• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Dedication
 Preface
 Frontispiece
 Introduction
 Considerations sur l'armee expeditionnaire...
 Les chefs de la division Francaise...
 Le quartier general de Maurepa...
 L'agonie du gouvernment de Leclerc...
 Francois Capois
 Epilogue
 Bibliography
 Table of Contents






Group Title: contribution du nord-ouest a l'indépendance nationale
Title: La Contribution du nord-ouest a l'indépendance nationale
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081459/00001
 Material Information
Title: La Contribution du nord-ouest a l'indépendance nationale
Physical Description: 100 p. : illus., ports. ; 20cm.
Language: French
Creator: Alcindor, Fernand
Publisher: Haïti
Place of Publication: Port-de-Paix
Publication Date: 1954
Copyright Date: 1954
 Subjects
Subject: History -- Haiti -- Revolution, 1791-1804   ( lcsh )
Genre: bibliography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Notes
Bibliography: "Bibliographie": p. 100.
General Note: At head of title: Sous le signe du tricinquantenaire.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00081459
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltuf - ADR0169
oclc - 01892267
alephbibnum - 000717981
lccn - a 56000594

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Dedication
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
    Preface
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
    Frontispiece
        Page 8a
        Page 8b
    Introduction
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
    Considerations sur l'armee expeditionnaire de 1802 et la puissance de toussaint
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
    Les chefs de la division Francaise de Port-de-Paix
        Page 23
        Page 24
        Page 25
    Le quartier general de Maurepas
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
    L'agonie du gouvernment de Leclerc la reprise de Port-de-Paix
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
    Francois Capois
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
    Epilogue
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
    Bibliography
        Page 100
    Table of Contents
        Page 101
Full Text


Sous le Signe du Tricmiquantenaire


LA
CONTRIBUTION DU NORD OUEST
A
L'INDEPENDANCE NATIONAL

par
FERNAND LCINDOR
Ancien professeur de Sciences Sociales
au Lyce GUILBAUD de Port-de-Paix


CAPOIS LA MORT
Le vainqueur de Vertires









M~.AyA.-



..dAMIFAIA. > f


a)'


















.bec/icace

En hommage aux gnraux, officers, sous-officiers
et soldats vivants ou morts de fArme de mon pays,
vigilants gardens du patrimoine national.






Nous sommes les hritiers de ceux qui sont morts,
les collaborateurs de ceux qui vivent, la providence
de ceux qui natront. Edmond About
r :. , :








Io

2' '

Voici son Excellence le Gnral de division, Paul
Eugne Magloire, Prsident de la Rpublique qui a
conu et s'ingnie raliser l'excellente ide de comm-
morer, par d'mou vantes et splendides manifestations qui
se drouleront dans le cadre grandiose des Gonaives
transformed, le ler Janvier 1954, le tricinquantenaire
de l'Indpendance national.
Voici l'homme qui a suscit le renouveau des tudes
historiques en Haiti.
Des documents prcieux, indits ont en effet sevr
la poussire des muses d'outre mer pour venir se met-
tre notre disposition. Des papers de famille jusque-
l considrs comme des reliques se sont envols du
fond des arm)ir-s pour tomber dans le trsor national.
Nos crivains, nos historians, nos potes, nos dra-
maturges, nos publicistes, nos musicians et nos peintres,
rivalisant d'enthousiasme, ont trouv un Mcne dans
la prestigieuse personnel du Premier citoyen qui dirige
heureusement les destines de ce pays.






Ce comportement du Chef de la Nation est conform
nos traditions et nos moeurs.
Dessalines, entour de ses gnraux et de l'arme
commmora grandiosement le ler anniversaire de notre
entre au banquet des tats libres et indpendants
Hippolyte conut le project de clbrer le centenaire de
l'indpendance. Le vieil Alexis le ralisa.
Le President Magloire, originaire du Nord comme
ses prdcesseurs et vigilant dpositaire de notre patri-
moine national aura, secouru par la Providence et sou-
tenu par le patriotism clair de ses concitoyens, la
gloire immarcescible de sauver de l'oubli les Immortels
fondateurs de notre Nationalit.
C'est la cendre des morts qui cra la patrie.







EN GUISE DE PREFACE

Des fous te disent lche I
Que t'importe aprs tout ? N'as-tu pas dans tes flanes
Des Hros d'autrefois port les plus vaillants?
T. GUILBAUD Port-de-Paix (1876)

Mon cher Alcindor,
Quelle bizarre ide de m'avoir disign entire tant dau-
tres, mieux qualifies, pour crire la Prface de voire
Essai historique! En vrit,je demure encore stupid et
l'Ex-Professeur de Sciences Sociales au LYCEE DE
PORT-DE-PAIX peut se vanter de m'avoir mis a
rude preuve. Mais comme le rptait souvent l'autre,
je ne perdrai pas mon temps etmaPatience rechercher
vainement de prtendus remdes aux maux impossible,
Bahl en bon prince, je me rsigne, pour une fois, faire
contre mauvaise fortune bon coeur.
Mon cher Alcindor, qu'il me soit permis IN LIMI-
NE LTIS de vous fliciter pour le choix du sujet.
Quelle autre tude, crite par un fils du NORD-OUEST
conviendrait mieux au cadre des manifestations intel-
lectuelles du Tricinquantenaire et irait plus droit au
coeur de tout fils de ce Dpartement si dcri si m-
pris ?
LA PARTICIPATION DU NORD-OUEST DANS
LES GUERRES DE L'INDEPENDANCE est une
plaidoirie.Plus encore: une REHABILITATION -tar-
dive, il est vrai. Nos dtracteurs, aprs lecture, conti-
nueront-ils chanter toujours, telle une antienne, que


-5-







le NORD-OUEST est le moins intressant de nos cinq
Dpartements parce que le plus minuscule de tous ?
Avec un pareil raisonnement, la petite Rpublique
d'Haitr devrait se garder de convier les nations amies
aux manifestations de JANVIER 1954. Et puis -vous
l'avez largement dmontr- selon le mot du Dr ALEXIS
CARREL. la valeur d'une chose ne dpend pas de son
volume ou de son poids Or, pursuit l'minent mdecin
philosophy, la Vnus de Milo a une autre signification
que le bloc de marbre de semblables dimensions rest
dans la carrire.
Mon cher .Acindor, la jeunesse studieuse du Nord-
Ouest prendra plus amplement conscience d'elle-mme
et puisera dans votre outrage des motifs lgitimes de
fiert lorsqu'elle arrivera saisir le rle de premier plan
qu'ont joui dans ces luttes pique ces titans de notre
patelin qui s'aopelaient FRANCOIS CAPOIS, MAU-
REPAS, RENS VINCENT, PLACIDE LOUIS, POI-
TEVIEN, PLACID LEBRUN, NICOLAS LOUIS et
combien d'autres encore, Elle comprendra le sens magi-
que et fulgurant attach ces noms de lieux charges
de gloire et d imprissables, souvenirs tels Les Trois-
Pavillons, la Coupe Aubert, l'Habitation Grissot, La.
Tortue l'Habitation Paulin le Chteau de Lat.eauxsur
la route de St. Louis-du Nord etc. etc. Oui mon cher
Alcindor, elle apprendra, elle verra, elle saura que la
Contribution de notre minuscule Dpartement dans
ses batailles titanesques de 1802-1803 dpasse de trs
loin ce que pense un vain people. A cela du reste, rien
d'extraordinaire. Port-de-Paix rappelle PADREJEAN


- 6.-







le martyr de 1679, (1 dj comme le Mle St.
Nicolas le dbarquement de Cristobal Colon, La Tortue,
les fameux et "sympathiques" corsaires. Mais cela, ar-
guera-t-on, est une autre histoire. ,J'entends bien et
reviens mon sujet...
Il tait rserv par le Destin l'un des ntres de pa-
rapher avec la pointe de son pe ensanglante les der-
nires lignes de cette inimaginable pope frisant le r-
ve, l'absurde.
Bon Dieu que de fois, mon cher Alcindor, je me suis
surprise me demander quel et t le sort denctr e 'bre
Haiti, si, en dpit des prouesses de CAPOIS-LA-MORT
et des "sublimes va-nu-pieds" la victoire avait souri
aux Franais ce 18 Novembre 1803 le rest, la suite .
hlas! Le Hros de VERTIERES tombe tratreusement
assassin en OCTOBRE 1806 dans une embuscade prs
de Limonade. Des historians rapportent qu' Port-de-
Paix, Christophe fut rendu responsible de ce crime af-
freux. Et d'un! Dessalines le grand, ce bloc, tombe cr;'-
bl de balles au Pont-Rouge le 17 OCTOBRE 1806.
Enfin le 8 OCTOBRE 1820, Christophe se tua d'une
balle au coeur. Fatidique mois d'OCTOBRE! D'aucuns
murmurent :"COINCIDENCE ETRANGE "! D'au-
tres, superstitieux: Date nfaste Ralisation concr-
te de I'EVANGILE: celui qui de l'pe se sert... "Con-
tentons-nous, mon Alcindor, de profrer tout bas avec

(1) Sous le gouvernement de Mr. POUANCEY, successeur de
d'Ogeron, en 1679, clata Port-de-Paix la premiere rvolte des
noirs esclaves conduite par PADREJEAN, noir espagnol. Port-de-
Paix doit s'norgueillir d'avoir produit cette premiere tincelle
de la libert. Dictionnaire S. Rouzier.


- 7-







( MACTERLINCK ); Il est bon d'acqurir peu a peu
rlhabitude de ne rien (COMPRENDRE).
Tournons la page... Et vite, changeons de disques ...
Mon cher ami. Me voil arriv au bout de mon rou-
leau.
Je ne terminerai pas nanmoins sans formuler un sou-
hait qui, du moins, je l'espre, se ralisera dans un pro-
che avenir.
Sous le Gouvernement de Dumarsais Estim, les
Chambres Lgislatives votrent la loi du TIMBRE
POUR LA CONTRIBUTION CIVIQUE ". Un des
considrants stipulait que la valeur devrait tre affecte
a l'rection de Monuments la mmoire de nos grands
"HEROS" dans nos principles villes. Nul doute qu'
PORT-DE-PAIX s'rigerait un GIGANTESQUE CA.
POIS-LA-MORT, tombant de cheval, sabre au clair...
Je caresse toujours ce rve d'or ......
ANTONIO VASQUEZ
Professeur au Lyce de Port-de-Paix
Dcor de l'Ordre de l'Education Nationale


-8-









































Me. Fernand Alcindor
Btonnier de l'ordre des avocats du barreau de Port-de-Paix
Ancien professeur de belles lettres et de sciences sociales
au Lyce Guilbaud de cette ville
Ancien Dput du people la 34e. legislature
Ancien ambassadeur extraordinaire d'Hati la Havane
aux crmonies de prestation de serment du president
Prio Socarras










Introduction

Dans un manuel de Gographie de la Rpublique d'Haiti, di-
t l'intention des tout petits enfants, l'auteur relate que: Le
Nord-Ouest est le plus petit et le moins intressant de nos Cinq
Dpartements. Il s'en faut de peu que ce coin de terre n'ait
t baptism de sans histoire et de sans hommes. Que le Nord-
Ouest soit effectivement le plus exigu et le plus dlaiss de
nos cinq divisions politiques, c'est l une vrit de Lapalice.
Mais que l'on se prvale de l'troitesse de sa superficie pour en
dduire un complex d'infriorit ou une moins-value sur le plan
National, c'est l une opinion qui ne peut tenir au souffle du
moindre raisonnement
Ce n'est point, la vrit, la grandeur de son territoire qui a
permis l'Angleterre de se trouver prsente sur toute la surface
du globe terrestre et de maintenir un empire de beaucoup sup-
rieur, par son immensit, la vrai puissance de la Mtropole.
Que reprsente la vaste Chine sur l'chiquier International au
regard de l'eiigu Japon ?
La France qui a toujours t l'avant-garde de toutes les
ides gnreuses en Europe est-elle, du point de vue territorial
le plus vaste Etat de ce continent ? La Grce, peu tendue, est
cependant l'tat de L'Europe don't l'histoire est la plus mou-
vante, la plus glorieuse. La petitesse territorial ne l'empcha
point d'imposer sa civilisation, le got de ses arts, son lo-
quence, sa philosophie et son industries aux communauts baignes
par la Mditerrane.
L'importance des petites choses a t signale maintes et
maintes fois par les philosophes depuis Esope
Le grand sans le petit fait un mauvais mur dit un subtil
proverbe grec, qui semble remonter au temps des cyclopes. Dans


-9-








une histoire hindoue, Ammi dit son fils: "Apporte moi un fruit
de cet arbre et ouvre-le -qu'y trouves-tu?
Le fils dit :Quelques petites graines- ;Ouvres-en une et
qu'y vois-tu?- Rien, Monseigneur-Mon enfant, reprend Amimi.
l o tu ne vois rien, rside un puissant arbre... C'est au point
qu'il est presque lgitime de se demander si quelque chose peut
vraiment tre appel petit.
Ce n'est donc pas l'tendue de sa superficie qui fait la valeur
et la grandeur d'une Contre.C'est le patriotism qui fait la force
et la gloire d'une communaut. Sparte et Athnes en sont les il-
lustrations. Presque seules elles ont fait les frais des guerres mdi-
ques contre les Mdes et les Perses.
Le Nord-Ouest, le moins tendu de nos Cinq Dpartements
n'en est pas au demeurant, le moins intressant.
Situ en face du canal de Panama et au Nord-Est de Cuba,
don't il n'est spar que par l'troite passe du Vent, le Nord-Ouest
est le premier point de ce Nouveau-Monde o le 6 Dcembre
1492, le gnial Christophe Colomb plant au Mle Saint Nicolas
la Croix du Sauveur aprs avoir, dans une mouvant prire, bai-
s la terre en trois fois pour remercier Dieu de l'heureuse issue
de son long et prilleux voyage.
Pensez que le Nord-Ouest est le premier point de la ghenne
de Saint-Domingue d'o partit avec Padre-Jean, le martyr, de-
puis 1679 le premier cri de l'esclave, aspirant la libert
Pensez que chaque pierre du Nord-Ouest est une leon d'his-
toire vivante, relle, glorieuse, car Port-de-Paix, son chef-lieu
fut la premiere Capitale de la colonie de Saint Domingue.
Pensez dans le mme ordre d'ides, que la dpopulation de
l'le de la Tortue obligea le Gouverneur de Cussy y transfrer
le Sige de son Gouvernement et que cette ville porta firement
et jalousement ce titre de gloire'de 1685 1695. poque la-
quelle Logane le lui dispute!
Pensez que ce fut Port-de-Paix que se droula l'impression-
nante crmonie du passage de Toussaint Louverture au service


-70-





de la France en 1794, crmonie au course de laquelle le Gouver-
neur Laveaux lui confra le grade de Gnral de Brigade.
Rappelez-vous que c'est sur les pontons du Mle St- Nicolas
que furent supplicis les 300 malheureux esclaves dnomms les
Suisses qui, Pernier en 1791, s'tant insurgs avec les affran-
chis de l'Ouest, leur avaient facility la victoire sur les oppres-
seurs.
N'est-ce pas au Mle St-Nicolas, le 31 Aot 1798 que le ma-
jor Maitland reut solennellement Toussaint-Louverture avec
tous les honneurs rservs au Gouverneur Gnral?
Rappelez-vous qu' l'issue du banquet organis en sa faveur,
toute l'argenterie qui y avait servi ainsi qu'un canon de bronze
lui furent offertes en cadeau au nom du roi d'Angleterre et que
le reprsentant d'Albion proposal Louverture de le proclamer
roi de St-Domingue sous le protectorat de sa majest britannique
















Forteresse des Trois Pavillons o le gnral Maurepas
vainquit les gnraux Humbert et Debelle

Interrogez la forteresse des Trois Pavillons sertie comme un
nid d'aigles dans les hauteurs de la Croix Saint Joseph dominant
tous les environs de Port-de-Paix.Elle vous rpondra que son


- 11 -


k







Histoire est clbre dans la guerre de l'Indpendance, que les in-
trpides Soldats de Bonaparte qui, Lodi, Arcole, Rivoli,
Mantoue, venaient de s'illustrer par le gain de douze batailles et
de soixante combats, de dfaire en &ix mois trois formidable
Armes, connurent, en trois fois au pied de ses remparts, sous le
commandement de deux grands gnraux Humbert et Debelle
l'horreur de la dfaite la plus rocambolesque.
Interrogez-la toujours. Elle vous dclarera que les trois cla-
tantes victoires remportes sur les Soldats d'lite de la France
Rpublicaine eurent comme consequence de forcer le capitaine-
gnral Leclerc modifier son plan d'attaque contre Saint-Do-
mingue.















Trois Pavillons Dispensaire
Interrogez-la sans cesse. Elle vous rvlera que la mconnais-
sance de ses vertus, l'inconscience, l'incurie, et l'ingratitude des
uns et des autres, l'ont contrainte, aprs avoir vu ses plus que
centenaires boulets servir de fndation aux murs du coquet Dis-
pensaire qui se trouve rig dans son enceinte accepter les of-
fres d'autres matres plus fidles, plus traditionalists, plus res-
pectueux de la vraie valeur.
Elle vous dclarera enfin, sous la foi du serment et dans un
aveu public dgag de toute pression morale que sur ses ruines


- 12 -






grandioses s'est leve dsormais une Chapelle sous le vocable
de Saint Joseph.















Trois Pavilons Entre chapelle
Sur ce vaste cran dj souvenir, laissez se drouler devant vous
l'ombre du petit fort qui, sentinelle advance, garde jalousement
l'entre Nord-Est de la ville de Port-de-Paix. Cette forteresse
vous rappellera qu'un seir de 1803, le Gnral Beauvoir, aid
d'autres lieutenants, sous
l'ordre de Capois La-Mort
fit adosser ses murs bai- -
gns par la mer des chel- ,'
les dtaches au point d'en i .





sauva la nage pour ga-
gner le grand fort et que les
indpendants recueillirent
dans des gabions tout ce
que le petit fort contenait Petit Fort vue de la mer
de poudre, d'armes et de munitions.
13 -





Interrogez toujours cette forteresse. Elle nous racontera avec
un luxe de details que sa capture par les indignes fut la rsul-
tante de la gnrosit de l'intrpide Capois-La-Mort.
















Petit Fort Vue du Morne-aux-Pres
Pensez en effet que, quelques temps auparavant la patrouille-
crganise par cet animateur qui avait tabli en 1803 son quar-
tier gnral Laveaux. La-
caille avait surprise dans
un verger avoisinant un
r vieux soldat franais te-
,.naill par la faim.
Rappelez-vous que celui-
oi, arrt par les soldats
de la libert fut corduit
au quarter gnral devant
Capois-La-Mort qui lui fit
servir copieusement man-
ger, que ce comportement
gnreux du Chef Noir por-
ta le franais stupfait
Petit Fort-- Poudrire lui confesser que la garni-


- 14 -









son franaise qui dfendait Port-de-Paix n'tait forte que de
mill hommes et que le petit fort en constituait l'Arsenal.
Est-il possible d'oublier
que du Cap Rouge, dpen-
dance iurale de St-Louis
d u Nord taient parties
pendant l'horreur d'une
profonde nuit, months sur
des radeaux, destination
de l'le de la Tortue, Vin-
cent Louis et ses compa-
gnons qui, en 1803 avaient
reu de leur chef Capois
la M vrt l'ordre de librer
leurs frres enchans au
nombre desquels se trou-
vait la mre du gnral Petit-Fort Souterrain
Vincent Louis.
Il n'est pas que les lieux clbres du Nord-Ouest qui chantent
nos gloires nationals et l'Apothose de nos victoires.
De la phalange de nos Hros Anonymes se dtachent quelques
figures transcendantes don't l'apport la lutte sacro-Sainte pour
l'Iadpendance fut d'un poids appreciable dans cette balance de
valeurs.
Voici venir Jacques Maurepas, le plus fameux et le _plus re-
dout des gnraux Noirs. F. Capois surnomm la Mort cause
de sa vaillance, Ren Vincent, l'intrpide commandant des
Trois Pavillons, Beauvoir, le vainqueur du petit fort, Vincent
Louis, le fameux commandant des expeditions .de la Tortue,
Poitevien, l'habile cannonier qui facility l'vacuation de Port-
de-Paix; Nicolas Louis, Placide Lebrun, et Placide Louis, les
deux dfenseurs des Trois Pavillons, Pourceley. l'invincible com-
mandant des avant-postes de Dessalines, et Bodin. l'intraita"
ble dfenseur de Polveau.


- 15 -







N Saint Domingu, Maurepas y fut assez bien lev. Bien
fait de sa personnel, gentil, mme coquet, splendid en tout, il
tait, nous dit le Gnral Franais Ramel, d'une bravoure prou
ve et possdait l'art militaire au dernier point. Il lisait beaucoup
et avait une bibliothque choisie. Il aimait la Nation Franaise
autant qu'il dtestait les Anglais.Il n'avait jamais voulu sparer
son sort de celui de Toussaint. Lorsqu'il se soumit, on lui conser-
va le c: mmandement de Port-de-Paix
J'ai servi sous ses ordres. Il avait dans cette ville une maison
qui aurait t belle Paris. Rien n'avait t oubli pour l'embel-
lir, la dcorer. Elle devait avoir cot des sommes immense. J'ai
mang sa table. Dans les commencements, je ne revenais de
mon tonnement de lui voir cette aisance faire des honneurs
de chez lui (mmoire du Gnral Ramel) cit par Lamartine
dans Toussaint Louverture). Promu chef de bataillon le mme
jour que Dessalines et Clerveaux par Laveaux sous la recom-
mandation du gouverneur Toussaint Louverture, au mois d'Oc-
tobre 1794, Maurepas tait devenu gnral Divisionnaire et com-
mandant de Port de Paix sous le gouvernement de Toussaint
Louverture. C'est ce poste d'honneur et de confiance que le
trouva l'arme expditionnaire don't la mission occulte tait de
replonger dans l'esclavage les noirs de Saint-Domingue.
Nous voudrions, nous basant sur toutes ces donnes histori-
ques prsenter un bouquet parfum de l'apport du Nord-Ouest
la lutte sacro-Sainte pour l'Indpendance. Nous voudrions ponc
tuer que le Nord-Ouest qui, en 1679 avec Padrejean,donna le si-
gnal de la libert des Noirs est aussi le mme qui, en 1803 avec
Capois la Mort brisa la tte au monstre hideux qu'on est conve-
nu d'appeler l'esclavage, car si l'arme indigne avait perdu la
bataille de Vertires don't Capois est le Hros incontest, l'Ind-
pendance de ce pays et t jamais compromise. Nous voudri-
ons tablir d'une manire prcise la participation de ce coin de
terre oubli l'oeuvre grandiose'de 1804, retenir l'attention de
ceux don't le coeur n'a pas de mmoire sur les lieux et monu-


- 16 -







ments clbres qui furent un monument de la conscience Natio-
nale.
Nous voudrions exalter les vertus des hommes de cette region
chanter leurs prouesses, dire aux Chefs qui conduisirent cette
guerre avec tant de fermet, de discipline, de competence et de
dvouement notre sentiment de pieuse gratitude, exprimer, aprs
cent cinquante annes d'Indpendance, notre fervente admiration
pour le courage de nos Soldats connus ou inconnus qui ont ins-
crit dans les annales de l'humanit tonne la Sublime Epope
qui aurole Notre Bicolore.
Paulin ce 8 Mars 1953 Fernand Alcindor.


- 17 -







CHAPITRE I


CONSIDERATIONS SUR L'ARMEE
EXPEDITIONNAIRE DE 1802
ET LA PUISSANCE DE TOUSSAINT

Les historians ont attribu des causes diverse l'ex-
pdition de 1802. Les uns prtendent qu'elle avait t,
la rplique de Bonaparte la constitution de 1801 qui,
labore par Toussaint, tait interprte dans les milieux
Franais comrnn un acte d'indpendance de St. Domin.
gue. Les autres allguent qu'elle fut pour Bonaparte
l'occasion la plus propice de se dfaire des soldats Rpu-
blicains sincres qui composaient l'arme de Moreau et
don't le Premier Consul doutait de l'attachement sa
personnel pour les p;ojets futurs. Les autres n'y voyaient
qu'une opportunity pour Bonaparte devenu matre abso-
lu de l'Europe, de maintenir sa renomme, tmoigner
de son amour la grandeur et la prosprit de la
France, ddommager les anciens Colons dpossds qui
avaient vu leurs biens devenir biens de l'Etat, cause
de leur sjour prolong dans les Antilles. Les autres af-
firment que l'expdition fut dcide pour redonner aux
grands propritaires de St-Domingue et qui n'y avaient
jamais mis les pieds les revenues de leurs domaines qu'ils
n'avaient pas perus depuis la rvolte gnrale des escla-
ves en 1791.
On a mme avanc que jusqu'en octobre 1801, poque
laquelle Bonaparte reut cette Charte que lui envoya
Toussaint, il hsitait encore se prcipiter dans cette


- 19 -







venture. Il convoqua toutefois le Conseil d'Etat, son
Conseil priv et recueillit leurs avis sur la prilleuse en-
treprise. Fouch, Lucien Bonaparte, Dumas, Bernadote,
Vincent qui lui prsentrent son project comme tant
contraire aux intrts de la France ne purent parvenir
l'en dissuader.
Aveugl par les conseils des grands planteurs person-
nifis dans Fleurieux et Malouet, Chefs du parti colonial,
Bonaparte souscrivit l'expdition qui devait, aprs la
conqute territorial, maintenir l'esclavage conformment
aux Lois et Rglements antrieurs 1789.
Leclerc, beau-frre de Bonaparte poux de la belle
Pauline, fut dsign comme chef de cette entreprise
hasardeuse. Il fut second par d'habiles gn6raux; Ro-
chambeau, Hardy, Boudet, Debelle, Humbert, Dugua.
Tous les chantiers navals de France travaillaient jour et
nuit pour hter la dte du grand vnement.
La Hollande et l'Espagne allies la France devaient
y contribuer. Rien de ce qui pouvait tendre la russi-
te de ce plan ne fut nglig. Au point de vue psychologi-
que, les soldats qui composaient l'expdition taient re-
cruts parmi les vtrans qui venaient de s'illustrer en
Egypte et en Italie.
Pour dmoraliser Toussaint, il fallait le mettre hors
la loi. Ses fils Placide et Isaac qui tudiaient en France
lui avaient t renvoys, accompagns de leur prcep-
teur l'abb Coisnon porteur d'une astucieuse lettre au-
tographe de Bonaparte Louverture.
La flotte tait commande par des marines exprimen-
ts: Villaret Joyeuse, Latouche Trville.


- 20 -






Partie de Brest le 14 Dcembre 1801, l'expdition ar-
riva dans nos eaux le 29 Janvier 1802 et mouilla dans la
Baie de Samana. Or Leclerc qui avait la prtention d'-
tre trs press convoqua son Conseil de guerre le. lende-
main et le jour mme commena l'excution du plan se-
cret de Bonaparte. Son arme, divise en plusieurs colon-
nes, s'avanait ainsi: La colonne de l'Est commande
par le gnral Rochambeau, celles du Nord sous les -or-
dres du gnral Hardy avec qui marchaient le capitaine
gnral Leclerc et le gnral Desfourneaux. Les gnraux
Humbert et Debelle attaquaient par le Nord-Ouest.
Mais Toussaint Louverture le plus grand et le plus pres-
tigieux leader que la race ait jamais vu natre, lui qui
avait discipline les troupes de Jean Franois et de Bias-
sou, lui qui avait vaincu les Anglais et les Espagnols,
parvenu la dignit de Gouverneur de St. Domingue,
eut la prvoyance de rorganiser la vieille arme de sa
Patrie.
A Christophe revenait le commandement du Cap,
Clerveaux celui de Samana; Maurepas celui de Port-
de-Paix, Dessalines gnral de division, commandait
Saint-Marc, Laplume aux Cayes et Paul Louverture
Santo Domingo.
L'arme colonial, nous dit Pamphile de Lacroix, for-
mait au moment de l'expdition du gnral Leclerc, un
corps de plus de vingt mille hcrrmes de troupes rgu-
lires La curiosity de Toussaint le poussa jusque
dans la parties Orientale de l'le. Des hauteurs de
Samana, il dcouvrit l'talage de troupes, la multitude
de bateaux et de canons don't disposait l'expdition com-


- 21 -







pregnant vingt-deux mille hommes et quatre-vingt-six
vaisseaux.
Impassible, marmoren, Toussaint haranguant ses
officers, s'cria:" li faut prir, la France entire vient
Saint Domingue, on l'a trompe, elle y vient pour se
venger et asservir les Noirs. "
Dcid lutter, il fit dire ses lieutenants notam-
ment Dessalines dans une lettre du 8 fvrier 1802:
"Songez qu'il ne faut pas que la terre baigne de nos
sueurs puisse fournir nos ennemis le moindre aliment.
Carabinez les chemins, faites jeter des cadavres de che-
vaux dans toutes les sources, faites tout anantir, tout
brler, pour que ceux qui viennent nous remettre en es-
clavage rencontrent toujours devant leurs yeux l'image
de l'enfer qu'ils mritent Histoire d'Haiti par Paulus
Sannon tome III, page 58.


- 22 -







CHAPITRE II


Les chefs de la Division Franaise
de Port-de-Paix

Les officers Franais qui devaient marcher sur Port-
de-Paix ne furent pas des premiers venus. C'tait Hum-
bzrt, le plus bel home de l'arme, advantage auquel la
belle Pauline n'avait pas accoutum de demeurer insen-
sible et auquel il dut peut-tre ses malheurs. Humbert
ayant chou dans sa prilleuse tentative en Irlande tait
revenue l'arme de l'Ouest il fut dsign pour fairepar-
tie de l'expdition de St. Domingue. Aprs les dfaites
que lui infligea Maurepas, Leclerc le renvoya en France
et le Premier Consul le chassa de l'arme. Frdric Mas-
son crit: "Humbert, suspect d'intelligence avec les
Noirs de Saint Domingue convaincu de dilapidation, ac-
cus de lchet par Leclerc lui-mme, fut destitu aprs
une enqute approfondie et ray des cadres pour avoir
dtourn les rations qu'il vendit son profit et pour
avoir entretenu des relations coupables avec des chefs
de brigands. Chassing prtend qu'il revint trs pauvre de
Saint Domingue". Il crit propos de ses malversations
qu'elles auraient t juges si la soeur du Premier Con-
sul n'y avait t mle. C'tait encore Debelle, le beau-
frre de Hoche qui avait vaincu l'arme de Sambre et
Meuse et l'arme d'Italie. Histoire militaire de Saint
Domingue par le Colonel Nemours, tome ler, pages 124,
125.


- 23 -







LES PREMIERS CONTACTS DE L'ARMEE
FRANAISE AVEC PORT-DE-PAIX
LA RESPONSE DE MAUREPAS
Le 9 fvrier 1802, un bteau s'aventura dans la baie
de Port-de-Paix. Deux missaires Breton et Bistaret en
descendirent. Ils vinrent sommer Maurepas d'avoir eu
leur livrer la ville au nom du gnral Humbert. "Je ne
recevrai les troupes de votre gnral, leur rpondit fi-
rement Maurepas, que sur les ordres du gouverneur Tous-
saint. En attendant je saurai faire mon devoir. Je vous
dclare que vous tes mes prisonniers." Maurepas les fit
arrter. Il ordonna de les conduire aux Gonaves auprs
du gouverneur Toussaint. Les soldats qui les conduisaient
les gorgrent en route. Dans une attente fivreuse,
Humbert vit s'couler morne la journe. Enfin n'ayant
pas vu revenir ses Parlementaires, il fit le lendemain ca-
nonner sans merci la ville de Port-de-Paix. Les indig-
nes ripostrent avec courage. L'escadre franaise sema
la mort et l'pouvante dans nos rangs. C'est alors qu'on
vit Poitevien, commandant du Port, habile canonnier
lancer du Fort Pageot un boulet qui faucha vingt hom-
mes sur le pont de l'une des units de la flotille. Ce
prodige de valeur terrifia l'arme franaise qui imm-
diatement cessa le feu. L'escadre gagna la haute mer.
Cette trve permit Maurepas de faire vacuer la ville,
Hommes, femmes, enfants se retranchrent dans les mor-
nes important provisions et munitions.
L'INCNDIE DE PORT-DE-PAIX
Maurepas incendia la place mit le feu sa somptueuse
maison et se retira au fort Pageot qui domine le canal


- 24 -







de la Tortue, piant les manoeuvres de l'ennemi. La flo-
tille qui tait l'ancre une demi-lieue de Port-de-Paix
tenta d'oprer des dbarquements de troupes l'embou-
chure des Trois Rivires. Maurepas y envoya quatre
cents hommes sous le commandement du capitaine Fran-
ois Capois pour les combattre. Le feu nourri des indi-
gnes les obligea se replier et longer la rive gauche
du fleuve. Ils atteignirent l'habitation Paulin et conduits
par un noir du nom de Colin Souverby ils franchirent
l'habitation Petit-Fond Aubert o Capois les attendait
de pied ferme. Bless la jambe, le Chef Noir fut trans-
port par ses soldats sur un brancard dans les hauteurs
de Port-de-Paix. Averti de l'approche de l'ennemi, Mau-
repas vacuant le fort Pageot se rendit aux Trois Pavil-
lons o il tablit son quarter gnral.


-25-







CHAPITRE III


Le Quarter Gnral de Maurepas

Le fort des Trois Pavillons, difi sur l'habitation
"Grissot" tait une magnifique position que traversait
le grand chemin de la montagne. Le camp indigne s'-













Forteresse des Trois Pavillons o Maurepas vainquit
les gnraux Humbert et Debelle
tendait sur un plateau flanqu de large ravins au fond
desquls d&s to:rints rapides routaient avec fracas de
large pierres, des troncs d'arbres et d'autres masses.
Maurepas faisait rgner autour de lui l'ordre le plus par-
fait, les families blanches taient respectes sur leurs pro-
prits; il ne se commettait aucun vol, les enfants, les
femmes, les vieillards de toutes couleurs, rfugis dans
les gorges de la montagne taient en sret sous la pro-
tection de plusieurs companies de Gardes Nationaux.
C'est le seul quarter o les indignes, combattant pour


- 26 -







Toussaint n'aient pas massacre les blancs l'apparition
des Franais. Les principles d'humanit que pratiquait
gnralement Maurepas avaient germ dans le coeur de
ces braves. Le Commandement du Quartier Gnral des
Trois Pavillons fut confi au Chef de bataillon Ren
Vincent. Madiou, tom: II, pages 166,167

LA PREMIERE VICTOIRE DE MAUREPAS
Le 11 fvrier, Hunmbrt, enhardi de s'tre empar sans
coup frir des ruines funantes de Port-de-Paix se jeta
la poursuite de Mau:epas avec un contingent de mille
deux cents hommes. Les indignes passrent toute la
nuit prcedente construire leurs remparts au milieu du
chemin de la montagne. Au qui-vive des Indignes, Hum-
bert rpondit : Franais.
Ren Vincent monta sur le rempart et demand au
gnral franais qu'il avait reconnu son costume: O
allez-vous? Nous vous poursuivons pour vous con-
traindre obir aux volonts de la France, rpondit Hum-
bert. Nous vous avons abandonn le rivage, rpliqua Re-
n Vincent; que dsirez-vous encore? Laissez-nous nos
montagnes, sinon vos os y demeureront ensevelis. Ren-
dez vos armes, s'crirent les franais. A ces mots un
tressaillement d'indignation glisse dans les rangs des in-
gnes.
Ren Vincent command deux cents grenadiers qui
taient derrire les remparts de dposer leur havre-sacs
et de mourir jusqu'au dernier pour la libert :
Les capitaines Placide Louis et Placide Lebrun com-
mencrent le feu. Dj la mort voltigeait dans les rangs


- 27 -






franais. Les indignes genoux contre terre firent pleu-
voir des balles sur les assaillants.Le combat commena
ds sept heures du matin et se poursuivit jusqu'au del
de cinq heures de l'aprs midi. Les franais fauchs par
une pice de dix qui balayait leurs lines comprirent
qu'ils se devaient de sonner la retraite.
Dans leur ignorance topographique et dans leur frousse
ils se perdirent dans les sentiers de la montagne. Alors les
indpendants dissmins de toutes parts les lapidaient,
les btonnaient et les emmenaient captifs Maurepas
camp aux Trois Pavillons. Humbert ne trouva son sa-
lut que dans la fuite la plus honteuse et ne rentra
Port-de-Paix que talonn par la Garde Nationale aprs
une perte de Trois Cents hommes.
LA SECOND VICTOIRE DE MAUREPAS
Le 13 fvrier Humbert reut un renfort de quatre
cents hommes. Le jour mme il revint avec un contin-
gent de treize cents guerriers attaquer le quarter gn-
ral des indignes. Quoiqu'il ne respirt que vengeance
et que ses fantassins fussent plus intrpides qu' la der-
nire attaque, il connut l'horreur d'une second dfaite.
Lui et ses fantassins ne rentrrent en ville qu'au travers de
grands dangers, laissant le sol jonch de morts et de bles-
ss. Humbert se fut mme rembarqu si la thorie de la
guerre que prconisait Toussaint n'avait consist aban-
donner les villes aux assailants.
LA TROISIEME VICTOIRE DE MAUREPAS
Ces clatantes Victoires de Port-de-Paix stupfirent
l'arme franaise. Leclerc, pour obvier tant d'incon-


- 28 -






vnients dpcha le divisionnaire Debelle, commandant
d'artillerie et du gnie de l'arme afin de voler au se-
cours du gnral Humbert. Le 19 fvrier, le nouveau
gnral dbarqua Port-de-Paix avec un effectif de mil-
le cinq cents homes. Le jour suivant, Debelle furieux
de la tnacit des indpendants rsolut de les exterminer.
A la tte d'une arme de deux mille homes divise en
quatre colonnes il se dirigea vers les Trois Pavillons.
Humbert que les deux prcdents checs avaient rendu
prudent fit tout ce qui dpendait de lui pour porter le
nouveau gnral se raviser; malheureusement il ne fut
pas cout.
La premiere colonne de droite qui suivit le chemin de
Gros-Morne devait attaquer l'arrire de l'arme de Mau-
repas. La second colonne qui s'engagea dans la roite
de la Coupe-Aubert avait pour objectif la montagne de
Polveau que dfendait le colonel Bodin, la troisime co-
lonne suivit la route de Saint-Louis-du-Nord, bifurqua
droite, quand elle arriva au Chteau de Laveaux. Elle
longer la route colonial de Chaperon et s'arrta Bros-
sier non loin du fort des Trois Pavillons. La quatrime
colonne qui tait au centre suivit le chemin de la mon-
tagne et dboucha aux Trois Pavillons.
La premiere colonne qui devait rpondre aux signaux
de la 4me afin de commencer l'attaque ne put commu-
niquer avec le gnral Debelle. Ce dernier s'impatienta
et en vint aux mains avec les soldats de Ren Vincent
defendant le chemin des Trois Pavillons.
Tandis que le combat faisait rage entire la division de
Debelle et celle de Ren Vincent, la second colonne







venait de se rencontrer avec les indpendants du capi-
taine Bodin. Sur ces entrefaites, Maurepas, touch de la
presence de la 3me colonne Brossier ordonne la
Garde Nationale de l'attaquer aprs avoir, au pralable,
form des remparts au milieu du chemin de la montagne
l'aide de pierres recouvertes de terre, de troncs d'ar-
bres. Les colons et les femmes blanches de l'habitation
Brossier avaient contribu jeter de la panique dans
l'me des soldats franais en leur reprsentant les indi-
gnes comme des barbares. A leur premiere attaque Mau-
repas rpondit par une canonnade qui sema la mort dans
leurs rangs et les contraignit prendre la fuite. Ils fu-
rent talonns par les chasseurs de la 9me et extermins
par la Garde Nationale qui s'tait embusque dans les
sentiers de Chaperon et de Brossier. Sur ces entrefaites
les indpendants commands par Ren Vincent com-
menaient sentir le lourd fardeau de l'attaque dirige
par Debelle. Les troupes indignes renforces de cent
grenadiers que Maurepas, vainqueur de la 3me colonne
venait d'envoyer Vincent obligrent la colonne de De-
belle battre en retraite aprs avoir laiss le sol jonch
de morts et de blesss. Le colonel Bodin la suite d'un
combat sanglant fora la second colonne abandonner
la lutte.
La 1 re colonne qui avait suivi la route de Gros-Morne,
aprs une journe de march avait about Dlaunay.
Il tait dj nuit quand elle arriva sur les lieux. N'ayant
pu maintenir aucun contact avec le reste de l'arme, elle
fut incapable de lancer aucune attaque contre le Fort des
Trois Pavillons. N'ayant eu aucun ennemi combattre


-- 30 -







Mau:epas envoya le colonel Nicolas Louis la tte de
quarante grenadiers et d'un bataillon des Miliciens de
Saint Louis du Nord command par Prudent poursuivre


Ruines de la grande case de Paillette o les soldats
de Debelle qui avaient pour objectif d'attaquer I'arrire
des Trois Pavillons avaient pass la nuit.
les Franais qui passrent la nuit enferms dans la gran-
de case de l'habitation Paillette. Le lendemain la poin-


-31 -






te du jour ils abandonnrent leur asile et reprirent le
chemin du retour. Nicolas Louis qui les pourchassait les
inquitait durant tout le trajet. A l'une des passes des
Trois Rivires o il s'tait cach, Nicolas Louis assaillit














Case de Paillette
la queue de cette colonne. Des Franais, des Polonais et
Un tratre du nom de Colin Souverby qui servait de guide
aux franais furent tus et emports par les eaux. A la
passe Aubert, Nicolas Louis attaqua les soldats franais
avec violence et mit le feu unt champ de cannes tan-
dis qu'ils le traversaient. Les cinq cents soldats qui com-
posrent cette colonne n'taient rentrs Port-de-Paix
qu'au nombre de Cent couverts de boue et de sang,
puiss de fatigues et profondment troubles.
C'est donc sous les remparts des Trois Pavillons, cet-
te forteresse inexpugnable que furent crites les pages
les plus sublimes et les plus glorieuses de l'Histoire Na-


- 32 -






tionale, car en trois fois Maurepas vainquit les gnraux
franais. Humbert et Debelle seconds par les soldats les
mieux arms, les mieux aguerris de l'poque; ceux qui,
Sous le commandement de Bonaparte, de Massna ve-
naient de cueillir les lauriers sur le sol d'Egypte et d'lta-
lie.
Cette resistance clatante de Port-de-Paix, fut, avec
l'impuissance de Boudet, serr de prs par Dessalines
da3; I'OIest, la cau3e efficient de l'insuccs du plan
de Leclerc.
Cette dernire nouvelle alarma le capitaine gnral.
Furieux, il intima le contre ordre l'arme qui marchait
sur Gonaves de se ruer sur Port-de-Paix. C'tait Mau-
repas qu'il fallait combattre avec sa 9me, sa fanatique
9me qui, sous la grle des mitrailles, s'lanait en chan-
tant: Grenadiers l'assaut, a qui mouri zaf yo,
grenadiers l'assaut a qui mouri zaf y o, nan point
maman, nan point papa, grenadiers l'assaut, a qui
mouri zaf yo.
Leclerc qui, cependant, tenait craser Maurepas
afin de reliever le moral de son arme, passa l'ordre Des-
fourneaux de traverser Plaisance pour se rendre Port-
de-Paix, attaquer Maurepas par le flanc droit des Trois-
Rivires. Hardy devait le prendre dos en suivant la
route de Gros-Morne. Lubin-Golard, ennemi acharn de
Maurepas tait parti de l'arrondissement du Mle la
tte d'un contingent de soldats et avait jur de s'empa-
rer de lui vif ou mort. Tous les Gnraux, mme les vain-
cus avaient reu les instructions de reprendre la lutte.


-- 33 -






LA RBDDITION DE MAUREPAS
Mais abattu par l'isolement de Toussaint, priv de se-
cours, trahi par Guibert commandant de Gros-Morne, tra-
hi par ceux du Mle St Nicolas et de Jean Rabel n'ayant
eu comme soutiens que les Miliciens de St Louis du Nord
et le Gnral Gingembre Trofort, commandant du Bor-
gne, Maurepas dut, malgr lui, aprs les trois glorieu-
ses et dcisives victoires de Port-de-Paix, mettre un ter-
me aux hostilits en acceptant les offres continues dans
la premiere proclamation de Leclerc. Le Capitaine-g-
nral y disait effectivement que les gnraux indignes
qui se soumettaient son autorit seraient maintenus
dans leur grade. C'tait donc dans ces conjonctures que
Maurepas, pour parer une dfaite devenue imminen-
te: Sauver son invincible 9me qui avait dj connu tant
de prouesses et qui devait plus tard, Vertires, dcider
de notre Indpendance. C'tait m par une haute pen-
se de sagesse que Maurepas avait, par le trait du 7
Ventse, an X accept momentanment dposer les
armes. Ce n'tait donc point, comme on serait tent de le
croire, ni par lchet, ni par tratrise que ce hros, le seul
Gnral indigne vainqueur de l'arme franaise avait
agi ainsi Ce n'tait pas non plus qu'il abandonnt
dfinitivement la lutte. Il s'en tait seulement retir avec
la conviction d'y revenir. Pouvait-il en tre autrement
alors qu'il avait, par l'incendie de Port-de-Paix, son re-
tranchement dans les montagnes de cette ville, ralis
pleinement le voeu de Toussaint Louverture?
La soumission de Maurepas qui fut maintenue dans
son grade de commandant de Port-de-Paix ne dissipa


--34 -







nullement les inquitudes du capitaine-gnral. Ses ap-
prhensions s'accentuaient measure que lui parvenait
des lettres mensongres dnonant la conduite du vieux
Noir. Bien que les pouvoirs de Maurepas fussent mainte-
nues en conformit du trait du 7 Ventse, les comman-
dants du Mle St. Nicolas et de Jean Rabel, relevant de
son autorit, refusrent cependant d'obtemprer ses in-
jonctions.
11 en souffrit horriblement et s'en plaignit Leclerc.
Mais celui-ci qui accrditait les canards, pour ne pas
veiller les soupons de Maurepas, destitua les com-
mandants en rebellion. Brunet l'excuteur de tous les
desseins louches de l'arme franaise aviva cette mfiance
et arrta un plan abominable: la liquidation du gnral
Maurepas. Les choses en taient l quand une rvolte
clata dans les hauteurs de Gros Morne. Brunet fut char-
g d'aller pacifier cette region. Maurepas devait le suivre
la tte d'une arme en deux lignes don't l'une passant
par les mornes de St Louis du Nord s'arrterait Pendus,
l'autre, en suivant la route de Port-de-Paix-Gros-Morne
avait pour objectif le mme endroit.Les indpendants de
Saint Louis du Nord venaient de massacrer les oppresseurs
et de faire cause commune avec ceux du Gros Morne. Bru-
net, impuissant reprimer la rvolte tait rentr furieux
Port-de-Paix. Mais l'absence de Maurepas accouru au
secours du Chef Blanc inquita profondment les indignes.
Ils comprirent vite que l'miettement de la puissance de
leur chef qui voyait chaque jour dcroitre l'effectif de la
9me ne pouvait avoir d'autre consequence que le rta-
blissement de l'esclavage. Ils profitrent donc de son
absence pour rallumer la torche de la rvolte.


- 35 -







C'est alors qu'on vit se prsenter pour la second fois sur
la scne militaire de St Domingue, un chef de bataillon
de la 9me, ce brave des braves qui allait dans la suite me.
ner avec competence la guerre de l'Indpendance dans
le Nord Ouest,trouver Vertires l'apothose de l'im-
mortalit: Nous nommons Capois la Mort-. Avec un tel
chef la victoire tait certain. A la tte de mille cultiva-
teurs et de quelques vtrans de la 9me,Capois enleva
la ville sur Eschenaux, chef de bataillon franais. Des
Allemands et des Franais qui composaient la garnison,
place sous le commandement du chef de bataillon Argaut
trouvrent leur salut dans la fuite la plus honteuse et
s'embarqur rct dans des chaloupes destination du Cap.
Capois, l'exception des femmes et des enfants fit im-
moler tous les soldats et hommes pouvant porter les ar-
mes. C'est l'occasion de cette purge que les franais
le baptisrent dunom de Capois la Mort don't l'autorit
de chef tait reconnue par tous les indignes du Nord-
Ouest jusqu'au Borgne.

LA REVOLTE DE LA TORTUE

La soumission du gouverneur,Toussaint et ses adieux
touchants sa garde d'honneur furent considrs par Le-
clerc comme deux vnements sensationnels. Il en profit
pour excuter le plan secret de Bonaparte.
Malgr la trve signe le 6 mai 1802, entire ces deux
gnraux, Leclerc trahit cependant Louverture et le fit
arrter sur l'habitation Georges dans la premiere quin-
zaine du mois suivant.


36 -







La deportation de ce dernier en France sur le Hros fut
suivie du dsarmement des cultivateurs. Ce fut donc le
rtablissement de l'esclavage L'outrage fait Tous-
saint et sa famille nous dit Ch. Malo, la page 260 de
son ouvrage intitul l'Ile de St. Domingue dessilla les yeux
des ngres; ils virent quels taient les vritables desseins
du Gouvernement franais et reconnurent qu'on les avait
trahis. Le dsarmement des cultivateurs provoqua la
Tortue une rvolte des ateliers. Les Franais avaient
tromp ces derniers en leur faisant accroire que les armes
enleves seraient remplaces par des engines de fabrica-
tion franaise.
Aprs le dpart de Leclerc qui avait t se reposer
dans l'Ile, des incendies clatrent sur la plus grande
parties des habitations. Le massacre des oppresseurs
s'ensuivit. La paix ne fut rtablie qu' la suite d'un
compromise intervenu entire les Indpendants et La-
battut, commandant de la localit. Cet officer franais
fut en effet estim des Indignes cause de sa pondra-
tion. Les proprits furent pargnes.
Leclerc qui tait partisan de measures excessive n'ap-
prouva pas la conduite humanitaire de Labattut qu'il
qualifia de faiblesse. Il l'accusa d'avoir t la cheville
ouvrire de cette leve de bouclier. L'ayant dgrad, il
le dcrta d'indignit.
Le tort que le Capitaine-Gnral lui reprochait tait
de n'avoir pas massacre tous les Indpendants sans dis-
tinctions d' age et de sexe. Mais pouvait-il en tre autre-
ment, alors que Labattut, homme d'honneur avait pro-
mis aux Indignes que tout serait oubli, s'ils taient


- 37 -







rentrs dans l'ordre. Cette attitude du Gouvernement co-
lonial qui obligeait les soldats rpublicains convaincus
devenir les bourreaux de leurs frres ngres fut la cause
de la deportation de plusieurs d'entre eux.
Les cultivateurs de l'lle furent condamns payer
une contribution de guerre de 50.000 francs et les deux
tiers du quart des products qui leur revenait furent
retenus pour couvrir les frais de reconstruction des mai-
sons incendies.


- 38 -






CHAPITRE IV


L'Agonie du gouvernement de Leclerc
La reprise de Port-de-Paix Rochambeau
La fin tragique du gnral Maurepas.

La situation de l'arme franaise tait critique. Le com-
merce priclita puisque les habitations qui fournissaient
des denres avaient t incendis. Il faut y ajouter les
nombreux emprunts du gouvernement et les dilapidations
des gnraux. Les finances taient dficitaires. Leclerc,
malade,fut oblig de dpcher en France le gnral Boudet
auprs du Premier Consul pour lui expliquer de vive
voix l'tat prcaire de la colonie. La fivre jaune clairse-
mait le rang de l'arme et chaque jour qui naissait
voyait crotre l'effectif de l'arme indigne.
Dessalines, Maurepas, Christophe taient placs sous la
haute surveillance de l'Etat. Dans une lettre du 25 Sep-
tembre 1802, Leclerc disait au Premier Consul : "Mau.
repas est un coquin, mais je ne puis encore le faire arrter.
Au reste, je pourrai faire enlever Maurepas le premier;
mais Christophe et Dessalines le seront le mme jour".
Mais antrieurement ce rapport, le Capitaine gn-
ral informait le Ministre de la Marine le 18 septembre
qu'il allait garder la defensive dans la plaine du Cap. La
chane depuis Vallire, jusques y compris la Marmelade,
tait en insurrection.
J'ai ordonn, dit-il, l'arrestation du gnral Maurepas,
homme trs dangereux.


- 39-







Je vous l'enverrai incessamment mais vous ne faites
pas ide des precautions que je suis oblig de prendre
pour prouver aux autres chefs noirs, que j'ai encore in-
trt manager, la justice de cette measure.
Pensez toujours mon successeur, car je pense srieu-
sement quitter ce pays.
Depuis que j'occupe ce malheureux pays, je n'ai pas
eu une journe de satisfaction." Cette prise de Port-de-
Paix mcontenta Brunet qui ne voulait y voir qu'une
diplomatic de Maurepas. Aid de ce grand gnral, l'of-
ficier franais repris la place avec peine, le 6 octobre
1802. Il en rendit Maurepas responsible et le fit aussitt
arrter. Ce brave officer enlev de Port-de-Paix se trou-
vait prisonnier lcrd du vaisseau amiral qui tait
l'ancre dans la rade du Cap. Il y 6tait encore la mort du
capitaine gnral survenue le 1 er novembre 1802. Avant
de s'en aller de son commandement. Maurepas proph-
tisait sa fin prochaine, disait au gnral Ramel: "Vous
ne me verrez plus, ils veulent me tuer. Le gnral Debel-
le est mon ennemi. Le 2 novembre, Mr Hector Daune
prfet colonial, capita;in-gnral par interim, faisait sa-
voir au ministry de la marine:" J'enverrai en France le
gnral Miurepas, mains que le gnral Rochambeau
n'en ordnane autrement: j'attendrai son arrive.Histoire
d'Hati par H.P. Sannon, tome III
ROCHAMBEAU
Leclerc et son tat major, en dbarquant sur cette ter-
re avaient eu l'intention de faire de St-Domingue un bois
neuf, Rochambeau qui succdait au capitaine-gnral


- 40 -






tait un homme de petite taille, corpulent et rond, avec
une figure plutt dsagrable et des manires soldates-
ques. (voir Sannon page 149). Officer de l'arme royal
il s'tait vite ralli la revolution don't il parut embras-
ser les principles avec ardeur. En ralit, il tait plus
ambitieux du commandement que liberal de tendances.
Avec l'expdition de l'an X, il reparaissait pour la troi-
sime fois St-Domingue, o il ne devait pas tarder
montrer les dispositions plus cruelles que pendant son gou-
vernement la Martinique. Ds avant la mort de Leclerc
on l'a vu, il prenait plaisir taler sa propension au
crime et la sensualit.
Personne n'tait pargn. Les blancs eux-mmes taient
humilis, vexs, perscuts et dports pour les plus
futiles motifs. Et maintenant qu'il est capitaine-gnral
ses penchants tyranniques ne font que s'exalter. Sous lui
St-Domingue est une capoue. Le gnral et les offi-
ciers qui l'entourent, livrs des femmes dhontes, dis-
posent selon leur caprice, avec un despotisme et une pro-
digalit inouis, de la fortune publique. L'autorit du
prfet colonial est mconnue, impuissante et avilie; la
libert individuelle est foule aux pieds et le dsordre
son comble Ce n'est pas tout. Les nombreuses matres-
ses lui font publiquement cortge, quand il se dplace
d'une ville une autre, il faut qu'il invented chaque jour
quelque spectacle nouveau o il cherche satisfaire ses
sens blass, son incoercible dpravation; et avec la m-
me fougue irresistible, il passe des plaisirs aux crimes et
des crimes aux plaisirs.
Rochambeau qui voulait faire du pays un charnier


- 41 -







et qui se souvenait des retentissantes victoires des
Trois Pavillons, remportes par Maurepas sur Humbert
et Debelle, dcida de liquider le gnral noir. (Mme
source)
LA MORT DU GENERAL MAUREPAS
Le chef no;r, sa famille et ses fidles compagnons fu-
rent enlevs de Port-de-Paix, mis bord du vaisseau-
amiral qui tait ancr dans la rade du Cap. Les soldats
franais, avides de carnage, accomplissaient des actes de
barbarie qui effraieraient le premier des sauvages. Ils se
jetrent sur Ren Vincent et le poignardrent, Maurepas
qui assistant cette scne macabre s'mut jusqu'aux lar-
mes. D'une voix casse, il. s'cria: Brunet, Brunet, Bru-
net . Mais Brunet ne rpondit point. Des minutes s'-
taient coules nous apprend Madiou, que Maurepas fut
lui-mme pris, dpouill avec une rage frntique et li
au grand mat. Les officers demeurrent stupfaits en vo-
yant l'air calme et rsign de ce guerrier, le courage sur-
humain de son pouse qui l'exhortait mourir en hros.
Maurepas vit pendre aux grandes vergues sa femme et
ses enfants. Des paroles insultantes lui sont adresses,
mais ses lvres n'expriment quel'indignation qu'excitent
tant de forfaits. Tu ne parles pas s'cria celui qui devait
remplir l'office du bourreau, nous te ferons pleurer. On
le flagelle; c'est, disent les infmes, le supplice rserv
aux esclaves. Puis, on fixe sur ses paules, par de longs
clous deux paulettes de gnral de division. Pas une
larme ne roule sur les joues de Maurepas, pas une plainte
ne sort de sa bouche. Le soleil est bien ardent, dit le
commandant du bord, donnez au Gnral divisionnaire


- 42 -






Maurepas une coiffure digne de son haut rang. Un ma-
telot cloue sur la tte de la victim un chapeau cornes
galonn. Les yeux du patient se ferment pour ne plus
s'ouvrir. Alors une voix s'cria sur le tillac, le gnral
Maurepas pour avoir conspir contre la Rpublique fran-
aise, sa bienfaitrice, sera noy:
On jette la mer son cadavre, qui est entrain sous
les flots par un boulet. 0 mer que vous savez de lugubres
histoires. Ecoutez ce qu'en dit le gnral Henri Chris-
tophe dans un ouvrage qu'il fit diter Londres en 1816
et rapport par le Colonel Nemours dans son histoire mili-
taire de St-Domingue. Parmi le catalogue des crimes qui
ont signal l'administration du gnral Leclerc, sa con-
duite envers le gnral hatien Maurepas, exciterait l'indi-
gnation dans les coeurs les moins accessible la piti.
Maurepas,un homme de manires douces et paisibles,es-
tim pour son intgrit par ses concitoyens, a t l'un des
premiers se rendre aux Franais et leur a rendu des ser-
vices signals. Cependant, cet homme fut soudain enlev
de Port-de-Paix et mis bord du vaisseau qui tait l'an-
cre dans la rade du Cap. L, il fut attach au grand mt
o, par decision, on lui fixa avec les clous don't on se sert
dans la construction des navires, deux vieilles paulettes
et un vieux chapeau de gnral sur sa tte. Dans cette
effrayante condition, les cannibales, aprs avoir bruyam-
ment manifest leur joie froce et leur exaltation, le pr-
cipitrent, avec sa femme et ses enfants dans la mer.
Telle fut la fin pouvantable de ce vertueux et infortun
soldat.
Gmir, pleurer, prier est galement lche.


- 43 -







Fais nergiquement ta grande et lourde tche
Dans la voie o le sort a voulu t'appeler
Puis, aprs, comme moi, souffre et meurs sans parler.
Ces vers du pote ne rsument-ils pas toute la philosophie
du vieux noir? n'expriment-ils pas ses sentiments les plus
intimes et ses penses les plus secrtes?
Qui tait-il ce Maurepas? dieu ou homme? On le flagel-
le, on lui fixe des paulettes avec de longs clous sur les
paules. On l'insulte, pas une plainte, pas un murmure,
pas une prire. On l'attache au grand mt. On lui don-
ne pour coiffure un vieux chapeau galonn que le bour-
real lui cloue sur la tte. Il souffre et meurt sans parler
Grand Dieu; quel crime avait-il donc commis, ce Maure-
pas, qu'on traitait comme le pire des brigands?
Etait-ce pour avoir vaillamment dfendu sa patrie
envahie par des oppresseurs assoiffs de sang?
Etait-ce pour avoir djou le satanique plan de Leclerc
par les clatantes et dcisives victoires de Port-de-Paix ?
Etait-ce pour avoir, par de savantes manoeuvres, sauv
Toussaint et Christophe le cauchemar de Leclerc; eux qui
s'taient retranchs dans l'Artibonite ?
Mystre que cela: Triste fin d'un grand gnral, triste
fin d'un noir grand par le caractre, grand par la concep-
tion de l'humaine souffrance. Etait-il dieu ou homme ?
cruelle nigme ?
Gmir, pleurer, prier, est galement lche
Fais nergiquement ta grande et lourde tche
Dans la voie o le sort a- voulu t'appeler.
Puis, aprs, come moi, souffre et meurs sans parler


- 44 -






Ainsi mourut Maurepas, le plus fameux et le plus
redout des gnraux indignes. Il ne fut pas seulement
un tacticien hors pair, il fut aussi et surtout le plus ins-
truit des officers ngres de St-Domingue ?
N'est-il pas natural qu'au lendemain de l'indpendan-
ce, le people en manire de reprsailles, ait requis Dessa-
lines de procder au massacre gnral des franais ?
Trois sicles d'oppression pouvaient avoir contribu
rendre barbares les noirs et les hommes de couleur de
St-Domingue. La conduite de Caradeux, de Leclerc, de
Rochambeau pouvaient avoir exerc une influence trs
grande sur leur esprit fruste, car les examples vivants ne
viennent-ils pas d'en Haut ?
Mais est-il concevable que des reprsentants de la
France ternelle, gnreuse, berceau de toutes les liberts
et de la civilisation aient pu ainsi animaliser l'esprit de
l'immortelle patrie de Rousseau et de l'abb Grgoire?
Ce crime apparait d'autant plus crapuleux qu'il tait
la manifestation de rancoeur, de haine peine continue,
d'aversion que nourrissaient contre Maurepas les gnraux
franais qui ne se consolaient pas d'avoir t vaincus
par ce ngre. La perptration de ce crime affreux est
d'autant plus avilissante, deshonorante mme pour un
officer franais, que cette infraction eut pour mobile
l'apprhension de la fortune du gnral Maurepas.
Puisse le nom de Brunet, auteur de cette atrocit in-
nommable, apparatre la gnration montante, aux plus
vils assassins comme une cruelle injure!
Malgr l'indiffrence et l'ingratitude de la postrit,
Maurepas comparait la barre de l'histoire de l'huma-


- 45 -







nit tout palpitant de prestige, d'admiration et tout
aurol de gloire et d'immortalit.
La mort tragique de ce grand gnral affligea profon-
dment les indignes. Le dpartement entier s'embrasa.
La colre s'tait manifeste en plusieurs endroits la
fois, semblable aux feux qu'on allume aux quatre coins
d'un champ o la charrue va tracer des sillons. Ces feux
en s'largissant, finissent par se rencontrer et n'en for-
mer qu'un seul. Il en fut ainsi du dpartement du Nord-
Ouest qui, partiellement embras d'abord, devint promp-
tement le foyer, d'un immense incendie et fournit son
contingent de flames l'incendie universal qui allait
laisser nu ce sol de St-Domingue o la libert verrait
croitre un nouveau people sur les traces de sa charrue
fconde !






CHAPITRE V


Franois Capois


Franois Capois, surnomm
.. 6 aCapois La Mort, cause
Si de sa bravoure et de son
'n mpris de l'invitable fau-
teu cheese naquit Dlaunay,
r d dans les hauteurs de Port-
de-Paix, de parents libres.
La tradition site la date de
sa naissance aux environs
de l'anne 1766.
Cette hypothse nous permit d'affirmer qu'il tait g
de 36 ans l'arrive de l'arme expditionnaire de 1802.
Il tait de petite taille et avait des yeux perants. Bien
qu'un crivain franais Ph. Albert de Lattre, ex-liquida-
teur des dpenses de l guerre St-Domingue, ait d-
clar dans un m6moire, que Capois La Mort tait l'un
des hommes les plus froces qu'ait products l'Afrique,
la gnrosit nous semble cependant avoir t sa mar-
que distinctive. Intrpide, enthousiaste, il avait toutes
les qualits d'un grand chef: le prestige, l'autorit et
le sens de la justice.
Il s'enrla dans la 9me demi-brigade de Port-de-Paix,
ce corps d'lite de l'arme de Toussaint. Il y parvint
au grade de Capitaine. Il vcut jusque l incognito, ne


- 47--






part sur la scne militaire de St Domingue que le 10
fvrier 1802. Il lui tait chu, la tte de 400 soldats
de !a 9me, la delicate et prilleuse mission de s'opposer
au dbarquement des troupes franaises l'embouchure
des trois-Rivires. Ses savantes manoeuvres russirent
tant et si bien que les assailants furent obligs de lon-
ger la rive gauche de ce fleuve et de se retire sur l'ha-
bitation Laco:ne. ,
Bless la jambe le lendemain Aubert, Capois fut
transport sur un brancard par ses vaillants soldats dans
les hauteurs de Port-de-Paix.. Vite rtabli, il prit part
sous le commandement du gnral Maurepas tous les
combats qui aurolrent de gloire l'invincible 9me de-
mi-brigade. La soumission passagre de ce dernier ne le
dsarma point.
Renvoy de l'arme de Leclerc o il servait titre de
chef de bataillon, il se retira dans son patelin Dlau-
nay, piant la march des vnements et attendant le
mommt propice de se jeter dans la m!le.
Nicolas le mit au courant de tout ce qui se passait
dans l'arme franaise.
Au mois de Janvier 1803, Dessalines, gnral en chef
de l'arms indigne, vint Port-de-Paix inspector l'tat
militaire de cette ville et prendre contact avec Capois
qui avait pleinement reconnu son autorit.
La 9me, rorganise, tait discipline. Elle comprenait
trois bataillons de 1000 hommes chacun, commande par
Jacques Louis, Nicolas Louis et Beauvoir. Pourcely en
tait le colonel.
Dessalines, satisfait, fit runir tous les cultivateurs et
en presence de l'arme flicita Capois pour son courage


- 48-






et l'leva au grade de gnral de brigade. Ce dernier s'-
vertua ds lors fortifier la ville de Port-de-Paix et do-
ta la 9me d'un 4me bataillon recrut parmi les jeunes
gens du Borgne. Le commandement de Capois s'tendait
des portes de cette localit jusqu'au Mle St-Nicolas, in-
clusivement.
Au moment de la prise de Port-de-Paix, l'arme indi-
gne avait trouv les arsenaux pourvus de munitions, d'ar-
mes et d'habillements de troupes. Toutes ces dpouilles
opimes allaient tre dans la suite de toute utility pour la
9me demi-brigade devenue forte de 4000 hommes.
Les soldats de la 9me taient donc dcemment habills
et leur brigadier portait souvent un chapeau cornes
galonn qui avait appartenu au gnral Mose, le neveu de
Toussaint qui fut excut au grand Fort de cette ville.
Sa presence sur le thtre des operations les rendait in-
vincibles.
L'ATTAQUE DU MOLE SAINT-NICOLAS
Au dbut de novembre 1802, Capois La Mort dirigea
sur le Mle St Nicolas un bataillon de la 9me sous les
ordres du colonel Pourcely. Les indpendants camprent
aux abords de la place. Attaqus par les franais ils se d-
fendirent courageusement et les refoulrent plusieurs re-
prises dans leur position. Les pertes subies par ces der-
niers furent trs leves et encouragrent les indignes
leur livrer assault.
Le 18 novembre, les soldats de la libert sonnrent
la charge et culbutrent les Franais hors 'des remparts.
Poursuivies jusqu'au sein de la place, les troupes franai-
ses furent en proie la plus grande stupeur. Les habi-
tants, ayant craint pour leur vie, dcidrent d'abandon-







ner la ville. Trois officers de la garnison: Delore, Ste-
phanopoli et Girardeau approuv:ent sans reserves leur
conduite et s'embarqurent bord d'un bateau amri-
cain, le Penelope qui tait l'ancre dans la baie du
NMle-St-Nicolas.
Sur le refus du capitaine d'appareiller, les officers
dgainrert leurs pistolets et le menacrent de mort.
Les matelots furent galement molests et contraints de
mettre la voile.
Le; indignes enhardis par ces succs en dpit de leur
infriorit numrique assigrent la place. Cette double
nouvelle fut un coup de foudre pour Rochambeau. Il or-
donna que fussent arrts, dgrads, les officers qui
avaient forfait leurs devoirs de soldats et qu'ils fussent
de plus expulss de la Colonie.
LE QUARTER GENERAL DE CAPOIS LA MORT
Depuis Janvier 1803, oblig d'vacuer Port-de-Paix
qu'il occupait depuis la mort de Maurepas, Capois avait


Laveaux Entre du Quartier-Gnral
50 -







tabli son quarter gnral sur l'habitation Laveaux-La.
caille la frontire des communes de Port-de-Paix et de
St-Louis du Nord. Il utilisa le fastueux palais colonial difi
en cet endroit par l'ex-gouverneur Laveaux quelques














Laveaux Autre aspect du Quartier-Gnral de Capois
mtres de la rivire Lacaille don't les eaux sont telle.
ment hyginiques que Christophe, devenu roi, rapporte
la tradition, en faisait
S.transporter jusqu' Mi
lot pour son usage pri-
ve.
SEn face de la somp-
tueuse residence en-
chasse au pied d'un
mamelon et don't les
ruines grandioses, im-
posantes lvent encore
majestueusement leurs
pans de mur vers le ciel
Laveaux autre aspect
51 -







ciel comme un hymme de grandeurs se trouvait construit
un blocs-kaus sur une minence dominant le canal de la
Tortue, l'embouchure de la rivire "La Caille" les pla-
ges de la mer et l'ancien sentier conduisant Saint-
Louis-du-Nord.

Cet ouvrage, difi
Ssous l'ordre de Capois
S.protgeait le moulin
i de l'habitation contre
le feu des canons ve-
i e nant des bateaux de
Sguerre qui sillonnaient
le canal de la Tortue.
Du choix de ce quar
tier gnral dcoulaient
Sides advantages incalcula-
s bles. Capois pouvait fa-
cilement communiquer
avec le Fort des Trois--
Pavillons, car une route
carrossable partait du
Palais de Laveaux pour
Laveaux Bassin desservant la
distillerie de Laveaux y aboutir en passant
par Chaperon et Brossier. Capois pouvait encore com-
muniquer avec la vaillante milice de Saint-Louis-du-
Nord qui empchait tout dbarquement de troupes
sur ses plages et qui, la moindre alerte, pouvait voler
son secours. Capois pouvait communiquer facilement
avec le.quartier de l'Anse Foleur et le Borgne jusqu'o
s'tendait son commandement.


- 52 -







A "Laveaux-Lacaille", Capois ne se servit point du
magnifique chateau pour se prlasser, mais pltot pour
abriter ses troupes.
Il y organisait en effet .
la justice qu'il rendait
personnellement ses su
jets. Il y entrainait ses ,
soldats qui taient bien
nourris, bien disciplines,
bien quips, bien vtus.
L'agriculture tait en-
courage, protge. Ca-
pois qui prchait d'exem
ple exploitait l'habitation
au profit de son gouver-
nement et y maintenait Laveaux Autres vestiges
l'ordre le plus parfait. C'est de ce quarter gnral qu'il par-
tit l'assaut du Petit Fort et de la ville de Port-de-
Paix qu'il libra des esclavagistes.

LA BATAILLE DE DESROULINS
Non loin de Port-de-Paix se trouve situe l'habitation
Desroulins sur la route conduisant St Louis-du-Nord.
C'est l que Capois tablit les avant-postes du quarter
gnral de son arme, sous les ordres du colonel Pour-
cely. Le commandant franais Daulion fit tout ce qui
dpendait de lui pour dloger les indignes de cette po-
sition qu'ils occupaient. Il fut constamment vaincu.
Il ne se passait pas un jour sans qu'il vnt attaquer
Pourcely. Mais tous ses efforts se heurtrent l'intrpidit


- 53 -







des braves du 1 er bataillon, de la 9e. Quoiqu'il en ft
Daulion ne se dcouragea pas. Un jour, la tte de 700
soldats des meilleures troupes europennes, il se dirigea
sur la garnison de Pourcely. Les guerriers s'avancrent
en rase champagne, au pas de charge, la baonnette, une
lutte acharne s'engagea entire les deux corps d'arme
qui rivalisaient de courage et de prouesses. Soudain,
l'arrive d'un bataillon franais arm de deux pices
d'artillerie de quatre change la phase du combat et
sembla devoir faire pencher le plateau de la balance en
faveur des assailants.
Les Indignes mitraills de tous cts prirent la fuite.
C'est alors que le colonel Pourcely saisissant un drapeau
l'agita et s'cria: Lches allez annoncer au gnral Ca-
pois que vous m'avez abandonn . Electriss par cet-
te apostrophe, ils revinrent la charge, enlevrent aux
Franais leurs deux pices de canon et leur infligrent
une horrible dfaite. Daulion fut oblig de regagner en
toute hte la ville, pensant que toute l'arme de Capois
allait se ruer sur Port-de-Paix.

L'EXPEDITION DE LA TORTUE
Cette le, par la douceur de son climate, son isole-
ment, la beaut de ses sites, tait devenue l'hpital de
la colonie de St-Domingue. Leclerc l'avait transforme
en un dlicieux sjour. "L il s'efforait d'oublier les
calamits qui menaaient encore la colonie, en se livrant,
sans management, toutes les jouissances matrielles de
la vie. Son pouse, aimante et passionne, s'entourait
de toutes sortes d'enchantements. Les officers les plus


- 54 -






beaux de l'tat-major du capitaine gnral taient ses
cavaliers. Elle s'adonnait tous les plaisirs que cr.
ait son imagination mridionale. Sous un ciel brilliant
d'toiles, aux rayons de la lune, nonchalamment tendue
sur des cousins et de riches tapis dans une barque lg-
re, F auline Bonaparte, embrase de volupt, glissait
sur les eaux paisibles de la baie des Moustiques, entoure
d'une multitude de canots, illumins, orns de guirlan-
des, et charges de femmes et de jeunes filles qui chan-
taient en choeur, au sein de la nuit. L e lendemain quand
le soleil inondait de ses rayons brlants les plages qui
avaient t tmoins de ces fte, la plupart de ceux qui
y avaient pris part, taient enlevs par la peste et empor-
ts au tombeau. Plus la maladie devenait intense, plus
la fureur des plaisirs se dveloppait. Leclerc lui mme que
dominant Pauline Bonaparte, fut contraint d'oublier les
affaires publiques, la Tortue, pendant plus d'une semai-
ne. Il confiaau secrtaire gnral Lenoire, le soin de l'ad-
ministration gnrale, et ne se rservait que la peine de
signer les arrts et ordonnances qu'on lui expdiait-
( Histoire d'Hati par T. Madiou Tome II page 272. )
Les Franais s'y rendaient en villgiature et en
faisaient aussi leur arsenal. Dans le courant de Dcembre
1802, Capois La mort, homme aussi brave que rsolu,
conut le dessein de s'en emparer afin d'y librer tous
les indignes qu'on y tenait enchans. Au commandant
Vincent Louis, il chut la delicate mission de raliser le
voeu infiniment cher l'esprit de son chef. Toujours
pntr de la noblesse de l'ide au triomphe de laquelle
il multipliait ses fbriles activits, Vincent Louis, soldat


- 55 -







d'honneur fit construire avec des bambous lis par de
fortes lines, des radeaux sur lesquels s'embarqurent
150 hommes destination de l'le merveilleuse, distant
de trois lieues de la grande terre, Ils partirent du Cap-
Rouge, dpendance de St-Louis-du-Nord dans la nuit
noire du 6 au 7 Janvier 1803 et dbarqurent la Bas-
se-Terre et la Pointe Palmiste. Vincent, aid du capi-
taine Gardel, franchit la mme nuit l'habitation Lahatut
et y libra six cents esclaves, entr'autres sa mre, son fils
Placide Lebrun et l'pouse de Labatut, vieille blanche qui
fut traite avec humanity par Capois. Les radeaux qui
transportaient les indignes quittrent l'le enchantcreire
pour revenir leur point de dpart. Les indpendants
rests sur le thtre de l'action soulevrent les ateliers,
incendirent bon nombre d'habitations et y semrent la
mort et l'pouvante. A l'aube, l'adjudant-gnral Bos-
cus qui commandait la garnison franaise, rallia sur l'ha-
bitation Doubaire, toutes ses forces parpilles. Il avisa
aux moyens de neutraliser la fureur lgitime des indignes.
Mis au courant de ces manoeuvres tardives, Vincent Louis
se retrancha dans l'intrieur de l'le, y attendant le re-.
tour des radeaux pour expdier un riche butin Capois.
Mais la nouvelle parvenue au Cap de ['incendie des ta-
blissements de la Tortue y motiva l'envoi de forces sup-
rieures.
Rochambeau ayant repouss les troupes du gnral
Romain cantonn dans les parages du Limb crut devoir
priver momentanment la ville du Cap de quelques-uns
de ses soldats pour les verser la defense de la Tortue
qui constituait une position stratgique pour son arme.


- 56 -







La possession de cette le lui permettait en effet de domi-
ner la navigation dans le canaI qui relie la dite le la
terre ferme.
Une expedition franaise fut donc dcide contre la Tor-
tue. L'adjudant Ramel s'embarqua sur le navire le Du-
quesne en compagnie de cinq bateaux lgers; 400 hom-
mes d'infanterie, un dtachement de 150 chasseurs de la
garde du capitaine-gnral commands par le chef de
bataillon Booze et 50 dragons y dbarqurent. Ils mas.
sacrrent tous les indignes qui eurent le malheur de
tomber entire leurs mains. Ceux des indpendants qui,
cramponns des planches, cherchaient regagner le
Cap-Rouge ou St-Louis du Nord furent tus coups d'a,
virons par les matelots du Vautour commands parle ca-
pitaine Fey. Vincent Louis, le capitaine Gardel et leurs
compagnons se retranchrent dans le creux des rochers
et les halliers jusqu' la tombe de la nuit. Ils firent des
Ssignaux par trois feux successifs allums sur le rivage de
Sla mer. Capois se souvint de la convention intervene
entire tux. Il envoya des chaloupes les chercher.
Ainsi Vincent Louis et ses hommes purent regagner
le Cap-Rouge.
Ils se rendirent immdiatement Laveaux au quar-
tier gnral de Capois qui les reut avec effusion.

LA PRISE DU PETIT FORT

Capois irar.quait de poudre et son humanity devait le
sauver Un vieux soldat franais, tenaill par la faim,
tait sorti de Port-de-Paix pour aller cueillir des fruits
dans les vergers avoisinants. La patrouille indigne


- 57 -







l'y surprit et le conduisit au quarter gnral de Capois
la Mort, qui lui fit donner copieusement manger
et le traita avec bont Le franais tonn, de la cour-
toisie du gnral noir lui apprit que la garnison de Port-
de-Paix n'tait compose que de mille hommes et que
le Petit Fort regorgeait de munitions. Capois avisa aus-
sitt aux moyens de se l'approprier. A Jean-Louis Grand
Maison, inspecteur de culture, il passa l'ordre de faire
construire deux chelles de 30 pieds de longueur sur 4













Vue du Petit Fort
de large et des gabions pour chaque bataillon de la
9me; Jacques Louis se tint non loin des portes de la
ville avec ordre d'attaqu.e le fort Pageot au signal du
Petit fort, Jean-Baptiste Catabois prit position pro-
ximit du fort Laveaux avec les mmes instructions que
Jacques Louis. Le commandant Beauvoir venu de l'ha-
bitation Laveaux tablit son camp quelques mtres du
Morne-aux Pres, y posta 40 grenadiers et sapeurs. Il


- 58 -







devait s'emparer du petit Fort. Deux heures du matin,
un silence profound rgnait au camp. Suivi de son batail-
lon, Beauvoir se fraya un passage travers les buis-
sons, parvint au rivage et s'engagea dans la mer jus-
qu' la ceinture. Ses hommes appliqurent leurs chel-
les contre les murailles du fort que baigne la mer et at-
teignirent le parapet de la fortification l'insu de la
garnison et des sentinelles qui dormaient paisiblement.
Les indignes les fusillrent bout portant. Les fran-
ais ne se rveillrent en sursaut qu'aux dtonations
des armes des indpendants. Effars, les blancs se prci-
pitrent dans les cases du fort et esquissrent une ple
defense. Mais les 40 grenadiers posts au Morne aux
Pres enfoncrent la porte du Petit-Fort et en massacr-
rent les occupants. Capois y arriva, suivi de femmes,
d'enfants qui emportrent 30 miliers de poudre. Le g-
nral noir saccagea tout, incendia 'es cases du Fort et re-
gagna l'habitation Laveaux.
Peu de jours aprs, le gnral Romain, cantonn au
Limb, dpcha auprs du gnral Capois le colonel Ja-
son, commandant du ler rgiment du Nord pour le prier
de lui envoyer un peu de poudre. Capois accda gnreu-
sement au dsir de ses frres d'armes du Nord,
LA PRISE DE PORT DE PAIX
Le 12 Avril 1803, Capois la Mort dcida d'enlever sur
les Franais la ville de Port-de-Paix laquelle Rocham-
beau attachait une importance considerable.
Parti de son Quartier Gnral, le chef noir s'tablit
quelques centaines de mtres des portes de la place. Il


- 59 -






fit camoufler ses canons sous des branchages et derrire
un rideau d'arbres sur une minence d'o l'on pouvait
dominer la ville, en face d'un fortin que les franais y a-
vaient lev. Les indignes, en l'espace d'une nuit y a-
vaient construct les ouvrages de protection sur une assez
respectable tendue. Le capitaine Placide Louis prit
position derrire ce blockaus. Le colonel Vincent Louis
dcouvrit ure batterie qui serra la mort dans nos
rangs. Il y eut aussitt un duAl d'artillerie entire les
deux armes. L'explosion de la poudrire du fortin
projeta dans le camp indigne des lambeaux de chair
humaine et des pierres. Les fran;ais, terrifis, pri-
rent la fuite en direction du fort Pageot. Placide Louis
les reut par un feu nourri et les poursuivit jusque dans
l'enceinte de cette fortification o s'engagea un com-
bat des plus meurtriers. Les Franais expirants virent
claquer au quatre vents le bicolo:e hiltien avant sa con-
scration le 18 mai prochain au congrs de l'Arcahaie.
Les troupes franaises commandes par les gnraux
Boscus et Rippert taient en proie la panique la plus
complete. Dans ce sauve-qui-peut, scule la tnacit
de ces commandants parvint rtablir un peu d'ordre
dans l'esprit des soldats qui dfendaient les autres posi-
tions de la place. Tous les bourgeois blancs s'embar-
qurent avec leurs families destination du Cap ou de
la Tortue dans des chaloupes qui taient en station dans
la rade de Port-de-Paix. Du fort Pageot qui domine la
Place au Sud, Vincent Louis canonna le grand Fort
situ au Nord-Ouest de la ville sur le rivage de la mer.
Le bruit des canons don't les boulets passaient au dessus


- 60 -







de Port-de-Paix en jetait les habitants dans une profon-
de consternation.



.M










Grand Fort ou Fort Laveaux
Le gnral Capois, au travers d'une grle de balles,
appliqua trois chelles contre les murs du Grand Fort et
en atteignit le premier le parapet. Il y plant le Dra-
peau Indigne. Sur ces entrefaites, le colonel Vincent
Louis pntra au coeur de la Ville, en chassa les Fran-
ais qui se refugirent la plupart au Petit Fort. Le lende-
main, l'aube, Capois dirigea contre eux toutes les bat-
teries des fortifications. Les gnraux Boscus et Rippert
furent obligs le jour mme d'vacuer la ville de Port-
de-Paix laissant aux indignes plus de trois cents prison-
niers.
Sous le coup de ses mcomptes, obsd d'ides de des-
truction Rochambeau crivait, le 14 Avril 1803 au mi-
nistre de la marine: l'esclavage doit tre de nouveau
proclam dans ces parages et le Code Noir rendu beau-


- 61-






coup plus svre. Je pense mme que pour un temps,
les matres doivent avoir droit de vie et de mort sur
leurs esclaves. Le renvoi de Toussaint mortt depuis le
7 Avril) de Rigaud, de Pinchinat, Martial Besse, Pascal,
Bellegarde etc. ferait un trs bon effet ici. Je les y ferais
pendre avec le plus grand appareil (Histoire de Tous-
saint Louverture par H. P. Sannon, tome III page 155),
LA SECOND EXPEDITION CONTRE L'ILE
DE LA TORTUE.
Le General Capois exploitant l'clatante victoire de
Port-de-Paix, profit de l'tat de moindre resistance
dans lequel se trouvaient les Franais pour jeter ses
soldats vainqueurs sur 'ile de la Tortue devenue le
dernier rempart de l'arme franaise guerroyant contre
cette ville.
Dans l'aprs-midi du 13 Avril 1803, le colonel Vin-
cent Louis, le commandant Bauvoir s'embarqurent sur
des radeaux remorqus par des chaloupes destination
de l'ile de la Tortue. Favoriss par les Indignes, Ils y
abordrent dans le plus grand calme.
Le 3me Bataillon de la neuvime qui les y accompa-
gnait s'empara de l'Arsenal des franais, les chassa de
toutes les positions qu'ils occupaient, saccagea les ta-
blissements revint Port-de-Paix charge de butins.
L'incendie de l'Hpital Colonial et la capture de l'Ar-
senal furent un coup mortel pour le Capitaine Gnral
qui ds lors ne pouvait plus penser reconqurir cette
Ile et le Port-de-Paix sur l'Arme indigne. Il ne res-
tait plus dans le Nord-Ouest au pouvoir des franais
que la seule place du Mle St. Nicolas.


-C2 -







Devenu matre de ces deux positions, Capois la Mort
fit sillonner le canal de la Tortue des barges don't dispo-
saient les Indignes pour paralyser la navigation fran-
aise dans la mer des Antilles.
Dsormais c'tait la Libert. C'tait l'Indpendance.
Il ne restait plus Capois qu' assiger le gnral No-
ailles enferm dans sa souricire du Mle St. Nicolas.
Il ne restait plus au Gnral Noir qu' se rendre Ver-
tires pour entrer vivant dans l'immortalit.

LA SITUATION DE ROCHAMBEAU.
Les habitants du Cap voyaient chaque jour s'accro-
tre la fureur de Rochambeau. Il tait devenu plus som-
bre, plus souponneux. Les Anglais venaient d'enlever
une some important qu'il avait expdie pour Porto-
Rico. Il contraignit les ngociants payer un emprunt
considerable qu'il avait fait; tant de tyrannie exaspra
une foule de citoyens blancs et il se forma contre lui,
au Cap, un parti considerable la tte duquel se mit le
prfet colonial Magnytot. Celui-ci confia son project de
le dporter aux gnraux Clausel et Thouvenot. Le com-
missaire ordonnateur Colbert, alors dans l'Ouest charge
de dtruire les abus qui existaient dans l'administration.
fut aussi gagn contre le capitaine Gnral. Plusieurs ri-
ches ngociants Brassier, Hardivilliers, Allard et Wantron
taient entrs dans le complot. Magnytot dclara pu-
bliquement qu'il voulait qu'il y et une barrire d'airain
entire son administration et celle de son prdcesseur;
celui-ci s'tait toujours montr dvou au systme de
Rochambeau.


-63-







Les ngociants enhardis par l'appui des premires au-
torits suscitrent toutes sortes d'entraves au Capitaine
gnral qui tait devenu un objet d'horreur pour chacun
d'eux. Pour accroitre la famine et exciter les troupes
centre lui, ils retirrent du march la farine et d'autres
comestibles avec l'intention de les remettre en vente
aprs sa deportation. Les partisans de Rochambeau ont
accus le ngociant Fdon d'avoir tenu cette conduite.
Cependant rien ne prouve ce fait, au contraire Fdon
avait offert deux cents barils de farine pour les besoins
des troupes. Clausel et Thouvenot avaient l'espoiraprs
s'tre empars de l'autorit, de ramener les indpendants
sous les bannires de la Mtropole. Rochambeau ne tar-
da pas dcouvrir les trames qu'on ourdissait contre
lui. Il dnona l'arme ses ennemis, les lui reprsenta
comme des Anglo-men qui l'affamaient pour la rduire
vacuer la place.
La garnison incite surtout contre le commerce de-
manda grands cris la mort des tratres. Le Capitaine
Gnral reprit dans cette circonstance son influence sur
les troupes. Le Prfet colonial, effray de la fureur des
soldats n'osa agir contre Rochambeau. Clausel, victim
du manque d'nergie de Magnytot fut embarqu sur le
Dermide ainsi que le gnral Thouvenot.
Rfrence Madiou Tome III pages 51 et 52.

LA BATAILLE DE VERTIRES
Le drapeau franais, flottait encore au Cap et au
Mle St. Nicolas. Tous les autres points de l'ancienne
parties franaise taient au pouvoir des indpendants.


- 64-






Le Cap renfermait dans son sein 500 vtrans, les d-
bris de l'arme expditionnaire Rochambeau avait
l'espoir de conserver la France cette position impor-
tante ; il attendait de nouvelles forces pour reconqurir
les villes qu'il avait t contraint d'abandonner la
libert. Un grand nombre de jeunes officers qui admi-
raient son courage attendaient avec impatience l'occasion
de se couvrir de gloire. Hriss de forteresses, le Cap














Bataille de Vertires
prsentait un front si formidable que Rochambeau, plein
de scurit, ne croyait pas que les indignes pussent
oser venir encore l'y attaquer. Il ne redoutait que la
famine: le port tait toujours bloqu par le Commodore
Loring et presque tous les batiments qui tentaient de
forcer la ligne Anglaise taient capturs.
Plusieurs forts s'levaient sur le plateau du haut du
Cap et menaaient d'anantir l'ennemi qui tenterait de


- 65 -







s'approcher de la ville. Le fort Brda, arm de huit pi-
ces de canon, se dressait, une lieue de la place, sur une
minence qui dominant le chemin de Port-au-Prince. Il
renfermait six cents grenadiers sous les ordres du chef
de bataillon Pjot.
A un mille plus loin, vers la ville, s'levait sur. un
mornet le fort Vertire, baign dans les saisons des pluies
par les eaux de la ravine Charrier. Douze pices faisaient
le tour..de ces remparts. La ll me lgre en format la
garnison. La ville tait en outre protge par les forts
Champin, Pierre Michel, de l'hopital et de Belair.
De toutes parts l'on dcouvrait au milieu de vastes
champs que la guerre avait ravags, des murs noircis
parls.- flames, quelques touffes de campches et de
nombreux ossements demeurs sans spulture. Entre
Brda, t Vertires s'tendait une grande alle de chnes
et de palmiers. C'tait-l que les franais se livraient
auxfexercices de la course et aux volutions militaires.
Rochambeau, dans son brilliant Palais entour de baion-
nettes.. t de canons, se croyait dans une position inex-
pugnable. A le voir se livrer aux plus douces jouissan-
ces, nivr dans. les bras de voluptueuses croles, on eut
t tent de croire qu'il oubliait que sa couche tait sur
le cratre d'un volcan qui devait bientt engloutir tout
ce qui portait le nom franais.
Pendant cet intervalle, Dessalines ne laissait pas se
ralentir l'ardeur de ses troupes. Aprs leur avoir accord
onze jours de repos Port-au-Prince, il leur annona son
project d'aller attaquer'le Cap. Il partit de la plaine du
Cul-de-sac le 21 octobre 1803 28 vendmiaire, An X


- 63 -







aprs avoir confi au gnral Ption le commandement
de la 2me division de l'Ouest. Le 8 Brumaire, 31 octo-
bre, la 3me demi-brigade, la 4me, la 1 me et la 20
me partirent de la Petite Rivire de l'Artibonite et at-
teignirent les Gonaves au milieu de la nuit. Le lepde-
main Dessalines les passa en revue. Le mme jour elles
partirent pour le carrefour du Limb o devaient se.ru-
nir toutes les troupes d'lite du Sud, de l'Ouest de l'Ar-
tibonite et du Nord. Mais la division du Sud, sous les
ordres du gnral Geffraid n'atteignit pas mme le Port-
au-Prince. Ds qu'elle arriva au Grand C.ove, on apprit
qu'ure rvolte venait d'clater dans les mornes de Jac-
mel contre l'autorit de Dessalines. Le Gnral Ption
en avisa le Gnral en chef qui ordonna Geffrard d'al-
ler l'touffer et d'oocuper ensuite les campagnes de Jac-
mel jusqu' la fin de la champagne entrepiise contre le
Cap. Ceffrard pntra dans les mornes de Jacmel, dis-
persa les rvolts peu nombreux et arrta leurs princi-
I aux chefs qui taient d'anciens partisans de Lamour
LXtrance. L'ordre fut rtabli de toutes parts.
Le 14 Brumaire 6 Novembre Dessalines, accompagn
de trois escadrons, arriva au carrefour du Limb. Le
temps tait affreux; depuis plusieurs semaines des pluies
n'avaient cess de tomber avec abondance. L'arme. fut
contrainte de s'arrter.
Le 28 Brumaire( 15 novembre) elle reprit sa march et
atteignit le morne Pouge. Dessalines tablit son quarter
gnral sur l'habitation Le Normand. L se runit toute
l'arme qui devait assiger le Cap. Elle tait forte de
15 demi-brigades d'infanterie et de trois escadrons-four-


--67 -







nissant vingt sept mille hommes. Gabart tait Ia tte
de la 3me, de la I me, de la 20me et deux batail-
lons de la 4me. Le gnral Jean Philippe Daut comman-
dait la 10me et le 3me bataillon de la 4me compose
de l'lite de la jeunesse du Port-au-Prince. Clerveaux le
plus ancien des gnraux de l'arme tait la tte de la
6me. Christophe ayant sous ses ordres le gnral Ro-
main, commandait la 1 me et la 12me. Capois La Mort
tait la tte de deux bataillons de la 9me duPort-de-
Paix et les troupes de Logane, de Jacmel, du Petit-
Goave composant les 21me, 22me, 23 et 24me taient
sous les ordres de Cang. Les 14me. 7me taient com-
mandes par Vernet.
Autour de Dessalinea taient rangs les dragons de la
plane de l'Artibonite, arms de longs sabres et la tte
charge de vieux casques ombrags de panaches verts.
Le colonel Charlotin Marcadieux et les chefs d'escadrons
Paul Prompt et Bastien les commandaient. Nos soldats
de pied bien arms avaient, depuis la prise du Port-au-
Prince, des munitions en abondance, Mais ils taient
presque nus. Ils portaient des havres-sacs et des peaux de
chvres. Des besaces pour giberne et des chapeaux de
paille La plupart des sous-officiers sans habits ni che-
mises avaient la tte la marque de leur grade La
9me du Port-de-Paix tait le seul corps qui fut conve-
nablement habill. Elle avait trouv la Tortue un
dpot considerable de vtements de troupes. Quant aux
gnraux, ils taient tous couverts d'or, nos soldats amai-
gris par des marches, offraient un aspect terrible et si
ladiscipline qi., rgnait souveraine dans l'arme n'avait


- 68







tabli un ordre parfait dans les rangs, on eut pu les pren-
dre pour des hordes de brigands. Ils taient loin de pos-
sder cette tactique europenne qui terrasse souvent le
courage le plus brilliant, mais l'amour de la libert et de
l'Indpendance, la haine profonde qu'ils avaient voue
leurs oppresseurs les conduisaient joyeux au combat et
les rendaient invincibles. Ils allaient porter le dernier
coup la puissance colonial; la prise du Cap devait les
affranchir tout jamais de la Mtropole et ils avaient
jur de vaincre ou de mourir.
L'enthousiasme clatait sur leurs visages et les chants
de libert retentissaient dans les campagnes.
Dessalines, entour de braves qui composaient son tat
major tait joyeux de la gaiet l'arme. Il lui montrait
le Cap corrme le terme de ses fatigues et le dernier refu-
ge des monstres qui s'taient baigns dans le sang indi-
gne.
Un roulement gnral de tambours remplit le camp
d'un bruit prolong Un profound silence s'tablit; il par-
courut les rangs et les troupes partant du morne Rouge,
dfilrent sous ses yeux.
Dessalines apprit que Rochambeau ne se doutait nulle-
ment de ses projects audacieux. Il rsolut avant d'atta-
quer les forts Brda et Vertires, levs le long de la
grande reute, d'envoyer les gnraux Christophe et Ro-
main s'emparer de la vigie qui domine le Cap, du ct
oppos. Cette manoeuvre hardie avait pour but d'emp-
cher Rochambeau menac du cot de la Vigie d'envoyer
des troupes au secours de Brda et de Vertire.


- 69 -







Christophe la tte des 11 me et 12me aprs avoir
enlev plusieurs postes ennemis, annona le 17 novembre
Dessalines qu'il attendait pour s'efforcer d'atteindre le
sommet de la Vigie qu'on comment l'attaque de Br-
da. Dessalines mont sur un cheval plein de feu, accom-
pagn d'un ingnieur, s'approcha du fort Brda et l'exa-
mina avec la plus scrupuleuse attention: Un foss l'en-
tourait et entire ce foss et les remparts s'levaient une
haie impntrable d'alos et d'autres plants pine-:ses
entrelaces de fortes lines
Les franais qui l'avaient laiss s'approcher sans obs-
tacle lui lancrent, pendant qu'il se retirait, une grle de
balles sans l'atteindre.
Dans la nuit du 25 au 26 Brumaire (17 au 18 No-
vembre)il confia le commandement de l'avant garde
Capois le plus intrpide de nos gnraux avec ordre ds
que l'action commencerait d'aller en avant et de ne s'ar-
rter qu' la Barrire Bouteille dut-il prir avec toute la
9me demi-brigade. Sous les feux des fort qui dominaient
le chemin, cette manoeuvre qui sera en parties excute
par Capois amnera la capitulation du Cap.
Le gnral Clerveaux fit dresser deux cents toises de
Brda la batterie d'un obusier de six pouces, d'une pi-
ce de 4 et d'une pice de 8 don't le commandement fut
confi deux artilleurs Znon et Lavelanet
Dans la mme nuit, Dessalines fit dresser des retran-
chements autour de Vaudreuil non loin de Vertires. Il se
constitua un corps de rserve destin demeurer auprs
de lui des deux premiers bataillons de la 4me, de la
8me et de la 20me.


- 70 -







Le 28 Brumaire (18 Novembre 1803) la pointe du
jour, le gnral Clerveaux ordonna de commencer l'at,
taque.
Les franais battaient la diane dans le fort. Un bou-
let alla se fixer dans les remparts de Brda. Aussitt les
forts rpandirent la mort de toutes parts dans les rangs
indignes, Dj une foule de nos artilleurs taient abat-
tus et notre batterie fut dmonte. Aussitt le gnral
Rochambeau sortit du Cap la tte de sa garde d'hon-
neur et vint s'tablir prs du blockauss de ve:tires.En
mme temps les gnraux Christophe et Romain des"
cendant de la vigie s'emparaient au pas de charge de la
position de Destaing et refoulaient les franais dans la
lace.
Dessalines s'aperut que les divisions Gabart, Vernet
et Cang, l'arme au bras dans le grand chemin se trou-
vaient exposes au feu le plus meurtrier de Pierre Michel
qui dominant toutes les autres fortifications. Il se dter-
mina turner brda, l'attaquer par derrire et assail-
lir en mme temps toutes les positions qu'occupait l'en-
nemi. Par cette manoeuvre, il devait affaiblir le feu des
franais et l'empcher de se diriger sur un seul point. Il
envoya aussitt l'ordre au gnral Capois qui suivait au-
dacieusement la grande route du Cap de changer de di-
rection et d'aller s'emparer de la butte de l'habitation
Charrier" qui dominant Vertires. Il existait au centre
du plateau un ravin que traversait en face du fort Ver-
tires un petit pont moiti bris. Entre ce pont et le
fort s'levaient des barricades au dessus desquelles
taient braques contre l'arme indigne 4 pices de ca-


- 71 -







non. Pour atteindre Charrier, Capois devait en longeant
le ravin passer sous le feu de cette batterie. Quand il
arriva vis--vis du pont, il fut accueilli par un feu si vif
que les soldats des 9me, 7me et 14me qui formaient
l'avant garden chancelrent. Capois qui n'avait jamais
fui devant les franais releva par son audace le courage
de ses grenadieis et leur fit entendre sa voix terrible"
Il faut, mes braves vous rendre matres de cette butte;
Le salut de l'arme en dpend, en avant : en avant ;"
Les grenadiers de la 9me s'lanrent avec rage au
devant de la mort. Mais l'artillerie franaise bien serre,
les culbuta par de vivres dcharges. La 9tme jeta un
peu de dsordre dans les rangs de la7me et de la 14me
Ils se replirent sur le quarter gnral.
Dessalines lana contre Vertires les 3me. I lme.
20me demi-brigades qui furent leur tour horriblement
maltraites Capois bouillant de rage ramena ses soldats
au combat, bravant la mort au premier rang, il arrta
l'lan des franais qui dj avaient franchi le ravin pour-
suivant les indignes, ia baionnette aux reins. Le combat
se rtablit mais la mitraille faisait de grands ravages
dans nos rangs et les soldats les plus intrpides de la 9me
taient renverss.
Capois fit un dernier effort; mont sur un cheval ri-
chement caparaonn, il se lana de nouveau plein d'ar-
deur contre le fort. Ses soldats le suivent, ils sont re-
pousss; il s'indigne; il les exhorte le suivre encore; il
jure d'enlever la batterie; ses grenadiers atteignent les
barricades, mais ils tombent sous la mitraille et la fusil-
lade. Uu boulet reverse son cheval; l'intrpide gnral






tombe, mais il se relve aussitt, march et s'crie : En
avant: en avant : -
La foudre clate, son chapeau garni de plumes est en-
lev, nos rangs s'claircissent et la 9me est arrte au
bord du ravin. De grandes acclamations retentissent du
ct de l'habitation "Vertires" o l'en distingue les cris
de bravo: bravo: sortant des rangs de la garde d'honneur
de Rochambeau, spectatrice du combat. Un roulement
se fait entendre, te feu des franais cesse et un cavalier,
se prsentant devant le pont, dit aux indignes :Le capi.
taine gnral Rochambeau envoie son admiration lof-
ficier gnral qui vient de se couvrir de tant de gloire.
Le hussard franais se retira et le combat recommena
avec une nouvelle fureur. Les dtonations multiplies
du canon se prolongaient au fond des bois. Dessalines
s'aperut que s'il ne s'emparait pas de la butte de Char-
rier, le succs de la journe lui chapperait,
En se rendant maitre de cette position, il avait l'es-
poir de dbusquer Rochambeau de la butte de l'habita.
tion "Vertires" et d'ouvrir Capois le chemin de la
Barrire Bouteille.
Capois depuis le commencement de la journe conte-
nait l'ardeur des franais au pont du fort Vertires .
S'il avait flchi un moment l'arme indigne eut t
chasse du plateau du haut du Cap. Dessalines demand
Gabart si, en s'emparant de Charrier" il ne serait pas
certain de la victoire. Gabart lui fit observer que les
troupes en passant sous le feu crois des forts Brda, et
Pierre-Michel, s'exposeraient tre ananties. Je veux,
s'cria Dessalines, que le drapeau indigne flotte avant


- 73








une demi heure sur le sommet de Chairier, dusse-e voir
disparaitre numro par numro tous les corps de l'arme;
Je veux que vous passiez l'arme au bras sous la mitraille
des forts. Qui pourrait arrter l'lan de ces nombreuses
colonnes de troupes exaltes par cette nergique dter-
mination de Dessalines ?
Les franais avaient depuis plusieurs mois dsarm la
butte Charrier. Ils taient loin de douter que lesindignes
pussent concevoir le hardi project de se rendre maitres de
cette position protge par Vertires". Le soleil tait d-
j brlant et les baionnettes de la garde de Rochambeau
tincelaient au de'l du ravin. Il y avait trois heures que
l'on se battait avec acharnement sur tous les points.
Pendant que Capois faisait des prodiges de valeur au
pied du fort "Vertires" entour de cadavres, le gnral
Gabart arm d'un fusil et le gnral Jean-Philippe Daut
suivis tous les deux d'un bataillon de la 10me et des jeunes
soldats de Port-au-Prince qui formaient le 3me batail-
lon de le 4me, s'lancrent dans la magnifique alle qui
s'tendait le long duravin de Vertires". Les Franais,
voulant anantir la colonne, dirigrent contre elle tous
leurs coups. Des ligns entires sont enleves; mais elle
advance au pas de charge sans tre branle, fire au mi-
lieu de la mitraille, des boulets et des balles. Le vide
qui se fait dans les rangs est aussitt rempli par les sol-
dats qui dmontrent le plus grand mpris de la mort.
Ce feu ne peut arrter les deux bataillons qui mar-
chaient au travers de grands arbres renverss et de ca-
davres indignes, Enfin nos baionnettes brillent avec
clat au sommet de Charrier et nos soldats rpondirent


- 74 -






aussitt au fort Vertires. Mais notre fusillade se tut
bientt sous le feu nourri des franais. Il tait onze heu-
res. Christophe qui avait tabli une batterie au som-
met de la Vigie canonnait le Cap avec une prodigieuse
activity. On entendait sans interruption les dtonations
de l'artillerie et les dcharges de la mousqueterie. L'at-
mosphre tait charge d'une paisse fume sans cesse
dchire par les obus et les bombes qui clataient dans
l'air et venaient rpandre la mort Charrier et au quar-
tier gnral. Dessalines assis sur une large pierre don-
nait ses ordres, et semblait jouir de ce magnifique
spectacle. Il s'aperut que Rochambeau -la tte des
grenadiers de sa garde, changeait de position. Craignant
qu'il n'allt dbusquer Gabart et Jean-Philippe Daut
de la butte Charrier il ordonna Clerveaux d'aller les
renforcer la tte de la 6me. Cette demi-brigade n'at-
teignit Charrier qu'aprs avoir prouv des pertes con-
sidrables.
Rochambeau, voyant Capois sur le point de forcer le
passage que dfendait le fort Vertires ne crut pas de-
voir donner assault la butte Charrier. Capois aurait pu
en s'lanant dans la sa vanne Champin, ]'attaquer en
queue et lui couper toute retraite sur le Cap. Il fit ta-
blir au milieu de la savanne une pice de 16 qui joua ac-
tivement contre Charrier. Ma.gr le feu soutenu des
forts, Dessalines fit aussitt transporter par des canon-
niers une pice ce 4 au sommet de Charri r. Elle ne tarda
pas dmonter la pice de 16 que venaient d'tablir les
franais. La cavalerie de la garde d'honneur de Rocham-
beau, forte de deux cents hommes se tenait immobile non


- 75 -







Ioin du grand chemin, entire Vertires et Champin, spec-
tatrice de la bataille. Sur le sommet troit du tertre de
Charrier taient runies les 4me, 6me demi-brigades
Quatre gnraux soutenaient le courage des soldats
que foudroyait sans cesse lecanon de Vertires. Un es-
pace de 2CO pas s'tendait entire ces deux positions. La
fusillade des indignes rc commena et la pice tablie sur
la butte Charrier joua vigoureusement. Le gnral Cler-
veaux arm d'un fusil, sortait souvent des rangs malgr
les instances des soldats pour envoyer la mort aux fran-
ais. L'adjudant gnral Grard et son tat-major, lors-
qu'il allait demander des ordres Dessalines au quar-
tier gnral passait avec la plus grande gaiet sous le
feu de Vertires. Gabart et Jean-Philippe Daut excit-
rent l'admiration des soldats par leur sang froid. Les
boulets et des bombes tonnant avec un horrible fracas
avaient cras la maison de Charrier. II n'y eut plus
aucun abri contre les projectiles. Clervaux ordonna aux
soldats de faire des lvations de terre contre la mitrail-
le.
Le gnral Jean-Philippe Daut don't le costume bril-
lant attirait les coups de l'ennemi, sortit aussitt des
rangs et traa avec la pointe d'une baionnette la ligne
des retranchements sous des milliers de balles qui pleu-
vaient autour de lui, Toutes les troupes se mirent
l'ouvrage et malgr la mitraille des franais, les travaux
furent achevs en moins d'une here. Auraient-ils pu ne
pas vaincre ces braves quand de tels gnraux les gui-
daient au combat.
Un caisson sauta dans l'enceinte de Vertires. L'ex-







plosion fut si forte que les franais furent contraints de
sortir du fort rempli de fume avec deux pices de ca-
non. Aussitt Jean-Philippe Daut descendit pour les
combattre. Il rencontra un bataillon inbranlable contre
lequel il fit de vains effotrs ; il fut repouss. Pendant
que le dsordre rgnait dans Vertires par l'explosion
du caisson, Dessalines pensa qu'il pourrait par une
brillante charge de cavalerie s'ouvrir un passage vers
la Barrire Bouteille. Il fit appeler Paul Prompt un des
cavaliers les plus intrpides de l'Artibonite. Celui-ci,
la tte charge d'un casque brilliant se prsenta devant
le gnral en chef et le salua en inclinant la pointe de
son sabre Paul Prompt, lui dit Dessalines, il faut que
dans quelques minutes, il n'y ait pas un seul blanc
hors du fort cu cque j'apprenne ta mort Un escadron
sortit du quarter gnral au son des fanfares et fondit.
Paul Prompt au premier rang sur le carr que for-
mrent les franais. Chaque capitaine la tte de sa
ccmpagnie attaqua sparment. Les franais furent
assaillis de toutes parts ; mais ils demeuraient inbran-
lables.
Leur premiere ligne, genou en terre, prsentait la
baionnette, pendant que les deux autres faisaient un
feu des plus meurtriers. Nos dragons venaient expirer
contre ce rempart de fer et de feu. Par intervalles, les
rangs ennemis s'ouvraient et la mitraille les repous.
sait au loin. De nombreux chevaux remplissaient le
ravin du cot du pont bris prs de la barrire de Ver
tires. Paul Prompt rallia ses cavaliers et malgr les obs
tackles que des chariots renverss prsentaient dans le


- 77






chemin, il se prcipita de nouveau contre le carr avec
une si vive imptuosit que les fr nais furent branls.
Alors Dessalines voyant ses cts le commandant Do-
minique lui dit Dominique, je t'ai t ton bataillon
cause de ta faiblesse dans diverse actions. Eh bien, voi-
ci l'occasion de t'illustrer et de regagner mon estime.
Charge avec vaillance, je te rendrai ton bataillon". Do-
minique se prcipita sur les franais, pousse son cheval
jusque sur les baionnettes et reoit la mort dans les rangs
ennemis. Les dragons anims par l'exemple de Paul
Prompt, attaquent le carr avec une espce de rage, Des
chevaux se cabrant sur les baonnettes de la lre line,
ouvrent un passage et les franais, mis en dsordre et
sabrs, rentrent dans le fort remplis de fume. Paul
Prompt emport par son b-'ilant courage, pntre dans
les fosss o il reoit la mort. Alors la cavalerie, vive-
ment mitraille par les canons du fort est culbute; elle
se replie sur la 9me don't elle traverse les rangs et ren-
tre au quarter gnral avec le corps de son chef. Dessa-
lines se montra afflig de la mort de Paul Prompt. La
7me; range en bataille 100 pas du fort Vertires et a-
yant sa tte Guerrier, son colonel, supportait hroique-
ment le feu des franais depuis le commencement de
l'action. Aprs l'explosion du caisson, elle s'tait encore
approche du blockaus. Quand le feu se ralentissait de
part et d'autre, les soldats franais envoyaient des inju-
res aux indignes qu'ils appelaient brigands. Le comman-
dant de Vertires se promenait autour des remparts et
animait ses grenadiers en agitant son sabre. Il adressait
la parole Clerveaux quand celui-ci eut une paulette


- 78 -




















































Le plan de la Bataille de
Vertieres


- 79 -


1







emporte par un coup de mitraille. Vers les 4 heures de
l'aprs midi, la fume de la poudre devint si paisse que
les combatants cessrent de se voir. Le gnral Vernet,
se tenait la tte de sa division au milieu du grand
chemin eut un cheval tu sous lui et le colonel de la 7.
me, Guerrier eut un bras fracass par une balle. En m-
me temps les soldats de la 6me s'aperurent que des
boulets qui semblaient ne pas sortir de Vertires exer.
aient des ravages dans leurs rangs. Des claireurs d.
couvrirent bientt un bac arm d'une pice de canon sur
la rivire du haut du Cap. Ils dirigrent sur ce bac une
vive fusillade et les franais se retirrent. Rochambeau
voyait la fortune se prononcer contre lui. L'opiniatret
des indignes que le feu meurtrier des batteries bran.
lait le dconcertait. Il rsolut de chasser nos soldats du
tertre de Charrier. Il exhorta ses troupes faire un der-
nier effort. Sa brillante garde d'honneur s'branla, mais
des chargers indignes avertirert Clerveaux de l'appro-
che de l'ennemi. Plusieurs companies de la 3me demi-
brigade furent places en embuscade dans un bois que
devaient traverser les franais. Quand ces derniers pn-
trrent dans la fort, ils reurent en flanc plusieurs vives
dcharges qui les contraignirent rtrograder. Il tait
dj 5 heures de l'aprs midi que l'acharnement des
combatants ne se ralentissait pas. Tout--coup des nua-
ges s'amoncelrent, des clairs sillonnrent l'espace, le
tonnerre gronda. Le feu continuait toujours; mais l'at-
mosphre se charge d'paisses vapeurs et la pluie tom-
ba avec violence.
Le plateau fut inond des eaux qui descendaient des


- 80 --







mornes; et I.feun ne cessa qu'en dpit des combatants don't
les fusils ne pouvaient plus lancer la mort. La pluie ne
s'affaiblit qu'au commencement de la nuit. Alors Dessa-
lines accompagn du chef de son tat major, l'adjudant g-
nral Bazelais et du gnral Daut Brave vint Charrier.
il tait 6 heures du soir, Sitt les acclamations les plus
vives tmoignrent l'amour des soldats qui l'entourrent.
L'ivresse de la victoire brillait sur son front. Il dit au
gnral Clerveaux don't une des paulettes avait t en-
leve et qui ressemblait un chef de bataillon Clerve-
aux Vous tes aujourd'hui le commandant de mes g-
nraux Les soldats indignes firent clater des trans-
ports de joie quand ils l'entendirent s'informer des bles-
ss. Ces infortuns entasss au milieu des dbris de la
maison Charrier, privs de toutes sortes de soins, n'a-
vaient cess pendant la bataille de faire entendre des
gmissements. Dessalines ordonna de les transporter au
quarter gnral de Vaudreuil.
Les indignes se montrrent gais, quoiqu'ils fussent
presss par la faim et assaillis par toutes sortes de pri-
vations. Les vivres arrivaient difficilement de l'int-
rieur, car Jacques Tellier et Caguet, chefs des congos
occupant les environs du Cap, assassinaient la plupart
des cultivateurs qui se dirigeaient vers le camp indigne.
Pour des grades et un peu d'or que leur avait donns
Rochambeau, ils avaient, comme on l'a dj vu, trahi
la cause de la libert; Ils combattaient encore pour un
Gouvernement qui, la Guadeloupe, la Martinique,
avait replong dans la servitude, de nombreux infortu-
ns, qu'un dcrt phmre de la Convention avait
mancips en 1794.


- 81 -







Le Gnral Yayou qu'on leur avait oppos dans la mon-
tagne, dploya une activity si grande qu'il arrta l'lan
qu'ils voulaient prendre vers le Cap, pendant la bataille.
Ils ne tarderont pas tomber sous les coups de li ven-
geance national.
Dessalines, en se retirant au Quartier Gnral de
Vaudreuil, ordonna Clerveaux d'attaquer de nouveau
l'ennemi, le lendemain au point du jour. Il se croyait
tellement assur du succs qu'il ordonna en outre qu'on
employt toute la nuit faire des gabions. Il disait
aux officers qui l'entouraient qu'il pourrait dans la
journe du lendemain approcher ses canons de la place.
Le commandant de Vertires ayant perdu ses plus bra-
ves soldats, pensa qu'il ne pourrait soutenir de nouveau
les formidable assauts de Capois. Il sortit du fort
qu'il livra aux flames. La 7me en prit aussitt pos-
session. Pendant qu'elle combattait l'incendie, les indi-
gnes des autres corps, s'crirent :" les blancs pren-
nent la fuite, en avant: ils coururent aprs les franais
ceux-ci font volte de face, s'arrtent, pointent leurs
pices et leur demandent avec audace ce qu'ils veulent,
il ne fut pas tir un seul coup de fusil.
Les soldats demeurrent un moment en presence,
paraissant se redouter de part et d'autre. Enfin les
franais continurent leur march sans tre inquits.
Dessalines avait envoy l'ordre de les laisser entrer en
ville, car c'eut t livrer un combat inutile. La grande
route du Cap se trouva ouverte; les indignes se rpan-
dirent dans la savanne Champin et d'intrpides chasseurs
de la 9me allrent donner l'alarme jusqu' la Barrire Bou-


- 82 -






teille; laissant derrire eux le fort Champin occup par les
franais. La 4me et la 10me tablirent sur le champ des
gabions vis--vis de ce fort. Les soldats de ces corps ap-
portrent d'normes fagots de bois desschs auxquels ils
mirent le feu et les lancrent contre Champin. Dessalines
se proposait de donner assault la fortification la pointe
du jour, s'il ne russissait pas l'incendier. Les troupes
qui occupaient Pierre Michel, profitant de l'obscurit
de la nuit, rentrrent au Cap. En mme temps la garni-
son de Brda fit une sortie. Mais assaillie par les indig-
nes, elle fut contrainte de rentrer dans la fortification.
Dessalines avait gagn la bataille. Histoire d'Haiti
par Thomas Madiou Tome III pages 74 et suivantes.
Nous avons emprunt le rcit de cette bataille pi-
que notre brilliant historien Thomas Madiou don't
l'oeuvre n'est pas assez rpandue dans la clientele de la
jeunesse estudiantine de ce pays. Nos autres historians
se sont toujours borns l'essentiel de cette narration. Ils
en ont nglig les dtails ncessaires.
Malgr la longueur de ce morceau, nous en avons fait
la reproduction fidle, craignant d'omettre certain pas-
sages saillants; cause du rle de premier plan qu'y
joua le gnral Capois, originaire du Nord-Ouest.
Cette pope o s'illustra ce hros ferme en effet la
srie des luttes titanesques auxquelles se livrrent les in.
dignes fatigus de la longue servitude franaise au sein
des Amriques. Cette bataille signifie donc la fin de l'op-
pression qui a dur prs de trois sicles et qui a fait di-
re par les dtracteurs que les Ngres taient des rebuts
d'humanit, sans moeurs sans religion, sans morale. Elle


-83 -







n'est pas seulement l'apothose de la alliance e la
race. mais enccT et surtout la CCensraton de son gali-
t avec a rivae blache. Rccdambeau qui avait fait ve-
nr en effet des dogues de Cbs. peur dtruire les ngres
de St-Doenin2e et qui avait cr7it au GinIra Ramed
quil ne lni allooeit auune vaieur pour leur nourrture,
parce qul de ait leu daoner des indig~nes en pture,
mu des prouesses du ros & Vrtires, ordonna de
ceser e feu et envoya e'. ressios n de son admiration au
gn&ral qui inait de se couvrr de tant de gloire.
La btaiHe de Vertiees est dot le tunbean de la
mcX ae conxiae.
Rodhambe c qui, hier, la perisonaifiit, ne ourait
s'empcher de fire don Capos d'un superb cour-
sier en raelaceent de son cheva que l'amie fran-
aise regrettait de li av\ir tu au fort de la mle. Il
suffisait Dessalines d'avoir marifest le dsr de
possder la fougueuse monture du capitaine gnral pour
que ce caprice devint un ordre, une ralit.
La bataille de Vertires d'o dpendait le devenir de
la race fut la conscration de notre indpendance par la
France, car Rochambeau, loin de convenir de la reddi-
tion du Cap avec le Anglais, maitres de la mer des An-
tilles, prfra mieux traiter avec Dessalines par lui re-
connu le chef incontest du nouvel tat n des ruines
du rgime colonial franais qui venait de s'effondrer sur
ce champ de bataille
Ainsi finit l'expdition de St-Domingue. Elle avait
d'abord excit en France un intrt universal, stimul
l'ardeur des soldats, la cupidit des commerants, amus


-84-







le peUpe, flatte ambition dncGo~vemnenI; mais tou-
tes ces esprac s'vanomirent et les Franais finient,
camme nos le V par abandoner erirarmnt
ile.- Ch. alo -L' d e d mStDuningm page 272.
Les delvis de rtare franaise anto an Mile
saus le dra-nAmA gn meral NuoiBles, dvac irent
la ville k 4 dc&ere 1803. Le colonel Porcely en pit
po seo et y trouva me forte arson d'anes et de
monitiens.
Ains le NofOest, malgr la petitesse de sa tan-
due teIritonae a toujours t ravantv-gade de tos
les m venntsc gnPrei de notre che Patrie. Que
ft aen ffet en 1679, tout au dbut des g~abaisent
fran a St.-D oigue. c'est de son sein qu'tait prti
l premier cri de lesdave nir aspirant la libart
N'est-il pas vrai que Padrejean avait rv de masaer
tos les blan et de brer tous ses fres du joa de
la servitude!
Quand on pense que ce philantrpe tomba victim de
son altruisme, il n'est pas concevable de partager ropi-
mnc de ceux qui, ne respectant pas les donnes histo-
riques, allguent inconsidrment que le Nord'Ouest n'a
pas d'histoire et que decefait il est le mais intressant
de nos cinq dpartements.
Honneur ce martyr, l'anctre de la liberty des N-
gres dans le bassin des Antilles.
Que ce ft en fvrier 1802, lorsqu'arriva dans nos
aux l'tonnante arme expditionnaire don't la mission
secrte tait de replonger les noirs de St-Domingue dans
l'esclavage le plus abject, le Nord'Ouest se couvrit en-







core de gloire. Par sa mle rponse aux missaires du
gnral Humbert : je ne recevrai les troupes de votre
gnral que sur les ordres du Gouverneur Toussaint. En
attendant je saurai faire mon devoir. Je vous dclare
que vous tre mes prisonniers , Maurepas ne traduisit-il
pas les sentiments de grandeur, de courage que person-
nifiait la race de Noirs arrachs brutalement la terre
d'Afrique et transplants St-Domingue dans les con"
editions biologiques les plus dgradantes pour l'espce
humaine ?
Par les trois retentissantes victoires remportes sur
les soldats de la France Rpublicaine qui, Lodi, Ar-
cole, Rivoli, Mantoue, venaient de s'illustrer par le
gain de douze batailles et de soixante combats, de d.
faire en six mois trois formidable armes, Maurepas et
son invincible 9me. de Port-de-Paix n'ont-ils pas crit,
sous les remparts de la forteresse, depuis clbre, des
Trois Pavillons, les pages les plus sublimes, les plus
mouvantes de notre vie national ?
Ces tonnantes victoires de Port-de-Paix n'avaient pas
seulement glorifi notre fameux et redout gnral,
elles avaient encore et surtout stimul l'enthousiasme, la
vaillance de nos autres gnraux. Elles avaient aussi pa-
ralys l'excution du plan du capitaine-gnral q ui
apprit, indign, les checs successifs des gnraux Hum-
bert et Debelle devant l'inexpugnable forteresse. On
apprciera davantage les trois clatantes victoires de
Port-de-Paix quand on se rappellera que l'idal le plus
pur de Leclerc tait d'encercler l'arme de Toussaint
retranche dans l'Artibonite, de l'anantir et de proc-


- 86 -






der incontinent la deportation si ce n'tait l'assas-
sinat des principaux gnraux indignes. Ces trois vic-
toires avaient dmontr aux franais que les Noirs qui
guerroyaient pour leur libert et leur indpendance
r'taient pas de simples brigands, qu'ils taient des tres
dous de raison et de volont, qu'ils taient soumis
une discipline severe, qu'ils pouvaient concevoir un plan
et le raliser.
Le supplice inflig au vainqueur de Port-de-Paix, se-
cond martyr de la liberty dans le Nord-Ouest pour la
cause national, prouve l'tat de haine peine continue
que les Franais vouaient au gnral Maurepas cet
homme possdant l'art militaire jusqu'au dernier point,
-Maurepas restera le symbol de la bravoure, de l'h-
roisme, de la vaillance ngre, l'chantillon le plus vi-
vant de nos gloires militaires.
Cicron, pour avoir sauv Rome de la conspiration
du pire des concitoyens, Catilinat, homme perdu de det-
tes et souill de crimes, se vit dcerner par le Snat de
son pays le titre de Pre de la Patrie"
Vercingtorix, le dfenseur hroque de l'Indpendance
de la Gaule, aprs avoir essay de repousser en vain les
Romains qui assigrent Alsia, mont sur son cheval
sortit de l'enceinte de cette ville, se jeta devant le chef
remain sans mot dire. Csar resta insensible en prsen-
ce de cet infortun, le fit garotter et dcapiter six ans
plus tard Rome.
La France reconnaissante leva une statue pour per-
ptuer le souvenir de cet hroisme.
Mais Maurepas, aprs avoir, depuis 150 annes, dfen-
du l'orgueil ngre, vaincu la morgue des Franais quine


- 87 -







pouvaient concevoir la trame de la vie en dehors de la
servitude noire, en rcompense de ses prouesses, est vo-
lontairement oubli par la reconnaissance national.
Parcourez les rues de la ville de Port-de-Paix don't il
dfendit l'honneur et qu'il immortalisa par ses trois vic-
toires, vous n'y trouverez ni statue, ni difice public, ni
rue qui honore la mmoire de ce guerrier mort pour la
Patrie.
Etait-ce pour avoir, aprs les 3 victoires des trois Pa-
villons, accept se rendre aux conditions de Leclerc?
Pourtant il ne s'tait pas soumis comme Vercing-
torix son vainqueur. Il avait plutt transig avec son
vaincu.
Maurepas, aprs 150 annes d'Indpendance, attend
encore de la reconnaissance national le geste conform
la grandeur des services rendus la postrit.
Les faits plus loquents que les allegations inconsistan-
tes des hommes tablissent que depuis le mois de sep-
tembre 1802, Capois reconnu gnral en chef des indi-
gnes du Nord'Ouest n'avait cess de multiplier ses
tonnantes activits en vue de l'indpendance national.
Organisateur mrite, guerrier intrpide, il rorganisa la
9me, enleva aux Franais tantt le Petit Fort, tantt
le grand fort, leur prit des milliers de poudre, des habil-
lements de troupes, se fortifia "Laveaux-Lacaille" o
il tablit son quarter gnral, organisa les expeditions
de l'ile de la Tortue, du Mle St-Nicolas, attaqua Port-
de-Paix et en chassa les Franais. Il les expulsa de la
Tortue, devint le matre absolu du Nord'Ouest qu'il libra
depuis le 12 avril 1803, l'exception de la ville de Mle
qu'occupait encore le gnral Noailles.


- 83 -







Capois ne se reposa pas. Il fortifia davantage la ville
de Port-de-Paix, perfectionna son arme, se rendit
Vertires o il trouva l'apothose de l'immortalit.
Comme Maurepas, Capois, ce hros national est victi-
me de l'ingrate postrit.
Victime de Dessalines lui-mme qui le chargeait d'une
mission rpugnante: assassiner Christophe redout de
l'empereur Jacques ler. cause de la conspiration gn-
rale ourdie par la presque totalit des gnraux contre
leur chef.
Victime des louches machination. de Christophe pour
qui Capois tait devenu gnant; pris entire les deux feus,
ce dernier tomba dans un pige tendu par Christophe,
second parPomain et Grard. Il mourut assassin dans
une embuscade au foss de Limonade le 8 octobre 1806.
Ainsi disparut le hros de Vertires, le librateur du
Nord'ouest le plus brilliant des gnraux haitiens.
La reconnaissance de la ville de Port-de-Paix don't
les fortifications racontent les prouesses de ce guerrier n'a
pas encore pens lui lever une statue questre pour
perptuer le souvenir de la titanesque bataille de Verti-
res. Nos Peintres n'ont pas encore pens le reprsenter
sous une grle de balles, appliquant des chelles contre
les murs du grand fort enlev d'assaut sur les franais.
Ils n'ont pas encore pens le reprsenter au Petit Fort
se defendant contre le feu des boulets venant des ba-
teaux de guerre franais et perant la baionnette une
nuit les lines enemies sans perdre un seul soldat.
Qui donc nous dotera d'un splendid tableau reprsen-
tant l'assassinat de Capois; son carrosse venant de Fort


- 69 -







Liberty et arrt au foss de Limonade par Romain et
Grard invitant le gnral descendre un moment:
pour se rafraichir le visage, l'enlvement de son sabre et
l'apostrophe du hros de Vertires l'adresse de Romain
Ton maitre Christophe est bien heureux de m'avoir
pris dans ce pige; car sous peu, je lui aurais fait sentir
la vigueur de mon bras; finissons-en vite! Il tomba
cribl de nos balles assassines.
Qu'avons-nous fait pour sauver de l'oubli le nom du
gnral Beauvoir enlevant hroiqument aux Franais le
petit Fort, leur arsenal? Qu'avons-nous fait pour perp-
tuer le souvenir de Ren Vincent, le commandant des
Trois Pavillons. Lonidas defendant les Thermopyles,
repoussait le massage de "rends tes aimes" de Xercs
par le clbre viens les prendre"
De mme Ren Vincent au fameux rendez-vos ar-
mes de Dbelle rpondit par une vive fusillade.
Ce Ren Vincent mourut poignard par les soldats
franais le mme jour que Maurepas ?
Qu'avons nous fait pour sauver de l'oubli les noms
de Nicolas Louis et de Prudent commandants des mili-
ciens de St-Louis du Nord, vainqueurs de la 1re colon-
ne de Dbelle qui avait pour mission le 19 fvrier 1802
d'attaquer l'arrire des Trois-Pavillons ?
Qu'avons-nous fait pour perptuer le souvenir des ex-
ploits de Vincent Louis, de Beauvoir qui partirent, en
pleine nuit, sur des radeaux destination de la Tortue
pour y librer leurs frres enchains, saccager les tablis-
sements franais de l'Ile, incendier l'hopital colonial, en
rapporter un riche butin?


-90-







Qu'avons-nous fait pour sauver de l'oubli les noms de
Poitevien, l'habile canonnier qui, du fort Pageot, lan-
a le 10 fvrier 1802 un boulet tuant 20 hommes sur le
pont de l'une des units de la flotille qui devait dbar-
quer des troupes Port-de-Paix ?
Qu'avons-nous fait pour perptuer le souvenir de
Pourcely, commandant des avant-postes du quarter g-
nral de "Laveaux-Lacaille" ? Pensez que ce colonel de
la 9me tait le chef du bataillon cantonn en 1803
Desroulins et que souventes fois il y fut attaqu par le
chef de bataillon franais Daulion, et qu'il fut toujours
victorieux de celui-ci qui ne se dcouragea point.
Pensez que le gnral indigne, attaqu un jour par
le gnral franais se dfendit hroquement, mais que
l'arrive d'un dtachement ennemi possesseur de deux
pices d'artillerie de 4 change la phase du combat et
jeta dans nos rangs un dsarroi indescriptible.
Rappelez-vous que le colonel Pourcely saisissant alors
un drapeau l'agita et s'cria "lches, allez annoncer au
gnral Capois que vous m'avez abandonn."
Rappelez-vous que cette apostrophe lectrisa les indi-
gnes qui firent volte face et enlevrent aux franais
les deux pices de canon.
Rappelez-vous que ces derniers, culbuts de leur po-
sition, ne trouvrent leur salut que dans la fuite, pen-
sant que toute l'arme de Capois allait tomber sur Port-
de-Paix.
Rappelez-vous que le Nord'ouest, malgr la petitesse
de son tendue territorial a ainsi contribu largement
l'mancipation de la race dans le bassin des Antilles;


- 91-







que c'est maintenant un truisme que le Nord'ouest qui,
en 1679, alluma le flambeau de la rvolte contre l'ex-
ploitation du Ngre par le blanc a t aussi le mme
qui, le 18 novembre 1803, ferma avec Capois Vertires,
l're jamais excrable du rgime d'oppression institu
St-Domingue par la France esclavagiste depuis plus
de deux sicles:
Puissent les noms de tous ces guerriers rester en let-
tres d'or graves au fond de notre coeur.
A eux qui nous ont transmis inextinguible le flam-
bleau de l'honneur et de la dignit de l'espce, le souve-
nir de notre pense reconnaissante.
Puisse enfin l'ingrate postrit se rappellant la sa-
ge pense de l'autre honorerr la mmoire des anciens
serviteurs de la Patrie, c'est exciter le dvouement, c'est
attiser dans les grands coeurs la flamme ardente du pa-
triotisme," lever des statues tous ces fiers Titans,
nos Pres et faire restaurer tous ces clbres monuments
historiques du Nord-Ouest qui furent un moment de la
conscience national.
Chaillot-Mapou, ce 6 Aout 1953
( St Louis du Nord)


- 92 -







Epilogue

Le Martyr du Pont-Rouge
Causerie prononce la radio de Port-de-Paix, le 17 oct. 1953
L'histoire national, l'une des plus glorieuses et des
plus mouvantes de l'humanit, fourmille de dates vo-
catrices de grands vnements.
A ce compete, l'tude de leur rapprochement n'est
nullement contingent pour le chercheur, le curieux, le
passionn de l'ethnologie.
Le mois d'octobre, nfaste pour les hros de l'ind-
pendance national, est un mois de deuil, de mditations
profondes pour la Nation haitienne.
Le 30 octobre 1805, mourut St. Marc le gnral de
division Louis Gabard, le compagnon insparable de
Dessalines.
Le 8 octobre 1806 vit disparaitre de la scne militaire
de ce Pays le plus intrpide gnral que notre race ait
produit.
Le 8 octobre 1806 vit se raliser l'assassinat du lib-
rateur du Nord'Ouest, du Vainqueur de Vertires,
de l'Achille Ngre, dans une embuscade commande au
foss de Limonade par Romain et Grard d'ordre de
Christophe.
Le 8 octobre 1820, Oh quelle coincidence, oh! quelle
ralisation de la maxime vanglique : Qui frappe par
l'pe prira par l'pe; le 8 octobre 1820 fut pour
Christophe, l'auteur de l'assassinat de Capois, un jour
de chtiment divin, un jour de reddition de comptes
o dans une vision panoramique, le superbe Roi du


- 93-







Nord atteint d'hmiplgie, trahi par sa propre arme
qu'il envoyait St. Marc pour rprimer dans le sang
les partisans de Paulin en rvolte contre lui, impuis-
Sant endiguer le flot montant de tout un people qui
lui crachait sa maldiction cause de sa cruaut, com.
pregnant que la vie pour lui tait devenue "une oppro-
bre et la mort un devoir," le superbe Roi du Nord se
logea une balle au coeur.
Le 17 octobre 1806 fut un jour de folie, de dlire.
Le 17 octobre vit disparatre dans les circonstances
les plus inouies l'homme d'airain," le Vengeur de nos
trois sicles d'oppression:" Dessalines le Grand," "Des-
lines le bloc."
L'homme que Dieu charge d'un tragique devoir
que suscita le ciel
Pour laver dans le sang trois cent dix ans de crimes
Et venger lui seul deux peuples de victims (1)
Je ne voudrais vous entretenir ce soir que de l'em-
pereur Jacques Ier. le martyr du Pont Rouge. C'est l,
nous dit le pote,
Qu'il est tomb dans toute sa puissance,
Celui don't le bras fort conquit l'Indpendance.
Le 17 octobre 1806, Dessalines qui avait pass la
nuit l'Arcahaie, venu de Marchand, se mit en route
pour Port-au-Prince ds cinq heures du matin. Il n'-
tait escort que de son Etat-Major. La 4me. demi-bri-
gade qui aurait pu l'accompagner avait reu l'ordre de
rebrousser chemin jusqu' Mont-Rouis pour s'habiller.
Tandis que l'Empereur cheminait allgrement, il se
fit le devoir d'interroger tous les voyageurs qu'il ren-
(1) Charles Moraviah La Crate--Pierrot.


- 91 -






contract sur la route et qui revenaient de Port-au-
Prince, sur l'tat d'esprit des habitants de cette ville.
Presque tous lui rpondirent que tout y tait normal,
que l'ordre et la paix y rgnaient.
A Drouillard, non loin de la Capitale o il y avait
une immense habitation, aucun attroupement ne lui
permit de dceler aucun signe de rvolte contre son
gouvernement. Tout tait silence, trahison, conspira-
tion! A neuf heures du matin, il pouvait dominer le
Pont Rouge. Croyant y reconnaitre Gdon, il dit
son secrtaire Boisrond Tonnerre : "Ne vois-tu pas G-
don au milieu du Pont ? combien n'est-il pas l'esclave
de la discipline ? Je le rcompenserai."
Qui tait-il. ce Gdon, ce Judas que Dessalines pen-
sait devoir l'attendre sur le Pont ?
Ce fut le chef de bataillon mme de l'empereur, son
homme de confiance qui, en compagnie du Colonel Tho-
mas, avait prcd le Souverain qui allait tablir, son
quarter gnral Port-au-Prince pour attendre les trou
pes de l'Artibonite et du nord et se ruer sur le sud rvolt
depuis le 8 octobre, Garata, l'instigation de Mcerou.
Il y allait pour assainir l'administration, chtier les con-
trebandiers en bois de campche, continue vrifier les
titres de proprits. Il y allait pour changer la structure
conomique du people qui venait de naitre l'indpen-
dance.
Je veux, disait Dessalines, que mon cheval march
dans le sang jusqu' Tiburon." Dessalines avait toutes
les raisons du monde pour tre gai, confiant en lui-m-


- 95 -







me.- De marchand n'avait-il pas intim l'ordre Ption
de marcher sur les Cayes la tte des troupes de la
2me. division de l'Ouest ? N'avait-il pas galement fait
dire Christophe de se tenir prt pour toute ventua-
lit ?
Gdon fut fait prisonnier par Grin don't l'pouse ne
voulait pas voir Dessalines depuis la mort de Geffrard,
son frre et don't l'empoisonnement fut attribu Dessa-
lines, bien qu'en ralit, Geffrard mourt des suites
d'un cancer l'estomac.-
Gdon dclara formellemnnt Grin que Dessalines
lui avait ordonn de l'attendre au Pont-Rouge. Press
par Grin, Gdon se dshabilla, passa son uniform
un adjudant-major de Logne.- Dessalines pouvait-il,
ds lors ne pas tomber dans ce pige?
L'Empereur pntrait profondment dans ce gupier
et ne se doutait pourtant de rien.
Il aurait pu s'crier avec Isabeau de Bavire plus ne
m'est rien, rien ne m'est plus ---
Le colonel Lger, de son tat-major, officer du Sud
de lui dire Mais Sire, je ne crois pas me tromper; ce
sont les troupes du Sud.- Non, rpondit l'empereur, que
seraient-elles venues chercher ici.
Sur ces entrefaites, un roulement de tambour se fit en-
tendre, Et le nom de Dessalines partit de toutes les
poitrines.
L'Empereur sentit qu'il se passait quelque chose d'-
trange autour de lui. l comprit la noirceur de la trahison
don't il tait envelopp. Il comprit un peu tard que le


- S6 -




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs