<%BANNER%>







PAGE 1

?A(/i. 2 LE MATiN -• 1 Dcembre 1932 f~ **.••**• •I ^SVc^oerfe* .•^ % %  aJrteW**^ S* .s u i f %  leurs traces 1 l***M Cin-Ialdu DEMAIN SOIR I A 5 HEURES MATINEE La belle comdie R -a Petite Fonctionnaire vec Jette^Armeile et" Andr Roanne Entre 0,50 ; 4 BaIcon': 1,00 A 8 HEUHfcS Une grande prv>dii' ti^ n Prix rie Beaut avec Louise Brook, Je n Oariia, Gaston Jacque', Andr Nicolle Entre : 2, 3, 4 gde K Cl ? i r : 1rs joueurs de o| VOTRE CUISINE, MME... Jubs non! plus qualit de | se servir du terrain de II' niou pour s'entraner; seeunCe~ vieillard tait l'tonnement de tous p;ir sa verdeur do: dfense Formelle est faite f(Eil vif, lasticit des mem aux Clubs affilis de rentrerlbres. en commerce sportif avec —Croyez-vous, lui dmaillait l'autre jour Machin, que les radis. Doue acte. Mais faisant mac h i ne arrire, un autre avis patte de velours donc moins nergique que le premier indiqui doucereusement que les a joueurs portent en eux une double personnalit ( sic ). Tout Ix au! diplomates. O esl la sanction'/ Les joueurs n'uni qu' se mal comporter, insulter au besoin l'autorit, et... srs de l'impunit changeront de maillol et le Club lins tardes acteurs et l'autorit applaudira des deux mains et du cœur. Fi doncl l'as de milieu. Tout ou rien. vous conserverez cette sant< longtemps encore? I rpondit: Certainement je 'm'en irai un joui. !s ce sera sans souflranc $ ce la Mantgne des i fines de Port-au-Prince cl de Saint-Marc. Bec-Fin. ( JN Kt M'"' ( s '"* ^^ sectes sont parmi les plus dangereux I iropagateurs de in:i;i(lics. ils \ ivenl dans tel immondices et de la volent chez vous, apportant les germes de maladies sonvent fatales. Tuez-les avant qu'ils ne vous tuent, \apoiisez du Flit. 1 lit tue mouches,moustiques, puces, feurmis, mites, punaises, cafards et leurs œufs. Mortel pour les insectes mais inoffensif pour l'lu>mme. Emile. Ne tache pas. Ne confonde? pas Ilii avec d'autres in cides. Exige/ le soldat sur bidon jaune a bande noire Parc Leconte. •I licures, match Van Ne s s Hati. Demain ;'i revanche Affaire de la Violette . Cette affaire a fait grand bru il cette semaine. Fatigu, parait-il, de voir le Sport Hatien divis en deux camps dcides dfendre leur posi lion, le Prsident usant les prrogatives nue lui confrent les btatota de l'U. s. s. II... porte .i l'ordre du jour de la sance du 15 dcembre, l'af faire de la Violette A. Club •>. Nous dtachons d'une c respondance et pour I intelligence des Membres de rassemble du 13 dcembre, le passage suivant qui rsume fa thse de la Y. A. C. : l.c Comit ne vci rail aucun inconvnient ;ui retour du < V. A. C. l'U. S. S. 11., si la radiation du Club et celles prononces contre ses membres, J\ S. et Fi II. taient \c\ sans condition. C'est ci ii i soulignons. F. 11. Le Calvaire nous Loterie Nationale \ la li'i de Dcembre, sur les scnes de Cin-Para tnount passera la premire du Calvaire, le beau drame du jeuue crivain Jean /*• Brierre. Les rptitions promettent beaucoup. Ou cite parmi les acteurs les nom i de Melles ucienne liera u.\ et Aline Mercier, de MM. Daniel Heurtelou, Marcel Camille, Jean F Brierre, Maurece Cassons, Sivain, Pierre Mayard, Pierre Roumain, nent l'.oicou, etc... Nous en ri pai lerons. L'Urne close aussi la li le Dcembre que paratra di lio is La Presse L'Urne Close, œ tvi pos hume du jeune pote pi >rt l'ge de 21 ans: Robert Lataillade. Le volume sera prc %  d'une pu ice de Jean F. Brierre. L' lition tant limite, que les bibliophiles s'inscrivent vile. e \ l'iume se ven 3 <• >urdes. Vaporisez •.'ANC* kldUT 3* UN SAVON PRODIGIEUX QUI ENLVE LES GERMES. EMPLOYEZ-LE POUR LES MAINS, LA FIGURE ET LE BAIN. LIFEBUOY Lt .'AVON UtU AME FOUR MAINS, FIGURES ET BAINS. Pour noire garantie, FUI n'est vendu qu'en bidons scells. LesFroiuits do Parfum iriol }s mihurs sont au:. Parfums do France Grand'Rue, lace au march \allidre pr" de la Maison Suda Extraits d'odeurs base de (leurs Lotions aux parfums tenaces, genre Pivert Eau de Cologne vritable, d'une finesse trs recherche. Eau de Lavaude particuliremeut recommande pour trictions. poudre de Riz vlo le adhrente aux pariun s prenants. Doses pour Eaux de Cologne, de Lavande, etc. Eaux de Heurs Oranger pour plisse iaux d'estomac etc Agua i' oi Ida •i A* tnill \ n:i ci onr i sserie Toi I ils de premire qualit el naturels sont au meilleur march de la place et soulignent le bon g l de ceux qui les emploient.—Venta de paitumsau poids Vente eu g'O et au dtail. I LE VOYAGE 00 PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE i Enfin. on a revu hier l'ali lier du MATIN l'heureux J gagna.nl du 2"flroilot de laj Loterie Nationale, le typogro* l plie Fernand Volcy... La li guie souriante, repose, la moustache en crocs, les pie la chausss de neut... un magnifique borsalino s u • le chef ... il tirait des bonll es •le milliouiiaire d'un magai* fique havane, bagu d'or.., lt respirait visiblement la si l et le bonheur .. Irouvi t elloi t le mot pour rire. condescendant, tirait, co nifl Napolon, l'oieille s I unis On crut qu'il tait rep.eudre le collier. Ne.mi 1 Il lail simplement pisse averir la Directiou que .i toute la semaine on ne devait pas compter sur lui. Je Suis i evenu e g an I h mine. de la tamille ... et vous coin* p enez, Direct, il me tant huit purs, au bas mot, pour me taire ma situation nouvelle. C'est a prendre ou laisser. C'est beau e g gner le gros lot del Loterie A atio* nale! — Aprs < %  ines dexia| — Plus'eurs p-u'emenlaires tence, I Htel "La Gaiel",si bien i se Pi siden! Vinapprci de i B client ', en i tourne dans I" uns cong. Celle dispari ion Su 1res \m ftlna'enra i • isft< z triste le coin de la Prie Mars et Charles Kombrnu. rua / I ( i<' s Mil i :• i u tes da— On leuxjeu' me-, i dt ||.s de Port-ausonl BI ; ivs Pi \ > avec M Ile Port au-Prirj bord d'un petit Rhsia V œur du Prvoilier. Il OTI m virg deux aident, qui pai icipe la to^r jours pour faire la i rte ne prsidentielle. .New-York -Von anPrince. — Depuis lt1er dcembre, 1 r ?"* u t;V 'T I C !" [ u b P loil POrttt. pieu, sans d.sconb. uer Pur nt tail a Mirasoane La i-i de-Pal i — On observe, avec quelque! , tristesse, l'tat dplorable du! l^a'ieui t buss qm son Maich de Vallire. Cet I r f 'P !,ru ? f a,,!s ,a "rculauon oui mente une couche de r men leU! .' ^ X1 •& ce n Des experts pensent n. m f;qj* craie sur leur capol Lest sani tonte une r • pi [Uides o h rs aux haut-, Ligne qt.isonl revenus 1 au tar I de ving c nq cei limes. —L'amricanisation des finan1 — D.us •• H ix de Beaut' Ces de vo-i communes se dvequi passera dimniihe sur l loppe ni |uenen.Trs pea cran de "Haitiana", un verra de commu' b q Louise Brook (miss En i ope) e> n'ont pas i %  e re le ->•> on admirera la louchante lus-vice de la |, • !e leurs toire dont ei| incarne l'hAroIoe mi i) s si x Cou rib dioos. et des ricors iiicompa tbles. et m inii a DAirago cepiion Palil Govi a ti tout le li m pi sous le de l'eni Ihoi Le C i l'Etat il Ca\es aujo i d irai. ECHOS — Au cours de son sjour aux rayes le Prsident, Vincent l'installation officielle difice peiniure. qu'.ivi c cinq i v.\s dollars la Communcelte i MOHK & LAURIN, P. O. ROXM — Distributeurs Rue Roux et du Centre, Port-au-Prince. Pour gagner de Gdes 50,— Gdes 3.000 et 'au-dessus, Accourez, accourez tous au RHUM SARTHE Angle des rues du Quai el 11 aversire Jusqu'au 31 Dcembre, en effet tout acheteur de : CACHET D'OR — GOLD SEAL et de C GUET ROUGL — RED SEAL recevra GRATIS pour chaque caisse unbilltt du Grand Sweepstake THE INDEPENDANCE PLATE loterie des courses de chevaux qui auront lieu Port-au-Prince le 2 Janvier 1933 au Pan American Field.Les NUMROS SORTANTS peuvent gagner de Gdes 50, Gdes 3,000 et au-dessus .( du Colonel Calixle, comme Commandant du Dpartement i i it Sud, en remplacement du Co o tel am ^ricain Herrale. — Bat r -ntr jeudi pass de B I Jamrque.i olre ;.i a(*i Oiv %  Br : d qui repria ses ;. in M S— Notre jeune et ii treasant i Jean Brire e les rptitions d'une pice drama*> • doul ou du grand bien, qu'il vient d'crin : Le Calvaire, .st-r.i i pi s it au Cil I .uainount, la tin de tx mois, L'entenr y tiendra le r')le priual. Le talent de Jean Urire tint augurer le succs du Cuira ire. — Hn Pranee se dessine au i i U ment une majoi it, a la tte de laquelle se lis mve le le put Louis M u in, -, i u h pour uue 'E • rope de repu I i t de < T \ Eno dompte l'Insomnie Des nuits sans repo?. un sommeil agit —suivis de jour'; enm et Joui '.vent d une constipation insouprnn je. Combattez cet tal eu buvant du ENO'S "Fruit Sait" une fois ou deux par jour. Votre r.omnuil sera profonH. Vous serez frais et dispos au lever. Achte! une bouteille d'ENO urd'hui. DISTILLERIE DE L'AIGLE M. Fontaine Propritaire Liqueurs, Sirops, Bay-rum r Eau de Cologne Importation de VINS Pour les ftes de ne, acheter M. Fontaine. I es fin d' nproduits Vous ferez vos amis tout en une importante plaisir ralisant conomie. GROS & DTAIL Dpt : Grand'Rue, ct de Dereix. MM ftirittoeourl Dont la a renoi si universelle a OT rHi ^ Dema, „ut : g ar de sa premire pi UN LARI3ANC0.UUT Dpt ; Rue^des Csars! ace A *+*m **



PAGE 1

m L* MATIN 10 Dcembre 193? P\f.r V IKillSAIM.VU; L'Automobile la plus adaptable £|Hati. Une automobile construite avec des matriauxfde 1re qualit. Une automobile de dsignation moderne qui assure une lunque dure et incorporant la beaut et le contort. Une automobi'e rpondant aux exigences de nos routes lel qu AUCUNE AUTRE AUTO NE LE PEUT. La Terrplane court plus vite, grimpe mieux les ctes, acclre plus tacilement et va plus confortablement qu'aucune autre auto de nos jours, quel que soit son prix. m f • *j Ceci s'adresse aussi bien aux autos de fabrication Europenne. Une simple dmonstration vous prouvera ces faits. ~* —O— Les spcifications sont les suivantes : 6 CYLINDRES 70 H. P. CHASSIS EX X COULEURS D'OPALE K 00 i*dre SPZ VOIK 1; Pave Porli i *! Voulez-vous avoir ce qu'il y a de mi'ux comme batterie ? Voul• si • l.n.i.. si active qu'un Jurerait qu'elle j.ii:;...i i li i; !... A N'i <> au**! la ion i IA.'.I:, |ni".. reu mtiluaiil, do niera es fti i \. I •• IOIII.M; rl auvil un pi< fi • ll|(i i|iii ilin.irnr la Vln'nic* I |ii-(|iii*iir< de* atra iMirilr : elle i un* liinte* le* Imni i •• rp • .... OU i-AI-i'I.IM I.. * I l'.l.l \\. Il i.il. i t. : n'a te oinaicOrdre du jour: ft nction des procs verbaux. •dure de la Corrcsondance glemenls et Slsloll* ViolMte Albllu Cib ilion d'intrt gnral, e f.sidentde TU. S. S. H. Alphonse HENRlg' L. Ri Q Le Ministre des Allaires Ktrangre* de Belgique vient de taire paratre la 5e dition du Rpertoire Officiel des Producleurs-Exporlateurs Belges. Cet ouvrage, rdig en cinq langues.constilue pour les acheUurs trangers un guide pratique leur permettant de trouver sans aucune difficult les adresses des meilleures firmes productrices belges ainsi que leurs spcialits de fabrication. Celte publication,indispensable a tous ceux qui dsirent entrer en relations d'alaires mise les industriels belges, est avec en vente au prix de 18 belga BniN(!les,133,Boulevard Maui lice Lemounier. i. — Vente par autorit de justice On lait savoir tous ceux qu'il appartiendra que le simedi 10 dcembre couraut, 10 hres du matin, il sera procd au Petit Four, en cette vile. la vente au plus oflrant et dernier enchrisseur des ellets mobiliers cou • sistanten tables, chaises, il soirs, siiieboard,glace,vK.n ., machine crire,tabb a. x de salon, lits, armoires glace. statuette, etc. Les susdits ob jets ont t [saisis a la requte de Mme Vve Michel Orestr, propritaire.demeurant et domicilie Port-au-Prince, ayant pour avocats constitus Mes H. Bei.j.imi et Thrzalus l'ierre lit ICI ne ; Sur !t: sieur Dom.nique Prospn.propritaire, demeurant et domicili a Port-auPrince, pour dettes de loyers A charge par lesadjudicaiai-s de payer comptant le montant de leus adiudica liions, sous peine de folie eu Les Rvrends Prs du SuinuKsprit et l'Amicale des Anciens Elves du Sminaire tout chanter, eu la Chapelle du Collge, le lundi 12 courant, huit heures du matin, un Service de Requiem, en mmoire de Me Edmond de Lespiuasse, de son vivaut le dvote Prsident de l'Association. I es RR. PP. et l'Amicale prient les Anciens Elves du %  Sminaire, leurs familles et les amis du Collge de bien vouloir assister cette pieus* ( rmonie. Port-au-Prince, le 0 dcembre 1932. ch.e. / l'ait Port-au-i'rirce, le S d embre mil neu cent trenPdeux. L'huissier excutant : Era. VIL A louer Contortable maison l'< u de Chose, rue 3. S'adresser : Meorlct CASTFRA Aux Cent Mille rticles Il a t trouv sur la roue de Ptionville u i sac mail coi,tt nain diflrents nbjfK On peut le rclamer su bureau du journal en fournis eant les prcisions ncessaires. m * k Liquidation Un lot e 160 vitres de qualit tr< suprieure. Dimensions 24 26 242 x K, 24 x 42, 24 x 48, 20 x 36. 20 x 44), 20 x 48 In lot de P Jtrs pour sulo, paisseur 1/1. Dimensions : 39 x 42. Conditions trs avanlagpu > %  •. S'adresser Monsieur E. r Woltt, liquidat-rr de la Maiv a B. LAMA QUE Co Jicml fHiJti) •> m mm %  • •



PAGE 1

Samedi 10 Dcembre 1932 Le Malin 4 PAGES 2l, in dignes, disent ils, du l're de La Victoire . LE GENERAL GOURAUD RESTE GOUVERNEUR MILITAIRE OE PARIS Paris.—Lesjnraux Di chne et G orges sont nomms meniNouvelles | de Cuba j fc -On annonceledpartimmi rient pour h H i\ane du nouveau Ministre C bain l'or %  v-Prii ce, qui va larlieipei. coit-oi une runion <\ le;' ders politiques cubains de tous le groupes D'autre part, les garanties constitutionelles SMSI em ue • rar le Prsident Machado ont t tablies, — | l'tat de sige aboli, tous le^. prisonn'ers^politiques dsem prisonns, il amnistie pour tous ('lits politiques proclame. —Le Prsident ac'ael du Snat S8t le candidat In prs de ice de M ici) do S< ce ui ci dmissionne, comme il en a r ; ntentio.i. Son bras droit, Guttierez, le grand allairisle, s'est entui de La II vane avec toute sa famille le lendemain de l'lecti n ('e Franklin Roosevelt la pi.ilence des Etats-Unis. Dan; les milieux cubains, ce If part est considr comme le signe certain de l'croulLes avantages qu'offre Cuisine Electrique %  HOTPOINT sont maintenant con is lonclions de gouverneur militaire de Paris. Le g*n al N'ulin est mort le 2 novembre. TREMBLEMENT DE TERRE EN EUROPE Diiiseldorl ( Allemagne ).— Certaines parties de l'Allemaf ;ne,de la Belgique et de la Bol ande ont ressenti de lortes secousses sismiques. La valle infrieure du Hhin et celle de la Ruhr ont t srieusement ; L lectes, mais on ne signale au cun accident. PIERRE RENIT %  REU A L'ACADMIE — M. Pierre Benoit, lcrivain bien connu, a t ri eu a l'Acadmie fiai (.aise qui compta ainsi actuellement trente-hul in mbres, au lieu de quarante, clnllre officiel. LE GRAND-DUC ALEXANDRE DE RISSIE EST TRES MALADE. 1 gr.inr!-duc Alexandre de Hussie, ix ux de la grnnde>duhesse Xnia, cousin p| beau* hre da tsar Nicolas II, cousin galement du roi Gt o g Grande Bretagne, e*f Rileiol d'une maladie de ia m 6 le pi nie '.Il es ac'uellemen a Nice H est g de ()(> ans. Le griind" nue a visit rcemment leaE'atsUnis. La grunde.-duchess", q-ji est a Londres, a t ni. ude en toute hte AUGMENTATION DE L'ENCAISSEUR UE LA BANQUE DE Paris.D'aprs le bilan h.b! ',' TC 06 du > v ^ r iement Un,,., H. d lokl u rapport de la n ramission Lytton sur la N'andchourie. Le Japon ral Grand Htel de France P. P. PATRIZI, propritaire Cet tablissement se reun servicel UOUIC lie la IICUUUIIUUC nu M W ^Vm y^r _ m x_^. _x x_^ Ml I m C-3 €. \-A. C-X baine est IP plus grand jour-1 , .. nalisl delile SerjioCarbo r(7n / (JQ premiGI' O I X Ire, CieS chef de l'opposition, dont le f X signe bref du Conseil supri. ur de la menl (,e ,a dictature mchaGuerre en templacement des ge-1 ( 1,llienne>) 0a csl a la veiLe. I nrauxGouraudetNaulin. l-bas, de grands change* 00111111311(10 D&F menls politiques. I —Le | roch .in prsident pro4 rr\1*f\nUrvh In >able de la Rpublique Cu/// C/JI OLIlClUIC, Votre premire visite a L'HOTEL ANSNIA.J Nous donnera ralsor, confirmera votre bon ingnient, justifiera la confier ce que vous nous curez accorde n nous garantissant votre apprciable oatronace l'Hte le plus slect de Port-au-Prince. Nous vous suggrons d'arrtei votie chambre d'avtnce jppoj. ~. .~. A ^ ] m sZtT^\chambres confortables et paru hier. [are 8 ; un Bai o les conLykes Brothers SS C lnc Texas Hati — Santo DomingoPorto-Rico Le seul service hebdomadaire et rgulier passagers et fret entre les ports du Golfe du Texas directement avec Port-au-Prince, Hati. Pour la rception rapide et le maniement habile de vos . ^ .| importations, servez vous toujours des navires de a LYKE sommations sont varies et i LIN E Le steamer a€ristobalest attei du Port*ao*Prnce,ve ,> nnnt de New Yoik le dimanche 11 dcembre 11)32,avec 4 passagers, 111 sacs de correspondance et partira dans l'a prs midi du mme jour directement pour Cristobal, CanaIZoni prensni t.et,malle et passagers. Jas. IL C. VAN REEO Agent G arai E des marques les plus lees. Tlphone : 2341. repu| Us prochaines arrives a Port-au Prince sont Steamer cMargaret Lykeswi Steamer Almeria Lykesa Steamer Genevive Lykes Steamer Tille Lykes Steamer Margaret Lykes 8 dcemhre 1932 1<) dcembre 1932 23 dcembre 1932 30 dcembre 19b2 3 janvier 1933 bureau: Rue ou Magasin de l'Etai. Boite Postale b Runion du Grand Conseil Fasciste ROMI: — Le Conseil lasciste h'fSt runi lundi dans la nuit dans If salon du Palais de ^ enise pour s'occuper sons : (,e | l a prsidence de Mussolini des problmes courants, A l'ordre du jour figurait la rconciliation franco-italienne. Mr et Mme Pierre Eugne de Le-pinasse M leurs entants, Mr et Mme Jules Pbipps et leurs entants, Mme Vve Eugne de Lespinalse r\ te* enlants .Mme Vve Edmord Roumain el s< enlants, Mme Vve I" l' ic W'ooln y el ses entants, tyeMe Emu a Bbnlort, les laniillrs MAISON DACCARETT r 775?7Rue, Courbe Madame, Souvenez-vous bien que le chapeau en gnral pour hommes, dames et enfants, est un de nos principaux articles,surtout le cha peau pour dames en paille etfeutrequenous recevons d'Europe et le Japon n; dmord pas doTiadaire de la Banque de l'YiturpJ'encRisse-or a ai gmen l* d %  75 millions de Iran: elle Georges Wirn->, Joseph Ho( lie. Geo'ges \V. I 1 lers 'e Cabinet Le*>pinisse et Ethart, ne pouvant rpondre Mdlviduellement toi le les marques de svrapath'e qu'ils GENVE II a t publi ont !" V"? r ccasi ri ,!e la n nimoanduui prsent "'o fi£" "^ /' l ; la Socit des Nations par I JeM ^/JS^ 0 d le dlgu japonais contenant L rl hl dl 1 ^" na se puent lesi ombreux am qu (es ont assists m cette cru elle ciroistance de recevoir ici l'expTSF'on de leurs rtLespinassed'Amrique presque toide • M-<> nouveau et li'zelais, Kranaeni, Phippa, | tous les quinze jours, •si uinsi de M milliards 8071 rme a dtermination conmillions de Irancs. La circula1 tiooer la politique actuelle hn fiduciaire, qui a diminu de et s'oppose toule tentative 708 -nillionf,est de 81 m lliardl dediss >lutio:i da nouvel l-'tat 004 millions. mandchou. Loterie NtioiUile d'Hati %16, Rue Bonne.Foi, Fhone : 33,58 La Loterie Nntionaled'IIati est une institution hautement humanitaire par la moitinlicite' d'œuVres quelle se propose d'aider, une chance de bien ln offerte aux hommes de toutes conditions de fortune. Emoloys, Fonctionnaires, Ouvriers, Artisans. Salaris de tous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans parler leur budget moyennant deux gnodes, peuvent gagner trois mille gourdes Patrons de Commerce.Chets d'Industie.parcz aux lusulfisances des ventes, par l'achat d'un billet, qui vous libre du souci des chancesM lecins, Avocats. Ingnieurs Snateurs, Dputs, Grands Dignitaires de lEtat.Reprscntants de l'Intellectualit, Joni nalislcs Donne/, l'exemple de rore solidarit sociare. Reatiers, capitalistes, comme en jouant, augmentez votre aveir Vous tous qui habl ;. .rendes vice en ache ant on hMlet de la U \ t i HATI. mercien i uts mus. Po %  • u l'.-iuce.le 5 decembre 1132. genre dernire cration,convenant au got du vrai bourgeois t*nant.comp te de la situation actuelle | J'attire galement I votre attention sur le solde permanent que la maison fait pour les articles qui n ont pas eu la chance d'tre eule vs de suite ; des prix tout fait drisoires. 1*1 A'SON DACCARETT 1727, Rue Courbe. E REQUETE A LA LOTERIE NATIONALE Caisse d'Epargne /Itaion PROGRS ONUVEAU RHLM NOLiVEAU Rhum dlicieux got exquis Piix rduit ALCOOL OtFIANJ JOUTE CONCURriENCE Claiiin Vierge Chez N. NAZON Populaire Si vous ne voulez pas tre pris au dpourvu quand la; La Lot.rie Nationale noc-lb^e sera venue, ne soyez pas! dera son 2fc (nage ls 115 P1 Cigale ; soyez l'ourmi. Pretembre procl.j.n, auticpantsur (nez pour cela le ch. min de rt^tL'Sr.'r! .'::':'"' *Wpar ant Populaire-. Papier blanc Kawas Cigarettes Papier noir Avion KAWAS d avoir ueu eu janvier b M a pisumer que dans ces rundit.oof, le prochain tirage me. si el ne se praeo ara qu'en lvrier. Les DOibreP) ferv< un de la Loterie i ( uvent fintei valle un i-iu 1 n ; il Doua prii ut d ob tenir d.; I Wbnii is't. iu n di i Loc ne qu un Orage intermdiaire sot organis pour une date plus rapproche : le 15 janvier |. ir tM m pie. Il va de soi que le dlai imparti pour le plu • et ment des billets serait insuN 33.'; iue des (esars, versez l, coi tre un joli livret, ce que vous avez dans votre poche, si modiquequ'il soitmme un simple nickel ; — renouvelez ce geste chaque semaine ou chaque mois ; et au bout de aurez tontes p;les vos trennes et celles des vtres. El mme, au lim de cong lier brutalement la Cigale, vous pourrez lui tendre la main m irrai devenue On PEU 1' fabriquer des Cigarettes rellement bennes avec du tabac du Pays Si vous n'y croyez DOS, fnmez les Cigarettes KAW*S et vous en serez convaincu. AVIS AU COMMERCE Vwirodf*^ !" '^.Vle c Guaynquil >' g" i dcembre 2932, et arrivera I ortlis.ni ti que l'Adminis'raUon UQUi limiUi ts i laques ser :ii I cation de rduire son misricordieuse, parce que la loi et di œi i auvre n'a qu'un lo*-*, qui mission da Nou*|e*l s m ezr.nse : c'est d'ignoi %  %  ' nuvanl cei.e ,r*r la Caisse d'Epargne Pufprvo^aoe ntjite d abonns, pulaire. laissera "; p di nc ch.!Sb. ai^ Tous .-Dparts de hew J ork Stecmer rnlh i ,. Am,,fl ? M <* Pori au-rrince Jas H. CVANREED agent Gnrai i .a k *> sflC P



PAGE 1

Clment Magloire OflttCTK R 1358. UJI AMERICAINE 1358 IELEPHONE N2242 26me ANNEE N'7813 Plus javance dans la curire de la tic, ttfa | ni>u\r le uaVaM %  eessajre.ll dmeat la luayur le plus yi-anil des plaisirs t lirai lin de toutes les illusions qu'on a ptr* il II**W P. CORNEILLE PORT-AU-PRINCEKHAITO La Socit d'Action Sociale > %  % %  %  SAMEDI 10 DECEMBRE ts organismes de ce genre en vue de crer une association de plus dans leflort latino-amricain pour s'lever de plus en nos : intellectuel, agricole, industriel, commercial, politique, social, d'ducation,— implique un choix soigneusement tudi des lments et des mthodes Faute de ce choix, nous risquons d'aller au hasard, l'inconnu, au danger, aussi srement qtien laissant libre et sans rglementation toute im uigration. |Jautre part, la dfense nationale, aussi bien que l'appel de concours qu'il importe il'organiser.ne sont pas uniquement aflaire des gouvernements : ils Herps Ecxmii Psoriasis CjiDilitilin Boulons Furoncli. Vitricu Mi Dpurez votre Sang par la CUROMAL Votre sanp est impur. Il charrie des scories, QM UJtilxe, dont il n'a pu se j.'kirrasser. et ces impurets se traduis* ni an irni.ui.nis exterieurai, an bote s, tl desagraablaa, si douloureux souvent : cloua, furoncles, boutons au di'iiiaiii.'eaiM'iis iiisiippurialiles. Cl MM eiitlu les ulcres, les tumeort et les tlhrmes qui siirTlenueiit sur un organisme empoisonn par un sang rlel. ttn peut viter tout cela ou sen f uerlr rapldenem pai nue cure au Guromai. est la mdication la plus simple, la plut non-iale et la plus scientifique, |ui utilisa les -.--• m de plus de 23 plantes connues de nos urej et des nielle, m I | antiquit, mais iluiit Monsieur GIRAUD, pharmai ien a, par des prodei modernes runi las sucs dans une forn.aie ipil lui a cote des annes d'eapi : < i de travail. Le succs a couronne ses ei le Curomal gurit le maladies ''e l crmas, dartres, psoriasis jeniangeaiMjns, rougeurs, furoncles, bon' a, -, "Icrcs, douleurs du ventre. ;" ge cri %  • Le battement cotn;?rnant ,fc.jon CUROMAL a\.c boite nllult. (.tulle et brochure explicative; *loulc, bonne* pli.:rm.ciea. — Prpare pur le l>ocl;.r lilllAI H. pharinaeien, Ulioraloiic, du llli^iie. S, Bue Dolet. I.YlY-OIl.U.NS (France) LES HAITIEHS00IVE.1T AVOIR ON PERMIS POUR TRAVERSER LA FRONTIERE ( Listin Diarlo du 25 Xouembre9S2) PORT.aU-PRINCE.Le gouverne nenl hatien a rsolu d''ablir un systme similaire celui des autres pavs afin de con-rler le p.ssage de ses concitoyens en Rpublique DomU • .uni;. <•! fiiy hvrtaul'riius : i'iiar %  -.-atjUfaa i risalion 11", ii ..|tie intresse tvanl de peuvoir passer la Irontire doit se procurer une permission spciale qu'il doit solliciter du Dpartis IQ| rie }'l l'iienr de ... capil iV. Les l'istru 'ion i on' l i. i a£ -m X an'ori es civiles et uni aires ,| la frontire de ne lnis*r pA| e tu'oIl y a Vinat-cinq ans I LF MATIN, 10 Dcembre WU71 ;. CHAMP DE COURSES J 4tP^-sont, autant si ce n'est plus, al, plus, par flude el les changes faire de notre Socit ellc-m ine puisque c'est bien en vue de l'intrt et du dveloppement des forces sociales que, part culirement dans ce cas, les gouvernements sont senss intervenir. Or, les lments de d ense et de protection de notre So ciie, gnralement rares dans tous les domaines, paraissent manquer parliculiremeui tlans le domaine de nos rapports extrieurs. Quels sont en ellet, nos points de contact avec l'tranger ? Les plus banals et les plus trquents sont, dans le domaine priv, les relations de nos commerants, relations pures d'allaires dont nous ne saurions attendre des conditions de relvement social. Toujours dans l'ordre priv, nous pouvons mentionner de trs nombreuses relations personnelles que les Hatiens qui voyagent rapportent et parfois ealretiennent, mais qui constituent des lieus'trop faibles pour compter valablement au nombre de nos moyens d'amlioration. Quant aux trangers qui habitent eux-mmes le pays, en leur supposant.ee qui n'est pas toujours vrai, quelque influence bienfaisante dans notre milieu, on est forc de convenir qu elle est tiop personnelle pour rayonner d'une faon sullisamment ellicace sur l'tat de notre socit. Au reste, il faut bien le dire, les hommes et les milieux l'ont des changes de ractions et les pi emiers.au lieu d'inlluen cer les seconds, finissent souvent par s'y acclamater, tous les points de vue .physique,moral, sentimental. La plus grande place appartient certainement, dans ce domaine de 1-influence trangre, aux tablissement! d'enseigne ment dirigs, la plupart, par les Ordres religieux trangers. Leur oeuvre intellectuelle cl morale est certes leve et certaine, mais s'exerce dans le cadre lor ce des choses hatiennes sans pouvoir le dborder.tenus qu'ils sont de proiesser selon l'esprit de notre lgislation; alors que bien souvent, c'est celui ci qu il faudrait arriver modifier. L'influence purementreligieuse qui a'exerce en Hati, est, elle aussi, en grande partie trange re; mais elle est limite aux choses de l'me qui n'ont que s lorces intellectuelles disperses pour porter l'lite du Pays,— ou plutt ses lites, car l'entreprise intresse nos forces de tous ordres,— se mettre en tal pour progresser, aujourdhui que nous n'avons plus les troubles politiques pour excuse, et pour provoquer des changes d'inspirations avec les forces organises des mmes ordres de 1 tranger sous quelque lalilude que ce soil, afin que la so cit hatienne puisse, d'abord, assurer son volution avec ses propres moyens privs sans tout attendre de Pouvoirs publics qui, le plus souvent, se recrutent moins dans les rangs du mrite et de la capacit opportune que selon les busards des vnements, el ensuite laire dignement figure dans le monde extrieur. Pour cela, nous devons tendre une double organisation : celle des force du prsent et celle des forces de l'avenir. Les forces disponibles s >nt reprsentes par nos comptences, nos professionnels de tous ordres qu'un appel peut grouper el rpartir selon les distinctions naturelles. Une fois cr el amnag 1 organisme que devra rprsenter c t ensemble, des relations pounont tre immdiatement tablies avec les Corps constitus de l'tranger, et le temps, la bonne volont, les assiduits indispensables, les appuis ncessaires, assureront, \\'c\\ pas douter, le dvelop peinent et l'avenir de 1 œuvre ainsi que la contribution hatienne au mouvement intellectuel universel. Nous avons des concitoyens de profondes cou naissances spciales, dans prs 3 ue tous les ordres d activits, ont les moyens et le> di restent slationnaires et mne diminuent, faute de sollicitations : l'organisme envisag parera a celte lacune de notre i CEINTURES SACS A EN CELLOPHANE KNEER'S GAIUGR C'est fort que les horse* i raen, dana leur nrticle dn 10 [ courant, ont voulu prter aux } '...voit que Yestwcet*aprsorganisatenrs des courses de imidi qu'aura lieu au, rarelin d'anne l'intention d'etaJLeconte, et sous la prsidence blir le poteau d'arrive lu d'honneur de Mr Stark.consul lin de In course sa d-ouest, le point de dp.rt. tout indiqu d'ailleurs, avait t • rimi ivement tix^ eu l.ice de l'ein >! H enient de Cour se, avant le pont .1.la prison des femmes, tout en leur faisant observer que ce point lphone donne ta ce au soleil, ce qui prsen te u i inconvnient pour le public. Les propritaires ( | e cheviux sont pris rie les taire Inscrire, partir d'aujo rde Hollande, le match de football entre l'quipe du Van Ness et une quipe lulienne slectionne. Entre gnrale : cinquante centimes. • • • .voit que le clibat a ses ennuis, et que certain de nos (•mis qui reprsente, un e.vcellent parti matrimonial est littralement assig par les mres de famille. Les demoiselles mettent aussi la main i In pale et avec une opinititrel qui tient de la cruaut d'une chasse i l'homme. Le panne traqu a d se rsigner faire enlever son tlMesdames, Mesdemoiselles monstralions. P ISS %  /. agasin voir nos Voir notre 4mc Page courant, les inscriptions seront reues jusqu' a lundi l(i courant dix heur -s du ma. lin. social, si grave quelle quivaut A noire a via A une dcapitation volontaiie. l'heure actuel! L organisation de nos lorces de l'avenir s'entend d'une pr parution de noire jeneuse en vue de recevoir des mains des aines le flambeau ainsi allum et entretenu. Cette prparation, nous ne l'entrevoyons par trs aise, en raison de celle trs routinire qui caractrise l'esprit WM il constitue, e un devoir social des plus imprieux ; car cest noire organisation sociale mme laquelle il s'agit de mettre la main : seul rsultai Vie sportive PAHC-LECONTE Ce soir I heure suran| sjatcli interlc Ti")! ; ... voit (pie tes nombreux amateurs invits l'autre soir assister mi fonctionnement de l'appareil cin-jmrlant de Paramont, sont partis enchants. Le film tait de toute beaut, Tclairagt parfait, ta musique et les dialogues d'une nettet incomparable!ou nos compliments l'i attirail avant-hier el hier / ''" / ''* suffit de se rappeler une foule assez considrable n t t faite, pur Auguste Magloire el Marc Mouls, la i ince du 3 dcembre de la Socit d'Action Sociale. Il lois des lacunes regrettables. Le ^ a PP or le I )Ius l l possible, lait que ces cu.les oui pu nanmoins recevoir leur sanction universitaire lablit que, Justine dans ce domaine, svissent, avec l'insuffisance des matres, la pro i lection et le favoritisme carac-1 lristiquea des choses Malien-' ns. La consquerc %  gnrale! est un niveau peu lev de notre enseignement tous ses tages par rapport aux conditions du mme enseignement l'exlrieur, ce qui est le contraire du progrs. Le double effort qu il peul y avoir ainsi lieu de faire agir sur le prsent coin l'avenir, ne peut bien avoir d'autre objectil ganisation et la torm liles, c'est- dire tl Je ne fume pas, je ne bois pis, le nenlreliens pas d'htares , disait Anle.ior l-'irmiii ijui semlilnit %  voir du got pour l'asctisme. NI htare, ni fumerie, passe encore. Mais boire I...II es! vrai qu'au temps ctej lointain o l'auteur de I Egalit Martin. ..... voit qu'une brouille d'poux ne rsiste pas un cadeau choisi par un mari redfendre ses couleurs, Cornpentant aux merveilleuses vime toul le mon le, nous avons rrines de la Maison Ren Laobstinmenl cherch ;i avoir foulant, rue du Magasin de j la composition de l'quipe l'Etat,ft78 Vous savez qu'an .hatienne, pour nos lecteurs y trouve tes plus jolis bas de d abord et ensuite pour peser soie, des bibelots d'un cachet nos chances de victoire el de vraiment artistique, la plus [dfaite; mais les membres suave parfumerie, de vrais de |'U. S. S. II., sans aucun bijoux de souliers el de chamystre, il ful en convcpeaux Le tout agrment nir -avourent qu'il n'y avait d'un accueil qui vota engage (rien ue dfinitif, uonobs'' .'/ revenir. Jtanl l'entire confiance qu'ils } Joui dans le triomphe des no... voit qu'il est impossible de trs, 'l'uni mieux] En foule au ParcLecopte, l'entrTi'asI donc que de 0,50. Dtail intressant : l'quipage du a Van Ness .durant sa croisire dans les Antilles, joua beaucoup Kingston, n Santiago de Cuba, guenl derrire les vitrines.Deav passer devant f Epicerie ou le llcslaiiranl Dereix sans que J eau ne' vous vienne ta bouche. Ici. c'est par les yeux qu'on est pris. Tant de bonnes choses comestibles vous narsurtoul Willeraslad, poi'i d'attache. ue pas plus loin, un fumet si ] apritif el si tyrannique qu'il \ faut vraiment n'avoir pas le I rond en poche pour rsister i la tentative de commander son couvert ... voit tpie si la plus jolie femme du monde ne donne Idal ALIX ROY 30 annes de succs. poxe) essuyait d'accaparer le [jamais que et qu'elle a ..la vUi Parc-Leconte et chasser les S()N IUKHAXCOURT VOUS donne sportsmen de leur pte\la joie et l'oublifappllit et la lin. D'aiUeurs, les Hollandais, \vigueur, avec rien que deux. — qui s'y connaissent eratfoi^s le s on fameux Goutte; porteraienl de notre stade un bien dosa Bil fallait ne pas dba U U nain d'un tel ,. hafaudage. Qu'en pensent Calot Th rdV • Otc-moi d'un doute— Le for toil Prsident de IL. S. S.'H. lit publier un nergique avis o il trancha sur le vii>, sans ambaget, ni quivoque, a question des Clubs radis j i


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07175
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, December 10, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07175

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
OflttCTK R '
1358. Uji AMERICAINE 1358
IELEPHONE N2242
26me ANNEE N'7813
Plus javance dans la curire
de la tic, ttfa | ni>u\r le uaVaM
eessajre.ll dmeat la luayur le
plus yi-anil des plaisirs t lirai lin
de toutes les illusions qu'on a ptr*
il II**W
P. CORNEILLE
PORT-AU-PRINCEKHAITO
La Socit d'Action Sociale
* >
SAMEDI 10 DECEMBRE t TE
EXTERIEURS ET
INTELLECTUEL"
EETAT
S'il est vrai qu'aucune nation
ne saurait vivi e sole.', celle v
ni s'applique partieuliremeni
Hati qui, tout eu comptai!
feclueux de cette sorte d assis
liiiceel dan. sa qualit politi
que et tiua i , e qui nous vaut,
depuis dj un grand no uore
sur ses forces propres.a besoin I d'annes dtre exploit) jar les
en vue de son dveloppement, j nom ues d'argent et .cS ban
de l'appui extrieur sous ses for quiers amricains, Que cette ex-
mes diverses et, tn mme temps, ploitation mholque ait t
compatibles avec sa pleine sou- rendue possible e.i prcisment
verainet. une dmonstration de la nces
Cet appui, pour raliser I elfi site pour Hati de a aider de
cacit que nous pouvons en at- j toutes laona, et arti ulire-
tendre- dans tous les domai- ment e,i cra ni ei aug uenlaui
ses points de contact avec des
lments sains et bienfaisants
de | tranger, y compris des
Etals-Unis eux-mmes, en vue
d'organiser dans son sein les
force de rsistance utiles et de
progrs.
Il y a quelques mois, nous
avons t visits par une dl-
g liai importante d'intellectuels
;.m ricains venus apparemment
l our tablir des relations avec
n >s organismes de ce genre en
vue de crer une association de
plus dans leflort latino-amri-
cain pour s'lever de plus en
nos : intellectuel, agricole, in-
dustriel, commercial, politique,
social, d'ducation, implique
un choix soigneusement tudi
des lments et des mthodes
Faute de ce choix, nous ris-
quons d'aller au hasard, l'in-
connu, au danger, aussi sre-
ment qtien laissant libre et sans
rglementation toute im uigra-
tion.
|Jautre part, la dfense na-
tionale, aussi bien que l'appel
de concours qu'il importe il'or-
ganiser.ne sont pas uniquement
aflaire des gouvernements : ils
Herps
Ecxmii
Psoriasis
CjiDilitilin
Boulons
Furoncli.
Vitricu
Mi
Dpurez votre Sang
par la
CUROMAL
Votre sanp est impur. Il charrie des scories,
QM UJtilxe, dont il n'a pu se j.'kirrasser. et
ces impurets se traduis* ni an irni.ui.nis exte-
rieurai, an bote s, tl desagraablaa, si doulou-
reux souvent : cloua, furoncles, boutons au
di'iiiaiii.'eaiM'iis iiisiippurialiles. Cl MM eiitlu
les ulcres, les tumeort et les tlhrmes qui
siirTlenueiit sur un organisme empoisonn par
un sang rlel. ttn peut viter tout cela ou sen
fuerlr rapldenem pai nue cure au Guromai.
est la mdication la plus simple, la plut
non-iale et la plus scientifique, |ui utilisa les
-.-- m de plus de 23 plantes connues de nos
urej et des nielle, m ,I. | antiquit, mais iluiit
Monsieur Giraud, pharmai ien a, par des pro-
dei modernes runi las sucs dans une for-
n.aie ipil lui a cote des annes d'eapi :
< i de travail. Le succs a couronne ses
ei le Curomal gurit le maladies ''e l
crmas, dartres, psoriasis jeniangeaiMjns,
rougeurs, furoncles, bon' a, -, "Icrcs, dou-
leurs du ventre. ;" ge cri
Le battement cotn;?rnant ,fc.jon CUROMAL
a\.c boite nllult. (.tulle et brochure explicative;
*- loulc, bonne* pli.:rm.ciea. Prpare pur le
l>ocl;.r lilllAI H. pharinaeien, Ulioraloiic, du llli^iie.
S, Bue Dolet. I.YlY-OIl.U.NS (France) *
LES HAITIEHS00IVE.1T AVOIR
ON PERMIS POUR TRAVERSER
LA FRONTIERE
( Listin Diarlo du 25 Xouem-
bre9S2)
PORT.aU-PRINCE.- Le
gouverne nenl hatien a rsolu
d''ablir un systme similaire
celui des autres pavs afin de
con-rler le p.ssage de ses con-
citoyens en Rpublique DomU
.uni;.
fiiy hvrtaul'riius : i'iiar
-.-at-jUfaa* i risalion
11", ii ..|tie in-
tresse tvanl de peuvoir passer
la Irontire doit se procurer une
permission spciale qu'il doit
solliciter du Dpartis iq| rie
}'l l'iienr de ... capil iV. Les
l'istru 'ion i on' l i. i a -mX
an'ori es civiles et uni aires ,|
la frontire de ne lnis*r pA la frontire hatienne "ers S l'o Domingo gicles ntsonne*
qui son! muni s de :>| e tu'o-
Il y a
Vinat-cinq ans .
I
Lf Matin, 10 Dcembre WU71 ;.
CHAMP DE COURSES J
4tP^--
sont, autant si ce n'est plus, al- plus, par flude el les changes
faire de notre Socit ellc-m
ine puisque c'est bien en vue de
l'intrt et du dveloppement
des forces sociales que, part cu-
lirement dans ce cas, les gou-
vernements sont senss interve-
nir. Or, les lments de d ense
et de protection de notre So
ciie, gnralement rares dans
tous les domaines, paraissent
manquer parliculiremeui tlans
le domaine de nos rapports ex-
trieurs.
Quels sont en ellet, nos points
de contact avec l'tranger ? Les
plus banals et les plus trquents
sont, dans le domaine priv, les
relations de nos commerants,
relations pures d'allaires dont
nous ne saurions attendre des
conditions de relvement social.
Toujours dans l'ordre priv,
nous pouvons mentionner de
trs nombreuses relations per-
sonnelles que les Hatiens qui
voyagent rapportent et parfois
ealretiennent, mais qui consti-
tuent des lieus'trop faibles pour
compter valablement au nom-
bre de nos moyens d'amliora-
tion. Quant aux trangers qui
habitent eux-mmes le pays, en
leur supposant.ee qui n'est pas
toujours vrai, quelque influence
bienfaisante dans notre milieu,
on est forc de convenir qu elle
est tiop personnelle pour ra-
yonner d'une faon sullisam-
ment ellicace sur l'tat de notre
socit. Au reste, il faut bien le
dire, les hommes et les milieux
l'ont des changes de ractions
et les pi emiers.au lieu d'inlluen -
cer les seconds, finissent sou-
vent par s'y acclamater, tous
les points de vue .physique,mo-
ral, sentimental.
La plus grande place appar-
tient certainement, dans ce do-
maine de 1-influence trangre,
aux tablissement! d'enseigne
ment dirigs, la plupart, par les
Ordres religieux trangers. Leur
oeuvre intellectuelle cl morale
est certes leve et certaine,
mais s'exerce dans le cadre lor
ce des choses hatiennes sans
pouvoir le dborder.tenus qu'ils
sont de proiesser selon l'esprit
de notre lgislation; alors que
bien souvent, c'est celui ci qu il
faudrait arriver modifier.
L'influence purementreligieu-
se qui a'exerce en Hati, est, elle
aussi, en grande partie trange
re; mais elle est limite aux
choses de l'me qui n'ont que
volution sociale et qui ne po-
sent que les problmes qui leur
sont propres.
Lutin, i epuis quelque temps,
Un trait avec les Etats Luis
nous vaut unlrotleuieutdegran
surtaceavecrinflueqeetran-
dece paya. Bien inspire
cette inflaei ce eut pu sensible
m -i auir sur notre milieu dans
'.' sens plus aiguille vers le
progrs social que nous n'avons
Si a le constater. Le ct de-
intellectuels, dans la poursuite
des idaux dsintresss. Ac-
cueillis, certes, dans une atmos
phre de sympathie courtoise et
claire, mais quelque peu im-
prgne de politique; et ne
trouvant pas, par conlie, les or-
ganismes d'ordre intellectuel
centres d'tude, muses, biblio-
thques publiques et le reste, -
avec lesquels ils auraient pu je-
ter les bases dune collabora-
lion mutuellement fructueuse et
p olilable, ils ont d s'en aller
sans pouvoir peut tre assurer
Ue lendemain leur trop court
sjour Poi t-au-Prince.Cel tat
de choses constitue une honte
pour nous et il importe que
nous en sortions
A notre humble avis, partag
d'ailleurs par quelques coll-
gues, une Socit proccupa-
tions sociales, comme la notre,
beaucoup laire dans le vaste
champ de I organisation de n >s
lorces intellectuelles disperses
pour porter l'lite du Pays, ou
plutt ses lites, car l'entreprise
intresse nos forces de tous
ordres, se mettre en tal
pour progresser, aujourdhui
que nous n'avons plus les trou-
bles politiques pour excuse, et
pour provoquer des changes
d'inspirations avec les forces
organises des mmes ordres
de 1 tranger sous quelque lali-
lude que ce soil, afin que la so
cit hatienne puisse, d'abord,
assurer son volution avec ses
propres moyens privs sans
tout attendre de Pouvoirs pu-
blics qui, le plus souvent, se
recrutent moins dans les rangs
du mrite et de la capacit op-
portune que selon les busards
des vnements, el ensuite laire
dignement figure dans le monde
extrieur.
Pour cela, nous devons tendre
une double organisation : cel-
le des force du prsent et celle
des forces de l'avenir. Les for-
ces disponibles s >nt reprsen-
tes par nos comptences, nos
professionnels de tous ordres
qu'un appel peut grouper el r-
partir selon les distinctions na-
turelles. Une fois cr el
amnag 1 organisme que devra
rprsenter c t ensemble, des
relations pounont tre imm-
diatement tablies avec les
Corps constitus de l'tranger,
et le temps, la bonne volont,
les assiduits indispensables, les
appuis ncessaires, assureront,
\\'c\\ pas douter, le dvelop
peinent et l'avenir de 1 uvre
ainsi que la contribution ha-
tienne au mouvement intellec-
tuel universel. Nous avons des
concitoyens de profondes cou
naissances spciales, dans prs
3ue tous les ordres d activits,
ont les moyens et le> di
restent slationnaires et mne
diminuent, faute de sollicita-
tions : l'organisme envisag pa-
rera a celte lacune de notre i
CEINTURES SACS A
EN CELLOPHANE
KNEER'S GAIUGR
C'est fort que les horse* i
raen, dana leur nrticle dn 10 [
courant, ont voulu prter aux } '...voit que Yestwcet*aprs-
organisatenrs des courses de imidi qu'aura lieu au, rare-
lin d'anne l'intention d'eta- JLeconte, et sous la prsidence
blir le poteau d'arrive lu d'honneur de Mr Stark.consul
lin de In course sa d-ouest,
le point de dp.rt. tout
indiqu d'ailleurs, avait t
rimi ivement tix^ eu l.ice de
l'ein >! h enient trib i .h al sur le parcourt
l'une Ign absolnoi 'ni droi-
te, trace an su \ de la piste
actuelle, ei allant de l'rst a
l'Ouest.
Dsiranl cependant donner
s iiM iction ans l'ropritaires
' le chevaux, n o u s avons,
ooor cette fois, l-i l d'ta*
blir le but sur h h^n' droite
l'Ouest du Chsm > de Cour
se, avant le pont .1.- la pri-
son des femmes, tout en leur
faisant observer que ce point lphone
donne ta ce au soleil, ce qui
prsen te u i inconvnient
pour le public.
Les propritaires (|e che-
viux sont pris rie les taire
Inscrire, partir d'aujo r-
de Hollande, le match de
football entre l'quipe du Van
Ness et une quipe lulienne
slectionne. Entre gnrale :
cinquante centimes.


. .voit que le clibat a ses
ennuis, et que certain de nos
(mis qui reprsente, un e.vcel-
lent parti matrimonial est
littralement assig par les
mres de famille. Les demoi-
selles mettent aussi la main
i In pale et avec une opiniti-
trel qui tient de la cruaut
d'une chasse i l'homme. Le
panne traqu a d se rsi-
gner faire enlever son tl-
Mesdames, Mesdemoiselles
monstralions.
P ISS /.
agasin voir nos
Voir notre 4mc Page
courant, les inscriptions se-
ront reues jusqu' a lundi l(i
courant dix heur -s du ma.
lin.

social, si grave quelle quivaut A noire a via
A une dcapitation volontaiie. l'heure actuel!
L organisation de nos lorces
de l'avenir s'entend d'une pr
parution de noire jeneuse en
vue de recevoir des mains des
aines le flambeau ainsi allum
et entretenu. Cette prparation,
nous ne l'entrevoyons par trs
aise, en raison de celle trs
routinire qui caractrise l'es-
prit
WM
il constitue,
e un devoir so-
cial des plus imprieux ; car
cest noire organisation sociale
mme laquelle il s'agit de
mettre la main : seul rsultai
Vie sportive
PAHC-LECONTE Ce soir
I heure suran| sjatcli inter-
lc Ti")!
,;
... voit (pie tes nombreux
amateurs invits l'autre soir
assister mi fonctionnement
de l'appareil cin-jmrlant de
Paramont, sont partis enchan-
ts. Le film tait de toute
beaut, Tclairagt parfait, ta
musique et les dialogues d'une
nettet incomparable!ou nos
compliments ci a Lafontanl.
I *
... Voit que l p. a T. P, a
entrepris de srieux travaux
de rfection sur un tronon
de fa route Porl-au-Princc
Logne. C'est de la bonne bc-
^ sogne, Monsieur Jcannol.Com-
\ plimenls.
national
un onze
capable
l'action
de f<7or):iii entre
hauen el un team
d'aider efficacement
des Pouvoirs publics
lorsqu elle est bien veilla n le
mais insuffisante ; d'en contra-
rier ou attnuer les effets lors-
... voit que la machine du
jour, c'est la Phpnouth six
roues libres el flatUlQ pincer.
Il est impossible d'imntpner
du contre-torpilleur Van "/"' lgance plus ravissante
Ness. Cet vnemenl spor- (/(' lignes. Et quant au m<>-
l'i attirail avant-hier el hier /''"/'- '* suffit de se rappeler
une foule assez considrable au Parc-Leconte. Nous en pour admettre qu'il n'y a pois
tions.Pensez donc:un match mieux. Well ptay Iranck
bre de nos matres rputs et
prouvs de l'enseignement
Parmi eux el nonobstant de
grandes qualits individuelles
d intelligence et d application,
la plupart n'ont pas reu
temps la prparation qui devait
garantir une pleine formation
de leurs lves : de l, le tait de
rencontrer sans tonnemenl de
jeunes sujets dont les tudes,
appareillent compiles, ont par-
Forcs de nous eu tenir, dans
celle communication, dans les
gnralits, el dsireux vive-
ment de voir considrer, par
la Socit d'Action sociale, les
aspects concrets de celle im
portante communication, nous
prions l'Assemble de bien vou-
loir dcider de la dfrer I -
Unie d'une Commission spciale
avec prire de prsenter son
international, mme avec une
quipe du boni, fouette le
sentimenl national el toul le
monde brle de connatre
ceux qui sonl choisis pour
(l) Celte commonteatl >n t t fai-
te, pur Auguste Magloire el Marc
Mouls, la i ince du 3 dcembre
de la Socit d'Action Sociale.
Il
lois des lacunes regrettables. Le ^aPPor* le I)Ius ll possible,
lait que ces cu.les oui pu nan-
moins recevoir leur sanction
universitaire lablit que, Justine
dans ce domaine, svissent, avec
l'insuffisance des matres, la pro i
lection et le favoritisme carac-1
lristiquea des choses Malien-'
ns. La consquerc gnrale!
est un niveau peu lev de no-
tre enseignement tous ses ta-
ges par rapport aux conditions
du mme enseignement l'ex-
lrieur, ce qui est le contraire
du progrs.
Le double effort qu il peul y
avoir ainsi lieu de faire
agir sur le prsent coin
l'avenir, ne peut bien
avoir d'autre objectil
ganisation et la torm
liles, c'est- dire tl
Je ne fume pas, je ne bois pis,
le nenlreliens pas d'htares , di-
sait Anle.ior l-'irmiii ijui semlilnit
voir du got pour l'asctisme. NI
htare, ni fumerie, passe encore.
Mais boire I...II es! vrai qu'au temps
ctej lointain o l'auteur de I Egalit
Martin.
..... voit qu'une brouille d'-
poux ne rsiste pas un ca-
deau choisi par un mari re-
dfendre ses couleurs, Corn- pentant aux merveilleuses vi-
me toul le mon le, nous avons rrines de la Maison Ren La-
obstinmenl cherch ;i avoir foulant, rue du Magasin de
j la composition de l'quipe l'Etat,ft78 Vous savez qu'an
.hatienne, pour nos lecteurs y trouve tes plus jolis bas de
d abord et ensuite pour peser soie, des bibelots d'un cachet
nos chances de victoire el de vraiment artistique, la plus
[dfaite; mais les membres suave parfumerie, de vrais
de |'U. S. S. II., sans aucun bijoux de souliers el de cha-
mystre, il ful en convc- peaux Le tout agrment
nir -avourent qu'il n'y avait d'un accueil qui vota engage
(rien ue dfinitif, uonobs- '' .'/ revenir.
Jtanl l'entire confiance qu'ils }
Joui dans le triomphe des no- ... voit qu'il est impossible de
trs, 'l'uni mieux] En foule
au ParcLecopte, l'entrTi'asI
donc que de 0,50. Dtail in-
tressant : l'quipage du a Van
Ness .durant sa croisire dans
les Antilles, joua beaucoup
Kingston, n Santiago de Cuba, guenl derrire les vitrines.Deav
passer devant f Epicerie ou le
llcslaiiranl Dereix sans que
J eau ne' vous vienne ta bou-
che. Ici. c'est par les yeux
qu'on est pris. Tant de bonnes
choses comestibles vous nar-
surtoul Willeraslad,
poi'i d'attache.
ue
pas plus loin, un fumet si
] apritif el si tyrannique qu'il
\ faut vraiment n'avoir pas le
I rond en poche pour rsister
i la tentative de commander
son couvert

... voit tpie si la plus jolie
femme du monde ne donne
Idal
ALIX ROY
30 annes de succs.
poxe) essuyait d'accaparer le [jamais que et qu'elle a ..la vUi
Parc-Leconte et chasser les S()N IUkhaxcourt vous donne
sportsmen de leur pte- \la joie et l'oublifappllit et la
lin. D'aiUeurs, les Hollandais, \vigueur, avec rien que deux.
qui s'y connaissent era- tfoi^s le s on fameux Goutte;
porteraienl de notre stade
un bien dosa
Bil fallait ne pas dba
U U nain d'un tel ,. hafau-
dage. Qu'en pensent Calot
Th rdV
*
Otc-moi d'un doute Le
for toil
Prsident de IL. S. S.'H. lit
publier un nergique avis o
il trancha sur le vii>, sans
ambaget, ni quivoque, a
question des Clubs radis j
i


?A(/i. 2
LE MATiN - 1 Dcembre 1932
f~
**.**,



I ^SVc^oerfe*
.^aJrteW**^ S*
.s u i f
leurs traces1
l***M
Cin-Ialdu
! DEMAIN SOIR I
a 5 HEURES MATINEE
La belle comdie R
-a Petite Fonctionnaire
vec Jette^Armeile et" Andr Roanne
Entre 0,50 ; 4BaIcon': 1,00
A 8 HEUHfcS
Une grande prv>dii' ti^n
Prix rie Beaut
avec Louise Brook, Je n Oariia, Gaston Jacque', Andr Nicolle
Entre : 2, 3, 4 gde .
K
Cl
?ir : 1rs joueurs de o| VOTRE CUISINE, MME...
Jubs non! plus qualit de |
se servir du terrain de II'
niou pour s'entraner; seeun-
Ce~ vieillard tait l'tonne-
ment de tous p;ir sa verdeur
do: dfense Formelle est faite f(Eil vif, lasticit des mem
aux Clubs affilis de rentrerlbres.
en commerce sportif avec Croyez-vous, lui dmail-
lait l'autre jour Machin, que
les radis. Doue acte. Mais
faisant mac h i ne arrire,
un autre avis patte de ve-
lours donc moins nergi-
que que le premier indiqui
doucereusement que les a jou-
eurs portent en eux une dou-
ble personnalit ( sic ). Tout
Ix au! diplomates. O esl la
sanction'/ Les joueurs n'uni
qu' se mal comporter, insul-
ter au besoin l'autorit, et...
srs de l'impunit changeront
de maillol et le Club lins
tardes acteurs et l'autorit ap-
plaudira des deux mains et
du cur. Fi doncl l'as de mi-
lieu. Tout ou rien.
vous conserverez cette sant<
longtemps encore?
I rpondit: Certaine-
ment je 'm'en irai un joui.
!s ce sera sans souflranc
$ ce la Mantgne des i fi-
nes de Port-au-Prince cl de
Saint-Marc.
Bec-Fin.
( JN Kt M'"' '('s '"*
^^ sectes sont parmi
les plus dangereux
Iiropagateurs de in:i-
;i(lics. ils \ ivenl dans
tel immondices et de
la volent chez vous,
apportant les germes
de maladies sonvent
fatales. Tuez-les avant
qu'ils ne vous tuent,
\apoiisez du Flit.
1 lit tue mouches,moustiques, puces,
feurmis, mites, punaises, cafards et
leurs ufs. Mortel pour les insectes
mais inoffensif pour l'lu>mme. Em-
ile. Ne tache pas. Ne confon-
de? pas Ilii avec d'autres in
cides. Exige/ le soldat sur bidon
jaune a bande noire
Parc Leconte.
I licures, match
Van Ne s s Hati.
Demain ;'i
revanche
Affaire de la Violette .
Cette affaire a fait grand
bru il cette semaine. Fatigu,
parait-il, de voir le Sport
Hatien divis en deux camps
dcides dfendre leur posi
lion, le Prsident usant les
prrogatives nue lui confrent
les btatota de l'U. s. s. II...
porte .i l'ordre du jour de la
sance du 15 dcembre, l'af
faire de la Violette A. Club >.
Nous dtachons d'une c
respondance et pour I intel-
ligence des Membres de ras-
semble du 13 dcembre, le
passage suivant qui rsume
fa thse de la Y. A. C. : l.c
Comit ne vci rail aucun in-
convnient ;ui retour du < V.
A. C. l'U. S. S. 11., si la ra-
diation du Club et celles pro-
nonces contre ses membres,
J\ S. et Fi II. taient \c\
sans condition. C'est
ci ii i soulignons.
F. 11.
Le Calvaire

nous
Loterie
Nationale
\ la li'i de Dcembre, sur
les scnes de Cin-Para -
tnount passera la premire
du Calvaire, le beau drame
du jeuue crivain Jean /*
Brierre. Les rptitions pro-
mettent beaucoup. Ou cite
parmi les acteurs les nom i
de Melles ucienne liera u.\
et Aline Mercier, de MM. Da-
niel Heurtelou, Marcel Ca-
mille, Jean F Brierre, Mau-
rece Cassons, Sivain, Pierre
Mayard, Pierre Roumain,
nent l'.oicou, etc...
Nous en ri pai lerons.
L'Urne close
aussi la li le D-
cembre que paratra di
lio is La Presse L'Urne
Close, tvi pos hume du
jeune pote pi >rt l'ge de
21 ans: Robert Lataillade. Le
volume sera prc d'une
pu ice de Jean F. Brierre.
L' lition tant limite, que
les bibliophiles s'inscrivent
vile. e \ l'iume se ven
3 < >urdes.
Vaporisez
.'ANC* kldUT 3*
UN SAVON PRODIGIEUX QUI ENLVE LES
GERMES. EMPLOYEZ-LE POUR LES MAINS,
LA FIGURE ET LE BAIN.
LIFEBUOY
Lt .'AVON UtU AME
FOUR MAINS, FIGURES ET BAINS.
Pour noire garantie, FUI n'est vendu qu'en bidons scells.
LesFroiuits do Parfum iriol }s mihurs sont
au:.
Parfums do France
Grand'Rue, lace au march \allidre pr" de la Maison Suda
Extraits d'odeurs base de (leurs
Lotions aux parfums tenaces, genre Pivert
Eau de Cologne vritable, d'une finesse trs recherche.
Eau de Lavaude particuliremeut recommande pour tric-
tions.
poudre de Riz vlo le adhrente aux pariun s prenants.
Doses pour Eaux de Cologne, de Lavande, etc.
Eaux de Heurs Oranger pour plisse iaux d'estomac etc
Agua i' oi Ida
i A* tnill \ n:i ci onr i sserie
Toi I ils de premire qualit el naturels sont
au meilleur march de la place et soulignent le bon g l
de ceux qui les emploient.Venta de paitumsau poids Vente
eu g'O et au dtail.
I
LE VOYAGE 00 PRESIDENT
DE LA REPUBLIQUE i
Enfin. on a revu hier
l'ali lier du Matin l'heureux J
gagna.nl du 2"flroilot de laj
Loterie Nationale, le typogro* l
plie Fernand Volcy... La li
guie souriante, repose, la
moustache en crocs, les pie la
chausss de neut... un ma-
gnifique borsalino s u le
chef ... il tirait des bonll es
le milliouiiaire d'un magai*
fique havane, bagu d'or.., lt
respirait visiblement la si l
et le bonheur .. Irouvi t
elloi t le mot pour rire.
condescendant, tirait, co nifl
Napolon, l'oieille s I unis
On crut qu'il tait
rep.eudre le collier. Ne.mi 1
Il lail simplement pisse
averir la Directiou que .i
toute la semaine on ne de-
vait pas compter sur lui. Je
Suis i evenu e g an I h mine.
de la tamille ... et vous coin*
p enez, Direct, il me tant huit
purs, au bas mot, pour me
taire ma situation nouvelle.
C'est a prendre ou laisser.
C'est beau e g gner le
gros lot del Loterie Aatio*
nale!
Aprs < ines dexia| Plus'eurs p-u'emenlaires
tence, I Htel "La Gaiel",si bien i se Pi siden! Vin-
apprci de i b client ', en i tourne dans I"
uns cong. Celle dispari ion Su 1res \m ftlna'enra
i isft< z triste le coin de la Prie Mars et Charles Kombrnu.
rua / I (i<'s Mil i : i u tes da-
On leuxjeu- me-, i dt ||.s de Port-au-
sonl bi ; ivs Pi \ > avec M Ile
Port au-Prirj bord d'un petit Rhsia V ur du Pr-
voilier. Il otI m virg deux aident, qui pai icipe la to^r
jours pour faire la i rte ne prsidentielle.
.New-York -Von anPrince. Depuis lt- 1er dcembre, 1
" r, ?"* u t;V 'T I C[ u b Ploil POrttt. pieu, sans d.sconb. uer Pur -
nt tail a Mirasoane La i-i de-Pal i
On observe, avec quelque! ,
tristesse, l'tat dplorable du! l^a'ieui t buss qm son
Maich de Vallire. Cet Irf'P!,ru? fa,,!s ,a "rculauon oui
mente une couche de r*men leU!.' ^ X1 & ce,n"
Des experts pensent n.mf;qj- craie sur leur
capol Lest sani tonte une r
pi [Ui- des o h rs aux haut--
, Ligne qt.isonl revenus
1 au tar I de ving c nq cei limes.
L'amricanisation des finan-1 D.us H ix de Beaut'
Ces de vo-i communes se dve- qui passera dimniihe sur l
loppe ni |uenen.Trs pea cran de "Haitiana", un verra
de commu' b q Louise Brook (miss En i ope) e>
n'ont pas i e re le ->> on admirera la louchante lus--
vice de la |, !e leurs toire dont ei| incarne l'hAroIoe
mi i) s si x Cou rib dioos. et des ricors iiicompa tbles.
et m inii a DAirago
cepiion Palil Govi a ti tout
le li m pi sous le de l'en- i
Ihoi Le C i l'Etat
il Ca\es aujo i d irai.
ECHOS
Au cours de son sjour
aux rayes le Prsident, Vincent
. l'installation officielle
difice
peiniure.
qu'.ivi c cinq i v.\s dollars la
Commun- celte i
MOHK & LAURIN, P. O. ROXM Distributeurs
Rue Roux et du Centre, Port-au-Prince.
Pour gagner de Gdes 50,
Gdes 3.000 et 'au-dessus,
Accourez, accourez tous au
RHUM SARTHE
Angle des rues du Quai
el 11 aversire
Jusqu'au 31 Dcembre, en effet
tout acheteur de :
CACHET D'OR GOLD SEAL
et de
C GUET ROUGL RED SEAL
recevra GRATIS pour chaque caisse unbilltt
du
Grand Sweepstake
THE INDEPENDANCE PLATE
loterie des courses de chevaux qui auront lieu
Port-au-Prince le 2 Janvier 1933 au Pan Ame-
rican Field.Les NUMROS SORTANTS peuvent
gagner de Gdes 50, Gdes 3,000 et au-dessus
.(
du Colonel Calixle, comme
Commandant du Dpartement
i i it Sud, en remplacement du
Co o tel am ^ricain Herrale.
Bat r -ntr jeudi pass de
- b I Jamrque.i olre
;.i a(*i Oiv Br : d
qui repria ses ;. in m s-
Notre jeune et ii treasant
i Jean Brire e les
rptitions d'une pice drama*>
doul ou du grand bien,
qu'il vient d'crin : Le Calvaire,
.st-r.i i pi s it au Cil
I .uainount, la tin de tx mois,
L'entenr y tiendra le r')le priu-
al. Le talent de Jean Urire
tint augurer le succs du Cui-
ra ire.
Hn Pranee se dessine au
i i U ment une majoi it, a la
tte de laquelle se lis mve le le
put Louis M u in, -, i u h
pour uue 'E
rope de repu I i t
de Eno dompte
l'Insomnie
Des nuits sans repo?. un sommeil agitsuivis
de jour'; enm et Joui '.vent
d une constipation insouprnn je. Combattez cet
tal eu buvant du ENO'S
"Fruit Sait" une fois ou deux par jour. Votre
r.omnuil sera profonH. Vous serez frais et
dispos au lever. Achte! une bouteille d'ENO
urd'hui.
DISTILLERIE
DE L'AIGLE
M. Fontaine
Propritaire
Liqueurs, Sirops, Bay-rumr
Eau de Cologne
Importation de VINS
Pour les ftes de
ne, acheter
M. Fontaine.
I
es
fin d' n-
produits
Vous ferez
vos amis tout en
une importante
plaisir
ralisant
conomie.
GROS & DTAIL
Dpt : Grand'Rue, ct
de Dereix.
MM ftirittoeourl
Dont la
a renoi si universelle a OTrHi ^
Dema, ut : garde sa premire pi
UN LARI3ANC0.UUT
Dpt ; Rue^des Csars!
ace

A

*+*m **


m
L* MATIN 10 Dcembre 193?
P\f.r V
IKillSAIM.VU;
L'Automobile la plus adaptable |Hati.
Une automobile construite avec des matriauxfde 1re qualit.
Une automobile de dsignation moderne qui assure une lunque dure et in-
corporant la beaut et le contort.
Une automobi'e rpondant aux exigences de nos routes lel
qu AUCUNE AUTRE AUTO NE LE PEUT.
La Terrplane court plus vite, grimpe mieux les ctes, acclre plus tacilement
et va plus confortablement qu'aucune autre auto de nos jours, quel que soit son
prix. m"f *j
_ Ceci s'adresse aussi bien aux autos de fabrication Europenne.
Une simple dmonstration vous prouvera ces faits. ~*
O
Les spcifications sont les suivantes :
6 CYLINDRES
70 H. P.
CHASSIS EX X
COULEURS D'OPALE
K (ILITCH AIT0MATIQ1 !E
ROBES LIBRES
CARROSSERIE 'DINE PIECE l.\ ACIER
.HAGINEZ-YOUS UNE VOITURE nF LUXE OUI GRIMPERAIT LA COTE LA PLUS RAIDE D'HATI EN TROISIME VITESSE ET OUI DEPASSERAIT EN COMPARAISON DE SON PRIX
LES EXTRAORDINAIRES PRIX DE VENTE SUIVANTS :
ROADSTER
TOCHIM
COACII
COUPE
SEDAN
SPECIAL IID11
iscv .loi. n:,M
985,00
995,00
1.030,00
14)78,00
1.128,00
Le bas prix dentretien, provenant du plus moderne (jnie, rsud
mie de qazoline qui est extraordinaire.
KNEER'S GARAGE,
Distributeur.
RUE PAVE, PORT-AU-PRINCE, PHONE : 2318 & 2234.
(
tans rcono-
- i ; i .___,m
Batterie .CITADELLE
HT A DE l E O 8(.0
P! H<5 OR I-: 12.50
W'H () ITI ir> 00
i*dre spz voik
1; Pave Porli i *!
Voulez-vous avoir ce qu'il y a de
mi'ux comme batterie ?
Voul qui vous rtndr un service flet-iit?
Voultz-vous que^la.batteriede
votre auto soit ^aianiie ?
Vnrlez-vons eiuour?ger l'in-
Qitirie nationale ?
Achetez une batterie
CITADELLE h garantie
.. un prix la porte de oues les
bourses.
1o Paire que elle n'a p3S
son gale en Ha
2o Parce que elle re vors
donrera jamais d'ennui, et dure
longtemps*
3u Pat ce que elle ers rem pi
ccesars extra si par hasard elle
aurait un defaol de construc-
tion, ca que vous n'avez pas avec
les notifie* impor ces.
4o parce q p elle e^t de ta-
b< Tnti' D t ti nne
K^EER ARAflE, F b rince (Ha ) Phone:23l8& 2i34
. ...
U.S. S. II.
Convocation.
L\anl des prrogatives qne lui
.le.eci. les slatuls de I Uoion
'socis sportiveshaiiiennes,
Pisiieat de TU. S. S H. COO"
voqui en a^s mhlS gnra e
us i..ligus d" l'Union pour te
odi 15 courant, et l*I raor-
d
I
AVIS
Les Personnes
ges en ont
besoin
powr combattre les rhumes
et la bronchite dangereuse
Grnifmim.in connat, pris 60 ans, la rleur de SCOTT'S EMULSION
comme remde de famille. C'est pourqaoi quand des affections de poitrine
U menacent grand/maman se 6e a SCOTT'S EMULSION pour son confort
m sa protection.
Aucune prparation autre que la SCOTT'S EMULSION est aussi fortifiante
pour la gorge et les poumons. Elle adoucit et cicatrise. Elle rchauffe le
corps et maintient la rsistance.
C'eet ie fortifiant parfait pour les personnea tris jeunes ou ges: C'est
le tonique d'hiver idal pour les gens d'ge moyen et les enfants en croissance
Ces* la sauvegarde certaine contre les rhumes, la toux et l'influenzaj
Achet* tout de auite une grosse bouteille de SCOTTS EMULSION.
lJulisx-li rguliirenMtK.
SCOTT'S "
EMULSION
d'huile de foie de morue norvgienne
Riche en Vitamines A et D
Depuis 60 ans le remde de confiance pour:
TOUX, RHUMES BRONCHITE ANEMIE
CONSOMPTION INFLUENZA RACHITISME
Awui dt enu. 11 AKOl.I) F. RITCHIE . CO., lac
MadMon A**. M 34ih St., New York. B. U. d'A.
j A vendre
Une auto Ford, modle
1931. Vitesse : 10.000 milles.
j La voilure est en trs bon
tat
Passez I Hpital Amri*
cain (U.S. M.C.), voir M. T.
IL Ferguson.
Ou tlphones :83-2 MC.
Ou : 124*3 M.C.
Pris 1res raisonnables.
j Une radio Philco ( shut et
loiifj wave ).
Meubles, ete.
S'adresser : Cap. II. L
Montague, V. S. M. c.
Rue I, pies Avenue P.
Amicale
du Sminaire
Elle ne se rcmettaiL
que Icntemcn.
I ut- ri'UA'JI* lll.il" lir . i.ll illlr SU
iioiiiImiiI rtf |im,|(i ulula, Malauie N
Stmaliiiliril I tltclr. Ir nivn
l'ai iiloiil .iii lill* .i l'exli .i i
v.u\ mm, clic vu}ail ac prn| i..... .il.m PltrC i I ili --; i Ht i i u .
mais ^ h rureca,
(.'cvl aliirs que, iiir le ontinril .1
mlc, elle lit une cure le KOHi'M
Do lis premiers loura, elle rr-
I 111*11 iiit des il' iimiii* luitiiiu
iiiiiii ii'lua miiiDOMnl I* r'Ulll!
Apre* un tinl Biicnii, clk- nimv
l'iilli ! ver et mme ialni mus ia<
le u l'tv uniniriHiilea,
Ci si puJiiHriL'Iiui une in!> si
l.n.i.. si active qu'un Jurerait qu'elle
j.ii:;...i i li i; !... .
A N'i <> au**! la ion i ia.'.i:, |ni"..
reu mtiluaiil, do niera es fti i
\. I
ioiii.m; rl auvil un pi<
fi ll|(i i|iii ilin.irnr la Vln'nic* I
|ii-(|iii*iir< de* atra iMirilr : elle
i un* liinte* le* Imni i rp
.... OU i-AI-i'I.IM I.. * I l'.l.l
\\. Il i.il.
i t.
.
:
n'a
te

oinaic-
Ordre du jour:
ftnction des procs verbaux.
dure de la Corrcs- ondance
glemenls et Slsloll*
ViolMte Albllu Cib
ilion d'intrt gnral,
e f.sidentde TU. S. S. H.
Alphonse HENRlg'
L.
Ri
Q
Le Ministre des Allaires
Ktrangre* de Belgique vient
de taire paratre la 5e dition
du Rpertoire Officiel des Pro-
ducleurs-Exporlateurs Belges.
Cet ouvrage, rdig en cinq
langues.constilue pour les ache-
Uurs trangers un guide prati-
que leur permettant de trouver
sans aucune difficult les adres-
ses des meilleures firmes pro-
ductrices belges ainsi que leurs
spcialits de fabrication.
Celte publication,indispensa-
ble a tous ceux qui dsirent en-
trer en relations d'alaires mise
les industriels belges, est avec
en vente au prix de 18 belga
BniN(!les,133,Boulevard Mau-
i lice Lemounier.
i.
Vente par auto-
rit de justice
On lait savoir tous ceux
qu'il appartiendra que le si-
medi 10 dcembre couraut,
10 hres du matin, il sera
procd au Petit Four, en
cette vile. la vente au plus
oflrant et dernier enchris-
seur des ellets mobiliers cou
sistanten tables, chaises, il
soirs, siiieboard,glace,vK.n .,
machine crire,tabb a. x de
salon, lits, armoires glace.
statuette, etc.
Les susdits ob jets ont t
[saisis a la requte de Mme
Vve Michel Orestr, propri-
taire.demeurant et domicilie
Port-au-Prince, ayant pour
avocats constitus Mes H.
Bei.j.imi et Thrzalus l'ierre
lit ici ne ;
Sur !t: sieur Dom.nique
Prospn.propritaire, demeu-
rant et domicili a Port-au-
Prince, pour dettes de loyers
A charge par lesadjudica-
iai-s de payer comptant le
montant de leus adiudica
liions, sous peine de folie eu
Les Rvrends Prs du
SuinuKsprit et l'Amicale des
Anciens Elves du Sminaire
tout chanter, eu la Chapelle
du Collge, le lundi 12 cou-
rant, huit heures du matin,
un Service de Requiem, en
mmoire de Me Edmond de
Lespiuasse, de son vivaut le
dvote Prsident de l'Associa-
tion.
I es RR. PP. et l'Amicale
prient les Anciens Elves du
Sminaire, leurs familles et
les amis du Collge de bien
vouloir assister cette pieus*
( rmonie.
Port-au-Prince, le 0 d-
cembre 1932.
ch.e. /
l'ait Port-au-i'rirce, le S
d embre mil neu cent trenP-
deux.
L'huissier excutant :
Era. VIL
A louer
Contortable maison l'< u
de Chose, rue 3.
S'adresser :
Meorlct CASTFRA
Aux Cent Mille rticles
Il a t trouv sur la roue
de Ptionville u i sac mail
coi,tt nain diflrents nbjfK
On peut le rclamer su bu-
reau du journal en fournis
eant les prcisions ncessai-
res.
m *
k
Liquidation
Un lot e 160 vitres de qualit
tr< suprieure.
Dimensions 24 26 242 x
K, 24 x 42, 24 x 48, 20 x 36.
20 x 44), 20 x 48
,In lot de P Jtrs pour su-
lo, paisseur 1/1.
Dimensions : 39 x 42.
Conditions trs avanlagpu >.
S'adresser Monsieur E. r.
Woltt, liquidat-rr de la Maiv a
B. LAMA QUE Co
Jicml fHiJti)
> m mm


Samedi
10 Dcembre 1932
Le Malin
4 PAGES
2l Port-au-Prince
Tlphone : 2242
NOUVELLES,_
DE
INAUGURATION D'UNE STATUE
OE GEORGES GLEMtNCEAU
A PARIS
raris. L inauguration d'une
I ue de Georges Cirait i ce: u
n i u lieu en prsence du rM-
druide la Rpublique et r"e Mi
|lrriol. Le monunent esl lita
devant le Petit palais des
Champs-'Klyj.t'es.
Seule, Mme Albert Clemen-
ceau, pouse du Irre du cl-
bre homme d'Ltat, assistait la
crmonie.
On'sait que la plupart des
membres de la lamille o-.t pro-
test conlrt l'emplacement aflec-
t la statue et contre luvn
mme du s ulpteur Cog >, in
dignes, disent ils, du l're de
La Victoire .
LE GENERAL GOURAUD RESTE
GOUVERNEUR MILITAIRE
OE PARIS
Paris.Lesjnraux Di chne
et G orges sont nomms meni-
Nouvelles |
de Cuba j
fc-On annonceledpartimmi
rient pour h H i\ane du nou-
veau Ministre C bain l'or
v-Prii ce, qui va larlieipei.
coit-oi une runion <\ le;'
ders politiques cubains de tous
le groupes D'autre part, les
garanties constitution- elles
smsi em ue rar le Prsident
Machado ont t tablies, |
l'tat de sige aboli, tous le^.
prisonn'ers^politiques dsem
prisonns, il amnistie pour
tous ('lits politiques pro-
clame.
Le Prsident ac'ael du
Snat S8t le candidat In
prs de ice de M ici) do S<
ce ui ci dmissionne, comme
il en a r;ntentio.i. Son bras
droit, Guttierez, le grand al-
lairisle, s'est entui de La II -
vane avec toute sa famille
le lendemain de l'lecti n
('e Franklin Roosevelt la
pi.ilence des Etats-Unis.
Dan; les milieux cubains, ce
If part est considr comme
le signe certain de l'croul-
Les avantages qu'offre
Cuisine Electrique
- HOTPOINT *
sont maintenant con is lout le monde.
Pour
visitez notre salle d'expo-
sition.
Compagnie d'clairage
lectrique.
la! N'OUBLIEZ PAS DE FIE UN PETIT
TERRACE-OARDEN
Chez W. KAHL
Petionville
I
1600 pied' l'i'i tnde L'tablissement le dus rais
virons de PoH ?r Prince.
I Seulement lo i inules d'auto sur une eicellete
VOUS ON COnVcimCre,! asphalte Vues imrvei.leuses de la ville et u port.
Boissons de toutes espce.
de,
er.
route
Vrrangemens particuliers pour les pensions de jour
semaine ou de mois.
L
L^ gnral Gonraad, qui vient
d't'e atu inl par la limite d ;ge
de 65 ans, conservera nan
mous st-> lonclions de gouver-
neur militaire de Paris. Le g*-
n al N'ulin est mort le 2 no-
vembre.
TREMBLEMENT DE TERRE
EN EUROPE
Diiiseldorl ( Allemagne ).
Certaines parties de l'Allema-
f;ne,de la Belgique et de la Bol
ande ont ressenti de lortes se-
cousses sismiques. La valle in-
frieure du Hhin et celle de la
Ruhr ont t srieusement ; L
lectes, mais on ne signale au
cun accident.
PIERRE RENIT
REU A L'ACADMIE
M. Pierre Benoit, lcrivain
bien connu, a t ri eu a l'Aca-
dmie fiai (.aise qui compta
ainsi actuellement trente-hul
in mbres, au lieu de quarante,
clnllre officiel.
LE GRAND-DUC ALEXANDRE DE
RISSIE EST TRES MALADE.
1 gr.inr!-duc Alexandre de
Hussie, ix ux de la grnnde>du-
hesse Xnia, cousin p| beau*
hre da tsar Nicolas II, cousin
galement du roi Gt o g
Grande Bretagne, e*f Rileiol
d'une maladie de ia m 6 le pi
nie '.Il es ac'uellemen a Nice
H est g de ()(> ans. Le griind"
nue a visit rcemment leaE'ats-
Unis. La grunde.-duchess", q-ji
est a Londres, a t ni. ude en
toute hte
AUGMENTATION DE L'ENCAISSE-
UR UE LA BANQUE DE
Paris.- D'aprs le bilan h.b- ',' TC06 du >v^riement
Un,,., h. d lokl u rapport de la
n ramission Lytton sur la
N'andchourie. Le Japon ral
Grand Htel de France
P. P. PATRIZI, propritaire
Cet tablissement se re-
un servicel
UOUIC lie la IICUUUIIUUC nu- m w ^v- m y^r _ m x_^. _x- x_^ Ml I m C-3 . \-A. C-X
baine est Ip plus grand jour-1 ..
nalisl delile SerjioCarbo r(7n/ (Jq premiGI' OIX Ire, CieS
chef de l'opposition, dont le f X '
signe
bref du Conseil supri. ur de la menl (,e ,a dictature mcha-
Guerre en templacement des ge-1(1,llienne>) 0a csl a la veiLe. I .
nrauxGouraudetNaulin. l-bas, de grands change* 00111111311(10 D&F
menls politiques. I
Le | roch .in prsident pro- 4 rr\1*f\nUrvh In
>able de la Rpublique Cu- /// C/JI OLIlClUIC,
Votre premire visite
a
L'HOTEL ANSNIA.J
Nous donnera ralsor, confirmera votre bon ing-
nient, justifiera la confier ce que vous nous curez accorde
n nous garantissant votre apprciable oatronace l'Hte
le plus slect de Port-au-Prince.
Nous vous suggrons d'arrtei votie chambre d'avtnce
. jppoj......~.------ .~. A
^]msZtT^\chambres confortables et
paru hier.
[are8 ; un Bai o les con-
Lykes Brothers SS C lnc
Texas Hati Santo Domingo- Porto-Rico
Le seul service hebdomadaire et rgulier passagers et
fret entre les ports du Golfe du Texas directement avec
Port-au-Prince, Hati.
Pour la rception rapide et le maniement habile de vos
^ .| importations, servez vous toujours des navires de a LYKE
sommations sont varies et i LIN.E
Le steamer aristobalest
attei du Port*ao*Prnce,ve,>
nnnt de New Yoik le diman-
che 11 dcembre 11)32,avec 4
passagers, 111 sacs de cor-
respondance et partira dans
l'a prs midi du mme jour
directement pour Cristobal,
CanaIZoni prensni t.et,malle
et passagers.
Jas. IL C. Van REEO
Agent G arai
E des marques les plus
lees.
Tlphone : 2341.
repu-
| Us prochaines arrives a Port-au Prince sont
Steamer cMargaret Lykeswi
Steamer Almeria Lykesa
Steamer Genevive Lykes
Steamer Tille Lykes
Steamer Margaret Lykes
8 dcemhre 1932
1<) dcembre 1932
23 dcembre 1932
30 dcembre 19b2
3 janvier 1933
bureau: Rue ou Magasin de l'Etai. Boite Postale b
Runion du Grand
Conseil Fasciste
Romi:Le Conseil lasciste
h'fSt runi lundi dans la nuit
dans If salon du Palais de
^ enise pour s'occuper sons
:(,e|la prsidence de Mussolini
des problmes courants, a
l'ordre du jour figurait la r-
conciliation franco-italienne.
Mr et Mme Pierre Eugne
de Le-pinasse M leurs entants,
Mr et Mme Jules Pbipps et
leurs entants, Mme Vve Eu-
gne de Lespinalse r\ te*
enlants .Mme Vve Edmord
Roumain el s< enlants, Mme
Vve I" l' ic W'ooln y el ses
entants, tyeMe Emu a Bbn-
lort, les laniillrs
MAISON DACCARETT
r775?7- Rue, Courbe
Madame,
Souvenez-vous bien
que le chapeau en g-
nral pour hommes,
dames et enfants, est
un de nos principaux
articles,surtout le cha
peau pour dames en
paille etfeutrequenous
recevons d'Europe et
le Japon n;
dmord pas
doTiadaire de la Banque de
l'YiturpJ'encRisse-or a ai gmen
l* d 75 millions de Iran: elle
Georges Wirn->, Joseph Ho-
( lie. Geo'ges \V. I1 lers 'e
Cabinet Le*>pinisse et Eth-
art, ne pouvant rpondre m-
dlviduellement toi le les
marques de svrapath'e qu'ils
Genve II a t publi ont !" V"? rccasi"ri ,!e la
n nimoanduui prsent "'o fi" "^ /' l ;
la Socit des Nations par I JeM ^/JS^ 0"d
le dlgu japonais contenant Lrl.hl dl 1^"na"se
' puent lesi ombreux am qu
(es ont assists m cette cru
elle ciroistance de recevoir
ici l'expTSF'on de leurs rt-
Lespinasse- d'Amrique presque
toi-
de m-<> nouveau et
li'zelais, Kranaeni, Phippa, | tous les quinze jours,
si uinsi de M milliards 8071 "rme *a dtermination con-
millions de Irancs. La circula-1 tiooer la politique actuelle
hn fiduciaire, qui a diminu de et s'oppose toule tentative
708 -nillionf,est de 81 m lliardl dediss >lutio:i da nouvel l-'tat
004 millions. mandchou.
Loterie NtioiUile d'Hati
%16, Rue Bonne.Foi, Fhone : 33,58
La Loterie Nntionaled'IIati est
une institution hautement humanitaire par la moitinlicite'
d'uVres quelle se propose d'aider, une chance de bien
ln offerte aux hommes de toutes conditions de fortune.
Emoloys, Fonctionnaires, Ouvriers, Artisans. Salaris de
tous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans parler
leur budget moyennant deux gnodes, peuvent gagner trois
mille gourdes Patrons de Commerce.Chets d'Industie.parcz
aux lusulfisances des ventes, par l'achat d'un billet, qui vous
libre du souci des chances-
M lecins, Avocats. Ingnieurs Snateurs, Dputs, Grands
Dignitaires de lEtat.Reprscntants de l'Intellectualit, Joni
nalislcs
Donne/, l'exemple de rore solidarit sociare.
Reatiers, capitalistes, comme en jouant, augmentez votre
aveir
Vous tous qui habl ;. .rendes vice en ache
ant on hMlet de la U \ t i HATI.
mercien i uts mus.
Po ' u l'.-iuce.le 5 decem-
bre 1132.
genre
dernire cration,con-
venant au got du vrai
bourgeois t*nant.comp
te de la situation ac-
tuelle |
J'attire galement I
votre attention sur le
solde permanent que
la maison fait pour les
articles qui n ont pas eu
la chance d'tre eule
vs de suite ; des prix
tout fait drisoires.
1*1 A'SON DACCARETT
1727, Rue Courbe.
E REQUETE A LA LOTERIE
NATIONALE
___ Caisse d'Epargne
/Itaion
PROGRS ONUVEAU
RHLM NOLiVEAU
Rhum dlicieux got exquis
Piix rduit
ALCOOL OtFIANJ JOUTE CONCURriENCE
Claiiin Vierge
Chez N. NAZON
Populaire
Si vous ne voulez pas tre
pris au dpourvu quand la;
La Lot.rie Nationale noc-lb^e sera venue, ne soyez pas!
dera son 2fc (nage ls 115 P-1 Cigale ; soyez l'ourmi. Pre-
tembre procl.j.n, auticpantsur (nez pour cela le ch. min de
rt^tL'Sr.'r! .'::':'"' *Wparant Populaire-.
Papier blanc
Kawas
Cigarettes
Papier noir
Avion
KAWAS
d avoir ueu eu janvier b m a
pisumer que dans ces rundi-
t.oof, le prochain tirage me. -
si el ne se praeo ara qu'en l-
vrier. Les DOibreP) ferv< un de
la Loterie i ( uvent fintei valle
un i-iu 1 n ; il Doua prii ut d ob
tenir d.; I Wbnii is't. iu n di i
Loc ne qu un Orage interm-
diaire sot organis pour une
date plus rapproche : le 15 jan-
vier |. ir tM m pie. Il va de soi
que le dlai imparti pour le plu
et ment des billets serait insuN
33.'; iue des (esars, versez
l, coi tre un joli livret, ce
que vous avez dans votre
poche, si modiquequ'il soit-
mme un simple nickel ;
renouvelez ce geste chaque
semaine ou chaque mois ;
et au bout de
aurez tontes p;les vos tren-
nes et celles des vtres.
El mme, au lim de con-
g lier brutalement la Cigale,
vous pourrez lui tendre la
main m irrai devenue
On PEU 1' fabriquer des Cigarettes
rellement bennes avec du tabac
du Pays !
Si vous n'y croyez dos, fnmez les
Cigarettes KAW*S et vous en serez
convaincu.
AVIS AU COMMERCE
Vwirodf*^ '^.Vle c Guaynquil >' g"
i dcembre 2932, et arrivera I ort-
lis.ni ti que l'Adminis'raUon
UQUi limiUi ts i laques ser :ii I
cation de rduire son misricordieuse, parce que la
loi et di i i auvre n'a qu'un lo*-*, qui
mission da Nou*|e*l s m ezr.nse : c'est d'igno-
i '' nuvanl cei.e ,r*r la Caisse d'Epargne Pu-
fprvo^aoe ntjite d abonns, pulaire.
laissera
";pdincch.!Sb.,ai^ Tous', .--
Dparts de hew J ork
Stecmer rnlh i ,.Am,,fl?M <* Pori au-rrince
Jas H. CVANREED
agent Gnrai
i
.a
k *>
sflC

P


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM