• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Table of Contents
 Constitution du tribunal arbit...
 Memoire du gouvernement Haitie...






Title: Arbitrage du Très Saint-Père le Pape entre la République d'Haiẗi et la République Dominicaine
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081451/00001
 Material Information
Title: Arbitrage du Très Saint-Père le Pape entre la République d'Haiẗi et la République Dominicaine sur l'interprétation de l'Article 4 du Traité du 9 novembre 1874 passé entre les deux républiques. Mémoire de la République d'Haïti (1896)
Physical Description: lx, 70 p. : ; 26 cm.
Language: French
Publisher: Societe anonyme de l'imprimerie J. Kugelmann
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1896
Copyright Date: 1896
 Subjects
Subject: Foreign relations -- Haiti -- Dominican Republic   ( lcsh )
Foreign relations -- Dominican Republic -- Haiti   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Dominican Republic
Haiti
 Record Information
Bibliographic ID: UF00081451
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltuf - AHV4266
oclc - 24272141
alephbibnum - 001642796

Table of Contents
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Table of Contents
        Table of Contents 1
        Table of Contents 2
    Constitution du tribunal arbitral
        Page i
        Page ii
        Page iii
        Page iv
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
        Page xv
        Page xvi
        Page xvii
        Page xviii
        Page xix
        Page xx
        Page xxi
        Page xxii
        Page xxiii
        Page xxiv
        Page xxv
        Page xxvi
        Page xxvii
        Page xxviii
        Page xxix
        Page xxx
        Page xxxi
        Page xxxii
        Page xxxiii
        Page xxxiv
        Page xxxv
        Page xxxvi
        Page xxxvii
        Page xxxviii
        Page xxxix
        Page xl
        Page xli
        Page xlii
        Page xliii
        Page xliv
        Page xlv
        Page xlvi
        Page xlvii
        Page xlviii
        Page xlix
        Page l
        Page li
        Page lii
        Page liii
        Page liv
        Page lv
        Page lvi
        Page lvii
        Page lviii
        Page lix
        Page lx
    Memoire du gouvernement Haitien
        Page lxi
        Page lxii
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
Full Text





ARBITRAGE


TRES SAINT-PRE LE PAPE
ENTIRE

LA RPUBLIQUE D'HAITI ET LA RPUBLIQUE DOIHICAINE
SUR

l'lnterpriation de lArticle 4 du Trait du 9 nove1bre 1874
Pass entire les deux Rpubliques


MEMOIRE
DE LA

RPUBLIQUE D'HAITI
(1896)


PARIS
SOCIT ANONYME DE L'IMPRIMERIE J. KUGE[LMANN
(G. BALITOUT, directeur)
12, rue de la Graiige-Batelire, 12
189!(i















TABLE DES MATIERES




INTRODUCTION :



CO.STITUTION DU TRIBUNAL ARBITRAL

Pleins Pouvoirs hatiens .....................................
Protocole des Confrences................................... Iv
Trait d'arbitrage ......................... ............... xi
Ratification hartienne ...................... ........ ....... xx
Sanction du Corps lgislatif d'Haiti.............................. xx
Ratification dominicaine...................... ................... xxir
Procs-verbal de l'change des ratifications .................. ... xxv

II
TRAIT DE 1867 ............... ............ ................ XXVII

III
TRArri DE 1874 ........ ......... .... ..................... .. XXXII
Sanction des Pouvoirs publics d'Haiti ........................... LVII

IV
PI.EINs POUVOIRs des Commissaires spciaux d'Hati prs le Saint-Pre. .LU

MMOIRE
DU GOUvExNEMENT D'HAITI A SA SAErrT LE PAPE
) Aperu gographipue et statistique ................................

HISTORIQUE .
io Avant le Trait.- Indpendance d'Hati ...................... 3
Runion des deux parties de l'ile............. 5
Revolution et separation de la parties de l'Est... 5
Campagnes contre les Dominicains insurgs... i
Annexion de la Rpublique Dominicaine l'Es-
pagne............................... 13
Restauration de la Rpublique Domicaine ..... i5
Trait de 867............................. 16





I

TABLE DES MATIRES
PAGES
Traits dominicain avec les Etats-Unis........ 16
Opposition des Hartiens .................... 17
2c Trait de I8y4 ................................... ........ 18
31 Aprs le trait. Rupture des relations ..................... 20
Reprise des relations ....................... 21
Conferences de i883 ....................... 2
Interpretation diffrente de l'article 4 ........ 21
Reprise definitive des pourparlers............ 22
Nouvelle offre'de l'arbitrage ................ 25
Acceptation de l'arbitrage .................. 27
Rsidence du Dl~at Apostolique ............ 28
TEXTE DE L'ARTICLE INTERPRT...................................... 29
QUESTION A RESOI-DRE ................ ........................ 3o

DISCUSSION

Prambule .................................................... 31
i o Signification du fehne de possessions actuelles.................... 32
20 Analogie tire du trait de 1867.................................. 36
3o Circonstance d'un trait special intervenir ....................... 4o
40 Statu quo de 1856 ......................................... 44
5o Recherche de l'intention des parties contractantes.................. 56
(o Rapprochement des articles 18 et 19 du trait............... ..... 65
7 De quelques autres rgles d'interprtation ....................... 67
Rsum du Mmoi ir......................................... .

ANNEXES

Notes diploinatiques changies partir du i8 dcembir 1894 :
sur l'article 4 du trait de 1894 ............................. 73
-sur la convention d'arbitrage.................................. 92
sur la quality de Monseigneur Tonti, Dlgat en mme temps
qu'Archevque.. ........................................ 18


- -------- C ----- -a- - -













CONSTITUTION

DU TRIBUNAL ARBITRAL




PLEINS POUVOIRS DU PLNIPOTENTIAIRE HATIEN. PROTOCOLE DES
CONFERENCES. TRAIT D'ARBITRAGE. RATIFICATION ET SANCTION
DES POUVOIRS HAITIENS. RATIFICATION DU POUVOIR EXCUTIF
DOMINICAIN. PROCES-VERBAL DE L'CHANGE DES RATIFICATIONS.





HYPPOLITE, PRiSIDENT D'HATI,

A tous ceux. que ces prsentes intressent,

Salut,

Savoir faisons, qu'afin de terminer tous diffrends
entire la Rpublique d'Hati et Sa Seur la Rpublique
Dominicaine, relativement la dlimitation definitive des
frontires entire les deux Rpubliques; ayant une confiance
particulire en l'intgrit et la prudence de Monsieur
Dalbmar Jean-Joseph, Notre E. E. et Ministre Plnipoten-
tiaire Santo-Domingo;
Donnons par les presents Notre dit E. E. et Ministre
Plnipotentiaire Santo-Domingo plein pouvoir special
et autorit, au nom de la Rpublique d'Hati, de confrer
avec tout mandataire special du Gouvernement Dominicain
porteur des mmes pleins pouvoirs, pour, conjointement
1







11 -
avec lui, ngocier et signer toutes conventions ou traits
d'arbitrage sur la base ci-aprs :
io Que l'arbitrage soit dfr Notre Saint Pre le
Pape Lon XIII;
2 Que Sa Saintet ait se prononcer dfinitivement
et sans appel sur le point litigieux, savoir, de l'interpr-
tation du Gouvernement d'Hati de l'Article IV du trait
de 1874 entire les deux Rpubliques ou de celle du Gou-
vernement Dominicain, laquelle est conforme l'esprit du
trait de 1874. Or, le Gouvernement d'Hati a toujours
pens que par l'Article IV du trait de 1874, le principle
de l'uti possidetis de 1874 est d'ores et dj convention-
nellement admis et consacr pour le trac de nos lignes
frontires, qu'en effet le terme de possessions actuelles
dans l'Article IV veut dire les possessions occupes
l'poque de la signature du trait, quand d'autre part le
Gouvernement Dominicain donne au mme Article IV une
interpretation ainsi formule : Qu'au lieu de croire que
ledit Article reconnat comme limited du territoire hatien
les points occups par Hati en 1874, il croit seulement
et de cela il est fermement convaincu que l'uti possidetis
de 1874 n'est pas conventionnellement accept ni consacr
dans ledit Article IV; parce que, en effet, par possessions
actuelles on ne peut entendre que celles qui, en droit,
pourraient appartenir chacun des deux peuples, c'est--
dire les possessions fixes par le status quo post bellum
en 1856; unique que peut avoir en sa faveur l'uti possi-
detis auquel peut raisonnablement et quitablement se
rfrer la clause de l'Article IV.
3 Qu'en cas de resolution en faveur de la Nation
Hatienne, le Gouvernement Dominicain s'oblige tracer la
ligneffrontire definitive de manire que restent en- faveur
d'Hati toutes les possessions occupes par elle dans
l'anne 1874 ;
4 Qu'en cas que l'arbitre dcide la question suivant
l'interprtation du Gouvernement Dominicain, alors celui-ci








M -
s'oblige galement tracer la ligne frontire definitive de
manire que restent en faveur d'Hati toutes les posses-
sions occupes par elle dans l'anne 1874, lui reconnais-
sant un droit parfait sur lesdits territoires, moyennant
just compensation pcuniaire, don't le quantum et le mode
de paiement front, entire les parties contractantes, l'objet
d'une convention ultrieure.
Promettons d'excuter fidlement et de bonne foi tout
ce qui aura t arrt et sign par Notre Plnipotentiaire sur
ce qui est expliqu ci-dessus, aprs ratification finale par
les Pouvoirs comptents de l'Etat.
En foi de quoi nous avons sign ce plein pouvoir et y
avons appos le sceau de la Rpublique.
Donn au Palais National de Port-au-Prince le neuf
mai mil huit cent quatre-vingt-quinze, an 92e de l'Indpen-
dance.

Sign : HYPPOLITE.

PAR LE PREiDmErT :
Le Secrtaire d'Etat des Relations Extrieures,
Sign: P. FAINE.











*







- IV _-


PROTOCOLE

Des confrences pour le trait d'arbitrage conclu entire la
Rpublique d'Harti et la Rpublique Dominicaine, rela-
tivement l'interprtation de l'article 4 du trait de
1874, touchant les limits frontires.

Le deux juillet mil huit cent quatre-vingt-quinze, en
la ville de Santo Domingo,
Les soussigns:
M. Dalhmar Jean-Joseph, Envoy Extraordinaire et
Ministre Plnipotentiaire de la Rpublique d'Hati Santo
Domingo,
Et M. Enrique Henriquez, Ministre des Relations Ext-
rieures de la Rpublique Dominicaine,
Plnipotentiaires respectivement nomms l'effet de
conclure une convention d'arbitrage entire les deux Rpubli-
ques, sur l'interprtation de l'article 4 du trait de 1874,
Se sont runis dans les bureau du ministre des
Relations Extrieures et, aprs l'change de leurs pleins
pouvoirs trouvs en bonne et due forme, ont dlibr sur
la manire la plus convenable de procder la conclusion
du trait, selon les bases proposes par le Gouvernement
Dominicain dans sa note du 8 avril 1894 et acceptes par
le Gouvernement Hatien.
M. Dalbmar Jean-Joseph a propos le project qui suit
et don't copie pour tre examine avait t pralablement
laisse M. Enrique Henriquez.



PROJET : Trait d'arbitrage entire la Rpublique
d'Hati et la Rpublique Dominicaine.









Le President de la Rpublique d'Hati, dans l'exercice
de ses attributions constitutionnelles,
Et le Prsident de la Rpublique Dominicaine, dment
autoris par le plbiscite des i et 2 juin 1895,
Vu le Trait en vigueur du 9 novembre 1874, en son
article 4, ainsi conu:
ART. 4. Les Hautes Parties contractantes s'enga-
gent formellement tablir, de la manire la plus conforme
l'quit et aux intrts rciproques des deux peuples, les
lines frontires qui sparent leurs possessions" actuelles.
Cette ncessit fera l'objet d'un trait special, et des com-
missaires seront respectivement nomms le plus tt pos-
sible cet effet.
Vu l'interprtation contraire donne audit article 4
par les deux Gouvernements,
D'une part, le Gouvernement Hatien trouvant que l'uti
possidetis de 1874 est celui qui est conventionnellement
accept et consacr pour le trac de nos lignes frontires;
qu'en effet le terme de possessions actuelles veut dire les
possessions occupes l'poque de la signature du
trait.
D'autre part, le Gouvernement Dominicain soutenant
que l'uti possidetis de i874 n'est pas conventionnellement
accept ni consacr dans ledit article 4, parce qu'en effet,
par possessions actuelles, on ne peut entendre que celles qui
en droit pourraient appartenir chacun des deux peuples;
c'est--dire les possessions fixes par le stalu quo post
bellum en i856; unique que peut avoir en sa faveur l'uti
possidetis auquel peut raisonnablement se rfrer la clause
de l'article 4;
Dsireux de donner une solution amiable la diffi-
cult existant entire leurs Gouvernements respectifs au sujet
de l'interprtation contraire susdite;
Ont rsolu de soumettre un arbitrage la difficult
en question et dans le but de conclure une convention cet
effet, ont institu comme Plnipotentiaires respectifs,







VI -
Le President de la Rpublique d'Hati : M. Dalbinar
Jean-Joseph, E. E. et Ministre Plnipotentiaire de la Rpu-.
blique d'Hati Santo Domingo;
Le President de la Rpublique Dominicaine : M. En-
rique Henriquez, Ministre des Relations extrieures de la
Rpublique Dominicaine;
Lesquels, aprs avoir chang leurs pleins pouvoirs et
les avoir trouvs en bonne et due forme, ont agr et conclu
les articles suivants :
ARTICLE PREMIER. La difficult qui a surgi entire le
Gouvernement d'Hati et le Gouvernement Dominicain au
sujet de l'interprtation de l'article 4 du trait de 1874 sera
soumise l'arbitrage de Sa Saintet le Pape, la bont
paternelle et impartiale duquel il sera demand de dcider
si ledit article 4 du trait de 1874 a le sens et donne le
droit que lui suppose le Gouvernement Hatien ou celui que
lui suppose le Gouvernement Dominicain.
ART. 2. Chacune des Hautes Parties contractantes
dsignera l'agent special ou les agents qui seront charges
de produire les notes et explications ncessaires l'examen
de la question telle qu'elle est pose l'article prcdent.
ART. 3. Le mmoire de chacune des deux Parties,
accompagn des documents qu'il y aura lieu d'y joindre
l'appui, sera remis en double au Souverain Pontife et
l'agent de l'autre Partie, aussitt que possible, aprs que le
Saint-Pre aura daign consentir tre juge arbitre,
mais dans un dlai ne dpassant pas mois, du jour
de l'chance des ratifications du present trait.
ART. 4. Dans le dlai de mois aprs la remise
rciproque du mmoire, chaque Partie pourra, de la mme
manire, remettre en double au Souverain Pontife et
l'agent de l'autre Partie un contre-mmoire et, s'il y a lieu,
des documents additionnels en rponse aux mmoires et
documents ainsi prsents par l'autre Partie.
ART. 5. La decision rendue par crit, en double,
date et signe, comme le Saint-Pre sera pri de le faire,








une copie en sera remise l'agent d'Hati pour son Gou-
vernement et l'autre copie sera remise l'agentde la Rpu-
blique Dominicaine pour son Gouvernement.
ART. 6. Chaque Gouvernement paiera son propre
agent et pourvoira aux dpenses de preparation et de pr-
sentation de son affaire devant le tribunal arbitral. Toutes
les autres dpenses possibles relatives l'arbitrage seront
supportes galement par moiti par les deux Gouvernements.
ART. 7. Les deux Hautes Parties contractantes s'en-
gagent considrer le rsultat de l'arbitrage comme la so-
lution complete et definitive de la difficult sur l'interpr-
tation ci-dessus indique de l'article 4 du trait de 1874.
ART. 8. Si le point est rsolu en faveur de la nation
hatienne, le Gouvernement Dominicain s'oblige tracer la
line frontire definitive de manire que restent en faveur
de Hati toutes les possessions occupes par elle dans l'an-
ne 1874.
ART. 9. Si l'arbitre dcide la question suivant l'in-
terprtation soutenue par le Gouvernement Dominicain,
alors celui-ci, avec l'autorisation pralable de la nation,
s'oblige convenir avec le Gouvernement Hatien du mode
qui laisse Hati en possession, avec droit parfait, du terrain
qu'elle occupait en 1874, moyennant just compensation
pcuniaire.
ART. IO. Le present trait sera soumis l'approba-
tion et sanction des autorits comptentes respective et les
ratifications seront changes Santo Domingo dans le
dlai de mois, computer de cette date ou plus tt s'il est
possible.
En foi de quoi les plnipotentiaires des parties contrac-
tantes ont sign la prsente convention et y ont appos leurs
sceaux respectifs. a
Fait en double original, en langues franaise et espa-
gnole, dans la ville de Santo Domingo, le du mois de
juillet 1895.







vin -
Aprs un nouvel examen fait en commun, les'diff-
rents articles ont t reconnus conformes et concordants
avec les bases de ladite note du 8 avril 1895 et ont t
accepts sans changement.
Sur la demand de M. Enrique Henriquez relative
l'indication du dlai prvue l'article 3, pour la remise des
mmoires, M. D. Jean-Joseph a propos deux mois; ce qui
a t accept par M. E. Henriquez.
Egalement le dlai de l'article 4 a t fix un mois pour
les contre-Inmoires, s'il y a lieu.
Et enfin celui de l'article o pour l'change des ratifica-
tions deux mois.
On est convenu de faire prparer et mettre au net les
exemplaires signer.

Sign : Dr J JOSEPH. ENRIQUE HENRIQUEZ.




STANCE DU 3 JUILLET 1895

Entre les mmes soussigns, dans les mmes qualits
et pour les mmes fins que prcdemment.
La sance, tenue au bureau de S. Exc. le Prsident de la
Rpublique Dominicaine, lieu des runions du Conseil de
Gouvernement, a t ouverte par la lecture du protocole
de la sance prcdente.
Cette lecture faite, M. E. Henriquez manifeste le dsir
- de faire entrer dans la Convention ce qui va tre dit ci-
aprs :
En mme temps que la suppression de cette parties
finale de l'interprtation dominicaine: c'est--dire les pos-
sessions fixes par le STATU QUO POST BELLUM en 1856 uni-
ques que peut avoir en sa faveur I'UTI POSSIDETIS auquel
peut raisonnablement se rfrer la clause de l'article 4, le


c







IX -
reprsentant du Gouvernement Dominicain a propos les
additions suivantes :
A la fin de l'art. 7: Y contraen ese formal compro-
miso, an cuando la decision arbitral, prescindieudo de
causar quebranto al sentido juridico de cualquiera de los
dos Gobiernos, y atentiendo sla y exclusivamente las
necesidades de la paz y armonia permanentes de los dos
pueblos, se contrajera, lgitimar el STATU QUO del 74,
cargo de compensaciones territoriales 6 pecuniarias.
Dans le corps de l'art. 9: Atendiendo a que Haiti ha
siempre ocupado y poblado el territorio en litigio hace
largos aiios y que la Rephlica Dominicana esta-
ria hoy en imposibilidad de ocuparlo y poblarlo con fami-
lias dominicanas; etc., etc. continuant ainsi : Se
obliga a convenir, con el Gohierno haitiano, usando para
ello de la autorizacion expresa que le tiene conferida el
pueblo soberano, dejar Haiti, etc.
Et la fin dudit article 9: Pero reservandose el Gobierno
. Dominicano la facultad de conservar aquella parte del
territorio que le es indispensable para la franca comuni-
cacin entire sus posesiones fronterizas.
M. D. Jean-Joseph a repouss la plupart des modi-
fications proposes par M. E. Henriquez et a conclu disant,
pour ce qui est de la parties finale de l'interprtation domi-
nicaine, que ces terms taient les mmes dans lesquels
s'tait exprim le Congrs en i883.
Aprs une vive discussion, les additions la fin de
l'article 7 et la fin de l'article 9 ont t retires; celle
dans le corps de l'article 9, commenant par: atendiendo
que et finissant par: con families dominicanas ,
pour continue: se obliga jusqu': mediante just
compensation pecunaria , o s'arrte l'article, a t tmain-
tenue et d'un commun accord agre pour faire parties dudit
article 9.
L'exposition de l'interprtation dominicaine est reste
comme dans le project.








Et le trait portant la date de ce jour, 3 juillet 1895,
crit dans les deux langues, franaise et espagnole, fait en
double original et collationn, a t, selon l'accord des deux
parties sur son ensemble, sign par les deux plnipoten-
tiaires et scell de leurs sceaux respectifs.
De tout quoi le present protocole a t dress et sign
par les parties, assistes de leurs secrtaires.

Sign : D Jn JOSEPH. ENRIQUE HENRIQUEZ.














TRAIT D'ARBITRAGE

EN LANGUES FRANAISE ET ESPAGNOLE


Intre la Rpublique d'Haiti et la publique Dominicaiie

3 JUILLET 1895







- XII --


TRAIT D'ARBITRAGE

CENTRE LA RPUBLIQUE D'HATI ET LA RPUBLIQUE DOMINICAINE




Le President de la Rpublique d'Hati, dans l'exercice
de ses attributions constitutionnelles,
Et le Prsident de la Rpublique Dominicaine, spcia-
lement autoris par le plbiscite des un et deux juin mil huit
cent quatre-vingt-quinze;
Vu le Trait en vigueur du neuf novembre mil huit
cent soixante-quatorze, en son article quatre, conu ainsi :
ART. 4. Les Hautes Parties contractantes s'enga-
gent formellement tablir, de la manire la plus conform
l'quit et aux intrts rciproques des deux peuples, les
lignes frontires qui sparent leurs possessions actuelles.
Cette ncessit fera l'objet d'un trait special et des com-
missaires seront respectivement nomms le plus tt
possible cet effet.
Vu l'interprtation oppose donne audit article quatre
par les deux Gouvernements;
D'une part, le Gouvernement Hatien soutenant que
l'utipossidetis de mil huit cent soixante-quatorze est celui
qui a t conventionnellement accept et consacr pour le
trac de nos lignes frontires; qu'en effet, le terme de
possessions actuelles veut dire les possessions occupes
l'poque de la signature du trait;
D'autre part, le Gouvernement Dominicain soutenant
que l'uti possidetis de mil huit cent soixante-quatorze
n'est pas conventionnellement accept ni consacr dans ledit
article quatre, parce qu'en effet, par possessions actuelles,







- XIH -


CONVENTION DE ARBITRAJE

ENTIRE LA REPUBLICAN DOMINICANA Y LA REPUBLICAN DE HAITI



-j
El President de la Repblica Dominicana,especialmente
autorizado por el plebiscite de los dias o1 y 20 de Junio
de 1895;
Y el Presidente de la Repblica de Haiti, en ejercicio
de sus atribuciones constitucionales;
Visto el Tratado vijente del 9 de Noviembre de 1874,
en su articulo 4, concebido en sta forma:
Arto 40. Las Altas Partes contratantes se compro-
meten formalmente establecer, (le la manera mas con-
forme la equidad y los intereses reciprocos de los dos
pueblos, las lines fronterizas que separan sus pose-
stones actuales. Esta necesidad sera objeto de un tratado
especial, y para ese efecto, ambos Gobiernos nombraran
sus comisarios lo mas pronto possible.
Vista la interpretation contraria dada dicho articulo
4 por los dos Gobiernos;
De una parte, sosteniendo el Gobiermo Haitiano que
el utipossidetis de 1874 es lo que esta convencionalmente
aceptado y consagrado para el trazado de nuestras lines
fronterizas; que, en efecto, el termino de posesiones actuales
quiere decir los posesiones ocupadas en la poca de la sus-
cricion del Tratado. o
De la otra parte, sosteniendo el Gobierno Dominicano
que el utipossidetis de 1874 no est convencionalmente
aceptado ni consagrado en dicho articulo 4, porque, en efecto,
porposesiones actuales no puede entenderse sino las que en







XIV -
on ne peut entendre que ce qui, en droit, pourrait appartenir
chacun des deux Gouvernements, c'est--dire les posses-
sions fixes par le status quo post bellum en mil huit cent
cinquante-six, unique que peut avoir en sa faveur l'uti
possidetis auquel peut raisonnablement se rfrer la clause
de l'article quatre;
Dsireux de donner une solution amiable la difficult
existante entire leurs Gouvernements respectifs au sujet de
l'interprtation contraire susdite,
Ont rsolu de soumettre un arbitrage la difficult en
question et, dans le but de conclure une convention cet
effet, ont institu comme Plnipotentiaires respectifs:
Le President de la Rpublique d'Hati,
Monsieur Dalbmar Jean Joseph, E. Ex. et Ministre
plnipotentiaire d'Hati, Santo-Domingo;
Le President de la Rpublique Dominicaine,
Monsieur Enrique Henriquez, Ministre des Relations
Extrieures de la Rpublique Dominicaine;
Lesquels, aprs avoir chang leurs pleins pouvoirs et
les ayant trouvs en bonne et due forme, ont agr et
conclu les articles suivants:

ARTICLE PREMIER. La difficult qui a surgi entire le
Gouvernement d'Hati et le Gouvernement Dominicain au
sujet de l'interprtation de l'article quatre du Trait de mil
huit cent soixante-quatorze sera soumise l'arbitrage de
Sa Saintet le Pape, la bont paternelle et impartiale
duquel il sera demand de dcider si ledit article quatre du
trait de mil huit cent soixante-quatorze a le sens et donne
le droit que lui suppose le Gouvernement Hatien ou celui
que lui suppose le Gouvernement Dominicain.
ART. 2. Chacune des Hautes Parties contractantes
dsignera l'agent special ou les agents qui seront charges
de produire les notes et explications ncessaires l'examen
de la question, telle qu'elle est pose l'article prcddent.







XV -
derecho pudieran pertenecer cada uno de los dos pueblos;
esto es: las posesiones fijadas por el stata que post bellum
en i856, nicas que puede tener en su favor el atipossidetis al
cual hubiera de referirse racional y equitativamente la clad-
sula del art. 40.

Desosos de dar una solution amistosa la dificultad
existente entire los dos Gobiernos respectivos, en cuanto a la
predicha interpretaci6n contraria,
Han resuelto someter esta difficultad a un arbitraje ; y
con el fin de concluir una convention ese efecto, han ins-
tituido como Plenipotenciarios respectivos,
ElPresidente de la Repblica Dominicana don Enrique
Henriquez, Ministro de Relaciones Exteriores de la Repd-
blica Dominicana.
El President de la Repblica de Haiti, a Don Dalbe-
mar Jean-Joseph, Enviado Extraordinario y Ministro Pleni-
potenciario de Haiti, en Santo Domingo.
Los cuales, despues de haber canjeado sus plenos po-
deres y de haberlos encontrado en buena y debida forma,
han admitido y concluido los articulos signientes :

ARTO I1. La dificultad que ha surgido entire
el Gobierno Dominicano y el de Haiti, respect de la inter-
pretacion del art. 40 del Tratado de 1874, seri sometida al
arbitraje de Su Santidad el Pipa, a cuya bondad paternal y
imparcial sera pedido que decide si el dicho art. 4 del Tra-
tado de 1874 tiene el sentido y d el derecho que le supone
el Gobierno haitiano, 6 el que le supone el Gobierno domi-
nicano.

AaRT 20. Cada una de las dos Altas Partes coqtra-
tantes designari el agent especial, 6 agents que seran
encargados de producer las notas y explicaciones necesarias
al examen de la question, tal como ella esta establecida en
el articulo precedente.






XVI -
ART. 3. Le mmoire de chacune des deux parties,
accompagn des documents qu'il y aura lieu d'y joindre
l'appui, sera soumis, en double, au Souverain Pontife et
l'agent de l'autre parties aussitt que possible, aprs que le
Saint-Pre aura daign consentir tre juge-arbitre, mais
dans un dlai ne dpassant pas deux mois, du jour de
l'change des ratifications du present Trait (i).

ART. 4. Dans le dlai d'un mois aprs la remise
rciproque du mmoire, chaque parties pourra, de la mme
manire, remettre en double au Souverain Pontife et
l'agent de l'autre parties un contre-mmoire et, s'il y a lieu,
des documents additionnels en rponse au contre-mmoire
et documents ainsi prsents par l'autre parties.
ART. 5. La decision rendue par crit, en double,
date et signe comme le Trs Saint-Pre sera pri de le
faire, une copie sera remise l'agent d'Hati pour son
Gouvernement et l'autre copie sera remise l'agent de la
Rpublique Dominicaine pour son Gouvernement.
ART. 6. Chaque Gouvernement paiera son propre
agent et pourvoira aux dpenses de preparation et de pr-
sentation de son affaire devant le tribunal arbitral. Toutes
les autres dpenses possibles relatives l'arbitrage seront
supportes galement par moiti par les deux Gouverne-
ments.
ART. 7. Les Hautes Parties contractantes s'engagent
considrer le rsultat de l'arbitrage comme la solution
complete et definitive de la difficult sur l'interprtation
ci-dessus indique de l'article 4 du trait de 1874.

ART. 8. Si lepoint est rsolu en faveur de la nation
hatienne, le Gouvernement Dominicain s'oblige tracer
la line frontire definitive de manire que restent en faveur

(i) Voir le procs-verbal de l'change des ratifications pour l'addition
facultative du dlai de distance.








XVIl -
ARTo 3o. La memorial de cada una de las dos Par-
tes, acompaada de los documents que hubiere lugar de
adjuntar en apoyo, sera remitida en duplicado, al Soberano
Pontifice y al agente de la otra parte, tan pronto como sea
possible, despues que el Santo Padre se haya dignado con-
sentir en ser Juez-arbitro; pero en un plazo que no podra
exceder de dos meses, desde el dia del canje de las ratifica-
ciones de la present convenci6n.
ARTO 40. En el plazo de un mes, despues de la remi-
sion reciproca de la memorial, cada Parte podr, de la
misma manera, remitir, en duplicado, al Soberano Pontifice y
al agent de la otra Parte, una contra-memoria y, si hubiere
lugar, documents adicionales, en contestacion la memo-
ria y los documents asi presentados por la otra Parte.
ARTO 5. Producida la decision por escrito en dupli-
cado, fechada y firmada, como se rogarA al Santo Padre que
lo haga, una copia sera remitida al agent de la Repiblica
Dominicana para su Gobierno y la otra copia sera remitida
al agent de Haiti para su Gobierno.
ARTo 60. Cada Gobierno sufragar las erogaciones
hechas por su respective agente y proveera A los gastos de
preparation y depresentacion de su process ante el tribunal
arbitral. Todos los otros gastos posibles relatives al arbi-
traie sern, al igual, soportados por mitad, entire los dos
Gobiernos.
ART 7". Las dos Altas Partes contratantes se com-
prometen considerar el resultado del arbitraje como la
solution complete y definitive de la dificultad sobre la in-
terpretacion, arriba indicada, del articulo 40 del Tratado
de 1874.
ARTO 80. Si la decision arbitral recae en favor de la
interpretation dada al art. 40 del Tratado por el Gobierno
de Haiti, el Gobierno Dominicano se obliga A trazar la







xvIn -
d'Hati toutes les possessions occupies par elle dans
l'anne 1874.

ART. 9. Si l'arbitre dcide la question suivant l'in-
terprtation soutenue par le Gouvernement dominicain,
alors celui-ci, considrant que Hati a toujours occup et
peupl le territoire en litige depuis laps de temps et que la
RpubliqueDominicaine serait aujourd'hui dans l'impossi-
bilit d'indemniser. les propritaires hatiens des biens
situs et tablis dans ledit territoire, comme aussi elle se
trouverait dans l'impossibilit de l'occuper et de le peupler
de families dominicaines, s'oblige convenir avec le Gou-
vernement hatien, usant pour cela de l'autorisation express
que lui a confre le people souverain, pour laisser Hati en
possession, avec droit parfait, du territoire qu'elle occupait
en 1874, moyennant just compensation pcuniaire.
ART. 10. Le present trait sera soumis l'approba-
tion et sanction des autorits comptentes respective et les
ratifications seront changes Santo Domingo dans le
dlai de deux mois, computer de cette date ou plus tt si
c'est possible.
En foi de quoi les Plnipotentiaires des Parties contrac-
tantes ont sign la prsente convention et ont appos leurs
sceaux respectifs.
Fait en double original, en langues franaise et espa-
gnole, dans la ville de Santo Domingo, le trois du mois de
juillet mil hiuit cent quatre-vingt-quinze.


Siyn: D" J" JosEini. ENRIQLUE HENRIQUEZ.







XIX -
linea fronteriza definitive de manera que permanezcan en
favor de Haiti las posesiones ocupadas por ella en el
ario 1874.
ARTo 9o. Si el arbitro decide la question segun la
interpretation sostenida por el Gobierno Dominicano, en-
tonces este, atendiendo que Haiti ha siempre ocupado y
poblado el territorio en litigio hace largos aios, y que
la Repblica Dominicana estaria hoy en la impcsibilidad de
indemnizar los proprietarios haitianos los bienes situados
y arraigados en dicho territorio, asi como tambien estaria
en imposibilidad de ocuparlo y poblarlo con families do-
minicanas, se obliga convenir con el Gobierno haitiano,
usando para ello, de la autorizacion expresa que le tiene
conferida el Pueblo soberano, dejar a Haiti en posesion
con derecho perfect, el terreno que ella occupaba en 1874,
mediante just compensation pecunaria.
ART0. 10o. La present Convencion sera sometida
la aprobacion y sancion de las autoridades competentes
respectivas y las ratificaciones seran canjeadas en Santo
Domingo, en plazo de dos meses, a contar desde esta fecha,
6 antes si fuere possible.
En f de lo cual los Plenipotentiarios de las Partes con-
tratantes han firmado la present convention y ha puesto
sus sellos respetivos.
Hecho en original duplicado, uno en langua espaiola
y otro en langua francesa, en la ciudad de Santo Domingo,
Capital de la Reptiblica Dominicana, los tres dias del mes
de julio de 1895.

Firmado : ENRIQUE HENRIQUEZ. Dr JI' JOSEPH.








- XX -


Nous, HYPPOLITE, PRaSIDENT D'HATTI,


Ayant vu et examin la Convention conclue Santo
Domingo, 1k trois juillet mil huit cent quatre-vingt-quinze,
entire le Gouvernement de la Rpublique d'Hati et celui de
la Rpublique Dominicaine par leurs Plnipotentiaires res-
pectifs, munis de pleins pouvoirs spciaux, dans le but
d'arriver une solution amiable de la difficult existant
entire les deux Gouvernements au sujet de l'interprtation
contraire donne l'article 4 du Trait du neuf novembre
mil huit cent soixante-quatorze, l'avons approuve, accep-
te, ratifie et confirme, comme Nous le faisons par les pr-
sentes, promettant de la faire excuter et observer selon sa
forme et teneur sans permettre qu'il y soit contrevenu pour
quelque cause ou quelque prtexte que ce soit.
En foi de quoi Nous avons sign de Notre main cette
ratification et y avons fait apposer le sceau de la Rpubli-
que.
Donn au Palais National, Port-au-Prince, le neuf
juillet mil huit cent quatre-vingt-quinze, an 92e de l'Ind-
pendance.
Sign : HYPPOLITE.

PaR LE PRESIDENT,
Le Secrtaire d'tat des Relations Extrieures,
Sign: FAINE,
POUR COPIE CONFORME,
Le Ministre d'Hati d Santo Domingo,
Dr J JOSEPH.







- XXI -


LIBERTY GALIT FRATERNITY

33E*XBTLI UE3 D'T.AZTI


Chambre des Reprsentants
____ *



DCRET


LE CORPS LGISLATIF,

Usant du pouvoir que lui confre l'article iol de la
Constitution,
Aprs avoir examin les stipulations de la Convention
conclue Santo Domingo, le trois juillet mil huit cent qua-
tre-vingt-quinze, entire les Plnipotentiaires respectifs du
Gouvernement de la Rpublique Dominicaine et du Gou-
vernement de la Rpublique d'Hati, Convention ayant pour
but de rsoudre amiablement la difficult existant entire
les deux Gouvernements au sujet de .l'interprtation
contraire donne l'article 4 du Trait du neuf novembre
mil huit cent soixante-quatorze et ratifie par Son Excel-
lence le Prsident d'Hati le neuf dudit mois de juillet,
Dcrte la sanction de ladite Convention pour sortir
son plein et entier effet.
Donn la Chambre des Reprsentants, Port-au-
Prince, le dix juillet mil huit cent quatre-vingt-quinze,
an 92e de l'Indpendance.

Le President de la Chambre, Les Secrtaires,
Sign: V. GUILLAUME. Sign : L.-J. ADAM fils.
P. CALIXTE.








XXII -

Donn la Maison Nationale, au Port-au-Prince, le
dix-huit juillet mil huit cent quatre-vingt-quinze, an 92e
de l'Indpendance.

Le President du Snat : Les Secrtaires :
Sign: STEWART. Sign: CADESTIN ROBERT.
E. LATORTUE.


Au nom de la Rpublique :

Le President d'Hati ordonne que le Dcret ci-dessus
du Corps Lgislatif soit imprim, public et excut, aprs
avoir t revtu du sceau de la Rpublique.
Donn au Palais National, au Port-au-Prince, le vingt
juillet mil huit cent quatre-vingt-quinze, an 92e de l'Ind-
pendance.

Sign: HYPPOLITE.

PAR LE PRESIDENT,
Le Secrtaire d'tat des Relations Extrieures,
Sign: FAINE

POUR COPIE CONFORME :
Le Ministre d'Harti Santo Domingo,
Dr Jn JOSEPH.







- XXIII -


ULISES HEUREAUX


Pacijicador de la Patria y Presidente Constitacional de la
Republica Dominicana.


Vista la Convencin concluida y firmada en 3 de Julio
del afo corriente entire el Gobierno Dominicano y el de
Haiti, representados, respectivamente por los Sefiores Don
Enrique Henriquez, Ministro de Relaciones Exteriores de esta
Republica y Don Dalbmar Jean Joseph, Enviado Extraor-
dinario y Ministro Plenipotenciario de la Republica de Haiti ;
quienes al efecto han actuado en virtud de plenos poderes; y
la cual Convencin esta contraida, en primer trmino al
objeto especial de deferir al juicio arbitral del Beatisimo
Padre Leon XIII, el conocimiento y decision del desacuerdo
existente causa de la interpretation distinta dada por cada
uno de los dos Gobiernos al articulo 40 del Tratado Dominico-
Haitiano del 9 de noviembre de 1874;
Atendiendo que el Gohierno Dominicano ha sido
informado de que la Legacion Haitiana, acreditada en
Roma, ha solicitado de Su Santidad que acepte el cargo de
Juez Arbitro de la Repiblica de Haiti con facultades mas
Amplias que las determinadas en la Convencion antedicha.
Oido el parecer del Consejo de secretaries de Estado y
en uso de las facultades extraordinarias conferidas al Poder
Ejecutivo por el Plebiscito del i y 2 de Junio del afo en
curso,

DECRETA

ARTO 10. Ratificar en todas sus parties la Convencion
del 3 de Julio de 1895, relative al arbitraje convenido entire







XXIV -
este Gobierno y el de Haiti para dirimir la dificultad resul-
tante de la distinta interpretaci6n atribuida al Articulo 40
del Tratado del 9 de noviembre de 1874.
ARTo 20. Declarar, en caso que el Gobierno Haitiano
hubiere extendido el alcance de la question sobre la cual
estt llamado a decidir el Santo Padre, que otorga de parte
de la Repblica Dominicana, Su Santidad el Papa
Leon XIII, cuantas facultades le haya concedido 6 pueda
concederle Jc Gobierno de Haiti, no nicamente para el caso
concrete de la interpretaci6n del articulo 40 del Tratado de
1874, sino, adems, para decidir, por extension, soberana
y definitivamente sobre todo lo que se relacione con el arre-
glo de dicha question (i).
Dado y firmado en el Palacio Nacional de Santo
Domingo, Capital de la Repblica Dominicana las tres
dias del mes de setiembre de 1895 ; afio 520 de la Indepen-
dencia y 330 de la Restauracion.


Firmado : U. HEUREAUX.



REFRENDADO :

El Ministro de Rel. Ext.
Firmado : ENRIQUE HENRIQUEZ.
Es COPIA CONFORM A SU ORIGINAL,
EL OFFICIAL MAYOR, D. O. W. MIESES.


(i) Voir le procs-verbal qui suit de l'change des ratifications; et dans
les pieces annexes, les quatre dpches changes le 4 septembre, le 16 et le
21 octobre 1895, pour considrer et dclarer nul et non avenue l'article 2
ci-dessus, ainsi que le considrant qui s'y rapporte.







- XXV -


PROCS-VERBAL

DE L'ECHANGE DES RATIFICATIONS





En la ville de Santo-Domingo, le trois septembre mil
huit cent quatre-vingt-quinze ;
Runis aux bureau du Ministre des Relations Ext-
rieures de la Rpublique Dominicaine,
Monsieur Dalbmar Jean-Joseph, Envoy Extraordi-
naire et Ministre Plnipotentiaire d'Hati Santo-Domingo,
Et Monsieur Enriqiie Henriquez, Ministre des Rela-
tions Extrieures de la Rpublique Dominicaine,
Plnipotentiaires nomms pour effectuer l'change des
ratifications du trait d'arbitrage conclu le trois juillet,
prsente anne, entire la Rpublique d'Hati et la Rpubli-
que Dominicaine, et dment sanctionn par les pouvoirs
publics comptents,
Aprs avoir prsent leurs pleins pouvoirs et les
avoir trouvs en bonne et due forme,
Procdant audit change de ratifications, ont colla-
tionn mot mot, sur les documents originaux du trait
lui-mme, les instruments des ratifications respective.
L, Monsieur Dalbmar Jean-Joseph, vu la declaration
continue dans la ratification du Pouvoir Excutif Domini-
cain, conue en ce sens: qu'il a t inform que le repr-
sentant du Gouvernement d'Hati Rome a dclar que son
Gouvernement demandait l'arbitrage non seulement pour
l'interprtation de l'article 4 du Trait de 1874, mais en
gnral pour tout ce qui est relatif la dlimitation des
frontires, a dit qu'il se rfrait la dpche du.2 courant


*


,". *.








XXVI -
n 93, adresse au Ministre des Relations Extrieures (i),
touchant cet incident; et qu'il allait en consequence en
rfrer son Gouvernement, sous toutes reserves.
En outre, tant ncessaire de prciser le sens dans
lequel, notamment cause de la distance, doit tre entendu
le dlai de deux mois prescrit par l'article 3 pour la pro-
duction du mmoire de chaque parties et des documents
qu'il y aura lieu d'y joindre, il est agr, sans toutefois
se dpartir de la convenance d'y mettre la plus grande
clrit possible, que lesdits deux mois prvus l'article 3
pourront tre augments d'un dlai moral rclam par les
circonstances, mais en tous cas ne dpassant pas le dlai
ordinaire de distance respectivement observ selon les
articles 83 du Code de procedure civil d'Hati et 73 du
Code de procedimiento civil dominicain (2).
En foi de quoi, les susdits Plnipotentiaires ont appos
leurs signatures et sceaux respectifs au present acte fait en
double original et crit en langues franaise et espagnole,
aux jour et lieu ci-dessus indiqus.

Sign : D' J" JOSEPI. ENRIQUE HENRIQUEZ.



S) Voir cette dppche infra dans les pieces annexes.
(!) Deux cents jours en Hati. Six mois dans la Rpublique Dominicaine.








- XXvn -


CONVENTION (')
ENTIRE
LA RPUBLIQUE D'HAITI ET LA RPUBLIQUE DOMINICAINE


26 JUILLET 1867


El President de la Repu-
blica Dominicana y el Presi-
dente de la Republica de
Hati, deseando estrechar y
perpetuar las buenas relacio-
nes que existen entire ambos
Estados, han resuelto esta-
blecer las bases preliminares
de un tratado de paz, amis-
tad, comercio y navegacion.

Para cuyo efecto han nom-
brado por sus Comisarios y
Delegados, a saber:
El President de la Repu-
blica Dominicana, a los ciu-
dadanos Tomas Bobadilla,
Manuel M. Valverde, Pedro
A. Bobea, Carlos Nouel, Juan
Ramon Fiallo y Juan B.
Zafra;


Le President de la Rpu-
blique Dominicaine et le Pr-
sident de la Rpublique
d'Hati, dsirant resserrer
et rendre perptuelles les bon-
nes relations qui existent
entire les deux Etats, ont r-
solu d'tablir les bases pr-
liminaires d'un trait de paix,
d'amiti, de commerce et de
navigation.
A cet effet, ils ont nomm,
pour leurs Commissaires et
Dlgus, savoir:
Le President de la Rpu-
blique Dominicaine, les ci-
toyens Tomas Bobadilla,
Manuel M.Valverde,Pedro A.
Bobea, Carlos Nouel, Juan
Ramon Fiallo et Juan B.
Zafra ;


(i) Cette Convention sanctionne par les Chambres Dominicaines n'a pas
t ratifie par le Gouvernement d'Hati.







- xxvm -


El President de la Repu-
blica de Hati, a los ciudada-
nos Linstant Pradine, Gene-
ral Ultimo Lafontant, D.
Doucet, Saint-Aude, General
Cinna Leconte y D. Pouilh;
Los cuales, despues de ha-
ber canjeado sus resFectivos
plenos podieres y halladoles
en buena y debida forma, han
pactado, convenido y ajus-
tado los articulos siguientes:
ARTICULO PRIMO. Habr
paz y amistad perpetuas
entire la Republica Domini-
cana y la Republica de Hati
asi como entire los ciudada-
nos de ambos Estados, sin
acepcion de personas ni lu-
gares.
ART. 20 El Gobierno de
Hati y l de la Reptblica
Dominicana se obligan reci-
procamente a no permitir ni
tolerar que en sus respecti-
vos territories se establezca
ningun individuo, ninguna
banda, ningun partido con
el fin de turbar en manera
alguna el orden de cosas
constituido en el Estado ve-
cino.
Se comprometen igual-
mente a alejar de las fronte-
ras y tambien a extranarde
sus territories respectivos a


Le President de la Rpu-
blique d'Hati, les citoyens
Linstant Pradine, Gnral
Ultimo Lafontant, D. Doucet.
Saint-Aude, Gnral Cinna
Leconte et D. Pouilh ;
Lesquels, aprs avoir
chang leurs pleins pou-
voirs respectifs et les avoir
trouvs en bonne et due
forme, sont convenus des ar-
ticles suivants :
ARTICLE PREMIER. Il y
aura paix et amiti perp-
tuelles entire la Rpublique
Dominicaine et la Rpubli-
que d'Hati, ainsi qu'entre
les citoyens des deux Etats,
sans acception de person-
nes ni de lieux.
ART. 2. Le Gouverne-
ment d'Hati et celui de la
Rpublique Dominicaine
s'engagent rciproquement
ne permettre ni tolrer que,
sur leurs territoires respec-
tifs, aucun individu, aucune
bande, aucun parti s'ta-
blisse dans le butde trouble,
en quoi que ce soit, l'ordre
de choses tabli dans l'tat
voisin.
Ils s'obligent galement
loigner des frontires et
expulser aussi de leurs terri-
toires respectifs tous les in-








- txix -


todos aquellos individuos
cuya presencia pueda causar
turbaciones o desordenes en
el Estado vecino.
ART. 30 El articulo que
antecede se ejecutara contra
los individuos, las bandas o
los partidos designados en
l, sea en virtud de la recla-
macion de uno de los dos go-
biernos, sea por el conoci-
miento que el otro adquiera
de los hechos que puedan
dar lugar a esta media.
ART. 40 Con el objeto
de estrechar en cuanto sea
possible las relaciones que
existen entire ambos gobier-
nos, convienen las parties
contratantes en nombrar re-
presentantes o agents con-
sulares en los puntos que
crean convenientes; debien-
do gozar dichos representan-
tes y agents, en sus perso-
nas y propriedades, de las
mismas prerogativas, immu-
nidades y exenciones que
estan concedidas o se conce-
dan a los de igual clase de
la nation mas favorecida.
ART. 5 Ambas parties
contratantes se obligan a
mantener con toda su fuerza
y poder la integridad de sus
territories respctivos y a no


dividus don't la presence
pourrait causer des troubles
ou des dsordres dans l'tat
voisin.
ART. 3. L'article qui
prcde sera excut contre
les individus, les bandes
et les parties qui y sont dsi-
gns, soit sur la demand de
l'un des deux Gouverne-
ments, soit par la connais-
sance que l'autre acquerra
des faits qui peuvent moti-
ver cette measure.
ART. 4. En vue de res-
serrer autant que possible
les relations qui existent
entire les deux Gouverne-
ments, les parties contractan-
tes conviennent de nommer
des reprsentants ou agents
consulaires dans les lieux
qu'ils jugeront convenables;
lesdits reprsentants et agents
devant jouir, dans leurs per-
sonnes et leurs proprits,
des mmes prrogatives, im-
munits et exemptions qui
sont ou seront accordes
ceux de mme rang de la
nation la plus favorise.
ART. 5. Les deux,par-
ties contractantes s'obligent
maintenir de toute leur force
et de tout leur pouvoir l'int-
grit de leurs territoires iesa


*4
4i









ceder, comprometer ni ena-
jenar en favor de ninguna
potencia extranjera ni la to-
talidad ni una parte de sus
territories, ni de las islas
adyacentes que de ellos de-
pienden.
ART. 60. Las parties
contratantes se comprome-
ten a celebrar ulteriormente,
si hubiere lugar, para los
casos de invasion extranjera
un tratado de alianza defen-
siva.
ARTo 70. Un tratado es-
pecial fijar ulteriormente
la demarcacion de los limi-
tes de ambos Estados.
Mientras tanto se manten-
dern en sus actuales pose-
siones.
.ART. 8. Los haitianos
y los dominicanos podran
reciprocamente, y con toda
seguridad y libertad, entrar,
como los nacionales, con sus
buques y cargamentos en los
puertos abiertos al comercio
extranjero en cada uno de
los dos Estados y seran tra-
tados con una perfect reci-
procidad como los ciudada-
nos de la nacion mas favo-
recida.
ART. 9. Las produccio-
nes territoriales de entram-


pectifs, et ne cder, com-
promettre, ni aliner, en fa-
veur d'aucune puissance
trangre, la totalit ni une
parties de leurs territoires ou
des les adjacentes qui en
dependent.
ART. 6. Les parties
contractantes s'engagent
conclure ultrieurement, s'il
y a lieu, un trait d'alliance
defensive pour les cas d'in-
vation trangre.

ART. 7. Un trait sp-
cial fixera ultrieurement la
dmarcation des limits des
deux Etats.
En attendant, elles se
maintiendront dans leurs
possessions actuelles.
ART. 8. Les Hatiens
et les Dominicains pourront
rciproquement, et en toute
scurit et libert, entrer,
comme les nationaux, avec
leurs navires et chargements,
dans les ports ouverts au
commerce tranger de cha-
cun des deux Etats, et seront
traits avec une parfaite r-
ciprocit comme les citoyens
de la nation la plus favori-
se.
ART. 9. Les products
territoriaux des deux Rpu-







- XXXI -


bas Republicas, que intro-
duzcan por las fronteras, no
estaran sujetas a ningun de-
recho fiscal.
ART 10 o. Las reclama-
ciones que pudieran hacerse
por uno u otro de los dos
Gobiernos por lo que respec-
ta a los bienes immuebles
que pudieran existir en uno
u otro Estado, y que, al
tiempo de la separacion de
i844, constituian propieda-
des individuals, se arregla-
ran por un tratado especial.
ART. I . La extradition
de los individuos acusados
de crimenes que Ileven pena
aflictiva o infamante sera
objeto de un tratado espe-
cial.
No se comprendera nunca
en esa categoria a los reos
d delitos politicos.
ARTO 12o. El present
convenio ser ejecutado en
todas sus parties, despues
del canje de las ratificacio-
nes; pero los articulos 2, 3
y 4 recibirn su ejecucion
inmediatamente.
El canje de las ratificacio-
nes se har eu Puerto-Prin-
cipe en el termino de dos
meses, pero el tratado de
paz definitive debera que-


bliques, introduits par les
frontires, ne seront soumis
aucun droit fiscal.

ART. IO. Les rclama-
tions qui pourront tre fai-
tes par l'un ou l'autre des
deux Gouvernements au su-
jet des im meubles qui pour-
ront exister dans l'un ou
l'autre Etat, et qui, au mo-
ment de la separation de
I844, constituaient des pro-
prits individuelles, seront
rgles par un trait special.
ART. I I. L'extradition
des individus accuss de cri-
mes important peine afflic-
tive et infamante fera l'ob-
jet d'un trait special.

Ne seront jamais comprise
dans cette catgorie les accu-
ss de dlits politiques.
ART. 2. La prsente
convention sera excute
dans toutes ses parties aprs
l'change des ratifications;
mais les articles 2, 3 et 4 se-
ront immdiatement excu-
ts.
L'change des ratifications
se fera Port-au-Prince
dans le dlai de deux mois,
mais le trait dfinitif de
paix devra tre conclu six







-- iXXX -


dar convenido seis meses,
despues de dichas ratifica-
ciones, o antes si fuere posi-
ble.
En fe de lo cual, los Co-
misarios Delegados han fir-
mado y sellado los prece-
dentes articulos en frances y
en espanol.
Hecho por duplicado en
la ciudad de Santo Domingo
al veinte y seis de Julio del
aflo del Senor de mil ocho-
cientos sesenta y siete.


TOMAS BOBADILLA
PEDRO ASTONIO BOBEA
J. R. FIALLO
CARLOS NOUEL
J. B. ZAFRA
MANUEL MARIA VALVERDE
INSTANT PRADINE
ULTIlo LAFONTANT
ST.-AUDE
DOUCET
D. POUILH
CINNA LECONTE.


mois aprs ces ratifications,
ou avant si faire se peut.


En foi de quoi les Com-
missaires-Dlgus ont sign
et scell les articles qui pr-
cdent crits en franais et
en espagnol.
Fait double en la ville de
Santo Domingo le vingt-six
juillet mil huit cent soixante-
sept.



TOMAS BOBADILLA
PEDRO ANTONIO BOBEA
J. R. FIALLO
CARLOS NOUEL
J. B. ZAFRA
MANUEL MARIA VALVERDE
INSTANT PRADINE
ULTIMO LAFONTANT
ST.-AUDE
DOUCET
D. POUILH
CINNA LECONTE.







- XXXI u-


9 NOVEMBRE 1874


TRAIT
DE
PAIX, D'AMITI, DE COMMERCE, DE NAVIGATION ET D'EXTRADITION,
ENTIRE
LA RPUBLIQUE D'HAITI ET LA REPUBLIQUE DOMINICAINE



AU NOM DE LA TRS-SAINTE TRINIT


Le President de la Rpu-
blique d'Hati et le Prsident
de la Rpublique Domini-
caine, anims du dsir de
resserrer les liens d'amiti et
de bon voisinage qui doi-
vent exister entire les -deux
peuples qui habitent l'Ile,
d'tablir d'une manire so-
lide les bases de leurs re-
lations politiques et commer-
ciales, de mettre un terme
toutes les incertitudes de
l'avenir, ont rsolu de con-
clure un trait solennel de
paix, d'amiti, de commerce,
de navigation et d'extradi-
tion; et cet effet, ils ont
nomm pour leurs Plnipo-
tentiaires,


El President de la Repi-
blica Dominicana y el Presi-
dente de la Repiblica Ha-
tiana, animados del deseo de
estrechar los lazos de amis-
tad y de buena veciudad que
deben existir entire los dos
pueblos que habitan la Isla,
de establecer de una manera
solida las bases de sus rela-
ciones political y commer-
ciales, de poner un trmino
a las incertidumbres del por-
venir, han resuelto concluir
un tratado solemne de paz,
amistad, comercio, navega-
cion y extradition, y, con ese
objeto, han nombrado para
sus Plnipotenciarios,

a






- XXXIV -


Savoir:

Le President de la Rpu-
blique d'Hati :
Les citoyens G. Prophte,
gnral de division, ex-Se-
crtaire d'Etat, Snateur de
la Rpublique, D. Labont,
gnral de division, ex-Secr-
taire d'Etat, Snateur, V.
Lizaire, ex-Secrtaire d'Etat,
Chef du cabinet particulier
du President d'Hati,E. M.A.
Gutierrez, gnral de bri-
gade, du gnie militaire, ex-
dput, et A. Beauregard,
interprte, attach au minis-
tre des Relations Extirieu-
res,
Le President de la Rpu-
blique Dominicaine:
Les citoyens Carlos Nouel,
ex-Secrtaire d'Etat, et les
gnraux de division Thomas
Cocco, ex-Secrtaire d'Etat,
et Jos Caminero, ex-dput.

Lesquels aprs avoir
chang leurs pleins pou-
voirs, et les avoir trouvs en
bonne et due forme, sont
convenus des articles sui-
vants:
ART. Ier. La Rpubli-
que d'Hati et la Rpublique
Dominicaine dclarentsolen-


A Saber:

El President de la Repi-
blica de Hati:
Ciudadanos G. Prophte,
general de division, ex-Se-
cretario de Estado, Senador
de la Republica, D. Labont,
general de division, ex-Se-
cretario de Estado, Senador,
V. Lizaire, ex-Secretari de
Estado, Gefe de la Secretaria
privada del Presidente, Em.
M. A. Gutierrez, general de
brigada, ingeniero military,
ex-diputado,yA.Beauregard,
interpreted, agregado al minis-
terio de Relaciones Exterio-
res.
El President de la Repi-
blica Dominicana:
Ciudadanos Carlos Nouel,
ex-Secretario de Estado, y
los generales de division,
Tomas Cocco, ex-Secretario
de Estado, y Jose Caminero,
x-diputado,
Los cuales, despues de ha-
ber cangeado sus plenos po-
deres y hallandolos en buena
y debida forma, han conve-
nido en los articulos siguien-
tes :
ARTO i La Republi-
ca dominicana y la RepUblica
de Hati declaran solemne-







- xx -


nellement tre les seules qui
possdent la souverainet de
l'Ile d'Hati ou Saint-Domin-
gue.
ART. 2. Il y aura paix
perptuelle et amiti franche
etloyale entire la Rpublique
d'Hati et la Rpublique Do-
minicaine, de mme qu'entre
les citoyens des deux Etats,
sans acception de personnel
ni de lieux.
ART. 3. Les deux par-
ties contractantes s'obligent
maintenir de toute leur
force, de tout leur pouvoir,
l'intgrit de leurs territoires
respectifs, ne cder, com-
promettre ni aliner, en fa-
veur d'aucune puissance
trangre, ni le tout ni au-
cune parties de leurs terri-
toires ni des les adjacentes
qui en dependent.
Elles s'engagent gale-
ment ne solliciter ni con-
sentir aucune annexion ni
domination trangre.
ART. 4. Les hautes par-
ties contractantes s'engagent
formellement tablir, de la
manire la plus conforme
l'quit et aux intrts rci-
proques des deux peuples,
les lines frontires qui spa-


mente ser ellas solas las que
poseen la soberania de la
isla de Santo Domingo o
Hati.
ART 20. Habra paz
perpetua y amistad franca y
leal entire la Repblica Do-
micana y la Repblica de
Hati, asi cemo entire los
Ciudadanos de ambos Esta-
dos sin ecepcion de personas
ni de lugares.
ARTo 3. Ambas par-
tes contratantes se obligan
mantener con toda su fuerza
y poder la integridad de sus
respectivos territories y a no
ceder, comprometer ni ena-
jenar, en favor de ninguna
potencia extrangera ni la to-
talidad ni una parte de sus
territories ni las islas adya-
centes que de ellos depien-
den.
Asi mismo se comprome-
ten no solicitar ni consen-
tir anexion ni dominacion
extrangera.
ARTo 40. Las altas par-
tes contratantes se compro-
meten formalmente estable-
cer de la manera mas con-
Sforme la equidad y los
intereses reciprocos de los
Sdos pueblos las lines fron-







- XXXVI -


rent leurs possessions ac-
tuelles.
Cettencessit fera l'objet
d'un trait special, et des
Commissaires seront respec-
tivement nomms le plus tt
possible cet effet.

ARTo 5. Leo Hatiens et
les Dominicains pourront,
rciproquement, et en toute
scurit et libert, entrer,
comme leurs nationaux, avec
leurs navires et cargaisons,
dans les ports ouverts au
commerce tranger dans
chacun des deux Etats, et se-
ront traits sur le pied d'une
parfaite rciprocit.
ART. 60. Les marchan-
dises trangres qui seront
introduites par les ports ou-
verts des deux parties con-
tractantes seront assujetties
au paiement de tous les
droits fiscaux tablis dans
chaque Etat.
Seront libres de tous droits
d'importation les products
territoriaux et industries
des deux Rpubliques qui
seront( introduits par des
navires nationaux.
ART. 7j. Les navires
appartenant aux deux na-
tions contractantes et don't


terizas que separan sus po-
sesiones actuales.
Esta necesidad sera objeto
de un Tratado especial, y
para ese efecto, ambos go-
biernos nombraran sus co-
misarios lo mas pronto po-
sible.
ART. 5. Los Domini-
canos y los Hatianos podran
reciprocamente y con toda
seguridad y libertad entrar,
como los nacionales, con sus
buques y cargamentos en
los puertos abiertos al comer-
cio extrangero en cada uno
de los dos Estados y seran
tratados bajo el pi de la mas
perfect reciprocidad.
ARTO 6. Las mercan-
cias extrangeras que se intro-
duzcan por los puertos habi-
litados de las dos parties
contratantes estaran sujetas
al pago de todos los derechos
fiscales vigentes en cada
Estad.
Seran libres de todo dere-
cho de importacion los pro-
ductos territoriales indus-
triales de ambas Repblicas
que se introduzcan por bu-
ques nacionales.
ARTo 70. Los buques
pertenecientes las dos Na-
ciones contratantes cuyo re-







- XXXVII -


la capacity n'excde pas cin-
quante tonneaux seront con-
sidrs rciproquement com-
me navires de cabotage, tout
autant qu'ils s'occupent ex-
clusivement du commerce des
products territoriaux et in-
dustriels des deux Rpubli-
ques ou des products qui y
sont fabriqus.
ART. 8. Les riviresqui
ont leur embouchure dans un
des deux Etats contractants
et leur source dans l'autre,
et les lacs don't la proprit
sera commune aux deux par-
ties, seront de libre naviga-
tion, et les products des deux
territoires pourront y passer
sans tre sujets d'autres
charges ni droits que ceux
qui sont dj tablis, ou qui
seront par la suite imposs
aux nationaux respectifs,
sans prejudice de ce qui est
prescrit par les rglements
de police relatifs la navi-
gation intrieure.
ART. 9. Le droit de ha-
lage, de flottage et d'atterrage
de radeaux d'acajou ou au-
tres sur les lacs ou tangs,
fleuves ou rivires en ques-
tion, sera commun aux ci-
toyens des deux Rpubli-
ques. Les bateliers ou ma-


gistro no exceda de cincuen-
ta toneladas, se considera-
ran reciprocamente como de
cabotaje, siempre que se de-
diquen exclusivamente al
trafico de products territo-
riales industriales de am-
bas Repblicas 6 los manu-
facturados eg ellas.

ART" 80. Los rios que
desaguan en uno de los
dos Estados contratantes te-
niendo su origen en el otro
ylos lagos cuya propiedad
sea comun a ambas parties,
seran de libre navegacion,
y los products de ambos
territories podran extraerse
por ellos sin estar sujetes
otros cargos ni derechos que
los que estan impuestos 6 en
lo adelante se impusieren
a los respectivos nacionales
sin perjuiciode lo que se de-
termine en los Reglamentos
de Policia relatives la nave-
gacion interior.
ARTo 9. El derecho de
remorque, conduccion y atra-
que de las balsas de cahoba
y otras maderas en los iagos
o estanques y rios, ser co-
mun los ciudadanos de am-
bas Repblicas. Los batele-
ros y trabajadores quedarn







- XXXVuI -


noeuvres seront assujettis
nanmoins aux rglements
de police concernant la na-
vigation intrieure.
ART. Io. Afin d'activer,
autant que possible, l'Agri-
culture, le Commerce, dans
toutes les parties des deux
territoires, et 4'exciter l'in-
dustrie des habitants, les
deux parties contractantes,
pour ne laisser aucun doute
sur leur vues bienfaisantes
et paternelles cet gard,
sont convenues de ce qui
suit :
Les products du sol et de
l'industrie des deux Rpu-
bliques, passant par les fron-
tires, n'y seront soumis
aucun droit fiscal.
ART. I 1. Une concession
sera accorde de commune
entente par les deux Gou-
vernements pour l'tablisse-
ment d'un chemin de fer
qui reliera Port-au-Prince
Santo Domingo. Cette entre-
prise sera subventionne par
les deux Gouvernements.

AR. 12. Comme un
tmoignage de l'esprit d'har-
monie et des sentiments fra-
ternels qui animent les deux
Gouvernements, et qui doi-


sin embargo sujetos los
reglamentos de policia rela-
tivos la navegacion inte-
rior.
ARTo I oo.- Afin de impul-
sar en cuanto sea possible, la
agriculture y el comercio,
en todos los puntos de am-
bos territorios,y de prmover
la industrial de los habitantes,
las parties contratantes con
el fin deno dejar duda alguna
en cuanto sus intenciones
beneficas y paternales, en el
particular, han convenido lo
que sigue :
Los products territoriales
industriales de ambs Re-
piblicas, al pasar por las
fronteras, no estarn sujetos
ningun derecho fiscal.
ARTO I 1. Ambos go-
biernos, de comun acuerdo,
haran una concession para el
establecimiento de un ca-
mino de hierro que unira la
ciudad de Puerto-Principe a
la de Santo Domingo. Esta
empresa sera subvencionada
por los dos Gobiernos.

ARTO 120. Como un tes-
timonio del espiritu de ar-
monia y de los sentimintos
fraternales que animan los
dos Gobiernos y que deben







- XXXIX -


vent resserrer de plus en
plus les liensqui unissentles
deux peuples, les hautes par-
ties contractantes ont dcid
que, ds qu'il sera permis
d'valuer par la statistique
les avantages que la Rpu-
blique d'Hati retire de la
libert du commerce de ses
frontires avec celles de la
Rpublique Dominicaine, un
retour de droits de douane
sera fait au profit de la der-
nire, et cela sur le pied de
la plus strict quit.

Pour les mmes motifs,
s'il y avait lieu dans l'ave-
nir, selon que les deux R-
publiques auront prospr,
le Gouvernement d'Hati se
reserve, par la statistique, le
privilege rciproque de r-
clamer la mme faveur d'un
retour de droits de douane
de la Rpublique Domini-
caine.

Namoins, ds la ratifica-
tion du present Trait, la
Rpublique d'Hati mettra
la disposition de la Rpubli-
que Dominicaine une some
de cent cinquante mille pias-
tres en espces ou en lettres
de change sur l'Europe ou


estrechar mas y mas los la-
zos que unen los dos pue-
blos, las altas parties contra-
tantes han decidido que, tan
luego com sea permitido va-
luar, por medio de la esta-
distica, las ventajas que la
Reptblica de Hati saca de
la libertad del comercio de
sus fronteras con las de la
Repiblica Dominicana, se
har en favor de esta ltima
una devolucion de derechos
de aduana, y esto, bajo el
pi de la mas estricta equi-
dad.
Por iguales motives, si
hay lugar, en el porvenir,
segun que las dos Repblicas
hayan prosperado, el Gobier-
no de Hati se rserva por la
estadistica, el privilegio re-
ciproco de reclamar el mismo
favor de una devolucion de
derechos de aduana de la
Repiblica Dominicana.


Sm embargo, desde la
ratificacion del present tra-
tado, la Repblica de Hati
pondrad la disposicion de la
Repblica Dominicana una
suma de Ciento cincuenta
mil pesos en efectivo o en
letras de cambio sobre Eu-







- XL -


les Antilles, pour les be-
soins du service public.
Cette some sera compte
par versement annuel paya-
ble d'avance pendant huit
ans, durant laquelle priode
des tudes statistiques seront
faites la diligence des par-
ties intresse, dans le but
de fixer exactement le chiffre
de ce retour, et ce, sans pr-
judice des avances qui ont
pu tre faites antrieurement
par la Rpublique d'Hati
la Rpublique Dominicaine.

ART. 13. Les rclama-
tions qui pourront tre faites
par l'un ou l'autre des deux
Gouvernements en faveur de
leurs nationaux, pour ce qui
a trait - la restitution des
biens immeubles qui pour-
ront exister sur le territoire
de l'un ou de l'autre Etat, et
qui, au moment de la scis-
sion de i844. constituaient
des proprits individuelles,
seront rgles par un trait
special. Le present article
est subordonn l'approba-
tion -du Gouvernement Do-
minicain.
ART. I4. Il reste con-
venu que les citoyens des
deux nations contractantes


ropa lasAntillas para las ne-
cesidades del servicio pblico.
Esta suma sera ahonada
por entregas anuales antici-
padas, durante ocho anios, en
cuyo period deheran ha-
cerse los studios estadisti-
cos diligencia de las parties
interesadas, con el objeto de
fijar exactamente la cifra de
esta devolucion y esto, sin
perjuicio de los avances que
hayan podido ser hechos an-
teriormente par la Repblica
de Hati a la Repblica Do-
minicana.
ARTO i30. -Las reclama-
ciones que pudieran hacerse
por uno f otro de los Go-
biernos en favor de sus na-
cionales por 1o que respect
a la restitucion de los bienes
immuebles que pudieran
existir en el territorio de uno
otro Estado, y que al
tiempo de la separacion de
i844,constituianpropiedades
individuals, sern arregla-
das por un tratado especial.
El present articulo queda
subordonado la aprobacion
del Gobierno Dominicano.
ART 14. Queda conve-
nido que los ciudadanos de
las parties contratantes pue-
den entrar, morar, estable-







- XLI -


peuvent entrer, demeurer,
s'tablir ou rsider dans tou-
tes les parties des deux terri-
toires, et ceux qui dsirent
s'y livrer une industries
quelconque, auront droit
d'exercer librement leur pro-
fession et leur industries, sans
tre assujettis des droits
autres ni plus levs que
ceux qui psent sur les na-
tionaux respectifs. Ils pour-
ront aussi se liver au com-
merce en gros et en dtail,
et tre consignataires et
agents de change ou spcu-
lateurs en remplissant les
formalits imposes aux na-
tionaux respectifs.
ART. 15. En cons-
quence de ce qui est stipul
dans l'article prcdent, les
citoyens de chacune des deux
nations contractantes qui se
trouveront dans la juridic-
tion de l'autre, auront droit
de disposer de leurs biens
par vente, donation, testa-
ment, ou de toute autre ma-
nire, et leurs hritiers ou
ayants droit, citoyens de
l'autre nation contractante,
leur succderont dans leurs
biens avec ou sans testament.
Ils pourront en prendre pos-
session, que ce soit par eux-


cerse y residir en todas las
parties de dichos territories,
y los que deseen dedicarse A
negocios tendrn derecho
para ejercer libremente su
profession 6 la industrial A
que se dediquen sin estar
sujetos A otros ni mayores
derechos que los que pesen
sobre los respectivos nacio-
nales. Tambien podrn de-
dicarse al comercio por mayor
6 al detalle y ser consigna-
torios y. agents de cambio o
especuladores, Ilenando las
formilidades impuestas A los
respectivos nacionales.


ART. I50. En conse-
cuencia de lo estipulado en el
articulo anterior, los ciuda-
danos de cada una de las
altas parties contratantes den-
tro de la juridiccion de la
otra, tendrn derecho para
disponer de sus bienes por
venta, donacion, testamento
o de otro modo, y sus re-
presentantes personales,sien-
do ciudadanos de la ot'a
parte contratante, sucedrin
en sus bienes ya sea por tes-
tamento o ab intestato. Po-
drAn tomar posesion de ellos,
bien sa por si mismos 6 por








- XLI -


mmes ou par procuration,
et en disposeront en payant
seulement les mmes droits
que les citoyens du pays
taient assujettis payer en
pareil cas. A dfaut de re-
prsentant direct, on gardera
ces biens conformment aux
lois come si c'taient les
biens d'un citoyen du pays,
en attendant que le lgitime
propritaire prenne des me-
sures pour les garantir. S'il
surgit une contestation entire
les rclamants sur la lgi-
time proprit des biens, elle
sera dfinitivement juge par
les tribunaux de justice du
pays o se trouvent ces biens.


ART. 16. Les deux par-
ties contractantes convien-
nent que les citoyens des
deux Rpubliques pourront,
par eux-mmes ou par l'in-
?ermdiaire de fonds de
pouvoir, intenter des actions
rciproques devant les tri-
bunaux, en reclamation d'a-
nimaux ou d'autres objets
enlevs de leurs proprits,
en produisant les preuves
ncessaires et en se soumet-
tant la legislation de la lo-
calit o s'exerce ce droit.


otros que hagan sus veces
segun su voluntad, y dispo-
ner de los mismos pagando
solo aquellos derechos que
estuvieren sujetos pagar en
iguales casos los ciudadanos
del pais en donde. estuvieren
situados los dichos bienes. A
falta de representante per-
sonal, se cuidar con arre-
gle las leyes como si fue-
ran bienes de un ciudadano
del pais, mintras el legitimo
dueno tome providencia para
asegurarlos. Si se suscitare
question entire los reclaman-
tes, sobre la legitima pro-
piedad de las bienes, aquella
sera definitivamente deci-
dida por los tribunales de
justicia donde se hallaren
estos situados.
ARTO I6. Convienen las
altas Partes contratantes que
los ciudadanos de mbas
Republicas podran por si o
por medio de apoderados
ejercer sus acciones ante los
tribunales reciprocos en re-
vendicacion de animals i
otros objetos hurtados de su
propiedad, produciendo las
pruebas necesarias y suje-
tndose a la legislation de la
localidad en que se ejerza
este derecho.







- XLII -


ART. 17. En vue de
resserrer les liens d'amiti
qui unissent les deux peu-
ples, et par principle de r-
ciprocit, le Gouvernement
Hatien prend l'engagement
de prsenter la prochaine
legislature du pays un amen-
dement par lequel les natifs
dominicains seront admis
acqurir des immeubles en
Hati.
ART. I8. Tout individu
qui possde des proprits,
soit urbaines ou rurales,
coupes par la ligne fron-
tire, est tenu, dans le cou-
rant d'une anne dater du
jour o le present Trait
sera ratifi, de dclarer par
crit, par devant le juge de
paix de la commune la plus
voisine dans le pays qu'il a
choisi, l'lection qu'il aura
faite de son domicile civil.
Quant aux mineurs et autres
personnel qui se trouvent
sous tutelle ou curatelle, les
tuteurs ou curateurs seront
tenus de faire, au terme
prescrit, la declaration n-
cessaire.
ART. 19. Si un individu
quelconque, propritaire
mixte, avait nglig, au bout
du terme prescrit d'une an-


ARTO 170. Con el fin de
estrechar los lazos que unen
los dos pueblos y por prin-
cipio de reciprocidad, el Go-
bierno hatiano se compro-
mete presentar la proxima
legislature del pais, una
proposition por la cual los
Dominicanos neturales pue-
den adquirir immuebles en
Hati.

ARTO I8. Todo indi-
viduo que tenga propiedades
divididas por la linea fronte-
riza ya sean estas urbanas
ya rurales, esta obligado
dentro del ano que siga el
dia de la ratificacion de este
Tratado, a prestar, ante el
alcade de la comun mas im-
mediata, declaracion escrita
haciendo constar en cual de
los dos Estados hace la elec-
cion de su domicilio civil.
En cuanto a los menoros i
otros incapacitados que se
fallen bajo tutela 6 curatela,
los tutores o curadores debe-
ran hacer dentro del plazo
fijado, la correspondiente de-
claracion.
ART I9. Si un indivi-
duo calquiera, propietario
mixto, dejare transcurrir el
ano fijado, sin prestar la de-







- XLI -


ne, de faire la declaration
de son domicile civil, il sera
considr, pour les effects
civil, comme citoyen du
pays dans lequel il avait son
dernier domicile, son silence,
dans ce cas, devant tre con-
sidr comme une dclara-
tion tacite.,
ART. 20. La proprit
des navires, quelle que soit
leur capacity, est exclusive-
ment rserve aux nationaux
respectifs.
ART. 2 I. Si un navire de
l'une des parties fait nau-
frage, choue ou support
quelque avarie sur les ctes
ou dans la jurisdiction de
l'autre parties, leurs conci-
toyens respectifs recevront,
pour eux, leurs navires et
leurs effects, le mme secours
qui est d aux habitants du
pays o est arriv l'accident,
et auront payer les mmes
charges et les mmes droits
que ceux-ci auraient payer
en pareil cas. Si les rpara-
tions que requiert un navire
chou rendaient ncessaire
le-dchargement de tout ou
parties de la cargaison, il ne
sera pay ni droits de douane
ni autres taxes, ni honoraires
pour la cargaison qui sera


claracion de su domicilio
civil, se considerar, para
los efectos civiles como ciu-
dadano del pais donde tuvo
su iltimo domicilio, de-
biendo considerarse su si-
lencio en este caso como una
declaracion tcita.
Arto 20o. La propiedad
de las naves, cualquiera que
sea su porte, queda exclusi-
vamente reservada los res-
pectivos nacionales.
ART 21. Cuando algun
buque de cualquiera de las
parties naufragare, encallare
o sufriere otra averia, en las
costas o dentro de la juri-
diccion de la otra, sus res-
pectivosciudadanosrecibiran
para si y sus buques y efec-
tos, la misma ayuda que se
debiera los habitantes del
pais donde occurio el acci-
dente, y tendrn que pagar
las misma cargas y derechos
de salvamente que los dichos
habrian de pagar en igual
caso. Si las reparaciones que
requiera un buque encallado
hicieren necesaria la descarga
del todo o parte de su carga-
mento, no se pagarAn dere-
chos de Aduana, cargas ni
honorarios por el cargamento
que se sacare, sino los que







- X.V -


dbarque, si ce n'est ceux
que les navires nationaux
patient dans le mme cas.
Il est entendu toutefois
que si, pendant que le na-
vire est en rparation, on
dbarque la cargaison et la
dpose dans un endroit des-
tin la reception des mar-
chandises pour lesquelles on
n'a pas de droit payer, sa
cargaison sera sujette aux
charges et honoraires qui
sont lgalement dues aux
propritaires du magasin o
le dpt se fait.
ART. 22. Les btiments
de guerre de l'une des deux
Rpubliques pourront entrer
dans les ports ouverts de
l'autre pour se radouber, se
rparer, comme les bti-
ments nationaux, en jouis-
sant des mmes avantages et
privileges don't jouissent ces
derniers.
ART. 23. Les citoyens
de l'un et de l'autre Etat ne
pourront tre soumis respec-
tivement aucune saisie ni
retenue sur leurs navires,
cargaisons, marchandises et
effects commerciaux, pour au-
cune expedition militaire ni
pour usage public, quel qu'il
soit, sans une indemnit


pagan en el mismo caso los
buques nacionales.

Se entiende sin embargo
que si mientras el buque se
est reparando se desembar-
care el cargamento y se guar-
dare en un deposit desti-
nado para la recepcion 'de
gneros cuyos derechos no
se hayan pagado, el carga-
mento quedar sujeto las
cargas y honorarios que le-
galmente se deban a los
propietarios de tales alma-
cenes.
ARTo 2 2. -Los buques de
guerra de una de las dos Re-
pdblicas, podrn entrar en
los puertos habilitados de la
otra para calafatearse y com-
ponerse, como los nacio-
nales concediendoseles los
mismos privilegios de que
gocen estos.

ARTo 230. Los ciudada-
nos de uno y otro Estado no
podrn ser sometidos reci-
procamente nigun embargo
ni retenidos con sus buques,
cargamentos, mercancias .y
efectos comerciales, para nin-
guna expedicion military ni
para uso pblico cualquiera
que sea sin una indemniza-







- XLVI -


convene et fixe pralable-
ment entire les parties int-
resses et suffisante pour cet
usage et pour les dommages,
pertes, retards et prejudices
qui natront du service au-
quel on les astreint.

ART. 24. Les citoyens
des deux thts jouiront res-
pectivement d'une entire
libert de conscience, et pour-
ront exercer leur culte de la
manire que le permettent la
Constitution et les lois du
pays o ils se trouvent.

ART. 25. Pour mainte-
nir et conserver les bonnes
relations entire les deux Gou-
vernements, de mme que
pour faciliter le commerce
des deux pays, les hautes
parties contractantes con-
viennent d'tablir des agents
diplomatiques, des consuls
et des vice-consuls dans les
ports et cits qu'on jugera
convenable; mais ces agents
n'entreront dans l'exercice
de leurs functions qu'aprs
avoir obtenu du Gouverne-
ment auprs duquel ils sont
accrdits leur exequatur.
Ces agents jouiront, dans
leurs personnel et dans leurs


cion convenida y fijada pre-
viamente entire las parties in-
teresadas y suficiente para
este uso y para los quebran-
tos, perdidas, retardos y
perjuicios que se originen o
nazcan del servicio que se
les obligue.
ARToz24.-Los ciudadanos
de ambos Estados gozaran
respectivamente de la mas
complete libertad de con-
ciencia, y podrn ejercer su
culto del modo que se lo per-
mitan la Constitucion y las
leyes del pais en que se en-
cuentren.
ARTo 25.. Para man-
tener y conservar las buenas
relaciones entire Ambos Go-
biernos, asi como para pro-
tejer el comercio de los dos
paises, convienen las altas
parties contratantes en esta-
blecer agents diplomaticos,
"cnsules y vice-c6nsules y
agents comerciales en aquel-
los puertos y ciudades donde
lo estimen convenient; pero
estos agents no entrarn en
el ejercicio de sus funciones
sino despues de haber obte-
nido del Gobierno ante el
cual esten acreditados el
correspondiente exequatur.
Estos agents gozaran en sus






- XLVII -


proprits, des mmes pri-
vilges, facults et immu-
nits qui sont accords
ceux de la mme classes de la
nation la plus favorise.
Cependant si les consuls et
les vice-consuls exercent le
commerce, ils seront assu-
jettis, l'gard de leurs
transactions commercials,
aux mmes lois et coutumes
qui rgissent les simples
citoyens de leur nation, ou
les sujets et citoyens de la
nation la plus favorise ou la
plus privilgie.

ART. 26. Les Consuls,
Vice-Consuls et Agents com-
merciaux ne pourront r-
sider que dans les ports ou-
verts.
ART. 27. Les agents
consulaires et leurs chance-
liers jouiront des privileges
attaches i leur position, et
ne pourront tre arrts ni
emprisonns, except dans le
cas de crime atroce, et, s'ils
taient commerants, la con-
trainte par corps ne pourra
leur tre applique que pour
des faits de commerce, et non
pour des faits civils.
ART. 28. Les Consuls
et leurs Chanceliers ne pour-


personas y propiedades los
mismos privilegios, facul-
tades y exenciones que esten
concedidas los de igual
clase de la nation mas favo-
recida. Sin embargo, si los
Cnsules o vice-c6nsules
ejercieren el comercio, esta-
rn sujetos en lo concer-
niente sus transacciones
comerciales las mismas
leyes y costumbres que lo
esten los individuos particu-
lares de su Nacion o los
subditos o ciudadanos de la
Nacion mas favorecida o pri-
vilegiada.
ARTO 26. Los C6nsules,
Vice-Cnsules y Agentes
comerciales no podran resi-
dir sino en los puertos habi-
litados.
ARTo 27. Los agents
consulares y sus Cancilleres
gozarin de inmunidad per-
sonal, sin que puedan ser
arrestados ni encarcelados,
ecepto en el caso de crime
atroz, y, si fueren comer-
ciantes, el apremio corporal
no les podri ser aplicado
sino para los solos hechos
de comercio, y no por cau-
sas civiles.
ARTo. 28. Los cnsules
y sus Cancilleres no podran






- XLVIII -


ront tre cits comparatre
comme tmoins devant les
tribunaux. Quand la justice
du pays ncessite qu'on pren-
ne d'eux une declaration ju-
diciaire, on aura 'i la leur
demander par crit., ou se
transporter chez eux pour la
recevoir de vive voix. Enfin
ces agents jouiront de tous
les autres privileges, exemp-
tions et immunits qui peu-
vent tre accords dans le
pays o resident les agents
de la mme catgorie de la
nation la plus favorise.
ART. 29. Les archives,
et en gnral tous les papers
de chancelleries et secrtai-
reries des Consulats respec-
tifs, seront inviolables, et,
sous aucun prtexte, ni en
aucun cas, ils ne pourront
tre saisis ni visits par l'au-
torit locale.
ART. 3o. Les Consuls
respectifs, en cas de mort
d'un de leurs nationaux sans
testament ni excuteur testa-
mentaire, pourront : "1 soit
d'office, soit sur requte des
parties intresses, apposer
les scells sur les effects meu-
bles et papers du dfunt, en
informant pralablement de
cette operation l'autorit


ser citados para comparecer
como testigos por ante los
Tribunales. Cuando la justi-
cia del pais necesite alguna
declaracion judicial, tendran
que pedirsela por escrito
transportarse su casa para
recibirlavivavoce. Per fin, es-
tos agents gozarn de todos
los demas privilegios, exen-
ciones, inmunidades que
puedan ser concedidas en el
pais donde resident los
agents de la misma catego-
ria de la Nacion mas favore-
cida.
ARTo 290. Los archives
y en general todos los pape-
les de las cancillerias 6 se-
cretarias de los Consulados
respectivos serAn inviolables
y bajo nigun pretexto, po-
dran ser ocupados ni visita-
dos por la autoridad local.

ARTo 30o. Los C6nsules
respectivos en caso de que
fallezca alguno de sus nacio-
nales sin testar ni nombrar
albceas testamentarios po-
dran. i Poner los sells
ya de oficio ya por requeri-
miento de las parties intere-
sadas en los efectos muebles
y papeles del defunte, infor-
moado previamente de esta







- XLIX -


comptente, qui pourra y
assister, et mme, si elle le
juge convenable, mettre aus-
si son sceau sur les scells,
et, ds lors, on ne pourra
lever les scells revtus de ce
double sceau que d'un com-
mun accord; 2" fire l'inven-
taire des biens de la succes-
sion en presence de l'auto-
rit du pays, si celle-ci croit
devoir concourir cet acte;
3 faire procder, conform-
ment l'usage des lieux,
la vente des biens apparte-
nant la succession; 40 en-
fin, administer et liquider
personnellement, ou nom-
mer sous leur responsabilit
un agent qui administre et
liquid la dite succession,
sans que l'autorit locale ait
intervenir dans ces nouvel-
les operations, moins qu'il
n'y ait des rclamations con-
tre la succession par tels ou
tels citoyens du pays ou tels
ou tels citoyens de nation
trangre. Dans ce cas, s'il
survient quelque contesta-
tion entire les intresss, elle
sera soumise la decision
des tribunaux du territoire;
et le consul agira alors com-
me la parties qui reprsente
la succession. Mais les con-


operation la autoridad lo-
cal competent, que podr
asistir ella y aun si lo esti-
mare convenient cruzar con
sus sellos los que haya pues-
to el Consul, y desde enton-
ces no podrn levantarse es-
tos doubles sellos sino de
comun acuerdo. 20 Tomar el
inventario de los bienes de
sucesion presencia de la
Autoridad del pais si esta
creyere que debe concurrir
este acto; 3 Hacer que se
proceda conforme al uso del
lugar la venta de los bienes
pertenecientes la sucesion;
4 En fin administrar y liqui-
dar personalmente nom-
brar bajo su responsabili-
dad, un agent que adminis-
tre y liquid dicha sucesion
sin que la autoridad local
tenga que intervenir en estas
nuevas operaciones, menos
que se reclamen contra la su-
cesin intereses por parte de
algun ciudadano o ciudada-
nos del pais o de una nacion
diferente. Pues en estos casos
si se suscitare algunacontro-
versia entire los interesades,
se decidera por los tribunales
del territorio, obrando en-
tonces el consul como la parte
que represent la sucesi6n.
4









suls seront obligs de faire
annoncer la mort de l'indi-
vidu dans un des journaux
qui se publient dans l'tendue
de leur territoire, et ne pour-
ront livrer les biens du d-
funt ni leur produit ses h-
ritiers lgitimes ou ses
mandataires, qu'aprs avoir
pay toutes les dettes que le
dfunt aurait contractes
dans le pays, ou aprs qu'il
s'est coul un an depuis
l'annonce de la mort sans
qu'on ait fait aucune rcla-
mation contre la succession.


ART. 3i. Pour ce qui
concern la police des ports,
le chargement et le dchar-
gement des navires, la
sret des marchandises,
biens et effects, les citoyens
des deux pays seront respec-
tivement assujettis aux lois
et status locaux; nanmoins
les consuls respectifs seront
charges exclusivement du
maintien de l'ordre bord
des navires marchands de
leiur nation, et eux seuls
connaitront des altercations
qui auront lieu entire les ma-
telots, le capitaine et les offi-
ciers de l'quipage, mais les


Pero estaran obligados los
C6nsules hacer anunciar
el fallecimiento del individuo
en uno de los periodicos que
se publiquen en la extension
de su territorio y no podrn
entregar los bienes mortuo-
rios ni su product los he-
rederoslegitimos a sus man-
datarios, sino despues de sa-
tisfechas todas las deudas
que el difunto hubiere con-
traido en el pais 6 cuando
pasado un ano despues de
la publication de la muerte,
no se haya promovido nin-
gun reclamo contra la suce-
sion.
ARTo 3I En 1o concer-
niente la policia de los
puertos, la carga y descarga
de los buques, seguridad de
las mercancias, bienes y efec-
tos, los ciudadanos de los
dos paises estarn respecti-
vamente sujetos las leyes y
estatutos locales, sin embar-
go los Consules respectivos
estaran encargados esclusi-
vamente del orden interior
bordo de los buques mer-
cantes de su nacion, y ellos
solos conocern de las dife-
rencias que ocuran entire los
hombres de mar, el capitan
y los officials de la tripula-







- LI -


autorits locales pourront
intervenir quand les dsor-
dres survenus seront suscep-
tibles de trouble le repos
public sur terre ou en rade,
et pourront galement con-
natre de ces altercations
quand un individu du pays
ou un tranger s'y trouvent
mls.

Les Consuls respectifs
pourront faire arrter et re-
mettre bord des navires de
leurs nations les matelots
dserteurs. Enfin ils se rf-
reront par crit aux autorits
locales comptentes, et jus-
tifieront du fait par l'exhibi-
tion des registres du navire
et du rle de l'quipage, ou,
si le navire tait parti, par
les copies des pieces justifi-
catives dment certifies par
eux, constatant que les hom-
mes rclams appartiennent
l'quipage desdits navires.
Leur demand ainsi justifie,,
on ne pourra leur refuser la
remise des dserteurs; au
contraire, on leur donnera
tout moyen et secours pour
les rechercher ou les arrter.
Les dserteurs seront dte-
nus dans les prisons du pays
sur la demand et aux frais


cion; pero las autoridades
locales podrn intervenir
cuando los desordenes ocur-
ridos sean capaces de turbar
la tranquilidad public, en
tierra o en el puerto, y po-
drn igualmente conocer de
estas diferhcias cuando un
individuo del pais o un ex-
trangero estn mezclados en
ellas.
Los C6nsules respectivos
podrn hacer arrestar y remi-
tir bordo de los buques de
su Nacion 6 sus pais los
mariners que sean deserto-
res. A este fin, se dirijirn
porescrito autoridades loca-
les competentesy justificarn
con la exhibition de los re-
gistros del buque 6 del rol
de la tripulacion si el buque
hubiere partido, con copias
de las piezas referidas, debi-
damente certificadas por ellos
que los hombres que reclaman
pertenecian la tripulacion
de dicho buque. Justificada
asi la solicitud, no podr
negarseles la entrega, ants
bien se les dara todo favor y
auxilio para la busca y cap-
tura de los desertores, los
cuales seran tambien dete-
nidos en las crceles del pais
por requerimiento y costa de








- Lil -


des Consuls jusqu' ce qu'il
y ait une occasion pour les
faire partir; s'il ne s'en pr-
sente pas au bout de trois
mois, partir du jour de l'ar-
restation, les dserteurs se-
ront mis en libert et ne
pourront tre recherchs une
autre fois pour la mme
cause.
ART. 32. Il y aura am-
nistie pleine, gnrale et par-
ticulire, en faveur de tous
les individus, de quelque
rang, sexe ou condition qu'ils
puissent tre, qui auraient
pris part aux vnements
politiques civils et mili-
taires qui ont eu lieu en-
tre les deux peuples. Per-
sonne, par consquent, ne
pourra, l'avenir, tre re-
cherch ni inquit en aucune
manire, pour cause quel-
conque de participation di-
recte ou indirecte, quelque
poque que ce soit, aux v-
nements prcits. Tous les
procs, poursuites ou recher-
ches seront regards comme
non avenus.

ART. 33. Le Gouverne-
ment Hatien et le Gouverne-
ment Dominicain s'engagent
rciproquement ne jamais


los Consules hasta que tengan
occasion para hacerlos partir;
mas si no se presentare esta
occasion en el termino de tres
meses, contados desde el dia
del arrest, sern puestos en
libertad los desertores y no
podrn ser press otra vez
por la misma causa.

ARTo 320. Habr amnis-
tia plena, general y particular
en favor de todos aquellos
individuos cualquiera que
sea su rango, sexo o condi-
cion, que hayan tomado parte
en los acontecimientos poli-
ticos, civiles o militares que
se hayan efectuado en ambos
paises. En consecuencia, nin-
guna persona podra en lo
sucesivo ser inquietada ni
molestada en manera alguna
por haber tenido una parti-
cipacion cualquiera, direct o
indirecta, y sea cual fuere la
epoca en que se hubieren
realizado dichos aconteci-
mientos. Las sumarias, pro-
cesos otras actuaciones ju-
diciales se consideraran como
no existentes.
ART 330 El Gobierno
Dominicano y el Gobierno
Hatiano se comprometenre-
ciprocamente no permitir







- LI -


permettre ni tolrer que, sur
leurs territoires respectifs,
aucun individu, aucune
bande, aucun parti, s'ta-
blisse dans le but de trouble,
en quoi que ce soit, l'ordre
de choses existant dans
l'tat voisin. Ils s'engagent
galement loigner de leurs
frontires et mme expul-
ser de leurs territoires res-
pectifs tous les individus qui
seraient susceptibles par leur
presence d'occasionner dans
l'Etat voisin des troubles ou
des dsordres.
Cet article sera excutoire
contre les individus, les ban-
des et les parties qui y sont
dsigns, soit sur la r-
clamation, dment justifie,
du Gouvernement menac,
soit sur la connaissance ac-
quise par l'autre des faits
qui pourront donner lieu
cette measure.

ART. 34. La Rpubli-
que d'Hati et la Rpubli-
que Dominicaine, sur la r-
quisition faite en leur nom
par l'intermdiaire de leurs
Consuls et Agents diploma-
tiques respectifs, livreront
la Justice les individus de
l'une et de l'autre parties


ni tolerar que en sus respec-
tivos territories se establezca
ningun individuo, ninguna
banda, ningun partido con el
fin de turbar en manera
alguna el orden de cosas
existente en el estado vecino.
Asi mismoo se comprometen
alejar de sus fronteras y aun
a extrafiar de sus territorios
respectivos aquellos indi-
viduos cuya presencia en ellos
fuere capaz de causar en el
estado vecino pertubaciones
o desordenes.

Este articulo sera ejecuto-
rio contra los individuos, las
bandas y los partidos desi-
gnados en l, ya sea en vista
de la reclamacion debida-
mente justificada del go-
bierno amenazado o ya por
el conocimiento que el otroad-
quiera de los hechos que
puedan dar lugar esta me-
dida.
ART 340. La Repblica
Dominicana y la Repblica
de Hati requerimiento he-
cho en su nombre por medio
de sus respectivos Consules
o Agentes Diplomaticos, en-
tregarn la Justicia los in-
dividuos de una y otro parte
que, estando acusados de los


0







- LIV -


qui, tant accuss des crimes
numrs dans l'article sui-
vant, pour les avoir commis
sur le territoire de la juri-
diction de la parties requ-
rante, se seront rfugis ou
seront trouvs sur le terri-
toire de l'autre. Mais cela
n'aura lieu que lorsque le
fait de la perptration du
crime sera tellement prouv
que, s'il tait commis dans
le pays o se trouvent les
accuss, ceux-ci seraient
dans le cas d'tre arrts et
livrs aux tribunaux.
ART. 35. Conform-
ment aux dispositions de
cette Convention, seront li-
vres les personnel accuses
des crimes suivants: homi-
cide volontaire, assassinate,
parricide, infanticide et em-
poisonnement, ou tentative
de ces crimes, rapt, mission
de fausse monnaie ou falsi-
fication de monnaie, mission
de documents falsifies ou fal-
sification de documents, in-
cendie,vol,vol avec effraction,
abus de confiance commis
parades employs publics ou
par des personnel gages
au prejudice de ceux qui les
ont employs, en tant que
ces crimes soient punis de


crimenes enumerados en el
siguiente articulo por haber-
los cometido en territorio de
jurisdiccion de la parte re-
querente, se hayan procurado
asilo o se encontraren en
territorio de la otra. Pero
esto, no se verificar sino
cuando el hecho de la perpe-
tracion del crime este de tal
modo probado que haberse
este cometido en el pais
donde se encuentren los acu-
sados, fuere just el arrest
de estos y su entrega A los
Tribunales.
ARTO 35. Conforme
las estipulaciones de esta
convention sern entregadas
las personas que estuvieren
acusadas de algunos de los
siguientes crimenes, a saber:
homicidio voluntario, asesi-
nato, parricidio, infanticidio
y envenenamiento o tentati-
vas de cometerlos, rapto, emi-
sion de moneda falsa o falsi-
ficacion de moneda, mission
de documents falsificados o
falsificacin de ellos, incen-
dio, robo y robo con fracture,
abuso de confianza cometi-
do por empleados publicos o
por personas asalariadas con
detrimento de los que los tie-
nen empleados, siempre que







I.V -
peines afflictives et infa- estos crimenes merecieren
mantes. penas infamantes afflicti-


ART. 36. Dans chaque
pays la remise des criminals
se fera seulement par ordre
ou mandate du Pouvoir Ex-
cutif, et les dpenses qu'oc-
casionneront la dtention et
la remise des accuss, effec-
tues en vertu des articles
prcdents, seront la charge
de la parties qui en a fait la
demand ou reclamation.

ART. 37. Les disposi-
tions des articles prcdents,
relatives la premise des
criminals fugitifs, ne seront
point applicables aux faits
commis avant la ratification
du present Trait ni A ceux
qui ont un caractre politi-
que.
ART. 38. Les lihates
parties contractantes se r-
servent d'tablir plus tard
des conventions spciales re-
latives au service postal et A
la pche sur les tangs, lacs,
rivires, ctes les deux Etats.
ART. 39. Les stipula-
tions du present Trait rela-
tives au commerce, A la na-
vigation et l'extradition
conserveront leur force et vi-


vas.
ART 360. Por parte de
cada pais la entrega de los
criminals se har solamente
por autoridad y mandate del
Poder Ejecutivo, y los gastos
que se ocasionaren la deten-
cion y entrega de los acusa-
dos, efectuados en virtud de
los articulos precedentes, se-
rn costa de la parte que
establece la demand o re-
clamacion.
ART 37. Las estipula-
ciones de los articulos ante-
riores relatives a la entrega
de los criminals fugitivos,
no serain aplicables los
hechos cometidos Antes de la
ratification del present Tra-
tado ni a los de character po-
litico.
ART0 38W. Las altas par-
tes contratantes se reservan
establecer mas tarde conven-
ciones especiales relatives al
servicio postal y i la pesca
en los estanques, lagos, rios
y costas de ambos Estados.
ART" 39. Las estipuia-
ciones de este Tratado rela-
tivas A comercio, navegacion
y extradicion solo tendran
fuerza y vigor durante vein-







- LVI -


gueur pendant vint-cinq ans,
computer du jour de l'-
change des ratifications,
mais les stipulations ayant
trait aux autres objets y com-
pris seront perptuellement
obligatoires.
ART. 4o. Le present
Trait de paix, de commerce,
de navigation et d'extradi-
tion sera ratifi et les ratifi-
cations changes au Port-
au-Prince, dans le dlai de
trois mois, computer de cette
date, ou avant, s'il est possi-
ble.
En foi de quoi, les Plni-
potentiaires des parties con-
tractantes ont sign la pr-
sente Convention et y ont
appos leurs sceaux respec-
tifs.
Fait en double original,
en franais et en espagnol,
dans la ville du Port-au-
Prince, le neuvime jour du
mois de novembre de l'an
du Seigneur mil huit cent
soixante-quatorze.

PROPHETE, D. LABON-
TI, LIZAIRE, EM. M. A. GU-
TIERREZ, CARLOS NOUEL,
J. CAMINERO, COCCO, A.
BEAUREGARD.


te y cinco anos contados des-
de el dia del change de las ra-
lificaciones, pero las que re-
fieren los demas extremes
comprendidos en el sern
perpetuamente obligatorias.

ART. 400. El present
Tratado de paz, comercio,
navegacion y extradicion de-
be ser ratificado y las ratifica-
ciones cangeadas en la ciudad
de Puerto-Principe, dentro de
tres meses contar de la fecha
del mismo o antes si fuere
possible.
En f de lo cual, los Pleni-
potenciarios de las Partes
contratantes han firmado la
present convention y estam-
pado sus respectivos sellos.

Hecho en double original,
y en idiomas espanol y fran-
ces, en la ciudad de Puerto-
Principe, el noveno dia del
mes de Noviembre del afio del
Senor de mil ochocientos se-
tenta y cuatro.

CARLOS NOUEL, J CAMI-
NERO, COCCO, PROPHE-
TE, D. LABONT, LIZAI-
RE, EM. M. A. GUTIER-
REZ, A. BEAUREGARD.







- LVn -


LIBERTY GALuT FRATERmi

RPUBLIQUE D'HAITI


o
DCRET

L'Assemble national legislative, runie en vertu de
l'arrt de S. E. le Prsident d'Hati, en date du a3 dcem-
bre dernier, qui la convoque l'extraordinaire, aprs avoir
examin le Trait de Paix, d'Amiti, de Commerce, de
Navigation et d'Extradition, conclu entire la Rpublique
d'Hati et la Rpublique Dominicaine, en date du 9 novem-
bre 1874;
Usant des pouvoirs que lui confre l'article 193 de la
Constitution, dcrte ce qui suit :
Article Ier. Le trait conclu entire la Rpublique d'Hati
et la Rpublique Dominicaine demeure sanctionn.
Art. 2. Le present dcret sera excut la diligence
des Secrtaires d'Etat, chacun en ce qui le concern.
Fait au Palais de l'Assemble national legislative, au
Port-au-Prince, le 20 janvier 1875, an 72e de l'Indpen-
dance.

Le President de l'Assemble national,

J. THBAID.

Les Secrtaires,
J. A. DUMBAR, A. ANDR.









- LvI -


AU NOM DE LA RPUBLIQUE


Le President d'Hati ordonne que le dcret ci-aprs
soit revtu du sceau de la Rpublique, imprim, public et
excut.
Donn au Palais National, au Port-au-Prince, le 20
janvier 1875, an 72e de ]'Indpendance.

DOMINGUE.

Par le Prsident:
Le Secrtaire d'Etat,
Vice-Prsident du Conseil,
S. RAMEAU.

Le Secrtaire d'Etat de l'Intrieur, etc.
C. HEURTELOU.

Le Secrtaire d'Etat des Cultes et
de l'Instruction publique, charge par
interim du dpartement de la Guerre,
MADIOU.

Le Secrtaire d'Etat des Finances, du
Commerce et des Relations Extrieures,
EXCELLENT.

Le Secrtaire d'Elal de la Justice,
BOCO.














HYPPOLITE, PRESIDENT D'HAITI,


A tous ceu. qui ces prsentes lettre; verront :


Salut.


Comme le trait d'arbitrage sign Santo Domingo
entire la Rpublique d'Hati et la Republique Dominicaine,
le trois juillet mil huit cent quatre-vingt-quinze, Nous fait
l'obligation, en son article deux, de nommer un ou deux
agents qui seront charges de produire Sa Saintet le Pape
les notes et explications ncessaires l'examen de la ques-
tion telle qu'elle est pose l'article premier dudit trait et
soumise A l'arbitrage du Saint-Pre; pour ces causes, Nous
confiant entirement en la capacity et experience, zle et
patriotism (le nos trs distingus concitoyens : Demesvar
Delorme, Envoy Extraordinaire et Ministre Plnipotentiaire
d'Hati A Berlin et Rome, et Dalbmar Jean-Joseph, Envoy
Extraordinaire et Ministre Plnipotentiaire d'Hati Santo
Domingo, Nous les avons nomms, commis et dputs, et
par ces prsentes signes de notre main, les 4nommous,
commettons et dputons nos agents spciaux prs de Notre
Saint-Pre le Pape, leur donnant plein et enter pouvoir de
se presenter devant le Souverain Arbitre, de lui remettre
tous mmoires et explications, de lui soumettre tous docu-
mients susceptible d'tablir les droits de la Rpublique
d'Hati ; de notifier lesdits mmooires aux agents de la Rpu-
blique Dominicaine et (le recevoir notification des mmoires
de la Partie adverse, et d'y rpondre, s'il y a lieu, par des








LX -
contre-mmoires, le tout en se conformant aux dispositions
du Trait d'arbitrage susparl et en observant les dlais
prvus audit Trait.
En foi de quoi Nous avons fait mettre notre sceau ces
prsentes.
Donn Port-au-Prince, le deuxime jour du mois
d'aot mil huit cent quatre-vingt-quinze, an quatre-vingt-
douzime de l'Indpendance.

Sign : HYPPOLITE.

PAR LE PRESIDENT :
Le Secrtaire d'Etat des Relations extrieures,
Sign: FAINE.

















MMOIRE

DU GOUVERNEMENT HATIEN









-4-


MEMOIRE

DU GOUVERNEMENT HAITIEN


Trs respectueusement prsent et soumis Sa Saintet le
Pape, en conformit de article 3 de la Convention
d'arbitrage conclue le 3juillet r895 par la Rpublique
d'Hati avec la Rpublique Dominicaine, sur l'interpr-
tation de l'article 4 du traits du 9 novembre 1874,
existent entire les deux Rpubliques.


APRU GOGRAPHIQUE ET STATISTIQUE.

L'le d'Hati, la plus grande des Antilles aprs Cuba,
se divise actuellement en deux tats indpendants.
Le premier l'ouest, avec Port-au-Prince pour capital,
a conserv le nom de Rpublique d'Hati. On y parle fran-
ais.
Le second a l'est, spar du premier au commence-
ment de l'anne 1894 et ayant la ville de Santo Domingo
pour capital, a pris le nom de Rpublique Dominicaine.
On y parle espagnol, mais non pas exclusivement dans
certain districts trs tendus, comme Samana, Pajarito,
San Cristobal, Neiba, Saint Jean, Les Matas, o le patois
hatien est presque aussi rpandu que l'espagnol.

La Rpublique d'Hati, avec une population triple de
celle de sa voisine, occupe un tiers seulement de l'le. Elle
compete 1,210,625 habitants, et sa superficie est de








S GOGRAPHIE ET STATISTIQUE
3o,ooo kilomtres carrs (i), selon une estimation qui donne
5,200 lieues carries ou 83,2oo kilomtres carrs toute
l'le.
La Rpublique Dominicaine compete, dit-on, 4oo,ooo
mes environ, avec une superficie de 53,ooo kilomtres
carrs, selon la mme estimation mentionne.
La line frontire sparant les deux Etats est une
distance de 60 80 kilomtres seulement de la capi-
tale de la Rpublique d'Harti, tandis qu'elle est 4oo
de la capital de la Rpublique Dominicaine.

Des cinq fleuves don't l'le est principalement arrose,
la Rpublique Dominicaine en renferme quatre ; et encore
l'autre, l'Artibonite, qui traverse la Rpublique d'Hati, a
comme les premiers sa source et une parties de son course en
terre dominicaine.

Le capital immobilier, en Hati, appartient encore tout
entier aux citoyens du pays. A Santo Domingo, il a dj
pass en majeure parties et pour les meilleurs fonds aux
mains de l'tranger. Toutes les usines et grands tablisse-
ments agricoles sont la proprit d'trangers. On peut en
dire autant du commerce et de l'industrie.

Au 3i dcembre 1894, la dette publique d'Hati tait
de $ i9,o37,i3o, moiti or moiti gourde, et celle de Santo
Domingo d'environ 8 i4,ooo,ooo or.
Cette dernire, qu'on estime tre aujourd'hui de
S 20,000,000 (100,000,000 de francs), est contracte, peut-on
dire, presque entirement envers la San Domingo Impro-
vement , compagnie amricaine qui, l'hypothque qu'elle


(i) L'indemnit consentie par la Rpublique d'Hatti envers la France
avant t de 9o,ooo,ooo de francs, selon le chiffre auquel elle a t ramene en
1838, la proportion relativement la superficie serait donc de 3,ooo francs
par kilomtre carr.







HIS'ORIQL'E (1804) 4
avait dj des douanes de la Rpublique et d'un chemin de
fer central en construction, vient d'ajouter la proprit de
la Banque Nationale de Santo Domingo.
Les recettes publiques d'Hati montent, par example,
pour l'exercice budgtaire de 1895-1896, 7 millions
940,44o.66 piastres fortes (i) (quarante millions de francs
environ), et celles de la Rpublique Dominicaine n'atteignent
que $ 2,756,929.02 argent mexicain (anne 1894).


HISTORIQUE

Ce n'est pas sans avoir subi des transformations mul-
tiples, qui ont totalement change les conditions de l'ancien
rgime colonial, que Hati en est venu son tat actuel.

Pour ne remonter qu'au commencement du sicle, l'le
alors appele Saint-Domingue appartenait tout entire
la France.
A ses anciennes possessions, cette grande puissance
avait runi d'abord Saint-Raphael, Saint-Michel et Hinche,
conquis pour elle par Toussaint-Louverture; et un an aprs,
le reste de la colonie espagnole acquis par cession stipule
en sa faveur au trait de BAle, en l'anne 1795.

La lutte entire la libert et l'esclavage tant engage sur
le territoire de l'ancienne parties franaise augment des
quarters conquis par Toussaint-Louverture, la Providence
bnit les efforts des opprims. Ils proclamrent leur ind-
pendance, le Ier janvier i8o4, ayant Dessalines pour chef et
faisant reprendre l'le le nom indien de Hati qu'elle portrait
au temps de la dcouverte.
Le jeune Etat, en fait, tait form de toute la parties occi-
dentale, jusques et y compris la province du Cibao don't les

(i) En I89go elles avaient atteint le chiffre de 9,ooo,72a piastres ralises.








4 HISTORIQUE (1806-1809)
habitants, depuis dcembre i8o3, avaient envoy l'abb
Jean Richardo et les capitaines Domingo Perez Guerra et
Jos Compas Tabarrs porter leur adhsion Dessalines.
Mais vers le milieu de I8o4, le Cibao et Santiago, sa
capital, retombrent aux mains des Franais, qui purent
encore roccuper les points abandonns l'anne suivante
par Dessalines. Couronn Empereur, celui-ci tait venu,
aux mois de fvrier et mars i8o5, mettre le sige devant
Santo Domingo, aprs qu'il s'tait rendu matre de toute la
parties de l'Est et avait rduit les Franais s'enfermer dans
cette ville, le dernier refuge de ce qui leur restait de forces.
L'arrive d'une escadre franaise dtermina l'Empereur
s'en retourner dans l'Ouest.
En 80o9, enfin, poque o Hinche aussi avait dj pass
au pouvoir des Hatiens, les habitants de l'Est, se soulevant
et aids des Anglais, chassrent les Franais et se placrent
de nouveau sous la domination espagnole avec le territoire
qui n'avait pas pass sous la puissance des Hatiens. Ceux-ci
restrent depuis lors en pleine et paisible possession de
Saint-Raphael, Saint-Michel et Hinche, possession qui ne
fut pas conteste par l'Espagne, mme aprs que le trait
de 18. 4 lui eut rtrocd la colonie espagnole (i).

Malheureusement, la nouvelle nation n'avait pas tard
tre elle-mme en proie la guerre civil. Ds i806, la

(I) On voit la louange de l'Espagne qu'elle se conformait un principle
de justice bien connu en droit international et nonc come suit, avec un
i-propos remarquable : Aussitt qu'un souverain (a) par le trait dfinitif
de paix (b) a cd un pays au conqurant (c), il a abandonn tout le droit
qu'il y avait et il serait absurd qu'il pt redemander ce pays un nouveau
conqurant (d) qui l'arrache au premier, ou A tout autre prince qui l'aura
acquis prix d'argent, par change, et quelque titre que ce soit. Vallel
Liv. III 198; Hid. 212, Rappr. Caluo % 2456; Bluntchli, art. 733.
(a L'Espagne, par example.
(b Trait de Bale.
(c La France.
(d Hati.






HISTORIQUE (1806-1841) 3
mort de Dessalines, elle s'tait divise en deux Etats spars
ayant pour chefs Christophe bientt couronn Roi dans le
Nord, et Ption avec le titre de Prsident de la Rpublique
dans l'Ouest et le Sud.
En 18io, le Sud, son tour, se dtacha; de faon qu'en
ce temps-l il y avait quatre gouvernements distincts dans
l'le, en comptant la colonies espagnole dans l'Est.

Ce n'est que sous l'administration du Prsident Boyer
que les diverse parties se runirent successivement au
Gouvernement tabli Port-au-Prince. D'abord le Sud en
1818, ensuite le Nord en 1820 etenfin l'Esten 182 -I822 ().

En effet, en 1821, les mmes habitants de l'Est se-
courent le joug de l'Espagne. Le movement commena le
15 novembre 1821 Dajabon et Monte Christi, qui se
runirent immdiatement la Rpublique d'Harti, et don't
l'exemple fut suivi par les diffrentes parties avoisinantes
de la frontire. Santo Domingo ne se leva que le 1er
dcembre. L aussi, aprs une tentative d'union la Rpu-
blique de Colombie, on consentit se runir de prfrence
A celle d'Hati. Evnement qui s'accomplit le 19 jauvier 1822.
A partir de l et durant plus de vingt-deux annes, l'le
d'Hati forma un seul et mme Etat.

Elle jouissait donc d'une paix gnrale datant de bien
longtemps dj quand, en 1843, la revolution, qui renversa
le President Boyer, rouvrit l're des dissensions. L'esprit de
rvolte soufflait partout.
Il s'ensuivit bientt un movement insurrectionnel
dans la ville de Santo Domingo, en mme temps que les
autres parties du pays se levaient dans l'Ouest pour
proclamer la dchance du chef d'alors, le Prsident Rivire
Hrard dans le Nord pour tenter de se constituer aussi

(r) De ces trois reunions, la plus pacifiquement fate fut celle de l'Est.







6 HISTORIQUE (1844)
en Etat spar et indpendant, dans le Sud pour donner
naissance une guerre social.

Ces divers soulvements se rapportaient une mme
cause gnrale.
En i844, le pays d'un bout l'autre tait dsaffec-
tionn et fatigu du Gouvernement de Rivire Hrard. La
nouvelle administration n'avait rempli aucune des pro-
messes de son programme.
Le manifeste de la revolution s'tait lev contre l'om-
nipotence du Prsident Boyer, et Rivire Hrard se montrait
encore plus omnipotent et trs violent dans ses allures de
dictateur. La revolution avait t faite au nom de la
rforme. Et Rivire Hrard tait au dernier degr autori-
taire et absolu.
Au dire de M. Garcia, Rivire Hrard, la tte
d'une nombreuse arme et usant d'un pouvoir discrtion-
naire, arrivait Santo Domingo comme un nouveau conqu-
rant. Sa politique, continue l'historien dominicain, ten-
dait restreindre toutes les liberts. Il prta une main
. puissante aux abus et tablit le rgne de l'arbitraire et de
la violence. S'appuyant sur l'lment conservateur, il fit
d dissoudre le Comit populaire, annula les lections qui
avaient eu lieu dj, en fit faire d'autres son gr,
mit en libert tous les criminals dtenus et autorisa les
perscutions contre le parti liberal, don't les principles
notabilits durent recourir la fuite pour chapper la
prison o d'autres se virent rduits. V. p. 69 de l'His-
toire de Santo Dominyo par J. G. Garcia.

Certes, ce n'tait pas pour plier servilement le genou
devant un despotisme de ce genre qu'on avait renvers le
President Boyer.
Voil o l'on en tait dans l'Est, tout comme dans
les autres parties du pays. *



E)






HISTORIQUE (1843-1844) 7
" Cette rforme don't les ides avaient enflamm les
jeunes gens de la ville de Santo Domingo, l'imitation de
ceux des Cayes, Jrmie et Port-au-Prince, tait un mouve-
ment de rgime intrieur visant a une rorganisation poli-
tique et administrative plus librale de la Rpublique une
'et indivisible.
Les plus ardents n'aspiraient qu' obtenir des fran-
chises dpartementales ou communales plus large. Et
nonobstant les griefs relevs contre le gnral Rivire
Hrard, r'unit politique de l'ile continuait avoir l'adh-
sion gnrale, quelques rares exceptions prs.
C'est au point que Baez, comme le racontent discrte-
ment ses compatriotes, alors maire d'Azua et le mme qui
devint plus tard et plusieurs fois Prsident de la Rpublique
DomIinicaine, dnona la conspiration au Gouvernement
d'Hati ds qu'il en eut connaissance (i).
Et parmi les crits alors imprims Santo Domingo, se
distinguait La Chicharra , hoja repartida clandestina-
mente que tuvo por objeto alertar las autoridas haitia-
nas contra los trabajos le los revolacionarios dominicanos.
- Garcia, p. 66.

Cependant le mcontentement montait, gagnait de
proche en proche.
Les rvolutionnaires dominicains en profitrent.
La confusion tait extreme. Les esprits troubles allaient
souvent l'aventure. Et il est arriv ce qui d'ordinaire arrive
en temps de revolution : que beaucoup de personnel
ont concouru l'action sans se douter du rsultat auquel on
allait aboutir, voulant au contraire tout autre chose. A
Nombre de gens entrrent dans le movement croyant
qu'il s'agissait seulement d'une reaction boyriste centre
.Rivire Hrard.

(i) C'est par-un Hatien du noni de Liautaud, rsidant Azua, que Baez
fit passer l'avis Port-au-Prince.







SIIISTORIQUE (843-184 )
La confusion fut telle qu'un tiers-parti, compos d'an-
ciens conservateurs, par hostility contre les libraux duar-
tistes, commena ds lors fire des dmarches dans les
colonies voisines, sollicitant l'appui ou la protection d'une
Puissance trangre (1).
Mais tout cela, bien entendu, se passait dans le monde
trs divis de la politique militant.
Quant aux populations elles-mmes, elles taient,
malgr l'tat rvolutionnaire du pays, restes parfaitement
tranquilles.

On sait que les Dominicains tiennent Duarte pour le
promoter de l'ide sparatiste. Ils racontent que, lev en
Espagne et revenue depuis peu dans le pays, Duarte avait
commenc, en i838, propager l'ide par la creation
Santo Domingo d'une socit secrte nomme La Trini-
taire .
Il fut dans le parti de la Rforme contre le Prsident
Bover et ensuite contre le Gouvernement provisoire. Il dut
fuir, dnonc par des personnel de la plus haute notabilit
de sa ville, quand Rivire Hrard, appel en toute hte, se
rendit Santo Domingo (2).
Il avait dj abandonn le pays (1o septembre i843) et
s'tait rfugi Curacao, quand fut prpare la prise
d'armes du 27 fvrier.
Du reste, ce movement vint du dehors et est princi-
palement d au zle d'un tranger entreprenant.
C'est Port-au-Prince que fut concerte la prise


(i) On va jusqu' dire que Duarte lui-mme tait pour le protectorat de la
Colombie. V. El Telefono du 7 mars 1896.
S(<) Lettre deDuarte adresse le 7 mars 1865 au Ministre des Relations Ext-
rieures pour protester contre l'ide d'annexer Santo Domingo nux Etats-Unis
d'Amrique. Cette lettre est rapporte dans l'Exposition au Congrs , le
27 fvrier 1894, pour solliciter la permission d'riger une statue Duarte.
P. 23 : I por ellomercci, en el ano de 43 ser perseguido muerte por esa faccion
v entonces haitiana, i por Rivire, que la protejia, i quien engaiiaron.






HISTORIQUE (1844) 9
d'armes de Santo Domingo. Le Consul gnral de France,
rsidant Port-au-Prince, M. Levasseur, en conut le plan
au bnfice de son pays. Separation et indpendance de
Santo Domingo sous le protectorat de la France, qui aurait
pour sa part la cession absolue de la pninsule et de la
baie de Samana. Plan que habia sido convenido en Port-
au-Prince, entire la mayoria de los representantes que
asistieron a las sesiones de la Asemblea Constituyante y
M. Levasseur, consul gnral de Francia, etc. Garcia, p. 76.
C'est encore un consul franais,celui de Santo Domingo,
M. Eustache de Juchereau de Saint-Denis, qui influena
l'autorit et dtermina la capitulation prcipite du gnral
Desgrottes devant l'insurrection, abandonne dj de nom-
bre de ses adhrents. (Aunque en el tiroteo de la noche,
Sanchez se vio abandonado de algunos.) Garcia.
Et un amiral franais, chef d'escadre des Antilles, qui
s'tait rendu dans la baie d'Ocoa, en vue des combinaisons
arrtes, en expectativa de combinaciones anunciadas,
essaya d'effrayer les Hatiens par des demonstrations hos-
tiles concertes avec le gnral Santana, chef des Domini-
cains (i).
Si les choses ne se sont pas passes alors tout fait
comme l'avait prpar M. Levasseur, c'est que son Gouver-
nement refusa de le suivre dans cette venture.
Nous copions: Nonobstant les efforts que firent les
conservateurs et l'appui qu'ils rencontrrent dans le consul
franais et quelques commerants trangers, il leur fut
impossible de raliser pour le moment leur project tendant
a chercher la sret du pays dans le protectorat d'une
puissance trangre.
Quelles furent alors les difficults qui les empch-
rent de mener fin leurs desseins ?


(1) Tout ceci est tel que le raconte M. Garcia, ire d. de son histoire, T. 2,
pages 76 78, 9g et 96. - Les mgmes faits sont rappels dans l'Exposition
au Congrs national i pour l'rection de la statue de Duarte.







40 HISTORIQUE (I844)
Le refus du Gouvernement de Louis-Philippe d'ac-
cueillir la proposition du consul Levasseur, accepte par
l'amiral Desmoges, motif pour lequel le ministry franais,
M. Guizot, dans une conference tenue cet effet, porta la
connaissance de l'ambassadeur d'Espagne Paris que la
parties espagnole de Santo Domingo avait secou la domi-
nation d'Hati et demandait se mettre sous le protectorat
de la France; mais que le Gouvernement du Roi n'tait pas
dispos v accder; pourquoi il tait possible que la parties
souleve dsirt se mettre sous la protection de l'Espagne,
auquel cas la France n'y ferait aucune opposition, d'autant
plus qu'il pensait que l'Angleterre non plus ne ferait d'op-
position ce que le protectorat se ralist. Garcia, p. 96.

L'Espagne, come en I843, refusal galement.
Et,en dpit de ses propres sollicitations, la Rpublique
Dominicaine demeura avec sa souverainet entire (i).

Le movement effectu, comme on l'a vu, Santo
Domingo, le 27 fvrier, des commissaires spciaux parti-
rent pour obtenir (solicitar) l'adhsion des diffrentes popu-
lations. Et ce furent ces populations qui, adhrant succes-
sivement au movement sparatiste, se sont, depuis lors,
formes en Etat indpendant sous le nom de Rpublique
Dominicaine, aspirant se donner les mmes frontires
que celles de l'ancienne colonie espagnole.
Ils mirent ainsi dans leur Constitution que les limits
du nouvel tat taient celles de I777.
Ils faisaient par l exactement ce qu'avaient fait les
Hatiens qui, depuis 18o4, mettaient dans leur loi constitu-
tionnelle que toute l'Ple, qu'ils ne possdaient pas encore tout
entire, format cependant le territoire de l'Etat. Ils pronon-

I ) C'est en presence de ces continuelles sollicitations pour le protectorat ou
l'annexion que le gnral La Gandara eut un mot trs svre pour le pays.
Pero la flamante Republica Dominicana al tener sus documents cor-
rientes no sabia que hacer de su independencia. (P.78.)







HISTORIQUE (1814-1859) i
crent aussi la confiscation de toutes les proprits parti-
culires que pouvaient avoir les Hatiens chez eux.

Le Gouvernement d'Hati, certes, ne laissa pas oprer
la separation sans chercher la rprimer. Mais il fut arrt
soudainement dans ses premiers pas, cause de l'anarchie
qui se dchana sur le reste du pays, et, par son intensity
autant que par sa dure, menaa de tout anantir. (Voir
Garcia, T. 2 page 86.)
L'indpendance dominicaine, chappant aux premiers
coups de la repression, chappait aussi une ruine qui tait
alors certain et que rendait encore plus imminent la dis-
corde surgissant au milieu des chefs comptiteurs.

Ds qu'il eut assur l'unit et ramen le calme dans la,
parties occidentale, le Gouvernement hatien se tourna du.
ct de l'Est pour le faire rentrer sous son autorit.
Ce fut ds lors et par la suite l'objet de ses plus cons-
tants efforts.
Plusieurs expeditions eurent lieu.
L'arme hatienne pntrait plus ou moins avant dans
le pays dominicain ; mais, travaille par des conspirations
ourdies dans son sein, elle tait bientt dfaite (i). Pour-
suivie son tour plus ou moins par les Dominicains, elle
repassait la frontire. Et chaque parti reprenait bientt les
positions respectivement occupes par l'un en face de l'au-
tre (2).
Les Dominicains n'avaient rien nglig pour mettre les

(1) Nosotros sabemos que una vez disparado el primer tiro en las fron-
teras, el trono de Soulouque bamboleara, porque los republicans de Hati
asechan la hora de echarle por tierra. El Dominicano, journal de Santo
Domingo. 8 dcembre 1855, no 22. Voir aussi le n" 3o. *
(2) La Gaceta de Gobierno du 12 fvrier 1856, vantant toujours les
prouesses de ses compatriotes, raconte comme suit le dernier fait d'armes
dominicain dans la campaign e de 855-856 <
Un parte official de S. Ex. el senor gnral Libertador, anun-
cia al seiIor Ministro de la guerra que encontrandose los Haitianos entree el








12 HISTORIQUE (1844-1859)
Puissances trangres dans leur intrt.-A part la measure
prise en vue de concilier la sympathie de l'tranger en gn-
ral, c'est--dire d'accorder tous le droit de proprit immo-
bilire (ce qu'Hati refusait cause de l'esclavage existant
encore), ils avaient ds le commencement- on l'avu dj-
fait toutes sortes de dmarches auprs des Puissances Etran-
gres, l'une aprs l'autre et quelquefois en mme temps,
soit pour s'annexer, soit pour demander leur protectorat, soit
pour leur offrir des stations Samana ou la baie de Man-
cenille.
Ils s'taient fait ainsi pour leur lutte avec Hati de
vritables allis, surtout dans la personnel des consuls. -
A Santo Domingo comme Port-au-Prince, ces derniers,
rptons-nous, pleins de zle et allant plus vite que leurs
Gouvernements, encourageaient et aidaient singulirement
les Dominicains. Ils laissaient esprer l'intervention mme
arme de leurs nations, en mme temps qu'ils faisaient
tout ce qu'ils pouvaient pour exercer une pression sur
Soulouque, essayer de l'intimider, entraver ses resolutions
et mettre Santo Domingo au courant de ses moindres mou-
vements.
La lutte fut longue. L'tat de guerre active dura quinze
ans, c'est--dire jusqu' la chute de l'empereur Soulouque,
qui fut le chef hatien le plus persistent vouloir, force
ouverte, reprendre la parties de l'est.

lugar nombhado El puerto y la poblacion de Caobas, no tan solo ocupando
esos puntos, sino con sus avanzadas posesionadas en Caciman, segunparte
del jefe de las fronteras del sur, orden etc.
En efecto, los uuestros marcharon atacar aquellos puestos, etc......
el enemigoo.... .mprendio la fuga, abandonando el puesto de Caciman. -
Nuestros soldados se apoderon de el, pusieron fuego sus barracks, cuarte-
les, y trincheras y continuaron su march persiguiendo al enemigo. En el
Puerto .... los Haitianos emprendieron de nuevo su fuga. Alli tambien se
les destruy todo lo que tenian construido, trincheras, cuarteles, ranchos,etc.
y una vez concluido tan felizmente el objeto de nuestro destacamiento expe-
dicionario, se hizo contramarcha hasta llegar nuestras tropas el 5, sin nove-
> dad alguna, al canton de Las Matas. . Voir le recueil de documents public
par J. G. Garcia sous le titre de Guerrade la Separacion domanicana p. 72 et73.








HISTORIQUE (1850-1861) 13

Dans l'intervalle, la Rpublique Dominicaine avait t
reconnue en i850 par l'Angleterre, en 1852 par le Danemark
et par la France, en 1854 par la Sardaigne, en i855 par
l'Espagne, en i856 par la ville libre de Brme et par les
Pays-Bas.
L'Empereur abdiqua le 15 janvier 1859. Le Prsident
Geffrard, qui le remplaa au pouvoir, se prta des relations
pacifiques et amiables, en ayant soin d'viter ce qui pourrait
tre pris pour une reconnaissance de l'Indpendance domi-
nicaine. Il se borna, sous la mediation des consuls de France
et d'Angleterre, consentir une trve de cinq ans (i).

Cependant, le parti annexionniste, qui n'avait jamais
cess de s'agiter Santo Domingo, l'emporta enfin. Et en
1861, le Gouvernement du gnral Santana, sous prtexte
ou avec une sincere conviction que sans cela Hati allait
invitablement, pacifiquement et bref dlai, absorber
Santo Domingo, annexa le pays dominicain l'Espagne.

(i) Dans le systme politique et la croyance gnrale des Hatiens depuis
1804, l'unit dc territoire et de souverainet tait indispensable dans l'le pour
garantir leur slret comme people libre et indpendant, prvenir surtout les
dangers du voisinage, cte cte sur une le petite, d'une Puissance possesseur
d'esclaves....
Esa obstinada pretencion se explica por razones de convenencia propia
y por antecedentes historicos harto conocidosi No hay duda que repugna la
nmisma naturaleza ver partida en dos por la diplomacia una isla pequeia, espec-
taculo semejante al que nos ofrecieran dos hombres batiendose muerte en
alta mar sobre una balsa de naufragio. > (Gandara, T. i, pag. 191:)
Rpondant M. de Castro, plnipotentiaire espagnol envoy en i83o pour
rclamer la restitution de la parties espagnole runie depuis 1822, Hati disait:
On ne peut refuser A ceux que la violence a privs de la liberty le droit de la
reconqurir lorsqu'ils en ont le pouvoir: c'est ce que les Hatiens ont fait et ont
d fire, en brisant le joug qui leur tait impose, mais il ne leur suffisait pas
de s'tre ressaisis de leurs droits, il leur fallait encore une patrie dans laqulle
ils pussent vivre en scurit, en consolidant leur existence national; c'est ce
qui a motiv la declaration faite par leur acte constitutionnel pour le territoire....
sur ce principle incontestable: que le premier devoir d'une nation est de veiller
a sa conservation et de garantir sa scurit.
L'abolition de l'esclavage et la promesse des Dominicains pour l'inalina-
bilit du territoire ont sans doute change ces dispositions.

r







14 HISTORIQUE (1861-1862)
Celle-ci l'vacua quatre ans aprs, ayant prouv assez de
resistance pour reconnatre que le sentiment vritable de la
majority des Dominicains n'tait pas pour l'annexion
espagnole.

Or, durant ce temps comme auparavant depuis l'poque
de la separation, les frontires taient restes telles que les
avaient faites les vnements: du ct d'Hati surtout. Car
les Dominicains, eux, taient venus aprs la cessation des
hostilits occuper par example les bourgs de Dajabon et de
Banica.
Et ce status quo des limits se maintint en dpit d'une
reclamation espagnole qui fut prsente le 18 mars 1862,
pour tre bientt abandonne, catgoriquement repousse
par le Gouvernement d'Hati (i). L'Espagne, remplaant la
Rpublique Dominicaine, revendiquait les prtentions de
celle-ci aux limits qu'elle avait crites dans sa Constitu-
tion. A la vrit, l'Espagne faisait cette revendication plutt
pour des motifs politiques et stratgiques, c'est--dire
cause de l'hostilit marque des Hatiens et de l'appui qu'ils
taient encore disposs prter aux patriots dominicains,
outre que la position vise mettait les forces espagnoles au
cur de la Rpublique hatienne.

L'anne prcdente, le Gouvernement du Prsident
Geffrard qui, au dbut, avait trs vivement protest et
lanc une trs nergique proclamation contre l'annexion,
s'tait trouv compromise dans une expedition dominicaine
sur les frontires, comme ayant aid en hommes, argent,
armes et munitions le gnral Sanchez contre l'occupation
espagnole.
Une forte escadre sous les ordres de l'amiral Rubalcava
fut immdiatement envoye dans les eaux d'Hati, ayant


(i' Voir mmoire de M. Plsance, secrtaire d'Etat des Relations Ext-
riieures d'Hati. au Prsident Geffrard sur la reclamation de l'Espagne.







HISTORIQUE (1862-1865) 15
entire autres pour instructions de bombarder toutes les
villes et ports de la Rpublique, couler ou saisir tous ses
navires de guerre ou de commerce, si le gnral Sanchez
tenait encore la champagne; sinon, d'exiger une rparation
exemplaire de cette aggression et l'engagement formel de
garder dornavant la neutralit et de bien surveiller la
frontire. Sanchez avait dj succomb et sa petite troupe
avait t disperse, l'arrive de l'amiral Cevant la capital
d'Hati, qui, ne pouvant rsister, dut enfin donner les r-
parations exiges, payer immdiatement un million de
francs d'indemnit et promettre la neutralit impose.
Cependant trois ans aprs, et la guerre pour la restaura-
tion de l'indpendance datant dj de deux ans, le mme
Gouvernement d'Hati offrait ses bons offices et faisait
accepter sa mediation pour mettre fin la guerre.
L'vacuation de l'le fut bientt dcide Madrid sur
la supplique que le Gouvernement provisoire de Santiago,
au nom du people dominicain, adressa Sa Majest la
Reine d'Espagne, le 3 janvier i865, par l'entremise du
President Geffrard, qui en avait inspir les terms discrets
et prudents la habia redactado Gejrard.... terminos dis-
cretos y prudentes en que eslt concebida, rapporte le gn-
ral de la Gandara.

Ds que par le triomphe du part autonomiste la Rpu-
blique Dominicaine eut ainsi recouvr son indpendance,
clair par l'exprience, rapproch par la communaut de
malheur et d'intrt autant que par le souvenir des services
prts au course de ces rcents vnements, on cda dans
l'un et l'autre pays la ncessit de conjurer les funestes
effects de la vieille et rciproque mfiance, en s'unissant
srieusement par une Convention qui assurt l'indpen-
dance autant que la scurit des deux Etats dans l'le.
Pour y parvenir, il fallait en premiere ligne abandon-
ner la fiction territorial pour s'en tenir au principle des
possessions effective.








16 HITTORIQUE (1867-i871)
C'est ainsi que, donnant l'exemple, la Rpublique
d'Hati, en 1867, manifest sa pense par la modification
de sa Constitution, o les limits ne furent plus indiques
ds lors comme comprenant l'le entire.
La Rpublique Dominicaine devait rpondre, en retour,
par un pareil abandon de ses prtentions extraterrito-
riales.
Le 26 juillet, un trait tait sign avec les stipulations
suivantes:
ART. 5. Les deux parties contractantes s'obligent
maintenir de toute leur force et de tout leur pouvoir l'int-
grit de leurs territoires respectifs, et ne cder, compro-
mettre, ni aliner, en faveur d'aucune puissance trangre,
la totalit ni une parties de leurs territoires ou des lesadja-
centes qui en dependent.
ART. 7. -Un trait special fixera ultrieurement la
dmarcation des limited des deux Etats.
En attendant, ils se maintiendront dans leurs posses-
sions actuelles.
Sanctionne et ratifie par les Pouvoirs publics Santo
Domino, cette Convention ne le fut pas en Hati. Et le
trait special des limited ne fut pas abord.
Les deux Rpubliques taient retombes dans les dis-
sensions civiles.

Sur ces entrefaites, le parti annexioniste se ressaisit du
pouvoir Santo Domingo, et une nouvelle annexion, cette
fois aux Etats-Unis d'Amrique, fut dcide par le Gouver-
nement du Prsident Baez, d'accord avec celui du Prsident
Grapt.
Un trait cet effet fut ngoci et sign Santo Do-
mingo le 29 novembre i869.
Dans le rapport du Ministre d'Etat amricain, 16 jan-
vier I871, aussi bien que dans celui de la Commission d'en-
qute envoye sur les lieux, janvier-mars 1871, il est fait






HISTORIQUE (1870-1871) 17

mention des anciennes limits, comme le dispose la Cons-
titution dominicaine.
D'autre part, le Prsident Grant, dans son Message du
5 Dcembre 1870 au Congrs, avait mis l'avis que le
Pouvoir Excutif ft autoris par les deux Chambres du
Congrs nommer des commissaires charges de ngocier
un trait avec les autorits de San Domingo pour l'ac-
quisition de cette le . M. Preston, Ministre d'Hati
Washington, s'mut de ce terme: tle de San Domingo, qui
communment, comprend les deux Rpubliques ensemble;
et il demand au Ministre d'Etat des explications sur ce
qui lui semblait aussi une menace contre l'indpendance
de son pays. Le Ministre amricain rpondit, le 2 dcem-
bre 1870, que le Message du Prsident au Congrs n'a
jamais t considr comme pouvant fournir un texte
discussion avec le reprsentant d'un pouvoir tranger;
et, dans la circonstance prsente, il n'y a pas de
raison pour dvier d'une rgle tablie.
Un Message du Prsident est un change de commu-
nications entire deux branches distinctes de ce gouverne-
ment; et comme tel, c'est strictement et exclusivement un
document priv, duquel aucun pouvoir tranger ne peut
exciper. Si les recommendations continues dans tel ou
tel Message taient adoptes par le Congrs et devenaient
des lois, un pouvoir tranger, dans la crainte que ses
droits ou intrts pussent tre affects, pourrait alors,
avec proprit et par l'entremise de son reprsentant ici,
faire des objections aux measures proposes. Pareille
ventualit ne se prsentant pas, votre intervention doit
tre considre comme tout au moins prmature.
Hamilton Fish.
Se sentant menace dans son existence, la Rpublique
d'Hati avait dj song se garer. Elle avait fait ce qu'elle
avait pu cet effect; et son attitude lui avait valu les remoef-
trances du Gouvernement des Etats-Unis par l'organe offi-
ciel de M. Bassett, son charge d'affaires Port-au-Prince,







48 HISTORIQUE (1870-1874)
comme aussi de dures menaces de la marine amricaine
venue l tout exprs. Le vice-amiral Poor, dans une visit
faite en fvrier i870 au Prsident Nissage Saget, lui dit
qu' il profiterait de l'occasion pour lui communiquer les
instructions qu'il avait reues de son Gouvernement en
train de ngocier avec celui de Santo Domingo.
En consequence, il lui dclara que si une attaque
tait dirieq contre le Gouvernement Dominicain, pen-
dant la dure de ces ngociations, soit sous pavilion
hatien ou tout autre pavilion, elle seraconsidre comme
un acte d'hostilit contre les Etats-Unis et provoquera
des reprsailles . Et lui montrant du doigt ses grands
vaisseaux que du Palais on pouvait apercevoir l'ancre, il
fit remarquer qu'il commandait des forces suffisantes pour
excuter ses instructions et qu'il attendait d'ailleurs
d'autres forces . Il conclut par dire que s'il rencontrait
des navires hatiens dans les eaux de Dominica, il les
coulerait ou lesprendrait .
A quoi le Prsident Saget, qui ressentit une grande
tristesse et une grande humiliation, dit un Amricain
tmoin de la scne, rpondit que Hati avait conscience de
sa faiblesse et aussi de sa dignit.
En dpit de tout, Hati contribua considrablement
fair chouer l'entreprise. Le Snat amricain, grce aux
gnreux efforts de M. Sumner et de ses amis, refusal sa
sanction. Et quelque temps aprs, le Prsident Baez Santo
Domingo fut renvers du pouvoir.

Le nouveau danger auquel venaient d'chapper les
deux petites Rpubliques leur fit rflchir plus que jamais
la ncessit de se lier par un trait solennel, pour garan-
tir leur indpendance et l'intgrit de leurs territoires res-
pectifs.
De l donc le trait qui rgle aujourd'hui les relations
des deux peuples. Sa date est du 9 novembre X874. La dis-
position relative aux limits est libelle comme suit :






HISTORIQUE (1874) 1W
ART. 4. Les hautes parties contractantes s'enga-
gentformellement tablir de la manire la plus conform
l'quit et aux intrts rciproques des deux peoples, les
lines frontires qui sparent leurs possessions actuelles.
Cette ncessit fera l'objet d'un trait special, et des
Commissaires seront respectivement nomms le plus tt
possible cet effet.
Cette clause, l'gal de toutes les autres Ie la Conven-
tion, a t conserve et prsente l'change des ratifica-
tions, sans changement ni observation et absolument telle
qu'elle a t crite et consentie par les Plnipotentiaires
runis.

La reconnaissance de l'utipossidetis du moment tant
ainsi faite, il y avait mettre l'une aus3i bien que l'autre
des deux Constitutions en harmonie avec l'engagement
contract.
La Rpublique d'Hati s'tait, trois mois auparavant,
le 6 aot 1874, donn une nouvelle Constitution dans
laquelle elle avait formellement crit:
AnT. 2. Son territoire et les lies adjacentes qui en
tdpendent sont inviolables et ne peuvent tre alins par
aucun trait ou convention.
ART. 3. Le territoire de la Rpublique, qui a pour
limits frontires toutes les positions occupes actuellement
par les Hartiens, est divis en dpartements, etc.
Les Hatiens, pour le fire, avaient un double motif.
En 1867, ils avaient implement limin le membre de
phrase qui prenait toute l'lle pour le territoire de la Rpu-
blique.
La Constitution haitienne se bornait ainsi garder le
silence sur la matire. De l peut-tre, pour le patriotism
inquiet de nos voisins, une incertitude capable de causer
les craintes qu'ils continuaient manifester sur les secrtes
intentions d'Hati.
11 fallout les rassurer par une declaration positive.







20 HISTORIQUE (1874-1876)
D'autre part, on se prparait la conclusion du trait.
- Les ngociations taient dj ouvertes. On voulut, par
une declaration franche et loyale, ne laisser subsister aucun
doute sur le sens dans lequel Hati entendait ngocier et
traiter la question de territoire respectif.
Quant la Constitution dominicaine, tout de suite
aprsle trait elle fut rforme () ; et l'ancienne rdaction
de l'article 2 fit place cette autre-ci : Le territoire de la
Rpublique comprend tout ce qui auparavant se nommait
parties espagnole de l'le de Saint-Domingue et ses les adja-
centes. Un trait special dterminera ses limited du ct
d'Hati.
Egalement la loi annuelle de Santo Domingo sur les
patentes ne mentionna plus, depuis lors, Las Cahobas,
Hincha, San Rafael et San Miguel, comme elle faisait au-
paravant, sous la rubrique des communes de 5e classes de la
Rpublique Dominicaine.


Mais, dans l'anne 1876, surgirent, la suite d'un
changement de Gouvernement en Hati, des difficults qui
troublrent profondment les relations diplomatiques des
deux Rpubliques.
L'annulation de tous les actes du Gouvernement ren-
vers avait t prononce, et l'existence mme du trait,
mise en question Port-au-Prince. Santo Domingo pro-
testa; et, tout en rtablissant son tour l'ancien texte consti-
tutionnel indiquant les limits de 1777, il continue affir-
mer la validit de l'instrument de 1874 : attend,
soutenaient alors nos voisins, qu'il ne pourrait tre laiss


(1) A proprement dire, on n'tait sous l'empire d'aucune Constitution
quand fut sign le trait. Celle qui existait avait disparu sous la dictature du
gnral Gonzalez. El tratadofuie celebrado por un powder dictatorial :
ejercialo entonces el gnral Ignacio Maria Gonzales investido defacul-
tades omnimodas. (Rapport fait et vot au Congrs dans sa sance du
21 mai i883.)






HISTORIQUE (880-1883) 21
la volont d'une seule des parties d'annuler un contract
synallagmatique.
Les relations demeurrent quatre ans dans cet tat.
On se rapprocha en i880. On signa des conventions pour
dclarer qu'on reprenait les rapports de franche et loyale
amiti dans les nimes conditions que celles tablies dans
les conventions antrieures, etc., comportant ainsi la re-
connaissance du trait de 1874.

On fit plus. Comme au fond c'tait cause des intrts
conomiques engags que l'existence du trait avait t
discute, il fut question de revoir la Convention et de
chercher pour l'avenir un rglement plus quitable, si
c'tait possible, de ces intrts-l.
Il ne s'agissait pas de toucher aux droits acquis.
Mais le Gouvernement de Santo Domingo exigea avant
tout que celui d'Hati reconnt, encore plus directement et
formellement qu'il ne l'avait fait, la force en vigueur du
trait.
Ce fut alors, I883 -, les conferences tant ouvertes,
que se prsenta la double interpretation des mots deposses-
sions actuelles.


D'une part, la Rpublique d'Hati, par l'organe de
son plnipotentiaire, M. Archin, dit que le terme de pos-
sessions actuelles veut dire les possessions occupes
l'poque de la signature du trait; que, partant, le principle
de l'ut possidetis de 1874 est d'ores et dj conventionnel-
lement accept et consacr pour le trac des lines fron-
tires .
D'autre part, la Rpublique Dominicaine, qui fait.un
long commentaire pour arriver un autre sens, dit
i" Par l'organe de ses Plnipotentiaires, MM. E.
Tejera, M. Cestero et J. de Jesus Castro :
Qu' son avis les mots de possessions actuelles du







22 HISTORIQUE (1883-1894)
trait de 1874 ne pouvaient pas signifier autre chose que
les possessions' auxquelles cette date les deux peuples
avaient un vrai droit par les titres lgitimes qui, entire
nations dmocratiques cultivant la justice, donnent relle-
ment la proprit, et non pas les possessions, etc., occupes
l'poque de la signature du trait ;
2 Par la declaration du Congrs :
Que par possessions actuelles on doit entendre celles
qu'a fixes le status quo post bellum en 1856, unique que peut
avoir en sa faveur 'ati possidetis auquel peut raisonnable-
ment et quitablement se rfrer la clause mentidmne;
3 Par le Memoria du Ministre des Relations Ext-
rieures, 27 fvrier 1884 :
Que les Plnipotentiaires dominicains interprtrent
par possessions actuelles celles qui en droit pourraient
appartenir chacun des deux peuples, et dans le mme
sens opina le Congrs consult l-dessus.

Dans cet tat, les Plnipotentiaires dclarrent les
conferences termines le 29 niai 1883.
De nouveaux pourparlers tents aprs cela, notamment
ceux suivis Port-au-Prince, en aoit 1887, par le gnral
E. Generoso Marchena en quality d'agent confidential du
Gouvernement Dominicain, n'eurent pas plus de succs.

Enfin, le 18 dcembre 1894, une note de la Lgation
d'Hati Santo Domingo, se basant sur les bones disposi-
tions rcemment montres de part et d'autre pour arriver
un rglement dfinitif des questions pendantes, demand
au Gouvernement Dominicain la nomination des commis-
saires qui, avec ceux d'Hati, sont appels, aux terms de
de !'article 4, conclure le trait special du trac des lignes
frontires qui sparent les possessions actuelles des deux
Rpubliques.
Le Cabinet de Santo Domingo dclara qu'il nommerait
les commissaires, si Hati acceptait les trois points suivants :







HISTORIQUE (1895) 23
I La proposition et l'acceptation pralable d'un accord
prliminaire au moyen duquel se compromettront les deux
hautes parties contractantes tablir, dans le plus bref
dlai possible et conformment au droit qui appartient
chaque people, la ligne frontire qui spare le territoire des
deux Etats, devant servir comme point de dpart pour le
trac de la line frontire provisoire les possessions que
les deux Etats occupaient respectivement dans l'anne
i856, sous la condition que cet arrangement prliminaire
et provisoire ne prjudicie en aucune faon aux droits
que peut avoir chacun des deux Etats sur quelque portion
que ce soit du territoire de la frontire.
De cet accord pralable devra rsulter galement la
declaration : que les gouvernements des deux peuples
devront avoir dtermin, dans le dlai d'un an au plus
tard, quels ont t les points qu'ils occupaient respecti-
vement en 1856, et la ligne qui devra les joindre entire eux,
les uns aux autres ; devant cet arrangement provisoire,
recevoir la sanction des pouvoirs constitutionnellement
comptents dans chaque pays, et tre ainsi public en entier,
aussitt qu'il aura dment reu l'approbation respective.

2 Dans un accord complmentaire du prcdent,
qui sera galement soumis l'approbation respective des
pouvoirs prcits, il sera spcifi trs clairement quels sont
ou devront tre les points par o devra passer la ligne dfi-
nitive de la frontire, et aussi le mode, la forme et conditions
requises dans lesquels elle devra tre trace, en convenant
aussi pralablement que s'il venait surgir cet gard un
dsaccord entire les deux Etats, le rglement final en sera
dfr un tribunal d'arbitres nomms suivant las
usages, les lois et les exigences constitutionnelles de
chacun des deux pays.

3" Revision et rforme du Trait de 1874. -
(Note du 4 janvier 1895).
o







24 HISTORIQUE (189)
C'tait en some les mmes propositions des plnipo-
tentiaires dominicains en i883, rptes par l'agent confi-
dentiel en 1887.
Hati rpondit qu'il n'y avait pas convenir de nouveau
de ce qui tait dj convenu entire les parties; que bien que,
en fait, la limited des territoires don't les deux Etats avaient
la ferme possession en 1856 ou i858, soit reste la mme, en
definitive, que celle qui existait au moment o tait sign le
trait de 1874, le Gouvernement hatien, dans tous les cas,
pour l'honneur des principles et le respect d des stipu-
lations librement, justement et valablement consenties, ne
peut que maintenir sa manire de voir sur l'poque du static
quo convenu, c'est--dire l'utipossidetis de 1874 qui est la
just formule, qui est la seule interpretation raisonna-
blement possible de l'engagement contract;
Que jusque-l le Gouvernement hatien n'avait pas cru
indispensablement ncessaire le recourse l'arbitrage; que
Dominicains et Hatiens, s'inspirant de l'intrt bien entendu
des deux pays pour se pntrer de l'esprit de conciliation
qu'il faut, pouvaient eux-mmes rgler la question;
Que, pour la revision et rforme, ce n'est pas au mo-
ment d'excuter sans avoir aucunement rempli l'engagement
contract, qu'on peut parler de rforme; et que d'ailleurs ce
sont les Dominicains eux-mmes, en avril i88i,qui ont d-
clar que le trait ne pourra tre revis avant le fidle accom-
plissement des devoirs qu'il prescrit; qu'enfin, si le trait de
1874 est encore en vigueur, il n'y a qu'une chose faire,
c'est de l'excuter. Et si son article 4 prescrit la nomination
des commissaires, il n'y a qu' les nommer. Note du 4 mars.
Le Ministre dominicain rpliqua le 22 mars pour main-
tenir l'interprtation soutenue par son Gouvernement et
confirmer sa proposition d'arbitrage. Il ajouta : Au cas
o il arriverait que les arbitres, tout en reconnaissant la
Rpublique Dominicaine des droits antrieus surrdes points
dtermins de la frontire occups par Haiti en 1874,







HISTORIQUE (1895) 25
reconnussent cependant la convenance que Hati continue
les possder, etc., qu'il soit convenu ds maintenant que
les arbitres dtermineront l'indemnit proportionnelle
laquelle il y aurait lieu en faveur de la Rpublique Domi-
nicaine.... Et il finit par proposer des conferences verbales
pour arriver un plus bref accommodement.

Il s'ensuivit ce qui est relat comme suit, dans la note
du Ier mai de la Lgation d'Hati au Ministre des Relations
Extrieures de la Rpublique Dominicaine:
Or, des conferences verbales ci-dessus mentionnes,
il rsulta bientt que le Gouvernement Dominicain fit une
nouvelle rdaction de la proposition d'arbitrage qu'il voulut
bien me soumettre et laisser, et que, pour la bonne rgle,
je consigne, avec la traduction en regard, ainsi qu'il suit:


El Gobierno Dominicano
tiene necesidad de que sea
resueltoarbitralmente ladifi-
cultad existence respect (le la
interprtacion del sentidodel
articulo 4 del Tratado de
1874.
Asi convene en que el
arbitro o arbitros decidan si
el articulo 4" del Tratado de
1874 tiene el sentido i da el
dereclio que le supone el
Gobierno Haitiano, 6 tiene el
que le supone el Gobierno
Dominicano.
Resuelto el punto a fa-
vor de la nacion haitiana,
el Gobierno Dominicano se
obliga a trazar la linea fron-
teriza defi4itiva de modo que
queden a favor de Haiti todas


Le Gouvernement Domi-
nicain a besoin que la diffi-
cult existent l'gard de
l'interprtation du sens de
l'article 4 du trait de 1874
soit arbitralement rgle.
Ainsi il convent que
l'arbitre ou les arbitres d-
cident si l'article 4 du trait
de 1874 a le sens et donne le
droit que lui suppose le Gou-
vernement Hatien ou a celui
que lui suppose le Gouver-
nement Dominicain.

Le point rsolu en faveur
de la nation hatienne, le
Gouvernement Dominicain
s'oblige tracer la ligne
frontire definitive de ma-
nire que resent en faveur







HISTORIQUE (1895)


las posesiones ocupadas por
este en el aiio 1874.

En caso de que el arbitro
6 los arbitros decidan la cues-
tion conforme con la inter-
pretacion dada por el Gobier-
no Dominicano, entonces
este, previa autorizacion de
la nation, se obliga a conve-
nir con el Gobierno Haitiano
el modo de que este quede
en posesion i con perfect
derecho sobre el terreno que
tenia occupado en 1874, me-
diante las compensaciones
que en justicia deban conce-
derse.
Si el Gobierno Haitiano
nombrare por sus arbitros al
Sume Pontife, al Gobierno
Holands 6 al Belga 6 al
President de los Estados
Unidos de America, el Go-
bierno Dominicano se obliga
a aceptar los tambien como
arbitros suyos.


d'Hati toutes les possessions
occupes par elle dans l'an-
ne 1874.
En cas que l'arbitre ou
les arbitres dcident la ques-
tion suivant l'interprtation
donne par le Gouvernement
Dominicain, alors celui-ci,
avec l'autorisation pralable
de la nation, s'oblige con-
venir avec le Gouvernement
Hatien du mode qui laisse
Hati en possession avec droit
parfait du terrain qu'elle
occupait en 1874, moyennant
les compensations qui, en
justice, doivent tre conc-
des.
Si le Gouvernement
Hatien nomme pour ses ar-
bitresle SouverainPontife,ou
le Gouvernement Hollandais,
ou le Belge ou le Prsident
des Etats-Unis d'Amrique,
le Gouvernement Dominicain
s'oblige les accepter ga-
lement pour les siens.


Dans cet tat donc de la question o il est bien entendu
que, quelle que soit la decision arbitrale intervenir, les
possessions territoriales actuelles restent telles qu'elles sont
sauf indemnit pcuniaire, s'il y a lieu; en ce qu'en effet,
mme au cas du 3e alina de la proposition du 8 avril, les
compensations ainsi prvues, laissant les possessions
comme elles se trouvaient occupes en. 1874, ne pourraient
tre qu'en une indemnit pcuniaire; dans cet tat de la







HISTORIQUE (1895) 27
question, j'ai soumis les propositions de votre Gouverne-
ment l'apprciation du mien qui, alors, pour donner la
Rpublique Dominicaine une preuve de son vif dsir de
faciliter autant qu'il est en son pouvoir une solution satis-
faisante et galement honorable pour les deux parties,
m'a invit notifier au Gouvernement de Votre Excellence,
sauf sanction legislative, son adhsion l'arbitrage pro-
pos sur l'interprtation du sens de l'article 4 du trait
de 1874, tel qu'il est formul dans la proposition remise
le 8 avril coul ci-dessus transcrite; comipe aussi son
empressement accepter le premier nom qui s'est offert
sur la liste du Gouvernement Dominicain pour le choix
de l'arbitre, et qui est celui trs vnr du Trs-Saint-Pre
le Pape.

Hati avait toujours refus l'arbitrage, trouvant qu'il
n'tait pas ncessaire de recourir l'intervention amicale
d'une tierce puissance pour reconnatre le sens d'une dis-
position qu'elle voyait si nette et si claire. La bonne foi des
parties devait suffire. Mais les nouvelles conditions de la
proposition d'arbitrage et le nom du Saint-Pre dtermin-
rent le Gouvernement hatien accepter cette fois.

Le Gouvernement dominicaiu jugea ncessaire de se
faire spcialement autoriser par un plbiscite qui eut lieu
les Ie et 2 juin.
Et la convention d'arbitrage fut signe entire les par-
ties le 3 juillet i895.
Quelques jours aprs 21/25 juin en vertu
de la mme autorisation plbiscitaire, sortit un dcret
du Congrs pour la revision de la Constitution touchant
l'article des limits et quelques autres galement indiqus.

Dans ces entrefaites, tait public le Memoria annuel
du Ministre des Relations Extrieures, dpos au Congrs
dominicain, la date du 20 mars 1895.


*






28 HISTORIQUE (1895)
Le document, au chaptre des relations avec Hati,
expose l'tat actuel de la question des limits, rappelle le
point de dpart des ngociations et relate comme quoi
depuis lors la Rpublique Dominicaine a renonc ses
revendications du trait d'Aranjuez et a rduit ses prten-
tions aux territoires sur lesquels l'avaient tablie ses armes
sparatistes victorieuses.
L, du reste, sont dveloppes les prtentions de nos
voisins, tout comme plus loin dans le mme document, au
chapitre de la Dlgation apostolique prs de l'un et l'autre
gouvernements, il est fait mention d'un droit que Santo
Domingo prtendrait avoir la residence du Dlgat apos-
tolique et qui (toujours selon que le prtend Santo
Domingo) aurait t reconnu par le Saint-Pre.
Nous dirons en passant que ce n'est pas en cons-
quence d'une pareille prrogative, don't nous ignorons com-
pltement l'existence, qu'a t change entire Hati et la
Rpublique Dominicaine la correspondence du 26 mars au
5 mai 1894 qui a eu tout autre chose pour objet.
(Pour tout ce qui prcde voir aux Annexes la srie de
notes changes Santo Domingo.)

Tel est, sous le rapport des frontires, l'historique
simple et vrai des deux Etats ns l'un au commencement
du sicle, l'autre quarante ans plus tard. Il n'y a pas
contester ces faits, puisque l comme dans ce qui va suivre,
ils sont tirs de documents dominicains don't nous avons
voulu, pour cause, nous servir de prfrence ceux de
provenance hatienne.
















TEXTE DE L'ARTICLE


Dont l'interprtation est soumise l'arbitrage.





ART. 4. Les hautes parties contractantes s'engagent
formellement tablir, de la manire la plus conforme
l'quit et aux intrts rciproques des deux peuples, les
lines frontires qui sparent leurs possessions actuelles.
Cette ncessit fera l'objet d'un trait special, et des
commissaires seront respectivement nomms le plus tt
possible cet effet.














QUESTION


Il s'agit de savoir quel est le sens littral et vrai du
terme ,de possessions actuelles crit l'article 4 de notre
trait de 1874.
S'il en rsulte, comme le dit Hati, que l'uti possidetis
indiqu est celui de l'poque de la signature du trait;
Ou bien, comme le suppose Santo Domingo, plutt
celui de l'anne i856.

Voil la question dans laquelle se renferme l'objet de
l'arbitrage, telle que le comporte la nature du point en
contestation et telle aussi que le dterminent, avec toute la
precision possible, le prambule et l'article Ier du compro-
mis pass entire les parties le 3 juillet dernier.











DISCUSSION


PREAMBULE

On se propose de montrer le mal fond des prtentions
dominicaines, mettant en pleine lumire que le sens attribu
l'article 4 par l'interprtation hatienne est le vrai et le
mme que les ngociateurs des deux Parties ont entendu
attacher la clause, alors qu'ils se sont accords pour
signer le trait du 9 novembre 1874.
A cet effet, les moyens et prtentions des parties sont
examins l'un aprs l'autre, dans l'ordre suivant:

i" Signification du terme de possessions actuelles;
20 Analogie tire du trait de 1867;
3 Circonstance d'un trait special intervenir;
4 Statu quo de I856;
5 Recherche de l'intention des parties contractantes;
6 Rapprochement des articles 18 et 19 du trait ;
7 De quelques autres rgles d'interprtation.

Mais (serait-on tent de se demander) pourquoi tout ce
dveloppement propos d'une question aussi simple que
celle qu'il s'agit d'arbitrer ?
En voici le motif :
A part qu'il y avait prsenter une exposition circons-
tancie du sujet, il y avait aussi considrer que nos voi-
sins ont tant dit l-dessus et le plus souvent avec tant de
vivacit, que pour avoir raison de leur persistence, le plus







:3 DISCUSSION
sa-e tait de prendre un un leurs arguments, et, par une
tranquille, patient et scrupuleuse analyse, montrer ce que
ces arguments pouvaient valoir en fait et en droit.
Et ce n'est pas tout. Nous confessions que dans
notre ide, il v a quelque chose de plus que le soin de pr-
senter, trs humblement et trs respectueusement, ce qui
a pour objet d'tablir la certitude juridique dans l'esprit du
Grand Pontife.
C'est le secret espoir de produire en mme temps la
certitude mo.-ale dans la conscience de nos contradicteurs
eux-mmes ou du moins du plus grand nombre, et des
principaux !
Pourquoi ne nous serait-il pas permits d'esprer que
la franchise de nos explications et l'vidence de nos deductions
obtiendront enfin l'adhsion de nosvoisins, quand pour cela il
n'y avait peut-tre qu' dissiper ce qui n'aurait t jusqu'ici
que des malentendus engendrs par l'esprit de contention,
suite regrettable mais consequence naturelle de nos vieilles
querelles, heureusement oublies aujourd'hui ?
SNous croyons que ce n'est pas trop prsumer des
excellentes dispositions du moment.
En tous cas, c'est notre cordiale sympathie pour nos
voisins et notre ardent dsir d'une vie de concorde et d'har-
monie fraternelle de plus en plus consolide, autant que le
pur sentiment de la justice, qui nous le font croire et
esprer.



1" POSSESSIONS A:cTIEL1.'s. ScGNIFICATION IL CE.E TEIME.


11 faut avouer que pareille expression ne devait pas
fair question entire les parties contractantes. Elle n'est ni
obscure ni ambigui. Elle est claire et prcise. Elle ne sau-
rait avoir d'autre signification que celle de possessions exis-
tant au moment o l'on parlait.







POSSESSIONS ACTUELLES


Les simples lumires du bon sens trouveront tout
aussi bien et aussi vite que la science des jurisconsultes que,
lorsque les mots employs ont un sens prcis et dter-
min d'aprs l'usage commun, on doit admettre que les
parties ont employ ces mots dans leur sens usuel .
Qu'il n'est pas permis d'interprter ce qui n'a pas
besoin d'interprtation. Quand un acte est conu en
terms clairs et prcis, quand le sens en est manifeste et
ne conduit rien d'absurde, on n'a aucune raison de se
refuser au sens que cet acte prsente naturallement (1).

Cependant les Dominicains contestant. Il leur a sembl
mme que l'quit naturelle serait blesse, s'ils devaient
reconnatre l'engagement dans le sens natural de ses terms.
Or, peut-on dire srieusement que l'article 4 du trait
tel que nous le comprenons, conduit a quelque chose
d'absurde ou de contraire l'quit naturelle?
Certainement non.
Un pays jusque-l uni et tranquille est subitement
dchir par la guerre civil. La revolution done naissance
deux grands parties spars, soutenant leurs prtentions
les armes A la main. Le temps fait son oeuvre. La spara-
lion devient un fail accompli et accept. Et on rgularise
les relations siur la chase de l'uti possidetis.
Y a t-il la rien d'absurde?
Des prtentions opposes sont en presence. L'un des
deux parties proclamant l'indivisibilit du territoire, veut que
l'le entire continue former la Rpublique d'Harti. L'au-
tre proclamant la separation, veut que les limits du novel

(i) Aller chereher ailleurs, continuons-nous de lire, des conjectures pour
le restreindre ou I'tendr'e, c'est vouloir l'luder. Admettez une fois cette
i dangereuse mthode, il n'est aucuu acted qu'elle ne rende inutile. Que la
lumire brille dans toutes les dispositions de votre acte, qu'il soit conu dans
les terms les plus prcis et les plus clairs, tout cela vous sera inutile s'il est
permits de chcherher des raisons trangres pour soutenir qu'on ne peut le
prendre dans le sens qu'il prsente naturellement.







DISCUSSION


Etat spar soient les mmes que celles d'une poque ant-
rieure la naissance de l'un comme de l'autre Etat.
La force des armes est appele en dcider. Chacun
luttant pour raliser le programme qu'il s'est trac,
s'efforce de gagner sur son adversaire le plus de terrain
qu'il peut prendre et occuper. Mais finalement les deux se
retrouvent galement impuissants remplir le desideratum
de leurs Constitutions politiques, et, la guerre ne pouvant
s'terniser, on transige. On abandonne de part et d'autre
ces prtentiols qu'il n'a pas t possible de raliser. Et
l'existence indpendante des deux peuples est accepte avec
leurs territoires dlimits selon l'uti possidetis du moment.
Y a t-il l rien de contraire l'quit naturelle?
N'est-ce pas plutt qu'il faut reconnatre que c'est ainsi
que l'engagement contract d'tablir les lignes frontires qui
sparent leurs possessions actuelles, l'a t de la manire la
plus conforme l'quit et aux intrts rciproques des
deux peuples? (i)
Que pouvait-il y avoir de plus just et quitable que
die laisser chaque population la jurisdiction sous laquelle
elle a librement voulu se ranger lors du conflict et laquelle
elle est toujours reste fidle?
Que pouvait-il y avoir de plus conforme aux intrts
rciproques des deux peuples que de faire disparatre ce qui
resterait non pas seulement comme le plus grand empche-
ment un tat de paix fructueux, mais comme une cause
fatale de lutte outrance, rouverte plus ou moins prochai-
nement ?

( ) Le trait de paix anantit les prtentions rciproques; et en vertu du
droit des gens volontaire, les conditions stipules entire les deux contractants
sont rputes galement justes de part et d'autre, dit le baron de Chambrier
d'Oleires cit par Vattel T. 3, p. 187, qui dit aussi : l'tat o les choses se
trouvent au moment du trait doit passer pour lgitime; et si l'on veut y
apporter du changement, il faut que le trait en fasse une mention express.
Par consquent toutes les choses don't le trait ne dit rien doivent demeurer
dans l'tat o elles se trouvent lors de sa conclusion. (IV % 21, III % 216.)




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs