• TABLE OF CONTENTS
HIDE
 Front Cover
 Half Title
 Title Page
 Preface
 Carte
 I
 II
 III
 IV
 V
 VI
 Capitre premier
 Capitre second
 Capitre troisieme
 Capitre quatrieme
 Capitre cinquieme
 Capitre sixieme
 Capitre septieme
 Capitre huitieme
 Capitre neuvieme
 Resume et conclusion
 Table of Contents
 Back Cover






Group Title: père Antoine Lavalette à la Martinique
Title: Le père Antoine Lavalette à la Martinique
CITATION THUMBNAILS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081267/00001
 Material Information
Title: Le père Antoine Lavalette à la Martinique d'après beaucoup de documents inédits
Physical Description: viii, 290 p. : 1 fold. map ; 23 cm.
Language: French
Creator: Rochemonteix, Camille de, 1834-1923
Publisher: A. Picard
Place of Publication: Paris
Publication Date: 1907
 Subjects
Subject: Missions -- Martinique   ( lcsh )
Genre: bibliography   ( marcgt )
individual biography   ( marcgt )
non-fiction   ( marcgt )
 Notes
Bibliography: Bibliographical footnotes.
Statement of Responsibility: par Camille de Rochemonteix.
 Record Information
Bibliographic ID: UF00081267
Volume ID: VID00001
Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000064770
oclc - 24201650
notis - AAG9981

Table of Contents
    Front Cover
        Front Cover
    Half Title
        Page i
        Page ii
    Title Page
        Page iii
        Page iv
    Preface
        Page v
        Page vi
        Page vii
        Page viii
        Page ix
    Carte
        Page x
    I
        Page 1
        Page 2
        Page 3
        Page 4
        Page 5
        Page 6
        Page 7
        Page 8
        Page 9
    II
        Page 10
        Page 11
        Page 12
        Page 13
    III
        Page 14
        Page 15
        Page 16
        Page 17
        Page 18
        Page 19
        Page 20
        Page 21
        Page 22
        Page 23
    IV
        Page 24
        Page 25
        Page 26
        Page 27
        Page 28
        Page 29
    V
        Page 30
        Page 31
        Page 32
        Page 33
        Page 34
    VI
        Page 35
        Page 36
        Page 37
        Page 38
    Capitre premier
        Page 39
        Page 40
        Page 41
        Page 42
        Page 43
        Page 44
        Page 45
        Page 46
        Page 47
        Page 48
        Page 49
        Page 50
        Page 51
        Page 52
        Page 53
        Page 54
        Page 55
        Page 56
        Page 57
        Page 58
    Capitre second
        Page 59
        Page 60
        Page 61
        Page 62
        Page 63
        Page 64
        Page 65
        Page 66
        Page 67
        Page 68
        Page 69
        Page 70
        Page 71
        Page 72
        Page 73
        Page 74
        Page 75
        Page 76
        Page 77
        Page 78
    Capitre troisieme
        Page 79
        Page 80
        Page 81
        Page 82
        Page 83
        Page 84
        Page 85
        Page 86
        Page 87
        Page 88
        Page 89
        Page 90
        Page 91
        Page 92
        Page 93
        Page 94
        Page 95
        Page 96
        Page 97
        Page 98
        Page 99
        Page 100
        Page 101
        Page 102
        Page 103
        Page 104
        Page 105
        Page 106
    Capitre quatrieme
        Page 107
        Page 108
        Page 109
        Page 110
        Page 111
        Page 112
        Page 113
        Page 114
        Page 115
        Page 116
        Page 117
        Page 118
        Page 119
        Page 120
        Page 121
        Page 122
        Page 123
        Page 124
    Capitre cinquieme
        Page 125
        Page 126
        Page 127
        Page 128
        Page 129
        Page 130
        Page 131
        Page 132
        Page 133
        Page 134
        Page 135
        Page 136
        Page 137
        Page 138
        Page 139
        Page 140
        Page 141
        Page 142
        Page 143
        Page 144
        Page 145
        Page 146
        Page 147
        Page 148
    Capitre sixieme
        Page 149
        Page 150
        Page 151
        Page 152
        Page 153
        Page 154
        Page 155
        Page 156
        Page 157
        Page 158
        Page 159
        Page 160
        Page 161
        Page 162
        Page 163
        Page 164
        Page 165
        Page 166
        Page 167
        Page 168
    Capitre septieme
        Page 169
        Page 170
        Page 171
        Page 172
        Page 173
        Page 174
        Page 175
        Page 176
        Page 177
        Page 178
        Page 179
        Page 180
        Page 181
        Page 182
        Page 183
        Page 184
        Page 185
        Page 186
        Page 187
        Page 188
    Capitre huitieme
        Page 189
        Page 190
        Page 191
        Page 192
        Page 193
        Page 194
        Page 195
        Page 196
        Page 197
        Page 198
        Page 199
        Page 200
        Page 201
        Page 202
        Page 203
        Page 204
        Page 205
        Page 206
        Page 207
        Page 208
        Page 209
        Page 210
        Page 211
        Page 212
        Page 213
        Page 214
        Page 215
        Page 216
        Page 217
        Page 218
        Page 219
        Page 220
        Page 221
        Page 222
        Page 223
        Page 224
        Page 225
        Page 226
        Page 227
        Page 228
        Page 229
        Page 230
        Page 231
        Page 232
        Page 233
        Page 234
        Page 235
        Page 236
        Page 237
        Page 238
    Capitre neuvieme
        Page 239
        Page 240
        Page 241
        Page 242
        Page 243
        Page 244
        Page 245
        Page 246
        Page 247
        Page 248
        Page 249
        Page 250
        Page 251
        Page 252
        Page 253
        Page 254
        Page 255
        Page 256
        Page 257
        Page 258
        Page 259
        Page 260
        Page 261
        Page 262
        Page 263
        Page 264
        Page 265
        Page 266
        Page 267
        Page 268
        Page 269
        Page 270
        Page 271
        Page 272
        Page 273
        Page 274
        Page 275
        Page 276
        Page 277
        Page 278
    Resume et conclusion
        Page 279
        Page 280
        Page 281
        Page 282
        Page 283
        Page 284
        Page 285
        Page 286
        Page 287
        Page 288
    Table of Contents
        Page 289
        Page 290
    Back Cover
        Back Cover
Full Text

.., _.

. .- . . -
1. -

S-+. J, ~PERE
.
^.".;'' :.^ .. <. .




NTONE LAVALETTE


.-. .A LA



I MARTINIQUE


cPAI
*- ? .' '-', ...



'f... 'P. CAMLLECOUP DE ROCHMEMONTEIXT M S
.. ". ,t :.. ..

-a .. ... . "



-' DR LA COMPAGNIB . J.SUS




-- ; AVEC CARTE '








PR IS.
. ONAPARTE, 8




I.'
.- .
.= . R I : *- : '









, r'.. " .. ' . .
'- ,. '. + + + : + + + + : + .+. .. _,+ + + + 4 : P + + + + i : '

.. + - + m + + + .+ . .
. .. + J J+ l+ I + + + ++"" + " + +'
+.. ," ++ ++ ::+ +. + *+ ,' .++- + ,+ + +: + +" : . +' :' ,: + +
: ++ + + .- + : ,+ +" + .+. + + + + + ,+ -+ ++ ', + .+ .








u.. + + + ., + + . : . . +* -" :
" ". , + . + + : : + "+ . . + + < + .. + 7+.
. .. +. + . .+
. : + + . ., + + , ++ : . + o:1v
, 1 h j + +" +."" j: "" m':, :" + :+ ++ : + + + + . "" < +





j i+? td+ / + . ." .. 7 :+ "+ : + +1+.++ I+ "+ +
p" + + + . + + , + . + 4 + "






i.p


-, j I, -


LE P. ANTOINE LAVALETTE


A LA



MARTINIQUE


E-
r~~r, ~~c.. ': ;
~r~,L~.~.~dr~~i~a*~p~.~L~**l~~;C~~Llr













OUVRAGES DU MPME AUTEUR


SOUVENIRS DE N.-D. DE SAINTE-CROIX, au Mans.
UN COLLEGE DE JESUITES AUX XVIIe ET XVIIIe
SItCLES : Le College Henri IV, A La Fl1che.
LES CONGREGATIONS RELIGIEUSES NON RECON-
NUES EN FRANCE, de 1789 A 1881.
LES JESUITES ET LA NOUVELLE-FRANCE AU
XVIIe SICKLE.
LES JESUITES ET LA NOUVELLE-FRANCE AU-
XVIIIe SIECLE.
RELATION PAR LETTRES DE L'AMERIQUE SEP-
TENTRIONALE.
LE P. ANTOINE LAVALETTE A LA MARTINIQUE.


1 vol. in-8.


4 vol. in-8.


2 vol. in-8.


3 vol. in-8.


2 vol. in-8.


1 vol. in-8.
1 vol. in-8.


MACON, PROTAT FRERES, IMPRIMEURS.




^_____U~mCI~


LE PERE


ANTOINE LAVALETTE


A LA


MARTINIQUE


D'APRIS BEAUCOUP DE DOCUMENTS INEDITS


PAR

LE P. CAMILLE DE ROCHEMONTEIX
DE LA COMPAGNIE DE JiSUS


AVEC CARTE


PARIS

LIBRAIRIE ALPHONSE PICARD
82, RUE BONAPARTE, 82


ET FILS


1907


r C .
-rr

i'


-'- i -'.-, i '.: i-S' :-_ ii '- -T-


;- -. -
~-..t;.










PREFACE




Cette prdface ne sera pas longue. Nous voulons seu-
lement dire le but de l'dtude sur le P. Lavalette que
nous livrons au public.
On a beaucoup dcrit depuis 1760 et on continue A
S crire sur ce J6suite. On en parole danslesjournaux, dans
les revues, dans les dictionnaires, dans les encyclope-
dies, dans les biographies universelles, dans l'histoire
des Parlements, dans les livres d'histoire et surtout dans
ceux qui sont a l'usage des dcoles, meme dans les romans,
a la tribune et dans les chairs de nos professeurs. Le
P. Lavalette est un personnage historique, important.
Et, cependant, ce qu'on sait de lui est peu de chose.
Ses ennemis, ils sont lgion, formulent centre lui les
mgmes accusations : il a fait un commerce considerable
aux Antilles et avec la France, la Hollande, 1'Angle-
terre et 1'Espagne, il a monopolist en quelque sorte
l'importation et l'eexportation de la Martinique *, ses
vaisseaux sillonnaient les mers, entire les lies du Vent
et 1'Europe, charges de marchandises de toutes sortes,
enfin, apres avoir contract des dettes dnormes, il a
fait faillite, et 1ds6 de nombreux intergts.

1. Article de M. H. Monin sur le P. Lavalette dans la Grande
Encyclop&die. Cet article content une erreur a chaque ligne. L'auteur
n'a pas, du reste, fait grand effort pour le ridiger; il a tout emprunt6
aux GEuvres completes de Voltaire.






: .





VI PREFACE
II n'est pas seul accus ; la Compagnie de J6sus l'est
avec lui, elle est la grande coupable.
On lit dans le Proces de l'affaire Grou contre le
P. de Sacy, imprimd en 1760: < Le P. Lavalette n'est
qu'un simple facteur; tout son commerce appartient
proprement a la Sociedt. Cette accusation, cent fois
reproduite, se retrouve partout, mgme dans la Grande
Encyclopddie, article Lavalette: <( Le P. Lavalette
a fait aux Antilles un commerce considerable ; mais
dans toutes ses operations commercials, il ne fut
que l'homme d'affaires, le courtier de la Soci6te. >
VoilA, en resume, tout ce qu'on salt, tout ce qu'on
dit et 6crit sur ce religieux, qui est connu du monde
entier On ajoute cependant qu'il tait superieur de la
Mission des Antilles, pr6fet apostolique et... j6suite.
Sa vie, on l'ignore; et ce que racontent de luicertains
historians est le plus souvent invent, faux ou exa-
g6rd. Aucune precision, du reste, dans les accusations,
mais des reflexions d'un ordre general, desagrdables et
calomnieuses naturellement, une multitude de contre-
v6rit6s a c6te de quelques parcelles de v6ritis, des
inventions, des lieux communs, des d6clamations.
Notre but, en 6crivant cette histoire, est de faire
connaitre les particularities les plus importantes et
inconnues de la vie du P. Lavalette, en France et a la
Martinique, de -d6gager la responsabilite de la Com-
pagnie, qui ne participa jamais a ses fautes, enfin de
montrer les douloureuses suites de ce qu'on appelle
I'affaire ou le proces Lavalette.
Pour atteindre ce but, les documents ne nous man-






PREFACE


queronf pas, documents inedits en majeure parties et
conserves presque tous dans les archives de I'ordre.
On salt qu'aprbs l'arret du 6 aout 1762 contre les
Jdsuites de France, leurs archives furent confisqudes,
vendues et, pour la plupart, brdl6es. On eut soin sur-
tout de detruire les manuscrits historiques, de nature
a glorifier ou A justifier des religieux, que la haine et
la jalousie chassaient de leurs demeures. En 1773,
Rome supprimait la Societd; et, partout, ses archives
subissaient le meme sort qu'en France.
Cependant, le 7 aoit 1814, la bulle sollicitudo
omnium ecclesiarum la retablit dans le monde entier,
et bient6t ses membres reparurent nombreux et devouds
en Europe et a l'6tranger.
Dans son oeuvre laborieuse de restauration et d'or-
ganisation, la Compagnie de J6sus pe'nsa aux tresors pre-
cieux don't on l'avait d6pouillee, et qui constituaient son
histoire pendant prbs de deux cent cinquante ans. Avec
une constance pers6verante elle se mit a la recherche
de ses tresors perdus, et, avec les annees, elle parvint
A d6couvrir une grande partie-de ce qui en restait, et
meme A se procurer, soil par achat, soit par dons, soit
par heritage, beaucoup de manuscrits, 6parpillis un
peu partout.
Ces manuscrits sont aujourd'hui classes et cata-
logues. C'est 1a, plus que dans les bibliotheques
publiques, que nous avons puise lesprincipaux 616ments
de ce travail. On les chercherait vainement ailleurs.
Nous n'ecrivons ni la vie intime, ni la vie reli-
gieuse du P. Lavalette. Notre ambition d'historien est
moindre.


;- .;


.r ; ,,~ c&?;;rti~,-~_~;4e;C~6~'~k~a~;rc~







Vll PREFACE
Nous dirons ce qu'il fit, a la Martinique, comme
procureur et superieur de la Mission, par quelle suite
d'entreprises, par quels 6venements impr6vus, inddpen-
dants de sa volont6, il fut conduit a certaines fautes,
qu'on s'est plu i exagerer sciemment, qu'on a pre-
sent6es le plus souvent sous un jour faux, avec des
details invents i plaisir.
Apres avoir lu cette etude, tout lecteur de bonne
foi dira : La Compagnie de J6sus n'a 6t6 mel6e en
rien, ni de loin ni de pres, aux operations commer-
ciales selon I'expression de M. E. Glasson, du P.
Antoine Lavalette. Ils n'approuveront pas ces deux
lignes du meme auteur: Les Jdsuites avaient fonde
au fort Saint-Pierre, A la Martinique, des 6tablisse-
ments industries considdrables, sous la direction du
Pere Lavalette., Autant de mots, autant d'erreurs,
involontaires sans doute, rdelles cependant. M. E.
Glasson, don't la loyaut6 est connue, a dcrit l'Affaire
des Jesuites d'apres des historians assez mal renseignis.
D'autres, qui n'ont pas sa probity, ont agr6ment6 la
meme Affaire de faits invraisemblables.
Il est temps de faire la lumirre sur ce religieux si
connu, et pourtant inconnu, don't on parle beaucoup
et sur lequel on ne sait presque rien.
Tel est le but de cette 6tude.

1. Le Parlement de Paris, par E. Glasson, doyen de 'Universit6 de
droit de Paris. Paris, 1901, t. II, p. 266.











LE P. ANTOINE LAVALETTE

A LA

MARTINIQUE




CHAPITRE PRELIMINAIRE

APERCU GENERAL SUR LA MISSION DE LA MARTINIQUE AUX XVIIe
ET XVIIIe SIICLES (1635-1740)




I
/
La Mission de la Martinique s'appelait aussi, aux xvIe
et xvme siecles, Mission des fles d'Amerique et Mission des
Antilles ou des miles du Vent.


Ddcouverte en 493 par Christophe Colomb, laMartinique
ne fit gu6re parler d'elle jusqu'en 1635.
Au mois de juillet de cette annde, le dieppois Pierre Belain,
seigneur de Nambuc 1, gouverneur de 1'ile Saint-Christophe,
en prit possession au nom du roi de France ; il y bAtit le fort

1. M. Margry, dans les Normands aux Antilles, 6crit Belain d'Es-
nambuc, et le P. du Tertre d'Enambuc, dans son Histoire gandrale
des Antilles; le P. Pelleprat, J6suite, dans sa Relation dans les iles et
dans la terre ferme de lAmdrique mdridiohale (1655), et le P. Mau-
rille de Saint-Michel, carme, dans son Voyage des ltes camercanes
(1652), disent de Nambuc.
Le P. Ant. Lavalette A la Martinique.




S^







-2-

de Saint-Pierre, au pied duquel s'dleva le bourg du mdme
ndm, et confia le gouvernement de 'ile, d'abord a son lieu- -
tenant du Pont, puis a son neveu du Parquet qui en
devint bient6t l'acquereur, sous la reserve de la souverainet6
de la France2.


Le conseiller d'Etat, Nicolas Fouquet, tr&s d6voud a
l'6vangelisation des infideles, eut le premier la pensee de
confier a des religieux la Mission de la Martinique, oh habi-
taient beaucoup de sauvages CaraYbes, et oh s'6tait djah
fixde une nombreuse colonie de, Fran9ais. C'dtait en 1638.
L'ile etait alors soumise au regime de la Compagnie des
miles d'Amdrique. Fouquet vit le directeur et l'exhorta vive-
ment a y envoyer les fils de saint Ignace3. Le ddsir du
conseiller d'Etat fut agr6e, et le P. Etienne Binet, provin-
cial de France, donna sa pleine adhesion a la demand de la
Compagnie des miles. I1 manda aussitbt a Paris le. P. Jacques
Bouton, le nomma sup6rieur et le charge de fonder la nou-
velle Mission.


Rybeyrete nous a trac6 en deux lignes le portrait du
P. Bouton: 1 II unissait une si 6tonnante saintet6 et un
tel savoir qu'il se montra grand en toutes choses 4. Ce

1. Histoire de l'le de Grenade en Amdrique (Cahier I, Antilles,
manuscrit de la rue Lhomond, 18 Paris; fin de la preface)."
2. Du Tertre, t. I, pp. 99 et sq.
3. Relation du P. Pelleprat, chap. 11. Ii sera parle plus loin de
cette Relation. Le P. du Tertre dit aussi que, la demand de du
Parquet, appuyee par Fouquet, les PP. Bouton et Hempteau
fond6rent la mission de la Martinique.
4. Scriptoresprovincia Francis, S. J., ab anno 1640, ad annum 1670,
collect ab Henrico Rybeyrete, S. J. (Ms. arch., S. J.) Le P. Henry
Rybeyrete, n6 k Paris le 13 mars 1643, entra au noviciat le 4 octobre
1662, et mourut a la Martinique le 3 fevrier 1676.


". 7 ."





-..
-3-

religieux, n &b Nantes le 15 juillet 1591, entra an noviciat
des Jdsuites & Rouen,1e jr septembre 1610. Aprbs de bril-
lantes etudes de philosophies et de thdologie, il devint pro-
fesseur de ces deux sciences & Bourges et aux colleges
Henri IV de La Flche et Louis-le-Grand de Paris. L'en-
seignement thdologique dans ce dernier college, oit plus de
quatre cents 66lves se pressaient autour de sa chaire, le
fatigue & un tel point qu'il dut interrompre tout travail
intellectual. Apres quelques mois de repos, ses suplrieurs
lui confierent, a La Fl6che, la charge de principal a l'internat,
Jhabit par trois cents 6coliers, ensuite au college de Rennes,
la direction de la grande Congregation des Messieurs.
C'est la que lordre de son Provincial vint le chercher. II
avait, depuis bien des annres, sollicitd la faveur d'etre
applique aux Missions indiennes, et il n'esplrait plus voir
ses pribres exaucies. Quelles ne furent pas sa joie et sa
reconnaissance, h la nouvelle de son prochain depart pour la
Martinique 1.


1. Arch. g6n., S. J. Le P. Jacques Bouton, nd & Nantes le
15 juillet 1591, entrd au noviciat le tfI septembre 1610, A Rouen, fitsa
profession des quatre voeux & La Fleche, le iJ' janvier 1628. ltudia.t
en philosophie & La Fleche (1612-1615), professeur A Rouen, de
sixieme, de cinquieme, de quatrieme et de troisieme (1615-1619),
616ve en thdologie & Louis-le-Grand a Paris (1619-1623), professeur
de philosophies A Bourges (16-3-1624) et & Rennes (1624-1626), il fait
son annde de probation & Rouen (1626-1627); professeur de philoso-
phie A La Fl6che (1627-1630), de th6ologie & Bourges (1630-1632), pr&
fet des classes supdrieures & La Fleche (1632-1633), professeur de
theologie & Paris (1633-1635),principal de l'internat A La Flche (1635-
1636), directeur de la grande congregation et de celle des Messieurs
& Rennes (1636-1639), il part en 1639 pour la Martinique, revient en
France en 1640, et retourne a la Martinique en 1642. Sa santele force
de rentrer en France en 1643. II se rend d'abord a La Flche (1643-
1645), puis & Quimper (1645-1648); A Bourges (1648-1654), enfln
La Fl6che, o6 il meurt le 17 novembre 1658.









Le 25 novembre 1639, il s'embarqua a Nantes avec le
P. Robert-Charles Hempteau, et les deux missionnaires
arriv6rent h Saint-Pierre le vendredi saint de l'annee sui-
vante, apres une longue et pdnible navigation 1.
La Martinique offrait au P. Bouton un champ d'aposto-
lat tel que l'avaient toujours r6vW les ardeurs de sa charity.
Les travaux s'y annoncaient fort grands 2, dit le P. Pelle-
prat : le pays a dvang6liser s'6tendait de la Martinique A
Saint-Domingue et A la Guyane, et la parole de Dieu devait
etre prechee aux Europeens et aux sauvages.


Les Europdens se composaient d'abord de quinze A seize
mille Frangais, sans computer les marchands et les mate-
lots, ensuite de beaucoup d'Anglais, d'Irlandais et de
Hollandais.
Parmi les Francais, on comptait les engages, serviteurs
transports aux les pour y servir les habitants, et obligds
de servir pendant trois ans ceux qui avaient fait les frais de
leur voyage 3. (< Ceux-ci, dit le P. Pelleprat, pouvaient ceder
ou vendre h d'autres le droit qu'ils avaient sur leur personnel
et sur leur liberty pendant ces trois anndes. Ces trois anndes
expires, ils recevaient pour salaire de leurs services trois
cent livres de petun, et demeuraient en liberty de retour-

1. Dans sa Relation de l'establissement des Franpais, depuis I'an
4635. en l'isle de la Martinique (Paris, 1640), le P. Bouton dit qu'il
partit de France le 25 novembre; et dans une lettre au R. P. g6n6-
ral Mutius Vitellesii, du 20 octobre 1639, date de Nantes, il ecrit :
<< Imus ad insulas Americae; petimus a Vestra Paternitate ut suam
nobis benedictionem impertiatur, et Nostri dignetur meminisse in
suis SS. Sacrificiis (Arch. gen. S. J.).
Le P. Pelleprat comment done une erreur dans se Relation, ch. II,
quand il 6crit que le P. Bouton partit en 1638.
2. Relation du P. Pelleprat, ch. II.
3. Ibid.


S.,


r -;-,)lln :~ :vy v l'







-5-


ner en Europe ou de travailler dans ces lies & dtablir leur
fortune i. ,
En dehors des Europdens, on trouvait aux miles les sau-
vages Caraibes, habitants naturels des miles qui portent leur
nom 2, et les nlgres ou sauvages esclaves, c transports aux
Antilles de diverse nations d'Afrique, d'Angola, du Cap-
Vert, de la Guinee, du Sdndgal et de quelques autres terres,
voisines de la mer. On comptait dans les lies jusqu'a treize
nations de ces infideles, qui parent toutes differentes
langues 3.


Tel fut le thdAtre de la Mission des Antilles dans la
premiere moitid du xvnle siecle, thd&tre immense, beaucoup
trop considerable pour deux ap6tres. Le P. Bouton le com-
prend, apr6s avoir dtudi6 sur place l'oeuvre que l'obeissance
lui a confide, et, laissant le P. Hempteau seul A Saint-Pierre,
il prend, quelques mois apres son arrivee, le premier bateau
en partance et revient a Paris demander du renfort. Le P.
Jacques Binet ne peut mettre a sa disposition que le P. Louis
Conard. Celui-ci s'embarque 4 la fin de l'ann6e 1640, et
le P. Bouton attend B Paris de nouveaux auxiliaires, tout
en s'occupant des affaires multiples de sa Mission. Son
attente dura plus de deux ans 4.
Au mois de novembre 1642, il retourne b la Martinique,
accompagn- des PNres Charles du Marchd et Robert Lerca-

1. Relation du P. Pelleprat, chap. II.
2. Ibid., chap. VII.
3. Ibid., chap. VI.
4. Le 2 novembre 1642, le P. Bouton 6crit au g6ndral Vitelleski
pourquoi il n'a pu retourner plus tot aux miles. -Le 17 septembre 1640,
a son retour de'la Martinique, il lui avait dcrit : 4 Profecturus in insu-
las Americam scripseram ad V. P., et benedictionem ab ea petebam.
Nunc et itineris nostri et commorationis et reditus mei rationes breviter
reddo ) (Arch. gen., S. J.),







6-

nier. D'autres le suivront de pres, et, parmi eux, Nicolas
Brisejon, Henri du Vivier (al. du Vignyer), Marc-Antoine
Gonthieres et Jean Grillet, qui devinrent tour a tour sup6-
rieurs de la Mission, Jean Destriches, Jacques de la Val-
liere, Andre de Jean, Ignace Pelleprat et Denis M6land.
Le P. Bouton ne fit que paraitre h la Martinique, just
le temps necessaire pour fonder la Mission; il 6tait reserve
h ses successeurs de l'organiser. D'une sant6 precaire,
6prouv6e par le climate, it ne put, malgrd l'6nergie de sa
volontd, resister aux fatigues et aux preoccupations d'une
foundation, ou tout etait a crier. II tomba sdrieusement
malade et ses freres l'obligerent a rentrer en France vers le
milieu d'octobre 1643. C'est pendant son sejour h Paris, de
1640 h 1642, qu'il composa et publia la Relation de son
premier voyage : il la dddia A messieurs de la Compagnie
des Iles 1.


Le principal organisateur de la Mission fut son succes-
seur, le P. Nicolas Brisejon. I1 etablit son centre d'action
h Saint-Pierre, oi la residence et 1'6glise paroissiale furent
baties a quelques pas du fort. Comme lui et apres lui, les
sup6rieurs desservirent la paroisse et s'occuperent princi-
palement des Europeens sans toutefois n6gliger a les sau-
vages, qui habitaient la Cabesterre au-dessus du vent 2 .
Les autres P6res eurent aussi leurs functions determi-
ndes: ils travaillaient, les uns, a la conversion des Anglais
protestants et au maintien des Irlandais dans la foi ; les

1. Voici le titre de cette relation: Relation de l'establissement
des Frangais .depuis l'an 1635, en 1'isle de la Martinique, l'une des
Antilles de l'Ambrique, par le P. Jacques Bouton, S. J., Paris, 1640.
2. << L'isle est divisee en deux parties; l'une qu'on appelle la
Cabesterre, qui est au dessus du vent, et poss6d6e par les Caraibes;
1'autre peupl6e de Francais, appel6e la Basse-lerre on les grands
sables (Relation du P. Bouton, chap. II).






1 '
-~~~ ..+,*-




,y, -




autres, ah l'vang6lisation des n6gres et des sauvages caraibes
k la Martinique et aux iles environnantes 1.
Vingt ans apres 1'arrivde des Jdsuites aux Antilles, de
modestes residences s'61evaient, non seulement k Saint-
Pierre de la Martinique, mais A Saint-Christophe et h la Gua-
deloupe 2, et de l, les missionnaires visitaient en apbtres,
sur la barque des sauvages convertis, Sainte-Croix, Saint-
Martin, Saint-Barthdlemy, Marie-Galante et Saint-Vig-
cent 3.



Des 1 651, le P. Denis Mdland, qui s'6tait consacr6 jusque-
la b l'instruction des CaraYbes, rencontra un jour les Galibis
ou sauvages de la Guyane dans File de la Grenade 4. Touche
de leur docilitY, il congut le dessein d'allerles 6vangdliser dans
leur propre pays, et se fit conduire par les Caraibes sur le
continent amdricain, ou, comme on disait alors, sur la terre
ferme. II fat reca dans un carbet ou village de Galibis avec
de grands tdmoignages d'affection. II apprit leur langue et
fonda la Mission de Cayenne avec le P. Ignace Pelleprat,
I'historien de cette Mission naissante et l'auteur d'une intro-

1. Relation du P. Pelleprat, chap.-Ill, IV et V; Ire parties.
2. D'apres du Tertre, le P. Pacifique serait arrive en 1635, h Saint-
Christophe, avec les trois premiers Capucins qui 6vang6lisbrent cette
ile (Histoire gdndrale..., edit. de 1667, t. I, p. 59). Le P. Breton,
dominicain, fut un des quatre religieux de -l'ordre de saint Domi-
nique qui, en 1635, partirent de Dieppe pour la Guadeloupe, avec la
,colonie conduite par 'Olive et du Plessis. Ces memes religieux s'4ta-
blirent A la Dominique en 1641, et a la Martinique en 1654 (Relatio
gestorum i primis Ordinis Predicatorum missionariis in insulis Ame-
ricae ditionis Galliae..., Ms. du P. Breton; Relation de l'isle de la
Guadeloupe, faite par les missionnaires dominicains a leur G6neral,
en 1647, ms. du Tertre, edit de 1667, t. II, p. 426).
3. Relation du P. Pelleprat, chap. VI et VII.
4. Ibid., 2* parties, chap. I.


- I




f ? ',. *


-8-

duction A la langue des Galibis, sauvages de la terre ferme
de l'Amdrique mdridionale t.


Le P. Pelleprat, qui avait debarqu6 sur le continent vers
le milieu de l'annee 1653, fut oblige, I'ann6e suivante, de
revenir a Saint-Pierre de la Martinique, d'oii il 6tait parti:
le climate de la Guyane et un exces de travail avaient andanti
ses forces physiques. Ce changement d'air he lui rendit pas
la sante gravement compromise. Son sup6rieur le renvoya
dans sa patrie, au pays natal. 11 s'y remit lentement, et,
aussit6t rdtabli, il reprit la mer, et fit voile vers le conti-
nent amdricain, menant avec lui plusieurs religieux de son
ordre 2.

1. Le P. Pierre Ignace Pelleprat, n6e Bordeaux en 1606, entr6 au
noviciat de cette ville le 24 septembre 1623, fit, apr6s son novigiat,
trois ans de philosophies h Pau, et sa th6ologie en particulier a cause
de l'6tat deplorable de sa sant6. Peu a peu cependant sa sant6 s'affer-
mit et si bien qu'il put professor la grammaire, les humanit6s et la
rh6torique h Agen, a Tulle, a Poitiers et a Pau, puis il se livra au
ministere de la predication dans les residences de Fontenay-le-Comte,
Loudun, Marennes, Agen et Saint-Macaire. Enfin, en 1651, il partit
pour la Martinique. On lit dans les notes envoyes h Rome sur le
P. Pelleprat par ses sup6rieurs : ingenium bonum,judicium firmum,
talentum habet ad omnia. Apres avoir parcouru en missionnaire
Saint-Christophe, Marie-Galante, Saint-Vincent, la Grenade et la Mar-
tinique, il s'embarqua pour le continent le 20 juin 1653 avec le
P. M61and, qui 6tait revenue de la Terre-ferme A la Martinique pour
chercher des collaborateurs. Les quelques mois qu'il passa sur le con-
tinent compromirent gravement sa sant6; il revint, en janvier 1654,
h la Martinique pour se retablir, et dans les premiers mois de l'annde
suivante, force lui fut de s'embarquer pour la France, afin d'y ache-
ver sa gu6rison. C'est, pendant son sejour au pays natal, qu'il rddi-
gea sa Relation, d'abord en latin, puis en francais. Son titre est :
( Relation des missions des Pbres de la Compagnie de Jesus dans les
isles et dans la terre ferme de l'Amerique meridionale, par le P.
Pierre Pelleprat, S. J., Paris, 1655. ) Commele titre l'indique, la rela-
tion est divis6e en deux parties : 10 Mission des iles, 20 Mission de
la Guyane.
2. Relation latine du P. Pelleprat, C. 35 : < Frequentes socios


I s.- -






9-

Depuis son depart de la Guyane, la situation du pays
avait subi d'importants changements : les Hollandais avaient
occupy Cayenne et une parties de la Guyane; puis les Espa-
gnols des environs de l'Or6noque, s'6tant empar6s de l'Oiia-
rabiche, en avaient chasse les nouveaux colons. Le P. Pelle-
prat ne put done reprendre son minister auprbs des Galibis.
Apr6s quelques tentatives inutiles, il se resigna a quitter
cette terre de la Guyane qu'il aimait et se dirigea vers le
Mexique, oh il eut beaucoup h travailler et b souffrir. II
mourut h Puebla, le 21 avril 1667.


Le P. Denis MWland, cet ouvrier de la premiere heure a
la Guyane, qui y avait conduit le P. Pelleprat, fut assurd-
ment le plus illustre missionnaire de la Mission dite de
Cayenne ou de la Guyane francaise: Dans I'espace de dix
ans, il visit plus de soixante peuplades sauvages dans ces
immense regions qui s'6tendent entre le fleuve des Ama-
zones, l'Orenoque, les Cordill.res et I'Atlantique. Outrages,
calomnies, persecutions et mauvais traitements de la part
des Espagnols, fatigues, privations et dangers de toutes
sortes, rien ne put ralentir son zBle, ni faire ftlchir son
indomptable energie. Enfin, epuisd, a bout de forces, il se
retira au college de Santa-Fe et mourut le 7 ddcembre
1674, (< en si grande reputation de zBle et de vertu, que
l'archeveque, le clergy et toute la noblesse espagnole accou-
rurent k ses funerailles comme & celles d'un ap6tre et d'un
saint '.

tanto consilio non impares... missionariis nostris neque viarum
neque linguae peritis dux utcumque futurus n.
1. Mdnologe S. J., Assistance de France, t. II, p. 576; Relation...
du P. Pelleprat, 2e parties; Menologium P. Patrignani; Mission
de Cayenne, par le P. de Monlezon, pp. 83 et suiv.


\ 1






10-






II



Revenons aux premieres anndes de la Mission de la Mar-
tinique.
Le P. Pelleprat dit au chapitre II de la premiere par-
tie de sa Relation: Outre les emplois que nous avons aux
trois miles de la Martinique, de Saint-Christophe et de la
Guadeloupe, nous faisons de temps en temps des missions
aux autres, destitudes d'eccldsiastiques, pour secourir les
Frangais et gagner a Dieu les infideles.... Comme ces miles
n'ont point encore etd pourvues depasteurs ordinaires nous
n'y avons pas seulement des emplois propres de notre com-
pagnie, mais nous y exercons de plus les functions curiales.
C'est ce qui rend les travaux de cette Mission fort grands,
d'autant que nos insulaires ne demeurant pas dans un mgme
enclos de murailles comme dans les villes, et leurs petites
maisons, qu'ils nomment cases, n'dtant pas ramass6es
comme nos villages, mais toutes dcart6es les unes des autres,
il faut a toute heure entreprendre des voyages tres fAcheux
et tres penibles, pour assister les malades et leur porter les
sacrements ) 1.
Le P. Pelleprat 6crit encore au chapitre IV : a Plusieurs
se sont 6tonn6s de ce qu'en peu d'annees nous avons perdu
dans ces miles un grand nombre de PNres, et en ont rejetd la
cause sur l'intempdrie du climate. Mais bien que les incom-
modit6s du pays y puissent contribuer en quelque chose,


1. Relation..., chap. II.






tt I

les travaux continues et excessifs don't on s'y trouve acca-
bld en sont la veritable raison. ,
Enfin on lit au meme chapitre: a Comme les habitants
de ces lieux ne voient que fort rarement des prAtres, ils leur
donnent bien du travail quand ils en ont.... Un seul pretre
y travaille autant que sept ou huit en France. Aussi les
travaux de ces missions y sont si rudes, que les PBres qui
y ont 6te employs jusqu'& present en sont revenues malades,
et quelques-uns meme y sont morts. )


Ce fut dans ces emplois de charity que les Peres Louis
Conard et Jacques de la Valliere finirent glorieusement
leurs jours : celui-li & Saint-Christophe, et celui-ci dans
l'ile de Sainte-Croix. L'un et l'autre avaient servi tres uti-
lement le prochain; car s'y dtant rencontres dans un temps
oh beaucoup de personnel mouraient d'une maladie conta-
gieuse et populaire, ils s'y abandonnerent au service des
corps aussi bien que des Ames, se tenant jour et nuit au che-
vet des malades, aupres desquels ils remplissaient les con-
ditions les plus humbles.... L'infection des cadavres et la
malignity de la maladie, don't ils voyaient tous les jours
mourir tant de personnel dtaient plut6t un attrait qu'un
obstacle a.leur z6le. Ces exces de charity achev6rent leur
couronne; ils moururent enfin dans les exercices de cette
belle vertu 1.


Apr6s ces martyrs de la charity, vinrent les martyrs de
la foi.
Les Caraibes, maitres des miles avant I'arrivee des Euro-
peens, furent en majeure partie contraints par les nouveaux


1. Relation...., chap. IV.






- 12 -


venus de se refugier a Saint-Vincent et h la Dominique. I1
en restait a la Martinique, mais Saint-Vincent en comptait
de neuf h dix mille, c'est-a-dire le plus grand nombre, et
la ils habitaient plusieurs villages, commandos chacun par
un capitaine. En 1653, le P. Guillaume Aubergeon fut
charge de leur precher l'Evangile ; les sauvages l'avaient
demand avec les plus vives instances au general de Poincy,
gouverneur de File Saint-Vincent. La reception faite au
missionnaire fut enthousiaste: ( Tous les Caraibes ne lui
faisaient qu'une priere, qu'il leur montrat le chemin du
ciel 1.
I1 se mit aussit6t a l'oeuvre a travaillant incessamment
et sans relAche a leur instruction.... Ii leur enseignait les
prieres du matin et du soir et les principaux points du chris-
tianisme; il leur montrait meme a lire, ha crire et a chanter
les psaumes et les hymnes de l'Eglise 2. Les fruits pro-
duits en peu de temps furent grands 3, et les forces ne pou-
vant plus suffire & la some considerable et a la continuity
du travail, on lui donna comme aide le P. Francois Gueimu,
missionnaire d'une vertu 6prouv6e, venu de France depuis
deux ans seulement.

Lorsque je passai par Saint-Vincent, ecrit le P. Pelle-
prat, j'admirai les grands fruits que le P. Aubergeon y avait
products. Je fus particulibrement surprise de voir un grand
nombre de personnel de tous Ages et de tous sexes lui
demander avee instance le bapteme 4. Ce voyage du
P. Pelleprat se fiten septembre 1653 et cinq mois plus tard,
le P. Gueimu rejoignait le P. Aubergeon. II n'eut que le

1. Relation du P. Pelleprat, chap. VII.
2. Ibid., ch. VII.
3. Ibid.
4. Ibid.






- 13 -


temps de constater le bien considerable opre6 par son
confrere aupres des sauvages Caralbes.
L'imprudence de deux Franqais compromit une oeuvre si
bien commencee, qui s'annongait brillante. Sur un soupcon
mal fondd, l'un d'eux fit maltraiter et fouetter un sauvage;
l'autre, << s'6tant enivr6,' prit querelle avec un des princi-
paux Caraibes de l'ile, et l'eit tu si son pistolet n'eit man-
qud 1. Il n'en fallut pas davantage pour exciter les sau-
vages k la revolte. 'Les deux missionnaires furent les pre-
mieres victims d6signees.
Le 23 janvier 1654, a sept heures du matin, le P. Auber-
geon celebrait le saint sacrifice de la messe dans une petite
chapelle de i'humble case de la mission, et le P. Gueimu, i
genoux au pied de l'autel, se pr6parait h l'offrir, quand des
sauvages s'approchent en silence, p6netrent dans l'oratoire,
et assomment les deux PBres A coups de massue 2. ( Tous
deux sont morts a la fleur de l'Age, dit le P. Pelleprat, lors-
qu'ils semblaient Atre plus n6cessaires au monde our la
conversion de ces peuples; mais ils ne pouvaientmourir en
un temps plus favorable, puisqu'ils ont 6tt sacrifi6s eux-
memes, lorsqu'ils offraient Jesus-Christ en sacrifice pour le
salut de ces pauvres barbares . Le P. Aubergeon dtait ne
i Chinon en Touraine, et le P. Gueimu, A Casteljaloux,
dans le Lot-et-Garonne.

4. Relation du P. Pelleprat, ch. VIII.
2. Ibid.
















-^ ^ "-- / s-/ ^ '^ A ^.i.! ''-'- i *:*,.. ..-' -'(^ .. .. *'.'- .* -l .'' Q ^ .--^- -' ." -* = -*JI. r l^'.' g ^ j






- 14 -


III


Apres avoir raconte la mort des deux Jesuites, l'auteur
de la Relation ajoute: Leur sang sera une semence fdconde
de christianisme 1. II le fut, en effet.
Les Caraibes, toujours surexcitds, pill6rent ou brdlMrent
les cases des Francais, et partout oii ils les rencontrerent, a
Saint-Vincent, a la Dominique et a la Grenade, ils les mas-
sacrerent. Le gdn6ral du Parquet, alors gouverneur de la
Martinique, march contre eux. La repression fut prompted,
dnergique, sans piti6. Les sauvages demand6rent la paix.
Le gouverneur l'accorda, mais A la condition qu'ils lui don-
neraient en otage deux de leurs capitaines, et qu'ils rece-
vraient chez eux en change deux missionnaires: il s'ar-
reta ce project, parce qu'il avait. beaucoup d'inclination
pour la conversion de ces pauvres barbares .
Les Jdsuites se rendirent aussitot au carbet des sauvages,
et, cinq ans plus tard, le 15 d6cembre 1660, le P. du
Vivier, sup6rieur de la Mission des iles, dcrivait au general
de la compagnie, Goswin Nickel, que les Caraibes venaient
par bandes de Saint-Domingue a la Martinique entendre la
parole du missionnaire, que beaucoup d'entre eux les atten-
daient dans lelrs iles, qu'ils n'avaient pas horreur du bap-
tame, qu'ils dtaient meme affectionnes aux Peres 3. La suite

1. Relation du P. Pelleprat, chap. VIII.
2. Ibid.
3. (( Tandem Deus aperuit portam Evangelii apud Barbaros, qui tur-
matim nos adeunt ex insular sancti Dominici. Multi alii nos expectant,
non abhorrent A baptismo et animum gerunt propensum erga nos-
tros ),. (Ex insular martinicA).







15 -

de ce chapitre fera voir que ces heureuses dispositions ne se
maintinrent pas.


L'apostolat aupres des sauvages ne faisait pas n6gliger
les Europ6ens.
(- On gagne souvent dans un mois, 6crit le P. Pelleprat,
trente et quarante h6ertiques, venus particulibrement de
Dieppe et de la Rochelle. Si j'en voulais faire le denombre-
ment, il se trouverait qu'il s'en est convert de douze a
treize cents depuis notre dtablissement dans les iles 1. Et
ailleurs, en parlant des catholiques: a Depuis cinq ou six
ans, on remarque des changements si notables dans les
mceurs de la plupart des habitants des miles et particulibre-
ment h Saint-Christophe, que plusieurs de ceux qui, aupa-
ravant, avaient peine a se confesser une fois l'an, le font
presque tousles huitjours avec grande devotion, et non seu-
lement ne sont pas vicieux et ddrtgl6s, comme on s'imagine
en France, mais pratiquent des vertus qu'on aura peine a
croire 2,. Etle P: Pelleprat cite des examples de ddvouement,
de charity et de ddsint6ressement, d'une beauty si grande
qu'il ne peut s'empacher de dire en forme de conclusion :
Quel changement en des personnel qui itaient venues dans
les ties A tout autre dessein!


Le bien fait aux Irlandais fut encore plus considerable.
Le P. Jean DNstriche, qui fut envoy a leur secours, arriva
l'ann6e 1650 & Saint-Christophe. 11 y fit d'abord Bleverune
chapelle h la pointe des Sables, au quarter des Francais,
assez proche du territoire anglais, oi demeurait la meil-


1. Relation, chap. III.
.2. Ibid., chap. II.


. 9**,>*<*


- *>---\,






- 16 -


leure parties des Irlandais.... Dieu donna tant de b6nedic-
tions a ses travaux, que plusieurs, qui etaient dejh engages
dans l'hdersie, se remirent dans le bon chemin; et le Pere,
ayant, en fort peu de temps, ramass6 ses brebis, trouva que
son Eglise etait compose de pr.s de trois mille personnel.
Apr6s avoir pourvu aux plus urgentes n6cessit6s des Irlan-
dais de Saint-Christophe, il passa en l'ile de Montserrat, oh
ils etaient autrefois les maitres. Mais les Anglais les en
avaient d6poss6d6s et se les 6taient assujettis. Le Pere, qui
savait qu'ils ne souffriraient pas un pretre dans leur ile, se
d6guisa en marchand et y alla sous pr6texte de vouloir
acheter du bois. Aussit6t qu'il fut arrive, il se fit connaitre
a quelques Irlandais et par ceux-ci a tous les autres 1. 11
ne quitta Montserrat qu'apres avoir administr6 i tous les
'Irlandais les secours de la religion, et fixa d6finitivement sa
residence h la Guadeloupe. De 1 il se rendait aux ties habi-
tees par les Anglais et les Irlandais. En cinq ans, il ramena
. l'Eglise plus de quatre cents hdretiques.


Toutefois, l'oeuvre par excellence des missionnaires,
l'oeuvre la plus consolante en r6sultats, fut celle des Negres,
et des Sauvages esclaves. (( On comptait dans les miles jusqu'a
treize nations venant d'Afrique et parlant routes diffdrentes
langues, sans y comprendre les sauvages esclaves qui dtaient
aussi de diverse nations de l'Am6rique... C'eut 6t6 un tra-
vail infini d'entreprendre leur instruction en la langue qui
leur etait naturelle; il aurait fallu avoir le don des langues
pour y rdussir.... Aussi le missionnaire attendait qu'ils
eussent appris le franqais pour les instruire. Ce qu'ils fai-
saient le plus tot qu'ils pouvaient pour se faire entendre de


1. Relation du P., Pelleprat, ch. V.







- 17 -


leurs maitres, don't ils d6pendaient pour toutes leurs neces-
sites ,) 1.
Le nombre des n6gres, venus d'Afrique, c se montait,
en 1655, a douze on treize mille.... Un homme passait pour
-ais6 en esclaves negres. Le general de Peincy en avait six & sept
cents pour sa part 2.
Les savages esclaves, ,< tires des diverse nations de
l'Amdrique, comme les Arouagues, les Saimagotes et autres,
n'dtaient pas,A beaucoup pres,en aussi grand nombre que les
n6gres, mais ils 6taient mieux faits de corps, avaient l'es-
prit meilleur, etaient plus doux et plus traitables, et
n'avaient pas moins d'esprit que les paysans de France .


L'dvangdlisation des negres et des esclaves 6tait une
oeuvre ingrate, p6nible, rebutante. Aussi les Jdsuites y trou-
v6rent-ils peu de concurrents parmi les pretres s6culiers et
rguliers 4.
Des 1660, ils avaient baptism on ils pr6paraient au bap-
tkme cinq mille negres 5. Ce nombre alla toujours grandis-
sant jusqu'& la fin du xvue si6cle.
On conserve aux archives de la Societ6 un Mdmoire de
haut intdret et inconnu du public, sur l'dvangdlisation des


1. Relation de Pelleprat, chap. VI.
2. Ibid.
3. Ibid.
4. Le P. du Vivier dcrivait an R. P. Gne6ral, le 14 decembre 1660:
< Paucissimi sunt qui vellent grave hoe et tcedio plenum sed eccle-
sie perutile munus suscipere.
5. Ibid.: c. In insulis proedictis (Martinicce, sancti christophori, Gua-
delupxe et sancti Dominici) numerantur 5,000 nigritae, quosinstitui-
mus ad receptionem baotismi, vel baptismo ablutos sanctis moribus
informamus ,.
Le P. Ant. Lavalette i la Martinique. 2





\ -. -







- 18 -


negres et des Caraibes en particulier, et sur la Mission des
Antilles en general. II a pour titre : Mdmoire concernant la
Mission des Pares de la Compagnie de Jesus dans les lies
francaises de l'Amerique. II fut adress6 au g6enral Michel-
Ange Tamburini par le P. Pierre Combaud, vers la fin de
septembre 1707. Ce Pere, arrive aux miles en 1681, fut
d'abord missionnaire i Saint-Vincent, puis sup6rieur gene-
ral de 1693 h 1720. Personne ne connaissait mieux que lui
cette Mission qu'il gouverna jusqu'a sa mort .
A cause de l'intdrkt qui s'attache a ce Memoire, nous en
donnons ici un long extrait.


Nous distinguons, dit le P. Combaud, les Noirs en
deux classes. Dans la premiere, sont ceux que nous nom-
mons Ercols, parce qu'ils sont originaires des lies; dans la
deuxieme, sont les Dandas. ainsi appeles parce qu'ils sont
apportes de leur terre natale dans la n6tre.
a Les premiers sont baptisms et dleves dans la religion,
6galement comme le sont les enfants des Frangais; et comme
ordinairement ils ont de la vivacity et de la m6moire, ils
apprennent aisdment par coeur et retiennent le catdchisme
et les antiques, qu'on a soin, dans la plupart des habitations,
de leur.enseigner et de leur faire chanter tous les jours
apres leurs pribres. On les instruit, quand il est temps, de la
maniere de se confesser et des dispositions necessaires pour
communier; ils font l'un et l'autre de temps en temps et
remplissent les autres devoirs du christianisme ; il y en a
plusieurs qui frequentent les sacrements et qui le font avec
piWte, ceux surtout qui ne sont plus dans le feu de la jeu-
nesse et qui sont mari6s.
A 1'6gard des Dandas ou strangers, voici les moyens


1. 11 mourut le 29 novemhre 1720.







- 19 -


que nous prenons pour les.engager doucement & demander
le bapteme quand ils arrivent dans nos miles. Notre premier
soin est de les mettre entire les mains d'autres Noirs qui
soient de leur nation, deja baptis6s et instruits. Ces nou-
veaux venus, a la vue de gens qui parent leur langue, qui,
comme eux, ont Wte enlevds de leur pays, qui, comme eux,
sont esclaves, et qui cependant paraissent joyeux et con-
tents, a cette vue dBja leur Rtonnement et leur chagrin
diminuent, ils s'apprivoisent peu A peu, ils dcoutent volon-
tiers leurs pays (ainsi nomment-ils les noirs de leur nation),
et, sans se defier d'eux, ils dcoutent ce qu'ils leur disent
de la religion et insensiblement ils s'accoutument a
entendre parler de Dieu.
< Ceux-ci, parties zele, parties pour plaire aux P6res, parties
charity pour leurs compatriotes, leur enseignent leurs
prieres, ils les conduisent a l'dglise et au cat6chisme, les
font assister h la messe, leur font remarquer les ceremonies
et tAchent de leur donner le plus d'idde qu'il leur est pos-
sible de la religion, leur repitant souvent qu'ayant
Wt" b6tes comme eux, ils sont devenus enfants de
Dieu; ainsi, a force de les assieger, pour ainsi dire, par
leurs raisons, par leur example, par leurs imitations, ils les
engagent a demander le bapteme. Ainsi disposes, ils les
amenent au Pere qui a soin des Negres. Celui-ci les ayant
vus, les met entire les mains d'un des Negres cat6chistes
qui, tous les dimanches et fetes, ont soin d'enseigner dans
l'eglise... Le Pere, qui a sur le catalogue, les noms de tous
les noirs et surtout des proselytes, qui connait leurs maitres,
les examine lui-meme, les console, les caresse, et leur
donne enfin le bapteme quand il les trouve bien disposes
et bien desireux de le recevoir. Le bapteme des adults se
faith trois fois l'ann6e avec beaucoup d'appareil.


- ~ .M






-. 20 -


( Jusqu'h l'ann6e 1704, nous avons eu des missionnaires
dans 'ile Saint-Vincent, place ou se sont retires le reste
des Caraibes qui occupaient nos miles. On leur a accord
cette fle, oii ils vivent en repos et en liberty. Durant plus de
trente ans qu'on a travaille a les instruire, en vivant avec
eux et presque comme eux, i peine en a-t-on pu convertir
trente ou quarante, et il se trouve que, durant ce temps, on
a baptism plus de vingt mille noirs esclaves. La raison de
cette difference vient de ce que les Caraibes 6tant libres, se
trouvant dans une ile oi il n'y a aucun exercise de religion,
n'itant sollicites que par nous, ne craignant et n'esperant
rien de nous, ne pouvant se r6soudre & quitter leur maniere
de vivre, ils ne sont nullement touches de nos raisons, de
nos menaces. 11 arrive de 1i que tout ce qu'ils voient et
entendent, les 6loigne de notre religion, tout, d'autre
part, les engageant h rester comme ils sont. Ou ils ne nous
6coutent pas, ou, s'ils nous dcoutent, c'est sans dessein de
se convertir ; ou, s'ils sont tant soit peu touches, l'indo-
lence qui leur est naturelle, le respect human qui est leur
ddfaut, et la peine qu'ils ont h se faire violence, les empe-
cheraient de se convertir ; ou, quand ils auraient assez de
courage et de raison pour vouloir etre chretiens, on aurait
peine a leur donner le bapteme, h moins qu'on ne ffit
assure qu'ils quitteraient leur terre pour vivre parmi les
Francais, ce qu'on ne peut presque obtenir d'eux. Leur
conversion etant par tous ces obstacles presque impossible,
on a juge a propos de les abandonner .

1. Dans les Missions catholiques franqaises au XIXe si&cle, t. VI,
pp. 337 et suiv., on lit i- Des Caraibes, ces anciens possesseurs
des Antilles, il ne reste presque plus rien, si ce n'est. quelques
paves r6fugibs a la Dominique .oiiils peuvent etre 150 environ, en
ne comptant que ceux de race pure ..... Ils sont silencieux et tra-
vaillent facilement sans rien dire. Ils cultivent les jardins pour
avoir les provisions accoutum6es du pays, c'est-&-dire le manioc, les






- 21 -


Aucuns de ces obstacles extdrieurs ne se trouvent
parmi nos N6gres. Tout ce qu'ils voient et entendent les
porte a ddsirer d'Atre chretiens. Leur misere et leur escla-
vage contribuent & augmenter ce desir quand ils voient
qu'6tant chretiens, ils sont consoles et soulages par les
P6res, aims de leurs maitres et 6gaux a eux devant Dieu.
Ils font ce qu'ils peuvent pour mdriter et obtenir le
baptAme; de sorte que, de deux on trois mille negres qui
arrivent chaque annde dans nos lies, nous sommes assures
qu'ils seront avec le temps tous baptisms, et qu'aucun, pour
peu d'attention que l'on ait, ne mourra sans baptAme.
La conversion et l'instruction des negres esclaves ktant
proprement la fin de la Mission des lies, qui pour cet effet
s'appelle Missio nigritarum, nous nous y sommes de tout
temps sdrieusement et fortement appliques, prenantun soin
tres particulier de ces pauvres esclaves que nous gouver-
nons, non seulement comme un regent gouverne ses 6co-
liers, mais les visitant, les consolant, les reprenant, tenant
registre de leurs noms, de leurs families, de leur conduite
et de tout ce qui regarded leurs int6rAts spirituels et tem-
porels, leur procurant aupr6s de leurs maitres leurs
petites n6cessit6s, et grAce quand ils ont fait quelque
faute.
Notre application a product deux biens consid6rables ;
le premier, qu'h force de les instruire et de les solliciter,
nous en avons fait d'assez bons chr6tiens, pouvant dire

bananes, la patate douce, les ignames, les choux caraibes ... Pour
gagner le peu d'argent don't ils ont besoin, surtout pour se vetir, ils
vont travailler sur les habitations sucribres qui les avoisinent....
Ils fabriquent, avec une 6corce qu'ils trouvent chez eux, des paniers
appeles de leur nom : Caraibes. Ces paniers en forne de carries
longs et s6par6s en deux parties entrant l'une dans l'autre, sont
imperm6ables ... Les Caralbes sont tons fermement catho-
liques ,.






- 22 -


que la plus grande parties a de la religion, de la crainte de
Dieu, de la vendration pour les 6glises et pour toutes les
principles ceremonies, et du respect pour nous, nous
appelant nos bons PNres, venant souvent des quarters fort
6loignds pour se confesser a nous, et nous donnant toutes
les marques du ddsir qu'ils ont de se sauver ; le deuxieme,
que par notre constance et notre zele A les instruire, nous
avons enfir comme force les autres religieux qui, presque
jusqu'ici, les avaient ndgliges et abandonnes, d'en prendre
un peu de soin, quoique les Frangais mdprisent fort les
noirs et les traitent avec beaucoup de durete. Cependant
on peut dire qu'il n'y en a point ou tres peu qui ne soient
tres contents de les voir baptis6s et instruits, qui ne pren-
nent quelquefois ce soin eux-memes et qui ne commettent
ou leurs enfants ou leurs domestiques pour les enseigner et
les obliger a prier Dieu ....


< L'exposition que je viens de faire des pratiques que
nous gardens a la Martinique a l'dgard des esclaves, s'ob-
serve avec la meme r6gularit6 et le meme zele A la Gua-
deloupe, h Cayenne et h Saint-Domingue.


Ce qui est particulier dans ces deux dernieres missions,
c'est qu'a Saint-Domingue, oh nous sommes dtablis seu-
lement depuis six ans, en la place des Peres capucins qui
s'en 6taient retires, n'ayant pas voulu ou plut6t n'ayant
pu soutenir cette grande et belle mission qu'ils nous lais-
serent toute en friche, nous l'avons rendue florissante et
mise sur le pied des autres, ayant, en peu d'anndes, releve
les 6glises, rendu commun l'usage des sacrements, 6tabli
les instructions pour les esclaves et fond6 les dcoles pour
les enfants.






- 23 -


SA l'6gard de Cayenne, outre le soin des Frangais et des
esclaves, il y a une mission de sauvages Galibis ; ceux-ci,
bien diffdrents des Caraibes, peuples fdroces et indolents,
sont fort dociles .et beaucoup plus affectueux. Deux de nos
PBres, qui depuis quelque temps travaillent parmi eux avec
un grand z6~e, esperent y faire une bonne moisson en sepa-
rant ceux qu'ils convertiront et composer des bourgs de
ceux-ci, les accoutumer au travail et les engager h faire
des etablissements fixes et commodes ; moyen unique et sir
pour faire des conversions permanentes et solides parmi ces
nations, moyens qu'ont pris nos Peres portugais dans le
Brdsil et nos Peres Castillans dans le Paraguay, moyen
qui leur a rdussi avec de tres grandes b6nddictions ,.







- 24 -


IV


Dans une autre lettre de 1710, le P. Combaud 6crivait
encore au Gendral de la Compagnie : ( Notre Mission des miles
de l'Amerique franqaise consiste a desservir les paroisses
qui y sont ktablies; elles sont composees de blancs et de
noirs. Les Frangais qui y sont originairement depuis un
siecle sont un ramas de gens, lesquels s'6tant arrAths dans
le pays pour cultiver la terre, y ont Wte peu h peu polices
et r6duits par le devoir du christianisme. Dans les premiers
temps le fruit 6tait plus sensible. Aujourd'hui, le soin des
missionnaires est d'entretenir, non sine fructu, la pidt6, qui
sans leur zBle, d6gendrerait bient6t dans un pays oi le sang
s'abatardit si fort, qu'k la cinquieme ou sixi6me g6ndration,
on n'a plus de frangais que l'origine, sans avoir retenu
l'esprit, ni les moeurs de la nation 1. ,
D'apres cette lettre, les Jdsuites 6taient charges de la
dessert d'un certain nombre de paroisses des miles. Le
P. Barrd, sup6rieur de la Martinique avait, en effet, accept
par un contract de 1652 avec le gouverneur, M. du Parquet,
administration des paroisses de l'ile, du moins temporai-
rement, jusqu'au jour oides pretres s6culiers pourraient s'en
charger 2. Ce contract comprenait l'administration tempo-

1. Arch. gen. S. J.
2. Dominus du Parquet honestae memories contract into
voluerat pens nos locum esse quem Carbetum appellant ut in qua-
tuor regionibus Basse terre insult Martinicae curialibus muniis funge-
remur (Le P. Grillet au g6ndral Paul Oliva, sept. 1663, de St-Pierre
de la Martinique). Ce contract fut pass avec le P. Barr6 supe-
rieur.







- 25 -


relle et spirituelle, toutes les functions curiales. II avait
dt6 fait sans pouvoir lIgitime et centre l'institut de la Com-
pagnie. Mis au courant de ce qui s'dtait pass, le G&neral
Nickel dcrivit, le 27 avril 1654, au provincial de France,
Louis Cellot, que. le contract dtait nul, mais il autorisait les
missionnaires & administer les paroisses, tant qu'il n'y
aurait pas aux miles de pretres s6culiers, par devoir de
charity et non h titre de justice 1.
Le provincial transmit au P. du Vivier, sup6rieur de la
Martinique, les volont6s du CG6nral. Elles furent exac-
tement suivies. On renonca meme, en 1664, a la dessert
des trois paroisses du Carbet, de la Case et du Precheur,
pour ne conserver que celle de Saint-Pierre, ex charitate 2.

1. Voici la lettre du R. P. Nickel : a Cum ex quorumdam lit-
teris nuper intellexi Patrem Antonium Barrd in insul& Martinicae
iniisse contractum quemdam cum illustrissimo predicted insulae
gubernatore, quo promittit vel obligat se vel unum aliquem 6 nostris
ad parochi munus illic obeundum ad aliquod tempus, done scilicet
adsint saeculares aliqui sacerdotes, per quos illud obiri possit. Gratu-
latus sum equidem tanto illustrissimi gubernatoris zelo pro illius
insular animarum salute procuranda; at simul etiam improbavi quod
contracts ille sine legitimA potestate et contrb societatis institutum
initus fuerit, cum nostri civilem obligationem ad fundationes curiales
contrahere minime possint. Verum huic malo peropportunum
occurrit remedium, quod illustrissimo gubernatori minime improba-
tum iri confido. Jubeo enim ut quod Nostri, si contracts valuisset,
ex justitid debuissent, hoc ipsum. ex charitate praestent, done lia
insula suos parochos habeat saeculares, ratus id brevi futurum.
Hujus itaque mandati nostri executionem Re Ve ejusque successo-
ribus commendo. L'ordre du G6ndral arriva A la Martinique en
1655, mais, dit le P. Grillet dans une lettre .de 1663, latuit diu pri-
vatos. Toutefois, quoique le contract ft nul, on continue A administer
les quatre paroisses, ex charitate et non ex justitid.
2. Le 16r aout 1664, le P. Grillet 6crivait de la Martinique au
R.P. Oliva : Derelictis quidem tribus paraeciis, quarts iterum, sed
ex solar proximi charitate, quoadusque s.acerdotum numerous sufficiat
inservimus ,. C'est A partir du 4 mars 1664 queles Jdsuites cesserent
de desservir le Carbet, la Case et le Precheur. Le P. Grillet en






- 26 -


La renonciation s'appuyait sur le manque de sujets : quatre
P6res 6taient morts, six venaient de rentrer en France
malades et un 6tait frapp6 de paralysie. La province de Paris,
tres dprouvde par une fievre contagieuse, se trouvait dans
l'impossibilite de secourir la Mission '.
L'abandon des trois paroisses causa un grand m6conten-
tement parmi les fiddles et une profonde desolation. Les
pretres s6culiers, auxquels furent confines les trois paroisses
abandonn6es, ne donnerent pas la satisfaction desirable, et
les directeurs gdndraux du domaine royal d'occident, a consi-
d6rant qu'il 6tait de leur obligation de pourvoir les colonies
de l'Amdrique d'un nombre suffisant de bons ecclesiastiques,
tant pour l'instruction des Frangais que pour la conversion
desNegres et des Indiens, et ayant remarqu6 par experience
qu'il est trbs difficile de rencontrer des pretres s6culiers
ayant les qualit6s n6cessaires pour s'employer constam-
ment et avec zele au salut des peuples de ce pays 1I, pro-
poserent, de la part de sa Majest6, aux RR. PP. J6suites de
prendre le soin de toutes les colonies de l'Am6rique....
Mais lesd. PP. Jesuites leur ayant represent qu'il n'dtait

avait donn6 avis, six mois auparavant, a M. de LoubiBre, qui
remplaCait momentan6ment le gouverneur g6n6ral de la Marti-
nique : ( Non molestum videatur, lui 6crivit-t-il le 3 septembre
1663, si, sex ab hac die 3 sept. 1663 menses, susceptam hactenus
peculiarem praedictarum regionum curam se deposituros moneant,
quidquid autem ipsis alendae vitae titulo h Dno du Parquet datum
fuerat, eodem statu eodemque ordine vestra fidei periculisque
dimittant ) (Arch. gen. S. J.).
1. M6me lettre du P. Grillet (3 sept. 1663) h M. de LoubiBre. -
Le P. Jean Grillet, qui fut, a partir de 1667, supdrieur de Cayenne,
fut fait prisonnier a la prise de cette ville par les Anglais. Relach6 il
tomba de nouveau entire les mains des Hollandais qui le condui-
sirent h Amsterdam, le garderent quelque temps en prison, puis le
renvoy6rent en France (1668). II partit bient6t pour Saint-Christophe,
et le 17 septembre 1677, il p6rit dans les flots en retournant A
Cayenne (Arch. gen. S. J.).







27 -

pas en leur pouvoir de prendre soin de toutes les miles de
l'Am6rique, veu le grand nombre de Francais et de Negres
qui les habitent, r6pandus en divers quarters eloignez les
uns des autres, lesd. Directeurs se restraignirent prier lesd.
PP. J6suites de prendre le soin, soit par eux-memes,
soit par des pretres qu'ils choisiraient, du spiritual des quar-
tiers de la Basse-Terre et de celui de Cayenne, de l'ile de
Saint-Christophe et des quatre grands quarters de celle de
la Martinique, dits communement le Port-Saint-Pierre, le
Carbet, le Prescheur et la Caze du pilote, qu'ils ont autre-
fois desservi tous quatre et don't ils quittbrent le soin de
trois l'an 1664 au grand regret des habitants desd. quar-
tiers ; ce que lesd. J6suites ont eu pour agrbable '.
Cette convention se passait en 1676; elle dura, a Saint-
Christophe, jusqu'h la prise de cette ile par les Anglais
(1703), et a la Martinique et a Cayenne, jusqu'a l'arrlt d'ex-
pulsion des Jesuites par les parlements. Elle fut plus tard
mise en vigueur a la Guadeloupe et a Saint-Domingue.


Comment les Jesuites remplirent-ils les functions qui
leur furent confides par la convention ? Nous rdpondrons 5
cette question par une lettre de M. Robert, intendant des miles,
6criteau Roi en 1696. Chaque intendant, dit le Memoire du
P. Combaud, avait ordre, six mois apres son arrivee dans
le pays, de donner avis en Cour de l'Ntat oii il avait trouv6

1. Apres la Convention entire les Directeurs et les Jdsuites, le
P. Francois Bonal arrive a la Martinique, le 7 fevrier 1676, Bcrivit le
23 avril 1677 au R. P. Claude Boucher, assistant de France h Rome:
( Nous avons le plus beau quarter de l'isle partag6 entire quatre
belles cures, dans chacune desquelles un pere fait residence avec un
garcon pour le servir, d'oa il va de temps en temps dans la princi-
pale maison qui est dans le principal bourg (Saint-Pierre) oi se
tient le R. P. superieur g6enral, (Arch. gen. s. J.).






28 --

les colonies au regard des dtablissements, de la police, du
commerce et surtout de la religion, et du tout, d'en faire un
detail exact, ce qu'il devait rditdrer tous les dix ans dans
un m6moire 6crit en commun avec le gouverneur general
du pays ,. M. Robert 6crivit done : ( Les functions eccl6-
siastiques sont exerc6es dans cette ile (la Martinique) par
les religieux de trois ordres diff6rents : ce sont les Jesuites,
les Jacobins et les Capucins. Ils ont chacun une maison
conventuelle dans lile ou se tient le superieur general, et
les trois sup6rieurs destinent les religieux qui leur sont
envoys, pour desservir les differents quarters qui sont de
leur resort. II y a dans l'ile diverse eglises; elles sont &
present au nombre de dix-huit, et, par ce secours, tous les
habitants qui resident sur leurs habitations, peuvent
aisdment aller a la messe chaque dimanche et fete, et y
faire aller leur famille et parties de leurs esclaves.
( Ces eglises, comme je l'ai dit, sont desservies par des
religieux des trois ordres; ils font leur residence dans un
presbyt6re 6tabli en chaque quarter, ou ils exercent les
fontions curiales.
(( On ne saurait assez louer la bonne et sage conduite des
Peres Jesuites, depuis qu'ils sont dans cette fie. J'ai pris
soin de m'informer de plusieurs habitants des plus anciens
et des plus consid6rables. Tous m'ont dit et assure constam-
ment que ces P6res ont toujours vecu exemplairement et
que, de leur connaissance, il ne s'en est pas trouvd un
seul qui ait donned le moindre scandal. En mon particulier,
apr&s les avoir souvent et sdrieusement examines depuis
mon arrive 'dans ce pays, j'ai connaissance que leur con-
duite est tout a fait idifiante, qu'ils font de tres grands biens
dans 'ile par le zble et l'application avec lesquels ils se donnent
4 tout ce qui est de leur minist6re, soit pour exhorter et
engager efficacement leurs paroissiens a la piete, soit pour


*''






-29 -

assister et soulager assidiment les malades, soit pour le
soin infatigable et rebutant qu'ils prennent de la conversion
et instruction des esclaves, soit enfin par le secours qu'ils
donnent aux pauvres par des aumbnes considdrables. I1
y aurait mille sujets de faire ici leur dloge; mais il n'en
doit pas paraitre dans un simple m6moire.))
La lettre de l'intendant parole ensuite longuement des
Jacobins et des Capucins, et dtablit une comparison entire
les trois ordres. Comme les renseignements sur les autres
religieux n'entrent pas dans notre sujet, nous les passons
sous silence.


c Avant M. Robert, dit le Mdmoire du P. Combaud,
MM. Begon et Dumaitz, intendants, dans de semblables
m6moires, avaient fait mention de la Mission (des J6suites)
d'une maniere pour le moins aussi honorable. Tout rdcem-
ment, M. de Machault, gouverneur- g6ndral, homme d'un
m6rite et d'une probity reconnus, pr6venu dans les com-
mencements centre la Compagnie, mais tout a fait revenue
dans la suite, et t6moin, comme il le disait, des fruits trWs
grands qu'elle faisait, et des services essentiels qu'elle ren-
dait a la colonies, en a rendu au roi, plus d'une fois, un
timoignage tres honorable, I'ayant sollicit6 de nous dtablir
dans tous les quarters que les PP. Capucins occupent a la
Martinique, l'assurant que ce changement serait 6galement
avantageux b la-religion et a la colonie.
A l'6poque oi M. Robert et le P. Combaud dcrivaient ce
qui pr6cede, les paroisses n'dtaient pas encore organisdes a
1l Guadeloupe et h Saint-Domingue.






- 30 -


V



Pour terminer ce chapitre preliminaire, voici quelle 6tait,
au d6but du xviue siecle, la situation des Missions de la
Compagnie de J3sus aux Antilles.
Le sup6rieur general de ces Missions residait a Saint-Pierre
de la Martinique. A cette 6poque, c'6tait le P. Pierre Corn-
baud, ( religieux honored universellement de tout le monde
pour sa sagesse, sa droiture, son zdle, sa pi6t6 et sa charity,
et de qui je puis dire, 6crit le P. Labat, de l'ordre des
freres precheurs, que quelque estime qu'on euit pour lui, son
merite et ses vertus en meritaient encore devantage 1. Sa
jurisdiction s'6tendait sur tous les Pbres, qui exerqaient le
saint ministere, h la Martinique d'abord, puis la Guade-
loupe, a Saint-Vincent, a Saint-Christophe, a Cayenne et
. Saint-Domingue.


A la Martinique, les Jdsuites desservaient quatre paroisses,
a titre de cures, celles de Saint-Pierre, du Precheur, du
Carbet et de la Case du Pilote ou de la Case. Un missionnaire,
appeal le Pdre des Negres, s'occupait exclusivement des
esclaves et un autre des sauvages; tous les deux habitaient
a la residence de Saint-Pierre.

A la Guadeloupe, les Jesuites ( etaient sur le pied de
missionnaires des negres, et particulibrement de ceux qui
6taient de la dependance de la paroisse de la Basse-Terre.


1. Nouveau voyage aux miles d'Am6rique, t. V, p. 425.






- 31 -


Ils residaient au bourg Saint-Frangois, oi ils avaient bAti
une eglise en magonnerie 1. A quelques lieues de 1h, au
quarter des trois rivieres, se trouvait une auitre eglise moi-
tie de bois et moiti6 de maconnerie, tres propre et tres orn6e ,
desservie par le P. Jacques Imbert. II etait dans une
veneration extraordinaire dans tout le pays, et c'etait a bon
titre, car c'etait un tres digne religieux, d'une vie dure et
austere, tres appliqud a ses devoirs, tris z6le pour le salut
de son people, si d4tache de toutes choses que je n'en ai
jamais vu un si denu6 de tout. Le Seigneur a voulu faire
6clater son mdrite et sa vertu, en lui donnant 1'occasion de
pratiquer la vertu de patience d'une maniere la plus hdroique.
I1 mourut come il avait v6cu, c'est-A-dire comme un saint.
La proprete tenait lieu de toutes choses dans sa maison 2.


A la Martinique et la Guadeloupe, les JRsuites n'6taient
pas les seuls religieux employes au ministere des ames. On
y voyait, au commencement du xvle sikcle, des Dominicains,
des Capucins, des Carmes et enfin des religieux de la Charite,
charges des h6pitaux 3. Mais, i Saint-Vincent, il n'y avait
alors que des J6suites, missionnaires chez les Caratbes. La
pidte du roi les y entretenait.. Ils s'y donnaient beaucoup
de peine pour les convertir, sans toutefois en Atre rdcompen-
ses. Ils ne baptisaient guere que des enfants moribonds 4.
c Le P. Le Breton y faisait la mission depuis bien des
ann6es. II etait seul... Il n'avait pour compagnie qu'un
Frangais, et deux negres pour le servir, toujours a la veille
d'etre massacre par les Caraibes, comme l'ont 6t6 plusieurs

1. Labat, t. 11, p. 268.
2. Ibid., p. 488.
3. Ibid.
4. Labat, II, pp. 28 et 29.


.9 9. ,.. .~ *..99..Z~. ~ 9~







- 32 -


autres de ses confreres, quand les sauvages sont ivres, ou
qu'ils s'imaginent que c'est la demeure d'un missionnaire
parmi eux qui les rend malades, ou qui empeche qu'ils ne
soient heureux a la chasse on a la pache... La vie de ce
bon p6re etait bien triste, bien dure et plus digne d'admira-
tion que d'imitation. C'6tait un homme d'esprit, habile dans
les mathematiques, extremement pieux et fort z616, pour la
gloire de Dieu et le salut de ces pauvres barbares. ) C'est
ainsi que parole le dominicain Labat qui visit le P. Le Breton
au mois de septembre 1700 1. Le travail ne manquait pas au
missionnaire, car Saint-Vincent < 6tait le centre de la Repu-
blique Caraibe; c'est lendroit oi les sauvages 6taient en
plus grand nombre; la Dominique n'en approchait pas.
Outre les sauvages, cette fle etait encore peuplee d'un tres
grand nombre de negres fugitifs, pour la plupart de la Bar-
bade... Leur nombre s'6tait tellement accru, on par ceux
qui les etaient venus joindre de la Barbade, ou qui 6taient
nds dans le pays, qu'ils surpassaient de beaucoup celui des
Caraibes 2


L'ile de Saint-Christophe comprenait deux parties dis-
tinctes, la Basseterre francaise, administrde par les J6suites,
et la Cabesterre francaise sous la direction spirituelle des
Capucins. Ces deux parties etaient separdes au nord et au sud
par le quarter des Anglais, et au centre par la region mon-
tagneuse. A la Basseterre, les Jesuites entretenaient trois
Peres, le P. Girard, superieur et cur6 de la paroisse, le
P, Chartier et un Irlandais nomme Galovay. Ces religieux
rdsidaient pres de l'6glise paroissiale, placee sous le vocable
de Notre-Dame, et comptaient parmi leurs paroissiens les

1. Labat, IV, p. 448.
2. Labat, IV, pp. 442 et 443.






- 33 -


Frangais assez nombreux en ce pays, les n6gres et enfin les
Irlandais, domicilies aux quarters des Anglais.
( Le spiritual de la parties francaise de Saint-Domingue,
dit le P. Labat, dtait entire les mains des Capucins et des
religieux de notre ordre (des Dominicains). Les Capucins,
comme les plus anciens, avaient les meilleures paroisses,
c'est-a-dire, toutes celles du Cap et du Port-Paix jusqu'a la
riviere de l'Artibonite. Is avaient encore celles du Grand
et du petit Goave, de l'Acul, de Nippes et du Rochelois 1.
Ces paroisses etaient situdes, les premieres, celles du Cap et
du Port de Paix, dans le quarter du Nord de l'ile, et les
autres, dans le quarter du Sud. Les Dominicains n'admi-
nistraient que les paroisses de l'Esterre, dela Petite Riviere
et du Cul-de-Sac2.
<( Tel fut I'etat des paroisses de Saint-Domingue jusqu'en
1703, que les Capucins abandonnerent toutes celles don't ils
avaient soin. On n'a jamais su bien au vrai la raison qui les
y obligea... Quoi qu'il en soit, les P6resjesuites furent choi-
sis par la Cour pour remplir leurs postes, et elle partagea
entire eux et nous, continue le P. Labat, toute la parties fran-
caise. Les Jdsuites ont eu tous les quarters qui sont depuis
Samana jusqu'a la riviere de l'Artibonite; et nous, tout ce
qui est depuis cette riviere jusqu'au Cap Tiberon 3.
La Mission de Saint-Domingue devint bient6t la Mission
la plus important des Jdsuites aux Antilles. Elle compta
douze missionnaires en 1711, seize en 1721 et dix-huit en
1728; en 1740, elle avait quatorze paroisses organisdes, oil
les Peres faisaient les functions de cure: Port de Paix, Saint-
Louis, Plaisance, le Limbd, le Gros-Morne, le Dondon, la


1. Labat, V, p. 210.
2. Labat, V, p. 210.
3. Ibid.,p.211.
Le P. Ant. Lavalette A la Martinique. 3






- 34 -


Plaine du Nord, Petite-Anse, Quartier Morin, la Limonade,
les Terriers-Rouges, ChAteau-Dauphin, la Lude et le Franc.



Nous ne dirons que peu de chose dela Guyane frangaise;
le lecteur trouvera tous les renseignements ddsirables dans
le beau livre intituld: Mission de Cayenne et de la Guyane
francaise 1. Le P. Mdland fut le premier ap6tre de cette
mission, et le P. Henri Grillet, le premier superieur en
1667. Au P. Grillet succed6rent les PP. Jean B6chet, Fran-
cois Mace, Louis Frdmond, Rend Gelle, Francois Simon,
Jean Rullier, Gabriel de la Genette, Frangois Guyard,
Nicolas Crossard, Jean-Baptiste Duplessis et Louis de
Vilette. Ces superieurs, fixes a Cayenne, furent soumis
jusqu'en 1730 au supdrieur g6ndral de la Martinique; plus
tard, cette Mission eut son sup6rieur general inddpendant.
En dehors de Cayenne, il se forma, a partir de 1725,
deux centres d'apostolat pour les sauvages, le premier a
Kourou, le second a Oyapock. Le premier, situd au nord de
Cayenne, dvangelisait les Galibis, les Coussaris, les
Maraones et les Arouas, nations indiennes. Le second, dtabli
au sud, sur la rivi6re Oyapock, travaillait a la conversion
des Pirioux et des Caranes, et comptait trois paroisses,
Saint-Paul d'Oyapock surla riviere de meme nom, N. D. de
Sainte-Foi au confluent des deux rivi6res de Camopi et
d'Oyapock, et Saint-Joseph d'Ouanari sur les bords de
cette riviBre, entire l'Oyapock et l'Approuague. D'autres
paroisses moins importantes s'dlev6rent dans la suite, par
example, Sinnamari, Roura et Approuague, presque toutes
pour l'dvangdlisation des tribus indiennes.

1. Ce livre, imprim6 sans nom d'auteur, est du P. Fortune de Mon-
tezon.







- 35 -


VI



En 1731, & la demand du P. Lafiteau, procureur de
1'Assistance de France a Rome, la congregation de Propa-
ganda Fide accord un pr6fet apostolique a la Mission de
Cayenne et un autre a Saint-Domingue. Les patentes de la
propaganda et les faculths obtenues du Saint-Office furent
exp6diies au mois de d6cembre de cette meme ann6e. Jusque
1 il ny avait qu'un prefet apostolique pour toutes les Mis-
sions des Jdsuites frangais aux Antilles; c'6tait le sup6rieur
general, r6sidant. Saint-Pierre de la Martinique, qui en
faisait les functions.


Par le faith de l'drection de la Mission de Cayenne et de
celle de Saint-Domingue en prefectures apostoliques, la
mission dite des lies d'Amdrique compta d6sormais trois
missions distinctes et ind4pendantes, ayant chacune un
superieur general, qui dtait aussi prdfet apostolique. Le
P. Louis de Vilette fut le premier sup6rieur general et pr6-
fet apostolique de Cayenne; le P. Jean Larcher fut honored
des mAmes titres et functions a Saint-Domingue, et le
P. Eustache Lebrun, a la Martinique.
Ce dernier conserve sous sajuridiction toutes les Antilles
a l'exception de Saint-Domingue. Mais, a l'dpoque (1743)
oi le P. Lavalette arriva a la Martinique, les Jesuites avaient
abandonne Saint-Vincent et Saint-Christophe et concentre
tous leurs efforts a la Martinique et a la Guadeloupe-







- 36 -


Dans cette derniere ile, ils avaient c6ed aux Carmes le
quarter des Trois Rivieres et s'dtaient fixes definitivement au
bourg de la Basse-Terre, oh ils desservaient 1'6glise parois-
siale en meme temps qu'ils 6vangelisaient les negres.
Le superieur general residait Saint- Pierre de la Marti-
que avec la plupart des missionnaires.











CHAPITRE PREMIER

ENTREE DU P. LAVALETTE ET SsE PREMI AES ANNEES DANS LA
COMPAGNIE DE JiOS ; IL EST NOMME PROCUREUR A LA MAR-
TINIQUE, PU18 SUPERIECR GtENRAL ET PREFET APOSTOLIQUE.





On a beaucoup 6crit sur le P. Lavalette, comme nous
l'avons dit dans la preface ; et cependant on ne sait presque
rien sur sa naissance, sur ses jeunes annees, sur sa vie
intime, sur ses derniersjours. On dit qu'il a fait le commerce
4 la Martinique, un grand commerce, et c'est h peu prs tout.
Chose strange Ceux qui ont parle de lui, a I'occasion
de ses proces, procuteurs, avocats, creanciers, negociants,
amis et ennemis, ont commis des erreurs telles qu'on se
demand comment des contemporains ont pu se tromper
b ce point. Le present travail delairera certain c6tes, les
plus important de la vie de ce religieux, l1'aide de
documents inedits ; mais il ne portera pas la lumiere
partout, tcar le P. Lavalette a pris la precaution d'enve-
lopper une parties de ses actes, et pas les moindres, d'un
mystere implnetrable. La Compagnie de Jdsus existe depuis
plus de quatre sidles; jamais aucun historien ne trouvera,
dans cette longue pdriode, un seul membre de cette Societe
qui lui resemble par le genre et l'dtrangetW des occupations.
Pourquoi? Cette histoire expliquera peut-6tre ce fait assez
normal en apparence.







- 40 -


Le P. Antoine Lavalette naquit a Martrin, dans l'ancien
diocese de Vabres, dependant aujourd'hui de l'Mvech6 de
Rodez, le 26 octobre 1708. Deux lignes de sa main A nos
Messieurs du Parlement de Toulouse pricisent le lieu d'ori-
gine, et les Catalogues de l'ordre indiquent le jour, le-mois
et I'annee de la naissance. Nos recherches pour trouver
l'extrait de naissance, n'ont pas about. CretineauJoly le
dit < issu de la famille du Grand-Maitre de Malte ,, sans
apporter une preuve 1


Oh fut-il Blev ? II1 est probable, d'autres disent certain,
qu'il fit ses 6tudes a Rodez, au college des P6res de la
Compagnie de Jesus, et que sa vocation a la vie religieuse y
germa et s'y d6veloppa. I1 entra au noviciat des Jdsuites, a
Toulouse, le 10 d6cembre 1725 2.

1. Les Catalogues de la Compagnie disent: Natus 26 octobris
1708, Ruthenis. Ailleurs, on trouve 21 octobre 1709, etla Biogra-
phie gen6rale de Firmin Didot le fait naitresle 21 octobre 1707 dans
l'ancien diocese de Vabres. Quant au lieu de la naissance, le
P. Lavalette l'a lui-meme indiqu6 dans une supplique i nos Messieurs
du Parlement de Toulouse, don't nous parlerons dans la suite : Supplie
humblement, M. Antoine Valette, prktre originaire du village de
Martrin du diocese de Vabre... I est dit 6galement dans l'extrait
mortuaire: Antoine Valette, natif du lieu Martrin, du diocese de
Vabres. ) Les Nouvelles ecclesiastiques (1762, p. 131) le font naitre h
Martrin, dans le Rouergue. Mais g6nnralement ceux qui parent de
lui, ou ignorent son lieu d'origine, ou lui en assignment un qui n'est
pas le sien. C'est ainsi que certain catalogues de la Compagnie
disent : Natus Ruthenis ; et le supplement de la Biographie uni-
verselle (T. LXX, p. 439) 6crit: ,( On ne connait pas le lieu de sa
naissance; seulement on sait qu'il 6tait Valvensis, c'est-A-dire de
l'ancien diocese de Valves, don't l'arrondissement de Saint-Affrique
format autrefois peu pros la circonscription. Dans cet arrondis-
sement on trouve des Valette et des La Valette ; leur famille est
originaire du village appel La Valette-Cornusson, et elle a produit
le Grand-Maitre de Malte de ce nom.,
2. Ailleurs on trouve : 10 octobre 1725. Cette date est inexacte.
Tous les catalogues marquent le 10 d6cembre.






- 41 -


Un homme de grand merite et de. haute vertu, le
P.Pierre-Jean Cayron, dirigeait alors cettemaisonde forma-
tion des jeunes novices de la Societh. Nomme le 5 ftvrier
1713, 1 la charge de recteur du Noviciat, il m6rita, an dire
du P. S6rane, son historien, cet dloge que la posterite a
pleinement ratified : ( C'dtait un homme admirable de sain-
tete, mais de saintete aisde, douce, affable, qu'on ne peut
s'empecher d'aimer I ,. Certains de ses confreres lui repro-
chaient ses sdverit6s exag6rdes envers lui-mgme, et ses bon-
tWs trop indulgentes, sans faiblesse cependant, avec ses
infdrieurs ; deux caracteres inddniables de la saintete, quoi
qu'on dise.
Grand fut 1'ascendant qu'il prit sur les novices, pen-
dant ses dix-huit annees de rectorat, par l'exemple vivant
de ses vertus, la varietd de ses talents, la suavit6 de sa
direction et l'elan de -son zele apostolique. < La religion,
dit un autre de ses historians, lui doit en grande parties ces
essaims d'ap6tres, qui, de la province de Toulouse, sont
all6s, en divers temps, eclairerlespoints du monde les plus
divers: la Chine, les Indes, la Palestine, I'Egypte, la Perse,
la Grece, le Canada, les Antilles 2 .



C'est dans ce milieu de futurs apotres, sous la direction

I. Vie du R. P. Cayron, de la CompagniedeJ6sus, par le P. Jean
S6rane, de la meme Compagnie, Avignon, 1767.
2. Le Serviteur de Dieu Pierre-Jean Cayron, pretre de la Compa-
gnie de J6sus, par' le P. Emile Bouniol, de la meme Compagnie;
p. 234. Le P. Cayron mourut a Toulouse en odeur de saintete,
le 31 janvier 1754. Les miracles qu'il fit pendant sa vie ne furent
pas rares, et des prodiges 6claterent A sa mort et glorifibrent sa
memoire ) (Ibid., an Lecteur, p. ix).







- 42 -


du P. Cayron, ce maitre accompli de la vie spirituelle, que
Lavalette devait passer deux annees deformation religieuse,
dans une profonde et came retraite.
Lavalette, Age de dix-sept ans, arriva a Toulouse avec
la reputation d'une intelligence d'dlite, d'un caractere
entreprenant, d'une volonte ferme et persdvdrante. 11
venait de terminer son course de philosophies. I1 se present
sous le nom d'Antoine Valette. Un antre novice, entr6
avant lui dans la Compagnie, portait le mgme nom. POUr
les distinguer, le P. Cayron appela le nouveau venu Lava-
lette. Ce nom lui est rest, bien qu'il signe souvent ses
lettres et quelques pieces importantes de son vrai nom 1
Le jeune Lavalette n'apportait pas seulement h la Compa-
gnie de belles qualities, il apportait aussi ses defauts. Dans
sa riche nature, il y avait beaucoup a former et A refor-
mer. Vif, impetueux, d'une humeur agitee, aimablement
imperieux, porter aux exces, ayant besoin de movement et
de vie, la discipline du noviciat, discipline rigendratrice du
vieil homme, dut 6tre pour lui une dpreuve dure.
Le P. de Ravignon a dit dans l'Existence et l'Institut des
Jesuites : b Le noviciat est le foyer ou le fer s'amollit pour
reprendre un nouvel etre ; c'est la lime qui degrossit, qui
te la rouille, qui prepare l'instrument et le remet utile entire
les mains de l'ouvrier, du divin maitre ,. Le noviciat de

1. Dans les catalogues de la province de Toulouse, a laquelle il
appartenait, on lit tant6t Valette, tantbt La Valette; dans ceux de
la province de France, on 6crit Lavalette et quelquefois de Lavalette.
Dans le course de ses process, son nom fut imprime differemment:
Lavalette, La Valette, de Lavalette, de la Valette. Nous avons adopted
I'orthographe Lavalette, parcequ'il est appel6 plus gen6ralement de
ce nom. C'est lui-meme qui nous apprend dans sa supplique aux
Messieurs du Parlement pourquoi on modifia son nom au noviciat.
Le P. Lavalette fit sa profession des quatre voeux dans Flglise
paroissialede Saint-Pierre, a la Martinique, le 2 f6vrier 1745, etsigna
sa profession: Antonius Valette.






- 43 -


Toulouse fut cela pour Antoine Lavalette; Sous la direction
sage et suavement impulsive du P. Cayron, ses facultds se
developp6rent merveilleusement ; en m6me temps, il se fit
en lui une transformation puissante, qui l'affranchit pour
longtemps des defauts saillants de son caractere et de son
temperament. 11 prononca ses voeux simples de religion,
a la fin de ses deux ann6es de probation. le 10 dicembre
1727.



Deux anndes de professorat & Saint-Flour, et deux autres,
au college de Tournon, consacrdes 6 I'etude de la philoso-
phie et des math6matiques 1, affermirent oeuvree laborieuse
du noviciat. II sortit des etudes scientifiques, apres un
examen s&evre sur les matibres enseigndes, I'Ame prdparte
pour la lutte.
Pendant trois ans il professa les classes de cinquieme, de
quatrieme et de troisieme au Puy et A Tournon, puis les
humanities et la rh6torique au college de Rodez, laissant
partout, dans le souvenir de ses disciples, la reputation
d'un maitre distingud et d'un ap6tre.
A l'Age de vingt-neuf ans, il commence sa thdologie au

1. Le jeune Lavalette eut pour professeur de philosophies, a Tour-
non, le P. Guillaume Puech, n6 au diocese de Saint-Flour, le 29 juin
1692, qui devint plus tard Maitre des Novices a Toulouse; et pour
professeur de sciences, 1'illustre P. Antoine Cavallery, qui composa
des dissertations- sur la cause de la diaphaneite et de l'opacit6 des
corps, sur la cause de la chaleur et de la froideur des eaux mind-
rales, sur 1'origine des fontaines, enfin sur le flux et le reflux de la
mer. Ces differentes pieces remporthrent le prix & I'Academie royale
des sciences A Bordeaux. I1 composa aussi un trait de thdologie sur
Jesus-Chrit, fils de Dieu ; il Atait alors professeur de thdologie A
l'Universit6 de Toulouse. N6 h Bayonne le 22 novembre 1698, il y
mourut en septembre 1765.







- 44 -


college Louis-le-Grand, a Paris. C'est l1 que les Provin-
ciaux du Midi envoyaient l'lite de leurs sujets-t.



Des maitres distinguds, Augustin Souciet, Charles Mer-
lin, Guillaume Frangois Berthier, Claude Herv4 de Mon-
taigu, Pierre-Francois de Saint-Jean et Francois Nicolas
Clignet, occupaient A cette epoque les chairs de th6ologie
scolastique, de thdologie morale et d'Ecriture sainte (1737-
1741).
Le P. Augustin Souciet, 6rudit et linguiste, parlait faci-
lement sept langues ; I'abbW Lebeuf l'appelle dans ses
LETTRES Septilinguis2. II 4crivait dans les Memoires de Tre-
voux, oil ses freres, Etierine et Jean, 4taient deux des prin-
cipaux collaborateurs.
Charles Merlin et Guillaume Berthier sont connus, le
premier par ses 6tudes sur la Bible et ses dissertations sur
les Saints-PNres, le second par ses nombreux travaux sur
les sujets les plus varies ; charge de la direction des
Mmnoires de Trdvoux de 1745 a 1762, il devint. apres la dis-
persion de la Compagnie de Jdsus, conservateur de la

1. Le P. Antoine Lavalette, de son vrai nom Valetle, ne a Mar-
trin, le 26 octobre 1708, entr6 au noviciat a Toulouse, le 10 decembre
1725, fit ses veux simples le 10 d6cembre 1727, puis enseigna les
classes inf6rieures de grammaire a Saint-Flour (1727-1729), 6tudia
deux ans la philosophie et les math6matiques a Tournon (1729-1731),
professa au Puy la quatribme (1731-1732), a Tournon la troisi6me
(1732-1733), a Rodez les humanit6s (1733-1734) et la rh6torique
(1734-1737), enfin il suivit quatre ans les course de th6ologie au col-
16ge de Louis-le-Grand, a Paris (1737-1741), fut ordonn6: pr6tre en
1741, partit I'ann6e suivante pour la Martinique, apr6s sa troisitme
annee de probation, et prononca ses vceux solennels de profbs le
2 f6vrier 174i, dans 1'6glise paroissiale de Saint-Pierre-de-la-Marti-
nique (Arch. S.J.).
2. T. II, p. 453.







45 -

Bibliotheque royale et fut adjoint & .l'ducation de
Louis XVI et de son frere.
Francois de Saint-Jean et Herv6 de Montaigu furent
beaucoup moins ficonds que Merlin et Berthier. Le P. de
Saint-Jean cultivait de pr6f6rence l'ascdtisme; il composa
sur les vceux simples de son ordre une tongue disserta-
tion de plus de cent quatre-vingts pages. Aprls l'avoir lue,
le P. Dubois, assistant de France B Rome, lui 6crivit le
2 fevrier 1736 : Elle servira de digue a la desertion don't
nous g6missons ,,. Le P. de Montaigu, moins ascete que
son coll6gue, aimait k se delasser dans la podsie et quelques
compositions littdraires, des etudes parfois arides de la
theologic scolastique.
Enfin le P. Francois Nicolas Clignet, professeur de theo-
logie morale, enseigna pendant trente-sept ans cette science
sacree. ( II l'avait, dit son historien, fouillee, scrutee,
approfondie; aussi dtait-il souvent consult, et i ses nom-
breux consultants il apportait la lumiere 1 ,.
A la tete de ces professeurs illustres se trouvait le
P. Jean-Baptiste Pinguet de Belingan, recteur du Coll6ge
Louis-le-Grand, don't les muvres spirituelles, retraites,
meditations et considerations, eurent tant de lecteurs et
furent si souvent reimprimees.


A pareille cole, sous la direction savante de tels maitres,
I'esprit superieur du P, Lavalette, avide de savoir, ne put
que r6aliser la pensee de saint Ignace, qui veut des
hommes solidement instruits, merchant d'un pas assure
dans les voies de la v6rite, ne restant point en arriere de

1. Theologiam moralem sedula 37 annorum investigation peni-
tus rimatus multis consulentibus lucem pretulit (Litt. ann. Prove.
Franciae, an. 1742).






- 46 -


leur siecle, le devancant mdme, si possible, ou, du moins,
le suivant et I'aidant dans sesprogres.
L'etude de la thdologie, de l'Ecriture Sainte et du Droit
canon l'occupa quatre ans, et, en 1761, il subit avec hon-
neur les 6preuves qui couronnent la formation intellec-
tuelle du religieux de la Compagnie, 1'examen g6ndral sur
I'universalith des sciences philosophiques, physiques et
theologiques.
Les etudes sont terminkes, les anndes d'enseignement
litteraires sont accomplices; Lavalette est ordonne pretre,
il a trente-trois ans d'age et seize annees de vie religieuse.
Quelle sera maintenant sa destine?




Dans son Memoire pour les Jdsuites de France, le
P. Antoine de Montigny, procureur de la Province de France,
a Paris, 6crivait: (< Le P. Lavalette, Age de trente-trois ans,
venait de finir ses etudes de thdologie, lorsqu'il se sentit
appele aux Missions de l'Amerique meridionale. II obtint de
ses superieurs la permission de s'y consacrer et il passa a
la Martinique en 1742 1 ,.
L'appel de ce religieux aux Missions ne dut pas 6tonner
les superieurs. Sa nature impetueuse, agit6e, rAvant grand,
n'aurait-elle pas 6te trop a l'6troit, en France, entire les
quatre murs d'une paisible residence ou d'un college
bruyant? II se prepare, dans la retraite et le recueillement

i. Ce manuscrit de 116 pages, conserve aux Archives de la Compa-
gnie et compose en 1760, a pour titre: <, Memoire pour les Jesuites
de France condamn6s solidairement par une sentence des juges et
consuls de Paris du 30 janvier 1760, A payer la some de 30.000 1.
dies en vertu d'une lettre de change tire par le P. Lavalette, supe-
rieur des Missions aux Isles du Vent. )






- 47 -


d'une troisi6me annie de noviciat, aux travaux penibles et
eprouvants de l'apostolat, et, en 1742, il s'embarque pour
l'Amerique.


Le P. Bernard Prieur, visiteur aux les du Vent en 1734,
gouvernait depuis deux ans la Mission de la Martinique.
11 recut le P. Lavalette a son arrivee b Saint-Pierre, et,
quelquesjours apr6s, il l'envoya & la cure de la Guadeloupe,
pour y faire l'apprentissage de la vie de missionnaire.
L'annte suivante, il passa au P. Guillaume Guillin l'admi-
nistration g6n6rale de la Mission, et lui-mgme prit la direc-
tion de la maison de Saint-Pierre.


N6 A Sens en Champagne, le 11 avril 1688, le P. Guillin
6tait entr6 au noviciat de la Compagnie, le 24 octobre 1707.
Aprbs six ans de professorat dans les colleges de France et
sept ans d'6tudes philosophiques et th6ologiques, il se
rendit a la Martinique, oi bient6t il se rev6la apbtre.
Homme d'action, d'un d6vouement a toute 6preuve, plus
judicieux qu'intelligent, plus pieux qu'instruit, il fut place
A la tate de la Mission en 1732, et la dirigea pendant huit
ans. Apres une interruption de trois ans, de 1740 & 1743, il
fut Olu de nouveau sup6rieur general, avec.le titre de pr&-
fet apostolique I. C'est lui, qui devait exercer sur l'avenir
du P. Lavalette.une influence decisive.

1. Le. P. Guillaume Guillin, apr6s deux ans de noviciat, dtudia
trois ans la philosophies et quatre ans la thdologie, professa six ans
les classes de grammaire et les humanitds, et arriva & la Martinique
en 1723. Les notes que nous avons trouvees surlui, portent : a Inge-
nium sat bonum, judicium sat bonum. Ad virtutes pacificas natus -
profectus mediocris in litteris, etc. Talentum ad regimen, dum
per vires licebat., (Arch. gen. S. J.). M. de Beauharnais, gouverneur,







.-. 48 -


II avait fait sa connaissance a la maison de Saint-Pierre,
I'ann6e pric6dente. Le P. Lavalette l'avait s6duit par son
talent, son caractere, ses manieres attachantes; il vit, d6s
cette 6poque, en lui, une gloire pour la Mission, peut-6tre
son successeur. Aussi, a peine nomm6 superieur, il le
rappela de la Guadeloupe et lui donna provisoirement la
direction de la paroisse du Carbet.
Le Carbet est aujourd'hui un gros bourg, de 3.500 habi-
tants, au sud de Saint-Pierre, sur la c6te occidentale de la
Martinique. Au milieu du xvrIe sikcle, ce n'6tait qu'un
simple village, oil s'1levaient, d'un c6te, les habitations des
Francais, et de l'autre, de nombreuses cases de nbgres. Les
Francais employaient ces derniers h la culture de la cane
a sucre, du cafe et du manioc, h la fabrication du tafia et
aux durs travaux de la champagne.

6crivait de la Guadeloupe au Ministre de la marine, a la date du
15 sept. 1751 : ( Autrefoisleurs sup6rieurs (des J6suites et des Domi-
nicains), except les Capucins, 6taient pr6fets apostoliques ,. Mais
cette dignity a 6tW confiree chaque fois au nouveau sup6rieur pour
le temps de sa charge. En 1752, les Capucins obtinrent aussi de Rome
pour le sup6rieur de leur mission aux Antilles le titre de pr6fet apos-
tolique. Le Ministre de la marine le fit savoir A MM. de Bompar,
gouverneur, et Hurson, intendant, par cette d6p6che du 13 septembre
4752: Les Capucins de la province de Normandie qui desservent la
Mission de cet ordre aux Iles du Vent, ayant obtenu un bref du Pape
qui donne aux religieux de cette Mission le pouvoir d'y administer
durant vingt ans le sacrement de la confirmation, j'ai diff6r6 de leur
procurer la permission d'en faire usage jusqu'A ce que les JBsuites et
les Dominicains en eussent obtenu de semblables. Comme le Pape
les leur a accords, les superieurs des trois Ordres A la Martinique
doivent s'adresser A vous pour pouvoir en fire usage. Et l'intention
du Roy est que vous les y autorisiez par une permission par 6crit
que vous ferez enregistrer aux deux conseils sup6rieurs. Mais vous
observerez, s'il vous plait, que cet arrangement doit etre concert
entire les trois pr6fets apostoliques de maniere qu'il soit annonc6 en
meme temps dans routes les paroisses des trois Ordres ,. (Archives
des Colonies; Minutes des lettres. Amerique. S6rie B. vol. 95).







- 49 -


Ces deux 61lments de la paroisse du Carbet, les colons
et les noirs, vivaient dans l'union et la paix, grAce au zMle
du missionnaire, qui exhortait les Fransais & traiter les
n6gres avec bontd, et apprenait a ceux-ci l respecter
leurs maitres et a leur obeir. Ils formaient toutefois deux
dglises s6pardes, et chaque dglise avait ses offices religieux,
ses instructions, ses catchismes, ses pratiques. Presque
tous les noirs, convertis au christianisme, se montraient
fiddles a leurs devoirs; tous trouvaient dans le pretre
conseil et appui.


(( Le P. Lavalette, dit le P. de Montigny, fut employee a
la Guadeloupe, comme tous les nouveaux missionnaires, a
precher, B confesser, A instruire les n6gres 1 ,. Au Carbet,
il remplit le meme minister, tout en s'occupant des fran-
cais r6sidant sur la paroisse. Cette function, tout obscure
qu'elle parait, lui procurait des relations continuelles avec
tout ce qu'il y avait dans la colonies d'habitants plus distin-
guds et plus au fait de la question des diffdrentes esptces
de biens qu'on y possede2 ,. Pen a peu il s'int6ressa aux
cultures, aux fabrications, aux choses du commerce; son
esprit curieux et chercheur prenait plaisir a tout savoir. II
interrogeait, il examinait, il se renseignait sur les exploi-
tations, les denrdes coloniales, le commerce aux Il, l'ex-
portation et la vente A l'dtranger.
II avait une tell puissance d'assimilation, une tell apti-
tude aux affaires, qu'il put bient6t s'exprimer sur tout en
connaisseur. Chacun crut alors apercevoir en lui du talent
pour ce genre d'occupation 3 ,. On en parla au P. Guillin,

1. Mdmoire in6dit du P. de Montigny.
2. Ibid.
3. Ibid.
Le P. Ant. Lavalette a la Martinique. 4









qui, depuis quelque temps, avait rduni dans sa main la
double administration du spiritual et du temporel de la
Mission. Ce fardeau etait bien trop lourd a son Age; et un
long sejour aux lies, joint aux fatigues d'un travail excessif
avait gravement alterd sa sante. II crut que la Provi-
dence, lui fournissant un sujet capable de le soulager, il
fallait ceder aux conseils de ses amis et se decharger de
l'administration du temporel. II le fit en nommant le
P. Lavalette pour son procureur, et ce choix, auquel il se
d6termina, fut g4ndralement applaudi1 ,.



Le P. Lavalette quitta le Carbet vers la fin de 1746 et
s'4tablit a Saint-Pierre, oil il exerqa la charge de ministry
et celle de procureur. Ce n'dtait pas trop pour son activity;
mais n'y eut-il pas imprudence, involontaire sans doute, de
la part du P. Guillin, a lui confier deux functions, que l'Ins-
titut a, pour cause, soigneusement separ6es, et qui allaient
le mettre, h la fois, a l'abri de tout contrl6e financier et de
toute surveillance religieuse ?...
(( Ce PNre, 6crit encore le P. de Montigny, etait d'un
caractere actif, insinuant, port naturellement a obliger.
Bient6t, par ses manieres et ses bons offices, il gagna la mul-
titude, et s'acquit meme une grande consideration aupres du
gouverneur, de l'intendant et des principaux habitants de
File. Chacun avait recours a lui et personnel n'avait lieu de
se repentir de lui avoir donn6 sa confiance. On pourrait
citer plusieurs officers de marine, a qui dans leurs besoins
il a rendu des services essentiels 2 .

1. MAmoire inddit du P. de Montigny.
2. Ibid.


- 50 -







- 51 -


Le P. de Montigny, qui nous fournit ces renseignements,
jouissait de l'estime de sa province par sa valeur person-
nelle et l'exemple de ses vertus. Dans tous les emplois qu'il
remplit comme professeur et directeur des Ames, il montra
de rdelles qualities de l'esprit et du cceur. Maitre es arts,
ancien professeur de belles-lettres, de rhetorique, de philo-
sophie et de thdologie morale, il exerga encore, pendant
sept ans, un ministbre des plus delicats: il dirigea une
maison de retraites A Vannes, et 1l il se fit connaitre comme
un maitre accompli de la vie spirituelle. C'est dans cette
maison de paix et de pidte qu'un ordre du Provincial l'appela
A Paris pour le mettre a la tate de la procure de la pro-
vince de France, en 1756. On lui reconnaissait g6nerale-
ment des aptitudes speciales dans le maniement des
affaires: Aptissimusnegotiiset rebus temporalibus gerendis 1.
Ces aptitudes dtaient assurement relatives, c'est-a-dire,
compares a celles de ses confreres; car il ne faut chercher
dans les congregations, ni le commereant, ni le financier,
ni l'homme d'affaires: le religieux possddant ces qualit6s
n'existe pas.
Nommi procureur de la province, le P. de Montigny fut
amen6 & connaitre, en vertu de sa charge, le caractere et les

1. Le P. Antoine de Montigny, nd & Vannes le 9 d6cembre 1694,
entr6 au noviciat de la Compagnie le 13 octobre 1710, profs des
quatre voeux le 2 f6vrier 1728, maitre 6s arts, enseigna six ans, les
humanit6s, un an la rh6torique, quatre ans la philosophies, trois ans
la theologie morale, enfin, apres avoir dirigd sept ans la maison de
retraites a Vannes, il fut nomme procureur de la province de France.
Voici, sur ce Pbre, les notes de ses sup6rieurs envoyees a Rome:
o Ingenium optimum, judicium certum, prudentia magna. Aptissimus
negociis et rebus temporalibus gerendis, aptus quoque ad spiritulia ,.
(Arch. gen. S. J.).


.......,
r~~.- L-C Ll;i.... Ic -~,r;~*L~sc~jmtr;rr~ca~r







- 52 -


dons naturels du P. Lavalette; aussi, dans son Mdmoire,
fait-il de lui un portrait ressemblant.



Le P. de Sacy, procureur de la Mission des Iles du Vent,
le connaissait mieux encore, et il ne craint pas de l'appeler
un homme rare. (( Le P. Lavalette, dcrivait-il aux
MM. Lioncy i Marseille, .est de ces hommes rares avec qui
l'on vit volontiers, qu'on goite toujours de plus en plus, et
don't on ne se spare jamais qu'avec un extreme regret 1 .
Apres avoir cit6 le P. de Sacy, M. Le Gouvd, avocat des
Lioncy centre le general de la Compagnie de Jesus, ajoute:
( .11 parait que tons ceux qui ont connu le P. Lavalette
s'accordent h reconnaitre que nul ne possede h un plus
haut degrd les dons de l'esprit, cet art exthrieur qui persuade
et qui attache ,.



G C'est de tous les Jdsuites que j'ai connus, ecrivait un
negociant de la Martinique, celui qui a le plus de jeu et
d'agriment dans l'esprit, qui a les manieres les plus douces
et les plus insinuantes... Personne encore n'a mieux
possed' l'art de manier les esprits, de les flachir, de les
turner a son gre, de les amener h son point. Vous trouve-
riez en lui toutes les qualit6s qui font le grand homme,
agrdable a la society, utile a sa compagnie, cher h ses amis,
respects de ses envieux... On ne pent rien voir de plus
admirable que l'6tendue de son genie... Ce qu'il y a de
plus merveilleux, et qui semble former son principal

1. Plaidoyer pour le syndic des creanciers des sieurs Lioncy freres
et Gouffre, n6gociants h Marseille, contre le general et la society des
Jesuites, par Le Gouve, avocat, p. 42.
2. Ibid., p. 2.






- 53 -


caractere, c'estnune penetration et une presence d'esprit a
qui rien n'6chappe' ,.



Ce merveilleux charmeur conquit done vite, a Saint-
Pierre, les sympathies de la colonie. II en fut l'idole. Et,
en mAme temps qu'il s'attirait aupres des s6culiers l'estime
g6nirale et une affectueuse admiration, il remplissait a la
Residence ses functions de ministry et de procureur avec
une intelligence suplrieure et beaucoup d'activitd. En peu
d'annees, il devint le jesuite de la Mission le plus en vue ;
chacun le ddsignait comme le successeur du P. Guillin;
ses confreres eux-mgmes, la plupart du moins, le desiraient.
Aussi le d6signa-t-on, en 1752, an R. P. General pour
remplacer le P. Guillin, qui ne pouvait plus remplir utile-
ment les functions de superieur general, a cause de ses
nombreuses infirmities.
Le gdndral Ignace Visconti, issu d'une grande famille
milanaise, gouvernait la Compagnie depuis le 4 juillet de
l'annee prdc6dente. 11 prit, ainsi que l'Institut l'ordonne,
les informations necessaires sur le sujet propose ; il 6crivit
a la Martinique et a Paris. Les consulteurs de Saint-
Pierre furent appelds k donner leur avis. Le P. Mathurin
Germain le Forestier, provincial de France, et ses con-
sllteurs envoyerent, de leur c6tW, i Rome, leurs suffrages
motives.



La, toutes les lettres d'informations furent decachetees,
lues, examiepes. Une du P. Guillin, et une autre du

i. Lettre d'un n6gociant de la Martinique, ecrite de Saint-Pierre
& M. B... A Lyon, pour justifier les operationsdu P. Lavalette,
pp. 18 et 19.


tIie ., ___ .


-i.;.=


P;,,_;~;~nbl.~i~in~R~le~krb~i~fll~B~~


?







- 54 -


P. Frangois Marchal, date de Saint-Pierre (26 f6vrier 1753),
sont conserves aux archives de l'Ordre.
Celle du P. Marchal renferme deux parties tres
distinctes.
La premiere parties 6numbre les dons et belles qualit6s
de P. Lavalette: II est dou6 d'un grand talent, cultive
par l'6tude des belles-lettres, de la philosophies et de la
theologie; habile, industrieux, perspicace dans les affaires,
d'une sant6 robuste, z6l1 pour le salut des ames, tres ser-
viable et charitable, il est aimed des autoritis civiles de la
Martinique; enfin, il a toutes les qualitds requises pour un
sup6rieur.
La second parties est 6crite sur un ton different. Elle
signal des lacunes, quelques ddfauts saillants. Les qua-
lites du P. Lavalette ne sont pas arrivees a leur pleine
maturity; de plus. il est vif, acerbe parfois, agit6, auda-
cieux et temiraire ; il est trop entreprenant, il roule dans
sa tate des projects trop vastes.
Tout cela est dit avec sagesse et measure : mais, sous les
formes adoucies, on devine le fond de la pensee. Le por-
trait du P. Lavalette est fait par un artiste, qui a bien
6tudid son sujet et qui le reproduit fidelement; iln'embellit
pas, il ne ddpare pas, il peint d'aprbs nature.
Le P. Marchal termine le portrait du P. Lavalette par
cette ligne suggestive : le Pere n'est pas encore mur pour
le gouvernement de la Mission ; apres quelques anndes, il
y sera plus apte, plus idoine: aptum et idoneum magis
regimini. Ii ne dit pas qu'il y sera apte; il y sera plus
apte que maintenant, rien de plus .

1. Lettre du P. Marchal, date de la Martinique, 26 f6vrier 1753, et
adress6e au G6n6ral: ( P. Antonius Lavalette, ex provincia Tolosana,
annos natus circiter 40, undecimum agit annum in hac missione...
Tradita est ei parcecia hinc distans duabus leucis, quam optimb admi-






- 55 -


Le P. Marchal Atait un des plus anciens missionnaires
de 'ile, et, d'apres les notes de ses sup6rieurs conserves
aux archives de l'ordre, un religieux d'une prudence remar-
quable, d'une grande experience et d'un jugement tres sdr.
Les notes ajoutent: ses talents le destinaient a remplir avec
honneur les plus hautes charges de la Compagnie: prce-
clara talents ad omnia ministeria societatis, etiam ad scien-
tias et regimen. Mais il prefdra, h la Martinique, se consacrer
tout entier a la conversion et au salut des n6gres. C'est a
la paroisse du Carbet qu'il passa la plus longue parties de sa
vie de missionnaire; en mmme temps, il remplissait I Saint-
Pierre lesfonctions de Ministre. Quand le P. Lavalette fut
rappeld de la Guadeloupe par le P. Guillin, le P. Marchal
lui cdda d'abord le Carbet, puis la charge de Ministre; et,
nomme consulteur de la Mission en 1745, il conserve jus-
qu'a sa mort ce poste de confiance, tout en continuant a
donner son temps et le reste de ses forces 4puisees a l'apos-
tolat des Negres de Saint-Pierre1.

nistravit. Ind6 post duos annos revocatum, P. Superior ilium nomi-
navit ministrum hujus domus, et simul commisit illi rem temporalem
hujus missions curandam. Hoc duplex munus etiam nunc gerit.
(( Multo pollet ingenio, tum humanioribus litteris, tunm philosophic
et theologies studiis exculto. Solers, industries et perspicax in nego-
tiis tractandis. Robust viget corporis constitution. Zelum habet
ingentem animarum et stadium ardens official quaelibet prwestandi
proximo, sive in consiliis opportune dandis, sive in sublevandis indi-
gentium miseriis. Saecularibuspotestatibus charus est, quarum saep
opem sollicitat felici success in variis multorum calamitatihus.
Denique parties illas omnes complectitur et dotes, que in superior
requiruntur.
Sedillis dotibus maturitasaliqua mihi videtur deesse; ingenium
est, sed vividum nimis, et quandoque aliquanto acrius. Industria et
sagacitas in rebus agendis, sed quandoque turbulentior; nimia mihi
moliri videtur, nec se justis semper limitibus coercet.
Superioritas post aliquot annos dilata aptum ilium et idoneum
magis inveniet regimini. ,
1. Le P. Francois Marchal, n6 i Metz le 25 septembre 1691, entra


-,~-rurarr----ru- r.r : -rrz,~ 2 r0~.-1-I--;' -c- -;r I-:---j






- 56 -


Le P. Marchal, bien sup6rieur au P. Guillin par l'intel--
ligence, n'avait cependant pas son experience dans le gou-
vernement. Ses informations concluaient a l'ajournement
du P. Lavalette comme supdrieur; le P. Guillin, plus judi-
cieux peut-4tre, ne le jugea pas assez apte k gouverner. II
lui reconnaissait sans doute les vertus et les qualities qui
font le bon sup6rieur, surtout la vigilance et la fermete
dans le maniement des affaires; mais il administrera la
Mission, disait-il, par des vues humaines et politiques; il
s'occupera plus du temporel que du spiritual; puis, dans
tout ce qu'il entreprend, il a trop de confiance en lui-
mrme ; et chaque jour il se jettera dans de nouvelles entre-
prises, s'il n'a pas aupris de lui un superieur prudent
pour l'avertir et le retenir 1.
La lettre d'information du P. Guillin content cette

au noviciat de la province de Champagne le 23 juillet 1708, et, apris
avoir tW professeur de grammaire et d'humanites, puis plusieurs
ann6es professeur de rhetorique a Auxerre et a Autun, il fit sa theo-
logie a La Fleche et A Paris et partit en 1723 pour la Martinique. De
1732 A 1745 il est missionnaire au Carbet et en meme temps ministry
a Saint-Pierre. Les notes envoy6es au Gdn6ral par ses supdrieurs sont
routes exceptionnelles: (( Ingenium praeclarum, judicium optimum,
prudentia ef experientia magna et maxima, talentum adomnia minis-
teria societatis, etiam ad scientias, et ad regimen. ,
1. <, P. Antonius Lavalette, procurator hujus domius habet qui-
dem permultas virtutes et dotes egregias quae bonum superiorem
efficient, imprimis vigilantiam et fortidudinem in tractandis negotiis.
Verim humana et political ratione gubernaturus videtur, plusque res
temporales quam spirituales curaturus. Adde quod sit in re quavis
suscipienda just confidentior, sicque A natural comparatus ut nova
quotidie susciperet, nisi prudens superior monitionibus ejus modum
imponeret. UndB fieret ut domus nostra etsi in dies locupletaretur,
aere tamen alieno semper implicaretur. Propter quod P. Lavalette
minus aptus ad gubernandum videtur n (Lettre au R. P. G6n6ral;
fevrier 1753).






- 57-


rdflexion, qui semble prophetique :avec son besoin defaire-
chaque jour du nouveau, le P. Lavalette pourra bien enri-
chir chaque jour la residence, mais, en meme temps, il l'en-
dettera toujours de-plus en plus.
Le P. Guillin dtait done-plut6t oppose & la nomination
du P. Lavalette, et le P.-Marchal pensait qu'il fallait
attendre.


A l'exception de ces deux PNres, les autres missionnaires
de la Martiniqueet leurs amis, le provincial de Paris et ses
conseillers ecrivirent i Rome des lettres favorables < tres
elogieuses, sans restriction d'aucune sorte. Les informa--
tions, qui venaient du dedans et du dehors au Provincial et
au Gen6ral, dit le P. de Montigny dans son Mdmoire, repr6-
sentaient le P. Lavalette comme tres capable de remplir la
function de supdrieur general, et comme celui de tous les
missionnaires de la Martinique le plus capable de la rem-
plir I ,.
Le P. de Montigny ajoute : ( Les superieurs pouvaient-
ils prudemment faire autre chose que de le nommer? ?
Le gdndral Visconti le nomma, au mois de mai 1753,
superieur g6enral de la Mission des lies du Vent et prefet
apostolique.


Chaque sup6rieur de la Compagnie* a toujours.aupres de
lui un admoniteur et un Conseil. L'Admoniteur a charge de
l'avertir, s'il y a lieu, et le Conseil donne son avis sur ce

L Avant de nommer un superieur, le G6ndral de la Compagnie
prend toujours des renseignements sur le sujet qui lui est propose
ou indiqu6, si le sujet ne lui est pas on pas assez connu. Ainsi fait
1'4glise pour la nomination des lveques, etc.





- 58 -


qui concern l'administration et les affaires temporelles. Si
le superieur reste juge de sa determination derniere, du
moins doit-il prendre et recevoir les conseils.
Le P. Lavalette fut soumis au contrble rdgulier et ordi-
naire, marque dans les regles, et, par une coincidence qui
s'explique, le P. Guillin fut nommd admoniteur et le
P. Marchal un des conseillers de la Mission.


Devenu superieur, le P. Lavalette se r6serva, avec le
gouvernement religieux, I'administration temporelle, con-
centrant ainsi dans ses mains tous les pouvoirs, loin de
la Metropole, loin de Rome. II faut, du reste, reconnaitre
qu'il eit 6te difficile a tout autre que lui de se tirer des
affaires multiples et importantes, oit comme procureur, il
s'6tait impliqud depuis plusieurs annees, et qu'il n'avait
pas termindes 1.
Sa jurisdiction, en 1753, s'6tendait sur la Martinique, la
Guadeloupe, la Dominique, la Grenade et les miles environ-
nantes.

1. (< Multis et gravibus se negotiis implicuit, quae ad rem hanc
domesticam pertinent et supersunt infecla. His difficillim6 se extri-
caret qui succederet illi procurator n (P. Marchal, 26 feb. 1753, ad
R. P. Generalem. Arch. S. 7).











CHAPITRE SECOND


CONSTRUCTIONS, ACHATS ET EMPRUNTS DU P. LAVALETTE.





Le P. Marchal dcrivait au g6enral Visconti, en 1753,
que le P. Lavalette format dans sa tete des projects trop
vastes. Les connaissait-ils tous ? On peut certainement en
douter.
Le P. Lavalette les a rev6les dans un Mimoire justifica-
tif, adresse d'Amsterdam (1763) au R. P. G6ndral Laurent
Ricci, et conserve dans les archives de l'Ordre. Les r6v6la-
tions sont loin d'etre completes; la verit6 y fait souvent
defaut; c'est un essai de justification. Mais le Mimoire
raconte des choses qu'on ne trouve pas ailleurs, ni dans les
lettres et documents inedits, ni dans les brochures et les
livres de 1'dpoque. Aussi est-il d'un intdrdt rdel.





< Au mois de novembre 1747, dit le P. Lavalette, le
P. de Piochet I ayant entierement perdu la vue, je me vis

1. Le P. Pierre Hyacinthe de Piochet, ne le 19 d6cembre 1703, entra
dans la Compagnie le er mai 1721 et arriva h la Martinique en 1736.
11 fut d'abord missionnaire, puis procureur de la maison de Saint-
Pierre et de la Mission. En 1744, il perdit la vue et ne resta procu-
reur que de nom. Le P. Guillin s'occupa des lors du temporel en
meme temps que du spiritual de la maison ; mais, peu entendu dans






- 60 -


oblige de ceder aux instances du P. Guillin supdrieur gdnd-
ral, et de me charger de la procure de la Mission... D6sque
j'entrai dans le detail de mon nouvel emploi et que je vou-
lus connaitre l'dtat de la Maison, je me vis dans des embar-
ras qui m'effrayerent. La Maison n'avait aucune provision
ni pour les Jdsuites ni pour les Negres, la lingerie etait
sans toiles et sans 6toffes. Des trois cases a bagasse que
nous avions, deux avaient Wtd brildes ; les incendies dans
nos batiments et cannes dtaient devenus tres frequents,
sans qu'on pdt en connaitre la cause, et, par consequent, les
6viter; la maison avait besoin d'une couverture; une pur-
gerie absolument n6cessaire etait 6tangonnee en dedans et
en dehors, la vinaigrerie tombait en ruines 2, les citernes
perdaient le cirop et les 6cumes, la gragerie n'dtait pas en
meilleur etat3, deux de nos maisons a loyer dtaient
vacantes, personnel n'osant y entrer de crainte d'y etre
enseveli sous les ruines. On tenait a loyer une habitation
a vivres au Precheur; cinquante negres et un dconome, qui
y 6taientemploy6s, coutaient en nourriture, gages et droits,
de dix douze mille livres et sept mille qu'on donnait pour
le prix du bail. et cette habitation ne rendait pas en manioc

les affaires, comme, du reste, le P. de Piochet, la Mission s'endetta.
En 1748, le P. de Piochet rentra dans sa province de Lyon et fut
envoy au college de Chamb6ry, oui il vecut de longues annees. II
passait des journ6es entieres au confessional.
1. (( Une case a bagasse est un magasin oi on met le bois de la
canne A sucre pour le laisser secher. C'est le bois qui se nomme
bagasse et que l'on brdle A la fin de chaque annee pour faire bouil-
lir les chaudibres dans les sucreries. (Lettres sur les operations du
P. Lavalette, p. 14).
2. ,, Une vinaigrerie est un bAtiment propre pour la fabrication
du tafia, liqueur semblable a I'eau-de-vie. Elle est tire des parties
les plus grossi6res du jus de la canne a sucre. ) (Ibid., p. 13).
3. Gragerie, batiment ou I'on rape avec la grage le manioc pour
le mettre en farine. La grage est I'outil don't on se sert.







.- 61 -


le tiers de ce qu'il en cottait. Je vis sur les livres que, bien
loin qu'on put vendre de la farine, comme tout le monde
et moi-meme l'avions cru, on en achetait depuis deux ans
pour quinze ou dix-huit mille livres chaque annie. Nous
4tions en temps de guerre, et les revenues de la maison
n'allaient pas a 60.000francs, et la d6pense indispensable,
vu la chert6 de tout, allait a plus de 100.000 francs; et pour
faire les reparations et les provisions n6cessaires, il fallait
au moins 150.000 livres. ,


Cette situation inquidtante du temporel de la Mission
n'6tait pas le fait du P. Lavalette. Ses pr6d6cesseurs a la
procure de Saint-Pierre avaient, par lear incurie ou par
leur insouciance et plus vraisemblablement a cause de
leur ignorance des affaires, de leurs infirmitis et des occu-
pations multiples du ministbre, laisse les immeubles se
det6riorer et meme devenirinhabitables. Les finances 6taient
dans le plus lamentable 6tat 1.


Cependant, la justice nous fait un devoir d'etre indul-
gent envers les procureurs de la Martinique; car. en fait
d'administration temporelle, la boutade de Guillaume de
Lamoignon sur les J6suites n'est, que trop vraie: << II fau-
drait, disait-il souvent, les traiter comme des enfants et

1. On lit dans un Memoire sur le -P. Lavalette, don't nous parlerons
au chapitre suivant: < Le P. Lavalette, en entrant dans l'adminis-
tration du temporel de la maison de Saint-Pierre, le trouva en fort
mauvais etat, soit negligence de ses predecesseurs, soit ignorance
en ce genre, si commune et presque universelle a presque tous les
procureurs J6suites. La maison de Saint-Pierre, malgre une assez
grande 6tendue de terrain, se trouvait ob6r6e et chargee d'environ
135.000 livres de dettes. ),








leur nommer un curateur ,. Le P. Balbani, jdsuite, qui
connaissait beaucoup mieux que le premier Pr6sident, les
procureurs de la Compagnie, ne les jugeait pas autrement,
mais en d'autres terms. Dans le Premier appel A la raison,
a propos du P. Lavalette, il dit : (< Pourun procureur des
Jesuites industrieux, actif et intelligent, il y en a cent qui
n'ont pas les premieres notions des affaires. Pour s'en con-
vaincre, il n'y a qu'h voir leur vie. Ils passent dans un
confessionalle temps que d'autres religieux passeraient dans
le cellier ou derriere des valets de charrue. Ceci soit dit
sans d6plaire a personnel, ce n'est point notre intention I ,.
Le P. Balbani ne pouvait d6plaire A personnel, en cons-
tatant un fait universellement reconnu. << II faut convenir
d'une v6rite, dit le P. de Montigny dans son Mdmoire pour
les edsuites de France 4 propos du P. Lavalette : le talent
de gouverner des biens, de les faire valoir ou de les conser-
ver, de mener une affaire d'int6ret, de conduire un process,
n'estpas celui dela soci6t&. Elle peut se flatter d'avoir des
hommes distinguds dans tous les genres de science et de
litt6rature, des hommes vertueux, z6les et laborieux; elle
a tout ce qu'il faut pour en former de cette espkce. Mais
un m6rite d'6conomie et d'intelligence dans les affaires
serait un phdnomene, qui l'dtonnerait, et qu'elle ne se croi-
rait pas capable d'avoir produit: Non omnis fert omnia
tellus ,.
Le P. de Montigny explique ainsi cette disette d'hommes
d'affaires dans la Compagnie: <, Les occupations penibles,
auxquelles les sujets don't elle est compose, sont obliges
de se livrer tout entiersjusqu'. I' ge de trente-cinq et qua-
rante ans, seraient seules capable d'dtouffer les disposi-
tions les plus favorables A ce genre de merite... C'estcepen-


1. P. 52.







- 63 -


dant parmi ces hommes qui souvent a quarante ans ne
connaissent les choses utiles a la vie que par le besoin qu'ils
ont eu d'en faire usage, ou par ce qu'ils en ont lu dans
les auteurs grecs ou latins et autres ouvrages propres a
leur profession, c'est parmi eux qu'il faut choisir des Pro-
cureurs, c'est-~-dire des hommes, sur qui on se repose pour
faire valoir et augmenter, s'il est possible, du moins con-
server et defendre les biens des diffdrentes maisons. Dans
cette disette necessaire de sujets instruits et forms au
maniement des affaires, toute la prudence des supdrieurs
ne peut aller qu'& mettre en place ceux qu'un certain bon
sens et quelque attrait pour de pareils emplois leur font
jugery Atre plus aptes que d'autres ,.
Le meme Pere termine ses r6flexions sur la formation
et le choix des procureurs par ce dernier trait: (< II n'est
pas possible que, meme avec les precautions les plus sages,
les supdrieurs ne choisissent souvent malheureusement.
Mais, en Europe, ils peuvent se tromper avec moins de
risque, parce qu'ils sont & portee et de s'apercevoir plus aisd-
ment d'un mauvais choix et d'y remddier plus prompte-
ment. I1 n'en est pas de meme dans les Missions. Ce choix
est tout autrement difficile a bien fire ou & r6parer, s'il est
mauvais. Parmi les missionnaires, qui se sont exiles de
leur patrie, pour aller dans un autre monde gagner des
Ames & Dieu, il faut necessairement en employer quelques-
uns, qui puissent allier le soin du temporel avec les exer-
cices propres de leur 6tat, ou qui veuillent bien faire ceder
ce que leur inspire le zele des Ames & ce que demand la
n6cessit6 de pourvoir aux besoins de ses confreres, en fai-
sant valoir des biens destines a leur subsistence.


C'est dans ces conditions peu favorables, ajoute le P. de






- 64 -


Montigny, que le P. Lavalette fut appel ah administer les
hiens de la Mission.
Quoique novice dans cet emploi, il fut le seul a voir,
d&s 1748, quelques mois apres sa nomination k la Pro-
cure, le gouffre profound oii les resources de la Mission
allaient prochainement s'engloutir, si on n'apportait un
prompt remede a la situation. II l'exposa avec nettet6 k la
consulate de saint Pierre i, il affirma ses inquidtudes; elles
Rtaient fond6es. (( L'dtat a la main le plus circonstancie,
dit-il, j'ouvris les yeux aux consulteurs; ils prirent part a
mon embarras et me dirent obligeamment que j'6tais
l'homme qu'il fallait pour calmer leurs craintes, et que par
mes talents je trouverais des resources h tant'de dan-
gers )).
Les consulteurs, strangers par leur profession aux
affaires temporelles, donn6rent carte blanche au P. Lava-
lette; ils le savaient intelligent, ils le croyaient bon admi-
nistrateur, bien qu'il n'efit encore fourni aucune preuve de
son savoir comme procureur; et, des lors que l'ap6tre et
le religieux n'avaient jamais dtt en lui l'objet de la moindre
plainte, ils se persuaderent facilement qu'il ne franchirait
jamais les limits fixees par les regles de son. nouvel
emploi.
(( Alors, dit le P. Lavalette, je voulus justifier l'id&e
avantageuse qu'on avait de moi, et je cherchai les moyens
de rem6dier au mal pressant, de mettre la Mission en dtat
de ne plus craindre pour l'avenir, ni les incendies, ni les
ouragans, ni les tremblements de terre, qui ruinent ordi-

1. La consulate ou conseil est une reunion de quelques PKres, desi-
gnus par le provincial et charges de donner leur avis sur tout ce qui
concern les int6erts de la maison. Elle est presidee par le supdrieur.
Le ministry et le procureur en font gne6ralement parties.
2. Mmnoire justificatif.






- 65 -


nairement, quand par ses reserves on nest pas en situation
de pouvoir se passer une ann6e de ses revenues, et de rdpa-
rer ses batiments; je formal done un plan assez vaste pour
remplir mon objet. Mon plan form, je le communiquai h
la consulate, qui l'approuva dans les terms les plus flat-
teurs1 .






Avant d'etre mis A execution, le plan fut soumis a l'ap-
probation du Provincial, A Paris, et du General, Rome.
Le P. Lavalette leur en envoya un pricis, un precis seule-
ment, d'apres ce que dit le Mdmoire justificatif.- De Paris,
on lui permit de mettre la main l'ceuvre ; de Rome on lui
ecrivit: < On loue votre plan ; mais prenez garde de ne
pas donner dans le commerce 2 2.
Quel est ce plan, don't il ne donna h ses supdrieurs quele
prdcis ? Le Mdmoire justificatif en trace les lignes princi-
pales. C'est d'apres ce Memoire que nous allons le faire
connaitre, car les Archives de la Compagnie n'ont pas con-
serve le fameux pricis.
Le but du procureur etait louable : il se proposait d'aug-
menter d'une maniere tres sensible les revenues de la Mis-
sion, devenus depuis nombre d'annees tres insuffisants; et
les raisons que donne le Mdmoire de cette augmentation ne
laissent aucun doute sur sa n6cessit6. D'abord il fallait sub-
venir aux besoins des missionnaires, rebAtir, reparer ou
entretenir les maisons A loyer, les residences et les autres
batiments, payer les employs et les negres assez nom-

1. Mdmoire justificatif.
2. Ibid.
Le P. Ant. Lavalette A la Martinique. 5


,- -a-: 4..........


I
-







- 66-


breux, rembourser les dettes contracts et soulager quan-
titd de malheureux ; ensuite ilimportaitde parer aux 6ven-
tualit6s d'une guerre avec les Anglais et des disastres si
frequents aux miles.


Pour atteindre ce but, il s'arreta a deux moyens princi-
paux: le premier, reconstruire les maisons a loyer qui
tombaient en ruine, et en construire d'autres ; le second,
augmenter les biens fonds de la Mission.



Les travaux de construction commencerent des 1748.
Je commengai, dit le P. Lavalette, en juin 1748, temps
auquel les d6penses absolument n6cessaires avaient endett6
la Mission de 137,000 lives '). Les maisons que la Mis-
sion louait a Saint-Pierre 6taient revenues inhabitables, a
cause de leur 6tat de delabrement; la plupart n'offraient
aucune security, et personnel ne voulait y loger2. 2 J'en-
trepris donc, ajoute le Mdmoire, la construction de maisons
sur un terrain vide que nous poss6dions le long de la
rivibre du fort, dans le quarter dit Sainte-Marthe ; je fis le
plan de ces maisons, je vis ce qu'elles me donneraient de
loyer, je passai le bail de quelques-unes avant meme
d'en fouiller les fondements. Les baux 6taient de sept
ans3 )).

1. Mdmoire justificatif.
2. Ibid.
3. Le 20 juin 1752, M. Rouille de Raucourt 6crivait a la Cour:
Je viens de m'6tablir h Saint-Pierre A demeure; et en attendant
que je puisse occuper une maison que les J6suites batissent et que
j'ai retenue, je me suis 6tabli tant bien que mal dans la- maison du
controller, oi sont les bureaux de la Marine et des classes, que le







67

Les constructions s'61ev6rent rapidement. Rien ne lan-
guissait ; trois ou quatre maisons dtaient baties en mdme
temps; l'habitation de Saint-Pierre se rdparait. Rien ne
manquait, tout 6tait fourni B temps et k propos, les entre-
preneurs, les fournisseurs, les ouvriers pays d'avance 1I,.


Dix maisons uniforms furent baties sur le bord de la
riviere Saint-Pierre. c Comme chaque maison fut d'abord
loude 3.000 livres, cet empressement de la part des loca-
taires fit concevoir au procureur le dessein d'en construire
deux autres beaucoup plus grandes et plus commodes. La
premiere fut glevde dans 4e voisinage de l'intendance, et
se loua 10.000 livres. La seconde. faite sur le meme module
pr6s de 'h6pital, fut dgalement louee 10.000 lives 2 ,.
Les nouvelles maisons i loyer rapportaient done un
maximum de 50.000 lives 3. C'Utait une augmentation

depart de M. Cazotte laisse vide en parties. J'ai dbj& fait mon march
avec les Jbsuites. II m'en coatera mille 6cus pour une maison sem-
blable b celle de Clignancourt o6 ii n'y a ni cour ni jardin et fort
peu de logement. Encore les RR. PP. font-ils valoir le sacrifice. II y
en a une plus convenable, mais on m'a parl6 de deux mille ecus, ce
qui est exorbitant, vu les autres depenses que ron a A faire, et aux-
quellesles appointments, gratifications, etc., peuvent A peinesuffire ,
(Arch. col., corresp. gen. de la Martinique, vol. 59).
1. Mdmoire justificatif. Le P. Lavalette y dit a qu'en payant
d'avance il btait sur d'avoir un quart de b6n6eice ,.
2. Lettre d'un n6gociant de la Martinique, 6crite de Saint-Pierre,
A M. B..., a Lyon, le 5 aoat 1759, p. t.
3. a L'argent de la Martinique perd un tiers, quand il est transport
en France : personnel ne l'ignore. Ainsi neuf-mille livres des colonies
n'en valent que six dans ce royaume ) (Plaidoyer pour le syndic des
cr6anciers des sieurs Lioncy freres et Gouffre, n6gociants k Marseille,
contre le General et la Soci6t6 des' Jesuites, par Me le Gouve, avo-
cat, p. 3). Dans son Mdmoire, le P. Lavalette dit : Cinq livres
de la Martinique valent un dcu remain ; cinq mille livres valent mille
ecus ,.


's.=~;c;-'yl "*:- *'.


167-







- 68 -


considerable sur les loyers pr6cedents, qui ne montaient
pas en moyenne A 20.000 livres. Cependant cela ne faisait
pas le compete, paralt-il, du procureur. Cette augmenta-
tion, 6crit-il dans son Mdmoire, ne remplissait pas mon
objet. 11 fallait une habitation... ,





Oi la trouver, cette habitation ? oi l'acqudrir ? L'habi-
tation 6tait une 6tendue de terrain plus ou moins consi-
derable, possedde par un particulier aux colonies. Le
P. Lavalette n'esperait pas et ne pouvait espdrer que le roi
de France lui en permettrait l'achat a la Martinique, defense
ayant Wte faite par lui, en 1721, aux communautds reli-
gieuses de l'ile d'augmenter les biens qu'elles y avaient,
a moins d'une n6cessit6 reconnue telle par le gouverne-
ment de la Metropole. Cette defense fut toujours main-
tenue, et parfois avec une rigueur excessive. Ainsi, en
1739, un immeuble de onze a douze metres de facade sur
vingt-cinq de profondeur fut mis en vente a Saint-Pierre.
Les missionnaires en cherchaient un, depuis quelque
temps, soit pour leurs oeuvres, soit pour leur usage parti-
culier. L'immeuble dtant a leur convenance, ils solliciterent
I'autorisation de l'acheter. Le gouverneur et l'intendant,
apr&s examen des motifs alligu6s, donnerent un avis favo-
rable et en 6crivirent au ministry, M. de Maurepas. Celui-
ci examine de son c6td la requite, et r6pondit le 18 jan-
vier 1740 : ( L'intention de Sa Majeste est, non seulement
de ne point permettre cette acquisition, mais encore que
vous deffendiez au supdrieur des Jesuites de la faire, en
l'avertissant que s'il la faisait, elle serait reunie au domaine
de S. M., conformement aux lettres patentes de 1721 ,. Le







- 69 -


ministry ne voyait pas la nicessitd de cette acquisition dans
1'expos6 des motifs des religieux 1, et les chefs de la colonies,
au contraire, qui dtaient meilleurs juges, se trouvant sur
les lieux, appr6ciaient la situation diffdremment. II y avait
dans la decision du ministry une indication pour l'avenir;.
les J6suites se le tinrent pour dit, et ne firent plus sem-
blable demand.
Le P. Lavalette, audacieux et influent, 6tait assurement
le seul de son ordre qui edt pu faire, avec quelque espe-
rance de succes, une nouvelle tentative. I1 ne la fit pas.
Persuade que jamais le Ministre de la Marine ne lui per-
mettrait 1'acquisition d'une habitation a la Martinique, ii
porta ses vues'sur une ile neutre et contentieuse. LA,
croyait-il, il n'aurait besoin d'aucune autorisation. Voici
ce qu'il ecrivait de Marseille, le 2 janvier 1755, a Mle de
Beuvron d'Harcourt 2, a Paris : Les mains mortes n'ont
pas plus de droit aux lies qu'en France. I1 faut une per-
mission du Roy pour acquirir. Ainsi ii in'en faut une pour
avoir une autre habitation B la Martinique. II ne m'en faut
pas k la Dominique, ni dans les autres lies ou Neutres ou
Caraibes 3 ,.
I1 choisit done la Dominique, lie contentieuse entire la
France et I'Angleterre, d6couverte par Christophe Colomb
en 1493, puis colonisee par les Frangais au xvule siecle,
t une des plus attirantes des Antilles par la splendeur de
ses sites et la beauty de sa vegdtation... Un superbe lac,

1; Arch. colon., Amerique; minutes des lettres. Serie B, vol. 70.
2. Sour du chevalier d'Harcourt, puis marquis de Beuvron, mare-
chal de camp, qui 6pousa, en 4749, Marie-Catherine Rouillb, fille
du ministry de la Marine.
3. Arch. S. J. La Dominique appartenait-elle a la France ou A
l'Angleterre ? Cette question n'dtait pas alors definitivement tran-
chee. Aussi cette lie 4tsit-elle considered comme.neutre et conten-
tieuse.






- 70 -


situe a 2.500 pieds au-dessus de la mer, donne naissance A
deux magnifiques rivieres, qui vont porter le bienfait de
leurs eaux, I'une a l'Est et l'autre A l'Ouest 1. C'est a l'em-
bouchure de cette derniere rivibre que s'dl&ve aujourd'hui
la petite ville de Roseau, capital de la Dominique; et,
dans le pays qu'elle arrose, une colonie de Francais bien
peu nombreuse cultivait quelques habitations, au temps du
P. Lavalette. Les products de 1ile dtaient ceux des autres
Antilles.
Parmi les colons, M. de Crtsols2 possedait la plus
important 6tendue de terre et dans le meilleur quarter de
l'endroit. En 1748, il desira s'en defaire et repasser en
France pour y finir tranquillement ses jouts. Le P. Lava-
lette l'apprit et lui proposal de ceder son habitation aux
missionnaires 3 de la Martinique, moyennant une pension
viagere de 6.000 livres que la maison professe de Paris lui
servirait chaque annie, par l'entremise du P. de Sacy,
procureur general de la Mission des lies du Vent 4. L'affaire

1. P. Fort, La Dominique et Sainte-Lucie, dens les Missions au
XIXe sikcle, chap. VIII.
2. Dans le Memoire A consulter pour les JAsuites deFrance, par un
group de jurisconsultes et d'avocats, et deliber6 a Paris le 10 mars
1761, on dit a tort que 1'habitation appartenait au comte de Caylus
(p. 4). Le marquis de Caylus, frere du comte, ayant protests, rectifi-
cation fut faite par Me Thevenot d'Essaule, avocat, dans son Plaidoyer
pour les J.suites de France, contre le syndic des sieurs Lioncy et
Gouffre (p. 75).
3. Le P. de Montigny dit dans son Mdmoire manuscrit : < M. de
Cresols pensa i vendre sa terre aux Jesuites; il en traita avec le
P. Lavalette qui s'imagina qu'une pareille acquisition 6tait hien
propre a rendre solide I'ktablissement de ses Missions. Le trait fut
donc conclu ,.
4. Ibid. : Le P. Lavalette n'ayant pas A beaucoup pres l'argent
necessaire pour payer ces nouveaux fonds, convint avec son vendeur
de diff6rens terms, et il s'engagea a lui faire ces payments en
France ).






- 71 -


fat conclue, la maison professe ratifia le contract, et M. de
Cresols, qui se retira & Paris, recut exactement, aux
4poques fixes, la pension viagbre convenue1.
< La terre de M. de Cresols, tres belle et tres bonne par
elle-meme, dtait ndanmoins susceptible d'amilioration 2.
A cause de son etendue, << ii n'y en avait pas la trentieme
parties de cultivde, et 1l ou il fallait au moins quatre cents
negres, il n'y en avait que dix-huit, et pour tout 6tablisse-
ment, quelques mauvaises cases de planches de Maho,
bois qui, a fair, ne dure pas plus de trois ans a 3.



Aupr&s de la propriete de M. de Cresols, se trouvaient
quelques lopins de terre, encore en friche, r6putes de peu
de valeur par leurs propridtaires.. Le P. Lavalette les
acheta Le payment de cette derniere acquisition devait
s'effectuer, d'apres le contract de vente, en plusieurs
terms .


L'acquisition de la propriete de M. de Cresols, faite k
l'insu des supdrieurs, auxquels le procureur ndgligea de sou-
mettre praalablement son project, les surprit plniblement.

1. Mmnoire justificatif du P. Lavalette. Le Mhmoire dit encore :
c~ Nous avons sacrifid une rente & Paris pour payer & M. de Cresols la
viagere que nous lui faisions pour prix total de l'habitation. 0 -
Lettre d'un ndgociant de la Martinique, d6ja citee, p. 10.
2. Lettre d'un ndgociant de la Martinique, p. 10.
3. Memoirejustificatif du P. Lavalette.
4. Lettre d(un negociant, p. 10.
5. D'apr6s les habitudes du pays, le payment d'une acquisition se
faisait ordinairement en plusieurs terms. ( Tout le monde sait,. dit
le Mwmoire justificatif, qu'on n'achete pas comptant les habitations
dans les lies et qu'on en divise le payment total en plusieurs terms
ou payments particuliers ).








II donna des explications, il fit des processes, et l'on subit
le fait accompli.
L'achat des terres voisines ne figure pas dans les cahiers
de la procure 1, peut-Atre a cause de leur peu d'importance,
ou parce que acquisition en fut faite en meme temps que
celle de l'habitation de M. de Cr6sols. Ces acquisitions
furent une faute, qui en entraina d'autres. Disons de suite
que le procureur fut la victim de sa pr6somption, d'une
confiance exag6ree en ses propres lumieres; s'il eOt consulted
ses sup6rieurs avant d'agir, de se lancer dans ces achats
couteux, il se fit 6pargn6 de graves difficulties, des ennuis
penibles.




Comme les meilleurs fonds demandent, surtout en
Amdrique, le labeur d'une infinite de bras, et que les
fruits qu'ils peuvent produire ne sauraient etre ni conserves,
ni bendficids en rase champagne, il etait indispensable de
pourvoir et h l'agriculture et aux moyens de mettre h cou-
vert les denrees '
Le P. Lavalette, improvise agriculteur et architect, a
l'imagination duquel plaisaient les grands desseins, tra-
vailla aussitot a tirer le meilleur parti possible de l'habita-
tion. I1 se procura des n6gres et les placa sur ses terres
pour les defricher et les exploiters. Ses adversaires en ont

1. Le Memoire justificatif et le Mdmoire a consulter n'y font pas
allusion; le premier parole longuement de i'achat de I'habitation de
M. de Cr6sols, et lesecond dit que Lavalette acheta de M. de Caylus
une habitation considerable.
2. Lettre d'un commeraant...,d6ji citee.
3. Pour faire rouler une habitation d'une 6tendue ordinaire, on
6tait oblige d'y employer de soixante a cent negres, au moins (Nou-
veau voyage, t. II).


- ~ ` - - ---Cf-`cs~r ~n






- 73 -


beaucoup exagerd le nombre dans une intention qui se
devine; et l'historien de la Compagnie, Cretineau-Joly,
induit par eux en erreur, l'a porter au chiffre fantastique de
deux mille. Rien de semblable ne se lit ni dans le Mdmoire
justificatif, ni dans la Lettre du commercant, lequel semble
pourtant Atre fort bien renseigne, ni dans les correspon-
dances du Gouverneur et de l'intendant. D'apres le Mimoire,
le nombre des n6gres n'aurait pas Mte au-dessus de quatre
a cinq cents. Le Commercant ne cite aucun chiffre. MM. de
Bompar et Hurson ecrivent seulement que les Jesuites de
la Dominique ont quantity de Negres, et qu'ils sont presque
les seuls a & n'avoir pas un negre don't ils ne puissent
prouver l'acquisition, faite ou a la Martinique, ou achetez
des francais anciennement habituez dans les isles ,'.

1. MM. de Bompar et Hurson au Ministre de la marine, 15 janvier
1752 et 24 decembre 1753 (Arch, col., corresp. g4enrale de la Marti-
nique, vol. 59 et 60).
(( Le roi ayant besoin de quarante mille pieds de bois pour faire des
affftts pour les canons, dit le MWmoire justificatif, diff6rents particu-
liers offraient ce bois et demandaient neuf livres. par pied... Moi,
j'offris de donner ce bois A moitie prix, le march fut conclu ,.
Dans une lettre commune au Ministre de la marine (15 janvier
1752), MM. de Bompar et Hurson confirment le fait et ajoutert :
( M. Hurson, sur l'expos6 de M. de Bompar et ce qu'il a vu par lui-
meme..., a pese tous les moyens pour concilier le bien du service
avec les vues d'bconomie; et le seul qui nous ait paru le plus efficace
a Wte d'adjuger cette furniture au P. Lavalette, considerant qi'il.est
plus en 6tat que personnel de remplir ce march non seulement par
1'6tablissement que les Jesuites ont i la Dominique, et par la quantity
de Nygres qu'ils ont pour y faire travailler; mais encore a cause de
I'aisancedans laquelle sont ces religieux,et qui les met a meme de ne
pas chercher A tirer de trop grands avantages des marches de cette
nature qu'ilspassent avec le roy ) (Arch. col., corresp. g6n. de la Mar-
tinique, vol. 59). La command 6tait de 160.000 1. < Le roy avanca
au P. Lavalette 75.000 1.; avec cet argent, ilacheta i M. Bontemps&
la Dominique quarante negres, qui ne couterent que 32.000 1.; le
reste de la some avanc6e devait suffire pour les frais et nourriture
des negres et gages des blancs, mis b la tete de cette entreprise. ,
Mfvmoire justif.).


-1~ r-. rr.. ~I-*- -- ir-.- -- r ---\hC CIrClll~nrOCI~-r~-~-mCI~-L**YUl"r*(






74 -

Le procureur de Saint-Pierre se proposait, par une
culture intensive, de r6colter en abondance, a la Dominique,
le magnoc, le sucre, le the, l'indigo, le cacao, le mil, les
pois et autres denrees des lies du Vent. Des recoltes mer-
veilleuses justifibrent bient6t la hardiesse de ses travaux
agricoles1 : il devint aux yeux de tous, le plus intelligent
des colons, le plus heureux des agriculteurs.


II ne suffisait pas de recolter; il fallait mettre les r6coltes
a l'abri.
L'habile cultivateur construisit un batiment, qui passa
pour un chef-d'oeuvre de l'art et reunit a la plus grande
solidit~ tous les avantages et tous les agremens que l'on
peut ddsirer dans un ouvrage de ce genre. Cette seule
bAtisse lui couta plus de trois cens mille livres... Elle fut
6lev6e a trois fins 6galement utiles : 10 afin d'y travailler
le magnoc, farine du pays, qui sert de nourriture aux noirs;
20 pour y recueillir le caffe et le cacao; 3 enfin, dans le cas
que lile contentieuse devint quelque jour l'apanage de la
France, pour y faire la fabrication du sucre ?. Les comparti-
ments y furent m6nages avec une intelligence admirable,
et les proportions s'y trouvent si bien observes, qu'A tr6s
peu de frais, ce serait, de toutes les sucreries de l'Amerique,
la plus belle, la plus commode et la plus solide :.


Avant d'aller plus loin, une question se pose. Le
P. Lavalette n'eut-il pas du se borner a amiliorer les terres

1. MImnoire sur le P. Lavalette (Arch. gin., S. J).
2. On n'y 6tablit pasde sucrerie, parce que cettesorte de bienest
consider comme un immeuble; ce qui ne se dit point du caff6, colon
et cacao ,. (Note de la Lettre du commergant, p. ii).
3. Lettre du commerjantde la Martinique, pp. 10 et it.






- 75 -


que la Mission possedait a la Martinique, an lieu d'en
acqudrir de nouvelles et tres considdrables a la Dominique ?
N'edt-il pas mieux fait de rebAtir les maisons de Saint-
Pierre ou de les mettre en dtat d'etre loudes et habitues, au
lieu d'en construire d'autres, h grands frais? A notre avis,
il commit une imprudence, il se montra assurdment thme-
raire, en faisant des constructions et des acquisitions, a
tout le moins exagdries et superflues, nullement ndces-
saires aux intdrets de la Mission, blAmables dans un homme
de sa profession 1. I1 eut surtout le tort d'agir ( sans
l'appui de ses supdrieurs, sachant d'une maniere certain
que cet appui lui serait toujours ddnie ,, .




Toutefois, des entreprises d'une si haute importance ne
s'executent pas sans argent ; presque toujours, faute de res-
sources, elles commencent et n'aboutissent pas, quand elles
ne finissent pas par la faillite.
,4 Les fonds pour fournir a toutes mes d6penses, dit le
P. Lavalette, mdritbrent toutes mes rdflexions... J'avais
besoin d'argent... Oh en trouver? ) ^3 La Mission n'6tait

1. Mmnoire sur le P. Lavalette cite plus haut: Le P. Lavalette
aurait di se border A ameliorer ses terres et b les mettre en valeur.
I1 voulut s'agrandir. La confiance que les habitants de la Martinique
avaient en lui et dans sesressources, sa trop grande facility A prendre
l'argent qu'on lui portait, les gros emprunts qu'il se vit oblige de faire
tant pour le payment de l'rtablissement considerable qu'il venait
d'acheterau sieur de Cr6sols que pour I'achat des n6gres multiplibrent
presque b l'infinises engagements... II y eut de la temerit6 et de l'im-
prudence dans ce vaste project, qui en agrandissant en apparence ses
fonds, multipliait exorbitament ses dettes...,
2. Crdtineau-Joly, V, p. 193: Histoire de la Compagnie de
Jesus.
3. Memoirejustificatif.






- 76 -


pas en measure de le fournir, endettee qu'elle dtait, des
1748, de 137.000 livres; et cette dette augment rapide-
ment, et dans une proportion effrayante, avec les travaux
et les achats. Que faire ? 11 recourut 1'emprunt. Les
fonds necessaires et au delay ne tard6rent pas A affluer, car
sa reputation de colon industrieux et habile avait franchi
les limits de la colonie et s'dtait r6pandue dans tous les
ports de mer de l'Europe. En 1750, on parlait ddja de lui,
de ses travaux agricoles a la Dominique et de ses brillantes
recoltes; a Saint-Pierre, il avait loue en trois ans ses dix
maisons nouvellement construites.


Son credit 6tait surtout si bien etabli dans les grandes
villes et les cites maritimes de France, que son appel y fut
entendu au-dela de ses esp6rances :il y emprunta a 5 0/.,
soit a des connaissances, soit 4 des negociants : les capi-
taux affluerent,
A la Martinique, son credit devint si prodigieux que
, chaque particulier faisait porter chez lui tout 1'argent qui
se trouvait dans ses coffres 1.
De 1748 a 1753, la prospiritd gala son audace ". L'abon-
dance de ses recoltes et le loyer de ses maisons lui per-
mirent d'6teindre une parties de ses dettes et de faire face
aux emprunts par lui contracts 3.


Cependant, ses travaux de construction et d'exploitation,
la vente de ses products agricoles, ses n6gociations pour se
procurer les capitaux necessaires, sa correspondence et ses

1. Meme lettre du commerqant de la Martinique, p. 12.
2. Cretineau-Joly, V, p. 192.
3. Ibid.







- 77 -


ecritures ne l'absorbaient pas au point de lui faire negliger
les functions du Ministere apostolique. < Ces entreprises,
dcrit-il dans son Mdmoire, ne m'occupaient pas tout entier;
je suppl6ais pour les prddicateurs, pour les cures malades,
et pendant deux ou trois ans de ce temps-la j'etais aumb-
nier des religieuses Ursulines, leur confesseur et celui des
pensionnaires, don't le nombre montait quelquefois jusqu'a
cent soixante. Tous les mois, je faisais un voyage a la
Dominique, pour voir ce qu'on avait fait et pour ordonner
ce qu'on devait faire. Je partais le dimanche, apr6s avoir
dit la messe et donned la communion aux religieuses et aux
pensionnaires, souvent apr6s avoir prechA a la grand-messe,
a l'dglise de Saint-Pierre; et, quelque temps qu'il fit, je
revenais mercredi matin, pour entendre les confessions des
religieuses et leur donner la communion le jeudi. Combien
de fois ai-je passe le canal de la Dominique en pirogue!
Pendant les deux premieres annres, je faisais ce trajet en
pirogue, et souvent par un teams ou les plus grands bateaux
n'osaient se mettre en mer; mais je ne craignais ni la pluie,
ni le soleil, ni le vent, ni la mer; je partais et j'arrivais a
temps '.





Cette activity d6vorante, cep occupations multiples et de
nature si diverse, expliquent admirablement le portrait que
faisait de lui le P. Marchal et don't nous avens parld au
chapitre prcbddent : Industria est et sagacitas in rebus
agendis, sed quandoque turbulentior. Nimia mihi videtur
moliri, nec se justis semper limitibus coercet. Elles
I


1. Mfmoirejustificatif.







- 78 -


expliquent aussi le jugement du P. Guillin sur le P. Lava-
lette'.


Nous sommes en 1753. Le P. Lavalette est supdrieur
general; il concentre dans ses mains tous les pouvoirs, il
est son maitre, tout lui sourit, tout rdussit. Mais, dit le
Mdmoire sur ce missionnaire, la prosp6riti, pour peu qu'elle
soit 6clatante, reveille bient6t la haine et la jalousie des
ennemis. Le P. Lavalette ne tardera pas i 1'6prouver 2.

i. Voir ce que nous avons.dit B la fin du chapitre pr6c6dent.
2. Arch. S. J. : Mrnoire sur le P. Lavalette.














CHAPITRE TROISIEME


LE P. LAVALETTE RAPPELt EN FRANCE.







Afin de mieux comprendre les faits qui vont suivre, il
imported de savoir ce qu'on entend par commerce d6fendu
aux eccldsiastiques et aux religieux, en quoi consistaient,
au xvm" siecle, les biens des lies du Vent et comment les
propridtaires percevaient leurs revenues.





Le commerce proprement dit, defendu par les lois cano-
niques, a lieu, quand on ach6te une chose, dans 'intention
de la-vendre plus cher telle qu'on l'a achetee, sans l'avoir
change. Telle est la definition du n6goce, donnee par l'il-
lustre cardinal de Lugo don't l'autorite en la matiere
n'est pas contestee par les thdologiens.
Le Cardinal ajoute come consequence : acheter un
objet et le revendre, apres lui avoir fait eprouver un chan-
gement, n'est pas proprement et dans la rigueur du mot,


1. t Negociatio est, qua res aliqua eo animo ut integra et non mutata
cum lucro vendatur, et hoc est propria negociatio. ). (De jusititi et
jure, Disput. XXVI, sect. III, n. 21).


i
^.>.







- 80 -


un ndgoce I II en est de meme d'un objet achet6, puis
revendu au meme prix, ou d'un objet achete pour son usage
et sa consommation, et revendu plus tard s'il n'a pas 0t6
employ.
Cultiver ses champs afin d'en vendre les fruits, acheter
des animaux et les nourrir sur ses terres pour les vendre
apres les avoir engraisses, ou pour vendre leur laine, leur
lait, leurs products, ce n'est pas non plus faire le ndgoce
interdit aux clercs et aux religieux 2. Aussi, les Trappistes
de Notre-Dame-du-Port-Salut et autres ordres religieux
ne peuvent-ils etre accuses de commerce.
SII existe dgalement d'autres transactions qu'on pour-
rait, dans un certain sens, appeler commercials, quoi-
qu'elles ne constituent pas le vrai negoce; comme les
transmissions de valeur par lettres de change ou billets de
banque, etc. Ces operations sont, ainsi que les simples
actes de vente ou d'achat, permises, et souvent necessaires,
aux clercs et aux religieux, dans leurs rapports obliges avec
la society civil 3.


Les principles que nous venons d'6noncer, et d'autres don't
il sera question dans la suite, furent d'une application
gendrale et constant, aux Antilles principalement.
Le produit des terres y consistait surtout en sucre, indigo,
cafe et autres denrees qui se cultivent encore dans ces miles.
Chaque propri6taire n'en consommait qu'une tres petite

1. Negociatio duplex est. Prima, quA liquid emitur ut per indus-
triam commutatum vendatur; quae non appellatur propri6 et in rigore
negociatio. (Ibid.) Ainsi en est-il des products vendus par certain
ordres religieux, par example, les Chartreux, les Trappistes, etc.
2. De Lugo, ibid.
3. De Ravignan, De l'existence et de I'lnstitut des Jdsuites, 8e edit.,
p. 189.






- 81 -


parties pour son usage, en sorte qu'il ne pouvait profiter
du surplus que par la voie de la vente ou de l'rchange. Pour
cette raison, il 6tait oblige de faire porter en France,
par les vaisseaux de commerce, la majeure parties des pro-
duits de ses terres. I1 les adressait a des n6gociants de
son choix; ces ndgociants en disposaient a leur profit et
faisaient passer au propridtaire, des denrees et marchan-
dises d'un autre genre, comme vins, farines, toiles, dtoffes,
on bien ils payaient en France, h 1'ordre du proprietaire,
la valeur des effects qu'ils avaient regus.


Inutile de dire que ces expeditions se font aussi de nos
jours, meme par des missionnaires. Les missionnaires de
diffnrents ordres envoient des pays strangers a des corres-
pondants en Europe, des denrees de leurs terres et des
products de leurs industries pour y Utre vendus, soit afin
de se procurer des resources pecuniaires, soit afin d'a-
cheter, en change, des denrees et products europdens
necessaires A l'entretien de leurs missions. Ces transports,
ces ventes et ces changes n'ont, aux yeux des autorites
ecclesiastiques et des gens senses, aucun caractere de com-
merce proprement dit.



Du reste, les propri6taires des Antilles ne faisaient, au
xvue" siecle, que ce que font aujourd'hui nos propridtaires en
France et dans toute l'Europe. On vend ses vins, ses grains,
ses bestiaux, les fruits de la terre, etc., soit dans le pays, soit
b l'6tranger, selon l'estimation courante du jour ou de
l'annee; et personnel n'appelle commereant ou n'accuse de
commerce le grand seigneur qui vend ou fait vendre les
products divers de ses propridtks. Pareillement, il y aurait
Le P. Ant. Lavalette A la Martinique. 6





i






- 82 -


injustice a traiter de ndgoce, en pregnant ce terme dans le
sens rigoureux, la maniere don't s'y prenaient les habitants-
des Antilles pour se defaire du surplus de leurs denrees
et en percevoir la valeur. Chaque pays a sa m6thode, mais
toutes les methodes ont la mmme fin, laquelle est de retire
du produit des terres une valeur gale.
Enfin, dit le Mdmoire A consulter de 1761, i il arrivait
tous les jours que des Franqais resident en Amdrique et
voulant se rendre en France, dtaient fort aise de trouver
dans nos miles quelqu'un qui put prendre leurs fonds et les
leur faire toucher en France par la voie des lettres de
change. Les proprietaires de ces contrees dtaient, de leur
c6te, trop heureux de trouver et de saisir cette voie qui, en
accommodant les particuliers prets a s'embarquer, leur pro-
curaient a eux-memes la facility de recevoir le prix de leur
denrees. ,



Ce qui pr6ecde est extrait en majeure parties et du
Mdmoire A consulter sur les Jesuites de France, et du
Memoire sur le P. Lavalette.
- Ce dernier Mimoire, conserve aux archives de la Coimpa-
gnie, content des details du plus haut interdt qu'on ne
trouve pas ailleurs. En le lisant, on devine de suite l'oeuvre
d'un JRsuite bien renseign4, qui connait a fond certain
c6tis de l'affaire Lavalette, rests dans I'ombre jusqu'a ce
jour. Si l'auteur n'a pas vu les faits qu'il raconte, s'il ne les
tient pas directement des t6moins oculaires, il les a du
moins puises aux meilleures sources. Nous lui emprunterons
certaines particularities, d'un grand int6ret. II faut cepen-
dant reconnaitre qu'il brouille les dates en plus d'ui endroit,
et qu'il defend avec trop de t6nacit6 le P. Lavalette et ses
amis.






- 83 -


Le Mdmoire dit vers le d6but: Le P. Lavalette, dans
administration des biens de la maison de Saint-Pierre, se
conform la m6thode du pays, et en cela on ne saurait lui
en faire le moindre reproche ,. De 1748 h 1755, ii resta
propridtaire, il ne fit jamais acte de n6goce ; et comme pro-
pri6taire, il fit, entire ces deux dates, ce que faisaient tous
les proprietaires des miles. Les denr6es provenant de ses pro-
pridtds de la Dominique et de la Martinique, n n'entraient
que pour tres peu dans la consommation ordinaire, pais-
qu elles consistaient en sucre, cafe, indigo. II fallut done
les vendre pour les trois quarts et demi. Et chaque ann6e,
cette vente qui se fit en France par ses correspondents de
Nantes, de Bordeaux et de Marseille, produisit une some
plus ou moins grande d'argent, suivant la quantity annuelle
des products expedids.
Cet argent dtait envoy par les correspondents au P. de
Sacy, procureur g6ndral des Iles du Vent, rdsidant a Paris I.
Celui-ci 1'encaissait et 1'employait, suivant sa destination,
a payer les lettres de change tirees sur lui- par le P. Lava-
lette pour le compete de la maison de Saint-Pierre-la-Mar-
tinique. II ne b6ndficiait nullement de ces fonds ; quand il

1. Le P. Dominique de Sacy, n6 le 25 novembre 1689 & Rouen,
entra au novicjat de la Compagnie le 15 aout 1707. Apres le noviciat,
il faith deux ans de philosophies (1709,1711), professe la grammaire et
leshumanites (1 7H-1715), suit pendant quatre ans les ours de th6olo-
gie au college Louis-le-Grand h Paris (1715-1719) et, la troisieme ann6e
de probation terminee, il revient. ,A Louis-le-Grand et y reste
(1720-1739) avec les functions de surveillant et de directeur de la
Congregation des Messieurs. De 1739 B 1743 il dirige la maison de
retraites au noviciat de Paris, et de 1743 A 1762, il est a la maison
professe de Paris, procureur de la Mission des lies du Vent.
Les notes de ses suplrieurs lui reconnaissent un bon jugement
et de l'exp6rience dains la gestion des affaires temporelles : Judicium
optimum, rectum, et sanum, prudentia magna, experientia non media-
cris in rebus temporalibus gerendis.






- 84 -


en avait, il payait les lettres de change ; quand il n'en avait
plus, il renvoyait les porteurs de lettres. 11 rendait service
a la Maison de Saint-Pierre, en remettant b ses crdanciers
le prix des denrees; et il rendit volontiers ce service come
procureur general de la Mission de la Martinique, tant
que ses occupations lui permirent de le faire. Cette opdra-
tion, tris simple et sans nulle apparence de commerce, 6vi-
tait au P. Lavalette les commissions toujours onereuses,
les diminutions et les pertes d'argent causes par le change
ou autres ddpreciations des valeurs 1



Mais un jour arriva oii les lettres de change se multi-
plierent tellement, par suite des emprunts r6pe6ts, que le
P. de Sacy pria le P. Lavalette de tirer desormais ses lettres
sur MM. Lioncy freres et Gouffre, n6gociants a Marseille.
On louait leur probity, on croyait a la parfaite sdcurit6 de
leurs affaires ; ils acceptaient d'etre les representants de la
Maison de Saint-Pierre. Ils requrent donc, t partir de 1752,
les fonds de la Martinique et se charg&rent de payer direc-
tement les crdanciers du P. Lavalette.
Celui-ci ne vendait pas seulement en France, par l'entre-
mise de ses correspondents, le produit de ses terres ; en
change de ce produit, il achetait aussi les marchandises
europeennes, necessaires B l'entretien des Missionnaires,
A l'ameublement de ses maisons et i la fabrication de
quelques denrdes coloniales.



Naturellement obligeant et serviable, on le trouvait tou-
jours pret A rendre service a ceux qui avaient recours A


1. Memoire justificalif du P. Lavalette.







- 85 -


ses relations et 4 son experience. Ainsi, envoyant en France
une tr's grande quantity de denrees provenant des terres
de sa residence, ii recevait I'argent de quiconque voulait en
toucher ou faire toucher en France. De l le grand nombre
de lettres de change qu'il tira des les premiers temps de sa
gestion, sur diffdrents negociants du royaume
Enfin, A l'exemple de tous les habitants des lies du Vent,
et pour obliger des proprietaires qui d6siraient retourner en
France, il prit leurs fonds et leur en fit toucher en France
le prix convenu par la voie de lettres de change '.





Telles furent, en r6sum6, les operations du P. Lavalette,
pendant les six premieres annies de ses functions de pro-
cureur et la premiere de sa charge de supdrieur general.
S'il est permis de regretter qu'il se soit laiss6 entrainer
a cultiver, & vendre et 4 contractor dans des proportions
exagerees et blAmables, la justice nous fait un devoir de
reconnaltre qu'il n'existe nulle part aucune trace de com-
merce proprement dit ; jamais, A cette 6poque, il ne fran-
chit les limits fixes par les lois canoniques. C'est ce qui
resulte de l'etude attentive de son administration temporelle;
et ses accusateurs les plus acharn6s n'ont pu trouver, entire
1748 et 1756, aucun acte, aucun achat, aucune transaction
commercial, constituent le vrai ndgoce, I e negoce prohib6
aux religieux. Cette periode de sept ans fut aussi la plus

1. Mdmoire a consulter et Mimoire sur le P. Lavalette.
2. Mdmoire sur le P. Lavalette et Rponse au Mdmoire intituld :
< Memoire sur les demands formies contre le General et la Societ6
des Jesuites au sujet des engagements qu'elle a contracts par le
Ministere du P. de Lavalette, par Deligny, procureur (1761). .






- 86 -


favorisee de sa gestion financiere; ses entreprises r6ussirent
au gr de ses desirs. II eut mieux valu pour lui qu'il en
fit autrement.




Aim6 et estim6 a la Martinique, tres apprdcid des chefs
de la colonie, il se fit, comme tous les entreprenants heu-
reux, des envieux et des ennemis. Qui n'en a pas, et sur-
tout les Jesuites? < Quelques personnel mal intentionnees,
dit le Memoire sur le P. Lavalette, l'accuserent aupres du
ministry de la marine, comme faisant le commerce stranger
d6fendu dans nos miles. ,
Le Ministre de la marine 6tait le comte Rouill. M. Rouill,
nomm6 secretaire d'Etat au Departement de la Marine le
28 avril 1749 et ministry d'Etat en 1751, etait ( un tres hon-
nete homme, d'un esprit tres net, tres zl61 et meme s'affectant
trop, et qui avait pour le commerce de l'int6rieur et pour
la Compagnie des Indes, fait merveille I. C'est a lui que
parvinrent les plaintes contre le P. Lavalette. La denonciation
partit de 1'Amdrique. Les d6lateurs prirent soin de cacher
leur nom; le ministry du moins ne les fit pas connaitre.
Sur cette denonciation et sans plus amples renseigne-
ments, le comte Rouill s'dmeut. A la date du 23 mai 1753,
il adresse une premiere lettre i MM. de Bompar, gouver-
neur de la Martinique, et Hurson, intendant, et demand
des renseignements sur l'habitation des Jdsuites a la Domi-
nique: Sa MajestW, dit-il, m'a ordonne de vous marquer
qu'il lui est revenue, que les Jesuites ont entrepris des eta-
blissements en d'autres lies contentieuses, et qu'elle
(fJsire d'etre inform6e en quoi consistent ces ktablisse-


1. Journal du due de Croy, vol, I, p. 125i.






- 87 -


ments, sur quels titres et dans quels temps ils ont ete
faits. Ayez agrdable de m'envoyer ces eclaircissements
pour que j'en puisse rendre compete h Sa Majestk 1,
M. Rouill ignorait-il en 1753les acquisitions faites par
le P. Lavalette i la Dominique en 1748 ? II est permis d'en
douter, si l'on se report a la depAche du mim&e gouver-
neur et du meme intendant, ecrite 1'annde prec6dente au
mime ministry et dans laquelle ils parent de l'dtablissement
que les Jesuites ont A la Dominique et de la quantity de
negres qu'ils ont pour y faire travailler 2
Quoi qu'il en soit, M. de Bompar donna les 6claircis-
sements demands et requt du ministry cette rdponse, date
de Compiegne le 20 juillet 1753 :
< Depuis les eclaircissements que vous m'avez donn6s
au:sujet du P. Lavalette, j6suite, il a 6te fait de nouveaux
rapports sur la conduite de ce religieux, qui ont fait penser
au Roy, i qui je n'ay pu me dispenser d'en rendre compete,
qu'il ne convient, point absolument de le laisser plus long-
temps aux isles. S. M. m'a commander d'expddier l'ordre
que vous trouverez cy-joint pour faire repasser ce religieux
en France. Elle souhaite neanmoins qu'avait de faire mettre
cet ordre a execution, vous en privenies le supdrieur des
Jdsuites de la Martinique et que vous lui laissiez mesme la
liberty de renvoyer le P. Lavalette sous tel pritexte qu'il
jugera A propos, et de maniere qu'il ne paraisse pas que
l'autorit6 de S. M. y soit intervene. C'est un management
qu'elle veut bien avoir en cette occasion pour le caractere
des missionnaires en g6n6ral, et pour les J6suites en parti-
culier. Mais il faut que vous vous assuriez que le sup6rieur

1. Archives colon., Minutes des lettres, Amerique, s6rie B, vol. 97.
2. 15 janvier 1752, au Fort-Royal (la Martinique); lettre de MM. de
Bompar et Hurson au Ministre de la Marine (Arch. col., corresp.on-
dance gdn6rale de la Martinique, vol. 59).






- 88 -


fera effectivement embarquer le P. Lavalette directement
pour la France par le premier vaisseau qui partira, sans
qu'il puisse etre envoy dans une autre colonie. Si le sup6-
rieur n'y satisfaisait, S. M. vous ordonne tres express4ment
d'y pourvoir, de manibre que l'execution de cet ordre ne
puisse etre ni Blude, ni diffIr6e, sous quelque pretexte que
ce soit. Et en me rendant compete de ce qui se sera passe
sur cela, vous aurez agrdable de m'informer du jour que la
premiere expedition de cette depeche vous sera parvenue et
du jour de l'embarquement de ce religieux 1. ,
Cette lettre, redigee en pareils terms, sans avoir au
praalable entendu l'accusd et les chefs de la colonie, 6tonne
de la part de M. Rouill6. II est vrai, comme le dit le due
de Croy, qu'il s'affectait trop 2. Impressionnable a l'exces,
il obeissait au premier movement; ses ordresportaient sou-
vent 1'empreinte de l'impression du moment.
Voici l'ordre joint i la lettre : De par le Roy, S. M.,
voulant pour des considerations particuil6res, que le P. Lava-
lette, J6suite, actuellement employee aux Missions des isles
du Vent, repasse en France, elle ordonne au Sr de Bompar,
gouverneur et lieutenant g6n6ral pour Elle aux dites Isles,
de le faire embarquer sur le premier navire qui en partira,
pour estre, ledit religieux, a son arrive dans le royaume,
en liberty de suivre les ordres de ses sup6rieurs. Fait a
Compiegne, le 20 juilet 1753 ,
S'il se fut agi d'un malfaiteur, l'ordre n'ebt pas Wtd
intim6 d'une fa;on plus brutale.


La ddpeche du ministry a M. de Bompar 6tait h peine

1. Arch. col., Minutes des lettres, Ambrique, serie B. vol. 97.
2. Mcmoires, I, p. 125.
3. Arch. col., ibid.






- 89 -


parties, que M. Rouill apprit que le P. Lavalette avait
ete nomm6 cette mAme annie, au mois de mai, supdrieur
general de la Martinique et pr6fet apostolique.
11 derivit done, le 31 juillet, a M. de Bompar: a Depuis
la lettre que je vous ai derite le 20 de ce mois, en vous
envoyant l'ordre que le Roi a fait expedier contre le P. Lava-
lette, j'ay appris qu'il a dtd nommd supdrieur de la Mission
de la Martinique. Ce changement dans son estate n'en a pas
apportd dans la resolution que Sa Majeste a prise contre luy.
Et c'est ce que j'ay explique au P. de Sacy, procureur des
Missions des isles, qui m'avait fait des representations
pour la revocation de l'ordre du Roy, don't je lui avais fait
part. I1 ne tiendra, au surplus, qu'au P. Lavalette d'dviter
l'eclat, puisqu'au moyen des managements don't Sa Majeste
vous a prescrit d'user pour son depart, il aura la liberty d'y
donner lui-mesme tel pr6texte qu'il jugera a propos. Mais,
si, contre les apparences, il cherchait & abuser de ces mena-
gements, le Roy veut que vous fassies executer l'ordre que
je vous ai envoyS, conformement h ce que je vous ai expli-
qu6 par la d6peche qui l'a accompagne.
Sa Majeste m'ordonne cependanr~de vous observer que cet
6venement ne change rien non plus aux dispositions oi vous
savez qu'elle a toujours este pour les Missions des Jdsuites.
Ainsi elle desire toujours que vous protdgiez particuliere-
ment celle des Isles du Vent, et.que vous procuriez aux
Religieux qui la desservent tous les secours et toutes les
facilities don't ils auront besoin dans l'exercice de leur
ministbre, avec les agrements et la consideration person-
nelle qu'ils meritent par leur conduite 1.


M. de Bompar communique au P. Lavalette les deux

1. Arch. colon., Minutes des lettres, Am6rique, serie B, vol. 97.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs