• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Front Matter
 Half Title
 Title Page
 Foreword
 Considerations generales
 Coup d'oeil sur l'histoire...
 Back Cover






Group Title: Haïti
Title: Haiti
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081369/00001
 Material Information
Title: Haiti son passé, son avenir ..
Physical Description: 152 p. : ; 8vo.
Language: French
Publisher: Arthur Rousseau
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1891
Copyright Date: 1891
 Subjects
Subject: History -- Haiti   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Record Information
Bibliographic ID: UF00081369
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltuf - ADB7052
oclc - 35777927
alephbibnum - 000588312

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Front Matter
        Front Matter 1
        Front Matter 2
    Half Title
        Page i
        Page ii
    Title Page
        Page iii
        Page iv
    Foreword
        Page v
        Page vi
    Considerations generales
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
    Coup d'oeil sur l'histoire d'Haiti
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97-112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
    Back Cover
        Page 153
        Page 154
Full Text



















Y
R97 3k


















UNIVERSITY

OF FLORIDA

LIBRARIES


__ _I _


















HAITI

SON PASS, SON AVENIR






THIS VOLUME HAr BEEH
tICROFILMED
BY THE UNIVERSITY OF
FLORIDA LIBRARIES.








Pour paratre prochainement :

tudes conomiques sur Hati













HAITI


SON PASS, SON AVENIR


PAR

ROCHE-8RELLIER
Ex-Secrtaire d'Etat de l'Agriculture et de l'Instruction publique, etc., etc.


PARIS
ARTHUR ROUSSEAU, LIBRAIRE-DITEUR
14, RUE SOUFFLOT, 14














LAfl#
AAlaac




















A MON PAYS



C'est ma bien-aime patrie que je ddie ces
pages o chaque line respire l'amour que je
lui porte. Mme loign d'elle, toutes mes pen-
ses s'y rapportent toujours, et son bonheur
est ma plus vive preoccupation. N'a-t-elle pas
droit, en effet, d'exiger de ses enfants qu'ils
lui consacrent leurs efforts?
Quand un tel sentiment fait battre mon cour,
quels n'ont pas t mon chagrin et mon irrita-
tion, lorsque, retournant Port-au-Prince aprs














VI -

la chute du gnral Lgitime, un tranger ne

craignit pas de venir dans la rade sur le vais-

seau qui m'avait amen et o je me trouvais

encore, me demandant ce que je venais faire

dans mon pays, sous le gouvernement du gn-

ral Hippolyte!......















HATI



SON PASS. SON AVENIR





CONSIDERATIONS GNERALES

Parmi tous les devoirs du citoyen envers un
pays, le premier, le plus imprieux, n'est-il
pas de lui dire la vrit sans crainte et sans
rticences ? S'il est vident qu'on a des obliga-
tions envers le corps social don't on est mem-
bre, en quoi se rsument-elles, sinon que
chacun doit contribuer, dans la measure de ses
forces et de ses moyens, au bonheur et la
gloire de la patrie commune ?
Mais comment ce rsultat pourrait-il tre
atteint, si le people n'est pas clair sur ses
vritables intrts, si peut-tre, sans qu'il s'en
doute lui-mme et sans qu'aucune voix ose












IIA TI


s'lever pour l'avertir, on le voit s'engager
dans un chemin funeste, tromp par une ap-
parence de verdure et par quelques fleurs qui
lui en cachent les prcipices ?
Faire du bien son pays et lui montrer la
vrit, si amre qu'elle puisse tre, sont au
fond, deux terms identiques.
:mans doute, la tche est difficile et souvent
remplie d'amertume : aucune n'a davantage
besoin de ce courage moral, plus rare que le
courage militaire. L'homme que le zle pour
le bien public fait seul agir, et don't la parole
jamais ne s'abaisse, pour une vaine popularity,
a flatter les erreurs du moment, se trouve
bientt en face d'une ligue formidable. Forc-
ment, dans son libre language, il aura froiss
des intrts, heurt des prjugs, irrit des
passions, d'autant plus tenaces et plus ar-
dentes se venger qu'elles sont plus contraires
a l'intrt gnral. Toutes les ambitions, toutes
lbs cupidits, tous les gosmes, persuads
d'tre l'abri derrire l'talage des maximes
pompeuses don't ils se couvrent et troubles
dans leur quitude, sont prompts a se coaliser
contre l'audacieux qui ne craint pas d'arracher
des masques trompeurs pour montrer les vi-
sages nu.












SON PASSE, SON AVENIR. 3

Tel est le spectacle qu'on a pu voir dans tous
les temps et chez tous les peuples.
Heureusement, moins qu'un people ne soit
entr dans une decadence irremdiable et que
la destine ne l'ait condamn disparatre, le
feu sacr du patriotism ne s'teint jamais dans
toutes les mes. Il s'est toujours rencontr des
hommes assez indpendants des misrables
querelles des parties pour s'en dgager et s'-
lever jusqu' la conception des intrts sup-
rieurs de la patrie. Et si, trop souvent, ils ont
excit contre eux des haines furieuses, si la
calomnie et la perscution leur ont fait expier
la franchise de leurs paroles et leur dvoue-
ment au bien public, parfois aussi ils ont joui
de la plus douce recompense. Leurs efforts ont
t couronns de succs : ils ont vu se ranger
autour d'eux les bons citoyens, toujours en
some les plus nombreux, que ne peut garer
longtemps ce fanatisme des ides qui tient plus
l'orgueil qu' l'ardeur de la conviction.
Ces penses et ces sentiments puiss dans
l'tude de l'histoire et fortifis par mon ardent
amour de la patrie ont toujours t les miens;
ce sont eux qui me present aujourd'hui de
m'adresser mes concitoyens pour leur ex-
poser des vrits que je crois utiles aprs












4 IIAITI

toutes les crises que notre Rpublique a tra-
verses. A dfaut d'loquence, la sincrit de
ma parole, du moins c'est mon espoir, touchera
peut-tre tous ceux qui ne ferment point de
parti pris leurs yeux la lumire.

Nous sommes l'objet de bien des critiques
injustes, inspires souvent par des calculs in-
tresss : notre jeune nationalit compete de
nombreux ennemis chez quelques peuples
trangers, et certaines ambitions qui nous
guettent commencent par nous dcrier pour
mieux se prparer les voies. Au course de cette
tude, je pourrai reliever quelques-unes de ces
attaques perfides.
Mais en laissant de ct ce qui est manifes-
tementfaux, calomnieux ou tout au moins exa-
gr dans ces apprciations malveillantes,
sommes-nous rellement exempts de tout re-
proche ? A quoi sert-il de se tromper soi-mme ?
Avons-nous su prendre parmi les autres peu-
ples la place qui nous convenait, assurer tou-
jours le respect de notre dignit national? A
l'intrieur, la situation est-elle satisfaisante,
mme pour les plus optimistes de nos compa-
triotes. Tous ceux pour qui le mot patrie n'est
pas un vain nom, peuvent-ils la contempler













SON PASS, SON AVENIR.


sans tristesse, envisager l'avenir sans quelque
doute ml d'angoisse?
N'est-il pas urgent de nous liver un s-
rieux examen de conscience pour rechercher
les causes de nos malheurs passes et tcher
ainsi d'en prvenir le retour? Et si nous d-
couvrons qu'ils ne sont dus qu' nous-mmes,
i des prjugs, des passions que la raison
condamne, n'aurons-nous pas la volont de
nous corriger? Nos plus grands adversaires
sont obligs de reconnatre la bont, la douceur
et la droiture de la race noire: ne tiendrons-
nous pas prouver qu'elle est aussi capable
que toute autre de comprendre et de pratiquer
les rgles essentielles sans lesquelles aucune
socit ne peut ou s'tablir ou durer ?
Je soumets avec confiance mes concitoyens
le fruit de mes rflexions ce sujet, heureux
si je puis en convaincre quelques-uns, et par
l peut-tre aider l'avnement d'un tat de
choses meilleur pour notre bien-aime pa-
trie.
En parcourant l'histoire, un fait avant tout
m'a frapp, fait sur lequel je veux insisted tout
d'abord, parce qu'il est gnral toutes les
nations, que l'histoire de la ntre en est une
confirmation douloureuse, et que, bien com-













HATI


pris, il doit singulirement faciliter la tche
que je me suis impose.
A toutes les poques, quelle a t la princi-
pale source des maux qui ont pu fondre sur un
pays ? Les faits rpondent : les passions ex-
clusives des parties et leur intolerance haineuse.
Rver l'unit des opinions serait la plus folle
des chimres; l'existence de parties diffrents
est inevitable sans doute, lgitime et mme
utile, puisqu'elle constitute la vie des nations :
la lutte des ides ne peut tre que fconde,
tant la condition ncessaire du progrs. Mais
qui peut se flatter d'avoir toujours raison, de
possder seul la vrit absolue. Des diver-
gences de vues dans la conduite des affaires du
pays doivent-elles aller jusqu' la haine et la
fureur?
Les intrts particuliers d'un parti ne doi-
vent-ils pas cder aux intrts gnraux de la
patrie ? Est-il un bon citoyen celui qui ne veut
le bien de son pays qu'autant qu'il s'accorde
avec celui du parti auquel il est infod? Si
l'on est incapable de concessions envers ses
concitoyens, n'est-ce doncpas la preuve qu'un
miserable orgueil et peut-tre d'autres pas-
sions moins avouables encore se dissimulent
sous l'enseigne mensongre des principles?













SON PASS, SON AVENIR.


Quand on n'obit qu' des convictions s-
rieuses, n'est-on pas dispos respecter celles
des autres et surtout h fire le sacrifice de ses
ides les plus chres sur l'autel de la concorde
et du patriotism?
Hatiens, depuis un sicle, vous avez conquis
votre indpendance. Eh bien, jetez un regard
en arrire: contemplez l'instabilit perptuelle
du pouvoir, les guerres civiles sans cesse re-
naissantes, les flots de sang qu'elle a fait cou-
ler, les ruines qu'elles ont entasses, et dites
quelles compensations vous avez eues pour
tant de malheurs! Quels bienfaits vous ont
apports tous ces triomphateurs successifs,
matres un jour du pouvoir, chasss le lende-
main par d'autres don't le succs est aussi
phmre. Ne pensent-ils qu'au bien du pays
les parties qui se combattent avec tant d'achar-
nement?
Ce flau des guerres intestines n'est point
certes un mal particulier notre pays: il nest
aucun people don't les annales ne contiennent
des pages sanglantes. Partout les haines de
parti, le fanatisme, les ambitions criminelles
ont produit, come des fruits naturels, les
violence, les massacres, la ruine, les excs de
toute sorte. Mais si, l come chez nous, l'hu-












HAITI


ianit avait gmir, si le philosophy et
l'homme d'tat patriote ont d consacrer leurs
efforts rparer des dsastres, calmer des
passions, gurir les plaies de leur patrie lan -
guissante, au moins presque toujours ces fu-
reurs trouvaient-elles un prtexte, si ce n'est
une excuse, dans l'importance des intrts en
lutte, dans la grandeur des questions qui s'agi-
taient, parfois aussi dans le prestige et le gnie
de ces hommes clatants qui, pour le malheur
des peuples, savent les blouir et les dominer.
Quand on a vu s'armer les uns contre les
autres les citoyens d'un mme pays, soit pour
dfendre et propager des croyances religieuses
qui formaient le fond intime de leurs con-
sciences, soit pour revendiquer des droits m-
connus, ou replacer sur d'autres bases tout
l'difice social, ou combattre une tyrannie
qu'on ne pouvait plus endurer, si ce spectacle
avait sa tristesse, il offrait aussi, tant les causes
taient grandes et tant les rsultats pouvaient
avoir d'influence sur les destines de la nation
et parfois de l'humanit tout entire, un int-
rt d'une motion poignante.
Voit-on rien de semblable dans les dissen-
sions qui nous travaillent? Qui pourrait dire
nettement ce que veulent tous les parties qui,












SON PASSE, SON AVENIR. 9

chez nous, sont en presence? Quels projects
d'amlioration social, quelles vues de pro-
grs, quels plans d'avenir pour le bonheur, la
scurit et l'accroissement du pays, ont-ils
conus les uns et les autres, qui puissent jus-
tifier leur impatience de gouverner, leurs r-
voltes continuelles quand ils ne sont pas les
matres ?
Deux motifs seuls peuvent lgitimer le re -
cours aux armes : le despotisme qui, touffant
les aspirations du pays, ne permet pas la vo-
lont national de s'exprimer librement et
force ainsi le people se soulever; ou bien
encore les violence exerces par une parties
de la nation sur l'autre, autrement dit les abus
de pouvoir du parti vainqueur qui se croit en
droit de perscuter ses adversaires. En dehors
de ces deux cas, qu'on peut appeler de lgi-
time defense, tout citoyen, tout parti est cri-
minel, qui cherche prvaloir par la force :
si tous peuvent aspirer au gouvernement, tous
ont le devoir de ne le chercher que par la
libre discussion, la propaganda lgale et le
consentement de la majority de leurs conci-
toyens.
Ces vrits sont lmentaires dans les pays
qui savent pratiquer la libert, depuis long-












10 IHATI

temps acclimate; en Haiti, malheureusement,
clles sont encore mconnues, et les maux don't
nous souffrons drivent pour une bonne part
de cette ignorance, ou plutt de cet oubli.
Mais enfin, clairs par une experience chl-
rement acquise, puisant dans l'excs mme de
nos souffrances l'nergie ncessaire pour y
mettre un term, ne saurons-nous pas prendre
les resolutions convenables un people qui,
non seulement veut vivre, mais marcher tou-
jours plus avant dans la voie du progrs, de
la justice, de la civilisation, des tnbres vers
la lumire? Voulons-nous donner raison ces
dtracteurs de la race noire qui, s'appuyant
sur cette agitation continuelle, nous dclarent
incapables de rgler nous-mmes nos desti-
nes, de constituer un gouvernement rgulier ?
Ne voyons-nous pas les convoitises toujours
allumes de certaines puissances esprant trou-
ver dans nos troubles une occasion d'interve-
nir pour confisquer notre indpendance.
Quel avenir glorieux et prospre s'ouvrirait
pour notre pays, avec la magnifique fertilit
de son sol, si la raison, reprenant son empire,
ramenait aussi l'union dansles coeurs! Comme
je l'ai dj dit ailleurs, cette politique de con-
corde, d'apaisement, de fusion entire les parties,













SON PASS, SON AVENIR. 11

me parat la seule qui puisse assurer le bonheur
de notre patrie et peut-tre la prserver de la
ruine. Depuis mon entre dans la vie publique,
elle a t ma pense constant; c'est elle qui
m'avait rang aux cts du gnral Lgitime
don't j'en attendais l'application; c'est elle
aussi qui me fera soutenir, de mes veux et de
mes efforts, tous ceux que je verrai travailler
cette union si ncessaire. Dieu veuille qu'il
puisse s'lever un home capable de grouper
autour de lui toutes les bonnes volonts, de
les discipline et d'tablir un gouvernement
tout h la fois ferme et conciliant, plus proc-
cup d'amliorerle sort du plus grand nombre
que de satisfaire les ambitions malsaines et les
intrts de quelques coteries!
Pour aider l'accomplissement de cette
ouvre, je crois utile de jeter un coup d'oeil sur
l'histoire de notre pays depuis l'affranchisse-
ment jusqu' nos jours. Un tableau rapide des
vnements fera mieux comprendre quelles
ont t les causes de toutes ces divisions si
longues et si vives, qui dgnrent si souvent
en luttes armes. On verra que c'est dans les
origins mmes qu'il faut chercher la premiere
source de toutes ces agitations et de tous ces
maux, dans les conditions o se trouvaient nos












12 HATI

pres quand, lasss d'un joug insupportable,
ils prirent les armes pour le secouer, dans les
circonstances qui ont accomp agn cette con-
qute de notre indpendance. La suite des faits
pourra nous clairer sur nos fautes et nos er-
reurs, sur les dfauts du caractre national,
sur les moyens de les extirper enfin et de nous
prparer un meilleur ordre de choses.
Si douloureuses que soient les souffrances
d'un patient, doit-on craindre de sonder les
blessures jusqu'au fond quand on veut les gu-
rir? Quand il s'agit d'arrter un pays sur la
pente qui le conduit sa perte, ne serait-il pas
indigne de tenir une plume, l'homme qui recu-
lerait devant l'expression des vrits mme les
plus pnibles ?
Mais il ne suffirait pas d'avoir dcouvert et
caractris le mal qui nous ronge, indiqu
mme les remdes qu'il convient d'y appli-
quer. Un people, comme un individu, a le
devoir de se dvelopper dans tous les sens,
d'accrotre incessamment ses facults intellec-
tuelles et physiques. Il sera donc ncessaire
d'examiner ensuite ce qu'il faudrait faire pour
assurer enfin au pays un gouvernement stable,
don't l'urgence est si manifeste : n'est-ce pas le
premier besoin d'un people, la pierre fonda-












SON PASS, SON AVENIR. 13

mental sur laquelle repose tout l'difice et
don't l'absence ne tarde pas le faire crouler,
l'indispensable condition de tous les progrs,
sans laquelle il n'y a bientt plus qu'anarchie
et confusion ?
Aprs avoir dtermin les bases du pouvoir
tel que nous devons dsirer pouvoir l'tablir
pour le bonheur de la patrie, ne sera t-il pas
utile de rechercher comment nous pouvons
mettre en valeur toutes les admirables res-
sources que la nature nous a prodigues?
Hlas! jusqu'h present nous n'en avons su tirer
qu'un bien faible parti, ou plutt, contrast
humiliant, notre incurie les a laisss s'amoin-
drir, depuis que nous sommes possesseurs li-
bres d'un sol que nos pres ont cultiv en es-
claves.












14 ilAAirI


COUP D'OEIL SUR L'IIISTOIRE D'IHATI



Parce que le people hatien, depuis un si-
cle, n'a pu se constituer encore sur des bases
dfinitives et qu'il cherche toujours sa voie,
des publicistes se sont hts de conclude que
la race noire tait incapable de former ja-
mais un corps de nation pouvant prendre une
place durable parmi les peuples civiliss. Un
tel raisonnement est injuste et repose sur une
connaissance imparfaite des faits de l'histoire
d'Hiti, en mme temps qu'il mconnat abso-
lument les qualits propres cette race plus
apte se dvelopper dans le sens du progrs
que ne le veulent bien dire ceux qui affectent
de la ddaigner.
Tous les peuples ont eu des commencements
difficiles et laborieux; il y a loin du degr de
culture intellectuelle auquel plusieurs sont
parvenus l'ignorance et la barbarie de
leurs anctres. Pourquoi l'volution qu'ils ont












SON PASS, SON AVENIR. 15

accomplie peu peu, travers les sicles, les
noirs ne pourraient-ils l'accomplir leur tour.
L'observation impartiale constaterait, au con-
traire, chez eux, un accroissement rapide de
toutes les facults de l'intelligence, et chaque
jour diminue la distance qui les spare de
leurs ans en civilisation.
Tout people l'origine n'est-il pas comme
un enfant qui ne peut se diriger seul et pour-
voir par lui-mme aux ncessits de l'exis-
tence : tous deux ont besoin de soins conti-
nuels et d'une tutelle toujours vigilante qui
leur trace la route suivre. Si des homes,
tenus par diffrentes causes dans un tat d'inf-
riorit relative et mal prpars se gouverner
eux-mmes, sont appels brusquement cons -
:l:uer un people distinct, est-il tonnant qu'ils
aient passer par bien des agitations, subir
bien des mcomptes, avant de pouvoir fixer
les vraies conditions de leur vie propre et in-
dpendante? Pour les nations comme pour les
individus, l'exprience ne s'acquiert qu'au
prix des dceptions et des souffrances.
C'est l en quelques mots toute l'histoire
d'Hati jusqu' nos jours. Je vais tcher d'en
dgager les traits principaux et l'enseignement
qui en rsulte.












16 IIHATI

Lorsque, le 5 dcembre 1492, Christophe Co-,
lomb mit enfin pied terre dans le nord de
l'le que les Espagnols appelrent d'abord
Hispaniola et plus tard Saint-Domingue, il ne
prvoyait pas et il et t sans doute bien
tonn d'apprendre que cette le appartien-
drait un jour aux descendants d'une race
africaine. Il n'entre point dans mon sujet de
raconter comment les Espagnols, employant
tour tour la violence brutale et la perfidie,
dtruisirent les cinq petits tats, gouverns
par des caciques, qui se partageaient le ter-
ritoire d'Hati. L'histoire a fltri les cruauts
inoues dployes envers les malheureux in-
dignes que leurs barbares conqurants en-
fouissaient dans les mines d'or, o bientt ils
prissaient par milliers, victims du fouet, de
travaux excessifs et de traitements atroces.
Un tel systme amena promptement la dis-
parition d'une race don't quelques dbris
peine subsistrent sur des points isols de la
terre que leurs anctres avaient possde.
Les Espagnols durent chercher ailleurs de
nouveaux peuples exploiter pour les em-
ployer l'extraction du mtal cher leur ra-
pacit ou les force de cultiver pour eux un
sol don't leur indolence ne savait pas tirer












SON PASS, SON AVENIR.


parti. Les premiers, ils donnrent dans les co-
lonies d'Amrique, ce funeste example de la
traite et de l'esclavage, don't les nations euro-
pennes n'ont compris que dans notre sicle,
la honte et le danger et don't les derniers ves-
tiges n'ont pas entirement disparu.
A quels abus rvoltants donna lieu cette
odieuse pratique, quels faits monstrueux elle
produisit, tout le monde le sait et je n'ai pas
en faire le rcit. Il suffit de noter ce qui peut
servir faire comprendre quelle tait la si-
tuation du people hatien quand il se souleva
contre ses oppresseurs, et quelles consquen-
ces en rsultrent pour lui et se font sentir
jusque dans son tat actuel. Le pass se r-
percute longtemps dans l'avenir: ce n'est g-
nralement qu'avec lenteur qu'un people mo-
difie ses ides, ses meurs, ce qui constitute en
quelque sorte son caractre social.
On ne s'expliquerait pas bien des prjugs
encore existants, bien des tendances mau-
vaises, bien des passions contraires au bon
ordre et l'avenir du pays, si l'on ne voyait
qu'ils ont leur racine dans les conditions ma-
trielles et morales que rservait aux popula-
tions transplantes de l'Afrique la tyrannie
sanguinaire et avide de leurs dominateurs.
s













18 HATI

Les Franais, d'abord tablis l'le de la
Tortue et bientt encourages dans leurs essais
de colonisation par le gouvernement de
Louis XIV, devinrent matres de la parties oc-
cidentale de Saint-Domingue par la cession
que les Espagnols leur en firent au trait de
Ryswick en 1697. Malgr le caractre plus
doux de cette nation et son gnie essentielle-
ment civilisateur, le sort de la population
noire change peu. Au lieu d'instruire et de
moraliser, ce qui sans doute est le devoir de
ceux qui ont eu le bonheur d'tre clairs les
premiers, on affectait de croire qu'il est des
races infrieures incapable de dvelopper
leur intelligence et de s'lever dans l'chelle
des tres humans, et l'on maintenait soi-
gneusement dans l'ignorance et la grossiret
les malheureux arrachs leur pays et leurs
families. Opinion commode pour justifier tous
les excs et pouvoir traiter des hommes, que
la nature a tous faits gaux, come de vri-
tables btes de some.
Et l'on fait un crime au people qui a subi
cette destine et reu cette education, de
n'avoir pu s'lever encore, aprs moins d'un
sicle, au plus haut sommet de la civilisation
et d'avoir quelques ttonnements dans sa













SON PASSE, SON AVENIR. 19

march ? Une socit toute faite et bien orga-
nise pouvait-elle succder tout d'un coup
chez lui l'tat de dsorganisation et d'abru-
tissement o par systme on le tenait plong ?
Ces vices qui sont encore les siens aujour-
d'hui, il est vrai, et qu'on lui reproche, o les
a-t-il contracts, si ce n'est dans la condition
miserable, pire que celle des antiques ilotes,
laquelle il tait rduit, et don't il s'est affranchi
par un effort de courage ?
Courb tout le jouir sur un travail pnible et
sans relche,expos pour lamoindre'infraction,
pour le moindre signe de lassitude, aux cruau-
ts de ses matres,qui pouvaient s'exercer sans
contrle, le malheureux ngre ne trouvait que
le soir un peu de repos dans les chtives cases
o il s'abritait. Pour ftes et pour consolation,
les crmonies introduites par ses superstitions
grossires, auxquelles on l'abandonnait, sans
que jamais aucun effort srieux ft fait pour l'en.
tirer ; pour soulagement ses maux, l'ivresse
puise dans letafia,dont on voulait bien luiper-
mettre l'usage immodr. D'ailleurs, plus de
famille, plus de liens sociaux: les enfants en-
levs leurs parents et disperss au hasard,
suivant la fantaisie d'un matre absolu; le
marriage peu prs aboli, remplac par une












HATI


promiscuit entire les sexes, qui changeait
chaque instant d'objet, et ces habitudes non
seulement tolres, mais encourages par des
matres qui y trouvaient leur compete ; les
femmes de race noire soumises toutes les
convoitises de la luxure des blancs, et, quand
elles avaient cess de plaire, rejetes comme
un meuble inutile.
Cet abme de honte et de misre, o peut-
tre aurait sombr sans retour l'nergie de
tout autre people, ne put engloutir cependant
l'indomptable vigueur de la race noire, et,
quand les circonstances le permirent, elle
montra bien que chez elle tous les resorts
n'taient pas briss, lorsque, par un effort
admirable, elle sut en sortir et se rendre matre
du sol, devenu sa nouvelle patrie, qu'elle avait
mrit en l'arrosant de ses sueurs. Cependant
un pareil pass ne peut s'vanouir sans laisser
des traces fatales encore visible aujourd'hui,
et c'est prcisment pour aider les effacer
plus vite qu'il tait bon d'en signaler l'ori-
gine.
Avant cette poque mmorable qui vit l'af-
franchissement du people noir d'Hati, on ne
peut nier qu'un peu d'adoucissement ne com-
ent se faire sentir dans sa condition :les












SON PASS, SON AVENIR. 21

ides de justice et d'humanit, propages par
les grands philosophes duxvm[e sicle, n'taient
pas sans exercer quelque influence jusque sur
la classes orgueilleuse et goste don't la domi-
nation avait t si brutale. Sans rien aban-
donner de ses prjugs de couleur, elle com-
menait reconnatre que les ngres peut-tre
pour avoir une peau diffrente, n'taient pas
moins des hommes. Dj un certain nombre
de noirs avaient obtenu leur libert, et s'ils
n'avaient encore aucun des droits civils et
politiques des blancs, du moins ne croupis-
saient-ils plus dans cette dgradante servitude,
qui, hlas! tait encore le lot de l'immense ma-
jorit de leurs frres.
La classes intermdiaire connue sous le nom
de multres, issue des unions entire les blancs
et les noirs, quoiq.u'elle fit dgage des liens
de l'esclavage, n'avait non plus aucune part
au gouvernement et l'administration de la
colonie. Unie aux noirs devenus libres, elle
format un noyau assez important qui avait
un grand rle jouer, une noble mission
remplir, si elle savait le comprendre, si la va-
nit de computer quelques gouttes de sang
blanc dans ses veines ne l'garait pas, si,
son tour, elle ne se croyait point tenue de












22 HATI

mpriser un people don't la nuance sans doute
tait un peu plus fonce, mais auquel tout la
rattachait et qui tait sa vraie famille d'ori-
gine. Malheureusement les homes de couleur
se montraient peut-tre plus jaloux de la su-
prmatie des blancs et plus dsireux de parti-
ciper leur domination que d'aider leurs frres
noirs recouvrer la libert que personnel
n'avait jamais eu le droit de leur ravir, et de
les mettre en possession d'avantages qu'ils am-
bitionnaient surtout pour eux-mmes.
Le respect pour la vrit, qui doit primer le
dsir de plaire certaines classes ou cer-
taines individualits, ne permet pas d'mettre
cette constatation douloureuse cet endroit
de l'histoire d'Hati o je suis parvenu. Ce
malheureux prjug de couleur, qui n'est au
fond que le fruit d'une vanit purile, ne
fut pas sans consequences fcheuses dans
les vnements qui ne tardrent pas a se pro-
duire, et, comme tout s'enchane dans les
choses humaines, les rsultats s'en sont pro-
longs jusqu' nos jours. Qui pourrait affirmer
qu'il n'est pas encore un des principaux fac-
teurs dans les difficults et dans les luttes
actuelles? Mais je ne veux pas anticiper.
Tel taitl'tat des choses dans Hati la veille












SON PASS, SON AVENIR.


de la grande Rvolution franaise de 1789.
Quarante ou cinquante mille blancs poss-
daientpresquetoutesles richesses, seulsavaient
des droits politiques et continuaient de fire
peser sur la population noire un joug intol-
rable; en face d'eux un nombre peu prs
gal de multres rvait de partager les pri-
vilges des blancs, assez insoucieux du sort
des cinq ou six cent mille noirs qui gmis-
saient dans le plus triste esclavage; un petit
nombre de ces derniers tait devenu libre.
La situation conomique de l'le tait d'ail-
leurs florissante, son commerce prospre, mais
jeme reserve d'en dire quelques mots dans une
autre parties de cette tude.
L'immense revolution qui s'accomplissait
en France, point de dpart d'une nouvelle
re de justice et de progrs pour le genre hu-
main tout entier, et la proclamation des droits
de l'homme inscrite solennellement en tte de
la nouvelle constitution franaise, eurent leur
contre-coup ncessaire dans toutes les classes de
la population hatienne. Une agitation impos-
sible comprimer se manifesta chez les mul-
tres et chez les noirs; les uns et les autres con-
urent des esprances auxquelles on ne put se
refuser de donner quelque satisfaction. Par












24 HATI

un dcret en date du 28 mars 1790, l'Assemble
constituante accordait aux multres et aux
noirs affranchis les droits que les blancs seuls
avaient jusqu'alors possds.
L'orgueil des blancs se rvolta l'ide que
des hommes pour lesquels ils n'avaientjusque-
1 montr que du mpris et qu'ils avaient tou-
jours tenus soigneusement distance, se trou-
vaient mis avec eux sur un pied d'galit.
Chose curieuse! leur haine en voulait moins
aux noirs affranchis qu'aux hommes de couleur
don't les prtentions de se rattacher eux les
irritaient davantage. Ils refusrent de se sou-
mettre aux dcrets de l'Assemble constituante,
et fermrent l'entre des assembles coloniales
aux hommes de couleur. Bien mieux, interpr-
tant leur manire les principles de 1789, et
n'en pregnant que ce qui pouvait s'accorder
avec leurs intrts et leurs passions gostes,
ils annoncrent le dessin de secouer, au moins
en parties, la tutelle de la mtropole en se don-
nant une espce d'autonomie administrative.
Les hommes de couleur, repousss par une
caste don't ils avaient toujours recherch les
faveurs et ne pouvant pas mme jouir des nou-
veaux droits qui leur taient concds, com-
prirent enfin qu'ils ne pouvaient rien sans












SON PASS, SON AVENIR.


l'appui de cette population noire. Appels
l'indpendance par les multres, les noirs
coutrent leur voix : un soulvement formi-
dable clata sur tous les points de la colonie
franaise.
L comme toujours on vit ce que peuvent
produire de fureurs les haines accumules,
pendant une longue suite de gnrations, dans
l'me d'un people courb sous une cruelle op-
pression, et que l'excs de ses souffrances
pousse enfin se venger ou prir. La magni-
fique plaine qui entoure Port-au-Prince n'of-
frit bientt qu'une vaste scne de carnage et
de ruine; les riches habitations des planteurs
s'croulrent dans les flames; partout l'in-
cendie promena ses torches, partout le sang
coula flots. Le people noir, ivre de ven-
geance, fit expier en quelques jours ses
matres affols, ses longues annes d'humilia-
tions et de tortures intolrables. Les blancs et
leurs families trouvrent peine un refuge
dans les villes o ils se renfermrent. Fermons
les yeux devant ces tableaux d'une grandeur
sinistre et don't l'humanit ne peut que s'affli-
ger. Ils contiennent cependant un enseigne-
ment qu'il faut mettre en lumire : c'est que
tout s'expie ici-bas, qu'on ne peut violer im-












HATI


punment toutes les lois divines et humaines
et que les oppresseurs prparent toujours
un moment donn, pour eux et pour leurs des-
cendants, de terrible retours. C'est sur eux
aussi que doit retomber justement la premiere
responsabilit de tous les malheurs don't ils
sont la cause originaire.
SRevenus de leur stupeur et de leur effroi,
les blancs songrent bientt prendre leur
revanche : la lutte s'engagea partout entire les
colons et leurs anciens esclaves rvolts. Mal-
gr leurs intrigues Paris, les blancs ne reu-
rent pas de la mtropole les secours qu'ils
avaient esprs. 'Les assembles rvolution-
naires, consquentes avec les principles de
libert don't elles voulaient assurer le profit
Sla France et au monde, eurent le courage et la
gloire de considrer ce qui tait la justice plus
peut-tre que l'avantage matriel et immdiat
de leur pays. Les agents de la France en Hati
avaient dj reconnu officiellement en 1793 l'af-
franchissement des noirs, lorsque la clbre
Convention national y met le sceau en 1794,
en dcrtant qu'il ne devait plus y avoir que
des hommes libres dans toute l'tendue de
la colonie franaise.
L'esprit de caste fit voir alors jusqu'o peut


,. : .. .. ./'. 1 < i f -.-tl __f
J \ /* .




a- "c
S-J












SON PASS, SON AVENIR. 27

aller son orgueil. Plutt que de reconnatre
des homes d'une couleur diffrente ce droit
la libert, qui est le droit natural de tous les
tres humans et que le plus odieux abus de
la force peut seul leur ravir, les blancs pr-
frrent renier leur patrie, et, poussant leur
crime encore plus loin, ils appelrent les An-
glais et les Espagnols leur secours, sacrifiant
tout, devoir et honneur, la passion de repla-
cer sous le joug leurs esclaves mancips.
Etrange renversement des rles! ce furent
ces noirs si mpriss, si longtemps en proie
tout ce que la tyrannie peut avoir de plus
cruel, qui, reconnaissants la France de les
avoir affranchis, luttrent contre leurs anciens
matres et leurs allis pour lui conserve la
plus belle de ses colonies. Cette race que l'on
proclamait infrieure, don't on affectait de
nier l'intelligence, montra bien alors que la
nature n'a point accord de privileges exclusifs
la couleur de la peau, et que toutes, en ac-
croissant leurs facults, sont appeles pren-
dre leur place dans la famille humane. Du
sein des noirs sortit pour les conduire la vic-
toire un grand nombre d'hommes remarqua-
bles qui dployrent des talents suprieurs, et
parmi eux onvitbriller au premier rang l'illus-












HATI


tre Toussaint Louverture. Si le nom de gnie,
que l'on prodigue peut-tre quelquefois, con-
vient l'homme qui ne doit rien qu' lui-
mme, don't une instruction nglige n'a pu
dvelopper les facults naturelles, et qui ce-
pendant, toujours la hauteur des circons-
tances, si difficiles qu'elles soient, sait trouver
les resources ncessaires et les moyens de les
surmonter, qui le mrita mieux que Toussaint
don't l'intelligence vigoureuse lui permit de
dployer les talents d'un gnral habile aussi
bien que ceux d'un homme d'Etat connaissant
les besoins de son pays et sachant le gou-
verner ?
Mon but tant moins de raconter les faits
dans leur minute que d'en marquer au fur et
measure la signification, je n'ai point fire
le dtail des campagnes de Toussaint Louver-
ture. Ce gnral non seulement russit d-
jouer tous les efforts des colons appuys par
les Espagnols et lesAnglais, mais, franchissant
les bornes de la parties franaise, il expulsa de
l'le toutes les armes trangres et la runit
tout entire sous son gouvernement. Ainsi ces
Espagnols, premiers dominateurs d Hati,
taient chasss par un chef noir, devenu le ven-
geur desanciens indignes extermins par eux.












SON PASS, SON AVENIR.


Cependant, fidle mon devoir de patriote
qui n'crit que pour clairer mes concitoyens,
je dois noter ici l'antagonisme qui s'leva
entire Toussaint Louverture et Rigaud, don't
les exploits dans la parties sud d'Hati taient
clbres. La lutte arme laquelle leurs dissen-
timents les entranrent, ne fut malheureuse-
ment que le prlude de plusieurs autres qui
clatrent diffrentes poques dans la suite,
toutes occasionnes par des causes semblables.
Il convient donc de les reliever en ce moment.
Toussaint Louverture appartenait la race
noire, tandis que Rigaud tait un homme de
couleur. Sur quels faits probants reposent ces
dmarcations qu'on veut tablir,o et comment
s'est donc manifeste avec evidence cette su-
priorit des uns, cette infriorit des autres ?
Cessons de demander nos concitoyens quelle
est la quantit exacte de tel ou tel sang qui
coule dans leurs veines, et sachons recon-
natre et honorer l'intelligence et les vertus
civiques partout o elles se trouvent.
La lutte de Toussaint Louverture et de Ri-
gaud, qui m'a permis d'observer cette pre-
mire cause de dsaccord entire les membres
d'une mme famille, fournit l'occasion natu-
relle d'une autre remarque qui a son impor-












HATI


tance, car elle s'applique un fait don't l'in-
fluence s'est fait sentir aussi dans les luttes
postrieures. Avant la Rvolution, la parties
nord d'Hati avait acquis une certain supr-
matie sur la parties plus mridionale, grce au
nombre plus considerable alors de sa popula-
tion, ses cultures plus dveloppes, et, ce
qui en tait le rsultat, sa richesse plus
grande. De l, entire les diverse portions du
territoire hatien une certain rivalit don't la
trace est encore visible jusque dans nos dis-
sensions les plus rcentes.
L'esprit d'impartialit et de vrit absolute
qui est ma rgle et don't je me suis rclam
dans les premieres pages de cet crit, m'obli-
geait ne pas ngliger de signaler cette cause
de division, si secondaire qu'elle puisse pa-
ratre.
Quoi qu'il en soit l'autorit de Toussaint
Louverture ne tarda pas rencontrer un as-
sentiment unanime. Aprs que l'Espagne et
cd la France, par le trait de Ble en
1795, la parties de l'le qu'elle avait jusque-
l possde et que Toussaint avait conquise,
ce gnral dut s'occuper de la rorgani-
sation et du gouvernement d'un pays don't
ses talents avaient assur l'affranchissement












SON PASS, SON AVENIR. 3 1

dfinitif. Il ne dsirait pas le soustraire la
protection de la France; il croyait prfrable
de ne pas briser les liens qui unissaient ce pays
son ancienne colonie. Quoique la France
ft alors engage dans une lutte gigantesque
qui absorbait toutes ses forces, et que, d'ail-
leurs, la destruction de sa marine lui enlevt
tout moyen d'envoyer aucune expedition en
Hati, les Anglais, maitres incontests de la
mer, pouvant facilement en intercepter le
passage, Toussaint Louverture ne fit rien pour
profiter de ces embarras. Persuade que l'ind-
pendance de sa patrie serait garantie d'une
manire aussi effective en reconnaissant la
souverainet de la France, pourvu que la libre
administration de l'le ft laisse ses habi-
tants affranchis, il continue d'agir au nom du
gouvernement franais don't il se donnait
comme le reprsentant et le dlgu.
L'assemble central convoque par lui et
compose de dix membres nomms par les
diverse provinces, lui confirm cette situa-
tion, en lui dcernant le titre de gouverneur
vie par son vote du 9 mai 1801. C'tait en ra-
lit confier Toussaint Louverture un pouvoir
absolu, presque dictatorial. Si les peuples peu-
vent jamais tre excusables d'abdiquer entire












32 HATI

les mains d'un homme et de s'en remettre
lui sans contrle du soin de rgler son gr
leurs destines, Toussaint Louverture, sans
aucun doute, tait plus digne que tout autre
d'exercer une autorit aussi tendue. D'ail-
leurs au moment o le people hatien passait
subitement de l'esclavage la libert et ne
pouvait encore en connatre les conditions in-
dispensables pas plus qu'il n'avait acquis les
lumires suffisantes pour se gouverner lui-
mme, peut-tre tait-il ncessaire de consti-
tuer un pouvoir fort, capable d'imposer aux
factions et de rtablir l'ordre dans un pays
trouble et dvast par des guerres affreuses.
Les vues politiques de Toussaint Louverture
conciliaient les intrts de la France et ceux
d'Hati, et peut-tre doit-on regretter pour les
deux pays qu'elles n'aient pas russi prva-
loir. En consacrant l'indpendance des Ha-
tiens, ce qui leur tenait le plus au cour, elles
conservaient en effet la France, devenue
protectrice d'un jeune people qui ne demandait
qu' se laisser guider par elle, tous les avan-
tages qu'elle retirait de la plus belle de ses
colonies. Mais le gnral Bonaparte, que le
coup d'tat du 18 brumaire avait fait chef
absolu du pouvoir en France sous le titre de












SON PASS, SON AVENIR.


Premier Consul, s'tait laiss circonvenir par
les anciens colons qui n'avaient pas pargn
les mensonges l'gard de leurs esclaves r-
volts, et qui lui avaient persuade que rien ne
serait plus facile que de les faire rentrer dans
l'obissance.
Bonaparte, d'ailleurs, n'aimait nulle part la
libert qu'il avait dtruite en France, et, par
instinct de despite, tait enclin d'avance
voir d'un mauvais oeil une insurrection don't
on lui avait dnatur le sens et la porte. De
plus, l'apparat don't Toussaint Louverture
avait cru devoir s'entourer pour frapper plus
vivement l'imagination des Hatiens, certaines
formes officielles imites de celles que le Pre-
mier Consul lui-mme avait imagines pour
rehausser l'clat de son pouvoir, irritrent ce
dernier qui, par une mesquinerie indigne de
sa gloire et de son gnie, en voulait au chef
noir d'avoir pu en quelque faon se compare
lui. Une lettre dans laquelle Toussaint Lou-
verture lui tenait le language digne et fixe qui
convient au chef d'une nation libre et qui veut
le rester, acheva d'indisposer l'immense or-
gueil d'un homme habitu dj B ne ren-
contrer devant lui que des attitudes humbles
et des fronts basement courbs.












:84 HATI

La fatale expedition destine rtablir en
Hati l'ordre de choses renvers par la Rvolu-
tion fut dcide par Bonaparte, et le gnral
Leclerc, son beau-frre, dbarqua dans l'le en
1802 la tte d'une arme de vingt mille
homes. Toussaint Louverture, voulant viter
son pays les malbeurs d'une guerre nouvelle,
tait prt fire toutes les concessions qui, ne
portant que sur son pouvoir personnel, ne
seraient pas incompatible avec l'affranchisse-
ment du people hatien, qu'il fallait avant tout
sauvegarder. Il ne tarda pas comprendre que
le vritable objet des instructions donnes par
le Premier Consul au gnral Leclerc tait le
rtablissement de l'esclavage. Il vit aussi clai-
rement qu'on en voulait sa propre libert,
parce que le gouvernement franais le consi-
drait comme le seul obstacle qui pt empcher
la ralisation des desseins que le gnral Le-
clerc tait charge d'excuter. Toussaint Lou-
verture dut penser mettre sa personnel en
sret : le gnral franais alors, don't l'arme
avait dj beaucoup souffert par suite des
maladies, commenant comprendre toutes
les difficults de la mission qui lui avait t
confie, irrit de trouver des embarras qu'il
n'avait pas prvus, se laissa entraner des












SON PASS, SON AVENII. 35

actes contraires la loyaut franaise : le gn-
reux Toussaint Louverture tomba dans le
pige que lui avait tendu la perfidie. Fait pri-
sonnier par les Franais, il fut envoy dans
les cachots humides et froids du fort Joux oh
le plus grand des fils de la race noire, arrach
brusquement au climate chaud de la zone tor-
ride, succomba bientt, en 1803, aux rigueurs
de la temperature non moins qu' ses angoisses
sur l'avenir rserv ses frres noirs.
Le Premier Consul dut bientt s'apercevoir
que la capture du chef des noirs, rsultat d'une
politique tortueuse, imprimait sa mmoire
une tache inutile. Cette fois comme en d'au-
tres circonstances, il put voir que le mpris
don't en gnral il enveloppait les hommes
n'tait pas justifi. Ces ngres pour lesquels il
avait un tel ddain que la seule ide d'un rap-
prochement possible avec quelqu'un d'entre
eux avait suffi l'irriter et lui semblait un
abaissement, lui prouvrent que, s'ils taient
encore infrieurs d'autres peuples par le
degr de culture intellectuelle, ils les ga-
laient du moins par le courage; ce furent eux
qui, les premiers; lui donnrent une leon
que d'autres lui rptrent plus tard, savoir
que la force, mme au service du plus grand











HATI


gnie, ne peut pas tout ce qu'elle veut, que
la crainte et l'intrt ne sont pas les seuls
mobiles auxquels les hommes obissent, et
que la passion de l'indpendance est une puis-
sance aussi avec laquelle les plus fiers despotes
doivent computer. Aussi, plus tard, lorsque
sur ce rocher de Saint-Hlne o sa fortune
tait venue s'chouer, celui qui s'tait appel
l'empereur Napolon repassait d'un oeil m-
lancolique son clatante carrire, il avouait
que sa tentative sur Hati avait t une de ses
plus grades fautes, qu'il avait surtout m-
connu le caractre et l'esprit de Toussaint
Louverture, et il rendait alors justice celui
qui fut sa victim.
La grande figure de Toussaint Louverture,
que les Hatiens honoreront toujours come
le premier fondateur de leur indpendance.
mritait que je m'y arrte avec quelques dve-
loppements.
L'emprisonnement de leur chef fut une sinis-
tre lumire qui dessilla les yeux des Hatiens
et les claira sur le vritable but de l'expdi-
tion franaise. Le patriotism et la crainte de
retomber sous un joug odieux, si rcemment
secou, firent taire encore une fois tous les
dissentiments : noirs et multres unirent de












SON PASS, SON AVENIR.


nouveau leurs efforts. Une lutte aussi acharne
que celle qui avait eu lieu dix ans auparavant
s'engagea sur tous les points. Si d'un ct se
trouvait la science militaire des gnraux et
des soldats prouvs dans les longues guerres
de la Rvolution franaise contre l'Europe, la
supriorit de l'armement, de l'autre on voyait
des hommes qu'animait la sainte passion de
l'indpendance et de la libert qui, en ayant
got les fruits, ne voulaient plus les perdre,
et qui d'ailleurs avaient trouv des chefs
dignes d'eux et capable de les conduire. Des-
salines, Rigaud, Petion, rivalisaient d'exploits,
et, soutenus par le dvouement infatigable de
leurs soldats, ayant adopt, grce leur par-
faite connaissance des lieux, la tactique la
plus convenable leur pays, ils eurent bientt
rduit les Franais l'occupation de quelques
points de la cte. Dcims par les maladies,
dcourags par la mort du gnral Leclerc,
les dbris de la brillante arme franaise
durent se rembarquer, succombant sous l'in-
vincible opinitret d'un people noir.
Ainsi la France, par la faute du matre qui la
dominant alors, perdait une colonie qu'etpului
conserver une politique plus habile et plus res-
pectueuse des droits naturels des hommes. Le













38 HATI

I" janvier 1804, l'indpendance d'Hati tait
solennellement proclame aux acclamations
de l'immense foule runie dans la plaine des
Gonaves. Heureux les Hatiens s'ils avaient
compris, dans toute sa porte, l'enseignement
que revlaient pour eux les vnements ac-
complis! Qui leur avait permis de triompher,
d'abord des colons appuys par les armes
trangres, puis des forces envoyes contre
eux par le plus grand capitaine des temps mo-
dernes? C'est que tous, noirs et multres,
taient unis dans une mme pense, qu'ils
avaient combattu sans regarder la couleur
de leurs compagnons d'armes ou de leurs
chefs, ne demandant ceux-ci que de les con-
duire la dlivrance, but commun pour lequel
tous taient prts sacrifier leur vie.
Quelle nergie les uns et les autres ne
surent-ils pas dployer! quelle surprise pour
ces blancs si orgueilleux et si mprisants de
voir ces homes de race noire et mle, galer
en activity, en courage, en tnacit obstine
don't ne pouvait venir bout aucune fatigue,
que ne pouvait lasser aucun pril, tout ce que
l'histoire, dans tous les temps, peut offrir de
plus hroque! Comment, du sein d'une popu-
lation tenue dans l'ignorance, comprime par












SON PASSE, SON AVENIR.


une longue servilit, put-il sortir tant d'hom-
mes don't les talents surent affronter pour les
vaincre des difficults qui semblaieht insur-
montables? O pourrait-on trouver ailleurs un
tableau plus digne d'exciter l'intrt et l'ad-
miration ?
Mais toutes ces qualits que la 'race noire
dploya dans ces jours mmorables aux yeux
du monde tonn, eussent t inutiles si pen-
dant tout le course de cette lutte terrible,
l'union la plus intime n'et pas rgn dans les
sentiments et les volonts, si le grand objet
qu'il fallait atteindre, toujours present l'es-
prit de tous, n'et impos silence aux rivalits,
aux intrts personnel, et, ce qui est encore
plus difficile, aux prjugs et la vanit mme.
L'union seule, il ne faut pas cesser de le rp-
ter, procura le succs, et seule aussi, hlas !
elle pouvait lui faire produire toutes ses con-
squences.
Eh bien, matre enfin de lui-mme et posses-
seur libre du sol le plus riche de la terre, le
people hatien a-t-il su tirer de son indpen-
dance tous les fruits qu'il en pouvait attendre ?
S'est-il rendu compete que la vie des peuples,
comme celle des individus, est faite d'un labeur
incessant, que le repos jamais n'est assur, et












40 HATI

qu'il ne suffit pas d'avoir su conqurir la libert
si l'on ne sait la mettre en pratique et, non
seulement en conserver, mais en tendre les
bienfaits. Comment n'a-t-il pas su que, pour se
maintenir et se dvelopper, un people a besoin
des mmes qualits et des mmes efforts qui
lui ont permis de fonder son indpendance ?
L'union, ncessaire pour natre, est aussi indis-
pensable pour s'affermir et pour durer.
Pour avoir plusieurs fois oubli ces vrits
essentielles, le people hatien se prparait des
souffrances et devait passer souvent par de
cruelles preuves, comme la suite des vne-
ments suffira pour le dmontrer. Qu'il com-
prenne donc les leons de l'exprience et sache
enfin turner le dos tous ces agitateurs qui
n'exploitent ses prjugs que pour satisfaire
leur ambition.
Dessalines, qui avait montr dans la guerre
de l'Indpendance une activity si prodigieuse
et des talents militaires si remarquables, fut
nomm par acclamation gouverneur vie,
titre qu'avait dj port Toussaint Louverture.
Sa popularity tait grande et mrite, mais
peut-tre avait-il les qualits d'un gnral
habile, propre agir dans une priode rvolu-
tionnaire et violent o souvent il ne faut












SON PASS, SON AVENIR.


reculer ni devant l'audace ni devant la ruse,
plus que celles d'un homme d'tat don't la fer-
met ne doit jamais tre dure. Mais surtout
quand les circonstances ont oblig d'investir
un citoyen d'un pouvoir presque sans bornes,
il doit savoir en temprer la rigueur par une
certain moderation. On peut regretter que
Dessalines ne ft pas suffisamment pntr de
ces ncessits et de ces obligations.
11 est rare que le pouvoir absolun'blouisse
pas ceux qui en sont revtus : les plus grands
gnies et les caractres les mieux tremps
n'ont gure su, toutes les poques, rsister
ses attractions; les Csar et les Napolon ont
toujours trouv plus d'imitateurs que les Wa-
shington et les Toussaint Louverture. Quand
on peut tout, on franchit aisment les limits
qu'un chef de gouvernement dictatorial devrait
s'imposer lui-mme, dfaut d'un contrle
organis lgalement sur ses actes. Excit par
l'ardeur farouche de son patriotism et sa haine
contre tout ce qui lui rappelait' les anciens
oppresseurs de sa race, Dessalines se laissa
entraner une action que ses services, si
grands qu'ils soient, ne peuvent excuser, car
si, dans les emportements mmes d'une lutte
acharne, on est cependant blmable de violer












HATI


l'humanit, quelle raison pourrait justifier le
vainqueur, quand le combat est termin,
d'abuser de sa victoire en attentant la vie de
ses ennemis dsarms. Les passions fougueuses
de Dessalines ne surent pas le prserver de cet
garement : au mois d'avril 1804, il laissait
accomplir le massacre des Franais rests
dans l'le aprs le dpart des restes de l'arme
du gnral Leclerc, et il osait en revendiquer
hautement la responsabilit et la rclamer
comme un titre de gloire.
Quand une fois on s'est engag dans une voie
funeste, qu'il est difficile de s'y arrter! il
semble, au contraire, qu'on ait hte de la par-
courir jusqu'au bout. Cette gloire, don't Dessa-
lines tait avide et qu'il cherchait par tous les
moyens, serait plus srement acquise sa
mmoire et surtout plus pure, s'il et suc-
comb, les armes la main, la fin de la
guerre de l'Indpendance. Non seulement il
ne se serait point souill d'un crime inutile et
sans prtexte, mais l'ambition dsordonne
qui bientt s'empara de lui ne lui et point
fauss le jugement au point de chercher ail-
leurs des modles qui ne convenient son
pays pas plus qu' lui-mme. Le bruit que
faisait dans le monde l'empereur Napolon lui












SON PASS, SON AVENIR. 43

tournait la tte : ne comprenant la difference
ni des lieux ni des situations, il croyait aug-
menter son prestige personnel en accolant
son nom un titre plus pompeux que celui de
gouverneur vie, qu'il avait reu de la recon-
naissance de ses compatriotes. Au mois d'oc-
tobre 1804, il se faisait proclamer empereur
sous le nom de Jacques II : triste example
d'une vanit qui transformait un hros en
despite !'
Poussant jusqu'au bout limitation de
l'homme blouissant don't l'exemple l'garait,
Dessalines crut que ce nouveau titre lui donnait
aussi le droit de ne suivre d'autre rgle que
son empire, et qu'il tait tellement au-dessus
des autres qu'il pouvait se dispenser de suivre
aucun conseil. La prison et parfois la mort
furent le chtiment de ceux qui lui rsistaient.
Pour tre just, il faut cependant reconnatre
que ses projects, en gnral, taient bien con-
us, ses vues grandes, et qu'elles tendaient
amliorer le sort de la masse, de cette popula-
tion noire laquelle il appartenait. Si les
moyens de sa politique doivent tre con-
damns, il faut reconnatre nanmoins que,
dans l'ensemble, elle tait inspire par une
vision nette de la vritable direction donner












IIHA TI


au pays et le dsir sincre de lui tre utile : le
patriotism de Dessalines ne peut tre mis en
doute.
Les adversaires de son gouvernement, trs
nombreux, surtout parmi les hommes de cou-
leur, trouvrent naturellement, pour l'atta-
quer, un prtexte facile et plausible dans ses
abus de pouvoir. Une rvolte, formule par les
multres, clata contre lui dans le sud d Hati.
Dessalines, partant de Port-au-Prince pour la
combattre, tomba dans une embche qu'on lui
avait habilement tendue quelque distance
de cette ville et prit assassin en octobre 1804.
Le dsir de le renverser du pouvoir plus que
l'amour du bien public avait dirig les coups
de ses ennemis, mais on ne peut nier que Des-
salines avait ouvert une voie mauvaise en es-
sayant d'tablir le despotisme, et que bien
d'autres, dans la suite, essayrent de marcher
sur ses traces. Ils trouvrent toujours de l'ap-
pui chez un trop grand nombre de citoyens
qui, voyant fort bien la ncessit d'un gou-
vernement ferme, ce qui est, en effet, le pre-
mier besoin d'une nation, ne savent pas le dis-
tinguer de la tyrannie qui n'en a que le vte-
ment extrieur et qui n'en est, souvent, que le
contre-pied.












SON PASSE, SON AVENIR. 45

Ainsi, ds le dbut, les destines du pays se
trouvaient mal engages: il y avait en pr-
sence ceux qui ne concevaient le gouverne-
ment que sous la forme d'un empire ou d'une
dictature jouissant d'une autorit absolue et
sans contrle, et ceux qui netendaient, en ra-
lit, qu' remettre le pouvoir aux mains d'une
classes. En dehors d'eux, il est vrai, il ne man-
quait pas de citoyens clairs, de vritables
amis de leur pays, qui avaient conu des vues
plus saines sur l'organisation qu'il convenait
de lui donner, et parmi eux aussi se trouvaient
des hommes qui avaient marqu glorieuse-
ment dans la guerre de l'Indpendance. Capa-
bles de constituer ce gouvernement fort et
la fois sage et modr qui, seul, pouvait garan-
tir 'avenir du people hatien, peut-tre eus-
sent-ils russi fonder une oeuvre durable, si
le dfaut de lumires, trop gnral encore
dans les couches profondes de la socit ha-
tienne, ne la rendait trop accessible aux sduc-
tions mensongres des intrigants de haut et
bas tage.
Toutes ces tendances opposes ne tardrent
pas se manifester dans les circonstances qui
suivirent la mort de Dessalines. Un gouver-
nement provisoire avait t institu, ayant sa












46 RATI

tte le gnral Christophe. En mme temps
une assemble, forme de dputs nomms par
toutes les provinces, se runissait Port-au-
Prince. Elle laborait une Constitution tablis-
sant une sorte de gouvernement parlementaire.
form d'un president de la Rpublique, chef
de l'exculif, ayant l'initiative des lois, et d'une
assemble qui, seule, avait le pouvoir de les
voter. L'Assemble constituante dcerna la
prsidence au gnral Christophe; mais celui-
ci, trouvant trop restreint le pouvoir qui lui
tait attribu, diffra son acceptation, levant
des doutes sur la validit de la constitution
promulgue. Prenant prtexte de c que, sous
l'influence de Petion, le nombre des dputs
qui aurait d tre attribu eu gard leur
population, aux provinces du Sud et de l'Ouest,
avait t arbitrairement augment, il contes-
tait les pouvoirs de l'Assemble constituante
qu'il dclara illgale. Celle-ci, o l'action de
Petion tait prdominante, revenant sur son
premier vote, le nomma president la place
de Christophe, pendant que, de son ct, celui-
ci se faisait proclamer au Cap, par ses parti-
sans et ses soldats, president et gnralissime
de l'tat d'Hati.
La guerre tait inevitable entire deux












SON PASS, SON AVENIR.


comptiteurs don't l'un se rclamait du vote
d'une assemble qui reprsentait le pays et
l'autre refusait de reconnatre cette mme
assemble le droit mme de l'mettre. En ra-
lit des intrts opposs se dissimulaient der-
rire ces deux chefs : l'antagonisme dj si-
gnal entire le Nord et le Sud exerait ici son
action, ml aux divergences dans les vises
politiques. Christophe, en effet, que l'exemple
de Dessalines n'avait pas instruit, tenait comme
lui ses yeux fixs sur la France et son chef
et se croyait de taille jouer un rle sem-
blable en Hati; il reprsentait la nuance
ultra-autoritaire. Petion, plus imbu des prin-
cipes libraux de la grande Rvolution fran-
aise, croyait qu'un: pouvoir solidement assis
et possdant assez d'initiative pour n'tre point
entrav dans ses desseins par une opposition
inconsidre, tait ncessaire un people
jeune et bien peu instruit encore, mais il ne le
jugeait point incompatible avec un contrle
srieusement organism : la forme rpublicaine
lui paraissait la plus propre assurer ces di-
verses conditions.
Quoi qu'il en soit, les hostilits commen-
crentpromptement: Christophe, d'abord vic-
torieux, poursuivit Petion jusqu' Port-au-












IHATI


Prince o il l'obligea de se renfermer, mais il
ne put vaincre la resistance que cette ville lui
oppose. Oblig de battre en retraite, il resta
cependant matre de la parties du territoire qui
l'avait reconnu pour chef. La lutte entire les
deux adversaires continuait avec. diverse p-
ripties lorsqu'un nouvel lment vint la com-
pliquer, de nature, semblait-il tout d'abord,
en affaiblissant Petion, faire pencher la ba-
lance en faveur de son rival. La prudence et
l'habilet de Petion surent conjurer ce danger.
Tout multre qu'il ft, Petion ne partageait
en rien ce qu'il pouvait y avoir d'injuste dans
les prjugs et les passions de la caste la-
quelle il appartenait par sa naissance; non-
seulement il tait sympathique la race noire,
mais il voyait dans les ngres ceux qui compo-
saient le vrai fond de la nation hatienne, ceux
qui, formant la grande majority du pays en
mme temps que la portion la moins avanta-
ge de la population, avaient droit la grande
sollicitude de la part du gouvernement; ou
plutt il pensait que celui-ci devait tre impar-
tial et n'accorder aucun privilege, la couleur
de la peau. Ce n'tait point ainsi malheureu-
sement, je l'ai dj dit, que raisonnaient un
trop grand nombre de multres; infatus de












SON PASS, SON AVENIR. 49

leur mrite ou plutt de celui qu'ils s'attri-
buaient, toutes les functions, suivant eux, au-
raient d leur appartenir,et ils trouvaient que
le president Petion ne les favorisait pas assez.
Qu'une occasion se prsentt, et l'on pouvait
tre sr qu'une parties d'entre eux saurait lui
montrer son hostility. Elle leur fut bientt of-
ferte. Rigaud ennmmen en France aprs avoir
t fait prisonnier en 1803, russit s'chap-
per en 1810 et dbarqua dans la parties la plus
mridionale d'Haiti, principal thtre de ses
anciens exploits contre les Franais. Il annon-
ait l'intention de reprendre contre Petion,
du reste autrefois son lieutenant, la lutte qu'il
avait dj essaye contre Toussaint Louver-
ture, mais Petion, ayant obtenu de lui une
entrevue, russit lui faire comprendre qu'une
rivalit entie eux irait prcisment l'encontre
de ces intrts de caste que Rigaud avait la
prtention de sauvegarder. Rigaud voyant en
effet que Christophe s'apprtait profiter des
divisions entire deux chefs multres, se laissa
persuader, et satisfait de gouverner la parties
sud d'Haiti que Petion lui abandonnait, il ta-
blit sa residence dans la ville des Cayes, oh il
mourut peu aprs.
Comment un people o se produisent












UATI


chaque instant des causes sivaries de dissen-
timents, pourrait-il jamais arriver se cons-
tituer d'une manire forte et rgulire ? N'est-il
pas temps qu'elles prennent fin? N'est-ce pas
assez des parties qui peuvent exister normale-
ment par suite des differences d'opinions en
matire politique, sans toutes ces complica-
tions ridicules (comment les qualifier autre-
ment ?) qui tiennent auxjalousies des diverse
parties du territoire les unes l'gard des
autres ou ces prjugs de race que la philo-
sophie moderne a depuis longtemps condamns
et que le bon sens le plus vulgaire suffirait
seul proscrire?
Le gnral Borgella, successeur de Rigaud,
comprit l'absurdit de ces dissensions puriles,
et faisant au bien de la patrie le sacrifice de
son ambition'personnelle, il se soumit Petion
en 1812: il mrite pour ce fait une place esti-
mable dansl'histoire d'Hati. Cependant Chris-
tophe, qui s'tait tenu tranquille tant que Ri-
gaud don't il connaissait les talents militaires
avait vcu, parce qu'il craignait de le voir
s'unir contre lui avec Petion, recommena la
guerre contre ce dernier qui se retrouvait de
nouveau seul en face de lui. Des combats in-
terminables furent livrs, sans que jamais un












SON PASS, SON AVENIR. 51

succs dcisif se dessint pour aucune des deux
parties. La lassitude leur fit tomber les armes
des mains, sans qu'aucun accord ft conclu,
et les deux chefs se cantonnrent dans la par-
tie qu'ils occupaient. Chose bizarre et qui
seule suffirait peindre l'tat dplorable o
de pareilles luttes plongent un pays, un space
inoccup do plus de dix lieues fut laiss entire
les deux Etats, ligne de demarcation don't la fd-
condit naturelle du sol fit bientt come
une haie infranchissable de lines et d'arbres
de toutes sorts.
Petion, rest matre du Sud et d'une parties
de l'Ouest, et nomm president vie, gouverna
jusqu' sa mort en 1818. Citoyen minent par
ses vertus civiques autant que par ses talents
d'lomme d'tat, il a laiss dans la mmoire
des Hatiens un souvenir qui leur sera toujours
cher. C'est que toujours le people sait aimer,
malgr des injustices passagres, ceux qui
l'aiment de leur ct vritablement, et don't le
dvouement sa cause se rvle par une suite
d'actes qui triomphent la fois des prven-
tions et des attaques auxquelles sont en butte
les meilleurs citoyens. Parmi tous ceux qui
ont exerc le pouvoir en Hati depuis Tous-
saint Louverture, personnel n'a jamais fait












HATI


preuve d'un plus grand zle pour le bien de la
patrie ni mieux apprci son tat matriel et
moral, et les measures prendre pour le rendre
meilleur, ni montr en un mot une com-
prhension plus claire de ses intrts gn-
raux.
Le cadre restreint o je suis oblig de me
renfermer ne me permet pas un examen d-
taill du gouvernement de Petion: l, come
ailleurs, je ne puis que signaler rapidement
les faits susceptibles de servir l'instruction
de mon pays et des homes politiques qui
peuvent influer sur ses destines. Un des
principaux objets de l'attention et des ef-
forts de Petion fut l'examen des questions qui
se rattachaient la situation des proprits en
Hati. Toutes les terres appartenant aux colons
expulss revenaient de droit au domaine pu-
blic et y avaient t naturellement adjointes;
il rsultait de l qu' la fin des guerres de
l'indpendance, on ne comptait plus gure en
Hati d'autres propritaires que ceux d'entre
les multres qui taient dj auparavant en
possession d'une certain parties du territoire
ou quelques-uns des noirs affranchis. Dessa-
lines et Christophe avaient fait, il est vrai, des
concessions de terre importantes leurs offi-













SON PASS, SON AVENIR.


ciers suprieurs ou leurs principaux fonc-
tionnaires; mais si quelques-uns s'taientainsi
enrichis, on peut dire que la grande masse du
people n'avait retir en some dela revolution
accomplie d'autre advantage que la. conqute
de sa libert, bien prcieux sans doute, et qui,
a lui seul, valait les sacrifices faits pour l'ob-
tenir. La condition de la grande masse des
homes de race noire, au point de vue mat-
riel, restait peu prs la mme: pour vivre
ils n'avaient d'autres resources que de culti-
ver, titre volontaire, pour le compete d'au-
trui, les terres sur lesquelles ils avaient
prouv toutes les misres et toutes les injus-
tices du travail forc. Mais c'taient toujours
leurs sueurs qui devaient arroser un sol don't
les products appartenaient d'autres.
Inspir par sa profonde sympathie pour
cette race noire jusque-l si malheureuse, Pe-
tion le premier eut l'honneur de prendre l'ini-
tiative de measures destines adoucir une si-
tuation si dplorable. Il fit voter en 1809 une
loi qui permettait de distribuer des terres aux
officers infrieurs et aux soldats des guerres
de l'Indpendance. Il avait compris que la di-
vision de la proprit est le meilleur moyen
d'en augmenter promptement la valeur, car












IIATI


l'homme cultive avec bien plus d'ardeur un
sol don't il est libre possesseur que celui qu'il
lui faut travailler en mercenaire. Augmenter
le nombre des propritaires est en outre une
garantie pour l'ordre social en mme temps
que le procd le plus certain pour accrotre
le bien-tre de la masse : comment, en effect,
intresser la chose publique ceux qui, ne pos-
sdant rien, peuvent peine computer, pour as-
surer leur existence, sur un maigre et prcaire
salaire ?
Petion entrait ainsi dans une voie relle-
ment dmocratique o n'avaient qu' le suivre
ceux qui vinrent aprs lui,et qui valait mieux
que ce libralisme de parade derrire lequel se
dissimule mal l'goste prtention d'une cer-
taine lite, ou du moins qui se croit telle, d'im-
poser sa direction au reste du pays. Peu de
progrs dans ce sens ont t faits depuis lors,
soit par suite de l'indolence ou de l'indiff-
rence des gouvernements qui se sont succd,
soit que les parties aient t plus proccups
de leurs ambitions personnelles que des int-
rts du people, du bonheur gnral.
Petion avait port ses vues sur un autre point
d'une importance considerable : il avait com-
pris que l'instructionest une ncessit primor-












SON PASS, SON AVENIR.


diale pour un people qui veut atteindre toute
la some de grandeur et de prosprit qu'il lui
est permis d'esprer, parce qu'elle est la con-
dition de tous les autres progrs. D'ailleurs,
un autre titre, il regardait l'instruction come
le seul moyen de reliever l'homme ses pro-
pres yeux, de li inspire un just respect de
lui-mme et des autres, cette lgitime fiert,
qui est la source de tous les sentiments nobles,
en un mof, comme il le disait nergiquement,
de le rendre digne de soi-mme, de sa quality
d'homme. Mais l rien n'existait, il fallait crer
de toutes pieces, et le temps lui fit dfaut pour
raliser toutes ses intentions.
Il est inutile d'entrer dans les autres dtails
de son administration : J'en ai dit assez pour
le but que j'ai indiqu en commenant, et qui
est toujours de signaler les fautes commises, les
erreurs viter et les examples suivre. Lors-
qu'on inscrivit sur la tombe de Petion qu'il
tait mort pleur de ses concitoyens, on ne fit
que rendre hommage la vrit : il le fut et
mritait de l'tre.
Pendant que Petion s'appliquait jeter les
foundations d'un gouvernement rpublicain,
la fois dmocratique et liberal, respectueux de
la libert mais capable de rprimer les factions












56 HATI

et d'imposer tous le respect des lois, Christo-
phe se tournait vers la forme monarchique,
non pas seulement peut-tre, comme l'en ont
accus plusieurs crivains, par le dsir exclusif
de satisfaire la fois son ambition et sa vanit.
Il tait persuade que dans l'tat d'ignorance et
de misre o se trouvait le people noir, il
fallait donner plus l'autorit qu' la li-
bert, et qu'un pouvoir presque despotique
tait ncessaire pour sauver le people haitien
de sa propre impuissance se gouver-
ner lui-mme. Quels que fussent ses senti-
ments rels, on ne peut contester qu'il ne sut
pas observer la measure, garder les tempra-
ments sous lesquels un gouvernement absolu
dgnre bientt en tyrannie. Aussi la monar-
chie qu'il avait voulu fonder n'eut-elle qu'une
existence phmre. Proclam roi en 1811 avec
une Constitution calque presque absolument
sur celle de l'Empire franais, son modle, il
se tuait, en 1820, d'un coup de pistolet au cour
devant le success d'une rvolte militaire, pro-
voque par les abus de son despotisme, et son
fils, peu aprs, prissait assassin par suite des
tentatives de ses partisans dans le but de l'le-
ver la royaut. Il n'avait pas t plus heu-
reux que Dessalines dans son imitation mala-












SON PASS, SON AVENIR 57

droite d'un absolutisme gouvernemental qu'une
gloire blouissante et les prodiges d'un gnie
extraordinaire avaient pu fire durer quelques
annes en France, mais qui devait bientt s'-
crouler dans les dsastres amens par une am-
bition dmesure.
Le gnral Boyer, qui avait remplac Petion
dans la prsidence de la Rpublique fonde
par lui, n'eut pas de peine rtablir l'unit
de l'Etat dtruite par la scission qui avait
clat entire Christophe et Petion. Marchant
rapidement sur le Cap hatien o le gnral
Paul Roman avait tent de se faire proclamer
president, il y entra sans coup frir, termi-
nant ainsi une separation que rien ne pouvait
justitier, bien mieux, qui tait aussi contraire
aux intrts gnraux du pays qu'aux intrts
particuliers du Nord et du Sud : nouvel exem-
ple de la dplorable influence que peuvent
avoir ces rivalits locales sans fondement s-
rieux, et de la solidarity ncessaire qui lie les
diffrentes parties d'un mme pays.
Une autre gloire tait rserve au gnral
Boyer : aprs avoir eu le bonheur de runir
sous son gouvernement toute l'tendue de
l'ancienne colonie franaise, il dirigeait en
1822 une expedition sur la parties espagnole











IHATI


de l'le don't il fit la conqute sans rencontrer
(le relles difficults. Tout le territoire qui
s'tend du cap Franais au cap Saint-Domingue
ne format plus qu'une seule nation. Les cir-
constances sans doute avaient favoris beau-
coup le gnral Boyer dans l'accomplissement
de cette double entreprise, qui tait dans le
voeu des populations et qui s'tait opre en
quelque sort sans obstacle; il avait eu nan-
moins le mrite d'agir a propos, et l'on doit
lui en savoir gr. Dans la vie du people come
dans celle des individus, c'est une chose im-
portante que de savoir saisir l'occasion quand
elle se prsente, et qu'importe si les avantages
obtenus sont dus a la chance plus qu' l'habi-
let et au gnie.
Le gnral Boyer commenait donc sa lon-
gue prsidence sous les meilleurs auspices, et
la nation pouvait esprer que, continuant avec
nergie l'oeuvre commence par Petion, il
saurait :ixer ses destines d'une manire dfi-
nitive. Ces esprances ne devaient pas se ra-
liser compltement. Les intentions du nouveau
president, en gnral, taient droites et ses
vues assez.justes, mais il manqua presque tou-
jours de la vigueur et de l'activit indispensa-
bles un chef du gouvernement; on put jus-













SON PASS, SON AVENIR 50

temnent lui reprocher une certain indolence
dans la conduite habituelle des affairs, et
dans certaines circonstances mme la faiblesse
de son caractre l'empcha de dployer la
fermet et la decision que rclamaient les in-
trts et la dignit du pays.
Aprs la chute de Napolon, que les intrigues
des anciens colons avaient entran dans une
resolution si funeste, ces derniers adressrent
leurs plaintes au gouvernement de la Restau-
ration, essayant de le pousser une interven-
tion dans les affairs d'Hati, qu'ils lui repr-
sentaient comme facile, maintenant que la
France, en paix avec toute l'Europe, pouvait
employer son aise les forces suffisantes pour
mettre de nouveau la main sur son ancienne
colonie. Ce language tait sduisant, mais le roi
Charles X eut le bon sens de rsister des sol-
licitations dangereuses qui ne tendaient, pour
satisfaire d'injustes ressentiments, et des int-
rts gostes, qu' compromettre la France
dans une entreprise ruineuse sans aucun espoir
srieux de russite. Tout imbu qu'il tait des
antiques prjugs de race et de droit divin, ce
monarque comprit que les fautes des colons
avaient seules entran leur perte et qu'il tait
impossible de replacer sous le joug un people













HATI


en possession depuis trente ans de son ind-
pendance et de sa libert. Sans pouser com-
pltement la querelle des colons, il rsolut ce-
pendant de rclamer en leur nom des indem-
nits pour les proprits qu'ils avaient perdues
en Haiti, mettant ce prix la reconiraissance
de l'indpendance de ce pays par la France et
la renonciation de celle-ci ce que son gouver-
nement affectait de considrer comme ses
droits. Toutes les mes fires en Hati et jus-
tement jalouses de la dignity de leur pays fu-
rent douloureusement mues de la faiblesse
que montra le gnral Boyer dans cette cir-
constance.
Le gouvernement franais prsenta en 1825
une demand d'indemnits pour les anciens
colons, don't le chiffre s'levait 159 millions
de francs. Le gnral Boyer aurait pu en con-
tester le principle mme, en se plaant franche-
ment sur un terrain oil et t inexpugnable:
il et pu rappeler qu'en dehors du droit im-
prescriptible de tous les peuples de ne reliever
que d'eux-mmes et de chasser, quand ils le
peuvent, leurs oppresseurs, les Haitiens, en
pregnant les armes, n'avaient fait qu'obir aux
dcrets de l'Assemble constituante et de la
Convention, et que les rebelles avaient t pr-












SON PASS, SON AVENIR.


cisiment ces colons qui, non seulement,
avaient refus de se soumettre ces dcrets,
mais qui, en dclarant la guerre leur propre
patrie, avaient appel contre elle le secours des
armes trangres. Si, dans ces circonstances,
ils s'taient trouvs expulss de l'le et chasss
des terres qu'ils possdaient, qui pouvaient-ils
en accuser qu'eux-mmes, et par quelle raison
devait-on les indemniser des suites d'un aveu-
glement coupable? Le gnral Boyer tait
d'autant plus autoris tenir ce language, con-
forme d'ailleurs la ralit des faits, qu'il tait
facile de voir que le gouvernement franais
n'avait aucune intention de faire une guerre
don't l'objet tait injuste et don't il n'avait rien
esprer.
Le gnral Boyer, intimid de se trouver en
face du gouvernement franais don't il ne sut
pas dmler les vues et craignant d'irriter une
nation puissante, loin de prendre une pareille
attitude, montra une grande faiblesse dans les
ngociations. Il s'empressa d'accepter le prin-
cipe des indemnits rclames et n'en discuta
que le chiffre. Refuser tout ddommagement
aux anciens colons tait sans doute une chose
impossible et mme n'et pas t peut-tre
d'une rigoureuse justice : tous d'ailleurs n'a-












62 HATI

vaient pas encouru la mme rprobation, et
l'on pouvait soutenir que le gouvernement
hatien tait tenu remboursement dans une
certain measure pour toutes les terres vacan-
tes don't il avait bnfici. C'est ce point de
vue que le gnral Boyer et d se placer ex-
clusivement, en laissant de ct les raisons
invoques par le gouvernement franais.
Celles-ci, une fois admises, il ne restait plus
que de tcher d'en amoindrir les consquen-
ces. Les prtentions mises par la France
taient vritablement exorbitantes eu gard
aux resources d'un pays ruin par les guerres
mmes qui avaient assur son indpendance.
Si le gnral Boyer n'avait point su saisir l1
vrai point de vue auquel il aurait d se placer,
il employ du moins ses efforts rduire le
plus qu'il tait possible la some norme
don't la France demandait le paiement. Aprs
treize annes de ngociations, un trait de
commerce fut conclu en 1838 entire la France
et la Rpublique d'Hati, suivi d'une conven-
tion qui rduisait 60 millions le chiffre de
l'indemnit, payable par annuits dtermi-
nes. Cette dette devait longtemps peser d'un
poids lourd sur nos finances.
J'ai cru utile de mettre suffisamment en lu-












SON PASS, SON AVENIR. 63

mirela dplorable faiblesse du gnral Boyer,
cause non seulement des consequences
financires qui en rsultrent, mais aussi parce
qu'elle fut une cause d'affaiblissement pour
son propre gouvernement l'intrieur, et
qu'il donna l'gard des nations trangres
un example d'humilit et de soumission qui
n'eut que trop d'imitateurs.
Les esprits clairs avaient pu concevoir
quelque mcontentement de la manire don't
la question des indemnits avait t rgle,
convaincus qu'ils taient qu'une solutionmoins
onreuse et t possible: mais la masse fut
surtout frappe de ce fait que l'indpendance
tait dfinitivement reconnue et consacre par
la France. Aussi n3 ft-ce pas de l que vinrent
]'opposition et les obstacles au gouvernement
(. gnrIal Boyer. Sans abandonner compl-
tement la voie dmocratique ouverte par
Petion, il avait fait, en some, peu de chose
pour les intrts populaires, et la grande majo-
rit des noirs n'avaient aucune raison de lui tre
affectionne; mais, habitus une vie malheu-
reuse, ils attendaient, sans trop se plaindre,
que l'on penst eux. Ceux que le gnral
Boyer vit se turner contre lui, ce furent ceux-
l mmes qu'il favorisait le plus qu'il lui tait












IATI


possible. Sous cette influence de graves abus
s'taient introduits dans les finances; on avait
augment hors de toute proportion avec les
besoins du service les cadres de l'arme.
Malgr son indcision et son insouciance
habituelles, Boyer, trouvant de l'nergie pour
dfendre son pouvoir attaqu, n'avait pas
hsit plusieurs fois recourir des coups
d'tat pour briser l'opposition qui s'tait mani-
feste contre lui dans la Chambre. Ce sont l,
certes, des expdients que l'on ne peut jamais
approuver, car si. pour le present, ils tirent le
gouvernement d'une position critique, c'est
souvent ponr lui prparer de plus graves em-
barras dans un avenir rapproch; en donnant
lui-mme l'exemple de la violation des lois,
un gouvernement ne tend qu' diminuer dans
le pays leur autorit et la sienne, et les parties
se croient autoriss ne recourir qu' la force
pour amener le succs de leurs revendications.
Aprs vingt-cinq ans d'une prsidence qui, si
elle n'avait pas assur au pays tout le bien qu'il
tait en droit d'en attendre, avait du moins t
une priode assez tranquille, une nouvelle re
de troubles s'ouvrt pour ne pas se refermer de
sitt.
Les prtextes n'ont jamais manqu aux am-












SON PASS, SON AVENIR.


bitieux, habiles masquer leurs vises person-
nelles sous un prtendu dvouement la chose
publique. Mettant en avant la ncessit de mo-
difier la constitution et de corriger les abus
que j'ai signals plus haut, Hrard-Rivire,
soutenu par son cousin, Hrard-Dumesle,
se mit la tte d'une rvolte qui clata au
mois de septembre 1842, et que le prsi-
dent Boyer combattit avec peu de rigueur,
dgot peut-tre des ennuis qu'il trouvait au
pouvoir: il se retira la Jamaque. Le people
ne tarda pas voir que les conspirateurs, qui
s'taient levs en son nom, ne pensaient au
fond qu' eux-mmes et n'entendaient servir
que leurs intrts.
Matres leur tour du pouvoir, les chefs
de l'insurrection, loin de dtruire ces vices
dans l'administration et ces abus invoqus par
eux pour justifier leur leve de boucliers, les
aggravrent encore; c'est ainsi, entire autres,
qu'ils doublrent encore les cadres de l'arme
dj trop surchargs, et contre l'augmentation
desquels ils s'taient levs eux-mmes avec
indignation. Triste et honteuse comdie la-
quelle le people, malheureusement, se laisse
presque toujours prendre Mais quoi! le part
victorieux ne devait-il pas rcompenser ses











IHATI


partisans et s'attacher, en leur prodiguant des
faveurs, ceux qui se croyaient investis de la
mission de diriger leurs concitoyens?
Si dbonnaire qu'il soit, le people si gros-
sirement tromp dans ses esprances de r-
formes srieuses, perdit cette fois patience. Un
vnement dplorable indisposait d'ailleurs
tous les esprits : la parties orientale de l'le,
don't Hrard-Rivire et ses amis avaient exploit
certain mcontentements et surexcit l'oppo-
sition pours'en faire un appui, profitait prci-
sment de sa succession au pouvoir pour se
sparer 4d nouveau de la parties occidentale et
se constituait en Etat indpendant sous le nom
de Rpublique dominicaine. Ainsi ce mouve-
ment, prtendu rformateur, n'aboutissait qu'
rendre les injustices plus criantes et plus p-
nible la situation du people, et, pour mettre le
comble aux malheurs du pays, un de ses rsul-
tats tait de produire une scission entre deux
parties d'un mme territoire que la configura-
tion gographique, la comnmunaut d'origine,
I identity d'intrts devraient cependant unir.
La population noire, irrite par ses deceptions
et comprenant enfin que les ambitieux qui
l'avaient flatte ne clerchaient qu' se servir
d'elle pour mieux arriver leur but, se sou-












SON PASS, SON AVENIR.


leva de toutes parts sous la conduite de diff-
rents chefs: Salpmon dans le Sud, Dalzon
Port-au-Prince, Pierrot dans le Nord, Guerrier
dans l'Ouest, presque en mme temps prirent
les armes contre le nouveau gouvernement
qui, n'ayant aucune racine srieuse dans la
nation, s'croula facilement sous cette opposi-
tion universal le.
Les noirs et une parties des multres eux-
mmes comprirent qu'il fallait donner une ga-
rantie ceux qui composaient la grande majo-
rit du pays en portant un chef noir la
prsidence: d'un assentiment unanime le g-
nral Guerrier prit le pouvoir, mais tant mort
au bout de peu de temps, le gnral Pierrot le
remplaait dans la prsidence au mois d'avril
1 845. Celui ci, hant par des souvenirs fcheux
et trouvant son autorit trop borne, rvait
d'tablir la royaut la place de la rpublique,
mais abandonn par les noirs aussi bien que
par les multres, il fut oblig de quitter le
pouvoir sans qu'il ft besoin de recourir la
force. Le gnral Rich lui succda le ei" mars
1846 come president de la Rpublique ha-
tienne et comprima facilement les tentatives
de certain comptiteurs qui s'taient soulevs
dans le Sud, essayant de le soustraire son












HA TI


autorit ; on revenait l'espoir de voir renatre
l'ordre et le calme dans le pays.
Mais quelle tait la cause qui,aprs un demi-
sicle d'indpendance, le laissait encore expos
des agitations continuelles, en proie des
souffrances que les ambitieux exploitent tour
tour leur aise, incertain de son avenir et de
la voie qu'il devait suivre? Au lieu de voir le
mal o il tait rellement, dans ces rivalits
persistantes don't je me suis attach montrer
l'action funeste jusqu' present, dans ces pr -
jugs absurdes de classes et de couleur, dans ces
prtentions d'une parties de la nation dominer
l'autre et la conduire, on s'imagina que ce
mal tenait sans doute un vice cach dans les
institutions et qu'il suffirait de modifier celles-
ci pour le faire disparatre et garantir ainsi le
bonheur de la nation. On ne savait pas, ce que
l'histoire de tous les peuples dmontre avec
evidence, que les meilleures constitutions ne
valent que par la manire don't elles sont appli-
ques, et que ce qu'il faut corriger avant tout,
ce sont les mauvaises pratiques des homes au
pouvoir, plus proccups d'agir suivant leurs
caprices et leurs inspirations propres que de se
renfermer dans une constitution qu'ils sont
charges d'appliquer, et l'habitude contracte












SON PASS, SON AVENIR.. 69

chez nous par les parties de ne considrer jamais
qu'eux-mmes et non les intrts de l'ensemble
du pays. Le people d'Hati n'tait pas sa pre-
mire constitution et il devait encore en chan-
ger plusieurs fois sans en tre plus heureux.
C'est qu'une constitution, pour tre durable et
produire des effects utiles, doit tre approprie
aux besoins constats, au caractre du people
pour lequel elle est faite, son degr d'instruc-
tion et de maturity politique, aux conditions
particulires o il se trouve, et qu'en Hati,
comme j'ai d le constater dj, on se borna
presque toujours copier ce qui se faisait
ailleurs et principalement en France, sans
tenir assez de compete des differences dans le
temperament des peuples et dans leur organi-
sation social.
La constitution qui fut labore en 1846 fut
conue d'aprs la mme mthode: ct du
president de la Rpublique, elle tablit deux
Chambres, l'une dite Chambre des dputs
nomme par les assembles primaires, l'autre
appele Snat nomme par la premiere Cham-
bre. Ces dispositions devaient encore tre rema-
nies depuis sans que jamais, jusqu'au moment
actuel, toutes ces constitutions aient t bien
fidlement observes, et qu'une pratique sin-












HAlTI


ere et loyale ait permis d'en apprcier les
advantages ou les dfectuosits. Le president
Rich; emport par une mort subite en fvrier
1847, n'eut pas le temps de mettre en oeuvre la
nouvelle constitution, ni de donner sa measure
et de prouver si les esprances qu'il avait fait
concevoir eussent t ralises ou dmenties.
Il s'agissait de lui donner un successeur Le
Snat; qui ce choix appartenait d'aprs la
Constitution rcente, ne put se mettre d'accord
sur Unt candidate et, aprs huit scrutiny succes-
sifsi les voix continurent de se partager entire
les deux comptiteurs, les gnraux Souffran
et Paul. Il fallait cependant aboutir. Le sna-
teur Ardoin mit alors en avant la candidature
d'un homme qui, jusque-l, n'avait jou qu'un
rle secondaire et don't le caractre tait peu
connu, le gnral Soulouque. En faisant cette
proposition, M. Ardouiri, un des principaux
chetf du part qui voulait donner la prdomi-
nance aux hommes de couleur, se figurait que
Soulouque quoiqu'il ft de race noire, serait
entire leurs mains un instrument docile et
qu'ainsi ils gouverneraient sous son nom. Cet
espoir fut profondment du et le snateur
Ardouin, pris son propre pige, devait, peu de
temps apis, voir sa vie immole aux soupons












SON PASS, SON AVENIR. 7 1

qu'il avait inspirs nelui que ses intrigues et
ses calculus avaient port au pouvoir. Soulou-
que, en effet, fut lu pal le 8nat president de
la Rpublique hatienne le 1"' mars 1847.
L'impartialit don't je me suis fait une rgle
absolue et don't je crois avoir donn jusqu'ici,
dans ces considerations sur l'histoire de mon
pays, des preuves certaines, m'oblige ici
quelques rflexions. En parlant de Dessalines
et de Christophe don't l'un. avait port le titre
d'empereur et l'autre celui de roi, j'ai fait assez
voir que je condamnais les excs auxquels les
avait entrans la puissance absolue remise
entire leurs mains et montr que mon sentiment
tait loin d'tre favorable une autorit qui
n'a d'autre loi que son caprice, et qui, en
dehors d'elle, ne trouve aucun frein srieux
capable de l'arrter l'occasion sur une pente
mauvaise. Mais, tout en. faisant ces reserves
ncessaires, j'ai d faire observer que ni Des-
salines ni Christophe n'avaient peut tre obi
I leur seule ambition personnelle en adoptant
le systme d'absolutisme auquel ils s'taient
abandonns; aucune raison valuable nepermet-
tant de mettre en doute leur patriotism, leur
conduite me semblait inspire, pour une cer-
taine part au moins, par une ide just en












72 HATI

elle-mme, et leur plus grand tort tait de
n'avoir pas su en dterminer nettement l'appli-
cation et les limits. Ils avaient trs bien vu
qu'un pouvoir fort serait longtemps encore
ncessaire un people jeune, don't l'ducation
politique tait et devait tre peu prs nulle,
et qui, come tous les autres, ne pouvait
l'acqurir qu'aprs une longue suite d'annes
et d'preuves. Pour une nation comme pour
un homme, la capacity de se gouverner soi-
mme est le fruit de l'exprience et du temps.
L'erreur de ces deux hommes consistait,
suivant moi, avoir exagr les conditions de
ce gouvernement ferme que rclamait l'intrt
du people hatien : pour donner un pareil
gouvernement la puissance et tous les moyens
de remplir sa mission, il n'tait pas ncessaire
d'aller jusqu'au despotisme, qui ne peut pro-
duire que des effects funestes.
Cette erreur, malheureusement, devait se
renouveler plus d'une fois encore : il semble
qu'en toutes choses les hommes soient destins
passer tour tour d'une extrmit l'autre
avant de saisir le point just o se trouve la
vrit, et la vie politique des peuples n'chappe
pas cette fatality qui semble gnrale. Pour
rester en Haiti, notre histoire jusqu' ce jour












SON PASS, SON AVENIR.


n'offre presque qu'une succession alternative
de gouvernements faiblesjusqu'l'impuissance
ou de gouvernements qui croient prouver leur
force en imitant les formes des pouvoirs
absolus et, ce qui vaut encore moins, leurs
excs et leurs abus. Despotisme ou licence et
anarchie, sommes-nous condamns ces deux
terms? Esprons que nous saurons enfin
rejeter ces deux choses galement mauvaises
et mortelles pour un people. Si cette tude,
que je n'ai prcisment entreprise que dans ce
but, peut y contribuer, je ne regretterai ni
mon temps ni mes peines.
Il est certain que le gouvernement de
Soulouque doit tre rang dans la catgorie
des pouvoirs forts qui n'ont pas su se modrer
eux-mmes et qui ont parfois dpass les
limits au-del desquelles on trouve le despo-
tisme. Loin de moi cependant la pense de
m'associer toutes les attaques violentes et
haineuses que certain parties ont diriges
contre lui. Il n'y a jamais eu nulle part un
gouvernement qui ne mritt que des loges,
et peut-tre aussi n'en est-il aucun qui ne
mrite absolument que des blmes. Pour
Soulouque comme pour tout autre, si l'on veut
tre quitable, il faut savoir se dgager des












74 II ATI

passions de parti qui faussent et dnaturent
l'aspect de toutes choses et, pour juger ses actes,
se placer au vrai point de vue, qui est d'exa-
miner ce qui, dans sa conduite politique, fut
conforme ou contraire au bien du pays, aux
intrts du people. Dans cet examen mme,
deux lments essentiels doivent entrer en
ligne de compete : il faut teacher de pntrer
quelle est la pense matresse laquelle obit
un chef d'Etat, qui inspire ses resolutions et
determine les measures louables ou blmables
qu'il a pu ordonner, et considrer ensuite les
moyens d'excution qui ont leur caractre
propre et sont parfois mauvais et condam-
nables, quoiqu ils s'appliquent des objets
dignes en eux-mmes d'approbation. C'est
ainsi que l'histoire a proclam le but grand et
noble de la politique d'un Louis XI, par
example, tout en fltrissant ses procds, qui
furent souvent dtestables.
Le gouvernement de Soulouque a donn
lieu des apprciations si videmment
empreintes d'une haine passionne, que, pour
rester dans la vrit et la justice son gard,
il faut beaucoup de courage et de sang-froid- et
ne jamais perdre de vue les principles que je
viens d'exposer. Si l'on se place sur ce terrain












SON PASS, SON AVENIR. 75

slide, on verra que Soulouque eut recours
parfois des measures violentes qui certaine-
ment dpassaient ses droits et don't l'excution,
comme il arrive constamment en pareil cas,
done lieu des excs, qui ne sont pas tou-
jours dans la pense de ceux qui donnent les
ordres quoiqu'ils soient justement responsables
(le tout ce qui a pu tre commis en execution
de leurs volonts et des desseins de leur poli-
tique. Mais cela dit, et fltrissant ce qui doit
tre fltri, tout ce qui est contraire l'huma-
nit, tout ce qu'un esprit souponneux et le
dsir de se venger de ceux qui avaient cru
pouvoir l'exploiter lui ont inspir souvent
d'actes marqus au coin d'une cruelle duret,
il faut reconnatre que Soulouque avait rel-
lement le dsir d'amliorer la condition du
people.
Ne voulant, come je lai dit assez de fois,
que dgager le sens et la porte des vne-
ments, je n'ai pas besoin d'entrer dans le
dtail -du gouvernement de Soulouque. Aprs
avoir t nomm president de la Rpublique,
il crut, comme autrefois Dessalines, qu'un titre
plus pompeux augmenterait son prestige et
sa force, et, deux ans plus tard, en 1849, le
Snat le proclamait empereur sous le nom de












HATI


Faustin I: plus heureux que son prdcesseur,
il devait exercer pendant dix ans l'autorit
la plus absolue. President ou empereur, du
reste, sa politique fut toujours la mme : il ne
recula ni devant la distance ni devant l'arbi-
traire pour assurer la russite des projects qu'il
croyait utiles au bien-tre de la masse et la
grandeur du pays. J'ai dit plus haut en termes
assez explicites ce qui, chez lui, doit tre ner-
giquement blm et ce qui, dans ses vues et
ses intentions, mrite au contraire l'approba-
tion du patriote impartial: je puis me dispenser
d'y revenir. Un point noter cependant son
honneur, ce fut la douleur que lui avait cause
la separation de la Rpublique dominicaine et
les efforts qu'il fit pour y mettre un terme,
mais toutes les expeditions qu'il entreprit
furent infructueuses, soit qu'elles fussent mal
conues et mal diriges, soit qu'il trouvt des
obstacles dans l'hostilit sourde qui rgnait
contre son gouvernement et dans les agitations
que son absence ne manquait pas de provoquer
et qui l'obligeaient de revenir avant que la
champagne ft termine.
Les ressentiments qui couvaient contre lui
dans bien des mes et qui s'taient dj mani-
fests par des explosions partielles, clatrent












SON PASS, SON AVENIR. 17

enfin dans une rvolte ouverte et plus impor-
tante la tte de laquelle se mit le gnral
Geffrard : Soulouque fut oblig de s'enfuir et
quitta 'ile. La Rpublique fut rtablie et
Geffrard nomm president le 15 janvier 1859.
Au gouvernement autoritaire dans lequel les
assembles n'avaient t qu'un dcor et de
simple chambres d'enregistrement des vo-
lonts du souverain, succdait, par suite de ce
jeu de bascule que j'ai d remarquer dj, un
rgime qui laisse, au moins en principle, une
action prpondrable aux assembles sorties
de l'lection. Mais ce gouvernement parlemen-
taire que l'on avait eu l'intention d'tablir et
don't la constitution de 1846 avait largi les
bases, ne fut jamais mis sincrement en pra-
tique, tantt parce que le chef du pouvoir
essayait de s'affranchir autant qu'il le pouvait
du contrle des Chambres, tantt parce que
celles-ci, ne se contentant pas du rle de con-
fection des lois qui leur tait attribu, cher-
chaient empiter sur les functions rserves
au pouvoir excutif. De telle sorte que l'on a
pu trop souvent chez nous assister ce spec-
tacle de Chambres ou montrant une docilit
presque servile l'gard du pouvoir excutif
ou le gnant par des empitements audacieux,












II ATI


suivant que l'homme qui tait }a tte dugou-
vernement se faisait remarquer lui-mme par
sa fermet ou sa faiblesse.
Le gnral Geffrard fut au nombre de ceux
que le contrle des Chambres gnait peu et qui
savaient au besoin impose leur volQot. On
lui reprocha mme, non sans quelque fonde-
ment, d'exagrer tellement son action au pou-
voir qu'il se substituait souvent ses propres
ministres don't il amoindrissait ainsi l'influence
et semblait proclamer l'incapacit. Upe perspn-
nalit aussi envahissante n'tait gure sa place
dans une organisation gouvernementale qui
ne peut fonctionner que si chacun se ren-
ferme soigneusement dans son rle : les
resorts du rgime parlementaire sont si dli-
cats que peu de chose en arrte le fonction-
nement. Aussi eut-on plutt lapparence de ce
regime que la ralit : avec des former un peu
plus douces et plus modres, le president
Geffrard ne fut peut-tre pas moins absolu que
l'empereur Soulouque. On peut lui reprocher
mme certaines faons d'agir allant jusqu' la
licence.
Plus j'avance dans la route o je me suis
engag, plus j'en aperois les asprits et les
obstacles, et il ne faut pas moins, pour me












SON PASS, SON AVENIR. 79

soutenir jusqu'au bout, que la persuasion o
je suis de ne point faire.une o.uvre inutile et
(lue la patrie profitera de tous ces enseigne-
ments que recle notre histoire et que j'ai soin
de reliever au fur et measure que je les ren-
contre. Voyant clairement les causes diverse
et souvent contraires qui, chaque priode de
notre existence natiuoniale, ont empch qu'il
s'tablt quelque chose de durable, on sera
sans doute a l'avenir plus mme de les viter.
L'criva.in de parti, qui n'a d'autre objet
en vue que de louer quand mme et tout
propos les hommes et les choses de son bord,
et de dnigrer en revanche tous ceux qu'il
regarded come des adversaires, a une besogne
beaucoup plus facile, n'ayant d'autre guide
que son intrt et sa passion, il couvre les
: .;i !le fleurs et les lve aux nues tout sim -
plement parce qu'ils sont avec lui; il encense
en eux avec les hyperboles les plus outres
des qualits et des vertus qui souvent spnt
absentes et ferme obstinmept les yeux devant
les actes les plus reprhensibles; mais aux au-
tres, qui ont le malheur d'tre dans un camp
different, il prodigue l'insulte sous toutes les
forms et il ne se fait pas faute au besoin de nier
effrontment leurs services les s pl clatants












80 IIATI

et les moins contestables. Tout autre est le pro -
cd de celui qui ne cherche que la vrit et la
justice et qui n'crit que pour le bien de son
pays: ses louanges ou ses blames pourront
s'adresser tour tour au mme personnage,
suivant que, dans son opinion, il amrit suc-
cessivement les uns ou les autres, et c'est ce
qu'on n'a vu fire chaque pas dans cette
revue des homes et des faits de notre his-
toire.
J'ai indiqu les dfauts que le gnral Gef-
frard montra dans l'exercice du pouvoir, parce
que l'action du gouvernement s'en trouvait
fausse, parce qu'il donnait un example qui,
devant tre suivi, n'tait pas sans cons-
quences fcheuses, parce qu'il est inutile
d'avoir une constitution si elle n'est pas exac-
tement observe, et qu'il vaut mieux organiser
franchement un gouvernement autoritaire que
de le laisser tablir sous une apparence lib-
rale.
Les critiques qu'il n'est pas permis d'par-
gner au gnral Geffrard ne doivent pas ce-
pendant faire oublier les loges qui lui sont
dus justement pour d'autres points de sa con-
duite au pouvoir. On ne peut passer sous
silence ses efforts pour dvelopper l'instruc-












SON PASS, SON AVENIR.


tion si nglige jusqu'alors. Petion, come je
l'ai dj dit, avait port aussi ses vues et son
attention de ce ct, mais les circonstances
n'taient pas favorables et le temps lui avait
manqu. Boyer, dans sa longue prsidence,
et pu s'occuper de cet objet si important,
mais il avait assez de se laisser vivre au jour
le jour, et l'on peut dire que presque rien
n'avait t fait pour tirer le people de son tat
de profonde ignorance. Geffrard le premier,
d'une manire srieuse et constant, et ce sera
son principal titre d'honneur dans l'histoire,
comprit la ncessit d'tablir un systme r-
gulier d'instruction pouvant pntrer par les
coles primaires jusque dans les couches pro-
fondes de la population et s'lever de degr
en degr jusqu'aux coles suprieures desti-
nes partout l'lite seulement de la jeunesse
intelligence.
L'examen des measures prises cet effet
constitute un chapitre special de l'histoire
d'Hati et m'entranerait trop loin; mais de
mme que j'ai d noter avec tristesse bien
des fautes commises, je devais signaler, et
cette fois avec un sentiment de joie, une excel-
lente initiative don't il faut s'attacher non seu-
lement maintenir mais augmenter de plus
n












IIA1 TI


en plus les rsultats. En 1861 dj, 235 tablis-
sements d'instruction tous les degrs comp-
taient environ quinze mille lves; le nombre
atteint aujourd hui dix-neuf mille; des lyces
ont t fonds dans les principals villes; des
coles suprieures de droit, de mdecine, de
musique, de dessin et peinture, d'arts et m-
tiers existent Port-au-Prince. C'est l certes
un progrs srieux don't il convient de se fli-
citer hautement. Mais il ne suffit pas d'avoir
des coles et des lves, il faut que l'enseigne-
ment que l'on y donne soit en ri pport avec
les sacrifices qu'il cote au pays: peut-tre
ce point de vue, les choses laissent-elles
dsirer, l'organisation a-t-elle des cts dfec-
tueux, et certaines rformes seraient-elles in-
dispensables. Je me propose d'exposer un peu
plus loin quelques vues ce sujet.
Si les measures que prit le president Geffrard
en faveur de l'instruction rencontrrent un
assentiment unamine, d'autres actes de son
gouvernement furent plus discuts et sont
aujourd'hui encore l'objet de controversies
srieuses. Je veux parler du concordat conclu
avec le pape pour la rorganisation de l'glise
catholique en Hati et par lequel aussi taient
dtermins les rapports qui devaient exister












SON PASS, SON AVENIR. 83

entire l'tat et le clerg de cette religion. En
consentant ce trait, le gnral Geffrard
obissait des proccupations de diverse na-
tures que je crois utile d'indiquer et de dis-
cuter d'une manire brve, parce qu'elles
touchent des questions importantes pour la
situation intrieure du pays, et suivant la fa-
on don't elles seront rsolues, peuvent influer
beaucoup sur son avenir.
Les Espagnols et les Franais, tous deux
peuples catholiques, avaient l'un aprs l'autre
naturellement transmis leurs esclaves la
religion qu'ils professaient, et le culte ca-
tholique tait devenu le culte official dans
l'le au mme titre que dais la mtropole.
Cependant il est permis de dire que les doc-
trines qui composent cette religion n'avaient
pntr que peu profondment dans la masse
des homes de race noire et que tout se bor-
nait l'apparat des crmonies et des ftes du
culte auxquelles les noirs assistaient sans
trop s'occuper d'en comprendre le sens intime.
Les prtres en gnral de cette religion, ne
demandant au people que les actes extrieurs
de dvotion, se dclaraient satisfaits pourvu
qu'il montrt envers leur autorit spirituelle
la dfrence voulue. Bien peu d'entre eux












HAITI


s'oQcupaient avec conscience d'instruire les
ouailles confies leur direction et de leur
faire connatre ces vrits qu'ils proclamaient
cependant ncessaires pour le bonheur dans
ce monde et dans l'autre. Jamais aucun effort
vritablement srieux ne fut tent par eux
pour dtruire chez les noirs ces superstitions
naves et grossires qu'ils avaient apportes
d'Afrique aprs les avoir reues de leurs an-
ctres.
Dans les pays mme les plus avancs en
civilisation et depuis longtemps la tte du
progrs, on a pu observer combien les pr-
jugs sont tenaces, combien les superstitions
les plus antiques et les plus opposes aux lu-
mires modernes laissent de traces qui ne dis-
paraissent qu'avec lenteur, surtout dans les
campagnes, et quelquefois ne font que se
transformer et prendre en quelque sorte un
autre vtement. 11 n'est donc pas tonnant
qu'une certain parties de ces noirs l'intelli-
gence desquels on ne daignait pas s'adresser,
don't personnel ne s'occupait de cultiver la
raison, aient conserv peu prs ces pratiques
superstitieuses.
S'ensuit-il cependant que le culte du Vaudou
soit aussi gnral et aussi profondment enra-












SON PASS, SON AVENIR. 85

cin que l'ont prtendu des observateurs su-
perficiels et parfois malveillants comme sir
Spencer Saint-John qui, dans son livre sur
Haiti intitul la Rpublique noire calom-
nie avec tant d'pret un people don't il avait
t accueilli avec une bienveillance marque ?
Est-ce en un jour que l'on peut draciner des
habitudes vieilles de plusieurs sicles chez
une nation neuve, incompltement instruite.
C mment les ides chrtiennes auraient-elles
pu remplacer partout chez les noirs leurs
antiques croyances, ridicules et grotesques
sans doute, mais don't l'quivalent s'est trouv
chez toutes les nations primitives, quand cer-
tains prtres catholiques eux-mmes ont pris
si peu de soin de leur expliquer et de leur en-
seigner une morale plus leve?
Le gnral Geffrard crut que pour rendre
plus rapide la disparition de ce qui reste
encore en Hati de toutes ces habitudes et
de toutes ces ides drivant des anciennes
croyances ftichistes, il tait ncessaire d'in-
fuser un sang nouveau au clerg catholique
qui s'tait trouv au-dessous de sa mission.
Tel fut un des principaux motifs qui l'amen-
rent ngocier ce concordat qui permet de
confier les functions ecclsiastiques des












86 IIAITI

prtres trangers don't on suppose que le zle
apostolique se laissera moins endormir que
celui des pretres indignes.
On ne trouvera pas, je l'espre, que je me
sois tendu trop longuement sur des matires
qui ont tenu une si grande place dans la vie
politique de tous les peuples, qui chez plusieurs
ont donn lieu des rvolutions et des
guerres et qui constituent partout un des pro-
blmes les plus compliqus et les plus diffi-
ciles rsoudre. Au moins que l'exprience des
autres nous instruise, vitons des fautes que
souvent ils ont payes si cher.
Les lecteurs qui m'ont suivi jusqu'ici dans
cette course rapide travers nos annales ont
pu se convaincre que tous les gouvernements
qui se sont succd chez nous, si l'on peut
computer leur actif quelques bonnes choses,
avaient tous cependant un dfaut capital qui
ne leur a pas permis de fixer les destines de
la nation : c'est qu'aucun d'eux n'a su se d-
gager assez compltement des intrts parti-
culiers telle ou telle parties du pays ou des
ambitions personnelles pour se placer sur le
large terroir de l'intrt gnral. Quelques-
uns ont fait plus ou moins des efforts en ce
sens, mais la suite dans les ides et l'nergie












SON PASSE, SON AVENIR


persvrante leur faisant dfaut, ils se sont
bientt dtourns de leur chemin et ni les uns
ni les autres n'ont entirement rempli le but
pour lequel sont institus les gouvernements.
Doit il en tre toujours ainsi? Pourquoi le
penser ? Nous ne sommes pas plus incapable
que d'autres d'ouvrir les yeux la lumire
quand elle nous est montre.
Or, je crois pouvoir dire sans crainte d'tre
dmenti, que nous serious des aveugles volon-
taires si, dans ce tableau du pass tel que j'ai
essay de le reprsenter, nous n'avions pas
dcouvert les causes de nos erreurs et de nos
fautes, pourquoi nous sommes encore dans
une situation prcaire et malheureuse, tandis
qu'elle pourrait tre florissante, et ce qu'il fau-
drait faire enfin pour qu'elle le devienne.
Planant au-dessus des parties dans cette vue
philosophique que j'ai jete sur l'histoire de
mon pays depuis l'origine, j'ai signal et le
bien et le mal partout o je les ai rencontrs,
sans aucun parti pris envers personnel, et j'ai
montr dans le pass, measure que les vne-
ments les ont rvles, toutes les sources de
nos souffrances actuelles.
La demonstration est complete ce moment
de l'histoire d'Hati auquel nous sommes par-












88 HAITI

venus : le rcit des vnements depuis la fin de
la prsidence du gnral Geffrard ne peut
rien y ajouter. Toujours on voit les parties
turner dans le mme cercle, les mmes pr-
jugs et les mmes passions persistantes pro-
duire des agitations continuelles et des luttes
armes qui couvrent le pays de ruines et de
sang, l'esprit de coterie prdominer sur l'in-
trt gnral, le gouvernement, quel qu'il soit,
h peine install, oblig de se dfendre contre
des adversaires qui, conviant sans doute la
nation quelques jours de repos, se htent de
chercher les moyens de le renverser avant
mme qu'il ait eu le temps de s'affermir et de
pouvoir entreprendre quelque chose d'utile
pour panser les places toujours saignantes du
pays et surtout du vrai people, celui qui arrose
la terre de ses sueurs et sur qui retombe tout
le poids de ces divisions insenses, toujours
oubli dans sa misre sans que personnel s'oc-
cupe de la soulager, abandonn lui-mme,
son ignorance, des habitudes dplorables qui
remontent une poque o, s'il tait esclave,
il n'tait gure plus malheureux. Mais qu'im-
porte cette tourbe qui vit grassement des
haines qu'elle attise, qui n'a d'autre occupa-
tion que de dverser l'outrage sur tous les












SON PASS, SON AVENIR. 89

hommes qui passent au pouvoir, qu'on a vu
prodiguer l'insulte et la diffamation tous les
gouvernements Que jamais la patrie ne soit
tranquille et ne puisse se reliever pourvu
qu'elle continue de pcher en eau trouble!
Maintenant que toutes les causes de nos
divisions ont t suffisamment exposes telles
que le pass nous les a fait voir, un rsum
succinct et sans commentaires des principaux
faits jusqu' nos jours suffira pour complter
l'esquisse commence et pour achever d'en
fire ressortir l'enseignement.
Le gnral Salnave succda au gnral Gef-
frard en 1867 comme Prsident de la Rpubli-
que. Ils accusrent Salnave d'aspirer la
dictature, de vouloir mmertablir la royaut.
Le nouveau president s'tait dclar favo-
rable la masse et manifestait l'intention de
prendre des measures pour amliorer le sort
de cette population. Quoi qu'il en soit, ex-
ploitant habilement les vieilles rivalits du
Nord contre le Sud, ils excitrent contre
Salnave une insurrection formidable que celui-
ci ne put combattre qu'en s'appuyant sur les
populations du Sud qui se dclarrent en
sa faveur. Le territoire de la Rpublique fut
encore une fois en proie toutes les horreurs












90 II A TI

de la guerre civil; les bandes du Nord, sous
le nom de Cacos et celles du Sud sous celui de
Piquets, rivalisrent de massacres et d'incen-
dies. Aprs deux annes d'une lutte sanglante,
marque par bien des pripties qui montr-
rent les deux parties tour tour victorieux et
vaincus, Port-au- Prince tant tomb aux mains
des rebelles du Nord, Salnave rduit s'enfuir
avait t condamn mort. Arrt au moment
o il cherchait se rfugier sur le territoire
de la Rpublique dominicaine, en violation du
droit des gens, il mourut fusill en dcem-
bre 1869.
Aprs un gouvernement provisoire qui dura
quelques mois, le Snat nomma le gnral
Nissage-Saget president pour une priode de
quatre annes. Epuiss par les fureurs de la
lutte prcdente, les parties, plus par lassitude
que par amour du bien public, se tinrent quel-
que temps en repos, et le pays put goter un
peu de tranquillit. Mais lorsque les pouvoirs
du president Saget tirant leur fin, il fallut
s'occuper du choix de son successeur. Boyer-
Bazelais, le chef du parti liberal, se mit au
nombre des candidates; le president Saget, qui
voulait favoriser le gnral Domingue, fut
accus d'avoir viol la constitution pour ex-




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs