• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Foreword
 A la presse Haitienne
 Ce que nous revelent des lettres...
 Varietes
 Table of Contents






Group Title: office du Receveur général des douanes et le commerce haïtien
Title: L'office du Receveur général des douanes et le commerce haïtien
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081330/00001
 Material Information
Title: L' office du Receveur général des douanes et le commerce haïtien une commission d'expertise douanière s'impose!
Physical Description: 163 p. : ; 24cm.
Language: French
Creator: Laurent, Gérard Mentor
Publisher: Chéraquit
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1933
Copyright Date: 1933
 Subjects
Subject: Customs administration -- Haiti   ( lcsh )
Commerce -- Haiti   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti
 Record Information
Bibliographic ID: UF00081330
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltuf - AAQ2367
oclc - 01744965
alephbibnum - 000136309

Table of Contents
    Title Page
        Page i
        Page ii
    Foreword
        Page iii
        Page iv
    A la presse Haitienne
        Page 1
        Page 2
    Ce que nous revelent des lettres authentiques
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
    Varietes
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
    Table of Contents
        Page 164
Full Text





I. LAT.JRENT
Commerant
Ancien Consul de la Rpublique d'Hati Hambourg





L'OFFICE DU RECEVEUR GENERAL DES DOUANES

ET LE

C OlMMVE!3ERC E HITAITIENI T






UNE COMMISSION D'EXPERTISE DOUANIRE S'IMPOSE!



"Que l'on conoive le tarif douanier
le plus merveilleux, si les Agents
appeles a son application sont des
insuffisants ou ne s'entourent pas
d'lments comptents et moraux, il
ne peut en rsulter que gchis sur
gchis. Et les gchis non rpars,
mais souvent rpts, aboutissent tt
on tard au dsastre. "
**
Comme la loi divine, les lois civiles
ne manquent pas de stigmatiser celui
qui sciemment laisse un crime se
perptrer. Et les circonstances sont
encore plus aggravaintes contre ce-
lui-l lorsque de par la natuie de ses
functions, il est la sentinelle qui
il income le devoir de pousser le
halte-l, cri qui et pu empcher d'ac-
complir le mal, d'atteindre ou d'ache-
T er la victim.
M. L.



PORT-AU-P SINCE
CIIERAQUIT, IMPRIMEUR-EIT:UH
1516, Rue du Docteur-Aubry, 1516

1933







L's8 ,















AVANT-PROPOS




En publiant ce recueil de lettres et d'articles dj insrs en
parties dans divers journaux de la Capitale, il nous est agrable de
dire que nous n'avons t guid par aucun intrt personnel.
D'ailleurs, tous les lecteurs qui ont quelques experiences du milieu
o nous vivons savent, pertinemment, qu'on n'aurait pas manqu,
grace l'attitude que nous avons prise, de nous designer comme
une- manire de cible contre laquelle se sont diriges et se diri-
geront encore, sans doute, bien de basses maneuvres. Qu'im-
c porte!
S 11I est, certes, trs ma'ais de parler de soi. Cependant nous
estimons que c'et t un excs de modestie de ne pas dclarer
ici,-que nous avons toujours t de ceux l qui considrent que
s'agissant d'accomplir un devoir, on n'a pas se soucier du qu'en
dira-t-on, et encore moins de ses intrts propres.
Nous avons voulu par cette publication signaler quelques mau-
vais cts du tarif douanier, et surtout la fion don't il est ap-
pliqu. Car, nous aimons encore croire que le Gouvernement
Hatien ignore la plupart des irrgularits, des fantaisies, des non
sens mme auxquels donne lieu l'interprtation de cet instrument,
. de la part de I Office du Receveur Gnral des Douanes.
SIl, 11 st malheureux.que nous n'ayons pu donner publicity qu'aux
S regrettable measures prises contre nous. Mais il nous est possible
d'affirmer que environ 90 pour cent des Importateurs de la R-
S publique subissent aussi plus ou moins les consequences du
manque de preparation technique, manque de bonne foi don't font
preuve journellement certain de nos Agents douaniers.
Dans les pices formant ce recueil, il a t souvent rclam le
)o rtablissement d'une Commission d'Expertise Douanire, qui, sans








- IV -


contest, est un organisme indispensable au bon fonctionnement
d'une douane, comme la bactriologie, la radiographie le sont
la mdecine moderne.
N'est-il pas vraiment lamentable de voir nos douaniers, soit par
erreur, soit volontairement, donner telle denomination un ar-
ticle courant, contrairement la vrit vidente. Et leurs decisions
sont sans appel.
Un fait entire mille: l'importateur reoit des chapeaux en paille,
cependant la verification le taxareur, sans aucun examen srieux,
mentionne que ce sont des chapeaux en crin; par consquent,
cet importateur est frapp d'une amende de Ioo pour ioo du
montant des droits de douane, pour n'avoir pas dclar de pr-
tendus chapeaux en crin, c'est--dire, pour s'tre rendu coupable de
faiuse declaration. Et si le montant de l'amende n'est pas acquitt,
toutes les marchanJises arrives la consignation de ce malheu-
reux importateur seront irr:nissiblement retournes aux expdi-
teurs, ou vendues la crie publique, selon que ces marchandises
se trouvent aux colis postaux ou en grande douane.
Partout ailleurs, si la douane prouve quelques embarras d-:
terminer la nature d'un article, on se rfre immanquablement
la science des membres du iaboratoire de la Commission d'Exper-
tise. Et cette Commission, qui est forme de rels experts, ne
s'arrtera une denomination que lorsque, par example, l'ana-
lyse chimique de la matire formant un chapeau, il est rvl la
presence des !meints constitutifs du crin, c'est- dire: cellulose,
huiles, oxyde de fer, oxyde de manganse, phosphate de chaux,
soufre, silice, etc.
Lt plupart de nos douaniers en doutent-ils ?
Donc, une Commission Scientifique d Expertise Douanire ,
s'impose _j














A la Presse Haitienne




En fondant un journal politico-social, politico-conomique, ou
en en pregnant la direction, le Journaliste assume au regard de
son Pays, de grandes responsabilits, don't certain semb'ent,
tort, ne pas mesurer toute la porte, ni dduire toutes les cons-
quences.
La Presse, la fois directrice de l'Opinion Publique et son
propre Organe, est le 4eme Pouvoir de fact dans l'Etat, et, a,
certes, comme toute personnel morale, de droits et des devoirs.
Elle est rgie par des lois crites, et par des convenances sociales
et politiques, qui constituent des lois non moins impratives,
quoique non crites.
Ainsi donc, chacun de ses membres prend tacitement sur son
honneur l'engagement de ne pas garer l'Opinion en insrant des
faits soit mensongers, soit mal informs; ou en prconisant des
principles qui seraient subversifs de l'ordre public, de l'ordre so-
cial ou de l'ordre conomique. Aussi, s'engage t-il, sous peine de
se djuger, discuter loyalement et scientifiquement tout prrjet
de loi, qu'il soit de l'initiative du Pouvoir Excutif, de celle du
Corps Lgislatif ou mme des Communes; dnoncer crnement
toute violation de la Constitution ou d'une loi organique; en un
mot, dfendre avec vaillance les forces vitales du Pays.
Ne -faut-il pas honorer de sa meilleure attention les valeureux
qui, dlibrment, se sont imposs une si rude mais noble tche,
et qui s'en acquittent avec gloire!
11 est entendu que le membre de la Presse qui s'oublierait,
non jusqu' l'ignominie de se prter sciemment au mal, seule-
ment diriger un journal suivant ses convenances et ses intrts








- 2 -


personnel, commettrait dj la faute grave de desservir la collec-
tivit.
a La loi est une rgle de conduite, une manire de contract so-
cial entire le Gouvernement et le people. S'il n'est pas permis
celui-ci d'en prtexter l'ignorance, l'Etat de son ct, personne
morale, s'engage d'en exiger l'excution, et de ne jamais s'en
carter ni dans un sens ni dans un autre. La vritable puissance
consiste dans l'obissance aux lois .
L'excution de chaque loi est confie, en particulier, la com-
ptcnce, la sagacit et au patriotism de tel ou tel Agent, selon
la sphre de ses attributions; et, en gnral, au courage et au
civisme de chaque citoyen.
Le membre de la grande communaut qu'est la Nation, qui,
par incurie ou par un fcheux sentiment quelconque nglige ses
devoirs, ou les remplit suivant une volont fantaisiste s'abaisse,
oppose, souvent de ce fait, une force d'inertie aux autres, et pa-
ralyse les meilleures volonts.
Il s'ensuit que chaque citoyen, digne de ce nom, ayant ceur
la bonne march de la chose publique, est dans l'obligation ma-
nifeste de dnoncer tout fait qu'il croit tre de nature exercer
une influence malheureuse sur la vie politique ou conomique du
Pays. Et le journalist, soucieux de ses engagements, comme
tout chef d'Administration competent et honnte, ne laissera pas,
certainement, s'chapper l'occasion d'apprcier ce fait pour en
proclamer l'innocuit, s'il y a lieu; ou dans le cas contraire, r-
clamer des autorits comptentes telle solution que comporte telle
question.
C'est dans ces sentiments que je soumets la Presse Hatienne,
telles fins que de raison, les correspondances suivantes, qui
rvlent chez certain leurs conceptions du Devoir, et qui d-
montrent avec loquence, j'estime, comment malheureusement
on entend au com de l'Etat, interpreter et appliquer notre tarif
douanier, dj ;i justement dcri.











Ce ng Mous rovlent 9s Leltres antihontinos


Au DIRECTEUR DU JOURNAL L.E TEMPS

Mon cher Direcleur,
Il y a vraiment lieu de s'tonner de ce que taus les Com-
merants rpondant,ju qu'ici, l'enqute du Temps n'aient
faith qu'elfleurer en passant le tarif douanier, qui, pourtant,
dans la crise conomique actuelle, reprsente un quantum
trs apprciable.
Nous ne pouvons oublier les angoisses qu'occasionna sa
naissance: en guise de pleurs, il fit couler beaucoup d'encre.
Cependant, ses auteurs se rappelant qu'ils sont en Haiii, o
on peut professer sans danger l'opinitrel en matire d'admi-
nistration, nous l'ont impose quand mme.
Depuis, non seulement il promne ses ravages, mais encore
en son nom, des iniquils sans nombie se commettent t et l.
Ce tarif qui est d'une complication extreme, comporte plus
de 13.000 articles se contredisant pal fois presque les uns les
autres, ou qui par leur imprcision rclament une mise au
point. Et on peut avancer ce fait, sans crainte d''re dmenti,
que les interpretations auxquelles il est soumis de la part de
ces Experts le rendent parfois odieux, insuppol table.
C'est ici, l'occasion de ces interpretations qu'intervient
l'Office du Receveur gnral des douanes avec tout le verbe
du magister dixit.
Sait-on que pour expliquer, classer, dclasser, reclasser tels
articles du tarif, ce bureau a dj mis des centaines de cir-
culaires l'adresse des Collecteurs de Douanes? Et la source
est loin d'tre tarie. Ces circulaires qui ont pourtant force de
loi, ne soot ni annexes au tarif, ni insres au Moniteur Of-
ficiel de la Rpublique. Cependant si les commerants se
permettaient (le les ignorer, des pnalits consistent en dou-
bles droits et en amendes de 20% leur enseigneraient qu'ils
doivent aller en prendre connaissance au fur et measure








-4-


qu'elles sont affiches au bureau de la douane, quand elles le
sont? (Voir lettres Nos 9, 10, 11 et 11 bis).
Sait-on que mme si un commerant prsente au Collecteur
avec sa declaration un chantillon des articles reus et que
celui-ci aprs les avoir Lien considrs approve la declaration,
le commerant peut tre malgr tout frapp de double droit
pour fausse declaration, alors mme quelles chantillons sou-
mis rpondent textuellement la merchandise vrifie, et
qu'on ne relve aucune difference ni de poids ni de valeur?
La lettre No 1 au Receveur Gnral des Douanes en est une
illustration.
Sait-on que se basant sur une sentence de l'Office du Rece-
veur Gnral des douanes, un commerant dclara un article
pour ce qu'il est et que ce commercant s'est vu frapper de
double droit pour fausse declaration, alors qu'aucune sentence
postrieure n'ait annul la prcedente, par consquent celle
ayant force et vigueur?
Les lettres numros 3 et 3 bis au Receveur Gnral des
Douanes en sont des illustrations.
Sait-on que si un commerant, causant avec le Collecteur
sur une question d'administration lui rpondait du tac au tac,
les marchandises que ce commerant aurait en douane, m-
me dj vrifies et taxes seraient mtamorphoses en
d'autres payant plus de droits, avec pnalit pour fausse d-
claration?
La lettre No 4 Monsieur Gross, Charg d'Affaires des
Etats-Unis d'Amrique en Haiti en est une illustration.
Sait-on que si un commerant reoit un article et que la
douane, par une fausse interpretation du tarif, voulant le
confondre avec un autre payant des droits plus levs, mme
si le commerant crivait la lettre la plus explicative pour
prvenir l'erreur, il lui serait repondu par un ordre militaire:
l'article est class?
Les lettres numros 5, 5 bis, 5 ter, 6, 7, 8 en sont des
illustrations.










Nous pouvons nous arrter l; mais au besoin, il nous est
possible de vous presenter des centaines de ces perles.
En attendant que ce tarif soit modifi, c'est aux Commer-
ants eux-mmes qu'il appartient d'exiger sa strict execution
et de prvenir toute interpretation errone ou abusive par
une just comprehension de leurs droits.
Il existe en tout pays une Commission compose d'un nom-
bre plus ou moins grand de rels Experts, appele tran-
cher les litiges qui peuvent surgir entire la Douane et le Com-
merce. Aux Etats-Unis d'Amrique, cette Commission qui
s'appelle United States Tariff Commission a son sige
Washington D. C. et est forme de Membres qui il n'est
permis d'occuper aucune autre function rtribue.
Ici, en Hati, depuis la mise eu vigueur de ce present tarif,
don't l'interprtation est pourtant si laborieuse, la Commission
d'Expertise ayant t malheureusement supprime, les Com-
merants, dcourags, se laissent aller au dsespoir.
Mais ignorent-ils que la Chambre de Commerce d'Hati,
reconnue d'utilit publique, a institu, en vertu de l'article 2
de ses Statuts, un Office de Renseignements dans le but de
leur venir en aide et d'pouser toute cause just. pour la
bonne march du Commerce en gnral?
Pour leur dification, je transcrisci-dessous les paragraphs
de cet article les intressant plus directement:
Article 2.- Le programme de la Chambre de Commerce
est le suivant: Instituer un office de renseignements capable
de fournir au Gouvernement et aux particuliers toutes infor-
mations utiles sur les questions de commerce, d'industrie,
d'agriculture et de navigation intressant Hati.
a Intervenir chaque fois qu'il est besoin, auprs du Gouver-
nement et de l'Administration, pour leur soumettre tout avis
au sujet des measures intressant la situation conomique et
commercial et, notamment toutes recommendations utiles
concernant le tarif douanier, les contributions directed et in-
directes, les traits de commerce et de navigation; faire
connaitre aux autorits comptentes et souvenir auprs d'elles
toutes rclamations et dolances justifies relatives I'appli-








-6 -


cation des lois et rglements sur le commerce, l'industrie,
l'agriculture et le transport.
Que tous les Commerants et Industriels s'enrlent sous la
bannire de la Chambre de Commerce d'llaiti, qui reste notre
seule sauvegarde. Car, l o on peut carter une voix isole
sans aucune consideration, on est bien oblig de fire droit
une just reclamation, prsente et soutenue par un Syndicat
compost de centaines de Membres.
Maintenant, si la Chambre de Commerce de fon (t, n'in-
tervenait pas, et nergiquement, auprs du Receveur Gnral
des Douanes toutes les fois que l'occasion se prsentait, et ne
publiait, soit dans son bulletin soit ailleurs, le rsultat heu-
reux ou malheureux de ses dmarches, elle se serait fait
tacitement la complice de la douane. Et au jour de la red-
dition de comptes, -il faut toujours l'esprer- ce bureau,
pour sa defense, pourrait arguer de la non action de la
Chambre.
Mais heureusement, il n'y a pas lieu pour nous d'envisager
ces improbabilits, quand surtout nous voyons.au timon de
cette Institution MM. Ed. Estve, R. Brouard, Dants Belle-
garde, Ren T. Auguste, Jules Faine, Go. de Lespinasse,
Seymour Pradel, Lonce Qualo, Simon Vieux, Alfred Vieux,
Stnio Vincent, etc., etc. Ce sont l, certes, des intelligence
mrites, des esprits alertes et aviss, des homes de devoir
qui se font forts de se toujours rappeler quel mal il y aurait
ne pas dfendre avec vaillance un poste d'honneur don't on
a assum la garde.
Mon dsir, mon cher Directeur, en levant ma faible voix,
est d'essayer d'aider tirer notre Patrie de l'ornire o elle
s'enlise. Et j'estime qu'on ne peut y arriver que par un effort
commun bien ordonn, bien dirig, c'est--dire, que chacun
soit rellement la place que lui assignment ses conditions
d'aptitude et de morality.
Sincrement.
M. LAURENT, Commerant.
(Extrait du journal Le Temps du 31 Dcembre 1928)










Lettre Nuo
Port-au-Prince, le 18 Juillet 1927

Au Receveur Genral des douanes,
Port-au Prince, Hati.

Mon.ieur le Receveur,
J'ai l'honneur de vous demander d'effectuer en ma faveur
restitution de la some de SEPT CENT TRENTE HUIT 09/100
gourdes, sur le montant que j'ai pay suivant le bordereau
ci-dessus mentionn.
Cette restitution est demande en vertu des raisons dtail-
les que j'expose ci-dessous:
Les chapeaux qui accompagnent la prsente ne sont que
des chapeaux en paille noo garnish et ont toujours t consi-
drs comme tels par la douane. Ils sont ordinairement im-
ports et rgulirement par prs d'une vingtaine de Com-
merants tablis sur la place de Port-au-Prince. De l'avis de
tout le personnel actuel de la douane, il n'y a pas un seul
cas o ces chapeanx ont pi tre classs come CHAPEAUX
GARNISH.
Sous l'empire de l'ancien tarif, nous avions trois catgo-
ries de chapeaux de paille: le chapeau de paille non garni,
qui payait gourde 0.50 la douzaine; le chapeau semi-garni,
dnomm canotier ou chapeau de fantaisie, don't les droits
taient de 2 gourdes la douzaine; et le chapeau garni pro-
prement dit sur lequel on prlevait un droit de 6 gourdes la
douzaine.
La Douane a toujours appel CIAPEAUX EN PAILLE NON
GARNIS, tout chapeau, qu'il soit en paille de riz, en paille
anglaise, en paille de soie, etc., pourvu que ce chapeau ne
porte pas une coiffe, et qu'il n'ait pas une garniture ex-
trieure. Mme si le chapeau a une bordure en n'importe
quelle matire, il est non garni, la bordure ne pouvant tre
une garniture.
Le chapeau en paille semi-garni, canotier ou chapeau de








-8-


fantaisie tait, ordinairement, tout chapeau ayant un simple
ruban autour de la forme, mme si ce ruban tait lui-mme
en paille ou en toile cire.
On entendait et on entend encore par chapeaux garnish
ceux auxquels il est ajout une garniture de plumes, de
fleurs, de dentelle.
Dans le tarif actuel, nous trouvons deux categories de
chapeaux de paille: le chapeau non garni, quelle que soit
la paille don't il est fait, et pour lequel on prvoit un droit
de 12 gourdes la douzaine (paragraphe 13228).
Le chapeau garni dans une proportion quelconque, don't
le droit est de 18 gourdes la douzaine, ou 30 o/% ad valorem
(paragraphe 13229).
Qu'est ce qu'une garniture de chapeaux dans le language
des douanes?
C'est tout article: fleur, plumes, ruban, dentelle, fruit ar-
tificiel, etc ajout au chapeau pour le garnir ou l'orner.
Cette description est admise aussi bien en Hati qu'aux Etats-
Unis d'Amrique, quand il s'agit pour la douane de ce der-
nier pays de distinguer le TRIMMED STRAW HAT du UNTRIM-
MED STRAW HAT.
Les chapeaux en paille de soie, qu'il ne faut pas confondre
avec les chapeaux de soie, fabriqus en France ou aux Etats-
Unis d'Amrique, ne sont autre chose qu'une forme en spar-
terie recouveite de paille de soie trs flexible; ceux imports
d'Angleterre consistent en une forme en paille infrieure,
rsistante, rcouverte de paille de soie flexible.
Quand ces chapeaux ne sont pas revtus d'une garniture,
la douane les a toujours classs et les classes encore, excep-
tion faite de ce present cas, comme CHAPEAUX EN PAILLE NON
GARNIS.
Je vous prie de tenir, M. le leceveur Gnral, ce qui pr-
cde non pas comme une supposition, mais bien pour une
affirmation.
Je ne trouve pas ncessaire d'envisager ici les chapeaux
en d'autres matires: laine, feutre, velours, soie, etc, etc.,
paragraphe 13230).








-9 -


Le Collecteur de la douane, M. Johnson, qui a annul la
premiere verification et fait dresser ainsi ce present borde-
reau, tait, lui aussi, en ce qui concern ces chapeaux, par-
faitement de mon avis.
Avant de dclarer ces chapeaux comme non garnis, j'ai eu
la precaution de me prsenter en ses bureaux en compagnie
de M. iaillard, l'Agent (le la Fabrique, pour lui soumettre
tous les chantillons et lui dire que j'allais les dclarer pour
ce qu'ils sont: DES CHAPEAUX EN PAILLE NON GARNISH.
Aprs avoir bien considr ces chantillonQ, il a, lui, M.
JoaNsoN, de sa belle et bonne criture ok la declaration
sans nous fire la moindre observation. C'est dire, en toute
sincrit, Monsieur le Ieceveur, qu'au moment o toutes
ces formalits s'accomplissaient, la Douane considrerait ces
chapeaux come non garnis. Et logiquement, peut-on pen-
ser que celui qui a fait toutes ces dmarches avait l'inten-
tion de frauder, malgr toutes les precautions prises?
Si le Co!le.,ceur de la Douaae, l'honorable M. JonNsoN,
avait une opinion autre que la ntre, il n'aurait pas pu ac-
cepter froidement la dclaration; au contraire, il s'empresse-
rait, il n'y a pas de doute, de nous inviter la faire autre-
ment. Les chantillons ne lui avaient t soumii, d'ailleurs,
qu' cette seule et unique fin.
Il ne me reste, maintenant, qu'a supposed que dans la
suite, pour une cause ou pour une autre, M. JOHNSON a jug
opportun de donner une autre classification ces chapeaux.
Q i'importe. Mais la declaration q e j'ai faite ne peut tre
fausse, et partant je ne suis possible d'aucune amende, puis-
que celle declaration rpond la classification admise et qui
n'a jamais t conteste.
Qu'entend le Lgislateur par fausse declaration?
Faire une fausse declaration, c'est dclarer un article pour
un autre dans l'intention arrte de frustrer les droits du
fisc.
Or, si la Douane est dans l'impossibilit manifeste de trou-
ver un seul cas o ces chapeaux, qui sont imports rgu-
lirement en Haiti, et depuis plus d'une quinziine d'annes,








-10-


aient t classs comme CHAPEAUX GARNIS, tout homme de
bonne foi est oblig d'admettre avec moi que ce serait une
INJUSTICE FLAGRANTE, UNE CHOSE HORRIBLE, de me frapper
(l'une amende pour FRAUDE, parce que je ne les ai pas d-
clars comme garnish.

M. LAURENT

Lettre No 3
Port-au-Piince, le 3 Aot 1927

Au Receveur Gnral des douanes

Monsieur le Receveur Gnral,
Comme suite mes lettres du 18 Juillet coul, relatives
ma demand de restitution, j'ai l'avantage de vous rappeler
que votre Office, la mise en vigueur du nouveau tarif, s'est
prononc sur ces sortes de chapeaux: vous les considrez
come des chapeaux de paille non garnis.
Par le S/S KARA du ler Septembre 1926, je reus de la
mme Maison Georges Ordish & Sons, de Londres, une fac-
ture de chapeaux de paille de soie, don't je vous envoie 4
chantillons avec la prsente (Nos 0213, 0203, 206 et 0155).
La douane les ayant classs comme chapeaux en d'autres
matires que paille, soit gourde 1.25 la pice, je produisis
alors, une demand de restitution, laquelle vous aviez ju-
dicieusement fait droit. Et depuis, Monsieur le Receveur
Gnral, cette classification n'a jamais t change par votre
Office (Voir restitution No 5860).
Ci-joint, nonobstant les chantillons de chapeaux:
1o.- la facture prive y relative.
2o.- le bordereau de douane No 17528, que vous avez fait
reviser.
Esprant que ces concluants renseignements vous mettront
en measure de me fire une prompted et heureuse rponse, je
vous prsente, Monsieur le Receveur Gnral, l'hommage de
mes meilleurs sentiments.
M. LAURENT








11. -
Lettre No 3 bis
Port-au-Prince, le 18 Aot 1927

Au Receveur Ginral des douanes,
Port-au-Prince, Haiti

Monsieur le Receveur Gnral,
J'ai l'honneur de vous demander d'effectuer en ma faveur
restitution de la some de SEPT CENT QUATRE VINGT Dix
HUIT 09/100 gourdes, sur le montant que j'ai pay suivant
les bordereaux ci-dessus mentionns.
Cette restitution est demande en vertu des raisons dtail-
les que j'expose ci-dessous.
Permettez-moi d'abord, d'attirer votre attention sur le fait
que par la demand de restitution du 18 Juillet coul, je
rclamais la some de gourdes 738 09/103, mais depuis j'ai
t ob'ig, hlas! d'acqaitter un nouveau bordereau suppl-
mentaire de gourdes 60 10/100, mis contre moi pour la
mme importation.
Les diverse et importantes questions que vous avez tu-
dier vous empchent, certes, de considrer toutes les lettres
qui vous sont adresses. Et, alors, celles relatives au service
courant, telles des demands de restitution sont confies,
sans doute, comme cela se pratique dans les grands Offices,
un employ charge de l'expdition de ce Service.
Mais, quelque competent, quelque just que paraisse celui-
l, homme, il n'chappe pas la loi naturelle inluctable qui
veut que l'erreur soit inhrente l'esprit human.
C'est pourquoi je vous saurais gr, Monsieur le Receveur,
d'accorder une minute d'attention cette reclamation qui en
soi est trs simple, nais qu'on semble vouloir compliquer.
J'ai reu ce malin une lettre du Collecteur de la douane
de Port-au-Prince m'invitant rclamer un chque de gdes
305 20/100, mis en ma faveur pour ma demand de restitu-
tion relative au bordereau No 11653.
Je dois vous confesser que j'en suis grandement tonn.
Car, par ma lettre du 3 Aot courant, don't ci-joint copie,








- 12 -


j'avais rappel votre Office que le Receveur Gnral des
douanes s'tait dj prononc sur ces sortes de chapeaux:
vous les considrez comme des chapeaux de paille non garnis.
Autrefois, en dehors du personnel administratif de la douane,
prs la Secrtairerie d'Etat du Commerce, il fonctionnait une
Commission d'Expertise, compose de trois Experts. Elle tait
appele connaitre de toutes contestations sur l'espce, la
quality, l'valuation et la taxes des marchandises. Ses dci-
sions, en vertu de la loi du 4 Septembre 1905, taient ins-
res au journal Officiel pour ces analogues.
La loi du 26 Juillet 1926 modificative en ce qui a trait
l'expertise, de celle du 4 Septembre 1905, laisse cette dli-
cate tche la capacity, l'exprience et au sentiment d'-
quit du Receveur Gnral des douanes. Vos decisions,
malheureusement, ne sont pas insres au lMcniteur Officiel,
mais inscrites sous un numro d'ordre, et sur l'original et
les copies des bordereaux ainsi rectifis il est appos cette
mention: VOIR RESTITUTION TEL NUMRO... pour cas analogues'
naturellement.
Comme votre Office a eu le constater, les chapeaux qui
font l'objet de la prsente reclamation sont identiques, quant
la fabrication ceux du ler Septembre 1926. C'est, sans
contest, un cas essentiellement analogue.
Ces chapeaux donc ont t, sont et seront des chapeaux en
paille non garnish jusqu' ce que par une circulaire votre
Office vienne dire la douane que les chipeaux dnomms
chapeaux en paille de soie, mme sans garniture sont dsor-
mais imposab!es d'aprs le paragraphe 13229 et non comme
chapeaux nus, d'aprs le paragraph 13228.
Cela est tellement vrai, que la douane avant l'importation
qui en fait l'objet les a toujours class.4 come chapeaux non
garnis; depuis elle continue encore les classer comme tels
pour d'autres importateurs, et il en sera toujours de mmne
jusqu' nouvelle classification.
Il en rsulte, Monsieur le Receveur, pour me rpter,
qu'on n'a jamais mme essay de fire passer ces chapeaux
pour garnis quand il s'agit des autres importateurs qui les








- 13 -


ont toujours reus, et qui les reoivent encore. C'est donc
un honneur immrit qui n'est fait qu' moi.
Par ailleurs, si par extraordinaire, en dpit de toute attente,
ma demand de restitution n'tait pas intgralement agre,
quelle serait ma situation quant a la concurrence, vis vis
de mes confrres qui n'ont pay et qui ne payeront, jusqu'
nouvel ordre, pour les mmes chapeaux que les droits aff-
rents aux chapeaux non garnish.
Je me tiens entirement votre disposition pour tous
autres renseignements, pieces etcha ntillons qui vous seraient
ncessaires.
Recevez, Monsieur le Receveur Gnral, l'hommage de
mes sentiments les meilleurs.
M. LAURENT


Lettre No 4
Port-au Prince, le 29 Juillet 1927

Monsieur GROSS
Charge d'Affaires des Etats-Unis d'Amrique en Hati

Monsieur le Charg d'AIffires,
Comme suite notre entretien d'hier, j'ai l'honneur de
vous fournir les renseignements qui vous permettront de
faire la lumire sur cette important question de douane.
Mon Commis-Vrificateur en tapant la machine la dcla-
ration a crit: chapeaux en paille non garnish, mais en regard
de cette denomination, il a port le paragraph 13230 du
tarif, qui est plutt pour les chapeaux en d'autres matires
que paille. La Douane, dans son bordereau, ayant consacr
ette erreur qui me causait une perte sche de gdes 165.00
environ, j'ai cru bon de demander au Collecteur d'ordonner
la rectification du susdit bordereau. Il m'objecta: ne savez-
vous pas que le Commeraot est li par sa declaration? -
Moi, de lui rpondre: votre objection i'est qu'une fausse in-
terprtation de la loi. Le Commerant est li par sa dclara-








- 14 -


tion, c'est entendu. Mais, qu'ai je dclar? Des chapeaux en
paille non garnis; et cependant, la taxe qae vous appliquez
est celle allrente aux ch ipeaux en d'autres matires que
paille.
Pour tre logique, il faudrait mettre dans le bordereau:
avons trouv des chapeaux en d'autres matires que paille,
ce qui, d'ailleurs serait inexict. Ai surplus, ajoutai-je, l'Of-
fi:e du Receveur Gnral, prv >yant ce cas l'a solutitnn par
une circulaire qui dit que:
Quand le Co'nmerint, dl.ns sa declaration, donne tous
a les dtails qui puissent permettre la Dauane de classer
a les articles imports, si le piragr phe indiqu est erron
c la Douane peut passer outre .
Tandis que M. le Collecteur tait encore discuter, un
employ lui prsenti la circulaire. 11 laut, et vex,-sans
doute, de s'tre tromp, ou d'avoir ignore cette circulaire, il
essaya encore de me rpliquer, mais cette fois, sur un ton
dpassant tou'e measure un point tel,que je dus lui rappeler
qu'il parlait un Commerant et qui a droit un peu plus
de courtoisie de sa part. (Pendant tout ce temps l, j'tais
encore debout, le Collecteur nr m'ayant pas fait l'honneur
de m'offrir un sige).
Et alors, M. JOIiNSON, exaspr, me lana cette menace,
que je pris pour la promesse de solutionner quitablement
l affaire: demain, nous rglerons cela.
Le lendemain, donc, il s'amena la Douane et ordonna
l'ouverture des 3 colis. Chique colis renferma environ 13
boites en carton contenant, ch cune, 12 14 chapeaux. A
peine M. JoiNSON avait il regard, hativement, le contenu de
4 boites qu'il autorisa la fermeture des colis.
Sa decision tait prise, il avait trouv le prtexte pour,
non seulement ne pas fire droit ma reclamation, mais
m'accabler d'une nouvelle taxation : les chapeaux non gar-
nis s'taient brusquement transforms en chapeaux girnis.
Et cette nouvelle taxation tait accompagne, immanquable-
ment, de double droit, pour fausse declaration. Les gourdes








15 -

165.00 environ que je rclamais, devenaient, ipso facto, la
some de gourdes 738.09.
Je livre, Monsieur le Charg d'Affaires, sans commentaire,
ces faits votre appreciation, esprant de vos sentiments d'-
quit et de justice une heureuse solution.
Respectueusement,

M. LAURENT


Lettre No 5
Port-au-Prince, le 26 Novembre 1928.

Au Receveur Gnral des douanes

Monsieur le Receveur,
Par le S/S Telamon du 22 du courant, j'ai reu deux
caisses de jouets (harmonicas) contenant 200 douzaines, pe-
sant 200 kilos, et pour la valeur total, frt et frais comprise,
de Or 170.00.
M. Coulange, qui j'ai eu confier les documents pour
procder au ddouanement de ces deux caisses de jouets,
m'informa, mon plus grand tonnement, que d'aprs les
renseignements qu'il aurait reus du Bureau de la douane
de cette ville, ces jouets sont imposables d'aprs le para-
graphe 10009 du tarif.
Or, ce dit paragraphe n'envisageant que des hamonicas
bouche et non des JOUETS, il y a l, certes, une fausse inter-
prtation de la part de la douane, interpretation que je vous
demand de bien vouloir redresser.
Les paragraphs du tarif traitant des jouets ou jeux sont:
13.200, 7089, 13.'213, 8069, 11053, 8038, 8037.
Voudrait-on assimiler harmonica (jouet) harmonica
bouche (instrument de musique)?
Cette assimilation constituerait, s'il en tait question, une
erreur aussi regrettable que si on confondait piano (jouet)
avec piano, instrument de musique cordes; late (jouet)








- 16 -


avec flte, instrument de musique; tambour (jo.:ct) avec
tambour, instrument de musique; accordon (jouet) avec
accordon, instrument de musique. etc. etc.
Qu'est-ce qu'un harmonica bouche (glass cord), prvu
au paragraphe 10.009 du tariff?
C'est un instrument de musique, touches de verre, d'une
valeur plus ou moins important, et pesant i 1 1/2 kilos la
pice. Et le Lgislateur y a mentionn harmonica bouche,
pour le bien dis!inguer du harmonica maillet, lu hirmo-
nica p3dale et du hamonici chimique, qui sont aussi des
instruments de musique.
Dans le language des douanes, que ce soit douanes amri-
caines ou douines europennes, on appelle JOUET, tout ar-
ticle goralement quelconque qui ne sert qu' amuser les
enfants.
Et INSTRUMENF DE MUSIQUE, tout appareil propre pro-
diire des sons musicaux.
L'harmonica bouche est un instrument vent. On ne peut
tirer des sons musicaux d'un instrument vent qu' l'aide
des touches, exception faite de ceux coulisse.
Les instruments vent non munis de touches sont ceux en
usage ordinairement dans l'infanterie: clairon, trompette, etc.
Les harmonicas (jouels) ne permettent aux enfants que
d'obtenir l'air de telle musique, c'est dire l'apparence de la
ralit.
L'article qui fait l'objet le mon importation est trs connu
et se trouve chez les marchands de jouets de la Capitale,
depuis trois gourdes la douzaine.
Le soussign, comme d'autres importateurs, en reuivent
rgulirement l'approche des ftes de tin d'anne, daos
des caisses de j uets divers. Et jamais, aucun moment, on
n'et manifester mme le dir de considrer l'article au-
trement que pour ce qu'il est.
D'ailleurs, si nonobstant la fabrication, la valeur de l'ar-
ticle, son poids, on tait, de bonne foi, embarrass savoir
s'il fallait le classer come instrument de musique ou come








- 17 -


jouet, il suffirait pour lucider la question, que de se deman-
der qui est-il destin : aux musicians ou aux enfants?
Le dlai qui m'est imparti pour la declaration de la mar-
chandise devant expir demain, 27 du courant, j'aime es-
prer que vous m'honorerez d'une rponse au plus tt.
En attendant, je vous prie d'agrer, Monsieur le Receveur
Gnral, l'hommage de mes sentiments les meilleurs.

M. LAURENT

Lettre No 5 bis
Bureau du Conseiller Financier-Receveur Gnral

Port-au-Prince, le 26 Novembre 1928

Monsieur M. LAURENT,
Port-au-Prince

En rponse votre lettre de ce jour, cet office vous in-
forme que l'chantillon d'harmonica soumis est class au
paragraphe 10009.
Je vous retourne l'chantillon envoy en communication.
Veuillez agrer, Monsieur, mes salutations distingues.
E. A. COLSON,
Receveur gnral-adjoint.


Lettre No 5 ter
Port-au-Prince, le 27 Novembre 1928

Monsieur JOSEPH LANOUE,
Secrtaire d'Etat du Commerce

Monsieur le Secrtaire d'Etat,
J'ai actuellement en douane 2 caisses contenant 200 dou-
zaines de jouets, communment appels harmonicas.
Ce Bureau ayant inform mon Vrificateur que ces jouets








- 18 -


taient considrs comme des instruments de musique, j'ai
d crire au Receveur Gnral des douanes la lettre don't
vous voudrez bien trouver copie sous ce couvert.
Mais le Receveur-adjoint, sous le rapport de M. Henry
Jones, Chef du Service du Contrle des douanes, a sign une
lettre, je ne sais pourquoi, maintenant la decision injustifiable
et injustifie de la douane.
Partout ailleurs, pour empcher la douane d'tre la
fois et juge et parties, il fonctionne une Commission d'Exper-
tise appele connaitre des litiges existant entire ce Bureau
et le Commerce.
Et les decisions motives de la Commission sont publies
au journal official pour cas analogues. Autrement, se serait
livrer sans merci les intrts des tiers au jugement ou in-
tress ou erronn de tel ou tel homme.
Ici, en Hati, depuis la suppression de l'ancienne Commis-
sion d'Expertise, cet office est rempli au Bureau du Rece-
veur Gnral, certainement, par un personnel autre que celui
qui s'occupe des affaires courantes de la douane.
S Je viens vous demander, en consequence, de bien vouloir
soumettre la just appreciation du Bureau du Receveur
Gnral, pris en sa quality de Commission d'Expertise, la
question qui en fait l'objet.
Car, je me refuse encore croire que ce Bureau qui comp-
tent quelques Experts, permettrait la douane de se laisser
aller confondre JOUET avec INSTRUMENT DE MUSIQUE.
Veuillez trouver, accompagnant la prsente, un chantillon
de harmonica (jouet) et un chantillon de harmonica bou-
che modle diminu, prvu au paragraphe 10009 du tarif.
J'a:tends, Monsieur le Secrtaire d'Etat, de votre sens avis
d'Ancien Administiateur des Finances, de l'esprit de justice
et d'quit qui doit caractriser tout Chef d'Administration,
la solution que comporte la question.
En attendant, je vous prie d'agrer, Monsieur le Secrtaire
d'Elat, l'hommage de mes sentiments les meilleurs.


M. LAURENT








19 -

Lette No. 9.
Secrlairerie d'Etat du Commerce.

Port-au-Prince, le 8 Dcembre 1928.

Monsieur LAURENT,
En Ville.
Monsieur,
Je vous accuse reception de votre lettre du 27 Novembre
dernier, par laquelle en mme temps que vous sollicitez mon
appreciation sur ce qui en fait l'objet, vous me communi-
quez un chantillon de harmonica (jouet) et un chantillon
de harmonica ( bouche ) ainsi que la copie de la lettre que
vous avez adresse au Receveur Gnral des douanes au
sujet de la confusion que la douane parat vouloir tablir
entire les instruments de musique et ces harmonicas que vous
avez imports.
Le Dpartement voulant examiner la question en parfaile
connaissance de cause, vous demand de lai faire parvenir
la copie de votre declaration la douane accompagne e la
Facture consulaire relative aux articles rrcits.
Recevez, Monsieur, l'assurance de ma parfaile considra-
tion.
JOSEPH LANOUE.

Lettre No. 7.
Port-au-Prince, le 10 Dcembre 1928.

Au Secrtaire d'Etat du Commerce.

Monsieur le Secrtaire d'Etat,
J'at l'avantage de vous accuser reception de votre dpche
du 8 du courant, No C-127, o vous me demandez d'exp-
dier votre dpartement copie de ma declaration la douane
accompagne de la facture consulaire relatives aux deux
caisses de jouets, reues par s/s &Telamon,du 22 Novembre
pernier.








- 20 -


Je m'empresse de vous envoyer, sous ce couvert, en com-
munication, non seulement les deux pieces suscites, mais le
bordereau de douane qui a t mis cette fin. (1)
En attendant une heureuse solution de la question, je vous
prie d'agrer, Monsieur le Ministre, l'hommage de mes sen-
timents les meilleurs.
M. LAURENT.


Lettre No. 8.
Chambre de Commerce d'Hali.

Port-au-Prince, le 15 Dcembre 1928.

Monsieur M. LAURENT
En Ville.
Cher Collgue,
Nous vous accusons reception de votre lettre en date du 10
de ce mois, demandant la Chambre de Commerce d'Haiti
de vous faire savoir si l'article communment appel a har-
monica don't un modle lui a t soumis, doit tre considr
comme un jouet ou comme un instrument de musique.
Notre avis est que l'harmonica, pareil celui que vous nous
avez soumis, tant destin amuser les enfants, est un jouet.
Il nous parat mme indispensable, comme cela a dj t
fait pour certain points du Tarif qui manquaient de clart,
qu'une circulaire soit labare pour tablir une distinction
entire harmonica instrument de musique et harmonica jouet,
afin d'viter toute quivoque l'avenir.
Veuillez agrer, Cher Collgue, l'assurance de ma consid-
ration distingue.
Le President, ED. ESTVE.

(1) L'article est encore class comme instrument de musique.
Au lieu de 2C0 gourdes prvues, j'ai t amen payer gdes 722
10/100 y compris une pnalit de 20 o/o, pour n'avoir pas dcla-
r; instruments de musique.










Lettre 'o. 9.
Port-au- Prince, le 6 Fvrier 1929.
Au Collecteur de la Douane de Port-au-Prince.
Monsieur le Collecteur,
Par le S/S aCantal du 5 Janvier courant, il est arriv huit
colis ma consignation. Les pieces y relatives tant en retard,
pour viter toute pnalit, j'ai voulu faire une declaration
PRO FORMA, mais j- mi suis heurt contre un refus
de la Douane, prtextant qu'elle avait elle-mme ses pieces.
Alors, je m'empressai de les lui deniinier en emprunt,
comme de costume, pour tablir ma declaration definitive ;
et, malheureusement, on m'opposa encore un autre refus, ou
plutt on m'exigea comme garantie un dpt de Mille trois
cent quatre-vingts dollars ( Or 1.380.00).
Depuis, la merchandise fut envoye l'exportation, la v-
rification faite d'office et le bordereau dress, certainement,
avec toutes les pnalits encourues par l'Importateur en
pareil cas: 20 o/o, 50 gourdes d'amende, etc.,e tc. Cependant,
malgr tout, la Douane en vertu de je ne sais quelle loi garde
encore par devers elle le susdit bordereau.
Comme je ne ties pas ce que la merchandise soit ven-
due la crie publique, vil prix, je viens par la prsente
vous demander de m'expdier le bordereau pour en payer le
montant (1)"
Recevez, Monsieur le Collecteur, mes meilleures salutations.
M. LAURENT.

Lettre No. 10
Douane de Port-au-Prince
Bureau du Collecteur.
Port au-Prince, le 8 Fvrier 1929.
Monsieur LAURENT,
En Ville.
Monsieur,
En rponse votre lettre du 6 Fvrier 1929 relative des

(1) Le montant s'lve la rondelette some de gdes 3.901.90.








- 22 -


marchandises arrives par le S/S Cantal du 5 Jinvier coul
et vrifies d'office, j'ai l'avantage de vous informer qu'effec-
tivement un chque de or 1.3S0.03 avait t rclam de votre
reprsentant Monsieur Chiss:ing, conformment la circu-
laire du Receveur Gnral des douanes.
Cet office ayant vainement attend ce chque qui deveit
garantir la Douane, a, dans le dlai prvu par la loi, ordonn
la verification d'oftice de cette importation.
Toutefois, les marchandises sont encore en nos dpts et
vous seront dlivres sur presentation de connaissement et
de facture consulaires dment lgaliss ou autre garantie et
aprs pavement des droits. Faute par vous de remplir ces
formalits, la merchandise sera vendue ti la crie publique,
aprs commandement qui vous sera lanc avant la mise en
vente.
Veuillez agrer, Monsieur, mes meilleures salutations.
D. 1P. JOHNSON,
Collecteur de la Douane.

Lettre No. 11
Port-au-Prince, le 8 Fvrier 1929
Au Collecteur de la Douane de la Capitale
Monsieur le Collecteur,
Je suis en possession de votre lettre de ce jour, No 1261,
responsive la mienne la date d'bier et relative mon im-
portation par le S/S Cantal du 5 Janvier coul.
Vous m'y informez que le dpt de Or 1.380.00 m'avait t
rclam en vertu d'une circulaire du Receveur Gnral des
Douanes, mais vous avez omis de m'indiquer la date de la
Circulaire et l ou je dois aller en prendre communication.
Je vous saurais infiniment gr de me donner au plus tt
ces renseignements, qui me permettront de m'adresser en
connaissance de cause l'Office du Receveur Gnral des
douanes.
Agrez, Monsieur le Collecteur, mes meilleures salutations.
M. LAURENT.








- 23 -


Lettre No. Il bis
Douane de Port-auPrince
Bureau du Collecteur

Port-au-Prince, le 8 Fvrier 1929.

Monsieur M. LAURENT,
En Ville.
Monsieur,
Comme suite ma lettre de ce jour file 1261 et suivant la
demand continue dans la vtre de mme date,je m'empresse
de vous informer que la Circulaire en question a t mise
le 17 Mars 1927 au Ne 369. Le dpt de Or 1.380 00 vous a
t rclam conformment son 4me paragraphe qui est
formel (1)
Cet office n'avait pas cru ncessaire de vous donner le No.
et la date de la Circulaire voque, vu qu'elle a t, pendant
longtemps, affiche aux principles entres de la Douane,
publie dans le Bulletin Mensuel du Receveur Gnral et
qu'elle est trs familire vos reprsentants MM. Coulange et
Chassaing, qui pourraient vous y renseigner. (2)
Veuillez agrer, Monsieur, mes meilleures salutations.

D. P. JOHNSON,
Collecteur de la Douane.


(1) Les circulaires, les rglements ne sont pris que pour assu-
rer l'excution des lois sans pouvoir jamais les abroger ou les
modifier. ( Voir la fin de ce recueil la correspondence change
entire le Secrtaire d'Etat du Commerce et le Receveur Gnral des
Douanes.
(2) Ces circulaires sont ordinairement en vigueur ds leur mis-
sion, qui prcde presque toujours l'dition du Bulletin Mensuel
du Receveur Gnral des Douanes. Et les Bulletins n'tant pas
collectionns par ce Bureau, il est donc impossible un Commer-
ant de s'en procurer une collection, quel que soit le prix qu'il
voudrait y mettre. (Voir lettres nos 12 et 13).








- 24 -


Lettre No. 12
Porl-au-Prince, le 23 Juin 1930
Au Receveur Gnral des Douanes
Port-au-Prince.
Monsieur le Receveur,
Dsirant avoir une collection complete des Bulletins Men-
suels du Receveur Gnral des Douane contenant les Circu-
laires aux Collecteurs, et relatives au Tarif douanier, je vous
saurais gr de me dire le prix auquel voire Office vend cette
Collection de Circulaires-Lois.
Veuillez agrer, Monsieur le Receveur Gnral, l'hommage
de mes sentiments les meilleurs.
M. LAURENT
Letire No. 13
Bureau du Conseiller Financier-Receveur Gnral
Port au-Prince, le 26 Juin 1930
Monsieur M. LAURENT,
1723, Rue du Magasin de l'Etat,
Port-au-Prince.
Cher Monsieur,
Rpondant votre lettre du 23 Juin, je regrette de vous
dire que l'Office ne dispose pas, pour tre distributes, des
collections completes du Bulletin Mensuel de la date de sa
premiere publication ce jour.
Le Bulletin Mensuel a toujours t gratuitement envoy
tous les Commerants et aulres personnel qu'intressent les
informations commeriales et les activits des divers services
du Trait. Je constate que vous n'avez jamais sollicit que
votre nom ft port sur notre liste d'envoi. Cependant, si vous
le demandez, votre nom sera ajout cette liste et l'avenir
vous recevrez rgulirement le Bulletin, sans aucun frais.
Une collection complete des rglements douaniers dj
publis dans le Bulletin se trouve la douane de Port-au-
Prince. Le Collecteur vous permettra, comme tout autre
Commerant, de consulter ces archives, ou bien vous fournira
tous autres renseignements douaniers que vous pourrez d-
sirer.
Recevez, cher Monsieur, mes meilleures salutations.
E. A. COLSON, Receveur Gnral Adjoint








-25 -

Le Tarif des Douanes en vigueur continent des
erreurs, prtend-on. Et l'Office du Receveur-
Gnral des Douanes en fait tat son profit,
contrairement la logique, et au principle lgal
qui veut que nul ne peut profiter de sa propre
faute.


Le Devoir est pre du Sacrifice
et frre du Bonheur . Le Devoir ne
consiste pas surtout vaincre, mais
employer toutes les resources de
sou activity sauvegarder l'hon-
neur,quel que soit le danger matriel
qu'offre la parties. Et se sacrifier, se
faire craser mme la defense du
Droit, c'est, sans contest, se tailler
jamais une aurole de gloire I




Port-au-Prince, le 19 Mars 1'30

Au Receveur Gnral des Douanes de la Rpublique

Monsieur le Receveur Gnral,
Dsirant commander l'Etranger des bords (passes) en
paille ou en tissus, pour chapeaux confectionner, et les bords
taisant parties des fournitures pour modes, je vous aurais gr,
pour mon information, de m'indiquer le No. du tarif ap-
pliquer cet article.
Je vous prie de trouver, accompagnant la prsente, un
chantillon de l'article en question.
Dans l'attente du plaisir de vous lire, je vous prie d'agrer,
Monsieur le Receveur Gnral, l'hommage de mes meilleurs
sentiments.
M. LAURENT







26 -

Port-au-Prince, le 2-2 Mars 1930

Monsieur M. 1IAURENT,
Port au-Prince.
Monsieur,
Rpondant votre lettre en date du 19 du courant, cet
Office s'empresse de vous informer que les bords en paille
ou en tissues, pour confection de chapeaux, doivent tre
classs aux paragraphes 13.227 13.231 du tarif.
Veuillez agrer, Monsieur, mes salutations distingues.

DE LA RUE, Receveur Gnral.


Au Receveur Gnral des Douanes,

Monsieur le Receveur Gnra',
Je suis en possession de votre lettre du 22 Mars courant.
No 1526, responsive celle que je vous ai adresse le 19 du
mme mois, et o je lie, selon votre Office, que les passes
de chapeaux seraient imposables d'aprs les articles 13.227
13.231 du tarif.
Le cas qui en fait l'objet tant tout fait courant, je com-
prends que la lettre ait t prpare par un employ et que,
de confiance, vous y ayez appos votre signature.
Comme moi, Monsieur le Receveur Gnral, vous savez
que le Commerce, faute de mieux, peut tant bien que mal,
s'accommoder d'un tarif douanier, quells que soient ses
lacunes. Mais l o la chose devient insupportable, c'est
lorsque l'interprtation, l'application de ce tarif Font laisses
des employs sans science, ou qui exercent les devoirs de
leur charge soit avec malveillance, soit avec un laisser-aller
qui dconcerte mme les plus optimistes.
Les articles 13.227 13.231 signals dans la leitre ne con-
cernent que des chapeaux ou calottes ainsi que des formes
de chapeaux : c'est--dire des chapeaux garnis de toute
matire; calotte, ici, signifie une espce de bonnet, qui ne








- 27-


couvre que le sommet de la tte; et forces de chapeaux
sont des chapeaux non garnis en paille ou en toute autre
matire.
Il s'ensuit, donc, qu'il n'y est point question de passe
et que cet objet ne peut tre considr lue comme fourni-
ture de chapeau, ou si vous le prfrez, comme une parties
du chapeau.
Voudrait-on, i i, assimiler la parties au tout?
Cette regrettable assimilation,- s'il en est question qui
quivaudrait une condemnation la faim des modistes ha-
tiennes, l'annihilation de la main d'oeuvre indigne, dro-
gerait, en outre,-aux logiques prescriptions douan:res ad-
mises et observes dans tous les Centres civiliss, et mettrait
ipso facto le pays dans la position, peu enviable, de que!-
qu'un qui, pour innover, ou, par je ne sais quel autre senti-
ment, s'entraicerait afficher des conceptions de plus en plus
subversives de tout bon sens.
Ne serait-il pas, vraiment, inconceivable, Monsieur le Re-
ceveur Gnral, que des douaniers s'oubliassent jusqu' con-
fondre une empeigne de soulier avec les souliers; une porte
de mason avec la maison; un manche de balai avec le balai;
un fermoir de sac main, avec le sac main; une visire de
casquette avec la casquette; une passe de chapeau avec le
chapeau, etc. etc.
La .passe de chapeau , n'tant pas prvue au tarif, est
impossible, suivant mme le dit tarif, d'aprs l'article 8.300,
ainsi conu: autres articles non dnomms (en paille, le
kilo net gde 1.50 ou advolorem 20 o/o .
J'aime esprer, Monsieur le Receveur Gnral, que sous
votre administration, vous daignerez ne plus permettre la
mchancet d'avoir la facult de rpandre tant de maux, si
allgrement; ni, encore, que la mdiocrit s'atfirme avec au-
tant de dsinvolture.
C'est dans ces sentiments, en attendant la radmission de la
Commission d'Expertise dans notre legislation douanire, que
je vous prie de vous drober une minute aux grandes ques-
tions qui sollicitent votre attention, pour considrer vous








-28 -


mme ce qui fait l'objet de la prsente et y apporter une
solution logique et quitable.
Veuillez agrer, Monsieur le Receveur Gnral, l'hommage
de mes sentiments les meilleurs.
M. LAURENT.



Bureau du Conseiller Financier-Receveur Gnral
Port-au-Prince

Monsieur M. LAURENT
Rue du Magasin de l'Etat
Port-au-Prince.

Monsieur,
J'ai l'avantage de vous accuser reception de votre lettre du
2'5 Mars 1930 avec laquelle vous avez soumis une nouvelle
fois, pour tre class, un chantillon de bord de chapeau.
Dans la rubrique servant d'en-tlte aux paragraphs 13227
13231, l'adjectif calottes et formes. C'est une erreur typographique. Le 4
terme correct est bord et l'chantillon de bord de chapeau
que vous avez soumis doit tre, par consquent, class' sous
cette rubrique, comme les calottos et former de chapeaux.
Pour votre information, les paragraphes en question pr-
voient des droits relativement levs, en vue d'encourager et
de stimuler en Hati la manufacture de cnhpeaux fait de ma-
tires qui sont cultives dans le Paye. Ilaiti doit pouvoir
dvelopper une industries florisante de chapeaux, si cette in-
dustrie est convenablement protge contre l'importation des
chapeaux de manufactures trangres
Je vous retourne l'chantillon de bord de chapeau et vous
prsente, Monsieur, mes salutations distingues.


DE LA RUE, Receveur Gnral









- 29 -


Port-au-Prince, le 31 Ma-s 1930.

Au Receveur Gnral aes Douanes.

Monsieur le Receveur Gnral,
Votre lettre du 28 Mars, No. 1617, responsive la mienne
en date du 25 du mme mois est en ma possession. J'y ai lu
que Dans la rubrique servant d'en-tte aux paragraphes
13.227 13.231 l'adjectif < bords se trouve entire les subs-
tantifs calottes et formes. C'est une erreur typogra-
phique. Le terme correct est bords et l'chantillon de bord
de chapeau que vous avez soumis doit tre par consquent
class sous celte rubrique, comme les calottes et forces de
chapeaux.
Je dois sincrement vous avouer qu'en vous crivant, je ne
m'attendais pas trop une rponse si aimable de votre part.
Car de 1916 ce jour, tous les Receveurs Gnraux de douane
qui se sont succd, obissant je ne sais quel mcbile, n'ont
jamais daign se prter, courtoisement, un change de vues
avec un Commerant.
Donc, cette just attitude que vous inaugurez maintenant,
est tout votre gloire. Elle dnote, contrairement aux sen-
timents dj manifests, que vous avez compris que l'opini-
tret ne saurait toujours prsider sans danger aux actes d'un
Chef d'Administration, et que se refuser toute discussion,
c'est du mme coup s'loigner de la lumire.
Je souhaite ardemment, pour le bien de mon Pays et pour
le renom du vtre, que vous persvrerez de plus en plus
dans cette nouvelle voie, et qu' l'avenir l'on s'inspirera d'un
example si noble.
Maintenant il nous faut revenir au tarif douanier. Je m'en
voudrais, certes, de m'attarder le discuter, ici, inutilement
avec vous. Car il est indniable que votre Office a la respon-
sabilit de son application; mais cela n'implique nullement
le droit d'y oprer des changements. Et, ce compete, on ne
saurait trop se rappeler que le tarif tant une loi, seul le
Corps Lgislatif a le pouvoir de le modifier.








30 -
En attendant, nos devoirs respectifs, ne nous comman-
dent-ils pas, chicun en ce qui le concern, de rclamer cor
et cri, les moyens propres viter que cet instrument, si
difficile dj, ne se transform, gice des interprta'ions
mal inspires, en un carcan au cou d'un people appauvri
l'extrme.
Une loi est une rgle de conduite, une manire de contract
social entire le Gouvernement et le people. S'il n'est pas per-
mis celui-ci d'en prtexter l'ignorance, l'Etat, de son ct,
personnel morale s'engage d'en exigcr l'excution et de. ne
jamais s'en carter ni dans un sens, ni dans un autre. La loi
devient effective partir de sa promulgation, et la parties
essentielle de cette prescription constitutionnelle est la publi-
cation de l'instrument dans le journal official du Pays.
Or, quand il est reconnu qu'une loi ficale a t publie
avec des erreurs qui en dnaturent le -sens en tout ou en
parties, on a la facult, en attendant sa modification, de sur-
seoir son execution; mais en aucun cas, on ne peut s'auto.
riser en fire tal qu'en se renfermant dans le texte public.
Donc, Monsieur le Receveur Gnral, nous sommes rduits
carter purement et simplement cette prtendue raison qui
vous empcheiait de fire droit ma demand, c'est--dire,
de reconnaitre les bords comme article non prvu au tarif.
i)'ailleurs, si par malheur, il pouvait en tre autrement,
votre Office serait dans l'obligation de me restituer tous les
droits de douane, ind-nent pays pour des chapeaux bords,
nul ne pouvant profiter de sa propre erreur. S'appuyant sur
le tarif, il a toujours considr, en dpit de mes observations
raisonnes, les chapeaux bords come garnish. Et des pna-
lits soit de 20%, soit de 100o0, sont immanquablement in-
Iliges aux commernts qui ne peuvent pis encore se rsi-
gner dclarer ces chipeaux autremen! que pour ce qu'ils
sont: des chapeaux non garnis.
(Voir ma lettre du 18 Juillet 1027).
Donc, si en conscience, Monsieur le Receveur Gnral,
vous estimez que le mot bords imprim dans le tarif ne
l'est que par erreur, il n'y a pas de doute que vous ordon.








31 -

nerez, sans dlai, un relev des valeurs verses par moi de
ce chef, pour m'en faire restitution le plus tt possible.
Encore une fois, je vous remercie infiniment d'avoir bien
voulu me faire l'honneur d'accepter cet change de corres-
pondances, qui, d'ailleurs, est loin d'tre sans intrt: cela
nous a procur l'occasion, entr'autres, de nous rendre offi-
ciellement compete que certaines dispositions continues dans
le tarif, en execution depuis Septembre 1926, ne le sont que
par erreur. Ce tarif qui, just titre, tait trs redout, s'an-
nonce aujourd'hui sous un jour plus troublant encore : il est
donc ondoyant et divers.
Maintenant, j'estime que la discussion est puise, et qu'il
ne me reste qu' recevoir de votre Office, une notification
qui sera la consequence logique de tout ce qui prcde.
En attendant, je vous prie d'agrer, Monsieur le Receveur
Gnral, l'hommage de mes sentiments les meilleurs.

M. LAURENT


Port-au-Prince, le 7 Avril 1930

Au Receveur Gnral des douanes

Monsieur le Receveur Gnral,
J'ai l'avantage de vous confirmer dans toute sa teneur ma
lettre du 31 Mars coul, que votre Ofice a reue le lende-
main (lu jour et qui, jusqu'ici, demeure sans rponse.
Guid par le seul souci de cooprer avec vous la recherche
de la vrit, j'y soutiens, bon droit, que les c bords n'tant
pas prvu, so'nt imposables d'aprs l'article 8.300 du tarif.
Cependant, si la question d'erreur typographique car-
te, ce qui, d'ailleurs, n'est pas exact non plus, l'on
serait en measure d'en prouver le contraire, je suis d'ores
et dj prt me rallier au point de vue qui paraitrait le
meilleur.
J'attends donc de votre sens avis, de l'esprit de justice et







- 32 -


d'quit qui doit caractriser tout chef d'A!,ninistration, la
solution logique que rclame la question.
Autrement, je serais vraiment dsol, Monsieur le Rece-
veur Gnral, de me voir, en vertu du principle inluctable
qui veut que la loi soit une pour tous, et en dpit de tous
mes efforts, dans la dure et pnible ncessit de m'adresser
ailleurs pour rclamer que le tarif soit appliqu, suivant
mme les prescriptions y nonces, et qui seules doivent faire
foi.
En attendant, je vous prie d'rgrer, Monsieur le Receveur
Gnral, l'bommage de mes sentiments les meilleurs.
M. LAURENT


Port-au-Plince, le 11 Avril 1930

Bureau du Conseiller Financier Receveur Gnral
Port-au-Prince
Moosiutr M. LAURENT
Port-au-Prince
Monsieur,
En rponse votre lettre des 31 Mars et 7 Avril 1930, je
vous informed qu'en dehors de l'erreur typographyque qui a
subtitu bords bord dans la rubrique des paragraphes
13227 13221 du tarif des droits d'importation, et en admet-
tant mmne que ni l'un ni l'autre mot n'existt pas dans ce
texte, les bords de chipeaux seraient nanmoins taxs par
assimilation en vertu des paragraphs en question, confor-
mment aux dispositions suivantes de l'article 27 de la loi
du 26 Juillet 192(i:
Les articles impose, non mentionns dans aucun para-
graphe du tariff, et similaires ou ressemblants un article
quelconque prvu, paieront !e droit applicable l'article
prvu auquel il, ressemblent le plus en matire, qu:li,,
contexture, ou par l'usage auquel ils peuvent tre appliqus.
Si un article non prvu est galement assimilable deux ou










plusieurs articles prvus assujettis des droits dffrents, ou
si, ayant une ou toutes les qualits ou destinations sus men-
tionnes, il est galement assimilable deux ou plusieurs
articles dnomms assujettis des droits diffrents, le dit
article non prvu raiera le droit applicable l'article le plus
fortement impos.
D'autre part, il o'a t trouv aucune evidence que les
chapeaux bords ont t considrs comme garnis par cet
office ni dans votre lettre du 18 juillet 1927 que vous invo-
quez, ni dans aucune correspondence y relative. L'erreur
typographique dans la rubrique des paragraphes en question
ne saurait donc, en aucune faon, altrer la decision a laquelle
vous faites rfrence.
Agrez, Monsieur, l'assurance de ma consideration dis-
tingue.
DE LA RUE, Receveur Gnral


Port-au Prince, le 15 Avril 1930

Au Receveur Gnral des douanes
en ses bureaux

Monsieur le Receveur Gnral,
Je suis en possession de votre lettre du 11 courant, au No
1872, responsive aux miennes des 31 Mars et 7 Avril de cette
anne, et o vous m'informez que les bords de chapeaux
pourraient tre taxs par assimilation, conformment aux
dispositions suivantes de l'article 27 de la loi du 26 juillet:
a Les articles imports, non mentionns dans aucun para-
graphe du tarif, et similaires ou ressemblants un article
quelconque prvu, paieront les droits applicables l'article
prvu auxquels ils ressemblent le plus en matire, quality,
contexture, ou par l'usage auquel ils peuvent tre appliqus,
etc.
Je suis fort aise que votre Office ait cit, soi-mme, l'ar-
ticle 27, spcifiant les cas hors desquels il n'est point permis







- 34 -


la Douane de taxer un objet par assimilation un autre.
Cet article tmoigne hautement en faveur de mon point de
vue: le < bord n'est pas prvu, ne resemble aucun article
mentionn dans le tai if, ni ne pvzt-tlre substitu par l'usage
aucun autre.
Pour bien intcerprtter une loi et l'oppliquer avec justice, il
faut s'en rapporter l'esprit du Lgislateur, c'est dire aux
discussions qui ont pu accompagner le vote de la loi. Quand
ces discussions font dfaut, l'interprdaleur doit, immanqua-
blement, s'inspirer des circonstances dcsquelles tient cette loi.
Pour le cas qui nous occupe, nous ne sommes pas en pr-
sence d'une loi particulire, spciale Hati, mais plutt
d'une disposition admise et observe par les douanes de l'An-
cien et Nouveau Mondes, et consigne dans leurs tarifs doua-
niers respectifs.
Donc, Hati, pays neuf, ayant emprunt cette prescription
de la legislation douanire des Centres les plus avancs, ne
saurait,en bonne logique, s'carter du sens qui lui est attribu
partout ailleurs.
Or, il est universellement reconnu, qu'un article n'est si-
milaire un autre que quand les deux sont de mme nature,
et peuvent surtout faire la mme fonction, la similitude n'-
tant rien de plus que la resemblance, la conformit, 'ana-
logie exacte entire deux choses.
Je me vois donc oblig de rappeler votre Office que je
ne lui avais soumis qu'un bord pour chapeau, article qui
ne peut servir qu' la confection des chapeaux, comme,
d'ailleurs, vous-mme l'avez si judicieusement reconnu dans
voire lettre du 20 Mars 1930. 11 n'y a, en consequence, et ne
saurait y avoir aucune similitude entire cet article et un cha-
peau, l'un ne pouvant nullement faire function de l'autre:
un chapeau est impropre servir comme diste, et un a bord en aucune circonstance, ne peut tre port
par quiconque comme chapeau.
Cela est si vrai, qu'aux Etats-Unis d'Amrique, en Angle-
terre, en France, etc. etc., pays o, s'agissant de fiscalit, rien







- 35 -


n'est laiss la fantaisie d'un Agent percepteur, on prvoit
une taxe pour les fournitures de chapeaux; une taxe pour
les chapeaux mi-confectionns; une taxe pour les chapeaux
confectionns, mais non apprts ; une taxe pour les chapeaux
confectionns, non garnis ; une taxe pour les chapeaux garnish.
Il s'ensuit, Monsieur le Receveur Gnral, qu'en raison de
ces diverse considerations, numres la lumire de l'ar-
ticle 27 suscit, votre Office outrepasserait rellement ses
attributions si en dpit de tout, il s'en tenait quand mme A la
decision tendant assimiler le board au chapeau Et l'lm.
portateur ls, arm du tarif douanier, n'aurait pas dployer
de grands efforts pour obtenir, sinon au nom de la logique,
du moins en celui de la Justice et de l'Eqiit, la cassation
d'une measure qui et enfreint si manifestement, et aussi si
malencontreusement les droits du Droit.
D'autre part, relativement ma demand de restitution,
comme pour y faire droit vous me demandez des vidences
que les chapeaux bords ont t considrs comme garnis
par votre Office , je m'empresse de vous communiquer, sous
ce couvert, avec prire de me les retourner aprs usage, les
pieces suivantes:
to.- Une lettre du 24 Septembre 1928, No 9353, qui m'a
t adresse par le Collecteur de la douane de la Capitale;
2o.- Une lettre du 10 Septembre 1920, du mme au mme;
3o.- Une lettre du 2 Novembre 1928, du mme au mme;
40.- Un bordereau de douane No 40443, mis le 5/10/28;
5o.- Un bordereau de douane No 51407, mis le 25/7/29.
Ainsi que votre Office s'en rendra compete, tous ces docu-
ments se rapportent des chapeaux bords, qui ont t con-
sidrs, par erreur, comme garnish.
Veuillez agrer, Monsieur le Receveur Gnral, l'hommage
de mes sentiments les meilleurs.
M. LAURENT







- 36 -


Port-au-Prince, le 12 Avril 1930
Au Collecteur de la Douane de la Capitale
Monsieur le Collecteur,
Je vous saurais gr, pour mon information, de me dsi-
gner l'article du tarif douanier que vous appliquez aux cha-
peaux en paille bords imports.
Recevez, Monsieur le Collecteur, mes meilleurs salutations.
M. LAURENT

Douane de Port-au-Prince
Bureau du Collecteur
Port-au-Prince, le 15 Avril 1930
Monsieur M. LAURENT,
1723, Rue du Magasin de I'Etat
Port-au-Prince
Monsieur,
En rponse votre lettre du 12 Avril reue ce martin, nous
vous rfrons pour ce qui en fait l'objet au paragraphe 13229
du tarif douanier ainsi cor u :
Garnis dans une proportion quelconque ch. 1.50 ou 30 o/, ad
valorem. (*)
D. P. JOHNSON
Collecteur de la Douane

Port-au-Prince, le 19 Avril 1930
Bureau du Conseiller Financier-Receveur Gnral
Port-au-Prince
Monsieur LAURENT
Port-au- P ince
Monsieur,
Je vous accuse rception de voire lettre du 15 Avril, sous

(*) Voir et apprcier sa just valeur la flagrante contradic-
tion qui existe entire cette le'tre et le dernier paragraphe de celle
du 11 avril 1930 du Receveur Gnral des Douanes.







- 37 -


le convert de laquelle vous m'avez envoy, en communication
les lettres et bordereaux appuyant votre opinion que cet Of-
fice a considr tout chapeau ayant un board comme garni.
Aprs avoir soigneusement examin les dits documents, je
n'ai rien trouv indiquant que les chapeaux qui en font l'ob-
jet ont t classs comme garnis, simplement parce qu'ils
taient pourvus de abords. Je vous retourne donc sous ce
couvert les lettres et bordereaux communiques.
Veuillez agrer, Monsieur, mes meilleures salutations.

DE LA RUE, Receveur Gnral.



Port au Prince, le '23 Avril 1930

Au Receveur Gnral. des douanes

Monsieur le Receveur Gnral,
Je suis en possession de votre lettre du 19 Avril 1930, o
vous accusez reception de la mienne du 15 du mme mois,
et sous le covert de laquelle vous me retournez, dites-
vous, les lettres et bordereaux appuyant votre opinion que
cet Office a considr tout chapeau ayant un bord comme
garni (sic).
Votre Office ayant reconnu la justesse de ma reclamation
et tenant, cependant, a ne pas y faire droit, a jug ncessaire
de confondre chapeau bord avec chapeau ayant un bord.
Et, ce qui est encore plus surprenant, c'est de le voir attri-
buer cette lamentable confusion moi, qui compete seize ans
depuis que je fais des chapeaux une spcialit de ma maison.
Cette attitude, oe doit-elle pas nous porter nous rm-
morer, pour notre profit, et pour celui de bien d'autres, que
tout chapeau classique se compose de deux parties distinctes:
la calotte et le bord ou passe; le bord peut tre bord ou non.
La bordure du bord, qu'il ne faut jamais confondre avec la
garniture, n'est qu'une lisire, qui n'a d'autre but que d'em-
pcher la paille (de s'effriter. Et la garniture est tout article:







38 -

ruban, fleur, dentelle, plume, aigrette, elc, etc, ajout au cha-
peau pour l'orner ou le garnir.
Quand, dans un tariff, comme celui d'Hiati, par example,
on parle de ochapeau garni dans une proportion quelconque,
cette expression qui signifie quel que soit le mode de gar-
niture don't est revtu le chapeau, ne permet point au doua-
nier de s'en prendre la bordure.
Et ces universelles prescriptions douanires, comme bien
vous devez le savoir, Monsieur le Receveur Gnral, sont
forcment celles observes par les Experts douaniers amri-
cains, pour distinguer, chez eux, le trimmed hat du un-
trimmed hat .
Je protest donc contre le procd employ par vo:re Of-
fice, et je le fais avec d'autant plus d'nergie que je croyais,
rellement, come je vous l'crivais le 31 Mars dernier, qu'il
y avait lieu de noter un heureux amendment; qu'il aurait
t demand vos aides de s'vertuer, dsormais, accom-
plir dignement, avec competence et sans parti-pris, la dli-
cate iche confie au civisme des hatiens, et la vertu des
amricains.
Mais, hlas l il parait qu'on estime plutt que l'heure n'a
pas sonn encore pour Haiti d'avoir des douaniers conscients
et comptents, et qui partant, auraient interprt et appliqu
le tarif suivant les principles immuables prconiss et obser-
vs dans les pays autrement civiliss, o, chacun, le suprieur
comme le subordonn, est bien oblig de se surveiller, de se
respecter et de ne point faire fi de l'opinion publique.
Quant moi, je ne dsespre pas, ma philosophie m'em-
pchant de douter que la victoire finale sera le couroane-
ment des efforts louables, nobles et persvrants. Et la gloire
du triomphe viendra en proportion de l'pret et de l'inga-
lit de la lutte.
En attendant, eu gard vos graves et prcdentes dcla-
rations, je me vois oblig, en dpit de tout, de vous deman-
der comment dois je dsormais, considrer, dans mes dcla-
rations de douane, les chapeaux en paille bords.
.D'autre part, je vous prie aussi de me faire une rponse







39 -

dfinitive relativement aux droits de douane acquitter pour
les bords de chapeacx, articles non prvus, et qui ne peu-
vent ni logiquement, ni commercialement, tre assimils
aucun autre article mentionn dans le tarif en vigueur, ainsi
que j'ai eu longuement le faire ressortir dans ma lettre'du
15 du courant, avec des arguments que votre Office n'a pas
pu rfuler.
Veuillez agrer, Monsieur le Receveur Gnra', l'hommage
de mes sentiments les meilleurs.
M. LAURENT


CHAMBRE DE COMMERCE D'IIAITI

Port-au-Prince, le 10 Mai 1930

Monsieur MENTOR LAURENT
En Ville
Monsieur et Cher Collgue,
Nous avons l'avantage de vous accuser reception de votre
lettre du 5 Mai par laquelle vous soumettez notre appr-
ciation la contestation qui existe entire vous et l'Office du
iReceveur Gnral, relativement la classification faire et
la taxation appliquer sur un envoi de bord de chapeaux
(passes) en paille et en tissus que vous attended. Vous nous
demandez de vous faire connatre l'opinion motive de la
Chambre de Commerce d'Haiti.
Avec la pratique constant du Bureau du Receveur G-
nral des douanes de rejeter systmatiquement toute discus-
sion, mme quand il s'agit comme dans votre cas, des intrts
propres du.peuple hatien, qu'il gre d'une faon arbitraire,
nous n'avons aucun espoir de voir aboutir votre reclamation,
aussi l'opinion que nous pouvons donner dans la question ne
peut avoir qu'une valeur purement thorique.
Les faits que vous prsentez se rsument en ceci:
Par sa lettre en date du 22 Mars le Bureau du Receveur
Gnral des douanes entend vous fair payer, pour un article
rput dans tous les pays comme un article mi-confec-








- 40 -


tionn, donc mi-fini, la mme taxe qui serait applique
un article entirement confectionn ou fini. Si vous vous r-
frez au tarif douanier en vigueur, vous conslatertz dj
qu'une premiere dilfrence de taxation est faite entire cha-
peaux garnis et chapeaux non garnis, plus forte raison une
difference de taxation devrait s'imposer entire chapeaux non
garnis et ces passes qui pour devenir des chapeaux non gar-
nis devront subir un long et patient travail, tout l'avantage
de la main d'ouvre hatienne.
Nous rptons donc qu'une autre taxation au-desEous de
celle applique aux chapeaux non garnis s'imposait pour les
passes pour chapeaux, en vertu des rgles qui sont la base
de tout tarif douanier don't le but principal, en dehors de
celui de crer des resources l'Etat, est de protger le tra-
vail et l'industrie du pays o ce tarif est appliqu.
Mais nous sommes au regret d'avouer que nous n'avons
trouv dans le tarif douanier, aucune disposition tenant
compete de ce principle lmentaire de toute bonne co-
nomie. L'article 21 de la loi douanire accompagnant le
tarif des droits sur lequel le Receveur Gnral des douanes
a bas assurment sa decision est dans son essence une me-
sure qui, comme vous le ditee, qu;vaudrait une condam-
nation la faim des modistes hatiennes, et l'annihilation
de la main d'oeuvre indigne.
Veuillez agrer, Monsieur et Cher Collgue, l'assurance de
notre consideration distingue.
Le President, ED. ESTVE


Port-au-Piince, le 12 Mai 1930

Au President de la Chambre de Commerce d'Haiti

Monsieur le Prsident,
Je suis en possession de votre honore du 10 Mai courant,
responsive ma lettre du 5 du mme mois, et don't le con-
tenu a eu ma meilleure attention.








- 41 -


Il m'a t donn d'y constater que l'Office de Renseigne-
ments de la Chambre de Commerce d'Hati semble vouloir
considrer, tort je pense, la a passe de chapeau comme un
ouvrage mi-confectionn, et auquel l'article 21 de la loi ac-
compagnant le tarif serait applicable.
Cet article oe traite que des vtements confectionns ou
mi-confectionns, des objets de toutes sortes servant l'ha-
billement et en gnral, de tous ouvrages consus ou taills
confectionner.
Dans le language des douanes, et commercialement, le terme
confection , signifie: les ouvrages des tailleurs et des cou-
turires, et habillement et vtement: tout ce qui sert
couvrir le corps, sauf la chaussure et le chapeau. C'est ainsi
que leR chapitres a habillement et vtement de note tarif
ne mentionnent ni les chapeaux, ni les chaussures, parce
que ces articles sont autrement considrs.
L'Office du Receveur Gnral des Douanes, comme vous
aurez l'occasion de vous en rendre compete par les lettres
don't vous voudrez trouver copies sous ce couvert, n'a pas
bas sa decision sur cet article 21 de la loi; mais d'abord sur
de prtendues erreurs existant dans le tarif, el ensuite sur
l'article 27 de cette mme loi, qui pourtant tmoigne haute-
ment en faveur de mon point de vue (voir ma lettre au He-
ceveur Gnral en date du 15 Avril 1930).
Il suit de tout ce qui prcde, que je ne protest pas, quand
present, ni contre la duret du tariff, ni contre l'imprci-
sion ou l'illogisme de certain de ses articles. Mais je rclame
purement et simplement, que ce tarif soit interprt et ap-
pliqu avec science et conscience, suivant mme les pres-
criptions y nonces el qui seules doivent fire foi.
C'est dans ces sentiments, Monsieur le Prsident, que je
prie lOffice de Renseignements de la Chambre de Commerce
d'Hati, de me faire savoir si l'article 8.300 du tarif, men-
tionn dans ma lettre du 25 M:rs coul, est bien celui ap-
plicable au passe de ciipeau, article en paille, non prvu
au tarif douanier;








- 42 -


Veuillez agrer, Monsieur le Prsident, l'rssurance de ma
consideration distingue.
M. LAURENT


CHAMBRE DE COMMERCE D'HAITI

Port-au-Prince, le 20 Mai 1930

Monsieur MENTOR LAURENT
En Ville.
Monsieur et Cher Collgue,
Votre lettre du 12 mai est en notre possession, ainsi que
copie de la correspondence change entire vous et l'Office du
Conseiller Financier Receveur Gnral, toujours au sujet de
la classification et de la taxation des bords (passes) de che-
peaux.
Dans sa lettre du 28 Mars, le Receveur avoue qu'une er-
reur typographique, consistent dans l'impression de bords
au lieu de bords, s'est glisse dans la rubrique servant
d'entte aux paragraphes 13227 13231.
En consultant le project initial du tariff douanier, il nous a
t donn de constater que l'erreur signale est vraie, car
dans le texe anglais, le mot brims , qui veut dire boards
correspond au terme abords, ce qui semble expliquer que
le mot bords a t une mauvaise traduction du mot
des de chapeaux 13228 13231 , expression qui ne veut
tellement rien dire que dans l'.lition faite l'Etranger du
project de tarif, l'imprimeur s'tant sans doute rendu compete
du non sens de l'expression bordes de chapeau y a subs-
titu le mot < bords.
Dans ces constatations, nous ne saurions ne pas recon-
naitre que, dans l'esprit de l'Office du Conseiller Financier-
Receveur Gnral, auquel le Gouvernement aait laiss le
soin de nous doter d'un tariff douanier, les cbords devaient
payer la mme taxes, que les chapeaux, calottes, etc. C'est sans








S43

doute le seul pays o une mme taxe, trs leve, d'ailleurs,
applique un article confectionn, est prvue pour un autre
article devant servir la confection du premier. Le but d'un
pareil systme est vident et n'chappe la perspicacit de
personnel: la ruine de la main d'oeuvre indigne, mais ce n'est
pas l une raison suffisante pour ne pas reconnatre que dans
l'esprit des auteurs du tarif, les bords avaient payer la mme
taxe que les chapeaux.
Quoiqu'il en soit, et pour vous rpter, nul ne peut profiter
de sa propre erreur. Par suite de l'erreur typographique,
consacre d'ailleurs par le vote du Corps Lgislatif, et recon-
nue mme par le Receveur Gnral, les bords de chapeaux
en paille ne sont pas prvus au tarif douanier en vigueur et
ils ne peuvent tre imposables, selon notre avis galement,
que d'aprs l'article 8 300 du tarif douanier.
Je vous renouvelle, Monsieur et Cher Collgue, l'assurance
de ma parfaite consideration.
Le President, ED. ESTVE


Bureau du Conseiller Financier-Receveur Gneral

No 2117 Port-au-Prince, le 28 Avril 1930

Monsieur M. LAURENT,
Port-au-Pr irce.
Monsieur,
Rpondant a votre lettre du 23 Avril par laquelle vous me
demandez le vous indiquer la classification definitive de cha-
peaux en piile bords (avec tresse) et de bords de chapeaux,
j3 vous rfre respectivement aux lettres suivantes qui vous
ont t adresses et qui contiennent les renseignements re-
quis:
Lettre dlu Collecteur de la Douans de Port-au-Prince
date du 15 Avril 1930;
Lettre de cet Office date du 22 Mars 1933.
Ces lettres indiquent la manire de dclarer les articles sus-








44 -

dsigns ainsi que les paragraphes applicables. Si, aprs le
piement des droits, vous pensez que vos articles ont t
incorrectement taxs, vous avtz la facult de prsenter cet
Office, par l'intermdi-ire du Collecteur de la douane, une
demand de restitution appuye de documents relatifs a l'im-
poi station et si possible d'un chantillon de l'article import t.
Je m'empresserai d'examiner avec attention toute deminde
de restitution ainsi prsente en vue d'une decision. (*)
Veuillez agrer, Monsieur, mes meilleures salutations.
DE LA RUE, Receveur G'nral


Au Receveur Ginral des douanes,

Monsieur le Receveur Gnral,
En vous accusant reception de votre honore du 28 Avril
coul, au No 2117, je vous prie de m'excuser d'avoir mis du
retard le faire, mon attention ayant t sollicite ailleurs.
Dans votre lettre du 11 Avril de la mme anne, je lis que
il n'a t trouv aucune evidence que les chapeaux bords
ont t considrs comme garnis par cet Office, ni dans votre
lettre du 28 Juillet 1927, que vous invoquez, ni dans aucune
autre correspondence y relative.
Dans celle du 19 du mme mois, il est crit: Aprs avoir
soigneusement examin les dits documents, je n'ai rien trouv
indiquant que les chapeaux qui en font l'objet ont t classs
comme garnis , simplement parce qu'ils taient pour vus de
bords. (sic).
Et en m'annonant le retour des documents que ja vous
avais communiqus l'appui de ma reqiite, parmi lesquels
se trouvent des bordereaux de douane, o sont stipuls en
toutes lettres, la quantit de chapeaux de paille bords et la

(*) Cet!e lettre atteste loquenment qie l'Oftde du Receveur
Gnral don't la fatuit est le moindre dfaut, se trouve accul
se contredire et se donner en plein dans le bafouillage.
La vrit seule est ternelle !








- 45 -


taxe applique, votre Office, jugeant avec impartialit, estima
insuffisanteq ces preuves, que moi je considre encore com-
me des vidences inluctables.
Par votre lettre du 28 Avril coul, en rponse' ma de-
mande consistent savoir comment il fallait, dsormais,
dclarer ces chapeaux, vous me rfrez celle du Collecteur
de la Douane, en date du 15 du mme mois, o celui-ci, lui,
affirme que les chapeaux en paille non garnis, mais bords,
sont considrs comme garnis.
Il resort donc, que le Bureau dd Receveur Gnral des
douanes, d'o doivent maner les ordres, se trouvp, en l'oc-
curence, en parfaite contradiction avec le Collecteur de la
douane, appel excuter les decisions de ses chefs hirar-
chiques.
Atin que je sache bien qioi m'en tenir, je vous eaurais
infiniment gr de m'informer si ces dits chapeaux doivent,
dornavent, tre considrs suivant l'avi( du Collecteur de la
douane, ou suivant celui oppos de lOftire du Receveur
Gnral des douanes, affirmant n'avoir rien trouv dans ses
archives qui rvle que ces chapeauv ont pu tre classs com-
me garnish.
Veuiliez agrer, Monsieur le IReeveur Gnral, l'hommage
de mes sentiments les meilleurs.
M. LAURENT


Bureau du Conseiller Financier-Receveur Gnral

Port-au-Prince, le 14 Mai 1930

Monsieur M. LAURENT,
1723, Rue du -Magasin de l'Etat,
Port-au-Prince.
Monsieur,
Votre lettre du 13 mii 19.3' est en ma possession. Si vous
voulez consulter ave; attention notre correspondence dj
quelque peu volumineuse vous verrez que nos letires men-
tionnes aux Semu et 3c"- paragraphs de la vtre du 13 mai








- 46 -


se rfrent bord dans le sens de passe de chapeau,
tandis que ma lettre du 28 avril declare clairement que la
decision de cet office se rapporte chapeaux bords (sigoi-
fiant, avec tresse).
Les bords ou passes de chapeaux n'ont jamais t consi-
drs comme chapeaux garnis par cet office, mais les cha-
peaux bords de tresse ont toujours t considrs comme
garnis.
Veuillez agrer, Monsieur, mes salutations distingues.
DE LA RUE, Receveur Gnral


Port-au-PrincP, le 15 Mai 1930

Au Receveur Gnral des Douanes.

Monsieur le Receveur Gnral,
Je viens de recevoir votre lettre du 14 Mii courant, No2125,
don't malgr tous mes efforts,je n'ai pas pu bien saisir le sens.
Il parait, sans doute, que l'employ qui l'a rdige avait la
vellit de se moquer de moi, mais il n'a russi, soyez en
persuade, qu' vous porter une nouvelle fois, mettre votre
signature au bas d'une lettre o, entr'autres, sans aucune
explication, on rpudie tout b3nnement, ce que prcdem-
ment on affirmait. En efflt, si vos grandes occupations vous
donnent les loisirs de relire les lettres que vous avez dj si-
gnes mon adresse, vous aurez l'occasion de vous rendre
comptc que vous avez toujours soutenu, en dpit des preuves
soumises votre appreciation, que cil n'a t trouv aucune
evidence que les chapeaux bords ont t considrs come
garnis par cet Ofi:e, ni dans votre lettre du 18 Juillet 1927,
q'ue vous invoquez, ni d ins aucune autre correspondence y
relative.
Cependant, ne voil t-il pa., -comme s'il ne s'agissait que
de s'chapper par la tangente, ens 'aitachant per fas et nefas
4 un systma de dngation, -que ce drle d'employ, aprs








- 47 -


vous avoir oppos, hier, votre Collecteur de la douane de
Port-au-Prince, vient, aujourd'hui, vous opposer vous-
mme, en vous faisant crire que les bords ou passes de
chapeaux n'ont jamais t considrs comme chapeaux gar-
nis par cet Office, mais les chapeaux bords de tresse ont
toujours t considrs comme garnish.
Je pourrais vous prendre au mot et exiger maintenant la
restitution des valeurs verses indient pour des chapeaux
bords, en vertu d'une erreur, dites-vous, consigne dans le
tariff, et don't vous faites tat votre profit.
Mais, hlas! j'estime plutt que dans de pareilles condi-
tions, toute discussion entire votre Office et un Commerant
honnte est rellement impossible. Cela est bien regrettable.
Et, en attendant que la question soit porte ailleurs, je me
permets de vous dire que le Pays s'estimerait heureux de
vous voir accorder certain de vos aides moins de confiance,
et de vous voir vous dpartir de ces impnitents, qui, loin de
prendre conscience du sentiment de leurs devoirs, s'enttent,
plutt, employer tontes leurs activits ramper, et porter
l'autorit mal faire.
Veuillez agrer, Monsieur le Receveur Gnral, mes saluta-
tions les meilleures.
M. LAURENT.


Douane de Port au-Prince
Bureau du Collecteur

?ort-au- Prince, le G Novembre 1930

Monsieur M. LAURENT,
Port-au-Prince
Monsieur,
Nous vous prions dle noter que l'O[Tice du Receveur Gn-
ral des douanes a dsapprouv votre demand de restitution
Re: Bd: 5'505 par le SS. Cirim-re du 21/8/30 pour les rai-
sons suivantes:








- 48 -


Les bords de chapeaux en piille non garnis ayiit t car-
rectement classs au paragraphe 13228.
Veuillez vous rfrer la lettre RG. No 2425 qui vous a
t adresse le 14 Mai 1930.
Veuillez agrer, Monsieur, nos salutations distingues.
D. P. JOHNSON, Collector of Customs


Port au-Prince, le 20 Novembre 1930
Au Receveur Gnral des douanes,
Monsieur le Receveur Gnral,
Par sa lettre du 6 du courant No 8101, le Collecteur de la
Douane de la Capitale m'a inform qu'en dpit de tout: tariff,
usages douaniers et commerciaux etc., votre Office s'en tient
la decision tendant considrer les a bords pour confec-
tions de chapeaux comme des chapeaux entirement confec-
tionns, payant un droit de douane de une gourde la pice.
Comme la Douane, le mmne jour, a jugi bon de ms taxer
le mme article Gourdes 1.50 la pice, droit plus lev de
50 % que celui applicable au chapeau, je viens par la pr-
sente vous demander si cette nouvelle taxation mane aussi
de votre Office.
Ci-joint 1o un chantillon de l'article rc.i;
2o le bordereau de douane y relatif.
Veuillez agrer, Monsieur le Receveur Gnral, mes salu-
tations diEtingues.
M. LAURENT

Bureau du Coiseiller Financier-Receveur Gnral
Port-au-Prince, le 22 Novembre 1930.
Monsieur M. LAURENT
Port-au-Prince
Monsieur,
Rpondant votre lettre du 20 Novembre 1930. cet Office
a l'avantage de vous informer que si vous croyez avoir pay









indument des droits, il vous est facultatif de prsenter dans
les trente jours qui suivent le paiement du bordereau, par
l'intermdiaire du Collecteur avec sa recommendation, appu-
ye des pieces justificatives, une demand de restitution qui
sera examine par l'Office pour une decision.
Veuill(z agrer, Monsieur, mes salutations distingues.
DE LA BUE, Receveur Gnral


Port-au-Prince, le 24 Novembre 1'0O
Au Receveur Gnral des douanes
Monsieur le Receveur Gnral,
Je suis en possession de votre lettre du 22 Novembre cou-
rant, No 5051, rpondant celle que je vous ai adresse le
20 de ce mme mois, o j'ai signal votre Office, appert un
bordereau mis par la douane, qu'on a tax le (bord) pour
chapeau Gdes 1.50 la pice, et o je vous ai pri de me
faire savoir si cette nouvelle taxation est applique en vcrlu
de quelque nouvel ordre de votre bureau.
Seule, donc, une rponse precise de votre Office me per-
mettrait de savoir si je suis en presence d'une erreur mat-
rielle, ou d'une nouvelle taxation voulue. Si c'est une erreur,
votre Office peut la rectifier d'office, comme il lui arrive de
le faire toujours, en faveur de certain Importateurs.
En ce qui me concern, depuis quelque temps routes mes
demands de restitution, quelque justifies soient-elles, ont
t systmatiquement rejetes. Je me refuse, quant present,
en adresser de nouvelles. Et dans le cas o cette prsente
affaire n'aurait pas t rgle quitablement, il me reviendrait
de la comprendre parmi les nombreuses iniquits don't je
suis victim, et qui, malheureusement, tmoignent de la
conception du devoir de certain membres de votre person-
nel. (*)

(') Pourquoi prsenter des demands de restitution, quand on








- 50 -


Je vous prie de me retourner le bordereau de douane que
je vous ai communique sous le couvert de ma lettre suscite.
Veuillez agrer, Mr le Receveur Gnral, mes salutations
distingues.
M. LAURENT.


Bureau du Conseiller Financier-Receveur Gnral

Port-au-Prince, le 2 Dcembre 1930.

Monsieur M. LAURENT,
1723, Rue du Magasin de l'Etat,
Port-au Prince, Hali.I
Monsieur,
Je vous accuse reception de votre lettre du 24 .ovembre
1930 dans laquelle vous demandez, cet Office, des rensei-
gnements savoir si les bords de chapeau rcemment im-
ports par vous ont t taxs Gdes. 1.50 la pice on vertu
d'une decision de ce bureau.
En rponse, je dsire vous informer qu'aucune nouvelle
instruction concernant la taxation des bords de chapeau n'a
t rcemment passe au Collecteur de la douane de Port-
au-Prince. Je suggre donc que vous prsentiez, dans les
trente jours du pavement du bordereau relatif ces bords de
chapeau, une demand de restitution par l'intermdiaire du
Collecteur de la douane, afin que cet Office puisse examiner


est d'avance persuade que ces demanies ne seront nullement
prises en consideration.
La douane, pour me punir, sans double, d'avoir mis tant d'in-
sistance rclamer l'annulation de la regrettable decision assi-
milant le bord au chapeau, m'a condamn, en vertu de ses
pouvoirs discrtionnaires et illimits, payer pour chaque board
un droit de douane de 50 o/o plus lev que celui applicable au
chapeau de paille entirement confectionn.
O es-tu, dsire Commission d'Expertise douanire; quand
donc viendras-tu mettre -un frein salutaire ces singulires et
drgles fantaisies douanires?









le cas et dcider si la taxation de la douane est correct ou
non.
Je vous retourne sous ce couvert le bordereau de douane
qui avait accompagc votre lettre du 20 novembre 1930.
Veuillez agrer, Monsieur, mies meilleures salutations.
DE LA RUE, Receveur Gnral


Port-au-Prince, le 24 Juillet 1930.

Au Secrlaire d'Etat du Commerce
En son Htel.
Monsieur le Secrtaire d'Etat,
J'ai l'honneur de vous demander de faire effectuer en ma
faveur la restitution d'une valeur de 14 98/100 (quatorze et
quatre vingt dix huit centimes), montant indment pay
pour des passes (bords) de chapeaux, articles non prvus
au tarif et qui, par consquent, d'aprs le tarif mme de.
vaient acquitter une taxe ad valorem de 20 o/o.
La modicit de cette valeur est une preuve irrfragable
que le soussign, qui d'ailleurs serait parfaitement dans ses
droits de dfendre ses intrts personnel, a, cependant, des
vises plus hautes: il redoute que le tarif douanier, don't le
poids est si considerable dj dans le marasme commercial
et conomique qui svit, n'quivale, grce de mauvaises
interpretations, une condemnation la faim des indignes;
la faim dit-on est toujours mauvaise conseillre.
Sous l'empire du tarif douanier de 1905, les chapeaux gar-
nis proprement dits acquittaient un droit de douane de
gourdes 2.50 la pice, taxe et surrtaxes comprises. Le tarif
douanier actuel abaisse, sans aucun motif, ce droit gdes.
1.50, 1.75 ou 30 %/ ad valorem, vouant ainsi la misre nos
modistes, toute une catgorie de jeunes filles intressantes.
Alors que les droits sur les chapeaux ordinaires non fabri-
qus en Hati, et qui se font en series, la machine, sont
majors environ de 250 %.


- 5I "










Il est scientifiquement dmontr qu'un imrt n'est qui-
table que s'il est proportionnel la capacity pcuniaire de
la classes, de la population qui y est assujettie.
C'est, sans contest, en vertu de ce principe que les Etats-
Unis d'Amrique et tous les autres pays avancs, tablissent
dans leurs tarifs douaniers respectifs une difference de taxa-
tion entire les articles destins la classes pauvre et les arti-
cles de luxe.
Ici, en Hati, l'iionie des chooses qui nous incite prendre,
presque toujours, le contre-pied de tout ce qui se fait ailleurs,
nous a ports surtaxer les chapeaux de premiere ncessit,
tandis que ceux rservs la classes aise sont dtaxs.
Voulant accorder aux modistes hatiennes, qui r'ont pas
pu employer ailleurs leurs activits, les moyens de gagner
honorablement leur vie en prsentant des chapeaux ressem-
blants ceux fabriqus l'tranger, j'ai command, leur
intention, des passes en laise de paille, en dentelle de
paille, en crin, en tissus spciaux etc., articles qui font priser
les chapeaux exotiques, et don't la fabrication rclame une
machinerie coteuse, qu'on ne peut avoir que dans les pays
s'adonnant l'exportation des chapeaux.
Pour prvenir toute fausse interpretation du tarif relati-
vement aux droits de douane appliquer ces passes , qui
sont imports pour la premiere fois, l'Office du Receveur
Gnral des douanes, rpondant la lettre que je lui adres-
sai ce sujet, m'informa que ces passes qui doivent servir
la confection des chapeaux, seront considrs la douane
comme des chapeaux entirement confectionns.
Ces articles n'tant pas prvus dans le tarif, je lui objectai
qu'ils doivent enter plutt dans la catgorie d'articles non
prvus, contre lesquels le tarif ne permet la douane que
d'appliquer une taxes ad valorem de 20 o/o.
Monsieur le Receveur Gnral ne l'entend pas ainsi, et
rvle que dans le project de tarif dpos au Conseil d'Elat
(Corps Lgislatif), le traducteur a crit a bords au lieu de
bords , ce qui constitute prtend on une erreur et don't
fait tat son Office dans une lettre du 28 Mars de cette anne,








53 -

No 1617, coltrairement, sans doute, l'opinion de Me Paul
Sa!s, son Avocat-Conseil.
Il est de mise en tout pays reprsentatif, de confier la pr-
paration de certain projects de lois tels des projects de tarifs
douaniers, des hommes de l'art, des Experts. Ces projects
sont Foumis par le Gouvernement l'examen et au vote du
Corps Lgislatif, qui les ratifie purement, les amende ou les
modifie suivant ses convenances. Et ds qu'un project reoit
l'investiture de ce Corps, il devient une loi, une rgle obliga-
toire o aucune addition, aucune suppression, aucune subs-
titution n'est possible ni de la part des Experts qui ont travaill
son laboration, ni de l'initiative du Gouvernement en
dehors du droit de veto limit accord par la Constitution au
President de la Rpublique, lequel droit est prim, comme
nous savons, la promulgation de la loi.
L'erreur donc est de croire qu'il en existe de ce chef dans
le tarif. Et cette erreur devient norme, lorsqu'on estime
pouvoir en faire tat avant toute modification de ce tarif.
Maintenant, essayons de lire avec le Receveur Gnral
4bords au lieu de abords, et considrons, logiquement,
en quoi, cette subtitution de mot peut-elle changer la question?
Eo matire fiscal, comme en matire pnale, tout est de
droit strict. Donc, le fait par le lgislateur de porter dans la rubrique servant d'en-tte aux paragraphes 13227
13231 du tarif ne signifierait que dans ces paragraphes on
traite des abords. Mais pour fixer la taxe y appliquer, il
faut indubitablement un article dtermin, comme cela est
pour chapeaux et pour formes de chapeaux. O est-il
cet aiticte ? Faudra-t-il attribuer son absence du tarif une
erreur du copiste?
Le Receveur Gnral, poursuivant encore ses argumenta-
tions, m'crivit le 11 Avril dernier aqu'en dehors de l'erreur
typographique qui a substitu abords bord dans la
rubrique des paragraphes 13227 13231 du tarif des droits
Sd'importation, et en admettant mme que ni l'un ni l'autre
mot n'existt pas dans le texte, les bords de chapeaux seraient
nanmoins taxs par assimilation en vertu des paragraphs,








- 54 -


en question, conformment aux dispositions de l'article 26 de
la loi du 26 Juillet 1926 . -Cet article proscrit toute vellit
de pareille assimilation, les deux objels n'tant pas similaires,
ni ne pouvant point faire la mme fonction.- Et le Receveur
ajouta, doctoralement, que les paragraphes en question pr-
voient des droits relativement levs, en vue d'encourager et
de stimuler en Hati la manufacture de chapeaux faits de
matires qui sont cultivs dans le pays. Haiti doit pouvoir
dvelopper une industries florissante de chapeaux, si cette
industries est convenablement protge contre l'importation
des chapeaux de manufactures trangres.
Partout ailleurs pour protger l'industrie d'un article, ou
en stimuler la creation, l'Etal tout en levant les droits y
affrents supprime ou simplement abaisse ceux auxquels sont
soumises les matires entrant dans la fabrication, la confec-
tion de cet article.
Ici, en Hati, voulant, dit-il, arriver au mme rsultat, le
Receveur Gnral commence par assimiler le bord au cha-
peau, et par voie de consequence, il frappe les matires, les
parties de l'article confectionner d'un droit prohibitif.
N'aboutira-t-il pas plutt et srement pousser l'impor-
tation de chapeaux, contrarier toute tentative d'industrie
national, et annihiler la main-d'oeuvre indigne.
Gouverner, c'est prvoir. Le devoir essential d'un Gou-
vernement n'est-il pas de prvenir, d'empcher le chmage,
cote que cote; le chmage engendre l'oisivet, qui, son
tour, est un des facteurs les plus puissants de dmoralisation;
elle est, dit l'adage, la mre de tous les vices.
Donc, toute measure qui tendrait, plutt, crer cette
priode d'inactivit, d'inaction est un non sens. Quand cette
measure est prise dlibrment et que son auteur s'y cram-
ponne, elle constitute un crime de lse-patrie ou de lse-
humanit, selon le titre, la quality de la personnel qui s'en
rend coupable.
Et alors, il appartient aux victims, sous peine de se voir
frappes de dconsidration, d'employer toutes les resources










que leur laisse la situation crier leur dtresse, quel que soit
le nouveau danger matriel auquel ils s'exposent.
L'Argleterre est un des grands pays exportateurs de cha-
peaux, qui en grande parties sont achets mi-conlectionns
de la Tchcoslovaquie par des chapeliers anglais. Le Royaume
Britannique, pour favotiser cette industries qui occupe des
milliers et des milliers de bras, laisse entrer en franchise
les chapeaux mi-confectionns, lorsque ces chapeaux ne con-
tiennent aucun lrrent de soie.
S'ils comportent un ruban ou autre accessoire en soie
naturelle ou soie arlificielle, ils sont passibles d'un droit de
33 1/3 o/o ad valorem si la valeur de la soie est suprieure
20 % du total des autres composants bruts; d'un droit de
10 % ad valorem si la valeur de la soie est infrieure
20 o/o mais suprieure 5 o/o du montant de l'ensemble des
articles servant la confection des chapeaux; enfin le droit
de douane n'est que de 2 o/o ad valorem, si la valeur de la
de la soie naturelle ou artificielle est infrieure 5 o/o de la
valeur que reprsente le montant total des autres compo-
sants .
Les Etats-Unis d'Amrique malgr leurs nombreuses et
colossales fabriques, pratiquent aussi sur une large chelle
ce genre de commerce. Les chapeaux exotiques mi-confec-
tionns acquittent un droit de douane l'importation de
35o/o; quand ces chapeaux sont apprts, le droit est de 50o/o
ad valorem.
En Hati, o il n'existe pas une seule fabrique de chapeaux,
et o on trouve une population compltement appauvrie, qui
ne demand qu' travailler, les droits de dcuane sur 12 cha-
peaux de laine infrieure, mi confectionns, valant or $3 dol-
lars la douzaine, sont aussi de 3 .dollars soit 100 /o.
En tout cas, mme en ne tenant aucun compete des prin-
cipes lmentaires d'Economie Politique qui expliquent que
par la facult d'avoir un article exotique meilleur mar-
ch et encore mieux prsent que l'article indigne analogue
on tue l'industrie locale, (tmoin la situation faite notre
cordonnerie nationale, nous sommes obligs de reconnatre









que le bord n'tant pas prvu dans le tarif, et n'y trou-
vant non plus aucun autre article qui lui soit similaire, nous
ne pouvons, sans outrepasser manifestement nos droits, lui
attribuer une classification contrairement toutes prescrip-
tions lgales.
Ci-joint, en communication, le bordereau de douane mis
pour cette importation. Je vous Foumels, galement, accom-
pagnant la prsente, un chantillon de passe .
C'est dans ces sentiments, Monsieur le Secrtaiie d'Etat,
que j'attends de vous la solution logique que comporte la
question.
En attendant, je vous prie d'excuser la longueur de cette
lettre et d'agrer l'hommage de mes sentiments les meilleurs.
M. LAURENT.


Secrlairerie d'Etat du Commerce.

No C-387 Port-au-Prince, le 26 Aot 1930.

A Monsieur MENTOn LAURENT,
En Ville.
Monsieur,
Je vous accuse reception de votre lettre en date du 12 Aot
courant, relative une command de bords de chapeaux
qui vient de vous tre expdie de France.
Vous vous plaignez de la taxd un peu trop leve que vous
fait payer la Douane sur ces marchandises.
L'article en question est prvu au paragraph 13227 du tarif
douanier qui assimile les bords de chapeaux aux chapeaux
mmes, et le mot bords , qui fait parties de l'numration
continue dans le dit paragraphe, ne s'y est gliss que par une
simple erreur typographique que mon Dpartement se pro-
met de reliever la premiere opportunity qui lui sera donne
de modifier certaines dispositions de ce tarif.
Il ne fait pas de doute que, dans la pense des lgislateurs
du 9 Avril 1926, il s'agissait surtout d'une protection efficace


- 56 -








- 57 -


accorder la main d'oeuvre h3tienne, de faon promou-
voir l'industrie national par la creation d'tablissements sp-
cialement outills pour la confection des bords de chapeaux
et plus gnralement de tout ce qui regarded les chapeaux.
En attendant donc les quelques modifications que mon
Dpartement compete apporter au tarif douanier, en vue
d'une adaptation plus conforme aux conditions du milieu, il
lui semble prfrable que toutes difficults souleves l'oc-
casion de son application soient solutionnes conformment
l'esprit de ses dispositions.
Ci-joint le bordereau communique.
Agrez, Monsieur, l'assurance de ma consideration distin-
gue.
G. RGNIER


Port au-Prince, le 28 Aot 1930

Au Secrtaire d'Elat du Commerce.
En son [ltel.

Monsieur le Secrtaire d'Etat,
Je suis en possession de votre honore du 26 Aot courant,
responsive ma lettre du 12 du mme mois, par laquelle je
vous soumettais, telles fins que de droit, une facture de
bords pour confection de chapeaux.
Je dois vous avouer qu'il m'est di[ficile de vous cacher mon
tonnement d'y lire:
L'article en question est prvu au paragraphe 13227 du
tarif douanier qui assimi!e les bords aux chapeaux mmes, et
le mot bord qui fait parties de l'numration continue
dans le dit paragraphe, ne s'y est gliss que par une simple
erreur typographique que mon Dparlement se promet de
reliever la premiere opportunity qui lui sera donne de
modifier certaines dispositions du tarif.
Il ne fait pas de doute que, dans la pense des lgisla-
teurs du 9 Avril 1926, il s'agissait surtout d'une protection








- 58 -


efficace accorder la main d'uvre hatienne, de faon
promouvo:r l'industrie national par la creation d'tablisse-
ments spcialement outills pour la confection des bords de
chapeaux et plus gnralement de tout ce qui regarde les
chapeaux.
Comme la lettre peut tre rendue rublique, je crois de mon
devoir de demander vous pour qui le tarif ne doit plus
avoir de secrets, de prciser si vous av(Z bien voulu dire que
les a bords de chapeaux sont prvus au paragraph 13227 ou
aucun autre paragraphe du tarif.
Paragraphe 13227 du tarif:
Chapeaux hauts de forme de toutes sorts, chacun gour-
des 10.00.
Vous semblez aussi affirmer que le mot bords qui f it
parties de l'numralion continue dans le dit paragraphe ne
s'y est gliss que par une simple erreur typographique, etc.
Eu gtrd certaines considerations, je suis fort mal
l'aise, croyez moi, Monsieur le Secrtaire d'Etat, pour faire
vote honore une rponse approprie point par point. Et
mon puissant optimisme subit cette occasion une des plus
rudes preuves.
Dans une de mes lettres au Receveur Gnral des Douanes,
j'ai eu lui rclamer, pour le profit de notre Hati, malheu-
reuse bien des titres, d'accorder moins de confiance cer-
tains de ses employs peu scrupuleux, qui soumettaient sa
signature, dlibremment, des lettres traduisant peu ou point
sa pense. Pourrais-je me permettre de vo;s adresser le
mme conseil?
Au surplus, nous ne pouvons ne pas nous rappeler qul'une
simple erreur typographique est une erreur ma:rielle,qu'on
n'aurait pas manqu de reliever en son temps par uo Com-
muniqu ou par une nouvelle promulgation de la loi. La
modification ne s'impose que pour l'addition, la suppression,
en un mot, pour tout changement de texte.
Pour le cas qui nous occupe, sommes-nous, rellement en
presence d'une erreur typographique? J'affirme que non. Et
pour vous en convaincre, il vous suffit de ne pas vous fier








- 59 -


cette declaration intresse qui vous a t prsente, et de
consulter vous mme l'original du tarif revtu de l'investiture
du Corps Lgislatif.
Or, si on n'a pas pu reliever aucune discussion au Corps
Lgislatif relativement au mot a bords>, si surtout ce mot n'a
jamais t vot par ce grand Corpp, comment pouvons-nous,
logiquement, dceler que dans la pense dlu Lgislateur
du 9 Avril 1920, il s'agissait surtout d'une protection efficace
accorder la main d'oeuvre hatienne, etc.
D'ailleurs, qu'il s'agisse d'erreur typographique, d'erreur
de traduction, comme on I'a aussi insinu, ou d'erreur sans
pithte, le contribuable ou le citoyen n'est tenu d'observer
une loi fiscal ou autre qu'en ce qui concern le texte public.
Et dcemment, un Gouvernement, l'occasion de l'excution
d'une loi, qui n'est rien d'autre qu'un contract entire l'Etat et
le people, peut-il faire pencher la balance d'un ct plus que
de l'autre,en rclamant ce qui n'est point crit dans la loi, et
ce quoi, sans doute, le Lgislateur n'a mme pas pens?
Je vous communique, sous ce couvert, avec prire de me
la retourner aprs usage, une correspondence change entire
la Chambre de Commerce d'Hati et le soussign.
D'autre part, je vous demand aussi de tenir compete de ma
lettre du 24 Juillet cou', vous communiquant un bordereau
de douane, laquelle vous n'avez jamais tpondu.
En attendant, je vous prie d'agrer, Monsieur le Secrtaire
d'Etat, avec mes sincres veux, l'hommage de mes senti-
ments les meilleurs.
M. LAURENT

Celte lettre, qui a t remise Me. Henry Large, Chef de
Division au Dpartement du Commerce, demeure jusqu'ici
sans rponse.








- CO -


L'Application du Tarif des Douanes

et

les fantasies des Autorits douanires.
-- -f,* I* _.--

La Morale entend que le Droit soit
respect; cependant il nous arrive
d'enregistrer des cas trop nombreux,
malheureusement, o la force s'avilit
brimer, juguler et mme
prostituer le Droit.Mais le faible n'est
frapp de dconsidration que si par
lchet ou par cupidit il se laisse
pitiner dlibrmeut.

La force matrielle mal dirige est
sans noblesse, par consquent bru.
tale et meurtrire; elle nous ravale
au niveau du loup, qui, priv de
raison, donne insatiablement libre
course ses instincts mauvais. Bien
comprise, elle devient une force mo-
rale, celle qui nous ennoblit de plus
en plus, et nous porte har le mal,
et nous sacrifier pour le triomphe
du Bien et du Vrai.
M. L.


Douane de Port-auPrince
Bureau du Collecleur
Port-au-Prince, le 12 Novembre 1930

Monsieur M. LAURENT.
1723, Rue du Magasin de I'Etat,
Port-au Prince, Hati
Monsieur,
Suivant votre demand nous vous informons que d'aprs









- 61 -


le tarif les sacs main en toile cire sont applicables au pa-
ragraphe 9065 (*).
Veuillez agrer, Monsieur, nos sincres salutations.

D. 1P. JoiINSON, Co'lecteur of Cusloms.



Port-au-Prince, le 18 Novembre 1931.

Au Collecteur de la Douane de la Capitale

Monsieur le Collecteur,
Je me vois dans l'obligation de vous retourner, sous ce
couverl, un bordereau supplmentaire que par erreur votre
Office a mis contre moi, lequel s'lve la some de Gdes
321.10, et o j'ai t surprise de lire cette observation: a Les
chantillons soumis sont des rticules qui sont prvus au pa-
ragraphe 9066.
Le bordereau 40879 du 22/10/31, que vous prtendez r-
former, a t dress pour des sacs main en toile cire, que
j'ai eu recevoir. Celte merchandise est imposable d'aprs
les articles 9065 et 35'2 du tariff. Cependant le paragraph
9066 que vous invoquez oe concern que des articles en cuir.
La Douane voudrait-t elle, sans aucun avis pralab'e,
prendre une decision qui serait unique dans les annales
douanires, et qui consisterait permettre de considrer,
dsormais, les sacs mains en toile cire comme des rti-
cules en cuir?


() Ce paragraphe du tarif veut que les sacs main en toile
cire soient assujettis une taxes spcifique de 3 gourdes la kilo,
o une taxe ad valorem de 30 /o. C'est ce paragraphe qui a
toujours t appliqu de 1926 ce jour. Cependant malgr la cou-
tume douanire, et en dpit de cette prsente lettre du Collecteur,
la douane a dress contre nous un bordereau supplmentaire de
gourdes 321 10/00, qui ne repose que sur la volont fantaisiste
des autorits douanires.









- 62 -


Chaque Pays a, certes, le droit d'adopter le tarif douanier
qu'il estime convenable sa politique conomique. Cependant
dans l'laboration, et dans l'interprtation d'un tarif, on ne
saurait trop tenir compete de certaines donnes, de certaines
denominations qui, en quelque sorte, ont le caractre de
principles internationaux. (*)
< Pour bien interpreter un larif et l'appliquer avec intelli-
gence et justice, il faut se rapporter l'esprit du lgislateur,
c'est dire aux discussions qui ont pu accompagner le vote
du tarif. Quand ces discussions font dfaut, l'interprtateur
doit immanquablement s'inspirer des circonstances, des rela-
tions auxquelles tient l'article du tarif interpreter.
En France, en Belgique, en Allemagne, en matire de
douane, les mots rticule, ridicule, sac main sont syno-
nymes. Il en est de mme aux E'ats Unis d'Amrique, en
Angleterre, o ces trois mots signifient: hand bags (sacs
main).
Ici, en Hati, dans le tarif de 1905, le lgislateur a eu soin
de spcifier la synonymie de ces trois mots (voir pages 60,61).
De la mise en vigueur du tarif de 1926 cette date, au-
cune decision officielle, que je sache, n'ait t prise donnant
une signification spciale chacun de ces mots. C'est ainsi
que les divers bordereaux mis tant pour mes importations
que pour celles des autres Importateurs de la Rpublique,
de 1926 Octobre 1931, portent toujours comme dsigna-
tion de l'objet: sacs main en toile cire (paragraphe 9065);
sacs main en cuir paragraphe 9066); sacs main en soie
paragraphe 6100). Seule doit tre envisage la matire avoc
laquelle est fabriqu l'article.
Pour conclure, nous estimons qu'il y va du prestige de la
douane de ne pas ouvrir une discussion sur ce sujet par trop
lmentaire, et de faire simplement annuler le bordereau


(') L'article qui sert couvrir les pieds est dnomm dans tous
les Pays du monde: souliers; l'arlicle qui sert couvrir la tte,
est partout un chapeau, une coiffure,








- 63 -


supplmentaire No 40779 A, qui n'a pu tre mis que par er-
reur.
Recevez, Monsieur le Collecteur, mes meilleures saluta-
tions.
M. LAURENT

N. B.- Je vous prie de remarquer que les trois chan-
tillons de sac main sont encore en votre Office.
Derechef, M. L.

Bureau du Collecteur de la Douane de Port-au-Prince
Port-au-Prince, le 20 Novembre 1931

Monsieur M. LAURENT,
En Ville
Monsieur,
Cet Office vous accuse reception (le votre lettre du 18 cou-
ranr, par laquelle vous lui remettez le bordereau supplmen-
taire au No 40779 A, mis contre vous le 14 de ce mois.
Vous trouverez sous ce pli le bordereau en question qui
vous est retourn avec-prire de l'acquitter la Banque Na-
tionale de la Rpublique d'Hati et de prsenter une demand
de restitution dans les forces appropries. Pour ce, nous
vous remettons deux formules y relatives.
En attendant vos communications, nous avons port vos
dolances par devant le Bureau Principal et vous prions d'a-
grer, Monsieur, nos salutations distingues.
D. P. JOHNSON


Poit-au-Prince, le 20 Novembre 1931
Au Collecteur de la Douane de la Capitale
Monsieur le Collecteur,
Je viens de recevoir votre lettre de ce jour, relative au
bordereau supplmentaire au No 40779 A, mis contre moi le
14 de ce present mois.










Vous n'y avez pas cru ncessaire de me dire formellement
si nous sommes en presence d'une erreur, mais vous me de-
mandez d'acquitter le bordereau la Banque Nationale de la
Rpublique d'Hlati, et de prsenter une demand de resti-
tution.
Je regrette infiniment que le marasme conomique qui s-
vit, ne me permeate pas d'acquitter pour en demander resti-
tution, tous les bordereaux supp!mentaires mis sans motif
contre moi. 11 est vraiment plus simple et plus logique de
faire annuler le bordereau, comme a se pratique quand
votre Office veut quitablement rparer une erreur.
D'ailleurs, vous n'tes pas sans savoir, Monsieur le Collec-
teur, qu'il y a actuellement l'Office du Receveur Gnral des
douanes des centaines de demands de restitution a;pprou-
vee, et pour lesquelles aucune suite n'est donne faute de
fonds, sans doute. Et mme quand la restitution est accorde,
l'Etat ha'ier, dj si pauvre, est oblig de perdre quelque
chose en faveur de la Banque Nationale de la Rpublique
d'lHaiti.
En raison de tout ce qui prc le, j'aime esprer que
vous voudn z bien accepted le susdit bordereau, pour en faire
ce que de raison.
En attendant, je vous plie d'dgrer, Monsieur le Collecteur,
mes salutations distingues.
M1. LIAURENT

l'ort-au-P since, le 27 Novembre 1931
Au Collecteur de la Douane de la Capitale
Monsieur le Collecteur,
Je vous saurais gr de me dire, routes fins utiles, si la
douane tablit une dist notion entire sac main en toile cire
et rticule en toile cire. Si oui, je vous prierais (le m'indi-
quer en quoi consiste cette difference, et la date laquelle
cette decision a t prise.
Recevez, Monsieur le Collecteur, mes meilleures saluta-
tions.
M. LAURENT


- 64 -









Bureau du Collecteur de la Douane de Port au-Prince

Port-au-Piince, le 2 Dcembre 1931

Monsieur MENTOR LAURENT,
Port-au- Piince
Monsieur,
Nous vous accusons reception de votre lettre en date du
27 Novembre coul et vous informons que l'article sac
main en toile cire est imposable aux paragraphes 3541 et
9066 et que l'article < rticule en toile cire ou en toute
autre matire tombe sous le paragraphe 9066.
La distinction entire sac main et rticule n'est pas
tablie par la douane, mais provient de la nature mme de
ces objets qui, constituent deux articles diflirents, sont natu-
rellement imposables d'aprs deux paragraphes diffrents.
D'ailleurs, cette distinction est tablie dans tout bon diction-
naire franais.
Cette lettre tablit dfinitivement pour votre gouverne les
paragraphes sous lesquelles tombent les deux articles sacs
main en toile cire et rticule en toile cire, annule toute
prcdente correspondence de cet Office touchant ces arti-
cles (*).
Veuillez agrer, Monsieur mes salutations distingues.
D. P. JOHNSON


Port-au-Prince, le 7 Dcembre 1931

Au Collecteur de la Douane de la Capitale.
Monsieur le Collecteur,
Je vous accuse reception de votre lettre du 2 du courant, No
8862, responsive celle que j'ai eu l'occasion de vous adres-
ser le 27 Novembre coul, et o je vous demandais de vou-

(*) Voir la lettre du 12 Novembre de Mr D. P. Johnson, Col-
lecteur de la douane.







- 66 -


loir spcifier la distinction que la Douane tablit entire sac
main en toile cire, et rlicule en toile cire .
Je me plais conslater que vous n'avez pas pu vous emp-
cher de me faire cette rponse:
La distinction entire sac main et rticule n'est pas ta-
blit par la douane, mais provient de la nature mme de ces
objets qui, constituent deux articles diflrents, sont naturelle-
ment imposables d'aprs deux paragraphs diffrents. D'ail-
leurs, cette distinction est tablie dans tout bon dictionnaire
franais >.
Si la douane, elle-mme, Monsieur le Collecteur, est dans
l'obligation de me dire qu'il n'existe, en ce qui la concern,
aucune distinction entire sac main et rticule, pourquoi la
douane a-t-elle fait dresser contre moi un bordereau suppl-
mentaire de Gles 321.10 en prtextant que les articles faisant
l'objet de mon importation sont des rticules et non des sacs
main; si la douane ne fait aucune distinction entire ces
deux mot-, sur quoi la douane se base-t-elle pour distinguer
un sac main d'un rticule?
Comme il s'agit de question de douane, je n'ai pas jug
utile de consulter tout bon dictionnaire franais, ainsi
que vous me le suggrez; mais dans un bon dictionnaire de
commerce que j'ai sous la main, il m'a t donn d'apprendre,
et je le proclame toutes fins utiles, que sac de dame, sac
main, rticule sont synonymes.
D'ailleurs, dans notre tarif de 19U5, qui n'est remplac par
celui de 1926 qu'en ce qui a trait la classification, et la
taxation, le lgislateur a eu soin de spcifier la page 61 la
synonymie des mots: sac main, rticule et ridicule. Et sur
ce point il y a lieu de reconnitre que le lgislateur est heu-
rewement d accord avec les Etats-Unis d'Amrique, l'Angle-
terre, la France, la Belgique, l'Allemagne et tous les autres
pays civiliss o respectivement, les conomistes, les doua-
niers comprennent qu'ils n'ont pas le droit d'essayer de dsi-
gner un article courant sous une denomination autre que
celle accepte partout ailleurs.
Maintenant, supposons une minute que sac main en toile









cire ne soit pas rticule en toile cire, et envisageons la
lumire du tarif douanier en vigueur quoi aboutirait cet e
distinction.
to.- L'article 22 de la loi du 9 A(t 1926, s'exprime ainsi:
a Chaque paragraphe du tariff ne s'applique qu' la matire
ou aux matires mentionnes dans le group ou la nomen-
clature laquelle il se rapporte, sans gard pour les autres
groups ou nomenclatures dans lesquels d'autres matires
sont comprises, moins qu'il ne se trouve une dispo'iiion
plus prcise dans une parties du tarif.
Donc, en vertu de cet article, il ne nous est pas permis de
classer un objet en toile cire dans le group des objets en
cuir, comme nous ne pouvons pas non plus grouper un arti-
cle en cuir avec des articles en toile cire. Or, le paragraphe
9066 que vous invoquez tort ne concernant que les articles
en cuir, ne peut donc s'appliquer ni sac main en toile
cire, ni rticule en toile cire.
2o.- Si nous admettons que sac main en toile cire ne
signifie pas rticule en toile cire, il faut immdia'ement re-
connatre aussi que cet objet n'est pas prvu dans le tarif.
Et l'article 23 de la loi du 9 Aot accompagnant la tarif
nous apprend que: prvu au tarif, on s'en rapportera sa denomination com-
merciale .
Or, quelle est la denomination commercial de rticule?
n'est-ce pas sac main?
3o.- Pour finir, il ne nous reste qu' vous rappeler le pa-
ragraphe 13299 du tarif en vigueur, qui veut que tous effects,
articles et marchandises, non dnomms, l'exception des
matires premires, soient taxs ad valorem 30 % .
Si la douane veut s'en tenir son opinion tendant spa-
rer rticule en toile cire de sac main en toile cire, elle
doit commencer par indiquer au moyen d'une circulaire,
comme de coutume, les marques caractristiques de ce nou-
vel article : (rticule en toile cire), qui serait partir de la
date de la circulaire, considr comme article non dnomm,


- o6 -







- 68 -


et imposable d'aprs le paragraphe 13209 du tariff, et non
d'aprs le parrgraphe 9066.
En attendant, Monsieur le Collecteur, nous ne pouvons con-
sidrer que comme une erreur la vellit manifeste d'assi-
miler sac main en toile cire rticule en cuir.
Je vous confirm dans toute sa teneur ma lettre du 18 No-
vembre dernier, laquelle vous n'avez pas pens encore
nie faire une rponse.
Maintenant, il n'est pas superflu de vous rappeler que
vous tes Collecteur de la douane de la Capitale, un fonction-
naire charge de diriger cet important Etablissement, et de
percevoir les taxes douanires suivant les lois et rgle-
ments y relatifs. A ce litre, vous tes formellement oblig de
rpondre toutes les lettres gnralement quelconques qui
vous sont courtoisement adresses pour des questions de ser-
vice. Et, en outre, toute erreur commise du fait de l'applica-
tion d'une loi douanire doit tre rectifie, soit d'office, soit
sur la demand de l'intress. Autrement, ces erreurs cons-
titueraient des abus de pouvoir, et relveraient ipso facto de
la competence du tribunal rpressif.
AgrEz, Monsieur le Collecteur, mes meilleures salutations.
M. LAURENT

N. B.- Je vous demand d'avoir pour agrbble que je sou-
ligne une nouvelle erreur commise dans votre susdite lettre
du 2 courant. Vous avez crit: Nous vous informons que
l'article Sac main en toile cire P est imposable aux para-
graphes ?542 et 9065 et que l'article Rticule en toile cire
on en toute autre matire tombe sous le paragraph 9066.
Et pour donner plus de vigueur cette opinion, vous avez
soulign les mots en toute autre matire.
Cependant dans le mme bordereau 40779, du 20 Octobre
1931, o on a tir sacs main en toile cire pour essayer
de les transformer en rticules en cuir il se trouve, comme
en manire d'ironie, des sacs main, rticules en soie, qui
sont rgulirement taxs suivant le paragraphe 6100, soit








- 69 -


30 gourdes le kilo, contrairement ce que vous avancez.
Que faut-il en dduire?
Derechef, M. L.


Douane de Port-au-Prince
Bureau du Collecteur

Port-au-Prince, le 14 Dcembre 1931

Monsieur M. LAURENT,
1723, Rue du Magasin de l'Etat,
Port-au-Prince, Hlati
Monsieur,
Nous vous accusons reception de votre lettre du 7 courant,
et vous remercions des informations y contenues, lesquelles
ont t notes. (*)
Veuillez agrer, Monsieur, nos salutations distingues.

D. P. JOHNSON Collector of Customs


(*) A la lecture de cette lettre, les personnel senses peuvent
croire que Mr lohnson, reconnaissant l'erreur commise par la
douane, a annul le bordereau supplmentaire dress contre nous
sans motif. Au contraire, il fait bloquer toutes nos marchandises,
il refuse toute nouvelle verification et s'apprte renvoyer aux
expditeurs les marchandises arrives en colis postaux et non
encore vrifies.
Un chef d'Administration peut-il avec plus d'impudence et de
cynisme se moquer d'un contribuable? M. Johnson se permet d'a-
gir ainsi parce qu'il sait pertinemment avoir aprs lui !out un
attirail repr"sentant la force matrielle, et qu'en outre, il est dans
un pays'o le luxe tant trop en honneur, le courage civique et
la probit doivent forcment baisser. Ne dit-on pas, et non sans
raison, que les vertus du luxe exagr sont d'mousser la vertu
des femmes, et d'effminer les hommes.
Toutes nos rclamations ont toujours t soumises au Dpar-
tement du Commerce, o, tout en reconnaissant formellement
leur justesse, on rflchit encore sagement sur la solution y
apporter.
En attendant, M. Johnson, sr de l'impunit, s'enfle dm-
surment ; il diversifie et rafine ses exactions.







- 70 -


Port-au-Prince, le 30 Novembre 1931

Au Collecleur de la Douane de la Capitale

Monsieur le Collecteur,
La malheureuse interpretation lkquelle est soumis le
tarif douanier m'est si ooreuse, que j'ai d dcider de ne
plus importer quant present.
J'ai donc notifi aux Reprsentanis de Manufactures qu'ils
doivent faire arrter, en ce qui me concern, toutes les com-
mandes en course. J'ai d aussi leur faire part de la pnible
obligation dans laquelle je me trouve de refuser catgorique-
ment mme les marchandises en route, ou actuellement en
Douane.
En consequence, ces Reprsentants sont autoriss en
faire ce que de raison. lls peuvent ou passer ces marchan-
dises d'autres commerants, ou les rexpdier selon leur
intrt.
Il y a actuellement en douane des colis postaux expdis
par la Maison Tapissier frres. Cette maison n'tant pas repr-
sente en Hati, je vous demand de rexporter ces colis. (*)
Recevez, Monsieur le Collecteur, mes meilleures saluta-
tions.
M. LAURENT


Port-au-Prince, le 8 Dcembre 1931

Au Receveur Gnral des douanes

Monsieur le Receveur Gnral,
Je m'empresse de vous envoyer sous ce couvert, toutes
fins utiles, copie d'une lettre que j'ai eu dresser au Col-
lecteur de la douane de la Capitale pour l'informer avoir
crit certain Reprsentants de Manufactures leur deman-
dant de prendre l'gard des marchandises expdies ma

(*) Ces marchandises avaient t payes d'avance par nous.







- 71 -


consignation en colis postaux, telle decision que de raison.
Ce matin, un des Reprsentants s'est rendu la douane
cette fin, et il a t surprise de s'entendre dire que toutes les
marchandises arrives ma consignation ont t et seront
radicalement retournes, d'ordre de M. Johnson, Collecteur
de la Douane.
Comme les colis postaux retourns ne sont arrivs Port-
au-Prince, les uns que par le S/S Macoris du 28 Octobre
1931, les autres par le S/S Carimare du 27 Novembre de
cette anne, soit cinq jours avant leur retour, je vous saurais
gr de m'indiquer la loi qui permet Monsieur JOHNSON de
prendre une si grave decision. Car il est indniable que celte
singulire et brutale decision lse manifestement des int-
rts tant moraux que matriels.
Dans l'anxit de vous lire, je vous prie d'agrer, Monsieur
le Receveur Gnral mes meilleures salutations.
M. LAURENT


Port au-Prince, le 12 Dcembre 1931

Au Secrtaire d'Etat du Commerce
En son htel

Monsieur le Secrtaire d'Etat,
J'ai l'honneur de vous communiquer, sous ce couvert, une
correspondence change entire le Collecteur de la Douane
de la Capitale et moi. Vous aurez l'occasion de vous en rendre
compte que ce Collecteur, guid par je ne sais quel senti-
ment, .veut me porter acquitter un bordereau supplmen-
taire de gourdes 321.10, mis contre moi sans aucun motif.
Et comme naturellement j'ai d refuser de me laisser fair,
il m'interdit le droit de procder au ddouanement des mar-
chandises arrives ma consignat:on, me causant ainsi de
trs grands prjudices.
Le Collecteur de la douane doit exercer les devoirs de sa
charge avec science et conscience. Je vous demand, en con-







- 72 -


squence, Monsieur le Secrtaire d'Etat, de bien vouloir rap-
peler ce fonctionnaire au sentiment de ses devoirs, et d'ordon-
ner au plus tt l'annulation de ce bordereau supplmentaire,
qui est mis en violation du tarif douanier en vigueur, et des
lois fiscales qui l'accompagnent et le conditionnent.
Je vous envoie, avec la prsente, un chantillon de sac
main, article qui fait l'objet du bordereau supplmentaire.
Je vous prie d'agrer, Monsieur le Secrtaire d'Etat, l'hom-
mage de mes sentiments les meilleurs.
M. LAURENT,

Secrtairerie d'Etat du Commercs

No C. 239 Port-au-Prince, le 15 Dcembre 1931

Monsieur MENTOR LAURENT
1723, Rue du Magasin de l'Etat
En Ville
Monsieur,
Je vous accuse reception de votre lettre en date du 12 D-
cembre courant sous le covert de laquelle vous m'avez trans-
mis la correspondence change entire le Collecteur de la
Douane de cette ville et vous relativement un bordereau sup-
plmentaire mis contre vous sans aucun motif.
Le Dpartement prend bonne note de cette communica-
tion et vous donne l'assurance qu'aprs l'avoir minutieuse-
ment tudie, il prendra en votre faveur, tell decision que
de droit.
Recevez, Monsieur, l'assurance de ma parfaite considra-
tion.
R. T. AUGUSTE

Port-au-Prince, le 14 Dcembre 1931
Au Secrtaire d'Etat du Commerce,
En son Htel.
Monsieur le Secrtaire d'Etat,
Monsieur Johnson, Collecteur de la Douane de la Capitale,








- 73-


poursuivant contre moi l'accomplissement d'actes indignes
d'un Chef d'Administration bien pntr de ses droits et de-
voirs, vient de se rendre coupable d'un fait d'une importance
considerable.
Il b'est arrog le droit, au mpris de la Convention postal
Universelle qui lie la Rpublique d'lati avec les autres Puis-
sances, de retourner arbitrairement tous les colis postaux
arrivs ma consignation. La plupart de ces co'is ont t
rexpdis par le mme bateau qui venait de les apporter
Port-au-Prince. L'Administration de la Douane n'avait mme
pas cru devoir m'adresser au sujet de ces colis un avis de
reception.
L'article 10 de la susdite Convention (Chapitre Arrange-
ment) veut que le destinataire soit avis de l'arriv des colis,
que le Pays de destination n'ait le droit de retourner que les
colis refuss, ou les colis tombs en rebut.
Et l'article 38, paragraphe '2, (Chapitre du rglement )
s'exprime ainsi: Le bureau qui renvoie un colis l'expdi-
teur doit indiquer sur le colis et sur le bulletin d'expdition,
d'une manire claire et prcise, en langue franaise, la cause
de la non remise .
Comme ces colis, en ce qui concern la Douane, ne sont ni
refuss, ni tombs en rebut, il imported que l'on se rende
compete, Monsieur le Secrtaire d'Etat, de l'observation qui a
pu tre inscrite sur les colis.
Il ne m'est pas encore possible de connatre au just le
nombre des colis retourns, pour valuer approximativement
le montant des prjudices matriels causs de ce chef, par
un fonctionnaire de l'Etat hatien, qui a agi, par consquent,
au nom du Gouvernement.
Ds que ces chilfres seront tublis par les expditeurs, je
vous les enverrai, fin de remboursement, suivant l'article 37
du Rglement de l'Union Postale Universelle ( responsa-
bilit).
En attendant, Monsieur le Secrtaire d'Etat, je vous de-
mande instamment, encore une fois, de mettre un frein aux
agissements par trop singuliers de M. Johnson.








- 74 -


J'ai l'honneur de vous envoyer, sous ce covert, titre
documentaire, copie de deux lettres adresses, l'une au Col-
lecteur de la Douane de la Capitale, l'autre au Receveur G-
nral des Douanes, et auxquelles aucune rponse n'a t faite.
Veuillez agrer, Monsieur le Secrtaire d'Etat, I hommage
de mes sentiments les meilleurs.
M. 1 AURENT


Port-au-P ince, le 28 Dcembre 1931

Au Secrtaire d'Elat du Commerce,
En son Htel.
Monsieur le Secrtaire d'Etat,
J'ai l'honneur de vous rappeler ma lettre du 14 Dcembre
courant dans laquelle il a t expos votre Dpartement la
malheureuse situation o je me trouve, par le fait du Col-
lecteur de la Douane de la Capitale, qui entend, parait-il, ne
plus vouloir diriger cet important Etablissement suivant le
tarif douanier, les lois et rglements du pays.
l.e cas soumis votre appreciation et votre sanction est
des plus simples, et requiert toute clrit. Je prie donc le
Dpaitement du Commerce, encore une nouvelle fois, d'y
apporter, au plus tt, une solution logique.
Il m'est vraiment pnible, aprs avoir assist la rexp-
dition par la Douane arbitrairement des marchandises arri-
ves ma consignation, de continue constater mon im-
puissance ddouarer d'autres marchandises commandes
exclusivement en vue des ftes de fin d'anne. La plupart de
ces marchandises malgr mes dmarches ritres n'ont pas
pu tre vrifies; les autres l'ont t, et sont cependant loit
aus i bien que les premires revenues en dpot, d'ordre de
M. Johnson, Collecteur de la Douane. Et il n'est point ices-
saire que je vous dise, M. le Secrtaire d'Etat, que ces dci-
sions que le bon plaisir seul justified, me causent des prju-
dices considrables et irrparables.
Je ne puis m'empcher de me remmorer que la loi est








- 75 -


une rgle de conduit, une manire de contract social entire
le Gouvernement et le Peuple; si celui-ci ne peut jamais en
prtexter l'ignorance, l'Etat, de son ct, personnel morale,
prend l'engagement d'honneur d'en exiger l'excution, et de
ne point s'en carter ni dans un sens, ni dans l'autre
Le Collecteur de la Douane., quelle que soit sa nationalit,
est le chef d'une branch de l'Administration hatienne;il est,
en quelque sorte, un reprsentant de la puissance publique.
A ce titre, sous peine de trahir et de compromettre la mis-
sion qui lui est confie, il doit un religieux respect aux lois
du Pays, notamment cells qui rgissent l'Administration
don't il a la direction. Car, il est de notorit q j'il faut que
l'exemple parte d'en hait.
Lorsqu'un fonctionnaire soit par negligence, ignorance, ou
par mchancet remplit mal les devoirs de sa clinrge, celui
de qui il relve hirarchiquement ne peut hsiter le rap-
peler au sentiment de ses devoirs, et rparer l'acte faulif
don't il s'est rendu coupable.
Si, par malheur, il devait en 're autrement, ol faible ne
constituerait plus qu'un jouet, une proie pour le fort; la hi-
rarchie qui est le pivot de l'Administration, n'quivaudrait
qu' un leurre, un bluff; la magnanimit, la charit, la pro-
bit, la justice qui sont les conditionnements de la Socit,
ne seraient plus que de vains mots.
M. le Secrtaire d'Etat, vous n'tes pas sans avoir une just
ide des multiples et quasi insurm3ntables difficults que
traverse le Commerce. De l'avis des moins pessimistes, il s-
vit une crise sans prcdent, et don't on ne voit encore au-
cune issue. Vous comprendrEz donc a;sment mon indigna-
tion et mon dcouragement de me voir, d'une part, si lche-
ment maltfait; de l'autre, aussi nglig.
En m'adressant au Dpartement, je ne dsire que le plein
panouissement de la justice. Si, consciencieusement, vous
estimez que la Direction de la Douane, en l'occurrence, n'a
pas excd ses pouvoirs, je ne demand qu' me l'entendre
dire valablement. Si, au contraire, il est reconnu que le bon
droit est de mon c', je rclame toute la sollicitude








- 76 -


aluelle peut prtanire un Com'nnerlt honnte, de la part
du Dpartement du Commerce.
)ins l'espoir que vo.s daignerez donner suite, au plus tt,
ce qui fait l'objet de la prsente,je vous prie d'agrer, Mon-
sieur le Secrtaire d'Etat, l'hommage de mes sentiments les
meilleurs.
M. LAURENT

Port-au-Prince, le 5 Janvier 1931.

Au Secrtaire d'Elat du Commerce
En son Htel.

Monsieur le Secrtaire d'Etat,
J'ai l'honneur de vous rappeler dans toute leur teneur, mes
lettres des 14 et 28 Dcembre coul, relatives aux difficults
auxquelles je suis en butte avec l'Administration de la douane
de la Capitale.
i.es fits y relats rclamint uae si prompted sanction, que
j'ai lieu de m'tonner de ne pas sentir encore les effects de
l'intervention du Dpartement du Commerce, don't l'imp-
rieux devoir est de rprimer les abus commis par la douane
et de protger le Commerce. C'est pourquoi, pour empcher
q'e cette lettre n'aille dormir dans les poissires des archi-
ves comme les prcdentes, sans doute, je me perme's de
vous l'adresser personnellement, en vous priant de faire en
l'occurrence ce que de droit.
Des pices expdies votre Dpartement et don't je vous
prie de pren Ire communication, il resort clairement que
ces difficults calcules don't je suis victim, ont commenc
par un bordereau supplmentaire de 310 gourdes mis contre
moi sous un spcieux prtexte.
J'ai eu recevoir dles sacs main en toile cir, et acquit.
tez lgalement les droits prvus dans le tarif pour cet article.
Cependant la douane, guid par je ne sais quel sentiment,
a cru bon de dresser contre moi un bordereau supplmen-
taire, et on y a mentionn que les articles reus ne sont pas








- 77 -


des sacs main, mais des rticules. L'obligation me fut donc
faite de refuser d'acquitter le bordereau, pour ne pas consa-
crer l'erreur si grossire qie constitute cette decision.
La Douane, de son ct, plutt que de reconnaitre son
tort et de redevenir la norme, en se conformant la loi,
s'est laiss aller jusqu' accomplir contre moi des faits sans
prcdent, et qui sont relats dans mes prcdentes lettres,
qui parait-il, ne vous ont pas t soumises. Et l'appui de
ma just attitude, je transmets votre appreciation, avec
toutes les pieces dj expdies, les plausibles raisons ci-
dessous :
to En France, en Belgique les mots sac main et rticule
sont synonymes; en Italie, en Allemagne l'article qui fait
l'objet de mon importation est dnomm: sac main ; en
Angleterre, aux Etats-Unis d'Amrique cet article est dsign
par les mots: hanl bags, don't la traduction en franais est:
sac main. Si vous le dsirez, Monsieur le Secrtaire d'Etat,
je peux corroborer ces affirmations par des preuves irrcu-
sables.
o2 Ici, en Hlati, dans le tarif de 1905 qui ne diffre de celui
de 1926 qu'en ce qui a trait la taxation et la classification,
S le lgislateur a eu soin de spcifier la page 61 la synony-
mie des mots: sac main et rticule.
30 Depuis la mise en vigueur du tarif douanier de 1926
jusqu' cette date, la douane officiellement n'a pris aucune
decision donnant une signification autre chacun de ces
mots. C'est ainsi que tous les bordereaux mis pour mes
importations de 1920 Octobre 1931 portent, comme dsi-
gnation de l'objet: sac main en toile cire, sac main en
cuir, sac main en soie. Donc seule la matire avec laquelle
est fabriqu l'objet doit tre envi.age. Ces diffrents borde-
reaux vous sont envoys en communication toutes lins utiles.
D'ailleurs, le Collecteur de la Douane, lui-mme dans sa
lettre du 2 Dcembre dernier,n'a pas pu s'empcher d'avouer,
qu'en ce qui concern la douane, il n'est tabli aucune diff-
rence entire sac main et rticule. Aveu qui signilie logi-








- 78 -


quement que rticule est considr par la douane comme sac
main et vice versa.
4- Si aujourd'hui, la douane estime ncessaire de sparer
sac main de rticule, contrairement ce qui se pratique
ailleurs, il faut qu'elle commence par indiquer au moyen
d'une circulaire ou autrement, les signs caractristiques de
sac a main et ceux de rticule. Car le Commerant, pour
viter toute mauvaise declaration, ne peut ignorer avant de
placer sa command l'tranger, comment au just la douane
considre tel article.
5 A partir du jour o rticule en toile cire ne signifie
plus sac main en toile cire, rticule en toile cire devien-
dra ipso facto un article non prvu dans le tariff. Et l'article
23 de la loi du 9 Aot 1926, qui conditionne le tarif, dispose
que: [Pour la classification d'un article non prvu au tarif,
on s'en rapportera sa denomination commerciale. Or, le
mot rticule est un terme tout fait dsuet. La designation
cormmerciale de l'article que ce mot dsigne est bien: sac
main.
(io L'article 27 de la loi du 9 Aot 1926 est ainsi conu:
< Les articles imports, non mentionnns dans aucun para-
graphe du tarif, et similaires ou ressemblant un article
quelconque prvu, paieront le droit applicable l'article prvu
auquel ils ressemblent le plus en matire, quality, contexture,
ou par l'usage auquel ils peuvent tre appliqus, etc.
Si rticule en toile cire n'est plus sac main en toile
cire, rticule en toile cire n'est donc pas prvu dans le tarif.
Mais nous sommes obligs de reconnatre immdiatement que
l'article prvu auquel il resemble le plus en matire, qua-
lit, contexture, etc., est certainement: sac main en toile
cire.
7o L'article 22 (le la mme loi stipule formellement que
Chaque paragraph du tarif ne s'applique qu' la matire ou
aux matires mentionnes dans le group ou la nomenclature
laquelle il se rapport, sans gard pour les autres groups
ou nomenclature dans lesquelles d'autres matires sont coin-








- 79 -


prises moins qu'il ne se trouve une disposition plus precise
dans une parties du tariff.
Donc, en vertu de cet article, il n'est pas permis de classer
un objet en loile cire dans le group des articles en cuir,
come on ne peut non plus grouper un article en cuir avec
des articles en toile cire
Le paragraphe 90G3 du tarif, invoqu mal propose, ne
concernant que des rticules en cuir, ne peut lgalement
s'appliquer ni sac main en toile cire ni rticule en
toile cire.
8 Le paragraph 13299 du tarif veut que Tous effects,
articles et marchandises, non dnomms, l'exception des
matires premiere., soient taxs 30 o/o ad valorem .
Si pour une raison ou une autre on n'applique pas rli-
cule en toile cire, la taxe prvue pour sac main en toile
cire, article auquel rticule resemble le plus, on sera oblig
de taxer rticule en toile'cire 30 c/o ad valorem suivant le
vu formel du tarif.
9o En matire fiscal tout est (le droit strict. En aucun cas
on ne peut faire rtroagir une loi, encore moins appliquer
une decision par surprise.
11 est indniable que la Douane est: 1o dans l'impossibilit
manifeqte de citer valablement le texte de la loi qui permet
de taxer, soit sac main en toile cire, soit rticule en toile
cire dix (10) gourdes le kilo; 2 la Douane ne peut non
plus invoquer en la circonstance aucune coutume douanire,
c'est--dire, il est impossible de prouver par des bordereaux
mis do 1926 1930 que le bordereau supplmentaire en
contestation ne constitute pas une taxation nouvelle et inopine.
En raison de tout ce qui prcde, je crois fermement avoir
le droit de rclamer du Dpartement du Commerce la solu-
tion logique que comporte hl question: l'annulation sans
aucun autre dlai du sus-dit bor:iereau supplmentaire.
Cette malheureuse affaire ainsi que j'ai eu vous l'appren-
dre dans mes prcdentes lettres, me cause des prjudices
considrables; toutes mes marchandises arrives en douane







- 80 -


ont t depuis ou rexpdies ou confisques. Je rous de-
mande donc instamment de me donner au moins votre opi-
nion sur la question, afin que je sache quoi m'en tenir.
Veuillez agrer, Monsieur le Secrtaire d'Etat, l'hommage
de mes sentiments les meilleurs.
M. LAURENT.


SECRTAIRERIE D'TAT DU COMMERCE

No C 291 Port-au-Prince, le 8 Janvier 1932.

Monsieur MENTOR LAURENT
1723, Rue du Magasin de l'Etat, 1723.
En Ville.
Monsieur,
J'ai bien recu votre lettre du 28 Dcembre coul don't
l'importance ne m'a pas chapp. Si je n'y ai pas rpondu
plus tt, c'est que le Dpartement attendait le rsultat des
conversations engages avec l'Office du Conseiller Financier,
en vue d'obtenir une solution quitable do votre litige.
Le Dpartement a t quelque peu paralys dans son action,
du fait que vous avez commnuniqu la Douane, par votre
lettre du 30 Novembre coul, des instructions de retourner
vos marchandises. L'Office douanier a cru sans doute, que
ces instructions s'adressaient galement lui, ce qui expli-
querait son action, sans cependant la justifier. (*)
J'ai dj rpondu votre lettre du 14 Dcembre coul et
vous accuse reception de celle du 5 Janvier courant qui a
eu toute mon attention.
Sans vouloir retenir vos apprciations personnelles sur la
lenteur apporte la solution de cette aflaire, je puis vous

(*) Ma premiere lettre de protestation contre la rexpdition
sans formalit des marchandises arrives ma consignation est
du 8 Dcembre 1931. Et le 27 Janvier 1932, M. Johnson continuait
encore son jeu. (Voir la lettre du Secrtaire d'Etat du Commerce
en date du 23 Fvrier, Nu C 393, page 83),








- 81 -


donner l'assurance que mon Dpartement n'a nullement
besoin qu'on lui rappelle son devoir et qu'en toutes circons-
tances il saura dfendre les intrts qui lui sont co fis.
Recevez, Monsieur, l'assurance de ma parfaite consid-
ration.
R. T. AUGUSTE.

Port au-Prince, le 23 Janvier 1931

Messieuis ED. ESTVrE & Co
En Ville.
Messieurs,
Comme suite l'entretien que j'ai eu ce malin avec M.
Paul Eugne, je vous demand de faire le ncessaire en vue
du ddouanement de la facture de la Maison Iuller dlos.,
dui 31/12/31, s'levant la some de or $ 86.67.
Le principle de ma Maison tant de sauvegarder pleinement
les intrts des fournisseurs, je vous donne, d'ores et dj,
l'assurance que tous les frais gnralement quelconques rsul-
tant de cette operation sont ma charge.
Veuillez agrer, Messieurs, mes meilleures salutations.
M. LAURENT.


Port-au-Prince, le 23 Janvier 1932.

Au Secrtaire d'Etat du Commerce
En Fon Htel.

Monsieur le Secrlaire d'Etat,
J'ai l'honneur de vous communiquer, sous ce couvert, avec
prire de m'en accuser reception, une lettre que je viens de
recevoir d'un Expditeur franais. Celte lettre est la cons-
quence du retour par l'Administration de la Douane, en de-
hors de toutes les formalits conventionnelles, des colis pos-
taux arrivs ma consignation.
Je m'empresserai de vous transmettre, toutes fins utiles,








- 82 -


et au fur et measure de leur reception, les rclamations des
autres Expditcurs intresss.
Je saisis cette occasion Four vous plier de me faire avoir
le combre exact des colis postaux qui ont t ainsi rexp-
dis. Je n'ai pas pu obtenir ces renseignements directement
de la Douane.
En attendant la solution des diffrentes questions soumises
l'apprciation et la sanction de votre Dparlement, je
vous demand d'agrer, Monsieur le Secrtaire d'Etat, l'hom-
mage de mes sentiments les meilleurs.
M. LAURENT


Secrtairerie d'Etat du Commerce

No C. 334 Port-au-Prince, le 26 Janvier 1932

Monsieur M. LAURENT,
1723, Rue du Magasin de l'Etat,

Monsieur,
Je vous accuse reception de votre lettre du 23 Janvier
courant, sous le couvert de laquelle vous m'avez envoy, en
communication, une lettre reue d'un de vos commettants
trangers. Cette lettre, ajoutez-vous, est la consequence du
retour, par l'Administration de la Douane, en dehors de
toutes les formalits conventionnelles, des colis postaux ar-
rivs votre consignation.
Le Dpartement n'a pas manqu de s'en rfrer l'Offica
du Receveur Gnral, aux fins d'avoir tous les renseignements
utiles, lui permettant d'arriver une just et quitable solu-
tion de cette affaire. Il en a fait de mme pour toutes les
autres questions que vous lui avez soumises el il espre vous
faire savoir, sous peu, les decisions qu'il aura prises.
Recevez, Monsieur, l'assuranee de ma parfaite consideration.


R. T. AUGUSTE







- 83 -


Secrtairerie d'Efat du Commerce


No C. 393


Port-au-Prince, le 23 Fvrier, 1932


Monsieur M. I AURENT,
1723, Rue du Magasin de I Etat.

Monsieur,
Dfrant la demand continue dans votre lettre du 23
Janvier 1932, le Dpartement vous informed que le nombre
exact des Colis Po-tiux consigns votre adiesse et qui ont
t retourns par la Douane, du ler Dccmire 1931 au 27
Janvier 1932, s'lve quarante:
S. S. < Carimare du 27 Novembre 1931:
76 87 Expditeur CARCABAL FRES. 12 Co'is
621-27 BIGAUL LEVELAT 7
4155 64 A. FUNNEZ 10
28909 X WEIGEL LEYCONIE 1
S. S. Macoris du 28 Otobre 1931:
8457-8 Expditeur COTTIER 2 Colis
5543 4 .a TAPISSIER FRESH. 2


ti


S. S. Waldraui Horn du 18 Novembre 1931:
777-82 Expditeur NESTLE.R & Co. 6 Colis

Total Colis 40 (*)
Recevez, Monsieur, l'assurance de ma parfaile considra-
on.
B. T. AUGUSTE


(*) Aprs le 27 Janvier, d'autres rexpditions ont eu lieu. Le
nombre exact des colis rexpdis s'lve 47.
Nous avons d cbler nos excuses chacune de ces Maisons,
leur demander de nous adresser nouveau ces marchandises, et
de tirer sur nous une traite comportant tant le montant de la
marchandiise que celui des frais d'expdition et de rexpdition
gnralement quelconques.
Ces diverse operations nous ont cot environ deux cents
dollars.







- 84 -


Port-au-Prince, le 23 Fvrier 1932

Au Collecteur de la Douane de Port-au-Prince

Monsieur le Collecteur,
Je vous prie de me dire, toutes fins utiles, aprs combien
de jours la Douane considre habituellement come tombs
en rebut les colis postaux venant d'Europe, et ceux exp-
dis des Etats-Unis d'Amrique.
ieccvez, Monsieur le Collecteur, mes meilleures salutations

M. LAURENT


lort-au-Prince, le 30 Janvier 1932

Au Secrtaire d'Etat du Commerce,
En son Htel.

Monsieur le Secrtaire d'Etat,
Le Collcteur de la Douane de la Capitale a inform MM.
Ed. Estve & Co., reprsentants d'une Firme amricaine, qui
m'a fait un envoi de marchandises, que ces marchandises
actuellement en Douane, seront rexpdies bientt, ainsi
que d'autres colis arrivs mon adresse. Depuis prs de trois
moist, ce M. Johnson travaille acharnement ma ruine, en
employant tous les moyens imaginables pour m'empcher de
rien ddouaner.
En attendant que vous arriviez donner une solution as
litige existant entire la douan- et moi, je vous saurais un gr
infini de passer des ordres pour que les marchandises me
soient remises, ou au moins qu'elles ne soient pas rex.
pdies.
Tout en vous print de me fire une rponse ce sujet, afin
que je sache quoi m'en tenir, je vous prsente, Monsieur le
Sec tairo d'Etat, l'hommage de mes sentiments les meilleurs,


M. LAURENT








- 85 -


Secrtairerie d'Etat du Commerce

No C. 363 Port-au-Prince, le 10 Fvrier 1932

Monsieur M. LAURENT
1723, Rue du Magasin de l'Etat.

Monsieur,
Je vous accuse reception de votre lettre date du 30 Jan-
vier coul.
Comme toutes les prcdentes, elle a eu ma meilleure at-
tention.
Le Dpartement continue toujours s'occuper du litige
que vous lui avez soumis et, en attendant qu'une decision
definitive intervienne en votre faveur, je vous conseillerais
de payer le bordereau supplmentaire, mis contre vous,
afin de pouvoir reprendre vos activits commercials, sus-
pendues pendant les pourparlers engags entire mon Dpar-
tement et l'Office du Receveur Gnral.
Recevez, Monsieur, l'assurance de ma consideration distin-
gue.
R. T. AUGUSTE


Port-au-Prince, le 17 Fvrie 1932

Au Secrtaire d'Etat du Commerce.
En son Htel.
Monsieur le Secrtaire d'Etat,
Conformment votre dpche du 10 courant, No C.363,
je me suis empress de payer le bordereau supplmentaire en
question, et je vous transmets, fin de remboursement, avec
pieces l'appui, le relev des valeurs verses consquemment
au susdit bordereau supplmentaire:
1o.- un bordereau mis pour kilos, 47.650 de sacs main
en toile cire.
2o. un bordereau supplmentaire mis pour la mme im-







- 86 -


portation, mais ce bordereau mentionne kilos, 49.00 y com-
pris les kilos, 1.350 de sacs main en soie dja pays gdes
30,00 le kilogramme ................. 3"21.10
3o.- un reu de d[ot de 00 gourdes pour 12
colis pastaux ................ 60.00
4o.- un reu pour droit de dpt de gdes 9.20
(pour un colis postal) . . . .... .9.20
5o.- un bordereau de douane o on a appli-
qu 50.00 gdes d'amende, parce qu'on
avait refus de me laisser vlifier la
merchandise ... ............. 50.00
Go.- un reu pour droit de dpt de 7.00


gourdes pour 4 colis postaux . 7.00

Total Gdes 447.30
J'aime esprer, ainsi que vous me l'avez promise, que votre
Dpartement ne manquera pas d'apporter une solution qui-
table cette malheureuse affaire.
Veuillez agrer, Monsieur le Secrtaire d'Etat, l'hommage
de mes sentiments les meilleurs.
M. LATRENT

Port-au-Prince, le 2 Mars 1932
Au Collecteur de la douane de la Capitale

Monsieur le Collecteur,
Je vous demand d'avoir pour agrable que je rappelle
votre souvenir ma lettre du 22 Fvrier coul, ainsi conue:
Je vous prie de me dire, toutes fins utiles, aprs combien
de jours la Douane considre habituellement comme tombs
en rebut les colis postaux venant d'Europe, et ceux expdis
des Etats-Unis d'Amrique.
J'espre que vous ne manquerez pas de me faire avoir au
plus tt ce renseignement.
Recevez, Monsieur le Collecteur, mes meilleures saluta-
tions.
M. LAURENT








S- 87 -


Douane de Port- au-Prince
Bureau du Collecteur
Port-au Prince, le 4 Mars 1932

Monsieur M. LAURENT,
1723, Rue du Magasin de l'Etat,
Port-au Prince
Monsieur LAURENT,
En rfrence votre lettre du 23 fvrier ce bureau l'a ex-
pdie au Receveur Gnral pour qu'une rponse vous y
soit faite directement.
Votre lettre du 2 Mars confirmant votre prcdente a t
bien reue et vous tes assur qu'une rponse definitive sera
faite le plus tt votre demand.
Veuillez agrer, Mr Laurent, mes sincres salutations.
D. P. JOHNSON, Collector of Customs


Port-au-Prince, le 7 Mars 1932.

Au Secrtaire d'Etat du Commerce
En son Htel.

Monsieur le Secrtaire d'Etat,
Dsirant avoir ce simple renseignement :' aprs combien
de jours la Douane considre habituellement comme tombs
en rebut les colis postaux venant d'Europe, et ceux expdis
des Etats-Unis d'Amrique, j'ai eu la date du 23 Fvrier
coul formuler cette demand au Collecteur de la Douane
de la Capitale.
Mais aprs huit jours aucune suite n'y tant donne, je
dus confirmer ma lettre le 2 Fvrier en course. Et en rponse,
le Collecteur a daign m'adresser celle du 4 du courant, que
j'ai l'honneur de vous envoyer en communication, ainsi que
les copies des miennes,










La lecture de ces pieces, qui sont loin d'tre sans intrt,
nous procure, entr'autres, l'avantage et la surprise de nous
rendre compete que le Collecteur de la Douane de la Capitale,
n'est pas en measure de dire un intress quand un colis
postal doit tre considr comme tomb en rebut.
Quelques employs suprieurs du Bureau, cependant, m'ont
inform que, ordinairement, ce dlai a toujours t de trois
mois pour les colis venant d'Europe, et d'un mois pour ceux
expdis des Etats-Unis d'Amrique.
Tenant avoir cette confirmation officiellement, je vous
saurai un gr infini de mu faire renseigner ce sujet par
qui de droit.
Veuillez agrer, Monsieur le Secrtaire d'Etat, l'hommage
de mes sentiments les meilleurs.
M. LAURENT.


Secrtairerie d'Etat du Commerce

N C. 471 Port-au-Prince, le 2 Avril 1932

Monsieur M. LAURFNT,
1723, Rue du Magasin de l'Etat, 1723

Monsieur,
Le Dpartement est en possession de vos lettres des 7 et
29 Mars coul, lui demandant de vous faire savoir aprs quel
dlai la Douane considre comme tombs en rebut les colis
postaux d'origine franaise et amricaine.
Les colis postaux de provenance franiise sont rgis par la
Convention Postale Universelle de Stockholm ratifie par
Hlati en 1924.
L'article 19 de cette Convention s'exprime ainsi:
Art. 19.- Les expiditeurs sont tenus d'indiquer, au verso
du bulletin d'expdition et sur les colis, la manire don't il
doit tre dispos de leurs envois en cas de non livraison.
Si cette prescription n'est pas observe, les colis tombs
en rebut sont renvoys au bureau d'origine l'expiration d'un


-'88 -








- 89 -


dlai de 15 jours ou, au plus tard, aprs un mois computer
du lendemain de leur mise la disposition des destinataires .
Relativement aux colis postaux d'origine amricaine l'art.
11 de la Convention Hatiano-Amricaine qui les rgit dispose:
Art. 11.- oTout colis qui ne peut tre livr son adresse
ou qui est refus, doit tre renvoy sans frais au bureau d'-
change expditeur, trente jours aprs son arrive au bureau
de destination (*).
Recevez, Monsieur, l'assurance de ma parfaite considra-
tion.
R. T. AUGUSTE


Port-au-Prince, le 2 Juin 1932

Aut Secrtaire d'Elat du Commerce
En son Htel

Monsieur le Secrtaire d'Etat,
Au course d'un des entretiens que j'ai eu l'avantage d'avoir
avec vous relativement au bordereau supplmentaire dress
centre moi sans motif par la douane, vous m'avi z formelle-
ment dit que votre Dpartement a approuv sans reserve
mon point de vue, et qu'en outre, il eut soumettre le dos-
sier de l'affaire au Ministre des Finances, o aussi, on n'a
pas manqu de reconnaitre la justesse de ma iclamation.
Par votre lettre du 10 Fvrier 1932, No C. 465, vous m'aviez
demand de payer le bordereau supplmentaire, en atten-
dant qu'une decision definitive intervienne en ma faveur.
Et, la date du 17 du mme moist, j'ai eu informer votre
Dpartement que je m'tais empress d'agir comme il me
l'avait conseill.
Puisque jusqu'ici satisfaction ne m'est pas accorde,je vous
prie de me laird savair les opinions expoies par le Rece-

(*) Certains de mes colis ont t renvoys par le mime bteau
qui les a apports Port-au-Prirce, suit 6 jours aprs leur
arrive; et sans avis de reception.







- 90 -


veur Gnral des douanes dans les diverse lettres qu'il a eu
vous adresser ce sujet, et sur lesquelles il s'appuie pour
s'empcher de me restituer les valeurs que forcment j'ai t
amen payer.
Pour finir, qu'il me soit permis de vous dire, M. le Secr-
taire d'Etat, que j'aurais mauvaise grce ne pas apprcier
leur just valeur, les efforts que votre Dpartement a d-
ploys en vue de solutionner quitablement cette malheureuse
affaire. (*)
Dans l'attente du plaisir de vous lire, je vous prie d'agrer,
Monsieur le Secrtaire d'Etat, l'hommage de mes sentiments
les meilleurs.
M. LAURENT


Secrlairerie d'Elat du Commerce

No C 637 Port-au-Prince, le 13 Juin 1932.

Monsieur M. LAURENT,
1713, Rue du Magasin de l'Etat,
En Ville
Monsieur,
Je suis en possession de votre lettre du 2 Juin courant.
Le Dpartement ne saurait oublier la promesse qu'il vous
a faite d'arriver au rglement dfinitif du litige qui existe
entire l'Office du Receveur Gnral et vous relatif la taxa-
tion des sacs main en toile cire que vous avez reus (*).
Je vais personnellement continue les pourparlers dj com-


(*) Le Dpartement, me dit-on, a eu une trs longue corres-
pondance avec l'Office du Receveur (Gnral des douanes relative-
ment mes rclamations; mais, malheureusement, on ne juge pas
encore opportun de me faire avoir une copie de cette correspon-
dance.
(*) C'est nous qui avons sou!ign les mots: sac main en toile
cire,








* 91 -


mencs par mon prdcesseur avec cet Office et j'espre,
avant longtemps, vous mettre au courant de leur rsultat.
En attendant, recevez, Monsieur, l'assurance de ma par-
faite consideration.
BAPHAEL NOEL



Douane de Port-auPrince
Bureau du Collecteur

Port-au-Prince, le 2 Mai 1932

M. MENTOR LAUIIENT,
En Ville
Monsieur,
Veuillez noter que le Bureiu du Receveur Garal des
douanes a dsapprouv votre demand de restitution Re: Bd
49779-A par le S/S Tiberius du 15/10/31 pour les raisons
exposes en vue des faits suivants:
Les articles vrifis sont des rticules. Les rticules ne sont
prvus qu'au paragraph 9066 du tarif quelle que soit la ma-
tire qui les compose. Le bordereau supplmentaire mis
selon formule 81 de cet office en date du 11 novembre 1931
est donc correct. Les droits de dPpt sur les bordereaux
45415, 45560 et 4813 sont aussi rgulirement pays, vu que
l'importateur n'a pas ddouaner temps sa merchandise,
alors qu'il tait libre de le fire en acquittant les bordereaux
en soullrance. 11 en est de mme po'ir l'amnnte nded 50 gdes
applique pour verification d'office, t int donn que l'impor-
tateur n'tait pas dans les conditions voulues par l'article 100
pour vrifier.
Agrez, Monsieur, nos salutations distingues.


D. P. JoiNsoN, Collecleur de la Douane








- 92 -


Port-au-Prince, le 12 Mai 1932

Au President de la Chambre de Commerce d'Hati

Monsieur le Prsident,
Je vous saurais infiniment gr de me dire si en France, la
douane considre comme synonymes les mots: sac main,
sac de dame, rticule et ridicule.
Dans l'attente du plaisir de vous lire, je vous prie d'agrer
Monsieur le Prsident, l'hommage de mes sentiments les
meilleurs.
M. LAURENT (*)


Port-au-Prince, le 22 Mai 1932

Au President de la Chambre de Commerce Franaise en Hati

Monsieur le Prsident,
J'ai pens qu'il revenait une Chambre de Commerce ta-
blie l'Etranger de renseigner les intresss sur les us et
coutumes de la Douane du pays reprsent. C'est pourquoi
j'avais pris la libert de vous adresser le 12 du courant, sous
pli recommand, les lignes ci-dessous, qui sont demeures
jusqu'ici sans rponse:
Je vous saurais infiniment gr de me dire si en France la
Douane considre comme synonymes les mots: sac main,
sac de dame, rticul et ridicule.
Je vous prie de m'informer si c'est plutt M. l'Attach Com-
mercial, qui est qualifi pour me donner le renseignement
sollicit, renseignement qui est ncessaire au besoin de mon
commerce.

(*) Nous avons jug inutile de prendre ce sujet l'avis de la
Chambre de Commerce d'llati, puisque d'aprs le tarif de 1905.
et d'aprs la lettre du 2 Dcembre 1931 de Mr Jolnson, Collecteur
de la Douane la distinction entire sac main et rticale n'est
pas tablie par la douane . Il est donc clair, net el prcis qu'en
Hati, sac main et rticule sont synonymes.








--93 -

Dans l'attenle du plaisir de vous lire, je vous prie d'agrer,
Monsieur le Prsident, I'honmage de mes sentiments les
meilleurs.
M. LAURENT

Chambre de Commerce Francaise d'Hati

Port-au-Prince, le 27 Mai 1932

Monsieur M. LAURENT
Port-au-Prince
Monrsieur,
Jo vous accuse reception de vos estimes du 12 et 22 Mai
courant.
Le tarif des Douanes de France comporte au No 492, la
nomenclature Valises, Sacs Main, Sacs de Voyage, Etuis
pour appareils photographiques, pour Armes de chasse, pour
instruments de musique, etc., sans spcifier particulirement
les mots a Sac de Dame, tticule et Ridicule , qui mon avis
sont considrs dans le Commerce comme Eynonymes.
Veuillez agrer, Monsieur, mes salutations trs empresses.
Le Prsiaent: G. DE LESPINASSE


Port-au-Prince, le 12 Mai 1932

A Monsieur le Consul des Etats-Unis d'Amrique
Port-au Prince
Monsieur le Consul,
Je vous saurais gr (le m'informer si, comme en Hati, la
douane amricaine n'tablit aucune difference entire les mots:
sac a main et rticule, c'est dire si ces deux mols se tra-
duisent indiffremment par hand bags.
Dans l'attente du plaisir de vous lire, je vous prie d'agrer,
Monsieur le Consul, mes bien sincres salutations.
M. LAURENT








- 94 -


Port-au-Prince, le 22 Mii 1932

A Monsieur le Consul des Etals-Unis d'Am4rique en Haiti

Monsieur le Consul,
J'ai pens qu'en l'absence de la Chambre de Commerce
amri'aine en Hati, il revenait au Consul de renseigner les
intresss sur les us et costumes de la Douane amricaine.
C'est pourquoi, je vous ai adress, le 12 du courant, sous pli
recommand, ces lignes ci-dessous, qui sont demeures jus-
qu'ici sans rponse:
Je vous saurais gr de m'informer si, comme en Hati, la
douane amricaine n'!ablit aucune difference entire les mots: r
sac main et rticule, c'est--dire, si ces deux mots se tra-
duisent indiffremment par hand bags .
Je vous prie de m'informer si o'est plutt la Commission
du Tarif sigeant Washington D. C., qui est qualifie pour
me donner le renseignement sollicit, renseignement q,'i est
neessaire au besoin de mon commerce.
Dins l'attente du plaisir de vous lire, je vous prie d'agrer,
Monsieur le Consul, mes bien sincres salutations.
M. LAURENT, Importateur,
ancien Consul de la Rpublique d'Hati Hambourg.



American Consular Service

Port-au-Prince, Haiti, May 24 1932

M. LAURENT,
Port-au- Prince, Haiti.
Sr:
Referring to your letter of May 12, 1932, in which you
request certain information regarding the classification of
hand-bigs by Ihe American Customs, it is desired to inform
you 'bat usually the term 4hand-bags is used to designate








- 95 -


such articles as valises, a G!adstone bags , satchels, in fact
any kind of hand luggage (baggage main).
On the other hand, articules and sacs main are
usually called, depending on their shape and material, poc-
ketbooks, bags, beaded bags, dress bags or fancy bag.. (*)
The Consulate endeavored to transmit this information to
you orally but was informed that.you were out of town.
The office is at your service as regards further information.
Very respectfully yours,
DONALD R. IEATIT, American Consul.

TRADUCTION:
American Consular Service

Port-au-Prince, le 24 Mai 1932.

M. LAURENT
Port-au-Prince, H[li.
Monsieur,
Me rfrant votre lettre (lu 12 Mai par laquelle vous
demanded certaines information relativement la clasilica-
tion des sacs main par les Douarnes Amricaines, je vous
informed que le terme isac main est ordinairement em-
ploy pour designer les articles tells que valises, agladstone
bag <( satchels et en gnral toute sorte de b'gage main.


(*) Dans le commerce avec les pays de langue anglaise, on
appelle gnralement gladstone bag, boston bag: valise main,
valise de voyage; travelling bag : sac da voyage ; satchels: gibe-
cire, sacoche; work bag: sac ouvrage; hosiery bag: sac bas;
utility bag, shopping bag: sac provision. Qu'est-ce qu'un ba-
gage main? On appelle ainsi tous les bagages non enregistrs
et que la voyageur conserve avec lui, bagages peu volumineux et
facilement transportable..
Hand bag signifie toujours : rticule, sac main, sac de dame.
Et pour designer les diverse formes, les contextures de ces sacs,
on emploie: hand bag-pocket book: sac main forme porte-
feuille, pochette; beaded hand bag: sac main en colliers, en








- 96 -


Par ailleurs, a rticules et sacs main e sont ordinairement
dsigns par ces mots, selon leur forme et la matire don't
ils sont fabriqus: pocketbooks, bags, beaded bags, dress
bags, or fancy bags.
Le Consulat avait dnir vous faire une rponse verbal,
mais il lui a t inform que vous tiez absent de la ville.
Le Bureau se tient votre disposition pour tous autres
renseignements qui pourraient vous tre utiles l'avenir.
Trs respectueusement, vtre,
DONALD R. HEATH, Consul Amricain.


S. BOURBOUL
18, Rue de Flesselles, LYON.

Le 10 Mars 1932

Monsieur LAURENT
1723, Rue du Magasin de l'Etat, 1923
Port-au-Prince (Ilaiti)
Monsieur,
L.a Maison CARAZETTI de BELLEGARDE m'informe ce jour
que la Banque Nationale de la Rpublique d'Hiti lui a
adress une communication comme quoi vous n'aviez pas pay
le montant des marchandises par eux adresses, et que vous
refusiez les livraisons en course de route.
Je ne m'expl;que pas ce communique et vous prie de bien


perles ou simplement sa': main orn de colliers ; balloon hand
bag: sac main-ballon : fancy hand bag, dress hand bag : sac
main de fantaisie, sac main de luxe.
Ilien que notre opinion diflre de celle du Consulat amricain
relativement quelques insignifianls dtails, nous sommes heu-
reusement d'accord sur le point capital savoir: que rticules et
sacs a main se traduisent iniffiremment par les mmes mots.
Ce qui signitie qu'aux Etats-Unis d'Amrique sac main et rti-
cules sont le seul et mme article; ou en d'autre term : ces deux
mots sont synonymes.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs