• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Foreword
 Le department du travail, ses organismes...
 Contrat de travail
 Relations de travail
 Main d'oeuvre et emploi
 Conditions de travail
 Travail de la femme
 Travail de la mineurs
 Les salaires
 Inspection du travail
 Conflicts de travail
 Organisations sociales
 Formation professionnelle
 Hygiene et securite
 Bien-etre social
 Les conventions internationales...
 Index
 Table of Contents






Title: Guide de la législation du travail. 1er mai 1955
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081474/00001
 Material Information
Title: Guide de la législation du travail. 1er mai 1955
Physical Description: 109 p. : ; 22 cm.
Language: French
Creator: Haiti -- Département du travail
Publisher: Impr. Les Presses libres
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1955
Copyright Date: 1955
 Subjects
Subject: Labor laws and legislation -- Haiti   ( lcsh )
Genre: federal government publication   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Record Information
Bibliographic ID: UF00081474
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltuf - AAP8508
oclc - 01684729
alephbibnum - 000132478
lccn - 58018477

Table of Contents
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Foreword
        Foreword 1
        Foreword 2
    Le department du travail, ses organismes techniques et administratifs
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
    Contrat de travail
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
    Relations de travail
        Page 15
        Page 16
        Page 17
    Main d'oeuvre et emploi
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
    Conditions de travail
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
    Travail de la femme
        Page 29
    Travail de la mineurs
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
    Les salaires
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
    Inspection du travail
        Page 42
        Page 43
        Page 44
    Conflicts de travail
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
    Organisations sociales
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
    Formation professionnelle
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
    Hygiene et securite
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
    Bien-etre social
        Page 93
        Page 94
    Les conventions internationales du travail
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
    Index
        Page 103
        Page 104
    Table of Contents
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
Full Text

GUIDE

DE LA LEGISLATION
DU TRAVAIL


DEPARTMENT DU TRAVAIL
1er. Mai 1935
IMP. LES PRESSES LIBRES
331.09294
Hl532 q,






(4Kwoz
"7p













AVANT.PROPOS


Ce guide pratique a t rdig l'intention des em-
ployeurs et des travailleurs de toutes categories ainsi
que des fonutionnaires du gouvernement charges de l'ap.
plication de nos lois sur le travail, pour leur parmettre
de se renseigner aismen't sur les principles disposi.
tions de notre legislation social. Nous esprons en
agenant ces extraits de lois leur fournir, un guide sr
qui clairera leurs dmarches dans le domaine des rap-
ports du travail, leur permettra de mieux connaitre
leurs droits et leurs obligations, et, en leur faisant ga-
gner un temps prcieux, leur vitera les erreurs, les
ttonnements inutiles ou des conflicts striles.

On peut aismeut utiliser ce *petit manuel en con.
sultant la table des matires place la fin qui ren.
voie jirectement la page o se trouve trait le point
qui intresse.

Ce fascicule voudrait aussi faire oeuvre de divulga
tion en renseignant sur les diffrents organismes du
Dpartement du Travail avec un bref aperu sur les
rouages de leur fonctionnement. Il informed aussi sur
quelques unes de ses ralisations les plus importantes
dans le cadre de son programme d'action.

Cet essai, nous en mettons du moins le voeu aidera
certa:nement maintenir une saine harmonies des rela-
tions de travail par une meilleure connaissance de no-
lgislation social.


















I.- LE DEPARTEMENT.DU TRAVAIL,
SES ORGANISMS TECHNIQUES ET
ADMINISTRATIFS

LA SECRETAIRERIE D'ETAT DU TRAVAIL dter-
mine et dirige la politique social et conomique des or-
ganismes techniques et administratifs qui fonctionnent
en son sein. Elle entretient avec les autres Dparte-
ments ministriels des rapports relatifs aux problmes
du travail et formule leur intention toutes recomman-
dations juges opportunes. Elle entire en rapport avec
les organismes internationaux de travail, recomnande
la participation aux Congrs et Confrences roulant sur
les questions de travail, tudie et recommande le vote
des Conventions internationales sur le travail et veille
leur execution.
Les organisms techniques et administratifs du D-
parterent du Travail se subdivisent comme suit :

A.- LE BUREAU DU TRAVAIL qui est charge d'-
tudier et de recommander les moyens d'amliorer le3
conditions de travail et de vie des classes laborieuses,
d'aider l'ducation et la formation professionnelle
des travailleurs, d'entreprendre dans le cadre de ses
moyens d'action toutes dmarches tendant assurer la
paix social et la scurit industrielle, de veiller l'ap-
plication des lois arrts et rglements relatifs aux pro-
blmes du travail, d'entrer en contact avec les organis-
mes internationaux intresss aux questions de travail,
d'tablir des relations avec les syndicats et autres orga-
nisations sociales ouvrires ou patronales, de recueillir,
analyser et interpreter les Statistiques .du Travail.


-1-









Le Bureau du Travail comprend un office Central et
dix offices rgionaux.

a) L'OFFICE CENTRAL a son sige Port-au.Prince.
Il a pour attributioas gnrales le contrle et la super.
vision de tous les offices rgionaux et pour jurisdiction
particulire l'Arrondissement de.Port-au-Prince. Il-:'cm-
prend la Direction gnrale et les services suivants :

1) Le Service Administratif
2) Le Service de la Comptabilit
3) L'Inspection Gnrale
4) Le Service des Statistiques
5) Le Service des Salaires et Recherches
6) Le Service d'Education Ouvrire
7) Le Service de Conciliation et d'Arbitrage
8) Le Service des Organisations Sociales
9) Le Service de la Femme et de l'Enfant
10) Le Service Juridique
11) Le Service de la Formation Professionnelle
12) Le Service Social

B) LES OFFICES REGIONAUX SONT AINSI ETA-
BLIS :

1) Un office do: le sige est au CAP-HAITIEN et
don't la jurisdiction comprend les arrondissements du
Cap-Haitien, de Limb, de la Grande-Rivire d Nord
du Borgne et de Plaisance.
2) Un office dont le sige est FORT.LIBERTE, et
don't la jurisdiction comprend les arrondissements de
Fort-Libert et de Vallires.
3) Un office don't le sige est au TROU DU NORD
avec pour jurisdiction l'arrondisseme.i du Trou.
4) Un office don't le sige est PORT-DE-PAIX et
don't la jurisdiction comorend les arrondissements de Port-
de-Paix et du Mle St. Nicolas.


-2-









5) Un office dd-it le sige est aux GONAIVES et don't
la juridiction inclut les arrondissements des Gonaives et
de la Marmelade.
6) Un office don't le sige est SAINT MARC et don't
la jurisdiction comprend les arrondissements de Saint-
Marc et de Dessalines.
6) Un office don't le sige est JACMEL et don't la
jurisdiction comprend les arrondissements de Jacmel et
de Saltrou.
8) Un office don't le sige est PETIT.GOAVE et do.it
la jurisdiction comprend les arrondissements de Logane
et de Nippes.
9) Un office don't le sige est AUX CAYES ayalt
pour jurisdiction les arrondissements des Cayes, des C-
teaux et d'Aquin.
10) Uf. office don't le sige est JEREMIE et don't la
jurisdiction comprend les arrondissements de la Grand'
Anse et de Tiburon.
Les Offices rgionaux exercent les attributioas des
Services existant l'Office Central. Ils sont dirigs par
un inspecteur en chef qui seul correspond avec l'Office
Ce tral ou avec l'extrieur.

B) L'IDASH OU INSTITUTE D'ASSURANCES SO.
CIALES IYHAITI.

La Loi sur les Assurances Sociales a t vote le 12
Septembre 1951 par les Chambres Lgislatives et pro
mulgues au Journal LE MONITEUR le 19 Octobre
de la mme anne.

BUT DE LA LOI : Protger le salari contre les ris-
ques inhrents sa condition : accidents du travail -
maladie -- maternit.

ADMINISTRATION : L'Administration des Assuran-


-3-









ces Sociales est assure par un organism semi-autono-
me dnonm : Institut d'Assurances Sociales d'Haiii,
on abrg IDASH, L'IDASH est rattach au Dparte-
ment du Travail.

CONSEIL D'ADMINISTRATION : L'IDASH est as-
sist dans sa gestion par un Conseil d'Administration
compos de neuf membres :
3 reprsentants des Employeurs
3 reprsentants des Travailleurs
3 reprsentants du Gouvernement, appartenant res-
pectivement aux Dparteme-ts du Travail, de la Sant
Publique et des Finances.
Le reprsentant du Dpartement du Travail est d'em-
ble Prsident du Conseil.
Les membres du Conseil d'Administration sont nom-
ms par le Prsident de la Rpublique et sont inamovi-
bles. Leur mandate dure trois aas et est indfiniment re-
nouvelable.

c) L'OACO.-

Il est cr au Dpartement du Travail un Organisme
dnomm Office d'Administration des Cits Ouvrires.
Cet Organisme peut galement tre appel en abrg :
OACO. Il aura son sige principal Port-au-Prince
Des offices rgionaux dpendant du Bureau Central don't
la composition et le mode de fonctionnement seront fi-
xs par arrts prsidentiels seront tablis en Province
au fur et measure des possibilits.
L'OACO a spcialement pour objet d'administrer les
cits ouvrires cres sur tout le territoire de la Rpu-
blique, conformment aux dispositions de la prsente
loi.
iL fonctionnement de l'OACO est assur par un Di-
recteur et un Conseil de cinq (5) membres don't un In-
gnieur. Le Directeur et les membres du Conseil, sont
nomms par le Prsident de la Rpublique. L'un des


-4--









membres du Conseil devra appartenir au Comit-Diree-
teur d'un Syndicat ouvrier.
Les maisons des cits ouvrires sont l'objet de contract
entire l'OACO et a) les travailleurs de l'administration
publique et des entreprises; b) les travailleurs non sala.
ris exerant un mtier connu, pourvu que les salaries
et travailleurs ne soient dj propritaires d'utie maison
et justifient d'un revenue minimum, don't le montant ne
dpassera pas 250 gourdes par mois.
Exceptionnellement le Conseil de l'OACO peut agrer
une demand d'un salari ou d'un travailleur don't le
revenue dpasse G. 250.00 par mois sans excder G. 500.00
et possdant une famille de plus de cinq (5) membres.
La famille s'entend du pre, de la mre, de leurs e afants
et de tout mineur de moins de seize ans qui vit dans
la maison du contractant et sa charge exclusive ainsi
que des ascendants qui sont dans l'incapacit physique
de travailler.
La Direction de l'OACO tient un registre de tous les
candidates avec toutes les indications ncessaires notam-
ment celles concernant leur ge, leur occupation ou
profession, leurs salaires et tous autres revenues, la com-
position de leur famille.
La selection des candidates est faite par le Directeur
de l'OACO en tenant compete des charges et de la mora.
lit du chef de la famille.
Tout candidate admis habiter l'une des maisons des
citls ouvrires devra s'e .gager par contract payer
date fixe des meusualits-location, et de mensualits-
vente s'chelonnant sur une priode de quinze vingt
ans.
Le montant des mensualits-vente ne pourra en au-
cun cas tre infrieur au 1 240 du cot de la construc-
tion.
Le montant des mensualits-location sera toujours
gal la moiti de celui des mensualits-vente.
Au cas o par suite de circonstances fortuites, un


-5-








Contractant acqureur se trouverait dans l'impossibi-
lit matrielle d'acquitter les mensualits des, il con-
tinuera nanmoins occuper la maison titre de loca-
taire pur et simple pour le temps que dure cette impos-
sibilit. Les mensualits-location seront prleves, sur
le montant des mensualits-vente dj verses.
Si l'puisement de la valeur, reprsentant les men-
sualits-ve ite l'occupant ne peut pas continue payer
les mensualits-location, le contract sera rsili.
Aprs le versement de la dernire mensualit-vente,
un acte sera pass la diligence de la Direction d2
I'OACO, recon .aissnt les droits de proprit du cor-
tractant dans' les'conditions stipules dans la prsente
Loi.
Cet acte sera exempt de tout droit d'enregistrement.

(Loi du 10 Septembre 1951, crant et organisant
l'OACO).
























-6-













II.- CONTRACT DE TRAVAIL

A.-- CONTRACT COLLECTIF DE TRAVAIL

Le contract collecLif de travail ou Convention collecti-
veql travail estun accord conclu entire un groupeme .t
de salaries et un employer ou plus gnralement un
, -oupement d'employeurs. Elle a poul objet de dter-
miner d'une part, les conditions auxquelles seront con-
clur les contrail individuals de travail d'autre part, de
'xer1 les droits et les obligations des groupements parties
la convention.
A .d.aut; d'u ; rglementation spciale de la Con-
vention collective de travail, notre Lgislation accord
nux travailleurs le droit de s'associer pour la defense de
le.uxs lgitimes,.iqtrts. (Loi..sur les, organizations syndi-
.eales du 17 iuillet 1947 modifie par celle du 22 Fvrier
1948 art ler)
La loi du 28 juillet 1947 sur les conflits,de travail mo-
.dJil-e pa.:. celle .du 2? 'vrier 19-;q prvoit la signature
de. conventions collect ives intervenues :tre les parties.
(-rt. 3..11. 12)

S.-- CONTRACT INDIVIDUAL DE TRAVAIL

1.- DEFINITION ET MODALITES

Le contract de travail es, toute Convention, quelle que
.)it sa dnoininatio .. par laquelle une personnel s'oblige
louer ses services une autre persU.ne moyennant une
rtribution de quelque nature ou de quelque forme que
ce soit ou s'engage effectuer pour une autre un ou-
vrage ou u :e oeuvre d.ermine, moyennant un prix
convenu entire elles.


-7-








Le cc :trat de travail peut tre ralis soit sous la
dpendance imtmdiate de l'employeur ou de son re-
prsentant soit domicile.
Le contract individual de travail est exprs ou tacite,
verbal ou crit, et pourra tre co.iclu pour une dure
soit dtermine, soit indtermine.
L'engagement' d'un travailleur lorsqu'il n'a pas fait
l'objet d'un co'.itrat crit ne peut excder une anne.
La dure du contract de travail crit ne peut excder
trois ans. Toutefois le contract est indfiniment renou-
velable par tacite reconductioi.
Le contract de travail oblige tant ce qui y est expri-
m qu' ce qui en dcoule selon la bonne foi, l'quit,
l'usage, la coutume ou la loi.

2) PARTIES CONTRACTANTES :

Pourro .t conclure des contracts de travail
a) les personnel en possession de leur pleine capacity
civil;
b) les mineurs de plus de dix-huit ans;
c) les femmes marines, avec l'autorisation marital;
En cas de refus d'autorisation ou d'impossibilit de
l'obtenir la femme marie poura recourir l'autori:
judiciaire comptente.
Les minurs de moins de, dix-huit ans ne pourrontr
engager leurs services qu'avec l'autorisation du Bureaui
du Travail, sur demaide de leurs tuteurs ou personnel
responsables et pour des travaux dtermins, compati-
')les avec leur ge et leurs aptitudes, et ne portant noint
atteinte leurs obligations scolaires. (Loi du 16 Septem-
bre 1952 art. 6)

3) Forme et lments du Contrat :

Le Contrat de travail individual, quand il est crit,
sera rdig en double original sur paper libre et cha-
quIie partic en possdera ui.


-8--








Le contract crit contiendra les nonciations suivan-
tes :
a) les noms, prnomn, nationality ge, sexe; profes-
ion tal civil, demeure, domicile et numro de la carte
d'identit des contractants;
b) l'i .dication prcise de la residence du travailleur
s'il s'est e :gag pour prter ses services ou excuter une
tche dans une localit autre que celle o il rside or.
dinairement;
c) la dure de la journe de travail et les heures pen.
dant lesquelles il devra tre excut;
d) la nature du travail effectuer, le traitement, le
salaire ou la participation que doit recevoir le travail-
leur ou toutes autres stipulations que les parties juge-
ront ncessaires:
e) le lieu ou les lieux de prestation des services ou
d'excution de l'ouvrage;
f) les lieux et date de conclusion du contract;
g) les signatures des contractants celle de la parties
qui ne sait ou ne peut signer pouvant tre valablement
remplace par l'apposition de son empreinte digital
accompagne de la signature de deux tmoins choisis
par elle.
La preuve du contract crit ne pourra tre faite que
par l'acte lui.mme. Le contract verbal sera prouv par
tous les moyens lgaux. (Loi du 16 Septembre 1952 art
7-8.9)

4) SUSPENSION DU CONTRACT DE TRAVAIL

a) le rntnque de matires premires pour la pour.
suite des travaux lorsqu'il n'est oas imputable l'em.
ployeur.
b) la force majeure ou le cas fortuit entrainant un
arrt immdiat des travaux.
La suspension temporaire du contract de travail ne por-
tera effet qu' la fin du jour o s'est produit le fait qui
y a donn lieu.


--9-








..V.n:-k~uatnirc heuxs au moins avant la reprise.du tra-
vail, notification en sera donne aux intresss par let-
Ires, avis publis dans les journaux affichs la port"
principal de l'tablissement, lus . la radio ou tous au-
tres moyens de publicity jugs opportuns..et .efficaces.
Tout travailleur qui huit jours aprs la publication
ou la notification de cet avis, i'aura pas fait..connaitre
son intention de.reDrendre son travail dans u i nouveau
d'ai maximum de huit jours, sera considr.,comm.o
ayant rsili so contract.
L'emprisonen.ent prventif dt. travailleur de.mrpe
que sa maladies dment constate par un certificatet -m-
,lical pour une priode ne dpassa -t pas 3 mois. sont- de.
causes de suspension du contract .de travail. (Loi du 16
Septembre 1952 art. 17 23)

.) RESILIATION DU CONTRACT DE TRAVAIL

L'employeur peu' mettre fin au contract .de travail
''.-ns aue le dlai-cong soit ncessaire
a) lorss:ue le travailleur, durant son travail, s'est li-
vr des voies de faits, contre son employer .pu mme
contre un de ses camarades;
;est livr publiquement des excs de lagag-e tels
qu'injures ou menaces;
n provoqu par sa conduite une grave nerturbation i
la discipline et une interruntio., du travail l'tablisse-
ment.
b) lorscu'il a commis un dlit ou une contravention
co -tre les biens au prejudice direct de l'employeur ou
quand il a caus intentionnellement ou par ngligence
coupable des dgts matriels aux machines, i.istrr-
ments, matires premires products et autres,objets ayant
une relation immediate avec le travail ou a compromise
la scurit du lieu o sont excuts les travaux et de:.;
personnel qui s'y trouve -t.
c) lorsque le travailleur s'abstient, sans l'autorisation
de l'employeur el sans motif valuable de se prsenter a


-10-







son travail trois jours c, s:;ctifs .1:1 quatre fois au couI
du mme mois.
() lorsque le trava .e'l r, aprs avertissement aur.
rlefus d'adopter les measures de prvention et d'obser-
ver les mthodes recommandes pour la prventio i des
accidents ou de se conformer aux rglements intrieurs
de l'tablissement concernant la discipline ou le mode
d'excution des travaux;
e) lorsqu' la conclusion du contract de travail, l tra-
vailleur a iriduit l'employur en erreur, en feignant de
possder des qualits ou connaissances qu'il ne possde
manifestement pas ou en prsentant des rfrences ou
attestations personnelles don't, par la suite, l'employeur
-onstate la fausset, ou lorsqu'il excute son travail d'une
manire qui dmontre clairement son inaptitude aux tra-
vaux pour lesquels il a t e gag. Les dispositions de
ce present paragraphe ne sont applicables, relativement
au' dlai-cong, que durant les trois premiers 'mois de
services conscutifs du travailleur.
f) lorsque le travailleur se sera fait remplacer son
travail par une tierce personne, sans le conrentement
exprs de l'employeur ou de son reprsentant.
g) lorsque le travailleur a t condamn une peine
d'emprisonnement par une sentence passe en force de
chose juge.
h) lorsque le travailleur comment un man luement gra-
ve aux obligations que lui impose son copirat.
i) lorsque le travailleur est atteint d'une maladie con-
tagieuse.
Le travailleur peut mettre fin au contra; de travail,
sans encourir aucune responsabilit:
a) lorsque l'employeur ne lui paye pas intgralement,
sous reserve des deductions autorises par la loi, aux.
dates et lieux convenus ou usuels la rmunration qui
lui revient;
b) lorsque, soit l'employeur, soit une personnel au Ser-
vice de l'employeur ou 'aisant parties de sa communaut.
domestique, avec le consentement de l'employeur, exerco


-11-









durant le iravail, des voices de faits ou se livre publique-
ment l; de, excs de language injures oj menaces contre
Sravaiillwur, rendant impossible la bonne entente et
I'harmonie ncessaires l'excution du travail;
c) lorsque l'employeur cause intentionnellement, lui
ou c.uelqu'un son service des dgts aux instruments
ou outils du travailleur;
d) lorsque l'employeur. un membre de sa famille, son
reprsenta.t dans la direction des travaux ou une autre
travailleur est atteint de maladie contagieuse, si le tra-
vailleur doit rester en contact immdiat avec la person-
ne atteinte.
e) lorsque la scurit ou la sant du travailleur ou
de sa famille est gravement menace, soit en raison de
l'abse':ce des conditions hyginiques au lieu de travail
ou de l'insalubrit excessive de la region, soit parce que
l'employeur n'observe pas les measures de prevention t
de scurit prescrites par les dispostions lgales.
f) lorsque l'employeur comment un manquement grave
aux obligations que lui impose le contract.
Son, galement des motifs de rsiliation du contract
de travail sans qu'il en rsulte de responsabilits pour
aucune des parties :
-:) le dcs du travailleur:
b) la force majeure, la faillite ou le dcs de l'emplo-
y-ur. entrainant la fermeture de l'entreprise et la ces-
sation complete de ses activits.
Le contract de travail sera rsolu, sans qu'il en rsulte
de responsabilits pour aucune des parties, pour les mo-
tifs suivants :
a) expiration de la dure prvue dans le contract;
b) achvement de l'ouvrage dans le cas de contracts
conclus cour un ouvrage dtermin;
c) motifs de rsiliation expressment stipuls dans le
le contract;
d) consentement mutuel des parties.
A l'expiration de tout contract de travail, quelle qu'en


-12-









soit la cause, l'employeur, la demand du travailleum,
devra remettre celui-ci un certificate indiquant :
a) la date de son entre en function;
b) la date du premier jour de son emploi;
c) la nature de l'emploi occup;
Ledit certifica.. sera dlivr sans aucun frais.

6.- DELAI-CONGE OU PREAVIS DE RESILIA-
TION DU CONTRACT DE TRAVAIL.

Le louage de service contract sans determination de
dure peut toujours cesser par la volont d'une dec.
parties contractan.es.
Cependant la parties qui voudra rsilier le Contrat de-
vra en donner l'autre avis par crit. Cet avis pourra
tre donnn- verbalement en presence de deux tmniins
s'il s'agiL d'un contract verbal. Le dlai-cong n'c;t obi-
gatoire que quand le travailleur aura t pendant trois
mois conscutifs au moins au service du mme emplo-
yeur et il sera donn selon l'chelle suivante :
a) 8 jours auparavant quand le travailleur aura fou.-
ni ? mois 12 mois de travail.
b) 13 .jo;,rs auparavant quand le travaillcur aura four-
ni plus de 12 mois e; moins de 3 ans de travail.
c) 1 mois auparavant quand le travailleur aura fourni
de 3 ans b 10 de travail.
d) 2 nmis auparavant quand le travailleur aura fourni
plus de 10 ans de travail. (art. 29 modifi ce la
loi du 16 Septembre 1952)

C.- DE LA SOUS-ENTREPRISE

Quand un sous-cntrepreneur loue les services d'ua
travailleur pour l'excution d'un travail pour le compete
d'un employer, celui-ci est responsible de la gestion du
dit intermdiaire, ds l'instant qu'il l'a autoris en-


-13-










treprendre cette gestio ou qu'il a accet livraison di
travail excut.
Les entreprises dment tablies qui s'engagent ex-
ter pour des tiers des travaux avec leurs propres lments
ne seront pas considrrs come des intermdiaires mais
comme des employers ta t entendu que ces lments
ne devron; pas consister uniquement en outils ou ins-
truments de travail.
Quand un travailleur, co.nformment aux terms de
soi contract ou selon la coutume se trouve dans la nces-
sit d'associer un aide ou assistant son travail, il de-
vra obte lir l'au orisation pralable de son employer
qui deviendra galement l'employeur de cet aide ou as-
sistant. (Loi du 16 Septembre 1952 art. 37-38-39)


-14-















III.- RELATIONS DE TRAVAIL


A.- La loi du 16 Septembre 1952 prsente comme
suit les personnel ayant entire elles des relations de tra-
vail :
Saf est un EMPLOYEUR foute personnel physique'on
ineale 'de *dioit civil ou de droit priv qui, en vertu
d'un contract de travail loue les services d'autrui moyen-
-ant salaire iouir rexcution d'un travail dtermin.
L'eniiepreneur' est considr comme employer.
li) est un ENTREPRENEUR toute personnel qui .en-
gage les services d'une ou de plusieurs autres pour'l'-
.xculio-: -d'un- travail au bnfice d'un employer et
avec ou sans les resources fournies par :ce dernier. -
c) est un SOUS-ENTREPRENEUR -ou Intermdiaire
toute tierce personnel qui une tche est confie par
an e. trepreneur. ec qui la fait excuter par une ou plu-
s~ieurs personnes, avec. les. resources fournies par l'en-
trepreneur. et. sous la direction: ou le contrle de ce der-
lier.
d). est UN EMPLOYEE OU TRAVAILLEUR toute per-
sQn ie qui loue un employer ses services, quels qu'ils
soient moyennant salaire pour l'exicution d'un travail
dtermin. : .
e) sont DES REPRESENTANTS DE L'EMPLOYEUR
et ten ce te quality c.:gagen celui-ci vis--vis des tra
vailleurs ;; leq...lirecteurs, grants, administrateurs, sous-
entrepreneurs. capitaines de navires et en .gnral toute.
personae occupant des functions de direction, d'admi-
nistratio ,au noi- de l'emplo.yeur.
f) esc TRAVAILLEUR JOURNALIER celui qui loue
ses services un employeur selon un contract verbal ou
crit renouvelable chaque jour ouvrable mme par ta-
cite reconduction
-, ; z1 l i -. .


-15-









g) est TRAVAILLEUR A LA TACHE OU A LA
PIECE celui qui s'engage excuter un certain travail
moyennant un prix par unit.

B.- LES OBLIGATIONS DES TRAVAILLEURS
sont les suiva .tes :
a) tre exact au Iravail;
b) excuter le travail avec soin, competence et selon
les stipulations du contract, y apporter la diligence vou-
lue;
c) tenir son patron au courant des d4'ectuosits ou'*.
aurait pu constater dans les matires ou dans l'outillag,
et qui seraient susceptibles de causer un prejudice
l'entreprise:
d) traiter son patron et ses camarades de travail avec
respect et consideration;
e) obtemprer aux indications ou ordres du patron ou
de la personnel charge de la direction du travail;
f) se comporter d'une m;i:icre loyale vis--vis de
l'entreprise ou de l'exploitation, en ayant soin de ne pas
divulguer les secrets de fabrication ou de commerce ni
de faire concurre-ce au patron:
g) indemniser le patron pour tous les prjudices qu'il
aurait causs par sa propre faute aux locaux aux ma-
tires, l'outillage ou aux cultures;
h) ren-olir routes les autres obligations qui scraient
spcifiquement stipules au contract;
i) collaborer par tous les moyens do t il dispose
l'observation la plus strict des dispositions lgalcs ou
rglementaires sur le travail.

C.- LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR sort
les suivantes :
a) payer intgralemen. et chi :ce la rzmunration
stipule:
b) respecter la dignity personnelle du travail!lir en
ayant soin de ne lui infliger aucusi mauvais traitement


-16-









verbal ou de fait, ni d'exiger aucun travail en deho::s
lc celui qui aurait t stipul;
c) me.tre la disposition du travailleur, des locaux
Je travail, machines et outils dans les co editionss voulues
de scurit et de bon fonctionnement;
d) remrplir avec diligence les obligations imposes par
la legislation social;
e) iemplir toutes les autres obligatio s qui seraien:
spcifiquement stipules au contract. (Loi du 16 Septem-
bre 1952 art. 40 et 41)


-17-













IV.- MAIN D'OEUVRE ET EMPLOI

A.- MAIN DOEUVRE NATIONAL

lo) Il fonctionne au Bureau du Trava-l un SERVIC:
DES STATISTIQUES, DE LA MAIN D'OEUVRE ET
DE L'EMPLOI qui recueille et compile les donnes re-
latives aux problmes du travail, les a-.alyse et les in-
terprte. Il tudie les conditions gnrales du march
du travail, de l'offre et de la demand d'emploi et les
conditions particulires chaque industries. Il recueille
les donnes et determine les variations du coc de l'a-
limentation et l'i dice du cot de la vie. Il examine les
questions relatives aux migrations intrieures et
extrieures de la main d'oeuvre. Il tablit le pour-
cc. tage de la population active. Il rpartit la po.
pulation active d'aprs le sexe, l'ge, la profession, l'oc.
cupation, le salaire, l'industrie, les dpenses de consom-
Slation Il est charge de l'immatricula ion et du place-
ment des chmeurs. il esi res',o sable de la publication
de bulletins d, travail et de l'annuaire statistique du
ureaii.
2oW POURRONT CONCLURE DES CONfRATS DE
TRIAVAIL
a) les personnel en possession de leur pleine capaci'6
civil.
b) les mineurs de plus de dix-huit ans;
c) les femmes marines, avec l'autorisation marital.
3o) Tout contract de travail conclu sur le territoire
national, par des travailleusr en vue du louage de leurs
services hors du pays devra tre rdig en trois origi.
naux don't u sera dpos au Bureau du Travail pour
tre enregistr.









Quand il s'agit de gens de maison, ce contract de tra-
vail devra contenir e. outre les stipulations suivantes
i.cessaires pour sa validit et sans lesquels, il ne pourra
tre enregistr.
Les frais de transport aller et retour du travailleur,
ceux ncessits par son eitretien complete et les soins
mdicaux ou d'hospitalisation, seront la charge exclu-
sive de l'employeur.
Dans tout tablissement de travail que le propritai-
re soit haitien ou tranger, des natic :aux haitiens de-
vront ,re employs dans une proportion qui ne sera
pas infrieure 95'; sa..s tenir compete dans ce pour-
centage des employs laitiens don't le travail ne revt
pas un caractre permanent.
40) Dans le domain ie des migrations externes, il con-
vient de signaler qu'un accord a t signal le 5 Janvie.
1952 entire la Rpublique Dominicaine et Haiti pour le
recrltcimt.t organis de plusieurs milliers d'ouvrier'
agricoles haitiens annuellement. A cet effect des -'en-
tres d'Embauchage constitus par un personnel i iterd-
partemental fonctionnent priodiquemett.

B.- MAIN D'OEUVRE ETRANGERE

Pour tre employ come salari dans "ne ent-euriss.
'o-.l travailleur tranger devra obte.ir au pralable du
Bureau du Travail un certificat ou permis d'emploi, don't
sont seuls exenvpis les travailleurs trangts reprsen-
tent l'employeur dans des fonetio -s de direction ju d'a-ic
mi;:istrat;on. Ce certificate ne Dourra tre acco-id pot;i
plus d'une anne, il est re :ouvelable jusqu' coicutlent-
ce de cinq annes conscutives l'apprciation du Bu-
reau du Travail.
L-s dlislositionis du prse i, article ne s'appliqeint' p.a
loi-rsu'il s'agit d'un tranger rsidant dans le pays deL
puis au moins dix ans ou bien qui est au service d'tui
einrloyeur li l'Etat par un contract de travail dment
ratifi par les Chambres Lgislatives.


-19-









Toute infrac.ion aux dispositions dos articles 12 et i:;
:era punic d'une amende de G. 50' 0) G. 2.000.00 i
prononcer par le tribunal compete t sur procs-verbal
ce l'Inspecteur. En cas de r;cidive, la pcine scrn double.
Le certificate dlivr devra attester que le travailleur
tranger en faveur duquel il a tO sollicit exerce un,'
aciivit pour laquelle il l'est pas possible dc recruLe"
sur place un travailleur hait'en ayant la competence oli
la formation orofcssionnelle requise. De plus, le travail-
leur tranger devra s'engager :trainer cette tche
un ou plusieurs stagiaires haitiens.

C.- PLACEMENT

A dfaut de Bourse de iravail organise, le Bureau
du Travail fournit la main d'oeuvre ncessaire tout
crmployeur qui lui en fait la dema:de. De plus, il tient
ouvert un registre d'inscription des chmeurs et coopre
leur placement selon les opportunits qui lui sont of.
fertes. A cet effet elle garde un co :tact permanent ave':
ies employers et, dans la measure du possible, se tient
au courant des demands d'embauche.

D.- DECLARATIONS D'ENTREPRISE

Toute personnel qui uiilise les services d'un personnel
-alari. dans une entreprise industrielle, agricole ou com-
:'ierciale de quelque nature que ce soit, mme qua:-d
l'tablissement en question a un caractre d'enseigne-
ment profession :el ou de bienfaisance doit en faire la
declaration au Bureau du Travail selon un formulaire
-pr cial dlivr gratuitement cet effet. Ce formulaire
devra tre te.iu jour par les autorits comptentes
"vec la collaboration de l'employeur (Loi du 13 Septerm-
bre 1947, art. 1 4).

E.- REGISTRY DU PERSONNEL

Tout tablisscme it indusiriel agricole ou commercial


-20--









eirmloyant un personnel salari de plus de trois mem..
bres doit tenir des registres o sont indiques :
1) Les noms, ge et lieux de residence de chacti i des
membres du personnel qu'il emploie;
2) le numro de sa carte d'identi.;
3) sa qualification lorsqu'il s'agit d'un ouvrier quali-
fi;
4) la date de l'engageme :t et du pravis de congdie-
ment le motif du congdiement et la date du dernier
jour du travail;
5) la nature du travail accomplir et le salaire con-
venu;
6) la dure du travail de chaque jour et de chaque
semaine et l'heure laquelle le personnel commence et
finit de travailler. (Loi du 13 Septembre 1947 art. 5).


-21-















V.- CONDITIONS DE TRAVAIL,

1) DUREE DU TRAVAIL

La dure normal du travail est de 8 heures par jour
ou de 48 heures par semaine
Sans excdei 10 heures par jour, les parties peuvent
s'accorder entire elles pour rpartir les 48 heures au-
trement-que par 8 heures par jour.
SOni-entend par dure de travail tout le .emps pendant
lequel l'employ reste aux ordres de l'employeur.
Les heures supplmentaires de travail fournies en
excdeni de la dure sormale seront payes avec une
majoration de 50';.
Le temps consacr par l'employ ou le travailleur
rparer des erreurs qui lui sont imputables ne sera pa:;
compt comme temps supplmentaire.
Les hevies supplmentaires ne sont pas autorises
dans les travaux d'- i caractre dangereux ou insalu-
bre.

(Loi du 5 Mai 1948. Art ler)

2) REPOS INTERCALAIRE

, moins aue les parties en conviennent autrement,
il sera accord l'employ ou au travailleur, un repos
minimum d'une heure et demie vers le milieu de la
jouine, de orfrence entire midi et 2 heures. Ce re-
1,os ne se' a pas compt dans la dure normal de travail.
Durant la priode d'allaitement, la femme aura droit


-22-









deux repos par jour, d'une demi-heure au moi is.
chacun.

(Loi du 5 Mai 1948, Arx. 2 et 3)

3) HORAIRE DE TRAVAIL

Tout tablissement commercial ou toute maison em-
ployant un personnel salari est tenu de calculer la du-
re normal de travail de ma ire cesser les affaires
et librer son personnel cinq heures de l'aprs.midi,
du 1er Octobre au 1er Mai, et 4 heures de l'aprs-
midi du 1er mai au 1er Octobre.
Naan-roins, l'poque des ftes de fin d'anne du
15 dcernre au ler Janvier les tablissements pour.
-ront poursuivre leurs activits au-del de 5 heures pour-
u r.,..'il- pe.:ent leurs ermploys les heures suppl-
mentairEs.
Les dispositions restrictives du pisent ar icle ne s'ap-
pliquent pas rux Agences de navire et aux Services de
transport arien ou terrestre, aux blanchisseries, aux
coiffeurs aux pharmaciens, aux restaurants, aux bou-
l:ngelies rux usinez f-nctionnant en permane-ce ni
aux petiies piceries o se dbilent les products de
premiere ncessit. Cependa.-t les sus-dits tablisse-
ments ou bien front un roulement du personnel ou
b'c:- paieronti les he:rcs sulplm t tires de travail.

(Loi du 5 Mai 1948, Art. 4)

4) REPOS HEBDOMADAIRE ET TRAVAIL DU

DTMANCHE
Il est dfendu d'occuper plus de six jours par semai.
ne un ri-.me employ dans quelque tablissement au:
ce soii
Le repos hebdoinadaire aura une dure de vingt-qua-


-23-









tre heures conscutives et il sera do n de prfrence
le dimanche.
Tout tablissement agricole, ind.striel, commercial
et tout tablissement o l'on exerce un travail manuel
doit cesser ses activits et former ses portes le diman-
che, moins qu'il -.e rentre dans-la catgorie des ta-
blissements don't les travaux sont viss en l'article 7
de la prsente Loi.
Les employs qui .ie sont pas engags la journe
l'heure, la tche ou aux pices doivent bnficier
du repos hebdomadaire, des jours fris et des ch-
mages autoriss par Arrt Prsidentiel sans diminu-
tion de salaire.
Soat exclus des dispositions des articles 5 et 6 les
personnel occupes exclusivement :
a) des travaux de rparation de dommages causs
par un cas de force majeure ou par un cas fortuit qui
ne peuvent tre diffrs;
b) des travaux qui, tant donne la nature des be-
soins auxquels ils satisfont pour des raisons de carac-
tre technique ou fondes sur la ncessit d'viter des
prejudices graves l'intrt public, l'agriculture,
l'levage ou l'industrie r:e souffrent pas d'interrup-
tion;
c) des tches qui en raison de leur nature, ne peu-
ve t tre excutes que dans certaines saisons et dpen-
dent de l'actior irrgulire des forces de la nature;
d) aux travaux qui sont ncessaires la bonne rar-
che d'une entreprise et ne peuvent tre diffrs.
e) aux travaux domestiques et aux hpitaux
Les propritaires des exploitation et-entreprises vi-
ses dans le prcdent article sont tenus d'accorder
toutefois, chaque semaine, un jour de repos complete
leurs salaries.
Cep dant, les domestiques gage n'auront droit qu'
Jeux demi-journes de repos complete par semaine.

(Loi du 5 Mai 1948, Art, 5 8)


-24-










5) JOURS FERIES

Les heures de travail effectu le dimanche et les jours
fris seront payes cormme heures supplmentaires.
D'une manire gnrale on peut considrer comme
complete la liste suivante des jours fris :

A. FETES NATIONALS ET CONSTITUTIONNEL.
LES :

1) Indpendance 1er Janvier
2) Agriculture et Travail 1er Mai
3) Drapeau 18 Mai
4) Dcouverte d'Haiti 6 Dcembre

B. FETES RELIGIEUSES LEGALES :

5) Noel 25 Dcembre
6) Asceision Mai
7) Fte-Dieu Juin
8) Assomption 15 Aot
9) La Toussaint 1er Novembre

C. CHOMAGE FIXE PAR ARRETE PRESIDENTIAL

10) Jour des Aieux 2 Janvier
11) Lundi Gras partir de Midi
12) Mardi Gras (FEVRIER.MARS)
13) Jour Panamricain 14 Avril
14) Mort de Dessalines 17 Octobre

D. CHOMAGE OBLIGATOIRE POUR ECOLES ET
SERVICES PUBLICS GENERALISE DANS LA
PRATIQUE :

15) Fte des morts
16) Jeudi e. Vendredi Sai.its (Mars-Avril)


-25-










E. ItEPOS DOMINICAL
52 dimanches par anne.
Toutes les fois que le contract d'emploi la journe
ne constitute qu'une modalit de fixation des salaires,
le travail en question ayant un caractre permanent, le
ilaiailleur a droit au b' :fice des prescriptions lgales
c.~,nci n~~.n le dilai-cona-, le repos hebdomadaire pay.
les jours fris et les congs pays.
Le President de la Rpublique pourra selon les cir-
coniistaices, prescrire par arrt, le chmage des Servi-
.e:; Public.s certain jours de l'anne. Ce chmage qui
c<.iilioi ter;! les c.onquences 1-'ale, attaches aux jours
i' ui i fne i : ilaI pals lle irenouvel p)lu- de cinq lois a.
colis t' u e anniue.
'I.us c.!'iiueircant- et industliels qui, hours des cas d
foire majeure, contreviendront aux arrts prescrivant
lr chinage, seiont condamnns la requte du prfet de
la juridiclion u ainennde de 250 gdes 500 gdes par
le juge de Paix de la Commiune de leur residence.
Sont excepts de l'application de la prsente loi les in-
du- ries clqi exigent par la native :,i.piale de leur fone-
it i n inen un iia.'ail iiiniterliinjpu pendant un certain
t,!:, > Il ei sera de iiuime des iiiai.soii de Commerce
qui recoivent ou expedient les marchandises suscepti-
ble:; de dprir par un sjour en djuane et qui aboutis-
se il aux ports haitie is un jour fri, en raison de l'iti-
n i.ii re (des navires qui les transportent.

(Loi du 13 Juille, 1926 modifi par celle du 17 Juil-
let 1931 Loi du 16 Septembre, 1952 article 16)

6.- CONGES PAYES

Tout traaillleur auia droil apr:;s une anne de seet
vice, i i cong pay d'au moins 15 jours conscutifs.
Le travailleur a galement droit 15 jours de cong..
maladies sans diii;inuition de salaire. Pour le cong-ma-


-26-









ladie, un certificate medical pourra tre requis par l'em-
ployeur.
Trois semaines avant la date prsume de l'accouche-
ment, la femme doit cesser tout travail. La femme ne
reprendra ses occupations qu'au bout de trois semaines
aprs l'accouchement.
Ce cong sera compt et pay come cong-maladle
aprs u.e anne de service.
Constitue galement uLie cause de suspension de con-
tra, sans responsabilit pour le travailleur, la maladie
dment constate par un certificate medical qui entraine
pour lui l'incapacit d'excuter normalement son travail
durant une priode ne dpassant pas trois mois.
Aprs u.i emploi continue d'au moins une anne, le
travailleur aura droit quinze jours de cong-maladie
par anne sans diminutio.r de salaire. S'il n'a pas une
anne de service, il aura droit i.: cong.maladie cal-
cul proportionnellement la Jure du service dj
fourni. Le cong-maladie n'et pas cumnultatif.
A la fin de la priode de trois moit prvus l'article
prcdent, l'employeur pourra mettre tin au contract de
travail, en payant au travailleur le coag-maladie et le
cong annuel auquel il a droit.
Le travailleur qui, ayant droit son cong a inuel,
quittera son emploi pour une raison quelconque avant
d'en avoir bnfici recevra le montant correspondau.
mn argent quinze jours de travail.
Le cong annuel est divisible en douzime en cas de
suspension, de rvocation ou de dmnission du travail
leur, pour quelque motif que ce soit avant l'expiration
de soi anne de service; le travailleur aura droit au
montant quivale i; autant de douzimes qu'il aura
fourni de mois de travail.

(Loi du 5 Mai 1948 articles 10 et 11 -- article 12
modifi)


-27-









7.-- TRAVAIL DE NUIT


Le Travail de nuit sera rmunr un taux plus lev6
que celui de jour. Le travail de suit est celui excut
entire six heures du soir et six heures du matin.
Les parties s'accorderont entire elles pour fixer le
taux suprieur de travail de nuit.

(Loi du 5 Mai 1948, Art 21)


-28-














VI.- TRAVAIL DE LA FEMME


a) Il fonctiotn e au Bureau du Travail UN SERVICE
CHARGE DU CONTROL DU TRAVAIL DE LA
FEMME. De plus le corps des inspecteurs comporte
obligatoirement des inspectrices plus spcialement af-
fectes ce contrle.

b) LA LEGISLATION SOCIAL accord uie protec-
tion spciale la maternit :

Trois sem.aines avant la date prsume de l'accouche-
ment, la femme doit cesser tout travail. La femme ne
reprendra ses occupations qu'au bout de trois semaines
aprs l'accouchement. Ce co-gg sera compte et pay
comme cong-maladie aprs une anne de service.
Durant la priode d'allaitement, la femme aura droit
deux repos par jour d'une demi-heure au moins, cha-
eut:.

(Loi du 5 Mai 1948, articles 3 et 11)


-29-














VII.- TRAVAIL DES MINEURS


A.- MINEURS DE MOINS DE 18 ANS

1) PERMIS D'EMPLOI

Tout mineur des 2 sexes de moins de dix-huit ans de-
vra obtenir pralablement son entre e.e emploi dans
un Etablissement agricole, industrial ou commercial
u Certificat ou permis d'emploi dlivr sans frais par
le Bureau du Travail.
Les individus gs de moins de 18 ans et de plus de
12 ans devront ob enir l'autorisation express de leur
pre ou mre, dfaut de leur aieul paterael ou mater.
nel ou encore des personnel ou institutions la charge
desquelles ils sonic, ou du Miagistrat Communal ou du
Juge de Paix du lieu o'0 ils resident.
Ce certificate, rdig en triplica'a et contenant l'indi-'
catioh de l'ge du jeune travailleur, de la nature de son
enmploi, des dates d'entre et de sortie ne sera dlivre
qu'aprs qu'il aura t fait la preuve que le mineur a
atteint l'ge de 12 ans et qu'il possde les ap itudes
physiques ncessaires.
Lorsqu'il s'agira des mineurs de l'un ou de l'autre se.
xe au-dessous de 14 ans, il devra de plus tre tabli
qu'ils frquentent l'cole pendant une parties de la jour-
ne ou qu'ils dtiennent leur certificate d'Etudes primai-
res.

2) CONDITIONS DE TRAVAIL

Aucun enfant de moins de 12 ans confi une famille
le doit tre employ des travaux domestiques au.
dessus de ses forces.


-30-









De plus, il est interdit d'avoir en service des enfants
de moins de 16 ans dans les Htels, Pensions de Famille
Restauran.s, Cafs, Clubs, Dancings.

3) CONTROL EFFECTUE

L'un des exemplaires du permis d'emploi sera remis
au Patror ou Chef d'Etablissement et devra rester en
sa possession pendant tout le temps que le jeune tra.
vailleur est son service et tre tenu la disposition
de l'irspecteur du Travail
Cet exemplaire sera retourn par ses soins au Bu-
reau du Travail; en cas de cessation de Service du mi-
-eur et quand celui-ci aura atteint l'ge de 18 ans.
Les mineurs de l'un et de l'autre sexe de moins de
dix-huit ans se livra':! au commerce ambulant et des
occupations similaires (vente de journaux et'billets de
loterie, colportage de marchandises diverses etc.) de-
vront avoir outre le Certificat prvu, un insigne special
extrieur dlivr gratuitement par le Bureau du Travail,
qu'ils porteront fin d'identification.

(Loi du 5 Septembre 1947 sur le travail des mikteurs)

B.- ENFANTS EN SERVICE

L'Etat protge les enfants qui vivent et travaillent
hors de leurs foyers afin de leur assurer un bien tre
matriel et moral.

1) CONDITIONS REQUISES

Pour avoir sous sa garde ou son service un ou plu-
sieurs enfants il faut runr les conditions suivantes :
1) tre g de 21 ans accomplish;
2) tre de bonne vie et moeurs;


-31-










3) justifier de reve us suffisants pour remplir les
obligations prvues;
4) ne pas tre atteint de maladie contagieuse.
Un permis d'emploi devra tre obtenu au prala-
ble au Bureau du Travail.

2) OBLIGATIONS DES PATRONS

Toute personnel qui a u: ou plusieurs enfants sous sa
garde ou son service contract envers eux l'obligation
de leur fournir u logement, des vtements convenables
et une nourriture suffisante
Elle s'engage aussi les envoyer au moi is une fois
par jour l'cole, leur faire donner une instruction
professionnelle conform leurs possibilits.

3) CONDITIONS DE VIE ET DE TRAVAIL

Les enfants en service ne doivent pas tre astreints
des travaux managers susceptibles en quelque ma-
nire que ce soit, de nuire leur sant, leur develop.
pement normal et de prjudicier leur assiduit l'-
cole.
Il est interdit d'employer ces enfants des travaux
quelconques (service de message, vente dans les rue5
etc).
1) pendant les heures de classes qui leur sont fixes
par les rglements de l'tablissement o ils sont rgu-
lirement inscrits;
2) les aprs-midi des dimanches et des jours de ch.
mage lgal;
3) pendant la nuit.
On entend par nuit, dans le sens de la prsente loi,
l'intervalle comprise entire 7 heures du soir et 6 heures
du matin.
De plus ces enfants doivent jouir d'un repos inin-
terrompu de 10 heures.









Toute personnel, ayant un ou plusieurs enfamt, sous
sa garde ou son service, sera oblige, tous les six mois.
de; les fire conduire dpns un Centre de Sant- pu dars
un Dispensaire fin d'examen medical., .
Elle sera aussi tenue, en cas de nmaladie grave; d'en
faire la declaration l'un des offices ci-dessus dsigns,
qui autorisera leur admission, s'il .y a lieu, .dans un. h-
pital.
Il ne peut-tre inflig aux enfants en service ou don't
on a la charge des tortures corporelles, sous prtexte
de punition.
Celui qui. au mpris des prescriptions ci-dessus, aura
fai' des blessures ou commis toute autre violence sur la
personnel de l'un de ces enfants, sera dnonc au Com-
missaire du Gouvernement ou au Juge de Paix pour
tre poursuivi conformme.at au Code Pnal.
A 16 ans l'enfant en service, considr comme ap-
prenti, a droit un salaire.

4) RESILIATION DU CONTRACT DE TRAVAIL

Celui qui voudra se dcharger d'un enfant son ser-
vice ou don't il a la garde, doit en faire la declaration au
Bureau du Travail et en aviser les parents.
L'enfant sera aux frais de l'employeur, remis sa
famille.
Les formalits prvues au ler alina ci-dessus doivent
lre aussi remplies, lorsque la personnel responsible de
l'enfant change de domicile.
Aucun enfant en service ne peut sans une autorisa-
tion du Bureau du Travail dlivre avec le consente-
ment de ses parents, tre plac par un employer chez
un autre employer.
Lorsqu'un enfant en service abadonne clandestine-
ment le toit de la personnel responsible pour vagabon-
bage ou autre raison la personnel qui il avait t con-
fi doit dnoncer le fait aux agents de la Police et au
Bureau du Travail.


-33--









Lorsqu'il aura reconnu que le placement est dsavan-
tageux pour l'enfant, le Bureau du Travail pourra, sui-
.ant tes circonstances, remettre le r neur sa famille
ou aprs le consentement de ses parents, le placer dans
une autre famille ou dans une maison d'assistance.

(Loi du 12 Septembre 1947 sur les enfants en Service)


-34-













VII.- LES SALAIRES


a) LES SALAIRES MINIMA

1) LE SALAIRE MINIMUM LEGAL

A partir du ler Janvier 1948, les salaires des emplo-
ys, des ouvriers et des journaliers.,des Services. Publics
et de toutes entreprises prives, agricoles industrielles
et commercials, non compris les domestiques gages,
sont fixs un minimum de Gdes. 3.50 par journe de
travail. (Article ler de la loi du -9 dcembre 1947)

2) LE SALAIRE MINIMUM VITAL

Tout travailleur nmaiuel ou intellectual aura droit
un salaire minimum vital lui permettant -de subvenir
.es besoins et ceux de sa famille.

(Art 13 loi du 5 Mai 1948)

3) Il est cr UN CONSEIL SUPERIEUR DES SA-
LAIRES charge principalement d'tudier et d'interpr-
ter les donnes relatives aux salaire.,pays dans les dif-
frentes entreprises commercials, industrielles et agri-
co'es du pays et de formuler au Secrtaire d'Etat du
Travail les recommendations ncessaires la fixation
de salaires minima par branches d'activit ou groupe-
ments professionnels. (Article 1er de l'Arrt du 20
Janvier 1951)

4) ECHELLE DES SALAIRES MINIMAt FIXES

A cette date les salaires minima suivants ont .t adop-


-35--










ts officiellement sur recommendation du
rieur des salaires :


Conseil Sup-


Salaires
Epiceries par moi
par moist

SA.- Important les prodlits

1) Commis-ve deurs. ..' ... Odes 150.00
2) Garons .................... 105.00

B.- S'approvisionnant sur place

1) Commis-vendeurs ............ Gdes 115.00
2) Garons .................... 105.00

C.- Boutiques

Salaire minimum lgal. ......... Gdes 105.00

Vente de tissus

A.- Vente en gros

S1) Commis. ................... Gdes 225.00
2) Garons. ... ............ ... . 105.00

B.- Vente au detail

1) Commis .... ................. Gdes 175.00
2) Garbns' ................... 105.00

Stage autoris : trois (3) mois. '

Mclriaux de. Construction, ferronneries
et quincailleries '.

Salaire minimum ............ odes 175.00

-36--








Salaires
par mois


Vente des accessoires et appareils mcaniques
et lectrique, articles de sport, articles pour
automobiles et camions

Salaire minimum. ... .'... :' Gdes-20f.00
Sage autoris : douze (12) mois.
Salaire du stagiaire du 1er' a .......
6me mois................... Gdes 130.00
Salaire du stagiaire du 6me au
12me mois.................. Gdes 175.00

Personnel des Agences de Commerce de
Manufactures, de representation et personnel
employ par les Distributeurs.


Salaire minimum .......... ...


Gdes 200.00


Vente des chaussures


Salaire minimum ................


Gdes 150.00


Bazars et Merceries


Salaire minimum..............
Stage autoris : douze (12) mois
Salaire'du stagiaire du ler au
6me mois..................
Salaire du stagiaire du 6nm au
au 12me mois ..............

Ven'e des articles de mnage

Salaire minimum ............... .


Gdes 175.00



Gdes 105.00

Gdes 150.00


Gdes 150.00


-37-









Salaires
par mois

Magasins de Souvenirs pour Touristes

Salaire minimum .............. Gdes 150.00

Station de dbit d'essence :

Salaire minimum .............. Gdes 115.00

Boulangeries

Pour un baril de farine rpartir come suit :

1 Chef d'atelier. ............. ..... Gdes 2.50
1 ptrisseur....... ......... ...... 2.00
1 passeur ........................ 2.00
1 coupeur ...................... 1.50
1 maitre de pelle ................ 2.00
1 manoeuvre .................... 1.00
1 manoeuvre .................... 1.00

b) DETERMINATION DES SALAIRES

1) A l'occasion d'un contract de travail l'employeur
s'engage verser au Travailleur une retribution de quel-
iqe nature ou de quelque forme que ce soit.
2) Le contract de travail crit devra noncer, entree
au.res le traitement, le salaire ou la participation que
doit recevoir le travailleur. (Articles 1 et 8 de la loi du
16 Septemibre 1952).
3) Le regis re du personnel devra indiquer le salaire
convenu. (art. 5 loi du 15 Septembre 1947 sur les d-
clarations des entreprises).
4) A dfaut de stipulation sur le salaire nu de preuve
du moiitant stipul, le salari aura droit un salaire


-38-








gal celui des travailleurs qui dans !a nme entreprise.
dans la mme localit excutent une tche similaire o.i
;-.- salaire habituellement pay pour une tche similaire
ou au salaire fix en l'occurence par le Conseil Sup-
rieur des salaires.
Ne seront pas considrs comme salaire, les vtements
de travail, quipements et accessoires mis la disposition
des salaries e; utiliss au lieu de travail pour l'excution
de la tche. (Art. 10 de la loi du 16 Septembre 1952).

C) TYPES DE SALAIRES ET FORMES DE PAIE
MENT.-
Le salaire peut tre pay soit par unit de temps (mois,
quinzaine, serraine, jour, heure) soit la pice, la t-
che ou forfait, soit en espces, soit en espces et en na-
ture, soit sous forme de participation aux bnfices, aux
ventes et aux recettes de l'employeur.
Le salaire stipul en espces doit tre pay en mon-
naie ayari; course lgal. Il est absolument interdit de pa-
yer sous forme de merchandises, bons, fiches, jetons o'
tout autre signe reprsentatif tendant remplacer la
monnaie.
Par salaire en nature, il faut entendre exclusivement
c3lui que reoit le travailleur ou sa fandille sous Forme
d'aliments, de logement, de vtements et autres articles
destins sa consommation personnelle immediate. Dans
les entreprises agricoles ou d'levage, le terrain que
l'employeur cde au travailleur pour l'ensemencer et en
lecolter ses products ne saurait tre considr comme
uii faiernent en nature.
Dans les industries o la pratique est d'effectuer le
paiement partiel en nature, ce mode de paienment n,
pourra porter que sur ce qui peut tre utilis person-el-
lecm'nt par le travailleur ou par sa lanille sans que ce
pavement puisse tre estim une valeur relle. Le paie-
ment en nature sera fait seulement avec le consente'iwnt
du travailleur et quand il est autoris par le Bureau d
Travail. (Art. 14, 15, 16 de la loi du 5 mai 1948; art. 1i
de la loi du 16 Septembre 1952).


-39-








D.- LIEU ET DATE DU PAIEMENT DES SA.
LAIRES.--

Sauf convention contraire, la paye s'effectuera au liea
o les travailleurs prtent leurs services. Le salaire nc.
pourra tre pay dans les lieux de dbauche ni dans
les lieux de divertissements ou de dbit de boi -ons al-
cooliques. moins qu'il ne s'agisse d'employs de l'ta-
blissement o s'effectue le paiement.
L'employ est libre de dpenser son salaire comme
il le veut o il le veut.
L'poque des paiements des salaires sera fixe de gr
gr car les parties : cependant ces paiements ne pour-
ront ti& espacs de plus de quinze jours pour les travail-
leurs manuels e, d'un mois pour les employs de com-
merce, de bureau et en gnral pour les travailleurs
intellectuals.
Si le salaire consiste en une participation aux bn-
fices, aux venues ou aux recettes de l'employeur, il
sera fix une some mensuelle que devra recevoir le
travailleur et qui sera proportionne ses besoins et
au montan, probable des gains qui lui reviendront. La
liquidation definitive aura lieu au moins une fois l'an.
Le salaire coruplet, c'est--dire celui gagn pour les
1 l-nentaires doit tre vers l'employ pour chaque
priode de paye. (Loi du 5 Mai 1948, art. 15, 17, 18 et 19)

E.- GARANTIE ET PROTECTION DES SALAIRES

lout emnployeur qui fait une advance ne peut se rem-
bourser qu'au moyen de revenues successives ne dpas-
sant pas le tiers du montant des salaires contractuels.
L'employeur ne pourra annexer un conomat son
tablisseir.?nt qu' la condition express de vendre
uans profit.
Le travailleur peut mettre fin au contract de travail,
sans encourir aucune responsabilit lorsque l'employeur
ne lui paye pas intgralement, sous reserve des dduc.-


-40-








ltion autorises par la loi, aux dates et lieux convenus
., usuels la rmuncration qui lui rev'ent.
La loi prescrit en premier lieu parli: les obligation .
de l'mr-rployeur, celle de -ayer inigralement et a
chance la rmunration stipule
Le 'Code Civil prvoit en son article 2036 que l'ac-
tion dc3 ouv:ier- et gens de travail pour le paiement
de leurs journe.-, fournitures et salaires se prescrit
par six mois. Le mn ne Code en son article 1.868 place
au quatrime rang des crances privilgies sur la g-
nralit des meubles, les salaires des gens de service
pour l'anne chue et ce qui est d sur l'anne cou-
rante.
(Loi du 5 Mai 1948, art. 20 Loi du 16 Septembre
1952, art. 25 et 41)
F.- ORGANISMES CHARGES DES SALAIRES.-

Il a t cr par arrt en date du 20 Janvier 1951
un Conseil Suprieur des Salaires, charge principale-
ment d'tudier et d'interprter les donnes relatives
aux salaires pay. dans les diffrentes entreprises com-
merciale-, industrielles et agricoles du pays et de formu-
ler au Secrtaire d'Eta< du Travail les reccmniandations
ncessaires la fixation de salaires minima par bran.
ches d'activits ou groupements professionnels. Cet or-
ranisme est tripartite et comprend deux reprsentants
du Gouvernement, deux reprsentants des employers
et deux reprsentants des Travailleurs.
Il fonctionne au Bureau du Travail un Service des
Salaires et des recherches qui a nour tche l'tude des
prcblmes relatifs au niveau des salaires pays dans
les centres de travail. Ce Service collabore avec le Con.
seil Suprieur des Salaires auquel il fournit, aprs les
avoir recueillis et analysts, les lments d'informations
susceptible de permettre la fixation de salaires mini-
ma. Le Chef de Service assisted aux dlibrations du
Conseil avec voix consultative. Il fournit galement aux
services intresss les donnes. permettant d'apporter une
solution rationnelle aux conflicts ayant pour cause le


-41--










paiement des salaires. Il tudie les variations des prix
et des salaires et leur correlation et formule toute re-
commandation en vue de la revision des salaires minima.
L'article 24 modifi de la loi du 16 Septembre 1952
prescrit que toutes les difficults relatives aux rclama-
tions des salaires seront obligatoirement soumises la
mediation des Services comptents du Bureau du Travail.

IX.- INSPECTION DU TRAVAIL.-

: 1) L'Inspection Gnrale du Travail est'charge :
lo) d'assurer l'application des lois .en vigueur con-
cernant les conditions de travail et la protection des
travailleurs dans l'exercice de leur profession et de four-
nir, au besoin, des informations et des conseils techni-
ques aux employers et aux travailleurs sur les moyens
les prlus efficaces 'd'observer les dites lois;
2o) de visiter les centres de travail et les lieux o
on peut supposed qu'il y a des personnel occupes ga-
gnant un salaire;
S3o) de. mener des enqutes tendant claircir les
dnonciations sur l'inobservance des lois sur le travail
et de rdiger des rapports la suite des inspections
effectues.
.4o) de recueillir toutes donnes statistiques sur le tra.
vail au course de leurs enqutes ou visits d'inspection.

2) POUVOIRS

-Les IrispectetrS munis de pices justificatives de leurs
fo'-ntions. ' savoir une lettre ou carte com-nortafit une
photographie d'identit e. revtue du sceau du Dparte-
ment ainsi 'oue les -signatures du Ministre du Travail et
du Chef de leur Service, ont les pouvoirs suivants :
1) de pntrer librement et sans avertissemnht cra
lable n'importe quelle heure'du jour ou de- la nuit,
selon l'horaire des travaux dans tous les locaux des ta-
blissements sujets contrle et relevant de leur jtiri-
diction;
2) d'interroger soit seul, soit en presence de t-


-42-









moins l'employeur et le personnel de l'entreprise sur
routes les matires relatives l'application des lois du
travail;
3) de demander communication de tous livres, re-
gistres et documents don't la tenue esi prescrite par
les lois relatives aux conditions de travail d'en vri-
fier la conformit avec les prescriptions lgales, d'en
prendre copie ou d'en tablir des extraits;
4) d'exiger l'affichage des avis don't l'apposition peut
tre prvue par les lois du travail;
5) et, en gnral, de procder tous examens, con-
trles et enqutes jugs ncessaires pour s'assurer du
l'observance des lois sur le travail.
Les Inspecteurs peuvent organiser des conferences
ik-stituer des commissions mixtes ou autres analogues,
en vue de discuter avec les reprsentants des associa.
tions professionnelles des employers et des travail-
leurs, des questions concer-ant l'application des lois
du travail ainsi que la scurit et la sant des travail-
leurs.

3) METHODS DE TRAVAIL.-

Les tablissements seront inspects aussi souvent que
ncessaire pour assurer une application effective de la
legislation du travail.
Les procs-verbaux dresss par les Inspceteurs et
les rapports tablis par eux dans les cadres de leurs
attributions sont crus jusqu' preuve du contraire.
Ces procs-verbaux seront dats et mentionneront
lo) les noms, prnoms et demeure du ou des con-
trevenants;
20) la nature de la contravention releve ainsi que
toutes les circonstances qui l'ont accompagne;
3) la rfrence aux articles ou paragraphs des lois,
dispositions de lois ou rglements sur le travail viols.
En pntrant au local d'u.- tablissement pour une


--43-









visit d'Inspection, l'Inspecteur doit immdiatement
s'adresser avec courtoisie, l'employeur ou son re-
prsenta .t lui prsenter les pices tablissant ses ti-
les et qualits et lui faire part de l'objet de sa visit.
L'employeur ou son reprsentant auquel l'Inspecteur
se sera adiess devra fournir les renseignements deva.nt
iui permettre d'accomplir les devoirs de sa charge et
Je rpondre clairement aux questions poses par ce
dernier.
En cas d'obsructio. faite l'Inspecteur, celui-ci sans
dsemparer, en dressera procs-verbal et requerra im-
mdiatement le Juge de Paix de faciliter l'excution de
sa Lche.
Le Juge de Paix sera tenu de dfrer cette rqui-
sition.
Les dispositions de la section IV paragraphe I et II
de la loi Io. 4 du Code Pnal relatives aux rebellio.:s
et outrages envers les dpositaires de l'autorit ou de
la force publique seront galement applicables en fa-
veur de l'Inspecteur du Travail dans l'exercice de ses
fonc-ions.

(Loi du 12 Septembrc 1947 sur l'I-spection du Tra-
vail).


-44-















X.- CONFLICTS DE TRAVAIL.-


Sa) CONFLICTS INDIVIDUALS DE TRAVAIL

Il fonctionne au Bureau du Travail un Service de
Mediation et de conciliation charge d'enquter sur les
dolances qui lui sont soumises et d'agir en quality d'a-
miable compositeur dans tout conflict de travail dans le-
quel son intervention est requise. Il fonctionne gale.
ment au sein de ce mme organisme un Service juri-
dique qui donne des consultations gratuites sur l'inter-
prtation et l'application de nos lois sociales aidant ainsi
mai itenir une saine harmonie dans les relations de
travail. Il convient de signaler les prescriptions de l'ar-
ticle 24 modifi de la loi du 16 Septembre 1952 sur le
contract de travail qui prvoit que : Toutes les diffi-
cults relatives aux rclamations de salaires seront obli.
ga.oirement soumises la mediation des Services com-
ptents du Bureau du Travail. Il sera dress procs-
verbal. En cas d'chec de la mediation, les parties s'a-
dresseront aux autorits judiciaires. Si l'employ a droit;
des ddommagements la some qu'il recevra de l'em-
ployeur sera fixe par le Bureau du Travail en sa qua.
lit de mdiateur ou par le Tribunal comptent.

b) CONFLICTS COLLECTIFS DE TRAVAIL.-

Tout diffrend collectif caractre strictemeht pro-
fessionnel social et conomique est rgl conformment
aux disposiions de la loi du 28 juillet 1947 modifie
par celle du 22 fvrier 1948 et selon la procedure sui-
vante :


-45-










A.- REGLEMENT DIRECT :


1) Prse -'ation des dolances ou revendications
l'employeur par une dlgation de 3 membres pour tre
discutes dans un dlai maximum de 48 heures.
2) Etablissement d'un procs-verbal des conventions
i -ervenues don't copie devra tre adresse au Dpar.-
tement du Travail dans un dlai de trois jours suivant
la signature.

B.- CONCILIATION :

1) Une copie de la feuille de dolances ou de revendi-
cations dment signe et date est prsente au Bureau
du Travail l'employeur et au Comit de conciliation.
2) Le diffrend est rput ouvert et dans les 43
heures les parties se mettent d'accord pour constituer
un Comit de conciliation de trois membres : un repr-
setant de chaque parties et un troisime dsign par ces
deux reprsentants ou par le Bureau du Travail qui
agira comme president.
3) Ce Comit prcrde l'audition des parties et aux
e.iqutes ncessaires. Il dresse procs-verbal et cite lei
parties comparaitre. La procedure de conciliation ne
peut durer plus de 10 jours Port-au-Prince et 15 jours
en Province.
4) Si l'accord s'tablit le diffrend sera dclar clos
et les parties seront tenues de signer et d'excuter la
convention rdige dans le dlai fix.
5) Si les recommendations ne sont pas acceptes, le
Comit de Cot ciliaion pourra rpter une fois dans les
quarante huit heures qui suivent la mme procedure
et adresse son rapport au Bureau du Travail en cas
d'chec.
6) A dfaut de rglement et de compromise d'arbi-
trage la grve ou le lock-out pourra tre dclar aprs
un pravis crit de 48 heures.









C.- ARBITRAGE.-


a) Dans un dlai de cinq jours aprs que le dsaccord
lui a t prsent par crit, le Bureau du Travail pro.
cde la formatio.-i du Comit d'Arbitrage qui com-
prend, outre les dlgus des parties un ou deux re-
prsentants du Bureau du Travail.
. b) Audition des parties sparment ou en audience
comnnune, enqutes ncessaires.
c) Prononc de la sentence d'arbitrage qui statue
sparment sur les points de droit et celles caract-
re professionnel, conomique ou social dans un dlai
de quinze jours. Une copie certifie conforme est en-
voye au Bureau du Travail.
d) Dans le cas o la sentence arbitrale ne serait pas
accepte, la grve ou le lock-out pourra tre dclare
dacs les 48 heures.

D.- GREVE.-

La grve lgale doic se limiter au simple fait de la
suspension et de l'abandon du travail dans le dlai re-
quis et aprs puisement de la procedure expose pr-
cdemment. Les actes de coercition et de violence con-
tre les perso.nnes ou les biens seront punis par les au-
torits rpressives ordinaires. La grve n'est pas auto-
rise dans les services et dans les entreprises d'utilit
publique.
La grve illgale met fin, sans qu'il en rsulte pour
l'employeur aucune responsabilit, aux contracts de tra-
vail conclus entire lui et les grvistes sans prejudice
des sanctions que peuvent prendre les autorits contre
ces deilwers.

E.- LOCK-OUT.-

Le lock-out lgal est la suspension temporaire du tra
vail ordonne par un employer de manire pacifique


-47'--










et avec l'intention exclusive de dfendre ses iitrts
conomiques, sociaux et moraux. Il comporte la ferme-
ture total de l'en reprise ou tablissement dans lequel
il est dclar. Pendant sa dure les cobrtrats de travail
seront rputs suspendus et les travailleurs ne pourront
rclamer le paiement de salaires et indemnits durant
toute la priode de suspension du travail.
Les travaux seront rputs effectivement repris, lors-
que le Bureau du Travail en aura t prvenu et que
les employers en auront avis les travailleurs par la
Presse, la radio ou affichage la porte des tablisse-
ments o s'tait produit le lock-out.


-48-













XI.- ORGANIZATIONS SOCIALES.-

A. SYNDICATS

1.- DEFINITION.- EST UN SYNDICATE, toute as-
sociation permanent de travailleurs d'employeurs ou
de personnes exerant une profession ou activity in-
dpendante. groups exclusivement aux fins d'tude, de
coordination, de defense et d'amlioration de leurs com-
muns intrts co'bomiques, sociaux et moraux.

2.- LE DROIT D'ASSOCIATION

Le droit des travailleurs ou patrons d'une mme pro-
fession ou de professions similaires ou connexes, d'une
mme entreprise ou d'eitreprises diffrentes de s'asso-
cier pour la defense de leurs lgitimes intrts est ga-
ranti et protg par l'Etat dans le cadre de la loi.

NE POURRONT FAIRE PARTIES D'UN SYNDICATE,
les interdits ou les personnel condamnes une peine
afflictive ou infamante pendant la dure de la peine. Ne
Fourront non plus ire membres du syndicate form
par les travailleurs d'une Entreprise, les Directeurs ou
Administrateurs ou Reprsentants d'iitrts patronaux
et les Grants. Ces personnel ne pourron., s'associer
qu'entre elles...

3) CONDITIONS REQUISES.-

UN MINIMUM de quinze membres est requis pour
les syndicats de travaileurs et de cinq membres pour
les syndicats patronaux. Ils ont u'i dlai de 90.JOURS
pour se faire enregistrer au Bureau du Travail.


-49-


4 / t ;, . !-.,








-, *.; .i-e MEMF.-RE DU COMITE DIRECTEUR ou
Dclgu d'un Syndicat. il faut :
lo) tre citoyen haitien;
2o) tre majeur;
30) savoir lire et crire;
4o0 n'tre pas sous le coup d'une peine afflictive ou
infamante:
5o) exercer la profession ou le mtier ou faire parties
de l'tablissement de travail depuis un an au
moins, ou bien tre dtenteur d'un diplme ou
certificate de capacity professionnelle pour la ml-
me branch ou le mme mtier.

4) CARACTERISTIQUES DES GROUPEMENTS
SYNDICAUX.-

'Les syndicats sont
a) des SYNDICATS PROFESSIONNELS quand ils
sont forms d'individus exerant une mme profession,
un mme mtier ou une mme spcialit;
b) des SYNDICATS D'ENTREPRISES lorsqu'ili
sont forms par des personnel des professions, spciali-
lits ou mtiers diffrents, occupes dans une mme en-
treprise;
c) des SYNDICATS INDUSTRIELS lorsqu'ils sont
:orms par des individus de professions, spcialits ou
mtiers diffren s occups dans plusieurs entreprises
de mme nature:
d) des SYNDICATS MIXTES ou d'emploi divers,
lorsqu'ils sont forms par des travailleurs appartenant
des professions et branches d'activits diffrentes e:
sans connexions. De tels syndicats pourront se consti-
tuer seulement dans le cas o dans une localit o
i -e region dtermine le nombre de travailleurs appar-
tenant la mme branch professionnelle n'atteint pas
le minimum lgal.
Quiconque exerce une occupaiio i ou profession dans
une localit o il n'existe pas de syndicate pour une oc-


-50-









cupation ou profession similaire ou connexe la sien-
ne pourra s'affilier au syndicate de la mme profession
ou profession similaire existant daas la localit la plus
proche.

5.- STATUTS..

Les Statuts des SYNDICATE INDIQUERONT :

lo) leur denomination distinctive;
20) leur sige;
30) leur objet;
4o) les conditions d'admission de leurs membres;
50) les obligatidcs de leur conseil d'administration et
des dlgus qui auront les reprsenter au-
prs des organismes officials ou patronaux;
60) le mode d'lection de leur conseil d'administra-
tion et des dlgus qui auront les reprsetiter
auprs des organismes officials ou patronaux;
7o) les motifs et procedures d'expulsion et les sanc-
tions disciplinaires contre leurs membres;
o8) la frquence minimum des runions ordinaires
de l'assemble gnrale et le mode de convoca-
tion;
90) la forme du paiement des cotisations, leurs mon-
ti :t, le mode de perception et les membres ou
organismes auxquels income leur gestion;
10) l'poque de la presentation des comptes, avec les
dtails de recettes et de dpenses des fonds qui
devront tre fournis l'assemble gnrale;
11) les cas pour lesquels la dissolution volontaire du
~i ndicat es; prvue et les modalits de la liqui-
dation;
12) toutes autres stipulations qui seront juges nces-
saireS.










-- OBLIGATIONS.-


LES SYNDICATS ONT L'OBLIGATION :

lo) de fournir toutes les informations que la Secr.
tairerie d'Etat du Travail sollicite condition
qu'elles aient trait exclusivement leurs activi-
ts syndicales;
2o) de tenir des registres de procs-verbaux d'ins-
cription des membres et des livres de compta-
bilit;
3o) de communiquer au Bureau du Travail o la
Prfecture dans les quinze jours suivant l'lec-
tion -, les changements survenus dans la compo-
sition du Conseil d'Administration;
40) de soumettre dans le mme dlai au Dpartement
du Travail o la Prfecture toutes modifications
appportes aux status par l'assemble gnrale:
50) d'envoyer chaque anie au Dpartement du Tra-
vail. le nombre des membres inscrits au syndicate.
60) de maintenir une representation permanent par
la designation d'un dlgu, pour leurs relations
avec les patrons et avec le Bureau du Travail.

7.- DISSOLUTION.-

TOUT SYNDICATE POURRA DECIDER DE SA
DISSOLUTION :

a) Si l'objet en vue duquel il a t constitu est at-
leint. "
b) Par un vote des deux tiers de ses membres runis
en assemble gnrale.
Seront nuls, les actes excuts ou contracts passs
par le Syndicat aprs la dissolution moins qu'ils ne
concernent exclusivement sa liquidation. Aprs sa dis-
solution, le syndicate ne sera donc rput existant qu'aux
fins de sa liquidation.


-52--








En cas de dissolution d'un syndicate, son actif rel
servira aux fins prvues dans les status; mais en au-
cun cas ne sera rparti entire les membres. A dfaut de
disposition spciale des status, l'actif sera vers la
fdration laquelle appartient ce syndicate. S'il n'est pas
fdr, son actif sera vers une oeuvre social de son
choix et le reu enregistr sera dpos au Dpartement
du Travail.
Plusieurs syndica.s pourront fusionner pour former
un ,.ouveau syndicate.

8.- FEDERATIONS ET CONFEDERATIONS.-

PLUSIEURS SYNDICATS POURRONT FORMER
UNE FEDERATION ET PLUSIEURS FEDERATIONS
POURRONT FORMER UNE CONFEDERATION; ces
fdrations et confdrations seront rgies par les dispo.
sitions de la prsente loi en tant qu'elles leur sont ap-
plicables.
Les fdratio,:- et confdrations doivent remettre
au Bureau du Travail :
lo) leurs status (dans ces status ils devront dter-
ner les conditions d'adhsio:a et la forme sous
laquelle les syndicats qui les component seront
reprsents aux assembles gnrales);
20) la liste complete des syndicats adhrents avec la
d-jomination propre et la designation du domi-
cile social de chacun.
3o) les noms des personnel qui composent leur Co-
mit-Directeur;
Tout syndicate affili une fdration ou une confdra-
dratio.i pourra s'en retire n'importe quel moment
pourvu que la majority de ses membres en ait ainsi dci-
d. Toutes dispositions contraires qui seraient stipules
dans les status seront considres comme nulles de
plein droit.
(Loi du 17 Juillet 1947 sur les organizations syndi-
cales modifi par celle du 22 Fvrier 1948)


-53-








B.- COOPERATIVES.-


1) DEFINITION: LA SOCIETY COOPERATIVE
est une association de personnel physiques qui, ayant
reconnu la similtude dp ieurs besoins onomiques,
s'associe.t en vue de la satisfaction de ces besoins par
le moyen d'une entreprise commune. Elle se compose
d'associs don't le nombre ou les apports sont varia-
bles et don't les parts sont nominatives, indivisibles et
incessibles des tiers.
2) Les Socits Coopratives peuvent tre des So-
cits Coopratives : de production d'achat de consom-
mation, de construction, de conservation, d'pargne et
de credit artisanales ou industrielles services mui-
tiples. Elles jouissent de la personnalite civil; elles peu-
vent acheter, transformer faonner conserver, vendre
et fire en gnral tous actes leur permettant d'atteindre
leurs fins.

3) CONSTITUTION.

La creation des Socits Coopratives doit tre cons-
tate par crit dans ur, acte au.hentique ou sous seing
priv. L'Acte constitutif de la Socit doit dterminer
peine de nullit les points suivants:
lo) la dnominatiot, de la Socit, son sige.
2) L'objet de la Socit exprimant les activities
qu'elles se propose de dvelopper.
3o) La designation prcise des fondateurs.
40) La manire don't le fonds social est ou sera ul-
trieurement form et son minimum.
5o) La dure de la Socit.
60) Les noms des Administrateurs et des vrifica-
teurs de Comptes et de ceux qui sont autoriss
signer pour la Socit.


-54-









4) SOCIETAIRES CAPITAL SOCIAL.-

Toute socit cooperative doit tre compose d'au
moins Sept personnel.
Le Capital des Socits coopratives est constitu par
des parts .ominatives, d'au moins une gourde indivisi.
bles des tiers et souscrites par chacun des Socitaires.
Ces parts peuvent recevoir un intrt limit de 6,/ net
au minimum Il est fait annuellemenit sur les excdents
nets un prlvement d'au moins un dixime affect
la formation d'un fonds de reserve incessible et insai-
sissable.
Les socitaires ne sont financirement responsables
des engagements de la socit que jusqu' coaicurrence
du montant de leurs parts sociales souscrites.
Les droits de chaque associ sont reprsents par un
titre nomir.atif qui porte la denomination de la Socit,
les nom, prnom, quality et domicile du titulaire, la date
de son admission, le tout sign par celui ou ceux qui
ont la gestion et la sig ature social. Ce titre mentionne
par ordre .e date les versements et les retraits de
:immes ee.cctues par le ti.ulaire en conformiit ave:
ces status.

5) ORGANISATION INTERNE.-

a) ASSEM3LEE GENERALE.-

L'Assemble gnrale est I'autorit supreme de la
Socit, ses decisions engage:,A tous les socitaires. Elle
se runit au moins une fois par an sur convocation
crite et da .s les 3 mois qui suivent la clture de l'e-
xercice.

b) ADMINISTRATEURS.-

Le Conseil d'Admninistration est l'organe executif de


-55-









l'Assemble gnrale il est charge de la direction g-
nrale de la Socit et doit assurer son boa. fonctionne-
ment. Il comprend un nombre impair de membres non
infrieur trois, nomms pour 3 awis et renouvelables
par tiers chaque anne.

c) VERIFICATEURS DES COMPTES.-

Les vrificateurs de competes ont mandate de vrifier
les livres, la caisse le porte-feuille et les valeurs de la
Socit, de contrler la rgularit et la sincrit des in-
ventaires et des biens.

6.- LIQUIDATION DISSOLUTION.-

Une cooperative peut tre dissoute pour les causes
prvues par les status ou par le vote librement donn
de deux tiers des membres runis en Assemble Gne-
rale Extraordinaire qui, la liquidation prolonce, forme
une Comntrission de trois membres au moins comme li-
quidateurs.

7.- LES PRIVILEGES.-

Les coopratives lgalement constitutes auront l'aide
et la protection de l'Etat de la manire suivahte : Pr
frence pour l'Affermage de toute terre vacant du do-
maine priv de l'Etat et pour le bnfice des avantages
accords par l'Institut Haitien de Crdit Agricole et
industriel, exonration de certain impts.

8.- CONSEIL NATIONAL DE LA COOPERATION.

Il est constitu au Dpartement de l'Economie Na-
tionale un Conseil National de la Coopration, compos
de 6 membres et qui est charge :
1) de conseiller le Gouvernement 'en matire de 1-


-56-








gislation cooperative et d'tablir les status types
des diverse categories de Socits.
2) de veiller au respect de la legislation cooperative en
vigueur.
3) d'accorder sans frais, l'agrment official qui est
obligatoire pour les Socits coopratives.
4) d'orienter et coordonner les activits des divers
dpartements, Services ou Institutions Officiels charges
de propager l'esprit de cooperation et d'encourager la
crdtion et le dveloppement de Socits Coopratives
dans le pays.
5) d'arrter les mthodes comptables applicables aux
Socits Coopratives et de prendre toutes measures n-
cesssaires pour assurer la suppression comptable des
Socits agres.
Le Pouvoir Excutif cre des Conseils rgionaux de
la Cooperation prsids par le Doyen du Tribunal Civil.

(Loi du 14 Septembre 1953)


-57-














XII FORMATION PROFESSIONNELLE

A.- APPRENTISSAGE

i DEFINITION : Est un apprenti, celui qui s'engage
travailler pour une personnel ou un tablissement en
change d'une instruction professionnelle donne par
ceux-ci ou par un tiers dans un art une profession ou
un mtier et de la retribution convenue qui pourra tre
infrieure au Salaire minimum et tre fournie en argent
ou en nature ou sous les deux formes. Un examen mdi-
cal est requis pour entrer en apprentissage.

2) DROIT DE RECEVOIR DES APPRENTIS

A seul le droit de recevoir des apprentis, le chef d'-
tablissement prsentant la garantie qu'il leur donneia
ou leur fera donner dans son entreprise une formation
ci-ressionnelle conform aux exigences techniques, sans
rue leur san ou leur morality soit compromises.
L- Bureau da iravail se r.serne le d iit de refuser
a titre temrporaire ou dfinitif l'autorisation de former
'.-: :' iJ ntit s 1 lablisseiren. cul ie re-.pipli pas cet:o
condition, par.iculirement lorsque le patron ou son re-
crsentant charge de la formation ou l'tablissement ne
r~pond pas aux conditions ncessaires pour assurer la
preparation des apprentis au mtier auquel il se des-
tinent.

3) DU CONTRACT D'APPRENTISSAGE

L'app-entissage fera l'objet d'un contract 4crit moirns
que l'apprenti ne soit sous la puissance paternelle du
chef d'tablissement.


-58-









Le contract d'apprentissage, rdig sur paper libre,
doit ccntenir :
lo) les nom, prnom, profession et domicile du chef
d'entreprise;
20) les nom, prnom, ge ec domicile de l'apprenti,
30) si l'apprenti est mineur, les nom, prnom, profes-
sion et domicile de son reprsentant lgal;
40) la profession qui fait l'objet de l'apprentissage;
50) la dure de l'apprentissage y compris celle de
la priode d'essai qui en aucun cas, ne pourra tre su-
prieure 3 mois.
60) les jours de cong;
7o) le salaire convenu;
80) les conditions de logement, de nourriture et tou-
ce; autres arrtes en' re les parties.
La dure maximum du contract apprentissage sera de
trois ans.

4) RESILIATION DU CONTRACT

O.:tie les mides gnraux d'extinction des obligations
prvues l'article 1021 du Code Civil, le contract d'ap-
prentissage pre.idra fin :
lo) par l'expiration du term;
2o) par la mort de l'apprenti;
3o) par la mort du Chef d'entreprise moins que la
veuve ou les ayants droit ne continent l'explo.i
station sous la direction d'une personnel capable
de satisfaire aux devoirs rsultant du contract
d'apprentissage;
4o) Si le chef d'entreprise abandonne l'exercice de
sa profession;
50) en cas de force majeure.
En cas de reprise de l'tablissement par un nouveau
patro.L la continuation du contract d'apprentissage origi-
naire pourra dans le : :ois de la reprise tre stipule
entire le nouveau patron et l'apprenti ou ses reprsen-


-59-









tants lgaux selon les foimes et prescriptio.is prvues
par la prsente loi, pour le contract d'apprentissage.

5) OBLIGATIONS

A.- DU PATRON.-

Il est interdit au chef d'tablissement d'accepter un
apprenti ayant abandonn sans motifs lgitimes un
apprentissage commenc auprs d'un autre patron.
Il appartiendra au Bureau du Travail de juger dans
chaque cas de la lgitimit des motifs.
Le patron est tenu d'enseigner graduellement et
compltement la profession qui fait l'objet du contract
d'apprentissage. Il peut sous sa responsabilit directed,
confier l'appren.i la direction d'un ouvrier ou em-
ploy expriment et capable qui se charge de son en-
seignement professionnel.
Il ie pourra contraindre l'apprenti effectuer des
travaux dcmestiques ou tous autres travaux ou occupa-
tions trangers sa future profession.
Il doit s'abstenir de tous les mauvais traitements
son gard et le protger contre les mauvais traitements
des ouvriers ou gens de la maisoni
Si l'aporenti est log chez son maitre celui-ci est
oblig de surveiller sa conduite; il devra le traiter en
bon pre de famille, lui fournir un logement salubre,
L:r.e nourriture saine et suffisante.
De plus, il sera tenu, tous les six mois de le faire
conduire dans un centre de sant ou dans un dispen-
saire fi- d'examen medical.
Il devra aussi en cas de maladie grave, en faire la
declaration l'un des Offices ci-dessus dsigns, qui
autorisera leur admission dans un hpital s'il y a lieu.
La dure du travail de l'apprenti r.e devra excder
celle des ouvriers ou employs occups dans le mme
tablissement ou dfaut celle fixe dans les tablisse-
ments analogues.


-60-









Tout travail lui est interdit les jours de chmage l-
gal ainsi que la nuit.
On entend par le travail de nuit celui qui s'excute
entire 6 heures du soir et 6 heures du martin.
Le patron est tenu d'accorder l'apprenti un cong
semestriel d'au moins 15 jours.
Il doit tre permits l'appren i de suivre, sans dimi-
nution de salaire les course thoriques se rapportant
la profession, quand il en existe proximity.
Lorsque l'apprentisage vient expiration en confor-
mit du contract, le maitre doit dlivrer l'apprenti un
certificate, dat et sigi, indiquant le nom et la profes-
sion ainsi que la nature et la dure de l'apprentissage.
Si l'apprentissage prend fin, avant le terme prvu,
en raison de la fermeture de l'entreprise pour motifs
graves le Chef d'iablissement est tenu de dlivrer
un Certificat qui devra mentionner les motifs de ces-
sation de l'apprentissage.

B.- DES OBLIGATIONS DE L'APPRENTI

L'apprenti doit suivre les instructions du Chef d'ta-
blissement relatives son apprentissage et tre fidle
et ponctuel dans l'accomplissement de ses devoirs. Il
lui est interdit de divulguer d'aucune faor'T les secrets
industries les procds de fabrication ou les affaires
commercials de la maison pour laquelle il travaille.
Il est dfendu l'apprenti d'abandoiner, sans motifs
lgitimes et avant l'expiration du contract, l'apprentis-
sage qu'il accomplit auprs d'un maitre pour le coati-
nuer auprs d'un autre.
Il appartiendra au Bureau du Travail de juger, dans
chaque cas, de la lgitimit des motifs.

(Loi du ler Septembre 1947 sur l'apprentissage)

B.- LE SERVICE DE LA FORMATION PROFES-
NELLE et de l'apprentissage qui fonctiohne au Bureau


-61-









du Travail aide l'orientation professionnelle des l-
ments de la classes ouvrire qui dsirent embrasser un
mtier. contrle l'apprentissage dans les ateliers tudie
toutes measures suceptibles d'aider la formation pro-
fessionnelle des ouvriers et veille l'amlioration des
techniques des diffrents groups d'ouvriers spcialiss.
Il ijkervient soit la demand de l'une des parties,
soit d'office dans tous les conflicts qui surviennent
propos de l'application de la loi sur l'apprentissage, n
vue de leur trouver une solution.
Il veille la dlivrance des certificates d'apprentissage
l'expiration de la priode dterm.e.
En collaboration avec celui des Statistiques, de la
Main d'Oeuvre et de l'emploi, le Service de la forma-
tion professionnelle et de l'appre;tissage tudie le mar-
ch du travail et de l'emploi en vue de pourvoir au fur
et measure d'ouvriers spcialiss, les diffrentes in-
dustries rationales.

C.- COURSE PRATIQUES ET BOURSES D'ETUDES

Dans le cadre de son programme de formation profes-
sionnelle le Burau du Travail a obtenu des bourses d'-
udes d'inctitu:;C .s 'rntrnat'- ai 7 ci, GC.'verr:.-".':
tales comme le B. I. T., le SENAI brsilien, le Point
IV amricain permettant plusieurs de nos ouvriers
d'amliorer leur formation professio:nelle l'tranger.
Ce programme se pursuit normalement. Un au re de
ses aspects est cor- tui5 ar la diffusion de course rati-
iut. et t'oriu-ur' ,r place pa- des experts trangers
mis notre disposition par l'ONU et ses institutions
spcialises :

1) ECOLE HOTELIERE.- La ncessit d'une amlio-
.i:. de la main d'oeuvre et la formation d'un personnel
rellement comptent pour le service des htels a abou-
ti la creation de l'Ecole htelire d'Haiti. Cette cra-
tion est une consque :ce du plan gouvernemental de









:*iveloppement de; icurisme; elle est police Sous le -n..
trle administratif du Dpartement du Travail. L'cole
a co:nir-2 c3 fonctionner le 12 Octobre 1953 avec un
ef.ec.:f dI 60 lves rpartis en quat:e classes. Les
course fonctionnent par classes parallles selon un r.ou.
element qui accord chaque classes un bI f ce 3::
d'enseignement technique et d'apprentissage pratiquz.
Un expert des Nations-Unies apporte au personnel hai-
t;en Son assistance technique. L'lve reoit r'j':
e. Fprincipes thoriques de cuii1-e et de techn;lo ,
htelire. U e fois par semaine, les lves sont dirigs
vers les htels oLi il acccmplissent i n stL-2e dens l!e
d,;firnts posters de comptabilit, cuisine restauran',
service de chan-bre.... etc.
L'enseignement de l'Ecole htelire s'chelonne sur
une priode de deux annes et la fin des tudes est
-anction -ie par un d llme qui confre son titail-.r"
une priority dans le choix de la main d'oeuvre hitel-"."
Ds la tin de la premiere anne, les tudian',s s.
)lacs on quality de residents dans les htels ou agencies
de tours pour cont. .er leur stage qui dure enviroi
ii :n;. Cependant, le vendredi de chaque semaine ils
,viennoe'i l'Ecole o ils recoivent des course ,oujours
Ilus ,va r.ms d'admin;stration de cuisine, de lang.ies et
de bar, tandis qi:e dans les hotels vont les remplacer, 1i-
vendredis, les lL.veos du lor cycle (Cc-irs p: :a-a Yr..
et moyen).

2) COURS DU SO)IR POUR ADULTS

Avec le concourse des experts de l'Assistance techni-
(,ae du B. I 7., il a .i organis des course profession-
nels du soir 'Ecole J. B. Damier pour les ouvriers
6cctrici : c iil c-.ciciens et 'aragiste. Ces course com-
,cr'.ent des travaux pratiques et des lemons thoriques.
Ce I:ro-rain.e s'adresse aux ouvriers dsirant se per..
ectionner dans leur : rofessi'on actuelle; aux adults e


-63-









jeunes ge -s actuellement sans emploi, dsirant acqurir
des connaissances susceptibles de faciliter leur placemc:it
et aux ouvriers et employs travaillant horaire com-
plet ou partiel dans les professions diffre ltes de celle.
qui font l'objet des course orofessionnels, esprent chan-
ger d'activits et obtenir u a emploi mieux rtribu.


-64--















XIII HYGIENE ET SECURITE.- -

A.- SERVICES HOSPITALIERS.- ,

Les employers haitiens ou trangers, particuliers u
soc'tts, qui entretiennent un .7mbre d'employs ou
d'ouvriers dpassant le chiffre 100 sont' tenus d'avoir
un dispensaire desservi par un mdecin capable d'offrir
aux victims d'accidents les premiers soins mdicaux.
Ce mdecin surveillera l'hygine des travailleurs et
sa charge est incompatible avec celle de mdecin des
hpitaux.
Hors des villes le mdecin de la. Compag ie sera en
permanence aux heures du travail.

(Loi du 10 Aot 1934, article 19)

B.-- PROTECTION DE LA SANTE.-

1) DANS LES RELATIONS DE TRAVAIL.-

L'employeur. peut mettre fin au contract de travail
sans que le dlai-cong soit ncessaire lorsque le tra-
vaillcurr,est atteint d'une malndie contagieuse.
De mme le- travailleur- peut mettre fin au. contract
de travail -,ais encourir aucune responsabilit lorsque
I'employeur, un membre de sa famille son repr4sen-
tant dans: la direction des. travaux ou un autre travail-
leur doit rester en* contact inrmdiat avec la personnel
atteinte... lorsque la sant du, travailleur ou de sa fa-
mille est gravement menace en; raisn, de l'absence dea









conditions hyginiques au lieu de travail ou de l'insa-
lui ri excessive de la region.

(Loi du 16 Septembre 1952 (article 24 i); 25 d)

2) DANS LES CONDITIONS DE TRAVAIL.L- Les
heures supplmentaires ne sont pas auirois.es dans les
.ravaux d'un caractre insalubre. ,

(Loi du 5 Mai 1948 article 1 alina 6)

3) DU MINEUR QUI TRAVAILLE.-

Aucun enfar:t de moins de 12 ans confi une famil-
le ne doit tre employ, des travaux domestiques au-
dessus de ses forces.

(Loi du 5 Septembre 1947, article 2)

Le permits d'emploi au mineur ne sera dlivr- qu"
aprs qu'il aura t fait la preuve que le mineur ,o;-
sde les aptitudes physiques ncessaires.

(Loi du 5 Septembre 1947, article 3j

4) DE L'ENFANT EN SERVICE ET DE L'AI'PREN1i1

Un certificate medical est requis pour prendre un e.:
fant sous sa garden ou son service.
A l'occasion du renouvellement annuel de son per-
mis d'emploi il est procd un examen de son fat
physique.
Le maitre' qui loge son apprenti et toute persohne
qui a un ou plusieurs enfants Son service ou sous sa
garde con racte nvers eux l'obligation de leur four
nir us logement, des vtements convenables et- une-
nourriture saine et abondante... il sera oblig tous Jles










.ix mois, de les faire conduire dans un Centre de. Sanit
ou dans un Dispensaire fin d'examen medical. I.sera
ausssi tenu, en cas de maladie grave, d'en faire la dcla-
ration l'uv des offices comptents qui autorisera leur
admission, s'il y a lieu dans un hpital.
Les enfants en service ne doivet.u pas tre astreints
des travaux managers susceptibles en quelque .manire
que ce soit de nuire leur sa -t leur dveloppe-
ment normal.

(Loi du 12 Septemibre 1947 articles 4, 5, 6. 7 et 9 -
Loi du ler Septembre 1947, art. 13)

L'entre en apprentissage est subordonn un exa-
mer:, medical et lorsque le mtier auquel doit ,re ini-
ti l'enfant exige des aptitudes physiques ou psycholo-
g.ques particulires, ces aptituds devront tre spcifies
et faire l'objet d'un examen special.
Le chef d'ftablissement prsentera la garantie qu'il
donnera son apprenti une formation professionnelle
sans que sa sant soit compromise.

(Loi du ler Septembre 1947 articles 2 et 3)

5) MOYENS DE CONTROL ET METHODS D'A-
rLELIORAION.-

Les inspecteurs du Travail peuvent organiser des con.
frences instituer des comrmissic.- mixtes ou autres
analogues, en vue de discuter avec les reprsen.anis
des associations professionnelles des employers et des
iiavailleurs, des questions cot:cernant la sant des tra-
vailleurs.

(Loi du 12 Septembre 1947, article 5)

Le formulaire, officiellement adopt, ,qu'utilise l'Ins-
pecteur l'occasion d'une visit d'inspecion un .lieu










de travail comporte un chapitre consacri la sant.du.
travailleur et l'hygine de l'tablissement. Ainsi-. il
2s. enqu, sur des points tels que : aratio.- ventila-
tion, gaz, fumes, humidity; eau potable;- lavabo; ves-
tiaire, premiers soins, mdecin; examen medical; mala-
dies profe-sionnelle.-, acilits pour les re:as, space, clai
rage, vapeurs, poussires, temperature douche; W. C.;
siges au travail dispensaire, personnel medical, fiche
de sant).
De mme le forn.alaire de dclarations des entre-
prises rdig par le Bureau du Travail selon le voeu
ae l'article 2 de la loi du 13 Septembre 1947 requiert
que l'employeur lasse des dclarations sur le mdecin
attach l'entrepiise, le dispensaire, la trousse de pre-
miers soie s et les maladies professionnelles.

6) DE LA FEMME QUI TRAVAILLE

Notre legislation social accord une protection sp-
ciale la maternit :
Trois semaines avant la date prsume de l'accouche-
ment la femme doit cesser tout travail. La femme ne
-eprendra ses occupations qu'au bout de trois semaines
aprs l'accouchement. Ce cong sera oomrpt et pay
common cong-maladie aprs une anne de service. Du-
rant le priode d'allaitemeni la femme wra droit i
deux repos par jour d'une demi-heure au ioins chi-


(Loi du 5 Mai 1948 articles 3 et 11)

C.- LES PREMIERS SOINS.-

Les premiers soins que reoit la victim d'un acci-
dent orn une importance considerable. Bien donns, Is
facilitent et acclrent la gurison; mal donns ils ag-
gravent l'tat du bless. Or ces premiers soins sont


-68-,








souvent donns non par un mdecin ou une inlirmire
qualifie. mais par les personnel qui se trouvent pro.
ximit du bless, voisins, camarades. Il est trs recomman
dable d'indiquer ces personnel, qui n'ont pas de con-
naissances mdicales ce qu'il faut faire et ce qu'il ne
faut pas faire en presence d'un accident en attendant
l'intervention du mdecin. C'est pourquoi, des course de
premiers soins devraient tre donns aux travailleurs
de toutes categories.
L'Inspecteur du Travail au course d'une visite d'in,-
pection contrle toujours si l'tablissement dispose d'une
trousse de premiers soins et si cette trousse est garnie
des articles et mdicaments qui doivent la composer.
A titre d'information il est indiqu ici la liste des objets
peim2ttant de donner les premiers soins :

No. 1.- Dtersif antiseptique
No. 2.- Co.on hydrophile
No. 3.- Pansement auto-adhsif
No. 4.- Panseirn-nt individual, petit modle
No. 5.- Pansenxnt individual modle moyen
No. 6.- Pansement individual grand modle
N 7.- Grlrrot hmostatique en treillis de coton
No. 8.- Echarpe triangulaire grande
No. 9.- Lacs pcur 'ixation des jambes.

SPECIFICATION DE CE MATERIEL
No. 1 DETERSIF ANTISEPTIQUE

C'est un liquid ayant pour but de dbarrasser la
plaie et la peau envirc,:nan e des souillures pratique.
ment constantes pendant le travail et de les dsinfec-
ter. C'est donc la fois un moyen de nettoyage et d'an,
tiseusie.
Il comporte, e.- principle, un corps mouillant et un
antisep ique. Il doit tre actif, mais ne pas irriter, ni
sensibiliser la peau.


-69-








La formule suivante remplit ces conditions :
Sulfate de lauryle et de sodium ........ 217<
Mercurobutol ............... ....... 0,017<
Ether solubilis ........................ 27.C

(Le mercurobutol est le nom usuel du chloromercu-
rispseudo-butyl-phnol)

Il peut exister d'autres solutions analogues. Avant
de les adopter dfi.-iivement, il faut qu'elles aient fait
leurs preuves d'efficacit et d'innocuit.

No. 2.- TAMPONS DE COTON

Il y aurait intrt ce qu'ils soient individuals, en-
ferms dans une envelope et, si possible, striliss.

No. 3. -PANSEMENTS AUTO.ADHESIFS

Ils doivent tre individuals, chacun d'eux tcnt en-
Fermr dans une envelope en paper.

Ils sont runis dans une pochette portant l'indication
r~ made d'emploi.

Nos. 4. 5 et 6 PAQUETS DE PANSEMENTS INDI-
VIDUELS

Ils seront de formes rectangulaires et prsenteront
les dimr2nsions suivantes :

Grands : 29 x 15 centimtres
Moyns : 10 x 8 centimtres
Petits :5 x 5 centimtres

Chacun d'eux se composer d'une nappe de coton hy-
drophile ou d'une substa- ce jouissant de proprits ana-


-70-








k-:gtcs, enveloppa de deux paisseurs de gaz pan-
senient: -
L'une des faces, dite in.erne, doit tre applique sur
la plaie sans avoir t souille par un contact quelcon-
que.
L'autre face, dite externe, est cell qui sera touche
par la perso -ne qui fait le pansement.
Pour diffrencier ces faces, la gaze superficielle de
la face externe sera teinte en une couleur trs appa-
rente.
Du c. interne, qui doit toujours rester aseptique,
1 sera interpos entire la gaze de revtement et la nap-
pe de cot(e : 8 paisseurs de gaze.
Toutes ces pices seront solidement fixes afin que
le pansement puisse tre appliqu d'un seul geste.
Le pansement ainsi prpar sera pli, blanc contre
blanc, de faon que la face extrieure colore s'offre
seule la vue et au toucher.
Sur le ct extrieur sera cousue une bande desti-
ne maintenir le pansement sur le membre.
Le bout libre de cette bande sera divis, sur une
longueur de 25 30 centimn tres. c:' deux lanires per-
mettant de fixer le pansement par un simple noeud.
Le pansement sera en.our d'une envelope suffisam-
nmaA;. rCsistante pour le protger contre les souillures.
Il sera strilis.
La manire de l'ouvrir et de l'appliquer de faon cor-
lecte devra tre imprime sur l'enveloppe.

No. 7.- GARROT HEMOSTATIQUE, en tissu de co-
ton muni d'un dispositif de maintien d'un modle ana-
logue celui qui existe dans les approvisio).nements des
diffren:es armes.

No. 8.- ECHARPE TRIANGULAIRE, du modle
courant, mais assez grande pour envelopper largement
le membre suprieur.


-r1-









No. 9.--- LACS EN TREILLIS avec boucle, ass2
longs pour permettre de fixer les deux jambes l'une
contre l'autre.


-72-













D) LES ACCIDENTS DE TRAVAIL-
1


1) PREVENTION ET SECURITE.-

,L'employeur. peut mettre fin au contract de travail
sans que le dlai-cong soit ncessaire lorsque le travail.
leur a compromise. la scurit du lieu o sont excuts
les travaux et des personnel qui s'y trouvent...
Lorsque le travailleur, aprs avertissement aura re.
fus d'adopter les measures .de prevention et d'observer
les mithodes recommandes pour la prevention des ac.
cidents...
De mnme le travailleur peut mettre fit. au contract de
travail sans encourir aucune responsabilit lorsque la
scurit du travailleur ou de sa famille est gravement
menace parce que l'employeur n'observe pas les me-
sures de prevention et de s~curit prescri-es parles dis-
positions lgales.
L'employeur a pour obligation de mettre la dispo-
sition du travailleur, des locaux de travail machines
et outils dans les conditions voulues de scurit et de
bon fonctionnement.
Le' travailleur a pour obligation de tenir son patrol .
au courant des dfectuosits qu'il aurait pu constater
dans les matires ou dans l'outillage, et qui seraien!
-usceptibles de causer un prejudice l'entreprise. *

(Loi du 16 Septembre 1952 articles 24 b), d); 25 e);
41 c) et 40 c).-

Les travaux supplmentaires ne sont pas autoriss
pour les travaux d'un caractre dangereux.

(Loi du 5 i 1948, article 1, alina 6)
(Loi du 5 m.i 1948, article 1, alina 6)


-73--









Aucun enfant en service de moins de 12 ans confi
une famille ne doit tre employ des travaux domesti-
ques au-dessus de ses forces.

(Loi du 5 Septembre 1947, article 2)

Les inspecteurs du travail peuvent organiser des con-
frences, instituer des commissions mixtes ou autres
analogues en vue de discuter avec les reprsentants des
association :-s professionnelles des employers et des tra-
vailleurs des questions concernant la scurit des tra-
;aileurs.

(Lo- du 12 Septembre 1947 article 5)

Le formulaire, officiellement adopt qu'utilise l'Ins.
pecteur l'occasion d'une visi'e d'inspection un lieu
de travail comporte ur. chapitre consacr l'hygine et
la scurit des lieux de travail.

2) ASSURANCE ACCIDENTS DU TRAVAIL.-

Tenant compete de nos possibilits et en vertu de l'art.
4 de la Loi le Conseil d'Administration de I'IDASH d-
cida cdaccord avec la Secrtairerie d'E.at du Travail de
dbutcr par l'Assurance Accidents du Travail dans la
zone d? Port-au-Pritce y compris Logne, Mont-Rouis
e, Forit des Pins.
Ainsi, les informations ci-dessous mentionnes ne con-
cerner: que l'assurance accidents du Travail.

CEUX ASSUJETTIS A L'ASSURANCE ACCI-
DENTS DU TRAVAIL

L'Assurance-accidents du Travail est obligatoire pour:
lo) Tous les fonctionnaires e~ travailleurs de l'Etat
et des Administrations contrles nar l'Etat -(Commu-


-74-









.ies, Banques, Loterie de l'Etat Haitien, Rgie du Tabac
tc...)
20) Tous les employs travailleurs, journaliers des
entreprises agricoles, industrielles et commercials et
en gnral, tout travailleur manuel ou intellectual qui
prte, moyennant ut.e retribution, ses services un em-
ployeur en vertu d'un contract de travail exprs ou tacite.
3o) Les professeurs et suveillants des Etablissements
d'Enseignement priv.
4o) Le personnel domestique rmunr en nature ou
en espces.

SONT EXEMPTS DE L'ASSURANCE ACCIDENTS
DE TRAVAIL

lo) Le mari ou la femme qui travaille exclusivement
pour le compete de son conjoint et les enfants de moins
de 18 a.-s qui travaillent pour le compete de leurs pres
et mre et leur domicile sans recevoir un salaire en
espces dtermin d'avance.
20) Les trangers employs dans les Ambassades, L-
gations ou Consulats de leurs pays respectifs et les tech-
.-iciens tra.:gers don'r le sjour en Haiti ne dpasse pas
un an.
3o) Les militaires en activity de service.
4o) Les cclsiastiques exerant le sacerdoce.

LES PRESTATIONS MEDICALES.

Tout travailleur victim d'un accident de travail,
c'est--dire d'une lsion survenue par le fait ou l'oc-
casioY. du travail, reoit de l'IDASH, jusqu' gurison
complete, l'assistance mdicale que requiert son cas.
L'assistance mdicale comprend tous les soins mdi-
caux, chirurgicaux, dentaires, y compris l'hospitalisa-
ticn, les services de garde-malades, leg mdicaments les
membres artificiels et tous autres appareils de prothse
et d'orthopdie.


-75--









LES PRESTATIONS PECUNIAIRES


A) Incapacit temporaire

Si un ouvrier victim d'un accid :t du Travail est to-
talement incapable de travailler, il recevra en plus de
l'assistance mdicale une indemnit gale aux 2,/3 de
son salaire de base.
Cette indemnit lui sera service pendant toute la du-
re de l'incapacit mais partir du 4me jour aprs
l'accident. Elle ne peut tre suprieure G. 500 par
Ioils ni infrieure G. 70 par mois.

Exemple :..........

Un travailleur qui gagne G. 30 par semaine est victi-
me d'un accident occasionnant une incapacit de travail
de 12 semaines. A ce travailleur, l'IDASH servira cha-
que semaine (pendant les 12 semaines) une indemnity
de G. 20 (2/3 de 30).
2) Un ouvrier gagnant G. 150 par quinzaine recevra
G. 100 tous les 15 jours pendant la dure de son inca-
paciti de travail.
3) U-i fonctionnaire don't le salaire mensuel est de G.
600 recevra G. 400 chaque rmois durant lequel il n'aura
pas pu travailler en raison d'un accident de travail.
B) Incapacit permanent partielle ou total.
Si aprs avoir-reu tous les soins mdicaux qu'exi-
eait son cas, l'accide .t ne recouvre pas sa pleine ca-
pacit de travail il y aura lieu de considrer l'incajiacit
termar.ente partielle ou total rsUl'hant de l'accident.

Incapacit permanent partielle.

Le degr d'incapacit sera tabli e tenant compete de
la nature et de la gravit de l'accident, de la profession
e' de l'ge de la victim.
Dans le cas d'une incapacit permanent partielle,


-76--









l'assur reoit une rente mei:suelle don't le montant est
proporionnel au degr de l'incapacit.
Ainsi un fonctionnaire don't les appoi.tements ont t
de G. 600 par mois recevra la suite d'un accident le
privant de la moiti de son pouvoir de travailler une
reite vie de G. 200 repsentant les 2/3 de.la moiti:
de. G. 600.
Exemples d'incapacit permanent partielle : perte
d'un ou de plusiurs doigts, d'une main, d'un bras, d'une
jambe, d'un oeil.

BAREMES D'INCAPACITE

L'IDASH adoptera plusieurs barmes, d'aprs diff-
rentes classes de professions, avec les diffre tes lsions
et les degrs d'incapacit y affrents. L'incapacitS sera
estime 10%, 20%, 25% etc. selon que l'accident aurait
perdu, le dixime, le cinquime ou le quart etc de sa
capaci'. de travailler. Les incapacits sont revises p-
riodiquemneit.

Incapacit permanent total

S; l'ouvrier n'est plus en measure de travailler en
d'autres terms s'il est frapp d'une incapacit perma-
nente total, da.:s ce cas, il a droit une rente vie
d'un iron.ant quivalent aux 2/3 de son salaire de base.
Ainsi un ouvrier don't le salaire mr:suel a t de G.
300 recevra la suite d'un accident le privant totale-
mnent Ce son pouvoir de travailler, une rente vie d
G. 400 reirse itant les 2/3 de 600 gourdes.
'Exemples d'incapacit permanent total : perte des
deux yeux, des deux bras, des deux jambes.

Mode de paiement des rentes

Les rentes: sont payes de la mme manire que les
salaires. Elles sont services aux assurs par semaine, par


-77-









quirzaine ou par mois selon que la victim de l'accident
tait paye la semaine, la quinzaine ou au mois.

Incapacit de 357i et plus

Dans le cas des incapacits de 351< ei plus, l'IDASH
peut remplacer les paiements priodiques par une in.
demnit unique sous forme de capital.
Toutefois cette forme d'indemnisation ne peut tre
applique aux accidents qu'aprs la stabilisation de l'in-
capacit.

Incapacit de moins de 35< .

Lorsque I'i.r apacit ne dpasse pas 10'; en d'autres
terms lorsque l'accident n'a perdu qu'un dixime de
sa capacity de travailler, aucune rente n'est paye par
I'IDASH. Si l'incapacit, tout en taP.t suprieure a
10' n'atteini pas 357 I'IDASH paie les rentes par des
versements accumuls de 3 6 mois.

CAS DE DECES

Si accident cause la mort de l'assur diffrentes
prestations sc- accordes par l'IDASH.

1) Allocation Funraire.-

Le montant de l'allocation funraire est quivalent a
un mois du salaire de base de l'assur, s'il taii pay:.
au mois ou au salaire de base des quatre der-:ires se-
maines, s'il tait pay la semaine.
Cette allocation funraire est paye aux ayants-droih
de l'assur.
2) Rente la Concubine.-
Si l'assur n'tait pas mari et avait It:anmoins vcu
maritalemen. avec une femme pendant l'anne qui a


-78-









pr'cd immdiatement sa mort cette femme recevra
une rente quivalente aux 4/15 du salaire de l'assur.
Toutefois cette rente 1:e sera accorde qu' la con-
dition que l'assur et sa concubine aient &, durant leur
vie en coira nun libres de tout lien du marriage.
Le service de la rente sera suspend si la concubi.
.e se marie ou vit nouveau publiquement en concu-
binage.

4) Rente aux enfants mineurs

Si l'assur avait des enfants m~neurs de moins de
16 ans chacun d'eux recevra une recite quivalente au
1/5 de son salaire de base.
Le service de la rente sera suspend quand le bn-
ficaire aura atteint l'ge de 16 anc.
Remarque importante.- Toutefois ces rentes aux or-
pheli.s seulement ou avec celles de la mre (veuve ou
concubine) ne doivent pas dpasser les 8/15 du salaire
de base de l'assur dcd.
Exemples : 1) Prenons le cas d'un ouvrier spcialis
qui gagnait G. 600 par mois et qui laisse une veuve et
un enfant de 8 ans. La veuve recevra une indemnit fu.
nraire de G. 600 et sera bnficiaire d'une rente men-
suelle de G. 200 (1/3 de G. 600), l'enfant bnficiera
d'une rente mensuelle de G. 120 (1/5 de G. 600) jusqu'
i'e de 16 ans.
2) Si l'ouvrier laisse une concubine et un enfant de
14 ans la concubine aura droit une allocation fut-
raire de G. 600 et recevra une rente mensuelle de G.
160 4/15 de G. 600) et l'enfant bnficiera d'une relite
mnensuelle de G. 120 (1/5 de G. 600) jusqu' 16 ans.
A retenir que si l'ouvrier laisse une veuve oq uni
concubine et plusieurs enfabts, le moniant total des ren-
tes payer ne dpassera pas G. 320 (8/15 de G. 6Q0 par
.pois.


-79--









FIXATION DES COMPENSATIONS


Le droit aux prestations mdicales et pcuniaires est
dtermin par l'Institut aprs examen des rapports re-
us de l'accident de l'employeur e, du mdecin trai-
tant.
Si les renseignements fournis autorisent de -servir
les prestations l'assur le montant de la compensation
pcuniaire est fix par le Service des Rclamations e.
toutes les dispositions sont prises pour aue le pavement
en soit fait vromptement et rgulireme.-t la victim
et ce. pendant toute la dure de l'incapacit.
Si la dure et le degr de l'Incapacit sont fixs par
le Mdecin traitant mais peuvent tre reviss selon d-
cisior- de l'IDASH.
Si les renseignements sont insuffisants des rapport
additionnels sont exigs. Dans les cas d'accident grave
ou de dcs des e ~qutes sont entreprises par l'Insti-
tut en vue de dceler les causes de l'accident ou de d-
terminer les droits des dpendants de l'assur dcd.

CAS NON COMPENSABLES

Ne seront pas considrs come accidents de travail
et ne donnerc':t par consquent lieu aucune presta.
tion :
1.- Les accidents survenus un travailleur qui se
trouve en tat d'ivresse.
2.- Les accidents que la victim a provoqu infen-
tici.nellement.
3.- Les accidents rsultant d'un dlit punissable
une tentative de suicide ou d'une rixe laqulle la vic.
time aurait particip volontairement.

LES FINANCES DE L'IDASH

L'assurance accident du travail est exclvsivement









la charge des employers. Le travailleur o l'employ
ne paie aucune contribution.
Le mpntant de la cotisation es'. de 1'/ du montant
total des salaires pays, quelque titre que ce soit. En
l'autres terms la cotisation es!i calcule noi seulement
sur le montant des salaires rguliers mais aussi sur ce-
lui pay pour les heures supplme itaires ,'ur' les com-
missions et sur les boni.

L? salaire en nature

Si outre le salaire en espces, le travailleur reoit la
nourriture ou le logement son salaire est considr com-
rr.: augment de 25'/ s'il reoit la fois nourriture et
le logement soo. salaire est considr come augment
de 50'/,.

Utilisation des fonds

74'A des fonds provenant de;; cotisations sont affec-
ts au service des prestations en nature ou en espces
(soins mdicaux et indemnits), 257' aux frais d'ad-
ministration et autres : construction et entretien de cli-
niques d'hpitaux et 1'/< la consti'-ution du fonds de
reserve de l'IDASH.
Les finances de l'Institut, y compris ses obligations
poVu les erestations, les frais d'administration les r-
serves, les placements et prts sont garantis par l'E>at.

OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR

A.-- COTISATIONS.

1.-- La cotisation pour l'assurance-accident du travail
doit lre paye par l'employeur et est de 1'/i du mon-
ta. total des salaires pays.
2.- En cas de retard dans la remise des cotisations,


-81-









l'employeur paie l'IDASH un amende de 10'/ du mon-
tant pay pour chaque mois ou fraction de mois de re-
tard et en outre un intrt annuel de 12'1 des valeurs
dues.

B.- Feuilles de paie.-

L'employeur a l'obligation de tenir des listes de paie,
dans une forme qui permetLe de fournir les informations
prescites par I'IDASH et les conserver pendant au
moins une anne. L'IDASH pourra n'importe quel
moment faire examiner ces feuilles de paie par ses ins-
pecteurs qualifis.
Faute par l'employeur de tenir des listes de paie r-
gulires et de les conserver durant la priode ci-dessus
Jtermine,, I'IDASH pourra fixer lui-mme le montant
des cotisations des par l'employeur en dfaut en se
fondant sur les cotisations antrieures ou tous autres ren-
seignements lui permettant de dterminer un montant
quitable. En l'absence de toute indication, I'IDASII
pourra fixer le taux de la cotisation sur la base de la r-
munration maximum qui est prsume tre paye pour
l'emploi en question i.

C) Declaration des Entreprises.-

L'Employeur a l'obligation de dclarer l'IDASH son
entreprise et le nombre de ses employs soumis l'as-
surance, dans le dlai prescrit par les Rglements.

D) Declaration d'accidents.-

1) L'employeur est te .u de dclarer l'IDASH dan'
un dlai de trois jours tous les accidents de travail oc-
casionnant une incapacit d'une journe au plus.
2) L'employeur soumettra mensuellement l'INSTI-
TUT la liste de tous les accidents mrrfiimes survenus'


-82-









dans son tablissement dans la forme prpare a cet
effet.
3) L'empoyeur doit aider l'employ ou travailleur
victim d'accident dans l'accomplissement des formalits
requises pour -l'obtention des prestations en nature ou
en espces.

E) Inspection et Enqutes. -

1) L'IDASH est habilit faire inspector les lieux do
travail, l'employeur doit lui faciliter !a tche de manire
assurer la rapidit et l'efficacit de l'Inspection.
2) L'employeur est tenu de fournir 1'IDASH tous
ienseignements que celui-ci pourrait solliqiter en vue
de l'extension et de l'amlioration du systme.

F) Equipment de premiers soins.-

Conformment la loi sur les conditions de travail
l'employeur est tenu de placer dans son entreprise tout
l'quipement ncessaire aux premiers soins. L'Accident
recevra avant d'tre achemin la clinique ou l'hpi-
tal dsign par I'IDASH les premeirs secours au sein de
l'Entreprise.

G) Transport des Accidents.-

Le transport des accidents la clinique ou l'Hpi-
tal (lorsque leur tat le requiert) est la charge exclu-
sive de l'employeur et s'effectuera dans les meilleures
conditions possibles.

H) Sanctions et Rglements des Litiges.-

1.- Il est prvu des amendes allant de G. 25 G.
1.000 contre tout emnloyeur qui ne se conformera pas
aux pre-riptions de la loi.
2.- Tout employer qui aura dduit du salaire de l'as-


-83-










sur le montant de la cotisation de l'assurance-accident
de travail sera puni d'une ame .de de G. 50.
Cette amende sera applique autant de fois qu'il y
aura de travailleurs objets de l'infrac'ion sans que le
total des amended ainsi appliques dans une seule es-
pce puisse dpasser G. 1.000.00. E- outre l'employeur
sera tenu de rembourser aux employs les montants
illgalement perus.
3.- Les infractions la loi seront constates par pro-
cs-verbaux dresss par les reprsentants de I'IDASH
dans la forme tablie par les Rglements.
4.- L'application des amendes sera faite administra-
tivement par la direction de I'IDASH sur la base du pro-
cs-verbal d'infraction. Les pnalits imposes par I'I-
DASH sont excutoires selon la mme procedure utili-
se pour le paieme rn des impts de l'Etat.
5.- Contre toute decision rendue par I'IDASH relative
l'assujetissement l'assurance, au montant des cotisa-
tions aux droits des assurs, aux prestations et au mon-
tant de ces prestations ec en cas de dsaccord entire
l'employeur et assurs les intresss pourront recou-
rir au Tribunal Civil de la jurisdiction de l'Employeur.
Le recours I 'est point suspensif de l'effet de la decision.

Suppression des procs.-

L'employeur qui assure les travailleurs qu'il occupe
est dgag des obligations qu'il encourt en cas d'acci-
den s du travail. Les prestations mdicales et pcuniai-
res services tout salari victim d'un accident de tra-
vail remplacent le droit d'action en dommages prvu par
le Code Civil. El d'autres terms, l'employeur qui se
conforme aux prescriptions de la Loi sur les Assuran-
:es Sociales, ne peut tre l'objet de poursuites judiciai-
res de la part de la victim d'un accident du travail ou
des ayant-droit de cette dernire.









Avantages du systme.-


L'Assurance-Accident du travail offre d'immenses
ava.tages tant l'employeur qu'au travailleur.
Avant la mise en application de la Loi, le moindra
accident de travail pouvait occasionner un procs par-
fois dispendieux pour le Patron. Quant la pauvre vie.
time, elle ne recevait, da.s la plupart des cas, qu'une
maigre pitance la plus forte parties de l'indemnit exi-
ge de l'Employeur devant tre absorbe par les frais.
de justice de toutes sortes.
De plus, la victim devait prouver que l'accidenc tait
d la negligence coupable de l'employeur.
Actuellement tout ouvrier victim d'un accident du
travail est sr de recevoir de l'IDASH des soins mdi.
caux, en quantit et en quality convenables et une com-
pensation pcuniaire quitable, en proportion du dom-
mage reu.
De son ct, l'employeur est totalement dbarass des
ennuis sans nombre qu'entraine toujours uae action en
dommages-intrts et n'a plus s'occuper des soins
prodiguer l'accident l'assistance mdicale tant la
charge exclusive de l'Institut.
En dehors de ces avantages immdiats, il en es' d'au-
tres qui, quoique moins apparent, demeurent aussi im-
portants.
Parmi ces derniers, il convient de souligner :
a) Le sentime,.t de scurit don't jouit le travailleu-
qui se senL ainsi protg contre les risques inhrents
sa condition.
b) La paix et l'harmonie don't sont imprgnes les re-
lations de travail.
Ce sont l des facteurs de progrs et de prosprit
d'une valeur inestimable que tout Patron intelligent
doit rechercher avec constance.
L'exprience concluante de plusieurs autres pays en
matire d'Assura ice Sociale, l'opinion favorable des


-85-









nombreux em-ployeurs et leaders syndicalistes que nous
avons eu l'opportunit de rencontrer l'enthousiasme
gnral qui a accueilli la creation de l'IDASH, tout lais-
se croire que le systme de rparation des accidents dc'
travail prvu daas la loi du 12 Septembre 1951 contri-
bue dans de notables proportions, hter l'volutioi
Sociale et conomique de la Nation.


-86-













F.- HYGIENE ET SALUBRITE DES LIEUX DE
TRAVAIL

CAUSE D'INSALUBRITE

Tout ce qui est dangereux la vie humaine ou la
sant : tout difice ou parties d'un difice qui est sur-
peupl ou qui n'est pas pourvu d'ouvertures adquates
ou en nombre suffisant ou qui est de nature rendre
le sol, l'air, l'eau et les aliments impurs et malsains, est
dclar cause d'insalubrit et illegal.

DES ETABLISSEMENTS DANGEREUX
INSALUBRES ET INCOMMODES

Les manufactures ateliers usines magasins, chan-
tiers et tous tablissements industries ou commerciau-
qui prsentent des causes de danger ou des inconv-
nients soit pour la scurit, la salubrit ou la commodity
du voisinage, soit pour la sant publique, soit encore
pour l'Agriculture sont soumis la surveillance des
services comptents du Service d'Hygine ou de la D.
G. T. P. ou du Service National de la Production Agri-
cole ou du Service de l'Inspection Gnrale du Travail.
Ces tablissements sont diviss en trois classes : la
1re classes comprenant les tablissements qui doivent
tre loigns des habitatioas, la 2me, ceux don't l'loi-
gnement des habitations n'est pas rigoureusement n-
cessaire mais don't l'exploitation ne peut tre autorise
qu' la condition: que des measures soient prises pour
prvenir les dangers ou les incommodits prcites. Et,
la 3me ceux qui tout en ne prsentant aucun inconv-
nient grave pour le voisinage ou pour la sant publique,


-87-









sa it nanmoins soumis des prescriptions gnrales,
dictes dans l'intrt de la sant publique.
Dans les zones rserves l'habitation prvues dans
les projects d'amnagement ou d'extension des villes
aucun tablissement nouveau appartenant la lre ou
la 2me classes. ne pourra tre autoris.
En ce qui co -cerne les tablissements existant viss
par le paragraphe prcdent, ne seront autorises que
les modifications qui n'accroitront pas les risques ou la
gne crs par leur exploitation.
Un arrt du Prsident de la Rpublique dterminer i
ceux des tablissements dangereux, insalubres ou incom-
modes, qui, bien que rangs dans la 3me classes doivent
tre assimils aux tablissements de 2me classes
Les tablissemets ci-dessus viss ne pourront tre
ouverts sans une autorisation dlivre par le Service
competent Ils ne pourront tre installs que dans les
zones rserves aux exploitations industrielles.
La Direction Gnrale des Travaux Publics dl.ernii-
nera la distance qui devra sparer les tablissements
dits dangereux, de toutes constructions avoisin.antes et
de la voie publique.
TI est reprcduit ici quel ues dispositions typ:s du cD-
de d'Hygine concernant certain tablissements de tra-
vail :

a) Rglements sur la tenue des boulangeries.

1) Toute maison ou tablissement abritant une bou-
langerie ou autres ngoces du mme genre, aura un par-
quei en ciment, briques ou carreaux, dpourvu de cre-
vasses, et des canaux de drainage, en bon tat pour
recevoir les eaux de lavage.
2) Les murs, la toiture seront passs la chaux au
noins tous les six mois. Les portes et les fentres assu-
rant la ventilation, l'clairage seront munies de toiles
Stalliques contre les mouches.
3) Les chemines des fours doivent tre assez leves


-88-









pour qu'elles ri'incommodent pas le voisinage par la fu-
me qu'elle dgagent. Le W. C. sera construit loin des
ateliers de manipulation.
4) Les usteiir'les de tout genre, les machines, buffets,
ptrin seront disposs de telle sore qu'ils ne gnent en
rien le lavage fond de l'tablissement.
5) Tous les appareils et ustensiles seront lavs et d-
sinfects et dposs l'abri des mouches et de la pous-
sire. La farine sera dpose dans des recipients ferms
et les products placs sur des tagres l'abri des mou-
ches et de la poussire.
6) L'atelier ne doit servir ni de dortoir ni d'abri aux
animaux domestiques. L'usage du tabac saus routes ses
formes sera absolument prohib.
7) Tous les employs doivent avoir leur certificate de
sant.
8) Toutes les facilits seront mises la disposition des
employs pour se laver et dposer en un lieu propre
leur linge de ville.
Ils revtiront une blouse blanche un bonnet des sou-
liers ou des savates propres en entrant dans les ateliers
de travail.
10) Les dchets provenant des fabriques seront d-
poss dans des recipients ferms qui seront vids et la-
vs tous les jours. Les moyens mcaniques et les chats
seuls seront employs pour combattre et dtruire les
rais. L'usage des poisons et des ptes empoisonnes est
formellement interdit.

B) Rglements sur la tenue des Fabriques de Bois-
sons gazeuses.-

1) Le local doit tre bien ar tenu dans un tat de
propret et pourvu d'un parquet impermable, muni de
canaux de drainage capable de recevoir les eaux de d-
chet.
Le-; dpendances devront runir les conditions sa-


A89-








lubrit requises et seront munies de poubelles tanches
et fermes.
2) Aucune fabrique n'est autorise fonctidiner sans
qu'elle soit munie d'un filtre capable d'assurer le filtra-
ge de la quantit d'eau rpondant au dbit de la fabri-
catio de l'Etablissement.
3) Tous les employs auront leur Carte de Sant qu'ils
devront prsenter sur toute rquisition d'un Inspecteur
ou d'un Agent du Service National d'Hygine.
Le port du tablier et du bonnet est obligatoire et
l'hygine personelle indispensable.

c) Rglements sur la tenue des Huileries.-

1) Toute huilerie aura un compartment pour les
presses et un autre pour le traitement et la manipulation
hyginique des huileries;
2) Le local doit tre bien ar tenu dans un tat de
propret et pourvu d'un parquet impermable, muni de
canaux de drainage capable de recevoir les eaux uses
et les drainer jusqu' l'gout;
3) La fabrique sera dbarrasse de tous les objets inu-
tiles et ne devra pas servir de dpt pour les dchets
qui seront placs dans des poubelles tanches. munies
de couvercles.
Les dpendances devront tre dans les conditions
de salubrit requises par le Service National d'Hygine.
4) Tous les appareils seront nettoys fond aprs
usage et seront disposs de telle sorte qu'ils n'entravent
pas le nettoyage gnral.
Toute huilerie est tenue de soumettre aul Service Na-
tional d'Hygine son procd de traitement des huiles.
Et les chantillons: seront prlevs priodiquement et
analysts la charge du fabricant;
5) Les bouteilles destines recevoir l'huile porte-
ront uae tiquette indiquant en caractres lisibles, le
nom, la raison social et l'adresse de la fabrique, ain-i
que la nature des products qu'elles contieinent;


-90-








6) Tous les employs prposs la manupilation des
huiles seront proprement vtus et auront ui certificate
de sant.

d) Rglements sur la tenue des Blanchisseries ta.
blies dans les villes.-

1) Le local destik aux diffrentes operations des
Blanchisseries devra tre tenu dans un tat de propret
absolue et particulirement la cour affecte au lessiva-
ge sera pourvue d'un parquet impermable et lisse, in-
clin vers un canal collecteur de nature faciliter le
drainage des eaux uses.
2) Toute Blanchisserie sera pourvue de deux bassins
ou lavoir, le premier devant servir au rinage grande
eau et le second, au savonnage.
3) Ces bassins qui devront quotidiennement tre d-
sinfects au lait de chaux seront munis de valves ou de
robiaets capable de permettre le renouvellement des
eaux de lessive;
4) Les Blanchisseries devront tre monies d'un dis-
positif compos de deux cuves ou chaudires ou drum
de capacity suffisante, placs sur un fourneau bois,
en vue de la dsinfection du linge de corps (chemisettes,
caleons, chemises chaussettes, mouchoirs etc...

e) Rglements sur la tenue des tanneries.-

Ces tablissements doivent tre construits de faon
satisfaire tous les prceptes de l'hygine.
1) Ils seront pourvus d'eau courante en abondance.
2) Ils seront pourvus d'un reservoir muni de couver-
cle et plac un niveau suffisamment lev pour ali.
center une srie de bassins disposs les uns la suite
des autres.
3) Chaque bassin sera nourvu d'un tuyau de dchar-
ge qui deversera dans un canal longeant l'Etablissement
et aboutisssant au grand ca al de drainage.


-91-










-!) Une poubelle fixe pourvue de couvercle sra pla-
ce l'entre pour recevoir les dchets de peaux et d'-
corces. Cet.e poubelle sera vide chaque jour par un
'o;, du Se vice d'Hygine.
5) Fermiinne ne sera autoris habiter le local d'un.'
t; nerie.
6) Le parquet sera pav et pourvu d'une dclivit suf-
isarlte pour en parmeliie le nettoyaee.
(Extrai s du Code d'Hygine d'Assistance Publique

1) Chap. I De l'hygine Publique, Section 1, para-
i. aphe 2 page 59.
2) Dcret-Loi du 22 Juillet sur l'Urbanisme Les ta-
ibli.e ~ien sc dangereux. insalubres et incommodes. arli-
cles 69 72 page 141.
3N R~elenents su la tenue des boulangeries. pa:;e
156.
Rglements sur la tenue des fabriques de bois-
sons gazeuses, page 157.
R glenents sur la tenue des huileries. page 165.
Rglements sur la tenue des blanchisseries, page
168.
Rglements sur la tenue des tanneries, page 175.


-92-













i.V.- BIEN-ETRE SOCIAL.-

1) SERVICE SOCIAL.-

Le Service Social travaille iant au point de vue so-
c''. rmo al. in!ellectuel que matriel au bien-tre des
deshri -s des populations ouvrires des villes. Il mne
des enqutes et entreprend toutes dmarches suscepti-
bles d'aider l'amlioration de leurs conditions d'exis-
tence Selon ses possibilits soit seul soit e collabora.
tion avec d'au.res organismes, ou d'autres institutions,
ce Service organise des centres sociaux o sont dispen-
ss notamment des course d'hygine, d'conomie domes-
tique et de civisme. Au fur et measure ce service tend
son action dans les hpitaux et les tablissements de
travail des villes ou en dehors des villes.
Le Rle des Services sociaux du travail consiste
suivre et de faciliter la vie personnelle des travailleurs
et no amment des femmes, des jeunes gens et ds dfi-
- ::, :'vcintiellement seconder l'ac i4- des services
sociaux de la famille sur les questions qui sont en rapport
avec 1 activity professionnelle. Le Service social du tra-
vail doit collaborer troitement avec le Service medical
don, il est l'auxiliaire indispensable; il doit tre en liai-
son avac les organismes de prvoyance, d'assistance et
de placement, il facility ain:si aux travailleurs l'exerci-
ce de leurs droits relativement ces divers organismes.

2) OEUVRES SOCIALES.-

L'- Bureau du Travail est en contact avec les oeuvres
di'Assista- ce Sociale et, sur leur requte, leur apporte
:;a collaboration technique. Il s'intresse aux ralisa-


-93-










tions de ces oeuvres et y participe dans la measure de
ses possibilits.
Sur le plan international le Bureau du Travail a par-
ticip plusieurs Sminaires d'tudes sur les questic'
sociales notamment celui tenu rcemment Panama
par l'Institut Interamricain pour la protection de l'E- -
fance. Il collabore activement la ralisation du pro-
gramme de la Fondatic': CARE en Haiti.

3) LOISIRS OUVRIERS.-

Paralllement au vote d'une legislation rglemen:anti
la dure du travail le Bureau du Travail s'est souci
d'aider les travailleurs dans l'organisation de leurs loi-
sirs. Il a i -titu. l'intention des travailleurs un pro-
gramme permanent de cinma ducatif. Le sport pour
les travailleuis sous toutes ses formes reoit son en-
couragement. De temps autre des soires rcratives
sont organises.

4) EDUCATION OUVRIERE.-

Le Service d'Education ouvrire, cr par le Dicret.
du 3 Novembre 1950 a pour tche esse ,ielle l'duca-
tion des travailleurs chez qui il s'agit d'veiller le sens
des responsabilits et l'esprit d'initiative personnelle.
Son action s'exerce sur l'ensemble des travailleurs i :-
dustriels. agricoles et commerciaux des cinq Dpar.e-
ments du pays. Il vise inculquer aux salaries et aux
employers les principles fondame- aux de l'organisa.
tion du travail dans l'ordre dmocratique de telle sorte
que les relations de travail se dveloppent dans l'ii-ret
de la collectivit. Il y est annex une section d'Education
de base. Au fur et measure du dveloppement du pro-
gramme tabli, des dispositions sont prises pour veiller
]'ameliora.io : de la formation orofessionnelle des di!-
frents groups d'ouvriers spcialiss.


-94-















XV.- LES CONVENTIONS INTERNATIONALES
DU TRAVAIL.-

L'Organisation Internationale du Travail est l'une des
institutions intergouvernementales spcialises relies
aux Nations-Unies. Elle a pour mission d'amliorer les
conditions de travail et de vie des peuples et, par l m-
me d'difier la plus solide des foundations d'une paix uni-
verselle et durable : la justice social.
L'OIT se distingue des autres institutions internatio-
:ales par une caractristique essentielle : les reprsen-
tants des organizations des travailleurs et d'employeurs
participent, sur un pied d'galit avec ceux des Gouver-
nements l'laboration de sa politique et au contrle
de ses activits. Haiti est membre de L'OIT.
L'OIT dispose de trois organes principaux :
La Conference Internationale du Travail
Le Conseil d'Administration organe excutif
Le .Bureau International du Travail secretariat per-
mene :t.
L'OIT a pour mission de favoriser le progrs social.
Elle s'ac-uitte de cette mission par une action continu-
qui s'exerce sur diffrents plans. On peut de faon sch-
matique, grouper ses activits e>y trois grandes catgo-
ries : legislation international du travail assistance
technique dans le domaine social, documentation.
La principal fot:ction de la Confrence Internationale
du Travail est d'tablir les normes internationales, sous
la forme de conventions et de recommendations.
La Convention international du Travail pourrait tre
conrare un trait : en la ratifiant, les Etats prennent
l'engagement mutuel de mettre en applicatioti les mesu-


-95-









res d'ordre social qu'elle content. Les recomin'andations
ne lient pas les Etats elles sont destines leur servir
de guide; elles compl.e-t les conventions. L'ensemble
de ces instruments internationaux constituent ce qu'il est
convenu d'appeler le Code Internatio:al du Travail.
La Constitution de L'OIT impose aux E'ats membres
des obligations prcises l'gard des instruments adop-
ts par la Confrence.
AnnmLllE:ent les Gouvernemerts doivent fournir au
BIT des rapports par lesquels ils rendent compete de la
faon don't ils appliquent les conventions qu'ils ont rati-
fies; ils exposent, priodiquement, les raisons pour les-
quelles ils n'ont pas encore ratifi telle ou telle conven-
tion;
Ils expliquent les measures prises pour donner effet
aux dispositions des recommendations.
Le BIT soumet ces rapports une comirn.ssion d'ex-
perts internationaux qui se runit chaque anne. Les
conclusions de ces experts sont trFr-smises la conez-
rence annuelle. Au sein de celle-ci une commission tri-
partite. don't les travaux sort publics est charge d'L.
.endre les c:qilications que les gouvcrnen-rnts p.3ort- i
en lpc-nse aux: critiques .ormnules par les experts qua-i
l'application des textes ratifies. A sco tour, cette com-
mission iransmet la conference le rapport de ses tra-
vaux qui est ensuite public.
b) Les Conventions internatio ales suivantes ont i:
ratifies par la Rpublique d'Haiti :

a) CONVENTION L-

Convention tendant limiter huit heures par jour
ET A QUARANTE-HUIT HEURES PAR SEMAINE LE
NOMBRE DES HEURES DE TRAVAIL DANS LES
ETABLISSEMENTS INDUSTRIES. (Premire Ses-
sion Washi gton 1919, entre en vigueur le 13 Juin
1921). Cette convention numre la liste des tablisse-




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs