<%BANNER%>







PAGE 1

Clment Maqloire DIRECTEUR 1358. RUt AMEH1CAINE 1358 1ELEPH0NE N2242 26 me ANNEE N'7828 Autour de la Dette publique — o — XXVI L'obiectif du Gouverne ment Amricain nopolises entre les mains de la National City A partir i u moment o M. Frank Lvon Folk avait lait savoir la Commission Hatienne, au Dparlement d'Etal, que le Gouvernement amricain ne voyait (pi un tablissement, dj tabli en Hati, la Banque Nationale de la Rpublique d'Hati, capable de prter au Pays l'assistance financire qu'il lailail : et mme avant ce moment,— car nous l'avons dj dit, la Commission avait t prcde Washington par MU. Casenave et Santa Hier, reprsentants de la Banque ( 1 ),— le Dpartement d Etat avait dj nettement son | la.i arrt. Toutes nos ngociations directes Washington tant mi ses en chec comme nous lavons vu, les ailaires se droulrent comme suit : juillet 19W : accord avec la Banque ; lvrier l')17 : pleins pouvoirs au Lon veiller financier, M. Ruan.poui ngocier l'emprunt ; et celle occasionne Gouvernement amricain lait admettre par le Gouvernement hatien le principe du remboursement de l emprunt pendant la dure pro onge rison ; P.W. Chapman et Co.— taient reprsents, et si, ne l'tant pas probablement, le lail est explicable par publicit insuffisante, par parti pris contre leur participation, ou parce qu'ill y auraient ren nc volontairement ou entendu modifier les conditions relativement avanta.euses laites antrieurement au Gouvernement. A pro >os d'autres banquiers que ces Messieurs, ayant particip I Emprunt adjug en 1922, il n faut pas perdre de vue que la National City Bank ol New York, qui ligure en qualit d'agent liscal dans le contrat d'emprunt des titres srie A, y est prsente comme une association de Banques nationales et qu'il n'est pas impossi le, quil es mme trs probable, que celle association — I instar des bandes de malfaiteurs se lital : il a d suffire, poui cela que cbacune des Banques associes el.aprs entente, prdes olli es Trait ; octobre lUli) protocole relatif aux rglements Ses dette, affirmant de nouveau le contrle du Gouvernement amricain sur le service de 1 Emp,unl aprs liWti ; lvrier 1920 : le Dpartement dEtat arrte les conditions du transfert de la Ranaue Nationale de la liepu WiSrdHaiti U National ay "septembre 19^0: le Dparlementd Etat arrte les conditions de l'Emprunt: juilfet 1922. iranslert de la Banque Nal.ona le a la National City ; seplem.,, 1922 : prospectus dflmlii IllEnV-unt PrvoyaN^|u ; dication : octobre W22 • I Lin , mit est souscrit prcisment par la National CllV. U est loisible chacun d attribuer au pur hasard, aprs avons vu le Dpartement. dttj faire en laveur de la National CUV le lait que celle dernire e ^devenue prcisment ellemme l'adjudicataire de lEmmcme i9 . t con siderer .muni de UW* mui n*narleVie c'est ce mme Ppaitt 11 \\ dLtat que l'opration a Z\ 'uet les acteurs lurent jus eu 1K u c 1 ,v „ „.ip nous tement les mme* ^"^ avons VUS occupe OUT il • .• i Vitu Prospectus : publ,(|ueuHa .^ ricailw Affaira l~a>.y W ashingsssgSSS "' cachets. . dc Au t H faudrait "gjy opr ad'un procs-verbal des lions que person*• U , !; 0nna nu' K uA prsentant du associes cul,aprs enienie, pi sente des ollies moins avantageuses tpie la National City, sans y rien perdre d'ailleurs -en concdant sa ralit au dit groupement, — puisque cette dernire les reprsentait toutes. Nous n'avions donc pas tort quand nous disions prcdemment des pourparlers de M. Kiian avec des ...Syndicats amricains , que cela s'entendait en ra it de la National City. Nous avons dj dnonc le lail anormal de la National City la l'ois souscripteur de l'Emprunt, principale dtentrice des obligations, donc constituant le march, et notre agent liscal. Par ce que nous venons de montrer, le cumul remonte haut : aux enchres On \cut se venger pnr 'les moyen cura et dtourns. la lettre aroiivmc esi un de CM moyens, l.e lcfifl inooyma •• est lche, parce qu'il provoque, en se dissimulant des catastrophes. UeetliaiM parce qu'il a peur de ses adversaires. PORT-AU-PRINCE (HATI MEHClŒDl 23 NOVEMBRE 193: a plus mme dont est sens sortir l'Emprunt, et, puisque logiquement tout cela suppose une longue srie d'accords, d'ententes et de compro mis dans lesquels il est difficile de considrer les acteurs, officiels ou non, autrement que comme autant de complices et de collaborateurs de la National City, l'ensemble des agissements amricains qui, depuis la mission des Commissaires hatiens jusqu' nos jours, tiennent notre petit pays, parce qu'il est jeune et a le sang riche, sous le coutelas financier des Etats Unis. En dpit de notre vive et grande admiration pour le peuple amricain dont nous aurions l les premiers dsiler qu Hati suive les directives si elles taient dsintresses et humanitaires, et notre proluiid regret, nous sommes obh;s de reconnatre que tout ce qui s'est pass dans le pays.dans le domaine financier, depuis 1915, est un rsum des activits mallaisantes de la National Cily avant pour agents la plupart des Conseillers linanciers que nous avons eus et, pour quartier gnral, la Division des Ailaires Latines Amricaines du Mpartemeni d'Etal. Nous crovoia oouvoir affirmer, aprs toutceqm nous avons dit que nous opinons p., en pleine connaissance de caUso. IOUW politique qui ne s'exerce principalement l ne peut se dire nationaliste. ( A suture ) /•H M. Casenave tait le Prsidai du Conseil d'Administration.A la sisnature de l'accord. M. Santallter fol r?m3ac par Mit. l'-arnlKU... son v1ce-pr8ident.Preaqac toutes les acSEfflla Banquetaient entre Iw de porteurs amnea -ECHOS — Hier a eu lieu la premire entrevue entre les prsident* Hoosevelt et Hoover. — Le l.islin Dinrio informe cpie Sou ExcMgr Adolfo Nouel, archevque de Sanlo Domingo, a l DOmm Prlat de la (jranle Croix de 1 Ordre de Si Lazare Jrusalem. — Une dpche de Moscou annonce la mort de Madame Stalin. lemme du prsident de l'U. S. S. R. — Deux civils et un agent de police lurent tus et une trentaine de personnes blesses quand des soldais firent leu sur un groupe de manifestants socialistes au Palais de Genve. — 11 se confirme que notre confrre Lon Laleau laissera le Secrtariat Gnral du Ministre du Travail pour aller au Ministre de l'Agriculture, coin me Ch'-I de Division. — Le cirnlre du Brtfjne par o passe la rivire du heu, expose la sant de cette intressante population. On nous annonce que malaria, paludisme, para-typhode y sont l'tat endmique.Le Service d'Hygine a quelque chose faire par l, en conjonction avec la D.CT.P. — C'est ce malin, dit-on que le Juge en 1re Instance de Port-au Prince,contre qui plainte a t agre par le Conseil Suprieur de la Magistrature, sera entendu par celui-ci. — Le Chancelier de la Lgation Dominicaine Port-au • Prince, Mr de Moya, est rentr de Sanlo Domingo avec sa lemme. — Allez chez BOLT au BON MARCH O VOUS trouverez des rayons de marchandises de loules sortes des prix raisonnables. Boxe Le greal-event de la saison de h >xe sera la rencontre, vendre di prochain, au Stadium West Indies, du fameux boxeur pruvien Paul Granda, avec le non moins laineux Papasilo, l'idole du public hailien. Le palmars de Paul Cran la est tout simplemeni impressionnant. En effet.il compte prs de cinquante combats, au cours desquels il ne fut vaincu que quatre lois. Aucun pronostic ne peut tre lait, quant au rsultai de la lutte de vendredi soir, malgr la technique de Papasilo, sa souplesse de panthre,son punch redouable et prcis. Ce combat passionne dj les lerventsdu noble jeu.Que serace donc au grand soir ? Personne ne voudra manquer cet vnement. DEL'tTRM EU ALLFiSt Une dpche de Berlin an nonce qu avanl-hier a eu lieu 'in deuxime entretien entre le prsident von I lindenburg et Hitler. Le prsident ;i demand Hitler quelles ron d il ions il pourrait former un gouvernement autoritaire. Ce lui ci, :iu Mou de rpondre In question,ademand des clair* cissements. Jusqu'ici, rien de fait, ajoute I > dpche I. RENE DE LEPEiWIOE Nous lisons dans le i Lislin Dinrio que c'est le distingue fondateur et administrateur de La Opinion, Mr Ren d. date ilu ls Novembre, /<• Conseil Communal de Jrmie est KISpendiu ( ne Commission cornpose des citoyens Pressoir Jrme, Dulcl Beaubœut et PMicn Boncy e s t nom m e pour grer, jusqu'aux prochaines lections, les intrts de celle Commun 1 MATIN, 23 Novembre 1907. M. CHARLES MORAVIA il nous revient '///<• notre unit cl tris appr ci collaborateur Charles Moravia, D I gu des finances dans la circonscription des Cages el d'A" (juin, fait de la bonne besogne dans ce ressort administratif Grce sa vigilance el son coup d'icil. le lisest eiilrr •lans un considrable chiffre le revenus do ni <>n essayait de le frustrer. Sons souhaitons notre ami, dans la nouvelle sphre ouverte son miaule et a son s vieux, autant de succs qu'il a coutume d'en recueillir ail* leurs. —o \li.. AIIIU Johnson Mollison, l'a\ i itrice anglaise qui i lent d'accomplir le raid du Cap de Bonne lispi ance, i battu le record de air Mollison liii-iiirni" Ce n'est |>is le fait -l t\ >ir iianchi laa 72.000 milles en i I^LII ,. Li Luyjres el > ininutes.Ccla, c esl beau.M lis ce qui est plus beau, c'csi que celte personne fsi arrive destination sans fatigue el sans aucua trouble physique. Elle a atterri doucement ft l'arodrome du Cap i>. au dbarqu,elle a rclam du lllli'M SAR lin: CACHET D'OR, fai on do tuaniTester sou Lriomphe. ASTHME Oppression, Catarrhe, Suffocations, Toux neroeusis. Gu6rlion oortalno par loi CIGARETTES CLRY .u POUDRE CLERY D' CIRY, IS. hue do MauDoug. PARIS.' ITE E MISSION PAPALE EN IRLANDE BRUXELLES.L'Archevque de Nmnur Monseigneur Heynen a revu l'ordre du Pape de partir en Irlande en mission spciale e! confidentielle pour tudier tond l'tat spirituel actuel des catholiques irlandais. Il est enten* La semaine dernire, les personnes suivantes onl l d cores de l'Ordre Hon neiir, Mrite .' Grands O/liciers %  Le Gn rai \\. P. Williams, le Colonel I'. i). Cnlixle, le Colonel Lol'onlanl. les nminrs Jules An dre el Alexandre. Officiers : Capitaines Luc B. Oriol.Durce Arinaml el Henri !/ Clermont. Chevaliers'. Premiers lieu* lenanls Asirel Roland, Georges Merlin, Philippe (main et Louis Romain. Tous nos eomnlimenls. ... a vu un journaliste sourire de mpris la lecture d'un misrable billet anonyme tout plein de m•Iveilhnc, de hune et de mchancet. Et tendant l'infme petite ordure det amis qui l'entouraient, il le leur donna lire en murmurant : On veut se venger par des moyeni obscurs cl dtourns. La lettie anonyme esi un de ces moyens. Le %  l Ce n'est pas tout lait la mme chose. ... a vu 'undi, 10 heures du Mutin, un de nos conlrres ••e prsenter au camp d'atterrissage de la l'an-Airways, charg d'une magnifique gerbe de roses rouges. L confia les tleurs au chancelier de lgation Laudun nui regagnait son poste San'o Domingo et insista pour qu'au dbarqu elles tussent remises sans r-tard la grande dame Dominicaine qui on les ddiait. Kl la minute d'aprs, l'avion dmarrait, emportant la prcieuse ollrande N'est-ce pas que l'envoi est d'une dlicatesse sans pareille? • ... voit que le match qui met Ira bientt aux prises Papacile el Paul Grande, es! anxieusement attendu par les amateurs de boxe. On sait que les deux boxeurs sont de classe, aynt chacun plus de cent combats son actit. ... voit] que notre nmi Paul Gardera prsente une eau de Cologne qui de l'avi des conn iitueurs dpasse e bouquet l'Ambrs d'Orsav. PasftS la Maison HarbancouM contrler l'inlormalion Loterie Nationale mains ue !*•••. ) ~ ~,~\j„,, reprseniaiu u cest en ralit un Baurajy t \wIdal rliuiu A iX 30 annes HOY uv succSi du que la politique du Vati ean avec l'Etat libre de l'Irlande se basera principalement sur les informations de Monseigneur I leynen. L'Archevque de Namur a tout Ce qu'il faul pour raliser les investigations. Il est secrtaire de la commission permanente du Vatican chardes congt es eucharistiques et comme lel dploya beaucoup d'acMvits dans lorganisation de la clbration qui i ut lieu relie .mu a Dublin, il connatl l< s Qgures les plus importantes du Clerg jirl mme |Ue Us Ipersonna^es irla o—o j Nos spirituels confrres Dartiguenave et Hudicourt, [du Centre, nous ont donn i une belle trousse samedi der nier. Ne se sont ils pas aviss d'annoncer leurs lecteurs que nous gardions le lit? et nous qoi n'en savions rien... La tentation nous vient par reprsailles de tuer notre tour ces d • en irtnantt amis ... mais mme pour rire comment ;>' ivo i" "e donble deuil national? Nous nous (en tien Irons donc une .simple rectification. Nous ne J sommes >as m ilades ... et l-s Directeurs du t Centre i n'ont U.\£\\e le gros lot de la Loterie Nationale.* C'est biea JcouirarianJ. w #



PAGE 1

PAGE 2 LE MATIN 23 Noveml r. 1932 I' %  %  %  Allai re Du rosierJ n -Josepl C SWITE ) A la tin du mois de lvrier %  In jour, profitant de l'absence 1030, Kbreau vint me trouverldu sieur Chel GRDINKR, DK et m'apprit que le premier bon | Russ\ m'apprit hrle-pourpoinl que lepitruo voulait t>adont I chance tait arrive depuis lia janvier, tait encore impny et il me dementa d'iu tervftiir srieusement dans la 3 ueslion, car il avait be-oin 'argent. J'en lis pari i (AHDI" MER qui me pi omit (Kpi r • n | velle ne manqua pas de me troumars lea deux ellels. -A la Qo ; bler. Mais voulant savoir davanje lui posai des questions pu obtenir de lui l'aveu ZIM1'-I l'inaiallatioD ei que |'avais prendre mes prcautions et me dem-itida de n*. pas citer 108 nom dans la rvlation qu'il venait de me taire Celle noude mars Kbreau m'annona que rien n'avan t lait encore. GARDINBR qui je manileslai mon mcontentement m'ob|ecta qu'il ne pouvait payer cause d'un bordereau du mois de dcembre 1 ( J2 ( J de la Compagnie Electrique qui tait jusqu' celle date ( mats 1930 ) impay et qu'il loi lallait voir Kbreau pour une entente, patati, patata. — Mail lout cela, c'tait pour n'endormir. — Dans la pense de cet ami peu scrupuleux, les bons ne devaient jamais tre pays.— Chose calcule, c ho.se excute.— Malgr mes prires, mes supplications, pas un ellet n'a t pay — Je lui faisait voir le danger que je courais dans celle ailaire et que bientt mon nom allait tre ml un las d'histoires au Tribunal. Ce tait comme si je prchais dans le dsert. — Et la petite industrie |) riciitait visiblement.— Un jour, celait le mais en grains qoi manquait, nn autre |onr,lea achioee ne pouvaient lonc-lionm r; taule de 2 ou !> gourdes pour acheter une livre de grame. Souvent, une pice bris ne pouvait tre rpare tout dr .suite, laute d'argent pour avancer no Don •••mcani" cien.— Enfin, il y avait mille et un petits laits qui taisaient contpiendre que la petite indu trie battait de l'aile c'tait la laillile certaine. El De Hussy (tait aux abois, il ne savait o donner de la tte,il n'y avait que des petites ventes poitrinaires, pas moyen pour lui de sauver au mise, le patron ne dsemparai! pus la caisse, les petites piCfB de Tonton Noid dispa-raillaient au far et mesuie qu'elles rentraient. Tous ces laits taient la connaillinca de Kbreau. H" prvoyant surtout le dnouement la tu), il escompta les qoa r* boni signs par moi Mme Zenni, une Martiniquaise, femm d'sl fltrea de la place de Tort auPrince, mais terrible comme elle seule. Il n'y a que la robe qui la distingue d'un homme. — Ses manires, sis gestes, ses mouvements, tout cela ressemble a ceux d'un beau mate. Ella lient son volant comme n'nnpoite quel chaulhur de la ligne. — Inutile de dpeindra nies ci aintes quand j'ai su que ]'avais une personne pareille entre les jambes. — Klle me lana une premire sommation 'e payer les cent et quelques dollars, intrts conpn ; une deuxime ne tarda pas I m'tre signifie.— Je mis GARDINI II au courant des activits de lu Murtiotquaiie. 11 n'en lut nnll. ment mu. La petite industrie tait complcleme il i n dconfl ore el la raison sociale Gardii.ci De Jiussy ne pouvait payer le pins peut bordereau. On devait des mois de lumire a la Compagnie thclriiue, on achetait du mail par 1) >ut de .sac. Il y avail mieu les marchande de mas moulu, donc les plus dvoues lu maison qui avanait m de l'erg-nl a celle-ci, passaient parlois toute une semaine sans pouvoT obtenir l'quivalence de l'ur argent en mas-muulu. VENTE SUR SAISIE tage, et ai suivant : OARDINER a vendu rellement l'installation, c'est le courtier Petit Cole qui a men 1'efaire. — Est-ce que vous connaisse/ l'acheteur ? — Non, me rpondit-il. Ces renseignements me suffisaient pour me donner le droit d'en parler GARDIMER, (fautant plus que l'pe de Mme Zenni tait suspendue sur ma tle. Ce que je ne tardai point laire.. (JARDINER, comme on doit bienf le deviner, protesta nergique-ment, il nia le lait et me promit de ne se dfaire de quoi que ce soit tant qu'il n'aura pas pay les 100 dollars, et les Irais du jugement. Ces paroles me consolrent un peu, mais ne me rassurrent nullement, car j'a vais fini par comprendre que le jugement, le commandement de payer, tout cela n'inquitait point mon ami. Et j'tais dcid de surveiller plus activement les menes de (JARDINER. Cet aprs-midi, la Fermeture du dpt, GARDINER contrairement sts habitudes ne remit pas les ciels De Hussy J'a Mr et Mme O. J. Brandt • remercient sincrement S. E. „ .. .. le Prsident de la Rpublique On lait savoir tous qui il c Calh oliquc. le Charappartiendraquen vertu dune d Af f air dp ? le Hi saisie laite la date du 2 oclo8 d Atlairts de 5, M. le rtoi bre rail neul cent trente et un d'Angleterre, les Membres de et transcrite le 29 du dit aiy* ***' t i copale. &ne d'octobre, il sera procd a-i jOithodoxe Wesleye me, es Tribunal Ci\ il ou de Krmufre tamis de 1 ort-au-i'i uce et I sance de P >'-au.Prir>ce, I des autres \ illes de la He v l'audience du mardi 20 denn clique des marqu.-s de lym bie 1932, 10 lu ures du matin, I patfiie qo ils leur oui tmoi l'adjudication de l'immeuble g Des l'occasion del mort 8U ir anl: .... llu de leur regrett fils Une proprit, londs et btie1 Batterie CITADELLE ses.sise dans une "cour, la rue de la Runion, de la ville de Port-au-Prince, commune et arrondissement de Port-au-Pce, appartenant aux nommes lo. Elvire Oreste Georges et 2o. Cora Stphen Cambronne, propritaires, demeurant et domicilies Poit-au-Prince, la dite propn' ( la maison n'a pas de numro ) mesure environ, du Nord au Sud, douze pieds de laade sur trente pieds, de l'Est l'Ouest, de protondeur, et est borne au Nord par le Dr J. fi. Pasquet, au Sud par le domaine de IlStaf, l'Est par Fnelon Lespinasse et enfla l'Ouest par Etienne Camille Le dit immeuble a t saisi a la requte du sieur Etienne Camille, propritaire, demeurant et domicili Port au-Prince, ayant pour avocat.* constitus Mes Kigal, Alphonse Francœur et Dmville Pierre.avec lection de domicile en leur cabinet, Port-au-Prince, en excution d'un arrt du Tribunal de Cas-! talion de ia Rpublique en date : du vingt neul juin mil neul cent trente e' un, sur les dame et* demoiselle dora Stphen Cam tritz Maurice Brandi Ils les prient de croire en leurs sentiments de vive giatitude. Port-au-Prince, le 21 novem bre 1932. I a de Je changeai de voue que j'ai t maladroit, car; bronne et Elvire Oreste Geor • ce geste aurait d me Irapper. Mais je m'tais fi sa parole, il m'avait formellement promis de ne rien enlever avant d'avoir pay les ellets signs par moi. i Le Iendemain,(le trs ma-' liu, H heures, je me pr i sentai au Dpt, Mais hlas! i il tait vide. Ds cinq heures,' Gardiner, aid de ses hom-. mes, dmontait les machines 1,8U lur el mesure, les fai-i esait transporter chez le nou[ vel acqureur. Et quand je suis arriv sur les lieux, lout i avait t eulev. On doit ju j ger de ma stupfaction, de! mou etonuemeiit et surtout : de ma grande indignation.J'tais dupe de la tlonie d'un ami d'enlauce. De Hussy, que je trouvai encore dans la halle, je ne sais pas trop ce qu'il y taisait, partagea mon indignation. Sans perdre une minute, ie me mis A la recherche 0*0 l'ami indlicat. Je parcourus tout! les rues de la Capitale sans pouvoir le rencontrer. Il n'tait pas non plus chez lui. Ce n'est que le lendemain que je le vis.Aux reproches que je lui adressais, il me fit comprendre que prcisment c'tait pour me retirer des serres de Mme Zi uni qu'il avait sacrifi l'installation de mais moulu et que demain au plus tard il me verserait l'argent pour reprendre ma signature, et que voyant mon tat d'me il avait prlr me cacher tout. A qui avez-vous vendu? Ma question l'embarrassa outre mesure. Il i e me rpondit >as. J lui posai de nouveau la m ne question et cette lois avec plus de lermet. i Ne demain vous Mme Zenni. J'avais cette voie, tactique. — (L'ait lire est faite cash? lui demandaije sous un autre ton. — Non, je resle lui devoir cent et quelques dollars que je compte lui verser par termes. — Ne pourriez-vous pas me signer un bon de cent vingt dollars, valeur qui reprsente peu prs ce que j'aurai verser MmeZeDni? — En ellet, Gardiner m'a parl d'une allaire de ce genre.il fautque je le revoie avant d'accder votre demande. Repassez demain vers les 11 heures et satisfaction vous sera donne si Gardiner et moi tombons d'accord.i Demain, l'heure fixe, j'tais encore au dpt de l'an* Voulez-vous avoir ce qu'il y mieux comme batterie ? Voulezvous avoir une batterie qui vous rendr un service etectit? Voulez-vous que la batterie de otie uut./ ,'on garantie \oulez~vous (nourufcei | l L . Ohtric nationale V Achetez une batterie CITADELLE garantie a un pus I la porte de (oues !<> bour tf. lo Parce que elle n'a on lr en Ha . 2> Jane que elle ne •'.on cra jamais d'ennui, et on ({temps. 3o cee pas vois du e riTADRi f.E Or 8 un Pf US FORCE 1*2,50 DUR O LITE 15 00 o Parce que elle sera renml,. sans extra si par hasard e le aurait uu dfaut de constrnrti n, ce que vous n'avez pas a ec les batteries importes. 4o — Parce que elle est de la brication hatienne. Adressez vous : KftER'S GAR \GK, Fabricant Rue Pav^e Porlau! ricce (Hati) — Phone: 2318 & i 2 31. ge, propritaires, demeurant et tre compre Ti-Da. Gardidomicilies en cette ville, ayant j ner y tait aussi. Aprs plu* pour avocats constitus Mes Flix Diambois,Dudray Lecorps et Pierre Hyppolite. Sur la mise prix de Six oenl quarante „six gourdes soixante centimes, oulie les charges de l'enchre Port.au-Prince,le21 nov,1932 BIOAL Di.w i.i.i-: Pnanud A. FHAN(:OBL'K, avocats Cin-Taldy DEMAIN SOIR Jaque Calepin "i Emmv Lynn dans Le Vertige Entre 115') ; Balcon : 1,00 sieurs vives discussions entre les deux compres et moi, Ti Da me signa le bon cidessus. Au 15 octobre prochain, prsentation et ordre, |e paierai Mr Maxi Jeao-Jo1 seph la somme de Cent vingt ] dollars, valeur reue comp-' tant pour les besoins dmon commerce. Sign : DASNV PASQUET Moi qui ne connaissais pas cime, il m'apprit que c'tait Dasny Pasquct.dit Ti-Da,qui avait toul achet et que ce tropbienTiDa, je croyais que trouvait M. baade, r avais flni de gra 4 ^ on ne ? calvaire. Il n'en fut rien. Je %  ; n'tais qu' la deuxime staition. Aprs le 15 Octobre. cour.. Je len remerciai et en j dale fJe Ti Da J^ ^ moins de deux minutes Ttais payer, je me prsentai chez ADOUCISSANT LA PEAU....DLICATEMENT PARFUM. UN VRAI LUXE A UN PRIX INSIGNIFIANT. LUX SAVON DE TOILETTE DLICATEMENT PARFUM. LjtfF ,^m 4 U la ha du rue des Csais, dans le qui est presqu'en dpt de Rhum Barbam M0 Zenni continuait me retivol,s ,m l"'lez pas, rer ruo sommeil avec tel pa I e VJUS verserai ce que piart loibra qui tombaient dru i" sur m., lte. Des lommatioi a on pa:,^a aux citations, saxsssigna %  lions ti luli (|uanti — L*..lhue est eni ii el plaide au TribuBal do Paix, section Sud. Com< me j'avais jur de ne pas me chez Ti !)a que je connaissais dj. En peu de mots, ie lui expliquai le but de ma visite; |e n'avais pas lui faire des ptuases creuses pour arriver un aveule corps du dlit tait l, gisant piemle dans la halle. • Oui, me rpondit il, j'ai achet de Gaidiner un appareil pour moudre le mais, je suis en train de m'occuper du remontage des machines. —Savez-vous. lui rpliquai, je, que vous avez mal achet et que l'installation est ma proprit ? Il sourit et me dit : Vous croyez ? Et en disant cela, il tira de sa poche l'original de la contre •lettre que nous tous connaissons. —C'est entendu, lui rtorquai-je, mais les quatre ellets ne sont pas pays encore, et l'installation moudre !e mais constituait une garantie pour moi . — tC'est peut-tre vrai, mais rien de ce que vous m'apprenez ne figure dans la ma tte. Pour uue deuxime lui. Mais il avait toujours un argent recevoir de SL-Marc o il avait roul sa bosse avant de venir la roulerici Port-au-Prince et o, ajou-j dbris te sa boutique ~ tait il, il avait laiss des bons J tirand Rue. Aprs plusie en sa faveur MOHR & LAUMIN, P. O. BOXuM — Distributeurs' K ie Houx el du Centre. PorSau-Prince. tour de cette tourne, De Russy vint me mettre au courant de cette nouvelle combine qui tait laite sur lois, j'tais dupe de la tlonie d'un autre De la rue des Csars, Ti Da transporta les la Mrs Stno-Dactylo LES IUIPTIONS pour plus de [courses vaines, je russis par cinquante mille g o u r d e s. [ mettre la maiu sur Gardiner LesSt.-Marcois'No 2 Cette >as plus maiu mise ne IruolUfuse pour e hite sur Cari lut moi que cel diner N 1. MAXI JEAN-JOSEPH ( La fin demain). n'auraient pas d dvaliser ce malheureux. Entre temps, Madame Zenni me glissa un autre papier timbr. J'en fis part mon nouveau dbiteur qui me conseilla de la mettre en communication directe avec la Martiniquaise pour une nouvelle entente. Un aprvmidi, Mme Zenni, son avocat M e Llio Malle orauche et moi, nous nous TS? 0 ? p C i leZ iC b ? UtiqUier j ,aScis e ^q^Ler Rna'us olJ Le8 P roP s !; i n e donnent des signes qu'ils eu plurent pas a Mme Zenni qui n'entendait pas du toutchanVOIRE CUISINE, MADAME. liai L'toile de Mussolini, en e, se ternit. Le rgime confie lettre que vous dlivre (Jardiner qui peut • je le laissai sans lui dtendre.le lugemenl parutlaul! s la main • il n'en et.it eoriit contre moi et avec clause beau insister po n connatre le nom de facqureur.je n'a- vais pas russi %  lui laire des-j disposer comme bon lui sera • serrer les dents.Une ide me \ ble des machines. Il aurait fallu stipuler dans le ger de dbiteur, car dans le magasin de Ti Da, ou mieux dans sa boutique, il n'y avait rien qui pt lui inspirer confiance. Elle manche traversa ^ rien et la tte. Je ne lui dis additionnelle de la contrainte par cci ps. Ou me signifia le jugement et un premier commandement le payer dans I. drl M lgal. Tous les actes que je re is turent achemins GAROINI H qui ne se port lit p il plus mal pour c-lu. J'avai o nuuuira u'il est Anglais, donc il est egmatique. S plus digne. Je me mis la recherche du courtier P'tit Cole qui avait men l'a lia ire. Aprs une heure de marche, je le rencontrai prs du March Vallires. Et sans lui lais ser le temps de deviner ma graude contrarit, je e priai de me dire le nom de l'acquieur. Et sans difficult aupapier que Mr Gardiner ne pourrait vendre tant que les quatre bons ne seraient pas pays. Avec une clause pareille.vous pourriez saisir les machineries l o vous les trouve riez. Dilremment, vous n'avez pas le droit de vous opposer la vente". Le raisonnement de Ti D.i tait juste.Je compris que je ne devais pas continuer dans avez, son volant, gaz... regagna sa demeure. Nomm Inspecteur Gnral de l'Enregistrement en Octobre 1930, Jonction qui consiste voyager tout le temps, je ne pouvais avoir l'œil sur les menes, les activits de Ti Da, et profitant de mon absence Port-au-Prince, j'lais en tourne d'inspection dans les districts financiers de Petit-iiove et de Mira* gone; le boutiquier sus-parl revendit l'installation complte de mais moulu Malval. Le lendemaiu de mon reoni assez de la dictature du Duce. Celui ci ne sait quel saint se vouer, ayant reni Karl Marx. Pour apaiser les lalieos, Mussolini va leur faire une grande distribution de Mantgue des Uines dt\ Port-au-Prince et deSt-MarcA Lest (tailleurs dans ia iradiI lion des Consuls, pour laire sourire la louve romaine, Bec-Fin. Au cours de stnographie (franaise et anglaise) et de I Comptabilit de l'Ecole Spciale I de Stnodactylographie (angle I des Hues Prou et du Centre ) serout reues jusqu'au 30 novembre, les retardataires sont pris de sinscrire au plus tt pour viter les Iraisqu'occasiou • araient les cours prparaloues qui leur seraient ncessaires s'ils'inscrivaient aprs le .'10 novembre. La Direction de l'tablisse ment profite de l'occasion pour rappeler anx intresss que les tudiants en stnographie de. l'Ecole Spciale ne font pas seulement une acquisition thorique de l'art ail, mais aussi reoivent l'tablissement m me un entrainement mthodique sur des travaux de bureau vritables qui les dispense d? tout stage leur sortie de l'cole. Programment tarif dlivrs sur demande, WIS DE DEPART Chez Bailey Grand Ruo, 1313 Tlphone : 2383 Vous trouverez des POIS SONS IRAIS de G heures du matin 5 heures de l'aprsmidi. Poisson nature: 50 centime la livre. nettoy: 60 cts. la liv Les dpches pour NewYork et l'Europe (via NewYork direct ; par le steamer' i 'Jnstobal > seront fermes le aiercredi 23 du courant Port-au Prince, le 21 novembre 1932. RS111M Barbancorl cachet iriga ssMlln5vrnllatie Nuppi ISBS m quelque* O**" nutea FIAvra, Orlppe. > %  ** trane, RhnmivlHiB*, *•* iiu-s Dont la u


PAGE 1

LE MATIN 23 Novembre 1932 PAGh FORD LA SEULE VOITURE IDALE POUR HATI. \ Hour les „a, np e 8 h „„e V H ^^^'t^t^S^^^^^^^ JSSMP. roisitae *. ^ Voyez-nous des aujourdhui. Nous vous offrons une dmonstratn pratique de cette admirable nouvelle automobile! ^^J^^t^tS^S^SL^"^ ***** nouvelle FORD est UNIQUE. Moleur en V, Hait cylind.es Souple et sans vibration 05 G V Reprises instantanes. 75 Milles l'heure 2me Vitesse ilemieusp. Dbrayage silencieux syuch-nn arbttrateur wpel dpendant. jlencieux de Carburateur Coilr'e automatique de l'Allumage Villebrequin contre balanc j 00 Carrosseries basses et spacieuses Siges profonds et moelleux. Tentures riches Couleurs varies, aux choix Ressous extra-souples. Amortisseurs Hydrauliques BOUDAILLE Auto-rgies cl contrls pur thermostat Pare Brise en ^erre inclatable Toutes les glaces des lin ous n< s sont aussi en verre incliitable. Cot initial modique Consommation d'Essence minimum trais denlrelien modras Mtaninisme sr et prcis Durabili. Le nouveau moteur 4 cylindres ne s'impose pas moias l'admiration. Prsente avec les mmes superbes carrosserie*, "Wl trouve dans cette voiture plusieurs de ces qualits remarquable: I QNFORT SCURIT DOCILIT Qui caractrisent la S cylindres. Fournissant 50 CV avec une incomparable souplesse, et mont d'aprs un principe nouveau. le moteur du nouveau 4 cylindres permet de taire de 66 71) milles l'heure. PRIX DE VENTE Tourirg Touring de Luxe Koadsler de i uxe Coupe ( 2 places arrire ) Ford or Sedan de Luxe Or V.8 870,00 930 00 875.00 070.00 1145.00 4 cylindres Or 10 Ou S7O.00 815,0(1 910,00 1085,00 POUrt LES VENTES TERMES, NOIRE TAUX D'INTERET 8 Demandez les nouveaux Prix GRAND'RUE Chssis Camion 21/2 T. 157" di long avec pneu de rechange Chssis camion Cil" 1/2 Or 885.00 185,01 55/100 l PAR i| ESI LE PLUS BAS ACTUELLEMENT EN HATI. des Pneus et Chambres air GOODRICH. HAITIAN MOTOR S. A. TLPHONE : N 2379. Bvue i+n Deux Monde lb.Uuede riliiiversil.l'aris. SOMMAIRE DK LA LIVRAISON DU 1er NOVEMBRE 1932. Zullu—Premire partie, M ufire Bedel. l'cole unique, Hipp^'yle fagot. La riviera que j'ai connue — H. Madame Frank'in Grout, Louis Bertrand, de l'Acadmie franaise. Hierinage en Acadie ( Avril mi ), Victor Forbin. La dcouverte de l'Amour.— Deuxime partie, Charles Gniaux. Michel Chevalier, Marcel Bln<-hard. Journal ( 1865-1869 ), Michel Chevalier. La question de i'ojra comi V'*. (, o-ges Rirou. Le thtre de Goe'he III Hhigo.nu. — Le Taase, Chai les Ar.lltr. ACh ui ly, Paul Bourg. de Ararifmjg irsraise. Chronique de la quirzaine. — Hisloire politique. Rt n P>r on. PBIXDE 1/APONNRME.NT Un an Six moi; Trois rrois ,"' SineetOise oo lis 51 1rs 26 lis f "'Paiements et '-olon-sl-anai;esio6fr* 54 Ir al (rt wanyer : a >' s demi-tarif Pestai i 3 oft6ln 34 '• 'ft a plein tarit .l*-' 1 '' lf-0 lr • fr. 4llr* ks abonnements partent du Uv e du 15 de chaque mois. Pr *x du Numro : 6 I r Navv-Bar Bue du Maganln de lEtat,. JS" SOIEn face Maison Centrae L'tablissement le mieux ar de la ville, cause de sa grande terrasse entoure de beaux arbres. Si vous voulez passer un moment agrable en bonue compagnie,rendez vous Navy Bar, c l'on vend les meilleures liqueurs et prix trs rduits. ouvert toute la nuit. TRAVAUX D'IMPRIMERIE L. H. HORIS8ET Pour vos caries de visite, hoiderauy, tactures, imprims < cufe sorte, passez chez L.H. Morisset. rue Dants Deslouches en If ce de la GlacireMaladies del TOUX Catarrhe £leufiintnli POITRINE ASTHME Rhumu antiui A vendre &f 'Une r di > et trois tables * Bridge. S'(iieser : PHCNEj 103-2. LARYNGITE BRONCHITE rmohytim INFI UF.NZA • [ %  irnuivmi CRACHEMENTS iU WNU TUBERCULOSE • CHLOROSE PI* Htl* ANEMIE Situn nooturntt Curlitnn certain* par le traitement A la BACILL.NE RAVENET PARIS qui a guri des milliers dt maladaa dieipra En vtiif i Pnrt-au-Pr


PAGE 1

Mercredi 23 Novembre 1932 Le Malin 2bme ANNEE N jfcUS Port-au-Prince Tlphone : 2242 4 PAGES INSTITUT Dirig par le professa r LUC DOPSINVII LE Etablissement u'ioseigne ment en progression ronstan le depuis la date -'' sa ton dation! Succs coinnletaux derniers examens ollicie s pour l'obtention du baccalaurat — Compltement l'-, preuve du feu et munie de toutes les amliorations modernes, la maison est situe au liane de la montagne sur le sommet de laquelle se dresse, protectrice ei majes-" tueuse. VEqliH de St.-Grard. Auss le sjour y esl agrable et les coliers faibles de sant y trouvent le moyen (le retiire leuis forces, tout en poursuivant leurs tude-. Cours classiques ; Cours pratiques i-u choix; met ode nouvelle qui tait progresser rapidement lesattards et les dgots 'les ludis. Prix dkotaae calcul s suij vaut la capacit de | lment actuelle des parents. i.es enfants de tous les ges scolaires v sont pea pts... Tels sont les principaux a van lagi s qu'oflre l'Insiiint Guyi Joseph Itonnet o du reste j l'tllectil a plus que double en I a u l.n y envoyant vos enfants, Grand Htel de France P. P. PATRIZI. propritaire Cet tablissement se recommande par irrprochable. un servie* 1 un reslaaHpital Gnral Hati*- Accidents Ki novembre 19152 Raoul Armand, 10 •*, Lalm ; blessure contuse du tiOD • j IdaUe Dorcna,:) ans.ftionVUle; b'essure piquante du pied droit. Lucie JvBiptiste, 28 ans, Parc-leconU; blessa s~ koff.— Poula saison d't, rendez-vous chez A. J. Karam, Kenskoj], o vous seiez serai souhait. Exceileniei conciliions Lykes Brothers SS C lnc Texas -Hati Santo uom.ngoPorto Rico contondante du {eut R. Kapb 61, 22 ans, Port-SOPniice; hmatome du cuir cheivelu, contusion de la nuque I ^hospitalise). j 17 novembre 11)32 Chrilia Justin, 32 ans, quar.lier la Madeleine; bilure 1er degr du bras, de l'avant bras, du flanc gauche. Emmanuel Sierhn, 9 ans, rue du Centre; larges rosions au do* du pied gauche. Ulrich Volvuk, 1 an, rue Ma • gasin de l'Etat; con'usiou du poignet c'ioit, tucture du 1/3 nfeiieu-. | Ch i t S lldaire, 15 ans, 'l g;nt; blessure tranchante de la ItiSe g -uche. Louis nu.n, 7 ans, iue des fret entre les ports ,,n y envoyant vu. eumm., tecJ M;iill> Louis m,,.., / ans, me aes vous gagnez plus que 1*0" !" a rC cptiou rapide et le manquent habile de va* U, Mi;traum t l8m§ & ta emn b Lsement lui-mane. | ^ se vez vous touiours des navres de N LYKE %  • L.K— I Kudovia voh v 2o ans.Pt O* AVIS IMPORTANT UNE. re [ f Pharmacie Joseph L. Valm n'empresse d'annoncer usa nom bu use et fidle clientle qu'elle \ -t de recevoir par le der• u i steamer franais U s spciaI/R pharmaceutiques suivie Drages de gnserine, ciel1,-ni des scrtions el de la m< ricit du lub" digesli! ; sp( ii |iudi s tronb'es sympa!ni Drages d A m Ida /.contre '( ation, Sirop et drages d'Hvmogenol Dausse,i base de sium tv me pc .'tique de cheval, lgi nra\i nr du sang. llrctameline Pommpdp antihinorrodale l'Olo S dlo le ( hsmameline ; Jrai'enn ni alojtiq ie et radical des II. morroti v estmes, Sirop Tegssdre, gouvtrpin d;tns la priode de la deulll 0 i i h /. les nouveaux IU'N Solution Sc/lOU/7,pro luit sans c%, I dans les attachons du loie, (1< s reins et de la vesia ( I ainsi dans les coliqui s I ipatmiea et nphrtiques Ih'inoatyl. Stovartol pour en Innts et adultes. — Godyl intra r usculaire et intra v il euse i our entants et adoli'S. Gar Ouate base d'huile de I ie de inorne. Gralna et Pas illes de htiraton. Vaseline pailume au jasinin et a la volette Ex %  traits difers pour sirops et ligueurs. 1 H produits el spcialits i barmaeoliques sont v< ndns meilleur march que pailout ailleurs, Les prochaines arrives a Port-iU-l nnce son Steamer Mmeria Lykes, -'•> noveml. Stca.n.r Rntb Lykes, 2 dcembre bureau: Hue do Mrgasin de l'IOii. boile rostaleB M'OUBLIEZ PAS DE FMRE UN PETIT TOUR II TERRACE-GARDEN Chez W. KAHL Petionville 1 600 pieds d'alihude. L'tablissement le plus Irais de-ecl virons de Port-r Prince. Seulement 15 ininu'es d'auto sur une excellele roule asphalte. Vius merveilleuses de la ville et du \.oi\. Boissons de toutes espces. DINERS GOUTERS SANDWICHSarrangements particuliers pour les pensions de jour, s ematne" s ou de mois, Eudovia Volty.2(ians,Ption V.l ••; forte toi.tution du bras droit. Audia Paul, (> ans, bas Peu de tln.se; b. uluie 1er degr du | iho'ax. Qenurin S> Il ;• < j 35 ans, I Sarlhc; fracture 1/3 infrieur de l | mue gauche l_uufci>ilidi ) 18 novembre 1U32 Thi amne Fraooif, IBans, Bolosst; biluie du dos du pied gauche. Isa h a Marc, 13 ans, Bel-Air; protons Ou cou Acline Mends, 25 ans, BelAir; blessure contuse du cuir chevelu. Julien H n, 27 ans, rue Pj lion; Coniukiou t hmatome de l'avant braa g uche, du uus ci j des omoplalts. ) Nubie Z c ii, 2G ans, rue des ] j C>ai>; bits ure iranchanie. de l'avdio biai gauth •. ) Cadet Ucinus, 38 a is, Chemin de* Uaiie; coip tranger p.iu! m • ue l>i menu droite. \ Bedevue Vdscu.GG ans,quar/ l*r St-Josc| I ; blessure contuse rgou paiiiaie (^hospitalise) Uieudonn Jv nia, .32 ans, Ar j caluie. Bitssuie tianchanie de l'avantbras et du genou gauches (hospitalis) AVIS AU COMMERCE La Panarra Hailroad Steamship Line a l'avantage d' noncer les (parts suivants de New-York pour port au-priu Haiti, direc'ement chaque mardi, excepts le steam:rA coni qui 'aissera le 21 dcembre, et arrivera Port-ii Grince le lundi 26 dcembre 1932, et le i Guayaquil q laissera le mercredi 28 dcembre 1932, et arrivera loi au-Prince le 3 janvier 1933. Tous les steamers sont r.oa vus de chambre frigorifique. Doarts ie heu) \ork. Arrivages Pori au-f rince. Steamer iCristobal le 6 dcembre 1932 1e lldc. 1 Steamer iBuanaventura % le 13 dc. le l^dr. Steamer Ancon i le 21 dcembre le 26 n Steamer Guayaquil le 28 dc. le 3 janvier j Jas H. C. VAN REED I Ag ;n t Cural 1 La Magnsie ERBA 666 En Liquide — Tablettes Sauve, gurit la malaria en 3 jours. Les froids le 1er jour EST LE PRODUIT LE PLUS RECHERCHE GOMME REGULATEUR Maux de tte et Nvralgies en DES FONCTIONS GASTRinutS ET INTESTINALES. ,fiif23 les hoids A. de Matteis &G IBIIT8 POUR HATI i*fi !" n fi*rmtom. nu ^z ^* S-S c i LIGNE CIILOlBItNiiE ) 1 1 [phone: N '£ 23 Le vapeur Colombiaa V T >>y. 1, parira de New-York le 21 novembre, uiiectemeut pour iort-au-frince, o il tst at teidu le 28 novembre 1932. 1... partira le mme jour duc i m ut pour Kingston. Puerto Lo v mbia, Cartagna et Cris-. lob. i. rt-au Prince, ii 14 nov. 19 -i William L. BLEO. • i. LE FAIT EST INCONTESTABLE 8 E! LLES • %  > %  %  >' Wmmrxrnn. — i" Il rsl. "'"""b,.. Il il s N'ABW f &, u * r>.w5i De.., I'AW 1 1 C'est la quintessence des meilleures varits de cannes d'un vaste territoire runissant les meilleurs terroirs Lest ce qui fait son arme. GOUTEZ ET COMPAREZ! Les avantages qu otfre lj Cuisine Electrique i HOTPOINT sont maintenant connus d| tout le monde. Pour vous en convaincu visitez notre salle d'exp< sition. Compagnie dhclairag^ lectriaue. Loterie Nationale d'Hat] •fie, Rue Bonne.Foi, Phone : 3358 La Loterie Nationaled'IIati est une institution hautement humanitaire par la mi'J' d'oeuvres qu'elle se propose d'aider, une chruce a tre offerte aux hommes de toutes conditions de w Employs, Fonctionnaires, Ouvriers, Artisans, Sal tous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans e leur budget inoyannant deux goudes, peuvent g a o" mille gourdes. Patrons de Comraerce.Chels d'Indus" H aux iusulfisances des ventes, par l'achat d'un bille'q libre du souci des chances. Jj Mdecius, Avocats, Ingnieurs, Snateiirs, Dputesv i Dignitaires de l'Etat,Reprsenlants de l'iutellectuam nalistes. Donnez l'exemple de votre solidarit socia c t '. Rentiers, capitalistes, comme en jouent, augmeu avoir. \ Vous tous qui habitez Haiti, rendez-lui ^f ]Tl liant un billet de la LOTEIUE NATIONALE D^ii


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07160
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, November 23, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07160

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Maqloire
DIRECTEUR *
1358. RUt AMEH1CAINE 1358
1ELEPH0NE N2242
26 me ANNEE N'7828
Autour de la Dette publique
o
XXVI
L'obiectif du Gouverne
ment Amricain
nopolises entre les mains de la
National City A partir i u mo-
ment o M. Frank Lvon Folk
avait lait savoir la Commis-
sion Hatienne, au Dparlement
d'Etal, que le Gouvernement
amricain ne voyait (pi un ta-
blissement, dj tabli en Hati,
la Banque Nationale de la R-
publique d'Hati, capable de
prter au Pays l'assistance fi-
nancire qu'il lailail : et mme
avant ce moment, car nous
l'avons dj dit, la Commission
avait t prcde Washing-
ton par MU. Casenave et San-
ta Hier, reprsentants de la Ban-
que ( 1 ), le Dpartement d E-
tat avait dj nettement son | la.i
arrt.
Toutes nos ngociations di-
rectes Washington tant mi
ses en chec comme nous la-
vons vu, les ailaires se droul-
rent comme suit : juillet 19W :
accord avec la Banque ; lvrier
l')17 : pleins pouvoirs au Lon
veiller financier, M. Ruan.poui
ngocier l'emprunt ; et celle
occasionne Gouvernement am-
ricain lait admettre par le Gou-
vernement hatien le principe
du remboursement de l emprunt
pendant la dure pro onge
rison ; P.W. Chapman et Co.
taient reprsents, et si, ne l'-
tant pas probablement, le lail
est explicable par publicit in-
suffisante, par parti pris contre
leur participation, ou parce
qu'ill y auraient ren nc volon-
tairement ou entendu modifier
les conditions relativement
avanta.euses laites antrieure-
ment au Gouvernement.
A pro >os d'autres banquiers
que ces Messieurs, ayant parti-
cip I Emprunt adjug en 1922,
il n faut pas perdre de vue que
la National City Bank ol New
York, qui ligure en qualit d'a-
gent liscal dans le contrat d'em-
prunt des titres srie A, y est
prsente comme une associa-
tion de Banques nationales et
qu'il n'est pas impossi le, quil
es mme trs probable, que
celle association I instar
des bandes de malfaiteurs se
lital : il a d suffire, poui
cela que cbacune des Banques
associes el.aprs entente, pr-
des olli es
Trait ; octobre lUli)
protocole relatif aux rglements
Ses dette, affirmant de nouveau
le contrle du Gouvernement
amricain sur le service de 1 Em-
p,unl aprs liWti ; lvrier 1920 :
le Dpartement dEtat arrte les
conditions du transfert de la
Ranaue Nationale de la liepu
WiSrdHaiti U National a-
y "septembre 19^0: le Dpar-
lementd Etat arrte les condi-
tions de l'Emprunt: juilfet 1922.
iranslert de la Banque Nal.ona
le a la National City ; seplem-
.,, 1922 : prospectus dflmlii
IllEnV-unt PrvoyaN^|u;
dication : octobre W22 I Lin
, mit est souscrit prcisment
par la National CllV.
U est loisible chacun d at-
tribuer au pur hasard, aprs
avons vu le Dpartement. dttj
faire en laveur de la National
CUV le lait que celle dernire
e ^devenue prcisment elle-
mme l'adjudicataire de lEm-
mcme i- 9.. t considerer
.muni de UW* mui n*narle-
Vie c'est ce mme Ppaitt
11 \\ dLtat que l'opration a
Z\ 'uet les acteurs lurent jus
eu 1K u c.1 ,v .ip nous
tement les mme* ^"^
avons VUS occupe OUT il
. . i Vitu Prospectus :
publ,(|ueuHa .^ ricailw,
Affaira l~a>.y Washing-
sssgSSS
tiendront -PgtoS pour
oftert par les Banqm i
les obligation. **%% sera
et heure, aucune. LJ\l .
prise en coMidraUon. a ^
a rttSR* >"'
cachets. dc,Aut
H faudrait "gjy opra-
d'un procs-verbal des
lions que person* u ,,
!;0nnanu'KuA prsentant du
associes cul,aprs enienie, pi
sente des ollies moins avanta-
geuses tpie la National City,
sans y rien perdre d'ailleurs --
en concdant sa ralit au dit
groupement, puisque cette
dernire les reprsentait toutes.
Nous n'avions donc pas tort
quand nous disions prcdem-
ment des pourparlers de M.
Kiian avec des ...Syndicats am-
ricains , que cela s'entendait
en ra it de la National City.
Nous avons dj dnonc le
lail anormal de la National City
la l'ois souscripteur de l'Em-
prunt, principale dtentrice des
obligations, donc constituant le
march, et notre agent liscal.
Par ce que nous venons de mon-
trer, le cumul remonte
haut : aux enchres
On \cut se venger pnr 'les moyen
cura et dtourns. la lettre aro-
iivmc esi un de CM moyens, l.e l-
cfifl inooyma est lche, parce qu'il
provoque, en se dissimulant des ca-
tastrophes. UeetliaiM parce qu'il a
peur de ses adversaires.
PORT-AU-PRINCE (HATI
MEHClDl 23 NOVEMBRE 193:
a plus
. mme dont
est sens sortir l'Emprunt, et,
puisque logiquement tout cela
suppose une longue srie d'ac-
cords, d'ententes et de compro
mis dans lesquels il est difficile
de considrer les acteurs, offi-
ciels ou non, autrement que
comme autant de complices et
de collaborateurs de la Natio-
nal City, l'ensemble des agis-
sements amricains qui, depuis
la mission des Commissaires
hatiens jusqu' nos jours, tien-
nent notre petit pays, parce
qu'il est jeune et a le sang riche,
sous le coutelas financier des
Etats Unis.
En dpit de notre vive et
grande admiration pour le
peuple amricain dont nous
aurions l les premiers dsi-
ler qu Hati suive les directives
si elles taient dsintresses et
humanitaires, et notre pro-
luiid regret, nous sommes obh-
;s de reconnatre que tout ce
qui s'est pass dans le pays.dans
le domaine financier, depuis
1915, est un rsum des activits
mallaisantes de la National Cily
avant pour agents la plupart
des Conseillers linanciers que
nous avons eus et, pour quar-
tier gnral, la Division des Ai-
laires Latines Amricaines du
Mpartemeni d'Etal. Nous cro-
voia oouvoir affirmer, aprs
toutceqm nous avons dit que
nous opinons p., en pleine
connaissance de caUso. IOUW
politique qui ne s'exerce princi-
palement l ne peut se dire na-
tionaliste.
( A suture )
/H M. Casenave tait le Prsidai
du Conseil d'Administration.A la si-
snature de l'accord. M. Santallter fol
r?m3ac par Mit. l'-arnlKU... son
v1ce-pr8ident.Preaqac toutes les ac-
SEfflla Banquetaient entre Iw
de porteurs amnea
-ECHOS
Hier a eu lieu la premire
entrevue entre les prsident*
Hoosevelt et Hoover.
Le l.islin Dinrio informe
cpie Sou ExcMgr Adolfo Nouel,
archevque de Sanlo Domingo,
a l DOmm Prlat de la (jranle
Croix de 1 Ordre de Si Lazare
Jrusalem.
Une dpche de Moscou
annonce la mort de Madame
Stalin. lemme du prsident de
l'U. S. S. R.
Deux civils et un agent de
police lurent tus et une tren-
taine de personnes blesses
quand des soldais firent leu sur
un groupe de manifestants so-
cialistes au Palais de Genve.
11 se confirme que notre
confrre Lon Laleau laissera
le Secrtariat Gnral du Minis-
tre du Travail pour aller au
Ministre de l'Agriculture, coin
me Ch'-I de Division.
Le cirn- lre du Brtfjne
par o passe la rivire du heu,
expose la sant de cette intres-
sante population. On nous an-
nonce que malaria, paludisme,
para-typhode y sont l'tat
endmique.Le Service d'Hygine
a quelque chose faire par l,
en conjonction avec la D.CT.P.
C'est ce malin, dit-on que
le Juge en 1re Instance de
Port-au Prince,contre qui plain-
te a t agre par le Conseil
Suprieur de la Magistrature,
sera entendu par celui-ci.
Le Chancelier de la Lga-
tion Dominicaine Port-au
Prince, Mr de Moya, est rentr
de Sanlo Domingo avec sa lem-
me.
Allez chez Bolt au Bon
March o vous trouverez des
rayons de marchandises de lou-
les sortes des prix raisonna-
bles.
Boxe
Le greal-event de la saison de
h >xe sera la rencontre,vendre
di prochain, au Stadium West
Indies, du fameux boxeur p-
ruvien Paul Granda, avec le
non moins laineux Papasilo, l'i-
dole du public hailien. Le pal-
mars de Paul Cran la est tout
simplemeni impressionnant. En
effet.il compte prs de cinquan-
te combats, au cours desquels il
ne fut vaincu que quatre lois.
Aucun pronostic ne peut tre
lait, quant au rsultai de la
lutte de vendredi soir, malgr
la technique de Papasilo, sa
souplesse de panthre,son punch
redouable et prcis.
Ce combat passionne dj les
lerventsdu noble jeu.Que sera-
ce donc au grand soir ? Per-
sonne ne voudra manquer cet
vnement.
DEL'tTRM
EU ALLFiSt
Une dpche de Berlin an
nonce qu avanl-hier a eu lieu
'in deuxime entretien entre
le prsident von I lindenburg
et Hitler. Le prsident ;i de-
mand Hitler quelles ron
d il ions il pourrait former un
gouvernement autoritaire. Ce
lui ci, :iu Mou de rpondre In
question,ademand des clair*
cissements. Jusqu'ici, rien de
fait, ajoute I > dpche
I. RENE DE LEPEiWIOE
Nous lisons dans le i Lislin
Dinrio que c'est le distingue
fondateur et administrateur
de La Opinion, Mr Ren
d<- Lcp.TVjiiirlie, qui vicnl d'e ,
Ire nomm Consul de la Rou-
manie pour Ion te la Rpu-
blique Dominicaine. II :i re-
u ses lettres-patentes de Bu-
carest l'accrditant comme tel,
signes de S. M. le Roi l '. ii'ol H
et du Prsident du Conseil
des Ministres, Val la Voewods.
L'exequatur lui a l dlivr
par le Pouvoir Exculil Do-
minicain.
Nous prsentons nos sin-
cres flicitations noire ami
Lepei vanche.
U REPRESENTATION DE FAUST
A VIENNE
VIENNE. Il parall que
l'anne prochaine se ralise-
ra le vieux rve de donner
une reprsentation de FAUST
de Goethe la fte de Salz-
burg Les professeurs Max
Kciiiliart et Clemens llolz-
meister Iravaillenl aux arran-
gements pour donner I i re-
prsentation l'Ecole d'Equi-
talion de Moih lisberg. Le
col sera tellement lev qu'il
taudra que l'on puisse don-
ner u n gland nombre de re-
prsentations, ("est pourquoi
le prolesseur Holzmeister Ira
vaille Un syttme de sc-
nario permanent qui puisse
durer plusieurs annes.
j il y a
j Vingt-cinq ans
ILf Matin, 18 hoocmbn IW7.
' CONSEIL COMMUNAL
Par un Arrt de Sun l'.xc.
le Prsident d'Hati e>. date
ilu ls Novembre, /< Conseil
Communal de Jrmie est kis-
pendiu ( ne Commission corn-
pose des citoyens Pressoir
Jrme, Dulcl Beaubut et
PMicn Boncy e s t nom m e
pour grer, jusqu'aux pro-
chaines lections, les intrts
de celle Commun1'
Matin, 23 Novembre 1907.
M. CHARLES MORAVIA
il nous revient '///< notre
unit cl tris appr ci collabo-
rateur Charles Moravia, D I -
gu des finances dans la cir-
conscription des Cages el d'A"
(juin, fait de la bonne besogne
dans ce ressort administratif
Grce sa vigilance el
son coup d'icil. le lis- est eiilrr
lans un considrable chiffre
le revenus do ni <>n essayait
de le frustrer.
Sons souhaitons notre
ami, dans la nouvelle sphre
ouverte son miaule et a son
s vieux, autant de succs qu'il
a coutume d'en recueillir ail*
leurs.
o
\li.. Aiiiu Johnson Mollison, l'a-
\ i itrice anglaise qui i lent d'accom-
plir le raid du Cap de Bonne lisp-
i ance, i battu le record de air Molli-
son liii-iiirni" Ce n'est |>is le fait
-l t\ >ir iianchi laa 72.000 milles en
i i^lii ,. Li Luyjres el > ininutes.Ccla,
c esl beau.M lis ce qui est plus beau,
c'csi que celte personne fsi arrive
destination sans fatigue el sans au-
cua trouble physique. Elle a atterri
doucement ft l'arodrome du Cap i>.
au dbarqu,elle a rclam du lllli'M
SAR lin: CACHET D'OR, fai on do
tuaniTester sou Lriomphe.
ASTHME
Oppression, Catarrhe,
Suffocations,
Toux neroeusis.
Gu6rlion oortalno par loi
CIGARETTES CLRY
.u POUDRE CLERY
D' CIRY, IS. hue do MauDoug. PARIS.'
ITE
E MISSION PAPALE
EN IRLANDE
BRUXELLES.- L'Arche-
vque de Nmnur Monseigneur
Heynen a revu l'ordre du
Pape de partir en Irlande en
mission spciale e! confiden-
tielle pour tudier tond l'-
tat spirituel actuel des catho-
liques irlandais. Il est enten*
La semaine dernire, les
personnes suivantes onl l
d cores de l'Ordre Hon
neiir, Mrite .'
' Grands O/liciers . Le Gn
rai \\. P. Williams, le Colonel
I'. i). Cnlixle, le Colonel Lo-
l'onlanl. les nminrs Jules An
dre el Alexandre.
Officiers : Capitaines Luc B.
Oriol.Durce Arinaml el Hen-
ri !/ Clermont.
Chevaliers'. Premiers lieu*
lenanls Asirel Roland, Geor-
ges Merlin, Philippe (main et
Louis Romain.
Tous nos eomnlimenls.
... a vu un journaliste sourire
de mpris la lecture d'un
misrable billet anonyme tout
plein de mIveilhnc, de hune
et de mchancet. Et tendant
l'infme petite ordure det
amis qui l'entouraient, il le leur
donna lire en murmurant :
On veut se venger par des
moyeni obscurs cl dtourns.
La lettie anonyme esi un de ces
moyens. Le l est lche parce qu'il provoque
en se dissimulant des catas-
trophes Il est lche parce qu'il
a peur de ss adversaires. Et
c'est notre manchette du jour
il.lie tous les crapauds
chamarrs de pustules qui cr-
vent dans leurs vieilles peaux.
*
*
... s'est dlect la lecture du
dernier numro de La Semaine
Humoristique), o sont publis
('excellents A h manire
de... Ce sont les conlrres,
sans en exeep'er aucun, oui ont
lail les trais. Il y a de l'esprit,
de lliumour et de la blague.
Tous nos eomnlimenls, Mar-
ceau. Continue/.!...


... voit qu'encore u.ie lois, le
typo et le correcteur se sont
entendus pour nous laire im-
nrimer un mot no ir un autre.
Mr 1 ouis Prophte ayant crit
dans notre numro d'hipr que
nia Salure qui parait Mrecotn*
plice des dtracteurs du peuple
Imiien Me, il a l puhl' que
l.i S'ation.qui parai' tre com-
plice ete > Ce n'est pas tout
lait la mme chose.
... a vu 'undi, 10 heures du
Mutin, un de nos conlrres
e prsenter au camp d'atterris-
sage de la l'an-Airways, charg
d'une magnifique gerbe de roses
rouges. L confia les tleurs au
chancelier de lgation Laudun
nui regagnait son poste San'o
Domingo et insista pour qu'au
dbarqu elles tussent remises
sans r-tard la grande dame
Dominicaine qui on les d-
diait. Kl la minute d'aprs, l'a-
vion dmarrait, emportant la
prcieuse ollrande N'est-ce pas
que l'envoi est d'une dlicatesse
sans pareille?

... voit que le match qui met
Ira bientt aux prises Papacile
el Paul Grande, es! anxieuse-
ment attendu par les amateurs
de boxe. On sait que les deux
boxeurs sont de classe, aynt
chacun plus de cent combats
son actit.


... voit] que notre nmi Paul
Gardera prsente une eau de
Cologne qui de l'avi des con-
n iitueurs dpasse e bouquet
l'Ambrs d'Orsav. PasftS la
Maison HarbancouM contrler
l'inlormalion
Loterie
Nationale
mains ue !*......)~~,~\j,,
reprseniaiu u cest en ralit un Baurajy t\w-
Idal rliuiu
A iX
30 annes
HOY
uv succSi

du que la politique du Vati-
ean avec l'Etat libre de l'Ir-
lande se basera principale-
ment sur les informations de
Monseigneur I leynen.
L'Archevque de Namur a
tout Ce qu'il faul pour rali-
ser les investigations. Il est
secrtaire de la commission
permanente du Vatican char-
des congt es eucharisti-
ques et comme lel dploya
beaucoup d'acMvits dans lor-
ganisation de la clbration
qui i ut lieu relie .mu a Du-
blin, il connatl l< s Qgures les
plus importantes du Clerg
jirl mme |Ue Us
Ipersonna^es irla
oo
j Nos spirituels confrres
Dartiguenave et Hudicourt,
[du Centre, nous ont donn
i une belle trousse samedi der
nier. Ne se sont ils pas aviss
d'annoncer leurs lecteurs
que nous gardions le lit? et
nous qoi n'en savions rien...
La tentation nous vient par
reprsailles de tuer notre
tour ces d en irtnantt
amis ... mais mme pour rire
comment ;>' ivo i" "e don-
ble deuil national? Nous nous
(en tien Irons donc une
.simple rectification. Nous ne
J sommes >as m ilades ... et l-s
Directeurs du t Centre i n'ont
U.\\\e le gros lot de la
Loterie Nationale.* C'est biea
JcouirarianJ. "w#


PAGE 2
LE MATIN 23 Noveml r. 1932
I' *!
Allai re Du rosier- Jn-Josepl
C SWITE )
A la tin du mois de lvrier In jour, profitant de l'absence
1030, Kbreau vint me trouverldu sieur Chel GRDINKR, Dk
et m'apprit que le premier bon | Russ\ m'apprit hrle-pour-
poinl que lepitruo voulait t>a-
dont I chance tait arrive de-
puis lia janvier, tait encore
impny et il me dementa d'iu
tervftiir srieusement dans la
3ueslion, car il avait be-oin
'argent. J'en lis pari i (ahdI".
MER qui me pi omit (K- pi r n | velle ne manqua pas de me trou-
mars lea deux ellels. -- A la Qo ; bler. Mais voulant savoir davan-
je lui posai des questions
pu obtenir de lui l'aveu
zim1'-i l'inaiallatioD ei que |'a-
vais prendre mes prcautions
et me dem-itida de n*. pas citer
108 nom dans la rvlation qu'il
venait de me taire Celle nou-
de mars Kbreau m'annona
que rien n'avan t lait encore.
Gardinbr qui je manileslai
mon mcontentement m'ob|ecta
qu'il ne pouvait payer cause
d'un bordereau du mois de
dcembre 1(J2(J de la Compagnie
Electrique qui tait jusqu' celle
date ( mats 1930 ) impay et
qu'il loi lallait voir Kbreau
pour une entente, patati, patata.
Mail lout cela, c'tait pour
n'endormir. Dans la pense
de cet ami peu scrupuleux, les
bons ne devaient jamais tre
pays. Chose calcule, c ho.se
excute. Malgr mes prires,
mes supplications, pas un ellet
n'a t pay Je lui faisait
voir le danger que je courais
dans celle ailaire et que bientt
mon nom allait tre ml un
las d'histoires au Tribunal. Ce
tait comme si je prchais dans
le dsert. Et la petite indus-
trie |) riciitait visiblement. Un
jour, celait le mais en grains
qoi manquait, nn autre |onr,lea
achioee ne pouvaient lonc--
lionm r; taule de 2 ou !> gourdes
pour acheter une livre de
grame. Souvent, une pice bri-
s ne pouvait tre rpare tout
dr .suite, laute d'argent pour
avancer no Don mcani"
cien. Enfin, il y avait mille
et un petits laits qui taisaient
contpiendre que la petite in-
du trie battait de l'aile c'tait la
laillile certaine. El De Hussy
(tait aux abois, il ne savait o
donner de la tte,il n'y avait que
des petites ventes poitrinaires,
pas moyen pour lui de sauver
au mise, le patron ne dsempa-
rai! pus la caisse, les petites
piCfB de Tonton Noid dispa--
raillaient au far et mesuie
qu'elles rentraient.
Tous ces laits taient la con-
naillinca de Kbreau. H" pr-
voyant surtout le dnouement
la tu), il escompta les qoa r* boni
signs par moi Mme Zenni,
une Martiniquaise, femm d'sl
fltrea de la place de Tort au-
Prince, mais terrible comme
elle seule. Il n'y a que la robe
qui la distingue d'un homme.
Ses manires, sis gestes, ses
mouvements, tout cela ressem-
ble a ceux d'un beau mate. -
Ella lient son volant comme
n'nnpoite quel chaulhur de la
ligne. Inutile de dpeindra
nies ci aintes quand j'ai su que
]'avais une personne pareille
entre les jambes. Klle me
lana une premire sommation
'e payer les cent et quelques
dollars, intrts conpn ; une
deuxime ne tarda pas I m'tre
signifie. Je mis Gardini ii au
courant des activits de lu Mur-
tiotquaiie. 11 n'en lut nnll. ment
mu. La petite industrie tait
complcleme il i n dconfl ore el
la raison sociale Gardii.ci De
Jiussy ne pouvait payer le pins
peut bordereau. On devait des
mois de lumire a la Compagnie
thclriiue, on achetait du mail
par 1) >ut de .sac. Il y avail
mieu les marchande de mas
moulu, donc les plus dvoues
lu maison qui avanait m de
l'erg-nl a celle-ci, passaient par-
lois toute une semaine sans
pouvoT obtenir l'quivalence
de l'ur argent en mas-muulu.
VENTE SUR SAISIE
tage,
et ai
suivant : OaRDINER a vendu
rellement l'installation, c'est le
courtier Petit Cole qui a men
1'efaire.
Est-ce que vous connaisse/
l'acheteur ?
Non, me rpondit-il.
Ces renseignements me suffi-
saient pour me donner le droit
d'en parler Gardimer, (fautant
plus que l'pe de Mme Zenni
tait suspendue sur ma tle. Ce
que je ne tardai point laire..
(jardiner, comme on doit bienf
le deviner, protesta nergique--
ment, il nia le lait et me promit
de ne se dfaire de quoi que ce
soit tant qu'il n'aura pas pay
les 100 dollars, et les Irais du
jugement. Ces paroles me con-
solrent un peu, mais ne me
rassurrent nullement, car j'a
vais fini par comprendre que le
jugement, le commandement de
payer, tout cela n'inquitait
point mon ami. Et j'tais dcid
de surveiller plus activement
les menes de (JARDINER.
Cet aprs-midi, la Fermeture
du dpt, GaRDINER contraire-
ment sts habitudes ne remit
pas les ciels De Hussy J'a
Mr et Mme O. J. Brandt
remercient sincrement S. E.
.. .. le Prsident de la Rpublique
On lait savoir tous qui il c, Calholiquc. le Char-
appartiendraquen vertu dune d.Affair' dp ? le Hi
saisie laite la date du 2 oclo- 8 d Atlairts de 5, M. le rtoi
bre rail neul cent trente et un d'Angleterre, les Membres de
et transcrite le 29 du dit aiy* ***' t i copale. &ne
d'octobre, il sera procd a-i jOithodoxe Wesleye me, es
Tribunal Ci\ il ou de Kr- mufre tamis de 1 ort-au-i'i uce et
I sance de P >'-au.Prir>ce, I des autres \ illes de la He v
l'audience du mardi 20 denn clique des marqu.-s de lym
bie 1932, 10 lu ures du matin,I patfiie qo ils leur oui tmoi-
l'adjudication de l'immeuble gDes l'occasion del mort
8Uiranl: .... llu de leur regrett fils
Une proprit, londs et btie-1
Batterie CITADELLE
ses.sise dans une "cour, la rue
de la Runion, de la ville de
Port-au-Prince, commune et
arrondissement de Port-au-Pce,
appartenant aux nommes lo.
Elvire Oreste Georges et 2o.
Cora Stphen Cambronne, pro-
pritaires, demeurant et domi-
cilies Poit-au-Prince, la dite
propn' ( la maison n'a pas de
numro ) mesure environ, du
Nord au Sud, douze pieds de
laade sur trente pieds, de l'Est
l'Ouest, de protondeur, et est
borne au Nord par le Dr J. fi.
Pasquet, au Sud par le domaine
de IlStaf, l'Est par Fnelon
Lespinasse et enfla l'Ouest par
Etienne Camille
Le dit immeuble a t saisi a
la requte du sieur Etienne Ca-
mille, propritaire, demeurant
et domicili Port au-Prince,
ayant pour avocat.* constitus
Mes Kigal, Alphonse Francur
et Dmville Pierre.avec lection
de domicile en leur cabinet,
Port-au-Prince, en excution
d'un arrt du Tribunal de Cas-!
talion de ia Rpublique en date :
du vingt neul juin mil neul cent
trente e' un, sur les dame et*
demoiselle dora Stphen Cam
tritz Maurice Brandi
Ils les prient de croire en
leurs sentiments de vive gia-
titude.
Port-au-Prince, le 21 novem
bre 1932.
I
a de
Je changeai de
voue que j'ai t maladroit, car; bronne et Elvire Oreste Geor
ce geste aurait d me Irapper.
Mais je m'tais fi sa parole, il
m'avait formellement promis de
ne rien enlever avant d'avoir
pay les ellets signs par moi. i
Le Iendemain,(le trs ma-'
liu, H heures, je me pr i
sentai au Dpt, Mais hlas! i
il tait vide. Ds cinq heures,'
Gardiner, aid de ses hom-.
mes, dmontait les machines
1,8U lur el mesure, les fai-i
esait transporter chez le nou- [
vel acqureur. Et quand je '
suis arriv sur les lieux, lout i
avait t eulev. On doit ju j
ger de ma stupfaction, de!
mou etonuemeiit et surtout :
de ma grande indignation.J'-
tais dupe de la tlonie d'un
ami d'enlauce. De Hussy, que
je trouvai encore dans la
halle, je ne sais pas trop ce
qu'il y taisait, partagea mon
indignation. Sans perdre une
minute, ie me mis A la re-
cherche 0*0 l'ami indlicat. Je
parcourus tout! les rues de
la Capitale sans pouvoir le
rencontrer. Il n'tait pas non
plus chez lui. Ce n'est que le
lendemain que je le vis.Aux
reproches que je lui adres-
sais, il me fit comprendre
que prcisment c'tait pour
me retirer des serres de Mme
Zi uni qu'il avait sacrifi l'ins-
tallation de mais moulu et
que demain au plus tard il
me verserait l'argent pour
reprendre ma signature, et
que voyant mon tat d'me
il avait prlr me cacher
tout. A qui avez-vous vendu?
Ma question l'embarrassa ou-
tre mesure. Il i e me rpon-
dit >as.
J lui posai de nouveau la
m ne question et cette lois
avec plus de lermet. i Ne
demain
vous
Mme Zenni. J'avais
cette voie,
tactique.
(L'ait lire est faite cash?
lui demandaije sous un autre
ton.
Non, je resle lui devoir
cent et quelques dollars que
je compte lui verser par ter-
mes.
Ne pourriez-vous pas me
signer un bon de cent vingt
dollars, valeur qui reprsente
peu prs ce que j'aurai
verser MmeZeDni?
En ellet, Gardiner m'a
parl d'une allaire de ce gen-
re.il fautque je le revoie avant
d'accder votre demande.
Repassez demain vers les 11
heures et satisfaction vous
sera donne si Gardiner et
moi tombons d'accord.i
Demain, l'heure fixe, j'-
tais encore au dpt de l'an*
Voulez-vous avoir ce qu'il y
mieux comme batterie ?
Voulezvous avoir une batterie
qui vous rendr un service etectit?
Voulez-vous que la batterie de
otie uut./ ,'on garantie
\oulez~vous (nourufcei |lL..
Ohtric nationale V
Achetez une batterie
CITADELLE garantie
a un pus I la porte de (oues !<>
bour tf. *
lo Parce que elle n'a
on lr en Ha .
2> Jane que elle ne
'.on cra jamais d'ennui, et
on ({temps.
3o
cee
pas
vois
du e
riTADRi f.E Or 8 un
Pf US FORCE 1*2,50
DUR O LITE 15 00
o Parce que elle sera renml,.
sans extra si par hasard e le
aurait uu dfaut de constrnr-
ti n, ce que vous n'avez pas a ec
les batteries importes.
4o Parce que elle est de la .
brication hatienne.
Adressez vous : KftER'S GAR \GK, Fabricant
Rue Pav^e Porlau! ricce (Hati) Phone: 2318 & i
2 31.
ge, propritaires, demeurant et tre compre Ti-Da. Gardi-
domicilies en cette ville,ayant j ner y tait aussi. Aprs plu*
pour avocats constitus Mes
Flix Diambois,Dudray Lecorps
et Pierre Hyppolite.
Sur la mise prix de Six oenl
quarante six gourdes soixante
centimes, oulie les charges de
l'enchre
Port.au-Prince,le21 nov,1932
Bioal Di.w i.i.i-: Pnanud
A. FhaN(:obL'K, avocats
Cin-Taldy
DEMAIN SOIR
Jaque Calepin "i Emmv Lynn dans
Le Vertige
Entre 115') ; Balcon : 1,00
sieurs vives discussions entre
les deux compres et moi,
Ti Da me signa le bon ci-
dessus.
" Au 15 octobre prochain,
prsentation et ordre, |e
paierai Mr Maxi Jeao-Jo-1
seph la somme de Cent vingt ]
dollars, valeur reue comp-'
tant pour les besoins dmon !
commerce.
Sign : Dasnv PASQUET
Moi qui ne connaissais pas
cime, il m'apprit que c'tait
Dasny Pasquct.dit Ti-Da,qui
avait toul achet et que ce tropbienTiDa, je croyais que
trouvait m. baade,ravais flni de' gra4 ^on
ne ? calvaire. Il n'en fut rien. Je
'" ; n'tais qu' la deuxime sta-
ition. Aprs le 15 Octobre.
cour.. Je len remerciai et en j dale fJe Ti Da J^ ^
moins de deux minutes Ttais payer, je me prsentai chez
ADOUCISSANT LA PEAU....DLICATEMENT
PARFUM. UN VRAI LUXE A UN PRIX
INSIGNIFIANT.
LUX
SAVON DE TOILETTE
DLICATEMENT PARFUM.
LjtfF
,^m

4
U
la
ha
du
rue des Csais, dans
le qui est presqu'en
dpt de Rhum Barbam
M-0 Zenni continuait me reti- vol,s ,ml"'lez pas,
rer ruo sommeil avec tel pa- Ie VJUS verserai ce que
piart loibra qui tombaient dru i"
sur m., lte. Des lommatioi a on
pa:,^a aux citations, saxsssigna
lions ti luli (|uanti L*..lhue
est eni ii el plaide au Tribu-
Bal do Paix, section Sud. Com<
me j'avais jur de ne pas me
chez Ti !)a que je connaissais
dj. En peu de mots, ie lui
expliquai le but de ma vi-
site; |e n'avais pas lui faire
des ptuases creuses pour ar-
river un aveu- le corps du
dlit tait l, gisant pie-
mle dans la halle. Oui, me
rpondit il, j'ai achet de
Gaidiner un appareil pour
moudre le mais, je suis en
train de m'occuper du re-
montage des machines.
Savez-vous. lui rpliquai,
je, que vous avez mal achet
et que l'installation est ma
proprit ?
Il sourit et me dit : Vous
croyez ? Et en disant cela, il
tira de sa poche l'original
de la contre lettre que nous
tous connaissons.
C'est entendu, lui rtor-
quai-je, mais les quatre ellets
ne sont pas pays encore, et
l'installation moudre !e mais
constituait une garantie pour
moi .
tC'est peut-tre vrai, mais
rien de ce que vous m'ap-
prenez ne figure dans la
ma tte. Pour uue deuxime
lui. Mais il avait toujours un
argent recevoir de SL-Marc
o il avait roul sa bosse
avant de venir la roulerici
Port-au-Prince et o, ajou-j dbris te sa boutique ~
tait il, il avait laiss des bons J tirand Rue. Aprs plusie
en sa faveur
MOHR & LAUMIN, P. O. BOXuM Distributeurs'
K ie Houx el du Centre. PorSau-Prince.
tour de cette tourne, De
Russy vint me mettre au
courant de cette nouvelle
combine qui tait laite sur
lois, j'tais dupe de la tlonie
d'un autre De la rue des
Csars, Ti Da transporta les
la
Mrs
Stno-Dactylo
LES IUIPTIONS
pour plus de [courses vaines, je russis par
cinquante mille g o u r d e s. [ mettre la maiu sur Gardiner
LesSt.-Marcois'No 2 Cette
>as plus
maiu mise ne
IruolUfuse pour
e hite sur Car-
i
lut
moi que cel
diner N 1.
Maxi Jean-JOSEPH
( La fin demain).
n'auraient pas d dvaliser ce
malheureux.
Entre temps, Madame
Zenni me glissa un autre
papier timbr. J'en fis part
mon nouveau dbiteur
qui me conseilla de la
mettre en communication di-
recte avec la Martiniquaise
pour une nouvelle entente.
Un aprvmidi, Mme Zenni,
son avocat Me Llio Malle
orauche et moi, nous nous
TS?0? pCileZ iC b?UtiqUier j ,aScis'e ^q^Ler Rna'us
olJ Le8.ProPs!;in e donnent des signes qu'ils eu
plurent pas a Mme Zenni qui
n'entendait pas du toutchan-
VOIRE CUISINE, MADAME.
liai
L'toile de Mussolini, en
e, se ternit. Le rgime
confie lettre que vous
dlivre (Jardiner qui
peut
je le laissai sans lui
dtendre.le lugemenl parutlaul!s la main il n'en et.it
eoriit contre moi et avec clause
beau insister po n connatre
le nom de facqureur.je n'a-
vais pas russi lui laire des-j disposer comme bon lui sera
serrer les dents.Une ide me \ ble des machines. Il aurait
fallu stipuler dans le
ger de dbiteur, car dans le
magasin de Ti Da, ou mieux
dans sa boutique, il n'y avait
rien qui pt lui inspirer
confiance. Elle manche
traversa
^ rien et
la tte. Je ne lui dis
additionnelle de la contrainte
par cci ps. Ou me signifia le ju-
gement et un premier comman-
dement le payer dans I. drl m
lgal. Tous les actes que je re is
turent achemins Garoini h
qui ne se port lit p il plus mal
pour c-lu. J'avai o nu- u- uira
u'il est Anglais, donc il est
egmatique.
S
plus digne. Je me mis la
recherche du courtier P'tit
Cole qui avait men l'a lia ire.
Aprs une heure de marche,
je le rencontrai prs du Mar-
ch Vallires. Et sans lui lais
ser le temps de deviner ma
graude contrarit, je e priai
de me dire le nom de l'ac-
quieur. Et sans difficult au-
papier
que Mr Gardiner ne pourrait
vendre tant que les quatre
bons ne seraient pas pays.
Avec une clause pareille.vous
pourriez saisir les machine-
ries l o vous les trouve
riez. Dilremment, vous n'a-
vez pas le droit de vous
opposer la vente".
Le raisonnement de Ti D.i
tait juste.Je compris que je
ne devais pas continuer dans
avez, son volant, gaz... regagna sa
demeure.
Nomm Inspecteur Gnral
de l'Enregistrement en Octo-
bre 1930, Jonction qui con-
siste voyager tout le temps,
je ne pouvais avoir l'il sur
les menes, les activits de
Ti Da, et profitant de mon
absence Port-au-Prince, j'-
lais en tourne d'inspection
dans les districts financiers
de Petit-iiove et de Mira*
gone; le boutiquier sus-parl
revendit l'installation com-
plte de mais moulu Mal-
val. Le lendemaiu de mon re-
oni assez de la dictature du
Duce. Celui ci ne sait quel
saint se vouer, ayant reni
Karl Marx. Pour apaiser les
lalieos, Mussolini va leur
faire une grande distribution
de Mantgue des Uines dt\
Port-au-Prince et deSt-MarcA
Lest (tailleurs dans ia iradi-I
lion des Consuls, pour laire '
sourire la louve romaine,
Bec-Fin.
Au cours de stnographie
! (franaise et anglaise) et de
I Comptabilit de l'Ecole Spciale
I de Stnodactylographie (angle
I des Hues Prou et du Centre )
serout reues jusqu'au 30 no-
vembre, les retardataires sont
pris de sinscrire au plus tt
pour viter les Iraisqu'occasiou
araient les cours prparaloues
qui leur seraient ncessaires s'il-
s'inscrivaient aprs le .'10 no-
vembre.
La Direction de l'tablisse
ment profite de l'occasion pour
rappeler anx intresss que les
tudiants en stnographie de.
l'Ecole Spciale ne font pas
seulement une acquisition th-
orique de l'art ail, mais aussi
reoivent l'tablissement m
me un entrainement mthodi-
que sur des travaux de bureau
vritables qui les dispense d?
tout stage leur sortie de l'-
cole.
Programment tarif dlivrs
sur demande,
WIS DE DEPART
Chez Bailey
Grand Ruo, 1313
Tlphone : 2383
Vous trouverez des pois
sons irais de G heures du
matin 5 heures de l'aprs-
midi.
Poisson nature: 50 centime
la livre.
nettoy: 60 cts. la liv
Les dpches pour New-
York et l'Europe (via New-
York direct ; par le steamer'
i 'Jnstobal > seront fermes
le aiercredi 23 du courant
Port-au Prince, le 21 no-
vembre 1932. '
RS111M Barbancorl
cachet iriga
ssMlln5vrnllatie
Nuppi ISBS m quelque* O**"
nutea FIAvra, Orlppe. >**
trane, RhnmivlHiB*, **
iiu- efficace et auna diriger. Bot-
te de I et VI cacfceU.
Lab. U 0 GlfUUD, rV"
LYON 0ULLINS, Frtace
et Toutts tonnes fharmaci>s
Dont la
u
i renomme est universelle a gard sa premire place
Demandez nirtout : r ^.e
UN BARBANCOURT
Dpt; Rue des Csars;
^ ...
--r



:^
'
'
L.

.


LE MATIN 23 Novembre 1932
PAGh
FORD
LA SEULE VOITURE IDALE POUR HATI.
\
Hour les a,npe8, he V H ^^^'t^t^S^^^^^^^ JSSMP. ,roisitae *. ^
Voyez-nous des aujourdhui. Nous vous offrons une dmonstratn pratique
de cette admirable nouvelle automobile!
^^J^^t^tS^S^SL^"^ ***** nouvelle FORD est UNIQUE.
Moleur en V, Hait cylind.es
Souple et sans vibration
05 G V
Reprises instantanes.
75 Milles l'heure
2me Vitesse ilemieusp.
Dbrayage silencieux syuch-nn
arbttrateur wpel dpendant.
jlencieux de Carburateur
Coilr'e automatique de l'Allumage
Villebrequin contre balanc j 00
Carrosseries basses et spacieuses
Siges profonds et moelleux.
Tentures riches
Couleurs varies, aux choix
Ressous extra-souples.
Amortisseurs Hydrauliques BOUDAILLE
Auto-rgies cl contrls pur thermostat
Pare Brise en ^erre inclatable
Toutes les glaces des lin ous n< s sont aussi en verre
incliitable.
Cot initial modique
Consommation d'Essence minimum
trais denlrelien modras
Mtaninisme sr et prcis
Durabili.
Le nouveau moteur 4 cylindres ne s'impose pas moias
l'admiration. Prsente avec les mmes superbes carrosserie*, "Wl
trouve dans cette voiture plusieurs de ces qualits remarquable:
I QNFORT
Scurit
Docilit
Qui caractrisent la S cylindres. Fournissant 50 CV avec une
incomparable souplesse, et mont d'aprs un principe nouveau.
le moteur du nouveau 4 cylindres permet de taire de 66 71)
milles l'heure.
PRIX DE VENTE
Tourirg
Touring de Luxe
Koadsler de i uxe
Coupe ( 2 places arrire )
Ford or Sedan de Luxe
Or
V.8
870,00
930 00
875.00
070.00
1145.00
4 cylindres
Or 10 Ou
S7O.00
815,0(1
910,00
1085,00
POUrt LES VENTES TERMES, NOIRE TAUX D'INTERET 8
Demandez les nouveaux Prix
GRAND'RUE
Chssis Camion 21/2 T. 157" di long
avec pneu de rechange
Chssis camion Cil" 1/2
Or 885.00
185,01
55/100 l PAR i| ESI LE PLUS BAS ACTUELLEMENT EN HATI.
des Pneus et Chambres air GOODRICH.
HAITIAN MOTOR S. A.
TLPHONE : N 2379.
Bvue
i+n Deux Monde
lb.Uuede riliiiversil.l'aris.
SOMMAIRE DK LA LIVRAISON
DU 1er NOVEMBRE 1932.
ZulluPremire partie, M u-
fire Bedel.
l'cole unique, Hipp^'yle
fagot.
La riviera que j'ai connue
H. Madame Frank'in Grout,
Louis Bertrand, de l'Acadmie
franaise.
Hierinage en Acadie ( Avril
mi ), Victor Forbin.
La dcouverte de l'Amour.
Deuxime partie, Charles G-
niaux.
Michel Chevalier, Marcel
Bln<-hard.
Journal ( 1865-1869 ), Michel
Chevalier.
La question de i'ojra comi
V'*. (, o-ges Rirou. '
Le thtre de Goe'he III
Hhigo.nu. Le Taase, Chai les
Ar.lltr.
ACh ui ly, Paul Bourg. de
Ararifmjg irsraise.
Chronique de la quirzaine.
Hisloire politique. Rt n P>r on.
PBIXDE 1/APONNRME.NT
Un an Six moi; Trois rrois
,"' SineetOise oo lis 51 1rs 26 lis f
"'Paiements et
'-olon-sl-anai;esio6fr* 54 Ir al (rt
wanyer :
*a>'s demi-tarif
Pestai i3oft6ln 34 '
'ft a plein tarit
.l*-'1'' lf-0 lr fr. 4llr*
ks abonnements partent du Uv
e' du 15 de chaque mois.
Pr*x du Numro : 6 Ir
Navv-Bar
Bue du Maganln
de lEtat,. JS" SOI-
En face Maison
Centrae
L'tablissement le mieux
ar de la ville, cause de sa
grande terrasse entoure de
beaux arbres. Si vous voulez
passer un moment agrable
en bonue compagnie,rendez
vous Navy Bar, c l'on
vend les meilleures liqueurs
et prix trs rduits.
ouvert toute la nuit.
TRAVAUX D'IMPRIMERIE
L. H. HORIS8ET
Pour vos caries de visite,
hoiderauy, tactures, imprims
< cufe sorte, passez chez L.H.
Morisset. rue Dants Deslouches
en If ce de la Glacire-
Maladies del
TOUX
Catarrhe
leufiintnli
POITRINE
ASTHME
Rhumu
antiui
A vendre
?'Une r di > et trois tables
* Bridge.
S'(iieser :
PHCNEj 103-2.
LARYNGITE BRONCHITE rmohytim .
INFI UF.NZA [irnuivmi CRACHEMENTS
iU WNU TUBERCULOSE CHLOROSE .
PI* Htl* ANEMIE Situn nooturntt
Curlitnn certain*
par le traitement A la
BACILL.NE RAVENET
PARIS
qui a guri des milliers dt maladaa dieipra
En vtiif i Pnrt-au-Pr CHEZ F- CHEfilEZ
Rue Courbe,
Port-au-Prince
Si c< nnu pour ses mar-
chandises franaises et an*
glaises, de bonne qualit on
trouve :
Diagonale Corkscrew noire
et bleu marine suprieure.
Diagonale Serge noir et bleu
Flanelle Serge blanc.
Darnuss suprieur pour
matelas.
Damass blanc et couleur
pour nappes.
Palm-Beach Florodor
Tussor Shantung ei Shintung
Drill blanc Union et drill
de coton.
Percale pour lingerie.
Toile pur fil et toile de
coton pour drap.
Toile fine pur fil pour laies
Baptiste et Linon fil et linon
de coton.
Filtres anglais | our puri-
fier leau.
Lampes Titus et tous ac
cessoires. Et beaucoup d'au-
tres articles.
PROFITEZ PROFITEZ PROFITEZ
Occ
LE LUNDI 21 NOVEMBRE COURANT
A L'OUVERTURE DE LA MAISON DE
in ce ut
idij
Chez Pascal Vitlello c
Fils.
Une lois de plus la Maison
Pascal Vitiello &. Fils olre un
avanippe ses fidles clients.
Ces la grande rduction qu'elle
acerrde sur les achats pendant
la fin de l'anne.
Qualit, Beaut. Elgance ;
c'est la devise de la Maison
Pascal Vitiello & Fils
Grand'Rue
RUE COURBE, N 1726
Mr Creidij vient darriva de New-York
avec un stock de marchandises de toute
fracheur et dun assortiment complet de
finesse et de (jrosserie.
Les acheie uis sont prvenus de aepi-
parer profiler de ce grand rabais.
ACCOUREZ EN FOULE CHEZ
VINCEM CREID.
Port-au-Prince, le 18 Novembre 1932,
--

-


Mercredi
23 Novembre 1932
Le Malin
2bme ANNEE N jfcUS
Port-au-Prince
Tlphone : 2242
4 PAGES
INSTITUT
Dirig par le professa r
LUC DOPSINVII LE
Etablissement u'ioseigne
ment en progression ronstan
le depuis la date -'' sa ton
dation! Succs coinnletaux
derniers examens ollicie s
pour l'obtention du baccalau-
rat Compltement l'-,
preuve du feu et munie de
toutes les amliorations mo-
dernes, la maison est situe
au liane de la montagne sur
le sommet de laquelle se
dresse, protectrice ei majes-"
tueuse. VEqliH de St.-Grard.
Auss le sjour y esl agrable
et les coliers faibles de san-
t y trouvent le moyen (le
retiire leuis forces, tout en
poursuivant leurs tude-.
Cours classiques ; Cours
pratiques i-u choix; met ode
nouvelle qui tait progresser
rapidement lesattards et les
dgots 'les ludis.
Prix dkotaae calcul s sui- j
vaut la capacit de | lment
actuelle des parents.
i.es enfants de tous les ges
scolaires v sont pea pts...
Tels sont les principaux a van
lagi s qu'oflre l'Insiiint Guy- i
Joseph Itonnet o du reste j
l'tllectil a plus que double en '
I a u
l.n y envoyant vos enfants,
Grand Htel de France
P. P. PATRIZI. propritaire
Cet tablissement se re-
commande par
irrprochable.
un servie*1
un reslaa-
Hpital Gnral Hati*-
Accidents
Ki novembre 19152
Raoul Armand, 10 *, Lalm ;
blessure contuse du tiOD j
IdaUe Dorcna,:) ans.ftion-
VUle; b'essure piquante du pied
droit.
Lucie JvBiptiste, 28 ans,
Parc-leconU; blessa <- contuse
du menton
Wesner Gousse, 12 ans, rue
| Dr Aub^y; blessure contuse du
, ....:_ -jievflu.
d Kigaud, 4 ans, rue
Chavanaee; torie contusion du
-OU.
Anna Joseph, 27 ans, Cime-
y-. v Hre; blessnse outuse de lo-
nArpps un Bai ou Us con- mue gaoch*.
(ill tl 5 LUI M.J^*i Terlulie Augustin, Hi ans. (
/
L

ranl de premier ordre, des|*g*
/ f 1 1 ^ / Chavan
chambres con for la bls et
! l. r sommations sont \ anees ci :S-^;rr;ti
des marques les plus repu-j
tecs.
Tlphone : 2341.
HOTEL KARAM
onfortabie suceur S(l
le del Pace Htel, Ke>s~
koff.
Pou- la saison d't, ren-
dez-vous chez A. J. Karam,
Kenskoj], o vous seiez
serai souhait. Exceileniei
conciliions
Lykes Brothers SS C lnc
Texas -Hati Santo uom.ngo- Porto Rico
contondante du {eut
R. Kapb 61, 22 ans, Port-SO-
Pniice; hmatome du cuir che-
ivelu, contusion de la nuque
I ^hospitalise).
j 17 novembre 11)32
Chrilia Justin, 32 ans, quar.-
lier la Madeleine; bilure 1er
degr du bras, de l'avant bras,
du flanc gauche.
Emmanuel Sierhn, 9 ans, rue
du Centre; larges rosions au
do* du pied gauche.
Ulrich Volvuk, 1 an, rue Ma
gasin de l'Etat; con'usiou du
poignet c'ioit, tucture du 1/3
nfeiieu-.
| Ch i t S lldaire, 15 ans,
'l g;nt; blessure tranchante
de la ItiSe g -uche.
Louis nu.n, 7 ans, iue des
fret entre les ports
,,n y envoyant vu. eumm., tecJ M;iill> Louis m,,.., / ans, me aes
vous gagnez plus que 1*0" a"rCcptiou rapide et le manquent habile de va* U,Mi;traum.tl8m & ta emn
b Lsement lui-mane. | ^ se vez vous touiours des navres de N LYKE
----- L.K I Kudovia voh v 2o ans.Pt O*
AVIS IMPORTANT
UNE.
re

[
f Pharmacie Joseph L. Valm
n'empresse d'annoncer usa nom
bu use et fidle clientle qu'elle
\ -t de recevoir par le der-
u i steamer franais U s spcia-
I/r pharmaceutiques suivie
Drages de gnserine, ciel-
1,-ni des scrtions el de la
m< ricit du lub" digesli! ; sp-
( ii |iu- di s tronb'es sympa!ni
Drages d A m Ida /.contre rhe, fermentation el au o-in'o-
>'( ation,
Sirop et drages d'Hvmogenol
Dausse,i base de sium tv me
pc .'tique de cheval, lgi nra-
\i nr du sang.
llrctameline Pommpdp anti-
hinorrodale l'Olo S dlo le
(, hsmameline ; Jrai'enn ni alo-
jtiq ie et radical des II. morrot-
i v estmes,
Sirop Tegssdre, gouvtrpin
d;tns la priode de la deulll 0 i
i h /. les nouveaux iu'n
Solution Sc/lOU/7,pro luit sans
c%, I dans les attachons du loie,
(1< s reins et de la vesia ( I
ainsi dans les coliqui s I ipat-
miea et nphrtiques
Ih'inoatyl. Stovartol pour en
Innts et adultes. Godyl intra
r usculaire et intra v il euse
i our entants et adoli'S. Gar
Ouate base d'huile de I ie de
inorne. Gralna et Pas illes de
htiraton. Vaseline pailume au
jasinin et a la volette Ex
traits difers pour sirops et li-
gueurs.
1 h produits el spcialits
i barmaeoliques sont v< ndns
meilleur march que pailout
ailleurs,
Les prochaines arrives a Port-iU-l nnce son
Steamer Mmeria Lykes, -'> noveml.
Stca.n.r Rntb Lykes, 2 dcembre
bureau: Hue do Mrgasin de l'IOii. boile rostaleB
M'OUBLIEZ PAS DE FMRE UN PETIT TOUR II
TERRACE-GARDEN
Chez W. KAHL
Petionville
1 600 pieds d'alihude. L'tablissement le plus Irais de-ecl
virons de Port-r Prince.
Seulement 15 ininu'es d'auto sur une excellele roule
asphalte. Vius merveilleuses de la ville et du \.oi\.
Boissons de toutes espces.
DINERS GOUTERS SANDWICHS-
arrangements particuliers pour les pensions de jour,
sematne"sou de mois, ,
Eudovia Volty.2(ians,Ption
V.l ; forte toi.tution du bras
droit.
Audia Paul, (> ans, bas Peu
de tln.se; b. uluie 1er degr du |
iho'ax.
Qenurin S> Il ; I Sarlhc; fracture 1/3 infrieur de
l | mue gauche l_uufci>ilidi )
18 novembre 1U32
Thi amne Fraooif, IBans,
Bolosst; biluie du dos du pied
gauche.
Isa h a Marc, 13 ans, Bel-Air;
protons Ou cou
Acline Mends, 25 ans, Bel-
Air; blessure contuse du cuir
chevelu.
Julien H n, 27 ans, rue P-
j lion; Coniukiou t hmatome de
l'avant braa g uche, du uus ci j
des omoplalts.
) Nubie Z c ii, 2G ans, rue des ]
j C>ai>; bits ure iranchanie. de .
l'avdio biai gauth . )
Cadet Ucinus, 38 a is, Chemin
de* Uaiie; coip tranger p.iu- !
m ue l>i menu droite. \
Bedevue Vdscu.GG ans,quar- /
l*r St-Josc| I ; blessure contuse !
rgou paiiiaie (^hospitalise)
Uieudonn Jv nia, .32 ans, Ar j
caluie. Bitssuie tianchanie de
l'avant- bras et du genou gau-
ches (hospitalis)
AVIS AU COMMERCE
La Panarra Hailroad Steamship Line a l'avantage d'
noncer les (parts suivants de New-York pour port au-priu
Haiti, direc'ement chaque mardi, excepts le steam:rA
coni qui 'aissera le 21 dcembre, et arrivera Port-ii
Grince le lundi 26 dcembre 1932, et le i Guayaquil q
laissera le mercredi 28 dcembre 1932, et arrivera loi
au-Prince le 3 janvier 1933. Tous les steamers sont r.oa
vus de chambre frigorifique.
Doarts ie heu) \ork. Arrivages Pori au-f rince.
Steamer iCristobal le 6 dcembre 1932 1e lldc. 1
Steamer iBuanaventura ? le 13 dc. le l^dr.
Steamer Ancon i le 21 dcembre le 26 n
Steamer Guayaquil le 28 dc. le 3 janvier
j Jas H. C. VAN REED
I Ag ;n t Cural
1
La Magnsie ERBA
666
En Liquide Tablettes -
Sauve, gurit la malaria en 3
jours. Les froids le 1er jour
EST LE PRODUIT LE PLUS RECHERCHE GOMME REGULATEUR Maux de tte et Nvralgies en
DES FONCTIONS GASTRinutS ET INTESTINALES. ,fiif23 les hoids
A. de Matteis &G IBIIT8 POUR HATI i*finfi*rmtom.
nu
^z *,^*
S-S c
i LIGNE CIILOlBItNiiE )
11 [phone: N ' 23
Le vapeur Colombiaa VT>>y.
1, parira de New-York le 21
novembre, uiiectemeut pour
iort-au-frince, o il tst at
teidu le 28 novembre 1932.
1... partira le mme jour du- c
i m ut pour Kingston. Puerto
Lo v mbia, Cartagna et Cris-.
lob- .
i. rt-au Prince, ii 14 nov.
19 -i
William L. BLEO.
i.
LE FAIT EST INCONTESTABLE
8

E!
LLES
, >!>'
Wmmrxrnn. i"
Il rsl.
"'"""b,.. Il il s N'ABW
f &, u * r>.w5i De.., i'aw
1
1
C'est la quintessence des meilleures
varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs
Lest ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ!
Les avantages qu otfre lj
Cuisine Electrique
i HOTPOINT *
sont maintenant connus d|
tout le monde.
Pour vous en convaincu
visitez notre salle d'exp<
sition.
Compagnie dhclairag^
lectriaue.
Loterie Nationale d'Hat]
fie, Rue Bonne.Foi, Phone : 3358
La Loterie Nationaled'IIati est
une institution hautement humanitaire par la mi'J'
d'oeuvres qu'elle se propose d'aider, une chruce a
tre offerte aux hommes de toutes conditions de w
Employs, Fonctionnaires, Ouvriers, Artisans, Sal
tous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans e
leur budget inoyannant deux goudes, peuvent gao"
mille gourdes. Patrons de Comraerce.Chels d'Indus" H
aux iusulfisances des ventes, par l'achat d'un bille'- q
libre du souci des chances- Jj
Mdecius, Avocats, Ingnieurs, Snateiirs, Dputes- v i
Dignitaires de l'Etat,Reprsenlants de l'iutellectuam .
nalistes.
Donnez l'exemple de votre solidarit socia'ct'.
Rentiers, capitalistes, comme en jouent, augmeu
avoir. \
Vous tous qui habitez Haiti, rendez-lui ^f]Tl
liant un billet de la LOTEIUE NATIONALE D^ii-


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM