• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Cover
 Half Title
 Du meme auteur
 Frontispiece
 Title Page
 Dedication
 Importance et grandeur de la guerre...
 Preparation de l'expedition
 Le general leclerc
 Correspondance officielle et secrete...
 Plan de campagne du general...
 Plan pour l'attaque du cap-fra...
 Rapport et lettre de l'amiral...
 Rapport du general Dugua depuis...
 Opinions americaines et anglaises...
 Le gouverneur Toussaint-Louver...
 Mon pelerinage au fort de Joux
 Les operations de la division de...
 Le general morpas
 Le chef de brigade gingembre trop...
 Suite des operations de la division...
 Suspension relative et momentanee...
 Notes
 Bibliography
 Table of Contents






Group Title: Historie militaire de la guerre d'indépendance de Saint-Domingue ...
Title: Historie militaire de la guerre d'indépendance de Saint-Domingue
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081275/00002
 Material Information
Title: Historie militaire de la guerre d'indépendance de Saint-Domingue
Physical Description: v. : fold. map. ; 23 cm.
Language: French
Creator: Nemours, Alfred
Publisher: Berger-Levrault
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1925-
 Subjects
Subject: History -- Haiti -- Revolution, 1791-1804   ( lcsh )
Genre: non-fiction   ( marcgt )
 Record Information
Bibliographic ID: UF00081275
Volume ID: VID00002
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000622962
oclc - 24238102
notis - ADF2362

Table of Contents
    Cover
        Cover 1
        Cover 2
    Half Title
        Half Title
    Du meme auteur
        Page i
        Page ii
    Frontispiece
        Frontispiece
    Title Page
        Title Page 1
        Title Page 2
    Dedication
        Dedication 1
        Dedication 2
        Dedication 3
        Dedication 4
    Importance et grandeur de la guerre d'independance
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
    Preparation de l'expedition
        Page 7
        Page 8
        Page 9
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
        Page 35
        Page 36
        Page 37
    Le general leclerc
        Page 38
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
    Correspondance officielle et secrete du general Leclerc avec le government francais
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
    Plan de campagne du general Turreau
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
    Plan pour l'attaque du cap-francais
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
    Rapport et lettre de l'amiral villaret-joyeuse
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
    Rapport du general Dugua depuis le depart de brest jusqu'a la prise du cap au general Berthier, ministre de la guerre
        Page 156
        Page 157
        Page 158
    Opinions americaines et anglaises sur saint-Domingue et l'expedition
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
        Page 169
    Le gouverneur Toussaint-Louverture
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
    Mon pelerinage au fort de Joux
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
    Les operations de la division de droite du nord
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
    Le general morpas
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
        Page 289
        Page 290
        Page 291
        Page 292
        Page 293
        Page 294
        Page 295
        Page 296
        Page 297
        Page 298
        Page 299
    Le chef de brigade gingembre trop fort
        Page 300
        Page 301
        Page 302
        Page 303
        Page 304
        Page 305
        Page 306
        Page 307
        Page 308
        Page 309
        Page 310
        Page 311
        Page 312
        Page 313
        Page 314
        Page 315
        Page 316
        Page 317
        Page 318
        Page 319
        Page 320
        Page 321
        Page 322
        Page 323
        Page 324
        Page 325
        Page 326
        Page 327
        Page 328
        Page 329
        Page 330
        Page 331
        Page 332
        Page 333
        Page 334
        Page 335
        Page 336
        Page 337
        Page 338
        Page 339
        Page 340
        Page 341
        Page 342
        Page 343
    Suite des operations de la division de droite du Nord
        Page 344
        Page 345
        Page 346
        Page 347
        Page 348
        Page 349
        Page 350
        Page 351
        Page 352
        Page 353
        Page 354
        Page 355
        Page 356
        Page 357
        Page 358
        Page 359
        Page 360
        Page 361
        Page 362
        Page 363
        Page 364
        Page 365
        Page 366
        Page 367
        Page 368
        Page 369
        Page 370
        Page 371
        Page 372
        Page 373
        Page 374
        Page 375
        Page 376
        Page 377
        Page 378
        Page 379
        Page 380
        Page 381
        Page 382
        Page 383
        Page 384
        Page 385
        Page 386
        Page 387
        Page 388
        Page 389
        Page 390
        Page 391
        Page 392
        Page 393
        Page 394
        Page 395
        Page 396
        Page 397
        Page 398
        Page 399
        Page 400
        Page 401
        Page 402
        Page 403
        Page 404
        Page 405
        Page 406
        Page 407
        Page 408
        Page 409
        Page 410
        Page 411
        Page 412
        Page 413
        Page 414
        Page 415
        Page 416
        Page 417
        Page 418
        Page 419
        Page 420
        Page 421
        Page 422
        Page 423
        Page 424
    Suspension relative et momentanee des hostilites
        Page 425
        Page 426
        Page 427
        Page 428
        Page 429
        Page 430
        Page 431
        Page 432
    Notes
        Page 433
        Page 434
        Page 435
        Page 436
        Page 437
        Page 438
        Page 439
        Page 440
    Bibliography
        Page 441
        Page 442
        Page 443
        Page 444
        Page 445
        Page 446
    Table of Contents
        Page 447
        Page 448
Full Text





Colonel NEMOURS
acnmeI EIfV DE LVOLE SPECIALS MNILAIREF I DE SAI-CTR
ULC4 N EN DPOIT
acnCU GOTVPEfiEUR MILITAlRE DES ARRONDISaEMNTS UE LA GRAND ANSH T DU CAP-RATIBN
AmcrEN PR~s~is T DU GONETIL D'ETAT
ANCIENT CBACRG D'AFFAIRBS D'IAiTI EN HOLLJ&ID
VfCE-PBESIDE= DR L'AS iMBL~E DE LA SOClT9 DES NATIONS
MI ISTRB D'SAITI &E PRANCE


HISTOIRE MILITAIRE

DE LA


GUERRE -D'INDEPENDANCE

.DE SAINT-DOMINGUE



TOME I .

LES GLORIEUX COMBATS DS 'DIVISIONS
DU NORD


Aeoc des ianuscrits et des documents oonfidentiels et in6dita
ppovenant des Archives
des Minaistres de Ia Guerre ot de la Marine A Paris
du d6partement du Doubs A Besanpon
des Municipalit6s et des Parolases de Ponarlier et de La Cluse





BERGER-LEVRAULT, IDITEURS
NANCY-PARIS-STRASBOURG
S1~~8oe

















HISTOIRE MILITAIRE

DE LA GUERRE D'INDEPENDANCE
DE SAINT-DOMINGUE


TOME II














DU M1IME AUTEUR


Ma Campagne Frangaise.
Histoire militaire de la Guerre d'Ind6pendance de Saint-Domingwe.
T. I.
Princesses Cr6oles.
Les Borno dans l'Histoire d'Haiti.


Pour paraftre :

Mon P lerinage an Fort de Joux (sous presse.
Histoire Militaire de la Guerre d'Ind6pendance de Saint-Domingue.
T. III.
Les Campagnes de Toussaint-Louverthue.
J.ai ranim6 notre Flamme Haitienne.















Copyright 1928, by Aaguste Nemours.


Tous droits de reproduction, de traduction et d'adaptation
riservis pour tous pays.


































'ft
'..t>


- )I.


IE MINISTRY D'HAITI ET MADAME NEMOURS DANS IE CACHOT DE TOUSSAINT-IOUIERTURE


LLI 's

.Y, ~
:v
'JI
-~'*c'


J'~W








Colonel NEMOURS
A.CIiaN L av Do L'COLE SPECIAL MIUITAI DE SAINT-C R
LICENCIA XN DROIT
ANuWN 8OIVUAiWBUR MIJITAIRE DES ARRONDISSEMENTS DE LA GRANDIANSE ET DU CAP-HAITIEN
ANCIEN PRESIDENT DU CONSEIL D'ETAT
AN.mN CucaRaG D'APFAmrs Do'AITI En HOLLANDE
VICE-PRESIDENT D 1'ASSEMIMBLE DE LA SOCIIT( DES NATIONS
MMISTRE D'HAITI EN FRANCE



HISTOIRE MILITAIRE

DE LA



GUERRE D'INDEPENDANCE


DE SAINT-DOMINGUE



TOME II

LES OLORIEUX COMBATS DES DIVISIONS
DU NORD


Avec des manuscrits et des documents confidentiels et in6dits
provenant des Archives
des Minist6res de la Guerre et de la Marine A Paris
du d6partement du Doubs a Besangon
des Municipalitds et des Paroisses de Pontarlier et de La Cluse



PARIS

BERGER-LEVRAULT, EDITEURS
i36, BOULEVARD SAINT-GERMAIN (VI.)
1928














A TOUSSAINT-LOUVERTURE
le plus grand ginie de la race noire,
le premier qui a eu Pidde de la Patrie,
qui la realisge
Slui a donned son premier Goavernemenl.
Hommage de notre v'ndration a ma femme a moi;
nous qui agons price dans la cellule ou il est mort,

$ qui avons eu Lhonneur.:
eUe, an nom des Femmes Haitiennes,
mci, au nom du Gowernement J du Peupte
de notre Ripublique,
de respectueusement offrir au Prkcurseur
le tribute de reconnaissance de la Nation HaUiennt.













La Nation Haitienne s'est faite
swr les champs de bataile.
C'est avec une epee trempee dans le sang
le sang glorieux
rouge de tous ses enfants -;
come parchemin : une peau de tambour
toute frissonnante encore
d'avoir battu la charge -;
qu'a etd rddige son acte de naissance,
son premier bulletin de victoire.
Comment ne s'enthousiasmerait-elle pas 4 ces ricits de guerre
qui lui racontent ses urigines?
Ses origins douloureuses, mais magnifiques.










SHISTOIRE MILITAIRE

DE LA


GUERRE D'INDEPENDANCE

DE SAINT-DOMINGUE



LBS GLORIEUX COMBATS DES DIVISIONS
DU NORD


CHAPITRE I.

Importance et grandeur de la Guerre d'Ind6pendance

Dans le premier tome de lHistoire Militaire de la
Guerre d'Inddpendance de Saint-Domingue, il m'avait paru
indispensable avant d'exposer les faits do guerre -
de decrire avec soin le pays et de longuement parler des
habitants. Ii me fallait, avant tout, bien faire connaitre
cette region presque ignoree, malgr6 les cartes qui en
avaient Wt6 dresses; ceux qui 6taient appeles A la d6fendre;
6tudier le gouvernement qu'ils avaient organism: apres celui
des letats conf6d6r6s de I'Am6rique du Nord le premier
gouvernement libre dans le Nouveau Continent. Le pays
et ses habitants une fois connus, il me fallait presenter
les armies qui allaient se heurter ainsi que les chefs qui
devaient les commander. Mais afin de ne pas trop m'attar-
der, je ne voulus pas exposer en detail les minutieux pr6-
BAINT-DOXINGUE, T. II. 1







2 GUERRE D'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
paratifs de cette grandiose expedition. J'y reviens aujour-
d'hui. Je consacrerai 6galement plusieurs chapitres A l'ex-
position des plans de champagne proposes au Gouvernement
frangais ou au g6enral Leclerc, aux operations des divi-
sions du Nord, afin que le lecteur puisse mieux se rendre
compete des difficulties de la guerre dans ce pays, et s'en
faire une plus just et plus complete idee. Je ferai revivre
la grande figure du g6enral Morpas don't le role a ete capital
et que les documents que j'ai pu consulter 6clairent d'un
jour nouveau. Je rappellerai enfin les noms des autres
chefs --h6ros obscurs de la Patrie qui, pour n'avoir pas
tenu la premiere place, en ont cependant occupy une glo-
rieuse qui m6rite d'etre connue.
L'6tude de ces hauts faits d'armes nous permettra une
fois de plus, de rendre un just hommage au genie organi-
sateur du Premier Consul; d'admirer quelques-uns de ses
principaux lieutenants, entire autres le general Bernadotte,
alors commandant les armies de l'Ouest, et surtout son
ministry de la guerre, Alexandre Berthier, le future prince
de Wagram, son pr6cieux major-g6n6ral, qui l'aida dans la
preparation et la poursuite de ses plus belles campagnes.
Elle nous permettra d'admirer encore ces vaillantes troupes
frangaises qui venaient de vaincre tous leurs ennemis et
d'6tonner le monde, et qui, sous le climate brilant de Saint-
Domingue, en face d'adversaires inconnus qui employaient
une tactique nouvelle, demeurerent dignes de leur vieille
reputation et gales & elles-mgmes. Elle nous permettra
6galement d'applaudir ces vaillantes legions noires qui
avaient d6ja lutt6 avec advantage centre les troupes de la
metropole et qui, se retournant centre l'envahisseur,
avaient si vaillamment bout6 dehors 1'Anglais et l'Espagnol
et les premieres, dans e Nouveau Monde, fait appliquer
les principles 6ternels de la R6volution. Elle nous permettra
de nous incliner, en un hommage de pieuse admiration,
devant celui qui, dans les n6gociations comme sur les
champs de bataille, dans les joars de gloire comme dans lea








IMPORTANCE ET GRANDEUR DE CETTE GUERRE


jours d'6preuve, se montra aussi fin et avis6 diplomat
que grand capitaine, aussi inebranlable et ferme que maltre
de lui, ne se laissant ni prendre aux pieges savamment
tendus, ni circonvenir par les louanges, ni abattre par Pad-
versit6, ni griser par le triomphe; 1'esprit toujours aussi
lucide et p6n6trant; le premier qui a eu nettement l'idee
de la patrie, qui 1'a voulue libre et ind6pendante ses
arretes, les lettres de Leclerc (surtout celle du 5 mars 1802
au Premier Consul) en font foi le seul qui n'ait jamais
d6sesper6.
Cette etude enfin, en nous faisant connaitre la valeur, la
vari6t6 des l16ments qui composaient 1'exp6dition, nous
prouvera le prix que le Gouvernement et le Premier Consul
attachaient a la conservation de l'ile merveilleuse.
Une grande parties se disputait qui d6passait les limits
ofi auraient voulu l'enfermer ceux qui ne voyaient dans
l'exp6dition que la volont6 d'une m6tropole de maintenir
strictement sous ses lois une colonie cependant digne de
s'6manciper.
Ce qui se jouait c'6tait l'avenir meme des territoires
d'Amerique: demeureraient-ils des colonies ou devien-
draient-ils des 6tats libres? De la r6ussite ou de l'echec de
1'expedit'on d6pendait done l'avenir de tout un continent.
L'heure 6tait solennelle. Leclerc l'avait compris. Le 27 f6-
vrier 1802 (8 vent6se an X), il terminait sa lettre au mi-
nistre de la Marine Decres par ces paroles proph6tiques:
C'est ici, dans ce moment, que se juge la question de savoir
si 1'Europe conservera des colonies dans les Antilles. Le
Gouvernement avait aussi compris la solennit6 de 1'heure.
Quelques mois apres, envoyant ses felicitations a 1'armee
exp6ditionnaire, le ministry de la Guerre, Berthier, 6crivait
au chef d'etat-major g6enral Dugua: a La rapidity avec
laquelle les troupes ont deconcerte l'audace et l'esp6ranoe
des rebelles, est un service rendu non seulement a la France
mais encore a 1'Europe, qui doit se fliciter de la fin d'une
insurrection aussi dangereuse pour toutes ses colonies:.


BI^W^^*Bff~ywwW3W**^'***t'*^-.St'*'''-*.,








4 GUERRE D'INDiPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
(Lettre date de Paris du 12 prairial an X (ler juin 1802),
transmise par l'ordre du jour de l'armee le 6 thermidor,
(25 juillet 1802).
Ces craintes 6taient bien celles du Gouvernement fran-
9ais et il avait essay de les faire partager par le Gouverne-
ment anglais, afin qu'il lui laissft les mains libres ou l'ai-
dat meme a Saint-Domingue. Dans la correspondence du
Premier Consul, A la date du 13 novembre 1801, nous pouvons
lire les instructions qu'il donnait a son ministry des Affaires
6trang6res, Talleyrand, charge d'annoncer 1'exp6dition :
(( Si j'etais oblige de renvoyer l'expedition a une autre
ann6e, je serais oblige de reconnaitre Toussaint, de renoncer
A Saint-Domingue et d'y constituer des noirs frangais,
ce qui sans doute ne serait pas une speculation d'argent,
mais serait tres avantageux a la R6publique sous le point
de vue de la puissance militaire. Mais cela ne serait pas
aussi avantageux pour 1'Angleterre, car a le sceptre du Nou-
veau Monde serait t6t ou tard tomb6 entire les mains des
noirs. La secousse qui en r6sulterait pour 1'Angleterre est
incalculable, tandis que la secousse de 1'empire des noirs,
relativement a la France, serait confondue avec celle de la
Revolution. o L'amiral Villaret-Joyeube, dans sa lettre A
l'amiral commandant les forces de Sa Majest6 Britannique
A la Jamaique, ecrite A bord de l'Ocdan en rade du Cap-
Frangais, le 15 fevrier 1802, renouvelle ces apprehensions :
... Une autorit6 puissante a ete enfin retablie dans cette
colonie... et protege les principles qui seuls peuvent pre-
server, et sur lesquels repose l'int6ret commun de tous les
gouvernements europ6ens dans leurs etablissements aux
Antilles... La resistance obstin6e que les rebelles nous
opposent sur differents points, en d6pit de leurs d6faites
repetees, est evidemment le r6sultat d'un plan d'insurrec-
tion g6nerale, confirm par les 6v6nements qui sont arrives
A la Guadeloupe; et par les avis regus de la Martinique,
Tobago, Grenade et la Dominique, la consequence pour
toutes les colonies europ6ennes serait egalement d6sas-







IMPORTANCE ET GRANDEUR DE CETTE GUERRE 5
treuse si le foyer de la r6volte n'6tait pas promptement
6touff6. D I1 va plus loin, il sollicite meme l'aide de l'Angle-
terre: ... Tout nous promet un success complete, si, come
cette arm6e est en droit d'esp6rer, elle peut trouver, en
cas de n6cessit,, cette assistance de ses voisins que des cir-
constances impr6vues peuvent la forcer a r6clamer. Les
dispositions du Cabinet de Saint-James et la loyaute connue
de votre nation, me permettent d'esp6rer que les ports
de la Jamalque nous fourniront si les circonstances l'exi-
geaient et si vous en 6tiez abondamment pourvus des
provisions et des munitions. La meme crainte sur c la
consequence pour toutes les colonies europ6ennes... de cette
insurrection general v, est exprimee par le general Thou-
venot, qui remplaga le general Boyer comme chef de l'6tat-
major g6enral. Dans une note du 21 floral an II (11 mai
1803) qui precise sa pensee indiquee dans une lettre du
18 floral (8 mai 1803) adressee A son ami Page, il ecrit:
a II n'est pas douteux que Saint-Domingue entire les mains
des noirs, am6nera successivement la destruction des colo-
nies europ6ennes dans les Antilles. Toutes ces puissances
sont done interess6es au r6tablissement de lancien ordre
de choses dans cette colonie, et sous ce rapport nous ne
devrions pas supporter seuls les d6penses d'une operation
don't toutes les puissances maritimes de 1'Europe doivent
partager les avantages avec nous. Cette crainte a toujours
et6 partag6e par toutes les puissances europ6ennes. Elle
manqua de ressusciter parmi elles je ne sais quelle nouvelle
Sainte Alliance. Un livre allemand, paru en 1924, vient de
nous le rappeler : Rings urn die erate Haager Friedenskon-
ferenz (Autour de la premiere conference de La Haye) qui
n'est que le tome XV de la Grosse Politik der Europiiischen
Kabinette. a Le 28 septembre 1897, lisons-nous dans ce
livre sensationnel, Guillaume II, irrite de la protes-
tation am6ricaine contre la prolongation de la guerre &
Cuba, t614graphia a Bulow pour lui sugg6rer une interven-
tion des ltats europ6ens au besoin seulement de oeux







6 GUERRE D'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
du continent en faveur de 'Espagne oi la forme monar-
chique semblait menacee par la perte de Cuba. D Et le
Gouvernement espagnol lui-meme n'hesita pas, sentant
sa colonie lui Bchapper, a a solliciter 'Allemagne de se
mettre a la tote d'une action de l'Europe ,.
Allons hardiment jusqu'au bout de 'idee entrevue et
des craintes exprim6es, par les g6neraux Leclerc et Thouve-
not, par admirall Villaret-Joyeuse, par les ministres Ber-
thier et Talleyrand, et d6clarons que la question qui se po-
sait etait de savoir si 1'Europe conserverait des colonies
non seulement dans les Antilles, mais dans tout le Continent
ambricain.
Voil done qui fait deja pressentir et appelle en r6ponse
la doctrine de Monroe, dans son principle, doctrine de libe-
ration et de defense. Cette doctrine que Canning trouvait
atres extraordinaire o et que Bismarck appelait ( une imper-
tinence international ).
Le destin avait voulu qu'i la question pose par Leclerc
la r6ponse devait Atre faite par nous. Le destin se sert ainsi
souvent d'un humble ou d'un petit pour donner ses plus
grands examples.
La r6ponse devait etre un cri de liberty.
La colonie de Saint-Domingue victorieuse, ce n'6tait
pas elle seule, mais toutes les autres qvi triomphaient.
Une & une, l'une apres Pautre et apres elle, toutes ses
soeurs americaines vinrent la rejoindre, encourages par
son example.
Elles eurent confiance parce que leur soeur noire avait
os6....
C'est d'avoir vu flotter, le premier, libre et haut dans le
ciel, notre drapeau, qui fait que tous les autres drapeaux
am6ricains ont pu s'elever dans un ciel libre....
Quelle emotion !... Quelle fiert !...











CHIAPITRE II


Preparation de I'Expedition

La premiere idWe nettement exprimee de l'expedition
de 1801, command6e en chef par le g6enral Leclerc, date de
juin 1798.
Cette annee, pour la premiere fois, un envoi de troupes h
Saint-Domingue pour y maintenir 6troitement l'ile sous
son entire domination, fut envisage par le Gouvernement
frangaio. Quelques mois auparavant, en f6vrier 1798, etait
parti le g6enral H6douville, nomm6 commissaire et agent
particulier du Directoire ex6cutif aux lies sous le Vent.
II allait remplacer Sonthonax qui a- ait quitt6 Saint-Do-
mingue pour venir remplir son mandate de deputy au Corps
16gislatif. Hedouville etait A la tOte d'une mission compose
des chefs de brigade Watrin (1) et Pageot, des adjudants-
generaux Klinger et Becker, du chef de bataillon d'Auzy
et d'une garde de 200 hommes fournis par la 34e demi-bri-
gade de ligne, les 6e et 13e demi-brigades le6gres et 20 chas-
seurs a cheval du 7e regiment. II avait quitt6 la France le
18 fevrier 1798 sur la Bravoure. AprBs trente-six jours de
traverse, le 27 mars (7 germinal) il arrivait A Santo-Do-
mingo. Deux jours aprbs, il s'empressait d'ecrire au com-
missaire Raymond, 1'ancien collogue de Sonthonax, de-
meur6 A Santo-Domingo : a Je vous engage a vouloir bien
continue a gouverner entierement la colonies jusqu'h mon
arrivee et a faire suivre, avec la plus grande activity, les
plans que vous avez adopts pour en chasser les Anglais.
Parmi ceux qui accompagnaient Hedouville il est int6res-
sant de citer le g6n6ral Pageot, n6 au Cap Frangais, qui
avait pour aide de camp un officer qui y 6tait egalement ne,

(1) Voir notes A la fin du volume.







8 GUERRE D'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
ainsi qu'un aide de camp du g6enral H6douville le capi-
taine Cyprien Cyprene, n6 a Saint-Michel.
Le soin pris de faire escorter son repr6sentant par une
garde de 200 hommes et de le faire d6barquer a Santo-
Domingo, prouve que le Directoire n'avait pas grande con-
fiance dans le respect qu'il inspirerait et ne croyait pas
que son autorit6 serait ais6ment reconnue. Le but de l'ex-
pedition qui fut, sans doute, des ce moment, envisagee,
devait Wtre de laider A I'asseoir puissamment.
Le 22 juin 1798 (4 messidor an VI) le ministry de la
Guerre pr6venait le g6n6ral de division Cherin que le Direc-
toire executif l'avait choisi pour commander l'exp6dition
qui se pr6parait. I1 l'avait ete sur la recommendation de
Hoche. 11 devait avoir sous ses ordres les gkn6raux Hardy,
Humbert, M6nage et l'adjudant-g6n6ral Simon. Les deux
premiers firent parties de l'expedition de 1801 et se distin-
guerent h Saint-Domingue. Le g6enral Humbert fut ren-
voy6 en France. Le general Hardy mourut au Cap Frangais,
comme g6enral en chef de toutes les divisions du Nord.
Son nom fut donned a l'un des principaux forts qui d6fendent
la rade du Cap. Ce fort se nomme aujourd'hui fort Magny,
en souvenir d'un des plus fameux officers indigenes qui
combattirent pendant la guerre de l'ind6pendance.
La fougue et la vaillance du g6enral Hardy l'avaient
deja signal- et il devait commander 1'avant-garde. Mais
comme Ch6rin, souffrant, ne pouvait pour le moment s'em-
barquer, le commandement en chef des troupes lui 6tait
confie. Ch6rin partirait plus tard, dans la deuxieme quin-
zaine de juillet, avec les 4.000 hommes composant la se-
conde parties de l'expedition.
La correspondence echangee entire le ministry de la
Guerre et le g6n6ral Ch6rin en nous apprenant sa composi-
tion nous en prouve dej& l'importance. Elle devait com-
prendre toutes les armes. Cherin tenait beaucoup & avoir
de la cavalerie qu'il jugeait ( d'une indispensable n6eessit)e .
Aussi en demande-t-il deux ou trois escadrons a tirer des







PREPARATION DE L'EXPiDITION


troupes stationn6es dans les d6partements du Finistere et
des C6tes-du-Nord. Ils seront ainsi vite embarqu6s. L'ar-
tillerie se composait d'une demi-compagnie a cheval et
d'une demi-compagnie A pied avec quatre pieces, auxquelles
il fallait ajouter neuf canons de champagne avec leurs cais-
sons et munitions. Mais ne trouvant pas ce nombre suffi-
sant, Ch6rin voulait encore deux obusiers de 6, une piece de
4, deux afffts de 4, un affit d'obusier et deux caissons d'o-
busiers. Une demi-compagnie d'ouvriers d'artillerie devait
faire lee reparations. L'arme 6tait command6e par le chef
d'artillerie Chanteclair qui aurait sous ses ordres le chef de
bataillon Pernetty, les capitaines Camas, Lafosse et Rou-
ville, les lieutenants Villedey et Eulliot. Ch6rin avait pens6,
avec raison, qu'embarquer 3.000 habits, 9.000 fusils avec
baionnettes et 1.200 cartouches pour 4.000 hommes qui
devaient aller faire la guerre A plus de 2.000 lieues c'6tait
bien peu et il avait reclame. Dans sa r6ponse date du 21 juil-
let 1798 (3 messidor an VI) oi l'on ne sait trop s'il faut
admirer l'humour ou la naivete, le ministry de la Guerre
explique que le Directoire s'est d6termin6 A ce nombre,
moins par economie que pour 6viter, en cas d'accident,
(le mot est charmant) d'en perdre une plus grande quan-
tit6. Et, sans doute, pour faire patienter Ch6rin, une note
marginale announce que la second expedition sera plus
compl6tement fournie. Mais Ch6rin n'accepta pas davan-
tage. Ironie ou inconscience, il releva vertement la phrase.
II reclama, pour Atre embarqu6s avec le premier convoi,
non pas 9.000 fusils mais 17.000; non pas 3.000 habits
- pas m6me de quoi rhabiller tous les hommes mais bien
9.000 et d6clara amerement, 24 juillet 1798 (5 thermidor
an VI) c : Vous me marquez que c'est moins par economie
que le Directoire s'est determine A fixer un nombre infe-
rieur de fusils et d'habits que pour 6viter, en cas d'accident,
d'en perdre une plus grande quantity. Mais quand on expose
4.000 braves commands par des officers d'6lite, comment
peut-on attacher plus d'importance & des armes don't l'u-







10 GUERRE D INDEPENDENCE DE SAINT-DOMINGUE
sage doit quintupler nos forces et nos esp6rances ? Nous
comprenons son indignation. Le Directoire semblait atta-
cher plus de prix A des fusils, A des habits qu'A des soldats
et consentir, sans dDute, A risquer la vie des uns, sans ce-
pendant oser trop risquer la perte des autres.
Mais cette protestation d'un coeur g6n6reux et d'un chef
qui aime ses soldats n'eut pas d'effet. Le 26 juillet 1798
(8 thermidor an VI) le ministry de la Guerre Bcrivait au
g6n6ral Cherin que le Directoire s'en tenait h ses premieres
dispositions et rejetait toutes ses demands. Pour amortir
une fois encore le coup, le ministry ajouta en post-scriptum
que, cependant, il augmenterait de quelques milliers les
fusils accords. Une aum6ne qu'on voulait bien donner.
Quelle mis6re Cela meme ne put pas Atre r6alis6. Le Direc-
toire ajourna 1'exp6dition.
Le 28 novembre 1799 (7 frimaire an VIII) brusquement,
une note secrete du ministry de la Marine et des Colonies,
Forfait, au ministry de la Guerre, Berthier, nous apprend
que l'id6e est reprise : ( Pour vous seul (confie cette note).
Les Consuls de la R6publique vous ont, sans doute, pr6venu
que leur intention est de faire passer & Brest 3.000 homes
de troupe et un 6tat-major de terre qui doivent s'embarquer
dans ce port. Tous les ordres qui me concernent pour l'ar-
mement des vaisseaux sont exp6di6s et je pense que vous
aurez pris 6galement vos measures pour le rassemblement
et la march des troupes. Mais comme les Consuls d6sirent
que l'exp6dition mette h la voile vers la fin de ce mois et
qu'il n'y a pas un moment h perdre (on sent la vigueur
avec laquelle le Premier Consul pousse toutes ses entre-
prises) je vous serai tr6s oblig6 de m'informer des disposi-
tions que vous avez prescrites afin que je puisse agir par-
faitement de concert avec vous et qu'aucun obstacle
n'arrete l'execution des ordres du Gouvernement. ) Puis
le silence se fait encore sur cette expedition secrete et il
faut attendre le mois d'avril 1800 pour que le Gouvernement
songe A la reprendre.







PR&PARATION DE L'EXPiDITION


Une note secrete et tres habile, qui est sans doute d'a-
Vril 1800, nous apprend que ( le project don't il s'agit exige
on grand secret, soit A cause de nos ennemis, soit pour que
e bruit n'en parvienne pas dans la colonie avant l'arriv6e
le la division qu'on y destine. On pourrait abuser de cette
sonnaissance pour repandre des inquietudes parmi les noirs
t l'ex6cution du dessein qu'on se propose deviendrait
plus difficile. (Quel est done ce ( desseinf pour l'execution
duquel il faut un si lourd secret et toute une division ?)
Mais comme il est indispensable d'employer beaucoup de
monde dans les dispositions a faire, on pourra d6tourner
attention vers une expedition centre l'Irlande, contre
Jersey et Guernesey, le Portugal, la colonie de Surinam,
celle de Para et parler meme de Saint-Domingue don't on
ne pourrait omettre la mention sans trop l'indiquer par ce
silence meme. Une lettre de Barb6-Marbois au ministry
date du 12 avril 1800 (22 germinal an VIII) par laquelle
il lui a adresse les notes preliminaires qu'il s'6tait propose
de lui remettre ) permet peut-4tre d'6tablir un lien entire
ces a notes pr6liminaires n et la note secrete don't le texte est
plus haut. Avant de risquer une pareille expedition, il
fallait, on le comprend, essayer de r6unir tous les renseigne-
ments tant sur le pays, ses troupes, sa population, ses ins-
titutions, ses lois; Utre reniseign6 de fagon impartiale et
exacte sur son 6tat 6conomique et social, son Gouverne-
ment dirig6 par un homme n6 dans le pays et qui s'est senti
assez fort et assez respect pour signer des traits avec les
deux grandes nations anglo-saxonnes. Et puisque les colo-
nies d6pendaient du ministry de la Marine, il 6tait nature
de s'adresser A lui pour les avoir. Berthier, esprit m6tho-
idique et consciencieux, voulant tout savoir pour essayer
de tout pr6voir, ecrivait le 15 avril 1800 (25 germinal
an VIII) A son coll6gue de la marine, Forfait, de r6pondre
au questionnaire fort complete qu'il lui envoyait. 11 lui de-
mandait de lui communiquer a les nouvelles les plus r6-
centes arrives de Saint-Domingue et toutes les pieces im-







12 GUERRE D'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
primees qu'on en a reques; 1'arrWte public le 6 floral an VII
par Roume relativement A I'admission des Am6ricains
conf6d6res & Saint-Domingue, la ratification de cet arrrt6
par le CongrBs Americain, l'accord ulterieur avec la Com-
mission anglaise de la Jamaique et toutes les pieces rela-
tives A cette nation; de lui faire 6galement savoir si
les Anglais ont 6vacu6 le M61e Saint-Nicolas et quelle
force il y a actuellement dans les forts; quels sont les ports
de commerce presentement ouverts aux commergants
anglais a Saint-Domingue; quel est 1'6tat des subsistances
dans l'ile et en quoi consiste son revenue public; s'il y a
encore quelques batiments de l'itat et quelques restes'des
regiments blancs; quel y est l'etat des corps d'artillerie et
du genie et o'il y a quelque moyen d'obtenir de la Cour de
Madrid la faculty de tirer des fonds de La Havane. II de-
mande enfin communication de la correspondence et des
memoires des citoyens Vincent et Roume ou autres agents
et fonctionnaires publics. a Et A propos de Vincent il ajou-
te : < Je vous observe au sujet du citoyen Vincent que si
les imputations qui lui sont faites sont 16geres ou mal
fondees, je crois qu'on ne peut faire un choix plus conve-
nable aux circonstances. II a la corfiance de Toussaint-
Louverture et pour cette raison il est I'homme le plus pro-
pre A conduire, sans violence, A des changements indis-
pensables. Si le Gouvernement s'arrAte a ce choix, il faut
se hater de retenir cet officer qui est, je pense, a Roche-
fort pour s'embarquer. II convient meme de le faire venir
ici et je crois qu'on en aura le temps. Je termine en vous r6i-
terant la priere de satisfaire le plus t6t possible A ces diff6-
rentes demands. Et Berthier concluait ainsi : < Si ces
renseignements ne peuvent Atre complete, on tirera du
moins le meilleur parti qu'on pourra de ceux qui seront
fournis. L'objet est un des plus important don't le Gou-
vernement puisse s'ocouper. Si c'est pour l'executer dans
le cas d'une paix prochaine, tant mieux, il en sera d'une
execution plus facile. Si la paix est 6loign6e je crois qu'il







PREPARATION DE L'EXPEDITION 13

faut encore s'occuper du project, car tout retard augmen-
tera les obstacles qu'il s'agit de vaincre. ,
L'exp6dition A laquelle le Gouvernement attachait la
plus grande importance et don't le commandement etait
confie au g6enral de division Mathieu devait se composer,
d'apres les instructions du ministry de la Marine du 22 avril
1800, de 4.600 hommes d'infanterie, d'une compagnie
d'artillerie avec 6 pieces de campa-gne. Elle devait s'em-
barquer A Brest sur une escadre comprenant 7 vaisseaux de
guerre et 5 frigates sous les ordres du contre-amiral La-
crosse. Pour former cette expedition et arriver A cet effectif,
le Premier Consul avait prescrit d'ajouter aux 3.349 hom-
mes d'infanterie, aux 199 homes d'artillerie et aux 72 ou-
vriers d6jA embarques A Brest le 25 avril 1800 (5 floral
an VIII) sur l'escadre command6e par l'amiral Bruix, le
nombre d'hommes n6cessaires tires de l'arm6e de l'Ouest.
Tous les officers pr6c6demment mis A la disposition de
l'amiral Bruix devaient demeurer, comme leurs soldats,
A celle de l'amiral Lacrosse. Le chef de l'arm6e de l'Ouest
6tait le g6enral Bernadotte, conseiller d'Etat, don't le
quarter g6enral 6tait A Rennes. C'6tait avec lui que Ber-
thier communiquait pour tout ce qui concernait la prepa-
ration de cette expedition : c Le Premier Consul, lui 6cri-
vait le ministry le 25 avril 1800, se repose sur vous du soin
de faire toutes les dispositions necessaires pour assurer le
service dans toutes ses parties et vous autorise en conse-
quence a faire fournir tout ce qui sera necessaire au
succes de l'exp6dition tant pour le materiel que pour le
personnel. L'un A Paris, l'autre A Rennes, recevant
directement les ordres de Bonaparte et les ex6cutant avec
activity et intelligence; sans se tromper interpr6tant
toutes ses pensees ou faisant preuve de la plus louable
initiative, sont les deux grands ouvriers de cette grande
oeuvre.
Ils ont aide & monter cette grandiose machine don't cha-
que parties m6rite d'etre etudi6e avec soin et qui est digne







14 GUERRE D'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
de notre admiration. L'arret6 du 4 mai 1801 (14 floral
an IX) organise 1'exp6dition.
Devaient Wtre reuris A Brest : 1 bataillon de la 30e J1-
gere; 1 bataillon des 31e, 71e, 77e, 79e, 82e de ligne, comptant
chacun 600 hommes ; 4 pieces de 4, 8 de 8, 2 de 12 ; 2 obu-
siers avec double approvisionnement en caisse; 6 pieces
de 24 et 6 de 16; 2 mortiers de 8, tous approvisionnes A
500 coups et 2 mortiers de 12 approvisionn6s a 250 coups,
avec le nombre de canonniers n6cessaires pour servir ces
pieces; 600.000 cartouches d'infanterie; 2.000 fusils, des
outils de pionniers; 15 A 20 charretiers, les ouvriers n6ces-
saires. Les troupes d'infanterie devaient avoir A leur tate
un g6enral de brigade, un adjudant-commandant et 2 ad-
joints; chaque pare d'artillerie un capitaine et les deux
etre dirig6s par un chef de brigade, directeur du pare
d'artillerie. Un officer superieur ayant sous ses ordres
4 ou 5 officers devait commander le corps du genie. Tous
les officers devaient etre pris parmi ceux de 1'arm6e de
I'Ouest. Un general de division commanderait en chef
1'expedition.
Le 5 mai 1801 (15 floral an IX) le chef de brigade Vil-
Jaret-Joyeuse fut nomm6 & la direction du pare d'artillerie
et le g6n6ral de brigade Lemaire au commandement de
l'artillerie.
Les troupes reunies A Brest le 9 mai 1801, se montaient
deja h 4.132 hommes. Elles se d6composaient ainsi : 3.698
hommes d'infanterie (2 bataillons de la 5e l6gere, soit
1.145 hommes, 1 bataillon de la 31e, soit 1.191 hommes,
1 bataillon de la 71e, soit 682 homes, 1 bataillon de la
79e, soit 680 hommes); 234 hommes d'artillerie (4 compa-
gnies de canonniers A pied, soit 200 hommes, une escouade
d'ouvriers de 16 hommes et 18 soldats du train); 1 com-
pagnie de 200 sapeurs du genie. Le materiel d'artillerie
comprenait un pare de champagne comptant 4 pieces de
4,8 de 8,2 de 12 ; 2 obusiers de 6 pouces avec double appro-
visionnement en caisse et 1 pare de siege comptant 6 pieces







PREPARATION DE L'EXPEDITION 15
de 24, 6 de 6, 2 obusiers de 12 A la Gomer, 2 obusiers de 8
la Gomer approvisionn6s A 250 coups pour les obusiers
de 12 et 500 coups pour les autres bouches a feu; 600.000
cartouches d'infanterie et 4.000 fusils.
Une legere modification apport6e par Bernadotte A
P'arrete du Premier Consul dat6 du 4 mai, lui avait fait
reunir A Brest la 31e demi-brigade de ligne qui comptait
1.200 hommes et 1 bataillon de la 5e de ligne a la place des
bataillons des 71e, 79e et 82e demi-brigades.
Le rassemblement des troupes & Brest se pursuit et
le 22 juin 1801 (3 messidor an IX) leur total s'616ve a
4.316 hommes; 5e demi-brigade 16gere, 2 bataillons = 977
presents sous les armes; 31e de ligne, le 2e bataillon = 1.023
presents; 71e de ligne, le 3e bataillon = 609 presents;
79e de ligne, le 2e bataillon = 606 presents; 82e de ligne,
le 3e bataillon = 618 presents; total = 3.833 presents.
itat certifi6 par le g6n6ral HIdouville, l'ancien agent du
Directoire aux Isles sous le Vent, qui commandait main-
tenant la 13e division. A ces 3.833 hommes, il faut ajouter
2 companies de grenadiers de la 31e, soit 168 homes,
puis 1 compagnie de grenadiers de la 71e, soit 73 homes,
puis 1 compagnie de grenadiers de la 79e, soit 74 hommes,
puis enfin 2 companies de la 5 l16gere, soit 168 hommes.
Ce qui donne un total g6n6ral de 4.316 hommes. Pour
assurerr le succes de l'exp6dition il ne pouvait suffire d'etre
completement renseign6 sur le pays et ses habitants, ni
d'embarquer une nombreuse arm6e bien 6quip6e, encore
mieux arm6e. 11 fallait, avant tout, porter un grand soin
dans le choix m6me des hommes et des officers, comme
dans celui du chef qui devait les commander. Ce point
important retint toute attention de Berthier, de Berna-
dotte et, A tous les degres, de ceux qui s'occupaient d'or-
ganiser 1'expedition : ( Il est de la plus grande importance,
apprend une note secrete du 23 mai 1800 (3 prairial an VIII),
de bien composer les corps qu'on y enverra (a Saint-Do-
mingue). Si, comme on l'annonce, on y fait passer des d6ser-







16 GUERRE D'INDtPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
teurs allemands, il ne faut prendre que les hommes sains, ro-
bustes et capable de supporter de grandes fatigues. On parole
d'y envoyer 1.500 de ces strangers, la plupart 6puises, exte-
nubs et don't le sang est irr6parablement vici6. Sous le rapport
de l'humanite, ce sont des hommes sacrifi6s et qui mettront
la mortality parmi les 6quipages et dans le reste de l'armee.
Sous le rapport de l'utilit6, il faut bien se garder de les
prendre, car ils tiendront a bord la place des hommes effec-
tifs qu'il faut envoyer : leur passage coftera beaucoup et,
au lieu d'avoir 4.000 hommes a d6barquer, on n'aura qu'un
melange qu'il faudra peut-6tre reduire A moiti6 pour le ser-
vice reel.
A lire les dossiers qui concernent cette expedition, on se
rend compete de l'importance de cette question et du souci
qu'avaient les chefs responsables de n'employer que des
officers de toute valeur et des troupes de premiere quality.
Il ne faut pas longer A citer toutes les notes A ce sujet. Le
general Humbert, le h6ros de l'expedition d'Irlande que
d'Esparbes a si eloquemment chant et qui command
provisoirement celle qui se pr6parait & Brest, faisait obser-
ver, le 10 juin 1801 (21 prairial an IX), au ministry de la
guerre que, U parmi les 3.600 hommes pris dans 1'arm6e de
'ouest don't le ministry avait ordonn6 la reunion 6 Brest,
il se trouve 1.500 hommes qui n'ont jamais fait la guerre ,.
a Avoir fait la guerre D paraissait une preparation indis-
pensable. Le 22 juin 1801 (3 messidor an IX), l'amiral Vil-
laret-Joyeuse, entire autres desiderata, recommande de
q n'embarquer que de bonnes troupes et pour etre chef
d'6tat-major de cette division (qui se r6unit A Brest) un
adjudant-commandant qui ait fait la guerre Le 21 juin
1801, Berthier 6crit & Bernadotte c de substituer dans la
garnison de la frigate 1'Uranie, aux militaires recemment
arrives des prisons d'Autriche ext6nues, fi6vreux et mal
vetus, des hommes sains et robustes Quelques jours
aprks, le 26 juin, voulant 6tendre cette measure A toutes les
troupes, il made A Bernadotte de remplacer tous les hommes







PREPARATION DE L'EXPEDITION 17
reconnus hors d'6tat de supporter les fatigues de cette
expedition. Leclerc enfin, de Saint-Domingue, demandera
qu'on lui envoie des hommes qui ont combattu en l~gypte
et 6crira, le 8 mai 1802, au ministry de la Marine: a C'est un
bien mauvais calcul que de m'envoyer des troupes de nou-
velle formation... Ne m'envoyez jamais de recrues qui n'aient
pas connu les fatigues de la guerre. Et, le 13 septembre
1802 (26 fructidor an X), il se plaint d'avoir requ a un com-
pos6 de brigands de la Provence. Moiti6 a d6sert6 avec les
brigands et I'autre est incapable de rendre aucun service ).
Les changements frequents, enfin, dans le choix de celui
qui devait commander en chef l'exp6dition et faire r6gner
& Saint-Domingue i'ordre A nouveau, prouvent avec quel
soin les candidatures 6taient accueillies, examines et re-
jet6es au fur et A measure qu'augmentaient le nombre et
l'importance des troupes. Car, ainsi que le faisait tres
justement remarquer Bernadotte, il faut d'autres quelites
que d'etre brave ou entreprenant pour a concentrer les
volont6s de 5.000 hommes dans une suite .
Mais il y avait une autre difficulty A resoudre : celle des
officers creoles, noirs et de couleur. Ils 6taient A Paris une
soixantaine, officers g6enraux et sup6rieurs, parmi les-
quels Mentor et Rigaud. Emploierait-on ces officers et
dans quelles conditions ? La note du 23 mai que j'ai citee,
en parole la premiere : ( La division destined pour Saint-
Domingue ne doit Utre command6e que par des officers
blancs. II y a dans celle-ci beaucoup d'officiers noirs ou
mulAtres. Tout est perdu s'ils parent. L'on veut s'en de-
barrasser, mais ce ne doit pas etre en les envoyant A Saint-
Domingue, sinon l'exp6dition est manquee : il ne faut pas
qu'il en parte un seul. Et pour montrer le soin que l'on
devait apporter aussi bien dans le choix d'officiers instruits,
d'hommes robustes que dans l'exclusion de tout officer
creole, la note concluait : a Ces deux observations sont capi-
tales et, si on les n6glige, 1'expedition, non seulement ne reus-
sira pas, mais el!e aura meme des suites funestes et pourra
SAINT-DOMINGUE, T. II. 2








18 GUERRE D'INDfPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
causer la perte irreparable d'une colonie qu'il est encore
temps de sauver. ,
Des dffTrentes solutions qui se presentaient lui, le
Premier Consul choisit un moyen term. I1 ne voulut pas
garder en France ces officers cr6oles et ordonna de les faire
s'embarquer a Brest pour Saint-Domingue. Mais il ne vou-
lut pas non plus les y employer et prescrivit qu'ils a reste-
raient a la suite de la Legion expeditionnaire, don't ils
avaient e6t distraits mal a propos Mais parmi ces officers,
plusieurs refuserent de partir dans ces conditions. Designes
alors pour s'embarquer, non plus A Brest, mais A Toulon, sur
1'escapdre de l'amiral Gantheaume, en maniere de protes-
tation, les officers creoles qui servaient dans la Legion
exp6ditionnaire se joignirent A ceux qui avaient etd mis &
la suite et refuserent 6galement de partir. Pour les punir,
le ministry de la guerre, le 14 septembre 1801 (27 fructidor
an IX) pr6vient le general Meyer, nomm6 provisoirement
commandant des troupes A Toulon et qui avait porter ce
refus & sa connaissance, a qu'd dater du ler vend6miaire
prochain (par decision des Consuls), aucun de ces officers
ne sera paye n.
Une measure intervint qui parut tout concilier : ces offi-
ciers 6taient employs dans les divisions qui devaient agir
dans 1'ouest et dans le sud de la colonie.
Pour former l'armee exp6ditionnaire, Bonaparte avait
prescrit de prendre les officers et les troupes embarques
sur l'escadre de l'amiral Lacrosse et de les complete avec
des officers et des troupes tires des demi-brigades de 1'ar-
mee de l'ouest. Mais cette arm6e 6tait oblige de surveiller
13 departements oi la revolte inapais6e grondait toujours
et de garder 200 lieues de c6tes menacees par des flottes
enemies et par les Russes qui occupaient les miles de Jersey et
de Guernesey. Elle 6tait r6duite A 15.000 ou 16.000 homes
mal pays, encore plus mal habilles et don't une grande
parties, d'ailleurs, 6tait A l'h6pital. Loin de pouvoir fournir
des renforts, l'armee de l'ouest en avait elle-meme besoin.







PREPARATION DE L'EXP]DITION 19

Pour cela elle croyait pouvoir computer sur les troupes em-
barqu6es en vue de 1'expedition et ne pensait pas, au con-
traire, devoir elle-meme servir a complete ces troupes.
Les Anglais 6taient maintenant tout A fait au courant de
lexp6dition et de sa destination. II 6tait aussi a supposed
que, depuib pres de trois mois qu'on la preparait, le soupcon
en fit parvenu jusqu'A la colonie.
Les Anglais gardaient toutes les issues et tenaient l'es-
cadre bloquee. Bien plus, un prisonnier kchang6, arrive
de Portsmouth, racontait qu'ils y armaient une puissante
escadre composer de leurs dix meilleurs voiliers. Cette
escadre devait s'opposer au passage de celle de Lacrosse,
et, si elle ne le pouvait, la rejoindre aux Antilles et aller
meme la chercher jusqu'& Saint-Domingue. Pendant trois
jours Lacrosse avait en vain essay de gagner le large, il
avait Wet oblige de regagner le port de Brest. Le d6parte-
ment de l'ouest encore tout fr6missant et qu'il important
de mettre A l'abri d'une invasion; l'armee de I'ouest qu'il
6tait urgent de renforcer, d'6quiper et d'armer; les Anglais
au courant des projects du Premier Consul et d6cid6s A s'y
opposer: dans ces conditions, l'on comprend que ceux qui
devaient prendre part A l'exp6dition n'avaient plus, dans
son succes, une grande confiance.
Les generaux Quentin et Mathieu avaient meme refuse
d'y participer et le g6n6ral Bernadotte n'avait pas h6sit6e
faire connaltre son sentiment : il y etait aussi oppose. Le
plus sage 6tait, sans doute, de la differer, de la remettre
A un moment plus favorable. C'est ce que Berthier conseil-
lait au Premier Consul dans son rapport du 26 mai 1800
(6 prairial an VIII). Bonaparte adopta l'avis tres raison-
nable et motive de son ministry de la Guerre. Un arrteU
des Consuls du 10 septembre 1800 (23 fructidor an VIII)
fixa le depart de l'exp6dition pour la second decade de
vend6miaire. Elle devait toujours Atre sous les ordres du
general Sahuguet que Bernadotte avait provisoirement
d6signe. Le choix paraissait heureux, le Premier Consul le







20 GUERRE D'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
confirm. Sahuguet fut autoris6 B designer les officers qu'il
desirait avoir sous ses ordres.
L'escadre, sur laquelle devait s'embarquer comme pr6fet
colonial le conseiller d'Itat Lescalier, 6tait commandee par le
contre-amiral Ganteaume. Elle se composait de 7 vaisseaux de
guerre, 2 frigates et 1 brick. Elle transportait 3.000 hommes
avec un armement de 6.000 fusils et de 1.000 paires de pisto-
lets. L'arrWte recommandait, tres sagement, que a lorsque
les pr6paratifs de l'expedition seront tels que l'on pourra,
dans les ports, en soupponner le but, l'embargo sera mis
dans les principaux ports de l'oc6an, sur les bAtiments des-
tines pour les colonies occidentales, afin qu'ils ne puissent,
pas envoyer la nouvelle & Saint-Domingue D. Mais les flottes
anglaises 6taient alors maltresses de la mer. Bonaparte
dat attendre d'avoir, grace au trait d'Amiens, le libre pas-
sage et la libre disposition de ses soldats et de ses vais-
seaux.
Le port de Brest ne pouvait plus suffire A l'embarque-
ment de toutes les troupes. Le Premier Consul d6signa en
outre Rochefort. Le 22 octobre 1800 (30 vend6miaire an IX),
il fit choix du general Desfourneaux pour organiser I'ex-
pedition qui devait s'y preparer. Elle comprendrait, d'a-
pres I'avis que lui en donnait Berthier en janvier 1801, les
3es bataillons des 2es demi-brigades de ligne :la 21e qui fai-
sait parties de la 12e division et la 56e en garnison A Bor-
deaux; le dep6t de troupes de la marine stationn6 A l'ile
de R6, soit 250 hommes, et les 72 homes du dBp6t des
Antilles a Rochefort; 100 hommes pris dans les bataillons
isoles des 21e, 107e de ligne et 5e legere, appartenant A la
12e division; 83 hommes du 5e regiment d'artillerie A pied
et 17 canonniers volontaires. Ces 522 homes devaient
former 1 bataillon de 3 companies. Les troupes empor-
taient 1.000 fusils, 20.000 cartouches, 500 sabres et 2 pieces
de 4 avec 20.000 boulets.
Au 31 janvier 1801 (11 pluvi6se an IX), aprbs quelques
modifications, le bataillon comprenait : 6tat-major : 1 ca-







PREPARATION DE L'EXPEDITION 21
pitaine, commandant provisoirement le bataillon, 1 adju-
dant-major, 1 quartier-maitre, 2 officers de sant6, 1 adju-
dant sous-officier, 1 vaguemestre, 1 tambour-major, 3 ou-
vriers;

140 hommes provenant du 3e bataillon de la 21e demi-
brigade de ligne;
106 hommes provenant du 3e bataillon de la 56e demi-
brigade de ligne;
59 hommes provenant du 3e bataillon de la 5e demi-bri-
gade lgere;
58 hommes provenant du d6p6t de F'ile de Re;
28 hommes provenant de la Legion de la Loire;
391 grenadiers et chasseurs (2 companies de chasseurs
et 1 compagnie de grenadiers);
56 canonniers du 5e regiment d'artillerie A pied;
63 canonniers volontaires;
510 hommes, non compris l'6tat-major.

Mais le Premier Consul pensait d6ja a augmenter l'ex-
p6dition.
A Brest, seul port primitivement d6sign6, il avait ajouth
Rochefort. Et maintenant il voulait porter a 750 hommes
1'effectif du bataillon qui devait s'y embarquer. Pour
atteindre ce chiffre il fallait prelever 250 hommes sur les
3es bataillons des 21e et 56e demi-brigades. Une escadre de
3 frigates 6tait d6signee pour transporter les troupes. Elle
devait Atre command6e par 1'amiral Bruix nomm6 le 2 mars
1801 (11 vent6se an IX). Ses pouvoirs 6taient tres 6tendus
puisque les prefets maritimes, les officers de terre et de
mer, en France et jusque dans les colonies, IA o-i il abor-
derait, etaient imm6diatement mis sous ses ordres. Les
troupes qui se rassemblent A Rochefort sont encore aug-
mentres. Le 3 mai 1801 (13 floraal an IX), Berthier prescrit
au g6n6ral Chabot, commandant la 12e division, de mettre
A la disposition de I'amiral Bruix un bataillon de 400 hom-







12 GUERRE D'INDAPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
mes, de porter & 600 homes le bataillon de la 68e, A 500
celui de la 90e et d'ajouter 60 canonniers. Pour 6tre assur6
qu'il recevra ce nombre le g6enral Leclerc (c'est la premiere
fois que son nom est prononc6 ausujet de cette expedition),
qui command l'armee d'observation de la Gironde, lui en
donnera 100. Les troupes r6unies & Rochefort, don't I'effec-
tif a consid6rablement augment il se monte maintenant
A 1.600 hommes seront commandoes par le general
Thi6baut.
Mais Brest et Rochefort ne suffisent plus comme ports
d'embarquement. Bonaparte y ajoute Lorient. Le 28 mars
1801 (7 germinal an IX) le ministry de la Marine demand
a son coll6gue de la Guerre de mettre A la disposition de
l'amiral Lacrosse ( pour une mission particuli6re au dehors .
60 canonniers qui doivent s'embarquer A Lorient. Ils se-
ront pris parmi les 5 officers et les 73 hommes de la 10e com-
pagnie du 8e regiment d'artillerie A pied. Leur nombre sera
d'ailleurs bientat porter A 100.
De 3.698 hommes au 9 mai 1801 (19 floral an IX) les
troupes r6unies A Brest se montaient A 3.716 hommes le
22 juin 1801 (3 messidor an IX). II avait fallu d6duire les
600 hommes du bataillon de la 82e des 4.316 homes qu'in-
diquait ce dernier 6tat de situation. Une lettre de Berna-
dotte nous fait part des difficulties qu'il rencontrait, A cause
des soul6vements qui existaient toujours en Vend6e, pour
concentrer ainsi a Brest un nombre de plus en plus consi-
d6rable de troupes : a(A cette 6poque, mandait-il a Berthier
le 22 juin 1801 (3 messidor an IX), les companies de gre-
nadiers 6taient dispersees sur une surface de plus de 80 lieues
de terrain. Elles 6taient employees A dissoudre les bandes
de brigands qui recommengaient A paraitre. Je n'avais
point de troupes sous la main pour les faire reliever et se
fussent-elles mises en route de suite, il leur aurait 6te diffi-
cile d'etre rendues A Brest A l'6poque fix6e par vous. II
me parut plus sage de continue les expeditions centre les
brigands et de fournir le nombre de 3.600 par les troupes







PREPARATION DE L'EXP9DITION 23

les plus voisines de Brest. Je tenais beaucoup A ce que l'ex-
p6dition ne fit pas retardee. La flotte n'6tant point parties,
j'ai pu donner ordre aux companies de grenadiers de re-
joindre leur bataillon, elles sont deja en march. Des 1'ins-
tant qu'elles seront rendues, elles entreront chacune dans
leur cadre. )
Mais une nouvelle lettre du Premier Consul, 25 juin 1801
(6 messidor an IX) donne l'ordre de porter les troupes &
4.200 hommes, grace A P'augmentation de tous les batail-
lons qui devront computer 600 hommes chacun. Ces troupes
doivent Atre prAtes a s'embarquer de Brest pour la premiere
decade de prairial. Persuade de l'importance qu'il y a a
envoyer dans cette lointaine expedition des officers de
valeur et des hommes en bonne sante, Bernadotte recom-
mande au g6enral Meunier, charge de complete 1'infanterie,
de choisir ( des homes robustes, en 6tat de faire la guerre
et d'en supporter les fatigues. e Dans le mgme temps, il
fournit au chef de brigade d'artillerie Villaret-Joyeuse tous
les moyens en son pouvoir pour porter au complete ses com-
pagnies d'artillerie et il s'occupe 6galement de r6unir 60 chas-
seurs A cheval de la Legion de la Loire avec leurs officers.
Les trois armes seront ainsi represent6es.
S'il fallait, pour la reussite de l'exp6dition, des officers
instruits et des hommes solides, il fallait a leur tate un g6-
n6ral de valeur. Il n'en manquait pas en France, mais il le
fallait bien choisir pour la conduite de cette guerre special.
Le jer juillet, Berthier proposal au Premier Consul, pour
commander les troupes reunies a Brest, l'un des trois g6-
n6raux de division suivants : le g6n6ral Laborde, divi-
sionnaire depuis 1794, qui s'6tait distingu6 aux Pyr6n6es
et aux armies du Nord et du Rhin; le general Gudin, qui
avait servi avec distinction partout oi il avait 6te employ;
enfin le g6n6ral Legrand, divisionnaire depuis 1799 et qui
s'6tait toujours egalement fait remarquer dans les memes
armies oh avait et6 employee le precedent. Le Premier
Consul design le g6enral Laborde. Le 3 juillet le ministry







24 GUERRE D'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
de la Guerre lui ecrivit de se rendre a Brest prendre le com-
mandement des troupes. L'escadre 6tait mise sous les ordres
de P'amiral Villaret-Joyeuse qui remplagait l'amiral Bruix
souffrant. Mais le general Laborde regoit presqu'imm6dia-
tement une autre destination et le 28 juillet le ministry de
la Guerre previent le g6enral Gudin qu'il le replace. II1
lui 6tait permis, comme a son pr6edcesseur, de choisir dans
l'armee de lOuest un g6enral de brigade, soit le g6n6ral
Humbert, soit le g6enral Gratien, soit tout autre. Ces deux
derniers s'occupaient de l'organisation et de la preparation
de l'exp6dition et en 1'absence du general Humbert qui,
sans consulter Bernadotte, 6tait parti A Paris conf6rer avec
le ministry de la Guerre, le commandant de l'armee de
I'Ouest avait nomm6 en sa place le general Gratien, com-
mandant provisoire des troupes exp6ditionnaires. Est-ce
en consideration de cela que Berthier 6crivit a Bernadotte
le 31 juillet 1801 (12 thermidor an IX) que le commande-
ment des troupes exp6ditioniaires r6unies a Brest ne serait
pas donn6 A un general de division mais A un des g6n6raux
de brigade employes sous ses ordres, le general Humbert
ou le general Gratien ou tout autre qu'il jugera digne de sa
confiance et de celle du Gouvernement. Mais ce n'6tait pas
du tout l'opinion de Bernadotte. Il la motive dans une tres
belle lettre du 23 aofit 1801 (5 fructidor an IX). Je la fais
connaitre en entier : ((Avant de remplir les dispositions de
votre lettre du 12 thermidor (31 juillet 1801) parvenue
seulement le 28 16 aoit je crois devoir vous faire les
observations suivantes. Le g6n6ral Gratien n'aurait pu,
sans inconvenient, quitter les c6tes du Nord.oii sa presence
est indispensable pour comprimer les malveillans et arreter
les assassinats. J'ai cru m'apercevoir que deux g6n6raux de
brigade n'ayant pas pour chef un g6n6ral de division se-
raient peut-6tre plus nuisibles qu'utiles. La crainte d'une
rivalit6 qui pourrait devenir funeste m'a engage A vous
6crire pour vous donner ces details et j'ajoute que le g6nral
Villaret m'a paru desirer de conserver le g6n6ral Humbert







PREPARATION DE L'EXPEDITION


dans la supposition que le Gouvernement ne nommAt point
de g6n6ral de division. Je me suis rendu aux desirs de t'amiral
(il s'agit de Villaret. Les officers g6n6raux de marine sont
appel6s amiral ou g6n6ral) jusqu'& ce que vous en ayez diffe-
remment ordonn6. Je connais l'insuffisance du g6n6ral Hum-,
bert; j'ai aussi la measure de sa capacity : il est brave, entrepre-
nant, mais ces qualit6s ne sont pas suffisantes pour diriger
et meme concentrer les volont6s de 5.000 hommes dans une
suite. II convent a la marine et il serait peut-Atre impoli-
tique de charger de ce commandement un autre g6n6ral
du meme grade. Ces raisons me font opiner pour la nomina-
tion d'un general de division. D A propos de Humbert rap-
pelons que Bernadotte avait 6crit de lui & Berthier le 21 jan-
vier 1801 : (( Je crains que son esprit ne soit un peu ali6n6.
Sa vaillance folle en Irlande tendrait a le prouver. D'ail-
leurs, on ne fait rien de grand si l'on est trop raisonnable,
si l'on n'a pas de chimere.
Berthier se laissa convaincre. Quelques semaines plus
tard, le 10 septembre 1801 (23 fructidor an IX) il faisait
savoir a Bernadotte que, d'apr&s sa demand, le general de
division Rochambeau actuellement a Genes et comman-
dant les troupes frangaises en Ligurie et auquel succede
le g6enral Sahuguet, vient d'etre nomm6 au commande-
ment des troupes formant l'exp6dition aux ordres de Vil-
laret-Joyeuse. Le choix 6tait excellent. Le gener- Rocham-
beau avait d6ej command & Saint-Domingue. II avait fait
une tres belle champagne de pacification dansla region du Nord-
Ouest. II aimait a ce point les cr6oles Rome, alors, estimait
leurs vertus que son premier aide de camp 6tait un mul&tre
de Saint-Domingue. Mais depuis... Tout en s'occupant de
l'importante question du commandant en chef de cette ex-
p6dition, le Premier Consul songe toujours a en augmenter
le nombre. Le 6 aoit 1801, Berthier passe l'ordre & Berna-
dotte de porter a 800 les 500 hommes r6unis & Lorient :
400 s'embarqueront sur le vaisseau le Scipion, 200 sur cha-
cune des frigates la Clorinde et 1' Uranie. Sur les 300 hom-
a






26 GUERRE D'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
mes de complement 200 seront dirig6s sur Nantes et 100 sup
Lorient.
L'importance de Saint-Domingue ne faisait que croitre
dans l'esprit du Premier Consul, et sans doute aussi le r6le
qu'il pr6tendait lui faire jouer. II veut maintenant, non
seulement augmenter l'effectif des troupes, mais il designe
de nouveaux ports.
Voici quel est, au 8 octobre 1800 (16 vend6miaire an IX)
cet effectif. Les troupes r6unies a Brest devaient passer de
4.048 A 6.000 homes. Dans ce-but, Bernadotte portait
& 1.071 hommes un des bataillons de la 38e demi-brigade de
ligne et un de ceux de la ite; nombre qui, ajoute a.4.048,
donnera un total de 6.190 hommes. Le g6enral Chabot qui
commandait la 12e division, devait amener A 2.500 hommes
les troupes don't le port d'embarquement 6tait Rochefort.
II avait ordre d'ajouter aux 2.300 hommes stationn6s a
l'ile d'Aix, 200 hommes de la 68e demi-brigade de ligne a
File de Re. II devait encore y ajouter les 117 hommes com-
posant le d6p6t des Antilles, 6galement A l'ile de Re. Le
general Boudet recevait le commandement de ces troupes.
De plus le general Chabot s'occupait A rassembler a Nantes
deux corps de 400 hommes pris dans la 21c demi-brigade,
qui, au 30 fructidor comptait 1.032 hommes. De mgme que
le general Bernadotte dirigeait les rassemblements de trou-
pes A Brest et A Lorient, le g6enral Chabot les dirigeait a
Rochefort et a Nantes. Les troupes rassemblees a Lorient
et A Nantes, ot se trouvaient aussi deux corps de 400 hom-
mes, devaient etre sous le commandement du general Des-
fourneaux.
500 hommes d'infanterie et d'artillerie se reunissaient a
Toulon. Ils devaient etre commandos par le g6n6ral Hou-
detot et etre embarques sur l'escadre du contre-amiral
Ganteaume. L'artillerie etait fournie par le 3e regiment
d'artillerie a pied, en garnison.a Toulouse; l'infanterie par
la 28e demi-brigade legere, forte de 1.249 hommes, station-
n6e dans le d6partement des Alpes-Maritimes. Houdetot







PRePARATION DE L'EXPIDITION 27

s'empressa de demander, lui aussi, un noyau de 150 a
200 hommes ayant fait la guerre pour les incorporer dans
le bataillon de la Loire qu'il avait regu l'ordre de completer
par des conscrits. A Cadix, enfin, le g6n6ral Gouvion Saint-
Cyr organisait un corps de 1.500 hommes destin6s a s'em-
barquer sur l'escadre du contre-amiral Linois. Ce corps
devait comprendre la Legion expeditionnaire soit 835 hom-
mes, le bataillon des volontaires de l'Ouest, soit 637 et etre
complete par le bataillon autrichien. II devait etre sous les
ordres du general de brigade que d6signerait Saint-Cyr.
L'expedition 6tait formidable. II ne pouvait plus etre
question de lui donner comme chef aucun de ceux auxquels
l'on avait pr6c6demment songs. Bonaparte pensa h l'un
de ses jeunes g6n6raux, a son beau-frere, le general Leclerc
qui 6tait h la tete du corps d'observation de la Gironde. La
premiere fois que son nom est cite A ce sujet, nous le lisons
dans la lettre de Berthier au Premier Consul du 8 octobre
1800 (16 vend6miaire an IX): a D'apres vos instructions,
ecrit Berthier, j'ai prescrit au lieutenant-g6n6ral Le Clerc
de se rendre h Paris avant le jer brumaire accompagne de
ses aides de camp et de 2 adjudants-commandants a son
choix. II designera 5 officers d'artillerie et du genie a son
choix pour le suivre. II laissera h la tete du corps d'obser-
vation de la Gironde le plus ancien g6enral de brigade qui
devra prendre les ordres du g6enral Saint-Cyr. o
Mais Bonaparte songe a rendre encore plus forte l'expe-
dition.
Les troupes r6unies A Rochefort doivent etre augmentees
de 500 hommes, cells de Brest le seront d'un miller. Les
premieres seront portees a 3.000 hommes, les seconds a
7.000. On y parviendra pour Rochefort, en compl6tant i
1.000 homes le 3e bataillon de la 68e demi-brigade, grace
& des recrues ou a des pr61vements sur les ier et 2e bataillons
de cette demi-brigade stationnee A l'ile de Re. Sur les
1.000 hommes ainsi obtenus, 700 seront ajout6s aux 2.300
rassembl6s l'ile d'Aix. Berthier avait en outre 6crit le







28 GUERRE D'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
17 octobre 1801 (25 vend6miaire) au general Chabot que
toute la Legion de la Loire tant infanterie que cavalerie
don't la force 6tait de 500 homes, devait etre concentree
A Rochefort.
De 4.048 hommes les troupes r6unies A Brest devaient
etre port6es A 6.000. Bonaparte decide de les porter main-
tenant A 7.000.
Aux 6.190 hommes il faudra ajouter les 372 homes du
dep6t de la legion exp6ditionnaire et les 500 (2e bataillon
et 'escadron) du d6tachement de la L6gion de la Loire qui
se trouve a Morlaix. Au lieu d'etre dirig6 sur Rochefort il
le sera sur Brest.
Les 7.000 hommes r6unis dans cette derniere ville com-
prennent done, d'apres 1'6tat de situation du 17 octobre
1801 (25 vend6miaire an X) :


2 bataillons de la 5e demi-brigade d'in-
fanterie l6gere . . .
2 bataillons de la 31e demi-brigade d'in-
fanterie de line .. . .
1 bataillon de la 71e demi-brigade d'in-
fanterie de ligne. . .
1 bataillon de la 79e demi-brigade d'in-
fanterie de ligne. . .
4 companies d'artillerie. . .
1 escouade d'ouvriers . .
Train d'artillerie. . . .
TOTAL .
1 bataillon de la 38e demi-brigade de ligne.
1 bataillon de la Iie demi-brigade l6gere.


1.145 hommes

1.191 -

682 -

680 -
314 -
16 -
20 -
4.048 hommes
1.071 -
1.071 -


TOTAL. . 6.190 -


Le d6p6t de la Legion exp6ditionnaire..
Le 2e bataillon et !'escadron de la Legion
de la Loire . . .


TOTAL GENERAL 7.062 -


372


500







PREPARATION DE L'EXPEDITION 29

Le 19 octobre 1801, Berthier 6crit & Bernadotte, & la
place du d6tachement de la Legion de la Loire, ou pour
le compl6ter, de diriger de Saint-Brieuc sur Brest, afin de
s'y embarquer, la 82e demi-brigade.
La Legion de la Loire, qui comprenait deuxbataillons et
un escadron, 6tait composee de volontaires de la region de
l'embouchure du fleuve. Elle fut toute entire embarquee
pour Saint-Domingue. Son commandant, le chef de brigade
Drouin, avait 6crit au Premier Consul pour lui demander
de comprendre la Legion parmi les premieres troupes devant
Utre dirigees sur la colonie, assurant ( que les dispositions
des trois corps qui forment la Legion de la Loire sont les
plus favorables qu'on puisse rencontrer pour les expedi-
tions d'outre-mer >. Afin de precher d'exemple, il a voulu,
lui-meme, s'embarquer F'ile d'Aix avec son premier ba-
taillon.
Le second et l'escadron devaient se rendre par terre de
Morlaix a Rochefort. II est int6ressant de consulter la
feuille de route de ce d6tachement et de le suivre tout le
long du chemin qu'il devait parcourir pour se rendre A Ro-
chefort. II est 6galement int6ressant et instructif, pour se
rendre bien compete de toutes les difficulties que soulevait
la preparation de cette grandiose expedition, de se rappeler
-comme example la lettre que le 17 octobre 1801 (25
vend6miaire an X) Berthier 6crivait au commissaire ordon-
nateur del'arm6e del'Ouest. Enl'informant des movements
de troupes dirig6es sur les ports d'embarquement Berna-
dotte devait faire mettre en march, le jer brumaire pro-
chain, le second bataillon et 1'escadron de Morlaix pour
Rochefort Berthier lui ordonnait d'assurer les details
du service en ce qui.le concernait. Apres la revue de depart,
le bataillon et l'escadron partiront de Morlaix le ier bru-
maire avec du pain pour deux jours et iront loger A Huel-
goat; a Carhaix, dans le Finistere, a Rostement, dans les
C6tes-du-Nord, A Pontivy, dans le Morbihan, apres avoir
emport6 du pain pour deux jours. A LoBninB, A Vannes,







30 GUERRE D'IND PENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
oi ils s6journeront ayant du pain pour trois jours. Puis ils
passeront par Muzillac, La Roche-Bernard, avec du pain
pour deux jours; A Savenay, Nantes, Loire-Inf6rieure, pain
pour un jour; important du pain pour les trois jours qu'ils
demeureront A Montaigu. Ils reprendront leur route par
Saint-Fulgent, Chateaunay avec du pain pour un jour et
par Lugon, en Vendee, avec du pain pour deux jours. Par
d'Aligre et La Rochelle, dans la Charente-Inf6rieure, ayant
emport6 du pain pour un jour, ils atteindront Rochefort,
dans le mgme d6partement. Dans les lieux de passage ci-
dessus d6sign6s, le logement, le pain et les fourrages seront
fournis, conform6ment h l'arrMte des Consuls en date du
fer fructidor an VIII, aux presens et effectifs, d'apres la
revue qui en aura Wet pr6alablement faite Il sera en
outre fourni, de gite en gite, deux voitures a quatre che-
vaux pour le transport de la caisse, des papers et des effects
d'un usage journalier des dites troupes conformement aux
reglements militaires. Le quartier-maitre est specialement
charge de preceder de trois jours ladite troupe, a l'effet de
faire preparer le logement et le pain et de se concerter avec
les autorites civiles pour I'approvisionnement des marches.
Le commandement de ladite troupe est charge, sous sa
responsabilit6, de veiller au maintien de la discipline la plus
exacte dans tous les lieux de son passage. Paris le 25 ven-
d6miaire an X (17 octobre 1801) de la R6publique frangaise,
une et indivisible. Le ministry de la Guerre, Alex. Berthier.
Mais le 19 octobre 1801 Berthier previent Bernadotte que
la Legion so rendra A Brest et non A Rochefort.
La Legion de la Loire, envoyee tout entire & Saint-
Domingue, prit le nom de Legion du Cap. Elle se distingua
dans plusieurs combats. Le 27 f6vrier 1802, son chef, Drouin
alors commandant de Leogane, 6crivait a Pamphile de
Lacroix, chef d'etat-major du general Boudet, pour lui
demander de garder aupres de lui, comme garnison de la
place, la compagnie de carabiniers du 2e bataillon de la
Legion. Le jer bataillon devant se rendre & Jer6mie avec







PREPARATION DE L'EXP9DITION 31

le general Darbois, le second a Jacmel par Grand-
Goave.
A la date du 24 octobre 1801 (2 brumaire an X) voici
done quelle 6tait la composition de l'expedition dans les
different ports d'embarquement : A Brest, plus de 7.000
homes, nous le savons, doivent etre r6unis, auxquels
il faut ajouter un escadron de 150 cavaliers du 19e r6gi-
ment de chasseurs. La flotte qui devait les transporter
6tait sous les ordres de Pamiral Villaret-Joyeuse.
Les troupes rassembl6es a Rochefort seront portees a
3.000 hommes, grace a un d6tachement de la 56e demi-
brigade de 240 hommes ou plus et a une compagnie de
gardes-c6tes. Elles devaient 8tre transportees par l'escadre
de Latouche-Tr6ville et commandoes par le g6enral Boudet.
Un miller d'hommes devait etre r6uni au Havre. II
devait comprendre : 1 bataillon de 800 hommes de la 98e de-
mi-brigade; 150 hommes du 10e dragons; en garnison A
Caen, 50 canonniers, 1 capitaine et 2 adjoints du genie. Ce
d6tachement emportait avec lui 3 pieces de 4, 1 de 8, avec
un approvisionnement de 300 coups par piece, 500 outils
de pionniers, les harnachements des chevaux et 500 fusils.
Un corps de 1.200 hommes, sous les ordres du general
Desfourneaux, avec l'adjudant-commandant Thouvenot
comme chef d'6tat-major, et auquel il fallait ajouter 100
hommes du train d'artillerie, s'embarquerait ainsi : 400
hommes A Nantes et 800 h Lorient.
A Toulon, le g6enral Cervoni, commandant la 8e division,
rassemblait 3.000 hommes. Ils comprenaient 2 bataillons de la
L6gion expeditionnaire, don't le chef etait le commandant
Pesquidoux, 1 bataillon de la 19e l6gere complete A 700
hommes, 1 bataillon de la 74e de 800 hommes, 1 bataillon
de la 28e legere et 200 canonniers. Ces troupes devaient
avoir pour chef le general Meyer qui fut remplace par le
general Salme. Elles devaient etre transportees sur l'es-
cadre du contre-amiral Ganteaume.
Le general Saint-Cyr, commandant le corps d'observa-







32 GUERRE D'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
tion de la Gironde, r6unit aux 1.500 homes qui doivent
s'y embarquer 100 chasseurs du 19e regiment et 100 ca-
nonniers des 8e et 15e companies du Jer regiment d'ar-
tillerie. Les chasseurs et les artilleurs 6taient stationnes a
'ile de Leon.
Mais i! se pouvait que ces troupes parmi lesquelles se
trouvaient le bataillon autrichien et le bataillon franc
de I'Ouest ne fussent pas rendues A Cadix a la date fix6e
pour I'embarquement. En ce cas, les 1.200 artilleurs et les
chasseurs de la L6gion exp6ditionnaire qui 6taient pr6c6-
demment A bord de l'escadre du contre-amiral Linois par-
tiraient.
Les troupes devaient Utre rassembl6es dans les ports
pour le 10 brumaire X (ler novembre 1801). Les dates
du depart 6taient 6chelonn6es.
C'6taient le 12 brumaire pour les troupes de Brest et de
Rochefort; le 14 pour celles de Lorient et de Nantes; le 15
pour celles du Havre et de Flessingue et le 25 pour celles de
Cadix.
Le g6n6ral Augereau, commandant les troupes frangaises
en Batavie, y r6unit 1.500 hommes de la 27e demi-brigade
d'infanterie 16gere, qui furent remplac6s par les 1.500 de
la 7e demi-brigade, 1 compagnie d'artillerie a pied, un officer
du g6nie et 2 adjoints. Avec ces corps sont embarqu6es
6 pieces de champagne, approvisionn6es a 300 coups par
piece et 500 outils de pionniers. Le g6n6ral Victor, comman-
dant la division frangaise en Batavie apres Augereau, pro-
posa, pour commander ces troupes, soit le g6n6ral Fressi-
net, soit le g6enral Clement. Le 2 novembre 1802, le ministry
de la Guerre, Berthier, fit savoir que le Gouvernement avait
fait choix du g6n6ral d'Himisdal. Cependant le 26 f6vrier
1802 (7 vent6se) le g6n6ral Fressinet, commandant les
troupes exp6ditionnaires a bord de l'escadre Batave, se
plaint A Berthier de la relAche inutile faite & Sainte-Croix
-- ile de T6n6riffe quatorze jours apres leur depart de
Brest. II se plaint aussi de la lenteur du voyage, I'amiral







PREPARATION DE L'EXPEDITION 33
faisant tous les soirs serrer le peu de voiles qu'il a eu dans
la journee. L'escadre Batave arrive enfin a Saint-Domingue
en mars 1802 (vent6se an X). Mais les troupes destinies a
Saint-Domingue venaient de plus loin encore.
Le 19 novembre 1801 (28 brumaire an X) Berthier 6cri-
vait A Murat, commandant en chef I'arm6e d'observation
du Midi et les troupes employees dans la Cisalpine, pour le
mettre au courant des dispositions afin de faire embarquer
a Tarente un d6tachement de grenadiers d'artillerie de
marine pour se rendre A Toulon. Le reste des troupes suivra.
La Cour de Naples met des transports a la disposition de
Murat et de Villeneuve.
L'on se doute que les difficulties de cette expedition 6taient
de toutes sortes. Difficult du recrutement, du rassemble-
ment des troupes, de leur armement et de leur 6quipement,
de leur entretien, de leur sant6.
Le 4 novembre 1801 (13 brumaire an X) Humbert rend
compete a Berthier qu'A Brest environ 800 hommes sont
dans les h6pitaux, que les d6p6ts des legions destinies &
compl6ter la division competent, au moins, 300 hommes
hors d'6tat de servir. II propose que la 77e demi-brigade,
en garnison A St-Brieuc, serve a combler le deficit. Le 6 no-
vembre (15 brumaire) DecrBs expose a Berthier que sur
3.000 hommes destin6s a s'embarquer A Rochefort, 1.800
seulement sont presents.
II demand d'oi doivent venir les 1.200 autres. Berthier
envoie imm6diatement I'ordre au g6enral commandant la
12e division de remplir cette lacune. Et pour remplir 6ga-
lement celle qui existed aussi a Brest, il charge Bernadotte
d'y envoyer des renforts apres en avoir prevenu Leclerc,
par sa lettre du 18 novembre 1801.
Nous avons vu que le bataillon allemand, fort de 850 ou
860 hommes, devait s'embarquer A Cadix. II tenait alors
garnison A Salamanque, en Espagne. Sa feuille de route
nous permettra de le suivre dans le trajet qu'il entreprendra
de sa garnison jusqu'au port ofi il va s'embarquer. Nous le
SAINT-DOMINGUE, T. II. 3







34 GUERRE D'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
retrouverons, d'ailleurs, pendant sa traverse et plus tard A
Saint-Domingue.
< Arm6e frangaise en Espagne. Premiere division. Place de
Salamanque, chemin que tiendra le bataillon allemand par-
tant demain, Jer frimaire an X, pour se rendre de Salamanque
A Cadix en vertu des ordres du Gouvernement frangais noti-
fies par le g6n6ral en chef de i'arm6e frangaise en Espagne, le
g6n6ral de brigade Rivaud. Ledit bataillon, d'apres la
revue qui en a e6t passe et suivant l'6tat qui nous en a ete
remis se trouve compose de, savoir : 1 chef de bataillon,
I adjudant-major, 1 quartier-maitre, 1 officer de sante,
9 capitaines, 9 lieutenants, 8 sous-lieutenants, 30 officers
et 894. sous-officiers, caporaux, grenadiers, tambours et
fusiliers. La pr6sente route, trace sur l'itin6raire A vous
remis par Son Excellence M. d'Urbina, gouverneur de Sa-
lamanque sera vis6e par lai. Dates du jour oa le corps doit
arriver et les noms des gites : le Ier frimaire A San Pedro
de Vozador; le 2 a Fuente Reuble; le 3 A Banos, sejour;
le 5 a Villard de Plasencia; le 6 a Plasencia, ciudad; le 7 A
Aldea de Obispo; le 8 San Gillo, s6jourLeon ;le 0 Massades;
le 11 A San Pedro Vozador; le 12 A Merinda, s6jour; le 14 hAl-
mendzalezo; le 15 A Los Santos; le 16 A fuente de Cuntar;
le 17 a Monasterio, s6jour; le 19 a Santa Olaya; le 20 A
Ronquillo; le 21 A Algarabo; le 22 a la Algaba; le 24 A don
IHermanas; le 26 a Utseva; le 26 A Carouel; le 27 a Puente
d" Gonzabo; le 29 a Arcos de la fronteria; 13 30 a Gerez
de la frontera; le ier niv6se a Puerto Santa Maria; le 2 A
Cadix, destination. Aux lieux de passage sus-d6sign6s, le
logement et les vivres seront fournis, conform6ment aux
lois et reglements militaires. Ce bataillon aura chaque jour
a sa suite 14 voitures a 2 colliers et 4 paires de boeufs
pour rechange, afin de transporter ses effects et bagages et
son magasin, attend qu'il n'y a pas dans ce pays-ci des
moyans de transport directs. 6 officers months de droit
recevront les fourrages pour la nourriture de leurs chevaux.
9 officers qui d'apres leur age, leurs blessures ou autres







PR1kPARATION DE L'EXPADITION


infirmit6s ont Wte juges incapables de faire la route a pied,
recevront des montures de requisition. M. de Blancas, offi-
cier des volontaires de Barcelone, a ete envoy en avant
par ordre de M. le Gouverneur pour faire tout preparer
dans les lieux de passage. M. de Ribes, contr6leur du service
administratif espagnol, suit la colonne d'apres les memes
ordres, pour viser les bons des Frangais et les expliquer a
messieurs les corregidors et alcades. Les vivres et les four-
rages seront fournis A ces deux envoys selon leur grade.
Le corps a requ le pain et les legumes a Salamanque pour
les Ier et 2 frimaire et recevra les autres fournitures dans
les lieux de logement; il ne recevra le pain qu'A Bagnore.
Fait et arrWt6 la pr6sente route, sauf le visa de S. E. M. le
Gouverneur de Salamanque. A Salamanque le 30 brumaire
an X de la R6publique. Le commissaire des guerres fran-
gais charge du service de la Ire division. Pour copie con-
forme A celle qui a ete dalivr6e au bataillon allemand,
le commissaire des guerres, signed Agobert. Pour copie
conforme le commissaire-ordonnateur en chef Leroux. )
Dans tous les ports d6sign6s, les troupes sont arrives,
embarquees et I'escadre met A la voile.
De Toulon, le g6n6ral Salme, 6crit au ministry de la
Guerre Berthier le 29 novembre 1801 (8 frimaire an X)
qu'il part au plus tard le 20 frimaire avec 2.230 homes sur
les 3.000. Le reste suivra lorsque les bAtiments seront prets.
Le general Salme devait jouer un r6le important a Saint-
Domingue, remplacer comme brigadier le g6enral Hardy
et comme divisionnaire le g6n6ral Desfourneaux. Les trou-
pes expeditionnaires s'embarquent sur les vaisseaux sui-
vants : 500 homes sur I'Indivisible, 450 sur la Consti-
tution, 450 sur le Dix-Aoit et autant sur le Jean Bart;
200 sur la frigate la Creole et 80 sur la corvette la Badine.
Et il termine ainsi sa lettre, insouciant et enthousiaste
comme un vrai soldat : V L'arriere de 1'an IX sera paye...
II nous manque quelque chose en hardes, mais on a fait
tout ce qu'on a pu et avec cette raison nous partons tous







36 GUERRE D'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
contents. Que le Gouvernement compete sur nous quelque
soit notre destination.)
Dufresse, commandant la Ire subdivision de la 12e di-
vision, de Rochefort announce a Berthier que les vaisseaux de
Latouche-Treville ont appareille le 14 d6cembre 1801 (23 fri-
maire an X) de l'ile d'Aix avec un bon vent et sortent des
Pertuis pour prendre le large. I1 parait certain qu'ils ne
rentreront plus car le temps est assez beau.
Les troupes r6unies a Flessingue sous les ordres du gB-
n6ral Fressinet et embarqu6es sur l'escadre batave, mirent
a la voile le 12 f6vrier 1802.
D6s te 22 d6cembre 1801 (ler niv6se an X) le ministry
de la Guerre Berthier pouvait adresser au Premier Consul
un tableau de toutes les troupes embarquees dans les ports
de l'Ocean et de la Mediterranee, Brest, Rochefort, Nantes,
Lorient et Toulon.
Mais cette expedition a peine parties et pas encore arrivee,
une autre se preparait djAi a Brest. Berthier 6crivait deja
le 15 d6cembre 1801 a son colligue de la marine, Decres,
que, pr6venu qu'il n'y avait plus de moyen de transport &
Lorient, les troupes et le materiel qui s'y trouvent seront
diriges sur Brest. Aussi Decres lui propose-t-il le 2 janvier
1802 (12 niv6se an X) de faire diriger sur Brest oii elles
seront embarquees, des troupes que Rochefort n'a pu re-
cevoir faute de moyens de transport. II l'informe quelques
semaines plus tard, le 26 janvier 1802 (6 pluviOse an X) que
le port de Brest est le seul oi il se prepare des expeditions
de troupes pour Saint-Domingue et oi pourront Utre embar-
ques les officers et les employs de l'armee exp6ditionnaire.
Le 14 f&vrier 1802 (25 pluvi6se an X) Berthier rend
compete a Bonaparte des dispositions qu'il a prises pour la
nouvelle expedition de Brest.
II a passe l'ordre au general Bernadotte, commandant
en chef l'armee de I'Ouest, d'y rassembler un corps exp6-
ditionnaire de plus de 3.500 homes. I1 sera compose de :
2 bataillons de la 66e demi-brigade soit 1.600; 1 bataillon








PREPARATION DE L'EXPEDITION


de la 15e demi-brigade de ligne fort de 700 hommes; 1 ba-
taillon de la 82e demi-brigade a 600 hommes; 1 bataillon
expeditionnaire de 500 hommnes organism par le general
Meunier; 100 canonniers du 6e regiment d'artillerie A pied;
enfin une escouade de la 2e compagnie d'ouvriers d'artillerie.
Pour commander ces troupes, le chef de la 6e division,
d'ordre du ministry, lui avait propose le g6n6ral de division
Desbureaux et les g6n6raux de brigade Gobert, Serriziat,
Coll et Clement. Parmi les officers qui devaient faire
parties de cette expedition, se trouvait le chef de brigade
Lauriston, aide de camp du Premier Consul. Sa presence
produisit le meilleur effet.
Le g6n6ral Gobert 6tait charge de r6unir les troupes.
L'arsenal de Nantes avait envoy A Brest 2.000 fusils;
il ne s'en trouvait que 346. L'arsenal de Rennes en avait
fait parvenir 1.115 et 700.000 cartouches ainsi que 8 bouches
a feu, armies et approvisionn6es.
D'apres les 6tats de situation des Conseils d'adminis-
tration des corps de troupe, a la date du 22 f6vrier 1802
(3 vent6se an X) la nouvelle arm6e exp6ditionnaire r6unie
A Brest comprenait les troupes suivantes :

OFFICIERS Sos-lffic. et soldals TOTAL
--- Is s tils
Presents Ibsents Prdsents e tPrM nts Absents

15e demi-brigade, 3e ba-
taillon (Lesneveu). 30 ( 660 690 a 690
66e demi-brigade, 2e et 3e
bataillons, Brest 54 6 1.545 14 1.599 20 1.619
82e demi-brigade, 3e ba-
taillon, Landerneau. 301 535 23 565 23 588
Bataillon exp6ditionnaire
des gardes-c6tes, Brest. 30 > 332 5 362 138 500
1re compagnie, 6e regi-
ment d'artillerie, Brest, 3 1 90 9 93 10 103
1er escadron d'ouvriers
d'artillerie, Brest. 12 1 12 1 13
TOTAL. 147 7 3.174 52 3.321 192 3.513












CHAPITRE III


Le General Leclerc

Pour commander une si imposante expedition et aller
faire r6gner, a plus de 2.000 lieues, la paix frangaise et
pourtant la paix n'avait pas Wte rompue il fallait un
ge6nral de la plus haute valeur et non seulement un bril-
lant officer mais surtout un habile administrateur. C'Utait
certainement permettre a un homme d'arriver aux plus
hautes destinies que de lui confier le soin d'aller ramener
sous des liens rigides, que la M6tropole elle-meme avait
relAch6s, cette belle creole qui se sentait deja nubile et
presque femme et qui voulait enfin la liberty de ses mou-
vements.
Apres de nombreuses hesitations, le Premier Consul
choisit le general Leclerc, le mari de sa jeune sceur Pauline
ou Paulette.
Le 24 octobre 1801 (2 brumaire an X) le ministry de la
Guerre Berthier ecrivait au g6enral Leclerc que le Premier
Consul l'avait nomm6 general en chef de l'arm6e exp6di-
tionnaire qui s'embarquait dans les deux ports de Brest
et de Rochefort. Le premier group comprenait 7.000 hom-
mes d'infanterie, de cavalerie et d'artillerie. Le second,
command directement par le g6enral Boudet, en comptait
3.000. Toutes ces troupes devaient Utre embarquees et prAtes
a lever 1'ancre le 3 novembre (12 brumaire). Berthier in-
vitait done Leclerc a se rendre en toute diligence a Brest
pour en prendre le commandement et se concerter aveo
l'amiral Villaret-Joyeuse sous les ordres de qui 6tait 1'es-
cadre.
Leclerc s'embarqua le 21 novembre (30 brumaire) a
Brest sur le vaisseau l'Ocvan. II 6tait accompagn6 de sa







LE GENERAL LECLERC


femme Pauline ou Paulette et de leur fils Dermide, n6 &
Milan. Dermide 6tait port sur le r6le des mousses et tou-
chait 9 francs par mois. Leclerc d6barqua au Cap Frangais
le 14 pluviose. Sa femme et son fils le 14 vent6se.
Le g6n6ral Victor Emmanuel Leclerc, commandant en
chef l'armee exp6ditionnaire, dite arm6e de Saint-Domin-
gue, 6tait n6 A Pontoise, d6partement de Seine-et-Oise,
le 17 mars 1772. Rappelons qu'un arrWt6 des Consuls du
23 novembre 1801 (2 frimaire an X) faisait prendre A Ia
Legion exp6ditionnaire le nom de Legion de Saint-Do-
mingue et A celle de la Loire le nom de Legion du Cap. 11
etait fils de Marie-Jeanne Louise Musquinet, 6galement
nee a Pontoise, le 24 mai 1743, de Nicolas-Marin Musquinet
et de Louise Levasseur.
Le passport qui lui fut donn6 le 18 germinal an II (1794)
nous apprend qu'il 6tait de taille moyenne, 5 pieds 2 pouces;
qu'il avait les cheveux et les sourcils chitain clair, les yeux
bleus et le visage ovale. Le mention point et la bouche
grande ne deparaient pas trop ce joli gargon, II partit a
dix-neuf ans comme lieutenant dans le 2e bataillon de
Seine-et-Oise, le 19 aofit 1791. Puis il fut successivement
nomme sous-lieutenant au 12e regiment de cavalerie le
1er d6cembre 1792, adjoint aux adjudants generaux de
l'armee d'Italie le 5 f6vrier 1,793 et adjudant-g6neral A la
prise de Toulon le 28 frimaire an II (18 dec. 1793). C'est lA qu'il
se lia avec Bonaparte et c'est de la que date sa fortune mi-
litaire. II est curieux d'apprendre que celui qui devait
parcourir une grande parties de sa carriere dans les pays
chauds, celui qui devait, A l'ecole de Bonaparte, en Italie,
comme il le lui rappelle A Saint-Domingue (( apprendre A
mener la guerre avec vigueur ,, 6crivait au ministry de la
Guerre, le 11 germinal an II (avril 1794) pour lui demander
de ne pas l'employer dans les armies du Midi, < ayant fait,
l'Wt6 dernier A Nice, la triste experience que les grande
chaleurs lui sont contraires. Pendant quatre mois les fi&-
vres ne 1'ont pas quitt6 Le 30 germinal an II (1794) il








40 GUERRE D'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
6tait nomm6 adjudant-g6n6ral chef de brigade. II fut de-
sign6 en l'an IV (1795) pour servir dans 1'arm6e de I'int6-
rieur.
Nous poss6dons sur lui quelques lignes d'un rapport du
conventionnel F6rou qui 1'estimait beaucoup. Le sort
devait les faire se retrouver & Saint-Domingue oi F6rou
devait mourir. Il laissa une veuve et un fils sans aucune
fortune, en faveur desquels Leclerc s'entremit g6n6reuse-
ment. II est curieux de rappeler qu'une rue de Port-au-
Prince portait le nom de F6rou.
Dans son rapport en date du 23 floral (12 mai) F6rou,
aloes repr6sentant du people aux armies, (( ayant eu,
6crit-il, pendant le siege de Toulon et a 1'arm6e d'Italie,
occasion de juger de la bravoure et du patriotism de
l'adjudant-g6n6ral Leclerc, demand a la Commission de
lautoriser A passer de l'arm6e des Ardennes a celle des Alpes
don't il connait parfaitement les localit6s et oi il pourrait
servir beaucoup plus utilement la R6publique, ayant tou-
jours fait la guerre de montagnes depuis l'ouverture de la
champagne C'est ainsi qu'il se rendit & l'armee d'Italie
partager la gloire don't elle se couvrait sous les ordres du
jeune g6enral Bonaparte. Leclerc se distingua dans le com-
mandement de l'avant-garde au Mont-Cenis et fut promu
general de brigade le 17 floral an V (6 mai 1797). II jus-
tifia, dans cette champagne, la d6ja haute opinion qu'avait
de lui Bonaparte, qui l'envoya porter au Gouvernement
la nouvelle de la paix de LMoben. Revenu a l'armee d'Italie,
il y fut nomm6 chef d'etat-major sous le commandement
du g6enral Berthier, puis sous le general Brune. II fut appele
par le g6n6ral Kilmaine pour servir dans la meme qualit6e
l'arm6e d'Angleterre. L'objectif de cette armee ayant change
elle fut employee a maintenir l'ordre dans les departements
de l'Ouest. La conduite de Leclerc lui valut d'etre 6leve au
grade de g6enral de division en l'an VII (1798).
En I'an VIII (1799) il command l'une des divisions de
Parmee du Rhin et s'empara de Landshut. Nomm6 au







LE GENERAL LECLERC


commandement de l'armee d'observation de la Gironde, il
fut promu lieutenant-g6n6ral le 19 prairial an IX (8 juin
1801).
Appele a celui de 1'armee exp6ditionnaire destinee &
Saint-Domingue, il fut nomm6 en Fan X (1801) capitaine
general de la colonie. Il ne faut pas oublier que, dans des
circonstances difficiles, charge du commandement de la
Place de Marseille, il avait su faire respecter les lois et s'at-
tirer lattachement et l'estime de tous les parties.
Leclerc mourut A Saint-Domingue dans la nuit du 10 au
11 brumaire an XI (ler au 2 nov. 1802). Quelques semaines
auparavant, le 28 floral an X (18 mai 1802) A bord du Fou-
droyant, en rade du Cap Francais, le contre-amiral Latouche-
Tr6ville, commandant les forces navales a Saint-Domin-
gue, ecrivait au contre-amiral Decres, ministry de la Marine
et des Colonies, que Leclerc le chargeait de le pr6venir que
parti A la Tortue, y prendre un repos indispensable, il ne
pouvait lui ecrire. Mme Leclerc, en bonne sante, l'accom-
pagnait.
Le lendemain du deces, le 12 brumaire, les honneurs mi-
litaires furent rendus par les troupes sous les ordres du ge-
neral de brigade Claparede, puis les restes du g6n6ral Le-
clerc furent transports A bord du vaisseau le Swiftsure.
Le chef de brigade Abb6, commandant la garde du g6enral
en chef, accompagnait le corps avec 1 officer et 6 hommes.
Mme Leclerc et son fils 6taient A bord du meme vaisseau.
Avant sa mort Leclerc avait demand que le Dr Peyre,
inspecteur g6n6ral du service de sante de Saint-Domingue,
les accompagnAt. Le pr6fet colonial Daure, capitaine-g6-
neral par interim, comme il s'intitulait en attendant l'ar-
riv6e du g6n6ral Rochambeau, avait recommand6 au ge-
n6ral Abbe, faisant functions de commandant d'armes A
bord, de ne donner a qui que ce soit des nouvelles de la
colonie. Le Gouvernement devait Atre le premier instruit
des 6v6nements malheureux et le Premier Consul devait
Atre prevenu avant tous autres.







42 GUERRE D'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
Quelques mois avant sa mort, Leclerc ne se faisait plus
d'illusions. Du quarter g6enral de Saint-Marc il mandait
au ministry de la Guerre, avec d6ja une note de lassitude,
sinon de d6couragement, qu'il ne lui 6crivait pas en detail
car il 6tait (( indispos6 en ce moment par suite de fatigues
de la champagne, la plus penible qu'il ait encore vue Le
Swiftsure, capitaine Hubert, partit du Cap le 19 brumaire
(10 novembre 1802) et arriva a Toulon le 11 niv6se (1er jan-
vier 1803). II est peut-6tre permis de penser que Mme Le-
clerc ne pleura pas bien longtemps son mari. N'incriminons
pas cette femme charmante, delicate et artiste, marine mal-
grI elle a un homme absolument incapable de la comprendre.
Admirons cette merveilleuse princess imp6riale, moiti6
deesse et moiti6 courtisane, a qui nous devons, par la r6-
velation de sa beauty, ce don merveilleux qu'elle fit a
Canova, de nous avoir rendu la Venus Victorieuse.
Sachons lui rendre l'hommage que m6rite sa beauty et
son audace, elle qui voulait, pour laisser un t6moignage
plus complete encore de la perfection de son corps, de sa
puret6 de lignes, servir de module, cette fois entierement
nue, pour la medaille qu'elle desirait offrir aux conseillers
priv6s de son duch6 de Guastalla. Plus belle que les trois
dresses, comme elles, elle se montrera de dos, de profile et
de face. Jusqu'aujourd'hui les mornes et les planes de
Saint-Domingue, oi elle promena son rove et son d6sen-
chantement, retentissent encore du bruit de son faste et de
son luxe.
Jusqu'aujourd'hui, se conserve intact, sous une 1.-gre
couche de terre, le pavage de la piscine ofi elle prenait ses
bains et qui 6tait de marbre rose. Comme on recouvre pieu-
sement une morte sacr6e, j'ai remis sur les dalles, qui les
recouvre et les preserve, le fin linceul de terre que j'avais
6cart6. On ne salt ce qu'est devenu le fils de Leclerc. L'on
n'aurait, sans doute, jamais pens6 a le savoir, si le ministry
de Prusse, en 1843, n'avait exprim6 le d6sir d'etre renseign6
sur la succession du capitaine-general. On lui r6pondit qu'il







LE GENERAL LECLERC 43

n'avait laiss6 aucune fortune. Presque rien. C'est ce que
l'on peut supposed en parcourant < l'Nnum6ration et l'es-
timation du linge de table et literie et batterie de cuisine
et livres provenant de la succession de Leclerc pour etre
mis a la disposition et servir a l'usage du capitaine-g6neral
Rochambeau L'estimation faite le 29 brumaire an XI
(20 novembre 1802) se montait a 10.982 francs. C'est assez
maigre.
Les historiens ont beaucoup 6crit sur les instructions que
Bonaparte avait di donner h Leclerc. Toutes les supposi-
tions ont W6t faites, les plus extravagantes et les plus oppo-
sees. Le seul guide de chacun semblait etre son imagina-
tion. Je suis heureux de faire connaitre les instructions offi-
cielles qui furent transmises au capitaine-g6neral et au
pr6fet colonial.
Ce document, qui appartient aux archives du minister
de la Marine, est simplement dat6 de vend6miaire an X
(octobre 1801). Je le crois ant6rieur au 24 octobre 1801,
date de la nomination de Leclerc come capitaine-
g6neral.
Le chef de administration civil fut Benezech. Le 7 bru-
maire an X (29 octobre 1801) le ministry de la Marine de-
mandait que des instructions personnelles fussent donnees
au capitaine-g6n6ral Leclerc et au prefet colonial B6nezech,
comme il avait Wte fait pour les citoyens Combis et Montgi-
raud, nomm6s l'un commissaire h la parties espagnole, l'au-
tre A la prefecture de la parties frangaise. ( Ce qui ne peut plus
avoir lieu aujourd'hui ), constatait la lettre. L'id6e de
saparer les deux administrations 6tait une nouvelle
fois et d6finitivement abalndonmee. La nomination, pour
les deux parties reunies, d'un meme chef militaire et d'un
mime chef civil, prouvait nettement la volont6 de la Md-
tropole de revenir a l'unification du Gouvernement de
l'ile. La Mere patrie ratifiait ce qu'avait fait Toussaint-
Louverture. Toute l'ile de Saint-Domingue, don't les fron-
tibres int6rieures avaient 6t6 abolies depuis le traits de







44 GUERRE D'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
BAle et la prise de possession par Toussaint-Louverture,
n'6tait comme sous le Gouvernement g6n6ral du premier
des Noirs qu'une seule colonie frangaise. Telle la R6pu-
blique frangaise, Une et Indivisible.
Instructions pour le g6n6ral nomm6 commandant de
Saint-Domingue et le citoyen charge de l'organisation ci-
vile.
Instructions pour le g6n6ral... nomme commandant ge-
niral de toute l'ile de Saint-Domingue et le citoyen... charge
par le Gouvernement d'organiser provisoirement en cette
colonie le service civil, 6conomique, judiciaire et adminis-
tratif.
On a cru devoir r6unir ici les instructions des deux ci-
toyens a qui le Gouvernement confie I'importante mission
de ramener l'ob6issance, la paix et le bon ordre h Saint-
Domingue, afin de leur montrer par l1 m6me que, dans
leurs functions diverse, il sera n6cessaire qu'ils soient tou-
jours anim6s par un seul esprit, celui de tendre A la plus
prompted restauration d'une colonie destine a redevenir
la source de la prosp6rit6 de la France, sous des mains
libres, mais laborieuses. Nous ne retracerons point ici
l'affligeant tableau des dechirements auxquels depuis long-
temps elle est en proie.
Reposons-nous plut6t sur l'id6e consolante de la cessation
actuelle de la guerre intestine qui la d6vorait et saisissons
I'heureux augure que cette circonstance nous pr6sente d'un
meilleur avenir. C'est pour en hater l'approche que le Gou-
vernement a fait choix du g6n6ral divisionnaire... et du
'citoyen... charges, l'un de l'emploi de la force armee, pour la
defense int6rieure et ext6rieure, de la direction des stations
navales, de la protection des hommes de toutes les couleurs,
ainsi que de celle des droits de la justice, de la siret6 indi-
viduelle et de la propri6t6; du maintien d'une police severe
et vigilante et d'une subordination constant A toutes les
autorit6s constitutes; I'autre, pour remettre en vigueur lea
principles d'une bonne administration civil, judiciaire et








LE GiNtRAL LECLERC


economique dans toutes ses parties (1) ; pour r6tablir la
comptabilit6 et la legitime application des revenues publics,
effront6ment d6tournes, pour intimider par l'exemple et
faire poursuivre les comptables infideles, pour extirper, en
un mot, tous les abus, qui seraient n6s de l'anarchie et du
malheur des temps.
Le g6enral en chef qui command presentement la parties
frangaise de Saint-Domingue est un noir, nomm6 Toussaint-
Louverture. II a toujours protest de sa fidelity envers la
R6publique et il n'y aurait pas lieu d'en douter, si, d'une
part, il ne tenait pas le citoyen Roume, agent actuel du
gouvernement, dans un 6tat de nullite absolue et d'avilis-
sement degradant pour le caractere don't il est revetu; et,
si, de l'autre, il ne favorisait pas ouvertement le commerce
des Anglais avec la Colonie. A ces deux motifs de reproches,
il oppose le pr6tendu penchant de Roume pour le parti des
mulAtres, qu'il regarded comme ses ennemis, et la n6cessit6 de
pourvoir a la subsistence de Saint-Domingue. Quoi qu'il en
soit, il a paru favoriser les droits des propri6taires du moins
de ceux qui sont presents; car il s6questre les biens des
absents et il en fait verser les products dans les caisses pu-
bliques (2).

(1) V. T. I. Histoire militaire de la guerre d'indbpendance de Saint-Domin-
gue par le colonel Nemours, les chapitres traitant du Gouvernement de Tous-
saint-Louverture, de la situation economique de Saint-Domingue, de I'armie
colonial, qui donneront une just idWe de la remarquable administration de
Toussaint-Louverture.
(2) Les droits des propri6taires presents ou absents 6taient scrupuleusement
respectss. Une partie, seule, des revenues des proprietis sequestries etait
versee dans les Caisses publiques pour payer les frais de leur mise en valeur,
Pautre dtait tenue a la disposition des propri6taires et leur etait rendue a
leur retour. Dans une 4 Notice sur le negre Eustache, prix de vertu Monlhyon,
szance de l'Institut du 9 aoft 1832 ecrite par M. Duchesne, attache au mi-
nistare de I'Interieur, parue dans le Journal de la Socieie Phrenologique de
Paris, numero du mois d'avril 1835, je Uis ces renseignements interessants :
s Quand Toussaint-Louverture devenu chef supreme de Saint-Domingue, y
rappela les anciens proprietaires, en leur garantissant ]eur sfirete, Eustache
et son maitre furent de ceux qui se confibrent dans ses promesses. Bient6tM. Belin
fut remis en possession de sa sucrerie et il y vivait paisiblement, lorsque l'ex-
p6dition du g6enral Leclerc vint detruire l'ouvrage de Toussaint, remettre
aux mains des n6gres la torche et le poignard et consommer la ruine de la








46 GUERRE D'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE

Mais aujourd'hui qu'il a mis en fuite Rigaud, son rival,
il n'aura plus le mgme besoin de recourir a des moyens
vexatoires et immoraux pour faire face aux d6penses d'une
guerre ruineuse. Peut-Atre aura-t-il 6galement abandonn6
le plan qu'il avait tent6 de mainmise sur la parties espagnole,
parce qu'il la croyait dans les int6erts de son antagoniste. II
est cependant possible que, maitre absolu de ses mouve-
ments et de ses forces, il ait renouvel6 ses entreprises A cet
6gard; ce qui serait infiniment facheux, et d6montrerait
des intentions 6quivoques. Malgr6 cette incertitude inquie-
tante, il paraitrait sage et prudent de faire d6barquer les
troupes frangaises a Santo-Domingo. Si Toussaint n'en a
pas pris possession, le d6barquement est sans difficult.
Dans le cas contraire, on ne presume pas qu'il ait porter
des forces suffisantes pour s'y opposer s6rieusement et
surtout pour se mettre en rebellion ouverte centre l'autorit6
national, de laquelle il tient tout ce qu'il est. Il sentira
d'ailleurs que 3.000 hommes n'annoncent pas des disposi-
tions hostiles et l'on pense qu'il ne sera pas malaise de lui
faire envisager cette measure sous son veritable aspect,
c'est-&-dire comme devant servir a assurer dans la parties
espagnole I'ordre et la discipline qui doivent marcher de
pair avec une prise de possession r6elle. Quant A don Gar-
cia, gouverneur pour Sa Majest6 Catholique, le g6ndral
Ganteaume est porteur de d6p6ches de la Cour de Madrid
pour op6rer la remise de ce territoire aux Frangais, en y

colonie. L'Academie trangaise, continue la notice, en accordant en 1832,
au nbgre Eustache, le premier des prix de vertu fondus par M. de Monthyon,
a pu justement s'applaudir de n'avoir jamais mieux place cette grande r6-
compense. Rappelons qu'Eustache naq-it en 1773,surl'habitationde M. Be-
lin de Villeneuve un des propri6taires les plus recommandables de la parties
nord de Saint-Domingue. II mourut le 15 mars 1835, a l'Age de soixante-deux
ans. Le Journal de la Sociheh de prhgnologie est a heureux de nous apprendre
qu'un c6lbbre phrdnologiste auquel l'auteur de la notice avait amen4 Eus-
tache, quelque temps avant sa mort, le definissait ainsi, sans le connaltre
et rien que d'apres l'examen de son crane : La ruse et le courage au service
de la bont6 et de 'intelligence. Voil4 qui prouverait 1'exactitude de cette
science sp6ciale. Hommage rendu A sa valeur, la tete d'Eustache a 4tB moulde
et se trouve chez tons les marchands d'objets de phrdnologie.







LE GkNARAL LECLERC


laissant toute la force existant en troupes, artillerie, mu-
nitions, etc... le tout sur inventaire. Ce gouverneur restera
en quality de commissaire de sa Cour pour prot6ger les
Espagnols et les accoutumer A l'autorit6 frangaise. II faudra
cons6quemment user de beaucoup de managements envers
lui et envers eux, proc6der avec lenteur, et ne heurter ni
les lois, ni les mceurs, ni les usages, les habitudes et meme
les pr6jug6s locaux. C'est en leur montrant le plus grand
respect pour tous ces objets et en les faisant jouir d'une
tranquillity profonde, qu'on leur fera ch6rir leur nouvelle
dependance. Le g6enral... emportera avec lui des titres de
commandement g6n6ral dans toute 1'ile, ou de commande-
ment en chef de la parties espagnole seulement, pour en
faire l'usage que sa prudence lui sugg6rera, selon qu'il trou-
vera Toussaint plus ou moins dispose A reconnaitre un
sup6riour. Si l'on peut ajouter foi A ses protestations, il ne
garde que pour remettre et plus d'une fois il a propose au
Gouvernement de lui envoyer un successeur. En tout ce
qui touche les generaux et officers noirs qui ont ordre de
se rendre a Brest, le Gouvernement decidera ult6rieurement
s'ils devront embarquer pour Saint-Domingue ou pour
quelqu'autre colonie, ou rester l .
S'ils passent A Saint-Domingue, le g6n6ral retiendra, dans
la parties espagnole, ceux qu'il jugerait pouvoir donner de
l'ombrage a Toussaint et ceux au contraire, qu'il croirait
propres A propager dans la parties frangaise l'amour de la
RWpublique, l'eclat de ses triomphes, opinion de sa puis-
sance et le sentiment de la reconnaissance due aux bienfaits
de la M6tropole, il sera le maitre de les r6pandre dansles
diff6rents quarters et de les y employer, ou faire employer
par Toussaint, de la maniere qu'il estimera le plus conve-
nable. Le point essential est de ne point effaroucher ce chef.
invest de la confiance sans bornes de la plus grande parties
desnoirs. I fautle vaincre par la persuasion (1), par son propre
(1) A ce sujet, 11 faut se rappeler ce qu'dcrivait le general Pamphile de
Lacroix dans le tome II de ses demoires pour servir d Phistoire de lo RiAolu-








48 GUERRE D'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE

orgueil, par son int6ret bien entendu, par 1'estime prononc6e
de ses talents et de ses vues, par l'espoir des faveurs et des
marques de consideration du Gouvernement, a measure
qu'il les m6ritera par des actes de soumission et de d6f6-
rence, plut6t que de chercher & le r6duire par 1'appareil
des armes. Ses principaux officers militaires sont plus
dangereux, plus farouches, plus sanguinaires, plus rapaces
que lui. En le maniant avec adresse, on peut l'engager A
les carter petit A petit. II est aussi, dit-on, entour6 de
quelques blancs pervers et ambitieux. Il est A souhaitey
qu'on puisse insensiblement l'amener a n'eoouter que de
sages conseils. II affected de se plaindre des dilapidations,
des brigandages et du mauvais ordre qui regnent dans l'ad-
ministration.
I1 est just d'en rechercher et faire punir les auteurs.
Cet example arretera necessairement le d6bordement de la
cupidity de ses subordonn6s imm6diats, qui abusent de son
autorit6, d'une maniere encore plus effr6n6e. Quoique
tout porte a croire que Toussaint ne meconnaitra pas for-
mellement I'autorit6 national, il peut se faire n6anmoins
qu'il n'y d6fere qu'h regret. Alors le g6n6ral... mettra tous
ses soins a ne pas le pousser avec trop de vigueur, afin qu'il
ne se porte pas lui-meme a des parties violent, en jetant
tout-A-coup le masque don't il se serait couvert jusque-l1.
I1 est tres important de le forcer A le garder jusqu'A la paix
g6n6rale. Peut-6tre que pour l'y determiner il serait de la
politique de lui annoncer l'arrivee successive de troupes et
de vaisseaux d'Europe. Le g6n6ral... en jugera, apres avoir

tion de Saint-Domingue. Le capitaine general Leclerc, en se rendant A Saint-
Domingue, 6tait charge d'offrir la mitre d'Mveque au premier des confeseurs
de Toussaint-Louverture qui parviendrait A obtenir sa soumission volontaire.
Les pores Antheaume, Moliere et Corneille ne s'abus6rent point devant cette
offre s6duisante; ils dcclar6rent, sans h6siter, qu'on 6tait bien dans 1'erreur
de croire qu'il y eft quelqu'un qui pft avoir la moindre influence sur les rd-
solutions de leur pr6tendu penitent... Les secr6taires intimes de Touseaint-
Louverture confirmlrent ce rapport au general Leclerc, en l'assurant qu'ils
ne connaissaient personnel au monde qui eft la moindre action surle caractere
de fer de cet 6tre extraordinaire. ,







LE GENERAL LECLERC


par lui-meme sond6 son caractere et au surplus, en le lui
annongant, il ne l'aura pas tromp6, puisque le Gouverne-
ment se propose de faire passer h Saint-Domingue les gar-
nisons qui sont a reliever a la Guyane, ainsi qu'h la Gua-
deloupe et que les Bataves pr6parent une expedition pour
leurs possessions au continent de l'Am6rique, don't le re-
tour s'effectuera a San Domingo. Enfin les Espagnols don-
neront des troupes et des vaisseaux h la Havane. Le Gou-
vernement laisse a la discretion du g6enral... ou de dissi-
muler ces renforts jusqu'a leur arrive, ou de les annoncer
en tout ou en parties, ou de les couvrir, dans tous les cas,
de pr6textes plausibles et non alarmants. II deteiminera
de mgme les premieres communications, soit directed,
soit intermediaires, qui devront s'ouvrir entire Toussaint
et lui, ou entire Toussaint et le citoyen ... II le previendra
de l'arriv6e de l'un de ses fils qu'il a redemand6 et lui lais-
sera avec franchise le choix des moyens pour le r6unir sur
le champ A son pere. Celui-ci ayant annonc6 qu'il le rem-
placerait par un autre de ses enfants a l'institution na-
tionale des colonies, il en sera moins defiant pour substituer
un nouveau gage de sa fidHlite a celui qu'il retire. Les com-
munications amicales une fois 6tablies, elles entraineront
infailliblement des propositions relatives au service, tant
militaire que civil, des connaissances de l'etat local des
hoses, des renseignements sur la conduite, les talents, la
morality des principaux agents. Alors, par des insinuations
d6licates, le g6enral... et le citoyen... sauront faire naitre
dans 1'esprit de Toussaint des idWes de reformation don't il
aura la vanity de se croire l'auteur, tout en les recevant
d'eux. C'est ainsi que le g6enral... pourra obtenir des de-
placements utiles, des licenciements de noirs arms pour
les rendre a la culture, des moyens de police actifs pour
remonter le service sur de meilleurs elements et dans toutes
les parties. Lorsque les voies auront ete ainsi preparecs,
le g6enral... et le citoyen... saisiront l'a-propos pour 6tsblir
leur residence dans la parties frangaise.
SAINT-DOMINGUE, T. II. 4







50 GUERRE D'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
Il convient que les reglements ruraux et ceux de grande
police, soit int6rieurs, soit exterieurs, 6manent du com-
mandant en chef seul. Ils auront besoin, pour leur execu-
tion, d'une espcee de discipline militaire quiimprime laterreur
toujours attache au deploiement de la force. Ces reglements
n'en devront pas moins cependant 8tre consults et balances
entire les deux premiers d6positaires de 1'autorit6 du Gou-
vernement, sans que Pavis pr6pond6rant du g6neral... en
puisse Wtre gene. Le meme concert regnera entire eux, lors-
qu'il s'agira d'organiser quelque branch que ce soit du
service civil, 6conomique, judiciaire et d'administration.
Mais, pour tous ces objets, les reglements faire provisoi-
rement n'6maneront que de l'autorit6 et au nom seul du
citoyen... a ce d6pute. Imbu des principaux (1) coloniaux
et de ceux de administration de France, il tachera tou-
jours de les rapprocher les uns des autres, tant qu'il n'y
aura pas de raisons majeures pour les faire diverger. II
aura kgalement seul la nomination de tous les emplois ci-
vils, comme le g6n6ral... aura seul la nomination de tous
les emplois militaires. Ils pourront deplacer et remplacer
a leur gr6 les sujets qui m6riteraient de l'etre; et, a cet
6gard, il n'est pas besoin de leur recommander de remettre
les moeurs, la probity, la dl6icatesse, les talents, l'instruc-
tion, dans tous les postes oi les vices opposes se seraient
introduits (2). Si cependant il arrivait que le general com-
mandant en chef 6prouvAt quelques projects de reglements
ou de nominations de la part du citoyen... comme pouvant
porter atteinte h la suret6 int6rieure et exterieure don't il
est seul responsible, il sera sursis a la publication desdits
reglements et auxdites nominations, jusqu'h la decision
du ministry de la Marine et des Colonies. 11 sera remis au
general... et au citoyen... des lettres de marque exp6diees
(1) Une erreur sans doute aura fait 6crire 4 principaux au lieu de 4 prin-
cipes ,.
(2) Et cependant, par les arr&tes des 21 et 22 pluvibse an X (10 et 11
f6vrier 1802) Leclerc maintint les nominations faites par Toussaint-
Louverture.







LE GENERAL LECLERC


au nom du Gouvernement pour r6gulariser la course et la
tenir toujours restreinte dans ses bornes 16gitimes. Is em-
porteront le trait dernierement conclu a ce sujet avec les
itats-Unis et en poursuivront sev6rement la strict exe-
cution. MWnager et attirer les veritables neutres, sera le
plus stir moyen d'6carter les secours empoisonnes des An-
glais. Ils emporteront encore un double du plan d'organi-
sation provisoire de la Guadeloupe, pour y prendre ce qu'ils
croiront pouvoir en Utre applique avec fruit, ou pour le
present, ou pour l'avenir a la colonie de Saint-Domingue (1).
A ces instructions on n'en ajoutera plus qu'une seule qui
les renferme toutes, savoir, que si elles offraient sur les
lieux et en presence de l'objet, quelque danger, ou meme
quelqu'inconv6nient grave, telle est la confiance du Gouver-
nement dans le zMle, les lumieres, les bonnes vues et l'expe-
rience des guneral... et citoyen... qu'il les autorise a y de-
roger, pour y en substituer de plus convenables. I1 serait
impossible, en finissant, de comprimer un sentiment don't
l'amour de la patrie, la gloire de la R6publique et le bonheur
de l'humanit6, commandent imp6rieusement 1'essor. Ja-
mais, non jamais, il ne fut donn6 a des citoyens une plus
auguste mission. I1 s'agit de reconqu6rir sans violence,
I'ancien Saint-Domingue a sa m6tropole, et d'y ajouter un
nouveau champ de culture, deux fois plus 6tendu (2). 11
s'agit de fonder ce vaste empire sur les bases de la liberty
et du travail, sagement coordonn6s. II s'agit de lier par la

(1) Peut-6tre le plan remis au general Richepanse et qui retablissait
l'esclavage.
(2) Les instructions font sans doute allusion a 1'ancienne parties espagnole,
don't le gouverneur Toussaint-Louverture avait dej& pris possession pour la
Republique Frangaise. Le proces-verbal en avait 6t6 signed le 7 pluvi6se an IX
(27 janvier 1801). ( La reunion de la parties espagnole, 6crit le generalPamphile
de Lacroix, op. cit., procura des avantages reciproques don't on ne tarda pas
6 ressentir les effets... Peu de jours apres la prise de possession, Toussaint-
Louverture 6tait aussi maitre de 1'obeissance des Espagnols qu'il 1'6tait deja
de la confiance des noirs. Et apres avoir, en un saisissant raccourci, rappelk
les nombreux progres realis6s en bien peu de temps, le general de Lacroix
conclut ainsi : Cette invasion des noirs qu'on avait tant redoutee, devint
(d'abord) un bienfait pour les peuples nomades de la parties espagnole. *







52 GUERRE D'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
reconnaissance une colonie immense a un Gouvernement fort
et puissant, seul digne et capable de la mettre en pleine
valeur. II s'agit de faire la prosperity de l'un par l'autre et
de ne laisser aux ennemis qui y ont attis6 et y soufflent
encore le feu de la discorde, que le desespoir de n'avoir pu
ni l'envahir par leurs armes, ni la d6truire par la puissance
plus redoutable de leurs moyens corrupteurs. Telle est la
noble tAche qu'entreprennent le g6neral... et le citoyen... Ils
la rempliront indubitablement, puisque le Premier Consul
les suit de ses regards, et les a pen6tres d'avance de l'esprit
g6n6rateur qui l'anime.












CHAPITRE IV

Correspondance officielle et secrete du g6n6ral Leclerc
avec le Gouvernement frangais (1)


LETTRE NO I


20 plavi6se an X (9 fevrier 1802).


Au Premier Consul.

Nous sommes au Cap que nous n'avons pas sauv6 comme
vous le voyez par la relation que j'adresse au ministry de
de Marine. Je dis du bien de l'amiral Villaret dans ma re-
iation, je le traite bien ici, mais il n'est pas propre a rota-
blir la marine frangaise qui est bien malade; il est trop
incertain et trop irr6solu. Je vous prie de confirmer le ca-
pitaine Magon dans le grade de contre-amiral et le lieute-
nant Aubert dans celui de capitaine de frigate. Cela 6chauf-
fera un peu la marine franeaise qui en a bien besoin.
Je me loue infiniment de l'amiral Gravina, il s'est par-
faitement conduit. J'ai envoy ah Toussaint ses enfants avec
votre lettre, en lui faisant dire que s'i! voulait declarer que
l'incendie du Cap n'a pas eu lieu par ses ordres et qu'il
ramenAt ses troupes, je le recevrais A soumission. Je desire
bien que parmi les troupes que vous m'enverrez, il y ait,
s'il est possible, de celles de mon arm6e d'Espagne. Je

(1) Cette correspondence est extradite du copie de Lettres du g6n6ral Le-
slerc (archives du minister de la Guerre). Les lettres num6rot6es 17 et 18
sont traduites de Chronological history of the west Indies by captain Thomas
SOUTHrY, tome III.








54 GUERRE D'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
suis trbs gene pour les vivres et encore plus pour l'argent.
Venez a mon secours. Je suis content de l'esprit qui anime
les g6nbraux et les troupes, je crois avoir deja leur confiance.
Nous avons trouve ici beaucoup d'artillerie. L'amiral
Villaret a rendu compete au ministry de l'insurrection de la
Guadeloupe. Je n'ai recu aucune nouvelle des escadres de
Toulon, de Cadix, de Flessingue et du Havre. J'ai pourtant
grand besoin des renforts qu'elles portent. Vous devez voir
combien ma position est difficile. J'aurai toujours le d6-
vouement et le courage don't je suis susceptible, mais
pressez les renforts de toute espece don't j'ai besoin. J'ai
dejh 600 malades, la plupart de mes troupes etant em-
barquees depuis cinq mois. La culture est en bon 6tat.
Qu'il m'arrive des renforts ou non, j'entrerai en champagne
sous quatre ou cinq jours. Je ne veux point laisser le temps
aux rebelles de se rassembler, mais je n'aurai pas avec moi
plus de 4.500 homes r6unis; j'aurai 2.400 hommes en la
division du Port R6publicain et le reste gardera le Cap, le
Port Republicain et Santo Domingo don't je n'ai encore
aucune nouvelle. Je m'occupe d'organiser des troupes noi-
res; je compete en avoir 1.200 hommes pour entrer en cam-
pagne avec moi. Comptez sur tout mon d6vouement. Beau-
coup de ceux qui enviaient mon commandement a Paris
en seraient 6cras6s ici. Je prouverai a la France que vous
avez fait un bon choix.


LETTRE N0 II

23 pluviose an X (12 fterier 1802).

Au general Toussaint.

J'ai recu la lettre que vous m'avez ecrite et qui m'a Wet
remise par vos enfants. II parait que vous n'Ates pas ins-
truit de la maniere don't les evBnements se sont passes.







CORRESPONDENCE OFFICIELLE ET SECRETE


L'arm6e navale s'est d'abord present6e en amie et ce
n'est que d'apres le refus formel du g6enral Christophe de
la recevoir qu'elle a ete force de prendre une attitude hos-
tile. Ce qui prouve surtout le d6sir bien prononc6 du general
Christophe de ne point reconnaitre l'autorit6 du Gouver-
nement frangais, ce sont les ordres qu'il a donn6s pour l'in-
cendie de cette malheureuse colonie.
J'aime A voir dans votre lettre, citoyen general, que vous
n'avez point ordonne cet exces. J'aime a voir que vous avez
le desir de sauver la colonie; il en est temps encore. Rendez-
vous aupres de moi, j'aimerai A profiter de vos lumieres.
Vous avez une grande reputation, vous pouvez la conserver
intacte. Soyez sans aucune inquietude sur votre fortune :
elle vous sera conserve. Elle est trop 16gitimement acquise
par vos travaux. Quant a votre rang, rapportez-vous en a
la promesse du g6n6ral Bonaparte don't vous avez les lettres
dans les mains. Vous avez a choisir, citoyen general, entire
le titre de pacificateur et celui de d6vastateur de la colonie
de Saint-Domingue. La generosit6 de vos sentiments 4non-
cee dans toutes vos proclamations, est un suir garant que
vous n'h6siterez pas un instant. Reflechissez que le Gou-
vernemert franpais, don't les armies ont forc l'Europe a la
paix, emploiera tous ses moyens pour reconquerir cette
colonie et que, quelques soient vos forces, vous devez finir
par succomber. Et ce qui fera encore plus d'effet sur votre
esprit genereux, pensez aux maux que la guerre entrainerait
ici.
D'aprbs la declaration solennelle du Premier Consul,
consignee dans sa proclamation ci-jointe et dans la lettre
qu'il vous adresse, vous ne devez plus avoir aucune inquie-
tude sur la liberty de vos concitoyens. Elle leur est acquise
A trop de titres pour que le Premier Consul puisse avoir
l'id6e de la leur enlever (1).


(1) Voir lettre no 26 du 5 thermidor X (24 juillet 1802) adressde au ministry
de la Marine.







56 GUERRE D'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
Je vous attends, citoyen g6enral; venez conf6rer avec
franchise avec un de vos camarades. Pour vous prouver la
loyaut6 de mes sentiments, je vous previens que pendant
quatre jours les divisions qui couvrent le Cap ne commet-
tront aucun acte d'hostilite. Si elles sont attaquees elles
r6pondront.
Quant au Port-de-Paix, le g6n6ral qui y command a regu
l'ordre d'attaquer le general Morepas demain. 11 l'a requ
ant6rieurement a ma lettre. Je ne suis pas h temps de le
revoquer, mais je lui envoie l'ordre de s'arreter au Gros-
Morne.
Qaant a la division du g6enral Boudet qui se trouve au
Port Rbpublicain, je lui fais passer l'ordre de s'arreter a
1'Artibonite. La division que j'y envoie a ordre de se jeter
dans la parties du Sud.
Quant a Santo Domingo, j'ai fait arreter a Laxavon un
de vo3 courriers par lequel le general Paul Louverture vous
ren:lait compete que deux frigates charges de troupes se
disposaient h y entrer.
J'ai fait partir d3 Samana un vaisseau de ceux de l'es-
cadre d3 Toulon entr6e aujourd'hui en rade, qui est charge
de troup3s, pour lui porter l'ordre d'entrer de vive force
a Santo Domingo si on ne l'y recoit point : je ne suis pas
A temps de r6voquer cet ordre.
Qaant a Saint-Marc, il y alongtemps que j'ai donn6 ordre
da l'eniever de vive force; il doit 1'Atre dans ce moment.
J'avais fait partir un vaisseau et une frigate pour atta-
qu3r le Mile. Je viens de lui envoyer l'ordre de se contenter
de bloquer la Place.
Vous voyez, citoyen general, que tous les ordres qui sont
en man pouvoir pour arreter l'effusion du sang, je les ai
donn6s. Mais si le delai de quatre jours expire, vous n'8tes
pas venu conf6rer avec moi sur les moyens de rendre la paix
et la tranquillity a la colonie, je regarderai cela comme un
refus de votre part de contribuer a sauver la colonie et je
suivrai le course de mes operations.







CORRESPONDENCE OFFICIELLE ET SECRETE


LETTRE Ni III

26 pluvidse an X (15 fevrier 1802).

Au ministry de la Marine,

Toussaint ne veut pas venir. Je suis d6cid6 a entrer en
champagne le 28. 'I cherche a m'amuser dans ses lettres. Vous
trouverez ci-joint ParrWt6 (1) que j'ai pris. Je veux conduire
la guerre avec vigueur. La frigate l'Indienne est entree
hier en rade. Elle est parties de Cadix apres 1'escadre qui,
par consequent, ne doit pas tarder d'arriver. L'amiral va
vous renvoyer trois flhtes avec I'Oc6an. Vous devez en
avoir besoin pour nous faire passer des renforts. Aussit6t
que 1'escadre de Cadix sera arrive, il pourra vous renvoyer
encore trois ou quatre vaisseaux. Mes troupes noires ne se
formsnt pas vite. J'ai besoin d'entrer en champagne et
d'avoir de grands succ&s pour faire prononcer les noirs. Trois
mais avant notre arrive a Saint-Domingue, Moise avait
cherch6 a supplanter Toussaint et pour ce, il avait com-
m3nc6 a faire massacrer 600 a 700 blancs. Toussaint I'a
fait fusiller et nous en a d6barrasses.


LETTRE No IV

26 pluvidse an X (15 ferier 1802).

Au ministry de la Marine,

Voilh ma position actuelle.
Toussaint m'a envoy faire des propositions de suspendre
les hostilit6s promettant qu'il ne n6gligerait rien pour ra-

(1) II s'agit probablement de l'arrat6 du 28 pluvi6se X (17 f6vrier 1802)
mettant hors la loi, le general Toussant et le g6nBral Christophe. C'est le seul
arret6 pris par Leclerc avant d'entrer en zampagne.








58 GUERRE D'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
mener la paix dans la colonie. I1 m'a fait dire par un de ses
affid6s qu'il 6tait meme dispose se rendre pres de moi.
Je n'en crois rien. C'est l'homme du monde le plus faux et
le plus dissimul6. N6anmoins, pour prouver a toute la co-
lonie que je ne desire rien tant que d'eviter la guerre civil,
je lui ai accord un delai de quatre jours pour se rendre
pres de moi. Le delai expire le 27; le 28 j'entre en champagne.
J'avais ordonne au g6n6ral Humbert de s'emparer du
Port-de-Paix et de s'y maintenir. Ce g6enral a outrepasse
mes ordres et maitre de la place il a voulu pousser en avant
dans le pays. Je lui avais donn6 un vaisseau et une frigate
avec lesquels il devait enlever la place, s'y maintenir et
rien de plus. Ce g6n6ral a plus calcule sur sa bravoure que
sur les regles de l'art militaire. I1 a attaqu6e ennumi dans
une position retranch6e qu'il occupait a trois lieues du
Port-de-Paix. Les forces qu'il a devant lui ne sont pas en
etat de le forcer a 1'evacuer, 6tant prot6g6 comme il l'est
par les deux vaisseaux qui sont en rade. J'attache beau-
coup de prix a cette position, parce que je calcule que les
ennemis ont envie de tenir au Gros-Morne, a Plaisance, au
Dondon, a la Marmelade et aux Gonaives.
Si l'escadre de Cadix, qui m'est annonc6e par la frigate
l'lndienne, entree hier en rade, arrive sous deux jours,
j'enverrai au Port-de-Paix de quoi complete une division
de 2.000 hommes qui seront n6cessaires pour repousser
ce qui se trouve de ce c6te; sinon je me bornerai a occuper
les forts de cette place et je concentrerai tous mes moyens
sur Plaisance, le Dondon, la Grande Riviere et Saint-Raphael.
Toussaint n'a pas rassemble plus de 10.000 hommes dans
ce moment; son arm6e ne va pas A plus de 18.000 hommes.
II occupe le Dondon, la Grande Riviere, la Marmelade, les
Gonaives, les environs du Port-de-Paix, le Gros-Morne,
le Mirebalais. C'est sur ces points que je vais operer. J'ai
ordonn6 au g6enral Boudet de les pousser vivement de
son c6te. La division de Toulon est entree en rade il y a
trois jours.







CORRESPONDENCE OFFICIELLE ET SECRETE


Voici mon plan d'op6ration. J'entrerai en champagne avec
les divisions Hardy, Rochambeau et Desfourneaux; elles
me fourniront 6.500 hommes de ligne. Je n'ai aucun moyen
de transport; je donne a mes soldats pour six jours de bis-
cuit; apres cela nous vivrons de bananes et de boeufs qui
ne manquent pas dans le pays. J'emm6ne avec moi 3 obu-
siers, une piece de 4 et 6 pieces de 2. C'est tout ce que j'ai
pu faire trainer. Je donne A chaque division 60 coups par
homme, plus 50.000 cartouches de reserve. Je n'ai aucun
moyen de transport et je n'ai pu faire davantage. Le 28
j'occuperai Plaisance et le Dondon, le 29 je serai maitre
de Saint-Raphael. La suite de mes operations de ce c6te
dependra de la situation de l'ennemi.
J'occuperai le Port-de-Paix. Je formerai de la garnison
du fort Dauphin une colonne mobile de 500 A 600 hommes
pour 6clairer ma gauche.
Je fais retrancher le Cap pour le mettre & l'abri d'un coup
de main. J'y armerai de garnison 400 A 500 hommes de trou-
pes, plus 600 des d6p6ts de l'armee. J'en laisserai le com-
mandement au general de brigade Boyer. J'ai fait d6sarmer
toutes les batteries tournees vers la mer. Mes h6pitaux
ne sont pas encore bien 6tablis : je manque de moyens.
Nous avons occupy le 17 le Port Republicain. N'ayant
pas le temps de vous faire une relation particuliere de cette
affaire, je vous envoie la relation du general Boudet en
original, avec le plan de l'attaque. Je vous prie de designer
au Gouvernement les officers don't le g6enral Boudet parole
avec eloge. Je lui avais ordonn6 d'enlever la Croix des
Bouquets des le jour meme de son entree au Port R6pu-
blicain, ce qui eut pr6serv6 la plaine du Cul de Sac. Mais les
dispositions qu'il a 6te oblig6 de prendre, ne lui ayant pas
permis d'executer cet ordre, une parties de cette plane a et6
incendi6e. Le 20 ce g6n6ral aura attaqu6 cette position et
chasse l'ennemi dans le Mirebalais et vers le 2 ou le 3 du
mois prochain, je compete faire ma jonction avec lui. Je
pousserai l'ennemi avec vigueur, ne m'arreterai pas tant







60 GUERRE D'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
qu'il y aura un corps d'armee rassemble. Dans un mois les
grandes chaleurs arriveront ici. Assurez le Premier Consul
que je ne n6gligerai rien pour avoir terming la guerre a cette
6poque, que je mettrai toute l'activit6 don't je suis capable
pour ne point permettre aux ennemis, battus sur un point,
de se rassembler sur un autre. Mais il faut que les escadres
de Cadix, du Havre et de Flessingue m'arrivent bientot.
J'ai d6ej plus de 1.200 hommes a l'h6pital. Calculez sur une
consommation d'hommes considerable dans ce pays. Si en
renfort vous m'envoyez des demi-brigades d'Egypte, elles
perdraient certainement moins que toutes les autres; elles
sont d'ailleurs accoutum6es a un genre de guerre semblable
a celui que nous avons a faire ici.
J'ai requ hier la nouvelle de l'occupation de Santo Do-
mingo par le g6enral de brigade Kerverseau. Le g6enral
Clairvaux qui command dans le d6partement du Cibao
s'est rendu et a fait acte de soumission au Gouvernement
frangais. Cette soumission est due au bon esprit du g6n6ral
Clairvaux, homme de couleur, et aux bons conseils qui lui
ont Wte donnes par le citoyen Mainvielle qui avait et6 en-
voy6 par le Directoire a Saint-Domingue, comme 6vWque
dans la parties frangaise. II faut que cet estimable pasteur
soit I'un des 6veques qui seront nommes pour Saint-Do-
mingue. Sa conduite a toujcurs Bte frangaise et courageuse.
On m'annonce que le general Laplume qui command
dans la parties du Sud se rendra.
Je suis ici sans vivres et sans argent. L'incendie du Cap
et des quarters par lesquels les rebelles se sont retires
m'6te toute resource en ce genre. II faut que le Gouverne-
ment m'envoie des vivres, de I'argent, des troupes. C'est
le seul moyen d'assurer la conservation de Saint-Domingue.
Je n'ai ici aucune resource dans le commerce; les n6go-
ciants du Cap ne sont que les facteurs des Americains et les
Am6ricains sont de tous les juifs les plus juifs. Je suis pour-
tant parvenu A leur faire computer 300.000 francs de traites
sur la tr6sorerie, payables deux mois apr&s la presentation.







CORRESPONDENCE OFFICIELLE ET SECRETE 61

Si elles n'6taient pas payees, je serais expose h manquer
de tout ici. L'escadre espagnole est parties le 24 pour la
Havane. J'ai infiniment h me louer de la conduit de l'a-
miral Gravina envers l'armie. I1 a fait pour nous au delay
de ce que nous devions esperer; il m'a donned pour quinze
jours de vivres pour mon armie; il m'a donn6 60.000 (livres)
de poudre et s'est charge de faire r6unir A la Havane toutes
les demands que j'y ai faites. J'ai envoy a la Havane le
citoyen Montgiraud, prefet colonial de la parties espagnole
de Saint-Domingue, pour demander au gouverneur 2 mil-
lions de francs, des vivres pour un mois et 1.000 hommes de
troupes. L'amiral Gravina s'est charge d'appuyer toutes
ces dempides et il les fera sans doute reussir car il est en-
tierement dispose A nous servir.
Aussit6t que j'ai appris la nouvelle de la soumission du
general Clairvaux, je l'ai maintenu dans son commande-
mant et lui ai envoy l'ordre de preter, ainsi que ses trou-
pes, le serment d'attachement a la R6publique et a la Cons-
titution de Pan VIII.



LETTRE No V

Sans date.

Au ministry de la Marine.

Depuis la derniere lettre que j'ai eu l'honneur de vous
6crire du Gros-Morne, j'ai vu le general Morepas. II s'est
soumis de bonne foi. Je l'ai envoy commander au Port-de-
Paix. Sa presence contribuera beaucoup a faire fleurir
agriculture dans cette parties. Je suis revenue le 9 aux Go-
naives et j'ai fait de suite mes dispositions pour poursuivre
le g6n6ral Toussaint sur les points oih il s'est retire. II occu-
pait la quarter des Cahots, en arriere du bourg de la Petite







62 GUERRE D'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
Riviere. II a debouche de la Coupe a l'Inde dans la parties
espagnole. J'ai fait franchir sur son flanc la division Hardy
qui a ordre de lui couper toute retraite dans la parties espa-
gnole. La division Rochambeau sur le quarter des Cahots
et de la sur le Mirebalais. Dans le meme moment 1.500
hommes de la division Boudet sont parties pour le Port-au-
Prince pour se porter sur le Mirebalais et y arriver en meme
temps que la division Rochambeau pendant que la division
Hardy arriverait a Las Caobas. Par cette march je ne laisse
aucun point de retraite a l'ennemi. C'est aujourd'hui qu'il
a di Atre attaqu6 au Mirebalais. Je n'ai encore aucune nou-
velle. Demain ou apres, je m'y porterai de ma personnel,
aussit6t que j'aurai assure au Port-au-Prince le service des
subsistances, des h6pitaux et de l'artillerie. Ce qui n'a pas
6te chose facile. Arriv6 1h j'enverrai un corps de troupes a
la poursuite de ce qui aurait pu nous 6chapper et je ne me
regarderai comme maitre de la colonie que lorsqu'il ne
restera plus un seul point de rassemblement de 200 hommes
en armes. De retour du Mirebalais je me porterai dans la
parties du sud oii tout va bien, mais ofi ma presence sera
tres utile pour attacher definitivement ce pays a la R6pu-
blique et pour tirer parti de toutes les resources que l'ar-
mbe pourra y trouver. Je garde ici le contre-amiral Latouche
avec 7 vaisseaux, 12 frigates et 3 corvettes. Je compete sur
les frigates du Havre et de Flessingue car je ne saurais trop
en avoir ici. Quant aux vaisseaux, ce nombre me suffira.
Faites passer des fonds ici pour l'entretien de la station car
vous savez la p6nurie oii je suis pour 1'arm6e de terre (pour
son entretien). J'ai d6ja fait I'avance de plus de 100.000
francs a l'arm6e navale et c'est beaucoup pour moi... Ne
perdez pas de temps h m'envoyer des renforts en hommes,
des secours en vivres et en argent, surtout des souliers, a
me faire fournir toutes les demands que j'ai eu l'honneur
de vous adresser par le dernier courier. Je vous ferai con-
naitre le r6sultat de mon expedition au Mirebalais, aussitOt
que j'y aurai W6t.







CORRESPONDENCE OFFICIELLE ET SECRETE


LETTRE N VI

26 pluvi6se an X (15 fderier 1802).

Au Premier Cons l,

Les officers qui sont destin6s a faire cette guerre p6nible
ont besoin d'encouragement et je le r6clame de votre jus-
tice... J'entre en champagne le 28 et je pousserai la guerre
comme j'ai appris A la faire sous vos ordres en Italie, c'est-
a-dire avec vigueur.


LETTRE No VII

28 pluvidse an X (17 fevrier 1802).

Au ministry de la Marine,

...Demain matin je vais rejoindre 1'arm6e qui est en
march.


LETTRE N0 VIII

8 ventdse an X (27 fivrier 1802).

Au ministry de la Marine,

Comme j'ai eu l'honneur de vous 1'annoncer, je suis entr6
en champagne le 28 du mois passe. Ce jour-1~ la division du
general Desfourneaux s'est port6e au Limb6, la division du
general Hardy s'est port6e au Grand Boucan et au Morisset;
celle du general Rochambeau s'est port6e la Tannerie







64 GUERRE D'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
et au Bois de l'Anse. TUn petit corps former par les garnisons
du Cap et du fort Dauphin s'est porter sur Sainte-Suzanne,
le Trou et Vallirre. Ces divisions ont eu A soutenir des com-
bats tres d6sagr6ables par les localit6s, en ce que les rebelles se
cachaient dans les halliers et dans les bois imp6n6trables
qui bordent les vall6es et avaient, lorsqu'ils 6taient re-
pouss6s, une retraite assure dans les mornes. N6anmoins
les colonnes ont occupy les positions que je leur avais or-
donn6 de prendre.
Le 29, la division Desfourneaux a pris position pres de
Plaisance; la division Hardy au Dondon et la division Ro-
chambeau A Saint-Raphael. Ces 3 divisions ont force P'en-
nemi partout, avec la plus grande imp6tuosit6. II faut avoir
vu ce pays pour se faire une idee des difficult6s que l'on y
rencontre A chaque pas : je n'ai rien vu dans les Alpes qui
leur soit comparable.
Le 30, la division Desfourneaux a pris position a Plaisance
sans obstacle. Ce canton .6tait command par un brave
homme, nomm6 Jean-Pierre Dumesnil, qui est venu au-
devant du g6n6ral Desfourneaux avec 200 hommes de ca-
valerie et 300 d'infanterie et qui a ea le courage de conserver
son pays malgr6 les ordres de Toussaint de tout incendier.
La division Hardy prit position a la Marmelade. Elle s'em-
para, avant d'y arriver, du morne A Bois Pin qui est la po-
sition la plus formidable que j'aie rencontr6 depuis que je
fais la guerre. Elle entra au pas de charge et la baionnette
en avant A la Marmelade, quoique ce post fut d6fendu par
le general Christophe en personnel, qui avait sous ses ordres
1.200 hommes de troupes de ligne et autant de cultivateurs :
tout c6da a l'impetuosit6 francaise. Le g6n6ral Rochambeau
prit position le meme jour a Saint-Miguel oii il trouva tres
peu de resistance. Sa colonne de droite qui devait passer
par la Mare-A-la-Roche qui 6tait retranchee, d6fendue par
400 hommes et par de l'artillerie emporta cette position
A la baionnette sans tirer un coup de fusil et rejoignit le
g6n6ral le soir a Saint-Raphael.







CORRESPONDENCE OFFICIELLE ET SECRETE


Je savais que l'ennemi avait 1'intention de d6fendre le
canton d'Ennery et les Gonaives et c'est pour ce que je
l'accueillai (pour I'acculais probablement) sur cette posi-
tion le plus qu'il m'6tait possible. Dans ces vues j'avais
envoy le general Debelle au Port-de-Paix avec une divi-
sion. II avait l'ordre d'acculer le general Morepas sur les
Gonaives. Ce g6enral, 6tait avec 1.500 hommes de troupes
de ligne et 2.000 cultivateurs, retranch6 A 2 lieues du Port-
de-Paix, dans la gorge des Trois-Rivieres. Je tenais beau-
coup a 6craser ce corps qui avait eu quelques succes sur le
general Humbert. J'avais ordonn6 au g6n6ral Boudet de se
porter par le Mirebalais sur la Petite Riviere pour couper
la retraite k l'ennemi que j'esperais battre aux Gonaives.
Ces deux. divisions n'ont pu m'6tre d'aucun secours pour
cette operation.
Le general Debelle qui, d'apres mes calculs, devait d6-
barquer le 29 au Port-de-Paix n'a pu y d6barquer que le 30
tres tard : les vents d'est qui regnent assez constamment
sur la c6te ayant manqu6 pendant la traverse du Cap au
Port-de-Paix.
Le Ier vent6se, le g6enral Debelle se mit en march pour
attaquer le g6n6ral Morepas. Mais une pluie affreuse qui
survint empecha la colonne, qui 6tait destine & turner
la position de l'ennemi, d'arriver A temps. Les colonnes
qui attaquerent la position de front revinrent harassees de
fatigue et ne purent I'enlever. Quant a celle qui devait
turner la position des rebelles, elle mit vingt-quatre heures
A executer son movement, ayant et6 contrari6e dans sa
march par les torrents et les mauvais chemins et elle fut
attaquee par toutes les forces des rebelles r6unies contre
elle. Elle ex6cuta cependant sa retraite en tres bon ordre.
La division Boudet, en partant du Port-au-Prince, mar-
cha sur la Croix des Bouquets. Les rebelles y mirent le feu
a son approche. Le general Dessalines qui commandait
sur ce point eut l'air de faire sa retraite sur la montagne
des Grands Bois; mais par une march rapide il se porta
SAINT-DOMINGUl, T. I. 5








66 GUERRE D'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
sur Leogane en passant par la montagne Noire. J'avais
ordonn6 au general Boudet d'envoyer une frigate prendre
possession de L6ogane; mais ces forces ne purent pas pr6-
server la ville a laquelle Dessalines fit mettre le feu et de
la Dessalines se porta sur Jacmel, d'oii il m'envoya une
adresse signee des habitants de la commune dans laquelle
ees mis6rables regrettaient le gouvernement f6roce et bar-
bare de Toussaint. Jamais, A Constantinople, les tetes n'ont
saute avec plus de facility et les coups de baton n'ont et6
distributes avec plus de generosite qu'h Saint-Domingue
sous le gouvernement de Toussaint et de ses adherents.
Le g6n6ral Boudet qui connaissait les intentions du g6enral
Laplume, commandant la parties du sud, de se soumettre
au Gouvernement frangais, ne crut pas devoir abandonner
cette parties interessante de la colonie aux fureurs du general
Dessalines. En consequence, il y envoya l'adjudant-com-
mandant Darbois avec 1.500 hommes, pour forcer Dessa-
lines A la retraite et d-kcider la soumission du g6n6ral La-
plume. Cette march a sauve la parties du sud. Dessalines
s'est retire avec les sins dans les Grands Bois et le g6enral
Laplume m'a envoy son acte de soumission. Depuis je n'ai
pas regu de nouvelles du g6enral Boudet. Je sais seulement
qu'il est entr6 avant-hier h Saint-Marc qu'il a trouv6 en
parties incendie.
Le ier vent6se, les divisions s6journerent dans leur posi-
tion.
Le 30, le temps avait 6t6 affreux et fut de meme
le Ier.
Le 2, la division Desfourneaux se porta a deux lieues en
avant de Plaisance. La division Hardy s'empara d'Enneri
A la baionnette suivant son usage. Ce poste 6tait encore
d6fendu par Christophe qui avait 1.000 homes de troupes
de ligne et 1.200 cultivateurs. J'appris que Christophe
avait faith la retraite sur l'habitation Bayonnais, B 4 lieues
en avant et sur la gauche d'Enneri, vers les Gonaives.
J'ordonnai sur-le-champ au general Hardy d'envoyer la







CORRESPONDENCE OFFICIELLE ET SECRETE


brigade du general Salme. Cette brigade qui avait fait une
march tres fatigante le 2, march toute la nuit et a la
pointe du jour le 3 elle enleva au pas de charge toutes les
positions de Christophe. Cette brigade trouva un butin
considerable : c'6tait un dep6t des rebelles. Le 3 la division
Rochambeau prit position a la tote de la Ravine A Couleu-
vres qui laisse la Coupe A l'Inde a sa gauche et le Morne oi
Christophe s'6tait retranch6 8 sa droite. Le meme jour la
division Desfourneaux se porta A la Coupe & Pintade. Elle
y rencontra Pennemi. J'avais fait soutenir cette division
par la brigade Desplanques, de celle du g6n6ral Hardy.
Le g6enral Desfourneaux attaqua 1'ennemi et le poussa
jusqu'aux Gonaives, incendiees depuis deux jours. L'ennemi
pouss6 vigoureusement ne put y tenir; il se retira sur la
riviere de 1'Esterre apres avoir laiss6 200 hommes tues sur
le champ de bataille. La brigade Salme de la division Hardy
vint prendre le meme jour position au Poteau en avant de
la Coupe A Pintade. Le meme jour, 4, la division Rocham-
beau entra dans la Ravine & Couleuvres. C'6tait 1l que le
general Toussaint avec ses gardes, formant un corps de
1.500 grenadiers d'elite et de 400 dragons, avec 1.000 gre-
nadiers tires des differentes demi-brigades et environ 1.200
hommes choisis sur les meilleurs bataillons de son arm6e,
comptait se d6fendre. La Ravine A Couleuvres est extreme-
ment resserr6e; elle est flanqu6e de montagnes a pic cou-
vertes de bois dans lesquels 6taient r6pandus plus de 2.000
cultivateurs arms qu'il faut ajouter aux troupes don't je
viens de faire 1'enumbration. Les rebelles avaient fait des
abatis consid6rables qui obstruaient le passage; ils occu-
paient des positions retranchees qui dominaient la Ravine.
Une position aussi forte eft arrWt6 n6cessairement tout autre
que le general Rochambeau. Mais il fit ses dispositions avec
la rapidity de 1'eclair et attaqua les retranchements de
l'ennemi. Il y eut un combat d'homme A home: les trou-
pes de Toussaint se battirent bien, mais tout ceda & 'im-
petuosit6 frangaise. Toussaint dvacua sa position, se retire








68 GUERRE D'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
en desordre sur la Petite Riviere en laissant 800 des siens
sur le champ de bataille.
Le 5, je me rendis aux Gonaives. J'6tais tres inquiet des
g6n6raux Debelle et Boudet don't je n'avais aucune nouvelle.
Le 6, j'appris par mes 6missaires que le general Debelle
n'avait pas pu forcer le g6n6ral Morepas. J'ordonnai & la
division Desfourneaux de marcher sur le Gros Morne, che-
min du Port-de-Paix et au g6n6ral Rochambeau de se porter
au pont de l'EstBre, de pousser des reconnaissances sur sa
droite et sur sa gauche pour avoir des nouveiles du g6enral
Boudet et de la retraite de l'ennemi.
Le 7, j'appris que le g6enral Boudet 6tait maitre de Saint-
Marc. Je ne vis plus d'autre ennemi A 6craser que Morepas.
J'ordonnai au g6n6ral Hardy de marcher sur le Gros-Morne
avec 5 companies de grenadiers et 800 homes tires de sa
division. J'ajoutai h ce corps une compagnie de mes gardes
de 100 hommes. Je marchai moi-meme avec ce corps et je
pris le 7, dans la nuit, position a 2 lieues du Gros-Morne.
Mon intention 6tait d'aller avec la division Desfourneaux
et les 1.500 hommes du g6n6ral Hardy, prendre position,
le 8, A 2 lieues sur les derrieres de la position du g6n6ral
Morepas pour l'attaquer, le 9 a la pointe du jour, de concert
avec le g6n6ral Debelle que j'avais pr6venu de ces mouve-
ments. Mais le g6enral Morepas a qui il ne restait aucune
retraite envoya des d6put6s au g6n6ral Debelle A qui mes
lettres n'6taient pas encore parvenues et lui demand de
se soumettre aux conditions portees dans ma proclamation,
oh je promettais de conserver leurs grades aux officers qui
se soumettraient. Le g6n6ral Debelle y consentit et quel (le)
que bonne que fit ma position j'ai cru devoir approuver
ce qu'a fait le g6n6ral Debelle. J'ai ordonn6 au g6n6ral
Morepas de venir me joindre au Gros-Morne of je l'attends.
J'ai renvoy6 aujourd'hui, 8, le corps tire de la division
du g6n6ral Hardy aux Gonaives ou je serai rendu moi-
mmem ce soir pour me remettre des domain a la poursuite
du g6n6ral Toussaint. Depuis la journ6e du 4 les habitants







CORRESPONDENCE OFFICIELLE ET SECRETE


du pays regardent Toussaint comme perdu; les cultiva-
teurs rentrent sur les habitations, ses soldats desertent ses
drapeaux et tous pensent que je serai bient6t maitre de la
colonie et moi aussi, je le crois.
Je vais laisser la division Desfourneaux a Plaisance. Elle
dissipera les rassemblements arms qui existent encore
dans plusieurs communes et me fera justice des brigands qui
obstruent mes communications.
Voici la situation actuelle de la colonie.
Je suis maitre de la parties du nord, mais presque tout
y a t6 incendie et je n'ai pas de resources A en attendre. I1 y
a des cultivateurs rassembl6s et arms sur vingt points.
Le g6n6ral Desfourneaux avec la persuasion ramenera ces
homes tromp6s et avec la balonnette exterminera les
coupables; mais d'ici a ce que cette parties soit tranquille
il se commettra bien des exces.
Les rebelles sont maitres encore d'une parties de l'ouest
et ils ont incendi6 les points qu'ils n'occupent plus : je n'ai
pas de resources A en attendre pour le moment.
Le sud est en parties conserve. Je vais au Port-au-Prince
et je verrai les resources que je pourrai en tirer.
Quant a la parties espagnole, elle a e6t tellement pressure
par Toussaint qu'il faut plut6t lui donner que lui demander:
j'en suis A peu pros maltre. II faut, citoyen ministry, si le
Gouvernement veut conserver Saint-Domingue qu'il me
fasse passer pendant les six premiers mois 1.500.000 francs
en piastres et non autrement...
Il faut penser A m'envoyer de suite un renfort de 6.000
hommes ind6pendamment de tout ce que vous m'annoncez
et qu'ensuite vous me fassiez passer chaque mois pendant
trois mois un renfort de 2.000 hommes. Le Gouvernement
ne doit pas regarder h l'argent qu'il emploie pour s'assurer
la premiere colonie du monde, et conserver cells qu'il a
dans les Antilles, car c'est ici, dans ce moment que se juge
la question de savoir si 1'Europe conservera des colonies
dans les Antilles.








70 GUERRE D'IINDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE

LETTRE No IX

14 vent6se an X (5 mars 1802).

Au Premier Consul,

Je ne suis pas content du citoyen Benezech : c'est ua
homme A pr6tention et un faireur d'affaires. II a dejb eu
la sottise et l'impudence d'annoncer plusieurs fois qu'il
n'6tait venu h Saint-Domingue que pour faire fortune.
J'ai bien Iesoin d'honnetes gens, car je vois que beau-
coup de personnel sont venues A Saint-Domingue pour y
ramasser des lingots. Parmi quelques lettres qui me sont
tomb6es sous les mains du g6n6ral Toussaint et qui annon-
cent son intention bien prononcee d'etre independent je vous
envoie celle-ci. J'en ai au Cap dates du 14 pluvi6se, adres-
s6es aux g6enraux Dessalines, Christophe et Morepas, par
le meme, et qui annoncent les mgmes dispositions. Elles sont
de trois jours ant6rieures A notre entree au Cap et prouvent
elairement que si je me fusse laiss6 abuser par les belles
protestations de Toussaint je n'aurais et6 qu'un imbecile.



LETTRE NO X

19 germinal an X (9 avril 1802).

Au ministry de la Marine (1).

La saison des pluies est arrive. Mes troupes sont exc6-
d6es de fatigues et de maladies. Je me borne pour ce moment
a garder les planes du nord, Plaisance et la presqu'lle de

(1) Cette lettre est Indiqude comme ayant 6t6 ecrite du quarter gdn6ral
du Cap ..







CORRESPONDENCE OFFICIELLE ET SECRETE


P'ouest, lea Gonaives, la presqu'ile de l'Artibonite, l'ouest et
le sud. Les quarters de la Grande Riviere, du Dondon, de
la Marmelade sont impraticables dans cette saison des pluies.
Je ne pourrais les tenir qu'avec un corps de 4.000 a 5.000
hommes. Leur approvisionnement ne saurait avoir lieu.
Les corps seraient dissemines sur tant de points diff6rents
qu'ils ne pourraient avoir de communications entire eux,
& cause des ravines et qu'ils seraient exposes A chaque ins-
tant a etre Bcras6s par des nudes de cultivateurs.
II y avait ici un 6veque envoy par le clergy constitu-
tionnel de France, nomm6 Mauviel; il m'a rendu les plus
grands services. Je demand qu'il soit nomme 6veque de
Santo-Domingo.
II y a ici un consul am6ricain qui a Wte accredited dans le
temps aupres de Toussaint. Comme je ne connais aucune
loi qui autorise l'existence d'un consul dans la colonie, je
vais lui ordonner de cesser ses functions et de quitter le
pays sous quinze jours. Cet homme s'est permis d'6crire
aux Rtats-Unis des lettres propres a nous Oter tout credit
dans ce pays.


LETTRE No XI

ler floral an X (21 avril 1802).

Au ministry de la Marine (1).

Toussaint tient encore les montagnes. II a sous ses ordres
environ 4.000 hommes de troupes coloniales et une quantity
de cultivateurs arms tres considerable. Je vais d'abord
m'occuper de lui couper toute communication avec la mer
et balayer le Limb6 et l'Acul, points occup6s en force par les

(1) Cette lettre est indiqude comme ayant 6t6 dcrlte du quarter general
du Cap ,.








72 GUERRE D'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
rebelles. Ensuite quand je l'aurai chasse de ce point, je
tAcherai de le resserrer tout A fait au Dondon, a la Mar-
melade, a la Grande Riviere du c8tU du nord, et du c6te
de 1'ouest au Cahos. Mais il me sera impossible d'entrer
de nouveau en champagne avant d'avoir regu les 12.000
hommes que je vous ai demands.
Je ne pourrai terminer cette guerre sans occuper en
force, apres les avoir conquises, les montagnes du nord,
celles de l'ouest et il me faudra toujours, en attaquant ces
points 14, continue d'occuper tous ceux que je tiens dans
ce moment oA les cultivateurs commencent A revenir. I1
me faut 25.000 combatants pour achever la conquite de
Saint-Domingue et la rendre enti6remerit A la France. J'ai
dans ce moment 11.000 hommes de troupes europ6ennes
et 7.000 de troupes coloniales sur lesquelles je suis tres 6loi-
gnA de computer entierement. Tant que j'aurai des success
elles resteront avec moi; mais si j'avais des revers elles
pourraient bien servir A doubler les moyens de 1'ennemi.
J'ai d6jh tented plusieurs fois de faire rendre Toussaint et
tous les g6neraux, mais cela a W6t sans fruit. Je vais cepen-
dant m'occuper s6rieusement de cette affaire. Je crois qu'il
existe entire les chefs des dissensions don't je pourrai tirer
parti. Mais quand bien meme, citoyen ministry, je reussirais
A faire soumettre ces hommes, je ne pourrai prendre les
measures de rigueur qui doivent assurer a la France la pro-
priete de Saint-Domingue d'une maniere fixe, que lorsque
j'aurai 25.000 Europeens presents sous les armes (1).
Je vous ai fait connaitre, citoyen Ministre; le difficile
de ma position actuelle. Vous jugez facilement ce qu'elle
deviendrait si la guerre avait lieu avec 1'Angleterre. ls
infecteraient nos c6tes. Ils ne n6gligeraient rien pour couper
mes communications par mer en attaquant et bloquant le
M61e. Ils fourniraient des moyens aux insurg6s qui, de leur

(1) Quelles sont cesa measures de rigueur qui ndcessitaient un tel deplole-
ment de forces ? Sans doute le d6sarmement des habitants et leur retour &
1'esclavage. Pour s'en rendre compete lire les lettres num6rot6es 26, 27, 28, 29.







CORRESPONDENCE OFFICIELLE ET SECRETE 73

<6ct, acquerraient une nouvelle preponderance et qui, de
la defensive oii ils sont, chercheraient a prendre offensive.



LETTRE NO XII

16 floral an X (6 mai 1802).


Au ministry de la Marine,

La nouvelle de la paix est arrive ici le 14.
D'aprBs les dispositions que je vous annongais dans ma
lettre du ier, j'avais fait occuperle Limb6 et j'allais occuper
le quarter de 1'Acul afin d'6ter aux rebelles toute commu-
nication dans la parties du nord, lorsque le g6enral Chris-
tophe, aupres duquel je faisais agir depuis quelque temps,
m'annonga qu'il avait l'intention de se soumettre; mais
qu'avant il d6sirait avoir une entrevue avec moi. Ce g6enral
avait sous ses ordres 1.500 hommes de troupes coloniales
et 4.000 a 5.000 cultivateurs portant les armes. II occupait
les positions de 1'Acul, du Boucan, du Mornet, du Dondon,
de la Grande Riviere, des Cardinaux, de Sainte-Suzanne
et du Camp le Sec. Je lui ai ordonn6 de se rendre au bourg
du Haut du Cap. II s'y est rendu et, apres l'assurance que
je lui ai donnee que nous n'etions pas venus ici pour d6truire
la liberty (1), il me declara qu'il 6tait pret a executer tous
mes ordres. A l'instant je lui ai ordonn6 de remettre toutes
ses positions a nos troupes, de r6unir les siennes pour les
porter 1 oii je l'ordonnerais et de renvoyer tous les culti-
vateurs et habitants qui s'6taient enfuis avec lui. I1 a re-
mis les positions. Je lui ai assign la gorge de la Grande Ri-


(1) Voir lettre prtcdente (note 1), voir Wgalement les lettres num6ro-
t6es 26, 27, 28, 29.






74 GUERRE D'INDI PENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
viere pour I'occuper avec ses troupes. Les cultivateurs sont
en parties retires sur leurs habitations et plus de 2.000 habi-
tants sont rentres au Cap.
Deux jours apres le general Toussaint m'envoya son
adjudant-g6enral avec une lettre qui ne signifie pas grand
chose, mais dans laquelle je voyais un d6sir bien prononc6
de se rendre. Je r6pondis a ce general que je le recevrais &
soumission; mais que s'il ne se rendait promptement, je
marcherais sur lui; qu'au demeurant il efit A m'envoyer
quelqu'un de confiance pour me dire ce qu'il desirait.
II me renvoya son secr6taire particulier, avec un de ses
aides de camp en me faisant dire qu'il d6sirait avoir le grade
de lieutenant-g6neral et un commandement particulier;
que chacun de ses generaux reprit le commandement qu'il
avait lors de mon entree et qu'il n'efit sous ses ordres que
ses troupes. Je lui r6pondis que lui ne serait pas employee,
qu'il se retirerait sur l'une de ses habitations et qu'il ne
pourrait pas en sortir sans ma permission; que les g6enraux
seraient employs ainsi que ses troupes, mais l8 oh je le
jugerais convenable, et oi il me paraitrait utile. Que quant 6
lui.il n'avait qu'& se rendre aupres de moi au Cap, que je
lui donnais ma parole d'honneur qu'apres la conference il
aurait la liberty de s'en aller oiu il voudrait. Au demeurant
que ses troupes devaient 6tre toutes r6unies et prrtes a
executer mes ordres d'ici A quatre jours (1). II n'y a que deux
jours que je lui ai ecrit cette derniere lettre et la corvette
ne partira pas sans en avoir le r6sultat.
En apprenant hier la n uvelle de la paix, je lui ai donned
l'ordre de faire faire une salve d'artillerie sur toute la ligne.
L'ordre a 6t6 execute ce matin.
Si les circonstances me forcent quelquefois, citoyen Mi-
mistre, A paraltre m'ecarter du but de mes instructions,
croyez que je ne les perds pas de vue et que je ne cede quel-


(1) Lire dans lesa notes & la fin du volume les documents-lettres, arrtbs,
dcrits, se rapportant A la reddition de Toussaint-Louverture.







CORRESPONDENCE OFFICIELLE ET SECRETE


que chose aux circonstances que pour les maitriser ensuite
et lee faire servir a l'exdcution de mon plan.
Comme mes rapports que vous faites imprimer paraissent
ici dans les journaux, il est impolitique d'y rien insurer
qui puisse detruire les idees de liberty et d'6galit6 que tout
le monde a ici dans la bouche.



LETTRE No XIII

16 floral an X (6 mai 1802).

Au ministry de la Marine,

La paix ne pouvait pas arriver plus B propos... Dans ce
moment les Americains t6moignent hautement leur me-
contentement de ce que Saint-Domingue nous rentre et
de ce que plus encore la Louisiane nous est c6d6e.



LETTRE No XIV

16 floral an X (6 mai 1802).

Au ministry de la Marine,

On jette feu et flames contre nous aux liats-Unis. On
nous accuse d'etre des brigands. Ma r6ponse sera consignee
dans une note qui sera accompagn6e de l'6tat de toutes
lee fournitures faites par les Ambricains & l'arm6e, avec
la ddoaration du mode de paiement. Cet 6tat sera sign par
tous les Am6ricains qui se trouvent ici... Le citoyen Pichon,
dans toutes ses lettres, me parole de mes torts envers lee
Am6ricains et du manquement de parole du Gouvernement







76 GUERRE D'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
A leur 6gard. Ce n'est pas l4 l'homme qu'il faut aux Itats-
Unis pour representer la nation frangaise dans cette cir-
constance... L'occupation de la Louisiane sera difficile A
leur faire goiter.



LETTRE No XV

15 floral an X (5 mai 1802).

Au ministry de la Marine,

Le general Toussaint s'est rendu ici. II en est parti par-
faitement content de moi et pret A ex6cuter tous mes ordres.
Je crois qu'il les exeoutera parce qu'il est persuade que s'il
ne les executait pas, je l'en ferais repentir. II faut que je
lui aie inspire une grande confiance puisqu'il a couch au
quarter general d'un de mes aides de camp g6n6raux et
qu'il n'avait avec lui que quelques hommes. Je ne perds pas
un instant pour r6tablir la tranquillity et n'avoir rien a'
craindre dans la colonie de qui que ce fit.



LETTRE N0 XVI

18 floral an X (8 mai 1802).

Au ministry de la Marine,

Aussit6t la reception de vos d6epches qui m'annongaient
la possibility d'une rupture avec l'Angleterre, j'ai cru devoir
me mettre en measure sur tous les points. En consequence,
d'apres les d6peches que j'avais regues des chefs des rebelles
de la Guadeloupe qui me priaient instamment d'envoyer




I

CORRESPONDENCE OFFICIELLE ET SECRETE 77
le general Boudet pour les commander, j'ai donned au g6enral
Boudet l'ordre d'aller prendre possession de la Guadeloupe.
Vous trouverez ci-joint copie des ordres que j'ai donnes
au g6enral Boudet, de la lettre que j'ai 6crite au contre-
amiral Lacrosse et d'une reponse a la lettre des rebelles.
Voici quels ont et6 les motifs de ma conduite. Je desire qu'ils
aient l'approbation du Gouvernement.
Ou le Gouvernement frangais, d'apres les rapports que
je lui ai envoys sur ma position, enverrait directement a
Saint-Domingue les secours qu'il destinait pour la Guade-
loupe, ou il les enverrait A la Guadeloupe. Dans le premier
cas je rendrais la Guadeloupe A la France sans coup f6rir,
d'apres les pr6somptions que j'avais que le general Boudet y
serait bien regu et dans le cas de la guerre avec 1'Angleterre
j'etais maitre de ce point important. Dans le second cas
j'evitais l'incendie de la colonie de la Guadeloupe qui aurait
pu avoir lieu si on s'y 6tait presented hostilement sans pro-
mettre rien aux chefs des rebelles; je leur fournissais une
occasion de r6clamer 1'indulgence du Gouvernement fran-
gais et je faisais recevoir les troupes aux ordres du general
Richepanse vingt-quatre heures apres leur arrivee A Ia
Guadeloupe. II lui restait la faculty d'y executer A la lettre
les intentions du Gouvernement.
Je desire connaitre opinion du Gouvernement frangais
sur ma conduite dans cette circonstance.


LETTRE No XVII

18 floral an X (8 mai 1802).

Au ministry de la Marine,
Les maladies font des ravages effrayants dans 'armee que
je command.
Vous en serez convaincu quand vous jetterez les yeux







78 GUERRE D'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
sur ]'etat de situation ci-joint de I'arm6e. Vous verrez que
Parm6e que vous avez calculee de 20.000 homes est r6duite
en ce moment A 12.000 puisque les 1.300 canonniers de ma-
rine portes sur mon 6tat ont d6barqu6 de la flotte et ne
faisaient nullement parties des 20.000 hommes que vous
comptiez que j'avais. J'ai dans ce moment-ci 3.600 hommes
aux h6pitaux. Depuis environ 15 jours je perds de 30 &
50 hommes par jour dans la colonies et il n'y a pas de jours
qu'il n'entre de 200 A 250 hommes dans les h6pitaux, tan-
dis qu'il n'en sort pas plus de 50. Mes h6pitaux sont encom-
bros. J'y donne tous mes soins; mais faites attention que je
suis arrive dans une colonies don't les principaux 6tablisse-
ments ont et6 bril6s, que mes effects d'h6pitaux sont tous
rests en arriere, que les garnisons que j'ai dans les villes
souffrent beaucoup parcel qu'il n'y a pas de caserne. Les
soldats manquent de hamac, la marine les ayant rapportes
presque tous. Si les hommes tombent maladies, ce n'est
pas faute d'etre bien nourris, car la composition de la ration
est excellent. Je leur donne le pain qui est tres bon. Sur
trois distributions de viande, je leur en done une de viande
fraiche, une de lard et une de viande sale. Je leur donne
deux onces de riz et la demi-bouteille de vin par jour. II
est impossible de mieux nourrir des troupes A Saint-Domin-
gue. Aux h6pitaux les soldats regoivent de bons aliments.
Les officers de sante servent avec beaucoup de zele: mais
faute d'emplacement et faute d'effets, les malades sont
encombres. Donnez ordre qu'on nous envoie des effects d'h6-
pitaux, car A l'heure ofi je vous 6cris, nous n'avons aucun
effet de cette sorte. Cette consommation d'hommes est
vraiment effrayante et on m'annonce qu'elle ne fera qu'aug-
menter. Pour Atre maitre de Saint-Domingue, j'ai besoin
de 25.000 Europeens sous les armes. Vous voyez que je
n'en ai que la moiti6. Il n'y a pas un instant a perdre pour
m'envoyer du renfort, quelle que soit ma position actuelle.
On m'annonce l'arriv6e de troupes dans lesquelles se trouve
la 77e. C'est un bien mauvais calcul que de m'envoyer des







CORRESPONDENCE OFFICIELLE ET SECRETE


troupes de nouvelle formation. J'ai regu d6j la 7e. Elle perd
2 hommes sur les autres demi-brigades i. Si vous m'envoyez
la 77e il en sera de meme. Ne m'envoyez jamais de recrues
qui n'aient pas connu les fatigues de la guerre. Ce serait
autant d'hommes perdus. Envoyez-moi encore 50 officers
de sante, car il nous en meurt beaucoup.



LETTRE N0 XVIII

18 floral an X (8 mai 1802).

Au ministry de la Marine et des Colonies (1).

Citoyen Ministre. Je ne perds pas un moment pour vous
envoyer le citoyen Bruyures mon aide de camp, pour vous
apprendre les heureux 6venements qui ont r6tabli la tran-
quillit6 dans cette immense et belle colonie. Vous avez di
recevoir les d6peches par lesquelles je vous donnais une re-
lation des 6venements militaires qui ont eu lieu jusqu'au
20 avril. D6faits partout, disperses, la terreur 6tait dans le
camp des rebelles. Sans magasins, presque sans poudre
ils 6taient r6duits a vivre avec des bananes. L'arriv6e de
l'escadre de Flessingue et du Havre contribua a faire ce
dernier coup complete. Christophe prit les moyens de me
faire savoir qu'il avait toujours t6 l'ami des blancs don't
il estimait les qualit6s sociales et intelligence mieux que
celles d'aucun homme de couleur; que tousles Europ6ens qui
avaient 6ete Saint-Domingue pouvaient apporter leur t6-
moignage en faveur des principles de sa conduite; que les
circonstances imp6rieuses, qui gouvernent et fr6quemment


(1) Cette lettre est datee du Cap. Elle est traduite de 1'anglals et extradite
de la Chronological history of the west Indies by Captain Thomas SOUTHRT,
tome III.







80 GUERRE D'INDtPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
decident la conduite des hommes publics, n'avaient pas
permis qu'il r6glAt sa conduite suivant sa volont6. Enfin
qu'il d6sirait savoir s'il y avait encore quelques moyens de
salut pour lui. Je profitai de l'occasion pour lui faire savoir
en r6ponse, qu'il y avait toujours avec le people frangais
une porte ouverte au repentir; qu'il 6tait de l'habitude cons-
tante du Premier Consul de peser les actions des hommes et
qu'une seule mauvaise action, quelque put Wtre ses conse-
quences, n'effaaait jamais pour lui le souvenir des services
passes; qu'il 6tait exact que les rapports que j'avais regus
avant de d6barquer lui 6taient personnellement favorables :
enfin que s'il voulait se mettre A ma discretion, il aurait
raison d'etre satisfait. II hesitait toujours; plusieurs co-
lonnes partirent A sa poursuite; quelques l6g6res escar-
mouches eurent lieu. Christophe A la fin saisit l'occasion de
m'informer que je n'avais qu'd lui envoyer mes ordres. Je
lui envoyai mes instructions de se rendre seul dans la ville
du Cap; de renvoyer tous les cultivateurs qu'il avait encore
avec lui; de reunir toutes les troupes qui 6taient sous son
commandement. II executa tout cela ponctuellement; plus
de 2.000 habitants du Cap qui 6taient dans des montagnes
bloignees sont retournes. Les magasins et les pieces d'ar-
tillerie qu'il avait sont entire nos mains et environ 1.200
hommes de troupes de ligne qui 6taient rests avec lui,
nous ont rejoints. Une parties a Wt6 d6sarmee et renvoyee
a la culture. Je garde le reste afin de les incorporer avec les
troupes coloniales. La soumission de Christophe a compl&-
tement effraye Toussaint.
Ii employa tous les moyens pour me faire savoir la triste
situation dans laquelle il se trouvait lui-meme et avec quelle
douleur il voyait une guerre sans objet et sans but. II ajouta
finalement que les plus malheureuses circonstances avaient
d6ja occasionn6 beaucoup de calamities; mais que quelque
pft etre la force de l'arm6e frangaise, il serait suffisamment
fort et suffisamment puissant pour bruler, ravager et vendre
cherement une vie qui avait Wte quelquefois utile A la mere


'*-. **"'- '' i







CORRESPONDENCE OFFICIELLE ET SECRETE


patrie. Toutes ces communications, fr6quemment renouve-
lees, fournirent l'occasion de profondes r6flexions. Les trois
quarts de la colonie avaient cependant echapp6 aux cala-
mit6s du feu; et Toussaint et les noirs, quoiqu'ils aient
commis beaucoup de crimes et fait la guerre avec une
extreme barbarie, n'avaient jamais vu la France et avaient
constamment regu depuis douze ans de fausses idees de
notre force et de notre caractere. Je saisis l'occasion pour
faire savoir A Toussaint qu'il devait se rendre au Cap et
que l'heure du pardon pouvait encore venir. Toussaint ne
manqua pas de profiter lui-meme de la permission que je
lui avais donn6e. Il vint a moi, demand h revenir en faveur
et jura d'etre fiddle A la France. J'ai accept sa soumission;
je lui ai ordonn6 de se retire sur une plantation pros des
Gonaives, et de ne jamais la laisser sans mes ordres. J'ai
place Dessalines sur une plantation pres de Saint-Marc.
Tous les cultivateurs qu'ils avaient men6s au loin avec eux
sont retourn6s (sur leurs habitations). J'incorporerai avec
les troupes coloniales certain des noirs disciplines et je
pense que je dois leur permettre de porter les armes. Les
magasins, et les pieces d'artillerie qu'ils avaient trains sur
des rochers escarp6s, et cach6s dans les fourres, nous sont
journellement rendus, ils s'elevaient A plus de 100. Une nou-
velle ere commence. Vous verrez par toutes les resolutions
et les measures que j'ai prises, que nous sommes activement
occupies avec l'administration de la colonie. La (mauvaise)
saison commence, mais le repos que nos troupes prennent,
nous mettra h meme de la passer avec le moins de perte
possible. Nous sommes.abondamment pourvus de provi-
sions. Merci pour vos soins. Sant6 et Respect.


SAINT-DOMINGUE, T. II.







82 GUERRE D'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE


LETTRE NO XIX

18 floral an X (8 mai 1802).

Au ministry de la Marine et des Colonies (1),

Nous sommes occup6s a reconstruire le Cap avec une
activity qui est difficile A concevoir. Cette ville se leve de
ses cendres. Je ne dissimule pas le mal qui a 6et fait dans
plusieurs cantons de la colonie; mais je suis maintenant
convaincu, par les nombreux rapports que j'ai regus, que
plus des trois quarts de la colonie, les quarters de 1'Arti-
bonite, toute la parties du sud, du M6le, du Fort Liberte,
sont entierement 6pargn6s. Les vaisseaux am6ricains arri-
vent en grand nombre dans nos ports, charges avec du ble,
des planches, et les mat6riaux necessaires pour la construc-
tion.
Le citoyen Pichon m'a inform que les Americains lui
ont t6moign6 beaucoup de mecontentement pour la measure
que j'ai adoptee au moment de mon arrive; mais ils ont
tort, je pense, de parler du passe. Les agents du gouverne-
ment americain 6taient avec Toussaint, et ne lui ont pas
toujours sugg6r6 de bons desseins. Les fusils, les canons et
la poudre, fournis avec une nouvelle activity depuis que les
prl6iminaires 6taient connus, venaient des Ritats-Unis. II
etait, par consequent, natural que je prenne des measures
pour empecher cette communication avec les rebelles. Nos
commissaires en AmBrique, ne s'occupent pas beaucoup de
ce qui interesse le tresor public. Un malheureux petit brick,
que vous nous avez envoy, a coit6 28.000 livres sterling pour
les r6parations- Le citoyen Pichon a di avoir impression

(1) Cette lettre est date du Cap. Comme la pr6cedente elle est traduite de
I'anglais et extraite de la Chronological history of the west Indies by Captain
THOMAS SOUTHEY, tome III.








CORRESPONDENCE OFFICIELLE ET SECRETE 83
que le brick ne valait pas la moiti6 de cette some. Le com-
merce national commence aussi a m'expedier quelques vais-
seaux. J'ai donn6 des ordres pour que le syst6me colonial
soit mis de nouveau en vigueur, autant que possible. Tous
les vaisseaux venant de France ne paieront aucune espece
de droits F'importation. Is patient 10 % a 1'exportation;
peut-Atre serait-il convenable de le r6duire a 5. Pour le
reste j'attends vos instructions a ce sujet. Le reglement
actuel ne peut faire du tort au commerce,*car vous pouvez,
entire temps, diminuer les droits sur les articles imports
de l'ouest dans la mgme proportion. La colonie, en outre,
est en measure de recevoir tel reglement commercial que
vous pouvez penser lui convenir, et si nos grandes villes de
commerce commencent A nous fournir les articles don't nous
avons besoin, nous serons capable, en peu de temps, de
faire revivre les edits de 1784, relatifs aux douanes.
Pour le reste, Citoyen Ministre, assurez le Premier Consul,
que je n'ai pas, pour un moment, perdu de vue les instruc-
tions directed qu'il m'avait donnees, aussi bien au point de
vue politique qu'en ce qui concern le commerce, et que
je considererai comme un heureux jour pour moi, le jour of
le commerce national seul pourra Wtre capable d'approvi-
sionner Saint-Domingue et l'armee frangaise; ainsi une
guerre colonial doit avoir pour resultat le triomphe du
commerce.
J'ai envoy le g6enral Dugua dans la parties du sud;
Rochambeau est du c6te de Saint-Marc. Sante et Respect.


LETTRE No XX

17 prairial an X (6 juin 1802).

Au ministry de la Marine,
Voici 1'etat des personnel marquantes que la mort a
enlev6es depuis mon dernier courier. Le g6n6ral de division








84 GUERRE D'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
Hardy; le general Ledoyen, inspecteur aux revues; le g6-
n&ral de brigade Clement; I'adjudant-commandant Per-
rin; l'adjudant-commandant Isard. J'ai perdu hier le ci-
toyen Desperraux commissaire de justice. Je suis embarrass
pour le remplacer ici. Je desirerais que vous lui envoyassiez
un successeur de France. J'ai perdu le citoyen Cattoir, chef
de brigade du g6nie. Le citoyen Sardin chef de bataillon
et 5 autres officers de cette arme. Au moment oii je vous
6cris beaucoup d'officiers g6n6raux ou sup6rieurs sont ma-
lades. Sur 16 personnel qui existaient dans la maison du
general Hardy, 13 sont mortes.
Tous les secretaires du general Ledoyen sont morts
avec lui. Une association de n6gociants de bois 6tait venue
s'6tablir au Cap. Sept personnel composaient cette maison;
toutes les sept sont mortes en huit jours. J'ai ordonn6 au
chef de sant6 de me faire un rapport sur cette maladie.
D'apres le rapport il parait que cette maladie est celle qu'on
appelle fiUvre jaune ou maladie de Siam; que cette maladie
regne tous les ans aux Antilles & l'6poque du passage du
soleil dans cette h6misph6re, mais qu'elle a au Cap plus
d'intensit6 qu'A son ordinaire a cause des miasmes qui
s'exhalent des maisons incendiees. Cette maladie s'annonce
chez quelques personnel par des signes indicateurs qui
sont ou de legers maux ou des douleurs d'entrailles,
ou le frisson. Chez d'autres, elles les altere tout d'un
coup et tue le malade en deux ou trois jours; mais on
ne cite pas un cinquieme des malades qui aient kchapp6
A la mort. Cette maladie attaque tout autant celui qui
est dans 1'aisance et qui se traite bien que ceux auxquels
leurs facult6s ne permettent pas de prendre un soin neces-
saire A leur sant6. Je ne vous envoie pas le rapport que le
Conseil de sante m'a fait A cet 6gard, parce que je n'en suis
pas content.
Je dois vous dire que la mortality des autres villes de
la colonie n'est point en proportion de celle du Cap, et que
cette maladie n'est point contagieuse. Je vous prie de donner






CORRESPONDENCE OFFICIELLE ET SECRETE


des ordres pour qu'il me soit envoy 50 officers de sante.
La mort en enl6ve beaucoup.



LZTTRE No XXI

17 prairial an X (6 juin 1802).

Au Premier Consul,

Ma position devient plus mauvaise de jour en jour. Les
maladies m'enlbvent des hommes. Toussaint est de mauvaise
foi, comme je n'y 6tais bien attend, mais j'ai retire de sa
soumission le but que j'en attendais, qui 6tait de d6tacher
de lui Dessalines et Christophe avec leurs troupes. Je vais
ordonner son arrestation et je crois pouvoir computer assez
sur Dessalines, de 1'esprit duquel je me suis r'endu maitre,
pour le charger d'aller arrAter Toussaint. Je crois ne pas le
manquer. Mais si je venais le manquer, je le ferais pour-
suivre par Christophe et Dessalines. La saison ne me per-
met pas de faire la guerre avec les EuropBens et je pourrai
encore me servir des noirs avec advantage. Ce qui me fait
prendre cette resolution hardie, Citoyen Consul, c'est que
j'ai besoin de reliever dans la colonie l'id6e de ma force par
quelqu'acte de vigueur, mais si je n'ai pas regu des renforts,
ma position deviendrait mauvaise. Je compete, aussit6t
que j'aurai regu 4.000 hommes que je ferai op6rer le d6sar-
mement des cultivateurs par les g6n6raux noirs. Ces mesu-
res sont toujours subordonn6es A celles que je suis oblige
de prendre, soit apres l'arrestation de Toussaint soit apres
l'avoir manqu6. Ne soyez point 6tonne si je dis qu'il soit
possible de le manquer. Depuis quinze jours cet homme est
extremement m6fiant. Ce n'est pas que j'ai donn6 de prise
& sa defiance, mais il regrette le pouvoir.
Ses regrets s'exhalent fr6quemment et lui font naltre







86 GUERRE D'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE
l'id6e de renouveler son parti. Par la conduite que j'ai tenue
& l'6gard des siens il lui restera fort peu de partisans. Aus-
sit6t que je me serai assure de sa personnel, je le ferai partir
pour la Corse et je donnerai ordre qu'il soit enferm6 dans
un des chAteaux de cette lie. C'est 1& ou j'enverrai une gran-
de parties de ceux don't je veux me d6faire. J'en fais partir
aujourd'hui un convoi d'une cinquantaine sur la Muiron.
J'6cris au citoyen Miot qu'il peut s'en servir aux travaux
publics. Je n'envoie que les hommes qui peuvent etre dan-
gereux & la colonie.
Je suis tres mecontent des relations de l'amiral Villaret.
Comment se fait-il qu'un homme qui s'est si mal conduit
ici, puisse faire des relations aussi pompeuses dans lesquelles
il a l'air d'avoir tout fait. L'amiral Villaret n'est certaine-
ment pas propre par la faiblesse de son caractere, & aller
commander & La Martinique oh il y aura des r6voltes.
Vous aurez I'occasion de vous en convaincre, Citoyen Consul.
J'ai perdu le general Hardy.
C'6tait un officer tres mediocre et qui ne pensait qu'A
I'argent (1). Mais comme il n'a pas eu beaucoup le temps
d'en faire, je demand une place de prytanee pour l'un de ses
enfants. J'ai perdu le g6n6ral Ledoyen. C'6tait un brave
homme. On m'annonce le general Tholoss6. C'est un
vieillard de soixante-quatre ans peu propre au service de
Saint-Domingue. Que n'envoie-t-on le general Bertrand
et des officers du g6nie qui ont fait la champagne d'lIgypte.
Presque tous ceux que j'ai n'ont pas fait la guerre. Com-
ment peut-on penser a envoyer des hommes sans morality
ou qui ont Wet renvoy6s de leurs corps pour etre employs
comme commandants de place ou officers de gendarmerie
dans un pays oh on ne connatt d'autre Dieu que 1'argent.
Je vous prie de donner des ordres pour que 10.000 hom-
mes me soient envoys de suite.

(1) Lire ce que Leclerc 6crivait de ce m6me Hardy au ministry de la Marine.
Lettre no VIII du 8 vent6se X (27 fevrier 1802).








CORRESPONDENCE OFFICIELLE ET SECRETE


Ma sant6 a Wet tres chancelante. Elle est un peu meil-
leure, mais le climate m'est extremement contraire. Tout
ce que je desire c'est de pouvoir y rester jusqu'au mois de
ventose prochain. J'espere & cette 6poque avoir assez avanc6
mon ouvrage pour le laisser A mon successeur sans aucune
inquietude.
Je vous prierais, Citoyen Consul, si cela ne contrariait
pas trop vos vues de m'envoyer les g6neraux Belliard et
Regnier. Ils serviraient a remplacer les g6n6raux Desfour-
neaux et Rochambeau qui tous les deux ayant servi dans
la colonie avant moi, ne sont pas propres a y faire le bien.
Je suis tres content sous le point de vue militaire du ge-
neral Rochambeau. Ii est impossible de voir un homme plus
nul et ayant moins de capacity que le g6enral Desfourneaux,
qui d'ailleurs est anim6 des meilleures intentions (1).
C'est un fripon (2) qui se fait donner de l'argent pour
chaque march qu'il passe pour le service de l'arm6e et
j'ai ete oblige de d6clarer que je n'en reconnaitrais plus
aucun. C'est un miserable qui a accr6dit6 tous les bruits
centre l'arm6e de Saint-Domingue.
Croyez, citoyen Consul, que si je vous demand des r6-
compenses pour l'arm6e de Saint-Domingue elle les a m6-
ritees de toutes les manieres. Malgr6 les ravages que la mort
fait ici, il n'y a point de d6couragement dans l'arm6e.
Le general Richepanse est maltre de la Guadeloupe.

(1) Lire cependant ce que Leclerc 6crira de lui au ministry de la Marine,
Lettre no XXVI du 17 messidor X (6 juillet 1802). Dans un mols, jour pour
jour. 1 6ecrlra exactement le contraire.
(2) Le citoyen Pichon, ministry de France aux Itats-Unis.








88 GUERRE D'INDEPENDANCE DE SAINT-DOMINGUE

LETTRE N0 XXII

22 prairial an X (11 juin 1802).

Au ministry de la Marine.

La division du g6enral Magon est parties le 19. Elle a
ordre de se rendre A Brest. Elle est compose du Mont-Blanc,
de l'Argonaute, de la Muiron et de la Pr6cieuse.
La Muiron est chargee d'une cinquantaine de brigands
chefs noirs. Je lui ai ordonn6 de les d6poser en Corse et
j'6cris au citoyen Miot de les employer aux travaux pu-
blics.
Je vais faire partir incessamment pour Cayenne une
vingtaine de coquins affid6s de Toussaint. Si j'avais des
troupes ma besogne serait bien plus facile.
La Muiron apres avoir remis ces brigands A leur destina-
tion se rendra A Toulon.



LETTRE No XXIII

22 prairial an X (11 juin 1802).

Au ministry de la Marine,

Si le Premier Consul veut avoir une arm6e h Saint-Do-
mingue au mois d'octobre, il faut qu'il la fasse partir de
France, car les ravages de la maladie sont ici au-dessus de
toute expression. Les pertes que nous faisons en officers
et en employs d'administration sont hours de toute propor-
tion avec cells que la troupe 6prouve. II ne se passe pas un
jour sans qu'on m'annonce la mort de quelqu'un que je dois
regretter amerement. Je suis a la veille de faire encore une
*




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs