l'dition de cet ouvrage.
L'auteur en remerci2 profondment ce Mcne, qui,
un moment donn, a men la bataille des ides dans
la Presse et qui, malgr ses proccupations actuelles,
s'intresse aux choses de l'Esprit et au progrs
dans la Cit.
















PREFACE


Sur la suggestion de certain journaux de la capital et les exhor-
tations de nombreux amis, trop bienveillants et gnreux d'ail-
leurs, qui ont lu, dans Haiti-Journal et Le Jour, les deux der-
nires des trois communications qui suivent, originairement destines
et dj prsentes, chacune, aux diffrents congrs scientifiques in-
ternationaux, touchant respectivement la Culture Populaire, l'Urba-
nisme et l'Agriculture en Haiti, nous nous sommes donc appliqu
les runir, ici, en la prsente dition, sous le titre non ambitieux:
Problmes Hatiens, pour faire uvre plus utile et, aussi, afin d'en
faciliter une lecture de longue haleine, une critique saine, objective
et constructive, une plus grande diffusion des ides, theories et
concepts dans une certain dure, en mme temps qu'il serait sou-
haitable, si ce n'tait l seulement notre ambition, que ces
modestes contributions servent l'enrichissement des travaux de
recherche dans ces divers domaines, ou en inspirent d'autres, du
mme esprit ou non, mais, en tout cas, plus exhaustifs et fconds.
Et d'abord, il nous semble, dans cet ordre d'ides, que, malgr
ses videntes lacunes et imperfections qu'il faut avouer, Introduc-
tion l'tude compare de lOntologie Bantoue et du Paysan Ha-
tien, travail qui avait t lu au Congrs d'Anthropologie et
d'Histoire sur l'Homme Hatien, Port-au-Prince, l'occasion des
ftes jubilaires du Docteur Jean Price-Mars, durant la premiere
quinzaine d'octobre 1956, atteste la ncessit d'approfondir da-
vantage la connaissance de notre matire humaine, de faon inten-
sive et extensive; d'en rechercher, ensuite, les differences, les simi-
litudes, les terms de comparison chez d'autres groupements ethni-
ques qui prsenteraient, tout au moins, un ensemble spcifique ou
une communaut de traits essentiels.
C'est, comme on le verra bien, ce souci majeur qu'obit simple-
ment cette tude. Elle s'attache, en effet, s'inspirant de La Philo-
sophie Bantoue du Rvrend Pre Placide Tempels, tablir la
constance d'un ensemble de rapports ontologiques ou cosmologiques
entire les bantous et les masses rurales hatiennes, rapports que


-5-








traduit, chez les uns et les autres, un monde presque commun de
coutumes, meurs, usages, religion, magie, morale, folklore, lan-
gage. etc.
Pour la confrontation des fits ethnographiques, nous disons bien:
masses rurales hatiennes, et non communaut hatienne, parce que
les premires, qui se rapprochent plus troitement des bantous, pr-
sentent jusqu'ici une meilleure integration culturelle et que celle-ci
dispense, en outre, des critres mthodologiques indiscutables.
Quoi qu'il en soit, on ne saurait affirmer que ces masses possdent
quelque monopole, quelque exclusivit dans le domaine de la cul-
ture. ni faire admettre., par example. que telle catgorie social d_
termine serait absolument trangre ou ferme telles costumes
et croyances, telles pratiques superstitieuses ou autres... D'ail-
leurs, en sociologie et en anthropologie contemporaines, les travaux
et concepts rcents sur la mobilit, les stratifications et la patholo-
gie sociales, la transculturation, etc., etc.. n'autorisent aucun doute
ce sujet. C'est, en definitive, une question de degr et de forme,
mais non de nature: d'intgration socio-culturelle, mais non de com-
portements individuals isols qu'on peut observer, par example,
dans les minorits statistiques.
De ce qui prcde, il se dgage. d'une manire gnrale, que les
monographies et les travaux comparatifs de cet ordre peuvent, d'une
part. aider l'orientation normative des rapports sociaux, l'orga-
nisation rationnelle de la communaut national et fournir, d'autre
part. des bases objectives pour une entente mutuelle entire les
peuples et une politique concrete des relations internationales. Ain-
si. sur le plan interne, de tels apports largiront, enrichiront la com-
prhension et la solution de nombreux problmes. comme ceux d'E-
ducation. d'Economie. des Beaux-Arts. d'Agriculture. d'Urbanis-
me. etc. etc.
Dans notre communication: Aspects et Conditions de l'Urba-
nisme en Hati (Congrs Municipal Interamricain de Madrid,
Octobre 1957). retracant.- de l'poaue colonial iusqu' nos jours
et dans la totalit de ses manifestations. l'volution empirique
de notre Art Urbain traditionnel. nous avons mis l'accent sur le
manque d'originalit, d'intgration et de rationalisation de cette
branch d'activit locale si peu conforme aux exigences de I'Urba-
nisme scientifique contemporain. en gnral, et de l'Architecture
fonctionnelle. en particulier. D'ailleurs. sont nettement symptoma-
tiques de la crise urbaine hatienne les faits suivants: l'empressement







de btir n'importe o et n'importe comment, malgr les injonctions
d'une ou de deux lois et devant l'inexistence d'un Code Urbain
bien dfini, en tout cas; la confusion existant entire la notion fon-
damentale de l'Art Urbain et celle de l'Urbanisme; l'imitation ser-
vile et l'importation des modles exotiques par vasion d'un milieu
cultural don't les motifs d'inspiration sont riches et peu exploits;
le rythme effroyablement croissant d'une population instable, non
structure, mal distribute et bas standard de vie; une conomie
semi-fodale, inorganise, qu'aggrave la surpopulation et qui de-
meure impuissante rsoudre les problmes imprieux de sous-
dveloppement; la centralisation dmographique, administrative,
politique, conomique et culturelle dans La Rpublique de Port-
au-Prince qui absorbe toute la vitalit national et, offrant le con-
traste inou de milliers de taudis avec les maisons d'habitation
moyennes et les villas, se dveloppe en des proportions anarchiques,
alarmantes...
Bref, parmi les solutions rationnelles qu'appelle une situation
aussi grave, la planification occupe le premier rang et s'avre ur-
gente. En ce sens, on rendra justice au Gouvernement actuel d'a-
voir cr, par une Loi, une Commission Nationale d'Urbanisme don't
les activits multiples et complexes s'tendront dsormais, non pas
Port-au-Prince seulement, mais sur tout le territoire national. II
faut surtout crer un Institut d'Urbanisme de l'Universit d'Hati
appel former des urbanistes hatiens authentiques, ayant un pro-
gramme de recherches locales et o se dispenseraient, part un en-
seignement technique, des course de sociologie gnrale, d'histoire de
l'volution des villes, d'architecture fonctionnelle, d'anthropologie
applique, de legislation, d'conomie politique, etc. Si le Tourisme,
en Hati, est en voie de progrs et marque une advance notable sur
l'Urbanisme, du point de vue dynamique et conceptuel, c'est qu'il se
plie au got exotique du visiteur, sduit par le particulier et l'origi-
nal, et s'inspire du folklore et de la Culture national, notamment.
Dans cette perspective, sa vocation essentielle est d'accentuer
l'orientation d'un urbanisme spcifiquement hatien qui traduise
l'Ame Collective et toute une civilisation... Or, actuellement, aucun
esprit srieux et avis ne songe contester la participation des
valeurs touristiques l'laboration et l'application des conceptions
urbanistiques. Ce serait follement condamner les euvres extraor-
dinaires d'un Le Corbusier (France), d'un Neutra (Etats-Unis du
Nord), d'un Oscar Nimeyer (Brsil), d'un Pani (Mexique), d'un
Villanueva (Venezuela). par example!
-7 -







Mais un certain nombre de questions, jusqu'ici envisages, sont
solidaires de celles que nous avons exposes, avec, videmment,
une difference d'optique et de mthode d'interprtation, dans Le
grand drame de la terre et de son exploitation en Haiti. (Smi-
naire sur les Systmes de Plantations du Nouveau-Monde. San Juan:
Porto Rico, Novembre 1957). C'est un travail de Sociologie et d'E-
conomie Agricole, s'tendant galement de la priode colonial jus-
qu' nos jours, o, du point de vue mthodologique, a t mise
contribution la notion moderne de totalit dans les sciences humaines
et sociales et qui, par consquent, s'taie sur un ensemble cohrent
de donnes, de conditions et de facteurs globaux tels que: moeurs
et mthodes culturales arrires; modes inadquats de proprit et
de possession; problmes de titres et de filiation; surpopulation,
dboisement, rosion; morcellement des terres et opposition de la
petite culture la grande culture; problmes de mcanisation agri-
cole et des socits d'exploitation exigeant les grandes superficies
cultivables; climate tropical variable et spcialisation des zones agri-
coles; sous-production gnrale et primaut de l'importation; ma-
ladie, ignorance et misre des grandes masses rurales; structure
social pr-capitaliste et semi-fodale, etc.
Dans l'ensemble, les problmes hatiens, tellement connexes, se
sont historiquement accumuls avec une gravit extreme et parfois
dsesprante. Le complex d'infriorit habilement entretenu, la
trahison et l'opposition systmatique des lites vis--vis des masses
nationals, la dcroissance du patriotism et du civisme, etc., en-
trent, pour leur part, dans ce processus de dgnrescence collec-
tive. Le manque d'esprit scientifique explique aussi l'tat actuel
dplorable de nos questions vitales et de notre organisation social,
politique et conomique. On pourrait, en manire de conclusion,
souhaiter l'une de ces hautes crations: un Centre National de la
Recherche Scientifique, qui orienterait et canaliserait la recherche
dans tous les domaines. Il faut souhaiter aussi une rforme en pro-
fondeur de notre Universit en harmonie avec les exigences de la
vie moderne. Ces espoirs sont fonds, d'ailleurs, sur l'esprit du mo-
ment et les ralisations dj obtenues, et parce qu'en outre, pour
la premiere fois dans notre histoire, un savant, double d'un grand
patriote, dirige les destines de ce malheureux pays. Il faut rsolu-
ment sauver le people hatien qui, dans la dignit et la noblesse de
sa misre, se rclame, bon droit, de son pass de grandeur et de
gloire. Il faut contribuer projeter un peu plus d'amour, un peu
plus de lumire et de bien-tre sur cette terre habitable d'Hati.


-8-


A. A.
























Pour le Congrs d'Anthropologie
et d'Ethnologie sur l'Homme Hatien
l'occasion du Jubil du Dr. Jean Price-Mars
Octobre 1956

















INTRODUCTION A L'ETUDE COMPARE
DE L'ONTOLOGIE BANTOUE ET DU PAYSAN HAITIEN

GENERALITES

L'histoire de 'Ethnologie qui se rapporte notamment la connais-
sance des cultures et des civilisations dites primitives ou infrieures est
le plus souvent jalonne des theories les plus pernicieuses, des erreurs
les plus fondamentales, o les ides prconues et les prjugs de l'Oc-
cident entrent pour une grande part De sorte que les savants les plus
honntes n'arrivent pas toujours s'en affranchir compltement. Quant
'Afrique noire, en mme temps qu'elle a t et est encore la proie de
maintes puissances coloniales de l'Occident, le poids de ces prjugs
pse lourdement sur son devenir: elle livre rarement son vrai visage et
le secret de son me... C'est que le colonialisme a ses exigences et le
dogme de l'infriorit racial est l'un de ses resorts psychologiques
les plus srs. On comprend qu' ses dbuts il ait contribu de faon
notable dterminer l'orientation et l'esprit de l'Ethnologie. Il en est
rsult, chez l'europen moyen et mme cultiv, un vritable complex
de narcissisme, d'ethnocentrisme et de supriorit, en presence des
coutumes et des usages qu'ils qualifient d'tranges et qui certaine-
ment n'entrent pas dans le cadre de leur milieu cultural. Donc, on ne
s'tonnera pas de lire, par example, sous la plume d'un Montesquieu,
Fencyclopdiste, la sentence suivante: On ne peut se mettre .dans
'esprit que Dieu, qui est un tre trs sage ait mis une me, surtout une
me bonne, dans un corps tout noir. On cite un example d'entre mille,
parce qu'il mane d'un esprit qui exera iue influence considerable sur
le dveloppement de l'ensemble des connaissances aussi bien que sur
l'homme de son poque. De toute faon, pareille mentality a t la
motivation, consciente ou inconsciente, des trois theories principles
qui ont rgn en ethnologie, savoir la thorie animiste .l'un .Tvlor
(1872), la plus ancienne, qui voit des mes partout chez les iprfimi-


- 11 -







tifs; la thorie magique pranimiste d'un K. Th. Preuss et le mo-
nothisme originel d'un Pre W. Schmidt (1900). Preuss qui croit
que la magie fut la premiere manifestation de l'homme en face de la
nature, qualified de btise originelle l'tat mental qui a conduit aux
formes primitives de religion. (1) Ce qui est le plus regrettable et le
plus lourd de consequences. crit Adolphe E. Jensen, c'est que ces
theories influent encore beaucoup sur les recherches faites sur place
dans les pays lointains. De la sorte, le matriel de base ncessaire
toute tude ethnologique est d'emble dfigur ou fauss, ou du moins
prsent sous une forme non purement phnomnologique. C'est d'au-
tant plus grave que les prochaines decades sont sans doute les der-
nires o l'on pourra encore recueillir sur place des donnes ethnolo-
giques sres et authentiques, don't la quality sera dterminante pour
toutes les tudes ultrieures sur les dbuts de l'histoire humar.in. (2)

Au fur et measure du progrs et de l'approfondissement de la Con-
naissance dans le domaine de la Science de l'Homme, grce aux nom-
breuses observations mthodiquement faites sur place et les acquisi-
tions sans cesse renouveles de la linguistique, de l'archologie et de
la palontologie, notamment, tous ces concepts, *outes ces construc-
tions et theories difis pour expliquer, ce qu'ils rsument chacun
sa manire, le ftichisme, l'animisme, le monothisme, le polythis-
me, le magisme, le manisme, le dynamisme, etc., ont t sinon tout
fait battus en brche, mais plus ou moins reviss et repenss. La no-
tion moderne de culture, entire autres rsultats oprs grce elle, a
contribu faire justice au prlogisme et la mentalit primitive
d'un Lucien Lvy-Bruhl, par example, et aux formulations non moins
dogmatiques et dangereuses d'un Raoul Allier. (3) Ainsi, l'Afrique,


(1) Voir Mgr. A. Bros: L'Ethnologie Religieuse, Librairie Blond et Gai, Pa-
ris, 1936.
(2) Adolphe E. Jensen, Mythes et cultes chez les peuples primitifs, page 10,
Payot, Paris, 1954. traduit de l'allemand.
(3) Raoul Allier, in Psychologie de la Conversion, crit: (p.138) Demandez
aux Basouto, dit M. Dieterlen, le pourquoi de ces coutumes, ils sont incapables de
vous rpondre. Ils ne rflchissent pas. Ils n'ont ni theories ni doctrines. Pour
eux, la seule chose qui imported c'est l'accomplissement de certain actes tradi-
tionnels, le contact gard avec le pass et les trpasss. Mais, plus loin, la page
140, on peut lire: Qu'est-ce qui rend irresistible cette opposition des chefs? C'est
la peur de rompre le lien mystique, qui, par le chef, s'tablit avec les anctres,
et c'est la peur des catastrophes que cela peut entrainer. On ne peut comprendre
ce clien mystique ou cette influence des anctres qu'intgrs dans un systme
de pense cohrent et bien dfini. On sait aujourd'hui que c'est l toute la ques-
tion, sur laquelle nous reviendrons d'ailleurs....


-12-







mystrieuse et engageante, tend de plus en plus tre mieux com-
prise. Des Africologues minents, plus objectifs et honntes, ceux-l,
qui se sont penchs sur ses traditions et coutumes et ont essay de pn-
trer sa pense, ont produit des ouvres capitals tant par la science que
par le nouvel esprit qui les anime. Dj, l'allemand Lo Frobnius, cra-
teur de l'cole historico-culturelle, a dcouvert, entire autres, la loi essen-
tielle et dynamique de la morphologie de ces cultures. Adolphe Jensen,
directeur de l'Institut Frobnius, a introduit, particulirement, dans l'ex-
plication de l'volution historique des cultures, sa fameuse thse de leur
expression et de leur utilisation. Il faut faire une place aussi ho-
norable aux importantes contributions d'autres africanistes, tels un
Cheik Anta Diop, un Marcel Griaule, etc., contributions domines par
le trs haut et trs lgitime souci de rvalorisation et de rhabilita-
tion des cultures humaines. (4) Dans le cheminement laborieux de I'in-
terprtation exgtique des faits de cultures africaine et noire, l'ap-
port de la philosophie, elle aussi, est considerable. Pour se constituer
peu peu, cette philosophie s'est inspire ou est sortie des donnes fon-
damentales de l'ethnographie compare, de l'anthropologie culturelle
et de l'ethnologie gnrale. Elle n'a rien de spontan, puisque, du point
de vue pistmologique, on peut souponner, travers certaines hsita-
tions timides et certain effleurements des constructions d'un Pre
Schmidt, d'un Lvy-Bruhl (5) etc, la gense d'une ontologie propre
la pense africaine et noire et, peut-tre, aux plus lointaines civilisa-
tions... Ainsi, dans ces dix dernires annes environ, deux euvres phi-
losophiques, d'une importance capital, se sont scrupuleusement atta-
ches fixer la pense et l'me africaine. La Philosophie Bantoue du
Rvrend Pre Placide Tempels et West African Psychology du doc-
teur G. Parrinder ont eu la vertu de donner une impulsion, une orienta-
tion nouvelle aux tudes africaines ultrieures (6). On sait l'accueil en-
thousiaste avec lequel la critique a apprci La Philosophie Bantoue
qui, axe sur la thorie de la force vitale, concorde avec les observa-


(4) Voir Adolphe E. Jensen: ouvrage dj cit. Cheik Anta Diop: Nations
Ngre et Cultures. Marcel Griaule: Les Arts de l'Afrique Noire, Paris, 1947.
Edition du Chne.
(5) Il s'agit de la loi de participation de Lvy-Bruhl. selon laquelle le mitif est incapable de sparer en lui-mme ce qui serait proprement lui et ce
quoi il participe pour exister, perdant et conservant la fois son indentit. ce
processes n'tant pas seulement une fusion mystrieuse et inexplicable Voir
.Les Carnets de Lucien Lvy-Bruhl, pages 248-25e1, publis, aprs sa mort, en
1949, Paris.
(6) R.P. Placide Tempels: La Philosophie Bantoue, Presses Alpha, Paris,
1949, traduit du Nerlandais. G. Parrinder: West African Psychology (A. com-
parative Study of Psychological and Religious Thought) Lutterworth Press,
London, 1951.
13 -







tions de Parrinder faites chez d'autres peuples africains et recueillies
dans son ouvrage dj cit. Les spcialistes des cultures afro-amricai-
nes, tels que Merville J. Herskovits, Price-Mars, Arthur Ramos, Gilherto
Freyre, Georges E. Simpson, Fernando Ortiz, etc, ont, pour la plupart,
public des travaux comparatifs de grande valeur scientifique concer-
nant les populations noires du Nouveau-Monde et o se dgage la pr-
sence ou l'influence africaine. Et si, d'aprs Herskovits, Hati vient en
troisime rang, cot de ces populations d'influences africaines, telles
qu'elles ont t observes au Brsil, aux Etats-Unis d'Amrique du Nord,
la Jamaque, Cuba, la Guadeloupe, la Martinique, Trindad,
etc, il est certain et plus que probable que, du point de vue philosophi-
que, ces travaux et d'autres pourront amener dcouvrir les traces si-
non l'identit profonde d'un systme donn de pense commune ces
populations amricaines et africaines. Notre modest ambition, dans
cette prsente tude, est donc de rechercher cette identity de pense
chez les Africains et les grandes masses hatiennes. Suivant, avec Par-
rinder et tant d'autres, la voie trace par le Pre Placide Tempels dans
La Philosophie Bantoue, nous emprunterons sa mthode et ses pos-
tulats don't l'ordonnancement rpond si bien et si harmonieusement la
logique interne des faits observs l-bas comme chez nous. Ici, comme
ailleurs, cette logique interne, c'est--dire qui dcoule de la nature m-
me des choses, s'impose l'esprit et revt le caractre d'une ncessit
intrieure en mme temps qu'extrieure la raison: elle prend, si l'on
peut dire, la forme d'une expression ou d'une manation des faits eux-
mmes.

-II-

L'IDEE CENTRAL DANS LA PHILOSOPHIE BANTOUE
ET DES PAYSANS HAITIENS

Le centre, le grand principle spiritual, par excellence, de la Philosophie
Bantoue et Africaine est la force vitale. Les expressions: vie, vivre
fort, nergie vitale, vigueur, impliquent le mme contenu mta-
physique, cosmologique, dsignent la mme ide gnrale, experiment
une ralit suprieure, transcendante et universelle de vie qui serait
comme la finalit de tous les tres vivants et de la matire inorganique.
Tout est vie et tout tend ou doit tendre vers la plnitude de vie.
Cette philosophie de la force vitale imprime une tonalit, une physio-
nomie spcifique aux manifestations gnrales et particulires dc la
culture, c'est--dire aux coutumes, aux moeurs, usages, religion, magie,
folklore, language et autres.
-14-







De tous les usages tranges, crit le Pre Tempels, dans La
Philosophie Bantoue, page 30, don't nous ne saisissons pas le sens,
les Bantous diront qu'ils servent acqurir la vigueur ou la force vita-
le, pour tre fortement, pour renforcer la vie, ou pour assurer sa pren-
nit dans la descendance.
Dans le mode ngatif, pursuit Tempels, c'est la mme ide qui
s'exprime lorsque les bantous disent: nous agissons de telle faon pour
tre prservs du malheur, ou d'une diminution de la vie ou de l'tre,
ou encore pour nous protger des influences qui nous annihilent ou qui
nous diminuent.
Il en rsulte que le comportement des bantous, qui serait normal
ou pathologique pour d'autres hommes appartenant d'autres cultures
diffrentes, notamment aux cultures occidentales, est fonctionnei de
leur ide dynamique de force vitale. Ainsi, quand, selon les riom-
breuses observations enregistres sur place par Tempels, les banious
s'adressent par des prires et des invocations Dieu, aux esprits et aux
dfunts, ils ne sont domins que par cette ide de force vitale. Le de-
vin leur enseignera des paroles de vie. Leur language content, par
dessus tout, des mots exprimant une force. Ils auront recours, le cas
chant, au bwanga, remde magique pour renforcer ou augmenter
leur force vitale, la magie tant pour eux une force ou l'art de mettre
en movement une ou des forces. Ce que les occidentaux appellent pra-
tiques magiques n'est leurs yeux autre chose que la mise en euvre
des forces naturelles places la disposition des hommes par Dieu,
pour le enforcement de la vie humaine. La force vitale est donc la loi
et la valeur supreme de l'Univers. Les mnes des anctres, pour les
bantous, possdent et propagent cette force. Celle-ci est humaine, ani-
male, vgtale ou inanime. Le bonheur est, pour eux, la possession et
la plnitude de la plus grande ou plus puissante force vitale, tandis
que la maladie et la mort sont symptmatiques de diminution ou de
cessation de force vitale et de vie terrestre. Nous verrons plus loin com-
ment cette ide de force vitale participe, en le dominant, tout
un ensemble d'ontologie bien cohrent et solidaire, puisqu'il est extr-
mement intressant d'en envisager, maintenant, en bonne mthode, le
caractre de diffusion ou d'universalit.
Tels qu'ils ont t observs par Tempels, les bantous ne reprsentent
pas un type cultural donn, isol et ferm aux changes et au dynamis-
me d'autres courants culturels. En thorie et en fait, cela ne se conoit
gure. D'ailleurs, Tempels lui-mme le reconnait, puisqu'il dcouvre,
d'une part, des caractristiques essentielles communes la philosophie


- 15 -







bantoue et celle d'autres peuples du mme continent africain, tels
que les baluba, et, d'autre part, des similitudes ou analogies avec les
croyances de l'ensemble de ce que les occidentaux appellent convention-
nellement et arbitrairement les primitifs.

Dans leur magistral et recent ouvrage: Les Peuples et les Civilisations
de l'Afrique, Baumann et Westermann dcrivent abondamment tous les
cercles de civilisations qui se sont forms travers le Continent noir.
Les cercles bantous, semi-bantous, bantous chamitiss, etc,
ct d'autres non moins important, donnent, il n'y a pas de doute, une
ide substantielle de zones de pntration rciproque et d'influences cul-
turelles. Ici se pose le problme de dlimitation gographique des aires
culturelles qui n'entre pas dans le cadre de notre travail (7). Ce caract-
re d'universalisme,- don't nous avons parl plus haut,- de la philo-
sophie bantoue. centre sur la force vitale,- se trouve confirm par l'un
des plus grands africanistes de notre temps, ancien professeur en Sor-
bonne: Marcel Griaule. Rpandue, crit-il, dans tout l'univers, dpartie
tous les tres anims, hommes, animaux et plants, communique
parfois des tres que nous considrons comme inanims, largement
donne tout un panthon d'tres mystiques mls la vie courante,
une force de vie substantielle, cre par un dieu unique, est et agit depuis
les origins du monde. Elle est difficilement dfinissable et lorsqu'on
serre de trs prs sa description, on aboutit d'apparentes contradic-
tions. Griaule, comparant cette nergie une force mcanique qui,
pourtant, forme la personnel de chaque tre, la quality d'inconscien-
te et d'impersonnelle. Nous ne pouvons rsister au dsir de repro-
duire textuellement la parties essentielle de sa conclusion:

De nombreux voyageurs, crit-il, ont observ chez maintes popula-
tions noires la croyance ces deux principles. Celui que nous nommons
ici force vitale e-t dit nyama chez les Mandingue, les Toura et les
Dogon; Kl chez les Lobi, adoubey chez les Kouroumba; Zili chez les
Mossi; moyo chez les Baluba et Lulua du Kassai. Il se confond vraisem-
blablement avec le silumba de nombreuses populations du Haut-Zam-
bse, avec l'evur des Fan, jok de divers peuples de l'Uganda, l'abiguem
ethiopien. Les definitions les plus diverse lui ont t donnes et comme
cette notion touche l'essence mme des choses, ce qui n'en facility pas
l'observation, on n'a pas tudi, avec issez de persvrance, les institu-
tions ou l'action que lui supposent les hommes et comment elle pou-

(7) H. Baumann et D- Westermann: Les Peuples et les Civilisations de l'Afrique.
Payot. Paris. 106, Boulevard St Germain 1948.-


-16 -







vait tre suivie et contrle. De plus, comme ses effects sont sentis notam-
ment au moment de la mort, elle a pris un aspect malfaisant et sinistre
qui fausse le problme. Pourtant, et sans d'ailleurs apporter de preuve
leur demonstration, certain l'ont rapproche de la notion de mana
bien connue des sociologues (8). Au surplus, les observations person-
nelles d'autres savants et missionnaires ethnographes confirment et ap-
puient la validit de la thse de Tempels. Ainsi, un missionnaire de
l'Ubangi (Congo Belge) lui crit: Mes constatations dans le domaine
linguistique me confirment combien votre tude est universellement
africaine. Chez nos Ngbaks le substantif ne dsigne pas tant la chose
comme tant cela, mais plutt comme tant ainsi. Nous envisageons
l'tre de la chose, eux considrent la force de cette chose. Etre plus ou
moins force vitale, voil ce qui constitute pour eux l'tre de la chose.
La Rvrende Sour Carmela des Seurs Missionnaires de N. D d'Afri-
que conclut: Les Bahemas, les Alurs et les Walendus ont tous la m-
me philosophie que les Bantous. Les formes de religion changent, oui,
mais le fond est exactement le mme. De son ct, l'minent gypto-
logue, Jean Capart, croit trouver dans l'oeuvre de Tempels la clef
de beaucoup de phnomnes gyptiens. C'est souvent une erreur, ob-
serve-t-il, d'aborder l'tude des vieilles civilisations en remontant des
ntres et en voulant les mesurer avec un talon qui ne leur convent
pas. La conception de la Vie permet seule de donner la religion gyp-
tienne toute sa valeur et de la dgager des excroissances parasitaires
qui nous impressionnent dfavorablement et dterminent nos jugements
pjoratifs. Enfin l'minent anthropologue nord-amricain, spcialiste
des cultures afro-amricaines, Melville J. Herskovits, affirme que beau-
coup d'ides exprimes par le Pre Tempels se retrouvent chez les po-
pulations soudanaises des rgions cotires de Guine et qu'en outre elles
sont pareilles celles des peuples du Brsil, d'Hati et autres du Nou-
veau Monde (9).
Hati, pays de montagnes, ainsi que le dnommaient les premiers ha-
bitants de l'Ile: les Indiens, avec une superficie de 28.750 Km2, est, en
effet, une des rgions du continent amricain o les influences africainer
sont les plus profondes. Son histoire, sa population, ses composantes
ethniques et culturelles, son organisation social, politique et conomi-
que portent tmoignage de ses origins africaines et de son pass colo-
nial don't le dterminisme sur son devenir est d'une logique implacable.
Jadis, ce pays fut la colonie franaise la plus prospre de son poque

(8) Marcel Griaule, Les Arts de l'Afrique Noire, p5ges 45-47. 1947, Paris.
(9) R. P. Placide Tempels, mme ouvrage, pages 25, 32, 33, 36.


-17-







don't l'conomie reposait sur le travail servile des ngres imports d'afri-
que et emmens l en esclavage. La traite ngrire se pratiquait du Cap
Blanc au Cap de Bonne Esprance dans ce continent noir et on sait aussi
que les rgions du Congo furent les grandes pourvoyeuses en bois
d'bne. Un ramassis de cent tribus africaines, dit J.C. Dorsainvil,
qui toutes ont laiss, dans la grande masse populaire, des traces indl-
biles de leur propre hrdit physiologique, psychologique ou morale.
En 1790, le recensement accusait 501.730 mes don't 455.000 ngres,
8.370 gens de couleur et 38.360 blancs. Aprs les guerres de l'Indpen-
dance d'Hati, en 1804, la population, compose d'anciens esclaves et
d'affranchis, les colons ayant t chasss, fut rduite 500.000 habi-
tants. Le dernier recensement de 1950 fournit le chiffre de 3.111.973
habitants et les masses rurales, qui sont noires et bas standard de vie,
n'en continent pas moins occuper les 4/5 de la population global
du pays. En regroupant, en function de leur habitat gographique, les
peuples africains qui ont concouru la formation ethnique du people
hatien, les historians et sociologues en ont admis trois groups savoir:
les groups congolais, guinen et soudanais. Les congolais parlaient le
bantou, affirme Price-Mars, dans Formation ethnique, Folklore et
Culture du Peuple Hatien, (p. 126, 2me dition, Port-au-Prince).
Cette observation est de grand intrt pour notre expos, si l'on tient
compete de la valeur numrique prpondrante des congolais dans la
colonie franaise de Saint-Domingue. D'autre part, alors que l'lite
minoritaire s'est toujours efforce de se rapprocher de l'ancienne m-
tropole, de l'imiter servilement, crant un abme entire elle et le reste
du pays, les grandes masses rurales conservent les croyances et les
traditions africaines. D'o un pathtique conflict de deux cultures en
presence, conflict qui remote mme la priode de l'esclavage dans les
conditions que l'on sait. Ierrkovits a analyst dans ce processus un ph-
nomne d'ambivalence social et culturelle... C'est donc dans ces con-
ceptions, croyances, survivances et traditions africaines qu'il convient
de rechercher les bases d'une ontologie commune aux bantous et aux
populations de nos campagnes. Et d'abord le Vodou, qui est la religion
des masses rurales hatiennes, vritable Tservoir dmographique...,
embrasse un ensemble de representations et de croyances mtaphysi-
ques, qu' tort on a qualifies de ftichistes, d'animistes, etc., mais
qui, la vrit, proclament par dessus tout un Etre Suprme: Dieu.
Cet Etre Suprme, les vodouisants l'appellent Grand Mait (Grand
Maitre), parce qu'Il est la Source de toute vie, de toute force et de
tout pouvoir. Grand Mait quivaut au Dijina dikatampe des ban-


-18-







tous, le Puissant, possdant la force en Lui-mme, agnrateur de
la force de toute crature et au Mukomo des balubas, celui qui est
plus fort que toute autre. (10)
A peu prs comme chez le bantou, ainsi que nous l'avons vu dans la
terminologie propose par le Pre Tempels, l'ide de vie, de vigueur,
de vie longue et forte, de force vitale, de sant et courage de fcon-
dit domine les moindres dmarches intimes ou claires des popula-
tions paysannes, notamment, et suburbaines, pour ne pas dire de tout
le people hatien. Cela constitute une donne immdiate de l'observa-
tion. Dans l'ordre du sacr ou dans celui du profane, ce fait est cons-
tant: ses variations ou ses modalits ont t possibles dans l'espace et la
dure, mais son principle demeure. Les mots qui experiment cette ide
vitale reviennent toujours sur les lvres du paysan. Au course d'une c-
rmonie vodouesque, durant la crise de possession, le serviteur ou le
fidle, aprs avoir reu, en manire de salutations, un vigoureux coup
de poigne de main de la part du dieu incarn, il lui fait (en crole)
entire autres choses, la demand suivante, qu'on peut traduire en fran-
ais: donne-moi la sant, donne-moi la vie, donne-moi le courage pour
pouvoir travailler. Donne-moi la vie pour moi-mme, pour mes enfants,
pour mes btes (animaux) etc. Si un serviteur tombe malade, parce
que, croit-on, il n'a pas accompli ses devoirs envers son ou ses dieux
(loas) qui se vengent, les parents du malade, selon leurs moyens co-
nomiques, organisent, l'intention du loa insatisfait, un petit service
(le sang des animaux ne sera pas vers) au course duquel, en promettant
de faire une date fixe un copieux devoir, ils demandent la force et
l'opportunit ncessaire l'accomplissement de leur promesse solen-
nelle. Et, si, d'aventure, le malade peut quitter son lit et marcher, il

(10) Le vodou hatien vient d'un mot dahomen, vodun, qui signifie esprit. Les
dieux qu'on y adore et 'auxquels on fait des offrandes et sacrifices ont les mmes
noms que les dieux de la Nigria et du Dahomey, l'influence religieuse en. Haiti
de cette dernire region africaine ayant t reconnue capital. Monothiste et po-
lythiste i la fois, dans sa hirarchisation du divin, cette religion facility ses
adeptes la communion avec Grand Mait par l'internddiaire d'un nombre impo-
sant de divinits, de loas, mystres, esprits, saints, etc. et avec ces divinits
entire elles, selon leur rang dans le panthon vodouesque. Le vodou hatien est le
produit de la confusion des confessions des diffrentes 'tribus africaines qui, dans
la colonie franaise de Saint Domingue, se sont unies dans la lutte commune pour
leur mancipation et leur indpendance total. C'est dans 'ce sens que P. Mars a
crit que 1804 est issu du Vodou et que Lorimer Denis et Fanois Duvalier ont
vu, dans la crmonie du Bois Caman de l'historique nuit d'aot 1791 o les es-
claves et les dieux africains s'taient runis en vue de la rvolte gnrale, la pr-
figuration de l'histoire mystique de ce pays. Le vodou haitien prsente donc un
aspect historique et politico-social. Dou d'une ethique, d'une philosophie, d'une
ontologie, d'un droit, etc.. il postule un monde organis. o, comme dans le monde
bantou, tout se tient et se lie la parties.


-19-







assistera la crmonie au course de laquelle il dira peu prs ceci:
Donnez-moi la vie, donnez-moi la sant, donnez-moi la force pour
pouvoir travailler afin de vous servir et accomplir mes devoirs. Mais si
je n'ai pas la sant, la force pour travailler, je ne pourrai pas vous ser-
vir. Au course d'une mme crmonie, le prtre du vodou, aprs avoir
jet de l'eau selon la liturgie cultuelle, invite les serviteurs et par-
fois des fidles en faire autant, en leur disant de formuler leur de-
mande ou recommandation. Et tour tour, tandis qu'ils jettent de
l'eau en faisant leur demand ou recommendation, les mmes locu-
tions de vie, de force, reviennent toujours dans leur essentiel Bien en-
tendu, il n'y a pas de forme sacramentelle dans l'expression de c- dy-
namisme...
Le paysan hatien, historiquement et hrditairement, est bon tra-
vailleur agricole. La mauvaise rcolte ne le dcourage pas. La rcolte
plus ou moins bonne fait jaillir du fond de son cour un cri, un sent:-
ment d'action de grce ou de reconnaissance l'endroit de ses dieut
Alors, dans ses prires et invocations, domine l'ide de renforcement
de vie pour une plus grande prosprit, ide, certes intimement asso-
cie au sentiment de profonde gratitude concrtise le plus souvent en
offrande faite dans le champ mme au moment de la cueillette, ou
la case...
Dans son remarquable ouvrage: Life in Haitian Valley, l'anthropo-
logue amricain, M. J. Herskovits, donne deux examples frappants de
prires ou invocations qui corroborent nos observations personnelles.
L'anthropologue et nous, nous nous rencontrons dans l'observation des
faits, mais, comme l'on s'en apercevra, nous nous sparons partir du
point de vue de leur interpretation (11). Quelques crmonies, dans le

(11) Premier example de prire ou d'invocation recueilli par Herskovits au mo-
ment de la rcolte.
Jsus-Christ, les Saints, les Marassa, les Morts: M, jet, mai, bai ou, c'est
pou' toujou' m'gagne bai'ou, et pou' m' gagne courai' pou' travai' ac' pitit' moin,
ac' femme moin, ac' parent, moin, ac' toute famille a. Conserve m' pou' m' pas
malade. pou'm' toujou join pou' m' bai' ou. Jsus-Christ, the Saints, the Twins,
the Dead: I throw maize for you, that I may always have some to give, that.
may gain courage (strenght) I to work, and also my children, my wife, my relations.
and all my family. Care for me that I do not fall ill, so that Imary always
have (something) to give you?
Deuxime example
Tou ca quitt. Aid moin a travailler durant l'anne, quitt ba moin force,
courage. Moin bien content jodi a, main a moin port baou, c pou ca toujou
bon. Ba moin force l'anne pou' moin travaille plus l'anne prochaine. Merci. -
All this remains (pere for you) Help me to work during the year, give me stre:nght
and courage. Today I am weffe satisfied; here is what I bring that may always
be well with me. Give me strength this year that I may work next year. Thank
you.
Melville J. Herskovits, Live in Haitian Valley, pages 79-80, New York, Alfred
A. Knopf, London, 1937.
-20-







vodou donnent, dans leur ensemble, un sens particulier et encore plus net
cette dmarche hautement vitaliste. La crmonie du Boul-Zin, par
example. Faite pour l'me des vivants comme pour celle des morts,
crit Milo Rigaud, la crmonie du boulez-zin se fait encore pour les
houn'sih bossales et pour les houn'sih dans le but de hausser leur
potential astral (12). C'est l un phnomne de renforcement col-
lectif de la vie. Il n'est point simplement individual. Il est mme
cosmique... Ainsi, il tend prendre toutes les dimensions ontologi-
ques, ce qui est le but de l'tre dans la philosophie bantoue, africai-
ne et des masses paysannes hatiennes... Nous dvelopperons cet as-
pect de la question au moment logique de notre expos. Arrtons-nous
un autre example, infiniment plus rassurant: il s'agit du culte des
marassa dans le vodou hatien. Ce culte, notre gr, est la plus haute
expression sacre de la philosophie de la vie et de la force vitale dans
la Religion populaire en Hati. Il est, d'une part, la sacralisation d'un
fait minemment vital: la naissance des jumeaux dans la famille hu-
maine et, d'autre part, la conscration absolue d'un dieu fcondant la
creation ou, si l'on veut, la dification d'une puissance, d'une force net-
tement suprieure qu'il faut placer bien haut dans la hirarchie divine
et adorer, par consquent, pour cette trs haute et trs grande fareur
qu'elle a voulu faire l'une des families humaines. Celle-ci est bn-
ficiaire d'une grce exceptionnelle la comblant et dpassant mme ses
esprances. D'o, on le comprend bien, le caractre initial de ce culte
familial. Des ethnologues, tels que Herskovits, Emmanuel C. Paul, Milo
Marcelin etc, dans la masse des faits ethnographiques qu'ils ont obser-
vs et dcrits relativement ce phnomne, ont dgag des notions im-
portantes qui contribuent servir d'tai la philosophie de la force vi-
tale (13) Que ce soit sur le plan de la religion ou de mystique, qu'il
s'agisse des activits de la vie profane ou courante, l'une ou l'autre de
ces deux formes de comportement, prsentant entire elles une interd-
pendance fonctionnelle, expliquent l'essence de l'tre et son adapta-



(12) Milo Rigaud: La Tradition Vaudoo et le Voudoo Hatieu, Edition Ni-
clous, Paris, 1953. Voir glossaire, page 420.

Milo Marcelin: Le Vodou: Religion populaire, in revue Optique, Numro 29
Juillet 1956, pages 75-80.
(13) Voir Melville J. Heiskovits, loc. cit. chapitre XI: The Cult of Twing and
the Dead, pages 199-218. Emmanuel C. Paul: Le Sacrifice de l'Igname, Jour-
nal: Le National, 25 juillet 1953, Port-au-Prince;

-21-







bilit au milieu ambiant, du cosmos. Ce dynamisme du sentiment de la
vie est si fort que rien ne saurait l'arrter ni l'annihiler. Tout concou:t
le maintenir et le rendre plus vivace. Par example, le recours frequent,
selon les exigences de la vie, aux procds, aux remdes magiques.
(bwanga, dit le bantou; ouanga, dit l'hatien), en est une explication ra-
tionnelle. Seule est condamnable, dans cette operation, l'intention de
nuire, que d'ailleurs les morales les plus antiques ont interdite. Cette
magie, ici, prend un sens, revt un caractre que la science occidentale,
malgr le perfectionnement de sa mthode et de ses instruments d'ob-
servation, n'arrive pas encore comprendre, parce que simplement elle
impose la comprehension d'autres cultures l'talon de la sienne pro-
pre. (Voir J.C. Dorsainvil. Vodou et Magie, p. 47 et Price-Mars: Ainsi
Parla l'Oncle p. 35-38). Considre comme force par ces cultures,
elle est partie intgrante de l'nergie vitale. Elle est cette nergie
ce que, dans un sens large, le pathologique serait au biologique. Car, en
some, on est en presence d'un monde absolument tranger aux va-
leurs statiques. Sa notion dynamique repose sur celle de l'interac-
tion des forces. On ne peut comprendre l'tre dans la philosophie
africaine en la dissociant de la force. Force et tre en constituent
une notion complex de base. La pense occidentale chrtienne, dit le
Pre Tempels, ayant adopt les formules de la philosophie grecque, et
peut-tre sous l'influence de celle-ci, dfinit le plus souvent cette ralit
commune tous les tres, ou si l'on veut, l'tre comme tel: la ralit
qui est, quelque chose qui existed, ce qui est. Sa mtaphysique a t
base sur un concept fundamental plutt statique de l'tre. Ce con-
cept de l'tre le plus courant, poursuit-il, dans notre philosophies occi-
dentale est statique en ce que la notion de force n'est pas incluse dans
la notion premiere d'tre. En gnral l'attribut de force apparait come
un accessoire, un accident de l'tre en soi. On appellera l'tre le sup-
port de la force et des changements. A bien considrer, d'une part, la

thologie du Vodou, in Revue Panorama, No. 3, Mai 1955, pages 84-92. Port-au-
Prince; Milo Marcelin: Mythologie Vodou. tome 2, Port-au-Prince.
La venue des marassa, crit Marcelin, est considre par les adeptes du vodou,
comme une marque de force et de virilit. C'est aussi une faveur de Dieu, car les
marassa peuvent les aider dans n'importe quelle circonstance. De son ct, Paul.
interrogeant une vaste documentation et s'appuyant sur Krappe qui parle de al'ex-
tension des functions purement fertilisatrices des jumeaux, observe: En d'au-
tres temps. en d'autres lieux. c'est-i-dire en Afrique. jusqu' present, la culture, en
raison du syst'me conomique, accord une trs grande valeur une longue pro-
gniture. Elle est signe de vigueur, de fertilit, motif de vanit et de fiert. On
peut mieux apprcier, continue-t-il plus loin, toute cette exaltation don't sont l'ob-
jet la vigueur et la fertility en passant par les rites de pubert si important en
Afrique et qui ouvrent la carrire de la fcondit jusqu' la philosophie du culte
des jumeaux.
-22 -








critique profonde du Pre Tempels, la ralit qui la fonde et, d'autre
part, les progrs toujours croissants de la physique sur la dsintgration
de l'atome qui acclrent chaque jour le rythme inquitant de l'existen-
ce actuelle, on se demande, perplexe, si l'Occident ne sera pas oblig
de repenser et reviser toute son histoire philosophique ou son histoire
tout court et de retourner aux traditions dynamistes de plus anciennes
civilisations, lesquelles sont peut-tre plus en harmonie avec la physi-
que moderne. Cette perspective apportera-t-elle la paix et i'harmonie
parmi les hommes, qui en ont tant besoin? En tout cas, ce monde mys-
tique, africain o chaque lment, mme l'inorganique, jouit curieuse-
ment d'une solidarity ontologique (la pierre qui symbolise un dieu, une
autre chose qui est dtentrice de force magique...) donne clairement
la vision de ce Vitalisme mystique ou cosmique don't parle le philo-
sophe allemand Alfred Rosemberg.


III

HIERARCHIE ET INTERACTION DE FORCES

La notion de puissance vitale, ainsi acquise, nous permet de mieux
saisir la hirarchie et l'interaction des forces dans le monde bantou et
hatien. En effet, en raison mme de leur rang, dans l'ordre ontologique,
les forces agissent les unes sur les autres, seulement du suprieur
l'infrieur: l'tre de puissance vitale moindre n'agit pas sur l'tre de
puissance vitale plus grande. Par dessus toute force est Dieu, la Force
elle-mme et gnrateur de force. Le bantou emploie une locution pour
exprimer cette ralit super-divine: mwine buckomo lewandi. En
Hati, l'adepte du vodou dit: Grand Mait. Pour les bantous, les pre-
miers pres des homms viennent aprs Dieu. C'est eux que Dieu
comm niqua d'abord sa force vitale et, ds lors, ils ont reu le pouvoir
d'exercer leur influence vitale sur toutes les categories de l'espce. Ces
premiers pres ne sont pas simplement des morts, des trpasss. Ils
sont, au contraire, dans la conception africaine, en gnral, des tres
hautement spiritualiss. Ensuite, dans un chelon immdiatement in-
frieur de la hirarchie, viennent les dfunts, suivant leur degr d'as-
cendance. C'est par eux que les puissances anes agissent sur les vi-
vants. Enfin, ceux-ci, iciir tour, sont hirarchiss en function de leur
degr d'ascendance ou de puissance vitale. Les bantous croient que
chaque tre, dans sa measure, son rang ou le degr de sa puissance vita-
le, participe la force universelle, divine. Toute drogation ces lois
ontologiques entraine une diminution de la force vitale et des catas-


- 23-








trophes. Enfin les animaux, les vgtaux et les minraux occupent res-
pectivement les chelons les plus bas de la hirarchie vitale don't l'hom-
me est le centre.
De leur ct, les adeptes du vodou hatien tmoignent de cet esprit
de la hirarchie avec, bien entendu, des differences (de degr et de
formes), qu'expliquent les conditions socio-conomiques et historico-
culturelles de leur milieu. Pour qui observe le vodou, par example, une
trange concordance des faits crmoniels communs la mentality du
bantou et du vodouisait retient attention: c'est d'abord l'invocation
du Grand Mait sous l'gide duquel le service se fait et la dvo-
tion aux morts, aux marassa et aux saints, puisqu' premiere vue on
constate ce que les vodouisants appellent la tabli des morts, la ta-
ble des marassa et la table des saints.
Celles-ci sont richement garnies et contiennent au possible toutes
sortes d'aliments et de boissons. La quality et le genre des offrandes, les
modalits du rite, l'ordre dans lequel doivent se drouler les crmo-
nies sont en function de la prsance, de la personnalit, du got et des
habitudes des morts, des marassa et des autres divinits que l'on veut
servir. C'est ainsi qu'on dbute toujours par la table des morts, des ma-
rassa, etc. Donc, une hirarchie sacre s'observe de haut en bas de
l'chelle divine, sous peine de sanctions, don't l'obligation de refaire un
service mal fait. Tous les morts, tous les loas doivent tre invits ou in-
voqus par le prtre du vodou, dans les formes sacramentelles requises,
et, comme leur nombre exact n'est connu pratiquement de personnel,
l'officiant, aprs avoir parl langage, ajoute: tous les morts, tous les
marassa de Guine, tous les saints, connus et inconnus, c'est pour vous
ce service. Il faut venir parmi vos enfants. C'est peu prs en ces ter-
mes qu'il achve son langage. Les dieux, la table des saints, descen-
dent sur la tte de leurs enfants. Ils mangent, chantent et boivent. Les
vivants, qui chantent tout moment, ne pourront manger et boire
qu'aprs les dieux. Les infants pourront manger et boire ensemble, un
peu l'cart du cercle de crmonie et aprs les ains. Il y a le man-
ger-chiens qui se donne dans une gamelle, neuve ou usage, peu im-
porte. Pour ces solennits, ils sont reus respectablement et reprsen-
tent le rang infrieur de la puissance animal dans la hirarchie. L'oidre
ontologique, par certain cot, n'est pas rigide comme une ligne droite.
Souvent, une force d'un rang infrleur peut jouir d'un privilege seule-
ment accessible une force de rang suprieur. C'est le cas de certaines
forces vgtales et minrales, c'est--dire certain grands arbres, certai-
nes pierres servis ou sacrs. Parce qu'ils symbolisent une presence di-


-24-









vine, on leur doit des offrandes spciales, parfois avec un rite dter-
min, en raison mme de leur caractre... Enfin le prtre du Vodou, de
la connaissance et de la bonne foi duquel dpend toute la russite du
service, jette, d'un geste sacramentel et sur le ton de la prire, des ali-
ments et boissons la terre, dans la direction des quatre points cardi-
naux. L encore, ce geste symbolise la vie universelle, cosmique...
L'Ethnogrrphie religieuse hatienne a dj recueilli un certain nom-
bre de faits pour que nous ne nous attachions trop les numrer tous,
ici, dans notre recherche comparative des preuves de la mentality onto-
logique. Nanmoins, dans le profane, nous pouvons, au hasard, pour sa-
tisfaire compltement notre curiosity, citer quelques faits qui s'offrent ai-
sment l'observation. Par example, le paysan hatien, le plus souvent,
avant de manger et de boire, offre en les jetant dans un geste rituel, par
terre, de l'aliment et de l'eau ses morts et ses mystres (loas). S'il
prend simplement du caf ou de la boisson alcoolise (le plus souvent
du clairin), il en offrira de mme trois gouttes par terre... Parfois avant
de faire un voyage, une route, descendre en ville, (il s'loigne de
son habitation) il jette trois fois de l'eau, dans sa chambre, devant ses
saints (images de saints catholiques); il se recommande ses mystres
et sollicite leur protection. Il y a toute une srie de gestes pareils qu'il
observe dans l'accomplissement de certain actes de la vie quotidienne,
ce qui vous fait croire que mme en dehors du temple il vit en la com-
pagnie de ses morts et de ses mystres don't il reconnait la puissance
tutlaire. Pre de famille ou non, chez lui ou ailleurs, le paysan hatien
laisse toujours table un reste, c'est--dire une parties des aliments
pour les enfants ou autres. Si un animal (un chien ou un chat) est l qui
le regarded manger, il lui jette une petite quantit. Il n'y a pas de geste
banal et insignificant pour lui, ontologiquement parlant. Le symbolism
du geste n'est point vaine apparence et c'est l un trait de la mentality
magico-religieuse.
De son ct, la paysanne se soumet ses devoirs d'tat, en gnral.
Elle travaille et participe parfois plus que le mari aux activits agrico-
les. Par ses vertus, elle est representative d'une certain discipline mo-
rale traditionnelle. Le petit paysan, lui aussi, travaille, ayant des fonc-
tions plus ou moins dtermines en raison de son ge: il s'occupe de
l'entretien des animaux, il va puiser de l'eau la rivire pour la con-
sommation domestique, etc. Il travaille plus qu'il ne joue. On rpte
souvent que le paysan hatien est trs poli, qu'il sait recevoir le visi-
teur, 1'tranger, avec toute la bonne grce desirable. Sait-on as-
sez s'il doit son comportement son sens inn de la hirarchie? Que


- 25 -









tout ce qu'il fait se plie une discipline ontologique, discipline qu'il a
reue de son ascendance ou de ses traditions et qu'il transmettra a sa
descendance?

IV

SAGESSE, METAPHYSIQUE, CONNAISSANCE

La vraie sagesse du bantou c'est sa conception de la nature des tres,
des forces. C'est donc une connaissance ontologique. Sa mtaphysique,
qui repose sur le jeu d'interaction des tres, des forces, est galement
ontologique. Pour lui, Dieu est La Sagesse mme. Il est Le Sage
par excellence qui connait mieux que tout autre la nature de tous les
tres et leur degr de puissance. Dieu possde l'nergie par lui-mme
et est la fois le Grand dispensateur de vie, de force, de l'neigie
universelle. Il en rsulte que tout se fait dans le monde selon sa volon-
t et la connaissance de la cause de tout vnement ne lui chappe
point.
Une telle dmarche mental rappelle celle du paysan hatien dans sa
representation de Grand Mait.
En presence d'une situation pineuse, difficile dominer, l'haitien
ragit d'instinct: Bon di bon. C'est comme pour le bantou. Le baluba
a une pareille reaction: vVidye uyukile. Le Bon di bon haitien im-
plique la dsolation de I'tre qui, impuissant devant l'vnement, le
malheur, s'en remet Dieu qui sait tout, qui permet tout, qui a ses
raisons. Et on entend souvent ces dernires sentences de consolation:
Le malheur engendre parfois un bien; Dieu seul qui sait! Cela impli-
que aus i un profound L.entiment de resignation et de dfaite total.
Quand le paysan haition ou l'homme du people sont sous le coup d'une
injuste accusation, ou victims d'un acte frustratoire et arbitraire quel-
conque, ils s'en remettent au Grand Mait, Dieu, ne pouvant s'en
dfendre. Ils croient que Dieu leur fera justice tt ou tard, les vengera
mme. De mme, quand un ouanga, fortifiant ou prservatif, n'a pas
donn de rsultat. sl ouangateur dira: Dieu est plue fort qu: le
ouanga. Il ne l'a pas permis. Il ne l'a pas voulu.
Le bantou se comportera comme l'haitien devant l'injustice humaine
et l'inefficacit du bwanga ou manga (remde magique). Il dira:
Vidye Wakema.
Le degr de sagesse est fonction du rang et du degr de puissance
vitale de l'tre, dans la hirarchie ontologique. C'est ainsi que les vi-
vants ne savent que par les morts, les anciens, les ains. Parmi les vi-


-26-









vants eux-mmes, les jeunes suivent l'enseignement, la sagesse des
vieux. La grande rgle est que personnel ne fera rien qui soit au-de.isus
de son ge ontologique, c'est--dire, de son degr de puissance vitale,
dans sa facult de savoir. C'est cette mentality qui explique, pour mne
grande part, la tradition orale, l'histoire non crite...
Le paysan haitien s'attache encore ses traditions o domine cette
conception de la sagesse. Il respect les vieux qui sont comme des pa-
triarches. Ceux-ci transmettent les traditions qu'ils ont reues, dispen-
sent un enseignement et la vraie sagesse. Les jeunes, disciplines, ne
font rien sans avoir consult les vieux. Ils les abordent avec dfrence.
Le jeune soutient le vieux infirme et le protge. Il accompagne le pau-
vre aveugle qui demance l'aumne. Ce haut respect dans lequel est
tenu le vieux est l'une des plus hautes traditions sociales de sagesse des
gens de la champagne et du people haitien.
Souvent, les paysans et l'homme du people dans les villes, disent
qu'ils ont l'habitude d'entrer, par le rve, en communication avec leurs
morts, et que ceux-ci leur donnent des conseils et des directives silu-
taires. Souvent des vodouisants avouent que, n'taient leurs morts et
leurs mystres, ils n'auraient pas pu trouver telle solution pratique d'un
problme, ni se remettre dans la ligne de leurs traditions mystiques ou
religieuses don't ils s'taient imprudemment carts...
Le folklore est pour le paysan une source infinie de tradition orale
o il apprend sa vraie sagesse. Les contest chants, tirs dans le
cadre merveilleux de la nuit tropical, soit l'occasion des veilles,
ou celle des solennits, soit comme simples rcrations de gens runis
au hasard, donnent une ide de l'intrt qu'il y porte et la sagesse
qu'il en tire.
Les bantous, eux, dissent, le plus souvent: nous, les jeunes, nous ne
savons pas; ceux qui Favent, ce sont les vieux. Ils sont convaincus
qu'ils re pourront rien s&voir par eux-mmes. Dans ce mme esprit, les
vieux disent: les jeunes ne peuvent pas savoir sans les anciens. Si
ce n'taient les anciens, si les jeunes taient laisss eux-mmes le
village tournerait rien, les jeunes ne sauraient plus comment vivre,
ils n'auraient plus d'usages, ni de lois, ni de sagesse. Ils divagueraient jus-
qu' se perdre.
Pour le paysan haitien, savoir lire et crire ne suffit pas. Il faut
avoir des connaissances. Et ces connaissances, dit-il, ne se trou-
vent pas dans les livres. C'est dans ce sens qu'il dit: Pal franc pas
dit l'esprit. (Le parler franais n'est pas la connaissance). Pourtant,
comme tout haitien. il aime entendre le franais, bien qu'il ne le parle


-27-









pas. En gnral, le people hatien est fascin par le rayonnement de
l'espfit et il se sacrifice chaque jour pour l'instruction de ses enfants.
Le paysan envoie ses enfants dans les coles rurales et quelquefois
en ville pour faire leur education. Mais le pal franc pas dit l'esprit
signifie pour lui qu'il y a des connaissances vitales, une vraie sa-
gesse que ne peut remplacer aucune autre connaissance, aucune autre
sagesse...
Le bantou croit que sa sagesse n'a rien de commun avec le talent
de celui qui apprend lire, crire, calculer. L'art de conduire une
automobile n'est pas, croit-il, en rapport avec l'intelligence.
Le paysan haitien et lc bantou croient que leur philosophie des forces
est incompatible avec la science que nous appelons occidentale. Par
example, s'il s'agit de maladie, le spcialiste des connaissances des
feuilles (docteur feuilles) est consult et le paysan pense rarement
descendre en ville avec le malade pour le faire examiner et soigner
par un mdecin. Et si, d'aventure, le mdecin est requis, il peut arr. er
qu'il surprenne un beau jour, au course d'une visit, le docteur feuilles
qui a t consult aussi, ce qui peut crer des incidents pnibles. Pour
ce qui concern le cas haitien, du point de vue sanitaire, nous avions
Iappel, dans Quelques Aspects du Problme de la Population en
Hati, les conditions de la Mdecine et le rle qu'ont jou les sim-
ples pendant la Colonie Franaise de Saint-Domingue. De tels faits
sont, nous le rptons, rvlateurs d'une mentality donne, d'une con-
ception du monde nettement dfini. Nous ne pouvons pas nier ce que
nous ne comprenons pas. Nous pouvons, tout au moins, faire nos rser-
ves et suspendre le jugement, car suspendre le jugement, dit Bergson,
nest point arrter le mouvant et la pense. Cette attitude philosophi-
que de l'auteur de Les deux Sources de la Morale et de la Rel:gion
peut contribuer renouveler cette science occidentale, trop souvent
dogmatique, intolrante et peu comprhensive...


V

PSYCHOLOGIE
MUNTU, GROS BON ANGE, PETIT BON ANGE

Dans la psychologie bantoue, base, elle aussi, sur les trois notions fon-
damentales: force vitale, accroissement de force et influence vitale, il
est extrmement curieux de constater une ralit matrielle et immat-
rielle la fois, visible et invisible, chappant toute definition positive
et inaccessible toute terminologie moderne: c'est le Muntu. Cette

-28-








ralit se prsenterait l'intelligence comme une sorte d'tre spiritual,
absolument different de celui connu dans la psychologie occidental ou
chrtienne et qu'on appelle me. Ou encore, le muntu parait mieux se
rapprocher de la notion de personnel et impliquerait, par consquent,
l'ide d'excellence, d'minence. Il est, en tout cas, dans l'esprit des ban-
tous, cette force vive, cette force personnelle qui confre l'homme la
vie vraie et leve et le rend ontologiquement suprieur aux autres for-
ces, telles que les animaux, les vgtaux et les minraux. C'est par cette
quality d'nergie vitale leve que l'homme entire en relation de vie
avec Dieu, avec son ascendance, avec ses frres, sa famille et son pa-
trimoine, avec sa descendance et tout ce qui vit et croit dans l'Univers.
Le degr de puissance vitale de l'homme est function du degr de puis-
sance vitale du muntu, qui, lui aussi peut accrotre ou diminuer. Par
example, les balubas parent de muntu mutupu pour dfinir la situa-
tion d'un homme de peu d'importance et sans force vitale intressante.
Le muntu muku lumpe. c'est, au contraire, l'homme puissant et pres-
tigieux qui est vraiment utile la socit. On pourrait citer d'autres
examples.
La croyance populaire haitienne du Gros Bon Ange et du Petit Bon
Ange prsente de curieuses analogies avec le Muntu des bantous. Des
ethnologues, tels que Denis et Duvalier, Mtraux, J. B. Romain, etc. en
ont donn des descriptions et des tudes remarquables et palpitantes
d'intrt. Maximilien, dans son tude: Vodou et gnose, parue dans le
numro 7 d'Optique, page 38, suggre un rapprochement en criv.nt,
incidemment, que le petit ange serait le muntu des bantous.
D'aprs ia sagesse populaire hatienne, l'homme est compos d'un
corps, d'un gros bon ange et d'un petit bon ange. Le gros bon ange est
le double, l'apparence sensible du corps; il correspondrait l'me selon
la conception chrtienne. Le petit bon ange est l'apparence immatriel-
le, spirituelle du corps. Par example, en cas de possession, dans le vo-
dou, le loa s'empare du gros bon ange. Quand le houngan opre un en-
votement, fait une expdition de mort ou de zombi sur une
personnel, c'est toujours le gros bon ange qui est atteint et la personnel
tombe malade, souffre et meurt. On arrive aussi gurir l'individu en
expulsant le mort, le zombi ou le renvoi.
Ainsi, pareil l'individu atteint de zombi dans son gros bon ange et
qui dprit jusqu' mourir, le muntu peut dcroitre et aboutir l'eva-
nescence complete de son essence mme, qui est la paralysie de la force
vitale, qui lui te la puissance d'tre une force active, une cause vitale.
Mais une difference s'impose: c'est que le muntu ne peut tre atteint


- 29 -








que par l'influence nfaste (haine, jalousie, envie, imprcation, etc.) de
la volont mauvaise et destructive des hommes plus forts (jouissant de
leur libre arbitre...) agissant sur les plus faibles. Mais qu'en outre, le
bantou distingue l'homme proprement dit, et d'autres apparences ou
manifestations sensibles: le corps, le souffle, l'ombre, etc. et que, d'autre
part, le muntu, insparable des manifestations don't il s'agit, soit sujet
croissance ou dcroissance vitale dans les conditions ontologiques
ci-dessus rappeles, ces faits prsentent une base d'apprciation com-
parative avec ceux de la croyance populaire d'Haiti relatifs au gros
bon ange et au petit bon ange. N'est-il pas vrai aussi que, selon cette
croyance populaire, l'ombre est tellement attache au corps qu'on peut
faire du mal a quelqu'un en s'attaquant son ombre; que parfois des
individus ont peur de leur ombre (les petits paysans, surtout), ou bien
ne veulent pas qu'elle soit pitine par un autre, notamment un tran-
ger ou un ennemi...

Le gros bon ange quite le corps pendant le sommeil, erre travers le
monde; aprs la mort, il disparait avec le corps. Les vodouisants ont
leur gros bon ange sous la protection et le contrle des loas. Le petit
bon ange ne laisse jamais le corps qu'il protge et ne s'en spare qu'au
moment de la mort pour retourner sous l'eau.

Cette conception de la pluralit ou de la multiplicit des mes vient de
l'Afrique occidentale. Elle prend corps peu prs chez toutes les po-
pulations noires du continent amricain sur lesquelles l'Afrique a exer-
c ou exerce encore son influence. Elle subit, dans chaque milieu cul-
turel, ct de tant d'autres, des modalits de changement, d'accultura-
tion et de rinterprtation, selon la loi formule par Herskovits, dans
Les Bases de l'Anthronologie Culturelle. Mais, toutes, elles s'insrent
dans un cadre ontologique donn qui nous aide apprhender leur con-
tenu dynamique et dgager leur parent ou leurs affinit-s concep-
tuelles.

VI

MORALE ET DROIT

Chez les bantous, la morale, qui distingue entire une action bonne et
mauvaise et le droit coutumier, qui, en function du mme critre moral,
fixe et sanctionne les actes humans, relvent tous deux de la philoso-
phie de la force vitale, telle que nous avons essay de l'exposer dans ses


-30-








modalits de hirarchisation ontologique. Etroitement lis et conver-
geant vers les mmes fins, la morale et le droit sont donc franchement
ontologiques. (14).

Pour les bantous, il y a une force, une puissance suprieure qui sait
et apprcie les actes des hommes, selon leur degr de valeur morale.
Les patriarches, les chefs coutumiers reoivent de ces puissances leur
pouvoir de rendre justice et de trancher les diffrends, charge par
eux d'en rendre compete. Ils se soumettent aux decisions de leur juge
et dissent, comme les baluba: aye mwine. Lui-mme le veut; lui sait
pourquoi il veut. C'est ,on affaire et son droit. Mais s'ils sont sous le
coup d'une injustice de la part de ces plus puissants, ils protestent:
Vous faites ce que vous voulez; vous avez la force de me tuer; mais je
suis le muntu de Dieu. C'est lui qui nous jugera tous les deux. C'est
exactement le mme sentiment d'impuissance et de resignation, la mme
ide de recours au Grand Mait (ou Dieu) qu'ont les paysans et les
gens du people en Hati quand ils sont victims d'une injustice flagran-
te, soit de la part d'un chef de section rurale ou de tout autre agent de
la force publique, soit de tout individu qui abuse de sa force. Ntis
avons dj indiqu plus haut tout le contenu vibrant de ce Bon di
bon qu'ils clament toujours dans ces circonstances. Mais, par contre,
personnel, en Hati come chez les Bantous, ne songe recourir quel-
que force suprieure, quelque divinit que ce soit, devant l'vidence
d'un fait justement incrimin qui appelle rparation. C'est l une d-
marche de la conscience morale et psychologique qu'on peut observer
chez l'homme dit primitif et le dit civilis... D'ailleurs, chez le premier,
la coutume, avec ses sanctions thiques, donne de meilleurs rsultats
et enforce de plus en plus la notion du bien et du mal moral, ce qui
explique l'norme supriorit des droits dits coutumiers sur les droits
crits; les cas font prcdent. Or, la notion du prcdent et de l'usage
est fondamentale en droit (Voir Marcel Mauss, Manuel d'Ethnogra-
phie, p. 112). Les bantous, prcisment, comme nos paysans et l'hom-
me du people en gnral, ont suprieurement cette notion du bien et
du mal moral. Ils condamnent eux tous le vol, l'adultre, l'inceste, le


(14) D'une part, la morale, c'est--dire le dpart entire les actions humaines,
bonnes et mauvaises, suivant 1' critre de la Volont divine, (ou suivant le critre
de l'ordre natural, qui n'est que l'expression de cette Volont divine) et, d'autre
part, le droit, c'est--dire le dpart entire les actions bonnes ou mauvaises des hom-
mes par rapport leurs semblables, au clan. ou plus gnralement par rapport
la socit humaine, reposent chez les bantous sur un mme fondement de princi.
pes et constituent un tout unique. Voir M. E. Possoz, in Elments de droit
coutumier ngre, page 30.


- 31 -








crime, le mensonge. Les paysans hatiens, notamment, se. sparent
d'eux par la polygamie. La haine, la jalousie, l'envie, la mdisance, la
louange exagre, la colre, etc, sont considres par les bantous comme
tant des causes de diminution de la force vitale et des troubles dans
Iordre ontologique. Bien si, les hatiens reconnaissent la ralit de ces
passions et, pour eux, plusieurs d'entre elles, telles que la haine, la co-
lre, agissent sur la personnalit et la sant, tandis que les autres sont
gnralement dtestes et gnralement pratiques comme des pchs
mignons... Les bantous experiment leur sentiment de rprobation du
mal par la sentence: I bibi et ont particulirement horreur du <-nu-
loji (sorcier ici dans le sens de jeteur de sort). Dans les campagnes
hatiennes une coutume sanction thique veut que, quand on arrte
les voleurs et les loups-garous, on les conduise la justice en plein
jour. charges de corde et lis entire eux, pour que tout le monde les iden
tifie. et, parfois. la foule les accompagne en exultant de joie et d'all-
gresse. La mme coutume existe dans les villes: un voleur arrt par
un detective. menott. fait le tour de la ville, au vu et au su de tout
le monde en vue de la reconstitution dramatique des circonstances du
dlit etc. Cette coutume explique que l'agent prpos n'est jamais seul
mettre la main sur le voleur en fuite: il est souvent second par le
people et de faon spectaculaire... Les chansons folkloriques recueillies
par des auteurs appuient la morale et flagellent, par example, le vol,
l'inceste, l'adultre, la prostitution, l'homosexualit, etc. (15).

Les bantous considrent les muloji. c'est--dire le mfwisi ou le
ndoki comme un malfaiteui, au supreme degr de perversion diaboli-
que. Devant ce vritable danger social, le muntu prouve une terreur
d'pouvante et une indicible rpulsion. C'est une contagion ontologique
de destruction que ce criminal porte en lui-mme. Le bantou croit devoir
-e dfendre de ces atteintes l'ordre vital. Pour lui la non-vie, la for-
ce destructrice de vie, ne peut tre sujet de droit, elle est anti-ontolo-
gique. D'o la conception bantoue de la faute et de la responsabilit.
lesquelles engendrent automatiquement les notions de s3acl.ion de r-
paration. de punition, d'amende et de purification ontologinue. Et le de-
gr de pnalit sera function du degr de criminalit ou culpabilit.
D'abord. les rparation. matrielles n'importent pas autant que les r-
parations morales, vitales, tant donn que le droit coutumier bantou
et ngre est bas spcialement sur les personnel. C'est un droit de


(15) Voir Emmanuel C. Paul: Notes sur le Folklore d'Haiti, p. 41-51, Port-au-
Prince. 1946: Michelson P. Hyppolite: Littrature Populaire Hatienne. Port-
au-Prince, 1950.
-32 -








la vie, ce n'est point un droit des 'biens, de leur proprit et de leur
translation. Certains aspects des coutumes de droit personnel, chez les
paysans hatiens, confirment ce fait. Pour s'en convaincre, on n'a qu'
envisager, notamment, les modalits du nom dans la famille et le carac-
tre indivis des biens, etc. Bref, c'est le cot ontologique de la rpara-
tion qui intresse le bantou au premier chef. La rparation consistera
en la reconnaissance de l'ordre hirarchique qui a t trouble. Cette re-
connaissance se fera par des offrandes propitiatoires, par une purifica-
tion ontologique, magique ou rituelle du village et de ses habitants
qui ont t souills... Sans doute, la morale bantoue, comme toutes les
morales d'ailleurs, prescrit un nombre de rgles qu'on ne doit pas trans-
gresser. Ce sont des interdits qui assurent la prennit de l'ordre ontologi-
que et ils sont vitaux. Par example, les torts envers les forces vitales su-
prieures. (Dieu, anctres, ans vivants ou trpasss), le mal faith aux
infrie,-.rs, les fautes commises l'gard des gaux, etc., sont de ces
interdits qui, transgresss, doivent tre rtablis par la purification
ontologique.
Les coutumes, les croyances religieuses des paysans hatiens s'appa-
rentent indubitablement l'ontologie bantoue, galement en c qoui con-
cerne les contraintes, les obligations et les interdits formant l'armature
de l'un ou l'autre systme. Price-Mars, dans Ainsi Parla l'Oncle", pa-
ge 34, en donne une numration assez longue, encore qu'il l'estime trs
rduite. N'a-t-il pas constat d'ailleurs que de la naissance au tombeau,
l'adhrent au Vodou est emprisonn dans les mailles troites d'un rseau
d'interdictions? Celles-ci concernant les divinits, les morts, les vivants
entire eux, le nouveau-n, le vieillard, le crime, le vol, l'adultre, l'in-
ceste, etc. Il est vident que, d'autre part, les manquements de telles
obligations conduisent, pour la plupart, certain rites expiatoirei ou
certaines coutumes de purification. Ainsi, pour apaiser la colre des
loas, les vodouisants font souvent des sacrifices, des pnitences -lui,
dit Milo Marcelin, consistent ordinairement en plerinages, neuvaines,
manger-loa, manger-marassa, offrandes alimentaires et sacrifices
de poule, coq, pigeon, chvre, etc. Certaines pnitentes portent sur la
peau une chemise en toile de siam ou de sac collet (16); d'au-
tres, une tunique en toile d'emballage ou tisse de fibres de si-al. Les
hommes, eux. ont sur le corps une chemisette confectionne avec deux
bandes de toile de couleur diffrente (noir et rouge) le plus souvent.
(Milo Marcelin, in Optique, No. 17, juillet 1955, p. 46). Le dfunt,
dent le deuil n'a pas t port par ses hritiers, peut saisir ces der-
niers filss, petits-fils ou rneveux, notamment) et les contraindre ces
sortes de sacrifices et de pnitences.

(16) Sac de jute.
33 -










POSSESSION ET FORCE VITALE

Le rationalisme occidental, loin de le clarifier et de le simplifier, a
compliqu l'extrme le phnomne de la possession. Le mot phno-
mne lui-mme implique l'ide d'une ralit, la manire de concevoir
et d'apprhender cette ralit, objet et sujet la fois d'un context cul-
turel auquel l'esprit, qui en est le produit, le plus honnte et le
plus indpendant, n'chappe pas. Ds lors, on se rend bien compete que
la terminologie est l'une des conditions premires de la Connaisance,
dans la measure o l'on dit. d'ailleurs, en matire de linguistique, que le
language est dj la pense. Dans ces conditions, tudier une culture,
saisir une me nouvelle autre que la sienne propre en dgageant la phi-
losophie qui la transcende. constitute une tche immense, et une des plus
prilleuses pour l'intelligerce. C'est d'autant plus dramatique qu'une
telle dmarche est enchevtre de prjugs, inspirs non pas par le souci
absolu de la vrit en elle-mme, mais bien par l'intrt personnel ou
racial.
L'idal d'un Tibaudet. disciple de Bergson: Etre intrieur l'objet
tudi en meme temps qu'extrieur soi-mme, se prsente alors
notre jugement comme une des fins suprieures de la Pense humaine.
L'imprialisme cultural de l'Occident tisse ce grand drame de la c~ns-
cience et se trouve aujourd'hui mi-chemin d'une catastrophe ou d'ane
revision total de sa table de valeurs. Les nombreux travaux scientifi-
ques sur la possession ont paru plus d'un comme tant des plus symp-
tmatiques de cette crise. Etant donn qu'elle constitute la plus haute
manifestation mtaphysique des cultures africaines ou, en ses modalits
diverse de degr et de nature, d'autres cultures galement dites primi-
tives, on comprend que l'Occident se soit heurt bruyamment ce
qui fait, par dessus tout. leur caractre dominant et original. Les dfi-
nitions les plus dogmatiques devaient avoir course, sutceptibles de crer
une certain mentality. La possession, dira-t-on d'abord, c'est l'tat de
ceux qui se croient ou que l'on croit gouverns par une puissance sur-
naturelle, notamment par un dmon, qui leur enlve la libre displ>i-
tion de leurs paroles et de leurs actes et en fait l'instrument de sa volon-
t. Cette definition et d'autres terminologies telles que possession
dmoniaque voquent l'esprit la dmonologie du Moyen-Age. Et on
sait qu'en ce temps-l l'arme la plu- puissante de l'Eglise, pour chasser
ces dmons du corps de l'homme, tait l'exorcisme. Depuis, on a vu des
thologiens et des missionnaires, au course de leur mission civilisatrice


-34-








de conversion et de christianisation en Afrique et chez d'autres peu-
ples dits primitifs, recueillir des observations et publier des ouvrages
important, mais o l'influence de l'ancienne et traditionnelle tho!ogie
du Moyen-Age est patent. Bien sr, parmi eux s'en trouvent de trs re-
marquables par la charit chrtienne, le zle apostolique et surtout la
comprhension humaine. Mais, ce qui, un moment donn, dominera
davantage l'ensemble des travaux touchant le problme de la posses-
sion, c'est l'ide de l'hystrie, telle qu'elle a t d'abord conue par la doc
trine de Charcot, puis battue en brche par celle de Babinsky, renouvele
enfin par les travaux et l'enseignement de Janet. On ne peut exposer,
ici, la littrature de ces theories psychopathologiques sur l'hystrie qui,
durant l'poque glorieuse de la Salptrire, taient rgnantes en Europe
comme ailleurs. Ces theories participrent la creation d'une nouvelle
mthode clinique et thrapeutique de certaines psychoses et nvroses et
d'autres formes des maladies mentales, don't !a crise de possession vodoui
que. Jusqu'en 1930, la notion de l'hystrie dominant les travaux du savant
Oesterreich sur la matire. (Possession, Demoniacal and Other. E.T.) Et
jusqu' l'heure actuelle, des savants, comme Montague Summers, par-
lent systmatiquement de causes pileptiques et hystriques dans la
possession. Eux aussi, les savants Hatiens, ont subi l'influence de ces
theories rgnantes. D'abord, J. C. Dorsainvil, dans Vodou et Nvrose,
donne la definition suivante Le voaou est une psycho-nvrose religieu-
se racial, caractrise par un ddoublement du moi avec altrations
fonctionnelles de la sensibility, de la motilit et prdominance des phno-
mnes pithiatiques. Price Mars critique srieusement cette definition.
fait l'expos des doctrines don't elle relve et en arrive formuler
la sienne: En definitive, crit-il, selon nous, la crise vodouesque est un
tat mystique caractris par le dlire de la possession Thomaniaque
et le ddoublement de la personnalit. Elle determine des actes auto-
matiques et s'accompagne de troubles de la Cnesthsie. La solution
du problme a fait une avance considerable avec Mars, puisqu'il a car-
t la cause psychopatholcgique de l'hystrie. Mais la pathognie de cet-
te manifestation mystique demeure, sous une forme ou une autre. Il tait
donc intervenir la mythomanie. L'ethno-psychiatre, Louis Mars, y voit,
de son ct, une grande erreur. Ce dernier .avant fait avancer davan-
tage, selon nous, la comprehension du problme. La gense de sa pense
procde des conceptions antrieures de Malinowsky, lequel s'est lev
une philosophie des cultures humaines par la conjugaison de l'anthro-
pologie, de la p,-ychanaiyse et d'autres disciplines connexes. Mars, lui,
cre, de faen original, sa nouvelle Ethno-p;ychologie base sur 'me


-- 35 -









thorie plus dynamique et plus large, enrichie des dernires acquisi-
tions de la Connaissance humaine, don't il a ralis cette synthse har-
monieuse. Un fait de la culture humane ne peut tre bien compris que
plac dans son cadre, que senti comme par l'homme qui en est le pro-
duit. Ce qui est normal pour une culture peut tre pathologique ou anor-
mal potir une autre, d'o le problme de la relativit culturelle. Cette voie
permet de dcouvrir l'identit et l'universalit de l'esprit human. La
thorie de Louis Mars 'insre dans ces notions gnrales de ba'e et
d'autres que le temps nous empche de rappeler ici. Pour donner une
forme definitive sa pense dans l'interprtation du phnomne de la
possession, par example, Louis Mars emprunte un terme au glossaire du
philosophe allemand Hegel: aufgehoben, ce terme n'ayant pas d'qui-
valent en franais et, selon Mars, pouvant tre ainsi entendu: Efface-
ment de la personnalit antrieure, surgissemnt d'une personnalit -
trangre ou bien: Attnuation extreme d'un tat et de cet tat, att,-u
l'extrme, panouissement d'un tat suprieur. La ralit humane,
dit Mars, au moment critique, devient une nouvelle ralit plus haute,
plus profonde, grce au dynamisme de la pense afro-haitienne. Cette
formulation nous amne constater dj que le pathologique est dfini-
tivement exclu dans l'apprciation du phnomne de la possession. Nous
disons, en ce cas, continue Mars, que la ralit est aufgehoben,.. Et, plus
loin, il pursuit: Ainsi la crise de loa se situe trs bien, en tant que fait
normal, dans le cadre de la mentality afro-hatienne, c'est--dire qu'elle
ne peut se produire, avec les caractristiques que nous lui connaissons,
que dans un milieu donn, en liaison troite avec un heritage social don-
n. notre heritage de croyances et ae coutumes millnaires originaires
d'Afrique. Elle ne relve pas de la pathologie mentale.

Nous croyons personnellement que cette nouvelle thorie pourrait
largement orienter les patients recherches de la Para-psychology,
discipline qui, issue de la vieille mtapsychique de Richet, s'est propo-
s d'tudier les phnomnes supra-normaux de Prconnaissance,
de tlpathie, de clairvoyance, de divination, etc., phnomnes inhrents
aux cultures ou civilisations dites infrieures: On sait que l'auteur de la
Double puissance de l'Esprit, J. B. Rhine, est le matre incontestable
de la nouvelle para-psychologie. Qu'on soit en droit de regretter une
excessive systmatisation de l'emploi des mthodes mathmatiques et
exprimentales laquelle cette science a eu recours, cela est d nces-
sairement aux patients ttonnements des dbuts... Mais la pense de
Mars, croyons-nous, rejoint, ou doit rejoindre, par une voie parallle, la
philosophie de la force vitale, telle qu'elle est expose et exprimente


-36-








par le Pre Placide Tempels. D'ailleurs l'une et l'autre de ces deux d-
marches intellectuelles puisent chacune la matire de leur concept dans
deux cultures: bantoue et hatienne, don't j'ai essay de dgager, dans
ce travail comparatif, une identity de pense, de conceptions cosmolo-
giques et une communaut de traits distinctifs, et donc des differences
sociologiques et historico-culturelles normales. Car, cette mme ide de
movement, de dynamisme et de force vitale, on la trouve, au fond,
- avec des differences d'expression dialectique propre chacune des
deux thses, dans une seule et mme explication finale du monde.
Mais, pour chacune d'elles, il me semble qu'un problme capital reste
en suspens: c'est celui d'un mode spcifique de la connaissance que pos-
tulent, en terms rationnels, la thorie de la force vitale et ceile de
l'aufgehober radapte par Mars.
Comment va-t-on utiliser, orienter l'exprience rsultant des faits dits
supranormaux, de prconnaissance, de tlpathie, de clairvoyance, de
divination, etc? Dans quelle measure ces faits, dans le Vodou et la pos-
session, par example, (17) ont-ils t reconnus constants ou non, ont-
ils amlior ou non la condition humaine? Et dans quelle measure n'of-
frent-ils pas, ces faits tranges, matire laboration d'une thorie
de la connaissance mystique ou mtaphysique absolument oppose
la thorie occidentale?
Si l'tat actuel de la connaissance scientifique ne permet gure nme
apprehension total et lucide de ce qui constitute nos yeux la plus
haute et la plus dynamique expression d'une culture donne: la posies-
sion, et si, d'autre part. l'Observation n'arrive pas jusqu'ici en saisir
parfaitement les mcanismes extrmement complexes de causalit et
de finalit, ce n'est point une raison suffisante de suspendre en ce sens
tout jugement, toute activity intellectuelle cratrice et d'attendre les
hasards de la vie et du mouvant... Prcisment, cet tat actuel de la
connaissance, form par la documentation la plus rcente et les notions
mme imparfaites de cette troublante ralit, autorise l'hy:othse de
travail la plus fconde relative ce mode probablement spcifiaue de
connaissance, ainsi qu'elle resort de notre expos et des questions pr-
cdemment poses.
C'est un champ nouveau que, selon nous, elle est appele fertilizer.
C'est la terra incognita qui appelle l'troite collaboration et la 'iar-
diesse cratrice des philosophes, anthropologues et ethno-p- ychologues.

(17) Les vodouisants croient que vodun c'est--dire le loa, l'esprit, lit dans le
pass. le present et l'avenir; de mme qu'il peut gurir ceux qui sont atteints de
maladies naturelles ou surnaturelles.


-37-














CONCLUSION


Parvenu au terme de cette tude qui, au fond, n'est rien moins qu'une
bien faible introduction, nous avouons que notre joie serait grande si nous
pouvions, dans la measure de nos possibilits, contribuer, de quelque ma-
nire, l'approfondissement de la connaissance de l'Homme Hatien.
Dans cet esprit, nous avons donc essay, tout au course de notre expos,
de mettre l'accent sur l'intrt qu'il y a trouver des points de contact,
d'identit et de similitude entire deux complexes culturels donns: ban-
tou et hatien. Ici, le deuxime terme de comparison fait une plus gran-
de place, nous l'avons dj dit, aux grandes masses des campagnes
d'abord, et au bas people des villes d'Hati, ensuite, o l'on peut ob-
server plus clairement la presence et l'influence africaines. Reste sa-
voir dans quelle measure le reste de la communaut prsente une cer-
taine identity de rflexes, de tendances, d'habitudes, d'aspirations et de
comportement avec ces deux premires stratifications sociales qui sont
fondamentales et dterminantes par la culture et le nombre. Tel est le
critre adopt dans le deuxime terme de comparison. Il n'a -'onc
rien de rigide, mais rpond aux exigences de la ralit. Nous pensions,
en outre, que la connaissance de l'Homme Hatien est intimement lie
celle d'autres hommes par la communaut de leurs nombreuses carac-
tristiques culturelles Et ces hommes forment le monde noir et mtiss,
vivant tout prs de nous, dans le continent mme. Ils vivent en Afri-
que, d'o nous sommes venus. De l, l'intrt capital des tudes ethno-
logiques, des nonographies en srie et des travaux comparatifs. Ave: la
masse norme des faits ethnographiques qui se sont accumuls un peu
partout dans le monde, d'minents anthropologues ont dj recomman-
d cette mthode et, dans ces vingt dernires annes, ils s'y sont atta-
chs avec bonheur, et ont obtenu laborieusement des rsultats concrets.
Il n'y a pas longtemps que le grand anthropologue franais, Paul Ri-
vet. dan- une Lettre Diogne sur l'Evolution du sens du mot Anthrc-
pologie, a fait le point sur certaines questions d'actualit en cette ms-
tire. Il a conclu en ces terms:
Je termine en insistant sur un dernier fait. Pour l'ethnologue, quelle
que soit sa spcialit: anthropologie, ethnologie, sociologie ou lin~gais-
tique. la tche de description est loin d'tre termine, mais elle est


-38-






suffisamment avance pour que commence la phase comparative. Il y
a certes encore des populations tudier, mais ds maintenant les no-
nographies sont suffisamment nombreuses et fouilles pour que I'oeu-
vre de synthse se pose aux chercheurs. Ils doivent videmment con-
tinuer dterminer les traits essentiels des peuples de la terre, mais
il est indispensable que, de plus en plus, ils s'attachent, en partant de
ces documents de base, tablir leurs rapports et leur filiation. Il ne
s'agit plus seulement de rpondre la question: d'o vient ce pauole,
,physiquement, cultureilement, linguistiquement? en attendant que
nous puissions un jour resoudre le problme de son destiny, de son
avenir, en function de son pass et de son prsent. (Revue trimes-
trielle de l'Unesco: Diogne, pages 140-143, No 13-1956)

II faut souligner, bien propos, que des anthropologues amricains
sont trs avancs dans cette voie. D'ailleurs, nous avons rappel et uti-
lis leurs travaux sur Hati, dans le present essai. Le rythme de la ci-
vilisation actuelle, notamment aux Etats-Unis, est tel que les peuples
n'ont plus beaucoup de temps rflchir. Agir, et agir vite, est devenu
le grand principle de l'existence des individus et des peuples. Si donc il
est vrai qu' l'heure actuelle et plus que jamais on ne peut orien-
ter une socit donne que si on connat bien son histoire, ses origins
ethniques et culturelles, ses resources et son milieu, comment concilier
l'intrt de la recherche scientifique avec les exigences accrues de la
vie sous toutes ses formes? Chacun pose le problme sa faon, selon
ses intrts, oubliant trop souvent l'intrt de l'histoire. Mais, en tout
cas, chacun croit que le problme doit tre pos: les conomiquement
faibles et forts, nationaux et coloniaux, ceux qui croient qu'ils ont le
droit de disposer d'eux-mmes et ceux qui voudraient croire qu'ils ont
une mission civilisatrice dans l'histoire de l'espce. Il faut craindre
qu'avec l'interpntration et la transformation sans cesse renouvele
des modes de civilisations, les traits essentiels don't parle Rivet, re-
cherchs aujourd'hui, ne prsentent d'autres formes aux chercheurs de
demain et que chercher ne soit toujours dcouvrir ce qui' est contenu
dans la perspective d'un cadre tabli: c'est un phnomne historique,
dj connu... D'ailleurs, dans quelques decades, s'inquite Jensen. le
matriel ethnologique, don't on dispose encore en ce moment, le plus
souvent dfigur ou fauss cre la ncessit de recueillir des don-
nes authentiques et sres sur les dbuts de l'histoire humaine... Quoi
qu'il en soit, il faut poser et rsoudre les problmes vitaux et satisfaire
la fois les besoins d'une organisation rationnelle base sur la science
de l'homme. Herskovits, dans son magistral ouvrage, paru en 1952


-39-







et devenu classique: Les Bases de l'Anthropologie Culturelle, trai-
te, au dernier Chapitre, en manire de conclusion, du rle de l'Anthro-
pologie dans les socits modernes. L'Administration et la science re-
connaissent ensemble que, plus il y a de connaissances utilisables, meil-
leure sera l'application, disait Tax en 1945, propos du mme probl-
me. Reconnatre que le droit, la justice et la beaut peuvent revtir
autant de formes qu'il y a de cultures, c'est faire preuve de tolerance, non
de nihilisme (Herskovits). C'est dans cet esprit que le Pre Tempels a
absorb les problmes de La Philosophie bantoue. Il a not une colla-
boration troite entire le christianisme et le bantouisme. Ce qui, conclut-
il, pour la science rationaliste occidentale, demeure une hypothse, une
thorie non dmontre, notamment l'accroissement interne et intrinsque
de l'tre, la faon don't l'enseignent les Bantous, c'est prcisment ce
qu'enseigne la doctrine chrtienne de la Grce fonde sur la certitude
de la Rvlation. C'est dans cet esprit aussi, croyons-nous, fait de
l'amour de l'homme et de sa culture, qu'on doit envisager l'tude de l'vo
lution culturelle hatienne. Un livre capital, paru en 1928: Ainsi parla
l'Oncle, a dj montr la voie suivre. Il a suscit des vocations et ins-
pir d'autres travaux. Il est la base des transformations qu'il convient
de reconnatre. On peut dire, sans mtaphore, que ce livre est la base
mme de ce Congrs sur l'Homme Hatien. La science, comme la vie, est
un champ de bataille. L'on y tombe en transmettant le flambeau aux
gnrations futures. Car, avant tout, quelles que soient les difficults,
Hati est le seul Pays o le ngre se senate rellement chez lui. Nous de-
vons donc travailler y projeter plus d'nergie spirituelle ou, pour par-
ler philosophiquement, plus de force vitale en vue de notre accrois-
sement collectif...
15 Aot 1956


-40-
















BIBLIOGRAPHIE


ARISTIDE, Achille





BASTIDE, Roger





BAUMANN & WESTERMAN



BROS, Mgr. A.

DIOP, Cheik Anta

DORSAINVIL, Dr. J. C.


GRIAULE, Marcel

HERSKOVITS, M. J.



HYPPOLITE, Michelson



JACOB, Klbert Georges


JENSEN, Adolphe E.


LEVY-BRHUL, Lucien

MARS, Dr. Jean-Price


Le Racisme et le Mtissage devant la Science
- Port-au-Prince 1945
Quelques Aspects du Problme de la Popula-
tion en Hati Port-au-Prince, 1945

Sociologie et Psychanalyse .
Introduction l'tude de Quelques Complexes
Afro-Brsiliens Cahier du Bulletin du Bu.
reau de l'Ethnologie en Haiti.

Les Peuples et les Civilisations de l'Afrique -
Payot Paris, 1948

L'Ethnologie Religieuse, Paris, 1936

Nations Ngres et Cultures, Paris

Vodou et Magie Port-au-Prince, 1937
Vodou et Nvrose Port-au-Prince, 1937

Les Arts de l'Afrique Noire, Paris, 1947

Les Bases de l'Anthropologie Culturelle Pa-
yot, Paris 1952 Lige in'Haitian Valley -
New York Knopf

Littrature Haitienne Populaire Port-au-
Prince, 1950. Contes Dramatiques Haitiens -
Port-au-Prince, 1951 Tome I

Contribution l'Etude de l'Homme Haitien -
P-au-Pce

Mythes et Cultes chez les Peuples Primiti:s -
Payot, Paris, 1954

Les Carnets de Lvy-Bruhl, .949

Ainsi Parla l'Oncle Port-au-Prince, 1928
Formation Ethnique, Folklore et Culture du
Peuple Haitien Port-au-Prince
Le Bilan des Etudes Ethnologiques en Hati
et le Cycle du Ngre Port-au-Prince, 1954


.: 7741 -








MARS, Dr. Louis






MAUSS, Marcel
PAUL, Emmanuel C.





PARRINDER, G.
St. MERY, MOREAU de



TEMPELS, R. P. Placide


La Crise de Possession dans le Vodou Port-
au-Prince 1955
Nouvelle Contribution lEtude de la Crise de
Possession in Mmoire de l'Institut Franais
de l'Afrique Noire No 27

Manuel d'Ethnographie Payot, Paris 1947

Notes sur le Folklore d'Haiti Port-au-Prin-
ce, 1946
Le Dioscurisme dans la mythologie du Vodou
Revue Panorama, No 3 Mai 1955

West African Psychology London 1951

Description topographique de la parties fran-
aise de St-Domingue Philadelphie 1797
- 1798

La Philosophie Bantoue Aux Presses Alpha
Paris 1949
Revues: Bulletins du Bureau d'Ethnologie, F-
vrier 1944, mars 1947 No 12
Optique, No. 7. 12, 15, 22, 29.


-42-

























Communication au Vie Congrs Historique
Municipal Instiutionnel Interamricain
Madrid, Octobre 1957.

















ASPECTS ET CONDITIONS DE L'URBANISME EN HAITI

Les problmes d'urbanisme, dans le monde actuel, c'est un fait
hautement significatif, deviennent de plus en plus primordiaux. Ils
s'insrent inluctablement dans la trame d'une civilisation industrielle
et machiniste, essentiellement axe sur une conomie planifie, intgre.
Zar l'urbanisme, qui en est l'expression quilibre et harmonieuse, ne
rpond plus au got de pures combinaisons gomtriques, la perspec-
tive statique du simple schma graphique d'une ville, ni mme l'en-
semble des creux et des pleins architecturaux, quand ceux-ci ne s'atta-
chent traduire les palpitations et les besoins infinis de l'Ame Collec-
tive, ni au trac classique subordonn au dcor et non aux localisations.
Le trac classique, dclare Marcel Pote, est l'expression sur le sol ur-
bain de la vie propre l'lite qui guide la civilisation de ce temps, la
lumire du soleil royal; ce sont des raies de lumire tombant d'en haut.
Quant l'art urban colonial, ainsi que nous le verrons, notamment,
l'poque de la colonisation franaise de Saint-Domingue, l refltera l'at-
titude individualiste du colon et en mme temps la ngation absolue de
l'esclave assimil une chose, pourtant moteur puissant de la plus flo-
rissante conomie du 17e. sicle.

Avec le movement industrial qui s'annonce et se dveloppe, paralle-
lement aux progrs des sciences et de la technique, autant que s'accrot
une population mondiale, les ides sociales prennent corps avec Saint-
Simon, .Fourier, Balanche, Proudhon, Auguste Comte, etc. Le fait d-
mographique devient un stimulant ncessaire pour l'intelligence cra-
trice... Il revt le caractre d'un impratif catgorique. D'ailleurs, le
gographe Vidal de La Blache, un des crateurs de la gographie hu-
maine et l'conomiste Werner Sombart ont montr avec precision que
la population europenne, qui tait de 180 millions d'habitants, du VIe.
sicle 1800, a augment considrablement, de cette date 1914, pour
atteindre 460 millions, alors qu'un trop plein de 100 millions d'euro-
pens s'est dvers en Amrique en qute d'emploi et de fortune...

C'est, partout, l'avnement des foules, des masses. Ce sont d'normes
agglomrations qui se concentrent dans la sphre des grandes industries.


-45--







C'est le phnomne normal dit d'urbanisation ou du plein. Car, ni
les villes, ni les difices, ni les places ne pourront plus dsormais con-
tenir les masses. Il faut construire l'chelle du collectif, lequel, selon
le mot de Spengler, entraine les proportions fantastiques du colos-
sal.
L'Art Urbain, ds lors, divorcera progressivement d'avec son vieux
traditionalisme pour devenir l'Urbanisme. Ne en France, aux environs
de 1910, cette nouvelle science de l'amnagement et de l'organisaticn
des villes s'inspirera des leons du pass, s'adaptera aux nouvelles co-
tingences et deviendra une branch important de la Sociologie Gn
rale. L'Urbanisme sera cr pour l'homme d'abord, dans sa plnitude
de libert et sa recherche du bonheur, et pour la socit dans laquelle
il vit et qu'il rve meilleure. C'est l'tre collectif, l'tre urbain, et
perptuel devenir, qui inspirera la forme urbaine. Or, tout le drnme
cde l'urbanisme actuel, observe Gaston Bardet, consiste dans le divorce
entire des formes urbaines, caduques et lourdes, et l'tre urbain en pro-
digieux renouvellement".
Mais, comment le nouvel Urbanisme s'adaptera-t-il aux exigences
d'une civilisation industrielle et capitalist caractrise par la produc-
tion en masse et les grands nombres, l'chelle du salaire et du profit,
avec les conditions ncessaires du standing proportionnel du logement,
confort, alimentation, rcrations, libert et aspirations individuelles,
etc?
Ces vastes ensembles que sont les habitations collectives o l'es-
pace prolonge et complete la surface, constituent !'une des plus hautes
et des plus vivantes expressions de l'Urbanisme actuel don't le sauci
majeur est de toujours concilier l'individuel et le collectif.
C'est, en effet, le grand matre rvolutionnaire de l'architecture ur-
baine et de ces habitations collectives, Le Corbusier, aussi largement
admir que discut, qui dclare:
J'installe donc le logis
au coeur du binme:
individuel

+
collectif

et, la libert individuelle
tant assure par le logis,
j'organise tout ce que le
collectif peut apporter.

-46-







Il en rsulte donc que l'individu, quelque angle qu'il soit de son io-
gis, doit prouver une sensation de parfait bien-tre.
Il jouit, avec les autres habitants, des mmes commodits de l'c.iis-
tence, utiles ou agrables: eau, lectricit, confort, tlphone, salle de
reception, jardin, rcrations, jeux, sport, etc. Il communique par les
rues intrieure, horizontales et verticales des habitations. Il res-
pire l'air pur et reoit, volont, les rayons du soleil, par ses fentres.
A ses pieds, il a les spaces verts et peut contempler la nature, le monde
ou une portion du monde. Si apparemment loign qu'il soit du con-
tact terrestre et du sol, il jouit pourtant pleinement, au coeur de son
binme, de l'indispensable libert, de la solitude fcondante et cra-
trice, en mme temps qu'il peut reconqurir les conditions de nature.
C'est que l'homme, en conqurant l'espace, a enfin intgr pour son
bonheur la troisime dimension!
Pourtant, il y a environ un sicle, l'anglais Wakefield, stupfait,
s'est exclam: No room, no room in England. Et plus prs de nous, en
1932, J. Ortega Y. Gasset, dans La Rvolte des masses, dclare:
Trouver de la place devient le problme de tous les instants.
Jusqu' l'heure actuelle, c'est encore le problme de toutes les gran-
des villes, de tous les pays et territoires du globe, dvelopps ou sous-
dvelopps, chaque pays ou territoire devant poser ses problmes
partir des donnes de son histoire, de sa gographie, de son conomie,
de sa culture et en function aussi des normes de la vie international. De-
puis les observations angoissantes des auteurs que nous venons de rappe-
ler, la population mondiale s'est naturellement accrue, avec un rythme
encore plus vertigineux. Au milieu de l'anne 1954, elle a atteint le
chiffre de 2.528.000.000 d'habitants. Et, pour marquer la progression
d'un tel rythme d'accroissement, on peut se rfrer l'Annuaire Dmo-
graphique 1956 qui vient de donner, parmi les dernires statistiques,
le chiffre de 2.691.000.000 d'habitants pour la population mondiale.
Hier encore, dans un copieux rapport, un spcialiste minent a attire
l'attention de l'Unesco sur le danger effrayant que reprsente la menace
du Nombre. En acceptant le taux annuel d'accroissement de 1 af-
firme John Huxley, dans On living in Revolution, la population du
monde aura double dans deux gnrations. Nos apprehensions seraicnt-
elles maintenant moins justifies grce aux nouvelles acquisitions de la
science et des techniques urbanistiques?
Il est vident que l'inquitude, et mme parfois l'angoisse, ne plus
ou moins de la conscience de ces problmes, est plus glande dans les


-47-







pays sous-dvelopps et surpeupls comme Hati. Quoi qu'l on soit, ces
derniers sont appels jouir d'ne assez large compensation du fat
qu'ils peuvent tirer profit des expiences ntiI et pratiques des
communauts plus avances dans la voie de nrIaf at. A cet gard,
le cas de la Rpublique d'Hati est extrmement intressant et path-
tique: il vaut ertainement ne grande et corageuse experience qu'il
faut accomplir.
Situe, dans le bassin des Carabes, entire les 18o 01 et 20 d. 06' de
latitude septentrinale et entire les 71o 38' et 74 d. 29' de logitude oc-
cidentale partir du mridien de Greenwich, la Rpublique d'Haiti
partage, avec la Rpublique Dominicaine, la souverainet de Mie d'Hai-
ti, deuxime des Grandes Antilles Elle occupe le tiers occidental de
1Ile, lequel est trs peupl et trs accident.
Haiti, d'aprs 'appellation des Indiens qui furent les premiers habi-
tants de 1'e. signifie: Pays de Montagne. En effect, dans une super-
ficie global de 27.750 km2, les montagnes occupent celle de 21000. Ce
facteur orog-aphique, entire autres, rendant difficiles les voices de com-
munication, apparat fragmenter, morceler le territoire et une popula-
tion actuelle d'environ 3.550.000 habitants et la density de 116,6 ha-
bitants par km2, selon le recensement official de 1950.
Cette population, extrmement fconde et prolifique, rural dans ses
4/5, concentre dans les montagnes, certaines rgions et villes, notam-
ment Port-au-Prince, la Capitale, devenue La Rpublique de Port-
au-Prince-, ne s'est jamais arrte de crotre travers l'histoire, mal-
gr la misre, la maladie et l'ignorance. Elle plonge ses racines plans
l'histoire de la colonisation francaise Saint-Domingue.
On sait que la France, durant toute la priode colonial dans cette
region des Antilles, recourut l'importation massive de ngres de rAfri-
que. pour l'dification d'une conomie colonial, toujours plus propp-
re base sur le travail servile consistent dans l'extraction des minerais,
la culture de la canne a sucre, du tabac, de 'indigo. du coton et d'autres
matires premires.
La traite de- ngres se pratiqua donc sur plis de 7.000 km de c-
tas, de l'embouchure du Sngal jusqu'au Cap de Bonne Esprance, dans
le Continent noir. D'aprs Moreau de Saint-Mry, une importation de
33.000 esclaves par an se faisait Saint-Domingue.

La socit Saint-Dominguoise tait compose de trois classes princi-
pales, savoir. les colons franais qui, venus pour exploiter et s'enrichir,
occupaient le sommet de la hirarchie, les affranchis, en majority ns


-48-







du blanc et de la ngresse, et les esclaves sur les paules de qui repo-
sait route l'conomie. A l'intrieur et au dehors de ces trois grades
classes, se formaient en mme temps les stratifications sociales dter-
mines par la mobility d'une hirarchisation extreme et les besoins
spcifiques d'une politique conomique que sciemment organisait le
Maitre. Mais quelle tait la forme ou le style de vie dans une socit
aussi esclavagiste, par consquent anti-humaniste, don't le devenir co-
nomique tait assur par la grande majority des esclaves vivant dans
les pires conditions biologiques et o la loi supreme tait l'instinct fa-
rouche d'aventure du colon venu l non pour y demeurer et vivre du
travail honnte, dans la beaut d'un dcor sans cesse cr son image,
mais pour exploiter et s'enrichir uniquement...? Et, dans ces conditions,
quelles manifestations, quelle place pouvait bien y prendre l'art de
l'embellissement de la cit et de l'habitat?
L'art urbain durant la colonie, sera pire que celui de la cit classi-
que mdivale propre une lite ou quelques centaines d'aristocrates
qui guident la civilisation de ce temps. Il ne sera mme pas une
juxtaposition voire une transformation de la ville colonial, puis-
qu'au fond le colon, nous l'avons dit, ne recherchait ni l'esthtique, ni
l'urbanification (le mot et la chose n'taient d'ailleurs pas connus
cette poque...) des regions, ni l'amnagement idal des btiments ou
habitationU L'art urbain sera le plus souvent partiel, fragmentaire,
individual, s'attachant en principle quelques rares sommets isols,
bien moins que des raies de lumire tombant d'en haut. Colonial par
sa destination et sa nature, il se limitera donc au got ainsi qu'aux
proportions locales des difices et btiments du Gouvernement et de
l'Administration coloniaux, aux habitations privilgies, au systme
de fortifications et de defense militaires, aux zones principales de quel-
ques villes. etc.
Aux causes psychologiques et conomiques, qui dterminaient l'ab-
.ence de continuity, d'expansion, de gnralisation et de collectivisa-
tion de l'art urbain colonial, il faut ajouter les causes politiques ou r-
volutionnaires et naturelles: rvolutions, incendies, tremblements de
terre, ouragans, inondations, etc. Ces faits, dans leurs consequences dsas-
treuses, produsirent chaque fois, part les pertes de biens et de vies
incalculables, des changements radicaux dans la structure physique,
matrielle et social de la communaut colonial. Des transferts de po-
pulation s'ensuivirent, spontanment ou par dcret du gouvernement co-
lonial, qui, lui-mme, pour ces mmes raisons, change parfois de sige
ou de capital politique. En tmoigne tour tour, au course du dve-


-49-







loppement historique, l'tablissement successif de maintes capitals
coloniales, telles que, par example, Port-de-Paix, le Cap-Franais, de-
venu par la suite Cap Henri et actuellement Cap-Hatien, Petit-Gove
Logne, Port-au-Prince.

Le Cap-Franais, bien qu'il ft, lui aussi, sujet toutes sortes de bou-
leversements qui d'ailleurs lui valurent d'tre plusieurs fois recons-
truit, constitua, des moments donns de la priode franaise, -
la plus haute expression de ce que pouvait tre l'urbanit... On l'a m-
me appel le Paris de Saint Domingue. Aujourd'hui encore, bien le
considrer, le Cap-Hatien s'offre l'observation attentive comme un
muse vivant de l'ancienne mtropole, sauf que celle-ci ne dut pas at-
teindre entirement toutes ses limits gographiques de dveloppement.
Son trac, en tout cas, s'tendait, trs peu d'exceptions prs, dans tou-
te sa puret classique. Du nord au midi et du levant au couchant, les
rues, en gnral, se croisrent angles droits. Descourtilz nous apprend
qu'elles taient tires au cordeau et bordes de trottoirs en briques...
Horizontales et perpendiculaires, elles ne furent pas toujours dans la
direction des quatre points cardinaux. On peut supposed, vu leur situa-
tion actuelle, qu'elles durent avoir 8 10 mtres de larger, environ.
Comme maintenant, elles ne furent donc pas t-s large et leurs dimen-
sions contribuent nous donner une ide de l'indice de la circulation
l'poque. Par contre, leur nombre et leur perfection compensaient
avantageusement leur troitesse. Elles portrent, pour la plupart, les
noms des Gouverneurs et Administrateurs de la colonie, ceux sacrs
des saints, des religieux, etc.

La ville se cre et se recre sans cesse, parfois pniblement. A ce su-
jet, Mgr. J. M. Jan, dans son livre: Histoire religieuse du Cap, 1949,
fournit les enseignements suivants: La foundation vraiment stable de
la ville qui ne date rellement que de 1711, car c'est cette poque
seulement qu'elle fut reconnue par un dcret royal, s'accrut d'ailleurs len-
tement puisqu'elle n'avait encore que 400 maisons quand elle fut incen-
die en 1734, tandis qu'en 1788 elle comptait 1361, non compris 79
tablissements publics. La valeur des loyers, cette dernire anne,
s'levait prs de 5.000.000 de francs.

Le Cap-Franais fut rgulirement orn de places publiques, dans le
style et le got franais de l'poque ou, plus prcisment, dans le style
du Roi. Il y eut environ sept, savoir: Place Notre Dame ou Place d'Ar-
mes (1699), Place de l'Arsenal (1720), Le March Clugny (1764),
Place Montarcher (1772), appele aujourd'hui Place Henri Christophe,


-50-







Place Le Brasseur (1780), Place Royale (1780), appele aujourd'hui
Place Toussaint Louverture, Champ-de-Mars (1782). En gnral, ces
places se distingurent par la distribution harmonieuse de leurs rues
intrieures, par la ceinture de haies symtriques qui pousrent les
moindres mandres de leurs formes, par l'effet dcoratif de leurs monu-
ments, de leurs fontaines avec canaux d'alimentation, etc. Naturelle-
ment, elles ne furent pas toutes des mmes dimensions, de la mime
grandeur, ni de la mme beaut, ni de la mme richesse. Souvent, plu-
sieurs d'entre elles furent affectes aux maneuvres des milices. Souvent
aussi, elles servirent de march. Le Gouvernement d'Hyppolite ne fit-
il pas lever, en 1896. sur la Place Clugny, un march en fer considr
comme l'un des plus beaux monuments de la ville?

Qu'il se ft agi de marchs ou de manoeuvres de milices, on se rend
bien compete que le fait colonial, sous son aspect conomique, tait do-
minant et la fois un dnominateur commun. Car ces places, autour
desquelles habitaient pourtant la majority des Intendants, ne furent
point cres uniquement pour la pure contemplation, ni pour le repos,
la solitude, le rve, ni comme d'clatantes parures propres la Cit...

D'autres zones urbaines ne furent pas moins intressantes. Il faut
rappeler, par example, celle du quai, vrai centre de circulation, d'acti-
vit commercial et militaire intense, don't la valeur fut fonctior de
celle du port le mieux protg et le plus important de toutes les antil-
les jusqu'au 19 sicle. De manire original et d'une contexture com-
plexe, le quai fut garni d'un certain nombre de calles convergentes pro-
longeant curieusement la ville et la faisant aboutir vers la perspective
d'un de ses plus grands rseaux vitaux. Son tendue, enfin, procda de
celle de la ville et du port

Dans l'ensemble architectural de la ville, contrastrent et s'intgr-
rent la fois, selon leur style respectif, temples et tablissements reli-
gieux, casernes et arsenaux, hopitaux et maisons de bienfaisance, ta-
blissements de loisirs, de spectacles, de thtre ou autres, sans parler des
btiments d'Administration colonial et des habitations.

Nous nous arrterons ici quelques-uns des diffrents types d'habita-
tions ou constructions, parce que celles-ci sont indicatrices du niveau
individual et global de civilisation. Par leur nombre et leur caractre de
gnralisation, elles clarifient et largissent la comprehension des classes
sociales en presence don't elles refltent les conditions, la structure, ies
tendances et la mobilit.


- 51-







Dans les villes et villages, les maisons d'habitation et les cases
taient nombreuses et augmentaient au fur et measure des besoins des
populations conomiques de Saint-Domingue. Leur utility pratique et
leur nombre dominaient par dessus tout: peu importaient, en gnral,le
style, le degr minimum de confort et de salubrit dans la construction.
Les exceptions ne manqurent pas, bien sr, du ct des matres (en
nombre restreint d'ailleurs); mais la rgle devint moins flexible sous le
rapport des esclaves. Elles s'affirmrent davantage, ces exceptions,
- au niveau suprieur de la socit, c'est--dire dans les zones prin-
cipales de haute urbanit. Dans son tude: Les ouvriers de couleur
Saint-Domingue, abondamment documente, (1) M. Hnock Treuil-
lot reproduit une description saisissante laisse par un colon ou un vo-
yageur et que voici:
Reprsentez-vous, a crit un homme qui a vcu longtemps dans la
colonie et don't la description est tire de De Vaissire, reprsentez-vous
une maison sans tage. de 40 pas de longueur, sur 30 de profondeur.
Deux galleries, couvertes par uIn avant-toit, soutenu sur des paliers et
attenantes au corps de logis, rgnent sur toute sa longueur, l'une au
nord, l'autre au sud. L'on s'y promne et l'on y respire.
Tout le logement se trouve compris entire ces deux galleries. Il con-
siste en une grande salle mnagre au centre du btiment et perce de
deux portes, en face l'une de l'autre habituellement ouverte, qui repon-
dent chacune sur le milieu d'une des deux galleries. La salle est flan-
q';4e au nord de deux chambres, l'une droite, l'autre gauche, au sud,
sont deux passages qui mnent de mme chacun une chambre...
Le sol de la maison est lev de trois quatre pieds au-dessus du
terrain natural afin de diminuer l'humidit dans les appartements, qui
ne laisse pas que de se faire sentir d'une manire incommode malgr
cette sage prcaution. Deux escaliers en pierre placs symtriquement,
l'un vers le milieu de la galerie du nord, l'autre vers le milieu de la ga-
lerie du sud, sont les seules communications de la maison avec le de-
hors.
L'exhaussement du rez-de-chausse est un massif de maonnerie qui
sert de foundation au btiment, don't les parois ne sont qu'une espce
de cloison faite avec des planches de palmistes ou des aissantes en tor-
me d'cailles et fixes sur des poteaux d'un bois trs dur qui s'lvent
jusqu'au toit.

S(1) Revue de la Socit Hatienne d'Histoire et de Gographie, Vol 29 No 101,
Avril 1956, pages 48 49.


-52-







Cette relation nous donne une ide du genre de btiment en question
et de son style...
Quant aux matriaux de construction utiliss cette poque, ils con-
sistaient, dans la grande majority des cas, en roches, briques, planches
de palmistes, bois ronds, feuilles de latanier, troncs de palmistes, ais-
santes et ardoises venues de France, etc. Couvertes de paille ou c'ais-
santes, les maisons taient en maonnerie ou en bois et leurs murs
blanchis au lait de chaux. Parfois, dfaut de la pierre taille, on re-
courut la bonne terre poterie. Ce fut la loi du moindre effort et des
dpenses moindres, autant de faits expliquant souvent cette degradation
du got et cette ngation des rgles de l'art. Un observateur tmoin de
certain traits de la vie colonial, n'a pas pu s'empcher d'crire que
Messieurs les ingnieurs ont contract le mme got, et l'on observe
dans leurs difices les dfauts de ceux des particuliers; les rgles de
l'art ne les gnent gure, ce qui fait qu'ils parviennent bientt les ou-
blier totalement. L'un d'eux, avec qui je m'entretenais un jour, portait
l'ignorance si loin, qu'il disait que Vitruve tait de tous les modernes
celui que M. de Vauban avait le plus suivi dans son ingnieuse manire
de fortifier les places (2).
Sans parler de la demeure des hommes de religion qui remplissaient
aussi leur function sacerdotale dans la colonie et don't le disciplin
Pre Labat fut l'un des plus reprsentatifs, il faut mentionner, cepen-
dant, le type gnral de construction pour les glises paroissiales. Ne
croyez pas que celles-ci furent plus ou moins privilgies. A la vrit,
ces maisons de Dieu taient bties, ainsi qu'en tmoigne le bon Pre,
lui-mme, comme les maisons ordinaires de fourches en terre. L'Egli-
se, poursuit-il, tait couverte d'aissante~- Le derrire du sanctuaire et
environ six pieds de chaque ct taient garnis de planches. Tout le
reste tait ouvert et palissad de palmistes refendus, seulement jusqu'
hauteur d'appui, afin qu'on puisse entendre la messe dehors comme de
dedans de l'glise.
L'autel tait des plus simples, des plus mal orns et des plus mal-
propres qu'on peut voir. Il y avait un fauteuil, un prie-Dieu et un car-
reau de velours du ct de l'ptre. Cet appareil tait pour le gouver-
neur. Le reste de l'vangile tait rempli de bancs de diffrentes figures
et l'espace qui tait au milieu de l'glise entire les bancs tait aussi pro-
pre que les rues qui ne sont ni paves ni balayes, c'est--dire qu'il y
avait un demi-pied de poussire quand le temps tait sec et autant de

(2) Voyages intressants dans diffrentes colonies Paris 1797.


- 53 -






boue quand il pleuvait. C'tait en 1701, l'occasion de sa visit au
Cap-Franais, que ce religieux y a enregistr cette observation... (3).
C'tait aussi l'poque de plein panouissement de Saint-Domingue.

Mais, en dehors de l'atmosphre plus clmente des villes, des villages
et autres rgions fertiles, o se trouvrent concentres les grande, mo-
yennes et petites plantations, le spectacle le plus terrifiant de la vie co-
loniale dfie notre imagination. Et d'abord, la direction de ces planta-
tions tait, pour la plupart. confie un procureur ou un grant
d'habitation par un certain nombre de maitres qui, tels d'ineffables
rentiers de profession, "passaient leur vie en Europe ou ailleurs. Ces
grants ou procureurs organisaient l'conomie de ces habitations, iort
habilement d'ailleurs, parfois leur gr ou leur discretion, et, le pius
souvent, possdaient seuls, assure G. Debien. le secret de leurs comptes...
Dans le fourmillement d'innombrables cases ngres, s'leva la grande
case du grant. M.R. Massio nous en donne la description d'un type
don't voici un extrait: Le Btiment le plus important, crit-il, est ici:
la grande case. Elle a 52 pieds de long sur 28 de large; elle est est;me
15.000 livres. Quelques pices semblent rserves au matre. Il y -, en
effet, des chambres l'tage suprieur; une de ces chambres est utilise
pour remiser une parties du caf. Dans la parties sud-ouest de la planta-
tion se trouvent plusieurs cases ngres, en tout six cases ngres. Les
ngres taient relgus dans ces six cases au sud-ouest de la plantation
une certain distance de la grande case (4).

Parfois. la case du grant ne fut pas meilleure celle du ngre. Ce
fait, qui peut paratre exagr. est confirm par plusieurs tmoignages.
Ne laisse pas de doute, ce sujet, le mmoire d'un grant qui se plai-
gnit de la vtust et des vices de couverture de sa case, inconvnients
qui l'exposaient aux pires intempries. J'en excepterai cependant, zou-
ligna-t-il. deux cases que Maset a fait faire avec les bois de guildivrrie
et qui sont couvertes en paille. De l'une j'en ai fait l'hopital aprs
l'avoir fait maonner et arranger. De l'autre j'en ferai mon magasin
vivres. J'ignore encore quand et comment je pourrai me mettre l'abri
des injures de l'air. car la chambre que j'occupe quoique la moins en-
dommage l'est un point que le vent, la pluie et le serein s'y font ega-
lement que dehors. San- doute, sur la base de ces tmoignages ou
faits proprement vcus, et en ce qui concern la condition des grants


(3) Les Congrgations religieuses au Cap-Franais: Saint-Domingue: Mgr. J.M.
Jan. Port-au-Prince. 1951. page 39.
(4) Revue de la Socit Hatienne d'Histoire et de Gographie. vol 27, No. 97,
page 5. Port-au-Prince.
54 -









d'habitation, il convient de ne pas trop gnraliser et d'observer -ne
attitude objective et rationnelle. La ligne vertical de diffrenciations,
il est vrai, s'observaient, dans la colonie, du haut en bas de l'chelle so-
ciale, l'intrieur et au dehors des classes, groups, corporations, etc.
Les blancs cux-mmes n'taient pas gaux entire eux. Les ngres en
avaient une notion parfaite: preuve, certaines de leurs expressions. Le
rang des grants d'habitation, plus forte raison, impliquaient leur con-
dition. Pareilles stratifications sociales taient encore plus logiques dans
le monde des noirs. En des travaux rcents sur la condition des domes-
tiques, des ouvriers et de la femme de couleur Saint-Domingue, M. H.
Trouillot, dj cit, fournit des donnes prcises, ce sujet (5). Aussi
les ngres des plantations occupaient-ils l'chelon infrieur de la hi-
rarchie. O donc logeaient-ils et quel tait particulirement l'tat des
cases qui les abritaient, eux don't le rendement maximum devrait tre
normalement proportionnel leurs conditions d'existence? De ce qui
prcde, on a dj une ide de ce qu'tait l'habitat des esclaves.

Mais, un voyageur nous peint, en quelques mots, un tableau drpma-
tique de ces cases dans une region donne. C'est dans l'enceinte de la
savane, rapporte-t-il, qu'elles sont tablies. L'on en compete ici une
soixantaine pour trois cents ngres ou ngresses de tout ge. Chacune de
ces cases a environ quatre vingts pieds de long, sur douze de large, et
seize de haut sous le fate. Construites en clayonnage pour la plupart,
et couvertes avec les ttes de cannes sucre, elles laissent un passage
libre l'air du dehors. Toutes ont des portes, quelques unes des fen-
tres. La terre battue leur sert de plancher, et l'on y voit pour tout meu-
ble quelque mauvaise poterie pour cuire leurs aliments (6).

Les matriaux de construction utiliss furent, en gnral, les mmes
pour les cases des villages et cells des quarters infrieurs des grandes
villes coloniales. Seulement, dans les rgions obscures des planes et
des montagnes, la construction en dpendait des productions naturel-
les: les teaches, ou apathes (du palmier) servent couvrir les cases
ngres. (7) Un autre auteur, parmi tant d'autres, apporte son tmoi-
gnage: Leurs cases des ngres, crit-il, si saines, si commodes dans les
planes, ici humides et construites la hte, ne peuvent les dfendre
contre une fracheur pntrante, et l'esclave est forc de s'tendre, pour

(5) Voir la mme Revue, annes 1965, 1956. 1957.
(6) Voyage d'un Suisse dans diffrentes colonies d'Amrique pendant la der-
nire guerre Neuchatel M.D.C.C. LXXXV.
(7) Descourtilz. Tome 3, Flore mdicale et pittoresque....


- 55-








se livrer au sommeil, contre un brasier allum qui achve, avec le
temps, d'altrer sa sant et de ruiner le peu de force qui lui restait.
Heureux quand il peut se procurer une mauvaise planche qui le spare
de la terre humide, et un haillon pour se couvrir. (8)

Telles furent les conditions incroyables de logement de la grande
masse des esclaves Saint-Domingue. Leur drame fut encore plus
grand, quand on pense leur mode d'alimentation, compose surtout
de la farine de manioc et de crustaces, aux mauvais traitements et aux
coups de fouet du commander padique qui les forait au travail,
aux maladies auxquelles ils taient exposs et don't ils mouraient, ma-
ladies qui dfirent la mdecine colonial et qui furent combattues avec
plus de succs par les simples et d'autres recettes de leur folkore
medical o puisaient d'ailleurs mme les mdecins franais de la co-
lonie. Mais, comblant le vide caus par le dcs, le marronnage ou
autres facteurs, ,e rythme d'importation annuelle d'esclaves continuait
rgulirement, command par les exigences impratives d'une conomie
don't la loi supreme tait la production maxima par un rendement ega-
lement maximum. De sorte qu'en 1790, la veille des troubles, qui
secourent la colonie, et des guerres qui aboutirent l'Indpendance
d'Hati, en 1804, les statistiques accusaient 455.000 esclaves et 1.487.
840.000 livres tournois, comme estimation global des richesses fabu-
leuses de Saint-Domingue (9).

A la foundation du novel Etat d'Hati, la gnration de 1804, com-
pose de militaires et de gens rompus aux choses de la guerre, devait
fatalement se trouver en face des problmes extrmement difficiles
d'organisation et d'administration. Le colon franais une fois chass du
territoire, les anciens esclaves et les affranchis, nouveaux ns l'ind-
pendance et la nationalit, si tous ils retrouvaient la libert et l'mi-
nente dignit de la personnel humaine, ils ne pouvaient ne pas se souve-
nir en mme temps du long pass colonial don't le dterminisme dans
leurs moeurs, leurs conceptions et leur mentality aura t d'une logique
implacable... Puisqu'en definitive ils ne sauraient poser les bases de l'or-
ganisation social, politique et conomique de la nouvelle communaut,
partir du nant ou d'un choix arbitraire, et puisque l'homme ne se
spare pas de son histoire et de ses traditions, les dirigeants d'alors ne

(8) Histoire des dsastres de Saint-Domingue. Paris chez Garney, 1795 sans
nom d'auteur.
(9) Quelques Aspects du Problme de la Population en Haiti: Achille Aristide,
Imprimerie de l'Etat Port-au-Prince. 1955.


-56-








povaient, en consquence, que s'inspirer des cadres de l'ancienne
structure colonial disloque. Mais, il fallait surtout conserver les cadres
militaires et promouvoir un systme de defense territorial en vue de
prvenir tout retour offensif et ventuel du colon. Ce fut alors l'ide
dominant de l'Empire, avec Dessalines, le Fondateur, et de la Royau-
t, avec Christophe, le Btisseur.
Mais la royaut christophienne, comme toute royaut d'ailleurs, ai-
mait les fastes et les magnificences. Elle fut donc propice l'difica-
tion d'euvres architecturales remarquables, parfois grandioses pour
l'poque et le milieu. L'art urban connut un plein panouissement et
bnficia considrablement du nouveau climate de libert et d'autono-
mie si ncessaire aux fortes crations de l'esprit human. Il ne sera plus
colonial, du moins certain de ses aspects, mais s'inspirera des former
anciennes, toujours vivantes dans la cit, qu'il continuera et amliore-
ra en function de nouveaux besoins et de nouvelles tendances. Il subira
dsormais l'influence franaise, comme d'ailleurs toutes les manifesta-
tions de la vie communautaire, en gnral. Ainsi, dans le Cap-Henri,
par example, la Place Montarcher, devenue Place Henri Christophe,
connatra, dans ses formes et dimensions, d'importantes amlioraticns,
dignes du got et en conformit des instructions du roi.

Il faut mentionner cette gigantesque forteresse: La Citadelle Laferri-
re, btie sur l'crdre du roi Henri ler. et sur les plans d'un officer de
gnie franais, Henri Barr. Situe sur le sommet d'une montagne,
2.500 pieds de hauteur, cette citadelle, dernier bastion de la libert de
tout un people, considre comme l'une des plus grandes merveille; du
monde, demeure encore un problme passionnant en matire de rsis-
tance et l'un des plus grands chefs-d'oeuvre dans l'histoire de l'archi-
tecture militaire. A un moment donn, le Roi y garda jalousement ses
archives, ses biens prcieux et ses trsors...
Que dire du Palais Royal, appel le Palais Sans-Souci?
Pour l'poque, il fut simplement un sommet de l'Art. En voici ane
description rapporte par Mgr. J. M. Jan, dans son dernier ouvrage
d'histoire religieuse, paru en 1956:

Construit dans le style Louis XV, il s'lve au pied de la montagne
du Bonnet l'Evque. Il se compose d'un pavilion central, surmont
d'un fronton au centre duquel se trouvait l'cusson royal et de deux
corps de logis deux tages termins par un pavilion carr. A gauche
et un peu en dehors de l'enceinte, l'Eglise construite en rotonde, avec
un portail surmont d'un fronton triangulaire soutenu par quatre co-


-57-








lonnes. En face de l'Eglise, l'autre extrmit du Palais, mais galement
en dehors de l'enceinte, plusieurs constructions servaient de magasins,
de casernes, de fabriques, d'curies, etc...
Pour se rendre au Palais, on entire par un vaste portail, autrefois
grill et garni de deux gurites pour les soldats de garde. La cour in-
trieure est pave sur des terres de rapports qui s'lvent graduellement
vers la droite pour arriver au premier plan du more. Un large escalier
extrieur conduit l'entre du btiment principal.
Au rez-de-chausse est un grand vestibule et, de chaque ct, une
suite de sales destines divers usages; au premier tage, les appar-
tements habits par la famille royale. Le pavilion de gauche tait la
demeure de la reine Marie-Louise et celui de droite celle du roi Henri.
C'est dans la salle haute de ce pavilion que Christophe se brla la -er-
velle, en 1820, pour ne pas tomber aux -mains de ses sujets rvolts.
Sur l'esplanade du palais, au ct droit, se voit encore le caimitier
o le monarque rendait la justice. Un cercle de briques rservait l'espace
de la cour et traait la limited qu'il ne fallait pas dpasser.
Quand on considre l'ensemble du Palais et le pite tout la fois
gracieux et imposant qu'il domine, on ne peut s'empcher de trouver
cette demeure vraiment royale. Rien n'avait t pargn pour en rendre
le sjour agrable. De vastes jardins, des cascades, des canaux d'irriga-
tion creuss grands frais, y entretenaient une dlicieuse fracheur.
Ces experiences nous montrent quel point, dans des conditions
historiques dtermines, l'art urbain en Hati a subi l'influence franai-
se. L'imitation servile, qui excluera la recherche consciente de l'origi-
nalit et de la personnalite, sera encore plus manifeste dans ce dom:aine
que dans celui cde la littrature ou d'autres formes d'expression. Ce ~ira
en outre un curieux phnomne d'vasion et de bovarysme collectif,
dj dnonc, qu'exprimera la psychologie hatienne des lettres et des
arts, donne important prur la critique et l'exgse. Bref, l'emprise
franaise fut si forte, cette poque!
Le cas d'Hati ne fut d'ailleurs pas exceptionnel, puisque, de leur
ct, l'Europe et le monde entier n'chappaient gure l'ascendant
qu'exerait la France, dans presque tous les domaines, partir d'en-
viron l'anne 1793, notamment. En effet, une raction,- ncessaire et
fconde pour tout l'avenir qu'elle contint en germe, contre le simplis-
me anti-scientifique des Jacobins qui, condamnant Lavoisier, rptaient
terriblement: La Rpublique n'a pas besoin de savants, se fit violen-
te et suscita, vers cette poque, en France, un vritable climate rvolu-


- 58 -







tionnaire de valorisation des savants et des sciences. L'Ecole Polytech-
nique et l'Ecole Normale Suprieure de Paris revtirent, ds lors, le
caractre d'institutions messianiques, honores par l'enseignement des
plus grands noms de la Science comme Laplace, Lagrange, Monge,
Berthollet, Gauchy, Carnot, Vauquelin, etc. Paris tait considr com-
me une vritable Mecque vers o regardait avec ferveur la jeunes-
se europenne assoiffe de connaissance et de progrs. Et c'est de cette
Mecque que sortiront d'autres savants, inventeurs et polytechniciens
considrables qui apporteront d'autres nations du monde les bienfaits
de la Science Franaise. Ainsi, les ngnieurs franais des Ponts et
chausses crrent l'Ecole Polytechnique de Russie. L'Angleterre, pays
de savants et de technicians, n'hsita pas engager l'ingnieur franais
Brunel pour le percement d'un tunnel considr comme l'oeuvre la plus
grandiose de ce temps. D'immenses travaux publics, les escadres et
les arsenaux en Egypte furent raliss par une quipe d'ingnieurs fran-
ais tels que Cerisy, Lambert, Mouget, etc. Au Brsil, d'importants tra-
vaux furent confis au polytechnicien franais Louis-Lger Vauthier.

On sait que ce gnial constructeur, disciple des Saint-Simon et des
Fourrier, part la technique franaise, apporta galement au Brsil les
ides sociales de l'poque qu'il russit, malgr d'innombrables difficul-
ts, introduire dans ses uvres.

De mme ce fut de ce centre d'irradiation, Paris, que sortirent d'mi-
nents urbanistes franais btisseurs de villes, comme Andr Mollet,
Jean Marot, Nicolas Henri Jardin,Blondel et Paris, Alexandre Leblond,
Pierre l'Enfant, etc. qui de Washington St-Ptersbourg, d'Istambul
Rio-de-Janeiro, contriburent l'enrichissement de l'Europe et du Nou-
veau-Monde par des oeuvres urbaines originales et de supreme beaut.
Et ce fut enfin presqu'au dbut de ce cycle d'volution qu'en Hati la for-
midable Citadelle Laferrire, ainsi que nous l'avons dit plus haut, lut
excute sur les plans de l'officier de gnie franais: Henri Barr, qui,
lui aussi, fut incontestablement un trs grand reprsentant de l'Ecole
Franaise de l'poque. Nous nous passons d'autres examples.

Au demeurant, toutes ces ralisations illustrrent une des poques les
plus fcondes de l'internationalisation de l'architecture urbaine. Urba-
nisme et Humanisme, dbordant alors les frontires des nationalits et
traditionalismes rgionaux, s'interpntrrent et convergrent vers
l'une des fins identiques: le classique, c'est--dire l'universel. On con-
oit bien que cette esthtique, grce la tendance inne de l'exotisme
et du snobisme, ne se destinait gure encourager toute forme, toute


- 59 -








expression d'art urbain spcifiquement local. Evidemment, de nombreu-
ses tentative d'harmoniser, de concilier le gnral et le particulier ont
t hautement apprcies et admires, d'autant que cette harmonisa-
tion, impose toutefois par le gnie transcendent de l'artiste, reposait
sur des caractristiques culturelles essentielles. Mais, en dehors de ces
ralisations urbaines d'exceptionnelle valeur et qu'il faut louer, l'im-
portation des modes et des conceptions en urbanisme demeurera la
rgle. On a vu comment cette rgle trouva sa pleine justification dans
la colonisation franaise de Saint-Domingue et, partir des premires
annes de l'indpendance d'Hati proclame en 1804, dans le royaume
du nord, notamment. Ce sera peu prs de mme jusqu'en 1949...
Durant la priode coloniale et jusqu' la fin de la royaut christophien-
ne, en 1820, on peut dire que la mtropole du nord fut une grande ville
radio-concentrique, dans le sens urbanistique du terme. D'abord, elle
rayonnait sur toutes les autres villes et bourgades de la colonie, les-
quelles convergeaient vers elles et se dveloppaient son profit. Plus
tard, elle limitera son action et son rayonnement dans les frontires du
territoire du royaume. C'est, du reste, le grand dfaut de l'urbanisme
contemporain.- sur lequel nous reviendrons,- qui, se basant sur la
fameuse thorie des grandes villes responsible de leur monstrueuse
et dangereuse excroissance, consiste en une rpartition peu rationrelle
des zones et rgions d'une ville ou d'une communaut, sans tenir compete
des lois du rgionalisme, de son autonomie relative et des techniques
de planification rigour.usement subordonnes ces lois. Ainsi, les gran-
des villes ont toujours vcu, tels des vampires, aux dpens des autres
rgions...
Port-au-Prince. capital de la Rpublique d'Hati, en est un example
vivant. Depuis longtemps, ville radio-concentrique, du point de vue
sociologique et des normes de l'urbanisme, cette capital antillaise, qui
joue le rle et continue la function traditionnelle de la mtropole du
nord,- mais en des proportions plus grandes,- se dveloppe dans une
extreme et inquitants anarchie, tel point qu'elle est devenue: La
Rpublique de Port-au-Prince.
Fonde, vers la fin de la colonie, par acte en date du 13 Juin 1749,
dclare par un Ordre du Roi, capital des Isles sous le vent, le 26
Novembre de la mme anne, la nouvelle ville fut baptise du nom de
Port-au-Prince. Ce fut la colline dite morne du Bel-Air, 1 kilo-
mtre environ au Nord du port de l'Hpital que l'emplacement de la
ville a t choisi. Cette position, d'o l'on dominant la rade, paraissait
stratgique aux dirigeants de la colonie et ainsi l'on pouvait mieux la


-60-








protger dans l'ventualit d'une attaque anglaise. A sa naissance mme,
Port-au-Prince se formal du transfer de plusieurs habitations, comme
Rodot et Trou-Bordet, qui furent venues en consequence et des ha-
bitants de Cul-de-sac chasss par une inondation provoque par la
Grande Rivire. La ville s'accrut rapidement, ce qui, en 1750, ncessita,
au fur et measure, l'acquisition de nouvelles habitations. Comme d'or-
dinaire, le trac des rues, angle droit, fut rgulier; de mme, les b-
timents et les maisons d'habitations taient en gnral du mme style,
du mme aspect et des mmes conditions coloniales. Cependant, ds
1751, deux ouragans et deux tremblements de terre ravagrent la ma-
jorit des maisons de la ville. Environ 20 ans aprs, en 1770, un sisme
en dtruisit presque la totalit des btiments et constructions. Alors
une ordonnance de la mme anne fit injunction de ne btir autrement
qu'en bois .u en maonnerie entire poteaux et pas au-del d'un tage.
Port-au-Prince, comme les autres rgions, tait la proie de toutes sortes
de bouleversements naturels et sociaux. Elle aura t une creation con-
tirue, par la ferme volont de sa destination historique. En 1789, la
dernire capital en date de la colonie tait assez belle, ayant une
population dj dense de 9.400 habitants environ et se limitant aux
zones du Bel-Air (1749), celles du Port de commerce (1750), etc.
Elle communiquait avec le Cap Franais par Arcahaie, Saint-Marc, Go-
naves, Plaisance, Limb; avec Jacmel par Grand-Gove, ou par la Ri-
v ire froide et la Grande Rivire de Logne. Aprs l'Indpendance, la
capital de la jeune nation connut des accroissements susccessifs, entire
autres: la Saline (1880), d'autres zones l'est et au sud-est (1890 et
1910), Poste-Marchand, Fort-National, Martissant Carrefour, etc.
(1925).

Jusque vers la fin du XIXe. sicle, le style colonial tait dominant
dans l'ordonnancement de la cit don't le trac, dans certaines zones,
demeure et retient aujourd'hui encore l'attention. Les constructions
taient abandonnes, dans ;un grand nombre de cas, aux soins d'artisans
professionnels simplement guids par un empirisme excessif. nullement
nantis de qualifications spciales et don't les dmarches procdaient
certainement de la tradition des ouvriers de btiments de Saint-Do-
mingue. Mais, ds le dbut du XXe. sicle, cet tat de choses allait
tre sensiblement amlior par le retour dans le pays des architects
et ingnieurs hatiens forms l'tranger et la foundation de l'Ecole des
Sciences Appliques. Le style 1900 ou Modern Style tait propos
au got du public. Sa ptulance et son clectisme se manifestent.
dit l'architecte M. Vilmenay, dans les rinceaux, les arabesques, les clo-


- 61-







chetons, les tourelles, colonnes doriques, corinthiennes, frontons, balus-
tres classiques doucine, scotie et talon, motifs grecs, latins, romans,
arabes, voire japonais ou chinois, tel est le magasin aux accessoires
dans lequel puise le constructeur de l'poque. (10)

Avec l'Occupation Amricaine, s'tendant de 1915 1934, aboutis-
sant d'une srie de rvolutions et de guerres intestines, toutes symp-
tmatiques d'une instability politique foncire, on assist l'excution
d'un programme de construction des difices publics, notamment
Port-au-Prince. Un code du btiment fut en vigueur, mais qui sera a-
bandonn au dpart des amricains. Le style no-classique des cons-
tructions amricaines sera contrebalanc par l'influence de l'Ecole Fran-
aise d'architecture puisant quelques-uns de ses motifs dans le folklore
franais et s'inspirant du vieux style basque provenal don't un certain
nombre de maisons d'habitation, dans les quarters rsidentiels Port-
aL-Prince ec dans certaines villes de province, portent tmoignage. Mais,
quels que soient la bonne volont et le talent d'un architect, il n'arrve
jamais matrialiser sa vision d'une ville uniform et harmonieuse
sans le concours de la loi, ni en dehors d'une certain attitude mental de
l'individu favorable aux crations urbaines. La loi d'Aot 1937 sur
l'Urbanisme, dans ses 43 articles, exprime cette profonde inquitude
en refltant l'image d'une situation historique et en montrant un cer-
tain degr de conscience dans la comprehension des problmes actuels.
CCnsidirant, dit-elle. qu'il y a lieu d'tablir des rgles spciales, re-
latives l'habitation et l'amnagement des villes et des campagnes,
et de les coordonner de faon qu'elles rpondent aux ncessits de
l'hygine et de l'Urbanisme moderne, de mme qu' nos besoins rgio-
naux et nationaux. Dans quelle measure cet idal a t ralis, selon la
gnreuse noblesse et !'lvation des intentions de la Loi? On sait et
l'cn constate que jusqu' present elles n'ont pas t strictement obser-
ves, ces prescriptions relatives la voice et au lotissement, aux dis-
positions extrieures et intrieures des constructions, au permits de
construire, aux diffrents modes d'utilisation et d'vacuation des
eaux. etc.
Quoi qu'il en soit, les constructions se multiplient. Le bton arm se
gnralise, supreme garantie de solidit contre l'incendie, le vol, le
pillage, etc. Il est en mme temps un des indices de comparison entire
les vieilles maisons en bois de l'ancien style colonial et les nouve.les
constructions. A partir dt i 46, date rvolutionnaire qui marque la prise

(10) Voir la Revue Optique, No. 28. Juin 1956, pages 51-55.


-62 -








du pouvoir par les lments des classes moyennes et populaires, on
assisted un rythme plus acclr des constructions. Les magnifiques
villas et les maisons d'habitation dans les quarters rsidentiels ne.sont
plus pour une minority de possdants. 1947: c'est la creation d'une vlle
frontire: Belladre, selon les conceptions et les exigences de la vie mro-
derne. Avec 1949, ce rythme traduit une vritable course en hauteur,
une sorte de guerre d'altitude, puisque les maisons s'tagent et s'int-
grent sans cesse dans les hauteurs, au flanc des montagnes qui. en-
tourent presque Port-au-Prince, comme pour reconqurir les conditions
de nature. Mais, avec 1949, surtout, c'est l'Exposition Internationale
de Port-au-Prince, l'occasion des ftes grandioses commmorant le Bi-
centenaire de cette ville. Dans une region prodigieusement amnage
du littoral, o s'levaient des marais, on cre, pour la premiere fois,
tout un ensemble, toute une vaste communaut architectural: Cit de
l'Exposition. Harmonie de la Forme et de la Fonction reposant sur une
technique consomme, cadre idal dans la perspective infinie de la- mer
et des montagnes environnantes, triomphe des spaces verts, des glass
jalousies, etc. Ainsi se prcisrent et se nuancrent, dans notre milieu
tropical, les lments et les conceptions de l'Architecture dite fanc-
tionnelle... Cette grande initiative a eu des incidences considrables
sur certain aspects de la vie national. De nombreux services publics
et quelques missions trangres sont logs dans la Cit de l'Exposition.
Le tourism, l'architecture htelire et commercial ont connu un es-
sor remarquable. La creation de cits ouvrires, de cits-jardins et es
amliorations apportes certaines villes de province, telles que. le
Cap-Hatien, Gonaves, Anse--Veau, etc., la formation d'une classes
d'ouvriers plus ou moins spcialiss en matire de construction, la trans-
formation ou l'amnagement de la Place des Hros de l'Indpendaice,
l'association des ingnieurs et architects penchs sur l'urgence des pro-
blmes actuels, le got du confort, l'esprit urbain, etc., toutes ces ralisa-
tions, toutes ces dmarches ultrieures se ressentent de la vigoureuse iin-
pulsion donne par la Cit de l'Exposition. Et c'est dans ces conditions
que l'Urbanisme vient de natre en Hati, riche de promesses, fcond et
dynamique dans son movement initial, faisant natre la conscience des
problmes dans la measure o la forme urbaine peut influer sur la psy-
chologie de l'tre urbain. .

Parmi les problmes majeurs d'urbanification qui se posent l'heure
actuelle en Haiti viennent en premier lieu les problmes de la concep-
tion nouvelle de la ville, de l'espace en hauteur ou en surface, de ',.a
definition et de l'interdpendance des rgions l'chelle territorial.


-63 -









En effet, on ne peut plus btir n'importe comment et n'importe o.
Une ville n'est point un assemblage de rues et de maisons, qui ne
sont que les carapaces, les coquilles, d'une socit de personnes, en-
core moins le rsultat de formes gomtriques ou le manteau architec-
tural que l'Art Urbain a successivement emprunts. C'est l'expression
architectural d'une vie collective ordonne, sans cesse renouvele et
adapte aux nouveaux besoins, dans un milieu gographique scrupu-
leusement dfini, et o les risques, les surprises nfastes du hasard sont
d'avance supprims au possible, grce un systme rationnel de plani-
-fication qui embrasse l'ensemble des moyens permettant d'atteindre ces
fins. II s'ensuit que l'Art Urbain traditionnel n'est pas l'Urbanisme qui
procde de l'art, de la technique, de la science et de l'intuition la
fois. De mme, Urbanisation n'est point Urbanification, cette dernire
tant le fait d'appliquer aux villes et aux autres rgions les principles
de l'Urbanisme scientifique. Pour qu'une region produise et vive d'abord
pour elle-mme sans que d'autres rgions parasitaires dependent trop
exclusivement d'elle, et en reaction contre la tendance d'excroissance
des grandes villes tentaculaires, l'Urbanisme scientifique actuel se don-
ne pour tche, entire autres, l'organisation et l'amnagement des villes et
des rgions, selon leur importance historique et go-politique, dans une
certain interdpendance fonctionnelle.

A la lumire de ces normes, donnes et definitions, on comprend l'a-
bandon dans lequel se trouvent lamentablement les provinces d'Hati et
la situation chaotique d'anarchie qui, dans ces quarante dernires an-
nes environ, caractrise Port-au-Prince, c'est--dire la Rpublique de
Port-au-Prince. Une centralisation systmatique a rgn et rgne en-
coie souverainement sur cette capital. L'Occupation Amricaine l'a ac-
centue davantage et l'a organise dessein, cette centralisation, salon
une politique dtermine, plus en faveur des intrts de Washington
que de ceux d'Hati, ou, si l'on veut, en faveur de Port-au-Prince, mais
dans les intrts de l'Occupant. En effet, ce dernier a pris deux measures
capitals, conformment sa politique de centralisation, la premiere
ayant t relative un tarif douanier diffrentiel don't le but immdiat
tait de surlever l'importation et l'exportation la Capitale et dimi-
nuer automatiquement l'importance des ports de provinces et leurs
chiffres d'affaires, ce qui explique, on le comprend bien, l'amnagement
special du port de cette ville. La second measure consistait en la sup-
pression des budgets communaux et la creation d'un budget national.
ce qui contribua largement au enforcement du pouvoir central.


-64 -








Cette politique ne fut pas moins consolide par d'autres initiatives
importantes, telles que la creation d'une base aro-navale et d'unr
arodrome, l'extension de l'lectricit, l'installation du tlphone, la con-
fection des routes et points en vue de relier la capital avec les v;lles
de province, le enforcement de l'activit commercial et industrielle,
l'tablissement d'une important compagnie sucrire: !a Hasco, l'inten-
sification de l'agriculture dans les planes avoisinantes, etc.
Il tait donc fatal, dans ces conditions, qu'une telle centralisation co-
nomique, politique et administrative entrant, du coup, une centra-
lisation dmographique, puisque les villes de province se vidrent
littralement. Les gens du people vinrent solliciter du travail, Port-
au-Prince, dans les chantiers des Travaux Publics et des constructions
prives; les lments des classes moyennes se dirigrent vers FAdminis-
tration Publique ou des entreprises prives, alors que d'honorables fa-
milles de l'lite, voyant avec angoisse s'affaiblir leur position cono-
mique et social, y vinrent faire carrire et redorer leur blason...
Il en rsulta que le rythme de la population y devint de plus en plus
acclr, le taux de la natalit tant trs lev et la population globale du
pays, d'une extreme densit. En 1927, la population de cette ville tait
de 60.000 habitants; en 1950, elle etait passe 120.000 habitants pour
atteindre en 1957 le chiffre de 145.000 habitants environ, alors quc la
population global du pays est d'environ 3.550.000 habitants. Aussi l'ac-
croissement dmographique a-t-il entran, fatalement, l'accroissement
de la ville qui occupe une surface value, depuis quelques annes 1.675
hectares. Il est la base de la cruise endmique du logement. explique
l'industrie intensive du btiment, le cot lev des loyers, l'importance
fiscal de l'imposition locative, la presence affreuse d'une multitude de
taudis que l'on rencontre dans les banlieues, dans les grandes cours,
au cour mme et parfois dans les quarters rsidentiels de la ville. Il
en est de mme de la situation dsordonne de certaines rues et ruelles
et des difficults de circulation qui en rsultent.
Dans leur intressante tude: Le Problme du Logement Port-au-
Prince, put- 'e en Aot 1947, l'ingnieur Jacques Pereira et l'cono-
miste Jules Jlanchet, propos des taudis, crivent ce qui suit:
Port-au-Prince compete au minimum 5.000 taudis dissmins au Fort
St Clair, au Bel-Air, la Saline, etc., abritant une population variant
entire 30.000 et 60.000, c'est--dire vivant dans la promiscuit la plus
rvoltante. La literie, l'ameublement, le trousseau se rduisent rien ou
presque rien et les commodits ordinaires font totalement dfaut. Dans


- 65-








ces sections de la ville, la construction est un point mort: les maison-
nettes sont si misrables qu'elles prsentent un aspect de ruine et de
salet.:Le nombre des mnages et le nombre des maisons ne sont pas
propertionnels; l'importance des mnages n'influe pas sur le standard
du logement et les conditions de l'habitation (11).Il y a exactement
dix ans, la situation des taudis, telle qu'elle a t observe et dcrite
par ces auteurs, ne s'est pas amliore en 1957, dans son ensemble.
Pourtant, de rcents quarters de residence continent de se dvelopper
et s'accrotre, tels que Musseau, Bois-Patate, Diquini, etc. Invariable-
ment les taudis tendent un accroissement progressif: dans le cas con-
traire, il faudrait en changer les conditions et les causes, lesquelles sont
multiples et varies, ce qui suppose un plan gnral de reconstruction
de la ville ou un systme rationnel de planification. Or, ces auteurs,
en. manire de programme de reconstruction, ont propos de rem-
placer les taudis par des maisonnettes hyginiques pour un ou deux
mnages en vue de la creation d'une cite ouvrire moderne ou par des
buildings pourvus de tout le confort desirable et pouvant loger une di-
zaine de familles. La premiere et la second solution ,- ont-ils ajout,
pour justifier leur point de vue ne s'opposent ni ne se contredisent:
elles peuvent tre appliques en mme temps, car, la ville ayant dj
atteint les limits de son extension, il s'agit d'utiliser son rendement
maximum la superficie actuellement btie. Les banlieues, de mme que
le centre et le haut de la ville, se sont dvelopps horizontalement. Il
n"eri saurait tre autrement.

. Loin de les dmolir, ces taudis, le Gvt. a cr plutt l'extrmit nord-
e.stde. la ville, en 1952 et en 1954, deux cits ouvrires habites par des
centaines de families de classes moyennes. Celles-ci sont lies avec l'Etat
par un contract de location don't les stipulations et les clauses prvoient
qu'elles pourraient devenir propritaires aprs un certain temps et
moyennant execution rgulire des prestations. Ni la seconde, ni les
deux solutions combines n'ont pas pu tre envisages pour des rai-
sons financires, politiques ou par difference de conception, peut-tre.
C'est tant mieux. Car la question fondamentale n'est pas d'envisager
l'Urbanisme l'intrieur et dans les limits exclusives de Port-au-Prince,
comme si la nation entire s'arrtait l. C'est plutt l'qulibre ionc-
tionnel de cette dernire qu'il faut rtablir, partir de la rforme qu'il
imported d'oprer d'urgence dans la structure illogique de La Rpubli-

(iU Voir la Revue de l'Association des Ingnieurs et Architectes Hatiens. Vo.
1'N o. 2, Aot 1947, Port-au-Prince.


-66-








que de Port-au-Prince. Car, il est vident qu'on ne peut avoir rec;urs,
pour la seule beaut des Grands Ensembles, aux constructions en
hauteur utilisant l'espace, dans un pays aussi neuf, surpeupl, sous-d-
velopp et aux possibilits insouponnes et mal dfinies. Ce serait en-
core aggraver le problme l o il faut, au contraire, dplacer son centre
de gravit et s'engager plus dangereusement sur un nouveau front, c'est-
-dire sur la nouvelle dimension de l'espace en hauteur... On ne peut
gure suivre dsormais l'urbanification outrance de certaines grandes
villes d'Amrique et mme d'Europe, alors que celles-ci, rives au term
de leur experience difiant, sont maintenant en train de penser autre-
ment et de se rorganiser. Citons, en passant, le cas ngatif de Caracas qui,
un peu comme Port-au-Prince, se dveloppe et s'embellit sans cesse aux
dpens et indpendamment des autres rgions du territoire national.
Cette Capitale, o un important Office d'Urbanisme a t cr seulement
en 1938, est l'une de celles qui semblent faire croire que l'urbanisme se
conoit pour elles uniquement... (12)
Arrtons-nous au cas positif de Paris, ville radio-concentrique mill-
naire, don't l'agglomration pose des problmes d'une importance capi-
tale. M. Sudreau, Commissaire la Construct:on et l'Urbanisme a eu
prciser, devant le Conseil Economique, dans un judicieux mmoire,
la position actuelle de l'Administration face aux difficults rsoudre
pour amnager la Rgion Parisienne et poser les bases rationnelles
d'une vaste politique de reconqute urbaine qui permettra de tenir
compete des derniers progri de l'Urbanisme.
De sa declaration de principle nous donnons un extrait:
Il faut stabiliser i'agglomration parisienne et obtenir trs rapide-
ment l'arrt de l'afflux permanent et dsordonn de population vers Pa-
ris. Il ne servirait rien d'itablir un plan d'amnagement de la Rgion
Parisienne, un plan d'Urbanisme, un plan de circulation, si une conges-
tion continuelle de Paris devait sans cesse remettre en cause les donnes
du Problme. Paris ne doit pas absorber toute la vitalit franaise, elle
doit tre une capital quilibre. Enfin, toutes les operations d'urbanisme
doivent donner la ville l'aisance qui lui permettra de renforcer son rle
de carrefour mondial. Puis M. Sudreau propose un schma de prin-
cipe pour l'quipement et les plans de la ville future (13).
De son ct, M. Le Corbusier, l'un des plus grands Architectes-Urba-
nistes actuels et le gnial Restaurateur de Marseille, au course d'une ru-

(12) Revista Municipal Del Distrito Federal, Caracas, 1948.
(13) Voir La Revue: L'Architecture d'Aujourd'hui, Juillet 1956, No. 66 page 5;


-67-







nion organise par le Mouvement Villes Radieuses sur le thme Pa-
ris Ville Radieuse, (14), a exprim son dsaccord avec les ides ten-
dant crer l'extrieur de Paris un nouveau centre. Il croit au con-
traire que le coeur de Paris doit rester son emplacement historique
et qu'il imported de lui redonner de la vitalit. Sa prise de position ner-
gique dans les dbats se confirm dans sa fameuse declaration de princi-
pe don't nous reproduisons ici les passages suivants:

Transfrer l'industrie sous forme de cits linaires au long des trois
routes de terre, d'eau et de fer toujours conjugues dans la gographie
terrestre et lieux de passage des matires premires et des products
fabriqus; vider ainsi Paris-tentaculaire d'un surplus de population voue
aujourd'hui un va-et-vient insens l'intrieur de l'agglomration; re-
conqurir ainsi les conditions de nature dans l'habitation et dans le
travail.
Ceci amorcera le mouvement,- le grand mouvement,- la dislo-
cation conduisant une reprise de possession des territoires ncessaires
une civilisation irrmdiablement machiniste. Retrouvant les condi-
tions de nature, elle retrouvera aussi l'assiette fondamentale qui unit
l'homme au cosmos.
Dans ces projects, tendances et conceptions concernant la ncessit qui
s'impose aujourd'hui de rformer l'urbanisme de la ville tentaculaire
de Paris, il est trs intressant de noter, pour en dgager un enseigne-
ment et en tirer profit, les notions et points suivants:
a) le danger menaant de l'agglomration parisienne sans cesse acciue
et qu'il imported de redistribuer en harmonie avec les conditions de vie
moderne et les exigences de !'Urbanisme;
b) maintenir le rle historique traditionnel de la ville au carrefour
mondial de la civilisation tout en permettant en mme temps aux au-
tres rgions du territoire franais de participer plus activement aux
processus de la vie collective et national;
c) la ncessit d'laboration d'une thorie plus gnrale, plus large
et dynamique de l'Urbanisme des Grandes Villes et des Grands
Ensembles.
Ces vues nouvelles et ces ralisations tangibles qui se poursuivent
ailleurs, avec la conscience claire de l'inluctabe et mouvante ralit
urbaine, il serait souhaitable de voir les dirigeants et le grand public
d'Hati se laisser pntrer de leur salutaire efficacit. De cette opra-
tion psychologique et mental beaucoup de rsultats pourraient sortir.

(14) Mme Revue.-
68-









En some, il faudrait transformer notre Service Public d'Urbanisme et
envisager une ou des organizations de plus grande chelle. Il faudrait,
- par les moyens mis niotre disposition par la Technique moderne
de la Propagande,-provoquer chez l'homme hatien une certain rcep-
tivit, une certain attitude mental propre crer l'esprit urbain. Il
y a peine deux ans, dans les colonnes de Reflets d'Hati, hebdoma-
daire qui, malheureusement, a discontinu de paratre, un architect
hatien, M. A. Mangons, s'est systmatiquement consacr ce genre
de diffusion touchant l'urbanisme Port-au-Prince, notamment (15).
Dans un des numros du dit Journal, il crit, entire autres, que l'objet de
l'urbanisme est la planification, celle qui a pour fin la creation d'une
structure urbaine stable et quilibre, conue de faon garantir la
sant, la scurit, l'ordre et le bien-tre human tous. Pour faire face
une tche d'une telle ampleur et d'une telle complexity, un organisme
responsible doit ncessairement embrasser des disciplines fort diffien-
tes. Il doit tre mme, statutairement, d'laborer une politique urbaine
cratrice, techniquement, de collectionner, organiser et prsenter les
donnes scientifiques sur quoi fonder cette politique. Il doit pouvoir
enfin, pratiquement, employ er les comptences professionnelles et tech-
niques indispensables l'laboration d'un plan rationnel et rali-
sable. (16).

Port-au-Prince est une vritable obsession. On en subit le sortilge,
l'envotement, mais l'on n'en sort pas. Mme nos ides et nos concep-
tions s'en ressentent: elles se limitent aux dimensions de son emprise...
Dans quelle measure, l'laboration cenceptuelle de Mangons, entire
autres, a-t-elle donc chapp ce dterminisme?

Pour la premiere fois, l'Association des Ingnieurs et Architectes Ha-
tiens s'en est libre, il y a peine quelques semaines, en prsentant
un rapport au Dpartement des Travaux Publics au sujet du problme
de l'Urbanisme en Haiti. On peut lire Comment rsoudre le problme
de l'Urbanisme dans le journal Le Nouvelliste du 12 Juillet 1957.
En effet, ce rapport, en recommandant la creation d'une Commission
National Autonome de Planification, propose, entire autres objectifs
d'un programme, ce qui suit:

1) esquisser une ordonnance vivante des nouvelles ralits de la col-
lectivit, de l'unit familiale et de l'individu;

(15) Voir Collection de Reflets d'Hati, Port-au-Prince, 1955.
(16) Voir le numro du Samedi 15 Octobre 1955: En toute urbanit.


--69









2) formuler. et diffuser les normes nouvelles d'un programme d'uti-
lisation individuelle, vicinale, urbaine, rurale, rgionale et national du
territoire;
3) Veiller la ralisation d'un tel programmed.

Ce rapport rigoureusement objectif, comportant un programme de
travail aussi dense que varied, que nous ne pouvons reproduire entire-
ment ici et auquel nous rfrons volontiers, a une valeur hautement
thorique et conceptuelle. Il announce implicitement la fin de la routine
et de l'improvisation facile, en proclamant l'conomie d'un systme co-
hrent d'organisation rationnelle, en matire d'urbanisme, ce, au double
point de vue individual et collectif, regional et national. Parfois un peu
trop abstrait et trop gnral, il ne rend pas assez, notre gr, la vision
d'une ralit aussi saisissante que celle de la matire hatienne, ce qui
garantirait, d'ailleurs, le succs initial d'un beau commencement de dif-
fusion et de propaganda. En outre, l'aspect mthodologique, en ce qui
concern les plans et tudes, ainsi que les techniques de recherches et
d'investigations, n'en est pas nettement dfini, tant donn que l'Urba-
nisme actuel embrasse un certain nombre de disciplines du savoir
humain. Cela renseignerait davantage non seulement sur le rel ha-
tien don't il s'agit, mais encore sur les moyens et les buts spcifiques,
surtout dans un milieu o manquent les documents et les travaux
scientifiques de base et o la Recherche n'est pas srieusement organi-
se. En tout cas, il s'agit l d'une initiative vraiement louable, remar-
quablement fconde, don't 1i ne sied pas de diminuer l'importance et
o domine l'esprit scientifique.

Certes, un Programme planifi d'Urbanisme, scrupuleusement conu
et labor en function des ralits et des besoins du pays, n'insisterait
jamais assez sur le problme de la dcentralisation qui s'impose. La
recentralisation, c'est--dire la recherche et l'tude objective d'anciens
et de nouveaux centres, en vue de leur integration dans le Plan d'ensem-
ble, devrait tre l'un des buts essentiels atteindre. La valeur des
centres d'urbanisme est celle des rgions qu'explique particulirement la
gographie humaine et conomique.

Il faut donc dcentraliser la Capitale et rorganiser les villes et les
rgions de province, de facon rationnelle et en sorte que l'individu
s'adapte son milieu et y puise les lments ncessaires sa vie et
conforme ses lgitimes aspirations. Port-au-Prince ne peut plus con-
tinuer tre La Rpublique de Port-au-Prince et il est urgent que
les provinces participent activement la vie national. Ainsi, la dcen-


-70-







tralisation administrative, politique, conomique, financire et culturelle
est insparable d'une politique de planification et d'urbanification sys-
tmatique.
Il est vident que l'tablissement d'un Plan national d'amnagement
comprend successivement les enqutes et les analyses, la determination
des besoins et des activits de toutes sortes, propres chaque region et
chaque zone, le rajustement indfini des programmes d'action dans
leur ordre d'urgence et de priority, etc. Les enqutes bibliographiques,
monographiques et personnelles contribueront au relev statistique et
descriptif des zones, des rgions et des groupements sociaux en vue de
leur connaissance historique, gographique et psychologique. Car on ne
peut organiser que ce que l'on connat bien. La tche devient encore
plus grande, si l'on tient compete de l'rosion, qu'il faut combattre, et de
l'norme superficie de nos montagnes qui sont dterminantes dans le
processus de dveloppement industrial, conomique et technologique
d'Hati.
Ces enqutes, analyses et tudes amneraient la determination ou
rpartition du territoire en zones de productions industrielles, d'agricul-
ture, de circulation ou de communication, de residence, de rcrations,
etc.
Toute l'activit urbaniste tendra la solution des problmes sociaux
et conomiques, problmes de circulation, d'hygine et de confort, pro-
blmes intellectuals et d'esthtique.
Car la mission de l'urbar.iste est de crer un milieu vraiment atta-
chant, dans les meilleures conditions d'habitation, de travail et d'hy-
gine, favorables aux representations de l'homme et son comnlet
panouissement spiritual.
Dans cette cit future quc l'urbaniste hatien doit lentement crer et
amliorer, un space special sera rserv aux monuments historiques
pour assurer la continuity des traditions nationals et fortifier le culte
du souvenir.
Ce sera contribuer maintenir un climate de patriotism et de civis-
me qui n'est pas moins ncessaire en temps de paix qu'en priode de
trouble ou de danger national. L'hatien y gagnerait certainement et
son patriotism serait plus efficient... Puisque chaque region, chaque
zone a son histoire et son individuality, les monuments en porteraient
fidlement tmoignage et les habitants s'y attacheraient davantage. Ce
sont l, en definitive, autant de facteurs et de conditions de revalorisa-
tion si ncessaires l'quilibre et au bien-tre de la communaut ha-
tienne..
7 Aot 1957.
-71-



















ARISTIE (Achille)






BARDET (Gaston)



BROWN, WOODRING et
BURBANK

CRAAN (An. Jacques)

DESCOURTILZ

DE VAISSIERE (Pierre)


DEVAUGES (Roland)






DUPREEL (Eugne)


JAN (Mgr. J. M.)





LEON (Dr. Rulx)


LABAT


MARS (Dr. Jean-Price)


MARTIN (Gaston)


BIBLIOGRAPHIE

Mmoire sur la Municipalit en Hati: Port-
au-Prince, 1952 Imprimerie de l'Etat.'
Quelques Aspects du Problme de la Popula-
tion en Hati: Port-au-Prince, 1955 Impri-
merie de l'Etat.

L'Urbanisme Presses Universitaires, de
France 108, Boulevard Saint-Germain, Paris,
1947.

Gologie de la Rpublique d'Haiti, Port-au-
Prince, 1925

La Commune, son rle, son importance; Port-
au-Prince, 1956 Imprimerie de l'Etat
Tome 3. Flore mdicale et pittoresque...

Saint-Domingue, La Socit et la Vie crole
sous l'Ancien Rgime: 1629 '1789.

Une capital antillaise: Port-au-Prince (Ha-
ti), Extrait de la Revue Les Cahiers; d'Ou-
tre-Mer, tome VII (1954), p. 105 135 -
Bibliothque de l'Institut Franais Port-
au-Prince.

Sociologie Gnrale, Presses Universitaires -
France, 108 Boulevard St-Germain, 1948.

Les Congrgations Religieuses au Cap-Fran-
ais: Saint-Domingue, Port-au-Prince, 1961
Imprimerie H. Deschamps.
Histoire Religieuse du Cap, 1949 Impri-
merie H. Deschamps.

Les Maladies en Hati Imprimerie de
l'Etat 1954.

Nouveaux Voyages dans les Colonies Fran-
aises d'Amrique Tome 1.

Ainsi Parla l'Oncle Paris, 1928, Imprime-
rie Compige.

Histoire de l'Esclavage dans les Colonies
Franaises, 108 Boulevard St-Germain, Pa-
ris, 11948.


-73-








SAINT-MERY (Moreau de) Description topographique, physique, politi-
que, civil et historique de St-Domingue,
Philadelphie, 1792.

Voyage d'un Suisse dans diffrentes colonies d'Amrique pendant la dernire
guerre -- Neuchatel M.D.C.C. LXXXV.

Voyages intressants dans diffrentes colonies, Paris, 1797.

Histoire des dsastres de Saint-Domingue Paris chez Garney, 1795 sans nom
d'auteur.

REVUES

Revista Municipal Del Distrito Federal, Caracas, 1938;

L'Architecture d'Aujourd'hui, juillet 1956, No. 66;

Revue de l'Association des Ingnieurs et Architectes Hatiens, Vol. 1, No. 2, Aot
1947 Port-au-Prince: Hati;

Revue de la Socit Hatienne d'Histoire, de Gographie et de Gologie: Annes
1955 1956 1957; No. 87: 1952; Nos. 95 et 96: 1954 1955;

Revue Optique Octobre 1955, No. 20; Juin 1956, No. 28.


JOURNAUX

Le Nouvelliste 12 Juillet 1957 (Voir rapport de l'A. I. A. H. sur l'Urbanisme);

Reflets d'Hati Collection 1955 (Voir les chroniques de M.A. Mangons,
architect, sur l'Urbanisme),


-74-


























Communication au Sminaire sur les
Systmes de Plantation du Nouveau-Monden
San-Juan Porto-Rico. 17-23 Novembre 1957

















LE GRAND DRAME DE LA TERRE
ET DE SON EXPLOITATION EN HAITI

(Vision Globale des Aspects du Problme)

Introduction

Par les pineux problmes qu'elle a soulevs et continue de soulever,
concernant l'intgrit et la souverainet national, l'habitation, l'utilisa-
tion et la mise en euvre de ses resources, etc, en vue du bien-tre in-
dividuel et collectif, l'histoire de la terre en Hati est la base de l'en-
semble des activits particulires et nationals revtant un caractre
extrmemenr angoissant et d'une exceptionnelle gravit.

Ce drame, qui puise ses racines profondes dans la colonisation fran-
aise de St-Domingue, ne semble, disons-le, avoir de pareil ni dans
l'Amrique en gnral, ni mme dans les autres rgions des Antilles,
prsentant toutes des origins historiques coloniales communes, compete
tenu des diffrenciations dues l'influence de gographie humaine et
conomique et autres facteurs.

Par consquent, il est vident que, pour bien l'apprhender, ce dra-
me, il serait extrmement intressant de remonter aux origins, de pos-
sder fond la connaissance des grandes, moyennes et petites planta-
tions de St-Domingue don't la structure social de la communaut ha-
tienne actuelle est le prolongement. Or, toute l'histoire gnrale de
cette ancienne colonie n'est autre que l'histoire de ces immense pla,-
tations. C'est un fait actuellement admis et la recherche historique, il
n'y a pas longtemps, s'en est imprgne: un petit nombre de chercheurs
dtourns des considrations trop gnrales et des gnralisations trop
htives, s'est consacr ce genre d'tudes spciales appeles clairer
d'un jour nouveau l'histoire des colonisations en Amrique.

D'autre part, il ne serait pas non moins utile, pour ce qui regarded le
problme hatien, objet de ce travail, de rechercher les lments et les


-77-






phnomnes de similitude et d'interfrence entire St-Domingue et les
autres rgions antillaises, ainsi que tout le continent amricain. Ces ca-
ractristiques d'une conomie dynamique, base sur une main-d'oeuvre
servile, n'expliquent-elles pas, dans une certain measure, le fait que
St-Domingue fut la colonie franaise la plus prospre de l'poque, ali-
mentant largement le commerce europen? N'annoncent-elles pas la
revolution agricole qui natra de la technique et des pratiques en vigueur
dans les plantations coloniales, puisqu'au dbut des troubles et des
guerres qui secourent St-Domingue jusque dans ses assises, partir de
1790, les colons franais, planteurs et grants d'habitations commenc-
rent abandonner la colonie et se rfugirent, pour la plupart, en Am-
rique, en Angleterre, en France o quelques-uns d'entre eux reprilent
leurs occupations agricoles et industrielles, introduisant ainsi de nou-
velles mthodes culturales?...
On voit bien que les phnomnes coloniaux de cet ordre se prsent-
rent une chelle plus grande qu'on ne le pense, et saisir leur extreme
complexity n'est gure une entreprise facile, d'autant plus redoutable
par l'insuffisance et les difficults de la documentation.

C'est dans cet ordre d'ides que Gabriel Debien crit si judicieusement
qti'on pourra placer l'volution de l'agriculture St Domingue dans le
cadre de l'volution gnrale des Antilles, puis dans le cadre amricai
Traits communs, contrastes et caractres originaux se dgageront, qui ne
manqueront pas de prouver l'importance d'un pass si riche en vicissitu-
des et en revolution de toutes sortes. Y a-t-il un meilleur moyen pour
substituer aux lgendes du temps des les une vridique et srieuse
histoire? (1)

Debien, qui s'est adonn l'tude de diffrents types de plantations
St-Domingue, notamment, qu'il public dans la Revue de la Socit
Hatienne d'Histoire et de Gographie et de la Revue de l'HIstoire dee
Colonies, dplore, chaque fois, le manque de donnes y relatives don't
font preuve de nombreux ouvrages d'auteurs qui ont tudi sur place
et vcu mme dans les milieux coloniaux. Et il n'a pu alors s'empcher
d'crire svrement que l'histoire de nos anciennes plantations antil-
laises est tout imprgne de littrature, c'est--dire de lgendes. Cepen-
dant elle commence devenir autre chose qu'un fond pittoresque pour
romans exotiques. Mme le premiere tape, celle des tudes d'ensemble,
fatalement toujours un peu rapides et vues de haut, a t dpasse

(1) Extrait du Bulletin de la Socit Archologique et historique de Nantes et
de la Loire-Infrieure. (Anne 1947, tome 85e)


-78 -







(2). Depuis quelques annes, on en est venu aux. monographies, aux
analyses qui contrlent par quarters ou par 'habitations' (3) l'exacti-
tude des conclusions des premires Histoires Gnrales.
Il faudrait multiplier ces travaux, accumuler et runir le nombre con-
sidrable de dossiers qui existent un peu partout, puisquje la richesse
des archives coloniales prives est incomparable, sans parler des ar-
chives officielles et quoi qu'aient pens certain historians amricains et
franais sur la raret des papers de families antillaises et l'esnrit
peu liberal des hritiers des colons qui, arguent-ils, en seraient des d-
tenteurs trop farouches et jaloux, alors qu'on paut en trouver un nom-
bre imposant, assure-t-on, Londres, la Jamaique, aux Etats-Unis,
la Guadeloupe, la Martinique, en France, etc. Dans ce dernier pays,
ils doivent tre plus nombreux et plus varis pour de multiples raisons
que l'on peut imaginer...
Ces travaux et ces recherches pourraient aider rpondre aux ques-
tions suivantes touchant les anciennes structures coloniales, lesquelles
persistent encore, de nos jours, travers celles de certaines communau-
ts de l'Am ique, comme ie Rpublique d'Hati, par example:
a) Origines sociales des grands planteurs;
b) Origines et caractristiques des grandes proprits;
c) Origines et caractristiques des capitaux servant !'exploitation
de ces dernires;
d) Modes d'quipement, d'organisation technique et d'irrigation;
e) Formes d'administration, par rapport aux grants d'habitation,
aux procureurs et l'Etat;
f) Concepts d'indpendance et d'autonomie des groupements so:io-
conomiques, etc.

Il s'ensuit que l'absence de rponses positives ces questions -~t de
donnes prcises rtrcit, dans ce domaine, le champ de notre vision
historique, vu l'tat actuel de la documentation. De toutes faons, et en
attendant un renouvellement possible de la matire historique, nous
sommes oblig d'utiliser les lments don't nous disposons avec, du
moins, la dernire rigueur et la plus grande reserve, conformment aux
exigences de l'esprit scientifique.

(2) De Vaissires: St-Domingue, la socit et la vie crole sous l'ancien rgine;
L. P. May: Histoire conomique de la Martinique; M. Satineau: Hiztoirei de la
Guadeloupe sous l'ancien rgime; C. A. Banbuck: Histoire politique, conomique
et social de la Martinique sous l'ancien rgime; R. P. Cabon: Histoire d'Hati,
Port-au-Prince, 1930-1938 4t en 3 v. etc.
(3) On sait qu'on appelait ainsi les plantations aux Antilles Franaises.


- 79-








VUE GENERAL DE L'EXPORTATION A SAINT-DOMINGUE

Il n'est pas facile de se faire une ide exacte du paysage ctier et de
l'aspect gnral de St-Domingue aux premiers moments de la pntra-
tion des boucaniers et des flibustiers. On sait qu'auparavant, duranz un
sicle environ, les Espagnols en avaient pris possession d'un certain
nombre de rgions, rduisant l'esclavage la race autochtone des Ca-
rabes, innabile et peu propre aux travaux des champs, l'extraction
des minerals, etc., l'exterminant enfin, parce qu'insoumise et doue d'un
instinc; farouche et invincible de libert. Donc, et en mme temps, des
Franais se sont tablis, vers le milieu du XVIIe sicle, dans les meil-
leures zones de la cte et les planes les plus fertiles du littoral. Il ne fait
pas de doute qu'ils avaient trouv un milieu physique dj modifi
par les Espagnols. (4) Des boucans s'tabliront au fur et measure,
la faveur de la fertilit d'un sol propice la culture du tabac et des
plants tinctoriales: le roucou et l'indigo. Ces premiers aventuriers fran-
ais, don't le nombre s'accrotra sans cesse par de nouveaux colons. an-
noncent dj, si l'on peut dire, le systme future des engags, bien
considrer bon nombre de conventions liant beaucoup d'entre eux la
Mtropole et que d'Auberteuil se plait rduire i celle-ci:

Voyez-vous ces montagnes escarpes don't le sommet affronte les
orages, ces marais couverts de nitre, ces planes d'o s'exhalent sans
cesse des vapeurs sulfureuses; ces dserts arides o les bitumes res-
tent desschs sur le sable brlant, je vous les donne, c'est vous de
les fertilizer; je vous fournirai des outils et des provisions, nous parta-
gerons ensemble le produit et vous me rembourserez ma mise. (5)

Ce fut dans ce pays de montagnes (6), ainsi appel par les pre-
miers habitants de l'Ile: les Indiens (Hayti, dans leur langue), auquel
ils s'attaqurent vigoureusement, qu'ils s'appliqurent au dfrichement
de plus en plus intensif des sols, subordonns un climate plus ou moins


(4) Les travaux archologiques, effectus en Hati, en tmoignent. Voir, entire au-
tres. Irving Rouse, Pr-history in Haiti, Yale University Public In Anthropology,
No. 21, New Haven, 1939.
(5) Hilliard d'Auberteuil: Colonie Franaise de St-Domingue tome 1, pages
22 23.
(6) La Rpublique d'Hati a une superficie de 28.750 Km2. Les montagnes,
malheureusement occupent une superficie de 21.000 Km2. Ce qui donne une pnible
ide de la gographie humaine du territoire.... surpeupl, sous-dvelopp et in-
suffisamment matris par la technique. D'aprs les gologues amricains Woo-
dring. Brown et Burbank, la region des Indes Occidentales laquelle appartient
Hati, se dfinit: un complex montagneux recent et ses principaux caractres
tectoniques sont dus aux plissements de l'corce terrestre durant la 'priode alpine


-80 -







vari et un rgime curieusement irrgulier de pluies. La fort tropi-
cale de mousson, crit Debien, se retrouvait sur les hautes pentes des
mornes, un peu appauvrie, il est vrai, par l'altitude, mais reprenant tou-
te sa luxuriance touffue prs des sources et au creux des gorges. Les
associations vgtales s'tageaient l selon l'activit de l'rosion et
l'orientation des versants, tandis que sur les mille croupes des pre-
miers alignements montagreux moutonnaient de large campos piqus
de palmiers nains. Bref, un paysage qui rappelait par endroits certain
aspects du plateau brsilien. (7)

Quant aux procds de dfrichement de l'poque, les auteurs de guides
et de manuels de planteur en donnent des descriptions vraiment atta-
chantes. Boucaniers, Carabes, les populations forestires de l'Afrique
Equatoriale, tous pratiquaient invariablement des mthodes culturales
identiques. D'abord, la couleur du sol, la densit plus ou moins forte
de certain arbres-tmoins qui indiquent le degr de fertilit du sol
entraient pour une grande part dans le choix du terrain o l'on proc-
dait un copieux abattage de tous les bois et branchages, lesquels se-
ront sur place exposs au soleil pendant quelque temps, pour tre
schs. Puis, en vitant les pluies, on y mit le feu; on prit soin que
cette singulire incinration n'entamt gravement l'humus du sol. Ain-
si, les cendres fertilisaient la terre d'exploitation.(8)

En 1680, l'on vit une agIiculture de petites gens, comme on l'a appe-
le, ayant sa base la culture du mil, manioc, tabac, ignames, piment,
patate, indigo, etc. On fit rapidement fortune avec le tabac et la majo-
rit des colons, parties de la Rochelle, taient venus s'tablir Logne,
avant 1700, pour s'adonner notamment cette dernire culture si lucra-
tive, avec l'aide de quelques ngres et engags...

Mais depuis 1680, aussi, le sucre avait fait son apparition dans la
colonie. Ce fut le major Deslandes qui en fit la premiere installation
aux environ" de Logne. Cependant, le dfaut de main-d'oeuvre noire

du plissement (Gologie de la Rpublique d'Hati, 1925, Port-au-Prince, 1 vol.
page 370) De leur ct, les gographes MM. Henri Chauvet et Robert Gentil oro-
posent une autre hypothse qui leur parat s'appuyer sur des donnes plus scien-
tifiques savoir que Hati doit sa formation une succession de soulvements
volcaniques qui se sont products pendant l'poque ocne (Henri Chauvet et
Robert Gentil: Gographie de l'Ile d'Hati, 32e dition. 1 vol. Port-au-Prince,
1931, page 26).
(7) Gabriel Debien: Une plantation de St-Domingue. La sucrerie Galbaud du
Fort (1690-1802) Institut Franais d'Archologie orientale du Caire, -1941. page 22.
(8) Pre Labat: Nouveau voyage aux isles d'Amrique, Paris, 1'742. 8 vol. page
250.


-81-







et de raffineurs blancs empcha la propagation de I'exemple. Plus tard,
en 1695, des habitants de Saint-Eustache, chasss par les Angiais,
vinrent s'tablir au Cap et Logne, apportant, affirme le pre Ca-
bon, leur experience de d'entreprise. (9) Cette dernire date marqua, n'en pas douter, le
point de dpart du dveloppement extraordinaire de la culture et
de l'industrie sucrire aussi bien que celui de la grande proprit. Le
fait capital c'est que le Trait de Ryswick par lequel l'Espagne cda
la France la parties occidentale de St Domingue, consolida la royaut
du sucre et la primaut de la grande culture qui n'tait point vrai-
semblablement du resort de la Flibuste ni de la capacity conomique
des petites gens. On veut dire qu'au rur et measure que la culture
de la canne et l'industrie qui en driva volueront vers leur panouis-
sement intgral, les autres cultures, comme celle de l'indigo, par exem-
ple, connatront un dclin progressif. D'ailleurs, avec la main-d'oeuvre
noire, importe des ctes de l'Afrique, au rythme annuel de 33.000 es-
claves, d'aprs Moreau de St-Mry, on prfrera la delicate fabrica-
tion du sucre infiniment plus lucratif, malgr le caractre semi-prissa-
ble de la denre, la fatigante culture de l'indigo exigeant du cultiva-
teur le tronc absolument courb vers la terre...

Les denres que les Franais rcoltent de leurs habitations, rapporte
le Pre Nicholson, fournissent chaque anne la cargaison de plus de
400 navires marchands, parties des ports de France et qui y retournent
charges de richesses immenses. Citant l'auteur de l'Histoire philoso-
phique et politique, il pursuit, en donnant d'intressantes donnes nu-
mriques pour l'anne 1767: il est sorti de la Colonie 72.718.781 li-
vres pesant de sucre brut; 51562.013 livres de sucre blanc; 1.769.562
livres d'indigo; 150.000 livres de cacao; 12.197.977 livres de caf; 2.965.
120 livres de coton; 4.108 barriques de tafia; 21.104 barriques de si-
rop. (10)
Cette masse de denres dfexportation vrifies et passes aux dounnes
de St Domingue, wers l'anne don't il s'agit, comprendra aussi, du point
de vue de l'conomie gnrale de la Colonie, les chargements faits
sous voile, l'excdent des poids dclars, le paienment des noirs intro-
duits en fraude, les quantits ncessaires la consommation locale
et celles vendues aux marchands anglais, etc., de sorte que le volume
des diffrentes productions ft, en ralit, de beaucoup suprieur celui
officiellement accus...

(9) A. Cabon: HiMoire d'Haiti, Pors-au-Prince, 4 volumes, 1, page 59.
(10) Pre Nicholesa, Essai sur l'Histoire Naturelle de lIsle de St-Domingue,
Paris, pages 3, 4 et 5.








D'autre part, ces statistiques caractrisaient une conomie propre-
ment colonial, base sur le travail servile, c'est--dire reposant sur les
paules d'une masse innombrable d'esclaves qui vivaient incroyanle-
ment dans les pires conditions biologiques. Immeubles par destination
aux fonds qu'ils servaient et dans lesquels ils taient incorpors, sans
pouvoir d'eux-mmes changer de statut, (car c'tait l leur statute,
immobilier et rel, rgl par le Code Colbert), bref, assimils des
choses, ils taient relgus au plus bas chelon de la socit colonial
doue d'une extreme mobilit et hirarchise l'envi.

En une communication antrieure, nous avons essay d'tudier leurs
conditions de logement et d'alimentation. Elles furent inouies et dfie-
raient l'imagination la mieux entrane... (11) Ils trouvaient dans leur
culture traditionnelle, sorte de soupape de sret, une large compensa-
tion, un puissant rflexe d'inhibition, un supreme motif d'esprer... Alors
ils noyrent leurs souffrances physiques et morales (ils taient forcs
au travail par le fouet du commander, etc.) dans l'opium de leurs
chansons nostalgiques et dans la danse qu'ils aimrent par-dessus tout.
La danse, dit le Pre Labat, est leur passion favorite; je ne
crois pas qu'il y ait people au monde qui y soit plus attach qu'eux.
Quand les matres ne leur permettent pas de danser dans l'habitation,
ils front trois ou quatre lieues; aprs qu'ils ont quitt le travail de
la sucrerie, le samedi minuit, pour se trouver dans quelque lieu o
ils savent qu'il y a une danse (12). La polygamie, qui revtit les carac-
tres d'une institution, obligeant les matres les plus religieux
renoncer les porter au marriage, la jalousie, souvent froce, la solidarity
dans le malheur comme dans le succs, l'amour du jeu, des devi-
nettes, des contest tirs et chants dans le merveilleux de la nuit
tropical, un folklore medical non moins riche auquel d'ailleurs dut
recourir mme le mdecin franais de la colonie, furent quelques-uns
des faits formant la culture, le comportement social et la personnalit
de base de l'esclave. Que beaucoup d'entre ces faits sociaux ou culturels
fussent, partir de la vie colonial et dans le temps, sujets, soit
au contact du catholicisme remain, soit au contact du nouveau milieu
physique et human, au synchrtisme ou rinterprtation suivant

(11) On verra notre travail intitul: Aspects et Conditions de l'Urbanismr en
Hati prsent au VIe Congrs Historique Municipal Interamricain Madrid,
Octobre 1957.
(12) Voir Moreau de St-Mry: Description topographique, physique, etc. de
St-Domingue, pege 25.
R. P. Labat: Aventures et Voyages. Voyages aux Isles de l'Amrique (Antilles)
1693 -1705. Editions Duchartre, !15, rue Ernest Cresson, Paris, pages 50 51.


-83-







le concept de Herskovits, rien n'aura t plus normal, tant donne le
creuset colonial. Dans tous les cas, ces faits et ces phnomnes cultures
ou sociaux sont encore la base de la culture et des conditions de la
grande majority des Hatiens, aprs un sicle et demi d'indpendance...

Quant aux deux autres classes principles de la socit saint-domin-
goise, celle des blancs occupant le sommet de la hirarchie et celle
des affranchis, compose de noirs libres et de la majority des gens
de couleur ns du blanc et de la ngresse, elles achevaient graduelle-
ment d'offrir l'image a'un type de communaut o les droits n'taient
gure en proportion du travail et de la valeur humane. La mobilit
et la hirarchisation social, don't nous avons parl plus haut, qui
s'observaient l'intrieur et au dehors des classes et qui taient, dans
une certain measure, cratrices d'autres groups ou categories, (ouvriers
blancs, noirs ou de couleur, domestiques, cochers, infirmiers, etc. par
example) taient en function, selon la mentality du colon blanc, de
l'indice pidermique d'infriorit racial ou du statut de l'esclave,
sorte de dnominateur commun de l'quation conomique colonial.
Tel tait, de manire schmatique, le climat...

Bien que la force de travail, sans cesse renouvele par de continuelles
importations d'esclaves, cause des dcs, de la maladie, du marronnage,
etc, ft constant, la productivity ainsi que le commerce se trouvaient
de temps autre handicaps par l'irrgularit des pluies, les incendies
et les tremblements de terre dvastateurs, les guerres maritimes occa-
sionnant priodiquement la baisse des prix, la raret du fret et parfois
le dprissement d'une certain quantit de denres. Ces conditions, appa-
remment cycliques, participant infrastructure conomique, entraient,
pour leur part, dans le processus de la monoculture exprime si nette-
ment par l'activit sucrire de plus en plus intense. Aussi, depuis
1776, d'aprs St-Mry, la plante de l'Indigo a presque disparu par
l'effet d'une maladie qui l'anantit.

En 1788, alors que la population esclave s'levait 405.528, selon
le recensement effectu par M. de Marbois, Intendant de St-Domingue,
5 600 navires exportaient d'normes quantits de sucre blanc, sucre
brut, caf, coton, cuir, indigo totalisant une valeur de 119.431.100
livres et reprsentant les revenues de 7.344 families propritaires des
habitations (13).


(13) Barr de St-Venant: Des Colonies Modernes sous la zone torride, Paris,
1802, pages 45-48.


-84-







On ne saurait insisted sur l'extrme densit et l'importance cono-
mique de la main-d'oeuvre noire St-Domingue qui, notamment, dans
ses dernires annes de splendeur et de la plus lgendaire prosprit,
possdait lui seul, pour le moins, les trois-cinquimes des esclaves
des les franaises de l'Amrique. D'autre part, sur le plan conomique
et financier de toutes les colonies de l'hmisphre: anglaises, espagnoles,
hollandaises (14), les statistiques compares montrent que St-Domingue,
la plus important des colonies franaises, a toujours conserv une
advance considerable (15).
A ce sujet, un auteur colonial et colon lui-mme, non moins int-
ressant, Barr de Saint-Venant, a prsent un tableau suggestif des
denres coloniales exportes en France, en Angleterre, en Espagne,
au course de la mme anne 1788. Ce tableau est extrait des rapports
faits par les diffrentes Chambres de Commerce M. Necker (16).
T-ous en empruntons ici quelques donnes essentielles. rians 'in-l' A
de notre expos:
Les Colonies Franaises: St-Domingue, la Martinique, Ste-Lucie, La
Guadeloupe, Tabago, Marie-Galante, Saint-Martin, grce une main-
d'oeuvre servile de 660.500 noirs, exportaient une quantit de 417.763.
000 pour 198.866.000 1.
Les Colonies Anglaises: La Jamaque, La Grenade, La Barbade. St-
Vincent, La Dominique, Antigoa, Montserrat, St-Christophe, Les Vierges,
totalisant 380.000. esclaves, exportaient une quantit de 191.388.800
pour 99.300.000 1.
Les Colonies Espagnoles: Cuba, Porto-Rico, St-Domingue, avec une
main-d'oeuvre noire de 40.000 esclaves exportaient une quantit de
54.060.000 pour 17.900.000 1.
L'histoire des plantations St-Domingue, comme peu prs dans
les autres colonies, tait absolument domine par l'activit convention-
nelle et le systme contractuel des procureurs et des grants d'ha-


(14) Les colonies hollandaises se livraient gnralement au commerce interlope
et aucune mention sur leur exportation des cultures n'a figure dans ce tableau.
(15) D'ailleurs, au commerce mondial du caf se chiffrant, en 1789, 116.000.000
pesant, St-Domingue, lui seul, contribuait pour 67.928.700 lb.. tandis que les
autres colonies, telles que la Martinique, la Guadeloupe, Cayenne fournissaient
10.562.000 lb. Le caf de St-Domingue tait un produit d'altitude, s'panouissant
en gnral, dans les montagnes don't la fertilit et l'abondance de la vgtation
offraient, en l'occurrence, un cadre natural de dveloppement idal.
(16) Barr de Saint-Venant, op. cit., page 102.


-85-







bitation. Ces derniers, en l'absence de la plupart des propritaires
qui jouirent agrablement de leurs rentes en France et en Europe,
pouvaient les administer et en disposer leur discretion et fantaisie ...
Et, seuls, ils possdaient cureurs gnraux des propritaires absents, habitant dans les bourgs,
se livraient plutt aux important achats de ngres, la tenue des
livres, la vente ou l'envoi des sucres, une trs grande libert, par
contre, tait laisse aux grants qui, demeurant, eux, le plus prs
que possible de ces vastes domaines, faisant rouler sans regarder
de trop prs les pertes que l'habitation subissait, taient singulirement
hants par le souci des amliorations intempestives des constructions,
du renouvellement du matriel et du cheptel sans proportion raisonna-
ble avec le revenue moyen ou probable. Ils se proccupaient toujours
de lancer les plantations dans des spculations hardies, dans des ex-
priences agricoles don't ils n'avaient supporter ni les frais ni les
risques. Il en rsulta que ces faits particuliers participaient aux condi-
tions essentielles internes du dveloppement et de la vie mme des
plantations, les facteurs externes ayant t dj rappels. Conditions
essentielles internes d'administration et facteurs externes reprsentaient
deux. ordres distincts de faits ou de phnomnes complmentaires con-
frant incontestablement une physionomie spcifique, une struc:u:e
l'conomie des habitations ou plantations. A cet gard, l'exemple de
la priode bouleverse s'tendant de 1789 1800, est passablement
difiant. Le volume des productions et l'indice commercial aes expor-
tations, encore que progressif dans leur rythme, eussent pu tre
plus considrables, n'taient les premiers symptmes d'uni crise rvo-
lutionnaire, toujours de plus en plus aigu, sorte de r-lioue du 89
franais dans certain de ses aspects, dbordant le contrle colonial
et la candide intelligence des hommes, devant fatalement aboutir
ia droute des colons, l'chec retentissant de la politique mtropoli-
taine, l'indpendance en 1804, enfin.

St-Venant, qui, par mthode, offre toujours l'avantage d'une docu-
mentation chiffre (la statistique n'est-elle pas l'valuation probable,
en terms numriques, des manifestations vitales et des activits hu-
maines?), produit un tableau commercial des exportations couvrant
peu prs la dernire priode don't il s'agit et que nous repoduisons en-
tirement: (17)


(17) Barr de Saint-Venant, op. cit., page 51.


-86 -









EXPORTATIONS DE ST-DOMINGUE AVANT ET DEPUIS
LA REVOLUTION:

Les 12 mois de 1789, publis par Les 27 mois compris entire le 14 juillet
Proissy, Intendant, on' produit: 1794 et septembre 1796, publis par
Perraut, Intendant, ont produit:
Sucre blanc 48.000.000 Lbs. 15.790 L.
Sucre brut 93.000.00 3.922.568
Sirop et tafia Bq. 26.000 900
Caf 77.000.000 5.01?.539
Coton 7.000.000 170.984
Cuirs 20.000
Indigo 1.000.000 11.590

Total des 12 mois: 226.046.000 L. des 27 mois 9.135.401. L.
Produit propor-
tionnel des 12 m. 226.046.000 L. 4.060.170 I..

Dans la measure o la production, le commerce, l'change refltent
plus ou moins un moment donn de la vie d'une communaut, les sta-
tistiques de ces dernires annes attestent et corroborent les faits sui-
vants:
a) La socit de St-Domingue tait parvenue son plus haut degr
de colonisation et d'accumulation massive des richesses;
b) Ne pouvant plus se renouveler, elle ne pouvait que dcliner tra-
giquement et disparatre, sous la rude pression des forces internes
et externes, par un curieux et lent processus d'auto-dcomposition
ou d'auto-destruction.
c) Une situation aussi chaotique illustre, en sociologie, la loi impor-
tante des socits en dcadence savoir que les lments organi-
ques qui conditionnent la synthse dynamique de l'activit socio-
logique normal des communauts humaines doivent sans cess2
se revivifier et se renouveler sur des bases rationnelles et une
minente hirarchie de valeurs de civilisation, la synthse tant
d'ailleurs plus qu'une some, mais apportant un lment nouveau
ncessaire l'volution gnrale de la vie, ce qui, en definitive,
n'tait gure possible la socit colonial, au moment irrmdia-
blement critique de son existence don't il s'agit.

En effet, la situation international, cre par la fermentation doctri-
nale et philosophique des ides libertaires et galitaires, aussi bien
que par le choc violent des intrts des grandes puissances imprialis-
tes ou coloniales, les concepts de pseudo-autonomie et d'indpendance
d'une certain catgorie de colons, le nombre sans cesse grandissant des


- 87 -









esclaves (450.000 environ en 1790), des affranchis ou nouveaux libres,
le sentiment presque physique de libert n des atrocits coloniales et
l'approfondissement d'une conscience libre chez l'une et l'autre de ces
deux dernires classes sociales, etc, htrent, dans une curieuse synth-
se dialectique, ce puissant movement collectif de dcomposition. Et
ce fut dans ces conditions que la pathtique et decisive Affaire de l'As-
semble de St-Marc, le serment du Bois-Caman et le soulvement en
masse des esclaves dans le Nord. ainsi que l'insurrection des gens de
couleur dans l'Ouest, les guerres de liberation total ayant leur tte
les gnraux noirs et de couleur, etc., embrasrent la colonie et les
immense plantations qui en constiturent l'ossature conomique et
don't les survivances structurelles ont inexorablement influ sur le de-
venir de la nouvelle nationalit, ds sa foundation en 1804. Elles domi-
nent encore. ces survivances structurelles des anciennes plantations
coloniales. toute l'histoire de ce pays et il serait extrmement int-
ressant d'en rechercher le dterminisme dans ses multiples et fonda-
mentales modalits.

TERRITOIRE NATIONAL ET PROPRIETE,
A PARTIR DE L'INDEPENDANCE

Au lendemain de l'Indpendance et de la creation du nouvel Etat
ngre d'Hati, de nombreux problmes se trouvrent poss devant la
conscience des lites dirigeantes de l'poque. (18) On sait que ces der-
nires taient composes par la gnration des militaires, gnraux et
officers qui, ralisant la plus formidable pope des temps modernes,
avaient conduit l'immense multitude des opprims et des parias a la
victoire. Et d'abord. parmi les problmes majeurs d'organisation et d'ad-
ministration qui sollicitaient d'urgence l'attention du Pouvoir tabli et
de l'Opinion Publique, il fallait retenir spcialement ceux concernant
la defense du territoire national en vue d'une invasion ventuelle des
Franais, ainsi que le partage des terres, la determination des droits
fonciers, etc. Dessalines, Gnral en Chef des forces indignes, tablit,
en consequence, la capital d'Hati Marchand, dans l'Artibonite ec fit
construire un grand nombre de fortifications autour des villes ctires.
A la menace du rtablissement de l'esclavage des noirs, que suscita un
arrt pris par le Gnral Ferrand, Reprsentant de la Mtropole, Des-
salines, devenu Empereur Jacques 1er, rpondit par le massacre gn-
ral des Franais qui se trouvaient sur le territoire et n'en pargna ou'un

(18) La population d'alors, compose d'anciens esclaves et d'anciens affranchis
qui venait d'tre hroquemert prruve rer les guerres, se chiffrait, selon les es-
timations de certain auteurs, entire 400.000 et 463.370 habitants...


-88-








petit nombre d'artisans et de professionnels don't les services seraient
profitable la nouvelle socit. Son hanit souci de sauvegarder l'int-
grit du territoire national clatait dans son dessein mme de rassem-
bler toute la population de l'Ile dans les gorges des plus hautes monta-
gnes et de placer dans les villes ctires des Hatiens tris sur le volet,
incorruptibles quant au sentiment de patriotism farouche don't ils de-
vaient faire montre dans leurs relations commercials avec les blancs.
Il tait la base de la nouvelle organisation militaire, conomique, juri-
dique, politique et spirituelle. Les citoyens, dit Madiou, furent parta-
gs en deux classes: laboureurs et soldats. Les premiers, qui avaient don-
n le signal de la g4erre de l'Indpendance, furent runis sui les gran-
des habitations; ils conservrent leurs armes et furent organiss mili-
tairement. Ils taient toujours prts obir au premier appel du Gou-
vernement. Les derniers, recruts tant dans les campagnes que dans
les villes, faisaient un service des plus actifs. Les employs civils, tels
que les Officiers d'administration et de Douane, faisaient parties de la
second classes; ils taient attachs des corps de l'Arme auxquels ils
devaient se rallier ds que la Patrie serait en danger. (19) Ce meme
souci tait consacr par l'ensemble et l'esprit de la Constitution imp-
riale de 1805: Aucun blanc, quelle que soit sa nationalit, ne mettra le
pied sur ce territoire, titre de matre ou de propritaire et ne pourra
l'avenir y acqurir aucune proprit. Dj, ds le 2 janvier 1804.
pour marquer juridiquement leur conqute du sol, le Fondateur et les
membres de son Conseil avaient pris deux arrts don't l'un concernait
les domaines de l'Etat !et l'autre, la rsiliation de tous les baux ter-
me des habitations. En gnral, ces dispositions embrassaient, dans une
mme sagesse et une mme raison d'Etat, l'ide de territoire conquis et
celle de proprit, de droits fonciers ou immobiliers. On s'en rend bien
compete, notamment, la lecture d'autres articles de la Charte imp-
riale, source du nouveau droit public et priv:
Toute proprit qui aura ci-devant appartenu un blanc franais
est incontestablement et de droit confisque au profit de l'Etat (ar-
ticle 12).
Tout Hatien ayant acquis une proprit d'un blanc franais et n au-
ra pay qu'une parties du prix stipul par l'acte de vente, sera responsa-
ble, envers les domaines de l'Etat, du reliquat de la some due
(Art. 13)
Ce fut, au vrai, une revolution agraire intgrale que l'Empereur vou-
lut oprer et don't l'Acte de l'Indpendance mme porta tmoignage.

(19) T. Madiou: Histoire d'Hati, 3 vol. Port-au-Prince, vol. 2, page 109.


- 89 -








Jamais homme ne fut mieux pntr de sa mission historique et ne
porta un si haut degr le sentiment d'quit, de justice et d'amour
non seulement pour la masse innombrable des anciens esclaves qu'il
fallait tout prix rhabilitei dans la dignit humaine et le travail hon-
nte, mais encore pour tout Hatien, quelles que fussent sa couleur o
sa classes. Nul mieux que lui ne comprit les valeurs humaines et ne sen-
tit le prix de la souffrance don't sa chair d'ancien esclave porta les cica-
trices, et il faut avouer que son grand amour de l'homme, fruit de son
experience et de sa sensibility meurtrie, s'tendit tout tre human, quel-
le que ft sa nationalit, pourvu que l'activit de 1'Etat et l'ordre pu-
blic ne fussent troubles et qu'un obstacle hostile ne se mt au travers
de la puissante volont cratrice de l'Empereur. Dessalines fut -me
grande force spirituelle, pense justement Lorimer Denis.

Mais les dispositions constitutionnelles, prcdemment invoques, ne
manqurent pas de susciter de vives reactions: elles eurent mme des
consequences extraordinaires pour la vie de l'Empire. Les faux et les
escroqueries de toutes sortes taient pratiqus par bon nombre de gens
et devenus monnaie courante. Dans ce climate de confusion et de ten-
sion, les affranchis se prtendaient, sans titre aucc :, hritiers natu-els
des colons fianais. L'Empereur, saisi d'une grande indignation, ra-
gissait: Avant la prise d'armes contre Leclerc, les hommes de couleur,
fils de blares, ne recueillaient point les successions de leurs pres; com-
ment se fait-il, depuis que nous avons chass les colons, que leurs en-
fants rclament leurs biens; les noirs don't les pres sont en Afrique
n'auront donc rien... Prenez garde vous! ngres et multres, nous
avons tous combattu contre les blancs; les biens que nous avons con-
quis en versant notre sang appartiennent nous tous; j'entends qu'ils
soient partags avec quit. Aprs avoir prononc ces paroles nergi-
ques, l'Empereur passa aux actes concrets. Il fit annuler les contracts
qui lirent les colons avant leur dpart aux indignes. Les envoys du
Gouvernement, au surplus, obligrent certain affranchis, prtendus
propritaires et suspects de possession injuste, produire leurs titres
aux fins de verification. Louis Joseph Janvier dcrit la situation en ces
terms: En 1806, le premier Empereur d'Hati voulut porter quelques-
uns de ces concitoyens produire les titres en vertu desquels ils pr-
tendaient exercer des droits de proprit sur certaines portions de ter-
rain, qui auraient d revenir au Domaine national, mais don't ils s'taient
empars par fraude ou par force; en mme temps, il exigeait d'un vetit
nombre d'individus qui avaient occup, sans en avoir le droit, des plan-
tations ayant appartenu d'anciens colons don't ils portaient les noms,
de prouver par actes ou tmoignages authentiques, qu'ils on pouva:ent


-90-








hriter. Ces titres, ces actes ou tmoignages, peu de personnel taient
en measure de les produire. Les faux propritaires fomentrent une r-
volte laquelle on prit la precaution de donner une couleur politique
pour en masquer la vritable cause. (20)
Pour protger les vritables propritaires dans la jouissance pais'ble
de leurs biens, pour faire cesser les abus de toutes sortes donnant pr-
texte aux pratiques dangereuses de dsorde et d'anarchie, autant
de faits si contraires l'humanisme et la philosophie du pouvoir de
l'Empereur, celui-ci prit un arrt en date du 24 juillet 1805 don't il
convient de reproduire ici seulement les articles premier et quatre:

Art. 1er. A dater du 1er aot prochain, tous les propritaires, indistinc-
tement, sont tenus de se prsenter au secrtariat des Finan-
ces, nantis de leurs titres de proprit vrifis, viss et enre-
gistrs pour recours au besoin, et leur tre dlivr de nou-
velles mises en possession.
Art. 4. Les administrators des divisions militaires sont tenus de
former le cadastre gnral des propritaires de leurs divi-
sions d'aprs les nouvelles mises en possession qui leur se-
ront dlivres en vertu de l'article premier du dit arrt.

Il est vident que l'institution du cadastre, intgre dans l'ensemble
de ces measures et la premiere tentative de ce genre en date rpondant
aux exigences de la nationalit naissante, et largement contribu
asseoir le rgime foncier du pays tellement ncessaire la vie cono-
mique, politique et sociale... Mais ces measures dictes par l'arrt
du 24 juillet 1805 connurent, dans leur application, la resistance de la
corruption et de la concussion de certain fonctionnaires de l'Etat. Aus-
sitt aprs la publication de cet arrt, crit l'historien Thomas Ma-
diou, tant au Cap que dans les autres villes de l'Empire, les propritai-
res et les fermiers se htrent de s'y soumettre, en envoyant leurs titres
ou en les apportant eux-mmes au visa du Ministre des Finances et de
l'Intrieur. Ce fut une occasion d'normes bnfices pour les employs
de ce Ministre; ils se firent plusieurs piastres pour chaque signature ap-
pose au bas des pices; plusieurs d'entre eux firent mme viser, en
transigeant avec leurs devoirs, des titres qui n'taient pas en rgle. (21)
La politique de la proprit ou de la terre, instaure par l'Empereur
ne fut pas aussi heureuse dans ses effects que celle de la defense natio-
nale, sans parler ds ralisations fcondes d'un autre ordre qui n'en-

(20) Louis Joseph Janvier: Les Affaires d'Hati, Paris, 1883 1884, page 155.
(21) Thomas Madiou fils. op., cit., tome 3, page 206


-91-








trent pas present dans le cadre de notre expos, mais qui, il est vrai,
participent d'un mme complex politique, socio-conomique et culture.
Elle ne parvint gure, en fin de compete, cette politique de la pro-
prit, avoir raison des apptits gostes, des ambitions et des
soulvements de ces faux propritaires, notamment, qui ne comprenaient
ou ne voulaient rien comprendre ce nouvel humanism bas sur
l'quit, la justice, l'ordre et l'quilibre national aussi bien que sur une
mystique de l'union de tous les citoyens, noirs et jaunes, du travail
honnte et de prosprit conomique pour tous.

Fut douloureuse et tragique l'exprience de l'Empereur qui paya
cher de sa vie son idal galitaire et aprs avoir accompli avec l'in-
domptable courage du hros sa mission de rehabilitation de sa race.
Et ce Fondateur de patrie mourut assassin, le 17 Octobre 1806, dans
un guet-apens et dans des circonstances innommables... Son martyre
fut le signe et le couronnement de la gloire vritable.

Quelque jugement que l'on porte sur l'oeuvre immense de ce Titan
et de quelque ct qu'on l'envisage, il faut retenir qu'elle domine encore
l'histoire Je ce pays; que la constitution impriale, dans ses articles
concernant notamment le rgime d'exclusion ou la prohibition des
droits immobiliers de l'tranger, ainsi que l'angoissant problme de la
proprit ec des domaines, quant aux Hatiens, demeure jusqu' ce
jour la base de toutes les constitutions de la Rpublique d'Hati,
lesquelles sont d'ailleurs nombreuses et abondantes, mais continuant
toujours les traditions dessaliniennes de la defense du territoire. Au
demeurant, on peut dire, dans cet ordre d'ides, que la constitution
impriale est une des grandes constantes de l'Histoire d'Hati.

Sous les Gouvernements des successeurs de Dessalines, le Grand. par-
ticulirement sous Ption, d'abord et Boyer, ensuite, la politique dessa-
linienne de la proprit fut profondment modifie et dans sa haute
conception et dans ses modalits d'application pratique. S'il en faut
croire, non pas les historiens classiques, mais bien les tmoignages
et les observations d'autres crivains moins discutables et discuts, on
peut mme affirmer que cette nouvelle politique fut, dans une large
measure, la ngation de la premiere et celle o triomphrent plutt les
intrts de group ou de classes: l'ancienne classes des Affranchis, au
dtriment manifeste des intrts permanents de la Patrie. Et parmi
ces crivains, on peut citer Guy-Joseph Bonnet qui se plaint de ce
que ses conseils n'ont pas t suivis par administration de Ption-,
malgr qu'il ft l'un des plus grand bnficiaires du rgime. Au
sujet de la fondamentale question des terres, Bonnet s'exprime aaisi:


-92 -








*On distribua les terres gratis, sans ordre, sans mthode, chacun pregnant
et se plaant comme il l'entendait; l'agiotage s'empara de la vente des
concessions, on s'en faisait adjuger sous diffrents noms. S'agissait-il
de proprits urbaines, les uns s'tablissaient dans l'appartement de
l'tage suprieur, les autres au rez-de-chausse, sans se proccuper des
procs qui devaient rsulter de ce dsordre. Dans les ventes faites par
l'Etat, on payait cinquante, cent, deux cents gourdes des immeubles
qui valaient dix, vingt, quarante mille gourdes et davantage. (22) Le
partage ou l'accaparement des terres se pratiqua d'abord par les autorits
militaires et civiles. Ces possessions de fait ou ex-propriations seront
plus tard consacres par des decisions de l'Autorit et des dispositions
de Loi, lesquelles portrent parfois sur la rpartition des carreaux entire
haut grads, officers, soldats et selon le rang dans la hirarchie mili-
taire. (23) La dbonnairet proverbiale de Ption, qu'on a considre
comme l'un des traits dominants de son temperament et qui dpassait
parfois les esprances les plus modres, tait l'un des resorts psycho-
logiques de cette curieuse tendance la distribution des terres.
Cette profusion, crit Bonnet, cette libralit, si l'on veut bien qualifier
ainsi cette gnrosit dsordonne, tait un excellent moyen de se
crer des admirateurs, des prneurs, des partisans, mais en ralit,
n'tait-ce pas sacrifier l'avenir du pays, en le privant des resources qui,
mieux employes, auraient permis une poque peu loigne, de le
reliever dignement par des travaux d'utilit publique? (24) Un autre
crivain, l'conomiste Edmond Paul, prsente des observations analogues
. celles de Bonnet sur la ralit foncire sous Ption en dcrivant le
comportement de certain militaires qui furent relativement riches,
ayant d leurs positions moins des faveurs ou au partage clandestine
de l'impt prlev sur le people qu' la faon dbonnaire don't s'acqu-
rait la proprit en ces temps heureux... (25).
Ainsi, durant tout le gouvernement de Ption (1807 1818), ces
habitudes de distribution ou de partage de la terre, riges en systme
et presqu'en morale social (on veut parler ici du systme et de
la morale de domination des anciens affranchis), dterminrent len-
tement la structure gnrale de la petite proprit ou en favorisrent
certainement le climate, sens que la volont et la conscience des homes
y entrent pour une part qu'il ne sied pas d'exagrer...
Tandis que dans le royaume du Nord, dtach de la Rpublique
de l'Ouest et du Sud de Ption, le Roi Henri (1807 1820), ancien

(22) Guy-Joseph Bonnet, Souvenirs Historiques, Paris, 1865. page 221
(23) Code Domanial, pages 33-34; 241, 250.
(24) Guy-Joseph Bonnet, op. cit., pages 221-222.
125) Edmond Paul: De l'Impt, page 66.


- 93 -









Lieutenant de Dessalines et l'un des gnraux des guerres de l'Ind-
pendance, mettait la Noblesse, ipar l'octroi des terres. en measure de
maintenir le protocole de la Cour et de remplir les obligations de
son rang, en favorisant en mme temps la grande proprit et ne
donnant aux paysans des titres de proprit qu'en 1818, vers la fin
de son rgne, le Prsident Boyer (1818 1843), lui, gnral comme
tous ses prdcesseurs, adopta une politique agraire rtrograde. in-
compatible avec le processus de formation de la petite proprit et,
en 1825, mit en vigueur son fameux Code Rural qui rappela trop l'es-
clavage, fit la misre des petits et la ruine des grands proprita'res,
provoqua, enfin, l'abandon des champs par les cultivateurs...
Ce Code Rural, crit Beaubrun Ardouin, devint la ruine des biens
de certain grands propritaires; car, aprs l'expiration des premiers
contracts synallagmatiques. la plupart des cultivateurs ne voulurent
plus les renouveler et abandonnrent ces biens pour se rfugier, ou
sur les proprits de leurs parents ou amis o ils taient assurs de
l'inexcution des contraintes continues dans le Code, ou sur feurs pro-
pres proprits. La loi qui mit en vente tous les biens domaniaux pro-
voqua de leur part une acquisition extraordinaire pendant la dure
des contracts, de sorte qu' leur expiration, les nouveaux acqururs
taient en measure de passer sur leurs petites proprits o ils se trou-
vaient les gaux des grands propritaires et pas plus contraignables
qu'eux. (26).
Trois faits essentiels, dans cet ordre d'ides, bien entendu, semblent
donc caractriser le trs long gouvernement de Boyer: le enforcement
de la position historique ou la prpondrance de la classes des affranchis;
la question des terres et les consequences d'application fcheuse du
Code Rural; l'obscure politique de la reconnaissance d'Hati et du
paiement des indemnits la France. Et ce fut dans ces faits, qui ne
ralisrent pas les conditions de l'Ordre Dessalinien bas sur la sau-
vegarde du sol national, de la dignit humaine, de la justice et du
bien-tre pour tous, que la Rvolution de 1843, renversant Boyer du
pouvoir, puisa nombre de ces germes et de ses causes. Mais, pour ce
qui regarded le coefficient de la proprit, il faut noter qu'aucun autre
ne l'aura dpass, dans le pass, ni dans le present, travers le dve-
loppement historique. On le trouve la base du martyre de Dessalines,
comme celle du renversement de Boyer. Il est aux origins de presque
tous les dsordres et rvolutions de ce pays, comme il er est la trame
de la vie quotidienne, sous ses aspects multiples ...

(26) Beaubrun Ardouin. Histoire d'Hati, tome X, page 25.


-94








TERRE, EXPLOITATION ET RESOURCES

Par ce qui prcde, et en conformit d'une certain mthode, nous
avons, les origins colcniales pralablement tablies, essaye de
dgager, preuves l'appui, la notion socio-historique et conomique de
la proprit et du territoire national, en Hati, de l'Indpendance la
Revolution de 1843. Dans ce nouveau titre: Terre, Exploitation et Res-
sources, nous nous efforcerons de montrer dans quelle measure et com-
ment s'obtient la richesse ou la subsistence par l'exploitation de la terre,
en Hati, de l'Indpendance nos jours, tout en faisant ressortir le ca-
ractre dramatique que revt l'opposition de la petite proprit et de
la grande culture.
S'il est vrai qu'aux premiers jours de la nationalit hatienne, l'opi-
nion que la prosprit de l'Etat tait attache au maintien de la gran-
de proprit et de la grande.culture se trouvait tre celle qui prvalait,
il faut reconnatre que les conditions objectives de l'poque n'taient
point favorables et s'opposaient mme la concrtisation d'une telle ten-
dance. Sans doute, cette gnration de 1804, qui tait essentiellement
une gnration de militaires, sans cadres administratifs propres,. ne pou-
vait que s'inspirer de certaines mthodes coloniales dans sa mission
d'organiser le pays naissant. Et, sur le plan de l'agriculture, notamment,
elle ne pouvait chapper l'emprise de la tradition louverturienne ex-
prime si vigoureusement dans le rglement de culture du 12 octobre
1800 don't l'article 2, prvoyant svrement les sanctions insparables
du progrs agricole, tait ainsi libell: Tous les grants, conducteurs
et cultivateurs qui ne rempliront pas avec assiduit leurs devoirs que
leur impose la culture, seront arrts et punis avec la mme svrit
que les militaires qui s'cartent de leurs devoirs; et aprs la punition
subie, si c'est un grant, il sera mis dans un corps composant l'Arme
de St-Domingue; si c'est un conducteur, il sera chass de son emploi',
remis simple cultivateur pour travailler la culture, et ne pourra plus
prtendre l'emploi de conducteur; si c'est un cultivateur ou une cul-
tivatrice, il sera puni avec la mme svrit qu'un simple soldat et sui-
vant l'exigence du cas. (27)
Mais, quelle que ft la svrit des measures et des lois prises par
un Dessalines ou un Christophe pour le plus grand dveloppement de
l'agriculture, les chances de succs taient rduites par la nouvelle dy-
namique social de transformations et de crises de croissance s'explici-
tant de nombreux problmes d'Etat et des conditions du moment que

(27) Voir Linstant-Pradines, Recueil Gnral des Lois et Actes. tome 1.


-95-








nous venons de rappeler. Le bien-tre restera, ds lors, subordonnA au
caractre renouvel et la dure de ces crises. Si l'on se rappelle que
la guerre de St-Domingue, avait crit C. Arteaux, fut une guerre d'ex-
termination entire le colon cupide, cruel et froce et l'esclave fatigue de
son tat; que cette lutte effroyable pour abolition et le maintien de
l'esclavage ne laissa pierre sur pierre; qu'aprs l'Indpendance il fallout
tout reconstruire, tout difier et dfricher presque avec ses doigts; que
de 1804 1825 la Mtropole ne cessant de mditer la roccupation de
sa colonie perdue, un pied de guerre ruineux fut forcment maintenu;
qu'enfin la jeune nation isole, vilipende et prive de tout concours
extrieur a d mettre 55 ans de 1825 1880 pour liquider une
idemnit de 60 millions aux anciens matres de St-Domingue, peut-on
admettre en conscience que notre Indpendance complete date d'avant
1880 1910 et que notre volution si constamment entrave -
soit, comme on le dit si souvent, imputable aux instincts rgressifs de
notre race? Et peut-on nier en definitive que les 60 millions extorqu3
par les colons n'eussent t une belle advance pour rorganiser le pays et
lui donner l'out:llage agricole, industrial et conomique qui lui manque?
(28) Quoi qu'il arrivt, et malgr l'extrme prcarit de ces conditions,
les deux annes de l'Empire ne furent point tout fait improductives,
sous le rapport de la culture et mme du commerce extrieur.

Le sucre, le caf, le coton, le cacao, le campche, etc, formaient encore
l'essentiel des productions et des exportations hatiennes. Comme.-du-
rant les rvolutions et les guerres,- les incendies et les pillages avaient
dtruit en gnral les champs de cannes et les installations sucrires, seu-
les les structures de ces grandes plantations avaient demeur, en 1804,
et la production sucrire, elle-mme affaiblie considrablement, devra
connatre un dclin progressif pour disparatre enfin du tableau des ex-
portations au course de l'anne 1894-1895. Et ce fut alors le caf qui
devenait la denre dominant et llment principal de l'conomie
d'Hati.
D'autre part, les relations commercials entire les Etats-Unis et l'Em-
pire taient florissantes et bnficirent d'un climate d'enthousiasme
sans cesse accr et de la prfrence nettement caractrise que l'Empe-
reur accord aux Americains. Ceux-ci tirrent d'normes profits de ces
relations commercials. Ce sera, plus tard, le tour des Anglais, dans
leurs relations avec le royaume du Nord, de mriter la confiance et
l'amiti du Roi Henri. D'une faon gnrale, le troc tait le systme
organis d'changes prvalant dans le commerce haitiano-amricain.

(28) C. Arteaux: La Rpublique d'Hati et l'Exposition Internationale de Bruxel-
les.
-96-









YDappqrence archaque, mais institution moderne la fois, 1l rpondait
pourtant aux ncessits du moment en ce sens que la disparition de la
monnaie-or international, observe Alain Turnier, par suite de la gran-
de depression mondiale, la poursuite de l'autarcie conomique dans le
cadre des prparatifs de guerre, les consequences conomiques de la
dernire guerre: pnurie de dollars, dsquilibre des balances de paie-
ment, inconvertibilit des monnaies, contrle des changes, systme de
licences d'importation et d'exportation, ces difficults et complications
ont profondment entam la notion de commerce multilatral et d'-
changes triangulaires, et donn lieu une abondance d'accords bilatraux
de compensation qui ne sont pas autre chose que le troc organis dans-
tous ses dtails, le raffinement du systme dcri de Dessalines: la com-
position des chargements par tiers de sucre, de caf et de coton (29)
Ainsi, sous l'empire de ces changes et selon les accords des gouverne-
ments respectifs, l'Administration impriale fourn.ssait une quantit
dtermine de tonnes de caf, de sucre, de coton, etc., et recevait, en
contre-partie, les products manufactures amricains, ainsi que des armes,
munitions et articles vestimentaires destins l'arme, toujours sur
pied de guerre et s'attendant un retour des Franais...
Aprs le renversement de Dessalines, tandis que Christophe, se rap-
prochant du premier monarque d'Hati par l'austrit du temprament,
la fermet du caractre et l'identit du pass colonial et des conditions
d'esclavage, s'appliquait, dans un certain sens, continue sa politique
du sol libre, de l'agriculture, du commerce dans le royaume du Nord
(30), le Prsident Ption, favorable aux ides rpublicaines de l'po-
que, s'attacha plutt, ainsi que nous l'avons vu, au systme de
distribution et de partage des terres, ce qui, en dterminant dans le
temps et l'espace le rgime de la petite proprit et le morcellement
outrance, se rvla nettement incompatible avec l'panouissement d-
sirable des activits agricoles Pt industrielles de la Rpubl!que. Et ne
peut-on pas affirmer que les rsultats d'une telle politique foncire, ex-
pose prcdemment dans ses grandes lignes, ont t nfastes, sous le


(29) .Alain Turnier: Les Etats-Unis et le Ivarcha Hatien. Washingtn, 1955
(Bibliothque Hatienne Port-au-Prince: Hati).
(30) Dans une proclamation du 24 novembre '1806, marque par le plus haut
souci de dveloppement conomique du royaume, Christophe offrit les plus gran-
des garanties et une plus large libert au commerce tranger, par la sappiession
des consignations exclusives, de la taxe sur le prix des marchandises, des privileges
accords pour la vente du caf, et la defense de prendre des cargaisons de sucre.
De mme, pour encourager la production national et la demand trangre, .il or-
donna, partir du 27 juin 1807. la suppression des droits sur certaines denres: le
coton, le sucre, le cacao. (Voir Beaubrun Ardouin: Etudes sur l'histoire d'Hati.
t. 6, page 439; t. 7, page 49).


-97-








rapport des cultures, entire autres? Le Prsident Ption a admis lui-m-
me la dtrioration des biens de l'Etat dans les mains des fermiers, et
l'tat prospre de ceux don't les propritaires sont prsents. A bien la
considrer, cette situation dplorable tait due, en parties, au fait que
le: grand nombre de propritaires ou fermiers se contentaient seule-
ment, suivant une tradition colonial dpasse par les nouvelles condi-
tions de vie libre, de confier la culture de leurs terres des grants ca-
pables, certes, mais don't le nouveau statut diffrait prcisment de celi,
sur quoi' reposait jadis le dveloppement conomique des anciennes
plantations d St Domingue, ainsi que nous avons essay de le mortrer
au dbut de'ce travail. Il est vrai que ces grants, comme le fait remar-
quer Ardouin, exeraient une influence drivant de leur ge et de cet-
te autorit dlgue et que les cultures se maintenaient encore par
leurs soins, mais alors que pouvait-on raliser, sans une comprehension
plus humaine, plus rationnelle des intrts individuals et collectifs de la
division des tches, sans la presence vigilante des fermiers de l'Etat qui
n'allaient gure sur les biens afferms et, tant donn, d'autre part,
la structure de la nouvelle communaut conomique si gravement do-
mine par un terrible movement foncier.
Mais, sous Ption, la discrimination entire grands propritaires et pe-
tits propritaires, entire anciens et nouveaux, n'tait pas moins nfaste
l'agriculture: les premiers, par leur position privilgie de haut-grads
ou de membres du Gouvernement, pouvaient plus ou moins disposer
d'usines, d'ouvriers spcialiss et d'outillage propres la grande culture
et la grande production, alors que les autres, nullement favoriss et de
trs mdiocres conditions, priclitaient. Eugne Nau nous offre, ce
sujet, rexemple, difiant pour l'poque, des planteurs de la plane du
Cul de Sac et de celle 4e Logne qui allaient mettre le feu dans leurs
pieces de canne et tenter d'autres cultures, moins assujetties au besoin
pressant de coteuses usines mal faites et mal montes, quand la pers
cution des multres et des noirs libres dans les colonies franaises sous
le Consulat et l'Empire fit affluer chez nous nombre d'immigrants.... (31)
Dans l'ensemble, et au fur et measure que les causes du mal demeu-
raient sans remde, s'opra un dgot gnral, une dsaffection de Fac-
tivit agricole expliquant la ruine et l'abandon des campagnes par les
propritaires eux-mmes et les cultivateurs, ces derniers errant dsesp-
rment travers les villes, se livrant soit au petit commerce, soit ali
vices... A measure que agriculture, affirme Cligny Ardouin, cessait
d'tre profitable ceux qui ne pouvaient cultiver ou grer personnelle-

(31) Voir La Rpublique., No. 38 juin 1860: tude publie par Eugne Nau.


-98 -








ment leurs proprits, le commerce devint le refuge de toutes les indus-
tries: partout on ne vit que des boutiques; les villes, les bourgs, les car-
Sefours de grandes routes, les habitations mmes en furent couvertes.
Comme reste d'habitudes coloniales, des marchandes ambulantes par-
couraient les rues, les grands chemins pour offrir des marchandises
toutes les demeures, tous les passants. Des maisons de commerce leur
accordaient du credit Une de ces maisons (Flix Surau & Co) resta c-
lbre par le nombre fantastique pour le temps de ses dbiteurs. (32)
Nous nous passons d'autres tmoignages et d'autres observations qui
contribuent nous donner une peinture de la situation critique dans la-
quelle se trouvait l'effort de production agricole indigne sous le gou-
vernement de Ption, lequel s'puisait, d'ailleurs, vouloir entretenir
une arme et la maintenir parfois presque sur un pied de guerre contre
le royaume du Nord de Christophe ...

Pour ce qui concer:e, maintenant, l'effort de culture sous le gouver-
nern:nt du Prsident Ecyer, don't nous avons plus haut essay de dfi-
nir le movement foncier en l'intgrant dans le context social, cono-
mique et politique de l'poque, il se ramena simplement aux dimensions
de cette mme structure, compete tenu des differences de degr ou de
forme, mais non de nature. Cependant, avec le Code Rural, on peut
dire que cette situation de structure s'tait trouve peut-tre plus ou
moins aggrave.

Mais, sur un autre plan et dans un autre ordre de faits, les criteres
et les indices des diffrentes activits commercials caractrisant l'en-
semble des dmarches conomiques de ces derniers gouvernements,
traduisirent et refltrent, de manire significative, le march des den-
res de base, l'tat des cultures et la productivity en gnral.

Si nous prenons, en passant, l'exemple du caf, derre principal
depuis l'Indpendance, nous l'avons vu -, ses exportations qui
s'levaient 77 millions de livres en 1789, pendant la colonie, taient
rduites 32 millions en 1804 et 26 millions en 1818. En 1827, selon
un rcit de voyage de Charles Mackenzie travers le pays, rapport
par Sir Spencer St-John, dans son livre: Haiti or the Black Republic,
cit par Alain Turnier (33), certaines rgions des montagnes taient
remplies de cafiers: pourtant, on n'en pratiqua tant soit peu de cueillette
et la plus grande parties de la rcolte se gaspilla, faute de bras int-


(32) (Voir L'Abeille Haitienne: Le Manifeste de Cligny Ardouin, 29 avril
1643.
(33) Alain Turnier: Les Etats-Unis et le March Haitien, pages 119 120.


-99-









resss. (34) Ds lors, on comprend a!sment que, pour la priode
s'tendant de 1825 1830, les exportations s'en fussent leves 41
millions de livres seulement ... D'autre part, quand on pense que
Haiti, quoi qu'il en ft des conditions gnrales de la productivity,
reprsentait, en 1824-1825. peu prs le tiers de la consommation
total de caf aux Etats-Unis, puisqu'en fournissant 14.410.251 li res,
elle venait aprs Cuba (19.167.025 lbs), avant le Brsil (2.708.775 lbs),la
Colombie (2.352.912 lbs) et les Possessions Anglaises (2.052.034 lbs),
on ne s'tonnera pas outre-mesure de ce curieux paradoxe de la
misre au sein de la richesse.
Bref, l'exportation de certain bois de teinture, tels que le campche,
don't la coupe fut peu intressante au dbut et interdite mme par
les lois dans l'intrt des autres cultures, s'leva d'une moyenne de
5 millions de livres entire 1822-1827 16 millions en 1830, tandis
que le bois d'acajou, pregnant quelque essor aux environs de 1822,
s'obtenait par an en une quantit moyenne de 115.000 pieds entire
1818-1821 et 4 millions " de pieds entire 1827-1830.
Le coton, don't la culture tait intensive pendant la colonie et s'ten-
dait sur plus de 15.000 carreaux de terre, connut une assez longue
clipse et ne commena tre export que vers 1830 pour une quantit
dpassant peine un million de livres.
Le cacao, peu cultiv depuis l'Indpendance, commena se relever-,
bien timidement d'ailleurs -, dans la priode s'tendant de 1820-
1830, avec une moyenne de 553.000 lives par an.
L'industrie sucrire, perdant son ancienne royaut dans les conditions
que l'on sait (dfaut de capitaux, de vastes superficies, de machinerie
et d'outillage technique, de main-d'oeuvre spcialise, etc.), toujours
surclasse par le caf qui, lui, dclina-, tomba de 1818 o elle n'accusa
que 5.443.765 livres 200.354 livres en 1822 et 32.864 livres en
1826. (35)

(34) Quel dommage pour un produit qui reprsentait et reprsente encore la
base de la richesse national et qui, pour son arme et ses minentes qualits
utilises pour la bonification d'autres cafs, tait appel un trs grand destin
conomique! Jadis, rayonnant d'ailleurs sur les Antilles et le monde, il ne connut
gure, .comme maintenant, la concurrence des cafs brsilien, africain, colombien ....
Notre caf a t identifi comme coffea arabica qui produit ce qui est connu
dans le commerce sous le nom de caf doux. Cette espce est la plus apprcie
S.travers le.monde pour ses qualits diverse: arme plus fin que les aulies sortes,
plus de consistance. plus d'acidit, meilleures qualits la tasse. Le caf doux
a aussi meilleure apparence, mme aprs torrfaction, si on a pris soin de faire
une bonne cueillette et une preparation adquate (Dpartement de l'Agriculture:
Hati, terre de montagnes et de caf). Mais la littrature potique, elle aussi, a fait
ses hommages au caf, ce fils sacr du soleil, ador des vieux, aim des enfants.
(Voir les magnifiques strophes de Delile chantant ses louanges, reproduites
dans: Promenades dans les Campagnes d'Hati par Candelon Rigaud. p. 3C).
(35) Alain Turnier. op. cit., page 121.

100 -




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs