• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Title Page
 Advertising
 Lettre a mon fils Gerard
 Errata
 Chapitre I. Geffrard, Chef d'Etat-Major...
 Chapitre II. La revolution du 22...
 Chapitre III. La defense de...
 Chapitre IV. L'embarquement de...
 Chapitre V. Le gouvernement...
 Chapitre VI. La prestation de serment...
 Annexe. Le recit de l'embarquement...
 Table of Contents






Group Title: Au service de la jeunese haïtienne
Title: ... Avènement du général Fabre Nicolas Geffrard à la présidence d'Haïti
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081293/00001
 Material Information
Title: ... Avènement du général Fabre Nicolas Geffrard à la présidence d'Haïti
Series Title: Au service de la jeunese haïtienne
Physical Description: xlvi, 141 p. : ; 18 cm.
Language: French
Creator: Michel, Antoine
Publisher: V. Valcin, imprimeur
Place of Publication: Port-au-Prince, Haiti
Publication Date: 1932
 Subjects
Subject: Presidents -- Haiti   ( lcsh )
History -- Haiti -- 1844-1915   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti -- Caribbean
 Notes
General Note: A list of the presidents of Haiti, 1804 to 1915, with dates of their tenure of office: p. vi-ix.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00081293
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000637368
notis - ADG7076
oclc - 13457577
oclc - 23832065

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Title Page
        Page i
        Page ii
    Advertising
        Page iii
    Lettre a mon fils Gerard
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
        Page xv
        Page xvi
        Page xvii
        Page xviii
        Page xix
        Page xx
        Page xxi
        Page xxii
        Page xxiii
        Page xxiv
        Page xxv
        Page xxvi
        Page xxvii
        Page xxviii
        Page xxix
        Page xxx
        Page xxxi
        Page xxxii
        Page xxxiii
        Page xxxiv
        Page xxxv
        Page xxxvi
        Page xxxvii
        Page xxxviii
        Page xxxix
        Page xl
        Page xli
        Page xlii
        Page xliii
        Page xliv
        Page xlv
        Page xlvi
    Errata
        Page iv
    Chapitre I. Geffrard, Chef d'Etat-Major de l'Empereur
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
    Chapitre II. La revolution du 22 Decembre 1858
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
    Chapitre III. La defense de l'empire
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
    Chapitre IV. L'embarquement de l'Empereur Faustin ler. Son arrivee a Kingston
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
    Chapitre V. Le gouvernement provisoire
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
    Chapitre VI. La prestation de serment de Fabre Nicolas Geffrard
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
    Annexe. Le recit de l'embarquement de l'Empereur
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
    Table of Contents
        Page 143
Full Text


AU SERVICE DR LA JEUNESSE HAITIENNE
--p***eeo*-

ANTOI1bTE ICHEL



Avenement du G6neral

FABRE NICOLAS GEFFRARD

a la Pr6sidence d'Haiti



U "seioe, ai qa O eace re
he.iw, Mt aw vegl. Sppr.ewr
ritd.e di per as uis d'mu d-
mocatie, 'em, dilbidwdel, erever,
a eellen, h dom yoem.u
nUHIS MADLIRN.


V. VALCIN, IMPRIMEUR
1518, Rue du Docteur Aubry out du Reservoir
PORT-AU-PRINCE (HAfIm).







AU SERVICE DE LA JEUNESSE HAITIENNE


ANTOINE MIC-IEL



Avenement du General

FABRE NICOLAS GEFFRARD

a la Presidence d'HaIti



UsL'e sios, a qui on car e soo
IhMoilrr, Veo mue Arregr. Seppriawr
Ptde da pua am arim d'ame di-
Bmocrati*. e'"., diibdeaWi e, enrvr,
in cUl-ci, kn dnmz yem.
LOUIS NADWLJN.

X V. VALCIN, IMPRIMEUR
1518, Ruelu Docteur Aubry ort du Reher roir
72 .94 : ORT-AU-PRINCE ( HAI).
m ra~i~lfi














Aux Rdv6rends Pares

A. CABON
Secr6taire-g6n6ral de la Congr6ga-
tion du Saint-Esprit

et

A. SCHNEIDER
Professeur de Philosophie au
Petit-S6minaire CoUlge St-Martial.

Souvenir.
A. M.








iuem

DU MPME AUTEUR



Salomon Jeune et I'affaire Louis Tannis
La Mission du Gdndral Hddouville a
Saint-Domingue
(Tome premier)

La XIVe Lgislature
I.-L'election de Boyer Baselais en 1873
II.-La session extraordinaire
III.-Le general Antoine D'Avilmar Gourgue
et les reparations du Mont-Organise

Pour paraltre prochainement:

La XIVe Lgislature
IV.-Spencer St-. John et les r6lamatons
anglaises.










LETTRE A MON FILS GERARD


J'attre ton attention, mon cher ami, sur cer-
tains enseignements qui se degagent de I' Ere
.Nouvelle D (1804-1909) de M. Auguste Magloire.
J'espere que la jeunesse en tirern profit. Elle
se gardera. h I'aveienent au pouvnir d'un
President d'Halti, de s empresser de parlor
d'a Ere Nouvellea, de gouvernement *liberal.,
quund six mois suffisent implement pour voir
ce a liberal se reveicr un ftrouche iutocrate
uniquement parce qu'il a la haute direction
des destinies du pays.
Peut-on etablir un pairall6le entire nos Chefs
d'Etatjusqu'al pouvoir designer los uns.comime
des autocrates, et les autres, come des libe-
raux II nie faut vruanent tenir nucun compete
des evtnements de .ntre histoire pour etablir
c:ette distinction.
L'ouvrage de M. Asguste Maigloire est la de-
monstration la plus ;viilente qu'ils adatient tous
des autocrates exer>.a-nt un droit de vie ou de
mort sur les citoyen,. (1) Un chef d'lihtl, jiour
.tre *glorifit devail mourir au pouvoir. l),II
un coup d'ail d'eus'amle.. M. Magloire resume

I.-L geiral loisroad Clana fui I maoiMa auloceie de mo
Chefs d'ua, pejdaat la pirnude de ( I0I.-IUM)) qoe mors rea-
ammo: It. pournat. %a pride me fmu margquc par aucuo
progri Noa Cm verrvma plus loi Ia ean*.





- VI -


* la succession des Chefs d'Etut sous les auspi-
ces et sppurences desquels nous courois, de-
puis 1804, les avetlures les plus dispairates,
ainsi que les manifestitioinspolitiiquesauxquel-
les nous croyons attachle le sulut iutional. a (1)
1.- Jean-Jacques Dessalilnes.- Acclamte le
ier Janvier 1804, ii ful assassin le 17 Octobre
1806.
2.- Alexandre Petion.- Elu, le 9 Mars 1807,
duns I'Ouest et le Sud, President pour quatri
ans, il se fit nommer President u vie en 1816 el
mourut au pouvoir le 29 Mars 1816. 11 fut a par
consequent gloriild, a dit M Maglire.
3.- Henry Christoplie.- Elu President par
I'Assemblee Constituunte, le 28 Dcembre 1806,
il protest colntre li formation de cette Assem-
blee. 11 fit In scission, et fut acclame dans Ie
Nord et I'Artibonite,le 17 Fdvrier 1807, puis roi.
sous Ic nom de Henri ler, le 36 Mars 1811. a II
a 6chapp6, dit Spencer St-John. pai le suicide
is un sort plus cruel m quc cclui deJean-Jacques
Dessalines, le 8 Octobre 1820.
4.-Jean-Pierre Boyer.- Elu le 31 Mars 1820,
il fut renverse du pouvoir et exile le 13 Mars
1843.
5.- Riviere Herard.- Elu le 30 Decembre
1843, il fut renverse du pouvoir le 3 Mai 1844 et
exile.
6.- Philippe Guerrier.- Acclame le 3 Mai
1844, il mourut au pouvoir,le 15 Avril 1845, a et
par consequent glorifle ..


(I).-ld. p. 216.






- VII -


7.- Louis Pierrot. Acclaume le 16 Avril
1845,il lut renver.i du pouvoir.le ler Mars 1846.
8. Jeai-Baptiste Richt. Acclam6 en
Mars 1846 ii fut enilpiisnmul et mourut au pou-
voir, le 27 Ftvricr 1847. et pur consequent
glorite.
9. Faustin Soulnuque.- Elu President, Ic
ler Mars 1847, il se fit proclamer Empereur.
sous le noni de Faustin ler, Ic 26 Novembre
1849. II fut rcnvers6 du pouvoir et exile, le 15
Jnviei 1859.
10. Fabre Nicnlus Geffrard. Proclame
President a vie par la revolution du 22 Decem-
hre 1858, il fut renvcrst du pouvoir et exile,
le 13 Mars 1867.
11.-Sylvain Saolnve. Elu le 14 Juin 1867,
il fut renvers6 du pouvoir,le 19 Decembre 1869,
et fusillt en Janvier 1870.
12. Nissage Saget. Elu le 19 Mars 1870,
il rest au pouvoir pendant les quatre anndee
de la duree constitutionnelle de son muandat et
partit pour Saint-Marc. sa ville natale, le 15
Mai 1874.
13. Michel Domingue. Elu, le 11 Juin
1870, il rfu rcnverse du pouvoirle15Avril 1876,
et blessed dans les rues au moment o0 ii allait
s'embarquer pour I'exil.
14. Boisroad Canal. Elu le 17 Juillet
1876, il donna sa demission, le 17 Juillet 1879,
bans achever la duree de son mandate, et partit
pour I'exil.
15. Louis Etienne Felicit6 Lysius Salo.
mon. Elu le 23 Octobre 1879, if fit les sept






- VIII -


annees de la duree constitutionnelle de son
mandate. II commit la faute de se fair reelire
et fut renvcrse du pouvoir le 10 AoOt 1888.
16.-Deus LAgitime.-Acclamt dans I'Ouest
et le Sud, le 16Octobre 1888, ii fut renverse du
pouvoir, le 22 AoOt 1889, et partit pour Iexil.
17.- Florvil Hyppolite. Elu, le 9 Octobre
1869, il mourut au pouvoir, Ie24 Mars 1896, set
par consequent glorifle a
18. Tiresias Augustin Simon Sam. Elu
le 31 Mars 1896, il donna sa admission le 12
Mai 1902, trois jours avant le terme de son
manlat, et partit pour I'exil.
19.-Nord Alexis.-Elu,le 17 Decembre 1902,
il fut reverse du pouvoir, Ie 2 Deembre 1908.
et partit pour I'exil. (1)
20. Antoine Simon.- Elu le 17 Decembre
1908, il fut ien verst du pouvoir. le 2 Aolt 1911,
et partit pour Iexil.
21.- Cincinnatus Leconte.- Elu, le 14 Aool
1911; il mourdt au pouvoir le 8 Aout 1911 et fut
a glorifle ..
22.- Tancrete Auguste.-Klu Ie 8 Anot 1912,
il mourut au pouvoir le 2 Mai 1913 et fut
Sglorife*.
23 Michel Oreste.- Elu le 4 Mai 1913, il
tut renverse du pouvoir le 27 Junvier 1914 ct
partit pour I'exil.

(1).-Avre Nord Alexis. 'arri4t feiumirio Jr ao1 Chofs
par M. Afguste Nagloi. Je Ia roatiue por remdre a
astrltion plus vilral.r.






- IX -


21.- Ore ste Z.a:wnr.- Elu mi F'vrier 1914.
ii ftt renversc duii piuvoir.au mois d'octnbre de
4a miinlme iine e. t parlit pour I'exil.
25.- Davilmar Tht odore.- Ilu en Novem-
I)re 1914, il ftul rinver+-ldu ii a voir, enl Ftfvrier
1915. et partial ptiur I'exil.
21;.- Vilbrun Guilaurne Sanm.- Elu en Mars
1915, i ful reniiv-.r du pouvoir. le 27 Juillet
1915, et assassint h iita .6gatin frangaise, Ie
Jlmleiniieiin.
II resulte de ce tableau que, dans le course de
snoLre hisloire ju-qo'eii 1915, triis chefs d'Etal,
accomplirent IltlrmlllolalmeInt ll durde constitu-
tionnelle de leur mandii Six imoururent pean-
dant leur presidence; et les autres turent rean-
verses du pouvoir.
Dans un tel ;**lt d'aiiarclie?, il ne pouvail
avoir de crises lilb rales. Dairs I'opposition, il
y eut toujours de gteneiu ux ilans et des protes-
tations en faveur de Itn litl-tr. 11 suffisait is
ces opposants d'occuper Its avenues du pou-
voir pour obiblier leurs revendications d'hier
et exercer la plus odieuse tyrannic sur ce mal-
lieureux people qui ne soupire qu'apr6s plus
de bien-etre et de justice social.
11 y a eu cependant des epoques oO il etait
possible de donner une nouvelle orientation it
ce pays, et renoncer plus ou moins au regime
d'autocratie. Signalons-les pour permettre iu
chacun d'opiner.
Au lendemain de I'enterinement de 'ordon-
nuace du 17 Avril 1825 de Charles X, le Presi-
dent Boyer, a nu lieu de se livrer sincerement








A I'ceuvre de r6generation conflie A son patrio-
tisme, ii se jeta ouvertement dons une politi-
que insolite et malfaisante. d'autant moins
excusable qu'il 6tait alors dtgag de toules les
circonstances, de tous les motifs capable d'y
servir de pretexte, sons couleur de ruison
d'Etat. (1)
En effet, la Grand'Aus etait compl6tement
paciflee. La mort du roi Henri ler avait mis fln
a la scission,combien nefaste aux interWls de la
nation. La reunion de la pairlie de I'Est pernni
A Boyer de commander toute I'lle. La recon-
naisssance de I'independance, en enlevant cet-
te menace continuelle de guerre avec la Fran-
ce, objet des preoccupations du pays, venait
enfln couronner I'oeuvre, et nous convier au
partage de la civilisation. (2)
Boyer devait d'autant plus apporter oute
son attention au developpement des ressour-
ces du pays qu'avec une legerete inouie. ii
accept A payer cent cinquante millions de
francs d'indemnites aux colons fruancis.
a Le pire de toute cette atffire, ce furent los
measures qu'on adopt pour acquilter celte
lourde indemnity. qui pesa comme une chape
de plomb sur In pauvre petite republique. Re-
connue en faveur des colons fruianis, afsn de
les dedommager de leurs propriltes abandon-
nees a Saint-Domingue, c'etaut en toute justice,

(I).-A. Firmia: M. Rooverk. pridpat de ta- aUis et Is
Riablique d'lagi p. 323.
(i).-L-. Bomne: Souvenir bisaoriq e de Guy Jowsph BEme
Ip. T2





- XI -


sur ces proprietes vendues h des prix ddrisoi-
res qu'on devait etablir un impOt destiny A
couvrir ces annuities. Eh bien, pour payer la
dette franqaise, les masses, composant la popu-
lation noire et travaillant la terre, furentseules
surchargees d'une taxe indirecte,sous la former
de droit d'exportation sur le cafe, empire par
une emission de pupier-monnaie, qui empechait
le cultivateur de savoir au just qu'elle est la
contre-valeur qu'on lui olTrait pour le produit
de ses travaux Se rappelant les maigres dis-
tributions de terre de Petion aux invalides,
ancietns soldats et sous-officiers de I'armee,
conflrmnes i grand bruit par Boyer, on pourrait
croire que les canmpugnrds avaient eu aussi
leur part de I'hAritage (1); muis tous ceux qui
ont atudie les measures agraires de Petion et de
Boyer savent parfaitement que ces distribu-
tions etaient un leurre .......
SDe Ietat de gene que I'obligation meme de
payer lu dette francaise avait ianfligC & la Repu-
blique, Boyer tira le pretexte de ne rien fire
pour I'amelioration muterielle du pays, am6-
lioration don't ii pourrait cependant obtenir
une augmentation de la production aussi bjenl
qu'un allegement gradual aux charges du peu-
pie. (2)
Le President Boyer fit voter la loi du ler Mai
1826 qui interdit au gouvernement le droit de
faire aucune concession de terry in du domain
national.

(t).Za idiqe. dale e.xtr.
(2).-A. ririn, id. p. S25.






- XII -


.e code rural de 1826 est la plus cnpitale.
la plus ilmpirdoinablle des erreurs ou des cri-
mes de Boiyer. Lit, il coiistitue le servage du
paysin. liiideientc commence eii 1821 (1); il
arr'*te I'ess.r economique du pays, sterilise la
nation.
SCe code interdisnit au paysan, sous peine
l'einprisIumItemelnt, en cas de iCcidivc. sous
peine ido travuux for;'es, de voyager i1 I'init6-
rieur sans avwir oblenu un permis du fermnier.
du proprititiire' ou di (ngerant du domaitne sur
lequel on I'employait; il fxait le nornbre des
ihures de travail; il supprimait le droit du
cultivateur de quilter la champagne pour caller
lihbiter Ics villes et bourgs.; il declarait rju'au-
cune rinunini ou a.ssociati)o de luboureurs fi-
x s sur la nimme plantation lie pourrail se ren-
ldr- fcrmiiire de Ia totality de la plantalion pour
I'exploiter; il comnuii ndait au pilysan d'ettc
soumis et respectueux envers le proprietnire.
Ie fermier, Ic grant. sous peine d'emprisonne-
ment. Horinis Ic touet, c'tait I'esclavage.
( Quelle perversity ou quelle ignorance du
coeur ihumain poussuit Boyer it crier une aris-
tocratie de la ninorite au detriment du princi-
pe de I'egalite. (2)
C'est au code rural de 1826 qui crdait dans
un pays qu'on pr6tendait egalitaire deux na-
tions ds u la nation, I'sne sucant I'autre. c'est

(1).-UDe loi do 18 Juillet 1821 ordoonait de suspeadre toute
concesioo de terrain a titre de doe national.
(2).-Louis Josepb Janvier: Les Cotitutios d'Baiti, p. 149.







- XIII -


:i Code rural de 1826 qu'il faut remonler pour
r luver Iexplicatinil du pilluge des villes ren-
ve.rsfi.s IMIr le tremblement de terre de 1842,
les origilies des r-vnltes de paysans qui eurent
lien elntre 1843 et 1847, des fvenements du mois
l'Avril 1848 el, sous Geffrard. celles des rtvol-
tes des mntagnes de Jreimie. de la prise d'ar-
mes d'Adoubi, c'est-ia-dire de la coltre latenth
du paysan centre le citndin. du proltaire con-
tre lc bourgeois, faisant explosion a chaque
Cccasio; propice. (1)
Parlant du code rural, A. Firmin dit qu'il
* constituait un tel recul. pior la liberty du
truvailleur agricole, qu'il tomboy vite en desue-
tude; mais ses pires provisions lurent appli-
4qudes, -a el lb. suivant le bon pluisir des auto-
rites locales. a (2)
Le President Boyer, pour donner satisfaction
ih la nation qui avait manifesto son mtconten-
tement b propos de la reconnaissance de notre
independence par une ordonmance et non par
un trait, et des lourdes charges de l'indemni-
h(, devait proflter des nouvenux traits avec
In France en 1838 pour alporter une certain
amindlioration i lu situation en changeant son
systhme de gouvernement. II persist dans la
i routine et refusa systematiquement d'ecouter
certain de ses amis qui lui conseillaient de
fire des concessions 6 I'opposition. 11 fut ren-
verse du pouvoir en 1843.

(I).- Louis Jowep Jan er, id. p. 15t.
(2).-Id. p. S7.






-XIV-


II s'embarqua pour l'etranger avec In con-
viction que la nation haltienne, divisde et d-
mantibulee per son administration d un quart
de sibcle, ne tarderait pas A sombrer dens
1'ablme de l'anarchie et des luttes fratricides.
C'est surtout alors qu'il dut repeter une nou-
velle fois le mot de la Pompadour attribuW is
Louis XV; Apres mol, le deluge I..... (1)
Jamnis l'occasion ne fut plus propice aux
opposants qui, h la chdte de Boyer, eurent la
direction des affaires publiques de prouver
leur sincerite aux principes d'ordre, de liberty
etdejustice qu'ils invoquaient en critiquant
Administration de ce Fouvernement. Jamais
une nation n'a ete ainst trompe. Grises par
lesjouiSsances do pouvoir, les detenteurs de
I'autorite se r6ve~lrent de vils exploiteurs et
conspirerent centre I'execution de la constitu-
tion de 1813 |u'ils venaient de voter. Aucun
effort In' etA tentA pour fire cesser le regime
militaire qjui opprimait le people et aibsorbait.
toutes les resources du pays. Au contraire,
les chefs del opposition qui,hier. denonckrent
ce systlme, s'tffublerent d'epaulettes et s'attri-
buerent des grades dans Iarm6e. HIrard Du-
inesle prit le brevet de general; David Saint-
Preux, celui de colonel. La contagion de
I'exemple fut telle qu' Port-au-Prince I'on
n'entendit bient6t que la symphonie des
grands sabres et des eperons battant a I'unis-
son les paves de In ville. Ces porteurs d'epau-
lettes brillantes, ces intrus, I'armee. la vraie.


(11.-A. rerria. id. p.8SU.








les vil d'un mauvais ceil: ses chefs, presque
tous v6etrans de 1804, ages, illtlres mulheureu-
sement, ne voulaient d'ailleurs h aucun prix,
se trouver sous les ordres d'administrateurs
civil, ou jeunes ou inexperimenilts. (1)
Herard Dumesle, le clef de oppositionn, snus
Boyer, organism dans nl joulnee du 31 Mars
1844, une manifestation qui,uux cris de: A bas
la Constituante! A bus la municipalite! parcou-
rut les rues de la Capitale. Au meme moment
une proclamation du President de la Republi-
que et un arrWe du Commandunt d'arrondisse-
ment invilaient les membres de I'Assemblee
Conslituainte se retire nu bureau de I'nrrot,-
dissemenl. lis avaieint a recevoir I'nrdre de
suivre I'arnjee en campagnie centre les insur-
ges de 'Est. Le local de la constituunte fut fer-
m6 et garden par un piquet de soldats qui en
refusait I'entree aux membres. Dumai Lespi-
nasse, president de l'Assemblee, envoy, le
lendemain une protestation au Conseil des
Secrdtaires d'Etat. lui declarant que les seances
de l'Assemblee n'etaient suspendues que a par
I'opposition de la force armde. *
Quatre jours apres, il fut arrete, ainsi que le
constituent Domingue Benoit, et conduit en
prison. (2)

(I).- Dr J. C. Doneuvil: Mnauel d'ietoirre d'Hai, p. 45.
(2).- IL Ceims risuoa doe I divmrrat a rddemuion-
de la j"am e st dio d'.rdmirw, darm oM inw po-
ak o SoCi ri d'ireoire ct de Gdorapbe d',Bai, sr Mi-
ragoake et IBoer Slsdi. Cbef da part ibren, fioat loriine
de ce part. prwauta tk p- etici" de 103 come We prmwrse







- XVI -


Les anciens partisans de Boyer pouss.reI
Acaou b prendre les armes el le flrent proclI-
mer Chef des reclamation de ses coinIltoyen-.
Dans le manireste de la Contre-Revolutimu,,
Acaau disait:
Sans jugement aucun, des pIres de famil-
le, les citoyens Salomon et leurs compagnons.
pour avoir cro pouvoir parler de droits, d'ega-
lite et de liberty, sont confines dans les dteserts
inhospitaliers de la parties orientale de notre
lie. Le 136me regiment denonct comme adh.d-
rant a leurs sentiments, est deportl 6 Santo-
Domingo. Pour obtenir l'obbissance passive.
est sortie une loi mortiale qui, suivant les cir-
constances, frappe Iinnocent et le coupable. (1I


Wibra s e Baki. Si le fait itait mrai. H y aruit lie de douer
de la sinerie des mebres de ce parti qui irem Ia pger
centre Salueve. et qui, sTvoijnta coostammeut sa oi t Il
conmituoate, crureAt avoir crec use ire lii.rale .
Oublant son rl6k d'educataur, N. ULbrinoo it r dil des
liiraou de 1883 qui, remonant a lears picipes, prirelt le
armes contre un government constituliooatleiemet Mabli. II
paria de lear bmroume et a'elu pas oa met de pitie poor le
soldats jai, eo deendaMn la paix, daieml tomb s r e champ
de basaille. II me credit pas bommage a. Prieideua Salomon
qui, pour sauver Is rivolutionaires du pril qui les mewarst.
envoys ne dligatiou leur offrat de leur peetmtr' de relour-
ner a Kingpon. A Ieateadre parlor des soufruncee de ces ia-
surge, on se deumade si, pour lui, le gouvereement 'avait
pas ea tort de se dfeadre. II cita lek moms des eioyes qua
dbasrquemat a Niragoae et jearet le pays dam la guerr
civil. H me mestiomma pas eex des malbereu mUlats, victi-
res do deoir, qui me retourreit plus das e foyers. .....
(I).- H. Paulds Saummo; Esi historique ur t drve tio
de 1843, p. 133.






- XVII -


II resume en ces quatre points les reclama-
tions populaires:
to.-Le maintiei de Ia constitution; 2o-.le
rappel des citoyens Salomon et leurs compa-
goons; 3o.-l'abolition de la loi martial; 4o.-
etleretour du 13eme regimen dans ses foyers.
Le gouversement do Riviere Hdrard fui
renverse non pas par la prise d'urnes d'Acaou,
mais par la garde malionale de Port-au-Prince
qui proclamia le general Guerrier President
d'HaItL
Acaau n'eluit qu'ua instrument entre eIv
mains des iuncicsu boveristes qui parvinrealt h
leur fn en rel,rminot fe pouvoir. Les SaloIon
le combaltirnnat Iour nse pits etre a-uaiplices dV
Ia nouvelle tenodance dnmas hl politique du lmNys.
SDe la chOte de Riviere Herard A I'av6ne-
menl de Soulouque, ecrit le Docteur J. C. Dor-
soinvil, une prlitique strange prevaluten notre
pays: appelee politiquc de doublare.* Elle
consistst 6 porter au pouvoir un noir des plus
ignorants, pour diriger le gouvernement en
son norm. (1)
La residence de Guerrier et de Pierrot fit
uoe dictature.
Avec Richb, on 188, les politicians donne-
rent une constitution A la nation. En retablis-
sant la presidency B vie, ils prouv6rent qu'au-
cune e e liberate prdoccupait leur esprit
Soulouque sauva Ie pays de I'anarchie. II


(h.-dM.p. 13.







- XVIII -


maintint I'ordre et parvint a incorporer Hinche,
Loscahobas nu domuine autionul.
Une conspirotion des homes de la cour
renverso I'empire. Pus une goutte de sang ti'n
6t6 verse. Tout en remiettant en vigneur Its
constitution de 1846, les revolutionnaires en
exig6rent quelques modifications. Guffarrd
devdi en profiler pour donner une autre orlen-
tatioln A 'administration du pays. 11 trahit le
mandd. qui lui a tdi confle et 'uppuya sor I'ai-
mee pour gouverner.
A so chote en 1867, une nouvello constitution
fut vote. Aucune amelioiation ne pouvait en
isrtir. Avant meme I'election de Salnave, leI
partismas de Geffrard qui 1'avuient combultu
en 1865 prirent les armes. La guerre civil du-
ra pres de trois uns. Vuincu.Suluavefut fusill6,
sous pretexte qu'il avail viol6 la Constitutions.
En 1870, sous a Il're liberal, le ge6erul
Nissage Saget, president du gouvernement
provisoire, avant de convoquer les assembM6
primaires pour sectionn des representants dea
communes qui avaient A d ire le tiers du Siat
et coonointement avec le Grand Corps. le Pre-
sident de la Rpublique, forma des tribunaux
militaires dans certain arrondissements, pour
juger les partisans du government dchu.
Pers&-utant sea adversaries qul ne pouvaient
prendre part 6 la champagne electorate, il fbt
le seul candidate. La constitution de 1867 fbt
violde. L'assemblee Nationale qui e t & Pelre
le President d'Halti n'avait pas fa majority des
deux tiers des membres des deux Chambres
Pendant la dissidence, en 1873, ses adveraires.









le lui ont constamment reproch6. Sous son
administration, les Chambres Ilgislatives exer-
cererit in certain contr6le sur les aflaire pu-
bliques. Ce ne fut pas I'oeuvre exclusive .d un
group politique. Tous les homes de bonne
volont6 preterent leur concourse a la restaurm-
tion de nos finances; car 600,millions de gour-
des etaiebt el circulation dt les' aux-monnn-
yeurs en emeetlaient chaque jour. Cest 6 la fBu
du gouvrnement de Nissago .Sget qull feut
s'arreter pour juger de la sincernt des hom-
mes politiquep de I'epoque au principle qu'il
invoquaient: le pouvoir au citoyen le plus ca-
pablet..Lembitisa Is dominant, ils mentirent
A leur programme. Trois candidates etaient
en presence: Michel Domingue, Pierre Mon-
pinsir Pierre, deux noirs incapables per eux-
memes de diriger les destines du pays. et Sa-
Iomon Jeune, un des homes les plus instruits
et les plus considerable de I'dpoque. Au lieu
de se grouper autour de la candidature de ce
dernier. les partisans de Michel Domingue et
de Pierre Monplaisir Pierre s'eulendirent pour
ne pus lui permettre de rentrer dans le pays,
if subissait un bannissement depuis 1850.--
On salt ce qui advint de la XIVCe iislature,
appelee A 4eire, en 1874, le successeur de
NfuIssge Saget (1) La constitution de 1867 fut
violee b la suite d'un coup d'etat Michel
Domingue ut dlu President d'HatU.
Une nouvelle constitution fut vote en 1874.

. ().- V.. & I WlIe t pes tn co de |mo o.-
w : La IXVw. izdlres,= qu e as Coors d p... ... ..







-XX -


A la chble de Michel Domingue, en 1876, la
constitution de 18S7 fut remise en vigueur. Le
momentt etait decisifpour la nation d'avoir un
ouvernement civil. De nouvelles elections tb-
ent ordonnees. Un nouveau chefd Etat devait
tre eu. Deux candidates, representnt les deux
roupes du parti liberal, etaient en presence:
, ge.enil Boisrond Canal et le ddpute Boyer
lazelnis.
Le 17 Juillet, i'Assemblee Nationale se rEu-
iit pour I'lection du President d'Halti. Com-
Mttait la candidature de Boyer Bayelais, le
,Ipute Charles Mathurin Lys declarait qu'il ne
touvait .* dissimuler qu'en presence delay situ-
Ition actuelle du pays, je me sens irresistible-
nent.entraiia.. 6 reporter m:i penste en nrri6re,
I analyser lIs dvnoements d'hier et Mlors In
guestionsuiv;aites'imp se & mon espril: Aprus
le regime ,militaire des differents gouverne-
meats qui out dirige le pays, pouvons-nous es-
pdrer que ravenemeut d'un gouveronmeln
purement civil soit possible et soit accepted
chez nous.
*Nous est-il permis d'espdrer que le milita-
risme enracine depuis longtemps en Haiti,
soil d'humeura abdiquer sans mot dire ? Voire
logique, Messieurs, repond negativementh cette
question: Or, si nous donnons nos suffrages
an citoyen Boyer Bazelais, don't le programme
politique, depuis des annces a toujours eu pour
base, le gouvernement civil pur, quelle-sitaa-
tion ui ferons-noust Pourra-t-il, oubliant son
pass et faisant tire ses plus legitime( aspi-
rations, passer un compromise avec le mlH-a-








rismeet lui fire les concessions indispensables
au maintien de i'equilibre entire les diflfrentes
id6es qui divisent notre societed
*Non, Messieurs, ii ne le pourra pas, son
honneur criant plus fort que sa raison s'y op-
posera et cette brillante instruction qui est son
fitre principal 6 vos yeux ne pourra jamais se
courber 6 des exigences implacables qu'elle
no peut admetUre.......
a Le moment est d6cisif, Messieurs, n'hsi-
tons plus: laissons s'evanouir nos reves en-
thousiastes, revenons energiquement 6 la rea-
lit6: rendons hommage aux grades qualities
du citoyen Buyer Bazelais, mais faisons co
que lu raison et le pays reclament de nous:
Oui, le pays. Messieurs! Nous sommes man-
datnires de la nation et si nous tenons A n1os
devoirs, nous avons pour mission, devant
I'urne legislative de fire taire nos sentiments
personnel, ou mieux, de teacher de les conci-
lier avec les sentiments et les vamux de la na-
tion. a
Le depute Milfort Jean-Franqois invoqua lo
Saint-Esprit afln que nous soyons divinement
inspires sur le choix a fire de celui qui doit
tenir entire ses mains, par le choix du people,
le gouveneement du vaisseau de I'Etat trop
Gouvent ballot parla tempete revolutionnaire.*
Le depute Paul Emile Latortue rappela ces
pornles: que le sabre discipline et ne civilise
pas.
SSoixante-douze ansde long essais, de ti
tonnements, d'hesitation, de militarisme effre-






- XXu -


n6 n'ont pas pousse la republique de deux pas
en avant
a Nous avons eu deux Empires: avec le Ier,
le sacrifice, le devouement qui devrait cimen-
ter, agencer I'ediflce national; avec le 26me, It
horte du nom haltien, la retrograde de tout ce
tue nous avons tente. Nous avons eu aushi
eux fois la Republique, avec elle, nous nous
sommesattaches aux ornires de nos prejuges,
aux vieilles traditions de nos ancetres: nous
avons hesite.
Aujourd'hui, MM. sans changer la face de
la chose publique, nous devons, non seulement
tenter & la reform de nos essais, mais coil-
mencer vraiment par civiliser; car, 11 est venu
ee temps, oO I'6clat de I'intelligence du citoyen
dolt prevaloir sur le brilliant des epaulettes du
general. *
Le depute St Martin Dupuy demand 6 I'As-
semblee de voter de coeur pour Boyer Baze-
lais, ale plus habile des capablesen presence;
Elle aura a rempli honorablement etsagement
le devoir qui lui incombait. *
Si done vous,Membres de cette Assembl6e,
appeals A elire un chef de I'Etat, vous choisis-
sez, enfre deux candidates capable et de bonne
toi, le moins capable et qu'a ne plaise son ad-
ministration ne reponde pas a P'attente de la
nation, vous vous exposerez a& avenir d'amers
reproches, et vos enfants m6mes en votre lieu
et place seront fagelles par la posterite.
Le depute Edmond Paul: Nous ne vouloms
plus d'un chef qui nous command, nous de-
mandohs le regne de la loi,






- XXIII -


*Que le soldat soit b la t6te de son armee, le
tribune la tribune et I'avocat au barreau.
Ayons comme Chce du Pouvoir Executif un ci-
ktyen simplement charge d'executer la consti-
tution.
11 y eut 96 votants. Au premier tour du scru-
tin, Boisrond Canal a obtenu 60 voix; Boyer
Bazelais 31; B. Riviere 3; Damiens ; Louis
Tanis 1.
Aucun des candidates n'ayant reuni la majori-
tE des deux tiers qui 6tait de 64 voix, on fit un
autre tour de scrutiny. Boisrond Canal eut 68
voix et Boyer Bazelais 28. Boisrond Canal fut
proclame President d'HaTti.
Une tradition rapporte que, ce martin du 17
Juillet, Boyer Bazelais dtait tellement sor de
son election, comme President d'Halli, qu'il
s'Etait habill6 et attendait la deputatation que
devait lui envoyer I'AssembldeNalionale. Nous
contestons I'authenticite de ce faith, et nous af-
firmons que, dans In soiree du 16 Juillet, il sa-
valt que F. Riboul et Decatrel, archivistes de la
Chambre des deputies, avaient touched de Iar-
gent de la maison Charles Miot pour Boisrond
Canal. Grace A cette valeur et les menaces de
Louis Tanis, Boisrond Canal avait pu gagner
certain deputies et senateurs et assurer ainsi
son election A la presidency de la Rtpubli-
que. (1)
En n'6lisant pas Boyer Bazelais, le parti libe-

(t).-, AMaso Mebel: SloemM jese a r'lair Loaw
Tai., p. 30.






- XXIV -


ral renongait 6 son programme d'6tablir on
gouvernement civil et montrait son peu de
souci de confer le pouvoir au plus capable.
Quand done, le 17 Juillet 1876, ecrit Firmin,
on apprit que de 'urne legislative avait surgi
le nom du general Boisrond Canal, avec une
majority ecrasante, ce fut une deception ge-
nerale parmi les homes capable de penser.
Au Cap, on resta deux jours & douter de rexac-
titude d'une telle nouvelle. Toutes les physio-
Inomies etaient monies et tous les esprits cons-
ternes. On dut se faire enflu b la reality; et le
vote de I'Assemblde Nationale. ayant toute
lautorit6 des forces constitutionnelles,fut res-
pecte. quoique accepted avec regret.
Une des bizarreries politiques d'Halti, c'est
que cette meme majorint que le pays avail
envoyee a la Chambre pour elire Boyer Baze-
lais, -ayant failli a ce mandate, en quelque
sorte im eratif. en choissant son competiteur
come Prsident d'Halti,- se range imm6-
diatement sous su banni6re, apres election
presidentielle. (1)
Le gouveraement, ne disposant pas de majo.
rite au Corps Lgislatif ne pouvait prendre au-
cune initiative qui ne fut approuvee par les
amis de Boyer Bazelais.
*Les puissances etrangeres, dcrit Jacques
Nicolas Ldger, semblaient prendre un plaisir
A embarrassed le gouvernement de Boisrond

(t).- A. Firmi.: M. ~aMrk, ris ase d Ioleamk et a
'epIbIqN dai. p. ML0.






- XXV -


Canal. Ce chef d'Etat se montrait pourtant res-
pectueux de la legalite. Les Chambres L6egt
latives exercaient un contrl6e severe sur los
finances; les depenses avaient ete reduiles ju
strict n6cessaire......
Peu de gouvernements eurent neanmolns,
comme celui de Boisrond Canal, une tell lutte
6 soutenir tant contre les pretentious de toutes
sores soulevees par les allegations 6trangeres
6 Port-au-Prince que contre les fractions a
l'interieur. L'opposition au Corps Legislatif
tendait 6 absorder enticement les attributions
du Pouvoir Executif. (1)
II resultade cctte situation une telle animosi-
tecontreles chefs de 'opposition parleme;taire
que Boisrond Canal devait ou donner sa de-
mission ou infuser un sUng nouveau a son gou-
vernement, en faisant alliance avec le parli
national.
Pour s'assurer la protection gouveremen-
tale, ceux-la (les membres du parti national)
rent semblant d'adherer A la candidature
presidentielle du general Mentor Nicolas, qui
etait rhomme de parade du president Boisrond
Canal; mais ils etaient plut6t les amis politi-
ques du 46neral Salomon. C'est ainsi qu'ils
s'introduis rent intelligemment dans la Cham-
bre des deputies, sous I'e`ide de celui qui, par
tradition,-etait le plus vii adversaire de lear
chef, A qui son long exil avait fait une espce
d'aureole, comme s'il seruit un nouveau Pro-

(I).- bli: me higoir et s ditrnter. 23.






-XXVI -


methde, enchaind sur le rocher de Saint-Tho-
mas ou sur les rives de la Jamalque, en expia-
tion, pour avoir crid tout haut contre le prejuge
de couleur. (1)
SJe connais Haiti depuis plus de vingt ans,
6crit Spencer St-John, et je dois avouer que,
I'une apres I'autre, j'ai perdu tootes nes illu-
sions; mes opinions sont bien differentes,
maintenant, de ce qu'elles etaient pendant
mon premier sejour. Je connaissais alors nom-
bre de jeunes legstes, d6putes et employes do
government, pleins d'entlousiasme,qui par-
laient merveilleusement de projects de rerormes
el du desir de voir leur pays progressed des
la civilisation. Ils minspiraient conaqgcer,;et
j'avais bate de les voir arriver au pouvoir. Ce-
pendant, quand ils y furent parvenus, et quils
eurentla possibility demettrelegouvernement,
d'accord avec la Idgislation, pour 6dicter des
reformesjudicleuses, ils eurent une lamenta-
ble defaillance. Le President etait Boistond
Canal, homme honnete, rempli de bonne& In-
tentions qui avait bravement combattu la ty-
rannie de Salnave, tout 6 fait digne de ropite-
te: Honme sans peur et sans reproche. () A
peine fut-l au pouvoir, que ses anciens amis,
jaloux de sa haute position, s'dcartarent de lui,
lui rent opposition dans les Chambres, et
combattirent tous se projects. Enfin, a force
de complots et d'appels aux armes, Us soule-

(1).- A. FImui, i. p. 411.
(M.- lemss itaiquss damle na.





- XXVII -


.vrent une revolution, & la suite de laquelte ces
mesquins conspirateurs durent prendre le che-
min de rexil, en meme temps que.celui qu'ils
combattaient, et laisser le pouvoir au general
Salomon. (1)
Pour se eager des adversaires de son gou-
vernement, BoIsrond Canal 6pera des reforms
dans I'administration, revoqua systematiqe-
ment les bazelaisistes des fonctionS publkbes
et ne nomma que des nationaux, ceux qu
talent hostile h la candidature de Boyer Ba-
zeolis.
Ce ddsaccord des canalistes et des bazelai-
sistes provoqua l'union des nationaux don't
quelques-uns, desespres de firee triompber
la candidature de Salomon, se groupaient d6-
jb autour de Demeaver Delorme commeleur
chef. ..
L'alliancedugouvernement avec le part na-
tional causa, en 1879, I'Pchec des amisdeBoyer
Bazelais aux elections g6nerales et comple-
mentaires des Representants des Communes.
Ne disposant pas de majority 6 la Chambre,
il n'y avait plus de doute qu'& la fin du mandate
presidentUel le 15 Mai 1880, Boyer Bazelais
n'aurait pas etE l'lu de la nation. Les dEputes
qui soutenoient sa candidature voulurent pro-
voquer une dissidence. Ils furent menaces de
voir appliquer contre eux la loi sur I'abstention
d'Edmond Paul......
Le gouvernement n'dtait pas inactif. Pour es-


(Q.- "ai m b 4plub e mobire p. 22.






- XXVIII -


sayer de combattre I'influence que Boyer Baze-
lais exercait sur ia jeunesse, a il combma, ecrit
Firmin, le plan moistrueux de soulever centre
son antagoniste, la question de couleur. Le
chef du parti liberal, ayant et6 d'une nuance
tries claire, on organisa une campaign abomi-
nable, arguantqu'en ambitionnant la presiden-
ce, ii n'avait en vue que de mettre le people au
carcan. (1)
Boyer Bazelais etait dans I'alterunlive d'aban-
donner la champagne presidentielle, ce que
d'ailleurs certain de ses amis du department
du Nord reclamaient deja de lui, ou de tender
par les armes de prendre le pouvoir. 11 conspi-
ra. Tout etait pret aux Gonalves. On atlendait
le general qui devait partir de Port-au-Prince
poor se mettre a la tete des conspirateurs
lorsqu'un incident a la Chambre provoqua les
evenements qui finirent si tristement 6 Ia Rue
Pavee.
Boyer Bazelais, remparde dans sa maison,
entourd de flddles et nombreuux amis. qui se
devouerent herolquement .' la defense de sa
vie, ne put continue a resister, surtout quand
un ancen adherent, intelligent, mais malfai-
sant, eutl'idee geniale de fire allumer I'icen-
die autour de cette maison de la Rue Pavee,
oa il frequentait religieusement six asr! La
debacle du liberalisme s'ensuivit, a I'accluma-
tion du gouvernement et de ses allies. (2)

i).-Id.p. 1. .
(2).- A. Frmia id. p. 41t.





- XXIX-


Boyer Bazelais et un certain nombre deses
amis partirent pour rexil.
Le gouveraement fut victorieux dans cette
lutte.
SAbreuvd d'injustes reproches, accable sous
le fardeau des affaires, degolt6 du pouvoir,
Boisrond Canal d6missionna entire les mains
de I'Assembide Nationale. Le 17 Juillet, il ex-
pliqua sa conduite par une proclamation dans
laquelle il disait quil se retirait parce qu'une
parties de ses concitoyens voyait en lui,' le
seul obstacle a lu prosperity do pays a Je
m'incline ajoute t-il, a deviant ce verdict,
laissant a I'avenir et & mes actes le soin de me
justifier..... J'emporte la conscience d'avoir
rempli mon devoir et la conscience d'avoir
tout fait pour 6viter 1'effusion d'un sang pre-
cieux. (1)
par un coup d'Etat, Salomon, a pine revenue
d'exil, prit le pouvoir en renversant le gouver-
nement provisoire constitue. Et, le 23 Octobre
1879. il fut elu President d'HaTti, a I rtonne-
ment de s.!s aidversuires. qui, pendant vingt
ans, le persecutaient et le maintenaient en
exile, par un proctdd de bannissement aussi
injuste qu'impolitique.
En butte aux factions qui conspirnient con-
Ire son gouvernement, Sulomon, malgre so
hnule vuleur inlellectuelle, son experience des
affairs, ne pouvait apporter aucun chaage-
ment au regime milituare, dtabli depuis 180t.


II).- Louis 8a$pb Jasvm, id. p. 40.






- xxx -


II fut oblige de s'appuyer sur l'annee pour ne
pas se laosser renverser du pouvoir. Ses ad-
versaires 6taient irrmductibles. lls manifeste-
reni leur hostility tant a l'interieur par une
opposition systematique qu'i I'exteneur par
une champagne de discredit
Y eut-il coalition entire le group des libe-
raux canalistes et les liberaux bazelaisistes I
11 faut en douter. Se mefiant les uns des autres,
aucune entente n':tait possible. Le peril n'etait
pas moins grand pour le Jouvernement qui
n'ignorait pas qu'ils conspiraient. De lia, les
regrettable evenements de 1882.
Le parti liberal canaliste, devenant desor-
mais impuissant a tenter aucun movement
insurrectionnel, se rapprocha du gouverne-
ment pour surveiller les liberaux bazelaisistes
.et les empecher de prendre le pouvoir. Ed-
mond Paul, Hannibal Price, etc. virent Il dan-
.ger de la situation, et refuserent de prendre
part, pour le moment, 6 une action revolution-
naire. Boyer Bazelais le comprit aussi. II ceda,
malgre tout, atlx suggestions de certain amis,
et opera un debarquement B MiragoAne en
1883. II fut vaincu, malgre le devouement et
les sacrifices imposes pour le triomphe de sa
cause. L'ecrasement de son parti consolida le
regime militaire. Depuis cette epoque, il ne fut
plus question d'etablir un gouvernement civil.
Une des plus etranges consequences de cette
lutte est la disparition du part national, sous
le government de Salomon. Les membres
de ce parti, apres avoir pousse leur chef h
commettre la faute de se fare reelire, se divi.






- XXXI -


serent en partisans de Deus Lcgitime et Fran-
c.ois Manigat, et attendirent impatiemm.at une
occasion pour prendre les uries. lls s'allie-
rent avec les anciens liberaux canalistos et
les anciens libtraux bazelaisistes et firent In
journde du 10 AoOt 1888. Edmond Paul et De-
mesvar Delorme furent dans I'impossibilite de
reconstituer leurs anciens groups plitiques.
En ecartant quelques hommap don't la foi
reste iunbranlable au triomphe du bien, les
anciens nationaux et les anciens liberaux tor-
ment dans le pays une tourbe de jouisseurs
et de sycophanles, ourdissont et jurant, dans
leur ronde infernale, la perte de tous les patri-
otes qui ambitionnent une meilleure deslinee
uu people haltien. Its le plongent systematique-
ment dans I'ignorance et I'arment de munchet-
te* pour massacrer ceux qui rtclament so re-
generation. Ils refusent de comprendre, corn-
me I'a dcrit A. Firmin qu' au vmagtinme siecle
et dans I'hemisph6re occidental, uucun people
,e peut vivre ind6finiment, sous la tyraunie,
dans I'injustice, I'ignorance et la misire. (1)
A nnon avis, mon cher ami, Salomon jeune
et Boyer Bazeluis furent deux grands hommes
qui desilaient sincerement I'tvolution de cc
people. Lesjouisseurs et les sycophants ic~
diviserent pour le malheur du pays.
J e nfermerai pas cetle lettre sons reprodui-
re pour loi deux citations faites pur MI. Augus-
te Mugloire, it lu fin de son ouvroge: I'Ere
Nouvelle. s


(1).- L'for dm I. mal. p. 7/.






- XXXII -


Jenene mej 0s pas de voir ceux-ci Iem-
portirr Uruxem-r ou ceux-l sur ceux-ci, par-
-ce qoe je sais trop pertinemment que je ne
ferai que changer de maltre et que ce sera
tonjours le meme regime oppresseur.
Les observateurs nourris de science social,
quelles que puissent etre leurs preferences inti-
mes, voient passer avec serenity, et parfois
avec un sourire, ces evenements contngents
qui influent bien peu sur les transformations
sociales et attend plus de la lente renovation
des mceurs que de elevationo, a un impuissant
pinacle, de tel ou tel personnage. (1)
Changerons-nous cet etat de chosen Cest In
question que je pose a la jeunesse. En tout cas.
qu'elle sache que la tyrannie et le mensonge
ne constituent pas on system de gouverne-
ment. A bas les masques! On est franchement
pour la liberty ou centre la liberty. Soyons sin-
ceres avec nous-memes. Cessons de tromperce
malheureux people qui gemit dans la misere.
Cordialement,
A. M.


().- p. 12.










L dtre in., fit I& &w


Rappelle-loi. mon cher ami. ce que je t'ai
ecrit 6 propose de I'echec du liberalisme en
Haiti. La revolution do 22 Decembre 1858 fut
une occasion propice o, il etait possible de
modifier notre regime militaire, elabli depuis
1804. L'empire a ete renverse saps effusion de
sang par les militaires qui le soutenaient. Le
President Geffrard, ancten chef d'Etat-Major
de Sa Majeste, n'avait pas d'ennemi politique.
Deux des grands digmntaires de I'empire fai-
salent partie de son premier cabinet. La pro-
testation du general Delile Lesperance n'eut
aucune suite ftcheuse. Elle a fini par le rire,
aux cris de:
Vive le roi Salomon.
Le pays etait la paix et soupirait apres un
changement dans notre system de gouverne-
ment. Les revolutionnaires, en remettant en
vigueur la constitution de 1846, conflerent li
mission 6 Geffrard de la modifier.
SJamais chef, ecrit Frederic Marcelin, ne
trouva plus d'elements que le general Geffrard
pour I'alder dans une oeuvrede restauration,se-
rieusement entreprise. Jamais chef ne fut plus
entoure A-son avenement de tant d'enthousis-
me, de tant de sympathie que celui-1a. Jamais
aussi people ne fut plus admirablement pre-






- XXXIV -


pard b recevoir le nouvel 6vangile politique
qu'un esprit superieur lui eat apporte. (1)
Frederic Marcelin ajoute que la longue ty-
rannie de Soulouque nous avait refait en quel-
iue sorte une virginite......... Le people ntten-
ait fermement un initiateur qui I'aurait en-
tralnd vers cette terre promise qu'il brolait de
connaitre. Cet homme d'ttat, au lieu de prati-
quer la politique 6golste des interts personnel.
de I'interet gouvernemental, au lieu de riveil-
ler les rivalt6s pour mieux les dompter, inau-
gurerait une politique large et franche, une
politique vraimeit nationle. Au lieu d'user,
dans un but mesquin de jalousie privee. tous
les hommes deja forms, il s'attacherait plut6t
a les coinserver, A en former d'autres it qui il
leguerait commP utn ddp6t flddle, le germe des
treformes qu'il aurail entreprises pour sauver
la Patrie. Au lieu d'entraver I'initiative person-
nelle en affchlant la folle pretention de tout
faire partir de lui, il la d6velopperait au con-
traire...... 11 repousserait loin de lui cette idec
que le pouvoir est un lit oi I'on se couche aux
sons de la musique, au sein des jouissances
materielles. 11 afirmerait que c'est la lutte et
non le plaisir; le travail et non I'oisivett. Dans
ses mains, la premiere magistrature de I'Etat
serait une haute cole d'examen, de con-
tr6le et d'application. Loin de comprimer la
press, de l'etouffer, sous des lois repressi-
ves, de la corrompre avec I'argent des contri-
buables en soldant ses representants ou en

(I).- DecasTippolyte, so epoqwue, wa arr, p. S.





- xxxv -


crdant des journaux semi-officiels qui faussent
I'opinion publique, il 1'encouragerait dans la
vole honnete et sage, il tiendrait compete de
ses conseils et de ses avertissements, se di-
sant avec raison que la publicity est le phare
qui signal au vaisseau de I'Etat les etueils
don't so route est semee........
Veritable pere de la patrie, ii eQt r6gendrt
ce pays.Il aurait trouv6 un cadavre;il laisserait
un corps anim6 d'une ame intelligence et pen-
sante. Comme Christ, il accomplirait le miracle
de la resurrection, au profit non pas d'un hom-
me, au profit de toute une race! Mais cet ini-
tiateur, le people ne devuit pas le trouver dans
le g6u6raf Geffrard. Cette gloite detail, sans
doute, trop belle pour tenter I'liomme que Ic
hasard des evenements avait appelW 6 la suc-
cession de Soulouque. La Republique uet un
feu de Bengale qui jeta quelques reflects pour
nous replonger I'instant apres dans I'obscurite.
Elle n'eut pas 'a vraie clarte, le soleil resplen-
dissant qui devait eclairer la route du Progres
et de la Civilisation. a (i)
Hdlas! mon cher ami, scruit-ce seulement
au President Geffrard qu'on aurait pu fire ce
reproche de n'etre pas cet initiateur auquel
s'attend ie people? A chacune de nos gran-
des crises nationals, la nation est toulours
dedue dans ses esperances. Elle est reduite it
consulter les quatre points cardinaux pour sa-
voir de quel c6td viendra cet initiateur. Elle


fIt.- Wd p.32






- XXXVI -


demand simplement que i'on donne le braale;
elle est prete i accueillir et ; suivrecethomme
d'etat dans le sillon qu'il aura trace. Elle est fa-
tigute d'etre constamment eclairee par un feu
de Bengale pour etre replongee dans I'obscuri-
te. Ce soleil qui eclaire la route du Progres et
de la Civilisation resplendira-t-il pour elle de-
finitivement? II imported que Ili jeunesse com-
prenne que I'avemr depeidra de ce qu'elle
voudra.
Est-il vrai que le President Geffrurd n'etait
pas l'initiateur auquel le people s'attendait,
comme le dit Frederic Mnrcelin f Pour repon-
dre A la question, il imported que I'on soit sufti-
samment informed dans quelles conditions il
nrriva b la residence d'Hatti. Tel est le sujet
de cet ouvrage.
Aime Legros a eu des raisons personqelles
pour reverser I'empire. La tradition apporte
que, s'elant plain A I'empereur d'un abus de
conflance don't ii a det victim de Ia part d'un
commercant des Gonalves apropos d'une affIi-
re de cafe, il n'obtint pasjustice. II jura de s'en
venger.
Conspirant centre I'empire, ii trouva dons le
department de I'Artibonmte tant d'encourage-
ments qu'il se decide A fire un voyage A Port-
au-Prince pour trouver le chef qui devait pren-
drela direction du mouvementinsurrectionnel.
II s'adressa d'abord A Guerrier Prophete, Se-
cretaired'Etatde llnterieur et de rAgriculture.
qui refusa de se compromettre duns cette en-
treprise revolutionnaire. I le tourni vers Louib
Durr6ne, Secretaire d'Etut de la guerre et de la






- XXXVII -


mtrine,qui, uyalt les memes craintes que son
colltgue, lui dtsigna Fubre Nicolas Geffrard,
chef d'Etat Major de I'Empereur, comme
Phomme ie plus t6mdraire de la court capable
d'agr"er as proposition.
Ea effet, Geffrard accept dejouer la partle
centre rempereur.......
Tout un mystere plane sur la conduit des
homes de la couronne au sujet de cette affai-
re. Comment Geftrard ne fut-il pasarretefQuels
sont ceux qui eurent h dtourner I'attention de
Iempereur sur ses mendes subversives t Lors-
que Sa Majestd se decida a agir, elle fut enco-
re truhie. Geffrard se sauva dans un cannot, et,
A son arrive aux Gonalves, il fit proclamer la
revolution. C'etait le 22 Decembre 1858.
Toutes leu villes du Nord et de IArtibonite
etaient eo armes qu'aucune disposition serieu-
s e n fut praise pour rdtablir la paix. Des fautes
fureut corimmises duns le plan de defense de
I'empire. Toules les forces etaient dirigoes sur
I'Arcuhbie. II n'y eut guire d'uclion importan-
te. Lors'lue I e.pereqr eut la certitude de la
trahison de certuins officers qui I'uccompe-
gnalent, il convoqual les gendraux, et, apres
ddliblration,*,rdonna lu retnaite. L'empire avait
vecu, sans effusion de sang.
Dunls une Iuit memorable, celle du 14Janvier
1850, *Ia Republique prit au piege un empe-
reur et son empire. Alors les plus compromise
qui prennient les desirs de Sn Mnjeste pour de
ordres et qui se pnMoternaient a duns In pous-
si6re devunt asa fce alqustle cherchereit
Sprudenment lour solut duns une fuite preci-





- XXXVIII -


pilte, la faveur de Soulouque, hier encore un
titre de gloire, devenue subitement un objet
d'horreur. a
*Alors comme des hiboux, aveugles par la
lumiere, les dues, les comes, les marquis, les
chambellans, toute is noble sequelle s'enfuit
avec 4pouvante. On ramasse dans les rues de
Port-au-Prince des cbarretes de cruix de Saint-
Faustin, de bAtons de marechaux, d'babits
chamarres, brodes d'argent et d'or. On en fit
provision pour le carnaval prochain. a
Le people chanta w pour Geffrard la derniere
chanson compose en I'honneurde Fauslin ler
pendant les dernieres ftes du carnival.
Sur la demand de I'Empereur, le president
Geffrard donna un detachement de I'infanterie
de la garde a republicaine a u general Fils-
aime pour fire respecter Sa Majeste qui se
rendait a pied au Consulat de France. D'autres
forces furent envoydes pour lui permettre de
s'embarquer sur la fregate anglaise aMel-
bourne .
A peine I'empereur avait-il quittd sa maison
qu'on commenca a la piller. Geffrard arr6ta ce
desordre.
Dans une proclamation qu'il adressa, deux
jours aprs, a sea concitoyens, il leurdisaitque
a sans effusion de sang, sans violence, le dra-
peau de la liberty a ete plant dans cette capi-
tale. Moralement commence, la revolution
doit se terminer de meme, si nous voulons
qu'avec sa protection Dieu nous benisse. Quel
est done cet acharnement a la haine que vous






- XXXIX -


montrez contre les individus qui, nous le so-
vons, vous ont opprimes, mais pouvez-vous
encore douter de votre triomphe I
*Haltiens! Montrerz I'univers la grandeur
de votre Ame; contelez vos ressentiments
contre les supp6ts de In tyrannie en attendant
que le gouvernement en fosse justice. *
Cependant le meme jour, Geffrard presida Ie
Conseil d Itnl, compose de .Snateurs et dege-
ndraux presets b la Capitale, qui decide de
metire provisoiremnt sous sequestre tous les
biens apportenant a I'empereur, B son spouse,
i ses flles Olive et Celia.
II placu un de ses amis duns la maison pri-
vEe de 'empereur. S'il faut en croire Fuustin
ler, ce gardien vola ses meubles, ses bijoux et
une grunde parties de so fortune.
Celte decision du Conseil d'Etat est inexpli-
cable. L'article 15 de la Conistilution imptriale
de 1869 dissit que les ministries etaient respec-
livement responsables tant des actes de I'Em-
pereur qu'ils conlresig anient que de ceux de
Ieur department et de I'inexecution des lois.
On comprend encore moins quo les bicns de
'imperatrice et des princesses Olive et Celia
fussent saisis quand elles n'avaient aucunemept
In gestion des affairs de I'Etat
A la date du 20 Janvier 1850, Fabre Geffrard
pril un decret, mettant sous sequestre, A titre
de measure pa ovisoire, tous les biens, meubles
.ct immeubles du general Dumlen Delva, et en
ordonna I snisie.
Un avis de In Secretairerie d'Etut des Finances





- XL -


.eldo commerce du 18 Jauvier 1859annonca que
le gouvernement avait formed une commission
charge d'cxaminer la comptabilitd de limp6l
.du 56me et de presenter un rapport delaille
sur cette branch de recettes, de sa creation
A la ch0te de l'Empereur.
En attendant le rapport, Damien Delva ful
accuse d'avoir et6 le vrai conseiller de empe-
reurdont il etait le chancelier, et d'avoir ad-
ministre seul avec lui les recettes de limpot
du 56me. Une grave measure fut prise de confls-
quer leurs biens qu'Acaau lpi-meme. n'avail
pas ose etablir par acle. Ce decret 6lait signed
des membres du cabinet de Geffrard: J. Paul,
Guerrier Proph6te, V. Plaisance, Fr. Acloque
et Joseph Lamothe.
On pilla la maison de Delva, son magasin,
et on prit possession de ses immeubles; on
vola son argenterie.
a Je ne connais ni le general Lamothe, ni le
general Aimu Legros, son frare, ecrit Damien
Delva a son gendre, Joseph Bat aville. Je ne
m'etonne pas que ces amants de la liberty se
soient crm en droit de se constituer librement
mes heritiers et d'avoir pris Pun, Fresnel, (sa
grande propriedt au Champ de Mars,) et I'autre
un de mes americains (un de ses chevaux.)
Mais que Prophele, mon ami, se soit conduit
de la meme maniere, c'est ce que je nepuis
comprendre; ii y a peut-6tre dans sa conduile
quelque chose qui s'expliquera plus lard,
attendons. Je le sais homme de bien, je crois
qu'il a pu aussi m'apprecier; il n'a pu sans






- xLI -


motif cuchd se rendre aussi ridicule et vil aux
yeux de tout le peuple d'lsrael.
D'apr6s la note que vous m'uvez envoyee,
j'ai vu qu'on m'a enleve trois chapeaux tricor-
nes, deux gulonnes et un uni tout ineuf. Mon
magasin, &ce qu'il paraft, a dtd litteralement
pille. Qu'a-t-on fait de mes porcelaines qui
portaielnt mes chiffres, des verreries et cris-
taux, des surtnut de Runiz, des plateaux et
porte-fruits plaques, des lanipes, etc ...... et
mille autres objets don't le magasin etait
bond I
M. Lamothe chez moi en multre, quelle
derision du sort! Je porte done deja le deuil
de ce que je poss6de en Haiti; mais j'ai encore
pour moi la voix de la protestation; je pro-
testerai, laissant & Iravesar le soin de me reno-
dre justice.
S.... A quel titre mes chevaux anglais se
trouvent en la possession de Prophete et de
Monsieur Lamothe? Qu'a-t-on fait de ceux de
I'Empereurf Geffrard les a-t-il prist A qui, Gay
rend ses competes?
Parlant deses evils detracteurs., equ'il se pro-
posait de trainer dans la boue et meltre a nu
leurs sales menees et leur conduit infame *,
Damien Delva ecrivit ii Batraville dans une
autre lettre:
Ne vous abuse pas sur leur compete; ceux-
16 qui ont pousse la bassesse a piller me mai-
son, A se servir sans pudeur de mes chevaux i
la face d'lsrael, a voler mon argenterie, ne peu-
vent vouloir m'envisager face 6 face, me re-






- XLII -


voir encore dons le pays (tout le temps bien
entendu qu'ils auront le haul bout et les oreil-
les du chef); parce que ma presence serapour
eux une accusation perpetuelle et peut-etre
un chAtiment dons I'avenir....
Que me dites-vous qu'on a tout- pris chez
moit J'avais pense qu'on avait bien pu voter
les objets portatifs, Idcs que porcelaine, cris-
taux, bronze, livres. liqueurs, etc....... mais les
gros meubles, tels que sophas, fauteuils, chai-
ses, lits, glaces. matelas, unnoires, sidebords,
voitures, tableaux de famille, buste en marbre,
etc, ce sotu doe ces choscs qui n'ont pu ctre en-
levees que, par ordre de I'autorite, et j'aurei
desire Ctre renseigne Ib-dessus. a
Voilb I quoj voulaient en venir les revolu-
tionnaires du 22 Decembre 1858 qui out tant
parle de depredations commises dans I'adaii-
nistration de I'imp6t du cinquieme &!
J'ai intentionnellement, mon cher ami, re-
produit pour toi des extraits de lettres de Da
mien Delva, que, d'nillpiiar, tu liras dnns cet
ouvrage,- pour mieux attirer ton attention
sur une des causes de la desaflectio, du peu-
ple pour le gouvernement de Geffrard don't les
membres s'etaient avilis en pillant la maison
de 1'empereur et celle de bon ex-chancelier.
La reaction centre certain citoyens qui
avaient servi 'empire comment a par ces me-
sures de sequestration des biens. L'opposition
dtait cre6e par voie de consequence. Ce fut
une lutte entire le gouvernement et In nation
qui, trompee dans ses csperuaces, s'atlendait
a voir poser les bases d'une nouvelle adminis-





- XLIII -


tration et non d'cxercer des acts de repre-
sailles.
Par d6cret revolutionnaire du 23 Ddcembre
1858 qui remit en vigueur la constitution de
1846, Geffrard fut nomm6 President A vie. Deux
jours apres I'abdication de I'empereur, il con-
voqua le Senat a bret delai. Par son decret, il
violait PIarticle 106 de cette constitution qui
reserit qu'e, cas de vacnce de I'office du
President d'Halti, il revenait au comit6 perma-
nent de convoquer le ground Corps.
A la reunion des Senateurs. le president du
bureau provisoire expos ses colleagues que
I'objet de la convocation ituit de recevoir le
serment constitutionnel du general de division
Fabre Nicolas Geffrard appel6 a la dignity de
President d'Halti.
Aucun Senuteur te pensu u lui demander 6
quelle epque il etait elu. D'apr6s 1'article 106
e la constitution, ii incombait au Stnat le
droit de nommer Ie- President d'Holti par scru-
tin secret et aux deux tiers des membres pre-
sents dans I'Assemblee.
Certes. les circonstances obligeaient les Sd-
nateurs A ratifier le choix du Comite revolu-
tionnair des Gonalves. Ce n'etaitpas une raison
pour que Geffrard ne fat Alu par le Senat, con-
formement A la constitution.
Geffrard s'arrogea le droit de fixer le jour et
I'heure de la seance du Senat pour so presta-
tion de serment. Aucun Senateur n'*leva lu
voix pour protester centre cette procedure.
Dans son discours, le President de I'Assem-






- XLIV-


bi-e, lui disait que le Senat, a voulant sceller
d'une mani6re I6gale, le voeu emis par le peu-
pie (de le proclamer President d Halli,) se
reumt aujourd'hui pour recevoir votresenrent
constitutionnel.
Citoyen President,
Aux termes de Particle 120 de la constitu-
tion de 1846, remise et vigueur, vous etes ap-
peie b peter votre sennentL
Ainsi Fabre Nicolas Geffrard pr6ta serment
sua? avoir t6 dlu President d'Halti.
Une fois eacore, li nation a 4te bafoue. On
ie reverse pas 'empire pour retablir la prdsi-
dence i vie.
Institute sous lea signes de la trahison, de la
sequestration de biens, du pillage de magasin
et de uauisons, de violation de la countitution,
la Preidence i vie de Geffrard ne pouvait 6fre
(u'une epoque d lutlle. Quarmute-trois citoyens
furent executes peldaint les quatre premieres
annees. En huit annues, !e gouvernemncnt eut
a combattre quinze insurrections.
Spencer St-John rapporte qu* a un trai;uis a
dit spirituellement que Geffrard. nomm, presi-
dent, ne pouvant se soulever cointe I Ettt,
s'6tait mis a conspirer contre ses ministres.
Cest la pure verite en peu de mots. a (1)
Parlant de son administration, il dcrit aqu'une
des promesses du nouveau gouvernement avait
ete la reform des finances et la reduction des


(I).- nowl ON I& Riphqw moiri e p. 16.








d6penses ordinalres, mnas les minpirps te Getf
frard, incapbles-ou ceroippus, .ie Pevelent
point tenue. 1es Chembres, voulant se redre
compete de la- dsperilon de-quelqpes milrons
de dollars en paper, et n'obtenantpeas deipli-
cations, Ibreartent deux de ses inapables see
retire, et rappelerent, de Londres,; legeneral
Dupqy, ancientn ministre de Rich, pour iui
confer les finances. Cetasit pn-homme tr6s
intelligent, tresdigne d'occuper cette position,
et don't la nomination inspirait -Ia ionnalnce.
Cependant dans les cbambresi'appoeilion son-
tinuait st xivement saes altaques, que Gefarav
fut oblige de les dissoudre et deoecoerir Ade
nouvelles 6lectious. Certaoinmeut les abuse to-
legs Mtpient aseez norbreux pour jushtier
beaucoup :de odcoatentemept. amio Popposi-
tion aurait do se montrer plus modalrdeen
consideration des difltcutJs de la aitnUion,
cause par uqe iosurrectiaQope rEsl cooe .les
Espmgnols, el par les conspire tons perp.tuel-
les des noirs., (1)
Ce qu's ete L'administration degetlrard, je
ne veux pas m'y arriter. Daus imeatre 6tude,
je t'en parlerai. Tu en jugeras. J'attire aujour-
d'hui ton attention sur son avenement 6 la
Presidene6 A'Haiti. La revolution du 22 De-
cembre 1858 n'a 6te qu'une promenade mili-
taire. L'empereur abandonna la lutte pour ne
pas verser le sang Ite'i~ concitoyens. Les
etendards prepares h celebrer se victoire ser-
virent au retablissement de la Republique. Ses


(I).- p. 101.






- XLVI -


propres torches furent utilisdes 6 illuminer la
ville. Le President Geffrard n'avait aucune rai-
son pour persecuter on home de I'empire
qu'il avait, d'ailleurs, servi jusqu'au jour ob il
quitta le palais national pour se rendre aux
Gonalves et proclamer la revolution. II crea
une opposition pour cacher son incapacity
d'administrer le pays. I n'avait pas de pro-
gramme degouvernement. Cest la triste cons-
tation que I'on fait a chacune de nos grades
crises nationals.
Le Docteur J. C. Dorsainvil trace ainsi son
portrait: Le general Geffrard, Chef d'Etat-
Major del'empereur, homme d un commerce
agreable et d'une physionomie avenante, etai t
1'objet de la double sympathie et des imperia-
listes et de ceux qui dtaient outres du regime
imperial. *
En laccueillant avec tant d'enthousiasme,
la nation s'etait trompee. Elle a vu, une fois
de plus, qu'il ne sutf pas d'etre un a homme
d'un commerce agreable et d'une physionomie
avenante, pour tre un administrateur capa-
ble do gouverner un pays.
Cordialement,
A. M.


















ERRATA


Au lieu de:


rages 6 4e li.e : o'et erre
12 -20e Alcmtar

15- 4. i'adjudest

24 2e d'abd.mma

72-20e d'm bt"aill

88--25e fa h e

VJI-9e a 26 Novemre

XVm--3Se 4 le Pr6dide


Alcad ar


Jaadmgi

d'Wea batai


26 Aoit

Prdaidest


LUr *










AVENEMENT


II NW l Fiir lIla kirtri

ib Fr Me fll


CHAPITRE PREMIER
-- --

GEFFRARD, CHEE D'ETAT-MA.JOtI DK
L'EMPERKH
Le Docleur Louis Joseph J;mvier rapport
que la noblesse de Faustiii ler I'abamiionil au
moment supreme. 11 I'ircuse de n'avoir pas
bien compris sa mission et de ifivoir pas
donna, une haule instruction it ses enftiints.Aussi
fut-elle ddecapit4 el ruimlle.
SOn a pu trainer dans la Imue le goivei nle-
ment de Fausti, Soulouque sans que les Ills
des families qui se sont dlcvdes ou enrichies
par lui aient os. ou pn Ie d4fendre. Pluisieurs
des plus marquants. parmi les flis dle '(?es fu-
milles. I'ont renid bruyammnenl plus tard pour
raire cause commune avec ses insulteurs de In
veille, avec ses calomniateurs du lendemn;iin.


--_---------_-- ----- --- ------------------------------ -









S[.L'Enpilre tombillia inl oIilljeroil ltoil-
ji)rs lhis ouvernineitls q|Ui IIn rs ijPlftis-
sent I)6int.
L.'iir c'ill .4iiit' 1.e 4J le.s ti'tVOes (uli. vYol-
lu11t ls r1 1 ?llVols Ics end O mfl nllletl par do--
coinplilmentl menteurs tout oin li:- dess.ervaiil.
Ieur delfain'e de ce nx qlui, tllint oblilgrts ,de Ie-
soulenir. leur raippellenit leur pri)igrammii el
leurs origins foln eg;llemiiieit prince ii voir. 9.(
l'xposons les fits et IIitoIIaniis doe qui'll
;lir;on tomn;) I'emnpire.
Sans poiivoir i Icuser s-A ,i'h(f d'Etat-.Maj-r.
It.' ,gnrzil (etIfrard. du l de lai Table ( 2). dil
4',Hi.nspiri.r onllrep lui. 'll*i)ipl'rlur II'yVJvit pi.-
uiiiins dl'iifluii;tudel l suir sts mendices. II donlall
I'ordre ie sio ciher*'l police. Coudol Basile, d,
survoiller .;:i tondi(Iit;lll de s.e rctilre coimtpl
dlh ce l|iii se pIiasiail.
C'tit;il il Initluv;is isille. UII g'stle teuivuluie
sutfisait p iur le filire arreter. Ktlt-tc dile hl
doliali:- d# lia part de I'linpereur ou GetTriird
conispira it-il contre son ,.Tuitiverltne ntf 11 n'y
;I aucuii doute iuc I';aux Gooliive.s Aime Legro
,urdimss.it u I complot pour renverser I'umpire.
II y truva assez d'eiiuncragenemet pour eni
assurer Iht succc's. L'obstacle ii vaincre tlail
d'avoir I. chef indispensable lpur prendre I.
responsibility de dirigar le movement insur-
rectionuel et qui pouvait computer sur I'adlhe-

(I).- Les Coastituaions d'lui. P. ~i8.
(2).- Sous I'empire, Geffrard Se ervail indi6lremment du
tire de due de la Table on due de Taahra.







-3-


.iomi des uutres province- tie i'emnpii o. II) Dilta!
!a preanaiere division mililuire JOe la pi-wvillat
t. I 'Ai liboaiiic, ii lie trouiva Pcr-SaOuaie ( 2). ii
rI::trep11t u11 voyage At Po r!-au-Pr-ihict. entai
eta relatioua uvc'Ie' itllr;aI Guerrier Prmplaete.
t-iiiaate dIu Tenic- Ug'e iaaiaiistre tie1 ua'11m-
rieur et de I'.XlrjcuIture. et lui fit ptart sih som
pirojet tie le i'tire uIrocliaIeIP rsiidenilt d"'Haili.
;miax Gonaauvcs. Gucrrier P'rOPime4tc cut 1u1ir. Ii
po'Iasu eIu'ii cxposerait sit vic tduats vette' e'iire-
pa-jsu* ejui eaitat suso-plihle Il'e'linU1 s'. *I'a' Tala
riar It! *)rt, I'Eanpermaar am'aur~ait LIUCIate',~m
miso'ration 1pour iui, el it rusilierait. 11 hiita?
I Il eulOl tictra d ltm i i 51 flflhhiLit l futu' eli.t' sii
I;n Nation. II pironit l'o-ii gards'r le soweai't.
Aiiln~ Legroms cut tli!-; imjruit~tudvr~ f (jut! Faufiii l
Ii'a' Ia'arr'iv;)t a soupymnazer Ie but tle sona Vi)V.i-
W'' ~i lat Capjitaile. IIS11 stipI't"5 WenCt faire~ li

die la Biaaaee-du-Noi-ul, ,iiiiilre de ti e u la me e
df- 1;. M1itriane, lqui e'iat hs'- miaeu -s craiiittes sIue'
'Iaol ci)IN-gue de Iiauts,-rieur. S'ii Wicut ;s ajo-util
doi tle stta ie trionapla. die lat rtivtlutionii. iitie.
"'efasaa pus anojis Wo Neaslri' It- Aief. 11 liii a*41,. III'
,lit qu'ia su a aat-%.ael golo-ral F.1iitr1
Nico:ulas Gc riffr d, tiii: di' I 'I'ua T le, chiosf si'i*:l-

,IJ.- Wgprcs IJa Conmstiution impriale si 114J9. I, irrribrs-
dc I'empire itait divi~si rn jrovlacmr. chastae pro% Rare rsias
suhdivisir en arvoodiasurotsa, et rhaqus. arroaslwsusns ro
paroises. II y &avit imasi us'sdivisiof militaimsdont ie nomhrp
svs l"a fmiacs kaie dearkrrinsi par N lui.
(2).- En 1879, hute st'uu chef pour s mcttre a I laer di'
rivolstionsaau-o anx Goosivi', Buyer Razelais n'y truavapa,
le cotomers mr sequel it comptait.






-4-


Major de l'Emptreur etait assez tmeiraire
pour tenter ainsi la fortune. (1).
Dufrene en fit-il la confidence a Geffrard ou
se contenta-t-il de le recommander b Aime Le-
gros ? En tous cas, Geffrard acceptan exposdr
sa vie; etjoua la parties contre I'Empereur.
II se charge de gagner a sa cause d'autres
personnages de la cour. Aiinm Legros partit
pour 'Artibonite afin de fire la propaganda
en faveur du movement insurrectiolinel.
Geffrard etait-il seul A mener la champagne 7
Non. La conspirati6n eut d'autant plus d'adhe-
rents que chacun de ses membres tauit aussi
pret 6 denoncer celui qui avail pris la respon-
sabilite d'en d'etre le clef qu'ii tirer profitdu
nouveau regime. 11 n'y eut pas de sinceritt de
la part de Guerrier ProphRte qui, s'il ne denon-
.;i pus la con.piration, ne crut pas moins qu'au
dernier moment il pouvait en benetlcier. De lit,
une sorte d'incertitude sur Ie re'sultat de Ien-
treprise revolutionnaire. 11 etait difficile do
prevoir quel 6tait celui qui devait itre le future
President d'Halti.
On nie conspire pas moins avec entrain. On
discredita I'empire dans les masses ruriles en
annoncunt une nouvelle champagne de I'Est.
On specula sur la misere general en affirmant
qu'on allait faire une nouvelle tlnission de
pipier-monnaie. On jeta I'inquietude dens les
lflnilles en chuclotant que I'Empereur, intor-
me de ce qui se passait,se proposait de fusiller

(I).- D'apisC Gutaer D'Alau. Aimu Lae fit Caee propo-
siio i ua haut fooctiosaire doet il me ata pas e mom t am .
guieral Jean Paul, due de Mori, hamabellas de empire.






-5-


ituel~iu's~j J)SOIItiCs qu~li IUi estaient dt~noncees.
A:iaciJmi se demnvu dit quelle 0tail In cause do
s'm inactiomi quaiid les coupables tstaicat, 11
4.6W tic lul, asu palais impo~rialI F. E.lic Dubois
ii tor-t dtl*evrire que c'tuiioit los soupot;oiis con-
,:us eoitre Geffriard a doii les priascipes libt-
raux et lot cnmuri-age ilitfiaire .tient colsius du
pays (1) oIt i Ic oletcerrnisse~resat ;i coassspirer.
Q)u*ivoiit f;rilt GetTrard Ipur fixer asiisi IJtteis-
timii suar lui el afmlcer sos pilincipes libi-
riIux I ol-it 41taieilt se,. exploits inilitsirosl
L'Histo)ire inpljortc que, capitaine dimas I'r-
trle. et eivroatrliir( du gtlnt ral Borgella, au
s11Imoi duieuoh l~a pr~ist! Wai-mes de Pi-asliza. eii
1wi. iil fiat 0j1*u P;11 SOM clief lse Ic gnllo-
ra ILiaz5J 1L. C011511)d s this I domti l'Urr-oniaisserrnent
fie J.'rainioe 11 tr1)imilm Sa 1)011510 li eiI affir-
mint tiua. Ic -etstaal BA orehlla dirieajit le snou-
vernenIw insur-redtionmel contre lo lPrtisideif
Boyer. II dicterm sina hi5iS Iv v~ieix I isziare ii
pir nehit las IAt#voedut'im. A ia cuulol (ie Boyer
ii fut siioiiiuii cornumasimaa do! lkarrosadiss'rnomt
JeO JiaCIIII. Qml-1 ii tc'- som) haul faith doe gucrro
pour obtesiiir Ic le gratlc del gts.jcrzl do brigades et
ce vommisaandeuxetat f Oi )ss le I snura jamasisis.
Proanu oII 1841. gdairal de division. et susplc-
te plus tasrsi of.. cd eispirer pour faciliter unri
piriC d'arsns ena favur tie Rivii.iro HeLrard,
en exi. i. Kiing-stio. ii ful sotvollut. livro3, cis
MI&Ii. ii IN'ort-a.u-Prineo-o. is usa osscil dt guerre.
Les clI;ir!es lo)rttes Vent on Iui furent ctit dlar~ers
ilSUffiM~usato~. Uit v'ermict d'acquillesneast rut

(I).- Oean ass .t temi a. vuitailr. (I airtmurtina







- 1; -


remlu cuiI s rav'Ptir. 11 Wtetit Ila vie !.iI;t vt'. e;:
cette vi reluistaietw igWit lat Inangtni sit, d.

II n'iut ml gl rrv1. dle difficulty. .i -mthIite1e'
SoUS les goiouv\rtleztlttt ejltetitere)( II ejpjqit[.,
viee lioabiletW l11gari11maive. (.1 1h1 vaillsI tit IItI-
vit~r(-lrard Ii U i' viait e'iau e repittt-.imt (Its
jY)UVEit. (fi.lue Iv de1)totisme1 miililasir. ; enr Ille.
simpijle Chef die hlaittliil~h dWat rt.rgaaaaa'tt, Ii
devitat Prt!.idei tl(ii'aTt i.
Quoll rtie joua, en t813~. Fabrerc Nicola.- G Ccf-
fidrrd daius Ia eInettrtiti mlu misatre' It-, uii' aI lIe-
mnulutras de'. (deCaves~ I Ceistt jaa lotil i di-istoirv
i flxer. Ii I todt c.ta,. sa 'la frere Fiabre j'utlne.
eiac'f We'sciadroaai. ti'eOa it pas itiaat*ir. Alu m1(oi-
de SeptLenmbre, ii ift'asita pa;' ii 'e:vire iA Iiiiervt
ME-rard quie les ijoirs q uIi, des CayeC, avaictilI
attlrcsst. Ie 23 Juiin 1843, Ia ctAlMre petitionl 111
grouverneineCiL pra vistirt' iucur (11 i; iidekt de
faire disparailre Ie priluPju.; de cas-te' tlont ii-
Mtaiftil les victimeus. de tittra' fill aux vxas-
Lionus dosat ils etziictat I0)jet ct dismimcr la
tusinti des caiuns. I'iiiiioa ct la euaicorde etatiie
les unoins et les ji5tics, sc proposaiett de I'm.-
sasshiaer. .'ils vendiient lux C:atvcs. saitiaIu
qlu'il noe disit 1)a-', Ia vterite. ii ;'etnpres.-Q WirM-
jouter qu iIstitaieuit sItp Viches pour I'osert.( I i
Sous les g'cuverzuomein ts de bcttoitmire
Philippe Guerrier. illetrt ct ivrogne, d'uia
;autre octogittdire. Louis Pierrot, a un bean
vieillard, i la figure avenante et re'gulwire.
inais plus ignoraitt que Guerrier ct qui doniail

(I). Saloaom Jio....- U.. dicku. p. .50 ote 2.









III.*i dei I ii tii.wiflIles tie dmeietnce Se-
I) 414llc ji criJ,1% I aft i lllu'i~rl iie povait aoir s
1il6ii1iitif d espjrit a Ci riisportdint au Cali le
.%iialg- de-, ;fairi' c* I iEtzat. I'ui itLutre vitiflirla
Jaiege-KI; ~iplise Hic Iit. a inrgiie de corJs el
We'~pril -. de Faltisfll Slouloutitic, plus illelfrc. 4-t
SimitmoiriCi-. s pro djl'tirCces--C.ur:. Faibre Nieadi-.s
Gelb ziI tflive'r-1 duo.*er.t. c qlph., rel'tilf.
ell ei'il iS1N cii etites rclentissareuts, saiws
trot. a'impiaajietiide,. et tdi'vitit iiWn-e I'un des

dIll lsouvel elliPirT'.
I'rrspiicicc, iI comirit. pairV rete I p.olilitlue. dl
doublulr de u IOitv du Imys. poussitit au Iaou
Valir im iaar i-morinut allia de ''(hayrner pour
Iui, olucil aveiiar ~alit rtiservil it F'aus!iia .'nulb u-
olUe, clief tie iii garde' olu gouvLrielmieiLiit II
aiitrz (it polus viis plus diiiis ses hoItuics grilwo,.
et Iv alioi.-,i pour iominner, sut les roijds bap-
fiisauuX, uij altie m.-s files. Gitlincjije, olti
tojshpill dus 1.:rd NejIonnuci'zwe Crt~vest (2,. II
dlejint UII G iiillierl tie Ill cour imnptriale. it-
titg (IiiiijltriiCt ct dces prillce-sses.
La ciali10pigiie dti I*Est tie 18M de I'Emplreiallr
Fa u'tinIi li doll himIisiS~ice it lai Iegagi idv Iia
plus oUaiIlre' tlit la vie de Geitrurd.
;,iiia' illi porIII Sts prOj(ets ruturzS li fidet-fids
tit! cuieill de clhmsse de cerlilnis licutenaiut de
l'euip.reur. cii pa iliculiei tie Canstor'i. Geflinira
rt siilut die Ie er. ilre dats 1' esprit de' ce derideor.
Dc'. lors, ii n'cuI de ce'ss -lu'il ii'eut Ic ifloyomi
de rtefuli.-er son project.

(2).- Dr J. C. Donajarmi: Manuel d'Uistuire d'Haiii. p. 234.
(2)-- Dan* le prupic. on l'appelait Iladamm Nimpe.






-8-


SL'occasion se present i I'une des campa-
gnes de I'st. Ce fut i la bataille d'Azua.
L'Empereur avait donned 'ordre I ses colonies
de s'tbranler pour I'altaque de la ville. On
etait au chaud de I'action quand Geffrard deli-
gua a Castor un aidc-de-Camp, gagnt6 A sa
cause, pour lui porter I'ordre de la part de
I'Empereui de simuler une retraite afln d'atti-
rer les ilmninicains hors de leurs remparts.
Castor exc uta le movement, decouvrant
par liiisi tout Ie ce:itre de I'armnee qui fut
immediatement assailli par les dominiceins.
I.'mpereur qui ne s'altendait guere it ,iette
ruee furieusc 4# I'cnncemi dut ceder rapide-
ment le terr-tin. Ce fut utn dtsastre. L'armec
se dudttnda.. Seul Geffrard qui avait sa colonne
bien en main, put se mainteiir sur le champ
de bataille et empncher que tout cela ne d(gt-
niriart en la plus dteconccrtrnte deroute de
I'Histiire. .'emnpcreur. furicux de cette d.:faite
que rien in'cxpliquait, livra ii un coniseil de
guerre les officers qui avaient si imil executel
ses ordres et ;cs lit fusiller. II revint i Port-au-
Prince. ,out ipe nnud, ne conmprenant ricn iu ce
,lui s't;tait pa-ss sous les mnurs de la ville do-
ininicaine a. (1)
Legetide ou Histoire I Telle est la question
qlu'ons e poe en lisant ce recit. Les histories
parvienidronit-ils i fixer exactementt quelle a
'tt la conduit de Geffiard it la bataille de
San-Tihoinmt I Kxposons les fits.
Au course de I'annie 1855. obeissalnt a la

I ,.-- Dr J. C. bormauioil.- L'Eaor, quotidica, No d Vee-
.Irwdi 13 Avril 1917.






-9-


grainde pensc de son rcgne. :fEmpereur re-
vint it son idtee do rtltablir IuuniWt territoriale
en Miissnal I couquete de In pairtie de l'Est qui,
tta 1844, se s6para diI iTH. L'Uhistnrien J. B.
D-Visoinvil rapptrrc qu'iI ful encourage par
Ics Ioinines les plus influents et I" plus
Macl;aiis de 1'cnpire. II cite L.riicipaienent,
~Silmnnon jcune, duet de Suint- Loui du Sud.
Minister des flnaances et du commerce qui
edisait quo h mrtiea tie I'Est tOtut usi point
jokit- et qu'il imnportuat i1',, fire Ia conqukLc
tour In stlrett+! dou paiq center. m (1)
Ean effeL, deux purtis iumiiiigenuiont ritfluence-
z)itlitjIic dasas hi ja rli' do I'Est; I'un,, ecclui de
)iifeJies%. -ttait ei ravetur de 'uauiti dt! IJlle. ce
I aiutre, dingo par Sas~ntana. pour la s~cission.
If y eruL aiu.i le ,rroujc do Buenav.iinure Buez
'int to bs Ien, efforbt Ici-daicatat b I e'uni ib Ita
Fr ue no leau la C'Alabie. Les inlrigues ties
*'olfiaals ;aaglakiset ifraai;;ais iliai no.- lierdaient
p). Is kespuir de v.iia* Icur Ipay, oCIIlto wcttc
liartie de Hile, jm~rizucttf-aut do- i-opiire a~aredist
aneuat1 1:1 pe-ic fi.~e S11111111,ua1 flue I aIIti tfirie d
IKst ictait un Ixvinmt iaeir.
CoLt eat de faith Oetal ciiuteaix pour Ilauti qnai
kojitioh'obliget Wdeaarelair utae I. unt gairnisota
sur lIs fmatli;.res smi*s "wWbl-ir de rt,udtit-. II
riollait ea fluir. Haiti devait00 ou roeuualcer it Ii
partic de I1*Et 0u it Ia revinqruerir.
La bourgeNwisic haiatienuae. dtle4n sat I'J'Empire,
etait pour Ia renoaacintion. ataindis 1 ua


(Mj.- Cmrf dilisoirr d'Haiti. P. 73.






- 10 -


ir-ur etait en faveur de la conquete. L'echec
.tulit infaillible puisqu'il n'y avat pas d'unit.
de vue dans la nation.
Malgrf I'intervention des consuls etr angers.
**t niIIene leurs remontntlces, I'Empereur.
;achevtat .-s priepartifs, divisa son narmie eti
oIUnitre crloinnes et donau)ll, le 10 LDem:brelll
1855. Fordlre de eonlmencer la champagne.
La premirec colomile, colle dce droile, com-
inanide par le gWnerul de division Toussuint
Pierre. duc de LIrogane. ec de ladjudaul-gtmel-
ral Rebecca, partit de Jacmel pour se rendro*
par Neybe iht Graid-Bois oI elle se reunit i Ie
deuxieme colomne, dirigt.e par le genilral
Garnl. come des Hosea ux. qui etuil parties de
Port-au-Prince.
La troisieme, celle du Centre, etait sous les
,rdres de I'Empereur.
La quatrimc, celle de gauche. comanindec
par le general de brigade Paul Jean-Jacques.
Come d'Unani. pass par Ouuaiimintlhe pour
se rendre h .San-Yago.
Dons la journey du 12. I'Empereur ordoiiin
I'rrestation du colonel J. C. Alexis Toussaint
don't dne lettre i un offlcier de Alrtibonite.
jetant uin doute sur le success de la camlag e.
ai te surprise. Probablement ce fut, april hI
dtefuite it San-Thome. et en quittant Banici
pour aller dons le Nord au secours de son or-
mee qui avait subi un echec, a Savana Larga.
que I Empereur ordonna le jugement de son
ami le colonel Alexis Toussaint par une com-
mission militaire. Condamne, il fut execute, in
Mirebalais, le 2 Janvier 1858.





- 11 -


A i (late 4-11 t3 1h:1 Dt~iibre, I'Emllaperur itait
hi Mirebalais. It ia-specla soua uorae, la divisa,
ell 5 coloaaes, iiidejNpaidmjIes les unes des au-
tre,c1 ordoaanna leoar depa.rt pxour Las-Cahiobas.
Les tmupes oiln Nond-Ouest et celles d'uue*
M morlie dui N od It- joigiiretmt LA Las-Cahobas.
)naus cette ville ii 4uvisu d&-fluitirveuen sat rm-
nave0 en 8 colnoames.
LUa premit-er divisimi, coamposke des 3Wite,
4tNaiae et 5Naaae rt'gimmucaits. 6tuilcommandde Pal-
le gacadral tie dIivisifm Antoine Pierre, duc de
Luai-Cahnims; 1a 2i*nc? division, des 66et,
7Ume et 8#*4ne nlgiaaaeiaN par le g6neraI de di-
viuioaa Tlherlmrige, uet dies Roseaux; la 3mtme
division, des W)m'ne, tri~ne regimneiiLs, Imr le
g.sirral tie brigaden Jacques Louis, comite dte
I'Ansc-h-Ftiakur; ho 4V.ae division, des HO.n-e.
I2fmic ct 13s-na* ro-gimeiits, par le gohia.ral de
divisiomi Guillionuazae Laioleur, corte de Petit-
Gofve; lit 3t-aaae divisioaa des i l.~rne, t7cnhe el
22mnc rtl,'in ,vaLs, piar le xurl~j~rn de divisioma
GuiltaunaceAlta rC; lIt 66mnae division, des 186rme.
1t96oe ct 2AWmme' tegianetits, par le general de
divisiota Hilaira'cUrclnitte, due de la Granad-
Anse; Il 7i,,ae divisiou des li4me, 25-nae.
2hieoae risgina.'aa6, ties cavaliers de Port-su-
Prince et1 de ti'ucIqucs coupagaties d'ar-tillerie'
par le golhraike tit! dhVii(bio Fabre Geflrard, thiu
de Ia Tnhl ie 8eoW ;aae di vision, des2rCume28,oze,
d'uit bataiflowe du 3Zk'uaae rcgineoit. iiull CCIZ
taut aonabre de gua des unationales de Hinclat.
de des-Cambts, ties soldats de Las-Matus elt
de St-Jean, pur le geatlrul de. brigade Valciaai
sie Alcagalara, cwdite de San-Carlos.






12-

La 86me division format 'avunt garden. Le
gyidral de brigade, Voltaire Custor, en puni-
tion i Leogane, ttalt appele par I'Empereur au
moment d'entrer en cumpugne. Le comman-
dement.de la premiere brigade de la SJm'n
division lui etalt confle.
L'Etat-Major general etait command par le
geneial de brigade Turenne Guerrier comic
de Matayaye.
Le ler regiment de cavalerie du Sud. le
2eme, de I'Ouest, et le 3nme, de I'Artibonite.
les corps de cavalerie de Las-Cahobas et de
Hinche. les offiRiers en non activist et en dis-
ponibilite, Ies cavaliers volontaires de Port-ou-
Prince ta!ient commandos por ;e general de
brigade Mitton.
L'Empercur, dans la journee du 17 Decem-
bre donna l'ordre d'occuper Manuel Reveaud
ou Hatte Audouin. Malgrt~ l resistance des
Dominicains, le gfindral Valentine Alcantar en-
leva ,ette position, le 18, ou Sn Majesld arrival,
le lendemain, ia 5 heures de I'up es-midi. Vers
les 10 heures du soir. il y eut une nouvelle at-
taiue de Iennemi qui fut repoussee par le 5ime
regiment. Le general Dufresle, due de Tibu-
ron, y plrticipa d'une faeon admirable.
Les troupes imperiales marchsrent, le 20.
sur Los Matas qu'elles trouv6rent abondon-
nIes. L'Empereur y entra vers midi, et en
,confla Ie commandment an colonel Brown
avec,.sous ses ordres, un balaillon du 136me
regiment don't Ic deuxiAme etait ti Manuel Re-
veaud.
L'ordre de march sur St-Jean fut donned.





- 13 -


Lemunomi qui avail retrai!W de Los Mulas sy ot-
tendaiL B occupy Son-Thomd, une saovine pr6s
de SI-Jean. La W-me division, forniaon I'ovant-
garde, appuye~e par tea 16re,. 2me et 36me
divisions, les ter, 26me et Seme rifgiments de
[a covalerie, prenait part 6 Is 1ietshile. LailC,
droite command6e peer le gVpC-rnal V'nlletatimue
Alca&,ntra dlait appadye par le gtinerdnl, Jac-
ques Louis, ovec so divisioti. Au ceiitre se
Irouvoit le g*ntdruI Titerlowge; elt, 1. guchO,
le general Antoine Pierre.
Les 46me et WicOme divisions ,uorcbaientl sur
St-oean par In grande route.
L'Enmpereurlui ith unae diI.-mnre de 3/4 Jte
Hiocwe de Son-Thmoine. Lvee la garden hirnaserimh&.
Oe sWirouvasit In, 71Nne divisiamat, Vusbailia111d e i'
wr le 10nendl FIuw,-e (f.*ffrird I Iianb wins coup,
-C'Vil sur la caillpmtmugte de. 1* Ii... Jtrcinle Plxt-

tuis. Eft Clicit lt, tIblenaejet arvec I'l-anitJNrcur.
Dons lam jowun.-le dlu fainjeti -" DCealabre. it
11 heurs et deumie. P.Naaamemai pril lIbeuotive.
Notre iivatit-gardie i ipova et th ree me. Les
Utmc et &ntfCe dlivisimitL%, Imir Hatio dcl Padre,
,arrivaereu3 6 temujim pour preudre- jpart it celle
Imclaille. Deux fiiis l- *ntlowinieainis rejolicreidt;
alcaix oLis s is rprircplr Ia ur posittitua.
Dintimewea '*xpliqucr lIn detfuile des roupe,%
ianpcriaafles SisqThouc. I J. M S lvuWO Pre.eazou
perle de 17Fl~guereur 4111i 014 iaa mLIsI uul d. a
prosirsition, Oft cumrubievs Miier ti rezI'ueastt
qwui fisiisient b-CauwCnp de ruviages dans aOU or-
inde. dle rartjUerl ejui y jetasit rt,1`uuoivoute. et
dle lincemediW dons lcs joucsi ui aveuglimicgim 54.5





- Il-


soldats. Nous en tennis complex; imiai celti Iff
justifle pul cette deroute. Quel nluit -e gt'ier
qui. au nomi de sao Mnijstt. donnn l'ordre no
gnnral Voltaire Castor d.! retrniterf La -Irndi-
tion accuse Geffrurd d'uvoir provn|ile cctlte
diroute de l'orarn' imiprinle tout en se retr-
vant, uvec sa division et la 5eme de Guillnume
Andre, de rallier le~ fuyards au chemin con-
duisvut 6 Los-Mutis et i Banica. Lorsquo L'Em-
pereur ful reveille desa 6thlargie, c'0tait pour
constater la defaite de son nrmee etlsempres-
ser de se refugier a Puntu-Conn, cobiduit par
le colonel Firmin. Cost, en asm quarter gede-
ral, qu'il pril. ce meme dimmanche, une ordon-
nace pour recompeuser le cuporal Thbophile
Jean-Louis, du 186me regiment d'Infantene, el
Martineau Aubry, pour leur conduit coura-
geuse, et les nommer Chevaliersde la Legion
d'Honneur.
II dolina l'ordre au general Victor d'arreter
le general Voltaire Castor qui fut conduit 6 Ba-
nica oO il fut juge et fusilld, le 29, avec d'antrea
oficiers. Dans cette botaille de :San-Thoame.
mourut le general Antoine Pierre. Son cade-
vre fut abandoned ia l'ennemi. *,
Le lendemain, precede de son aant-garde,
command par le general Valentine Alcantlrs,
il entra a Banica. Toute r'arme n'y entra que
le.IsS,dans i'apres-midi.
La premiere colonne de 'aile-droite de.Lar-
m6e imperinle, command6e par le gnarpl
Touseaint Pierre, qui etait parties de Jaoml
pour se rtlldre h Grand-Bols o0 elle avait &se
reunir is In deuxienme colonne, ayant & sa tMle





- IS -


Ie ga siral Garal. livru une batuill i Cambrena,
pits de Neyba. Le general Gural, un octue-
i#ire, y i:ourut Smn cadavre saivd. par I'adju-
dent-gr.i rul Rebeccu Hector, requt In sepul-
ture ( i iname telmnp que ielui de Pr'zumne,
quimrtier-maltre du 236me regiment.
A Bancra, l'Kmpereur apprit la univelle de
lu leniUte de I'armc du Nord, le 23 Ldcem-
bre, et sa retraite it Ouanoluinthe. II quitta
cette ville, pussa pur Pignon, et arrival & la
Gruade-Hivitre dons la nlatliite du dimauche,
2Janvier 1856, ol.uuunnuminthie quatrejours
apr1s. II ordonua 'rarrestalion du colonel Bo-
liard, petit-flls du roi Henri ler, conunaudonl
de la 2.me cologne de I'uarmee. du Nord, et
d'autres ofliciers qu'il accuse d'enbauchage
devant I'ennemi. Le lendemain, tandis que le
general de brigade Jean-Jacques Caisr Dessu-
ilnes, petit-llis de lBmpereur Jacques ler, cap-
suit sous la gaoerie du quartier-general, il te
fil arreter. Coindamnes 6 mort, le v-ndredi it
Jaunvier, ils turent ex6cul s. le lendemain i 7
hours du maUn.
Dans la matinee du dimanche 3, 1'Empereur
eleva aux grades de gen6eaux de division Sa-
lomon Jeune, Guerrier Prophte et Paul Jean-
Jacques, el, de generaux de brigade, Faubert
Faublas et BellevueLespinasse.
Apre avoir reorganied son arrame, il donna
I'ordre de march. L'oflbesive fut reprise le
24 Janvier. Malgr la defense vigoureuse de
Paul Jean-Jacques et de Guerrier Prophete b
i rontr-offeuesive de I'ennei, I'urmec impd-





-16-


riale fut une nouvelle fois defaile. La division
du general Fabre Geffrard alliiat nu secours
des fuyards, jeta plult le ddsafroi dans In
colonne du general Cayemitte o0 se trouvnit lc
136me regiment. Ghrce 6 llaauvalerie du genW-
ral Mitton, Geffrard se ressaisit et resist pen-
dent toute cettejournde aux dominicains.
Apres cette ddifite, I'Empereur d.ecila de
renoncer definitivemient A In- campajige de
P'Est. II retourna & Ouanaminthe. De son palnis
imperial, il adressa, le 27 Janvier, cettU pro-
clamation au people et 6 Parmee, expliquant
les raisons qui [e determinnerent, A prendre
cette resolution:
Haltiens I
*Quand, ii y a quelques semaines, :.' la litc
de mon armee, je quittni In Capitale, je crus
Iecessaire de vous faire connaulre ma d&ter-
rniation.
Tout me commanidait d'entreprendre an
plust6t la campaign de I'Est: inai obeissancc
au scnnemit que j'ai prete de maintenir In
Constitution; I imminence surtout d'une inva-
sion etrangere dans cette parties, voilA les n)>-
tifs puissants qui me guid6rent
Aucuns sacrificc6 ne tn'avaient coQte pour
assurer le bien-6tre domes soldatL et le succ6
tie ctlte champagne. Mais j'avais compete sons
la trahison.
DejA 6 Manuel-Revo les aigles imperalles
avaient reCu le double bAptreme de la vicboire
et du feu; djba 6 Las-Mitas, et Balto, tnos co-
lonnes, refoulant tout devant elles, avaient







-17-


li'iifitrdstins Ies ville de Suint-Jeua de Nevyl..
uuand (ulquel( tli'e.ilres. -ortis des rangs de
I'rul'iee, viiarelt paialyser nces efforts el nou.
frire perdre Ie fruit de nlos premiers succes.-
ILs liaclis II s i 'ont point senli, dans leur
;veuglen..it, qu'ils fouluient uux Pieds cette
cfimstitution qu'ils avuient jure de defendre! Is.
i'out point clonmpris. ces indignes descendants
des foladuleurs de iotre idelpendance que.
ripudiad t I'hritage de nios pkres, ils livraieiit
i I' lrunger le sol de lua parie. tide encore du
s.ang de leurs uicgtres!
S1)a Ij es circ)nstances, je relourne sur
rmes pus,ajournaint I'acccomplissement du ser-
tnent que j'i pai .t. de maintenir I'integrit de
ignore terrltoire!
SHalliea.s Soyez culnes! Votre Emnpereur
veille sur vouslJe vous ai dolno la tranquillity.
je sourai vous la conserver. DMji les traltres
out mpay de leur vie leur conduit inf~lnle!
Oflicicrs e soldats qui Ntes results fideles i6
votre serment, je suis content de vous. Quel-
ques trnltres de noins et notre mission etait
accomplie. Aussi, retournez dans vos foyers
k- front haut, car vous avez faith votre devoir.
Vive rindppendance!
Vive In constitution 1(1).
11 n'a jamais pu s'expliquer les causes des
defaites de sou urnie a San-Thome, i Savana
.Large et 6 C.mbrena ni connaltre tous les ofi-
ciers qui I'avaient trahi. Quelques uns d'entre


(1) I onuit da 9 Fierier 1 M






- 18 -


u:ux payi:rent de leur vie d'nvoir t6l I'instru-
inent de certlin.s homes habiles qui dirig"-
rent le coinplot. Le general Fabre Geffrard,
(uoique suspect d'avoir etc I'auleur response,
ble de la conduit du general Voltaise Castor,
-sortit de cette cnmnpagne come un des rare
officiers qui, Ildele ASao Majest~ avaient faith
tout leur devoir.
Les ennemis de I'Empire re desarmerent
pas et p!er trent vouloir renverser Ilordre
des chases ltabli. Ils prirent les armes dans
I'arrondisscment des Caves trois ou quatre
mois april's le retour de l'Empercur de sa cam-
pagne d I'l est t urenit vaincus au carrefour
FonfrJde par les 1i3me et 176me regiments.
(Cest ce qu'il. appellerent la boucheriede 1856,
suns dire que c .aient de simple reprtfsilles,
apr.s leur insurrection.
Ne pouvant reussir dans I'execution de leur
plan, ils cisayerent, d'une autre faoon, de ga-
gner la sympathie de I'Empereur afin de para-
ly. r son action et tromnper sa vigilance. An
nois de.Juilet 18i6, les deputies W. Chnnlatte
,t Blanchet firent voter un douai. e en faveur
,le 'linperntrice.
A la ftte de I'institulion de I empire, le 2e
.olt t18i5, le baron P. F. de Toussamnt, presi-
dent du Comite permanent do Snaot, porta le
toast suivaut:
SAu 21; Aoat 18491 A cette date memorable
oOc des hommes forts et courageux ont instituW
I'empire! Puissentils continuer A le soutenir
de bonne foil! !
Le B:aron d'Acloque, president de la CoGjIe





19-

Cossotion, adressa, le ler Janvier 1857, un dis-
eours A I'Empereur.
d Aujourd'hui. Sire, disirl-il. In divine Provi-
dieuce vous a reodu Ie Ore do celte patrie donl
vous avez dpjii Aermt. los pa. jes; los bommfes
;enoses vous devnroaa loujours le repos. dosat ils
jouisseit. j
Voilb comueaat cert'iiias hlonmmes pulitiques
ole 1'epoque parveaiment, au deraier mnomnmit,.
ia gaguer In couffatmice de I*Enpcraeur.
Daus q uclles circonstuaucese Geftram ii emif-il
ii montrerseS apriailips IibtPraauxv 1 tson Wa~nu-
rage militimire a au pointde -;e? ramire conwifitre
dons toul Ic pays et d'iuieuitter lo LWillie, cemi-
.4i1e I'afirmnelac leubois CU-lm version, sua'm~
preuve trouble hitulilemeil Mmloaasieur Augn-tv!
Miguoire qui itnrit:
a 4)0 est uu juste lai vwirite i I Cgumrd lie Get-
frard et de ses sultimeatds If ESI-.c% A t ns lit ver-
simn de .monsieumr Firmima iium, I,,*11zrfsmtaaft
Gtffruond vonisirant Wenible* e0 1Iaisse Iimit
d'ahbord impumli par un Souloueltie oltijHlaaaaaire'f
-1.. Est-ve dimas In version ml.' M. I)ubaais. l~ais.-
sumittematoudre ueq Geflrard tit co ilarmit pas
orsque Snumouqueprit ombraged te 01um peirsiu-
ne. Mlijusicui Fariauia justifie un peu c'Ctle vr-
Ilidiven disamut qu'i fut. diuo..'js pair adles coiH-
petileutr smiuruois EU des amis paartivulii're-
Mcnt dQvou#'s it In perswnmie de Soulauclqe,'.
et que celte situations ellle-an'e aiceulg (;#.r
rrinrd f In c.oaa-piraltionas.1)

(I) 16w.ror .Lrdai. DeumUeao parde. Los 1m4rm cto,1
tSa weind. P. 75.







- 51 -


Mousieur Auguste.Ma.lglire ujoutce iu' il est
difficile de seo prolnollwr isur ce poinAt iivec
certitude ..
La'vti ite historique est hien cctle alfirm.-
tioi de Firmiin:
SLe general Geffrard, chtef d(e I'tilut-Mjor
ide I'l'mlnperur, omminine 'un commerce agrea-
Ilc cl d'une physionomie aivenaule, etait I'ol-
jet de It double sympathie et des imiiperialisles
et de ceux qui etaient outres du regime ilpe-
rial. II deviit I'liinome de la situation. Quuiqu-
des competiteurs sournois ou des amins paiti-
culikrelient devouds i la personal de Soulou-
fque, cusselt deilonce i celui-ci son chef d'K-
tat-Major. il ,vait une telle coflUance Cii Gef-
trard que. contrairement i. ses hubitudes de
frupper sans preuve ni sujel, ii se bouchu Itk
oreilles et resta- iinciedule. L. coiIspiratioU n
,iirit et progress ;u sein meme du palaisu. (1).
Le Docleur J. C. Dorsinville parle aiinsi do.
Geffrard sous I'Elpire.
SSous 1'cllpire, ecrit-il, it devint cher de
I'Eltul-Mujor, duc de Taban, et, jusqu'it lo der-
uiire heure, jouit de la conflance de son impe-
rial multre. Par quel prodiget Ses contenipo-
rains out racouti que Geffrard etait si p[rfail
cavalier qu'on I'avait vu un jour, ia Jacmel, soa
clieval lance b toute vitesse, se pencher sur
I'ur.on et recueillir, sous les pas de so montu-
re, un eiilait. Cette habilete consommee, Gef-
frard P'aurait transportee dans le domaine de

(I) M. Iooeveh, Preidem des bau-Uis et hla Wpiq-e
d'raii. P. 370.






- 2i -


)a jJoliticlu:c ii inaiuia Soulouque citiiiuio rbit
Zfl1Imie uti chleval onibrageux. Quamznd eiatii,
&Souloleauique *tfsuste. SOUpK'oaIaIIIIII soa jeu
coiipliijue*et c suvaiat, vouluI le frlapper, Get-
rrai d, jioui-4tcliappcr 6 ume morl avrtaine, Ic
reiuversit du pouvoir. a(1).
Ja~cquci Nicolas L 41er accuse Gcefyrard d'Wa-
voir emOIISirs cottre I Enmpereur.
aLes souffrances eitdurt~es pai Ies suldauts
dauas le cours de la campuguc d(e 185;p, tenit-il.
lts pertes teprouveecs et les sweivifirc"e tits s."iis
resultlia appirCiabic caus.reaal UL1 trort iitt1(fla-
tentc(n4ut, La responsabilitcs de I'Cwetvese retout-
ba sur le clwt de I*Etat. qui cxertyuit uwe pou-
voir satis contrule. La coizflaie.,e fut ebrwiilte.
L'esnpire ine pouvait plus 6tre consewrve que
par des mesures sages et toules dimus~ Yiijet'NA
du peulie. Pour se mnaiattoir, Ic gooverite-
tteint cut recourse it Ijuitimidlalietie ejui avail
dtjii rt~tussi. Loiu n'eut plus Juctim nteiaaaagemeiato
pour Ics Iiberbop publaques. Des inesures 1i-
iurtiucj..res mal combines, jojiles out IUijser
auler qui s'etait petit-it-petit itatrodiit dim11s lai
perception de nos recettcs iie tordereitt pas
i; opggrvcr le malaise qui couflcoa~ilt it se
faire Switir. Lnapermeur inspirami encore de li
crainte. Mais soat prestige, elicit zotteistt. Ceux
lui pouvaieut redouter st cohare cherctht,-eut
Ir sialut dans ume coAmspirauitii. Ses pstrtisauis
menic, eun viareiti seteautlure avee los citr-
yeCWs qui dsi~raient un peu plus de liberlW pour
Jours compatriotes.


(1) MmIiw d%6oiare dhoai P. 1*13.








Le getnral Fabre Geffrard crut fe moment
propice de reverser I'homme devant qui tout
tremblait. Dans la nutl du 20 Decembre 1858, il
quitta Port-au-Prince. Accompagne de son fils
Clodomir, de Messieurs Ernest Roumain et
Jean Bart, il s'embarqua dans un cannot. Le 22
Decembre, il etail aux Gonalves oO I'insurrec-
tion eclata. (1)
Dans I'Es or, quotidien du 13 Avril 1917, le
DocteurJ. C. Dorsainville parole plus ample-
inent de la conspiration de Geffrard.
Mais son humeur deflante { de I'Empereur)
s'aigrissait chaque jour. II sentiit son tr6ne
s'6branler el la couronne vaciller sur sa tete
aiguste. 1 avait la vague prescience que quel-
que chose se tramait autour de lui. suns pouvoir
saisir la main habile qui tissait I'6pervier qui
devait le prendre dans ses filets.
Cependiant que I'Empereur se nbrfondait
ainsi dans son palais dens l'impuissance de
saisir la conspiration teunbreuse. Geffrard cal-
mie au milieu de I'inquietude de I'entnurage do
inonirque menait avec patience son oeuvre
secrete de termite politique. On rapporte qu'a
cette date. tandis qu'il s'en allait A cheval, fort
tard dans la :,uit, il fut soidainement assailli
par un homme qui, portant In main i In bride
de so monture, le maintint sur place, malgre
les efforts qu'il flt pour se degager. L'homme,
un peu emech6 cette nuitl-, etuit un picheur
d u quarter du Fort Saint-Clair, sorte d'Hercule


Hasti: 3-a "lre e t WSea &tracteun. P. 201.







-23-


repoondumita~u uoin de Lirientl Bozile. Go.-ffrairo
qui le cornaissait, pour le inoms, pwar s rtrpu-
lation de batailleur incorrigibte,bieii loig de se
rorinaliser de ava*ttv ftaoiliariWt lroqi caaivtliere.
en prit prtCtexte Immi lico plus amlple? clonhitis-
sance avece son agressmiir. II s'en trouv. biezi.
ea~ir, dais h:1 suite. livr inailfl devint frrnclh.-
I ielt suspect ii r1aainjterteur cet homnmne dlevauit
lid reIndrLe un signalo service. a
4JusmjuC i hlel poiiiii. ticril .Mt)iasieur Auguste
.iaglolire. 1u11t-)iI SiaeuleegntiL se demanarader
duim! r.i:a'loi y.rearle.- les HlaTlijeis smilt-ils
ca-uj)ubles de c-amispinmlinrs sviant los rules
lr nlvwaCimtiOsP4 du tgomviir. ( 'ii US u e ii )int
lep iouvuiiri liutie~n cst-iI cousomble de 1provo(N-:
tinlt aidv;ii ol'avoir dlt~ouvvrt '.u zEW cm)oimnn les
Ilullde~ s enusjii atriaccs1 (t CatCoe Joub)le iterro-
gIatimi re'd-utmablc. out se ijmscer au sieiji sic
pro.. lue outes leos iaasurrectiauas, sawn ue Ioii
puisJI. j~iamd v rtlum)ImIlre' quoe par dos con-
Jicuec Iirca% dei semiatiuit iarlit-ulicr de
eolavauii. a (1i
CerteL's l;m dloulale iuatcrromgatini tle Ximiasieur
Auguste Ma,4nloire est jusle, maisi clle Waest pats
appilealle ii la conaspiruatioa de Geifraird. loik-
Smcus* MSg i1Vire 11'11t-il pas reprrmduit dlatas sota
diuvrage dTeii actes prouvOail In Culpaibililt dt
GefRfral. L'am du Icr Deceainbre- 1858, a rmit au1
coimitW dt&IjrrtemncntuaI pour doamner uaae di-
Ictie:)l) ;elaiv(. ctauriagcosa' cl tw-r-w-vWrimita' 3
a poi*r Igrioir veiiiran roublisi4vncta de lam lim-


(I.- I1. P. 71.








oblique ,; et I'iutre .iiulerne Iv s erne'lli de
d'aflaerentLs. (1) Purquoi done ce double de
Monsieur Auguste Magloire r
Parhiant de li situation sous I'eipire. F. EF.
Dubois ecril:
a Arrolter, c'etait juger, c'etlit condlananer. ct
I'exetutioni de lan 4onidamuiatio, n poiuvail Itrce
chose douteuse. ,
Si I'li.mpereur vouluit arrcter on Cihefr d'Klat-
Major qui pouvait I'ieptcherl II est inctmmes-
table qu'il vouluit Il fire vers le 18 DIecemlbre.
Ur, Ie ter Decemnbre, ii y avait d&jil des acres
signs des revolutioi,)aaires.
Monsieur Magloire 'ignore pas I'exsisten'ce
de ces pieces. Comment expliquer s- double
interrogation redoutable a au seuil de celte in-
surrection 1 De son sentiment purticulier et
:on; des fails..
La propaganda des conspirateursl inquivitla
de plus en plus les tumills. Le Secr:laire
d'Etat de I'lnterieur et de I'Agriculture. Guer-
rier Prophete. qui i'ignorait pas I'uction per-
tide de Geffrard au palais imniprial. trompanl
la conflance de I'Empereur, public, le 5 No-
vembre 1858. un communique mncnauoant de
poursuivre devant les tribunaux les ,haltiens
qui seraient surprise faisant la propaganda con-
tre ie gonvernement et d'expulser du territoire
les strangers qui en seraient reconnus copupa-
bles. II eut mieux valu arr6ter les couipbles
qu'il connaissait.


(1).- Id. P. 69.


- 21 -








Voitci le texlt I' *I' 4 communique:
o Des bruits I'i,1 ,erucltre alirmuant circu-
l.nt depuis quelques jo1uis.
Kni prt.ic-le de la plus parfiite tranquillitW
quli regIn sur Ions Ils Ipints de I'Empire, de
tels bruins lie soU it relpanldus que doas la crimi-
nelle iutnlcnio(n l'lhr;llcr la conatlnce, et, pai
suite, jeter le trouhl, daIUs lai soci.t%. Le public
.est iluoc invild .i se russurer et A fermer
I'nreille sux efforts dle la malveillaHce.
L. tiiche du gouivernei enult titunt de travoil-
icr au muinliien dte lai stcurit6, it ie manquern
inis de strvir irVCe vigueur contre ceux qui se-
ront recomus atre les auteurs ou nvoir dei les
propagateurbs de fru.i bruits. Sils sont haT-
tiens, ils sermit Iri;dil.s devout les tribunaux,
pour subir les cduniidiltions prescribes par
ai Ioi; s'is silt .lri'ugcrs, leur expulsion du
Itrriloire tde I'lE.mrlire scrap immediaitement
ioridoni4c. a (I)
Le communiqiui I'teui d'iautrc elTet que de
jporter les dlverslireis de I'ordre de chose eta-
bli A se surveiller d'avautage. La situation
dlevenait d'auluIt plus iiquiettante que c'6taient
terlains grnids lotictiotinaires de I'Kmpir
qui coIspiraient.
Comment comlupenldre ce silence organism
iuntour de I'Emiperurl A-L-il eu i manifester
le degodt de jester au pouvoir?A-t-il eu l'in-
tention d'user de lu faculty qu'aux terms de
I'nrticle 112 de la Constitution imperiale il

1I).- Au!pme albirer: Histoire d'Halti Smimeu partir
f1 arrsecimjoe, T. U. P. 71.






-26 -


;vait de nominmer son succsseurf Autaut lde
questions troublantes qui expliqueraient bien
les evtnem'ents en course et surtout cefte IeinW -
rite des conspirateurs. On ne remarquait plus
cette mAle energies dans la direction des afTui
res, cette activity debordante quli imposaitle
respect aux plus entrepreinants des courti-
sans. De I.:, une certain hesitation duns l':-
tion des fonctionnnires qui n'avaielt iaucti
interest I voir une nouvelle fois le pays dans
une venture.
Dans le b-it de coordonmer leur uctim. Ins
conspirateurs form&irent aux Gonalve' un co-
mite compose de Joseph Lamothe, Legro- pi-
re, Etienne Magny, Geffrord, Normil Sam-
bour, et Aime Legros. Ce dernier elnit clihrgE
principalemcnt d'activer la prop-iaTnde c*,-tre
I'empire et de recueillir les adh6sions. II par-
courut, a cette fin. les divisions militaires d,'
I'Artibonite et du Nord. Convaincu de I'assel-
timent general, il jugea opportune de piovo-
quer aux Gonalves, Ie ler Decembre 1858,.une
reunion des membres du comite et de certain
adherents. A cotte date, 1im acte rut redige at-
testant la formation du comite deAirtcementnl
et fixant les buts de lu revolution: rt~,tablisse-
ment de la Republique el des institulioms no-
tionales. Pour y parvenir, les membres se dte-
c:larrent solida'ires entreux, s'engagi rent i
user de tous les moyens en leur pouvoir pour
le succes de leur action. Et, faisant de. I)ieu,
leur complice, ils mlrent leur patric et leur
sainte cause, sous so protection.
Craignant la trahison dans leur ra *m. ils re-






-27-


diorent un serment pour les adherents. Celui
qu e e tait reconnu coupable devoit etre pour-
suivi, mime dons sa posterity, comme parjure
6 la flddlil qu'ils se devaient reciproquemea;t
et se condmnaio it lu mort la plus tragique.
Voici Iacte du ler Decembre et le texte du
serment:
Aujourd'hui premier jour du mois de De-
cembre de I'au de grAce mail-Iuit-cent-cinquun-
te-huit.
Sur les comnmunicaUntis faites A nous, sons-
signes, par le citbyen Aime Legros;
Attendu qu'il est instant de retire HaTti de
I'hlal de deprodation dans lequel elle gt.mit
depuis noinbre d'anuaies. 6tant ubaildnnee
plulOt par incuric que paJr droit ini r;isonl, in
I'nppression d'uln lyrin qui, non content de
l'accabler. s'abreuve de son sang innocent;
Attcndu que, pour porvenir au rettblisse-
ment de la Rtpublique et it la restuuralion,
tant des liberties publiques,que des institutions
natioalles, il fullnit une direction active, cou-
rageins et persevetnate, declahrons inus- dri-
ger en comnite depurtemeintil, acc.ptoins ;iver
la mission imnportante de coopeler is I'Nuvre
dIi bien-etre g6dseral. I'eigag.iment d'einnlo-
yer tous les moyen s niolre Ipouvoir pImr y
reussir.
*Nous sommes solidaiirnienlt rnsponsIbIcs
les uns pour les aultres, et rem ettons li paitrie.
nimisi que notre sainte cause, sur 1i plrtecioni
de hi divine Providence.
a Ddlib~rr et accept duns In ville des GoiT-
ves les jour, mois, et ll, que de 'uulre part
et avons signed:







--2 8-


a*Joisph Lamothe; Legros; F. Magny. N.
Sa.nbo'lr, Aimie Legrns; St Aude; 1. J. MEindo-
za; Zamor pere a
a Serment pour les .tdhLrents:
*Nous soussignas. jurons sur notre honilcur
de prendre Mpart I'oeuvre de lIn rostaurutiol
de, inslitutituons naltilales; el, pour co, nouw
eigagollos fllls, UotIre vie, ao-s noyells et
notre rteputiltion.
a Celui qui, par nous, sern cotivuincu de
revelnlion sera joursuivi, m6me duns sa pos-
terite, come pirjure In fl(ldlit~ que noas nous
devoins reciproquement, et se rnconnalt, df s is
pr6scnt, pour assassin execrable, trultre i lai
patric, et, er outre. so condlunne A lI mort la
plus tragique.
*Joseph Laothlie, F. Geffrard, E. Legros.
Magny,N. Saln)our, Aimrn Legros, SI-Aude.
I. J. Mendoza, Zamor pcre, Zamor uine, Saint-
Macary, J. Dupuy. J. Buquet. (1)
Duns sa deuxiemc protestation, daule de
Kingston, ler Mlai 1861, Faustin ter uccusi
Geffrard, apres avoir sign, en Decembre, son
acted de c inspiration, de I'avoir supplies a pour
I'amour de Dieu a de lui donner de I'argent; ce
qui lui a ete verse.
a Ce m6me jour, tcrivit-il I'air doux et le
plus insinuant possible, profltant de la consi-
deration queje vous avais toujours t6moignee.
vous avez tire de ma main une poignee de


(I).- Le Mooiteur Hatis do 19 Firrier 81O9.






-29-


doublons, en m6me temps, vous avez obtenu
ma promesse de payer votre loyer et vos autres
deltes. Apres nvoir obtenu de moi ces faveurs,
de votre propre voloutd. vous m'avez fail cc
serment :
Sire, je vous jure d'etre flddle a vous et
h votre lamille, que Dieu prenne plut6t tous
mes enfants, en commenqanlt par mon seul flls,
si jamais je conspire centre vous. *
SEn. prononuant ceci. vous uviez en poche
votre acted e cons.piration contre moi. Qui
pourra desormais croire i vos pi;roles flatleu-
sesf Vous n'etes qu'un tissue de mensofuges.
Pendant que vous receviez mes uum6nes.
vous vous prepariez it dovelopper votre ingrate
conspiration centre moi et ma famille d'une
manidr.: si vile et si sordide que celu doit ntta-
cher une infamiwe eternelle it voire cause si
Im;utileoat vantte. *
(kCet,sots le signe de ce double parjure, quc
Gefrnard pirvint au pouvoir. II Irahit In cln-
flance de I'E.mpereur, come son chef d'Ettnl-
Major; ii truhit son devoir de lere de uamille
eu pretaungt un flux sermeni sur alu lte de sotn
fls unique. Au course meiuce de la Revolution.
Charles Clodo)nir-Fubre Nicolhs Geffrard lin-
lu mnalade et mourut cmin jours uprfis In pre~-
talions de serment de son pire iA l prtsideince
d'Hlti. II Rtuit tlge de 26 ans et .tlait colonel
aide-de-camp duns I'Etat-Majof du Presidetl
de la Republique.
Aalgre le serment des adherents, I'Empl-
reur etait informed des activities de Geffinrd. H
decide de le fire arr6ter au pulais imperial.





- W3 -


Un mal lii Ge.*ITr ial y arrivi et reno'llolll i slr
'Ana passage *lipi altri'e i iii, r|oieiadlial 1 sim
salut, I'jppelai fitturi Pre is nt d'liall... II pro-
testa et In pri;a de ne pnas lui fiaire ele pl.ii-
sanntIrie qui expjos;it s;i vie. iliiairiatrice
Adeliiai qui voulait lui fire e mnpr.endre I,
dl;miger de sila situiiion persisti.a i lui donieir c-
titre. Geffrard, i'iisisltait plus. reml)ursla
heminin, relouriila iIlis s;i liaison pirivee, 11a
porl.nil de L.ngua ie, et disparut de li ville.
Uiie nihe tradition rupporte que I'Enpercur
i liiint li pin e. Guerrer Propli6te envoy.
par un cavalier, un billet lui dmnon;anlt I'illnen-
tiuio de si Mlaje'st. Prevenu, Geftrard se cochl
|n-uduant deux jours dans le quarlici du forl
Saint-Clair chez uu p6chcaur du nom de Lorient
Bazile, le frere de C. Bazile, clef de la police
tie I'Enipercur.
Ce ,lui dtermina I'Empereur i prendre cette
Iecision, c'6tait I'arrivec, it Port-au-Prince.
dl'un canola i bord duquel se trouvait lrnest
Roumnnin qui venuit, des Gonalves, sous pre-
lexte de chcrcher un medccin, Aussitut que
I'oflfcicr militaire qni ettait de service au port
#N1 ful informed, il donna I'ordre au batelier de
ne pas partir sans un permis du gmnderal Vil
Lubin.
Par I'intermediuire de Charles Hnelntjen.
un des conjures, et d'un quadeloulpen du non
de Jean-Bart, proprietaire d'un cabaret, au
port, on parvint A gagner Dor Polydor et Ie
Major Coudiaille qui accepterent la proposi-
tion de partir, le lendemain, pour l'Arcahaic,








t(u; une pMrtlioe de chasse. leJ uutre tradition
dcsigne La GonAve.
D;,s la nuit du 20 Decenbre, it hlrd d'un
ciolnl. Getffrrd s'embarqua it lu Croix-des-
1s-iales, ave son fls Clodomir, Ernest Rou-
Imin et Jean-Burl. [is s'6taient tous deguises,
ii I'.xception de Jean-Bart qui avoit contribud-
iou succcs de la comnbinaison.
I)'nlap''s une aulre Iradition, avec hl compli-
cilr de Lorient Buzile. Geffrard s'embarqua
aou 1i Frt Sainl-Clair. it board du cunot de Dor
I'olydlor qui n'igllirit pus qu'il courait une
venture en allant aux Goinives prendre les
armes cnltre I'Empcreur.
En pleine iner, Geffrard et ses compugnons
se flrent reconnaltre, et menm;ant la vie des
hoteliers, lei oblig,.ren t a nccepter it amener
les voyageurs i St-Marc et aux G'onalves.
Le nouvenecnt insurrecti(onel devoid ecla-
ler it St-Mare. Lorsqu'ils y arrivirent pendant
la nuit, ils ne virent pus les signaux convenus.
Geffrard y ddbarqua scul, s'entretint secrtle-
ment avec un autre gaudeloupeen du nom de
Clescu. 11 I'expldia immddiatenient aux Go-
oalves yaertir Aime Legros qu'il y arrivait Ie
lendemain et de tout organiser pour prendre
les armes.
Dans la journee du 22 Dcemnbre, Geflrard
seul debarqua au Currenage ou Legros Iatten-
dqit. lls se rendirent it cheval dons la ville des
Gonalves chez le general Luberisse Barthele-
my. Geffrard y penetra. Tandis qu'il essayait
de le persuader de In necessity de renverser


- 31 -








I'Empire, Legros, simple capilaine do service,
ordonna au tambour du i6giment de i battre In
gendrale. Voyant son hestitation, ii ex6cutn
lui-m6me son ordre en criant: Vire la R oltu-
tion
Entre-temps, ai rivreint uu dlbarciadere Er-
nest Roumain, Clodomir el Jean-Bar qni,
constatant I'agitation, sejeterent dans la melee
en criant: Vicela Liberte! Vice la Redpblique!
La foule, composer de complices el de cu-
rieux, se mit de la parties, et ne ful pas moins
enthousiaste i crier: A bas Soulotnqte A bas
la tyrannie l Vire le Restaurateur tie la Redpu-
blique!
Le general Burthelemy. dans si chlmibrc,
se debattait avec Geffrard, en lui exposant le
danger auquel ii I'exposait par )son entreprise.
11 ne lui cachait pas sa crainte d'etre fusillN par
I'Empereur, puis se decide i adhArer h I'iuisur-
rection. D'ailleurs, il n'avait plus die iosxte. Les
revolutionnaires en ettaicnt les inltres.
Leur triomplie laisse un dole sur la fiddlite
de ce g eier;l. On ne s'explique prs qu'un sim-
ple capitaine pot ninsi, sans effusion de sang.
se rendre multre d'une ville, g:ar dte niilitire-
inent. L'htsitation du general Barnlhilemn
n'etait que de r'lypocrisie; il nvait Isnhi le ser-
ment prete h I'Empereur.
Ce qui gugna definitivement la foile. re fut
I'abbe Gerdol, cure de la paroiss, qui uyaot
reCu la promesse de Geffrard, au triomplhe de
la revolution, de signer un concordut nve: Icl
Vatican, ncccpta i chanter un Te-Deun. Gef-






-33-


Irard se present ia 1'glise, accompagne du
general Barthdlemy.
Apr~ s la ceremonie religieuse Geffrard exi-
gea un ordre signed du general Barthelemy
pour son neveu qui commandail I'arrondisse-
inent de St-Marc. DMs la reception de cette
lettre. la revolution fut aussi proclamee dans
c:ette ville.
Le Snatecur Zainor orginisail un mouve-
anent en fiveur de I'Kmpereur. lDatns une en-
Irevue, Geffrnrd s'engagea h I'appeler nu mi-
,isto.re de la Jusirce, ds la formation de son
premier cabinet. et le dettermaina i nIe riet
,entreprendre contre In revolution.
Au siege du conitnt. ui regisire ful ouvert
lpiir ilinscriplion dles nonis. des citoyens qui
ipartisaieEiat avec i'-s inslurgrs. Cilons. enlr'uu-
Ires. pirini les Ierso)nnalites qiii s'empress4&-
rent di'pporter leur cotcours: Carbonel, Du-
.*;a, Bartllole, Hoc, Miltiade Achille, Aigron,
Citron, Dauphin, etc.
En cette circonstance, le gdnetr-al Bart-llilemny
ne fut lpii mainas utile en determinant d'aulres
persoiinages. tels '(Ie Barbet, Legros. it adhe-
rer au mouvenment qui allaiti renlvelrser I'mn-

1) er Polyvltir ill eivoiv'y- en mission ii I'Aus'-
;I-Vi;lu Ipr Ic co-init, *re'volutionnuire clui lui
remitl des letlres i I' dress du commnl ndinll
lde ct arroudisscieiint el de eelui d'Aquin. II
ril alrrttttd par In police. it I'Alls-'-Vc;et, exp.l-
dli', le 31 Deccmbr.. ij Port-au-Prince. Un dc
s,*s compliices, Oriimane Joutard, qui s'etlit






-34-


caclhe, fut iarrute aussi, peu tde jours tipri:.s,
incarcere et envoy, le 12 Janvicr 18fl., is la
Capitale.
Ne voyant pa. Geffrard au pulnis imnperial.
et, ayani la preuve qu'il conspirait, I'Einpereur
ordonna au baron Dessalines de fire des ipMr-
quisitions chez lui et de proceder i son arres-
tution. On ignorait encore qu'il s'etait sa ivi
de la ville et avait confide son avenir entre les
mains de Dor Polydor qui devint ainsi I'arbilre
entire 'empire et la Republique.


p-











CHAPITRE II


LA REVOLUTION DU 22 DECEMBRE 1858
--tmowqo---

Le comite prit divers d6crets.
II nomma commandant du department de
I'Artibonite, le general Barthtlemy don't les
Services tclatants mnoritaient a toute la con-
flance de la patrie. *
("etait I'apotlsose d'un traltre. II avait man-
qlutW honteusement is ses devoirs militaires ez1
trahissant la confiance de I'Empereur et en
fucililait la prise d'as mes.
Quels ctaient Ics .servicesteclatants.o que (*',
inilitaire pouvait recdre i I'insurre.tioiu Ie
jour inmme de la prise d'armcs dans la ville
,ui'il commanduit r
.e comitlordonna la inise en liberal. *,Je t u-
cs prisonniers politiques dans toute Ia Repn-
blique, parce que les principles de la Repulbli-
qlue qu'ils n'indiquaient pas n'tLtient p.s
Sen harmonic avec celle souffrance sans fits it
loquelle bien des haltiens ttalieln assujetlis in-
nocemmncnt
Cc n'tfait qu'un vOu; car si le comilt pou-
vail cxecuter cette decision aux Gonalves. il
etait planss Iimpossibilit de le fair dans toil!i
la !'.;ublique, dont on W'en connaissait gur *re






- 36 -


I'etendue. Et, si I'Empereur etait vainqueur
dans ette lutte. quel eut 6t5 le sort des mem-
bres du comitW d.partemental I
Pur tn dtcret, il tut ordoinne de verser deux
gourdes par scmaineie i chlque soldnt ct trois
gourdes is chaque cavalier.
Pour justifier ctte ensure. le comitV invo-
qua l'insuffl~imir de In ration doinnee ordinni-
rement par Ie govmrrnement de rempiire. el
delclarn que les nldats de In R6volution ne de-
vaient pas souffrir dans leurs postes.
C' toit -ine prime is i Irnihison. I'appAt de
percevoir uiie plus forle ration mnintenaitsous
les armes los soldats don't Ia bonne foi u tir
surprise et emprchnit touted rni.ction. Si c'tlait
habile de prendre celte measure, onconviendn,
qu'elle etait fort dangereuse; car le comity ne
disposait guere de resources pour en assurer
I'execution.
II dtcida de reliever le ban des haltiens ;c-
tuellement en exil it I'4tranger et les invitl is
venir se mettre avec eux a sous I'arbre de la
liberte parcel qu'il etait a en dehors des pritn-
cipes de la Revolu:ion de supporter que des
membres illustres de lu patrie continualent is
subir un ostracisme non merited. II entenduil
ainsi mettre fin aux souffrances des haTtiens
qui gemissnient h I'etranger.
*L'arbre de In liberty ne devaitcuuvrirque
les ennemisde I'empire. Reniant les pprincipes
de la Revolution. Geffrard n'avait pas une an-
nee au pouvoir qu'il empeeha de revenir en
Haiti Salomon jeune qui, muni d'un passport.







- 37 -


Cdtail porti volonluirement pour I'etranger. Ce-
lui-ci prolesta centre In decision du gouver-
iement qui le privait de so liberty ainsi
que son spouse. 11 envoya un exemplaire de
si protestation nu S&uat de la Republique et in
li Chnlabre des Representants. Pour s'tre
;adresse nu Col ps Legislatif, II fut accuse de
vouloir desrinir les grands pouvoirs de 1'Etat
et de jeter la pertu'rbtion dans le pays. Geffrard
t1 Josephi Iainolthe, son Secr6taire d'Etat de
I'litACrieurcommiret un faux et le flrent bannir
i, pcrpetuite du terriloire de la Republique, La
rupture ic son baiu entralnait de dt'it sa misc
hours la loi et lout citoyen ttait autorisW lui
co'urir sus.
I.e comite departemental, le jour de la prise
d'armes, ie s'arrula i aucune measure d'ordre
pratique. Quel debut pour la R6volution !
Le lendeMain, 23 Decembre, il prit- des de-
cisions qui eurent des consequences graves.
Pur un decret, il ordonna de d6truire les
cachols du fort Labouque et ne permit plus
d'y envoyer un haltion comme prisonmnier. La
violation de cette defense etaitconsidereecom-
me un attentat b la liberty.
Cependant I'Histoire rappo te que Geffrard
n'avait pas une anmde au pouvoir qu'il se ser-
vait du fort Georges pour les prisonniers poli-
liques. Elle cite entr'autres les generaux Mont-
rose Claude et Deslice qui moururent dans les
cachots de ce fort. L'attentat & la liberty sous
la Republique n'existait donc pas moins que
snus I'Empire...






- 38 -


Le comite pril un autre decret don't le motif
i,'vait presque pas de rapport avec le disposi-
tif. Reproduisons-le:
Le Comite Lepartemenlal, s.ant aux Go-
aIlivces.
Co.sidenranlt ,lue le pays, en pregnant les
;,rannes pour revenidiquer ses droits et ses liber-
les Irop longtemps nmprises, veut alu..si (que,
plar le prompt retablissement de I'ordre. Ic
'oimierce et l'industrie aientl oute o scurile.
SV\'u I'nrgence et, apres et avoir dlib,rn.
jproclamine hi mise en vigueur de lIa ;orsltitutliom
dI. 18W6, sauf modificaltons, et nomme le gene-
ral de division Fabre Geffrard, President de In
Rpublique.
A lui la mission. aussitot son entree dims la.
c-.;pitale de convoquer le Corps Leislaift pmur
doler le pays d'iistitutions propres 'i ; ss-sirew
ij I onheur et s; tranquillital.
Donnie h la Maisoni Natioimale 'Ic, Go nTlve-J,
1* : isane jour du Imois de Dkrcemnbre de I'an sI
rici- 1858, an 55cin dde I'ladieindant'e l'H.il i.
Ainme Legros, I:. Magny F. IGetTrard. N.
SanJ)our, Joseph lamothe, St-Aude. I. J. Mei-
do7at, Zamor idpro.
*Soit ex.cute : Fabre Geffrard. a (1)
ID'apr6s ce decrct, pour r6pondre aux blts
de la Revolution, il fallait remettre en vigueur
la Constitution de 1846 et nommer Geffr.rdl.
I're'sident d'Halti it vie, afin de permettre .an


I).- Augustu Magloir, Id. P. 7!9.






- 39 -


pays de reveidiquer ses droits et ses lib.rt.
mInprises el de donner, par Ie retablissem .,,
de I'ordre, trouble par la prise d'urznes, toril
security au commerce et a I'industrie.
Un mandal imperatif etait done i Geffrrd :
celui de convoquer le Corps Legislatif a pour
doter Ie pays d'institutions propres is assure
son bonlcur et so tranquillity aussit6t Ien-
trve du President d'Halti 6 la Capitale.
La Constitution de 1846 ne subit de modill-
cutions que les 18 Juillet 1850 et 11 Decembro-
1860. Celles du mois de Juillet concernaicnt
les indemnites des mcmbres de la Chambr,
des Representants et do Sdnot, du President
d'Hatli, des Secrdtaires d'Etat don't le nombre
pouvuit etre augmentI selon que le President
d'Halti le jugeuit utile, les fetes nationale-
comprenant desormais celle de Jean-Jacque,
Dessalines et cell de la Restauration de In R,--
publique, la suppression de trois articles rela-
tifs h la formation du Senat et de la Clhmbrl.
des Represeitants, et trois lois i proposer an
(Corps Legislatif. au plus tard it la session d*-
1860, sur c mode is suivre dans le cas de p(our-
suite des fonctionnaires publics pour fails d.-
leur administration, la forme de proceder par
devant la haute Cour de justice, I'exercice du
droit de grAce el de permutation de peine eti I,
retraite des juges.
Les modifications faites A la Constituti, i d.-
1846, au mois de Lecembre 1860, concernaiewc
les membres de la Chambre des Repre.se lnt-
et du Senat qui pouvaient accepter durant ]eur
mandate certaines functions salarieCs lpr 11-:-





- 40 -


tat; I'exclusion des membres du Corps IAgis-
latif de li chambre don't ils fuisaient parties;
la suspension de I'inamovibilite des juges pen-
dant deux ans.
VoilA comment Geffrard execute le mandalit
qui lui ttait donned par le dci et du 23 Deccm-
bre de convoquer, it soni arrive a Porl-au-
Prince, ie Corps Legislatif pour modifier I:n
Constitution de 1846.
11 tira profit de son action. iLos appointed.
inents des membres dui Corps [Agislatif. du
President d'Hauti et des Secr'.aire-s ld'Etnt
4taient fixees en gourdes pari la constitution
de 1846. Dans les modificatiois te -cette ,'ons-
titution faites aln mois de Juillrl 18.i), le cliffre
de I'indeinnit6 devil etre fixed lar In loi. VolCte
par le Corps Ltgislalif Iindeminit rfu fut xec
en piastres. Benenfciant de la prime trs 'le-
vee qui exisbtit entire les deux monaies; ,es
grands tonctionnaires perceviientainsi Ile plus
forces indcemnitin s. I.'dt iit silmpliemenil un1 abuse
*Ie contflance au prejudice de I; Nalion.
': i veilt-,on ln preuvel
La Constitution imperialede 1819 et la Cos(tli-
tution Rdpublicaine de 1846, remi.s eon vigueur
par le d6cret revolutiomnuire du 23 DWccmibre,
fixaient les iideinniles des membres de la
Chambre des Representunts el du Seinal, i
200 gourdes par mois; le trIitement annual
des Secretaires d'Etat a 5.000 gourdes. II n'y
avail de differcice entire les deux Constitu-
tions que pour indemnitye annuelle du Chef
de la Nation. L'Empereur recevail 150.00)
gourdes; I'lmperatricc, un apniiage de 50.t410
*






-41 -


o(,urdes. Une some unnuelle de 30.000 gour-
es etait vote pour les plus proches parents
de I'Knrpereir qui eu taitsait la repartition, se-
lou le mode que. Sa Majeste etablissait. En
sinlne, IE toutl e s'c levait qu'a 230.000 goui des.
Cette situalion dura pour I'Empereui jus-
,lu'au joui oft ii fut reconnu que l'idemnite
lu 'il pertwviait Ietit insufflsante. Usant de la
faculty qu'il av;ait de modifier certain articles
do la couslitullion imnperiale de 1849 dans la
formc onrdinairc'deo lois, le Corps Lgislatif
porta, les 2, 3. et t Juin 1857, I'indemnile de
i',Enpercur I 200.000 gourdes, I'apunage de
f'lnperatricc A 100.000 gourdes, et i 50.000
gourdes In soiimme un.uelle a rdpartir aux plus
proches Ipreuts do Sa Majeste.
Une loi du 5Juij delu m6me aunne uugmental
i 10.000 gourdes le traitemenlt asnuel de cha-
que Ministre cet du Grand Chambelliu (1).
D'apres la coistitution de 1846, le President
d'Hati recevait du Trtsor public une indem-
nit annuelle de 40.000 gourdes
Eni revisant. en Juillet 1859, celte constitu-
tion,ou laissa .au Corps LAgislatiflesoinde ftxer,
par une loi, les indemnit6s des membres des
deux Chamhres, des Secretaires d'Etat et du
President do la Rdpublique. Lorsque cette loi
tit vote, elles rurent portees 6 5 pour les
membres de la Chambre des representanrs,

(l).- Uwa li d 22~ Juian 7 IiRpor i &3.MO gor ld. par m,
payable p d.ci, dm e mois moin, ls peins qwu, par-
arme6 do nt a18,i I le. k mverim provMire avait accor-
die NI udam Vern. Jeao-Jracqu. a DrwaliMrk.






- 42 -


!0) pour ceux du Senat ct 20.000 puis i,
25.000 pour le President d'Halti. S'il faut tenir
competee dic la prime, Geffrard touchait une
indemnite annuelle de 400.000 gourdes.
Suivaut la loi do 12 Septembre 1860 qjui lixa
les indemnites du President d'Halti i 25.000X
piastres, les Secretnires d'Eltt percevaient, en
piastres fortes, le tiers des indemnites quils
touchaient au 31 Decembre 1858; les membres
lu Corps Legislatifet du Tribunal de Cassa-
tion, le quart en piastres fortes. En tenant
compete de la prime qui, en 1860. .tait de 15
pour cent, ce fut principalement Geffrard qui
tira les plus grands vantages de cette loi.
Geffrard ne profit nullernet de la revision
de la Constitution pour fire fixer le term de
son mandate. linitant Alexandre Pition, It!
Grand Hipublicain, il guard a aprIn sideence
d'Halti i vie. (1)
Le Corps Ligislatif accord deix ilas pour
fire la rEforme e d l Magistrututre. Pendaint
,e delai, il n'y avait pas it comlpter sur I'iundo-
pendaonce desjuges. Si unc retfornie 4tbit iindis-
pensable.pourquoi nte I'avail-on ipas envis.g'c.
nu mois de Juillet de 1850, au inmoenit oI l'on
modifinit certain articles de lu coisslitulion do!
18461 Et, pourquoi avait-on suspex-ndu I'intmno-
vibilite des judges et accord deux ans IwIurl
op-.rcr cette r.forme jugee nines-~sire I
Voil s e qiue Geffrard fil, e ii mdnilfiint la
Constitution tie 1816. Danis s.i cinepltion du

(I).- La Coastitsaion de 186 m'accordit pa kI dl it. e.ome
cell e d 1816. au Prdsdena d'lBai de decker sM, awere r.






- 43 -


pouvoir, c'est ce qu'il entendnit par a doter le
pays d'institutions rprpres 6 assurer son bon-
heur et so trunquillilt. *
Par un autre decrct du 23 Ieceinbre, le Comi-
iedepartemental des Gonulves fit le reproche
a I',rmpreur, d'avoir abuse du pouvnir qui lui,
.tait confer,- m en prodigulnt ii flo le sung hal-
lien. a II accusai son ndministrution de n'avoir
at6 qu'une suite de dt.predations. Des cito-
yeans inlhgrcs en, ituient victims, notamment
les ministries C. Ardouin, David Troy (1) et
Jean-Baptiste Francisqlue. II ,aecusa Faustin ler"
I'avoir etd parjure i; li fai nalimle en renver-
sant les institutioeis avec Ilesfuelles il recut
I'attoritte; en ciounquemice, le declura dcchu
de son pouvoir Ipour avoir:
to. Enicomllbre Ies pirisonus d- e iloyeis sans-
jugement;
ji. Dltourimn tI.s les filnd- ,I, tresor geCn--

3o. Dttourlne Ie product di la v.ente des bois-
d'ine.jou fabrique suir le terrai, de l'Etat;
4 Detourne le pr,.luit dlui.'!ine des cafes;.
5o. Orldolnn de sc-rtcles imnissioiis de billets
ie e cnisc it son seul plt oft;
60. Orgaunise un pllionge h Lai i armnee par li
nmarinae s tr les coIte-;
Mefaits qui lout coiproini is I'honneur de
plusieurs hilatiens it de bcauaolUi p d'etrangers

(I).- Fabre Nieolas C. 9fard fat Ir preidem da tribunal
mialiire qui coodama ai mort David Troy.







- 44 -


orn les einpechlaiit de reMiidrne Icu les engage-
rnents.
SDo tIiul qurli, Inous ocLroyons acte pour etre
so inis i4 la Haute Co.ur. (1)
Geffrard, par un d-cnrt du 25 D)cembre, ou-
vrit nu commerce etrangpr les ports de Saiinl-
Mai l. Port-de-P;.ix, Miragoine et A4uili.
TrLulis.int W,, devoir militaire, le goendrl
Jnoeph V'incent. dit Myrtil, diuc de Caracol,clihe
de la division militaire du COipHnltien, convy-
qua. it cette iNmene dace. les fonction;aires ci-
vils el militaires. pour lea intormer de la pri~w
d'armes du gcncral Fubre Nicolas Geffrard et
leur demand d'y adherer. L'qfficier Sylvain
Saluave, au milieu de 1'assistance, brisa, d'ui
coup de revolver. le buste de I'Emnpereur Faus-
tin ler aux cris de: Vice la Rdcolttion!
La mouvaise impression que produisit. ce
geste oblige le general Vincent 6 luiobserver
que sa qualile de soldat no lui permettail pias
de se manifester ainsi.
Un comite compose de T. Dejoie, Joseph
Vincent, S. Sam, Hilaire Jead Pierre, O. Lon-
guefosse, Jtel Manigat, S. Auguste, membres:
B. Martin et St Box, secretaires, e'forma au
Cap-Haltien et se rallia au movement insur-
rectionnel.
Dans son acte d'adhesion, ii d6claru qu'il
considerait comme ,traltre A la patne, ennemi
de ses freres et trait comme Lel Je citoyen


(1).- Fewille de commere, 20 JaMvir 188. .






- 45 -


iqui refusait de prendre p.irt A I'aclion tqu'on
ciguKacit.
DI)ans cette meme journee, le conoilt publbia
eurie udresse oux citoyens de ce dC4p;artleiienI:
SCiloyells,
SLe people du department de I'Artibmnite,
us I'egide du general de division, F. Geffrord
:, proclulnt hi Republique et la rsisurrecliini
lde nw s institutions civiles el politiques.
a Ahsorl~ks depuis tant tl'a.ltes pIr 1''-'goIs-
tIIme io istruijux #'uIn lVe-ugle ti dc uolisu.lie,1.OUS
;IV.)ls a(ccepJl c.mme otuvre tle li Ilivilnit'
.llc-inem'e le mouvemnent Itgeetrllatui.lr qui
vient d'abittire cette hydre d'lanuarhllie', dI
pilours et de saying.
SCitoyCes, vos droils lie sl'onllt plus Ilmiron-
lius, vis gUranlties foulI&es ;uIIx pi,$ -t', ci.1 ,lrl a
-* il'll .is respectce.s.
Vive In Republiiqne! \'V\. h Ii irit' Vive
I'1:^alilit! Vive l'unionl !.
A\ *ettf milln darill les ffr'>lr i s(Ii ii-'I dfill

:Iidtif Pr iil Iia-su rrccliall.
Deux jours aprits. le Coanal. te|.i.i i.st..atlI
,lu Nord d(cIlri, Ipr nrrOtll. it!i, l iiil ith y'4ll
lie faisaint pallrtie d'aucun o:'.- r r, .r.i upz -sij
vait se rendre deux heures ;apr'-s c(ll'l pihlliici-
tion, nu bureau de la pla:c pour clncouilrir it
Il formation de la garde nuatioiIale. ga r;sintir
Vordre, la poix, sous peill d'Mtrl" oi-ider






-46 -


Par ui dlecret du 26. le eomit6 des Gonalves
'mobIilisa Iii grde inaltiioale.
I. le.ndemacin, Fabre Geffrurd ordoina la
ri'rgini.i~uiioui iuimnediUat de la girde Natin-
inl;e .all chiln lu co,mlmiune de la Republiquc
et d(eliirn que sti su Ipplrssion, dils les diffe-
riilts delartemriiits. etait un ;attenta ia la cons-
litution.
II ordloina, plar uI dIere-t, do porter dt~sor-
wllaii. :i 25 gourdes par mois, le fruis de bul-
tI.rics des c'orips et i 15 gourdes ceux de bu-
reaux des i|uartiers mnaltres parcel que leur
a;llocatioll otnit insutflsante.
Le ini vle jour, par un decret, Ie comitl des
Goinlves, reconnlaissa;nt que le titre de comite
dipimi tellental ll ( s'nccordait point *avec la
haute mission entreprise, prit le titre de co-
mite central. Foyer de la revolution, il devint
-l centre de routes les operations.
Les comities de Port-au-Prince, des Cayes
et du Cap-Halltie dcv.ient prendre, clacun,
la denomination de comite departemental: les
comites des chefs-lieux d'arrondissements,
cell de comitW d'arrondissements.
Ainsi, tous les arrondissements des departe-
ment de I'Arlibonite, du Nord, du Nord-Ouest,
et certaines communes de I'Ouest, telles que
Mirebalais et Lascahobas, etaient en armes
contre I'Empire.
A Saint-Marc, il y eut, le 28 Decembre, une
reunion des offlciersgeneraux du department
de I'Artibonite ein Conseil d'Etat pour protester
co .tre la persistance de Faustmn ler & garder






-47 -


Ie pou voir dout il n'eUlit plus revetu depuis
I'icte de decheace dress par le comite des
G4;mallvS.
IIs dtclar6renut nul et non avenue tout acte
neaia' t de lui et de ses agents, it partir du 23
)Decembre, et le rendirent responsible du sang
qui pouvait etre verse. U1s le menacerent de
re'presailles et firent un appel a tous les cito-
yen,. Ceux qui continuaient ii executer a ses
ordres barbares et sanguinaires etaient con-
sider.s come rebelled i la loi et a la volonte
?ouveraine de la Nation.
Les rvolutionnaires s'organiserent autant
que les circonstances le leur permettaient. Fa-
bre Geffrard se transport A Saint-Marc oi il
ctablit son quartier-general.


p-










CHAPITRE III


LA DEFENSE DE L'EMPIRE


Pour defendre I'empire, il y tut une telel
lentcur qu'on se demand si Fauslin ler etait
exactement renseigml! sur ce qui se lpassait
dans le ddpartement de I'Artibonite, oO si, al-
faibli par I'Age, il n'uvait pus dteji Ir'iitetioni
d'abando,,eir le pouvoir.
La nouvellle de la prise d'aimes purviilt i
Port-au-Prince dans In journee du 2 Dccm-
bre. L'autoritI militaire s'empressa de proc,-
der ii I'arrestation de certaines personin'es sus-
pectees de complicity avec les revolitionmui-
res. Citons eit'rautres Madane Geffrard etl ses
tilles qui furent conduites en prison. I.e do.-
teur J. D. Bauge, parti des Gonalves, I,; Dimain-
che 19 Deceimbre, arrive in Port-au-Prince, It
lendemain, Ai 4 heures de 'aplrs-midi. Mblade,
par suitee Ie epideniec qui sevissail, ii gurdn
le lit pendant deux jours. 11 fut arrail par Ia
police et ame, r ao bureau du cominnidamut de
la commune tit ii pa-s;s presq~ce touted lia jour-
nee du vendredi 25. Probhblemenit s'y Irouvait
aussi Emile Bourjollv. Cne comnission, cimu-
poste de Louis Cfalirfl s, Commissaire du gou-
vernemeilt pris Ie tribluil civil de lPort-au-
Prince, Joseph Batraville, juge d'lnstruction,








- 49 -


Innocent, juge de Paix, le colbue. Elie Liou-
laud 1 tM. Corbier, interrogea Ic Docteur J. D.
Bauge et lui deinutuda son permis pour quitter
Gnonaves. Cclui-ei expliqua qu'invil.6 par soin
confrtrre et orni, Ic Docteur Aubry, it venir as-
sister aux 'examens it Ie8cole tie Medecine.
fix&I au 23 Dcembre, ii partit de-; Gonallves flui
eIi'it en paix, sans soupqonsier tqu.oia 1.lnl1it v
prendre les armes tris jours ajr-.s. Quelle -.ui'-
to elait donmiue h I'aftaire aru's cct intcrrogu-
toiret Le 1)ocletir Baugtt (ut-il mmprisomititr I
Nous I'ignorouus. Ean tout cuas. nou, afrnmirnim
Of p artit avec 1'I1rnpereur pour I'ri~rcnlrn.it.
IItetoii Iicuy~, In~rsj gue. d'nrdlre rl( I'lrniager'rsisl.
In retrirnile rul fwdlmtale. 11 trnitit lit EodIiflatiij-
dlf Sn %Insjoslt avete ses courNrq-res: 14's 1)4wetiirs
Aubry. B. Mer' t. Duljsiil. Puret Jeuiie. et .furnu-
Irosicitoyeias. ciatlleramlres [k'lissny ce Boironal.
Its se rendirr-it Ious ii Su5aint-Mamre e -o? sim-
inirenl aux rNvolutionaiuiret.
Ln premiiere memire. priuse le 25 tIceilejlre..
rut Ia 8nise cii etat de si.,ge fie' Iii jpremniire alivi--
siom militnire ti Ii province de I'Artiboiite.
Lejleiadeni n, I'Plmpercur adrtessa vell.' pIro'-
claniation au peuple et it luuk'a :
aI1 y ii, bie'ulu~t mize ases. tiumasd je j i-s Ie.s:
rClliie, du goluve'riieoieist ; je trinavoei mis Isasiria
c iuetc piar iguatrea imna-sn de biles jeileCs iss.
E3love daies Ia cdilisasissnse i cc des Imornss ,- Il de.
hoses de asion pap,. e Csee tardai pas it meslitre'
Ic doigt sur Ile plaice quo nous minnit. Ce rt'spji-
re rut se signastl de Ni reasaissnsce de I'ordnre.
tle lis trimquillite e1 de tous les avneitogres 'ui







-50-


W'y rattachent. -r-J'ai espere done avoir le droit
del coimptcr, s.tbir s.ir In reconnaissance du
iin)iiii sur le bon i sen de ni *s conritnoens...
j'oubliai- I'ingratitude ret f'tnabilion do' quel-
|quc- revolutionnmires i.corrigibles.
UJ iKhrlloa conble de mes bientiils, uu
I| lu ine i qui, amguiretr encore. je prodiguais.
leI temoigiKages de ina bie.veilluace, apr#*'
I'nvoir. drux ftis, soustrail uu glaive de la loi.
I gea.irniml GefTrird, enfln, vient de lever I'eten-
dlird de In revolte aux Gomalves !
*Speculnut sur uie situation qui nous esl
commune avec les tuts les plus florissants du
globe, cet home. cedant i la fougue de ses
passions, Wa pus craint de rouvrir l'iblme des
revolutions que j'ai eu tant de peine a combler!
II n'a done pas profit, le malheureux. des
tristes lemons d'un passe encore bien prea de
nous!
*II n'a done pas song qu'en engageant Ic
pays dans In voie fatale o il s'est jete, il s'atta-
quait a In vie et au bien-et e de ses concito-
yens!
a Ainsi done j'au ai use mes veilles et ma
sante a ramener dans mon pays le calm et In
prosperity; je I'aurai place plus haut qu'il n'a
jumais etd dans I'estime et la sympathie des
peoples civilises, pour voir impunement un
forcend essayer de renverser 'oeuvre de dix
ans d'abnegotinns et d'effortsl.....
SNon, ii n'ell sera pas ainsi. Je compile trulo
sur le bon scumi de lines concitoyens,sur le sen-
timentbier entendu de leurs veritables iti.retLsr







- 51 -


|,-ur he'lsiter uu scul instant 6 scvir centre les
rupables!
SJe purs, laissant une porte ouverte au re-
lelntir. mais decide & frapper ceux qui ersis-
ternit dans leur criminelle enterprise; je pars
et je confie le maintien de la tranquillity, en
anon absence, aux p6res de famille, aux vnris
latriolts, i tous enfin qui prterent aux Iu-
sards des bouleversementspolitiques, les a vn-
tIges d'une situation qu'ils out lte a minme
d'apprecier, pendant les dix ani;i*es qui vie;)-
lneut de s'couler.
SQuand i vous offlciers, sous-offciers et
soldats, je compete sur vous pour e! retablisso-
ment de I'orlre. N'oubliez pas surtout. cone-
bien, A une autre 6poque. furent injustes en-
vers les vieux soldals qui avaient peniblement
acquis leur grade au service de la patrie, ces
revolutionnaires l. tate desquels 6taient
Riviere et ce m(me Geffrard.
Vive la Constitution I
Vive la Libertd I
Vive I'Union 1 (1)
Cette proclamation dtait contresignoe de
Guerrier Prophete, come de Terrier-Rouge,
Ministre de I'lnterieur et de I'Agriculture; de
Louis Dufrene, due de Tiburon, Ministre de la
guerre et de la Marine et des Relations Exte-
rieures; de Salomon jeune, due de Saint-Louis
du Sud, Ministre des Finances et du Com-
merce.


- I Nowito. do 8 Janwicsr 1".







-52-


Si I'Empereur pouvait savnir elu'" cuil de lii
deux de ss Ministres symplthliis. ient avec les
revolutionnaires! S'i pouvait lire dlns le grnid
livre de la destinle humaine pour voir l .sort
reserve A chacdn de ses trois .Minislres!
Guerrier Prophete, son Ministre . I' lnhi-
rieur et de I'Agriculture, sern an, mani. lilr.
dans le premier cabinet du President Geffrard.
Louis Dufrine qui entra au Ministtere de la
guerre, de la marine et des Relations Exterieu-
res, a la m6me date du 9 Avril 1848 que Solo-
mon Jeune, Ministre des finances ,et du Com-
merce, et le quitta, le meme jour que lui, le .',
Janvier 1859, et qui,comme lui,contrtesigiia kes
actes politiques de I'Empereur. sern coanmi;n-
dant d'arrondissement de Port-au-Princeet ins-
pecteur gteneraJ dartillerie sous le gouverne-
ment de Geffrard.
Salomon Jeune partit volontairemet. avec
son spouse, pour I'Europepar la voice de Kings-
ton, it 2 heures de I'apres-midi du 2t Ffvrier
1859. a board du brick niglais Ba!ilic.k nain de
inettre fin aux insinuntions des malveil-
lints. (1) Malgra lepasseportqui lui it ,te~ d4Ii-'

(I.) Palais Natioal de Port-a-Prince, le Mar IJ 1., as
ine de roidipcdamer.
Fabre Nicolas GeffrarJ, PR~ide d'k ii.
A Madame Vevec Salomoi.
*Madam.,
Le g eairal Saloa. vote fib. doet I'respriecx Set kl Jw-
mIwres awnt pu te si tiles, a vtoel voyagere Eugarope afi
de cooper court a ce quo des malveilHamm rT emewamir coo-







- 53-


vrt, ii Iui lot impossible de retourner eii Haiti.
GeflTrrd lui-mneme s*Oait mis ii Inm lete de ceux
I ui le pers-cctitatiemat.E:tanti ireaacut it In loi, ii Ic
AIt banumir it perpetuiWe do lerritoire de la RtHpu-
llique. et refusu de laisser revenir datis sot,
pays, Madame S&lArnou, iec Thulcide Jcla-
Louis Nicolas, qui mooruL *de chagrini, de
ijostalgie et de uesessitW.a La trzaslatioaa de bes
lesla" etwm hil imumation en Haiti tie furcitt pou%
ierimaises jazar I- gnouverijemeni t de Getfrard.Lbi
tier.' et Inm steur de Sail.'itmi Jetane nanagrutomi
..uss de cimiugriii. Aptumes de '.i dures tepreuve
!-6 ;1dversaimres pier-cist4'rweit, petidaunt sa prnr-
"mt.it.ieui tfut-ii vimsAaz tmeebC~,i lmui ret user evi
plo-eiu s'i-eil do le vJgmtie ajil etimlit ftem
dWmivuir ?-4rvic* lHoo-lai I 33 itm'. ave IiI)I-tiIer et

thmmmeii lle tiim r t lit it I..tmt.' e-riti-mu't fli ttate a.(l -
lacatlEotm.s I.[Is .umilii-reeit qipe le pays Iui aj)pNii*.
teinjitaLuux ukenis tilres que Ics autres citorivei
de aii Hetiublitlue. t1, eolittic euiix ii iviiit hpiji
Ic .Iroil de voulisir y vivrc. Ueil Ic ruiem et lrui-

Ire I..: votrr fit& r" am"ao un. dausw. ro. %.i "oa roTyagW ps
WoWr. jr w tardiroi pas &mi-m.m e Ii le r.apple. mimi. de
pouvoir stitiw La tongue prutique quil a des sfaiws de mnorw
pays-
a Jr w prie, Va. Nadami. de um vapprier an smou irds Maoidafh
Potyrarpe. vot,. Bit.. oar virisle amir d caharoe. quaoiqur jo 6o.%
d brcaroup %au An;.
aJ rsph *rvas tonateaps avoir le planar deroa wom was
Jr suo seine momoeawwe t.
e Faisee Geffrard a
(Prucea dof 1 Sl alo utom Io m iritiens de 1'emprisi.
-"t~ll Fabre hrd. p. 61).




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs