<%BANNER%>







PAGE 1

Clment Magloire 01RECT£UR 1358. RUt AMERICAINE 1358 1ELEPHONE N,2242 Dans la crise profonde qui branle le monde, nous prouvons plus qne jamais l. ce quelques grands lieux tic l'intolli- gence qui nous apparaissent comme an rappel permanent de* lois fondamentales de toute civilisation : juslice envers tous, respect des valeurs spirituelles, respect des contrats,respect le la proprit, de la famille, de ta morale domestique. Carton de WRAIt 26 me ANNEE N 7832 %  * %  %  %  PORT-AU-PRINCEftHAITO LUNDI 28 NOVEMBRE 193: Autour do la Dott.o publique XXVIII CONCLUSIONS —oL'Œuvre et le Gouvernement du Prsident VINCENT On nous rendra celle justice que, dans lout le cours de celle tude, nous avons considr les faits, du cte hatien comme du ct amricain, au point de vue de leur seule signification et valeur, sans aucune allusion aux personnalits qui oit pu prendre part leur accomplissement. Ne nous tant placs et maintenus que sur le terrain de ces tails, 'nom avons tout le temps envisag le Gouvernement hatien et le Gouvernement am r.cain d;ins leurs situations respectives l'un l'gard de l'un ire, situations ce point dominantes, dans la question,qu il chappe par moments que ce qui est en cause est une simple question d'emprunt, d'argent prle et d'intrts pcuniaires rgler, de faon commune, entre cranc ers et dbiteur. A aucun moment, en effet, des secrtaire d'Etat des finances hatiens et des groupes financiers amricains n'ont pu se trouver en cou tact pour la discussion directe de leurs aflaires.et nous avons vu avec quelle dtermination le Dpartement dlv laut a cart les pourparlers du dbut entre certains banquiers et les Commissaires autoriss du Gouvernement hatien. Le Dpartement d'Etal, le Conseiller financier amricain, de soi-disant syndicats amricains— qui sont rests, eux-mmes, dans toute l'affaire, dans l'ombre et comme un mythe jusquau coup de thtre de l'adjudication qui rvla qu'il s'agissait de la National City,—tels sont ceux qui eurent agir toul le temps en vertu d'une tutelle abusive, la partie hatienne,— ministre des finances,Gouvernement, Corps lgislatif, n'intervenant que comme 11 guranls et pour ratifier. Si l'exprience rcente nous avav rvl,en dfinitive, une affaire excellente, nous aurions pu crier la justification des moyens par les fins. Mais les conditions dans lesquelles a t ngoci l'emprunt de 1922 dans chacune de ses sries (^.l'applicationdes fonds, le rachat des crances antrieures; le rgime des amortissements, la pluralit des intermdiaires amricains el les spculations qu'ils onl provoques dans le service de la Dette, tout cela forme un ensemble aussi scandaleux que la plupart des emprunts haitiens antrieurs el justifie la svrit des jugements. Qu'est, en somme, le scandale de notre consolidation de 1 SUD 1900 au regard de la grande Consolidation de 1J2Z convertissant, en dernire analyse, toutes les Crances, intrieures et extrieures, opposables la Rpublique, en laveur de la National City qui, tous les apparences el la dnotninalion dun Emprunt, a eu a faire la Rpublique d'Haiti qu'une ouverture de crdits dont, seuls, n'usrent •jamais que le Dparlement d'Etal et ses agents? 11 semble que le premier des enseignements que le Gouvernement hatien doit tirer •//', avaient, en buis usu riers, entendu donner aux prteurs l'avantage de consentir (hnouveaux prts avec le m me nrnent augment des h nfices de la spculation : intrt compos pratiqu un point i • imaginable. Un de ces jours nous compilons dresser un tableau parallle de l'augmentation de nos revenus publics depuis environs les huit derniers exercices et des anticipations d'ara >rlissement que ces augmentations nous ont permis de laire : ce travail nous fera voir que ces augmentations et ces anticipations ont peu prs march de pair, et que, par consquent, nous aurions pu, avec nos revenus augments et si ce n'tait le ser vice de l'Emprunt, disposer d'assez d'argent pour envisager les entreprises (2) en vue desquelles on veul nous maintenir dans les serres de la National City. Vu les rumeurs financires qui circulent depuis quelques jours, nous aurions aim, sur ce point qui intresse tant notre araoui propre nation ni, ne pas prcher dans le dsert. D'ailleurs, s'il est bien vrai que, vivant dans l'orbite des Etats-Unis, il ne nous est pas possible d'chapper son influence ni d'y rsister, nous pouvons devenir matres, en relusant dsormais de nous laisser exploiter par leurs banquiers el les agents de ces derniers, d utiliser l'argent amricain dans des investissements industriels, commerciaux ou agricoles, seins l'intermdiaire du Gouvernement < i m %  %  progressiste et de gr mde c iliu • re. Aais il convie < Irait d avoir pour point de dp irt la c MIVI lion que, tnoins d tre H jeunes et arrirs > dans un genre qui dpasse mme la pense de Lucien Romier, le trait de 1915 est pour nous sa phase terminale, que ses prvisions sont ralises ainsi que la exprim d'ailleurs le Prambule du trail du 3 septembre el que notre Gouvernement s'arrange pour assumer les responsabilits nationales, d'accord avec l'eiprit du trail de 1915 et d accord avec les directives mme qui l'ont conduit au Pouvoir eu 1930. C'est notre conviction la plus profonde que les avances considrables que nous avons ralises dans le service de la Det te ne peuvent nous tre imputes qu litre de mrite et non tire de pnalit devant tre subie nonobstant la crise fiscale qui s'est abattue sur nous depuis trois exercices ; qu'en tous cas, elles ne peuvent prvaloir contre les engagements pris par les prteurs eux-mmes d'accepter 1 amortissement de leur crance dans un dlai convenu el selon un rythme bien tabli ; elque, comme bnfice mme de l'effort fiscal tjue nous avons lait - pour anticiper nos paiements, nous avons le droit ou de suspendre les amortissements de la Dette jusqu' ce que soitnt d'accord les soldes en circulation et les dates d'chance qui y correspondent, ou encore d'utiliser pour amortissement, dans une certaine mesure, les obligations mme que notre Trsor a si mal achetes que, sans cette utilisalion, prvue par la loi mme qui a autoris, leurs achats, elles ne peuvent que continuer de dormir l, n'ayant plus leur valeur que nominalement. Celte solution provisoire qui seule permettra au Gouvernement de souiller et de prparer ses plans d'avenir avec le concours de tous les Pouvoirs,— est possible si le Gouvernement l'appuie de l'attitude qu'il faut. Si, par extraordinaire, la partie amricaine y refusait son consentement spontan, une clause des contrais d'agence fiscale a prvu l'arbitrage en cas de contertations : nous pouvons y recourir avec avantage en faisant prcder ce recours d'une demande d'enqute sur la taon donl les amortissements ont t f trafiqus et dont ont t laites es oprations auxquelles ils ont donn lieu Une (elle altitude, tant dans le sens d une raction vers notre ) i ndpendance administrative, implique la reprise des services de paiement que l'Office du Receveur Gnral n'a jamais pu faire que par tolrance et en allant au-del des termes du Iraij l de 1915 qui ne prvoient que l'administration de nos recettes, et encore dans ta mesure ueas saire pour assurer les dpenses prvues au trait. Nous n'avons plus le droit,! dans 1 tat actuel des affaires du Pays, de subordonner les choses essentielles aux contingences de j la politique et notre Gouvernem 'ut du j m-I vi re ni Go venienieiil de SHIVI'|;IJJJ nilio, n il, o i n'a p is s i r.iiso i d tre. | Aussi bien, p l*jr l.iire, :'i l'ffer I de notre |)iiissml pirle n lire amricain.Ii raction ncessaire, il la il mettre la main, en mme le n n, a u i ;i itnuge•nent des services publics O leurs cadres, les no nin liions et rl vocal ion s el l'action personnelle de clia |ue fonctionnaire, grand on petit, soient l'ob|el ci une rglementation troite qui puisse assurer, avec une parfaite expdition de ces services, la H ne des actes adinoiistralil's et l'avenir d'une telle rforme, ncessaire pour l'aire accepter la remise de notre service des paiements. Nous sommes bi'u placs pour affirmer que M Slnio Vincent n est pas au-dessus d'une tache si minemment pa triotique laquelle son esprit large et gnreux esl depuis toujours acquis ; que les contingences politiques el des im eut s inadquats retiennent seuls son action mais aussi (pie, devant le pril national el li faon du capitaine de bateau que la dtresse treinl, il saura ou les plier aux exigences de [heure ou jeter les uns et les titres par-dessus bord pour ne tenir compte que du port atteindre quand mme et des vies et des intrts dont il a la suprme responsabilit. Nous esprons que l'orientation nouvelle prochaine des choses et de la politique des Etats Unis sera pour celte tache une circonstance trs favorable, pourvu que nous su slituions l'altitude de qumandeurs que \ nous avons promene, dans le cours de la dernire dcade, devant chaque Gouvernement amricain nouveau, l'altitude de gens bien disposs administrer euxmmes les affaires de leur Pays el que nous nous mettions dans cette posture ds si ce n'est avant mme — l'installation du nouveau Prsident des Etats Unis. (FIN) Il y a Vingt-cinq ans LF MATIN, 28 Novembre 191/7, HOPITAL StMHlEXIS Le personnel mdical et Acadmie. Ce sera une tte d'lgance qui marquera dans nos annales sportives. Un groupe de jeunes Mlles


PAGE 1

PAGE i LE MATINS 28 Novembre 19 Nouvelles Scientifiques " %  "" %  il watts et de chlorite de magnsiurrl^ mbMi victuailles, produit un ciment aussi auri ^ ^ QS fmSi vo | ai | que le granit et dont la duc-1 dans |ft Capitale tilit est de 2000 livres par I Wl { bell APROPOS DECOLFS OE COMMERCE Hionsieur Marcel Robin nous demande de publier la lettre suivante adresse au Nouvelliste 1 '. \ %  Les Cayens, tivreusement, se prparent recevoir sompi tueusement le P r 's i d e n t J d'Hati, qui poussera une •.• •M* A .„ tion de donner une telle lgislation une voie claire. Un descendant de Walter Scott se suicide NEW-YORK .— L'ancien banj quier Blair Scott s'est tu en se jetant du 17 e tage de I Htel Waldorl Astoiia MrScMt qui est nu descendant direct de Sir Walter Scott a laiss une note dans laquelle il dit vouloir taire disparatre les fausses conceptions sur 1 hrdit. Hitler et la crise ministrielle !;ERLIN. Hitler a avis A Monsieur Philippe Cantave., Secret, de l'Alliance Franaise. ort-au-Prince (Hati) [ Bernay (France), le 2(5 Oct. 1932 | Cher Monsieur, Merci de vos si gracieux envois. On a plaisir, lorsqu'on protesse L'Institut de la rue de Vaugirard ", de lire ce qu' Haii vous en dites. Votre dvou, Georges GOYAU, de l'Acadmie Irai aise. Piolesseur "L'Institut Cath- liant de Paris' A Monsieur Philippe Cantave, Secret, de l'Alliance Franaise, Port-au-Prince (Haiti). Chteau de Brienne (France), le 8 Septembre U32. Cher Monsieur, Je vous remercie mille lois de votre si aimable lettre airisi /i *.rfp7t Hindenburg que de l'envoi de voire belle \tJ% d l UtaSSS "onlrence qui m'a trs v^ une k A uli,le / , f^" a ^ r : dit Arrt est le mme pour tre adapte a la P^ programme de tire de derrire des autos. %  £ ^Jf., mn | lfW P Cette lentille, tout en agrandissant les images reproduites par le miroir de devant.permettta aux chaulleurs d'avoir une meilleure vue sur les routes. Loterie mercredi que la formation d'un gouvernement sur la base parlementaire est impossible et irdsirable et que la crise du cabinet ne se terminera qu'avec un cabinet directement responsable de l'autorit prsidentielle. Hindenburg refuse la Chancellerie Hitler BERLIN — Le prsident von Hindenbuig a refus de nonmer Hitler ^chancelier du Reich en dclarant que ce ge-ait la proclamation de la dictature en Allemagne et l'accentuation de la discorde dans la nation . Le prsident a confr plus tard avec les leaders des partis en vue dformer un cabinet dconcentration nationale. Il a demand au Dr I.udwig Kaas, prsident du parti catholique du centre, s'il tait prpar discuter la formation d'un cabinet avec les leaders Confrence qui m'a trs vive ment in ress. Tout ce que vous y dites est vrai et sincre et vous avez, on ne peut mieux, rendu pleine justice au grand prlat qu'est Monseigi eur Baudrillart et son Œuvre. Cette Conlrence ne doit pas avoir manqu de remporter le plus vif et le plus mrit des succs. Pour ma part, j'ai pris, la lire, un trs sincre plaisir et jejouisvous assurer que je suis pleinement ravie de possder cette belle Conlrence. Veuillez croire, cher Monsieur, mes sentiments les meilleurs et les plus distingus. Princesse Guillemette de BAUFFREMONT A Monsieur Philippe Cantave, Secret, de l'Alliance tranaise, Port-au-Prince. Rpublique branrse Lgation de France en Haiti Port-au-Prince, le 24 juillet 1932 Cher Monsieur Cantave, Les derniers numros du journal LE MATIN m'ont rserv de u uu vow.nw* j \\r \r • liai LEUIAIHi m""' '" cl ,c uc des autres partis. Le D Kaasi nouveau | a satistaction d'apprn promis sa rponse pour cier V0 | re gnreuse activit vendredi. Siadium Dessalines, et qui at tirera, nous en sommes srs,\ tout Port-au-Prince, des souvei ils divers, oterts par des personnalits gnreuses, seront remit aux joueuse?. i\otis croyons savoir, que le toujours ijalaut Snateur Pradil .. a ollert trois un glurs eu porcelaine ...et Mr Tipf> nhauer, le 1res distingue pdagogue, une trs oriKinak veilleuse lectrique. L Prsident du Clubr.iimi, Mr CI: ment M.iglone esnin.ut que-, mme en matire de souveuirs, l'utile a le pus sur l'agrable, s'est, lui, tend' le .. (devinez, Mrsde* moisil!cs?)..plusieuis b llets de la LotfiT'B Nationale. Le v .ideau vient sou heure, cai le ygmkjui se jouera le n m jour — 1 dcembre pnuli.in — que le tirage de la Compliments aux donateuis. jfqui rgissait le cours u=. „1 Comptabilit de l'Ecole SpLes nominations ciale avant l'Arrt, ce qui vous permettra d'tablir, par un simple rapprochement, l'exactitude de mon affirma tion Absolument respectueuse des lois et rglements, la Direction de l'Ecole Spciale de Stnodactylographie a pris toutes les mesures utiles pour excuter religieusement l'Ane de rglementation. Recevez, Mr le Directeur, mes meilleures salutations. Marcel ROBIN Directeur de TE. S. S. I). Monde Le Ncrologie— S amedi matin, est mort en sa isidence Turgeau : Arthur lire Ion, ancien ingnieur mcanicien en chet de la Marine Halde Hoover WASHINGTON.— A part quel ques exceptions, plus de 100 nominations qui .foivent tre taites la session du Congrs par le Prsident Hoover seront probablement bloques par le Snat jusqu' ce que le. prsident lu Koosevdt prenne les rnes du pouvoir et tassent ses propres nominationsAlphonse refuse d'abdiquer PARIS. — Lex-roi Alphonse d Espagne vivant maintenant en exil refuse de signer son abdication du ttne. Une dlgation de monarchistes l'a revu api es une partie de chasse et lui a demand de renoncrr eu faveur de son jeune fils Jean. L'exroi a retus de signer le manifeste de son abdication en deman* dans le domaine des ides et des sentiments les mieux appels servir la cause de l'amiti franco-hatienne. En rendant ici hommage, comme vous le laites avec une si courtoise vigilance, aux œuvres d'enseignement dans mon pays, vous consacrez en termes particulirement touchants l'attachement traditionnellement vou par le vtre aux grands principes sociaux que sauvegardent la formation intellectuelle et morale de la j unesse. | Agrez mes cordiales tlici- ; talions et croyez mes sentiments les meilleurs. Ferdinand WIET, Envoy Extrao dinii eetMinisnistre Plnipotentiaire de France en Hati. Sections runies du Tribunal de Cassation Le 25 novembre dernier Mr J. Jolibois fils, par l'organe de ses avocats Mes Ri. i, Cette belle toile dit der r*xqui*Ui douce de J-a\ trouve que le SJvon Lux en est RM aide . Belle et talentueuse toile dit : n Le Savon de Toilette Lux est certainement puissant pour conserver la douceur de sa peau. Apprenez le secret que 9 sur 10 des toiles de l'cran connaissent I L n'y a pas de relle beaut fminine sans h douceur d'une peau clatante. Les directeurs qui conduisent Hollywood, disent : c'est le plus grand des charmes lminins. Sur l'cran il?Jest essentiel pour devenir une toile. Quel estleseciet del beaut du teint des toiles ? Comment gardent-elles cet attribut sans prix ? L'emploi rgulier du Savon de Toilette Lux est le secret disenl~elles. Sur 613 j des importantes actrices du Hollywood, y compris toutes les toiles 605 sont dvoues ce spvon blanc et partim avec sa mousse abondante. Sur leur demande, il est olficiel dans tous le: l:;dios de film. Conservez voire peau toujours sduisante, par la simple voie que suivent les toiles — avec le dlicieux Savon de Toilette Lux. LUX DE TOILETTE .. %  *•• dMOHR & LAURIN, P. O. BOXM — Distributeurs Kje Houx et du Centre, Port-au-Prince. Batterie CITADELLE en chet de la Marine Hade son abdication en deraan* ", et Victor Canvin, a sou-j tienne, et l'un (les derniers dant l'Espagne de se rallier. v UQe excep tiou d'inconssurvivants du sige de Mira Jean et a dit: Il ny a 'en tilul i onna litcontrela|Loi surf i Je, soussign, dclare au commerce en particulier et au public en gnral q ie je ne suis plus responsable des actes et actions de mon pouse ne Livia hilairt et cela pour cause grave et abau dou du toit marital. Une ac lion en divorce doit tie iutente contre elle dans 'e plus biet dlai. Aqtin. le 22 novembre HK12, 1 ipne JEAN BAPITSTK gone en 1883. Ses funrailles ont eu lieu au milieu d'un grand convoi d'amis, hier aprs-midi, 'en l'Eglise du Sacr-Cœur. Nos condolances aux familles prouves par ce deuil, particulirement ses fils Arthur et Paul Breton. I titutionnalit contrelajLoi sur Espagne aucunj dveloppe* | g p resse Les dbats lurent CiTADEl.LEgOr8,00 PLUS FORCE 12,50 DUR O LITE 1500 ACCESSOIRES POUR AUTOS ment politique prsent qui puisse garantir une telle! action. Voulez-vous avoir ce qu'il y a de mieux comme batterie ? %  'Voulezvous avoir une batterie qui vois rendr un service ellettil? Voulez-vous que la balierice voire auto soit gmantie V Votliz-vous encourager Tindusliie nationale ? Achetez une , batterie CITADELLE garantie un prix a la porte de toutes les i m.. ses.^j lo— Pare que" fle na p5 on gale en Ha i. 2o— Farce que elle ce voos donnera jamais d'ennui, et dure longtemps, 3o—paice que elle sera remplace sans extra si par hasard e\\t aurait un delaut de construction, ce que vous n'avez pasavec les batteries importes. 4o — Parce que elle est de fabrication hatienne. Chez Pascal Vitiello c Fils. Nous vendons des pices ., neuves et de deuxime main | la Bn de l'anne, pmr toutes sortes d'autorao-j Qualit, le. Une fois de plus la Maison Pascal Vitiello & Fils olre un avantagea ses fidles client.^ u C'est la grande rduction qu'elle accorde sur les achats pendant trs passionns.Le Prsident du Tribunal dut ^retirer la parole l'honorable Me Ri* gai. Me Victor Cauvin obtint a parole et demanda le 'renvoi de l'afiaire vendredi prochain pour mieux prsenter la dfense de son client. Le Tribunal fit droit cette Adressez vous : KINEER'S GARAGE, Fabricant Rue Pave. PortausPrince (Hati) — Phone; 2318 & 2234 f, b les; s'adressera KNKER'S GARAGE. Phone 23 18 e 2234. Elgance c'est la devise de la Maison 1 PASCAL VITIELLO & FILS Grand Rue TIMBRES-POSTE Contr 2.000 Timbre-poste de Totr pays et payi voisin, inclu les ur•bjirBs. lare et bien mlanfs. j'enrle une MONTRK-BNAOBLKT, plaqu or, tr lgante, franco recommand. — Toujours ralable. a. USTU. U',ft m mi a| *. fl dm Laboratoire SJOURN DlREGTURS F. SJOURN, Pharmacien R. SJOURN, Pharmacien de l'Universit de Pari M. SJOURN, Pharmacien de l'universit de Paris,an CTC interne des Hpitaux de Paris : Analyses des Urines, du suc gastrique, du sang ( v ermann, Ure, Constante d'Ambard, Glycmie). Descrachats. Des matires fcales. Ilarbaucourt Dont la renomme est universelle a gard sa premire place Demandez oartout : UN BARBANCOURT >pt t Rue dei Csars. "• ^^5?^-*••*"-*—^ p... IS.> V". ...



PAGE 1

LE MATIN 21 Novembre 1932 IV t T i TERRAPUNE L'Aulomobilc la plus adaptable Hati. *~" Une automobile construite averties matriaux de 1re qualit. Une automobile de dsignation moderne qui assure une" longue dure et incorporai la beaut et le confort. Une automobile rpondant aux exigences de nos routes tel u.AUCUNE AUTRE AUTO NE LE PEUT. La Terraplane court plus vite, grimpe mieux les ctes, acclre plustacilement et va plus confortablement qu'aucune autre au>o de nos jours, quel que soit son prix. Ceci s'adresse aussi bien aux autos de fabrication Europenne. Une simple dmonstration vous prouvera ces faits. —O— < Les spcifications sont les suivantes : c\ I .IMIIIIS 70 H. P. CHASSIS l\ X COILEMS D'OPALE lions i \ m i ii iii.wc ivowotKLi: CUTI ii Ainmtrioi i nous IIRIIES CARROSSERIE PIHU PIECE a ACIER Le bas prix d entretien, provenant du plus moderne gnie, rsuA dans l'conomie de gazohne qui est .xlraordinaire. IMAGINEZ-VOUS UN E VOITURE DF LUXE OUI GRIMPERAIT LAMTE^LUS MgE jjJJI^ FJ TOISIH VITESSE ET OUI DEPASSERAIT EN COMPARAISON DE SON PRIX ROADSTER T0Hil\t, tOACH COUPE SEDAK SPECIAL SEDA.\ I SCy dot. dts t oo 983,00 M&M 1.630,00 1.078,00 1.12.U0 KNEER'S GARAGE, Distributeur. RUE PAVEE, PORT-AU-PRINCE, PHONE : 218 S 2234. %  i i "J FAIBLESSE SIROP dl DESCHIENS d l'Hmoglobine Rgnrateur da Sang, preacrlt par l'lite mdicale. •upar/aor la viande crue • aux Sarrupineux. Admit daua le* Hpitaux dt Prit Dl'Oi OtataiL : DMCHIIM. 9, lue raul iudn, f AJU • > PIuroiaaMa. Stno-Dactylo LES INSCRIPTION Le Juge St Loi devant le Conseil Suprieur de la Magistrature Ai cours de stnographie (liai aise t anglaise) et de comutabilil de l'Ecole Spciale diSnodaclylographie ("igle dfs Rues Prou et du L> Spciale ne lonl pas feultmeiit un e acquisition ti or que de l'art ail, mais aussi 'jivent l'tablissement m &K un entranement mthodique sur dts travaux rie bureau ensables qui les dispense de tout stage leur sortie de l-, coie. Programme et tairit dlivr;*. f r<1 demande. Vendredi dernier, dix h >es du matin, devant tous ,'lan Inges du Tribunal de Cassation, Mr Schmidt, le plaignant dans l'alaire St (Lot, a e en'endu. La continuatioi de l'alaire a t fite vendredi pro c nain, jour t M. Gaetjens, un autre plaignaut.s.Ta entendu, croit-on. Go>alemeni ( on souhaite que le jeun" Magistrat SlLt 'so'iesa>'s fltrissure de ce jugement. [C ~am M mm mm mm EES*! M i RATON • %^ ..m i rf,ar.la*CMATIL-auV X^ / fc Voulez-vous fter le retour de quelqu'un? OFFREZ-LUI UNE COUPE D'ASTI SPUUNTE tajj!Lto tl Mte:?;^ j&ui Agents pour la Rpublique d'Hati A. DE MATTES & Co. Port au Prince (Hati) • % 



PAGE 1

Lundi 28 Novembre 1932 Le Malin atime ANNEE iV ,s lL Port-au-Prince Tlphone : 2242 PAO — %  Maison F. Maimone & Fils| Rue Bonne Foi N 116 J Le vapeur aColombia Voy. Un beau jeu de meubles a le pouvoir ( comme un aimant ) j ^ Niw-York le 24 d'attirer l'amour d D I n ge. g.1* c ila qui tu* > ''J i LIGNE COLOMBIENNE ) Tlphone: N' 2323 S-S C u INC REMERCIECENTS y U Mrtt Mme Benoist Cass JS Gesner, Yves „,.„*,. n'oubi.m p., ,oe ., Maison F. Maimone A Fil j ^^g^TJ" !" est ls riche en a.i.cbs •' %  • oces demi, style Un rsy i. qui | Hort-au i _>;< %  £ |r. dtaaein, k dlices s pi uses. I s y trouveront ; t Des lits enfer de luxe d'un -."deux plates n'un Uni in omparab e. — Un salon complet haie**, *'§•, 'auleuils, glaces ercadies pour salon .t glaces i>< uarmoire et en lieuse, buflet. paneii r lavab > service de tables e-' porcclutne de 70 pices M et 08 pi % Taire ries en cristal de 62 p ces vitrine pour verrerie, lab'aaux, tapis pour salon, t pis de table*, d-scenlesde lit. Couverts mlal-a gen's de SI R-ammes, pet d'des. bibelots les plus vr'K A des prix extrmement r Jt.it s II;II lO'V MM. Franck, Chrubin, les Demoiselles Ke De, Lonie, Gerda, Yolande \ Ibii tard et tous us autres D ts et allis nnurcienl les amis d<< Port auce et des au es villes du n.vs qui leur ont donne s ntanmem ni e preuve d mpathie loi cation de I* i ort de le ir regrette mer elle mre ei parent Marie Elisabeth Gerltna leur &t tendu le 28 novembre 1932, en roue le mme jour directement pour Kingston. Puerto Colo nb ; a, Cartagne et Cnstoba 1 1*. 'l Lemanifesle de ce navire red par avion est la dispos,. grVJ^ e ,V,, ve a tion des clients en nos _ %  Novem bre cou reaolft angle des ruts du .on i. I Quai et TbfBSf Madiou.(*is avis de la Douane). k x %  Le vapeur Maitiniqne , Vcy. 10(>, venant de NtwYoik et des ports du Nord, est attendu Tort ai-Frime le 15 dcembre 1932. Il repartira le mme jour poi r les ports du .Sud. %  Le vapeur Coli mbh i. Voy. 1, de te'.our de Kingston, est attendu Po't-au rant, et les prient de trouver ici l'expression mue de leur gratitu le. PorUm-'Vnce, le 21 Novembre 1932. Mret Mme 0. J. Brandi r mercient sirciemen' S. E' le Prsident de la Rpublique le Clerg alholiaue. le Charg d'Affaires de S M. le Roi (lioglelerre. les Membres de l'Eglise EpiHoopale. l'Eglise O.thodoxe Wesleyenne, les "rince le S dcembre 1832, j om is de Por -au-Prince et en route le mme jour p3Ur des autres villes de la Rpublique des marques, de symHOTEL KARAM bne confortable suceur-su le del Pace Holel, K&.sr kofl.— Pow la saison d't, rendez-vous chez A. J. Karam, Kenskoj], o vous sciez servi souhaii Excellentes conditions New-York. William E. BLEO. Agent. N'OUBLIEZ hl DE FIE UN PETIT TERRACE-GARDEN Chez W. KAHLJ • Petionville I patine qu'ils leur ont lmoi gues l'occasion de l mort de leur regre t fils tritz Maurice BranJt Ils les prient de croire en leurs srn'imcnts de vive gratitude. NSTITUT La Magnsie ERBA EST LE PRODUIT LE PLUS RECHERCHE COMME DES FONCTIONS GSPUES El INTESTINALES. A. de Matteis &C AGENTS COMME REGULATEUR POUR MITI Voulez-vous Russir dans vos tudes ou | taiie russirvosenfants.grce a une mthode d'enseignemeut classique excellente? VOULEZ-VOUS Une profession aprs 6 9 mois d tudes srieuses (St no-Dactylo Languesvivanle Comptabilit) Songez que l'Institut IIP PENIIAUR se recommande et s'impose votre attention par les brillunls rsultats dte depuis la date de sa tono o Dirig par le professeur LUC DOHSINVILLE Etablisseroei t d'enseignement en progression coivlande ec 1600 pied d'aM'tnde L'tablissement le plus frais virons de Port r -Prince Seulement 15 minutes d'autu sur une excelletel roule sphalte Vues merveiileu es de la ville et Ju \.<)iL R.iison • de toutes espces. obtenus. 15",7Rue Lamarre. Tlphone 2891 Pneus Chambres <.. air tioody Constitue en 1898, la Socit Good" „ vear a vu natre l'Industrie automotive. jK Hlette longue exprience permet cette vaste oroanisation d'offrir aux propritaires d'autos et de camions des pneus suprieurs en qualit et en dure tous ceux qui se vendent actuellement en Hati LES PNEUS COODYFAR HEAVY DUTY SONT FABRIQUS AVEC USE FICELLE SPCULE CONNUE SOUS LE NOM OE SUPFRTWISTE OONT LUAST.J ET LA RSISTANCE SONT PLUS GRANDES DE 30 POUR 100 nUE CELLE EMPLOYE PAR LES AUTRES FABRICANTS DE PNEUS' La Socit Hatienne d'automobiles, seul reprsentant de la Goodyear en Hati,vous trouverez toujours des pneus et chambres air de toute fracheur de cette fameuse marque des prix dfiant toute concurrence. Socit Hatienne d'Automobiles. MALLEBRANCHE. UTIL BGAT ET CIL dation 1 Succs complet aux derniers examens ofliciels pour i'< btentiondn baccalau' rat — Compltement l'preuve du feu et munie de toutes les amliorations moaernes, la maison est situe au liane de la montagne sur le sommet de laquelle se. dresse, prolectrice et majes" i tueuse, Y Eglise de St. -Grard. Aussi le s]our y est agrable I tt les coliers laiblesde sanl y trouvent le moyen de retaire leurs forces, tout eu joursuivant leurs tudes. Cours classiques ; Cours pratiques au choix; met .ode nouvelle qui luit progresser rapidement les attards et les dgots des tudes. ] Prix d'colage calcul s suivant la capacit de paiement actuelle des parents. Les entants de tons 1rs ges scolaires v sont pecepts... arrangements particuliers pour les pensions de jour, a semaine ou de mois, AVIS AU COMMERCE La Panama Railroad Steamship Lire a l'avantage d'annoncer les dparts suivants de New-Vw k ronr POI t au-prince Haiti, directement chaque mirdi, exiptes le semerAD. con qui laissera le 21 deemrt'*, et niritern Port-auPrince le lundi 26 dcembre 1P32 et ti Gnav^uil qui laissera le mercredi 28 deen be !C32. et . ni e a a Portan-Prince le 3 janvier 1933. Toi.s les semts sort jourvus de chambre frigorifique. Dparts de bew iwk. Arrivage* Pori au-rrince. Steamer lOi tobal le 6 dcembre lKii le 11 dc. 1932 Steamer iB*aoavei tura • le 13 dc. h 19 die. Steamer %  A'icon t le '21 dcembre le 26 dr. Steamer aGuaVaqUl'i le 28 dc. le 3 janvier 1^3 JasH.C.V*NRKKD agent Gu?ral y Tels sont les principaux avan lages qu'otie l'Institut GuyX/l^lfpy Joseph Bonnet o du reste' VloJlt^ l'eflectif a plus que doubl en un an, En y envoyant vos enfants, vous gagnez plus que l'tab'issement lui-mme. Chez Bailey Grand Rue, 1313 Tlphone : 2181 I Vous trouverez des POIS SONS FRAIS de 6 heures du matin 5 heures de l'aprs midi. Poisson nature. 50 centime i la .livre. netloy: 60cls. la lir Les avantages qu'otfre la Cuisine Electrique 'HOTPOINT sont maintenant connus de lout le monde. vous en convaincre, notre salle d'exposition. Compagnie d clairage lectriaue. Pour 666 t En Liquide — Tablettes t Sauve, gurit la malaria en 3 I jours. Les froids le 1er jour Mam de tte et Nvralgies en 30 minutes. \ 066 Soulage les b,oids le plus rapide remle connuLoterie Nationale d'Hati 16, Ru Bonn.Fol. Phone : 3350 La Loterie Nationaled'Flati est une institution hautement humanitaire par la muHip''" e d'oeuvres qu'elle se propose d'aider, une chance de P' el tre offerte aux hommes de toutes conditions de ,or UD 5' Employs, Fonctionnaires, Ouvriers, Artisans, Salaries *•* tant un billet ^e la LOTERIE NATIONALE D'HATI M. ,..," \u 4 ..*!.• -*'''• — N.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07164
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, November 28, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07164

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
01RECTUR "
1358. RUt AMERICAINE 1358
1ELEPHONE N,2242
Dans la crise profonde qui branle
le monde, nous prouvons plus qne
jamais l<- bienfait nue ."(instituent
quelques mes supi >. ce
quelques grands lieux tic l'intolli-
gence qui nous apparaissent comme
an rappel permanent de* lois fonda-
mentales de toute civilisation : jus-
lice envers tous, respect des valeurs
spirituelles, respect des contrats,res-
pect le la proprit, de la famille, de
ta morale domestique.
Carton de WRAIt
26 me ANNEE N 7832
*

PORT-AU-PRINCEftHAITO
LUNDI 28 NOVEMBRE 193:
Autour do la Dott.o publique
XXVIII
CONCLUSIONS
o-
L'uvre et le Gouvernement
du Prsident VINCENT
On nous rendra celle jus-
tice que, dans lout le cours
de celle tude, nous avons
considr les faits, du cte
hatien comme du ct am-
ricain, au point de vue de
leur seule signification et va-
leur, sans aucune allusion
aux personnalits qui oit pu
prendre part leur accom-
plissement. Ne nous tant
placs et maintenus que sur
le terrain de ces tails, 'nom
avons tout le temps envisag
le Gouvernement hatien et
le Gouvernement am r.cain
d;ins leurs situations respec-
tives l'un l'gard de l'un ire,
situations ce point domi-
nantes, dans la question,qu il
chappe par moments que ce
qui est en cause est une sim-
ple question d'emprunt, d'ar-
gent prle et d'intrts pcu-
niaires rgler, de faon com-
mune, entre cranc ers et d-
biteur.
A aucun moment, en effet,
des secrtaire d'Etat des fi-
nances hatiens et des grou-
pes financiers amricains
n'ont pu se trouver en cou -
tact pour la discussion di-
recte de leurs aflaires.et nous
avons vu avec quelle dter-
mination le Dpartement dlv
laut a cart les pourparlers
du dbut entre certains ban-
quiers et les Commissaires
autoriss du Gouvernement
hatien. Le Dpartement d'E-
tal, le Conseiller financier
amricain, de soi-disant
syndicats amricains qui
sont rests, eux-mmes, dans
toute l'affaire, dans l'ombre et
comme un mythe jusquau
coup de thtre de l'adjudica-
tion qui rvla qu'il s'agissait
de la National City,tels sont
ceux qui eurent agir toul le
temps en vertu d'une tutelle
abusive, la partie hatienne,
ministre des finances,Gouver-
nement, Corps lgislatif, -
n'intervenant que comme 11
guranls et pour ratifier.
Si l'exprience rcente nous
avav rvl,en dfinitive, une
affaire excellente, nous au-
rions pu crier la justification
des moyens par les fins. Mais
les conditions dans lesquelles
a t ngoci l'emprunt de
1922 dans chacune de ses s-
ries (^.l'applicationdes fonds,
le rachat des crances ant-
rieures; le rgime des amor-
tissements, la pluralit des
intermdiaires amricains el
les spculations qu'ils onl
provoques dans le service
de la Dette, tout cela forme
un ensemble aussi scanda-
leux que la plupart des em-
prunts haitiens antrieurs el
justifie la svrit des juge-
ments.
Qu'est, en somme, le scan-
dale de notre consolidation
de 1 SUD 1900 au regard de la
grande Consolidation de 1J2Z
convertissant, en dernire ana-
lyse, toutes les Crances, int-
rieures et extrieures, oppo-
sables la Rpublique, en la-
veur de la National City qui,
tous les apparences el la dno-
tninalion dun Emprunt, "a
eu a faire la Rpublique
d'Haiti qu'une ouverture de
crdits dont, seuls, n'usrent
jamais que le Dparlement
d'Etal et ses agents?
11 semble que le premier
des enseignements que le Gou-
vernement hatien doit tirer
dus renouveler les occasions
Je traiter aucune opration
I de ce genre avec la National
City et par l'intermdiaire du
Gouvernement amricain,i\ ra i l-ce, ou Ire le dsagrmen i
de continuer d'enrichir les au
1res de notre argent, que
pour n'avoir pas la simplicit
de justifier le cale il des agents
amriciins qui, en prcipi-
tant [amortissement de notre
/>//', avaient, en buis usu
riers, entendu donner aux pr-
teurs l'avantage de consentir
(h- nouveaux prts avec le m
me nrnent augment des h n-
fices de la spculation : intrt
compos pratiqu un point
i imaginable.
Un de ces jours nous comp-
ilons dresser un tableau paral-
lle de l'augmentation de nos
revenus publics depuis envi-
rons les huit derniers exer-
cices et des anticipations d'a-
ra >rlissement que ces aug-
mentations nous ont permis
de laire : ce travail nous fera
voir que ces augmentations et
ces anticipations ont peu
prs march de pair, et que,
par consquent, nous aurions
pu, avec nos revenus aug-
ments et si ce n'tait le ser
vice de l'Emprunt, disposer
d'assez d'argent pour envisa-
ger les entreprises (2) en vue
desquelles on veul nous main-
tenir dans les serres de la Na-
tional City.
Vu les rumeurs financires
qui circulent depuis quelques
jours, nous aurions aim, sur
ce point qui intresse tant
notre araoui propre nation ni,
ne pas prcher dans le dsert.
D'ailleurs, s'il est bien vrai
que, vivant dans l'orbite des
Etats-Unis, il ne nous est pas
possible d'chapper son in-
fluence ni d'y rsister, nous
pouvons devenir matres, en
relusant dsormais de nous
laisser exploiter par leurs ban-
quiers el les agents de ces
derniers, d utiliser l'argent
amricain dans des investis-
sements industriels, commer-
ciaux ou agricoles, seins l'in-
termdiaire du Gouvernement
Nous avons eu dj une Ba n-
que Nationale franaise, sous le
rgime d'une Socit anonyme
ayant sou sige social Paris.et
aussi des emprunts franais avec
allectalions spciales el droit de
priorit sur les revenusdu Pays,
sans que le Gouvernement
franais s en ft jamais mle,
ni au Quai d'Orsay ni dans sa
Lgation de Porl-au-Prince.No-
Ire principale rgle de salut ac-
tuelle est donc de ne plus con-
clure aucun trait d'aucune na-
ture avec le Gouvernement am-
ricain,comme l'a plus d'une fois
et excellmement recommand
notre confrre Le Nouvelliste,
et cela, quoiqu'il puisse ad-
venir et quelles que soient tes
menaces (3) ; car, au regard de
ce que nous avons subi et su-
bissons encore, rien de pis ne
aurait nous arriver.
Si le Gouvernement hatien se
met dans les dispositions de
pratiquer une telle politique na-
tionale, il lui faut, du mme
coup, tablir un programme fi
nancier et conomique qui ne
comporte pas d'emprunt, qui ne
table que sur les seules forces
du Pays et qu'il rallie ce pro-
gramme le Conseiller financier
qui, par dfinition, est plac
pour oprer notre relvement
au lieu de nous faire souscrire
indfiniraentdes emprunts pui-
sants.
Ce que doil tre ce program-
me,nous ne saurions avoir la pr-
tention de le dire eu subslituul
nos ides celles du Gouverne-
ment dont le Qui ett un esprit

BRIQUES Blocs BRIQUES

Pour construire solidement exigez de votre Architecte
d'employer les BRIQUHS LA B*UDRYi, elles ne cou -
tent pas plus cher qu'un matriel intrieur de construc
tioti, d'aprs preuve faite.
Nos BLOCS DE BRIQUES sont la dernire innovatio i
comme matriel de construction, ils sont solides el n-
laissent pas rentrer l'humidit dans votre maison. L'avan-
tage des BLOCS DE BRIQUES est immense tous les
points de vue
DANTTSriov'le.S,COnS,r^clions en BL0CS DE BRIQUES L\
HA DllYs la rue Docteur Dorhond Vous srezm rveill
MANUFA- TUBE DE BUQUi S, S \. \.\ UAUDftY
>< i m ......
progressiste et de gr mde c iliu
re. Aais il convie < Irait d avoir
pour point de dp irt la c mivi -
lion que, tnoins d tre h jeunes
et arrirs > dans un genre qui
dpasse mme la pense de Lu-
cien Romier, le trait de 1915
est pour nous sa phase termi-
nale, que ses prvisions sont
ralises ainsi que la exprim
d'ailleurs le Prambule du trail
du 3 septembre el que notre
Gouvernement s'arrange pour
assumer les responsabilits na-
tionales, d'accord avec l'eiprit
du trail de 1915 et d accord
avec les directives mme qui
l'ont conduit au Pouvoir eu
1930.
C'est notre conviction la plus
profonde que les avances con-
sidrables que nous avons ra-
lises dans le service de la Det
te ne peuvent nous tre impu-
tes qu litre de mrite et non
tire de pnalit devant tre
subie nonobstant la crise fiscale
qui s'est abattue sur nous depuis
trois exercices ; qu'en tous cas,
elles ne peuvent prvaloir con-
tre les engagements pris par les
prteurs eux-mmes d'accepter
1 amortissement de leur crance
dans un dlai convenu el selon
un rythme bien tabli ; elque,
comme bnfice mme de l'ef-
fort fiscal tjue nous avons lait -
pour anticiper nos paiements,
nous avons le droit ou de sus-
pendre les amortissements de la
Dette jusqu' ce que soitnt d'ac-
cord les soldes en circulation et
les dates d'chance qui y cor-
respondent, ou encore d'utiliser
pour amortissement, dans une
certaine mesure, les obligations
mme que notre Trsor a si mal
achetes que, sans cette utilisa-
lion, prvue par la loi mme qui
a autoris, leurs achats, elles ne
peuvent que continuer de dor-
mir l, n'ayant plus leur valeur
que nominalement.
Celte solution provisoire
qui seule permettra au Gouver-
nement de souiller et de prparer
ses plans d'avenir avec le con-
cours de tous les Pouvoirs, est
possible si le Gouvernement l'ap-
puie de l'attitude qu'il faut. Si,
par extraordinaire, la partie
amricaine y refusait son con-
sentement spontan, une clause
des contrais d'agence fiscale a
prvu l'arbitrage en cas de con-
tertations : nous pouvons y re-
courir avec avantage en faisant
prcder ce recours d'une de-
mande d'enqute sur la taon
donl les amortissements ont t
ftrafiqus et dont ont t laites
es oprations auxquelles ils ont
donn lieu
Une (elle altitude, tant dans
le sens d une raction vers notre )
i ndpendance administrative,
implique la reprise des services
de paiement que l'Office du Re-
ceveur Gnral n'a jamais pu
faire que par tolrance et en al-
lant au-del des termes du Irai- j
l de 1915 qui ne prvoient que
l'administration de nos recettes,
et encore dans ta mesure ueas
saire pour assurer les dpenses '
prvues au trait.
Nous n'avons plus le droit,!
dans 1 tat actuel des affaires du
Pays, de subordonner les choses ,
essentielles aux contingences de j
la politique et notre Gouverne-
m 'ut du j m- -I vi re ni Go -
venienieiil de SHIVi'|;ijjj nilio-
, n il, o i n'a p is s i r.iiso i d tre.
| Aussi bien, p l*jr l.iire, :'i l'-
ffer I de notre |)iiissml pirle
n lire amricain.Ii raction n-
cessaire, il la il mettre la main,
en mme le n n, a u i ;i itnuge-
nent des services publics O
leurs cadres, les no nin liions et
rl vocal ion s el l'action person-
nelle de clia |ue fonctionnaire,
grand on petit, soient l'ob|el
ci une rglementation troite qui
puisse assurer, avec une parfaite
expdition de ces services, la
H ne des actes adinoiistralil's et
. l'avenir d'une telle rforme, n-
cessaire pour l'aire accepter la
remise de notre service des
paiements.
Nous sommes bi'u placs
pour affirmer que M Slnio
Vincent n est pas au-dessus
d'une tache si minemment pa
' triotique laquelle son esprit
large et gnreux esl depuis
, toujours acquis ; que les con-
tingences politiques el des i-
m eut s inadquats retiennent
seuls son action mais aussi
(pie, devant le pril national el
li faon du capitaine de bateau
que la dtresse treinl, il saura
ou les plier aux exigences de
[heure ou jeter les uns et les
titres par-dessus bord pour ne
tenir compte que du port at-
teindre quand mme et des vies
et des intrts dont il a la su-
prme responsabilit.
Nous esprons que l'orienta-
tion nouvelle prochaine des
choses et de la politique des
Etats Unis sera pour celte tache
une circonstance trs favorable,
pourvu que nous su slituions
l'altitude de qumandeurs que \
nous avons promene, dans le
cours de la dernire dcade, de-
vant chaque Gouvernement
amricain nouveau, l'altitude de
gens bien disposs adminis-
trer eux- mmes les affaires de
leur Pays el que nous nous met-
tions dans cette posture ds -
si ce n'est avant mme l'ins-
tallation du nouveau Prsident
des Etats Unis.
(FIN)
Il y a
Vingt-cinq ans
Lf Matin, 28 Novembre 191/7,
HOPITAL StMHlEXIS
Le personnel mdical et minislratif de l'Hpital mili-
taire St.-Alexis el te person-
nel de l'Ecole nationale de
Mdecine et de Pharmacie or-
ganisent une brillante fle
l occasion de l inauguration
de nouvel iilfiee construit
dans l intrieur de cet tablis-
sement.
La crmonie aura lieu le
dimanche 8 Dcembre pro-
chain S heures du malin.
C'est la gUiremc initia-
lioe ttu Prside,,! Nord Alexis
que l'Hpital Militaire doit cet
embellissement si utile.
Il g aura rains et marraines.
\ous g reviendrons.
I
... voit que te dernier num-
ro de la Semaine Humoristique
que dirige notre spirituel con-
frre Dsinor. est tout particu-
lirement intressant et qne la
rubrique: A la Manire de qu'il
I vient d i a :u r est de, bout
en bmt, un merveilUux leu
.d'artifice. Comp ments.
... voit que les Irais d'exploi-
tation del Laiterie de Damien
ne sont pas compenss par le
rendement et que ds lors il
devient pratique de la cder
un (particulier, ai-vi
dcid la Direction.
quen a

Acad
emia
Le I Dcembre prochain aura
lieu.au Stadium Dessalines,due
, a l'nergie el l'intelligence
avise de Mr Andr Chevallier,
l'installation nouvelle du bas-
, ket bail du Cil c L> Acadmie. Ce
sera une tte d'lgance qui mar-
quera dans nos annales sporti-
ves. Un groupe de jeunes Mlles
d'apparat, sous la direction in-
telligente de la gracieuse Mme
Dartigue.se feront voir dans les
plus belles volutions sportives.
Directeurs, juges et arbitres :
Messieurs : Edouard Larocli .
Stephen Archer fils, Ernesl Chau-
ve!, Stephen Alexis et Robert
H IIISS1M1.
Le Tout-Port-au-Prince se
donnera rendez-vous au Sla-
dium Dessalines.
Entre; Pelouse d hommes 1 (.
Pelouse 0.50.
Les caries sont en vente chez
Simon Vieux, Laurent Kenna et
llaliana.
... voit que notre confrre
Abdel -kader Acacia a eu la
gnreuse ide de fonder une
cole du soir pour adultes et
que les inscriptions vont bon
tram.
...verrait avec plaisir le D-
partement de l'Instruction Pu*
blique, ou la Commune, venir
en aide cette uvre de relle
utilit publique.

..."a vu dimanche dernier un
chasseur improvis lcher sans
rsultat les deux coups de son
fusil aprs une bande de pinta-
des. Sans rsultai? Non, car le
plomb en passant mit en moi
un nul de gupes suspendu sur
une branche, dans la ligne de
tir. t le pauvre chasseur, traqu
comme un gibier, ne dt soi
salut qu'a la tuite.

'... voit q le c'est vendredi qu'a
t entendue devant le Conseil
Suprme de la Magistrature l'af-
taire du juge d'instruction St.-
Lot. Ce serait faire injnre an
Tribu -al que de prjuger de sa
dcision qui ne peut tre que
celle de l'quit.
(1) Ba fermant noire tude sur la Det
le publique qui nous avons consid-
re dans son ensemble, nous nous
rservons d'examiner, dans des arti-
cles spciaux, les diffrentes opra-
tions qui en sont sorties.
(2) L'irrigation de la Valle de
l'Artibonile est l'ordre du jour.
Mien que, noire sens, il n'y ait,
pour le Gouvernement amricain,
qu'un intrt financier dans cette af-
faire, nous publierons bientt une
lude technique qui fera voir que le
problme de t'Artibonite a t tudi
bien avant les Amricains, sous l'-
poque coloniale, et que les condi-
tion* de praticabilit sont loin d'tre
celles que l'on a intrt considrer
actuellement.
Ci) Rserve faite, bien entendu, de
la Clause dj consentie, relative au
service du solde de l'emprunt aprs
1036. C'est la tche de notre diplo-
matie de veiller a ce que cette clau-
se, oui ne vise qu'une liquidation,ne
se rsolve en quelque
nouvelle 6 notre charge.
On De cause plus, crivait l'autre,
il y a quelque temps dj, C'est vrai.
La conversation, la bonne conversa
lion, c'est le plaisir des socits po-
lies, raffines, cultives.Tout ce qui
est frapp de dsutude en nos temps
grossiers, brutaui el primaires. On
n'y entend parler que ring, round,
land ; on n'y voit que coups de
pieds el coups" de poings : il o'j est
question que de chiffres,de tonnes el
df tonnage.On ne cause plus comme
jadis les ho.inles gens des sieles
passes. Mais il la ut enregistrer loya-
lement qu'on boit comme toujours
et qu'on boit du IllIl'M SA H l'Ili:
CACIIKT D'OR, objet des dsirs de
tous.
ECHOS
Klle 1933, au profit des uvres de la
Cathdrale de Portau-Prince.Le
riche programme excuter
comporte jeux,attractions, lote-
ries et mille autres choses plai-
santes.
Non siulement les catholiques
pratiquants, mais encore tous
les gens de cur, ne manqueront
pas d'apporter, sous une forme
ou une autre, leur concours
pour la russite de cette kerms*
se. Ce sera une bonne action.
L'affaire
Kl lus El ie
L'alaire de I assassinat de l'in-
Z.... .nam!'.,c' ?f!?aine i lressanl dput de Lascthobis,
autour de laquelle rgnait et r-
gne encore du mystre, est
oblig ition
RIRE El SOCIT
_ Dcmaadn h trxillnii tlbum d*
Ulioa. Mmloffm. Ch.Mom. Mwi
tir. i fairi timtr. tpprindr* mi
miir En,oM, 1 (,,, ||mbr
Rins IABI lN.
kimonniiiu
Idal rliiiiu
ALIX ROY
30 annes d su x&d.
dernire, un garde a lait leu
sur un chaufieur d'auto qui ne
s'tait point arrt son com-
mandement.Celui-ci a t bles-
s la jambe.
Ull crdit de dix-sept mille
gourdes a l ouvert au Dpar-
tement de I*Agriculture.
Par suite de1 l'iuflrmation
du Conseil Communal de l'Anse
d'Ilainaull, une Commission a
jet forme par arrt prsiden-
itiel pour grer les intrts de
(l'intressante commune que pr-
^side M. Sainlilus Bent.
f Les affaires de vente li-
Svrer pour le cal sont devenues
trs (lilliciles.l.e march est fort
,,;./ ~ i lourd. On espre que le dcret
FAjii Jdu Prsident du Brsil, interdi-
--------- saut de nouvelles plantations de
cal durant une priode de trois
ans, contribuera ranimer 1rs
marchs.
Le Prsidenl lu des Etats-
Unis, M. RoOSevelt, s'est trouve
d'accord avec le Prsident en
exercice, Hoover, pour refuser
tout dlai aux nations euro-
pennes, dans le paiement des
annuits de leurs d< tirs de guer- -5
.; -.
f
une phase dcisive. Une ordon-
nance a t rendue par le .luije
Vilgrain. Mr (iuiteau el deux
autres inculps sont renvoys ;m
Criminel sous la prvention I .1
s.issinal avec pr mditation.
crise ministriel'e. Renseigne-
ments pris, il n'eu tait point
question dans les hautes sph-
res officielles.
Les prparatifs pour la
grande lte de la Crche vont
avec entrain On se plait dire
que cette manifestation de piti
soi ale sera splendide.
Apres le Borgne,c'est main-
tenant le bourg de la Plaine du
Mord qui a l envahi et en-
dommag par la rivire lu lieu.
On annonce il lUtre pari que le
Litnb esl sous I m
La terreur a recommenc
de plus belle entre le Prsident
Vfachado el ses adversaires :
bombes, piges, assassinats de
part et d'autre.
On a remarqu avec plai-
sir que l'horloge de la Station
Ven Iredi dernier, le bruit Ides Pompiers a repris son rytli;
couru avec persistance d'une * si lougt^uipj interrompu, .
a \....--..._-, _._ - 1
1


PAGE i
LE MATINS 28 Novembre 19
Nouvelles
Scientifiques
"""il watts
et de chlorite de magnsiurrl^mbMi victuailles, .
produit un ciment aussi auri ^ ^qs fmSi vo|ai|
que le granit et dont la duc-1 dans |ft Capitale
tilit est de 2000 livres parI Wl { bell,
APROPOS DECOLFS
OE COMMERCE
Hionsieur Marcel Robin nous
demande de publier la lettre
suivante adresse au Nouvel-
liste1'.
\ * Les Cayens, tivreusement,
se prparent recevoir somp-
i tueusement le P r 's i d e n t
J d'Hati, qui poussera une
. m*a. Une composition d oxyde i^remi.re uinzaine de D
et de chlorite de magnsium J^em,)rej Victuailles, charcu-
illes, at-
itale du Sud
j sans oublier les" belles mar-
mtre carr. Imites emplies de U toantgue
- Une lampe wW. Ides Lima de Porlau-Prince
accroche au dissous duliii { deSl.Mll!Ct
peut clairer tout le plancher Bec-Fin.
d'une .-hambre sans troubler
le sommeil du dormeur.
- La production d'un acier
preuve de la rouille vient
d'tre commence en Norvge
dans une usine dont la ca*
pacil serait de 40 50,01 K)
tonnes mtriques.
- Un iusible d'ignilion
pour les cas d'mergence
vient d'tre invent. Cet ap-
pareil, pourvu d'un vibraieur
continuellement en mouve-
ment, permet au chaulieur
d'allumer quand mme son
auto s'il a perdu sa ciel de |
swi'ch.
Sur les 1600 cinmas qui
fonctionnent au Japon,seule-
ment 100 lont passer des
films trangers sur leur cran
La nouvelle voiture de
chemin de 1er pour le trans-
port du gaz hlium pour la
Marine des Etats-Unis est
compose de six sphres creu-
ses au lieu des tanks cylin-
driques eu usa^e autrefois.
- Le
lien est en
un grand icseau de route
voiturables de premire classe
qui reliera les centres prin-
cipaux de la population et
permettra d'exploiter les ri-
chesses du pays.
Un Franais a invent
grand angle
1T1IIIGBI
\
L'INSTITUT CATHOLIQUE I
DE PARIS ET SON RECTEUR' j
La Confrence de notre jeune [
ami Philippe Cantave sur
" L'Institut Catholique de Pans j
et son Recteur confrence j
qae nousavons publie dans les
numros des 20, 21 et 22 luilllet
La consommation de
la bire aux Etats-
Unis
Washington. U semble I dernier: de notre journal a
que l'opinion du Capitole est emport en France uu trs vu
mie le Couu's passera une!succs
n"e concernt Ta bire I Voie ce qae, pensent qael-
session Um. Duck,maiK, Vvo.x.u ojnjjg. __ ,
I
A
que
le 1
Monsieur le Directeur,
Dins un entrefilet qui a
paru dans votie dition du
jeudi 24novembre,lre page,
5me colonne, sous le titre
La Ruche,il est dit ce qui
suit: i L'Arrt rglementant
les Ecoles de' Comme.ce
avait boulevers, prtendait-
on, l'Enseignement commer-
cial en Hati, car* les pro-
grammes des diffrentes Eco-
I les existtn es taient loin
Id'tre conforms celui en-
} visage par le dit Arrt. Je
, .lcrois utile de vous informer
(louvernemeCl il ia|e de s,.
1 nodactylographie n'entre ras
dans la catgorie des tablis-
sements dont l'enseignement
commercial aurait t c bou-
levers^ par l'Arrt rgle-
mentaut les Ecoles de Com-
merce, pour la raison que le
programme envisag par le
que
TE*,
cole Spciale! amplifi et aug-
ment, ce qui. du rcste.a en-
tran la prolongation 2
annes du cycle des tudes
commerciales.
L'entrefilet dont il s'agit ne
contenant qu'une affirmation
qu'est venue d'ailleurs att-
nuer une proposition inci-
dente, vous me permettrez de
i n'v rpondre aussi que par
Ntl0flcli6, une alirmationNanmoins.je
!me lerai le devoir.si vous le
dsirez.de vous adresser un
exemplaire du programme
qui rgissait le cours de
les prdiefons d'un veto en
vigneur, quai d le speaker
Garner a annorc^- son inten*>
tion de donner une telle
lgislation une voie claire.
Un descendant
de Walter Scott
se suicide
New-York. L'ancien ban- j
quier Blair Scott s'est tu en
se jetant du 17e tage de I H-
tel Waldorl Astoiia MrScMt
qui est nu descendant direct
de Sir Walter Scott a laiss
une note dans laquelle il dit
vouloir taire disparatre les
fausses conceptions sur 1 h-
rdit.
Hitler et la crise
ministrielle
!;erlin. Hitler a avis
A Monsieur Philippe Cantave.,
Secret, de l'Alliance Franaise.
ort-au-Prince (Hati) [
Bernay (France), le 2(5 Oct. 1932 |
Cher Monsieur,
Merci de vos si gracieux en-
vois. On a plaisir, lorsqu'on
protesse L'Institut de la rue
de Vaugirard ", de lire ce qu'
Haii vous en dites.
Votre dvou,
Georges GOYAU,
de l'Acadmie Irai aise.
Piolesseur "L'Institut Cath-
liant de Paris'
A Monsieur Philippe Cantave,
Secret, de l'Alliance Franaise,
Port-au-Prince (Haiti).
Chteau de Brienne (France), le
8 Septembre U32.
Cher Monsieur,
Je vous remercie mille lois
de votre si aimable lettre airisi
/i *.rfp7t Hindenburg que de l'envoi de voire belle
\tJ%dl UtaSSS "onlrence qui m'a trs v^
une kAuli,le/,,f^"a^,r: dit Arrt est le mme
pour tre adapte a la P^ programme de
tire de derrire des autos. ^Jf., mn|lfW P
Cette lentille, tout en agran-
dissant les images reproduites
par le miroir de devant.per-
mettta aux chaulleurs d'avoir
une meilleure vue sur les
routes.
Loterie
mercredi que la formation
d'un gouvernement sur la
base parlementaire est im-
possible et irdsirable et que
la crise du cabinet ne se ter-
minera qu'avec un cabinet
directement responsable de
l'autorit prsidentielle.
Hindenburg refuse
la Chancellerie
Hitler
Berlin Le prsident von
Hindenbuig a refus de
nonmer Hitler ^chancelier
du Reich en dclarant que ce
ge-ait la proclamation de la
dictature en Allemagne et
l'accentuation de la discorde
dans la nation . Le prsi-
dent a confr plus tard avec
les leaders des partis en vue
dformer un cabinet dcon-
centration nationale. Il a de-
mand au Dr I.udwig Kaas,
prsident du parti catholique
du centre, s'il tait prpar
discuter la formation
d'un cabinet avec les leaders
Confrence qui m'a trs vive
ment in ress. Tout ce que
vous y dites est vrai et sincre
et vous avez, on ne peut mieux,
rendu pleine justice au grand
prlat qu'est Monseigi eur Bau-
drillart et son uvre.
Cette Conlrence ne doit pas
avoir manqu de remporter le
plus vif et le plus mrit des
succs. Pour ma part, j'ai pris,
la lire, un trs sincre plaisir et
jejouisvous assurer que je suis
pleinement ravie de possder
cette belle Conlrence.
Veuillez croire, cher Mon-
sieur, mes sentiments les
meilleurs et les plus distingus.
Princesse Guillemette
de BAUFFREMONT
A Monsieur Philippe Cantave,
Secret, de l'Alliance tranaise,
Port-au-Prince.
Rpublique branrse
Lgation de France
en Haiti
Port-au-Prince, le 24 juillet 1932
Cher Monsieur Cantave,
Les derniers numros du jour-
nal LE MATIN m'ont rserv de
u uu vow.nw*-------j \\r \r liai LE- UIAIHi m""' '"cl ,c uc
des autres partis. Le D Kaasi nouveau |a satistaction d'appr-
n promis sa rponse pour cier V0|re gnreuse activit
vendredi.
Siadium Dessalines, et qui at
tirera, nous en sommes srs,\
tout Port-au-Prince, des sou-
vei ils divers, oterts par des
personnalits gnreuses, se-
ront remit aux joueuse?.
i\otis croyons savoir, que
le toujours ijalaut Snateur
Pradil .. a ollert trois un
glurs eu porcelaine ...et Mr
Tipf> nhauer, le 1res distin-
gue pdagogue, une trs ori-
Kinak veilleuse lectrique.
L Prsident du Club-
r.iimi, Mr CI: ment M.iglone
esnin.ut que-, mme en ma-
tire de souveuirs, l'utile a le
pus sur l'agrable, s'est, lui,
tend' le .. (devinez, Mrsde*
moisil!cs?)..plusieuis b llets
de la LotfiT'B Nationale.
Le v .ideau vient sou heure,
cai le ygmkjui se jouera
le n m jour 1 dcembre
pnuli.in que le tirage de la
Compliments aux dona-
teuis.
jfqui rgissait le cours u=.
1 Comptabilit de l'Ecole Sp- Les nominations
ciale avant l'Arrt, ce qui
vous permettra d'tablir, par
un simple rapprochement,
l'exactitude de mon affirma
tion
Absolument respectueuse
des lois et rglements, la Di-
rection de l'Ecole Spciale de
Stnodactylographie a pris
toutes les mesures utiles
pour excuter religieusement
l'Ane de rglementation.
Recevez, Mr le Directeur,
mes meilleures salutations.
Marcel ROBIN
Directeur de TE. S. S. I).
Monde
Le
NcrologieSamedi ma-
tin, est mort en sa isidence
Turgeau : Arthur lire Ion,
ancien ingnieur mcanicien
en chet de la Marine Hal-
de Hoover
Washington.A part quel
ques exceptions, plus de 100
nominations qui .foivent tre
taites la session du Congrs
par le Prsident Hoover seront
probablement bloques par
le Snat jusqu' ce que le.
prsident lu Koosevdt pren-
ne les rnes du pouvoir et
tassent ses propres nomina-
tions-
Alphonse refuse
d'abdiquer
Paris. Lex-roi Alphonse
d Espagne vivant maintenant
en exil refuse de signer son
abdication du ttne. Une d-
lgation de monarchistes l'a
revu api es une partie de
chasse et lui a demand de
renoncrr eu faveur de son
jeune fils Jean. L'ex- roi a re-
tus de signer le manifeste
de son abdication en deman*
dans le domaine des ides et
des sentiments les mieux appe-
ls servir la cause de l'amiti
franco-hatienne. En rendant ici
hommage, comme vous le laites
avec une si courtoise vigilance,
aux uvres d'enseignement dans
mon pays, vous consacrez en
termes particulirement tou-
chants l'attachement tradition-
nellement vou par le vtre
aux grands principes sociaux
que sauvegardent la formation
intellectuelle et morale de la
j unesse. |
Agrez mes cordiales tlici- ;
talions et croyez mes senti-
ments les meilleurs.
Ferdinand WIET,
Envoy Extrao dinii eetMinis-
nistre Plnipotentiaire de
France en Hati.
Sections runies du
Tribunal de Cassation
Le 25 novembre dernier
Mr J. Jolibois fils, par l'or-
gane de ses avocats Mes Ri.
i,
Cette belle toile dit .
der r*xqui*Ui douce de
J-a\ trouve que le SJ-
von Lux en est RM
aide .
Belle et talentueu-
se toile dit : n Le
Savon de Toilette
Lux est certaine-
ment puissant pour
conserver la dou-
ceur de sa peau.
Apprenez le secret
que 9 sur 10 des
toiles de l'cran
connaissent
IL n'y a pas de relle beaut fminine
sans h douceur d'une peau clatante.
Les directeurs qui conduisent Holly-
wood, disent : c'est le plus grand des char-
mes lminins. Sur l'cran il?Jest essentiel
pour devenir une toile.
Quel estleseciet del beaut du teint
des toiles ? Comment gardent-elles cet
attribut sans prix ? L'emploi rgulier du
Savon de Toilette Lux est le secret di-
senl~elles.
Sur 613 j des importantes actrices du
Hollywood, y compris toutes les toiles
605 sont dvoues ce spvon blanc et
partim avec sa mousse abondante. Sur
leur demande, il est olficiel dans tous le-
: l:;dios de film.
Conservez voire peau toujours sdui-
sante, par la simple voie que suivent les
toiles avec le dlicieux Savon de Toi-
lette Lux.
LUX
DE TOILETTE
..* d-
MOHR & LAURIN, P. O. BOXM Distributeurs
Kje Houx et du Centre, Port-au-Prince.
Batterie CITADELLE
en chet de la Marine Ha- de son abdication en deraan* ", et Victor Canvin, a sou-j
tienne, et l'un (les derniers dant l'Espagne de se rallier. *v UQe exceptiou d'incons-
survivants du sige de Mira- Jean et a dit: Il ny a 'en tilulionnalitcontrela|Loi sur-
f
i
Je, soussign, dclare au
commerce en particulier et
au public en gnral q ie je
ne suis plus responsable des
actes et actions de mon
pouse ne Livia hilairt et
cela pour cause grave et abau
dou du toit marital. Une ac
lion en divorce doit tie
iutente contre elle dans 'e
plus biet dlai.
Aqtin. le 22 novembre HK12,
1 ipne JEAN BAPITSTK '
gone en 1883. Ses funrailles
ont eu lieu au milieu d'un
grand convoi d'amis, hier
aprs-midi, 'en l'Eglise du
Sacr-Cur.
Nos condolances aux fa-
milles prouves par ce deuil,
particulirement ses fils
Arthur et Paul Breton.
I titutionnalit contrelajLoi sur
Espagne aucunj dveloppe* | ,g presse. Les dbats lurent
CiTADEl.LEgOr8,00
PLUS FORCE 12,50
DUR O LITE 1500
ACCESSOIRES POUR AUTOS
ment politique prsent qui
puisse garantir une telle! ac-
tion.
Voulez-vous avoir ce qu'il y a de
mieux comme batterie ?
'Voulezvous avoir une batterie
qui vois rendr un service ellettil?
Voulez-vous que la balierice
voire auto soit gmantie V
Votliz-vous encourager Tin-
dusliie nationale ?
Achetez une , batterie
CITADELLE garantie
un prix a la porte de toutes les
i m.. ses.^j
lo Pare que" fle na p5
' on gale en Ha i.
2o Farce que elle ce voos
donnera jamais d'ennui, et dure
longtemps,
3opaice que elle sera rempla-
ce sans extra si par hasard e\\t
aurait un delaut de construc-
tion, ce que vous n'avez pasavec
les batteries importes.
4o Parce que elle est de fa-
brication hatienne.
Chez Pascal
Vitiello c
Fils.
Nous vendons des pices .,-------------
neuves et de deuxime main | la Bn de l'anne,
pmr toutes sortes d'autorao-j Qualit, le.
Une fois de plus la Maison
Pascal Vitiello & Fils olre un
avantagea ses fidles client.^ u
C'est la grande rduction qu'elle
accorde sur les achats pendant
trs passionns.Le Prsident
du Tribunal dut ^retirer la
parole l'honorable Me Ri*
gai. Me Victor Cauvin obtint
a parole et demanda le 'ren-
voi de l'afiaire vendredi
prochain pour mieux prsen-
ter la dfense de son client.
Le Tribunal fit droit cette
Adressez vous : KINEER'S GARAGE, Fabricant
Rue Pave. PortausPrince (Hati) Phone; 2318 & 2234
f,
b les; s'adressera
KNKER'S GARAGE.
Phone 23 18 e 2234.
Elgance
c'est la devise de la Maison
1 Pascal Vitiello & Fils
Grand Rue
TIMBRES-POSTE
Contr 2.000 Timbre-poste de Totr
pays et payi voisin, inclu les ur-
bjirBs. lare et bien mlanfs. j'en-
rle une MONTRK-BNAOBLKT,
plaqu or, tr lgante, franco
recommand. Toujours ralable.
a. USTU. U',ftmmia|*.fl dm
Laboratoire SJOURN
DlREGTURS
F. Sjourn, Pharmacien
R. Sjourn, Pharmacien de l'Universit de Pari
M. Sjourn, Pharmacien de l'universit de Paris,anCTC
interne des Hpitaux de Paris :
Analyses des Urines, du suc gastrique, du sang ( v
ermann, Ure, Constante d'Ambard, Glycmie).
Descrachats. Des matires fcales.
Ilarbaucourt
Dont la renomme est universelle a gard sa premire place
Demandez oartout :
UN BARBANCOURT
>pt t Rue dei Csars.

" ^^5?^-**"-*^ p-
... IS.> V".........


LE MATIN 21 Novembre 1932
IV t
T
i
TERRAPUNE

L'Aulomobilc la plus adaptable Hati. *~"
Une automobile construite averties matriaux de 1re qualit.
Une automobile de dsignation moderne qui assure une" longue dure et in-
corporai la beaut et le confort.
Une automobile rpondant aux exigences de nos routes tel
u.AUCUNE AUTRE AUTO NE LE PEUT.
La Terraplane court plus vite, grimpe mieux les ctes, acclre plustacilement
et va plus confortablement qu'aucune autre au>o de nos jours, quel que soit son
prix.
Ceci s'adresse aussi bien aux autos de fabrication Europenne.
Une simple dmonstration vous prouvera ces faits.
O
< Les spcifications sont les suivantes :
c\i.imiiiis
70 H. P.
CHASSIS l\ X
COILEMS D'OPALE
lions i \ m i ii iii.wc ivowotKLi:
cuti ii Ainmtrioi i
nous IIRIIES
CARROSSERIE PIHU PIECE a ACIER
Le bas prix d entretien, provenant du plus moderne gnie, rsuA dans l'cono-
mie de gazohne qui est .xlraordinaire.
IMAGINEZ-VOUS UN
E VOITURE DF LUXE OUI GRIMPERAIT LAMTE^LUS MgE jjJJI^ FJ TOISIH VITESSE ET OUI DEPASSERAIT EN COMPARAISON DE SON PRIX
ROADSTER
T0Hil\t,
tOACH
coupe
sedak
special seda.\
I SCy dot. dtstoo
983,00
M&M
1.630,00
1.078,00
1.12.U0
KNEER'S GARAGE,
Distributeur.
RUE PAVEE, PORT-AU-PRINCE, PHONE : 218 S 2234.

!ii----"J
FAIBLESSE *
SIROP dl
DESCHIENS
d l'Hmoglobine
Rgnrateur da Sang, preacrlt par l'lite mdicale.
upar/aor la viande crue aux Sarrupineux. Admit daua le* Hpitaux dt Prit
Dl'Oi OtataiL : DMCHIIM. 9, lue raul iudn, f AJU > PIuroiaaMa.


Stno-Dactylo
LES INSCRIPTION
Le Juge St Loi devant
le Conseil Suprieur
de la Magistrature
Ai cours de stnographie
(liai aise t anglaise) et de
comutabilil de l'Ecole Spciale
diSnodaclylographie ("igle
dfs Rues Prou et du L> se:o)i reues jusqu'au 30 no*
Vfnibrp. Les retardataires sont
pries de s'inscrire au plus loi
pour viler les Irais qu'occasion-
Beruient les tours prparatoires
qui leur seraient ncessaires s'ils
s'insrr.vaitnt apis le 30 no-
Venb e.
Lu Direction de l'tablisse
tot-ni profite de l'occasion pour
r:\pekraux nt-1 sss que les
'ndiants en si"" ographie de
fE o> Spciale ne lonl pas
feultmeiit une acquisition ti
or que de l'art ail, mais aussi
'jivent l'tablissement m
&k un entranement mthodi-
que sur dts travaux rie bureau
ensables qui les dispense de
tout stage leur sortie de l-,
coie.
Programme et tairit dlivr;*.
fr<1 demande. '
Vendredi dernier, dix
h >es du matin, devant tous
,'lan Inges du Tribunal de
Cassation, Mr Schmidt, le
! plaignant dans l'alaire St
(Lot, a e en'endu.
La continuatioi de l'alaire
a t fite vendredi pro
c nain, jour t M. Gaetjens, un
autre plaignaut.s.Ta entendu,
croit-on.
Go>alemeni( on souhaite
que le jeun" Magistrat SlLt
'so'iesa>'s fltrissure de ce
jugement.
[C
~am M mm mm mm
ees*!
m i raton
%^ ..mirf,ar.la*CMATIL-auV
X^

/
fc
Voulez-vous fter le retour
de quelqu'un?
OFFREZ-LUI UNE COUPE D'ASTI SPUUNTE
tajj!LtotlMte:?;^ j&ui
Agents pour la Rpublique d'Hati
A. DE MATTES & Co.
Port au Prince (Hati)




Lundi
28 Novembre 1932
Le Malin
atime ANNEE iV ,slL
Port-au-Prince
Tlphone : 2242
* PAO

Maison F. Maimone & Fils|
Rue Bonne Foi N 116
, J Le vapeur aColombia Voy.
Un beau jeu de meubles a le pouvoir ( comme un aimant ) j ^ Niw-York le 24
d'attirer l'amour d d i.....*nge. g.1* c ila qui tu* > ''J .
i LIGNE COLOMBIENNE )
Tlphone: N' 2323
S-S Cu INC REMERCIECENTS
y U Mrtt Mme Benoist Cassjs
Gesner, Yves
,.*,. n'oubi.m p., ,oe ., Maison F. Maimone A Fil j ^^g^TJ"
est ls riche en a.i.cbs ' oces demi, style Un rsy i. qui | Hort-au i _>;< "_
|r. dtaaein, k dlices s pi uses. I s y trouveront ; t
Des lits enfer de luxe d'un -."deux plates n'un Uni
in omparab e. Un salon complet haie**, *', 'au-
leuils, glaces ercadies pour salon .t glaces i>< u- armoire et
en lieuse, buflet. paneiir, lavab > service de tables e-' porcc-
lutne de 70 pices M et 08 pi % Taire ries en cristal de 62 p ces
vitrine pour verrerie, lab'aaux, tapis pour salon, t pis de table*,
d-scenlesde lit. Couverts mlal-a gen's de SI R-ammes, pet -
d'des. bibelots les plus vr'K
A des prix extrmement rJt.its.
ii;ii
lO'V
MM. Franck,
Chrubin, les Demoiselles Ke
De, Lonie, Gerda, Yolande \
Ibii tard et tous us autres
Dts et allis nnurcienl
les amis d<< Port au-
ce et des au es villes du
n.vs qui leur ont donne
s ntanmem ni e preuve d
mpathie loi cation de I*
i ort de le ir regrette mer
elle mre ei parent
Marie Elisabeth Gerltna
leur &t
tendu le 28 novembre 1932,
en roue le mme jour direc-
tement pour Kingston. Puerto
Colo nb;a, Cartagne et Cns-
toba1, 1*. 'l
Lemanifesle de ce navire red
par avion est la dispos,- grVJ^ e,V,,ve a
tion des clients en nos _ Novembre cou
reaolft angle des ruts du .on
i.
I Quai et TbfBSf Madiou.(*is
' avis de la Douane).
!
.k.x .
Le vapeur Maitiniqne ,
Vcy. 10(>, venant de Ntw-
Yoik et des ports du Nord,
est attendu Tort ai-Frime
le 15 dcembre 1932. Il re-
partira le mme jour poi r
les ports du .Sud.
..
Le vapeur Coli mbh i.
Voy. 1, de te'.our de Kings-
ton, est attendu Po't-au
rant, et les prient de trouver
ici l'expression mue de leur
gratitu le.
PorUm-'Vnce, le 21 No-
vembre 1932.
Mret Mme 0. J. Brandi
r mercient sirciemen' S. E'
le Prsident de la Rpublique
le Clerg alholiaue. le Char-
g d'Affaires de S M. le Roi
(lioglelerre. les Membres de
l'Eglise EpiHoopale. l'Eglise
O.thodoxe Wesleyenne, les
"rince le S dcembre 1832, j omis de Por -au-Prince et
en route le mme jour p3Ur des autres villes de la Rpu-
blique des marques, de sym-
HOTEL KARAM
bne confortable suceur-su
le del Pace Holel, K&.sr
kofl.
Pow la saison d't, ren-
dez-vous chez A. J. Karam,
Kenskoj], o vous sciez
servi souhaii Excellentes
conditions
New-York.
William E. BLEO.
Agent.
N'OUBLIEZ hl DE FIE UN PETIT
TERRACE-GARDEN
Chez W. KAHLJ
Petionville
I
patine qu'ils leur ont lmoi
gues l'occasion de l mort
de leur regre t fils
tritz Maurice BranJt
Ils les prient de croire en
leurs srn'imcnts de vive gra-
titude.
NSTITUT
La Magnsie ERBA
EST LE PRODUIT LE PLUS RECHERCHE COMME
DES FONCTIONS GSPUES El INTESTINALES.
A. de Matteis &C agents
COMME REGULATEUR
POUR MITI
Voulez-vous
Russir dans vos tudes ou |
taiie russirvosenfants.grce
a une mthode d'enseigne-
meut classique excellente?
VOULEZ-VOUS
Une profession aprs 6 9
mois d tudes srieuses (St
no-Dactylo Languesvivanle
Comptabilit)
Songez que l'Institut IIP
PENIiAUR se recommande
et s'impose votre attention ........
par les brillunls rsultats d- te depuis la date de sa ton-
o o
Dirig par le professeur
LUC DOHSINVILLE
Etablisseroei t d'enseigne-
ment en progression coivlan-
de
ec
1600 pied d'aM'tnde L'tablissement le plus frais
virons de Port r -Prince
Seulement 15 minutes d'autu sur une excelletel roule
sphalte Vues merveiileu es de la ville et Ju \.<)iL
R.iison de toutes espces.
obtenus.
15",7Rue Lamarre.
Tlphone 2891
Pneus
Chambres
<..

air tioody
Constitue en 1898, la Socit Good"
vear a vu natre l'Industrie automotive.
jK Hlette longue exprience permet cette
vaste oroanisation d'offrir aux propri-
taires d'autos et de camions des pneus
suprieurs en qualit et en dure tous
ceux qui se vendent actuellement en
Hati
LES PNEUS COODYFAR HEAVY DUTY SONT FABRIQUS AVEC USE FICELLE SPCULE
CONNUE SOUS LE NOM OE SUPFRTWISTE OONT LUAST.J ET LA RSISTANCE SONT PLUS
GRANDES DE 30 POUR 100 nUE CELLE EMPLOYE PAR LES AUTRES FABRICANTS DE PNEUS'
La Socit Hatienne d'automobiles, seul re-
prsentant de la Goodyear en Hati,vous trouverez
toujours des pneus et chambres air de toute fra-
cheur de cette fameuse marque des prix dfiant
toute concurrence.
Socit Hatienne d'Automobiles.
MALLEBRANCHE. UTIL BGAT ET CIL
dation 1 Succs complet aux
derniers examens ofliciels
pour i'< btentiondn baccalau-
' rat Compltement l'-
preuve du feu et munie de
! toutes les amliorations mo-
aernes, la maison est situe
au liane de la montagne sur
le sommet de laquelle se.
dresse, prolectrice et majes" i
tueuse, Y Eglise de St. -Grard. '
Aussi le s]our y est agrable I
tt les coliers laiblesde san-
l y trouvent le moyen de
retaire leurs forces, tout eu
joursuivant leurs tudes.
Cours classiques ; Cours
pratiques au choix; met .ode
nouvelle qui luit progresser
rapidement les attards et les
dgots des tudes.
] Prix d'colage calcul s sui-
vant la capacit de paiement
actuelle des parents.
Les entants de tons 1rs ges
scolaires v sont pecepts...
arrangements particuliers pour les pensions de jour, a
semaine ou de mois,
AVIS AU COMMERCE
La Panama Railroad Steamship Lire a l'avantage d'an-
noncer les dparts suivants de New-Vw k ronr poi t au-prince
Haiti, directement chaque mirdi, exiptes le semerAD.
con qui laissera le 21 deemrt'*, et niritern Port-au-
Prince le lundi 26 dcembre 1P32 et t- i Gnav^uil qui
laissera le mercredi 28 deen be !C32. et . ni e a a Port-
an-Prince le 3 janvier 1933. Toi.s les semts sort jour-
vus de chambre frigorifique.
Dparts de bew iwk. Arrivage* Pori au-rrince.
Steamer lOi tobal le 6 dcembre lKii le 11 dc. 1932
Steamer iB*aoavei tura le 13 dc. h 19 die.
Steamer A'icon t le '21 dcembre le 26 dr.
Steamer aGuaVaqUl'i le 28 dc. le 3 janvier 1^3
JasH.C.V*NRKKD
agent Gu?ral
y
Tels sont les principaux avan .
lages qu'otie l'Institut Guy- X/l^lfpy
Joseph Bonnet o du reste' VloJlt^
l'eflectif a plus que doubl en
un an,
En y envoyant vos enfants,
vous gagnez plus que l'ta-
b'issement lui-mme.
Chez Bailey
Grand Rue, 1313
Tlphone : 2181
I Vous trouverez des pois
sons frais de 6 heures du
matin 5 heures de l'aprs
midi.
Poisson nature. 50 centime
i la .livre.
netloy: 60cls. la lir
Les avantages qu'otfre la
Cuisine Electrique
'- HOTPOINT -
sont maintenant connus de
lout le monde.
vous en convaincre,
notre salle d'expo-
sition.
Compagnie d clairage
lectriaue.
Pour
666
t En Liquide Tablettes -
t Sauve, gurit la malaria en 3
I jours. Les froids le 1er jour
Mam de tte et Nvralgies en
30 minutes.
\ 066 Soulage les b,oids
le plus rapide remle con-
nu-
Loterie Nationale d'Hati
* 16, Ru Bonn.Fol. Phone : 3350
La Loterie Nationaled'Flati est
une institution hautement humanitaire par la muHip''"e
d'oeuvres qu'elle se propose d'aider, une chance de P'el
tre offerte aux hommes de toutes conditions de ,or'UD5'
Employs, Fonctionnaires, Ouvriers, Artisans, Salaries tous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans parl^
leur budget moyannant deux goudes, peuvent gagner tro'^
mille gourdes. Patrons de Gommerce.Chets d'Industie,par"
aux insuffisances des ventes, par l'achat d'un billet, qui von
libre du souci des chances* J
Mdecins, Avocats, Ingnieurs, Snateurs, Dputs, Grij
Dignitaires de l'Etat.Reprsentants de llntellectualit.J0U
nalistcs.
Dornez l'exemple de votre solidarit soc^aie.
Rentiers, capitalistes, comme en jouant, augmentes1
avoir. ,
Vous tous qui habitez Haiti, rendez-lui service >**
tant un billet ^e la LOTERIE NATIONALE D'HATI
m.-,..," \-
u
4
..*!.

-*''' N.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM