• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Table of Contents
 Foreword
 Introduction
 Sciences humaines
 Economie
 Religion
 Education
 Politique
 Politique et litterature
 Litterature
 Arts
 Relations
 Resolutions
 Negritude
 Liberte
 Unite
 Rencontres 1959
 Conclusion
 Back Cover






Title: Negritude
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081466/00001
 Material Information
Title: Negritude
Physical Description: 502 p. : ; 22 cm.
Language: French
Creator: Piquion, René
Publisher: Impr. de l'Etat
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1961
Copyright Date: 1961
 Subjects
Subject: Blacks -- Africa   ( lcsh )
Blacks -- Haiti   ( lcsh )
Negros en Africa
History -- Africa   ( lcsh )
Civilization -- Africa   ( lcsh )
Civilización -- Africa
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
General Note: "Ce travail procède de l'idée de recueillir et de réunir les réflexions de quelques éminents congénères américains et africains engagés activement sur les fronts variés de la libération de l'Afrique." - p. 1.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00081466
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltuf - AAQ0927
oclc - 01724912
alephbibnum - 000134874

Table of Contents
    Front Cover
        Page i
        Page ii
    Table of Contents
        Page iii
        Page iv
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
    Foreword
        Page 1
        Page 2
    Introduction
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
    Sciences humaines
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
    Economie
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
    Religion
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
    Education
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
    Politique
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
    Politique et litterature
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
    Litterature
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
    Arts
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
    Relations
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
    Resolutions
        Page 343
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
    Negritude
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
    Liberte
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
        Page 415
        Page 416
        Page 417
        Page 418
        Page 419
        Page 420
        Page 421
        Page 422-423
        Page 424
        Page 425
        Page 426
        Page 427
        Page 428
        Page 429
        Page 430
        Page 431
        Page 432
        Page 433
        Page 434
        Page 435
        Page 436
        Page 437
        Page 438
        Page 439
        Page 440
        Page 441
        Page 442
        Page 443
        Page 444
        Page 445
        Page 446
    Unite
        Page 447
        Page 448
        Page 449
        Page 450
        Page 451
        Page 452
        Page 453
        Page 454
        Page 455
        Page 456
        Page 457
        Page 458
        Page 459
        Page 460
    Rencontres 1959
        Page 461
        Page 462
        Page 463
        Page 464
        Page 465
        Page 466
        Page 467
        Page 468
        Page 469
        Page 470
        Page 471
        Page 472
        Page 473
        Page 474
        Page 475
        Page 476
        Page 477
        Page 478
        Page 479
        Page 480
        Page 481
        Page 482
        Page 483
        Page 484
        Page 485
        Page 486
        Page 487
        Page 488
        Page 489
        Page 490
        Page 491
        Page 492
        Page 493
        Page 494
        Page 495
        Page 496
        Page 497
        Page 498
    Conclusion
        Page 499
        Page 500
        Page 501
        Page 502
    Back Cover
        Page 503
        Page 504
Full Text















'K..


1961


'fn


S. t












y^<1\\... -


itP



t-s



18 5~Ji
















c.

















SOMMAIRE .:

PREMIERE PARTIES

ELEMENTS DE NEGRITUDE .
Pageu
AVANT-PROPOS.................................................. ...... .:.... ... 1
INTRODU CTION ....................................... ......................... ... 3
SCIENCES HUMAINES........................... ...,.......... 9
De la prhistoire au moyen ge.... ...........;i,:;.,:... 11
Palontologie, prhistoire et archologie...I.... ... :*"l. .i;.4
L'Ethnologie. ........................ .. ..... ............ ... .. ... 19
L'H istoire..... ..................... ............ : ,.. ...,, 23
La socit africaine.................. .............................. 28
La civilisation ngro-africaine............................... 3
Unit et variation.............. .......... ... ..... '..:. : ... 46
Elite nigrienne ......... ....................'.. .: > .... .... 52
Erudition............................ ....... ... ...... ...... ... .... 55

ECONOM IE................................... ...*................ .. 61
Du dveloppement conomique..................;... .... .. 63
De l'assistance extrieure........ ................... .. 68
En Afrique tropicale.................................................. 72
De l'intgration conomique................................. 77
La commission conomique pour l'Afrique.... .... ..... 81
Du syndicalisme......................................................... 87
Intrt amricain en Afrique......................... .. ...... 89

'RELIGION ............................................................. ... 93
Religion et sparatisme.................................... ... 95
Messianisme et nationalisme...................t..... ...'...-..:.. 98
L'Islam et l'Afrique ........................... .;:....:.. ... '.. 107

EDUCA' T ON.... ................................................... ,.. .. 111
De la formation de la jeunessei...;./.-..*....:. ....i.-.... 113
Les tudes africaines aux Etats-Unis............. .......... 117








SOMMAIRE


EDUCATION (suite) Page
L'ducation africaine et ses buts................................. 122
Le problme de l'ducation africaine........................... 130
i Education et tradition.............................................. 133
L'ducation au Sud du Sahara........................................139
L'ducation en Afrique ocidentale franaise............... 148
L'tudiant africain aux Etats-Unis................................. 155
Vers une university fricaipe..................................... 15
POLTIQUE..... ......................................................................... 163
Les parties en Afrique occidental anglaise.................... 165
La vie politique en Afrique orientale........................... 171
Les leaders africains.................................................... 177
Les leaders en Afrique occidentale franaise................... 182
Cinquime Rpublique et Commuaut froe.-africaine... 189
Politique et conomie.................................................... 195
POLUTIQUE ET l Tr ATUOBE........................................... 203
L'homme de culture et l'homme politique.................... 205
Culture et .politique.................................................... 210
4JrITERATURE......................................................................... 215
I.bgration et .ngritude................................................ 217
Une. philpophie de la littrture ngve mamrice...... 223
La littrature .ngr3-amricaine............................................ 229
Les tendances dans la posie africaine......................... 233
Eerivains et potes d'origine africaine.......................... 237
Beoivains mi gres............................... ............... 245
Eorvaiva s noirs et langues............................................. 248
A R T S............................................................................... ........ 255
Les survivanes africaines en Amrique........................ 257
Transfert de culture.'................................................. 261
Le style africain dans l'art moderne............................. 264
Peinture et sculpture................................................... 265
Sq lpture..................................................................... 21
L'ai t e .a Kb.. ............................. ........................... 272
L'art a Euiba................................................................ 272
i,. artiste brsilien....................................................... 274
M usique........................................................................... 275
dM sique africaine........................................................ 27. 9
Smuiqe a baie............................................... 285
-La danse...................................................... 28








SOMMAIRE
Pages
RELA'M ONS............................................................................... 293
L'Afrique vue par le Ngre amricain............................ 295
L'Amrique vue par le Ngre africain........................... 299
Le Ngre amricain et l'Afrique............................... 302
Le Ngre amricain et la vie social en Afrique......... 310
La press en Afrique.................................................... 317
La press ngre amricaine en Afrique...................... 322
Les problmes de la sant publique en Afrique Occidentale 325
Le Libria dans le pass et dans le prsent................. 322
Le Libria, la S.:DN. et les Etats-Unis......................... 7
IESOLUTIONS
solutions du 2me Congrs des crivains et artistes noirs
















DEUXIEME PARTIES

TBIOMPHE DE LA NEGIT'UDE
Page
NEGRITUDE...... ................................ ....... ........ 365
L'assim ilation....................... .. .................... 367
Nostalgie d'une tradition ................ ..............373
S N gritude ...................................... .... ......... ..... 379
Communisme et ngritude....................................... ... 385
Les espoirs de la ngritude......................................... 391
Langues et langage............................ ....................... 398
Message des ballets africains...................................... 404
LIBERTE............... ............ ........ .................. 411
De Bandoeng Rome.................... ...................... 413
Rveil de l'Afrique.................................................... 419
Dmocratie africaine................................................. 427
M ains de fer..................... ........ .......... ................. 433
Eventail politique.......................................................... 439
UNITE..................................... .. ................ 447
Autour d'un voyage............................ ................. 449
RENCONTRES 1959............. ............... ...................... 461
Rom e..... ......... .. ...... ............................... ........ 463
Phases d'un Congrs................................................ 468
M essages............................ ................. ....................... 473
Audience pontificale....................................................... 480
Quelques dlgus............................................ ........... 484
Au Waldorf Astoria............................................... 43
CONCLUSION........................................................................ 499








BIBLIOGRAPHIE SOMNMAIRE


(1) Africa seen from the point of vue American Negro scholars.
(2) 2me. Congrs des crivains et artistes noirs de Rome, 26-31


Mars 1959.
(3) 2me. Congrs annuel de 1
caine, 26-29 Juin 1959.
ALIOUNE DIOP
Dr. JOHN A. DAVIS
Dr. ST. CLAIR DRAKE
MARTIN L. KILSON Jr.
Dr. HUGH H. SMYTHE
Dr. LORENZO D. TURNER
JAMES A. PORTER
J. NEWTON HILL
J. EUGENE GRIGSBY Jr.
PEARL E. PRIMUS
SAMUEL W. ALLEN
Dr. MERCER COOK
Dr. RAYFORD W. LOGAN
JAMES W. IVY
Dr. HORACE MANN BOND
Dr. E. FRANKLIN FRAZIER
Dr. LAWRENCE C. HOWARD
Dr. HILDRUS A. POINDEXTER
Dr. W. W. B. DU BOIS
JOHN W. DAVIS
ADELAIDE CROMWELL HILL
DOROTHY B. PORTER
ULYSSES LEE
Dr. WILLIAM T. FONTAINE
SAUNDERS REDDING
HAROLD W. CRUSE
MIRIAM KOSHLAND
J. H. KWABENA NKETIA
Dr. ALAN P. MERRIAM
JACOB LAWRENCE
ELTON C. FAX
Dr. IRENE DIGGS
FERNANDO ORTIZ
RUTH SCHACHTER
TOWNSEND M. LUCAS


a Socit amricaine de culture afri-

Dr. MERCER COOK
CARL G. ROSEBERG Jr.
Dr. RUTH SLOAN
JOHN HENRIK CLARKE
HAROLD R. ISAACS
SEKOU TOUR
Dr. JEAN PRICE MARS
AIME CESAIRE
JACQUES RABEMANANJARA
EMMANUEL C. PAUL
CHEIKH ANTA DIOP
LEOPOLD SEDAR SENGHOR
ERIC WILLIAMS
MODILIM ACHUFUSI
KOFIE ANTUBAM
Dr. WILLIAM Leo HANSBERRY
Dr. H. A OLUWASANMI
Dr. ELLIOT ZUPNICK
ARNOLD RIVKIN
Dr. DAVID E. CARNEY
MAIDA SPRINGER
F. S. ARKHURST
ELLIOT J. BERG
ABSOLOM VILAKAZI
LEONARD ZEITZ
ISA S. WALI
LEONARD S. KENWORTHY
MALIAM AMINU KANO
Dr. DAVID G. SCANLON
Dr. EDWARD WARNER BRICE
Dr. ASSANE SECK
JOHN LIVINGSTON
SHADRACK M. OKOVA
CHANCELLOR WILLIAMS







A


AVANT PROPOS

Ce travail procde de l'ide de recueillir et de runir les
rflexions de quelques minents congnres amricains et afri-
cains engags activement sur les fronts varis de la liberation
de l'Afrique.
Lutte grandiose livre dans des circonstances hroques,
avec la perspective que l'esclavage et la colonisation ne lais-
seront bientt dans la mmoire des hommes que le souvenir
d'un affreux cauchemar.
Le mrite de ce miracle reviendra la profonde cons-
cience des masses ngres et l'action de leurs travailleurs
intellectuals, de leurs leaders syndicaux et de leurs chefs po-
litiques servant d'avant-garde.
Soudan, Ghana, Guine, Togo, Cameroun, Nigria, Somalie,
Kenya, Congo, etc., autant de jalons glorieux d'une route p-
nible et longue don't on entrevoit heureusement la fin ra-
dieuse.
l s'agit d'ores et dj de reconstituer la personnalit afri-
caine crase, d'liminer, dans l'Africain et dans les socits
africaines, les squelles du colonialism.
Tche crasante exigeant une force et une vigilance aux
dimensions de l'homme de ce sicle.
Dans cette venture, il faut tenir compete des piges, des
intrigues, des menaces capable d'en ralentir ou d'en arrter
le movement.
Mais les vnements vont vite en Afrique. Tout combat
d'arrire-garde se rvlera inutile et les plans pour partir et
rester sont vous l'chec.
'Le Ngre de 1961 prfigure le Ngre d'un lendemain pro-
che avec sa stature et sa dignit enfin retrouves.


NEGIITUDE 1













(J INTRODUCTION

L'ide de fonder la Socit amricaine de culture afri-
caine drive du ler. Congrs des crivains et artistes noirs
de 1956 et de la participation ce congrs d'un group
remarquable d'universitaires ngres amricains.
L'un des rsultats concrets de cette rencontre d'intel-
lectuels noirs de toutes les regions du monde fut donc la
creation de cette association, devenue une branch rgio-
nale de la Socit africaine de culture.
Il faut attribuer l'origine de ce recent movement
de culture et de solidarity ngres, Prsence Africaine
qui vit le jour Paris en 1947, grce l'initiative d'A-
lioune Diop, entour de la collaboration empresse d'in-
tellectuels franais et africains.
La raison d'tre de cette revue impliquait l'tude d-
taille de la culture noire du pass et du present dans un
effort pour la revaloriser et la faire apprcier du monde
occidental.
-De son ct, conscient de l'importance croissante de
l'Afrique, le congnre amricain, outre cette fin, s'as-
signait la tche de relier cette culture la culture amri-
caine et la paix, dans un universe o il espre que les
Africains et les personnel d'origine africaine joueront un
rle apprciable.
L'une des ralisations de la Socit amricaine de
culture africaine, durant sa court existence, consistait sur
la suggestion d'Alioune Diop, alors de passage New-







INTRODUCTION


York au dbut de l'automne 1957, publier un ouvrage
runissant les rflexions des Noirs amricains concernant
l'Afrique.
Sous le titre, L'AFRIQUE VUE PAR LES NE-
GRES AMERICAINS, vingt trois chercheurs et univer-
sitaires ngres amricains rdigrent de savantes com-
munications prcdes d'une prface d'Alioune Diop,
secrtaire gnral de l'Association africaine de culture et
d'une introduction de John A. Davis, directeur excutif
de la Socit amricaine de culture africaine.
Alioune Diop observe non seulement la communaut
d'origine et de destin des Ngres et la rpercussion de ces
facteurs sur leur sant, leur dmographie, leur vie cono-
mique et leur culture, mais aussi l'influence manifeste de
l'hritage cultural africain dans la culture amricaine.
S Si, d'autre part, aux Etats-Unis, dans certain Etats,
on a cru bon de maintenir les prjugs de race et singu-
lirement, la sgrgation, on peut admettre que cet tat
J'esprit correspond une squelle de Fesclavage.
Contre le racism et l'imprialisme, intellectuals afri-
cains et intellectuals noirs affirment leur solidarity.
En protestant contre le reproche d'avoir associ le
Vgre amricain au movement africain dans la crainte
que ce movement ne tombe dans l'un des deux blocs an-
tagonistes qui se partagent le monde, Diop rend en mme
temps hommage ses congnres amricains et profit de
l'occasion pour leur payer une dette de reconnaissance
pour leur participation dans la lutte en faveur de la lib-
ration des peuples africains.
Le Ngre ne s'alliera ni l'Est ni l'Ouest tant que
toutes les nations africaines n'auront pas obtenu leur in-
dpendance.







INTRODUCTION


Les Ngres amricains suivent avec sympathie la
lutte que mnent les Ngres africains pour leur libra-
tion, de mme que les Noirs africains attendent avec in-
trt la fin de la sgrgation aux Etats-Unis.
Nationalisme africain et anti-racisme amricain for-
went deux aspects de la mme cause.
Il faut fliciter et encourager la Socit amricaine de
culture africaine de s'tre engage dans la voie de la
defense et ie l'illustration de la dignit de la culture
noire.
Ce qui frappe d'abord en John A. Davis, c'est sa
nuance trs claire permettant de compare son action
celle d'un Walter White ou d'un Adam C. Powell qui
eussent pu aisment passer la ligne de couleur et qui, no-
nobstant cette nuance, poursuivent, ct des Noirs, la
lutte pour l'intgration dans la communaut amricaine.
Docteur en philosophie de l'Universit Columbia, il
a enseign l'Universit Howard et l'Universit d'Etat
de l'Ohio et dispense maintenant des course de science po-
litique au Collge de la Ville de New York. A lUniversit
Lincoln, centre de formation de nombre de leaders noirs
amricains, il compta parmi ses lves le Dr. Kwame N.
N'Krumah.
D'autre part, trs actif dans le movement social con-
temporain, il prte ses services l'Association national
pour l'avancement des gens de couleur et fit parties de la
fameuse Commission institute par le president F. D. Roo-
sevelt pour viter la discrimination dans le secteur du tra-
vail. Actuellement, il figure parmi les membres influents
de la Commission de lEtat de New York contre la discri-
mination.







INTRODUCTION


C'est lui que revenait le privilege de prsenter l'A.
frique vue par les Ngres amricains.
Dans une synthse qui rend accessible ensemble de
l'ouvrage, il met en relief la mthode de travail des so-
ciologues amricains dans texamen des socits africaines.
Ils adoptent une approche empirique prvoyant
des solutions pragmatiques. En d'autres terms, la ten-
dance chez eux vise ngliger les mythes, les slogans, les
theories pour observer objectivement et proposer des so-
lutions adquates.
Concernant les religions et les cosmologies africaines,
Hansberry, lun des sociologues en question, y dcouvre
des fondements semblables ceux des autres religions con-
nues.
Pour saisir les beauts de l'art africain, il faut en
connatre les principles. Les caractres de cet art, l'in-
fluence qu'il a exerce sur l'art occidental, l'originalit
de la posie africaine, les caractres et les rapports de la
danse avec toutes les activits artistiques et sociales en
Afrique, son empreinte sur le folklore de lAmrique ont
Sfait l'objet d'tudes comptentes.
Dans leur dification d'une littrature remarquable,
les potes et les romanciers noirs -ont contribu l'enri-
chissement de la littrature universelle.
Que les Ngres amricains se soient intresss aux
Ngres africains, on en trouvera la preuve dans nombre
d'crits du pass et du present, dans les activits de lAs-
sociation national pour l'avancement des gens de cou-
leurs et dans l'inspiration amricaine des Congrs pan
ngres de ce sicle.
Cet intrt devient de plus en plus rciproque de la
part des Ngres africains.








INTRODUCTION


Aux critiques dsabuses du Dr. Franklin Frazier,
savoir que le Ngre amricain ne peut contribuer au d-
veloppement social de son congnre africain, la rponse
est que si celui-l reprsente un lment mineur dans les
grandes entreprises industrielles ou bancaires amricaines,
il jouit d'influences suffisantes dans les machines politi-
ques. D'autre part, son habilet politique et diplomatique,
le nombre de ses chercheurs et de ses universitaires peu-
vent tre d'un apport apprciable l'Afrique noire.
Enfin, l'opinion de Frazier que l'crivain ngre
amricain ne veut tre qu'un crivain amricain, et rien
de plus, et que le Ngre amricain, de descendance mix-
te, n'est plus un Ngre pur, s'oppose l'argument que tous
les crivains et artistes noirs amricains se sont rvls
conscients de leur race et que, d'autre part, bien qu'il
y ait eu mtissage en Amrique, son caractre ngroide
reste nanmoins patent et incontestable.























SCIENCES HUMAINES













BE LA PREHISTOIRE AU MOYEN AGE

Le Dr. William Leo Hansberry reprsente une au-
torit concernant l'Afrique des ges rvolus et enseigne
la Prhistoire, l'Antiquit et le Moyen Age africains
l'Universit Howard. On peut le considrer comme l'un
de ceux qui ont le plus contribu rvler le continent
noir aux Etats-Unis.
Les dcouvertes rsultant des fouilles opres au
course du sicle prcdent et, particulirement, les vesti-
ges remontant aux Ages de la pierre ont jet une vive lu-
mire sur le pass du continent africain. Jusqu'en 1910.
il tait admis que l'Afrique, presque inhabite, n'avait
jou qu'un rle insignificant dans l'histoire. Selon cette
version, l'Asie est le berceau de l'humanit, les premiers
habitants de l'Afrique en sont originaires. Pendant de
dizaines de milliers d'annes, ils s'taient confins le long
de la cte sud de la Mditerrane et le reste du conti-
nent ne s'tait peupl, son tour, qu' la fin de l'Age
de la pierre, il y a dix quinze mille ans.
Or, les faits ruinent ces allegations. Non seuleimenit
l'existence de l'homme en Afrique remote quelques
centaines de milliers d'annes, mais les archologues ont
relev des milliers de squelettes et d'objets, parpills
dans toutes les zones pour tablir d'une manire premp-
toire l'antiquit de l'homme noir dans ce continent :et-
l'authenticit de ses uvres.







12 NEGRITUDE

Nombre de spcialistes ont t impressionns de la
finesse des objets mis jour, de leur resemblance avec
les objets trouvs dans d'autres continents, de leur an-
ciennet indniable. Beaucoup d'autres croient fer-
mement que ces pices d'art sont indubitablement d'o-
rigine africaine. D'autres, enfin, attestent que l'art de fa-
briquer et de perfectionner les armes et les outils, la
peinture, la sculpture et la poterie avaient pris naissance
en Afrique et s'taient rpandus dans les autres conti-
nents. Car, ct de ces objets d'art, de ces armes et de
ces outils, on a retrouv les cadavres ptrifis de types
nettement ngrodes.
Or, si la dcouverte de ces vestiges en Afrique et
dans les autres continents a tonn les chercheurs et les
a surtout ports revenir sur leurs erreurs, celle plus r-
cente de certain fossiles indique que le premier homme
a fait son apparition en Afrique la faveur d'un climate
relativement clment, pendant que sa rigueur rendait im-
possible le mme phnomne ailleurs.
Donc, des vestiges d'origine africaine, des squelettes
de ngrodes ont t inattenduement retrouvs dans des
sites au del de l'Afrique.
On a expliqu cette migration, ce dplacement de
l'homme prhistorique africain vers d'autres continents
par la terrible scheresse qui frappa le Sahara et la Ly-
bie et l'obligea se rfugier dans d'autres dcors.
Certains chercheurs croient que le Ngre a jou un
rle capital dans la formation culturelle et ethnique de
l'Europe et de l'Asie.
Le Ngrode de la prhistoire engendra les autres
races et leur enseigna ses arts et ses techniques. Si la res-







SCIENCES HUMAINES


semblance des objets explique leur origine commune, leur
expansion drive du changement de climate. Mais la diff-
renciation ethnique rsulte, d'aprs certain anthropolo-
gues, de l'influence de la morphologie, du milieu et de la
loi naturelle.
De plus, dans les valles du Niger, du Zambze, du
Bnou, du Haut-Nil, du Sahara et du Tchad s'tendaient,
de l'est l'ouest, les royaumes de Napata, de Mroe,
d'Axum, de Dongola, d'Alwan, de Kanem, de Bornou,
du Ghana, de Mali et de Songhai. Les fouilles y ont mis
en lumire des dbris d'difices, de places publiques, de
temples, des ruines de villes entires don't la constric-
tion et l'amnagement constituent autant d'attestations de
l'habilet des ouvriers et du talent des ingnieurs qui les
conurent et les firent excuter.
Les processes des potentats, leur gnie administratif
et leur gnalogie figurent dans des archives locales et
dans les relations des voyageurs et des chroniqueurs dans
toutes les langues savantes de l'poque.
Il rsulte de toutes ces informations et de toutes ces
constatations que l'Afrique a dvelopp depuis la prhis-
toire jusqu'au Moyen Age, des civilisations successives
comparable celles des autres continents et mme cells
de la Grce et de Rome.
Lorsqu'on aura fini de confronter les documents et les
vestiges avec impartialit, loyaut et objectivit, on arri-
vera la conclusion que le gnie ou la stupidit et la
sauvagerie ne sauraient se localiser dans des zones dter-
mines du monde et que toutes les races ont align le
long des ges, leurs sages et leurs idiots, leurs saints 'et
leurs pcheurs.







NEGBITUDE


PALEONTOLOGIE, PREHISTOIRE,
ARCHEOLOGIE

Il revint au Doyen des crivains et artistes noirs as-
sembles Rome et en mme temps president de la Socit
africaine de culture le privilege d'ouvrir les dbats ou
d'inaugurer la srie des communications prsenter au
course des sances plnires et publiques du Congrs.
Le Dr. Jean Price Mars choisit un thme essentielle-
ment scientifique, assez dlicat traiter parce qu'il ali-
mente les passions ou les prjugs et rveille les intrts.
Il s'agit, d'une part, de dterminer l'tat actuel de
la palontologie, de l'archologie et de la prhistoire et,
d'autre part, la place lgitime de la race ngre dans l'his-
toire de l'humanit.
Avant de se prononcer sur ces deux problmes ma-
jeurs, il imported de dfinir la notion de race, la fois sujet
d'intrts pour le savant et pour l'homme de la rue.
Cette notion, apparemment simple, a donn lieu
des attitudes mentales si nombreuses, des definitions si
disparates, a mme engendr, au nom du principle de su-
priorit racial, des entreprises de rapine, de meurtre
si violentes qu'au milieu de cette confusion les homes
de bonne foi ont jug ncessaire de la mettre nu et de
la repenser.







SCIENCES HUMAINES


On sait que sous la haute autorit morale du Dr.
Jaime Torrs Bodet, un souffle de libralisme avait ani-
m les activits du Secrtariat de l'Unesco.
En effet, cet organisme international, conscient que
sa mission essentielle consiste liminer les menaces de
guerre par l'ducation, la science et la culture et que la
notion de race est 'une des plus explosives et des plus
irritantes qui soit, sollicita de savants de plusieurs natio-
nalits une declaration qui la clarifit et la rendt ano-
dine pour la scurit des hommes.
Cette declaration part en 1950. Et come elle n'eut
pas l'heur de satisfaire un nombre important de savants,
l'UNESCO reprit le project. Elle obtint un document, con-
tenant l'essentiel sur la notion, qu'elle publia en 1952.
Ce document intitul: Qu'est-ce qu'une race? a servi
de base cette tude.
Il est presque gnralement admis qu'une race est
un groupement natural d'hommes prsentant un ensem- !
ible de caractres physiques hrditaires communs et que
toutes les races procdent d'un tronc common, l'homo sa-
piens.
Cette definition, apparemment satisfaisante, laisse
encore intact le champ des controversies. A la division tra-
ditionnelle de l'humanit, selon l'ordre zoologique, en
sous-espces, certain savants prfrent celle de caractre
botanique, en varits, qui leur permet d'englober les va-
rits humaines non comprises parmi les grande races.
Ils citent l'exemple de ces millions d'hommes qui rsul-
tent en Amrique du brassage multipli, depuis trois cents
ans, de ngres, de blancs et d'indiens et qui vivent parmi
environ 300 400 millions de blancs.







NEGICTUDE


Que cette varit original d'hommes, presque iden-
tique celle du blanc et, cependant, troitement allie a
l'une ou l'autre des deux races de couleur, malgr les inter-
dictions, les lois de sgrgation, arrive parfois passer
la ligne ou se perdre dans la race blanche, constitute
une illustration de l'ambigut de la notion de race.
L'quivoque s'aggrave de la tentative d'augmenter
les races humaines et de les porter de 5 30 varits.
A la doctrine de l'homme venant d'un tronc com-
mun s'oppose celle du tronc commun, produisant des ra-
meaux, ceux-ci, leur tour, des branches et celles-ci, en-
fin, des varits.
Il parat que la second doctrine ne permet pas d'ex-
pliquer la similarit des fossiles dcouverts dans les coh-
ches du globe.
A partir de ce problme, il faut remonter l'origi-
ne de l'homme. Ici, les hypothses abondent. Mais, on
tend retenir celle qui veut que la vie provienne de l'ac-
tion des rayons ultra violets du soleil sur les synthses
physico-chimiques survenues dans les eaux chaudes de
l'ocan. La srie, commence dans la confusion des r-
gnes, se pursuit dans la diffrenciation des protines,
des virus, des bactries, puis dans l'avnement des inver-
tbrs, puis, des vertbrs, des primates et, enfin, de
l'homme. A la fin de l'aventure, l'homme actuel, s'est d-
tach de l'homo sapiens, semblable lui-mme en quel-
que continent qu'il ait t dcouvert.
La plupart des savants semblent tomber d'accord sur
ce point essential.
La naissance de l'homme a donc ncessit des mil-
lions d'efforts constants de la nature.






SCIENCES HUMANES


Il s'agit maintenant de fixer le moment, le lieu, le
mcanisme de cette extraordinaire transformation.
Ici encore les hypothses, les discussions, ls doctri-
nes, mles de passions et de convoitises se multiplient
l'infini pour drouter davantage le profane. Mais com-
ment expliquer la diffrenciation des hommes, leur cou-
leur, la forme de leurs traits, la structure de leurs che-
veux tant des lments propres chaque race et la base
des classifications classiques.
L'une des hypothses les plus plausibles est celle se-
lon laquelle au course de la dure, il s'est produit d'abord
le phnomne de la mutation de gnes, puis celui de l'h-
rdit et, enfin, celui de la diffrenciation des races dans
l'isolement de leur habitat.
L'poque de l'apparition du primate, d'abord, et de
l'homme, son successeur est approximativement dtermi-
nee.
Le mode .selon lequel la succession s'est produite,
obissant aux lois de l'volution, il reste situer le th-
tre de cette venture bouleversante.
La dcouverte de fossiles en Egypte et en Afrique
orientale indique que l'pope de l'homme dbuta en
Afrique.
Ce fait permet d'expliquer que, l'ge quaternaire
qui coincide avec l'apparition de l'homme, l'Asie et l'Eu-
rope taient couvertes d'une paisse couche de glace ren-
dant la vie humaine presqu'impossible.
Restait l'Afrique comme domaine idal rserv
l'exprience humaine, car le climate, la faune et surtout
la flore, sous l'empire d'un soleil passablement chaud,
encourageaient cette origine et cette volution. Ce fut






18 NEGRFfUDE

donc la fort qui servit d'abord d'habitat aux premiers
habitants du globe. Refouls par des animaux concur-
rents plus puissants, les homes gagnrent les plateaux,
plus srs, et de l essaimrent dans les autres continents
la faveur des circonstances.
Ainsi, l'Asie ne serait plus le berceau de l'humanit.
A la faveur des fouilles, des dcouvertes et des interpr;-
tations de savants non suspects de prjugs, on voit I'A-
frique s'avanant, avec les products de son sous-sol, de
son sol, ses resources nergtiques, son matriel human.
sa culture, anxieuse de participer la communion des
ihommes dans la libert, l'galit et la fraternity.






SCIENCES HUMAINES


)LOGIE


Excellente tude que celle d'Emmanuel C. Paul ta-
blissant la valeur de l'ethnologie par rapport aux cultu-
res ngro-africaines, la contribution celles-ci de la R-
publique d'Hati, considre en mme temps comme une
rplique au dnigrement imprialiste, le rle des ethno-
logues dans le dveloppement du nationalism.
La littrature hatienne, d'aprs lui, comprend deux
tapes.
Dans la premiere tape qualifie par le Dr. Franois
Duvalier, Lorimer Denis et Arthur Bonhomme de littra-
ture d'vasion et d'imitation, la littrature hatienne se
propose de se rapprocher le plus possible de l'inspiration
et du style franais. Pourtant, Antnor Firmin y voyait
dj un argument en faveur de l'galit des races.
Or, malgr le souci de s'lever au niveau de cette
littrature d'emprunt, les Hatiens restaient l'objet du ri-
dicule, de la calomnie de la part des colonialistes et des
racistes.
Cette attitude hostile provoqua une reaction et la se-
conde tape vit le jour sous 'influence de l'ethnologie
avec la publication, en 1885, de L'galit des Races hu-
maines, d'Antnor Firmin et le Vodou hatien, de Duver-
neau Trouillot.






NEGRITUDE


Si le premier ouvrage content des rfrences va-
ries pour combattre la thorie de l'ingalit des races,
la mthode employe par son auteur est nanmoins p-
rime.
Le second ouvrage, esquisse d'ethnographie religieu-
se, envisage plutt la defense des croyances hatiennes, as-
similes la magie, et prvoit mme leur disparition.
Outre ces deux ouvrages, il convient de citer De la
rehabilitation de la Race noire, par Hannibal Price, consi-
dre, en parties, comme une euvre d'ethnologie et, en par-
tie, comme une cinglante rplique aux critiques malveil-
lantes continues dans le Black Republic, de Spencer St.
John, La vrit sur le vodou, de F. D. Lgitime o celui-ci
dcrit le caractre familial et monothiste de ce culte po-
pulaire.
Passant une autre gnration, Vodou et Nvrose
et Vodou et Magie, du Dr. J. C. Dorsainvil, reprsente une
tentative d'assimiler le vodou une nvrose ou un ph-
nomne d'hystrie.
Quant au Dr. Jean Price Mars, il recourt comme
son contemporain Dorsainvil l'africologie et recomman-
de le folklore comme une source d'inspiration littraire
et comme un apport du nationalism. I publia, en 1928,
un ouvrage retentissant: Ainsi parla l'Oncle. Ce livre sus-
cita des vocations, engendra des institutions et des coles
et fit surgir de nombreux disciples parmi lesquels se d-
tachent le Dr. Franois Duvalier, Lorimer Denis, Klber
Georges Jacob.
Les jeunes ethnologues hatiens voient en Dorsainvil
et en Mars, des continuateurs de Firmin et de Lgitime,
et en ces quatre crivains les ouvriers prestigieux du na-
tionalisme haitien.






SCIENCES HUMAINES


Firmin et Mars ont dcouvert leur vocation en Fran-
ce, le premier en reaction contre la thorie de l'ingalit
des races humaines et, le second, contre le racism de
Gustave Le Bon. Par une frappante coincidence, l'un et
l'autre sont historians. '
Ayant fix les tches de l'ethnologie, il se rvle n-
cessaire de considrer les responsabilits de cette science
en Haiti.
Pays sous-dvelopp conomiquement et technolo-
giquement, il peut devenir la victim de l'imprialisme
conomique et culture
S Un danger rside dans l'ide persistante depuis le d-
but de la priode national jusqu'aujourd'hui de ressem-
bler, d'imiter et depuis quelque temps d'arranger le fol-
klore au got du public tranger.
L'autre danger se trouve dans le repliement sur soi,
dans l'orgueil et l'isolement.
La jeune cole ethnologique d'Hati prconise une
position intermdiaire, une attitude de combat pour con
server l'originalit de la culture national qui s'alimen-
tera aux sources de l'ethnologie.


L'auteur s'excuse de n'avoir rsum que les textes des communica-
tions lues ou distributes durant le Congrs de Rome. Parmi celles qui
n'ont pas t remises cette occasion figurent trois importantes tudes
prsentes par des crivains haitiens bien connus et manifestement
entrans dans le movement pan ngre.
Ce sont Population et education en Haiti, de Maurice Lubin, diplm
en droit et en ethnologie de l'Universit d'Haiti, statisticien et co-
nomiste prpar dans les institute spcialiss de. Washington, de Rio
de Janeiro et de Turin; Le roman franais contemporain dans une im-
passe. Perspectives communes du roman d'Haiti, des peoples noirs et
de l'Amrique latine, d'Ulysse Pierre Louis, licenci de la Facult de
Droit de Port-au-Prince et professeur de littratuie franaise; Archi-
tecture et civilisation ngro-amricaine de Albert Meaigons, architect








22 NEGRITUDE

Elle fait enfin ressortir la similitude des proccupa-
tions et des aspirations des Ngres et le rle de l'ethnolo-
gie come instrument de liberation non seulement poli-
tique mais psychologique, moral et cultural.


diplm de lEcole des Beaux Arts de Paris et de l'Universit Cornel.
n est malheureux qu'une savante tude de Mesmin Gabriel, professeur
de carrire et ancien Directeur Gnral de l'Education Nationale n'ait
pas pu tre publie.
Selon le Comit de Prsence africaine, le texte de Mesmin Gabriel
fut rendu public antrieurement, contrairement aux rglements du
Congrs de Rome.
Les lecteurs intresss aux problmes ngres trouveront les commu-
nications faites ce Congrs dans les numros spciaux 24, 25 et 27, 28
de Presence africaine.






SCIENCES HUMAINES


HISTOIRE

Problme large et diversifi, announce Modilin Ac-
hufusi, de la Nigria, que celui auquel font face les his-
toriens africains et de descendance africaine, en raison
mme des dimensions des continents en cause et de la
varit des pays intresss.
Problme identique cependant, malgr l'parpille-
ment ngre dans le monde.
Ce problme peut se dcomposer en trois. Celui du
regroupement, de l'agencement des faits en function de
lois et de leur analyse critique objective. Celui d'une re-
lation scientifique et prcise de la situation actuelle. Ce-
lui des perspectives futures.
La tche primordiale de l'historien et, singulire-
ment, de l'historien africain consiste dvelopper la
conscience des masses, rsoudre les questions vitales de
la nation, en function de l'histoire universelle, de l'his-
toire national, du pass et du present et dans le sens de
l'indpendance.
Pour justifier leur mainmise et leur systme d'op-
pression, les imprialistes lancrent des clichs, des slo-
gans ou des theories d'apparence scientifique comme <'A-
frique n'a pas d'histoire, la colonisation constitute un bienfait. Les faits attestent
au contraire que sur le continent noir se droula une his-
toire, se dveloppa une culture d'une richesse remarqua-
ble que l'esclavage et la colonisation ruinrent tour tour.






NEGRITUDE


On peut voquer l'appui de cette affirmation, la
prosprit, le progrs, l'organisation qui caractrisrent
les royaumes du Mali, de Songhai, la splendeur des villes
de Gao, de Tombouctou, encore l'objet de l'tonnement
des chercheurs.
La version du ngre paresseux s'avre tout aussi faus-
se, car son labeur forcen et son sacrifice gratuit contri-
Surent grandement la fortune de deux continents.
L'importance de ce sacrifice peut se mesurer celle de
l'hcatombe de cent millions d'hommes, selon les uns el,
de deux cents millions, selon d'autres.
A la lgende que les Europens oprrent l'unit en
Afrique, s'oppose le fait qu'ils s'ingnirent morceler
les territoires d'une faon si arbitraire ou fantaisiste qu'il
en est rsult que les Ewe et les Yoruba, par example, ont
t rpartis dans plusieurs territoires.
Aussi mensongre la version selon laquelle la colo-
nisation fit cesser les tueries que les guerres tribales oc-
casionnaient. Si l'on ne peut nier l'vidence de ces
guerres, on ne peut non plus passer sous silence les mas-
sacres perptrs par les Puissances coloniales pour asseoir
leur domination d'une faon decisive.
L'une des plus audacieuses impostures de l'histoire,
c'est celle qui attribue la gnrosit et la philanthro-
pie britanniques la cessation de la traite. L'indpendance
des treize colonies, le besoin de nouveaux marchs, l'inu-
tilit de l'esclavage, les soulvements des esclaves, surtout
l'action de Toussaint, en un mot, l'absence de profit d-
termina l'Angleterre adopter une position apparem-
ment plus humaine. Encore une fois, l'abolition ne rsul-
ta pas de la magnanimit britannique, elle dcoula d'un







SCIENCES HUMAINES


froid calcul d'une Puissance qui avait dcouvert une au-
tre forme d'exploitation dans la colonisation en rduisant
l'indigne une autre forme de servitude dans son pro-
pre pays.
On a souvent avanc que les guerres coloniales se ra-
menrent de simple operations ou promenades militai-
res, tant il est vrai que les Africains se rsignrent vite,
parce que telle tait leur nature d'tre soumis. Il suffit d'-'
numrer les beaux faits d'armes des Fulanis, des Samou-
ris, des Herreros et des Zoulous qui, aprs des annes de
resistance farouche, ne cdrent qu' la supriorit de-
armes des Franais, des Allemands ou des Anglais.
La conqute acheve, il fallait installer la colonisi-
tion. Deux mthodes s'offraient la Puissance colonial,
celle de la force ou celle des concessions, des rformes,
en d'autres terms, une mthode librale dans la measure
o elle peut s'appliquer un systme aussi cruel.
Dans tous les cas, les coloniaux surent trouver dans
les fodaux africains, descendants des marchands d'escla-
ves, des collaborateurs prcieux. Conscients du rle nfas-
te de ces lments, les historians ngres gagneraient en-
treprendre sur ceux-ci des recherches sur leur action pas-
se et leur position actuelle.
Certains observateurs notent avec satisfaction les
changements et les rformes rcemment survenus en A-
frique et mme la promotion de certain peuples africains
l'indpendance. Ils constatent dans quelle atmosphr.
de brutale repression ces faits se droulent au Kenya.
Madagascar, au Congo et ailleurs.
Mais, l'ide de partir pour rester a dj fait du
chemin. En dehors d'autres formules, les colonialistes ont







NEGRITUDE


trouv celle d'un march common tendu l'Afrique, eu
vertu de quoi des Puissances europennes exploiteraient
leur profit les matires premires africaines.
L'indpendance de lAfrique suppose aussi son indu.,-
trialisation et le concours des Puissances. ei',si es pui
sances socialists semblent dcider apporter sans rser- ,
ves une aide aux pays sous dvelopps, les autres n .
voient uit'une occasion de vider en Afrique le surplus de
leur production. J
Nanmoins, dans le dbat qui oppose l'Est et l'Ouestl
l'Afrique gardera une certain neutralit ou une certai-
ne inclination vers les Puissances qui se seraient rvles
gnereuses l'gard des Africains. En outre, elle gardera
une certain vigilance sur le danger que prsente ce mar-
ch commun europen tendu lAfrique avec le grelot
de la dmocratie et de la libert l'europenne, elle aus-
si, enfin offerte aux africains aprs plus d'un sicle d'ex-
ploitation aggrave de brutalit.
L'attachement de l'Europen l'Afrique est mena-
:ant. En raison de la fin du monopole europen en Asie.
l'Europe est dsormais tente de conserver l'Afrique sonr
une forme ou sous une autre.
Considrant l'histoire des deux dernires guerres
mondiales, les Africains consentirent dans la premiere des
sacrifices en vie et en biens. Ce fut une guerre typique-
ment imprialiste, essentiellement contraire leurs int-
rts et leurs aspirations.
Les territoires africains, sous un autre nom, gard-
rent leur statut colonial.







SCIENCES HUMAINES


La deuxime guerre laquelle participrent des A-
fricains et des descendants d'Africains s'engagea sous le
signe de l'antifascisme et sous la bannire de la libert.
Combien d'entre eux furent fauchs pour avoir r-
clam aprs la libert promise!
L'Afrique a trop souffert de l'esclavage, de la colo-
nisation et des guerres pour qu'on veuille l'entraner dan,
une guerre atomique.
Les dirigeants africains doivent, en gardant la neu-
tralit, pargner leurs compatriotes et leurs congn-
res de nouvelles hcatombes.
Les historians ngres doivent rendre hommage aux
historians sovitiques et aux historians occidentaux qui
ont su approcher les problmes africains avec objectivi-
t et, parfois, avec sympathie.
Un appel au patriotism des Africains, leur haine
de l'exploitation, leur volont d'indpendance et d'ori-
ginalit et un avertissement au sujet de la nouvelle me-
nace d'une solidarity Europe-Afrique au dtriment de cel-
le-ci compltent ces rflexions.







NEGRITUDE


LA SOCIETY AFRICAINE

Il revient surtout aux sociologues, aux anthropolo-
gues, aux archologues et aux thoriciens politiques, en
un mot, tous les spcialistes des sciences humaine.
de dcrire la socit africaine ou de dfinir la per-
ionnalit africaine sous son double aspect social et poli-
tique.
Le Dr. St. Clair Drake, Martin L. Kilson, le Dr.
Hugh Smythe, William Leo Hansberry forment une qui-
pe don't l'entranement universitaire et l'exprience, ac-
quise tant en Afrique qu'aux Etats-Unis, rendent possible
une telle entreprise.
On est d'abord surprise de constater l'opposition de
sentiments et de reactions de ceux qui sont entrs en con-
tact avec les civilisations africaines. En effet, en mme
temps qu'ils tombent en admiration devant les objets d'art
africains, ils prtendent prouver une vive rpulsion
l'gard des murs ou coutumes des socits qui les ont
products.
D'autre part, l'Afrique se prsente aux yeux du pu-
blic moyen et mme de certain intellectuals sous une for-
me strotype, c'est--dire fige, imprime par les pr-
jugs ou les intrts.
S'il s'avre possible de corriger la longue une no-
tion par les faits et la vrit, il n'en est pas moins vrai
que l'image acquise tend rsister aux temps et aux per-
ces de intelligence.






SCIENCES HUMAINES


l fallait justifier le racism, l'imprialisme et l'ac-
tion des missions en dfigurant l'Afrique et en faisant de
ses habitants des tres dgrads, barbares et infrieurs.
La preuve en est que le portrait du Ngre a sensiblement
volu durant les cinq derniers sicles. Une abondante
littrature sur ses vices et ses dfauts a vu le jour quand
on eut dcouvert l'usage qu'on pouvait faire de sa force.
C'est aux historians, aux gographes, aux anthropio-
logues, aux sociologues et aux thoriciens politiques et
non aux artistes, aux potes, aux missionnaires dtruire
les mythes et les slogans rsultant de cet tat d'esprit.
Or, malgr tout, la loi de l'volution a aussi jou au
profit de l'Afrique la faveur de la mobilit des ides et
des moyens de transport; elle est passe d'un stade un
autre et se trouve maintenant au seuil de l're industriel-
le.
L'Afrique relle s'offre comme un continent la fois
vari et simple. C'est .cet aspect qui a inclin les anthro-
pologues l'ide de culture ngre et les hommes de
lettres, celle de ngritude, les uns et les autres vou-
lant retenir les lments communs et originaux qui ca-
ractrisent les socits ngres.
La division des socits en infrieures et suprieures,
les notions de progrs et d'volution, de passage de l'tat
de barbarie l'tat de civilisation ont entran des tenta-
tives d'explication par l'une des causes suivantes: le mi-
lieu, la race, la providence ou les trois runies, et d'autres
encore, peut-tre.
Aprs avoir rfut ces theories, l'anthropologie so-
ciale moderne en est arrive la conclusion que, concer-
nant l'Afrique ou tout autre continent, il ne convient plus






NEGRITUDE


de l'valuer en terms de complexity relative, il imported
de faire tat de valeurs morales.
De.s explorateurs, des auteurs n'ont observ en Afri-
que que cruauts et magies et ont mis l'hypothse qui
veut que, en dehors de ce tableau, il n'existe de foyers de
civilisation que l o l'on a dcouvert l'apport de la race
chamitique.
Aux deux mthodes d'valuation des socits, dites
arrires, la mthode imprialiste ou du changement
brutal, par une force trangre et celle du laissez-faire,
ne prvoyant pas de changement, il y a lieu d'opposer
celle de la science social, qui tend placer la ralit afri-
caine social et culturelle sous un jour objectif et ne
pas considrer les socits africaines comme dgrades a
prior.
Les principles suivants guident les sociologues de la
nouvelle cole: l'individu ralisant sa personnalit par sa
culture, d'o le respect des individus et des cultures, celui
des differences culturelles, la relativit des normes d'va-
luation des cultures dpendant des cultures elles-mmes.
Aprs avoir rappel les principles de la thorie mar-
grinale et l'effet du changement d'une parties d'une cul-
ture sur les autres, on est enfin amen placer les nou-
velles lites africaines devant leur responsabilit en leur
recommandant la mthode du pluralisme pragmatique.
Elles ne mpriseront pas les coutumes traditionnel-
les parce qu'elles ont rvl leur utility dans le pass.
Lorsqu'elles auront subi un changement et une dsorga-
nisation du fait des contacts avec l'extrieur, les lites
guideront le processus d'intgration sans but et sans m-
thodes prconus et ne viseront pas imiter aveuglement







SCIENCES HUMAINES


les mthodes de telle socit plutt que celles de telle autre.
Elles penseront que toute dsintgration social est dia-
lectique et que les vieilles coutumes ou les traits sociaux
seront respects ou non selon qu'ils ne nuisent pas on
nuisent au progrs. Elles s'efforceront d'augmenter la ca-
pacit productive du group, son revenue per capital et son
standard de vie. Elles adopteront un systme clectique
qui ne soit ni capitalist ni socialist.
Pragmatisme ne signifie pas opportunisme. Il se
ra appliqu par une quipe de sociologues et de potes
attachs au primitivisme et de critiques religieux et in-
tellectuels.
La question d'un ordre divin dans le monde visible
et invisible, celle de l'homme et de sa destine, celle de
l'origine de la civilisation, celle de la paix et de la guerre,
celle de l'me et de son immortalit, le sens de la vie ont,
depuis l'antiquit, inquit les homes et passionn les
penseurs. L'histoire de la pense est jalonne des rpon.
ses de ceux-ci ces questions.
On a prtendu que les Noirs taient impermables
ces problmes. Cependant, d'innombrables documents
et rcits ont t rcemment recueillis prouvant surabon-
damment, au contraire, qu'ils manifestent cet gard une
aptitude comparable celle de n'importe quel groupe-
ment human.
Les voyageurs qui ont parcouru le continent noir
dans tous les sens tmoignent, en effet, que tous les noirs
croient en un dieu supreme, assimil au soleil on au ciel,
crateur et organisateur du ionde et que les soi-disant
paens ont su laborer une mtaphysique et une cosmo-
logie aussi leves que celles d'autres races.







NEGRITUDE


Les africologues ont, enfin, remarqu que les soci-
ts ngres non seulement connaissent de l'homme son en-
veloppe charnelle, mais aussi sont convaincus qu' ct
du corps ou dans le corps existent deux ou plusieurs ra-
lits spirituelles doues de caractres propres, immat-
rielles et vivant d'une vie particulire, chappant la
mort et susceptibles de continue jouer un rle aprs la
mort corporelle.
On a qualifi les religions africaines de superstitions
grossires et cruelles parce que la plupart des observa-
teurs s'taient borns saisir leur aspect extrieur sans
se donner la peine de pntrer leur essence.
Ainsi, ils ont pu en transmettre une vue partielle et
dforme, parce qu'alors ils s'taient contents de garder
une ide de ces religions en tenant seulement compete de3
sacrifices, des ftiches et des procds magiques.
Une tude objective et complete des religions africai-
nes a permis de reporter une second victoire sur le,
prjugs, la mauvaise foi et l'incomptence.






SCIENCES HUMAINES


LA CIVILISATION NEGRO-AFRICAINE

Depuis la fin de la deuxime guerre mondiale, Lo-
puld Sdar Senghor, pote sngalais dj rput pour
soi grand talent. s'tait rvl un home d'tat remar-
quable. Dput du Sngal, il s'tait signal au Palais
Bourbon par des interventions qui ne le cdaient en rien,
tant par l'argumentation que par l'loquence, celles des
plus vibrants orateurs de la IVe. Rpublique. Et, lorsque
vint le dbat dcisif sur l'option de l'Afrique noire, crai-
gnant l'imprparation de celle-ci, il n'hsita pas soute-
nir la formule d'une confdration dans l'galit avec
l'indpendance assure dans un dlai appropri.

Il joua un rle actif dans la champagne conduisant
au vote de la Constitution de 1958 et dans la formation
de la Fdration du Mali. Puis, un raz de mare port'
son parti au pouvoir, au Sngal, un an plus tard.
On savait que Senghor tait profondment engag
dans une bataille decisive, mais ce fat quand mme une
dception quand on apprit que, cause de ses occupa-
tions politiques absorbantes, il ne pourrait point accom-
plir le voyage de Rome. Il amnageait la victoire rcem-
ment remporte.
Mais, soucieux de remplir sa mission sur le plan cul-
turel et sur le plan politique qui tendent se confondr;
de nos ours, il adressa au Congrs une important com-


NUERITUDE 2






NEGRITUDE


munication numrant les lments constitutifs d'une ci-
vilisation ngro-africaine.
II prouve d'abord un double embarras, celui d'a-
voir dj trait le sujet au Congrs de Paris et celui de
dfinir l'esprit du Congrs de Rome. A Paris, il s'tait as-
sign la tche de dgager les totems, les vidences, les ju-
gements de valeur, le vocabulaire et le style, en un mot,
les lments de la creation en Afrique. Son expos repo-
sait sur la culture et ngligeait la civilisation ou les fac-
teurs techniques et sociaux d'analyse.
^ La civilisation ngro-africaine, come toute civilisa- /
Aion, reflte le milieu social et, travers celui-ci, le milieu
conomique et, indirectement, le milieu physique, ac-
[ tion impliquant reaction, l'une et l'autre excluant toute
rgle absolue, le produit pouvant son tour marquer la
base. Si ce raisonnement rappelle le marxisme, Senghor
se flicite de suivre sur cette voie mme les Jsuites qui
ont reconnu l'excellence de cette mthode de pense et de
travail avec, pour objectif ultime, la libert humaine.
Le thme gnral peut se rsumer comme suit: iso-
ler les faits de civilisation communs tous les Ngres et
l'humanit. Mais les terms mritent quelque precision.
Ainsi, civilisation embrasse un certain nombre de terri-
toires, race correspond un certain nombre de traits phy-
siques communs et milieu conditionne l'conomie, la so-
cit. le corps et indirectement l'me.

LE MILIEU TROPICAL ET AGRICOLE
Le Ngro-africain vit sous un climate chaud et hu-
mide, dans la savane ou la fort, s'occupe d'agriculture
ou d'levage.







SCIENCES HUMAINES


D'aprs les conclusions des savants, entire autres, cel-
les du Dr. Jean P. Mars, tant donn ce climate favo-
rable la vie, l'Afrique s'offre comme le berceau de l'i
civilisation.
Ce climate, la faune et la flore qui en drivent, con-
tribue rendre le Ngre exceptionnellement sensible de
temperament.
Des gographes ont, par ailleurs, admis la strilit
d sol africain et la pauvret de la technique afriaine.
Pourtant, ce sol, dit ingrat, a obi la technique africai-
ne d'une faon satisfaisante, alors qu'il a rsist la
technique europenne.
A ce propos, on peut se rappeler l'tat de la civili-
sation gyptienne avec l'apport ngrode, quatre mille ans
avant l'closion de la civilisation europenne.
Qu'il se soit produit un brusque arrt au fort d'un
dveloppement si prometteur, il faut attribuer ce phno-
mne la saigne abondante et prolonge opre en Afri-
que de deux cents millions de Ngres.
Le climate tropical favorisa donc de bonne here
l'apparition en Afrique d'une, civilisation agricole appr-
ciable.
PSYCHOLOGIE DU 4NEGRO*AFRICAIN
Pour saisir cette psychologie, il faut remonter aux
principles scientifiques l'ordre du jour. Ce qu'on ap-
pelle connaissance rsulte de l'action de la conscience
saisissant l'objet. Ce phnomne engage le corps qui pro-
duit les sensations, lesquelles, leur tour, se convertissent
en impressions sensorielles, et celles-ci pntrent dans la
conscience.







NEGRITUDE


Incorpor la nature, le Ngre vibre intensment
toutes ses sollicitations, tous ses appeals. Cette transfor-
niation inspire Csaire des vers magnifiques dans Ca-
hiers d'un retour au pays natal. Ce marriage de l'ambiance
et du Ngro-africain n'a pas encore trouv un meilleur in-
terprte.
Csaire, Sartre et Senghor s'accordent reconnatre
que le Ngro-africain se distingue du blanc dans l'acte
dela connaissance parce que, lorsque celui-ci semble s'op-
ooser l'objet et vouloir le soumettre la raison, une
raison discursive, celui-l, le sent, le pntre, le ramne
aussi une forme particulire de la raison, la raison sym-
pathique.
SL'motion est ngre. Ainsi s'explique la >e, c'est--dire une attitude affective l'gard du mon
de.
Au sujet de l'motion, il y a la thorie classique se-
mn laquelle l'objet produit dans le sujet une excitation
qui se traduit en movements musculaires. Selon la doc-
trine contemporaine, ces movements musculaires s'ac-
compagnent de pulsations nerveuses, d'impressions attra-
yantes ou rpugnantes.
L'exprience personnelle des uns et des autres, les
tests tablissent que les rflexes des Ngres sont sponta-
ns et vcus et que ceux-ci ragissent plus facilement aux
excitations que les lments d'autres races. Ainsi s'expli-
que en grande parties leur sens du rythme.
Selon Sartre, l'motion rsulte d'une chute brusque
dans le monde magique, monde aussi rel, aussi ration-
nel que le monde visible.







SCIENCES HUMAINES


Les gestes, les attitudes accompagnant la rencontre
de deux Africains longtemps loigns l'un de l'autre et se
muant en effusions et en danses, traduisent une motion
particulire, imprgne de mysticisme ou de magie, la
faveur de laquelle le pass devient present.
D'autre part, dans la socit africaine, les rapports
es hommes entire eux revtent un caractre plus social,
plus human, plus magique que rationnel ou technique.
Dans cette socit, la religion, la magie et l'art colorent
toutes les relations. Socit animiste par excellence.
Le Ngre africain est donc exceptionnellement dou
pour l'motion parce que pour lui tout objet comporte une
signification, un sens. De plus, l'objet se confondant avec
le sujet, l'motion devient en mme temps connaissance.

ONTOLOGIE ET RELIGION

Le Ngro-africain identified l'tre la vie ou la
force vitale qui anime tout. Chaque tre entretient des
rapports avec un autre, s'enrichit de ces rapports et de ses
relations avec l'ambiance.
Ainsi se rsume la mtaphysique ngro-africaine que
ne contredit pas la physique contemporaine.
Elle recle une valeur humaine et culturelle, pes
qu a culture peut se dfinir n effort d'adaptatiaona

Elle se prsente sous deux traits. La hirarchie des
forces vitales confre la famille les dimensions de l'u-
nivers.
Dieu devient l'anctre des anctres des clans. Anc-
tres, animaux, vgtaux, minraux participent de sa force
vitale.







NEGRITUDE


Aussi, l'homme, personnel ou tre libre, occupe-t-il
une place minente dans le monde.
Cette conception conduit la religion proprement
dite, manire de rponse la peur et l'angoisse humai-
nes. Etats d'me auxquels les Ngro-africains apportent
une solution humaniste.
SDe mme que les religions de l'Egypte et de la Grce
antiques, la religion ngro-africaine est une religion agrai-
re, car les Ngro-africains identifient les dieux ou les g-
nies aux phnomnes de la nature.
;La religion ngro-africaine offre d'abord un carac-
tre familial. La notion de l'tre en constitute le dogme
et le culte s'accompagne de sacrifice qui prend un sens
familial parce que le chef de famille y joue le rle de
prtre, de reprsentant de l'anctre, de mdiateur entree
vivants et morts.
.; Le.isible tant la manifestation de l'invisible, la
religion comme la magie procdent du mysticisme.
La religion ngro-africaine resemble la magie,
mais une magie labore, comme en atteste le sacrifice.
La religion ou la magie imprgne toutes les activits en
Afrique noire.
LA SOCIETY
Les ethnologues ont affirm l'unit de l'univers afri-
cain, l'homme ou la famille en occupant le centre.
Le village, la tribu, le royaume ou l'empire repro-
duisent la famille. La famille dilate a des degrs pro-
gressifs.
:Le Ngre africain participe, en outre, des former
de solidarity, les unes verticales, les autres horizontales.







SCIENCES HUMAINES


semblant prfigurer le socialisme selon lequel l'homme ne
vit que par et dans la socit.
La famille africaine ou le clan englobe non seule-
ment les vivants et les morts, mais encore tel animal ou
telle plante, et aboutit Dieu.
La force vitale de la famille augmente en function
du nombre de ses membres.
L'enfant est entour de soins et de tendresse jusqu'
l'ge de l'initiation.
De cette initiation mane un tre accompli.
Malgr l'influence du Christianisme et de l'Islam
considrs comme lments trangers, la femme continue
d'occuper dans la socit africaine une place respecte.
Elle assure, en effet, la permanence et la vie.
Peut-tre atteint-elle cette dignit cause du ca-
ractre agraire du monde noir. La femme resemble la
terre, parce que l'une et l'autre engendrent la vie.
Pour confirmer l'minence de la femme, qu'il suffi-
se de rappeler que par elle se transmet nom et heritage.
On a accus les Africains de la tenir dans un certain
tat de servilit et on a insinu qu'elle mrite l'affran-
chissement. La femme africaine n'aspire aucune lib-
ration, puisque libre depuis des millnaires, c'est--dire
bien avant celles qui se lamentent sur son sort.
Le marriage ne correspond pas la foundation d'une
nouvelle famille. Union de deux clans, les conjoints y
conservent leur personnalit, leur libert; l'pouse y ap-
porte ses anctres, son autel et ses biens, et administre
le foyer. Veuve ou simplement offense, elle retourne
son clan o elle ramne ses enfants et ses biens.







NEGRITUDE


On peut compare la famille ngro-africaine une d-
mocratie minuscule o le pre, par une tradition accep-
te et vnre, exerce l'autorit la fois comme chef.
cribuie juge, comme prtre et comme administrateur des
hien, communs et o l'anctre reste invisible et toujours
present.
Un group de Ngro-africains forme le village qui
porte le nom d'une plante ou d'un animal ou d'un my-
thl et peut comprendre plusieurs clans.
Dans cette socit, tout est commun, mme les dieux,
et administr par le plus ancien ou le plus sage.
L'organisation des empires, c'est celle des villages,
mais largie. Elle se caractrise par une solidarity la
lois :ocialc on religieuse sous l'gide d'un monarque don't
le pouvoir demeure limit.
Ces instlitutions sont dites verticales et les autres, ho-
rizontales.
Parmi celles-ci, il faut computer les fraternits d'ge,
dfinies moins par la classes d'ge que par la forme des
crmonies d'initiation.
La fraternity d'ge constitute une cole de formation
u.. aprs une srie d'preuves, d'exercices, de leons, sous
Li conduite d'un matre expriment, l'initi a amass tou-
tes les connaissances ncessaires. a soumis son corps des
exercices d'endurance et sa volont une rude discipline.
La fraternity d'ge voque la mutualit, la coopra-
tive. le club mondain et le syndicate o l'on pratique la so-
lidarit et o l'on s'amuse en commun.
Les confrries rites secrets le sont rellement quant
l'organisation, la doctrine et les buts. Elles se diversi-
fient par le caractre de leur hirarchie, de leur discipli-







SCIENCES HUMAINES


ne et de leur initiation. A la fois social, politique, reli-
gieuse et culturelle, la plupart du temps, mais souvent
l'une ou l'autre, tantt elle anime, tantt elle sert d'-
quilibre ou de contrepoids, de moyen de protection des
individus contre les entreprises de l'autorit ou de l'tat.
Grce ces institutions, nulle part dans le monde
l'autorit n'est plus rduite qu'en Afrique son rle d'ad-
ministrateur et d'arbitre.

L'ETHIQUE NEGRO-AFRICAINE

Cette thique relve de la conception de l'tre.
L'homme tant le centre de l'univers, sa tche primordiale
consiste accrotre sa force vitale qu'il fait concider avec
celle du clan et de Dieu.
Ainsi, Dieu, l'univers, le clan, l'homme collaborent
aux mmes fins.
En accroissant la force vitale chez les autres, le N-
gro-africain assigned une place important la religion.
lien entire les vivants et les morts, trait d'union entire Dieu
et le grain de sable.
On s'explique alors le sens des organizations verti-
cales et horizontales et l'origine des vertus africaines : le
travail, la pit filiale, la charit, l'honneur, l'hospitalit
et la paix.
Cependant, on a ni l'existence d'une thique ngro-
africaine. On la trouve particulirement sous la forme de
l'honneur chez les peuples des savanes. Cet honneur pro-
cde du divin. Lorsque le Ngro-africain s'lve de la
religion et de la magie, il prend conscience de l'autono-
mie de sa personnel et cherche prserver son intgrit.







NEGRITUDE


Pour cela, il pratique le culte de l'honneur, de la justice,
de la beaut, de la perfection, de la paix, de la gnrosit,
de l'entraide et de l'hospitalit.
Chez le Ouolof, l'honnte home est celui qui est cou-
rageux, loyal, gnreux, beau et fort, riche matrielle-
ment et moralement.
Confrontant l'thique europenne et l'thique n-
gro-africaine, on se rend compete que celle-ci est une con-
ception de l'tre ralise dans et par la socit, en soi et
par soi-mme. Comparant le monde europen et le monde
africain, on constate que ce dernier se caractrise par l'u-
nit.

L'ART

L'art est li la vie profonde des communauts agrai-
res et pastorales, la religion et aux techniques. Sous la
forme du chant, de la danse et de la peinture, l'art cons-
titue une technique pour agir sur les forces suprieures.
Quels sont les caractres gnraux de l'art ngro-
africain?
L'art ngro-africain se range ct de la production
et du travail. Il est fonctionnel et non simple divertisse-
ment. Il reflte l'unit caractristique de l'univers afri-
cain. Il est le bien de tous, bien que domaine de spcia-
lisation de quelques-uns. Il est enfin collectif, social et
engag.
Il s'exprime par image et par rythme ou plutt par
image rythme.
Quant l'image ngro-africaine, elle procde par
analogie.






SCIENCES HUMAINES


Cette image provient de la nature physiologique et
psychologique du Ngro-africain qui le prdispose l'-
motion devant le rel.
L'image ngro-africaine nat de la symbiose du rel
et du dsir; celui-ci tant source de rves.
Or, l'image se complete par le rythme qui anime for-
tement tous les arts.
Le rythme ngro-africain se distingue par son Ca-
ractre vital.
L'art ngro-africain est social parce qu'il accompa-
gne toutes les activits de la production matrielle et spi-
rituelle. Il soutient le travail, les activits sociales et les
loisirs. Il est vital, puisqu'il est associ la production,
la premiere expression de l'homme.
Ainsi, l'homo sapiens, different de l'animal par sa
vie intrieure et ses rves, sort de l'homo faber.
Le Ngre est roi dans le domaine du rve et est ca-
pable de l'exprimer dans des euvres. C'est ce qui expli-
que ses dons artistiques.
Ainsi la civilisation ngro-africaine prend une va-
leur exemplaire qu'il imported de comprendre pour pou-
voir l'incorporer dans le nouvel humanisme.
Aprs avoir constat la monte des nouveaux tats
en Afrique, la prise de conscience ngre en Amrique et
prvu l'imminence de la naissance d'autres tats africains,
l'intellectuel ngre s'interroge sur le sort de la libert. re-
trouve et dnonce une nouvelle fois les mfaits du co-
lonialisme dans l'me du colonis.
SLa libert crite, exige la conscience de la liberty.'
,Sans quoi, elle reste gratuite,






NEGRITUDE


Examinant la situation dans les pays rcemment li-
brs ou en voie de I'tre, on observe que certain
chefs, obnubils par le fait politique ou physique, ngli-
gent de considrer les squelles du colonialisme et les va-
leurs ngro-africaines pour faire appel aux institutions po.
litiques, sociales et culturelles de l'Europe.
Il n'y a personnel qui doute de l'excellence respective P
Ide la dmocratie bourgeois, d'un ct, et du socialism,
de l'autre, mais il ne serait pas sage de les implanter sans
reserves en Afrique. D'ailleurs, quoi bon cette imita-i
tion, puisque la dmocratie parlementaire et le collec-r
tivisme y fleurissent depuis des millnaires.
Une opinion don't on doit tenir compete est ceile qui
s'insurge contre les parties unique, mais admet qu'un pays
sous-dvelopp, rcemment n l'indpendance, se range
derrire un parti majoritaire, accepted une discipline de
vie politique et aspire la stability.
En rsum, ont t successivement voqus, d'une
part, les thmes de l'influence du climate, du milieu agri-
cole ou pastoral sur le corps du Ngro-africain, l'influ-
ence de celui-ci sur son esprit qui ragit son tour par
une motion original en face de l'objet et la traduit par
des analogies et des symbols.
D'autre part, le dogme et le rite religieux relient
l'homme l'anctre, celui-ci Dieu. La socit est faite
d'institutions qui rattachent ses membres l'un rautre
et le rle de l'art consiste cimenter cette union, crer
des mythes, formes vivantes du monde mystico-magique>.
Ces rflexions impliquent le retour aux valeurs n-
gro-africaines, lindustrialisation, une religion pure
et mise sa place, une civilisation collectiviste et com-






SCIENCES HUMAINES


munautaire d'essence africaine, employant la mthode so-
cialiste europenne, le maintien de l'inspiration et du sty-
le artistique africains, l'analyse et la conservation du tr-
sor cultural africain par les moyens techniques modernes,
entire autres, le film sonore.
Enfin, l'crivain, l'artiste, l'homme politique sont
appels se liguer contre l'assimilation et prparer la
dcolonisation en tenant compete surtout de l'homme noir
et de sa place dans un monde en march.






NEGRITUDE


UNITE ET VARIATION

Cheikh Anta Diop, don't le livre Nations ngres et
culture pursuit une carrire sensationnelle, fut l'une des
attractions des deux derniers congrs pan-ngres. Cepen
dant, entire Paris et Rome, on a observ de sa part moins
de chaleur communicative et du ct de ses admirateurs,
moins d'enthousiasme.
C'est que trois ans se sont couls entire les deux ma-
nifestations, des vnements se sont succd un rythme
impressionnant, des positions ont t prises.
Enfin, le climate exaltant de Paris l'automne de 1956
n'est pas celui de Rome au printemps de 1959.
Responsable du comit des sciences humaines, Cheikh
Anta Diop inspira, semble-t-il, deux notions, celle sur les
langues africaines et celle sur l'application du marxisme
en Afrique et dveloppa l'auditorium de la Confedera-
zione Italiana dirigenti di Azienda, le thme de l'unit
culturelle africaine.
On dcouvre cette unit dans la famille, dans l'tat,
dans les systmes philosophiques et moraux.
Considrant l'organisation de la famille antique, la
thorie de Bachofen sur le matriarcat et le patriarcat et
leur hirarchie morale s'oppose la conception de Van
Gennep, qui ne pense pas que le premier systme repose
sur la matrialit et le second sur la spirituality.







SCIENCES HUMAINES


Dans le matriarcat, l'homme apporte la dot
sa femme et la filiation, l'hritage, la succession proc-
dent de la mre.
Dans la socit indo-europenne ou aryenne de type
nomade, c'est au contraire la femme qui fournit la dot
pour compenser son infriorit conomique. En quittant
son clan pour entrer dans la socit de son mari, elle joue
dornavant un rle infrieur, celui de procrer pour lui
assurer un hritier mle, sous la menace constant de
mort afin d'viter un encombrement inutile. Oblige par-
fois de servir de femme plusieurs hommes, elle est in-
capable de se librer par le divorce.
Seules les exigences de la vie nomade et de la vie
sdentaire primitives expliquent cette difference et cette
opposition entire le matriarcat et le patriarcat primitifs.
L'lvation d'une femme dans le matriarcat au rang de
reine s'explique normalement, tandis qu'elle constitute dans
la socit aryenne une sorte d'anomalie. La femme ne
jouissant dans celle-ci d'aucun droit juridique ou politique
ne pouvait accder ce poste que par des intrigues ou
l'exploitation de ses charmes de courtisane.
Dans le systme du matriarcat, la jeune femme s-
dentaire l'emporte sur le jeune homme plus mobile.
Le matriarcat s'oppose au patriarcat, en consequence
de l'influence du climate et des conditions matrielles. Il
n'existe pas de passage de l'un l'autre. Le matriarcat est
mridional et le patriarcat nordique ou septentrional.
Le matriarcat est africain et ne s'est attnu en Afri-
que noire que grce l'intervention de l'Islam, du chris-
tianisme et de l'Occident.







NEGRITUDE


Envisageant ensuite la conception de l'tat, on tait
parvenu en Afrique la notion de territoire formant un
ensemble politique en comparison de la conception indo-
europenne de cits spares, isoles et sans lien entire
elles.
La socit politique aryenne reposait sur le patrio-
tisme et la xnophobie, tandis que la socit africaine
avait atteint un degr remarquable de cosmopolitisme
et de xnophilie. Dans la premiere, l'tranger reprsen-
tait l'ennemi tandis que dans la second, on entrevoyait
dj une fraternity d'un accent presque moderne.
En troisime lieu, si l'Aryen tait enclin adopter
une conception mtaphysique, morale et pessimiste du
inonde et recourir aux guerres, l'Africain ngligeait la
morale et la mtaphysique et tendait plutt la paix.

L'Indo-europen tait agressif et lAfricain, pacifi-
que, ne concevait que la defensive.
Deux mondes, deux tendances.
Le monde mridional atteignit une suprmatie qu'elle
maintint jusqu'au deuxime millnaire pour la perdre
aprs l'offensive du monde indo-europen en direction
(lu Sud.
Un sujet original est celui qui fut trait par James
W. Ivy, directeur de Crisis, le fameux priodique de d-
fense des Ngres aux Etats-Unis et en mme temps, l'or-
gane official de 'Association national pour l'avancement
des gens de couleur, qui combat contre la sgrgation et
pour l'galit dans tous les secteurs aux Etats-Unis.
Dans le Songe d'une nuit d't, de Shakespeare, le
duc d'Athnes remarqua la tendance du pote appliquer







SCIENCES HUMAINES


un nom aux choses inconnues. Tendance gnrale de
l'esprit human fixer dans des terms les choses et les
tres.
Ainsi l'histoire du mot Ngre est particulirement
amusante.
Il y a trente ans, les Noirs amricains taient inga-
lement partags entire les tenants de l'expression Ngre
et ceux des mots afro-amricain ou aframricain. Le
premier est gnralement accept de nos jours. Il ne d-
signe pas un group ethnique, il couvre plutt un group
social, marqu du stigmate de l'infriorit racial.
La tendance en Amrique est d'employer un euph-
misme pour identifier le Ngre: colored ou gens de
couleur aux Etats-Unis et moreno ou pardo, en
Amrique du Sud. Cependant, aux Etats-Unis, le term
s'applique toutes les nuances de Ngres, tandis que, en
Amrique du Sud, il existe une game ou une chelle de
terms, selon que le type est plus ou moins clair ou plus
ou moins sombre ou se rapproche plus ou moins de l'an-
ctre africain pur.
Pour expliquer cette situation, il faut remonter
l'histoire ou au but poursuivi. Il s'agissait de considrer
le Ngre comme un group extrieur une collectivit
quelconque et de lui appliquer un statut dgradant, nour-
ri de prjugs hostiles.
Dans ce cas, le Ngre ragit en adoptant, au Brsil,
les denominations suivantes, moreno, chulo, et ca-
boclo, vitant, le plus possible, la denomination gnrale.
Le terme Ngre est troitement li l'esclavage et
sa justification.







NEGRITUDE


Jusqu' la fin du 19me sicle, on l'crivait avec N
majuscule. A partir de cette date, il tait de style de ra-
mener cette lettre une minuscule. Ngre se confon-
dant avec esclave, le ngre libre devenait moreno et
l'esclave negro; de mme le mtis libre correspon-
dait pardo et mulatto au sang-ml esclave.

Aux Etats-Unis, le Ngre tait assimil au btail et
le terme couvrait toutes les nuances de celui-ci. Telle n'-
tait pas la tendance en Amrique latine o l'on essayait
d'y faire figure tous les dtails: nuance de la peau, for-
me du nez, structure des cheveux, couleur des yeux, etc.

Qu'on rapproche de cette manie de classification es-
pagnole celle adopte par Moreau de St-Mry, dans sa ten-
tative d'puiser toutes les combinaisons de couleurs pos-
sibles et imaginables St-Domingue.

Remarquez, en outre, la tendance des Espagnols as-
similer par des terms suggestifs leurs sujets aux btes et
on obtient mulatto, coyote, lobo, etc.

A citer l'appui de cette observation celle de Ortiz,
selon laquelle on se rfrait bien aux animaux pour mar-
quer les tres qui avaient t touchs par la servitude.
Ainsi mulatto, d'origine mandingue ou arabe, signifiait
aussi mulo ou mule, c'est--dire animal frapp de st-
rilit.
La terminologie espagnole comprenait une game de
multre d'une richesse incroyable, se rattachant au monde
animal. Soit, multres blancs ou mulatos blancos,
multres clairs ou mulatos claros, multres noirs
ou mulatos prietos, multres bruns ou mulatos par-
dos, multres maures ou mulatos moriscos, mul-






SCIENCES HUMAINES


tres ressemblant aux ngres ou mulatos anegrados,
multres loups ou mulatos lobos ou mulatos aloba-
dos.

L'Amrique portugaise a adopt une classification de
multres base sur la zoologie avec des terms dsignant
la couleur de certain animaux.
De plus, le Brsil et l'Amrique espagnole s'enten-
dent pour une classification reposant sur la couleur ou
les cheveux ou la combinaison infinie des deux et sur la
proportion du sang et on a, dans ce dernier cas, terceron,
quarteron, octavon, etc.
Un autre fait signaler: la race du Ngre prcde
sa nationalit. Ainsi, on a Ngre amricain, Ngre cubain,
Ngre brsilien, au lieu de Amricain, Cubain, Brsilien.
Le Ngre devient Comparant la condition du Ngre nord amricain
celle du Ngre sud amricain, celle-l est plus dure, ct
celle-ci est tempre par la condition conomique qui par-
fois permet une promotion social. Dans les deux hmis-
phres, la situation de la masse ngre pauvre reste iden-
tique.
Il faut enfin noter l'influence de la condition du /
Ngre sur sa littrature, puisque dans les socits pr-
jugs raciaux, il se trouve gravement limit dans ses mou-
vements. On trouve l l'explication de la ngritude. Le
thme race devient comme un leitmotiv ou une hantise.







52 NEGRITUDE





L'ELITE NIGERIENNE

L'Afrique noire offre ie tableau de territoires dj
parvenus l'indpendance ou la veille d'adopter ce
statut. La Nigria se trouve dans le second cas.
A cause de cela, il a paru trs intressant d'examiner
l'lite nigrienne, qui tend voluer dans un sens plus
individualiste que national. En d'autres terms, en Nig-
ria, l'individu cherche faire parties d'une lite ou en
crer une.
L'lite comprend des lments occidentaliss et
d'autres, accrochs leurs traditions. l n'existe pas, ce-
pendant, un group compact qui se distingue par la for-
tune, l'ducation et les manires. S'il se rvle difficile
d'tablir une measure applicable, il semble nanmoins pos-
sible de dterminer les facteurs subjectifs et objectifs qui
permettent d'identifier le haut monde nigrien.
D'abord, l'ducation. Ici, il faut entendre par l l'en-
seignement pouss jusqu'au degr suprieur.
En second lieu, le pouvoir, l'autorit, la possibility
d'exercer une influence.
En troisime lieu, l'argent et tous les avantages ma-
triels ou extrieurs, sociaux ou autres qu'il procure.
En quatrime lieu, la reputation qui accompagne la
position leve d'une personnalit.
En cinquime lieu, le succs ou la competence ou la
technique dans un milieu o le pourcentage d'ignorance
demeure lev.






SCIENCES HUMAINES


En sixime lieu, le prestige que confre le voyage.
En dernier lieu, les importantes experiences acquises
dans la vie prive ou la vie publique.
En rsum, le pouvoir seul ne donne pas accs au
haut monde. Or, l'lite politique diffre selon les rgions,
car la Nigeria comprend trois divisions administrative.
Il est entendu, en gnral, que le type traditionnel
tend disparatre dans les villes, mais persiste dans les
villages.
Dans la region occidentale, habite par les Yoruba,
le chef peut prendre la figure d'un monarque tradition-
nel. Dans le Nord, occup par les Fulani et les Haoussa,
le chef resemble un autocrate. Dans l'Est, l'autorit re-
vient un college de chefs de famille.
11 existe une difference sensible entire le type ancien
de l'autorit, celui qui prcda l'arrive des Anglais et
que ceux-ci gardrent come un instrument direct de com-
mandement et le type nouveau, bas sur le talent, la po-
sition, l'effort, le succs, l'exprience, etc.
Puis, vient une description du nouveau leader. Il est
jeune, entire 35 et 50 ans d'ge, gradu d'universits, ca-
pable, bref l'gard de ses infrieurs, poli avec ses gaux,
dfrent pour ses suprieurs. En socit, il se montre cor-
rect dans ses propos et son maintien. Quand il a atteint
un stade social suprieur, il reste digne, sans ostentation.
Bien que ce portrait soit le portrait classique du nou-
veau leader, il ne faut pas oublier que le gouvernement
anglais, en confrant le pouvoir au chef traditionnel du
Sud, permit celui-ci de conserver son autorit, d'assurer
une education soigne ses enfants dans les meilleurs uni-
versits britanniques ou dans les excellentes coles des co-






NEGRITUDE


lonies. Ainsi prpare, la jeunesse nigrienne assumera
les postes de fonctionnaires et se partagera les professions.
Tendance suivie l'Est et l'Ouest, tandis que dans le
Nord, l'influence fodale et la pauvret ambiante s'op-
posent l'volution de l'lite.
De toute faon, on constate de plus en plus son lar-
gissement.
A la fin de ces considerations sur une classes social,
on peut s'interroger sur son aptitude prendre, dans les
circonstances actuelles, la direction, une direction com-
ptente du people nigrien.

Que l'on soit sceptique ou pessimiste, il est prudent
de ne pas se prononcer sur l'avenir de l'Afrique. Il faut
laisser l'histoire le soin de rpondre ces graves inter-
rogations que suscite son destin.







SCIENCES HUMAINES (I 55






ERUDITION

Docteur en philosophie de l'Universit de Chicago,
spcialiste de l'histoire des cultures, Ulysse Lee constate
que, bien avant ce sicle, l'Afrique exerait dj une cer-
taine attraction sur les Ngres amricains qui pensent. il
explique le fait par la communaut d'origine des Ngres
africains et des Ngres amricains, par l'esclavage, par le
besoin de ceux-ci de se retremper dans leur pass et de
forger leur avenir.
Les premiers exercices d'rudition parmi les Ngres
aux Etats-Unis concidaient avec le movement d'migra-
tion des Ngres libres de l'Amrique vers l'Afrique. La
carrire du Libria s'estompait alors dans le lointain
quand le Ngre amricain commenait s'interroger avec
anxit sur son identity relle.
Il ne fallait pas computer sur l'rudition blanche pour
une tude objective de l'Afrique. Aux yeux du blanc oc-
cup difier le monument de son orgueil, celle-ci repr-
sentait tout au plus une terre de mission et d'exploration
et les tudes africaines servaient justifier l'esclavage
d'autrefois, comme elles contribuent tayer la sgrga-
tion d'aujourd'hui.
Si avant la guerre civil, les quelques intellectuals
noirs existant alors conservaient encore une vague nostal-
gie de l'Afrique, ceux qui grandirent aprs cette preuve
se trouvaient trop engags dans leur propre lutte pour se







NEGRITUDE


payer un tel luxe. D'ailleurs, aucun centre d'tudes afri-
caines ne s'offrait leur curiosity, car dans l'esprit de
presque tout le monde, le Ngre, essentiellement infrieur,
ne mritait aucune attention particulire.
Cependant, vers la fin du 19me sicle, quelques N-
gres parvinrent s'infiltrer dans le domaine des recher-
ches et reurent honorablement les diplmes correspon-
dant la discipline choisie.
Le Dr. Burghardt Du Bois inaugura, en 1896, l're
des rudits ngres avec sa fameuse thse de doctorate pr-
pare, sanctionne Harvard et intitule: La suppression
de la traite africaine vers les Etats-Unis d'Amrique.
On devait attendre quelques annes avant que l'ru-
dition ngre pt trouver un asile. Enfin, le Dr. Carter
Woodson fonda, en 1915, l'Association pour l'tude de la
vie et de l'histoire ngre, avec pour organe d'expression le
Journal de l'histoire ngre.
L'Association et la Revue ne se proposaient d'autres
fins que les recherches; elles n'entendaient frapper au-
cune exclusive et les tudes historiques, sociologiques, po-
litiques et anthropologiques entraient dans sa sphre d'ac-
tivits.
Au dpart, elles semblaient vouloir se limiter au do-
maine vague de la vie et de l'histoire des Ngres amri-
cains. Mais, des membres et des collaborateurs influential
l'largirent en y englobant les tudes proprement africai-
nes, parce que, pour eux, toute tude sur la vie et 'his-
toire ngre impliquait forcment la toile de fond africaine.
On remonterait, par example, cet empire puissant qui
dura autant que la Rome antique, ce centre clbre de
culture plac au ceur de l'Afrique et don't les savants






SCIENCES HUMAINES


avaient perc nombre de mystres naturels demeurs en-
core insondables pour leurs collgues europens.
Outre les problmes africains, l'ethnographie, l'an-
thropologie, la critique des livres, les biographies et les
ncrologies, l'Association et la Revue instituaient, par-
tir de 1925, la Semaine de l'histoire ngre, publiaient le
Bulletin de rhistoire ngre et encourageaient les jeunes
chercheurs.
Pour comprendre l'oeuvre du Dr. Carter Woodson, ;
imported de la situer dans sa vie.
N en 1875, la limited du Nord et du Sud, il fit ses
tudes suprieures l'Universit de Chicago et l'Univer-
sit Harvard o il reut son doctorate. Il enseigna ensuite
aux Philippines et devint professeur de langues vivantes
et d'histoire dans l'Etat de Virginie occidentale et l'U-
niversit Howard.
Il n'est pas sans intrt de noter que le Dr. Carter
Woodson entra dans la carrire d'historien professionnel
au moment o les historians du Nord des Etats-Unis rde-
crivaient l'histoire en faveur du Sud, d'abord esclavagiste
et, ensuite, sgrgationniste.
Il s'engagea donc dans la lutte pour maintenir ce qu'il
appelait l'objectivit scientifique en histoire et la toile
de fond africaine dans toute tude sur le Ngre amri-
cain. I combattit come antiscientifique la thorie de
'infriorit de la culture africaine, celle d'une race sans
culture. Il s'intressa aussi aux livres sur l'Afrique et
la littrature ngre d'expression franaise.
Il se rendit en Europe pour contrler le stade atteint
par la science europenne au sujet de l'Afrique et pour
dceler l'influence de l'art africain sur l'art europen.







NEGRITUDE


Puis, profitant de ses rencontres avec des Africains,
il essaya de les dcider rvler l'Afrique au monde.
C'est ainsi que le Journal de la vie ngre publia des ar-
ticles du Dr. Nnamdi Azikiwe et du Dr. Akiki Nyabongo.
Enfin, le Dr. Carter Woodson produisit des livres de
rfrences et mme des manuels d'histoire de l'Afrique
l'usage des coles.
On peut classer les articles contenus dans le Journal
de l'histoire ngre en plusieurs categories: ceux qui con-
cernent les grands aspects des cultures et des civilisations
africaines, ceux qui envisagent les relations de l'Afrique
avec l'Amrique et l'Europe par la traite, par d'autres for-
mes de traffic, par les techniques et la diffusion des cul-
tures dans le bassin mditerranen, ceux qui traitent de
l'histoire social et politique du Libria, ceux qui se con-
centrent sur l'anthropologie et enfin, ceux qui consid-
rent les relations internationales et l'histoire politique de
l'Afrique.
Le Journal de la vie ngre content des articles sur le
statute colonial, les rgions africaines, le vote, le salaire, la
sgrgation, crits par des savants blancs et des rudits
noirs.
En rsum, le Journal de l'histoire ngre se rvle la
plus important publication sur la vie ngre et africaine
des Etats-Unis.
On considre Dorothy B. Porter, diplme de l'Uni-
versit Howard et de l'Universit Columbia, directrice de
la Fondation Moorland de l'Universit Howard comme
l'une des autorits en matire de bibliographie des auteurs
ngres amricains sur l'Afrique.







SCIENCES HUMAINES


C'est partir de la fin du 18me sicle, que le Ngre
amricain commena crire sur l'Afrique.
Puis, le movement de colonisation du Libria ins-
pira des crits dans un sens favorable ou dfavorable. En
mme temps, des missionnaires et des vques prirent l'ha-
bitude de publier leurs impressions sur les rgions visi-
tes.
A part les missionnaires, des explorateurs, des du-
cateurs, des diplomats, des avocats, des savants apport-
rent leur contribution aux connaissances africaines.
Il imported de mentionner particulirement celles du
Dr. Alain Locke, du Dr. Burghardt Du Bois, du Dr. Ray-
ford Logan, du Dr. Carter Woodson et de Max Yergan.
Cette compilation a permis de dresser une liste bi-
bliographique de 421 livres ou tudes sur l'Afrique et le?
Africains crits par des Noirs amricains.
C'est un travail utile pour tous ceux qui dsirent se
livrer des travaux d'rudition sur ce continent.























ECONOMIC













DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

Le Dr. H. H. OLUWASANMI prdit d'abord, avec
un certain lyrisme, qu'avant la chute du rideau sur le
vingtime sicle, la carte multicolored de l'Afrique colo-
nise n'existera plus. Celle de l'Afrique indpendante la
remplacera.
Des nations africaines viennent de natre; d'autres
annoncent leur liberation prochaine; d'autres attendent
leur tour.
Mais, s'il est relativement ais de prvoir le destin
politique de l'Afrique, il n'est pas aussi facile de mesurer
l'avance son degr de stability social et politique, puis-
que celle-ci dpend en grande parties des conditions co-
nomiques.
Dans la lutte contre I'imprialisme, les nationalists
africains, ngligeant les facteurs conomiques, ont t plu-
tt tents de lui arracher des avantages politiques.
Il s'ensuit que, surprise par l'vnement, ou bien le
leader rvle son imprparation dans le domaine cono-
mique, ou bien, s'il a reu une formation conomique, il
est inclin condamner en bloc l'imprialisme et adop-
ter une thorie radical qui bouleverse tout pour amener
la prosprit.
L'conomiste africain ne croit pas aux panaces dans
ce domaine. Il rclame une approche raliste et empiri-







64 NEGRITUDE

que des problmes conomiques africains avec pour cri-
tre, le revenue national, la productivity et les conditions
sociales. Il veut tirer des faits les instruments conomi-
ques capable de provoquer des changements.
L'expression pays arrirs cache une notion relative.
Les spcialistes apprcient le degr de retard des pays en
comparant l'aide de statistiques le niveau de leur re-
venu per capital.
Ces statistiques ne sauraient offrir une vue fidle du
problme cause de leur caractre prcaire dans certaines
rgions et de la varit des systmes de valeur dans les
divers pays.
Or, cette valeur dpend du but que se propose une
socit donne.
Tout tre human a besoin d'aliment, de logement
et de vtement.
Si le revenue annuel per capital du Nigrien est de
60 dollars, celui du Ghanen s'lve 150 dollars, celui
du Sud Africain 250 dollars et celui de l'Amricain
2.000 dollars.
Ce revenue donne celui-ci l'avantage, non seulement
de fire face ses besoins lmentaires dans le present
mais d'conomiser pour l'avenir.
Le niveau infrieur du revenue per capital de l'Afri-
cain rsulte de la pauvret de son rendement. Si 15% de
la population d'un pays avanc suffisent pour nourrir sa
population, en Afrique, la proportion est de 2/3. Le ren-
demeni moyen du mas et du riz par acre est de 2000 livres
aux Etats-Unis, soit 800 pour le mais et 1000 pour le riz.
Les techniques et les instruments rudimentaires de
culture sont responsables de ce rendement mdiocre.







ECONOMIC


En rsum, selon ce calcul, entire 75% en Nigria,
87% au Congo belge et 92% au Nyassaland, des petits fer-
miers don't le degr d'analphabtisme varie entire 50 et
90% de la population, cultivent 24% de la terre arable
en Nigria, 22% au Ghana, 2% en Afrique occidental
franaise et 21% au Congo belge.
Avant d'envisager le problme du dveloppement
conomique proprement dit des anciens territoires dj
promus l'indpendance ou la veille de l'tre, il est n-
cessaire d'tablir un inventaire de l'hritage colonial.
En fusionnant plusieurs tribus jadis spares, l'im-
prialisme a rendu possible au moment de l'autonomie ou
de l'indpendance l'largissement de l'horizon commer-
cial ou l'change commercial entire les anciennes tribus.
Ainsi l'leveur devient l'lment complmentaire du
cultivateur.
L'imprialisme a tabli un embryon de transports et
favoris la furniture de matires premires bas prix,
qui, expdies en Europe ou transformes dans les usines
europennes, reviennent sous forme de marchandises au
prix lev en Afrique, devenue un dbouch intressant.
Les nouveaux chefs de l'Afrique hriteront donc d'un
systme d'change conomique bas sur l'argent.
Le systme conomique africain s'appuie sur une
agriculture au rendement infrieur, une technique agri-
cole et des instruments aratoires rests primitifs. Le pro-
blme conomique africain est celui de l'organisation de
la production en vue d'un rendement et d'un bien-tre
levs. Ce qui signifie, en principle, l'adoption des sys-
tmes capitalistes de production et d'organisation dans l'a-
griculture et l'industrie.


MEGRITUDE -- 3








NEGRITUDE


L'opinion gnralement admise dans les pays sous-
dvelopps est que l'industrie constitute leur espoir, leur
planche de salut. Cette erreur dcoule du fait que le pays
dit dvelopp correspond un pays industrialist et que
le pays dit sous-dvelopp s'identifie un pays agricole.
Une agriculture largie en surface et amliore en
technique constitute cependant la clef du dveloppement
industrial et de l'augmentation du standard de vie.
Cette proposition repose sur trois faits. lo) Le d
veloppement industrial tend absorber la main-d'oeuvre
agricole; d'o la ncessit d'augmenter et d'amliorer la
production agricole pour laisser l'industrie la main-
d'uvre disponible d'origine paysanne. 2o) Ne pouvant
prtendre entrer en competition avec les autres industries
nationals, l'industrie africaine doit se concentrer sur le.
articles couramment demands en Afrique. 3o) Les pays
africains doivent continue computer surtout sur le re-
venu des products exports et non sur le capital tranger
et l'importation de products exotiques.
En conclusion, le dveloppement conomique de l'A-
frique, c'est--dire son dveloppement par l'industrie, d-
pend de l'amlioration de son agriculture, celle-ci, de sa
mcanisation, cette dernire, de l'tablissement de coop-
ratives, de fermes groupes, car l'actuel systme de petite
proprit demeure hostile toute mcanisation. Il faut
exclure le systme de la paysannerie et recourir celui
de la plantation quand il s'agit de culture telle que celles
du caoutchouc et du palmier huile. Quel que soit le sys-
tme mis l'preuve, il ncessitera un changement radi-
cal dans le systme de tenure.







ECONOMIC


Le dveloppement des pays africains arrirs sup-
pose l'existence d'une quipe d'ingnieurs et d'agronomes.
La plupart des jeunes Africains, ayant plutt tendance
pratiquer la mdecine ou le droit et entrer dans la car-
rire administrative, positions de prestige, il en rsulte
un grand danger qui ne pourrait tre corrig que par une
orientation de l'enseignement vers les mtiers plus troi-
tement lis au dveloppement conomique.
Le dveloppement des pays africains arrirs rcla-
me un systme politique fort, stable et un ordre social
non entach de corruption, susceptible d'attirer le capi-
tal tranger. Cette stability et cet ordre devront tre ta-
blis mme au prix de quelques accrocs la dmocratie.
La pauvret est incompatible avec les liberts.
Le dveloppement des pays africains ne se reposera
pas uniquement sur le capital tranger. Il comptera sur
un capital indigne puis dans l'agriculture, car le capital
tranger, toujours hsitant, est plutt attir vers les mines,
le commerce et les plantations.
Le dveloppement conomique de l'Afrique drivera
de ses propres resources. Les progrs obtenus rcemment
au Ghana et en Nigria illustrent ce point de vue.







NEGRITUDE


DE L'ASSISTANCE EXTERIEURE

Directeur du project de dveloppement politique et
conomique africain de l'Institut de Technologie du Mas-
sachussetts, Arnold Rivkin announce qu'tant donn les
changements qui s'oprent en Afrique, il sera difficile au
gographe politique de distribuer convenablement sur
une carte les pays indpendants, les territoires autonomes
et les relations de ceux-ci entire eux. Par contre, la tche
du gographe conomique se rvlera plus ais. Cepen-
dant, si le movement politique est rapide, la condition
conomique reste arrire.
Conscients de ce dsquilibre et convaincus que la
prosprit conomique et un standard de vie lev sont
la condition de toute stability politique, les nouveaux lea-
ders de l'Afrique ont, maintes fois, exprim leur inqui-
tude au sujet de la situation conomique de leur pays res-
pectif.
Aprs avoir esquiss un tableau objectif de la situa-
tion conomique, le Dr. Kwame N'KRUMAH, Premier
Ministre du Ghana, recommande, pour rattraper le temps
perdu, une mobilisation des forces et des cerveaux, le re-
cours au socialisme et mme aux measures autoritaires.
SEKOU TOURE parat anim des mmes sentiments
et inclin dans le mme sens. Le president Habib BOUR-
GUIBA et le gouvernement du Soudan manifestent des
proccupations semblables.







ECONOMIC


D'autre part, la resolution d'Accra, d'avril 1958, ter-
minant la Confrence des Etats africains, celle de dcem-
bre 1959 clturant la runion des parties et des syndicats
africains montrent bien la volont de l'Afrique d'oprer
une revolution conomique, de recourir, si possible, une
aide conomique extrieure, sans engagement politique.
Les tats aspirant l'indpendance suivent la trace
de leurs ans.
Cependant, en mme temps qu'ils sollicitent l'aide
occidentale, ils sont attirs par les mthodes non occiden-
tales.
Il s'agit de savoir sur quel champ d'activit une aide
profitable doit se porter. Le problme conomique sera
affect de considerations politiques, parce que les leaders
africains sont presss et anxieux d'obtenir des rsultats
concrets.
Le dveloppement de l'Afrique comprend plusieurs
states.
Dans un premier stade, il imported d'augmenter la
production agricole, de prospecter les resources mini-
res, de concevoir un systme de transport, d'envisager un
programme d'entranement des ouvriers.
Dans un second stade, il convient de constituer un
capital, d'amliorer le systme de transport, d'augmenter
le nombre des ouvriers spcialiss ou semi-spcialiss, de
promouvoir des industries secondaires, des industries de
transformation, de multiplier les services sociaux.
Mais l'accroissement de la production sera associ
la diversification de la culture, car le cacao entire pour
65 70% dans le commerce d'exportation du Ghana, le
caf, pour 60 65% dans celui de l'Ethiopie, et le coton,
pour 60 65%, dans celui du Soudan.







NEGRITUDE


Des rgions de l'Afrique comme le Congo belge. le
Nyassaland sont d'intressantes rgions minires qui n'ont
pas encore fini de rvler leurs reserves et qui attirent
dj le capital priv tranger.
Le dveloppement des moyens de transport et l'en-
tranement technique de la main-d'oeuvre contribueront
aussi au dveloppement conomique de lAfrique. En ce
qui concern l'aide trangre entire 1952 et 1956, le gou-
vernement britannique a consacr 1/6 et le gouvernement
franais, la totalit des fonds ncessaires au dveloppe-
ment de leurs territoires africains. A ccs fonds publics, il
faut ajouter, dans les deux cas, des investissements privs
Indirectement et faiblement avec le Plan MAR-
SHALL, partir de 1948, puis, progressivement, avec le
Point IV, l'Afrique du Nord, le Ghana, le Libria, la Ly
bie, l'Ethiopie, le Soudan, ou directement, des territoi
res africains ont bnfici d'aide technique et financire
comparativement modest.
Quant au bloc sovitique, s'il ne semble pas dispose
offrir ses services financiers et son aide technique l'A-
frique, exception faite de l'Egypte, il s'arrange pour inter
venir un moment susceptible de servir ses fins politi-
ques. L'Union Sovitique achte le coton de l'Ouganda en
replacement de celui de l'Inde, 20% du cacao du Ghana
l'occasion de son indpendance et, de temps en temps,
le coton du Soudan.
L'Afrique reoit priodiquement des allocations in-
signifiantes de l'ONU et de ses agencies spcialises, de la
Banque international pour la reconstruction et le dve-
loppement, des conseils techniques de la Commission
Technique de Coopration en Afrique, au sud du Sahara.
D'autre part, le March Commun a prvu 550.000.000 de







ECONOMIC


dollars pour son dveloppement et la-Commission cono-
mique de l'ONU pour l'Afrique a t institute comme
centre d'tudes, de recherches et de consultations la dis-
position des pays africains.
Les changements politiques majeurs survenus en A-
frique entraneront-des changements dans les liens cono-
miques qui unissent ce continent l'Europe. Dj, le
Royaume Uni refuse de garantir les emprunts que le Gha-
na et la Nigria voudraient contractor et la France retire
son personnel technique et administratif de la Guine, du
Maroc et de la Tunisie. Dans ce cas, ces nouveaux tats
prouveront un grand besoin technique et ils penseront
aux Etats-Unis pour l'aide technique, le capital de dve-
loppement et l'investissement priv.
Les Etats-Unis ont dj prvu une aide substantielle
et varie pour l'Afrique.
Deux alternatives mritent d'tre envisages. Ou
bien l'Europe continuera l'Afrique ses services, mme
avec quelque modification. Il y aura, dans ce cas, de nou.
veaux amnagements et il faudra prvoir l'apport du
monde libre, des agencies internationales et des Etats-
Unis, ou bien il se produira une rupture brutale entire
l'Afrique et ses anciens pourvoyeurs de fonds. Dans ce
cas, les Etats-Unis, pris d'abord au dpourvu, se ressaisi-
ront et, en dernire analyse, grce ses resources et
son aide budgtaire, supplanteront l'Europe.
Dans cette perspective, la solution consiste fire
appel aux resources combines du monde libre pour le
dveloppement de l'Afrique, dans un esprit de collabora-
tion pour viter celle-ci la peine d'oprer le choix entire
les systmes dmocratiques et les systmes autoritaires.







NEGRITUDE


EN AFRIQUE TROPICAL

Le Dr. OLUWASANML Professeur l'Universit
d'Ibadan, a voulu faire ressortir que dans son tat actuel
de sous-dveloppement, l'objectif premier de l'Afrique
devra tre l'augmentation et l'amlioration de sa produce.
tion agricole.
Le Dr. ELLIOT ZUPNICK, Professeur assistant de
sciences conomiques au Collge de la Cit New York,
mentionne d'abord que le problme du sous-dveloppe-
ment conomique est le problme No. 1 de l'Afrique tro-
picale et que tous les autres en dependent.
Si des conomistes europens et amricains tombent
d'accord sur le besoin de dveloppement conomique de
l'Afrique, d'autres conomistes blancs et des intellectual,
africains, se basant sur le sous-dveloppement pass de
pays maintenant dvelopps, proposent des solutions qui
ne conviennent gure la condition actuelle de l'Afrique
tropical. Ils parent de constitution d'un capital et d'ins-
dustrialisation. ngligeant ainsi le dveloppement agrico-
le et la mobilisation des resources considres come
des moyens secondaires pour augmenter le standard de
vie.
Avant toute consideration, quelques donnes essen-
tielles sur l'Afrique tropical sont indispensables. Vingt-
neuf millions de kilomtres carrs, 140 millions d'habi-
tants, soit 70 de la population du continent. Region
tragiquement pauvre don't le revenue per capital au Ghana
variait entire 50 et 70, pour atteindre, en 1955, $ 156.







ECONOMIC


Cependant, il n'y a pas lieu de dsesprer. Il s'agit
de recourir des stimulants appropris pour rveiller
une conomie en lthargie.
Il faut d'abord viser accrotre la production per
capital. Pour obtenir ce rsultat, il faut, d'un ct, aug-
menter la quantit de facteurs employs dans l'activit
conomique et, de l'autre, en amliorer la quality. L'aug-
mentation desirable peut tre obtenue par la mobilisation
des resources prcdemment inutilises, par la formation
d'un capital l'aide des pargnes et par l'appel de fac-
teurs supplmentaires de l'extrieur.
Quant l'amlioration de la quality, elle s'obtiendra
par l'entranement.
Quoique un programme de dveloppement implique
l'augmentation et l'amlioration des facteurs de produc-
tion, il ne s'ensuit pas qu'il ne puisse tre uniformment
applicable tous les territoires.
Il n'est pas recommand d'assimiler le problme du
dveloppement africain au problme du dveloppement
tel qu'il s'tait pos au Canada, en Australie, aux Etats-
Unis et la Nouvelle Zlande, car dans ces derniers cas,
il y avait des lments spcialiss nantis d'un minimum
de capitaux et disposant d'un space vierge illimit.
Tel n'est pas le cas en Afrique, o le facteur de pro-
duction s'est rvl pauvre en quantit et en quality, oi
le concourse du capital s'est montr presque illusoire,
mais o il est possible d'largir l'espace agricole.
Donc, accrotre l'efficience du facteur de produc-
tion. Or, une telle initiative implique un capital don't
l'Afrique ne dispose pas.







74 NEGRITUDE

Pour contourner ce problme, on peut transfrer
les facteurs de production d'une aire de basse producti-
vit une zone de haute productivity. Mais, il faut re-
marquer en mme temps, en se basant sur une statistique
de 1950 de l'ONU, que 60`'; de la population adulte de
l'Afrique tropical emploient 70'; du territoire culti-
ver les plants de subsistence.
Puisque l'conomie de subsistence est inefficient,
il faut recourir la commnercialisation d'une parties des
facteurs de production, c'est--dire leur transfer d'une
zone conomique une autre.
Il est manifeste qu'une conomie de subsistence ne
saurait assurer le dveloppement conomique d'une re-
gion donne. On a donc pens la commercialization.
La commercialization offre deux inconvnients. Elle
prive une region des bras qui assuraient l'conomie de
subsistence et les salaries, rests sur place, sont menacs
de famine. Elle exerce peu d'effet sur le niveau gnral
de l'ducation, l'habilet, la manire de vivre, le carac-
tre inventif, les habitudes, l'tat de la technologies, la
creation de nouvelles demands etc., et ne constitute pas
un moyen de dveloppement long tenue.
Dans cette perspective, il n'y a pas lieu de trop
computer sur le concours du capital priv tranger, puis-
que celui-ci est plutt orient vers le systme des planta-
tions et l'exploitation des mines.
Le systme de commercialization auquel le profes-
seur ZUPNICK semble accorder sa prfrence consist
dans une orientation du march, susceptible d'augmenter
le revenue individual.







ECONOMIC


L'augmentation obtenue determine une augmenta-
tion dans la demand des biens de consommation et des
products manufactures. Mais, si l'augmentation des biens
de consommation ne peut pas correspondre celle de: la
demand, il se produit un arrt dans le dveloppement.
L'incapacit d'augmenter les biens de consommation,
d'une part, amoindrit tout stimulant et, d'autre part, in-
vite l'inflation considre par certain comme un avan-
tage, en ce sens qu'elle favorite l'pargne et, par d'autres.
comme un facteur de dcouragement pour ceux qui en
sont frapps.
A ce stade de dveloppement, il convient d'augmen-
ter les biens de consommation l'intrieur et, s'ils ne suf-
fisent pas, de recourir l'importation. Mais, la devise
trangre et l'importation de biens de consommation d-
pendront de la valeur des exportations, des emprunts et
des prts accords la region et des devises trangire
don't elle dispose. Or, l'Afrique tropical ne semble pis
prs de bnficier de ces avantages et ses possibilits ii
devises trangres rsulteront de ses exportations et'?
raret de ses devises limitera son expansion interne.
Donc, conserver les devises et favoriser les industries
des biens de consommation. S'il est ncessaire d'augmen-
ter la production des biens de consommation, il est aussi
important de savoir de quels biens il s'agit. Les biens en
question sont ceux don't la production procure un avan-
tage substantial l'Afrique tropical.
Deux tendances courantes en Afrique noire mritent
d'tre critiques. Celle de croire que la pauvret est lie
l'agriculture et la richesse lindustrie. En rponse, on
peut citer le cas des habitants du Iowa, du Danemark, de







NEGRITUDE


l'Australie qui ont atteint un revenue lev. C'est une agri-
culture inefficient qui correspond la misre. Un pays
sous-dvelopp engag dans une agriculture haute pro-
ductivite soutenue par une industries approprie peut-tre
assur d'un standard de vie lev.
Les fluctuations commercials sont plus svres danu
un pays conomie agricole que dans un pays industrial.
Il arrive que les prix agricoles baissent davantage que
les prix industries durant les dpressions et remontent
durant les priodes de prosprit. Pour compenser les per-
tes, au Ghana et en Nigria, on a recouru au Conseil du
March don't le rle consiste compenser les pertes subies
pendant une priode par les gains obtenus durant une
autre priode.
L'Afrique a donc intrt se concentrer sur la produc-
tion agricole sans, pour autant, ngliger ventuellement le
recours une industries appuye sur l'agriculture. Ce pro
gramme implique l'amnagement des transports, l'duca
tion technique des fermiers, le credit agricole et l'amlio-
ration des facilits du march.







ECONOMIC


/L'~


DE L'INTEGRATION ECONOMIQUE

Le Dr. David E. GARNEY prend d'abord la respon-
sabilit de considrer l'Afrique occidentale franaise et
l'Afrique quatoriale franaise comme une zone gogra-
phique compact. Toute integration conomique de cette
zone implique donc quelque decision politique et l'int-
gration politique ne peut s'accomplir sans une base co-
nomique.
L'intgration conomique de l'Afrique est un vaste
problme. Elle prsente des difficults conomiques et
politiques qu'il imported de rsoudre sparment, dans la
perspective d'une Afrique considre comme une unit.
L'Afrique, en effet, est, avant tout, agricole, souffre d'-
rosion, d'insectes et dpend du march extrieur. De plus,
en englobant les units dans un systme montaire dter-
min, les intrts mtropolitains prouvent la vocation d'in-
tgration de l'Afrique.
Avant de traiter le problme d'intgration, un ta-
bleau gnral de l'Afrique s'impose.
L'Afrique occidentale s'tend sur une superficie de
905.000 hectares don't 9 10% sont arables, 35%, cou-
verts de forts, 10%, affects aux pturages et aux prai-
ries et 44%, occups par les constructions et les terres n
friche. Sur la moiti de ce pourcentage s'lvent les vil-
lages et les villes. Consquemment, 45 46% de ce ter-
ritoire comprennent des forts, des pturages et des terres
inutilises.







NEGRITUDE


On rencontre dans ce domaine les mmes products
agricoles, les mmes minraux avec une tendance la mo-
noculture et un espoir relatif pour un dveloppement in-
dustriel, sauf au Libria et en Nigria, o l'on trouve du
fer voisinant avec du carbon dans une proportion int-
ressante.
Le recensement de 1958 accuse que, sur une popu-
lation de 200 millions d'habitants, 75 millions appartien-
nent l'Afrique occidentale don't 60% vivent dans la por-
tion britannique. Cette population s'accrot de 1 million
de personnel par an. Ce qui diminue progressivement la
quantity de terre disponible.
De cette population, 45 millions reprsentent la for-
ce de travail. De ce chiffre, 33 millions cultivent les den-
res formant la base de l'alimentation et celles rserves
l'exportation. Chaque famille cultive entire 2 et 5 acres.
La proportion d'illettrs varie entire 90 et 95%. Le
nonibre des coles est nettement insuffisant pour la po-
pulation d'ge scolaire. Peu de jeunes parviennent l'en-
seignement secondaire et, encore moins, l'enseignement
suprieur. Les Collges universitaires de Sierra Leone, du
Ghana et de la Nigria competent 1500 tudiants. Entre
1951 et 1955, l'Institut de Dakar avait admis en moyenne
294 tudiants, soit environ 1800 en tout. 1 habitant pour
10.000, sur une population d'ge scolaire estime 16
millions, passe l'enseignement suprieur. On comprend.
ds lors, le nombre tragiquement rduit de technicians et
de professionnels en Afrique occidentale.
Si 75 millions d'habitants constituent en principle
-in march intressant, il ne l'est plus du fait des difficul-
ts de transport. Quelques rivires navigables pendant les






ECONOMIC


priodes d'inondation, 6000 miles de chemin de fer, chan-
geant de gauge d'une colonie l'autre, 126.000 miles de
routes carrossables, quelques bateaux et avions. D'o des
moyens de transport primitifs, la tte et les animaux uti-
lisant les chemins de brousse.
Come la population de l'Afrique augmente de
1, 5'/ par an, on doit prvoir un investissement de ca-
pital susceptible de permettre le revenue per capital d'aug-
menter son tour de 2 3%par an, soit de 1 2 dollars.
L'investissement en question dpassera en grandeur
tous ceux qui ont t enregistrs dans le pass. Comme
ceux-ci, cet investissement dpendra de l'accumulation du
capital engag dans le commerce extrieur. L'Afrique oc-
cidentale franaise, le Ghana, la Nigria, Sierra Leone ont
constitu un capital du profit rcolt dans l'exportation
des denres.
De tout ce qui prcde, il s'ensuit que l'Africain cst
absent de l'entreprise accapare par le conunerce, les li-
gnes maritimes, les companies minires, l'exportation des
denres, en d'autres terms, par les trangers soutenus et
protgs par leur mtropole respective.
Le problme de l'intgration conomique de l'Afri-
que rclame l'apport d'un capital substantial rpartir
dans la zone d'une faon avantageuse pour tous les tats
indistinctement.
La distribution de ce capital mettra en oeuvre des
projects grande chelle englobant plusieurs tats.
Si la ralisation d'un tel project s'avre impossible o.
difficile, on pourra orienter toutes les resources africai-
nes vers un march africain occidental ou tranger.






80 NEGRITUDE

Pour atteindre l'intgration, le systme de trans-
port doit tre standardis et la main-d'oeuvre admise
circuler librement travers les frontires.
Il faudra aussi envisager l'emploi de l'anglais et du
franais come moyens de communication entire les nou-
veaux tats.
Enfin, ce sera la tche des leaders africains respon-
sables d'adopter une politique de tarifs, de monnaie, de
banque, de commerce et d'utiliser les resources restantes
en Afrique au mieux des intrts des populations.
Cette politique requiert beaucoup de lucidit, des
qualits minentes d'homme d'tat et une action commune
de tous les hommes d'tat responsables, sans distinction
de paroisse ou de nation.






ECONOMIC


LA COMMISSION ECONOMIQUE
POUR L'AFRIQUE

F. S. Arkhurst, Premier Secrtaire de la dlgation
permanent du Ghana l'ONU, signal d'abord le carac-
tre dramatique des changements politiques, l'ampleur
des impratifs conomiques et la rapidit tonnante de la
liquidation du colonialisme survenus en Afrique. Il note
en mme temps les extraordinaires movements conomi-
ques et sociaux qui leur servent d'tai.
Les leaders africains reconnaissent unanimement que
la liberation politique de leur pays est primordiale et que
leur progrs conomique constitute la base du nouvel di-
fice. Ainsi, il deviendra possible d'atteindre le but ultime
de l'indpendance laquelle ils aspirent.
L'Afrique, en effet, se rend bien compete de son de-
gr d'ignorance et de sous-dveloppement et de son tat
sanitaire. Elle a donc pris la determination de supprimer
ces tares dans le dlai le plus court.
Pousss par la cupidit et l'esprit de rivalit, mais
gns par le morcellement anarchique du continent noir,
les Europens ne se sont mme pas donns la peine de
dresser un catalogue de ses besoins conomiques et so-
ciaux au point de vue regional et au point de vue global.
L'Afrique a imprieusement besoin de nos jours de
capitaux, d'un personnel de technicians entrans. De
plus, elle souffre d'une pnurie d'ducation, de condi-







NEGRITUDE


tions sanitaires dplorables, d'une agriculture prcaire et
d'un manque de cooperation entire les pays africains pour
dfinir leurs problmes et prparer leurs plans de rel-
vement.
Ces problmes rclament un plan concert et une
solution base sur la cooperation.
On a. certes, esquiss une tell politique dans les ter-
ritoires soumis aux Puissances occidentales, mais elle a
t rendue inoprante par la balkanisation et les rivalits
de ces mmes Puissances.
Un example: les Etats-Unis qui fournissent des ar-
mes la France pour combattre les Algriens allouent
de l'argent pour secourir les rfugis algriens victims
de la guerre d'Algrie.
Enfin, l'lment stratgique ajoute la gravit du
problme et rend sa solution difficile.
On comprend donc la volont des Africains de sous-
traire leurs problmes tout conflict international et de
harder la neutralit.
Le besoin de cooperation est admis de tous en Afri-
que et dans le reste du monde.
L'un des buts que pursuit l'ONU est la solution des
problmes conomiques sur une base rgionale et inter-
nationale.
Presque immdiatement aprs la foundation des Na-
tions Unies, on avait jug ncessaire de crer pour l'Eu-
rope une commission conomique qui a connu en peu de
temps un plein succs.
Elle a puissamment contribu ranimer ce conti-
nent. L'objectif vis tant atteint, elle continue, malgr
tout, son labeur de rehabilitation.







ECONOMIC


Ce succs initial a t l'origine de l'institution d'u-
ne Commission conomique pour lAsie, d'une autre,
pour l'Extrme-Orient et d'une autre pour l'Amrique
latine. Elles aussi ont ralis un travail apprciable et ob-
tenu des rsultats signals.
On aurait pu penser que ces rsultats si satisfaisants
eussent inclin les puissances accorder une attention
semblable l'Afrique o la ncessit d'un tel organisme
se faisait sentir plus que partout ailleurs.
Il a fallu attendre jusqu'en 1951 pour qu'un group
d'experts en ft la recommendation express l'ONU et
insistt maintes reprises pour en faire valoir l'urgence.
Puis, les dlgations de l'Inde, d'Hati et des Philippines
appuyrent ces rapports de resolutions rptes.
Celles-ci furent autant de fois rejetes par les Puissan-
ces coloniales. Or, en 1957, la dlgation du Ghana dpo-
sa, la XIIe session de l'Organisation des Nations Unies,
une resolution demandant nergiquement la formation
d'une Commission conomique pour lAfrique. Soutenue
par 28 Puissances, elle fut adopte par 78 dlgations
avec la seule abstention de la Belgique.
Qu'on retienne pour l'histoire l'argumentation oppo-
se cette occasion par les Puissances coloniales, savoir
les differences prvalant en Afrique, au nord et au sud
du Sahara, oubliant non seulement les differences, mais
aussi les distances qui sparent les rgions de l'Asie et de
l'Orient.
Les Africains esprent beaucoup de la mise en com-
mun des experiences, de la cooperation conomique, de
l'unit d'action et de l'conomie de resources qui r-
sulteront de la mise en place d'une telle Commission.








84 NEGRITUDE

C'est alors que la dlgation amricaine admit les
avantages obtenus par les pays du fait de l'tablissement
des Commissions conomiques rgionales fonctionnant
dj.
La Commission conomique pour l'Afrique agira
conformment la Charte et en accord avec les gouver-
nements africains.
Elle travaillera au dveloppement conomique et so-
cial de l'Afrique, au relvement de son activity conomi-
que et social et de son niveau de vie, au maintien et au
enforcement des relations conomiques entire les pays
africains et aux relations de ceux-ci avec les pays des au-
tres continents.
Elle entreprendra ou encouragera des investigations
et des tudes technologiques et conomiques dans les ter-
ritoires et en vulgarisera les rsultats.
Elle fournira des conseils aux pays africains qui en
front la demand.
Elle remplacera le Conseil conomique dans les ter-
ritoires pour tout ce qui concern les problmes cono-
miques, leur formulation et la coordination des politiques
s'y rapportant.
Elle ne ngligera pas, tout en considrant les pro-
blmes conomiques, leur aspect social.
Elle fera des recommendations aux gouvernements,
aux institutions spcialises et consultera le Conseil co-
nomique et social sur toute politique conue par elle et
susceptible de repercussions internationales.
Elle pourra, avec l'avis de ce Conseil et des agencies
spcialises, crer des corps supplmentaires.







ECONOMIC


Toutes ces clauses et d'autres encore furent adoptes
la session inaugural qui eut lieu Addis-Abeba, quar-
tier gnral de la Commission, du 29 Dcembre 1958 au
6 Janvier suivant.
Les membres de la Commission comprennent les
pays indpendants, les pays administrant les territoires c,
tout future membre de l'ONU. Les membres associs com-
prennent les territoires non autonomes.
Pour bnficier des avances technologiques, cono-
miques et scientifiques de la Russie et des Etats-Unis, les
pays africains avaient suggr leur admission la Com-
mission. Cette suggestion fut combattue et rejete par les
Puissances coloniales et les Etats-Unis.
Le programme des Commissions conomiques pour
l'Europe, pour l'Asie, pour l'Orient et pour l'Amrique
latine est muet sur le relvement social. Mais, l'insistan-
ce des pays africains, la Commission conomique pour l'A-
frique a inscrit dans le sien une clause se rapportant
la condition social africaine et la ncessit d'y rem-
dier. Les Puissances coloniales s'y opposrent une nou-
velle fois, mais les Africains firent prvaloir leur volont
dans une solution de compromise.
A la Commnission est adjoint un Secrtariat.
Bien que les Africains ne disposent pas encore d'-
lments suffisamment qualifis pour faire parties de cette
Commission et dcider de la politique suivre l'chelon
le plus lev, ils esprent y parvenir en mettant en uvre
toutes leurs resources dans la preparation de technicians.
La Commission conomique pour l'Afrique peut en-
tretenir des relations avec des agencies spcialises. Elle
fut inaugure Addis-Abeba qui lui sert de sige.







NEGRITUDE


A cette sance historique pour l'Afrique, les leaders
africains se montrrent conscients du besoin de coopra-
tion troite entire eux pour rsoudre leurs problmes co-
nomiques.
L'esprit de solidarity et d'unit, n aux Nations U-
nies. se confirm, se fortifia Addis-Abeba et s'leva
un sentiment de confiance.
L'Empereur Hail Slassi se flicita de ce que le
temps tait rvolu o les affaires de l'Afrique taient r-
gles par des non Africains et que, dornavant, les Afri-
cains entendaient tre matres de leur destine.
P. K. K. Quaidoo, parlementaire du Ghana, fit ap-
pel la cooperation conomique, social et technique et
suggra qu'on mt l'ouvrage le cadre qui facilitera la
mise en commun des resources.
On parla d'assistance technique et d'investissement
de capitaux mis au service des Africains, d'entranement
de technicians, de l'importance de la cooperation rgio-
nale, de la collaboration international et de l'aide co-
nomique multilatrale.
Les Africains placent un grand espoir dans la Com-
mission conomique pour l'Afrique et croient qu'elle ob-
tiendra autant de succs que les autres Commissions r-
gionales.







ECONOMIC


DU SYNDICALISME
La formation de syndicate africains, de date rcente,
rsulte du movement syndical mondial.
Prcdemment, les syndicats africains n'existant pas
encore la Puissance colonial rglementait le travail et
un fonctionnaire mtropolitain tait charge d'imposer ce
rglement dans les colonies aux ouvriers et aux patrons.
La deuximc guerre mondiale ayant fait ressortir
l'importance de l'Afrique comme source de matires pre-
mires, et de l'Africain comme force de travail, on cra.
en 1945, la Fdration mondiale des syndicats. Elle en-
globait tous les grands syndicats, sauf la Fdration am-
ricaine du travail.
Maida Springer explique que le fait pour la Fdra-
tion mondiale des syndicats d'avoir t, en parties, d'ob-
dience communist obligea les grands syndicats non com-
munistes se sparer d'elle et fonder, en 1949, la Con-
fdration des syndicats libres avec la Fdration am-
ricaine du Travail comme membre.
Cette Confdration comprend 135 syndicats affi-
lis. d'un effectif de 55 millions de membres, rpartis
dans 91 pays et territoires. Les syndicats amricains, avec
la fusion du Congrs de l'organisation industrielle et de
la Fdration amricaine du Travail et l'Union des mi-
neurs, groupant 15 millions de membres en forment le
plus large contingent.
La comparison des syndicats europens avec les syn-
dicats amricains rvle que, quoique les relations entire
le Travail et les Corporations ne soient pas toujours cor-







NEGRITUDE


diales aux Etats-Unis, ils agissent selon les ncessits,
dans un esprit de mutuel intrt, et en vertu de contracts
collectifs, et le gouvernement garde la neutralit. En Eu-
rope, au contraire, les contracts collectifs et les lois sociales
portent l'empreinte du socialisme, souvent reprsent
dans les gouvernements.
Dans un continent aux activits agricoles plutt
qu'industrielles, le syndicalisme africain est petit, jeune
et inexpriment.
Mais son influence est tendue; ses jeunes leaders
sont capable et utilisent le syndicate comme un puissant
centre de formation de ses adhrents.
Les syndicats africains sont affilis la Confdra-
tion international des syndicate libres, la Fdration
mondiale des syndicats indpendants, dans la proportion
de 2<' de l'ensemble des ouvriers du monde.
Le syndicalisme africain jouera un rle dans les rap-
ports politiques et conomiques de l'Afrique avec le rest
du monde. En outre, l'Afrique, tendant passer du stade
agricole un stade plus avanc de dveloppement, dans
un dlai trs court, le nombre des tats africains s'lve-
ra bientt quatorze.
Leur gouvernement aura besoin de l'exprience et
de l'entranement des leaders syndicaux et de leur con-
cours dans le dveloppement de l'industrie, de l'duca-
tion et de la sant.
Ce n'est donc pas par coincidence que Skou TOURE
a pu obtenir l'indpendance de la Guine, car ce chef po-
litique est double d'un leader syndical.
L'tablissement du syndicalisme en Afrique et son
orientation vers l'Ouest ou l'Est intresse vivement le
monde.







ECONOMIC I

'-f




INTEREST AMERICAIN EN AFRIQUE

Les relations commercials entire les Etats-Unis et
l'Afrique prirent leur essor partir de 1951. Cette initia-
tive vint des Amricains qui croyaient ainsi pouvoir ar-
rter l'infiltration communist dans le continent noir, y
favoriser l'tablissement de gouvernements dmocrati-
ques et accrotre le prestige de leur pays.
Ils estiment que ces vises n'ont pas t atteintes, puis-
que l'influence sovitique a sensiblement progress en
Afrique et que les Africains restent dus.
Beaucoup d'tudes savantes ont t publies sur les
relations commercials des Etats-Unis et de l'Afrique et
sont surtout tayes sur deux sources : le bulletin
du Dpartement du Commerce amricain et le rapport
sur la situation conomique mondiale de l'ONU.
Pour la commodity de l'tude, l'Afrique est divises
en quatre zones:
1) L'Afrique musulmane. Limite par la mer et les
sables, elle forme une unit idologique et historique plu-
tt oriente vers la Mditerrane au point de vue com-
mercial.
2) L'Afrique noire. Jadis riche en or puis en or
noir et de nos jours en mtaux et denres tropicales, le
climate chaud et humide y est malsain pour le blanc, mal-
gr les travaux de drainage et les progrs de la mdecine
tropical.







NEGRITUDE


3) L'Afrique multiracial. Elle se caractrise, d'une
part. par un commerce limit, la pauvret de ses mines
et un soupon d'industries, d'autre part, par la varit de
son peuplement comprenant Hindous, Ethiopiens, Soma-
liens, Europens et Africains.
4) L'Afrique domine par les blancs. Elle englobe
la Rhodsie, le Nyassaland et l'Afrique du Sud. Bien que
les blancs reprsentent dans ce dernier pays une mino-
rit dans la proportion de deux contre huit millions de
Noirs depuis 1948, ils ont impos ceux-ci une politique
farouche de sgrgation.
On peut rsumer la condition gnrale de l'Afrique
en faisant ressortir que si l'Afrique du Sud est industria-
lise. les trois autres se dbattent entire un sol ingrat on
rod. un systme de pluie torrentielle ou rare et une po-
pulation inhabile ou mal organise.
Avant de faire connatre les donnes actuelles du
problme commercial amricano-africain, il faut note
que. cause des entraves britanniques, le commerce des
Etats-Unis avec l'Afrique dbuta modestement totalisant,
en 1790, 139.984 $, s'levant avant la Guerre civil
prs de 7.000.000 $. Ce commerce dclina avant la rue
europenne du 19e sicle pour atteindre avant la 2e
guerre mondiale 250.000.000 $ et plus d'un milliard pen-
dant cette guerre.
Cependant, on a enregistr en Afrique aprs la guerre
une baisse des exportations amricaines avec une balance
commercial favorable celles-ci dans la proportion de
prs 50.000.000 $ et une tendance marque de l'Afrique
noire et de l'Afrique multiracial gagner plus de dol-
lars que l'Afrique blanche et islamique.







ECONOMIC


Plus significative encore est la disproportion des re-
venus en dollars, des machines et des vhicules entire les
quatre Afriques. De plus, l'avantage que l'Afrique blan-
che et l'Afrique islamique percent en dollars, elles le r-
cuprent en instruments d'industrialisation, alors que l'A-
frique noire et l'Afrique multiracial en ont un besoin
dsesprment pressant.
Les Etats-Unis important de l'Afrique des denres et
des mtaux et competent de plus en plus sur l'Afrique
noire pour les products clefs. L'change entire les Etats-
Unis et l'Afrique dpasse de loin un milliard de
dollars, si l'on mentionne les articles passant par l'Eu-
rope.
On pense gnralement aux Etats-Unis que l'inves-
tissement de capitaux privs amricains l'tranger se
traduit par une augmentation du standard de vie du rg-
nicole et une diplomatic plus efficient. Tel n'est pas
le sentiment de la plupart des Africains.
Avant la deuxime guerre, la plus grande parties des
capitaux investis en Afrique taient d'origine europenne
avec une faible proportion d'origine amricaine. Il s'en-
suivit un monopole de fait, les gouvernements coloniaux
s'ingniant multiplier les rglements administratifs et
locaux et les tarifs prfrentiels. Aprs cette guerre, les
investissements de capitaux en Afrique ont rapidement
augment, passant de 129.000.000 $, en 1943, 774.000.
000 en 1955, l'Afrique du Sud elle seule absorbant 45 <$
de ce total. Une parties du reste est accorde l'Afrique
islamique, en second lieu, et la portion congrue, rserve
l'Afrique multiracial et l'Afrique noire, c'est--dire







92 NEGRITUDE

aux deux rgions du continent qui ont le plus besoin de
capitaux pour leur dveloppement.
Cet expos du Dr. Lawence C. HOWARD, Docteur
en Philosophie de l'Universit Harvard et professeur de
science politique, constitute, dans sa simplicity, sa sobri-
t et son objectivity, un rquisitoire accablant contre ce.
pays qui, tout en proclamant les vues les plus gnreuses
en faveur des peuples dshrits, en fait poursuiveni
aveuglment une politique sectaire allant jusqu' favori-
ser les peuples riches, pendant qu'ils accordent des ra-
tions parcimonieuses d'entretien aux plus pauvres.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs