• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Dedication
 Preface
 Foreword
 Introduction
 Lettre I
 Lettre II
 Lettre III
 Lettre IV
 Lettre V
 Lettre VI
 Lettre VII
 Lettre VIII
 Lettre IX
 Lettre X
 Lettre XI
 Lettre XII
 Lettre XIII
 Lettre XIV
 Lettre XIX
 Lettre XXI
 Lettre XXIV
 Lettre XXVIII
 Lettre XXXII
 Le Cap-Haitien
 Advertising






Group Title: cap Français vu par une Américaine
Title: Le cap Français vu par une Américaine
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081284/00001
 Material Information
Title: Le cap Français vu par une Américaine
Physical Description: vii, 144 p. : ; 19 cm.
Language: French
Creator: Hassel, Mary
Pauléus-Sannon, H
Publisher: Imp. Aug. A. Heraux
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1936
 Subjects
Subject: History -- Haiti -- Revolution, 1791-1804   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
Spatial Coverage: Haiti -- Caribbean
 Notes
General Note: At head of title: H. Pauléus-Sannon.
General Note: Translation of: Secret history; or The horrors of St. Domingo, in a series of letters, written by a lady at cape Francois, to Colonel Burr ... , by H. Pauléus-Sannon.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00081284
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000143620
notis - AAQ9808
oclc - 01905666
oclc - 23818534

Table of Contents
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Dedication
        Page i
        Page ii
    Preface
        Page iii
        Page iv
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
    Foreword
        Page xiii
        Page xiv
    Introduction
        Introduction i
        Introduction ii
        Introduction iii
        Introduction iv
        Introduction v
        Introduction vi
        Introduction vii
        Introduction viii
    Lettre I
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
    Lettre II
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
    Lettre III
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
    Lettre IV
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
    Lettre V
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
    Lettre VI
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
    Lettre VII
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
    Lettre VIII
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
    Lettre IX
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
    Lettre X
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
    Lettre XI
        Page 87
        Page 88
        Page 89
    Lettre XII
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
    Lettre XIII
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
    Lettre XIV
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
    Lettre XIX
        Page 114
        Page 115
        Page 116
    Lettre XXI
        Page 117
        Page 118
        Page 119
    Lettre XXIV
        Page 120
        Page 121
        Page 122
    Lettre XXVIII
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
    Lettre XXXII
        Page 130
    Le Cap-Haitien
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
    Advertising
        Page 145
Full Text





H. T ULEUS SA





CAP FRAN AIS


PAR UITE AMfeRICAINE








Imprimerie AUG. A. HERAUX
136, Rue du Magasin de 1'Etat, 136
= 1936 =









A hI mi moire

be ma ftmme












PREFACE


D'aprds les renseignements puises aux
meilleures sources aux Etats-Unis, le nom
de !'auteur des lettres don't nous offrons la
traduction au lecteur, est Mary Hassal
et non Hassel, comme nous avons ecrit par
erreur. En 1809, elle fit paraitre un roman
intitule: Laura, ouvrage qu'elle avait
annonce, deux ann6es avant, dans la preface
des lettres. Mais de sa vie meme, on ne
sait pas grand'chose, pour ne pas dire
qu'on ne sait rien.

Miss Hassal dtait originaire de Phila-
delphie. Pendant un sdjour de quinze mois
au Cap Francais, of elle avait suivi sa
soeur marine A un riche creole de St-
Domingue,.elle avait repris par corres-
pondance ses relations d'amiti& avec un






PREFACE


personnage marquant des Etats Unis.
Celui ci n'dtait autre que le colonel
Aaron Burr, ancien vice-President de
l'Union sous Jefferson, et assez tristement
c6lebre pour avoir tud en duel Alexander
Hamilton, un des pares de la constitution
amdricaine.

Nous ne savons pas exactement ce
qu'dtait le colonel Burr pour Miss Mary
Hassal: peut-etre un ancien tuteur ou
bien un protecteur devenu un ami.
Toutes les lettres sont adress6s A ce
personnage.
Des la premiere lecture, on sent qu'on
est en presence d'une jeune femme
tres instruite, d'une culture A la fois solide
et brillante. Son livre eat en effet un regal
litt6raire. Miss Hassal 4tait doude de cette
mobility de I'imagination, de cette vive
impressionnabilit6 qui rendent si particulid-
rement attachante la correspondence des
femmes cultiv6es.






PREFACE


Par les traits de moeurs, les observations
fines et pdentrantes, les faits nouveaux ou
peu connus, les details le plus souvent
piquants qui y abondent, les lettres de Miss
Hassal constituent pour nous, Haltiens, qui
ignorons encore presque tout du passe de
ce pays, une source d'informations de tout
premier ordre sur I'6tat de la soci6td
de St-Domingue dans les derniers moments
de la domination francaise.

Qui le croirait ? Tandis que la colonie est
litteralement a feu et a sang, qu'on se bat
au Haut-du-Cap, A la Barriere-bouteilles,
que les h6pitaux regorgent de blesses, de
malades et de mourants, dans la ville A
demi assiedge, ce ne sont que bals, diners
et concerts. L'exemple part des chefs. Et
les fetes se suivent plus splendides, plus
dblouissantes a measure que I'inquietude
publique augmente et que l'avenir apparait
plus sombre.







PREFACE


Sans doute, cette vie d'insouciance et de
plaisirs n'etait pas nouvelle. Le Cap
Franqais n'en avait gudre connu d'autre.
Mais cela se comprenait aux 6poques ofi
St-Domingue 6tait tranquille et prospere,
off chaque colon s'enrichissait et vivait
comme un seigneur sur sa plantation, au
milieu d'esclaves laborieux et soumis.

Des I'arrivee, en I'an X, de I'Expedition
franqaise, la belle Pauline Bonaparte, que
le premier consul avait contrainte de
suivre son mari, exilee A dix-huit cents
lieues du Palais des Tuileries-et des salons
6elgants de Paris, sent le besoin de tuer
son ennui. Autour d'elle, rien, absolument
rien qui put, meme de loin, remplacer ou
rappeler ce qu'elle a laisse au Continent.
L'aspect du Cap, apres l'incendie tout
recent du 2 fevrier 1802, est celui d'un
desert de mines; et l'on se represente
I'impression d'isolement, de neant et d'in







PREFACE


finie desolation que dlt 6prouver, en y
ddbarquant,cettejeune femme faite pour les
plaisirs et la veille encore entouree,admiree,
choyde, courtisee dans la plus prestigieuse
capital de 1'Europe.

Ne lui faut-il pas de la society ? Elle
inaugurera des receptions, des fetes oif les
officers de l'etat-major de son mari, entire
deux combats, lui apporteront leurs hom-
mages flatteurs et viendront attaquer le
cceur trop facile des jolies creoles du Cap.
Leclerc n'est pas enclin aux plaisirs;
soucieux, il est plut6t a ses devoirs d'admi-
nistrateur, de capitaine general de 1;
colonies, qui lui prennent tout son temps.
D'ailleurs, de complexion faible, le climate
lui fait ddja sentir ses rigueurs.

Mais avec son successeur, tout change:
Mars s'efface devant Venus. Les f6tes, les
plaisirs I'emportent manifestement sur le?
soucis de la guerre et de la politique. L.






PREF ACE


nombre des maitresses de Donatien de
Rochambeau ne se compete pas. Sa vie privde
est un scandal de tous les instants.

Rien de plus rdvdlateur et d la fois de
plus caracteristique des tendances du nou-
veau capitaine general que son roman si
curieux avec la belle et seduisante Clara
St-Louis, roman que raconte avec tant de
complaisance Mis Hassal dans ses lettres.
Clara n'est pas americaine pour rien; se
sachant belle et adorant le flirt, elle par-
vient A affoler positivement Rochambeau
qui en cherchant A satisfaire sa passion ou
son caprice, recourt contre le mari et la
femme A des moyens indignes ou inddlicats
de la part d'un gentilhomme.

Et tell est I'importance de I'observation
directed par un esprit perspicace, p6ndtrant
et objectif a la fois qu'en moins de vingt
lettres, Miss Hassal nous fait infiniment
mieux connaitre la socidtd colonial finis-







PREFACE


sante, ses goQts, ses plaisirs et sa frivolity
foncidre, que le gros volume de Pierre de
Vaissidre. La peinture que nous en a laissde
l'auteur des lettres est d'un pinceau
presque toujours amuse ou spiritual, mais
parfois aussi, plus caustique, plus cruel que
le crayon d'un Forain.

Le petit livre de Mary Hassal me tomba
un jour sous les yeux a la Bibliothdque du
Congres, A.Washington. A en lire le titre,
(Secret history, or the horrors of Sto.-
Domingo in a series of letters written by
a Lady at Cape Francois to Colonel Burr,
late vice-president of the United States etc )
je crus d'abord A quelque reportage sensa-
tionnel a la Seabrook, a quelque chose de
fantastique dans le genre qu'on appelle
litt6rature d'escale ou touristique, et dcrit
a l'usage des gobe-mouches du conti-
nent nord-am6ricain.

Bien m'en prit de l'avoir ouvert. Le dif-






PREFACE


ficile 6tait de poss6der ces lettres si intd-
ressantes, I'ouvrage dtant epuis6 en librai-
rie. Grace A mes prerogatives d'agent diplo-
matique et A la courtoisie empressde des
dirigeants de la Bibliotheque, je pouvais
emporter ou me faire envoyer A ma Lega-
tion tous les ouvrages que je dsairais. Je
fis copier A la machine A 6crire les lettres
de Miss Hassal avec l'intention d'en donner
ult6rieurement une traduction frangaise.

Cette traduetion parut pour 'la premiere
fois en 1917 au journal I'Essor avec des
notes historiques, et fut accueillie avec
quelque faveur par le public lettre.

Je la mets aujourd'hui en volume pour
repondre A un desir qui m'a Wt6 souvent
exprime.

Ces lettres ne portent aucune indica-
tion quant aux dates auxquelles elles
furent cerites. Mais il n'est pas bien
difficile de combler cette lacune. II resort,






PREFACE


en effet, des noms des personnages et des
dv6nements don't il y est question, que les
14 premieres sont de la p6riode qui va de
juillet 1802 A septembre ou octobre 1803.

Parmi les dernidres, cerites' de Santiago
de Cuba, de Kingston ( Jamaique ), oi Clara
St-Louis et Miss Hassal s'dtaient successi-
vement rendues aprds avoir quittI le Cap
Frangais, j'ai laisse de cot6 plusieurs, ou je
n'en ai extrait que ce qui pouvait intdresser
le lecteur haltien.

J'espere qu'il leur sera faith le meme
accueil favorable qu'en 1917.


H. PAULEUS SANNON






J '











PREFACE DE L'AUTEUR


Je crains d'avoir et6 induite en erreur
par mes amis, quand ils m'ont persuade
que j'etais capable d'ecrire quelque chose
pouvant interesser et plaire. Et ce fut
surtout pour savoir quelle confiance je
devais mettre dans leurs aimables assu-
rances a cet dgard, que j'ai reuni non sans
hesitation ces lettres et ai consent & les
editer.

Si un public moins partial leur fait un
accueil favorable et leur trouve quelque
merite, cela m'encouragera & m'efforcer
d'obtenir son approbation ulterieure pour
un petit travail qui est dejA en preparation
et assez avance.

Philadelphie le 30 novembre 1807.











INTRODUCTION


Les recits des voyageurs ne tarissent pas
sur la prospdrite prodigieuse de St-Domin-
gue dans les dernieres anndes du 18e siecle
et les statistiques officielles ne laissent pas
que de montrer le tableau vraiment met-
veilleux qu'offre la grande colonie A cette
pdriode de son ddveloppement.

Par ses incomparables richesses, par
l'activitd qui y regne, par son luxe et par
ce charme particulier a tout milieu ofi
prdvaut la culture frangaise, St-Domingue
attire, fascine tous les regards.

Son caf6, son cacao, son coton, son sucre
envahissent tous les marches de l'Europe.
La fortune de ses habitants est proverbiale.
II n'y a qu'une ombre A ce tableau, c'est la







INTRODUCTION


condition oa se trouvent r6duites plus d'un
demi million de creatures humaines, voudes
sans relache A la plus monstrueuse exploi-
tation de l'homme par I'homme. Et encore,
cette ombre ne frappe-t-elle que le voya-
geur sensible ou l'observateur philosophy,
chez qui un sentiment penible se mele A la
premiere impression ressentie devant
l'dnorme d6veloppement de la colonie.

Une soci6te intdressante, A maints dgards,
s'est elevde 14. Elle a su s'entourer, pour
le bien-6tre et la satisfaction de ceux qui en
occupent le sommet, de tout ce qui tend A
rendre la vie large, commode et agrdable.
Ne dit on pas avec quelque exagdration, il
est vrai, qu'apres avoir laissd Paris, il faut
venir jusqu'au Cap, le "Paris des Antilles",
pour retrouver les n.in.es plaisiis et lts
memes elegances ?

St-Domingue est bien un prolongement
de la France continental; les tendances






INTRODUCTION


de l'esprit frangais s'y manifestent en tout,
jusque dans ce luxe raffind et ces frivolites
charmantes qui sont come la parure de la
society crole.

L'esprit du 18e sidcle, son liberti-
nage, sa philosophies, tout y a passe.
Montesquieu, Voltaire, Rousseau, les En-
cyclopddistes, Bernardin de st-Pierre, sont
des oracles comme I- i d s les salons
de Paris. j

Le Cap, Port au Prince, les Cayes ont
leurs sales de spectacle ofi l'on vient de
plusieurs lieues a la ronde voir jouer la
comedie, c'est-A-dire les dernieres pieces
de Paris "

Grace aux privileges accords A des
particuliers pour I'dtablissement d'impri-
meries, la Capitale a sesjournaux : les
AFFICHES AMERICAINES et la GAZETTE DE
PORT-AU PRINCE. La Rdvolution arrive,
d'autres pdriodiques paraissent aussitot : LE







INTRODUCTION


COURIER POLITIQUE ET LITTERAIRE DU
CAP-FRANqAIS, LE COURIER DE ST-DOMI
GUE, LA GAZETTE DE ST-DOMINGUE, LE
CITOYEN VERIDIQUE, LE MONITEUR COLO
NIAL etc.

Le courier de I'Europe apporte les jour-
naux de Paris: Le Mercure de france, Les
Revolutions de Paris, Le Patriote francais
de Brissot, le Courrier de Provence etc.
par lesquels on se tient au courant du
movement des iddes et de la march de la
Revolution.

Les imprimeurs-libraires entretiennent
des cabinets littdraires oti chacun peut
s'abonner pour la lecture d'ouvrages de
littdrature et autres, et des journaux.

Au Cap, ces ktablissements sont de veri-
tables cenacles oh I'on se rdunit pour
discuter les nouvelles du jour. DdjA la poli-
tique envahit toutes les tetes; des clubs
apparai-sent au Cap, a Port-au-Prince, aux







INTRODUCTION


Cayes sous le nom de SOCIETES DES AMIS DE
LA CONSTITUTION, forms sur le module du
c6lebre Club des Jacobins de Paris.

Le Cap, la plus opulente cite de la
colonie, en est depuis longtemps le sejour
le plus recherche. C'en est aussi la metropole
commercial. On y voit 79 edifices et
dtablissements publics, et de belles prome-
nades. La ville possede des maisons de
bains" oil sont admis les deux sexes,
lesquels peuvent se mettre ensemble, s'ils
le jugent convenable." Des voitures sta-
tionnent partout. Les routes qui y con-
duisent sontsillonndes de chaises, attelees
gendralement de trois chevaux. Sur la place
Montarcher, s'6l1ve un edifice particu
lierement imposant, c'est le palais du
gouvernement. Le beau jardin qui y fait
suite est le principal rendez-vous de la
soci6ted 61gante.

La mode veut que toute femme chic aille






INTRODUCTION


faire un tour, le dimanche matin, au
MARCHiDES BLANCS, au bord de la mer,
qu'elle ait ou non d'emplettes A faire. C'est
Ia qu'on tale les articles de Paris, les
toiles fines, les brimborions, tous les menus
objets de luxe don't raffole la gent
feminine.
La comddie du Cap, la plus ancienne de la
colonie, s'ouvrit en 1764 par une repre-
sentation du Misanthrophe. Elle est des
Plus courues. En dehors des pieces qu'on y
joue, les redoutes, les bals masquds sont
frequents pendant les carnavals. LA abou-
tissent les potins, les ddbinages, les
nouvelles du jour. Dans ces bals, les dames
paraissent en dominoF, et des intrigues se
nouent qui rappellent en petit celles de
I'Opera de Paris. C'est le rendez-vous des
jeunes gens et des filles galantes. Dans
I'assistance circulent des dpigrammes, des
vers licencieux, et des chansons imprimnes
contre les femmes legeres.







INTRODUCTION VII

De la salle de la comddie du Cap, sont
parties, au debut de la Revolution, bien des
intrigues politiques et meme des mouve-
ments seditieux.

BIBLIOGRAPHIE

Moreau de St-Mery: Notes historiques;
Description de la Partie frangaise de
St-Domingue. Tome ler Gastonnet Des.
fosses : la Perte d'une Colonie. 1 vol.
Pierre de Vaissidre : Saint-Domingue etc.
1 vol Passim.












LETTRE


Nous sommes arrives A bon port, mon cher
ami, aprds une traversee de quarante
jours, pendant laquelle nous avons horri
blement souffert du mal de mer, de la
chaleur et du manque d'espace et d'air.
Mais la socidtd de rnes compagnons de
voyage 4tait .si agrdable que j'oubliais
souvent les inconvenients auxquels j'etais
exposee. Elle se composait de cinq ou
six families franqaises qui avaient laisse
St-Domingue au commencement de la
revolution et qui y retournaient joyeuses a
l'idde de reprendre possession de leurs
propri6tes d'oh elles avaient etd chassdes
par leurs esclaves revoltis. Soutenues par
leurs esperances fraichement dveilles, elles
en 6taient enchantees d'avance.
II y a une ldasticitd dans le temperament
des frangais qui repousse le malheur. Is
ont une intarissable gaiete qui les porte







LETTRE I


allgrement A travers les vicissitudes de
la vie.
Vers la fin du voyage, quand j'etais assez
bien pour monter sur le pont, je fus ravie
par la tranquillity profonde de l'ocdan, la
vue ininterrompue, le bel horizon, et je
ddsirais, puisque le sort m'a sdparde de ceux
que j'aime, pouvoir me bAtir une demeure
sur le sein des eaux of, a I'abri des tem-
pates qui agitent I'humanite, je ne serais
expose qu'A celles du eiel.
Mais trdve de rdflexions melancoliques ;
car, ici je suis A St-Domingue of un monde
nouveau s'offre A mon regard. Ma soeur,.
don't j'ai 6te oblige, vous le savez, de
partager la destinde, se repent d'avoir fait
avec tant de precipitation le choix d'an
mari. II est impossible A deux 6tres d'etre
plus diff6rents, et je prdvois qu'elle sera
malheureuse.
En d6barquant nous trouvames la ville en
ruines. On ne peut imaginer un plus
affreux tableau de desolation. En tra-
versant les rues obtrudes de decombres,
nous parvinmes avec difficulty A une
maison qui avait dchappe au sort commun.






LETTRE I


La population vit sous des tentes, ou elle
se construit une sorte d'abris en mettant
des planches au-dessus de poutres a demi-
consumdes; les maisons 6tant ici en pierres
de taille, avec des murs de trois pieds
d'6paisseur, les toits et les planchers ont
6t6 seuls d6truits.
Le r6cit de la mis6re don't ce people
infortund a souffert remplirait d'horreur
le cceur le plus ferme, et de pitid le plus
endurci.
Quand la flotte frangaise parut A l'entr6e
du port, Christophe, le general noir qui
commandait le Cap, parcourut la ville A
cheval, ordonnant aux.femmes de quitter
leurs maisons, les homes ayant Otd con-
duits en plaine la veille. car ii allait incen-
dier la place; ce qu'il fit de sa propre
main. Les femmes portant leurs enfants
dans les bras, ou soutenant les pas trem-
blants de leurs vieilles mares, gravissaient
en foule la montagne qui s'eldve derriere
la ville ; grimpant sur des rocs couverts de
ronces oh aucun sentier n'avait jamais 6te
fraye, leurs pieds s'y d6chiraient, et leurs
pas 4taient marques de sang. LA, elles







LETTRE I


souffrirent toutes les affres de la faim et de
la soif, en proie a la plus terrible appre-
hension sur le sort de leurs pares, leurs
dpoux, leurs freres et leurs fils. A cela
s'ajoutait la vue de la ville en flames ; et
ces horreurs furent encore accrues par
I'explosion de I'arsenal.
De large masses de rocs ddtachdes par
le choc rouldrent de la montagne, tuant
nombre de ces malheureuses fugitives.
D'autres, plus malheureuses encore, eurent
les jambes brisdes ou fortement meurtries,
tandis que leurs infortundes compagnes ne
pouvaient leur offrir qu'une vaine sym-
pathie et d'inutiles regrets.
Le troisidme jour, les negres dvacuerent
la ville, et la flotte entra dans le port. Deux
hommes qui avaient dte caches par un
fiddle esclave, etaient allies sur une embar-
cation A la rencontre du Vaisseau amiral, et
arriverent A temps pour prdvenir une
6pouvantable catastrophe. Le general,
voyant quantity de gens descendre de la
montagne, crut que c'6taient les negres qui
venaient s'opposer A son d6barquement; il
se disposait A ouvrir le feu sur eux, lorsque






LETTRE I


ces deux messieurs lui apprirent que
c'dtaient des blancs, et empechdrent ainsi
une erreur trop affreuse pour y penser.
Les habitants rentr6rent alors de la plaine
et cherchdrent parmi les ruines fumantes
les objets de leur tendre sollicitude.
Ces scenes dechirantes de tendresse ne
peuvent dtre decrites : l'imagination elle-
meme recule devant cette tache.
Nous arrivames trois mois aprds cette
dpoque, et nous avons maintenant un mois
ici. La ville se relieve rapidement, mais il
est tr6s difficile de trouver un logement.
Lachaleur est intolerable et la saison mau-
vaise, si mauvaise ( unhealthy ) que les
gens meurent en nombre incroyable.
La nuit de notre arrive, Toussaint, le
g6ndral en chef des negres, fut arrted aux
Gonalves et embarqud pour la France ( 1 ).
Cet evenement donna lieu A de grandes
rdjouissances.


( 1) L'arrestation de Toussaint-Louverture eut
lieu le 18 prairial An XI ( 10 Juin 1802 ). Cette
date fut par consequent celle de I'arrivee de
Miss Hassel au Cap Francais.







LETTRE I


Peu de temps avant son arrestation,
Toussaint avait enfoui son tresor dans les
bois, et au retour des n6gres, qu'il avait
employs A ce travail, ils furent executes
sans qu'il leur filt permis de proferer un
seul mot. (1)
Clara (2 ) a eu la fi6vre jaune. Son mari
qui certainement I'aime beaucoup, a veilli
sur elle avec un soin incessant, et lui a, je
crois, sauv6 la vie A laqnelle elle n'attache
aucun prix, depuis qu'elle doit la passer en
sa compagnie. Rien ne l'amuse. Elle sou-
pire constamment aprds I'ami de sa jeu-
nesse et ne semble vivre que du souvenir de
son bonheur passe. L'aversion de Clara pour
son mari est entire et insurmountable. II
est vain, ignorant et bavard. On peut sup-
porter un fou silencieux, mais il n'y a pas


(1) La 16gende est connue. Bonaparte lui-
meme n'avait-il pas envoy son aide-de camp,
le general Caffarelli, au Fort de Joux pour obte-
nir des renseignements a ce sujet ? J'ai perdu
autre chose a St Domingue que des tr6sors, se
content de repondre Toussaint-Louverture A
l'envoye du premier consul.
( 2 ) Soeur de l'auteur des lettres.






LETTRE I


de soulagement avec un fou hableur.
Que ses rapports avec lui doivent 6tre
p6nibles, et comme cette peine doit etre
infiniment accrue A I'idde qu'elle lui ap-
partient pour toujours ? Son esprit 61egant,
enrichi de connaissances litteraires, est
perdu pour lui ; son ame fiUre souffre de
ce qu'elle depend de quelqu'un qu'elle
abhorre et de voir sa beaut,, vous la
connaissez, cette beauty, si basement
vendue.
Quand elle etait sur le continent, elle
sentait moins I'horreur de son sort. La com-
pagnie de son ami donnait un charme a son
existence, et comme elle s'6tait marine
d'apres I'avis de celui ci, elle croyait qu'elle
serait heureuse A la fin. Mais leur s6para-
tion a ddchir6 le voile qui lui cachait I'etat
de son coeur ; elle n'est pas en sympathie
avec son mari, elle est seule et malheu-
reuse.
Le gendral Leclerc est de petite taille. Sa
figure est intdressante, mais sa sante parait
mauvaise. Sa femme, la sceur de Buonaparte,
habite une maison situde sur la montagne,en
attendant qu'elle puisse en avoir une en ville.






LETTRE I


Elle n'est pas content, et je pense a just
titre, des dames du Cap qui, par un faux
orgueil, ne se sont pas presentees chez elle
lors de son arrive, parce qu'ayant perdu
leurs toilettes, elles ne pouvaient pas
I'db!ouir par leur luxe.
Ayant oui dire qu'il y avait des dames
amdricaines ici, elle exprima le d6sir de les
voir. Monsieur V.... nous offrit de nous
presenter. Clara qui ne ferait pas un mille
pour voir une reine. declina l'offre. Mais moi
quimepromene A tous moments simplement
pour le plaisir que cela me procure, je m'y
suis rendue. Et en considdrant la peine qu'il
coite pour gravir la montagne, j'ai un
titre A la gratitude de madame pour avoir
entrepris de lui montrer un objet qu'elle
esp&rait probablement trouver dans un Rtat
sauvage.
Elle se tenait dans un salon assombri par
des jalousies, et couchee sur un sofa, d'oti
elle se leva pour me recevoir. DWs que je
fus assise, elle se coucha de nouveau. Elle
amusait le general Boyer (1) qui dtait assis

(1) Jacques Boyer chef de l'6tat-major de
larmee frangaise.






LETTRE I


A ses pieds, en laissant tomber conti-
nuellement sa mule, qu'il lui remettait
aussi souvent qu'elle la laissait tomber.
Madame Leclerc est de petite taille, belle
avec des yeux bleus et des cheveux blonds.
Sa figure exprime la douceur sans etre
spirituelle. Elle a la bouche voluptueuse,
et un air de langueur qui se rdpand sur
toute sa personnel la rend int6ressante. Elle
portait une robe du matin en mousseline et
avait un mouchoir de madras sur la tite.
Je lui ai offert une de ces medailles
d'argent reprdsentant Washington, et
graves par Reich, don't elle parut charmee.
La conversation languissant, je pris conger
aussit6t.
Le general Leclerc 6tait parti le matin
pour le Fort-Dauphin.
Je suis toujours de bonne humeur, car
tout ici me charme par sa nouveautd. II y
a mille jolies choses A se procurer, des
modes nouvelles et d'ledgants colifichets
de Paris.
Mais nous n'avons ni bals ni spectacles,
et A quoi sert la parure, si elle ne peut etre
nmontre 7






LETTRE I


Les natifs de ce pays murmurent ddjA
contre le general en chef. IIs disent qu'ii a
tropde confiance dans les negres. Quand
Toussaint fut pris, Leclerc avait tous les
chefs noirs en son pouvoir, et s'il les avait
embarquds aussi pour la France, il aurait
jete la terreur dans toute I'ile, et les ndgres
auraient Wtd facilement reduits. Au lieu de
cela ii se repose sur la bonne foi de ces
chefs, les a continuellement chez lui, a sa
table, et perd en conferences le temps qui
pourrait 6tre employed autrement. Les
crdoles secouent la tote et predisent beau-
coup de malheurs. Habitues au climate et
sachant de quelle maniere combattre les
n6gres, ils offrent des conseils qui ne sont
pas 6coutes, pas plus qu'aucun d'eux n'est
employee. Toutes les functions honorifiques
ou salaries sont occupies par les euro-
peens qui semblent considerer I'ile comme
une place d conquirir et A partager entire
le. vainqueurs et qui sont regards par
consequent d'un ceil jaloux par les natifs.
En effet, I'irntention avoude de ceux qui
snit venus avec I'armre, est de faire
forl'lne et de s'en retourner en France







LETTRE I


le plus vite possible pour en jouir. On ne
peut pas s'imaginer qu'ils soient delicats sur
les moyens employs pour atteindre leur
but.
Le Cap est cerne, du moins la plaine est
occupee par les negres. La ville est tran-
quille; Dessalines et les autres chefs noirs
sont dans les meilleurs terms avec le
general Leclerc.
Nous aurons une grande revue la semaine
prochaine.La milice va Wtre organisde, et le
general doit haranguer les troupes sur le
champ. II a la reputation d'etre tres
eloquent, Mais il a, d'autre part, mdcon-
tente tout le monde pour avoir commando
un service de vaisselle plate avec I'argent
destined payer I'armee, tandis que les
pauvres soldats, mal vetus et plus mal
nourris encore, demandent l'aum6ne dans
les rues et meurent completement de
misere,
On ne connaissait jamais de mendiants
dans ce pays, et de les voir en si grand
nombre, cela remplit les habitants d'hor
reur. Mais pourquoi des considerations
aussi insignifiantes que la conservation du







LETT RE I


soldat empecheraient-elles un general en
chef de manger dans des plats d'argent?
Nous n'avons ni bals publics ni prives,
ni aucun amusement, except de temps a
autre un petit scandal. Le plus courant
en ce moment est que madame Leclerc
est tres bonne pour le general Boyer, et
que son maria est mncontent ; ce qui, de la
part d'un mari franqais, est un peu
extraordinaire. Peut 6tre la derni6re parties
de I'anecdote est elle une calomnie ?
Madame Leclerc, ainsi que je I'ai appris
d'un homme qui la connait depuis longtemps,
a montre des sa prime jeunesse un pen-
chant A la galanterie et a eu, dtant tres
jeune, certaines ventures d'cclat a Mar-
seille. Son frere don't elle est la favorite,
I'a marine au g6enral Leclerc A qui il confia
le commandement de I'armee qui devait
partir pour St Domingue, apres avoir donna
cette lie comme dot A sa soeur. Mais la
repugnance de Madame Leclerc A venir
dans ce pays dtait si grande qu'il avait ete
presque necessaire d'user de la force pour
I'obliger a s'embarquer. Elle a un enfant,






LETTRB I


un ravissant petit garcon de trois ans,qu'elle
parait beaucoup aimer.
Mais, pour une jeune et belle femme
habitue aux douceurs de la flatterie et
aux plaisirs enivrants de Paris, certaine-
ment la transition A ce pays, dans son
etat present, a etd trop violent.
Elle n'a pas de society, pas d'amusement,
et ne s'etant jamais imagine qu'elle serait
force de chercher un equivalent pour I'un
ou i'autre dans les resources de son propre
esprit, elle n'etait pas prdparee A cette
eventuality.
Elle deteste lire et, quoique aimant
passionnement la musique, ne joue d'aucun
instrument, n'ayant jamais distrait quelques
instants du temps consacrd aux plaisirs pour
etudier cet art divin. Elle ne sait que
danser, et danser seul est une bien triste
resource.
Dgs lors, ii n'est pas etonnant que cette
disposition premiere predomine ; et si elle
ecoute les propos d'amour soupirds par le
general Boyer, jamais plus charmant
adorateur n'a offert ses voeux au temple
d'Idalie.







LETTRE I


Les formes et la figure du general Boyer
sont des modules de beauty masculine. Ses
yeux petillent d'enthousiasme, et sa voix a
une douceur d'expression qu'on ne peut
entendre sans emotion. Ainsi placee et
entouree, sa jeunesse et sa beauty plaident
pour elle, et ceux qui seraient les plus
disposes a la condamner, s'6crieraient en la
regardant :
Si quelques erreurs de femme lui
Bchoient en partage.
Regardez-la en face et vous les
oublierez toutes. "
Je suppose que vous rirez de ce bavardage.
mais c'est la nouvelle du jour. On ne parole
que de madame Leclerc. L'envie et la
michancet la poursuivent de leurs traits,
parce qu'elle est jolie et environnee de
splendeur.
Je viens de lire Madame de Sta&l sur les
missions qu'elle decrit trds bien, mais pas,
je crois, exactement comme elle en a res-
senti l'influence.
J'ai entendu sur elle une anecdote que
j'admire: un ami a qui elle avait fait part de







LETTRE I 15

son intention de publier ses Memoires, lui
demand ce qu'elle comptait faire de la
parties galante. Oh, rdpondit-elle, je ne
me peindrai qu'en buste. "












LETTRE II



uel changement ici depuis ma derniere
lettre Je vous avais parle d'une grande
revue qui devait avoir lieu, et dit egale
ment que la confiance que le genDral
Leclerc piagait dans les negres 6tait haute-
ment blamee, ainsi qu'il vient d'en faire
1'experience a ses depens.
Le jour de la revue, au moment ofi les
troupes de ligne et la garde national
etaient reunies, un complot fut decouvert.
II avait ted former par les negres de la
ville dans le but de s'emparer de I'arsenal
et de diriger sur les troupes le canon d'un
fort quidomine la place,tandis que Clervaux,
le g6nera! inulatre qui c.,lmande les posters
avances, se joindrait aux negres de la plaine
pour ecraser les garden, enter en ville et
achever la destruction des blancs.
La premiere parties du complot fut
dejouee, mais Clervaux reussit A s'echapper








LETTRE II


et, dans la soiree, attaqua le poste que le
general Leclerc lui avait si imprudemment
confie.
La consternation etait terrible. La garde
national, composee principalement de
creoles, fit merveille. Les capitaines et les
platelots ambricains offrirent leur concours
( volunteered ) et se battirent bravement.
Beaucoup d'entre eux perirent. Les negres
furent repousses; mais s'ils n'ont pas
gagne du terrai.i, ils n'en ont pas perdu :
ils occupent en ce moment les memes
positions qu'avant. (1)
Le pusillanime general Leclerc, reculant
devant le danger don't son imprudence avait
ete la cause, n'a pense qu'A son propre
salut. IU envoya sa vaisselle et ses objets
precieux A bord du vaisseau amiral, et se
pr6parait A s'embarquer secrdtement avec


(1) La defection de Clervaux avec les 10e et 13e
demi-brigades coloniales cantonnees au Haut-du-
Cap, et respectivement command6es par Jean-
Philippe Daut et Alexandre Petion, eut lieu le
21 vend6miaire, An XI ( 10 octobre 1802. ) Ces
trois chefs attaquerent le Cap le lendemain, A
11 heures du soir.







LETTRE II


sa suite. Mais le brave admiral La Touche
de Trdville lui fit dire qu'il ouvrirait le feu
avec plus de plaisir sur ceux qui abandon-
neraient la ville que sur ceux qui I'ont
attaquee.
Le jour suivant prdsentait un spectacle
terrible : on n'entendait que les g6mis-
sements des blesses que I'on transportait A
travers les rues, et les cris des femmes pour
leurs amis qui avaient Wt6 tuds. Le gendral,
enferm6 chez lui, ne voulait voir personnel,
honteux de la faiblesse qui avait occasionn6
ces ddsastreux evenements et du manque
de courage qu'il avait montrd.
II fut pris de fidvre et expira dans les
trois jours (1).
Madame Leclerc qui ne I'aimait pas de


(1) Victor-Emmanuel Leclerc, malade depuis
le 22 octobre, mourut le ler novembre 1802. A
une heure du matin, c'est-A-dire trois jours apres,
non, comme le dit la lettre, la premiere attaque
du Cap, mais bien la deuxieme qui fut dirigee
par Clervaux, Christophe et Petion, le 6 bru-
maire, An XI ( 28 octobre 1802 ). Ces e6vnements
marquerent le d6but de la guerre de l'Ind6pen-
dance.






LETTRE II


son vivant, porta le deuil de son mari comme
une matrone d'Ephese. Elle se coupa les
cheveux qui etaient tr&s beaux, et les jeta
dans le cercueil.
Elle refusa tout aliment et toutes conso-
lations publiques.
Le g4ndral Rochambeau, qui se trouve au
Port-au-Prince, a etd appeal par les habi-
tants du Cap pour prendre le comman-
dement. (1) On attend beaucoup de bien
de ce changement. On le dit brave et
excellent homme.
Monsieur D'or [ Daure ] est capitaine-
gendral par interim, et reunit dans sa
personnel les trois principles functions
du gouvernement: prefet colonial, ordon-
nateur et general en chef. Tout ce remue-
menage aurait ete charmant, s'il n'etait
accompagn6 de si tristes consequences. II
nous empeche de nous petrifier, ce don't
j'etais menacee.


(1) Rochambeau ( Donatien Vimreur de ) avait
et6 d6sign6 par Leclerc lul-meme, quelques heures
avant sa mort, pour prendre le commandement
en chef, et non par les habitants du Cap.






LETTRE II


J'ai faith la connaissance de quelques
dames creoles qui, etant restees dans l'ile
pendant la revolution, racontent leurs
souffrances d'une maniere A vous ddchirer
I'ame, et s'arretent sur le souvenir de leur
bonheur perdu avec une melancolie char
mante. St-Domingue etait autrefois un
jardin. Chaque habitant vivait sur ses
terres comme un souverain, gouvernant ses
esclaves avec une autorite despotique,
jouissant de tout ce que le luxe peut
inventor ou que la fortune peut procurer.
Les plaisirs de la table etaient portes au
dernier degree de raffinement, le jeu n'avait
pas de limits, et le libertinage, appele
amour, etait effrend.
Le creole est gendreux,hospitalier, magni
fique, mais vain, inconstant et incapable de
sdrieuse application. Et en ce sejour de
plaisirs et de somptueux bien-dtre,regnaient
des vices don't I'humanite frdmit. La
jalousie feminine dtait souvent terrible
dans ses consequences. Une dame qui avait
une belle jeune negresse continuellement
pros de sa personne,crut voir des sympt6mes







LETTRE II


de tendresse (1) dans les yeux de son mari.
Toutes les fureurs de la jalousie s'empa-
rerent de son Ame. Elle ordonna A un de ses
esclaves de couper la tete A l'infortunde
victim, ce qui fut execut6 instantandment.
Au diner, son mari, ayant dit qu'il ne se
sentait pas de disposition a manger, elle
lui rdpondit de I'air d'un demon: "Peut-@tre
pourrais je vous donner quelque chose qui
vous excite I'appetit : il a eu du moins cet
effet deja. Elle se leva et tira d'un placard
la tete de Coumba.
Le mari, suffoqud au delA de toute
expression, laissa la maison et s'embarqua
immediatement pour la France, pour ne
plus voir un tel monstre.
Beaucoup d'anecdotes de ce genre ont
6td racontdes par mes amies crdoles. L'une
d'entre elles, apres avoir excite ma plus
chaude sympathie, me fit rire de tout coeur
au milieu de mes larmes. Elle me conta
que son mari avait Wtd blessed dans ses
bras par un esclave qu'il avait toujours
trait comme un frere; qu'elle avait vu ses

(1) En francais dans le texte.






LETTRE II


enfants tugs et sa maison braille; mais
qu'elle-mfme avait etd sauvee par un fiddle
esclave et conduite, apres d'incroyables
souffrances et A travers d'innombrables
dangers, au Cap. Le mdme esclave, ajouta-
t-elle, et cette idee semblait la consoler de
toutes ses autres pertes, avait sauve tous
mes mouchoirs de madras. "
Les femmes crdoles ont un air de
voluptueuse langueur qui les rend extreme-
ment intdressantes; leurs yeux, leurs dents,
et leurs cheveux sont d'une remarquable
beauty, et elles ont acquis, de l'habitude de
commander leurs esclaves, un air de dignity
qui ajoute A leurs charmes.
Presque trop indolentes pour prononcer
leurs mots, elles parent avec un accent
trainant qui est trds agreable. Mais depuis
qu'elles ont etd stimuldes sous la pression
du malheur, beaucoup d'entre elles ont
montrd des talents et trouvd des resources
dans I'dnergie de leur esprit, qu'on leur
eut suppose impossible de possdder.
Elles ont un goOt natural pour la
musique et dansent avec une agility, une
grace, une 416gance qui leur sont propres.








SLETTE II 23

Slles qui ont Wte levees en France
issent la vivacity frangaise A la douceur
dole, et sont les plus irrdsistibles crda-
res que I'imagination puisse concevoir.
I Dans le commerce ordinaire de la vie,
Jellies sont ch i j'avais besoin
d'une aroe dans une occasi uelconque,
je n'oserais pas computer sur leur stance.












LETTRE III


CAP FRANQAIS

Se tant desird general Rocharnbeau est
4ici enfin. (1) Son arrive fut annoncee,
non au son des cloches, car il n'y en a pas,
mais par le canon. Tout le monde, sauf moi,
avait 6t6 voir son debarluement ; j'en fus
emp6chde, non par manque de curiosity,
mais par suite d'une indisposition.
On n'entend que la joie publique. Le
general est consider comme le garden, le
sauveur du people. Chaque proprietaire se
voit deja sur son habitation, et j'ai mnme
entendu plusieurs discuter sur la quality
du cafe qu'ils competent recolter bienltt.
Ces creoles ardents reconnaaitront, peut
6tre, qu'ils ont comptd sans leur hote.

( 1 ) Rochambeau arriva au Cap le 26 bru-
maire An XI (17 novembre 1802 ) sur la frigate
"1'Enbuscade qui avait amene le general Watrin,
son successeur, au Port-au-Prince.







LETTRE III


En attendant, (1) le g6ndral qui, semble-
t-il, porte le plaisir aussi bien que la
\ conquete dans ses bagages, donne un grand
bal jeudi prochain. Nous sommes invites
et nous y allons.
Clara est enchantde. Pour la premiere
fois depuis notre arrivee, ses yeux brilld.
rent en recevant I'invitation, et I'important
sujet de savoir quelle couleur porter,
quelle mode adopter, est continuellement
en discussion, Son mari, don't le principal
plaisir est de la voir briller, se prete A
toutes les extravagances de son gout capri.
cieux. Elle soupire aprds des conquates,
parcel qu'elle ne connait pas de joie inte-
rieure, et elle entrera volontiers dans tout
project d'an.usement pour oublier momen-
tandment ses miseres domestiques. Elle
est malheureuse, quoique entour6e de luxe,
parce que, en raison de sa tournure d'esprit,
elle ne peut trouver le bonheur dans un
objet qui n'int6resse pas son coeur.
Ma lettre ne sera fermde qu'apres le bal
don't vous serez content, je suppose, d'avoir
uae description.

S(1) En franqais dans le texte.







LETTRE III


Pourquoi ne m'6crivez-vous pas ? J'ignore
vos projects. meme le lieu de votre residence,
et bien que je sois convaincue que vous ne
pouvez m'oublier, j'ai du chagrin, si je ne
recois I'assurance de votre amiti6 par
chaque navire qui arrive.
Clara n'a pas ecrit, car, rien jusqu'ici ne
peut la reveiller de la ldthargie dans
laquelle elle est plongde. Peut etre les
scenes de gaiet6 oa elle va s'engager main-
tenant, pourront-elles dissiper la tristesse
qui menace de detruire toute I'energie de
son charmant esprit.
Peut etre ces scenes seront elles plus
funestes pour sa tranquillity que la tristesse
don't je me plains, car, dans ce monde de
miseres, nous ne savons que ddsirer, et
I'accomplissement de nos desirs est souvent
un reel malheur. Nous passons notre vie A
chercher le bonheur, et combien meurent
sans l'avoir trouve ?...
Eh bien, mon cher ami, le bal a eu lieu,
le bal don't je vous ai promise une
dt-.cription. Mais qui peut deerire la chaleur
o i;i sensation suffocante ressentie dans
iu foule ?






LETTRE III


Le general a une figure agrdable, la
bouche charmante et le plus ravissant
sourire. Mais" comme le soleil, il brillait
pour tous dgalement et n'eut d'attention
particuliere pour personnel ". II portait un
brilliant uniform A la hussard (1), et
des bottes rouges. Sa personnel n'est pas
agreable,-- i est trop petit de taille avec
une t6te A la Bacchus qui ne rdpond ni A
I'idde que je me fais d'un grand general,
ni A celle d'un grand homme.
Mais vous savez qu'un de mes d6fauts,
c'est de crier les objets de mon imagination
A I'image de mon incomparable ami, et
par consdquent, de ne pas aimer tout ee
que je rencontre, parce qu'il reste en decq
de mon attente.
J'ai etd d6sappointee A ce bal, parce
que j'ai etd confondue dans la foule ; mais
mon desappointement n'Otait rien, compare
a celui de Clara. Habitude A Ctre admire,
elle s'attendait a l'dtre encore davantage
a cette occasion, et ce n'6tait pas flatteur
pour elle de se voir passer inaperque. Elle


( 1 ) En francais dans le texte.






LETTRE III


n'a pas danse; elle n'est restee qu'une
heure, et s'est deciarde contre tous les
bals a I'avenir. Mais ii y en a un announce
par I'amiral et qui la portera a changer
de resolution.
Madame Leclerc est parties pour la France
avec les restes de son mari, qui ont et6
embaumds (1).
La ville est tranquille. L'arrivee du
general Rochambeau semble avoir jete la
terreur parmi les negres. Je voudrais qu'ils
fussent soumis afin de pouvoir aller visiter
ces habitations tant vantees. Je m'y repose.
rais l'ombre des rangers, je marcherais
sur des tapis de roses et de frangipanes,
jem'endormirais event6e par de silencieuses
esclaves,ou bien j'aurais les pieds chatouilles
jusqu'" I'extase par la main souple d'une
servante.
Tels 6taient les plaisirs des dames creoles



(1) Les restes du capitaine-g6n&ral furent
ramen6s en France par le vaisseau le sw.flsure,sur
lequel avait pris passage madame Leclerc. Le
tombeau de Leclerc se trouve au Pantheon, A
Paris.






LETTRE III 29

t le temps se partageait entire le bain,
la table, la toilette et I'amour. Quelle
d.licieuse existence! Passer ainsi sa vie
dans une voluptueuee indolence, errer A
l'aventure dans les champs en fleurs et
d'une verdure 6ternelle, ou A travers les
forts de palmiers majestueux, s'asseoir
pros d'une source jaillissant d'un rocher
sauvage et frequente seulement par la
roucoulante colombe, et, dans ces solitudes
enchantees, s'abandonner A toutes les
reveries d'une imagination exaltee !
Mais le moment de jouir de ces plaisirs
est, je le crains, encore tres 6loignd. Les
nfgres ont connu pendant dix anndes les
bienfaits de la liberty, car c'en est un A
coup sir, de quelque maniere qu'il ait e4t
acquis, et ils n'en seront pas aisdment
depouillis, Ils ont combattu et vaincu les
troupes frangaises, et leur force s'accroit
par la connaissance qu'ils ont de la faiblesse
de leurs adversaires, et le climate meme
combat pour eux.
Habituds A une vie sauvage, ils se
couchent dans les bois sans souffrir du
soleil, de la roade ou de la pluie. Un negre






LETTRE III


se nourrit d'une banane, d'une orange Afire,
d'herbes et de racines, tandis que ce genre
de vie est funeste aux soldats europeens.
Le soleil et la rosee leur sont 6galement
funestes,et ils perissent en si grand nombre
que, si des renforts n'arrivent pas, il sera
bientot impossible de defendre la ville.
La champagne est enti6rement aux mains
des negres, et tandis que les provisions
abondent dans leur camp, tout est extra
mement rare et 6norm6ment cher en ville.
Chaque soir, quelques vieilles crdoies qui
demeurent tout prds de nous, se reunissent
A la maison et causent de leurs affaires.
L'une d'elles, don't le revenue annuel etait,
avant la revolution, de cinquante mile
dollars, et qu'elle avait toujours excedd par
ses depenses, habite maintenant une mis6-
rable bicoque, et prolonge avec la plus
grande difficult sa miserable existence.
Elle espere encore en des jours meilleurs
et son espoir est partage par toutes les
autres. La mis&re ne leur a pas enleve leur
gaiet : elles chantent, elles prennent part
A la danse avec les jeunes filles du voisinege,
et paraissent oublier leurs soucis par la
perspective de les voir promptement cesser.













LETTRE IV


CAP FRANqAIS
e bal annonc6 par I'amiral a depased
'rtoutes les attentes, et nous sommes
encore sous le charme.
Des canots tapiss6s amen6rent les invites
du rivage an vaisseau qui 6tait mouille A
environ un demi-mille de la terre. En
entrant dans la salle de bal, un palais
ferique s'offrit aux regards. Les points
etaient plancheis ; une tente en toile sus-
pendue sur toute la longueur du navire,
atteignait le parquet de chaque c6td,
formant ainsi un joli appartement. De
nombreux lustres de cristal et des guir-
landes de fleurs naturelles ddcoraient le
plafond; des rosiers, des rangers en fleurs.
ranges autour de la salle, emplissaient I'air
de leur suave parfum. Les sieges 6taient
eleves et separ6s de l'espace r6serv6 A la
danse par une leg6re balustrade.






LETTRE IV


Une galerie 6tait place autour du mat
principal pour les musicians. Le tout
pr6sentait A la vue un salon I66gant, dressed
par une baguette magique dans un champ
de douceurs (in a wilderness of sweets).
Clara et moi, accompagndes de St Louis
et du Major B... nous fflmes des premiers
arrivants. Je ne I'ai jamais vue si belle.
Une robe de cr6pe blanc montrait avanta-
geusement les lignes de son 616gante
personnel ; elle avait les bras et la poitrine
nus. Ses cheveux noirs, fix6s au sommet de
de la tate par un peigne, 6taient ornes
d'une rose qui semblait avoir 0t6 jetde la
par hasard. On nous prdsenta A I'amiral qui
parut frapp6 parles traits de Clara; et au
moment oi il nous disait des choses trds
aimables, I'air rapide d'une musique mili-
taire annonca I'arrivee du general en chef.
L'amiral s'empressa d'aller au devant de
lui, et ensemble, ils firent le tour de la
salle. Au moment or le bal comnienca, le
g6n6ral vint s'appuyer contre I'orchestre,
en face de Clara don't le regard rencontra
le sien. Elle baissa les yeux, les leva







LETTRE IV


timidement et trouva ceux du g6ndral fixes
sur elle. La rougeur dclata sur son visage
et sa poitrine. Je l'observais attentivement.
C'dtait I'dmotion du triomphe. Je n'en
doutais pas. Elle refusal de danser, mais
quand les valses commencerent, elle fut
entrainde. Ceux qui n'ont pas vu Clara
valser ne connaissent pas la moitid de ses
charmes.
Quelle expression dans ses lignes !
chacun de ses movements a de 1'ame ; ses
bras n'ont pas leurs pareils pour la grace,
et elle est plus ldgere qu'une filandre
(gossarner).
Les yeux du g6ndral s'arretdrent sur
elle seule, et je I'entendis demander A
plusieurs personnel qui elle 6tait.
La valse finie, elle fit le tour du salon
au bras du major B... le g6n6ral suivait ;
ayant rencontr6 St Louis, il lui demand,
en ddsignant Clara, s'il connaissait le nom
de cette dame.
-Madame St.-Louis fut la r6ponse.
-Je croyais qu'elle etait amdricaine, dit
le general ?







LETTRE IV


-Oui, r6partit St.-Louis, mais son maria
est francais.
-C'est vrai, ajouta le general : mais on
dit que c'est un jaloux. Est-il ici ?
-II a I'honneur de vous repondre, fit
St-Louis.
Le g6ndral fut un instant embarrass ;
mais s'6tant ressaisi, il dit : je ne m'dtonne
pas que vous soyez jaloux, car c'est une
charmante creature. Et il continuait a
s'exprimer en des terms tellement flatteurs
que St.-Louis etait dans la plus agreable
humeur qu'on pfit imaginer.
En apprenant cette histoire, Clara en rit,
et je m'aperqus qu'elle etait enchanted
d'une conquete qu'elle tenait des lors pour
assuree.
Des qu'elle etait assise, le major B... lui
present le general don't I'attention remar-
qude I'avait rendue l'objet de I'admiration
de tous. Le general se retira a minuit,
mais le bal continue. Un elegant souper
fut servi, et au lever du soleil, nous ren-
trames chez nous.
L'amiral est un homme tres agrdable ; je






LETTRE IV


le prfdererais comme amoureux (lover )
tous ses officers, bien qu'il soit Age de
soixante ans. II a des manieres affables et
des plus distingudes. Sa figure est gracieuse,
et sa physionomie empreinte de dignity ; sa
conversation est vive. II dansa, A la demand
d'une dame, avec tout I'entrain de la
jeunesse, et parut jouir du plaisir que sa
charmante f&te procurait A ses invites.
II a dit A Clara qu'il aurait voulu tresser
une guirlande de myrtes pour la cou-
ronner, car elle avait vaincu le general.
Elle reponrdit qu'elle I'aurait entrelacde de
lauriers, et ddposde 4 ses pieds pour lui
avoir, en sauvant le Cap, donnd l'occasion
de faire cette conquete.
On n'entend parler que de bals et de
parties. Monsieur D'Or (1) donne un concert
tous les jeudis, et le gdndral en chef, tous
les dimanches; en sorte qu'aprds avoir dte
privdes d'amusements, n:us sommes en
danger de tomber dans I'autre extreme:
d'etre rassasiees de plaisirs.


(1) Lire: Daure, prefet colonial.






LETTRE IV


Les negres sont tranquilies dans ces
parages ; mais au Port-au-Prince et dans
ses environs, ils ont ete tres actifs.
Jdremie, !es Cayes et les autres parties
de I'ile qui avaient Wte conservees durant
la revolution par les efforts des habitants,
ont Wte perdues depuis I'apparition des
troupes franqaises.
Les creoles se plaignent, et ils ont
raison ; car, ils trouvent dans I'armee
envoyde pour les d6fendre des oppresseurs
qui semblent vouloir leur destruction.
Leurs maisons et leurs negres sont mis
en requisition, et ils sont journellement
exposes A de nouvelles vexations.
Quelques-uns des anciens habitants de
I'ile qui avaient emigrd, commencent a
croire que leurs esperances etaient trop
prematurees et qu'ils ont quitter trop t6t les
paisibles retraites qu'ils avaient trouvees
sur le continent. Ils avaient suppose que
I'apparition d'une armee de trente mille
hommes aurait ramen6 les negres dans le
devoir ; mais ces conqudrants de l'Italie,
nerves par le climate ou par suite d'autres






LETTRE IV


causes, percent toute leur energie et fuient
devant des esclaves rdvoltds.
Bien des creoles qui Btaient rests dans
I'ile pendant le rdgne de Toussaint, re-
grettent le changement survenu, et disent
qu'ils etaient alors moins vexes par les
ndgres que par ceux qui sont venus pour
les protdger.
Et ces ndgres, nialgre I'etat de sujetion
brutale dans lequel ils avaient ete tenus,
ont acquis a la longue le sentiment de leur
force. Plus de cinq cent mille briserent le
joug sous lequel ils etaient maintenus
par quelques milliers d'hommes d'une autre
couleur, et reclamBrent les droits don't ils
avaient ete si cruellement priv6s.
Malheureux furent les temoins de la
catastrophe horrible qui accompagna les
premiers transports desordonn6s de la
liberty. Ils payerent cherement le somp-
tueux bien-6tre dans lequel ils avaient
vecu aux depens de ces creatures
opprimdes.
Cependant, meme parmi ces esclaves
emancipts et rendus furieux par un ddsir
de vengeance, on vit des examples de






LETTRE TV


fidelit( et d'attachement A leurs maitres,
qui honorent I'humanite.
Pour ma part, je suis anxieuse de
retourner au continent. Habitu6e des ma
tendre enfance a errer sur les bords du
Schuykill, a respirer I'air vif sur le
pont de Kensington, et a parcourir les
champs qui environment Philadetphie, je
me sens come prisonniere dans cette
petite ville batie surune 6troite bande de
terre, entire la mer et une montagne qui
s'6leve perpendiculairement derriere elle.
II y a, il est vrai, une sortie du c6td de la
plaine, mais les n.gres y ont leur camp.
Ils occupent le terrain don't le generate
Leclerc leur laissa prendre possession, d'ofz
ils menacent chaque jour d'attaquer la
ville.
II ne manque pas de beaux (1) ici; mais
la galanterie des officers francais est
fatigante par sa monotonie. Ils pensent que
leur seule apparition suffit a leur assurer
une conquete, et ne croient pas necessaire
de donner une excuse convenable a leurs
complaisantes maitresses en leur temoi
gnant un peu d'attention. En trois jours,
(1) En frangais dans le texte.







LETTRE rv


une affaire d'amour commence, finit et est
oubliee. Le premier jour est pour In decla-
ration, le second, celui du triomphe, si
celui-ci est retard aussi longtemps, et le
troisieme est pour I'adieu.
Les creoles ne goftent pas les tentative
faites sur leurs femmes par les officers.
Le mari de Clara en particulier est aussi
jaloux qu'un Turc, et a, plus d'une fois,
montr6 son dipiaisir des attentions mar-
quees du general en chef pour sa femme,
attentions que celle ci encourage bin plus
pour 6tre en contradiction avec son maria
que pour le plaisir qu'elles lui procurent
La bruyante gaite et les rnanieres solda-
tesques (soldier like) du general Rochanm-
beau ne peuvent faire aucune impression
sur un coeur tendre et delicat comme celui
de Clara ; mais il y a chez elle un penchant
a la coquetterie qui, si elle s'y laisse aller,
d6truira finalement sa tranquillity.
Un 6venement tragique est arrive der-
nierement au Port-au-Prince. A un dejeu-
ner donned par le commandant, un officer
recemment arrive de France, en s'adressant






LETTRE IV


A une dame, I'appela citoyenne. (1) La dame
lui dit qu'elle ne repondra jamais A ce titre.
L'dtranger de repliquer qu'elle aurait dO
6tre fiUre d'etre ainsi appelde. LA-dessus,
le mari intervenant, declare que sa femme
ne repondra jamais A aucun genre d'appel
lation qu'elle trouve deplaisant.
II ne s'est rien passe de plus A ce moment;
mais avant midi, monsieur C... recevait
un cartel. L. choix des armes lui ayant ete
laissd, il dit que cela lui etait absolument
indifferent. L'etranger insistait pour que la
carabine fit choisie comme arme de com-
bat. Monsieur C... rpliqua qu'il n'aurait
pas d'objection contre un combat au canon.
II fut finalement decide que le duel aurait
lieu au pistolet. Les adversaires se rencon
trdrent le lendemain, au lever du jour.
L'officier tira le premier sans effet; mais
Monsieur C .. ., d'une main plus sore,
abattit son adversaire sans vie sur ie sol.
De quelles vetilles depend la destined
d'un home ? Mais les europeens sont si


( 1 ) En francais dans le texte.








LETTRE IV


insolents que quelques lemons sont absolu
ment necessaires pour les corriger.
Monsieur C... est un creole ; il etait de
I'dtat major du general qui command au
Port-au-Prince. II a dte rvoqud A la suite
de Oette affaire ; ce qui est une autre
preuve de la haine que les officers francais
portent aux habitants de ce pays.
Nous avons ici un general de division
qui s'enrichit par tous les moyens possibles
et avee une rapacite si 6hontee qu'il est
universellement d6teste. II etait forgeron
avant la revolution, et ses occupations
presents ont quelque affinity avec son
ancien etat. 11 a pris possession d'une
habitatiion sur laqualle il fait du carbon, et
il en vend pour cent dollars par jour.
Une caricature publique le montre en
train de former des sacs de carbon.
Madame A...sa maitresse, dehout pros de lui,
et soulevant sa jupe brodee, lui dit : Ne
vous salissez pas, general. ( Don't soil your.
self, general ).












LETTRE


CAP FRANCAIS
0 rois de vos lettres sont arrives en mdme
temps, mon cher ami; elles m'ont fait
rougir de mon impatience, et me forcent A
reconnaitre que j'ai eu tort envers vous.
Mais votre amitid est si necessaire A mon
bonheur que I'idde de la perdre m'est
insupportable. Vous savez quels nuages de
malheur ont assombri ma vie. Orpheline,
sans amis, sans appui, sdparde de ma smur
depuis mon enfance, et, A un Age oi le
coeur est le plus ouvert A la tendresse et A
l'affection, privee par la main inexorable
de la mort de celui qui m'avait appris
a connaitre tous les transports de la passion,
et don't la perte m'en avait fait eprouver
tout le d6sespoir; jetee dans le monde sans
un asile, sans resource, je vous rencontrai.
Vous m'avez reconfortde, console; vous
avez apporte la paix a mon coeur ulcerO.






LETTRB V


Ah puis je jamais oublier ce moment
ddlicieux ofi vos soins me rendirent A la
vie? II y avait si longtemps que je n'avais
connu de sympathie ou de consolation, que
mon Ame dtonnde ne sut comment recevoir
ces charmantes visiteuses. Ma joie fut
aussi vive qu'ephemere; mais ne nous
plaignons pas. Votre amiti6 a jetd un
rayon de lumiere sur ma route solitaire, et
quoiqu'dloignde de l'influence immediate de
votre presence, je vis dans le seul espoir de
vous revoir.
En me rendant a ma soeur au moment
de son marriage, vous m'avez procured un
home non seulement respectable, mais dans
lequel tous les charmes de l'dlegance
mondaine, tous les attraits du plaisir sont
rdunis. Malheureusement, au milieu de ces
enivrantes scenes de plaisirs sans cesse
varies, et auxquelles assistant des foules
qui lui offrent I'encens de I'adulation. Clara
est malheureuse, et je ne puis etre heu-
reuse.
Vous savez que ses primes habitudes
furent diffdrentes des miennes ; on a cru
qu'il lui fallait vivre dans l'opulence; or,






LETTRE V


la sensibility de son coeur rejette la futile
splendeur qui I'environne, et les larmes
qui tachent souvent ses jolies robes
prouvent qu'elles couvrent un coeur auquel
la paix est 6trangere.
Le seul advantage de son maria, c'est la
fortune. L'ami qui avait Wt6 charge de
Clara,des son enfance, I'ayant habitue aux
douceurs opulence, crut que rien n'aurait
&t6 tant desirable pour elle que d'etre dans
une position ou elle pft continue A les
gofter. Hdlas son bonheur a 6t6 sacrifid A
cette erreur, provenant des meilleures
intentions.
St-Louis sent trop la r6elle supdriorite de
sa femme pour ne pas se prdvaloir de celle
qui lui vient de sa fortune, et les larmes
du plus amer regret remplissent souvent
les yeux de Clara, quand elle considere ce
luxe qui a Wte si cherement achet6.
Quoique St-Louis soit invariablement
bon pour moi, mon cceur n'est pas
moins d6chird do regrets A la vue des
tourments qu'il cause A sa femme par son
temperament irascible. On la force A
chercher un soulagement dans les sentiers







LETTRE V 45

du plaisir, alors que la nature l'a faite pour
embellir la sphere de la fdlicitd domestique.











LETTRE VI


CAP FRANqAIS

Se general Rochambeau a prouve A Clara
Ud'une maniere a la fois delicate et flat-
teuse, combien ii etait attentif A ses desirs.
Elle dinait en grande compagnie au Gouver-
nement of il n'eut d'attention que pour elle.
Apris le diner, il la conduisit, suivi des
autres invites dans un salon qui avait ted
transforms en salle manger. Cette piece
etait ornee de trophies militaires, et sur
chaque panneau etait inscrit le nom de
quelque chef distingue: Buonaparte, Frede-
ric, Massena etc. Clara dit que c'etait tries
joli, mais que Washington aurait di y
avoir aussi une place.
Quelques jours plus tard, eut lieu un
grand bal ; en entrant dans la salle, nous
vimes sur un panneau faisant face A la
porte :






LETTRE VI


WASHINGTON, LIBERTY ET INDIPENDANCE
Cela mdritait un sourire, et le gdndral en
recut un des plus gracieux. C'dtait la veille
du jour de l'an ; quand la pendule sonna
minuit, Clara s'approcha du general, prit
une rose A son corsage et lui dit :
-Permettez que je sois la premiere A vous
souhaiter la bonne annee et A vous offrir
des dirennes (1) 11 prit la rose, la porta
A ses ldvres, puis la mit sur son coeur.
Le lendemain un officer se prdsente chez
elle et lui remet un paquet de la part du
gdndral en chef. Elle l'ouvre et trouve une
jolie croix avec une superbe chaine, le tou
accompagnd d'un elegant billet, la priant
d'accepter ces bagatelles.
Reprenez cela, s'ecria-t-elle ; j'ai donnd
une fleur au g6ndral, je ne peux rien ac-
cepter qui soit d'une plus grande valeur.
L'offieier s'y refusal, et comme les yeux
de son mari n'exprimaient pas de ddsap-
probation, elle garda le cadeau. Nous avons
appris depuis que l'usage est de faire A
cette dpoque de magnifiques presents, ce qui

(1) En franqais dans le texte.







LETTRE VI


explique la passivity de St-Louis a cette
occasion. Peu apres, a un dejeuner offert
par Mme A...Clara part avec sa jolie croix ;
le gdndral dtait 1. Quand on se mit a table,
ce dernier lui offrit une pomme qu'elle ne
voulut pas accepter.
Prenez-ia, lui dit-il ; car, sur le Mont
Ida, je vous I'eusse donnde, et dans I'Eden,
je I'eusse rescue de vous.
-- Non, non, rdpondit-elle en riant ; puis
que vous attachez tant d'importancc a votre
pomme, je ne I'accepterai certainement pas,
car, je desire dgalement dviter la discorde
et la tentation.
Son mari parut mecontent et se retira
au plus t6t.
De retour A la maison, il lui dit que si son
flirt (flirting ) avec le general allait plus
loin, cela lui cofiterait probablement trop
cher. Elle devint serieuse, et je prevois la
fin prochaine de toute paix dornestique.
Clara, fire et hautaine, ne se soumettra
a aucune domination ; si son mari met
sa confiance en elle, elle n'en abusera
pas. Mais son ame ne peut s'dlever a la







LETTRE VI


hauteur de celle de sa femme,et il essaierait
en vain de la ramener a son propre niveau.
II a d6clard que Clara n'ira plus A aucun
bal, et elle a declare tout aussi peremptoire-
ment qu'elle irait ofi bon lui semble. De
sorte qu'a la premiere occasion publique,
il y aura lutte pour la domination, ce qui
d4cidera pour toujours de I'empire de celui
qui l'aura emporte.
Ces querelles m'affligent au-delA de toute
measure. J'avais espere trouver la tranquillity
avec ma sceur ; mais helas elle y est elle-
mgme dtrangdre.
Je n'ai de plaisir que dans le souvenir de
votre amitie, ce qui restera cher a mon
cceur tant que ce coeur sera sensible au
sentiment ou a I'affection.












LETTRE VI I


CAP FRANCAIS
T'attaque don't les "brigands" menacaient
lIe Cap depuis si longtemps, a eu lieu
finalement. (1) Nous avons su terriblement
peur.
Jeudi dernier, un group s'approcha du
fort avant le jour, tandis qu'un autre,
passant derriere la Barriere qui est A
I'entrde de la plaine, inaperqu de la garde,
surprit le fort Belair,situd sur une eminence,
non loin de la ville, et tua l'officier et
douze soldats. La femme de I'officier qui
commandait le poste, etait venue la veille
trouver son mari. Elle et son enfant furent
peres par le m@me baionnette.
Le corps (de l'officier gisait en travers du


(1) Cette attaque, dirigee par Christophe et
Clervaux, fut livrde le 28 pluviose An XII ( 18
fevrier 1803.)







LETTRE VII


!it, comme s'il 6tait mort en les defendant.
Les negres s'avancaient en silence vers la
ville, quand ils furent decouverts par une
sentinelle qui donna I'alarme.
Les troupes coururent aux armes et les
brigands furent repouss6s. Mais eeux qui
s'etaient empares du Fort Belair firent
une resistance vigoureuse.
St-Louis qui command une compagnie
de la garde national, fut le premier sur
les lieux.
On a appris que les negres de la ville
avaient I'intention de se joindre a ceux qui
I'attaquaient du dehors, et de tuer les
femmes et les enfants qui dtaient enfermes
chez eux sans personnel pour les defendre;
mais les patrouilles de la Garde d'honneur
empdchdrent par leur vigilance I'exdcution
de ce project (1).
A neuf heures. le g6ndral fit dire a Clara
que la parties de la ville oi elle habitat,
6tant tres expose, elle ferait mieux de


(2) Des prisonniers avaient, parait-il, r6v616 ce
fait. V oir Laujon, Precis Historique de la derniere
Expedition de St-Domingue, page 157.







LETTRE VII


venir chez lui, pour qu'il I'envoie a bord
du vaisseau-amiral. Elle rdpondit qu'il lui
6tait impossible de sortir, le d6sir de son
mari ntant qu'elle ne laissAt la maison sous
aucun pretexte; par consequent, ajouta-
t-elle, je dois rester ici, meme si j'6tais sfire
de pdrir.
Le combat se poursuivit A la Barriere (1)
et aux postes avances pendant la durde du
jour. Les negres, comptant sur leur nombre,
semblaient rdsolus A decider tout de suite
du sort de la ville, et nous passames la
journee dans un 6tat que je ne puis decrire.
Vers le soir, le general envoya un officer
annoncer A Clara qu'ii avait des nouvelles de
son mari, qu'il ne pouvait communiquer
qu'A elle seule. Elle crut que St Louis avait
ete tud et, me saisissant par le bras, sans
meme prendre un voile. elle sortit preci-
pitamment. Un silence morne regnait dans
les rues. Elle arriva hours d'haleine au Gou-
vernement. Le general qui vint a sa
rencontre dans le vestibule, lui prit
gravement la main et la conduisit dans un
salon.
(1) Barriare du Limb6, dite Barriere-bouteilles.







LETTRE VII


Qu'avez-vous a me dire, s'ecria-t-elle;
oi est St.-Louis ?
Calmez-vous, lui dit le general ; votre
agitation vous rend incapable de rien
entendre.
Mais voyant que son hesitation augmen-
tait la detresse de Clara, le g6enral reprit
en riant :
Votre mari est bien; il s'est conduit
bravement et semble invulnerable; car, bien
que beaucoup de gens aient etk tuds et
blesses A son poste, ii n'a pas ted touched.
-Alors pourquoi, demanda-t elle, m'avez-
vous alarmee si inutilement, et fait venir
ici, quand vous saviez qu'il m'avait defendu
de quitter la maison ? Jl ne croira jamais
au motif qui m'a fait venir, et je serai
tude.
Le general s'efforca de la consoler, lui
dit que ce serait trds imprudent de passer la
nuit chez elle, que plusieurs dames s'etaient
embarquees et qu'elle doit aller A board.
Elle refusa positivement.
A ce moment, I'officier qui nous avait
accompagnder, entra et remit quelques







LETTRE VII


papers au general, et les deux passerent
dans une autre piece. Imn.ddiatement aprds,
le general appela Clara, et je m'y rendis
avec elle. Nous le trouvames seul. II avait
I'air de me considerer come une intruse ;
mais je ne restai pas moins A c6td de Clara.
Les papers que le general avait a la
main etaient des d6peches arrives du
camp. II dit A Clara que St. Louis resterait
encore dehors toute la nuit, et lui demand
de nouveau de penser a sa propre sfiretd.
Mais elle ne pouvait 6couter sa proposition
de I'envoyer A bord, et accompagndes du
mdme officer, nous retournames A la maison.
Tandis que le general s'entretenait avec
Clara, j'examinais I'appartement qui fut le
cabinet de toilette de madame Leclerc. Les
sofas et les rideaux 6taient de satin bleu
a ranges d'argent ; une porte ouverte
conduisait A la chambre A coucher. Le bal-
daquin avait la forme d'une coquille d'oi
descendaient de petits amours qui rete
naient, d'une main, des rideaux de satin
blanc brodds d'or, et montraient, de l'autre,
un grand miroir qui format le ciel de lit.
Sur une table en forme d'autel, place






LETTRE VII


pres du lit, etait une statuette d'albitre,
representant le SILENCE, avec un doigt sur
41ivres et dans la main un flambeau de cire.
La premiere chose que nous apprimes en
arrivant, c'etait qu'un soldat, envoy par
St.-Louis, s'dtait informed de Clara, et que
ne I'ayant pas trouvee chez elle, il etait
inimmdiatement retourne au camp.
Elle fut desolde outre measure et s'6cria:
-je ferai mieux de rn'en aller pour tou-
jonrs, car St-Louis me tuera !
Je m'efforqai de la consoler, bien qu'a mon
sens ses apprehensions ne fussent pas sans
fondement. Elle pass la nuit dans I'an-
goisse et attendit le retour de son mari
dans la plus penible agitation.
Le lendemain matin, A 10 heures,St-Louis
arrive. II avait laiss6 son poste sans
permission et s'etait ainsi expose A toutes
les rigueurs d'une cour martial. II trem-
blait de rage; il etait furieux et ressemblait
bien plus A un demon qu'a un homme.
Je sais votre conduite, madame,
s'ecria-t-il, en entrant ; vous avez laiss6 la
maison contrairement A mes ddsirs ; inais je
trouverai le moyen de vous punir et de






LETTRE VII


couvrir de honte le monstre qui a cherchd A
me d6truire.
II la saisit par le bras, et la trainant dans '
un petit cabinet de toilette A I'extremit6 de
la galerie, I'y enferma ; et ayant mis la
clef dans sa poche, il se rendit au Gou-
vernement. LA, sans attendre d'etre annonce
par les officers qui etaient dans I'anticham-
bre, il pendtra dans la piece ou le general
se trouvait seul. couches sur un sofa. Celui-ci
se leva, et s'approchant de lui familiire-
ment, dit :
St-Louis, je suis content de vous voir,
je pensais justement A vous, mais je ne
savais pas que vous aviez ete relevO.
-Je n'ai pas ete releve, rdpondit St-Louis;
mais j'ai quite un poste of j'avais ted
injustement place et retenu toute la nuit,
afin de vous donner une occasion d'accom-
plir vos projects infernaux. Vous esperiez
sans doute que j'eusse eu le sort de mes
braves compagnons ; j'y ai dchapp6. Et je
suis ici pour vous dire ce que tout le monde
pense et que personnel n'ose dire, que vous
6tes un vilain ; je sais A quoi je m'expose






LETTRE VII


en laissant mon poste ; vous Ates mon supp-
rieur, c'est vrai ; mais si vous n'dtes pas un
Iache, vous mettrez de c6td toute distinc-
tion pour me donner la reparation die A un
gentilhomme que vous avez offense.
Puis, il s'en alla en hate avant que le
general pit revenir de sa surprise.
L'officier qui nous avait accompagndes la
nuit precdente, le suivit et essaya de le
calmer. 11 lui dit qu'il avait dtd envoy
par le general chercher Clara pour I'amener
chez lui, parce que le quarter de la ville of
elle habitat dtait absolument dangereux,
qu'il avait use d'un petit stratageme pour
la porter A venir; mais qu'elle avait positi-
vement refuse de rester, que Mademoiselle
(allusion a moi ) dtait venue avec elle;
qu'il ne l'avait pas laissde jusqu'A ce qu'il
I'efit reconduite chez elle.
Cela calma un peu la colere de St-Louis. II
avait une bonne opinion de ce jeune homme
qui, soit dit en passant, dtait une aimable
creature. Ils entrdrent ensemble A la maison
J'dtais seule. Je joignis mes assurances a
celles de I'officier, a savoir que nous n'avions
pas quitter Clara un instant.







LETTRE VII


St-Louis regrettait maintenant de I'avoir
traitee si durement, mais non la scene qui
s'etait passe chez le general.
A ce moment entra un soldat qui lui dit
qu'ils avaient 6t: relev6s immediatement
apres qu'il les avait laisses, et qu'on ne
s'etait pas apercu de son depart.
J'appris alors que St-Louis, avec soixante
homes, avait 6te plac6 au poste le plus
avance, au sommet de la montagne, oi ils
etaient presses les uns contre les autres,
sur la pointe d'un rocher. Dans cette position
dleavantageuse, its furent attaques par les
nigres ; quarante furent tues, et les troupes
de ligne qui se trouvaient un peu plus bas,
ne leur porterent aucun secours.
Comme c'est la premiere fois que la
garde national a &t6 placee avant les
troupes de ligne, l'opinion commune est que
le general voulait faire perir St-Louis,
d'autant que c'etait par ses ordres qu'il
avait 6te envoy et retenu dans cette position
toute la nuit, alors que les autres postes
avaient te6 releves a minuit.
S -Louis oubliasa colire et ses souffrances,
etant str que Clara n'avait pas te infidele.







LETTRE VII


11 se rendit dans la chambre ofi il I'avait
enfermee, se jeta A ses pieds et eclata en
sanglots. Touchde de sa douleur ou hon-
teuse de I'avoir fait tant souffrir, ou encore
fatigue de leurs 6ternelles brouilles, elle
se pencha sur lui et mala ses larmes aux
siennes. Quand la violence de son emotion
fut passe, elle le supplia de pardonner
I'.mprudence de sa conduite, et jura qu'elle
ne lui dpplairait plus. Mais, vous vous
ites perdu, continua-t-elle, le general ne
vous pardonnera jamais. Laissons ce maudit
pays ofi la tranquillity est inconnue "
Aprds beaucoup de pourparlers, il a 6t6
convenu qu'il nous enverra A Philadelphie,
ofi il nous rejoindra aussit6t qu'il aura
mis ordre A ses affaires.
Clara garde la chambre et ne voit per-
sonne ; son mari est au desespoir de se sepa-
rer d'elle, mais il se propose de la suivre
sans dMlai.
Nous partons dans dix jours. Quelle
puissance invoquerais-je pour nous donner
des vents favorables, et don't je sollici-
terais la protection pour me conduire
aux rives natales et a la socidte de mes
amis ?












LETTRIE VIII


CAP FRANQAIS
Nous sommes encore ici, mon cher ami,
et mon desappointement et mon m6con-
tentement sont si grands que je n'ai pas
6crit une ligne depuis dix jours.
Croyant que Clara allait partir contre son
gre, et decide a contrarier les intentions
de son mari, le g6ndral a mis l'embargo sur
tous les batiments qui sont dans le port.
St.-Louis, fou de coldre, jure que Clara ne
quittera sa chambre que pour etre conduite
a bord.
Et, afin de l'empecher de communiquer
avec le dehors, il la tient enfermee dans
une petite pikce, attenante A la chambre a
coucher. Personne, pas meme moi, ne peut
la voir, sauf en sa presence. Ainsi. toute
confiance est finie entire eux.
Elle pleure continuellement, et j'ai peur
que les tourments qu'elle endure ne dete-






LETTRE VIII


riorent sa santd. St.-Louis n'est pas digne
d'elle. 11 croit qu'il lui est possible de la
forcer A l'aimer. Combien plus une con-
fiance gdnereuse aurait influence un coeur
comme celui de Clara !
Beaucoup de ses amis ont fait voir A
St-Louis I'inconvenance de sa conduite; le
defi qu'il a jete au general remplit tout
le monde de terreur, car, il s'est expose A
une mort certain. Quitter son poste sans
ordre etait un crime tout aussi grave, et
si le general a laisse I'un et I'autre sous
silence, on croit que sa vengeance sommeille
pour un temps afin d'etre plus sfre dans
ses effects.
St.-Louis croit que Clara a de I'attache-
ment pour le general. Je sais que cela
n'est pas. Sa vanity de femnie est seule en
jeu. Etre admiree etait son but, et elle
savait que ce but serait atteint en attirant
I'attention du general. Elle a reussi meme
au-dela de ses desirs. Mais c'est une expe-
rience dangereuse qui lui coltera, j'en ai
peur, le peu de paix domestique don't elle
jouit. Quant au bonheur conjugal, elle ne l'a
jamais connu. Je suis convaincue qu'elle






LETTRE VIII


n'a jamais 6td moins heureuse que depuis
son manage.
Rien de plus brutal que St.-Louis en
colere Le jour de cette affaire avec le
g6n6ral, il jeta sa femrnm sur le parquet et
la traina ensuite par les cheveux. Je volai
vers elle, mais je fus tellement effrayee A
I'aspect de St.-Louis que je dus reculer.
Quand il se livre a ses aces de tendresse,
it est aussi ddsagr6able que dans l'extr6me
contraire. II s'agenouille aux pieds de sa
femme, implore son pardon, et I'accable de
caresses plus penibles pour elle que les
terrible effects de sa mauvaise humeur.
Son caract&re est si capricieux qu'on ne
peut computer sur tui pour un instant. Je
I'ai vu obliger Clara A rester A la maison et
t passer la soir6e seule avec lui, apr&s
qu'elle s'etait par6e pour le bal. Ceci ne
s'accorde pas avec la liberty don't les dames
franchises ont la reputation de jouir. Mais
Clara n'est pas la premiere femme marine
qui ait &t6 enfermee d St.-Domingue, je
crois.
Cependant elle excite peu de sympathie,







LETTRE VIII


pace qu'elle n'a pas la Lonne fortune d'etre
une privilegiee.
Suite
Certains 6venements qui doivent etre
ielat6s m'ont empechde de terminer ma
lettre. Ces 6evnements ont produit un
changement complete dans nos affaires, et
nous sommes maintenant fixes A St-
Domingue pour quelque temps.
L'embargo est lev6 ; le g6enral en chef
est parti pour Port-au-Prince, (1) ou toutes
les belles (2) du Cap 'ont suivi. Clara est
libre, et son mari satisfait.
Des que nous efmes une occasion de nous
entretenir, Clara me raconta des faits qui
tiennent du roman ; mais je suis convaincue
de leur v6racite. Sous la fenetre du petit
appartement ofi elle avait ete enfermie, ii
y a un vieux bWtiment dans une cour
entouree de murs 6leves.

(1) Rochambeau laissa effectivement le Cap
le 23 vent6se An XII ( 15 mars 1803 ), se rendant
a Port-au Prince afin d'etre plus a portEe de
suivre les 6evnements qui se deroulaient alors
dans le sud
(2) En franCais dans le texte.






LETTRE VIII


Le general s'informa personnellement de
la position de la chambre de Clara, et son
valet, qui courtise une de nos servanteF,
crut qu'il ne serait pas difficile de donner
5 celle-ci une lettre pour sa maitresse; mais
sa Dulcinde refusa de s'en charger. Profitant
d'un moment oi St-Louis etait absent, le
valet pdnetra dans la cour deserte, monta
sur le toit chancelant et, ayant appele Clara
A la fenetre, lui pass la lettre du general.
Elle contenait les plus ardentes protestations
d'amour et suggdrait plusieurs plans d'eva-
sion; l'un etait qu'elle s'embarquerait A
bord d'un navire que le general indiquerait.
Et celui-ci s'entendrait ensuite avec le capi-
taine pour la faire conduire a Port-au-
Prince, ou il la rejoindrait en hate. Un autre
project consistait pour elle A se sauver
nuitamment par la fenetre et A se rendre
chez lui. ou il la recevrait et la protegerait.
Mais le cceur de Clara ne reconnaissait pas
['empire du general Rochambeau, et elie
n'avait pas la moindre intention de l'ecouter.

Si son mari savait tout cela, cela le guiri-
rait, je suppose, de sa manie de l'enfermer.
Mais etant lui-mCnme incapable de gend-






LETTRE VIII


rosit6, il ne peut I'admirer chez autrui, et
i! attribuerait son refus des offres du
general A tout autre motif qu'au veritable.
Que de fois ne m'a-t-elle pas assure
qu'elle pref6rerait la plus extreme pau-
vret6 a son existence actuelle, mais qu'il
ne fallait pas penser A ce qu'elle abandonne
son mari? Cependant I'abandonner et
passer pour 6tre la maitresse attitree du
general Rochambeau ne serait pas consider
comme un crime, ni n'exclurait Clara de la
neilleure society.
Madame G qui n'a que sa beauty pour
la recommander, et pas excessivement, vit
avec I'amiral A bord de son vaisseau. Tout
le monde la visite et aucune parties n'est de
bonne compagnie, si elle n'en est. Cepen-
dant, ses mani6res sont celles d'une pois-
sarde, (1) et tout r6cemment encore, elle
etait dans la situation la plus basse et la
plus degradee. Mais elle donne des f6tes
splendides, et quand la bonne ch6re et la
gaiete attirent, on ne s'informe pas trop
minutieusement par qui elles sont offertes.


(1) En francais dans le texte.







LETTRE VIII


Clara rit de la sdcuritd que son mari
croyait avoir obtenue, lorsqu'il I'avait
enfermde. En d6pit des barres et des
verrous, le message de I'amour arrivait
jusqu'A elle.
Les lettres du general 6taient des plus
passionndes, car, n'6tant pas habitude
rencontrer de la resistance, la difficulty qu'il
eprouvait pour approcher Clara, avivait
encore sa flame
Vous dites qu'en racontant les affaires
publiques ou celles de Clara, j'oublie les
miennes ou les cache sous I'apparence de
la negligence. Mon sort est si intimement
liU A celui de ma soeur, que tout ce qui la
touche doit vous intdresser par les conse-
quences qui peuvent en rdsulter pour moi.
Vraiment, je n'ai pas d'aventure. J'ai
dccrit dans une prdcddente lettre la galan-
terie des officers francais; mais je n'ai
pas repdtd les compliments qu'ils me font
parfois, et qui ont Wtd offers peut-atre A
toutes les dames de la ville avant d'arriver
A mes oreilles
Une chose aimable que j'ai e.itendue hier,
est si original qu'elle merite d'etre cite.






LETTRE VIII


J'4tais en train de copier un beau dessin
des Graces, lorsqu'un francais que je
deteste entra dans la piece et, s'approchant
de la table, me dit :
Que peignez-vous, mademoiselle? je
ne savais pas que vous aviez ce talent.
Ennuyde de son indiscretion, je lui deman-
dai s'il me connaissait aucun talent.
Certainement, repondit-il ; chacun
reconnait que vous avez celui de plaire. Et
regardant le tableau que j'avais devant
moi, il continue :
La modestie des Graces les empe-
cherait d'essayer de vous peindre.
Pourquoi?
Parce qu'en vous peignant, elles
seraient obligees de se peindre elles-memes.
Avec tout ce bavardage, (1) recevez mon
affectueux adieu.


(1) En frangais dans le texte.













LETTRE IX


CAP FRANqAIS

Nous avons eu du nouveau ici, mon cher
ami, car le general Closelle (1) qui
command pendant I'absence du general en
chef, a adopted une autre methode pour
amuser le people: ii recherche la popularity
sous le voile de la religion. Il ne donne ni
bals ni concerts, mais il a fait reparer
I'Eglise, et la Fete-Dieu a et eelbree avec
beaucoup d'ordre, de magnificence et de
solennite.
Au point du jour, la fete fut annoncee
par une salve d'artillerie ; A huit houres, la
procession quittait I'Eglise pour parcourir
!es principles rues de la ville, qui dtaient


(1) Lire Clauzel, general de division, comman-
dant la d6pendance du Nord. Accuse de travailler
au renversement de Rochambeau, il fut arrest et
embarque pour la France en septembre 1803.







LETTRE IX


jonch6es de roses; les facades des maisons
dtaient orndes de feuillages en forme
d'arceaux entremdls de guirlandes de
fleurs. Les troupes, sous les armes, for
maient une double range de chaque c6td
de la rue.
La procession s'ouvrait par un group de
garconnets vitus de surplis blancs et qui
chantaient une hymne en 1'honneur du
jour. Des jeunes filles suivaient, couronndes
de myrthe et portant des paniers remplis de
fleurs qu'elles jetaient sur leur passage. La
musique venait ensuite, puis les pretres
avec des encensoirs d'or of brflaient les
parfums les plus exquis. Quatre nfgres
precedaient, qui portaient sur leurs
dpaules un temple d'or, ornd de pierres
precieuses et d'anges dores, soutenant un
dais en velours eearlate, sous lequel dtait
expose le St.-Sacrement dans un brilliant
ostensoir.
Immddiatement apres, marchait le gend-
ral Closelle, entourd des fonctionnaires
civils et militaires. La procession se fermait
par un group de dames voil6es de blanc.





70 LETTRE IX

Au passage du St.-Sacrement, les soldats
mice nt genou en terre.
Quand la procession eut regagne I'Eglise,
la grand'messe fut chantee avec accom-
pagnement de musique militaire.
Clara et moi, accompagndes du major B...
son 6ternel beau (1), nous fimes le tour de la
ville, et fatigames tellement notre pauvre
cavalier qu'il tombait presque.
II a cinquante ans d'Age et au moins cinq
cents de constitution. II a Wet tres beau et
possede encore les plus beaux yeux du
monde. II sait beaucoup d'anecdotes et est
infiniment amusant.
Le g6enral Closelle est tres beau, grand
et de forme dligante, mais pas du tout
galant. II n'est pas, par consequent, un
favori des dames, et est par cela mdme
celui des hommes, particulierement de ceux
qui sont marids. Depuis le depart du g6enral
en chef, ii a mis les choses sur un autre
pied : les fortifications sont rdparees, et des
blockhaus s'eldvent tout autour de la ville.
Il y a quelques jours, les negres atta-

(1) En francais dans le texte.






LETTRE IX


querent un blockhaus qui etait presqus
achevd. Un d6tachement commando par le
general Mayart fut promptement envoy
au secours de la garnison. Comme il passait
sous ma fendtre, je lui dis de se hater
de cueillir de nouveaux lauriers; il me
repondit qu'a son retour, ii les deposerait A
mes pieds. Mais, hlas il ne devait point
revenir. Les negres retraitaient, lorsqu'il
arriva sur les lieux; une balle folle le
frappa et il tomba mort de son cheval.
Ce jeune homme etait arrive de France,
il y a environ un an, simple lieutenant. II
etait tres pauvre, mais puissamment pro-
tdge. II avanqa rapidement dans l'armee, et
ce qui est infiniment surprenant, on treuva
chez lui, A sa mort, trente mille dollars et
une grande quantity de vaiselle plate.
Madame G..., une jolie petite parisienne
qui etait sa favorite, est inconsolable. Elle
se trouve mal, si quelqu'un entire dans sa
chambre, et elle rdepte le nom de son ami en
de doux murmures. Le soir, eile se repose
langoureusement sur un danape en face de
la porte, et semble inviter, par la grace de







LETTRE IX


ses pauses et son n6glige, le monde entier
A la consoler.
Les nouvelles les plus d6solantes arrivent
ici chaque jour de tous les points de I'ile.
Le general en chef est A Port-au-Prince; il
n'a plus la confiance du people. II est
entidrement gouvern6 par ses officers qui
sont de jeunes garcons et qui ne pensent
qu'A s'amuser. II donne des bals splendides,
des fetes 61lgantes, mais nghige I'armee et
opprime les habitants.
Un chef noir et sa femme furent faits
prisonniers la semaine derni&re et condan -
nes a &tre fusilles.
Comme ils marcherent vers le lieu du
supplice, le chef semblait profondiment
trouble par I'horreur de son sort prochain,
mais sa femme avancait d'un pas assure en
essayant de le consoler et en lui reprochant
son manque de fermet6. Arrivee A l'endroit
oii leurs fosses 6taient deji creusdes, elle
refusa de se laisser bander les yeux, et se
tournant vers les soldats qui etaient
charges d'exdcuter la sentence, elle leur
dit: Soyez prompts et ne me faites pas
attendre." Elle recut le coup de feu sans








LETTRE IX


trembler et expira sans profdrer une
plainte. (1)
-epuis le commencement de la revolution
elle avail 6td un vrai demon. Son mari
qui commandait A St-Marc etait d'un tempi-
rament tr6s amoureux. *Toute femme

(1) II y a ici un anachrorisme flagrant. II s'agit,
a n'en pas douter.de l'execution de Charles Belair
et de Sanite, sa femme. Or, cet evenement eut
lieu sous Leclerc, neuf mois avant la IXe lettre
de Miss Hassel, ecrite en mai ou juin 1803,
puisqu'elle y decrit la Fate-Dieu et parole de
I'absence de Rocharnbeau du Cap
Charles Belair fut arrat6 A Plassac,le 6 septembre
1802. Conduit au Cap avec sa femme, ils furent
condamnes A mort, le 3 octobre suivant, par une
commission militaire presidee oar Clervaux Miss
Hassel, qui se trouvait au Cap depuis juin 1802
eut done connaissance de cette double execution.
Mais qu'elle en ait parle si longtemps apres
comme d'une actuality, c'est ce qui ne laisse pas
de surprendre
Un annaliste peut commettre des erreurs de
date Mais il s'agit ici de lettres ofi les evene-
ments sont relates au jour le jour. Comment
comprendre qu'une m6me lettre puisse men
tionner comme actupls des 6venements separ6s par
par un si long intervalle ?
Nous sommes tres certainement en presence
d'une interpolation, et oblige de conclure que
Miss Hassel, avant de les livrer a l'impression,
a do revoir ses lettres ou ses brouillons, les
rkcrire et y insurer des notes qu'elle aurait
consere6es, sans tenir compete autrement des
dates Sans cette hypothese, I'anachronisme
signaled est inexplicable.







LETTRE IX


blanche qui dtait assez infortunee pour
attirer son attention, recevait I'ordre de
se rendre aupres de lui. Si elle refusait,
elle dtait sIre de mourir, et si elle acceptait,
sire d'etre tu&e par les ordres de sa femme,
lesquels etaient irrdvocables.
Jalouse comme une tigresse, elle surveil-
lait toutes les actions de son mari et ne
manquait jamais de punir les objets de ses
poursuites amoureuses, meme quand ils
dtaient absolument innocents.
Qu'elle etait terrible la situation de
ces femmes infortundes insultdes par la
brutale passion d'un negre et certaines de
perir, soit qu'elles rdsistassent ou qu'elles
acceptassent. (1)

(1) Nous ne savons pas ce qu'il a pu y avoir de
vrai dans ce que raconte Miss Hassel des pour-
suites amoureuses de Charles Belair. Peut-atre
faut-il faire quelques reserves sur la vertu de
la plupart des femmes don't elle plaint si
eloquemment le sort. 11 y a une histoire qu'il est
bon de rappeler a ce propos. C'est celle du coffret
de Toussaint- Louverture trouv6 a Port-au-Prince
par le general Pamphile de Lacroix, et qui conte-
nait des billets parfumes et des mnches de cheveux
de toutls les couleurs. Et Toussaint 6tait laid A faire
peur Tandis que Charles Belair, dit Pamphile
de Lacroix. 6tait d'une society assez douce... il
etait exterieurement fat, aimait la parure, et
passait parmi les siens pour temeraire...
De l'avis general, C'6tait un des plus beaux et







LETTRE IX


Cette furie sous la forme feminine fit
pdrir de ses propres mains un blanc qui
avait tue le secretaire de son maria. II l'avait
offense ; elle le fit lier et le perqa de coups
de canif jusqu'A ce qu'il eOt expire.
Que de fois, mon cher ami, mes soupirs
transportent mes ddsirs vers votre bien-
heureux pays? Comme je desire ardemment
revoir ces lieux consacres par le souvenir
et rendus doublement chers par la paisible
sdcuritd don't je jouissais Il-bas en contrast
avec les dangers auxquels nous sommes
exposes ici.
Cependant les creoles esp&rent encore,
car 'esp6rance voyage avec nous et ne
nous quitte mgme pas a l'heure de la mort. "
IIs pensent qu'il est impossible que cette
lie puisse etre jamais abandonnee aux
negres. Is bAtissent des maisons, reba-
tissent celles qui ont det brildes, et
semblent assures de les posseder. Les

des plus braves officers noirs de St-Demingue.
N'6tait-il pas, en outre, le neveu et le favori de
Toussaint- Louverture qui se preparait en lui, di-
sait-on, un snccesseur ? Tout cela ne suffit-il pas A
expliquer le nombre des victims blanches que fit
la jalousie de Sanite ?







LETTRE IX


measures prises par le general Closelle leur
inspirent confiance, et ils pensent que s'il
etait commandant en chef, tout irait bien.
Mais quand le general Rocharnbeau corr-
mandait en second, il etait le favori de tous;
et ce n'est que depuis qu'il a atteint le
sommet du pouvoir, qu'il s'est montr6 peu
soucieux de I'opinion publique
On dit qu'il a les talents d'un suldat et
non ceux d'un g6enral.
Quel que puisse 6tre le sort de ce pays,
je dois y attendre avec patience- vertu
de mule que je n'ai guere en partage, jus-
qu'a ce qu'un changement dans ses affairs
me rende au mien. Cependant, m6me lA,
je ne puis esp6rer rien de plus que
la tranquillity. Les visions romanesques
auxquelles je me plaisais A me laisssr aller
autrefois, s'evanouissent rapidement au
contact destructeur de la froide r6alitd.
La main briilante de I'espgrance se
rejroidit"
Et I'illusion ne vit pas longtemps."
Mais tant que votre amitid me reste, la
vie aura encore un charme.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs