<%BANNER%>







PAGE 1

ENTIONS MANQUANTES



PAGE 1

Clment Majloire 1358. ROC AMERICAINE 1358 1ELEPH0NE N2242 Toute œuvre collectif ve importante drive toujours d'une pense • individuelle. I,nsta\f II BON 2n"me ANNEE N" 7X11 Autour de la Dette publique —o— POKT-AU-PRINŒIOJAITI) JEUD 3 NOVEMBRE '1^37 *.-j XVII Rponse des confrres, t ii Le Secrtaire d'tat des'fi.t nances : son arithmtique Pour nous convaincre de i lions de placement qui, mme l'excellence du systme des! si elles ne cachent des intrts amortissements aDticips.jjespculation, fonl courir mme exagrs, le scrtai-) l'Etal des risques sur la vaped'Etal des finances, —ayant! v 1 "' ^'s litres. Ceux qu'il a dj en sa possession, achets 93, sont tombs 5Jet ne valent aujourd'hui que 7,") Mais, ans avoir dconSi vos dents paraissent ngliges, vite rendez-Ees blanches... lini sans doute, aprs ses dclarations la tribu 14e parle mentaire, paradmettre avec nous que leur monlanl dpasse de beaucoup celui oui j seill le placement en titres, est prvu par la clause 7 des nous allons employer, pour contrats d'emprunt, nous ne pas les perdre et pour les Cite le cas d'une valeur de besoins de notre dmonslra300.00;) dollars qui, verse lion, les 300.000 dollars du entre les mains de l'Agent} secrtaire d'Etat des finances fiscal, rapporteraient au Pays I dans un amortissement rgu55.000 dollars l'an, et cela/ lier. Dans ce cas, at amortis Gardez vous de sourire si ont l'air ngliges ou si vot.e !.. est mauvaise. Loin de siluire, un pareil sourire ne peut qu'loigner. Or, une rccnii le de la s* voua permet de transformer trea en denti d'une beaut et de pari haleine mieux qu'tucun lixir ne saurait le faire. Essayez ce procd: Deux fois par jusqu' la lin du service de la Dette. Pour le moins, ce montant vers au 1er octobre 192<), par exemple, permet* trait, avec des intrts ainsi multiplis, d'amortir OOO.OOO 9 ) comme le voudrait le se criairc d Etat des finances, I Etat leroit l conomie des 19.999 d intrt annuel et, a premire vue,gagnerait 10 0/0 si dj, par le placement de jour, pendaaji tri I KOIA %  1 i d( vqnuea de %  > ; plus blanches. ()., impuissantes KOLYNOS r. lisait il assainit la boudu ilparfus KOLYNOS Antiseptique Le plus conomique un centimtre suffit Il y a Vingt-cinq anfl LF. MATIN. 3 hovembn 9U7, CHAMPrDE COURSES ~ Jeudi, .> lues tic* J'aprS' midi, la pose de\la premire pierre Voccavon de l'ouverture des travaux 'l'installation du Champ de Courses cl t du I... voit qu'au coneertdejeudi dernier,"'le talentueux .chef de la musique du Palais, M. Luc Jean Baptiste, et le distingu Chef de Division i l'Instruction Pari-mutuel runissait sur le i ^Wi/rae M. Fr nois Maaiaal Champ-de-bar* une assistance I " 1 *c'ange de Complaintes. dlite, au milieu de laquelle ^ £*ff7 r ' ) '" )l ru r '" era f* 1 t ternelle 1 adaqua Luc Jem nous ruons remarqu nombre I Baptiste en i bmol. d, personnages officiels. Sa Gran leur fg? Pichon archer, j COadjuteur t a re hauss de sa prsence cette inl ressante cr monte et a tenu jeter les eaux du baptme sur les fondations de la lutine tribune. De nombreux et chaleureux discours ont ,!,' %  prononcs v — Et, /•' >se, elle a vcu ce que vU vent les roses] riposta du Isa au lac Franois Manigat en cl de l'a. Excellent concert qui no> a permit de goter une nouvel 1 * lois /•/ que mas me guita. re* yie musicale de noire ami l.amolhe (ju'on ne peut couler sans fermer les veux. prcdents montrent que, pari les deux premiers exercices 1922 1923 et 1923-1924 o l'escompte ce taux et mme au A ce bnfice, il faut ajouter I intrt de 3 olo sur les 322,894, T.") de litres, qui oui t vendus avec leur coupon, soit 9,686,84, I cette occasion la louange de .. voit \ifamille au corn. Son Exe. te Prsident d Hati \piet (|lll ivj ,j, d'au orii p*n qui, suivant se* glaneuse* Ira[logemeol dans la maison d-* M. rHtions, a voulu doter la Car Moravia Morpeau s'est dr.i le* dollars de titres au 1er oc-'ses titres 02 depuis 1922, il tobre 1938, j ne perdait automatiquement Comment un tel placement! ^ 0/0. est-il possible, le relev de Dans le cas d'un escompte nos confrres a: L'Action Na-i au-dessus de 02, taudrait-il lionale et t Hati-Journal I encore, pour en avoir le prolexplique comme suit : cou J lit, tomber sur des inlerm verlis en litffg 90 0/0, ces.diaires honntes et respec800.000 dollars deviennent tueux des intrts de l'Etat hatien, et que ces 800.000 dollars ne soient pas engags dans le scandale des spcula lions dont nous Taisons 1 expos depuis quelque temps. Autrement, nous allons donner au secrtaire d'Etat des finances un aperu de ce que, avec des achats sur le mar ch et des soit disant escomptes, l'Etat d'Hati perd constamment depuis au moins l exercice 1924 l'J'2 AU LIEU DK GAGNER. Soit, au cours ordinaire des choses, les 801.000 dollars envoys par le Conseiller linancier a notre Agent fiscal pour tre verss dans le fonds d amortissement. Les contrats d'emprunt ne donnant au Gouvernement hatien, une l'ois les tonds remis, aucun rle dans la dtermination les laux d'achat, nous laissons pour compte au secrtaire dElat les finances le laux de 90 qu'il a imagin pour son opration et qu'il a la grande navet de rp ter dans tous les amortissements qu'il veut bien prvoir jusqu' l'exercice 1943-1944. L'Agent fiscal, pour les amortissements rguliers annuels, a pleins pouvoirs pour acheter : il peut aller jusqu'au pair surajout des intrts, et par les exemples que nous avons cits,on a pu voir qu'il saii acheter, ju> pi' la dernere limite per.nise. Et bien (pie les contrats d'empiunt restreignent, pour les amortissements additionnels, son >oiivoir d'acheter au pair y dessous a pu tre pratiqu parlce qui'lve l bnfice intermittences et pour les rai' 15,337,$) plus 9,686,84r sons particulires et passagres I 2502431 que nous avons dites, to.is les! Ce bnfice doit tre achats ont eu heu au moins 'diminu de •H.. Quant a l.nlr de la Xa1 1,1 0(0 transfert X.-V. nouai City, il est fort compr- des 300,000 : 750 liens,hle:.,„nse 1 i!emei,l, ( >mme l^op diffrence sur nlermed.n.re.elle gagne plus en intrts, les dpts de pitale d 1 digne dette Place publique tout de suite 3^3.333,33. Au boulde l'anne, leurs intrts lioo s'ajoutent ce capital, soit dol. 10.900,99 qui, convertis leur tour en litres au mme taux de 90, deviendraient dol. 22.222.22. Or, si vous ajoulef ce dernier chilire au produit de la premire conversion, vous aurez 355. 565,55. Et ainsi de suite. Si nous saisissons bien la pense du secrtaire d'Etal des finances, il s'agit d'un placement en litres pareils ceux dj faits par notre Tr soierie et que le secrtaire d'ICtal parait saisir l'occasion de dtendre indirectement. Dans Le Matin> du 11 octobre, nous avons amplement parle de ce cas de l'Etat porteur; nous ne pouvons qu'y renvoyer le secrtaire d'Elal el les lecteurs. Rptons seulement noire objection en ce qui concerne les intrts que l'Etat croit gagner alors que c'est lui qui les paie. Si le secrtaire d'Etal des finances, dans son exemple particulier des 300.000 dol* lars,veut dire que ce placement, nonobstant le lait que l'Etat paie les intrts, serait le seul intelligent moyen de toucher nommment ces in* trls et d'assurer chaque an ne leur amortissement, il montre que lui, ainsi que le Conseiller financier 1 gard des litres qu'il garde dans notre Trsor, ignorent ou font semblant d'ignorer que Je mcanisme des tableaux des annuits, lorl ou rai-T | trafiquant sur les laux bas.mais, l'Etat lu apporl en outre, comme principale d2 li2 • tentrice des litres pour les avoir I 1,1 ,„ commission acnett du Gouvernement en contractuelle sur les vlocel u,hi, w moment de 9,686.84 d'intrt sur la signature de t'hmprunt, elle a le cou,. on • intrl a les placer au dessus le 1,8 <>|o commission plus possible de ce laux d'achat, conlraluelle sur les Le Gouveiiiemeal l.ailieu, en 322,8 souscrivait! a ce dernier taux, est sens avoir pris son parti Total des dpenses de ne gure trouver contracIl y a | ieu 5'ajoufer w ? .V^?" 8, Diffrence sur le taux Sans.doute,es lirea,ces temps ralis par lAgenl lis Wernen' ,ll l):,,sst considracal, comme ,1 va piemenl ; mais nous avons dj tre dit • fait remarquer l'trange concidence de celle baisse" el de noIre dpression budgtaire laissant peu de possibilit aux amortissements massifs II suf de 25.024.31 reluit lira que ceux-ci reprennent pour ce bnfice (pie le mouvement vers la Total Valeur qui, dduite du bnfice 750 24,22 %  J.;.:il 1,927,83 9,686,83 11,614,66 13 M!) UN jourd'hai dans une chjumiaa dans le mme quartier. peai enfin vider les lie ix. Mo 1 • si "iir. Madame et bM)*, gi*e Les Collaborateurs de son l'pbligancs un peu sommutre Gouvernement n'ont pas t d'un compalrio'e, logent an. oublis cl ,1c prcieu r. eut ou ragements ont rie prodigus an oncessionnaire de l'entre\ 1 -i 1 ; ...voit que le Pre Man •-, prise. A Citer 'escl,,.> | a mme National Citv 95 signals par le dernier Rapport .cette perle' de 3 010 sur les dconseiller financier 322894.75 de litres reprsenta 9,686 84, rduisanl dflnivemeni le bnfice de l'opra %  on ; 3,722,84. son, est tabli dj de telle faon que, l'annuit tant ri gide, toute valeur enleve au service des intrts tombe aulomuliqueraent dans le fonds d'amortissement, sans qu il soit besoin du truchement d'aucun placement particulier. C'est ce qui explique que, dans les dits tableaux, le chiffre des amortissements va en segmentant et celui des int rets en diminuant. La pratique des amortissements acclres et indus l'a Vorise dj suffisamment le Systme d ux pour qu'il sud inexplicable d( compris les intrts, lui faisant obligation, s'il ne trouve pas acheter dans cette limite, de retourner les fonds au service courant du Budget, nous l'avons vu enlreindre celle disposition et acheter au-del du laux permis. Nous ne voyons pas pourquoi il srail plus tendre pour les .100.000 dollars du secrtaire d'Elal des finances. Nous avons des raisons de douter que l'escompte 90 du Secrtaire d'Etal des finam •puisse tre ralis: nous nous basons pour cela sur les pn ds dj tablis cl sur l'inlprsur tout cela des operur ci de lu .National Citv. Les Ceci dit et notre avis, les 3;K),000 dollars du Secrtaire dictai des finances, s'il faul observer la courbe de nos achats, seraient convertis, en litres pour lre amortis au pair ou '.).'). Il est intressant de voir, pour l'un et l'autre laux, ce qui en rsulterait pour le ( mvernemenl el pour l'agent fiscal. I A 95 ALe Gouvernement Versement au dbut de l'anne fiscale : 300,000,0(1 Intrts 2 1,1 o|0 durant l'anne ; 6,750,00 Valeur convertir 306,750,00 Titres achets a 05 322,894,75 Il L'Agent fiscal. Valeur reue du Gouvernement %  306,750.00 Achet ; 122 Si H 70 de titres, 92 297,063 17 Bnfice en espces : 9,686,83 ( ou en litres : 10.529,16) l|f 010 transfert de UUI),000 1|1 o'[o commission contractuelle l|8 O[0 commission conlraluelle VOIRE CUISINE, MADAME. —O — s> Lu premire :ondilion d'une bonne sant c'est le [onction ne n ni de l'estora IC. Ce rsultit. de l'avis de tous les ialislc-s, est magnifiquemenl obtenu par l'usage, d a n s voire cuisine, de la Manlgue des l sines de Port au Prince si de Saint-Marc. I .mpressez vous d'eu laire l'essai si dj vous n'avez expriment celle gr lisse de lin race. Bec-Fin. 06750. Tilres : 1 1 1 o|o Iransferl 1|4 010 diffrence d intrts Il I o|o commission conlraluelle '. ojo commission contractuelle 306.75000 750,00 75 ),00 24/22 383,43 750,00 24,221 103,61 1 Bnfice total 10,864,66 Bnfice brut an litres Ce bnfice exprim ( en espces : 15,337,50 c'est--dire que celte dernire valeur est la conlre-valeur. 95, des 16,144,75 de litres. Nous ne tenons pas compte du surplus d'intrts, en dehors 16144 75 s ^ 'l' couaentiaau Gouver_'._J1 nement, provenant naturellement du dpt des 300,000 dol. 11 — Au pair A. Le Gouvernement Dpt en espces : %  Idal Rhum ALiX UOY 30 annes ue succs. 1 Total des dpenses: 308,657,65 Le bnfice unique ralise sur cette opration esl le paiement du coupon atlach aux litres, soil 3 <,o sur 306,750, soit 'P. 9,202.50. Mais l'Etal perd la diffrence entre le ta 111 de 92 auquel il avail vendu la National City et le pair auquel il acheta de la National City, soit 8 OJO sur 306.750 OU P. 24.540. Celle valeur, diminue du bnfice de 9.202.50, laisse une perte de : 15;337.50. B I. Agent fiscal. Valeur revue du Gouvernement : 1,750,00 Achet putanl en litres 95: 291,412,50 Bnfice en espces 15.337,5 ) QJQ eu litres : 0i,I I 1,75, soil 15 337 I l|l o|o Iransferl 300,000 7.". I I I ojo commission ( ontractuelle sur ment coup [8 M|O com n conlraluelle sur amortissement >lal { A SliiVt l / lerinagn o, I i m iMn au soi--, se succ lenl des u, o ipea d • li lles (lo-npliin mis sincres h l'infatigable et davoa missionnaire, Tre Manise. %  • • ... voit qu'il convient de prendre des sanctions srieusesron* fre ut groupe d'lves du Lyce Ption, recals ou ajourns aux derniers essaient, et qui lu it pendant les cours un vacarme denier devint l'tablissement. Parties de foot bail, de sautfmouton, matches d'adresse la tuatibale, avec les fle de pansants pour cibles, dtonations de i lilu'.ile pour animer les jeux, c'est proprement du dsordre sinon pis I Il laut enrayer v sans relard. • ... voit que la Orasserie Nationale parle de l un possibilit de continuer. Continuer quoi? A fabriquer sa bire, si macabrement dnomme Mre Suprme? ou la vendre aa mme prix? Le ra ne avis nous renseigne plus loin. Il s'agit bal et bien dune augmentation de prit. Mince alors I Voyez vous d'ict la Bire SUD me a soixante quinze centimes I" verre? quand, cinquante centimes, i ne la huit d|i pas? • .. voit que M. Monfils, l'agronome belge, charg de la Direction Gnrale de notre Producliou agricole, ne cache p>a qu'il aime le pays, ses poiioea, • i s ouvres,l sarloul son Rhu n liarbancourt. On l'y attend m. (( 0' ET Cdant aux sollicitations de ses nombreux anus cl celles (lu Malin , Victor Mangons dite bientt,! l'Imprimerie I.a Preaae , les posies I n< quelques-unes seulem ul ont t pu dii Menuailles d'or el d' rgent, tel esl le litre de ce nouveau re l de posies dont le tirage sera limit a trois cents exemI lan Nous renouvelons nos llicii ix de succs notic charmant ami. t



PAGE 1

PAGE 2 y Novembre 1932 ECHOS —Sea-Side-lnD,qui lut l'un D o-o 1 Comment sauver Hati 1 iio, a lu couiiii uueul au des lieux de plaisir les*plusl en vogue, de Lapi aie, a ferm ses ) portes.,uuret i l rui temps. Le chaulleur du nouvi Minier. Amricain a . ••> Prince, Mr Norman Ai U OUI est arriv l'autre jour par l( tranais.Cest un Bf'eloo.— U Vlinistre tait atten I hiei par le Panama. — Le prix du sel a augment, du lait de la taxe que s i bit ce produit. Les Bailnieus de l'Arlibouile voiein avec apprhension l'Btal entrer dans le commerce du sel pour ^'exploitation des mirais salanls ^de son domaine. — (m annonce "que les propritaires de Varits,n'ayant pu acqurir les proprits limitrophes l'eu inent en vue d'un agrandis sment, y mettent dessus nn tage.Il se confirme que c'est la grande socit de cingraphie: r'araruou', qui explo itra l'lablisaenieui agrandi et embelli. — Avons revu avec beau eo'i|) de plaisir la Visite de notre distingu ami le % %  leur Charles Font us, rentre de Paris par le dernier li< 1landau. Au cours de son sjour eu la Ville-Lumire, le d jeteur a pertectionne ses llll : | .illh iline uron i iRHUM SAH• I I i/i )H il nu I ci* use Mu-d il'c.j connaisMncei mdicales. Le pays benliciera srement de %  ,cs nouvelles acquisitions p feasionnelies. — Vendredi aprs -midi.re,i. ion a L'Htel de Ville i co merd capital ies-un i la j Lwn du Mi I l'avis d orti U i standardisation du caf.Ec ges de points de vue. Nous y reviendrou — L'agronome Monllii mari''. Sa lenime le i lira sous peu en Hati. — Avons revu le Bull d'octobre de la Socit de decine d'Hati. Bien prse il est charge de matires, intressantes. Remerciements pour l'envoi gracieux. TONIQUE Contra A. EMIE tin I JAILI.ET DIGESTIF RECONSTITUANT digettlve, ANEMIE d'origine resp.ratoire, ANEMIE consomptive, ANEMIE par excs do travail Intellectuel ou eoiporet. A ANEMIES conscutives aux Maladies aigu s, w ANEMIE des Pays chnude el contre U % % %  Maladies du TUBE DIGESTIF. i | alliilenl p/m ili ne prlll #ln •• mi rCPTO-FER du D JAILLI I UUoroMi Ici Poli i MODE D'EMPIOI : Un petit yirri h liqueur linmdlatoinant iDrl le Parfaitement mlang .... see connue u vin de grand cru une saveur vraiment rare. Tel est Clicquol SEC Le H ;er Aie pour eaux qui recherche ni le M IILLI UR en tout. Dlicieux ton* seul., el se mlangeant heureusement avec d'autre.-. oissous. C\\cctuo\ CAuto GINGEK ALE Molir \ l.aiiiin, \ 1ENTS P 0 ito\ I, i'iincc *,.* O ouidi,dout le gouvernement ,a pas nn programme coi u ivec bon s le taire 'union confiance los ? D'aillei i le trait du 3 Septembre dernier, que, DUS . un „pass*|de leur;puissancejacquise au itique. Uulprix d'un logique et pei .i-. or* i vrant eilort, digrer un chec sorte, est essuychez un petit peupleeni i dent .1! i loin die vi des, de ces i i nous prir couverts d iirninie, ou vainertnos dii. i pro< efficaces emp oys lis Je repousse avec fermet la prei i native. Quant la de toute la torce de mon me, i oi lej de ci* h ltien torm cole %  riotes qui, au pi leui vie, crivirent des des Mr tioover, le Ministre Dana Munro a en demander nos gouvernants d'aporouver.sulit pour nous por* t i a bien comprendre que I s dclarations de M. Stinv iOJ et des autres Amricains de son envergure n'ont pas t exprimes pour pons qui ne sommes pas encore e drs dans la voie o nous mriterions qu'on emploie envers nous les tonnes qui (tenaient le respect. tas ne pouvons pas reiert taire le gest nos an ux f la .'est entendu. M?is notre pays honte d 1 [ueile < .-d un pays de grandes postonii i iiui. l lis. — Donnons-nous lia lumire lementla peine de prou* 1 uni re ne r que nus l'aimons en l'usage ni us dvouant son tvoluqu'on en fait, le pouvoir est lion. L'golsme et la mauvaise OU un pilori. Uue loi sol les deux plaies prinles qui tuent la Nation. a l'me na. Des milliers de te m mes et lige d'un clul il vec les dites d hom I Etal qu'il i direction s pi blique s. ft s vers un plus somores. Tout i\ oit le pou i, a pour e uplir ses obliga .'ai E t.' A. VJ QS dan s prits, no ; l nt d' lali coma i lait il se rapporter uniqued s Man. erreur. %  de la ( la cit, i ; lard dniants Indiens, l'instant o nous crivons, sout rduits appeler la moi l pour dlivrer des soufirances qu'ils endurent. .Dans te cou i preuves q d nous il a tre des rlormas, il n'y a pas de places il.':: IS 1 -r ,1 en.lu s, des pbra( i ; i ses, des querelles en butines. Les .nnei icains, pratiqi | i ucation,ne pren*' i 0 ui que des boni %  < oinpi ehensioii : gie. Parlons net lion du travail natiojal est assez vieille. Des Hatiens sincrement patriotes, bien ut la culbute de 1915, redreot nos dii iits dy mettre la main, pour tablir 1 ordre daus la vie du peuple et assurer l'indes jeunes gens dans les cen lgrit de notre terriioire.La trs avancs ou ils auraient. France que d'aucuns crolait provision de issau-1 yaient imiter, sans tenir auces utiles, Q ait-il adJeun compte de noire proche i du J ipon si les Nippons, gaide a leur deiaul v aliou sous la li re l'en j, s taient i dans plomal : V Il 3 luite im,i.\ tres aement. Les Nippi curent l'tutelligence de s'unir l'adopter les mtlio les de r,. La seci lou. le cemmodore l'erpour le rveil du Japon, lut aussi brutale que uecessaii •ve donc de nos gi poliliq Saui ci Hati, apus m Itre eu I 11 ion i i i s j de peuj P. I! y a voi q n sont lu I renl : Vou devoir, vous perdez du lemps r. l.a D de:: Vincent %  'il It plus l< tut \es qu'il iui le de laire sonner en ce moment de terrible prei ; C'est pour lui la meilleure la%  i de prouver an inonde son bon vouloir l'gard-du sauvet itional, (J; Vi que il I I i diligente |ue ilu Nord, "est un pays merveilleuseiueut organise.!., France a tous les courages.Elte maint eut sou rang de puissance indpendante i e qu'elle vit surtout de labeur,d'ides de torce semes rota na i, par ses lites, s tous les domaines. Il nous tant de l'action,de l'action raisouuee, civilisatrice. L'homme est ne pour crer.Rien ne m'eulbousiasme plus que les rudes combats o l'on risquera vie pour le n loinphe d'une ide piste. Je ne ee.s.rai de dire que la vaine littrature ne saur.nl i mon ; 11 ni e quand ma Patrie est a deux doigts du la lombe. Qu'est-ce que la vie d'un citoyen a c d< de la A.mo i ? d'un discours que pronona M.Flix Faure, >rs Prsident de la R| ubliquc Franaise, depuis que je l'ai lu, n'est jamais sorti de a.a mmoire. Il est bon de IVir a la mditation, de plus d'ua : Ce qu'a demand : Flix Faure. ce q u un gouveiment... Le pays entend par Gouvernement une runion k iliommes ayant, siuou les mmes origines, au moins les mmes tendauees.un programme commun auquel ils aptent leur concours et leur ut.sans an e, pratiquant i politique prcise et dtermine que tout le monde comI Otte vibrante toile de IV .lit : < ne toile Joli (K""> '"" %  peau %  "'"• tache. J emploie toujours [, Suwn de loiMie Lux potii 14'il rc/'N lU '' %  mienne. r •^ ii La i)eau v clou>> le— votre plus (jrand charme ...d'il Hollywood I NSTANTAN lENT.s ement, la beaut de la | au "pi.elle l'admiration Les directeurs d'il l.vwood ont dcouvert Hennis plusieurs annes qu'une jeune fi le ae peul pas avoir un plus puissant Bp0< I. L'un di s plus laineux directeurs d Holl\ wood a dc'ar : Le peuple rpond instantanment la douceur de la peau. C'est je plus adrayunt des charmes fminins. Aucune jeune fille ne peul prtendre de venir une iode sans lui. 005 des (513 importantes actrices d'HolIjwood n comptent que sur le Savon de TuileUs l-ux, blanc et paitum, pour conS.IVII lab-auide leur leini En laii les le m mes de paimut se dlectent pendant 1 • moment o la mousse dlicieuse de ce savon les caresse. Conservez votie teint comme voire oile lavoiile d< l'cr.n — avec le Savon ne Toilette Lux. LUX DE TOILETTE MOHR ^ LAUBIN, P. 0. BOX M — Dlimiteurs Hue Houx et du Centre.PorUau-Prince. .. Cette poudre lave les dents avec de l'air L'air que nous respirons contient de l'oxygne et l'oxygne esl le plus important.agami purificateur de la Nature. CALOX TOOTH l'tAVDKK est oxygne et lorsque vous vous brosse/, les dents, des milliers de petites bulles puriticalrices pntrent chaque t'ente entre vos dents. Elles eulvent Imite impuret et strilisent compltement les coins o les cavits commencent. CALOX uelloie parfaitement parce que c'est une poudre le type de dentifrice dont se sert voire dentiste lorsqu il nettoie vos dents. Si vos dents sonl souilles par le labac ou la ngligence, vous serez tonn de la rapidit avec laquelie CALOX leur rend leur blancheur et leur clat naturel. Voyez votre dentiste deux lois par an el cependant servez-vous de la CALOX TOOTH POWDEK. GRATUIT McKesson Iftobbins.Ine, ..• CliffStr el.New-York Cily. r S.AJ Veuillez l'envoyer, ans ongagement, un c lanUflon gratuit, d'une d \ e de quinze jours, le la CALOX TOOTH KAVDliR. No.n... Adresse... 105 prendra. .. Voil la vrit quelles on n'a rien ajouter, politique et c'est bien ce que On les laisse laire du che%  mus entendons qiumd nous min, oprer des miracles de demandons un gouverne : rhabilita ion. nient qui gouverne i. Ce sont l des paroles auxI Thoby VIEUX 1> 4** f ..Mi %  niverselie a Kard^ premire plac. •ARBNCOURT Dp:J*ue des Csars, *' ^



PAGE 1

Jeudi 3 Novembre 1932 Le Malin 4 PAGES t 26me ANNEE N it.{ Port-au-Prince Te\[ faone : 2242 DANS LA BOXE Les matches de boxe organi ses par MM. Gontran Houzier et Hicol Uiauvet se sont (16 rouls samedi soir, ainsi qu'annonc, dans la vaste halle attendant la Socit Hatienne d'Automobiles , au milieu d'une nombreuse assistance. Disons tout de suite qae les malches n'ont pas eu le succs escompt et annonc et ne sonlevrent point cet enthousiasme dlirant qu'on observe dans les luttes sensationnelles, h s boxeurs de samedi soir, saul Papacito et son lve, Herrera, — n'tant pas en lorme. Le public lut du. 7 heures. Un ortopiionic, juch sur une table, au lond de la salle, dverse ses notes braillardes vers la soitie, aitirant sous les galeries d'alentour la loule grossissante des curieux et des badauds. '2 De minute en minute, le Radiophiles, avez-vous une Pi loi Dragon ? IlWIHIII1I %  —II— • %  •.,. > %  <<< %  •>*>,, LE F AIT EST INCONTEST \ !0 Suve/.-v.HisVjue la}dpressioj]c no. nique aux.Etats-lLiis v iUlj>?r met avec quelques dollars d'entendre joureljnuit les stations du Monde^entieri? ACHETEZ ONE SUPER-HETERODYNE PILOT DRAGON La reine des Radios Un seul bouton de commande, un seul ieu de lampes et Paris, Londres,^Vatican, Canada, Australie, Etats-Unis sont vous Plus ncessaire d'avoir de convertisseur d'ondes Sdvez-vous aussi que vous pou* vez avoir des Radios-Orthoph iniques ilMlot* Ondes longues et nombre des spectateurs grossit courtes contant meilleur march que les' orthophoniques dans la salle. Peu de lemmea... ordinaires vendues en Hati? Demandez les prix ROGER DREYFUSS, Reprsentant pour Hati. Un gong rsonne, annonant l'ouveniut des jeux. Le silence s'est lait. El I ortopiionic s'est lu. C'est d'abord un prliminaire. Hilare, le combat soulve un miuce intt'rl, et dude un brin l'assistance... Voici que miintennnt des ap-f tlaudissements jaillissent dans a salle. Cest Papacito, le Dominicain, qui, ayant gravi les ( egis du ring, seire, souriant, la main de son adversaire : Snow-Bsll, boxeur hatien, Court et trapu, Soow-Bsll laisse l'impression d'un boxeur sr de lui. Flegmatique, il s'est assis sur la chaise que lui tend soi) masseur, el, le regard lointain, il se laisse ganter par celui-ci. Cependant que Papa cilo, debout, excute des entre chais, el, de son dos muscl, tire, nerveux, les cordes du ring... Le coup de silllet de l'arbitre part. Ella lutte commence. C'est un match d'exhibition en deux rounds, au cours duquel le vainqueur du bourreau merveilla l'assistance par sa science de trappeur ", lundis que ScoW-Ball, lui, se niellant en boule, montra qu'il Bail parer avec adresse et sang Iroid. Aprs SnowBall, c'est le Ja^ ni--ii et in Tunney qui se mesure avec Papacito, toujours en un match d'exhibition. De musculature moyenne, Tunney s un Visage sympathique. M is Pa pscilo lui est de beaucoup suprieur... Le voil gr< gqy Il chan elle, i! penche vers le sol. •' Il vi choir. Non ? Il s'esl remis d'aplomb, ... C'est le deuxime round, Papacito a bondit Et les coups pleuvent sur la poitrine, sur la Pie du Jamacain,qui s< d lend tsnl I) en que mal, plu l mal ui bien.., l'an Un uperut I 'uni y est mis knock ou 1 Les avantages qu'offre Cuisine Electrique HOTPOINT la C'est la quintessence les meilleures varits de cannes d'un vaste territoire runissant les meilleurs terroirs C'est ce qui fait son arme. GOUTEZ ET COMPAREZ' \ M MM %  WH ^ LIGNE COLOMBIENNE ) Tlphone: N 2323 o-o sont maintenant connus de tout le monde. Pour visitez sition. Compagnie vous en convaincre, notre salle d'expodclairage ; lectrique. i.e vapeur i Martinique Voy 105 partira de Ntw.York le 2 novembre courant directement pour Port-au-Prince e u il est attendu le 8 nos vembrel932. Il repartira le V m. nie jo'ir pour Puerto Co-J lombic, Carlagr.e, Cristoba!' \ Kingston et New -York. Le m:iniltste de ce navire reu par avion est a la disposition des clients en nos Bureaux sis angle des rues du Quai et Thomas Aladiou ( vis^ vis de hDouane). I.e vapeur B >li v ar ) Voy. 1015, partira de NtW-York le y novembre directement pour Port-au-Prince o*u il est attendu le 15 novembre. Le vapeur iBaracoa Voy ItOveuaul de New-Yok et des porls du Nord est attendu ici,le samedi 19 novembre en route le mme |our pour les porls du sud. Port'iUPiiuce le 3 nov. 1932. William P.. BLEO. Agent, Votre premire visite A L'HOTEL ANSONIA Nous donnera raison, confirmera votre bon jnoement, justifiera la coi fiance ue vous nous aurez acrorde en nous garantissant votre appr' able patronage l'Htel le plus slect de Port-au Prince. Nous vous suggrron> d'arrtei votie chambre d'avance Bire la pression. Un au'.rj grand gda avec uo bsau pir ait et chantant: .. On nous a rserv, potir la clou de la soire, le mitch Cyclon -Herrera. Cela prnmel d'tre h i iul ressani. Des paria s'et gagent. On est quelque peu ai M .IX. Voici les deux DOXerra sur le rini/. K il Cyclon it B iii i Ihr-.'x, ,-, %  i „,,:„;„ ,„ rera sont tous deui biii en New Orians, Louisiaua, athlte. Mais celui-l lai le l'im pu tbioQ ilY i a B( Cl bl | %  • s;i mvtculalure, lai J s (| < lier \iniiiiihiiii J DE NEW-ORLEANS ET MOBILE A PORT-AU-PRINCE. SANTODOMINGO CITY, CURAAO* PUERTO CABELLO, LA GUAIRA ET PARAMARIBO. DALVANGEN Port-au-Prince, Hati Sails Sails Due lier | s inlo>Dominso City, R.O. une rera parait plus agile cl plus I Curaao, D. \V. I. adKMi.NVsi.il paa d'ailleurs I Puerto Cabello, Venz. leleve de Papacito?.. Mais tr,., Quatre. Venezuela ve de tout cela I et obvervona sui lu lice 1 s deux pi s es Au premit r IOUIK), • \ don a follement secou Herrera Mais durant les quelq i .runu. e s de lepos laisser ;,ux boxiurs, le masseur de lie lui i>, semble-t il, par ses soins habiles tt impie .ses, infus une Vigueur nouvelle, car voil Cv don apais ... Le 3e lound se termine tncoi l'avantage d Herrera. An l , Cycloo rea| i e yauiiiiei,'. h n'en pel pli s i Due Due Duc paramnribo,Dutcb Guiana Due puramaribo.Dutch Guiaua Sails CUILCO, D. W. 1. Due V ,\ Orlans, Loniiiana Due cet. 1 1 th oct. 19 i li o:t. 23 rd o t. 31 st AUSTVANGEW oct. 15 lh ocl. 19 lh oct. 21 st oct. 23 rd oct. 24 lh oct. ?a ih nov. 2 iicl nov. i lb nov. 14 lh VESTVAXGEN oct. oct. oct. 110 V. nov. nov. nov. nov. i ov. I ov ov. 22 nd 24 th 29 th 2 nd 4 lh (> th 7 lh 11 th 16 lh 20 'h 28 ih La Magnsie ERBA n 8 r l XMW LE PLUS raraE COMME RECULATEUS DES FONCTIONS GASTRIOUES ET INTESTINALES. A. de Matteis & C AGENTS POUR HATI Prenant fret si passagers pour tous les,. ports ci de > us CONNAISSEMENTS DIRECTS DLIVRS POUR TOUS LES PORTS SUIVANTS : Po.t-dc-'aix St-iiarc, Miragooe el Jrmie, Hati ; Monte Cristi, La Ro-nana, re Barahona, San Pedro de Maons et A/un, K |ue Dominicaine* Coro Garupano Cumai.o, Cuanta et Pampatar,Venezuela, Aruba et Benaire, l)W. Si.OE MOBILE E NtW-ORI £ANS A TOUS LES PORTS HATIENS ET DOMINICAINS El MARACAIBO SIROP DESGHSENS i'Hemcglobiai Bnri. n ~ i i. <._ Rgnrateur du Orng. presorlt por l'lit mdlosle-, m*M Buprrtar A la vland oruu et aux /rrupin.ux. Ad-.ii dmm Ici Hpitaux de Part* f"0r 0ii ; DESCH;EI<9. , Ras Pnl Btudry, fAIU8 I Phsiauincui eus ifsle hoi •• i vi lui II sali-, et que l'ortophontc looi lrc : MANICERO — • Fin soc lO'i %  s laiaa< ptciaieuis une imprssion de... UfccepilODi jour ne pas dire dajantage. De Tampa, Floride, la Jamaque-Hati—La HcpLblique Dominicaine— Cur i Vem au la. a ao Dpart i les porls ci-di mand une quantit suffisante de „ • en oticrte. ournemert nnsavis. ) A. de MATTEIS & C,Ageiils Gnraux HOTEL KARAM Lue confortable succursale de la Pace Holel, Kens' holl— Pour la saison dtc, rendez-vous chez A. J. Karanr, Kenskoft, o vous seie: | servi souhait. Eœcedenles conditions.



PAGE 1

LE MVTIN = 3 N nbre 19V? PAGS 3 < >'/. 2te, rat Dnitf s Ih'stuinlus : b'2276. k VENDUE SUR SAISIE LEBANQUE DE LA LYKE BROS L A ItRRACEGARDEN Cesi a Itiruci -Oui il a, • • t biist'raeni si justement la mode, qu'il eut lieu,samedi dernier. Les convives de • e n p ia & ,', haulie g isse , an os de virs fi F, ne fimsssent de clbrer la science culinaire du m ire -queux de T.rrace-Garder. Gnralemi nf, on f* vu il r rompit"P q ue es K a onl r rf un ab'isserm n! qui ne |e cde en rien ces cabarets de nuit il.s grands ca| il i es, par l'atmosphre deitg nceset feg-'' des choses rift-res. Loterie Nationale Anniversaire Noire confrre L Action .\a~ tionale a a'teint lund 31 octobre, son premier anniversaire. Kous fnm^f-s h ureux. b cette location, cl < ftrir son d slingo |}ecteir. M. .1 -''IO Jean l'ieire |alai r 'os vives I i i il liai s ,n n ne e>np que nous adressons nos sincres .souhaits de dune et d %  dv bnpement >on org-rne qui s'est essure une place d.ns la presse h ai tien De. Aprs le concours Le 1) icteur Cbarmant a repris la salle d'anatomia de l'Ecole de Mdecine ses cm frenecs d'hygine avec projections cinmatographiques. Ces confrences, on le Bai*, Boni particulirement l'adresse des Instituteurs et des i istitutriceS .. mais le p iblic y est quand nm %  convi, et pout le plus grand profit de tous. La confrence du Docteui Charmant roula celte lois sur la piop;gande d'hygine, son utilit, ?on but, sou idal. Aprs la confrence, on ppoje'a des films do;uimen ,'t.iiits tels que Ravages de la tuberculose. Ion et ion ne m eut %  les ranime* scolaires. Ce derni< r lilm noi s fi' assister l'impression 11 la vente des billets de la Loterie Nationale, BU lirage de la Loterie. On sait que les cantines scolaire* sont BU nombre les œuvres 'e bi nf Isunce, a nqu< lb s I, i en! en aidi i i| e I h i i • nieiix fin film Compliments au eh m n i coi trencii Il v a'ait 108 insciils en vue du emeours pour le re* (rutement des agents agricoles. Api es les preuves cii* les, par le ieu des liminaDations, ce nombre a l ramen 52. Ce dernier (hilLe est descendu 30 aprs les preuves maies. Il sra nro e rduit aprs les preuves pratiques de dmonstration S'il demeure, tomme probible, au-dessus du nombre de posles d'agents agricoles pourvoir — douze, parail-il — il restera ces lments qualifis ion (Employs. Ne ci'iiviendrait-il pas de dlivrer celte catgorie de Uihniciens agricoles un pa pier quelconque qui, attestant leur srnit, les dis* pense d'un nouveau concours dans le cas probab'e de vacances i onv( Iles? Ils auraient ainsi la priorit sur tous autres candida's. Ncrologie Nous enregistrons avec beaucoup de peine le dcs,survenu dimanche dernier, de Mme \ ut Sobieski Casimir,nt Etiennettt Audige, dont les funrailles onl eu heu le lendemain la Cathdrale, au milieu d'une nombreu.se assistance Nous ; loino vives condolances Mme Lui i• loury, Mr il Mme Joseph Salomon, ;i Molle Lisette Casimir, MrOdilon Casimir, tout J>articuliremenl notre ami Constant Bstoury, et tous les autres parenls et allis. Mme Vve Ludovic Toulm el enfant, Auguste Toulm et ses enfmis, Mm? Adolphe Dalen' court et ses enlanla, Mme J. Jolibo.s iils Me le Laurel'* Thnm: s el F i '/• Thomas Mi 11 Mme Normil Ch rl< i buts erdanls, Mr et Mme M< <' '' Com Mr el Mme Normil Bonhomme, Mme Vve Emmanuel Poteau remercient la Pi esse, r a Girde d Ha i, les a lis dl'ot-auPrince, Petit-Gc&ve, Crr -x des. Houquelsl'.abarel et d S Marc 1 du leur marque d; sympa hie l'occasion de la perle cruelle qu'ils v.ennent d'prouver pir la mort de : LUDOVIC TOII.MK enlev leur idleciion le 21 octobre courant. Ils les prient de trouver ici l'expression de leur prolonde 1 gratitude. Port-au-Prince, 29 oct. 1932. Y l'audience eu Tribao QlVl 'le M'w.i, i/.. # %  '"Cljjipp fi(t i loi u-.m-i'i IQ( e, oi \ unt Mon-* sieur le Juge Flix Massac, juge-commist ai La golette dnomme tEsperanta , .de vingt q uatre tonnes, ancre au port de Port-an l'rince, avec ses accessoires, dsigus dans le cahier des charges, clauses et conditions auxquelles sera consentie la vente, lequel ca; hier des charges est dpos au grelle du du Tribunal, La saisie a t faite au nom du sieur Maurice Fontaine, indusuit 1, 1 1 propril lire demeurant et domicilie ortan-Pi ince, ay nl cats M" H. Malebranche el Acb Lambert, contre le Sieur Ri ihenvnt Obas, propritaire armateur de la dite g' clctle, demeurant el domic'li Port au Prince, ayant peur vocals M" Edmond et Louis Montas. La saisie a t laite pour une somme capitale de douze cent trei te cinq gourdes, dont la condamnation en principal a t prononce contre le sieur RichemontObas au profit du sieur Maurice Fontaine, par jugement du Tribunal de Commerce de Port-au Prince, en date du 18 Janvier 1932, enregistr. Le sieur Richemont Obas a lu domicile an cabinet de ses avocats, s s eu cette \ille, rue Boni e Foi. Les ench et es sur la mise prix de mille neuf cent quatre vingt (lourdes quatre, vingt et ntimes, cy G. 1980,80. Le* encbi ni i cm %  28 eh i i Us N iv mbie i n ch uns ix heures pi cises du m lin, a Panais de Justice, tage de la maison, dans la s il le des cries du dit Ti ib: aal, des Mr le Juge Flix Massac, juge commissaire. L'adjudication sera prononce la troisime audience du vendredi 11 Novembre pochain. Fail el par l'a vocal poursuivant sou i i P au prince, le 31 0 tobre 1932. (Sig: t ) H. MAI EBRANI HE, au. i .... L ^ .. -ILPOUR 1933, Les Derniers Perfectionnements : Automatic VOLUME CONTROL: Circuil Sunerlielerodvne Automatic Sinchro-Silent Tuning 100 o" Amplification Pentoe.— Nouvelles Lampes de 2 1/2 VOLTS Types 58.57, >(), 47, 82— el La Duo-Diode G-4-S%  i; . i COLUMBIA Synonyme de Suprmatie Modle C 123 Air Cell Battery Dur en de laBatt-rlo ODO heures Liuuidation AUTO SUPPLIES R. M AUGUSTE 14 HAISOil LIQUIDE TOUT SON S10CK. PROFITEZ DE CETTE t awk^ 666 A louer Petite ni lison, l pices, coutort.au Bois Vi ma S idn sser : Maiseo l'tanf k g a ..s & L'. MESP Ipoiir teint'.' lmeitous^ tissus, aucun oroduit n gale La 'MURESQVF: TEINTURE MNAGRE PERI I' WM*' Pharmacia Ku^rie I'I .< t! e t "•-! bonnai : %  irraaotaaatdfoguailrt En Liquide — Tab elles Sauve gurit la mal iria en 3 jours. Les Iroids le 1er jouiMaux d< tte el Nvi g es en 30 minutes. 666 Soulage les t oids Le plu 1 rapide r • nde connu* I BouUgemant Immdi .1 B'" 4 ' I Globules' Rban/ri E. UAI.ICHOUX, 27. Hue Victor ii> r> iula-eolonibea iS*>ue) GrO*l Viuvl CF£nCOQ,A*n-'rtS'r-uria Cin-Jaldy CE SOIR Le beau film comique l.o Dindon avec MaitclLevque Entre 0,50 ; Balcon : 1,00 COMPAGNIE GENERALE TRANSATLANTIOUE Le steamer S; Domingue d retour de Santiago de Cuba et des ports du Sud est attendu PorUau-Prince le 3 novembre. Il partira le mme jour pour les ports du Nord, Puerto-Plata et Le Havre direct, prenant Irl et passagers. P. M ALT1ERI, Agent Cicnral Rue du Quai,Port-anPiintt, Buiie postale: A 184 Tlphone : 9220. Modle C 83 Radio 8 lampe; Superheterodyne Modle C 81 8 lampes Superheterodyne COLUMBIA Le Favori des Connaisseurs edlo.C 83 Radio Phonojiraphe8 lampes Moteur 33 1/3 et 78 Toun Modle C84 8 lampes SuperheJ terodyne 2 Hautt-parleur. Concluions de vente avantageuses -Kneers COLUMBIA Music HallKNEERS GARAGE.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07143
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, November 03, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07143

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
ENTIONS MANQUANTES


Clment Majloire
1358. ROC AMERICAINE 1358
1ELEPH0NE N2242
Toute uvre collectif
ve importante drive
toujours d'une pense
individuelle.
I,nsta\f II BON
2n"me ANNEE N" 7X11
Autour de la Dette publique
o
POKT-AU-PRINIOJAITI)
JEUD 3 NOVEMBRE '1^37
*.-j
XVII
Rponse des confrres, t
ii
Le Secrtaire d'tat des'fi-
.t
nances : son arithmtique
Pour nous convaincre de i lions de placement qui, mme
l'excellence du systme des! si elles ne cachent des intrts
amortissements aDticips.jjespculation, fonl courir
mme exagrs, le scrtai-) l'Etal des risques sur la va-
ped'Etal des finances, ayant! 'v'1"' ^'s litres. Ceux qu'il a
dj en sa possession, ache-
ts 93, sont tombs 5Jet
ne valent aujourd'hui que 7,")
Mais, ans avoir dcon-
Si vos dents paraissent ngli-
ges, vite rendez-Ees blanches...
lini sans doute, aprs ses d-
clarations la tribu 14e parle
mentaire, par- admettre avec
nous que leur monlanl d-
passe de beaucoup celui oui j seill le placement en titres,
est prvu par la clause 7 des nous allons employer, pour
contrats d'emprunt, nous ne pas les perdre et pour les
Cite le cas d'une valeur de besoins de notre dmonslra-
300.00;) dollars qui, verse lion, les 300.000 dollars du
entre les mains de l'Agent} secrtaire d'Etat des finances
fiscal, rapporteraient au Pays I dans un amortissement rgu-
55.000 dollars l'an, et cela/ lier. Dans ce cas, at amortis
Gardez vous de sourire si
ont l'air ngliges ou si vot.e !..
est mauvaise. Loin de siluire, un
pareil sourire ne peut qu'loigner. Or,
une rccnii le de la s*
voua permet de transformer '
trea en denti d'une
beaut et de pari
haleine mieux qu'tucun lixir ne
saurait le faire.
Essayez ce procd: Deux fois par

jusqu' la lin du service de
la Dette. Pour le moins, ce
montant vers au 1er octobre
192<), par exemple, permet*
trait, avec des intrts ainsi
multiplis, d'amortir OOO.OOO
9 ) comme le voudrait le se
criairc d Etat des finances,
I Etat leroit l conomie des
19.999 d intrt annuel et, a
premire vue,gagnerait 10 0/0
si dj, par le placement de
jour, pendaaji tri
I
KOIA

1
i d( vqnuea de > ; plus
blanches. ().,
impuissantes KOLYNOS r. lisait il
assainit la boudu ilparfus
KOLYNOS
Antiseptique
Le plus conomique
un centimtre suffit
Il y a
Vingt-cinq anfl
Lf. Matin. 3 hovembn 9U7,
CHAMPrDE COURSES ~
Jeudi,- .> lues tic* J'aprS'
midi, la pose de\la premire
pierre Voccavon de l'ouver-
ture des travaux 'l'installation
du Champ de Courses cl tdu
I... voit qu'au coneertdejeudi
dernier,"'le talentueux .chef de
la musique du Palais, M. Luc
Jean Baptiste, et le distingu
Chef de Division i l'Instruction
Pari-mutuel runissait sur le i ^Wi/rae M. Fr nois Maaiaal
Champ-de-bar* une assistance I "1 *c'ange de Complaintes.
dlite, au milieu de laquelle ^ *ff7r' ')'")l'ru'r'"era f*
1 t ternelle 1 adaqua Luc Jem
nous ruons remarqu nombre I Baptiste en i bmol.
d, personnages officiels.
Sa Gran leur fg? Pichon
archer, j COadjuteurt a re
hauss de sa prsence cette
inl ressante cr monte et a
tenu jeter les eaux du bap-
tme sur les fondations de la
lutine tribune.
De nombreux et chaleureux
discours ont ,!,' prononcs
v Et, /' >se, elle a vcu ce que vU
vent les roses] riposta du Isa
au lac Franois Manigat en cl
de l'a.
Excellent concert qui no> a
permit de goter une nouvel1*
lois // que mas me guita. re*
yie musicale de noire ami l.a-
molhe (ju'on ne peut couler
sans fermer les veux.
prcdents montrent que, pari
les deux premiers exercices
1922 1923 et 1923-1924 o l'es-
compte ce taux et mme au
A ce bnfice, il faut ajouter
I intrt de 3 olo sur les 322,894,
T.") de litres, qui oui t vendus
avec leur coupon, soit 9,686,84,
I
cette occasion la louange de .. voit \ifamille au corn.
Son Exe. te Prsident d Hati \piet (|lll ivj,j, d'au orii p*n
qui, suivant se* glaneuse* Ira- [logemeol dans la maison d-* M.
rHtions, a voulu doter la Car Moravia Morpeau s'est dr.i le*
dollars de titres au 1er oc-'ses titres 02 depuis 1922, il
tobre 1938, j ne perdait automatiquement
Comment un tel placement! ^ 0/0.
est-il possible, le relev de Dans le cas d'un escompte
nos confrres a: L'Action Na-i au-dessus de 02, taudrait-il
lionale et t Hati-Journal I encore, pour en avoir le pro-
lexplique comme suit : cou J lit, tomber sur des inlerm
verlis en litffg 90 0/0, ces.diaires honntes et respec-
800.000 dollars deviennent tueux des intrts de l'Etat
hatien, et que ces 800.000
dollars ne soient pas engags
dans le scandale des spcula
lions dont nous Taisons 1 ex-
pos depuis quelque temps.
Autrement, nous allons don-
ner au secrtaire d'Etat des
finances un aperu de ce que,
avec des achats sur le mar
ch et des soit disant es-
comptes, l'Etat d'Hati perd
constamment depuis au moins
l exercice 1924 l'J'2 au lieu dk
GAGNER.
Soit, au cours ordinaire des
choses, les 801.000 dollars
envoys par le Conseiller li-
nancier a notre Agent fiscal
pour tre verss dans le fonds
d amortissement. Les contrats
d'emprunt ne donnant au
Gouvernement hatien, une
l'ois les tonds remis, aucun
rle dans la dtermination
les laux d'achat, nous lais-
sons pour compte au secr-
taire dElat les finances le
laux de 90 qu'il a imagin
pour son opration et qu'il
a la grande navet de rp
ter dans tous les amortisse-
ments qu'il veut bien prvoir
jusqu' l'exercice 1943-1944.
L'Agent fiscal, pour les amor-
tissements rguliers annuels,
a pleins pouvoirs pour ache-
ter : il peut aller jusqu'au
pair surajout des intrts,
et par les exemples que nous
avons cits,on a pu voir qu'il
saii acheter, ju> pi' la der-
nere limite per.nise. Et bien
(pie les contrats d'empiunt
restreignent, pour les amor-
tissements additionnels, son
>oiivoir d'acheter au pair y
dessous a pu tre pratiqu parlce qui'lve l bnfice
intermittences et pour les rai- 15,337,$) plus 9,686,84r
sons particulires et passagres I 2502431
que nous avons dites, to.is les! Ce bnfice doit tre
achats ont eu heu au moins 'diminu de
H.. Quant a l.nlr de la Xa-1 1,1 0(0 transfert X.-V.
nouai City, il est fort compr- des 300,000 : 750
liens,hle:.,nse1i!emei,l,(>mme l^op diffrence sur
nlermed.n.re.elle gagne plus en intrts, les dpts de
pitale d
1 digne dette
Place publique
tout de suite 3^3.333,33. Au
boulde l'anne, leurs intrts
lioo s'ajoutent ce capital,
soit dol. 10.900,99 qui, con-
vertis leur tour en litres au
mme taux de 90, devien-
draient dol. 22.222.22. Or, si
vous ajoulef ce dernier chil-
ire au produit de la premire
conversion, vous aurez 355.
565,55. Et ainsi de suite.
Si nous saisissons bien la
pense du secrtaire d'Etal
des finances, il s'agit d'un
placement en litres pareils
ceux dj faits par notre Tr
soierie et que le secrtaire
d'ICtal parait saisir l'occasion
de dtendre indirectement.
Dans Le Matin> du 11 oc-
tobre, nous avons amplement
parle de ce cas de l'Etat por-
teur; nous ne pouvons qu'y
renvoyer le secrtaire d'Elal el
les lecteurs. Rptons seule-
ment noire objection en ce
qui concerne les intrts que
l'Etat croit gagner alors que
c'est lui qui les paie.
Si le secrtaire d'Etal des
finances, dans son exemple
particulier des 300.000 dol*
lars,veut dire que ce place-
ment, nonobstant le lait que
l'Etat paie les intrts, serait
le seul intelligent moyen de
toucher nommment ces in*
trls et d'assurer chaque an
ne leur amortissement, il
montre que lui, ainsi que le
Conseiller financier 1 gard
des litres qu'il garde dans
notre Trsor, ignorent ou
font semblant d'ignorer que
Je mcanisme des tableaux
des annuits, lorl ou rai-T |
trafiquant sur les laux bas.mais, l'Etat lu apporl
en outre, comme principale d- 2 li2
tentrice des litres pour les avoir I 1,1 , commission
acnett du Gouvernement en contractuelle sur les
vlocel u,hi,w moment de 9,686.84 d'intrt sur
la signature de t'hmprunt, elle a le cou,.on
intrl a les placer au dessus le 1,8 <>|o commission
plus possible de ce laux d'achat, conlraluelle sur les
Le Gouveiiiemeal l.ailieu, en 322,8
souscrivait! a ce dernier taux,
est sens avoir pris son parti Total des dpenses
de ne gure trouver contrac- Il y a |ieu 5'ajoufer
w ? .V^?"8, Diffrence sur le taux
Sans.doute,es lirea,ces temps ralis par lAgenl lis
Wernen' ,ll.l):,,sst considra- cal, comme ,1 va
piemenl ; mais nous avons dj tre dit
fait remarquer l'trange conci-
dence de celle baisse" el de no-
Ire dpression budgtaire lais-
sant peu de possibilit aux
amortissements massifs II suf de 25.024.31 reluit
lira que ceux-ci reprennent pour ce bnfice
(pie le mouvement vers la
Total
Valeur qui, dduite
du bnfice
750
24,22
J.;.:il
1,927,83
9,686,83
11,614,66
13 M!) UN
jourd'hai dans une chjumiaa
dans le mme quartier.
peai
enfin vider les lie ix. Mo 1
si "iir. Madame et bM)*, gi*e
Les Collaborateurs de son l'pbligancs un peu sommutre
Gouvernement n'ont pas t d'un compalrio'e, logent an.
oublis cl ,1c prcieu r. eut ou
ragements ont rie prodigus
an oncessionnaire de l'entre-
\ 1 -i 1 ; ...voit que le Pre Man -,
prise. A Citer 'es- cl,, ' ;!/(/ 11 S dont on ne compte plus le*
cours de hr C Sambnur, M pieuses miHaiives. vienlid'a.n%
mhnslraleur principal des /i- Inager a l'entre de la chapes
nances et de h 0 i. Gabriel i Si. itrera une renroductioi
cl I) Pierre Louis, dfipul s el om niatare de Is grotte in'raea-
du concessionnaire, Monsieur lU8e de Lourdes avec la bien-
\ ictor Gentil heureuse Vierg". et la sainte
la runion s'est prolonge vynte Barnadetle, D-pms, la
assez tard dans la soire,'de, c?tPl,e St.-Qrard le plus en
p us est devenue, un lieu de p*
nombreuses coupe* de cham
p ign d de n unbteux verre*
yen ement vi /. s,
lausse en fasse autant. Dj, le
fond Transaction de New-York
II
signale le faibles placements a
/") vers le milieu de ce mois, ce
S'il
aut maintenant tenir
compte du fait que l'Etal avait
vendu les titres la National
City 92 el qu'il les rachte de
qui nous met dj loin des .>.> |a mme National Citv 95
signals par le dernier Rapport .cette perle' de 3 010 sur les
dconseiller financier 322894.75 de litres reprsen-
ta 9,686 84, rduisanl dflni-
vemeni le bnfice de l'opra
on ; 3,722,84.
son, est tabli dj de telle
faon que, l'annuit tant ri
gide, toute valeur enleve au
service des intrts tombe au-
lomuliqueraent dans le fonds
d'amortissement, sans qu il
soit besoin du truchement
d'aucun placement particulier.
C'est ce qui explique que,
dans les dits tableaux, le chif-
fre des amortissements va en
segmentant et celui des int
rets en diminuant.
La pratique des amortisse-
ments acclres et indus l'a
Vorise dj suffisamment le
Systme d ux pour
qu'il sud inexplicable d(
compris les intrts, lui fai-
sant obligation, s'il ne trouve
pas acheter dans cette li-
mite, de retourner les fonds
au service courant du Bud-
get, nous l'avons vu enlrein-
dre celle disposition et ache-
ter au-del du laux permis.
Nous ne voyons pas pourquoi
il srail plus tendre pour les
.100.000 dollars du secrtaire
d'Elal des finances.
Nous avons des raisons de
douter que l'escompte 90 du
Secrtaire d'Etal des finam
puisse tre ralis: nous nous
basons pour cela sur les pn
ds dj tablis cl sur l'inl-
prsur tout cela des operu-r ci de lu .National Citv. Les
Ceci dit et notre avis, les
3;K),000 dollars du Secrtaire
dictai des finances, s'il faul
observer la courbe de nos
achats, seraient convertis, en
litres pour lre amortis au pair
ou '.).'). Il est intressant de
voir, pour l'un et l'autre laux,
ce qui en rsulterait pour le
( mvernemenl el pour l'agent
fiscal.
I A 95
A- Le Gouvernement
Versement au dbut
de l'anne fiscale : 300,000,0(1
Intrts 2 1,1 o|0
durant l'anne ; 6,750,00
Valeur convertir 306,750,00
Titres achets a 05 322,894,75
Il L'Agent fiscal.
Valeur reue du
Gouvernement 306,750.00
Achet ; 122 Si H 70
de titres, 92 297,063 17
Bnfice en espces : 9,686,83
( ou en litres : 10.529,16)
l|f 010 transfert
de UUI),000
1|1 o'[o commission
contractuelle
l|8 O[0 commission
conlraluelle
VOIRE CUISINE, MADAME.
O
s>
Lu premire :ondilion d'une
bonne sant c'est le [onction
ne n ni de l'estora IC. Ce r-
sultit. de l'avis de tous les
ialislc-s, est magnifique-
menl obtenu par l'usage,
d a n s voire cuisine, de la
Manlgue des l sines de Port
au Prince si de Saint-Marc.
I'.mpressez vous d'eu laire
l'essai si dj vous n'avez ex-
priment celle gr lisse de lin
race.
Bec-Fin.
06750. Tilres :
111 o|o Iransferl
1|4 010 diffrence
d intrts
Il I o|o commission
conlraluelle
'. ojo commission
contractuelle
306.75000
750,00
75 ),00
24/22
383,43
750,00
24,221
103,61 1
Bnfice total
10,864,66
Bnfice brut an
litres
Ce bnfice exprim
( en espces : 15,337,50
c'est--dire que celte dernire
valeur est la conlre-valeur. 95,
des 16,144,75 de litres.
Nous ne tenons pas compte
du surplus d'intrts, en dehors
16144 75 s ^ 'l' couaentiaau Gouver-
_'._J1 nement, provenant naturelle-
ment du dpt des 300,000 dol.
11 Au pair
A. Le Gouvernement
Dpt en espces :

Idal Rhum
ALiX UOY
30 annes ue succs.
1
Total des dpenses: 308,657,65
Le bnfice unique ralise sur
cette opration esl le paiement
du coupon atlach aux litres,
soil 3 <,o sur 306,750, soit 'P.
9,202.50.
Mais l'Etal perd la diffrence
entre le ta 111 de 92 auquel il
avail vendu la National City
et le pair auquel il acheta de la
National City, soit 8 OJO sur
306.750 OU P. 24.540. Celle va-
leur, diminue du bnfice de
9.202.50, laisse une perte de :
15;337.50.
B I. Agent fiscal.
Valeur revue du
Gouvernement : 1,750,00
Achet putanl en
litres 95: 291,412,50
Bnfice en espces 15.337,5 )
QJQ eu litres : 0i,I I 1,75,
soil 15 337 I
l|l o|o Iransferl 300,000 7.". I
I, I ojo commission
( ontractuelle sur
ment coup
! [8 m|o com n
conlraluelle sur
amortissement
>lal
{ A SliiVt l /
lerinagn o, I i m iMn au soi--,
se succ lenl des u, o ipea d li
lles (lo-npliin mis sincres h
l'infatigable et davoa mission-
naire, Tre Manise.


... voit qu'il convient de pren-
dre des sanctions srieusesron*
fre ut groupe d'lves du Lyce
Ption, recals ou ajourns aux
derniers essaient, et qui lu it
pendant les cours un vacarme
denier devint l'tablissement.
Parties de foot bail, de sautf-
mouton, matches d'adresse la
tuatibale, avec les fle de pan-
sants pour cibles, dtonations
de i lilu'.ile pour animer les
jeux, c'est proprement du d-
sordre sinon pis I
Il laut enrayer v sans relard.

... voit que la Orasserie Na-
tionale parle de l un possibilit de
continuer. Continuer quoi? A
fabriquer sa bire, si macabre-
ment dnomme Mre Suprme?
ou la vendre aa mme prix?
Le ra ne avis nous renseigne
plus loin. Il s'agit bal et bien
dune augmentation de prit.
Mince alorsI Voyez vous d'ict
la Bire sud me a soixante
quinze centimes I" verre?
quand, cinquante centimes, i
ne la huit d|i pas?

-
.. voit que M. Monfils, l'agro-
nome belge, charg de la Di-
rection Gnrale de notre Pro-
ducliou agricole, ne cache p>a
qu'il aime le pays, ses poiioea,
i s ouvres,l sarloul son Rhu n
liarbancourt. On l'y attend m.
((
0'
ET

Cdant aux sollicitations de
ses nombreux anus cl celles
(lu Malin , Victor Mangons
dite bientt,! l'Imprimerie I.a
Preaae , les posies I n< quel-
ques-unes seulem ul ont t
pu dii
Menuailles d'or el d' rgent,
tel esl le litre de ce nouveau re
l de posies dont le tirage
sera limit a trois cents exem-
I lan
Nous renouvelons nos llici-
i ix de succs no-
tic charmant ami.
t


PAGE 2
y Novembre 1932
ECHOS
Sea-Side-lnD,qui lut l'un
D
o-o
1 Comment sauver Hati 1
iio, a lu couiiii uueul au
des lieux de plaisir les*plusl
en vogue, de Lapi aie, a
ferm ses )portes.,uuret ilrui
temps.
- Le chaulleur du nouvi
Minier. Amricain a . >
Prince, Mr Norman Ai u oui
est arriv l'autre jour par l(
tranais.Cest un Bf'eloo.U
Vlinistre tait atten I hiei
par le Panama.
Le prix du sel a aug-
ment, du lait de la taxe que
s i bit ce produit. Les Bail-
nieus de l'Arlibouile voiein
avec apprhension l'Btal en-
trer dans le commerce du
sel pour ^'exploitation des
mirais salanls ^de son do-
maine.
(m annonce "que les
propritaires de Varits,n'a-
yant pu acqurir les propri-
ts limitrophes l'eu
inent en vue d'un agrandis
sment, y mettent dessus nn
tage.Il se confirme que c'est
la grande socit de cin-
graphie: r'araruou', qui ex-
plo itra l'lablisaenieui agran-
di et embelli.
Avons revu avec beau
eo'i|) de plaisir la Visite de
notre distingu ami le '
leur Charles Font us, rentre
de Paris par le dernier li< 1-
landau. Au cours de son
sjour eu la Ville-Lumire, le
d jeteur a pertectionne ses
llll :
|
.illh
iline uron
i iRHUM SAH I I
i/i )H il nu I
ci* use Mu-d il'c.j
connaisMncei mdicales. Le
pays benliciera srement de
,cs nouvelles acquisitions p
feasionnelies.
Vendredi aprs -midi.re-
,i. ion a L'Htel de Ville i
co merd
capital ies-un i
la j
Lwn du Mi
I
l'avis d orti U i
standardisation du caf.Ec
ges de points de vue. Nous y
reviendrou
L'agronome Monllii
mari''. Sa lenime le i ,
lira sous peu en Hati.
Avons revu le Bull
d'octobre de la Socit de .
decine d'Hati. Bien prse
il est charge de matires, in-
tressantes. Remerciements
pour l'envoi gracieux.
TONIQUE
Contra a. emie
tin I JAILI.ET
- DIGESTIF RECONSTITUANT
digettlve,
ANEMIE d'origine resp.ratoire,
ANEMIE consomptive,
ANEMIE par excs do travail Intellectuel ou eoiporet.
a ANEMIES conscutives aux Maladies aigu s,
w ANEMIE des Pays chnude
el contre U Maladies du TUBE DIGESTIF.
i | alliilenl p/m ili
ne prlll #ln mi rCPTO-FER du D JAILLI I
UUoroMi Ici Poli i
MODE D'EMPIOI : Un petit yirri h liqueur linmdlatoinant iDrl le
Parfaitement mlang .... see connue u
vin de grand cru ..... une saveur vraiment
rare.
Tel est Clicquol SEC Le H ;er Aie pour
eaux qui recherche ni le M IILlI UR en tout.
Dlicieux ton* seul., el se mlangeant
heureusement avec d'autre.-. oissous.
C\\cctuo\ CAuto
GINGEK ALE
Molir \ l.aiiiin,
\ 1ENTS
P 0 ito\ I,
i'iincc
*,.*
Oouidi,dout le gouvernement
,a pas nn programme coi u
ivec bon s le taire
'union confiance
los ? D'aillei i le trait
du 3 Septembre dernier, que,
DUS . un pass*|de leur;puissancejacquise au
itique. Uulprix d'un logique et pei
. .i-. or* i vrant eilort, digrer un chec
sorte, est essuychez un petit peupleen-
i i de-
nt .1! i
loin die vi des,
de ces
i i nous
prir couverts d i-
irninie, ou vainert- nos dii-
. i
pro< efficaces emp oys
lis .
Je repousse avec fermet la
prei i native. Quant
la de
toute la torce de mon me,
i oi lej de ci*
h ltien torm cole
riotes qui, au
pi leui vie, crivirent des
de-
s Mr tioover, le Ministre
Dana Munro a en deman-
der nos gouvernants d'ap-
orouver.sulit pour nous por*
t i a bien comprendre que
I s dclarations de M. Stinv
iOJ et des autres Amricains
de son envergure n'ont pas
t exprimes pour pons qui
ne sommes pas encore e drs
dans la voie o nous mrite-
rions qu'on emploie envers
nous les tonnes qui (tena-
ient le respect.
tas ne pouvons pas re-
iert taire le gest..... nos an uxf
la .'est entendu. M?is notre pays
honte d 1 [ueile < .-d un pays de grandes pos-
tonii i iiui. l lis. Donnons-nous
lia lumire lementla peine de prou*
1 uni re ne r que nus l'aimons en
l'usage ni us dvouant son tvolu-
qu'on en fait, le pouvoir est lion. L'golsme et la mauvaise
OU un pilori. Uue loi sol les deux plaies prin-
les qui tuent la Nation.
a l'me na- Des milliers de te m mes et

lige d'un clul
il vec les
dites d hom I Etal qu'il
i direction
s pi blique s. ft
s vers un
plus somores. Tout
i\ oit le pou
i, a pour
e uplir ses obliga
.'ai E t.' A. VJ
qs dan
s prits, no ;
l nt
d' lali coma i lait
il se rapporter unique-
d s Man.
erreur.

de la (
la cit, i ; lard
dniants Indiens, l'instant
o nous crivons, sout r-
duits appeler la moi l pour
dlivrer des soufirances
qu'ils endurent. .Dans te
cou i preuves q d nous
il a tre des rlorma-
s, il n'y a pas de places
il.':: IS 1
-r ,1 en.lu s, des pbra-
( i ; i ses, des querelles en
butines. Les .nnei icains, pra-
tiqi | i ucation,ne pren*'
i 0 ui que des
boni < oinpi ehensioii
: gie. Parlons net
.
lion du travail natiojal est
assez vieille. Des Hatiens
sincrement patriotes, bien
ut la culbute de 1915, re-
dreot nos dii i-
its dy mettre la main,
pour tablir 1 ordre daus la
vie du peuple et assurer l'in-
des jeunes gens dans les cen lgrit de notre terriioire.La
trs avancs ou ils auraient. France que d'aucuns cro-
lait provision de issau-1 yaient imiter, sans tenir au-
ces utiles, Q ait-il ad- Jeun compte de noire proche
i du J ipon si les Nippons,
gaide a leur
deiaul v aliou sous la
li re
l'en j, s taient i dans
plomal :. V
Il 3 luite
im-
,i.\ tres
aement. Les Nippi
curent l'tutelligence de s'unir
l'adopter les mtlio les de
r,. La seci lou-
. le cemmodore l'er-
pour le rveil du Japon,
lut aussi brutale que ueces-
saii
ve donc de nos gi
poliliq Saui ci Hati,
apus m Itre eu I
11 ion i i i s j
de peuj P. I! y a
voi q n sont lu
. I
renl : Vou
devoir, vous perdez du lemps
r. l.a D
de:: Vincent
'il It plus
l<
tut \e-
s qu'il iui
le de laire sonner en ce
moment de terrible prei
; C'est pour lui la meilleure la-
i de prouver an inonde son
bon vouloir l'gard-du sau-
vet itional,
(J; Vi que
'
il
I

I i diligente
|ue ilu Nord, "est un
pays merveilleuseiueut orga-
nise.!., France a tous les cou-
rages.Elte maint eut sou rang
de puissance indpendante
i e qu'elle vit surtout de
labeur,d'ides de torce semes
rota na i, par ses lites,
s tous les domaines.
Il nous tant de l'action,de
l'action raisouuee, civilisa-
trice. L'homme est ne pour
crer.Rien ne m'eulbousiasme
plus que les rudes combats
o l'on risquera vie pour le
n loinphe d'une ide piste. Je
ne ee.s.rai de dire que la
vaine littrature ne saur.nl
i mon ; 11 ni e quand ma
Patrie est a deux doigts du
la lombe. Qu'est-ce que la
vie d'un citoyen a c d<
de la A.mo i ?
d'un discours
que pronona M.Flix Faure,
>rs Prsident de la R| u-
bliquc Franaise, depuis que
je l'ai lu, n'est jamais sorti
de a.a mmoire. Il est bon de
IVir a la mditation, de
plus d'ua : Ce qu'a demand
: Flix Faure.
ce q u un gouvei-
ment... Le pays entend par
Gouvernement une runion
k iliommes ayant, siuou les
mmes origines, au moins les
mmes tendauees.un program-
me commun auquel ils ap-
tent leur concours et leur
ut.sans an
e, pratiquant i
politique prcise et dtermi-
ne que tout le monde com-

I
Otte vibrante
toile de IV
.lit : < ne toile
Joli (K""> '""
peau "'", tache.
J emploie toujours
[, Suwn de loi-
Mie Lux potii
14'il rc/'N lU ''
mienne.
r
^
ii
La i)eau v
clou-
>>
le votre plus
(jrand charme
...d'il Hollywood
INSTANTAN lENT.s ement, la beaut
de la | au "pi.elle l'admiration Les
directeurs d'il l.vwood ont dcouvert
Hennis plusieurs annes qu'une jeune
fi le ae peul pas avoir un plus puissant
Bp0< I.
L'un di s plus laineux directeurs d Hol-
l\ wood a dc'ar : Le peuple rpond ins-
tantanment la douceur de la peau. C'est
je plus adrayunt des charmes fminins.
Aucune jeune fille ne peul prtendre de
venir une iode sans lui.
005 des (513 importantes actrices d'Hol-
Ijwood n comptent que sur le Savon de
TuileUs l-ux, blanc et paitum, pour con-
s.ivii lab-auide leur leini En laii les
le m mes de paimut se dlectent pendant
1 moment o la mousse dlicieuse de ce
savon les caresse. Conservez votie teint
comme voire oile lavoiile d< l'cr.n
avec le Savon ne Toilette Lux.
LUX
DE TOILETTE
MOHR ^ LAUBIN, P. 0. BOX M Dlimiteurs
Hue Houx et du Centre.PorUau-Prince.
..
Cette poudre lave
les dents avec de l'air
L'air que nous respirons contient de l'oxygne et
l'oxygne esl le plus important.agami purificateur de la
Nature. CALOX TOOTH l'tAVDKK est oxygne et
lorsque vous vous brosse/, les dents, des milliers de pe-
tites bulles puriticalrices pntrent chaque t'ente entre
vos dents. Elles eulvent Imite impuret et strilisent
compltement les coins o les cavits commencent.
CALOX uelloie parfaitement parce que c'est une
poudre le type de dentifrice dont se sert voire den-
tiste lorsqu il nettoie vos dents. Si vos dents sonl souil-
les par le labac ou la ngligence, vous serez tonn de
la rapidit avec laquelie CALOX leur rend leur blan-
cheur et leur clat naturel. Voyez votre dentiste deux
lois par an el cependant servez-vous de la CALOX
TOOTH POWDEK.
GRATUIT McKesson Iftobbins.Ine,
.. CliffStr el.New-York Cily. r S.AJ
Veuillez l'envoyer, ans ongage-
ment, un c lanUflon gratuit, d'une
d \ e de quinze jours, le la CALOX
TOOTH KAVDliR.
No.n...
Adresse...
105
prendra. .. Voil la vrit quelles on n'a rien ajouter,
politique et c'est bien ce que On les laisse laire du che-
mus entendons qiumd nous min, oprer des miracles de
demandons un gouverne : rhabilita ion.
nient qui gouverne i.
Ce sont l des paroles aux- I Thoby VIEUX
1> 4** f
..Mi
niverselie a Kard^ premire plac.
ARBNCOURT
Dp:J*ue des Csars,
*'
^


LE MVTIN = 3 N nbre 19V?
PAGS 3
^\0^ V R I TA B L E S
^PASTILLES VALDA
1 ^ BIEN EMPLOYr, UTILISE A PROPOS
PRESERVERA
Yotr< Gorrr., vos Bronches, tjs Poumons *
COMBATTRA EFFICACEMENT
?os Riiurnes, Broachites, Grippe, Ii.fl.e.zi, etc.
MAIS SURTOIT EXIGEZ BIEN
LES VRITABLES
PAST3LLES VALDA
vendues seulement ei BOI.iii
portant le nom
VALDA
Uaii
Avis Judiciaire
talebra tcfte, ai <>< >'/.
2te, rat Dnitf -s Ih'stuinlus
: b'2276.
k VENDUE SUR SAISIE !


LEBANQUE DE LA LYKE BROS
L A ItRRACEGARDEN ,
Cesi a Itiruci -Oui il a, t
biist'raeni si justement la
mode, qu'il eut lieu,samedi der-
nier. Les convives de e n p ia
& ,', haulie g isse , an os de
virs fi f, ne fimsssent de cl-
brer la science culinaire du
m ire -queux de T.rrace-Gar-
der.
Gnralemi nf, on f* vu il *
r rompit"P que 'es Ka' onl
rrf un ab'isserm n! qui ne
|e cde en rien ces cabarets
de nuit il.s grand- s ca| il i es,
par l'atmosphre deitg nceset
feg-'' des choses rift-res.
Loterie
Nationale
Anniversaire
Noire confrre L Action .\a~
tionale a a'teint lund 31 octo-
bre, son premier anniversaire.
Kous fnm^f-s h ureux. b cette
location, cl < ftrir son d slingo
|}ecteir. M. .1 -''io Jean l'ieire
|alair, 'os vives I i i il liai s
,n n ne e>np que nous adres-
sons nos sincres .souhaits de
dune et d dv bnpement
>on org-rne qui s'est essure une
place d.ns la presse h ai tien De.
Aprs le
concours
Le 1) icteur Cbarmant a re-
pris la salle d'anatomia de
l'Ecole de Mdecine ses cm
frenecs d'hygine avec pro-
jections cinmatographiques.
Ces confrences, on le Bai*,
Boni particulirement l'a-
dresse des Instituteurs et des
i istitutriceS .. mais le p iblic
y est quand nm convi, et
pout le plus grand profit de
tous. La confrence du Doc-
teui Charmant roula celte lois
sur la piop;gande d'hygine,
son utilit, ?on but, sou idal.
Aprs la confrence, on
! ppoje'a des films do;uimen
,'t.iiits tels que Ravages de la
tuberculose. Ion et ion ne m eut
les ranime* scolaires. Ce der-
ni< r lilm noi s fi' assister
l'impression 11 la vente des
billets de la Loterie Nationale,
bu lirage de la Loterie. On
sait que les cantines scolaire*
sont bu nombre les uvres
'e bi nf Isunce, a nqu< lb s
I, i en! en aidi '
i i| e I h i i nieiix fin
film
Compliments au eh m n
i coi trencii
Il v a'ait 108 insciils en
vue du emeours pour le re*
(rutement des agents agrico-
les. Api es les preuves cii*
les, par le ieu des limina-
Dations, ce nombre a l ra-
men 52. Ce dernier (hilLe
est descendu 30 aprs les
preuves maies. Il s- ra n-
ro e rduit aprs les
preuves pratiques de d-
monstration S'il demeure,
tomme probible, au-dessus
du nombre de posles d'a-
gents agricoles pourvoir
douze, parail-il il restera
ces lments qualifis ion
(Employs.
Ne ci'iiviendrait-il pas de
dlivrer celte catgorie de
Uihniciens agricoles un pa
pier quelconque qui, attes-
tant leur srnit, les dis*
pense d'un nouveau concours
dans le cas probab'e de va-
cances i onv( Iles? Ils auraient
ainsi la priorit sur tous au-
tres candida's.
Ncrologie
Nous enregistrons avec beau-
coup de peine le dcs,survenu
dimanche dernier, de Mme \ ut
Sobieski Casimir,nt Etiennettt
Audige, dont les funrailles onl
eu heu le lendemain la Cath-
drale, au milieu d'une nom-
breu.se assistance
Nous ; loi- no vives
condolances Mme Lui i-
loury, Mr il Mme Joseph Sa-
lomon, ;i Molle Lisette Casimir,
MrOdilon Casimir, tout J>ar-
ticuliremenl notre ami Cons-
tant Bstoury, et tous les au-
tres parenls et allis.
Mme Vve Ludovic Toulm el
enfant, Auguste Toulm et ses
enfmis, Mm? Adolphe Dalen-
' court et ses enlanla, Mme J.
Jolibo.s iils Me le Laurel'* Thn-
m: s el F i '/ Thomas Mi 11 Mme
Normil Ch rl< i buts erdanls,
Mr et Mme M< <' '' Com
Mr el Mme Normil Bonhomme,
Mme Vve Emmanuel Poteau re-
mercient la Pi esse, ra Girde
d Ha i, les a lis d- l'ot-au-
Prince, Petit-Gc&ve, Crr -x des.
Houquelsl'.abarel et d S Marc
1 du leur marque d; sympa hie
' l'occasion de la perle cruelle
qu'ils v.ennent d'prouver pir
la mort de :
Ludovic Toii.mk
enlev leur idleciion le 21
octobre courant.
Ils les prient de trouver ici
l'expression de leur prolonde
1 gratitude.
Port-au-Prince, 29 oct. 1932.
Y l'audience eu Tribao
QlVl 'le M'w.i, i/.. # '"Cljjipp fi(t i
loi u-.m-i'i iq( e, oi \ unt Mon-*
sieur le Juge Flix Massac,
juge-commist ai
La golette dnomme tEs-
peranta , .de vingt-quatre
tonnes, ancre au port de
Port-an l'rince, avec ses ac-
cessoires, dsigus dans le
cahier des charges, clauses et
conditions auxquelles sera
consentie la vente, lequel ca- ;
hier des charges est dpos
au grelle du du Tribunal,
La saisie a t faite au nom
du sieur Maurice Fontaine,
indusuit 1,11 propril lire de-
meurant et domicilie ort-
an-Pi ince, ay nl cats
M" H. Malebranche el Acb
Lambert, contre le Sieur Ri
ihenvnt Obas, propritaire
armateur de la dite g' clctle,
demeurant el domic'li
Port au Prince, ayant peur
vocals M" Edmond et Louis
Montas.
La saisie a t laite pour
une somme capitale de douze
cent trei te cinq gourdes, dont
la condamnation en principal
a t prononce contre le
sieur RichemontObas au pro-
fit du sieur Maurice Fontaine,
par jugement du Tribunal de
Commerce de Port-au Prince,
en date du 18 Janvier 1932,
enregistr. Le sieur Riche-
mont Obas a lu domicile
an cabinet de ses avocats, s s
eu cette \ille, rue Boni e Foi.
Les ench et es
sur la mise prix de mille
neuf cent quatre vingt (lour-
des quatre, vingt et ntimes,
cy G. 1980,80.
Le* encbi ni i cm

28 eh i i Us
N iv mbie i n ch uns ix
heures pi cises du m lin, a
Panais de Justice, tage de la
maison, dans la s il le des
cries du dit Ti ib: aal, des
Mr le Juge Flix Massac, juge
commissaire.
L'adjudication sera pronon-
ce la troisime audience du
vendredi 11 Novembre po-
chain.
Fail el par l'a vocal
poursuivant sou i i P
au prince, le 31 0 tobre 1932.
(Sig: t ) H. Mai ebrani he,
au.
i .... _______L^ .. -IL-
POUR 1933,
Les Derniers Perfectionnements :
Automatic VOLUME CONTROL:
Circuil Sunerlielerodvne
Automatic Sinchro-Silent Tuning
100 o" Amplification Pentoe.
Nouvelles Lampes de 2 1/2 VOLTS
Types 58.57, >(), 47, 82 el
La Duo-Diode G-4-S-
-
i; .

i

COLUMBIA
Synonyme
de Suprmatie
Modle C 123
Air Cell Battery
Dur en de laBatt-rlo
ODO heures
Liuuidation
AUTO SUPPLIES
R. M AUGUSTE
14 HAISOil LIQUIDE TOUT
SON S10CK.
PROFITEZ DE CETTE
t awk^
666
A louer
Petite ni lison, l pices, cou-
tort.au Bois Vi ma
S idn sser : Maiseo l'tanf k
g a ..s & L'.
MESP
Ipoiir teint'.' lmeitous^
tissus, aucun oroduit n gale
La 'Muresqvf:
TEINTURE MNAGRE PERI I' WM*'
Pharmacia Ku^rie I'I .< t!
et "-! bonnai : irraaotaaatdfoguailrt
En Liquide Tab elles -
Sauve gurit la mal iria en 3
jours. Les Iroids le 1er joui-
Maux d< tte el Nvi g es en
30 minutes.
666 Soulage les t oids
Le plu1 rapide r nde con-
nu*
I BouUgemant Immdi .1 B'"4' '
I Globules' Rban/ri
E. UAI.ICHOUX, 27. Hue Victor ii>
r> iula-eolonibea iS*>ue)
, GrO*l Viuvl C- FnCOQ,A*n-'rtS'r-uria
Cin-Jaldy
CE SOIR
Le beau film comique
l.o Dindon
avec MaitclLevque
Entre 0,50 ; Balcon : 1,00
COMPAGNIE GENERALE
TRANSATLANTIOUE
Le steamer S; Domingue
d retour de Santiago de
Cuba et des ports du Sud
est attendu PorUau-Prince
le 3 novembre. Il partira le
mme jour pour les ports
du Nord, Puerto-Plata et Le
Havre direct, prenant Irl et
passagers.
P. M ALT1ERI, ,
Agent Cicnral
Rue du Quai,Port-anPiintt,
Buiie postale: A 184
Tlphone : 9220.
Modle C 83
Radio 8 lampe;
Superheterodyne
Modle C 81
8 lampes Superheterodyne
COLUMBIA
Le Favori
des Connaisseurs
edlo.C 83
Radio Phonojiraphe-
8 lampes
Moteur 33 1/3 et 78 Toun
Modle C- 84
8 lampes SuperheJ
terodyne
2 Hautt-parleur.
Concluions de vente avantageuses
-Kneers COLUMBIA Music Hall-
KNEERS GARAGE.


Jeudi
3 Novembre 1932
Le Malin
4 PAGES
t26me ANNEE N it.{
Port-au-Prince
Te\[ faone : 2242
DANS LA BOXE
Les matches de boxe organi
ses par MM. Gontran Houzier
et Hicol Uiauvet se sont (16
rouls samedi soir, ainsi qu'an-
nonc, dans la vaste halle atten-
dant la Socit Hatienne
d'Automobiles , au milieu d'une
nombreuse assistance.
Disons tout de suite qae les
malches n'ont pas eu le succs
escompt et annonc et ne son-
levrent point cet enthousias-
me dlirant qu'on observe dans
les luttes sensationnelles, h s
boxeurs de samedi soir, saul
Papacito et son lve, Herrera,
n'tant pas en lorme. Le pu-
blic lut du.
7 heures. Un ortopiionic,
juch sur une table, au lond de
la salle, dverse ses notes brail-
lardes vers la soitie, aitirant
sous les galeries d'alentour la
loule grossissante des curieux
et des badauds.
'2 De minute en minute, le
Radiophiles, avez-vous
une Pi loi Dragon ?
Il-
WIHIII1I II
.,. >
<<<>*>,,
LE F AIT EST INCONTEST \ !0
Suve/.-v.HisVjue la}dpressioj]c
no.nique aux.Etats-lLiis v iUlj>?r
met avec quelques dollars d'en-
tendre joureljnuit les stations du
Monde^entieri?
ACHETEZ ONE SUPER-HETERODYNE
' PILOT DRAGON
La reine des Radios
Un seul bouton de commande,
un seul ieu de lampes et Paris,
Londres,^Vatican, Canada, Austra-
lie, Etats-Unis sont vous Plus
ncessaire d'avoir de convertisseur
d'ondes
Sdvez-vous aussi que vous pou*
vez avoir des Radios-Orthoph ini-
ques ilMlot* Ondes longues et
nombre des spectateurs grossit courtes contant meilleur march que les' orthophoniques
dans la salle. Peu de lemmea... ordinaires vendues en Hati?
Demandez les prix
ROGER DREYFUSS,
Reprsentant pour Hati.
Un gong rsonne, annonant
l'ouveniut des jeux. Le silence
s'est lait. El I ortopiionic s'est lu.
C'est d'abord un prliminaire.
Hilare, le combat soulve un
miuce intt'rl, et dude un brin
l'assistance...
Voici que miintennnt des ap--
ftlaudissements jaillissent dans
a salle. Cest Papacito, le Do-
minicain, qui, ayant gravi les
( egis du ring, seire, souriant,
la main de son adversaire :
Snow-Bsll, boxeur hatien,
Court et trapu, Soow-Bsll
laisse l'impression d'un boxeur
sr de lui. Flegmatique, il s'est
assis sur la chaise que lui tend
soi) masseur, el, le regard loin-
tain, il se laisse ganter par
celui-ci. Cependant que Papa
cilo, debout, excute des entre
chais, el, de son dos muscl,
tire, nerveux, les cordes du
ring...
Le coup de silllet de l'arbitre
part. Ella lutte commence.
C'est un match d'exhibition en
deux rounds, au cours duquel
le vainqueur du bourreau
merveilla l'assistance par sa
science de trappeur ", lundis
que ScoW-Ball, lui, se niellant
en boule, montra qu'il Bail parer
avec adresse et sang Iroid.
Aprs SnowBall, c'est le Ja^
ni--ii et in Tunney qui se mesure
avec Papacito, toujours en un
match d'exhibition. De muscu-
lature moyenne, Tunney s un
Visage sympathique. M is Pa
pscilo lui est de beaucoup su-
prieur... Le voil gr< gqy Il
chan elle, i! penche vers le sol. '
Il vi choir. Non ? Il s'esl remis
d'aplomb,
... C'est le deuxime round,
Papacito a bondit Et les coups
pleuvent sur la poitrine, sur la
Pie du Jamacain,qui s< d lend
tsnl I) en que mal, plu l mal
ui bien.., l'an Un uperut I
'uni y est mis knock ou 1
Les avantages qu'offre
Cuisine Electrique
HOTPOINT *
la
C'est la quintessence les meilleures
varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs
C'est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ'
\
M MM
, WH
^ LIGNE COLOMBIENNE )
Tlphone: N 2323
o-o

sont maintenant connus de
tout le monde.
Pour
visitez
sition.
Compagnie
vous en convaincre,
notre salle d'expo-
dclairage
;
lectrique.
i.e vapeur i Martinique Voy
105 partira de Ntw.York le
2 novembre courant direc-
tement pour Port-au-Prince
e u il est attendu le 8 nos
vembrel932. Il repartira leV
m. nie jo'ir pour Puerto Co-J
lombic, Carlagr.e, Cristoba!' \
Kingston et New -York.
Le m:iniltste de ce navire
reu par avion est a la dis-
position des clients en nos
Bureaux sis angle des rues
du Quai et Thomas Aladiou
( vis^ vis de h- Douane).
I.e vapeur B >livar ) Voy.
1015, partira de NtW-York le
y novembre directement pour
Port-au-Prince o*u il est at-
tendu le 15 novembre.
Le vapeur iBaracoa Voy
ItOveuaul de New-Yok et
des porls du Nord est atten-
du ici,le samedi 19 novembre
en route le mme |our pour
les porls du sud.
Port'iUPiiuce le 3 nov.
1932.
William P.. BLEO.
Agent,
Votre premire visite
A
L'HOTEL ANSONIA
Nous donnera raison, confirmera votre bon jnoe-
ment, justifiera la coi fiance ue vous nous aurez acrorde
en nous garantissant votre appr' able patronage l'Htel
le plus slect de Port-au Prince.
Nous vous suggrron> d'arrtei votie chambre d'avance
Bire la pression.
Un au'.rj grand gda avec uo bsau pir ait et chantant:
.. On nous a rserv, potir la
clou de la soire, le mitch
Cyclon -Herrera.
Cela prnmel d'tre h i iul
ressani. Des paria s'et gagent.
On est quelque peu ai m .ix. .
Voici les deux DOXerra sur le
rini/.
K il Cyclon it B iii i Ihr-.'x, ,-, , i ,,:; ,
rera sont tous deui biii en New Orians, Louisiaua,
athlte. Mais celui-l lai le l'im
pu tbioQ ilY i a B( Cl bl | ' s;i
mvtculalure, lai J s (| < lier
\iniiiiihiiii
J
DE NEW-ORLEANS ET MOBILE A PORT-AU-PRINCE. SANTODOMINGO CITY, CURAAO*
PUERTO CABELLO, LA GUAIRA ET PARAMARIBO.
DALVANGEN
Port-au-Prince, Hati
Sails
Sails
Due
lier | s inlo>Dominso City, R.O. une
rera parait plus agile cl plus I Curaao, D. \V. I.
adKMi.NVsi.il paa d'ailleurs I Puerto Cabello, Venz.
leleve de Papacito?.. Mais tr- ,., Quatre. Venezuela
ve de tout cela I et obvervona
sui lu lice 1 s deux pi s es
Au premit r iouik), \ don a
follement secou Herrera
Mais durant les quelq i .ru-
nu. e s de lepos laisser ;,ux
boxiurs, le masseur de lie
lui i>, semble-t il, par ses soins
habiles tt impie .ses, infus une
Vigueur nouvelle, car voil Cv
don apais ...
Le 3e lound se termine tncoi
l'avantage d Herrera.
An l , Cycloo rea| i e
yauiiiiei,'. h
n'en pel pli s i
Due
Due
Duc
paramnribo,Dutcb Guiana Due
puramaribo.Dutch Guiaua Sails
Cuilco, D. W. 1. Due
V ,\ Orlans, Loniiiana Due
cet. 11 th
oct. 19 i li
o:t. 23 rd
o t. 31 st
AUSTVANGEW
oct. 15 lh
ocl. 19 lh
oct. 21 st
oct. 23 rd
oct. 24 lh
oct. ?a ih
nov. 2 iicl
nov. i lb
nov. 14 lh
VESTVAXGEN
oct.
oct.
oct.
110 V.
nov.
nov.
nov.
nov.
i ov.
I ov
ov.
22 nd
24 th
29 th
2 nd
4 lh
(> th
7 lh
11 th
16 lh
20 'h
28 ih
La Magnsie ERBA
n8r lXMW LE PLUS raraE COMME RECULATEUS
DES FONCTIONS GASTRIOUES ET INTESTINALES.
A. de Matteis & C
AGENTS POUR HATI "
Prenant fret si passagers pour tous les,. ports ci de > us
CONNAISSEMENTS DIRECTS DLIVRS POUR TOUS LES PORTS SUIVANTS :
Po.t-dc-'aix St-iiarc, Miragooe el Jrmie, Hati ; Monte Cristi, La Ro-nana,
re Barahona, San Pedro de Maons et A/un, K |ue Dominicaine* Coro Garupano
Cumai.o, Cuanta et Pampatar,Venezuela, Aruba et Benaire, l)W. '
Si.OE MOBILE E NtW-ORI ANS A TOUS LES PORTS HATIENS ET DOMINICAINS El MARACAIBO
SIROP *
DESGHSENS
i'Hemcglobiai
Bnri.n~ i i. <._ Rgnrateur du Orng. presorlt por l'lit mdlosle-, m*M
Buprrtar A la vland oruu et aux /rrupin.ux. Ad-.ii dmm Ici Hpitaux de Part*
f"0r 0ii ; DESCH;EI<9. , Ras Pnl Btudry, fAIU8 I Phsiauin-
cui eus ifsle hoi i vi lui II
sali-, et que l'ortophontc looi
lrc : Manicero

Fin soc
lO'i s laiaa<
ptciaieuis une imprssion de...
UfccepilODi jour ne pas dire da-
jantage.
De Tampa, Floride, la Jamaque-HatiLa HcpLblique Dominicaine Cur
i Vem au la. aao
Dpart i les porls ci-di mand une quantit suffisante de
en oticrte.
ournemert nnsavis. )
A. de MATTEIS & C,Ageiils Gnraux
HOTEL KARAM
Lue confortable succursa-
le de la Pace Holel, Kens'
holl
Pour la saison dtc, ren-
dez-vous chez A. J. Karanr,
Kenskoft, o vous seie:
| servi souhait. Ecedenles
' conditions.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM