<%BANNER%>







PAGE 1

Clment Maqloire niHLCiEUR 1358. RLm AMERICAINE 1358 IELEPHONE N2242 L'homme libre est ce* lui qui 'lfeire directement le bien, et en suivant les seuls conseil de la raison. SPINOZA ifi'me ANNEE N 7813 PORT-AU-ntl v.r. SAMEDI 5 NOVEMBRE 1932 m QUELQUES PRGISIONS... Porl-au-Prince/il) Octobre 1932. | sans doute, expliquentjjle pasr |sage de la lettre de Solon MMon cher Directeur, A l'gard de la lettre du regrett Solon Mnos adresse Pmile Elie, de mmoire galement regrette, en mars 11)1(5, E? des travaux de la.CommisSon Hatienne Washington, et oublie dans le numro d hier L L'Autre Cloche , avec des commentaires concernant le snateur lludicourt et moi.je crois ncessaire d'apporter les preci Sons suivantes sur, paricuh^ncut ce passage de la lettre : A Comme je savais que le Gouvernement dsirais contracter au plus lot I emprunt de Jeu* millions de dolla s, je ne voyais pas d'inconvnient laisser mes collgues le SOI il Je ngocier cette (ini. Cependant le Dpartement d'Etat ne se souciait gure de cet em nrunt. Aprs s'tre borne a metL lludicourt et Magloire en prsence du Prsident et du DiLleur de la Ranque Nationale ,le la Rpublique d lia 11, il s'empressa "e leur prs mer des projets d'accords sur la (,enSarmerie Hatienne et sur les appointements du Co isoler linancier et autrea,Jeaflue/s turent accepts peu prs sans discuslion par ces Messuurs qui ny enteiulaie.it pas malice ei pensaient plutt que le premier projet surtout, tant lœuvre de Spcialistes, il ne conviendrait pas d'y regarder de trop prs. Dans celle malire,Magloire naturellement ne pouvaii tre que ,1e l'avis d'Hudicourt... Quand mon tat de sant m'eut permis d'examiner les projets, )c constatai qu'il y avait des clauses qu'il tait impossible de laisser passer et, aprs entente avec mes collgues, je proposai diverses modifications.. Voici, au regard de ce passa-, ce ce qu'on peut lire concerBflQt laccord de la Gendarme rie, dans le Rapport de la Collision adress au Secrtaire (TEtal des Relations Extrieures et sign de nous Irois, membres de la Commission : Cet objet vrai dire, pouvait ne pas tre considr comme essentiellement attach notre mission, contenue d'abord tout entire dans les seules instructions du Secrtaire d Lit des finances et du commerce, plus lard tendue au rglement des difficults qui existent entre le Gouvernement et la Compagnie Nationale des Chemins de Fer d'IIaiti.La Commission, ap Baremment, ne fut pas seule penser ains/.puisqu'il ressort des communications revues ace sujet de Port-au-Prince qu'un projet d organisation de la Gen darmerie fut soumis directement au Gouvernement te 21 di'cem bre 191'),tandis qu'un autre projet tait l'tude ici H va sans dire que celte considration n a altr en rien sur ce point l'assiduit habituelle de nos Iral vaux... ( Rapport de Louis B r no, secrtaire d'Etat, au Prsident de la Rpublique, page 87. Ce sont ees circonstances qui, Great-Event j Dimanche 6 novembre, | 4 heures de l'aprs-midi, au ra lieu, au Parc Leconte. un tournoi sport il, sans prcdent. Jamais, en Hati, un programme n'aura t plus copieux. A part les manifestations athltiques propre ment dites, on assistera a un prliminaire le boxe entre deux sympathiques amateurs nationaux, un serai nnai enlre Kid Willes el Tnom Desill. Mais le clou de la reprsentation sera le malCD sensationnel qui finira srement parmi knock-outentre Bertico herrera, I4 livres, champion dominicain, et John Etienne, 138 livres, un Halien, suprieurement qualiu fi Cuba. Qui vaincra dimaunos, savoir que l'accord de la Gendarmerie n'tait pas exclusivement notre l'ait, le Gouvernement de Port au-Prince ayant engag aussi son sujet "des pourparlers directs avec 'es spcialistes, de l'Occupation sur les lieux. Ce qui est d'ailleurs confirm par les rsultais en effet l'accord sorti, en lvrier l'.IKi, des dlibrations de la Commission, n'est PIS celui qui a t adopt et c'est ce qui a permis au snateur Hudicourl de dire la tribune de l'Assemble Nationale, qu'il n'a pas sign d'accord sur la Gendamei ie. Ce n'est qu'aprs la clture des travaux de la Commission en aot 1916, que Solon Mnos, en sa qualit de ministre d'Hati, signa un accord dfinitif, dillreul du notre sur quelques points, conformment aux lus tractions du Gouvernement. Les deux Accords peuvent tre trouvs dans le Rapport de la Commission, pages 71 et !I7. En ce qui concerne nos travaux au dpartement d'Etal et la maladie de Solon Mnos, voici daubes passages de notre Rapport : A celle runion ( la premire de la Commission le 16 dcembre 1915 ), manquait M. le Prsident de la Commission, ipie la maladie devait encore tenir loign de nos travaux durant les quatre premires semaines de notre session. La Commission a ainsi pris cœur, ds le dbut, de ne pas perdre de temps dans l'accomplissement de sa mission et c'est ce qui explique que, malgr l'empchement de son Prsident, elle ne crut pas devoir ajourner le programme de ses travaux. tout en essayant cependant de, suppler cette absence par un accord de vues scrupuleusement maintenu. "(Rapport page 82. ) Au surplus, le Dpartement d'Etat suggra un ajournement ( sur nos ngociations avec la Banque ) donl nous profiterions pqur confrer avec ht. htnos. L entrelien eut lieu immdiatem ni la Lgation d'haill en prsence de M Davis ..MM.Cazeriave et Sanlallier lurent notre retour au Dpartement dEtat, instruits directement par nous de notre dtermination ... (Rapport, page 81 ) Il ressort de ces passages que Mnos, quoique'Sbsent, lait tenu scrupuleusement au courant des travaux el (pie c est tort que la lecture de sa lettre Emile Elie pourrait faire natre l'impiession, certainement trs loigne de son esprit, que ses collgues auraient jamais accept en dehors de lui aucun projet dans les conditions de le mettre devant un lait accompli susceptible de lui causer des ennuis au Dpar einenl d'Etat. Sous le bnfice de ces expbcations.agrez, mon cher Directeur, les assurances de mes sentiments dvous. Auguste MAGLOIRE. Pages retiouoes Notre ami Victor Manama a retrouv dans le vieux piplers le sonnet sirvm' coup n p >r trois auteurs. A m s C < 1 ont i nos lecteurs litre dt curiosit littraire, vieille dune vl xglaine f innes : Au Baron Amoure ix Quelle joie, Baron, sur vohe joue clate, Pourquoi souriez-vous d'un sourire divin ? Dites, est-ce l'amour ou bien est-ce le vin Qui lait que vous avez un visage carlate ? Vainement voue orgueil le vieux ma cheur se Halte, Je viens vous an i >n :er, el je lis h ni 'vin, Ou vous vous dmenez po ir une fem ni en tin ; El le plus triste, c'est que cette fera ne de. Il convient maintenant que vous sachiez, vie il ni, Que vous ave/, pass l'ge d'tre grillard Et qu'il faut en finir avec la bagatelle. Laites donc la retraite, il en si temps, baron, Il est temps de cesser de courtiser la belle, Cesse*, et vos tourments sadiques finiront... Charles MORAVIA* Victor MANGOXS Constantin MAYARD *&*•*. 0-0 La consomm raint en Angleterre dans une proi PRVISION DO TE .1 PS POUR LE MOIS OL NOVEMBRE DE LA „ kv d l I REMUE PO^.I-AJ-PRINCE ation iii isky a aif eterre dans une pro| Beaucoup de nuages se ,,or ( i ; n 1( l,:Uno. (>st.-,quo.Uu,.. lv>l m| ,,,,,, ,„, ,,,, .,„ 3 vl le statistiques du mmisiere au commerce britannique. El les vins amneront une pluie le 1\ lu franais se,aient, parait-il, en hausse pression ulmosplicrique mondans la hywrdea Anglai.. Acesu, el. le Diul'i M'ai tait celle rem % %  , xion : Plus on boira de vins en I action d .me humidit proAngleterre, plus notre pays y irouuonoee, pour retomber vera avantage P p ,J r ^o5! de suite aprs. La lemperalure ses habitants Le journal lonuon1 1 aien se trompe. Il n'y a que notre sein basse du 2 au I. RHUM SARTHE CACHET DOB A partir du 1. le ciel reinfluencer le caractre d on peuple, mme riegmatique comme l'Anglais. U CULTURE DE LA FIGUE-BANANE tendra clair, la lemp rature montera, mais le b iro mtre deme irera bis | i-.qu'au 12, avec une len I la hausse seulem • il vers le 8 s M j une plus gra ide liu tnidtl qui a unei a alors une La Maison RetnboW ^nowfcUe pluie vus le7 Sainl-Marc intensifie sonar Lhuraidil augmentera tl()I pour le dvelopperaenl partir du 11 sensiblement. Le de la culture de la figue batelseralres nuageux du I nane. On nous annonce qu jusqu au 20 mme Lest a elle s'est abouche avec des grande priode des pluies de propritaires du Nord ce ce mois et auxquelles ou peul Sujet Son rayon d'activits sattendre du 1 au Ih el le s'tendra del Plaine du 19. La temprature sera alors Cap-Hatien Mont-Rouis. Le sensiDiemenl Iraiche surtout difficile en ce moment pour entrele I3etle8. L i les planteurs, c'est d'avoir les refera haut du 13 au lo piaule de bananes standards, tout quand lhumidit augdonl le rgime comporte neuf mentera k P" ls ll ^ i l1 putes que rclame l'acheP h re leur tranger. On espre que : >" %  > !" 22 le baromtre le Ministre de l'Agriculture retombera ensuite au-dessous interviendra en l'occurence I u e la normale, tandis que la oour le dveloppement de emprature s lverai pour se 'elle culture qui constitue un tenir presque constammenl lment important de notre ^ dessus del normale du redressement agricole. 20 ;,ll ( **• Ge %  Priode chaude du mois uilerromp ie pluie Loterie Nationale oc le — o — %  V? Mystre. Les paris sont m vert 8,— et l'on assistera la plus belle partie classique qui soit. RETRAITE PROBABLE DE N10NS1EUR HERR10T En France, on envisage, dans les milieux politiques, la retraite du Premier llerriot, au moment o il lui laudra aborder la politique d'conomie b idgelaire, laquelleesl hostile le parti so cialiste dont I appui lait durer le Ministre. On parle d'un Ministre d'Union Nationale que prsider, i l Mr Douraergue, ancien Prsident de la Rpublique,— o Mr Herriot occuperait les Allaires Etrangres, J'ai rencontr l'autre soir au f.hamp-de Mars, l'homme mystrieux au chapeau noir qui publie parlois dans HatiJournal des peti es choses trs senses et que l'on gagnerait mditer. II lait dans l'ombre, sur pur une seule vers le 215. Du 26 au 2(S, de nouvelles pluies vont se dclaiicher accompagnes d'une dernire chute du baromtre et d'un grand amoncellement de nuages. Les dernires pluies feront heureusement de nouveau baisser la temprature. L (lentil riPPENHAUER. prambule, l'hom ne au cb i • p BU noir, ave//oui dj achet un billet d : la Loterie Nationale? Si oui, c'esi bien, un banc du Charnu-de M ira 'si non. tuiles lu sans retarl... qu'il partageait avec notre La chuuce exige souvent un ami Ludovic Lamothe. .es prtexte pour casser de nous deux personrages ne se conbouder... naissent sans doute pas.. Je remerciai du conseil puisque je les rencontrai dos l'homme au clupeau noir... ( j OSi mais j'avais dj mon billet — Jeune homme.me dit sans 'en poche. Et toi, Lamothe V Il y a Vingt-cinq ans Le MATIN, 5 N mbr liHfl FREDERIC WEN1W0RTH i l hier vers lues de l'aprsJ mi'li une dtonation partie de | Htel ('.cuira! •/ tirait quelques voisins alarms. On troudus a .-'i tr de I il corps incrie de
usI .c malheureu i aprs s'lre log une balle l / tte s'tait par la fentre il reut les premiers soins des Docteurs Oomond, Borno el Roche Greli i g secours de la scii furent impuissants et ce malt, ven dix heures, le charriant le cam ira le distinqu que nous auont tous connu rendait le derui'l "oupir. ( > %  n-' conn iil pus encore es motifs de cet acte de des qui prie l i s i / / il un de ses membres les plus inlcl1 rp'nls et les plu< aim ti> ECHOS — — De I Arlihnnile, il n p irvienl que le S :rvi :e des Contributions Ira jue les fjuil livi< i u relard. !)' %  grau leur sont laites, li i alleu lant, I le ch MII ige des usines* D %  • s autorises ili lenl que le Ministre Lucien I libherl pr re un projet d'a { %  vien .Ira amliorer la i ilualion des pro lu< leurs d'ale ol el leur permet : >i %  repren Ire leurs activits. Ce ne se a pas trop tt. — Les march i de si tal l'tranger montrent une reprise. i llaitian Un 'ne.m Develo imenl du NoT.l .1 dou/.e cents journ iliers qui trav.nlleni mut el 1 mr sur plantali — Les litres h litien de I I? pruni 1922 gagnent des p. nuls la Bourse de y — I)era lin soir.l lai lia nu ofli • s:i distingue clientl %  Don r d'Aimer , un m 1 {iiili [u 1 pari int. Victor B ', le ce lhre acteur des bouievar I -, \ lient le premier rle, l lue d( monslralion a rvl que celle ban le parlante est simplement nirahi*,:ans compter su clarI l et sa sonorit, j — \u\ Cives, l'ollicier hatien Cham re nplace le lieute • J liant amricain King, comme [Chef de Police. — Demain dimanche %  il \ d'Histoire el de i %  ) ;rap lie, MiFrancis Salgado pronon :era un • contrence sur ivolutlon des salaires en Eaili. Le Bervice de statistique Je l'I [pital Gnral Haitie i u .Mire {istr pour Portlu-Prince 20 dcs du 1er au li Novembre. ; — /.c savon pour li b a Grens , que vous tr i chez Robelin, esl patant ainsi que la crme savonneuse qui sei i au mi pour le shampooing. — Tout le momie sait maintenant que la meilli ure cr n • la glace se trouve ANS (NIA, le bel tablissement du Champ %  de Mai s o le propritaire Steele apporte chaque jour des amliorations nouvelles. — Nous signalons l'aile i I !dal liiiuiit ALIA ROY 30 annes uc succs. J lion de la Mission Seienliliqii Amricaine une rigole mfecl \ sonne de pabidisine, qui s,' trouve derrire \ei j National de lEn ro i fessii tnnel.Nos vi — M. Nom M \ ui i lundi pi liolit* \ LouJ donnent du .. t iicc. ... voit qu' la Station des Pompiers, la Grand'Hue, la pendule, depuis dis serouires. l'obs lue s u riiuer.'! euresl 2 l.a N' '••• .A. de Matteis nuploie un txc lenl hoiloger du nom ch Star Itbrun, capable, en un tour il* • ain. de remettre en m o lie a pen Iule paralytique. Qu'ai end on pour tare appel aux c nnaissances de cet Imniony.ne du Prjulen. le la Hpub.ique Franc use? • • ... voit qu' l'Htel' F.spma, un boxeur amoureux %  nos knock oui une agu.chani i eli'e bonne qui retusait de u r: v ;i ilamme. Le Direct* ur l bbssenenl. nolie :oni Il go Mi vs, a li OUV, avec r:i son, (pie le boreur manquai! nlene e I :•, en cons" • pi-iue, i nvit i chetcher gita ailleurs. Il ne laut pas q ni uœ pugilistes oublient non plus que la police n'aime i> bseaeoup que l'on mette knockout les tetnmes, • . B vu, l'autre soir, un |".ine homme du meilleur monde — beau sang ne trahit pas — cder poliment des dames 1 1 place confortable qu'en qualit d • premier passager, il occu p I dans le fond d'une voiture de la ligne, b s'asHit, dmocra • liqnement, c' du ( hsnftenV et quand les Juins arrivrent a destination, il leur ouvrit la POI i re il se chargea D ne de leurs petits pjqiK-ls. Les d i ns crurent ce i laine* nient avoir ait lire un bwufchane, c u l'une d'elles,tr> u % %  • nre ml, se tendit d'un peut poui bouc Le je me homme eut le bon esprit de ne riee piendre au tragique. Il relusa le pourboire d'un sourire, et dclins so.i nom. Tableau. • • . voit que nos conlrres U M .1 >U1 nal et Le Nouvellisleo se sont pris de bec, el opos de bottes. L'occasion • olbe belle nous de jouer la S les Nations el de. pri i r le dsai me n. nt gnral* Si le Doyen tient avoir le dernier mol dans le db.l, pourquoi II u'ii .Journal a n'auraicl pis la politesas de le lui lais* srV Ces petites polmiques, q i ind elles s'ternisent, inclinent l&talement aux personnalits blessantes d o l'on sort.de put el daulre, diminu. C'est lellem'.'nt triste et tellement inulile, contrres. .. voit que vient de natre une petite industrie locale appele au plus gra id dveloppement, si elle est encourage. Mr Bsyard Lazarre,qu'on trouve a la rue des Casernes, tout pies de l'ancien garage Colomb, fabrique, avec un art consoin* me, de merveilleuses boucles pour ceinture, en corne et en caille. Lue lgmte doit savoir cela, et nos (t in lys galement. • • .. voit que la Toussaint el la Ftl des Morts n >us o • t tous in hus la tristesse. Tous, car chacun le no s a un parent au Cime ir : .ere.lre.re, oncle, un pmvre mort qui ne connat plus,co u ne les vivants,ce bon* heur de I Igus'er, an soda trappe, an p ii Barbancourl Gouttct a or. • .. foit qac le shine D^nis. d in i repris de justice, qui vit ei girni ii dej Muaie f dr u >'lie. co illaae dis pi a l scauil i r ta milles I i i lie-. i "". d fi' exploser U ie cil i '4e %  le nent consid T.bl %  11 ch!orate s .us, a .i.ni tr omllot projete violer U ren* ni La p a n | elle pas mettre ce voyou a la raison?



PAGE 1

TKG LE MATIN Novembre 1932 Le problme des routes i Les peuples onl toujours conpersuasion, il joignait l'exemple, sidr les routes, les chemins de i Et le Rvrend l're a sem en fer comme de grands (acteurs I ces lieux les germes d'une ctvi-de progrs et propres lacili[ lisatiou intelligente qui se dter le dveloppement de l'tgr culture et de l'industrie. L est ainsi qu'en tlaiti, l'absence de ces lacieurs dan> certains de nos centres agricoles et entre certaines villes tait constater Nouvelles DU Cap-Hatien? veloppe merveilleusement sous s auspices et la persvrance du Rvrend l're Paul. Il continue au|ourd hui cette œuvre i avec le mme amour. La mme] transformation est observe] Trouin sur ,la diligente initialivedu Rvrend Pre Pessei chaque jour leur utilit conomique. C'est du reste la loi uni verseile qui domine l'conomie I 'Ju ami de Logne, Mr Heur )slelou, C'est au milieu d'une assistance nombreuse et en prsence de Son Excellence Mgr Jan, du Cur de la Cathdrale, le Kvrend Pre l'ert, du Vicaire Gnral, le Rv. du monde et commande la pro? pente. A Marigot, Salliou — pour ne citer que ces deux villes — une poule se vend pice U,!H) centimes haitiens quand la mme poule Port-au-Pruice est paye l gourde vingt-cinq centimes. Un burul 30 Gdes. et a Port au-Prince le mme huai 125 Odes. Trois œuts, trois centimes etc. etc P ar contre une marmite de sel dans ces deux villes se vend dans les environs d'une gourde et Port-au-^rm • ce 0,10 et 0,15 centimes de Qde... La seule cause vidente il, ces dillrences normes de prix est l'ah.ence des rouies, des moyens tacites de co nmunic itio is el partois la longueur des sentier le plus souvent impraticables. Et l'avilissemen d^s prix porte le cultivateur r duir sa production dans I ;s li mites strictes de sa consomma tion personnelle. Celle existence en vase clos piralyse notre dveloppement agricole et cre une accoutumant*, la pareate. Pensez donc. Mirigol est a 34 km. de Port-au Prince en ligne droite. Une heure peine d'auto. Q and actuelle ment, il laut parcourir 118 k n. pnihlement, dont 23 km. pied et 95 en voiture sortant de M l %  rigol passant par Jacmel pour venir Port-au-Prince. Et Jaeinel pourrait tre, par la route des Commissaires, a 4') k n. de Port Ju-Tiince. Roule pouvant tre voiturahle. Quand elle est en ce moment a '.") k a. par Trouin. Cette roule des Comm ssmes qui a son ouverture Carrefour, sur la graude route de Logne, passe par Dgand, Rivire Froide, Boucan -Patate, Jacmel. C'est aujourd'hui un sentier abrupt 3 ne lait pniblement le piton e lacmel pour venir l'ortau-Prince. Les gnraux Ber-rouet et Carri en 1000 l'avaient presque rendu scoessib'e aux cavaliers; mais dd8 vnements politiques — toujours IJ p l'ili lique — en avaient contrari Tach/emenl... La lgende prtend qu'une rosse loi tu ne est caili-e vers a route des Commissaires.' hritage de la situation actuelle. m'crit quf la Valle tellement en voie, de progrs que deux coles diriges par les Frres et les bonnes Sœars d'Elie Dubois sment dans une urge mesure les bient-ii's de la oivilisalion. La Irquentalion scolaire s'tst d| leve a 65 ) lves des deux sexes. il.)"/,, des entants ns sont lgitimes. '"est ici l'occasion pour noas le remercier ces trou Prtres qui, eur œuvre de propigation religieuse, ont su ajouter un nouvel aposto al et egile ment ces Frres et Sce ira de leur magnifique dvouement. Nous les assurons que ces OJlvres seront touj >urs soutenues par le Prsident Vincent et les Ministres qui l'entourent.... El cel .mu se demande pourquoi Beausjour qui est ct de la Valle •> el qui est plus vaste et, par consquent, qui peut >lus donner, reste encore dans abandon, malgr la richesse de son sol, de son climat et les profits divers qu'on peut en tirer ? Ces deux terres sont propres a la mme culture el offrent, comme deux sœurs jumelles, les mmes avantages que l'on peut difficilement trouver ailleurs. Le bl, la pomme de lerre, etc,y poussent comme par enchantement Que de richesses, grand Dieu se perdent dans notre beau pays et, avec elles, que de grandes nergies endormies ! m Ce sont des lorces conomiques qui, mthodiquement utilises, auraient paye nos dettes de libration el apport une large prosprit la famille hatienne, 'l'est quoi pense i o istamment le Gouvernement Vincent qui se trouve en lutte avec une contingence routinire dpourvue d'aucun souille m lerne.Des citoyens sont malheureusement pris dans la loi le se luction (I une politique sectaire. Kl les tricoteurs de la morale, escorts de vibrions, con tinuent a prorer sur la ca len ce des vieux politiciens faisand qui ii ni i oui lgu le triste Pore Glade, que Mr Louis Mercier a prono tc, le dtin inche 23 de ce mois, 10 heures du matin, au local du Cercle Catholique dont il est le Prsident, sa belle et instructive coulrence sur : iLea mœurs et cr jyances des indiens . Peu la il trois quarts d'heure, Mr Mercier a enthousiasme et rudition,! des curieuses coutumes des! 1 .i liens, et vu la richesse du' sujet, il prononcera bientt nie autre confrence sur les premires manifestations du N'est-ce pas pour nous locca Bion d'entreprendre la reconstruction de cette route et le rpauJre parmi Us habitants de la une les sages couse Is du labaureur ses entants : de l>. cher et de planter jusqu' I i d couverte de cette tortuu • ','... Cel avilissement de prix f iroduits agricoles embrasi rs grand rayon dans ce des u i I)'. o le Cela ne peul que taire durer notre esclavage conomique. M lintenant, que l'on y pense srieusement ; aprs tant d'annes de meurtrissures, ayant touie honte bue, ne devrionsnous pas diriger dfinitivement le Pays vers une destine nouvelle ? Utiliser toutes L^ loi ces actives aider le (' %  mVernein Mil dans la |> uirsuile de son programme conomique el liVI er avec lui nue grande bataille l'agriculture qui esl la principale mamelle du Pays. L HOMME DELA RUEparlement pour ne par.er de celle partie de l'il i. Sallrou, par exemple, o les prix sont encore plus In-, n'a E resque pas non plus U a. ces. Ile n'est distante pourtant de PtionVille que de 10 k n. et de ŒuT'd'ii;' ;•;';: PRVISION GNRALE Ceptioles de devenir de gnn i es Toies. On comprendra s i is i ne que tous les produits qui tout l'objet (fohaogei co craei ciaux subissent forcement ou un avilissement ou un surenchris 00 TEMPS I) aprs les pronostics de Jusli i l.ecoute, la temprature dura ii Novembre accusera de brusqoes changements, partisemant de prix. Ce ou. eooflr-.' c a ,, t re '? ie \i l, V, a u /' dao 5 h me une fois de plus que le pro-l !?!!??. d JL l ^ aal M 1 1 !" l0 •* blme des roules est de la plus grande importance chez nous, I est donc ri rsoudra le plus rapidement possible ;>liii up porier la vie et la prO'pri •n rendsnt plus laciltts les changes. Autre port : Nous avons presque tous eolenda parler du dveloppement que prend la Valle dans la circonscriptro i rurale de Jacmel. L'animateur du mouveme tt a M le Rvrend Para Bon taud qui cultiv ni non seulement la pom me de 'erre, comme le Candi le de Voltaire; mais qui a propage cette cu'ture av*c un zl ad mirable de p o lytusme. A la vers le .'10. On sentira mme un llible froid durant la nuit ri ces poques et ces transi ions ne po iront tre vraiment que prjudiciables .i la saute de plus d'un. Les plus tories pluies avec orages tomberont entre le et le 9, le 12 et le Kl et les 21-22. M. Leconle ollre son Hulletin A cens de nos lecteurs qui onl montr son travail quelque intrt au prix modique de ci. ,'t par trimestre. Contrairement il lui sers impossible da conti nuer. Adresse :J Leconle, 216, rue des Miracles. OUELOUES INFORMATIONS loLa (Iroix Rouge prpare pour ce mois de Novembre l'organisation d'une § SemaineNafionalede la Croix Bouge. 2o— L Salle des Cours et ( des De mu*trati i is de la Crois Houge est devenue une v' Uni le exposition permanente le tableaux d'hygine el de puriculture, par l'adjonction d'u i certain nombre de planches rurales en couleurs, relatives aux Bbs et Mres, don ollert par le Dr Flix Coicou prsident de 1/UsomAHinn f dation Ouvrire, la Solidarit, qui veut aider la propagande de l'Association franSJUVJUS les bbs et Dimanche, 6] novembre, 4hs.p.m.au Parc-Leconte PROMOTEURS : JUAN > A' Dl HUfiO MEVS Programme Prliminaire de 4 rouais de 3 nroutes, entre deux sympathiques a nos tenu nationaux. Senii final 6 rounds de 3 minutes ENTRE catholicisme en Hati. C'est une tude documente que tout lliitieu .devrait lire et m iiter. T us no i compliments M. i Louis Mercier. Dernirement, des soldats d ninicains sont e core citrs dins la section de SJv nette de la commune de L m die Mont-Organis dans le but de terro iser les habitniis et de les portera abandonner eurs champs de cat. Le territoire vio' constitue une zone neutre possde par noire pays m lis lclame par li ici mue commission domini • une de dlimitation des 1 o nieres. Le sympathique Colonel Chnk, Commandant Militaire du Dpartement du N Ml,y s llgu le Ca Haine Verdier. (.bel du district de rudition, coutumes des iise les mres. 3) — La Croix Rouge aJ achet un matriel complet de couture. Son ouvroir pour les pauvres a commenc de fonctionner grce. l'obligeau ce de certains commerants et reprsentants de manufactu os qui lui oui ofler! des chantillons de tissus que la muent les mains habiles des amies dvoues de la Groiz Rouge. 1 ) — Les cours et dmons-tratious du jeudi soir reunis* sent au Sige Social de lu Croix Hjuge un grand coucours de dames et de jeuues filles. 5 > On attend l'inscription d'un plus grand nombre de jeunes gens de l'autre sexe pour o-giiiser un cours de suive ge el de premiers soins aux blesss. (> ) — Des alILhes imprimes ont t a tresses aux Consu0 laoam.o.he, pour 'e..quter 1 1 al! et u K"'>'Vux guces .,,.. i> n .;.-,. • i •u'..___-uide bateiux et sur i'.,11 tire et l'honorable Prfet du Dpartement du Nord. Me Marceau Lecorps. a t lit son rapport au Gouvernement ce sujet. Il nous est revenu que l'ex' ptition des ligues .bananes de cette semaine a t meilleure qu'on ne l'esprait Le steune iLina a Iranspo- bit) rg mes, dur. 17 de Camp le Coq, 17 du Limbe et ."Si de la Grande Riv re du Nir 1. Le steamer Flora a aussi transp irl 17 rgime, dont 20 de (J i r lier M >ria e v .".27 de 1 1 (ir m le Rivire Ce qui no l d ) m ; an totil le 1,167 rgi ns. i'o-t de Paix a expdi 1,000 i^ ne, pir le steun:r Lica . • • A i < environi de S .int^R i pli c u le jeune paysanne du no n de Z ib mue Petit-Mou) me s'est jete dam un puits pour viter un mariage avec un jeune h jm ne que ses pireuts voulaient lui Impo er. Li victime a t trouve morte. *Les Annales Ca)>oises i UNE MACHINE UTILE A L'AGRICULTURE Mr E G. Won, de Jacmel, s'tant rendu compte des Immenses services <\ o e peut rendre l'agriculture et principalement a la culture du cale nu dcortiqueur perfec* ti inn, s'est fait confier l'agence exclusive pour Hati du dcortiquuret tarare Colof ex a qui fonctionne la main ou par petit moteur. La machine est d'un prix modr.Elle dcortique d'une manire parfaite les produits I mentionnes, conserve les' grains, vile la formation de brisures. Nous avons vu un loi de cat dcortiqu par le s Colores . C'est simplement, merveilleux. | a certaines maisons de Commerce,pour atti" rer, au foyer inte> national de la Croix Kouge il menue,les trangers de rsidence ou de passage Port au Prince qui veulent faire de bonnes lectures en iranais, anglais, alleman I, italien, espagnol, etc, ou qui veulent se renseigner sur les activits sociales et humanitaires des hatiens. 7o — La Crois Kouge croit avoir la plus belle salle de le dure de Port-au Prince et une bibliothque ouverte au public clair, tous les jours ouvrables, de 9 h 12 h. a.m. de 2 h. 5 h. p. m. 8o— La CroS Rouge offrira bientl un grand concerta son sig'social en I honneur des 100 membres de son conseil consultatif el des membres des coniti rgionaux de la province. 9) L'une des premires visites du Colonel Little.rentr des Etats Unis, fut pour la Croix Hiuge Hatienne; il a dclar tre h >n ire de taire partie de SOJ conseil consultatif. 10" La Croix Rouge Hatienne ruu t eu son sein les reprsentants de toutes lesassociations humanitaires, du* calionnelles, professionnelles d'Hati. Une visite au Sige Social de la Croix Houge Hatienne, rue Capois. s'impose chacun de nous, Hiieus et Etrangers. Madame Jacqueliue Wiener SILVKHA, Secrtaire gnrale Chez Bailey Grand Rue, 1313 Tlphone : 2383 Vous trouverez SONS FRAIS de (i des POISheu les du 5 heures de |'aprs Poisson nature : 60 centimes la livre. eUoy:60cls.laUv. KIO WILLES 130 livres ET THOM DESILL 135 livres 10 ROUNDS OE 3 MINUTES MEC LES GANTS DE COMBAT 5 ONCES. Bertico Herrera 140 LIVRES, CHAMPION DOMINICAIN John Etienne 138 LIVRES, HATIEN Cette fois-ci, HRKRKRV pourri t-il vaincre ETIEN1R, si bien q a'ifi CUB\??? VOUS I saunz Dimanche au PARC LEGONTE Hi\T, S 1 DE TRIBUNES POURiOUR AUTO 3 G >urdes 2 1 i 1 i AVIS — Pour viter l'encombrement, MM. les automo bilistes sont pris de prendre leur ticket l'avance. Les cartes d'entre sont en vente chez Mr HUGO MEVS En lace de l'Htel de France. | 4 ^^•-IJI PURIFIE LA PEAU — RfcND 1 E CORPS RKSPLANDISSANT DE SANT tikSi SBUFEBUOY, ^^y i.h SAVON |)K L/i SAN 1 %  ; ^S$s0 iiJ ^ POUR MAI.NS, PIGUUKS ET BAINS • -^iillll MOHR & 1 AUBIN, P.. BOX v l>%trhufrnn Rje Houx et du Centre,Porte Prince, Naw-Bar Aux malades FAIBLES, NEURASTHNIQUES Rua du Magasin de 1 Etat,. N 801 En tace Maison Centrale L'l iblissement le mieux ar* dp la ville, cause de sa garnie terinrefte tutouie de beaux arbres Si vous vouttz passer un moment agrable en bonue compagnie, rendez vous Navy-Bar, o l'on vend les meilleures liqueurs et prix trs rduits, uuvert toute la nuit. Le Monde fianailles — Nous avons reu les cartes de fianailles de Melle Liliane Duuyon avec Mr Edmond Policard; — de Melle Hermine Pape avec M Ajax Francis. Meilleurs compliments. I i Il est prouv, par les plus clbres savants, que 1 affaiblissement de l'or! gnuisin*; Iiumain, son intoxication I par l'acide urique, ainsi que les maladies, la snilit prcoce el mme la mort sont dues l'affaiblissement et ( l'arrt du fonctionnement des glanFdea vitales.Ces dernires ne fournissent plus alors l'organisme des ferments d'nergie vivante. Il est galement prouv, par les dits savants, que les forces vitales et physiquas perdues et mme la sant peuvent tre rendues l'organisme par l'introduction dans le corps d extraits de glandes vitales, comme le KALEFLUII). KALFFLUiD rajeunit et fortifie tous I les lments du corps humain, rend la sant et les forces perdues, il active la nutrition, dissout et limine l'acide urique, les urates et les toxines. Aprs la cure de K,ft.EFLUiD,yos malaises et maladies passeront, ainij que la dpressif ,,, -, KAi.EFLum,5grands prix, ~> gr.md. d'or Paris, Londres. Uruxelles, Florence.Rome.est an vente : Paris, au Laboratoire de .KALKFLWD,49, rue Balagny. A Port-au-Prince : Pharmacie \V. BMCII. Le AVIS IMPORTANT soussigueuouneavisau commerce et au public en 666 En Liquide — Tablettes Sauve, gurit la malaria en 3 jours. Les froids le 1er jour i,,,l { l de sorm <*'s il ne Maux de tte et Nvralgies en signe plus Dieudonn Dsages 30 minutes. Pnrt o" D D eudoun St yr. 060 Soulage les broids DieuS^V^Vlf 2 JJT P US -P ideremCde C0D rbancouri Ki Dontia renornmi Demandez nat h'\ D Dpt: t universelle a gard s, premire place ARBXCOURT Rue des Csars, '4, %  "TT



PAGE 1

Samedi 5 Novembre 1932 Le Malin iVrl-au Prince Tlphone :2242 4 PAGES STEAMSHIP LIN l.e steamer Gnoya^uil est attendu l'on nn-Prinof, venant de New Y %  l< landl 7 novembre 1982, avec : 77 sacs de correspondance et pa tira le mme jour directe nent pour Cristobal, Canal ZILC, prenant fret el malle. I*. Les chargeurs iOUl pies de noter que le steamer An co est at endu Port auPrince, venant de Cristobal. Cmal Zone, le mererdi 9 novembre 1932. Les permis d'embarquement seront dlivrs pour le Irt des'inalion de New-York et des ports Kuropcens sur dema ide faite ce bureau. \ Ce steamer partira le m' m§ jour directement po'l New York, prenant le', malle 11 passagers. Port au Prince, le '.i DOV.2932 | Jas. II. C. VAN REED Agent Gnral LE FAIT EST INCONTESTABLE s C'est la quintessence des meilleures' varits de cannes d'un vaste territoire' runissant les meilleurs terroirs, C'est ce qui fait son arme. GOUTEZ ET COMPAREZ 0 AUX Trois Quartiers l Maison J. de VENDEG1ES hNGLE AVENUE KING I.T RUE VEHNET Vient do recevoir par le dernier Bateau : La Magnsie ERBA EST LE PRODUIT LE PLUS RECHERCHE C911E REGULATEUR DES FONCTIONS GASTRinUES ETIHIBIIMIB, A. de Matteis & G 0 AGENTS POUR HMTI "* !" COLOMBIENNE ) Tlphona N 2323 o-o Votre premire visite A L'HOTEL ANSONIA V (!:m;c Les avantages (|u'olfre Cuisine Electrique HOTPOINT la i <.nhers pour Bas de soie Chapeaux Gaines plastiques du 70 au 102 baci maiu Lolionet Eau de Cologne Poudre Petalia et Cheiamy i i _. I __ __ 1 ~~,-,-,*o crme Tokaion Isont maintenant connus Barrettes, pinces, boucles. Tulles broches et boucles d'oai reilles Brets Basques Gdes 4.50 et 6,00. Tourniquets et fuselles fil couleur. Fil broder il a coudre.' Fil Retors Nos bO et 40 Sacs provision, elc;; Maison de confiance. Pris %  vautageui. Faites vos achats AUX TROIS QUARTIERS > Vous vileiez des Irais dt Lj'ie et gagnerez du len ps. le vous en convaincre, noire salle d'expo:' tout le monde. Pour visitez silion. Compagnie dclairage lectrique. il est attendu le 8 no* verabrel932. Il repartira le \ mme |o r pour Puerto Co-J lombie, Carlagr.e, CristoW, j Kingston et Ntw-York. Le manil ste de ce navire reu par avion est la disposa ou des clients en nos bureaux sis angle des rues du Quai et Thomas Madiou C vis- vis de \Duuioe). • • Le vapeui Bolivar ) Voy. 106, paitira de iNc\v-Yoik le 9 novembre directement pour Port-au-Prince o il est attendu le 15 novembre. Le vapeur iBaracoa Vo-y HUveianl de New-Yok et des ports lu Nord est attenjduici,!e samedi 19 novembre en roule le mme |our pour les porta du sud. Rort-au^Piiuce, le 3 nov. 1932. William E. BLEO. Agent. N'OUBLIEZ PAS DE FIE UN PETIT T TERRACE-GARDEN Chez W. KAHL Petionville 1 G00 pieds d'allit'ide L'tablissement le pins Irais virons de Port r -Prince. Seulement 15 minutes d'anlo sur une eicelletS asphalte. Vues muvei leuses de la ville et lu p'ul. Boissons de toult s esjjc^s des ec roule arrangements pattieilrrs pour les pensions de jour, M semaine ou de mois. Le Garage Boucard & C r, Oie ses services ai \ pre* iritaires d'aulomobi'i s poi r a rparation de leurs voitr res des pril exceptionnelle.' ment avantageux. Aux propritaires de voitures p u h I i q ii es, il est olirt un service spcial d'abo ineir.ent o toi.tes Us dit. Acuit) et ennuis de ce Irsfic seront largement sm monts. i Conditions avantageuses, prix de l'abonneme t la porte de tous. En cas de panne clu z vous ou en cours de roule, aviseznous et vous >ei( /. Sfi v I doini c'\\% OU sur la route, sans eh irge supplrqentaii e. Tra vu u x mcaD |U s et lectriques, peintuiea i Duco el confection de OS pute GARAGE BOUCARD . Graod'Rue, ( 61 %  de la Maison .\ axwe I. DE NEW-ORLEANS El MOBILE A PORT-AU-PRINCE, SANTODOMINGO CIT, CURAAO PUERTO CABELLO, LA GUAIRA ET PARAMARIBO. C" N\\v Orlans, Louisiane, M bile. Alabama, SailS Port-au-Prince, Hati LMe Sanlo-DomiDgo City, B.0. Due Curaao, D. W. I. Due Puerto Cabello, Venz. Due Li Guaira. Venezuela Due p ,ram iribu.Dutcb Gi iana Due i aramaribo.Dutch Guiaua Salis t uraeao, I). W. L Due NcwOrta >>, Louisiaua Due DALVAN-1EN S,ils AUSTVANGW VESTVANQEN oct. 22 ni Ct QUI N'A JAMAIS T FAIT CtOUINEPEUI [IRE DEPASSE Kola Champagne F. SJOURN Prpar dans des conditions rigoureuses D'ASEPSIE Prparation et Vente PHARMACIE F. SEJOURNE Angle des rues Rouxet du Centre. ._*.* %  -* %  • *• %  Laboratoire SJOURN f.c. 11 Ih oct. 19 ib oct. 23 maison, 4 pia a, i tort,au Bois-Vei n H. Sudnsaei : Maison Pranck G. i us. & u'. Prenant fret et passagers pour tous les,, perts ci-dessus CONNAISSEMENT DIRECTS DLIVRES POUR TOUS LES PORTS SUIVANTS : Porl-de-'aix, St-:.iarc, Miragone et Jrmie, Hati ; Monte Cristi, La Romane, Birahona. San Pedro de Macoris el A/na, Rpublique Dominicaine ; Coro, P.arupano, i unuu.o, t'.uanta et Pampatar,Venezuela, Aruba et Beuaire, DWI. UE MOBILE ET NEW-ORItANS A TOUS LES PORTS HATIENS ET DOMINICAINS ET ARACAIOO Macoris ci L. iiuuiBu-, • ,, t \)c Tan pa, FI • de, A ls Jamaque-Hati— La Rpublique Dominicaine— Curaao AilTfl APPF^lF^nn's 1 '1 Vennu la, We Veil Ne"apd Second] Dparla | les ports ci-desso. quand une quantit suffisante de bel est oflerU ( : talion, on lonmement sans avis. ) HOTEL KARAM bne confortable succursale del Pace Htel, Kensr koft— ^our la saison dt, rendez-vous chez A. J. Karaffl, Hand P*rts for ail mekes >-i automobi es. KNKLIPS GARAGE Ri e Pave Phoue 2,518 & 2234 Knskoff, o vous sei& servi souhait. Excellent [A. de MATTEIS & C,Agents Gnraux condUions



PAGE 1

LE MVTIV Novembre 1932 PV'i. 3 RADIO LLELTKOLt %  CA-Viclor Rf'A Vv? CI r n "f" !" ? "AUTOMOBILES, reprsentant exclusif de; RCA-V .c or O myrte le public en gnral L venir voir les nouveaux appareils RCA-Victor quelle vient de recevoir. ^— Elle se fera un vrai plaisir de faire entendre aux visiteurs des disques dansants ou classiques dernire cration de la RCA-Victor Company. Elle profite de cette occasion pour aviser le public qu'elle Nient de recevoir: Ressorts pour phonographes, Nouveaux disques espagnols, (Trio-Matamorros) Nouveaux disques, (Jimmie ttogers) Blue-eye Jane, (Jimmie Rogers) Disques de longue dure. IEC UN SEUL DISQUE DE LONGUE DUREE.ON A TRENTE LONGUES MINUTES DE MUSIGUE,-TRENTE MINUTES DANS LA COMPAGNIE DES MEILLEURS SOCIETE HAIllhNNE D'AUTOMOBILES Mallebranche, Gentil, Bogat & C ie Port-au-Prince, Hati. Eno garde libres les intestins De mme que vous nettoyez vos dents, que vous vous lavez la figure et les mains, de mme il faut nettoyer vos intestins rgulirement. Une faon sure, efficace, rgulire, simple, c'est de boire un verre de ENO'S "Fruit Sait" le matin ou le soir. Mais exigez toujours ENO. FRUITiSALT ••.e.o. Rchet MIriga wr antinvraltflquc Mu-nT'?"* r 1 ,K, 'Iuc minutes Fivre, Grippe, Migraine, Lm: |-mo Mdicament de choix toujoni* efficace cl sans wger. Boites de 1 et 12 cachets. En vente dans ton tes bonnes Ph' or.tcireduDocleurGIRAUD.Pbxrmcicn.i LYON OULLINS(Fr) UCp'. j Fon-au-rrlnce • l'harmac.o Iil.CII. > M I I E CLAIRE VIEUX rURGEAU De retour de Fiance, Melle CLAIRE VIEUX se lait le plaisir d'annoncer son aimable clientle qu"elle en a rapport : Les plus jolis 'issus Les plus jolies dentelles Les plus jolies fantaisies Les toutes dernires nou • veauls parisiennes. Eu outre, elle a rouvert son rayon de rontection : Robes dr.fants, Layette Lingerie pour dames et flileller. Le fout du meilleur g' fi', et dtfl prix dfimt toute, cou. %  curn nre Avant d'aller ailleurs, une visite s'impose a ce petit coin des grands magasins parisiens, d'o VJUS sortirez toujours satislail. Cin-Ialdy DEMAIN SOIR A 5 HEURES M \TiNEE l.e h' r fi'm Le Retour Mr Dc-i'v (< v <• %  Mexodion Enitc": 1,1 G; Il 'i on : 1 50 A 8 HEURES U • grj-nd gala gr a0o > |, La Douceur d'Aimer 6ln. g r t )ar,anl m,s en scne de Ren Ht r vil, pu par le D*ilV nf1 '""fur dn Bon'evard, Vu or Boucher avec Rene Srd rri l!u: ''' '' D^rny, Alice Roberle, Smorr t Entre: 2, 3, 4. Mine Vve Ludovic 'ouim el > n'ir.l, Auguste Toulm et les enfants, Mme Adolphe Dalencourl el ses entants, Mme J. Jolibois fils, Melle Laurelte Thomas et Fritz Thomas,Mr et Mme Nounil Charles et leurs entants, Mr et Mme Molire Compas, Mr et Mme Normil Bonhomme, Mme Vve Emmanuel Poteau remercient la Presse, la Garde d Hati, les amis de Port-auPrince, Petit-Goive, Croix des. Bouquets,Cabaret et de S'.-Marc de leur marque de sympa'hie l'occasion de la perte cruelle qu'ils v.ennent d'prouver par la mort de : LUDOVIC TOLM.MK enlev leur ; ftection le 21 OC'< bre courunt. Ils les pr" nt de trouver ici l'expression de leur profond gretilude. Poit-au-Prince, 29 ocl. 1932. "Avis important Coquet tablissement situ tout p's de h V. Naie et dirig na: Maie Marie PERTET. ASSUREZ-VOUS la General Accident Pire & Life Assurance Corporation Ltd. de Perl h ( Scotland ) Car la GENERAL est uue des plus puissantes el des plus vastes organisation Je ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur sou champ d'action qui embrasse le monde ses Polices contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns par la fouurt Ses polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommages caus a autrui dam SD personne ou dans ses biens. Ses Polices Maritimes mises par ses branches d'Europe sont payables en Hati Ses Polices contre accidents sont vuiables dans l'univi s entier. Tous les voya gurs devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police contre accidents d'au moins 4000 dollars, la prime annuelle n'tant que de 1/2 / 0 soit 20 dollars l\C. Veuve F. BEHMINGHAM, AuxCayes SOUS\CENTS Agent Gnral pour llaiti. Port-au-Prince. IG. (ILG IEAN BLANCHETJrmia GRAND GALA DEMAIN A LA DOUCEUR D'AIMER La Douceur d'Aimer est un filai parlant mi-senliinenial, mi-comique ( mais d'un comique toujouis nuanc de ralan colie ). Ce film est maill tout au lo:ig de scnes charmantes, interprles par des comdiens de grande classe comme: Victor Doucher et Mene Devillers, qui comptent parmi les meilleures recettes du thtre. Dans ce film, ils ont fait preuve de toutes les qualits qui ont assure leur rputation sur ia ce i< el cei "Ui pour ceux qui Is connaissent,—aucunHait.ien ayant t ft Paria na manju d'aller les applaudir, — se >asse de commentaires, fl faut renir entendre Victor Boucher • 'cr "Pourquoi YT'ourqu o'tsat ce que vous comprendra i, .o.sque vous l'entendrez. i Autour flu grand artiste vous [verrez Henry Dose, Thrse Domy, Alice Roberle, Sm one Houides, et „vous en eudn / un )oh tango citante, el une jolis romance intitule *' Poui un sou d'amour". La Doue* ur d'Aimer est un film 1res h en qui fera les dlices de Portaut'rince, comme il a tait les dlices de tout les pays o il a ' donn. Voulant permettre toutes les familles nombreuses de venir au. pi .udir cette œuvre HAITIANA a mis les prix la porte de tous. 11 faut donc ven r nombreux pour permettre TALDV de continuer a nous [douuei meilleures productio France ce prix. les de E A LHOTEL OE VILLE Vendredi aprs-midi, u s'est tenu a l'Htel de;Ville une runion des commerants, venus de ions les points du pays, l'appel du Secrtaire d lvat du Commerce. Il s'est sgi de la question de standardisation du cal qui soulve de nombreux s (liflicullt s dans l'application, rsrpoil l'arrt du 9 aot 1930 M. Edgai il Paiit m' a prononc un important discours cette runion, sur laquelle nota reviendrons. niAiLun lit Clki .Allez chei Barbanrourl la rue des Cesai MIS trouve an excellenl cocktail sec -t demi Bec dont vous ne pouirvf plus vous passer.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07145
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, November 05, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07145

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Maqloire
niHLCiEUR "
1358. RLm AMERICAINE 1358
IELEPHONE N2242
L'homme libre est ce*
lui qui 'lfeire directe-
ment le bien, et en sui-
vant les seuls conseil
de la raison.
SPINOZA
ifi'me ANNEE N 7813
PORT-AU-ntl v.r.
SAMEDI 5 NOVEMBRE 1932
m
QUELQUES PRGISIONS...
Porl-au-Prince/il) Octobre 1932. | sans doute, expliquentjjle pas-
r |sage de la lettre de Solon M-
Mon cher Directeur,
A l'gard de la lettre du re-
grett Solon Mnos adresse
Pmile Elie, de mmoire gale-
ment regrette, en mars 11)1(5,
E? des travaux de la.Commis-
Son Hatienne Washington, et
oublie dans le numro d hier
L L'Autre Cloche , avec des
commentaires concernant le s-
nateur lludicourt et moi.je crois
ncessaire d'apporter les preci
Sons suivantes sur, paricuh-
^ncut ce passage de la lettre :
A Comme je savais que le
Gouvernement dsirais contrac-
ter au plus lot I emprunt de
Jeu* millions de dolla s, je ne
voyais pas d'inconvnient
laisser mes collgues le SOI il
Je ngocier cette (ini. Cepen-
dant le Dpartement d'Etat ne
se souciait gure de cet em
nrunt. Aprs s'tre borne a met-
L lludicourt et Magloire en
prsence du Prsident et du Di-
Lleur de la Ranque Nationale
,le la Rpublique d lia 11, il
s'empressa "e leur prs mer des
projets d'accords sur la (,en-
Sarmerie Hatienne et sur les
appointements du Co isoler li-
nancier et autrea,Jeaflue/s turent
accepts peu prs sans discus-
lion par ces Messuurs qui ny
enteiulaie.it pas malice ei pen-
saient plutt que le premier
projet surtout, tant luvre de
Spcialistes, il ne conviendrait
pas d'y regarder de trop prs.
Dans celle malire,Magloire na-
turellement ne pouvaii tre que
,1e l'avis d'Hudicourt... Quand
mon tat de sant m'eut permis
d'examiner les projets, )c cons-
tatai qu'il y avait des clauses
qu'il tait impossible de laisser
passer et, aprs entente avec
mes collgues, je proposai di-
verses modifications..
Voici, au regard de ce passa-,
ce ce qu'on peut lire concer-
BflQt laccord de la Gendarme
rie, dans le Rapport de la Colli-
sion adress au Secrtaire (TE-
tal des Relations Extrieures et
sign de nous Irois, membres
de la Commission :
Cet objet vrai dire, pou-
vait ne pas tre considr com-
me essentiellement attach no-
tre mission, contenue d'abord
tout entire dans les seules ins-
tructions du Secrtaire d Lit
des finances et du commerce,
plus lard tendue au rglement
des difficults qui existent entre
le Gouvernement et la Compa-
gnie Nationale des Chemins de
Fer d'IIaiti.La Commission, ap
Baremment, ne fut pas seule
penser ains/.puisqu'il ressort des
communications revues ace su-
jet de Port-au-Prince qu'un
projet d organisation de la Gen
darmerie fut soumis directement
au Gouvernement te 21 di'cem
bre 191'),tandis qu'un autre pro-
jet tait l'tude ici H va sans
dire que celte considration n a
altr en rien sur ce point l'as-
siduit habituelle de nos Ira-
l
vaux... ( Rapport de Louis B r
no, secrtaire d'Etat, au Prsi-
dent de la Rpublique, page 87.
Ce sont ees circonstances qui,
Great-Event j
Dimanche 6 novembre, |
4 heures de l'aprs-midi, au
ra lieu, au Parc Leconte. un
tournoi sport il, sans prc-
dent. Jamais, en Hati, un
programme n'aura t plus
copieux. A part les manifes-
tations athltiques propre
ment dites, on assistera a un
prliminaire le boxe entre
deux sympathiques amateurs
nationaux, un serai nnai
enlre Kid Willes el Tnom
Desill. Mais le clou de la re-
prsentation sera le malCD
sensationnel qui finira sre-
ment parmi knock-outentre
Bertico herrera, I4 livres,
champion dominicain, et John
Etienne, 138 livres, un Ha-
lien, suprieurement qualiu
fi Cuba. Qui vaincra dimau-
nos, savoir que l'accord de la
Gendarmerie n'tait pas exclu-
sivement notre l'ait, le Gouver-
nement de Port au-Prince ayant
engag aussi son sujet "des
pourparlers directs avec 'es
spcialistes, de l'Occupation
sur les lieux. Ce qui est d'ail-
leurs confirm par les rsultais .
en effet l'accord sorti, en l-
vrier l'.IKi, des dlibrations de
la Commission, n'est pis celui
qui a t adopt, et c'est ce qui a
permis au snateur Hudicourl
de dire la tribune de l'Assem-
ble Nationale, qu'il n'a pas si-
gn d'accord sur la Gendamei ie.
Ce n'est qu'aprs la clture des
travaux de la Commission en
aot 1916, que Solon Mnos, en
sa qualit de ministre d'Hati,
signa un accord dfinitif, dill-
reul du notre sur quelques
points, conformment aux lus
tractions du Gouvernement. Les
deux Accords peuvent tre trou-
vs dans le Rapport de la Com-
mission, pages 71 et !I7.
En ce qui concerne nos tra-
vaux au dpartement d'Etal et
la maladie de Solon Mnos,
voici daubes passages de notre
Rapport :
A celle runion ( la pre-
mire de la Commission le 16
dcembre 1915 ), manquait M.
le Prsident de la Commission,
ipie la maladie devait encore
tenir loign de nos travaux du-
rant les quatre premires se-
maines de notre session. La
Commission a ainsi pris cur,
ds le dbut, de ne pas perdre
de temps dans l'accomplisse-
ment de sa mission et c'est ce
qui explique que, malgr l'em-
pchement de son Prsident,
elle ne crut pas devoir ajourner
le programme de ses travaux.
tout en essayant cependant de,
suppler cette absence par un
accord de vues scrupuleusement
maintenu. "(Rapport page 82. )
Au surplus, le Dpartement
d'Etat suggra un ajournement
( sur nos ngociations avec la
Banque ) donl nous profiterions
pqur confrer avec ht. htnos.
L entrelien eut lieu immdiate-
m ni la Lgation d'haill en
prsence de M Davis ..MM.Caze-
riave et Sanlallier lurent notre
retour au Dpartement dEtat,
instruits directement par nous
de notre dtermination ... (Rap-
port, page 81 )
Il ressort de ces passages que
Mnos, quoique'Sbsent, lait te-
nu scrupuleusement au cou-
rant des travaux el (pie c est
tort que la lecture de sa lettre
Emile Elie pourrait faire na-
tre l'impiession, certainement
trs loigne de son esprit, que
ses collgues auraient jamais
accept en dehors de lui au-
cun projet dans les conditions
de le mettre devant un lait ac-
compli susceptible de lui causer
des ennuis au Dpar einenl d'E-
tat.
Sous le bnfice de ces expb-
cations.agrez, mon cher Direc-
teur, les assurances de mes sen-
timents dvous.
Auguste MAGLOIRE.
Pages retiouoes
Notre ami Victor Manama a retrouv dans le vieux piplers
le sonnet sirvm' coup n p >r trois auteurs. A m s C < 1 ont i nos
lecteurs litre dt curiosit littraire, vieille dune vl xglaine f in-
nes :
Au Baron Amoure ix
Quelle joie, Baron, sur vohe joue clate,
Pourquoi souriez-vous d'un sourire divin ?
Dites, est-ce l'amour ou bien est-ce le vin
Qui lait que vous avez un visage carlate ?
Vainement voue orgueil le vieux ma cheur se Halte,
Je viens vous an i >n :er, el je lis h ni 'vin,
Ou vous vous dmenez po ir une fem ni en tin ;
El le plus triste, c'est que cette fera ne de.
Il convient maintenant que vous sachiez, vie il ni,
Que vous ave/, pass l'ge d'tre grillard
Et qu'il faut en finir avec la bagatelle.
Laites donc la retraite, il en si temps, baron,
Il est temps de cesser de courtiser la belle,
Cesse*, et vos tourments sadiques finiront...
Charles MORAVIA* Victor MANGOXS Constantin MAYARD
*&**.

0-0
La consomm
raint en Angleterre dans une pro- i
PRVISION DO TE .1 PS POUR
LE MOIS Ol NOVEMBRE DE LA
. kv.dl I REMUE PO^.I-AJ-PRINCE
ation iii isky a ai- f
eterre dans une pro- | Beaucoup de nuages se
,,or(i;n1(l,:Uno. (>st.-,quo.Uu- ,..lv>l.m|,,,,,, ,, ,,,, ., 3
vl le statistiques du mmisiere au
commerce britannique. El les vins amneront une pluie le 1\ lu
franais se,aient, parait-il, en hausse pression ulmosplicrique mon-
dans la hywrdea Anglai.. Acesu- ,
el. le Diul'i M'ai tait celle rem ,
xion : Plus on boira de vins en I action d .me humidit pro-
Angleterre, plus notre pays y irou- uonoee, pour retomber
vera avantage Pp,Jr^o5! de suite aprs. La lemperalure
ses habitants Le journal lonuon- 1 1
aien se trompe. Il n'y a que notre sein basse du 2 au I.
RHUM SARTHE CACHET DOB A partir du 1. le ciel re-
influencer le caractre d on
peuple, mme riegmatique comme
l'Anglais.
U CULTURE DE LA
FIGUE-BANANE
tendra clair, la lemp ra-
ture montera, mais le b iro
mtre deme irera bis | i-.-
qu'au 12, avec une len I
la hausse seulem il vers le
8 s m j une plus gra ide liu -
tnidtl qui a unei a alors une
La Maison RetnboW ^nowfcUe pluie vus le7
Sainl-Marc intensifie sonar Lhuraidil augmentera
tl()I. pour le dvelopperaenl partir du 11 sensiblement. Le
de la culture de la figue ba- telseralres nuageux du I
nane. On nous annonce qu jusqu au 20 mme Lest a
elle s'est abouche avec des grande priode des pluies de
propritaires du Nord ce ce mois et auxquelles ou peul
Sujet Son rayon d'activits sattendre du 1 au Ih el le
s'tendra del Plaine du 19. La temprature sera alors
Cap-Hatien Mont-Rouis. Le sensiDiemenl Iraiche surtout
difficile en ce moment pour entrele I3etle8. L i
les planteurs, c'est d'avoir les refera haut du 13 au lo
piaule de bananes standards, tout quand lhumidit aug-
donl le rgime comporte neuf mentera k' P" ls ll^ 'il1" *
putes que rclame l'ache- Phre
leur tranger. On espre que : >" > 22 le baromtre
le Ministre de l'Agriculture retombera ensuite au-dessous
interviendra en l'occurence I ue la normale, tandis que la
oour le dveloppement de emprature s lverai pour se
'elle culture qui constitue un tenir presque constammenl
lment important de notre ^ dessus del normale du
redressement agricole. 20 ;,ll( ** Ge Priode
chaude du mois uilerromp ie
pluie
Loterie
Nationale
oc le
o
V? Mystre. Les paris sont
m vert 8, et l'on assistera
la plus belle partie classique
qui soit.
RETRAITE PROBABLE
DE N10NS1EUR HERR10T
En France, on envisage,
dans les milieux politiques,
la retraite du Premier ller-
riot, au moment o il lui
laudra aborder la politique
d'conomie b idgelaire, la-
quelleesl hostile le parti so
cialiste dont I appui lait du-
rer le Ministre. On parle
d'un Ministre d'Union Na-
tionale que prsider,il Mr
Douraergue, ancien Prsident
de la Rpublique, o Mr
Herriot occuperait les Allai-
res Etrangres,
J'ai rencontr l'autre soir
au f.hamp-de Mars, l'homme
mystrieux au chapeau noir
qui publie parlois dans Hati-
Journal des peti es choses
trs senses et que l'on ga-
gnerait mditer.
II lait dans l'ombre, sur
pur une seule
vers le 215.
Du 26 au 2(S, de nouvelles
pluies vont se dclaiicher ac-
compagnes d'une dernire
chute du baromtre et d'un
grand amoncellement de nua-
ges. Les dernires pluies fe-
ront heureusement de nou-
veau baisser la temprature.
L (lentil riPPENHAUER.
prambule, l'hom ne au cb i
p BU noir, ave/- /oui dj
achet un billet d : la Loterie
Nationale? Si oui, c'esi bien,
un banc du Charnu-de M ira 'si non. tuiles lu sans retarl...
qu'il partageait avec notre La chuuce exige souvent un
ami Ludovic Lamothe. .es prtexte pour casser de nous
deux personrages ne se con- bouder...
naissent sans doute pas.. Je remerciai du conseil
puisque je les rencontrai dos l'homme au clupeau noir...
(jOSi mais j'avais dj mon billet
Jeune homme.me dit sans 'en poche. Et toi, Lamothe V
Il y a
Vingt-cinq ans
Le Matin, 5 N- mbr liHfl
! FREDERIC WEN1W0RTH
i
l hier vers lues de l'aprs-
J mi'li une dtonation partie de
| Htel ('.cuira! / tirait quel-
ques voisins alarms. On trou-
dus a .-'i tr de I il
corps incrie de
\\ entwo th. chef le bureau au
Service de 11 fi 'celle et de la
'> us-
I.c malheureu i aprs s'lre
log une balle l / tte s'tait
par la fentre il reut les
premiers soins des Docteurs
Oomond, Borno el Roche Grel-
i i g secours de la scii
furent impuissants et ce malt,
ven dix heures, le charriant
le cam ira le distinqu
que nous auont tous connu
rendait le derui'l "oupir.
( >! n-' conn iil pus encore
es motifs de cet acte de des
qui prie l i s i / / il un
de ses membres les plus inlcl-
1 rp'nls et les plu< aim ti>
ECHOS
De I Arlihnnile, il n
p irvienl que le S :rvi :e des Con-
tributions Ira jue les fjuil livi<
i u relard.!)' grau
leur sont laites, li i alleu lant,
I le ch mii ige des usines* D
s autorises ili lenl que le
Ministre Lucien I libherl pr
re un projet d'a { vien -
.Ira amliorer la i ilualion des
pro lu< leurs d'ale ol el leur per-
met : >i repren Ire leurs acti-
vits. Ce ne se a pas trop tt.
Les march i de si tal l'-
tranger montrent une reprise.
i llaitian Un 'ne.m De-
velo imenl du NoT.l .1
dou/.e cents journ iliers qui tra-
v.nlleni mut el 1 mr sur
plantali
Les litres h litien de I I?
pruni 1922 gagnent des p.nuls
la Bourse de y
I)era lin soir.l lai lia nu ofli
s:i distingue clientl Don
r d'Aimer , un m 1 {iiili [u 1
pari int. Victor B ', le ce
lhre acteur des bouievar I -, \
lient le premier rle, l lue d-
(monslralion a rvl que celle
ban le parlante est simplement
nirahi*,:ans compter su clar-
I l et sa sonorit,
j \u\ Cives, l'ollicier ha-
tien Cham re nplace le lieute
J liant amricain King, comme
[Chef de Police.
Demain dimanche \ e libre, 10 heures,;i la S > il \
. d'Histoire el de i ) ;rap lie, Mi-
Francis Salgado pronon :era un
contrence sur ivolutlon des
salaires en Eaili.
Le Bervice de statistique
Je l'I [pital Gnral Haitie i u
.Mire {istr pour Port- lu-Prince
20 dcs du 1er au li Novem-
bre.
; /.c savon pour li b
a Grens , que vous tr i
chez Robelin, esl patant ainsi
que la crme savonneuse qui
sei i au mi pour le shampooing.
Tout le momie sait main-
tenant que la meilli ure cr n
' la glace se trouve Ans (NIA,
le bel tablissement du Champ
de Mai s o le propritaire Steele
apporte chaque jour des am-
liorations nouvelles.
Nous signalons l'aile i -
I
!dal liiiuiit
ALia ROY
30 annes uc succs.
J lion de la Mission Seienliliqii !
Amricaine une rigole mfecl \
sonne de pabidisine, qui s,'
trouve derrire \ , Champ de Mars, partir d
. l'tablissement liai lers.
' Nous enre [istrons
, plaisir la nomination de notre
.uni Normil Charle c i i uio pro
J fesseur de seul pi ire m >ei
j National de lEn ro
i fessii tnnel.Nos vi
, M. Nom m \ ui
i lundi pi lio-
lit*
\ LouJ
donnent du .. t iicc.
... voit qu' la Station des
Pompiers, la Grand'Hue, la
pendule, depuis dis serouires.
l'obs lue s u riiuer.'! euresl 2
l.a N' ' .A. de Matteis nu-
ploie un txc lenl hoiloger du
nom ch Star Itbrun, capable,
en un tour il* ain. de remettre
en m o lie a pen Iule paraly-
tique. Qu'ai end on pour tare
appel aux c nnaissances de cet
Imniony.ne du Prjulen. le la
Hpub.ique Franc use?

' ... voit qu' l'Htel' F.spma,
un boxeur amoureux nos
knock oui une agu.chani i e-
li'e bonne qui retusait de u r-
: v;i ilamme. Le Direct* ur
l bbssenenl. nolie :oni
Il go Mi vs, a li OUV, avec r:i -
son, (pie le boreur manquai!
. nlene e I :, en cons"
pi-iue,invit i chetcher gita
ailleurs. Il ne laut pas q ni u
pugilistes oublient non plus
que la police n'aime i> bsea-
eoup que l'on mette knockout
les tetnmes,

. B vu, l'autre soir, un |".ine
homme du meilleur monde
beau sang ne trahit pas c-
der poliment des dames 11
place confortable qu'en qualit
d premier passager, il occu
p I dans le fond d'une voiture
de la ligne, b s'asHit, dmocra
liqnement, c' du ( hsnftenV
et quand les Juins arrivrent
a destination, il leur ouvrit la
POI i re il se chargea D ne
de leurs petits pjqiK-ls.
Les d i ns crurent ce i laine*
nient avoir ait lire un bwuf-
chane, c u l'une d'elles,tr> u
nre ml, se tendit d'un pe-
ut poui bouc Le je me homme
eut le bon esprit de ne riee
piendre au tragique. Il relusa
le pourboire d'un sourire, et
dclins so.i nom. Tableau.

. voit que nos conlrres
U m .1 >U1 nal et Le Nou-
vellisleo se sont pris de bec, el
opos de bottes. L'occasion
olbe belle nous de jouer
la S les Nations el de. pr-
i i r le dsai me n. nt gnral*
Si le Doyen tient avoir le der-
nier mol dans le db.l, pour-
quoi II u'ii .Journal a n'auraic-
l pis la politesas de le lui lais*
srV Ces petites polmiques,
q i ind elles s'ternisent, incli-
nent l&talement aux personna-
lits blessantes d o l'on sort.de
put el daulre, diminu. C'est
lellem'.'nt triste et tellement inu-
lile, contrres.
.. voit que vient de natre
une petite industrie locale ap-
pele au plus gra id dvelop-
pement, si elle est encourage.
Mr Bsyard Lazarre,qu'on trou-
ve a la rue des Casernes, tout
pies de l'ancien garage Colomb,
fabrique, avec un art consoin*
me, de merveilleuses boucles
pour ceinture, en corne et en
caille. Lue lgmte doit sa-
voir cela, et nos (t in lys gale-
ment.

.. voit que la Toussaint el la
Ftl des Morts n >us o t tous
in hus la tristesse. Tous, car
chacun le no s a un parent
au Cime ir : ,.ere.lre.re, oncle,
un pmvre mort qui ne connat
plus,co u ne les vivants,ce bon*
heur de I Igus'er, an soda trap-
pe, an p ii Barbancourl Gouttct
a or.

.. foit qac le shine D^nis.
d in i repris de justice, qui
vit ei girni ii dej Mua-
ief dr u >'lie.
co illaae dis pi a l scau-
il i r ta milles
I i i lie-. i "". d fi'
exploser U ie cil i '4e le nent
consid T.bl 11 ch!orate s .us,a
.i.ni tr omllot
projete vio-
ler U ren*
ni La
p a n | elle pas met-
tre ce voyou a la raison?


Tkg
LE MATIN Novembre 1932
Le problme des routes
i
Les peuples onl toujours con- persuasion, il joignait l'exemple,
sidr les routes, les chemins de i Et le Rvrend l're a sem en
fer comme de grands (acteurs I ces lieux les germes d'une ctvi--
de progrs et propres lacili- [ lisatiou intelligente qui se d-
ter le dveloppement de l'tgr
culture et de l'industrie. L est
ainsi qu'en tlaiti, l'absence de
ces lacieurs dan> certains de
nos centres agricoles et entre
certaines villes tait constater
Nouvelles
DU .
Cap-Hatien?
veloppe merveilleusement sous
. s auspices et la persvrance
du Rvrend l're Paul. Il con-
tinue au|ourd hui cette uvre i
avec le mme amour. La mme]
transformation est observe]
Trouin sur ,la diligente initia-
livedu Rvrend Pre Pessei
chaque jour leur utilit cono-
mique. C'est du reste la loi uni
verseile qui domine l'conomie I 'Ju ami de Logne, Mr Heur
)s- lelou,
C'est au milieu d'une assis-
tance nombreuse et en pr-
sence de Son Excellence Mgr
Jan, du Cur de la Cath-
drale, le Kvrend Pre l'ert,
du Vicaire Gnral, le Rv.
du monde et commande la pro?
pente.
A Marigot, Salliou pour
ne citer que ces deux villes
une poule se vend pice U,!H)
centimes haitiens quand la
mme poule Port-au-Pruice
est paye l gourde vingt-cinq
centimes. Un burul 30 Gdes. et a
Port au-Prince le mme huai
125 Odes. Trois uts, trois cen-
times etc. etc----Par contre une
marmite de sel dans ces deux
villes se vend dans les environs
d'une gourde et Port-au-^rm
ce 0,10 et 0,15 centimes de Qde...
La seule cause vidente il, ces
dillrences normes de prix est
l'ah.ence des rouies, des moyens
tacites de co nmunic itio is el
partois la longueur des sen-
tier le plus souvent imprati-
cables. Et l'avilissemen d^s
prix porte le cultivateur r
duir sa production dans I ;s li
mites strictes de sa consomma
tion personnelle. Celle exis-
tence en vase clos piralyse
notre dveloppement agricole
et cre une accoutumant*, la
pareate. Pensez donc. Mirigol
est a 34 km. de Port-au Prince
en ligne droite. Une heure
peine d'auto. Q and actuelle
ment, il laut parcourir 118 k n.
pnihlement, dont 23 km. pied
et 95 en voiture sortant de M l
rigol passant par Jacmel pour
venir Port-au-Prince. Et Jae-
inel pourrait tre, par la route
des Commissaires, a 4') k n. de
Port Ju-Tiince. Roule pouvant
tre voiturahle. Quand elle est
en ce moment a '.") k a. par
Trouin.
Cette roule des Comm ssmes
qui a son ouverture Carrefour,
sur la graude route de Logne,
passe par Dgand, Rivire Froi-
de, Boucan -Patate, Jacmel. C'est
aujourd'hui un sentier abrupt
3ne lait pniblement le piton
e lacmel pour venir l'ort-
au-Prince. Les gnraux Ber--
rouet et Carri en 1000 l'avaient
presque rendu scoessib'e aux
cavaliers; mais dd8 vnements
politiques toujours Ij p l'ili
lique en avaient contrari
Tach/emenl...
La lgende prtend qu'une
rosse loi tu ne est caili-e vers
a route des Commissaires.' hritage de la situation actuelle.
m'crit quf la Valle
tellement en voie, de progrs
que deux coles diriges par
les Frres et les bonnes Sars
d'Elie Dubois sment dans une
urge mesure les bient-ii's de la
oivilisalion. La Irquentalion
scolaire s'tst d| leve a 65 )
lves des deux sexes. il.)"/,, des
entants ns sont lgitimes.
'"est ici l'occasion pour noas
le remercier ces trou Prtres
qui, eur uvre de propiga-
tion religieuse, ont su ajouter
un nouvel aposto al et egile
ment ces Frres et Sce ira de
leur magnifique dvouement.
Nous les assurons que ces OJl-
vres seront touj >urs soutenues
par le Prsident Vincent et les
Ministres qui l'entourent....
El cel .mu se demande pour-
quoi Beausjour qui est ct
de la Valle > el qui est plus
vaste et, par consquent, qui
peut >lus donner, reste encore
dans abandon, malgr la ri-
chesse de son sol, de son cli-
mat et les profits divers qu'on
peut en tirer ? Ces deux terres
sont propres a la mme culture
el offrent, comme deux surs
jumelles, les mmes avantages
que l'on peut difficilement trou-
ver ailleurs. Le bl, la pomme
de lerre, etc,y poussent comme
par enchantement Que de ri-
chesses, grand Dieu se per-
dent dans notre beau pays et,
avec elles, que de grandes ner-
gies endormies ! !
"mCe sont des lorces conomi-
ques qui, mthodiquement uti-
lises, auraient paye nos dettes
de libration el apport une
large prosprit la famille
hatienne, 'l'est quoi pense
i o istamment le Gouvernement
Vincent qui se trouve en lutte
avec une contingence routini-
re dpourvue d'aucun souille
m lerne.Des citoyens sont mal-
heureusement pris dans la loi le
se luction (I une politique sec-
taire.Kl les tricoteurs de la mo-
rale, escorts de vibrions, con
tinuent a prorer sur la ca len
ce des vieux politiciens faisan-
d qui ii ni i oui lgu le triste
Pore Glade, que Mr Louis
Mercier a prono tc, le dt-
in inche 23 de ce mois, 10
heures du matin, au local
du Cercle Catholique dont il
est le Prsident, sa belle et
instructive coulrence sur :
iLea murs et cr jyances des
indiens .
Peu la il trois quarts d'heu-
re, Mr Mercier a
enthousiasme et rudition,!
des curieuses coutumes des!
1 .i liens, et vu la richesse du'
sujet, il prononcera bientt
nie autre confrence sur les
premires manifestations du
N'est-ce pas pour nous locca
Bion d'entreprendre la recons-
truction de cette route et le
rpauJre parmi Us habitants de
la une les sages couse Is du
labaureur ses entants : de l>.
cher et de planter jusqu' I i d
couverte de cette tortuu ','...
Cel avilissement de prix
firoduits agricoles embrasi
rs grand rayon dans ce
des
u i
I)'.
o le
Cela ne peul que taire durer
notre esclavage conomique.
M lintenant, que l'on y pense
srieusement ; aprs tant d'an-
nes de meurtrissures, ayant
touie honte bue, ne devrions-
nous pas diriger dfinitivement
le Pays vers une destine nou-
velle ? Utiliser toutes L^ loi ces
actives aider le (' mVerne-
in Mil dans la |> uirsuile de son
programme conomique el li-
VI er avec lui nue grande ba-
taille l'agriculture qui esl la
principale mamelle du Pays.
L HOMME DELA RUE-
parlement pour ne par.er
de celle partie de l'il i.
Sallrou, par exemple, o les
prix sont encore plus In-, n'a
Eresque pas non plus U a. ces.
Ile n'est distante pourtant de
Ption- Ville que de 10 k n. et de
uT'd'ii;';;';: prvision gnrale
Ceptioles de devenir de gnn i es
Toies. On comprendra s i is i
ne que tous les produits qui
tout l'objet (fohaogei co craei -
ciaux subissent forcement ou un
avilissement ou un surenchris
00 TEMPS
I) aprs les pronostics de Jus-
li i l.ecoute, la temprature du-
ra ii Novembre accusera de
brusqoes changements, parti-
semant de prix. Ce ou. eooflr-.'ca.,,tre'?ie\i l,V, a,u /' dao5 h
me une fois de plus que le pro-l !?!!??.dJLl^aalM11 l0 *
blme des roules est de la plus
grande importance chez nous,
I est donc ri rsoudra le plus
rapidement possible ;>liii up
porier la vie et la prO'pri
n rendsnt plus laciltts les
changes. Autre port : Nous
avons presque tous eolenda
parler du dveloppement que
prend la Valle dans la circons-
criptro i rurale de Jacmel. L'a-
nimateur du mouveme tt a M
le Rvrend Para Bon taud qui
cultiv ni non seulement la pom
me de 'erre, comme le Candi le
de Voltaire; mais qui a propage
cette cu'ture av*c un zl ad
mirable de p o lytusme. A la
vers le .'10. On sentira mme un
llible froid durant la nuit ri ces
poques et ces transi ions ne
po iront tre vraiment que pr-
judiciables .i la saute de plus
d'un.
Les plus tories pluies avec
orages tomberont entre le et
le 9, le 12 et le Kl et les 21-22.
M. Leconle ollre son Hulletin
A cens de nos lecteurs qui onl
montr son travail quelque
intrt au prix modique de ci. ,'t
par trimestre. Contrairement il
lui sers impossible da conti
nuer.
Adresse :J Leconle, 216, rue
des Miracles.
OUELOUES INFORMATIONS
lo- La (Iroix Rouge pr-
pare pour ce mois de No-
vembre l'organisation d'une
SemaineNafionalede la Croix
Bouge.
2o L Salle des Cours et
( des De mu*trati i is de la
Crois Houge est devenue une
v' Uni le exposition permanen-
te le tableaux d'hygine el de
puriculture, par l'adjonction
d'u i certain nombre de plan-
ches rurales en couleurs,
relatives aux Bbs et Mres,
don ollert par le Dr Flix
Coicou prsident de 1/Uso-
mAHinn f dation Ouvrire, la Solidarit,
qui veut aider la propa-
gande de l'Association fran-
SjUVjus les bbs et
Dimanche, 6] novembre,
4hs.p.m.au Parc-Leconte
PROMOTEURS :
JUAN > A' Dl HUfiO MEVS
Programme
Prliminaire de 4 rouais de 3 nroutes, entre deux
sympathiques a nos tenu nationaux.
Senii final 6 rounds de 3 minutes
ENTRE
catholicisme en Hati. C'est
une tude documente que
tout lliitieu .devrait lire et
m iiter.
' T us no i compliments M.
i Louis Mercier.
Dernirement, des soldats
d ninicains sont e core ci-
trs dins la section de Sj-
v nette de la commune de
L m die Mont-Organis dans
le but de terro iser les habi-
tniis et de les portera aban-
donner eurs champs de cat.
Le territoire vio' constitue
une zone neutre possde par
noire pays m lis lclame par
li ici mue commission domi-
ni une de dlimitation des
1 o nieres. Le sympathique
Colonel Chnk, Commandant
Militaire du Dpartement du
N m- l,y s llgu le Ca Haine
Verdier. (.bel du district de
rudition,
coutumes des
iise
les mres.
3) La Croix Rouge aJ
achet un matriel complet
de couture. Son ouvroir pour
les pauvres a commenc de
fonctionner grce. l'obligeau
ce de certains commerants
et reprsentants de manufac-
tu os qui lui oui ofler! des
chantillons de tissus que
la muent les mains habiles
des amies dvoues de la
Groiz Rouge.
1 ) Les cours et dmons--
tratious du jeudi soir reunis*
sent au Sige Social de lu
Croix Hjuge un grand cou-
cours de dames et de jeuues
filles.
5 > On attend l'inscrip-
tion d'un plus grand nombre
de jeunes gens de l'autre sexe
pour o-giiiser un cours de
suive ge el de premiers soins
aux blesss.
(> ) Des alILhes imprimes
ont t a tresses aux Consu-
0 laoam.o.he, pour 'e..quter 11al!! et uK"'>'Vux guces
.,,.. i> n .;.-,. iu'..___-ui- de bateiux et
sur i'.,11 tire et l'honorable
Prfet du Dpartement du
Nord. Me Marceau Lecorps.
a t lit son rapport au Gouver-
nement ce sujet.
Il nous est revenu que l'ex'
ptition des ligues .bananes
de cette semaine a t meil-
leure qu'on ne l'esprait Le
steune iLina a Iranspo-
bit) rg mes, dur. 17 de Camp
le Coq, 17 du Limbe et ."Si
de la Grande Riv re du Nir 1.
Le steamer Flora a aussi
transp irl 17 rgime, dont
20 de (J i r lier M >ria ev .".27
de 11 (ir m le Rivire Ce qui
no l d ) m ; an totil le 1,167
rgi ns.
i'o-t de Paix a expdi 1,000
i^ ne, pir le steun:r Li-
ca .

A i < environi de S .int^R i
pli c u le jeune paysanne du
no n de Z ib mue Petit-Mou)
me s'est jete dam un puits
pour viter un mariage avec
un jeune h jm ne que ses pi-
reuts voulaient lui Impo er.
Li victime a t trouve
morte.
*Les Annales Ca)>oises i
UNE MACHINE UTILE
A L'AGRICULTURE
Mr E G. Won, de Jacmel,
s'tant rendu compte des Im-
menses services <\ o e peut
rendre l'agriculture et prin-
cipalement a la culture du
cale nu dcortiqueur perfec*
ti inn, s'est fait confier l'a-
gence exclusive pour Hati
du dcortiquuret tarare Co-
lof ex a qui fonctionne la
main ou par petit moteur.
La machine est d'un prix
modr.Elle dcortique d'une
manire parfaite les produits I
mentionnes, conserve les'
grains, vile la formation de
brisures. Nous avons vu un
loi de cat dcortiqu par le
s Colores . C'est simplement,
merveilleux. |
a certaines mai-
sons de Commerce,pour atti"
rer, au foyer inte> national de
la Croix Kouge il menue,les
trangers de rsidence ou de
passage Port au Prince qui
veulent faire de bonnes lectu-
res en iranais, anglais, alle-
man I, italien, espagnol, etc,
ou qui veulent se renseigner
sur les activits sociales et
humanitaires des hatiens.
7o La Crois Kouge croit
avoir la plus belle salle de
le dure de Port-au Prince et
une bibliothque ouverte au
public clair, tous les jours
ouvrables, de 9 h 12 h. a.m.
de 2 h. 5 h. p. m.
8o La CroS Rouge offri-
ra bientl un grand concerta
son sig'social en I honneur
des 100 membres de son
conseil consultatif el des
membres des coniti rgio-
naux de la province.
9) L'une des premires
visites du Colonel Little.ren-
tr des Etats Unis, fut pour
la Croix Hiuge Hatienne; il
a dclar tre h >n ire de taire
partie de soj conseil consul-
tatif.
10" La Croix Rouge Ha-
tienne ruu t eu son sein les
reprsentants de toutes lesas-
sociations humanitaires, du*
calionnelles, professionnelles
d'Hati. Une visite au Sige
Social de la Croix Houge Ha-
tienne, rue Capois. s'impose
chacun de nous, Hiieus et
Etrangers.
Madame Jacqueliue Wiener
SILVKHA,
Secrtaire gnrale
Chez Bailey
Grand Rue, 1313
Tlphone : 2383
Vous trouverez
sons frais de (i
des pois-
heu les du
5 heures de |'aprs
Poisson nature : 60 centimes
la livre.
eUoy:60cls.laUv.
KIO WILLES
130 livres
et THOM DESILL
135 livres
10 ROUNDS OE 3 MINUTES MEC LES GANTS DE COMBAT
5 ONCES.
Bertico Herrera
140 LIVRES, CHAMPION DOMINICAIN
John Etienne
138 LIVRES, HATIEN
Cette fois-ci, HRKRKRV pourri t-il vaincre ETIEN1R,
si bien q a'ifi Cub\??? Vous I saunz
Dimanche au PARC LEGONTE
Hi\T, S1 DE
TRIBUNES
POURiOUR
AUTO
3 G >urdes
2
1 i
1 i
AVIS Pour viter l'encombrement, MM. les automo
bilistes sont pris de prendre leur ticket l'avance.
Les cartes d'entre sont en vente chez
Mr HUGO MEVS
En lace de l'Htel de France.
| 4 ^^-iji PURIFIE LA PEAU RfcND 1 E CORPS RKSPLANDISSANT DE SANT
tikSi Sbufebuoy, ^^y i.h SAVON |)K L/i SAN 1 !; ^S$s0iiJ^ pour mai.ns, piguuks et bains
-^iillll
MOHR & 1 AUBIN, P.. BOX v l>%trhufrnn
Rje Houx et du Centre,Porte Prince,
Naw-Bar Aux malades
FAIBLES, NEURASTHNIQUES
Rua du Magasin
de 1 Etat,. N 801-
En tace Maison
Centrale
L'l iblissement le mieux
ar* dp la ville, cause de sa
garnie terinrefte tutouie de
beaux arbres Si vous vouttz
passer un moment agrable
en bonue compagnie, rendez
vous Navy-Bar, o l'on
vend les meilleures liqueurs
et prix trs rduits,
uuvert toute la nuit.
Le Monde
fianailles Nous avons
reu les cartes de fianailles
de Melle Liliane Duuyon avec
Mr Edmond Policard; de
Melle Hermine Pape avec M
Ajax Francis. Meilleurs
compliments.
I
i Il est prouv, par les plus clbres
' savants, que 1 affaiblissement de l'or-
! gnuisin*; Iiumain, son intoxication
I par l'acide urique, ainsi que les ma-
ladies, la snilit prcoce el mme la
mort sont dues l'affaiblissement et
( l'arrt du fonctionnement des glan-
Fdea vitales.Ces dernires ne fournis-
sent plus alors l'organisme des fer-
ments d'nergie vivante. Il est gale-
ment prouv, par les dits savants,
que les forces vitales et physiquas
perdues et mme la sant peuvent
tre rendues l'organisme par l'in-
troduction dans le corps d extraits
de glandes vitales, comme le KALE-
FLUII).
KALFFLUiD rajeunit et fortifie tous
Iles lments du corps humain, rend
la sant et les forces perdues, il ac-
tive la nutrition, dissout et limine
l'acide urique, les urates et les toxi-
nes. Aprs la cure de K,ft.EFLUiD,yos
malaises et maladies passeront, ainij
' que la dpressif ,,,-, .
KAi.EFLum,5grands prix, ~> gr.md.
d'or Paris, Londres. Uruxelles,
Florence.Rome.est an vente : Paris,
au Laboratoire de .kalkflwd,49, rue
Balagny. A Port-au-Prince : Pharma-
cie \V. BmcIi.
Le
AVIS IMPORTANT
soussigueuouneavisau
commerce et au public en
666
En Liquide Tablettes -
Sauve, gurit la malaria en 3
jours. Les froids le 1er jour
i,,,l {,l de.sorm<*'s il ne Maux de tte et Nvralgies en
signe plus Dieudonn Dsages 30 minutes.
Pnrt o" DD!eudoun St yr. 060 Soulage les broids
DieuS^V^Vlf2 JJT P'US -PideremCde C0D*
rbancouri
Ki

Dontia renornmi
Demandez nat
h'\ D
Dpt:
t universelle a gard s, premire place
ARBXCOURT
Rue des Csars,
'4,
*
"TT


LE MVTIV
Novembre 1932
PV'i. 3
RADIO LLELTKOLt

CA-Viclor
Rf'A Vv?CIrn- "f"? "AUTOMOBILES, reprsentant exclusif de;
RCA-V .c or O myrte le public en gnral L venir voir les nouveaux appareils
RCA-Victor quelle vient de recevoir. ^
Elle se fera un vrai plaisir de faire entendre aux visiteurs des disques dansants
ou classiques dernire cration de la RCA-Victor Company.
Elle profite de cette occasion pour aviser le public qu'elle Nient de recevoir:
Ressorts pour phonographes,
Nouveaux disques espagnols, (Trio-Matamorros)
Nouveaux disques, (Jimmie ttogers)
Blue-eye Jane, (Jimmie Rogers)
Disques de longue dure.
IEC UN SEUL DISQUE DE LONGUE DUREE.ON A TRENTE LONGUES MINUTES DE MUSIGUE,-TRENTE MINUTES DANS LA COMPAGNIE DES MEILLEURS
SOCIETE HAIllhNNE D'AUTOMOBILES
Mallebranche, Gentil, Bogat & Cie.
Port-au-Prince, Hati.
Eno garde
libres les intestins
De mme que vous nettoyez vos dents,
que vous vous lavez la figure et les mains,
de mme il faut nettoyer vos intestins
rgulirement. Une faon sure, efficace,
rgulire, simple, c'est de boire un verre
de ENO'S "Fruit Sait" le matin ou le soir.
Mais exigez toujours ENO.
FRUITiSALT
.e.o.
Rchet MIriga
wr
. antinvraltflquc
Mu-nT'?"* r" 1,K,'Iuc minutes Fivre, Grippe, Migraine,
, Lm:|-mo Mdicament de choix toujoni* efficace cl sans
wger. Boites de 1 et 12 cachets. En vente dans ton tes bonnes Ph'
or.tcireduDocleurGIRAUD.Pbxrmcicn.i LYON OULLINS(Fr)
UCp'. j Fon-au-rrlnce l'harmac.o Iil.CII. >
MIIE CLAIRE VIEUX
rURGEAU
De retour de Fiance, Melle
Claire Vieux se lait le plaisir
d'annoncer son aimable clien-
tle qu"elle en a rapport :
Les plus jolis 'issus
Les plus jolies dentelles
Les plus jolies fantaisies
Les toutes dernires nou
veauls parisiennes.
Eu outre, elle a rouvert son
rayon de rontection :
Robes dr.fants,
Layette
Lingerie pour dames et
flileller.
Le fout du meilleur g' fi', et
dtfl prix dfimt toute, cou.
curn nre
Avant d'aller ailleurs, une vi-
site s'impose a ce petit coin des
grands magasins parisiens, d'o
vjus sortirez toujours satislail.

Cin-Ialdy
DEMAIN SOIR
a 5 HEURES M \TiNEE
l.e h' r fi'm
Le Retour
Mr Dc-i'v (< v < Mexodion
Enitc": 1,1 G; Il 'i on : 1 50
A 8 HEURES
* U grj-nd gala
gra0o> |, La Douceur d'Aimer
6ln.gr t)ar,anl m,s en scne de Ren Ht r vil, pu par le
D*ilVnf1 '""fur dn Bon'evard, Vu or Boucher avec Rene
Srd rri l!u: ''' '' D^rny, Alice Roberle, Smorr
t Entre: 2, 3, 4.
Mine Vve Ludovic 'ouim el
> n'ir.l, Auguste Toulm et les
enfants, Mme Adolphe Dalen-
courl el ses entants, Mme J.
Jolibois fils, Melle Laurelte Tho-
mas et Fritz Thomas,Mr et Mme
Nounil Charles et leurs entants,
Mr et Mme Molire Compas,
Mr et Mme Normil Bonhomme,
Mme Vve Emmanuel Poteau re-
mercient la Presse, la Garde
d Hati, les amis de Port-au-
Prince, Petit-Goive, Croix des.
Bouquets,Cabaret et de S'.-Marc
de leur marque de sympa'hie
l'occasion de la perte cruelle
qu'ils v.ennent d'prouver par
la mort de :
Ludovic Tolm.mk
enlev leur ; ftection le 21
OC'< bre courunt.
Ils les pr" nt de trouver ici
l'expression de leur profond
gretilude.
Poit-au-Prince, 29 ocl. 1932.
"Avis important
Coquet tablissement si-
tu tout p's de h V.
Naie et dirig na: Maie Marie
PERTET.
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Pire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perl h ( Scotland )
Car la GENERAL est uue des plus puissantes el des plus vastes organisation
Je ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur sou champ d'action qui embrasse le
monde
ses Polices contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns par la fouurt
Ses polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommages
caus a autrui dam sd personne ou dans ses biens.
Ses Polices Maritimes mises par ses branches d'Europe sont payables en Hati
Ses Polices contre accidents sont vuiables dans l'univi s entier. Tous les voya
gurs devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police contre accidents
d'au moins 4000 dollars, la prime annuelle n'tant que de 1/2 /0 soit 20 dollars l\C.
Veuve F. BEHMINGHAM, AuxCayes
SOUS\CENTS
Agent Gnral pour llaiti.
Port-au-Prince. IG. (ILG
IEaN BLANCHETJrmia
GRAND GALA DEMAIN
A
LA DOUCEUR D'AIMER
La Douceur d'Aimer est
un filai parlant mi-senliinenial,
mi-comique ( mais d'un comi-
que toujouis nuanc de ralan
colie ). Ce film est maill tout
au lo:ig de scnes charmantes,
interprles par des comdiens
de grande classe comme: Victor
Doucher et Mene Devillers, qui
comptent parmi les meilleures
recettes du thtre.
Dans ce film, ils ont fait preu-
ve de toutes les qualits qui ont
assure leur rputation sur ia
ce i< el cei "Ui pour ceux
qui I- s connaissent,aucunHai-
t.ien ayant t ft Paria na man-
ju d'aller les applaudir, se
>asse de commentaires, fl faut
renir entendre Victor Boucher
'cr "Pourquoi YT'ourqu
o'tsat ce que vous comprendra i,
.o.sque vous l'entendrez.
i Autour flu grand artiste vous
[verrez Henry Dose, Thrse
Domy, Alice Roberle, Sm one
Houides, et vous en eudn / un
)oh tango citante, el une jolis
romance intitule *' Poui un
sou d'amour". La Doue* ur
d'Aimer est un film 1res h en
qui fera les dlices de Port- au-
t'rince, comme il a tait les d-
lices de tout les pays o il a '
donn.
Voulant permettre toutes les
familles nombreuses de venir au.
pi .udir cette uvre HAITIANA
a mis les prix la porte de tous.
11 faut donc ven r nombreux
pour permettre TALDV de
continuer a nous [douuei
meilleures productio
France ce prix.
les
de
E
A LHOTEL OE VILLE
Vendredi aprs-midi, u s'est
tenu a l'Htel de;Ville une ru-
nion des commerants, venus
de ions les points du pays,
l'appel du Secrtaire d lvat du
Commerce. Il s'est sgi de la
question de standardisation du
cal qui soulve de nombreux s
(liflicullts dans l'application,rsr-
poil l'arrt du 9 aot 1930
M. Edgai il Paiit m' a pro-
nonc un important discours
cette runion, sur laquelle nota
reviendrons.
niAiLun lit
Clki
.Allez chei Barbanrourl la
rue des Cesai mis trouve
an excellenl cocktail sec -t
demi Bec dont vous ne pouirvf
plus vous passer.


Samedi
5 Novembre 1932
Le Malin
iVrl-au Prince
Tlphone :2242
4 PAGES
STEAMSHIP LIN
l.e steamer Gnoya^uil
est attendu l'on nn-Prinof,
venant de New Y l< landl
7 novembre 1982, avec : 77
sacs de correspondance et
pa tira le mme jour direc-
te nent pour Cristobal, Canal
Zilc, prenant fret el malle.
I*.
Les chargeurs iOUl pies
de noter que le steamer An
co est at endu Port au-
Prince, venant de Cristobal.
Cmal Zone, le mererdi 9
novembre 1932.
Les permis d'embarquement
seront dlivrs pour le Irt
des'inalion de New-York et
des ports Kuropcens sur de-
ma ide faite ce bureau. \
Ce steamer partira le m- '
m jour directement po'l
New York, prenant le', malle
11 passagers. '
Port au Prince, le '.i DOV.2932 |
Jas. II. C. VAN REED
Agent Gnral
LE FAIT EST INCONTESTABLE
s
C'est la quintessence des meilleures'
varits de cannes d'un vaste territoire'
runissant les meilleurs terroirs, !
C'est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ
0
AUX
Trois Quartiers
l Maison J. de VENDEG1ES
hNGLE Avenue King
i.t Rue Vehnet
Vient do recevoir par
le dernier Bateau :
La Magnsie ERBA
EST LE PRODUIT LE PLUS RECHERCHE C911E REGULATEUR
DES FONCTIONS GASTRinUES ETIHIBIIMIB,
A. de Matteis & G0
AGENTS POUR HMTI "*
" COLOMBIENNE )
Tlphona N 2323
o-o
Votre premire visite
A
L'HOTEL ANSONIA
V
(!:m;c
Les avantages (|u'olfre
Cuisine Electrique
HOTPOINT *
la
i
<.nhers pour
Bas de soie
Chapeaux
Gaines plastiques du 70 au 102
baci maiu
Lolionet Eau de Cologne
Poudre Petalia et Cheiamy i i _. I __ __ 1 ~~,-,-,*o
crme Tokaion Isont maintenant connus
Barrettes, pinces, boucles.
Tulles broches et boucles d'o-
ai
reilles
Brets Basques Gdes 4.50 et
6,00.
Tourniquets et fuselles fil
couleur.
Fil broder il a coudre.'
Fil Retors Nos bO et 40
Sacs provision, elc;;
Maison de confiance. Pris
vautageui. Faites vos achats
AUX TROIS QUARTIERS >
Vous vileiez des Irais dt
Lj'ie et gagnerez du len ps.
le
vous en convaincre,
noire salle d'expo-
:'
tout le monde.
Pour
visitez
silion.
Compagnie dclairage
lectrique.
, il est attendu le 8 no*
verabrel932. Il repartira le\
mme |o r pour Puerto Co-J
lombie, Carlagr.e, CristoW, j
Kingston et Ntw-York.
Le manil ste de ce navire
reu par avion est la dis-
posa ou des clients en nos
bureaux sis angle des rues
du Quai et Thomas Madiou
C vis- vis de \- Duuioe).

Le vapeui Bolivar ) Voy.
106, paitira de iNc\v-Yoik le
9 novembre directement pour
Port-au-Prince o il est at-
tendu le 15 novembre.
Le vapeur iBaracoa Vo-y
HUveianl de New-Yok et
des ports lu Nord est atten-
jduici,!e samedi 19 novembre
en roule le mme |our pour
les porta du sud.
! Rort-au^Piiuce, le 3 nov.
1932.
William E. BLEO.
Agent.
N'OUBLIEZ PAS DE FIE UN PETIT T
TERRACE-GARDEN
Chez W. KAHL
Petionville
1 G00 pieds d'allit'ide L'tablissement le pins Irais
virons de Port r -Prince.
Seulement 15 minutes d'anlo sur une eicelletS
asphalte. Vues muvei leuses de la ville et lu p'ul.
Boissons de toult s esjjc^s
des ec
roule
arrangements pattieilrrs pour les pensions de jour, M
semaine ou de mois.
Le Garage
Boucard & C
r,
Oie ses services ai \ pre*
iritaires d'aulomobi'i s poi r
a rparation de leurs voitr
res des pril exceptionnelle.'
ment avantageux.
Aux propritaires de voi-
tures p u h I i q ii es, il est
olirt un service spcial d'a-
bo ineir.ent o toi.tes Us dit.
Acuit) et ennuis de ce Irsfic .
seront largement sm monts. i
Conditions avantageuses,
prix de l'abonneme t la
porte de tous.
En cas de panne clu z vous
ou en cours de roule, avisez-
nous et vous >ei( /. Sfi v I do-
inic'\\% OU sur la route, sans
eh irge supplrqentaii e.
Tra vu u x mcaD |U s et
lectriques, peintuiea i Duco
el confection de OS pute
GARAGE BOUCARD .
Graod'Rue, ( 61 de la
Maison .\ axwe I.
DE NEW-ORLEANS El MOBILE A PORT-AU-PRINCE, SANTODOMINGO CIT, CURAAO
PUERTO CABELLO, LA GUAIRA ET PARAMARIBO.
C"
N\\v Orlans, Louisiane,
M bile. Alabama, SailS
Port-au-Prince, Hati LMe
Sanlo-DomiDgo City, B.0. Due
Curaao, D. W. I. Due
Puerto Cabello, Venz. Due
Li Guaira. Venezuela Due
p ,ram iribu.Dutcb Gi iana Due
i aramaribo.Dutch Guiaua Salis
t uraeao, I). W. L Due
NcwOrta >>, Louisiaua Due
DALVAN-1EN
S,ils
austvangw
VESTVANQEN
oct. 22 ni
Ct QUI N'A JAMAIS T FAIT
CtOUINEPEUI [IRE DEPASSE
Kola Champagne
F. SJOURN
Prpar dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Prparation et Vente
Pharmacie F. SEJOURNE
Angle des rues Rouxet du Centre.
._*.*-* *
Laboratoire SJOURN
f.c. 11 Ih
oct. 19 ib
oct. 23 oct. 31 si
ocl.
oct
oct,
ocl.
oct.
oct.
15 th
10 tb
21 st
3 rd
24 th
1-8 th
nov. 2 nd
nov. li ih
nov. 14 Ih
ocl.
ocl.
nov.
nov.
nov.
nov.
nov.
nov.
nov.
nov.
24 th
29 th
2 nd
4 th
6 th
7 th
11 th
M* "th
20 th
28 th
DjRecturs
F. Sjourn, Pharmacien
R SJOURN, Pharmacien de l'Universit de Paris
M. Sjourn, Pharmacien de l'universit de Paris.ancieu
interne des Hpitaux de Paris
Analyes des Urines, du suc gastr que. du sang
t-rmaooi Ure. Constante d'Ambard, Glycmie).
Descrachals. Des matire, lcales.
( Wa*
A louer
P. ii > maison, 4 pia a, i
tort,au Bois-Vei nh.
Sudnsaei : Maison Pranck
G. i us. & u'.
Prenant fret et passagers pour tous les,, perts ci-dessus
CONNAISSEMENT DIRECTS DLIVRES POUR TOUS LES PORTS SUIVANTS :
Porl-de-'aix, St-:.iarc, Miragone et Jrmie, Hati ; Monte Cristi, La Romane,
Birahona. San Pedro de Macoris el A/na, Rpublique Dominicaine ; Coro, P.arupano,
i unuu.o, t'.uanta et Pampatar,Venezuela, Aruba et Beuaire, DWI.
UE MOBILE ET NEW-ORItANS A TOUS LES PORTS HATIENS ET DOMINICAINS ET ARACAIOO
Macoris ci l. iiuuiBu-,.............. ,,
t \)c Tan pa, FI de, A ls Jamaque-Hati La Rpublique Dominicaine Curaao
AilTfl APPF^lF^nn's 1 '1 Vennu la,
We Veil Ne"apd Second] Dparla | les ports ci-desso. quand une quantit suffisante de bel est oflerU
( : talion, on lonmement sans avis. )
HOTEL KARAM
bne confortable succursa-
le del Pace Htel, Kensr
koft
^our la saison dt, ren-
dez-vous chez A. J. Karaffl,
Hand P*rts for ail mekes >-i
automobi es.
KNKLIPS GARAGE
Ri e Pave
Phoue 2,518 & 2234
Knskoff, o vous sei&
servi souhait. Excellent
[A. de MATTEIS & C,Agents Gnraux condUions


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM