<%BANNER%>







PAGE 1

!C* ^LE'MATV 26 Octobre 19T> nient do COMPAGNIE GENERALE I U croisire dorer* li jours, ns de profiter on the 2/ nfOdoheratl'oit au-Prince,, it W II ton uct a pleasure cruise o Santiago ol Cuba via Petit Goave, Mitrgrane, Jrmie, tayes, Jacm I, Santiago olCoba and retorniDg at Port-au-Prince viiihe;b)ve unntioned Haitians Ports. The cruise will be ol six deys; Irom lh*27 ol Ojober to lie 2 id ol November, aniving %  t Santiago ol ( ub, i n th mor ning and leaving during the fnighl. Tourists will be able to visit Santiago wtiere inlerlain nient in being prepared loi Ihem. i The tare lor the cruise is dol. ? 50.OO, — withouj any extra cosl ulule on boerd. The French Line lias l&ken Uns opportuuily to allow ail personi tha cai.noi be away or any lenglit ol lime, to enjoy he beautfcs ol the Haiiia Coast and visil Santiago ol Cuba at imail eosl. lt is undeijtood that ail the laciblies known to exist wilh he French Line will be iound on ibis cruise. The French cui> sine known Ihe world over, will be adhered loon this cruise We believe that you will not be able to relus yoursell Ibis cruise tha will allord you your much needed resl and because ol the imall cost it is just what you bave beeo waitting lor. Fore more inlormaiion ore rservations please call at our ollice or tlphone .'{220 where ail questions will be (heerlully answered. Very respecllully yours F, M. Altiri, Agent gnral Hue du Ruai, Port-au-Prince. Duite Costale A 171 Tl|hK!e 3220 AVIS COMMERCIAL Le pi blfc et \o 'Prrmerce sont pr vc i us [n.. rar S|lj e < e la mol de MjOHN VOULUS el d'n i : • %  • i es iar l'es tolre;-cs !, ri |f 00 s cii>le Bi [ : 03 A non I c\: l>a ci 's: d ( \ i Ur L m hJh continuera de I Dcuoooer loua la nouv. Ile ri hou sociale AIjUDl<& foi Pon-au-Prloce, le 20 ocl ABOUDI & Co. POUR 1933. Les Derniers Perfectionnements • Automatic VOLUME CONTROL: Circuit Superheterodyne Automatic Sinchro-SilentTuning 100 ./• Amplification Pntode.— Nouvelles Lampes de 2 4 / 2 VOLTS Types 58. 57, 56, 47,82.— et La Duo-Diode G-4-SCOLUMBIA Synonyme de Suprmatie Wl*l9 5 1 2 1 Air Cell< Battery Dure de la Batterie OOO heures Modle G 83 Radio 8 lampes) Superheterodyne Modle C 81 8 lampes Superheterodyne COLUMBIA Le F avon des Connaisseurs djmauvais tidcvreinfestin d la constipation. Modle C-85 Hadlo-'Phonofiraplie8 lampes Moteur 33 1 3 et 78 Tour* Modle C 84 8 lampes Superhe terodyne 2 Hauts parleurs. yictiv f'?ANC£ £vi tezl aenbmant ( • "Jique semaine i' -m yyObtenu avec Cr %  FRANCE a Conditions de vente avantageuses -Kneer's COLUMBIA Music Mal! .-KNEER'S GARAGE. %  si



PAGE 1

Mercredi 26 Octobre 1932 u 26n* ANNEE N' Port-au-Prince Tlphone : 2242 4 PAGES LE COMME DES ETATS-UNIS AVEC LES VINGT AUTRES REPdBLIOUES DE L'AH' % %  Z : ,. £SS Trois "Quartiers qu'il .t'A %  -*VZM *. • an LE FAIT EST Durant la dernier 1 nne fis. aie, lec: mine ci d si. Unis av.e le; vingt ^publiques .le lAmrijui s. si ch lire, tant 6 H m i ci. ' l'tipnrt, 632.1 \ (oliars, alors qu'en 1 31 il tait de 999.6, >,00< dollars, d'o dcro %  d :ir ( .-.i i7,ono, e'ett--dire d 36 7 pour (•ni. |) aprs \l. Matlldfl Phll! chef du dpartement de statistique .In bureau d< l'union panamricai titnAtion ne peul tre i nputi qu' la crise conomique mon diale. pour ce qu'il s'agu d il H les Etats-Unis in oui irapoi i eu 31/32 pour 786,000 dol lnrs contre 719.W0 en 30 et y ont export poui 1 MJ 000 contre 5,860,030 Nouvelles de l'Amrique Lutine La Colombie prend l] mesures nergiques pour enisyer la crise a \ i %  • • • Au Brsil, l'Association des Instituteurs pousse loi l'ducation populaire.luillet dernier, m\ B i %  i • ,.i i'. lUIUmanl nf']" I d tit do r v >ir par I a il 11 e i ornez 1 i h /. v Faiti : riverai ,,.\t>io,t CLO BIP La Co Inc. l'ho C i partir du l i elle n'emploie qu'u i seul solliciteur de fret, Mr MaxPRE/: \r. Nul autre n'est au ira d • l sollicitations en i rt-au Pi I %  %  12. Wm E. • lier Bateau r-, p .i ie i h I boucles d'o%  ; i i G les 4.50 et iruiqu luset'es iil ir. .u.l e %  ivisiou onance. Prix .ONTES rABLE C'est la quinte: lee des meilleures 1 arits de cannes d'un vaste territoire runissant les meilleurs terroirs C'est ce qui fait son arme. GOUTEZ ET COMPAREZ ichats AUX TROIS QUAHTIERSi Vou lerez des Irais de : et gagnerez du len i al Accidents Voulez-vous 19 oc : Atha sure de. rinm ioulangei os,. I palais a t oHlciellement afCOMPAGNIE GENERALE -Aires,(Argenli{ TQANQTI leci. Buenos „e), au muse d'histoire turelle. %  \ TRANSATLANTIQUE Votre premire visite A L'HOTEL ANSONIA sas j^s^-ate n f !" ?H non. "> !" e "PI"*'" ble P alrona 8 e a H ulel „i, et de l'ortau-l'rioce. Nous vous suggrons d'arrtei votie chambre d'avance Bire la pression. Un autre grand glla ave: uo b3 au parlant et chantant „ n , , v -, aaire, 9 ans,rue lus slecl de Port-au-Prince, it. Contusion au raen| Le Guatemala vient de ,t a N ird 11 mme mettre en vigueur unnouvi du iode sanitaire qui co i litu %  nera efficacement l hygine ae • laire ri [ne Qte? il* 27 ans \OLLL/. VUU ., BM urecon-t %  -s b a ; ,et droit • t de la \ i | M" iin dro : te. Langues vivante uln 9 ans, Bour ) do qoaaedu pouce i r itt.,i Tl D rftnit i de eluen. I ; • Portail Bfcsara contuse du itre attenti par dluuls rsultats d us. <'lUic Li 1891 m i 1 y en ce pays. Il est" dsormais lait obligation dans la Rpubli Dominicaine toute personne i la i I llU 11 .... rs. i/um nt-a. .,.. ~ Le nianih la liste qui s'emploie un titre quel () , conque de pro luire un cerli Cil tfcat de sable. bun l'IElU. PNAHA R.R.S.S. UNI I H n ; 8 M II r i au luu d i" 1 ._n.gqu.rn.nl <•..!•. Boit. kJU j M ,H. C. VAN REED la i l.crcu ose. i Ahiminnm DE NEW-ORLEANS ET Ml \ POR-Ai:-PRIHGE. SANTODOMINGO C ITY, CURACAO'i PUERTO CABELLO. LA GUA1RA El PARAMARIBO. cr Con : ii (v 15 ans. ru*du ( du h it. .lu ii nie du is. us, Pont ique mm s-s u L GHE liOLOBBIENtE ) Tlphon '.: N 2323 Le vapeur li ri Voy. K 5, de retour 11 %  du st alto i odredi e 28 co iranl, en route le mme |our |) ui P [Cap li L< lotai V 2() diiectement l pour Port au-Pi ioce o 11 est I du le 1M IM' embre 1932. ; Il r< par ira le e jour pour BMMEB Ourison Radicale de __ B TTERHyMATIS NEVRALGIES Dr. Bengu, i*. R **"* tenlion PROGRS NOUVEAU RHLM NOb\EAl) Rhum dlicieux got exquis ALCOOL DtFIANT'"TOUTE CONCURriENCE Clairin Vierge Chez N. NAZON D LVAN< AUSTVAN VESTVANGEN Due Ktw Orlans, Louis! Mobile, Alaban a, l'cul-nn TIUHC, lla'Ui Saito-D< mingo City, r.L). I Curuuo, D. W. !. l'uciui Cabello, Vi i Due I/i Goaira. Veneiuela aramoribo,D itch G para m u i 1 o Dulch Curaao, I). W. I. I> Niw Orlcan I ouisia 11 1 li I r l oct. 19 ih rd ih th >; th Il th %  oct. oct. nov. 22 n 1 21 th th 2 nd t 7 11 '-S th th tli sut fie vis pour tous lcs,.por s ci par if a le mme jour pour j Y i l\ M OC C*o ]r\n tocoio >e, Lykes brotliers oo Linc u,ba), Kingston et Texa8 HaltJ Santo UO mingoPorto Rico io mnil ,IP de ce navire Le seul service hebdomadaire et rgul e r passagers n L : 1 : : 1 ,! .lis fret entre les ports du Golte du Texas directement avec position des cl nos Port-au-Prince, Hati, rU es f Pour la rception rapide et le maniement habi e *W ; a Madiou l importations, servez vous toujours des navires de a ui * vis de la DoUaoe). L1NE. Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont Steamer Almeria Lvkes 21 octobre 19:32 S/S iGenevive Lykes 28 octobre 1932 Steamer t Huih Lykcsi 4 novembre COHNMSSEMERIS DIRECTS DLLIVBLO POUR TOUS LES PORTS SUIVANTS : Port-de-aix, %  U ina Barahona, S ai Pedro '. Do • Cumano, Guanta et Pampata ,\ B DE MOBILE ET NEW-ORLANS A TOUS LES PORTS HATIENS Et DOMINICAIN: 1RACAI8 Un dliait vers le milieu de chaqu a R Can-H"ticn Gonaves. Petit Gofl Si un fret suffi anl est ofl rt, e 1 St-M ,W '. Muagoaoe i Ma'coris et La Romana, il. I). 1>. W. I. De Tampa, Floride, la J %  et Veo / la. D or h s ports c ( Sujet a cl A. deMATTEIS ce ure.iu:niie du Magasin de l'fctai, Boite H" aie B HOTEL r^RAM bne confortable succursale del Pace Holel, Ken? koft — Pour la saison d't, rendez-vous chez A. J. Karanh Kenskoff, o vous seiei servi souhait. Excellentes [Conditions



PAGE 1

Clment Magloire DlRECTtSUR 13 5S. lU.ri AMEKICAINE 1358 1ELEPHONE N # 2 242 Le Matin i ii Bal tirat^ta grou^meols (lintinM rlf rUlMsPSl rt 8Sf> •rest les tffaifi Mutine a la lanlysit. II rr mf• pW ii^(inaiici'n' psssisle laot qui' le i MSTSirs aablics ira liront ladite librs djtelki amllises. | JK\\>t\EY S 2G r me ANNEE N 7807 pour-AU-piuNCE (iiAirn MERCREDI 26 OCTOBRE >J3 ir^ Une dcision illgale du Conseil Communal du Cap-Hatien La question des parcs communaux —o — Port-auPrince, le 20 Oct. 1032. communaux pr privilge Mon cher Direckur, >serv l'administratioa nom1VIUI munale ?Cestce q le le simVotre inlressanl quolidim pie bon sens, rserv tout le te ce iour a rapport que les monde, n'explique pas spculateurs en denres du CapH y avait un demi sic'e que Haiiien ont protest contie la l'opinion contraire dominait; mesure, prise par le Conseil sans contestation de la part Communal du lieu, d'obliger les d'aucune des municipalits habitants qui y viennent lues, tant PorUaurPrince avec leurs btes de charge de qu'au Cap Hatien et killeurs, parquer celles-ci dans l'enclos depuis la loi du 6octob e 1881. communal moyennant taxe.etc. Les diles de 1932 auraient-ils C'est exact. Ces commerant-", vu plus clair que leurs ans de qui payent patente et licence, fonte la Rpublique ? Personne ont protest tant pour eux que ne le croit, pour les malheureux paysans Sins doute, il s'est rencontr que l'on lait horriblement solIrir, en transgressant la loi au seul profit des finances coin Banales. Il est exact que, en ma qualit de citoyen, de contribuable, et aussi me plaant au point de vue de la justice, de l'humanit, j'ai opin contre la dcision illgale du Conseil Coin m du Cap-Haitien. Je pense qu'il ne vous dplaira pas de connatre la gense de cette dcision. Plus de cent ans s'taient couls, depuis que les spculateurs en denres, du CapHaitien, pratiquaient l'hospitalit envers les campagnards et leurs btes de charge, lorsque, le 5 mars 1932, le Conseil Coin • munal imagina de monopoliser l'exploitation des parcs d'animaux . Voici ce que relate le procsverbal de. la sance de ce jourl publi dans le No. du mois d'avril 1932 du BULLETIN de la diie commune : Puis le Magistrat prsente la question de •parcs... Il lait ressortir que •contrairement aux vœux de la •loi, il se tient dans toute 'a quelques hommes intelligents pour essayer) en laveur d'une nliie flagrante, des assimilations o la logique juridique n'a rien a voir... Je ne m'y attarderai pas, cette lois... Il faut aller tout droit a la loi du 19 septembre 1S70 sur les sision F animaux paves si l'on veut se nunal \ r enseigner sur ce que le lgislateur de lilSl dsignait par les expressions "Parcs Communaux". Les articles 1er., 6, 16 et 17 de ladite loi et le tant y annex et modifi par celui du Ui Octobre 1876 disent bien que M parc communal est le parc afect aux animaux paves. Les 3me et L2mts alinas de l'article 63 prvoient, au profit des communes, le produit des parcs communaux ei (e net produit de la vente des animaux paves captures dans tes villes ou bourgs, telsqu'iUsont prvu* par I article 11 et les tarils sus %  viss. Les btes de charg • tenues en laisse par leurs propritaiies ou enfermes dans les parcs des "spculateurs en dnies ou dans d'autres parcs au cours de a voyages, ou attaches que.que Ville un grand nombre de parcs, part ne sont pas des animaux 'auand ce privilge n'est lserI paves. vLentement qu l'adminis-} Ce qui est exclusivement atWio! communale. Il ajoute Iribu IAdm.nistra...n Com-. que le Directeur de la M. S. A., niu.iale. C est donc fspflreidMLia eu l'occasion d'enlrele\lm< s uniquement a ravoir les C a ce s" et y voit une excel[animaux pi ves, captures dans Ce mS mme pour les villes ou bourgs ou dans •inleSr la Ville dans un tat ies sections rurales, •de propret. i Or, les autorits communs es Le Conseil, immdiatement,] ne se contentent pis de pioclaner le monopole a leur profit; •prend un arrt pour suppri •mer les parcs tenus par les particuliers. La suppression est vole par le Conseil uniquement pour rtablir le privilge rserv l'Administration Communale, d a uprs l'aflirmation du Magistrat. Mais l'arrt est pris par le mais elles lont tordre la main aux malheureuses leinmes de lu campagne pour amener Lors btes au parc communal, mme pour une heure, moyennant une redevance qui n'a de lgal que le despotisme de ces auto rites. Jonsed en considrant que, 1 Prochainement, je vous parlerai des tribulations que subissent les paysannes dans toutes les commmes de la Rpublique, et je ne manquerai pas de vous entretenir de la trs regretta m -r I lupiine publibue, il J a lieu "* e suppn mer les parcs d'animal &***}" g" 1 '' euhers da."* enceinte de \? ^IV'A.* Mre."'en outre, -arrt cons^^J' / / fc „„• quil y a heu de '*."'.._.',.. •.. m ervention de la Mission Scien t.lique Amricaine, procdant a k Commune, tant*ZJI£ ,*' ces parcs font p du Cap-Haitien contre les iril/de^retett simulateurs en denres el au Ln consquence, aetiai u w „.,„.„... %  ;e Q • h l Il t l ation. 'piopritcs prives." l est suppri... hre 1'.1:12,date 'quelle Conseil Communal du Cap Hatien ne s'est pas embarrass pour donner un londement son arrt du r> mars 1932. U a cru lavoir trouv dans le 3me m nadelart-cle 63 d* la lo' du <> octobre 1881 sur les Conseils Communaux, lequel range parmi les recettes ordinaires des communes le produit des Parcs Communaux. Lorouiuit l'dilil capoise eu *st elle arrive traduire par Il y a Vingt-cinq anr. I.r. MATIN, 26 Octobre VJU7* I Chaque Cuiller • Conduit La Sant la ce§ temps difficiles la sanc 1 \fTTSION prise rgulirement CM une pron %  par le bon non Chaque goutte est un nutritif pur >< haqna goutta cra des forces tu inte et ton nerfs. BntouttempalaS( I r s toux et ltirhuuiaM Elle assure la rsistance la maladia. La SCO r I S 1 Ml LSION contient l'huila de foie de morue norvgienne, la phn rput* dans le_ inonde entier pour ton contenu an viiimines. klla >ionne / d'excellents rsultats dans chaque cas, tous les Ages. Quand il f it il vaM mieoi acheter une seulo bouteiUa da KOTT'S '. tu peut veas donner Ici ipidea M certains qiM SCOTT'S EMULSION •J'Kutle de foie ce morue norvenne Pi unes A et D i :* 60 ans le remde de i TOUX, RHUMES BRONCHITE ANIMM CONSOMPTION 1NFLUENZA RACHITItMl An .'lac. •CHAMP DE GOURSE bous apprenons {queTla mon charade a tudier les phn, et devis du Champ !" ,\ l ( ue la fj^tf^Œ /),,., j ..,' nue de Molosse n est pluaqu une '" "„ W rigole.Us autos ne s'y risquent r '/// Champ de Mars t. '-•-- plue, et ijuant aux ptons c'est i u m corpa dtendant qu'ils la vi rsenl Une vis le sur les lieux su lira i convaincra la D.G.T.P. qoe nous n'ixog-* '/// (.niimp ai a i '-,\ s son rapport qui a un fi "" Conseil 1rs s • %  ; %  i/o/n s/ l'A ,/. Ce i ii i/7. enlicrement la /',: n du contrai, a / ronspasle mo ns du monde. %  • 'incnl lu li, en mme temps qu il ajo il / u l s noirveuux embellisse me ils nue constructions n i quelles on mettra la main la semaine proch une. \i)/i< ajo •' •!• %  qu le cnn~ cessionnaire M. \ ictor Genlit a I inlenlt n / n fi ver la n voile phle pour les i de On 7 anih aaaHMaaaaMMBawaiMNaan Nouvelles de L'Etranger Diminution de l'encaisse-or del Banque de France Paris — Le Yilan hebdoma daire de la Banque de Fra indique une diminution de 'M millions do francs dans I en< sc-or, (|iii esl maintenant d milliards 613 millions. Voyage de M. Horriot Madrid Madrid. Dans les milieux I bien informs, on assure q i.e M. j Herriot Hendi a, le 31 oct ">i <, Madrid, o il restera deus ou trois jours et confrera avet! le prsidenl Zamora el M Arzana. Trois nouveaux ponts seront construits sur le Rhin Merlin. —T rois n o u v e a u x pouls vont Iranchir le Rhin, Mail n IK 1 i m, i\ M;i\au el ;'i Spire. Le premier de ces ou\ i d'art est dj en voie de construction; en ce qui concerne deux auti ( plans onl approuvs pai le Meich, la a vire, le pays de Bade el la So cit des chemins de fer du Reich. On travaille jour et nuit sur le nouveau cuira La Chine a I apport. velt et le chmage I u vi' i n c n : Koosevet, dan icours ra liodiflus, a critiqu la polili que de secours contre \p choie de l'administration Hoover, e omme manquant de coordiualion.el il a progi a n ii pronlj Lie— :. i .aine . Troubles Boli.st i;. Ilasl i Irlande i:—Des trou* britanniques onl li en 1 i H ist p ur mettre fin<| i ix (roubles dus au du lans lesquels [\\Mpersonne u %  une trentaine bls i i estime q il y a 100.000 chmeurs dois la rgion de llelfast. L cimpagned'; M.Hoo "VHC. La situation ti nanctre Washington' — Le pisidenl Hoover continuera 8a campa* *ne lectoiaie dans l'Ohio. A la c invention de l' V nic•i Bar Association, le pi denl Hoover a rail appel aux i pour cou tribuer la dlense de la loi nie lu >u\ ernemenl a mrica i n In il, esl maintenanl en millions lel de Francs Voil ce qui s'ap, e le avoir le souci de son e i tre. . l'a vu qui, soutirant d'un lumbago, montrait un visaje contrai l par la douleur, toutes les lois qu'il avait monter dans son auto. All/.doucement! ;i cessait-il de recommander i son chaofleur. Oa avait peine a reconn dire le prince de la jeunesse dans ce pauvre valludinaire extnu de souflran e el se loulenant pnibluneat l'un bftton pour descendre de •oiture. \)r u | MUS aprs Ins'oir. dn'arquer sa reconnaissance, il battait haut la main, au tennis, h iblle mdecin qui avait rm* %  en si |> u le temps le renettre sur pie N. i.e a'esl pas cbic, Sna'eurl ,, qui, du u, isl niainie ulle con.titu1 i ; • x yeux des b ^. i yu lia nos concitoyens •: l. i situation financire, aux riais1 Inis, s'eal amliore. En l IlOUV tion sein le roi Home. Dans la nouvelle Constitution du parti lasciste.qui sei a approuve le %  > novembre, par le Urand Conseil, le roi d'1* banques el les institutions lalie n lenlionn dans n l|1( u 11 s n on | eu besoin, co loua ceux iaire u w c ••——%  -— neur. Esprons que lidee se isetl et produira des rsu!mis apprciables... En attendant, et en vous remet ciani e m'a voir lour m l occasion d'une bonne aciion ,e vous renouvelle, mon ci. rtcltur, l'assnrancs dss.asi ments de cordiale sympathie de votre vieil ami, J. ADttMAIlAUOUS^ le serin l par qui eutreifl dans le pai ti. Idal Rhum effet, la Reconstruction Finance Corporation annonce que lis el les institutions liin%  me secours, en septemni e, • la moiti d Ues avaient i eues en aot. Ces se | ,i moules a or 04,21 J.0O0 ; en aot i ivaienl 142,214,000 et en jui 791, 000. ALIX 30 annuel ROY ae SUCCES. AUTO AGGESIESORS .1 P nts for ail automobili KNE£R8 GE Il i i -a'. l'hone 2.-518 S: 2234 ... voit que.cbaque samedi, e dpt Barbancourl est envahi comme an quartier gnral lectoral. l.-'lottindel'ori-au-Prind, Il e, le temps de (igusei i exquis cocktail ue la Maison, m is comme 00 tient garder l'incognito, chacun ssi* bible d'un nom d'emprunt : TClin-.! et Togo, Kazi-ll za et Dioug-m, Kiquitle et L^cocy, /adore et Criton, etc. Industriels, parlementaires, lectriciens, commervanls. avocats, journalistes, tout le monde y marne avec un entiain qui donne soif. El puisqu'on a soit et que le cocktail est bon, eh bienl on invite le proprio qui l IdP d'ailleurs pas pi ier. I.i co mue l'on boit l'œil. Vous comprenez 1... ... voit que la loi sur le timbre, non seulement a lait dbittra les belles rclames en couleur', qui orn ienl 'e*i devantures des maisons de com* ra a coudamimags, en attendant !UX, les pauvret artistes du i i qui nom taisaient notre "or'-uu-Prince enlumin. 1 i ncore'un ^a 0 ue*pain la mer h



PAGE 1

?AGE 2 LE M TIN 2H Octobre 1932 L'ducation e la Masse par les Cadres l'ai leprofesaenrJLac DORSINVILLE. (Huile i 1 Un I l'ai de bonnes raisons de certainement|pM connu 1915* cm r %  que lexcuii m d un j A mon StDS, M ne s'agit pla i pareil c intribnerai', dans) plus de j<-1*-rdes larmes sur ua> large mesure, aider 1 ce qui n'aurait pas d arriDaroiens nqaf r acientl* quement nos paysans. Car la question de l'orginisntion INST TUT IMStm BONNE Dirig par le professeur da travail serait du emp rsolue et l'autre grosse que* ti m de l'augmentation de la pro iuctio i nationale entre, r^it dans une phase dfinitive de solution intelligente ver et secoisc' lei bras; i s'agit au contraire de savoir tirer par i des conditions prsentes de paix e' de stab lit gouverne nentalc pour M" LOUIS ALERTE rWNiGLll. Directeur du journal LE MAI IN Port-au-Prince, le 21 Octobre 1932. En Ville. Mon cher Directeur, Etablissement, d'enseignemeut en progression constanJe ne MUS poinl mu de b>|te depuis la date de a tonnote parue dans votre urieuxi | a ij on | Succs rotnpt-'t *UI journal dont un individu, P aa derniers examens oflicleli pour l'obtention du baccalauf rat. — Compltement l'' preuve da 'eu et munie de I LUC DORMNVILI.K srieux, a pu, pourtant, se servir pour cire l'cho dune stupidit contre moi. Il veut/ne laire passer pour un esclavagiste qui l'ait revivie le spectre de la corve, parce Je voudrais que l'on n'ou-l vaux de ses bras ou de ... .. •_ __T ..... .:.: tte. sortir la niasse de l'ignorance et de la misre, puis fournir {que j'ai obtenu des montagnards l'lite l'occasion de reconj'.l 1 1 r fP a ^ e ^5L en t 5f t l 1 nn e -' qurir l'aisance par les trasa bliat iama's que ici la politique tait toujours œuvre mauvaise en ne prenant pas conseil lu bon sens et en n'coutant pas la voix des ncessits. \ se placer consternai m sir 1 1 terrain des ami'is lectorales ou sur celui du chauvinisme, l'on projette que 1 quelois, en avant de soi, des obstacles qui retardent rvolution du Pays. Les te npi sont venus o nous ne pouvons plus continuer fl i lier les chefs de houquemetts lectoraux ou tre des / K/ trio tes braillards, g*na de simple faide.qui.tout en procla* niant un amour aveugle pour l'Indpendance, n'agissent pas en 11 mimes libres, une fois aux a flaires, ou ne condition nent pas la paix intrieure, par l'organisation nitliodi que des capacits agricoles et industrielles du Pays alin "La victoire sur ./suivant l'expression minemment juste de M.Georges Hardy de France,— et assurer tous les Hatiens.siuon le piin de bl, tout au moins le triz et-poisi national. Si par exemple nous avions voulu comprendre que placs trop prs des grands, les tion et de s'largir, en s'aplument les principes qui dirigent les destines de ces Grandes Puissances et si, livrant la misre u ie guerre pre, continue, unis guerre de toutes les minutes !— elle procure son lite les moyens de s'lever par l' lu i les ont arranges de bon cœur, pour soulager leurs femmes, leurs entants et leurs animaux qui transportent les produits de leur dur labeur jusquaux marchs de la ville, parfois lointains. Oui donc peut trouver redire, part les coquins les camp i {lies allis ceux de la ville ? Eh bien, alors, je demande qu'on lev la main de l'homme dont la moralit prouve le poursuivant leurs tudes, Cours classiques ; Cours pratiques au choix; met .ode nouvelle qui lait progresser rap'dement les attards elles dg nis des ludes. Prixdcolage calcula suivant la capacit de paiement actuelle des parents. t.es enlants de tous les ges scolaires y sont iccpts... Tel i sont les principaux avau tages qu'ollre l'Institut (uyJoseph Bonnet o du reste rend plus qualifi que les nojrefiecUI a plus que doubl en habilits que j'ai l'honneur de connatre ; de cet homme plus qualifi que moi pour s'intresser au sort des cultivateurs, des ngres dont je ne rougis pas, parce qu'ils sont, certes, plus intressants que celui qui se lait passer pour leur dfenseur. Quand cel homme l se sera rvle et que l'opinion saine lui aura l'ail bon accueil, citoyen disciplin (pie l'on permettra de me croire, je me rangerai, tout de suite, sous la b innire honorable du patriote avr pour continuer courageusement mou un an En y envoyant vos enfants, vous gagnez plus que l'tab issement lui-mme. faibles sonl forcment obliges de suivre une politique de sagesse, tlbarrasse de toute puyant sincrement, comme i! est de rgledans toute vraie de norratie,sur la masse toucompromission intrieure trop i joura adle. accentue, nous n'aurions Luc DORSINVILLE Loterie Nationale Il n'y aurait plus de coquins, crivait ne me demandez plus q u, si les coquins savaient que la suprme habilet est d'l re honnte. 11 mu je ne g iranlis pas le texte, mais je crois que le Sens y es!. Cela m'est revenu l'esprit, en songeant l'imprvoyance de certains placiers infidles de la Loterie Nationale. La loterie leur laissail une commission ;.•iireuse, qui leur permettait,bon mois, mal mois, de gagner lionlltement, et pas cliiclieiuenl du tout,leur vie.II n'y avait aucune raison pour que cela ne durt pas...Crac 1 un mois, les remises .se foui mal. La loterie, comme de juste, prend ses prcautions, et renonce, suis autre loi nie de procs, aux sei vues de ce placiers indlicats. Il f.uii les voir aujourd'hui BBSigeani les bureaux de l'Ait ininislralion, esprant se laire encore embaucher. Ils se mordent les doigts. Ah s'ils avaient su ? C'tait pourtant facile savoir que la Loterie Nationale ne recommencerait confier --es billets qu' des vendeurs d'une honntet absolue. El depuis, part quelques placiers de tout repos, personne, en dehors de la Loterie elle-mme, ne vend ses billets. On en trouve tous ses bureaux, et contre cash OU accorde connue toujours une escompte de 15 0 0 sur les lots de certaine importance. Cesl plus pratiqua si plus sur! I REN IANCR0E AUGUSTE H9II HINISfRE A LONDRES Le Prsident le la Rpublique vient de laii e choix de Mr Ren T. Auguste comme Envoy extraordinaire et Ministre Plnipotentiaire la Cour de SI .lames. Mr Ren Auguste est une belle personnalit politique et qui prsente un tal le services qui ne laisse pas de surprendre quand on songe qu'il dpasse a peine la quarantaine. four a Luur dput au Corps I. [islatil, Conseiller d'Etat, Seiire d l'.i.ii de l'Intrieur el des Travaux Publies el sous le ( i iiivernemenl actuel Secrtaire d'Kiai du Commerce el des Travaux Publies, Mi Heue Auguste, aux di firent s postes qu'il a oc CUps, a louj lurs SU se montrer a lu hauteur de ses responsabilits el de s 's devoirs. N uis le flicitons de la non vell • lvation dont il vient I d'l l'objet, el lui souhaitons dans la diplomatie tout le succs d son tact et son exprience des choses de gouvernement. Nous saisissons celle mme occasion pour renouveIci nos sympathies Mr le Do< leur liai on dont la mission I. on.Ire i el prs du Saint Sige B t M lignemeul remplie. Un vnement sportif sensationnel Samedi s >ir, dans la vaste cd conlorlable salle d'Exposition de l'ancienne Wesl Inœuvre de protection de mes dies, rue Pave, amnage humbles congnres des camspcialement el coquettement pagnes contre l'exploitation el celle fin, aura lieu la prle contact d !s tres nuisibles mire d'une srie de renconleur volution, leur bonheur. 1res sensationnelles cuire les Cel incident commande a ma meilleurs boxeurs des Anloyaut de rendre ici un public tilles. La soire de samedi comportera deux matchesimportants, suffisant chacun l'aire du spectacle un vnement remarquable, meilleure comprhension de I lo. Match international enleur devoir en nous prtant, | Ire BERTICO, champion Domoi et ;i l'Inspecteur Chaiius Charles, leur concours a l exlioinmage aux omciers de la Garde d'il iHi, amricains ou haitiens, cela m'importe peu.de qui relvent les Agents de la l'olue rurale el dont quelquesuns commencent avoir une culion des mesures administrmes, ce, en conformit les lois rgissant les rapports entre l'Administration communale et la police rurale. Pour l'dification des lecteurs de votre intressant |ournal, je VOUS prie de donner publicit la prsente. J'en prends occasion, mon cher Directeur, pour vous donner I assurance de mes sentiinents distingus. Louis ALERTE 1)' WLemke Rua De Audlain.rae 8. 1 '< n phone 2(>D2 i) • rel ) ir de sou voyage i ut irm -si bi s iveillaate clil. entle qu'il a repris ses conlUlttiooa et ses travaux de I il) ira toi re co une par le pas> : M itin : de 8 10 heurel niinicain des pouls moyens el km CYCLON, champion de l'Ile Anglaise: La Grenade. 2o. Rencontre liminatoire e n i re SAVOIE DSIR ci SNOWBALL SULLIVAN pour dterminer lequel des deux qui se mesurera GUERRIER pour le championnat national. Et les prliminaires intressants aussi. On rapporta ojn'iin mdecin allemand parle courarnuiont cent quarante langues. Voil un loglodyte s'il en est, Ou que se trouve ce pli. ionien. u dis de la Germanie, c'est-dire n'importe quelle partie du monde, il pourra se faire comprendre et comprendre lui-mme, Il n'aura nul lies, un du truchement d'un interprle qui ordinairement trahit plutt que traduit la pense qu'il est en irg de transmettre.Lei Allemands sont ires liers de leur compatriote qui dtient un record qu'aucun Amricain n'a encore Imagin.Ceux d'ici pour rendre un digne hommage NI science linguistique lui ont tait 11 la science imnui-uiipie lui ont lait ai venir un lui de RHUM SAKTIIK \ ri ddi : de ' 1/2 '\ i 1/2 heu,es, les dimanches et ScHET^'R.de rputation unimurs tories excepts. I v enelle, Liquidation AUTO SUPPLIES R. IA UGUSTE U MAISON LIQUIDE 1001 Bonne occasion A vendre un Saxophone alto I UN 0 1 UuK. MMi k P ROFITEZ DE CENE AUBAINE Gin-7aldij DEMAIN SOIR Le joli lilni Chouchou poids plume • An,ii Ho;inne. Entrs 0,50 ; Balcon : 1,00 JOUISSEZ DU LUXE' DE CE SAVON BLANC PARFUM LUX SAVON DE TOILETTE DLICATEMENT PARFUM, MOIIH & LAUKIN, P. O. BOX Mu. Distributeurs Rue Roux et du Centre, Port au-Prince. ECHOS VOTRE CUISINE, — On signale la prsence d un insecte dans les rivires de I Artibonile. Il ravage les champs. Eit ce qu'il y a un service d'en'o"nologie au service national de la production agricole ? — Le Gouvernement a dcid d' corder un dlai de quatre mois aux comp !, giies de navigation avant de leur appliquer la nouvelle loi sur unification du taux du. fri pour les ports h ''ens. Cela quivaul un ajournement de cette loi. — Les parlementaires hol landais s'inquitent des activits politiques de l'ex-Kaiser Guillaume II qui u cril uue ligue allemande : Sans moi, vous ne pouvez rien faire. Le cm ti lat socialiste a ta prtsidii r ;ce des Etats Unis, Norm m Thomas, prdit les pires catastrophe au pmple amricain su'hiver prochain, le p ogramme de sou partin'tait pas appliqu.C/est toujours ainsi. — Oii annonce que des exils dominicains qui on avut inerdi le sjour au Cm Hatien on! vou'U rentrer eh z eux et qu'ils oui t tus sur la Iron Hre oar des girdes dominicains. — Dans les nrlieux sud-amricain.*, le bruit court q-ie la Colombie attaquera sous peu le Prou Ua emprunt de dix millions de dollars aurait <4 tait parla prcdente aux lias de mener sa guerre. — Cinquante candidats aux fonction-, d'agent agricole ont t ad ms apri les preuves dites subir les preuves orales. I 1 n y a qua sept places attribuer. -• Le club sporlil fminin Acadmie s'entrane intensivement eu vue du match qui aura lieu en dcembre au stadium Dessalines, coa're uue quipe deSauto Domingo. —On s'inscrit la Compagnie Gnrale Transatlantique pour la croisire sur les co es d'Hiiti par le steamer Snnl-Domingue s. — Avons l heureux de re-. voir noue jeune ami Rabert N dal qui est rentr de son voyage aux Etals U lis. — Messieurs Go Uran Roazier et Iticoi Chauvet ont lou l'ancienne halle dj la West InJieJ pour oflrir iu pab icdssmitches de boxe. Lpremier combit ai r i lie a srniedi procli lia entre A b r'ico-He era, deten'eur dominicain du titre mi-moyen, e^ KidCyclon,champion de La Grenade. — vlonsieur Elliott, qui est aux Etats-Unis, est attendu par le pr ich lia t'anama qui sera ici le .'{() courant. — Me Clment Avin a t nomm notaire Port-au-Prince eii remplacement de Me B. Danache, nomm une fonction administrative. ^ — La r oute que construit la D.G. I.P. pour aboutir Fonds Verrettes est faite jusqu' environ quatre lieues de la chapelle de l'endroit. — A Damiens, le concours pour le recrutement des agents agricoles se poursuit. Hier matin, on a donn le rsultat pour la parbe crite : 52 candidats sur 198 ont russi. Les examens pour les autres parties, orales et dmonstrations, reprennent Votre fils ne vous donne pas, 1 cole, de satisfaction I lattentio i, paresse. Ne vous en dsespiez p^s. Dites lui chaque matin, au moment du dpart pour la classe: —. Si tu prends aujourdhui de bonnes notes, tu trouveras au retour des beignets cuisj. ns avec la kantgue des Isines de Port au-l'rnce et de Sdiat-harcl Vous venez, le pe'it inap. phqn deviendra un prodige et sera le premier de sa classe pour toutes les matires. Essayez Qu'est ce que cela vous coie? Bec-Fin. Le Secret de la Sant SELS OE M0NTECAT1NI Aujourd'hui plus que jamais vous devez nenser la Sant Le prolesseur Charles Fedeli. directeur de la clinique mdicale de Pise, un des plus grands spcialistes, en Europv d^s "lections de l'uric e, a demmti qu'aucuue autre cure au monde ue peut donner les rsultais salutaires, directs el immdiats, que donuent les sels de Mmtecatini dans toutes les complice liions provoques par laonstipatiou et l'acide urique. Les sds de Moutecatini tiennent le corps libre, Irais et ds iufecl. Ils augmentent la production de l'urine, et,par con juent, favorisent lli* mina'ioa de tous les genres t oxique3 q li in'Uicent votre s aul. A vendre chez : PASCAL VITIhLLO, 6rand'Rue. liTilS" Le public et le commerce sont aviss que la maison couuue sur la place de Port* au-Prince sius le nom de VITA ABOIJDI a cess d'exister.) Les in'..ts de celle maison ont t transfrs la nouvelle maison AiiO'JDI & Co successeurs de BOUL0S \BOUDI & Co, rue Courbe, ancienue halle Revest. Pert-au-Prince, le 20 oct. 1932. VIT ABOUDI AMATEMHS OE Allez chez Barbancourt l rue des Csars, o vous trouve rez un excellent cocktail sec et demi-sec dont vous ne pourrez plus vous passer. ce matin. — Avant-hier aprs-midi ont eu lieu, en l'glise St-Josepb, U* obsques de Franois Blizaire, dcd la veille. —Nos sincres condolances sa famille. Barbancourt DonUa =r,^, tr d,e a gard s ^ remire p ,a UN BARBANCOURT Dpt : Rue des Csars, & *V. -< %  —fr'fH J*r>.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07139
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, October 26, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07139

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
DlRECTtSUR "
135S. lU.ri AMEKICAINE 1358
1ELEPHONE N#2242
Le Matin
i ii Bal tirat^ta grou^meols
(lintinM rlf rUlMsPSl rt 8Sf>
rest les tffaifi Mutine a la
lanlysit. II rr mf pW liiiiiiiin>ii^(inaiici'n' psssisle laot
qui' le i MSTSirs aablics ira liront
ladite librs djtelki amlli-
ses. |
JK\\>t\EY
S
2Grme ANNEE N 7807
pour-AU-piuNCE (iiAirn
MERCREDI 26 OCTOBRE >J3
ir^
Une dcision illgale
du Conseil Communal
du Cap-Hatien
La question des parcs communaux
o
Port-au- Prince, le 20 Oct. 1032. communaux pr privilge
Mon cher Direckur, >serv, l'administratioa nom-
1VIUI munale ?Cestce q le le sim-
Votre inlressanl quolidim pie bon sens, rserv tout le
te ce iour a rapport que les monde, n'explique pas
spculateurs en denres du Cap- H y avait un demi sic'e que
Haiiien ont protest contie la l'opinion contraire dominait;
mesure, prise par le Conseil sans contestation de la part
Communal du lieu, d'obliger les d'aucune des municipalits
habitants qui y viennent lues, tant PorUaurPrince
avec leurs btes de charge de qu'au Cap Hatien et killeurs,
parquer celles-ci dans l'enclos depuis la loi du 6octob e 1881.
communal moyennant taxe.etc. Les diles de 1932 auraient-ils
C'est exact. Ces commerant-", vu plus clair que leurs ans de
qui payent patente et licence, fonte la Rpublique ? Personne
ont protest tant pour eux que ne le croit,
pour les malheureux paysans Sins doute, il s'est rencontr
que l'on lait horriblement sol-
Irir, en transgressant la loi au
seul profit des finances coin
Banales.
Il est exact que, en ma qua-
lit de citoyen, de contribuable,
et aussi me plaant au point de
vue de la justice, de l'humanit,
j'ai opin contre la dcision
illgale du Conseil Coin m
du Cap-Haitien.
Je pense qu'il ne vous d-
plaira pas de connatre la ge-
nse de cette dcision.
Plus de cent ans s'taient
couls, depuis que les spcu-
lateurs en denres, du Cap-
Haitien, pratiquaient l'hospita-
lit envers les campagnards et
leurs btes de charge, lorsque,
le 5 mars 1932, le Conseil Coin
munal imagina de monopoliser
l'exploitation des parcs d'ani-
maux .
Voici ce que relate le procs-
verbal de. la sance de ce jour-
l publi dans le No. du mois
d'avril 1932 du BULLETIN de
la diie commune : Puis le Ma-
gistrat prsente la question de
parcs... Il lait ressortir que
contrairement aux vux de la
loi, il se tient dans toute 'a
quelques hommes intelligents
pour essayer) en laveur d'une
nliie flagrante, des assimi-
lations o la logique juridique
. n'a rien a voir... Je ne m'y attar-
derai pas, cette lois...
Il faut aller tout droit a la loi
du 19 septembre 1S70 sur les
sision F animaux paves si l'on veut se
nunal \renseigner sur ce que le lgisla-
teur de lilSl dsignait par les ex-
pressions "Parcs Communaux".
Les articles 1er., 6, 16 et 17
de ladite loi et le tant y an-
nex et modifi par celui du Ui
Octobre 1876 disent bien que
M parc communal est le parc
afect aux animaux paves.
Les 3me et L2mts alinas de
l'article 63 prvoient, au profit
des communes, le produit des
parcs communaux ei (e net pro-
duit de la vente des animaux
paves captures dans tes villes
ou bourgs, telsqu'iUsont prvu*
par I article 11 et les tarils sus
viss.
Les btes de charg tenues en
laisse par leurs propritaiies ou
enfermes dans les parcs des
"spculateurs en dnies ou
dans d'autres parcs au cours de
a voyages, ou attaches que.que
Ville un grand nombre de parcs, part ne sont pas des animaux
'auand ce privilge n'est lser- Ipaves.
vLentement qu l'adminis-} Ce qui est exclusivement at-
Wio! communale. Il ajoute Iribu IAdm.nistra...n Com-.
que le Directeur de la M. S. A., niu.iale. C est donc fspflreidM-
Lia eu l'occasion d'enlrele- \lm C a ce s" et y voit une excel- [animaux pi ves, captures dans
Ce mS mme pour les villes ou bourgs ou dans
inleSr la Ville dans un tat ies sections rurales,
de propret. i Or, les autorits communs es
Le Conseil, immdiatement,] ne se contentent pis de piocla-
ner le monopole a leur profit;
prend un arrt pour suppri
mer les parcs tenus par les
particuliers.
La suppression est vole par
le Conseil uniquement pour r-
tablir le privilge rserv l'Ad-
ministration Communale, dau-
prs l'aflirmation du Magistrat.
Mais l'arrt est pris par le
mais elles lont tordre la main
aux malheureuses leinmes de lu
campagne pour amener Lors
btes au parc communal, mme
pour une heure, moyennant
une redevance qui n'a de lgal
que le despotisme de ces auto
rites.
Jonsed en considrant que, 1 Prochainement, je vous par-
lerai des tribulations que subis-
sent les paysannes dans toutes
les commmes de la Rpublique,
et je ne manquerai pas de vous
entretenir de la trs regretta
m. -r I lupiine publibue, il J a
lieu "*e suppnmer les parcs
d'animal &***}" g"1''
euhers da."* enceinte de \?
^iV'a.* Mre."'en outre,
-arrt cons^^J'//fc
quil y a heu de '*- ."'.._.',.. ..
m ervention de la Mission Scien
t.lique Amricaine, procdant a
k Commune, tant- *ZJI ,*'
ces parcs font p
du Cap-Haitien contre les
iril/de^retett simulateurs en denres el au
Ln consquence, aetiai u w .
.,.... ____;eQ hlIltlation.
'piopritcs prives."
" l
est
suppri...
hre 1'.1:12,date 'quelle Con-
seil Communal du Cap Hatien
ne s'est pas embarrass pour
donner un londement son
arrt du r> mars 1932. U a cru
lavoir trouv dans le 3me m
nadelart-cle 63 d* la lo' du <>
octobre 1881 sur les Conseils
Communaux, lequel range par-
mi les recettes ordinaires des
communes le produit des Parcs
Communaux.
Lorouiuit l'dilil capoise eu
*st elle arrive traduire par
! Il y a
Vingt-cinq anr.
I.r. Matin, 26 Octobre VJU7*
I
Chaque Cuiller _
Conduit La Sant
la ce temps difficiles la sanc 1 \fTT-
SION prise rgulirement cm une pron * par le bon non
Chaque goutte est un nutritif pur >< haqna
goutta cra des forces tu inte et ton
nerfs. BntouttempalaS( I r s toux et ltirhuuiaM
Elle assure la rsistance la maladia.
La SCO r I S 1 Ml LSION contient l'huila de foie de morue norvgienne, la
phn rput* dans le_ inonde entier pour ton contenu an viiimines. klla
>ionne/d'excellents rsultats dans chaque cas, tous les Ages.
Quand il f- it il vaM mieoi acheter une seulo bouteiUa da
KOTT'S '. tu peut
veas donner Ici ipidea M certains qiM
SCOTT'S
EMULSION
J'Kutle de foie ce morue norvenne
Pi unes A et D
i :* 60 ans le remde de i
TOUX, RHUMES BRONCHITE ANIMM
CONSOMPTION 1NFLUENZA RACHITItMl
An .'lac.
'
CHAMP DE GOURSE
bous apprenons {queTla
mon charade a tudier
les phn, et devis du Champ ,\ l(ue la fj^tf^
/),,., j ..,' nue de Molosse n est pluaqu une
'" " 'W rigole.Us autos ne s'y risquent
r '/// Champ de Mars t. '---
plue, et ijuant aux ptons c'est
i u m corpa dtendant qu'ils la
vi rsenl Une vis le sur les
lieux su lira i convaincra la
D.G.T.P. qoe nous n'ixog-*
'/// (.niimp ai
a i '-,\ s son rapport qui a
un fi "" Conseil 1rs
s ; i/o/n s- / l'A ,/. Ce i
ii i/7. enlicrement la
/',: n du contrai, a / ronspasle mo ns du monde.
, 'incnl lu li, en
mme temps qu il ajo il / u l
s noirveuux embellisse
me ils nue constructions n i
quelles on mettra la main la
semaine proch une.
\i)/i< ajo ' ! qu le cnn~
cessionnaire M. \ ictor Genlit
a I inlenlt n / n fi ver la n
voile phle pour les i de
On 7 anih
aaaHMaaaaMMBawaiMNaan
Nouvelles de L'Etranger
Diminution de
l'encaisse-or del Ban-
que de France
Paris Le Yilan hebdoma
daire de la Banque de Fra
indique une diminution de 'M
millions do francs dans I en<
sc-or, (|iii esl maintenant d
milliards 613 millions.
Voyage de M. Horriot
Madrid
Madrid. Dans les milieux I
bien informs, on assure q i.e M. j
Herriot Hendi a, le 31 oct ">i <,
Madrid, o il restera deus ou
trois jours et confrera avet! le
prsidenl Zamora el M Arzana.
Trois nouveaux ponts
seront construits
sur le Rhin
Merlin.T rois n o u v e a u x
pouls vont Iranchir le Rhin,
Mail n Ik1 i m, i\ M;i\au el ;'i Spire.
Le premier de ces ou\ i
d'art est dj en voie de cons-
truction; en ce qui concerne
deux auti ( plans onl
approuvs pai le Meich, la a
vire, le pays de Bade el la So
cit des chemins de fer du
Reich.
On travaille jour et nuit
sur le nouveau cui-
ra Wilhemshavcn. On travail-
le jour et nuit dan-les chan
tiers de la marine de ;u irre.
Prs de 7.000 ouvriers sont em-
ploys la construction du se-
cond cuirass de poc le ,
trsatz Lothringen .
D'aprs ce qu'il est possi do de
voir, le nouve ai btiment sera
du mme modle [ue < 1 Ersatz
Preussen , dont on a tant parl
dans les milieux maritimes lu
monde entier.
m. S. Insull en Grce
Athnes. M. Samuel Insull
.i t nus l'ii libert par les au-
torits gri cq ; M.
Venizelos, pi i
eut fail une en our d<
miner si l'arrestation tait l
.gale.
La raison donne par les au-
torits grecques est qu'il n'y a
pas de trait d'extradition entre
la Grce et les Etals-1 Inis.
Athnes* M. Samuel insull
a refus de rendre son passe-
port au consul des Etats-Unis,
,i\anl d'avoir consult s
cal.
A la rechercha
du colonel Fawcett
Sao Maulo ( Brsil ). I fne
ledit ion an conduite
par M I' Churchward, esl arri-
,i Para, api p
quatre mo i du
la r' n i
i I I.Fawcelt, dispa
du
mel n'a t lrou>
La Chine a
I apport. uilsBJtun i-.vtv.oi*
( ] nve. M. Well i nglo n
. reprsenl lu Lhine
la i Fait
connatre que le m
de app
de la co i m !.. lion com-
me base de discu i u Gon
seil de la S. I). .V, pour le i
glement de la question atand
choue.
Vaste usine
hydio le iqua en
Russie
Les lections
prsidentielles
aux Etats-Unis
l'n de nos abonnes s'inl"
resse la date exacte des
li
I
marquer que a Le Nouvel-
liste les fixe nu n novembre,
lu revue < Le Temps au 3 el
.. Le Malin au I novembre.
L'ne loi du es amri-
lections prsidentielles an: Ptara.dai1 J"V'
...',. inner notre nor
l:,K-1 ms- nous fiHre- ,,,,,, l, pis es
... a vu un h MU DO de cheva',
* dernier maquignon, qui pon*
dcider un achstenr, taisait rer
die m s;i bte lout ce qu'elle a
dans le venue. Dans 'es jarreis,
srail pins iusle. Eperon au ven-
i| la i ns lit aller tour lotir
i l'ambre, an pas espagnol, au
galop.Un tmoin del dmons*
Iration, trs naluieuseinenf et
pour exciter le cavalier. Ht
hante voix une rflexiOD lauda-
tive .
- Tonnerre lie bal animal 1
A ces mots, notre maquignon
dcida de se surpasser. Piquant
des deux plsa nerBiqoemait
que jamais, il prtendit laired
la liante voltige, tant et si b en,
que le cheval, nerv, ruant el
par H^sar.
mine. Ce tut
t que l'rche-
leur se droba.
... voit <| ia Mo isi ir M arc*
Mo ifil i, i igrooonte belgj en-
cain fixe la dale tics lections i Gouvernement d Ha-
prsidentielles au mtrdt qui li, n'est pas sans s'tre renaal-
suit le premier lundi de no- sur les choses hatiennes.
uembre. Ce n'csl pas loujoura i I P" exemple on
I
mange le mieui l'e-rt-au Prin-
bre. comme on pourra,, lo ce. el essti*"*'^dra^^
i vien par sans u de retenir sa
croire, puisque celle anne le (.|i.i!|||,. (1, |on couvert l'H-
s de novemiirc souvn
sur un mardi cl (|ii*en l'ons
quence le premier lundi du
mois n'arrive que la s n line
suivante la dalc i\^\ 7 exacte*
ment. Le 8 novembre nous
uis donc au mardi lgal
suivant le premier lundi du
mois
C'esl don.- Le Nouvelliste
el c'esl bi
Iipu a raison el i c il Dieu i-
S novembre que Hoover el
- lionsovelt entreront en lice.
1
culil sovitique, a ma une
, Ici
i plus \ lu monde,
de la i ; ; lii e Ho
du Travail a i au i o
lonel llugli I. i <|ui a di
la co de I enl
prise. )iuq autres A n ricain
oui i galeiueul i di
ration.
M. Rooa >velt
et le chmage
I u vi' i n c n :
Koosevet, dan icours ra
liodiflus, a critiqu la polili
que de secours contre \p cho-
ie de l'administration Hoo-
ver, e omme manquant de coor-
diualion.el il a
progi a n ii pro-
nlj Lie
. :. i .aine .
Troubles Boli.st
i;. Ilasl i Irlande i:Des trou*
britanniques onl li en1
i H ist p ur mettre fin<|
i ix (roubles dus au du
lans lesquels [\\m- personne u
une trentaine bls
i i estime q il y a 100.000
chmeurs dois la rgion de
llelfast.
L cimpagned'; M.Hoo
"vhc. La situation ti
nanctre
Washington' Le pisidenl
Hoover continuera 8a campa*
*ne lectoiaie dans l'Ohio.
A la c invention de l'Vnic-
i Bar Association, le pi
denl Hoover a rail appel aux
i pour cou
tribuer la dlense de la loi nie
lu >u\ ernemenl a mrica i n
In il, esl maintenanl en
millions
lel de Francs Voil ce qui s'ap-
, e le avoir le souci de son
e i tre.
. l'a vu qui, soutirant d'un
lumbago, montrait un visaje
contrai l par la douleur, toutes
les lois qu'il avait monter
dans son auto. All/.doucement!
;i cessait-il de recommander
i son chaofleur. Oa avait peine
a reconn dire le prince de la
jeunesse dans ce pauvre val-
ludinaire extnu de souflran e
el se loulenant pnibluneat
l'un bftton pour descendre de
oiture.
\)r u | mus aprs Ins'oir. d-
n'arquer sa reconnaissance, il
battait haut la main, au tennis,
h iblle mdecin qui avait rm*
en si |> u le temps le re-
nettre sur pie N.
i.e a'esl pas cbic, Sna'eurl
,, qui, du u, isl niainie
ulle con.titu- 1i ; x yeux des
"b^.iyu lia nos concitoyens :
l. i situation financire, aux
riais-1 Inis, s'eal amliore. En
l IlOUV
tion sein
le roi
Home. Dans la nouvelle
Constitution du parti lasciste.qui
sei a approuve le > novembre,
par le Urand Conseil, le roi d'1* banques el les institutions
lalie n lenlionn dans n l|1(.u.11.s non| eu besoin, co
loua ceux
iaire u w c - - -
neur. Esprons que lidee se
isetl et produira des rsu!-
mis apprciables...
En attendant, et en vous re-
met ciani e m'a voir lour m l oc-
casion d'une bonne aciion, ,e
vous renouvelle, mon ci.
rtcltur, l'assnrancs dss.asi
ments de cordiale sympathie de
votre vieil ami,
J. ADttMAIlAUOUS^
le serin l par
qui eutreifl dans le pai ti.
Idal Rhum
effet, la Reconstruction Finance
Corporation annonce que lis
el les institutions li-
in-
me secours, en septemni e,
la moiti d Ues avaient
i eues en aot. Ces se
| ,i moules a or 04,21 J.0O0 ;
en aot i ivaienl
142,214,000 et en jui 791,
000.
ALIX
30 annuel
ROY
ae SUCCES.
AUTO AGGESIESORS
.1 P nts for ail
automobili
KNER8 GE
Il i i -a'.
l'hone 2.-518 S: 2234
... voit que.cbaque samedi, e
dpt Barbancourl est envahi
comme an quartier gnral lec-
toral. l.-'lottindel'ori-au-Prin-
d, Il e, le temps de (igus-
ei i exquis cocktail ue la Mai-
son, m is comme 00 tient
garder l'incognito, chacun ssi*
bible d'un nom d'emprunt : T-
Clin-.! et Togo, Kazi-ll za et
Dioug-m, Kiquitle et L^cocy,
/adore et Criton, etc. Indus-
triels, parlementaires, lectri-
ciens, commervanls. avocats,
journalistes, tout le monde y
marne avec un entiain qui
donne soif. El puisqu'on a soit
et que le cocktail est bon, eh
bienl on invite le proprio qui
l IdP d'ailleurs pas pi ier.
I.i co mue l'on boit l'il.
Vous comprenez 1...
... voit que la loi sur le tim-
bre, non seulement a lait db-
ittra les belles rclames en
couleur', qui orn ienl 'e*i de-
vantures des maisons de com*
ra a coudam-
imags, en attendant
!UX, les pauvret artistes du
i i qui nom taisaient notre
"or'-uu-Prince enlumin.
1 i ncore'un ^a0ue*pain la mer
h


?AGE 2
LE M TIN 2H Octobre 1932
L'ducation e la Masse
par les Cadres

l'ai leprofesaenrJLac Dorsinville.
(Huile i1 Un I
l'ai de bonnes raisons de certainement|pM connu 1915*
cm r que lexcuii m d un j A mon StDS, M ne s'agit
pla i pareil c intribnerai', dans) plus de j<-1*-r- des larmes sur
ua> large mesure, aider 1 ce qui n'aurait pas d arri-
Daroiens nqaf r acientl*
quement nos paysans. Car
la question de l'orginisntion
INST TUT
IMStm BONNE
Dirig par le professeur
da travail serait du emp r-
solue et l'autre grosse que*
ti m de l'augmentation de la
pro iuctio i nationale entre,
r^it dans une phase dfinitive
de solution intelligente
ver et secoisc' lei bras; i
s'agit au contraire de savoir
tirer par i des conditions
prsentes de paix e' de stab
lit gouverne nentalc pour
M" LOUIS ALERTE
rWNiGLll.
Directeur du journal Le Mai in
Port-au-Prince, le 21 Octobre
1932.
En Ville.
Mon cher Directeur, Etablissement, d'enseigne-
meut en progression constan-
Je ne mus poinl mu de b>|te depuis la date de a ton-
note parue dans votre urieuxi |aijon| Succs rotnpt-'t *UI
journal dont un individu, Paa derniers examens oflicleli
pour l'obtention du baccalau- f
rat. Compltement l'- '
preuve da 'eu et munie de
I
LUC DORMNVILI.K
srieux, a pu, pourtant, se ser-
vir pour cire l'cho dune stu-
pidit contre moi.
Il veut/ne laire passer pour
un esclavagiste qui l'ait revivie
le spectre de la corve, parce
Je voudrais que l'on n'ou-l vaux de ses bras ou de
... .. _ __T ..... .------.:.: tte.
sortir la niasse de l'ignorance
et de la misre, puis fournir {que j'ai obtenu des montagnards
l'lite l'occasion de recon- j'.l1"1* rfPa^e^5Len_t5ftl_1*nn_e-'
qurir l'aisance par les tra-
sa
bliat iama's que ici la politi-
que tait toujours uvre mau-
vaise en ne prenant pas con-
seil lu bon sens et en n'cou-
tant pas la voix des ncessi-
ts. \ se placer consternai m
sir 11 terrain des ami'is lec-
torales ou sur celui du chau-
vinisme, l'on projette que1-
quelois, en avant de soi, des
obstacles qui retardent rvo-
lution du Pays. Les te npi
sont venus o nous ne pou-
vons plus continuer fl i lier
les chefs de houquemetts
lectoraux ou tre des/k/
trio tes braillards, g*na de sim-
ple faide.qui.tout en procla*
niant un amour aveugle pour
l'Indpendance, n'agissent pas
en 11 mimes libres, une fois
aux a flaires, ou ne condition
nent pas la paix intrieure,
par l'organisation nitliodi
que des capacits agricoles
et industrielles du Pays alin
"La victoire sur ./ hommesi garantira mieux la
piix intrieure, aprs le d*
p irt dt s fusiliers marins am-
riciins, que la menace d'une
nouvelle intervention tran-
gre.
Eu cette anne 1932, je con-
serve ma loi intacte et vivace
en la viabilit de notre Nation
petite et laible, si nous ou-
vro is rsolu nent notre Intel-
ligMicv renseignement des
choies de la vie courante des
peuples loris, plus avancs
en civilisation.
Je n'appelerai pis Hati
tille spirituelle de la France,
parce que ce n'est pas vrai ;
plus forte raison, je ne
l'anpeleiai pas sur des
Etats-Unis d'Amrique, pirce
q l'il est impossible que cela
soit vrai. Je lui dcernerai
au contraire le titre plus vri
toutes les amlior-tio is mo-
dernes, la maison est situe j
au tlanc de la montagne sur j
le sommet de laquelle se
es roules de leurs sections res- dresse, prolectrice et majes--
Ipectives. tueuse. ['Eglise dtSl.'Grard,
Jfl connais bien le mobile de AQgjj [e sjour y est agrable
ce commencement d'intrigues. et les coliers faibles de san-
l.i chose esi simple, mon cher { trouvent le moyen de
Directeur : Il y aqneiai per- jj leuis { ,()lll en
suad nos paysans queux tout
seuls ont intrt rendre leurs
roules bonnes, praticables et ils
de gurir ce terrible mal scu\ diqae de disciple de ces deux
taire, la faim des Iminmcs [ Nations, si elle adopte res<>-
suivant l'expression minem-
ment juste de M.Georges Har-
dy de France, et assurer
tous les Hatiens.siuon le piin
de bl, tout au moins le triz
et-poisi national.
Si par exemple nous avions
voulu comprendre que pla-
cs trop prs des grands, les tion et de s'largir, en s'ap-
lument les principes qui di-
rigent les destines de ces
Grandes Puissances et si, li-
vrant la misre u ie guerre
pre, continue, unis guerre
de toutes les minutes ! elle
procure son lite les mo-
yens de s'lever par l' lu i
les ont arranges de bon cur,
pour soulager leurs femmes,
leurs entants et leurs animaux
qui transportent les produits de
leur dur labeur jusquaux mar-
chs de la ville, parfois loin-
tains.
Oui donc peut trouver re-
dire, part les coquins les cam-
p i {lies allis ceux de la ville ?
, Eh bien, alors, je demande
qu'on lev la main de l'homme
dont la moralit prouve le
poursuivant leurs tudes,
Cours classiques ; Cours
pratiques au choix; met .ode
nouvelle qui lait progresser
rap'dement les attards elles
dg nis des ludes.
Prixdcolage calcula sui-
vant la capacit de paiement
actuelle des parents.
t.es enlants de tous les ges
scolaires y sont iccpts...
Tel i sont les principaux avau
tages qu'ollre l'Institut (uy-
Joseph Bonnet o du reste
rend plus qualifi que les no- jrefiecUI a plus que doubl en
habilits que j'ai l'honneur de
connatre ; de cet homme plus
qualifi que moi pour s'intres-
ser au sort des cultivateurs,
des ngres dont je ne rougis
pas, parce qu'ils sont, certes,
plus intressants que celui qui
se lait passer pour leur dfen-
seur.
Quand cel homme l se sera
rvle et que l'opinion saine lui
aura l'ail bon accueil, citoyen
disciplin (pie l'on permettra de
me croire, je me rangerai, tout
de suite, sous la b innire ho-
norable du patriote avr pour
continuer courageusement mou
un an
En y envoyant vos enfants,
vous gagnez plus que l'ta-
b issement lui-mme.
faibles sonl forcment obliges
de suivre une politique de
sagesse, tlbarrasse de toute
puyant sincrement, comme
i! est de rgledans toute vraie
de norratie,sur la masse tou-
compromission intrieure trop i joura adle.
accentue, nous n'aurions
Luc DORSINVILLE
Loterie
Nationale
Il n'y aurait plus de coquins,
crivait ne me demandez plus
q u, si les coquins savaient que
la suprme habilet est d'l re
honnte. 11mu je ne g iranlis
pas le texte, mais je crois que le
Sens y es!.
Cela m'est revenu l'esprit,
en songeant l'imprvoyance
de certains placiers infidles de
la Loterie Nationale. La loterie
leur laissail une commission ;.-
iireuse, qui leur permettait,bon
mois, mal mois, de gagner lion-
lltement, et pas cliiclieiuenl du
tout,leur vie.II n'y avait aucune
raison pour que cela ne durt
pas...Crac 1 un mois, les remises
.se foui mal. La loterie, comme
de juste, prend ses prcautions,
et renonce, suis autre loi nie de
procs, aux sei vues de ce pla-
ciers indlicats.
Il f.uii les voir aujourd'hui
BBSigeani les bureaux de l'Ait -
ininislralion, esprant se laire
encore embaucher. Ils se mor-
dent les doigts. Ah s'ils avaient
su ? C'tait pourtant facile sa-
voir que la Loterie Nationale
ne recommencerait confier --es
billets qu' des vendeurs d'une
honntet absolue.
El depuis, part quelques
placiers de tout repos, personne,
en dehors de la Loterie elle-m-
me, ne vend ses billets. On en
trouve tous ses bureaux, et
contre cash OU accorde connue
toujours une escompte de 15 0 0
sur les lots de certaine impor-
tance.
Cesl plus pratiqua si plus sur!
I REN IANCR0E AUGUSTE
H9II HINISfRE A LONDRES
Le Prsident le la Rpubli-
que vient de laii e choix de Mr
Ren T. Auguste comme Envo-
y extraordinaire et Ministre
Plnipotentiaire la Cour de
SI .lames.
Mr Ren Auguste est une belle
personnalit politique et qui
prsente un tal le services qui
ne laisse pas de surprendre
quand on songe qu'il dpasse a
peine la quarantaine.
four a Luur dput au Corps
I. [islatil, Conseiller d'Etat, Se-
iire d l'.i.ii de l'Intrieur el
des Travaux Publies el sous le
( i iiivernemenl actuel Secrtaire
d'Kiai du Commerce el des Tra-
vaux Publies, Mi Heue Auguste,
aux di firent s postes qu'il a oc
CUps, a louj lurs SU se montrer
a lu hauteur de ses responsabi-
lits el de s 's devoirs.
N uis le flicitons de la non
vell lvation dont il vient
I d'l l'objet, el lui souhaitons
dans la diplomatie tout le suc-
cs d son tact et son ex-
prience des choses de gouver-
nement. Nous saisissons celle
mme occasion pour renouve-
Ici nos sympathies Mr le Do<
leur liai on dont la mission
I.on.Ire i el prs du Saint Sige
B t m lignemeul remplie.
Un vnement
sportif
sensationnel
Samedi s >ir, dans la vaste
cd conlorlable salle d'Exposi-
tion de l'ancienne Wesl In-
uvre de protection de mes dies, rue Pave, amnage
humbles congnres des cam- spcialement el coquettement
pagnes contre l'exploitation el celle fin, aura lieu la pr-
le contact d !s tres nuisibles mire d'une srie de rencon-
leur volution, leur bonheur. 1res sensationnelles cuire les
Cel incident commande a ma meilleurs boxeurs des An-
loyaut de rendre ici un public tilles.
La soire de samedi com-
portera deux matchesimpor-
tants, suffisant chacun l'aire
du spectacle un vnement
remarquable,
meilleure comprhension de I lo. Match international en-
leur devoir en nous prtant, | Ire Bertico, champion Do-
moi et ;i l'Inspecteur Chaiius
Charles, leur concours a l ex-
lioinmage aux omciers de la
Garde d'il iHi, amricains ou
haitiens, cela m'importe peu.de
qui relvent les Agents de la
l'olue rurale el dont quelques-
uns commencent avoir une
culion des mesures administr-
mes, ce, en conformit les lois
rgissant les rapports entre l'Ad-
ministration communale et la
police rurale.
Pour l'dification des lecteurs
de votre intressant |ournal, je
VOUS prie de donner publicit
la prsente.
J'en prends occasion, mon
cher Directeur, pour vous don-
ner I assurance de mes senti-
inents distingus.
Louis ALERTE
1)' WLemke
Rua De Audlain.rae 8.
1 '< n phone 2(>D2
i) rel ) ir de sou voyage
i ut irm -si bi s iveillaate clil.
entle qu'il a repris ses con-
lUlttiooa et ses travaux de
I il) ira toi re co une par le
pas> :
M itin : de 8 10 heurel
niinicain des pouls moyens
el km Cyclon, champion de
l'Ile Anglaise: La Grenade.
2o. Rencontre liminatoi-
re e n i re Savoie Dsir ci
Snowball Sullivan pour d-
terminer lequel des deux qui
se mesurera Guerrier pour
le championnat national.
Et les prliminaires int-
ressants aussi.
On rapporta ojn'iin mdecin alle-
mand parle courarnuiont cent qua-
rante langues. Voil un loglodyte s'il
en est, Ou que se trouve ce pli.io-
nien.u dis de la Germanie, c'est--
dire n'importe quelle partie du mon-
de, il pourra se faire comprendre et
comprendre lui-mme, Il n'aura nul
lies,un du truchement d'un inter-
prle qui ordinairement trahit plu-
tt que traduit la pense qu'il est
en irg de transmettre.Lei Allemands
sont ires liers de leur compatriote
qui dtient un record qu'aucun Am-
ricain n'a encore Imagin.Ceux d'ici
pour rendre un digne hommage
ni science linguistique lui ont tait
11
la science imnui-uiipie lui ont lait
ai venir un lui de RHUM SAKTIIK
\ ri ddi : de ' 1/2 '\ i
1/2 heu,es, les dimanches et ScHET^'R.de rputation uni-
murs tories excepts. Ivenelle,

Liquidation
AUTO SUPPLIES
R. I-AUGUSTE
U MAISON LIQUIDE 1001
Bonne occasion
A vendre un Saxophone alto I UN 01 UuK.
MMi kPROFITEZ DE CENE AUBAINE
Gin-7aldij
DEMAIN SOIR
Le joli lilni
Chouchou poids plume
An,ii Ho;inne.
Entrs 0,50 ; Balcon : 1,00
JOUISSEZ DU LUXE'
DE CE SAVON BLANC
PARFUM
LUX
SAVON DE TOILETTE
DLICATEMENT PARFUM,
MOIIH & LAUKIN, P. O. BOX Mu. Distributeurs
Rue Roux et du Centre, Port au-Prince.
ECHOS
VOTRE CUISINE,
On signale la prsence
d un insecte dans les rivires
de I Artibonile. Il ravage les
champs. Eit ce qu'il y a un
service d'en'o"nologie au ser-
vice national de la production
agricole ?
Le Gouvernement a d-
cid d' corder un dlai de
quatre mois aux comp!,giies
de navigation avant de leur
appliquer la nouvelle loi sur
unification du taux du. fri
pour les ports h ''ens. Cela
quivaul un ajournement
de cette loi.
Les parlementaires hol
landais s'inquitent des acti-
vits politiques de l'ex-Kaiser
Guillaume II qui u cril uue
ligue allemande : Sans moi,
vous ne pouvez rien faire.
Le cm ti lat socialiste a
ta prtsidiir;ce des Etats Unis,
Norm m Thomas, prdit les
pires catastrophe au pmple
amricain su'hiver prochain,
le p ogramme de sou parti-
n'tait pas appliqu.C/est tou-
jours ainsi.
Oii annonce que des exils
dominicains qui on avut in-
erdi le sjour au Cm Hatien
on! vou'U rentrer eh z eux et
qu'ils oui t tus sur la Iron
Hre oar des girdes domini-
cains.
Dans les nrlieux sud-am-
ricain.*, le bruit court q-ie la Co-
lombie attaquera sous peu le
Prou Ua emprunt de dix mil-
lions de dollars aurait <4 tait
parla prcdente aux lias de
mener sa guerre.
Cinquante candidats aux
fonction-, d'agent agricole ont
t ad ms apri les preuves
dites subir les preuves ora-
les. I1 n y a qua sept places
attribuer.
- Le club sporlil fminin
Acadmie s'entrane intensi-
vement eu vue du match qui
aura lieu en dcembre au sta-
dium Dessalines, coa're uue
quipe deSauto Domingo.
On s'inscrit la Compagnie
Gnrale Transatlantique pour
la croisire sur les co es d'Hiiti
par le steamer Snnl-Do-
mingue s.
Avons l heureux de re-.
voir noue jeune ami Rabert N
dal qui est rentr de son vo-
yage aux Etals U lis.
Messieurs Go Uran Roazier
et Iticoi Chauvet ont lou l'an-
cienne halle dj la West InJieJ
pour oflrir iu pab icdssmitches
de boxe. L- premier combit
ai r i lie a srniedi procli lia entre
A b r'ico-He era, deten'eur do-
minicain du titre mi-moyen, e^
KidCyclon,champion de La Gre-
nade.
vlonsieur Elliott, qui est
aux Etats-Unis, est attendu par
le pr ich lia t'anama qui sera ici
le .'{() courant.
Me Clment Avin a t
nomm notaire Port-au-Prince
eii remplacement de Me B. Da-
nache, nomm une fonction
administrative.
^ La route que construit la
D.G. I.P. pour aboutir Fonds
Verrettes est faite jusqu' envi-
ron quatre lieues de la chapelle
de l'endroit.
A Damiens, le concours
pour le recrutement des agents
agricoles se poursuit. Hier ma-
tin, on a donn le rsultat pour
la parbe crite : 52 candidats
sur 198 ont russi. Les examens
pour les autres parties, orales
et dmonstrations, reprennent
Votre fils ne vous donne
pas, 1 cole, de satisfaction
I lattentio i, paresse. Ne vous
en dsespiez p^s. Dites lui
chaque matin, au moment du
dpart pour la classe: . Si
tu prends aujourdhui de
bonnes notes, tu trouveras
au retour des beignets cuisj.
ns avec la kantgue des
Isines de Port au-l'rnce et de
Sdiat-harcl
Vous venez, le pe'it inap.
phqn deviendra un prodige
et sera le premier de sa classe
pour toutes les matires.
Essayez Qu'est ce que cela
vous coie?
Bec-Fin.
Le Secret de la Sant
SELS OE M0NTECAT1NI
Aujourd'hui plus que jamais
vous devez nenser la
Sant
Le prolesseur Charles Fe-
deli. directeur de la clinique
mdicale de Pise, un des plus
grands spcialistes, en Eu-
ropv d^s "lections de l'uri-
c e, a demmti qu'aucuue
autre cure au monde ue peut
donner les rsultais salutai-
res, directs el immdiats, que
donuent les sels de Mmteca-
tini dans toutes les compli-
ce liions provoques par laons-
tipatiou et l'acide urique. Les
sds de Moutecatini tiennent
le corps libre, Irais et ds
iufecl. Ils augmentent la
production de l'urine, et,par
con juent, favorisent lli*
mina'ioa de tous les genres
toxique3 q li in'Uicent votre
saul.
A vendre chez :
Pascal VITIhLLO,
6rand'Rue.
liTilS"
Le public et le commerce
sont aviss que la maison
couuue sur la place de Port*
au-Prince sius le nom de
Vita ABOIJDI a cess d'exis-
ter.)
Les in'..ts de celle mai-
son ont t transfrs la
nouvelle maison AiiO'JDI &
Co successeurs de BOUL0S
\BOUDI & Co, rue Courbe,
ancienue halle Revest.
Pert-au-Prince, le 20 oct.
1932.
Vit ABOUDI
AMATEMHS OE
Allez chez Barbancourt l
rue des Csars, o vous trouve
rez un excellent cocktail sec et
demi-sec dont vous ne pourrez
plus vous passer.
ce matin. .
Avant-hier aprs-midi ont
eu lieu, en l'glise St-Josepb, U*
obsques de Franois Blizaire,
dcd la veille. Nos sincres
condolances sa famille.
Barbancourt
DonUa=r,^, trd,e a gard s^remire p,a
UN BARBANCOURT
Dpt : Rue des Csars,
*
&
*V.
-< fr'fH
J*r>.
*


!C*
^LE'MATV 26 Octobre 19T>
nient do
COMPAGNIE GENERALE I U croisire dorer* li jours, ns de profiter IRASitTLIlllTI0UE!Ltt2^utote^ri^ """^ "' h-^'
'La COMPAGNIE GNRALE Santiago de Cuba pour repartir
Transatlantique a lepiai- le son- a ia mm, ies touristes
pourront descendre a terre et
visiter la ville. Toutes les facili-
ts leur seront accordes cet
effet.
PAGE 3
sir d'informer le public qu'
l'arrive du bateau franais.* st
DOMINGL'E Port-au-Prince
Je 27 Octobre, elle organise une
croisire suivant l'itinraire
normal du bateau dans le Sud,
t'esl-a-dne par Petit-Goave, Mi-
lagouue, Jrmie, Cayes, Jac-
mel, Santiago de Cuba et retour
ii Port au-Prince par les m-
mes ports.
Le pril fix pour cette croi-
sire est de ; 50 dollars. sans
aucun autre Irais.
a Compagnie Transatlanti-
que a pense qu'il srail agrable
tous ceux que Ks
ne permettent
de leurs affaires ne j
"m?-!!
9 **?& -S*. mM Ma4*t V it lcllll li\ ', pu
n&gfO ie VVHIV l'emploi simple elim i .in SAL.ME 1UE NERF r.iRIGA.
<".;ilm< milantanment la douleur ei rny< In cnrl ,
GhnqtM bolle contl n le < i cttuin | o\ i i emenl itoa donSi
jUij Seul, le i: uni lue- rrf Min,/, tin I- oerl dent h nicnl. Exige K
! BAt.^I TlE-NERi' MIRICA
t nborAtolre du Docteur OIRAUD, l barmooli a, s, Kuc im'et i.yoN-Ul'U.KS rraurt
"" Uiut Por-au-rrince : Pharmat BU( '-i.
. .
LISEZ CECI:
1RY-ME-S1R
Est le DOm de la nouvelle marque de lames de rasoir
qui vient d tre lance pour La concurrence
Prsentation irrprochable
Acier de meilleure qualit !
Meilleure fabrication !
Meilleurs prix 1
Plus conomiques enfui !
Que tontes les autres marques dj en vente nr le march.
Essayer de vous raser avec une TKY ME-SIR: vjus ne
VO'is servirez plusdautres lames, car vous l'adopterez.
En vente dans toutes les bonnes maisons.
Pour les commandes Redresse, :
ERNST LUDERS, Agent,
P. O. BOX A 60.
Poil au-Prince.
ffrir ce dlasse- |
quelques jours en mer
isor les ctes pil torerqaee d'Hati
ici la visite d\m port tranger.
p.,Uautre part, les visiteurs que
la perspective de ses vacances
agrables auront intress sont
assures de trouver bord le
Confort et le service parfaits qui
sont toujours d'usage la Com-
pagnie transatlantique.
Il est inutile de vanter les
Plaisirs de la table a bord des
Kiieaux franais et lesoins at-
tentifs qui prsident faire la
renom nie de la cuisine fran-
aise.
Nous pensons que vous ne
manquerez pas de vous dcider
a profiter de ces quelques jours
de repos qui vous sont offerts
a Un prix si modique et nous
recevrons avec plaisir votre vi-
site ou vos demandes de ren-
seignements par tlphone.
VOUS pourrez d'ailleurs, si vous '
vous dcidez, vous inscrire de
suite par tlphone afin qi e
votre place vous soit rseive
immdiatement.
Sincres salutations
F. M.ALTIERI, Agent Gnral. '
nue du Quai. Port-au-Prince
Boite Postale A 171
Tlphone .'{220
l
Radiophiles, avez-vous
une PiloL Dragon ?
Savez-vous que la dpression co-
nomique aux EtatsUuis vous per-
met avec quelques dollais n'en-
tendre jouret^uuit les stations du
Monde entier ?
ACHETEZ UNE SUPER-HETERODYNE
PILI DRAGON
La reine des Radios
Un seul bouton de commande,
un seul ieu de lampes et Paris,
Londres, Vatican, Canada, Austra-
lie, Etats-Unis sont vous Plus
ncessaire d'avoir de convertisseur
d'ondes
Savez-vous aussi que vous pou.
vez avoir des Uadios-Orth opta uni-
ques t Pilota Ondes longues et
courtes cotant meilleur march que lesjiorlhophoniques
ordinaires vendues eu Hati? '
Demandez les prix
ROGER DREYFUSS,
^____ Reprsentant pour Hati
ENO VOUS
GARDE JEUNE
Ne laisser pas la constipationsouvent in-
souponneajouter des annes votre
apparence. Prenez un verre de
ptillant ENO'S "Fruit Sait" tous
les jours. Cela dbarrasse votre
systme des poisons qui en
minent la vitalit et gtent
votre vie. Exigez tou-
jours ENO.
ENOS
FRUIT SALT
Ihe French Line hve the
pleasure ol annqunciu},'that w iih
ihe arrivai ol Uns next steamer
pjf eST IK)MIN(i('E,> on the
2/ nfOdoheratl'oit au-Prince,,
it W II ton uct a pleasure cruise
!o Santiago ol Cuba via Petit
Goave, Mitrgrane, Jrmie,
tayes, Jacm I, Santiago olCoba
and retorniDg at Port-au-Prince
viiihe;b)ve unntioned Hai-
tians Ports.
The cruise will be ol six
deys; Irom lh*- 27 ol Ojober to
lie 2 id ol November, aniving
t Santiago ol ( ub, in th mor
ning and leaving during the
fnighl. Tourists will be able to
visit Santiago wtiere inlerlain
nient in being prepared loi ,
Ihem. i
The tare lor the cruise is dol. ?
50.OO, withouj any extra cosl
ulule on boerd.
The French Line lias l&ken
Uns opportuuily to allow ail
personi tha cai.noi be away
or any lenglit ol lime, to enjoy
he beautfcs ol the Haiiia
Coast and visil Santiago ol Cu-
ba at imail eosl.
lt is undeijtood that ail the
laciblies known to exist wilh
he French Line will be iound
on ibis cruise. The French cui>
sine known Ihe world over,
will be adhered loon this cruise
We believe that you will not
be able to relus yoursell Ibis
cruise tha will allord you your
much needed resl and because
ol the imall cost it is just what
you bave beeo waitting lor.
Fore more inlormaiion ore
rservations please call at
our ollice or tlphone .'{220
where ail questions will be
(heerlully answered.
Very respecllully yours
F, M. Altiri, Agent gnral
Hue du Ruai, Port-au-Prince.
Duite Costale A 171
Tl|hK!e 3220
! AVIS COMMERCIAL
Le pi blfc et \o 'Prrmerce
sont pr vc i us [n.. rar S|lj,e
< e la mol de MjOHN VOU-
LUS el d'n i : - ies .iar
l'es tolre;-cs !, ri|f00
s cii>le Bi [ : 03 A non I c\:
l>a ci 's: d (\i Ur
L m hJh continuera de
I Dcuoooer loua la nouv. Ile
ri hou sociale AIjUDl<& foi
Pon-au-Prloce, le 20 ocl
ABOUDI & Co.
POUR 1933.
Les Derniers Perfectionnements
Automatic VOLUME CONTROL:
Circuit Superheterodyne
Automatic Sinchro-SilentTuning
100 ./ Amplification Pntode.
Nouvelles Lampes de 2 4/2 VOLTS
Types 58. 57, 56, 47,82. et
La Duo-Diode G-4-S-
COLUMBIA
Synonyme
de Suprmatie
Wl*l9 5 1 2 1
Air Cell< Battery
Dure de la Batterie
OOO heures

Modle G 83
Radio 8 lampes)
Superheterodyne

Modle C 81
8 lampes Superheterodyne
COLUMBIA
Le F
avon
des Connaisseurs
djmauvais tidcvrein-
festin d la constipation.
Modle C-85
Hadlo-'Phonofiraplie-
8 lampes
Moteur 33 1 3 et 78 Tour*
Modle C 84
8 lampes Superhe
terodyne
2 Hauts parleurs.
yictiv
f'?ANC
-
vi tezlaenbmant ( "Jique semaine
i' --
m
y- y-
Obtenu avec

Cr

FRANCE a
Conditions de vente avantageuses
-Kneer's COLUMBIA Music Mal!
.--

KNEER'S GARAGE.
si


Mercredi
26 Octobre 1932
u
26n* ANNEE N'
Port-au-Prince
Tlphone : 2242
4 PAGES
LE COMME DES ETATS-UNIS
AVEC LES VINGT AUTRES
REPdBLIOUES DE L'AH' Z:
,. SS Trois "Quartiers
qu'il .t'A
-*vzm *. an
LE FAIT EST
Durant la dernier1 nne
fis. aie, lec: mine ci d si.
Unis av.e le; vingt
^publiques .le lAmrijui
s. si ch lire, tant 6 H m i
ci. ' l'tipnrt, 632.1 \
(oliars, alors qu'en 1 !
31 il tait de 999.6, >,00<
dollars, d'o dcro d
:ir(.-.i i7,ono, e'ett--dire d
36 7 pour (ni.
|) aprs \l. Matlldfl Phll!
chef du dpartement de
statistique .In bureau d<
l'union panamricai
titnAtion ne peul tre i nputi
qu' la crise conomique mon
diale.
pour ce qu'il s'agu d il h .
les Etats-Unis in oui irapoi i
eu 31/32 pour 786,000 dol
lnrs contre 719.W0 en 30
et y ont export poui 1 mj
000 contre 5,860,030
Nouvelles de
l'Amrique Lutine
La Colombie prend l]
mesures nergiques pour en-
isyer la crise a \ i

Au Brsil, l'Association des
Instituteurs pousse loi
l'ducation populaire.-
luillet dernier, m\ B i
i ,.i i'. lUIUmanl nf-
']"
I d
tit do r v >ir par
I
a il 11 e
i
ornez 1
i h /. v
Faiti
:
riverai
,,.\t>io,t

CLO BIP
La
Co Inc. l'ho
C i
partir du l i
elle n'emploie qu'u i seul sol-
liciteur de fret, Mr MaxPRE-
/: \r.
Nul autre n'est au
ira d l '
sollicitations en
i
rt-au Pi I '
12.
Wm E.
lier Bateau
. r-, p .i
ie
i
h
I boucles d'o-

; i i G les 4.50 et
iruiqu luset'es iil
ir.
.u.l e
ivisiou
onance. Prix

.ONTES rABLE
C'est la quinte: lee des meilleures1
arits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs
C'est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ
ichats
AUX TROIS QUAHTIERSi
Vou lerez des Irais de
: et gagnerez du len
i al '
Accidents
Voulez-vous
19 oc
: Atha
sure
de.
rinm ioulangei os,.
I


palais a t oHlciellement af- COMPAGNIE GENERALE
-Aires,(Argenli- { TQANQTI
leci. Buenos
e), au muse d'histoire
turelle.
\
TRANSATLANTIQUE
Votre premire visite
A
L'HOTEL ANSONIA
sas j^s^-ate n f ?H
non. "> "e "PI"*'"ble Palrona8e a 'Hulel
i, et de l'ortau-l'rioce.
Nous vous suggrons d'arrtei votie chambre d'avance
Bire la pression.
Un autre grand glla ave: uo b3 au parlant et chantant
, n------------ , , v -,----------
aaire, 9 ans,rue lus slecl de Port-au-Prince,
it. Contusion au raen-

|
Le Guatemala vient de ,ta n ird 11 mme
mettre en vigueur unnouvi du
iode sanitaire qui co i litu
nera efficacement l hygine ae

laire ri
[ne
Qte? il* 27 ans
\OLLL/. VUU ., BMurecon-t
-s b a ; ,et droit t de la \
i | M" iin dro:te.
Langues vivante uln 9 ans, Bour
) do qoaaedu pouce
i r itt.,i Tl D rftnit i de eluen.
I ; Portail
Bfcsara contuse du
. itre attenti
par dluuls rsultats d
us.
<'lUic Li
1891
m i
1 y
en ce pays.
Il est" dsormais lait
obligation dans la Rpubli
Dominicaine toute personne
i la i I llU
11 .... rs.
i/um nt-a...,.. .....~ Le nianih la liste
qui s'emploie un titre quel (), ,
conque de pro luire un cerli Cil
tfcat de sable. bun
l'IElU.
PNAHA R.R.S.S. UNI
I H
n ; 8 M
II
r
i
au luu d i"1'-
._n.gqu.rn.nl <..!. Boit. kJU jM,H. C. VAN REED
la i l.crcu ose. i
Ahiminnm
DE NEW-ORLEANS ET Ml \ POR-Ai:-PRIHGE. SANTODOMINGOCITY, CURACAO'i
PUERTO CABELLO. LA GUA1RA El PARAMARIBO.
cr
. Con : ii
.
(v 15 ans. ru*-
du ( du h
it. ,
.lu
ii nie du
is.
us, Pont
ique
mm s-s u
' L GHE liOLOBBIENtE )
Tlphon '.: N 2323
Le vapeur li ri Voy.
K 5, de retour 11 du
st alto i odredi
e 28 co iranl, en route le
mme |our |) ui P
[Cap li
L< lotai V
2()
diiectement l
pour Port au-Pi ioce o 11 est I
du le 1m im' embre 1932. ;
Il r< par ira le e jour pour
BMMEB
Ourison Radicale de
__
B
TTERHyMATIS
NEVRALGIES
Dr. Bengu, i*. r **"*
tenlion
PROGRS NOUVEAU
RHLM NOb\EAl)
Rhum dlicieux got exquis
ALCOOL DtFIANT'"TOUTE CONCURriENCE
Clairin Vierge
Chez N. NAZON
D LVAN<
AUSTVAN
VESTVANGEN
Due
Ktw Orlans, Louis!
Mobile, Alaban a,
l'cul-nn Tiuhc, lla'Ui
Saito-D< mingo City, r.L). I
Curuuo, D. W. !.
l'uciui Cabello, Vi i Due
I/i Goaira. Veneiuela
aramoribo,D itch G
para m u i1 o Dulch
Curaao, I). W. I. I>
Niw Orlcan I ouisia 11
. 1 li
I r l
oct.
19
ih
rd
ih
th
>; th
Il th

oct.
oct.
nov.
.
22 n 1
21 th
th
2 nd
t
7
11
'-S
th
th
tli
sut fie vis pour tous lcs,.por s ci
! par if a le mme jour pour j y i l\ m OC C*o ]r\n
tocoio >e, Lykes brotliers oo L- inc
u,ba), Kingston et Texa8 HaltJ Santo UOmingo- Porto Rico
io mnil ,Ip de ce navire Le seul service hebdomadaire et rguler passagers
n. L: 1:,:1.,! .lis fret entre les ports du Golte du Texas directement avec
position des cl nos Port-au-Prince, Hati,
rUes f Pour la rception rapide et le maniement habi e *W
; a Madiou l importations, servez vous toujours des navires de a ui
* vis de la DoUaoe). L1NE.
Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont
Steamer Almeria Lvkes 21 octobre 19:32
S/S iGenevive Lykes 28 octobre 1932
Steamer t Huih Lykcsi 4 novembre
COHNMSSEmERIS DIRECTS DlLIVBlo pour tous les PORTS SUIVANTS :
Port-de-aix, ' U ina
Barahona, S ai Pedro '. Do
Cumano, Guanta et Pampata ,\ B
DE MOBILE ET NEW-ORLANS A TOUS LES PORTS HATIENS Et DOMINICAIN: 1RACAI8
Un dliait vers le milieu de chaqu a'R
Can-H"ticn Gonaves. Petit Gofl
Si un fret suffi anl est ofl rt, e"1
St-M ,W'. Muagoaoe i
Ma'coris et La Romana, il. I). 1>. W. I.
De Tampa, Floride, la J '
et Veo / la.
D or h s ports c
( Sujet a cl
A. deMATTEIS ce i.o iMarliniqueVoy
105 'i Ni w-Yo k le
n mbre
nt pour Port au Prince.
u 1 est attendu le s uov
illiam E.BLEO.
Agent.
ECOLE CENTRALE
D'ACRICOLTURE
ion Agri
eu : Normal
Il le*-
di 7
mbre prochain,
5
de
La Duectiou
E>ure.iu:niie du Magasin de l'fctai, Boite H" aie B
HOTEL r^RAM
bne confortable succursa-
le del Pace Holel, Ken?
koft
Pour la saison d't, ren-
dez-vous chez A. J. Karanh
Kenskoff, o vous seiei
servi souhait. Excellentes
[Conditions


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM