• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Title Page
 Frontispiece
 Introduction
 La Cocarde tricolore
 Les Partis s'affrontent
 La France parle
 La Guerre civile
 La Métropole arbitre
 Remous de France
 La Rébellion
 Le Vent tourne
 La Dictature républicaine
 L'Intervention Anglaise échoue
 La Révolution progresse
 La Révolution succombe
 Conclusion
 Reférences générales
 Liste des Ministres de 1789...
 Biographie des principaux...
 Documents annexes
 Table of Contents






Group Title: révolution franc¸aise a` la Martinique
Title: La révolution française à la Martinique
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081304/00001
 Material Information
Title: La révolution française à la Martinique
Physical Description: 2 p. ℓ., 338 p., 1 ℓ. : XII pl. (incl. ports., map, facsims.) ; 20cm.
Language: French
Creator: Lémery, Henry, b. 1874
Publisher: Larose
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1936
Copyright Date: 1936
 Subjects
Subject: History -- Martinique   ( lcsh )
History -- France -- Revolution, 1789-1799   ( lcsh )
Histoire -- France -- 1789-1799 (Révolution)   ( rvm )
Histoire -- Martinique   ( rvm )
Genre: bibliography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Martinique
France
 Notes
Bibliography: "Références" at end of each chapter. "Références générales": p. 319
Bibliography: "Biographie des principaux personnages": p. 321-325.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00081304
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: ltuf - AAQ7848
oclc - 01875933
alephbibnum - 000141699
lccn - 36013994

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover 1
        Front Cover 2
    Half Title
        Half Title 1
        Half Title 2
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Frontispiece
        Frontispiece 1
        Frontispiece 2
    Introduction
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
    La Cocarde tricolore
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 34a
        Page 34b
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
    Les Partis s'affrontent
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 54a
        Page 54b
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
    La France parle
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 70a
        Page 70b
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 74a
        Page 74b
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
    La Guerre civile
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 102a
        Page 102b
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
    La Métropole arbitre
        Page 111
        Page 112
        Page 112a
        Page 112b
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
    Remous de France
        Page 135
        Page 136
        Page 136a
        Page 136b
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
    La Rébellion
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 172a
        Page 172b
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
    Le Vent tourne
        Page 183
        Page 184
        Page 184a
        Page 184b
        Page 185
        Page 186
        Page 186a
        Page 186b
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
    La Dictature républicaine
        Page 203
        Page 204
        Page 204a
        Page 204b
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 210a
        Page 210b
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 214a
        Page 214b
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
    L'Intervention Anglaise échoue
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 234a
        Page 234b
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
    La Révolution progresse
        Page 249
        Page 250
        Page 250a
        Page 250b
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 260a
        Page 260b
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
    La Révolution succombe
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 278a
        Page 280
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 282a
        Page 282b
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 288a
        Page 288b
        Page 289
        Page 290
    Conclusion
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 314a
        Page 314b
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
    Reférences générales
        Page 319
    Liste des Ministres de 1789 á 1794
        Page 320
    Biographie des principaux personnages
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
    Documents annexes
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
    Table of Contents
        Page 337
        Page 338
Full Text
EyNRY LLMERY


LA

REVOLUTION

FRANAISE

A LA LMARTINIQUE


Parif, cai LAROSE


--









UNIVERSITY
OF FLORIDA
LIBRARIES













LA REVOLUTION
FRANAISE
A LA MARTINIQUE




HENRY LEMiERY

LA
REVOLUTION
FRANAISE
A LA MARTINIQUE


A Parif, chez LAROSE




























LATID


























Tous droits de traduction, de reproduction et d'adaptation
rservs pour tous pays
Copyright 1936 by Larose, Paris







-- - -------
*11



-..9




,...,. ~ ~ ~ ~ ~ ~ ,. '".- ', .... .-,
i .., ..........,-,,_..
* t' -.;
*1 ''1 ..







.....










INTRODUCTION


Les rvolutions changent de caractre
measure que leurs effects se dveloppent non seu-
lement dans le temps, mais dans l'espace. Cha-
que milieu ragit sa faon l'incendie qui se
propage, rvlant parfois le pouvoir explosif
d'ides et de situations profondment diff-
rentes de celles qui ont occasionn la premiere
dflagration.
La grande Rvolution de 1789 en est le plus
frappant example. Nul autre movement d'hu-
manit n'a eu une telle puissance d'expansion.
Tout contribuait en faire un vnement entire
tous exceptionnel: la meditation sculaire d'un
people de penseurs, une soudaine floraison de
l'intellectualit et du sentiment, l'ardente pous-
se de sve d'une race d'lite en pleine maturity.
Nous en connaissons assez les effects au pays de
l'Esprit des Lois et du Contrat social. Mais le
ferment de renovation port au-del de nos
frontires par les armes de la Rpublique,
diffus par nos crivains et nos philosophes
travers l'univers, devait produire des rsultats
auxquels nul n'avait tout d'abord song: en
Europe l'affirmation du principle des nationa-






2 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

lits et les nouveaux imprialismes qui en pro-
cdent; dans le monde, la croissante et chaque
jour plus troublante complication du problme
des races. Et sans doute les effects de la grande
commotion, aprs bientt un sicle et demi,
n'ont-ils pas encore fini de se dvelopper.
L'histoire de la Rvolution franaise la
Martinique n'est qu'un bien petit pisode au
milieu des convulsions titaniques o se forma
la France moderne. Elle prsente cependant
l'intrt de faire apparatre, comme en une
experience de laboratoire, la dformation que
subissent les ides et les passions transportes
hors de leurs conditions d'origine. En croyant
suivre le courant qu'elles leur impriment, les
hommes obissent sans presque s'en rendre
compete aux impulsions de leurs sentiments et
de leurs intrts propres, et suivent la gravita-
tion spcifique de leur milieu social.
Il ne semblait pas, vrai dire, que les prin-
cipes nouveaux qui suscitaient l'enthousiasme
de la France entire, pussent tre accueillis
autrement qu'avec une frmissante sympathie
par les descendants de ces pionniers qui, en
quittant le sol natal, taient alls chercher
dans des terres vierges une existence plus ind-
pendante et plus large. Ce que la Rvolution
leur apportait, c'tait en some la ralisation
dh;ii-ive, la conscration lgale de cette libert
qui Its avait pousss s'expatrier, et en laquelle
ils voyaient leur bien le plus prcieux, celui






INTRODUCTION


qu'ils avaient le plus prement dfendu et don't
ils avaient obstinment dsir la reconnais-
sance officielle.
En fait, ils y taient dj largement parvenus,
et la Martinique, -- comme les autres les fran-
aises de la mer des Antilles -, apparaissait,
sous l'ancienne monarchie, comme un asile bni
o chacun pouvait travailler et possder,
l'abri de l'arbitraire et des vexations du pou-
voir central.
La scurit assure par des milices locales
de formation dmocratique, conjointement avec
des rgiments entretenus aux seuls frais de la
mtropole, des impts lgers de l'emploi des-
quels l'administration avait rendre compete
dans un document public soumis l'affichage,
une justice rapide et gratuite, gale pour tous,
les proprits agricoles protges par l'interdic-
tion de la saisie immobilire, n'tait-ce pas de
quoi suffire au programme de plus d'un rfor-
mateur de l'ancien monde ?
Et quels privileges et-on abolis l o il n'y
avait point de charges ni d'offices, o les
lettres de noblesse taient tombes dans un
tel discrdit qu'en 1710 le Ministre avait d
renoncer en distribuer sur l'avis qu'elles ne
trouveraient pas d'acqureurs (1), o le droit
d'anesse n'avait jamais exist encore que l'in-
tgrit du domaine familial ft prserve par

(1) MAY (L.-Ph.): Histoire conomique de la Martinique.






4 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

l'attribution un seul hritier auquel incombait
la charge de ddommager ses co-partageants ?
En vrit, la Martinique semblait raliser
une sorte d' Utopie par la scurit de son rgime
et le libralisme de ses institutions.
Mais il faudrait tout ignorer des ordinaires
faiblesses de la nature humaine pour imaginer
qu'une petite socit, vieille de plus d'un sicle
et demi, et pu chapper aux mille raisons de
discorde et de division que font natre les inga-
lits des situations et la divergence des intrts.
Au seul point de vue conomique, la Marti-
nique tait, la veille de la Rvolution, dans
une situation hlas minemment propice
l'closion de la guerre civil.
Deux groups trs diffrents de colons s'y
disputaient la prpondrance: les planteurs
d'une part, crateurs et propritaires des exploi-
tations agricoles rparties dans toute la cam-
pagne; les ngociants d'autre part, concentrs
dans la ville maritime et commerante de
Saint-Pierre.
Un seul dtail suffit indiquer quelle pou-
vait tre la tension de leurs rapports: les pre-
miers devaient aux seconds 20 millions de
livres (1); et les cranciers ne pouvaient pas
plus poursuivre leurs dbiteurs que ceux-ci
n'avaient le moyen d'arrter la mare mon-
tante de leur dette.


(1) Environ 450 millions de francs actuels.






INTRODUCTION


C'tait l un effet direct, et le plus fcheux,
du Pacte colonial que la France, comme d'ail-
leurs toutes les autres nations coloniales, avait
aux XVIIe et xviIIe sicles, appliqu son
domaine d'outre-mer.
Il tait fond sur ce principle que chaque
mtropole doit tre seule bnficier de l'ex-
ploitation de ses colonies. La Martinique, pos-
session franaise, ne devait donc vivre que par
la France et pour la France; il lui fallait rserver
la totalit de ses products la Mre-Patrie
comme en attendre exclusivement les objets
et les denres qui lui faisaient dfaut. Enfin
ia marine national pouvait seule tre employee
au transport des marchandises; c'est ce que
l'on appelait aussi le rgime de l'Exclusif.
On avait concd aux colons des terres en
quasi gratuit ; le Roi leur avait donn la
paix et la justice; il les avait librs du joug
fiscal et des obligations prives; il exigeait
d'eux, en retour, qu'ils contribuassent l'en-
richissement du royaume.
Les planteurs de la Martinique avaient
rpondu ces vues au del de toute esprance
en abandonnant peu peu les cultures vivrires
pour celle de la canne sucre qui leur rapportait
davantage. La savane indispensable aux bes-
tiaux n'avait gure tard tre envahie, elle
aussi, par les plantations et les ateliers; tant
et si bien que, ds le commencement du xvIIIe
sicle, la Martinique tait assez semblable






6 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

une grande usine sucre don't le personnel,
sans cesse augment, devait se procurer au
dehors tout ce qui tait ncessaire sa vie (1).
Pour ces clients de choix, il valait la peine de
se dplacer. Bordeaux, Nantes, Dieppe, Le
Havre, Marseille et la plupart des autres villes
maritimes du royaume avaient envoy dans
l'le leurs agents qui s'taient posts, ainsi qu'il
fallait, au dbarcadre des marchandises, autour
du mouillage des navires marchands. C'tait
Saint-Pierre que sa situation gographique,
sa belle et vaste rade, ses defenses naturelles
dsignaient tout particulirement pour ce rle.
Bientt des ngociants travaillant pour leur
propre compete s'y tablirent leur tour. Ils
devaient russir, tant ncessaires dans un pays
d'change o l'un des changistes n'tait
mme de s'acquitter qu'au moment de la rcolte.
On oublie trop, lorsqu'on maudit l'interm-
diaire, qu'il est toujours en mme temps un
banquier, et que ceux qui font appel son con-
cours pour faciliter leurs operations, sont beau-
coup moins attirs par ses bons offices que par
le credit qu'ils trouvent auprs de lui.
L'activit de ces auxiliaires parut d'abord
providentielle; grce eux les capitaines mar-
chands purent vendre leur cargaison sans plus
attendre et trouver les barriques de sucre prtes
emporter; les planteurs n'eurent plus se

(1) Cf. MA&Y (L.-Ph.): Histoire conomique de la Martinique.






INTRODUCTION


proccuper des arrives et des dparts des navi-
res; ils purent dsormais acheter au fur et
measure de leurs besoins; les magasins de Saint-
Pierre taient toujours garnis. Le rythme des
affaires s'en trouva acclr, le commerce
assaini, la vie rgularise dans les concessions
les plus lointaines.
Mais les capitaines de navires et les commis-
sionnaires, exerant de par les lois prohibitives
un monopole de fait, achetaient et vendaient
aux prix les plus avantageux pour le commerce
de France et pour eux-mmes, et si les sucriers,
gens fort magnifiques, imprvoyants et super-
bes, dpensaient sans computer, les ngociants
penchs sur leurs registres comptaient, eux,
sans oublier un sol. Il en rsultait que la balance
des comptes tait ordinairement dfavorable
aux planteurs, lesquels, mme en livrant tous
les fruits de leur industries, voyaient d'anne
en anne s'accrotre leur solde dbiteur.
Ils en prouvaient une amertume d'autant
plus grande que de continuelles infractions
faites au rgime de l'Exclusif, sous la pression
de la ncessit, leur permettaient de mesurer
quel point la sujtion conomique o ils taient
tenus favorisait leurs cranciers.
Pour que le pacte colonial ft rigoureuse-
ment observ, il aurait fallu que la mtropole
pt assurer rgulirement la subsistence de ses
colonies; mais en dpit de leurs efforts et de
leurs prtentions les ngociants n'y parvenaient






8 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

pas de faon bien suivie. Tantt la rcolte avait
t dficiente, tantt la marine avait manqu;
souvent aussi la guerre paralysait la naviga-
tion: si bien qu' peine d'acculer les habitants
mourir de faim sur leurs monceaux de sucre, il
fallait autoriser pour un certain temps l'change
des marchandises avec l'tranger dans tous les
points de l'le.
Priodes de prosprit pour les planteurs:
Anglais, Espagnols, Amricains leur vendaient
50 % moins cher la more, le bois et, en gnral,
tous les matriaux et les vivres don't ils avaient
besoin ; ils leur payaient les tafias et les mlasses
le double des prix pratiqus Saint-Pierre. Des
doutes s'insinuaient alors dans l'esprit des
ruraux sur la lgitimit de leurs dettes; ils sen-
taient se fortifier la fois leur rancune contre
les citadins et leur naturelle propension la
contrebande.
Celle-ci eut lieu de tout temps, et sur la plus
grande chelle. Et cependant le Pacte colonial
craquait de toutes parts malgr les ordonnances
de Versailles fulminant contre le commerce
tranger lesquelles alternaient d'ailleurs
avec les permissions accordes chaque fois que
les circonstances l'exigeaient.
Mais si les planteurs faisaient volontiers
usage du credit, que les ngociants intresss
au premier chef la multiplication et l'acti-
vit des ateliers ne pouvaient leur refuser, ils
prfraient de beaucoup charger le plus possible






INTRODUCTION


de leurs denres dans une anse isole. Ils avaient
ainsi le double advantage de frauder les droits de
sortie et de soustraire leur merchandise aux
saisies-arrts par lesquelles les commissionnaires
n'eussent pas manqu de sauvegarder leurs
crances. On imagine que ces procds n'am-
lioraient pas les relations entire les deux parties.
Les commerants enrageaient de la mauvaise
foi de leurs dbiteurs immuniss, comme il a
t dit, contre la saisie immobilire par une loi
conue jadis en faveur des plantations et des
manufactures. Les habitants reprochaient
leurs cranciers de s'tre enrichis, hors de
toute proportion raisonnable uniquement du
fait de la violence legislative (1). Ils compa-
raient leur pays un enfant rachitique don't
la tte est extrmement grosse aux dpens d'un
corps extnu (2).
Et, conscients d'tre la source vritable de la
prosprit du pays et des fortunes difies aux
dpens de leur travail, ils revendiquaient la pr-
pondrance politique et les moyens de l'exercer.
L'union de tous les blancs de la Martinique se
faisait pourtant spontanment chaque fois qu'il
s'agissait de dfendre les franchises octroyes,
d'en obtenir de nouvelles ou de rclamer le con-
trle, par leurs reprsentants, de l'Administra-
tion laquelle ils taient soumis.

(1) LESCAILLER (baron Daniel): Note sur les causes et la
nature de l'opposition entire Saint-Pierre et La Campagne .
(2) Lettre d'un planteur. Archives Dxxv 115.






10 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

Mais si le pouvoir central respectait leurs pri-
vilges, il entendait, en revanche, que le soin
des affaires publiques restt intgralement aux
mains du Gouverneur et de l'Intendant, nom-
ms par le roi. On traitait les colons en ternels
mineurs l'gard desquels on tait d'ailleurs
dispos tmoigner toute la bienveillance d'un
bon pre de famille (1) pourvu qu'ils se mon-
trassent soumis.
Or la soumission n'est point, comme l'on
pense, la vertu cardinal de gens assez hardis
et entreprenants pour rompre avec toutes leurs
traditions et affronter les dangers d'une grande
venture et d'un climate nouveau. Au course des
trente annes qui suivirent celle o Pierre
d'Esnanbuc aborda le premier la Martinique,
les colons de cette le ne se rvoltrent pas
moins de trois fois. Un demi-sicle plus tard, en
1717, ils pacquetaient (2) fort proprement
le gouverneur et l'intendant et les jetaient avec
leurs papers et leurs effects dans un bateau prt
faire voile pour la France non sans accom-
pagner ces tranges ambassadeurs de protesta-
tions d'amour pour leur prince.
Saint-Simon se divertit fort de cette plai-
sante execution, et toute la cour dut y prendre
amusement comme lui; mais le Rgent fut
mieux assur que jamais que la prudence com-
mandait d'ignorer officiellement l'opinion de ces
(1) Lettre de Colbert, cite par May (L.-Ph.).
(2) SAINT-SIMONS: Mmoires, T. 14, page 85.






INTRODUCTION


(testes folles . Au vrai, il savait fort bien quelles
tendances particularistes s'affirmaient dans les
colonies d'Amrique, et que le roi y faisait figure
de souverain tranger.
Aussi la seule proposition d'un dput auprs
du bureau du commerce Paris (comme en pos-
sdaient toutes les villes commerantes de
France) ou d'une compagnie charge simplement
d'laborer des mmoires et des projects, lui pa-
raissait attentatoire sa Majest. Il ne fallait
lui parler ni de syndic ni mme de municipalits,
car, aprs un sicle d'existence, la Martinique
ne possdait que des paroisses dpourvues d'or-
ganisation communale.
Faute de mieux, le Conseil Suprieur qui
n'avait connatre que des rglements de police
et d'industrie, s'attribuait la mission qui et t
assigne un corps politique rgulirement
constitu, singeait tour tour les parlements de
France et d'Angleterre, et ne cessait de faire
pice l'administrateur et l'intendant
l'intendant surtout qu'il considrait comme son
adversaire n.
Ce fut seulement en 1759 que Berryer, ministry
de la Marine, dsireux de reliever la Martinique
prouve par la guerre avec l'Angleterre, dcida
la creation d'une Chambre mi-partie de com-
merce et d'agriculture, nomme par le Conseil
Suprieur, et l'institution d'un dput Ver-
sailles.
La premiere de ces tentatives ne fut pas aussi






12 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

heureuse que l'esprait le ministry. Le Conseil
prouva que ses aptitudes l'art de la politique
passaient son got pour l'quit, en accommo-
dant le dcret de manire que la Chambre ne ft
compose que de planteurs ou d'anciens com-
merants rallis, soit par leurs attaches fami-
liales, soit par des proprits rcemment acquises,
aux intrts des planters.
La nouvelle Compagnie s'rigea aussitt en
protectrice des sucriers , en critique impi-
toyable de l'administration royale, attaqua
boulets rouges le malheureux intendant et, pour
finir, livra sans combat la Martinique aux
Anglais (1).
Lorsqu'aprs le trait de Paris la colonie
revint la France, le roi prfra se passer des
lumires du Conseil Suprieur et dsigna lui-
mme les sept colons croles appels former la
nouvelle Chambre. Celle-ci, d'ailleurs, de mme
que la premiere, ne reprsentait que les grands
propritaires fonciers. Du moins dissipa-t-on
toute quivoque en la disant d'agriculture
seulement.
Pour ce qui est du dput, la Colonie aussi
bien que la Mtropole n'eurent qu' se louer de
leur choix. Sur trois candidates proposs par le
Conseil Suprieur, Choiseul avait agr Jean-
Baptiste Du Buc, membre d'une des plus puis-
sante families de planteurs et type achev du
(1) Aprs des mois de famine et d'abandon, il est vrai .
Histoire conomique de la Martinique (L.-Ph. MAY).





INTRODUCTION


grand blanc. Nomm en 1759, il fut confirm
dans ses functions en 1763. Le succs personnel
qu'il rencontra la cour de Versailles, les hon-
neurs et les profits qu'il y sut gagner, ne lui firent
pas oublier les intrts des Iles du Vent. Devenu
premier commis au bureau des Colonies, il obtint
du Conseil du roi l'ouverture Sainte-Lucie et
Saint-Domingue de deux ports d'entrept o
serait autoris le traffic avec les navires tran-
gers. Quand Du Buc cessa ses functions de pre-
mier commis en 1770, la cause des colons per-
dait, auprs du pouvoir, son meilleur avocat (1).
Mais dj le course souverain des ralits em-
portait les conceptions anciennes. Le libralisme
gagnait tous les esprits. A la veille de la catastro-
phe o elle devait prir, la monarchie donnait
ses colonies d'Amrique une preuve effective
de sa bonne volont : le 17 juin 1787, une ordon-
nance royale tablissait la place des Chambres
d'agriculture, une Assemble Coloniale com-
prenant un Conseil Intermdiaire charge de
garder le contact avec les agents des ministres
dans l'intervalle des sessions. Le gouvernement
avait fait l'exprience la Guadeloupe de ce
genre de conseils composs sur le modle des
Assembles de Saint-Domingue, et avait dcid
de les acclimater dfinitivement dans les deux
les jumelles.
On se proposait d'associer les habitants l'ad-

(1) A. DucNE : La politique colonial de la France.






14 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

ministration et, dans ce dessein, on les invitait
lire un dput par paroisse. Au vrai, aucune
competence n'tait encore reconnue ce corps
de reprsentants. Le gouverneur et l'intendant,
presidents de droit, en demeuraient les matres;
mais les lections, les discussions et la runion
des dlgus de la Colonie entire devaient dve-
lopper les changes d'ides et permettre l'opi-
nion publique de s'exprimer.
Elle n'en prit que mieux conscience des rai-
sons qui la divisaient et qui n'taient pas toutes
d'ordre conomique.
La question des dettes ne se ft-elle pas avre
aussi irritante, que la champagne et la ville eus-
sent encore t animes l'une contre l'autre par
leurs prtentions et leurs vues politiques incon-
ciliables.
Les planteurs, en dpit de ce nom vocateur
de simplicity patriarcale mais c'tait les su-
criers qu'il et fallu dire les planters
avaient fini par composer une puissante oligar-
chie dans les mains de laquelle les milices dmo-
cratiques du dbut s'taient changes en instru-
ment de domination. A la fois chefs d'industrie et
capitaines de companies, ils alliaient le pouvoir
que leur confrait la richesse au prestige qu'ils
recevaient de leur grade d'officier ou de leur
dignit de conseiller. Matres absolus d'une
population noire dpourvue d'existence civil,
forts de leur droit de premiers occupants, enra-
cins au soi de leur pays, ils mprisaient non pas






INTRODUCTION


seulement les hommes de couleur, mais autant
et peut-tre mme plus l'lment flottant des
commerants tard venus dans l'le, et pour le
temps d'y faire fortune. Ils n'aspiraient pas seu-
lement au libre-change, mais encore une quasi-
autonomie leur assurant la direction effective
de la colonie sous le protectorat de la France.
Quant aux ngociants, outre qu'ils tenaient
pour sacro-saint le rgime prohibitif qui les enri-
chissait, ils souhaitaient prement d'abaisser la
superbe de ces arrogants dbiteurs qui les trai-
taient de grands seigneurs manants. Habitants
fortuits d'une ville qui n'tait pas, comme on
l'et pu penser, la tte de la Martinique, mais
bien le principal comptoir de la Mtropole pour
toutes les Iles du Vent (et qui devait garder quel-
que chose de ce caractre jusqu' sa destruction
par l'ruption du Mont-Pel en 1902), ils taient
ports se flatter, ft-ce envers et contre le
Gouverneur, de personnifier la Mre-Patrie.
L'opposition de ces mentalits si dissembla-
bles de la champagne et de la ville devait naturelle-
ment trouver dans le premier relchement de l'au-
torit central et dans l'avnement d'un nouvel
ordre de choses, l'occasion de s'accentuer et de
dgnrer en conflict dclar. Forcment, les ides
et les passions de la mtropole devaient trouver
un terrain tout prpar dans l'lment urbain,
encore tout attach ses origins et en relations
plus directed avec les milieux de France. L'l-
ment rural, au contraire, tout ses proccupa-






16 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

tions particularistes, devait normalement se
dsintresser d'un movement qui lui tait
tranger par ses raisons et par son but, et ne voir
dans l'occultation du pouvoir royal qu'un moyen
d'affirmer ses tendances et d'atteindre plus s-
rement ses objectifs.
Telle fut la premiere cause de la dviation des
vnements.
La Mre-Patrie, il est vrai, ne cessera (du
moins jusqu'en 1793), de prcher aux deux parties
rivaux la paix et la concorde. Elle aura la sagesse
de comprendre que la nouvelle constitution
qu'elle enfante dans les larmes et le sang, peut
ne pas convenir l o les conditions d'existence
sont toutes diffrentes de celles qu'elle offre
elle-mme. Elle recommandera aux colons de ne
se livrer aucune innovation en matire de
rgime, mais de tcher s'accorder pour la-
borer des projects qu'elle s'engage examiner
avec la plus entire bienveillance.
Les honorables commerants de Saint-Pierre
auraient sans doute entendu ces conseils pleins
de sens s'ils ne s'taient laiss entraner par deux
lments fort ingaux quant la quality mais
non quant la vhmence: la jeunesse et la
canaille.
Prcoces, ardents, lecteurs 16 ans (1), en-
clins comme tous ceux de leur ge faire table
rase du pass, nos jeunes croles de la ville et des
(1) A la second assemble colonial, l'ge minimum des
lecteurs fut fix 25 ans.







INTRODUCTION


bourgs pouvaient-ils rsister la contagion rvo-
lutionnaire et ne pas prendre feu pour une cause
qu'ils croyaient just ? Ils seront les premiers
champions de la rgnration et les plus dsin-
tresss. On les verra fronder le gouverneur,
dfier les officers, changer entire eux des lettres
enflammes qu'ils qualifieront mutuellement de
sublimes cantiques (1).
Allaient-ils se soucier d'tre submergs et
souvent compromise par l'espce la moins recom-
mandable : flibustiers, aventuriers, matelots d-
serteurs, bagnards vads, tourbe qui se dpose
toutes les poques dans tous les ports les-
quels, n'ayant rien perdre, ont tout gagner
et ne demandent pas mieux que de bouleverser
le pays qui leur a donn asile, pour s'tablir sur
ses ruines ? (2).
Aux milices des planteurs comme aux troupes
du gouvernement, les ngociants taient mme
d'opposer des partisans qu'ils n'avaient que la
peine de contenir quoi ils ne russirent d'ail-
leurs pas longtemps.

Mais en cet an de grce 1789, ni l'un ni l'autre
des adversaires dressant son ambition et sa
haine au-dessus de la masse des hommes de cou-
leur, n'envisageait que cette multitude atten-
tive don't ils allaient, au course des annes sui-
(1) Correspondance change entire les jeunes citoyens des
bourgs et des villes. Arch. Col. Dxxv 117, Dossier 915.
(2) Lettre de M. de Laumoy au ministry. Arch. Nat. Col.
C8A 89.






18 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

vantes, se dispute la fidlit, posait, par sa seule
presence, le problme le plus grave.
Ce n'est pas impunment que quelques mil-
liers de blancs appellent au travail un nombre
huit ou neuf fois suprieur de noirs, ceux-ci
fussent-ils imports comme du btail et rduits
en servitude.
Et c'est ici qu'apparat le caractre propre-
ment spcifique que devait prendre la tour-
mente rvolutionnaire, transporte de la vieille
socit mtropolitaine o elle avait pris nais-
sance, dans le milieu profondment different de
la vie colonial.
Car la mise en valeur du pays, la creation de
ces florissantes exploitations don't planteurs et
ngociants se disputaient les profits, n'avaient
t possibles que par le moyen d'une main-
d'ouvre importe et utilise par les deux pro-
cds barbares de la traite et de l'esclavage.
Ces institutions d'Etat, verrues normes d'une
socit qui s'estimait civilise, taient si pro-
fondment entres dans les mours, elles taient
si intimement lies l'existence mme de la
colonie, que les bnficiaires du rgime n'en
avaient pour ainsi dire pas conscience. Le noir
ne comptait pas. Viendrait-il l'esprit d'un de
nos fermiers que ses animaux domestiques pus-
sent avoir des droits, et qu'il fallt confronter ces
droits avec les siens ? Ainsi, ni les planteurs ni les
ngociants n'imaginaient qu'une question et
jamais tre pose au sujet de ce troupeau jug






INTRODUCTION


ngligeable et don't l'importance allait tre pri-
mordiale.
Ils ne songeaient pas que cette conception
goste et froce mme en supposant qu'elle
ft susceptible de demeurer viable en se main-
tenant jalousement cohrente avec elle-mme -
avait dj subi de redoutables atteintes.
Car si l'on avait la prtention de conserver
indfiniment les noirs, amens d'Afrique par
force, dans l'tat de proprits pensantes
(comme le dira dans un language lgant l'un des
commissaires de la Rvolution), il et fallu n'en
affranchir jamais aucun, et encore moins s'unir
leurs femmes...
Mais les lois de la nature se jouent de celles
des hommes.
Aussi aveuglment mpriss qu'ils fussent
alors, les hommes de couleur libres taient l.
Nombreux, orgueilleux d'tre du sang des
grands blancs, suprieurs par les connaissances
qu'ils avaient su acqurir aux petits blancs qui
rgentaient Saint-Pierre, enrichis d'autant plus
rapidement qu'ils travaillaient eux-mmes
leurs terres, miliciens pour la plupart et forms
au combat, ils constituaient dsormais une classes
important avec laquelle il fallait bien computer.
Quoique la division se ft aussi glisse dans
son sein les esclaves et les hommes libres se
dtestant mutuellement la Couleur tait
dj l'lment prpondrant dans les destines
des Antilles franaises. Elle ne l'apprendra elle-






20 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

mme qu'en l'apprenant au monde. Il faut cons-
tater l'vidence: Saint-Domingue, Toussaint
Louverture et ses congnres extermineront les
Europens sans recours; Victor Hugues ne
reconquerra la Guadeloupe que grce l'aide
des noirs; la Martinique, la victoire favori-
sera ou trahira chaque parti selon qu'il sera sou-
tenu ou abandonn par les multres.
Sans doute, sous le Consulat, la Couleur
devra-t-elle reprendre le joug; sans doute fau-
dra-t-il deux autres rvolutions pour qu'elle
accde dfinitivement cette libert peine
entrevue, cette galit si prcairement gote ;
mais ce couronnement ne pouvait que s'accomplir.
Et c'est bien l ce qu'il y a de plus impression-
nant dans ce grand drame don't les acteurs eux-
mmes n'avaient pas conscience : leur insu, il
se transposait plus haut que leurs rles, leurs
intrts, leurs ides et mme leur idal; si haute
que ft la pense franaise, elle tait dpasse
par les forces qu'elle avait, par occasion, mises
en branle.











CHAPITRE PREMIER


La Cocarde tricolore

Ce soir de septembre 1789, les acteurs qui
s'vertuaient sur la scne du thtre de Saint-
Pierre, sentaient avec dpit qu'ils ne parve-
naient pas captiver l'attention du public. Les
spectateurs taient manifestement distraits.
Beaucoup chuchotaient entire eux, se dsignant
furtivement de l'oeil ou de l'ventail un jeune
homme qui venait d'entrer dans la salle, portant
son chapeau, non sans quelque ostentation,
une corcade bleue, blanche, rouge.
C'tait la premiere fois qu'on voyait la Mar-
tinique cet emblme, et il intriguait fort tout le
monde. Des loges au parterre, on se rptait que
le particulier, objet de la curiosity gnrale, tait
dbarqu du jour mme et qu'il arrivait de
France o il venait de faire un sjour assez long.
Or, depuis plus de deux mois, on tait sans
nouvelles directed de la mtropole.
Certes, les papers anglais avaient rpandu
quelques bruits des vnements inouis qui s'y
passaient; certes, Saint-Pierre ne manquait pas






22 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

plus qu'aucune ville au monde de ces informa-
teurs bnvoles chez qui le dsir de paratre ren-
seigns l'emporte sur le souci de l'exactitude.
Mais on suspectait le gouvernement de Londres
de chercher crer aux Antilles des troubles
don't il et pu tirer parti. Ces rumeurs ne
venaient-elles pas, comme on le verra plus loin,
de susciter une agitation difficilement rprime
chez les Noirs ? Aussi les esprits raisonnables fai-
saient-ils observer qu'on ne pouvait encore tenir
pour avrs d'autres faits que la runion des Etats
Gnraux et le serment du Jeu de Paume.
L'impatience tait fort grande d'interroger le
voyageur et d'apprendre quelle discipline, quel
mot d'ordre, quel idal nouveau peut-tre moti-
vaient le port de l'insigne tricolore.
Les proccupations politiques, que l'on tait
venu tenter d'oublier un instant au thtre, re-
prenaient leur acuit. La ralit relguait
l'arrire-plan les fades attraits de la fiction.
Ds l'entr'acte, on se prcipita. Entour,
press de questions, le nouvel arrivant jeta ple-
mle l'avidit de son auditoire le rcit ton-
nant des faits sans prcdent qui s'taient suc-
cds en France un rythme de fantasmagorie.
Il dit tumultueusement le 14 juillet et le 4 aot,
la capitulation du pouvoir sculaire de la monar-
chie absolue, l'avnement. de la souverainet
populaire, la formation de la Constituante char-
ge d'laborer la charte de la Nation dsormais
matresse de ses destines. Et il dclara fire-






LA COCARDE TRICOLORE


ment que sa cocarde tait I'ETENDARD DE LA
LIBERTY (1).
Un tel language semblait tenir de la ferie. La
fivre qui transportait les esprits en France, la
foi communicative qui s'allumait comme une
traine de poudre et renversait les idoles du
pass dans la fulgurante vhmence des conver-
sions, l'enthousiasme de la vrit enfin dcou-
verte et proclame, arrivaient comme un souffle
de fournaise sur la population encore paisible
mais sensible et frmissante, de la cit martini-
quaise.
Le lendemain, la foule commentait avec fer-
veur la prise de la Bastille, l'abolition des droits
fodaux, les promesses de la prodigieuse rgn-
ration qui s'accomplissait dans l'unanime lan
des esprits et des coeurs. L'ardente jeunesse
Saint-Pierraise prenait feu. Il n'tait plus, chez
clle, personnel qui ne voult aussitt porter
cocarde.
Un btiment de Bordeaux arriva point pour
approvisionner les citoyens de cet emblme don't
ses passagers et ses hommes d'quipage taient
dj pourvus. Le courier qu'il apportait con-
firmait entirement les assertions de l'amateur
(le spectacles.
Les trois couleurs fleurirent maints chapeaux.
L'irrsistible pouvoir des Ides, la croyance ins-

(1) Lettre de Viomnil au ministry pour l'informer des v-
nements qui se sont passs depuis le mois de septembre, en
date du 17 oct. 1789. Arch. Nat. Col. C8A 89.






24 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

tinctive au miracle opraient leurs effects presti-
gieux.

M. de Laumoy, commandant en second,
homme honnte et pondr qu'une telle effer-
vescence troublait, s'mut et s'empressa de pr-
venir son chef, qui rsidait Fort-Royal (au-
joud'hui Fort-de-France).
Charles-Joseph-Hyacinte du Houx, comte de
Viomnil, Gouverneur et Gnral intrimaires de
la Martinique en l'absence du titulaire, M. de
Damas, tait un homme imptueux. Intelligent
et fin, brave jusqu' la tmrit, sensible comme
on l'tait au xvine sicle, inondant volontiers
son gilet de larmes, mais sachant aussi l'ouvrir
pour dnuder sa poitrine devant les fusils bra-
qus contre lui (1), il n'arrivait pas toujours,
comme on le verra plus tard, plier sa fougue
naturelle aux exigences de la diplomatic ou
l'exacte observation des formalits.
En recevant les nouvelles que lui mandait
M. de Laumoy, il bondit hors de son fauteuil et
se mit arpenter son cabinet pas furieux. Les
raisons de son irritation affluaient son esprit :
ces jeunes gens perdaient-ils le sens ou avaient-
ils la mmoire si court qu'ils eussent dj oubli
la grande frayeur que venaient de leur causer
les esclaves rvolts ? Il n'y avait cependant pas
plus de deux semaines que les noirs ayant eu
(1) M. de Viomnil a ouvert sa poitrine en dfiant un
soldat qui le visit et que ce trait d'audace a dsarm n. Lettre
de M. de Laumoy, fvrier 1790. Arch. Col. Mart. 268.






LA COCARDE TRICOLORE


connaissance de la lettre adresse par le marquis
de Condorcet au nom de la Socit des Amis des
Noirs tous les baillages de France, s'taient
persuads que le Gouverneur avait ordre du Roi
de leur donner la libert et n'tait retenu de le
faire que par les sollicitations de leurs propri-
taires (1). Ils avaient aussitt dclar, dans une
lettre insolente, qu'ils se libreraient eux-mmes
la faveur des coups . Il en sortira avant peu,
ajoutaient-ils, des torrents de sang qui couleront
aussi puissants que nos ruisseaux qui coulent le
long des rues (2).
Voil, pensait M. de Viomnil, le brilliant r-
sultat de cette Socit des Amis des Noirs,
constitute Paris par des philosophes sans doute
minents et bien intentionns, mais profond-
ment ignorants des choses coloniales. N'avaient-
ils pas rclam la mise l'ordre du jour des Etats
de l'abolition de l'esclavage ? Ah! ils ne s'em-
barrassaient pas dans les difficults qu'entra-
nerait l'excution de leur rve, ces gnreux
illusionnistes Ignoraient-ils que la traite com-
prise, naturellement, dans le rgime de l'Ex-
clusif provoquait un movement d'affaires de
59 millions de livres par an (3), auquel la mtro-

(1) Lettre de Foullon d'Ecottier, 24 oct. 1789. Arch. Nat.
C8A 89.
(2) Lettre adresse M. de Molerat, major commandant
de la ville de Saint-Pierre et signe: Nous ngres . 28 aot
1789. Arch. Nat. Col. C8A 89.
(3) Avec les Rouges aux Isles du Vent. Souvenirs du che-
valier de Valous, 1790-1793. Calmann Lvy, 1930.






26 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

pole ne pouvait renoncer brusquement sans
courir un dsastre conomique et financier ?
Car, sans computer le trouble jet dans le travail
des exploitations, un fournisseur honnte doit,
en tout tat de cause, rembourser ses clients s'il
lui prend fantaisie de les dpossder de leurs
achats; comment l'Etat, entrepreneur de l'ap-
provisionnement des planteurs en main-d'ouvre,
pourrait-il luder cette obligation ?
C'tait grand dommage, en vrit, que quel-
ques-uns de ces aptres ne fussent pas venus
faire un tour la Martinique la semaine passe !
Ils auraient eu le plaisir de voir la horde des
noirs arms des instruments don't ils coupent
les cannes, se rpandre dans la champagne, les
planteurs et leurs families tremblants dans leurs
habitations barricades, la terreur rgnant sur
la ville et sur les bourgs I Peut-tre eussent-ils
tir de ces tristes tableaux quelques rflexions
salutaires...
Et M. de Viomnil, poursuivant le course de
ses rflexions, songeait que, fort heureusement,
les multres des milices coloniales s'taient trou-
vs point pour rprimer ce dangereux mou-
vement. Par une rencontre don't l'ironie ne lui
chappait pas, c'taient les hommes de couleur
qui avaient sauv les blancs de la Martinique
exposs par les blancs de France prir de la
main des esclaves Encore avait-il fallu que le
gnral agt promptement et nergiquement.
Par ses soins, une chasse gnrale avait t or






LA COCARDE TRICOLORE


ganise, les mutins ramens au travail, les
ngres marrons rendus leurs matres, les me-
neurs arrts et deux d'entre eux, jugs les plus
coupables, excuts sur la place publique. Les
procs en course donnaient supposed que le
foyer de la conjuration tait Saint-Pierre
mme. Et voil le moment que choisissaient les
jeunes tourdis de cette ville pour taler aux
yeux des noirs encore tout frmissants de leur
grande illusion perdue, un emblme qu'ils di-
saient tre celui de la libert? La libert, mot
magique, qui pouvait bien avoir pour le people
de France un sens sublime, gnrateur de
grandes choses, mais qui, pour d'humbles cer-
veaux de primitifs assujettis la servitude, ne
pouvait signifier que: l'affranchissement.
Au surplus, remarquait le Gouverneur en son
soliloque, qu'y a-t-il d'authentique dans ces
contest que l'on fait et don't je ne trouve aucune
relation dans la correspondence qui m'arrive du
royaume ? Et, suppos que cette cocarde ait
t effectivement adopte par le people franais
l'occasion d'une revolution en faveur de la
libert civil, qu'aurions-nous en faire ici ?
S'il ne me paraissait aussi dangereux, je pour-
rais trouver plaisant l'engouement de ces fous
pour le symbol d'un bien qu'ils ne veulent du
tout accorder aux seuls individus qui n'en jouis-
sent pas dans nos les. Mais tout me prouve
qu'ils attachent cette marque distinctive des
ides d'indpendance, de rapprochement et de






28 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

confusion des Etats bien loignes de sa vri-
table signification (1).
Ayant ainsi exprim ses ides pour soi-mme,
M. de Viomnil rpond sur le champ M. de
Laumoy que, pour leur propre scurit, il faut
empcher les habitants de porter la cocarde.
M. de Laumoy, homme de grand sens, par-
faitement loyal et dsintress, entire entire-
ment dans les vues du Gouverneur et s'emploie
y convertir les jeunes gens. Il y russissait
assez bien, quand l'un des plus entts ayant
lass sa patience, il le place enfin dans l'alter-
native de quitter sa cocarde ou d'aller en prison.
L'opinitre prfre ce dernier parti et, tout aus-
sitt, ses camarades reprennent l'insigne sdi-
tieux et exigent en tumulte l'largissement du
prisonnier.
M. de Viomnil, averti, arrive Saint-Pierre,
rassemble les chefs de commerce et les notables
de la ville devant lesquels il convoque les jeunes
indociles. L, il explique ses raisons, argument
et supplies tour tour trois heures durant, finit
enfin par persuader, et regagne Fort-Royal tout
heureux de son succs.
Il n'a pas longtemps s'en fliciter. Pour
emporter l'assentiment des Saint-Pierrais, il a
d s'engager autoriser l'emblme tricolore et
l'adopter lui-mme aux premires nouvelles
certaines. Or, un bateau venant de Sainte-Lucie
(1) Rapport de Viomnil au ministry. 17 oct. 1789, dj cit.






LA COCARDE TRICOLORE


en apporte ds le lendemain. Le gouverneur
s'excute.
Puisqu'il est constant, crit-il aux commer-
ants dans un dernier effort pour prvenir les
interpretations tendancieuses, puisqu'il est cons-
tant que les chefs et les citoyens des diffrentes
provinces de France ont pris et portent la co-
carde qui est le signe de la reunion et de la con-
corde de tous les ordres de l'Etat... .
Lorsqu'il parat au thtre de Saint-Pierre
avec les trois couleurs, M. le comte de Viomnil
peut mesurer l'ampleur des acclamations qu'il
soulve, la gravit des difficults qui l'attendent.
Il n'est plus pour lui que de sauver la face en
donnant un caractre official l'enthousiasme
populaire.
De retour Fort-Royal, s'il refuse de faire
chanter un Te Deum, allguant qu'il n'a pas
d'ordres du Roi, il rgale du moins les habitants
d'une parade militaire suivie d'un banquet sur
l'esplanade du fort.
Pour traiter les Patriotes c'est le nom
splendid que se donnent maintenant, l'imi-
tation de ce qui se fait en France, les partisans
de l'ordre nouveau la garnison a reu, par
son ordre, force boissons et victuailles et tout
ce qu'il faut pour assurer sa joie et l'unir l'all-
gresse publique (1).
Les plus important parmi les hommes de cou-
(1) Rapport de Viomnil au ministry.






30 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

leur ont demand tre admis ces rjouis-
sances. Le Gouverneur a d'autant moins cru
devoir s'opposer leur dsir qu'il y a vu l'occa-
sion de rcompenser le zle qu'ils viennent de
montrer pour le bien de la colonie et que l'assem-
ble colonial, d'ailleurs, a dj reconnu en leur
offrant la cocarde. Tout se passe le mieux du
monde.
Le lendemain, M. de Viomnil, cdant des
instances rptes, permet enfin le Te Deum.
Ne lui assurait-on pas qu'on en avait fait de
semblables Bordeaux et dans les villes consi-
drables du Royaume, et pouvait-il, en outre,
paratre dsapprouver M. de Laumoy qui venait
d'en autoriser un Saint-Pierre ?
La journe s'annonait sous les plus heureux
auspices. Tout faisait prsumer la joie et la
bonne entente.
L'orage clata le soir mme.
Les patriots devaient rendre la garnison la
politesse qu'ils en avaient reue. Or, si leur
situation d'invits les avait obligs, la veille,
supporter la presence des hommes de couleur,
il n'en allait plus de mme ds qu'ils faisaient,
leur tour, figure d'amphitryons. Pour carter
plus facilement les indsirables convives, ils
dcidrent que le second festin aurait lieu l'in-
trieur du fort.
Le soir venu, M. de Viomnil, qui traitait lui-
mme au Gouvernement 60 notables de la ville,
et se livrait tout ce que la franchise et la cor-






LA COCARDE TRICOLORE


dialit pouvaient lui inspire de plus propre
affermir la paix (1), fut demand par un mu-
ltre qui accourait se plaindre lui de ce qu'on
l'et repouss l'entre de la citadelle. C'tait
un architect fort lettr, nomm Sablon Dumas.
Je l'ai dit : M. le Gouverneur tait un impulsif.
L'empire qu'il avait d prendre sur lui au course
des dernires journes, la gnrosit des vins o
il avait puis sa gat de command, la bienveil-
lance aussi constant qu'impolitique (2),
disait l'Intendant Foullon o son ceur l'in-
clinait envers une race humilie, tout concourut
lui faire perdre l'exact contrle de soi-mme.
Il entrane Dumas vers le fort, pntre avec
lui et les autres multres qu'ils trouvent morti-
fis la porte, fait irruption leur tte dans la
salle du repas.
L'apparition de M. le Gnral ainsi escort,
la fureur qui se manifeste sur son visage, laissent
tout le monde interdit. Il exige inutilement
d'ailleurs -- le nom de celui qui a donn la con-
signe, prend fait et cause pour les hommes de cou-
leur, exhorte les citoyens les mieux traiter. Des
murmures lui rpondent; une bagarre s'bau-
che, un homme de couleur est frapp et renvers.
Ce spectacle achve de mettre M. de Viomnil
hors de lui. Il clate en reproches, exprime sans
dtours son sentiment persoiinel sur la valeur

(1) Rapport de Viomnil au ministry.
(2) Foullon au ministry. Ministre des Colonies, Martinique,
268.






32 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

compare des multres cultivs et celle de cer-
tains blancs qu'il vaut mieux ne pas regarder
aux paules, en appelle au major Castella et au
commandant Laubenque qu'il prend au jabot
de sa chemise, trinque avec Dumas et va jusqu'
lui donner l'accolade. Pour le coup, le hourvari
est son comble : les femmes glapissent et se
trouvent mal, les hommes vocifrent. Voulant
dominer ce tumulte, M. le Gnral fait battre
un ban et, comme il est d'usage en pareil cas,
met l'pe la main. A cette vue, tout le monde
s'enfuit dans une bousculade affreuse et va
rpandre le bruit et la crainte par la ville .
Ce fut un beau scandal don't on mena fort
grand vacarme. M. de Viomnil crit que pen-
dant prs de deux jours, il fut hautement me-
nac de voir porter des mains tmraires sur le
reprsentant de Sa Majest . Mais enfin, pour
cette fois, on s'en tint aux menaces et aux cris.
Le bilan de l'meute apparat tout fait rassu-
rant lorsqu'on lit le certificate de M. Clavery,
substitute ou Procureur du roi en la snchausse
de Fort Royal, attestant : que les troubles
n'ont occasionn aucun accident homme,
femme ou enfant dans toute la ville, pas mme
de fausses couches aux femmes (1).
L'incident semblait donc ramen ses justes
proportions quand Saint-Pierre s'en mla. La
canaille de ce port se sentant particulirement


(1) Arch. Nat. Col. C 8A 89.





LA COCARDE TRICOLOR


vise par les paroles du gouverneur, saisit la
balle au bond pour crer des dsordres don't elle
esprait profiter.
Les hommes d'ordre et ceux qui, malgr
l'outrance de leurs opinions, ont encore l'am-
bition de mriter dans une certain measure ce
nom oublient trop le rle que ne manquent
point de s'attribuer les lments troubles ds que
l'autorit parat faiblir ou perdre la face. C'est
une grande responsabilit pour les dtenteurs du
pouvoir comme pour ceux qui aspirent prendre
leur place. Ce qui fait dvier, ce qui ensanglante
les movements populaires, ce sont toujours les
excs des gens sans aveu qui les divisions des
tats-majors sont une simple occasion de mau-
vais coups.
La responsabilit des agitateurs encore
qu'ils se dfendent toujours d'avoir voulu
cela y est directement engage. Aux effects
s'apprcient les causes. Et c'est pourquoi la fai-
blesse ou l'nervement de ceux qui dtiennent
les moyens de maintenir la paix publique, est
toujours la plus grave des fautes. Empche
les commencements . Principiis obsta , dit
l'adage latin.
A Saint-Pierre, la nouvelle de l'meute, assez
anodine, qui avait la ville voisine termin
une soire de liesse, suffit dchaner la
pgre.
Une folle effervescence, bientt tourne en
rage homicide contre M. de Viomnil, s'empare





34 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

de la population. Les plus modrs veulent partir
sur le champ Fort-Royal pour embarquer le
gouverneur. M. de Laumoy rassemble en hte les
notables et tombe d'accord avec eux sur ce qu'il
imported, avant tout, de gagner du temps. Ils lui
proposent alors de constituer un comit charge
de vrifier les faits.
Je n'ai eu garde de m'y opposer, dit M. de
Laumoy, tant par l'espoir que cela me donnait
de voir bientt des gens raisonnables la tte
de ce people, que pour conserver au moins la
consideration en perdant une parties de l'autorit,
car ils l'auraient fait malgr moi . Je n'ai
pas t long m'en repentir , ajoute-t-il (1).
Les membres du comit avaient t cependant
choisis parmi les plus honorables bourgeois de
Saint-Pierre, don't MM. Ruste et de Corio qui en
taient les president et vice-prsident. M. de
Viomnil lui-mme voyait d'un fort bon oeil cette
dputation, comptant sur elle pour remettre
les choses au point et contenir la multitude .
Pourtant, quand ces messieurs eurent entendu
de la bouche des dlgus de Fort-Royal que
tout tait apais et se rduisait un diffrend de
peu de consequence, ils passrent outre ces
assertions et s'en furent par la ville recueillir les
ragots.
Les commissions d'enqute n'ont jamais rien
apais. Celle-ci, selon la rgle gnrale, se sentait
(1) Rapport de M. de Laumoy au ministry, Arch. Nat. Col.
C8A 89.





Pr.. Il


.1


tMLgCCCh,-AC ctfiXw Oc J~t' .c.


lailc, ~~c :, ~ c,,~, c~





LA COCARDE TRICOLORE


tributaire des passions qui l'avaient fait natre.
Elle n'estimait pas fort prudent de revenir bre-
douille devant des forcens impatients d'ali-
menter l'indignation publique; ensuite, elle
voyait dans cette affaire l'occasion d'tablir,
sous prtexte de juger le Gouverneur, une
assemble d'un mode nouveau o le nombre des
lus tant au prorata de celui des lecteurs,
Saint-Pierre fournirait lui seul le tiers des
reprsentants de la colonie.
Les notables ainsi runis ne manqurent pas
d'en solliciter la formation de MM. de Laumoy
et Foullon d'Ecotier, intendant, stipulant que
M. de Viomnil n'y devait cooprer en rien :
toutes les convenances s'y opposent, crivent-
ils. Il est accus par la voix publique de faits et
de propos graves qui intressent la Nation et plus
particulirement la Colonie. Sans une justi-
fication, il ne peut vivre parmi nous avec
honneur .
Et ils se mettent en devoir de rdiger l'acte
d'accusation: Il a fait battre un ban et public
lui-mme, l'pe la main, la tte de ses trou-
pes, qu'il fallait regarder les multres comme
citoyens, comme confrres et faire socit avec
eux; il a donn l'accolade l'un d'eux... Le ban
public en faveur des multres, l'acte violent de
les proclamer gaux aux blancs confirment qu'il
n'a que trop rellement les opinions manifestes
dans ses propos... Il y a tout craindre d'un
homme qui avilit ceux qu'il command et ameute





36 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

ceux qui doivent tre maintenus dans une classes
infrieure (1).
On le voit, ces disciples des grands rvolution-
naires de 89 ne professaient l'Egalit et la Fra-
ternit qu' leur bnfice. C'est l une erreur
don't on ne saurait s'tonner, car elle est si natu-
relle qu'on en rencontre encore des examples de
nos jours (2). Je rclame pour moi les droits que
je refuse mes adversaires , sera la devise ter-
nelle de tous les parties.

Mais M. de Viomnil n'est nullement en hu-
meur de lcher la barre. Il rpond aux arguments
de MM. Ruste et de Corio que les dispositions
de l'ordonnance du 17 juin 1787, portant cra-
tion de l'Assemble Coloniale sont dcisives et
que, puisque c'est aux administrateurs gn-
raux que la convocation appartient, il s'ensuit
qu'il est de l'obligation de leurs places de la faire
dans des occasions importantes comme celle-ci .
Cependant, comme il discerne fort bien les mo-
biles de l'intransigeance du Comit, il autorise
les paroisses de Saint-Pierre envoyer 12 dpu-
ts supplmentaires et celles de Fort-Royal 6.

(1) Rapport du Comit de Saint-Pierre. Arch. Nat. Col.
C A 89.
(2) Berclery, dans un rapport rdig en 1795 pour les besoins
de la cause (la Convention entendait appliquer l'galit tout
de bon), Berclery imagine une extravagant histoire tendant
prouver que les patriots de 1789 nourrissaient les sentiments
les plus fraternels pour les multres abuss par le machiav-
lisme de Viomnil. Le rquisitoire du Comit de Saint-Pierre
montre assez le credit qu'il faut accorder ces sottises.





LA COCARDE TRICOLORE


L'Assemble se runit le 9 octobre. Le 15, elle
dcide qu'elle s'abstiendra par respect de
prononcer sur le cas du Gouverneur. Les dputs
de Saint-Pierre ont d'ailleurs paru se dsint-
resser compltement de cette question. La seule
qui les soucie est la formation d'une Assemble
gnrale o le nombre des reprsentants de cha-
que paroisse serait function de celui de ses ci-
toyens. Ils russissent en faire adopter l'ide
par leurs collgues et par M. de Viom,il. Pour
l'intendant Foullon, il y tait dj tout acquis,
ne ft-ce que pour professor une opinion oppose
celle qu'il supposait au Gouverneur.
La nouvelle assemble est convoque pour le
16 novembre. Le nombre des dputs est fix
1 pour 50 votants ou pour tout reliquat gal ou
suprieur 25. Sont votants tous hommes
croles et europens portant armes, depuis l'ge
de seize ans, ou tous hommes de l'ge susdit
pouvant justifier du payment des impositions .
Lorsqu' la date convenue elle se runit
Fort-Royal, les planteurs constatent, avec quel-
que effarement, le rsultat du nouveau mode
d'lection: Saint-Pierre a 37 siges sur 121. Ils
s'meuvent d'une proportion aussi leve qui
va donner la representation urbaine une im-
portance redoutable pour leurs intrts et, pour
obvier ce danger, ils lvent la majority nces-
saire la validit des dlibrations aux deux
tiers des votants.
Pour les ngociants, la grande satisfaction





38 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

qu'ils retirent de ce premier succs les dispose
la concorde. Ils sentent fondre leur rancune
contre M. de Viomnil. Ce qui les y invite d'ail-
leurs encore plus, c'est que les esclaves, ayant
entendu au prne la lecture du dcret de la
Constituante dans lequel le mot LIBERT revient
fort souvent, ont eu l'impertinence de penser
qu'il pouvait concerned ceux qui souffrent de
la servitude, et ont esquiss une nouvelle r-
volte. L'conome d'une habitation a t tu (1).
Devant le danger, toute la colonie prouve le
besoin de se resserrer autour du Gouverneur,
comme le poulailler autour du coq, et c'est
l'unanimit que l'Assemble dcide de rconci-
lier M. de Viomnil et Saint-Pierre.
Au grand complete, elle se transport avec lui
dans cette ville. Ils sont reus par le Comit qui
les conduit la salle du thtre. Le Gouverneur
aprs y avoir prononc un de ces discours pleins
de sensibility don't il a le secret, donne
M. Ruste le baiser de paix. Le people, d'abord
hsitant, s'enflamme tout coup d'un grand
amour pour l'objet recent de sa haine. M. de
Laumoy nous le dcrit dans l'ivresse du sen-
timent, rendant l'hommage le plus pur M. le
Gnral, chaque citoyen l'envi s'empressant
de l'approcher pour jouir de ses embrassements
et prsentant une scne attendrissante qu'il est
impossible de bien peindre .
M. de Viomnil a tout pardonn, tout oubli.
(1) Lettre de Foullon. 29 nov. 1789. Arch. Nat. Col. C8A 89.





LA COCARDE TRICOLORE


Il exulte C'est le plus beau jour de sa vie. Il se
persuade avec raison que les membres du
Comit ont t tents par l'occasion et pousss
par la peur mais n'en demeurent pas moins
d'honntes gens avec lesquels il n'est que de
s'entendre (1).
Et l'on s'entendit en effet... pendant dix jours.
L'Assemble Gnrale de la colonie n'avait
pour objet que la rdaction des cahiers de do-
lances et la nomination des dputs charges de
les remettre l'Assemble Nationale. Elle se
crut legislative. Les reprsentants de Saint-
Pierre et des paroisses qui suivaient la politique
de cette ville, proposrent la creation de Muni-
cipalits. Dans l'euphorie de la reconciliation,
tout le monde adhra ce project don't il tait
question depuis nombre d'annes et M. de Vio-
mnil l'approuva. A la vrit, personnel ne savait
au just de quoi il s'agissait: les uns pensaient
que le mot Municipalit exprimait un tablis-
sement favorable au people qui, en le contenant,
devait servir sa tendance la libert et qui,
tant de son choix, secondait l'exercice des droits
de l'homme (2). Les autres se laissrent en-
traner donner leur sanction.

(1) Lettre de Viomnil: La conduite tenue mon gard
par le Comit a t force par la nature des circonstances et
par le danger rel qui, depuis le commencement des troubles,
n'a pas cess d'exister pour les personnel des individus (sic)
qui composent le Comit sur la tte desquelles le poignard et
le feu ont t continuellement levs . Arch. Nat. Col. C SA 89.
(2) Extraits des faits que la ville de Saint-Pierre prie M. le





40 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

Mais dj les planteurs aiguisaient leurs argu-
ments contre l'entrept unique et les privileges
de fait des gens de Saint-Pierre. Les dputs du
commerce jugrent prudent de s'en tenir
l'avantage qu'ils venaient de reporter. Ils
imaginrent un moyen simple et pratique de
paralyser leurs adversaires: c'tait de se retire
de l'assemble afin que le quorum n'y fut plus
atteint.
Saint-Pierre et ses allis rappelrent donc
officiellement leurs dlgus.

Ainsi, ds le premier contact des ides et des
rcits venus de France, tout ce que la popula-
tion de la colonie retenait de l'impulsion reue
de la Mre-Patrie, c'tait qu'une re d'innova-
tions s'ouvrait, et aussitt les divergences d'in-
trts et d'aspirations qui couvaient dans son
sein s'taient affirmes, chacun croyant le mo-
ment venu de matrialiser ses esprances.
De tout ce qui agitait l'opinion national par
del les mers, de la ncessit d'ajuster une consti-
tution nouvelle aux besoins d'un people las d'une
trop longue tutelle et press de se sentir majeur,
de l'adaptation du vieil difice des institutions
monarchiques des conditions exigeant une
refonte total des mours et des lois, la Marti-
nique n'avait cure. La rivalit des ngociants

baron de Clugny et les membres de l'Assemble Coloniale de
la Guadeloupe et du Comit de Basse-Terre de prendre en
consideration. 21 mai 1790. Min. des Col. Mart., 275.





LA COCARDE TRICOLORE


et des planteurs, l'abolition ou le maintien du
rgime de l'Exclusif, voil les questions qui
passionnaient les esprits. Tout le reste n'tait
qu'apparence ou prtexte.
L'incident des cocardes avait mis en lumire
quelque chose de plus proccupant, mais don't
personnel, dans la population dirigeante, ne sem-
blait apercevoir la gravit : l'extrme fragilit
d'un tat social o une faible minority, les
blancs, avait tous les droits, et o les travail-
leurs, les noirs, et les soutiens de l'ordre, les
multres, n'en avaient aucun.
Assurment, en ces premiers jours de troubles,
le vritable rvolutionnaire avait t celui qui
s'en doutait le moins: M. de Viomnil, gentil-
homme et chef militaire, embrassant publique-
ment un multre et rendant hommage au pr-
cieux et indispensable loyalisme d'auxiliaires
injustement mpriss.
Il ne pensait pas d'ailleurs que la mme force
de logique qui lui dictait ce geste, jouerait en
faveur des frres plus humbles de ceux pour
qui, en toute droiture et avec le sentiment
exact des ralits, il rclamait un commence-
ment de consideration et d'honneurs.
La question, tout de mme, tait pose. La
court vue des hommes empchait d'apercevoir
que c'tait de beaucoup la principal, et peut-
tre mme la seule important.
Les esprits avancs qui se faisaient gloire de
soutenir la cause de la Rvolution en niant les





42 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

consequences les plus videntes et les plus in-
luctables de ses principles, allaient d'ailleurs
travailler, sans le vouloir et sans le savoir, en
acclrer les dveloppements. Les actes humans
se dispersent en tous sens et s'annulent; la pe-
santeur social, qui leurs agitations permettent
de se manifester, totalise dans son sens inflexible
les rsultats.



CHAPITRE PREMIER: RFRENCES.

Lettre de M. de Viomnil au ministry. 17 octobre
1789. Arch. Nat. Col. 8A 89.
Lettre de M. de Laumoy au ministry. 8 octobre
1789. Arch. Nat. Col. 8A 89.
Lettre de M. Foullon au ministry. 25 octobre 1789.
A4ch. Nat. Col. 8A 89.
Lettre adresse M. de Molerat, major-comman-
dant de la ville de Saint-Pierre et signe: Nous,
Ngres . Arch. Nat. Col. 8A 89.
Lettre de M. Ruste, president du Comit de Saint-
Pierre, MM. Foullon et de Laumoy. 5 octobre 1789.
Arch. Nat. Col 8A 89.
Ordonnance du 22 octobre 1789. Arch. Nat. Col.
8A 89.
Extraits des faits que la ville de Saint-Pierre prie
Messieurs le baron de Clugny et les membres de
l'assemble gnrale de la Guadeloupe et du comit
de Basse-Terre de prendre en consideration. 21 mai
1790. Ministre Col. Martinique, 275.
Lettre de M. Foullon au ministry. Ministre des
Colonies Martinique, 268.






LA COCARDE TRICOLORE 43

Certificat de M. Clavery. Certificats de MM. de
Laubenque et Castella. Arch. Nat. Col. 8A 89.
Lettre de M. de Laumoy au ministry. Nov. 1789.
Ministre Colonies Martinique, 268.
Lettre de M. de Viomnil au ministry. Nov. 1789.
Arch. Nat. Col. 8A 89.










CHAPITRE II


Les Partis s'affrontent

L'Assemble Coloniale accueillit avec indiff-
rence la carence concerte des dputs du com-
merce. Les planteurs, qui en formaient de ce fait
la totalit, dcidrent tout bonnement que les
resolutions votes seraient valables quel que fut
le nombre des presents. Et ils se mirent en devoir
de profiter du dpart de l'opposition pour pren-
dre les dispositions qui leur tenaient le plus
cur.
Ainsi les parties adverse se trouvaient avoir
pris, presque sans y songer, leur position de com-
bat: l'incomptence de l'Assemble sera dorna-
vant le grand cheval de bataille des patriots .
Elle est inconstitutionnelle, rpteront-ils
inlassablement, elle ne reprsente pas toute la
colonie, elle n'a aucun des droits qu'elle s'at-
tribue . L'Assemble est lgalement consti-
tue, rpartiront les planteurs, elle a t convo-
que d'aprs un rglement sanctionn et enregis-
tr la snchausse, elle reprsente la grande
majority des paroisses de l'le et est toute prte
accueillir dans son sein les dputs du ngoce .
L'opposition dclare de la ville et de la cam-





46 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

pagne trouvait d'ailleurs aans la haute adminis-
tration de la colonie d'autres occasions de se
manifester.
M. de Viomnil et M. Foullon d'Ecotier
taient fort ports observer la tradition qui
voulait que le Gouverneur et l'Intendant se d-
testassent cordialement. L'opposition de leurs
caractres aggravait la msentente ordinaire
entire titulaires de leurs charges. M. Foullon
tait aussi froid, calculateur et habile dissi-
muler que M. de Viomnil l'tait peu. Si celui-ci
s'excusait sur sa sensibility, celui-l se recom-
mandait de la Vertu, don't il et dgot qui-
conque par l'usage qu'il en faisait. Le chevalier
Du Buc, grand propritaire, qui devait prendre
bientt une place prpondrante dans la direc-
tion des vnements, l'accusait d'avoir amen
la zizanie partout o il avait pass et assurait
que le seul dsir de fuir cet insupportable inten-
dant avait dtermin M. de Damas demander
son cong.
Le grand sucrier couvert de dettes avait trop
de raisons personnelles de juger sans indulgence
le dfenseur natural de l'Exclusif pour que nous
puissions nous fier entirement son tmoi-
gnage. Mais il apparat que M. Foullon, fils du
contrleur gnral des Finances de la mtro-
pole, usait volontiers de la menace du credit de
son pre dans ses dmls avecles Gouverneurs.
Un tel advantage est de ceux qu'il est tentant de
rappeler parfois ses adversaires. L'argument





LES PARTIES S'AFFRONTENT


n'et-il aucun rapport avec la question traite,
n'en possde pas moins quelque valeur pratique.
Le sort voulut cependant qu'il se retournt
brutalement contre l'intendant. Aux premires
nouvelles des vnements de la revolution en
France qui parvinrent la Martinique, M. Foul-
lon d'Ecottier apprit la fin tragique du contr-
leur gnral, tir par la foule de la prison o La
Fayette, pour le sauver, l'avait fait mettre aprs
le 14 juillet, et pendu la lanterne avec son
gendre Bertier.
Accabl de chagrin et d'horreur, il se retira
dans sa maison de champagne. Les patriots
de Saint-Pierre, montrant plus de zle que de
tact, vinrent l'y trouver et lui offrirent cette
mme cocarde don't le succs Paris avait eu
pour effet spontan la promenade, au bout d'une
pique, de la tte de Monsieur son pre.
Je l'acceptai avec reconnaissance, crit
Foullon, et les sentiments du patriotism touf-
frent quelques instants en moi ceux qu'une
pareille dmarche devait ncessairement me
rappeler (1).
Cet hrosme la Brutus se concilie trop bien
avec le souci que l'intendant prenait de sa scu-
rit et de ses intrts pour imposer la postrit
une admiration sans reserve. Outre que M. Foul-
lon, dfenseur par function de l'Exclusif, ne
pouvait s'appuyer que sur le parti des ngo-
ciants, il prouvait dsormais, de la touchante
(1) Lettre du 25 octobre 1789.





48 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

marque de sympathie ae ses administrs, une
consideration assez imprvue pour la volont
populaire.
Toutefois, il se tint d'abord dans une prudent
expectative. Sa douleur et son mauvais tat de
sant lui taient d'excellents prtextes pour se
soustraire la vie publique. Il ne se fit pas faute
d'en jouer: le 9 octobre, il est dans l'impossi-
bilit d'aller soutenir M. de Viomnil la runion
de Fort-Royal, car sa maladie le retient Saint-
Pierre. En revanche, voici qu'elle le force
s'aliter Fort-Royal le jour de la reconciliation
du gouverneur avec la place de commerce. Bien
mieux: ses incommodits sont parfois si vio-
lentes qu'elles l'empchent de contresigner les
ordonnances que lui envoie le gouverneur.
L'Assemble Coloniale, cependant, commen-
ait ses travaux. Son premier geste fut, tout
naturellement, de proroger jusqu'au 1er avril
1790 l'ouverture provisoire des ports de Saint-
Pierre, Fort-Royal, la Trinit et le Marigot aux
navires trangers charges de vivres et de mat-
riaux de construction. M. Foullon dut se rsi-
gner sanctionner cette measure.
Mais, pour s'en excuser auprs de ses amis les
ngociants, il prtexta que son consentement
lui avait t extorqu par la menace. Prcisons
que ladite menace consistait en une fort dcente
argumentation des planteurs tendant prouver
que sans le maintien de cette drogation, d'ail-
leurs maintes fois accorde antrieurement, au





LES PARTIES S'AFFRONTENT


rgime de l'Exclusif, ils seraient hors d'tat
d'acquitter leurs impts (1).
Aprs ce premier succs, les dputs de la
champagne, matres absolus, comme il a t dit,
de l'Assemble Coloniale grce la retraite de
leurs adversaires, s'employrent congrment
justifier l'adage que les absents ont toujours
tort .
La creation des municipalits, dcide dans
es conditions imprcises que j'ai dites, avait
t le principal succs de ceux-ci.
Le 2 dcembre, l'Assemble, inquite de la
manire don't les partisans de la rgnration
pourraient concevoir leur rle d'chevins, com-
plte l'arrt instituant les municipalits par les
articles 31 et 32. Le premier plaait sous l'ins-
pection directed des administrateurs les juges
municipaux, le second les rendait responsables
des dsordres qu'ils auraient pu prvenir en
appelant le pouvoir excutif.
Le 8 dcembre, l'Assemble pose le principle
d'une nouvelle assemble qui doit se runir le
25 fvrier. L'ge des lecteurs est lev 25 ans
et le nombre des dputs rduit 81, don't 9 pour
Saint-Pierre et 7 pour Fort-Royal.
Enfin, le 10, l'Assemble, ayant termin tous

(1) Il est bien different de menacer de ne pas payer
l'impt ou de dire: diviser l'entrept qui va diminuer le prix
de nos comestibles et les frais de leur transport afin que nous
puissions payer l'impt. Les mains de M. Foullon sont mphi-
tiques; elles corrompent ce qu'elles touchent (Lettre de
L.-F. Du Buc. Min. Col. Martinique, 268).





50 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

ses travaux l'exception des seuls qui taient
son objet official et qui consistaient, on s'en
souvient, en la nomination de dlgus la
Constituante et la rdaction des cahiers pense
se sparer en laissant derrire elle son comit
permanent, prsid par son animateur, Louis-
Franois Du Buc.
Au dernier moment, M. de Viomnil en obtient
encore licence d'tablir la loi martial. C'est
qu'il n'ignorait pas que les jeunes Saint-Pierrais
activaient la formation de leurs milices citoyen-
nes. Ces milices, qu'on avait envisag de crer
pour remplacer l'ancien corps de milices don't il
tait Gnral, lui inspiraient une rpugnance
comprhensible. Il faisait observer que ces nou-
veaux corps n'auraient ni la discipline ni le sen-
timent de la hirarchie des anciens, et qu'ils don-
neraient aux municipalits une force dange-
reuse. Il faisait valoir, en outre, que les pa-
triotes tant fort mls de canaille ; les Anglais
pourraient en profiter pour manoeuvrer cet l-
ment trouble et jeter le dsordre .
Un violent incident allait rsulter de cette
initiative.
Press par les vnements, exaspr de buter
sans cesse sur la force d'inertie de M. Foullon,
M. de Viomnil se determine rendre l'ordon-
nance seul et charge M. de Laumoy de la remettre
la snchausse aprs l'avoir fait imprimer.
Cette decision a aussitt le plus heureux effet
sur la sant chancelante de l'Intendant. Du coup,





LES PARTIES S'AFFRONTENT


il recouvre toute sa vitalit; il se prcipite chez
l'imprimeur et lui arrache l'ordonnance des
mains sous le prtexte d'une erreur de date que
son honneur, prtend-il, lui dfend de laisser
passer. Il et t assurment plus simple de si-
gnaler cette erreur au Gnral qui l'et aussitt
rectifie; le scandal n'avait d'autre ncessit
que celle de donner M. Foullon l'attitude de
dfenseur des opprims.
La consequence dsire ne tarde pas : le people
de Saint-Pierre, dj inquiet d'avoir vu rcem-
ment renforcer la garnison s'affole. Apprciant
le tort que devait lui faire ce rglement, par
l'clat de l'acte d'autorit majeure de M. l'In-
tendant , il se porte au greffe o ses meneurs
exigent le registre; et renversent le contenu d'un
encrier sur le texte abomin.
M. de Viomnil, en grand courroux, rappelle
l'Assemble et dnonce l'incident son Conseil.
Celui-ci fait preuve d'une indulgente philo-
sophie. Certes, il ne manque pas fltrir cet
oubli caractris de toutes les rgles et loix de la
Socit , mais il ajoute qu'on peut l'attribuer
une interpretation outre des droits de l'homme
et l'explosion de cette effervescence que l'As-
semble Nationale a considre comme l'un des
abus indispensables pour la rgnration de la
France .
On le voit, les planteurs ne rappelaient que
d'assez loin les tigres froces auxquels les
patriots n'hsitaient pas les assimiler. Ils





52 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

faisaient ainsi preuve d'un sens politique averti.
Ils n'avaient, pensaient-ils justement, aucune
raison de prendre les premiers une dangereuse
offensive, puisqu' la faveur du relchement et
de l'incertitude du pouvoir central ils obte-
naient insensiblement la ralisation de leurs
vux les plus chers et some toute raisonna-
bles: une part active la legislation intrieure
de leur pays et l'autorisation d'changer cer-
taines denres avec l'tranger sans passer nces-
sairement par l'entrept de Saint-Pierre.
Aussi conseillent-ils en bons aptres d'at-
tendre en paix sous le rgime ancien les lois
nouvelles en preparation (1).
Comme bien l'on pense, les gens de la ville ne
partageaient nullement cet avis. Impatients de
possder une organisation capable de tenir tte
celle de leurs adversaires, ils procdrent la
constitution de leur municipalit sans mme
daigner nommer les dputs la second Assem-
ble Coloniale.
Mais quand rvlation leur ft faite des articles
31 et 32 (qui, je l'ai dit, plaaient les communes
sous la dpendance des agents du roi), leur zle
se glaa tout net.
Saint-Pierre retentit de clameurs indignes.
Ses ventuels officers municipaux entrepri-
rent une longue controversy pistolaire avec
M. de Viomnil. Elle ne donna rien.

(1) Arrt du 26 dcembre 1789. Durand Molard, tome IV.





LES PARTIES S'AFFRONTENT


Alors, les patriots exasprs prirent, pour
la second fois, l'initiative de la" rupture. Ils
dcidrent, de leur seule autorit, la creation
d'une Chambre de Reprsentants du Commerce
compose de 61 membres.
C'tait la scission. La ville et les bourgs s'ri-
geaient en puissance indpendante en face de
la champagne, matresse de la seule Assemble
representative qui avait jusque l exist. Et
l'on se plaisait penser que si celle-ci avait
joui de la faveur et de l'appui du Gouverneur,
l'autre tout naturellement bnficierait de la
sympathie de l'Intendant.
Qu'allait faire, devant cette declaration de
guerre, l'Assemble Coloniale ?
Fidle la mthode de temporisation que lui
conseillait l'homme don't la perspicacit guidait
sa politique, le chevalier Du Buc, elle accept
l'innovation, et songea aussitt en tirer tout
le parti possible.
Ses membres se rendirent dans leurs paroisses
respective sous le prtexte d'y obtenir les
pouvoirs ncessaires. Ils y rpandirent un habile
manifeste o il tait dit:
Les habitants agricoles d'une part, et com-
merants de l'autre, devaient rester paisibles
spectateurs des convulsions qui agitent la
France pour profiter ensemble des fruits bien-
faisants que la mtropole aurait seule arross de
ses larmes. Comment se peut-il que cet esprit de
vertige ait travers les mers ? Est-ce l'habitant





54 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

des campagnes, est-ce celui des villes qui a
transport cette plante exotique ? Saint-Pierre
a fait scission avec M. de Viomnil que nous
aimons; il a tenu des propos indcents contre
l'Assemble et tous ses membres... Nos cours
repoussent tous moyens violent, mais puisque
Saint-Pierre se spare de nous, sparons-nous
de lui.
Sous le style lgant et modr de ce docu-
ment, il est assez facile de discerner la pense
profonde de son inspirateur. Nous la verrons se
dvelopper au course des vnements ultrieurs.
Comme tous les conservateurs, le chevalier Du
Buc et les planteurs qui le suivaient, pensaient
que les perturbations sociales n'ont qu'un temps,
et que les choses reviennent toujours d'elles-
mmes l'quilibre.
Ils se persuadaient, en consequence, qu'il n'y
avait qu'un mauvais moment passer, en limi-
tant la bagarre et en sauvegardant l'essentiel de
leurs intrts, jusqu' ce que le rtablissement
de l'ordre ancien rament le calme: le pouvoir
relev leur tiendrait compete de leur fidlit, de
leur moderation et ne leur enlverait pas les
quelques conqutes, anodines pour lui, pr-
cieuses pour eux, qu'ils auraient faites entre-
temps.
Sagesse certain, que l'vnement immdiat
devait justifier. Sagesse court vue cependant,
car jamais, aprs de telles perturbations, l'tat
de choses antrieur ne se reconstitue intgrale-





PI. III


n.. la Mam iniiltic ri en de 1 ai-inec
'le, P% ,.rnier.. -i- rI trlr I, i fi no.vembloev i- par iii,
aleu., I*at'a iirc e 4 !Shalm





LES PARTIES S'AFFRONTENT


ment. Les forces mises en movement, pas plus
que les torrents et les fleuves, ne reviennent en
arrire, et les transformations qu'elles portent
en elles s'accomplissent toujours tt ou tard.
Mais celles-ci dpassaient la porte des intel-
ligences qui s'efforaient de voir clair.

En dpit des protestations d'amour que le
manifeste des planteurs contenait son adresse,
M. de Viomnil, reprsentant l'autorit rgu-
lire, ne pouvait rester impassible devant le
ddoublement imprvu de la Colonie confie
ses soins. Il fit de son mieux pour l'empcher,
suppliant les uns, raisonnant les autres. En vain I
La sensibility au service de l'loquence se rvla
impuissante entamer des opinions fortement
assises sur l'intrt personnel.
En apparence, cependant, la paix semblait
revenue.
La Rvolution s'installait Saint-Pierre
comme, dans une concession , l'Occident s'ins-
talle en Chine.
L'intrieur du pays continuait de lui chap-
per; on y procdait paisiblement aux lections
pour l'assemble du 25 fvrier.
L'Intendant se proccupait des soins donner
l'arbre pain et l'hvi que le ministry venait
d'envoyer la Martinique avec quelques autres
espces qui russissaient moins bien. Il rcla-
mait par le prochain courier des canneliers et
des girofliers, des poivriers aussi, tout ce qui





56 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

pouvait contribuer l'essor d'une colonie re-
tourne au calme.
Les planteurs coulaient en toute tranquillity
leurs rhums et leurs sirops dans les ports du Sud
et de l'Est (les sucres tant toujours thorique-
ment rservs au commerce franais qui se fai-
sait par Saint-Pierre).
Les patriots attendaient le sort glorieux que
la Nation ne manquerait pas de leur faire bientt
et s'appelaient citoyens . En some, tout
avait l'air d'aller fort bien.

Un spectateur qui portait la cocarde avait
innocemment dchan la premiere srie de
troubles; un spectateur qui ne la portait pas
provoqua la second.
Les gens de Saint-Pierre qui avaient t les
promoters de la scission, s'indignaient qu'elle
et pour consequence de tarir la source de leurs
richesses. Ils voyaient avec colre les denres
fuir par les autres ports et accusaient les plan-
teurs de vouloir faire faillite leurs engagements
envers leurs cranciers. Avant de se sparer,
il faut payer ses dettes observaient-ils. A quoi
les sucriers rpondaient que telle tait bien leur
intention et que les measures les plus exactes
seraient prises pour dsintresser les commer-
ants. Ces bonnes paroles ne pouvaient gure en
imposer des gens qui avaient tout au moins
en matire de finances le sens des ralits.
Sous des apparences de calme fermentait une





LES PARTIES S'AFFRONTENT


exaspration que le plus mince prtexte devait
suffire faire exploser. Ce prtexte fut fourni
par M. du Boulay, capitaine la garnison de
Saint-Pierre.
Le dimanche 21 fvrier 1790, cet officer occu-
pait paisiblement une second loge au thtre
lorsque de jeunes bourgeois vinrent lui faire
l'observation qu'il ne portait pas la cocarde et
lui en prsentrent une. M. du Boulay estimant
qu'il n'avait pas de leon de civisme recevoir
de ces blancs-becs, leur conseilla sans douceur
de rserver leur vigilance leurs affaires per-
sonnelles.
Il n'en fallait pas tant pour dresser ces jeunes
coqs sur leurs ergots. Ils insistent d'une manire
aggressive; la discussion s'envenime et se pro-
page. M. de Laumoy interpose sa sagesse, calme
M. du Boulay et l'engage accepter la cocarde
afin de clore au plus tt ce regrettable incident.
Fort bien, Monsieur, rpond le capitaine, je le
ferai donc par respect et obissance envers vous
qui tes mon chef . Des hues, mles aux ap-
plaudissements ironiques, clatent de toutes
parts.
Les officers qui sont dans la salle pousent la
querelle de leur camarade. M. de Malherbe,
entire autres, et M. de Ranc se distinguent par
la vivacit de leurs propos. Puisqu'il en est
ainsi, dclare ce dernier, la premiere fois que
j'aperois un bourgeois sans cocarde, je lui coupe
les oreilles . Il corse sa menace par des expres-





58 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

sions d'une verdeur toute militaire don't il
demand excuse aux dames, que cette marque
de courtoisie envers leur sexe n'empche pas de
quitter la salle avec des caquets et des ppie-
ments effarouchs.
La representation s'achve cependant tant
bien que mal; mais, la sortie, des groups se
forment d'o s'lvent, dans la douce nuit an-
tillaise, des commentaires acerbes: Ces rodo-
monts, remarque un officer, nous viennent tou-
jours provoquer et assaillir lorsqu'ils ont l'avan-
tage du nombre. Nous ne sommes que 14; nous
attendons qu'il plaise 14 des plus intrpides de
venir se mesurer avec nous .
Le cartel est relev. Le lendemain, 14 jeunes
hros en armes se rendent au fort, escorts d'un
grand concours de people plus curieux que me-
naant. Les officers sortent; on s'aborde avec
politesse, on parlemente. L'ardeur combative de
la veille s'tant fort tempre, l'affaire allait
sans doute se terminer honntement par quel-
ques bouteilles de rhum vides la sant du
Roi, de la Nation et de la Colonie, quand les
soldats, dans la meilleure intention du monde,
gtrent tout. Il est constant que les bonnes
intentions ont des consequences dsastreuses
lorsqu'elles naissent dans des esprits mal clai-
rs.
Les hommes de troupe, voyant leurs officers
palabrer au milieu de cette foule, les crurent
menacs et s'lancrent l'arme au poing leur





LES PARTIES S'AFFRONTENT


secours. La panique s'empara des bourgeois;
chacun court son mousqueton. Le sang
n'aurait pas tard couler si MM. de Laumoy
et Foullon n'avaient russi reprendre en mains
soldats et officers et les convaincre d'aban-
donner la place pour gagner le Fort-Royal.
Pendant que s'opre cette prudent retraite,
M. de Laumoy, insoucieux du danger auquel il
s'expose, tient tte une bande de frntiques
qui lui rclament MM. du Boulay et de Malherbe.
Mais il est abus par un quidam se disant leur
ami: Donnez-moi un objet auquel ils recon-
naissent que je viens de votre part, lui murmure
celui-ci l'oreille, et je saurai les persuader de
partir . Le commandant lui donne le morceau
de canne brise qui lui restait dans la main et le
tratre va ordonner aux deux officers de se
livrer.
M. de Laumoy, atterr de les voir arriver dans
le moment qu'il les croyait soustraits la fureur
du populaire, consentit qu'ils se rendissent la
municipalit, sous la condition qu'on se conten-
terait de leurs excuses.
Une telle preuve de measure dans l'animosit
tait, la vrit, fort improbable. On le fit bien
voir aux deux capitaines qui s'taient achemins
en toute confiance vers la maison commune. Ils
n'y eurent pas plutt pntr qu'ils y furent
injuries et malmens.
Dans la rue, une foule irrite demandait leurs
pes et leurs paulettes; ils n'en avaient point.





60 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

Elle exigea leurs habits qu'on lui lana par la
fentre. Elle les mit en pices et sut se satisfaire
de cette execution symbolique, sur l'assurance
que les objets de sa vindicte avaient t jets
dans un cachot ngres et seraient embarqus
le lendemain sur la corvette Les Deux Cou-
sines.
Ils le furent, en effet, et Saint-Pierre se hta
de remplacer les troupes qui l'avaient abandonn
par des milices citoyennes.
M. de Viomnil, inform de ces vnements,
les trouva dtestables. L'outrecuidance des
patriots qui se substituaient aux corps judi-
ciaires, au pouvoir excutif et la force arme,
lui parut, bon droit, inadmissible. Il lana
La Gracieuse la poursuite des Deux Cousines,
rcupra ses officers qu'il fit rgulirement
incarcrer et les envoya lui-mme en France
sur la frgate L'Active, pour qu'ils fussent jugs
par la Constituante (1).
Entre temps, le Gouverneur adressait M. de
Thommasseau, maire de Saint-Pierre, des lettres
don't la courtoisie aggravait plutt qu'elle ne
l'attnuait le caractre menaant. Il y exigeait
des excuses pour la lacration des uniforms,
y peignait sous les couleurs les plus sombres le
ressentiment de la garnison et priait Qu'on
veuille bien l'avertir si le people de la ville se

(1) La Constituante estima d'ailleurs que les deux officers
avaient t suffisamment punis et les rintgra dans leurs
functions.





LES PARTIES S'AFFRONTENT


chargeait dsormais de dfendre lui seul la
parties de la colonie qui tait sa porte .
Tout ceci ne semblait gure favorable la
formation de la second Assemble Coloniale.
Elle se runit pourtant le 26 fvrier, mais fort
incomplete. Non seulement les reprsentants de
Saint-Pierre faisaient dfaut, mais plusieurs
paroisses, don't une parties des habitants avaient
t gagns aux ides des patriots , s'attar-
daient en des querelles intestines sans parvenir
lire leurs dputs.
Se voyant en nombre insuffisant, les membres
de cette Assemble s'abstinrent sagement de
lgifrer et se bornrent remplir le programme
nglig par leurs prdcesseurs. Ils nommrent
donc des dputs la Constituante avec mission
de prsenter et de dfendre un project selon
lequel la Colonie Fecevrait de la mtropole les
lois gnrales, discuterait avec elle les lois de
commerce et tablirait sans elle, sous la seule
sanction du Roi, ses lois particulires. En re-
vanche, il tait recommand aux dputs de la
Martinique de renoncer dlibrer sur les
questions concernant exclusivement la Mre-
Patrie.
C'tait faire entendre celle-ci : Nous ne
nous melons pas de vos affaires intrieures,
ayez la bont de ne pas vous occuper des ntres .
La Constituante pouvait d'autant moins se
ranger ce parti que les patriots lui dputaient
leur tour MM. Ruste et de Corio afin de plaider





62 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

leur cause. Dans le mme temps qu'on rcusait
sa competence, on sollicitait son arbitrage.
Mais le verdict de la France tait encore loin
et Saint-Pierre s'inquitait de ne pas avoir fait
sa paix avec M. de Viomnil. Le bruit courait
qu'une expedition punitive se prparait contre
la ville. Les nouveaux miliciens, malgr leur
vaillance, ne se sentaient pas en force.
Ils firent part de leurs craintes leurs amis
des les voisines. Ils en comptaient beaucoup
la Guadeloupe o l'annonce de la Rvolution
franaise avait pareillement anim les uns contre
les autres planteurs et ngociants, encore que
le gouverneur, M. de Clugny, et russi tant bien
que mal les maintenir en paix.
Les jeunes patriots de Basse-Terre n'en furent
que plus enthousiasms de voir un champ s'ou-
vrir leur activity. A peine la situation de Saint-
Pierre leur fut-elle connue qu'ils voulurent
voler au secours de leurs frres .
Ils trouvrent un chef tout dsign en la per-
sonne de Coquille Dugommier. Cet ancien lieu-
tenant-colonel, qui avait donn sa dmission la
suite d'un passe-droit, se montrait chaud parti-
san de la Rvolution, qu'il devait, plus tard,
servir brillamment. Il prit le commandement
de l'arme des volontaires. De son ct, M. de
Clugny, considrant que le seul moyen de
contenir cette jeunesse bouillante tait de se
mettre sa tte , s'embarqua le 5 mars avec





LES PARTIES S'AFFRONTENT


les dputs de l'Assemble Coloniale de la Gua-
deloupe sur la frgate La Sensible.
Toutes les les antillaises, crira-t-il, s'taient
dj runies pour dfendre la ville de Saint-
Pierre si elle et t attaque. Deux mille hom-
mes avaient travers les mers dans cette rsolu-
tion; chaque jour, on voyait arriver de nou-
veaux dtachements .
Devant cette invasion inattendue, M. de Vio-
mnil et l'Assemble sentirent la ncessit d'un
accomodement.
Dj le rgiment de la Martinique blmait
l'effervescence de la garnison et dclarait qu'il
n'avait jamais eu l'intention de s'armer contre
Saint-Pierre. Cette seule ide affligeait tout
le corps .
M. de Clugny et M, de Gimat, gouverneur de
Sainte-Lucie, obtinrent la conciliation. Il fut
convenu que la place de commerce conserverait
son rgime particulier en attendant les decisions
de l'Assemble Nationale, tandis que le reste de
la colonie demeurerait sous les lois anciennes.
Les volontaires regagnrent leurs foyers et le
people de Saint-Pierre se mit en devoir d'orga-
niser ses municipalits sans plus se soucier des
articles 31 et 32.
Mais l'efficacit de l'union entire gens du mme
parti venait de s'affirmer d'une manire qui
avait frapp tous les esprits. Les habitants de
la ville pensrent une runion fdrative des
patriots des Iles du Vent et encouragrent leurs





64 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

adeptes des autres paroisses de la Martinique
former des municipalits et des milices citoyen-
nes sur le modle des leurs.
Dans le mme temps, le chevalier Du Buc
soufflait M. de Viomnil le project d'une conf-
dration de planteurs et convenait avec lui que,
puisque les municipalits taient votes, il fal-
lait en tablir qui fussent conformes la loi.
Leurs agents se heurtrent aux proslytes de
Saint-Pierre; dans de nombreux bourgs, des
municipalits illgales s'opposrent aux munici-
palits lgales; ce ne fut plus seulement la lutte
de la champagne contre la ville, mais la discorde
civil gnralise.
M. de Viomnil entendit la rprimer nergi-
quement. Il avait pour lui l'Assemble et la
majeure parties des habitants; il avait surtout
les multres, miliciens fidles, rempart du parti
planteur, contre lequel se brisait la fureur m-
prisante des mtropolitains et petits blancs.
Les multres n'avaient pas oubli l'humilia-
tion du 28 septembre. Ils rendaient haine pour
haine, mpris pour mpris aux patriots qu'ils
traitaient, l'imitation des grands blancs, de
manants ou de brigands. Ceux du Gros Morne,
rassembls autour de M. Gaudin de Soter et de
sa famille, ceux de Fort-Royal, d'autres encore,
prenaient conscience de leur cohsion et de la
puissance qu'ils constituaient.
Ils accoururent au commandement de M. le
Gnral, lequel avait t invit parl'Assemble






LES PARTIES S'AFFRONTENT


dployer toute sa force pour casser partout,
autre part qu' Saint-Pierre, les municipalits
et les milices contraires la loi.
La fin du mois de mars 1790 vit les patriots
dans les plus vives alarmes, changeant d'un
bourg l'autre des lettres affoles et des volon-
taires qu'ils se reprenaient le lendemain.
Le parti adverse paraissait l'emporter; la
branch de laurier qui servait de signe de rallie-
ment aux confdrs lis par serment au Roi,
la loi et au pouvoir excutif, se substituait la
cocarde. Le 26, une foule en dlire portait en
triomphe son Gouverneur en clamant tue-tte :
Vive Viomnil que nous avons rtabli dans ses
droits Vive la noblesse I Vive la couleur I Merde
pour les patriots I...
Ce beau jour fut le dernier du gouvernement
de M. de Viomnil. Le soir mme, l'bahisse-
ment gnral, ancrait dans la rade une corvette
ayant son bord le gouverneur titulaire, vicomte
Claude Charles de Damas de Marsillac, fort
prouv par une traverse particulirement dure
et don't seule l'ide du repos bien gagn qu'il
goterait enfin sous les ombrages de la Rsidence
avait soutenu le courage parmi la violence des
lments.





66 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE


CHAPITRE II. RFRENCES:

Procs-verbaux des sances de l'assemble colo-
niale de la Martinique. 1789 et 1790. Arch. Nat.
Col. 8A 30.
Lettre de M. Foullon au ministry. 25 oct. 1789.
Arch. Nat. Col. 8A 89.
Lettre de Du Buc. Min. Col. Martinique, 268.
Dossier des plaintes faites au ministry par M. de
Viomnil sur M. de Foullon et par M. Foullon sur
M. de Viomnil. Ministre Colonies Martinique, 267.
Extraits des faits que la ville de Saint-Pierre...
(dj cit) Min. Col. Martinique, 275.
Lettre de M. Foullon au ministry. 25 janv. 1790.
Min. Col. Martinique, 268.
Relations de M. de Viomnil, de M. de Laumoy,
du comit de Saint-Pierre et de diffrents colons sur
l'incident des officers. Arch. Nat. Dxxv 115 et Min.
Col. Martinique, 268.
Lettres de M. de Viomnil M, Thomaseau et de
M. Thomaseau M. de Viomnil. Arch. Nat. Dxxv
115.
Lettre de M. de Clugny au ministry. 13 mars 1790.
Min. Col. Martinique, 269.










CHAPITRE III


La France parle

Pauvre M. de Damas !... Du moins ne s'aper-
ut-il pas au dbarqu qu'il venait d'tre jet
d'une tempte dans une autre. Il reprit possession
de son poste et passa ses troupes en revue selon
le protocole d'usage. Par la seule vertu des for-
malits tout s'tait apais comme par enchan-
tement.
Les jours suivants, M. de Viomnil et l'Assem-
ble Coloniale communiqurent au Gouverneur
les dcrets et les projects que leur avaient inspi-
rs les circonstances. Brave homme, plus avide
de rpit que de chicanes, M. de Damas approuva
tout, sanctionna tout. Au reste, il ne trouvait
dans les actes qui lui taient soumis rien qui ne
ft conforme ses vues et ses traditions. Le
plan de confdration le sduisit; l'tablisse-
ment des municipalits dans les formes arrtes
par l'Assemble lui part tout fait souhaita-
ble; il s'adressa aux commandants de milices
pour faire connatre ses decisions aux paroisses.
Les milices dmocratiques n'taient pas dis-
soutes et les multres continuaient de servir





68 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

au grand dplaisir des patriots. Le rtablis-
sement de l'ordre tait activement pouss et
l'aristocratie, c'est--dire le parti planteurs, ne
se fit pas faute, dans maint bourg, d'employer
des procds qui relevaient davantage de l'in-
timidation que de la persuasion. Saint-Pierre
lana un nouvel appel de dtresse aux les voi-
sines. Dans les colonies, crivaient ses officers
municipaux aux Guadeloupens, un pacte o
l'on consent que les multres s'arment contre
les blancs, est un pacte infernal.
L'infortun M. de Damas n'tait gure pr-
par ces orages. Les multres n'avaient-ils
pas t de tout temps constitus en milices par
ordonnance royale ? Ces milices n'avaient-elles
pas donn tout rcemment une preuve pr-
cieuse de leur loyalisme et de leur utility? Et,
par ailleurs, l'Assemble Coloniale rgulire-
ment constitute n'avait-elle pas vot les muni-
cipalits ?
Dsol, mal remis des fatigues du voyage,
harcel tantt par le comit de Saint-Pierre,
tantt par l'Assemble, entrepris d'un ct par
M. Foullon et de l'autre par le chevalier Du Buc,
le pauvre Gouverneur se trouva en grand pril
de perdre sa raison.
S'il ne devint pas compltement fcu, comme
le bruit s'en accrdita, il subit tout le moins
une crise de depression mental assez grave.
Le docteur Roux, appel d'urgence son chevet,
dans la nuit du 4 au 5 avril, constatait qu'il





LA FRANCE PARLE


avait des disparates tonnantes . Le lende-
main les mdecins consultants notaient encore:
Prostration, manque de mmoire.
M. Foullon ne craignit pas de colporter, au
mpris de toute vraisemblance, que M. de
Damas tait prisonnier des aristocrates qui
l'avaient port malade . Il est plus lgitime de
penser que les planteurs exagrrent dessein
le malaise trs rel du Gouverneur dans l'es-
poir de retenir M. de Viomnil don't le chevalier
Du Buc apprciait le caractre.
Mais M. de Viomnil n'avait aucune envie de
reprendre une administration que, de l'aveu
mme de l'Assemble Coloniale, tout s'tait
succd et runi pour rendre pnible et ora-
geuse . Il s'excusa avec une sensibility avive
par sa joie de regagner la France, et fila vent
en poupe par le premier bateau. M. de Bellevue-
Blanchetire, dput Paris par l'Assemble
Coloniale, y avait galement pris passage. Sans
doute les deux voyageurs purent-ils charmer
les loisirs de la traverse en dissertant sur le
pass et l'avenir des Antilles, et en comparant
potiquement leur nef exerce par les vents et
les ondes cette Martinique qu'ils laissaient
derrire eux.
De celle-ci, le chevalier Du Buc est dsormais
le vrai pilote. Il pourra bien laisser les appa-
rences du commandement aux personnages
officials; il pourra, avec autant de courtoisie
que de politique, s'effacer devant ses collgues





70 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

de l'Assemble et du Conseil intermdiaire;
c'est lui qui, de prs ou de loin, dirigera la
manuvre pendant toute la dure de la Rvo-
lution et s'efforcera ft-ce au prix de moyens
dsesprs et incompatible avec nos concep-
tions actuelles de sauver la Martinique des
dsastres o elle risquait de s'abmer.

Il est assez malais de tirer Louis Franois
Du Buc de la coulisse d'o il actionnait ses
marionnettes chamarres. On n'a gure crit
de lui, sinon pour l'excuter sans recours en
quelques lignes. Cependant il apparat, tra-
vers les comptes rendus de l'Assemble Colo-
niale, comme un homme remarquablement
intelligent, d'une culture gnrale tendue,
d'une education parfaite et d'une inbranlable
fermet. Et si l'on compare, en toute objecti-
vit, le sort fait par ses initiatives la Martini-
que celui de la Guadeloupe dchire et de
Saint-Domingue ananti, on sera port recon-
natre qu'en dernire analyse, son action fut
salutaire. Il avait de qui tenir. Sa famille tait
l'une des plus anciennes et des plus puissantes
de la Colonie et plusieurs des tenants du nom
s'taient distingus par leur hardiesse et leur
talent: Pierre Du Buc tout d'abord, qui,
s'tant enfui 18 ans de sa Normandie natale,
avait vaillamment combattu les Carabes et
s'tait taill la pointe de son pe un domaine
qui comprenait toute la presqu'le de la Cara-






PL. IV


I:~~. 'P


Louis-Franois Du Buc





LA FRANCE PARLE


velle; puis Jean Du Buc l'Etang, le chef de
ceux qui renvoyrent si lestement au Rgent
de France ses administrateurs pacquets ;
enfin Jean-Baptiste Du Buc, homme de gnie,
au dire de l'abb Raynal, qui n'avait eu qu'
paratre Versailles pour sduire le roi, Choi-
seul et la Cour, et qui, dans son vieil ge, jet
aux cachots de la Terreur, y soutenait par sa
bonne humeur le courage de ses compagnons
d'infortune et disait en s'veillant chaque
matin pour toute prire: Mon Dieu, voyez le
gaillard (1).
Louis-Franois, le seul fils qui restt cet
intrpide vieillard l'poque de la Rvolution,
tait n la Martinique en 1759. Aprs avoir
fait ses tudes l'cole d'artillerie de Stras-
bourg il fut nomm 16 ans sous-lieutenant
au rgiment de Bouillon, participa aux cam-
pagnes de Mahon, de Gibraltar et de Cadix, et
dmissionna en 1783. En 1789, la premiere
Assemble Coloniale l'lut pour president.
Depuis, s'il cda priodiquement le titre l'un
ou l'autre de ses collgues pour se contenter
de celui de vice-prsident, il n'en demeura pas
moins l'me du Conseil et l'inspirateur de
toutes les measures prises.
Ses dtracteurs diront qu'lev en jeune
satrape, prodigue, orgueilleux, somptueux en
toutes choses comme avaient accoutum de
(1) E. Rur : Etudes historiques. Citation du Testament
politique du come X.





72 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

l'tre les sucriers, il tait dans une situation
financire dsespre. A dire le vrai, toutes les
habitations qu'il tenait de son pre taient gre-
ves d'hypothques, et les esprances qu'il
avait encore ne pouvaient suffire l'extinction
de dettes immense don't une bonne part
(1.580.627 livres argent de France) avait t
contracte envers le gouvernement royal par
J.-B. Du Buc pour la creation d'une raffinerie
que des grants incapables ou peu scrupuleux
avaient conduite la ruine.
Mais le fait qu'il se trouvt plus endett
qu'aucun autre n'aurait vraisemblablement pas
suffi designer le chevalier l'estime de ses
compatriotes. S'ils lui restrent toujours atta-
chs, s'ils ne cessrent de le considrer comme
leur chef et leur sauveur, c'est qu'il les domi-
nait par la supriorit de son esprit et la soli-
dit de ses opinions.
La postrit peut lui reprocher de n'avoir pas
tmoign la France l'aveugle fidlit que lui
doit un Franais; elle peut l'accuser d'avoir
caress le mme rve que ses ascendants : faire
de la Martinique une rpublique oligarchique
sous la protection de la mtropole; elle ne peut,
sans mauvaise foi, contester que Louis-Fran-
ois Du Buc fut un homme de valeur qui et eu
le droit de dire, aussi justement que le fit son
noble adversaire Rochambeau : J'ai t ferme
devant moi.





LA FRANCE PARLE


M. de Damas, momentanment hors d'tat,
M. de Viomnil parti, l'intrim revenait de droit
M. de Clugny, Gouverneur de la Guadeloupe,
son dfaut M. de Gimat, Gouverneur de
Sainte-Lucie. Ni l'un ni l'autre ne le revendi-
qurent: ils se trouvaient apparemment assez
occups dans leurs colonies respective. Le nou-
vel appel des Saint-Pierrais les dtermina nan-
moins se rendre la Martinique o ils arriv-
rent bientt, prcds et suivis de troupes de
volontaires. Ce n'tait que dans l'honnte des-
sein de rconcilier pour la second fois les deux
parties adverse.
Celui de Saint-Pierre disposait tout juste-
ment d'un nouveau grief: l'Assemble avait
cart du commandement gnral M. de Mol-
rat, major de la ville, et dfr l'intrim
M. Damoiseau, marchal de camp du gnie
et Directeur de fortifications.
Les mdiateurs eurent fort faire.
Les patriots, se sentant soutenus, posaient
firement leurs conditions de paix qui
n'taient rien de moins que celles-ci: les habi-
tants des bourgs qui avaient adhr aux ides
de Saint-Pierre seraient matres d'organiser
leurs municipalits leur gr et de suspendre,
quant eux, les droits de l'Assemble Coloniale
jusqu'au jugement dfinitif de la nation; les
multres seraient dsarms et les personnel qui
les avaient mis en movement, poursuivies par
les tribunaux judiciaires.





74 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

Il n'y avait naturellement aucune chance
pour que l'Assemble acceptt de telles clauses.
Les conciliateurs taient les premiers en con-
venir et commenaient s'exasprer eux-mmes
contre leurs commettants.
M. de Clugny, press de regagner sa colonie
o les esclaves s'agitaient, dpcha le rgle-
ment de la contestation. Il dcida qu'en atten-
dant le rtablissement de M. de Damas l'auto-
rit demeurt l'Assemble Coloniale (plus
exactement au chevalier Du Buc) par le truche-
ment de M. Damoiseau. Il accept galement
de maintenir l'ouverture des quatre rades
chres aux planteurs jusqu' la decision de la
Constituante, la condition que cesst le boy-
cottage don't se plaignait le port de Saint-Pierre.
Enfin les deux parties durent faire la preuve de
leurs resolutions pacifiques, l'un en dsarmant
les ngres et les multres, l'autre en remerciant
les volontaires.
Pour le surplus, la tche de M. de Clugny se
trouvait grandement simplifie car ce moment
mme arriva dans la colonie un dcret de l'As-
semble national rendu le 8 mars, par lequel
le Pouvoir souverain faisait connatre ses volon-
ts. Une instruction interprtative du roi tait
en mme temps annonce, qui devait prciser
les conditions d'application de ce texte.
La France parlait. Il n'y avait qu' s'incliner.
Toutefois, avant de se sparer, les patriots
voulurent donner corps leur ide de confd-








Pi. V


aj/17 ic'lt if


LETTRE DU ROI.

A nos bons & amiss Sujets, les Colons des
les du Vent.

M Es DONS ET AMeS SUJETS, ne doutez pas que
malgr lloignement o vous tes du lieu de ma rfidence,
je n:'ayi t conflamment occupy de votre bonlieur. J'aurois
voulu coniotre avec certitude tout ce qui pouvoit y
contribuer .davantage, & vous auriez prosv plus fenfi-.
blcmerit encore l'effet de mes bonnes intentions; mais
aujourd'hui que j!ai appel mon aide les limi es & les
confeils de toute la Nation, j'auri plus de mdyens pour
affurcr votre contentement d'une manire folide & inva-
'riable. Le Dcret de. l'Affemble Nationale que je vous
envoie aprs l'avoir- approuv & fanlionn, vous eft un
premier gage des cfpranccs que je conois.
11 et- de toute juflice que vous participiez aux avantages.
Sde la Conflitution dom mes -ujets d'Europe vont j oir,
' puiifque vous n'tes .fpars d'eux, ni par la nature de vos
droits, ni par les degrs de mon "affelion. Vous cultivez
atc iinilltigcnc &avec fuccs une Colonie -dont les pro-
dulions font une partii effcentille des richefes de' 'empire
Fr.noui;. aainri vous concouirez au bien gnral en vous,
occupant, comme_.ous y tes invites, f ir me cnno.
fles difpolitiou qui peuvent-uD blir Je. meilltur ordre au


~~


1


- i















milieu de vous, & y confolider les liens du bonheur & de
la confiance. Vous n'oublirez point que ne faifant qu'un
avec nous, vous devez foigner attentivement les intrts
du commerce de France, comme il doit par rciprocit
s'occuper des moyens propres encourager vos utiles
travaux. C'eft par une pareille union, l'objet de mes vaux,
que je verrai mes Sujets de l'un & de l'autre hlmiii lire
ne former qu'une mme famille, & dconcerter les projc ts
de tous ceux qui ont le malheur de fe plaire dans les
divisions. Je n'ai jamais dout un moment de votre fidlii,
car vous tes Franois & vous en avez manifefl le gnreux
patriotifme dans les plus grandes occasions. J'ai donc
trouv du phifir vous donner directement un tmoignage
de mes fentimens. & vous pouvez, vous devez y computer
en tous les temps. S,in LOUIS.


SA PARIS, DE L'IMPRIMERIE ROYALE. i79o.





LA FRANCE PARLE


ration. Ils se rassemblrent dans la salle du
thtre, firent serment de respecter les dcrets
de la Constituante, de har les migrs, de se
runir au premier signal sous les ordres des
chefs municipaux lorsque la colonie qui aurait
besoin de secours en aurait form la demand
par son corps reprsentatif .
Malheureusement, cette demonstration de
fraternity faillit turner la discorde. Les Saint-
Pierrais ayant bruyamment exprim leur des-
sein de s'opposer au dpart de M. de Clugny
qu'ils prtendaient, en dpit de ses refus, mettre
la place de M. Damoiseau, la bouillante jeu-
nesse de la Guadeloupe, qui entendait ramener
son Gouverneur, le prit fort mal. Une querelle
assez vive s'ensuivit, que les plus sages parvin-
rent apaiser, et le chef des conciliateurs put
enfin gagner le port et s'embarquer avec ses
auxiliaires encore tout chauffs.
Leur intervention n'tait pourtant pas demeu-
re vaine. Planteurs et patriots renoncrent
momentanment aux violence. Les uns et les
autres attendaient l'instruction pour l'applica-
tion du dcret du 8 mars. M. de Damas, ayant
recouvr par fortune et ses esprits et des
administrs gouvernables, la reut le 21 mai.

L'Assemble Constituante avait longtemps
cart la question colonial de son ordre du
jour, celui-ci tant charge de problmes don't
elle possdait mieux les donnes et don't, par





76 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

ailleurs, la solution lui semblait plus pressante.
Avec beaucoup de sens, elle s'tait refuse rien
innover dans un domaine qui lui tait mal connu,
et mme ouvrir aucun dbat sur le rgime des
colonies avant que tous les dputs des posses-
sions franaises d'outre-mer ne fussent arrivs.
Cependant le club qui groupait autour de
l'ex-ministre de la Marine, M. de Massiac, tous
les grands planteurs rsidant Paris, ne mna-
geait pas plus ses avis l'Assemble natio-
nale que le commerce ses rclamations. Elle
tait en outre quotidiennement importune
par les Amis des noirs don't beaucoup de bons
esprits tenaient les conceptions pour fort
hasardeuses, et auxquels Mirabeau dclarait
brutalement qu'ils devaient avoir cure de tra-
vailler au bonheur des Franais, non celui
des Ngres (1) .
En dpit de ces assauts, l'Assemble s'obsti-
nait temporiser. Mais enfin il fallut bien
s'apercevoir que l'importation des sucres se
tarissait, rduisant l'activit des ports, pro-
voquant du chmage et diminuant les recettes
de l'Etat.
Devant des phnomnes si fcheux et qui
pesaient lourdement sur la situation dj trou-
ble de la mtropole, la Constituante, se ran-
geant l'avis d'Alexandre de Lameth, avait

(1) Avec les Rouges aue isles du Vent. Souvenirs du che-
valier de Valous (marquis de Valous).





LA FRANCE PARLE


dcid la creation du Comit colonial rclam
quelques mois auparavant par Louis de Curt.
Ce Comit avait t aussitt form. Ses douze
membres, bien qu'appartenant des categories
sociales fort diverse, taient tout acquis aux
ides des planteurs. Ils possdaient fond leur
sujet; leur travail fut promptement termin.
Le 8 mars, Barnave dveloppa la tribune les
considrants du rapport don't il tait l'auteur.
Il proposal de rassurer les colonies sur leurs
plus chers intrts , de recevoir d'elles-mmes
les instructions de gouvernement qui conve-
naient leur prosprit et qu'il tait temps
d'tablir enfin; de les inviter prsenter leurs
vues concurremment avec le commerce fran-
ais sur leurs rapports rciproques . L'Assem-
ble approuva son project et invita le Comit
prparer l'instruction en forme de rglement
d'administration publique qui devait complter
le dcret rendu. Celle-ci fut adopte le 28 mars.
Ces textes taient inspirs par la sagesse
mme. L'Assemble dclare tout d'abord que
considrant les colonies comme une parties de
l'Empire Franais et dsirant les faire jouir de
l'heureuse rgnration qui s'y est opre, elle
n'a cependant jamais entendu les comprendre
dans la Constitution qu'elle a dcrte pour le
Royaume, et les assujettir des lois qui pour-
raient tre incompatible avec leurs conve-
nances locales et particulires . Pour ces rai-
sons les lois destines rgir intrieurement





78 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

les colonies, indpendamment des relations qui
existent entire elles et la mtropole, peuvent
et doivent sans difficult se prparer dans leur
sein . On accord mme qu'elles soient provi-
soirement excutes avec la sanction du Gou-
verneur. On reserve toutefois la legislature
franaise et au Roi le droit de les approuver
dfinitivement. Enfin, l'on souligne que seules
les lois porter sur les relations entire les colo-
nies et la mtropole doivent recevoir de la
Constituante existence et autorit .

Saluons au passage la haute manifestation
du bon sens et de l'esprit politique franais qui
resort de ce document.
On dit trop souvent que notre people, pris
d'abstractions, gnralisateur l'excs et fru
de centralisation outrance, n'a pas l'esprit
colonial, et que c'est pour cette raison mme
qu'il a perdu son premier empire extrieur. On
veut mme douter que la leon lui ait profit et
que son nouvel empire soit assur d'un meilleur
sort.
C'est une grande injustice.
L'ancien rgime avait su traiter nos pos-
sessions d'outre-mer avec un libralisme remar-
quable pour l'poque et un sens trs just
des ralits coloniales. Le systme de l'Exclusif,
qu'on object, n'tait nullement une concep-
tion spcifiquement franaise. Les circonstances
que le monde traverse actuellement permettent





LA FRANCE PARLE


de se demander mme s'il ne reposait pas au
fond sur un principle just; et en tout cas, la
mtropole s'efforait, en toute occasion, de
l'assouplir.
La Constituante nous donne la preuve qu'au
milieu de ses formidable embarras et de sa
tche gigantesque, elle avait une vision par-
faitement claire des ncessits et des besoins
de la France extrieure. Il est faux que la doc-
trine de l'assimilation ait domin toute notre
volution colonial. Le noble sentiment de
l'unit franaise, pousser aussi loin que le per-
met le progrs des mours et de la civilisation,
s'est toujours concili avec l'intelligente proc-
cupation d'une autonomie administrative mesu-
re aux circonstances. Il n'y a rien dans le
dcret de la Constituante que ne pourrait contre-
signer aujourd'hui mme tel de nos plus grands
btisseurs d'empires.

Les dispositions qu'on vient de lire, pour
gnreuses qu'elles fussent, ne ralisaient certes
pas encore les rves des rformateurs locaux.
Les planteurs s'en contentaient pourtant, les
patriots aussi. Comme il arrive l'ordinaire,
chacun ne voyait dans le dcret que les arti-
cles qui lui donnaient raison.
L'intendant Foullon, ainsi qu'il tait dans son
rle de le faire, s'arma du paragraphe qui pr-
cisait qu'aucune innovation n'tait porte aux
rgles en vigueur concernant le commerce , pour





80 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

ordonner aussitt la fermeture de tous les ports
autres que Saint-Pierre. L'Assemble Coloniale
n'y fit pas d'objections. Elle eut mme le bon
sens de reconnatre qu'elle tait trop rduite
pour prtendre reprsenter la Martinique et,
conformment l'article 4 de l'instruction,
dcida, le 1er juin, d'interrompre ses sances
jusqu' ce que les Assembles paroissiales lui
eussent renouvel leur confiance ou qu'elles
eussent manifest le dsir de choisir d'autres
reprsentants.
Cet article 4, relatif l'lectorat, allait tre
l'occasion de troubles imprvus. Il contenait
une disposition intentionnellement imprcise
et don't la porte pouvait tre considerable.
Indirectement, il posait la question des droits
civiques pour les hommes de couleur.
Le Comit Colonial de Paris avait fini par le
glisser dans l'instruction la suite d'une discus-
sion violent au course de laquelle l'abb Gr-
goire, porte-parole des Amis des noirs , avait
rclam l'ligibilit des hommes de couleur.
Le Comit s'tait tir de la difficult par cette
formule ambigu, destine donner aux avo-
cats de la race opprime une satisfaction pla-
tonique : Toutes les personnel ges de 25 ans,
propritaires d'immeubles ou, dfaut d'une
telle proprit, domicilies dans la paroisse
depuis deux ans et payant une contribution,
se runiront pour former l'Assemble parois-
siale.





LA FRANCE PARLE


Les membres du club Massiac se doutaient
bien que, de quelque parti qu'ils fussent, les
habitants charges d'appliquer cet article n'en
relveraient pas l'imprcision. Pour mieux dire,
il n'y avait pas, leurs yeux, d'imprcision.
En 1790, aux colonies, l'expression : toutes les
personnel ne pouvait signifier que : tous les
hommes blancs , et les multres (pas plus que
les femmes) n'auraient l'outrecuidance ou le
ridicule de suggrer une autre interpretation !
L'impartial et judicieux M. de Laumoy n'cri-
vait-il pas, quelques mois plus tt, au Ministre:
Il n'est pas un blanc qui ne prtende participer
aux bienfaits qu'elle (la nouvelle Constitution)
nous promet. Mais il n'en est pas un qui ne fr-
misse l'ide qu'un ngre ou mme un homme
de couleur libre peut dire : Je suis homme aussi,
donc j'ai aussi des droits et ces droits sont
gaux pour tous. Cette declaration sera cer-
tainement ce qu'il y aura de plus dangereux
promulguer dans ce pays-ci (1). Et certes, les
planteurs, en dpit de leur bienveillance natu-
relle l'gard d'une classes don't ils apprciaient
l'attachement leur cause, taient fort loigns
d'accorder la couleur une existence civil.
Mais les patriots on l'a vu dj l'taient
encore davantage, et ils allaient prouver bru-
talement leur excration pour ces descendants
d'esclaves don't quelques-uns avaient le front
de les surpasser en connaissances et en biens.
(1) Lettre du 18 janv. 1790. Min. Col. Martinique, 268.





82 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

Leur colre contre M. de Viomnil n'avait-elle
pas t dchane par son geste public d'affec-
tion et de consideration pour des collaborateurs
simplement teints don't il honorait les mrites
et le dvouement ?
Fait entire tous digne de remarque, qui en dit
long sur les haines de race et qui et dsespr
les philosophes de la fin du xviie sicle: la
Martinique, le premier sang que firent couler
les adeptes de la Rvolution franaise fut, non
pas celui des aristocrates qu'ils prtendaient
galer, mais celui des multres qu'ils suspec-
taient de vouloir s'galer eux I

Le 3 juin 1790, Saint-Pierre, la procession
de la Fte-Dieu droulait ses pompes sous un
ciel radieusement bleu. Mais ni les magnificences
du cortge, ni celles de la nature, ni mme la
pense que ce Dieu pour qui l'on prodiguait
les ors, les soies, l'encens, les ptales odorants,
avait dit: Aimez-vous les uns les autres ,
ne parvenaient apaiser l'orgueil et la haine
au cour des hommes. A couvert des chants
liturgiques des murmures s'changeaient: Les
miliciens multres de la garnison n'avaient-ils
pas os mettre l'intolrable prtention d'ac-
compagner la procession sous les armes ?... Que
c'et t autrefois l'usage pour ies troupes
blanches, on le comprenait; mais cette engeance
se prenait-elle maintenant pour l'gale des sol-
dats de France don't elle avait pris la place ?...





LA FRANCE PARLE


Quel scandal ...N'tait-ce pas assez d'avoir
supporter la presence de ces fils d'esclaves dans
les forts ?... Leur audace, vraiment, ne connais-
sait plus de bornes I... Heureusement les avait-
on remis vertement leur place I... Car enfin
quelle pouvait tre leur intention, sinon de ten-
ter un coup contre les blancs?... Le bruit en
avait fortement couru, et vraiment c'tait
l'vidence mme que quelque chose se tramait...
Tandis que ces propos s'changeaient dans
la foule saint-pierraise, ceux que l'on vilipen-
dait ainsi, groups devant les logements de
leurs officers, ricanaient la rumeur lointaine
de la fte, amers et justement malveillants. Vers
le soir, l'un d'eux avisa un jeune tambour noir
qui revenait de la crmonie: Imbcile, lui
criait-il en le secouant, pourquoi as-tu t la
procession des manants ?
Un bourgeois passait qui prit la defense du
ngrillon. Faut-il plus qu'une tincelle pour met-
tre le feu aux toupes ? Les pes sont dgai-
nes, les fusils parent; une clameur s'lve,
s'enfle et se multiple : Aux armes Les mul-
tres se rvoltent contre les blancs I
Incessant, affolant, le tocsin rsonne, succ-
dant aux carillons de fte. Des matelots en bor-
de, se souvenant d'une querelle ancienne, se
lancent comme des dogues travers la ville.
Aids de la populace, ils massacrent sauvage-
ment les gens de couleur et jusqu'aux officers
blancs qui commandaient ceux-ci. La munici-





84 REVOLUTION FRANAISE A LA MARTINIQUE

palit leur en soustrait fort heureusement beau-
coup qu'elle jette en prison sous la promesse de
les faire excuter dans le plus court dlai; mais
elle est tous moments dborde par la rage
meurtrire qui possde la foule.
Un officer de milice bless, M. Dufau, appr-
hend chez lui et port l'htel de ville, est
arrach de son hamac, lard de coup de baon-
nettes, assomm par les crosses de fusils, pendu.
Et partout l'on reverse, on ventre, on gorge.
Quand les gardes municipaux russissent
enfin rtablir l'ordre, 17 victims ont t
sacrifices la dmence populaire. Dans maints
endroits o la procession a pass, les roses
effeuilles sont maintenant empourpres de sang.

Ainsi, pour la second fois depuis que le grand
souffle de la Rvolution avait pass sur la colonie,
il s'avrait que la Martinique allait tre beau-
coup moins secoue par les impulsions reues de
la Mre Patrie que par ses propres passions.
De mme qu'une maladie soudaine, en s'abat-
tant sur un organisme, dcle ses vices internes
et leur donne une gravit accrue, de mme le
choc de la crise faisait aussitt apparatre les
causes latentes de faiblesse et de dsquilibre
qui prexistaient au sein de la socit colonial.
On peut, volont, s'tonner de cette sorte
de vertige qui pousse les hommes provoquer
par leurs apprehensions inconscientes l'explo-
sion de prils qui ne se sont pas encore prciss




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs