• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Preface
 Le developpement de l'enseignement...
 Le probleme de l'enseignement primaire...
 Notre enseignement populaire et...
 L'amendement platt, son origine,...
 Devoirs des gouvernants
 Table of Contents














Group Title: d'eveloppement de l'enseignement populaire a Cuba
Title: Le d'eveloppement de l'enseignement populaire a Cuba
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081314/00001
 Material Information
Title: Le d'eveloppement de l'enseignement populaire a Cuba l'amendment platt, son origine, ses conséquences
Physical Description: 97 p. 1 ℓ. : ; 24cm.
Language: French
Creator: Gervais, Villius
Publisher: Imprimerie Che´raquit,
Imprimerie Chéraquit
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1927
Copyright Date: 1927
 Subjects
Subject: Foreign relations -- Cuba -- United States   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Cuba
 Record Information
Bibliographic ID: UF00081314
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltuf - AAP2945
oclc - 01598901
alephbibnum - 000126959

Table of Contents
    Title Page
        Page 1
        Page 2
    Preface
        Page 3
        Page 4
    Le developpement de l'enseignement populaire a Cuba
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
    Le probleme de l'enseignement primaire en Haiti
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
    Notre enseignement populaire et Elie Dubois
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
    L'amendement platt, son origine, ses consequences
        Page 51
        Page 51a
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
    Devoirs des gouvernants
        Page 95
        Page 96
        Page 97
    Table of Contents
        Page 98
Full Text

VILLIUS .JERVAIS
Ancien chargA d'Affaires de la Lgation d'Hati la Havane
Ancien Professeur de Droit International Public l'Ecole Nle de Droit de Port-au-Prince
Officer d'Acadmie.






LE DEVELOPPEMENT

DE L'ENSEIGNEMENT POPULAIIE A CUBA





L'AMENDEMENT PLATT
SON ORIGIN, SES CONSEQUENCES










POIT-AU-PRINCE
IMPRIMERIE CHRAQUIT,
1516, Rue du Docteur Aubry. 1516.
1927


















DU MME AUTEUR

rE3IV .ITI

LA LGENDE DE LA CROIX
CHEZ LES INDIENS.
Couronne par l'Universit des Annales de Paris, au Grand
Concours des Lgendes franaises et trangres (19131,- puise.


PARAITRA PROCHAINEMENT:

Cours f'Instruction Civique et d'Education morale
A l'usage de la jeunesse des coles.















PREFACE



L'lle de Cuba, La perle des Antilles , jouit actuelle-
ment d'une technique conomique merveilleuse: son commerce,
ses industries manufacturires, son agriculture, son enseignement
populaire s'en ressentent par Icur admirable et harmonieux dve-
loppement.
Cuba a une population d2 3 millions d'mes et un territoire
qui s'tend sur un space de '18.833 kilomtres carrs offrant
peu prs le mme chiffre d habitants et une surface tant soit peu
plus vaste qu'Hati. Ce pays, qui est 1o heures de nous en pa-
quebot, en moins d'un quart de sicle, est reli entire ses six Pro-
vinces par des lignes de chemins de fer. Dans les villes come
dans les plus petites bourgades, la circulation est facilite toutes
les heures du jour et de la nuit par des cars traction lectriques.
Cuba a su se mettre au courant et introdluire dans sa vie toutes
les manifestations de la civilisation moderne: Universits, Muses,
de nomb-eises bibliothques publiques, de beaux thtres; rien
n'y manque Quant sa capital, la Havane, et srs environs: Vedado,
Marianao, etc ils sont devenus,- par l'architecture et la symtrie
de leurs jolies constructions, par leurs longues et attrayantes pro-
menades, par l'arrangement artistique des rayons de leurs beaux
magasins, par le chic et les meurs policies des habitants, -- des
endroits splendides. Prado avec ses statues ses fontaines monumen-
tales, ses arbres ornementaux, son petit jardin des plants est, sur
prs d'une centaine, une place charmante, trs anime et trs gaie
qui se dresse au cour mme de la Havane. Oreilly, Obispo, San
Raphael sont dts rues qui font penser certain coins de Paris.
La Havane est mieux claire l''ectricit que beaucoup de
villes europennes; elle est plus propre, plus lgante, plus hygi-
nique, mieux entretenue que certain quarters de New York.








PRFACE


L'histoire de l'volution d'une voisine aussi intressante, au
moment o nous sommes aux prises avec les ncessits les plus
accablantes, doit attirer notre attention Rserves faites des
autres activits qui n'offrent pas moins d'attraits, une tude syn-
thtique en ce qui concern- le dveloppement de l'enseignement
populaire Cuba et son statut juridique international s'est natu-
rellement de ce chef impose notre esprit. Ayant sjourn assez
longtemps la Havane pour causer avec ses hommes politiques,
feuilleter les documents officials, il nous a sembl avoir sur ces
deux questions, pour nous essentielles, des donnes assez prcises,
une vue d'ensemble claire et nette pour les offrir la mditation
et au jugement des hatiens de bonne volont.
Aucun pays voisin, en cet ordre d'ides, n'a corquis si -profon-
dment notre sympathique admiration.- A la civilisation mill-
naire de l'Europe, on n'en saisit pas toujours les nuances et le raf-
finement; au colossal des E'ats-Unis du Nord, les proportions gi-
gantesques nous dpassent et parfois nous chappent; mais dans le
cercle restreint d'un progrs cubain, il nous sera plus ais d'en
suivre les tapes, d'en comprendre les beauts naissantes, d'y es-
sayer des applications heureuses. Cuba, par son agriculture
florissante, par la valeur considrab!e de sa balance commercial,
surtout par la vulgarisation de son enseignement populaire, et
nous ajouterions, sans nuire au credo politique de personnel, -
par son organisme de droit international, est, dfaut de mieux,
un magnifique example imiter.
V. GERVAIS















LeD vN oluemen t l 'EClseiaigne ltPopIla)ire bali




CONSIDERATIONS GNRALES

Ls prob'me de l'enseigtnement pjimaire, d'une faon g-
nrale, est peut-lie l'un des plus ardus, des plus dlicate et
des plus difficiles solutionner, mme dans les pays, -'quel
curieux anachronisme,- o les hommes affichent avec clat
et grandiloquence sur toutes les pancartes et toutes les
tribunes des ides rpublicaines ou dmocratiques. Cet en-
seignement, dans les pays mme vieille civilisation, a trouv,
avant de se dvelopper, de timides et hypocrites partisans et
des adversaires retors et franchement convaincus de son inef.
ficacit.
Pour ne citer que la France, notre conseil're et notre
nourricire intellectuelle, on relve que, si la troisime R-
publique, aen crant l'enseignement primaire, a por' l'ins-
truction jusque dans les plus lointains hameaux et assur
le lendemin de l'cole, en provoquant l'organisation, sur
toute la surface du territoire, des course d'adiultes, des con-
frences, des lectures du soir et des bibliolhques populaires
qui sont l'un des moyens les plus actifs de moralisation et de
perfectionnement social, par contre, on suit, avec quel ma-
laise! les dboires et les vicis3it ides subies par cet enseigne-
ment avec le Second Empire, li Restauration et plus laid,
en 1833, avec l'indiffrence du Parlement de la Monarchie

(*) Cette tude a t lue, sous forme de conference au lyce
Ption, la socit de Pdagogie, en sa sance du 30 mai 1920.








DVELOPPEMENT DE L'ENSEIGNEMENT


de juillet et mme l'hostilit des gens de la champagne, mal-
gr les efforts dsesprs de Guizot.
& Nos enfants seront ce qu'ont t nos pres, rpondaient
les gens de la champagne en France, quand on leur parlait
d'ouvrir des coles: nous avons mang du pain sans savoir
lire et crire, nos enfants front come nous. Dans le vaste
pays des steppes, n'est ce pis Catherine de Russie qui a eu
dire son ministry de l'instruction publique qui lui prsen-
tait un programme d'ducation populaire: prenez garde,
Monsieur, le jour o les peuples s'instruiraient, ni vous ni
moi ne resterions longtemps en place .
La Russie qui a continue maintenir le people dins I'i-
gnorance a sombr honteu'ement dans l'anarchie et le bol-
chevisme.
M.m ch-z noua, aprs des s;Ales qu'elles ont t expri-
mes, les ides de C therine d, Russie out fait foi tune. Nous
n'avons pas pu nous soustraire ces ides rtrogrades, elles
y ont trouv des adhrents irrductib'es, pirmi surtout des
politiciens et de faux intellectuels.-- L'ignorance chez nous
est la rgle et le savoir l'excep'ion. Et des homes spculent
sur l'ignorance, ils craignent, hlas! dans l'troitesse de leur
jugement, que le petit campagnard ou l'enla' t du garde-ma-
gasin instruit ne leur enlve une police mal assure, parce
qu'acquise plutt par une propagande intresse faite autour
de l-,ur personnalit douteuse qu'aucun savor ne justifie. Dans
leur galimatias ou leurs lautes tudes (le fond, dans leurs
discours rabachs ou dits avec esprit, ils crivent et prorent
au nom et pour des milliers de gens qui les coutent et ne
les entendent pis, qui regard.nt en aveugles l's livres et les
journaux. Ils parent des sourds et demandent des aveu-
gles de distinguer le jour de la nuit.
L'oeuvre qu'ils difient est impossible. Travail de P-
nlope! Tonneaux des Danailes! Les constructions les plus
belles qu'ils dressent s'croulent toujours. Le vent de l'igno-
rance passe et balaie tout. Ils blissent sur du gravier; le
monument (st sans base; car le roc pour leurs constructions,
serait certainement l'enseignement primaire qu'ils refusent
systmatiquement au people. Que peuvent l'arme, la police,








POPULAIRE A CUBA


gardiennes des institutions sociales d'un py, si elles sont
composes d'lments informed, inconscients de leurs droits
et de leurs devoirs? Elles s'gaitEont dans la routine pour dis-
paratre come en Russie et comme chez nous dans l'anar-
chie. Elles ne peuvent que crer la faillite de la dmocralie.
C'est par l'enseignement populaire qu'il faut commencer;
c'est par l'enseignement populaire que le progrs natra et
durera.- Le mal tant ainsi constat, il appartient toutes
les units sociales agissantes et dirigeaotes de coordonner
leurs efforts en vue d'y remdier.
C'est une obligation et un devoir aussi bien pour ceux
qui le dsirent que pour ceux qui doivent le distribuer de le
donner quand mme . L'chelle est trop large entire le people
instruit et la masse ignorante. Que l'on se dcide enfin
crer des chelons plus rapprochants par une diffusion plus
grande de l'enseignement primaire. Il y aura ainsi, entire nous
et nos frres incultes et ignorant., plus de sympathie. - Car
cet enseignement de l'cole primaire a ceci de particulier
qu'il ralise la devise de la dmocratie: Egalit, Fraternit
Tous, les enfants du hoquetoa du miiiistre, du campa-
gnard, de l'ouvrier, du porte-faix, de la cuisinire, du garde-
magasin, comme ceux du Ministre, du Prsident de la Rpu-
blique, du grand propritaire, du patron ou du maitre, de
l'avocat ou du mdecin, sont groups dans une mme salle
d'tudes, travaillant en commun, jouant ensemble. Eufai.ts
d'une mme Rpublique, ayant la mme origine, ils appren-
nent se connatre, s'aimer, tre des camarades, au lieu
d'tre des frres ennemis.
L'idal, je crois, pour rpter le mot d'un grand franais,
-sera de runir pendant un certain temps tous les jeunes en-
fants sur le banc de la mme cole primaire; ainsi, ils pui-
seront dans cette vie en comomun une confiance et une affec-
tion rciproques qui, dominant la diversity des origins so-
ciales et des couleurs et la diversity des opinions, les rap-
procheront et front tomber des prjugs et des barrires
qui sont pour la nation hatienne une cause de division, de
faiblesses et de malentendus regrettables.
L'enseignement primaire Cuba n'a pas chapp tous ces








DVELOPPEMENT DE L'ENSEIGNEMENT


altermo!ements, toutes ces indcisions pour aboutir enfin,
un dveloppement heurenx et mthodique. Il a connu toutes
les tractations, tous l ments dangereux auxquels est actuellement en butte notre
enseignement populaire.





POQUE ESPAGNOLE

Pour mieux saisir l'organisation actuelle des coles Cuba,
il est intressant de suivre les tapes successives par les-
quelles cet enseignement a pass aux diffrentes poques es-
pagnole, amricaine et cubaine, pour atteindre ce rsultat
ncessaire.
A l'poque la plus ancienne de l'histoire de l'organisation
de l'enseignement primaire Cuba, laquelle un observateur
attentif puisse remooter, c'est--dire au temps du rgime co-
lonial espagnol il a t constat, comme cela s'esl vu en
France et se remarque encore chez nous, une prfrence
loujours grandissante, dmesurment accrue, accorde aux
coles secondaires et suprieures, aux dpens des coles pri-
maires;
C'est que les peuples d'origine latine ont une supreme af-
fect'on pour l'lgance de la phrase; de l, cette tendance a
cr au dnbut de leur existence une aristocratie intellectuel-
le, manieuse de mots prcieux et savants plutt que d i-
dea, au sein des masses populaires vgtant dans l'igno-
rance.
Ce dfaut de mthode et de proportion, le manque d'inti-
mit plus rapprochante entire les diflrents groupements so-
ciaux produisent un chaos qui amne une faillite certain,
si l'on n'y change de voie.
Eu gnral, si ce n'est des instincts spontans qui surgissent
pour dtourner le people daas cet entranement dsas-
treux, il faut malheureurement esprer les duties leons que








POPULAIRE A CUBA


crent des vnements aussi cruels qu'inattendus qui viennent
dsiller les yeux et faire reconnaire la fausset du systme.
C'est ainsi que dj vers 1720 pour une population qui
comptait peine 150 mille mes, Cuba, avec la Mtropole es-
pagnole s'enorgueillissait de possder l'Universit Royale de
la Havane, des Sminaires, des Couvents o l'on tudiait
le grec, le latin, la philosophie, le droit, la mdecine. Toutes
ces coles suprieures souvent cherchaient leur clienlle hors
de Cuba, puisqu'il n'y avait l pour les alimenter, que quel-
ques rares coles primaires composes peine de 5 630 en-
fants entretenus uniquement par des particuliers.
Plus d'un sicle s'est coul laissant le pays croupir en cet tat.
Ce n'est qu'en 18!6 que le Gouvernement espagnol, abusant
bien entendu des fonds municipaux, tenta un essai d'organi-
sation. Mais, malgr tout, la lacune tait loin d'tre comble.
Sur une population devenue prs d'un million d'habitants le
nombre d'enfants l'cole n'tait que de 1 pour chaque 200
habitants.
En 1851, l'lle qui versait annuellement la Mtropole une
rente de 14 millions de pesos, n'a pu avoir, grce encore aux
efforts des particuliers et de la Municipali', que seulement
200 coles primaires avec une assistance de 9 mille enfants
des deux sexes, don't 8 mille 500 blancs et 500 petits noirs.
Il y avait l une injustice social fire cesser. Une rforme
complete, radical, de l'instruction populaire, en rapport avec
les moyens conomiques du pays, s'imposait. Des journalists
ont pos la question devant l'Espagne en conseillant des me-
sures viriles et pratiques.
Pour faire semblant de raliser des actes, 1Etat, pour la
premiere fois, plaa sous sa direction et son contrle bon
nombre d'coles qui taient sous la surveillance et la direc-
tion de l'initiative prive.
L'augmentation bien peu sensible des moluments des
matres d'coles, une surveillance plus active pour la fr-
quentation scolaire produisirent de faibles effects. La moyenne
d'assislance scolaire se dplaa. La population qui tait alors
d'un million et demi d'habitants envoya maintenant l'Ecole








DVELOPPEMENT DE L'ENSEIGNEMENT


un enfant pour chaq.ie cent habitants. Cc ne fut pas encore
l'idal !
Les timides efforts tents sans mthode n'ont pas pu donner
de rsultats clatants. Les abus et l'esprit de routine persis-
trent.
Dix annes avant la guerre de l'Indpendance, l'Espagne,
harcele par une champagne de press mene habilement en
faveur d'une plus grande diffusion de l'enseignement, eut l'air
de crer une cole normal pour la preparation de matres r
d'coles, o il serait enseign l'criture et la lecture, la reli-
gion, la morale, la langue espagnole, des notions de latin, de
littrature, de posie, de rhtorique, de gographie, d'histoire
gnrale, de dessein, d'agi culture, d'algbre, les sciences na-
turelles et la pdagogie.
Maie, aprs des sicles de pitinement, la loi mme qui
donna ce simulacre d'cole normal dbuta par une mons-
truosit social. Elle fut immorale, anti-dmocratique; car,
en crant de nouvelles coles, en les organisant sur des
bases plus pratiques, elle commit la supreme injustice de d-
clarer et de rendre l'enseignement populaire, dans un pays
de ngres, obligatoire seulement pour les petits blancs, mais
hlas! facultatif pour les noirs.
Contre cette nouvelle injustice, des cris de protestation
partirent de toutes parts.
Enfin, au moment o le vase trop rempli menaait de d-
border, o l'difice vermoulu faisait mine de craquer, une
anne avant qu'clata la guerre de l'Indpendance, l'Espagne
pensa bien tardivement imposer certaines innovations r-
formatrices. Ce fut rellement tard, mais le besoin de s'ins-
truire tait ce point intense chez ce jeune people que pour
1500 coles communales et prives tablies vaille que vaille
coltant 30 mille pesos par an, il y avait une brusque frquen-
lation de plus de 50 mille enfants.
Un matriel insuffisant et dmod, des maitres mal pays
et sans piparation pdagogique, des coles mal loges et
places dans des conditions peu hyginiques, telle tait la si-
tuation dsolante de administration scolaire l'poque espa-








POPULAIRE A CUBA


gnole Cuba; n'est-elle pas aussi pareille celle qu'offre
noire misre scolaire?
L'Espagne ne s'occupait donc ni peu ni prou de l'organi-
sation primaire dans sa colonie. Les communes et des parti-
culiers seuls en avaient les frais. Une population de 2 millions
d'mes ayant un budget de plus de 29 millions de pesos et
crase d'impts et de taxes de toutes sortes pouvait payer
son instruction primaire.
Les gouvernements espagnols ont toujours cru de bon ton
et d'une politique prudent de main'enir les populations co-
loniales qu'ils dirigeaient dans la plus complete ignorance.
L'essai a t toujours dsastreux. Ces populations ainsi abties
demandrent grand cri, Cuba la dernire, avec un peu de
l:bert, plus de lumire.
Le matre ddaigna l'appel de l'esclave et la bte non-ap-
privoise brisa un jour ses chanes.
Ainsi s'est croule l'omnipotence espagnole pour avoir re-
fus l'enseignement populaire la masse cubaine; de mme
s'effondreront les plus belles institutions, les plus beaux pro-
jets qui n'auront pas leur base la plus grande diffusion de
l'enseignement des masses populaires.
C'est a cette dbacle que doit infailliblement aboutir tout
gouvernement obscurantiste.





POQUE AMRICAINE

Tour--tour espagnole et yankee, agite souvent par la
lutte de deux amricanismes, l'histoire de la perle des antilles
a t une longue experience politique, disait Mr Garcia Gal-
deron. Son rsultat: le succs de l'une ou de l'autre mthode
signifiera l'excellence ou l'incapacit des latins d'Amrique
dans l'art d'organiser un Etat et d'instituer une Rpublique .
Dans cas batailles la guerilla livres sans trve ni merci
contre l'Espagne affaiblie, Cuba, das u.ne belle attitude de








12 DVELOPPEMENT DE L'ENSEIGNEMENT

fiert et de patrio!isme raisonn, attendait son crois, son
Lohengrin: les Etats-Unis remplirent ce rle. Attentifs aux
affaires de l'lle, ils ngocient une intervention avec des agents
non officials; et New-York est le port des expeditions de fli-
bustiers. Les pripties de cette champagne yankee dirige
contre l'Espagne sont connues, de l'explosion du Maine, dans
les ctes de l'ile au trait de Paris. Une fois leur rivale vain-
cue, les Yankees vont-ils donner Cuba cette liberty tant
souhaite? Puerto Rico est conquis, Cuba n'obtient qu'une
bien mdiocre autonomie .
Le trait de Pari., qui mit lin la guerre hispano-amri-
caine, enleva Cuba l'Espagne pour la placer sous la tutelle
amricaine.
Quel r6!e efficace cette occupation a pu valablement jouer
dans la besogne de dveloppement, de dgrossissemetit in-
tellectuel des masses populaires Cuba?
Commenant par le commencement, (pourquoi n'a-t-on
pas ainsi procd en Haiti), l'oeuvre entreprise Cuba a
t excellent, admirable, pleine de succs.
L'occupation amricaine a eu le mrite particulier d'avoir,
comme elle le fit Port-au-Rico, Panama, aux miles Hawa,
transform l'enseignement primaire chez notre voisine. Elle
y a dtruit ce qui tait dsuet et surann. Les bones initia-
tives ont t encourages, le nombre des coles augment.
Assainir les villes, instruire le people, les'deux prcieuses
hygines de la sant et de l'esprit proccuprent bien vive-
ment nos yankees.
Tout un systme nouveau d'organisation scolaire que les
cubains plus tard merveilleusement dvelopprent, fut cr.
Les coles nagure dlaies es par l'Espagne commencrent
jouir d'un contrle plus svre, d'une surveillance sinon
plus intelligence du moins plus active.
L'abandon des coles a t tel, que l'amricain dt aller
au plus vite sans nullement se soucier du choix, pchant sou-
vent par excs de bonne volont.
Les anciens inspecteurs, paresseux et candides rounds de
cuir toujours crtinisant dans les paperasses des ministres,
rdigeant des rapports fastidieux et dans une langue douteuse








POPULAIRE A CUBA


sur des constatations qu'ils n'ont pas faites, se contentant au
total d'un i e perptuellement bureaucratique, ont t balays.
Les coles furent alors places provisoirement sous la sur-
veillance et le contrle, d'abord d'officiers amricains. -
Comme ces derniers n'entendaient presque goutte dans une
matire aussi delicate, on dut borner leur lche constater
seulement les prsences et les absences; par contre, ils n'-
taient astreints donner aucun rapport scientifique sur des
questions techniques; pareille besogne fut laisse aux soins
intelligent des spcialistes amricains ou cubains.
Ce qu'il faut retenir, c'est que le service des prsences
tait svrement contrl par ces officers.
Ce fut manu military qu'ils livrrent la guerre l'ignorance.
Enfants de la vile ou de la champagne, troitement surveil-
ls par des gendarmes, taient durem3nt frapps en cas d'ab-
sences de l'cole et les parents responsables plus durement
punis encore.
Plus tard, quand on s'est repris et sous la pousse des cri-
tiques provoques par la violence des measures prises, on d-
cida d'amener dans la rforme un systme plus scientifique.
Ainsi, on remplaa les officiers-inspecteurs d'coles par une
organisation nouvelle de surveillance et de contrle.
Des technicians et de vrais pdagogues cubains, amricains
et espagnols remplirent, des titres divers, ce rle: Junta
de education > ou conseil d'ducation, inspecteurs des coles
pour l'enseignement primaire, inspecteurs d'enseignement
secondaire, inspecteurs d'enseignement suprieur, inspec-
teurs spciaux, inspecteurs pdagogiques, superintendent g-
nral des coles, superintendents provinciaux, cJunta de los
superintendantes ou conseil des superintendents. C'est tout
un corps d'inspecteurs qui ont eu s'occuper des coles avec
des attributions bien dfinies suivant des ordres ou rgle-
ments de l'Occupation amricaine >.
Avec la nouvelle administration, il n'y eut plus d'coles
communales vivant, peine, de maigres subventions et de la
charit publiques; elles firent place des tablissements
mieux entretenus, pays comme les nouveaux matres d'-
coles aux frais de l'Etat.








DVELOPPEMENT DE L'ENSEIGNEMENT


Tout fui mis en ouvre pour exciter, dans les centres ruraux
surtout, une plus grande frquen'ation scolaire. L'occupation
militaire imagine l'ingtlieux ,y-tme de payer les maitres et
professeurs, non suivant un prix invariable, fix dans le bud-
get, mais par ttes d'lves. Le salaire des matres diminuait
ou augmentait en proportion des prsences constates dans
la classes.
En sorte qu'ils avaient le plus vif intrt mener la pro-
pagande la plus active en vue d'avoir la plus nombreuse cli-
entle possible.
Le vieux systme tout--fait dsastreux qui consistait im-
proviser des maitres d'coles employs par les espagnols, et
en usage chez nous, fut mis de ct.
Ces vieux matres sans preparations pdagogiques, n'avaient
ni titres, parfois ni science et allaient professor sans plan ni
mthode. Ce fut un grand danger.
Comment y parer? Par quels moyens effectuer sans heurts
et sans provoquer des mcontentements la rforme ncessaire
des maitres d'coles?- Licencier en masse tous les profes-
seurs! Par qui donc les remplacer, puisque leurs successeurs
seraient aussi sans preparation et sans titres pdagogiques?
Et puis encore les licencier causerait des prjudices immen-
ses aux enfants qui se verraient privs de l'cole pour plus
S de deux annes. Le mieux serait alors d'tablir sans retard
des coles normales? Mais ce fut encore difficile! O trouve-
rait-on du jour au lendemain pour ces coles normales des
pdagogues dip!ms pour prparer les matres d'coles?
Enfin, comment l'amricain procda-t-il, sans froisser des
droits acquis par de vieux instituteurs, quoique sans titres,
qui n'avaient pas moins, autant par bonne volont que par
patriotism, rendu de grands et rels services au pays?
11 m'a sembl que le mme problme s'tait pos sous le
ministre de Mr Dants Bellegarde et se pose encore cheznous
pour le recrutement de nos matres d'coles? A-t-il trouv en
Hati une solution efficace et quitable? J'en doute.
Dans tous les cas, le grand conseil des superintendents
amricano cubain trancha d'une faon lgante la difficult.
Il dcida par ordre militaire qu'au lieu d'tre mis pied,








POPULAIRE A CUBA


ces vieux instituteurs deviendraient professeurs-lves la
fois.
On refusa de les congdier. En retour, ils devaient, sans
tre distraits de leurs occupations de professeurs, se plier
une discipline nouvelle, tre aus i lves en apprenant, sui-
vant des course organiss leurs intentions, ce qui tait n-
cessaire pour en faire des matres diplms.
Il a t organis pour les professeurs-lves des course nor-
maux du soir, aprs le renvoi des classes et des course nor-
maux de huit semaines-qui se faisaient en t l'poque des
grandes vacances, sous forme de conferences.
L'entretien des sales de course et le salaire des confren-
ciers qui recevaient cinq dollars par conference taient pays
par les maitres lves eux-mmes. Ils versaient 6 ou 3 dol-
lars par mois de course suivant qu'ils gagnaient 75 dollars ou
moins de 75 par mois.
L'obligation d'assister au course fut formelle, la pnalit
trs dure: les maitres-lves avaient choisir entire leur pr-
sence rgulire aux conferences qui est vote ou leur rvo-
cation pour deux absences.
En outre, avec la nouvelle organisation, ils devaient signer
un nouveau contract les habilitant professor seulement deux
annes. Ce contract temporaire sera renouvel pour devenir
dfinitif quand les professeurs-lves, suivant leurs aptitudes
constates par examen, auront acquis le diplme de pdagogie.
Ces course ou conferences qui sont dvelopps par des pro-
fesseurs diplms, des cathdraticoq ou agrgs ou par
toute autre personnel ayant des connaissances notoirement
connues offre un programme assez vaste qui se rpartit come
suit:
25 conferences ou course sur les mthodes d'enseignement;
13 conferences sur l'organisation des coles;
13 conferences sur la legislation scolaire;
16 conferences sur l'hygine scolaire;
12 conferences sur les maisons d'coles;
12 conferences sur le mobilier d'cole;
25 conferences sur la langue et la grammaire espagno!e;
20 conferences sur l'arithmtique;








DVELOPPEMENT DE L'ENSEIGMEMENT


20 conferences sur la gographie;
20 conferences sur l'histoire;
10 conferences sur le dessin;
10 conferences sur l'instruction civique;
12 conferences sur la gymnastique et les exercices physiques;
20 conferences sur la pdagogie.
Ces course furent tablis dans les capitals des provinces.
Tandis que les vieux instituteurs cubains se faisaient lves
pour s'initier aux nouvelles mthodes d'enseignement, le gou-
vernement militaire amricain en profit pour envoyer aux
E'ats-Uuis et en Espagne de nombreux jeunes gens tudier
la pdagogie, avec le formel engagement par eux, d'tablir
leur retour dans Cuba de vraies coles normales pour la pr-
paration des matres cubains.
L'occupation amricaine Cuba augment dans une forte
proportion le nombre des coles, les dota de mobilier moderne.
En une anne plus de 200 mille pupitres,tableaux noirs, bancQ,
fournitures et livres classiques furent achetq. Elle distribua
en quantit considerable ces livres classiques et des livres du
maitre aux enfants et aux professeurs pour plus de 100 mille
dollars. Elle difia de bones maisons d'coles, cra la sta-
tistique scolaire, promulgua une loi svre sur l'assistance
obligatoire, loi pareille la ntre en certain points, avec
cette difference marque, que, l-bae, elle est rigoureuse-
ment applique, ici elle est toujours nglige. Sous peine
d'tre jug et condamn de fortes amendes et la prison
par le maire ou le juge de paix don't les decisions en matire
d'assistance scolaire sont sans recours, personnel, pas mme
les pre et mre, n'a le droit aux heures de classes d'emplo-
yer, ni d'utiliser aucun titre que ce soit les services d'un
mineur qui ne sait ni lire, ni crire, ou qui ne donne pas la
preuve qu'il est a 'cole; la commune ne peut dlivrer sous
peine d'amende de patente pour le commerce ou une indus-
tr:e un jeune homme qui ne sait ni lire ni crire ou un
chef de maison qui tolre son service des travaiileurs ou
domestiques qui ne sachent lire.
Le movement d'organisation des coles se propagea dans
tous les confins du territoire cubain. Partout, le people de-








POPULAIRE A CUBA 17
manda vivement des coles, el partout o il y eut une popu-
lation de 500 habitants, on rpondit ses dsirs par l'tablis-
sement de deux coles.
En moins de deux annes, plus de deux mille nouvelles
coles primaires furent fondes et plus de trois mille institu-
teurs furent prpars. La matricule rvla entire les enfants de
5 15 ans sur une population gnrale de 2 million d'mes
renfermant une population scolaire de 500 miles mes,
265.742 enfants inscrits pour toute l'lle avec une assistance
rgulire de 200.474 enfants laissant loin le chiffre drisoire
de 30 mille inscrite du temps de l'administration espagnole.
De ce cbilfre de 200.474 qui vont l'cole, on y trouve
168.480 blancs et 92.262 noirs.
Le rsultat est immensment beau. L'occupation amri-
caine Cuba, commenant par le commencement, a russi.
Prparant pour Cuba une jeunesse sachant lire et ciire, ce
fut l, la base indispensable pour l'introduction des progrs
venir.
Elle a justement compris que le relvement des institutions
cubaines ne pouvait dpendre que de la distribution profu-
sion de l'enseignement primaire dans les masses populaires.
En effet, ceci fait, le reste a march l'avenant.
Quatre annes ont suffi pour crer une transformation com-
plte non seulement des coles mais des institutions en gn-
ral.
Que ceux qui ont la vellit ou le dsir sincere, avec cu
sans aide, d'difier une Haii nouvelle sur le moule de la Cuba
nouvelle commenenl aussi par le commencement. L'ignorance
d'un people, on ne saurait trop le rpter, est un dangereux
obstacle son advancement et l'panouissement ou au main-
tieo de tout progrs.


POQUE CUBAINE
Conseil Scolaire de Surveillance lu par le people
Quatre annes ont pass et l'occupation amricaine est
parties. Voil, notre jeune voisine, ainsi, elle seule livre. Va-








DVELOPPEMENT DE L'ENSEIGNEMENT


t-elle se contenter de ce qui a t fait ou comprendra-t-elle
la ncessit de poursuivre l'oeuvre commence?
Elle eut comme la fivre de s'organiser mieux encore, de
se dvelopper davantage et toujours mieux. L'lan tait assez
vigoureusement donn. Ce people devenu instruit tait plus .
en measure de sympathiser avec ses dirigeants.
Le bloc national solidement constitu entire les classes di-
rigeantes et les masses populaires par l'heureuse harmonie
que cre la diffusion de l'enseignement primaire fut m par
le mme resort assoupli, par la mme intelligence collective,
avertie et dsormais consciente des droits et d 's devoirs dans
la direction donner aux affaires du pays.
La masse informed aux ides parpillantes s'tait transforme
en une belle dmocratie. Tel est l'effet de l'enseignem,-nt
primaire.
Ainsi arms, les cubains, continuant l'oeuvre amricaine,
ont dpass leurs matres.
Le service d'inspection et de contrle eut des attributions
plus prcises, mieux dfinies. Une nouvelle statistique sco-
laire fut tablie.
Les divisions gographiques et administrative tant les
unes trop troites, les autres trop large, ne rpondant, par
consquent, aucunement aux fins d'une rpartition quitable
de l'enseignement populaire, ils a.loptrent la divi-ion de l'Ile,
au point de vue scolaire, en districts et en sous districts ur-
bains et ruraux de prem're et de deuxime classes. Par cette
combinaison, chaque ville ou centre rural qui possde trente
mille habitants ou plus forme un district de premiere classes;
les villes qui ont dix mille ou moins de tren'e mille devien-
nent des districts de deuxime clause; cells de cinq mille
habitants ou moins de dix mille sont des sous-districts.
Ils ont, en outre, par le trac de nouvAlles routes, par l'-
dification de nouveaux pueblos et barrios provoqus mtho-
diquement, sans coup, des centres d'agglomration dans
toutes les habitations rurales o les populations furent trop
dissmines. Et dans cheque centre de concentration ainsi
form de cinq cents habitants, suivant en cela l'exemple am-









POPULAIRE A CUBA


rfrain, ils y ont plac une cole de jeunes filled et une cole
de garon-.
En sorte que, dans un sous-district, il y a deux coles de
jeunfes filles et deux coles de garons au moins; et dans un
district de trente mille habilants il existed six coles de jeunes
filles et six coles de garons qui vont en s'augmentant avec
le nombre- d'habitants, sans computer les coles prives et les
coles spciales.
Ces ooles primaires sont diriges, surveilles et adminis-
tres par des agents divers de contrle tantt techn'ques,tan-
tt administratifs, tantt spciaux. El'es sont 10 p'acEes dans
chaque district sous le contr'e et l'administration d'un con-
seil d'administration locale dncmme Junla de education >.
Ce conseil scolaire ou dJunia de educacior est une ma-
nation directed du people; il exerce un pouvoir presque l-
gislatif et fait des actes d'autorit dans son district.
L'ide est nouvelle.
Le people cubain, au moment o se font les 'ections g-
nrales, nomme lui-mme, au suffrage universal, et donne
mandate aux personnel qui sont, par leur savoir et leur mo-
ralit, les mieux accrdites dans le district pour surveiller et
contrler son enseignement primaire.
Le rle de ce conseil, qui travaille gratuitement et don't les
membres au nombre de sept sont obligs de prter serment,
avant d'entrer en function, e:t fort restreint dans les villes;
par contre extrmement tendu dans les districts ruraux.
L, il nomme et rvoque les matres placs Fous son con-
trle, determine leurs appointments, adresse des rapports
mensuels et trimestriels sur la march des coles, sur la fr-
quentatioa scolaire, dresse chaque anne des cartes dtailles
de son district comportant les limits, les points de corcen-
tration et d'parpillement des habitants, le ch'ffre de la po-
pulation scolaire et la moyenne des p:sences, il exerce la plus
large surveillance dans les coles; il peut en fonder de nou-
velles et a pour devoir de conseiller les matres, de les di-
riger dans l'emploi des mthodes d'enseignfment et de pren-
dre- sauf en rfrer l'administration central, toutes me-
sures utiles en .vue d'encourager et de faciliter le dvelop-








DVELOPPEMENT DE L'ENSEIGNEMENT


pement des bonnes initiatives et de stimuler le plus possible
le zle des matres en les incitant l'amour du mtier.
La restriction dent est frappe son autorit dans les districts
urbains s'explique aisment par le nombre considerable d'ins-
pecteurs qui exercent aussi le mme contrle et la mme
Eurveillance dans les coles des villes.
En continuant l'numration du personnel de contrle, on
remarqne encore 2 les inspecteurs techniques ou pdagogi-
ques qui conseillent sur les mthodes les plus ducatives
employer; 30 les inspecteurs spciaux pour le systme de
Lloyd et de Kindergaten introduit par les amricains; 40 les
inspecteurs spciaux pour les exercices physiques; 50 les ins-
pecteurs mdicaux pour l'hygine gnral et l'hygine de la
bouche et du cuir chevelu en particulier.
Les functions de ces diffrents inspecteurs ne nuisent nul-
lement la besogne du conseil d'ducation; au contraire, par
un arrangement bien ordonn, elles s'harmonisent dans l'in-
trt suprieur de l'enseignement de la masse.
Dans les districts ruraux, s'il n'y a pas ce cordon d'ins-
pecteurs, on y voit cependant le conseil d'ducation et des
inspecteurs spciaux mission tem poraire qui sont pays par
journe de travail et don't le mandate cesse avec le rapport
qu'ils adressent au superintendant.- La Direction central,
sjournant dans des villes trs loignes des centres ruraux,
est oblige, en l'absence des inspecteurs spciaux qui ne sont
que de passage, de dverser toute son cticn sur le conseil
d'dacation.
L'autorit du conseil d'dlucation-, quoique trs tendue,
avons-nous di', n'est pas cependant sans limits. Elle est
contre balance par celle du Directear scolaire du diti ict ru-
ral, personnage lu aussi au suffioge universel qui a le droit
d'cxercer auprs du conseil un vritable pouvoir excutif.
Il oppose, quand les decisions priscs lui paraissent inappli-
cables, parce que contraires aux rglements et aux loi-, ou
de nature nuire l'ens-ignemenl, un droit de veto, jusqu'
ce qu'en dernier resort l'administration suprieureen dcide.
Le conseil d'ducation ou Junta de ducacion a, sous cer-
tains rapports, des apparents fort sensibles avec le Conseil








POPULAIRE A CUBA


des notables , vieille institution cre par no're rgime co-
lonial que l'Empereur D3ssalines avait reanplac par nos com-
mandants de Place et que Boyer, plus taid, ressuscita; mais
il diffre de li Jutiia de education autant par le mode de vo-
mination de ses membres que par la diversity de ses attribu-
tions qui le faisait considrer comme le reprsentant du gou-
varnement pri de nos sections rurales que celui du people
prs des districts. L'organisation est essentiellement diffrente.
Ce systme de confier le maniement et l'administration des
coles primaires surtout rurales une corporation locale,
des reprsentants de districts lus par le people, tout en se
rservant un droit de con'rle et de direction technique dans
1 s administrations centrales est, notre humble avis, une
faon bien pratique de crer entire les divers districts sco-
laires une certain mulation et d'obtenir surtout que chaque
localit senate pour le dveloppement de sa propre euvre un
certain intrt, un certain orgueil. Chaque pueblo est cons-
tamment aiguillonn par le besoin de dpasser le pueblo voi-
sin. Daos cette petite lutte courtoise, c'est la cause de l'en-
seignement qui en profit.





Le Service d'Inspection

Une hirarchisation admirable, une ordonnance parfaite
president dans ce cordon d'inspecteurs, marquant ainsi l'ten-
due, la limited et le degr d'autorit don't chacun est revtu.
Si tous sont gardens fidles de la discipline et excuteurs
sv es des rglements pdagogiques, il ne faut pas cependant
que, par un m t que d'ordre, glisse dans leurs relations qui
doivent tre toujours cordi:les uie certain confusion d'at-
tributions, sources de conflicts viter en une question aussi
delicate; pui-que, seule, la discipline imposer aux enfants
aurait en souffrir.
C'est pour raliser cette harmonie ncessaire dans le Eer-








DVELOPPEMENT DE L'ENSEIGNEMENT


vice qu'au-dessus du conseil de la Junta de educaciona ses
placent les diffrents inipecteurs des coles primaires don't
nous avons dji parl et qui effectueront une besogne rel-
lement pdagogique prs des coles: ils sont souvent astreints
sjourner dans les classes, au moment des course, pour,
su-ivre l'emploi des mthodes en usages et donner des con-
seils aux matres, si c'est ncessaire.
An-dessus des inspectrurs primaires, se trouve la superin-
tcodance, laquelle comprend le Superintendant gral des
coes, personnage attach au Dpartement de l'Instruction
publiqu-, gnralement c'est un cathedratico ou un doc-
teur -sciences ou i-lettres qui, en raisoa do ses connais-
sanc.s trs tendues ei p.ligogin, est choisi et devient le
premier conseiller du ministry pour les questions techniques,.
Il a ,so s ses ordres, outre les simples inspecteurs, les super-
in4endants.provinciaux ou dparlemenlaux qui sont les con-
trleurs et administrateurs en chef de toutes les coles dans
les villes de province. Ils suivent la march des.tudes et,
ont, sous leur contrle, deux cents six cents moatres.et pro-..
fesseurs qui ils indiquent les mthodes nouvel'es d'ens .
gnement et en surveillent l'application.
Enfin, au-dessus d'eux tous, trne, la grande Junta de los
superintendentes ou le grand Conseil des Superintendants
compos de six superinteudants dpartementaux et du supe-
rintecdant gnral, sous la haute direction et prsidence du
Ministre de l'Instruction Publique.
Les attributions de ce haut conseil scolaire consistent,pour
ne ciler que quelques unes, a Iresser des circulaires aux ins-
recteurs, s'occuper d'une faon scientifique des questions
pdagogiques, introduire dans les coles les nouvelles m-
thodes d'enseignement cn usage dans les pays les plus avan-
cs; dresser des plans ou proje's sur l'organisation des
coles en vue d une meilleure rpartition de l'instruction
dans ; les districts; laborer des programmes et des plans
d't-les, examiner et donner leur approbation aux bons
lives classiques en facilitant leur adoption dans les coles et
en provoquant par une propaganda intelligence la nationali-
sation des livres d'auteurs trangers; prparer des ques-








POPULAIE A CM1A


tions d'examons, des contracts entire les maitres, professeurs,
particuliers et l'Etat, etc.
En principle, les superin!endan's sont appels mener une
vie trs active dans les coles, chercher constamment'
amliorer la double situation matrielle et intellectuelle dies
maitres, de faon les placer dans les meilleures conditions
possibles pour remplir leur devoir -envers les enfants, avec
tenue et competence.
Ces diffrents organes d'irspection sont obligs, trimes-
triellement et annuellement, d'adresser des rapports circons-
tancis et dtaills au Dpartement de l'Instruction publique,
sounipeine de perdre, sans avis pralable, leur mois d'ap-
-pointements correspondent au mois o le rmppoit dut'-tre
adress; en cas de rcidive, ils en percent trois; et si (uie
troisime fois ils commettent la mme faute, ils sont consi-
drs comme dmissionnaires et doivent tre remplac?.
-Les organisateurs-cubains ont mis de ct le'systme h!if
-des confrences 'd't o-i course normaux -de:six senmaints
-adopts par les amricains. Ils l'ont remplac avantageuse-
-ment par de vritables coles normales bien-pourtues et-b'en
diriges par des pdagogues diplms des universits alle-
-mandesamricaines, espagnoles ou cubaines.
Il est pnible de constater, devant les rapides succi-obte-
lus par les cubains, qu'en Haiti, en dehots d'ube cole nor-
-male de jeunes filles qui donne des rsultats marveilleux, il
n'y a ni cole normal pour la preparation des matres, ni
-cours normaux(*). Cependant,depuis quelque temps,avec la
-loi Bellegarde, on a contract la fcheuse habitude de 1dli.
vrcr des diplmes do pdagogie des jeunes gens qui n'otit
tudi cette science en nulle cole'et qui, au comble de
ridicule! subissent des examens devant des e-xaminait-Ds
non-diplms en pdagogie. Comme c'est rigolo !
Les conferences ou course d't obligatoires l'poque am-
ricaine sont devenus aujourd'hui simplement facultatifs, et
sont donns par des professeurs d'Universit titre gratuit.

(*) L'Etat hatien vient rcemment de passer un contract avec
les Frres de l'Instruction chrtienne qui se sont engags nous
-prparer des matres d'coles.








DVELOPPEMENT DE L'ENSEIGNEMENT


On a abandonn le systme amricain de'payer les maitres
par tte d'lves pour provoquer une plus grande clientele
scolaire. Les rsultats obtenus par les cubains au point de
vue de la frquentation dans les coles primaires sont ce
point clatants que l'Etat leur chiffre des appointments qui
sont d'avance, comme chez nous, fixs au budget, lesquels
varient entire 75 150 dollars par mois, avec la faveur sp-
ciale, ce .qui est une innovation heureuse et essentielle-
ment cubPine, d'une augmentation de cinq dollars par
chaque cinq annes de travail conscutif dans les coles. La
rforme a t gnrale, complete, elle a entam non seule-
ment tout le corps professoral et l'inspectorat, mais a modifi
jusqu'au personnel administratif du ministre de l'instruc-
tion publique et des bureaux d'inspection.
Une formation professionnelle solide, des aptitudes relles
et en rapport la situation nouvelle taient exiges.
Les anciens employs choisis au hasard d'une recomman-
dation tait le plus souvent mal prpars pour saisir les d-
licats problmes de l'enseignement et en dmler les compli-
cations. On a d faire appel un personnel mieux styl, com-
pos de licencis en droit pour le contentieux, de mdecins
pour l'hygine, de diplms en pdagogie et d'hommes rompus
l'enseignement pouvant par leur savoir remarquable et sp-
cial s'occuper, avec une certain aisance,de toutes les questions
de pdagogie, de mthodologie, d'organisation scolaire deve-
nues palpitantes d'intrt.- Arrire l'ignorince, le favoritisme,
la flatterie! Ainsi, avec des comptences solidement che-
lonnes toutes les avenues, l'unit, le srieux se sont iniro-
duits dans administration scolaire cubaine.
Sous cette magnifique pousse, toutes les vieilles prten-
tions sont tombes d'elles-mmes pour faire place aux con-
ceptions nouvelles.
$*

Professeurs Inamovibles

c On a tort de croire que l'cole ne sert qu' distribuer le
savoir. Son but est autrement noble: il consiste duquer








POPULAIRE A CUBA


l'enfant, en faire un hom ne de bien. On oublie trop que
l'instruction n'est qu'un moyen d'exercer et de meubler l'ir-
telligence. -Mais l'homme vati tant par la rectitude de son
jugement et la puisssnce de sa pense que par ses actes.
A ce titre, la volont est sa facull matresse. A quoi sert
de nourrir dans son cetveau dc beaux projects, s'il n'a pas la
volont de les excuter? A quoi bon possder la no'ion exact
du bien et du mal, si la force nous manque de rdister aux
suggestions mauvaises?
Donc, ct du travail intellectual, le matre doit aiguiller
la volont, encore indcise de l'enfant vers le bien, crer en
lui l'esprit de discipline. Le plus bel example offrir est
l, dans le maintien de l'ordre dans les classes, sans brutalit
comme sans faiblesse.
Ce rsultat ne peut s'ob'enir que par l'ascendance cons-
tante, plus morale qu'intellectuelle, qu'il aora exerce sur
l'enfant.
Qu'il prenne garde cependai t! car l'empreinte bonne ou
mauvaise qu'il aura ainsi laisse en cette jeune me y influera
dsormais,jusqu' dterminer souvent sa russite ou ses in-
succs dans la vie.
Dans cette vaste rforme de l'enseignement populaire
Cuba, les matres d'coles ont gagn en prestige, ils tont au-
jourd'hui entours d'un tel respect, d'une telle-dfrence affec-
tueuse de la part des populations qui ont fini par avoir con-
fiance en leur savoir, qu'ils se sentent l'aise et largement
encourager pour bien faire.
Le matre d'cole cubain ainsi respect arrive avoir p!us
de prise pour exercer avec succs sur la condition morale de
l'enfant, don't nois avons plus haut pos les principle une
action ducative plus nergique et plus soutenue, aussi po-
sitive qu'efficace. De l, nat dans les classes une ncessit de
perfectionnement, d'amlioration, laquelle tant le produit
de- l'ducation, permet d'arriver, en tudiant la psycholcgie
de l'enfant, sa petite mentality, en envisageant le milieu am-
biant de sa famille, obtenir dans ses coles une discipline
merveilleuse moins par la violence qu'en exerint toujours
sur le sens ducatif de l'enfant des suggestions heureuses.








DVELOPPEMENT DE L'EaSEIGNEMENT


L'enseignement populaire qui.se donne Cuba-est positif,
utilitaire, il tend armer le jeune cubain pour les luttes de
la vie, pour la concurrence qu'il aura soutenir contre l'-
tranger, faire de lui un patriote cubJin.
Aussi, on done, dans les programmes des course, pour
raliser ces fins, une place bien marque aux hymnes et aux
chants nationaux qui commencent les classes, aux manifesta-
tions et aux plerinages certaines poques dans les endroits
historiques et sur la tombe des grands cubains, une place
aussi marque est accorde au travail manuel, au dessin,
l'art en vue du perfectionnement de l'ouvrier future; la gypm-
nastique, aux exercices physiques pour la preparation du sol-
dat de demain, tablissant ainsi un rapport, une,intimit
troite entire la culture intellectuelle et la culture physique.
Cet enseignement primaire se divise en cinq degrs, comme
.nous divisns lIp itre en course lmentaires, en cours:mo-
yens et en course suprieurs et complmentaires.
La mthode de lecture n'est pas individuelle comme elle est
-enseigne dans la\plupart de nos coles laques; mthode fa-
tigante pour le matre qui n'arrive jamais en une here
fire lire tous les enfants, celle adopte est plutt collective,
suivie par nos coles congrganistes.
En dehors de la lecture qui forme le premier degr-et o
l'on fait appel aux facults sensorielles de l'enfant, les autres
degrs offrent dans l'enseignement pn caractre explicatif,
interrogatif, aid de nombreux exercices pratiques, d'excur-
sions gographiques, de promenades historiques.
Il est bon de fair observer que le service ides coles, tel
qu'il-est organism, a une certain tendance,saul pour, es ques-
tions administrativeset caractre pci.niaire, se rendre ,in-
dpenant de l'Etat. Comme la Commune,on veut.rendre.l'ad-
,ministration pdagogique, mthodologique et les organi-ations
.scolaires en gnral autonomes. L'Universit.de la Ilavane
ideviendrait par.ainsi le grand centre o toutesles facuitsret
co'es convergeraient pour chercher des directions nouvelles.
C'est dans cette pense qu'on tudie cette h eure la q us-
tion savuir: s'il faut rendre la mission de certins profs-
see~rs d' wiveritL-etde lyces, pour .les ~ioigner delapoli-








POPULAIRE A CUBA


tique et des proccupations tatiques, inamovibles.-- Ce
nouveau prob!me rencontre malheureusement dans une cer-
!aine press beaucoup d'adveraaires.
Dans tous les cas, il a t admis, comme un acheminement
vers la solution affirmative de la question, que les universi-
tairesde la Havane parvenus aprs concours au grade de
a Calhedraticos ou agrgs seraient inamovibles. -iEneore
une innovation essentiellement cubaine!
Ces cathdralicos mme quand ils abandonnent leur chaire
pour une function de Ministre, de Snateur ou de Dput,
ne cessent pas d'tre professeurs. En ce cas des professeurs
adjoints, qui touchent une parties du leurs appointments, les
remplacent provi.oiremnent. it.ceuxci sont obigs de se d-
placer ds que le titulaire, renonant sa function politique,
_manifeste le dsir de roccuper:sa chaire.
Parfois, devenus ministres, ces cathdraticos, pour :ne pas.
perdre leurs habitudes professorales, sont autoriss- faire,
ct des professeurs adjoints, des rptitions gratuites.
Le distingu Monsieur Pablo Desvernine tait dans-le eas.
Quoique Secrtaire d'Etat des Relations Extrieures, il-allait
so.uent l'universit faire son beau course de Droit civil. -
'J;prouvais,un rel plaisir, sur l'invitation aimable qu'il-me
fit,-- -aller couter ce beau vieillard do 70 ans. Avoeat,de
.talent,.professeur competent, beau causeur, son amphithtre
tait. toujours charge d'auditeurs.
;Ce m'est vraiment agrable de rendreun hommage public
cet epprit;minemment cultiv. et de dire en mme temps
.comabien avec lui,,Mrs Guillermo Patterson, sous-"ecrtaire
.d'ltat,,et Soler y JBaro,.chef du protocole, diplmates diatin-
gus, aux manires raffines, ont rendu la mission de -tous
losichefs.de lgation.facile la Havane paril'accueil constant
,de sympathie et de ;cordialit don't :aous avons t ~dlicate-
Ament toujourst 'objet.
,Messieurs: Ferrara, Prsident de la Chambre -des Dputs,
.Dirccteaurdujoaurnal Heraldo de Cuba, Lanussa,-ministre,
,oetaconseweeur chaire la facult,de droit.
Ce systme fait un bien considerable au maiatien.idui hamt
.presaigeiatelletuel de l'Uniijrait de la ittvane.Astaitte-








DVELOPPEMENT DE L'ENSEIGNEMENT


ments et les gards particuliers qui sont prodigus ces uni-
versitaires font naitre autcur de 1-urs perronnalits marquantes
une atmosphere symnialh'que qui force de plus en plus l'ad-
miration.
L'Enseignement devenant une carrire, on s'efforce ne
ras perdre un professeur prominent et crer, cote que-
cote l'aristocratie intellectuelle.





Preparation des lites ouvrires

Dans les pays organiss o toutes les forces mises en ac-
tivit cooprent la mme pense de dveloppement et de
perfectionnement des communauts et des institutions na-
tionales, on ne conoit pas qu'il y ait au sein de divers
groupements sociaux qu'une unique lite intellectuelle ca-
ractre plutt mondain.
Pour accrditer une conception aussi mepquine il faut que
le milieu organis contienne moins cette lite intellectuelle
qui ne mrite pas encore cette appellation, que quelques rares
lments isols favoriss exceptionnellement par une forte
culture, mais jalouss par dessus le march par des clans et
toute une chapelle de faux intellectuals qui prennent plaisir
s'encenser, s'adorer, s'attribuer des privileges exclusifs
et, en mme temps, confines dans cet gosme coupable, d-
naturent et critiquent tout ce qui n'est pas eux. Car hors d'eux
point de salut.
Cependant les Prsidents des travallistes amricains et an-
glais qui sont des artisans sont de l'lite; et c'et avec fiert
qu'ils sont envoys dans les Congrs et Confrences repr-
senter leur pays et les classes ouvrires. Normil Charles est
certainement la plus forte lite artistique que nous nyons
encore eue. Aucun membre de l'lite intellect uelle hatienne
n'a t plus ft que lui en-Europe.
C'est bien la some de toutes les lites: intellectuals, ar-








POPULAIRE A CTUB


tistiqucs, commercials, ind: liielles, sociales, morales, ou-
vrires, pay.annes qui forment, quand elles harmonisent
leurs efforts dans un mime but noble, les assises sur les-
quelles un pays doit s'appuyer pour commodment progres-
ser. Mconnaitre cette vrit scientifique ou ne pas sciem-
ment travailler la raliser, c'est se condamner la plus d-
testable inertie.
Cuba a comprise cette condition de formation non seule-
ment en diffusant l'enseignement dans les masses, en crant
une aristocratie intellectuelle ncessair-, mais surtout en tra-
vaillant l'panouissement et au complete dveloppement des
lites ouvrires et industrielles.
En effet, on ne trouve pas seulement dans ce pays des
coles primaires; il faut aussi computer de nombeux tablis-
sements pour l'enseignement de l'enfance tendance profes-
sionnelle: tells des coles-ateliers pour les garons et des
coles-mnagres pour les filles.
Les coles systme Kindergartens tablies, sous forme
d'internat, par les amricains pour les orphelins donnent un
enseignement revtant un caractre minemment pratique.
C'est une mthode merveilleuse, dj suivie en Suisse, en
Belgique, en France, aux Etats-Unis, en Allemagne, o, en
ce dernier pay., elle a pris naissance et elle a donn Cuba
des rsultats excellent.
Les enfants de 3 jusqu' l'ge de 6 ans sont seuls admis
Kindergarten. Dirigs par des jeunes filles diplmes spcia-
lement l'Ecole normale pour les soins accorder aux petits
des Kindergarten, ces enfants font, par imitation, rien qu'en
copiant leurs mattresses, du modelage avec de la cire, de la
craie; par la dcoupage et le pliage d'un bout de carton, d'un
morceau de paper ils crent de petits coq-, de petits chiens,
toutes sortes de joujoux intressants. Ils dessinent des barres,
des points pour essayer de faire sortir une originality enfan-
tine.
A cet ge o l'enfant est plutt impressionable, o son es-
prit imitatif est come une plaque photographique dispose
tout recevoir et tout reproduire, on en profit pour agir
dans les coles cubaines sur ses dispositions instinctives, sur








DVELOPPEMENT DE L'ENSEIGNEMENT


ses facults sensorielles, particulirement sur le toucher et
la vue,pour forcer chrz lui des habitudes de travail manuel.
C'est en jouant, en riani qu'i; excute les modles, qu'il imite
la matresse qui tresee une corde, fait un cornet en paper ou
un petit canard en cire. C'est aussi en chantant qu'il apprend
en group les leons insciites sur de grands tableaux en car-
too.
**
Voil qu'on va tre plus svre avec notre gamin. Il a six
ans. C'est l'ge de l'cole. La mthode doit changer.
-De 6 ans jusqu' 10, on fait appel maintenant la raison le
notre petit gars. On lui donne le livre de lecture. Il continue,
-en mme temps, avec du paper, de la cire, ajoulons auisi
du bois, Afaire les plus gentils jouets, dcouper, dessiner
en grand une srie de modles utiles,
-Notre petit de 6 10 ans a un instrument de travail: son
petit couteau avec lequel il va apprendre, soui l'oil exerc et
,attentif de la maitresse, creuser, arrondir, donner au
bois toutes les forces de l'art, jusqu' en dgager un objet
prcieux. A 10 ans il fait mieux que les quatre rgles, il
conjugue avec aisance un verbe, il sait lire. L'ouvrier s'an-
nonce. Li mthode va encore changer.
L'enfant a puis toutes les leons de Kindergar!en, il passe
l'Ecole de Lloyd, laquelle est une creation suisse don't le
systme est adopt et dvelopp avec succs par des duca-
teurs commeGoelz et Pabst en Allemagne, Dewey aux Etats-
Unis, employ aussi en plusieurs coles de France, du Dane-
mark et du Canada et en usage dans certaineecolescubaines.
Le systme de Lloyd est donc la suite ou l'extension du
Kindergarten.
Le mme.petit mioche qui, jusqu' 10 ans, dcoupait,'pliait
du-papier, creusait du bois, traait des barres, c'est- encore
luiqui va contiouer jusqu' quinze ans Lloyd fire cette
fois plus de dessin. Au lieu du petit couteau de Kindergarten,
desmattres-ouvriers lui donneron t Lloyd la scie, le mar-
teau,-leirabot, la vavlQpe du menuisier, les ciseaux du relieur,
l'enclume du -forgeron, le d du-tailleur etc; au lieu du ,pa-
fpier, .du a ton et- de-,la cire 4u Kindergarten, il travaillera








POPULAIRE A CUBA


sur du bois, sur du fer, il coulera& l'acier, le fer: etk-i plomb.
Son cerveau et ses doigts se sont plus ou moins exercs
Kindergarten, ses muscles vont se dvelopper Lloyd. --Il
a obtenu Kindergarteo, un certain panouissement de ses
facults physiques et mentiles, il y a acquis avec une dext-
rit gnrale dans l'emploi de ses instruments, une certaine-
habilet faire certain travaux sur dessins; il y a surtout
reu une certain habitude d'ordre, d'exactitude, de discipline,
un certain amour du mtier manuel; Lloyd il aura-acquis,
avec une education intellectuelle gnrale, de nouvelles con-
naissances pratiques du mtier, il les aura ensuite dvelop-
pes pour devenir un jour 17 ans l'ouvrier future conscient
et-clair. Ce ne sera plus un automate, un routicier.
C'est prrni ses artisans prpars que se trouverontles lites"
ouvrires qui auront administration et la direction -des coo-
pratives; des mutualits et syndicate; c'est parmi eux qu'on
cherchera les plnipatentiaires de demain dans les .Congrs
de, travail. ('est eux qui seront appels rvolutionnerf dana
l'intrt de la production, les industries qui se prtent trans-
formation et une adaptation plus moderne pourdes besoins
des populations.
Cuba arrive avec la combination ingnieuse et mthodique
de deux systmes former.par l'enfant, par l'lve, l'homme
de mlier qui pourra entrer courageusement dans la lutte,
plein de caractre, d'indpendance et de coofiance en soi.
Il y a pour liaiti un grave danger ne pas organiser l'en-
seig"ement p-ofessionnel ou tendances professionnelles,
ne pas prparer, en un mot, une classes ouvrire qualifie.
Dans la lutte pro:hfine entire l'ouvrier hatiernet l'tranger,
ce dernier l'emportera toujours, son enseignement tant plus
mthodique.
Nos compatriots dans les grands chantiers en cas d'un
dveloppement probable du pays, seront relgus aux tra-
vaux subalternes: terrassiers, commissionnaires, rarement
chefs d'quipes. II est de l'intrt du proltariat hatien et
du pays qu'on ait de vrais hommes de mtier, non des rou-
tiniers.,








DVELOPPEMENT DE L'ENSEIGNEMENT


Maisons d'coles et Mobiliers scolaires

Mais l ne s'arrte pas encore l'oeuvre de transformation
intellectuelle: on trouve aussi Cuba des coles d'adultes
pour les enfants insuffisamrrent prpars, des coles du soir
pour ceux qui sont obligs de travailler pendant le jour pour
aider leurs parents infirmes ou maladies, des coles ou classes
degarde qui prennent soin litre gratuit.sous formed demi-
pensionnat, des enfants des mnagres, des cuisinires, des
ouvrires, en gnral pour le temps que celles-ci restent au
travail, des colonies de vacances comme celles qui se tiennent
Triscornia o des enfants pauvres des coles primaires vont
jouir, durant les vacances d't, aux frais de l'Etai, des bien-
faits d'un bon reros la champagne pour revivifier leur orga-
nisme dbilit par la vie rdentaire des villes dans des loge-
ments troits, sans air et sans conditions hyginiques.
Il y a 2.500 m-isons d'coles primiiras pour tout"e il',
don't 285 ont t btims par [1Etat et hI Commune; 1.881 soi t
loues par an pour la some de P. 351.000, mais 33S ort t
gnreusement donnes titre gratuit par ces particuliers
aux coles.
Quel est l'hatien ou l'tranger qii, aprs avoir amass une
grosse fortune en Hati, aurait de pareilles largesses en fa-
veur de la cause de l'enseignement populaire. Ici, personne
n'en est capable. En tout cas. je voudrais avoir me trom-
per. Si celui-l existe, il n'est pas trop tard de fire le beau
geste. Son nom s'attacherait une grande el belle ouvre
et serait ternellement bni par toute une gnration qu'il
aurait contibu sortir des dangers de l'ignorance.
Les maisons d'coles que j'ai visites la Havane m'ont
toujours frapp l'attention par leur apect simple. Elles
sont toutes tablies au centre des districts scolaiies le ma-
nire viter les longues distances aux enfants; cependant,
assez loignps des agglomralions tumultueuses et dange-
reuses: loin du bruit des tramways, des cabarets, des fabri-
ques, etc.
Si vous y pntrez l'intrieur maintenant, vous allez ren-








POPULAIRE A CUBA


contrer un mobilier moderne toujours propre. Plus de ces
bancs, comme on en voit encore chez nous, longs, sans dos-
sier, don't un seul content dix, douzs enfants qui s'empilent
les uns presque sur les aulres et se serrent gncr la c rcu-
lation et don't l'assise se spare du pupitre d'une si bonne dis-
tance que l'enfant est oblig pour crire de plier outre-me-
sure ses organes abdominaux, se donnant ainsi une bosse au
dos qui finit par lui laisser des hibitu des vicieuses pour sa
sant.
Les inspecteurs spciaux attachs comme hyginistes aux
coles primairei de Cuba ont rcri contre ce systme de
bines 12 lves qui occasionne, dit l'un d'eux dans un lu-
mineux rapport adress en aot dernier au chef du Dparte-
ment de 1Instruction publique, la myopie, la scoliose.
Ce mobilier dfectueux qui,je le rpte, eAt encore en usage
dans bon nombre de nos coles, a t longtemps limin des
coles cubaines. Il est remplac dans les coles secondaires
et suprieures par des tables-cliaises ajustables au plancher;
et dans les coles primaires, par des tab!es-bancs ou tables-
bureaux pupitre mobile une place ou deux et qui varient
suivant las classes, la taille et les dimensions anatomiques de
l'enfant.
C's tables-bancs sont construits et disposs dans ces coles
de telle sorte que, tout en rpondant aux exigences de l'hy-
gine, ils facilitent aussi le maintien do la discipline; car,
placs sur trois ou quatre ranges une bonne distance les
uns des autres, avec passage entre chaque range, les enfants
communiquent difficilement entire eux,sans que la matre s'en
aperoive.
Q iand vous consil,rez le service d'inspection et de con-
trle, le travail des matres d'coles, la disposition mme des
maisons d'coles et du mobilier scolaire, on comprend sans
peine que ces diffrents rouages se touchent et concourent
former un tout harmonique qui rponde bien aux divers
besoins moraux, intellectuals et physiques de l'enfant.








DVELOPPEKENT DE L'ENSEIG'NEMENT


Conclusion
L'enseignement populaire, premier fondement de toute
civilisation, premiere condition de tout progrs durable , est
dsormais rationnellement tabli Cuba.
Les arts, les sciences, la connaissance profonde des huma-
nits grco-latines, sont, certes comme dles monuments levs
la gloire d'une nation qui a su se les dvelopper.Ce sont des
d'fices de beauty, c'est l'expression vivante du gnie s'pa-
nouissant toujours et que les gnrations contemplent avec
orgueil et fiert. Mais quand il s'agit d'ducation populaire,
de dgrossissement des masses, ce que l'on cherche, c'est
moins cette aristocratie intellectuelle, qu'une espce d'lva-
tion gnrale de la pense commune, un genre de culture
pour tous, qui, tout en permettant chacun de mieux s'orga-
niser, d'tudier encore mieux ses eatours, fait natre entire
soi et son milieu, entire les proltaires de l'esprit et les nobles
de la pense un commerce de sympathie ncesssire qui se r-
alise en une communaut de vues et de sentiments, en un
fonds de caractre, d'indpendance et de volont commune.
Dans les minutes de crise, les joies et les tristesses comme
les esprances nationals sont ainsi, grce cette culture,
prouves et partages par tous.
Qu'il'y ait dans une nation une culture d.intresse et
une lite pour en conserver la tradition, c'est minemment
beau et grand; l'indispensab!e, c'est qu' ct se place
une dmocratie consciente et utile par l'enseignement reu.
Elite, dmocratie, disait Alfred Capus, c'est la dualit du
monde contemporain. Ces puissances doiveirt y subsister cte
cte, sans se confondre ni sans se combattre, sous peine
qu'une socit ne soit plus qu'une cohue Une dmocratie,
pace qu'illettre, qui ne supporterait pas une lite auprs
d'elle retournerait vite la barbarie; une !ite qui ne serait
qu'une parure au lieu d'tre une richesse et qui mconna-
trait les droits et les beauts mme d'une dmocratie serait
justement dvore .
C'est le rythme produit par les accords de ces deux puis-
sances formei un mme enseignement qui constitute l'idal








POPULAIRE A CUBA


la poursuite duquel march forcment toute nation qui se
rclame de hl civilisation
Ce but est largement atteint par la Rpublique voisine, si
nous voulons examiner par une tude comparative la statis'i-
que scolaire de Cuba et cel!e de notre pays.
Cuba a u.e population gnrale peu de choses prs gale
celle d'l'i de 3 millions d'hjbitan:s avec une stati-tique
scolaire de 500.000 enfants pour chacun des deux ppys.
Cuba a 2 500 m iisons d'coles contenant 4.500 coles pri-
maires. lai~i n'a qu' peine 600 maisons d'coles, la plupart
des bicoquies, logeant mal peu pr 7CO coles primaires.
Cuba sur une population de 500 mille enfants en ge d'aller
'cole, a 377 013 lves inscrits pour une assistance rgu-
lire de 300.0.0. Hati, avec la mme population scolaire de
500,00C enfants, n'a que 34.506 inscrits et une awsist nce qui
se chiffre peine 30.000 enfants.
Cuba a 5.010 mii'res d'coles primaires, tous diplms de
l'cole normal et recevant cha cin entire 75 -150 dollars par
mois. liati a 800 maitres d'coles peu prs rans diplme
pdagogique percevant mensuellement entire 5 20 dol ars.
Cuba donne pir mois un professeur de l'Ecole de Droit
ou de Mdecine 300 dollars. Iljii!i compete au mme profes-
seur 30 dollars.
Cuba paie par mois un simple inspecteur d'co'es primaircs
175 200 dollars, Haiti done un inspecteur qui est la fois
inspecteur d'coles primaires, d'coles secondaires, de tEcul-
ts et d'coles spciales 50 dollars.
Cuba dpense annuel'ement 5-196,420,58 dollars pour l'en-
seignement populaire. Haiti, elle, dpense peine le quart
de la modique valeur de 339.2)4.44 dollars insciite dans son
budget.
D'o est venu ce luxe de dpenses pour les coles primai-
res Cuba? Il s'explique dans le dveloppement prodigieux
et la prosprit tonnante du commerce et de lindustiie
dans ce pays.
C'est le travail, c'est l'exploitation en grand des 208 cen-
trales sucrires, c'est l'exploitation du tabic, des ananas et
combien d'autres encore rapportant plus de 45 millions de








36 DVELOPPEMENT DE L'ENSEIGNEMENT

dollars par an au b.idget cabain, ct de noire famlique
budget de 1 million environ, qui permettent au Gouverte-
ment cubain de placer ses coles sur le mme pied que celles
des pays les plus civiliss.
Les progrs scol. ires qui sont notables Cuba s'exp'iquent
par le progrs conomique. Hati, faisant cons'amment de la
politique, est loin d'obtenir (le pareils rsultats. L bas, la po-
pulation ne recule pas devant les sacrifices pour la diffusion
de l'Intruction publique dans les masses populaires.
H5las! c'est l une terrible leon pour Hati qui, pendent
cent ans, n'a pas donn l'cole primaire sa place dans notre
vie social. OO a mm pirl chez nous d'ob;curan'isie, d'ex-
ploitilion organ's'e du people. Aujourd'hu', oi parole plutt
bien haut d'orginisatio-. Il serait desirable, en effect, qu'une
transformation srieuse p: se produire, qie nos populations
devinsent par l'enseignement une dmocratie conscience de
si souverainet. Il est pe:;t-tre tard, dira-t on, pour ragir?
Mais ragir c'est vivre et l c toute reaction est absente c'est
la mort lente,ou ce qii est pire,la lente et continuelle dgra-
dation d'un corps social qui n'a mme pas, mme plus la force
ncessaire pour rrourir en beaut.
















Le Probli e 1'Esleiglneoment Primaire en Haliti <"



Monsieur le Docteur J. C. Dorsainvil, qui est un cerveau
puissant et fccond, une intelligence soi;ieurement d'ie,
nous a dji donn, outre de nombreuses et fort s tudes
de philosophic et de sciences so'iales, Militarisme et hy-
gine social, LEchec d'hier et Effort pour l'avenir, deux
intressaites brochai ei dans le-quelles il dnonait vigourcu-
semant le danger social auquel la nation hutienne et suitout
Port-au-Prince taient exposes par no're militarisme inorga-
nis, devenu ainsi le plus eflrayant foyer d'infection par la
syphilis, de dbauche par l'alcoolisme et les jeux, de cort u tion,
de prostitution et d'ignorance.
Le Docteur lalait devant nous, nue, laide, (ffroyable, la
plaie, en des tableaux d'un ralisme cr iel brosss la ma-
nire de Zola. Il s'puisait crier, demander remle pour
ce troupeau d'infirmes, de malingreux, d'estropis, de rava-
gs, en guenillas par l'esprit et par le corps, qui entamaient,-
grce l'indiffrence et l'gosme aveugle de nos lites, -
nos meilleures reserves sociales.
Pauvre pays! avec cet tat d'esprit la concurrence vitale
prend chez nous l'allure d'une affreuse balailla o tous les
apptits se donnent carrire, o, sur les cadav es des victi-
mes qui 'ombent, les vainqueurs sonnent dj le hall.,hi de
la cure qii s'annonce I Plus de justice, plus de solidarity
et pourtant, c'est dans une loi d'quiiibre que se trouvent les
chances de stability et d'harmonie sociales.
Le Docteur Dorsainvil ne fut pas cout. Peu importe!c'edt

( ) Etude critique du livre du Dr J. C. Dorsainvil, publie dacs
le journal LES NOUVELLES des 6 et 7 juillet 1922.








LE PROBLME DE L'ENSEIGNEMENT


un optimi.te, une h)nui'e conscience, un nergique, un ex-
citateur, un agitateur d'ides saines. A note insuccs de 1i)5
qui nous donna l'ocupation amrica'ne, il crivit L'Echec
d'hier el lE/'ort pour l'av'.ir. Au lieu de rcri niner, d'ac-
cuser le pas-, il cherccl dans l'miettement de notre vie,
dans l'cffindrement de nos in-titutior s et dans le dsarroi
i.:n? du people hib ien une nouvelle formule de vie. aCe
que nous voulons alfirmer, disait-il, c'est noire foi sincere,
ardente, dans i'esprance de jouis meilleurs pour ce malheu-
reux pays; car les peoples jeunes ne meurent pas, i's se re-
nouve!leut. Ils sont comparable un immense creuset o
l'on jetterait ple-mle, les corps les plus disparates qui se
comnb neraie it alors se'o-) Pur affinit, laissant toutefois au
fond ilu vase, le caput mortuum fatalement limin.
D.puis, ou a pitin sur place. Et brusquement l'on an-
nonce une reaction, un veil d'activit. Le Problme de l'En-
seignement Prin.tire en Ilali n t immdiatement de ce be-
soin de d scipline, de cette ncessit de mthode et d'orga-
i isiton qii agite l'r.e anxieuse de cet observateur averti.
Il y a, en ces trois ouvrag,.s, des relations intimes el des
rapports sociolog:qies et pdagogiques tels, qu'on sent ais-
mPnt, par la p'us lgre analyse que la conception directrice
quii les a produi's n'a j mais vari. Il y a dans l'ensemble des
ides un ench iriernent, une ih'imonie,unr accord admirables.
LE IPROB: EME DE L ENSE GNEMENT PRIMAIRE est un livre de
courage et une profit s-ion de foi. Dans la viei'le querelle des
po'iliciens ir:tellctuels rangs en deux camps, don't les uns
p-,r gosme, prchent le mainiien de Fignoran 'e et les autres
plus c'aiivoyants et plus digne- rclament la plus large diff:-
sion de l'erseignment populaire, le Docteur Dorsainvil s'est
carrment et bravemer:t plac dans le dernier group. Qu'il
en Foit flici'!
C'et pour la premiere fo!s qu'oi a vu un Chef de service
en functions pos avec nutant de comp'ence qne de courage
un prob'me si pre et si inquitant, en dmasquer les d-
fauts, crier hl banqucroule total et en m.ne temps offrir
des ro'utions. Nos pdagogues en situation ont toujours la-
chement, par horreur des responsabilits, ou fui les raliaMs,








PRIMAIRE EN HAITI


ou nglig les ides dfinies pour s'altarder dans l'empirisme
et se perdre dans les gnodrlisations ihtives et sophistiques,
ou obi aux passions mesquin s e: particularistes du milieu.
Monsieur Dorsainvil, lui, ne prend pas de dtours, il frappe
en plein dans le mal. Il est loyal
Son livre, d un style simple, correct, quelquefois tiop al.im-
biqu et trop contourn en certain endroits, sem d'ides
fortes, gnreuses et large, se divise en 15 chapitres. Fond
et forme, pleins de vie et de movement, alertes, incisifs,
mordants, marqus de vrits nergiques, souvent cruelles.
Chaque terme a un sens prcis, exact. La phrase est tolTe,
malgr tout rapid, mme nerveuse. Une expression nette,
catgorique, des penses solides, parfois hautaines jusqu' la
hardiesse et bien encadres dans une former littraire la
fois naturelle et trs soigne. Au totil: d'une brutal t de
fond peine dissimule sous la coirection du toir. Tout le
temperament de l'auteur a pass dans ce livre. Des coups de
massue, des coups d'perons secs, toujours en garde et l'pe
nue contre la poitrine de l'adversaire. Quel terrible et redou-
table polmiste !
Le livre se termine par un tableau synoptque don't l'lo-
quence des chiffres indique le nombre considerable de nos
analphabets.-Dji, l'avant-propos est un fameux rquisitoire
contre laclasse claire de la nation qui,comme on le sait,-
disait l'auteur, s'est forme comme une excroissance sur le
corps du people, sans function bien dfinie s:non cell de
vivre de sa sve, de son incontestable nergie au labeur. La
seule chance de survive de cette classes est dans la comprhen-
sion entire des motifs qui la solidarisent avec le people,
moin3 qu'elle accepte au lieu de I indtpen lance par le travail,
tre rluite une domesticit lgante ou la prostitution
parfume, enrubanne. Aller au people ne saurait consister
adopter ses inlgances et ses grossirets, mais sympathi-
ser avec tousles moyens, toutes les initiatives qui peuvent l'-
lever au-dessus de lui-mme, lui faonner une me plus ou-
verte aux chooses de l'esprit, du ceur et de la beaut.
Selon Mr Dorsainvil, et nombrcux sont ceux qui p-nsent
come lui, la situation d'Hati appelle la solution d'un certain.








LE PROBLME DE L'ENSEIGNEMENT


nombre de problmes. Parmi ces problmes, financier, co-
nomique et politique, il n'en est pas don't la solution est si
pressante que celui de l'Iistruction publique et de l'duca-
tion populaire.
Depuis qu'ont cess nos querelles iutestine?, il est relle-
ment temps qu'on fasse place une polmique d'i les; qu'on
mette plus en faveur celle de l'enseignement. Ce sont des
proccupations avec lesquelles on ne transige point. Nos r-
volutions et notre gosme ont tout saccag, tout dtruit. Il
faut tout rebtir, reconstruire une H-ati nouvelle.
Comment y parvenir? O est le remle? Une population
dlaisse, mais nergique, laborieuse, impatiente, attend. -
Des richesses considrables se percent. 11 s'agit de mettre
l'une en measure de faire valoir les adtres. Ainsi natra le
bien tre sous tous ses aspects.
Le Dr Dorsainvil nous dit que c'est par l'enseignement po-
pu'aire, dans le dgrossissement , dans le dniaisement des
masses par l'lite que se trouve le salut. Ce livre n'a pas d'autre
prtention que de nous enseigner comment par l'emploi de
mthodes plus pratiques on peut raliser ce concept de bon-
heur. L'ouvre est immense mais pas irralisable, proclame-
t-il; pour la mener succs, il suffira d'avoir des hommes
dpouills de la mentality qui fit fusiller Darfour, parce qu'il
osa, en face de l'obscurantisme rig en systme, rclamer
un peu d'instruction pour la masse .
L'organisation scolaire dans nos campagnes est dsastreuse,
navrante. Voyons uo peu! 300.030 de nos petits paysan? des
deux sexes sont en ge d'aller en classes; pas mn 10.000
frqueotent nos prtendues coles rurales maigremeat loges,
pauvrement diriges; ces malheureux croupissent dans l'igno-
rance.
Quelle attristante ralit I Ecoles rurales nationals, coles
rurales presbytrales, part de rares exceptions, se valent
dans la nullit. La direction de ces dernires e3t souvent can-
fie des surveillants de chipelle, don't le seul mrite est d'-
grener leur rosiire avec plus d'ostentation que les autres.
Quant au personnel des coles rurales nationals, il vaut ce
que valent les appointments, l'instruction et la morality des








PRIMAIRE EN HAITI


types qui occupent ces fonctions. C'et le nant . L'Etal al-
loue 3.491 dollars par moist pour 4)3 coles ruralcs. Quelle
drision !
D'autre pirt pour notre enseignement urbain nos 92 com-
munes reiferment 1l colei cong 5ganistea de garons, 32
coles congrganistes de filles, 10 colos presbytriles, 43
coles primaires Frives, 103 coles nationals prim ires de
garons, 118 cole. primaires de files et 9 coles dites popu-
laires, au total 332 coles primaires. C'est trop. C'est de la
pous-ire d'coles, quand on songe que parmi ccs 92 commu-
nes, peine une douzzine mrite d'avoir p'us de deux bo:.nes
coles.
Ces coles mal loges, ces maitres mal rtribus, et pour
la plupart san. preparation pdagogique, une frquentation
scolaire presque nulle, tel est le tableau dsolant de l'orga.
nisation de l'enseignement primaire.
Sur une population gnrale de 2.038.890 habitants, en
suivant le tableau synoptique, on compete 350.833 enfants en
ge d'aller en classes dans tout le pay-; mais il n'y a qu'une
moyenne de 42.906 donnant un effectif de 35 483 enfants pour
846 coles.
Vcil nue la grande pili iiitellectuelle d'[laiti, rvle
dans le foudroyant tableau synoptique qlui se trouve en ap-
pendice la fin du live.
Le mal est considerable et surlout inquitant. Les chiffres
sont durs, inflexible. Qu'al'ons-nous faire devant cette agonie,
cette mort presque certain de l'esprit proltaire? Comment
organizer une defense social efficace pour nos agriculteurs
et nos ouvriers de demain? Comment mettre la masse popu-
laire en measure de se dfendre et de nous dfendre, d'admi-
nistrer ses syndicats, ses coopratives, de dvelopper scien-
tifiquement nos cultures, en un mot, comment en fire un
tre duqu et adapt aux .situations nouvelles!
Monsieur Dorsainvil, avec une clart lumineuse et une am-
pleur et une nettet de vues remarquables, aprs avoir touch
la plaie saignante, s'est charge dans une srie de judicieuses
rformes qu'il demand tenter et de nouveaux programmes
tablir, de nous faire assister une efflorescence progres-








LE PROgLb tE Ltt'9SEIGNEMENt


sive de 'enseignemnt primaire, au dveloppement intellec-
tuel et moral des masses et leur transformation graduelle
raliser par le travail. Ca systm- d'enseignement cancen-
trique et mixt3 en ce qui concern l'alliance du mtier avec
l'instruction, propos par l'auteur, s'upparente, en certaines
parties de trs prs, aux sysimes adopts en Belgique et aux
Etats-Unis, avec, sans nul doute, pour l'adaptation au milieu
local, de nombreuses et prcieuses trouvailles, des innovations
heureuses et intelligentes qui donnent au livre un cachet par-
ticulier, une personnalit propre qui vidente davantage le
prestige de l'auteur.
Le remde est trouv. Le Dr Dorsainvil a prescrit le dli-
cieux morbicide contre la maladie de l'ignorance qui envahit
nos organismes sociaux; il ne s'agit plus maintenant que de
l'appliquer. Que chacun modestement y apporte sa contribu-
tion; ainsi l'on verra nos forces dbilites reprendre vie.
Hati est un pays de ruraux. Nos 518 sections composes
des 4/5 de la population ne sont pas organises. C'est par l
qu'il imported, conseille l'auteur, de crer la premiere cellule
de la vie conomique de la nation. 11 donne, en ce sens, un
vaste plan de rformes instaurer au point de vue de l'admi-
nistration civil, de l'instruction publique, de la police. C'est
d'abord ui.e question topographique envisager: le rtrcis-
sement des sections trop vastes qui chappent au contrle.
Un remaniement en nombre et en tendue s'impose. La su-
perficie total du pays tant de 28.25) km. carrs en admet-
tant que les villes occupent 1/5 du territoire, il reste pour
les campagnes 26.600 km. carrs. Le Dr Dorsainvil adopted
pour chaque section deux lieues de longueur sur une lieue 1/2
de larger soit 48 km. carrs do superficie et ayant ainsi 470
sections don't 70 n'embrassant que des mornes inhabits, des
savanes incultes, seraient des sous-sections; il resterait 400
sections organiser srieusement.
Pour ces 400 sections le Service Technique des Travaux
Public doit commencer d'abord par rtablir les grandes
routes cordonnales et toutes cells de pntration et en per-
cer d'autres avec un plan d'ensemble qui les joindraient aux
routes communales et dpartementales afin de diminuer les








PRIMAIRE gN IANtI


distances et d'tablir des relations quotidiennes plus frquentes
entire les gens de la ville et les ruraux, entire l'cole et les
habitations trop parpilles. Dans cet ordre d'ides, les villa-
ges et les hameaux, au lieu d'tre dissmin,, s'chelonne-
raienten des pointsd'agglomration c l'onpouriait crer des
centres scolaires. Un certain nombre d'coles rurales seraient
aussi places en ceinture autour des villes 1/2 ou 1 kilo-
mtre, la porte d'une bonne surveillance; ainsi, elles fe-
raient rayonner leur action sur une lieue de distance.
Toute cette organisation se soutient. C'est une euvre m-
thodique, calcule. Les moindres parties de cette charpente
se lient, s'agencent pour former un tout harmonique.
L, Conseiller d'agriculture ci-devaut chef da section, la
commission locale, qui :oat des organismes doit on ne peut
bien saisir les attributions seraient mis de ct et remplacs,
prconise le Dr Dorsainvil, la tte de chaque section, par
un fonctionnaire civil responsible, Magistrat de section, Di-
recteur, Juge de paix, le titre imported peu; seule, la function
intresse. On ne confierait cette function qu' un honnte
pre de famille qui toucherait 50 dollars Far mois et sous le
contrle et la vigilance de qui seraient toutes les formes d'ac-
tivit de la section, police, justice de co:.ciliation, domaine,
voirie, agriculture, instruction publique, etc.
La maison de ce fonctionnaire, l'Ecole, la chapelle places
au centre de la section seraient des points d'attractions. -
Ces coles tablies dans les conditions de propret et d'hy-
gine expliques par l'auteur auraient une organisation sp-
cia'e, uo horaire aussi special et seraient diriges plutt par
des families constitutes don't les membres seraient munis du
brevet lmentaire primaire. Ces instituteurs recevraient
35 dollars par famille de deux membres pour 100 lves et
chaque professeur qu'on leur adjoindrait percevrait 15 dollars
par mois.
A ct de cette couvre de dgrossissement des esprits, on
en profiterait poar instituer dans les grandes rgions agri-
coles huit fermes-coles, en vue de la formation d'agriculteurs
expriments, d'une lite paysanne.








LE PROBLME DE L'ENSEIGNEMENT


C'est un programme de surlevat'on progressive des intel-
ligences que le Docteur Djrsainiil propose.
Tout est prvu et tidi mthodiquement dans ce livre
pour la rforme de no're enseignement primaire rural et ur-
bain : education ptiysiquP, intellectuelle et morale de l'enfant,
dveloppement de l'esprit d'observation, travaux manuels,
agriculture, preparation de maitres d'coles, creation d'coles
normales, rg:me linguistique, formation technique et pro-
fessionnelle d'lites paysannes pour nos campagnes, d'lites
ouvrires pour nos villes, construction, ameublement de mai.
sons d'coles, rforme du budget, collaboration du mdecin
avec le pdagogue, surveillance et contrle des coles, dis-
tribution de fournitures classiques; rien n'a manqu en cette
tude approfondie.
Aprs cela, les partisans du moindre effort et de l'igno-
rantisme, les tardigrades pour rpter le mot de Lon de
Paeuw, trouveront, comme toujours, ce programme irrali-
sable; mais qu'ils se disent que rien n'est impossible quand
on y met de la bonne volont.
L'auteur du problme de l'enseignement, avec des iles g-
nreuses, une conception hardie et trs leve des choses de
l'enseignement, a pos devant l'lite hatienne son arrt de
mort ou son arrt de grce: il y a dcider entire le main-
tien de Iignorance populaire ou l'volution rapide par l'cole.
La situation actuelle mangera l'lite, si celle-ci ne fait pas de
la masse une dmocratie. La minute est donc supreme et d.
cisive. C'est pourquoi Mr Dorsainvil nous demand de pr-
parer les nouvelles gnrations par le livre et le travail la
besogne immense de restauration national et nous en indi-
que les moyens d'y parvenir. C'en est une ncessit actuelle,
toute transaction peut nous tre fatale.
Le livre magnifique du Dr Dorsainvil, vigoureusement nourri
de suggestions saines, ne laisse pas de place aux ides uto-
piques, aux theories striles et stupides. Tout est concrete,
tout est prat'que et de ralisation facile. Cg qu'il dsire c'est
une plus grande diffusion de l'enseignement populaire par
l'emploi de mthode plus rationnelle, plus ducative, une or
ganisation spciale et adequate au milieu qui doivent tendre








PRIMAIRE EN HAlTI 45

donner des rsultats posilifs susceptibles d'lever le niveau
moral du people et crer e, lui les besoins d hommes ci-
viliss.
Monsieur J. C. Dorsainvil, qui est actuellement sous-Chef
de l'Universit halienne, e.At bien plac pour faire au pays
ces indications; il n'a jamais t jusqu'ici homme politique,
toute sa vie a t consacre au professorat. Aussi, je con-
sidre comme un devoir de signaler l'attention des pda-
gogu3s son prcieux et combien document ouvrage qui fixe
l'tat d'ignorance c giL le pays et indique en mme temps
les conditions de son relvemcnt.















Nore Eo lnseinoe t Popnlairo et Elio Dibois 0



Monsieur le Ministre,
Chres Sours,
Mesdemoiselles, Mesdames, Messieurs,

La distingue et chre Soeur Directrice de l'Ecole Elie
Dubois et l'intressante Amicale des Anciennes Elves don't je
me flitte d'tre Membre protecteur m'ont demanl d'adresser
un mot de .incre gratitude et de pieux souvenir l'homme
d'Etat combien admirable que fut Elie Dubois l'occasion du
50me anniversiire de sa mort. Je me sens vraiment honor
de remplir une lche aussi noble. Je n'ai que le regret, -
votre bienveillance sau a m'en excuser,-de n'avoir pas les do-
cuments et le temps ncessaire pour mieux brosser cette belle
figure hatienne et mettre plus en relief ses vertus civiques.
Il m'a t aussi demand de vous prsenter, Mr le Ministre,
les respectueux hommages des Surs et Elves de cet ta-
blissement. Elles vous remercient pour toutes les belles pa-
roles que vous leur avez adresses et pour le bouquet qu'au
nom du Gouvernement, vous avezdpos au pied de la Statue,
elles vous remercient sincrement d'tre venu. rehausser par
voire presence l'clat de cette pieuse manifestation de sym-
pathie et de reconnaissance.
Au lendemain, Mesdames et Messieurs, du fameux manifeste

(*) Discours prononc le 7 juillet1924 au pied de la statue d'Elie
Dubois, au nom de l'Amicale des anciennes Elves des Seurs
d'Elie Dubois pour fter le 50eme anniversaire de la mort de ce
grand et illustre hatien, ancient Ministre de l'Instruction Publique.








NOTRE ENSEPRNEMENT POPULAIRE 47
de Praslin qui contenait tant d'ides rforrratrices; quarante
annes aprs l'pope de 1804, le pays qui vivait, peu ou proud,
sans l'enseignement popul lire, a vu brusquement, avec le Gou-
vernement de Geffrard, un de nos meilleurs Chefs d Etat, surgir
Elie Dubois comme Minis!re de l'Instruclion Publique. Cet
homme qui fut au dbut un primaire, un simple ouvrier, avec
une intelligence couple, un c rveau lucide et qui s'est, par des
lectures, la' gement dvelopp et enrichl, dans la suite, de con-
naissances diverse, jusqu'a devenir un brilliant avocat, est
sorti du people et par ainsi, connai-sait les moinires besoins,
pntrait, saisissait les mobiles et les modes d'action des
proltaires. Encore tout imprgn des vues librales et dmo-
cratiques de la grande tourmente de 1843, il essay, par le
dveloppement intensif de l'enseignement populaire, par l'-
ducation professionnelle et religieuse de donner l'activit
haitienne une direction plus rationnelle et plus positive. -
C'tait ragir, ruiner et renverser un pass trop longtemps
hon'eux qui condamnait tout un people l'ignorance.
Le nouveau systme prconis tait neuf et clair: tablir
l'instruction publiine sur des bases solides et durables, la
rpandre dans toutes les classes de la socit, notamment
aux classes pauvres et aux families nce3siteuses ; btir par
une iucation utilitaire des hommes de mAier et des femmes
de mnage; larg'r chaque jour davantage ce cadre harmo-
nieux en basant le tout ur la religion et la morale. En raison
d'une civilisation plus large et plus complique, p!us riche et
plus exigeante qui nous talonne et nous pousse malgr nous
de l'avant, doter cette institution de plus de varit et d'-
tendtre, en grossir les former et les moules pour en tirer la
mthodela plus ducativeetla plusadaptable notre milieu.-
Il a fall, par la loi du 28 Septembre 1860, crer l'cole
mme, de petits cordonniers, de petits mcaniciens; fabri-
quer la petite lossivaus-, l. petite couturiDre; enseigner, cte
cte, avec la lecture, l'histoire, la grammaire, l'arithmti-
que, la musique, le dessin, la peinture, la couture, la bro-
derie, le tricotage, la menuiserie, la ferblanterie, le charron-
nage et combien d'autres encore d'aussi intressants et mme
la danse.








ET ELIE DUBOIS


Le but !ail de dresser, pour le Pays et contre la concur-
rence trangre, pour encadrer l'Elite Intellectuelle aussi
utile qu'indispensable, tout un bataillon bien styl et bien ou-
till de jeunes hatiens et de fortes hatiennes, intelligents et
comprhensife, avertis sur les vraies ncessits de notre vie,
en measure par la connaissance et l'application des aite utiles
de lutter, avec succs, qui dans le commerce, les uns dans les
professions agricoles, les autres dans les manifestations in-
dustrielles et dans les mtiers en gnral.
Celte introduction du travail manuel dans les tablisse ments
scolaires uibains et ruraux de garons et de jeunes filles dsi-
re par Elie Dubois, tout en prparant les 'ves une p'o-
fession, avait ce privilege particulier de metire en jeu les fa-
cults physiques, le coup d'oeil, l'habi!et, la souplesse de la
main; de les obliger rflchir et raisonner, traduire leur
pense par l'action plus nette et plus prcise. Ce brsoin,t s
louable de conserver notre enseignement secondaire classique,
de fortifier 'enseignement suprieur, de les %ivifier par l'en-
seignement secondaire moderne et de; corps de mtiers pla-
cs dans les tablissements primaires avait co.nm-nc par
trouver d'heureuses et de magnifiques applications; l'cole de
Mdecine fut rorganise; une cole de Droit, ure cole de
musique, une cole de peinture et de dessin furent tablies,
la fonderie national de Port-au-Prince fonde. Trois nou-
veaux lyces avaient t crs dans 'les villes de province,
celui de Port-au-Prince a t rorganis, dot d'un beau ca-
binet de physique et de chimie. En outre, de nombreux jeunes
gens tirs de tous les point du pays furent envoys dans I s
coles europennes pour se perfectionner; de nouvelles
coles primaires furent tablies, cells dj exis'antes ror-
ganises suivant le nouveau plan; pour pousser l'ducalion
religieuse introduire plus largement dans les coles, Ele
Dubois travailla la conclusion du Concordat avec Sa Sain
tel le Pape.
L'oeuvre fut, ce point ample, merveilleuse, l'lan donn
tellement vigoureux et abondant en rsultats fructueux qu'un
de nos meilleurs historians eut crire, il n'y a pas long-
temps que de ces tablissements rorganiss par Duboissor-








NOTRE ENSEIGNEMENT POPULAIRE


lit une gnration d hommes qui devaient ds 1872 assurer
une vie intellectuelle intense ce pays.
Le succ., Meid:lmes et Messieur-, fut dsormais consa-
cr en l'honneur d E'ie Dubois par les rformes sociales et
la transformation quelque peu sensible dFs mours que son
movement avait opres;et consquemmentson souvenir de-
v:nt, dans la mmoire des gnrations, imprissable. Mais les
formidublPs assauts subis par le piys cle 1865 i914 ont n-
cessairement contrari un si bel effort, ont fait sommeiller
l'couvre sans la fire disparatre. Car une ide heureuse et
juEte, une conception logique ne se percent pas, mme se-
mes sur le roc. Elles traversent les si:les intac'es, souvent
incomprises, parfois oublies mais sres de renatre, de re-
prendre vie, recueillies par des homes de bcnne fo;. L La
morale n'a jamais t abandonne, dans les priodes lumi-
neuses comme dans les sicles de tnbres, la matche gra-
duelle de l'esprit human n'a jamais interrompue.
C'est pourquoi il n'a pas t tonnant quand sous les gou-
vernements des Prsilents Nord A'exis, Leconte et Michel
Oreste, aMesieurs Thrasybule Laleau d'abord, Tertulien Guil-
beaud et Elienne Mathon et plus tard Dants Bellegarde ont
entrepris, tour toir, comme Ministresde l'Instruction Publi-
qup, de faire revivre, de concrtiser et d'amplifier I'ide d'Elie
Dubois. Ainsi est n ce bel tab'issement scolaire avec ces
lgantes annexes pour le travail manuel et a t difi le buste
de l'homme qui a fait tant de biens la cau:e de l'enseigne-
ment populaire.
On ne peut qu'tre heureux de glorifier une figure aussi
sympathique.
Il est consolant Monsieur le Ministre, dans les minutes
suprmes d'inidcision et d'angoisse national de se retremper
dans le pass. Nous ne so'mmes pas un tout unique, iso!. 11
y a entire ceux qui ont dj vcus et nous des liens troits et
intimes d'amour et de solidarity. Le present est le prolonge-
ment du pass, c'est aussi le dveloppement de l'avenir. La
vie pleine de vertus que nos devanciers ont mene ou nous
ont lgue nous doit tre un perptuel enseignement, une
source inpuisable de forte inspirations. Les diffrentes g-








UE ET ELE IUBO.S

nrations d'uce mme nation se doivent servir de guides et
et se ptter mutuellement appui.
Elie Dubois qui tait un caracre droit et ferme, une me
loyale et sincre avec le people, capable lui de libert et d'in-
dpendance, un eprit clair et ferlile,un cour dmesurment
liberal, et l est l'unit et l'uniformit de sa pense, un
amour gnreux, une tendresse toujours gale et abondante
en bienfaits l'adresse des proltaires de l'esprit, sut s'lever,
se donner un postulat du devoir, objectiver son point de vue
avec enthousiasme et enfin achever sa vie dans la noble et
fire attitude d- la tche accomplie. Et les gnrations succes-
sives, reconnaissantes et la fois tourmentes de la soif du
savoir ont camp sahiute personnalit. Il devient, dsormais,
un modle sduisant suivre.
Les rsultats aujourd'hui sont fconds, immense. Les
bonnes surs religieuses d'Elie )ubois, depuis quelques an-
nes avec une patience anglique, un savoir incontestable, un
dvouement toujours graniissant, don't il faut publiquement
leur rendre un clatant hommage, nous prparent, suivant le
plan Dubois, toute une ppinire de jeunes filles, gracieuses et
charmantes, dbrouilles et transformes, intelligentes et ins-
truites et jo'gnant l'agrable l'utile, aussi bonnes brodeuses
que distingues professeurs.
C'est, Mesdames, Messieurs, ce beau bouquet fminin fa-
onn par les Sours belges et compos de toutes les dlica-
tes roses du travail manuel sous ses formes les plus diverse
qui vient sous le nom d'Amicale des Anciennes E'ves, -gre-
ner, en signed de profonde gratitude, des fleurs aux pieds de
la statue d' Grand Homme et lui renouveler, par mon ham-
ble organe, leurs paroles de sympathie mue et de touchante
admiration.










L'AMENDEMENT PLATT
Son origine, ses consequences
















L'Amenelient Platt, son oriine, ses Eoisillences



Hati depuis 1915est lie par une convention avec les Etats-
Uis d'Amrique ; Cuba depuis '1903 a sigi , dans un sens
presqu'identique, un trait perptuel.
La force en a, brutalement, impos ces deux pays. Toutes
nos resources financires, douanirep, sont entire des mains
trangres. Notre service des travaux publics, r.otre hygine
publique, nos forces policires sont dirigs par des Amri-
cains. Cette situation tudie par des internationalistes fait
calaloguer Hati aussi bien que Cuba au rang des pays
quasi-protectorats. Netre s'atut de droit a aussi change; de
souverains disposant du sdlf-government nous devenons des
protgs. Nos maitres ont pour dix ans, avec facult de renou-
vellement, la disposition de notre movement.
L'Amricain abusant de sa puissance, au mpris de la mo.
rale international, gendarme tous les petits peuples latino-
amricains; vritable nation de proie, il brise leur indpen-
dance, sabote leurs institutions de g; ou de force. 11 veut,
par une sorte de main-mise, raliser, r-me par l'emploi de
moyens rprouvs, ss ides imprialistes, tre seul matre de
la mer des Carabes. Sa politique l'exige (*)
La Rpublique Eloile domine tous les petits Etats du con-
tinent Amricain exsangues, mal organiss, sans discipline
politique, sans force positive, toujours diviss et s'entre-d-
chirant en des disputes locales. Sa prpondrance, moins par
la sympathie qu'elle inspire que par la force qu'elle impose,
s'est affirme nerg;iqie, accaparat ice. Les petits Etats en-

(*) V.- Gairal, Le protectorat Inte national .









L'AMENDEMENT PLATT


vironnants doivent se soumeltre ou seront impitoyablement
absorbs, au nom de la vieille doctrine de Monro;laquelle,
aprs avoir t pour eux une dfunse contre les ambitions des
peuples europens, devient, pour rpter l'expression de Mr
Calvo, aun vritable yatagan deux tranchants, un pou-
vantail, un instrument dangereux qui facility l'hgmonie d3s
Etats-Unis d'Amrique. La situation gographique des Etals
dbiles du nouveau-monde les front fatalement tomber dans
cet essai de Zolleveren don't parent Feyel et Firmin Roz,dans
ce rve colossal d'un va-te empire Amricain comme celui
que prpara la Prusse pour crer l'unit Allemande et o les
Etals-Unis du Nord veulent jouer le plus grand rle.
Les dsordres locaux qui sembleraient provoquer un certain
humanitarisme ne sont que d'indignes et vulgaires prtextes
l'intervention. Les raisons dter.ninantes rsultent plutt
de la politique amricaine, d'un besoin d'hgmonie, de la
ncessit de l'extension territorial, de la ncessit plus im-
prieuse de s'assurer, soit par des dpts de carbon de terre,
soit par des stations navales, des points de ravitaillemsnt, les
positions stratgiques, en cas de guerre proci.hine. Pour de
pareilles fins l'immixtion est d'abord lente, toujours astu-
cieuse; elle se dissimule, se dguise, Qous des former diverse;
parfois elle est amicale, souvent indirecte pour aboutir, au mo-
ment o l'on y pense le moins, une occupation violent,
une prise de possession de tout par voie d'autoril. La na-
tion faible est, par ce manage, atteinte en sa souverainet.
Los victims de cette contrainte sont nombreuses: Porto-
Rico a un gouverneur Amricain malgr le trait da Paris;
S'-Thomas est a.het da Daniemnak ; les colonies anglaises et
franaises sont convoites et menaces de devenir amricaines
en change des dettes de la guerre de 1914. La Rpublique
de Panama, ne des intrigues de Washinglon par une vio-
lente separation avec la Colombie, est galement soumise par
le trait du 18 Novembre 1903 une situation de fact ana-
logue au protectorat; par le trai' d i 8 Fvrier 1907 conclu
avec la Rpublique dominicaine, aggrav plus tard, par une
occupation militaire, les E'ats Unis, malgr le retrait de leurs
troupes, ont tabli sur ce pays un contrle qui viole les prin-









SON ORIGINE, SES CONSEQUENCES


cilpes du droit international; les traits des 10 Janvier et 6
Juin ont cr Nicaragua et Honduras une situation amoin-
drissante pour ces deux Etats; Cuba par l'amendement Platt
et le trait perptuel de 1903; IHuti par la Convention de
1915 se trouvent soumises, comme les autres, une sorte de
quasi-protectorats ou de quasi-indpendances.
Tous ces pays latino amricains, en dehors mme de toute
occupation militaire, restent au point de vue conomique et
industrial, sous la main-mise amricaine. Les capitaux am-
ricains constituent l'occupation la plus dangereuse laquelle
ils soient soumis. Les Etals europens en prouvent actuelle-
ment les inconvnients. Piesque paitout, dans le commerce,
les industries, les banques, le trust yankee trne en maitre.
L'oncle Sam a les yeux ouverts sur la vie international des
pays don't il convoite ou dlient la tutelle. Les forces amricaines
abandonnent Nicaragua ('), c'est exact; mais le trait du 10Jan-
vier subsiste et trangle Nicaragua; elles ont aussi lev l'ancre
Santo-Domingo; mais la convention financire de 1907 et
l'Emprunt qui s'en est suivi restent. Cuba est aussi dbarras-
se de toutes forces militaires amricaines; mais l'Amende-
ment Platt, le trait perptuel demeurent au profit de l'ing-
rence amricaine. Un jour, sans nul doute, q -and un gouver-
nement national le voudra, [lati sera aussi libre des force's
amricaines; il est crain-Ire que comme pour les autres, il
ne nous soit impose un genre d'amendement Platt.


Nous allons particulirement tudier et prciser.-en raison
de notre voisinage avec Cuba, de la situation qui nous est
faite, -- comment a volu progress ivement, depuis.un sicle
l'immixtion amricaine dans la vie du people cubain? Com-
ment s'est produit l'occupation et la dsoccupation de l'le?


(*) Les Gables viennent de nous apprendre que, d'ordre du
President Coolidge, des marines amricains ont roccup Nicara-
gua ; les uns pensent que c'est pour faciliter Diaz contre Sacassa;
d'autres mieux renseigns, supposent que c'est en vue d'obtenir,
comme Panama, le percement d'un canal Nicaraguayen qui per-
mettrait aux amricains de prendre un jour le Mexique revers.









L' AMENDMENT PLATT


En retour, quel instrument de droit international lui a-t-on
exig, quelle en est sa porte juridique et ses consequences?
Cuba rest plus de quatre sicles sous la domination e.pa-
gnole. Terrorise, elle se rvolta, dcide briser ses chains.
Des prouesses les plus clatantes ne suffisaient pas assurer
son succs dfinitif; l'amricain le pressentit et come un
nouveau Lolengrin moderne apporta son appui ... intress.
Cuba passa ainsi, apis la victoire consacre aux yackees, de
la poigne dure (de l'Espagne pour choir dans les series ner-
giques amricaines.
La mise en scne a t prpare,combine de longue main.
Le mme coup s'est rpt pour Hati: l'effaire du Mle St
Nicolas, en vue d'une base naval, exigeant en 1889 l'arrive
de l'amiral Gerardhi et de toute une escadre de navires am-
ricains Port-au-Prince en tmoigne hautement (*). La pr-
sence en 1906, que rien n'explique, d'un attach militaire am-
ricain en H;ati, le capitaine Young, levant les plans, les mo-
nographies de nos forteresses,des end oits stratgiques et des
points faibles; les demands vexatoires produites en 1914 par
l'Amricain Fuller-et consorts, suites fcheuses, en 1005, dt s
contracts de chemins de fer Mac-Donall et figues-baanans, ca-
chaient de profonds secrets et constituaient dj de sufisantes
indications de 11 tendance d'i gouvernement amnricain notre
gard, que l'hii toire diplomatique de demain rvlera.
Tout prs de nous Snito-Domningo, lei Etats-Unis ont
rempli le mme rle (**); en 1849, sous le Prsident Santana,
trois de ses Agents: Benjamin Green, White et Picket es-
sayrent, prclitant de nosa dmls avec notre voisine pour
avo'r d'rliP, un tri ds pro'ector.it o i d'annex'on. Un nom-
m Wiliiam CGzeneau, fut aussi, vers la mme poque, dl-
gu en mission officieuse pour oblenir la cession de hi baie
de Samana, sous forme de bail ferme pour l'tablissement

(*) V. Jacques Nicolas Lger, Ilati, son histoire et ses dtrac-
teur.s page 244.- Antnor Firmin, correspondence publie dans
le Livre Bleu de 1891.
(") V. Antonio de la Rosa-Finances de S'-Domingueet le Con-
trle amricain. V. Yacinto Lopez, Revue, La Reforma social:
Crimenes del Imperialismo, page 44.








SON ORIGINE, SES CONSEQUENCES


d'une station navale. En 18CO, les amricains ont empch
l'Espagne, au nom de la doctrine de Monrc, de reprendre
possession de Saint-Doming.ie; en 1863 le Prsident Amni-
cain Grant a pu avoir du Prsident Biez l'annexion de St-
Domingue qui ne fut pas admise par le Snat Amricain. Les
nombreuses difficults qui ont exist de 1866 1907 entire
l'tat Dominicain et des compagriee amricaines qui ont
toutes les concessions de miiie,des monopoles de fabrication,
de navigation, des contracts de Banque, de chemin de fer, ont
fini par jeter ce pays, la suite de ngociations, de modus
vivendi, de conventions, sous le contrle financier amricain.
En Hati, Santo Domingo come Cubo ou ailleurs parmi
les pays qui se trouvent dans le giron des Elats-Unis, l'ac-
tion d'ingrence se produit lente et certain pour aboutir
d'infmes guet--pens.
D'aussi loin que l'on veuille remonter dans la vie de la na-
tion Cubaine, on dcouvre ces manifestations d'immixtion.
Dj vers 1789 le gouvernement de Washingtoa insinua l'ide
d'un Congrs des Rpubliques amricaines dont le but serait
d'tudier notamment les affairs d liati, de Cuba, de Porto-
Rico. etc. Le congrs am icain qui vit, en cette attitude, une
immixtion dguise du gouvernement, pouvant tre nuisible
la bonne harmonie existant entire l'Epagne et les Etats-
Unis, empcha la runion de ce congrs diplomatique.
En 1809 le Priident Jefferson (*) disait que Cuba et le
Canada doivent un jour appartenir aux Etats-Unis: il faut
crer un Empire de libert tellement grand qu'on en aura ja-
mais vu de pareil. A un tel Empire aucune autre Consti-
tution ne saurait mieux convenir que cell de l'Union, base
sur le self-govern-nent. Au sud, c'est Cuba qui devra tre le
terme extreme des acquisitions territorriales. L il faudrait
riger un monument portant ces mots: nec plus ultra.
Plus tard en 1830, sous lo conseil de quelques banquiers
yankees qui financrent l'entreprise, un nomm Fiancisco
Lopez .aid d'un colonel amricain de Kentucky, envahirent,
sans coup frir, la Havane dans la pense d'annexer l'Ile de
(* V. Vialet, Essai d'histoire diplomatique amricaine, page 356.
V. Alejandro Alvarez, Le Droit international Amricain, page 128.








L'AMENDEMENT PLATT


Cuba aux Elats-ULis. Celle tentative audacieuse choua: am-
ricains et Cubain furent pendus.
Sitt qu'clata Yara en 186S la premiere et longue rvo-
lution Cubaine de dix annes contre la tyrannie espagnole,
toute la press des Etats-Unis en profit pour censurer la con-
duite de i'Espagne et prendre position pour Cuba. Des clubs,
associations, comits rvolutionnaires furent fonds New-
York, favoriss par les propres yankees. On provoqua aux
Etats-Unis mmes des meetings, on en active la propaganda,
on y ouvrit des souscriptions auxquelles de nombreux tra-
vailleurs cubains versaient une ou deux journes de leur tra-
vail. Les insurgs envoyrent les belles cubaines quter chez
les riches yankees amricains. Ceux-ci, plus par politique
que par sympathie pour la cause rvolutionnaire, ne man-
quaient pas de jeter entire les mains des charmantes quteu-
ses des sommes considrablement importantes et beaucoup
demandaient mme payer des cotisations mensuelles tant
que durerait la guerre. D'autre part, un syndicate de banquiers
amricains offraient de pr'er cent millions de dollars rem-
boursables en terres don't on le'ir accorderait l'exploitation,
aprs l'indpendance (*).
Monsieur A. Chassang, Inspecteur de l'Acadmie de Paris,
rapporte dans une forte tude sur Cuba, qu'en deux fois, en
1850 et en 1851, des milliers de flibustiers amricains, dans
le but de l'annexer, envahirent saos succs le nord de Cuba.
Dans le grand livre de dmembrement de la population
cubaine de 1899 rdig en collaboration d'amricains et de
cubains, on est d'accord dclarer que depuis 1825 les Etats-
Unis du Nord ont toujours montr le plus vif intit dans les
affaires cubaines, ce point que le Prsident amricain
John Quincy Adams parla mme d'annexer Cuba pour em-
pcher qu'en violation de la doctrine de Monro, elle ne pas-
Es', sous le joug d'une puissance europenne,
Le President amricain Po!k, en 1818, fit, son tour, ou-
vertement, des propositions au gouvernement espagnol.pour
l'achat de l'Ile. En 1851, le Gouvernement de Washington d-
clara que la possession de Cubi par toute puissance trangre
(*) Tarrida de Marmol, Guerra entire Espana et Cuba








SON ORIGINE, SES CONSEQUENCES


serait uoe menace perptuelle pour les Etats-Unis, il offrit
200 millions de dollars l Espagne pour la cession de sa
Souverainet sur l'le, contrairement, il la lui arracherait par
la force des armes.
L'amricain pursuit sa proie, avec une rare finesse. C'est
tanttlui qui travaille la dlivrer de l'Espagne, pour la mieux
touffer; et quand un autre s'olfie cette besogne chevale-
resque, il est encore le premier, en retarder le geste. Son
humanitarisme est intress. C'est ce qu'explique Monsieur
Calderon. dans Les Dmocraties latines de l'Amrique , rap-
pelant un cas cit par l'minent historian et diplomat br-
silien, Monsieur Oliveira Lima qui dit que, quand Bolivar,
aprs avoir convoqu le Congrs de Panama, voulut en 1826,
comme dernire tape de sa vaste pope, donner la libert
Cuba, les Etats-Unis cette fois l'en empchrent. Car ils sa-
vaient que l'indpendance signifiait aussi l'alfranchissement
des races asservies, et il fallait des esclaves la riche et or-
gueilleuse fodalit de Virginie. Ces teires tropicales, Cuba
et Porto-Rico taient la proie promise au future imprialisme
fdral, et l'Espagne pouvait en demeurer la gardienne, jus-
qu' ce que la puissance yankee pt en exiger la ces-ion ou
en faire la conqute a.
Ainsi, ce mme intrt yankee, ajouta Monsieur Culderon,
qui interdisait en 1826 l'indpendance de Cuba donnait plus
tard choisir entire son autonomie ou la guerre, tragique di-
lemne auquel la hautaine Mtropole ne pouvait se soustraire.
Entre l'pret commerante de jadis et ce recent don quichot-
tisme, l'opposition n'est qu'apparente: une logique cache
guide la politique amricaine. Si l'on considre le but: s'as-
surer le contrle incontest de la mer des Carabes, par l'a-
chat ou l'annexion d'Iles.


Le grand movement de rvolte de 1895 qui aboutit l'In-
dpendance de l'Ile voisine va dsormais prciser et fixer le
but de Washington. L'immixtion amricaine sera directed, d-
cisive, brutale. Sans management, elle portera le coup dfi-
nitif, fatal et en profitera.








L'AMENDEMENT PLATT


Sous les instances suggestions des homes d'Etat amri-
cains, les cubains projetrent, au fort de la lutte, d'tabir
New-York, une Assemble legislative qui aurait la double mis-
sion de leur dicter une constitution et de leur octroyer la
quality d'Etat indpendant.
Le combat continue violent, quand mme le succs pour
eux resta indcis.
Cuba hroque, mais dbile attendait son c ois: les
Etats-Unis remplirent ce rle. Attentifs aux affaires de l'lle
ils ngocient une intervention avec des agents non-officiels et
New-York est le port d'expdition des flibustiers. Le sna-
teur cubain Vidal Morals, en son ouvrage d'histoire traitant
de l'origine et de la tendance annexionniste des amricains
Cuba, fait la mne remarque quand il crit que devant
les atrocits espagnoles le mcontentement gagna l'me cu-
baine, laquelle aveugle par la d nocralie nord-amricaine
qui lui allongeait les bras, fixa enfin la vue sur les fulgurantes
toiles de la Grande Rpublique Etoile pour trouver sa
voie .
La remarque se ralisa. Au Congrs de Washington, sans
se gner, le parti dmocrate s'entendit avec le parti rpubli-
cain pour voter des resolutions exprimant ouvertement leur
sympathie Cuba et demandant au gouvernement une neu-
tralit quivoque. Celui-ci feignit de ne pas comprendre. C-
pendant, le 21 Dicembre 1890 le Comit des Relations ext-
rieures du Snat amricain reconnut carrment Cuba, et
sans autre procedure, le droit de nation indpendante. En
mai 1897 le Congrs vota une loi accordant cinquante mille
dollars aux victims amricaines et cubaines du f it de la
guerre. Tout cela ne suffisait pas pour justifier une action
coercitive de leur part. Quel biais trouveront-ils pour satis-
faire leurs ambitions? Comment intervenir de faon plus ef-
ficace dins la lutte arme? L'affaire du a Maine leur en of-
frira l'occasion.
Un soir, le 24 fvrier 1896 a le Maine , cuirass amricain,
peut-tre negligence de son quipage ou autrement, fit brus-
quement explosion dans lA rade de la Havane, plus de 200
marines et officers y pirireni. On fit semblant d'enquter sur








SON ORIGINE, SES CONSEQUENCES 59

le cas. Les espagnols dclarrant que l'accident proven3it de
l'incurie ou de l'indiscipline d l'quipage et rclamrent une
contre-enqute. Rien n'y fi. Le prtexte a t trop adroite-
ment trouv pour reculer. Les amricains rpliqurent que
l'accident tait d du fait d'une dynamite sous-marine. C'en
fut assez, pour enllammer, selon le mot du Snateur fran-
ais Destournelles de Constant, le chauvinisme amricain.
Le belliqueux Prsident Mac-Kinley demand immdiate-
ment au Congrs la permission de fire la guerre. Le Con-
grs vota, en rponse, le 20 avril 1898 les resolutions sui-
vantes:
lo Que le people de Cuba est, et de droit doit tre libre et
indpendant;
2o Que le Gouvernement d'Espagne renoncera son auto-
rit et retirera ses forces de terre et de mer Cuba;
3 Que le Prdsident des Etats-Unis utilisera les forces de
terre et de mar de la nation pour exculer la prsente rso-
lution;
4 Que les Etats-Unis refusent toute intention d'exercer
leur souverainet sur la dite Ile de Cuba et affirment leur d-
termination de laisser le gouvernement cubain son people .
Le 30 avril 1898, sans declaration de guerre pralable, le
Commandant Dewey de la flotte amricaine sortant de Hong
Kong (Asie) fit, dans les les Philippines l'entre de la baie
de Manille, rencontre avec une parties de la flotte espagnole
et la dtruisit. Au mme instant le reste de la flotte comman-
de par le brave amiral Cervera, bloque dans la. baie de
Santiago de Cuba, fut ensevelie sous les feux de la flotte du
Capitaine Sampson.
En un tournemain, la capitulation gnrale fut obtenue et
les troupes espagnoles vacurent Cuba. Un trait, connu
sous le nom de Trait de Paris, a t sign et ratifi le 11
Avril 1899 entire l'Espagne et les Etats-Unis, rsum peu
prs en ces terms:
1o Renonciation entire par l'Espagne tous ses droits
sur Cuba et occupation militaire de Cuba par les Etats-
Unis;
20 Cession de Porto-Rico;








L'AMENDEMENT PLATT


3 Occupation militaire de Manille par les Etats. Unis jus-
qu' la conclusion d'un trait qui dterminera le sort des Iles
philippines;
40 Suspension des hostilits et vacua!ion immediate de
Cuba et de Porto Rico par les troupes erpagnoles.
Washington, en cette cojoncture, fit le jeu de Perrin Dan-
din come dans la fable l'hutre et les plaideurs: il plaa tout
bonnementCuba sous sa trop vigilante protection. Le but con-
voit, longtemps poursuivi fut atteint. Conformment au Trait
de Paris et contrairement aux Dclarations du 20 avril du Con-
gr.,'le gouvernement de Washington ordonna l'occupation
militaire de l'Ile et exera sur elle son entire souverainet.


II faudrait avouer que si les amricains,en occupant Cuba,
en ont conomiquement et militairement tir d'immenses
profits, ils ne manqurent pas, serait ce pour mieux mas-
quer leur jeu, d'en faire une Cuba nouvelle. Partout et dans
toutes les branches des activits de la vie cubaine, on sent
l'empreinte amricaine. Les yankees ont jet dans le com-
merce, dans les industries sucrires, dans les exploitations
agricoles, dans les chemins de fer, plus d'un demi milliard de
dollars en moins de trois ans. A Cuba crivait tEl mundo
du 9 octobre 1914, en sa premiere Havane, au fond de tout
s'agitent les intrts privs. Vingt fois nous avons affirm et
dmontr que les vraies rformes que nous avons sont dues
au Gouvernement des Etats-Unis sur qui n'influaient, ni ne
pesaient les intrts personnel. Aussi a-t-il, avec succs, ra-
lis la rforme fiscal, la rforme sanitaire, la rforme scolaire,
la rforme universitaire, la rforme agricole, la rforme reli-
gieuse, la rforme judiciaire, la rforme lectorale etc.
Brook, Wood, Magoon, tour--tour, Gouverneurs de l'Ile
ont assum la tche de la diriger, de la couler la moule
amricaine.
Moments dlicats, travail difficile demander deux con-
ceptions divergentes de s'accorder, de se rythmer: parfois
elles se touchent, souvent elles se heurtent. Leurs tendances
et leurs goits different. Heureusement les besoins dominant,









SON ORIGINE, SEb CONSEQUENCES


essentials sont partout les mmes et se manifestent, jamais
varis, en une certain affirmation du progrs matriel, en
uae organisation pratique de la vie individuelle ou collective.
C'est pourquoi Cuba, l'cole amricain-, rsistera d'un ct
et aura t souple de l'autre.
Au demeurant, elle aura considr d'un autre point de vue
que nous, l'occupation militaire. Fire et dcide, observant,
s'instruisant, tirant advantage de tout, rcriminant l'occasion,
acceptant ou ayant l'air d'accepter son sort avec intelligence
et malice; luttant contre, sans laisser apercevoir qu'elle hait
ses envahisseurs, masquant avec une rare et haute noblesse
son jeu.
Son tat d'me, tait ainsi tout autre que le ntre. Un v-
nement presque attend lui mnageait le temps de mieux
objectiver sa conscience, de voir clair. Opprime par l'Espa-
gne, aide par Washington, elle devait, par la force des cir-
constances, recueillir dans la duret de l'occupation, dans son
mode d'agir, de l'nergie; dgager dans sa mthode duca-
tive, un sens plus rationnel du progrs: le bien tre nouveau,
actuel clipsait, incontinent, les atrocits d'hier. Nous autres,
depuis dj:i un sicle nous nous tions forgs, par le fer et
dans le sang, d'autres origines; nous jouissions de la libert
et brusquement une cruelle fatality brisa notre superbe et
nous imposa un maitre. L'imprvu du coup nous tourdit.
D'o s'expliquent, en face des mtques occupants, nos cris
dchirants de lgitime protestation, notre sensibility morale
fouette au vif, notre am3ur-propre froiss, le besoin ma-
gnifique de lutter encore, toujours, contre mme des faits
accomplish. Malheureusement, dans notre defense mme just,
nous perdons trop souvent le sens des ralits politiques;
ceux qui par leurs saines ides morales, reprsentent tho-
riquement le pays, s'enferment, outre-mesure, en des for-
mules abstraites et les redoutables adversaires, positifs en
leurs vues nous frappent d'estoc et de taille.
Bien entendu, si le passage de l'amricain a cr Cuba
une discipline nouvelle, au point de vue du dveloppement
matriel, de l'organisation mthodique et scientifique du pays;
son influence, on doit le reconnatre, resta cependant sans ef-








L'AMENDEMENT PLAIT


fet sur l'ducation morale, sur les hrdits sociales et les
vieilles traditions latines transmises par l'Espagne aux Cu-
bains. Elle n'a pas pu galvaniser ses nergies spirituelles
dans le sens amricain. En cela la m:hode yankee a fait fail-
lite, elle n'a pas eu de priie sur les moeurs castillanes, d'ail-
leurs, si raffines. Mmes les lois nouvelles bourres de saxo-
nismes ont choqu contre les caractres sociaux acquis, se
mlangeant sans s'y confonire, sans s'y adhrer. Bien qu'on
senate partout s'affirmer des rformes amricaines; elles n'ont
pas change l'ame cubaine,
Les envahisseurs occupent routes les avenues: on y rencon-
tre plus de 200 mille qui coudoient les cubains l'poque
hivernale; sur 208 tablissements sucriers, ils en possdent
les deux liers; ils ont des coles, des imprimeries, des jour-
naux, des glises, de nombreuses maisons de commerce, l'ex-
ploitation de toutes les lignes de chemins de fer; ils ont Guan-
tanamo, cependant cette mare grossissante n'a pas submerg
l'me cubaine. Elle a su, cette me, conserver sa physionomie
propre, son originalit castillane; elle a su raliser le mot du
Snateur hatien Seymour Pradel: maintenir. Mais elle a Eu
maintenir dans la paix, dans une collaboration srieuse et pleine
de dignit, avec l'amricain, s'imposant par sa science et son
grand amour du pays, dcide ne pas faillir en des tran-
sactions dshonorantes. Elle a su maintenir dans le travail.
Ainsi, elle a ruin l'occupation.

Cette noble attitude, puise dans une connaissance parfaite
de ses droits, dans une pleine conscience de ses devoirs, pro.
voqua en effet, le retrait des troupes amricaines. L'occupa-
tion n'eut plus de place devant ce bloc national. 11 fallout bien
o'en aller, ne ft-ce que pour sauver la faade.
Une raison suprieure exige cependant que la politique in-
ternationale amricaine ne subisse pas d'accroc dans le bassin
des Antilles. Comment concilier les intrts qui paraissent
tre si opposs? L'amendement Platt sera la formule sauve-
l'honneur qui apaisera les craintes qu'on aura de perdre Cuba.
Le Secrtaire de la guerre Elihu Root aura prpar le fameux
instrumentum, sur la demand du Snateur Orville H. Platt,









SON ORIGINE, SES CONSEQUENCES


du Conneclicut, Prsident du Comit des affaires cubaines au
Snat le 25 fvrier 1901 contre Cuba et sur celle, la mme
date, du Snateur Spooner contre les Philippines; le Snat am-
ricain (*) l'aura ratifi en mars 1901 par 43 voix contre 20,
aprs de srieuses discussions entire les auteurs de l'amende-
ment et les Snateurs Bacen, Morgan, Jones Clay, Cuberson,
etc; et c'est le gnral Wood, gouverneur de Cuba, qui sera
charge, quelques jours seulement avant le renouvellement de
Mac-Kinley au Pouvoir, de le soumettre l'Assemble natio-
nale Constituante de Cuba; Assemble prestigieuse o figu-
raient des hommes de la valeur d'un Sanguily, d'un Alfredo
Zayas, d'an Gualbeito Gomez, d'un Gonzalo de Quesada, etc,
appele donner au pays une constitution.
Selon une tude remarquable du Dr Enrique Gay Calbo (**)
lue la 9eme session annuelle Je la socit Cubaine de Droit
Inlernation l, l'auteur prnse que l'amendement n'est pas de
l'initiative d'Elihu Root; il fait remonter son origine soit
des suggestions du Prsi'Jeut CuGib'lin Estrada Palma, soit
celle de l'Espagne qui demandait la garantie des biens espa-
gnols par l'annexion de Cuba aux Etats-Unis, ou dans des
proposition is faites pir le Sinateur Morgan au Dpt. d'Etat,
ou bien dani des noies envoyes par le gouverneur Wood au
Secrtaire Root; ou bien encore, ce qui est p'us certain, dans
la politique traditionnelle d'imprialisme adopte par les E'ats-
Unis.
Au nom de Washington, donnez-nous l'Amendement
Pla't, incorporez-le votre constitution, disait le Gouverneur
amricain Wood, par ordre militaire, No 301, du 25 Juillet
1900, aux constituents cublins, et nos troupes abandonneront
Cuba (***) D.
Ce fut, avec le (trit perptuel, une bien singulire ngo-
ciation d'un people fort et puissant avec une nation faible, de
l'occupant arm avec l'occup dsarm.

(*) V. Congressional Record de 1902-1903-1904. V. Moniteur
contenant les sances du Congrs des Etats-Unis anne 1901.
(**) V. Dr Enrique Gay Galbo,- Gnesis de la EnmiendA Platt,
Revue Cuba Contemporanea de Mai 1926, page 47.
(***) V. Diario de Sessiones de Cuba 1900-1901-1902-1903, etc.









L'AMENDEMENT PLATT


La constitution fut adopte le 21 fvrier 1901, et malgr les
atermoiements, on y incorpora le 1'2 Juin 1901, sous forme
d'appendice, le fameux amendment Plait en huit articles:

AMENDMENT PLATT
Article ler.- Le Gouvernement de Cuba ne pourra jamais
avoir, avec une ou plusieurs Puissances trangres, aucun
trait ou pacte qui attente ou tend attenter l'Indpendance
de Cuba, ni en aucune manire, autoriser ou permettre une
ou plusieurs puissances trangres d'obtenir, soit par coloni-
sation, soit par maneuvres militaires, navales ou de toute
autre manire, jurisdiction sur aucune portion de l'Ile de Cuba.
Art. 2.- Le dit Gouvernement n'assumera et ne contrac-
tera aucune dette publique, si pour le paiement des intrts
et amortissement de celle dette, aprs avoir couvert les d-
penses courantes du Gouvernement, il rsulte que les re-
cettes ordinaires sont insuflisantes.
Art. 3.- Le Gouvernement de Cuba consent que les Etats-
Unis puissent exercer le droit d'intervenir Cuba pour la
preservation de l'indpendance, le maintien d'un gouverne-
ment capab'e de protger la vie, 11 proprit et la libert in-
dividuelle et pour l'accomplissmnent des obligations contrac-
tes et imposes par le Trait de Paris aux Etats-Unis et qui
doivent maintenant tre assumes et remplies pir le Gouver-
nement de Cube.
Art. 4.- Tous les actes raliss par les Etats-Unis Cuba
durant l'occupation seront r.itifis et tenus pour valuables, et
tous les droits lgalement acquis en vertu des dlits acts se-
ront maintenus et protgs.
Art. 5.- Le Gouvernement de Cuba excuter:, et ds que
ce sera ncessaire, amplifiera les plans dj projets ou autres
convenus mutuellement pour I'assainissement des villes de
l'Ile, dans le but d'viter le retour des maladies pidmi-
ques ou infectieuses, protgeint ainsi le people et le com-
merce de Cuba en mme temps que le commerce et le people
des ports du Sud des Etats-Unis.









SON ORIGINE, SES CONSEQUENCES 65

Art. 6.- L'Ile des Pins rest en dehors des limits de Cuba
jusqu' ce qu'un trait future en fixe la proptit (*).
Art. 7.- Pour mettre les Etats-Unis en measure de main-
tenir l'indpendance de Cuba et de protger le people et cette
indpendance et pour la propre defense des Eta's-Unis, le
Gouvernement de Cuba vendra ou affermera aux Etats-Unis
les terres ncessaires pour un dpt de cha bon ou des sta-
tions navales en certain points dtermins de l'Ile qui con-
viendront au Prsident des Etats-Unis ('*).
Art. 8. -Le Gouvernement de Cuba insrera les prcdentes
dispositions en un Trait permanent avec les Etats-Unis (**).


La Rpublique cubaine est dbarrasse de l'occupation mi-
litaire; mais avec l'appendice dnomm aAmendement
Platt I qui accord par la cession de Guantanamo des avan-
tages stratgiques si apprciables aux Etats-Unis, s'est-elle
rendue, pour cela, souveraine en son domaine territorial;
d'une fa3n gnrale l'amendement ne comporte-il pas, en
chacune de ses modalits, des prescriptions attenfatoires
l'indpendance cubaine?
Selon les principles du droit international public un Etat est
souverain, c'est--dire indpendant et autonome quand, hors
de toute ingrence trangre, il peut voluer, poursuivre ses
fins, i aliser son but social l'intrieur comme l'extrieur.
Si, par sa propre volont ou par le fait de la violence, dans
la conclusion des traits ou autres engagements internatio-
naux, une force extrieure prvaut la sienne, fixe sa forme

(*) L'Ile des Pins ou de Pinos est exploite presqu'exclusive-
ment par des conmpagnies amricaines surtout pour les planta-
tions d'ananas, il n'y a pas longtemps en 1924 qu'on en a reconnu
la proprit Cuba.
(**) Avec les dispositions de l'art. 7 le Gouvernement de Was-
hington s'est fait concder la baie de Guantanamo et celle de Ba-
hia o se trouvent aujourd'hui ses dpts de chai bon de terre et
ses stations navales.
(***) Depuis le 22 mai 1903, ce trait que vise l'ai t. 8 et don't les
terms sont identiques celle de l'amendement Platt a t admits
et ratifi par les parties et public dans la gazette officielle du 14
juillet 1914.









L'AMENDEMENT PLATT


de gouvernement, lui impose une constitution, lui interdit
de conc'ure des conventions sans son assentiment, se reserve
mme un droit d'intervention dans ses affaires intrieures ou
dans ses relations extrieures, l'Etat qui consent librement
ou qui est contra'nt de consentir un semblable march n'est,
en droit ni indpendant, ni autonome: c'est un protg.
Le terme indpendant, indique le Professeur Henry Bonfils
dsigne cette sphre d'action propre et exclusive dans laquelle
un Etat exprime et affirme sa libert au rang des autres
membres de la communaut international. L'indpendance,
c'est la libert dans les relations entire Etats; c'est l'exclusion
complete de l'ingrence d'autrui. Un Etat est indpendant
lorsqu'il ne reconnait aucune autorit pouvant lui imposer,
sous quelque forme que ce soit, dans ses affaires intrieures
et extrieures o sont en jeu ses intrts . Autrement, s'il
dsire qu'on abuse du terme, il faudrait lui appliquer une
ind4pendance conditionnelle ou amoindrie,ou mieux,suivant
la formule nouvelle adopte par l'internationaliste Fauchille(*)
et par Chailes Dupuiq, professeur l'cole libre des sciences
morales et politiques (**), un a quasi-protectorat ou quasi-in.
dpendance .
Le principle tel qu'il est nonc: le gouvernement du
pays par le pays lui-mme est admis par tous les auteurs
qui font autorit dans la science di droit international. Il y
a un grand amricain, le Prsident W. Wilson qui a eu
poser dans ses quatorze points, de faon express, la rgle
du dioit des peuples disposer d'eux-mmes. C'est le prin-
cipe de hi justice international pour toutes les nationalits
et leur droit de vivre dans des conditions gal-s d'indpen-
dance, de souverainet absolute, de scur t les uns avec les
autres, qu'ils soient faibles ou forts. Viste mensonge inter-
national! le Prsident Wilson, ancien professeur de morale,
a t le premier vio!er la rgle en intervenant Cuba, en

(*) V. P. Fanchille Trait de Droit International public, tome
1, -1"r paitie page 271.
(**) Note personnelle recueillie l'Ecole des Sciences Morales et
Politiques de Paris au course du savant professeur de Droit in-
ternational public, Charles Dupuis.








SON ORIGINE, SES CONSEQUENCES


faisant main-basse sur Haii, sur Saint-Domingue; d'une fa-
on gnrale les Etats-Unis ne sont pas en harmonie ave: un
si haut sentiment de justice ; en 1898 ils ont acquis l'Arliipel
des Philippines, Fous pr'ex!e de fire l'ducation des philip-
pins... Celte ide est en contrd.diction avec le principle dmo-
cratique formula sans rscrves qui impliquerait l'indpen-
dance immediate des Iles philippines .
C'est dans le mme esprit du respect des droils des Etats
que l'Union juridique international, en sa se-sion de novem-
bre 1920, a t amene proclamer le droit l'existence,
l'Indpendance et l'Egalit des Etals; que la Confrence in-
terallie de la Paix de Paris le 29 Avril 1919, o nous ren-
controns le mme Wi!son, a toujours, dans un ordre d'ides
ana'ogues, fait prcder le pace de la Socit des Nations
d'un prambule don't il est bon de retenir les trois premiers
articles:
ART. lcr.- L'Elat a le droit de conserve et de perpluer
lui-mme son existence.
AnT. 2. L'Etat est indpendant. L'indpendance de l'Elat
doit s'entendre dans ce sens qu'il peut librement se dvelop-
per sans qu'aucun autre Etal puisse s'immiscer, de sa propre
autorit, dans l'exercice soit intrieur, soil extieur de son
activity.
APT. 3 Les Elats sont gqaux devant le droit, etc.
L'arlicle 1C du pace mme de la Socit des Nations con-
lient l'engagement conventionnel pris par les membres de
la Socit des Nations, don't Iaiti, scus la frule amri-
cain,, Cuba avec l'amendement Plait en font parties originai-
rement, de se garantir rciproque:nent non seulement leur
intgrit territoriale, mais leur indpriedance politique. Quelle
dCrision Ces declarations pompeuses ne signifient pas toute-
fois solidarit entire les membres d'une mme Communaut.
e.s peoples forts et ambitieux en sont encore, la barbe
de la Socit des Nations, dvorer les petits Etats. Heu-
reusement, et il est consolant de I'affirmer, leurs agis-
sements ne peuvent pas consacrer un droit. La rgle immua-
ble est le droit pour tous les Etats d'tre indpendants. Toute
violation de ce droit absolu ne peut que confirmer la rgle.








L'AMENDEMENT PLATT


Ayez du comfort, une vie nalionaMe prospre, ces mo!ifs ne
sauraient tre constitutifs d'indpendatce, au sens rigo .reux
du mot, si l'on ne peut se hasarder de contractor, de ngo-
cier, de disposer de soi-mme et de ses biens son g..


La Rpubliqiue Cubaine, avec l'Amendement Platt coll
la queue dd si constitution, comme une espce de venin, a
failli, en mairites fois, disparaitre. Ce: amendment con!ient
des dispositions franchement restrictives l'indpendance de
ce pays (*).
Les raisons juridiques plus' mut invoques seraient asscz
dcisives pour nous permettre d'en dgager les deductions
ncessaire5, si nous n'tions perFonnellement retenu par un
certain senlimetit de courtoisie. Quand mme, nous nous en
voudrions, dans une matire aussi delicate, de poser aucune
conclusion brutale de nature froisser le moindrement la
susceptibility d'un people, d'ailleurs si accueil'ant, si sympa-
thique qui, durant noire mission diplomatique la Havane
nous a tenu en si haute estime. Cuba est tolj mirs vivement
choque d'en;cndre interpreter dans un ccns dfavorable son
statut de droit international. En Novembre dernier, elle a pro-
voqu la rupture des relations diplomatiques entre elle et
I'Uruguay, pirce que Monsieur Guani, Dlgu de l'Uruguay
la Socit des Nations, aurait prtendu, dans un interview,
que la Souverainet de Cuba tait limite par l'Amendement
Plat. Pour qu'on ne nous taxe d'exagration ou d'un manque
de tact, nous aimons mieux apporter l'appui de notre th?ze
des opi' ions de Cub lis trme: c'est eux, ces minentes
personnalits poliliques, ces crivains que nous prfrons
demander ce qu'ils pensent de l'Indpendance de leur p3ys
sous le rgime de l'Amendement Platt.
Monseieur le Docteur Enriquie Jos Varona, un des plus

(*) V. Pons, La question de Cuba au point de vue du droit
In terral ional.
V. Whlitcomb. Li situation international de Cuba.
V. Dr James Brown Scott, Cuba, L'Amrique latine, les Etats-
Unis, page 54.








SON ORIGINE, SES CONSEQUENCES 6f)
grands penseurs cubains, Membre de l'Acadmie des sciences
et arts de Cuba, Membre du par'i conservateur, Avocat, Ju-
risconsulte, Snateur et Vice-Prsident de la Rpublique sous
le Gouvernement Menocal s'cria un jour en plein Congr.-:
a L'Amendement Platt r'est qu'une formula courtoise du pro-
tectorat amricain sur Cuba. Le rgime qu'il constitute dimi-
?.ue la souverainet national .
Le Cubain Enrique Cullazo, ancien Dput du peuple, an-
cien Interventor Gnral, Journaliste, fait remarquer en son
ouvrage: Cuba Intervenida que l'Amendement Platt est
comme ure corde qui trangle le people pour l'obliger
obir aveuglment ceux qui dtiennent le Pouvoir, sinon
gare au nmaitre yarkee. Noire indpendance est tronquMe,
Washington seul gle nos destines politiques et nous som mes
condamns nous soumettre mme ses ordres illgaux, de
peur d'une intervention. Quelle situation lumilian!e pour le
people cubain
Monsieur Cosme de la Torriente, ancien Snateur de la
Rpublique, ancien Secrlaire d'Etat, ancient Ambassadeur
Washinglon rpondant, le 23 avril 192J, l'occasion de la 70
Runion Annuelle de la S'cit cubaine de droit internatio-
nal, au discours de M. Carlos Manuel de Cespd~, Secrtaire
d'Eta, disait propos de l'Amendement Phtt qu'il ne pourra
jamais avoir de cooperation fructueuse entire son pays et d'au-
tres Nations, si la cooperation en!ie Cuba et les Etals-Unis
s'alire ou est difficultueuse (*).
Monsieur Gaston Morua, Avocat, ancien Sous-Secrtaire
de la Jusli'e, traitant des probables conflicts q,.i pourraient
surgir par le fart de la Grande guerre mondiale entire I s
Etals-Unis et le Japon fit comprendre en des terms alar-
nintl, dans le journal a El Mundo du 18 fvrier 1915, le
danger qu'encourrait Cuba avec l'Amendement Platt : Un
srieux conflict, dit-il, entire le Japon et les Etats-Unis nous
affecterait considrablement, car pour le Japon comme pour
tous les autres Etats, Cuba n'est qu'une nation d/pendante

(*) V. Ruy de Lugo-Vina. Un Internacionalista representa-
tivo Cosme de la Torriente , page 209.








70 L'AMENDEMENT PLATT

des Etats-Unis qui ont assum par l'Amendement Platt et
le Trait per manent le devoir de la prolger et de la dfecdre.
Une dfaite subie par les Elats-Unis ferail perdre Cuba son
actuclle indpendance limite el conditionnelle; sa victoire
consoliderait notre statut politique. Le mm- journal, celle
lois sous la plume de son distingu Directeur, en son di-
torial du 30 Dcembre 1914, prcisant encore mieux l'opinion
de son rdacteur en chef s'exprime ainsi: a Nous parlons au-
jourd'hui, dit-il, d: politique. Nous ne pouvons pas dire rel-
lement qu'il existed Cuba une politiq le extrieure. Un pays
comme Cuba tant imparfait po'itiquement, c'est--dire juri-
diquement incorpor par les terms de l'Amendement Platt
aux Etats-Unis ne peut avoir de pol t;que trangre. La voix
de l'amricain pour nou; est decisive Ne nous trompons pas
nous-mmes et ne cherchons .tromper personnel en leur
laissant supposed que nous avons une l.olitique extrieure.
Nous sommes comme people trop petit, trop insignificant pour
diriger une politique extrieure et nous n'avons le droit de
passer aucun trait d'amiti, de commerce ou autre sans le
consentement des Etats-Unis. Le president Estrada Palma pour
l'avoir oubli au point d'essayer de ngoci.r un trait avec
l'Angleterre sans la participation du matre, non seulement
s'est vu abandonner de l'amricain, mais l'amricain a vu
avec in liffrence sa chut,, y a pouss mme. Tout ceci ne
veut pas dire que nous n'avons pas de diplomatic, nous l'a-
vons certainement dans le sens bureaucralique ...
Pour peu qu'on ait ea l'honneur de causer avec de puis-
santes personnali's cubaines tels que M. Orestes Ferrara,
D recteur de a leraldo de Cuba, et de la revue a CiPba Con-
temporanea, ancien Prsident de li Chambre des Dput.,
Cathedratico et Professeur l'Universil, actuellement Am-
bassadeur Washington, Mr Antonio Sanchez de Busta-
mante, une des plus nobles figuress de la diplomalie de son
pays, le distingu professeur Pablo Desvernine, le presti-
gieux Mr Cosme de la Torriente, ces trois derniers anciens
Secrtaires d'Etat; l'on (init par avoir l'impression, malgr
leur ton discret et leurs paroles trs rserves sur la condi-
tion inlernationale de leur pays, qu'ils ne peuvent s'empcher,









SON ORIGIN, SES CONSEQUENCES


peu s'en faut, de faire remirquer que l'Amendement atteto
la souverainet de Cuba.
Nous achevons ces sugges'ives citations par l'opinion d'un
minent hatien. Le journal Le Temps de Port-au-Prince, diri-
g par notre diisingu compatriote Monsieur Charles Moravia,
ancien Ministre Washington, en une srie d'tudes fort in.
tressantes et d'une documentation savante, dpouille et re-
trace avec mthole et impartiality par un historien politique
scrupuleux, parues au mois d'octobre 1926, aprs avoir fait
connatre son point de vue sur l'Amendement Platt, attire l'at-
tention sur l'ide oflicielle de Washington relativement au
statut international de Cuba Par l'Amendement Plitt dit-il,
propos Cuba par le gnral Leonard Wood, aprs avoir t
soigneu3ement rdig par E'ihu Root, cette poque Secr-
taire de la guerre, discut longuement par le Conseil du Pr-
sident Mc Kinley, soumis au Congrs par le Snateur Plat,
du Connecticut,et vot par la legislature le 2 Mars 1901,Cuba
devint pratiquement un protectorat des Etats Unis. A un
point de vue technique, le statut lgal de Cuba est celui d'un
Etat indpendant protg, d'aprs un document offiziel rcn.
du public par le Dpartement d'Et't le 10 Janvier 1919, por-
tant la mention confidentielle: Pour usage official seul. Ce do-
cument official, actuellement class la biblio hqie publique
de New-York dclare: 11 paraitrait que le mot indpendance
quand dans les traits et comme terme technique, il s'appli-
que de pareils Etuts protgs ne signifies pas une complete
liberty ddaclion, mais plutt l'absence concernant t'E'at pro-
tg, de restrictions telles que si elles existaient, elles consti-
tueraient pour cet Etat une atteinte sa personnalit inter-
nationale. i t il en rsulte pour lui une certain competence
lgale thorique pour tre l'arbitre de son propre destin. Cuba
reprsente peut-tre le meilleur example d'un Etat indpen-
dant plac sous la protection d'une seule Puissance .
A notre humble avis cette definition ne signifie rien, ou
veut dire que Cuba n'a pas sa souverainet, c'est--dire sa
complete libert d'action.
Nanmoins, c'est au milieu de vigoureuses protestations que
fut impos l'Amendement Cuba. Gouvernants et gouverns









L'AMENDEMENT PLATT


s'accordrent rprouver la conduite de Washington. La
press cubaine unanime, dans des circonstances aussi graves,
se faisant l'cho des dolances populaires,- soulegner un
vibrant article du Snateur Juan Gualberto Gomez, dans La
Discussion du 2) Mars 1001,- dmasqua et flagella le pro-
cd amricain contraire au droit des gens.
Dans la conscience cubaine tout cela ne reprsente qu'un
fantme d'autonomie, un simulacre de self administration,
un outrage la dignity national. La Constituante repousse
avec indignation les 3e, 5e, 6o et 7e clauses de l'amendement.
L'Amricain a compris qu'il fallait agir, profiter des occa-
sions favorables, faire taire les rumeurs et les objections, cal-
merles lgitimes inquitudes en attnuant, mme par des avis
quivoques, la rudesse des measures malencontreusement im-
poses. Il passera, encore une fois, ct de la vrit pour
oser affirmer que l'Amendement Platt,selon l'opinion du Pr-
sident Me Kinley, n'est pas synonyme d'intervention dans l'a-
venir, il signifie preservation de l'indpendance cubaine, pro-
tection pour tout gouvernement stable (*). Une pareille dfi-
nition contraire l'esprit et la lettre mme de la formule
tait forcment mise en doute et diminuait par contre le pres-
tige moral du Colosse du Nord.
*
Le fait est l, le reste est d'envisager vers quelles fins l'on
dsire s'acheminer, quels sont les avantages ou les entraves
qui dcouleront pour Cuba qui a maintenant son premier
President, l'ancien maitre d'cole, Estrada Palma, d'un sem-
blable rgime? Les Etats-Unis res!eront-ils fidles leur pro-
messe de n'absorber, ni de diminuer par des actes d'ing-
rence, la souverainet de l'Ile; en d'autres terms, excute-
ront-ils l'Amendement Platt, double du Trait permanent?
Il est d'une importance capital pour la politique interna-

(*) V. le cablogramme du 3 avril 1904 du Prsident Mc Kinley
au Gouverneur Wood public par le Dr Ruy de Lugo-Vina la
page 214 de son livre Un Internacionalista representative ; ca-
b!ogramme communique au Dr Domingo Meodez Capote, Prsi-
dent de la Constituante.









SON ORIGINE, SES CONSEQUENCES


t!onale et d'une haute porte mora!' de rappeler g'andi
traits les applications violent, ,voire brutales, qui ont tL
faites Cuba de l'Amende mrn t Pilat.
Que l'on se tienne pour aveili. Le monde entier connait
l'antienne, les dclarations valeur illusoire, les camoullages
et les truquages des ofi.-iels amricains et ce qu'il faut y pen-
ser: ils apportent aux petits Elats don't ils violent le terri-
toire, honneur et bonheur, protection pour les gouver-
nements stables; mais derrire, lisez les desseins inavous:
defenses et dveloppement des seuls intrts amricains, ac-
caparement des liberts par le processus d'interventions ar-
ines, politique de bases navales.
C'est donc plusieurs reprises, pour des causes varies et
une fin unique que les Etats-Unis intervinrent dans les af-
faires cubaines.
Ainsi, dans le course des grands travaux d'hygine, de r-
fection des rues, d'tablissement d'gots commencs sous
l'occupation et conlinus par le Prsident Estrada Palma, il
s'est produit un fait digne d tre signal et qui fouetta pro-
fondment le patriotism et l'amour-propre cubains. En 1905,
soit par negligence, soit par indifference, ces travaux ces,-
rent. Immdiatemnt, le Gouvernement de Washington, avis
par ses agents qui trouvrent l un moyen de spculer, diri-
gea au Gouvernement de C. ba, une note officielle ordonnant,
en vertu de l'art. 5 de l'Amendement Platt, de reprendre la
tche commence. On fit du bruit, on tergiversa; enlin, on
runit le Congrs Cubain qui la note fut communique. E'le
tait premptoire. Il n'y avait pas choisir. Le Gouvernement
dut obir et reprendre les travaux sur intervention amri-
caine.
Plus tard en 1912, sous le Gouvernement de Jos Miguel
Gomez, l'gard d'une concession accorde un citoyen am-
ricain, Monsieur H. J. O. Reilly, pour captation d'eau et
autres, Cuba subit une rude secousse de l'ingrence de Was-
hington pour le recouvrement de $ OA 557.000, prix de ces
travaux. Monsieur II J. O. Reilly, l'excution fantaisiste de
son contract, en demand pavement au gouvernement Cubain.
Celui ci parla d'inobservance du contract et voulut s'en rf-









L'AMENDEMENT PLATT


rer drs arbitres. Le citoyen amricain Reilly, au contraire,
en dehors des terms du contract, en appela au Gouvernement
Amricain. Ce dernier, sans autre explication, s'empressa d'en-
voyer, par l'intermdiaire de Monsieur Gibbsoo, alors Secr-
taire Charg d'Affairee de la Lgation des Etats-Unis la Ha-
vane, une note au Gouvernement Cubain, avec injunction de
payer sans retard. Comme la premiere fois, il n'y avait pas
gagner en longueur, la note lait aussi decisive, Le mme
jour on dut cracher au bassinet les $ On 557 003. Des jour-
naux Cubains en prirent prtexte pour adresser les pires in-
jures au librateur d'hier. L'opinion fut tellement surchauffe
qu'un jeune matamore, pour venger Cuba, profit d'une simple
discussion qui eut lieu dans un restaurant, entire lui et le Re-
prsentant diplomatique Amricain, A qui venge son pre
i! n'est rien d'impossible, pour appliquer sur la figure
blanche et joufflue du Charg d'Affaires, la plus belle et la
plus cinglante paire de giffles qu'on ait jamais reues. L'-
moi fut son comble. Les journaux tressrent des lauriers
ce nouveau Rodrigue que l'on envoya, hlas! a pourrir en
prison.

La rlection, en 1906, de Eltrada Palma a 11 prsidence,
a encore donn lieu une nouvelle intervention pacifique,
ensuite arme des Elats-Unis. Le gnral Estrada Palma, aid
par le parti modr qui s'appelle aujourd'hui conservateur,
remonta la Prsidence, grce la complicit amricaine,
pour une nouvelle priole de 4 ans. Le parti liberal, mcon-
tent, sans nul doute, des fraudes lec!ora!es qu'il prtendit
avoir t commises et ayant en vue de nommer plutt le g-
nral Miguel Gomez, protest ouvertement contre la rlec-
tion prsidentielle et en rclama l'annulation. Washington fit
la sourde oreille; en rplique, une revolution clata. Les
forces gouvernementales et les insurgs s'entre-dchirrent
sins merci. Les vnements prirent un caractre ce point
alarmant, mme pour les intrts am:icains, que Washing-
ton cette fois dcida d'intervenir. Le croiseur amricain Den-
ver dbarqua des homes arms la lavane.
Il faut reconnaitre jusqu'ici que les Etats-Unis, soit par ruse









SON ORIGINE, SES CONSEQUENCES


ou par sympathie, se tinrent sur le pied d'une intervention
courtoise. Une longue lt'tre fut adresse au Reprsentant
Cubain WVa hington: a No re intervention, -- crit la date
du 14 Septembre 1906, le Prsident Roosewelt, dans les
affairs de Cuba aura lieu seulement si Cuba montre qu'elle
est tombe dans le systme des rvolutions et qu'elle lui man-
que la force ncessaire pour raliser pacifiquement ses fins.
Je corjure solennellement les patriots cubains, pour qu'-
troitement unis, ils touLffent toutes ambitions personnelles et
se souviennent que l'unique moyen de conserver l'indpen-
dance de la Rpublique est d'viter tout pril qui fasse natre
la ncessil d'une intervention extrieure. En vertu du Trait
qui existe entire votre Gouvernement et le mien, moi, Pr-
sident des Etats-Unis, j ai, en cette oscurrer.ce, un devoir que
vous ne pouvez pas m'empcher d'exercer. L'art. 3 de ce Trait
confre explicitement aux Etats Unis le droit d'intervenir
Cuba pour le maintien d'un Gouvernement propre protger
la vie, les proprits et la libert individuelle. Le trait
qui me confre ce droit ept la loi supreme de la nation cu-
baine, etc.
Dans la mme lettre le Prsident Roosewelt annona l'ar-
rive la Havane de Monsieur Taft, Secrtaire de la guerre
et de Monsieur Bacon,Sous-Secrtaire au mme dpartement,
qui eurent pour mission d'entendre les plaintes des mcon-
tents et de trancher les difficults l'amiable. Mais les com-
battants n'entendirent point raison. Les tueries et les dvas-
tations dans les campagnes redoublrent de rage. Le Prsident
Roosewelt change alors d'attitude. D'une intervention ami-
cale, il passa une intervention arme. Dix bateaux de guerre
amricains prirent mouillage Cuba, prs de 10 mille marines
arms y dbarqurent. Une commission militaire fut forme
qui dcida, apr3 enqute, en faveur des rvolutionnaires. Es-
trada l'alma, qui avait obtenu l'appui de l'Amricain pour sa
rlection,par un simple geste du mme amricain,s'croula;
mais malheureusement en sa chute il emporta avec lui la R-
publique Cubaine. Uo gouverneur amricaio, le gnral Ma-
goon, prit sa place le 13 Octobre 1906.
Cette intervention arme fut dsastreuse, elle cota chre









L AMENDMENT PLATT


Cuba. Rien que pour abriter en de simples campements les
forces de Etats-Unis, on lit mans un dcret du 7 Juin 1907 que
Cuba paya du mois de Mai Aot $ OR 161.000 dollars au
gnral commandant les forces amricaines.
En deux annes, on gaspilla prs de $ OR 25 30 millions
de dollars. Un cble de Washington, public par le aDiario de
la Marina du '23 Janvier 1914, announce que Cuba aura
payer $ OR 6.509.511 dollars pour les dpenses faites par les
Etals Unis dans le course de l'intervention.
Le gouverneur Magoon, aprs trois ans de gestion qui l'a
royalement errichi,fit revivre, pour la deuxime fois, en 1909,
la Rpublique disparue. Le gnral Jos Miguel Gorez a t
dsign occuper le fauteuil prsidenliel. Le nouvel Elu tait
peine au Pouvoir que Washington infligea encore aux Cu-
bains une nouvelle intervention. Des blancs et noirs Cubains,-
qui se disaient, les uns tre systmatiquement earts du Pou-
voir, les autres avoir des griefs contre la loi Morua Delgado
qui prohibit toute socit exclusivement compose de gens
de mme couleur, se soulevrent le 20 Mai 1912, sous la
conduite du gnral noir Estenoz. Sur l'ordre du gouverne-
ment de Washington, cinq cents marines de la station navale
de Guantanamo occuprent les grandes exploitations et trois
mille hommes attendaient Tampa des instructions; une note
vexatoire fut adresse au gouvernement Cubain menaant
l'autonomie du pays. Ieureusement, cette fois, aprs que les
troupes gouvernementales eurent, sous le commandement
du gnral Monteagudo, dvor les rvolts noirs, les fusil-
lant sans merci, les brlant vifs et en masse dans des mai-
sons fermes, les massacrant de toutes faons, le bon sens,
l'esprit de tolerance des parties ont compris le danger qu'il y
avait continue la lutte. Ils se sont fait de mutuelles conces-
sions et vitrent que se ralist plus amplement l'interven-
tion arme.
***
Le 20 Mai 1913, le gnral Miguel Gomez laissa le pouvoir
et El Mayor gnral Mario G. Menocal, ancient administrateur
des vastes exploitations amricaines de Chapara, le remplaa.
Le President Menocal, que nous avons eu l'honneur de con-








SON ORIGIN, SES CONSEQUENCES 77
naltre personnellement, est d'une courtoisie remarquable.
Ses bonnes manires, sa politique base, pendant les quatre
premires annes de son rgne sur la justice et le respect des
deniers publics surent lui attirer toutes les sympathies. La
b'me svre que ce Prsident, n pourtant de L'amricaia,
dirigea contre le vieux capitaine Fornaris et quelques autres
vtrans de la guerre de l'indpendance qui perdirent le sen-
timent du patriotism au point de demander Mr William
Gonzalez, Ministre amrica:n accrdit la Havane, d'inter-
venir dans les lections partielles de 1914, montre le respect
qu'il semblait avoir pour son pays. Mais ce qui perdit cet
homme et provoqua Cuba, encore une intervention arme
des Etats-Unis, c'est la mrarotte qu'il a eue, nonobstant lescon-
seils de ses amis et des parties politiques, de se faire, per fas
et nefas, rlire.
Menocal se porta en l'anne 10.7, candidate la Prsidence
pour une nouvelle priode de 4 ans. Les libraux dclar-
rent ses lections entaches de nullit et demandrent M.
Robert Lansing, Seci taire d'Etat Amricain, d'intervenir pour
garantir l'impartialit des operations. Le parti conservateur
qui le patronnait tint bon dans ses prientions et Menocal fut
ainsi proclam Rlu. Les libraux, de leur ct, venant avec
le Docteur Alfredo Zayas, impatient d attendre l'avis du d-
partement d'Etat Amricain, en appelrent la Cour Suprme
de Cuba. Celle-ci dcida en leur faveur ordonnant l'annula-
tion des bulletins de vote des provinces de Santa-Clara et de
la lavane et de nouvelles lections partielles en ces deux pro-
vinces. Les parties en cause, ne se sentant pas tout--fait sa-
tisfaits, crirent : Al .achele!!!
La revolution avait peine clat dans la parties Septen-
trionale, qu'en vertu de l'Amendement Platt et par l'interm-
diaire du Ministre Amricain Gonzalez, des injonctions les plus
impratives furent adresses au Gouvernement et en mme
temps cinq navires de guerre amricains arrivrent Cuba,
et y dbarqurent cinq mille marines arms, lesquels pregnant
position pour le Rlu, dispersrent brutalement les pauvres
libraux. Une parties de cette arme occupa Cuba jusqu'en








L'AMENDEMENT PLATT


1920, diclant sous la direction du gnral amricain Crowler
des ordres et des lois au Prsilent Menocal.
Encore une fois, la liberty politique, l'indpendance na-
tionale de lile fldchirent devant l'intervention amricaine.
On peut aussi signaler un autre cas trs significatif d'ing-
rence dans la justice et le Congrs au dbut du rgne de M-
nocal. S'il faut en croire El Commercio de la Havane de
Janvier 1915, a les Amricains ne cessent jusqu' cette heure
d'intervenir dans les moindres actes du Gouvernement de
Cuba. Ec effet, ajoute ce journal, il ne se passe pas un jour
sans que les pouvoirs publics ne trouvent en toutes ses d-
cisions des obstacles qui deviennent insurmontables par l'o-
dieuse intervention que les Amricains apportent dans nos
affaires. Ses prtentions ne se limitent pas aux avantages que
l'Amendement Platt, introduit en notre Constitution, accord
sous leur enveloppante influence leur gouvernement; ils
veulent aussi dominer le people Cubain dans les actes qui
sont de sa competence exclusive, e;nphant par ainsi qu'il
exerce sa souverainet. 11 suffit en ces jours-ci de simples in-
dications d'un diplomat Amricain pour paralyser l'action du
Congrs Cubain. Ils veulent intervenir jusque dans les dci-
sions rendues par nos Tribunaux.
C'est une allusion faite l'affaire Asbert, gouverneur de la
lavane, qui tua en 1913, le gnral Riva, chef de la Police,
qui voulut, d'aprs la loi, former une maison de jeu du Gou-
verneur. Condamn par le Tribunal Suprme 12 ans de r-
clusion, Asbert, soutenu par le Gouvt de Washington don't il
a t probablement un des suppts, fut, aprs trois mois d'h..
situation du Congrs, et malgr le veto prsidentiel, amnisti.
La Maison Blanche avait parl en faveur du Gouverneur Cu-
bain. C'est d'ailleurs l'opinion exprime par r La Discucion
du 5 Octobre 1914 sous le titre Informations da Prsident
Wilson sur l'Amnistie vote par le Congrs. On a beaucoup
parl, dit-il, de notes du gouvernement de Washington rela-
tive la rcente loi d'amnistie approuve par la Chambre.
Ce n'est pas prcisment une note qu'a envoye le gouver-
nement Nord-Amricain notre gouvernement, c'est plutt
une lettre confidentielle trs dure pour nous du ministry des








SON IGIORNE, SES CONSEQUENCES 79
Elats-Unis transmise par notre Secrtairerie d'Etat au Prsi-
dent Menocal, dterminant l'opinion du Pr-ident Wilson sur
la loi d'Amnistie pendlante aujourdhui (levant le Snat Cu-
bain . En effet, selon le document livr par le diplomat Am-
ricain au Dpartement d'Etat de Cuba, le Prsident Wilson
fit savoir catgoriquementau Pcsider.t Menocal que la con-
cession d'une Amnistie dans les terms et forms vots der-
nirement par la Chambre des Reprsentants de Cuba ne
s'harmonisent pas avec l'esprit de l'article 3 de l'appendice
constitutionnel qui consacre la protection de la vie, de la pro-
piit et de la libert individuelle. Il est desirable que cette
amnistie soit vote d'une faon complete et fasse remise do
toutes fautes ayant trait la question en dbat pour :re con-
forme l'quit.
Comme l'on s'attendait, la note de Washington produisit
plein et entier effet, nonobstant la decision de justice et le
veto de Menocal: Asbert fut mis en libert.


Mario G. Menocal a cess de rgner. Le Docteur A'fredo
Zayas, auteur d'un dictionnaire original sur les mots indiens,
homme d'une belle culture gnrale, ancien Snateur, ancien
Vice-Prsident et trois fois candidate la Prsidence d. la
Rpublique, depuis plus de 15 ans, a t constamment com-
battu par la Maison Blanche et constamment vinc aux di-
verses lections, cause de sa plate-forme po!itique qui com-
portait, ne varietur, le rejet ou la modification de 'Amende-
ment Platt et la dnonciation du trait permanent. A la suite
d'un voya e aux Etats Unis, ce haut personnage Cubain se
convertit, sans doute, la nouvelle orthodoxie po!itique, puis-
qu'il en vint ra lier d. son beau programme nationalist
les points concernant l'Amendemeit Platt. Les suspicions de
l'Oncle Sam, cessrent du coup et le Docteur Alfredo Zayas
fut proclam en 1921, en lieu et place de Menocal, Prsident
de la Rpub!ique Cubaine.
Son gouvernement trs mouvement n'a pas t exempt de
l'intervention amricaine, non sous la forme arme, mais par
des ingrences administrative aussi violentes que vexatoires.








L'AMENDEMENT PLATT


Elle imposa, toujours en vertu de l'article 3 de l'Amende-
ment Platt, trs lastique en son interpretation, une lgisla-
tion rnoovelle.
Monsieur Crowder, le reprsentant personnel du Prsident
Wilson qui se trouva dj Cuba lors de la rlection de
Menocal, profitant d'une certain gne financire et de quel-
ques difficults bnignes d'oidre local don't souffrait le pays,
adressa au Prsident Zayas, d'aprs instructions de Washington,
une srie de notes et un memorandum au No 13 l'enjoignant
solliciter du Congrs Cubain la refonte immediate de cer-
taines lois: 1o Suppression de la rente national de la loterie;
2 Emprunt fire de cinquante millions de dollars aux Etats-
Unis; 3o Remaniement de la loi lectorale; 4 Rforme judi-
ciaire concernant particulirement la suspension de l'inamo-
vibilit des Juges; 5o Refonte des lois relatives la Municipa-
lit en vue de diminuer son autonomie.
Cuba se sentant branle dans ses plus profondes assises,
dans ses plus vieilles institutions se rbiffd avec fiert, elle
protest contre la brutalit de l'immixtion. Le gnral Crow-
der de son ct y insis'a et alla aux menaces d'une interven-
tion arme, si dans troi3 jours la Nation Cubaine n'obtem-
prait ses injustes injonctions. La Chambre prit peur et vota,
avec quellues lgres modifications, tout ce qu'il y avait
donner. Le snat, au contraire, rsista asscz longtemps la
pression. Le Pouvoir Ex'utif, pour sauver la faa le et avoir
l'air d'accorder une certain satisfaction l'amour-propre na-
tional, imagine de contourner les difficults en acceptant un
emprunt de dix millions au lieu des cinquante recevoir des
Etats-Unis; il prsenta, en outre, les contre-pr jets d'Orestes
Ferrara et bien d'autres. Rien n'y put, tout fut cart. Crow-
der, appuy par le Gouvernement de Washington, tint ferme
et de laon intgrale sa rforme. Entre temps, lo 14 Sep-
tembre 1922, le Secrtaire d'Etat Amricain dirigea une note
premptaire au gouvernement Cubain, publie p-r la Presse-
Associe et que nous avons trouve dans de magnifiques arli-
cles du Malin,, a Institutions Cubaines de notre minent com-
patriote Denis St-Aude, ancient Consul et Charg d'Affaires
la Havane, exigeant, sans conditions, le vote du plan Crow-








SON ORIGINE, SES CONSEQUENCES 81

der (*). Des rappoits de Cuba, disait la note, informant
qu'au Congrs Cubain on fait une opposition considerable au
programme de rforme de ce pays. On y a fait des Amende-
ments qu;, promulgus, rendraient nulles les measures de r-
formes don't l'adoption envisage essentiellement la p osprit
Cubaine. Le Dpartement d'Etat a vu avec satisfaction que le
President Zayas est dcidl mettre execution les measures
ploposes, mais qu'il se trouva trs proccup devant l'action
obstruciionniste du Congrs Cubain. Tous ceux qui dsirent le
bien de Cuba comprenant la majority des plus prestigieux ci-
toyens et de la press Cubaine se sont rendus compete depuis
quelque temps que le plan prsent au Congrs Cubain est
vitalement ncessaire pour dtruire la corruption sa base.
On ne peut fire un pas vers la rehabilitation de l'Ile tant
q.ue ce programme ne sera pas excut. Quoique la situation
cre par l'opposition du Congrs soit si srieuse qu'elle pr-
occupe grandement le Dparlement d'Etat, celui-ci a encore
confiance que la question sera rgle avec satisfaction.
Le gnral Crow.er jouit de la confiance absolue et de
l'appui du Gouvernement Amricain en sa difficile mission,
et le Dpartement d'Etat espre et croit qu'il est encore pos-
sible pour Cuba d'implanter les rformes suggres par lui,
et ainsi, viter la srieuse situalioi qlui autrement surgira
invitablement sous forme d'une intervention arme, confor-
mment l'article 3 de l'Amendement Platt.
Le Congrs Cubain, en presence d'une note aussi formelle,
capitula. Les cinq lois continues dans le Memorandum No 13
furent inlgralement votes et sans modifications, sous la
press'on Amricaine.
4**
Les Etats-Unis avec leur systma de protectorat: droit de
contrle et de police tabli sur les peuples du bassin des An-
tilles,ont cr: une rgle nouvelle qui ne resemble ni au pro-
tectorat franais, ni au protectorat anglais, encore moins aux
dominions. En se rservant un droit de police et un certain

(*) Voir le Journal a Le Matin , mois de Septembre et Octobre
1922.








L'ANIENI)EMENT PLATT


contrle sur la politique extrieure et les activits administra-
tives de ces Etits dbiles, ils leur enlvent du coup tous les
attributes de la souverainet. Cependant, par un curieux ren-
versement des choses, ils leur reconnaissent un semblant de
gouvernement local tout en gardant jalousement un droit r-
galien de perptuelle intervention.
Les conditions juridiques de la Rpublique de Panama, de
Cuba de Nicarague, d'Hati et mme de Saint-Domingue avec
la convention du 8 Fvrier 1907 sont, thoriquement et en
faith, une des situations les plus tranges qu'on ait jamais ren-
contres dans le Droit International. La facult d'intervention
pour le maintien de l'ordre public et la protection d'un gou-
vernement stable que nous trouvons dans les conventions in-
fliges ces pays n'est qu'une nouvelle application de ce
droit de police international que nous notons dans l'Amen-
dement Platt et le Trait permanent de Cuba.
Partout ce sont les mmes prtextes et les mmes buts.
Partout ce sont des cliusas modalits peu prs identiques
aboutissant automatiquement aux mmes fins. L'article ler de
l'Amendement Platt qui fait defense de cder aucuin parties
du territoire cubain, de signer aucun trait qui diminuerait
l'indpendance de ce pays est analogue l'article 11 de notre
convention, l'article 2 cubain relatif la non augmentation
de la dette publique est pareil l'article 8 hatien, l'article 3
cubain par lequel le gouv rnement amticain s'engage pr-
ter aide efficace pour la preservation de l'indpendance cu-
baine et le maintain d'un gouvernement stable se rpte l'ar-
ticle li de la convention hatiano-amricaine, l'article 5 de
l'Amendement Platt qui trai'e du dveloppement de l'hygine
resemble, en certaines parties. l'article 13 halien. La rgle
est fixe, parce que profondment enracine dlani le pas (le
l'Union. A chaque fois que le moment s'y prte, elle ne fait
que se dvelopper et s'accentuer avec le temps.
Les Etats-Unis s'immiscent dans les affiires de ces peuples,
agissent pour eux, surveillent leur polilique avec les autres
Etats, comme le Prsident Polk l'a dmontr en intervenant
au Mexique dans les affairs du Yucatan et du Texas et comme
Grant voulait procder en 1870 pour prvenir une action eu-









SON ORIGIN, SES CONSEQUENCES


ropenne. C'est en vertu de cette ide qu'ils se sont poss,
en 1903 et en 1905, lors dt s rcents vnements qui ont bou-
levers le Vrzula, comme des arbitres naturels entire les
Puissances Europennes et l'Etit Sid-Amricaio. L'Allema-
gne, l'Italie, la Fiance mme pour la defense de leurs droits
se ,ont effaces pour demander au Secrtaire d'Etat Am-
ricain d'obliger le Prsident Castro s'exculer.
Des hommes d'Etat Anglais, tels qu'un Lord Cra~iborre, un
Marquis de Lnnsdowne, un Duc de Devonshire, un Balfour sa
soit dj inclins devant la politique du Big Stick des Etats-
Unis.
Dans un document diplomalique public rcemment par le
journal < I.a Poste de Port-au-Prince il a t rvl que, dans
le course de la guerre mondiale de 1914 les Etats Unis, vou-
lant profiter de celte circonstance exceptionnelle pour nous
mettre leurs griffes au collet, ont sond les intentions de l'Eu-
rope, les hommes d'Etat Franais et Anglai-, pour avoir l'aide
du Colosse du Nord, se sont ds'nlresss de la Rpublique
d'Haili, en accordant mains libres aux Etats-Unis s-r tous
les petits peuples cisatlantiques.
Les Etals-Unis qui dirigent ainsi le movement intrieur et
ex:rieur des Etals Latino-Amricains en leur dictant mme
des rgles de vie, se soustraient cependant routes respon-
sabilits personnelles drivant des actes don't ils exigent
l'excution.-Au point de vue individual comme au point
de vue collectif on ne confoit pas que des Etats sans person-
nalit juridique, c'est--dire sans libert d'action propre, mus
et agis par une puissance extrieure, puissent avoir de res-
poniabilit. le mme, les Etats-Unis leur tclrent un droit plu-
tt thorique de Lgation passif et actif, bien que tout droit
l'indpendance complete leur soit mconnu. C'est encore l
une trange anomalie, car le droit de Lgation est une con-
squence de la Souverainet extrieure qui entend que tous
les membres de la Communaut international qui ont l'ap-
litude recevoir ou -dlguer des Agents dip'omatiques
doivent se trouver politiquement, c'est--dire, juridiquemert
indpendants. Comment penser tre de cette communaut
avec tous les droits et privileges qui s'y attachent si l'un de








L'AMENDEMENT PL&TT


ses membres est entrav dans sa souverainet la'iqiie? Un
pareil systmr, qui est un (rompe-l'oeil, une simple faade, est
au fond contraire en droit.
***
Les Etals-Unis du Nord ont la prtention d'tablir un droit
international Amricain ultra moderne qui, sans s'opposer au
dioit international ( uropen, aura pourtant ses principles, ses
doctrines, ses mthodes propres. Peut-tre, considrent-ils
dj leur syvtme de protectorat men et impose par la force
et contre la volont (les opprims comme un des lments
qui doij contribuer la formation de ce droit nouveau?
Sacn mconnatre ce qu'il y a de particulier dans li vie et
dans le statut international du Continent Amricain suscep-
tible de crer une entit morale et gographique, un concept
juridique special, don't Messieurs Alejaindro Alvarez (*) et
James Brown Scoot ('*) sont les savants i:rotagonistes; notre
opinion est qu'un systme qui dbuterait par des actes de vio-
lence et de brutale intervention, de la nature de ceux que
nous avons signals, pcherait et se ruinerait par la base,
puisqu'il ne tirerait sa source que dans la violation des droits
et des devoirs fondamentaux entre nations, en empchant que
les petits Etats conservent et perptuent leur existence.
Et comme le disait bien, avec, tant de science et de cons-
cience, notre distingu compatriot et diploma'e, M. S nio
Vincent, ancien Ministre la Haye: Et ces grands principles
du Droit International qu'on proclamait ave3 tant de fracas
depuis le dbut du sicle, qu'en faisait-on?..
Et le respect du cs hates personnel morales que cons-
tituent les peuples libres?..
Et le droit l'existence des nations, petites ou grandes?
Et le droit des peuples disposer d'e:x-mme'?..
t Et leur droit l'Indpendance et la poursuite de leur
propre bonheur?..

(*) V. Alejandro Alvarez : Le Droit International Amricain,
page, 552.
(**) V. James rrowrt Scotl: Historique, notes et opinions sur
la creation d'un Institut amricain de Droit International , 1916,
Washington.








SON ORIGIN, SES CONSEQUENCES b5

Elit ur libert de se dvelopppr sins intervention ou con-
trle de la part d'aulres Etats?
Et la conscience national des peuples?..
Et l'me de ces groupements hutmains qu'il faut toujours
prserver de la souillure des mercantilismes exasprs?..
Et cette communaut de principles juridiques, affirme et
consacre dans tous les Cor grs, dans toutes les conferences
internationales depuis vingt cinq ans, qui demeure comme
une indispensable obligation morale pour toutes les nations,
et don't l'absence ou le mpris nous ramnerait tout simple-
ment aux temps abolis des antiques barbaries?..
Que devenait donc tout cela si une Grande Puissance
comme les Etals Unis, don't les hommes d'Etat ne manquent
jamais l'occasion de fire les plus retentissanles dciarations
propose de leur respect de la loi international, en affectant
mme d'avoir ce sujet une conception plus large et plus g-
nreuse que tout le monde, que devenait tout cela si le
Gouvernement des Etats-Unis pouvait fire la conqute d'un
Etat faible come le .tre parce que seulcment tel tait son
bon plaisir?
La morale internatia nale, qu'elle soit europenne ou Am-
ricaine, doit s'inspirer de la notion de justice, des sentiments
de pa'x, .e concorda universelle et d'galit juridique entire
tous les membres de la communaut intcrnaticnale: les seuls
principles vrais et gnralement accep's.
Lorsque la force opprime, attente au droit d'un Etat de
disposer librement de lui mme, il y a transgression de la
morale international. Le droit est absolu: chaque people
gal en droit son voisin, fort ou faible, conserve sa
complete souverainet dans la direction de sa vie; toute m.
connaissunce de ce principle est une violation du droit, un
froissement la morale des peuples. Monsieur Hughes, an-
cien Secrtaire d'Etat Amricain, Juriste d'un savoir incon-
testable, ancien Magistrat la Cour Suprme (les Etats-Unis,
aura beau essayer d'chappatoire, user, pour temprer les
lgitimes apprehensions des Lalino-Amricains, de moyens
dilatoires, adoucir la violence de la politique des E!ats-Unis,
par la formula menteuse: e dans la definition, l'interprtation,









L'AMENDEMENT PLATT


el l'application de la doctrine de Mooro, les Etats.Unis lais-
sent aux autres Etals de l'hmisphre Amricain leur com-
plte indpendance et leur complete souverainet, les rali-
ts de la politique brutale du Colosse du Nord donnent son
appreciation un clatant dmenti.
La Rpublique amricaine a pris en quelque sorte le con-
tre-pied de ce qu'exprime Hughes; son activity (*) enva-
hissante, ses interventions tart dans le Pacifique, que dans
les pays Idtins amiicains et mme en Europe se sont multi-
plies avec tant de frquence que de vigueur qu'cllhs appa-
raissent comme la manifestation d'un lat d'esprit caractris-
tique, come d'une chose d.ermais acquise. L'imprialisme
amricain a des racines si profondes dans le pass de l'Union,
qu'il lui fait accroire qu'eile est dsigne par la Providence
mme jouer un rle minent sur les de.tities des petits
peuples du Nouveau-Monde. (L'e.t a politique cardinal la-
quelle, les Roosewelt, les Mac-Kinly, les WVison, dfigurant
le sens primordial de la doctrine de Monro, rerdent un fer-
vent et enthousiaste hommage dans tous leurs messages et
discours la grandeur morale des destines de leur pays.
C'est parce que nous croyons de tout notre cour et de toute
notre me la grandeur de ce pays, parce que nous sentons
le tressaillement d'une vie hardie dans nos veines, et que nous
avons confiance qu' nous edt rscrv le privilege de jouer
un rle prpondrant dans le sicle, que nous saluons avec
un avide dlice l'occasion de faire n'impo Le quelled l:he que
la Providence puisse nous as'igner . Le doigt de la destine
est tendu en avant. (*) L'Amrique sera la puissance mon-
diale qui contrlera l'Univers, et qui, miitresse des mers, ai-
dera au dveloppement des peoples. L'Europe sera sauve
par son enfant deveni home. La race travaillera son sa-
lut par le rayonnement de l'i.lluence amricaine. Je crois
que telle est I volont do Dieu o.
C'est avec ce mysticism ardent que l'Allmagne a cru pou

(*) V. Laferrii re, Dr en droit Revue de Droit Internaiional.
L'Imprialisme aux E!ats-riUni- et la doctrine de Monroc, mai1906,
page 237.
(**) V. Roosewelt.- La Vie intense, page 265.








SON ORIGINE, SES CONSEQUENCES


voir, Envoye de Dieu, rgenter l'Europe et est alle se
heurter, pour sa dfaite, contre le principle de la polilique de
la balance don't le ier Aibion e-t le garden toujours vigilant.
Les procds de l'Oncle Sain nervent la conscience mondiale:
des cris partisde Tokio.d e l'hmisphre europen et de toutes
parts du continent Amri-i:ain s'amassent et emplissent l'air.
Les esprits semblent se coali-er contre l'emprise enveloppante
des Elats-Unis du Nord.
Le rgime nouvellement connu sous le vocable de quasi-
protectorat ou qu isi-indpendance inaugur et appliqu sur
presque tous les pelits Etats Latins-Arr.icains en est la preuve
dmonstrative. L'hgmonie envahissante des Etats-Unis, son
imprialisme outrance, en mme temps qu'ils pouvantent
et font trembler les latino-arrricains diminuent le prestige
du Colosse. Rsultat, mme sans succs: la politique hispa-
no-amricaine attire vers l'Espagne les peuples de race ib-
rique; les trois plus grands Etats de l'Amrique latine se con-
certent pour former l'A. B. C.; Hati et St-Domiogue projet-
tent de se runir; Costa-Rica, Guatemala, Honduras, Nicara-
gua, San-Salvador ont essay en deux fois de se constituer en
Rpublique Fdrale Centre-Amrique, le Mexique fu!mine
et se tient sur le qui-vive. Toutes ces attitudes indiquent la
tendance assez dfinie des peuples de l'hmisphre mridional
et de la mer des Antilles former par groups internationaux,
une manire de Zollverein pour se garer contre les buts de
suprmatie des Etats-Unis.
L'volution des moeurs fait aspirer les peuples vers plus de
libert. C'est dans cet esprit que l'Amricain a fait la guerre
au caporalisme europen, en dtruisant la superbe de I Em-
pire germanique. A son tour, l'Amricain comprendra-t-il la
ncessit de briser ou d'endiguer son imprialisme nervant
aujourd'hui, mme pour les nations europennes don't il essaie
de confisquer l'indpendance conomique? Ou bien sera-t-il
assez aveugle, pour lui-mme, pour attendre que d'autres
peuples, dans uce pense d'quilibre international, lui fas-
sent, come l'Allemagne, un rappel l'observance des prin-
cipes.
Mais, dit un de nos minents et de nos plus sympathiques








L'AMENDEMENT PLATT


crivains dans une magnifique tude publie dans le journal
a Le Temps du 28 Octobre 1920, l'imprialisme est aveugle,
il n'a ni loi, ni morale, si ce n'est la loi et la morale de ses int-
rts. L'habilet consiste prcisment savoir tirerde cet intrt
tranger un parti intelligent pour les intrtsgnraux du pays.
Ds que les citoyens d'un pays s'en remettent un leader n'a-
yant pas en soi le plus haut degr de sentiment collectif, capa-
ble, au contraire, par amour-propre, ambition, esprit de lucre,
ou rancune, de servir, pour le profit de ses vues personnelles,
cet intrt tranger amoral par essence, on peut considrer
que tout est perdu pour un pareil pays, mme l'honneur.


Les Etats-Unis ont prolit de la Grande guerre Mondiale et
de simples troubles locaux qui n'affectaient en rien les int-
rts de ses ressortissants pour s'emparer de nos douanes, de
nos finances, de nos travaux publics, occuper militairement
le pays et nous imposer une Convention. Ainsi la violence de
la politique amricaine, aide de la veulerie de certain
hommes d'Etat hatien, a plac notre pays dans une situation
delicate. Nous avons about une honteuse banqueroute en
affirnan, notre incapacit de nous diriger.- Personne ne de-
mande qu'llHti se clotre et se pelotonne dans sa petitesse,
s'isole dans une reserve trop ombrageuse repoussant syst-
matiquement toute relation et tout appui extrieur; puisqu'-
avcc le dveloppement des affaires mondiales et le nouveau
droit international, la notion mme de souverainet sans perdre
de son sens se mitige fortement de celle d'interdpendance
des Etals.Mais aucun home de cour, ayant l'amour profound
du pays et un certain respect de sa personnel ne peut voir
avec plaisir cet amoiniiissement froissant de sa souverainet.
Et il faut qu'on ait l'ame bien mal faite pour qil'on travaille
sciemment au maintien d'un tat aussi avilissant, -- aussi d-
gradant pour I'amour-propre individual que pour la dignity
national.
Pour qui tudient avec impartialit les faits, il n'est pas dou-
teux que les politiques hatiens, sauf de trs rares exceptions,
aux prises avec les difficults navrantes qui se posaient pour








SON ORIGINE, SES CONSEQUENCES 89

le pays, ont faith montre, dans tous les do naines, d'un esprit
d'intrigues, de lucre et de haine inconcevables, considrant
les questions les plus vitales se!on les vieilles accoutumances
locales, s'garant en des recriminations rnr(spective!, en
des bataillhs de per:onnes, manquant d'autorit morale per-
sonnelle, diviss entire eux et impuissants; au lieu dc voir
clair et ju te et ensuite de s'lever honntement des plans
suprieurs sur des ha-es plus nationalists; ils ont rvl, en
face du Maitre Yankee, une incomprhension fo'ale de la po-
litique international amricaine dans le bassin des Antilles
et de l'orientation qu'il fallait donner aux vnements, con-
formes la raison et l'intrt hatien.- Ils se sont placs
au-dessous des circonstances et des ncessits. Ils ont eu des
dfaillances morales, des minutes de faiblesse de lse-patrie,
des complaisances coupables, un manque de caractre et de
courage qui ont fail trainer liati d'abdications on abdications
de plus en plus troublantes. I!s ont sacrifi leur pays, avec
l'arrire-pense indlicate de s'enrichir; de s'assurer, dans
l'avilissement, pour eux et leurs amis, r la servitude dore;
dore par les advantages continues du pouvoir .
Que faire, qu'entreprendre devant ce qu'on a pris la bate
et imbcile habitude d'appeler des fails accomplish? Devons-
nous nous croiser les bras et nous laisser gorger ou conti-
nuer la lutte, et dans quel sens pratique?
Depuis 11 an?, que la convention, double de l'occupation
nous accablent, on est partag en deux camps nettement
opposs: d'un ct on est condamn inlassablement user de
formules morales et abstraites, lutter coup de protestations
crites; de l'autre on concde tout, on se plie, esclaves, deant
les nouveaux-dieux,-mme l'honneur, pour certain d'entre
eux, y passe.
Une discipline nouvelle, conservant les fo;mules morales,
les ralisant dans un sens plui positif, serait peu!-tre une di-
rective adopter. Los esprits ont besoin d'tre canaliss vers
des buts unique et suprieurs: relvement (le notre indpen-
dance, relvement de notre pays. Comment y parvenir? Par
l'harmonie des sentiments, des besoins d'une mme vie, d'un
mme idal de grandeur morale et matrielle, crant en cha-








L'AMENDEMENT PLATT


cun de nous une comprhens'on plus gnrale et plus exacte
de nos droits et de nos devoirs. De telle sorte que depuis le
haut bonnet jusqu'au simple tt der.ier proltaire, tous soient
imbus des mmes ides essentielles: La Patrie avant tout et
au-dessus de tout.
Toutes les units de la nation doivent se fondre et former
un tout indivisible, un bloc solide resistant toutes les in-
fluences trangres, dgageant une me unique, national;
une me consciente d'elle-mme, connaissant ses besoins et
sachant les imposer pacifiquement et avec dignit.
Le chef d'Etat hatien qui sortirait d'un pareil creuset se-
rait bien plac, dans une attitude nergique et fire, em-
preinte de manires courtoises, avec du tact, infiniment de
tact, beaucoup de souplesse, par-dessus le march de bonne
foi, de bonne volonl agissante dans le bien, trs au courant
des questions actuelles, aimant le pays, amoureux de sa di-
gnit, entour d'hommes de distinction,- faire triompher
sans heurt les revendications nationales.
Nous sommes convaincu que le jour o cet Homme vien-
dra et voudra, l'occupation Amricaine, par un jeu natu-
rel de la politique de Washington, il l'a t ailleurs, il le sera
ici, aura vcu.
Mais le grand danger est l'autre: l'occupation conomique
et financire. Comment en avoir aussi raison? Les finances
amricaines diligent actuellement les affiires mondiales, et
nous avons besoin de capitaux pour nous dvelopper. Ne se-
rait-il donc pas sage, pour le quart d'heure, que par une or-
ganisation mthodique du travail, sous toutes ses formes, nous
cherchions, come l'a faith Cuba, tirer vantage, tout en
temprant ce geore d'occupation auquel il nous sera long-
temps difficile de nous soustraire,-la France, l'Angleterre,
la Belgique mme, ce point de vue, sont dpendantes des
Etats-Unis pour un quart de sicle.- Il n'est gure dou-
teux,- crivait Monsieur Fi: min Roz sur l'attitude des Etats.
Unis en France, que le gouvernement Amricain veuilla
profiter d'une situation qui lui assure un double contrle sur
notre activity conomique et sur notre politique internatio-
nale. On sait l'usage que les Etats-Unis peuvent faire du pre-








SON ORIGINE, SES CONSEQUENCES


mier pour prendre pied dans nos industries, nos banques,
notre commerce, nous impo;er des tariffs douaniers et le parti
qu'ils peuvent tirer du sccoiid dans la question de dsarme-
ment, par example, ou dans les questions internationales d'O-
tient, d'Extrme-Orient, du Pacifique, qui ont pour eux un
intrt particulier (*) .
Tel que le problme de l'occupation conomique est pos
pour nous, nous devons tout en la ruinant, savoir en profiter.
Avec l'argent des autres exploitons nos terres, jetons lro-
fusion l'enseignement dans les masses, foi tilions le commerce,
crons des industries. Du premier au plus simple, enrichis-
sons-nous par le travail, l'ordre et l'conomie et sachons tirer
un meiileur part de nos riches ses.Tel doit tre le mot d'ordie
de chaque hatien.
Le Docteur J. C. Dorsainvil, dans une magistrale conf-
rence (**) du Congrs de la Ligue des Droits de l'Homme et
du Citoyen aux Cayes, M. Dants Bellegarde dans son beau
discours (***) d'inauguration de la Socit d Union de la D.
fense Sociale dans la grande salle de la Chambre de Com-
merce d'Hati, M. Stnio Vincent dans un grand et magnifi-
que discours (****) l'occasion du Cinquantenaire de robe de
lM Luxembourg Cauvin la Loge du Grand Orient, ont tous
les trois, ces jours derniers, pouss, en des circonstances dif-
frentes, le mme cri alarmant: Aitention! les Compagnies
Amricaines veulent dpossder nos paysans de leurs terres.
A cet appel, apprenons nos ruraux s'attacher, mieux
s'incorporer la terre, dfendons-les contre toute spoliation,
c'est un peu nous dfendre aussi. Travaillons au retour la
terre pour demander l'agriculture, une de nos principles
forces conomiques, en la modernisant, plus de bien-tre,

(*) V. Firmin Roz Revue des deux Mondes : L'attitude des
Etats-Unis No d'Aot 1926, page 526.
(**)V. J. C. Dorsainvil: Le Nouvelliste des mois de septem-
bre et octobre 1926.
(***) V. Dants Bellegarde: Revue de la Chambre de Commerce
hatienne, mois de septembre 1926.
(****) V.StnioVincent: Le numro de Nol du Nouvelliste
du 23 Dcembre 1926.









L'AMENDEMENT PLATT


oulillons le labeur hatien, encourageons nos crateurs, in-
tellectuels ou manuc i, de pro prit national ; dispensons
le credit et divulguons dtis ouvies d'entr'aide sociale,etc. En
un mot, btissons une dmocratie hatienne plus just, plus
progressiste. C'est une tche laque'le nos lites possdantes,
nos lites politiques, intellectuelles, n:oralep,oiuvires, artisti-
ques, industrielles ne peuvent s'chapper. C'est par ce moyen,
en donnant l'E'at la puissance de l'argent et chaque hatien
la riche:se ou un certain bien-tre que nous parviendrons,
sinon nous dgager, du moins diminuer les effects de l'cc-
cupation conomique; autrement nos lites seront impitoya-
blement crases et notre people littralement absorb par l'A-
mricain.
Nous n'avons pas la prtention de tracer ici un programme
de gouvercement, nous n'nonons pas dogmatiquement des
principes.- Ayant le culte profound de la Patrie, nous tenons
affirmer que la volont hatienne peut triompher de tout.
Libre de l'occupation militaire amricaine et de la conven-
tion, c'est rotre conviction que par la justice pour tous, par
le respect des engagements et des lois, par la libert, par le
travail, par la paix et avec des capitaux d'o qu'ils viennent,
Haiti se itablira par ses propres efforts.
D'ailleurs, suivant une mthode d'application invariable, l'oc-
cupation militaire vacue, Washington nous laissera le gros
emprunt de 40 millions de dollars, nos destines financires
resteront entire ses mains et peut tre mme mettra-t-il comme
condition de dsoccupation un genre d'Amendement Platt.
Si ces pronostics allaient se justifier,si des circonstances im-
prvisibles ne les ruinaient, n'y aurait-il pas, une certain pr-
voyance de la part de nos hommes d'Etat, qui sont au Pouvoir
ou qui ont, pour l'avenir, de hautes aspirations politiques,
mditer, observer et tudier une nouvelle formule qui
oscillerait entire l'Amendement Platt, non plus perptuel mais
temporaire et l'Arrangement dominicano-amricain offrant
plus de garantie pour notre dlivrance prochaine. Or, ce qui
paraitrait encore mieux, si nous nous sentons plus volus,-
c'et t de travailler,- comme certain hommes d'Etat cubains
qui dsireraient aujourd'hui, en suivant les tapes, remplacer








SON ORIGINE, SES CONSEQUENCES 93

l'Amendement Platt par un aut.e instrument diplomatique(*),
ngocier en guise de la Convention,,un trait d'amiti et sur-
tout dalliance defensive ou d alliance offensive et defensive
avec les Etats-Unis, comme font entire eux certain groups
de nations europennes, afin que Washington sache que sur
la roule de l'Atlantique au Pacifique nous ne constituerons,
dans la paix ou dans la guerre, aucune entrave son imp-
rialisme.
Nous pensions, en nous appuyant sur l'volution historique
de la politique international amricaine qu'ainsi, dans un
sens ou dans l'autre, sera dnoue un jour la question hai-
tienne; moins que des vnemerts contraires viennent en
arrter, ou empcher la march. Car, eu dpit de certaines
fluctuations, il y a une unit de vues dans le travail amri-
cain. Rien, ajoutait Firmin Roz, ('*) de ce que nous pour-
rons dire et de ce que nous pourrons faire n'arrtera cette
volution. C'est ce qu'il imported avant tout de comprendre .
Et quand nous aurons comprise que la politique internatio-
nale des Etats Unis correspond aux conditions de leur his-
toire, nous aurons ralie ce double progrs: d'abord de ne
plus nous montrer surprise devant cette politique; ensuite de
ne plus nous attendre la voir se modifier d'un jour l'autre.
Nous sommes en presence, il est bon de le savoir, non d'un
accident que puissent expliquer des circonstances passag-
res, mais d'un dveloppement logique et continue, aussi irr-
sistible que la force des choses. Que nous en soyons victims
aujourd'hui cela ne saurait tre contest, et c'est malheureu-
sement une vrit de fait.- Ce qui imported pour nous autres
hitiens, c'est de letter pour changer nos conditions de vie,
de letter pour affranchir le pays de tout ce qui peut l'amoin-
drir.
Cuba est ceitaicement de toutes les Rpubliques c quasi-

(*) V. Discours en date da 23 avril 1923 de M. Cosme de la
Torriente et celui en la mme date de M. Carlos Manuel de Ces-
pds y Quesada la Sccit de droit international de Cuba.
V. Dr Enrique Gai Calbo: Gnesis de la Enmienda Platt ( Cuba
Contemporanea).
(**) V. Firmin Roz, Revue des deux Mondes . -









94 L'AMENDEMENT PLATT

protectorats ou quasi-indpendances , celle qui est, notre
sens, la plus riche et q li jouit ain i que Saint-Domingue d'une
indpendance moins limite. Nous offrons Cuba en example,
entire toutes, nos coocitoyen-, dans le dveloppement mer-
veilleux de son enseignement populaire, et Saint-Domingue
et Cuba encore dans le rglement de cette alfaire d'interven-
tion,-deux questions irritantes et identiques aux ntres,
parce qu'il nous a sembl que devant ces ralits angoissantes,
Cuba et Saint-Domingue, pour se dfendre, oot eu une nette
et claire notion de leurs devoirs.















DEVOIRS DES GOUBERNANT8


Dfenseurs de la Constitution politique et p!us forte rai-
son de la Constitution sociale, les gouvernants ont pour de-
voir de respecter et de faire respecter les lois et la Constitu-
tion du pays, de dfendre les principles d'ordre et d'autorit,
garantis de toute puissance civil; de travail!er par une ad-
minislration intelligence et honnte crer le bien-tre au
people don't ils ont la direction des affairs; orienter et
guider ce dernier vers le patriotism le plus pur, et promou-
voir ou aider au dveloppement de toutes les activits et des
institutions nationals.
Guider, diriger len peuples, ajoutait encore Fmmanuel
Edouard, dans la recherche du mieux; provoquer, soutenir,
faciliter les ellorts naturels de l'initiative prive vers l'aisance,
c'est le devoir iroit, absolu,c'est la fonctiondece qu'on nomme
le gouvernement; et ce devoir est d'autant plus troit et plus
ablolu qie la nation est plus jeune, car alors il n'y a pas
attendre granil'chose des individus laisss eux-mmes, ti-
mides et inexpriments. Un gouvernement,incapab'e de rem-
plir ce devoir ou qui le nglige, n'a aucune raison d'tre:
c'est un instrument embarrassant, nuisible, qui doit tre d-
truit .
le bien-tre matriel et moral, c'est la science du gouverne-
ment; savoir choisir ces moyens, les appliquer suivant les cas,
c'est l'art (le gouverner. Un gouvernement n' se proccu-
per de quoi que ce soit, en dehors de cala; sa I:he, cet gard,
tant fournie, la nation qui s'est confie lui, n'a rien de plus
lui demander; et la consqu'nce d'un tel tat de choses,
c'est srement, la stability pour la socit, la stabilit pour
le gouvernement .








DEVOIRS DES GOUVERNANTS


Les gouvernants doivent duquer les consciences pour les
amener une franche observation de leurs devoirs et
l'exercice de leuis droits. Ils sont obligs d'tre justes, honntes
et humans et d'accorder leur entire protection aux droits
lgi.imes.
Dans une socit bouleverse, divise, o les intrts loin
de s'harmoniser sont contradictoires et engendrent des devoirs
aussi contradictoires, les gouvernan's doivent surtout tendre
aviver planss les consciences populaires le sentiment d'une
solidarity qui cre dans les classes et les families plus d'a-
mour et de fraternity.
Gardiens et dfenseurs du patrimoine de leur people, les
gouvernants sont surtout obligs par respect pour eux-mmes
et pour la dignit national de travailler reliever toute in-
dpendance amoindrie, donner leur pays l'honneur et le
prestige moral.
La notion du caractre, du sentiment de l'honneur indivi-
duel, de la dignit collective, serait-elle fausse? Dans l'in-
trt suprieur de la communnut, pour que la nation puise
sa puissance de vie dans les forces spirituelles et morales et
ragissent contre les tendances avilissantes; pour viter la
hanqueroute indigne provoque par les consciences veules,
il est sacr que ceux qui ont la haute responsabilit des des-
tines morales, sociales et politiques des groupements s'en-
gagent, par l'exemple, les diriger vers des fins honntes,
c'est--dire empcher la dgradation des nergies et des
forces.
Les dch,'ances seraient-elles frquentes, les capitulations
honteuses se multiplieraient-el!es? Il faudrait alors une digue
la mare vermineuse. Les gouvernants se do'vent d'arrter
ce besoin vnal de paratre n'importe comment.-Toute prime
accorde aux Ames vermoulues serait un dangereux et coupa-
ble encouragement vers le mal et une dfaite de plus pour
leur pays. L'exemple du bien, comme la lumire, doit partir
d'en haut.
Les gouvernants qui scandaliseraient leurs peuples en les
conduisant en des voies tortuepses seraient, comme celui quf
a frapp par l'pe, scandaliss leur tour. Le cliquetis des








DEVOIRS DES GOUVERNAMTS


a mes, le son du tambour, les honneurs rpts, les proccu-
pations constantes du mlier assourdissent chez le Prince les
appeals de la conscience et lui font souvent msuser du pou-
voir.
Demain, dans 5 ans. dans IC ars, en voulez-vous davantage,
dans 50 ans, quand le Prince aura cess de trner,-rien
n'est immortel, il verra, seul en son petit coin, le pour-
suivre le spectre effrayant de ses foifaits, nouveau Mac-
beth, il verra les fur:es se turner contre lui, ses parti-
sans l'oublier; mme lady Macbeth qui l'aurait pouss au
crime lui dira comme dans le drame trange:
< Va-t-en, maudite tache... va-t-en... une, deux heures...
Il ne fait plus clair dans l'enfer! Oh! qui aurait cru que ce
vieillard avait tant de sang... Quoi! ces mains ne seront ja-
mais propres! II y a l, toujours-l, une odeur de sang que
lous les parfums de l'Arabie ne parviendront pas dsinfec-
ter. Oh! ch! oh! Lavez vos mains, mettez votre robe de nuit,
lchez, Macbeth, de ne pas tre si ple.
La paix des gouvernants, la tranquillity de leur vie de de-
main no peuvent tre assures que par l'usage honnte qu'ils
auront fait du pouvoir qui leur a t confi.
Dieu se charge de leur en demander compete.















IMPRIMERIE CHRAQUIT,
1516, RUE DU DOCTEUR AUBRY, 1516

















TABLE DES MVCA'-'TIEES


PAGES
Prface 3
Le Dveloppement de l'Enseignement Populaire Cuba 5
Le Problm4, de i'Enseignement Primaire en Hati. 37
Notre Enseignement Popu!aire et Elie Dubois. 46
L'Amendement Platt, son origine, ses consequences 51
Devoirs des Gouvernants 95




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs