• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Dedication
 Preface
 Boyer Bazelais et la drame...
 Appendix
 Back Cover






Group Title: Bibliothèque haïtienne
Title: Jean-Pierre Boyer Bazelais et le drame de Miragoâne
CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081297/00001
 Material Information
Title: Jean-Pierre Boyer Bazelais et le drame de Miragoâne à propos d'un lot d'autographes, 1883-1884
Series Title: Bibliothèque haïtienne
Physical Description: 135 p. : ports., facsim. ; 21 cm.
Language: French
Creator: Price-Mars, Jean, 1876-1969
Publisher: Impr. de l'Etat,
Impr. de l'Etat
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1948
Copyright Date: 1948
 Subjects
Subject: History -- Haiti -- 1844-1915   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Record Information
Bibliographic ID: UF00081297
Volume ID: VID00001
Source Institution: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Holding Location: Bibliotheque Haitienne des Peres du Saint Esprit
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: notis - AAQ8853
oclc - 01892641
alephbibnum - 000142685
oclc - 23853404

Downloads

This item has the following downloads:

MarsBazelais ( PDF )


Table of Contents
    Front Cover
        Page 1
        Page 1a
    Title Page
        Page 2
        Page 3
        Page 4
    Dedication
        Page 5
        Page 6
    Preface
        Page 7
        Page 8
    Boyer Bazelais et la drame de Miragoane
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 16a
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 24a
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 30a
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 50a
        Page 51
        Page 52
        Page 52a
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 56a
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
    Appendix
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
    Back Cover
        Page 136
Full Text






BIBLIOTHQUE HAITIENNE


DR. PRICE-MARS




JEAN-PIERRE BOYER BAZELAIS
ET
LE DRAME DE MIRAGOANE



(A PROPOSE D'UN LOT D'AUTOGRAPHES)
1883-1884







IMPRIMERIE DE, L'TAT
RUE HAMMERTON KILLICK
PORT-AU-PRINCE, HAITI
1948











Price-Mars, Jean, 1876-1969.

Jean-Pierre Boyer Bazelais et le drame de
Miragodne; propos d'un lot d'autographes, 1883-1884
[par] Dr. Price-Mars. Port-au-Prince, Impr. de l'tat,
1948.

1. Bazelais, Jean-Pierre Boyer, b. 1833. 2. Haiti --
Histoire --1844-1915. 3. Haiti --Histoire --Sources.



1. Haiti --History --1844-1915. 2. Haiti --History --
Sources.

Series: Bibliothque hatienne

CDD.: 972.94














A


De cet ouvrage, il a t tir 25
exemplaires, hors commerce,
sur Coated, paper suprieur
numrots de 1 25 et 1000
exemplaires sur book 45 Ibs.





















A la mmoire de Antoine
et Adam MICHEL.











PREFACE


Voici un petit livre crit au moment o le monde
semble menac d'une nouvelle catastrophe. Il s'agit
de contraindre les peuples au choix d'une idologie,
d'une doctrine de gouvernement, d'un mode de vie
collective Si tant est que la guerre soit inevitable,
comme on le prtend, les 9/10 des gens qui en seront
victims par les privations de toute sorte, les peuples
qui seront anantis par la bombe atomique, seront
engags dans la monstrueuse venture moins par eux-
mmes que par leurs conducteurs, les Princes de la
pense et les Magnats de la finance qui sont en d-
finitive, les matres du monde.
Si d'aventure, ces prophties de malheur se rali-
saient, ce serait, probablement la fin de ce qu'on veut
bien appeler la civilisation moderne.
Peut-tre, alors, ce livre ne verra pas le jour. Il n'en
rsultera, heureusement, aucun dommage.
En tout cas, on a voulu center ici l'histoire d'une
tentative faite par un group d'hommes qui, un
moment de la dure, esesya, par la force, d'imposer
une doctrine nouvelle une toute petite collectivit.
C'est, applique l'chelle rduite d'une minuscule
communaut, l'histoire ternelle de l'homme qui croit
pouvoir rsoudre les problmes de la vie collective
par le fer et par le feu.

Dr, PRICE-MARS
Ciudad Trujillo, R. D. Avril 1948








BOYER BAZELAIS
ET
LE DRAME DE MIRAGOANE

( propos d'unrlot d'autographes 1883-1884.-)

Est-il exact de prtendre selon la maxime com-
iune quew- les peoples ont les .gouvernements qu'ils
mritent? N'est-il pas plus 'vrai d'admettre cqu'aU
stade de dveloppement d'un people le gouvernement
qu'il se donne o tiqul i est impose, est, assez souvent,
l'image fidle de son degr d'aptitude' s'occutper de
ses propres affaires?
Eitendons-nous.
Les socits humaines quelles qu'elles soient se
reconnaissent toujours par la rgle spcifique d'un
groupement d'individus sous l'autorit d'un chef, soit
qu'en c chef s'incarne la volont collective, soit que
celle-ci s'extriorise par la constitution d'une assem-
ble representative ouI que les deux modes de com-
ifaidement soient'associs.
En tout cas, il n'y a pas de socit sans chef.
SimpleW tnisme.-
La question se complique et s'obscurcit quand: il
s'agit de savoir comment se faith le choix de celui ou
de ceux qui :re6vitent le ccimandemnt. Car, aussi
loin qu'on puisse iemonter dans la vie des -homimes
isr ce-te platite4. epuis les frustes organizations des
plus humbles tribus, jusqu' la complexity a.hurisante


-9-







JEAN PIERRE BOYER


des communauts nationals des temps modernes, le
problme du gouvernement des Socits humaines
rest le/problme le plus difficile, le plus malais, le
plus embarrassant du monde.
Sans doute, chaque groupement, chaque poque
et dans chaque lieu lui trouve la solution qui lui pa-
rat la plus adequate. Mais il semble bien qu'il s'a-
gisse en chaque cas, d'un compromise provisoire qui
emprunte aux circonstances de temps et de lieu la
justification d'une dure plus ou moins longue mais
toujours alatoire. Il suffit, en effect, de la rpercus-
.sion dans leur mcanisme de quelques chocs proches
ou lointains provoqus par ces movements dnom-
ms des revolutions pour que la lgitimit des pou-
voirs don't se prvalent les gouvernements don't il
s'agit soit premise en question. Et attaqus dans leur
essence mme, ils retombent dans l'instabilit et la
prcarit qui, en definitive, sont la fin de leurs privi-
lges.
Et alors, on se demand, inquiet, si la meilleure
forme de gouvernement appliquer tel people ce
qui pose le problme du choix des homes investis
de l'autorit du commandment n'est pas une chi-
mre don't il est vain de chercher la ralisation. On
tse' demand encore avec plus de justesse s'il n'est pas
absurd de vouloir tendre toutes les categories de
rsocit don't la diversity est la loi fondamentale )e
mme systme de gouvernement parce qu'ailleurs,
en tel et tel groupement, les rsultats en ont t
satisfaisants.


-10-






ET LE DRAME E MIRAGOANE


C'est ce sur quoi mon attention a t constamment
attire quand je considre les tapes de I'histoire po-
litique d'Hati. On peut y trouver un miroir fidle
de l'application notre communaut des doctrines
qui florissaient autre part. Monarchie absolue ou soi-
disant constitutionnelle, empire ou royaume, prsi-
dence vie ou prsidence temporaire, gouvernement
parlementaire ou gouvernement liberal, oligarchie mi-
litaire ou civil -toutes les forces de gouvernement,
ou plus exactement toutes les forces de dictature
(j'entends mme prdire la ralisation avant long-
temps de la dictature du proltariat) dans un space
de moins de 150 ans, un people de moins de cinq
millions d'habitants peut-tre, et sur un territoire de
moins de 3.000 k2. ont t applique3 Hati. Selon
la mode, selon les idologies en course.
Toutes ces rflexions m'ont assailli en ouvrant une
liasse de papers don't les 65 ans d'ge n'ont pas terni
l'intrt ni amoindri la puissance motionnante.
Il s'agit des actes relatifs la prise de possession de
Miragone par un group d'exils sous la direction de
Jean Pierre Boyer Bazelais et du sige de cette pe-
tite ville par l'arme de Salomon, Prsident d'Hati,
en 1883.
L'objectif des insurgs visit au renversement du
Gouvernement de Salomon afin que Boyer Baze-
lais, substitu sa place, et l'opportunit de mettre
en pratique les ides qu'il prconisait.
Ces papers ne nous apprennent rien que nous ne
sachions dj. Ils ne font que confirmer la relation


- 11 -






JEAN PIERRE BOYER


quotidienne des vnements inscrits dans Les Notes
de l'Exil de Charles Desroches du Cap-Hatien, pu-
blie Port-au-Prince en 1884 (Imprimerie de l'Oeil),
l'auteur ayant t un des principaux acteurs du dra-
me. Ils clairent certain propose du journal de
Luc Elle -encore en manuscript mais qui peut tre
consult avec fruit la Bibliothque des Frres de
St. Louis de Gonzague. Ils aident comprendre les
commentaires dmonstratifs des historians comme
Auguste Magloire, Louis Emile Elie don't les publi-
cations relatives cette priode prouvent leur grande
connaissance des faits don't il s'agit. Ils confirment
galement les pages pathtiques du Romulus de
Fernand Hibbert quoiqu'elles aient t crites sous
une forme romance...
D'ailleurs la plus grande parties des documents
don't il va tre question dans cette tude a t dj
publie dans le livre curieux de Emmanuel Chancy
intitul: Pour l'Histoire et sous titr 27 Mars
1883. (1) Cet ouvrage de 232 pages in 8 est la re-
production in extenso du registre de la correspondence
officielle de Boyer Bazelais et de ses successeurs
come chefs du movement rvolutionnaire depuis
le dbarquement du group Miragone le 27 Mars
jusqu' sa dispersion le 30 Dcembre 1883.
Il content, en outre, les notes adresses dans la
deuxime quinzaine de Dcembre par Mathurin Le-

(1) Il devait tre suivi d'un deuxime tomequi n'a pas vu
le jour.


- 12-






ET LE DRAME DE MIRAGOANE


gros au nom de ses compagnons au Prsident Salomon'
et aux Membres du Corps Diplomatique et Cornslaire
de Port-au-Prince pour discuter les conditions ven.
tuelles d'une vacuation de la place, et enfin, il retn-
ferme toutes les pices relatives aux rquisitions faites,
par les rvolutionnaires dans les Magasins de Mira-
gone, la reproduction des procs verbaux d'interro-,
gatoires de Mathurin Legros, le dernier Chef lu des,
exils, pris dans les bois et fusill deux mois aprs
l'vacuation.
Donc, notre tour, en publiant les matires qui
forment la contexture du present travail, nous ne
prtendons apporter aucune contribution nouvelle
la connaissance des faits don't il s'agit.
D'abord nous devons confesser que ces papers ont
suscit chez nous la plus vive curiosity parce qu'ils
sont les tmoignages originaux d'une experience avor-
te et qu'en outre, ils portent la marque autographique
des bauches, des preuves, des tentatives faites par
une poigne d'hommes don't la supreme ambition
tait de soumettre la ralit aux mandres de leurs
rves. Car beaucoup d'entre eux ont t rdigs le
jour au jour de la main mme de Boyer Bazelais ou
de celle de quelques uns de ses compagnons.
Ils constituent le texte d'un enseignement sur le-
quel ne sauraient assez mditer les apprentis hommes
d'Etat qui trop souvent ne mrissent pas assez les
adaptations notre milieu des ides don't le succs
ailleurs est fascinant. En outre, si peu important
que soient un grand nombre d'entre eux, simple


- 13 -






JEAN PIERRE BOYER


billets de deux ou trois lignes adresss par le Chef
de l'expdition ses coreligionnaires ou bien sim-
plesrequtes, indications, informations des subordon-
ns au chef, quittances, bulletins de sant, notes de
dpenses ,ils experiment quelquefois des traits de
meurs d'une si grande noblesse qu'ils mritent d'tre
signals come des joyaux don't une communaut
doit s'enorgueillir. Probit, fiert, dsintressement,
fidlit jusqu'au supreme sacrifice de la vie, tout y
est en lermes simple, candies et brefs.
Evidemment pendant les dix mois et au fur et
measure que dura le sige d'une ville de 4 5000 mes
dfendue par quelque 150 hommes contre une arme
assigeante value par la chronique 7000 soldats
environ le dsespoir, l'angoisse, les dfaillances ont
accabl quelques uns des dfenseurs. Mais, dans le
bilan final, quelle a t la proportion des couards et
des pusillanimes. Absolument infime. N'y a-t-on pas
accus seulement trois dserteurs et un seul transfuge?
Ce sont moins les pices officielles rigoureusement
classes dans les registres, trouves aprs la dbacle
de Miragone et don't nous possdons les originaux
qui donnent notre collection sa valeur spcifique que
es menus fragments de papers aurols d'une sim-
plicit antique et crits fort souvent au crayon par
des mains, inhabiles qui les vtent d'une incompara-
ble grandeur. Et cela constitute la difference essen-
tielle entire notre publication et la srie des pices
insres dans l'oeuvre de Emmanuel Chancy.


- 14 -







ET LE DRAME DE MIRAGOANE


Et maintenant interrogeons le principal personnage
de l'action.
Que fut Boyer Bazelais?
Un home public qui suscita d'ardentes sympa-
thies et cra vers 1870 un groupement politique d-
nomm. parti libral.
A la suite d'une srie de dconvenues considres
par ses adversaires come des consequences inh-
rentes l'inconstance de la vie publique en Hati,
mais juges par lui et par ses amis comme des ma-
nouvres dloyales pour l'carter du pouvoir, il en
demand le redressement la force des armes.
Ce fut aprs les troubles insurrectionnels du 30
Juin 1879 qu'il partit pour l'exil et revint la tte
de 92 de ses amis dbarquer Miragone don't il fit
une tte de pont pour conqurir Port-au-Prince ayant
eu la certitude que le rest du pays suivrait sa fortune
politique aussitt que la nouvelle se serait rpandue
qu'il avait rig, quelque part, en Haiti, un mouve-
ment rWolutionnaire contre le Gouvernement du G-
nral Salomon.
Celui-ci ragit promptement en enveloppant la pe-
tite ville par un contingent de troupes qui l'isola com-
pltement du rest du monde.
Boyer Bazelais avait atteint la cinquantaine en
1883.
Il portait en ses nom et prnom sa double origine
historique. Il tait petit fils de Louis Laurent Baze-
lais le Chef d'Etat Major de Jean Jacques Dessalines,
le fondateur de la nationality hatienne et galement


- 15 --







jgA4V PIERRE 'BQYER


le, petit, fils de; an Pierre Boyer, le Prsident de la
Rpublique qui succda Ption et resta au pouvoir
pendant 25 ans (1818-1843). Son pre. Charles Ba-
zelais. avai,. poup Azma Boyer, la fille de l'ancien
Chef d'Etat. Ainsi,, lorsque ses parents l'appelrent
Jean-Pierre Boyer, lui donnrent-ils le gage, d'une as-
endance ,hautement qualifie. Il naquit Port-au-
Prince, ,n 1833, au moment mme o s'introduisait
la, Chambre des Dputs la ,gnration des David
Saint Preux, Hrard Dumesle, Lartigue qui voulut
inaugurer dans l'administration la mthode des dis-
cussions parlementaires sur la conduite des affairs
pul guep. On sait quelle resistance le Prsident
Boyer opposa ces nouveauts. On sait comment
gr ndit ce noyau d'opposition qui se heurta l'opi-
nitret du Chef du Gouvernement et conduisit celui-
ci aune srie de coups d'tat don't il fut la plus grande
victim. Quelle trange coincidence que ce fut just
cette poque que son petit-fils, Jean Pierre Boyer
Bazelais vint au monde!
Quoi qu'il en ft, une atmosphere de troubles et
de, uttes baigna les premieres annes de ce petit-fils.
S'16 ans, on l'pnvoya en France o il acheva ses
tudes classiques au Lyce Charlemagne de Paris: Il
pass neuf ans: dans la grande ville et devint licenci
en droit de l'Universit de Paris.
Telle tait l'excellente preparation du jeune licen-
ci que lorsqu'il revint Port-au-Princei en ,,1858,;
l'ge de 25 ans, il trouva immdiatement un emploi
de ses, connaissances et de ses activits dans l'Ad-


- 16 -















































JEAN.PIERRE BOYER BAZELAIS






ET LE DRAME DE MIRAGOANE


ministration. Il fut nomm Chef de Division au Mi-
nistre des Finances. Il passa ensuite au Dpartement
des Relations Extrieures comme rdacteur des actes
diplomatiques. Puis ce fut au Ministre de l'Instruc-
tion Publique qu'il collabora la Commission Cen-
trale don't le rle consistait diriger et contrler
l'Enseignement. Il devint plus tard Secrtaire du
Conseil des Secrtaires d'Etat sous la prsidence de
Geffrard.
Ainsi, pendant 12 ans, passa-t-il de poste en poste
dans la carrire administrative s'entraner au rle
d'homme public qu'il ambitionnait. Il avait d'ailleurs
inaugur sa function de Leadership en s'associant
Edmond Paul dans la rdaction du Civilisateur. Ce
fut du haut de cette tribune que ces deux jeunes
hommes s'ingnIrent prconiser la prevalence des
principles d'ordre, de rgularit, de mthode dans
l'Administration de faon dissiper la confusion qui
en tait le principal lment.
Donc, quand vint le triomphe de Nissage Saget
aprs les jours orageux de la plus longue et la plus
coteuse guerre civil que nous ayons eue, posa-t-il
sa candidature en 1870, la Chambre des Dputs et
fut-il 1lu premier dput de Port-au-Prince. Succes-
sivement rlu pendant deux autres legislatures, il
acquit au Parlement don't il dirigea les dbats comme
President de la Chambre pendant la 14me Lgisla-
ture, il acquit, disons-nous, un tel prestige qu'il group
autour de lui d'autres jeunes homes ardents et ins-
truits et forma ce qui s'appela le Parti Libral. Ce


- 17 -






JEAN PIERRE BOYER


fut dans ces conjonctures que l'amiti qui le liait
Edmond Paul devint plus fconde. Leur culture in-
tellectuelle, leurs gots, leurs aspirations communes
rendaient leur patriotism plus agissant.
Le parti liberal et-il une doctrine don't le Chef
prconisait la ralisation dans la conduit des Affaires
de l'Et- ? Je ne sais.
Mais, parti liberal? Ne sont-ce pas l des terms
trangers jusqu'alors notre vocabulaire politique?
Et de quel libralisme s'agirait-il? Serait-ce du lib-
ralisme conomique cher l'cole de la Grande Bre-
tagne de l're victorienne? (1) Serait-ce le libralisme
politique tel qu'il tait instaur dans le mme pays
vers 1832 par la fusion des wigs et des radicaux et
qui prconisa non seulement la libert politique en
tous ses aspects, en toutes ses modalits (2) et selon
toutes ses consequences pour en faire la base des
franchises citoyennes come elles furent tablies par
la glorieuse revolution de 1688? Seraient-ce ces
principles concrtiss dans la formule du rgime parle-
mentaire, expression de la volont populaire, don't la
constant application a valu l'alternance au Gouver
nement de la nation anglaise des reprsentants de la

(1) Ur des point essentiels du programme du parti tait
'abolition des droits d'exportation sur le caf don't l'injustice
et l'incidence psent si lourdement sur lconomie des masses
rurales et fidles leurs ides, les libraux inaugurrent lre
rvolutionnaire Miragone en promulguant un dcret qui
abolit les droits de douane sur l'exportation du caf.
(2) Sauf le sudrage universe.


-18 -






ET LE DRAME DE MIRAGOANE


Majority triomphante aux lections gnrales? Serait-
ce ce libralisme politique don't le rayonnement dans
quelques pays de l'Europe occidental et aux Etats-
Unis de l'Amrique du Nord marquait la nette orien-
tation des tendances vers l'tablissement des rgimes
de dmocratie dans le gouvernement des Etats?
Peut-tre bien encore que je n'en aie vu l'expos
nulle part, soit dans quelques declarations de prin-
cipes soit dans quelques discussions doctrinales. Mais
si l'on s'en rapporte la conduite de Bazelais et de
ses amis dans la 13me. legislature o matres de la
majority, ils imposrent leurs vues au gouvernement
d'alors avec une autorit croissante et un clat inac-
coutum dans les fastes de la vie politique hatienne,
il me semble bien que le libralisme don't ils se r-
clamaient venait en droite ligne du parlementarisme
anglais qu'on essayait d'introduire en Hati sous les
auspices de la Constitution de 1867.
Importation hasardeuse, adaptation inadequate et
phmre et qui ne pouvait aboutir qu' des rsultats
illusoires parce que d'application malaise sinon im-
possible un milieu social encore impropre une
experience don't le succs dpend de conditions et de
qualits qui lui taient trangres.
Eh! quoi, allons-nous compare le milieu social o
le parlementarisme a pris naissance et le milieu social
hatien en 1870-1880?
Tout de mme.
Voici, d'un ct, un vieux pays l'Angleterre -
dont le people rassis par le lent exercise des fran-


-19-





JEAN PIERRE BOYER


chises :iiunicipales a t entran la vocation slec-
tive des representations plus vastes en defense de ses
intrts collectifs et qui, ainsi, d'tape en tape, en
est arrive la creation d'un systme de gouvernement
parlementaire don't l'essence est d'imposer au Roi,
conserve comme un symbol de la continuity dans
le temps de la majest national, de lui imposer, di-
sions-nous, la volont du people de s'occuper de ses
propre. s L;airei.
Et voici, de l'autre ct, un pays, Hati don't
le people n'avait en 1870 que soixante six ans d'ge
comme groupement autonome d'indpendance poli-
tique qui cherchait et cherche encore un mode de
cohsion et d'homognite sans s'en douter d'ailleurs
parce qu'il obissait la loi obscure des affinits
lectives.
Voici donc un people qui, tributaire d'un long pass
de servitude, explosa sa colre en un jour de rvolte
et d'ardente aspiration vers la vie national mais qui
titubait et titube encore sur la route tourmente de
la redemption dans une srie de chocs et de revers.
en q utr. de stability. Et c'est ce people qu'on au-
rait voulu appliquer, en 1870, la doctrine du libra-
lisme tout simplement comme on jette sur les paules
a qui veut bien s'en accommoder, l'habit de confection
accroch au bric brac des Magasins d'occasions. N'y
avait-il pas l la mconnaissance la plus singulire
et la plus inattendue des conditions dans lesquelles
s'accomplissait volution de ce people? Mais o tait
donc la clairvoyance des leaders du parti liberal?


-20 -







ET LE DRAME DE MIRAGOANE


pSe pouvit-il que l'ardeur de la bataille, un certain
zle de neophytes, la griserie des premiers succs
eussent aveugl ces hommes don't l'intelligence et la
culture taient incontestablement suprieures pour
*qu'ils crussent possible et durable introduction dans
nos moeurs d'un systme de gouvernement si con-
traire nos traditions?
Mais allons plus loin. Faisons l'hypothse la plus
favorable leurs points de vue. Admettons qu'ils eus-
sent accd au pouvoir soit en 1873, en 1876, en 1879
ou en 1883. Dans quelle measure auraient-ils pu ap-
pliquer la doctrme du vritable parlementarisme puis-
que celle-ci suppose, au pralable une adhsion des
masses lectorales aux ides prconises? Quelle tait
la valeur politique des masses don't il s'agit? Comment
pouvait-on en connatre les sentiments? Par un mode
de suffrages? N'taient-elles pas alors, ces masses, ce
qu'elles sont encore aujourd'hui mme- un troupeau
incoordonn, un amas confus d'individus? Et ce
serait a cette multitude inorganique qu'on deman-
derait le choix d'une doctrine politique?
J'entends bien. Il y avait alors come aujourd'hut
un lectorat Quelle en tait la valeur numrique? Se-
trait-ce le mme qui en 1873, assura le triomphe de
Boyer Bazelais et de ses amis dans leurs competitions
la conqute des siges de Dput la 14me. L-
gislature?
,Or, .n sait que Boyer Bazelais battit son adversaire
par 512 voix sur 1007 votants -soit une majority
de 17 voix- pour devenir le premier Dput de la


- 21-






JEAN egRRe BOYER


Capital. Ne nous arrtons pas la mdiocrit de
ette majority, Retenons seulement, le nombre total
des votants-1007. (1) Ne vous apparait-il pas que ce
chiffre ne pouvait pas tre vraiment reprsentatif de
la totalit des citoyens aptes voter Port-au-Prince.
,Abstention, indifference, ignorance? Que sais-je? SE
tout cas, ce qui s'tait pass la Capitale n'tait que
l'image amplifie des lections en province. On peut
donc en conclude que le systme lectoral alors a, t
impropre exprimer l'intgralit du sentiment popu-
laire mme par la fiction majoritaire et qu'il a t
surtout un moyen par lequel une minority, quelle
qu'elle ft, accaparait le pouvoir et que la reprsenta-
tion don't il s'agit n'a jamais t autre chose que la
fiction d'une fiction; que le people, au nom duquel
elle a dict des Lois, proclam des Constitutions
qu'elle voquait avec des gestes pathtiques, n'a t
en definitive qu'un, mythe. J'espre en, avir fait la
demonstration par l'nonc des chiffres cits plus haut,
.Alors puisque la nation hatienne n'en existed; pas
moins, c'est qu'elle se trouve dans un certain tat
d'infantilisme qui l'empche de manifester, son exis-
tence politique. N'est-elle donc pas plus just, l'pi-
thte par quoi l'amricain qualified cet tat en nous
appelant:
f1.i Qutiiqu'l sagit ici de suffrage restreint selpn l'artrla
ler. de la Loi lectorale du 25 Apt 1 S72. cependand les crin-
diirons qui habilitaient le citoyen devenir lecteur itlentf
elles qu'elles rendaient l'exercice du droit de v 'i ' portfe
du plus grand nombre. ":V "' ,


-22---






ET LE .DRAM DE MIRAOOANE


* Inarticulate people,, term aussi comprehensible
qu'intraduisible littralement, mon gr, du moins,
et qui, au demeurant signifierait un people dnu du
pouvoir d'exprimer sa pense, dpourvu de la capa-
cit d'noncer sa volont et de la faire valoir, rduit
par consquent, n'tre en definitive, qu'un amas
confuse d'individus engourdi d'ignorance, un troupeau
prt suivre l'impulsion d'un conducteur, n'importe
lequel, pourvu qu'il soit assez habile pour s'imposer.
STelle tait donc la situation en 1870-1880 qui n'a
d'ailleurs pas beaucoup change depuis-
:Ah! je vois bien en quelle dramatique conjoncture
le problme du gouvernement s'est pos autrefois et se
pose aujourd'hui encore devant la conscience de la
minority qui exerce le pouvoir ou qui aspire en
avoir la matrise.
A l'origine, la nation ne s'est forme que par la
concentration des nergies sous l'impulsion d'un grou-
pe, de chefs. Ce fut l'action militaire. Alors la seule
force organise qu'il y eut dans le pays fut l'Arme,
l'arme compose de la multitude des homes et qui
nous conduisit l'indpendance politique. Malheureu-
sment cette formation militaire survcut aux vne-
mients qui l'avaient provoquei;Et, pendant plus d'un
sicle ce fut encore l'arme qui domina l'volution de
la 'nation. Il en rsulta un caporalisme gouverne-
mental peu propre la pratique des liberts et,
come d'autre part, les masses amorphes n'avaient
jamais connu autre chose dans leur pass multiscu-
laire d'esclavage que l'obissance passive ou la rvolte


-23-






JEAN PIERRE BOYER


sporadique, ce fut ainsi que le regime de la dictature
s'installa: dans nos mours et devint la rgle de nos
gouvernements. Ds lors, on sent bien qu'au fur et
measure que de nouvelles couches instruites, ardentes,
rceptives de progrs apparaissaient dans la structure
de la nation, elles devinrent galement ambitieuses de
fair prvaloir ici ce qui ailleurs semblait avoir fait
la gloire et la prosprit d'autres peuples. Ainsi
naquit une opposition marque entire ces lments
avancs et ceux qui par function, restaient attaches
aux traditions du pass.
Ne serait-ce pas une telle conjunction de faits qui
vit natre en 1839 la fraction des adversaires parle-
mentaires du gouvernement de Boyer pousss fair
prvaloir le progrs des lumires comme ils di-
saient. Ne serait-ce pas par le mme processus que
sous Nissage Saget parut cette gnration d'hommes
don't Jean Pierre Boyer Bazelais fut le chef qui crut
le moment propice d'opposer au systme vieillot du
gouvernement d'autorit le systme plus adquat du
contrle parlementaire avec son corollaire logique
d'une diffusion plus large, d'une pratique plus effec-
tive des liberts citoyennes. Ces homes ne s'taient-
ils pas inspirs du sentiment de renovation qui avait
provoqu les, movements insurrectionnels ;des der-
nires annes? Ne se rclamaient-ils pas des tendan-
ces qui avaient provoqu l'laboration de la Constitu-
tion de 1S67 don't les principles taient franchement
favorables l'tablissement des institutions librales.
Que le triomphe de ces hommes part aurol d'une


-24-













r - -r-72--iw'!!.~'r--~ re


.^. ,o / < {

..EDMOND PAUL:
EDMIOND PAUL


'w't>



r '
j-.:.







ET LE DRAME DE MIRAGOANE


perspective de longue dure par le succs de leurs
Interventions dans l'oeuvre parlementaire de la 13me
legislature, il n'y a aucun doute l dessus. Le malheur,
c'est qu'ils n'avaient pas assez rflchi sur le fait que
le gouvernement de Nissage Saget si bien dispose
qu'il ft se soumettre aux injonctions de la Cons-
titution de 1867, n'tait et ne pouvait tre qu'un
compromise entire des forces antagonistes celles
d'hier et celles du moment. Sa disparition devait fa-
talement remettre sur le tapis les mmes donnes des
mmes problmes de gouvernement savoir une mi.
,norit dtentrice du pouvoir discrtionnaire, appuye
sur les forces militaires en face d'une autre minority
dsireuse d'accaparer la place pour arriver s'ap-
puyer, son tour, sur les mmes forces militaires. En
definitive, un cercle vicieux.
,Et c'est dans ces conditions que la lutte s'engagea
en cette dcade mouvemente entire 1869-1879 pen-
dant laquelle ces Messieurs les libraux brillrent par
le prestige de leurs talents.
Nous trouvons la justification de notre point de
vue, au moins en parties, dans la confession que fit
Edmond Paul lorsqu'il crivit: pas de parties politiques en Hati l'exception de ceux
que fonde le credit personnel de tout un chacun qui
veut se mettre au service de l'intrt confondu de
tous.
Si M. de Moiinari (1) et regard de plus prs, il

(1) Edaiond Paul. Etude Politique. Harti et l'iatlrt fran-
ais Rponse M. de Molinri P. 176.


- 2-1 -







JEAN PIERRE BOYER


et reconnu, tous ces pompeux titres de Libraux et
de Nationaux, cits par lui, qu'il n'est question que
de partage, l'occasion, des voix du pays sur celui
d'entre les candidates qu'il faut choisir et lever la
Prsid:ice, candidates qui ne sont diffrencis, de
quelque manire qu'ils se rengorgent, que par leur
-comptence ou non aux affaires, ou bien en ce qu'ils
"sont attachs, les uns aux principless de libert que
comportent nos institutions actuelles, les autres, de
'prfrence notre habituelle routine despotique...
C'est donc ainsi, en dernire analyse qu'il faut com-
prendre ce movement si intressant du libralisme
qui fanatisa tant de jeunes pendant les annes 1867
1883.
Il eut son plein panouissement lorsque les Pou-
voirs publics se sont trouvs en face du chaos finan-
cier et conomique produit par les terrible annes de
guerre civil entire cacos et piquets. Chambres et
gouvernement de 1870 1873 pendant la 13me
Legislature livrrent une bataille pre pour juguler
la dbacle. Ce fut ce moment l que Boyer Ba-
zelais et ses amis dployrent une telle ardeur dans
leur application du contrle parlementaire aux affai-
res publiques qu'il en rsulta come une dictature
du Corps Lgislatif sur le Pouvoir Excutif. Les Mi-
nistres et particulirement les Ministres des Finances
harcels par d'incessantes interpellations se succ-
daient au pouvoir avec une precipitation inconsidre,
dangereuse mme pour la ralisation que l'on pour-
suivait de part et d'autre: l'assainissement des finan-


-26 -






ET LE DRAME DE MIRAGOANE


ces. Il s'ensuivit un certain malaise, Car le jeu nor-
mal du mcanisme parlementaire tait fauss puisque
ceux qui rendaient l'existence des cabinets si prcaire
n'assuraient pas le triomphe de leurs ides en se subs-
tituant aux Ministres sacrifis On en tait arrive
ainsi une vritable dformation du gouvernement
de cabinet, le contrle parlementaire n'assurant pas
l'exercice du pouvoir la majority triomphante com-
me consequence et contrepoids de la suprmatie du
group prpondrant au Parlement. Or, tandis que
grandissait la notorit des Chefs du part liberal et
particulirement tandis que rayonnait le prestige de
Boyer Bazelais, tandis que ses amis et lui recueillaient
le prix de leurs efforts par un accroissement de popu-
larit et que se concrtisaient dans les faits quelques
unes des ides don't ils taient les protagonistes in-
flexibles tells que la rforme montaire, la creation
de la caisse d'.mortissement, l'exaltation des princi-
pes de la constitution de 1867, ils n'avaient pris garde
que les rangs de leurs adversaires grossissaient non
seulement de toutes les recrues venues de ceux don't
ils combattaient les opinions mais aussi, mais surtout
de ceux don't les ambitions taient profondment
menaces d'anantissement par la personnalit de
plus en plus sduisante d Boyer Bazelais, le chef re-
dout du parti liberal,
Et parmi les ambitions qui, de tout temps domi-
nent les aspirations de l'homme politique en Hati,
celle de devenir le Chef de l'Etat, est l'une des plus
premptoires, l'une des plus attrayantes et aussi l'une


-27-






JEAN PIRRE BOYER


des plus dcevantes qui:soit. Et par ine fatalit qui
s'attache aux conditions mmes de la vie politique de
ce pays, la popularity d'un leader politique est la cris-
tallisation en sa personnel de tous les vux, de toutes
les convoitises, de toutes les passions de ceux qui
voient en lui la ralisation virtuelle de leurs rves
pour la conqute du pouvoir. Qu'il le veuille ou non,
la candidature prsidentielle est la ranon que paie
Sla foule tout homme qui merge du commun. Et
c'est l que git la pierre d'achoppement de son activity,
et fort otivent, c'est galement l que commence le
calvaire de sa vie. Boyer Bazelais n'a pas failli la
rgle. Il se heurta aux aspirations et aux intrts de
ses adversaires.
SMais quels furent ces adversaires?
Il en eut beaucoup et de catgorie varie. Ne nous
arrtons qu'aux plus qualifis.
Et d'abord. voici dresse centre lui, contre son
parti. une opposition concerte, collective, celle du
Parti National.
De qui tait-il compos cet autre part? Quelle
fut la nature de son programme?
Ici non plus, nous n'avons eu l'occasion de rencon-
trer une doctrine nette dont'les principles ont t ex-
poss quelque part et s'offrent la lumire de la dis-
cussion..
,Mfions nous cependant.
Quand; dans ce pays, un parti se recommande par
les personnalits don't il se compose tells qu'un De-


- 28 -







ET,LE DRAME DE MIRAGOANE


mesvar Delorme, un Septimus Rameau, un Franois
Manigat. un Salomon, le plus grand de tous, quelle
que soit la valeur des ides qu'il prconise celles ci
s'approprient une tonalit, une force, une attraction
qui sont function de la position qu'occupent les per-
sonnalits don't il s'agit dans l'opinion publique.
Or, Louis Lysius Flicit Salomon comme Jean
Pierre Boyer Bazelais tait venu des profondeurs
de l'Histoire-moins par son nom que par
ses origins sociales, et cela, d'une certain ma-
nire. Certes, ils appartenaient tous les deux cette
catgorie que volontiers et assez curieusement d'ail-
leurs l'on aurait appele des bourgeois- l'heure ac-
tuelle. J'entends dire que leurs anctres furent des
affranchis de l'poque colonial. Mais on se souvient
qu'aprs la cohsion des volonts, la soudure des
forces, la fusion des ressentiments quoi nous devons
l'indpendance de ce pays, il y eut, plus tard, les dis-
sentiments, les divisions, les rancoeurs qui dressrent
les haitiens les uns contre les autres. Et ce qui,
Saint Domingue, et bien des gards marquait l'-
chelle des grandeurs dans la hirarchie des privileges
-la couleur de la peau devint dans la politique
hatienne un symbol attractif et mystrieux don't on
ne parlait jamais officiellement mais qui n'en tait
pas moins sournoisement, dangereusement un motif
de ralliement ou de rpulsion un motif d'action.
Et la couleur de la peau dans ce pays de peau bi-
garre signifia la discrimination des classes, l'aptitude
ou l'inaptitude aux functions publiques, le signe de


-29-







JEAN PIERRE BOYER -.


l'harmonie gu; de la dissension social au point que
depuis la prsidence de Rich elle: fut le masque
par quoi, l4ihabiles c mofl.aient l'effectivit de leur.
puissance occulte.,
UELt voici que Louis Lysius Flicit Salomon sembla,
un moment donn, inreri' les revendications et
les rancoeurs de cette catgorie d'hatiens qui affi-
chaient leurs ambitions que soit octroy, le plus
grand bien au plus grand nombre sans la tutelle
d'aucun intermdiaire de bonne volont. .
il avait su subjuguer l'audience des fouls et devint
pour les gouvernements un sujet d'inquitude et de
preoccupation. Il avait t ml la rvolte d'Acaau
et parvint au Ministre des Finances sous Soulouque.
Encore qu'il fit comme Geffrard un favor de la Cour
de Faustin leril ne fit'pas -iiun. considr si d"nge;
ridx pour l-.e nouveau regime au renversement de'
l'empire que Geffrard le fit bannir jamais du pays.
SAnsi proscrit, il passa vingt ansen enxil. Il ne fut
donc pa.s en .a I ti au moment o la brillante toile
que fut Boyer Bazelais resplendissait dans toute la
gloire de sa nouveaut. Il rie fut present ni au Par-
lemerit ni au forum pour prendre part aux discussions
et aux luttes civiques qui devaient dcider de la
suprmdtie du part liberal sur le parti national. Il
ne s'tait measure au leader liberal sur aucun terrain
doctrinal.
Mieux que cela, il parat que : u9 certain moment,
Sa moxonavait iendu hommage l'action des libraux


--30--









































i^'







LOUIS LYSIUS FELIC1TE SALOMON
President de la R publique d'Hati







ET LE DRAME DE MIRAGOANE


si l'on en croit la citation du texte suivant tir du
livre d'Edmond Paul.
Soutenons de nos sympathies, disait-il, ces hom-
,mes d'lite que nous voyons au Snat, la Chambre
et dans la Presse et don't le plus grand mrite est de
:-ne pas dsesprer de la Patrie, qu'ils dfendent avec
:autant de talent que de courage. (1)
Cependant quoi qu'il en ft, de tous les homes
politiques qui affrontaient les alas, les risques et les
prils de la competition prsidentielle vers 1879, au-
cun ne paraissait plus redoutable la candidature de
Bazelais que Salomon parce qu'aucune personnalit
plus vigoureuse ne pouvait s'opposer la sienne et
-aucune ne pouvait soulever plus de passion et ne pou-
vait mouvoir plus dangereusement la sensibility des
foules que ce banni auquel la longue proscription
crait un climate de lgende et posait une aurole de
martyre.
Et lorsque les violence et les turpitudes de Do-
mingue double de Septimus Rameau amenrent l'ef-
fondrement de ce gouvernement et des homes qui
en taient le soutien, lorsque la dissidence inattendue
amena la scission du parti liberal et que Boisrond
Canal dress contre Bazelais fut lu la place de
celui-ci la chute de Domingue, la fraction bazelai-
siste drape dans une intransigence farouche combat-
:tit tout la fois les dtenteurs du pouvoir et ses irr-
ductibles antagonistes, les nationaux. Ds lors, la

(1) Edmond Paul, Etude Politique P. 173.


-- 31--







',: JEAN PIERRE BOYER


lutte dlaissa le terrain idologique si tant est qu'il
en eut pour se cantonner dans l'opposition des
-personnes. Cette opposition admirablement traduite
'par le slogan la mode: le pouvoir au plus capable,
aboutir la concentration des malentendus et des an-
tipathies qui, exprime en cette formula incisive et
lapidaire, a di terriblement blesser l'amour propre
des uns et des autres dans un pays o la vanit des
intellectuals et des pseudo-intellectuels est. l'une des
plus graves maladies d- l'esprit.
,.2 Au fait, qui voulait-on designer par ..le plus ca-
pable: si. ce ne fut Bazelais? Et selon quel barme
;e jugetnent avait-il t prononc et par quel tribunal
infallible? N'tait-il que la manifestation de Fintran-
sigeanc'? partisan o l'un des aspects de l'engouement
populaire don't le sage doit toujours se mfier? Et
Bazelais tait-il plus capable qu'Edmond Paul ou
Thoby, Delorme ou Salomon?
SIl semble bien cependant que cet apophtgme ait
traduit l sentiment propre que l'homme avait de sa
valeur personnel. N'a-t-on pas conserve certain
aveux tombs de ses lvres lorsqu' la tribune de la
Chambre, il s'est cri un jour: Si c'est une erreur,
que dans l'immnensit de mes occupations,j'ai pu avoir
commise, quelle honte y aurait-il pour moi au point
de supriorit o je suis arriv l'avouer, le recon-
aatre. (1) Etranges propose, en vrit, mais qu'ils
aient pu tre profrs par un home de quality tel

(1) Moniteur du 13 luillet 1878 cit par Fernand Hibbert
Romulua P. 34.


--3e-







ET LE DRAME DE MIRAGOANE


que fut Bazelais, ils dnotent tout la fois l'indigence
du milieu en units de valeur ce m'aoment l: et la.
griserie o peut tomber quelqu'un fascin par son pro-
pre mrite et obnubil d'gotisme.
N'a-t-on pas reproch une attitude similaire De-
lrme qui' la mme poque, dans une rplique fit
savor'ir son contradicteur qu'il n'avait pas besoin de
dictionnaire pour tre fix sur le sens prcis d'un mot
tant donn l'tendue de son savoir. :
En tout cas et en ce qui concern cette opposition
de personnel laquelle nous amne l'expos des faits
entire 1872 et 1879, lorsque Boisrond Canal la suite
de I'chauffoure du 30 Juin 1879 dmissionna un
an avant le term de son mandate, nationaux et cana-
listes se coalisrent pour barrier la route Bazelais et
cette manoeuvre favorisa l'avnement de Salomon
la prsidence.
Les jeux taient faits. Les deux homes se trou-
vrent face face adversaires.
Une fois de plus, Bazelais vit s'loigner la ralisa-
tion de son rve le plus cher. Et alors, ce fut le tissue
des longs jours d'exil abreuvs d'amertume et gonfls
de colre. Ce fut la lente couve des conjurations, la
trame enchevtre des combinaisons, des ententes,
l'chafaudage des plans et des projects de rvolte, ali-
ments par les appeals pressants des partisans rests
sur la terre natale tandis que poussaient l'aventure
les souffrances, les implorations, les suppliques de
ceux qui erraient inoccups et nostalgiques, quelque


- 33-







JEAN PIERRE BOYER


part dans les les environnantes la Jamaque,
*St Thomas, Inague..
Ainsi s'agena l'expdition du petit contingent
d'hommes qui d _barqua le 27 Mars 1883 Miragone.
Et pourquoi Miragone fut-elle choisie plutt
qu'une autre ville plus important telle que le Cap-
Hatien, les Gonaives ou Saint-Marc par example?
Quelle est sa valeur stratgique? Que reprsentait-elle
de tentant et de sduisant pour le succs d'un plan
d'invasion de la Rpublique d'Hati, ce moment l,
et dans les conjonctures don't il s'agit?
ll ,ne semble pas que Miragone ait t considre
comme le meilleur point de dbarquement par les
exils cause de sa valeur stratgique strict ou pr-
sume. Il est beaucoup plus probable que son choix
a t dict pour les raisins d'ordre politique et go-
graphique tant donn qu'elle est un axe d'articula-
tion entire tes Dpartements de l'Ouest et du Sud.
On sait, en effet, que la petite ville enserre dans
un rseau de montagnes est btie l'chancrure d'une
baie profonde. Elle est place un peu en retrait une
dizaine de kilomtres environ de la route qui relief
Port-au-Prince l'Anse--Veau et au reste de la pres-
qu'le du Sud. Non loin d'elle se trouve le lac qui
porte son som. Puis entire elle et le lac, s'entrecroisent
des sentiers et des routes qui mnent aussi bien
Port-au-Prince l'Ouest, Aquin et aux Cayes au Sud,
Jacmel et aux Ctes de Fer au Sud-Ouest.


- 34 -






ET LE DRAME DE MIRAGOANE


Ainsi une arme qui serait fortement tablie dans
la region pourrait avancer sur Port-au-Prince et
rayonner dans toute la presqu'le.
C'tait apparemment en vertu de ce plan que Ba-
zelais comptant sur la cooperation et sur l'adhsion
immdiates son movement par les populations de
Jacmel, de Jrmie, des Ctes de Fer devait mettre
rapidement en pril le gouvernement de Port-au-
Prince qui, d'ailleurs aurait computer avec d'autres
soulvements provoqus dans l'Artibonite et le Nord.
Donc, le 27 Mars 1883, un bateau affrt, le Tropic
venu de Kingston et d'Inague avec un contingent de
90 homes, tous des exils auxquels s'taient joints
deux partisans recueillis au large du Canal de la Go-
nve, dbarqua sa cargaison d'hommes Miragone.
Ces Conqurants enlevrent la ville avec une faci-
lit prodigieuse, les gardens de la cit ayant aban-
donn leurs postes sans coup frir. Les nouveaux
venus s'empressrent d'organiser un noyau de gou-
vernement. Ils nommrent un Comit Central de la
Rvolution don't Bazelais prit la direction en quality
de Chef d'excution et Prsident du Comit Central.
Ainsi s'engagea action.
Les premires pices que nous avons trouves dans
la liasse des papers qui sont parvenus jusqu' nous
dans un ordre parfait d'ailleurs ne sont malheureuse-
ment que des quittances et quelques courts billets
- toutes relatives au service de l'intendance.
Quelques unes d'entre elles portent la date des 28
et 29 Mars, soit un ou deux jours aprs le dbarque-


- 35-






S JEAN PIERRE BOYER


inent. Il manque donc la collection les premiers
:actes qui relatent la constitution de-la nouvelle orga-
nisation. Ils ont t retrouvs cependant et conservs
.a l'Histoire. M. Chancy les a recueillis dans lesjour-
naux de 'potque L'Oeil et, Avant-Garde .
Pour nlInteffighee -des faits don't nost autographed
jont les dpositaires, on nous permettra de reproduire
quelques uns parmi les plus significatifs de ces actes.
er Le premier en date concern la formation mime
tu Coniit Rvolutionnaire,IIl stains conu:

1iBERTE : EGALITE FRATERNITY
t ": 'REPUBLIQUE ID'IAAITI'


Les C'itoyens soussignes, investis de la confiance
publique et exerant lautorit revolutionnaire, au
norri de- la Souverainet du Peuple,
Coin, derant qu'il est n'ce'ssare et urgent d'impri-
mer a la march de la Rvolution qui vient d'tre
imsu-u:uc. une direction' uniform, prompted et effi-

Se ount con-titues en 'COMITE CENTRAL bE
LA REVOLUTION, et jurent solennellement, en
face d' 'la nation,' ddployer leurs plus constants
efforts pour conduire bonne fin 'oeuvre patriotique
tui vient d'tri entreprise.
Do:in au quarter general de .Miragone le 7 Mars
1883, An 80e. de l'Independance.
,J. P. Boyer Bazelais. Edmond Paul, PBrutus Casi-


- 36--






ET LE DRAME DE MIRAGOANE


mir, Dsormes Gresseau, J. P. Bazelais. P. ,B Lafo-
rest,'Chanlatte fils, Magnan, Bras, Jh. Muller, Altidor
Nol, Gesner Mussotte, Cadieu Hibbert, Berthaud fils,
Aug. Hogu, Pio Rigaud. (1)

L'autre pice aussi important que la premiere pro-
clame la dchance du Prsident Salomon. Elle est
ainsi rdige:,

DECHEANCE. :>' .

LIBERATE EGALITE FRATERNITY
REPUBLIQUE D'HAITI : : ,

AU NOM DU. PvEUPL SOUVERAIN, ,,
LE COMITE CENTRAL DE LA REVOLUTION
EXERANT L'AUTORITE REVOLUTIONNAIRE

Attendu que LOUIS ETIENNE FELICITE SA.
LOMON, nomm la Premire Magistrature de
l'Etat le 23 Octobre 1879, a indignement abus des
pouvoirs et de l'autorit lui confis '-,trahi la con-
fiance du Peuple et parjure tous ses serment :eno-
tamment; .
1-En livrant au gaspillage, la dilapidation et
au vol les resources de l'Etat;, ,

(1) On remarquera deux petites anomalies dans cette piece.
D'abord elle porte la date du 7 Mars qui est probablement une
erreur typographique puisqu'il ne peut s'agir que' de 27 Mait
et ensuite, elle content la signature d'Edmond Paul qdu tait
rest Kingston, On peut induire que le document a tJ
pralablement rdig Kingston.


-31-






JEAN PIERRE BOYER


2-En accroissant sans' motifs plausibles la dette
intrieure et extrieure de la Rpublique;
3-En violent le secret des lettres;
4-En procdant dans le but d'exercer des pers-
cutions politiques, l'enrlement arbitraire et illegal
des ci'o:.'ens, sous prtexte de recruter l'arme;
5-En incarcrant des citoyens au mpris de toutes
les formaes protectrices de la libert individuelle et
en proscrivant d'autres son caprice;
6-En exprimant en audience publique le mpris
le plus outrageant des prrogatives et immunits
constitutionnelles des Membres de la Reprsentation
Nationle et s'immisant dans les operations lecto-
rales, imposant violemment des localits des Re-
prsentants sa convenance, et, pour y parvenir,
s'opposant par des incarcrations brutales et som-
maires l'exercice libre des droits garantis par la
Constitution tout hatien;
7--En violent ouvertement par d'autres Actes
nombreux les Lois et la Constitution mme qu'il
s'tait fait voter aprs son election, notamment par
la composition des tribunaux exceptionnels;
S -En faisant contre des citoyens l'application de
la peine capital en matire politique avant que les
jugermn,tiS. manifestement illegaux et inconstitution-
,nels, rendus contre eux par des tribunaux sans man-
dt lgal, eussent acquis l'autorit de la chose juge,
et en'dpit du pourvoi en cassation des condamns,


-M38 --






ET LE DRAME DE MIRAGOANE


Pour ces causes et motifs:.
Art. ler.-Louis Etienne Flicit Salomon est iL
clar dchu de la haute function de Premier Magis-
trat de la Rpublique et plac sous la main-mise de
la Justice pour rendre la Nation compete de .es
mfaits. .
Art. 2.-Les fonctionnaires et employs civil militaires, les agents de la force publique sont dlis
de toute obissance aux ordres qui pourront maner
du dit Louis Etienne Flicit Salomon.
Art. 3.-Le present Dcret sera public et excut
partout la diligence des Comits rvolutionnaires
et des autorits militaires.
Donn au Quartier Gnral de Miragone le 27
Mars 1883, An 80e. de l'Indpendance.

J. P. Bo,'er Bazelais, Edmond Paul, Brutus Casi-
mir, Dsormes Gresseau, J. P. Bazelais, P. B. Laforest,
Chanlatie fils, Magnan, Bras, Jh. Muller, Altidor
Nol, Gesner Mussotte, Cadieu Hibbert, Berthaud
fils, A,'J. Hogu, Pio. Rigaud.

Ainsi, en marge des documents officials don't nous
avons trouv soit les brouillons, soit les originaux
crits par Boyer Bazelais lui-mme ou par quelques
uns de ses compagnons, il y a eu bon nombre de pe-
tits papers qui donnent l'aventure son caractre
dramatique. Ceux-l sont indits. Les voici par ordre
chronologique.


- 39 -






,',JEAN PIRRE BOYEPR


Reu du Gnral Bourraine Ain trois piastres
pour l'achat de chaussures. Miragone, 28 Mars 83,
Sign: Prevost Chavannes.

:'Reu'de l'Intendant en chef vingt et une piastres
pour sept paires'de souliers pour le compete du post
de Detour. Mirepone le 28 Mars 1883. Le Sous chef
du dit poste: Dants Mathon.,

aReu du Gal. Bourraine Ain, trois piastres pour
l'achat d'une paire de chaussures. Miragone, 28
Mars 83: L. E. Lveill.

Reu du Gal. Bourne la some de trois piastres
pour une paire de soulier. Quarter Gal. de Mira-
gone le 29 Mars 1883: L. E. Lveill.

Reu du Gai. Bouren, trois piastres pour une paire
de bottines. Miragone, 29 Mars 83: Moreau.

Reu de l'Intendant de l'arme trois piastres pour
une paire de souliers. Miragoane, 29 Mars 1883. S.
Bariento.

Reu de Monsieur Bourraine an trois piastres
pour l'achat d'une paire de bottines rouge pour l'ami
Amde Mods cantonn au posted. Miragone 28
.Mars 1883: A. Legros.

f(Au crayon)
Mon cher Pinchinat.
Rendez-moi ce service en m'envoyant un peu de


--40--






ET LE DRAME DE MIRAGOANE


tafia pour pouvoir faire une friction, dans votre belle
vous. -. J .
Vous m'obligerez infiniment,
.. Votre dvou
MOREAU

Pinchinat ou Bourraine. (Au crayon)

Remettez deux ou trois lives de Suare .et quinze
livres de pork pour votre serviteur.
s ;.;.:MATHURIN-LEGROS

.cE nBazelais (Au crayon) :: : :

Pay"r la piastre demande Toussaint s'il vous
plait pour votre sqrviteur.
BOURREN ,
:,Au, crayon)
Gnral en Chef,

Nous sommes ici presque pieds nus. Vous nous avez
promise par premiere occasion de nous accorder notre
demand yvous faite cet gard. -; ,
Je viens vous prier de nous faire avoir les souliers
,qu'on a trouv, ce que vous nous avez promise. Pour
)li je suis oblig d'aller en emprunt d'une paire de
oulier pour marcher. .
e ...... Je vous salue, Votre dvBou
A. RENELIQUE fils.'


-41-





JEAN PIERRE BOYER


fNo. 19-
Au Chef du Poste de la Sce. Espagnole,
Gal,
Je vous expdie avec le present le Capitaine Vel-
mer Duvivier en replacement de Termitus Brutus
Bovin qui vous donnerez ordre de se transporter au
fort Rflchi don't il fait parties dsormais.
SAgrez Gnral mes affectueuses.

Le contenu de ces menus papers appelle un com-
mentaire.
Et d'abord, le dernier billet sans date et sans si-
gnature, est un project d'ordre crit par Boyer Baze-
lais lui-mme. L'criture est identique celle de nom-
breuses autres pieces du dossier qui portent son nom
paraf ainsi que nous en avons dmontr le fac si-
mil la page 52. On retiendra que dans la lutte
sans rpit que le petit group avait soutenir contre
la pression chaque jour plus grande de l'arme assi-
geante; le chef d'excution, soldat lui-mme, n'avait
probablement pas de secrtaire. C'est pourquoi nous
avons de lui un si grand nombre de pieces autogra-
phes.
Ensuite, toute la srie de quittances concernant
les chaussures achetes ou acheter se rapport un
pisode du dbarquement du contingent au moment
o le Tropic- a stopp dans la baie et la rade Mira-
gone.


- 42-






ET LE DRAME DE MIRAGOANE


Voici comment Charles Desroches en fait le rcit
(1):
Lundi 26 Mars 1883.-Je me suis lev de bonne
heure. La distribution des habillements a eu lieu ce
martin. Le Tropic est venu se mettre l'Ouest de La
Gonve. Nous y avons pass toute la journe. Vers
une here, nous voyons un petit bateau que nous
hlons. Il obit notre commandement et se rend
notre bord. Ds qu'il est arrive les passagers re-
connaissent Lassgue et Mayan. Le bateau vient des
Cayes et va aux Gonaves. On fait cadeau de deux
bouteilles de rhum au capitaine qui nous laisse aprs
avoir dclar qu'il n'est pas si bte pour dire qui
que ce soit qu'il nous a vus. A cinq heures prcises,
nous laissons la Gonve pour nous diriger petite va-
peur sur Miragone. Vers Minuit Le Tropic se trou-
vant porte de Miragone on se prpare dbar-
quer, bien que le navire se trouve une trs grande
distance de terre. L'empressement de fouler la terre
natale fait oublier la distance. On dbarque vers une
heure. Tout ce que j'ai pu faire pour passer dans le
premier cannot, je n'ai pas pu y russir. Je m'embarque
dans le second. Comme nous n'avions pas de rameurs
notre board, on attache notre cannot celui de Boi-
leau qui de deuxime est devenu troisime et nous
quatrime. Arriv peu de distance, le premier cannot
allant trs vite, Moreau dtache la corde qui attache
notre cannot celui de Boileau pour pouvoir le suivre.

(1) P. 8


- 43 -






jEAN PI1ERHfJ OYEX


Nous avons t ainsi laisss la drive. Il a fallu de
grands efforts, des efforts inouis de la part de A.; B-
liard, Moreau, Robert Jean .Pierre et- d'autres amis
pour pouvoir toucher terre. Que dis-je pour aller nous
engager dans des recifs sans pouvoir rencontrer la voie
par laquelle venaient de passer les trois premiers ca-
nots. Par de grands efforts nous avons russi reti-
rer le cannot des rcifs. Ce travail amne une vive dis-
cussion entire nqus pour savoir quel part on devait
prendre. j'tais d'avis de regagner le Tropic tant bien
que mal pour prendre des rameurs et retourner tout
de suite. Beaucoup taient de mpn avis. D'autres
croyaient qu'il serait plus ncessaire de stationner en
mer et d'attendre l des nouvelles des premiers ca-
nots. La discussion s'envenimant on ne savait quoi
s'n tenir, quand nous remarquons que le Tropic se
irige sur nous. Tout le monde accepted alors d'aller
sa rencontre. Aprs de grands efforts encore nous
abordons le Tropic qui, peut s'en faut, nous aurait
couls bas. On tait gnralement trs inquiet sur
notre compete, et, c'est cause de nous que le steamer
.vait pris la resolution de se diriger sur nous. Aprs
avoir expliqu de quoi il en tait nous descendons
dans le cannot ayant Mayan pour capitaine. Il y a eu
l changement dans le nombre des amis qui a t
augment dans le second voyage. La premiere fois le
cannot contenait lo--R. Jean Pierre; 2o-Ch. Lass-
gue; 3o-iLs., Albert. Elie; 4o-A, Bliard; 5o-Mo-
reau; 6o-Dants Mathon; 7o-S. Bariento; 8o-G.
Lucas; 9o-W. Djoie; 10-Moulite; 1o--Lucna


- 44







ET LE DRAME DE MIRAGOANE


Lveill; 12o-Ch. Desroches (moi) 13o-Supplice;
14o-Kenskoff.
SLa second fois, il contenait lo-W. Djoie; 2o-C.
D, (moi); 3o-A. Baug; 4o-Moreau; 5o-G. Lucas;
6o-R. Jn. Pierre; 7o--Magnan; 8o-Titon Pass;
9o-D. Mathon; 10o-Supplice; 1lo-A. Bliard..)
Ce fut probablement dans les pripties du dbar-
quement que bon nombre de ces Messieurs abimrent
leurs ,haussures. Ainsi s'explique cette avalanche de
rqusitions de chaussures un ou deux jours aprs
l'invasion. (1)
On remarquera en quels terms candides elles ont
t faites. Non moins candides ont t certaines sol-
licitations telle que celle de la piastre adresse par
'intendait lui-mme au Prsident du Comit. Com-
me de telles murs nous changent des prlvements
formidable pratiqus sur la caisse publique par les
coutumiers des coups de force qui si souvent se pa-
rent du titre de rvolutionnaires. Comme nous som-
mes loin maintenant du comportement de respect
et de discipline volontaire que tmoigne ce petit
group qui se croyait la veille d'accaparer le pou-
voir. Et enfin, avez vous remarqu avec quel souci
de rgularit, de droiture et d'honntet les infimes
pices comptables don't il s'agit ont t conserves
comme si le Chef d'excution savait qu'un jour vien-
drait o il aurait dposer devant nous, la postritl

(1) C. F. C. Hibbert Romulus P. 51


-45-







JEAN PIERRE BOYER


; Par ailleurs comment Salomon se dfendit-il en
presence de cette perturbation de l'ordre public en
un point du territoire? Quelle fut son attitude devant
l'irruption de ce group rvolutionnaire qui le frappa
de dchance et manifesta une volont non quivoque
de conqute arme du pouvoir?
Nous avons dit prcdemment qu'il ordonna et
ralisa l'isolement du foyer d'incendie. Ses communi-
cations avec le reste du monde furent coupes. Des
troupes venues de toute part prirent position autour
de la ville de telle sorte que quarante huit heures
aprs le dbarquement des exils Miragone, la
localit fut investie par terre comme par mer.
Le double plan stratgique et politique des insur-
gs avait fait faillite. Ds lors, il ne s'agissait plus que
de se dfendre contre l'anantissement. Ils ne pou-
vaient mme plus penser reprendre la mer. Le
Tropic qui les avait amens tait reparti tout aussi-
tt aprs l'opration du dbarquement, coupant ainsi
la retraite par voie maritime tous ceux qui se
leurraient d'un tel espoir en cas d'insuccs et selon
la promesse qui leur en avait t faite, parat-il (1)
Au surplus trois bateaux du gouvernement l'Egalit,
le Bois de Chne et L'Estre patrouillaient la
baie et bientt s'avancrent jusque dans la rade pour
canonner les positions des assigs. La lutte s'annona
meurtrire et sans issue. Dans la montagne qui sur-
plombe la ville toutes les ctes dominantes dnom-
mes Fortsn telles que Morne-Blanc, Brice, Rfl-

(1) Cf. Fernand Hibbert, Romulus B. 54.


-46







ET LE DRAME DE MIRAGOANE


chi, La Croix, Nmorin, etc., taient occupes par les
troupes insurges qui se servaient de ces points avan-
tageux pour se dfendre.
Dans les quatre premiers jours, il n'y eut que des
rencontres de peu d'importance sauf six kilomtres,
au pont jet sur le goulot par quoi le lac dverse ses
eaux vers l'Ouest o un engagement sanglant prit
place le 29 Mars.
Mais ce fut le 31 Mars qu'il y eut un combat
svre pendant 3 heures entire les troupes enemies
et propos duquel galamment les adversaires se
rendirent un mutual hommage. Voici le project d'Or-
dre du jour tel que Bazelais l'a rdig pour rendre
compete de l'vnement.

LIBERTE EGALITE FRATERNITY
REPUBLIQUE DHAITI

Quarter Gnral de Miragone

Le 31 Mars 1883
An 80me. de l'Indpendance.

BULLETIN
Comme il fallait s'y attendre un grand effort devait
tre tent par le tyran pour enlever aux inaugurateurs
de la Rvolution la ville de Miragone, base de leurs
operations et tenter ainsi d'touffer son dbut le
movement rvolutionnaire qui doit infailliblement
l'emporter. Cet effort vient d'tre effectu dans cette
journe du 31. Ds la nuit prcdente, les avant


47 -






JEAN PIERRE BOYER


po. tes des assailants par l'Ouest de la ville s'taient
rapjprochs un tiers de lieue jusqu' Deronceray et
de grand martin l'autorit rvolutionnaire avait t in-
forme que des forces considrables avaient t dbar-
ques par l'Egalit et le Bois de Chne dans cette
mme direction. Pendant qcle les travaux se poursui-
Svaient activement pour mettre en batterie une pice
de vingt raye au fort Malette lesdeux vapeurs du
Gouvernement dchu apparaissaient la pointe
Ouest de la baie, longeaient de prs la ligne des rcif&
-et prenaient la passe se dirigeant tout droit sur la
.gille, Pendant que ce movement s'oprait et que les
rvolutionnaires couvraient les diffrents posts de
combat, l'information arrivait du poste avanc du
Nord de Miragone que l'ennemi en plusieurs colon-
nes attaquait cette position.
Ds huit heures du main, ,trois obus lancs du
Fort Malette dans la direction de Deronceray tmoi-
gnaient aux envahisseurs que les dfenseurs de la
ville taient en veil et tout prts accepter la lutte.
Vers 10, heures et demie, les colonnes d'attaque
de l'ennemi dbouchaient du Morne Blanc s'avan-
ant rapidement vers la basse ville et venant s'abriter
derrire les nombreuses maisonnettes dissmines
dans le quarter. Vers onze heures les feux s'engag-
rent vivement nourris de part et d'autre. Un premier
obusier conduit par le Gnral en Chef en personnel
tait mis en batteries vers la droite du rempart du
Dtour. Puis un second, tabli dans le rempart mme.
Un dtachement ennemi suivant les sentiers de la


48-






ET LE DRAME DE MIRAGOANE


montagne russit pntrer jusqu'aux hauteurs qt
e trouvent au Sud de la Grand Rue mais'tait bien-
tt dlog par quelqiues volontaires conduits par le
Genral-Boileau Laforest. Aprs trois heures de 'om
bat l'ennemi maltrait par le feu des remparts, les
obus et la mitri~ille des pieces tait en pleine droute
repliant vers le Morne blanc. Pendant le combat
.L'Egalit 'ui tait arrive moins d'un quart de
lieue du dbarcadre sans russir inquiter le tra,
vail d'installation de la pies de vingt que dirigeait
le citoyen Bras lanait ses- projectiles :sur la ville
nrals s'loignait bientt aprs avoir vut'tomber son
ICt :le premier boulet d'une petite pice de 4 ,ise
en function pendant l'action mtme. Vers trois here
L'Egalit .sloignait de l rade pregnant la direction
est,- tandis que le ABois de Chne S'occupait :re-
cueillir octivement les blesss et les fuyards au Nord-
Ouest *de;.l baie. Au pont de Miragone le post
avanc de la Rvolution envahi par une force qui
n tait pas moindre de mille homes repoussait aprs
deux heires de combat victorieux les agresseurs. Les
nvahiSseurs ont iaiss sur le terrain des morts nom-
breux et nt eu de nombreux blesss qu'ils n'ont pas
russi emporter'. e nori e ct nous n'avons eu'
dans :la ville de Miragone ni morts ni blesss et
n'avons eu dplorer dans le poste du Nord que la
perte de deux braves don't l'un le Colonel Sorel tait
des volontaires de la commune de Miragone. Sur le
thtre de la lutte ont t retrouvs abandonns par
l'ennemi, un drapeau, des tambours, des fusils et des


- 49 -






JEAN PIERRE BOYER


caisses de cartouches, des quipements militaires en
quantit. Car les assailants ont dploy le courage
habituel l'hatien mais il ne leur a manqu que la
fermet de la conviction qui animait les soldats de la
rvolte dans la defense de leur cause. Aussi souhai-
tons qu'aprs ce novel et vain effort de la part d'un
pouvoir rduit aux abois, tous les enfants d'Hati
comprendront la ncessit de concourrir ensemble
l'anantissement sans plus d'effusion de sang qui ne
pse que trop sur la Patrie.
Tous dans cette journe se sont noblement distin-
gus et mriteraient d'tre cits l'ordre du jour de
de l'arme. Mais une mention particulire doit tre
faite des gnraux Epaminondas Desroches et Dants
Mathon et des gnraux Chefs du Rempart du D-
tour et des Gnraux Boileau, Berthaud et Bariento
qui avaient chacun un obusier sous leur direction.
Soldats de la Rvolution et vous particulirement
jeunesse de Miragone qui avez si noblement joint
vos efforts ceux de vos concitoyens exils dbarqus
dans votre ville, vous devez vous sentir le ceur con-
tent de vous tre couverts de gloire en servant la
cause de votre patrie dans cette journe du 31 Mars
qui restera mmorable dans nos Annales.
Donn au Quartier Gnral
J. P. Boyer BAZELAIS
Le texte dfinitif de ce Bulletin a t public dans Chancy
P. 44 avec de lgres variantes.* Par example il porte le titre
de Ordre du jour. Le Chef d'Excution etc., puis le nom de
Reynaud a t substitu. celui de Bois de Chne pour d
signet l'un des bateaux de guerre du Gouvernement, etc.

50 -







ET LE DRAME DE MIRAGOANE


Ce premier combat du 31 Mars montre l'nergie
dploye de part et d'autre pour attaquer et se dfen-
dre.
Une question se pose aussitt.
Quelle fut la proportion relle des combatants
dans l'un et l'autre camp?
Nous avons nonc ds le dbut que le nombre
des exils tait de 90 environ. Fernand Hibbert ex-
plique, en effet, qu'ils taient parties 91 de Kingston
(Jamaique) mais que l'un d'entre eux, Dmosthne
Fils Aim s'tait fait dbarquer Port Morant sous
le doux prtexte qu'il lui fallait trouver une tasse de
caf avant de monter bord et, Hibbert ajoute
qu'ils avaient dbarqu'90 Miragone.
Il a oubli, cependant, qu' ce nombre il faut ajou-
ter deux camarades venus des Cayes en cannot, Ma-
gnan et Lassgue, et recueillis au large de la Gonve,
ainsi que Desroches en fait mention dans ses Notes.
Donc le chiffre exact des dbarqus fut de 92.
Ce contingent formait-il la totalit des combatants
enferms dans la ville? Non. A ce noyau il convient
de joindre tous les miragoanais que le bazelaisisme
enflammait et qui taient fiers de contribuer au triom-
phe de la cause. Combien taient ils? Aucun docu-
ment ne nous permet de le dire. Admettons qu'ils
fussent une soixantaine. Ce nombre ajout l'effectif
dbarqu donnerait une ide approximative des com-
battants qui tenaient tte l'arme assigeante. Si,
en fin de compete, on veut en arriver un chiffre round


-51-







JEAN PIERRE BOYER


en y mettant beaucoup de gnrosit, il serait possible
def.,arStr un total de 150 homes au plus.,
Et de l'autre ct, quelle fut la valeur numrique.
des troupes gouvernementales?
Le chiffre de 7000 homes a t mis en avant et
gnralement accept.
Est-il exact? Est-il corrobor par des documents
officials3 Jen'et; nai pas la preuve. Quant moi, il me
parait fort exagr. Car i reprsenterait une valeur
proportionnelle de 47 contre un. Ce qui signifierait
que centre chaque insurg. il y aurait eu 47 soldats
de troupes gouvernementales. N'est-ce pas que cela
et t formidable? Quoi qu'il'en ft, la proportion
avait t certainement crasante en faveur du gou-
vernement. Cependant maigre l'ingalit numrique
des adversaires en presence ce premier assault du
31 "Mars fut le prototype des checs essuys par
l'arme gouvernementale en ses tentative rptes
pendant neuf mois conscutifs pour enlever Mira-
gone.
Comment expliquer ces checs?
Incompetence, inefficience technique, fautes rit-
res du commandement? Peut-tre. Mais j'imagine
qu'il y a eu quelque chose d'autre. Il est vrai de dire
que les chefs don't il s'agit come ceux qu'ils icom-
battaient d'ailleurs, n'taient pas tous des profession-
nels. Ainsi, le Dlgu Spcial du Gouvernement
charge de la supervision des- troupes tait Franois
Manigat, Secrtaire d'Etat de lIntrieur, jeune, actif,
nergique don't jusque l toute la carrire avait t


-52-












































HENRY PIQUANT
Ministre de la guerre tu le 22
Septembre sur un aviso de guerre






ET LE DRAME DE MIRAGOANE


celle d'un ducateur tremp dans la pratique des
lettres grco-latines. Et il avait sous ses ordres les
Henri Piquant,, Anselme Prophte, Veriquain, Paul
Emile Laporte, Ption Pierre Andr, Plaisir Rock.
Comment admettre que tous fussent moins qualifis
que ceux qui, de l'autre ct des remparts, n'avaient
pas non plus leur actif une carrire militaire mieux
remplie?

Il faut chercher l'explication des faits don't il s'agit
probablement dans l'imprparation des troupes d'as-
saut en face des tireurs d'lite qui taient en grand
nombre parmi les insurgs. Il faut aussi accuser la
supriorit de l'armement qui tait ce me semble
manifesto chez les exils. Ils taient tous pourvus de
fusils rptition de 12 coups plus rapids et plus pr-
cis que ceux don't leurs adversaires taient munis. Et
comme ils taient abrits derrire leurs remparts, ils
avaient l'avantage de tirer au vis chaque assault en
abattant d'abord et surtout les officers qui, selon les
habitudes invraisemblables de l'poque, s'offraient aux
coups de l'ennemi en portant des insignes voyants,
tmoignages de leur bravoure. N'est-il pas notoire
que quelques uns taient vtus de chemises rouges
ou bleues? (1) Il est vraisemblable que la perte sou-
daine des officers d'une colonne d'assaut devait avoir
pour consequence la dbandade non moins soudaine
de touted la troupe. Ainsi, du moins, me paraissent


(1) C. P. Deroches--Les Notes de l'Exil P. 12.


-53-






IEAN PIERRE BOYER


concevables ces checs rpts pendant toute la dure

SEn tout cas, ils furent la rgle des combats entire
les deux camps, les gouvernementaux ne pouvant
anantir la poigne d'hommes qui leur rsistaient et
"nlever la place d'assaut, et les insurgs leur tdour
tant iicapables de rompre la ceinture d'acier qui les
treignait chaque jour davantage. Les pertes Se mul-
tipliaient de part et d'autre en nombre plus con-
sid-rable chez les assailants qui appartenait l'ini-
tiative; en rythme moins svre chez les assigs qui
s'taient agripps leur systme de defense avec une
farouche nergie. Et les jours se succdaient aux
ours sans amener de notables changements en ce qui
concern la position respective de l'un et de l'autre
camp.
Toutes les pieces que nous ayons jusqu'ici insres
dans la prsente tude se suivent par classement
chronologique. Celles qui sont numrots sont des
ordres ou des lettres de service destins tre inscrits
dans le registry de la correspondence officielle. Le
livre de Chancy en a fait la reproduction fidle et
intgrale. Nous ne publions ici que celles don't nous
possdons les originaux. Leur classement est irrgu-
lir' d'un numro un autre Ainsi la premiere porte
Te No. 19, la second 83, la troisime 108 et ainsi de
Suite. Non point qu'il n'y ait eu aucune communica-
ion officielle dans l'intervalle des numros man-
quants. On veut simplement expliquer que les lacunes
don't il s'agit.proviennent de la disparition des textes


- 54 -







ET L- wDRAME,DE MIfRAGOANE


originaux. .Le lecteur qui voudrait les combler sera
oblig de recourir ,la rfrence dj indique. Il
n'apprendra pas grand chose d'ailleurs en parcourant
la more rptition des faits quotidiens sur les ata
ques avortes, les recommendations et les rapports
quij ntreleschefs de poste, ont t la -note commune
de ces jours d'preuves.

Rarement est-il question d'un fait nouveau qui m-
rite de retenir l'attention. Cependant au mois d'Avril;
il y eut tout de mme l'apparition dans la baie d'une
vedette portant pavilion franais. Elle avait soi
bord un parlementaire diplomatique venu en mission.
Nous reparlerons de cet incident la fin du volume.

Quant present, signalons la coule des vne-
ments selon leur empreinte dans la matrice du temps.

Voici d'abord une curieuse injunction du Prsident
du Comit Central relative aux rapports qui ont
exist au dbut entire les habitants de la ville et ceux
des~ environs. Jusque l, certaines personnel mme
non munies de laissez-passer pouvaient franchir les
lignes enemies et revenir leur point de dpart, 14
Comit vit le danger d'indiscrtion qui pouvait rsul-
ter de telles dmarches, en ordonna la suppression.


-55 -







JEAN PIERRE BOYER


LIBERATE EGALITE FRATERNITY
REPUBLIQUE D'HAITI

No. 83

Quarter Gnral de Miragone le 3 Avril 1883,
An 80e. de l'Indpendance

Le Chef d'Excution,
President du Comit Central de la Rvolution.

Au Gnral Epaminondas Desroches,
Commandant le Poste des Dtours.

Gnral,

Il est ncessaire, vu la proximity de l'ennemi, d'em-
pcher toute communication entire la ville et le de-
hors. Vous refuserez donc passage toute personnel
non munie d'un laissez-passer.

En outre,-vous ferez briser, jusqu' les mettre dans
l'impossibilit de nous nuire, les maisons qui dans
les dernires attaques ont servi de refuge aux assail-
lants.

Agrez' Gnral, mes salutations en la Patrie.


J. P. Boyer BAZELAIS


-56-



















Liberty Egalit Fraternit

RPUBLIQUE D'HATI.



Quarter gndral do le /3 i -83.

'Ee (Onnitf (enfial bre la S eoltiiOT.
















I*e 4 >
A^^^--^ c-'^

<^ ^ 'c^^<^^ ^







ET LE DRAME DE MIRAGOANE


Et puis enfin revient le leit-motive du rationne-
ment.

LIBERTE EGALITE FRATERNITY
REPUBLIQUE D'HAITI

No. 108.
Quarter Gnral de Miragone Le 3 Avril 1883

Le Comit Central de la Rvolution
Au Gnral Pinchinat pre
Charge du Service du Magasin de l'Etat
MiragoAne
Gnral,
Vu la ncessit, d'adopter une distribution mtho-
dique des articles actuellement en dpt dans nos
magasins. Je viens vous inviter ne dlivrer dsor-
mais la ration en nature qu'en conformity de l'tat-des
diffrents postes que je vais vous fire parvenir et ne
dlivrer non plus, le reste du rhum que vous avez en
dpt que sur un ordre du comit.
Recevez, Gnral, l'assurance de ma parfaite con-
sidration.

J. P. Boyer BAZELAIS


- 57-







JEAN PIERRE BOYER


La rponse cette lettre faite sur un bout de
paper ne porte ni adresse ni signature.

Je viens de recevoir votre dpche de ce jour au
No. 108 m'invitant ne pas, dsormais, dlivrer la
ration en nature jusqu' ce que un tat de poste soit
lgalement tabli pour la rgularit des choses,
Je me conformerai cette disposition qui est une
des plus sages measures de la situation que nous tra-
versons en ce moment.

UN BILLET
Le Gnral Pinchinat pre voudra bien donner
quelques biscuits et de la ration pour quatre militaires.
Le porter est autoris tout recevoir.
D'Ordre du Comit,

Ce9Avril 1883. J. P. BAZELAIS. (1)

Puis voil quatre billets don't trois sont relatifs aux
mmes proccupations.
1) Prire au Comit de nous fire avoir un peu de
sucre, de l'huile de krosine, 6 caisses de savon videos
avec couvertures, 1 livre de clous fondus.
Le Gnral en Chef du Camp Desruisseauxw
D. GRESSEAU
6 Avril 1883.

(1) Ne pas confondre avec J. P. Boyer Bazelais don't le si-
gnataire du billet tait le frre


- 58 -







ET LE DRAME DE MIRAGOANE


2) (Au Crayon)
Pinchinat,
Envoyez moi de la more que vous n'avez pas don-
ne dans la ration d'hier.

A vous,
W. RIGAUD

3) (Sans adresse et au crayon)
Payez deux rations au porteur,
Miragone 11 avril 1883.
P. B. LAFOR'ST

4) (Au crayon et Pinchinat fits)
S\Mon cher Pinchinat,

Je ne comprends pas que votre pre pour dix huit
homes ait pu m'envoyer un petit' morceau de porc
ne suffisant pas dix homes. Puis pas mme une
tranche de more. Je vous prie de lui fair l'obser-
vation pour moi.
Votre dvou,
W. RIGAUD

15 Avril, Fort Rflchi


-59 -







JEAN PIERRE BOYER


Et revient la succession des ordres de service.
LIBERATE EGALITE FRATERNITY
RPUBLIQUE D'HAITI

No-143
Quarter Gnral de Miragone le ler Mai 1883,
An 80e. de l'Indpendance.

Le Chef d'Excution
President du Comit Central de la Rvolution
Au Gnral Ep. Desroches, Chef du Poste du D-
tour.
Gnral,
Il est de toute ncessit de faire cesser ce mouve-
ment de va et vient qui s'opre des postes de l'ennemi
aux ntres. Ceux qui viennent doivent tre couts
en dehors des posters et sans tre introduits au sein
des camps, ni au quarter gnral.
C'est une measure de prudence don't l'importance
ne saurait nous chapper. Veuillez donc donner des
ordres en consequence.
Recevez, Gnral, 'assurance de ma parfaite
consideration
J. P. Boyer BAZELAIS
Cette l6ttre indique qu'il y avait au moins jusqu' la date
du ler Mai certaines tentatives de fraternisation entire les
homes de troupe. C'tait pour y mettre fin que le Chef
d'excution passa l'ordre don't il s'agit.


- 60 -







ET LE DRAME DE MIRAGOANE


LIBERATE EGALITE FRATERNITY
REPUBLIQUE D'HAITI

No-

SQuartier Gnral de Miragoane le 9 Mai 1883
An 80me de l'Indpendance.

Le Chef d'Excution, Prsident du Comit Central
de la Rvolution au Gnral Blanchet, Commandant
du Fort Malette.

Gnral,
Je viens porter votre connaissance que le Gnral
Etienne Paillre a t appel par moi prendre char-
ge de la pice du Fort Malette et diriger ses feux.
Veuillez en prendre note et lui prter tout votre con-
cours dans l'intrt de sa mission.

Recevez, Gnral, l'assurance de ma parfaite con-
sidration.

J. P. BOYER


-61-







JEAN PIRRE BOYER


LIBERATE EGALITE FRATERNITY
REPUBLIQUE D'HAITI
No-165
Le Chef d'Excution, Prsident du Comit Cntral
de la Rvolution au
,Gnral Kenscoff, Attach au Quartier Gnral de
l'arme rvolutionnaire.
Gnral,
Veuillez vous adjoindre au Gnral David pour
diriger conjointement avec lui les travaux du rempart
faire au fort Nemorin.
Je compete sur vous et vous salue Gnral, avec
une parfaite consideration.
J. P. Boyer BAZELAIS

LIBERTY EGALITE FRATERNITY
REPUBLIQUE D'HATI

CIRCULAIRE
.No-168.
Quarter Gnral de Miragone le 10 Mai 1883
Le Chef d'Excution, Prsident du Comit Central
de la Rvolution
Aux Gnraux chefs de Postes du Fort Malette, de
la Source Espagnole, du rempart de St. Rome, de la
Croix et du Fort Rflchi.
Gnral,
Comme il imported, enfin, de mettre la dernire
main, aux terrains du rempart construire au Fort


-62-







ET LE DRAME DE MIRAGOANE


Nmorin, je viens vous demander de mettre ce matin'
mme, la disposition des Gnraux David et Kens>
coff qui dirigent le travail, la quantit d'hommes de
votre post don't vous pouvez disposer.
J'espre que vous ferez tous vos efforts afin de per-
mettre que les travaux en voie d'excution soient pour-
suivis avec toute la clrit voulue.
Recevez, Gnral, l'assurance de ma parfaite con-
sidration.
J. Boyer BAZELAIS

DEUX BILLETS
Le premier ne donne aucune indication d'adresse
mais son contenu dit qui il tait destiny.)
Gnral,
Mayard me charge de vous prier de vous souvenir
de lui, et, Mathurin de vouloir computer Desrosir
qui lui a cd les souliers pour la some de cinq
piastres.
Votre serviteur vous serait reconnaissant de lui
envoyer une bouteille de vin.
A. MODES
11-5.83
Les dmarches don't il s'agit ici inclinent classes
ce billet au dbut de l'action vers le mois d'Avril
un moment o la question des chaussures tait pose
pour un grand nombre du group devant l'Intendance
et aussi un moment o les requisitions dans les
magasins de la ville avaient fait provision d'un cer-


-63-






JEAN PIERRE BOYER


tain nombre de products alimentaires et autres tels
que vin, rhum, tafia, etc. Il nous semble que dj en
Juin, l'puisement de ces products commenait se
faire sentir. Quoi qu'il en soit nous sommes obligs
de respecter la date crite au crayon par l'crivain.

LIBERTY EGALITE FRATERNITY
REPUBLIQUE D'HAITI

No. 9
Au Gnral, Chef dExcution,
President du Comit Central Rvolutionnaire.
Gnral,
Depuis plusieurs jours, je ne puis rgulariser mes
lignes aux remparts du poste La Croix, et fixer
avantageusement le service qui s'y doit faire par suite
de la sortie de plusieurs de nos hommes don't vous
avez dj les noms. Il est inutile que je vous parle
de l'importance de ce post et partant l'urgence de
le couvrir.
Le Gnral Lys qui figure sur la listed nominative
vous remise, est impropre au service ici, vu son
tat de maladie, et pourrait tre cependant, occupy
en ville, en d'autre poste. Qu'il vous plaise de le
remplacer par une carabine aussi bonne.
Je vous prie d'envoyer, sans retard les homes
en ville faisant parties de mon post; dj, leur ab-
sence est d'un mauvais example, autorisant chacun


-64 -







ET LE DRAME DE MIRAGOANE


penser qu'il peut volont se choisir une place
ou de la tenir sa fantaisie.
Je vous salue cordialement en la Patrie.
Le Chef des remparts au poste La Croix.
L. MAYARD

LIBERATE EGALITE FRATERNITE
REPUBLIQUE D'HAITI
No. 210.
Quarter Gnral de Miragone le 3 Juin 1883.
Le Chef d'Excution, Prsident du Comit Central
de la Rvolution au Gnral D. Lys, attach l'Etat
Major de l'Arme.
Miragone
Gnral,
Prenant votre expos en consideration, j'ai d ap-
peler le Gnral Blanchet au commandment pro-
visoire du fort Malette jusqu'au rtablissement du
Gnral M. Tuffet. Je vous serais oblig de vouloir
bien remplacer le Gnral Blanchet dans le service
qu'il remplissait la source Espagnole en donnant
son assistance au Gnral Bigaille, attend que ce
nouveau service, de votre part, ne vous imposera pas
la mme activity et les mmes fatigues. Veuillez
donner communication de la prsente au Gnral
Bigaille et recevoir, Gnral, l'assurance de ma par-
faite consideration.
J. P. Boyer BAZELAIS


-65-






JEAN PIERRE BOYER


Un billet au crayon sans date, trouv entire les
deux feuillets de l lletre prcdente:
Mon cher Albert, (1)
Envoyez-moi, je vous prie, une quantit de clouds
longs pour fixer quelques bandes sur les barils du
rempart Dtour.
Tout vous,
C. P. DESROCHES

LIBERATE EGALITE FRATERNITY
REPUBLIQUE D'HAITI

SMiragone 19 Juin 1883.
Le Chef du Poste de Saint Rome,
Au Gnral en Chef de la Rvolution.

Gnral,

Je vous announce que ce martin en votre (nom) (2)
le Gnral Dardignac est venu me demander un
home, je le lui ai donn.
A mon grand tonnement, l'homme m'envoie dire
qu'il est plac la Croix.
Je vous assure Gnral que je trouve, moi, que
e'est un manque d'gards. Je ne suis pas Chef de
poste pour rien.

(1) De quel Albert a'agissai-il? Albert Ele?
(2) Le mot manque.


-66-






ET LE DRAME DE MIRAGOANE


Pour ce, je demand mon homme. Car personnel
ne sait la situation de mon post mieux que moi.
Ou me fair remplacer ou je rglerai home
honmme avec M. Dardignac.

Veuillez recevoir mes salutations,

Paulmon BERTHAUT

Ce bouillant guerrier avait raison de se f&cher.
Dans la pnurie de combatants o se trouvait rduit
hchaque post, le Gnral en Chef tait seul qualifi
fire ou ordonner les dplacements des homes
selon les circonstances et les dangers du,: moment
Ainsi une note laconique introduite entire les feuillets
de la lettre don't il s'agit donne la situation suivante
du post de St-Rome la date de incident:

Poste de Saint Rome contenant 23 hommes.


Chef de post
Turenne RIGAUD
JJ. GUERRIER
Michelin
D. MORISSEAU
POMPILIUS
PORTALIS
S. GROS
H. SUPPLICE


malade
absent malade
Abs. malade
Abs. malade
Abs. malade
Abs. malade
malade
malade
malade


Poste de l'Eglise contenant 6 hommes.


- 67-






JEAN PIERRE BOYER


Deux billets

Le soussign prie le Gnral en Chef de bien vou-
loir remettre ce qu'il lui a demand au porteur du
present, Monsieur Diogne.
Toujours son dvou serviteur,
Phareston CASSEUS

Mon cher Sarang,
Sicl vient de mourir. Comme il doit tre enterr
cette nuit, il sera bon, s'ils le dsirent de laisser des-.
cendre les cubains de faon ne pas gner le service
de votre poste.
Bien vous,
J. P. Boyer BAZELAIS
Ce 26 Juin 1883.
Au Gnral Sarang Jeune,
Commandant du Fort Rflchi.

Les Cubains don't il s'agit taient quatre ou cinq
types de cette nationalit don't Manuel et Pedro qui
s'taient engags dans l'expdition. Ils ont t l'objet
d'embarras certain moment donn faute de pouvoir
se fair comprendre. Hibbert prtend qu'ils ont t
les lments comiques du drame ayant eu se faire
renvoyer d'un poste un autre. Cependant ils mou-
rurent bravement dans une action decisive et dses-
pre.


-68 --






ET LE DRAME DE MIRAOOANE


LIBERTY EGALITE FRATERNITE
REPUBLIQUE D'HAITI

No. 218

Quarter Gnral de Miragoane le 29 Juin 1883,
An 80me. de l'Indpendance,

Le Chef d'Excution, Prsident du Comit Central
de la Rvolution.

Au Gnral Pinchinat Pre,
Charge du Service de l'Intendance de l'Arme.

Monsieur l'Intendant,
PlusieUrs plaintes m'ont t adresses ces jours-ci
touchant le retard rpt survenu dans la distribution
de la ration des postes.
La boulangerie de lEtat vous livrant, chaque jour,
une quantit suffisante de pains pour la distribution
rguli-e et journalire destine l'arme, je vous
invite, en consequence, ne fire dsormais aucune
distribution aux particuliers conformment la me-
sure d'humanit que le Comit et moi, avons jug
ncessaire d'adopter avant que vous .ne vous soyez
assur de la quantit ncessaire au service des posters
et des homes de l'Arme. Vous inviterez galement
le Chef de la boulangerie faire aboutir tout le pain
votre dpt et ne procder directement aucune
distribution come cela arrive quelques fois.


-69 -






JEAN PIERRE BOYER


Tenez strictement la main l'excution de la pr-
sente et recevez, Monsieur l'Intendant, l'assurance de
ma parfaite consideration.

J. P. Boyer BAZELAIS

UN BILLET

Mon cher Saian,
Je garde ce jour, Pass, pour une petite operation
qu'il a fair pour moi. En cas d'extraordinaire, il
viendra tout de suite vous joindre.

Bien vous,
J. P. Boyer BAZELAIS
Ce 6 Juillet 1883.
Au Gnral Sarang,
Commandant du Fort Rflchi.

SD:spensations de Brevets et de Grades.
LIBERTY EGALITE FRATERNITE
REPUBLIQUE D'HAITI
No. 55.

Quarter Gnral de Miragone le 17 Juillet 1883.
An 80me. de l'Indpendance.
Le Comit Central de la Rvolution,
Au Gnral de Brigade William Kenscoff.

Satisfait de vos services militaires et de votre con-


- 70--






ET LE DRAME' DE MIRAGOANE


duite en faveur de la Rvolution, vous, lve au Grade
de Gnral de Division prendre rang ce jour.
Dsormais vous jouirez des honneurs et prroga-
tives attachs au dit grade.

Le Chef d'Excution
President du Comit Central

J. P. Boyer BAZELAIS

LIBERTE EGALITE FRATERNITE
REPUBLIQUE D'HAITI

No. 57.

Quarter Gnral de Miragone le 17 Juillet 1883.
An 80me. de l'Indpendance.

Le Comit Central de la Rvolution,
Au Gnral de Brigade Brave Bliard.

Satisfait de vos services militaires et de votre
conduite en faveur de la Rvolution, vous lve au
grade de Gnral de Division prendre rang le pre-
mier Juillet de la prsente anne.
Dsormais vous jouirez des honneurs et prroga-
tives attachs au dit grade.
Le Chef d'Excution
President du Comit Central
J. P. Boyer BAZELAIS


-71-






JEAN PIERE BOYER


LIBERATEE EGALITE FRATERNITY

REPUBLIQUE D'HAITI

No. 229

: Quartier Gnral de Mirago5ne le 19 Juillet 1883.
An 8Ome. de l'Indpendance.

Au Gnral W. Kenscoff, Commandant en second
du Fort Nmorin.

Gnral,

L'tat de sant du Gnral A. David ne lui per-
,'mettant pas encore de reprendre le commandement
du Fort Nmorin, j'avais pens que assistance du
Gnral M. Legros que j'avais appel le remplacer
provisoirement, pourrait vous tre de quelque utility,
jusqu'au moment o le Gnral David serait lui-mme
en measure de reprendre le service.
Mais eu gard au contenu de votre lettre de ce
jour et l'tat de souffrance du Gnral Mayard
qui continue, je viens d'inviter le Gnral Legros
retourner son poste de Lacroix, o sa presence est
necessaire.
Recevez Gnral, l'assurance de ma parfaite con-
sidration.

SJ. P. Boyer BAZELAIS


-72-






ET LE DRAME DE MIRAGOANE


UN BILLET

Mon cher Gnral,
Normil qui avait t envoy au Rflchi pour
.remplacer l'un des cubains ne pouvant se faire avec
Sarang et m'ayant demand de le faire remplacer,
je vous autorise le reprendre et envoyer Vilmar
pour le remplacer au Fort Rflchi.
Ce 22 Juillet 1883. Bien vous,
J. P. Boyer BAZELAIS
Au Gnral W. Kenscoff,
Commandant en second du Fort Nmorin

LIBERATE EGALITE FRATERNITY

REPUBLIQUE D'HAITI

No. 236.

Quarter Gnral de Miragoane le 25 Juillet 1883.

Le Chef d'Excution,
President du Comit Central de la Rvolution,
Au Gnral Godefroy Nol,
Des Armes de la Rpublique.

Gnral,
Le Gnral Mayard vient de m'crire pour rcla-
mer votre presence au poste de Lacroix o vous n


- 73-






JEAN PIERRE BOYER


vous prsentez plus pour le service de nuit en con-
formit de ce qui avait t arrt.
Je viens vous rappeler que vous deviez continue,
jusqu' novel ordre de ma part, aller, chaque soir,
donner votre concours ceux qui s'vertuent main-
tenir les choses sur un pied convenable dans un poste
aussi important que celui de la Croix et qu'il con-
viendra que vous vous y rendiez ds ce soir.
Recevez, Gnral, l'assurance de ma parfaite con-
sidration.
J. P. Boyer BAZELAIS

LIBERTE EGALITE FRATERNITY
REPUBLIQUE D'HAITI

No. 237

Quarter Gnral de Miragone le 26 Juillet 1883.
An 80me. de l'Indpendance.

Le Chef d'Excution, Prsident du Comit Central
de la Rvolution,

Au Gnral Godefroy Nol des armes de la R-
publique.
Gnral,
Votre lettre d'hier responsive la mienne du
mme jour, par laquelle vous m'apprenez que c'est
pour cause de maladie que vous n'tes pas retourn
Lacroix, m'est parvenue. Le Gnral Mayard et moi


- 74-






ET LE DAME DE MIRAGOANE


nous tions les deux premires personnel tre in-
formes de votre tat, afin de le prendre en consid-
ration et de vous accorder un permis si c'tait nces-
saire, autrement ce serait, vous voudrez bien le
reconnatre, la ngation de toutes les rgles qui ap-
puient le maintien des postes.
Recevez, Gnral, l'assurance de ma parfaite con-
sidration.
J. P. Boyer BAZELAIS

LIBERATE EGALITE FRATERNITY

REPUBLIQUE DHAITI

No. 244.

Quarter Gnral de Miragone le 30 Juillet 1883.
An 80me. de l'Indpendance.

Le Chef d'Excution, Prsident du Comit Central
de la Rvolution,
Au Gnral W. Kenscoff,
Commandant en Second du Fort Nmorin.

Gnral,
Par suite de l'importance et de l'urgence de pro-
cder une rorganisation immediate du contingent
du Fort Rflchi, j'ai dcid d'y faire remonter les
deux cubains Manuel et Pedro. Ils seront remplacs,
Nmorin par le Gnral William Rigaud qui est


-75 -






JEAN PIERRE BOYER


votre poste, depuis ce matin, d'aprs l'avis qu'il m'a
donn, et l'officier Sirus, ci-devant du poste de l'Eglise.
Ce dernier qui tait en permits ne pourra se rendre
votre appel que dans deux jours; mais votre service
ne sera pas en souffrance, le Gnral Perpignand
nous tant retourn depuis ce martin. Ne perdez pas
de vue d'ailleurs que nous ne pouvons couvrir un
poste en ce moment, qu'en dcouvrant d'autres quel-
que peu.
Vous n'ignorez pas combien il imported dans l'actua-
lit que le Fort Rflchi qui couvre plusieurs de nos
postes soit pourvu d'un contingent convenable.
Veuillez donc ds la reception de la prsente faire
monter les cubains et recevoir, Gnral, l'assurance
de ma perfaite consideration.

LIBERTE EGALITE FRATERNITY
REPUBLIQUE D'HAITI

No. 247.
Quarter Gnral de 'Miragone le 31 Juillet 1883.
An 80me. de l'Indpendance.
Le Chef d'Excution Prsident du Comit Central
de la Rvolution,
Au Gnral Kenscoff, Commandant en Second du
Fort Nmorin,
Charge du Commandement intrimairement.

Gnral,
Les deux Cubains que j'avais envoys Rflchi


-76-






ET LE DRAME DE MIRAGOANE


demandent rester votre poste ne pouvant tre
compris du Gnral M. Jean Bart qui ne parle pas
leur langue. Je vous les renvoie et vous dsignerez
Michel Exeat et Joseph (dit Docteur) pour monter
ce matin mme Rflchi, aux ordres du' Gnral
Jean Bart
Recevez, Gnral, l'assurance de ma parfaite con-
sidration.
J. P. Boyer BAZELAIS

LIBERTE EGALITE FRATERNITY
REPUBLIQUE D'HAITI

No. 250.

Quarter Gnral de Miragone le 31 Juillet 1883.
An 80me. de l'Indpendance.

Le Chef d'Excution,
President du Comit Centrai de la Rvolution.
Au Gnral Kenscoff Ain, Commandant en second
du Fort Nmorin et charge du Commandement
intrimairement

Gnral,
Accuse reception votre lettre de ce jour, don't
le contenu a eu toute mon attention. J'approuve l'ide
et vais m'occuper la faire mettre execution. Je
viens d'inviter les Gnraux Perpignan et W. Rigaud


-77-






JEAN PIERRE BOYER


de remonter immdiatement leur poste. J'ai crit
aussi au Gnral Arbutnott de regagner Nmorin, si
son tat le permet.

Recevez, Gnral, l'assurance: de ma parfaite con-
sidration.
J. P. BAZELAIS


LIBERTE EGALITE FRATERNITY
REPUBLIQUE D'IAITI

No-264

Quarter Gnral de Miragone le 10 Aot 1883
An 80me de l'Indpendance

Le Chef d'Excution Prsident du Comit6 Central de
la Revolution
Au Gnral Godefroy Nol
des Armes de la Rpublique.

Gnral,
Je vous ritre mon invitation du 31 Juillet der-
nier, au No-249 de reprendre immdiatement votre
service au poste de Lacroix.

Je vous salue avec une parfaite consideration.


J. P. Boyer BAZELAIS






ET LE DRAME DE MIRAGOANE


LIBERATE EGALITE FRATERNITY

REPUBLIQUE DIHAITI


No-285

Quarter Gnral d Miragone le 25 Aot 1883
An 80me de 'Indpendance


Au Gnral Kenscoff An, Charg intrimairement
du Commandement du Fort Nmorin.

Gnral,

J'accuse reception votre lettre de ce jour et je
m'empresse d'y rpondre. La circulaire que vous m'a-
vez envoye en communication rentrant dans vos at-
tributions de chef de poste, il n'est pas ncessaire que
je l'apostille. Je vais, de mon ct, fair invitation
aux malades composant la garnison du Fort Nmo-
rin et en traitement en ville de rpondre, sans retard,
votre t ppel.

Recevez, Gnral, l'assurance de ma haute consi-
dration.
J. P. Boyer BAZELAIS


P. S.-Je vous retourne, sous ce pli, la circulaire
envoye en communication.


-79-







JEAN PIERRE BOYER


LIBERTF EGALITE FRATERNITE
REPUBLIQUE IDHAITI

No-271

Quarter Gnral de Miragone le 16 Aot 1883
An 80me de 'Indpendance.

Le Chef dExcution du Comit de la Rvolution
Au Gnral Kenscoff, Charg intrimairement du
Commandant du Fort Nmorin.

Gnral,

J'accuse reception votre rapport de ce jour. Le
Gnral Perpignand que j'ai vu m'a appris qu'il n'-
tait descendu que pour une portion de la journe et
qu'il allait rencontrer cette aprs midi mme son
poste. A l'gard de Monsieur Alexandre Minville, je
suis son tat et prends toutes les dispositions nces-
saires afi. de le faire monter aussitt qu'il sera en
measure de retourner au service. Veuillez bien croire
que je me proccupe vivement d'allger, pour vous,
le service de la faction, surtout pour la nuit et que
je ne manquerai pas de faire tous mes efforts afin de
vous procurer un allgement aussitt que j'en aurai
les moyens.
Recevez, Gnral, l'assurance de ma parfaite con-
sidration.
J. P. Boyer BAZELAIS


- 80-






ET LE DRAME DE MIRAGOANE


QUELQUES BILLETS
Priv.

Mon cher Kenscoff,
Il n'y a plus de pork en dpt depuis trois jours.
Nous en cherchons sans en avoir trouv encore. Les
postes qui en ont sont ceux qui avaient probablement
des dpts particuliers et qui y ont puis pour leurs
hommes. Je fais continue les recherches afin de voir
si nous n'en trouverons pas. Il n'y a pas eu de mau-
vais vouloir de Pinchinat ainsi qu'il me l'a expliqu.
J. P. Boyer BAZELAIS
Ce 22 Aot 1883

Au Gnral Kenscoff
Charge intrimairement du Commandement du Fort
Nmorin.

Mon cher Kenscoff,
J'ai reu votre billet et j'en note le contenu. Il est
bon de ne pas perdre de vue que je ne puis augmen-
ter l'effectif d'un poste sans diminuer celui d'un autre
et que tous les postes, en ce moment, sont soit par
suite de mortality ou de maladie, au dessous de ref-
fectif qu'il leur faudrait. Nanmoins je n'oublie pas la
situation particulire de votre poste. Alexandre Min-
ville ne peut pas encore remonter mais son tat, je
l'espre bien, ne l'empchera pas de reprendre bientt
le service. Je vais voir aussi si le Fort Malette ne


-81-







JEAN PIERRE BOYER


pourra pas vous envoyer comme il le faisait ces jours
derniers, pour Rflchi, un home chaque soir pour
vous aider dans le service de la faction de Nuit.
Bien vous,
J. P. Boyer BAZELAIS
Ce 21 Aot 1883


Au Gnral Kenscoff,
Charge du Commandement intrimaire du Fort N-
morin.

No-63

Rpublique d'Hati
Poste de St. Rome, le 26 Aot 1883 An 80me

Brouillons (criture de J. P. B. B.)

Mon cher Paul,
Perpignand en raison des petites difficults qu'il a
eues avec vous, craignant de monter Nmorin, je
l'avais autoris se rendre Lacroix. L'change
n'ayant pas.eu lieu, je l'envoie David qui le gardera
avec lui jusqu' ce qu'il puisse reprendre son service
Nmorin et voJs enverra un autre homme sa
place.
Veuillez, pour raison, bien accepted cet arrang-
ment.
Bien vous.


-82-







ET LE DRAME DE MIRAGOANE


Ce 1er Septembre 1883
Au Gnral P. Berthaud
Chef de la ligne de St. Rome Charg provisoirement
du Commandement du Fort Nmorin.

Mon cher Perpignand,
Mathurin m'a crit pour me dire que le poste de
Lacroix ne pouvait envoyer personnel pour vous rem-
'placer Nrorin. Comme il imported de donner une
solution; votre affaire, vous vous rendrez auprs de
David qui je viens d'crite et vous vous tiendrez
son post actuel avec lui, et il enverra une autre per-
sonne pour vous remplacer Nmorin jusqu' ce qu'il
y prenne lui mme le service.
Bien vous


Ce 1er Septembre 1883.

Mon cher David,
Mme premier paragraph.
On le lui envoie, il le gardera avec lui et enverra
quelqu'un pour le remplacer.
Avis donn au Gnral M. Legros.


- 83 -







JEAN PIERRE BOYER


Le Chef du Poste

Au Chef d'Excution, Prsident du Comit Central
de la Rvolution
Au Quarter Gnral.

Gnral,
Le Gnral Bigaille m'ayant fait demander l'officier
Laurus Lauradin, de mon poste, pour affaire de ser-
vice; j'ai d le lui envoyer; son retour, il me dclara
que d'aprs vos ordres le dit Gnral Bigaille devait
fouiller sous le plancher de la maison de sa marraine.
Je demand qssister la fouille qui doit s'oprer.
Recevez Gnral, l'assurance de mon dvouement
en la Patrie.
Paulmon BERTHAUD

LIBERATE EGALITE FRATERNITE
REPUBLIQUE D'HAITI
No-298
Quarter Gnral de Miragone le 8 Septembre 1883
An 80me. de l'Indpendance.
Le Chef d'Excution
President du Comit Central de la Rvolution
Au Gnral Brave Bliard,
Commandant provisoire du poste du quarter gnral.

Gnral,
Je porte votre connaissance que j'ai fait choix de


-84 -







ET LE DRAME DE MIRAGOANE


vous pour commander dfinitivement le poste du
quarter gnral en replacement du gnral D.
Gresseau dcd.
J'espre que vous continuerez justifier ma con-
fiance cette charge definitive, comme vous l'avez
fait jusqu'ici en votre quality de chef provisoire d ce
poste.

Je vous salue, Gnral, avec une parfaite consid-
ration.
J. P. Boyer BAZELAIS


Un billet non sign mais de l'criture de J. P. Boyer
Bazelais.

Priv.

Mon cher Mayard,

Au nom de l'affection que j'ai pour vous, laissez-
moi vous dire, dans votre intrt, dans le mien, dans
celui de notre cause, il imported que vous soyez aussi
modr que possible avec votre monde. J'en appelle
votre jugement dans la situation o nous sommes,
ne pensez-vous pas que ce que vous avez fait hier
Charleston peut produire un fort mauvais effet dans
l'esprit de ses compatriotes de cette ville? Dj,
ce qui me revient, l'intrigue s'en empare. Tenez-vous
donc toujours la hauteur et aux exigences de notre
position actuello en ce qui a trait au came don't il ne


- 85 -







JEAN PIERRE BOYER


faut jamais se dpartir: C'est en frre que je vous dis
cela.
A vous bien cordialement
Gnral L. MAYARD,
Chef de Poste Lacroix
Ce 11 Septembre 1883

Le Chef de Poste de Lacroix

Au Chef d'Excution, Prsident du Comit
Central de la Rvolution.

No-170

Gnral,
Il ne s est rien prsent de saillant postrieurement
ma dernire communication. L'agitation manifesto
qui rgnait depuis quelque jours dans les lignes enne-
mies a fait place, depuis hier martin, un came relatif,
trouble un moment par la canonnade. En un ,mot,
la situation se maintient.
Veuillez agrer, Gnral, mes empresses saluta-
tions en la Patrie.
J. L. MAYARD

Mon cher Gnral,
SExcusez-moi si je rponds votre billet d'hier au
crayon. Je vois ce que vous me dites concernant M.
Phareston et bonne note est prise.
Je ne-puis vous tracer le rcit de cet homme que


-86-







ET LE DRAME DE MIRAGOANE


je considre fou, non seulement moi, mais bien tout
le poste.
Je compete d'aller vous voir demain si Dieu dit au-
tant, je vous conterai de vive voix sa conduite qui
n'est que celle d'un vrai perturbateur,

Ce 12 Septembre 1883
Je vous dsire de la sant,
J. L. MAYARD

Au Chef d'excution, En Ville.

Gnral,
Veuillez avoir l'obligeance de nous faire avoir un
peu de gomme arabique.
Je vous sale respectueusement
A. MODES
12 Septembre 1883

Mon cher Boyer
(au crayon)
Je vous prie de m'envoyer un peu de sel d'Epson
par le porteur. Je vous serais bien oblig si vous
pouviez me faire avoir aussi deux chemisettes, deux
paires de chaussettes et un bucket.
A vous,
Jules ARBUTNOTT
12 Septembre 1883

-87 -






JEAN PIERRE BOYER


(au crayon)
Gnral,
Le Bois de Chne a quitt ce port vers les neuf
ou dix heures du soir avec Mont Roui dit-on pour le
Sud, je l'ai vu se diriger vers ce point, mais je crois
fort que c'est vers l'Est ou le Nord. La sentinelle est
au Dtour et l'Egalit au St. Rome la mme place
et deux golettes ont fait la ronde hier au soir.
Le Dtour est tranquille, l'ordre rgne au poste.

Votre dvou,
C. RIGAUD
13/9/83
7hA. M.

LIBERATE EGALITE FRATERNITE
REPUBLIQUE DIAITI
No-300

Quarter Gnral de Miragone le 9 Septembre 1883
An 80me de l'Indpendance

Le Chef d'Excution et Prsident du Comit Central
de la Rvolution
Au Gnral S. Blanchet des armies de la Rpublique

Gnral,
Vous n'ignorez pas la situation faite au poste du
Gnral A; David, par suite de la dsertion, hier soir,


-88-








ET LE DRAME DE MIRAGOANE


fait peser sur le reste des dfenseurs de Miragone
et particulirement sur les exils, de nouvelles exi-
gences et des obligations que nul ne saurait mcon
natre. Votre concours, ainsi que m'en a fait part le
Gnral David, lui serait trs utile pour consolider
l'tat de son poste et raffermir le moral des homes
qui le composent. Le dlai que vous m'aviez demanded
pour reprendre le service tant expir, vous ferez
bien de vous entendre avec le Gnral David, afin de
lui prter votre concours jusqu' nouvel ordre,
Je suis d'avance persuade que pntr comme vous
l'tes de la situation, vous n'hsiterez pas lui prter
ce concourse dans l'intrt de la chose commune.
Recevez, Gnral, l'assurance de ma parfaite
consideration
J. P. Boyer BAZELAIS

LIBER'I E EGALITE FRATERNITE
REPUBLIQUE D'HAITI
No-310
Quarter Gnral de Miragone le 24 Septembre 1883
An 80me. de l'Indpendance.
Le Chef d'excution Prsident du Comit Central de
la Revolution.
Aux Gnraux Brave Bliard, chef du Poste du Quar.
tier Gnral (vu)
Ep. Desroches, Chef du Poste de Dtour (vu)
C. Rigaud, Commandant du Fort Malette (vu)


- S9-







JEAN PIERRE BOYER

Kenscoff. Chef du Poste de la Source Espagnole (vu)
A. David, Commandant du Fort Nmorin, Chef de la
ligne de St. Rome (vu)
P. Berthaud, chef de la ligne de St. Rome (vu)
L. Mayard, chef du poste de Lacroix (vu)
M. Legros, Commandant du Fort Rflchi (vu)
A. Rnlique, chef du Poste de la Nouvelle Cit (vu)

J'invite Messieurs les Chefs des diffrents postes de
me fire connatre la quantity de chaque espce qui
sont aux mains des homes de leur poste et la quan-.
tit de crtoiches qu'ils possdent pour chaque es-
pce de carabines.
J'ai bien besoin, d'une faon urgent, de ces rensei-
gnements pour ma gouverne.
Je les salue avec une parfaite consideration

J. P. Boyer BAZELAIS
Pour tre achemin aprs en ,oi r pris connaissance.


21,'9 83 (21 Septembre 1883) Au Crayon.

Mon cher Boyer,
Cette nuit j'ai eu l'entretien suivant avec le 'fonc-
tionnaire du rempart de la pointe de St. Rome, que
je vous transmets sans commentaire:
Moi: Donnez moi des nouvelles de Petit GoBve.
Lui: L'arme de Petit Gove tait venue nous atta-
quer jusqu'au Pont Miragone.


-90 -






ET LE DRAME DE MIRAGOANE


Moi: Oi a eu lieu la bataille d'avant hier soir?
Lui: Au Pont Miragone.
Moi: Donnez moi des nouvelles de Nelson? O est-il?
Lui: Nelson comment des brigandages dans ces bois
l. Mais il ne faut qu'un jour pour que cela
finisse. La ville des Cayes est.toujours nous.
Nous les avons finis Grand Boucan.
Moi: Et l'Anse Veau comment est on par l?
(Ici le factionnaire du second rempart tire un
coup de fusil sur mon poste et me dit: vous
ne voyez pas que cet homme se joue de vous.)
L'homme interpell de nouveau hsite de r-,
pondre et finit par dire:
Je mentais. Ce n'est pas vrai ce que je vous
ai dit.
Moi: Dites moi donc comment est-on l'Anse-
Veau?
Plusieurs Voix: L'Anse Veau est bien.
Moi: Pourquoi avez-vous incendi Petite Rivire?
Lui: (Aprs hesitation): Ce n'est pas vrai.
Moi: Vous croyez que je ne sais pas ce qui se passe.
On a positivement incendi Petite Rivire.
Lui :Eh! bien, nous avons incendi ce bourg parce
que on y tait danas le dsordre. Nous-brlerons
Miragone pour la mme raison.
OG se trouve m'aintenant l'arme de l'Anse
Veau?
Lui; (Aprs hesitation) Vous me tirez le ver du nez
et peut-tre ne viendrez-vous pas vous rendre.
Si vous dsirez savoir ce qui se passe faites


--91-






(,JEAN PIERRE BOYER


Scomme Jean-Pierre qui ne souffre plus d'aucune
privation. Mon chef,me dfend d'avoir de longs
entretiens avec l'ennemi.
Moi: Je profit de l'absence du Gnral Bigaille pour
m'entretenir avec vous. Dites moi si vous tes
: sr qu'on. ne me fera pas marcher ni contre
Petit Gove ni contre Petite Rivire si je viens
me rendre.
Le rempart de Tamarin met fin cet entretien en
rpondant cette dernire question par un coup de
canon dirig sur mon poste.

21 Septembre 1883. S. BIGAILLE

P. S. Charles me servait d'interprte.


Gnral,
.Nous avons un rempart tabli cette nuit aux pieds
du Fort Brice qu'il nous faut enlever et dtruire
quand mme ce matin. Je fais demander cet effect
quelques homes dans les diffrents postes. Envoyez-
moi done trois hommes ajouter ceux que, je des-
tine cette entreprise, et ce le plus tt possible. Vous
devez dj connatre........... (indchiffrable) l'issue
de l'attaque de l'ennemi qui a t repousse tant en
(rade que des autres points.

Ce 22 Septembre 1883. J. P. BAZELAIS
Au Gnral Ep. Desroches, Chef du Poste de Dtour.
Aui Gnral Mathurin Legros,Chef du Fort Rflchi.


- 92 -






ET LE DRAME DE MIRAGOANE


LIBERTE EGALITE FRATERNITE

REPUBLIQUE D'HAITI
No. 319.
Quarter Gnral de Miragone le 3 Octobre 1883.
An 80me. de l'Indpendance.

ORDRE DU JOUR
L'etablissement par l'ennemi d'un nouveau rem-
part au pied du Fort Brice, moins de demi porte,
de but en blanc, de carabine et cinq minutes de
distance de notre ligne de remparts, cre pour le
poste du Quartier Gnral une situation tout fait
exceptionnelle et l'obligation, pour les dfenseurs, d'un
nouveau surcrot de vigilance.
Le concours de tous ceux qui font parties du con-
tingent du poste est indispensable, dans une tell
occurrence, pour allger ceux sur lesquels repose,
seuls, en ce moment, tout le poids du service et qui
ne peuvent tarder, eux-mmes, ne plus tre en me-
sure de rpondre aux exigences de la situation s'ils
ne sont seconds dans le service de jour et de nuit.
Ne doivent tre consciencieusement dispenses de
se coucher au Quartier Gnral, ou dans ses environs,
pour prendre part l'un des exercices du service
actif courant que les personnel positivement malades
et effectivement alites. Ds la retraite, tout le monde
est tenu de se prsenter au poste du Quartier Gnral
afin que le service soit organis pour chaque 24 hres,
Le Chef d'Excution vient donc faire un appel au


-93 --




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs