<%BANNER%>







PAGE 1

p.\ ... 1 LE MATIN8! ikcr.nl. %  Barbaiicourl Dont la renomm A universel le a gard sa premiers place Demandez narlout : UN BARBANCOURT Dot: Rnp;des Osais 'a Cure au Mauvais sang, Humeur, Eczma, Artrio-Sclcrose Varices, Rhumatismes, Maladies des Femmes e CUROMAL des Laboratoires du Rhne, I baM >l 11 de 2S iilantes nnetont_re cm la nature a produit di irj i.e plus puissant ti ; uratif purificateur et rfjuJ rteur du sang. Par son ai lion antise| srit la constipation, enireuenl 11 libertv du ventre, ente les formenialioi • el I mi tltmtntrma curtt OOBOMAI. Jim i nu tfnrmer ma tant) %  iri.maux • qu'iai direction unique : celle du Dpartement de l'Instruction Publique. J C1N-PARAMOUNT OIIANCHE1* JANVIER 1933, A 6 EU HEURES P.I.J aaaa I prsente t avec Le Prince de 11 personnalit,* MAURICE CHEVALLIER ET CLAUDETTE GOLBERT UEYRIAM HOPKINS dans i Le Lieutenant Souran t C'est un Film Paramount KM) % perlant franais Entre gale. : G. 2.00; Loge : 3.00 VIENNENT D'ARRIVER :j Sacs vides neufs double couture pour cafImprims caf tri la mai il. St-Marc, Hati en deux couleurs. De mme, nous venons de recevoir ficelle pour ]sacs vides. iNos socs vides sont de qualit suprieure, ce qui est une garantie pour vos expditions. Demandez nos prix qui soit trs favorables. LE COUPJE DE" MINUIT Et comme il salua minait la St.-Sylvestre passe, l'aurore de"1^32, le canon minuit.ee soir saluera sou d pari, ci la naissance i eie uil le l'.iooee 1933. L voix T;igique ne c variera cette t.)is nul projectile de mort,et c'est pourquoi il nous trouvera tous, attentifs, at'en dris avec des yeux o le sphinx de l'inconnu nouveau posera sa question Œdipe... Q t'on s'embrasse surtout... au coup de canon de minuit. Qu'on s'embiasse, comme des passagers do mme bateau en naufrage.On changera les vœux aprs...sans trop d'ailleurs y croire. Et puis.quand revenu de l'motion, des treintes et des souhaits ... on regardera l'horloge ... 1933 ... aura dj compt l'Age inquitant de trois minutes. y-.I P REETZMANNAGGERHOLM & C Rue du Quai (i Loterie Dj|lf des rira RiBblifiiiea fl SI Honor Salon deeniflure auquel sont annexes un Bar et un Restaurant. Prix avantageux. Nationale —o L'an nouveau ramne ses souhaits... Voici les miens, voire adresse... RECEPTIONS AO PALAIS —o— Conlormment au crmonial en honneur depuis toujours, le Prsident de la Rpublique recevra au Palais National, pour l'change des vœux de nouvel an, le Corps Diplomatique et Consulaire, le Corps Lgislatif, le Corps Judiciaire, le Clerg, la Coinm une, les directeurs de Journaux et les diflrents chefs d'Administration. Le Prsident de la Rpublique recevra aujourd'hui de (J 7 lis. du soir au Palais 'National! Des invitations ont t lances. Le Dparlement de l'Intrieur,' a dans le pr'gramme qu'il'a fait distribuer, indique l'ordre dans lequel se feront les lceptions et le crmonial adopt pour le Te Djum traditionnel du lendemaiu, 1er Janviej 1933. De la sant d'abord, puis-1 que c'est le premier des biens. Une lerame fidle et jolie, si vous tes clibataire. Des enfants adorables, si vous avez dj la temme fi dle et jolie... : Et enfin pour qu'il n'jTait pas une paille, pas un souci t votre bonheur, le Bros lot de { la Loterie Nationale... £&m Si c'est trop..dit-elle lu yie VOTRE CUISINE, MADAME... Fin d'anne ("C'est l'poque des bons repas. Le gourme tisme triomphe sur toute lai ligne. Fritures, rtis rossoli en de fines graisses, toute la lyre culinaire va s panouir. Ne manquez pas, Madame, de vous munir cette tin de I incomparable Matilyue des L smes de Port-au-Prince et de S/ Marc. Bec Fia. -.bi, .C£ eu AOI'UE le plus PUISSANT etleplusAUrABLE des RECONSTITUANTS POUP GUmrt ANEMJE-FASBLES3E INDISPENSABLE du DSvoloppejnent lia* ENFANTS aux personnes FAIBLES et CONVA'.ESCr.NTg Un Vtnu Port an-Prince : PhW. BUPH %  TTW—IIIII i i m j mu M, ii j)f £ T ransatlantique '.^L? stea ner St Djming 13 venant de Bordeaux via les Antilles franaises, Sinliag de Cuba et les ports du Sud 'est attendu Port-au-Prince j le samedi 31 dcembre au matin. Il repartira le mme 'jour pour les ports du Nord. DPARTEMENT DE LA POLICE I pner^-PUta et i. H .mvi. j Fort-de-France. t* Le manileste et la liste des Il a t dpos au Bureau de la Police une bourse con•euanl une somme d'argent. Le propritaire est pri de venir la rclamer. Porl-au-Prince, le 30 d-embre 1932. F. S. GILMAN Capitaine, G. d'H. SonsChet de 'a Police. passagers 'reus par avion sont la disposition des clients en nos bureaux. F. M. ALT1KRI, Agent Gnral Rue du Quai, Portaiu-Prince Boite Postale; A 174 Tlphone .No 3220 TOUX ET RHUMES ne sont que les aTant-coureurs de la bronchite morcelle, de l'iiifluenza et des (roubles pulmooalres. SCOTT'S EMULSION calme la toux la phii opinitre tt chut* le pire rhume. Prenez-ea rgulirement* Bile protge le* poumons, renforce le COTM M S%M ta force de rsistance. lm .lMs ts mO nt if U %  4 ..SCOTT'S EMULSION ..' %  •l'huile de foi* dt morue nrvfcnne i RM* en Vit^mmn AHD Asmu. de widii HAROLD F. RITCHII • CO.. a> „ MadUoa Aw. t 34th St., New Tra, E. U. TA. X Les Dix Commandements du Jour Un Sac Main tu porteras a tait partie du vtement. A la mode tu le choisiras En crocodile ou en serpent Chez U'XILA tu l'achteras C'est un honnte commerant D'un prix modique tu le paieras Chacun le sait videmment A tes amis tu le diras Ils t'en seront reconnaissants Des Sacs Main tu offriras A l'poque du jour de l'An De Ion bon got, on pariera C'est 1res llatteur assurment Pendant rrTemps tu oubliera, Ht tes soucis et tes tourments.' Lavieest courte, la mort ven*5rs Qu auras tu fait de ton argent? Le sac est no cadeau uli,e~~ Fais des heureuses, AItB8i 4 toiW|. PAUL-, AUXILA vous souhaite une Annc [ meilleure.



PAGE 1

LE M\TIN Si Dcembre 1932 PAGfc 3 TEKRAI'LAAE et L'Automobile la plus adaptable Hati. Une automobile construite avec des matriauxOde 1re f7 mialit. Une automobile de dsignation modern e gui assure une longue dure et*i corporant la beautjet le confort. "'" I Une automobile rpondant aux exigences de nos routes tel gu'AUGUNE AUTRE AUTO NE LE PEUT. La Terraplane court plus vile, grimpe mieux les ctes, acclre plusJacilemenj et va plus confortablement gu'aucune autre auto de nos jours, quel que soit soi prix. %  Cei s'adresse aussi bien aux autos de fabrication Europenne. Une simple dmonstration vous prouvera ces (ails. —o— Les spcifications sont tes suivantes : HOIES EiY METAL bUNO;iN0XYDABL£ CLITCH AlTOMATIQlk nous iiunis CARROSSERIE ZD'IJVE PltŒ h* ACIER B CYLINDRES 70 H. P. CHASSIS EN X COULEURS D'OPALE IMAGINEZ-VOUS ONE VOITURE DF LUXE OUI GRIMPERAIT U COTE U PLUS RAIOE O'HWI EN TROISIME VITESSE'ET OUI DEPASSERAIT EN COMPARAISON DE SON PRIX LES EXTRAORDINAIRES PRIX DE VENTE SUAIANTS : ADSTER mm lS€H91 ** COACII ""• COUPE !,!,:i ,K MU "* fl.07o,60 SPECIAL RED i.f2s,eo Le b:is prix ((entretien, provenant du plus moderne gnie, rsud dons lcono nue de aazoline oui est extraordinaire. KNEER'S GARAGE, Wll\ Distributeur. RUUiPAVF, PORT-AU-PRINCE, PHONE : 2318 2234 Vie Sportive Nos souhaits. —Aux lecteurs tir I.. Matin,aux Membres le 1U .S S. 11.. des Clubs et particuliremerr.! aux sportsnvn de l< us les cl luhv, nous prsentons nos vœux les meilleurs I occasion du mMKWUvellement ne l'anne. No-us souhaitons de fout •cœur que t.ius ceux qui s' 1 n ressent — un H're quelronqu 1 de ioin ou de pi vs — l'volu tion morale et matrielle du Sport Hailien .t'entendent — faisant abstraction de toul r .* s .' sentiment — pour u* stabilit et surtout de la prennit de l'œuvre. La jeunesse apo. r tive hatienne croit termeioent q^e les dirigeants de 1U.S.S.H sauront discerner les vrais besoin du sport et travailleront lai*** de 1 Union des Socits Sportives Hatiennes une ralit. Conseil de l'C. S. S. H. — En | dernire heure, nous avons ap ( pri* que le Conseil de l'U S.S.H., — la suite d'un malentendu qui n'avait que trop dur — est dmissionnaire. Le Conseil estait compos de : Alph Henriquez, Prsident; Svlvio Ca*o, V)ce-J Prsident; Andr Thard, T> [ sorier, Arthur Bonhomme, Se I crtaire; Allain Laraque, Raoul Piquion et Luc Boisvert, Membres Nous ne savons dans Uiul sens l'assemble gnrale i Jes clubs dnouera la cris**. Mais qu'il nous soit permis de conseiller ces messieurs de s'impirer des vraies aspirations du Sport pour choisir dans le calme de leur conscience nn Conseil qui soi en Jonction d la noblesse de l'Institution :righ. mai; in rigbt place. • • U U et nome.— La Fdrii i-male de Foo'-i ^3all Association vient d'invitei UJ-J-S. u. au giaud tour.o.i internai ional de Foot-Ball qui se tien rira Rome au prlr.-te n. s de 1034. Le Conseil de I U S. S. II., aid de la Commissio i ompi tente, doit s'intresser d une laon pirliculire cette grande comp'ition o s'aftronteront tous les centres *> spor • tifs aftilis la F. 1. F. A. M ne quipe li itienne techniquement prpire et dont les membres — avaDt tou'e chose, — observeraient rigoureusement les rgles de 1 hygine indispensables leur performance, figurerait avec un certain avantage ct des Argentins, des j Uruguayens etc.N'est-ce pas.R• gnier, Audanf, Elio, Tovar ? pour ne citer que vous. Nous formulons d'ardents vœux pour la ralisation de l'entreprise — non au-dessus de votre valeur athltique — et la soutiendrons de toute notre force. En avant, quipe nationale et U.S.S.H. Union — Solidarit— ScuritHarmonie. F. H. LE FAIT EST INCONTESTABLE! Rhum Saillie C'est la quintessence des meilleures varits de cannes d'un vaste territoire runissant les meilleurs terroirs j C'est ce qui fait son arme. GOUTEZ ET COMPAREZ! Grande kermesse Au profil de l'Association de la Jeunesse Catholique Haitieioe le lundi 2 Janvier 193.3 | l'Htel Bellevue, sur le Champ de Mars Avec le concours des dmes patronnesses el des jeunes filles Ouverture : 2 heures o.m. Entre gnrale : 0 g.5 ': Comptoirs trs varias.— Grand choix le colliers, bracelets, sautoirs, bagues, porte-plumes rservoirs, jouets de toutes sortes et le jfu la mode : le YO-YO. Jeux d adresse et de hasard. Passe-boules, massacre, pche aux quilles, pche la ligne, flchettes, anneaux merveilleux, enveloppes-surprises.loteries diverses. \",Roucs de la borlune.— Lol s nombreux et varis, pouvant sa* tisfaire tous les gots. Buffets de dgustation.— Pri tes — Sandwich — Bonbons — GAteaux— Kola— Bire—CocktailCaf— Chocolat— Punch de nier cri. Thtre de verdure.avec le concours de jeunes et talentueux acteurs.Une demi-heure de fou rire Grandes surprises. — Le Lapinodrome — pour les amateurs de courses. Les Palourdes fleuries — pour les artistes. Le soir, l'excellente Musique du Palais, sous la direction du maestro Luc Jean-Baptiste, donnera les meilleurs morceaux de %  son rpertoire. Bataille de con/i tti el de balais. AVIS IMPORTANT.A l?sue de la fte, aura lieu le tira-", ge de la grande LOTERIE, in-' dique sur tes billets d'entre numrots cet effet. j C'est ce moment-la que sej ront tirs galement les diffrentes RAFLES de : poupes, montres, vases japonais, MUSIQUE OU 'PALAIS G. DU Pr g m me du concert i jle vite 193b de la Mu* sique do P< ais sous la directe n du u tiro Luc Jean Baptiste 1 lSdl a < he g errire dO. Je ii y l 2—SeojJ Rapsodie Hongroise de Liszt. 311 Trovatore — slection d'opra de Verdi. 4— A la villa del guas'j — quartet par Miguel Matamoras. 6— Souvenir de la classe polka solo jour cornet par (). Jeanty. o' Les Zphyrs,valse d'OJeanty. 7 — Le siffle n coquet One-step par M. L Lake. 8 ..huucouue— airia gue populaire. Il tait compltement puis par le travail I %  • i iv.iis lellemenl travailla, nom i iii • Moniteur c.... comptable Alaer, qj* |i n'en pouvais plu. D* u.iini>i,-i,-i %  M Iles m avalent compltement pul*4. I i voulu essayer h FOHTMM-:. .v i nuis tout d suite nmia i mumjar loi %  t|uc mon estomse refusai! tout : '. Ion qui rira ne panafl : i • • ml comme une marmotte, alora i %  'ne pouvais trouver la aammeil a. ii li 'Irnirnl iransfoi m( p r ruas il i Ht l'IANK. Monsieur C... ett marb* '• un lionuos juveu, plrin d'artlaur I ri• i lin. k'om u-Ni. Iravalllanrs, lotallactnala ni i inii'lH.riniihrs pur une lourde trhr, n li • ^i FORT1ANB de fournir k vu ii ; inlame les < l^inrnliiqu'un raTai I ri %  •• i ilrli mis. KOHTIA.N'K vous rendis vos forera. hOIITINK Ml in.''/; un imi-.Njni Wu n : i|iii diminue la violence et la l iiicnea dn aeoss HbrlaSa : elle se Iruuviwiani • %  i, i, %  lunne* phiirinavies •. l'Olfl'-.il •l'IUNCE, la HhanuacKa \\ Kl (.11. REVEUTiuRS SENSATINKELLES JM VR US SFCRETS des SOENCES OCCULTES Soridif. M.r. Fr.tiqMt Kcra>U d |.i,iluaun vie '.ou* r-iv Notice raii;iie. -Kcrtr* SJ.:_T FRANAISE • I, . H rsaVrSi-ParJs, TS*ii STEAMSHIP UNE Le steamc f Guayaquil • est attendu Port au-Ci in-e, venant de New-York, le m irdi 3 janvier 1933. Pas de correspondance. Il partira le mme jour directement pour Cristobal, Canal Zone, pre* nant trt et mail?. Jas. H. C VAN REBD "* Age ut gnral Aux Trois | Quartiers Mal ion J.de Vendegta rsente ses meilleurs souhaits de bo me et heureuse an e sa nombreuse et ddle clientle, et lui annonce qu'il vient de recevoir.par le dernier batea". des sonliere d-ol le ts tout en blanc et marron du dernier chic.N'oubliez pas de nou visiter, cti ces articles s'enlvent rapidement.



PAGE 1

/ Samedi 31 Dcembre 1932 Le Matin 4 PAOEf Port-au-Prince Tlphone : 2242 llombiaii \ Steamsnip Company Inc, {Ligne, Colombienne) Tlphone: No 2323 Le vapeur Pastors Voy. 1 partira de New York k 29 dcembre 1932, directement paur Port-auPrince, -c il est attendu le 2 janvier li 33 en route le mme jour directement pour Kingston, Puerto Colombia,'Cartegena et Cris* tobal.C. Z.,prenant trt, malle et passagers. 0 Le vapeur c Hati Voy. 1 de retour des ports Colombiens, Cristobal. Canal Zone, et Kingston est attendu Port au-Prince le jeudi 5 janvier 1933, en route le mme jour directement poui New-York. prenant fret, malle et passagers. Port-au-Prince, le 27 Dcembre 1932. Wm. E. BLEO, Agent. Mr Jose.Sau-Mnlan, Jjr et Mme Jos San-Mil!an fils.Mr | Antonio Sau-Millan, Mr et Mme Enrique San-Millan^et entants, Mme Vve Francisco et enfants, Melle Eladia SanMillau. Madame Carni la Ramirez y Hodnguez t en tants, Mr t> en bonne compagn e, ieodz vous Navy-Bar. o t'en v nd les meilleure! liqieurs j et| prix t es rduits Uuvert toute la nuit. Grand ssc Caisse d'Epargne Populaire Si fous ne voulez pas tre pris au dpourvu quand la bise sera venue, ne soyez pas (.igale ; soyez hourmi. Prenez pour cela le chemin de la Caisse d'Epargne Pomilaire: 33*2; rue des Csars, versez l, contre un joli livret, ce que vous avez dans votre poche, si modique qu'il soitmme un simple nickel ; — renouvelez ce geste chaque semaine ou chaque mois ; et au bout de l'anne, vous aurez toutes prtes vos et retires et celles des vtres. Et mme, au lieu de congdier brutalement la Cigale, vous pourrez lui tendre la main en Fourmi devenue misricordieuse, parce que la j.auvre n'a qu'un tort, qui est son excuse : c'est d'ignorer la Caisse t'Epargne Populaire. S'AMUSE fa Socit J la "UREIAITFRMIISF -15. f4U. Sl-IhlHU, P*u i lo'l t toieC" 'J fr. NOUVEL LBb"l *C'< pagn awtc gnuntw omlqu ^^ D QUOI KINB Bit MOU m rarcps, Phnlqut, Amwrmi!i dt touti$ luriM. f rH>r ilimr lporieDlv* *rrHirlca d TlnMrn. I mtn.-m;Hantionicti,tM.mthtMlpwrattrendreimii I % Ti.iii.eTuxom,r**>iMDrtTi.ccrtfe-nllert semaine ou dp mo's imiir te (>i'n*ions de jour, u SOUS\GENTS Agent Gnral pour Hati. port au-Pnnce; 1G. GILG IEAN BLANCHET Jrrot Votre premire visite a L'HOTEL ANSONIA .v r r v g f %  Nous donnera raiso. i ( confirmera votre hnn >ngement, jnstifiera la confiance ue vous nous aurez arrnHe •en nous ff''-an!ss'nt voir* apprciable oatronage i l'Hte —* [ te plus slect de Port-au-Prince. Nous vous fuggrons d'rrtei votre! chambre d'avance / Quand uelqun vous rend visite OFFREZ-LUI UNE COUPE DASTISPOIMTE Agents pour la Rpublique d'Hati A. DE MATTEIS & Co. Fort m Attention PROGRS NOUVEAU RHbM 1S0L\EAU Rhum diciux got exqui> Prix rduit CCOL DtFIANT TOUTE C0NCU,l flair in Vierge h. z N. NAZ'ON CE QUI n JAMAIS ETE FAIT CE OUI NE PEUT ETRE DEPASSE Kola Champagnr F. SJOURN Prpar dans des conditions rigoureuses D'ASEPSIE Prparation et Veule PHARMACIE F. SEJOURNE Angle des rues Romel dn Centra.



PAGE 1

Clment Magloire DIRECTEUR £1358. RLt AMERICAINE 1358 IELEFHONE N 2 242 llijuytlgplr las irsid qof les ml hia>rr, qufllf uroliCsA l^haiur tirs mchants ; i|i(||J jBiais baisser 1. tflr, An-rjjUos tout et 80\ons fermf !... 26me ANNEE N 7857 PORT-AU-PRINCE (HAITh Bonne Anne, Mesdames, 1 Mesdemoiselles, Messieurs L. SAMEDI 31 DECEMBRE? W32 f T|nir iMia Non voudrions.tiers n bonns, lecteurs et amis, toi rouler pour vous, l'occasioD dp l'anne, qui poindra la mi-nuit, les souhaits les plus minents, mais, hlas! nous savons, d'exprience, que la vie distribue toutes choses, avec tant de parcimonie, qu'elle ne nous envoie jamais un bonheur qui soit digne 'v.n ultime plaisir, ni une peine qui soit digne d'un ter nel dsespoir. — Alors, nous prlrons, dans l'ordre des vœux, garder la divine mesure, ei souhaiter que 1933 vou J apporte des joies moirea. Avec une rsignation splendiHe, le peuple hatien a support les rigueurs de la crise qui treint le monde. Est-ce vertu du latalismede la race? Peu'-tre. Mais aussi et surtout, c'esi sa grande capa* cit de rve, qu'il doit de ne s'tre point couch sur ia roue giise pour se I. sser mourir... Flaubert crivait une dame de ses amies: c Tu as Irapp ma poite, pour me montrer tes mains ensanglantes, mais je n'ai pas pu l'ouvrir, paice que mts mains a moi soutenaient mes entrailles i. Chez nous, c'est la mme chose. Gtoit nnni Flaubert, et c'est nous la dame. H ires sont ceux-l qui ont pu, au cours de cette anne qui meurt, j ouvrir ceux qui trappaient la porte de leur piti. 1933 sera t elle plus clmente pour nous? C'est notre suprme esprance. Rythmes de courtes joies et de longues tristesses. C'est le normal de ia vie. Que le monde aille ainsi de chutes en rebondissements, c'est ce qui en fait,— pardon pour cette parole d'esthte, la grce dchirante et absurde, < Des souhaits mesurs? Nos rhum ALIX ROY ISO annpps <\e succs mains en sont pleines pour vous, abonns, lecteurs et amis.El au milieu de ce bouquet, la fleur inoue du Rve... Comment, en ce jour, ne pas accorder un souveuir nos confrres qui ne sont plus: La Presse qui joua sur la ligne de teu un rle si merveilleux dans le drome de la libration nationale, si lente venir, — Le lemps qui laisse dans I imagiuation h tienne uu si brillant sillage et si poiguan! Et no mis confrres qui somencoie ei> prison? Il y aurait impteie a les oublier Le Matin leur evoie, dans leurs cellules, un dessus de toutes cruelles coutingeuces.sa sympath e mue en souhai ant qu'ils soie t rendus la pleine lumieie du jour. A tous, bonne annel bonne ani'el N'OUBLIEZ PAS... Le RHUM NECTAR, le meilleur des Rhums, au got dlicieux el l'arme eiquis. Von trouverez aussi de l'alcool suprieur 90 et des extraits pour liqueurs chez : FRANCK N. GAETJENS 1940, Rue du Magasin de l'E'at. — Plion* : 2347. ment a le droit et le devor d intervenir pour empcher les troubles de l'ordre public. Mais l'action communiste, dpouille de ses excs, ne porte pas par elle-mme atteinte a l'ordre politique si le Gouvernement, se contentant de maintenir l'ordre, ne prend pas partie dans une lutte sociale dont le fondement est rationnel, ratifi par presque tous les Etats, et qui devient progressivement internationale. Cependant, il importe de convenir que la propagande communiste est loin d'tre toujours inspire par les principes sains de la doctrine ; que ses ravages exposent surtout les pays non organiss, el que les polices gouvenn mentales font bien d'tre vigilantes. 1 Une brigiliala exposition a eu lien reemnmnt Paris : l'exposition ue .1. la suspension ne notre condu sieur O. Lind. de laritMu ton de M. Max Huclicourl et de 1 ulque antres accompagnes Je i erquisitions,a copieusement et les lments de son action prsente. Si nous avons bien compris .unis nous trouvons en lace d'un complot de nature^o,muniste ayant pour but euer Vioilation et cela suint pour au? le gouvernement prenne :: m esu g respourempcherlor s dre public d'tre troubl, le cas chant, non paa parce qu il sacrdd communisme mais a fvsdel'agilal.onet des cou squences qu'elle pourra,! entr tns" entrer clans le fond de S es, lits, -'e Hnre nmarque lilue essentiellement une uue SRSsrrSKffAfi %  vouable t esi • f . .. L an T m ie en,e. Ce aerail la vai l donnant djou u '.ava r ._ l eU, e n Œla production, e! bull on ^^if sensiblement "T P P S celui que le capital intrieur a ceiu M troUV e en assure celui qui er u cire porteur1 L,esl .,,. '''".'InaWee mmehumsont partois rprouvables, parce que bass sur la violence ; et ils sont bass sur la violence en raison des circonstances mme de la lutte, le capital, on le corn prend bien, ne voulant pas se laisser faire. Il tauXalors recourir l action directe sur les tra vailleurs en les armant de rclamations sanctionnes, le cas ebant, par la grve. En principe,cette rivalit n'est que d'ordre social et tous ceux qui s'intressent au progrs des socits sont obligs de reconnatre qu'elle est une de ses conditions de ralisation. Cette lutte entre les lments sociaux, en principe toujours, ne vise pas forcment les Pouvoirs pu blics ni le changement de leurs formes; mais la violence des moyens met parfois ceux-ci dans obligation d'intervenir, de prendre ainsi indirectement fait et cause pour le capital, et c est .Miurquoi les Etals qui se metdans ce cas sont dits Etals cm ilalisles. Toutes ces explications sont pour rduire sa juste valeur I expression de complot communiste. La grve aujourd'hui n'est pas une sdition ; c'est un moyen de combat partaitement organis et lgal, et mme de nature pacifique, abstraction faite des excs auxquels elle peut lonner lieu. Avant la grve de la llasco dont il paran tre question dans l'incident actuel, ,| y a bien eu la grve de Damien gnralise comme tout le monde l'a vu, il y a trois ans. Le Gouvernement de Borno s'en tait bien mu et le • complot communiste • avait bien t dnonc depuis lors, avec mme des prcisions et des noms ; mais il y avait alors des restrictions l'action gouvermentale En remn, tout gouverneUne erreur pleine de vrit, concluait l'esthte, dont c'tait l'lgance de disperser sur toutes les ides, sans s'y attacher aucune,-les paillettes d'une culture dsabuse. Apres avoir port ses lvres noires le lin verre de cristal, O la liqueur tait couleur du drapeau de Mos cou, il continua, au plaisir et au frmissement des beauts, impatientes d'tre inities la thorie du Grand Soir: — Le communia e est une belle thorie, mai a >tiphysique. Quoi qu'on fasse, il y aura toujours sur la terre des pauvres et des riches, des exploiteur- et des exploits. Le rve du bonhUT universel est inaccessible. C'est la sagesse populaire qui est dans le vr.ii, lorsqu'elle nonce cette sentence triste : — Le bonheur n'est pas de ce monde. Si la terre tait peuple d'anges, il y aurait peut-tre quelques chances d'y voir rgner l'quit,mais,hlas! nous ne sommes que de pauvres hommes, soumis aux impratifs de l'instinct et de lgoisme,—desquels, cependant, nous ne devons pas trqp mdire, car le progrs humain est fonction de 1 gosme et de l'instinct. Mme en Russie, si Lnine y revenait, il ne comprendrait gure plus grand'chose sa religion politique qui s'inspire du Capital de Karl Marx et de la doctrine sorlienne. L'galit des conditions qu'il a voulu y tablir, par le feu ot le sang. est balaye par le jeu de ce qu'il y a de plus immuable dan l'tre : l'inslinel. Les nionjieks, qui il fl donne les terres des nobles anantis, y forment en ce moment une caste de possdants, une lite ] hautaine qui succde en tous points celle vanouie. La dictature du proltariat est pire que celle d'une minorit.—Staline, le dictateur rouge, est oblig de compter avec lu nouvelle lite russe. Plus a va, plus c'esJ la mme chose.L'homme sera toujours limit par son intrt. Anatole France, et tout dernirement le grand Andr Gide, se sont rallis au communisme. Mais ce n'tait (punie attitude morale, belle, celtes, mais attitude,— moins qu'ils n'aient pris des frissons d'intelligence et de sensibilit pour du rationalisme social. Une toute petite histoire illustrera la valeur du communisme. Un ouvrier voulait convaincre un paysan d'adhrer au bolchvisme. Et dans ce but il faisait miroiter ses yeux les grces du rgime. Pai exemple, lui disait-il, tu vois cette belle auto qui pas se, eh bien! quand nous aurons triomphe, lu pourras rclamer la voiture de son propritaire, et te balader ladedans!EpatanUl s'exclamait le paysan bloui. Ce magasin, continuait l'ouvrier, rempli de belles choses, lu pourras y aller et rclamer tout ce pie tu dsires! Magnifique! clamait le paysan.— Il y a Vingt-cinq ans 0— JLE M %  ...' %  / Jhcembre 1907 I UNE MMK ŒUVRE Nous axons sous les yeux lesstatutsde l'Asile des enfants assis.es, celte nouvelle association de bienfaisance, qui vient de s e ci er el dont le but est de recueillir les entants gs de moins de •"> 7 ans, privs di-soins maternels. Celte disposition s'applique notamment : aux entants des parents malades admis a l'Hospice St. -Vincent de Pau'. 2" :.u\ enfants abau donns par leur inere OU orph bus, 3 aux enfants que lems parents confieront volontiers la socit. Quand les enfants atteindront l'ge de 5 7 ans, la socit entreprendra les dmarches ncessaires auprs de qui de droit poiu qu'ils soient placs soit l'Ecole des Arts el Mtiets. soit l Orphelinat de la Madeleine OU dans tout '.mire tablisse ment du mme g< lire. Les membres fondateurs sont MM. A. Bonaray, Dr Armand, F. Sjourn, Etienne Million, Etienne Fils, Dr Destouches, Dr Carris, Ed. LespinaSSe, Lo Alexis, W. Belfegiirde, Jrme Salomon, Auguste Magloire, Mmo Vincent, Mines. Michel Orcsle, Dusseck Veuve Charles M. Pierre, Mlles. Lucie T. Auguste, Emma Denis. Ccile Hou/on. Nous reviendrons luentot sur celle œuvre utile et prsentons nos meilleures flicitations aux membres fondateurs. ...Voit qne LK M A IN.— "lit HATi\,a/n/s lecteurs. -fail\nuu neuve. Les murs sont rcrpu lu chaux. Un peu de route an faite (tes chapiteau : jn meaux, qui encadrent te / tait d'entre, nom fait i n peti! air cardinalice fort /< %  nssi. Pour le reste, fi'esl le mme ver! aux portes el a X eieiirs. Du vert au c.e.i .. c'est tout le souhait que i us prsente, en se fermant, v lie Vieil ami indiscret, NOTIU ŒIL, d l'occasion de l'an no\ \ eau. ... voit que de nombre i manuscrits qui nous au i nt de adresss pour notre nu m ro de Nol n*ont pu y Jig irer. El 'tes manuscrits pou laid iiqns de Timothe Paret, Mairiee Brun, Jean hauliard. Ivonne />.. Nom en passons et des meilleurs. C'est dire tjue nous ne les rendront pas, et que, l'un aprs l'autre, mais en enrichirons notre loin les jouis. C'est donc partir remise et simple relard. • ...voit que Mr Eugne Meins. le roi des photographes, met au service de sa clientle (et su clientle c'est tout Vorl-ant'rince) AS ans d'exprience professionnelle. C'est presque un jubil le l'art. Et pendant ce laps de lemps il n'a pas dvelopp moins de trois cent mille clichs. Que peut-on opposer l'loquence de tels chiffres ? M r J osO.Munos Nous avons reu, hier aprsmidi, la visite de Mr Jos O. Mu nos, publiciste et journaliste cubain qu'accompagnait noire confrre X. Hu/o. de l'"Alliance Latine." Mr Munos nous a pri d'annoncer au public que sa confrence a t rcnvowe au lundi 2 janvier, 10"heures du malin, toujours Hi.dto. Nous souhaitons un agra ble sjour parmi nous s notre .nos. ble sjour lia conlt re Nlu 4 Consomme Riz Ce cochon qui passe, poursui vail l'ouvrier, lu pourras le saisir, le fa re rtir el t'empiffrer tout ton saoul Ah! non. rtorqua le payan. — Comment] rpliqua, furieux, l'ouvrier. — Oui, ajoua le paysan, je n'ai pas d'auto, je n'ai pas de magasin, mais je possde UD cochon Voil, continua l'esthte dilettante, toute la moralit du communisme. Est-ce dire que le mondedoive continuer ( vivre dans les cruelles el i actuelles ingalits sociales? I Non. Mais le communisme {vrai, digne de tenter les grandes aines, les vrais arisI tocrates, c'est, par les ralisat lions de justice el de bont. 1 d'amoindrir sur la terre le ca' pilai de misre humaine. Le communisme: une erreur pleine de vril.s Que pense/vous des jeunes gens ant l< s coiiiinecoinmuuisies avant-hier? interrogea une belle eun femme. — Ce sonl i eut-lre les dilettantes qui ne sonl pas plus commun *tes que je ne MI s camel t 'il i v. .. voit (pieu dormant mais l'avons chapp belle el que le communisme,petit i petit, s'installait chez nous, en attendant de mais imposer la faucille el le marteau.Le mouvement a t enrou tenips et il esl esprer qu'on ne fera pas payer trop cher leur garement aux quelques tourdis qui ruaient chez nous de la Nuit Houge. • ... voit que la Maison BAIIB4NCUURT. dborde par non ctmnYid d'alfaires avec les D parlements projette des suceur • sales an Cap, i Jaemel et aux Cages. Ne sera-ce pas dtrner un peu notie uieiix Port-au-Prince, an profil des chefs-lieux ? • : ... voit que notre distingu confrre Constantin Dameri' prsente dans\Hali-.lournah une biographie dtaille et enthousiaste du grand industriel Panlalon Guitbaud. <>n te rappelle que h' sipnpathiipie manufacturier, dont <>n commenait parler moins, a rcemment gagn le aras lot de h Loterie Nationale. ... voit (pie le restaurant ae III \tel de France a repris son aspect anim de toujours.De l'avis gnral, c'est i l'Htel de hunec ipie, le nos jours, au mange le mieux, et que Ion rencontre la meilleure ,-,, tagnie. Chez Naud et Reiher \ DU s-3 !:'ire votr? h '* rit* disque* • H'-gnines, 'es, s ittnt, et ton %  'es •'"•ions.—C "nt yarhzmoi d'aoour, Etej


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07190
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, December 31, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07190

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
DIRECTEUR "
1358. RLt AMERICAINE 1358
IELEFHONE N-2242

*
llijuytlgplr
las irsid qof les
ml hia>rr, qufllf
uroliCsA l^haiur tirs mchants ;
* i|i(||J jBiais baisser 1. tflr,
An-rjjUos tout et 80\ons fermf !...
26me ANNEE N 7857
PORT-AU-PRINCE (HAITh
Bonne Anne, Mesdames,
1 Mesdemoiselles,
Messieurs L.
SAMEDI 31 DECEMBRE? W32
fT|niriMia
Non voudrions.- tiers n bon-
ns, lecteurs et amis, toi rou-
ler pour vous, l'occasioD dp
l'anne, qui poindra la
mi-nuit, les souhaits les plus
minents, mais, hlas! nous
savons, d'exprience, que la
vie distribue toutes choses,
avec tant de parcimonie,
qu'elle ne nous envoie jamais
un bonheur qui soit digne
'v.n ultime plaisir, ni une
peine qui soit digne d'un ter
nel dsespoir. Alors, nous
prlrons, dans l'ordre des
vux, garder la divine me-
sure, ei souhaiter que 1933
vou J apporte des joies moi-
rea.
Avec une rsignation splen-
diHe, le peuple hatien a sup-
port les rigueurs de la crise
qui treint le monde. Est-ce
vertu du latalismede la race?
Peu'-tre. Mais aussi et sur-
tout, c'esi sa grande capa*
cit de rve, qu'il doit de ne
s'tre point couch sur ia
roue giise pour se I. sser
mourir...
Flaubert crivait une
dame de ses amies: c Tu as
Irapp ma poite, pour me
montrer tes mains ensanglan-
tes, mais je n'ai pas pu l'ou-
vrir, paice que mts mains a
moi soutenaient mes entrail-
les i. .
Chez nous, c'est la mme
chose. Gtoit nnni Flaubert,
et c'est nous la dame. H ires
sont ceux-l qui ont pu, au
cours de cette anne
qui meurt, j ouvrir ceux
qui trappaient la porte de
leur piti.
1933 sera t elle plus cl-
mente pour nous? C'est notre
suprme esprance. Rythmes
de courtes joies et de longues
tristesses. C'est le normal de
ia vie. Que le monde aille
ainsi de chutes en rebondis-
sements, c'est ce qui en fait,
pardon pour cette parole d'es-
thte, la grce dchirante
et absurde, <
! Des souhaits mesurs? Nos
rhum
ALIX ROY
ISO annpps <\e succs
mains en sont pleines pour
vous, abonns, lecteurs et
amis.El au milieu de ce bou-
quet, la fleur inoue du R-
ve...
Comment, en ce jour, ne
pas accorder un souveuir
nos confrres qui ne sont
plus: La Presse qui joua sur
la ligne de teu un rle si mer-
veilleux dans le drome de la
libration nationale, si lente
venir, Le lemps qui
laisse dans I imagiuation h -
tienne uu si brillant sillage
et si poiguan! Et no mis
confrres qui somencoie ei>
prison? Il y aurait impteie a
les oublier Le Matin leur e-
voie, dans leurs cellules, un
dessus de toutes cruelles cou-
tingeuces.sa sympath e mue
en souhai ant qu'ils soie t
rendus la pleine lumieie
du jour.
A tous, bonne annel bon-
ne ani'el
N'OUBLIEZ PAS...
Le RHUM NECTAR, le meilleur des Rhums, au got d-
licieux el l'arme eiquis.
Von trouverez aussi de l'alcool suprieur 90 et des extraits
pour liqueurs chez :
FRANCK N. GAETJENS
1940, Rue du Magasin de l'E'at. Plion* : 2347.
ment a le droit et le devor d in-
tervenir pour empcher les
troubles de l'ordre public. Mais
l'action communiste, dpouil-
le de ses excs, ne porte pas
par elle-mme atteinte a l'ordre
politique si le Gouvernement,
se contentant de maintenir l'or-
dre, ne prend pas partie dans
une lutte sociale dont le fonde-
ment est rationnel, ratifi par
presque tous les Etats, et qui
devient progressivement inter-
nationale.
Cependant, il importe de con-
venir que la propagande com-
muniste est loin d'tre toujours
inspire par les principes sains
de la doctrine ; que ses ravages
exposent surtout les pays non
organiss, el que les polices
gouvenn mentales font bien d'-
tre vigilantes.
1
Une brigiliala exposition a eu lien
reemnmnt Paris : l'exposition gaspillage, sous le patronage du Ser-
vice d'organisation cientifl<|iie du
travail... Ses gnreux organisateurs
ont voulu montrer qu'avec un peu
B'attenUon o un esprit d'conomie
on pourrai' obtenir les mmes rsul-
tats dans l'ateliej ou dans le bureau,
vrit exprimentale.M'esl avisqu'on
devrait ici, sur ce chef, Imiter Paris,
hon escient cette fois. On annon-
cerai! l'avance, et ceci pour attirer
je plus de visiteurs, qu' chacun deux
Serait servi un petit verre de HHUM
SAPTHK CACHET DON qui prdis-
pose la modration dans tout et
partout.
ABONNEZ-VOUS AU JOURNAL
i I
LE MATIN
Propcs perdus
COMMUNISME
o
Le Communisme,
son fondement
et ses excs
I.c Gouvernement, i ta >ue
.1. la suspension ne notre con-
du sieur O. Lind. de laritMu
ton de M. Max Huclicourl et de
1 ulque antres accompagnes
Je i erquisitions,a copieusement
et les lments de son action
prsente.
Si nous avons bien compris
.unis nous trouvons en lace
d'un complot de nature^o,-
muniste ayant pour but euer
Vioilation et cela suint pour
au? le gouvernement prenne
::mesugrespourempcherlors
dre public d'tre troubl, le cas
chant, non paa parce qu il sa-
crdd communisme mais a
fvsdel'agilal.onet des cou
squences qu'elle pourra,! en-
trtns" entrer clans le fond de
S es, lits, -'e Hnre nmarque
lilue essentiellement une uue
SRSsrrSKffAfi
vouable t esi f - ..L,an,
Tm ie en,e. Ce aerail la
vail donnant djou u '.avar._
leU,'en la production, e!
bullon ^^if sensiblement
"T PPS celui que le capital
intrieur a ceiu m troUVe en
assure celui qui er u
cire porteur- 1L,esl .,,.
'''".'InaWee mmehum-
sont partois rprouvables, parce
que bass sur la violence ; et
ils sont bass sur la violence en
raison des circonstances mme
de la lutte, le capital, on le corn
prend bien, ne voulant pas se
laisser faire. Il tauXalors recou-
rir l action directe sur les tra
vailleurs en les armant de r-
clamations sanctionnes, le cas
ebant, par la grve.
En principe,cette rivalit n'est
que d'ordre social et tous ceux
qui s'intressent au progrs des
socits sont obligs de recon-
natre qu'elle est une de ses
conditions de ralisation. Cette
lutte entre les lments sociaux,
en principe toujours, ne vise
pas forcment les Pouvoirs pu
blics ni le changement de leurs
formes; mais la violence des
moyens met parfois ceux-ci dans
obligation d'intervenir, de
prendre ainsi indirectement fait
et cause pour le capital, et c est
.Miurquoi les Etals qui se met-
dans ce cas sont dits Etals
cm ilalisles.
Toutes ces explications sont
pour rduire sa juste valeur
I expression de complot commu-
niste. La grve aujourd'hui n'est
pas une sdition ; c'est un mo-
yen de combat partaitement or-
ganis et lgal, et mme de na-
ture pacifique, abstraction faite
des excs auxquels elle peut
lonner lieu. Avant la grve de
la llasco dont il paran tre
question dans l'incident actuel,
,| y a bien eu la grve de Da-
mien gnralise comme tout le
monde l'a vu, il y a trois ans.
Le Gouvernement de Borno
s'en tait bien mu et le com-
plot communiste avait bien
t dnonc depuis lors, avec
mme des prcisions et des
noms ; mais il y avait alors des
restrictions l'action gouver-
mentale
En remn, tout gouverne-
Une erreur pleine de vri-
t, concluait l'esthte, dont
c'tait l'lgance de disperser
sur toutes les ides, sans s'y
attacher aucune,-- les pail-
lettes d'une culture dsabuse.
Apres avoir port ses l-
vres noires le lin verre de
cristal, O la liqueur tait
couleur du drapeau de Mos
cou, il continua, au plaisir et
au frmissement des beau-
ts, impatientes d'tre ini-
ties la thorie du Grand
Soir: Le communia e est
une belle thorie, mai a >ti-
physique. Quoi qu'on fasse, il
y aura toujours sur la terre
des pauvres et des riches,
des exploiteur- et des exploi-
ts. Le rve du bonhUT uni-
versel est inaccessible. C'est
la sagesse populaire qui est
dans le vr.ii, lorsqu'elle non-
ce cette sentence triste : Le
bonheur n'est pas de ce mon-
de. Si la terre tait peuple
d'anges, il y aurait peut-tre
quelques chances d'y voir r-
gner l'quit,mais,hlas! nous
ne sommes que de pauvres
hommes, soumis aux imp-
ratifs de l'instinct et de l-
goisme,desquels, cependant,
nous ne devons pas trqp m-
dire, car le progrs humain
est fonction de 1 gosme et
de l'instinct. Mme en Russie,
si Lnine y revenait, il ne
comprendrait gure plus
grand'chose sa religion po-
litique qui s'inspire du Ca-
pital de Karl Marx et de la
doctrine sorlienne. L'galit
des conditions qu'il a voulu
y tablir, par le feu ot le sang.
est balaye par le jeu de ce
qu'il y a de plus immuable
dan l'tre : l'inslinel. Les nion-
jieks, qui il fl donne les
terres des nobles anantis, y
forment en ce moment une
caste de possdants, une lite ]
hautaine qui succde en tous
points celle vanouie. La
dictature du proltariat est
pire que celle d'une minori-
t.Staline, le dictateur rou-
ge, est oblig de compter avec
lu nouvelle lite russe. Plus
a va, plus c'esJ la mme
chose.L'homme sera toujours
limit par son intrt. Ana-
tole France, et tout dernire-
ment le grand Andr Gide,
se sont rallis au communis-
me. Mais ce n'tait (punie at-
titude morale, belle, celtes,
mais attitude, moins qu'ils
n'aient pris des frissons d'in-
telligence et de sensibilit
pour du rationalisme social.
, Une toute petite histoire
illustrera la valeur du commu-
nisme. Un ouvrier voulait
convaincre un paysan d'adh-
rer au bolchvisme. Et dans
ce but il faisait miroiter ses
yeux les grces du rgime.
Pai exemple, lui disait-il,
tu vois cette belle auto qui pas
se, eh bien! quand nous au-
rons triomphe, lu pourras r-
clamer la voiture de son pro-
pritaire, et te balader la-
dedans!- EpatanUl s'excla-
mait le paysan bloui. Ce
magasin, continuait l'ouvrier,
rempli de belles choses, lu
pourras y aller et rclamer
tout ce pie tu dsires! Ma-
gnifique! clamait le paysan.
Il y a
Vingt-cinq ans
- 0
JLe M ...'/ Jhcembre 1907
I UNE MMK UVRE
' Nous axons sous les yeux
lesstatutsde l'Asile des enfants
assis.es, celte nouvelle asso-
ciation de bienfaisance, qui
vient de s e ci er el dont le
but est de recueillir les en-
tants gs de moins de ">
7 ans, privs di-soins mater-
nels. Celte disposition s'ap-
plique notamment : aux en-
tants des parents malades ad-
mis a l'Hospice St.-Vincent de
Pau'. 2" :.u\ enfants abau
donns par leur inere OU
orph bus, 3 aux enfants que
lems parents confieront vo-
lontiers la socit.
Quand les enfants attein-
dront l'ge de 5 7 ans, la
socit entreprendra les d-
marches ncessaires auprs
de qui de droit poiu qu'ils
soient placs soit l'Ecole
des Arts el Mtiets. soit
l Orphelinat de la Madeleine
OU dans tout '.mire tablisse
ment du mme g< lire.
Les membres fondateurs
sont MM. A. Bonaray, Dr Ar-
mand, F. Sjourn, Etienne
Million, Etienne Fils, Dr Des-
touches, Dr Carris, Ed. Les-
pinaSSe, Lo Alexis, W. Bel-
fegiirde, Jrme Salomon, Au-
guste Magloire, Mmo Vin-
cent, Mines. Michel Orcsle,
Dusseck Veuve Charles M.
Pierre, Mlles. Lucie T. Au-
guste, Emma Denis. Ccile
Hou/on.
Nous reviendrons luentot
sur celle uvre utile et pr-
sentons nos meilleures fli-
citations aux membres fon-
dateurs.

...Voit qne Lk M a in. "lit
HATi\,a/n/s lecteurs. -fail\nuu
neuve. Les murs sont rcrpu
lu chaux. Un peu de route
an faite (tes chapiteau : jn
meaux, qui encadrent te / -
tait d'entre, nom fait i n
peti! air cardinalice fort /<-
nssi. Pour le reste, fi'esl le
mme ver! aux portes el a X
eieiirs. Du vert au c.e.i ..
c'est tout le souhait que i us
prsente, en se fermant, v lie
Vieil ami indiscret, notiu IL,
d l'occasion de l'an no\ \ eau.
*

... voit que de nombre i
manuscrits qui nous au i nt
de adresss pour notre nu m
ro de Nol n*ont pu y Jig irer.
El 'tes manuscrits pou laid
iiqns de Timothe Paret, Mai-
riee Brun, Jean hauliard.
Ivonne />.. Nom en passons
et des meilleurs. C'est dire tjue
nous ne les rendront pas, et
que, l'un aprs l'autre, mais en
enrichirons notre loin les
jouis. C'est donc partir remise
et simple relard.

...voit que Mr Eugne Meins.
le roi des photographes, met
au service de sa clientle (et
su clientle c'est tout Vorl-an-
t'rince) AS ans d'exprience
professionnelle. C'est presque
un jubil le l'art. Et pendant
ce laps de lemps il n'a pas
dvelopp moins de trois cent
mille clichs. Que peut-on
opposer l'loquence de tels
chiffres ?
MrJosO.Munos
Nous avons reu, hier aprs-
midi, la visite de Mr Jos O.
Mu nos, publiciste et journa-
liste cubain qu'accompagnait
noire confrre X. Hu/o. de
l'"Alliance Latine."
Mr Munos nous a pri d'an-
noncer au public que sa con-
frence a t rcnvowe au
lundi 2 janvier, 10"heures
du malin, toujours Hi.dto.
Nous souhaitons un agra
ble sjour parmi nous s notre
.nos.
ble sjour lia
conlt re Nlu
4
Consomme
Riz
Ce cochon qui passe, poursui
vail l'ouvrier, lu pourras le
saisir, le fa re rtir el t'em-
piffrer tout ton saoul !
Ah! non. rtorqua le
payan.
Comment] rpliqua, fu-
rieux, l'ouvrier.
Oui, ajoua le paysan, je
n'ai pas d'auto, je n'ai pas
de magasin, mais je possde
UD cochon !
Voil, continua l'esthte di-
lettante, toute la moralit du
communisme. Est-ce dire
que le monde- doive continuer
( vivre dans les cruelles el
i actuelles ingalits sociales?
I Non. Mais le communisme
{vrai, digne de tenter les
grandes aines, les vrais aris-
I tocrates, c'est, par les ralisa-
t lions de justice el de bont.
1 d'amoindrir sur la terre le ca-
' pilai de misre humaine. Le
communisme: une erreur
pleine de vril.s
Que pense/vous des jeu-
nes gens ant l< s coiiiinecoin-
muuisies avant-hier? interro-
gea une belle eun femme.
Ce sonl i eut-lre les
dilettantes qui ne sonl pas
plus commun *tes que je ne
mi s camel t 'il i v.
.. voit (pieu dormant mais
l'avons chapp belle el que
le communisme,petit i petit,
s'installait chez nous, en at-
tendant de mais imposer la
faucille el le marteau.Le mou-
vement a t enrou tenips
et il esl esprer qu'on ne
fera pas payer trop cher leur
garement aux quelques tour-
dis qui ruaient chez nous
de la Nuit Houge.

... voit que la Maison Baii-
B4NCUURT. dborde par non
ctmnYid d'alfaires avec les D
parlements projette des suceur
sales an Cap, i Jaemel et
aux Cages. Ne sera-ce pas
dtrner un peu notie uieiix
Port-au-Prince, an profil des
chefs-lieux ?

: ... voit que notre distingu
confrre Constantin Dameri'
prsente dans\Hali-.lournah
une biographie dtaille et en-
thousiaste du grand industriel
Panlalon Guitbaud. <>n te
rappelle que h' sipnpathiipie
manufacturier, dont <>n com-
menait parler moins, a
rcemment gagn le aras lot
de h Loterie Nationale.
... voit (pie le restaurant ae
III \tel de France a repris son
aspect anim de toujours.De
l'avis gnral, c'est i l'Htel
de hunec ipie, le nos jours,
au mange le mieux, et que
Ion rencontre la meilleure
,-,, tagnie.
Chez Naud
et Reiher
\ du s-3 !:'ire votr? h '*
rit* disque* H'-gnines, 'es,
. s ittnt, et ton 'es
'"ions.C "nt
yarhzmoi d'aoour, Etej



p.\ ... 1
LE MATIN- 8! ikcr.nl. .
Barbaiicourl
Dont la renomm A universel le a gard sa premiers place
Demandez narlout :
UN BARBANCOURT
Dot: Rnp;des Osais
'a Cure au
Mauvais sang, Humeur, Eczma, Artrio-Sclcrose
Varices, Rhumatismes, Maladies des Femmes
e CUROMAL des Laboratoires du Rhne, I baM >l 11 de 2S iilantes
.....nnetont_re cm la nature a produit di irj i.e plus puissant
ti ; uratif purificateur et rfjuJ rteur du sang. Par son ai lion antise|
- srit la constipation, enireuenl 11 libertv du ventre, ente les formenialioi el
I
mi tltmtntrma curtt OObomaI. Jim i nu tfnrmer ma tant)
iri.maux pWt. ntil c rul -m ,iiM[ il, < iiuihttiinruM va de muuj en une.
in. i non Al. M- J.PKRHIN .. iM'on *
La tr.ltrm.at comprenant flacon CUROMAL nue Dotte le pilule enfuit* et brochure eiplicatlve..
-4*uu Mta ir awuaai. uh-i nMflln. Prpare par Ir Dorteur U1KAI |), plun niac.cn. Latjiiraluiraa * *thita*
^ I. Rue llolel. t.YOV 01 M.l.INS (rranrr..
P iM*ii, rtn n-.?n* Puaruiatio BbCtt.
L'Enseignement Rural
Il est question, .s'il laut en
croire un organe olflcieax, dej
dtacher du Service National de
la Production Agricole |f ser-
vice de l'Enseignement Hural
pour le rattacher directement au
Dpartement de l'Agriculture.
Peut-on augurer de cette me-
Kiiif une riornie logique de
l'institution de Damien ?
On voudrait le croire. Nous
n'avoua jamais pu comprendre
tette contusion de l'agronomie
i de la pdagogie ralise l si
inconsidrment. Il est vrai que
lu contusion est partout. La ma-
tire qui nous occupe n'a pu y
('(happer. Le curieux, c'est que
quand l'ancien Service Techni-
que de l'Agriculture et de l'En..
geignement Professionnel a t
plac sous l'exclusit contrle da
Pouvoir National, on ne se soit
pas avis, en le rlormant, de
taire cauvre rationnelle. On le
laissa dans la ligne de coi cep-
lion Ireemanienne.
Car c'est bien Ireeman qui
ralisa la contusion dont nous
i.voiis dit. Il s'agissait tout au
dbujl de lermesvcoles qu: de-
vaient donner un enseignement
agricole moyen. Les premires
ni'i l'ont t par arrts. Eta-
blies en des centres agricoles o
elles pouvaient tre utiles. Mais
bientt les termes-coles, ou ce
quoi appelait telles, car ce n'-
tait que de simples coles pri-
maires rurales ( saul cel'es de
Chalard ),se multiplirent. Elles
devaient atteindre le chillre de
70 prs, fin 1929. Entre temps,
le Service Technique avad ob
tenu la suppression de l'cole
nationale la o elle installait
une lerme-cole.Procd illgal.
La loi du 2n fvrier 11)24 qui or-
ganise l'Enseignement Agricole
fait au contraire obligation de
disposer d'une salle de la I -rme-
cole pour loger l'cole nitio
nale. On n'entendait donc pas
supprimer celle-ci paice que
dans le mme lieu il y avait
une terme-cole.
Ferma cole !... Encore une
lois, ce n'en tait point. Ce
n'en est point. D'ailleurs, la ques-
tion tait de mettre la main sur
notie enseignement public.Eree-
man ne parlait il pas de 300
tenues coles tablir et ne
rvait il pas d'une Universit
d'rliti, qui serait place, natu-
elle nient, dans la dpendance
lu Service Technique de l'Agri-
culture et de l'Enseignement
Professionnel ?
L'ide cheminait lentement.
En 102N, ce Service obtinl !a
cration Port au-Prince de
dou/.e coles modernes, c'est-
dire du type amricain, qui
devaient remplacer les 39 coles
primaires, garons et tilles, de
l capitale. L'uvre mthodique
d absorption de notre enseigne-1
ment allait, comme on voit,
bon Iram. Des lments indi-
gnes Lonns selou le concept
amricain y aidaient. Ils de<-
vaienl survivre l'ancieu Ser-
vice Technique dont ils ont
tifiiftois l'esprit au nouveau
Servi- e National dj la Produc-
tion Agricole.
A nsi renseignement tait de-
venu la principale proccupa-
tion du Service Techutque de*
l'Agriculture. Peut tre l s'ex *
plique sa lamentab.e laillite au
jpoint de vue agricole, l'Agri-
culture, son organisation tech-
nique, son dveloppement ra-
tionnel, intensification et exten*
sificalion des cultures, taient
passs au second pian. La p-
dagogie l'emportait sur l'agro-
nomie. Rsultai de la contusion
des deux matires dans les m-
mes mains des chefs du mme
service.
L'erreur a persist aprs l'ha*
tianisation. Bien mieux. L'en-
seignement primaire rural ne
passait que subrepticement au
Service Technique de l'Agricul-
ture. Il ne manquait pas de r-
liatance de la part des services j
de l'Instruction Publique. Pou
chaque cole nationale dont on |
demandait la suppression, sous
prtexte qu'elle faisait double
emploi avec la terme-cole, la
protestation de ce Dpartement
s'levait. Peu importe que sou-
vent on n'y ail pas tenu compte.
II avait pour lui le droit.
Depuis octobre 1931, cela a
chang. Le Dpartement de l'Ins-
truction Pnblique a t amput
de (Enseignement Primaire Hu
rai plac officiellement dans la
dpendance du Service National
de la Production Agricole. Ainsi
ce que Ereman ralisait subtile-
ment en lait, ses successeurs
l'ont obtenu pleinement en droit.
Mais on se demande par quelle
aberration un service d'ensei-
gnement est-il plac dans la d--
pendance d'un serv ce d'agri
culture ? 11 semble que 1 ide de
lier ces deux choses est venue
de ce que en mme temps que
la culture gnrale on veut dis -
penser au petit paysan une cul-
ture professionnelle. Or, tant
destin l'agriculture, l'essai-
gierrent agricole est indiqu
pour lui. Faon de le prpare
a son mtier naturel.
N'y a t-il pas l confusion ?
L'essence de l'Enseignement
Primaire, c'est de donner une
culture gnrale minima. Si en
mme temps on doit se proc-
cuper de l'avenir de l'entant, on
pensera a la profession qu'il
prendra, devenu homme, ^'agis-
sant du petit paysan, c'est l'agri"
culture dont il taut lui inculquer
le got et l'amour. Aflaire d'o--
r tentation professionnelle.
Moins qu'un enseignement pro--
prement dit. Un aiguillage de
l'esprit. Ainsi l'entend une saine
pdagogie qui tend moins for-
mer des producteurs que des
facteurs pour la prod, ion. '
Et voici qu'on pense dta
cher I Enseignement Mural du
Service de la Production Agri-
cole, organisme spcialis pour
la direction technique de l'agn
culture. Heconnatt-on mainte
nant l'erreur initiale, continue
et lgalise ? Il parait. Mais la
rlorme sera incomplte si elle
se borne rattacher le Service
de l'Enseignement Rural au D
parlement de l'Agriculture, Il \
taut aller plus loin. C'est au i
Dpartement de l'Instruction
Publique qu'il laut rendre l'En- !
seignement Rural. C'est l qu'il '
sera sa place normale, logique, j
rgulire. C'est l qu'il peut tre
dirig et contrl. Il laut l'y r-.
intgrer
Au surplus, l'Enseignement
National lorne un ensemble. Il
ne do.lcotuuu i > qu'iai direc-
tion unique : celle du Dparte-
ment de l'Instruction Publique. J
C1N-PARAMOUNT
OIIANCHE1* JANVIER 1933, A 6 EU HEURES P.I.J
. aaaa I
prsente t
avec
Le Prince de 11 personnalit,*
MAURICE CHEVALLIER
ET
CLAUDETTE GOLBERT
UEYRIAM HOPKINS
dans i
Le Lieutenant Souran t
C'est un Film Paramount KM) % perlant franais
Entre gale. : G. 2.00; Loge : 3.00
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------,
VIENNENT D'ARRIVER :j
Sacs vides neufs double
couture pour caf-
Imprims caf tri la
mai il.
St-Marc, Hati
en deux couleurs.
De mme, nous venons de
recevoir ficelle pour ]sacs
vides.
iNos socs vides sont de
qualit suprieure, ce qui
est une garantie pour vos
expditions.
Demandez nos prix qui soit trs
favorables.
LE COUPJE _
DE" MINUIT
Et comme il salua mi-
nait la St.-Sylvestre passe,
l'aurore de"1^32, le canon
minuit.ee soir saluera sou d
pari, ci la naissance i eie -
uil le l'.iooee 1933.
L voix T;igique ne c varie-
ra cette t.)is nul projectile de
mort,et c'est pourquoi il nous
trouvera tous, attentifs, at'en
dris avec des yeux o le
sphinx de l'inconnu nou-
veau posera sa question
dipe...
Q t'on s'embrasse surtout...
au coup de canon de minuit.
Qu'on s'embiasse, comme des
passagers do mme bateau
en naufrage.On changera les
vux aprs...sans trop d'ail-
leurs y croire. Et puis.quand
revenu de l'motion, des
treintes et des souhaits ... on
regardera l'horloge ... 1933 ...
aura dj compt l'Age inqui-
tant de trois minutes.
y-.-
IPREETZMANNAGGERHOLM & C
Rue du Quai
(i
Loterie
Dj|lf des rira RiBblifiiiea
fl SI Honor
Salon deeniflure auquel sont
annexes un Bar et un Restau-
rant.
Prix avantageux.
Nationale
o
L'an nouveau ramne ses
souhaits... Voici les miens,
voire adresse...
RECEPTIONS AO PALAIS
o
Conlormment au crmo-
nial en honneur depuis tou-
jours, le Prsident de la R-
publique recevra au Palais
National, pour l'change des
vux de nouvel an, le Corps
Diplomatique et Consulaire,
le Corps Lgislatif, le Corps
Judiciaire, le Clerg, la Coin-
m une, les directeurs de Jour-
naux et les diflrents chefs
d'Administration. Le Prsi-
dent de la Rpublique rece-
vra aujourd'hui de (J 7 lis.
du soir au Palais 'National!
Des invitations ont t lan-
ces.
Le Dparlement de l'Int-
rieur,'adans le pr'gramme
qu'il'a fait distribuer, indi-
que l'ordre dans lequel se
feront les lceptions et le
crmonial adopt pour le
Te Djum traditionnel du len-
demaiu, 1er Janviej 1933.
!
De la sant d'abord, puis-1
que c'est le premier des biens.
Une lerame fidle et jolie,
si vous tes clibataire.
Des enfants adorables, si
vous avez dj la temme fi
dle et jolie... :
Et enfin pour qu'il n'jTait
pas une paille, pas un souci t
votre bonheur, le Bros lot de {
la Loterie Nationale... &m
Si c'est trop..dit-elle lu
yie
VOTRE CUISINE, MADAME...
Fin d'anne ("C'est l'poque
des bons repas. Le gourme
tisme triomphe sur toute lai
ligne.
Fritures, rtis rossoli en
de fines graisses, toute la lyre
culinaire va s panouir.
Ne manquez pas, Madame,
de vous munir cette tin de
I incomparable Matilyue des
L smes de Port-au-Prince et
de S/ Marc.
Bec Fia.
-.bi,
.C
eu AOI'UE
le plus PUISSANT
etleplusAUrABLE
des RECONSTITUANTS
poup GUmrt
ANEMJE-FASBLES3E
INDISPENSABLE du DSvoloppejnent
lia* ENFANTS
aux personnes FAIBLES et CONVA'.ESCr.NTg
Un Vtnu Port an-Prince : Ph- W. BUPH
ttwiiiii i i m j mu m, ii j)f
__Transatlantique
'.^L? stea ner St Djming 13
venant de Bordeaux via les
Antilles franaises, Sinliag
de Cuba et les ports du Sud
'est attendu Port-au-Prince
j le samedi 31 dcembre au
, matin. Il repartira le mme
. 'jour pour les ports du Nord.
DPARTEMENT DE LA POLICE I pner^-PUta et i. H.mvi.
j Fort-de-France.
t* Le manileste et la liste des
Il a t dpos au Bureau
de la Police une bourse con-
euanl une somme d'argent.
Le propritaire est pri de
venir la rclamer.
Porl-au-Prince, le 30 d-
-embre 1932.
F. S. GILMAN
Capitaine, G. d'H.
SonsChet de 'a Police.
passagers 'reus par avion
sont la disposition des
clients en nos bureaux.
F. M. ALT1KRI,
Agent Gnral
Rue du Quai, Portaiu-Prince
Boite Postale; A 174
Tlphone .No 3220
TOUX ET RHUMES
ne sont que les aTant-coureurs de la bronchite morcelle, de
l'iiifluenza et des (roubles pulmooalres.
SCOTT'S EMULSION calme la toux la phii opinitre tt chut*
le pire rhume. Prenez-ea rgulirement*
Bile protge le* poumons, renforce le COTM M S%M ta
force de rsistance.
lm .lMs tsmOntifU

4
..-
SCOTT'S
EMULSION
..'

l'huile de foi* dt morue nrvfcnne i
RM* en Vit^mmn AHD
Asmu. de widii HAROLD F. RITCHII CO.. a>
MadUoa Aw. t 34th St., New Tra, E. U. TA.
X
Les Dix Commandements
du Jour
Un Sac Main tu porteras
a tait partie du vtement.
A la mode tu le choisiras
En crocodile ou en serpent
Chez U'xila tu l'achteras
C'est un honnte commerant
D'un prix modique tu le paieras
Chacun le sait videmment
A tes amis tu le diras
Ils t'en seront reconnaissants
Des Sacs Main tu offriras
A l'poque du jour de l'An
De Ion bon got, on pariera
C'est 1res llatteur assurment
Pendant rrTemps tu oubliera,
Ht tes soucis et tes tourments.'
Lavieest courte, la mort ven*5rs
Qu auras tu fait de ton argent?
Le sac est no cadeau uli,e~~
Fais des heureuses, AItB8i4toiW|.
PAUL-, AUXILA vous souhaite une Annc
[ meilleure.


LE M\TIN Si Dcembre 1932
PAGfc 3
TEKRAI'LAAE
et *
L'Automobile la plus adaptable Hati.
Une automobile construite avec des matriauxOde 1ref7mialit.
Une automobile de dsignation moderne gui assure une longue dure et*i
corporant la beautjet le confort. "'"
I Une automobile rpondant aux exigences de nos routes tel
gu'AUGUNE AUTRE AUTO NE LE PEUT.
La Terraplane court plus vile, grimpe mieux les ctes, acclre plusJacilemenj
et va plus confortablement gu'aucune autre auto de nos jours, quel que soit soi
prix.
Cei s'adresse aussi bien aux autos de fabrication Europenne.
Une simple dmonstration vous prouvera ces (ails.
o
Les spcifications sont tes suivantes :
HOIES EiY METAL bUNO;iN0XYDABL
CLITCH AlTOMATIQlk
nous iiunis
CARROSSERIE ZD'IJVE Plt h* ACIER
B CYLINDRES
70 H. P.
CHASSIS EN X
COULEURS D'OPALE
IMAGINEZ-VOUS ONE VOITURE DF LUXE OUI GRIMPERAIT U COTE U PLUS RAIOE O'HWI EN TROISIME VITESSE'ET OUI DEPASSERAIT EN COMPARAISON DE SON PRIX
LES EXTRAORDINAIRES PRIX DE VENTE SUAIANTS :
ADSTER
mm lSH91 **
COACII ""
COUPE !,!,:i-,K'
MU "*
fl.07o,60
SPECIAL RED
_ i.f2s,eo
Le b:is prix ((entretien, provenant du plus moderne gnie, rsud dons lcono
nue de aazoline oui est extraordinaire.
KNEER'S GARAGE,
Wll\ Distributeur.
____________________________________________RUUiPAVF, PORT-AU-PRINCE, PHONE : 2318 2234
Vie Sportive
Nos souhaits. Aux lecteurs
tir I.. Matin,aux Membres le
1U .S S. 11.. des Clubs et parti-
culiremerr.! aux sportsnvn de
l< us les cl luhv, nous prsentons
nos vux les meilleurs I oc-
casion du mMKWUvellement ne
l'anne. No-us souhaitons de fout
cur que t.ius ceux qui s'1 n
ressent un H're quelronqu1,
de ioin ou de pi vs l'volu
tion morale et matrielle du
Sport Hailien .t'entendent
faisant abstraction de toul,r.*s.'
sentiment pour u* stabilit
et surtout de la prennit de
l'uvre. La jeunesse apo.rtive
hatienne croit termeioent q^e
les dirigeants de 1U.S.S.H sau-
ront discerner les vrais besoin
du sport et travailleront lai***
de 1 Union des Socits Spor-
tives Hatiennes une ralit.
*
Conseil de l'C. S. S. H. En |
dernire heure, nous avons ap (
pri* que le Conseil de l'U S.S.H.,
la suite d'un malentendu
qui n'avait que trop dur est
dmissionnaire. Le Conseil estait
compos de : Alph Henriquez,
Prsident; Svlvio Ca*o, V)ce-J
Prsident; Andr Thard, T> [
sorier, Arthur Bonhomme, Se I
crtaire; Allain Laraque, Raoul
Piquion et Luc Boisvert, Mem-
bres___ Nous ne savons dans
Uiul sens l'assemble gnrale
i Jes clubs dnouera la cris**.
Mais qu'il nous soit permis de
conseiller ces messieurs de
s'impirer des vraies aspirations
du Sport pour choisir dans le
calme de leur conscience nn
Conseil qui soi en Jonction d
la noblesse de l'Institution :righ.
mai; in rigbt place.

U U et nome. La Fdr-
ii i-male de Foo'-i
^3all Association vient d'invitei
UJ-J-S. u. au giaud tour.o.i
internai ional de Foot-Ball qui
se tien rira Rome au prlr.-te n. s
de 1034. Le Conseil de I U S.
S. II., aid de la Commissio i
. ompi tente, doit s'intresser
d une laon pirliculire cette
grande comp'ition o s'aftron-
teront tous les centres *> spor
tifs aftilis la F. 1. F. A. M ne
quipe li itienne techniquement
prpire et dont les membres
avaDt tou'e chose, obser-
veraient rigoureusement les
rgles de 1 hygine indispen-
sables leur performance,
figurerait avec un certain avan-
tage ct des Argentins, des j
Uruguayens etc.N'est-ce pas.R
gnier, Audanf, Elio, Tovar ?
pour ne citer que vous. Nous
formulons d'ardents vux pour
la ralisation de l'entreprise
non au-dessus de votre valeur
athltique et la soutiendrons
de toute notre force. En avant,
quipe nationale et U.S.S.H.
Union Solidarit Scurit-
Harmonie.
F. H.

LE FAIT EST INCONTESTABLE!
Rhum Saillie
C'est la quintessence des meilleures
varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs j
C'est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ!
Grande
kermesse
Au profil de l'Association de la
Jeunesse Catholique Haitieioe
le lundi 2 Janvier 193.3
| l'Htel Bellevue,
sur le Champ de Mars
Avec le concours des dmes pa-
tronnesses el des jeunes filles
Ouverture : 2 heures o.m.
Entre gnrale : 0 g.5
':
Comptoirs trs varias.Grand
choix le colliers, bracelets, sau-
toirs, bagues, porte-plumes r-
servoirs, jouets de toutes sortes
et le jfu la mode : le YO-YO.
Jeux d adresse et de hasard. -
Passe-boules, massacre, pche
aux quilles, pche la ligne,
flchettes, anneaux merveilleux,
enveloppes-surprises.loteries di-
verses.
\",Roucs de la borlune. Lols
nombreux et varis, pouvant sa*
tisfaire tous les gots.
Buffets de dgustation. Pri
tes Sandwich Bonbons
GAteaux Kola BireCock-
tail- Caf Chocolat Punch
de nier cri.
Thtre de verdure.- avec le
concours de jeunes et talentueux
acteurs.Une demi-heure de fou
rire !
Grandes surprises. Le Lapi-
nodrome pour les amateurs
de courses. Les Palourdes fleu-
ries pour les artistes.
Le soir, l'excellente Musique
du Palais, sous la direction du
maestro Luc Jean-Baptiste, don-
nera les meilleurs morceaux de
son rpertoire.
Bataille de con/i tti el de balais.
AVIS IMPORTANT.- A l?-
sue de la fte, aura lieu le tira-",
ge de la grande LOTERIE, in-'
dique sur tes billets d'entre
numrots cet effet. j
C'est ce moment-la que se- j
ront tirs galement les diff-
rentes RAFLES de : poupes,
montres, vases japonais,
MUSIQUE OU 'PALAIS G. DU
Pr g m me du concert
i jle vite 193b de la Mu*
sique do P< ais sous la direc-
te n du u tiro Luc Jean
Baptiste
1 lSdl a < he g errire
dO. Je ii y
l 2SeojJ Rapsodie Hon-
groise de Liszt.
3- 11 Trovatore slec-
tion d'opra de Verdi.
4 A la villa del guas'j
quartet par Miguel Matamo-
ras.
6 Souvenir de la classe
polka solo jour cornet par
(). Jeanty.
o' Les Zphyrs,valse d'O-
Jeanty.
7 Le siffle n coquet -
One-step par M. L Lake.
8 ..huucouue airia
gue populaire.
Il tait compltement
puis par le travail I
i iv.iis lellemenl travailla, nom i iii
Moniteur c.... comptable Alaer, qj*
|i n'en pouvais plu. D* u.iini>i,-i,-i
m Iles m avalent compltement pul*4.
- I i voulu essayer h FOHTMM-:. .v
- i nuis tout d suite nmia i mumjar
loi t|uc mon estomse refusai! tout :
'. Ion qui rira ne panafl : i
ml comme une marmotte, alora
" i 'ne pouvais trouver la aammeil a.
ii li 'Irnirnl iransfoi m( pr ruas
il i Ht l'IANK. Monsieur C... ett marb*
' un lionuos juveu, plrin d'artlaur
I ri i lin.
k'om u-Ni. Iravalllanrs, lotallactnala
ni i inii'lH.riniihrs pur une lourde trhr,
n li ^i FORT1ANB de fournir k
vu ii ; inlame les < l^inrnliiqu'un raTai I
ri i ilrli mis.
KOHTIA.N'K vous rendis vos forera.
hOIITINK Ml in.''/; un imi-.Njni
Wu n : i|iii diminue la violence et la
l iiicnea dn aeoss HbrlaSa : elle se
Iruuviwiani i, i, . lunne* phiirinavies
. l'Olfl'-.il l'IUNCE, la HhanuacKa
\\ Kl (.11.
REVEUTiuRS SENSATINKELLES
Jm VR US SFCRETS des SOENCES OCCULTES
Soridif. M.r. Fr.tiqMt K ui.iiion d voloiUi, forte irr#-
[tiblc assura m a lraa Fat tvrrm et
r railir** ir o-i p.lateurs
d'Autour l-s>cra>U d |.i,iluaun
vie '.ou* r-iv Notice raii;iie. -Kcrtr*
SJ.:_T FRANAISE .
I, . h rsaVrSi-ParJs, TS*ii
STEAMSHIP UNE
Le steamc f Guayaquil
est attendu Port au-Ci in-e,
venant de New-York, le m ir-
di 3 janvier 1933. Pas de
correspondance. Il partira le
mme jour directement pour
Cristobal, Canal Zone, pre*
nant trt et mail?.
Jas. H. C Van REBD
"* Age ut gnral
Aux Trois
| Quartiers
Mal ion J.de Vendegta
rsente ses meilleurs sou-
haits de bo me et heureuse
an e sa nombreuse et d-
dle clientle, et lui annonce
qu'il vient de recevoir.par le
dernier batea". des sonliere
d-ol le ts tout en blanc et
marron du dernier chic.N'ou-
bliez pas de nou visiter, cti
ces articles s'enlvent rapi-
dement.



/
Samedi
31 Dcembre 1932
Le Matin
4 PAOEf
Port-au-Prince
Tlphone : 2242
llombiaii
\ Steamsnip
' Company Inc,
{Ligne, Colombienne)
Tlphone: No 2323
Le vapeur Pastors Voy.
1 partira de New York k 29
dcembre 1932, directement
paur Port-au- Prince, -c il est
attendu le 2 janvier li 33 en
route le mme jour directe-
ment pour Kingston, Puerto
Colombia,'Cartegena et Cris*
tobal.C. Z.,prenant trt, malle
et passagers.
0
Le vapeur c Hati Voy. 1
de retour des ports Colom-
biens, Cristobal. Canal Zone,
et Kingston est attendu Port
au-Prince le jeudi 5 janvier
1933, en route le mme jour
directement poui New-York.
prenant fret, malle et passa-
gers.
Port-au-Prince, le 27 D-
cembre 1932.
Wm. E. BLEO, Agent.
Mr Jose.Sau-Mnlan, Jjr et
Mme Jos San-Mil!an fils.Mr
| Antonio Sau-Millan, Mr et
Mme Enrique San-Millan^et
entants, Mme Vve Francisco
et enfants, Melle Eladia San-
Millau. Madame Carni la
Ramirez y Hodnguez t en
tants, Mr ls et sa famille, Mr et Mme
Flix Oligiio et entants
ainsi que tous les autres pa-
rents et allis remercient su-
crement tous les amis de la
province et de la capitale
qui leur ont donn des mar-
ques de sympathie l'occa-
sion de la mort de leur re-
grette:
Mine Juse San Aiillan. ne
A ni la Escalona
et les r rient de croire leui
prolonde gratitude.
port-au Prmce, le 28 d-
cembre 1932.
Naw-Bar
Bue du Magasin
de lEtat,. N 801
En tace Maison
Centre
L'tablissement le mieux
ar de la ville, cause de sa
grande terrasse entoure de
be ux arbr Si
passer un m m m g *>t>
en bonne compagn e, ieodz
vous Navy-Bar. o t'en
v nd les meilleure! liqieurs j
et| prix t es rduits
Uuvert toute la nuit.
Grand
ssc
Caisse d'Epargne
Populaire
" Si fous ne voulez pas tre
pris au dpourvu quand la
bise sera venue, ne soyez pas
(.igale ; soyez hourmi. Pre-
nez pour cela le chemin de
la Caisse d'Epargne Pomilaire:
33*2; rue des Csars, versez
l, contre un joli livret, ce
que vous avez dans votre
poche, si modique qu'il soit-
mme un simple nickel ;
renouvelez ce geste chaque
semaine ou chaque mois ;
et au bout de l'anne, vous
aurez toutes prtes vos et reti-
res et celles des vtres.
Et mme, au lieu de con-
gdier brutalement la Cigale,
vous pourrez lui tendre la
main en Fourmi devenue
misricordieuse, parce que la
j.auvre n'a qu'un tort, qui
est son excuse : c'est d'igno-
rer la Caisse t'Epargne Po-
pulaire.
S'AMUSE fa Socit J la
"ureIaITFRMIISF
-15. f4U. Sl-IhlHU, P*u i lo'l
t toieC" 'J fr. NOUVEL LBb"l
*C'< pagn awtc gnuntw omlqu
^^ D QUOI KINB Bit MOU m
rarcps, Phnlqut, Amwrm- i!i dt touti$ luriM. f
rH>r ilimrlporieDl lUfntl UOtlccrtt. Iru, ! luurt de maint drlou mntrs
KK>v* *rrHir renil.itinirfi

MMMM Monolov**. F>lca d TlnMrn. I
mtn.-m;Hantionicti,tM.mthtMlpwrattrendreimii I
?Ti.iii.eTuxom,r**>iMDrtTi.cc Le chapeau chic
Madame
Le chpeau teutre que nous
venons de recevoir mrite
d'tre vu. car c'est le cha
peau rellement ehic.le der
nier cri parisien.de toutes les
tormes.de toutes les couleurs
Avise les consommateurs deson LAYl
ou il a rauil ses prix comme suit :
LAIT CONDENS SUCRE CA1SSF DE 48.11
LAIT CONDENSt SLCRE DE NU
LAIT EVAPORE CE U.1I
LAIT EVAPORE ,. DE 9B.

OR 6.25
910
5.(10
6.4P
nfTAIL OP 0,14 CENTIMES
PFTIII 0,04
OFTIII 0,11
OETAIl 0.07
.v
, i, ciemc
(.IlEel I 11 I
Il esi reconnu
i lit ESBEbSHN en le
in Mur les .nuei ins et
Rappelez-vous (i.t .................... .^.X^M* S L e^'umployiW ** P "' Crme.
et pour tous ges: dames.de- giace.s et chaudes, et les desserts dt t-iutes sortes.
^Nottes* main de couleurs! frn lifithtA AlJ UUiS JMAllLttltj
modes nou! galement b^aux.
M\IS0M DXCCAHETT
1727 Rue Courbe
En vente AL BO^
El dans louU-sJes bonnes Epiceries tant
a Fort-au-Prince joue dans toutes les
Assurez vous la gnral Ac--
ident Fre & Lite Asjurnce |j | i p ...'% s*s\
corporation Ltd. de I-erih(Scot OlllSS UC ICI t TOI)lHCC*
..m.I, )
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Pire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )
N'OUBLIEZ PAS DE FIE UN PETIT TOUR A
TRRACR-GA R0EN
Chez W. KAHU
Pelionville
i
OL
666
1 n Liquide Tablettes -
Sar\e. gurit la malaria en '3
jouis. Les Iroids le 1er jour
Maux de !te et Nvralgies en
0 minutes.
6(j6 Soulage les l'toiJs
Le plui rapide remde con- '
Lar la GENERAL est une des plus puissantes et des plus vastes organisation
ie ce genre. Le soleil ne se couebe jamais sur son champ d'action q ii embrasse le
monde
ses Polices contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns par la touder
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommages
caus autrui dans sa personne ou dans ses biens.
Ses Polices Maritimes mises par ses branches d'Europe sont payables en Hati
Ses Polices contre accidents sont valables dans l univers entier. Tous les voya.
gurs devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police contre accidents
d'au moins 4000 dollars, la prime annuelle n'tant que de 1/2 /o soit 20 dollars L\ C
Veuve F. BERMNGHAM, Aux Gaves
{ 1600 pieds d'alUtnde L*tat.lis ?irons de Port r -Prince.
} Seulement 15 annules d'-mto s;ir une excellete; route
asphalte Vues m rveilleuses de la ville et lu p*irt
I r Boissons de toutes espc
spces.
Vrrangem-n n<>rtfe-nllert
semaine ou dp mo's
imiir te (>i'n*ions de jour, u
SOUS\GENTS
Agent Gnral pour Hati.
port au-Pnnce; 1G. GILG
IEaN BLANCHET Jrrot
Votre premire visite
a
L'HOTEL ANSONIA


.vrrv g f
-
Nous donnera raiso. i( confirmera votre hnn >nge-
ment, jnstifiera la confiance ue vous nous aurez arrnHe
en nous ff''-an!ss'nt voir* apprciable oatronage i l'Hte
* [ te plus slect de Port-au-Prince.
Nous vous fuggrons d'rrtei votre! chambre d'avance
/
Quand uelqun vous rend visite
OFFREZ-LUI UNE COUPE DASTISPOIMTE
'
Agents pour la Rpublique d'Hati
A. DE MATTEIS & Co.
Fort m
Attention
PROGRS NOUVEAU
RHbM 1S0L\EAU
Rhum diciux got exqui>
Prix rduit
" CCOL DtFIANT TOUTE C0NCU,l
flair in Vierge
' h. z N. NAZ'ON
CE QUI n JAMAIS ETE FAIT
CE OUI NE PEUT ETRE DEPASSE
Kola Champagnr
F. SJOURN
Prpar dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Prparation et Veule
Pharmacie F. SEJOURNE
Angle des rues Romel dn Centra.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM