• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Title Page
 Frontispiece
 Dedication
 Preface
 Introduction
 Colons et affranchis
 Toussaint-Louverture et la revolution...
 Etape par etape
 Toussaint-louverture et l'independance...
 Premiere phase de la lutte pour...
 Derniere etape d'une longue...
 En maniere de conclusion
 Bibliography
 Table of Contents






Title: Coup d'œil sur la politique de Toussaint-Louverture
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081279/00001
 Material Information
Title: Coup d'œil sur la politique de Toussaint-Louverture
Physical Description: xix, 350, 4 p. : illus. ; 20 cm.
Language: French
Creator: Laurent, Gérard Mentor
Publisher: H. Deschamps
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: cover 1949
 Subjects
Subject: History -- Haiti -- Revolution, 1791-1804   ( lcsh )
Genre: bibliography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Bibliography: "Bibliographie": p. 351-352
 Record Information
Bibliographic ID: UF00081279
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000142659
notis - AAQ8827
oclc - 01892098
oclc - 23763938

Table of Contents
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Frontispiece
        Frontispiece 1
        Frontispiece 2
    Dedication
        Dedication 1
        Dedication 2
        Dedication 3
        Dedication 4
        Dedication 5
        Dedication 6
        Dedication 7
        Dedication 8
    Preface
        Page i
        Page ii
    Introduction
        Page iii
        Page iv
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
        Page x
        Page xi
        Page xii
        Page xiii
        Page xiv
        Page xv
        Page xvi
        Page xvii
        Page xviii
        Page xix
        Page xx
    Colons et affranchis
        Page xxi
        Page xxii
        Saint-Domingue a la veille de la revolution de 1791
            Page 1
            Page 2
            Page 3
            Page 4
            Page 5
            Page 6
            Page 7
            Page 8
            Page 9
        Les Colons et l'independance de Saint-Domingue
            Page 10
            Page 11
            Page 12
            Page 13
            Page 14
            Page 15
            Page 16
            Page 17
            Page 18
            Page 19
        La revolution des hommes de couleur
            Page 20
            Page 21
            Page 22
            Page 23
            Page 24
            Page 25
            Page 26
            Page 27
            Page 28
            Page 29
            Page 30
    Toussaint-Louverture et la revolution des noirs
        Page 31
        Le revers de la medaille
            Page 32
            Page 33
            Page 34
            Page 35
            Page 36
            Page 37
        La revolte d'aout 1791
            Page 38
            Page 39
            Page 40
            Page 41
            Page 42
            Page 43
            Page 44
            Page 45
            Page 46
            Page 47
            Page 48
            Page 49
            Page 50
            Page 51
            Page 52
            Page 53
            Page 54
            Page 55
        A la veille de la proclamation de la liberte generale
            Page 56
            Page 57
            Page 58
            Page 59
            Page 60
            Page 61
            Page 62
        La conspiration galbaud
            Page 63
            Page 64
            Page 65
            Page 66
        La liberte generale
            Page 67
            Page 68
            Page 69
            Page 70
        L'abandon de la colonie aux anglais
            Page 71
            Page 72
            Page 73
        Toussaint-louverture au service de la republique
            Page 74
            Page 75
            Page 76
            Page 77
            Page 78
            Page 79
            Page 80
            Page 81
            Page 82
    Etape par etape
        Page 83
        Au seuil de la celebrite
            Page 84
            Page 85
            Page 86
            Page 87
            Page 88
        L'affaire villate
            Page 89
            Page 90
            Page 91
            Page 92
            Page 93
            Page 94
            Page 95
            Page 96
            Page 97
            Page 98
            Page 99
            Page 100
            Page 101
            Page 102
            Page 103
            Page 104
            Page 105
            Page 106
            Page 107
            Page 108
            Page 109
            Page 110
            Page 111
            Page 112
            Page 113
            Page 114
            Page 115
            Page 116
            Page 117
            Page 118
            Page 119
        La rebellion des hommes de couleur du sud
            Page 120
            Page 121
            Page 122
            Page 123
            Page 124
            Page 125
            Page 126
        Toussaint-louverture et le general lavaux
            Page 127
            Page 128
            Page 129
            Page 130
            Page 131
        Le machiavelisme de sonthonax
            Page 132
            Page 133
            Page 134
            Page 135
            Page 136
            Page 137
            Page 138
            Page 139
            Page 140
            Page 141
            Page 142
            Page 143
            Page 144
            Page 145
            Page 146
            Page 147
            Page 148
    Toussaint-louverture et l'independance de St-Domingue
        Page 149
        Page 150
        La mission du general Hedouville
            Page 151
            Page 152
            Page 153
            Page 154
            Page 155
        L'evacuation partielle de l'ile par les forces anglaises
            Page 156
            Page 157
            Page 158
            Page 159
        Le choc
            Page 160
            Page 161
            Page 162
            Page 163
            Page 164
            Page 165
            Page 166
            Page 167
            Page 168
            Page 169
        Evacuation du mole et de Jeremie
            Page 170
            Page 171
            Page 172
        En combattant les legendes
            Page 173
            Page 174
            Page 175
            Page 176
            Page 177
            Page 178
        A la lumiere de la logique
            Page 179
            Page 180
            Page 181
            Page 182
        La duplicate de Toussaint-Louverture et de Thomas Maitland
            Page 183
            Page 184
            Page 185
            Page 186
            Page 187
        Analyse de la lettre du 23 aout
            Page 188
            Page 189
            Page 190
            Page 191
            Page 192
            Page 193
            Page 194
            Page 195
            Page 196
            Page 197
        Le premier traite secret du 31 aout 1798
            Page 198
            Page 199
            Page 200
        Accord John Adams - Toussaint-Louverture
            Page 201
            Page 202
            Page 203
            Page 204
            Page 205
            Page 206
            Page 207
            Page 208
            Page 209
        Duels diplomatiques avant et apres la signature de la deuxieme convention secrete
            Page 210
            Page 211
            Page 212
            Page 213
            Page 214
            Page 215
            Page 216
        La guerre du sud
            Page 217
            Page 218
            Page 219
            Page 220
            Page 221
            Page 222
            Page 223
            Page 224
            Page 225
            Page 226
            Page 227
            Page 228
            Page 229
            Page 230
            Page 231
            Page 232
            Page 233
            Page 234
            Page 235
            Page 236
            Page 237
        Le gouvernement noir de 1801
            Page 238
            Page 239
            Page 240
            Page 241
            Page 242
            Page 243
            Page 244
            Page 245
            Page 246
            Page 247
            Page 248
            Page 249
            Page 250
            Page 251
            Page 252
            Page 253
            Page 254
            Page 255
            Page 256
            Page 257
            Page 258
            Page 259
            Page 260
            Page 261
            Page 262
            Page 263
            Page 264
    Premiere phase de la lutte pour l'independance
        Page 265
        Page 266
        Les dessous de l'expedition de 1802
            Page 267
            Page 268
            Page 269
            Page 270
            Page 271
            Page 272
            Page 273
            Page 274
            Page 275
            Page 276
            Page 277
            Page 278
            Page 279
            Page 280
        Le general Toussaint-Louverture perdit-il la premiere phase de la guerre de l'independance
            Page 281
            Page 282
            Page 283
            Page 284
            Page 285
            Page 286
            Page 287
            Page 288
            Page 289
            Page 290
            Page 291
            Page 292
            Page 293
            Page 294
            Page 295
            Page 296
            Page 297
            Page 298
            Page 299
            Page 300
            Page 301
            Page 302
            Page 303
            Page 304
            Page 305
        La deportation de Toussaint-Louverture
            Page 306
            Page 307
            Page 308
            Page 309
            Page 310
    Derniere etape d'une longue lutte
        Page 311
        A la lumiere de la politique de leclerc
            Page 312
            Page 313
            Page 314
            Page 315
            Page 316
            Page 317
            Page 318
        La preparation de la guerre au depart de Toussaint-Louverture
            Page 319
            Page 320
            Page 321
            Page 322
            Page 323
            Page 324
            Page 325
            Page 326
            Page 327
            Page 328
            Page 329
            Page 330
            Page 331
            Page 332
            Page 333
        La division a l'aurore de l'independance
            Page 334
            Page 334a
            Page 335
            Page 336
            Page 337
            Page 338
            Page 339
            Page 340
            Page 341
            Page 342
            Page 343
            Page 344
            Page 345
    En maniere de conclusion
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
    Bibliography
        Page 351
        Page 352
    Table of Contents
        Page 353
        Page 354
Full Text



Coup ab eil



Po litique

7be
Zoudaaint- overture

PAR


GERARD M. URENT
Sous-Directeur de la Librairie d'Histoire d'Haiti




































































TOUSSAINT-LOVVERT1JEE D'APEES UNE GRAVURE DE L'EPOQUE












Monsieur Mentor LAURENT
En Ville.

EPITRE DEDICATOIRE

Cher Pere,

A qui pourrais-je d4dier ce livre, fruit de trois ann6es de travail cons-
ciencieux, resultat de tant de nuits de veille, euvre de si longues m6-
ditations, si ce n'est A toi qui permis B mon r&ve de se concr6tiser A la
faveur de la riche collection de documents et des multiples ouvrages
que rassemblirent, avec une patience de bIn&dictin malgr6 la pr6-
carit6 de tes resources ta passion de 1'Histoire et le profound sen-
timent que inspire le souci de la conservation du patrimoine national ?
Oui, B qui le dedier, mon livre, si ce n'est B l'auteur de cette mine
de documentation que constitute Fouvrage intitule: Erreurs et Vrites
dans 'Histoire d'Haiti. au Directeur de la Librairie d'Histoire d'Haiti,
de cette belle Institution don't l'utilit6 n'est plus A ttablir et qui a pour
organe 1'imposante revue: Le Document?
Naturellement, je dois m'empresser de confesser que le lecteur ne
trouvera pas dans mon 6tude cet enchainement, cette juxtaposition de
documents qui caracterise le cot6 scientifique de ton ouvrage. Certes,
ta m6thode te dispensait d'intervenir directement, tant 6tait clair et com-
pr6hensible, eloquent et persuasif, le language des documents synth6ti-
sant les faits de notre Histoire Nationale. Tes conclusions, il est vrai,
n'etaient point formul6es d'une maniire precise. Cette faute, si faute il
y a, t'aurait mgme value les reproches de maints critiques. Mais, i mon
sens, elles brillaient de tous leurs 4clats, ces conclusions, noyies qu'elles
6taient dans les interpretations decoulant de l'analyse des arguments
topiques qui figuraient dans les textes. A la lumiire de ta m6thode qui
m'a semble nouvelle et m'a s6duit par son caractbre s6rieux, j'avais r8v6
d'Ecrire. mon ouvrage. Si je n'ai pas atteint le plafond de mes esperances,
ce sera A la difficult de t'imiter que je devrai m'en prendre.
Nonobstant la violence des traits que lui a lanc6s la prose courrouc6e
des critiques, .Erreurs et V6rits dans P'Hstoire d'Haiti. gardera bonne
place dans 'opinion saine du public qui y a decouvert et appreci6 ton
esprit libre et novateur. Elle a parfaitement saisi que si jusqu' t present
on n'a ose attaquer de front ton Buvre, c'est que le systime par tol






EPITRE DEDICATOIRE


ilabore imposait une critique similaire. Aux pieces qui fortifiaient tes
arguments, il aurait fall, pour circonvenir la justesse de tes vues, oppo-
ser des documents contr6l6s. Pour combattre tes idies nouvelles, il im-
portait d'analyser les sources de ta documentation. Au lieu de passer par
ces filibres r6glementaires, certain s'6vertuerent a ne consid6rer tes
idWes qu'i l'optique de la sentimentality, alors que d'autres croiront
plus sage de les 6touffer sous un 6pais voile de silence et d'oubli
Mais, .Erreurs et V6rit&s dans 'Histoire d'Haiti. a trop profond6-
ment marque de son empreinte le long sentier qui remote jusqu'au
premier de nos historians pour echapper a l'ceil perquisiteur de la
jeunesse.
Nos principaux ecrivains contemporains, a la conception antique et
surannee, avaient priv6 l'Histoire de son caractre scientifique, en li-
mitant leurs 6tudes au cadre des donn6es que rBvilerent leurs devan-
ciers qui, eux, auront toujours le merite d'avoir les premiers congu
le noble ideal de reconstituer le drame imouvant de la vie si tour-
ment6e de notre Haiti.
L'initiative des Madiou, des Ardouin, des St. Rimy etc... 6tait belle et
digne d'l6oges. Mais ces 6crivains n'ont realise que les premiers pas, ils
n'ont esquiss6 que le schema qui devrait guider, comme une boussole, les
homes hardis et entreprenants, enthousiastes et endurants, que n'effraie
point I'aridit6 de cette tache ingrate. Si c'6tait un ideal qui guidait les
ouvriers des premiers moments, une notion d'ordre strictement 6tymo-
logique nous rappelle que les efforts conjuguis et constants de toutes
les generations se borneraient B 6claircir I'ombre dense qui envelope
les faits sans toutefois arriver B l'inonder de lumiere. L'histoire envi-
sag6e sous l'angle scientifique nous conduit a la mime conclusion. Done
les interpretations, dans le processus historique, subiront toujours des
modifications relatives aux different apports de documents nouveaux.
Et 1'6volution pour avoir adopt un movement rotatoire spiroidal ne
d6crira pas moins une parabole a tendance nettement d6finie: Le der-
nier mot restera au dernier document qui & son tour est subordonn6e
la vitality des energies actionnant le monde.
Ainsi, ils sont dans l'erreur et se fourvoient, la plupart de nos histo-
riens, quand, par un exces de scrupule blamable que suscite un religieux
respect pour les dogmes anciens, ils n'osent rev6ler la verit6 que mas-
quent des faits tortures, preferant ainsi se cramponner aux interpr6ta-
tions de leurs devanciers, qui n'ont travailli qu'avec des materiaux de
fortune et don't l'ignorance de tel document, de tel acte ou de tel fait,
a malheureusement entach6 d'erreurs I'argumentation.






EPITRE DEDICATOIRE


Brisant avec cette antique conception, rivolutionnairement, pire, tu
introduisis un autre systime qui imposa par sa facture s6rieuse. Et,
pouss6 par un sentiment qu'on s'explique et que je tais, tu expliquas
dans un article public dans le quotidien .Haiti-Journal. que ce fut
plut6t en ta quality de .chronologue. qu'a titre d'historien que tu te
permis cette subversion.
Cependant, malgre tout, la mauvaise foi de quelques critiques t'a
portie essuyer leur feu. Ces 6crivains, dans l'espoir vain d'affaiblir la
valeur de ton ouvrage, au point de vue historique, attaquirent
l'une des sources de ta documentation. L'opinion des Foache, par exem-
ple, qui n'intervenait dans ton oeuvre qu'en corroboration des conclu-
sions qu'une 616mentaire logique portrait tout esprit avis6 i tirer,
sous la plume de ces critiques, y devenait la documentation de base, la
source fondamentale de ton argumentation. L'un de nos plus brillants
historians, emport6 par la fievre de la discussion, perdit sa maitrise an
point d'invoquer come argument p6remptoire, a rebours de son esprit
critique si avise, ce principle que condamne le bon sens: En histoire les
documents officials priment les priv6s. Cette assertion cat6gorique
6tonne quand elle se reclame d'un ecrivain qui s'est impose au respect et
A l'admiration de la jeunesse par son erudition et par la place important
qu'il occupe parmi nos historians a la faveur de ses documents tra-
vaux.
Comme il fallait s'y attendre, la regrettable opinion de cet honorable
6rudit, qui fait si belle figure dans la galerie de nos homes de lettres,
s'est heurt6e a celle d'un grand historien frangais, acadimicien, qui a
solennellement fte, il y a de cela quelques lustres, la 48e. edition d'un
de ses ouvrages intituli: Vieilles Maisons, Vieux Papiers. Je cite
G. Lenotre. Cet auteur, dans I'avant-propos de: Bleus, Blancs et Rouges,
icrit tris judicieusement, come pour donner la r6plique aux ecrivains
qui s'acharnent contre la documentation des Foache ou a ceux qui sem-
blent proclamer 'infaillibiliti des documents officials: ....Une source
est-elle douteuse parce qu'elle n'est guire friquente ? M'expliquera-
t-on en quoi un procis-verbal de juge de paix ou de brigadier de gen-
darmerie, une deposition en justice, un livre de compete, un registre ca-
dastral, un acte notaries, un inventaire r6velateur, sent plus suspects,
moins .srs., qu'un article du MONITEUR, qu'un rapport de Mouchard
ou que la correspondence de quelque missionnaire de la Convention
avec le Comit6 de Salut Public? Si I'historien doit ttre en mifiance,
n'est-ce pas A I'6gard des documents officials 6man6s de fonctionnaires
partiaux, manifestement moins soucieux de la virit6 que de leur re-
nominee personnelle on du triomphe de leur part ? Certes, oui, je pr6-






EPITRE DEDICATOIRE


fire a ces apologies pleines de r6ticences, d'attenuations, de faux-fuyants
et de mensonges opportuns, le document .dedaignu., le document .acces-
soire., .fragmentaire., le document .6pave., d'autant plus sincere que
ceux qui 'ont redige n'ont jamais pr6vu qu'il pourrait un jour servir
a Phistoire et qui, outre l'avantage de sa v6ridicit6, pr6sente celui de
montrer les faits sous un aspect encore inaperqu... Negliger les grandes
sources d'information serait une faute aussi grave que 'est celle de leur
accorder une confiance sans restriction; on n'y trouve ordinairement
que le reflet de l'opinion des vainqueurs; les dol6ances des vaincus n'y
ont point leur place. S'en tenir a ce qu'elles enseignent, c'est consen-
tir a accepted I'histoire toute faite, et par ceux-li mimes qui ont eu in-
t6rdt a la maquiller....
Les probl&mes historiques devraient &tre soumis a des investigations
d'ordre objectif oiu pr6vaudrait seule la preoccupation de la recherche
de la v6rit6. On devrait carter toutes questions sentimentales, parce
que ktrangires aux exigences de la science historique. Ces pens6es m'en-
vahirent A la constatation du proces que tintent&rent quelques histo-
riens pour avoir r&vl66 que Dessalines, a I'instar de Toussaint-Louver-
ture (en 1791, 1793 etc...) s'6tait assure la complicity de quelques g.&n-
raux europ6ens, come le confirm d'ailleurs la tentative de rivolte de
Thouvenot et de Clausel qui furent, selon les temoignages de Madiou,
de Charles Malo ou d'Ardouin, arrates d'ordre de Rochambeau et em-
barquis.
Au jugement de tes critiques, la glorieuse et sanglante 6popee que
boucla 1804 se trouverait diminu6e, elle serait dechue, s'il fit divulgue
que le Titan Noir s'etait assure des sympathies parmi les officers euro-
peens. Quelle intransigence de civisme! Heureusement que le patrio-
tisme qui meut les peuples des Etats-Unis d'Am6rique, de 1'Amrique-
Latine, notamment, est d'une exigence plus souple..
Que Dessalines exploitAt & l'avantage de la cause qu'il servait la me-
sintelligence que provoqua chez l'ennemi le choc des id6aux antago-
nistes guidant les Jacobins et Leclerc, qu'il utilisit, pour combattre ce
dernier, les sympathies de quelques officers europ6ens qui aspiraient
ia 'ecrasement au sein de la colonie de tout 61iment esclavagiste, sans
pour cela entendre affranchir St. Domingue du contr6le de la France,
mais, au contraire, persuades qu'ils 6taient que la liberty assure, rin-
qui6tude occasionnie par la politique de Leclerc une fois calm6e, la
colonie 6voluerait dans une atmosphere de paix et a la grande satisfac-
tion des habitants qui, l'arrivbe de l'expdition, vivaient heureux et
confiants en la protection de la m&re-Patrie; que Dessalines, disons-
nous, r6alisit que le triomphe de la noble cause qu'il servait serait fa-







EPITRE DEDICATOIRE


cilit6 s'il maintenait la division dans le camp ennemi en cachant aux
Jacobins le souffle d'id6al qui I'animait, en les abandonnant dans la con-
solante illusion que seule la crainte de perdre la liberty avait arm6 le
bras des noirs, n'etait-ce pas une brillante manifestation tant de son
intelligence que de sa logique ? Cette profonde dissimulation qui mas-
qua aux Jacobins le but que visaient les noirs, cette habile fagon de
tromper I'ennemi, ne sont-elles pas & la gloire de Dessalines ? Les cen-
taines d'officiers si n6cessaires au succs de sa cause qu'il arracha &
une mort certain A la faveur des avertissements opportuns don't furent
les messagers les amis qu'il comptait dans le camp adverse, n'est-ce pas
li un fait qui est tout & la gloire de ce Chef?
Pourquoi, alors, certain esprits, loin d'envisager la question sons cet
angle, s'evertuent-ils a m6sinterpr6ter ton opinion au point de to la
rendre meconnaissable ? Pourquoi, certain historians, mal intentionn6s,
6crivent-ils en faisant allusion A toi: ...Voila & tout jamais ruinee la
16gende tendancieuse d'un Dugua donnant A Dessalines I'idbe et le plan
de la guerre de lInd6pendance...? Pourquoi veulent-ils travestir ta
pensee, si ce n'est dans le vain espoir de tomber ton euvre, pousses,
qu'ils sont, par un coupable egoisme ?
Que je sache, jamais tu n'eus a soutenir une ineptie de cette nature.
Ton opinion fut claire et nette, comprehensible et logique, affranchie
de toute Blucubration tendant A presenter Dugua comme le promoter
de la Guerre de Ilnd6pendance. Seulement, tu expliquas que, fiddles
aux principles de la revolution, les Jacobins 6taient des abolitionnistes
convaincus et intraitables. Partisan enthousiaste de la liberty, Dugua,
come d'ailleurs tons les officers frangais asservis au mme id6al, as-
sista de son concourse les noirs en r6v6lant certain secrets & Dessalines.
Cette attitude de Dugua a des precedents dans 1'Histoire de St. Do-
mingue. Je pourrais, certes, citer le cas de Toussaint-Louverture qui,
bien qu'au service de 1'Espagne, revelait, cependant, A 1'Etat-Major fran-
gais le plan des attaques projetees centre la ville du Cap, dernier pilier
de la resistance r6publicaine; mais, j'aime mieux rappeler, parce que
encore plus concluante, 'Affaire-Blanchelande.
Ce dernier, an lendemain de la mort du Colonel de Mauduit, s'stait
vu i la tate d'un parti que 'ennemi avait defonce. Les royalistes diss6-
mines un pen partout constataient rageusement la victoire des patriots
on pompons rouges et envisageaient avec effroi les misires qu'entral-
nerait la r6alisation du reve hantant ces farouches partisans de 'in-
,d6pendance de la colonie. Face au spectre qui se dressait devant eux,
les royalistes, dans un supreme effort, tent&rent de restaurer leur sn-
pr6matle refoul&e. Ils songirent a anantir leurs ennemis en lancant







EPITRE DEDICATOIRE


centre eux un flot d'esclaves arms. Au nom de son parti, Blanchelande
n6gocia avec Toussaint-Louverture. Celui-ci sembla avoir accept les
propositions de cinquante liberties B accorder que formula Blanchelande.
Au jugement des royalistes, leur cause une fois triomphante, ils sub-
jugueraient ais6ment les noirs, sans s'inquieter des promesses de liberty
arbitrairement tomb6es des lIvres de leur reprisentant. Eux-tous s'6-
taient persuades qu'on ramenerait sans difficult les nigres au regime
qu'ils pensaient an6antir. Si quiet fut Blanchelande qu'il delivra un
sauf-conduit a Toussaint, l'habilitant ainsi & traverser les habitations
pour preparer le movement. Des armes mimes furent distributes aux
esclaves. Mais, le plan de Blanchelande fut dejou6 par le genial Tous-
saint qui, a la faveur des privileges que lui accordirent les royalistes,
orienta la revolution vers un but oppose A celui vis6 par ces derniers.
Ainsi Blanchelande, comme d'ailleurs toute sa clique, travailla incons-
ciemment A l'l6aboration d'un 6tat de choses qu'il ne desirait nulle-
ment: I'affranchissement des noirs de la colonies.
L'admirable facon par laquelle Toussaint tourna les 6evnements a
son advantage trouva un echo dans le jeu nuance, d6licat et camoufl6
de Dessalines qui combattait pour I'ind6pendance. Mais le Titan Noir
6vita de d6sabuser les Jacobins qui 4taient persuades que seule la sau-
vegarde de la liberty incarnait le r&ve des noirs.
Personne n'a ose afficher une opinion d6bile qui viendrait en con-
testation de la grandeur et de la noblesse de l'action de Toussaint en
1791. On est unanime a c&lebrer le Premier des Noirs qui, a la lumiire
de son intelligence, circonvint les royalistes. Personne, non plus, au
fond, ne croirait A un amoindrissement de I'oeuvre de Dessalines s'il
fft rev6l1 que ce dernier, avant la reprise de la guerre de l'ind6pen-
dance, au lendemain meme du depart de Toussaint-Louverture, avait
perc6 quelques secrets de l'Etat-Major frangais et profit des sympathies
que la cause des noirs comptait dans le camp ennemi pour op6rer cer-
tains deplacements n6cessaires, effectuer des promotions indispensables
et urgentes, enfin preparer, avec toute la garantie que reclamait la de-
licatesse de I'action, la lutte pour I'independance. Car la logique ex-
plique clairement que Dessalines essuierait des difficulties qu'il n'arri-
verait pas a surmonter si, avant toute serieuse organisation, avant I'en-
trevue historique avec P6tion, avant I'elaboration d'un plan bien con-
certe et approuv6, il eft contribute une 6troite conjunction dans le
Haut Etat-Major frangais par la revelation du vrai but qu'il poursui-
vait. Petion, Clerveaux et tant d'autres n'auraient point 6chapp6 au
massacre d'Octobre, puisque ceux-lA qui devraient leur mettre la puce
a I'oreille 6taient de fervents patriots qui ne songeaient nullement i
desservir les inter&ts de la France.






EPITRE DEDICATOIRE


Si done, pere, ton opinion si patriotique, si saine, se caricature et s'af-
fuble d'un diguisement burlesque sous la plume de divers icrivains,
c'est que ces derniers, homes avant tout, ont voulu un motif pour s'en
prendre B toi, dans l'impossibilit6 oi ils se trouvent d'assommer leur
vrai ennemi: la fortune qui t'a favoris6.

Nos super-patriotes, a la susceptibility a fleur de peau, probable-
ment, en veulent aussi A Dessalines lui-mime qui sanctionna notre
premiere Constitution 6noncant l'article 13 comme suit, apris que par
le precedent defense fut faite au blanc de mettre le pied sur le territoire
d'Haiti: .L'article 12 ne pourra produire aucun effet tant A 1'gard
des femmes blanches qui sont naturalisees haitiennes par le gouverne-
ment qu' '16gard'des enfants nes ou A naitre d'elles. Sont compris dans
les dispositions du present article, les Allemands et les Polonais natu-
ralises par le gouvernement..
Si j'6tais historien, j'aurais pu m'6tendre sur bien des points encore.
Mais, je ne suis ni historien, ni .chronologue.; simple essayiste, je n'ai
pu 6crire mon ouvrage qu'I la lumiire des documents que tu m'as pas-
ses et 6clair6 des connaissances d'un Madiou, d'un Ardouin, d'un David,
d'un Price-Mars, d'un Lecorps, d'un Elie, d'un Nemours... et de bien
d'autres don't le lecteur trouvera a l'index les noms que l'abregement de
la phrase me force A taire ici
Jy ai-anssi apport6, a l'appui d'une scrupuleuse conscience et d'une
probity qui carte toute mesquinerie et tout sectarisme, mon bon sens,
mon souci de logique qui m'a guidi dans 1'interpritation de nombreux
faits. Car je suis de ceux qui pensent que .la malgricieuse besogne con-
sistant a saper une 16gende porte en elle-meme son excuse, quand, en
6clairant le passe, elle a surtout en vue de sauvegarder I'avenir et de le
preserver des erreurs oiu pourrait 1'entrainer une foi aveugle en des
pricidents imaginaires..
Mon but en ecrivant ce livre 6tait de souligner que l'ind6pendance
d'Haiti est l'euvre de Toussaint-Louverture et de J. J. Dessalines. Elle
est, a mon avis, une synthise de ces deux volontes. Le Premier des
noirs, apris avoir rempli aux trois quarts son merveilleux et extraor-
dinaire programme, fut traitreusement diporti. L'Homme de Cormiers,
ce foudre de guerre, acheva l'oeuvre par une sanglante et glorieuse
lutte.
Cependant le titre qui ripondrait le mieux A 'idie et auquel j'ai dl
renoncer, vu sa longueur, serait: Coup d'teil sur la Politique de Tous-
saint-Louverture de 1791 A 1802 et sur les consequences de Faction che-
valeresque de J. J. Dessalines de 1802 a la proclamation de lIndepen-







EPITRE DEDICATOIRE


dance. Car mon ouvrage n'est qu'une analyse, a la lumire des faits,
de la haute politique de l'immortel Toussaint; politique que consacra le
titan noir, J. J. Dessalines, en expulsant de St. Domingue les forces
frangaises et en proclamant l'Ind6pendance de Ifle.
Imbu de tes exigences en matibre historique, si 'ouvrage resiste j ta
critique, je serai des lors certain de gagner le suffrage des trois quarts
de mes lecteurs. Cela sera A condition que tu ne perdes de vue que je
a'ambitionne pas de faire oeuvre d'historien, mais d'essayiste.


Aftectuensement,

G6rard LAURENT
Chef de la Section Historique de
.THELEME.














PREFACE



Void nn livre serienx, euvre d'un jeune historian form & 16cole de son pbre
et nourri de documents de choix, abondants et varlds A souhalt, parfaltement
assimilds. *COUP D'GEIL SUB LA POLITIQUE DE TOUSSAINT-LOUVERTURE*
de M. Girard M. Laurent, que je suls heureux et fier de presenter an lecteur
haitien et aux nombreux admirateurs strangers de notre incomparable Tous-
saint, est on ouvrage de bonne foi oih Pon est agr6ablement surprise de tronver
des apercus d'une nouveaut6 de bon alol et on constant souc d'impartiallit A la
lumlire serene des faits magistralement analyses. On sent que le lns qui imite
et cite volontiers son pere a certainement 1'habitude de causer avee ce ben6die-
tin qui a voue sa vie A la recherche de l'insaislssable veritd historique haltienne
et qui, d6ja, a fait de sensationnels redressements. Si la composition de l'ou-
vrage n'est pas a l'abri de toute critique, parce que le metier d'ecrivain est
diffcile et demand un long et patient apprentissage, I'admirable probit lltt6-
raire et historique de M. Gerard Laurent le placera d6sormals parmi nos guides
les plus sirs en la matiere. Le chapitre consacrd an duel diplomatique entire
Toussaint-Louverture et Maitland est aussi passionnant qu'on roman pollcer
bien conduit. Nous savions tous que le -Premier des Noirs. s'etait habilement
d6barrass6 des agents de la Mdtropole frangalse qui contrarialent sa prodigleuse
ascension, que son Papa Lavaux, couronn6 de fleurs, avait eti renvoy6 en France,
que le dynamique Commissaire Sonthonax, elu deputy un pen malgre lni, avait
4et pollment et fermement invite A aller remplir son mandate a Paris, que l'nlg-
matique et perfide Hedouville, brutalement somm6 de d6guerpir, avait dd, sa
fliche de Parthe lance, s'en aller en vitesse, mals nous avions accoutum6 de
tenir l'Agent de la Grande-Bretagne Maitland, sur la fol de la plupart de nos
anciens historians, pour un sincere et loyal ami du genial Precurseur de notre
Indipendance. Erreur, erreur profonde, nous crie Gerard M. Laurent. La ba-
taille entire Toussain t et Anglais ne resemble A aucune de ses autres luttes;
ele n'en fut pas molns terrible. I y a certes matibre a controversies sur ce
point Notre jeane historien aura eu le mdrite appreciable d'avoir apport6 des
arguments netus et dignes de retenir attention des connaisseurs. La figure de
BRgaud est prdsentie dans 1ouvrage avec respect. Elle n'est d6form6e par aucun
prdjuge. Pour Gerard Laurent, le chef du Sud dans son combat Intgal avec le
giant du Nord et de l'Artibonite etait plus d6vou6 A la cause de la Republique
francalse qu'a celle de la caste hybrid des anciens libres. C'est one opinion
discutable assurdment, mals qui n'est pas d6nu6e de fondement dans one cer-
taine measure. Quol qu'll en soit, la documentation historique don't nous dispo-
sons jusqu'lci ne nous permet pas d'affirmer que ce que nous avons appris,
en fait d'histoire national, est rigoureusement exact. Aussi devons-nous savoir
er6 tous ceux qui, comme le jeune auteur de ee livre, explorent le champ de
notre Histoire et le defrichent de leur mieux. Et maintenant, ami lectear, jetez,
avec votre competent cicerone, un bon .coup d'cell ur la Politique de Tous-
salut.Louverture.


P. J. VAUGUES.








INTRODUCTION


Les colons espagnols qui habitaient St. Domingue, au dd-
but du seizieme siacle vers 1502, etaient en majeure parties
des laboureurs mddiocres et en totality de gran.s exploi-
teurs que hantait un ardent ddsir de rdaliser fortune rapide-
ment et avec aisance. Mais ces revenues important qu'ils es-
comptaient itaient function d'une serieuse organisation a-
gricole. Dans le but de satisfaire la cupidity effrende de ces
rapaces vomis par le raz-de-marde de la civilisation euro-
peenne, I'Espagne pensa & solutionner, par une sdrie de me-
sures des plus arbitraires, l'epineux probleme de la main-
d'ceuvre qui sollicitait une vive attention.
D'abord une c6dule royale autorisa et favorisa l'immigra-
tion dans la Colonie d'dquipes d'agriculteurs expgrimentds et
de corps de metiers venus des royaumes de Leon et de Cas-
tille. Pour encourager et ddvelopper cet exode de la penin-
sule hispanique vers les Antilles, on accord le bendfice d'ap-
preciables avantages aux immigrants. Outre la traverse qui
s'effectuait gratuitement et les frais de sdjour qui etaient t la
charge du gouvernement pendant la premiere ann6e, les la-
boureurs imports obtenaient, pour les besoins de leurs tra-
vaux, des concessions de terre & perpetuity, du betail en
quantity, des semences et des instruments aratoires. Ils 6-
taient meme exempts des imp6ts pour une pdriode de vingt
ans. Cette initiative de l'Espagne fut, cependant, vouee a I'd-
chec faute par la mauvaise foi notoire des agriculteurs et par
leur incurie.
Espdrant attacher & St. Domingue les travailleurs en ma-
riant leurs intirets a ceux de la communautd, les autoritis
espagnoles, par une nouvelle cedule, avant d'autoriser les
laboureurs ia migrgr vers les eaux antillaises, exigerent
qu'en majeure parties ils fussent des chefs de famille et vo-
yageassent, accompagnes de leurs spouses et de leurs en-
fants.







IV INTRODUCTION

Cette dernimre disposition ne connut point l'heureux re-
sultat espdrd. Mais le Roi d'Espagne, loin de se decourager,
persista dans ses vues. Il ordonna l'introduction dans la Co-
lonie de femmes blanches destinies aux travaux de do-
mesticite. L'dge de ces femmes qui variait entire seize et
vingt ans, trahit, cependant, les functions secretes auxquel-
les elles dtaient affectdes et nous permet d'augurer une plus
grande perversion des moeurs.

Mais, il ne suffisait pas d'inonder Hispaniola d'artisans et
d'agriculteurs, il fallait aussi assurer a ces ouvriers le con-
cours des milliers de bras que ndcessitaient l'dvolution cons-
tante de l'industrie et I'exploitation des mines. Car, alors
que I'ile florissait, que les resultats d'une premiere expd-
rience avaient encourage les espirances des travailleurs,
ceux-ci virent se paralyser sensiblement leurs efforts sous
faction dglIdtre d'une rarefaction de bras qui sdvissait.

Les indiens, hostiles a la rude tdche qu'on leur imposait,
gagnaient les bois ou se laissaient .mourir. Leur physique, il
est vrai, 4tait inapte et refractaire au travail greintant des
mines. Face a cet inconvenient, les agriculteurs espagnols,
decourages, penserent a regagner leur terre natale. Ce fut
pour 6viter le depart de ces travailleurs si necessaires a l'ex-
ploitation des richesses naturelles de la colonie, que I'Es-
pagne prit une nouvelle disposition qui bouleversa I'ile et
apporta des modifications dans sa structure la plus profonde.

Le Bourbon de Madrid, en effet, venait d'autoriser le
transfer a Hispaniola des Indiens de Bahama. Au nombre
de cinquante mille, ces malheureux furent jets dans la
fournaise de la Colonie, par bouchies de dix mille 'an, sous
le fallacieux pretexte qu'ils y etaient eypedigs afin de se fa-
miliariser avec les coutumes politiques. A la verit6, c'6tait
dans le but de supplier au manque de bras don't souffrait
la Colonie.






INTRODUCTION V

Toutefois, le taux excessif de mortalitg,.accuse par la sta-
tistique, ddjoua les projects des autoritis espagnoles et 6touf-
fa les belles esp6rances que nourrissait la cupidity des co-
lons. Plus le nombre de ces infortun6s imports diminuait,
plus se signalait la cruaut6 des maitres qui exigeaient d'un
individu la some de travail que fournissaient cinq. Fray
Bartholom6 de Las Casas, tout & tour Dominicain et Her-
mite de St. Jer6me, emu des abus et des injustices criantes
don't 6taient victims les autochtones de 'ile, dleva sa gran-
de voix en leur faveur. Sur la suggestion de ce prelat, commission fut nommie dans le but de renseigner comple-
tement le gouverneur espagnol sur les traitements subis par
les indiens et I'6tat de administration gendrale de St. Do-
mingue,. (1)
Membre d'un Conseil d'Etat que Charles-Quint forma en
1516, Las Casas plaida avec une chaleureuse eloquence la
cause des indiens. Mais apr&s avoir arrachd aux membres
du Conseil la jouissance de la liberty pour les naturels de
l'ile, le grand prdlat entacha cette belle victoire d'une pro-
position don't la race noire sera la victim pros de 300 ans.
Beau disert, sa grande voix primant au Conseil Souverain,
Fray Bartholome de Las Casas, -fougueux representant de
6t civilisation maditerrandenne, se fera le complice invo-
lontaire d'un crime aussi revoltant que celui contre lequel
s'dtait dressee sa nature droite et geinreuse., Car il fut I'ar-
tisan d'une malheureuse decision arret6e par le Grand Con-
seil. Pour remidier au plus t6t a la penurie de bras qui dd-
courageait les travailleurs espagnols, il sugggra la trans-
plantation en masse d St. Domingue des noirs d'Afrique.

(1)-Nous n'avons pu bien nous fixer sur cette pdriode qu'& la faveur d'une
excellent et documentee etude que public le grand historian Louis E. Elle,
en Avril 1930. dans le quotldlen cHaIti-Journals. A ce sujet, M. Stenlo Vin-
cent eut i crire : Sous ce titre. Esclaves. Affranchis et Colons. l'historien
bien connu a ecrit I'6tude la plus documented, la plus vivante sur la vie co-
loniale d'autrefols..






VI INTRODUCTION

Mais Las Casas sut gagner la commiseration et le pardon
des generations futures par ce Mea Culpa tire du troisieme
tome de son Histoire des Indes: ,...Je n'avais point con-
naissance de I'injuste fagon don't on reduirait les negres en
esclavage, sans quoi, je n'aurais point donned mon avis pour
tout au monde... Les memes raisons valent pour les negres,
comme pour les indiens. Je m'en repends et me juge cou-
pable d'inadvertance. Le moyen 6tait mauvais de se servir
des negres pour libdrer les indiens.- (1)
La traite des noirs, bien que virtuellement accepted par
la Cour d'Espagne des 1502, ne commencera t se rdaliser
dans toute I'ampleur de son evolution que quatorze annies
plus tard. Ce fut, en effet, en 1516 que Charles Quint l'auto-
risa. DNs lors, les transports de noirs cesserent d'etre acci-
dentels pour s'orienter vers une extension considerable a la
faveur des Edits qui les riglementaient.
Diff6rents facteurs concoururent a developper la traite.
Mais ils furent tous subordonn6s a cette cause premiere :
I'ere de la monoculture, la preference accordie a la culture
sucriere qui entraina dans ses exigences le syst&me de la
grande propridtd et I'accroissement de la main-d'oeuvre'ser-
vile. Effectivement, la consequence immediate du develop-
pement des sucreries fut l'avortement du project de Colbe4
qui entendait dquilibrer dans la classes servile les noirs tires
de l'Afrique et les engages venus de la Rochelle. Le retrait
de ces derniers, sous la poussee irresistible de determinants
facteurs dconomiques, marquera I'6panouissement de la
traite.
Ce honteux traffic fut alimentr tant par des negres origi-
naires de I'Afrique Occidentale que par d'autres noirs don't
la finesse des attaches et des traits, la souplesse de la langue
et la majesty de la taille laissaient pressentir une influence
s6mitique.


(1)--Cite par Louis E. Elie Feuilleton Historique. No. 4.







INTRODUCTION VII

La reconnaissance de la traite consacrde officiellement,
son ddveloppement une fois effectif, les grandes companies
et les pays capitalistes s'y adonnerent avec exces. Les lib-
ralitds de Charles Quint qui vendait en masse des licences,
les moyens astucieux et frauduleux auxquels recouraient les
capitaines des nigriers et les courtiers des companies que
poussaient les exigences de la concurrence, les appreciables
avantages qu'offrait I'exploitation des noirs, contribuerent a
inonder Saint-Domingue des cent mille esclaves qu'il comp-
tait a la fin du XVIIe. Si&cle.
L'esclavage du negre commenqa en Afrique meme qu'ont
arrosd de leur sang nombre d'infortunes, quand, prisonniers,
en d'interminables caravanes, ils traversaient les multiples
et tongues contries, sillonnies de rivieres, sous le fouet im-
pitoyable de leurs feroces conducteurs. Que d'esclaves mu-
tilds Que de sang rdpandu Que de miseres, que de pleurs,
avant d'atteindre la c6te ois appareillait Ie bateau! La, appa-
raissait, dans toute son horreur, le spectre hideux de la ser-
vitude. (1)
Les negres, entiarement nus, etaient jets dans les cales
les navires, pieds et mains lids. La topographie de ces
tunks etaient d'une 6tonnante simplicity. Un hangar rec-
dhgulaire, au toit bas, si bas qu'un homme de taille moyen-
se pour y pendtrer devait se courber. ,Chaque esclave, nous

(1)-Nous n'envisageons que l'esclavage du noir par le blanc. C'est pourquoi
nous restons muet sur le traffic des esclaves faits prisonniers par les chefs des
tribus africaines. Et ce serait de notre part une erreur profonde que de croire
que l'esclavage fut stranger aux noirs avant la traite. Le Dr. Catts Pressoir, dans
une savante etude publiee dans la Revue de la Societ Haltienne d'Histoire et
e Geographie, s'appuyant sur une documentation de I'anthropologue amdricain :
elville Herskovits, auteur de : .Life in a Haitian Valley, dcrit : ....Non seu-
eent l'esclavage auquel les noirs furent reduits dans le Nouveau Monde leur
tait familiar, mais le travail sur les plantations ne leur etait pas inconnu non
plus.. Seulement, nous signalerons que I'esclavage du noir par le noir ou du
lancec par le blanc ne fut pas aussi odieux et machiavllique que le joug que
!onnurent les pauvres noirs d'Afrique sous la domination barbare des colons
le St. Domingue. L'esclavage A St. Domingue fut unique dans ses atrocities; il y
Ittelgnit une acultt fusqu'alors ignoree.






INTRODUCTION


apprend Sannon, avait a peine l'espace qu'il aurait dans son
tombeau: un pied et demi de longueur, quelquefois moins,
puisque souvent ils ne pouvaient se coucher sur le dos.,
L'odeur f6tide qui se ddgageait de ces prisons flottantes
intoxiquait les poumons. On raconte que parfois elles 6taient
tellement empestges que les blancs qui s'y aventuraient s'6-
vanouissaient. Comment s'etonner de cette persistante puan-
teur, quand on se rappelle que les plaies que portaient cer-
tains esclaves, victims de la barbarie blanche, mal soi-
gnees, entraient en putrefaction ? Frdquemment des cada-
vres sdjournaient deux, trois, cinq jours parmi les loques
humaines. Parfois, pour ne pas dire souvent, en temps de
disette de provisions, les capitaines des navires empoison-
naient les mets servis aux esclaves non seulement dans le
but de se ddbarrasser d'un excedent de bouches, ce qui serait
un demi-mal, mais surtout fait plus horrible, plus rdpu-
gnant pour que la chair des esclaves morts servit de pd-
ture aux survivants. II est superflu d'ajouter qu'au course de
ces traverses qui se realisaient au mepris des plus elemen-
taires regles d'hygiene, le taux de mortality fut excessive-
ment elevd.
Seuls les negres endurants et vigoureux, jeunes et fq ts,
parvenaient d supporter les rigueurs du voyage. Toutefois,
anterieurement a cette impitoyable selection de la nature,
les capitaines procedaient a un minutieux examen de la
merchandise, sur les c6tes d'Afrique, avant de l'acheter. Si
I'esclave ne manquait pas de dents, s'il avait des yeux en
parfait 6tat, et dtait dote de tous ses doigts, si, par-dessus
le march, il offrait une belle corpulence athletique, il etait
sdrie comme piece d'Inde, et, a ce titre, achetd tr&s cher. La
moindre d6fectuosit6 ddpreciait la merchandise qui etait
refuse meme a un prix ddrisoire. Cependant, a la faveur
de 'action frauduleuse des courtiers, maints rebuts, dits
anagres pacotilles,, s'infiltraient dans les lots silectionnes.


VIII






INTRODUCTION IX

Les navires aussit6t ancrgs dans les ports de St. Domin-
gue, les esclaves, apres avoir regu un bain aromatique et un
rdconfortant massage, etaient conduits au march de la
*Croix des Bossales., ol ils devaient 6tre vendus. Cette der-
nimre operation s'effectuait dans un brouhaha confus que
provoquaient, en d'interminables discussions, acheteurs et
vendeurs. La encore, la merchandise etait examine avec un
soin jaloux. Les articulations de l'esclave, son agility, sa vi-
gueur, ses capacitis intellectuelles, ses reflexes,... tout etait
observe scrupuleusement, avant que ne devint effective la
vente.
Immediatement apres, 'esclave, marque au fer rouge des
deux c6tes de la poitrine des initiales de son nouveau maitre,
etait achemine vers les plantations de ce dernier, oi il allait
augmenter le nombre des MNegres Maitres, dans le melange
confus des cNegers Creoles, et des ,Negres Bossales.,
Consider comme une res mancipi, l'esclave etait la pro-
priete du maitre qui pouvait le vendre, le louer, le preter, le
donner en cadeau ou en gage. Le maitre avait sur lui droit
de vie et de mort.
L'esclave, jete dans la fournaise des habitations, etait as-
treint & un rude labeur qui commengait et finissait avec le
j4'r. Parfois, en temps de recolte, il se prolongeait fort avant
dans la nuit. Un court intervalle de repos, entire midi et deux
heures, suffisait pour lui permettre de manger une ou deux
patates. Certains etaient priuvs de cette maigre pitance, af-
firme Malenfant.
Giron Chantrians, I'auteur de : Voyage d'un Suisse en
differentes Colonies-, peignant dans toute son horreur cette
tranche de vie des hommes rives a la terre, nous a laiss6 ce
poignant tableau que nous reproduisons: ... Is etaient au
nombre de cent hommes et femmes, de different dges, occu-
pes & creuser des fosses dans une piece de cannes, la plupart
nus ou couverts de haillons. Le soleil dardait t plomb sur





INTRODUCTION


leurs t&tes; leurs membres appesantis par la chaleur, fati-
gues du poids des pioches et par la resistance d'une terre
grasse, durcie au point de rompre les outils; ils faisaient, ce-
pendant les plus grands efforts pour vaincre tous les obs-
tacles. Un morne silence rdgnait parmi eux; la douleur etait
peinte sur toutes les physionomies; mais I'heure de repos
n'etait pas venue. L'cil impitoyable du grant observait l'a-
telier; et plusieurs commanders arms de longs fouets, dis-
perses parmi les travailleurs, frappaient rudement de temps
d autre ceux qui, par lassitude, ralentissaient. II n'est pas
d'animaux domestiques don't on exige autant de travail et
don't on ait si peu de soin..., (1)
La rudesse de ce traitement, la some excessive de fati-
gues qu'endurait I'esclave, afectait souvent sa sante. Mais
dans sa misere, il 6tait condamnd 6 toujours ignorer I'effet
curatif d'une hospitalisation. L'un d'eux, qui, un jour, com-
mit la coupable imprudence de confessed h son maitre qu'il
se sentait malade, fut reconduit sur I'habitation a coups de
pieds. Le diagnostic infaillible du docte colon avait dimenti
les rv6elations du negre. S'il ne s'agissait de mis&res humai-
nes, le charlatanisme des blancs serait tordant. I1 suffisait a
ces hommes de tdter le pouls de I'esclave et de lui regarder.
la langue: telles etaient les seules sources de maladie que
la science colonial reconnaissait aux negres. Aprslfet eC -
men sommaire, si le maitre touchait & nouveau le patient,
ce fut moins en vue de combattre ses preventions initials
par un serieux examen que pour renfoncer la parole au
malheureux a coups de poings quilui arrachaient parfois
des dents. Souvent, comme cure, le colon prescrivait a I'es-
clave la peine du fouet.
Ce dernier chdtiment etait, selon I'heureuse definition de
Victor Schoelcher, l'expression du travail aux Antilles. Il
etait inflig6 a l'esclave selon les fantaisies du maitre, nonobs-

.,)-Cit6 par H. P. Sannon, op. cit. t. 1, Introduction.





INTRODUCTION


tant les prescriptions de I'Edit Royal qui le reglementaient.
Les lois conditionnant l'esclavage du noir furent mgme
plus severes que celles qui limitaient les rapports de l'escla-
ve avec son maitre dans l'ancien Droit Romain. Car, si, par
example, une loi rendue sous Marc-Aurale annula les ope-
rations d'apr&s .esquelles I'esclave etait vendu ut cum bestiis
pugnaret (afin qu'il combattit contre les betes sauvages), on
a vu a Saint-Domingue des esclaves aux prises avec de fd-
roces carnassiers sous l'ceil amuse du colon.
Si, sons Adrien, defense fut faite au maitre de mettre un
esclave d mort, on doit reconnaitre que ce fut, au contraire,
l'un des spectacles favors du colon. Et cette mort souvent
empruntait des variantes bizarre conformgment au gout de-
prave du blanco, a l'imagination dgmente.
On voyait des esclaves attaches a quatre pieux, don't on
saupoudrait le corps de poudre a canon, afin de le faire sau-
ter comme une bombe a l'aide d'une torche. D'autres, quoi-
qu'en vie, etaient enterrds debout jusqu'aux dpaules; la t6te
qui gmergeait ou etait laissge en p&ture aux fourmis apr&s
qu'elle fit enduite de sirop de cannes, ou volait en mille e-
clats au contact d'un lourd bloc de pierre qu'on y laissait
tomber. Enfermer un esclave dans un tonneau, hdrisse de
i, gs :)ous, que I'on pricipitait du haut des parapets, le faire
ecarteler par quatre chevaux robustes ou le jeter vivant soit
dans une fournaise soit dans une chaudiere bouillante,
quand ce n'6tait dans un four, etaient des scenes courantes
don't se complaisait la langueur morbide des colons.
L'esclave etait vraiment la chose du maitre. Il est de noto-
ridtd publique que les femmes blanches ne rougissaient pas
de faire leur toilette a la vue des esclaves. Quoi d'dtonnant !
Entre ces derniers et le chien de Madame... il n'y avait
qu'une difference qui, hilas!, etait a I'avantage du carnas-
sier qui se baignait deux, trois, cinq fois par jour alors que
pareille faculty n'dtait octroyee au nagre qu'une fois I'an.









S.Si depravdes dtaient les mceurs, si cruelles et inhumaines
etaient les femmes blanches qu'on vit I'une d'elles, en proie
& cette strange nervosit6 qui souvent caracterise un certain
mal enddmique, s'arr&ter un jour pres d'une negresse qui
allaitait son enfant. Elle se saisit du petit &tre innocent et,
froidement, hysteriquement, le plongea jusqu'a asphyxie to-
tale dans une riviere qui bordait le chemin. Puis, toujours
sous 'action de sa crise, elle ordonna de fouetter impitoya-
blement la miserable mere qui, prise de disespoir, s'etait
jetde a l'eau dans son brilant desir de sauver son fils, I'u-
nique attachment de sa vie.
A I'instar de certain colons lubriques, auxquels une ima-
gination malade dictait parfois des chdtiments recherches et
odieux, telle I'ablation des seins des jeunes-filles, certaines
femmes blanches, non moins sadiques, en mal d'une satis-
faction que leur refusait la nature, donnerent libre course a
leur instinct charnel en ofrant a la population le spectacle
dhont6 qui devra inspire quelques annees plus tard, lors de
l'assassinat du Colonel de Mauduit, la cabaretiere de triste
memoire, la patriote rouge, gdndralement connue sous te-
nom de Mme. Martin.
Tel fut, dans toute son horreur, le milieu dans leauel p.-
g6tait le noir; telle fut, dans toute sa rigueur dccewm4 ; a
gdhenne oil s'dtiolait I'esclave; tel fut I'enfer qui I'abrutis-
sait.
*
S S
Une nouvelle classes d'hommes, issues de I'assouvissement
bestial des colons qu'avaient s&duits les charmes ensorce-
lants des jeunes negresses, s'dtait cr6ke. Sous le titre de mg-
nag.re, la n6gresse demeurait chez le blanc oi elle remplis-
sait toutes les functions de I'Npouse. De ces unions insolites
sortit le mulatre. En vertu d'un principle de I'ancien Droit
Remain dtablissant l'affranchissement par le venture, la li-
bert6 fut d'emblee reconnue au fruit des oeuvres du blanc et


XII


INTRODUCTION








de la negresse. Ces derniers, malgrd tout, payaient une dime
a la mitropole pour la ratification de I'acte.
Rapidement s'accrut le nombre des affranchis qui vers
1789 s'gtendait jusqu'I trente mille.
Cette classes vite s'affirma a Saint-Domingue oi elle pos-
soda plus du quart de I'ensemble de la fortune de I'lle, ge-
ndralement estimee & deux milliards de francs, nous infor-
me Louis E. Elie. cCette caste, poursuivit le meme informa-
teur, contribua par son industries, son activity et la mise en
valeur du sol, a faire de Saint-Domingue le pays vraiment
merveilleux que les voyageurs admiraient autrefois.,
La situation 6conomique gendralement prospare de I'af-
franchi n'attdnuait point la rigueur des interdictions qui le
frappaient. Dans les milices, nagres et muldtres libres for-
maient des companies & part que commandaient des blancs.
A I'Eglise ou au thdetre, l'affranchi n'6tait point libre d'occu-
per la place qui lui plaisait. Exclu des functions publiques,
I'homme de couleur n'avait pas non plus le droit d'exercer
aucune profession liberale: pas meme le mitier d'orfevre.
son voisin muldtre, convoiter sa femme ou suborner sa
fille; si la victim osait se plaindre ou defendre son foyer,
tous les blancs du quarter s'armaient pour lui courir sus.,
Telle fut done a Saint-Domingue la situation de l'afranchi.
Si par affranchi nous entendons gendralement tous les in-
digenes libres, il faut cependant confesser en toute hdte que
cette classes comprgenait tras peu de noirs. ,Victor Schoelcher
fait remarquer dans sa : Vie de Toussaint-Louverture, que
les affranchis essentiellement noirs appartenaient plut6t au
sexe faible et que les hommes comme Lambert, Salomon,
Gefrard, etc... 6taient en toute petite minority dans cette
classes des hommes de couleur. Ce meme auteur explique la
presence des femmes noires dans le group des affranchis


INTRODUCTION


XIII








par la raison toute simple qu'elles etaient les concubines des
colons et les meres de leurs enfants mulatres,, explique
Louis E. Elie.
cIl resulte de toutes ces considerations historiques que la
classes des affranchis 6tait principalement compose de mu-
ldtres et de quarterons. L'lement noir ne figurait que dans
la proportion d'un dixieme et plus particulierement avec
les femmes.- (1). Done presque tous les afranchis etaient
des muldtres.
Cependant on ne doit point verser dans l'erreur longtemps
accrdditge qui fait de tous les mulatres des affranchis. Dans
la masse des esclaves, certes, I'dlement noir prddominait,
mais y etaient egalement incorpords des hommes de couleur.
Cette constatation s'explique du fait que quelques blancs ou
ne pouvaient, par manque de fortune, ou ne voulaient, par
mauvaise foi, affranchir les enfants issues de leurs unions li-
bres avec les ndgresses, leurs esclaves. Les hommes de cou-
leur, non affranchis, subissaient comme le noir les rigueurs
du joug colonial.

*
Mais quel fut, i la veille des troubles qui bouleverserent
la colonie, I'etat de la socidtd ?
Les historians sont unanimes a reconnaitre la prodigieuse
prospirite de Saint-Domingue vers la fin du dix-huiti&me
siecle. Et les statistiques officielles ainsi que nombre de do-
cuments attestent grandiosement ce puissant developpement
qu'avait atteint la colonie. Prbs de 800 sucreries, 90 cafdieres,
700 cotonneries, outre les centaines de guildiveries et les
milliers d'indigoteries, travaillaient & plein rendement pour
couvrir de leurs products le march europeen.
En retour, l'or et le luxe inondaient St. Domingue.

(1)-Louis E. Elie etude citee.


XIV


INTRODUCTION






INTRODUCTION


De nombreux europeens, fascines par les facilitis 6cono-
miques de ce centre antillais oi la culture frangaise predo-
minait, y arrivaient dans l'intention arretge de rdaliser for-
tune au plus t6t pour, ensuite, s'en retourner en France se
rassasier des innombrables jouissances que difusait la Ville-
Lumiere.
De jour en jour s'accentuaient a Saint-Domingue les ten-
dances de l'esprit frangais. L'evolution et la prosperity de la
colonie entrainaient egalement le libertinage dans les fri-
volites charmantes, un luxe excessif et surtout une certain
urbanites qui faisait les ddlices des villes comme le Cap, Port-
au-Prince ou St. Marc. (1)
Par son ddveloppement et I'esprit de sa sociedt, le Cap md-
rita le surnom de Paris des Antilles. Effectivement, riche de
tous les organismes propres a un centre raffind, il etait de-
venu le foyer du rayonnement de la culture et de la civili-
sation dans les antilles refractaires au progres et a moiti6
barbares.
Des centres de plaisirs y etaient 6tablis calques sur ceux
de Paris. Le Cap, comme St. Mare ou Port-au-Prince, avait
ses sales de spectacle. Le th6dtre, qui etait alors le diver-

(1)-La ville de Port-au-Prince ressemblait, dit-on, A un camp de tartare,
mais elle 4tait pourvue d'un jardin botanique qui se trouvait au coin de la
Grand'Rue et de la Rue de Bretagne. Thierry de Monnonville, mort en 1780
I'avait 6tabli grAce aux libdralitds de Mr. Sartine (Ministre de Louis XVI) et de
Mile de Rouzibre, niece de M. de Valliere (Gouverneur de St. Domingue). On
y cultivait le nopal, la vanille, le jalap, l'ip6cacuana blanc, le litchi, le the vert,
le vrai sagou, I'indigo de Madagascar, le bl, I'orge, 1'avoine, le cedre de la
Havane. le cedre de Bermudes, la moutarde de Surinan, les rosiers de Chine,
d'Europe et des Etats-Unis, le noyer, le quinquina et les spices de Cayenne. On
s'occupait de I'dducation de la cochenille fine du Mexique et de la cochenille
sylvestre des autres pays. On avait meme obtenu un assez bel 6chantillon de
teinture 6carlate par la culture du nopal et I'6levage de la cochenille mdteque
du Mexique qui a etd utilisde en France par M. Moinevery (chef de la manu-
facture des Gobelins) et Laghet, teinturier. On pouvait voir encore dans ce
jardin botanique deux cents oiseaux d'especes differentes. I y en avait de tous
petits qui etaient vAtus de tr6s belles nuances et qui, chose curieuse, changeaient
parfois de couleur sans changer de plumes (Renseignements puises du Feuille-
ton Historlque. No. 20.- Note 1.)






XVI


INTRODUCTION


tissement le plus prise, reunissait pras de 1200 spectateurs.
On y jouait les classiques frangais. Et dans l'assistance cir-
culaient des epigrammes, des vers licencieux, des chansons
grivoises. Des sept heures, une foule dense, compact, aux
costumes bigarres, se pressait a I'entree des sales qu'elle
remplissait de voluptd, de parfum et de rire.
Les spectateurs de marque prenaient place dans les loges,
oil etaient installges des petites tables de toilette -sur les-
quelles on remarquait souvent des flacons d'essence, des pe-
tits objets rares et pricieux, ndcessaires a la beauty femi-
nine.
Les femmes, selon le goit de l'epoque, s'habillaient de
ecorsages a la tartare brodes d'or et de fourrures; de longues
robes de plumes et marcassites; elles promenaient sur les
loges de petits lorgnons d'dmail, souriaient a certain Mes-
sieurs parfois poudres & frimas., Elles recueillaient dans
l'assistance les malicieuses ceillades des jeunes-gens et dis-
tribuaient en retour leur sourire complice et impudique.
Certaines, parfois, dans I'attente de la levee de rideaux, se
prelassaient dans leur fauteuil, voluptueusement plongdes
dans la lecture d'un des romans licencieux de l'dpoque
qu'elles recevaient sans honte de leurs galants.
Les bals 4taient 6galement frequents. Le menuet et la
barricole etaient a I'honneur. A ces bals aboutissaient les
potins et les ddbinages. La se roucoulaient les romances qui
devaient divertir la population. On y declamait aussi, a la
grande satisfaction des oreilles impudiques, les vers licen-
cieux du chevalier Stanislas de Boufflers. Les courtisanes se
pdmaient d'aise aux propos scabreux des muscadins aux
moeurs epicuriennes. Outre la lubricitd de ces femmes et
leurs manieres lascives, les robes qu'elles portaient contri-
buaient a maintenir dans les bals une atmosphere charge
de langueur et d'excitation. En effet, elles s'y rendaient en
deshabilles.







gestifs, faits de mousseline claire et don't le tour d'en haut
6vidait la poitrine pour la laisser voir i travers un Idger fi-
chu. (1)
Le devergondage, par ailleurs, fut poussi a l'excis, & la
faveur d'une certain rivaliti etablie entire la femme blan-
che, la creole libre et la muldtresse.
Car, a c6te de la noire cYolove ou de la Poularde, a la cou-
leur cannelle, aux formes epanouies et graciles, don't les li-
gnes sculpturales enthousiasmeraient un Apelle accoutumg
a la plastique harmonieuse de la race grecque,, se distis-
guait la muldtresse, belle d ravir, don't le corps admirable
aavait la fraicheur et la durete du marbre, (2). Moreau de
St. Mery nous laisse de la mul&tresse de Saint-Domingue ce
tableau suggestif : A la demarche lente accompagnee de
movements de hanches, e ce balancement de la tate, a ce
bras qui se meut 'le long du corps souple en tenant un mou-
choir, e un petit morceau de racine devenu comme une es-
pace de brosse qui frotte I'email des plus belles dents, on re-
connait ces pretresses 'de Vdnus aupres desquelles Lais,
Phrynd et les courtisanes d'autrefois auraient vu s'6vanouir
toute leur celbritd. La mulatresse de St. Domingue est li-
vree tout entire a la voluptd, et le feu'de I'amour brile
dans son cceur pour ne s'dteindre qu'avec la vie., (3).
C'est la jalousie et la rage de se voir cclipsde sur le plan
sentimental, la crainte de perdre I'affection d'un mari ou les
faveurs d'un amant qui ont engendrg chez la femme blan-
che la haine qu'elle nourrissait contre I'6lement indigene.
Cependant elle n'avait ngglige aucun artifice pour supplan-
ter ses dangereuses rivals. Incapable de les intimider par
ses manieres hautaines et dedaigneuses, la femme blanche
recourut a la coquetterie, attribuant naivement a ce seul
(1)-H. P. Sannon. Histoire de Tousaint-Louverture t. 1 p. 23.
(2)-Roosevelt, Prdsident des Etats-Unis et la R6publique d'Hait, par A. Fir-
min, p. 24.
(3)-Louis E. Elle, Feull/eton Historique No. 15.


INTRODUCTION


XVII









facteur la puissante seduction que les crdoles exergaient sur
les colons charnels. Une propension au luxe en fut la conse-
quence immediate.
Chaque dimanche le march des blancs aut bord de mer,
palpitant d'activitg commercial, s'emplissait & craquer de
femmes qui, arrives en voitures de gala, afluaient vers les
dtageres, a la recherche du dernier cri de Paris et de l'atour
qui, en rehaussant la beauty, exasp&rerait les convoitises des
grands planteurs. Toiles fines, riches dentelles, bijoux, tout
6tait accapard par cette foule bigarrie que poussaient les
goits les plus depraves.
*

En marge de ce libertinage et de ce luxe ruineux, crois-
sait, cependant, dans le champ immense et vaste de la so-
cidtd des petits blancs, la fleur de la culture. Elle fut alimen-
tde par des cercles et par des libraries qui, de jour en jour,
se multipliaient.
En effet, a la faveur des imprimeries, des journaux s'gdite-
rent. Affiches Americaines, un des premiers organes d'infor-
mation enregistres & St. Domingue, comptait vers 178&.vres
de 1.500 abonnes. Si colossal fut ce succes que des gazettes
et journaux, & leur tour, parurent. Bient6t le Courrier Po-
litique et Litteraire du Cap, le Courrier de St. Domingue,
la Gazette de St. Domingue, le Citoyen Veridique, firent les
ddlices des uns et des autres.
Les imprimeurs et les libraires entretenaient egalement
des salons, veritables cenacles oi I'on se reunissait pour dis-
cuter. Les rayons de ces etablissements etaient garis de
journaux strangers et des derniers livres parus. Le Patriote
Frangais de Brissot, les Revolutionnaires de Paris, abon-
daient dans la colonie.
Les eldments de la jeune generation don't le goft de la cul-
ture avait neutralis Il'efet nocif de I'opium que distillait


XVIn


INTRODUCTION









la voluptg des femmes, quelques hommes encore verts que
l'exprience avait assagis, des anarchistes que hantaient les
troubles qui bouleversaient la France, tous ces hommes se
rdunissaient, soit dans les libraries, soit dans les imprime-
ries, soit dans les restaurants, ou, au course des discussions
enftammees qui se prolongeaient fort avant dans la nuit, ils
s'enivraient des effluves revolutionnaires se degageant des
ecrits et des actes des fervent champions de 89.

Aussi l'inevitable arriva. On prit gout tant a la culture
qu'a la politique. A c6te des cercles e caractare scientifiaue
ou purement intellectual: tel celui des Philadelphes (1),
se formerent des clubs tendancieux. A I'instar du grand
Club des Jacobins se constitua & S.aint-Domingue la Socidtg
des Amis de la Constitution.

Ded. c'tait l'aurore d'une are nouvelle. Dans le concert
des plaintes agonisantes qui depuis trois siccles endeuil-
laient le cceur ulcerd de I'esclave, un bon dclaireur pourrait
distinguer d'abord les coleres longtemps etoufftes qui s'6-
levaient crescendo, ensuite les cris de haine de moins en
moins dissimules, enfin, la-bas. dans le lointain encore bru-
meux, dans la profondeur des evinements a venir, le cri de
la revolution, la formule de la victoire, le mot d'ordre si
charge de fatalism et d'ardeur guerriare, que langa le Pre-
mier des Noirs pour enflammer ses fr.res et leur arracher
le bandeau qui les aveuglait: -Vivre libre ou mourir, s'an-
nongait tumultueux et subversif !

(1)-A part un avocat (Bauduy Deslozires) et un agriculteur (Paulet), tous
les membres fondateurs 4taient m6decins ou chirurgiens. Le but de cette socitet
6tait d'dtudier l'etat physique et moral de St. Domingue, de recueillr des notes
sur la navigation, l'astronomie, la culture, la medicine, 1'histoire naturelle, etc...
Un prix de 1.600 lvres avait ete accord au cercle par Francois de Neufcha-
teau. procurateur-general du Conseil au Cap. C'6tait pour la redaction et la
publication d'un ouvrage sur les moyens de conserver les livres et les manus-
crits trop souvent attaquis par les poux de bois et autres insects h6mlptkres.v
(Louis E. Elie. Histoire d'Halti, t. 11. p. 192.)


INTRODUCTION


XIX




























LIVRE PREMIER


COLONS ET AFFRANCHIS











CHAPITRE PREMIER


SAINT-DOMINGUE
A LA VEILLE DE LA REVOLUTION DE 1791

L'affranchi qui aspirait A la jouissance de ses droits civils
et politiques, au renversement des barrieres convention-
nelles dresses sur sa route par la satrapie blanche, et l'es-
clave qui, frapp6 d'ostracisme, vouait A son maitre un reli-
gieux respect et une soumission d6concertante, subissaient,
dans toute sa ferocith 6coeurante et sa criante injustice, l'hu-
meur fantaisiste du colon omnipotent. Si le ressentiment
et les humiliations poussaient les affranchis a une action
6nergique qu'ils envisageaient cependant avec une crainte
mal etouff~e et temperaient de blAmables hesitations, on
doit, toutefois, confesser que les esclaves, eux, en majeure
parties, bornaient leur id6al A servir bestialement l'affran-
chi ou le blanc: cela jusque vers le milieu du dix-huitieme
sikcle.
Car, hormis les quelques esclaves evolu6s qui signalerent
I'Nveil de leur dignity par de violent et r6p6tes mouve-
ments de revolte, la grande masse, enlis6e dans un abru-
tissant servage, etait 6trangere A ces 1lans vers la splendeur
du soleil de la liberty. Les injustices criantes, les chAti-
ments inhumains, les souffrances atroces qu'ils enduraient,
les humiliations qu'ils acceptaient, tout le martyre, toute
la prostration, enfin tous les maux, ceuvres des imagina-
tions malades qui s'ingeniaient dans le mal pour mieux as-
souplir le negre, ouaterent les lueurs de lucidity de ces es-
claves, plong&rent dans une si profonde l6thargie leurs fa-
cult6s que, machinalement, ils se comparaient A la bate, en
limitant au servage leur destine humaine.






2 COUP D'(EIL SUR LA POLITIQUE DE

Cette difference d'id6al qui opposait affranchi et esclave,
renforc6e par le pr4jug6 qui les divisait, emp&cha formel-
lement toute jonction entire ces deux 6elments ensemble
hais et pers6cutes par le blanc.
Pourtant une union A cette 6poque (1750) serait fruc-
tueuse, en ce sens qu'elle aurait apport6 certain tempera-
ments A la rigueur du joug colonial. Car les blancs, de leur
c6t6, ignoraient cette conjunction 6troite, sauvegarde de la
force.
Une in6gale repartition de l'or A St. Domingue avait cr66
deux classes hostiles 1'une A 1'autre. Dans l'opulence vi-
vaient les grands planteurs, seigneurs omnipotents et me-
prisants, les hauts fonctionnaires, presque tous des nobles,
et le Gouverneur, veritable despite qui voulait tout subor-
donner a sa volont6. Alors que les petits blancs, qui re-
pr6sentaient la classes ouvriere, subissaient les decisions
fantaisistes des colons et v6egtaient dans un 6tat voisin de
la pauvret6.
Les riches colons habitaient les planes et c'est Il, surtout,
que les courtisanes exhibaient un luxe dispendieux et rui-
neux. Ces grands planteurs, entierement livres A une vie
oisive, ne se rendaient en ville que le Dimanche et le Ven-
dredi. Ils 6taient, certes, riches d'un million et demi au
moins.
Un Monsieur de Charitte, par example, poss6dait au Quar-
tier-Morin le tiers du bourg et de la plaine et en plus mille
carreaux de terre a la Petite Anse. Monsieur Labattut 6tait
proprietaire de l'ile de la Tortue. Certains colons etaient ri-
ches au point d'ignorer le chiffre exact de leur fortune. Les
families Rossignol-La-Chicotte et Rossignol-des-Dunes pos-
sedaient une telle quantity d'animaux qu'il 6tait mat6riel-
lement impossible de les d6nombrer. Leurs propriet6s s'e-
tendaient sur une superficie de deux mille carreaux.






TOUSSAINT LOUVERTURE 3

Possesseurs d'une fortune aussi colossale, les colons me-
naient A St. Domingue une vie princiere. Un auteur espa-
gnol, le chanoine Sanchez Valverde, nous a laiss6 ce ta-
bleau de la somptuosit6 de leur existence: frangais, eut-il A 6crire dans ses cIdees de la valeur de 1'Ile
espagnole,, vivent comme des seigneurs d'une maison ma-
gnifique, orn6e de plus beaux meubles que ceux des palais
de nos gouverneurs. Ils ont une table plus delicate, plus a-
bondante que celle de nos Grands, des alc6ves et des cham-
bres superbement meubl6es avec des lits richement garnish
pour loger ceux qui viennent les voir et les voyageurs de-
cents. Is ont des barbiers, des perruquiers pour soigner leur
toilette. Enfin deux ou trois voitures pour se rendre visit
les uns aux autres, ou aller A la comedie dans la ville de leur
district. Us se reunissent les jours de fete et beaucoup d'au-
tres jours pour faire bonne chore et autres exces et s'en-
tretenir des affaires de l'Europe.,
A chacun de ces seigneurs feodaux 6taient attaches six A
douze esclaves des deux sexes. Prenait-il envie A Monsieur
de se promener par un frais matin, qu'il trouvait, au pre-
mier signe, un esclave pour le chausser, un autre pour l'ha-
biller, alors qu'un troisieme le rasait! Son petit d6jeuner
excessivement copieux, se composer de fruits varies et sa-
voureux, de victuailles affriolantes. Le tout bien arros6 de
vins chatouilleux et du champagne le plus exquis. La di-
gestion se fera alors que Monsieur est lourdement .carr6
dans un moelleux fauteuil. Le repas du midi ne sera pas
moins abondant. I1 se composer de poissons, de legumes, de
fruits de toutes sortes, et A profusion... De mielleuses bois-
sons garniront la table. Puis, gen6reusement aid6 par les
bras muscles des esclaves d6vouts, le colon, tant bien que
mal, regagnera le hamac traditionnel. Le soir, les serviteurs
se multiplieront pour habiller et parfumer leur maitre, si
c'est jour de theatre, ou bien ils l'accompagneront jusqu'a
sa luxueuse alc6ve oi sirement l'attend, avec tous ses appas






4 COUP D'(EIL SUR LA POLITIQUE DE

voluptueux, une favorite coloree. Le lendemain, le colon
reparaitra sous son portique, y retrouvera sa pipe et son
caf6 et recommencera avec le soleil qui se live le course
de sa vie d'oisivet6.
A I'ombre des colons, mais toujours dans la classes privi-
legiee, se distinguaient les agents de la m6tropole don't le
despotisme militaire s'6tendait sur tout le territoire.
St. Domingue, en effet, 6tait partag6 en trois grandes di-
visions administrative, A la t6te desquelles 6tait plac6 tun
commandant en second de qui relevaient les commandants
de quarters. Charges du maintien de l'ordre, ces officers
exercaient la haute police dans 1'6tendue de leurs com-
mandements. Ils avaient dans leurs attributions l'inspection
des milices et 1'entretien des routes publiques. Ils ne rele-
vaient que du Gouverneur-Gen6ral, A qui appartenait le
commandement superieur de la colonie et qui y repr6sen-
tait le Roi... A c6te de lui, un peu au-dessous, venait Pin-
tendant., (1). richir en ruinant la colonie, 6crit Hilliard d'Auberteuil; ils
persecutaient les habitants, se melaient de leurs differends,
de leurs dettes, de leurs affaires; ils opprimaient les magis-
trats, les menagaient et ils emp&chaient le course de la jus-
tice en s'attribuant le droit de juger; ils vendaient dans leurs
d6partements la permission de tenir des jeux et de faire
toutes sortes de commerce illicite; ils se servaient de leurs
richesses, fruit de brigandages et de vexations, pour se per-
p6tuer dans leurs places ou en obtenir de nouvelles.... (2)
La mauvaise foi, les criantes injustices, la m6chancet6 des
officers de milices, agents occultes du gouverneur qu'obs6-
dait un esprit de lucre, irriterent les habitants. Les grands
planteurs, 6cceures des measures arbitraires et autocratiques

(1)-H. P. Sannon : Histoire de Toussaint-Louverture t. 1, p. 11.
(2)--Cit par Louis E. Elie: Feuilleton Historique, No. 20.






TOUSSAINT LOUVERTURE 5

arr&t-es par les officers majors, guettaient une occasion
pour se rebeller contre les autorit6s militaires et les repr&-
sentants de la m6tropole. Louis E. Elie citant Hilliard d'Au-
berteuil, precise: que les gen4raux, les commandants en second, les lieute-
nants du roi et leurs sous-ordres traitent souvent les colons
avec durete. Ce ne fut point assez d'ouvrir les prisons, les
cachots, sous pretexte de milices ou de services militaires,
de police ou de lettres, ou leur faisait 6prouver des outra-
ges sanglants et publics; on les accablait d'invectives... Offi-
ciers et soldats sont charges de la haine publique, tout s'6-
loigne A leur aspect; ils ne trouvaient parmi les colons que
des coeurs ulcers. Le souvenir des injures des meurtres,
de 1'oppression, se ranime A leur approche, il les precede
partout oil ils se font annoncer., Placide David resume ain-
si la situation: all suffisait que tel colon ne fut point en
odeur de saintet6 aupres du gouverneur ou de 1'un quelcon-
que de ses officers commandants de quarters, pour qu'il
fft en butte a toutes les misires et A toutes les vexations.
Ge6le, courses 6loign6es en service command, barre: c'6-
taient les moindres ennuis qi'on lui infligeait., (1)
Dans les villes, dans les bas-fonds r6sidaient les petits
blancs, c'est-A-dire les fonctionnaires, les marchands, les
boutiquiers, les hommes de theatre, les avocats, enfin la lie
de la population blanche qu'opprimaient la morge insolente
des grands planteurs et la cupidity insatiable des sbires au
service du despotisme gouvernemental. Au fait, les humi-
liations et les criantes injustices don't furent victims les
petits blancs avaient attis6 I'envie de ces derniers et en-
gendr6 chez eux un vif ressentiment contre les represen-
tants de la classes privil6giee.
Cependant grands planteurs et gouverneur, colons, offi-
ciers de milices et petits blancs, 6tourdissaient leurs ran-
(1)-Placide David : Sur les Rives du Passe, p. 143.






6 COUP D'CEIL SUR LA POLITIQUE DE

cunes, 6touffaient le pr4jug6 de classes qui les divisait pour
foudroyer de leur haine l'affranchi. En ce dernier le colon
voyait le rival dangereux, le concurrent qui s'affirmait de
jour en jour par la constitution d'un capital qui bient6t en-
globera le tiers des richesses de la colonie. Alors que les
petits blancs, tenaill6s par l'envie, utilisaient contre l'enne-
mi, qui 6conomiauement les subjuguait, la seule arme en-
core efficace: 1'affiliation des affranchis avec leurs esclaves.
Toutefois, nonobstant les barri&res conventionnelles dres-
sees sur sa route, en depit des ridicules proscriptions qui
1'opprimaient, malgre la tenace opposition offerte par les
blancs, I'homme de couleur rencontrait ces derniers dans
une meme ideologie esclavagiste.
Antenor Firmin resume en ces terms la situation de
la colonie quelques annies avant les 6v6nements qui la bou-
leverserent de fond en comble. insouciants et fiers se pr6lassant dans un bien-6tre qui. leur
faisait oublier le reste du monde. Les petits blancs hais-
saient les grands blancs qui les meprisaient et ne comptaient
nullement les negres au rang de facteurs humans. Les mu-
ltres regardaient les grands blancs avec une crainte rv&-
rencielle, mel6e d'un d6pit silencieux; ils haissent les pe-
tits blancs don't ils divoraient les injures et meprisaient les
negres qu'ils croyaient aussi inf6rieurs A eux-memes qu'ils
6taient obliges de se sentir inf6rieurs aux blancs. Le negre
souffrait au bas de 1'chelle, toujours confiant dans le mu-
litre qu'il aimait et maudissait le blanc qui 6tait son bour-
reau visible et impitoyable., (1)
Done un puissant antagoniste avait 16zarde dans la pro-
fondeur de sa structure la classes colonial ou privil4giee,
en opposant les colons aux officers de milices; comme la
jalousie et le prejug6 avaient affaibli par la division la clas-

(1)-A. Firmin op. cit. p. 252.






TOUSSAINT LOUVERTURE 7

se moyenne. Par ailleurs, le pr6jug6 de classes avait rendu
hostiles les uns aux autres les grands et les petits blancs. Le
moment semblait propice pour 1'exploit6 de se mouvoir, de
s'affranchir de l'oppression des couches sup4rieures super-
pos6es. L'heure semblait avoir sonn6 pour l'esclave de sor-
tir de sa g4henne. Toute exploitation intelligence de la di-
vision qui affaiblissait la classes des colons et celle des affran-
chis devait provoquer le laborieux enfantement de la li-
bert4 des noirs.
Mais en 1790 l'esclave avait-il atteint ce stade d'6volution
susceptible de lui permettre de d6sirer, de soutenir, une
lutte acharnee pour la revendication de ses droits ?
Ce serait une erreur de croire, qu'A cette 6poque, 1'es-
clave 6tait encore un abruti. Une lente elaboration s'6tait
depuis effectu6e dans cette classes. Une transformation ra-
dicale fut observee chez l'esclave qui peu A peu divorga
d'avec 1'6tat d'abrutissement caracterisant 1'odieux regime
qui le maintint sous son joug 300 ann6es. Oui, le negre avait
6volu6. Un nouvel 6tat d'esprit l'ayait illumin6. Les masses
s'6taient habituees i l'id6e que la liberty est une force, une
chose sacree que 1'on acquiert au prix du sang, un tr6sor
enfoui dans la gueule de feu des canons.
Cette obsession qui hanta diverse generations, ce mono-
ideisme d'essence revolutionnaire qui p6n6tra de plus en
plus les negres, les avait mfris. En 1791, ils brflaient d'une
vengeance 6clatante. Ils voulaient dans le sang laver une
avanie s6culaire. Ils avaient suffisamment souffert. Leur
chair s'6tait r6volt6e. Des sentiments opposes & la crainte
du maitre, au respect df, vibraient dans leur cceur et fai-
saient trepider leurs mains calleuses. L'atmosphere devint
charge de haine et le cri de vengeance bourdonnait lugu-
bre, menagant, temp6tueux. L'esclave, 6volu6, a m&me de
juger le colon, de peser l'immensit6 de ses crimes, de se con-
vaincre de sa ferocity et de sa barbarie, de se persuader de






COUP D'(EIL SUR LA POLITIQUE DE


son injustice et de son inhumanity, I'avait condamn6 et
s'offrait comme bourreau. Tout un pass rouge de sang r&-
clamait de 1'esclave 1'aneantissement du colon. De cruels
souvenirs emplissaient la m6moire du negre et enveni-
maient sa haine. Le sentiment de sa force s'6tait joint au
rappel de ce pass de torture pour d6cupler le courage de
l'esclave et attiser son ardent d6sir de chAtier le colon et
de conqu6rir une liberty don't il avait soif.
Cette transformation radical, qui s'op6ra chez ces hom-
mes abrutis les rendant murs pour la revolution, est due A
de divers facteurs. D'abord, en dehors de la cruaut6 mor-
bide du blanc qui endurcit 1'esclave et en fit un 6nergu-
mene, un aigri, un fanatique, il faut signaler l'influence
psychique des revoltes 6clat6es tant dans la classes des noirs
que dans celles des blancs et des affranchis.
Quand un Colas, en 1719, sombra dans la d6faite apres
avoir arbor triomphalement pendant cinq annees 1'6ten-
dard de la r6volte, quand un Padrejean se sacrifia pour un
noble ideal, quand un Macandal tomba sous les balles as-
sassines des blancs, seul, priv6 de cette immense arm6e de
rebelles don't il rivait, on ne doit point, A observer ces re-
sultats piteux, conclure A l'inutilit6 de Faction de ces in-
digenes. Non, nous ne devons point soutenir que les efforts
de ces pionniers furent vains. Car ces chefs n'6taient que
des eclaireurs. Leur r6le se bornait A 6blouir leurs freres;
a jeter dans la masse plong6e dans les t6enbres des se-
mences r6volutionnaires; A y projeter le jet de leur lumiere;
A engendrer chez ces hommes abrutis une volont6 meme
vacillante de liberty; A cr6er dans ce milieu amorphe, avec
un 6tat d'alarme, le climate que reclamait l'incarnation des
imperatives volont6s des ouvriers de la R6volution. Le r6le
de ces pionniers 6tait de transformer la masse des esclaves
en une foule psychique en parfait 6tat de receptivite men-
tale, une foule mure a la fascination du prestigieux me-
neur, de l'extraordinaire Toussaint-Louverture.






TOUSSAINT LOUVERTURE 9

Mais ce ne fut pas seulement l'influence des revoltes en-
treprises par des leaders noirs qui .dgrossit l'esclave, le tira
de son ignorance et lui insuffla la volont4 de recouvrer sa
dignity, en mettant un terme A l'odieux regime. D'autres re-
voltes, celle des blancs, celle des affranchis, ont 6galement
faqonn6 1'esclave et engendr6 cet 6tat d'attention expec-
tante si propice A l'influence fascinatrice de Toussaint. Et
ces r6voltes ont tellement de ramifications, de points de
contact et d'interd6pendance avec la grande insurrection
des esclaves que nous nous voyons forc6 de consacrer a
chacune d'elles un chapitre entier. Nous sommes d'autant
plus obligH de le faire que le coup d'ceil que nous nous pro-
posons de jeter sur la politique du Premier des Noirs doit
embrasser toute la periode s'6tendant de 1791 a 1802.











CHAPJTRE II


LES COLONS ET L'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE

Saint-Domingue, comme aujourd'hui Haiti, a toujours
present cette remarquable particularity d'affronter des pro-
blames exigeant la rigoureuse application de principles lo-
caux. Des solutions d'une efficacit6 6prouvie partout ail-
leurs se sont de tout temps r6veles ici inadequates. Elles
y furent plut6t tol6r6es comme moyens-termes. La raison
est qu'on n'a jamais, semble-t-il, r6alis6 que l'ile, de par sa
position geographique, 6tait appel4e A un developpement
different de celui des autres centres.
Cependant, les colons, face aux difficultis qu'ils essiyaient
A Saint-Domingue, t6t, furent persuades que l'6volution de
1'ile 4tait conditionn6e aux lumieres qu'y apporterait un es-
prit s6paratiste. Et s'ils furent sollicites par une aspiration
A l'ind6pendance, c'est que vraiment maints facteurs mili-
taient en faveur de cette autonomie.
D'abord il faudrait attribuer cette tendance A un affran-
chissement de la tutelle m6tropolitaine A la position g6o-
graphique occupbe par lile de St. Domingue. S6parbe du
continent europ6en de milliers de lieues, la colonie souffrait
de cet eloignement. La rarefaction de bateaux venus d'Eu-
rope contrariait 1'6change qu'elle faisait de ses products
centre les articles de premiere nbcessit6 que lui fournissait
la France. Celle-ci, par ailleurs, subjugu6e par mille preoc-
cupations engendries par la guerre, bon gr6 mal gr6, n&-
gligeait la colonie si 6loignBe. (1).

(1) G. Deblen : L'esprit d'Ind6pendance chez les colons de St. Domingue au
XVIIe. sl~cle et I'appel aux Anglais en 1793. (Revue de la Socld6t d'Histolre et
de Geographie d'Haiti, vol. 17, No. 63. Octobre 1946.






TOUSSAINT LOUVERTURE 11

Cet isolement, qui empechait un contact constant entire
St. Domingue et la France et portait ombrage A la floraison
du commerce colonial, avait pouss6 les habitants, principa-
lement les grands planteurs, don't la prosperity des affaires
reclamait des relations suivies avec l'exterieur, A saisir d'une
maniere objective les problemes de la colonies.
La mauvaise administration des gouverneurs, marquee au
coin d'un affreux despotisme militaire, les prevarications
et la corruption qui dominaient la gestion de 1'Intendant de
qui relevaient en m&me temps la Justice, les Finances, les
H6pitaux, les Travaux Publics, attiserent le rave d'6manci-
pation des colons.
Le comportement des officiers-majors 6tait vraiment r6-
voltant.
criants et des pratiques d6plorables s'y 6taient gliss6s. Les
dilapidations, le peculat, les pots de vin etc... etaient chose
courante., Un secretaire de 1'Intendance avait r6alise plus
de trois cent mille livres seulement dans le course d'une
ann6e.
Par ailleurs, la v6nalit6 des juges 6tait de notori6t6 pu-
blique. Le chiffre exorbitant qu'occasionnaient les frais de
procedure avait atteint en un an dix millions. De Pons, dans
ses Observations sur la Politique de St. Domingue, 6crit:
Les jugements sont toujours arbitraires, jamais la loi n'a
le privilege de se montrer que lorsqu'elle se trouve, par v&-
nement, conforme A la passion, A l'int6ret des juges et sur-
tout aux vues du Gouvernement; car il reside dans les tri-
bunaux un esprit de condescendance et de respect pour les
Administrateurs... Officers de justice, mame les procureurs,
arpenteurs, notaires, etc... n'existaient que par la volonte
du GTneral et de l'Intendant., (1)

(1)-Cit6 par H. P. Sannon, op. cit. t. 1, p. 17.






COUP D'CEIL SUR LA POLITIQUE DE


Nous avons d6jA soulign6 l'arbitraire, le manque de scru-
pule, les injustices et meme les crimes don't se rendirent
coupables dans l'exercice de leurs functions les comman-
dants militaires a qui tout 6tait pr6texte a vexations.

Pour ces diff6rents motifs le colon souhaitait 1'effacement
A Saint-Domingue des autorit6s militaires. Mais d'autres rai-
sons encore l'irritaient.

Le gouverneur, reprbsentant de la haute noblesse fran-
gaise et seigneur d'une principaut6, d'un marquisat ou d'une
baronnie, jouissait A St. Domingue, come il vient d'etre
ecrit, d'une autorite despotique qui ne souffrait aucun om-
brage. Dans sa toute puissance, il ne tolerait nullement que
sa volonte fft discut6e. Aussi sacrifiait-il tout A l'arbitraire
de ses measures extravagantes et subversives II tendit son
omnipotence jusqu'i se r6server le droit de distribuer de
large concessions de terres. Naturellement, a sa fantaisie.

Meme A titre documentaire, les dons 6difiants que le gou-
verneur m6nageait aux nobles en d'agreables surprises me-
riteraient d'etre mentionn6s. Madame la Duchesse de Bran-
cas-C6reste avait regu la Hatte Bon-Repos qui repr6sentait
une superficie de trois mille carreaux. Au Marquis de Choi-
seul il fut accord l'ile de la Gonave, c'est-a-dire une 6ten-
due de quinze lieues de long sur trois et demie de large.
A Simon de la Buissonniere, la plaine de l'Arcahaie fut con-
c6d6e. Divers autres nobles don't le Marquis de Monclar, le
Marechal d'Estree, se competent du nombre de ces bnb-
ficiaires. Les Rois de France, admirant la noblesse de ces
dons princiers, les trouv&rent dignes d'imitation. Un flot de
titres abonderent a la grande satisfaction des courtisans
insatiables. La concession la plus scandaleuse fut certai-
nement celle des onze mille sept-cents carreaux de terre,


12






TOUSSAINT LOUVERTURE 13

uperficie de 1'ile de la Tortue (1). D'autres nobles ache-
erent A des prix forfaitaires des milliers de carreaux des-
ines A produire au centuple. cOn a calcul6 que 6.000.000 de
'rangais vivaient des transactions avec St. Domingue, nous
pprend Louis Mercier.
La majeure parties de ces propri6taires-aristocrates igno-
aient St. Domingue. Seulement, ils jouissaient des revenues
nmens6ment important que rapportait l'exploitation des
arres, A la faveur de fructueuses alliances conclues avec
uelques blancs habitant la colonie. Ceux-ci, en effet, g6-
aient les terres de moiti6 avec les propri6taires, ou tou-
haient un pourcentage sur les recettes annuelles. Le train
e vie luxueux que menaient ces colons, souvent, les obli-
eait a empi6ter sur la quote-part des propri6taires afin de
Atablir leur 6quilibre budg6taire. Par centre, au course des
ernieres guerres qu'eut a subir la, France, le manque d'oc-
asions r4gulieres avait accumule A St. Domingue la part
e b6enfice afferente aux n6gociants frangais. L'envie de
.ustrer ces derniers ades capitaux immense qui leur Btaient
Cs,) tenaillait les colons. Ils furent fortement combattus
ar le despotisme rigoureux du Gouverneur. Celui-ci ne
)uffrait pas que les favors du roi fussent 16s6s dans leurs
it6rets. Toutefois, 1'ardent d6sir d'accaparer d'immenses
tendues de terre ainsi que de fabuleuses richesses entas-
'es pour le compete des seigneurs d'Europe, enflamma cer-
lins colons et les ramena, avec plus de violence, aux pro-
its de destitution du Gouverneur et de rupture avec la Me-
:opole. L'Assemblee de St. Marc a eu pour partisans au
loins les sept-huitiemes de la population de St. Domingue;

(1)-.Toute la noblesse frangaise avait des interets a St. Domingue, nous in-
rme Louis Mercier. La belle Josephine de Beauharnais y possddait des terres;
oItaire. le brilliant ecrivain, devalt une parties de sa grande fortune A la colo-
e. St. Domingue nourrissait largement la MBre-Patrie. (Contribution de la
ipublique d'Haiti A 1'Histoire de la Civilisation.)
L'ile de la Tortue fut concedee a Adelaide de Choiseuil.






14 COUP D'(EIL SUR LA POLITIQUE DE

ses chefs 6taient Baron de la Chevallerie, Daug6, Cadusti,
Larcheveque Thibault et d'autres don't l'espoir etait 'abo-
lition des dettes et des premieres places de la RMpublique.,,
lisons-nous dans ;a premiere section du Journal du colon
Gamot. (1)
Enfin l'id6e d'independance germa encore sous l'impul-
sion d'un autre motif.
Le r6le avilissant que jouait le negre fut le facteur qui
assura au commerce de St. Domingue son lucre. Le pr6ju-
g6 garantissait la prosp6rit6 economique de l'ile. Inutile de
souligner que les grands planteurs qu'actionnaient la cu-
pidit6 et la convoitise, n'entendraient point apporter des
modifications A ce regime traditionnel, encore moins abolir
la main-d'ceuvre servile: cette institution fondamentale de
la sociWte colonial A laquelle 6tait li6e 1'existence de St.
Domingue. Au jugement du blanc, affranchis et esclaves de-
vraient toujours se vautrer dans leur situation abjecte : les
uns tourment6s par les injustices inh6rentes au pr6jug6, les
autres fiddles au r6le que leur avait assign le regime co-
lonial.
Aussi, quand les grands planteurs furent instruits des me-
nees souterraines des hommes de couleur en vue de l'obten-
tion de leurs droits civiques, ils d6clancherent leur offen-
sive centre eux avec une vigueur jnouie. Car l'exemple 6tait
pernicieux; il fallait punir les fauteurs par des measures
drastiques. Pour terrasser 1'insolence des affranchis, non
seulement ils furent exclus des assemblies primaires, mais
ordre fut encore pass aux troupes qui gardaient le local oil
siegeaient les membres -d'6carter avec l'attention la plus
scrupuleuse de 1'enceinte int6rieure et exterieure les per-
sonnes de couleur et les esclaves., Les colons, dans la fievre

(1)-Journal des Levnements accomplish A St. Domingue A partir de 1790 -
publib in extenso dans la Revue -Le Document. Vol. 1. Livraison Mars 1940.





TOUSSAINT LOUVERTURE 15

de leur hantise, n'h6siterent pas A censurer meme les let-
tres adressees aux -sang-meles (1).
Helas! malgr6 toute la rigueur de leurs menaces exces-
sives, les colons n'arriveront pas A briser 1'Plan vertigineux
que les affranchis, dans leurs efforts conjugues avec les
membres de la Societe des Amis des Noirs, imprimerent a
leur movement 6mancipateur. Les hommes de couleur sor-
tirent victorieux de la lutte. Mais les colons, que d'accepter
pareil compromise, pr6f6rerent aggraver leur d6faite en l'en-
tachant d'une trahison longuement mirie.
Suivons les diff6rentes tapes que franchirent pour arri-
ver & leurs fins les partisans d'une ind6pendance de la co-
lonie par le protectorat anglais.
Des qu'ils apprirent les efforts r6p6t6s des hommes de
couleur en vue d'obtenir l'6galit6 des droits politiques, co-
lons et petits blancs s'unirent et pensfrent a d6fendre leurs
int6r&ts en contrecarrant les projects des sang-mle. D6j&
avons-nous vu, ils 6taient travaill6s par le d6sir ardent de
restreindre l'autorit6 omnipotente du gouverneur. A la nou-
velle de la convocation des Etats-Q6neraux, ils se ligu&rent
avec les planteurs qui r6sidaient en France afin d'y obte-
nir une representation. Leur action audacieuse effaroucha
les autorit6s militaires qui s'y opposerent. Mais les colons
n'en tinrent pas compete. (1). Nonobstant les formes pres-
crites par le reglement electoral du 21 Janvier 1789, ils effec-
tuerent dans toutes les paroisses des elections plus ou moins
clandestines, sous la direction des Comit6s du Cap, de Port-
au-Prince et des Cayes. Au total 31 d6put6s furent nomm6s.

(1)-c...Vous savez que plus d'une fois on s'est permis de les (les lettres)
ouvrir et de les retenir... eut A ecrire G. Labadie A Julien Raymond. Lettre
date de Juillet 1789, publi6e dans le .Document. Livraison de Mars 1940.
(1)-Nous lisons dans une ]ettre de Francois Raymond a son frere Julien:
-...La premiere classes centre la volont6 des chefs a envoy des d6putes. Je ne
sais ce qu'ils peuvent demander : ils sont tous Rois dans ce pays.. Lettre pu-
bliee in extenso dans le Document Livraison Mars 1940.





COUP D'(EIL SUR LA POLITIQUE DE


On decida de les envoyer en France of ils pr4senteraient
les dol6ances de leur classes et produiraient entire autres r&-
clamations celles-ci: -...La R6forme des pouvoirs du Minis-
tre de la Marine, du Gouverneur, et de 1'Intendant, c'est-A-
dire 1'Assimilation de St. Domingue aux Provinces du Ro-
yaume; la Creation d'Assembl6es Provinciales avec les
momes attributions que celles de la France et don't l'appro-
bation serait n6cessaire aux reglements 6dict6s par le Gou-
verneur et 1'Intendant.... Ces r6clamations n'envisageaient,
au fait, que l'affaiblissement des pouvoirs du Gouverneur
et de 1'Intendant.
Comme les planteurs, en vertu du Pacte Colonial, ne de-
vaient vendre leurs products qu'A la M6tropole de laquelle,
d'ailleurs, la colonie recevait tout, ils incorporerent, dans
le Cahier qui enregistrait leurs dol6ances, voeux et r6cla-
mations, un autre article a caractere franchement subver-
sif : la liberty pour la colonie de commerce avec 1'6tranger.
L'application d'une pareille measure aurait entrain6 la rup-
ture des relations commercials avec la France.
Le succes qu'obtinrent les colons par I'admission de six
de leurs d6putes aux Etats-G6neraux les enfla d'arrogance
et exalta leur audace... Aussi, A la nouvelle de la prise de
la Bastille, enthousiasm6s, aveugl6s, ,ils se crurent tout
permis A l'6gard des agents du gouvernement m6tropoli-
tain dans la colonie. Des comites s'installerent dans toutes
les paroisses et les gardes nationaux se substitu&rent aux
anciennes milices., Le Nord, l'Ouest et le Sud eurent leurs
Assemblies. Les membres de 1'Assembl6e du Nord adress&-
rent une longue lettre aux autres parties, apres la destitu-
tion du gouverneur M. de Marbois et la fuite de l'Intendant
Lamardelle. I11 faut donner aux colons une representation
parfaitement libre pour qu'ils puissent proposer sans con-
trainte et avec la plus entire confiance ce qui leur apparai-
tra le plus avantageux aux int6rets de l'lle.,, lisait-on dans





TOUSSAINT LOUVERTURE


cette lettre. Un peu plus loin fulminait un violent r6quisi-
toire duquel nous tirons ces lignes: c...C'est come alli6e
et non comme sujette que la colonie figure dans l'assemble
de la grande famille que constitute la Conf6d6ration qui unit
toutes les provinces de 1'Empire frangais... L'ile de St. Do-
mingue n'avait Wt6 ni achet4e ni conquise par la France,
elle est maitresse d'elle-meme., Mais la declaration capi-
tale, celle qui r6vle ouvertement le r&ve d'ind6pendance
qui hantait les colons devait cl6turer la lettre. E11e formu-
lait le droit pour la colonie de faire elle-mmne sa Constitu-
tion. ...Qu'importe, y lisait-on, A la metropole que la colo-
nie ait un regime different de celui de toutes les provinces,
pourvu qu'elle contribute come elles A l'utilit6 g6n6rale!...
C'est li tout ce que la France peut exiger, parce qu'elle n'a
pas inter&t A exiger d'autre chose; car 1'int6ret est la me-
sure des droits de soci6t6 A soci6t6 comme il est la measure
des droits de particulier a particulier.,
D6jA 1'imp6rialisme frangais, si bien servi par l'autorit6
autocratique du gouvernement, n'6tait qu'une chimrre. Les
colons, genoux en terre, bras en croix, attendaient le Mes-
sie: en 1'occurrence, 1'Anglais. Mais le d6cret du 28 Mai
sur l'organisation des Municipalit6s 6tait venu provoquer un
schisme entire 1'Assemblee Gnd6rale et le Gouverneur qui
avait adopt en presence des tendances envahissantes une
politique de temporisation (1). Le comte de Peinier ainsi
que 1'Assemblde Provinciale du Nord prirent position contre
l'ex4cution de ce decret qui refusait la quality de citoyens
actifs aux blancs mesallids. Le gouverneur rallia les mem-
bres de cette derniere assemble, ainsi que tous les indivi-

(1)-Au dhbut le gouverneur paraissait disposer a marcher d'accord avec leI
differentes assembbes de la colonie. Le 15 janvier, A une seance du comite pro-
vincial de l'Ouest, le comte de Peinier avait condescendu Jusqu'A preter le ser-
ment vde ne jamais fire marcher les troupes centre les citoyens, si ce n'est a
la requisition des officers municipaux ou du comite, A leur defaut.* (Sannon,
t. 1. p. 49.)






COUP D'CEIL SUR LA POLITIQUE DE


dus hostiles A la premiere. On denomma Patriotes ou Pom-
pons-Rouges les independants, tandis que les sujets fiddles a
la Metropole 6taient d6signes sous le nom de royalites ou
Pompons-Blancs. Les aspirations A une autonomie de 1'ile
qui guidaient les futurs leopardins avaient revolt et 6coeu-
re les membres de 1'Assembl6e du Nord. Tous les hommes
qu'offusquait la trahison que m6ditaient les partisans d'une
independance par le protectorat anglais se reunirent au-
tour du gouverneur. Alors le parti de celui-ci, que forti-
fiaient les commandants particuliers des provinces, les of-
ficiers des regiments metropolitains en garnison dans la
colonie, se renforga de 1'appui des grands commergants qui
finangaient les colons et de tous les blancs occupant une
function publique A St. Domingue.
Fort de ces aides multiples, le Gouverneur, apres avoir
cass4 le Comite Provincial, dispersa les membres de 1'As-
semblee de St. Marc qu'il d6clara traitres A la patrie. Les
partisans tenterent de resister en pronongant dans un d6-
cret la destitution de Peinier. Mais Duplessis de Mauduit,
colonel du regiment de Port-au-Prince, royaliste d6vou6
au gouverneur, A la t&te de sa compagnie intima aux mem-
bres de 1'Assemblee Provinciale 1'ordre d'ob6ir aux injonc-
tions des autorites. La Municipalite de Saint-Marc, A la date
du 8 aoit 1790, s'embarqua, -c6dant au d6sir d'epargner le
sang d'un people de freres qu'un gouvernement astucieux
et barbare avait transform en ennemis pour les d4truire
les uns par les autres et leur faire preparer, apres un long
6puisement, le came du despotisme aux agitations de la
liberte.. (1)
Sur le vaisseau Generale de St. Marc, au nombre de quatre-vingt-cinq, n'he-

(1)-Relation de ce qui s'est passe A St. Domingue avant et apres le depart
force de l'Assemblee Colonlale. Brochure sans nom d'auteur. Paris -
Aoit 1790 (Cit&e par H. P. Sannon, t. 1. p. 57.)







TOUSSAINT LOUVERTURE 19


siterent pas, au prejudice de leurs interets car, ils etaient
tous des planteurs A s'exposer -au hasard d'une traver-
s6e longue et penible, pour aller s'assurer de l'appui des
membres du Club Massiac (1).
Cependant, d6jA les colons 6taient arms depuis le Pe-
tit-Gorve jusqu'aux Coteaux. A la nouvelle du vote du dd-
cret du 15 Mai, ils tenterent d'entrer en pourparlers avec
les Anglais afin de leur livrer la colonie. Mais la Grande-
Bretagne, alors en paix avec la France, ne put donner de
si t6t suite aux propositions des colons de St. Domingue.

(1)-Les 85 ne furent pas plus heureux en France. Car I'Assembl6e Natio-
nale avait d4clare .nuls et incapables de recevoir aucune executions les actes
et d6crets 6mands de I'assembl6e constitute A St. Marc. Cette assemblee, par-
tant, s'etait dchue de tous pouvoirs et ses membres eddpoullls du caractere de
d6put6s A 1'Assemblee Coloniale de St. Domingues. Aux yeux des membres de
1'Assemblee Nationale, les e85, les leopardins, n'dtaient que des factieux, des de-
serteurs, conduits par un vaisseau revolt et trainant A leur suite des brigands.,
(Lettre de 1'Assemblee Provinciale du Nord lue a la seance du 13 octobre -
Moniteur. VI, p. 119 Citation de Blanche Maurel : op. cit p. 8).










CHAPITRE III


LA REVOLUTION DES HOMMES DE COULEUR

Les Pompons rouges ou Patriotes, partisans acharnbs
d'une action 6nergique qui aurait consacre en matiere admi-
nistrative l'ind6pendance de la colonie, s'etaient done heur-
t6s & la farouche opposition des grands planteurs ou roya-
listes attaches a la Monarchie Frangaise par les liens puis-
sants que constituaient leur naissance ou les traditions.
Alors que les Patriotes reclamaient que les lois 6manassent
en totality des membres de 1'Assembl6e Provinciale, les
royalistes prechaient la fid6lit6 & I'ancien regime.
Face A cette crise que les petits blancs tentaient de pro-
voquer, la grande bourgeoisie, aux resources varies, fit
jouer les resorts de sa politique astucieuse. Comme la classes
interm6diaire 6tait divis6e par une haine A mort que les pa-
triotes, envieux et arrogants, vouaient aux affranchis hesi-
tants, le parti des royalistes, pour se fortifier et, surtout,
empecher toute entente meme virtuelle au sein des repr&-
sentants de la classes subalterne, s'attacha l'un des deux 616-
ments qui la formaient.
Cachant sous une amiti6 de command les ressentiments
qu'ils nourrissaient contre les mul&tres, les royalistes s'as-
socierent ces derniers pour mieux juguler le movement
r6volutionnaire des Leopardins. ...II est plus necessaire
que jamais de ne leur (les affranchis) donner aucun de-
goit, de les encourager, de les traiter comme des amis et
des blancs. Votre conduite A leur 6gard doit Stre m4nagee
et prudent: des entretiens, des marques de consideration
et d'int6ret opereront 1'effet que nous desirerons..., crivit
le Comte de Peinier aux principaux commandants. L'en-






TOUSSAINT LOUVERTURE


gouement des hommes de couleur A se faire pompons-blancs
traduit 6loquemment le succ&s qui couronna cette politique
du gouverneur.
A 1'4poque, les affranchis avaient d6jA tent6 maintes de-
marches afin d'obtenir les droits politiques et 1'6galit6 civil
avec les blancs (1). Aussi, A 1'ouverture des Etats-Gen6raux,
ils redoublkrent d'ardeur. Se fiant A 1'apparente amiti6 des
grands planteurs et des autorit6s coloniales, ils crurent
sonnee l'heure de la victoire et, ouvertement, os&rent solli-
citer une representation aux Etats-Gen6raux, A l'instar de
leurs grands allies.
Julien Raymond et Vincent Og6 furent leur porte-parole.
En Septembre, reunis en Assemblee Generale, les affran-
chis qui r6sidaient en France ridig&rent un Cahier conte-
nant les plaintes, dol6ances, et reclamations des citoyens
libres et proprietaires de couleur des miles et colonies fran-
gaises. Leurs r6clamations se circonscrivirent A la jouissance
des droits civils et politiques. Ce qui signifie, en definitive,
qu'ils ne desiraient que se placer sur un plan d'6galit6 avec
les blancs.
Toutefois, les membres du Club Massiac ne se laisserent
pas influence par les l6gitimes dol6ances des hommes de
couleur. Ils d6clarerent que seule une Assemblee colonial
serait comp6tente pour solutionner 6quitablement la ques-
tion.
Forts de l'appui 6merite des Gregoire, des Brissot, des

(1)-Lettre de G. Labadie & Julien Raymond (Collection de la Librairie d'His-
toire dHaiti.)
-En 1785, ecrit Beauvais Lespinasse, les affranchis ne songealent qu'A faire
des r4clamations. Ils voulaient profiter de l'annde sculaire de 1'edit de 1685
(c'est-a-dire du Code Noir) pour demander au gouvernement de la Metropole
I'excution des articles 57 et 59 qui leur accordaient les memes droits et immu-
nitds que les blancs... Ils choisirent pour les representer un june quarteron qui
se trouvait A Paris. nomme Julien Raymond...* (Histoire des Affranchis de St.
Domingue, p.p. 275-276.)






COUP D'(EIL SUR LA POLITIQUE DE


Mirabeau, des Condorcet, des Robespierre, etc... les sang-
m&le finalement arracherent aux membres de 1'Assembl6e
National le vote du d6cret du 28 Mars 1790, don't 1'instruc-
tion portait en son article 4: cToutes les personnel Ag6es
de 25 ans accomplish, propri6taires d'immeubles ou A d6-
faut d'une telle propriety, residant depuis deux ann6es
dans la colonie et payant pour une contribution, se reuni-
ront pour former 1'Assembl6e Coloniale.D C'6tait d6ej un en-
couragement. Ils pouvaient maintenant avec plus de force
r6clamer le -jus sufragii, et le jus honorum,.
Les dispositions de ce decret, tronqu6es par les colons
hostiles A son execution, ne furent connues textuellement
par les affranchis de la colonie qu'A 1'arriv6e d'Og6. Sous
la pression de ce dernier, qui trompa la vigilance des blancs
pour debarquer A St. Domingue, les hommes de couleur se
concerterent pour reclamer la promulgation et 1'ex6cution
du susdit d6cret. Cette audacieuse initiative entraina un
jeu d'alliance.
Sous l'empire de noires apprehensions, patriots et roya-
listes, quoiqu'en desharmonie, se retranchkrent derriere la
barricade de leurs pr6jug6s pour endiguer le torrent que
dechainait 1'ennemi commun: L'ardeur bouillante d'Og6 ne
put s'accommoder de la patience et de la ponderation de
Raymond qui, dans ses instructions aux hommes de cou-
leur, conseillait des protestations platoniques. Malgr6 la fai-
blesse de leurs resources, rbsolument, courageusement, les
affranchis prirent les armes.
Au m6pris des conseils de Chavannes, de cet excellent
homme d'action qui r&vait de fortifier 1'arm6e des insurg.s
par l'incorporation des esclaves, Og6 cavait refuse de s'as-
surer 1'alliance des noirs dans sa revendication des droits
contests a sa caste par les blancs de toutes les categories.
I1 ne voulait pas d6meriter aux yeux des gens honnates,






TOUSSAINT LOUVERTURE 23

c'est-A-dire, des propri6taires d'esclaves, (1).
La t6nacite et 1'intransigeance d'Og6 entrainkrent t un
piteux 4chec cette belle initiative si pleine de conviction,
si 6clatante d'enthousiasme, que congurent les homes de
couleur. Og6 et Chavannes, ainsi que quelques-uns de leurs
partisans, furent condamn6s par le Conseil Superieur au
supplice de la roue en F6vrier 1791.
Ainsi perit Og6, a la vue des esclaves qui ,spontanement
avaient voulu l'aider, dans le movement insurrectionnel
qu'il tenta.
Og6 mourut parce qu'un f6roce pr6jug6 lui avait ravi le
souvenir de ses origins. II mourut parce qu'il essaya de
masquer l'6vidence. Ancr6 dans ses illusions petites-bour-
geoises, Og6 refusa de conditioner le succs de son en-
treprise A une action dirig6e de concert avec les esclaves.
La mort fut le prix de son pr4jug6, de sa tim&ritM et de
ses blnmables preventions.
*
*

Rien n'est plus absurde, au point de vue historique, rien
n'est plus ridicule, au point de vue patriotique, que les inep-
ties fantaisistes accouchees, il y a de cela quelques mois,
par un compatriote travesti en historien. Cet 6nergumene,
au mepris du profound respect df aux mines de nos anc-
tres esclaves, osa presenter Og6 comme le promoter, 1'ins-
tigateur de la liberty des esclaves.
Mais jusqu'oi s'6tendront l'audace et la mauvaise foi de
ces philistins ? Quand se d6termineront-ils A se laver avant
de toucher impudiquement a ce patrimoine sacr6 qu'est

(1)-Louis E. Elle crlt: *Les Ldopardlns et les Blanchelandistes avaient offer
& un moment trois cent trente Uvres et I'affranchissement A tout esclave qul ap-
porterait la tate d'un mulatre qui persisterait A r6clamer les drolts poltiques
assimilables a ceux don't jouissaient les blancs. op. cit.
Flrmin .Roosevelt, President des Etats-Unis et la Rlpublique d'Ha-ti., p. 254.






24 COUP D'CEIL SUR LA POLITIQUE DE

l'histoire ? Pourquoi 6crivent-ils s'ils craignent que I'inexo-
rable v6rit6, qui toujours surgira des poussiires du temps,
heurte leur amour-propre ? Pourquoi s'acharnent-ils A la
gazer, cette v6rit6, quand ils ne peuvent la voiler ? Pour-
quoi torturer les faits?
Si Chavannes capta quelque peu notre estime par son
heureuse inspiration de rallier les esclaves, le refus formel
d'Og6 d'y obtemp6rer, l'essence de la regrettable lettre qu'il
6crivit au Pr6sident de l'Assembl6e Provinciale du Nord,
le v6h6ment discours qu'il prononga a 1'Assembl6e Natio-
nale, sont autant de faits qui se graveront dans notre m6-
moire pour nous rappeler toujours qu'au vceu d'Og6 1'es-
clave devrait 6tre l'6ternel exploit. Voila l'id6e qui tiedit
l'admiration enthousiaste engendr&e de prime abord, chez
nous, par la glorieuse action don't fut le h6ros un n6gre;
action si sublime qu'elle inspira au conventionnel Brissot
des hymnes remarquables.
Nous estimons que ce ressentiment qui nous taille est d'un
effet natural. De meme que, nous plagant sous un autre
angle, nous serions pret A justifier l'attitude du chef des
conf6deres. Car possesseur d'esclaves, subissant 1'influence
de I'ambiance, habitue A consid6rer 1'esclave comme une
b&te inoffensive que la lbert6 rendrait, cependant, dan-
gereuse, constamment travaill6 par des facteurs intrinse-
ques d'ordre politico-psychiques, nous avouons que notre
attitude serait identique A celle de Vincent Og6. Anim6 de
l'esprit de 1'6poque, nourri de ses pr6juges, et sous l'impul-
sion d'un odieux atavisme, nous craindrions, certes, les
reactions du lendemain. Et comme l'autre, nous nous sur-
prendrions A proph6tiser: ....VoilI le sang qui coule, voi-
1l nos terres incendides; voili nos voisins, nos amis, nos
femmes, nos enfants, egorg6s et incendies: voila I'esclave
qui M1ve 1'6tendard de la r6volte... Telle fut la crainte qui
poussa Vincent Og6 A ne pas accepter la collaboration des






TOUSSAINT LOUVERTURE 25

esclaves et A resister aux suggestions de son ami Chavannes.
Bref! retournons au sujet, apres cette digression.
Au lieu de taxer d'aveuglement et de passion 1'6crivain
qui fit d'Og6 1'initiateur de la liberty des noirs, plaignons-le.
Car, sans nul doute, il fut victim d'une erreur typogra-
phique qui aurait tromp6 la vigilance du prote. La simple
substitution du mot noir, au mot emulatre, aurait d6for-
m& la pens6e de 1'auteur. En ce cas, celle-ci s'harmoniserait
avec la n6tre. Og6 et Chavannes, effectivement, furent les
pionniers de la regeneration social des affranchis : regene-
ration que consacrerent les decrets du 15 Mai 1791 et du 28
Mars 1792. Voyons done en Og6 1'initiateur de la liberty
definitive des homes de couleur et non de celle des noirs.
Cependant, il serait injuste de refuser toute action a Og6
et A Chavannes, dans le colossal movement qui, A travers
une s6rie de hauts faits d'armes, aboutit A 1804. Car par
leur mort, ils servirent la cause des noirs. En effet, ceux,
parmi ces derniers, qui avaient assist au martyre de ces
deux hommes, s'en retournerent A leur case les yeux illu-
min6s d'un rave grandiose, d'un ardent d4sir. Ils s'en re-
tournerent 1'esprit tourment6 par les 6evnements qui ont
conduit A la mort les chefs qui, A la tete d'un nombre r6duit
d'affranchis enfoncdrent un bataillon ennemi et os&rent te-
nir tete A un second d'un effectif superieur. Et puis,
A la vue de l'abnegation sublime de ces hommes qui affron-
terent la mort pour la conquete d'un droit, sacrifibrent leur
vie au triomphe d'une noble cause, les negres qui, d6ji,
avaient pris conscience de leur 6tat, comprirent qu'une ac-
tion sanglante 6tait le prix de leur liberty. Ils realiserent la
grandeur de la souffrance quand elle est au service d'une
belle cause. Ils se persuaderent, en regardant ces loques en-
sanglantees et d6chiquet6es qui ont seme la panique dans le
camp des blancs, qu'une glorieuse mort est pr6efrable a
une vie honteuse et ignominieuse. A la vue de ces chairs






26 COUP D'OEIL SUR LA POLITIQUE DE

palpitantes et au souvenir des r6clamations des affranchis,
ils se convainquirent qu'il n'y a point de prescription en
faveur de la tyrannie, point ade convention qui puisse ler
irrivocablement une nation A une famille ou A une classes
d'hommes privilegi6s., Les moyens 6nergiques auxquels re-
coururent Og6 et Chavannes apparaitront aux esclaves les
moins born6s, les moins abrutis, comme la voie id6ale que
doivent suivre tous ceux-l qui combattent pour le renver-
sement des barrieres et des pr6jug6s, pour la victoire d'une
cause aussi belle, aussi ch6rie que le droit a la liberty.
Og6 ne voulut point s'associer les noirs de peur de leur
dicter les moyens propres a conquerir leur dignity avilie,
mais, malgr6 tout, sa psychologie fut prise en d6faut, car il
sembla avoir oubli6 la force suggestive de 1'exemple.
*
*

L'ardente soif de vengeance qui brflait les affranchis, a
la mort de leur leader Og6, jointe A la haine acharnee qu'ils
nourrissaient centre les blancs, trahissent les heures tra-
giques qu'allait vivre Saint-Domingue.
Trouvant dans ce premier 6chec que connut leur mouve-
ment plut6t un stimulant qu'un motif de d6couragement,
les hommes de couleur 4taient decides plus que jamais a
p6rir que de vivre dans cette abjection que maintenait un
pr6jug6 seculaire.
Entre temps, I'Assembl6e Nationale de France rendit le
15 Mai un d6cret qui reconnaissait la quality de citoyens
actifs aux hommes de couleur, n6s de pare et de mere libres.
Relativement aux esclaves, de peur de provoquer la fureur
des colons en 6lsant leurs int6rets, elle prit 1'engagement
cde ne deliberer sur leur 6tat que d'apres les propositions
spontandes que pourraient lui faire les Assemblees Colo-
niales.,






TOUSSAINT LOUVERTURE 27

Mais ce d6cret du 15 Mai exasp6ra les blancs de la colo-
nie. La perspective d'un contact au sein des Assemblies avec
les affranchis qu'ils consideraient come inf6rieurs A eux,
a cause de leur affiliation atavique avec 1'esclave, avait hu-
mili6 au possible les colons. Excites par les lettres intri-
gantes que leur adresserent les membres du Club Massiac,
ils 6taient decides A donner la measure de leur hostility A
1'6gard des homes de couleur. Contre ces derniers une
politique d'intimidation fut applique.
Aux elections de la nouvelle Assembl6e Coloniale, con-
form6ment aux principles traditionnels et contrairement aux
dispositions du D6cret du 15 Mai ,aucun appel ne fut fait
aux affranchis. Mais, ceux-ci, au lendemain des elections,
formirent un Conseil don't les membres avaient pour ins-
truction principal d'activer la promulgation officielle du
susdit decret et de pourvoir A son execution. Ils se
heurterent a la ferme opposition du gouverneur de Blan-
chelande, soumis A l'influence de 1'Assembl6e Provinciale
du Nord. A bout de patience, les homes de couleur re-
coururent aux moyens violent.
Sous les ordres de Bauvais et de Lambert, et forts de
l'appui de quelques esclaves de leurs habitations, ils prirent
les armes et campkrent & la montagne de la Charbonniere,
sur l'habitation Diegue exactement. La petite arm6e, une
fois organisee, ouvrit les hostilit6s d&s le 20 Aoft. Les blancs
furent battus d'abord & N6rette, ensuite A Pernier. Apr&s la
brillante victoire de Pernier la paroisse de la Croix des Bou-
quets, presque entierement habit6e par des Pompons blancs,
s'empressa d'entrer en pourparlers avec les assailants afin
de rendre plus critique la situation des Pompons rouges qui
s'etaient fixes a Port-au-Prince. Mais, bient6t convaincus
de leur impuissance, ces derniers avaient d481gu6 6gale-
ment des commissaires aupres des conf6d6rbs avec mission
de faire la paix.






COUP D'CEIL SUR LA POLITIQUE DE


Le Concordat du 7 Septembre 1791 sign B la Croix des
Bouquets et le Trait6 de Paix conclu sur I'habitation Da-
mien, le 24, scell6rent l'alliance des blancs et des hommes
de couleur. La jouissance des droits civiques fut reconnue
aux affranchis et leur 6galit6 avec le blanc proclamee (1).
Les deux traits consacraient done la victoire des sang-
m&6l. ques, rien ne manquait pour c6elbrer la victoire et sceller
la paix, nous apprend H. P. Sannon.
C'6tait la soudure des deux 616ments qui formaient la
classes petite bourgeoise
Les hommes de couleur, heureux et fiers, une fois enga-
ges sur la pente combien glissante d'une entente avec les
petits blancs, se virent entrainer jusqu'a la limited extreme.
Oubliant la reconnaissance qui les attachait aux esclaves
denommes : les Suisses, leur vaillant soutien dans la lutte
centre I'injustice, la subjugation et le despotisme du blanc,
au m6pris des engagements contracts, disons-nous, les af-
franchis, nullement effray6s de l'horreur de leur odieuse
lAchet6, livrerent les Suisses aux blancs pour etre d6-
port6s. Au fait, ils oserent ce qui fut d6fendu meme par
l'ancien Droit Romain qui, par la disposition d'une loi, d6-
clarait libre tout esclave qu'au course d'une guerre on avait
enr61l dans I'armee.
L'amjti6 des colons, cependant, 6tait de command. Ceux-
ci guettaient une occasion favorable pour rompre avec
leurs allies de fraiche date. Une nouvelle disposition, arr&-

(1)-Garran (J. Ph.) dans son: Rapport sur les troubles de St. Domingue.
tome 11. p. 145, crit : ....Le Concordat garantissait, en outre, l liberty de la
Presse et l'inviolabilit6 du secret des lettres. Les hommes de couleur obtenaient
la revocation des proscriptions et jugements prononcds contre eux, des confisca-
tions executees en vertu de ces jugements et autrement. Des dedommagements
devaient leur 4tre accords pour les torts A eux occasionnts. us se reservalent
de faire ulterieurement et envers qui il appartiendra toutes protestations et r6-
Iparations relatives aux jugements prononc6s contre Og6 et Chavannes.... (Cite
par H. P. Sannon, op. cit. p. 89).





TOUSSAINT LOUVERTURE 29

tee par 1'Assembl6e Nationale, attisa ce d6sir qui tourmen-
tait les blancs. En effet, cette assemblee, influencee par les
Leopardins rests A Paris et les planteurs du Club Massiac,
avait rapport le d6cret du 15 Mai. Instruits de ce fait, les
petits blancs laiss&rent tomber le masque d'hypocrisie qu'ils
portaient. Une simple rixe, entire un tambour dans 1'armee
des confederes et un blanc, leur fournit l'occasion don't
ils 6taient A l'aff~t. Les luttes entire les hommes de couleur
et les blancs reprirent avec une violence inouie. Mais 1'ar-
rivee d'une commission civil composee de Roume, Mir-
beck, St. Leger, ramena une nouvelle fois la paix. Un rB-
cent concordat sign A la Petite Rivibre fut confirmed par un
trait de paix et d'union conclu le 21 Avril 1792 a St. Marc.
Alors qu'en France 1'Assemblee Nationale L6gislative ren-
dait le 28 Mars 1792 un d6cret qui s'inspirait du m&me es-
prit que celui du 15 Mai 1791 (1). De ce jour date la pleine
jouissance de la liberty int6grale par les mulatres. Ainsi
s'4tait r6alis6 un r&ve cher qui cofita la vie a l'ap6tre Oge,
ce farouche revolutionnaire qui traga la voie libbratrice aux
hommes de sa caste et qui, par 1'exemple, dicta aux noirs
les moyens emancipateurs.

(1)-Ce decret que sanctionna la loi du 4 Avril 1792 mentionnait dans son
preambule: .L'Assemblee Nationale reconnait et declare que les homes de
couleur et Negres libres ainsi que les Colons blancs, dolvent jouir de 1'galite
des droits poliiques.





















LIVRE DEUXIEME





TOUSSAINT LOUVVERTURE

ET

LA REVOLUTION DES NOIIRS











CHAPITRE PREMIER


LE REVERS DE LA MEDAILLE
Blanchelande qui avait remplac6 Peinier A la tate de l'ad-
ministration de Saint-Domingue n'6tait pas de taille A faire
face aux difficultiess croissantes de la situation. Faible et ti-
mide, dou6 de cette bonhomie souriante qui veut plaire A
tout le monde, il flottait au gr6 des 6venements, passant
d'un systeme A un systeme oppose. Seul le caract&re 6ner-
gique du colonel de Mauduit dominant la situation que
compliquait I'action intrigante des pompons rouges.
Quelques mois apres le depart des membres de 1'Assem-
blWe de St. Marc, farouches r6volutionnaires qui aspiraient
a 1'ind6pendance de la colonie et qu'expulsa Peinier, les
batailions d'Artois et de Normandie, d6jA attendus, arriv6-
rent A Port-au-Prince, animes de tres mauvaises disposi-
tions parce que endoctrines A Brest par les Leopardins qui
avaient diffuse la nouvelle qu'A la colonie les amis de la r6-
volution 6taient f&rocement pers6cut6s. Ces soldats que
transporterent les vaisseaux le Bor6e, le Fougueux et 1'Ura-
nie, arrivaient pour la relive de la Blanchelande, avis6 de 1'6tat d'esprit des nouvelles trou-
pes, crut opportun de s'opposer A leur descent. 11 monta A
bord oii il parla aux soldats r6unis. Mais sa voix suppliante,
ses menaces faibles, son attitude h6sitante et craintive, en-
gendrerent le mepris des soldats. Leur audace s'exalta. Vio-
lant toute consigne, le lendemain ils debarqu&rent.
Les patriots ou pompons-rouges, diss6minds dans la co-
lonie et qui fondaient l'espoir d'une vengeance sur l'appui
que leur apporterait l'arriv6e des soldats d'Artois et de Nor-






TOUSSAINT LOUVERTURE


mandie, entrerent en communication avec ces derniers.
Bient6t l'agitation gagna la ville. Les portes des prisons fu-
rent forces et les d6tenus 6largis. Une populace aveugle et
ivre sema la terreur et le desordre. Les cris de : Vive la
revolution, les Aristocrates A la lanterne! dominerent le
brouhaha des rues pour se repeter de loin en loin. D6jA Blan-
chelande par la fuite avait premuni sa personnel contre tout
danger. Tandis que l'orgueil et la bravoure retenaient Mau-
duit ferme A son poste. Car abandonner devant 1'6meute
le poste que le roi avait commis a sa garde, c'6tait, selon
lui, une reculade indigne d'un militaire et une forfeiture A
son honneur de gentilhomme.* Aussi, escort seulement de
quelques officers, il brava 1'orage. Mais les passions 6taient
trop vives, les esprits trop excites pour que son geste pit
operer un effet magique sur la foule avin6e. II fut sacrifi6
par la populace dechainee avec une rage ecoeurante, avant
meme qu'on eut atteint le local du Comit6 de l'Ouest oi de
Mauduit devait rapporter les drapeaux saisis A 1'expulsion
des membres de 1'Assembl6e Generale de St. Marc.
La mort de Mauduit consacrait la victoire des petits-
blancs. Le parti des royalistes, a la suite de cette d6faite,
t.ait completement d6sax6. Les partisans s'6taient r6fugies
i~n peu partout, a la Croix des Bouquets principalement.
L'autorite de Blanchelande 6tait presque m6connue. On
n'entendait citer que les noms de Caradeux et des princi-
paux chefs des pompons-rouges.
Mais Blanchelande, qui s'6tait r6fugie au Cap, ne se tint
pas pour battu. Aid6 de quelques royalistes fiddles et d6-
voues, il osa une audacieuse et t6meraire reaction. Son
plan de revanche, d6vie par un cerveau habile, ebranlera
si fortement la terre Dominguoise que la politique discri-
minatoire des blancs et des affranchis, les pr6jug6s, les in-
justices, enfin le syst&me colonial en entier que fortifiait
une vitality de trois cents ann6es sera an6anti.






34 COUP D'CEIL SUR LA POLITIQUE DE

Convaincus que Toussaint Br6da, cet esclave timide et
eveille, A I'air souple et docile, qui 6tait d'un grand ascen-
dant sur ses freres, serait, entire leurs mains dextres, un
instrument facile, les magnats de la finance, de concert avec
Blanchelande, congurent l'id6e si lourde de risques de sou-
lever les ateliers (1).
Moyennant une promesse de liberty pour les principaux
chefs de bande et la garantie de trois jours de franchise par
semaine qu'on accorderait aux esclaves, Toussaint-Louver-
ture sembla avoir consent A servir la cause colonial.
Toutefois, il n'6tait pas le naff que se figuraient les roya-
listes. A la v6rite, profond6ment sournois heritagee ances-
tral), il dissimulait sous un air b6at l'id6e ing6nieuse et
colossale qu'il nourrissait intimement. Car ce n'etait pas
sans raison qu'il s'ing6niait, par les paroles r6confortantes
qui lui tombaient des lvres, A gagner I'estime de ses freres
d'Afrique quand la misere de leur 6tat engendrait chez eux
un trop vif d6couragement. I1 visit certainement un but,
quand, au lieu de se joindre au troupeau de parias et de
d6labres qui se r6unissaient pour 6tourdir leurs miseres,
s'enivrer de danses ou rechercher dans la nostalgia des pa-
th6tiques spirituals l'oubli de leurs conditions abjectes, lii,
Toussaint, s'en allait loin, tres loin, dans les profondenrs
silencieuses des nuits, sur un rocher ou sous un arbre, con-
verser intimement avec son moi. Oui, ils 6taient voulus ce
culte des vertus pouss6 au paroxisme, cette continence exa-
g6re, cette r6gularit6 exemplaire. Car ils contribuerent A
fixer 1'empire de Toussaint sur les esclaves qui lui mar-
querent un religieux respect et lui furent aveuglement sou-
mis. In ne saurait 6tre desintbress6, cet excellent conseiller,
familiar avec les dialectes africains et toujours pret A rece-
voir les 6panchements ou i soigner les places morales. Cer-

(1)-Madiou, Histoire dHalti t. 1. p. 70 dtlUon 1847
Elias Regnault, op. cit. p. 144. edition 1849.






TOUSSAINT LOUVERTURE 35

tainement, Toussaint avait un but cache. Par son prestige
personnel, il incarna les esp6rances de la masse de ses fr&-
res: prix de la r6alisation du noble rave qui le tourmen-
tait.

Comprenant que la vie des masses populaires et qu'elle ne pourrait vraiment
se produire tant que la transformation n'est pas mure,,
Toussaint s'ing6niait A former les esprits afin d'aboutir A
cette maturity n4cessaire.
Par ailleurs, il a du r6aliser 6galement que ce fut l'ab-
sence d'un ideal commun servi par des convictions inebran-
lables qui 6touffa dans 1'6chec les nombreux movements
insurrectionnels pr6ecdents. Son premier acte fut d'obte-
nir de Blanchelande un sauf-conduit qui 1'habilita A visiter
les ateliers. Aussi, A la faveur d'un contact permanent, il
chauffa les esprits et les maintint dans le climate favorable
A 1'explosion infernale.
Mais le succes de cette action reclamait des collabora-
teurs sitrs et comp6tents.
Le jugement de Toussaint et sa perspicacity lui dict.rent
pa r conduire ce movement don't la liberty g6nerale fut
lie terme, les Jn. Frangois, les Boukman, les Jeannot, les
Biassou, etc... tous des brutes enflammbes d'un zele aveugle,
des soldats aux bras arms d'heroisme et de fougue, des
chefs strangers A tout id6al et d6vores d'insatiables ambi-
tions qu'attisaient des convoitises exasp6ries. (1)
Le refus des colons d'accorder les trois jours de liberty
par semaine que le roi aurait d6cr6t6s sera le pretexte qu'i-
magineront les ouvriers de la conjuration pour exciter la
masse des esclaves.

(1)-Louis E. Elle: Etude publide dans le quotidien ,La Phalanges du 23
Avril 1946.
Mentor Laurent : Erreurs et Vdrltes dans I'Histolre d'Haitl, pp. 11-28.






36 COUP D'(EIL SUR LA POLITIQUE DE

Le succes de l'entreprise etait malgre tout hypoth6tique.
11 fallait donc jouer double rl1e pour ne pas s'exposer en
cas d'6chec A etre pendu. n important d'apporter une gran-
de dissimulation afin que ce movement avort6, le Cerveau
de la R6volution pfit, a la faveur de son influence sur la
masse, en organiser un autre. Ce fut peut-etre en provision
de cette 6ventualit6 malheureuse qu'il garda quelques jours
l'anonyme. eToussaint se rbserva le role d'interm6diaire
entire les conjures et les moteurs secrets de 1'insurrection:
il ne voulait se prononcer que lorsqu'il pourrait etre as.ru-
re du success de 1'entreprise-, 6crit Cl6igny Ardouin. (1)

Cependant, toutes les precautions 6taient prises. Avec
soin les plans furent studies. La revolution fut organisde
techniquement et scientifiquement. La distribution des r6les
s'opera d'une fagon m6thodique. Tout fut calcul6 pour r6-
duire au minimum les chances d'insucces. (1)
Blanchelande, de son c8t6, confiant en Toussaint qu'il con-
sid6rait, some toute, come le moins sot des esclaves qu'il
allait soulever, se reposait naivement sur la conviction que
les n6gres substitueraient l'abstrait au concrete en se fiant A
la promesse ampoul6e de liberty arbitrairement tombee de
ses 16vres. II ne se figurait nullement qu'ils auraient li
clairvoyante id6e de profiter des moyens mat6riels don't ils
disposaient pour realiser, au-delA de toutes esperances, les
voeux les plus exigeants. Done il facility Toussaint, auquel
il remit meme des armes, si persuade il 6tait que la cause
de la contre-r6volution une fois triomphante, il ramenerait
sans difficult les negres A 1'arbitraire qu'ils pensaient a-
n6antir. Le fouet ferait disparaitre les fusils. Et le terro-

(1)-C61igny Ardouin : Essai sur I'Histoire d'Haiti, page 17. edition 1865.
Rapport de Kerverseau au Ministre de la Marine et des Colonies.
(2)-Beaubrun Ardouin : Etudes Historiques t. IV, p. 57. Edition 1853.
Hannibale Price. p&re. De la Rehabilitation de la Race Noire par la
Republique d'Haiti.






TOUSSAINT LOUVERTURE 37

risme du regime colonial 6vanouirait les esp6rances des
negres.
Mais autrement l'entendait Toussaint-Louverture. La
feinte de ce dernier et sa vive intelligence, son ressenti-
ment centre le blanc et sa soif de vengeance, toutes ces
forces dissimul6es avec art sous des dehors rassurants et
inoffensifs, se r6veillerent, tumultueuses et orageuses, a
cette heureuse opportunity qui s'offrait A 1'Esclave A Breda
de poursuivre, A l'ombre de la cr6dulit6 naive des royalistes,
son ideal si haut plac : 1'4mancipation de ses freres.
Blanchelande croira exploiter la valeur intrins&que de
Toussaint, le courage, la fougue des esclaves, mais il se
heurtera violemment A la reaction 6nergique du chef des
noirs; son plan machiav6lique fut contrecarr6 par la puis-
sante politique qu'appliqua le genial Toussaint.











CHAPITRE II


LA REVOLT D'AOUT 1791

A la date du 17 aoft, les esclaves s'insurgerent. En un clin
d'ceil la r6volte prit une tournure inqui6tante. Seulement
quatre jours avaient suffi aux negres d6chaines pour sa-
crifier A leur vengeance plus du tiers de la Province du
Nord. Pas un arbre n'6chappa A leur fureur. Si des esclaves,
reconnaissants des bons traitements don't ils furent l'objet
en la personnel de quelques exceptionnels maitres hunmains,
faciliterent ces derniers dans leur fuite, la grande majority
des insurg6s, qui n'avaient essuy6 qu'injustices, ne firent
point de quarter. L'age et le sexe furent confondus sous
1'action meurtriere du poignard. Le d6sarroi des blancs, sai-
sis de terreurs paniques, enhardit les noirs et exalta leur au-
dace. La lichete des colons, la veille encore si arrogants,
leur faiblesse en face de la mort, leur peur exag6ree de la
souffrance, tout cela exasplra les r6volt6s et attisa leur co-
lre. Le sang qui s'6chappait a flot des poitrines troupes et
des totes tranchees les enivra. Une colere terrible, la furia
africana que provoqua le r6veil des antiques humiliations
et des injustices s6culaires qu'avait refoulees la crainte des
chitiments du maitre cruel, aveugla les insurg6s qui d6fer-
lrent sur la plaine du Nord, les prunelles 6tincelantes, les
muscles bands, }es doigts farouchement crisps sur le man-
che d'un poignard : tout dans leur attitude traduisait leur
volont6 in6branlable d'une destruction total.
La torche qu'avait -allum6e la cruaut6 du regime servile,
semait 1'incendie dans toute la plaine. KTout 6tait en flam-
mes. D'enormes tourbillons de fumbe, s'1levant A des hau-
teurs vertigineuses, fermaient de toutes parts 1'horizon. Sous






TOUSSAINT LOUVERTURE


Inaction intermittent des vents, des colonnes noires se tor-
daient, s'abaissaient pour remonter encore plus haut et lais-
ser 6clater par intervalles le rougeoiement des flames d&-
vastatrices... La nuit et le jour se confondaient sous le ciel
bas, noir, et enflamm6. Une veritable pluie de feu faite
d'une avalanche de fetus embrases et d6tach6s des champs
de canne, de toutes sortes de choses menues, de debris 6tin-
celants charribs par le courant d'air, s'abattait sur les na-
vires en rade. Rien ne semblait devoir mettre fin a 1'6pou-
vantable catastrophe.,
Tromp6s par la grande dissimulation de Toussaint, les
royalistes, convaincus qu'au premier signal 1'ordre serait
retabli, ne s'empresserent pas de r6agir.
L'inertie du gouverneur, la faiblesse de ses measures, l'at-
titude equivoque des revoltes qui portaient des drapeaux
blancs et des cocardes de mmme couleur, avaient pour de-
vise: Vive Louis XVI, Roi de France et de Navarre, et com-
me cri de guerre: Gens du Roi, les promenades ininterrom-
pues des officers du regiment du Cap dans les camps des
revoltes, etc... tous ces faits trahissent 1'entente n6gocide
entire les royalistes et les insurg6s. Page, 1'un des hommes
politiques les plus remuants de 1'6poque, avait recueilli tou-
tes ces donn6es pour conclure, dans un memoire relatif aux
causes des desastres a St. Domingue, a la culpability de
Blanchelande. A ce m6moire, qui parut & Paris le 4 F6vrier
1793 1'an 2e. de la R6publique, il donna pour titre: Blan-
chelande, ex-gouverneur de St. Domingue, convaincu de
trahison par ses propres moyens justificatifs. (2)
Nous touchons A un point d6licat et important don't la so-
lution exige une petite digression.
*

(1)-H. P. Sannon. t. 1, p. 100.
(2)-Le Document, No. 3 Livraison Mars 1940.







40 COUP D'(EIL SUR LA POLITIQUE DE

Au jugement de quelques historians, et non des moin-
dres, les affranchis seraient les artisans de la r6volte g6ne-
rale des esclaves. Cette phrase du colon Gamot, president
de la commission qui sign le Concordat du 11 Septembre
1791, reflTte leur pens6e: 4Tous les hommes de couleur,
vex6s pour la meme cause (les colons avaient trouv6 in-
solentes et injurieuses les pr6tentions des sang-mtl6s qui
r6clamaient les droits civiques) r6duits A se cacher (pour
6chapper a la tyrannie colonial) m6ditaient en silence les
moyens de se venger et d'obtenir plus sxrement les droits
que leur avait donn6s la nature et que la politique de la
France avait sanctionn6s. Ceux du Nord se r6pandirent dans
les ateliers, pr6ch&rent l'insurrection et la liberty.,
En terms clairs, Ardouin, pour ne citer que lui, 6crit, au
premier tome de ses Etudes Historiques : Je reconnais 6vi-
demment que les esclaves avaient Wt6 excites A la revolte
par les mulatres.,
Nous serious plut6t dispose a partager l'opinion de Han-
nibal Price qui, dans son int6ressant et documents ouvrage
intitul6 : De la R6habilitation de la Race Noire par la R&-
publique d'Haiti, soutient la these contraire. Il r6vela que
les affranchis, A son avis, furent strangers au movement.
Une analyse des 6v6nements nous conduira a la solution
vraie.
Les affranchis representaient avec les petits blancs les
16lments constitutifs de la classes interm6diaire. Sans en-
courir le risque de subir un d6menti, nous pouvons meme
ecrire que les hommes de couleur 6taient les vrais repre-
sentants de cette classes. Car, gens pratiques, ils avaient pu
se cr6er vers 1789 de magnifiques situations (1). Une affran-
chie avait apport6 a St. Martin 1'Arada qui 1'6pousait la

(1)-Les affranchis etaient proprietaires de plus de 2.000 exploitation agri-
coles, cafkteries surtout. nous informed I'historien Louis E. Elie (Histoire
d'Haiti t. n, p. 195.






TOUSSAINT LOUVERTURE 41

rondelette dot de deux cents esclaves et cinquante mille
francs de revenues. Les petits blancs 4taient refoulds dans
la classes des ouvriers et des gens de m6tier. Dans le mdmoire
que les administrateurs de St. Domingue adress&rent au
Ministre, A la date du 14 Mars 1755, et qu'a public le g6ne-
ral Nemours, nous puisons cette information concluante:
...cette espece d'hommes (les hommes de couleur) com-
mence A remplir la colonie, et c'est le plus grand des .abus
de la voir devenue sans cesse plus nombreuse au milieu des
blancs l'emporter souvent sur eux par l'opulence et la ri-
chesse... Leur 6troite economie leur faisant mettre en caisse
chaque ann6e le produit de leurs revenues, ils amoncellent
des capitaux immenses... ils mettent l'enchere aux biens
qui sont A vendre, dans tous les quarters, ils les font por-
ter A une valeur chim6rique A laquelle les blancs qui n'ont
pas tant d'or ne peuvent atteindre, ou qui les ruine lors-
qu'ils s'entetent, de 1l vient que dans bien des quarters les
plus beaux biens sont en la possession des sang-mel6s.... (2)
Economiquement, affranchis et colons avaient done des
inthrets communs. Car les sang-mle6 possedaient le quart
des 480.000 esclaves don't fourmillaient les habitations. En
vertu de cette unit d'int6r&t, tout coup port au capital
du colon par le soul&vement des ateliers serait egalement
mortel pour l'affranchi. Dans un v6h6ment discours, Og6,
en 6voquant avec une vision proph6tique le sombre tableau
de la r6volte des esclaves, ne manqua pas de souligner ce
lien 4conomique. Seule done une question de pr6jug6 di-
visait les hommes de couleur et les colons.
Les hommes de couleur seraient-ils capable de sacrifier
ces avantages 6conomiques, fruit de la servitude du negre,
A la conqukte des droits civiques qu'ils r6clamaient, quand,
surtout, l'opinion de la majeure parties des d6putes qui for-

(2)-G4ndral Nemours : Les Premiers Citoyens et les Premiers Deputes Noirs
et de Couleur page 88.






42 COUP D'(EIL SUR LA POLITIQUE DE


maient les Etats-G6nbraux leur etait favorable ? Nous en
doutons. S'exposeraient-ils jamais A perdre le b6enfice des
revenues qu'assuraient les 2.000 propri6tes, alors que cette
fortune 6tait affect6e non seulement A l'education de leurs
enfants en France, mais surtout a l'achat des membres de
l'Assembl6e Nationale? Julien Raymond, accuse d'avoir sou-
doy6 Gaudet, Gr6goire, Clavibre, et meme Brissot, fut ar-
retd et traduit devant le Tribunal Rdvolutionnaire (1).-
Ce fut A la faveur de leurs richesses que les sang-mele pu-
rent constituer pour la defense de leurs int6rMts Me. Joly,
celebre avocat parisien qui plaida leur cause devant le Club
Massiac, au prix de fabuleux honoraires. (2). Ces revenues,
par ailleurs, contribuaient egalement A faciliter aux repre-
sentants des sang-me14 l'entree dans les cercles politiques
parisiens et la copquete de precieuses sympathies et de so-
lides amities. L'argent 6tait done le pivot de la politique des
affranchis. Comment croire alor.s que delib6r6ment ils
eussent sacrifice le facteur de base de cette r6g6n6ration A
laquelle ils aspiraient ? Comment souvenir qu'ils organis&-
rent la r6volte des esclaves quand leur propre ruine en se-
rait la consequence immediate ? <...Une multitude de ci-
toyens seront appauvris et ruins, nous perdrons tout.*
avait dit Vincent Og6. Alors que Frangois Raymond dans
une lettre a son fr&re Julien opinait en ces terms : *L'an-
nee 1790, je mettrai sur votre habitation 25 A trente n&-
gres. Le surplus s'il ne m'arrive pas guignon, je les vendrai
avec 1'Habitation oi je suis, cela me fera un capital pour

(1)-Garran Coulon, cit6 par Louis E. Elie, Histoire d'Haiti, t. I, p. 212.
(2)-D'un commun accord les homes de couleur. avaient consent la conces-
sion du 1/4 de leurs revenues qu'ils mirent a la disposition de J. Raymond et de
Vincent Oge. Ce fut dans cette contribution collective don't le montant s'Olevait &
plusieurs millions de francs que fut puis6e une large part digne de la compe-
tence de Me. Joly (Lettre de Baldy A Julien Raymond. Le Document No. 3 -
Livraison Mars 1940).
Les gens de couleur d'Aquin, au nombre de dix-huit, avaient donn6 en
1782 dix mille livres pour I'achat d'un vaisseau que la colonies ddsirait ofrir A
Louis XVI (Louis E. Ele, op. cit. t. II, p. 206)






TOUSSAINT LOUVERTURE


acheter un petit bien, vu que je ne revendiai pas la ter-
re...> (1)
Non, les hommes de couleur ne fprent pas les fauteurs de
la r6volte des esclaves du Nord. Toussaint-Louverture se
charge de nous indiquer, dans son Testament Politique, le
moment oi une entente pr6caire entire les affranchis et quel-
ques esclaves fut effective et le malheureux denouement
qu'eut cette alliance basee sur l'hypocrisie: tLes hommes
de couleur ayant obtenu ce qui faisait 1'objet de leur uni-
que d6sir et redoutant eux-mnmes 1'affranchissement des
noirs don't ils ne s'6taient servis que pour s'aider a obtenir
leur existence politique, parce que beaucoup d'entre eux
avaient des esclaves, ils se s6parerent de ceux qui furent
leurs mules, leurs camarades d'armes, leurs compagnons
d'infortune, et, tournant les armes contre eux, ils se ligu6-
rent avec les blancs pour les d6truire., (2)
comptaient plut6t sur leur courage que sur la bienveillance
de la classes des affranchis pour obtenir une amelioration &
leur sort. Ils firent dans le Nord leur prise d'armes sous la
direction de Boukman, Biassou, Jeannot, Jn. Frangois et
Toussaint-Louverture... (3)
Alors que Madiou specifie i Blanchelande et les autres
chefs royalistes, aveugl6s par 1'esprit de parti, pour com-
battre 1'influence de 1'Assembl4e Coloniale don't tous les
efforts tendaient vers 1'Ind6pendance de St. Domingue, se
d4terminerent a soulever les ateliers de la Province du
Nord, comme de Mauduit avait dans 1'Ouest, pendant un


(1)-Lettre de Julien Raymond A son frere Francols, publi6e in extenso dans
.Le Document-.
(2)-Testament Politique de Toussaint-Louverture, public dans la revue -Le
SDocument,.
(3)-A. Michel, Mission du Ge4nral Hedouville, tome I, p. 17.







COUP D'CEIL SUR LA POLITIQUE DE


moment, r6uni les gens de couleur contre les petits
blancs. (1)
B. Ardouin de son c6te advance: aToussaint-Louverture
4tait 1'esclave d'un colon et le favori d'un autre. Agissant
sous l'impulsion de ce dernier et du chef du gouvernement
colonial, il organisa la revolte des noirs du Nord pour op1-
rer la contre-revolution A Saint-Domingue, dans l'int6rkt
du pouvoir royal.- (2)
L'opinion d'un historien contemporain, Monsieur Louis E.
Elie, est non moins important: que Boukman, Biassou et Jeannot 6taient les v6ritables di-
rigeants des cent mille esclaves r6volt6s dans le Nord, les
seuls chefs A donner des indications importantes sur la ligne
de conduite a suivre. Surtout en 1791, Jean-Franqois, Bouk-
man, Biassou et Jeannot n'6taient que des brutes heroiques.
Ils ne savaient que massacrer des blancs et mettre le feu
aux habitations.
-Pour canaliser un movement revolutionnaire aussi im-
portant que celui du mois d'Aoit 1791, il fallait une pensde
et une tete, comme forces d'opposition a la faction colonial
et aux mulAtres. Seul Toussaint-Louverture repr6sentait
cette pens6e et cette tete. II fut le premier a compreridre
que sans un accord complete des tribus africaines 6chouees
A St-Domingue, on ne pouvait esp6rer 1'6mancipation de la
race...- (3)
Elias Regnault 6crit: 'L'insurrection des negres se com-
pliquait done des pens6es contre-r6volutionnaires; une let-
tre trouvee dans l'habitation Galifet, apres une rencontre
oi les negres avaient 6t6 battus, vint confirmer cette opi-


(1)-Thomas Madiou. Histoire d'Haiti, tome I, p. 70. edition 1847.
(2)-B. Ardouin. Etudes Historiques, tome IV, page 57. edition 1853.
(3)-Louis E. Elie, Etude publi6e dans le quotidien .La Phalange. du 23 Avril
1946.






TOUSSAINT LOUVERTURE


nion qui s'6tait d6jA accr&ditee. Elle d6montrait que les
blancs espagnols etaient d'accord avec le parti royaliste
pour favoriser les movements des noirs.,
Voici la lettre:
cJe suis fach6 que vous ne m'ayez pas pr6venu plus t6t
que vous manqueriez de munitions. Si je 1'avais su, je vous
en aurais envoy; et vous recevrez incessamment ce se-
cours, ainsi que tout ce que vous demanderez quand vous
d6fendrez les inter&ts du roi.
(S) Don Alonso. (1)
Kerverseau, dans son rapport du 7 Septembre 1801 au
Ministre de la Marine, precise : Ce fut lui (Toussaint) qui
presida 1'Assembl&e oi il fit proclamer chefs de l'insurrec-
tion : Jn-Frangois, Biassou et quelques autres que leur taille,
leur force et d'autres avantages corporels semblaient d6si-
gner pour le commandement.,
Sonthonax, dans un discours au Conseil des Cinq-Cents
expos d'une fagon categorique: <...Certes, si quelqu'un
pouvait 6tre soupgonn6 de favoriser le systeme de l'ind6-
pendance ce serait, sans doute, celui don't la vie politique
n'a 6t6 qu'une r6volte continuelle contre la France. T. Lou-
verture a Wt 1'un des chefs de la Vend6e. Par 1'impulsion
de ces memes emigres qui l'entourent aujourd'hui, il orga-
nisa en 1791 la revolte des noirs et le massacre des blancs
propri6taires.s (2)
Dans la Rehabilitation de la Race Noire., nous puisons
ces renseignements: *Toussaint-Louverture fut le promo-
teur, 1'organisateur de la revolte des esclaves du Nord. II
6tait present a la reunion des conjures dans la nuit du 14
(1)-Elias Regnault. Histoire des Antilles et des Colonies Frangaises, Espagnoles,
Danoises et Su6dolses, edition 1849, p. 144.
(2)-B. Ardouin op. cit. t. III, pp. 371-372.
Cousin d'Avallon : Histolre de Toussaint-Louverture 1 vol. Paris, 1802,
pp. 56-57 (Cit6 par Sannon, op. cit. t. II, p. 45).






46 COUP D'CEIL SUR LA POLITIQUE DE

aoit 1791. II pr6sida cette reunion, distribua les r6les entire
les conjures. Tout cela n'est pas contestable. Ce sont des faits
irrivocablement acquis A l'histoire.,
t *
D'autre part, I'histoire nous a toujours tu les noms de ces
chefs affranchis qui auraient combine et organism le soul&-
vement des ateliers. Seraient-ce Bauvais et Lambert qui fu-
rent des premiers A souscrire aux propositions des blancs de
jeter hors de la colonie les -Suisses, d6clares pernicieux ?
Seraient-ce ces hommes de couleur qui A 1'insurrection des
esclaves r6clambrent des blancs des armes pour combattre
1'ennemi commun ? Quels auraient Wt ces chefs ? Pinchi-
nat, I'instigateur du sacrifice des suisses ou Rigaud ?
Les historians, partisans de la these d'Ardouin et de Ga-
mot, dans la conviction d'y avoir apport6 des temoignages
concluants 6voquent certain faits don't malheureusement
1'apparente inconsistance infirme la valeur documentaire de
leurs conclusions. De ces t6moignages, nous voulons rete-
nir celui qui leur a paru le plus convaincant: Gros, prison-
nier de Jeannot, affirme que ce dernier, un des chefs des
insurges, reprochait la mort d'Og6 A tous les captifs blancs.
A notre avis un pareil fait ne saurait constituer un t6-
moignage decisif. Encore moins 'assertion de cet autre his-
torien qui avec une certain ostentation rappelle que ce fut
un homme de couleur qui donna aux esclaves lecture du
soi-disant 6dit du roi.
Nous ne nions pas qu'il y efit des hommes de couleur par-
mi les revolts. Mais quelles furent les circonstances qui
les y entrainerent ?
D'abord, dans l'introduction de cet ouvrage, nous avons
vu que grace a la mauvaise foi de quelques colons ou a la
pauvret6 des petits blancs incapables de payer la taxes que
administration r6clamait pour l'homologation des libert6s





TOUSSAINT LOUVERTURE


accord6es, beaucoup d'hommes de couleur, fils de ces blancs,
furent incorpor6s dans le troupeau des esclaves.
Par ailleurs, apres l'assassinat juridique d'Og6 et de Cha-
vannes, nombre de leurs partisans, pour se soustraire A la
rigueur d'une sentence arbitraire, avaient gagn6 les bois
oi, ils erraient, se nourrissant chaque jour de la haine du
colon. Instruits de la revolte des Negres, et sans doute, A la
faveur de l'action conciliante des pr&tres, ces jeunes mu-
lAtres, pleins d'6nergie, pouss6s moins par le d6sir de ser-
vir la cause des noirs que par le besoin d'assouvir une ven-
geance, s'etaient rallies aux insurg6s. (1) Quoi de plus na-
turel que dans le feu du combat, ils crachassent aux blancs
leur bave en leur reprochant le crime perp6tr6 sur la per-
sonne d'Og ? Ces reproches trouverent un 6cho sur les lI-
vres de Jeannot, ce chef fougueux qui ne pouvait s'emp-
cher d'admirer la farouche intr6pidit6 de ses freres d'armes,
de ses mules de gloire qu'une haine envenimbe avait a-
guerris. (2)
Nous ne nions pas non plus que la pouss6e des colons re-
volutionnaires vers l'ind6pendance et le movement insur-
rectionnel des affranchis en vue d'obtenir la jouissance des
droits civiques aient influence les noirs (voir chapitre I,
page 9). Mais, ce serait r6aliser un trop grand cart que
d'aboutir, partant de ces donn6es, A une conclusion similaire
a celle des partisans de la version d'Ardouin. Tous ils se
trompaient. A notre sens, ils seraient victims de la politi-
que des royalistes, comme le furent d'ailleurs a 1'6poque
les hommes de couleur eux-memes.

(1)-Les pretres exergaient de tout temps une grande influence sur 1'esprit
des noirs; plusieurs 6taient rests dans leurs cures malgr6 la presence des insur-
ges; et ceux-ci trouverent en eux des conseillers et les premiers r6dacteurs de
leurs actes.. Sannon t. 1. p. 103.)
(2)-Par ailleurs, les negres qui avaient assist A l'execution d'Oge et de Cha-
vannes avaient jure de les venger, nous apprend Toussaint dans son Testament
Polltique.






48 COUP D'(EIL SUR LA POLITIQUE DE

Nous nous expliquons.
Apres l'assassinat de Mauduit, fut renverse A St. Domin-
gue le gouvernement m6tropolitain. Blanchelande, d6poss6-
d6 de tout r6le effectif, errait de ville en ville. S'il n'osait
une ferme reaction, sa d6ch6ance deviendrait definitive.
Deja l'anarchie regnait. Les patriots, maitres de la situa-
tion, menagaient de r6aliser leur voeu le plus cher: rendre
la Colonie independante. Il fallait done agir, et vite. Ce fut
pour d6jouer les projects des Pompons-rouges que les roya-
listes avaient favorise la r6volte des esclaves.
Mais d'une pierre ils voulurent faire deux coups. Les hom-
mes de couleur, en depit de mille obstacles, avaient arra-
ch6 A 1'assembl&e national le d6cret du 15 Mai. Colons et
petits blancs, royalistes et pompons-rouges, s'y 6taient oppo-
ses. Cependant, craignant qu'une entente de command ne
renforgit d'un essaim d'hommes de couleur les lignes des
ind6pendants et ne preservAt ces derniers de 1'immersion
qu'auraient entrain&e les flots d'esclaves arms qui allaient
d6ferler contre eux, les royalistes travaill&rent activement
a empicher cette alliance si attentatoire au succes de leur
cause. Pour arriver A leurs fins, ils minerent le credit des
homes de couleur par une propaganda diffuse sournoi-
sement et intelligemment. Toutes les precautions furent
prises pour masquer la verit6.
Des faits divers qui soulignent la malignite des royalistes,
nous voulons retenir ces principaux: la lecture de la ga-
zette don't se servirent les ouvriers de la revolution pour
persuader les esclaves h6sitants et peureux fut donn6e par
un homme de couleur (1); les officers attaches A Blanche-
lande repandirent la nouvelle que les affranchis se coali-
saient avec les esclaves (2); ils divulguerent 6galement les
(1)-C6ligny Ardouin, op. cit. p. 17.
(2)-Effectivement dans les rangs des insurg6s se rencontraient des mulAtres
libres condamnes par contumace a la suite du procks d'Og6 et de Chavannes.






TOUSSAINT LOUVERTURE 49

reproches 6chapp6s aux hommes de couleur libres qui ser-
vaient dans les rangs des insurg6s.
Au fait, la politique de Blanchelande eut le resultat sou-
haiti, a la faveur des insinuations habilement doses.
cLa fureur, nous dit Pamphile de Lacroix, 6gara les pe-
tits blancs. I n'y eut qu'un cri d'indignation centre les sang-
meIls. On les accusa des scenes d'horreur don't on etait en-
vironn-; et, dans le d6lire d'un premier movement plu-
sieurs hommes de couleur furent traits de la maniere don't
les revoltes traitaient les blancs surprise sur les habitations.
Pour arreter les exces de cette rage, 1'Assemblee Provin-
ciale du Nord dut organiser sur le champ a la population de
couleur des lieux de refuge, oi elle court se mettre sous
la garde des corps militaires. Tous ensemble, mais surtout
ceux de cette population qui 6taient propri6taires, demand&-
rent des armes pour aller combattre l'ennemi commun.
Tels etaient I'aveuglement et la force des preventions qu'on
h6sita d'abord a faire emploi de leurs offres., (1)
Charles Malo 6crit A son tour: -...Mais il restait encore
un nombre considerable de mulatres libres qui se trouvaient
dans une position vraiment critique. Car la populace les
regardant come les auteurs de la rebellion demandait leur
mort A grands cris et ils eussent W6t infailliblement massa-
cres si le gouvernement et 1'Assembl6e Coloniale ne les a-
vaient pris sous leur protection. Ils proposerent alors de
marcher contre les rebelles et de laisser, comme gage assure
de leur fid6lit6, leurs femmes et leurs enfants. On accept
leur offre et ils furent enr6les sur le champ dans la Mi-
lice. (2)
Sannon, d'autre part, en confirmation de notre version
nous apprend: iqu'au premier moment les gens de couleur

(1)-Pamphile de Lacroix : Revolution de St. Domingue, t. I, p. 91.
(2)-Charles Malo : Histoire de Ille de Saint-Domingue, p. 141.






50 COUP D'(EIL SUR LA POLITIQUE DE

soupgonn6s A tort d'etre les instigateurs de la revolte, 6-
taient pourchass6s et assassins dans les rues du Cap, sous
les yeux de l'autorit6 par les petits blancs en fureur,.
n ne nous reste plus pour conclure qu'a etaler les argu-
ments qui, A notre avis, accusent Blanchelande d'etre 1'ins-
tigateur de la r6volte des esclaves, c'est-A-dire A reprendre
les faits par une analyse succinte.
Toussaint Breda, A la veille de la revolte, regut un sauf-
conduit qui l'habilitait A traverser les habitations et le sau-
vegardait de toute poursuite ult6rieure. Or & l'6poque, seul
le Gouverneur etait qualified pour delivrer cette piece offi-
cielle. Par ailleurs, elle portait dfiment la signature de Blan-
chelande. -Toussaint obtint la confiance du comity qui lui
procura de Blanchelande un sauf-conduit., 6crit C. Ardouin.
Il s'evidente que la gazette fut imprimee dans l'intention
arretee de porter prejudice aux pompons-rouges. La r6dac-
tion meme de ce document 6tait de nature A irriter les es-
claves: et le Roi, touches de leur sort, leur avaient accord trois
jours de franchise par semaine et I'abolition de la peine
du fouet, mais que 1'Assembl6e Coloniale s'opposait a 1'ex6-
cution de cette lois lisons-nous dans l'ouvrage de Sannon.
(1).
Enfin, les insurg6s qui, tous, portaient la cocarde blanche
et fraternisaient au d6but avec les soldats royalistes, se di-
saient arms pour r6tablir le Roi sur son tr6ne, la noblesse
et le clergy dans leurs privileges. Ils r6clamaient la restitu-
tion aux royalistes des faveurs que leur enleva la revolu-
tion (2). Seulsles partisans de la Monarchie, les nobles con-
tre-revolutionnaires auraient profit d'un retour a l'ancien
regime. Jamais les affranchis n'auraient souffle un pareil
mot d'ordre aux esclaves si ceux-ci 6taient leurs satellites.

(1)-H. P. Sannon : op. cit. t. I, p. 98.
(2)-Le Document, No. 3 Livraison Mars 1940.






TOUSSAINT LOUVERTURE 51

Nous retrouvons d'ailleurs toutes nos preuves rbsumbes
dans cette phrase de Sannon: cLes tergiversations du gou-
vernement, la noblesse de ses measures, l'attitude souvent
6quivoque des officers du regiment du Cap, leurs allies et
venues parmi les r6volt6s, 1'attachement publiquement pro-
fess6 par ces derniers pour la cause du Roi, tout cela n'6tait
pas sans donner quelque fondement A cette accusation, por-
t4e contre Blanchelande (1).
Louis E. Elie 6crit: a...Cette connivence entire grands
planteurs contre-r6volutionnaires et esclaves 6tait si 6vi-
dente que ceux-ci, par example Jean-Frangois et Biassou,
6taient d6cords des ordres du Roi, pares de la cocarde blan-
che et ne parlaient que de venger le bon roi Louis XVI...
Certains colons, au nombre desquels on remarquait des
marquis, des comtes et des barons de l'ancien regime, a-
vaient soulev6 les ateliers d'esclaves pour defendre essen-
tiellement leurs int6rets, mais ils laissaient comprendre A
tous que la cause du roi 4tait leur unique preoccupation; ils
avaient meme distribu6 dans toute la colonie une lettre
assez curieuse de Gouy d'Arsy excitant les esclaves A la r-
volte. Ces marquis, comtes, et barons, avaient recu du Gou-
vernement M6tropolitain, repr6sent6 par un group d'6mi-
gres, la promesse d'un d6dommagement en argent contre
le sacrifice qu'ils faisaient ainsi d'une parties de leurs escla-
ves et de leurs propri6t6s qui pouvaient se perdre par le
soulevement general des ateliers., (2)
Afin de preserver notre opinion de toute m6sinterpr6ta-
tion, nous soulignons avec insistence que nous ne nions point
que les r4volt6s fussent seconds par quelques hommes de
couleur, mais nous contestons A ces derniers la paternity du
movement. A la lumiere de maints documents que nous
trouvons reproduits en parties par les commissaires de St.
(1)-Sannon, op. cit. t. I.
(2)-Louis E. Elie Etude publi6e dans: Haiti-Journal, (Avril 1930).






52 COUP D'CEIL SUR LA POLITIQUE DE

Domingue, Page et Brulley, dans un Precis Analytique, pu-
bli6 A Paris le 2 F6vrier 1793, an 2e. de la R4publique, nous
nous croyons en droit' d'affirmer, jusqu'a preuve du con-
traire, que les esclaves furent pouss6s et encourages A la
revolte par les chefs du parti des royalistes, Blanchelande
et Cambefort notamment.
*
Dans le but de faciliter dans leur entreprise les noirs
qu'il avait souleves, Blanchelande, feignant d'etre saisi de
perplexity, lanterna, temporisa, avant d'arreter des measures
drastiques de nature A juguler le movement. Les colons, de
leur c6td, aveugl6s par leur passion, narguaient les r6voltbs.
A la v6rit6, et royalistes et colons, bien que guides par des
motifs diff6rents, se rencontraient dans une meme conclu-
sion: la revolte des esclaves n'6tait qu'un jeu d'enfant.
La tentative 6tait tellement audacieuse! Et Toussaint, le
h6ros de l'heure, si simple, si nature dans son r6le de dou-
blure La veille encore de la revolution, si soumis 6taient
les esclaves A la voix terrifiante du maitre ou au fouet im-
pitoyable du commander. Si efficaces semblaient les prin-
cipes coloniaux qui abrutissaient 1'esclave et bornaient 1'i-
d6al de sa vie A servir docilement son maitre blanc auquel
il devait respect, amour et fidelity. N'est-ce pas Jean-Jacques
Rousseau qui eut a 6crire: *L'esclavage est un 6tat si d&-
moralisateur que 1'homme y perd jusqu'a la volont6 d'en
sortir!
Comment les colons s'imagineraient-ils que les noirs ose-
raient s'armer pour conqu6rir d'abord leur dignity dans la
suppression de la peine du fouet, et I'obtention des trois
jours de liberty, qu'ils r6clamaient, ensuite leur personna-
lit6 dans la liberty g6n4rale et enfin leur honneur dans I'in-
d6pendance?... Comment croire A la survivance de nobles
sentiments sous le poids 6crasant de trois cents ann6es plei-






TOUSSAINT LOUVERTURE 53

nes de crimes et d'injustices, marquees de sang et d'igno-
minies ?
*

La r6volte des esclaves en 1791 fut le signal de la lutte
contre la subjugation. L'aurore d'une solidarity universelle.
Une orientation vers plus de justice humaine, plus d'en-
tr'aide social. La march vers une confraternit6 mondiale.
Car elle marqua le r6veil des parias. De 1789 et 1791 datent
les premiers maillons de cette longue chaine s6culaire for-
m6e des efforts cpnjugubs, de l'amalgame des energies in-
domptables des exploits des cinq Continents qui menent
syst6matiquement une guerre A outrance contre les abus,
les iniquites, les m6chancet6s, enfin toute la game servant
de nourriture au monde capitalist.
Au pr6jug6 se substitua l'6galit6, A 1'oppression la liberty.
A la faveur de la r6volte de 1791, la race noire allait surgir
des tenebres profondes qui l'enveloppait pour 6blouir le
monde. Dans tous les domaines l'esclave d'hier se mesurera
avec advantage au maitre blanc.
Le Docteur Price Mars, au course d'une causerie pronon-
cee A 1'Institut Frangais d'Haiti, accentuait: 'La r6volte
des negres de St. Domingue qui cr6a A sa suite l'ind6pen-
dance de 1'Etat d'Haiti... fut 1'exemple, I'6talon de protes-
tation contre un 6tat de choses don't la seule existence 6tait
un insolent d6fi A la raison et A la conscience humaines.
Elle fut l'initiative des measures d'6mancipation qui, bon
gr6 mal gre, bouleverserent 1'6conomie am6ricaine pendant
plus de 80 ans de chocs, de conflicts et de luttes. L'ind6pen-
dance haitienne fut la boussole myst6rieuse qui, dans la
nuit et l'incertitude du monde appesanti de pich6s et de
hontes, conduisit les communaut6s am6ricaines A se liberer,






54 COUP D'CEIL SUR LA POLITIQUE DE

malgr6 elles, de toute servitude de toute servitude 16-
gale.... (1)
L'insurrection de 1791 devait 6branler le monde entier,
modifier l'histoire de tous les peuples; effondrer meme des
principles philosophiques consid6rbs jusqu'alors comme des
criteriums. Elle confirm cette loi qui regit la vie des peu-
ples: une certain interd6pendance qui nous interdit tout
d6sinteressement des faits en apparence les plus insigni-
fiants enregistres dans le processus historique de tel autre
people.
Tout se tient. Tout se lie.
La vie national d'un people est renforc6e de divers af-
fluents qui ont leur source dans tputes les regions de 1'uni-
vers. C'est l'6vidence de cette interd6pendance qui a orien-
t6 le monde vers une simplification de son panorama 6co-
nomique et social par une conjugaison des systmes.
Nous assistons en ce moment A 1'6vanouissement de 1'6gois-
me social. Car le monde n'a plus le droit de r6server une
place. dans le champ intellectual, au nationalism. Le g6nie
est devenu international, nonobstant l'opposition farouche
des pr6jug6s. -La science offre a 1'effort human un champ
oiu aucune nation ne pourra revendiquer un monopole ou
meme une propriety, et oui il est impossible de d6mbler la
part qui revient a chacune., Au Sp6cialiste, il faut I'appui
du monde entier pour r6aliser et executer ses inventions.
L'art et la musique cessent d'etre le monopole d'une na-
tion ou d'une race pour s'6tendre, se diffuser a travers les
vastes ramifications qui desservent le r6seau international.
Si de nos jours les contrastes de races subsistent, si cer-
taines traditions sont conservees malgr6 1'6volution histo-
rique des peuples, si la teinte de 1'6piderme reste immuable
et sert A la diff6renciation des races, on ne sent pas moins
adans le gigantesque remous de 1'humanit6 contemporaine,
(1)-Conjonction, Novembre 1946.






TOUSSAINT LOUVERTURE 55

une m&me aspiration A un 6quilibre 6conomique et social.,
Toussaint-Louverture n'avait pas rev6, certes, pareille
transformation du monde, mais il voulut la liberty; la liber-
te pour lui, la liberty pour ses frires, la liberty pour sa race.
Dis lors c'4tait le riveil des parias, c'Btait la march lente
et sfre vers la lumiere, vers le progris. A ce seul point,
d6jA, le Premier des Noirs aurait m6rit6 la reconnais-
sance de tous ses cong6nires.












CHAPITRE III


A LA VEILLE DE LA PROCLAMATION DE LA
LIBERTE GENERAL

*Tout mot d'ordre dolt 6tre deduit de 1'ensemble des par-
ticularit6s d'une situation d6termin6e,. Aussi, les trois
jours de liberty par semaine et la suppression de la peine
du fouet, r4clames par Toussaint au nom des r6volt6s, de-
vinrent une derision comparativement aux inappreciables
avantages qui s'offraient A lui a la faveur des succis couron-
nant le movement.
Aussi, dans une lettre a l'Assembl6e Generale, aux Com-
missaires Nationaux et aux Citoyens de la Partie Frangaise
de Saint-Domingue, les esclaves ins6rerent les conditions,
irr6vocables A leur soumission. Le pr6ambule de cette lettre,
datee de Juillet 1792, est une profonde refutation des prin-
cipes coloniaux en usage. En effet nous y lisons, entire autres
considerations fort judicieuses : ,...Nous sommes noirs, il est
vrai, mais dites-nous, Messieurs, quelle est cette loi qui dit
que 1'homme noir doit appartenir et etre une propri6t4 a
l'homme blanc... Nous sommes des egaux en droit natural
et si la nature se plait a diversifier les couleurs dans l'es-
pece humaine, il n'est pas un crime d'etre nB noir ni un
advantage d'etre blanc.... Apr&s un rappel de la ,DIclara-
tion des Droits de 1'Homme', don't la liberty et 1'6galit6
constituent la base fondamentale, les redacteurs de la lettre
pos&rent les conditions d'un armistice:
10-La liberty gen6rale de tous les hommes d6tenus dans
1'esclavage.
20-Amnistie g6nerale pour le passe.






TOUSSAINT LOUVERTURE 57

30--La garantie de ces articles par le gouvernement es-
pagnol.
40-Les trois articles ci-dessus sont la base et le seul
moyen pour obtenir une paix qui soit respectable pour les
deux parties et approuv6 de M. le Lieutenant-G6n6ral et des
Commissaires Nationaux civils de la presente au Roi et B
l'Assembl6e Nationale.
De leur c6te les r6voltes s'engageaient:
10-A mettre bas les armes;
20-A rentrer chacun dans l'habitation A laquelle il ap-
partenait et d'y reprendre les travaux moyennant un prix
qui sera fix6 par ann6e pour chaque cultivateur et com-
mencera a courir du temps qui sera fix&.
Cependant les petits blancs et les colons bouffis de pr6-
jug6s, retranch6s derriere leur arrogance, A moiti6 con-
vaincus du caractere serieux de la revolution des noirs, r&-
pondaient ostentatoirement et avec une vaine jactance qu'ils
pouvaient tout au plus accorder la liberty aux chefs du
movement. Mais alors quelle garantie accordait une pa-
reille promesse ? Les suisses furent d6portes parce que d&-
clares pernicieux !... Le meme sort ne serait-il pas reserve
aux chef des revolt6s, au r6tablissement de l'ordre, A la sou-
mission de la masse des esclaves ?

Par ailleurs, ce compromise rebuta Toussaint. Oui, cette
proposition des colons se heurta aux exigences de l'id6al si
haut plac6 qui animait le premier .des Noirs. Car ce n'6tait
point sa liberty qu'il poursuivait; c'6tait moins un interet
personnel qui le ppussait A soulever les ateliers, que le souci
du bonheur de ses freres, I'ardent d6sir de les tirer de cette
mare de miseres od s'6tiolaient leurs facult6s. L'amour de
la liberty et de sa race fut le facteur-force qui opposa Tous-
saint A toute entente avec les colons, nonobstant les petites






COUP D'CEIL SUR LA POLITIQUE DE


concessions A satisfaction limit6e consenties par ces der-
niers.
Liberty g6nerale, telle fut la condition irrevocable que
posa Toussaint par 1'organe de Belair. En effet, dans la lettre
datee de Juillet 1792 don't nous venons de faire 6tat et au
bas de laquelle se d6chiffrait les signature de Biassou, de
Jean-Frangois et de Belair, nous notons ce passage parti-
culibrement suggestif: ... vous voulez maintenir la
servitude pour Quatre Cent Quatre Vingt Mille in-
dividus qui vous font jouir de tout ce que vous possedez;
vous nous offrez par vos employs de donner la liberty aux
chefs; c'est encore une de vos maximes en politique; c'est-
a-dire que ceux qui auraient Wt6 de moiti6 dans nos tra-
vaux seraient livres par nous pour etre vos victims. Non,
nous preferons la mort mille fois que d'agir de la sorte vis-
A-vis de nos semblables. Et si vous voulez nous accorder des
bienfaits qui nous sont dfs, il faut qu'ils rejaillissent sur nos
freres.
eVous, Messieurs de 1'Assemblee G6n6rale, en qui (sic) le
sort de cette Colonie est confie, il est encore temps de la
preserver de sa destruction total. R6fl6chissez A ce m6-
moire, pesez vos int6rets et apprenez que nous saurons mou-
rir si vous persistez a nous refuser ce que nous et nos sem-
blables vous demandons.,
MalgrB les menaces qui grondaient dans ces phrases, mal-
gr6 la ferme decision qu'elles transpiraient, les colons n'en-
tendirent point ramollir la rigidity de leur intransigence,
en satisfaisant aux justes reclamations des ouvriers de la
r6volte des noirs. Mais Toussaint-Louverture, bousculant les
6v6nements, 6tait decid6 A arracher aux blancs les droits
qu'ils s'obstinaient a refuser A sa caste malheureuse.
Sur ces entrefaites, 1'Assemblee Nationale L6gislative de
France, qui succ6da A la Constituante, rendit le 28 Mars
1792 un decret qui s'inspirait du meme esprit que celui du





TOUSSAINT LOUVERTURE 59

15 Mai 1791. Afin d'ex6cuter ce decret que le roi sanctionna
le 4 Avril, une nouvelle Commission civil compose de Son-
thonax, Polv6rel et Ailhaud, partit A destination de la
Colonie oi elle d6barqua le 18 Septembre 1792.
Aussit6t arrive, sa premiere measure fut la destitution et
1'embarquement de Blanchelande que le Comte d'Esparbbs
remplaga; puis elle travailla au r6tablissement de !a paix.
D'abord cette commission epaula les affranohis et, de con-
cert avec eux, d6clencha une vigoureuse attaque contre les
colons qui, par une opiniitre resistance, s'opposait a l'exe-
cution des decrets arrktes en faveur des hommes de cou-
leur.
Lib6rer les asang-mles, 6tait le seul souci des membres
de la commission qui se disaient revolutionnaires. Par ail-
leurs, ils 6taient les partisans du maintien de l'esclavage.
Nous en voulons pour preuve la declaration qu'ils firent
dans leur discours du 24 Septembre 1792: ...Conform-
ment au decret de 1'Assembl6e Nationale du 4 Avril, aux
assemblies coloniales seules, constitutionnellement form6es
appartient le droit de prononcer sur le sort des esclaves.,
Dans un reglement de police qu'ils publibrent A la date du
18 Mai 1793, ils avaient decret6 -la peine des oreilles cou-
pees avec la marque de la lettre M pour tout esclave fugitif
pendant un mois et le supplice du jarret coupe pour r6ci-
dive., (1)
Toutefois, la nouvelle de 1'dtat de guerre qui maintenait
en alerte la R6publique Frangaise, la Grande-Bretagne et
1'Espagne, devait modifier la politique de tous les parties
antagonistes.
(1)-Victor Schoelcher : Vie de Toussaint Louverture, p. 78.
La question se d6barrasse de tout doute A la lecture des discours que pro-
noncerent, au course de la c4remonie de reception, les .autoritds salutaires chol-
sies par la mere-patrie et par le meilleur des Rols pour apporter A St. Domin-
gue la consolation et la paix.. Ces discourse ont etd publids in extenso par le
General Nemours dans un de ses ouvrages intituld : Les Premiers Citoyens ot
les Premiers Ddputes Noirs et de couleur.





60 COUP D'(EIL SUR LA POLITIQUE DE

Le Ministre Monge, dans une adresse aux commissaires
civils, leur avait dit: c...Vous devez faire traiter actuelle-
ment les espagnols en ennemis; vous devez d6ployer tous
vos moyens pour teacher de leur enlever cette position de
l'ile don't la terre languit sans culture sous leurs bras fai-
neants. Que ceux qui n'ont point de biens A Saint-Domingue
marchent sur la parties espagnole; ils y trouveront des terres
qu'ils pourront rendre fertiles; engagez les homes de cou-
leur A s'armer contre ces nouveaux ennemis.
eVoyez s'il ne serait pas possible de tirer parti des noirs
centre les espagnols. Concertez-vous A cet 6gard avec ceux
que vous croirez dans le cas de donner des avis salutaires.
Consultez les circonstances et l'esprit public; qu'ils vous
servent de guide. Je ne puis que vous engager, aussit6t que
cette lettre vous sera parvenue, A prendre conjointement
avec le general Galbaud et le contre-amiral Cambis toutes
les measures qui seront propres A assurer la defense de St.
Domingue., (1)
En application de ces dernimres instructions, Sonthonax
s'attacha encore plus les hommes de couleur qui, vite, de-
vinrent pr6pond6rants. La L6gion de 1'Egalit6 de I'Ouest,
compose de mulatres presqu'exclusivement, fut cr66e. La
Commission, dit Sannon, n'entreprenait rien sans consulter
Bauvais et Pinchinat.
De son c6te, Don Joachin Garcia, gouverneur de St. Do-
mingue partiese espagnole) avait regu du ministry Pedro
Acuno, certaines instructions qui lui prescrivaient la ligne
de conduite A tenir A 1'egard des habitants de la colonie. II
devait rallier sous les drapeaux de 1'Espagne, outre les roya-
listes mecontents du nouveau gouvernement 6tabli par la
nation frangaise, tous les noirs et mulAtres en r6volte. A
Jean-Frangois, A Jeannot et A tous les chefs allies des noirs,
il fut assure au nom de S. M. C. Liberty, Exemptions, Jouis-
(1)-H. P. Sannon op. cit. t. I, p. 140.






TOUSSAINT LOUVERTURE


sances et Prerogatives, comme aux sujets espagnols (1).
Certes, Toussaint avait r6alis6 que la liberty que promet-
tait le gouvernement espagnol, les exemptions, les jouissan-
ces et les prerogatives que Sa Majest6 Catholique assurait
aux noirs, etaient circonstancielles et precaires. Car, seul le
souci de renforcer ses troupes a St. Domingue afin de vain-
cre plus ais6ment les partisans de la R6publique avait mo-
tiv6 cette measure de 1'Espagne monarchique. Loin de se lais-
ser 6blouir, A l'instar des Jean-Frangois et des Biassou, par
l'or que Don Garcia prodiguait A gogo ou par les multiples
decorations qui brillaient sur la poitrine des officers espa-
gnols, Toussaint Breda, hardiment, envisagea les problemes
avec cette froide objectivity qui fait tomber le masque des
illusions.

II r6alisa les vrais mobiles qui motivaient les measures
prises par le gouvernement espagnol et comprit que la guer-
re finie ses services deviendraient inutiles. Ses talents mi-
litaires, les faveurs don't ii jouissait, sa bravoure guerriere,
seraient vite oubli6s. Car la Monarchie espagnole 6tait fon-
cierement anti-abolitionniste. Le retour de la paix entraine-
rait le r6veil de l'esprit colonial avec toutes ses rigueurs, le
regne de 1'exploitation, du despotisme, le r6tablissement
d'un ordre social hostile au negre, le retrait du d6cret 6man-
cipant les noirs en service dans l'armee espagnole.

D'un autre c6t6, l'orientation qu'imprimerent A 1'esprit
frangais les nouvelles acquisitions de la revolution de 89, la
preponderance qu'exergait au sein de la Constituante la
SociWt6 des amis des noirs, les dispositions prises en faveur


(1)-H. P. Sannon, op. cit. t. I, p. 140.






62 COUP D'CEIL SUR LA POLITIQUE DE

des homes de couleur, avaient convaincu Toussaint de
l'imminence d'une Proclamation de la Libert6 g4nerale. S'il
passa au service de 1'Espagne, ce fut pour hater ce d6noue-
ment en affaiblissant les troupes frangaises A Saint-Domin-
gue. Les 6v6nements qui suivirent r6v4lerent la justesse
de ses vues. Accul6s, les commissaires civils durent satisfaire
les desiderata du chef noir.












CHAPITRE IV


LA CONSPIRATION GALBAUD

L'opiniatre resistance des blancs & 1'execution de la loi
du 14 avril fut vigoureusement 6crasee par les commissai-
res civils qui, forts de l'appui des hommes de couleur, sou-
mirent Port-au-Prince, foyer de 1'opposition. (1)
Toutefois, cette victoire des r6publicains n'etait que pas-
sagere.
Les Commissaires s'6taient rendus dans le Sud afin d'exi-
ger l'ex6cution de la loi. ,DjA la chute de Port-au-Prince
avait jet6 le d6couragement parmi les adversaires des hom-
mes de couleur & Jacmel. Aussi cette ville qui se disposait
a pactiser avec la rebellion de Borel avait-elle requ sans
difficult la Commission Civile.- Mais Polverel et Sontho-
nax durent reprendre la route du.Cap, presses par les nou-
velles alarmantes qui leur parvenaient de cette ville.
Effectivement, d&s le 7 Mai, arrivait au Cap, le general
Frangois Galbaud en replacement du gouverneur d'Es-
parb&s. Les colons, dans 1'espoir que son autorite primerait
celle des Commissaires civils, r6pandirent la nouvelle qu'il
avait ordre d'embarquer Sonthonax et Polv6rel. ,Les me-
contents, croyant avoir trouve un chef, conspiraient acti-
vement dans le but de provoquer une reaction violent. Tous
les individus prec6demment embarqu6s du Cap et du Port-
au-Prince pour 6tre d6portes de la colonie se trouvaient
sur les batiments en rade, d'oi ils soufflaient la sedition.* (2)
(1)-Borel qui etait le chef de la resistance prit la fulte et se r6fugia jusqu'a
la Jamaique.
(2)-Sannon op. cit. tome I, p. 133.






COUP D'(EIL SUR LA POLITIQUE DE


Cependant les commissaires signifibrent a Galbaud l'ill6-
galite de sa nomination qui violait l'article 15 de la loi du
14 avril disposant que les officiers-generaux et les admi-
nistrateurs ou ordonnateurs et les commissaires-civils qui
avaient td6 ou seraient nommns pour cette fois seulement
et pour le r6tablissement de 1'ordre dans les colonies, et plus
particulibrement pour l'ex6cution du present Decret, ne
pourraient etre choisis parmi ceux ayant des propri6tes dans
les colonies., (1)
Penetr6 de la justesse de ces observations, Galbaud ma-
nifesta le d6sir de s'en retourner en France. Comme les es-
prits s'6chauffaient A la faveur des propos s6ditieux 6chap-
p6s aux partisans de Galbaud, les Commissaires civils se d6-
terminerent, non seulement a destituer ce dernier, mais en-
core a ordonner qu'il fit consign A bord de la gabarre la
Normandie pour etre conduit & la barre de la Convention
National, afin de rendre compete de sa conduite dans le d6-
lai d'un mois A computer du jour de son arrive dans un des
ports de France.,
Dans la rade du Cap se tassaient outre les navires de
guerre, plus de cent batiments de commerce en partance;
ces bateaux 6taient porteurs des factieux de la bande de
Borel. Decid6s a ne pas s'6loigner de la colonie, ces hom-
mes bouillants guettaient une occasion pour y souffler la
revolte. Une quprelle qui opposa un officer de marine et
un homme de couleur leur en fournit l'occasion. Le blanc se
plaignit d'avoir ete insult par un mul&tre. *Les totes s'6-
chauffaient, nous apprend V. Schoelcher. Les marines des
vaisseaux r6unis dans le port du Cap prennent fait et cause
pour leur camarade et exigent une reparation. Les commis-
saires r6pondent qu'ils ne puniront pas sans savoir qui a
tort.. (1)

(1)-V. Schoelcher op. cit. page 73.





TOUSSAINT LOUVERTURE 65

Les factieux parvinrent A faire partager leur indignation
par Galbaud qui accept de se mettre A leur tate, afin de
renverser et d'embarquer la Commission civil. 2.300 mate-
lots, que renforcerent deux. trois cents gardes nationaux
et volontaires du Cap, se rang&rent sous les ordres des Frires
Galbaud et cs'6branlkrent en deux colonnes en direction du
gouvernement, sous les acclamations frenetiques des fem-
mes. Une action violent s'engagea entire ces factieux et les
hommes de couleur, farouches d6fenseurs de 1'ordre. L'at-
taque et la defense furent aiguis6es par les haines de caste;
chaque rue devint un camp de bataille pendant deux jours.,
Les Commissaires civils qui ne disposaient que de trois
cents hommes de couleur environ, de cinquante dragons du
16e regiment et d'un faible contingent d'infanterie de ligne,
durent se refugier au Haut du Cap. Mais, en vue de se de-
gager de 1'etreinte de plus en plus serr6e de l'ennemi, Son-
thonax et ses colleagues penserent A renforcer leurs forces
de 1'appui des noirs revoltes. La liberty fut promise aux
Macaya, Pierre Michel, Pierrot, etc... moyennant leur con-
cours.
Furieusement attaqu6es par dix mille noirs, les forces de
Galbaud ne purent soutenir le choc. dable, avec des cris terrible, les noirs bousculerent, ren-
verserent 1'ennemi sur leur passage. Les matelots, refou-
16s de toutes parts, d6bord6s et ivres, au lieu de rallier
leurs chefs, enfonerent les maisons, les boutiques, les ma-
gasins et s'entre-tuerent pour la possession des objets vol6s.,
cTandis que les combatants se fusillaient, les matelots,
charges de butin, se ru&rent vers le rivage et se sauv&rent
sur des embarcations. Le carnage se poursuivit jusqu'au
soir, et tout A coup le ciel s'alluma des lueurs de l'incendie.
Les habitants, 6pouvantes, se pr6cipiterent dans les rues. Les
uns tomberent sous le fer meurtrier, les autres perirent en-
veloppes par les flames. La ville ne fut plus qu'un immen-






COUP D'(EIL SUR LA POLITIQUE DE


se brasier, d'oi montaient les cris d'une multitude affole,
6perdue, le bruit incessant de la fusillade et la voix tonnante
du canon. La bataille fit rage au milieu des flamess, (1)
Galbaud et les siens, r6fugi6s A l'arsenal, gagn&rent la
rade of la confusion fut telle qu'ils durent se jeter A 1'eau
pour atteindre les navires. A la date du 25 Juin, la flotte
appareilla et s'6loigna du port suivie de cent batiments
marchands. Les combatants avaient laiss6 sur le terrain
pros de cinq cents cadavres, promise aux requins qui peu-
plaient la mer aux profondeurs murmurantes. Alors que,
stoiquement, se dressaient, parmi les cendres de la ville qui
les enveloppaient, au sein de ces tristes ruines, le quarter
de l'Arsenal et le Petit-Car6nage, les seuls monuments qui
6chapperent A 1'action destructrice des flames, pour t6-
moigner du faste d'une epoque perimee.
L'affaire Galbaud precipita les 6v6nements. Dans 1'espoir
vain de se conserver les privileges que la revolution leur
ravissait, les colons allaient solliciter le protectorat de la
Grande-Bretagne et s'engager A livrer aux ,habits rouges,
la colonie. Alors que les commissaires civils, convaincUs de
la faiblesse des troupes r6publicaines, et face A une angois-
sante situation qui s'aggravait d'heure en heure, se renfor-
ceraient de 1'appui emerite de milliers de noirs par la pro-
clamation de la liberty generale.

(1)-Sannon, Histoire de Toussaint-Louverture, tome I, page 138.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs