• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Matter
 Title Page
 Table of Contents
 Action du senate de la republique...
 Resolution de la chambre et lettre...
 Senat de la republique seance du...
 Pieces annexes contre le controle...
 Pieces importantes au sujet de...
 Les chambres legislatives contre...
 Senat de la republique






Group Title: Pour lh´istoire
Title: Pour lh́istoire
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081278/00001
 Material Information
Title: Pour lh́istoire action du Sénat pour la liberation du territoire nationale et documents officiels concernant le traité du 3 septembre 1932, láccord du 7 août 1933 et lácte additionel du 28 mars 1927 prolongeant la convention du 16 septembre expirée 2 mai 1926
Physical Description: 136 p. : ; 21 cm.
Language: French
Publisher: Impr. Haitienne
Place of Publication: Port-au-Prince
Publication Date: 1934
 Subjects
Subject: Politics and government -- Haiti   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Record Information
Bibliographic ID: UF00081278
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001113472
notis - AFL0105
oclc - 19837237
oclc - 23763986

Table of Contents
    Front Matter
        Front Matter 1
        Front Matter 2
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Table of Contents
        Page i
        Page ii
        Page iii
        Page iv
    Action du senate de la republique pour la liberation du territoire
        Pages 1-2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
    Resolution de la chambre et lettre du president d'Haiti
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
    Senat de la republique seance du mardi 12 decembre 1933 discussion de la resolution hudicourt relative a l'accord du 7 aout 1933
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
    Pieces annexes contre le controle financier Americain
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
    Pieces importantes au sujet de l'acte additionnel du 28 mars 1917
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
    Les chambres legislatives contre la prolongation de l'occupation militaire et financiere d'Haiti
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
    Senat de la republique
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
Full Text













Pour 1'histoire



Action de Senat pour la liberation du
territoire national et documents
officials concernant le trait du 3
septembre 1932, Itaccord du 7 aout
1933 et 1'acte additional du 28 mars
1927 prolongeant la convention du 16
septembre expire 2 mai 1926.



Port-au-Prince

Imprimerie Haitienne

1934









POUR L'HISTOIRE




ACTION DU SENAT DE DE LA REPUBLIQ'UE
POUR LA
LIBERATION DU TERRIT01RE NATIONAL


Pour servir au jugement impartial de
1'HISTOIRE h propos des efforts faits par
le Senat de la R6pubiique en vue de la Li-
beration du Territoire National, quelques
documents sont r6unis en cette presente
plaquette par les soins de


L'IMPRIMERIE HAITIEN NE






AVERTISSEMENT
On sail combien ii est difficile d'derire l'hislotre en Haiti :
les documents officials relatifs aux tcvnemenlts les ;dlus impor-
anots de noire vie nalionale deviennent, apres quelqlte lemps,
e.xtre~ninent rares ou resent enfomis dans les journaux. D'autre
part, Ie MONITEUR ne public que plusieurs annes plus tard
tes proces-verbaux des seances legislatives les plus sensation-
nelles, si mime il les public jamais.
La signature de l'Accord du 7 aott 1933 est cerlainemewl
dl'ne importance hislorique exceplionnelle. Elle dona lieu (i
ine stance -res intlressante du S~nal de la Republique atu sujet
d'une Rdsolulion prdsentee par le Sknateur Hudicourl. Norve
intention s'ctai d'abord limile ti publier le proces-verbil de
relle sdance- que nous relrouverons dans quatre on rinq ans
dans LE MONITEUR- afin de montrer la part ldu Sewit dans
les efforts de la Nation pour la reprise ddlinitive e son iLnd/-
pendance politique et administrolive. lais, come, dants l
discussion, le trail de 1915, I'acle additional de 1917, le Ipro-
locole de 1919, I'emprunt de 1922 et le Irait(t dtit 3 selemnbre
1932 furent souvent invoquds, nous avons cra utile te rvun ir
d'autres pieces relatives a ces acles et don't on Irourera In lisle
dans notre table des matieres.



TABLE DES MATIERES


Action du S nat de la R16publique
POUR
La Liberation du Territoire i
.ettre de la Ligue Internationale des Femmes N. Y.
'Texte anglais :
Traduction
Discours du PRESIDENT ROOSEVELT ( extrait)
Texte anglais
Traduction i







- II


R1csolutio nI de ]a Chainbre
EIT
LetLre dti Pi'bsideun (I'HaiUti
flkdlultioji JI(LIIIOIS (In 5 Aoal, 1931 fixant le
rIcle de I'Ageiat liscal 13
LettLe flu 11 Aoit 1931 dle m. STEnI() VINCENT,
I'ieusidieLn de !a Itepu)li11ue h rappelant it Ia Chain-
iii*h prIa esse [ S u'iC a faite it I'ASSEIMBL",EE NATIO-
NALE -' ,I*0qr le deI/iseur iniraitable des inurris
mait; r:iels et montax Il te laItr lpub!iyac 1". .11,
hEL i du oOiWaml. icain C.LL II

II'."pnse Jiuii CIIOUPE DE SENATEURIS au Secr&.-
l'Ire XE1"a L A iitwia inl.
LfeM (Ie i SE'N.A'EUit 11IJICOUJRT aui MINISTER
AMEBIWIC IN pirrotestan t nIctare I'Aeeordl du 7 Aoiit

Gi hi iglo;gra ies DUNS GR1f)IJPE I)E SENATEUI S-
jproiteslaiit contlte I.I(rCor da 7 Ait /1933 et adres-
h o au SKCIIETAIRE, D'ErAT AMERIICAIN at Mo i-
2, *vut ) ani I'llE SI DEENI DE IA 7e C()NFEI1I.N(E
I' ~-AMI~IICANE t ~outv -3o 3i)au PRIESIDEINTl
W., SEIV AT DE tItlJEL, at MNOnteuld(,o.
Letaire ue M. DJENIS St-AUDE IbrtsidenL (Id Sinat
SEAATE.UlEUt IIumIc( Ina.
ha lport (Ili 25 No ernbre I03i3 de Mr JUSTIN RA-
I tAlI. I'n'sideii t do' la IJ'IPgation laitienne h Mon-
1,Ndo au PRESIDENT Dr LA RtEI'UBLIQUE. 2t
I".If'~Igrainin de MAU.iiS'rIN ~IIhAU au PRESIDEINT
WI I A 1 I.'lUBLIQUE, x I le Ic Lotvideo le 301
I,. 933.
Seital dle Ia Rc1mbliique
ta lnce (lit I 2 dreebrc 19. I1-1

I)E LA
E~c(-9~l(iuIiI Iua(iicourdrb rtelauiue am







- III -


I'Accorddu I Aoiit 1933
Rapport de la Commission du Senat 29
Discours du SENATEUR LEON NAU. 32
Discours du SENATEUR SEYMOUR PRADEL 39
RESOLUTION HUDICOURT 51
Erratum: Rendons h JOLIBOIS ce quilui est dil. 58

PIECES ANNEXES
CONTRE
Le Contrle financier americain

Lettre du 22 decembre 1931 de Mr ABEL LEGER,
Ministry des Relations Exterieures, a Mr DANA
MUNRO, Ministre am6ricain. 0io
OPINION de M. STENIO VINCENT, President de la
Republique.
Texte anglais 63
Traduction 6li
OPINION de M. ERNEST DOUYON, President du
Tribunal de Cassation. 67
OPINION de Mr DANTES BELLEGARDE, E. E. et Mi-
nistre a Washington. 68
La Delegation H.aitienne i Montevideo 72
Discours du DELEGUE A. PIERRE-PAUL i la Con-
ftrence Panamericaine i Montevideo.
Compte rendu de la seance de L'ASSEMBLEE NA-
TIONALE ou lut rejete le TRAITE DU 3 SEPTEM-
IRE 1932. 7f;
OPINION de Mr.ERNEST GRUENING contre le trai-
te du 3 Septembre 1932 :
Texte anglais ( Extrait) 78
Traduction. 83
OPINION de Mr HUBERT HERRING contre 1'Ac-
cord du 7 Aoit 1933.
Texte anglais 90
STraduction 93
PROTESTA'TION de M. WALTER WHITE centre






- IV -


L'ACCORD DU 7 AOUT 1933
Texte anglais 6i
Traduction 97
OPINION de M. ALBERT BLANCHET, Ministre a
Washington, sur le TRAITr DiU 46 SEP-
TEMPRE 1915 et sur le PEOPLE HAITIEN. 4.9

PIECES IMPORTANTES
AU SUJET
De I'Acte Additionnel
DU
28 Mars 1917
Lettre dlu 15 f6vrier 1917tdu CONSEILLER FINAN-
fCIEIt A. T. RUAN. 102
Lettre du 18 juillet 1922 de L'ANCIEN PRESIDENT
SUDRE DARTIGUENAVE 10(
Proces-verbaux des seances du Conseil des Secri-
taires d'Etat relati's a I'Acle additionnel. 101(

LES CHAMBRES LEGISLATIVE
CONTRE
La Prolongation de I'Occupation
militaire et flnancire d'H aiti

Chambre des Deputes
Proposition HORACE BELLERIVE. 11
Rapport JUVIGNY VAUGUES sur la Proposition
du Dbpute Horace Bellerive. Il:;
Itesolution DESCARTES ALBERT. 12:3
Motion Ed. PIOU. 125

S6nat de la Republique
Rapport HUDICOURT sur la Proposition Jeannot 127
RESOLUTION JEANNOT.


-Fin -





Pages
1-2
Missing
From
Original











TEXT'I'E ANGIAIS

FOR RELEASE
November 2,. 1933 WOMEN'S INTERNATIONAL
LEAGUE. 532, 17th St.
N. W.
Washington, D. C.

The Secretary of States to day was called upon by
the Women's International League, with headquarters
at 532 17 th St', N. W., to terminate the financial con-
trol of Haition behalf of private bonholdersin the United
States. Stating that the socalled Presidential Accord
which was concluded between Haiti and the United
States wlen the Haitian Congress was not in session
is a ( Deliberate attempt to circumvent the will of the
people ), the League asks that before the Montevideo
Conference, this agreement be liquidated.

The letter in full follows :

November 2, 1933.

The Honorable Cordell Hull
Secretary of State

My dear Mr. Secretary :

At the last meeting ofthe National Board of the
Women's International League for Peace and Free-
dom, I was instructed to place before you again our
concern regarding the so-called executive agreement
with the Government of Haiti.






-4-


It appears to us that it is most desirable that, on
the eve of the Montevideo Conference, the policy of
tli* 11.iover A Imiaistration in continuing the financial
control of H >iti on behalf of private Iondolders should
h,' reversed. The Haitianu Congress by unanimous vote
ol1 Septembter 1932 rejected an agreement covering
virtually the same terms as ,thlse now proposed. If
practically the same agreement is now concluded under
the n ime of IPrcsile:ntial Accord, will this not be inter-
lirpted g'ueraltly, and especially throughout Lati--
.\Ameri-a, aas a deliberate attempt to circumvent the
will of tlh People of H iiti while their Congress is not
in session ? I-, it, in fact, not inconsistent with the
principles of the New Deal ?
We appeal to you, Mr. Secretary, to close this
painful chapter in our relations with Haiti by in agree-
ment 'ree from any appearance even of being drawne
in the special interest of American creditors whose
dealings with H iiti have been the subject of such se-
i~~u, a:i'l, as it appears to us, such well-founded cri-

Respectfully yours,.
( signed ) IDOROTHY DETZER
Executive Secretary







TRADUCTION

POUR ETRE PUBLIC
Novembre 2, 1933 LIGUE INTERNATIONAL
DES FEMMES 53217itme rue
N.Y.
Washington, D. C.

Le Secrtaire d'Etat, aujourd'hui, a 6tt sollicit6 par
la Ligue Internationale des Femmes, ayant son siege ;i
T,32,_ 17eme tue, N Y., de mettre -fi aw contrite
financier d'Haiti favorable aux porteurs priv6s de
Bons aux Etats-Unis. Soutenant que le soi-disant Ac-
cord PrMsidentiel qui fut conclu entire Haiti et les
Etats-IUnis au moment oil le Congres Haitien n'e-
tait pas en S-ssion est une <( tentative d6lib6rbe pour
circonvenir la volont6 du people , la Ligue demanded
qu'avant la conference de Montevideo cet Accord soit
detruit.

La lettre est ainsi conuue :

2 Novembre 1933

Honorable Cordell Hull
Secretaire d'Etat.

Cher Monsieur le Secretaire,

A. la derniere reunion de la Section Nationale de la
Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et
la Liberty n, j'ai reCu instruction, une nouvelle fois,
de mettre sons vos yeux le rtdsaltat de nos dlibkra-
tions relativement au soi-disant Accord Ex6cutif avec
le gouvernement d'Haiti.
II nous parait absolument desirable que, i la veille


C
_;,_






-6-


de la Conflrence de Mont6video, la politi4ue de 1'Ad-
ministration Hoover, qui serait de continue le contr6-
le financier d'Haiti en faveur de porteurs priv6s de
Bons, oit rejetee.
Le Congres Haitien, par un vote unanime en Septem-
bre 1932, rejeta un Trait6 contenant virtuellement les
mcmes clauses que celles actuellement proposees.
Si pratiquement le meme Trait6 est maintenant con-
clu sous la designation d'Accord Pr6sidentiel, cela ne
p^ut-il t're interpr6t6 gdn6ralement- et particuliire-
ment Ai travers I'Amerique Iatine-comme une ten-
tative dliberee pour circonvenir la volont6 du Peuple
d'Haiti au moment oil son Congres nest pas en ses-
sion ? En fait, ceci n'est-il pas incompatible avec les.
principles de la Nouvelle Politique ) ?
Nous faisons appel a vous, Mr le Secretaire, pour
clore ce chapitre douloureux de nos relations avec
Haiti par un Accord libre de toute apparence mme
d'etre conclu dans l'interCt particulier de cr6anciers A-
miericains, don't les favons d'agir envers Haiti ont te--
I'objet de critiques si s6rieuses et, ainsi qu'il nous le
smnble, si bien foudees.

Respectueusement v6tre
( Signed ) Dorothy DETZER
Secrttaire Exkcutif








SPEECH

OF

PRESIDENT ROOSELVT


November 28, 1933

(Excerpts)
In that speech in Mobile President Wilson first enunciat-
ed the definite statement that the United States will never
again seek one additional foot of territory by conquest. *
President Wilson went further, pointing out with special
reference to our Latin American neighbors that material
interests must never be made superior to human liberty.
Nevertheless and largely as a result of the convulsion of
the World War and its after effects, the complete fruition
of that policy of unselfishness has not in every case been
obtained. And in this we, all of us, have to share the res-
ponsibility.
I do not hesitate to say that if I had been engaged in a
political campaign as a citizen of some other American re-
public I might have been strongly tempted to play upon the
fears of my compatriots of that republic by charging the
United States of North America with some form of imperia-
listic desire for selfish aggrandizement.
As a citizen of some other republic I might have found it
difficult to believe fully in the altruism ofthe richest Ame-
rican republic. In particular, as a citizen of some other re-
public I might have found it hard to approve of the occupa-
tion of the territory of other republics, even as a temporary
!l ; I *!.






-8-


It therefore has seemed clear to me as President that the
time has come to supplement and to implement, the decla-
ration of President Wilson by the further "declaration that
the definite policy of the United States from now on is one
opposed to armed intervention. ,
The maintenance of constitutional government in other
nations is not a sacred obligation devolving upon the United
States alone The maintenance of law and the orderly pro-
cesses of government on this hemisphere is the concern of
each individual nation within its own borders first of all.

Hull's Work at Monlevideo.

It is only if and when the failure of orderly processes af-
fects the other nations of the continent that it becomes their
concern ; and the point to stress is that in such an event it
becomes the joint concern of a whole continent in which we
are all neighbors.
It is the comprehension of that doctrine a comprehen-
si on not by the leaders alone but by the peoples of all the
American republics that has made the conference now
concluding its labors in Montevideo such a fine success. A
better state of feeling among the neighbor nations of North
and Central and South America exists today than at.any
t'me within a generation. For participation in the bringing
about of that result we can feel proud that so much credit
belongs to the Secretary of Stale of the United States, Cordell
Hull.
I have said to every nation in the world something to
this effect:
1. Let every nation agree to eliminate over.a short period
of years, and by progressive steps, every weapon of offense
in its possession and to create no additional weapons of of-
fense. This does not guarantee a nation against invasion
unless you implement it with the right, to fortify its own
border with permanent and non-mobile defenses ; and also
with the right to assure itself through international con-








tinuing inspection that its neighbors are not creating nor
maintaining offensive weapons of war.
Calls for Showdown Policy.
2. A simple declaration that no nation will permit any of
its armed forces to cross its own borders into the territory
of another nation. Such an act would be regarded by human-
itv as an act of aggression and, as an act, tlherefore that
would call for condemnation by-humanity.
2. It is clear, of course, that no such general agreement
for the elimination of aggression and of t!he weapons of of-
fensive warfare would be of any value to tlHe world unless
every nation, without exception, entered into the agreement
by solemn obligation. If then such ai agreement were sign-
ed by a great majority of the nations on the definite condi-
tion that it would go into effect only when signed by all
the nations, it would be a comparatively easy matter to de-
termine which nations in this enlightened time are willing
to go on record as belonging to.the small minority of man-
kind which. still believes irtthe use of the sword for inva-
sion of and attack upon their neighbors.


TllA IB l:C'IOXN


Extrait du discours du President iooesvelt, pronon-
cdau banquetdela Fondation Rloosevelt, le 28 Dcenebre
deirnier, dans lequel il a exprinm la noucelle doctrine
de non intervention armde.

. . . . .. . ... "o
...I)ans son discourse de Mobile, le Pr"sident Wilson
6nonca d'abord la declaration arrut6e que ules Etats-
Unis ne chercheront plus i~ acquerir un autre pied d(
territoir' pzr li conqu6te)).





-10-


Le Prt'esident Wilson alla plusloin, faisant renarquer,
en rdefrant d'une manibre sp6ciale a nos voisins de 1'A-
mArique latiue, que les intIr6ts materiels ue doivent
jamais itr'e places aa-dessus de la liberty humane.
Neanmoins, 6t en grande parties par suite des.boule-
versements de la guerre m9ndiale et de ses effects, le
fruit complete de cette politique d'altruisme n'a pas e6t
obtenu dans tons les cas. Et en cela, nous tous avons
une part de responsabilite.
Je n'hisite pas 4 dire que si j'avais did engaged dans
w,,e eampagne politique come citoyen de quelque
nutre republique amiricaine, j'aurais pu dtre' forte-
ment tentd de joue: sur les craintesdesihes compatriotes
de cette rdpublique en accusant les Etats-Unis de IA-
merique du Nord de quelque forme de destr impdria-
liste d'agrandissement dgoiste.
Conmne citoyen d'une autre republique, j'aurais
pu trouper difficile de croire pleinement en l'altruisme
,le la plus riche rdpublique americaine. En particulier,
come eitoyen d'une autre rdpublique, jaurais pu
trotuver difficile d'approuver l'occupation du territoire
d'autres ripubliques, mndme come measure tv Hporaire.
II nm'a done paru clair comme president que le mo-
ment est venu de computer la declaration du President
Wilson par l'autre declaration que la politiquo arretde
des Etats-Unis dordnavant est une politique oppose d
I'intervention armde.
Le maintien d'un gouveritement constitutionneldans
d'autres pays n'est pas une obligation sacree qui.in-
;ombe aux Etats-Unis seuls. Ie maintien de la loi et
des mithodes ordonnees de government dans eet
hemispihere est I'affaire de chaque nation individnelle-
meant dans les linites de ses frontieres d'abord.
C'ost seulement quad I'absence des procedures





11 -
d'ordre affected les autres nations du continent que cela
devient leur affaire; et le point a mettre exi lumiere est
que dans ce cas, cela devient la commune affaire de
tout un continent dans lequel nous sommes tous
voisins.
C'elt la comprehension de. cette doctrine- sa com-
pr6hension, non seulement par les chefs senlement,
mais par les peuples de toutes les republiques am6ri-
caines, qui a condition le si beau success de la cornf-
rence qui est en train de former ses travaux A Mon-
tevideo.
Un meilleur etat de sentiment existed entire les nations
voisices des Ameriques du Nord du Centre et du Sud
qu'a aucun moment de la derniere g6ni'ration. Pour
qvoir particip6 A amener- ce r6sultat nous pouvons nous
sentir fier de ce que beaucoup de ce resultat soit dfi au
Secr6taire des Etats-Unis, Cordell Hull.


J'ai dit a toutes les nations du monde quelque chose
dans ce sens :
1.-Que chaque nation convienne d'liminer. au bout
d'une court p6riode de temps, et par measures suc-
cessives, tonte arme offensive en sa possession et de ne
pas cr6er d'autres arms offensives.
Cela ne garantit pas un pays centre I'invasion a
moins qu'on ne lui accord le droit de fortifier sa propre
frontiere par des moyens de defense permanents et
non mobiles, etaussi le droit de s'assurer par une cons-
aante inspection international que scsvoisins ne crent
ni ne maintiennent des armes de guerre offensives.
2.- ine simple declaration qu'aucene nation ne
permettra d aucune de ses forces armies de' tiaverser
ses propres frontiwres pour pendtrer dans le territoire






--12-


d'une autre nation. Un tel aete serait regarded par 1'hu.-
,,nihld counie n n acte d'agression, et come un acte,
par consdquent, qui devrait attirer la rdprobatiori de
L'human itd.
11 est clair, certaineiment, qu'aucull accord de cette
Intion pour I'ilimination de l'agression et des instru-
Ilints de Ia gue'rre offensive, ne serait d'aucune valeur
poui Il monde, A moins que toutes les autres nations
.a;s exception ne s'eogageut solennellement dans le
nllmrn' accord.
Si donc un tel accord 6itait sign par une grande ma-
jrit.,'1 de nations A la condition arrjAte qu'il entrerait
on vigueui soulement lorsqu'il serait sign par toutes
les autres, ce serait comparativement facile de determi-
nor qjielles nations, dans cos temps de lumierc, south
idisposi',-s a so laisser classes dans la petite minority, de
Iininanit, quili croit o'ncore a I'emploi de pI'cpei pour
,.ivahir et attaqiuor le voisin.




13 -

RESOLUTION
DE LA

CHAMBRE DES DEPUTIES
ET

RESPONSE
DU

PRESIDENTDE LA REPUBLLQUE

LE MONITEUR
86!me Annie No 65 Port-au-Prince
Lundi 17 Aofit 1931
Resolution
Chambre des Ddputes
Vu la piremption de la Convention de 1915;
Vu les termes formels de la dite Convention qui ne
prdvoit pas de Receveur-Gendral des Douanes, apres la
liquidation de la dite Convention;
Vu que le protocol de l'emprunt du 30 octobre 1919
ne parole que d'un ou des fouctionnaires qui doivent
0,tre charges de veiller au prHlevement par droit de
pdremption des interets et des amortissements de
l'emprnnt de 1922,
A RESOLU
Art.. ler: I)'inviter l'Executif d entamer des pour-
parlers aved la Tegation Amdricalne et d signer .un





-14-

protocole oil on fera ressortir que l'office et la function
de Receveur-Gindral des Douanes ont pris fin avec la
Convention de 1915.
Art. 2: Le fonctionnaire pr6vu pour surveiller le
prdlevement des revenue d'Haiti, des intdrits et des
amortissements de lemprunt sera un simple agent
fiscal, qui n'aura aucun droit de s'imntiscer dans les
affaires administrative, financieres et politiques
d'Haiti.
Art. 3: La prdsente resolution sera transmise d
toutes fins utiles au Prdsident de la Iepublique, et
publiee dans le Moniteur.
Donne au Palais de la Chambre des Dputds le 5
Aott 1931.
Le President: Jh. Loubeau; les Secrdtaires: Dum.
Estind, Dr. Watson-Telson


Liberty Egalite Fraternite-
REPUBLIQUE D'HAITI
Port-au-Prince le 11 Afot 1931

STENIO VINCENT
President de la RPpublique

Message

Au President de la Chambre des Ddputis

Mousieur le President,
J'ai l'honneur de vous accuser reception de votre
message du 5 Aoit courant No 290, par lequel vois
m'avez envoy une resolution vote, d sa seance du


I -






15 -

mime jour, par ( GChambre des Ddputes, qui ( invite
l'Exdcutif c entaner des pourparlers avec la Ldgation
Anmiriaine et a signer un protocol oi it fera res-
sortir que l'iOfice et la faction de Reeeveur-Gdndral
des Douanes ont pris fin avee la Convention
de 1915,.
Japprecie hzutenmeit les sentiments qui ont port
les honorables Reprdsentants du Peuple d voter cette
Resolution. Je n'aijamais perdu de vue l'engagement
quej'ai pris enters le PfaUple, peadant nm cam-
pag.ne sleet )i'ale, de travailler i (ddegager le Pays
sans hearts, de l'emprise dtrangdre.) Et je crois avoir
tenu jitsu'ici la promesse quej'ai faite 4 I'Assemblee
National, le jour de mon election d la premiere
Magistratur e de 'Etat, ((d'tre le defenseur intrai-
table de l'ensemble des intdrets materials et moraux
de la RdpabliqueD. Les rdsultats acquis en font oi.
Je vous rditdre ma ferme volontd de poursuivre
sans faiblesse les divers points de mon progrmme qui,
d'aillears, rdpond aux veux de la Nation entire.
Et je s'isis l'occurrence pour vous renouveler,
Monsieur le PrIsident, les assurances de ma haute
consideration

SIENIO VINCENT





-16-


Le Secretaire ill l dil p'aili

a droil an loa el Accord

L'ACC)OR POUR LE RETRAIT DES MARINES EST
GRANDEMENT DU A L'EFFICIENCE
DU GOUVERNEMENT ACTUEL
SA FORME EXCITE DE L'INTERET

La formula Executive a dte employee pour empicher.
les objections du Senat Haitien.

Cable Special au New-York Times
WASHINGTON, Aofit 1933.- L'accord signed A Port-
au-Prince pour le retrait des Marines et 1'adoucisse-
nent des reglements financiers qui entreront en vi-
gueur le ler Octobre 1934 est selon la declaration du
Secrtaire d'Etat Hull largement dfi A administration
efficiente des affairs d'Haiti par le Gouvernement qui
a a sa tite le President Stenio Vincent.
La desorganisation gouvernementale, qui existait en
1915 et avait conduit au d6barquement des Marines qui
prirent en mains administration des principaux ser-
vices publics y compris les Finances et l'Hygiene, s'est
progressivement amelioriee.
Les diplomats de Washington font en ce moment
des commentaires au sujet de la substitution d'un
accord executif comme forme de negociation au lieu
d'un trait formel comme celui qui avait 6te rejet6 en
septembre deruier par l'Assemblde Nationale d'Haiti.
Quoique l'accord executif continue a peu pies les
mnimes stipulations du traite suggeri par le Secretaire






-17-


Stimson, il n'aura pas A 6tre ratifit soit par !v Sluat des
Etats-Unis soit par le Snat d'Haiti.
On a bien senti que cet accord qui certainement
aurait eu l'approbation du S6nat Am6ricain, les Sena-
teurs Haitiens y auraient de leur cote trouv6 des obje.:-
tions comme its le firent pout- le trait Strmson.
SLe Secr6taire Hull a cependant declare que la former
d'accord ex6cutif a simplement 6te trouve come une
mithode plus rapide pour arrive au riglement desire
par les deux pays. Dans les sphires officielles des deux
pays on a bien compris qu'il fallait trouver une formula
qui executait les stipulations du trait de t915 et ,e
protocole de 1919, aux tetrme desquels les actions de
1'emprunt avaient W6t amises.
Un sentiment d'animosit6 populaire avait pr'valu en
Haiti durant ces 18 derniires anuees. Ce sentiment
avait rendu assez difficile la tache de tout leader poli-
tique haitien qui, de peur d'offenser ses mandataires,
craignait de faire un accord quelconque avec les Etats-
Unis.
Le rejet du trait Stimson l'annce derunire derivait
de cette situation: Virtuellement tous les Sdnateurs
Haitiens avaient det consults durant les ndgociations
du trait du 3 Septembre 1932 et its avaient tous
donnd leur approbation en faveur d'un aecordv avec le.
Etats-Unis. Cependant quand cet instrument fut rendu
public et soumis aux Chambres ils jeterent de hats
cris.
On pense qu'il n'y aura que peu ou pas d'objection A
Port-au-Prince au sujet du nouvel accord et aucune A
Washington.

(Interwiew du New York Times
Evtrait de l'.Ation Nationale du 30 Aoit 1!933.





-18-


Si l rlponl I a li claration

du Secrtlaire d'Elal Cordell ull


A la suite de notre article, demandant au Senat de
la Republique de donner des precisions sur la dcla-
ration du Secretaire d'Etat Cordell Hull, nous avons
re(:,i le Communique suivant que nous nous empres-
sons do publier:

COMMUNIQUE
Les Senateurs soussignds affirment que 'infor-
ntLttion rapportee du New-York Times, par des Quo-
tidiens de Port-au-Prince, notamment L'Action Na-
tiouale, ne relate pas la vdritd, en ce qui les concern.
II est inexact qu'ils avaient adhdre au Projet du
Traite du 3 Septembre 1932 apres en avoir regu une
conriunication officieuse. Ils out connu le Projet sur
la lecture faite d l'Assemblee Nationale 4 la suite
d'ulne intervention du S&nateur Jeannot.
Aucun des f/nctionnaires ddpositaires du Projet ne
peut alld/qer et soutenir que la vorite est autre. Le
Secretaire d'Etat ;lAdricain, Monsieur Curdell Ihull,
a ctd mal renseifgu, lorsqu'il pretend que le Projet
de Traitd du :1 Septembre a edt rejete sous la
Ia pression du Puqlic par les Senateurs qui s'dtaient
enigaegs d le voter.
L'.s Ihomtess qui se respectent auraient tort de m,-
ipriser l'opiniun pblique. Elle e.vprime souvent ce que
i'i','lame l'intiritl general. I[ ne faul pas moilis la con-






- 19-


trdler et y resister toutes les fois qu'elle apparait une
manifestation ephemere de l'aveuglement populaire.
11 n'en etait pas ainsi ~ la seance de I'Assemblde
National du 15 Septembre, au course de laquelle le
I'rojet de Traitd du 3 Septembre a dtd dearte l'una-
nimitd. Bien loin d'avoir cedd a la peur de mdeon-
tenter le people, I'Assemblee Aationale s'est rejouie
que la sauvegarde de la Nationalite Haitienne im-
portait an Peuple autant qu'd elle
Le vote du 15 Septembre 1932 n'offrait i auwun des
SSnateurs l'occasion de cette odieuse palinodie mise d
leur compete. On pent leur reprocher de ne pas fire
arte de foi, soit qu'ils rejettent ou votent les projects qui
leur sont soumis, mais non pas de faillir a leur con-
.vziction, sous la menace, qu'elle- qu'en soit la pro-
venance.
( Sign) 1). Jeannot, F. Martineau, Seymour Pradel,
Leon Nau, Pierre Hudicourt, Ant. Teldmaque, R.
Loubeau, Price-Mars, Valencourt Pasquet, Dr. Justin
Latortue, Dr. 11. Paultre, CIL. Fombrun.
(Ertrait du ( Nouvelliste ,) 3 Octobre 193:3





-20-


Prolslation du S ineur Hiiiac rt

Presidel de la Commissin des

Relations Exlerieures



I'ort-au-Prince le 18 Octobre 1933.
Son Excellence Mr Norman Armour
E. E. et Ministre des Etats-Unis ;i Port-au-Prince
Monsieur le .Mimstro:
l:: ma qualit6i de citoyen et tie S&nateur de la Repu-
bliIque, je viens vous exprimer ma formelle protestation
coutre I'lustrunent diplomatique qu'a la date du 7
Aoit 1933, vous avex sigue au nom des Etats-Unis
;vec Mr Albei-t Blanchet, ce dernier, an nom de la Re-
publique d'Ha'iti, Irserve faite de la parties relative au
retratt d(ls troupes de l'Infanterie de Marine des E. IT.
.Ie hais cette protestation pour les raisous et motifs
ri-apres:
Apris I'echie du 'Traitd du 3 Septembre 1932 devaut
I'Assemblke Natiouale, on a repris le meme trait., en en
moditiant quelque peu la phrastologie; on l'a d6nomme
A ACCORD EXECUTIF), dans le dessein qu'en chan-
geaut 1e mot trait contre celui d'accord executifla,
on 6luderait I'obligatiou faite aix Parties Contlra.tautes
par" lur lkgislatiou interue de soumettre cette ,iuvre a
I'approbation de l'Assemblle Natiouale d'Haiti et du
S",nat des Etats-'nis.





-21-


II existe un principle ineluctable en Droit priv6 aussi
bien qu'en Droit Diplomatique, que la 'volonte oun in-
t6rdt des parties ne peut pas imposer aux eontrats et
traits une denomination que reprouve leur vraie phy-
sionomie juridique.
Dans lk Jurisprudence international, on entend par
("accord executif, (executive agreement) un arran-
gement subsidiaire intervenu entire les memes parties,
en vue d'EXECUTER une disposition d'un pr6c6dent
trait general.
Ainsi l'arrangement fait entire Haiti Pt les Etats-
1Unis le 24 Aoilt 1916 pour organiser la Gendarmerie
d'Haiti en EXECUTION de la clause 10 du Trait; dn 16
Septembre 1915, est un ACCORD EXECUTIF. Comme
tel, il 6tait dispense de la formality de l'approbation
legislative, cette approbation ayant ete deja donnee au
Trait6 originaire.
Mais I'Instrument du 7 Aodt 1933 ne peut pas etre
appele ((ACCORD EXECUTIFn, pour pouvoir, a ce
titre, 6chapper a la double approbation de l'Assemblhe
National d'Haiti et du Shnat des Etats-Unis.
Les questions diverse et complexes qui y sont
trait6es demontrent aux homes les moins informs
des questions diplomatiques que c'est un veritable
TRAITE. Au titre d'un veritable trait, cet instrument
ue peut produire AUCUN eflet legal, c'est-a-dire aucuu
engagement international, s'il 'est revetu de la double
sanction legislative. Sans-cette double sanction, il
restera un acte arbitraire, un simple produit de la
Force brutale. Tout ce qui pourra etre fait ou ordonne
e'n execution d'un tel acte ne sera, quoi qu'on fasse,
qu'une serie d'actes illegaux imposes une Nation
laible, incapable de reclamer et faire valoir ses droits





- 22 -


autrement. Ils seront Nuls et non avenus au regard de
la Conscience universelle.
Ce n'est pas un accord executif; c'est un traits.
C'est un trait, par ce que:
1) IL est destine ii remplacer le Traite du 16 Septem-
bre 1915, lequel avait 6te soumis A l'approbation ligis-
lative en Haiti et aux Etats-Unis et avait etc ensuite
ratifi6 par les deux chefs d'Etats contractants et pro-
clames la Loi de chacun des Pays;
2) I1 impose A la lR6publique d'Ha'iti des obligations
tinancieres, cell notamment, de payer, A I'aide des
ftnds du Trtsor haitien, le salaire d'un Repr6sentant
Fiscal, d'un assistant repr6sentant fiscal et de seize
aides ou subordonn6s, tous citoyens des Etats-Unis,
dsignes par le Pr6sident des Etats-Unis;
3) II confure A ce Repr6sentant Fiscal-le contrOle des
Finances haitiennes, celui du tarif dou'nier, qui ne
peut pas 6tre modific sans I'assentiment du Gouver-
nement am6ricain et consacre par consequent, de la
part d'Haiti, une renonciation temporaire a des droits
SOUVERAINS.
Et-ce que la SEULE signature de Mr Albert Blan-
chet peut avoir la vertu de disposer ainsi de TROIS
MILLIONS d'Haitiens?
4) I1 medifie la Constitution de la Republique, en
faisant d'une loi ANNUELLE par essence une loi orga-
nique definitive, intangible.
La loi dite ( des FINANCES ) est celle qui regle les
conditions d'execution du Budget de 1'Etat. Or, d'aprbs
la Constitution, le Budget doit 6tre vote annuellement.
Done, cette loi des finances ne peut etre qu'annuelle.
Mais si la loi est definitive, la loi, d'acce.ssoire devient
principal et c'est le Budget qui doit RESTER dans le
cadre de la loi. II en r6sulte que l'action de la Repr6-






-23-


sentation Ndtionale, telle qu'ellc a Wtt organis6e par la
Constitution de 1932, est paralys6e. D'oi ii suit que
l'accord a port atteinte A la Constitution.
5) CAt accord a fait ce que le. Tiait6 du 16 S-ptembr,
1915, n'avait pas o.s; ii a fait ce que n'avait pas tent
le trait rejet6 du 3 Siptembre 1932: ii a. impose un,
loi dite des finances a la R6publique d'Haiti. Jamais
auparavant le Gouaernement des Etats-Uais, n'avait
pris pareille liberty dans aucun acte o .contrat. En
d6cr6tant que telle loi devient LOI ORGANIQUE, le
(Jouvernement des Etats-Uiis, loin d'am6liorer la
situation crS6e par le trait de 1915, l'a consid6ra-
blement aggravde, en faisant dans les affaires inte-
rieure- de ce pays nae violent intervention.
Le Corps L-gislatiflui-m6me n'a pas le droit de de-
creter que la loi des Finances, accessoire oblige d'uni
Budget vote annuellement, devient une loi organique.
J'en passe, Monsieur le Ministre.
It risulte du peu que j'ai expose que le soi-disant
accord ex&cutifdu 7 Aoat 1932, au lieu d'etre la MISE
en OEUVRE d'une disposition d'un precedent traits,
est un veritable tfaite de protectorat financier, plus
rigoureux que le trait du 16 Septembre 1915, plus
violent que le traits rejet6 du 3 Septembre 1932. Dans
ces terms, votre signature au nom des Etats-Unis, et
cell de Mr Blanchet, an nom d'Haiti, ne sauraient
suffire pour engager les deux Nations: il faut obliga-
toirement qu'iutervienuent du cAte de chacune le-
Organes indiques par le Droit interne de chacune pour
donner le CONSENTEIENT des deux Nations.
Haiti comme-les Etats-Unis est regie par des Insti-
tutions democratiques. Ce qui est vrai des 6tats-Unis
est 6galement vrai d'Haiti.
A ce sujet, vous me permettrez, Monsieur ie Ministre,





-24-


de vous mettre sous les yeux une opinion tres respec-
table du Chief Justice Marshall:
(aA treaty is in its nature, a contract between
atwo Nations, not a legislative act. It does not
a effect of itself, the object to be accomplished.
a especially so far as its operation is infra-terri-
((torial; but is carried into execution by the
a sovereing power of the respective parties to
a the instrument.,
See J. B. Scoot. Cases on international law,
page 431.
On m'opposera des precedents. Je sais notamment
qu'en 1905, le Pr6sident Theodore Roosevelt fit un
trait avec la R6publique Dommicaine. Ce trait tut
repouss6 par le Senat, comme celui du 3 Septembre
1932. Le Pr6sident Roosevelt le retire, le d6nomma
ACCORD EXECUTIF, tout comme celui du 3 Septem-
bre 1932, et le mit A execution. Le grand Pr6sident
raconte ainsi dans ses memoires la fin de l'Histoire:
,,J'aurais agi ainsi jusqu'A la fin de mon mandate, si
Scela avait itt n6cessaire; mais il 6tait preferable que
Sle Congr6s donne son avis. Nous aurions march alors
Ssons le covert d'un traits, qui serait DEVENU la loi
, dii pays, et nous n'aurions pas agi d'apres un SIMPLE
% ACCORD du Chef de l'Ex6cutif, ACCORD QUI SE-
((RAIT CADUC, LORSQUE LE CHEF ABANDONNE-
, RAIT LE POUVOIR.
D'apres le President Thieodore Roosevelt, qui me
parait 6tre le chef d'ecole en la circonstance, un simple
accord comme celui du 7 Aoit 1933 n'est pas LA LOI
DU PAYS et ne saurait survive A l'expiration de son
terme prisidentiel.
Je vous serais oblige de retenir ma protestation
puisque vous repr.csentez l'une des Hautes Parties con-
tractanctes.





-25-


Veuillez agrier, Excellence, la haute expression des
sentiments trcs distingu6s
Avec lesquels j'ai l'honneur d'8tre
Vdtre,
(Sign6) PIERRE HUDICOURT



CABLOGRAMMES ADRESSES:
lo Au Secretaire d'Etat Cordell Hull A
Mont6vid6o ;
2o Au President de la VIIe Conf6rence
Pan-Americaine A Mont6video;
3o Au Pr6sident du S6nat de I'Uru-
guayi Montkvideo;
SBnateurs Haitiens soussign6s protestent 6nergique-
ment contre Accord ex6cutif sept Aofit entire Haiti et
Etats-Unis don't terms presque les memes ceux Traitt
rejete Trois Septembre 1932. Requierent sans 6qui-
voque que Etats-Unis, au phis t6t,cessenttoutes former
control en Haiti, incompatible avec complete souverai-
nete.
Situation present demeuredictaturefinanciere Etats-
Unis faveur porteurs priv6s obligations emprunt.
Constitue menace pour tous pays Am6rique Latine et
est negation principles suivant lesquels s'assemblent i;
Mont6vid6o peuples Am6rique Latine.
Salutations distingu6e,.
(Sign6) PierreHudicourt, Seymour Pradel,'Lein Nau,
F. Martineau, D. Jeannot, Ant. T616maque, Dr. Price
Mars, Docteur Latortue, Dr. Hector Paultre, R Lou-
beau.





26 -
iponase du PRESIDENT du SENAI1
au Simnateur HUDICOURT
Port-au-Prince, le 19 Octobre 1933
Mou Cher Colligue,
.le riponds immediatement aux deux questions que
vous m'avez posees dans la lettre que jeviens de rece-
voir.
1 )- Non, je n'ai pas ete charge par le President
Vincent ni par le Ministre Blanchet de communique
aux S6nateurs ni A vous particulierement, le Trait6 du
:3 September 1932, avant sa presentation a I'Assemblie
rationale .
2)- Aon, je n'ai pas et charge par le Pr6sident Vincent
ii par le Ministre Blanchet de communique aux S6-
nateurs ni i vous particulierement, le project d'Accord
dii 7 Aoit 1933.
Veuillex agree, mon cher Collegue, avec I'expres-
sion inalterable de ma loyaut~, les assurances de ma
meilleure sympathie.
(Signe) Denis Saint-Aude.



Rapporli de la dileaio
Premier rapport alressd au Prdsidcnt de la Rdpu-
blique par M. Jtustin Barau, President de la Ddl~ga-
tion Ilaitienne t la Confdrence de Montivideo
A board de ((L'American Legion,
S251 Novembre 193:1.
Mou cher lPr'sident et ami,
Ij 1)imanche 12, le lendemain de notre depart de
New-York, Monsieur' Cord Hll m'a fait dll 1ill f emander





-- 27 -


pour uno entrevue. Accompagn6 de mon coll-gue
Pierre-Paul, j'ai 6tW recu dans son cabinet de travail.
11 a voulu counaltre l'attitude que nous aurons Ai
prendre a la Conference de Mouttvideo. Nous avous
repondu diplomatiquement, mais nous.avous fait com-
prendre que notre int6rkt principal 6tait de nous d6-
gager du control financier ambricain n Haiti. It m'a
demand un memorandum que j'ai r6dige et qui a ete
remis le 15 Novembre. Dans ce memorandum, apres
avoir fait bri6vement 1'historique de l'O-cupation ame-
ricaine, m'in pirant des instructions 6crites que vous
nous avex dounues, j'ai conclu d la renonciation du
contrdle financier an6naqg dacns l'Accord du 7 Aoit,
en lui demandant de faire cette declaration a l'ouver-
ture de la Conference.
Ce n'est qu'aujourd'hai qu'il m'a fait demander
A nouveau dans son cabinet de travail pour me decla-
rer qu'il avait transmis le memorandum an iDparte-
ment d'Etat pour avoir des renseignements, qu'il est
dispose a donner pleine satisfaction a la RWpublique
d'Haiti, qu'il reconnait que ce control eit injuste.
Entire temps, les membres de la D61egation amri-
caine et les fonctionnaires qui les escortent nous
comblent de leurs marques de sympathie.
.Je veux esperer que nous obtiendrons quelque,
succbs a la Conft-rence.
Je vous adresse, mon cher Pr6sident et ami, mes
meilleurs v~eux et mes re-pectueuses salutations.
J. BARAU.

Efxtrait de o L'Aetion Nationale du 2. 12. ::-
(Voir le RESU LTATau verso)






-28-


LE ESIILTIT

DWpkche de M. Justin Barau au Presi-
dent de la R6publique rescue hier 30 Nov.
1933 h 2hs. 31 p. m.
Montevideo, 30 Novembre 1933
President d'Ha;ti
Port-au-Prince

Apris dchl-nge notes, Secr6taire d'Etat
instruit Ministre Americain entrer pour-
parlers retrait definitifcontrtle financier.
Avons propose
Hanqiue Nationale pour service dette.

BA RAU
N. D. L. R. Comnne on le coil par
coaltener( incessa/n/nent.
Eclrall de ? DIdcembre 1933





-29-

SENAT
de la

REPUBLIQUE
Seance du nmardi 12 decemnbre 1933




Rapporl del la Commission charge de

stllner su la lisolulion Hudicourl

Messieurs les Senateurs,
La Commission sp6ciale que vous avez formee A
l'effet de rapporter sur la proposition de Resolution
16posee par le Senateur Pierre Hudicourt s'est cons-
tituce avec, pour President, le S6nateur Charles
Fombrun, et Rapporteur, le Senateur Pierre Hudicourt.
La proposition de Resolution conclut A ce que le
,Senat decide de DENIER toute autorite, toute valeur
Sobligatoire pour la Nation a tout arrangement Inter-
, national passe au nom de la Repuhliquc d'Haiti, sous
, quelque denomination que ce soit, qui n'aura pas kt6
Iormellement et express6ment approved par 1'Assem-
W bl1e Nationale ).
C'est en invoquantIes texts des art. 79, al. 18 et





-30 -


42, al. 3 de la Constitution et la pratique sur la ma-
i. re et un principle d'application contenu dans une
d6piche du Secretaire d'Etat des Relations Extkrieures
en date du 26 Janvier 1932, que la proposition fonde
sa raison d'ktre.
Les textes invoqu6s sont formels. Is ne sauraient
('tre mis en discussion. 11 est entendu que tout arran-
gement avec une Puissance 'trangere, quelles qu'en
-oient la portee et la qualification, reste soumis a
l'approbation de 1'Assemblee Nationale, pour (tre va-
lable et obliger legalement.
C'et d'ailleurs ainsi que l'ont compris les Gouver-
nemeuts qui nous out pr&6cd6s. ls ont toujours consi-
dtr l'approbation du Corps Legislatif ou de 1'Assem-
bl'e Nationale comme la seule forme autoris6e d'ex-
primer le consentement du Peuple Haitien. Dans cet
eiprit, its out assujetti a la formality de l'approbation
1'gislative non seulement les Accords avec le Gouver-
nement des Etats-Unis fixant les appointemnents du
(onseiller Financier, du Receveur-G6n6ral, de l'Inge-
nieur en Chef des Travaux Publics, celui fixant I'or-
ganisation, le cadre et les appointments de la Gen-
darmerie d'Haiti, encore qu'ils soient collat6raux du
Trait3 originaire du-10 Septembre 1915, mais encore
de simple Conventions passes avec des personnel
privies ha'itiennes, tells les accords portant transaction
avec la Banque Nationale de la Republique d'Haiti du
26 Juillet 1916 et l'Ecole des Sciences Appliquees pour
la creation d'une Ecole du Batiment en date du 16 Aofit
1918, et autres avec les Fr res, les Sceurs, etc..., etc..
Ie 2:3 Mars 1920 un petit Accord fut sign A
Washington pour modifier celui plus general du 24 Aofit
1916. II rpecut la sanction legislative le 4 Aofit 1920.
En general, tous les Accords on Conventions de la





31 -

Haye, de iGeuve, et ceux sigues dans les Conferences
Pan-Am6ricaines ont 6t0 soumis A la sanction 16gisla-
tive et sont pour cela deveuus LOIS DE L'ETAT
D'HAITI.
II a fall arriver A l'Accord sign le 7 Aoiit 1933
entire le Ministre des Relations Exterieures, au nom de
la Republique d'Haiti et le Ministre des Etats-Unis au
nom de la Grande R6publique Etoilte, pour trouver uun
rupture avec cette pratique rguliere. Le Peuple Hai-
tien attendait avec auxidt& que cet Accord fut soumis
A I'approbation de ['As-emblec Nationale.
Mais une interview de Mr. le Secre.taire d'Etat des
Etats-Unis puhli6e dans un journal de New-York, a
appris que la forme de simple Accord Ex6cutif a ett
donnee A cet instrument diplomatique comportant des
obligations A la charge du Peuple Haitien et du Tr6sor
laitien, justement pour pouvoir eviter l'obligation de
le soumettre A l'approbation du Corps LUgislatif.
La pens6e de I'Honorable Secretaire d'Etat des
Etats-Uuis se heurte malheureusement A la volonte
formelle de notre Pacte fundamental qui ne fait aucune
discrimination entire Trait&s, Conventions ou autreA
Traits passes entire Haiti et une Puissance etrangero
quelconque.
Li Cr)mnission couclut, Messieurs les S.nateurs, ;i
I'adoption par acclamation de la proposition de < RWso-
lution)) pr6sentee par le Sanateur Pierre Hudicourt.
Donnt A' la Maison Nationale le 7 )Dcembre 193:3.
Le President:
(S.) Fombrun (sous reserve)
Le Rapporteur:
(S.) Pierre IHudicourt
L, Membre: (S.) J. B. V. Leconte





-32-


Sur le huis clbs


Intervention du S(nateur Leon Nau

. . .
Mr. le Senateur Leon Nau.- Messieurs, je n'aper-
:ols pas bien l'interet d'une discussion sur ce point. Je
suis d'avis et j'ai 1'espoir que le passage a huis close
dnit profiter 'a la motion proposee par le S6nateur
Hudicourt, approuvee et soutenue par douze de se-
Colligues. A huis close, je suis convaincu que, loin de
discuter, I'on aura plut6t un entretien qui dissippera
certain malentendus. quelque equivoque de procedure,
puisque sur le fond, c'est a l'unanimite que nous de-
vons atteindre. II n'y a, A cette heure, personnel, dans
ce Pays, qui soit decide A prendre une position con-
traire a celle des douze signataires de la Proposition.
Nul, parmi nous, n'ignoi'e la reaction que le Projet
d'Accord du 7 Aout a suscitee dans la pens6e haitienne.
La manifestation d'opinion a 6te imposante et elle
atteste un tel reveil du sens national qu'il faut convenir
que l'Accord restera comme l'unique volonte de I'im-
p6rialisme americain, s'il ne doit pas ttre amends,
modifi6 jusqu'a n'8tre plus l'instrument d'une humi-
liation injustifibe. A ce moment oji, certainemeut, il
n'existe dans le people un seul individu qui soit restW
insensible A la d6sapprobation qui a accueilli le project
d'Accord du 7 Aofit,il serait injurieux de penser qu'on
trouverait une abstention, ici, au vote de la motion. Je
le repete, en passant A huis close, nous allons A l'una-
1imit(6.





- -3 -


liponse au Snaler FWomrun



Mr. le Senateur Leon lau.- Messieurs, le Skuateur
Flombruu pretend que c'est mettre en discussion de-
articles de la Constitution qu'il a indiques, lorsqu'on
delibere sur la Proposition Hudicourt, appuye dteja de
douze signatures. Il est victim d'une strange con-
fusion. Il nous laisse, A l'ordinaire, I'impression d'uu
meilleur discernment. La motion que l'on examine ici,
que l'on demand au Senat de faire sienne, tend a
manifester une volont6 conforme aux textes constitu-
tionnels vises par notre Collegue., Elle n'institue de
controverse sur le sens d'aucun article de la Consti-
tution.
Elle proclame leur intangibilitY, lorsqu'elle solli-
-ite du Senat de diie, de dbclarcr qu"(n ;unin (;.s
et sous quelque artifice que ce soit, il n'admettra quo
nos obligations contracttelles d'Etat a Etat u'en soient
conditionuces. La distinction est precise et je ne me
demand pas comment elle a pu c(chapFer A notre
CollIgue Fombrun.
Messieurs, j'ai pris position dans le debat qui a
pricede la reunion i huis close, ~.rsuad& qu'il aura -fuffi
d'un entretien entire Senateurs pour fire 1'accord una-
nime du Senat sur la Iproposition Hudicourt. J'ai .ou-
tenu et vote la reunion en Comite Secret, nm'tant dit
que dans une atmosphere Luire, plus aFaisante, que
celle de la solennite d'une s-.ance publique qui parait
imposer la contradiction A quelques-uns, la dis(ussic.;
ne perdrait rien, qu'elle gagnerait .nirement ce que les
passions uc lui enlwvent que trop souvent. Je n'ai pas





-34-


cite tout;i lit decu. J'ai appris Ia qu'il n'y avait de
dissi(deuce que sur la forme et qu'en ajoutant ou en
retranclhant r, bout de phrase, tous ensemble, dans ce
Senat, l'on irait en seas unique. S'il n'a pas Wet pos-
sible ni de retrancher ni d'ajouter a la Motion, cela
n'en a point diminue I'importance.
II u'y a done 'plus qu'une querelle de mots. Je suis
loin de croire qu'elle peut suffice a maintenir une diver-
geunLe qui affecterait dssormais le fond, si l'Assem-
l e devait se partager dans le vote destine a clore la
iliscus-ion. II serait d'une amere derision que la contro-
verse tiuit ainsi, que la necessity de l'entente entire
tous ici fNit soustraite a intelligence de quelques-uns,
trop -;ubitement agitos de doctrines et tous disposes,
putt-atrle, a offrir ce Pays en holocaust a ce qu'im-
plique une classification subtile, mais arbitraire et
cachaut mal un rest d'imp.rialisme. Je veux bien me
rappeler, quant a moi, que le S6nat n'est pas rKuni a
f'effet de conferences contradictoires et ideales sur les
catt.gories en lesquelles se partagent, entire Etats, les
acts cr;ateurs d'obligations synallagmatiques et aussi
qjuelqutfois de privileges exclusifs au profit des plus
torts. J -veux m'attacher a l'objet rtel en debat, a
l'Accord du 7 Aoilt. II importe seul pour I'heure, et
c'est ai ceux quim d,'siguent sons la denomination que
je conserve qu'il laut s'en prendre d'une confusion
l'espi-ces (uli ost loin d'etre desinteressee. Ceux qui
I'ont lu, 'lui en unt confroutte les clauses avec cells de la
Conveution lu :l 3 Septembre 1932, rejetee par l',s-
seinbl)le Nationale, south rests stupdlaits en constatant
ique le but dce l'ui est identique i;i Alui de l'autre que
nous avoun abholT, it u'y a guere, et qu'a travers td
s~clrinois cl:au"gements l'ex'pressiou-', c'est encore
'a-;servissemerInt fiu:all;ir, la subordination adminis-





35-

trative et politique du Pays qui'se'poursuivent. II est
rigoureusement vrai, des lors, d'avouer que l'Accord
dn 7 Aofit est un retour offensif de la Convention du 3
Sentembre qui n'a pas sutfisamment fait peau neuve
pour surprendre notre assentiment. Si pour nous
donner le change, il suffit d'une substitution de mots,
d'une transposition d'une cat6gorie juridiq.ue A un
autre, sur le plan de la classification, afin de muer
aujourd'hui en Accord executif, afiranchi de sanction,
ce qui hier etait une Convention A soumettre A l'As-
sembl6e Nationale, il faut qu'au D)partement d'Etat
I'on ait admis come psychologiquement vrai le
reproche dle puerilit6 qui s'etait ajoutc ia nos nialheurs.
Je crois bien que nous ne mbritions pas l'insulte et
qu'il ne se rencontrera dans ce S6nat un seul home
pour ne pas la reliever tandis que l'occasion de faire la
preuve contraire, celle de notre intelligence, de notre
raison, de notre discernement nous est offerte, lar-
gement, c'est-a-dire sons un regime de moindro
oppression.
La proposition faite au Senat met en face de ]a cause
la plus important de notre Histoire, depuis 1804. Ici,
encore, il est question de nous racheter d'une fl6tris-
sure. Nous 1'avions meritbe ou non ? I! n'importe De
l'avis du people, l'heure du rachat est possible et
proche. Il s'agit de la hiiter, ne tut-ce d'une lieurc.
La discussion a done pour objet des faits qui di-
passent la personnalite de chacun de nous et aussi
hien celle de l'ensemble que nous constituons en tant
qu'Haitiens. Il relief aux generatious disparues qui nous
en ont fait le d6ept et A cells de demain auxqxielles
notre espoir ardent et le plus cher est de Ie transmettre
degage et lav6 de tout mauvais souvenir.
II v a devant le Siunat, cette lieure, une cause





-36 -


non sujette ;i transaction, sur laquelle ue peut pla-
ner aucuue indecision. Elle se confond avec ce qu'in-
liquent et notre fier*e de citoyen et aussi notre orgueil
de race. Elle integre au lond et essentiellement I'ceuvre
necessaire A la restauration de notre individuality
politique et a-lministrative, humili6e, f16trie de 1915
S;ce jour. Uuc conviction de sentiment auquel n'est
certainement pas stranger le souvenir de ce que fut Ic
passe Haitien et celui de nous tous ici, m'assure qu'il
ne so trouvera pa-; daunle S unat ua seul de ses membres
lui n'atteste sa 'oi patriotique on accomplissant I'acte
doat notre espoir est qu'il sera utile A la cause natio-
nale. Comment peut-il en 6tre autrement, si, tous
ensemble, nous entendons laisseir eclater la lumiire afin
de dis.ioudre I'amas de tenibres aceumules pour obnu-
l)ilc.r notre vrai visage, I'image de verite politique et
tiuanciere qui est celle de la Nation, de 1804 A 1915?
Au point de vue politique, la distinction a ete netted
,ntre ceux qui nous etaient hostiles et nos amis. Nous
avons retenu los actes et les m6rites, selon les
iicessite-i de nos 1hgitimes revendizations et, qu'ils
tussent do race blanche ou noire, les amis de notre
Cause n'ont pas eu de traitement diff..reit de ceux des
Preux qui out cre"t de leu: intrpidite et de leur obstina-
tiou daus la lutto une Nationalite ind6pendante jusqu'en
1915. .lamais la haine de race n'a donc cte un ferment
d'action chez l1'H-itieu. Nous pouvons (tre legitime-
inent alarms qu'oi ne nous en ait point ten,: compete et
que ce soit le contraire qu'on relve du t'ait am6ricain.
On nous met au ban de l'Huinmiite pour traiter avec
inous. Ce n'es't pas dans le dessin de retablir de nou-
velles relations d'amitie que Ie (;ouvernement ameri-
,-ain vout m itiuteniir s..s F.i'ctionuair'es dans la gestion
de, nos leFinanl;'c. I1 intend bieu plhatt continue ;t sus-





-37-


pecter notre loyaute, notre bonne foi. TI craint que
uous ne passions plus houueur A notre signature dbs
qu'il aura touran Ie dos. Cette suspicion est un outrage
et le temoignage de 1'Histoire etablit sa gratuity. Nous
u'avons jamais refuse de payer nos dettes. L'indemnite
de I'lndependance, I'Emprunt Domingue, celui de 1910
et tous les autres contracts sur place au fur et A measure
de nos embarras de tresorerie ont 6th pays. A cette
heure, la RApublique est en avance, a I'6gard des
amortissemeuts prdvus sur 1'Emprunt de 1922. A la
face du mode, nutr3 situation financiere s'offre come
l'uue des meilleures. Nous ne devons pas A I'Etranger,
non parce que 1'An ricain est le maitre dans nos al-
aire's, mais parce que, par tradition, nous avionu appris
A payer nos dettes ext6rieures, meme au prejudice de
nos obligations inturieures de Services publics ou
autres. II n'y a pas lieu, dans ces conditions, de sous-
crire aux exigences de l'Accord du 7 Aoit, en cequi
concern la Dette de 1922. Ses clauses et conditions
u'ont pas kt6 seulement financikres ; elles ont 6ti poli-
tiques et imp6rialistes. S'il est vrai qu'une politique
nouvelle, plus conforme an respect des droits et de
l'ind6pendance des peuples s'est instaurie, en Ama-
rique, depuis l'avenement de Monsi6ur Roosevelt, c'est
I'heure de montrer que nous avons subi la diminution
de notre Nationalit6 plutOt que nous n'y avons adh6r .
Plus personae dans ce Pays, ue peut manifester une
autre attitude, une autre pensee, sans se resigner A
une honte certain.
Ce pays n'a pas nannmoins que des motifs de pres-
tige national A repousser l'Accord du 7 Aofit. II souge
qu'il est temps que le jeu de notre tarif douanier pro-
fite a notre economic. Ce n'est pas alors que le com-
merce international dvolue vers l'axe rigoureux des





- 38 --


('changes compenses qu'on laissera, sans danger nos
(drits de douane sous la domination d'6trangers qui
nous vendent sans presque rien nous acheter. Nous
savous que ce fait est pbriodiquement relev6 par ceux
dont les marches sont ouverts A nos exportations. Ce
n'est point user d'un simple 6pouvantail de dire, en ce
moment, notre crainte que la clientele se detourne ,de
nos produits en faveur d'autres Pays, maitres de leurs
destines, libres de consentir les compensations tari-
faires qui nous resteraient interdites jusqu'en 1944.
N'allex pas croire qu'une pareille 6ventualit6 est une
vue de l'esprit. Elle est de L'ordre des possibility r6ali-
sables, puisque ce que nous pr'duisons est egalement
produit ailleurs. N'allez pas croire surtout que la situa-
tion resterait inchange ;i condition que les Etats-Unis,
nos creanciers, se substituent A I'Europe. Ils seraient
bien obliges pendant un certain temps de le fire pour
se payer. A leur prix cependant? Puisque, seuls ache-
tours, nos products perdraient necessairement le bhn6-
tice de la cote mondiale, celle de la concurrence. Veut-
on attendre pour s'cmouvoir que le mal se r6alise? Je
ne veux pas le croire et j'imagine que, come moi,
tous ensemble ici, uous devons aller au devoir que
nous imposent et la uncessite de notre independance
politique et cell de notre liberty economique.
Certes notre vie, touted semblable a celle d'autres Peu-
ples, n'a pas ite soustraite aux luttes qui dressent les
uas centre les autres sur le terrain ou politique ou priv'.
Ne serait-ce point que les rancuneir n6es de ces com-
pktions sont encore trop puissantes si nous tardons
taut a faire I'unanimite A une motion qui, pour ma part,
se justified do motifs, entire tous, hauts et desintW-
sessfs don't il faut tenir compete A l'egal d'elements





-39-


indispensables aux commodits de notre vie ma-
terielle.
Je u'almets pas que le S-uaat donne implement acted
du depot de la proposition. Mon Collbgue Fombruu
dlemande A l'Assembl6e, si l'on me permet 1'expression,
de < poncepilater. a II oublie que s'il eun tait aiusi fait,
ce serait consacrer qu'une hltte 6tait ouverte entire
nous sur 1'objet m.me de la proposition et par suite
sur I'ajournement de la discussion. IIn'y en a quo sur la
forme de cotte dernire. Je reste coavaiacu,j qu'entre
Nous, Sinateui-s et Haitiens, le sacrifice A conseutir
ne peat pas, he doit pas emp)orter le fond et que c'est
a 1'unanimite que nous devons marquer notre rApu-
goancef centre touted les nouvelles entreprises d'llu-
miliation.






Intervention du SInateur PRAIID,4ll


Mes lcers colli;gues,

.le voterai la resolution HUDICOURT. En la votant,
je croirai non seulement fair (euvre de patriot, mais
encore apporter un appui an (Gouvernement de la Ri(-
publique, si le Gouvernemeut, ainsi que je le crois, est
dneidc A fire encore triompler une these qui a toujours
itA6 la sienne, qui est la thi'se national, qui est la
bonne, et sur laquelle il est brusquement revenue pour
des motik que nous ignorous, qui sont conuus de lui
seiil, et qlue nous essaierons do dfconvrir...





-40-


Messieurs,

La resolution du Senateur Pierre HUDICOURT, remet
sur le tapis, a l'heure actuelle, la question haitienne.
sous un de ses aspects les plus important et les plus
troublants. Elle est un sage avertissement, en mame
temps qu'une protestation centre les variations et,pour-
quoi ne pas le dire, centre les incoherences et les in-
consCquences d'nne politique ext6rieure, affirmee hier
en des actes positils tmanes du Corps Ltgislatif et des
documents publics du Pouvoir Ex6cutif, et qui out
about, a la suite de tractations souterraines, ignores
de coux qui avaient le plus grand int6ret a les con-
naitre, par les situations officielles qu'ils occupaient.
d'abord au Trait6 de 1932, rejet6 unanimement par les
Chambres LUgislatives, ensuite, ia 'Accord, decor6 du
nom d'Accord ex6cutif du 7 AoiUt 1933, quin'est, en
somme, sous un voile leger de travestissement, que le
Traite de 1932...
Ces tractations ont about a cela, par suite des varia-
tions apportees par lI Gouvernement de la R6publique
on pour 'tre plus prtcis, par le Pouvoir Ex6cutif, dans
son interpretation du Protocole de 1919. Et lorsque
j'aurai etabli ce point, vous voudrez bien constater
avec: moi que, en votant la Resolution Hudicourt, ce
n'est pas seulemeut a la Nation Haitienne, mais, au
I'ouvoir Executif lui mcme que nous rendons service,
en lui mettant aux mains de nouvelles armes pour
une resistance qui s'impose...
Rappelez-vous, Messieurs, la Rcsolution votee par la
(:hambre des Diputes le 5 Ao0t 1931. Cette resolution,
due au Diput6 Descartes Albert, si ee n'est A Horace
1Ollerive...






-41-


LT, Sditateur Martineau..:. Ai Bellerive...
Le Senateur Pradel,(continuant) .. resolution,
due iA Monsieur le Depute Bellerive, en parlant de
I'Agent Fiscal, a bien etabli, en des terms non equi-
voques que le fonctionuaire pr6vu par le Protocole
de 1919 u'avait pour role que de surveiller le prlleve-
ment des revenues d'Haiti, des intrRt- et amortisse-
ments de I'Emprunt de 1922 ", que ce fonctionnaire
u'etait qu'un simple agent fiscal, qui n'aura aucun
droit de s'immiscer dans les affairs administrative,
finangibcres et politiques d'Haiti.
C'6tait IA I'opinion de toute la Chambre (ds I)put6s
puisque autant qu'il in'eu souvienne, la Itesolutioli
BELLERIVE fut votee ii I'unanimit6. C'etait aussi l'opi-
uion du Senat de la Republique : car cetle R6solution,
affirmative de la doctrine du Gouvernement en ce qui
concern e tes attributions du Conseilter Financier, Agent
fiscal, reprise plus tard par 1'honorable Senateur. David
JEANNOT, fut I'objet de,.vot e vote unanime, Mes-
sieurs.
Je vais plus loin..Ie dis mieu-x. C'6tait aussi la l'opinion
du Pouvoir Executif, et du President de la Rgpublique.
Comment ne pas .s-uligner et signaler ici les varia-
tions de la doctrine du Pouvoir Executil, qui hier,
d'accord avec celle des Chambres L6gislatives, s'en est
si singulierement eloign.e dans ces instruments qui
s'appellent 'Traitl de 1932 et Accord de 1933.
Elles se signalent et s'affirment d'elloe memes.. .
La Resolution Bellerive a et6 vote le 5 Aoit 1931.
Le 11 Aofit 1931, Monsieur le Prieident de la Rpu-
blique, donna son. adhesion dans une letire adiess(e it
Monsieur Loubeau, lPresident de la Chambie. Toutes
ces pieces : Resolution Bellcrivc, Letlre du President
d'H..iti, ont 61 pub'iCes le mncme jour dans le Moniteur





- 42-


du 17 Aotit 1931. C'est 1a que nous devons Slier les
.haIercie', si nous voulons nous convaincre du tou-
chant accord qui existait a cette belle minute de notre
histoire, entire les Chambres LBgislatives et le Pouvoir
Ex'cuitif sur I'interpr6tation, unanimement accept6e et
adoptee du Protocole de 1919..
Ici, Messieurs, rien ne saurait nous emphcher de
reudrte hominage a qui hommage et dfi. 11 faut recon-
naitlr qIu cette RHsolution de la Chambre s'est direc-
tement inspire d'une lettre au 3 Aoilt 1931, adress6e
:; la Chambre pa)r le Spcr.ttaire d'Etat des Relations
Exterieures d'alors, Mlonsieur Abel Leger. I1 indiquait
19 seus que le (Goutvrnement cntendait donnpr au
Protocol de 1919, et comment il entendait l'exercice
il'uue Agencc fiscal, au moment ou s'effectuerait la
complete liquidation du Traitt de 1915.
Extrayons en le passage suivant :
Le Traite de 1915, ea ce qui a trait au service des
iuatit'.ts et de l'amorti'sement de la dette publiquc
il'iaiti, accorlde implement au Receveur des douines,
pendant la vie de cot instrument, le droit d'op6rer un
pr'lcveinent privilegie ea faveur dos porteurs de tires,
et le protocole de 1919, eu uue clause expre-se tendant
;t n'ampllifier ni eo fait ni explicitement le Traite du It
Septembre 1915, prevoit aprcs 1'expiration du dit
'Fraite, uin SIMPLE CONT'ROLE des recettes et alloca-
tions gag'es de maniere a garantir d'une facon efficace
l'amortis-ement et les intitrts de l'e.npr.nt .. Dans
le Systrme *I'Age:ic tiseale en perspective, il ne peut
plus ctre question de touctionnaires am'-ricains charges
de rccouvrer, recevoir et appliquer les droits de
dlou-ne ..
11 resort, par con ijwutm'ut de nos nettes explications
ui'A nuin moment pr1i''is, la doctrine des Chambre.s, la






-43-\


doctilne du Pouvoir Excutif, la doctrine de lout le
Gouvernement de la Nation, ttait que 1'Agent fiscal
pr6vu par le Protocole de 1919 ne dut otre qu'un simple
Agent appeal a encaisser les revenues de 1'Etat, pour
les appliquer, dans la proportion indiqu6e aux intblrts
et amortissements de 1'Emprunt, mais qu'il ne pouvait,
en aucun cas (tre assimil6 A un fonctionnaire du Trait'.
cliarg6 de s'immiscer dans les affaires administrative,
financieres et politiques d'Haiti..
A cette doctrine, A cette th6se, A cette interpretation,
s'oppos'rent la Doctrine, la thise, I'interpritation du
Gouvernemeut des Etats-Unis... Elles vienuent d','tre
reprises par la lettre-reponse que vient d'adresser le
President Roosevelt au President Stenio Vincent, appu-
yees d'un meimoire du Departement d'Etat, sous la
plume de Monsieur Phillipps. Cette lettre et ce menioire
ont 6te l'objet d'une grande publicity dans le- jour-
naux officieux du Gouvernement..
En quoi consistent-elles ?
En d'autres terms, quelle interpretation que le (iou-
vernement des Etats-Unis a-t-il donned du Protocole
die 1919 .
II pretend que le Protocole de 1919 done au lepar-
tement d'Etat Ie drhoit d'administrer los finances de la
lRpublique d'Haiti par d(Es Ifnclionnaires nornmes par
le President des Etals-Unis, I our la protection des intP-
rets prives des porteurs do titres de l' mpunt 192'2,
jusqulau rembourcement complete de ces tires.
Cette interpretation, di!.ons-le, ctlte prevention du
Gouvernement americain di g('ier' les finances d'Haili
et de lier cette gestion l') I'cctpation militairr deI notre
lerritoire, so trouve inscrite. mais d'une facon cxtie-
mcirent precise, cdans un message du Pr'sident Hoover
au congress le 10 I)'cembrhe 1931.





-44 -


On y lit :
It most be borne iu miud that investors have sup-
plied capital desired by Haiti and that securities have
hbeen issued to them on the faith and credit of the pro-
visions ,t that treaty and the American control which
it provided during the life of the bonds.. II fant que
l'on se mette bien a l'esprit que des financiers out
fourni a Haiti le capital qu'elle ,lisirait, que des garan-
lies leir ont iAtc dlonn(.es sur la foi ct le credit de- pre-
visions de ce Traite et du control americain qu'il prt-
voyait pendant toute la vie de 1'Empruut..
Ainsi done d'apres le (ouvernement Americain, c'est
H1aiti (lui sollicita l'Eimprunt,- c'est sous la Ioi et Ie
:ri',lit amnlricains que des financiers donnirent lour
;irg"nt .. bL Gouvermemeut a pour devoir de maintenir
,son contre'le sur les finances haitieunes tout le temps
iIue l'Emprunt ne sera pas pay5..
II faut le rc,:on:aitre et le dire. L'interprctation di
I'r's-ideut Hoover provoqua immediatement unne nuer-
gijque protestation dal (louvernoment Haitien. Le pa-
Iriotisme du Secretaire d'Etat des Relations Ext,/-
rieilmeis d'alor-, Mo)'sieuur Abel N. LIger, lui dicta la
lettro dii 22 dL cem'ure 1931 qu'il adres.a a La LCgation
les Etats-Unis, dans laquelle il fit connaitre la pneas;e
.nutiireda gouvclrnlmeut .sur la pretention injustifi6e t
inaclceptable du (Gouverenment AmIricain de co tinuer
sa di,:tature sui l o tfin-l:ces haitienues jusqu'au rem-
boursemneut dre la Dette.
(Cotte lettre mt'rite d':tre mise tout euticre sous vos
y',ix. .1e regrette e ni'avoir pas le temps de vous la li're
itutlor(:;iit la note d(lu SecrL'taire d'Etat des Relation-,
Ext'rie(.irIe', Munsieur le Prbsident St6nio Vmcent vou-
lut lui-m."me doninr ;au Plesident Hoover uae ri pliqup
lirecte. L.(e 2'i (i.-nemb 1921, docn qua'tre jours aprus iI

I-





- 45 -


la lettre de M. Ltger, au Palais National, il fit une
declaration qui fat euregistro'e par le Movies-New;ton,
Company, et que Monsieur D.ntes Bellegarde, Ministre.
d'Haiti a Washington, sur la demand express di
Secrdtaire d'Etat des Relations ExtBrieures, cita dans
ine lettre du 17 Janvier 1932 au New-York Herald
Tribune.
Il demeure hien acquis, Messieurs, que malgre l'al-
firmation du President Hoover, ni le Sedretaire des
Relations Ext6rieures, Monsieur Abel Leger, ni le Pre-
sidlent d'Haiti, Monsieur Stenio Vincent, n'admettaieut
la th6se tell qu'elle avait Wet present'e et soutenue
par le IPr'sident Hoover. Le (Gouvernement Hailien
maintenait sa position et son opinion en face de l'inter-
pr6tation inadmissible du (ouvcrnement Americain et
du DWpartement d'Etat.
I1 y a li done une phase non equivoque du problIme
lhaitien oi deux opinions s'affrontireut, irriducti-
bles: la doctrine americaine, la doctrine haitienne..
Iisons mieux et remontons plus hant. Bien avant la
lettre du 22 l)cembre de Monsieur LUger, bien avant
la declaration du 26 Dicembre 1931 du President
Vincent, et comme pour affirmer davantage la position
prise par le G(Juvernement Haitien, le mrie Monsieur
Abel Leger, en sa quality de Secr6taire d'Etat des
Relations Extcrieures, avait, officiellement, au nom du
Americaine, uu project comportant deux points:
lo le retrait des forces expsilitiounaires americaines
au 31 DECEMBRE 19:32:
2) l'orgauisation d'un system d'A(ENCE FISCALE
qui accordait les garanties les plus solides aux porteurs
.le titres pour la protection de lcurs interkts et donnait
a;uxIi)oraiies cncds A cette occasion tous les pouvoirs

I





-46-


necessaires pour assurer la perception dles sommes
dlvant servir A payer les int6erts et amortissements
de la Dette.
Dans ce project remis a Monsieur Daua Monro,
Ministry AmCricain, l'Agent Fiscal et I'eusemble des
fouctionnaires pr6vus pour assurer le control de la
perception et la mise en reserve des fonds destines an
Service de l'Emprunt, avaient un role nettement pr6-
cist et determine. II ne leur 6tait reconnu aucun droit
d'ingucence dans les aftaires administrative du Pays.
Telle etait la position remarquablement prise par le
G;ouvernement Haition dans la question haitienne.
Notre these avait-elle ete rejetee par Monsieur Dana
Monro? Notre doctrine avait-elle et6 accepted par le
Ipartement d'Etat? Y avait-il des tractations souter-
raines A cote des tractations officielles? Se preparait-il
dans l'ombre un renversement de la situation? Je n'en
sais rien. Ce sont la des questions que je me pose, et
que je suis oblige de me poser, quelque r6v6latrices
ieu'elles puissent Otre des petites misre.s de la poli-
tique haitinnue... Un examen approfondi, qui devrait
4:tre un examen de conscience, s'impose... Lorsque l'on
so trouve en pr6svnce d'une Resolution pareille a celle
,iu'a pr6seutte le Stuateur Hudicourt, et don't les con-
sequences peuvent Otre infinies, lorsque nous voulons
la voter, il faut que nous la votions en connaissance
de cause, que nous disions pourquoi nous la votons,
et pourquoi, en la votant, notre ferme conviction est
que nous rendons service an Gouvernement de la R&-
publique, car, nous voulons 1'6pauler, I'armer et lui
permettre de resister, si toutefois il veut resister..
Mais il suffit a notre conscience que notre attitude
autorise et permette cette risistan:e qui s'impose,






-47-


p)ur que nous cestilniri avoir fait notre devoir, tout
simplembnt notre devoir..
Je reviens a la question ..
Apres la sensationielle depositiou de Monsieur
Georges Leger devant le Comite des Finances du
Senat le 10 Flvrier 1932, qui fat une r.ponsei cette
dt6claration erronue du Pr6sident Hoover, a savor que
l'Emprunt avait cte d6sir6 par Haiti; aprei que
grace aux amities puissantes que la Cause Haitienne
trouva dans la Presse Amtricaine, le point de vue du
(Gouvernement Haitien, tel qu'il vient d'ttre expose,
re;ut la plus large publicity aux Etats Uuis: apres la
remarquable campaign de nos amis ambricains, parmi
lesquels so distinguirent les G(ruening, Buell, Walter
White, Roger Baldwin, ces homes remarquables qui
d6montrerent que la thiee du DW.partement d'Etat se
heurtait a la doctrine que M. Hoover et le Secr6taire
d'Etat Stimson venaient eux-mumes de preconiser an
sujet des attaires sino-japonaises, a savoir que c gouvernements du monde doivent refuser de recon-
naitre la l6galite de tout titre ou droit obtenu par la
violence. ." il avait dte demontrl, il avait et6 etabli
d'une facon irrefutable par des documents diploma-
tiques que tous ces droits et.titres dout se pr6valait le
Gouvernement Amtricain avaient te6 obtenus par la
violence, ou par une pression armee qui ne laissait
pas A la petite Haiti sa litierte d'action: trait de 1915,
acted additionnel de 1917, protocole de 1919, et que
l'Emprunt de 1922, don't on veut faire un instrument
de dictature financiire, avait et enfonc l dans la
gorge des Haitiens par le DUpartement d'Etat.- Apresi
tout cela, apres la lettre di Senateur Borah, du Secii:-
taire d'Etat Stimson, en fevrier 1922, o il i crivait eli
propres termes...





-48 -


((A caveat will be placed upon such action which
w\11 effectively bar the legality hereafter of any title
sought to be obtained by pressure of treaty violation )..
Oui, on devra s'opposer a tout ce qui aura pour effet
de d6truire la l6galit6 de tout titre qu'on aura tent:
(l'ohtenir, soit par la violence, soit par la violation d'un
traite... Apris tout cela, Ie Gouvernement Ha'itien
i'avait qu';t se tenir sur ses solids positions pour etre
sur d'obtenir justice.
Les choses en etaient lit, quand brusqcuement, alors
que rien ne I, faisait presseintir, le ministere se dis-
loqua. M. M. Abel Lt'.tger, Secretaire d'Etat des Rela-
tions Exterieures, et Kerni-an, Secretaire d'Etat des
Finances, etaient mis dans l'obligation de donner leur
d6mission. Pour ce faire, ils avaient sans doute des
raisons personnelles. II existait peut-etre un d6saccord
centre le Chef d'Etat et eux. Je n'en sais rien. Les
causes r6elles de leur d6mission nous soot rest6esjus-
qu'ici ignores. Ils furent remplaces par Messieurs
Albert Blanchet et Lucien Hibbert. Ceci se passait, si
je ne me trompe, au mois de juillet 1932. Un silence
de mcrt se fit. Qu'est-ce qui se tramait dans les hauts
rercles du (ouvernement? On n'en savait rien. Juillet
ft Aofit s'6coulerent. Bruisquement, le 3 Septembre
1932- date ;i retenir et que notre m6moire ne doit
plus oublier, le Secretaire d'Etat des Relations Ex-
t.rieures soumit la sanction des Chambres L6gis-
latives. r6unis en ASSEMBLEE Nationale, le traits
sign'" entire lui et Monsieur Iana Munro, Ministre
Americain.
Ce trait venait justement A l'encontre de la poli-
tique suivie ant6rieurement par le Gouvernement de
I: Nation.
Hier, nous avious vu Chambres, Pr6sident, Ministres,






-49-


protester centre la doctrine du Departement d'Etat, et
brusquement, par suite d'un retirement ipattendu, et
dont le mystere nous 6chappe, le Gouvernement
accepta-ce qui souleva une stupeur et une indignation
g6n6rales- la doctrine du D6partement d'Etat.
Le Trait6 du 3 Septembre sign entire le Gou ver-
nement Haitien et La LIgation des Etats-Unis, ce
trait, en effet, n'6tait autre chose que la these soute-
nue, preconis6e par le D6partement d'Etat. II admet-
tait qu'apr&s la liquidation du Trait6 de 1915, 1'Agent
Fiscal A designer par le. President des Etats-Unis de-
vait etre un fonctionnaire am6ricain avec un droit
de contr6le, d'immixtion dans les affaires politiques et
administrative de ce Pays.
Oui, Messieurs, c'6taient bien l les terms du
Traite de 1932. II se comprend bien que I'ASSEMBLEE
Nationale,- dans cette Assemblee oft le Pr6sident
Vincent avait des amis, il y avait meme son frere,-
l'ait rejet6 A l'unanimite.
Ce vote avait une signification. II disait au Gouver-
uement: La These soutenue par vous dans le Passe,
c'est la bonne. C'est la these national, ne revenez pas
la dessus, maintenez-la, dCfendez-la, et tout le temps
que vous la maintiendrez, que vous la d6fendrez, la
Nation sera avec vous...
Nos amis am6ricains d'Haiti s'imurent de ce traits
qui les surprit, comme il surprit .notre Ministre it
Washington, qui fut laisse, on en a la preuve aujour-
d'hui, dans la plus complete ignorance des tractations
qui y aboutirent.
Quelles 6taient les raisons de cette' volte face du
GouvernEment dans la politique tcujours suivie, au-
jourd'hui abandonnWe? Car, en some, il doit y avoir
des raisons a cette capitulation. On a beau les chercher,






-50-


on no les trouve pas. On plutot, it semble qu'on pent
les trouver dans l'ua des actes authentiques auquel la
plus granade publicity a 6tC doanne: la grande procla-
mation du PI'resident d'Haiti apres le rejet unanime du
Trait6 du 3 Septembre 1932.
L'excuse trouvee par le Gouvernement d'6tre
revenue sur sa politique, d'avoir present un Traite
coutenant une nouvelle doctrine qui en est le contre-
pied, cette excuse, la voici: On etait a la fin du man-
dat'du President Hoover. II etait A craindre qu'un
ichaugement dans le Gouvernement americain, n'ame-
nit uu cliaugement dans la nouvelle politique adoptee
vis-a-vis d'Haiti. On connaissait les sentiments du
President Hoover pour notre Pays, it fallait profiter,
et profiter vite, de la fin de son Gouvernement, pour
essayer d'avoir, ce qu'on pouvait avoir... Et ce qu'on
pouvait avoir- ce qui devait nous ktre accord, etait
tvidemment contraire aux int6rits de la Nation...
En parcourant les documents officials, je n'ai pas
trouve d'autre excuse du Gouvernement A la signa-
ture et a la presentation de ce mauvais instrument
qu'est le Traite de 1932..
Et pourtant, Messieurs, et pou;'tant, le President
d'Haiti, le G)uvernement de la Nation, avaient recu
des avis. Ou lui avait dit sur tous les tons, que celui
qui allait Atre appelf ;i rcmplacer Monsieur Hoover,
.Moasieur Roosevelt, aurait une politique plus liberal,
qu'autour de Monsieur Roosevelt se trouvaient des amis
de la C.iie H iitienne, un Walter White, un Gruening,
des Sjnateurs, uu King, un Cutting, un Norris, uu
La Follette, q]ui tuas avaient siga; des protestations
'n favear dle notre Libwration, qui tons pourraient
s'a ,p:'.),:h.r 'I P.Isident R')oeveit et essayer de nous






-51 -


faire obtenir des concessions ou des reparations que
nous n'aurions pas eues avec M. Hoover...
Malgr6 tout, il fallait signer le Traite, et il fut signA.
Les Chambres avaient pour obligation national de le
rejeter. II lut rejete. AprBs son rejet ... II faut revenir
sur les faits pour bien comprendre l'importance de
notre acte et de notre attitude d'aujourd'hui. II est des
gens qui croient que le Senat veut faire un geste de
pure parade : mais, dans l'esprit de mon ami, 1'hono-
rable Senateur Hudicourt, un de ceux qui connaissent
le mieux la question haitienne, et j'ose le dire, qui la
connait mieux que moi, cette R6solution a une port e
incalculable que nous savons et qu'il dira certainement.
Apres ce rejet, le Gouvernement avait decide de
reprendre les n&gociations. EUes furent conduites dans
la nuit la plus complete. Personne n'en fut jamais in-
lormn, ni nos amis influents des Etats-Unis, ni mime
notre Ministre a Washington. Et un beau jour, sans
que rien pft faire pressentir ce malheur, on apprit
qu'un Accord, que les hautes parties contractantes you-
lurent d6corer du titre d' d'etre sign entire Monsieur Nor man Ai mour et Mon-
sieur Albert Blanchet..
Que cela soit dit entire nous, Messieurs. Monsieur
Blanchet ayant adopt, dans-le "Irait6 de 1932, don't il
fut le signataire, la these du DNpartement d'Etat, ayant
fait sienne cette these, comment admettre que ce meme
Monsieur Blanchet qui est aujcurd'hui Ministre d'Haiti
A Washington, qui est allW, par consequent, soutenir
et defendre ce Traite, comment admettre que Monsieur
Blanchet pourrait, dans un ACCORD, sign encore par
lui, revenir sur les times du TrailC, en ce qui a trait
su-tout -ses clauses financiircs, de beaucoup, les plus
importantes A notre avi., parce qu'elles ;ont la con-





- 52 -


sccration offlcielle, et offlciellement acceptee de notre
vasselage administration, comment admettre, repetons-
nous, que Monsieur Blanchet, consentirait A apporter
les moindres modifications dans le Trait6 du 3 Sep-
tembre 1932, qu'il consid6rait 6videmment comme le
chef-d'ceuvre de la Diplomatie haitienne. Nescio quid
majus nascitur Iliade.
Dans de pareilles conditions, I'ACCORD du 7 Aofit
ne pouvait 6tre en desacord avec le Traite du .3 Sep-
tembre, rejete, il faut toujours le dire et le redire,
unanimement par les Chambres L6gislatives. Il ne
pouvait que faire revivre le Trait6 de 1932.
Et alors, lorsque le S6nat se trouve en presence d'un
pareil instrument, lorsqu'il constate l. brusque chan-
gement effectue dans la Doctrine haitienne, sur le plan
de notre LibCration, lorqu'il constate le mal fait a la
Cause national par la signature du Trait6 du 3 Sep-
tembre 1932 et de l'accord ex.cutif du 7 Aofit 1933 qui
lui reassemble comma un frere, n'est-il pas de son
devoir d'intervenir, de donner un avertissement au
(.ouvernement, d'essayer de percer les t6nbbres qui
l'entourent, de s'interroger et de se demander : ,Pour
quelk motifs, le Gouvernement est-il revenue sur sa
premiere doctrine ?.. Qae s'est-il pass entire le Gouver-
ntemet h'iftiea et le G)uvernement a-nericain ? Que
s'eit-il p-sJ eatree le Minitre Dana Munro et le Mi-
nistre Albert Blanchet ? QueUes sont les processes
faites ? Sja l'et.npire de qutlle pre-siioa et de queUes
menaces, note Diplomatie, apres ce-; heures de fermete
qi'elle connut ave; Mnasieur A'el Liger, fut-elle obli-
gee de capituler ?
J'avoue jque je n'ea sais rica, etje crois que personnel
u'ea sait g'oani ch). 1. UI jour paut-rtre, le Livre Blen
viendra uoas r v.iler les secrets il'ue nous iguorous






aujourd'hui, ces lamentables secrets de Chancellerie,
qui d6terminierent notre Gouveruemeut A revenir sur
sa premiere these tellement en accord avec l'iutrett
national, pour adopter la these indlfelndable du Dipar-
tement d'Etat, telle qu'elle s'accuse daus les clauses
financieres de l'Accord du 7 Aofit 1933...
II 6tait tellement facile an Gouvernement de-la Nation
d'etablir qu'en aucun cas, en aucune circonstance un
Agent Fiscal ne pouvait avoir les pouvoirs, qua-iment
dictatoriaux que cet Accord lui donnait. II tait telle-
minut facile de 1'etablir par les -.xemples qui pullulent
autour de nous. Ou n'a qu'a voir ce qui se passe i
Panama, A Honduras, a Salvador, et tout pris de nous,
a Saint-Domingue, pour moutrer que l'Agent fiscal
n'a qu'un role : celui d'encaisser des revenues, Ide
servir aux porteurs d'obligations, leur pitance, leur
part des revenues de l'Etat.
Le Gouvernement aurait di surtout se souvenir de
l'attitude et invoquer l'exemple du Salvador. Laissez-
moi vous les rappeler. Vous le savez. En 1922, il y eut
un contract d'Emprunt de VINGT ET UN MILLIONS
DE DOLL4 RS entire les Etats-Unis d'Amerique et lIt
SALVADOR, aux terms duquel il 6tait entendu qu'un
Agent Fiscal dfit encaisser les revenues, mais ue, si la
Rapublique du Salvador faisait d(faut A ses obligations,
il se produirait la transformation de 1'Agence Fiscale
en un receivership of customs" en cc-op6ration avec le
State Departemeut.. Par suite de circonstances trop
longues A enumbrer, le Salvador fit dAfaut. Non seu-
lement il ne paya pas les amortissements, mais encore,
il ne paya meme pas les intertts de sa Dette. C'etait I-
cas plus que jamais pour les Etats-Unis de faire jouei
la clause du Contrat, d'itablir le < Receivership 1s
ne le firent pas. Devant le refuse de l'acceptation d'uae


-53-






- 54-


situation que le Salvador estimait attentatoire a sa sou-
verainet6, le D6partement d'Etat n'psa lui infliger la
supreme injure. II le laissa faire, estimant i just titre
le Salvador la plus fire, a the most proudest des R-
publiques am&ricaines...
Dans de pareilles conditions, il me semble vraiment
qu'a la thbse du D6partement d'Etat, qu'A la doctrine
du President Hoover, notre Gouvernement A nous
pourrait opposer la politique suivie par ce meme De-
partement d'Etat, par ce meme Presidcnt Hoover vis-
A-vis'des R6publiqurs am6ricaines:de Panama, de Saint-
Domingue, du Salvador.- On ne le fit pas.
C'est la la grande faiblesse, pour ne pas dire; non
pas le grand crime, mais la grande faute que, nous
autres S6nateurs, nous sommes en droit de reprocher
A ceux-l A qui nous avons confi6 le soin de d6fendre
les int6erts de notre Pays. Les consequences d'une pa-
reille politique ne manquent pas d'Atre dangereuses,
tant au point de vue interieur qu'au point de vue
ext6rieur.
Au point de vue interieur. Rappelez-vous le conflict
serieux que cette politique de faiblesses et d'abandons
cr6a entire le Pouvoir ExAcutif et le Corps L6gislatif,
l'Exacutif persistent A garder rancune A l'Assemblee
National du rejet d'un Instrument que 1'interet supb-
rieur de la Patrie ne lui permettait pas d'accepter. Et
c'est IA, dans cette rancune persistante que se troupe
la source de toutes les difficulties qui ont surgi entire
les deux Pouvoirs de I'Etat., A une certain here, il
nous a sembl6 que nous 6tions. presqu'a la veille d'une
dislocation ou d'une dissolution du Corps L6gislatif. Le
g6nie de la Patrie veillait heureusement sur la Nation
et sur ses fils; cette dislocation et cette dissolution ne
se firent pas.







Au paint de vuie exterieur, cotte politique, don't
I'aboutissement 'ut la signature du Trait6 du 3
S'ptembre 1932, compliquoe par celle de l'Accor;d du
7 Aott 1933, ae ten lit a rion moius qu'a compromettre
la victoire de la these haiticnne en ce qui regarded
l'Agence Fiscale pr6vue par le protocol de 1919,-
qu'A affaiblir notre situation non seule.mcnt vis-A-vis
du D ipartement d'Etat, mais encore, vis--i-vi-' de nos
amis ambricains, qui, depuis dix huit ans, nous d6-
tendent: qui, depuis dix huit an-, restent la, sur la
hrbche, comb:ittant avec use inlassable 6nergie pour
nous faire avoir notre Souverainet6 national int6grale:
financiere, militaire, administrative, tarifaire, 6cono-
mique, notre Souverainet6 tout court.
Souvenez-vous en Messieurs. Dans nos relations
avec la RWpublique Etoil6e, nous avous eu toujours a
subir ce que j'appelle le despotisme <(du fait nos
dominateurs n'ayant jamais tenu compete du Droit et
de la plus l~g re morale internafionale.. En voulez-
vous des examples, j'en prends dans le Pass6.
En 1917, il exista un Acte additionnel qui porte la
seule signature de Monsieur Borno obtenue par la
pression de M. Ruau. Cet acte nous a value une prolon-
gation-de dix annues du Traite de 1915: Contre ce fait
n'a pu prevaloir aucun argument de droit et de morale.
Le Protocole de 1919 contenait une clause de cadu-
cite. Il y 6tait expr6ssement stipul6 que si l'emprunt
y prt6vu u'tait pas r6alise dans deux ans, ce protocole
devenait caduc ...Or, deux ans s'6coulbrent, et malgre
les efforts du Gouvernement d'alors, du Piesident Dar-
tiguenave et de son Ministre des Relations Ext6rieures,
M. Justin Barrau, qui se hieurtbrent a la mauvaise
volonte du Departement d'Etat, on fit revive ce Pro-


- 55 -






-56-


tocole, cadnc, et c'est grace i lui qu'on nous enfonca
i la gorge 1'Emprunt n'faste de 1922, et qu'on nous
imposa son triste negociateur, M. Mcllhenny.
Voici qu'aujourd'hui, Messieurs, le Gouvernement
vient de nous mettre en presence d'un autre fait a :
la signature de l'Accord du 7 Aoit 1933. Nous disons
que cet Accord, pompeusement dicor6 du titre d''Ac-,
cord exccutif)l ne peut avoir la vertu de lier la Nation,
car, cet Accord, en some, n'est autre chose que le
Trait' de 1932, et qu'alors, il aurait dft tre soumis
come son fire ain e d1932 A la sanction des Chambres
LI'gislatives.
II ne faut pas que demain, on vienne vous dire:
Votre Ministre, M. Albert Blanchet, a mis sa signature
en 1932 au bas d'un Traite : votre meme Ministre, le
miome M. Albert Blanchet, a mis sa signature au bas
de l'Accord de 1933: ces instruments vous lient, vous
ne pouvez plus revenir sur ce qui a 6te accept par
votre propre Gouvernement. Notre Agent fiscal restera
tel qu'il a 6te reconnu par le President Hoover. 11
restera un fonctionnaire americain, charge une fois de
plus du controle de nos affaires administrative, et
d ressant sa dictatui e financiere sur les fronts courb6s.n
-Et bien, il ne faut pas qu'au moment oit on viendra
vous le dire, oh l'on essaiera d'opposer au Gouverne-
ment haitien 1'Accor.d qu'il a signed, nous ne puissions
brandir, A notre tour, la protestation indign6e du Se-
nat, sa Doctrine, affirm6e dans la R6solution Hudicourt,
a savoir que, quelque soit le droit de la Force, l'Accord
de 1933, signed par le Gouvernement haitien, non sou-
mis a la sanction de l'AssembhIe Nationale, ne peut
lier la Nation.
En la votant, Messicurs, nous rendons service an





-57-


Gouvernement .ui y trouvera l'appui nucessaire pour
resister, en s'appuyant sur la Volonte Legislative.
En la votant, Messieurs, et en nous placant sur le
plan du Droit, de la Dignit6 du Gouvernement, de
l'Honneur de la Nation, nous sauvegardons I'Avenir.
II suffit, dans mon esprit et dans ma conscience, que
cette Resolution ait cela pour but pour que je la vote,
Je la voterai.



RESOLUTION

Votde d 1'unanimrite.

LE SENATE DE LA REPUBLIQUIE,
Consid6rant que les relations entire Etats sont bases
principalement sur les Trait6s, Conventions et autres
Arrangements internationaux ;
Consid6rant que 1'article 79, al. 8, de la Constitution
pr6voit que le Pr6sident de la R6publique ,< fait tous
Traits ou Conventions international'es, saul la sanction
de I'ASSEMBLEE -NATIONALE ) ;
Consid6rant que l'article 42, al. 3, pr6%oit aussi,
parmi les attributions de I'ASSEMBLEE NATIONALE,
celle d'approuver ou de rejeter les Trait6s de Paix et
AUTRES TRAITES et les Conventions Internationales:
Consid6rant que ces deux textes de la Constitution,
par la g6n6ralite de leurs terms, exigent, comme con-
dition sine qua non pour obliger la Nation, l'approb;.-
tion par 1'ASSEMBLEE NATIONALE de lout arrange-
ment, accord de volontes entire la RWpublique d'Haiti
et une Puissance EtrangBre, sans distinction aucune,
entire les Trait6s, Conventions ou d'autres arrangements





58 -
denommes Accord ex6cutif , accord pr6sidentiel v,
etc, etc...;
Considerant que le Gouvernement de la Repuhlique
l'a ainsi comprise, lorsque le Secritaire d'Etat des Rela-
tions Exterieures, dans une depeche au Ministre de la
RAlpublique Dominicaiue A Port-au-Prince, en date du
26 .Janvier 1932, a exprim6 le principle suiVant : a Le
Pouvoir de n6gocier est conditional par la Constitution
, particuliere de chaeiue Etat. Et les Trait6s obligatoires
! sont-cefix qui out et6 regulierement conclus en-con-
formite du Pacte fundamental v ;
A RESOLU de denier toute autorit6, toute valeur
obligatoire pour la Nation, A tout arrangement interna-
tional pass au nom de la Republique d'Haiti, sous
quelque denomination que ce soit, qui n'aura pas kt;
lormellement et express6ment approuv, par l'Assem-
blee Nationale.
Donnr ~ la maison Nationale, le 5 D6cembre 1933.
Pierre Hudicourt, F. Martineau, Dr. Price Mars,
I). Jeannot, Dr. .. Latortue, Leon Nau, R. Loubean,
Ant. 'Tele6maque, Valencourt Pasquet, Seymour Pradel,
J. B. V. Leconte, N. Laurent, J. Raphael Noel, Ls. S.
Zephyrin, 1)r. A. V. Carr'.
Le President : D. St.-Aude ;
L,'s Secrctaires : Dr. Hector Paultre, Ch. Fombrun.


ERRATUM

Recldons-a Jolibois ce qui lui est d....
Dans son discours ( voir page 41 ) le Senateur Pra-
del, sur uue intervention du Senateur Martineau, attri-
hua ;a ancientn dbpute Bellerive la paternity de la Redso-






- 59 -


lution du 5 Aot 1931 d6finissant les pouvoirs de 1'A-
gent fiscal.
Cette Resolution du 5 aoit 1931 fut pr&sentee par M.
Jolibois A la Chambre des d6put6s, qui 1'adopta a 1'u-
nanimitY. Elle est dejd reproduite d la page 13.
La proposition Bellerive tendait a la denonciation de
1'Acte Additionnel de 1917, depourvu de toute valeur
16gale. Elle donna lieu A un remarquable rapport du
Deput6 Juvigny Vaugues, et fat transformed en la Rd-
solution Descartes Albert, vote A l'unanimite par la
Chambre, 'e 19 juin 1931.
Voir A la fin des Pieces Annexes les
difftrents documents, votes tous a l'unanimit' par la
Chambre des Deputes en 1931:
lo ) R6solution Bellerive,
2o ) Rapport Juvigny Vaugues sur la Resolution Bel-
lerive.
3o ) R1solution Descartes Albert
CONTRE
La Convention du 6 Septcmlbre '19'h
ET
L'Acle Addilionnel
clandestinement fait avec le Gouvernement Ami-
ricain par
Mr. LOUIS BORN
Ministre des Relations Ext6rieures,
le 28 mars 1917 et riv6hl au Peuple Haitien au Mloui-
teur du ler Fevrier 1922.


_ .-;





- 60-


PIECES ANNEXES
111\\\\x111\\\11111111


CONTIE E COHTROLE FINANCIERl IERNICI


LETTRE
DE

MONSIEUR ABEL LEGER
Ministre des Relations Exleieures
A

MONSIEUR DANA MUNRO
Mliistre Plnipoleltiaire des Etals-l is
I'ot-Iau-Prince, le 22 decembre 1931.
Monsieur le Ministre,
Le recent Message de I'tionorable President des Etats-lUnis
au (;Congre Feddral, bipn qu'il n'ail pas le caractere d'un
document diplomatique, content cependant des diclar,-
Ioi.s susceptibles d'a/fecler les nagociations en course entire
votre Lgattion et mon d6parlement, relativement I' admi-
niistration financiOre du pays. Ces declarations ont d'autant
plus i mu les milieux politiques hailiens qu'il y est dit que
Il Trait de 1915 aura;t slipul, un contr6le financier ainm.-
ricain pendant la vie des obligations de I'emprunt.
I., people luhitieu est unanime .a retire homage it ta
ijloiit telnarc du 'lPr'sident Hoover de remettre Haiti i ses






-61-


propres destinies, et h plusieurs reprises,. ainsi que. le sail
votre Excellercv, I'expression de notre gratitude est parve-
nue a la Maison Blanche.
Mais l'oeuvre enlreprise en vue de la liquidation amiable
du Traite,dans une atmosphere do cordialile reciproque,
est trop belle p3ur qu'elle soil detruite avant sa complete
realisation et pour qu'on soil tent( de lui substiluer une po-
litique dangereuse de demi-mesures et de demi-salisfactions
don't I'effet seraitde laisser perpetuer un regime aleatoire
en Haiti.
Dans la crise 6conomique qui etroint en ce moment le
mnunde entier et qui n'a pas epargne la 1lpublique d'Haiti,
nousavons besoin de notre liberty pour oriented nos activ!-
tes. Des pourpalers qui so prolongeraient indtment, 1'incer-
litude sur leur resultal final, un statute hybride ppur nos
finances constitueraient a noIuveau un for.nidable obstacle
aux redressements ecnonoiques et financiers qui s'impo-
sent.
L'avenir parait assez sombre, et le Conseiller Financier lui-
m6me, dans une recent communication au Secr6taire'd'Etat
des Finances, a d6 admeltre la possibility d'un emprunt
p3ur parer aux Aventualit6s.
Mais comment le Gouvernement d'Haiti, en presence des
trIs dures garanties politiques que le Gouvernement des
Etats-Unis a exigbes dans le passe pour la protection d'inte-
rAts prives de citoyens americains,.a la suite de toute une
serie d'abusives interpretationsdu Traite de 1915 de la part
de quelques-uns de ses Agents d'execution en Haiti, pour-
rait-il, sans une tres vive anxiety, jeter ses regards du c6te
du march nord-americain ? Ces garanties ont constitu6 la
i6gation- sans n6cessit6- des notions les plus 616menthi-
res de Iind6pendance et de la souverainet6 de la plus vieille
nation de ce continent, apr6s la v6tre.
Et voila qu'au moment oii des discussions sont en course
pour attAnuer ce deplorable 6tat de choses, pour abolir les
garanties politiques r6pudi6es par honorablee Secr6taire
d'Elat Stimison, pour leur substiluer des garanties techni-






-62-


ques et raffermir du meme coup les liens d'amitii entire les
-leux Gouvernements, le Message pr6sidentiel, rendu public,
affirmed que le trait de 1915 a prevu la continuation d'un
regime- qui constitute une dictature financiere --pendant
la vie des obligations de I'emprunt contract aux Elats-
Unis.
La gravity de l'Pnonciation d'un tel principle n'a pu nous
laisser indifferents et, avec regret, je me vois dans la neces-
site de fire, au nom du Gouvernement de la R6publique,
certaines rectifications.
Le Traite do 1915 eutre nos deux pays n'a jamais stipule
de control financier americain pendant la ,ie des obliga-
tions, pour la simple raison que cet instrument diplomati-
que n'ayant prIvu aucun emprunt a contractor n'aurait pu
ii I'avance fixer des modalites de garantie.
Votre Excellence m'ohjectera sans doute que I'Acte Addi-
tionnel du 28 mars 1917 don't la validitL a ete si s6rieu-
sement contested par les Chambres Haitiennes, a leur der-
niere session, pour d6faut de ratification des Pouvoirs com-
p6tents- a prtvu le renouvellement du Traile pour une
nouvelle p6riode de dix annees en reconnaissant come ur-
gente la necessity d'un emprunt et en consid6rant cette ne-
cessit6 comme une raison precise susceptible de donner an
Traitl de 1915 une duree de 20 ans.
Je ferai remarquer que ce renouvellement constituait lui-
ineme une miconnaissance du Trait6 qui, en son article XVI,
disporait que la Convention pourrait 6tre prorog6e pour une
nouvelle p6riode de dix annees : si, suivant des raisons
pr6cises formulees par I'une ou l'autre des Hautes Parties
Contractantes, les vues et objets do la Convocation ne sont
pas accomplish ".
De deux choses l'une : Ou bien le Traite du 16 .Septem-
bre 1915 stipulait un emprunt pour la realisation des vues
et objets qui y sont mentionnrs, ou bien ii ne I'a pas prevu.
)ans le premier cas, on ne pouvait proroger le trait, par
anticipation, pour I'une des fins qu'ilaurait express6ment
envisages. En effect, 'instrument n'avait pas en vue une






-63-


prorogation pour I'ex6cution des objets Anumeres, mais pour
le cas ofi ces objets n'auraient pas 6tE accomplis, a la fin de
la premiere p6riode des dix annees. Dans le second cas, c'est
ine raison &trang6re au Traite qui en aurail motive la pro-
longation, el li encore, ii faudiait signaler la m6connais-
sance des engagements contractuels.
La position exacte est que l'emprunt est r6gi par le Pro-
locole du 3 Octobre 1919 et par le Contral d'emprunt du 9
Octobre 1922. Ces instruments ont garanti I'emprunt par des
Ihypotheques sur les taxes internes et les revenues douaniers.
EL pendant la.duree du Traite, le Gouvernemeni a auto-
ris6 le Receveur General charge d'encaisser nos droits de
prelever des revenues hypothequd s les sommes n6cessaires
pour etre versees A I'Agent fiscal de I'emprunt, en couver-
lure des intlrtls et de I'amortissement.
Les deux Gouvernements, dans le Protocole de 1949, e. les
porteurs d'obligations, dans le contract d'emprunt, ont pr6vu
expressement la fin du trait et ont stipul6 en vue de ce
terme qu'un contr6le serait organism des recettes et alloca-
Lions gag6es, de maniere A assurer de facon adequate 'a-
miortissement et les inter6ts de I'emprunt "( Protocole de
I1t19, art. 8 ). Et le ou les fonctionnaires charges de ce con-
trOle n'ont que le pouvoir de prelever tdes revenues hypo-
ithques les valeurs necessaires pour couvrir les intlerts et
I'amortissement de I'emprunt ( Contrat d'emprunt, art. 9.)
Le trait ne peut done r6gir, apres son expiration, I'em-
prunt. Apres son echeance on sa liquidation, iU il'est et no
peut plus Wtre question de Couseiller Financier avec les at-
tributions fixees par le trait, de Receveur General charge
avec ses aides tie recouvrer, recevoir et appliquer les droits
dle douane, etc, en un mot d'assistance financiere quelcon-
qlue. II s'agit simnplement d'nssurer d'une maniere ade-
luate le service rtgulier des intlertset de I'amortisse-
iient de I'emprunt.
Nous avous pense qu'il blait preterable de nous.placer sur
imn tefain pratique pour la liquidation amiable du Traiti
ie i)15, et qulote noldetle publique atteignant a peine le






-64-


chiffre insignitiant de quinze millions de dollars, il serait
agr6able aur deul Gouvernements d'instituer d6s mainte-
nant I'Agence liscale, objet de leurs engagements diplomati-
ques ou contractuels. El c'est A ces fins que j'eus l'honneur
de faire parvenir h Votre Excellence, le 21 Octobre dernier,
des son retour de cong6, le project d'Agence fiscal. Ce pro-
jet comportl de liberales garantios offertes par le Gouverne-
ment d'Haiti, cree des organes de stride surveillance des
interets des porteurs, organise des rouages adequats d'en-
caissement, de pr*levement et de remise, et confie. en rea-
lite, par une procuration irrevocable, au mandataire des
porteurs de tires le droit d'encaisser lui-meme les revenues
gages, d'operer les prelevements et d'effectuer les paiements
des valeurs stipulees aux contracts d'emprunt.
Ce qui est en provision dans le Protocole de 1919 et la
loi d'emprunt de 1922, c'est un accord A d6battre librement
entire les deux Chancelleries pour I'octroi de garanties ade-
quates au service regulier des interets de I'amortissement
de I'emprunt.
Un accord rapidement realise A cet 6gard eclaircirait op-
portun6ment 1'horizon financier du pays et servirait en
meme temps la politique international des deux Gouverne-
ments.
Je viens, en tous cas, prier Votre Excellence de me met-
tre en measure de renseigner le Gouvernement d'Haiti sur
les intentions de votre Administration. Et pour le cas oi,
par impossible, et contrairement & nos v6ritables interets,
elle ne voudrait pas abandonner la dictature financiere or-
ganisde par ses Agents en marge meme de la Convention
du 16 septembre 1915- dictature'qui a Wth une source cons-
tante de difficulties et de graves malaises, je prierais Votre
Excellence de me dire si le Gouvernement de Washington,
sans que puissent etre alterees en rien nos bones et cor-
diales relations, serait dispose 4 envisager avec nous les
measures propres an rachat anticip6 de notre emprunt, seul
obstacle, je vois, A des rapports normaux entire les Etats-
Unis et la RKpublique d'Haiti.





-65-


Yeuillez agreer, Monsieur le Ministre, les assuianC's re-
iouvellees de ma haute consideration.
(S ) : A. N. LEGEI




Opinion colre le conlrole Finaocer

DE

Monsieur le Mr si denl e la Ripublique

Paroles pronounces, au Palais National, le 26 DIcembre
1931, par M. STENIO VINCENT, Prtsldcnl de la
Iltpublique, et enregistries par la Movieslone News.

I render complete homaye to President Hoover's ifle xible
decision to free Ihe Republic of Haiti from American domina-
tion byi the amicable and cordial liquidation of the treaty of
1915, so auspiciously inaugurated by the Agreement of Auylut
5,.1931.
The Gorernment of the Unild Slates can only expect to dcrirv
political and moral advantages frcm this liquidation Ly pur-
suing its course and by putting an end to lie intricate financial
machinery of the treaty, the source of countless differences bet-
,reen'tht two Governments during the. past fifteen years.
/I is our desire to give the bondholders of the American Ira,
serious guarantees of a technical order in place and stead oflthe
cexatory political protection still in-. vi r, in spite of its repv-
diiation by the State Department since the sensational declarat li
of Secretary of State Stimson. Such a policy will serve to sti eny-
then the ties of frienship between the l'nited States and Haiti.
to consolidate their commercial and economical interests aul to
enable my country freely to direct its activities in the full and
entire exercise of its sovereingly.







It is not possible Haiti beint the only country/ in the world
i, taking advance tpaymiients for the last years on the interests and
,nowrtizationl of its public debt that for a miserable fifteen
million dollars owing 4io a handful of A.merican capilalists the
United States shall continue any longer, ib its mnilitarU and po-
l tical domination over Haiti; to bear pressure upon the destinies
O' an American Reptubli, the second of this hemisphere to ac-
qslire its independence.



.Je rends pleiuement hommage a l'inflexible decision
du President Hoover de librer la Republique d'Haili
de la domination americaine par la liquidation amiable
et cordial du trait de 1915, si heureusement inaugu-
ree par l'Accord du 5 aoiit 1931.
Le Gouvernement des Etat-Unis ne peut tirer que
des avantages politiques et moraux de cette liquidation
en la poursuivant et en mettant fin au mecanisme fi-
nancier compliquc du traits, source de conflicts innom-
lbrables entire les deux (ouvernements pendant ces
quinuze dernieres aunees.
C'est notre desir de donner aux porteurs americains
des titres d'Ha'iti de serieuses garanties de caractire
technique en lieu et place de la protection politique
vexatoire encore en vigueur, en d6pit de sa repudiation
par le I)Dpartement d'Etat depuis la sensationnelle de-
claration du Secrktaire d'Etat Stimson. Une telle p6li-
tique ser'vira A ftortifier les liens d'amitid entire les
Etats-Ulnis et Htfti, a consolider leurs intirfts c;om-
merciaux et 'conomtiques et a permettre i mon pays de
dirige' librement son activity dans le plein et entier
exerlice de.sa souverainete.
11 n'est pas possible-- Haiti etant le seul pays dans
le lmonlde a fire, durant ces dernieres ann6es, des






paiements par anticipation sur les interets et amortis-
sements de sa dette publique- que pour une miserable
some de quinze millions de dollars dus A une poignee
de capitalistes ambricains, les Etats-Unis continent
plus longtemps, par leur domination hilitaire et poli-
tique sur Haiti, a fair* pression-sur les destinies d'une
R6publique Am6ricaine, la second de cet hemisphere
i conquerir son ind.pendance.


Opinion conlre le Conlrile Financier
DE

MONSIEUR ERNEST DOUYON
Ministry des Finances (1931-32)
AUJOURD'HUI
President do Tribunal de Cassalion
( Expos6 de la Situation, Exercice 1930-1931. )
Lettres d M. De La Rue, Conseiller financier des 3
et 25 janvier 1932, pages 44 et 56.
... Vous envisagez la n6cessf de recourir i l'Em-
prunt. Celui de 1922 a pes& et p'se encore trop lour-
dement sur les destinies de la Nation pour que nous
songions A en augmenter le chiffre oua.i en reculer 1't-
chlance. Garanti par le Gouvernement des Etats-Unis,
c'est la responsabilit6 qui en d6coule pour celui-ci que
I'on a sans cesse invoqu6e contie le Gouvernement
d'Haiti lorsque, donnan't les plus solides 'garanties de
paiement, il revendique'la libre gestion de ses affairs


- M -






-68-


Pt I'exrcice iutt'gral des droits de la nation a son au-
tonomie...
... (C'st en raison des influences nocives qui agis-
sent en sens contraire que nous avons dit que nous ne
tenons pas a une'aide ti.ancire au prix de notre sou-
verainet6...
... 11 u'y a aucune cinuce que cette politique de libe-
ration subisse aucune modification, mais une mise au-
point est necessaire. Vous n'hesitez pas a r.peter
que le Gouveruement des Etats-Unis a annonce son
dasir de se retire des affairs haitiennes aussitdt que
les obliirations de l'Emprunt actuel auront ete liqui-
ddes. C'est aller un pea loin et oublier les terms des
engagements signs et don't le respect engage l'honneur
des eontractants. 11 est positivemenit. noncd d 'arti-
cle ler d( Protocole de 1919 que ce protocole n'am-
plifle ni de fait ni implicitement les provisions di
Trait du IG ( Septembre 1915. Or, qualque opinion
que l'on pitsse adopter dans l'importante controversy
soulevee sur lanulltt de I'Acte Additionnel de pro-
rogation, les prc'isions de ce traitd ne peuvent pas
ilpasser 9!)36.


Opinion coalre 1cI Clrle Financier
D)E

MONSIEUR DANTES BELLEGARDE
Ministry fd'ili a Wasbinglon
Iaroless pro noncspa'r l. II1YTES BELLEG IRDE, i
la sa'tiie dl 1 inenmibre 1933, an CIonseil dte Direction






-69-


de I'Union PaIamericaine pr sid e par M. CORDELL
HULL, Secrtaire d'Etat des Etats Unis.

Monsieur le President, Chers Collbgues,
Je me seas saisi d'une grande motion en me levant
aujourd'hui pour vous parlor. C'est en effet la dernicre
fois que je prends part au .travaux du Conseil Direc-
teur de 1'Uuion Panamericaine, et vous comprenez
quels sentiments m'agitent au momentoih je me sf.-
pare de colleagues en qui j'at toujours trouv6 tant de
chaude sympathie et un si grand d6sir de loyale colla-
boration A I'meuvre de justice et d'amitie interam6ri-
caines que nous poursuivons ici.
Je centre dans la vie privee.
Le temps ne me permettra sans doute pas de revoir
chacun de vous pour le'remercier en particulier. de .es
hont6s pour moi. Cette circonstance exceptionnelle ex-
plique la facon tout A fait inusit6e don't je vous apporte
la nouvelle de ma retraite. Vous voudrez bien m'en
excuser.
Laissez-moi' croire que vous garderez quelque sou-
venir de mon passage parmi vous. Quelques modestes
au'aient.ete me. efforts, quelque reserve qae m'ait im-
pos6e la situation particulibre de mon pays, je crois
avoir concouru avec vous c'est ma fiert6 de le
croire A affirmer, comme seule capable de faire tom-
ber touted les m~tiances, une politique reposant sur la
morale international, sur l'Ngalite juridique des Etats
grands et petits, sur le respect absolu de l'intdgrite
territorial et de l'inttgrite administrative de nos 21
RWpubliques d'Amzrique. Tant qu'il y aura une seule
exception a ce qui doit 6tre la regle supreme de nos re-
lations interam6ricaines, nous no pourrons pas dire quei





-70-


nous avoas tabli sur une base definitive l'uniou it.
I'amiti6 entire nous.
Cette pohtique d'union et d'amiitie n'a pas eu de plus
eloquent interpreted que le President des Etats-Unis.
Monsieur Roosevelt, qui excelle A trouver les for-
mules heureuses, 1'a appel6e la politigue du bon voi-
.sin II ne s'est pas content de trouver une formule. II'
a expos la substance de cette politique dans deux d0-
clarations qui suffiraient' elles seules pour honorer la
carrier d'un home d'Etat: lo sa declaration du 12 avril
1933, faisant de la doctrine-Monrop uue doctrine pan
ambricaine, c'est-:i-dire constituent la Pan-America
comme la garante collective de chacune de nos 21 RC-
publiques contre.les convoitises extra-continentales; 2o
son message aux Chefs d'Etat relatif a un pacte de non
egression, don't 1'adoption par les Etats d'Am6rique
garautirait chacun d'eux centre toute agression de
son voisin.
Je ne vous cacherai pas que -mon ambition Btait
d'aller plaider, devant les grandes assises de Monte-
vidoo, pour la transformation- en une entente intera-
mericaine positive- de ce qui dans I'histoiremeritera
d'etre appeal la doctrine Franklin Delano Roosevelt.
.ie n'ai certes pas assez d'autorite personnelle pour pen-
ser que ma parole pourrait fair impression sur la 7eme
Conference. Mais je suis stir que ma voix prendrait
toute sa force persuasive du haut idealisme et en meme
temps du sens profound des realit6s qui ont inspire le
'Prsident des Etats-Unis dans l'bnonciation de sa doc-
trine. Ce serait ma facon de colaborer avec l'homme
'minent que nous venons d'appeler une second fois A
la pr6sidence.de notre Conseil et qui m6rite le plus
grand Mloge que l'on puisse fair d'un home politi-
lue : M. Cordell Hull est un honn6te home, c'est-






-71-


A-dire un homme qui sait qu'il y a une morale pour les
individus come pour les nations, et qui. conform
strictement sa conduit aux rigles que cette morale
Adicte.
Au nom de ma petite Haiti, qui a soufiert tant d'in-
justices ie la part des grandes nations au course de sa
douloureuse histoire, au nom de la justice, au nom de
la paix, au nom de l'amitie, je prie le Secr6taire d'Etat
des Etats-Unis, je prie les Ddl6gues de tous nos pays
de se rappeler qu'ils ont une grande oeuvre A accom-
plir a Montevideo : celle de consolider l'Union paname-
ricaiue en la faisaat reposer sur la base in6branlable du
respect mutual des droits de souverainete de nos 21 Ri-
publiques.
Ce respect ne peut 6tre sauvegarde que par la repu-
diation de toute forme d'agression. On peut dire qu'il y
a de nos jours deux forces d'agression: I'agression mi-
litaire et ce que Manuel Ugarte appelle l'agression fi-
nanciere.
Le Pri-ident Roosevelt a zaracteris6 la premiere dans
une phrase lapidaire : L'agresseur, e'est celui qui a
des soldats au-deld de ses frontieres.
Je me perniets de caract6riser I'agression financier
en reprenant la formula du President dea Etats-Unis:
L'agreseeur financier, c'est celui qui administre par
ses fonctionnaires les finances d'un autre Etat inde-
pendant.
Qu'il ne reste plus trace de ces agressions, et nous
aurons r6tabli la confiance et raffermi l'amitie entire
uous. Et du r6tablissement de cette confiance et du raf-
rermissement de cette amitic d6couleront tous les avan-
tages matAiriels que nos peoples on dStresse attendent
de la Cojference de Montevideo.





-72-


La dlgalion Hailiene a Montlvidio

Voici comment le grand journal Italien ( L'Italia
del Popolo ) de Buenos-Aires, ecrit a propose de la De-
hIgation d'haiti dans un article intitul : haitifor
eLern :

HAITI FOR EVER!
(L'Italia del Popolo, Buenos Aires)

a Une delegation qui n'a pu passer inapercue est
celle d'Haiti, toujours la premiere arrive au Palais
Lgislatif, toujours present au complete i toutes les
reunions. Monsieur Antoine Pierre-Paul, que beaucoup
de del&gues out qppris a beaucoup estimcr, a prononce
plusieurs discours et des discours charges de pens6es,
tcrits dans un fiancais impeccable ;Monsieur Barau, le
chef de la delegation, que l'on a compare a" Aristide
Briand, a pr6sent6 plusieurs projects de non-agression
et plusieurs motions pour le respect de la souveraineti
d'Haiti.
Il y a quelque chose de sympathique dans cette hb-
ro'ique lutte d'un minuscule people noir, don't les repr'-
.-entants out voyage quarante ours par mer pour vemr
; Mont6vidto d fendre le droit A la vie de leur petite
patrie, menace par 'hydre imperialiste nord ambri-
caine si voisine II y a quelque chose d'heroique et
d'admirable dans le geste de ce iaible pays qui s'eleve
contre le colosse et qui crie, A la face de l'Amerique et
du Monde : i Arritcz-vous, respectez-nous, rendez-
nous la liberty !,
((Braves frhres haitiens Au sein de cette conference,
vous avez lance un cri d'angoisse, qui, s'il ne repercute






-'73 -


pas dans le cieur du monde- qui n'a pas de cceur-
aura son echo dans l';ime des hommes libres de tous
les pays, presents partout oh i y a une cause saine A
dlfendre DWsormais, au nom de vote R6publique,
nous nous dccouvrirons, et nous crions avec vous :
(Vive Haiti!), come nos pires clamaient en 48 et en
49 : ,Vive 1'Italie !


LE DISCOURS DE PIERRE-PAUL

A LA CONFERENCE

Voici, d'apres les journaux de Montdvideo, les pa-
roles que le DMlegue du Gouvernement IHaitien, M.
Antoine Pierre-Paul, prononca au sein de la Conf:-
rence de MAontevideo :

.e d-el-guie Pierre Paoul (Haiti).-
Messieurs ls Delg'ues :
Comme tons les honorable d(elegu6s qui ont occupy
cc matin cette tribune, je veux, au nom de la Delega-
tion d'Haiti, manifester l'adhesion de notre pays aux
principles generaux que content le project de l'honorable
Secr6taire d'Etat, M. Hull. Mais, A quoi nous sert-il
(I'adh6rer aux principles si, dans la pratique, nous no
pouvons nousy conformer?
Haiti se trouve dans une situation special, don't la
solution depend de la bonne volorit6 du Secretaire
d'Etat, M. Hull, qui nous a promise d'y rImedier. Nous
avons une confiance absolute dans la parole de Monsieur
le Secretaire d'Etat. Nous croyons que sa parole
exprime les sentiments de son coeur, et la vraie pens.e






- 14-


u-onfl1e par -o~il (sprit. Mais nou.- avons uonstat6 que
-()uvteht lIa bolnlu h*0i des dirigeauts aincricains et leunt
bonune vlolt6 se l hieurtent centre de p)etite ruses,
()iotre deMs excseptionis (lilatoires die ceux que I'ou appelle
1(si ihouimes de vartr36icre. (u LDpartemeit d'Etat. Nous
vOulonls clue. Itre alsion miax principe.- fbrffmuks
dai-. la p)rop.Pitilo de. M. Hull soit effective, et pour
q~u'llen sot anii'~i, nous devous avoir note libertV
(Iiact it )I
Eu Yertu (Inn colut rat e'emprunt qui nous a kt6t im-
pos(% par uil(o. admiuit4ration ant('rieure des Etats-Unis,
iuoti- nous trutivous clans I'impossibilitf3 de signer aucuu
accord avec aeuuue nation, meime am6ricaine, sans
I'ahll(esion p)al '%Iabl) dim cunseiller financier amrneicain.
M. Ic Secrotaile (l'Etat Hull nous a exprimt son (lesir
,I(, mettre fin t cet ktat de chosesi. Nous gardous
E'espoir qii'il r~allisera clon dcsisr.
ai je dsircrais (jut, loS honorables dcl1gi-us des
Republlqii amircaine-i ici represent~es s'uuissent ;'I
inoi pour furmuler un vo-'u en favour d'Haiti.
I'la'itil a P'lqui'ue le pau-am;rnui canisme, m~iue avalt
qune le torme nie fiit CI 1if. Haiti eSt Ia secoude nation
nt.e i I'inl(epcllIaulnce daus le Nouveau Monde; elle est,
Iar' con',:quent, la s'iui. cadette des Etats-Uuis et Ia
wur '11 Min C dle tontes be.- uiationls de I'Amsrique latino
olle a cuntrilj-AI"'l t'iudtV-pe dance de toute l'Am~rique,
en envoyant 800 dIt,-o-; oil, uk vereo lour sang A Savan-
ilail p)our1' Iillde pndamico des Etats-Unis, et en aidant
NhrIau(ia., Bolivar ot M ina (bans lour lutte hur1oique pour
I'ind(%pan. ,lOIit de 1'A me-I'piqe dii Sad, de I'A m~rique
Ceutrab' et dII MexICaue. HIa;iti e trouve naintenant
lani fine situatittfl i tiomnpatibe avec Ia sOuv'e'ramnet6

1*n em prulnt 1111v ntus it vi ins repouss5t lioins a 6do






- I,)-


impose par les baionnettes americaines, cellos qui, pour
fire accepted cet emprunt, ont porter A la Prisiden~ce
de la RWpublique, contrairement A ce qu'etablit la cons-
titution, un fils d'6tranger, qui a engage notre mal-
heureux pays par un contract financier qui a d6truit
notre souverainete en matibre 6conomique et financiere.
Le president Roosevelt a promise de mettre un term
A cette situation. Le Secretaire d'Etat, M. Hull, nous a
manifesto de mome sa bonne volont6 A ce sujet. Mais,
on notre quality& de deifenseurs des intier'ts sup rieurs
de notre pays, nous sommes obliges de demander a
Messieurs los d6elgucs, g aux honorable collgues de
l'Am6rique espagnole, s'ils d6sirent s'unir A notre pays
pour exprimer le v(eu que, on tcmoignage de la poli-
tique de abon vouloir, et de abon voisinage) du Pr&-i-
dent Roosevelt, et come une preuve non 6quivoque
du fait que les nations am6ricaines n'ont pas perdu le
souvenir du concours prete par Haiti au triomplie de
la cause de i'indbpendacce do lout le continent amP-
ricain, le Gouvernement des Etats-Unis met1e fin, i
l'aurore de I'annee 1934, A l'agonie'd'une nation seur,
petite par la superficie du territoire et par le nombre
des habitants, mais grade par son pass plein de gloire
et par le sentiment de solidarity humaine qui l'anime et
,ui lui permit de dire d'elle-nm'me, comme dans le vers
do Virgile, qu'elle a toujours eu des larmes pour toutes
les miseres, et de la sympathies pour tous les homes. ,
(Applaudissements.).





76 -

LE NO IVE i TAITE
DU
3 Seplemlre 1932

est rejel d I''oanimitl
PAR

L'Assemble Nalionale

Derniere minute
.Iudi matiu, devant deux mille persounes, serr6es
i,m:ine des sardines dans la salle 6troite qui abrite l'As-
semblce Nationale, le Cabinet au complete se pr-sentait
al banle de l'Ex6cutil' pour combattre les conclusions
Iu ralpport di Comit6 special rejetant le nouveau Traite,
1't d'(ellndirto on w(uvre.
u(.,landi le 'reisideut du (;irand Corps cut declare la
;,anI:c ouvertI, le silence avait domine la fouled, un
silence, icmme ut dit Georges d'Esparbes, qui semblait
Ini-nu"lme f'aii' le silence.
I 'atimosplicr, etait pesante d'angoisse, une angoisse
aite 'I' riineos, d'abdications et, de decheauces.
l.e Mini-tre ldes Relations Exterieures est a la tri-
bIone. 1I '-t c'ahlmne, iile et 'roid come un monolit,
ike mjarbr''; il racimnto que le Traite qu'il vient de signer
est un trailt dto liquidation, un traits de dfsoccupation,
naiis lirlirt. 1 nieOlnac((e dO documents convaincanls
qu'il '1 11exhibl pas. 11 a iris ses rcsponsabilites, aux
Cihanmblc(s dlr piridre les leurs.
L.e i,',ateur I l11iicoiurt lui d(lin la rdplique. .Servi
,par 111n l('hluen"' hliidilo et. persuasive, par uue verve
:ll!lat iv", t 'ireclt( 'i iil secoi(: ni de gestes accusa-





-77-


filurs, it drniolit Ic document et malmimno un tant ifet
I'orateur pieopinant. L'auditoire est hioulnux et suit
Ies m(uvement8 dlu t'iljun.
-JIc (emanllde la parole, dit le Miuisti-e dces Finanles.
-.Je tie permits pa,;, nrepliqiie le Sc~nateur sous I'en-
prise de ses convi iious et de sa coli~re.
11 dernolit, ii aneantit Ie principe mine de I'Accord.
L' depIjute Estinie en vet petrsonullleme nt au Miuistrc
Illanchiet et pcivse qUe cette conyeutijn cst une imper-
tifleflce.
-I tie faut pas s'e-u preudre -sedileneat it moi, it faut
-'en preudirv aa Chef dle FEtat, an (Gouveri'uenent
(Hlare Ie Mliniestre.
Le d6.put% Pion (jui cr()Yait qtue lu.i-.ait unle aurox e
ilouvelle, ~onstate i u'aux omIbres firmamentielles siuc-
c;de une rniat obscure et wins Pltoiles.
Le Miuistre Blanclhet pense (jue tous I"~ inembres dii
(jouvernem ent *ont sOlidairO(bemet re'sponsables dii

A l'unanilnite,, I*As.-einlje e Nalirnale a fatit son devoirl.


L.d't1Ui da joulikI (Jv Gentre)
du ,Samv.'di 17 2 Sejtemibre 19.).J2, jparle i





-78-


OPINION DIN IIM IICAIN

CONTRE

,e Trailed dlu 3 seplemlre 1932


THE ISSUE IN HAITI


li ERNEST GCtUENING


It is around these latter posts that the latest deadlock has
developed. The specific issue concerns the extent to which
Icntrol may be exercised by the United States under the
protocol of 1919. Of the 1922 loan authorized by that proto-
col, somewhat over 1.L000.000 remains to be amortized
on or before October 1, 1952. The treaty of September 3 last,
consisting of' a preamble, two protocols, and a covering
letter from the American Minister Dana Munro to the Hai-
tian Secretary of Foreign Af'airs, raises tle issue charply.
This treaty. which is supposed to supplant the treaty of
1915, provides that until the full amortization of the loan, a
fiscal and deputy fiscal representatives named by the United
States shall control the finances of the country. They will
administer the tariff and collect all import and export du-
ties, retaining such American or Haitian personnel as they
desire. They will also have final control of the internal re-
venue service. For the life of the loan Haiti obligates itself
to balance its budget (an interesting undertaking to be exact-
ied by a nation whose budget is billions of dollars out of balance),
not to authorize any extraordinary or supplemental appro-






-79-


priations in excess, of budgetary items unless unobligated
funds are avialable, not to modify its taxes in such a way as
to reduce the total yield of internal revenues, etc. The ser-
vice of the loan is to continue to constitute a first charge on
Ihe customs and a second charge on the internal revenue,
hut the cost of supervision and collection (not to exceed
live percent of revenues collected in the case of the customs,
and twelve percent in the case of internal revenue) cons-
titutes the next charge on the nation's income. The charge
or maintaining the Garde is a next prior obligation, and du-
ring the life of the loan no charges may be made in the
Garde's regulations. A military mission, appointed by the
President of thle United States, is to complete the training of
the Garde, the powers of this mission to be the subject of a
separate agreement. The American Minister's covering letter
suggests that the mission will consist of both officers and
enlisted men, and indicates t that it might prove impossible
to carry out this program at the times fixed if very serious
disturbances or other difficulties should arise to prevent
its execution.
In Haiti a joint commission of Senators and Representati-
ves. appointed to study the treaty. unanimously recom-
mended that it he not ratified by tile Haitian Congress. In
an eloquent and impassione: address against ratification,
Senator Pierre Hudicourt, Chairman of the Commission, re-
called a conversation he had had sixteen years ago with
Elihu Root, in which he quoted the American statesman as
saying : a If you Haitians had not signed that treaty, what
would have happened to you ? Nothing worse than has al-
ready happened. Georges Lkger, distinguished son of a
distinguished father, expounding his views in four succes-
sive issues of the Le Now eliiste, viewed the new treaty as an
attempt to prolong the occupation. He pointed out that the
contemplated control of Haitian finances went beyond even
the Protocol of 1919, and in effect would continue the exist-
ing uttelage. The only advantage to Haiti in the treaty was
that it provided the Ilaitianization of thle Garde by December






-80-


31, 1931., instead of May 3, 1936, a gain of sixteen months.
Iut this, lie urged, was more than offset by the obligation to
install a United States military mission at Haiti's expense.
* Why should this mission contain privates ? asked iM.
l'ger. f It is the open door to the installation of an armed
force even alter disoccupation. P There was even an open-
ing for extending control beyond 1952, he pointed out, in
the possible insistence of the United States upon a further
flotation of a new series of bonds the balance of the
t0. 090.000 under the authorization of 1919 and 1922.
Having analyzed the treaty paragraph by paragraph, he
found it, instead of being a u treaty of liquidation, a pro-
longation and aggravation of cert;aji stipulations of the 1915
Ireaty. lie concluded :

Read either as a whole or in detail this treaty strikes one for its
lack of generosity. The loan, the money, those are its greateon-
tern. An entire people enthralled, so that the bondholders may be
spared the slightest- worry about their money; a Fiscal Represen-
tative installed like a watch-dog that not a crumb may fall from
the table. The same Fiscal Representative takes care of his inte-
rests with remarkable foresight; his five percent, the five percent
of his inspectors, the twelve percent for the internal revenue
collectors preferred obligations all . The loan : It is to
guarantee that, that the treaty prescribes the maintenance of the
dliscipline of the Haitian Gardt, prescribes the possibility of mo-
difying our tariff, our taxes forbids even the granting of a
subvention often gourdes for some national need. . What be-
c nes in all this of interest of the Haitian people ?

The Haitian Assembly by unanimous vote rejected the
treaty. The question now naturally arises how it came about
that President Stlnio Vincent, always an uncompromising
opponent of any impairment of Haitian sovereignty, autho-
rized a treaty which his fellow-nationalists in the Congress
found so objectionable.
In a proclamation following the legislature's rejection of
the treaty,'President Vincent detailed the long negotiations






-81-


by which tie treaty draft had been prepared. Of the Ameri-
can military mission, he declared that he had accepted it
only because the Haitianization of tile Garde had been so
belated ; and lie added that the mission would consist o' only
live to nine members, and presumably would stay in Haiti
not more than two or three years.
As for the much-criticized financial clauses, President
Vincent said that the Haitian Government was not given a
chance to discuss them. o It was merely a case, lie declar-
ed, in the adamant view of the American Government, of
working out the details concerning the control of the reve-
nues.... Every effort to attenuate the character of that con-
trol collided with the single purpose of the other side, to
guarantee, by tite means which alone it conceived to be cer-
tain . te regular interest and amortization payments of
the loan. . Again and again as we insisted .. upon mo-
difications which seemed proper to us, we were given to
understand, and in the most categorical manner, that the
American Government had given its moral responsibility to
the bondholders up to the time of the complete amortiza-
tion of the loan and would never consent to less rigid con-
trol than had already been agreed in 4919 and 192. . .
Was it wise to break off these negotiations because the Unit-
ed States was unyielding on the matter of financial control,
or was it not helttr to take advantage of thie present dispo
sition of the United States Government to establish, once for
all time, the relation of our country toward that govern-
ment, thus avoiding tihe risk involved in tihe change of
men, ideas and political control, which might take place in
the United States between now and i9l31 ?,
In that last paragraph lies the secret of President Vincent's
willingness to approve the treaty. In Haiti there has been
great fear of what might happen there when Franklin I).
IRoosevelt became President. The fear dates back to a re-
mark ascribed to him twehle years ago. Speaking in Butte
in favor of the League of Nations, Mr. Roosevelt, who for
eight years had been* Assistant Secretary of lIIe Navy and






- 82-


w;is Ilheul Vice-Presideltial candidate, was quoted by the
Neiw York Times ( August 19, 192' ) as saying : < The facts
are that I wrote Haiti's Constitution myself, and if I do say
it, 1 think it a pretty goId constitution. x Mr. Roosevelt may
have been iliistqiote.l. But certainly thie constitution of 1918
was drafted in Washington ifn the State D)partment or the
Navy Department. That tle Haitian fears are justified may
well be doubled, but certainly they weighed with President
Vincent in deciding him to approve the treaty.
The unanimous rejection of thie treaty by the Assemnblv
has apparently crystallized Haiti's lirii resolve to sign no-
thing that may conceivably, I) any interpretation, give
legal sanction to any extension or prolongation after 1936
of tlie control now exercised by thie United States. If the
Haitians seem unduly apprehensive and suspicious they
muust be excused. Under American control disputed issues
and doubtful Ipoints have been decided largely according to
La Fontaine's epigram : .a raison du plus fort est tou-
jours la meilleure.
Preside.lt-elef;t Il (sevelt's present attitu le in these mat-
ters has not yet been disclosed. At the time he made his
mnuclh-quoltel remarks in Butte he was still in his thirties
and fresh Iromi eight years steeping in bureaucracy. Howe-
ver, a more recent view of his is on record. Writing in Fo-
tIR:iG( AIAI.'.i, in July 1928, lie pointed out that despite oul-
goodl i intentions in Haiti our policy there had lost us friend-
ships throughout Latin America. lie added : *The time has
co loe when we must accept not only certain facts but mnanlv
principles of a higher law, a newer and better standard in
international relations. We are exceedingly jealous of our
sovereignty and il. is only right that we should respect a si-
milar feeling among other nations. Tie peoples of the other
Republics of this Western world are just as patriotic, just
as proud of their sovereignty. . Neither from tile argu-
umeut of lilnar'ial gain, nor f'lrom. th e sounderl reasoning lo
tie ollenlm Rule, can our policy, or lack of policy ,v, ein-
pi.~l'l. Tle time ik ripe to start anllother chapter..





-83-


Knowing the Haitian people as I do, and knowing how
needlessly we have aroused profound antagonisms, I 1ca;n
aflir n that in the application of the (;olden Rule lies a com-
plete and attainable solution of the Haitian situation. The
true interests of both peoples, fated eternally to he neigh-
bors, would be served as they never have been served in
these eighteen years if we would abandon the policy of dir-
tation and really start another chapter, with negotiation as
between equals. The conquest of Haiti by a policy of good
will and equal dealing remains to be tried. By it we should
salvage far more than the really slight material interests
'hat seem to have been so very much the concern of these
years of military, civilian and diplomatic activity.
( FoiuiIGN AFF.',AIRs, January 19.:1 )

T'RADUCTTI'ON


IA UESTIO HAiITIM E
(ExtraitU)
PAR

I. Ernest GFunMio

..,C'est autour de ces derniers posies ( transl'irt aux
1;itimens des d6partements financiers ) que s'est pro-
duite la plus rIcente difficult. La question principal
concern l'etendue di control qui peut ,tre exerc6
par les Etats-Uuis en vertu du protocole de 1919. Do
1'emprunt 1922 autoris6( par ce protocole 15.000.000
de dollars resteint a itre amortis le ler octolbre
1932. Le traits du : Septembre 1932, com-
prenaut un priambule, deux protocoles et une lettre du
Ministre amcricain l)ana Munro au secrntaire haitien





-84-


de.- I'lations Exterieures, met d'une facon aigue la
question sur lI tapis. Ce trait(, qui est suppose rem-
placer le trait do 1915, provoit que jusqu'au com-
plet remboursement de l'emprunt, un reprisentant
fiscal et un adjoint uomm6s par les Etats-Unis con-
Iroieront les finances (du payS. Is administreront le
tariff et percevront los droits d'importation et d'expor-
tation, reteuant tells fouctionnaires amcricains ou hai-
tines (ju'ils voudront.- s auront aussi le cnatrole
tinal dii service des Contributions internes. )urant
la vie de l'empruit, Haiti s'oblige ;i balancer son budget
( int6ressantt( exigence ;i ctre impose par une nation
dont le budget se chiffrt par des billions de deficit ) a
ii'autoriser aucun credit extraordinaire ou supphlmen-
taire eu (,xcbs des provi ions budgetaires a m)ins
qu'il y ait tds tond- di-ponibles non affects, a ne pas
moditier ses taxes d'une facon qui puisse reduire le
total des ri;ettes interest, etc. Le service de I'empruunt
dloit co(nistituer une premiere charge sur les recettes
donaniie'-s et une second sur les contributions inter-
ins, mais le codt de la surveillance et de la perception
i nle devait pas exc'dler 5 o/o des recettes percues dans
les dotlines ct 12 o/o dos taxes internes ) constitute la
charge suivante ~ur le revenue de la nation : la charge
do maintonir Ia (;arde est nue autre capital obliga-
tion, et durauLt la vie de i'emprunt aucun changemint
no pout etre fait rdaui les riglements de la Garde. Une
mission militaire, nomm.e par le PrIsideut des Etats-
lUui, doit complete l'entrainement de la Garde, les
pouviirs to cotete mission devaut fire l'objet d'un ac-
cord s'par' I.I lettre d envoi ldu Mini-tre Amricain
suggr'ce que cette mission sera compose i la Ibis d'of-
liciers ct de sollats, et indique qu'il pourra:t arriver
'lj'il f't imn)oible do r' aliser le programme au temps





- 85 -


lix si de tres graves troubles on autres difficult
venaient A en empecher 1'execution "
En Haiti, une commission mixte de Senateurs et
l).put(es, nomm6e pour etudier le traits, recommanda
ananimement son rejet par I'Assemblee Nationale hai-
tienne. Dans un eloquent Et 6mouvant discourse centre
la ratification, le S3nateur Pierre Hudicourt, president
de cette commission, rappela une conversation qu'il
avait eue il y a seize ans, avec Elihu Root, dans la-
iuelle il cita les paroles de l'homme d'etat amuricain :
' Si vous, Haitiens, n'aviez pas vot6 ce trait, qu'est-
ce qui vous serait arrive ? Rien de pire que ce qui est
(djii arrive. "
Georges L6ger, tils distiugu6 d'ua pere distingue,
exposant ses vues dans six editions successives du
4" Aouvelliste ", consider le nouveau traits comme
une tentative pour prolonger l'occupation. II moutra
que le contr6le envisage des finances haitiennes allait au
ilelA meme du Protocole de 1919, et continuerait en fait
la tutelle existante. Le seul avantage du trait pour
Haiti dtait qu'il privoyait l'haitianisation de la Garde
,au 31 dceembre 1934, au lieu du 3 31ai 1936, un
gain de 16 mois. Mais ceci, fit-il observer, etait plus
qie renverss par l'obligation de constituer une mission
nilitaire amricaine aux frais d'Haiti. Pourquoi cette
mission devrait-elle renfermer des soldats ? demand
Mr Lager. C'est la porte ouverte a installation d'une
force armne meme aprbs la desoccupation. II y avait
m~me une issue pour 6tendre le contr6le au delA de
1952, remarqua-t-il, dans la possible emission ulterieu-
re d'une nouvelle serie de titres-solde des 40.000.000
- autorisee par le protocol de 19)19 et l'emprunt de
1922. Ayaut analyse le trait paragraple par paragra-
phi, il trouva qu'il etait, au lieu d'nu trait" de liquida-
ators~eparleproocoe d 199 t 1empuntde






-86-


tion, line prolongation et une aggravation de certaines
stipulations de trait de 1915. II conclut ainsi:
Lu dans son ensemble et dans ses details, le trait
Stfrappe par son manque de generosite. L'emprunt, 1'ar-
a gent, voilA sa grande preoccupation. Un people
entier asservi, de facon que l'.n puisse epargner le
moindre souci aux porteurs de bons au sujet de leur
argent; un Repr6sentant fiscal install cemme un
chien de garde pour qu'une miette ne tombe de la
a table. Le m6me repr6sentant fiscal prend soin de 'ses
,t intrets avec une remarquable prevoyance ; ses 5o/o,
les 5 o/o de ses inspecteurs, les 12 o/o des collecteurs
des contributions internes,-mis au dessus de touted
( autres obligations... L'emprunt : c'est pour le garan-
tir que le trait prescrit le maintien de la discipline
d de la Garde d'Haiti, pr6voit la possibility de modifier.
a notre tariff, nos impots, emp'che meme d'accorder
( une subvention de dix gourdes pour quelque n6ces-
site nationale... Que devient dans tout cela l'interet
du people haitien ? "
L'Assembl6e Nationale, par un vote unanime, rejeta
In trait. La question s'6ive naturellement de savoir
comment il adviut que le President Stenio Vincent,
toujours un adversaire intraitable de toute atteinte a
la nationality haitienne, autorisa la signature d'un trai-
t6 que ses collgues nationalists du Congres trouve-
rent si inadmissible.
Dans une proclamation faite apres le rejet du traits,
le PrI)sident Vincent relata les longues nugociations
auxquelles avait donna lieu 1'Mlaboration du trait. En
co qui regarded la mission militaire, il d6clara qu'il l'a-
vait accepted parcel que l'haitianisation de la Garde
avait etc retardee et il ajouta que la Mission serait seu-






-87 -


element compose de 5 a 9 membres, et ne resterait pro-
bablement en Haiti pas plus de 2 A 3 ans.
Quant aux clauses finaucibres tris critiques, le Pre-
sideit Vincent dit qu'on ne permit pas au gouverne-
ment haitien de lei discuter. "' Dans l'opinion in6bran-
lable du gouvernnmeut Amiricain, declara-t-il, le cas
se ramenait simplement A laborer les details du con-
trOle des recettes...Tout effort pour att6nuer le carac-
tere de ce contrdle se heurta A l'unique souci de 1'autre
parties de garantir, par les moyens qui.lui paraissaient
seuls certain, le paiement regulier des interets et Ce
i'amortissement de l'emprunt.Comme nous insistions sur
des modifications qui nous semblaient convenables, on
a )us donna A entendre, et de la tfaon la plus catego-
rique, que !e gouvernement Ambriicain avait donn6 sa
responsabilit6 morale aux porteurs de bons et ne con-
sentirait jamais A un contr61e moins rigide que celui
,ui avait et6 accept en 1919 et 1922... Etait-il sage
de rompre les n6gociations parce que les Etats-Unis se
montraient irr6ductibles sur la question du control
financier, et n'6tait-il pas preferable de profiter des pre-
sentes dispositions du Gouvernement amdricain pour
fixer, une fois pour toutes, les relations de notre pays
avecce gouvernement, 6cartant ainsi le risque impli-
lqu6 dans un changement d'hommes, d'idees et de po-
ltique, qui pourrait se produire aux Etats Unis d'au-
jourd'hui A 1936? "
Dans ce dernier paragraphe git le secret de la deci-
sion du Pr6sident Vincent d'approuver le trait. En
Haiti il y a une grande crainte de cc qui pourrait arri-
ver si Franklin D. Roosevelt devenait president. La
:rainte ,emonte A une remarque qui lui fut attribute il
y a douze ans Parlant A Butte en faveur de la Societe
Ile~ Nations, M. R,'ossvelt, qui avait kte pendant huit






-88-


ans assistant Secr6taire de la Marine et 6tait alors can-
didat i la vice-pr6sidence, fut cit6 par le New-York-
Times ( ler Aofit 1920 ) comme ayant dit : Le fait
e.st que j'crivis la Constitution d'Haiti moi-mime, et,
si je peux dire, c'est une trbs bonne constitution ". M.
Roosevelt peut avoir W6t mal cit6. Mais certainement la
Constitution de 1918 fut redigee A Washington au D6-
partement d'Etat ou au D6partement de la Marine. On
peut bien douter que les craintres des Haitiens soient
justifies, mais certainement elles ont et6 d'un grand
poids dans la decision du President Vincent d'approu-
ver le trait.
Le rejet unanime du TraifC par l'Assemblee Natio-
nale a apparement cristalis. la ferme resolution d'Hai-
ti de ne rien signer qui puisse etre concue, par une
interpretation quelconque, come une sanction ldgale
a uue extension ou a une prolongation apres 1936 du
conirdle malntenant exercd par les Etats-Unis. Si les
Ilaitiens paraissent indfiment inquiets et soupgon-
neux, on doit les excuser. Sous le cintrdle americain.
des questions diseutables, et des points douteux, out
SWt' ddoidces larfeement selon l'ophoisme de La Fontai-
ne : La raison du plus fort est toujours la meuil-
leure "
La pr6sente attitude du Pirsident Roosevelt en
ces matieres n'a pas encore kte revel6e, Au temps oil
il fit sa declaration si souvent citee de Butte, il 6tait
encore dans sa trentaine et tout frais emolu de ses
huit ann6es de bureaucratic. Toutefois, il a donned un
plus recent apercu de ses id6es. Ecrivant dans
Foreign Affairs de juillet 1928, il montra qu'en depit
de nos bonnes intentions en Haiti, notre politique dans
re pays nous avait faith perdre des amities dans toute
I'Amirique latine. Il ajouta : Le temps est venu oil






-89-


nous devous accepted non seulement certain faits mais
Sbeaucoup de principles de droit superieur, un nouveau
et meilleur standard dans les relations internationales.
ANous somnies extrdmenentjaloux de notre souveraine-
td, et il n'est que just que nous respections un senti-
ment pareil chez les autres nations. Les peuples des
autres Rdpubliques de cet hdmisphere sont justement
aussi patriots, aussi fiers de leur souverainete... NI
DU POINT DE VUE D'UN GAIN FINANCIER,. ni
du point de vue d'une meilleure comprehension de la
Loi d'Or, notre politique, ou notr, manque de politi-
que, ne peut etre approuvie. Le temps est mnlr pour
commencer un nouveau chapitre ".
Connaissant le people haitien comme je le connais,
et sachant comment nous avons sans n6cessit6
soulev6 centre lous de profondes animosities, je
peux affirmer que dans l'application de la loi d'Or se
trouve la solution complete et possible de la situation
haitienne. Les vrais inierets des deux peuples, que le
sort a faits eternellement voisins, seraient servis come
ils ne l'ont jamais Wte dans les dix-huit dernieres an-
noes si nous abaudonnion- notre politiquc de dictature
et commencions' vraiment un autre chapitre en n6go-
ciant sur le pied d'6galite. La cenquete d'Haiti, par
une politique de bonne volonut et d'egalite, reste ;A Pttre
essayee. En faisant cela, nous sauverions beaucoup
plus que les maigres int&rets materials qui semblent
avoir 6t6 tellement notre souci de ces ancn&s d'activitV
militaire, civil et diplomatique.

FOREIGN AFFAIRS, Janvier 1933.





-90-


OPINION D'UN AMiICAiN
CENTRE
1'Accrd d 7 oit 133



Haiti's "New Deal"
B)y HUBERT HERRING
Port-au-Prince, Haiti, Nouember 5
En route to the Seventh Pan-American Conference
at Montevideo, my airplane stops at Port-au-Prince.
Here the burning topic of discussion is the executive
agreement signed on August 7 by Albert Blanchet,
Minister of Foreign Affairs of Haiti, and Norman
.rmour, the American Minister. When it was execut-
e.l, our State Dpartment, for the second time in less
than a year, drew a long breath and pronounced the
HIaitian question settled. Radio broadcasts from the
State Department indicated that this settlement was
proof that the New Deal had shown itself also in Latin
.Imerican relations. But all Haitians with whom I
talked felt quite otherwise. 7hey included senators,
deputies, men long conspicuous in the public life of the
republic. lThey did not hesitate to declare the executi-
,e agreement a-betrayal of Haiti's hopes and legiti-
mate aspirations. They asserted that the Haitian peo-
ple had been tricked.
'I e new arranngement, they say, differs in no mate-
rial respect from the treaty which the Haitian Con-
gress. rejected without a single dissenting voice some







fourteen months ago. That treaty provided in effect
the military occupation should expire with the treaty
of 1916, and that at about that time, 1936 or a little
earlier, the higher ranks in the Garde, the national
constabulary so long officered by marines, should be
filled by Haitians. So far, so good. That much every
Haitian expected and welcomed. The United States
had no mandate to stay beyond May 1, 1936. But
what was the amazement of the Haitians to find that
while the' marines went out, the bankers stayed in !
The treaty provided for a rigid financial control of
Haiti for the life of the National City Bank loan, final
amortization of which is not due till 1952. For that
period, according to this new treaty, American offi-
cials would collect the customs and internal revenues,
making the service of the loan the first charge and
their own expenses of salaries and supervision the
next. Haiti and its interests, its schools, its govern-
ment salaries, its national life-these all came after.
During the life of the loan the treaty provided that
American officials appointed by the President of the
United States should have control of the budget-
which must be balanced ( here was some hunior in
this insistence by the H6over Administration upon a
balanced budget. ] Moreover, Haiti could not modify
its taxes or tariff duties without the permission of the
American financial control. Indignation reached a new
high pitch in haiti. The Congress met. It studied the
project, and without a single dissenting voice both
houses rejected the treaty. Congress then adjourned,
nut to meet again until April, 1933.
Conceive of the stupefaction of the Haitian -public
when it learned that on August 7 last what was es-
sentially the same treaty had been negotiated again !








(dnly this tim, it wias called an executive agree-
ment ", with the tacit assumption that it need not go
to the Senate of either country for approval. There
rlhere some slight modifications, but- the financial
clause. are virtually identical with those of the reject-
ed treaty. They provide that a fiscal representative,
irho doubtless toill bethe same one now in control of
IHaitian fltaniues, with employees and assistants not
t', e.veed eighteen, shall have control of the customs
service. Again the sern,,ce on the loan is the first charge. Again
I te e.rlpenses /of the American collectors become the second char-
ye. Again Haitian affairs cole last. Again the government of
Haiti is forbidden to reduce its tariff ori modify its taxes without
the consent of the fiscal representative.
intelligent Haitians are up in arms against this humiliating
I,.reement. They demand an explanation for the subterfuge un-
der which it was signed as an executive agreement instead
(,/ being submitted as a treaty to the senates of Haiti and the
Ignited States. They assert bitterly that after the long record of
force and fraud byi which the will of tIankers and concessionai-
res has been imposed on Haiti through the military power of the
t,;tedlnSlittes, this concluding trickery is shameful beyond belief.
They siaj, in short, that it means little to them to have the mari-
1.es yet out ifl the financiers are to stay in.
To the writer, it is anutzing to see the Administration that
has repeatedly denounced the money changers playing the garme
of the .Vational City Hank and its bond-holders in this helpless
rouintryi. At home the LUnited States Senate, presumably with the
'-cnsent of the .IAdinistration, is disclosing how the bankers
hare nultrled the AImenr ian people. .ew legislation is designed
ito prevent Imore of the sani, kind of looting. Hut in Haiti nothin!i
is c:han!ed. The rhiranLer, of the past is solemnnl!l reenartled.
That, siiy the Haitiins. s ill the New D)ea amounts to.


-92-





-93-
TRADUCTION

LA POLITIQUE
DU

PRESIDENT ROOSEVELT
EN 1lTI
Port-au-Prince, 5 Novcmbre 1933.
En route pour la 7e Conference Panam'ricaine de
Mont6video, mon aAroplane s'arrete A Port-au-Prince.
Ici, le brfilant sujet de discussion est l'Accord executif
sign le 7 aofit par Albert Blanchet, ministry des rela-
tions ext6rieures d'Haiti, et Norman Armour, Ministre
des Etats-Unis. Quand cet Accord fut conclu, notre
D)partement d'Etat, pour la second fois en moins
d'une annie, poussa un soupir de soulagement et decla-
ra que la question d'Haiti etait regl6e. II fit proclamer
par radio que ce r6glement Btait la preuve que la Nou-
velle Politique s'dtait aussi montr6e dans les relations
latino-am6ricaines. Mais tous les Haitiens avec qui j'ai
cause pensent diff6remment. Parmi eux se trouvent
des senateurs, des d6put6s, des homes qui occupent
une situation 6minente dans la vie politique de la r6-
publique. Ils u'h6sitent pas a d6clarer qiie l'accord ex-
&cutif est la trahison des espoirs et des 16gitimes aspi-
rations d'Haiti. Ils affirment que le people haitien a 6te
mystifi6.
Le nouvel arrangement, disent-ils, ne differe pas
materiellement du traits qui fut rejet6 A l'unanimit6 par
le Congrbs haitien ii y a quatorze mois.
Ce trait pr6voyait cn effot que l'occupation militaire




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs