<%BANNER%>







PAGE 1

Clment Magloire DIRECTEUR 1358. RUE. AMERICAINE 1358 1ELEPHONE N-2242 •fie cherchez pas ce* que l'on a crit o.. pens avant vous, mais sachez vous en tenir ce que vous reconnatrez vous-mme comme vident. DttSCARTES 26 me ANNEE N" 7836 PORT-AU-PRINCE (HATI} VENDREDI 2 l) : ; M U-: i M i Question d'Enseignement —o— Le choix des matres H y a dj quelque temps depuis qu'une loi avait prI vu la cration d'une cole 1 normale de garons; taule de crdits sulisants, l'excution eQ avait t ajourne; mais, entre temps, le (iouverue nient s'tait arrang avec les l'rres de l'Instruction Cbr tienne pour l'organisation de cours pdagogiques en vue desquels un certain nombre de jeunes gens avaient t recruts. En raison du caractre prcaire de l'inscription budgtaire et de son insuffisance, ces Cours pdagogiques taient forcment intermittents cl ne pouvaient conduire ces jeunes gens aucune sanction srieuse, nonobstant la bonne volont el la comptence des instituteurs. Aujourd'hui que des crdits suitisanls et, esp< rons-le, dfinitifs, ont t obtenus pour \ x cration de l'Ecole normale projete, le cadre en a t tout de suite form par des lments de grande valeur intellectuelle, tout le monde ne peut certes qu'en convenir, mais dont 1 eflicience au point de vue de l'objectit envisag, ne parait pas amplement tablie. En efiet, s'il est bien vident que, pour pouvoir bien enseigner, il Unit en avoir la • formation el que. pour acqurir celle-ci. il laut avoir passe par une cole normale et de formation, la rciproque, en celle matire, est-elle dune gale vidence, savoir que, en enseignant sans prparation, on finit par acqurir la formation et par pouvoir enseigner renseignement luimme ? Telle est pourtant la dmonstration que l'on demande de faire nos nouveaux matres de l'Ecole normale de garons. Si ces Messieurs, qui sont, tout point de vue, des ornements de la socit liai tienne, ont pu tre, tour a tour, d excellents proiesseurs et des directeurs aviss, comme ils en ont la rputation, ne craint-on que, par le fait mme que leurs choix sont justifis, leur exemple risque de dmontrer prcisment, au contraire de ce qu'on veut, contre l'utilit mme de la nouvelle cration: quoi bon une cole normale s'il esl pos sible que, aids par la vocation el la bonne volont, des matres intelligents se forment tout seuls? Si, au contraire, tout en rendant hommage la grande intelligence et au dvoue^ ment clair des matres qui viennent d'tre nomms, 1 esprit qui a prsid la cration de llxole normale de garons est qu'il importe que nous ayons pour l'avenir des matres de renseignement forms, tous les degrs, non selon l'empirisme, mais selon les meilleures rgles pratiques de la pdagogie et de ... mthodologie telles quelles, soin professes en rrance.) pour ne citer que ce seul exemple, il semble que celait 1 occasion dv ta.re venir ici une commission de normafistes franais pour jeter, tes bases du nouvel enseigne ment, lui imprimer 1 esprit ncessaire el l'tablir des ses dbuts, sur le plan lev qui lui est propre. A dfaut de O 1 "? franais imports, des matres hatiens, tris sur ( le voJet.et sutsaminent prpares pour entrer eux-mmes l'Ecole Normale, pourraient tre envoys en France pour acqurir les connaissances et la pratique ncessaires pour constituer, de retour dans le pays, le premier personnel enseignant de notre col normale de garons, (lett dernire id'e ne nous est pas personnelle : elle a t exprime et lumineusement expose par Edmond Paul dans une brochure, clbre en son temps, sur notre instruction publique el les devoirs de l'lite. On aurait intrt rlire, ce sujet, les lignes substantielles et saines de l'minent publiciste. Depuis quelque temps,des bourses sont octroyes nos tudiants de l'Ecole de Mdecine el de l'Ecole d'agri culture pour leur permettre de perfectionner leurs ludes et de se spcialiser. Pourquoi ne pourrait-on pas l'aire, pour la cration mme de l'Ecole Normale, ce qu'on fait pour ces coles spciales, encore que celles-ci existent dj et soient un degr assur de dveloppement? Nous convenons bien que, l'Ecole Normale suprieure de France, les tudes dont la dure est de trois annes, doivent tre laborieuses et pnibles avant que lejeune candida' au \. chaires de l'Universit puisse dcrocher sa licence et son agrgation et le jeune Hatien devrait certainement avoir subi une prparation et un entranement spciaux rien que pour pouvoir affronter le concours d'admission. Que penser alors de la prparation et des qualits des matres mme qui doivent dis penser cet enseignement? Sans doute, ces considrations ont moins de valeur Rappliquant aux choses de l'enseignement primaire et nous ne pouvons faire l'injure aux intresss de supposer leur inaptitude nous prparer de bons professeurs de notre enseignement primaire. On nous concdera cependant que, envisageant ces choses au point de vue des principes, il est lgitime d'exiger beaucoup de ceux qui prtendent donner l'enseignement aux matres euxmmes. Et puisqu il est permis de penser ainsi l'gard de la formation des proiesseurs de l'enseignement et de ceux qui doi vent donner cette formation, que penser de notre enseignement secondaire, de ceux qui le donnent et de leur prparation? C'est l la matire vaste de considrations que nous mettrons une autre fois. De faon gnrale, notre ense i nement, primaire, secondaire suprieure une grande souffrance venant de la qualit de ceux qui le prodiguent. On sent donc combien il est important de se rendre compte lorsque, prcisment, il est question de fa formation mme de ceux-l. Ce qui tait la force des institutions, c'est leur esprit. A quelnue degr qu'on veuille le considrer, notre enseignement est dpouill de l'esprit qui devrait lui tre propre, et une des causes du mal gt dans le manque formation des matres. I v a beaucoup de vrits exorimer dans ce domaine plus ertile qu'on ne saurait le penser au premier abord, et nous nous proposons de le la ire, sous la double proccupation des rsultats insuffisants ou ngatifs obtenus et des immenses sacrifices d'argent que notre enseignement nous cote. Ne remette* pas! LORSQUE l'incendie se dclare, il est trop tard pour viter la perte des documents importants dposs sous clef dans un tiroir votre bureau ou dans votre demeure. Remplacer ces documents coterait cher et serait peut-tre impossible. Mais il vous cotera trs peu pour les protger. Ne remettez pas demain la location d'un Coffret de Sret de crainte qu'il ne soit trop tard. Pour deux sous par jour, vous achetez la protection. 1 MeaM Ok!i.aa< .Viion U> UUIIII PtlMM JAMUMK< P.pm. i< feullc rm La Banque Royale du Canada Il y a Vingl-cmq anr> LF MATIN, Si Dcembre 19U7, DLGATION OE POMPIERS A la suite de l'lection du nouveau Commandant des Pompiers qui u pris fin aux cris le Vive le Prsident Nord Alexis, /c prsidai! de l'Assemble, Mr Arthur Isidoie. a forme une dlgati m pour porter un message au Prsident lui annonant les rsultats. Cette dlgation a t reue pur le Prsident de la Rpublique qui lui a manifest combien il tait heureux d'apprendre que les lections avaient eu lieu dans le calme le plus pur fuit. En somme, cordiale rception o le Champagne coula pois. I -ECHOS o —o — Le march du cal est trs anim. Mercredi on a trait 9 1/2 ferme. On joue sur la hausse Celte reprise est bien accueillie. — De la province, on nous annonce que la dcision de transfrer ans Contributions la perception des taxes communales cre un malaise. — Monsieur le Baron de Camas, qui fut pendant quelque temps charg d'Affaires de France Port nu Prince, y ivvient, vers le L5 Dcembre, eu qualit d'Envoy Eslraordinai re et Minisire Plnipotentiaire. Les nombreux amis de ce
  • dont l'usage est interdit. — Dimanche soir, Haitiana, on entendra les airs les plus fameux excuts par des chanteurs de rputation qu'accoin pagne un orchestre de 70 inusi ciens. C'est Paillasse, le drame lyrique de Leoncavallo.qui sera prsent tel qu'on le peut voir sur les plus grandes scnes du monde. Un crdit extraordinaire de trente cinq mille gourdes a t ouvert au Dpartement des travaux publics pour rparation du Wharl de Jacmel el ta continuation des travaux d'endiguement au Borgne. — On proteste Miragoune contre la taxe de 10 centimes que l'administration communale exige des paysans pour leurs animaux de transport la sortie de la ville. Ces diles exagrent. La l). (i. P. P. va s 'occu per dViiiblir des mar.'iis salants : Fort Libert el Saltron. Ne i vaudrait il pas mieux rtablir les marais salants dtruits par les rcents iaz de mare a Baie de rien ne et Grande Saline? VOTRE CUISINE, IADHE. • e gymkana do Stadium Dessalines dimanche prochain 4 Dcembre, sera un vnement sportif inoubliable. Des gentlemen gracieux ont fait parvenir Andr Chevallier.ponr tre ollerts aux jeunes filles sportives, des cadeaux de toute beaut, mais le clou des prsents envoys est cette marmie remplie de l'onctueuse tantgue des Lsines de Port au Prince cl de St-Marc, donne on ne sait i>ar qui. Bec-Fin. Une grande nouvelle. Des savants londoniens ont annonc qu'ils avaienl dcouvert un mdicament dont l'extraordinaire veitu est de produire des surhommes et qui prolonge en outre la vie. Il supprime la crainte, insuffle le courage, stimule les nergies, intellectuelle et physique. Rfrence : il a dj produit un super animal. Des moutons et des cliils (lui l'ont ingurgit se sont rvls de terribles combattants ; ils ont vaincu leur terriliant ennemi : le chien. C'est donc trs srieux. Mus voil, tout ce beau rsultat s'obtient avec le RHUM SARTHE CACHET b'OH, le spcifique merveilleux. DPARTFMENT DES RELATIONS EXTERIEURES Communiqu // a paru dans \le journal Le Nouvelliste . dition du 29 novembre dernier, un urtiele o, i propos d'une visite faite un Prsident de lu Rpublique, il u t question de conversations qui auraient eu lieu entre le l'Jief de l'Etat el l'Honorable Ministre des^I-'.uls-l'nis d'Amrique Porl-luu-Prinee, £ Le Dpartement s'empresse de faire connatre que les propos prts au Chef de l'Etat, i cette occasion, sol entirement fantaisistes. Port-au-Prince, le 1er dcembre 1932 Les esprances cres par l'lection de Roosevelt Idal rhum AUX ROY J 30 annes de succs, J NEW-YORK.— Voici nn r sam d.'s esprances du mou i • par l'lection de P. D. Roosevell : ANGLETERRE: Un cabinet ca pable; la tin de h politique ex* trieure de St tonton; et la reprise du commerce de la bire et des liqueurs. FRANCE Concessions rci • proques par les tarifa; spciale ment pour les vins franais; une entente sur le problme du d sarmement ; la rvision des dettes de guerre. ALLEMAGNE : Une augmentation du commerce d • la bire el I approbation des demandes de l'Allemagne autour de l'galit des armements. ITALIE : La rhabilitation rapide de l'industrie des vins ita• %  liens; la rvision de la politique des tarits des ;'ou/.e dernires annes et une comprhension du prob'me Inncoitalien. Moscov • Li reconnaissance de la Kpuhliqu" Sovitique parlesK.-U. et laide pour le (dveloppement commercial et industriel de la Kussie. i CIIINK : La continuation del politique des portes ouvertes mais moins de vigtlaive que celle exerce pur les rrublicains sur l'administration chinoise. JAPON : L'abandon de la poliique de Stimton c v tre la situation du Japon da is 'Et'r* me-Onenl; une pohiiqne librale l'gard des aspirations de Tokio; le rajustemen des tarits et l'aide pour la rh iilit dion de l'industrie japona'se. Mi \nji i. : La cont nu tion des relations amicales av c \\ hinglon et l'exlen>io i du }', reniement dmocratique pour vaincre la politique ocial ste et communiste ARGENTINE, CHU.', P les autrea Rpubliques du Sud: La rajustement jd a tarits afin ... a vu June scne^ poignante dans sa {dramatique sincrit. Sur le seuil d'uue chaumire dont la ta\ade s'claire aux tites rayons du soleil couchant, J une p nvre vi ille e*t asaisa lani nn* attitude de dcs< sp, ance,rsign i la d s qn'i D loin Id'cparst 1 le rerrn'! en poitant son dernier eipolr. La gnd'nnre essaye de rea trouver une pri e 'i ne ra mmoire trouble ef s s p ivteg mains, machinalement, se crispent sur les graine uss d'un | antique chapelet. I Voire œil, lecteur, verra tout cela a une prochaine exposition de peinture qui auia lieu bientt. .. ... voit que no're ami le Proleaseur Luc Dorsinvilla a eu l'excellente ide de baptiser ; Salle Antnor Firmin une des plus belles Ballea de l'Institut Guy-Joseph-Bonnet. Un agrtndiasemenl photographique de l'mineul sociologue el hom ne d'Etal ;< t offert l'tablissement par le distingu Snateur Pradel. On s'honore en bono* ranl ses grands morts. Compliments ii oreni donateur antanl qu'au dvou Directeur de I Institut. . voit (| le, co urne d'usage, c'est l'Institut Tippenhanar qui a en o ent celle anne h h i'i i du con -ours de l'Ailian • 1 ise. En H 't. c'est Mr Vndr 1' irchon, .v • de la ih 'Institut Tippen • h m n ut d'enlever le prix de di-s l ation trancaise. ex w | lo.il eal vrai, avec l'lve Lahens du Collge S'-MartiaJ. C'est aux parenta A tuer de ces [ rsultats rpts les ddnctioja utiles. ... a vu Trocadro l'autre soir wn puivre dyspeptique, mouchoir sur la bouche, qui, djeunait! on tte -tte avec une jolie lemme, avait loutes les peinea du monde toutler ses il ilulences. La lemme le mil ; I lise d'un mol : Je ne lais pas trop eus des rots . voit qu'on peu' quitter une vieille matresse adore, qu'on \ peut renoncer au cigare et au vin, qu'on peut se privar de desaerl, mtia qu'il est matriellement impossible, quand on a une lois, une seule lois, got au Barbancourtt de s'accommoder d'une autre boisson. • • ,, ..voit que menace de secronler l'ancienne maison Lilontanl sur la place Ste Anne, qui abritait, il n'y a nas longtemps, le Collge St Vincent de l'iiul. Les poteaux qui soutenaienl le balcon, mins par l'usure, n'existent plus et la maison en consquence penche dangreuseraent. Nous nous taisons le devoir de signaler qui le droll cet lut da chose qui est une menace pour la scurit des locataires et des passants. M? PKWi .-* N'oubliez pas le Gymkana de dimanche 4 dcembre 1932, 3 heures de l'aprs-midi. Vous applaudirez nos spor* -, l s pliisgn •• %  ses dans | e n reux exel athltjq U -vehorgra >ln (Oet, gymnastiques. Tous au l J TC Acadmia I > it Roogt). Stadium Desiali ic Entr : l'elo ise dhonneur : i mrde. d'aider les industries en pril. V v. n.w J Une comprhension le des piincipea de haute morale. 4



    PAGE 1

    PAGE 2 LE MAT N -2 Dcembre 1932:'UNE BELLE ŒUVRE jj Distribution ]de P rix La distribution des prix du Comit Hatien de 1 Alliance', Franaise a eu lieu dimanche, 27 novembre, au milieu d'un immense succs.La belle tte s'est droule sous la prsi den e de M. le Ministre cl. i-tance qui a prononc un beiu discours. Les lves de .nos coles qu< ont dit des morceaux de iraogtr, d'Hugo et de M. Coicou ont eu beaucoup de succs. Nos flicitations donc aux demoiselles R. Dtly.K. Corvington, A. Vaillant, M. Turnier et I\. Dominique et CO.NSF.RVE/. VOTRE .. DLICATEMENT ,VON DE TOILETTE PEAU TOUJOURS DOUCE PARFUMEE, AVEC LE &AI Maintenant que la question des Sports pour les jeunes filles est tordre du jour grOce LUX s.\\ ON DE TOILETTE DLICATEMENT PARFUM. Compagnie Gnrale Transatlantique I V EITE PAR CONVENTION s^^ jwnte" SE^S <= %  = fairAMour *^^£S£ plaisir nos lecteurs en leur met* \ cl des porta Au Sud ( sQotu n tant sous les yeux l'article surdu Port-au-Prince le 0 vant : vm s MOHR & LAURLN, P. O. BOX..M — Distributeurs Rue Roux et du Centre, Port-au-Prince. dcembre. Il paiiiraa le\meme jour pour les poils du Nord, Puerto Plata et le Havre direct, prenant fret et passagers. F. M.ALTIEBI. Agent (A. Hue du Quai, Porl-au-rrince Tlphone : 3220. trainement ne diflreneiait pas de celui des Scouts: -lveloppele caractre, la sant et la MO* de laltruism.; ma.s il fa., ajouter qu'on y donnait gale lurnier ci n. UU"""'M U ~ ~* %  . au'* jeune P. Marc. L'EcHO.jo l'on remarquait beaucoup inoraue du Lyce Louis-ienal un groupe d'lves du* #u r*lialn* et rplnnenses. i (Irand. M. E. Robelin, couu'i de religieux et religieuses, j Grand, M. E. Robelin, corn.. Pensionnat N*. D. du Sacr! des professeurs, des institu-'.meryant, M. le prolesseurC. Coeur et Les Pauvres GensiS leurs, des avocats, des magisAchard, membre de 1 Acaded'riugo, par des lves du j trats, des commerants, des | mie des Sciences et COMMENT FAUT-IL EUUOUER LES JEUNES FILLES ? Par Lord BADEN-POWEL hondateur du Scoutisme. . Nous sommes tel scouts fminins . Telle! tait la dcla ration que fit. avec un air de i mf nt une instruction mnager. M n„p iqoe ainsi que 1 enseignement de la puriculture. On a' te-.enait ce but.au moyen dune •i Selt-Education , obtenue pactes rcration au grand air. ei bonne compagnie. L'entrane ment tait plac sous la (tirer Pensionnat Sainte Rose de! hommes politiques, et de Lima, ont attir l'attention. I nombreuses dames et demoiM. Ph. Cantave, secrtaire-J selles, adjoint de l'Alliance Iran-J Mgr l'Archevque s'est tait' aise. a donn lecture d'un excuser et le Prsident Vin intressant rapport sur 1 (ouvre combien importante de l'Alliance franaise londe a Paris eu juillet 18X3 et de sa filiale d'Hati reconstitue en 190-") La dernire compte 7 prsidents qui sont : MAI. C. Bruno, Dr L. Audain, J. Laville, L. C. Lhrisson, Ls. Borno, D. Bellegarde, Ed. Estve.-Mr Lhrisson fl t rlu six lois et dirige actuellement la socit depuis 1927. C'est lui, dit le rapport, qui a institu lis Comits de la Province qui sont actuellement au nombre de vingtdeux. Et les autres belles œuvres. Le rapport parle de la cordialit des relations entre la Lgation de France et le Comit hatien de l'Alliance Frai cuise. Il souligne les relations avec M. L.Agel et M.F.Wiett, deux nobles ccaurs, deux hommes d'action bienfaisante. Le raprort vautebeaucoup les excellentes qualits du dernier qui.dans liniques semaines, va nous laisser. Le rapport n'a pas oublie Mme Daubœut et Mme Emile Rouzier qui ont beaucoup travaill pour l'Allience.sur. Gnral de l Acadmie de Mdecine, la libraiiie Pion, M. tut. cens la veille, a envoy ses sympathies l'œuvre truc* tueuse qui encourage en[ce franyaise !... laiils.adultes. citadins et paysans qui se distinguent dans l'ordre spirituel. confiance, une jeune personne de quelque onze ans au premier Rally de BoyScouts. Cela se passait au C.yslal palace en ll()9 Elle tait le porte-parole d'un petit groupe de jeunes filles vtues de manire imitei le costume de leurs hres, les scouts. La prsence et l'vidence de l'esprit d'initiative de ces j n i une matresse d' F. Strowski, prolesseur la jeunes filles, ailiirent l'attention | S U rveillante, mais Sorbonne.iiieiiibre de l'Insti du public sur ce tait qu'il y'grande sœur. avait la une tentative d'appbcade la mthode scout, au ZJwi'fit savoir tou\ctUX qu'il appartiendra (>/ HUMm gaeilleuse, nous n tions encore. ... /( s ^ n da l'tre Port au-l'iince. C'est aux bureaux du TEMPS scolaire des jeunes filles avait t place sur une base plus leve et progressive, mais gaeilleuse. nous n tions encore. /yint. Bianlaiaanlaa pour lo • % ni ApprourftM i>ar let relfbrlle, mstllrnt,: RATI. Pk" 45. m i* rbkiaate. P.'.-^ > AP.r^D-PriK. : Pk iUCH 4 StJOUR^ E cl louto tooauc puiniu i>. sus est Itn'. De son ct, la rc vidu et cela, principalement par sus eM ltu • w , : a A -AIA., llffton se demande si son il.unellort de I lev. 8 n traditionnelle agit tonEn ce qui concerne les Boy • I 0 U ii e r I1 8 Ce au ^ conl p l ement sur Scouts, nous cherchons a leur L._" „„ [iJ^Mm d* .. altcndll venant e pie.n ^ a,ne '" eu 1 "" r.Vbe'r'p.n" Ncw-York.le lundi 5 dcem air, lesquels sont soumis un f^ ^T^^Zbre 1932, avec : 70 sacs de code moral de chevalerie. Il y a j" miue!l • v" ".!' ,_ iltUt beau |oor que l'on s'est rendu raa,,on du eaiiClri de la j escompte que les ,eunes filles ai, B ^. on consid 'e la HfiliU Uarbaucourl Dont la euommceest universelle a gard M premire place Demandez nartout : UN BARBANCOURT Dpt ; Rue.def Csars^ * %  •••, -**•>. ... ,**gft^*He" r'.. %  rw • -i<+-*r-m^%  AV f



    PAGE 1

    L"? M*T\ 9 Dcembre 193? PAGE 3 IRIORIAL GNRAL OFFICIEL **** Patriotique !" -r,nr u 7T-. d es Jeunes %  ,"* L'Institut HeialQique de "TTr Mom n • FraD ce, inscrit au nombre des et %J!*? Pro,ec J eurs ESita Savantes, nous in. !??."" de CC tle A S.ciation, ainsi que le public. Socits Savantes, nous informe que.par la voie de son. bulletin officiel. Le Blason , Il ya diter un Armoriai Gpjral Officiel, donnant grasont piis de se rappeler que c'est samedi S dcembre prochain 7 bs 1/2 du soir qu'aura lien au Thtre de Sment; la description^* ,%'!,";! ?T V" / , *. hoiries 1 de toutes le Tfa. if£?l. S t PUl ( l ace e J' !" eiM-mrs Cet!, ... !" e > l a reprsentation du blicaiiou d'art et d'erudiliot, dont il <*j t question, sera dirige par notre confrre M. Charles-Louis d'Espioay, Prsident de l'Institut Hraldique de France et juriste spcialiste des questions d'taNcivil et de drop fodal. Ce travail revtir,, rioi> urj caractre scientifique et historique certain. Afin d'viler leserrejrs ou omissions, toute personne dsireuse d*y voir ligurer ses armes doit faire parvenir dana le plus bref dlai, l'Institut Hraldique de France, '27, Quai de Bourbon, Paris (l ) inedclaration mentionnant: nom et adresse crits trs lisiblement, pays ou province d'origine, description complte des armoiries accompagne d'une notice gnal g>que avec indication de s Source?. leyPda soir de l'oeuvre. L'entre es: toujours 1 gourde. Le Prsident. Andr MON PLAISIR I n I La Solidarit Socit d'assistance Mutuelle reconnue d'utilit publique. Avis est donn aux Socitaires que la messe solennelle de Requiem qu'il a t convenu de faire chanter en mmoire des collgues dfunts sera clbre en l'Eglise Ste Anne le lundi 5 dcembre prochain, II heures prcises dn matin. Les parents des dfunts et les amis de l'œuvre sont cordialement invits. 29 novembre 1932. LE BUREAU • • Convocation Les Membres de la Solidarit sont convoqus en runion statutaire le dimanche 4 dcembre prochai a 4 h de l'aprs-midi, au sige de leurs assembles, rue de la Rvolution, prs de l'Hospice St Franois de Sites, pour vaquer aux travaux ordinaires. Le Dr Flix Coicou. prsident de l'Œuvre, parlera de l'alcoolisme. 29 novembre 1932. LE BljHEUJ Cin-Tldul CE SOIR i U Js: SJDerni.Te du 'grand film parlant etVhantsr* La Douceur d'Aimer avec'V. Boucher, Henry Box, Rene Devillers, Simone'Boudet Entre : 2, 3 4. LMMANUE A 8 H EU H ES U gr; il on'a Paillasse Entirement enant tn italien par la 'roupe de l'Opra de San Carlo. — 150 choristts, un corps de Balte*. 73 musiciens. N.B.— Le rsum du livret expliquant l'action, sera distribu < l'entre de la salle. Entre : 2, 3, 4 gdes. LE CAS DE Se vice National de la Production' : gricole et _. . -. ir r ,.,,,.„, de l'Enseignement THERESE NEUMANN %  %  %  %  =.. L Ingnieur Agronome D* ( parlementai de l'Ouest fait Une information de Munich appel aux personne de bonne annonce que Thrse Neuvolont possdant des piaules | mann.la sainte de Konnersjtusceptibles d'aider au dos> Jreuih. dont le mains et Uoppement agrico'e du pays, les pieds prsentent inler' pour lui remettre soit des ,,rui valles rguliers les stigmates ns des boutures, 'les greffes de la crucification, .sera mise OU des piaules afin de les mut tiplier et les rpandre par la suite sur l ensemble du territoire, L Ingnieur est 'urices.respeclivemenl Grand Roucan ( Mirebalais ), Los Palis ers points auront t clair' (llinche), Petit-Food(Lascabo* cis que l'Efllise calholiqte* bas et dans la commune de que l'Eglise cainotiq pourra faire connatre son Cerca-la-Source, Adressez vous a ue rfave. PoTlau-PriDce (Hati) — Phooe: 2318 & 2234 J jugement dfinitif dans l'ab laire de Konnersreuth En juin 1927, Thrse Neumann avait dj t mise en observation dans une clinique bavaroise, o elle tait reste quinze jours. Le piofesseur wald, le psychiatre rput en Allemagne, avait conclu alors que les stigmates de crucification prsents par Thrse Neu ma un n'taient pas provoqus arli fuiellement et il certifiait en 1 outre que pendant sou sjour la clinique la sainte de Konnersreuth n'avait pas ; absorb le moindre aliment ni la moindre boisson. et de e deux U POLO ET JOCKEY CLUB OE PORT-AU-PRINCE REMERCIE Je Major Noble, Adjudant de U Brigade USV1C et 0!ficitr Ex uni du Polo et Joe! keyClub, a charg 1er Paul, K Toussaint, interpite d la Bi igadt. de prst nier, en ni" n e temps que les licDS pio prs, les plus sincres remetciments du Chef de I Ocem Pu on, Mr le Colonel i oais Mc-Carly Liltle, prsident du Polo et Jockey Club, pour la plendide coopration de la Tresse de Port-au-Pi une qui l>ien voulu donner publici^atix programmes et avis du f-olo e t Jo.key Club ayant u*at nux deux dernin s courts de la saison de Novem iv e. Cette coopration a large* JfcM contribu au sucr de ces journes. Le publia *tleci qui a lehauss de M Prsence l'clat de res jeux, i'Q'rt qu'il y a port lui ftoanent droit ces remerc^ Senti r Liquidation U'' lot de 160 vilres de qun'it H* suprieure Dimensions i 24 x 2(i. 242 x 36, 24 x 42, 24 x 48, 20 x M, 2U x 40, 20 x 48 L'n lot de 11 vitres pour aulo. paisseur 1/4. Dimensions : 39 x 42. Conditions trs avantageuse*. S'alresser Monsieur E. G. Wo II. liquidateur de la Maison B LAMARQUEACO Jacuiel (Hiiiti A vendre Une chambre coucher, une saile manger, une cuisine ptrole et un frigi daire, une radio, un cervice de vaisselle, un service de verrerie, d'autres meubles et une bicycleMe. S'adresser au Cap. F.QABRIS de 1 5 heures p. m. Aveuue N. t rs Rue 5; ou TIphone:;14r3-3;ou Aviation. Papier blanc Papier noir Kawas Avion Cigarettes KAWAS On PEUT fabriquer des Cigarettes rellement bonnes aec du tabac du Pays! Si vous n'y croy-z : as, fumez les Cigarettes K&W.iS et vous en serez convaincu, instituteurs Cerca la-Source. Pour prendre pari ces contours, il laut tre muni au moins du certificat de Jin d'tudes primaire!: el d'un certificat de bonnes mœurs, sign du Magis rat Communal el Ou Juge de Paix de sa commuue. Banque Nation; lo de la Rpublique d'Hati Les actionnaires de lu Banque Nationale de la li publique il'liaili sont aviss que la runion gnrale ordinaire aura lieu le 10 janvier 193$, dix heures du malin, au Sige Social. Port* aU'Prince, rue du Magasin de l'Etat. Ordre du jour ; 1 -Sanction du procs-verbal de la demiie Assemble. 'J-Rappnrl ilu Conteild'Admints ration touchant ht si (ration, l organisation* le bilan el les ci impies de, la Banque v %  i-Discussion, s'il y a heu,} et approbation des comptes ['/ bixation des dividendes et dclarer et des montants affecter aux rserves. 5"Election des Membres du Conseil d'Administration. Divers. (S.) . E. MITCnELL Prsident Chez Bailey Grand Rue, 1313 Tlphone : :'• Vous trouverez des POIS SONS FRAIS de 0 heures du malin 5 heures de l'aprs* midi. Poisson nature; 50 centime la livre. nettoy; 6(j c t 8 ,Ulir{ TOUX E-V RHUMES • ne lont que lag avanc-iour. r de b bronchite mortelle, de l'influenza et ues irout lu f !mon.iirts. i SCOTT'SlMl LSIONcalm la toux l.i plus upiaiitre et cfaasM le pin rhirnc. l'r HMB-aa r. .ulirvmeau Elle protide les poumons, i nforec le corpt el affermi* 1a force de rialmnca. I '' i-t-autb.-ntiqiii SCOTFS E.V1ULSION d'huile d foie d morue nerv4flnn i.. >( €i l it.immes A m D Agrnii it mil HAROl D 1 RlTl'HIB Ci CO.,la, Madlaon va. ai Mcbfc.Naa Ifork, E. n.d'A. laWrriiMxi Les avantages quotfce la Cuisine Electrique HOTPOINT • sont maintenant eonnus de tout le monde. Pour vous en convaincre, visitez notre salle d'exposition. Compagnie d Eclairage lectriaue. • L. J-* VOSI; (Il'IlllCl) ACTION LECTIVE GUI* LE PEIN Cure complte de l'ARTHRITISME : son du 20 M.i n'i L'.'. Boptembrs QOUP, S E 5 TE MM S GOLF POL O • TH T R E OMS IJIO ~ PA R V SPCIAL POUR L CS ENF ANTS ^ Traltln direct t PARIS t'inro *!o l'BU A VITTaWU In vnl" i %  '' ; ' r '' %  ' %  % %  ''' %  '' ( ^•'''" "a^l AllmwiHaii n i^mMowr> AjA-.'mJn-jotrr-ii j g~n .a LiJ P —w g3Ba na illl —fUi artf — ft-m — i %  VERS LE SUCCS... Jeunes Rens nui travaillez dans les n>o *nrs de commerce, de hnnque, d'indus'rie et d'sgriculture, assorez vos chances d'avancement, en augmentant vos connaissances. Inscrivezvous ;i • -LA RUCHE Ecole Pratique de Commerce et de Comptabilit. ( Business Collge | o vous apprendrez vite,bien el peu de frais, la Comptabill commerciale, Bnancirei industrielle et agricole. Sans ngliger votre travai', dans vos moments de loisir. vous pourrez suivre ces diilrenls cours qui seront pour vous une garantie de succs. Dites-vous bien que, suis ces connaissances, quelle que lOll voire ancienne l, vous ne parviendrez )aniais aux emplois suprieurs. Demandez le prospectus de l'Ecole.Tlphonez M.Jean Ma. gloire: Bureau 2746. Rsidence 3242. Chez Pascal VitielIo&Fils Ine fois de plus la Maison Pascal Vitiello et Fils otlre un avantage t ses tidcles client*. C'est la grande rduction qu'elle accorda sur les achats pendant la tin (ie l'anne. Qualit, Beaut, Elgance c'est la devise de la Maison PAMAL VITIBLLO & FILS Grand'Hue Naw-Bar | Rue du Magasin de 1 Etat,. .N" oOl En iace Maison Centre L'tablissement le mieux ar de la ville, cause (ii grande terrasse i O re de beaux arbres. Si vous \ ulez pisser un moment agi en bonne < o vous Navy Bar, vend les meilleures liqueurs et prix t'es ledoits tjuvert toute la ml Stno-Dactylo ES INSCRIPTIONS Au cours de stnographie (Irancaise et anglaise) el de comptabilit de l'Ecole Spciale .<•• S'nodactylographie ( angle des Mues Prou et du Centre ) seront reues j isqu'au 30 DO' veuibre. Les ratardatiirea so.it pris de s'inscrire ou plus *ot pour viter les Irais qu'occasion • neraient les cours prparatoires qni leur seraient ncessaires > ils ^ %  inscrivaient aprs le 30 novembre. D.rection de l'tablissement prolite de l'occasion pour rappeler aux intresss que les tudiants en stnographie .le. l'Ecole Spcial ne lont pas seulement une R -n -t on 'li-Oi q l'a ; ;" *'. maisuussi 11 otvenl ''•' ' '''t mnie DU eri'nil'-' n>e"t DD< Hio li• %  ur des Iravaos de bureau vritables qui les dispense de tout stage i leur sortie de l'cola. Programme et tarit dlivrs >ur demande, •tfl MH * " %  ...MWawAx>, A &f ah



    PAGE 1

    Vendredi 2 Dcembre 1932 y Mali Port-an-Prince Tlphone : 2242 4 PAGES Lykes Brothers SS G lncj exi • Hati Santo DomingoPorto Rico INSTITUT GW-NSEM I ilier passagers et \ Dirig par U i>rofe8scur LUC DORSINVILI-K Etablissement d'enseignee seul service bebd )nia I lire e rgu IJCI entre les ports du GoliedU Texas directement avec l ort-au-Pnnce, Hati. Pour la rception rapide et le maniement habile tog. ---[p^Wilion constaninporUtions, servez-vous toiuours des navires de N LYKh j g^LSSis la !" te de sa ton[M prochaines arrives a Port-au-Prince sont' Steamer Rulh Lykes • 2 dcembre Steamer cftlargaret L) keaai X dcembre 1932 Steamer Almeria Lvkes 16 dcembre 1932 Steamer Genevive Lvkes > 2:5 dcembre 1932 Steamer Tille Lvkes 30 dcembre 1932 Steamer Margaret Lykes* 3 janvier 19o3 • Uureau: Rue du Magasin de l'tftai, Boite Postale H 41leution PROGRS ONUVEAU RHLM NOIVhAU Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL DLFWNT TOUTE CONCURRENCE Claiiin Vierge Chez N. NAZON te depuis la date de sa ton-1 dation 1 Succs comnletaux| 'derniers examens officiel! pour 'oblentiondubaccalauat — Compltement l'. preuve du (en et munie de toutes les amliorations modernes, la maison est situe au liane de la montagne sur le sommet de laquelle se dresse, protectrice et majestueuse. V Eglise de St. -Grard. Aussi le sjour y est agrable et les coliers laiblesde sant y trouvent le moyen de retaire leurs torces, tout en poursuivant leurs tudes. J Cours classiques ; Cours pratiques au choix; met .ode nouvelle qui lait progresser rapidement les attards et les dgots des tudes. ) Pria: dcalage calcul s suiI vant la capacit de paiement actuelle des parents. Les entants de tous les ges scolaires y sont accepts... Tels sont les principaux avan LE FAIT EST INCONTESTABLIBh u m S a il II e C'est la quintessence des meilleures varits de cannes d'un vaste territoire runissant les meilleurs terroirs, C'est ce qui fait son arme. GOUTEZ ET COMPAREZ! \ Grande Bais KSKE.\SE* Avise les consommaleu rs deson LAYl ouil a rduit ses prix comme suit : Grand Htel de France P. P. PATRIZI. propritaire Cet tablissement se rel& w $l,mlzr$. commande par un service Joseph Bonnet on du reste I III I lefleclifa plus que donbl en |f fgpf OC/jCtOlC, UI\ l'eStClUranl de premier ordre, des chambres confortables et arc s ; un Bai o les contsommations sont varies et des marques les plus rputes. Tlphone : 2341. Ht En y envoyant vos enfants, vous gagnez plus que l'tablissement lui-mme. t LIGNE COLOMBIENNE ) Tlphone: N2323 Le vapeur Colombia Voy. 1, de ietour des ports Colombiens, Cristobal, Canal Z. et Kingston est attendu Port-au-Prince le jeudi 8 dcembre 1932, en route le mme jour pour New-York. Le manifeste de ce navire re u par avion est la disposition des clients en DOS bureaux s s ngle des rues du Quai et Thomas Madiou.(vis -vis de la Douane). Le vaneur Martinique , Voy. 100, venant de N wYork et des ports du Nord, est attendu Port an-Priuce le 15 dcemnre 1932 11 rear tira le mme jour pour ports du .Sud. William E. BLEO. Agent. par les UIT CONDENS SUCRE CAISSE CE 48.14 IAI CONDENS SUCRE JE ?40,3 UIT EVAPORE DE 48,16 HIT EVAPORE DE 96. OZ OR 6.25 n 9.10 5.00 6.40 La Pli irmacie Joseph C. Vulra DETAIL OP 0,14 CEHTIIES \#r7£g%S*iSR DTAIL DETAIL DETAIL 0,04 0.11" 0.07 Hsipeln-vous que le L4IT CONDNSK, EVAPOKKel en POUDRE KSBEbSEN Ml le meilleur, le plus pur .-I le plus riche en crme. Il est recommanda p>r les mdecins et ase Itmmes aux bbs et aux malades.il est employ avantageusement pour les Crmes pince et chaudes, et les dcsseits de toutes sortes. En vente AU BON MARCHE* H dans toutes les bonnes piceries tant Fort-au-Prince aue dans toutes les villes de la Province. ASSUREZ-VOUS la General Accident Pire & Life Assurance Corporation Ltd. de Perth ( Scotland ) i ar la GENEI'AI. est une des plus puissantes et des plus vastes organisation de te ffnrt. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d'action qni embrasse le """"'M. Poliies contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns par la louder Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommages caus autrui dans sa personne ou dans ses biens. Ses Polices Maritimes mises par ses branches il Europe sont payables en Hati Se Polices contre accidents sont valables dans 1 univers entier. Tous les voya. s^s^d^^^ Veuve F. BERM1NGHAM, Aux Caves qu'elle vient de recevoir par le dernier steanur franais les spcialits pharmaceutiques suivantes: Drages de gnserine, excitant des scrtions et de la motricit du tube digestif ; sp cilique des troub'es sympathiques. Drages d Amida /.contre diarI rhe, termentation et auto-intoxication, Sirop et drages d'IImogenol Uausse,b bise de srum hmopoilique de cheval, rgnrateur du sang. lectameline Pommade antihmonoUale l'Olo-Sullonate d'hamamel'ne ; traitement atomique et radical des Hmorrodes externes. Siiop Tegssdre, souverain dans la priode de la dentition chez les nouveaux-ns. Solution SchoiWl, produit sans gal dans les allchons du toie. des reins et de la vessie et aussi dans les coliques hpatiques et nphrtiques. Hmostyl. Stovarsot, pour en* tants et adultes. — Godgt intra musculaire et intraveineuse pour entants et adultes. Car duase base d'huile de ioie de munir. Grains et Pastilles de .\iiraton. Vaseline parlume au jasmin et la violette.— Extraits divers pour sirops et IN queurs. Les produits et spcialits! pharmaceutiques sont vendus //•/*) ff meilleur march que partout ***'f/ ailleurs. T AVIS AU COMMERCE La Panama Kailroad Steamsbip Line a l'avantage d'annoncer les dparts suivants de New -York pour port-au-prince Haiti, directement chaque mardi, excepts le steamer < An con qui laissera le 21 dcembre, et arrivera Port-anPrince le lundi 26 dcembre 1932, et le i Guayaquil qui laissera le mercredi 28 dcembre 1932, et arrivera Port* an-Prince le 3 |anvier 1933. Tous les steamers sont pourvus de chambre trigoriflque. Dparts de A eiv J#/7c. Arrivages' Port au-rrince. bteamer tCristobal le 6 dcembre 1932 1e lldc 1932 Steamer iBuanaventura le 13 dc. le 19 dc. Steamer Ancon le 21 dcembre le 26 dc, Steimer Guayaquil le 28 dc. le 3 janvier Usa Jas>H.C.VANr\EED agent Gnral Laboratoire SJOURN DlRECTURS F. SJOURN, Pharmacien H. SJOURN, Pharmacien de l'Universit de Pans M. SJOURN, Pharmacien de l'universit de Paris.anctefl interne des Hpitaux de Paris Analyses des Urines, du suc gastrique du sang ( Wi .ermann, Ure, Constante d'Ambard. Glycmie). Descrachats. Des matires tcales. HOTEL KARAM bne confortable succursale del Pace Holel, Kens' Pour la saison cf t, rendez-vous chez A. J. Karam, f 50u^t*ENTS -CSV* Agent Gnral pour Haiti. Fort-ao-Prince; IG. GILG JEAN BLANCHET Jrmi 666 En Liquide--Tablettes v T1 m •* s*i n tttf&X&X&P ^CT-So//, OU VOUS S& hunier e ,N !" ^ D \ servi souhait. B^xcetlenles 666 Soulage les hioids I i Le plus rapide remde conI C OH (II iZOfl S mm1 — — g VI


  • Le Matin
    ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
    Full Citation
    STANDARD VIEW MARC VIEW
    Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07168
     Material Information
    Title: Le Matin
    Physical Description: Newspaper
    Publisher: s.n.
    Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
    Publication Date: Friday, December 02, 1932
    Frequency: daily
     Subjects
    Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
    Genre: newspaper   ( sobekcm )
    Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
     Record Information
    Source Institution: University of Florida
    Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
    Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
    Resource Identifier: aleph - 000358166
    notis - ABZ6468
    System ID: UF00081213:07168

    Downloads

    This item has the following downloads:

    ( PDF )

    ( PDF )

    ( PDF )

    ( PDF )


    Full Text
    Clment Magloire
    DIRECTEUR "
    1358. RUE. AMERICAINE 1358
    1ELEPHONE N-2242
    fie cherchez pas ce*
    que l'on a crit o.. pen-
    s avant vous, mais sa-
    chez vous en tenir ce
    que vous reconnatrez
    vous-mme comme -
    vident.
    DttSCARTES
    26 me ANNEE N" 7836
    PORT-AU-PRINCE (HATI}
    VENDREDI 2 l) : ; M U-: iMi
    Question d'Enseignement
    o
    Le choix des matres
    H y a dj quelque temps
    depuis qu'une loi avait pr- I
    vu la cration d'une cole1
    normale de garons; taule de
    crdits sulisants, l'excution
    eQ avait t ajourne; mais,
    entre temps, le (iouverue
    nient s'tait arrang avec les
    l'rres de l'Instruction Cbr
    tienne pour l'organisation de
    cours pdagogiques en vue
    desquels un certain nombre
    de jeunes gens avaient t
    recruts. En raison du carac-
    tre prcaire de l'inscription
    budgtaire et de son insuffi-
    sance, ces Cours pdagogi-
    ques taient forcment inter-
    mittents cl ne pouvaient con-
    duire ces jeunes gens au-
    cune sanction srieuse, no-
    nobstant la bonne volont
    el la comptence des institu-
    teurs.
    Aujourd'hui que des crdits
    suitisanls et, esp< rons-le, d-
    finitifs, ont t obtenus pour
    \x cration de l'Ecole nor-
    male projete, le cadre en a
    t tout de suite form par
    des lments de grande va-
    leur intellectuelle, tout le
    monde ne peut certes qu'en
    convenir, mais dont 1 eflicien-
    ce au point de vue de l'ob-
    jectit envisag, ne parait pas
    amplement tablie.
    En efiet, s'il est bien vi-
    dent que, pour pouvoir bien
    enseigner, il Unit en avoir la
    formation el que. pour acqu-
    rir celle-ci. il laut avoir passe
    par une cole normale et de
    formation, la rciproque, en
    celle matire, est-elle dune
    gale vidence, savoir que,
    en enseignant sans prpara-
    tion, on finit par acqurir la
    formation et par pouvoir en-
    seigner renseignement lui-
    mme ? Telle est pourtant la
    dmonstration que l'on de-
    mande de faire nos nou-
    veaux matres de l'Ecole nor-
    male de garons.
    Si ces Messieurs, qui sont,
    tout point de vue, des or-
    nements de la socit liai -
    tienne, ont pu tre, tour a
    tour, d excellents proiesseurs
    et des directeurs aviss, com-
    me ils en ont la rputation,
    ne craint-on que, par le fait
    mme que leurs choix sont
    justifis, leur exemple risque
    de dmontrer prcisment, au
    contraire de ce qu'on veut,
    contre l'utilit mme de la
    nouvelle cration: quoi bon
    une cole normale s'il esl pos
    sible que, aids par la voca-
    tion el la bonne volont, des
    matres intelligents se for-
    ment tout seuls?
    Si, au contraire, tout en
    rendant hommage la grande
    intelligence et au dvoue^
    ment clair des matres qui
    viennent d'tre nomms, 1 es-
    prit qui a prsid la cration
    de llxole normale de gar-
    ons est qu'il importe que
    nous ayons pour l'avenir des
    matres de renseignement
    forms, tous les degrs, non
    selon l'empirisme, mais selon
    les meilleures rgles prati-
    ques de la pdagogie et de ...
    mthodologie telles quelles,
    soin professes en rrance.)
    pour ne citer que ce seul
    exemple, il semble que ce-
    lait 1 occasion dv ta.re venir
    ici une commission de norma-
    fistes franais pour jeter, tes
    bases du nouvel enseigne
    ment, lui imprimer 1 esprit
    ncessaire el l'tablir des ses
    dbuts, sur le plan lev qui
    lui est propre.
    A dfaut de O1"?
    franais imports, des ma-
    tres hatiens, tris sur ( le vo-
    Jet.et sutsaminent prpares
    pour entrer eux-mmes l'E-
    cole Normale, pourraient tre
    envoys en France pour ac-
    qurir les connaissances et la
    pratique ncessaires pour
    constituer, de retour dans le
    pays, le premier personnel
    enseignant de notre col
    normale de garons, (lett
    dernire id'e ne nous est pas
    personnelle : elle a t expri-
    me et lumineusement expo-
    se par Edmond Paul dans
    une brochure, clbre en son
    temps, sur notre instruction
    publique el les devoirs de
    l'lite. On aurait intrt r-
    lire, ce sujet, les lignes subs-
    tantielles et saines de l'mi-
    nent publiciste.
    Depuis quelque temps,des
    bourses sont octroyes nos
    tudiants de l'Ecole de M-
    decine el de l'Ecole d'agri
    culture pour leur permettre
    de perfectionner leurs ludes
    et de se spcialiser. Pourquoi
    ne pourrait-on pas l'aire, pour
    la cration mme de l'Ecole
    Normale, ce qu'on fait pour
    ces coles spciales, encore
    que celles-ci existent dj et
    soient un degr assur de
    dveloppement?
    Nous convenons bien que,
    l'Ecole Normale suprieure
    de France, les tudes dont
    la dure est de trois annes,
    doivent tre laborieuses et p-
    nibles avant que lejeune can-
    dida' au \. chaires de l'Universi-
    t puisse dcrocher sa licence
    et son agrgation et le jeune
    Hatien devrait certainement
    avoir subi une prparation et
    un entranement spciaux rien
    que pour pouvoir affronter
    le concours d'admission. Que
    penser alors de la prpara-
    tion et des qualits des ma-
    tres mme qui doivent dis
    penser cet enseignement?
    Sans doute, ces considra-
    tions ont moins de valeur
    Rappliquant aux choses de
    l'enseignement primaire et
    nous ne pouvons faire l'in-
    jure aux intresss de suppo-
    ser leur inaptitude nous
    prparer de bons professeurs
    de notre enseignement pri-
    maire. On nous concdera
    cependant que, envisageant
    ces choses au point de vue
    des principes, il est lgitime
    d'exiger beaucoup de ceux
    qui prtendent donner l'en-
    seignement aux matres eux-
    mmes.
    Et puisqu il est permis de
    penser ainsi l'gard de la for-
    mation des proiesseurs de l'en-
    seignement et de ceux qui doi
    vent donner cette formation,
    que penser de notre enseigne-
    ment secondaire, de ceux qui
    le donnent et de leur prpara-
    tion? C'est l la matire vaste
    de considrations que nous
    mettrons une autre fois.
    De faon gnrale, notre en-
    sei nement, primaire, secondai-
    re suprieure une grande souf-
    france venant de la qualit de
    ceux qui le prodiguent. On sent
    donc combien il est important
    de se rendre compte lorsque,
    prcisment, il est question de
    fa formation mme de ceux-l.
    Ce qui tait la force des insti-
    tutions, c'est leur esprit. A quel-
    nue degr qu'on veuille le con-
    sidrer, notre enseignement est
    dpouill de l'esprit qui devrait
    lui tre propre, et une des cau-
    ses du mal gt dans le manque
    formation des matres. I
    v a beaucoup de vrits ex-
    orimer dans ce domaine plus
    ertile qu'on ne saurait le pen-
    ser au premier abord, et nous
    nous proposons de le la ire, sous
    la double proccupation des
    rsultats insuffisants ou nga-
    tifs obtenus et des immenses
    sacrifices d'argent que notre en-
    seignement nous cote.
    Ne remette* pas!
    LORSQUE l'incendie se dclare, il est trop tard
    pour viter la perte des documents importants d-
    poss sous clef dans un tiroir votre bureau ou
    dans votre demeure.
    Remplacer ces documents coterait cher et
    serait peut-tre impossible. Mais il vous cotera
    trs peu pour les protger.
    Ne remettez pas demain la location d'un
    Coffret de Sret de crainte qu'il ne soit trop tard.
    Pour deux sous par jour, vous achetez la protection.
    1 MeaM Ok!i.aa< .Viion
    U> UUIIII PtlMM JAMUMK<
    P.pm. i< feullc
    rm
    La Banque Royale
    du Canada
    Il y a
    Vingl-cmq anr>
    Lf Matin, Si Dcembre 19U7,
    DLGATION OE POMPIERS
    A la suite de l'lection du
    nouveau Commandant des
    Pompiers qui u pris fin aux
    cris le Vive le Prsident Nord
    Alexis, /c prsidai! de l'As-
    semble, Mr Arthur Isidoie. a
    forme une dlgati m pour
    porter un message au Prsi-
    dent lui annonant les rsul-
    tats.
    Cette dlgation a t reue
    pur le Prsident de la Rpu-
    blique qui lui a manifest
    combien il tait heureux d'ap-
    prendre que les lections
    avaient eu lieu dans le calme
    le plus pur fuit.
    En somme, cordiale rcep-
    tion o le Champagne coula
    pois.
    I
    -ECHOS
    o o
    Le march du cal est trs
    anim. Mercredi on a trait
    9 1/2 ferme. On joue sur la
    hausse Celte reprise est bien
    accueillie.
    De la province, on nous
    annonce que la dcision de
    transfrer ans Contributions la
    perception des taxes communa-
    les cre un malaise.
    Monsieur le Baron de Ca-
    mas, qui fut pendant quelque
    temps charg d'Affaires de
    France Port nu Prince, y iv-
    vient, vers le L5 Dcembre, eu
    qualit d'Envoy Eslraordinai
    re et Minisire Plnipotentiaire.
    Les nombreux amis de ce plomate, si apprci dans notre
    milieu, se rjouissent de ce re-
    tour. D'antre part, le sympa
    thique Monsieur Wiett, factuel
    Minislie, laisse d unanimes re-
    grets Port au-Prince.
    - Des pouiparlers soit en
    voie pour faire venir ici un
    boxeur amricain, surnomm le
    diable blond qui promet.avec
    qutlque fatuit, de mettre Pa-
    pasilo knock-out en 3 rounds.
    Il est du mme poids que le
    vainqueur de Granda.
    Nous croyons savoir que
    le Stadium West-Indies a pass
    la main Andr Chevallier qui
    dirigera maintenant l'entrepri-
    se.
    Ce matin, le Ministre Les-
    cot est rentr en avion de son
    voyage dans le Nord.
    L'ide d'ouvrir des bu-
    reaux de propagande pour 003
    produits d'exporlation, sur cer-
    taines places trangres, sera
    ralise ds l'ouverture des
    Chambres.
    Ne rentrez pas chez vous
    sans laire un tour au nouveau
    Bazar du Champ de Mars que
    M. Boit, le sympathique com-
    merant vient d'ouvrirauChamp
    de Mars, ancien Bar Terminus.
    Mr Alphonse Durand, in-
    dustriel, a adress une suppli-
    que au Prsident de la Rpu-
    blique concernant la sacchari-
    ne qui a t classe.comme on
    le sait, depuis prs d'un an, au
    nombre des produits toxique>
    dont l'usage est interdit.
    Dimanche soir, Haitiana,
    on entendra les airs les plus fa-
    meux excuts par des chan-
    teurs de rputation qu'accoin
    pagne un orchestre de 70 inusi
    ciens. C'est Paillasse, le drame
    lyrique de Leoncavallo.qui sera
    prsent tel qu'on le peut voir
    sur les plus grandes scnes du
    monde.
    - Un crdit extraordinaire
    de trente cinq mille gourdes a
    t ouvert au Dpartement des
    travaux publics pour rparation
    du Wharl de Jacmel el ta conti-
    nuation des travaux d'endigue-
    ment au Borgne.
    On proteste Miragoune
    contre la taxe de 10 centimes
    que l'administration communale
    exige des paysans pour leurs
    animaux de transport la sor-
    tie de la ville. Ces diles exag-
    rent.
    - La l). (i. P. P. va s'occuper
    dViiiblir des mar.'iis salants :
    Fort Libert el Saltron. Ne
    i vaudrait il pas mieux rtablir
    les marais salants dtruits par
    les rcents iaz de mare a Baie
    de rien ne et Grande Saline?
    VOTRE CUISINE, IADHE.
    e gymkana do Stadium
    Dessalines dimanche pro-
    chain 4 Dcembre, sera un
    vnement sportif inoublia-
    ble.
    Des gentlemen gracieux ont
    fait parvenir Andr Cheval-
    lier.ponr tre ollerts aux jeu-
    nes filles sportives, des ca-
    deaux de toute beaut,
    mais le clou des prsents en-
    voys est cette marmie rem-
    plie de l'onctueuse tantgue
    des Lsines de Port au Prince
    cl de St-Marc, donne on ne
    sait i>ar qui.
    Bec-Fin.
    Une grande nouvelle. Des savants
    londoniens ont annonc qu'ils a-
    vaienl dcouvert un mdicament
    dont l'extraordinaire veitu est de
    produire des surhommes et qui pro-
    longe en outre la vie. Il supprime la
    crainte, insuffle le courage, stimule
    les nergies, intellectuelle et physi-
    que. Rfrence : il a dj produit un
    super animal. Des moutons et des
    cliils (lui l'ont ingurgit se sont r-
    vls de terribles combattants ; ils
    ont vaincu leur terriliant ennemi : le
    chien. C'est donc trs srieux. Mus
    voil, tout ce beau rsultat s'ob-
    tient avec le RHUM SARTHE CA-
    CHET b'OH, le spcifique merveil-
    leux.
    DPARTFMENT DES RELATIONS
    EXTERIEURES
    Communiqu
    // a paru dans \le journal
    Le Nouvelliste . dition du
    29 novembre dernier, un ur-
    tiele o, i propos d'une vi-
    site faite un Prsident de lu
    Rpublique, il u t question
    de conversations qui auraient
    eu lieu entre le l'Jief de l'E-
    tat el l'Honorable Ministre
    des^I-'.uls-l'nis d'Amrique
    Porl-luu-Prinee,
    Le Dpartement s'empresse
    de faire connatre que les
    propos prts au Chef de l'E-
    tat, i cette occasion, sol en-
    tirement fantaisistes.
    Port-au-Prince, le 1er d-
    cembre 1932
    Les espran-
    ces cres par
    l'lection de
    Roosevelt
    Idal rhum
    AUX ROY
    J 30 annes de succs, J
    NEW-YORK. Voici nn r
    sam d.'s esprances du mou i
    par l'lection de P. D. Roose-
    vell :
    Angleterre: Un cabinet ca
    pable; la tin de h politique ex*
    trieure de St tonton; et la reprise
    du commerce de la bire et
    des liqueurs.
    France Concessions rci
    proques par les tarifa; spciale
    ment pour les vins franais; une
    entente sur le problme du d
    sarmement ; la rvision des
    dettes de guerre.
    Allemagne : Une augmenta-
    tion du commerce d la bire
    el I approbation des demandes
    de l'Allemagne autour de l'ga-
    lit des armements.
    ITALIE : La rhabilitation ra-
    pide de l'industrie des vins ita
    liens; la rvision de la politi-
    que des tarits des ;'ou/.e der-
    nires annes et une compr-
    hension du prob'me Innco-
    italien.
    Moscov Li reconnaissance
    de la Kpuhliqu" Sovitique
    parlesK.-U. et laide pour le
    (dveloppement commercial et
    industriel de la Kussie.
    i Ciiink : La continuation del
    politique des portes ouvertes
    mais moins de vigtlaive que
    celle exerce pur les rrubli-
    cains sur l'administration chi-
    noise.
    Japon : L'abandon de la poli-
    ique de Stimton c v tre la si-
    tuation du Japon da is 'Et'r*
    me-Onenl; une pohiiqne lib-
    rale l'gard des aspirations de
    Tokio; le rajustemen des tarits
    et l'aide pour la rh iilit dion
    de l'industrie japona'se.
    Mi \nji i. : La cont nu tion des
    relations amicales av c \\
    hinglon et l'exlen>io i du }',
    reniement dmocratique pour
    vaincre la politique ocial ste
    et communiste
    Argentine, Chu.', P
    les autrea Rpubliques du Sud:
    La rajustement jd a tarits afin
    ... a vu June scne^ poignante
    dans sa {dramatique sincrit.
    Sur le seuil d'uue chaumire
    dont la ta\ade s'claire aux ti-
    tes rayons du soleil couchant,
    June p nvre vi ille e*t asaisa
    lani nn* attitude de dcs< sp-
    , ance,rsign i la d s qn'i d loin
    Id'cparst1 le rerrn'! en poitant
    son dernier eipolr.
    La g- nd'nnre essaye de rea
    trouver une pri e 'i ne ra m-
    moire trouble ef s s p ivteg
    mains, machinalement, se cris-
    pent sur les graine uss d'un
    | antique chapelet.
    I Voire il, lecteur, verra tout
    cela a une prochaine exposition
    de peinture qui auia lieu bien-
    tt.
    ..
    ... voit que no're ami le Pro-
    leaseur Luc Dorsinvilla a eu
    l'excellente ide de baptiser ;
    Salle Antnor Firmin une des
    plus belles Ballea de l'Institut
    Guy-Joseph-Bonnet. Un agrtn-
    diasemenl photographique de
    l'mineul sociologue el hom ne
    d'Etal ;< t offert l'tablisse-
    ment par le distingu Snateur
    Pradel. On s'honore en bono*
    ranl ses grands morts. Compli-
    ments ii oreni donateur
    antanl qu'au dvou Directeur
    de I Institut.
    *
    . voit (| le, co urne d'usage,
    c'est l'Institut Tippenhanar qui
    a en o ent celle anne
    h h i'i i du con -ours de l'Ai-
    lian 1 ise. En H 't. c'est
    Mr Vndr 1' irchon, .v de la
    ih 'Institut Tippen
    h m n ut d'enlever le
    prix de di-s l'ation trancaise.
    ex w | lo.il eal vrai, avec l'lve
    Lahens du Collge S'-MartiaJ.
    C'est aux parenta A tuer de ces
    [ rsultats rpts les ddnctioja
    utiles.
    ... a vu Trocadro l'autre
    soir wn puivre dyspeptique,
    mouchoir sur la bouche, qui,
    djeunait! on tte -tte avec
    une jolie lemme,avait loutes les
    peinea du monde toutler ses
    il ilulences. La lemme le mil
    ; I lise d'un mol : Je ne lais pas
    ' trop eus des rots
    . voit qu'on peu' quitter une
    vieille matresse adore, qu'on
    \ peut renoncer au cigare et au
    vin, qu'on peut se privar de
    desaerl, mtia qu'il est matriel-
    lement impossible, quand on a
    une lois, une seule lois, got
    au Barbancourtt de s'accommo-
    der d'une autre boisson.

    ,,
    ..voit que menace de se-
    cronler l'ancienne maison Li-
    lontanl sur la place Ste Anne,
    qui abritait, il n'y a nas long-
    temps, le Collge St Vincent de
    l'iiul. Les poteaux qui soute-
    naienl le balcon, mins par l'u-
    sure, n'existent plus et la mai-
    son en consquence penche dan-
    greuseraent. Nous nous taisons
    le devoir de signaler qui le
    droll cet lut da chose qui est
    une menace pour la scurit
    des locataires et des passants.
    M? PKWi---.-*
    N'oubliez pas
    le Gymkana
    de dimanche 4 dcem-
    bre 1932, 3 heures
    de l'aprs-midi.
    Vous applaudirez nos spor*
    -, l s pliisgn ses dans
    |e n reux ex- el athl-
    tjqU -vehorgra >ln (Oet, gym-
    nastiques.
    Tous au lJ tc Acadmia
    I > it Roogt). Stadium Des-
    iali ic
    Entr : l'elo ise dhonneur :
    i mrde.
    d'aider les industries en pril.
    V v. n.w J Une comprhension
    le des piincipea de haute
    morale. 4



    PAGE 2
    LE MAT N -- 2 Dcembre 1932:'-
    UNE BELLE UVRE jj
    Distribution ]de P rix
    La distribution des prix du
    Comit Hatien de 1 Alliance',
    Franaise a eu lieu dimanche,
    27 novembre, au milieu d'un
    immense succs.La belle tte
    s'est droule sous la prsi
    den e de M. le Ministre cl.
    i-tance qui a prononc un
    beiu discours.
    Les lves de .nos coles
    qu< ont dit des morceaux de
    iraogtr, d'Hugo et de M.
    Coicou ont eu beaucoup de
    succs. Nos flicitations donc
    aux demoiselles R. Dtly.K.
    Corvington, A. Vaillant, M.
    Turnier et I\. Dominique et
    CO.NSF.RVE/. VOTRE
    .. DLICATEMENT
    ,VON DE TOILETTE
    PEAU TOUJOURS DOUCE
    PARFUMEE, AVEC LE &A-
    I Maintenant que la question
    des Sports pour les jeunes filles
    est tordre du jour grOce
    LUX
    s.\\ on DE TOILETTE
    DLICATEMENT PARFUM.
    Compagnie Gnrale
    Transatlantique
    IVEITE PAR CONVENTION
    s^^ jwnte"
    SE^S <== fairAMour *^^S
    plaisir nos lecteurs en leur met* \ cl des porta Au Sud ( sQotu n
    tant sous les yeux l'article sur- du Port-au-Prince le 0
    vant :
    vm s
    MOHR & LAURLN, P. O. BOX..M Distributeurs
    Rue Roux et du Centre, Port-au-Prince.
    dcembre. Il paiiiraa le\meme
    jour pour les poils duNord,
    Puerto Plata et le Havre di-
    rect, prenant fret et passagers.
    F. M.ALTIEBI. Agent (A.
    Hue du Quai, Porl-au-rrince
    Tlphone : 3220.
    trainement ne diflreneiait pas
    de celui des Scouts: -lveloppe-
    le caractre, la sant et la MO*
    de laltruism.; ma.s il fa.,
    ajouter qu'on y donnait gale
    lurnier ci n. uu"""'mu~ ~* ,
    au'* jeune P. Marc. L'EcHO.jo l'on remarquait beaucoup inoraue du Lyce Louis-ie-
    nal un groupe d'lves du* #u r*lialn* et rplnnenses. i (Irand. M. E. Robelin, cou-
    u'i de religieux et religieuses, j Grand, M. E. Robelin, corn..
    Pensionnat N*. D. du Sacr! des professeurs, des institu-'.meryant, M. le prolesseurC.
    Coeur et Les Pauvres GensiS leurs, des avocats, des magis- Achard, membre de 1 Acade-
    d'riugo, par des lves du j trats, des commerants, des | mie des Sciences et
    COMMENT FAUT-IL
    EUUOUER LES JEUNES
    _ FILLES ?
    Par Lord BADEN-POWEL
    hondateur du Scoutisme.
    . Nous sommes tel scouts f-
    minins . Telle! tait la dcla
    ration que fit. avec un air de i mf,nt une instruction mnager.
    ---------Mnp ,iqoe ainsi que 1 enseigne-
    ment de la puriculture. On a'
    te-.enait ce but.au moyen dune
    i Selt-Education , obtenue pa-
    ctes rcration au grand air. ei
    bonne compagnie. L'entrane
    ment tait plac sous la (tirer
    Pensionnat Sainte Rose de! hommes politiques, et de
    Lima, ont attir l'attention. I nombreuses dames et demoi-
    M. Ph. Cantave, secrtaire-J selles,
    adjoint de l'Alliance Iran-J Mgr l'Archevque s'est tait'
    aise. a donn lecture d'un excuser et le Prsident Vin
    intressant rapport sur 1 (ou-
    vre combien importante de
    l'Alliance franaise londe a
    Paris eu juillet 18X3 et de sa
    filiale d'Hati reconstitue en
    190-") La dernire compte 7
    prsidents qui sont : MAI.
    C. Bruno, Dr L. Audain, J.
    Laville, L. C. Lhrisson, Ls.
    Borno, D. Bellegarde, Ed.
    Estve.-Mr Lhrisson fl t
    rlu six lois et dirige actuel-
    lement la socit depuis 1927.
    C'est lui, dit le rapport, qui
    a institu lis Comits de la
    Province qui sont actuelle-
    ment au nombre de vingt-
    deux. Et les autres belles
    uvres.
    Le rapport parle de la
    cordialit des relations entre
    la Lgation de France et le
    Comit hatien de l'Alliance
    Frai cuise.
    Il souligne les relations
    avec M. L.Agel et M.F.Wiett,
    deux nobles ccaurs, deux
    hommes d'action bienfai-
    sante. Le raprort vautebeau-
    coup les excellentes quali-
    ts du dernier qui.dans lini-
    ques semaines, va nous lais-
    ser.
    Le rapport n'a pas oublie
    Mme Daubut et Mme Emile
    Rouzier qui ont beaucoup
    travaill pour l'Allience.sur.
    Gnral de l Acadmie de M-
    decine, la libraiiie Pion, M.
    tut.
    cens la veille, a envoy ses
    sympathies l'uvre truc*
    tueuse qui encourage en- [ce franyaise !...
    laiils.adultes. citadins et pay-
    sans qui se distinguent
    dans l'ordre spirituel.
    confiance, une jeune personne
    de quelque onze ans au premier
    Rally de Boy- Scouts. Cela se
    passait au C.yslal palace en
    ll()9 Elle tait le porte-parole
    d'un petit groupe de jeunes
    filles vtues de manire imitei
    le costume de leurs hres, les
    scouts. La prsence et l'vidence ,
    de l'esprit d'initiative de ces jni une matresse d'
    F. Strowski, prolesseur la jeunes filles,ailiirent l'attention |SUrveillante, mais
    Sorbonne.iiieiiibre de l'Insti du public sur ce tait qu'il y'grande sur.
    avait la une tentative d'appbca-
    de la mthode scout, au
    ZJwi'fit savoir tou\ctUX
    qu'il appartiendra lundimTJ dcembre prochain,
    10 heures du matin.il sera
    vendu aux enchres publi-
    ques, en l'lude et par le mi-
    auttire de Me Louis \ ilmenay,
    notaire en cette rsidence,
    choisi par les parties, un im-
    meuble sis en celle ville. Bel-Air, l'angle Nord-Est
    des rues Houille et de l'Egalit,
    de la contenance de 24 pieds j
    mtrs 92 de faade, surin rue
    de l'Egalit, sur 40 pieds ou
    16 mtres V de profondeur
    sur la rue Rouille et borne;
    ou Nord et i l'Est par
    Csarine Vrone, au Sud par
    In rue Houille et i l'Ouest
    par la rue de l'Egalit, sui-
    vant plan et procs-verbal
    ment eiau piatc " - ------ / i , %
    Z" dune". p-dscs, ctat--ld'arpentage deJustin Labis-
    dire dune oeisonne qui ntai \Siere. en date du1.) mai 1221.
    co'e. ni une
    p'ult une
    Quelle belle uvre est celle
    du Comit Hatien de l'Allian
    *
    Loterie
    Des prix out* t donns
    aux lves des coles du
    Pre Brire, de Baradres,
    de l'Ecole SUoSde Jacmel,
    du Pasteur N. Lhrisson,
    ceux des coles de l'en-
    seignement primaire et de
    renseignement secondaire
    qui ont remis les meilleures
    compositions franaises aux
    examens ofliciels de iuiu-juiU
    let 1932.
    Eu outre, on a distribu
    des prix des concours de
    diction Iranaise et destvle
    franais ( lyces et] (collges
    de la Rpublique ). des prix
    de littrature Iranaise et de
    chant. Un prix a t donn
    Melle Smith,iufirmiie dipl-
    me.uu Dr A.|Beaubul, pour
    ses belles qualits pendant
    sas cinq annes d'tuJts
    l'cole de mdecine, un
    tudiant de la classe de phi-
    Nationale
    o-
    tion
    point de vue de la formation
    du caractre et du dveloppe-
    ment physique.
    A cette poque, il y a vingt
    ans, les lemmes commenaient
    peine jouer un rle actii
    dans la vie mondiale. Il tan
    donc encore plus ncessai
    pour elles que pour leurs Ir es
    de savoir se loi mer Iecarae eu
    du fait mme qu'elles avaient
    jusque-la moins eu l'occasion
    de le taire en raison de leur
    existence sdentaire. Elles en
    avaient besoin, pour satisfaire a
    leurs responsabilitscroissanes
    dans la vit sociale, elles en
    M'Juvigny Vaiigues qui re-
    prsenta si brillamment le
    Cap-Hatien la dernire L-
    gislature est de pas ge
    Port-au-Prince. MB Vaugues
    tait mentir l'adage, car il est m^Q^ pour ^ COQimuaiquer
    prophte chez lui ... en atten- jtUr progni[Ure. L'educaiiou
    nt seit-ou jamais?- de srnia;re Hes jeunes filles avait
    " Nous sommes
    sauvages ...I
    Lanc sur l'initiative d oo pHit
    groupe de jeune ftliet emhoii-
    biastai, le mouvem-n a g-andi
    progressivera-mt. %ujourdtiui il
    a t suivi pratiquement Oans
    chacun des Etats britanniques
    d'outre-mer et dans la plupart
    A la requte des hritiers
    [ | ) Mr Calypso Bataille,
    'aux droits d'Ulysse Bataille;
    2o Messieurs Pierre Excellent,
    Bataille Albert, Melle Mar-
    quer il e Audiger, aux droits
    d'Adlade Bateille. leur mre
    et aeule ; 3o Melle Euphanie
    Larousse, Mr Emmanuel La-
    rousse et Mr Clment La-
    rousse, aux droits de Elinina
    Baliiille.Yve Normil Larousse.
    v leur mre ; et 4o Mme Veuve
    des colonies
    Enoutre.il a idop' dans
    nombre des memb-s de noire Eugnie Curil, aux droits de
    famille s'lve 1,094,000 me m- Hilairzine Bataille,} ve Aeule
    bres, rpartis dans quarante Toussaint, leur mre.
    pays. Les sieur et dames Ulysse
    La guerre a rvl que, en gafa//e Adlade Bataille,
    avaien besoinau s i, ntn que dpil de notre civilisation or- f/ mQ ^//(////<> (>/ HUMm
    ' gaeilleuse, nous n tions encore. ... /(,s ^ n
    da
    l'tre Port au-l'iince.
    C'est aux bureaux du Temps
    scolaire des jeunes filles avait
    t place sur une base plus
    leve et progressive, mais
    gaeilleuse. nous n tions encore. /y au tond, que des Wf^; S(Vlirs de feu Mentor Bataille,
    ie accomplir. L'instruction aban^ tent.
    tradition-
    LesiauxDureausuuuan gievee ei progressive, mai, .* -- r tradition- Porl-aii-l'nn
    que nous emes le plaisir de problme de la lormat.on de dn,necosn0sistant ,aire de bons eembre 1932,
    lui serrer la main, et, cdant leur caractre demeurait irr- Jf"* ^J cellp qul consiste C. BENOll,
    la curiosit du mtier, de I sou. S nroarer les jeunes gens re ____
    l'interrouer sur l'objet de sou Le caractre n est pas une grepare | ^
    chose qui s apprend en classe. ue uou "*w*. v,,:,. )e Droce-
    Il doit re veill chez l'indi- mieux leur v.e. M.Je P oc
    Port-au-Prince, le ier d-
    avoeal*
    roge
    dplacement.
    Politique?
    - Nenni.
    Voyage d'agrment ?
    Je ne sais pas encore. Je
    viens d'acheter un billet de
    la Loterie Nationale . et s'i"
    ftiuaowu au ciubAcadem/a. aprs
    tout dans 1 uvre excellente J chl aeCembre,
    .U,...... ..~ .--------------------------------,-------- ,a 1,1/U I il ............. V. KM II
    losophie de l'cole apostoli- J gagne le gros lot... naturelle-
    que, Elimi Eogue, de la menl mon voyage, sur toutes
    Grande Bivi:e lu Nord.i ses trancbes.sera dor d'agr
    Un prix de sport alhlli-1 men'
    Scouts, nous cherchons a leur " " ,. ^ niM1,i|. de
    permettre de dvelopper leur " leuesse **seulse de Le S/S^Guayaquilll
    caractre,grce i des jeux spor- foire W "LnWdea Port-au^rince,
    tifset des exercices en plein en ralnemeat de f^'f^^ N( w.York.le lundi
    et enfin le grand prix de
    composition franaise ( aduL
    les) dont le laurat est Mr
    Emile Paultre. Je St Marc.
    du vtement scolaire et des
    Pupilles, cre sous l'admi-
    nistration de M. Lhrisson. ..
    il remetcie le Gouverne-
    ment Franais, l'Alliance de
    Paru et les nombreux per-
    sonnages delagrande etche-;
    valeresque nation qui en- (
    voient des prix et des livres Tous les prix ont t
    classiques au C 11 i '' ollerts par le Gouvernement
    C'est un rapport tort inti Franais, M- F. Wiett, Mmis-
    ressant. L'excellente musique i tre de France, l'Alliance Fran
    Je ne lais pas de vux pour
    que mon charmant camarade
    dcroche la timbale, car moi
    aussi j'ai mon billet en poche.
    t charit bien ordonne...
    Mais on peut quand mme. ..
    ----------------- .-----------------, ------ ,...., .... rw. -,......- ......~, .
    Plus de soixante volumes et J souh.n'er au prestigieux Bas
    mdailles oui t donnes.
    sin-'todo un agrable siour
    parmi nous
    du Maestro E Thomas a eu
    aussi du succs.
    La trs nombreuse assis-
    tance a entendu debout la
    Dessalinienne, a l'ouverture,
    aise de Parts, la Pfiocesse
    de Beaufirerttont.Son Ex.Mgr
    A. B ai Irillard el M <; Goyau,
    del'Acadm c F ai aise, \Jg
    Beau pin directeur des Ami
    et a Marseillaises la clture I lis Catholiques Iraniises.M.
    de cette maguilique matiuee Geo ges Fert, proviseur ho-
    BELLE POMME
    lai s.nlr^ c,ui dveloppant, rnf- |
    I. iinllMnti rrroni' itiiriil In
    elni. i-iln. riii l inllic oiii.n-
    . ,li-s i(t:mlr. ri donnons ml
    lunlo un K'""r,rnx eniWonp >int.
    Bianlaiaanlaa pour lo ?ni
    ApprourftM i>ar let relfbrlle, mstllrnt,:
    RATI. Pk" 45. m i* rbkiaate. P.'.-^ >
    AP.r^D-PriK. : Pk iUCH 4 StJOUR^ E
    cl louto tooauc puiniu i>.
    sus est Itn'. De son ct, la rc
    vidu et cela, principalement par sus eM ltu w :
    a a -aia., llffton se demande si son il.-
    unellort de I lev. 8 n traditionnelle agit ton-
    En ce qui concerne les Boy I0UiierI18Ceau^ conlplement sur
    Scouts, nous cherchons a leur L._" [iJ^Mm d* .. altcndll
    venant e
    pie.n ^a,ne'"eu,1 "" r.Vbe'r'p.n" Ncw-York.le lundi 5 dcem
    air, lesquels sont soumis un f^ ^T^^Z- bre 1932, avec : 70 sacs de
    code moral de chevalerie. Il y a j" miue!l v" ".!' ,_ iltUt,
    beau |oor que l'on s'est rendu raa,,on du eaiiClri de la j es-
    compte que les ,eunes filles ai- B^.on consid'e la ma.en mieux lue la I, l.atu.e on ceS 21 anueSi
    masculine et que es histoires i culuH,,y t --,./-, mu
    du Far-W.st les sduisaient OU peut, dans 006 MIMme-
    b,en plus que celles dont les ?'; e',v,s8g"p^ nTJi
    hiolnes voluent dans des ac- r,e J^SuHH PK. L
    ., i i a \n ,n mente con mue ement. ries ue
    dmies de jeunes adies. Main. " *rj .,,..
    .i m a i..- 148.000 membres nouvea ix pour
    tenant les |eunes filles, de leur ,.^,
    propre volont, sont parvenues ^^^ ___ nn_
    a bnficier d'une isteiu-e Les guides ont pr. page par-
    auss, aventureuse que celle de u' lfsPr'1 d amour H*'
    leurs hres. C'est une chose que ; ne volont, sans s lUjehtr aoi
    ! pr|ugs de classes, de contes
    sions et de natio i H H. Ce sen
    timent d'amour s tend aussi
    leurs !- rs guidrs des pays
    trangers. C< m< uve nenl mon-
    dial auquel il faut jo der le
    mouvement m ticnlin il s Boy-
    tout le monde admet en 1032 :
    Ielle constituait une innova.ion
    considrable en 1000
    " Self-Education
    Le terme Guides visai'
    donner une ide de romantisme
    etduventur n ut en indiquant Scouts, doit produir*-, invita-
    galemtnt aux jeunes fill-s leurs blement, d'ici quelques annes,
    tuiuies resjonsabihl(ss d'duca-' une pression contre la guerre,
    trices. Le but gnral de cet en- laquelle ai era puissamment la
    correspondance et partira le
    mme jour directement pou
    Cristobal, Canal Zone, pre-
    uant lrt et malle.
    Jas. H. C. Van REEO
    Agent Gnral
    ACCESSOIRES POUR AUTOS
    Nous vendons des pices
    neuves et de deuxime main
    pour toutes sortes d'automo-
    biles; s'adressera
    KNBEtVS GARAGE.
    Phone 23 18 et 2234,
    Socit des Nations et la Re-
    ligion dans leurs eflorts pour
    amener sur la terre le rgne de
    la paix en re tons les hommes
    | de bonne volont.
    LETTRE PASTORALE
    di:
    S. E. r L'ttfflIHIE
    DE PORT-AU-PRINCE
    mi sicle, restcut encore gra-
    ves dans les esprits.
    Il s'agit, vous l'aurez, devi-
    n,des laveurs signales dont,
    plusieurs reprises, en 1112,1
    Hati fut redevable la ma- j
    "AU'rnlIloLf ternelle protection de iNotre-l
    Au CLERG kt au\ FIDLES |DanM du Perptuel Secours.;
    de l'Archuhocse
    l occasion du cinquantenaire
    de l'intronisation, la cha-
    pelle du Bel Air. de l'image
    de A. O. du Perptuel Se-
    cours.
    Nos trs chers Frres,
    Pour (a ville de Port-au-
    Prince, et, on peut l'ajouter,
    pour le pays tout entier, l'an- tite vro
    ne qui va s'achever marque la Rpublique.
    une date qu'il importe de sou-
    ligner: le cinquantime anni-
    versaire d'vnements mmo-
    ire les rappeler, au moins
    sommairement, pour spcifier
    ensuite comment, notre
    avis, sous peine de manquer
    on lmentaire devoir de
    filiale et pieuse reconnaissan-
    ce, il convient d'eu laire re*
    vivre le souvenir, ce sera
    l'objet de celle lettre.
    Depuis le mois d'aot|1881,
    une terrible pidmie.de pe-
    tite vrole svissait travers
    Du Nord et
    du r^ordOuest, o elle avait
    tait d'innombrables victimes,
    elle s'tait abattue sur l'Ouest,
    rbles qui, a l'poque, eurent puis, bientt, sur les contres
    en Hati un lgitime retentis- I du Sud. Aprs les paroisses
    aeroent et qui, api< un de-' de l'Arcahaie, de Mirebalais,
    de la Croix des-Rouquets,
    Port-au Prince tait, son
    tour, ravag par l'impitoya-
    ble tlau. Dans la pauvre ca-
    pitale, si souvent dcime
    pourtant par des maladies
    contagieuses, raremeut avait-
    ou vu semblablesJhcatom-
    bes. La ville, au dire des
    chroniqueurs de **l'pique,
    tait devenue tomme uu^im-
    mensc hpital, ou, plus juste-
    ment, comme une vaste n*
    cropole. Des maisons pleines
    de malades ou de mourants,
    des cris dchirauts se rper-
    cutant d'un foyer l'autre
    ou travers des rues inter
    minablement sillonnes^ de
    chariotsiconduisant un ci-
    metire tout spcial id'innom-
    brables^cercueils, toutes les
    familles en deuil, la vie so^
    ciale comme paralyse au sein
    d'une population vivant dans
    l'augoisse et la terreur, la
    science et le dvouement des
    mdecins impuissants en-
    rayer la marche foudroyante
    de la maladie, c'tait le spec-
    tacle poignant que donnait
    Port-au-Prince.
    En vain, semblait il, avait-
    on tait, durant de longues
    semaines, appel la piti du
    Ciel. Une lettre-circulaire de
    Mgr Blonino, date du 11
    jauvier 1882 et lue dans tou-
    tes les glises du pays, avait
    prescrit des prires publiques
    pour obtenir la cessation du
    llau ; quelques jours plus
    tard, le 16 du mme mois,
    Mgr Guilloux, rentr en hte
    la Capitale, prsidait lui
    mme une immense ^proces-
    sion qui, partie de la Cath-
    drale et passant par. Saint-
    Joseph, se terminait Sainte
    Anne, o, devant une foule
    immense de fidles genoux,
    une messe tait chante pour
    flchir enfin la misricorde
    divine; cluque vendredi un
    plerinage de lupnlii ation se
    rendait au Calvaire.
    La petite vrole continuait
    ses ravages.
    C'est alors qu'intervint en
    lin Celle que, j..mais, ses en-
    tants eplores n'invoqurent
    en vain. Li glorieuse vlre de
    Dieu, qui, juste titre,
    l'Eglise a donn le titre de
    Salut des Infirmes, allait mon-
    trer sa maternelle et puis
    saute bont.
    Dieu, qui, dans son Eglise,
    sait susciter,aux heures vou-
    lues, les hommes providen-
    tiels qui raliseront ses in-
    sondables desseins, avait per
    mis qu' ces moments criti-
    ques il y et la tte de la
    paroisse de la Cathdrale un
    prtre au zle ardent, aux ini
    tiatives surnaturelles hardies,
    et, envets Marie, d'une filiale
    et confiante pit. J'ai nom-
    m le Pre Franois Kersu
    zan
    Le jeune cur possdait de-
    puis peu, dans une salle de
    son presbytre, un beau ta
    bleau de N. D. du Perptuel
    Secours qu'au retour d'un
    voyage Paris lui avait re*
    mis une pieuse dame de sa
    paroisse. Sous l'inspiration
    sans doute ie la Ste.-Vierge,
    l'ide lui vint de le faire por-
    ter la chapelle Sf.-Franois
    d'Assises, nouvellement btie
    au Bel-Air, pour l'y exposer
    au-dessus d'uu autel latral
    dj ddi Notre-Dame, la
    vnration des fidles.
    ( A suivre )
    Revenu de son voyage.re-
    prend la direction de sua
    cabinet.
    Il adresse ses meillenies
    salutations sa clientle.
    Consultations: 7 10 hs. *r>
    HfiliU Uarbaucourl
    Dont la euommceest universelle a gard m premire place
    Demandez nartout :
    UN BARBANCOURT
    Dpt ; Rue.def Csars^

    *
    ,
    -**>.
    ... ,**gft^*He" r'..
    rw -i<+-*r-m^-



    AV
    f


    L"? M*T\ 9 Dcembre 193?
    PAGE 3
    IRIORIAL GNRAL__OFFICIEL **** Patriotique
    !" -r,nr u 7T---------. ._____des Jeunes ,"*
    L'Institut HeialQique de "TTr Mom. n
    FraDce, inscrit au nombre des et %J!*? Pro,ecJeurs
    ESita Savantes, nous in. !??."" de CC.tle AS.-
    ciation, ainsi que le public.
    Socits Savantes, nous in-
    forme que.par la voie de son.
    bulletin officiel. Le Blason ,
    Il ya diter un Armoriai G-
    pjral Officiel, donnant gra-
    sont piis de se rappeler
    que c'est samedi S dcembre
    prochain 7 bs 1/2 du soir
    qu'aura lien au Thtre de
    Sment; la description^* ,%'!,";! ?TV" / , *.
    hoiries1 de toutes le Tfa. if?l.St PUl ( l -ace e
    J', eiM-mrs Cet!, ... e>la reprsentation du
    blicaiiou d'art et d'erudiliot,
    dont il <*j t question,
    sera dirige par notre con-
    frre M. Charles-Louis d'Es-
    pioay, Prsident de l'Institut
    Hraldique de France et ju-
    riste spcialiste des questions
    d'taNcivil et de drop fo-
    dal. Ce travail revtir,, rioi>
    urj caractre scientifique et
    historique certain. Afin d'vi-
    ler leserrejrs ou omissions,
    toute personne dsireuse d*y
    voir ligurer ses armes doit
    faire parvenir dana le
    plus bref dlai, l'Institut
    Hraldique de France, '27,
    Quai de Bourbon, Paris (l )
    inedclaration mentionnant:
    nom et adresse crits trs li-
    siblement, pays ou province
    d'origine, description com-
    plte des armoiries accompa-
    gne d'une notice gnal g>-
    que avec indication de s Sour-
    ce?.
    leyPda soir de l'oeuvre.
    L'entre es: toujours
    1 gourde.
    Le Prsident.
    Andr MON PLAISIR
    I
    n
    I
    La Solidarit
    Socit d'assistance Mutuelle
    reconnue d'utilit publique.
    Avis est donn aux Soci-
    taires que la messe solennelle
    de Requiem qu'il a t con-
    venu de faire chanter en m-
    moire des collgues dfunts
    sera clbre en l'Eglise Ste
    Anne le lundi 5 dcembre
    prochain, II heures prcises
    dn matin.
    Les parents des dfunts et
    les amis de l'uvre sont cor-
    dialement invits.
    29 novembre 1932.
    LE BUREAU

    Convocation
    Les Membres de la Solida-
    rit sont convoqus en ru-
    nion statutaire le dimanche
    4 dcembre prochai a 4 h
    de l'aprs-midi, au sige de
    leurs assembles, rue de la
    Rvolution, prs de l'Hospice
    St Franois de Sites, pour
    vaquer aux travaux ordinai-
    res.
    Le Dr Flix Coicou. pr-
    sident de l'uvre, parlera
    de l'alcoolisme.
    29 novembre 1932.
    LE BljHEUJ
    Cin-Tldul
    CE SOIR
    i
    U Js:
    SJDerni.Te du 'grand film parlant etVhantsr*
    La Douceur d'Aimer
    avec'V. Boucher, Henry Box, Rene Devillers, Simone'Boudet
    Entre : 2, 3 4.
    lMMANUE
    A 8 H EU H ES
    U gr; il on'a
    Paillasse
    Entirement enant tn italien par la 'roupe de l'Opra de San
    Carlo. 150 choristts, un corps de Balte*. 73 musiciens.
    N.B. Le rsum du livret expliquant l'action, sera distribu
    < l'entre de la salle.
    Entre : 2, 3, 4 gdes.
    LE CAS DE
    Se vice National de la
    Production': gricole et
    _....-.ir,r ,.,,,., de l'Enseignement
    THERESE NEUMANN ' =..
    __ L Ingnieur Agronome D*
    ( parlementai de l'Ouest fait
    Une information de Munich appel aux personne de bonne
    annonce que Thrse Neu- volont possdant des piaules
    | mann.la sainte de Konners- jtusceptibles d'aider au dos>
    Jreuih. dont le mains etUoppement agrico'e du pays,
    les pieds prsentent inler- pour lui remettre soit des ,,rui
    valles rguliers les stigmates ns des boutures, 'les greffes
    de la crucification, .sera mise OU des piaules afin de les mut
    tiplier et les rpandre par la
    suite sur l ensemble du terri-
    toire,
    L Ingnieur est cli-
    II nous a t confi que
    l'M c'ation des Dames de
    SaintFranois de Sales orga-
    ni.se pour le 25 dcembre
    piorham un autheniquearbre
    de Nol.
    Il vaina des jouets de toute
    beaut et tous les prix
    qu'un patant Tonton Nol
    oflri a aux enfants sages.
    Tout contribuera a taire la
    joie des en.'ants et de ceai
    qui les accompagneront: Bon
    bons consommations varies, de 0.50 cls seulement. La fte
    attractions diverses, musique, sera donne au profit des
    cinma et d'autres agrables, pauvres de la ville, dans la
    surprtes joues bon mar-. grande cour des Soeurs de
    ch. l'Externat du Sacr-Cur de
    Et cependant, l'entre sera {Turgeau.
    -' wmmmmmmsM m*^^a^mmm^saaBa^HaaM , m i^^^mssswswisws-'".......m .-*^ . -.
    Batterie CITADELLE
    en observation dans une
    nique.
    C'est ce que semble sou*
    ha ter l'Eglise catholique qui,
    jusqu' prsent, a observ la j tion de quiconque aurait 6e-
    1 plus grande rserve en ce : soin qui touche le miracle dej renseignements concernant la
    Knnnersrenlh. grande culture dans le dpar-
    ti la rcente confrence pis- temenl de l Ouest.
    'copale de Freising, les v-' Ces services sont gratuits.
    I ques bavarois ont, en effet, Ecrire lIngnieur Agronome
    dcid d'inviler Thrse Neu- de l'Ouest Uamien,
    mann se soumettre encore i [j GA\OT
    une lois un examen et J .,._______,
    un contrle mdical dans une!
    clinique. Les vques de Ba- j IUI0 IMPORTANT
    vire estiment que c'est la . Jio ntiruniH,.!
    .ci.oc mdicale d'tablir si ^ucUo^Tgr^oE
    les stigmates de crucifi ation
    prsents Lar Thrse Neu-
    mann sont dus, oui ou non,
    des causes naturelles. Ce
    serait galement, de Pav.'s
    de l'Eglise, un spcialiste
    de langue orieutale qu'il ap-
    partiendrait de dterminer si
    les paroles prononces soi-
    disant en langue aramenne
    par la o se produisent les Stigrai
    et de l'Enseignement
    Rural
    Il y aura Damien le 5 d.
    membre prochain un concours
    pour le recrutement d'une ins-
    titutrice pour l'Ecole Rurale
    des Orangers ( commune de
    la Croix-des-Bouquets ) et de
    deux instituteurs, l'un pour l'E-
    cole des Orangers ( Croix des-
    Bouquets) et l'autre pour l'E-
    cole de Sainthard ( Arcahaie ).
    CITA DE LE O. 8UU
    PLUS FORCE 12.50
    DUR O LITE 15.00
    R
    Vo ili z*vous avoir ce qu'il y a de
    ni- ux coin.ne batterie ?
    Vmlizvous a oir une batterie
    (jui vous rendr un service tftectil?
    Voulez-vous que la batterie de
    otre auto soit garantie ?
    VocUz-vons encourager Pin-
    lustrie nationale ?
    Achetez une batterie
    CITADELLE garantie
    un prix a la porte de oues les
    bourses.
    lo Parte que elle na pas
    son r'gile en Ha .
    2o Parce que elle De vous
    donnera jamais d'ennui, et dure
    longtemps.
    Sa Parce que elle sera rempli-
    ce^ sans extra si par hasard elle
    uirait un dfaut de construc-
    tion, ce que vous n'avez pas avec
    les batteries importes.
    4oParce que elle est de fa-
    brication hatienne.
    KNEEH'S GARAGE, Fabricant
    tes ont un rapport quelcon J A '" ftj * 7- y aura g.-
    que avec le directe que par ^Zl ""
    -,. . I*1 me broie, u.. o nours DOUr
    lait le Christ, ou bien si elles
    lui ont ' sjggrts.
    Ce n'est que lorsque tous
    le recrutement de quatre lnst>
    'urices.respeclivemenl Grand
    Roucan ( Mirebalais ), Los Palis
    ers points auront t clair- (llinche), Petit-Food(Lascabo*
    cis que l'Efllise calholiqte* bas et dans la commune de
    que l'Eglise cainotiq
    pourra faire connatre son Cerca-la-Source,
    Adressez vous a
    ue rfave. PoTlau-PriDce (Hati) Phooe: 2318 & 2234
    J jugement dfinitif dans l'ab
    . laire de Konnersreuth
    En juin 1927, Thrse Neu-
    mann avait dj t mise en
    observation dans une clini-
    que bavaroise, o elle tait
    reste quinze jours. Le pio-
    fesseur wald, le psychiatre
    rput en Allemagne, avait
    conclu alors que les stigma-
    tes de crucification prsen-
    ts par Thrse Neu ma un
    n'taient pas provoqus arli
    fuiellement et il certifiait en
    1 outre que pendant sou sjour
    la clinique la sainte de
    Konnersreuth n'avait pas
    ; absorb le moindre aliment
    ni la moindre boisson.
    et de
    e
    deux
    U POLO ET JOCKEY CLUB OE
    PORT-AU-PRINCE REMERCIE
    Je Major Noble, Adjudant
    de U Brigade USV1C et 0!fi-
    citr Ex uni du Polo et Joe- !
    keyClub, a charg 1er Paul,
    K Toussaint, interpite d la
    Bi igadt. de prst nier, en ni"
    n'e temps que les licDS pio
    prs, les plus sincres remet-
    ciments du Chef de I Ocem
    Pu on, Mr le Colonel i oais
    Mc-Carly Liltle, prsident du
    Polo et Jockey Club, pour la
    plendide coopration de la
    Tresse de Port-au-Pi une qui
    * l>ien voulu donner publici-
    ^atix programmes et avis du
    f-olo et Jo.key Club ayant
    u*at nux deux dernin s cour-
    ts de la saison de Novem -
    iv e.
    Cette coopration a large*
    JfcM contribu au sucr
    de ces journes. Le publia
    *tleci qui a lehauss de M
    Prsence l'clat de res jeux,
    i'Q'rt qu'il y a port lui
    ftoanent droit ces remerc^
    Senti
    r
    Liquidation
    U'' lot de 160 vilres de qun'it
    H* suprieure
    Dimensions i 24 x 2(i. 242 x
    36, 24 x 42, 24 x 48, 20 x M,
    2U x 40, 20 x 48
    L'n lot de 11 vitres pour au-
    lo. paisseur 1/4.
    Dimensions : 39 x 42.
    Conditions trs avantageuse*.
    S'alresser Monsieur E. G.
    Wo II. liquidateur de la Maison
    B LAMARQUEaCo
    Jacuiel (Hiiiti
    A vendre
    Une chambre coucher,
    une saile manger, une cui-
    sine ptrole et un frigi
    daire, une radio, un cervice
    de vaisselle, un service de
    verrerie, d'autres meubles et
    une bicycleMe.
    S'adresser au Cap. F.QABris
    de 1 5 heures p. m.
    Aveuue N. t rs Rue 5; ou
    TIphone:;14r3-3;ou Aviation.
    Papier blanc Papier noir
    Kawas Avion
    Cigarettes KAWAS
    On PEUT fabriquer des Cigarettes
    rellement bonnes a- ec du tabac
    du Pays!
    Si vous n'y croy-z : as, fumez les
    Cigarettes K&W.iS et vous en serez
    convaincu,
    instituteurs Cerca la-Source.
    Pour prendre pari ces con-
    tours, il laut tre muni au
    moins du certificat de Jin d'tu-
    des primaire!: el d'un certificat
    de bonnes murs, sign du
    Magis rat Communal el Ou Juge
    de Paix de sa commuue.
    Banque Nation; lo de
    la Rpublique d'Hati
    Les actionnaires de lu
    Banque Nationale de la li
    publique il'liaili sont aviss
    que la runion gnrale or-
    dinaire aura lieu le 10 janvier
    193$, dix heures du ma-
    lin, au Sige Social. Port*
    aU'Prince, rue du Magasin
    de l'Etat.
    Ordre du jour ;
    1 -Sanction du procs-verbal
    de la demiie Assemble.
    'J-Rappnrl ilu Conteild'Ad-
    mints ration touchant ht si
    (ration, l organisation* le bilan
    el les ci impies de, la Banque v
    i-Discussion, s'il y a heu,}
    et approbation des comptes
    ['/ bixation des dividendes
    et dclarer et des montants
    affecter aux rserves.
    5"Election des Membres du
    Conseil d'Administration.
    Divers.
    (S.) . E. MITCnELL
    Prsident
    Chez Bailey
    Grand Rue, 1313
    Tlphone : :'
    Vous trouverez des pois
    sons FRAIS de 0 heures du
    malin 5 heures de l'aprs*
    midi.
    Poisson nature; 50 centime
    la livre.
    nettoy; 6(j ct8,Ulir{
    TOUX E-V RHUMES
    ne lont que lag avanc-iour. r de b bronchite mortelle, de
    l'influenza et ues irout lu f !mon.iirts. i
    SCOTT'SlMl LSIONcalm la toux l.i plus upiaiitre et cfaasM
    le pin rhirnc. l'r HMB-aa r. .ulirvmeau
    Elle protide les poumons, i nforec le corpt el affermi* 1a
    force de rialmnca.
    I '' i-t-autb.-ntiqiii
    SCOTFS
    E.V1ULSION '
    d'huile d foie d morue nerv4flnn
    i.. >( i l it.immes A m D
    Agrnii it mil HAROl D 1 RlTl'HIB Ci CO.,la,
    Madlaon va. ai Mcbfc.Naa Ifork, E. n.d'A. *
    laWrriiMxi
    Les avantages quotfce la
    Cuisine Electrique
    HOTPOINT
    sont maintenant eonnus de
    tout le monde.
    Pour vous en convaincre,
    visitez notre salle d'expo-
    sition.
    Compagnie d Eclairage
    lectriaue.

    L. J-* -
    vosi;
    (Il'IlllCl)
    ACTION LECTIVE GUI* LE PEIN
    Cure complte de l'ARTHRITISME
    : son du 20 M.i n'i L'.'. Boptembrs
    QOUP, SE 5 TE MM S GOLF POLO THTRE OMS IJIO
    ~ PARV SPCIAL POUR LCS ENFANTS ^
    Traltln direct t PARIS t'inro *!o l'BU A VITTaWU
    In vnl" i ' ''; 'r ''' ' " ''' ''( ^'''""a^l'AllmwiHaii n.
    i^mMow- r> AjA-.'mJn-jotrr-ii jg~n.a,LiJPwg3Banailll fUiartf ft-m.....i
    VERS LE SUCCS...
    Jeunes Rens nui travaillez
    dans les n>o *nrs de commerce,
    de hnnque, d'indus'rie et d'sgri-
    culture, assorez vos chances
    d'avancement, en augmentant
    vos connaissances. Inscrivez-
    vous ;i
    -LA RUCHE
    Ecole Pratique de Commerce
    et de Comptabilit.
    ( Business Collge |
    o vous apprendrez vite,bien el
    peu de frais, la Comptabill
    commerciale, Bnancirei indus-
    trielle et agricole.
    Sans ngliger votre travai',
    dans vos moments de loisir.vous
    pourrez suivre ces diilrenls
    cours qui seront pour vous une
    garantie de succs.
    Dites-vous bien que, suis ces
    connaissances, quelle que lOll
    voire ancienne l, vous ne par-
    viendrez )aniais aux emplois
    suprieurs.
    Demandez le prospectus de
    l'Ecole.Tlphonez M.Jean Ma.
    gloire: Bureau 2746. Rsidence
    3242.
    Chez Pascal
    VitielIo&Fils
    Ine fois de plus la Maison
    Pascal Vitiello et Fils otlre un
    avantage t ses tidcles client*.
    C'est la grande rduction qu'elle
    accorda sur les achats pendant
    la tin (ie l'anne.
    Qualit, Beaut, Elgance
    c'est la devise de la Maison
    Pamal Vitibllo & Fils
    Grand'Hue
    Naw-Bar |
    Rue du Magasin
    de 1 Etat,. .N" oOl -
    En iace Maison
    Centre
    L'tablissement le mieux
    ar de la ville, cause (ii
    grande terrasse i O re de
    beaux arbres. Si vous \ ulez
    pisser un moment agi
    en bonne < o
    vous Navy Bar,
    vend les meilleures liqueurs
    et prix t'es ledoits
    tjuvert toute la ml
    Stno-Dactylo
    ES INSCRIPTIONS
    Au cours de stnographie
    (Irancaise et anglaise) el de
    comptabilit de l'Ecole Spciale
    .< S'nodactylographie ( angle
    des Mues Prou et du Centre )
    seront reues j isqu'au 30 DO'
    veuibre. Les ratardatiirea so.it
    pris de s'inscrire ou plus *ot
    pour viter les Irais qu'occasion
    neraient les cours prparatoires
    qni leur seraient ncessaires > ils
    ^inscrivaient aprs le 30 no-
    vembre.
    D.rection de l'tablisse-
    ment prolite de l'occasion pour
    rappeler aux intresss que les
    tudiants en stnographie .le.
    l'Ecole Spcial ne lont pas
    seulement une R -n -t on 'li--
    Oi q ..... l'a ; ;" *'. maisuussi
    11 otvenl ''' '''t m-
    nie DU eri'nil'-' n>e"t DD< Hio li-
    ur des Iravaos de bureau
    vritables qui les dispense de
    tout stage i leur sortie de l'-
    cola.
    Programme et tarit dlivrs
    >ur demande,
    tflMH*" "'
    ...MWawAx>,
    a ?

    ah


    Vendredi
    2 Dcembre 1932
    y Mali
    Port-an-Prince
    Tlphone : 2242
    4 PAGES
    Lykes Brothers SS G lncj
    exi
    Hati Santo Domingo- Porto Rico
    INSTITUT
    GW-NSEM
    I
    ilier passagers et\ Dirig par U i>rofe8scur
    LUC DORSINVILI-K
    Etablissement d'enseigne-
    e seul service bebd )nia I lire e rgu
    Ijci entre les ports du GoliedU Texas directement avec
    l ort-au-Pnnce, Hati.
    Pour la rception rapide et le maniement habile tog. ---[p^Wilion constan-
    inporUtions, servez-vous toiuours des navires de N LYKh j g^LSSis la te de sa ton-
    [m prochaines arrives a Port-au-Prince sont'
    Steamer Rulh Lykes 2 dcembre
    Steamer cftlargaret L) keaai X dcembre 1932
    Steamer Almeria Lvkes 16 dcembre 1932
    Steamer Genevive Lvkes > 2:5 dcembre 1932
    Steamer Tille Lvkes 30 dcembre 1932
    Steamer Margaret Lykes* 3 janvier 19o3
    Uureau: Rue du Magasin de l'tftai, Boite Postale H
    41leution
    PROGRS ONUVEAU
    RHLM NOIVhAU
    Rhum dlicieux got exquis
    Prix rduit
    ALCOOL DlFWNT TOUTE CONCURRENCE
    Claiiin Vierge
    Chez N. NAZON
    te depuis la date de sa ton-1
    dation 1 Succs comnletaux|
    'derniers examens officiel!
    pour 'oblentiondubaccalau-
    at Compltement l'-
    . preuve du (en et munie de
    toutes les amliorations mo-
    dernes, la maison est situe
    au liane de la montagne sur
    le sommet de laquelle se
    dresse, protectrice et majes-
    tueuse. V Eglise de St. -Grard.
    Aussi le sjour y est agrable
    ' et les coliers laiblesde san-
    t y trouvent le moyen de
    ' retaire leurs torces, tout en
    ! poursuivant leurs tudes.
    J Cours classiques ; Cours
    pratiques au choix; met .ode
    nouvelle qui lait progresser
    rapidement les attards et les
    dgots des tudes.
    ) Pria: dcalage calcul s sui-
    I vant la capacit de paiement
    actuelle des parents.
    Les entants de tous les ges
    scolaires y sont accepts...
    Tels sont les principaux avan
    LE FAIT EST INCONTESTABLI-
    Bh u m S a il II e
    C'est la quintessence des meilleures
    varits de cannes d'un vaste territoire
    runissant les meilleurs terroirs,
    C'est ce qui fait son arme.
    GOUTEZ ET COMPAREZ!
    \
    Grande Bais
    KSKE.\SE*
    Avise les consommaleu rs deson LAYl
    ouil a rduit ses prix comme suit :
    Grand Htel de France
    P. P. PATRIZI. propritaire
    Cet tablissement se re-
    l&w$l,mlzr$. commande par un service
    Joseph Bonnet on du reste I III I
    lefleclifa plus que donbl en |f fgpf OC/jCtOlC, UI\ l'eStClU-
    ranl de premier ordre, des
    chambres confortables et
    arcs ; un Bai o les con-
    tsommations sont varies et
    des marques les plus rpu-
    tes.
    Tlphone : 2341.
    Ht
    En y envoyant vos enfants,
    vous gagnez plus que l'ta-
    blissement lui-mme.
    t LIGNE COLOMBIENNE )
    Tlphone: N- 2323
    Le vapeur Colombia Voy.
    1, de ietour des ports Co-
    lombiens, Cristobal, Canal Z.
    et Kingston est attendu
    Port-au-Prince le jeudi 8 d-
    cembre 1932, en route le
    mme jour pour New-York.
    Le manifeste de ce navire re
    u par avion est la disposi-
    tion des clients en dos bu-
    reaux s s ngle des rues du
    Quai et Thomas Madiou.(vis
    -vis de la Douane).
    Le vaneur Martinique ,
    Voy. 100, venant de N w-
    York et des ports du Nord,
    est attendu Port an-Priuce
    le 15 dcemnre 1932 11 re-
    ar tira le mme jour pour
    ports du .Sud.
    William E. BLEO.
    Agent.
    par
    les
    UIT CONDENS SUCRE CAISSE CE 48.14
    IAI CONDENS SUCRE JE ?40,3
    UIT EVAPORE DE 48,16
    HIT EVAPORE DE 96.
    OZ
    OR 6.25
    n 9.10
    5.00
    6.40
    La Pli irmacie Joseph C. Vulra
    DETAIL OP 0,14 CEHTIIES \#r7g%S*iSR
    DTAIL
    DETAIL
    DETAIL
    0,04
    0.11"
    0.07

    Hsipeln-vous que le L4IT CONDNSK, EVAPOKKel en POUDRE KSBEbSEN Ml le
    meilleur, le plus pur .-I le plus riche en crme. Il est recommanda p>r les mdecins et
    ase Itmmes aux bbs et aux malades.il est employ avantageusement pour les Crmes
    pince et chaudes, et les dcsseits de toutes sortes.
    En vente AU BON MARCHE*
    H dans toutes les bonnes piceries tant
    Fort-au-Prince aue dans toutes les
    villes de la Province.
    ASSUREZ-VOUS
    la
    General Accident Pire & Life
    Assurance Corporation Ltd.
    de Perth ( Scotland )
    i ar la GENEI'AI. est une des plus puissantes et des plus vastes organisation
    de te ffnrt. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d'action qni embrasse le
    """"'m. Poliies contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns par la louder
    Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommages
    caus autrui dans sa personne ou dans ses biens.
    Ses Polices Maritimes mises par ses branches il Europe sont payables en Hati
    Se Polices contre accidents sont valables dans 1 univers entier. Tous les voya.
    s^s^d^^^
    Veuve F. BERM1NGHAM, Aux Caves
    qu'elle
    vient de recevoir par le der-
    nier steanur franais les spcia-
    lits pharmaceutiques suivan-
    tes:
    Drages de gnserine, exci-
    tant des scrtions et de la
    motricit du tube digestif ; sp
    cilique des troub'es sympathi-
    ques.
    Drages d Amida/.contre diar- I
    rhe, termentation et auto-into-
    xication,
    Sirop et drages d'IImogenol
    Uausse,b bise de srum hmo-
    poilique de cheval, rgnra-
    teur du sang.
    lectameline Pommade anti-
    hmonoUale l'Olo-Sullonate
    d'hamamel'ne ; traitement ato-
    mique et radical des Hmorro-
    des externes.
    Siiop Tegssdre, souverain
    dans la priode de la dentition
    chez les nouveaux-ns.
    Solution SchoiWl,produit sans
    gal dans les allchons du toie.
    des reins et de la vessie et
    aussi dans les coliques hpati-
    ques et nphrtiques.
    Hmostyl. Stovarsot, pour en*
    tants et adultes. Godgt intra
    musculaire et intraveineuse
    pour entants et adultes. Car
    duase base d'huile de ioie de
    munir. Grains et Pastilles de
    .\iiraton. Vaseline parlume au
    jasmin et la violette. Ex-
    traits divers pour sirops et IN
    queurs.
    Les produits et spcialits!
    pharmaceutiques sont vendus ///*) ff
    meilleur march que partout ***'f/
    ailleurs.
    T AVIS AU COMMERCE
    La Panama Kailroad Steamsbip Line a l'avantage d'an-
    noncer les dparts suivants de New -York pour port-au-prince
    Haiti, directement chaque mardi, excepts le steamer < An
    con qui laissera le 21 dcembre, et arrivera Port-an-
    Prince le lundi 26 dcembre 1932, et le i Guayaquil qui
    laissera le mercredi 28 dcembre 1932, et arrivera Port*
    an-Prince le 3 |anvier 1933. Tous les steamers sont pour-
    vus de chambre trigoriflque.
    Dparts de Aeiv J#/7c. Arrivages' Port au-rrince.
    bteamer tCristobal le 6 dcembre 1932 1e lldc 1932
    Steamer iBuanaventura le 13 dc. le 19 dc. .
    Steamer Ancon le 21 dcembre le 26 dc,
    Steimer Guayaquil le 28 dc. le 3 janvier Usa
    Jas>H.C.VANr\EED
    agent Gnral
    Laboratoire SJOURN
    DlRECTURS
    F. Sjourn, Pharmacien
    H. Sjourn, Pharmacien de l'Universit de Pans
    M. Sjourn, Pharmacien de l'universit de Paris.anctefl
    interne des Hpitaux de Paris
    Analyses des Urines, du suc gastrique du sang ( Wi
    .ermann, Ure, Constante d'Ambard. Glycmie).
    Descrachats. Des matires tcales.
    HOTEL KARAM
    bne confortable succursa-
    le del Pace Holel, Kens'
    Pour la saison cf t, ren-
    dez-vous chez A. J. Karam,
    f
    50u^t*ENTS
    -CSV*
    Agent Gnral pour Haiti.
    Fort-ao-Prince; IG. GILG
    JEAN BLANCHET Jrmi
    !
    666
    En Liquide--Tablettes v t- 1 m * s*i n
    tttf&X&X&P ^CT-So//, OU VOUS S&
    huniere,N ^D\servi souhait. B^xcetlenles
    666 Soulage les hioids I i *
    Le plus rapide remde con- ICOH (II iZOfl S
    mm1 _----------g
    VI


    University of Florida Home Page
    © 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
    All rights reserved.

    Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
    Powered by SobekCM